Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 1

Les mots pour le dire

p. 33-40


Texte intégral

L’expression du jugement et de l’opinion

1Les notions de jugement et d’opinion s’expriment en grec et dans le corpus stoïcien hellénistique à travers les termes κρίσις1, δόγμα2, δόξα, ὑπόληψις3 – que traduisent les termes opinio et iudicio en latin –, à quoi il faudrait associer les verbes correspondants κρίνω, ὑπολαμβάνω4, δοκέ-ω, δοξάζω. Si le vocabulaire perdure globalement dans le stoïcisme impérial, deux évolutions majeures dans l’expression de l’évaluation méritent d’être soulignées : la disparition du terme δόξα et l’usage de φαντασία en ce sens. Rarement utilisé par Épictète ou Marc Aurèle5, le terme δόξα disparaît en effet du groupe de termes susceptibles de rendre compte de l’évaluation. Les quelques occurrences du terme ou bien assument un sens épistémique technique6, ou bien renvoient à la notion de « réputation » ou de « gloire »7, seule acception que ce terme prend chez Marc Aurèle8. En ce sens, la δόξα est le plus souvent relayée par δοξαριον9 et s’inscrit dans un jeu d’opposition avec son contraire ἀδοξία10. Associée à la santé et à la richesse, elle n’est ni un bien ni un mal11. Elle ne dépend pas de nous12, puisqu’elle n’est pas notre « œuvre propre »13. Associée au plaisir et à la richesse, la δόξα est l’un des moyens dont se sert le tyran pour dominer ceux qui s’y laissent prendre. Elle est recherchée, mais elle rend malheureux et misérable comme en témoignent ceux qui la possèdent14. Elle est alors associée aux charges et à la splendeur. Une opposition se fait jour entre cette réputation, liée aux richesses et aux dignités, et ce qui fait la force de l’homme15. La δόξα est l’objet d’une évaluation, un objet que la plupart estiment être un bien à rechercher16, plutôt qu’un concept renvoyant à l’activité de discrimination ou à un mode opératoire de discrimination. Sa place dans le « dispositif d’évaluation » s’inverse dans le stoïcisme impérial puisqu’elle en devient l’un des objets (ce sur quoi porte l’évaluation) au lieu d’en être l’un des instruments (ce par quoi se réalise l’évaluation).

2Quant à la φαντασία, elle renvoie chez Épictète et Marc Aurèle, à ce que l’on se représente du réel, à la manière dont on se représente les choses, au résultat d’un processus complexe impliquant une représentation perceptive et l’évaluation de la chose ou de l’événement représenté. Sens que ne prend pas le terme dans le premier stoïcisme tant qu’il n’est pas modalisé, tant que le rapport à l’action n’est pas nettement spécifié sous la forme d’une représentation impulsive. Dans la plupart de ses acceptions au sein du corpus impérial, le simple terme de φαντασία renvoie à une « opinion » sur la valeur des choses, à l’idée que l’on se fait de la valeur des choses. En ce sens elle rejoint les concepts de δόγμα et d’ὑπόληψις très employés par Épictète et Marc Aurèle qui suivent en cela leurs prédécesseurs. Les trois termes renvoient, entre autres, à un jugement de valeur, à une opinion sur la valeur des choses ou à une opinion qui s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la valeur que l’on attribue aux choses. Les trois notions se retrouvent même parfois explicitement dans un rapport de synonymie chez Épictète et Marc Aurèle. C’est le cas pour δόγμα et ὑπόληψις17, pour φαντασία et ὑπόληψις18 ou ὑπολαμβάνω19. Toutes trois oscillent alors entre l’opinion la plus inquestionnée et le jugement le plus travaillé, entre la représentation, le jugement, l’opinion que l’on a ou que l’on se fait sans en prendre conscience et la représentation, le jugement, l’opinion que l’on se fait ou que l’on se forge à partir d’une prise de conscience critique20. Parfois en revanche, l’usage dans un même texte de deux de ces notions permet de proposer quelques distinctions fines, notamment entre δόγμα et ὑπόληψις chez Épictète, δόγμα renvoyant à l’opinion efficace mais erronée du profane, ὑπόληψις à l’opinion vraie mais fragile de l’apprenti philosophe, du progressant21. À ce niveau, la phantasia semble fonctionner comme l’ὑπόληψις. Il n’en demeure pas moins que la présence de ce nouveau terme dans l’expression du processus d’évaluation et, par conséquent, l’évolution du sens que les stoïciens impériaux font subir à la φαντασία témoignent plus fondamentalement d’une certaine reconfiguration – ou du moins d’un certain déplacement – dans la compréhension et dans l’explication du processus d’évaluation dont nous traiterons dans le chapitre suivant.

Un rapport décalé et complexe entre le jugement ou l’opinion et la notion d’ἀξία

3Il n’est pas question de chercher, dans les textes stoïciens pas plus que dans la langue grecque, le décalque d’une expression comme celle de « jugement de valeur ». La notion de « valeur » s’exprime, en grec et dans le corpus stoïcien, avec le terme ἀξία, ce que le latin va traduire par pondus et par aestimabile (« ce qui a un poids digne d’estimation »)22. Mais des formules telles qu’une *κρίσις τῆς ἀξίας ou une *δόξα τῆς ἀξίας n’existent pas.

4Les notions qui expriment le « jugement » – κρίσις, δόξα, ὑπόληψις, opinio, iudicio – ne sont pas associées à ἀξία et, quand elles le sont, elles ne le sont qu’indirectement, et non pas sur le mode du complément direct. En effet, les termes qui rendent compte du jugement n’apparaissent généralement pas liés directement à ἀξία. Ils ont le plus souvent pour compléments des notions positives ou négatives qui ne s’expriment pas directement en termes d’ἀξία : l’utile (τὸ ὠφέλιμον) ou le nuisible (τὸ βλαβερόν, τὸ ἀνωφελής) et les termes qui leur sont associés23, le bon ou le bien (τὸ ἀγαθόν) et le mal ou le mauvais (τὸ κακόν). C’est le caractère structurant d’ἀξία, susceptible d’exprimer la différence des choses et leur poids, qui permettrait, en anticipant beaucoup par rapport à l’analyse du processus lui-même, de parler dans une certaine mesure de « jugement de valeur » à propos de telle opinion sur des biens et des maux.

5Quant à l’expression κατ’ ἀξίαν, elle complète certes des termes qui impliquent dans une certaine mesure un jugement, par exemple la répartition proportionnelle caractéristique de la justice qui doit être conforme au mérite de chacun24 et, dans le stoïcisme impérial seulement, le fait de se rapporter au réel25, de le désirer26 ou d’en faire usage27, l’action28, le regard que l’on porte sur les autres, quand on prend pitié par exemple29, le fait d’adhérer à un principe30. L’expression est même rattachée une fois au verbe φαντάζω31 dont on peut dire qu’il exprime le jugement de valeur. Mais l’expression κατ’ ἀξίαν renvoie d’abord et avant tout à la conformité à l’égard de la valeur des choses, ce qui est bien différent de ce que nous entendons par « jugement de valeur », lequel exprime plutôt notre avis, notre préférence.

6Par ailleurs, l’ἀξία se trouve aussi liée au jugement (κρίσις) dans un rapport de synonymie. C’est le cas dans la définition rapportée par Stobée. La δόσις, qui signifie pourtant plutôt l’action de donner ou de recevoir, et par suite ce qui est donné32, rend néanmoins compte, avec τιμή (du moins si l’on accepte la correction de Meineke33), de l’une des acceptions d’ἀξία, et se trouve en effet explicitement définie comme jugement :

La valeur se dit en trois sens (τριχῶς) ; en un sens, c’est l’évaluation (δόσις) et la valorisation (τιμή) [d’une chose] en elle-même (καθ’ αὑτό).34

Et l’évaluation (δόσις), Diogène [de Babylone] dit qu’elle est un jugement (κρίσις).35

7Ἀξία admet donc pour les premiers stoïciens, conformément aux sens que peuvent assumer ἀξία36 et τιμή37 en grec, une acception qui renvoie au processus d’évaluation, ce que semble renforcer la traduction de Cicéron par aestimatio38, qui signifie l’estimation, l’évaluation39. Aussi pourrait-on légitimement considérer l’ἀξία elle-même, de même que les termes δόσις et τιμή, comme une expression pertinente du jugement de valeur. D’autre part, les stoïciens insistent sur la personne qui attribue la valeur, une personne compétente40, experte en matière d’évaluation41, ce qui fait dans une certaine mesure référence au processus par lequel on détermine ou on établit la valeur – dans ce cas une valeur d’échange. La notion d’ἀξία semble donc bel et bien faire référence elle-même ou de biais à un processus d’évaluation. Pourtant, cette acception d’ἀξία n’est pas en usage dans le corpus stoïcien42. Quant à la δόσις qui est censée la relayer dans cette acception, elle n’est elle-même présente en ce sens que dans ce même passage définitionnel. Parmi les six occurrences du terme chez Chrysippe, deux se retrouvent dans la définition à laquelle nous faisions référence et les quatre autres se rencontrent dans un autre passage de Stobée où le terme n’a pas tant le sens de processus d’évaluation que celui de « don »43. Et τιμή fait pour sa part davantage référence au devenir pratique – sous la forme d’un don matériel ou d’une attitude – d’un processus qui doit en outre être compris comme valorisation plus que comme évaluation, ce que l’on traduit par « honneur », « récompense »44. Par ailleurs, si aestimatio semble promouvoir une dimension active d’ἀξία, et fournir un véritable concept susceptible de rendre compte du processus d’évaluation, il convient de prendre en compte l’influence réciproque des deux concepts et l’effet d’une acception non active d’ἀξία sur aestimatio. L’aestimatio se comporte en effet comme l’ἀξία au sens de « valeur » puisqu’elle est elle-même, dans certains passages, quantifiée45 ou qu’elle s’inscrit dans une problématique relative à la quantification46. La rencontre entre les deux univers linguistiques et culturels infléchit le sens de chacune des deux notions : l’ἀξία se trouve traduite par un terme, aestimatio, qui exprime le processus de valorisation et, inversement, ce terme se comporte comme une acception non active d’ἀξία puisqu’il se trouve quantifié. Aussi peut-on affirmer que si ἀξία et ses relais – δόσις, τιμή, aestimatio – peuvent théoriquement rendre compte du processus d’évaluation, les stoïciens n’utilisent pas ces termes. Les termes ἀξία et aestimatio se trouvent, dans l’usage, cantonnés à l’expression de la différence des choses, leur poids et tout particulièrement la différence de certaines réalités en fonction de leur conformité à la nature, des choses qui sont qualifiées par le fait qu’elles possèdent une certaine valeur positive ou négative en fonction de leur rapport à la nature et que les premiers stoïciens appellent des « préférables » ou des « dépréférables »47. En ce qui concerne les verbes correspondant aux termes qui expriment la valeur au sens de « prix » d’un côté ou d’« honneur » de l’autre, ἀξιό-ω sert davantage de verbe introducteur pour exprimer qu’untel pense ceci ou cela sans insister véritablement sur le processus d’évaluation48. Τιμά-ω renvoie pour sa part à un type d’évaluation bien particulier ou plutôt au traitement qui découle d’une valorisation positive49. Associé au verbe épidictique ἐπαίνω, il exprime la reconnaissance de la qualité d’un individu, autrement dit le fait de « récompenser », et il s’oppose à κολάζω qui signifie « châtier » et qui est pour sa part lié au fait de blâmer (ψέγω)50. Ces verbes n’expriment donc qu’un aspect très spécifique de l’évaluation.

Le destin contrarié de δοκιμασία

8La notion de δοκιμασία, qui semble très bien rendre l’idée d’évaluation, n’est pas attestée chez les premiers stoïciens. Le verbe δοκιμάζω que l’on traduit généralement par évaluer51 est pour sa part rarement employé52 et, en tant que verbe conjugué, il n’a pas d’usages significatifs dans la perspective qui est la nôtre : il est la plupart du temps employé dans des contextes logiques53 ou bien par les doxographes comme un verbe introducteur pour rendre compte de ce que « pensaient », « jugeaient », « estimaient » comme vrai les stoïciens54. Ses occurrences sous forme participiale – trois au total – désignent l’homme compétent, celui qui sait évaluer, le δοκιμαστής55, ou bien les choses en tant qu’elles sont évaluées56, et non le processus lui-même impliqué dans ces acceptions. Ce n’est qu’avec Épictète et Marc Aurèle que δοκιμασία, δοκιμάζω – et dans une moindre mesure δόκιμος57 – admettent un sens technique. Mais ils sont alors davantage réservés à un usage spécifique et spécifiquement impérial, qu’ils partagent avec κρίνω et διακρίνω : l’examen de ses représentations, associé à leur bon usage58.

 

9Nous disposons donc de plusieurs foyers de notions pour exprimer l’évaluation et l’appréciation. Nous avons premièrement affaire à des substantifs et à des verbes qui expriment le jugement et l’opinion : δόγμα-δόξα / δοκέ-ω / δοξάζω, ὑπόληψις / ὑπολαμβάνω, κρίσις / κρίνω, à quoi Épictète et Marc Aurèle ajouteront la φαντασία, ce qui implique tout à la fois un élargissement du sens donné à la notion et une série de déplacements dans la manière de comprendre le processus d’évaluation. Ces verbes et ces substantifs qui expriment le jugement ou l’opinion n’ont pas directement pour complément le terme ἀξία mais plutôt l’utile et le nuisible. En revanche, l’ἀξία, modalisée par les prépositions κατά ou παρά, se trouve associée à des termes qui expriment de façon plus générale le rapport de visée ou l’intention que l’humain entretient avec la valeur des choses, et cela dans les termes du conforme ou du non-conforme. Nous disposons aussi de verbes formés sur des substantifs qui renvoient à la valeur mais qui n’expriment qu’un aspect très spécifique de l’évaluation. Cela fait en dernière instance référence à un seul et même processus, dont il convient à présent de rendre compte et qui relève d’une réflexion sur le jugement ou l’opinion et la manière dont ils se forment.

Notes de bas de page

1 Outre une acception proprement juridique et le sens de « séparer, trier », κρίσις, dérivé de κρίνω, en vient à signifier « choisir, trancher, décider » et « estimer, juger ».

2 C’est l’un des dérivés de δοκέ-ω. Le terme renvoie en premier lieu à « ce qui paraît à quelqu’un », ce qui donne par suite les sens d’« opinion », « principe », « doctrine », mais également de « jugement » et de « décision » où se reconnaît le sens propre que le Bailly attribue à ce terme mais que ne mentionne pas expressément le LSJ ni le DELG : « ce qui semble bon », « ce qui a été considéré comme devant être fait ». Ce sens est dérivé du double foyer actif du verbe δοκέ-ω qui oscille entre croire, imaginer, être intimement convaincu (de quelque chose, sans nuance axiologique) et trouver ou estimer bon que ou de, où la dimension axiologique est manifeste. À la limite, les sens de « principe » ou « doctrine » et de « jugement de valeur » sont dans un rapport de réciprocité : le principe, c’est ce qu’il nous semble bon de croire, de prendre pour guide, le jugement accepté. Les deux nuances du verbe se recoupent également dans une certaine mesure et les deux acceptions intéressent la question axiologique. Le sens du verbe oscille en effet entre « sembler être » et « sembler être bon ». Or la croyance sur le réel peut être une croyance axiologique qui serait de fait associée à l’action (telle chose me semble être un bien). Le substantif oscille entre une dimension originelle (tel jugement porté singulièrement) et une dimension rétroactive (la réappropriation d’une opinion que l’on juge bon de croire : le principe). Le verbe oscille entre un jugement de type prédicatif qui porte sur la nature du réel (telle chose est X) et un jugement de type pratique qui porte sur l’opportunité de mon action (il est bon de). Mais l’un et l’autre aspect peuvent être travaillés par la dimension axiologique : le principe est quelque chose que l’on a jugé bon de croire ; considérer que telle chose est un bien, un mal, etc.

3 Dérivé d’ὑπολαμβάνω, ὑπόληψις admet deux foyers de sens en grec : la notion de conséquence, qui donne les acceptions « réponse », « réplique », et d’autre part la notion de conception, qui donne « supposition » mais également « opinion bonne ou mauvaise » à propos d’une personne ou d’une chose.

4 Composé de λαμβάνω, « prendre », avec les emplois particuliers de « recevoir, posséder, gagner, comprendre », le verbe ὑπολαμβάνω signifie pour sa part « prendre par en dessous, supposer ». Dans le DELG II, p. 616, sv. λαμβάνω, Pierre Chantraine insiste sur la distinction entre ce verbe et αἱρέω, qui signifie également « prendre » mais au sens d’« enlever, supprimer ».

5 Chez Épictète, on rencontre 11 occurrences, dont 3 dans les fragments, et chez Marc Aurèle, 15 occurrences.

6 Épictète, Diss., II 6, 1. C’est, avec la science (ἐπιστήμη) et l’erreur (ἀπάτη), l’un des trois modes du jugement (κρίσις).

7 Épictète, Diss., II 9, 16 ; II 19, 32 ; III 22, 29 ; III 24, 71 ; III 26, 34 ; Man., 1.

8 Toutefois le passage de P, VII 68 apparaît comme un cas limite puisqu’il s’agit de ce que l’on paraît en fonction de l’opinion que les autres ont de nous. Δόξα pourrait par conséquent renvoyer à un processus d’appréciation du réel.

9 Épictète, Diss., I 18, 22 ; II 22, 11 ; III 22, 13 ; IV 8, 39 ; Man., 18.

10 Notamment chez Marc Aurèle, en P, II 11, 2 ; IX 1, 4 ; VIII 14, 1. Chez Épictète, on en dénombre 6 occurrences dont une dans les fragments (I 24, 6 ; I 30, 2 ; II 1, 10 ; 36 ; II 19, 18 ; fr. 21, 7 Schenkl), mais elles ne sont pas explicitement mises en rapport avec ἀδοξία.

11 Épictète, Diss., II 9, 16.

12 Épictète, Diss., II 19, 32 ; Man., 1.

13 Épictète, Man., 1.

14 Épictète, Diss., III 22, 29.

15 Épictète, Diss., III 26, 34.

16 Épictète, Diss., III 22, 29. Elle peut prendre aussi le sens, apparenté au sens épistémologique, d’apparence et c’est l’association avec la vérité qui est exigée. Voir les sentences 28 et 30 attribuées à Épictète et recueillies par Stobée. Sur ce point, Épictète, Entretiens, fragments et sentences, R. Muller trad., Paris, Vrin, 2015, p. 476 et suiv.

17 Épictète, Diss., I 11, 33.

18 Épictète, Diss., II 22, 6 ; Marc Aurèle, P, X 3.

19 Épictète, Diss., II 22, 5-7.

20 Le texte II 9, 16 des Entretiens témoigne de ce passage entre une représentation que l’on a et le jugement personnel qu’il convient de se faire.

21 Épictète, Diss., III 16, 7-11.

22 Cicéron, De fin., III 20 = SVF III, 143. Voir l’annexe 1.

23 Avantageux (συμφέρον, χρήσιμον), approprié (οἰκεῖον), convenable (καθῆκον, πρέπον), apparentés à l’utile du point de vue stoïcien, et, à l’inverse, désavantageux (ἀσύμφον, δύσχρηστον), non approprié (ἀνοίκειον), associés au nuisible.

24 Entre autres Stobée, II 63, 6 W = SVF III, 280 ; Andronicos, Περὶ παθῶν, II, chap. 2, 1, 7 (p. 19 Schuchardt) = SVF III, 266  ; Marc Aurèle, P, I 16, 1 ; IV 10, 1.

25 Marc Aurèle, P, III 11, 3 (συστοχάζομαι) ; P, XI 18, 2 (προσφέρω).

26 Épictète, Diss., IV 1, 170 (ἐπιθῡμέω).

27 Marc Aurèle, P, VIII 29, 1 ; VIII 43, 1 (χρῶμαι).

28 Marc Aurèle, P, XII 1, 1 (ὁρμή, πράσσω).

29 Épictète, Diss., IV 6, 19 (ἐλεοῦμαι).

30 Épictète, Diss., I 3, 1 (συμπαθέω).

31 Épictète, Diss., III 22, 80.

32 LSJ, s. v. δόσις : 1) « giving, licence, permission » ; 2) « portion ».

33 Dans le texte que nous citons ci-dessous, τιμὴν est une correction proposée par Meineke pour τὴν.

34 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, t. II, p. 83, 10-12 W = en partie SVF III, 124 (= SVF III, Ant., 52) = LS 58D, notre traduction.

35 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, t. II, p. 84, 4 W = en partie SVF III, 125 (= SVF III, D. B. 47), notre traduction.

36 LSJ, s. v. ἀξία : « estimation du prix d’une chose, opinion ». La préposition κατά intervient très souvent dans ce contexte.

37 LSJ, s. v. τιμή, qui, outre l’acception de « prix », signifie « appréciation », « évaluation » ; c’est même son acception principale à partir de Platon. Voir Platon, Gorgias, 497b. Pour une analyse de cette notion chez Platon, on se reportera à Olivier Renaut, Platon, la médiation des émotions : l’éducation du « thymos » dans les dialogues, Paris, Vrin, 2014, chap. 1.

38 Cicéron, De fin., III 20 = SVF III, 143 et III 34 = SVF III, 72 = LS 60D. Voir l’annexe 1.

39 OLD, s. v. aestimatio.

40 DL VII, 105-106 = SVF III, 126 (ὁ ἐμπείρος). Voir l’annexe 1.

41 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, t. II, p. 83, 12-13 W = en partie SVF III, 124 (= SVF III, Ant., 52) = LS 58D (δοκιμαστής). Voir l’annexe 1.

42 Le non-usage d’ἀξία pour rendre compte du processus d’évaluation se trouve confirmé chez Épictète et Marc Aurèle. Δόσις apparaît une seule fois chez Épictète (Diss., II 22, 30), où le terme prend effectivement le sens d’estimation, et une fois chez Marc Aurèle (P, IV 19, 1) où il garde en revanche le sens courant et littéral de « don ».

43 Stobée, Eclog. II, 7, 11k, t. II, p. 105, 11-23 W = SVF III, 684. Arthur J. Pommeroy (Arius Didymus, Epitome of Stoic Ethics, Atlanta, Society of Biblical Literature, 1999) traduit d’ailleurs avec raison par « contribution ».

44 Voir en ce sens Alexandre d’Aphrodise, Traité du destin, 35 (= p. 207, 4 Bruns) = SVF II, 1003 ; également SVF II, 1004 ; SVF III, 229a ; SVF III, 358. Une acception expressément judicative est cependant attestée chez Épictète, τιμή renvoyant à la valorisation de quelque chose et, plus précisément, à une survalorisation illégitime (Diss., IV 4, 1) et, chez lui comme chez Marc Aurèle, le terme renvoie au comportement associé à une valorisation légitime (P, I 17, 4 ; VI 16, 5) ou bien à la manière dont le dieu en use avec l’homme (Diss., I 29, 49). Mais dans la majeure partie des occurrences, le terme prend bien le sens usuel d’« honneurs » que l’on reçoit ou que l’on désire avoir, le plus souvent assimilés à une vaine gloriole.

45 Cicéron, De fin., III 51 ; 53 = SVF III, 129 ; 130 ; Ac. post., I, 36-37 = SVF I, 191 ; 193. Sur ce point, voir Thomas Bénatouïl, La pratique du stoïcisme : recherche sur la notion d’usage (khrèsis) de Zénon à Marc Aurèle, thèse de doctorat, Université Paris 12, 2002, p. 524, note 318.

46 Cicéron, De fin., III 34 = SVF III, 72 = LS 60D.

47 Ce néologisme, qui s’inspire de la traduction d’Arthur J. Pommeroy (Arius Didymus, ouvr. cité), a l’avantage de maintenir le parallèle qui existe dans le couple grec προηγμένα/ἀποπροηγμένα (contrairement à la traduction par « choses à rejeter ») et il garde la connotation répulsive (ce que ne permet pas la traduction par « non préférable »). Ces notions seront explicitées par la suite.

48 Le verbe est très rarement employé par Épictète et Marc Aurèle et il ne prend que deux fois un sens expressément judicatif (Man., 51, 1), assumant plus volontiers le sens de « vouloir » chez Marc Aurèle (P, XI 18, 6) et de « prétendre » chez Épictète (Man., 34, 3 ; 25, 2 ; Diss., II 1, 5).

49 Dans le stoïcisme impérial, le verbe τιμά-ω exprime très souvent, comme θαυμάζω qui est, avec son adjectif θαυμαστός, très usité, la fascination illégitime que la plupart éprouvent à l’égard des indifférents.

50 Voir à ce propos Alexandre d’Aphrodise, Traité du destin, 37 (p. 210, 14 Bruns) = SVF II, 1005.

51 LSJ, s. v. δοκιμάζω.

52 On compte seulement 9 occurrences, dont 3 participes substantivés qui désignent celui qui a la capacité d’évaluer, l’homme compétent en matière d’évaluation.

53 Sextus Empiricus, Adv. math., XI, 182 = SVF II, 97.

54 Plutarque, De stoic. rep., XVII, 1041E = SVF III, 69.

55 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, t. II, p. 83, 12-13 W = en partie SVF III, 125 (= SVF III, D. B. 47), texte cité ci-dessus, et II, 7, 7f, p. 84, 6 W = en partie SVF III, 125.

56 Stobée, Eclog., II, 7, 7f, p. 84, 7 W = en partie SVF III, 125 (= SVF III, D. B. 47), texte cité dans l’annexe 1.

57 Chez Épictète, l’adjectif δόκιμος est employé une fois de façon non technique pour rendre compte d’un homme important « estimé » dans sa cité (Diss., II 12, 22), mais les trois occurrences qui interviennent dans un contexte ayant trait au maniement de la monnaie (Diss., I 7, 6-7) permettent de donner une comparaison pour les précautions à prendre dans l’usage du raisonnement, ce qu’exprime également Diss., III 3, 16 sans recourir à une comparaison explicite. Il s’agit de rendre compte d’un aspect de l’usage des représentations.

58 Voir Thomas Bénatouïl, Les stoïciens, tome III, Musonius, Épictète, Marc Aurèle, Paris, Les Belles Lettres, 2009, chap. 3.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.