Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 31-32


Texte intégral

1L’enjeu de cette partie est de comprendre à quelles notions, à quels processus psychiques et à quelles pratiques on fait ou peut faire référence en parlant d’« évaluation » et de « jugement de valeur » à propos de la pensée stoïcienne, autrement dit quels éléments contribuent à rendre lisibles pour nous la manière dont les stoïciens réfléchissent à l’opération de différenciation du monde effectuée par l’homme, la manière dont ils rendent compte du comportement de l’homme en tant qu’il distingue des choses qui valent peu ou beaucoup, positivement ou négativement, les manières d’exprimer cette différence du point de vue de celui qui opère une différenciation pratique du réel. Cette précision est importante, elle implique que nous n’aborderons pas dans cette partie l’axiologie stoïcienne. Nous envisagions dès l’introduction une reconstruction du « dispositif d’évaluation » stoïcien. Celle-ci passe au préalable par une reconstruction plus fondamentale qui concerne le processus d’évaluation lui-même. Cela impliquera une certaine lecture volontairement partielle de certains textes et une déconstruction de certaines thématiques, notamment à propos des exposés qui traitent du comportement naturel – c’est-à-dire correct – du vivant en général et humain en particulier. Il s’agit dans cette première partie d’envisager les termes par lesquels les stoïciens rendent compte du processus de discrimination, les modalités de ce processus et, enfin, les pratiques caractéristiques qui se fondent sur l’évaluation et qui réciproquement l’expriment. Les termes de « jugement de valeur » et d’« évaluation » doivent en effet être compris comme des approximations heuristiques pour interroger les textes à partir de « coups de sonde »1, en essayant de pratiquer à bon escient ce que Nicole Loraux qualifiait d’« anachronisme contrôlé »2. Il n’est pas question de chercher une pratique équivalente à la promotion d’idées, d’opinions ou de systèmes normatifs alternatifs. Cela, c’est la forme que prend pour nous aujourd’hui le « jugement de valeur », que nous opposons généralement aux « jugements de fait »3. Il n’est pas question de présupposer, à l’endroit des stoïciens, une telle opposition entre jugements de valeur et jugements de fait. Nous aurons même à montrer, au cours de cette enquête, qu’ils se recouvrent dans une certaine mesure – ou du moins le devraient.

Notes de bas de page

1 Nous faisons référence à une stratégie d’analyse propre à Jean-Pierre Vernant qu’illustre notamment son enquête sur la notion de « travail » dans « Aspects psychologiques du travail dans la Grèce ancienne » [1956], Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, Maspero, 1965, p. 219-225.

2 Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire », Le Genre humain, no 27, 1993, p. 23-29.

3 Émile Durkheim, « Jugements de valeur et jugements de réalité », Sociologie et philosophie, Paris, PUF, 1924, p. 90-109. Il s’agit d’une communication prononcée au congrès international de philosophie de Bologne, à la séance générale du 6 avril, et publiée dans un numéro exceptionnel de la Revue de métaphysique et de morale du 3 juillet 1911.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.