Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 77-78


Texte intégral

1Nous venons de déterminer le processus psychique auquel fait référence la pratique d’évaluation dans la pensée stoïcienne et la place qu’occupe cette pratique. Nous allons à présent analyser le caractère normé de ce processus et sa qualification éthique. Nous entendons montrer que l’évaluation n’est pas seulement une structure anthropologique fondamentale, mais que celle-ci est normée et que la correction ou l’incorrection de l’évaluation détermine la qualité vertueuse ou vicieuse de l’âme de l’individu et, par suite, les discours d’éloge et de blâme à son égard. Cela nous conduira à envisager le rapport entre jugement et reconnaissance et à renchérir sur la place centrale de ce que nous identifierons dans une certaine mesure comme « jugement de valeur ». Le processus d’évaluation est normé au sens où l’utilité et la convenance des choses ne dépendent pas uniquement de l’appréciation qu’en fait l’individu mais renvoient d’abord et avant tout à la différence des choses, et au sens également où cette différence des choses demande à être reconnue dans l’évaluation. Dans le cadre de l’usage de son environnement par l’homme, les stoïciens distinguent des biens (ἀγαθά), des maux (κακά), des « préférables » (προηγμένα), des « dépréférables » (ἀποπροηγμένα) qui appellent respectivement – ou devraient appeler, nous aurons à y revenir – un comportement de choix (αἵρεσις) / de fuite (φυγή), de sélection (ἐκλογή, λήψις) / de rejet (ἀπεκλογή), ce qui implique précisément que l’on juge bons les biens, préférables, les préférables et ainsi de suite, ce qui apparaît notamment dans les exposés relatifs au développement de l’être rationnel1 et au comportement de l’homme adulte ainsi que, réciproquement, dans les exposés que l’on pourrait qualifier – nous allons voir pourquoi – d’axiologiques et qui, en définissant le bien par exemple, affirment qu’il « vaut la peine d’être choisi » (αἱρετόν), tandis que les « préférables » seraient seulement « à prendre » (ληπτά) si les circonstances le permettent. Cela revient à dire que, pour les stoïciens, les choses diffèrent préalablement à la perception effective et contextuelle que tel individu peut avoir du monde. Il est évident que l’individu perçoit et évalue en termes d’utile ou nuisible, convenable ou non convenable et que ce jugement lui appartient mais ce jugement se formule à propos d’un monde qui, indépendamment de la perception que l’on peut en prendre, diffère. On distinguera donc – quand bien même se recouvriraient-elles – la différence des choses de la différence évaluée2. On parlera de différence objective ou naturelle des choses en précisant néanmoins que ces expressions doivent être utilisées avec précaution. Elles pourraient laisser croire à une indépendance à l’égard de toute perspective anthropologique, ce qui, nous le verrons, n’est pas le cas. Dans cette partie, la question est donc de préciser les caractéristiques (chapitre 5) de ce qu’il faudra bien appeler une axiologie (chapitre 4), le statut de cette axiologie par rapport au jugement auquel elle sert de critère (chapitre 6) et son rôle dans l’élaboration de la décision (chapitre 7).

Notes de bas de page

1 Cicéron, De fin., III 16-26.

2 Ce n’est pas le même vocabulaire qui est employé, la « valeur » est le premier pas d’une reformulation théorique pour le processus d’évaluation qui se formule en termes d’utile et de nuisible, et plus généralement en termes d’intérêt, comme nous l’avons montré dans le chapitre précédent.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.