Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

2. L'enquête ou le théâtre de relations sexuées

Introduction

Complicités, résistances, façades

Texte intégral

1À la lecture des récits d’enquête, certains termes apparaissent de manière récurrente sous la plume des auteur(e)s. Il s’agit des mots exprimant le lien ou les liens, de marqueurs relationnels parlant d’empathie, de complicité, de connivence, de masques et autres façades. Sur ce point, les interactions sexuées peuvent être interprétées à la lumière des concepts désormais classiques du sociologue Erving Goffman (1973). Jusqu’où les identités sexuées et les rapports sexués sont-ils mis en scène dans ce travail particulier formé par l’enquête qualitative ? Comment définir les contours du cadre scénique des expressions de la virilité et de la féminité ? Les éléments dont nous disposons dans les textes ne nous permettent pas de tester avec suffisamment de force la pertinence de l’hypothèse scénique. Il est néanmoins possible d’en suivre quelques implications, concernant plus particulièrement le cadre matériel, les acteurs et leurs apparences.

  • 1 Dans son enquête, P. Combessie est invité par certaines de ses informatrices à les accompagner dans (...)
  • 2 I. Mallon s’est heurtée à la difficulté d’explorer les espaces masculins des maisons de retraite, l (...)
  • 3 C’est parfois l’évocation d’un thème fortement identifié en matière de division sexuelle du travail (...)
  • 4 P.-N. Denieuil note que la relation indigène femme-femme « est très favorable pour recueillir des d (...)
  • 5 A. Jeanjean est aidée par une technicienne plus âgée qui lui indique parfois comment se « comporter (...)
  • 6 M. Bessin et M.-H. Lechien l’ont ressenti, les connivences avec des détenus peuvent s’effondrer bru (...)
  • 7 L’exercice du métier policier est par exemple traversé par des enjeux fortement sexués. G. Pruvost (...)
  • 8 Dans le cas de G. Pruvost, il n’a guère été possible de produire des connaissances sur l’entre-soi (...)
  • 9 Sur certains terrains certes, la question ne semble même pas se poser : I. Mallon ne ressent pas la (...)
  • 10 A. Jeanjean reçoit différents conseils en fonction des scènes occupées. Pour descendre dans les égo (...)
  • 11 Poussée par les femmes elles-mêmes, J. Stevanovic finit en bleu de travail, l’usage s’attachant à f (...)
  • 12 A. Saouter fournit un exemple de femme contrainte de travailler ses comportements pour se fondre da (...)
  • 13 M. Bessin et M.-H. Lechien ont remarqué que la surpolitesse en milieu carcéral peut renvoyer à « la (...)

2Une scène se déploie nécessairement dans un cadre matériel. Il ne saurait en être autrement pour les scènes sexuées. De fait, la confiance se développe plus facilement dans certains contextes, non des lieux définis une fois pour toutes, mais ajustés à la démarche d’enquête et aux positions relatives des acteurs qui s’y produisent, des lieux plus ou moins choisis/subis par les enquêté(e)s, par les enquêteur(trice)s aussi1. Lorsque des interlocuteurs ou interlocutrices potentiel(le)s ne se sentent pas ou plus à l’aise sur un terrain, fût-il le leur, la situation peut toujours basculer en défaveur de l’enquêteur ou enquêtrice poussé(e) malgré lui ou elle à quitter un territoire peu accueillant2. Les lieux ne déterminent cependant pas tout3. Le sexe des acteurs qui évoluent sur la scène pèse sur la définition du cadre. Les textes regorgent d’exemples attestant l’existence de complicités soutenues par l’identité sexuelle4 – tout comme d’autres formes de liaisons sont favorisées par la proximité sociale ou la proximité culturelle ou raciale… L’altérité/identité influence les formes mêmes des interactions, le tutoiement peut par exemple s’imposer plus facilement entre femmes, entre hommes. Les échanges sur terrains homosexués peuvent aussi conduire les enquêté(es) à conseiller l’enquêteur(trice), ou à se confier plus aisément5. Cependant, la caractérisation des liens de complicité homosexués et hétérosexués ne va pas de soi. Une relation homosexuée peut toujours basculer de la connivence à la rupture plus ou moins momentanée6. Et une relation hétérosexuée ne se heurte pas systématiquement à des difficultés accusées, même si sur certains terrains homosexués, le fait d’être de l’autre sexe que les enquêté(e)s s’avère parfois très contraignant et pèse sur la conduite du travail sociologique7. On peut penser que certains points aveugles dans les enquêtes résultent de ces configurations toujours complexes8. Enfin, les relations sexuées reposent sur des jeux d’apparence, sur des expressions scéniques de virilité et de féminité plus ou moins pensées par les enquêteur(trice)s, plus ou moins imposées par les enquêté(e)s9. Quand les investigations de l’enquêteur, ou de l’enquêtrice, conduisent sur des terrains où il(elle) ne passe pas inaperçu(e) du fait de son sexe, un passage maîtrisé par le vestiaire s’impose parfois, pour bâtir et entretenir la confiance10. Sur le plan vestimentaire, les raisons pratiques n’expliquent pas tout, car s’il paraît par exemple utile d’enfiler une tenue adaptée pour suivre la piste des égouts ou traquer un(e) délinquant(e), d’autres usages renvoient à une argumentation bien différente11. Sur le plan des sociabilités, l’enquêteur ou enquêtrice doit aussi faire un effort d’adaptation12. L’identification d’un sentiment de gêne13 peut refléter l’absence de repères complètement tranchés. On regrette à ce titre que la palette des contributions de ce livre ne permette pas d’explorer plus précisément les efforts d’adaptation d’enquêteurs en milieu féminin.

3Quatre contributions nous guident sur la scène et dans les coulisses sexuées de la recherche. Leurs apports débordent cette question déjà complexe en laissant sourdre des interrogations sur des aspects plus précis du travail de terrain. Ainsi sont également au cœur des enquêtes les conditions d’investigation en milieu clos (Stevanovic, Bessin et Lechien), le choix de vêtements (Stevanovic, Pruvost), des processus d’initiation (Stevanovic, Jeanjean), le statut des blagues sexistes comme marqueurs de l’état de la relation à l’enquêtrice (Pruvost, Jeanjean), l’enjeu des positionnements culturels et sociaux des enquêteurs ou enquêtrices (Bessin et Lechien, Jeanjean), la place aussi des appartenances institutionnelles de l’enquêtrice (Jeanjean).

Bibliographie

Goffman Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1, La présentation de soi, t. 2, Les relations en public, Paris, Minuit.

Notes

1 Dans son enquête, P. Combessie est invité par certaines de ses informatrices à les accompagner dans des espaces dédiés aux pratiques échangistes.

2 I. Mallon s’est heurtée à la difficulté d’explorer les espaces masculins des maisons de retraite, les espaces de jeux en particulier. Elle devra renoncer à ces cadres scéniques par trop réservés aux sociabilités masculines.

3 C’est parfois l’évocation d’un thème fortement identifié en matière de division sexuelle du travail et d’attentes de rôles qui libère la parole. La position de femme d’A. Saouter a favorisé certaines confessions sur les relations entre les hommes et la vie de couple, mais aussi sur les liens des joueurs à leurs mères, à travers l’évocation de l’entretien du linge sali lors des matchs. Et dans le cadre de l’observation des toilettes, I. Mallon a constaté que l’appartenance sexuée forme le ressort d’une complicité avec les femmes et les hommes « tant le lavage des corps apparaît comme un rôle féminin traditionnel ».

4 P.-N. Denieuil note que la relation indigène femme-femme « est très favorable pour recueillir des discours de femmes sur les hommes ». J. Stevanovic constate la complicité pouvant réunir des femmes isolées en mer dans un milieu masculin. L. Guyard remarque que le fait d’être une femme quand on enquête sur la gynécologie constitue un atout. Perçue comme une confidente, S. Bigot devient quant à elle la « bonne copine » dans la mesure où, « entre femmes, on peut se comprendre ».

5 A. Jeanjean est aidée par une technicienne plus âgée qui lui indique parfois comment se « comporter ». Au cœur d’une prison d’hommes, M. Bessin remarque que la connivence virile est supposée « d’emblée partagée », ce qui lui a permis de recueillir des témoignages sur des problèmes intimes (hémorroïdes, prostate, déficience érectile) qui auraient sûrement été plus difficiles d’accès à M.-H. Lechien.

6 M. Bessin et M.-H. Lechien l’ont ressenti, les connivences avec des détenus peuvent s’effondrer brutalement lorsque l’enquêteur ou enquêtrice est vu(e) en compagnie du directeur de la prison. Et s’il met à certains moments l’accent sur les soubassements sexués de l’empathie, P.-N. Denieuil développe de manière détaillée la complexité des situations envisageables qui croisent « des clivages de statut ».

7 L’exercice du métier policier est par exemple traversé par des enjeux fortement sexués. G. Pruvost ne peut pas assister à des fouilles d’hommes. Elle subit également la « règle de dissémination des femmes », qui sont réparties dans des équipes masculines.

8 Dans le cas de G. Pruvost, il n’a guère été possible de produire des connaissances sur l’entre-soi féminin, la sociologue n’ayant pu développer des relations de camaraderie avec les policières, un peu comme A. Saouter qui ne pouvait trop se rapprocher des groupies, sous peine de perdre la confiance des hommes.

9 Sur certains terrains certes, la question ne semble même pas se poser : I. Mallon ne ressent pas la nécessité de faire un effort, tant sa présence peut sembler « banale » dans les lieux investis, qu’il s’agisse des chambres des résidents ou des espaces professionnels, tous marqués du sceau du féminin.

10 A. Jeanjean reçoit différents conseils en fonction des scènes occupées. Pour descendre dans les égouts, on lui recommande de ne pas porter de jupe. À l’inverse, lors de repas professionnels, les hommes l’invitent à jouer la carte de la féminité. G. Pruvost devra également adapter son apparence pour répondre aux codes virils du milieu policier, ce qui n’aurait pas été possible si elle avait arboré la figure de la coquette ou de la mère de famille. Elle exhibe aussi des qualités masculines en faisant du tir, en travaillant de nuit…

11 Poussée par les femmes elles-mêmes, J. Stevanovic finit en bleu de travail, l’usage s’attachant à faire des « femmes des marins comme les autres (entendez des hommes) ». En mer, l’enquêtrice joue le jeu pour gagner la confiance. Mais symétriquement, sur la scène terrestre, elle assurera un rôle de conseil des femmes officiers.

12 A. Saouter fournit un exemple de femme contrainte de travailler ses comportements pour se fondre dans le milieu du rugby. L’ethnologue doit partager l’intimité sportive et festive des joueurs, se montrer capable de parler rugby, afficher sa capacité à boire pour s’intégrer, entendre des histoires grivoises, effacer partiellement sa féminité et se viriliser, mais elle doit s’adapter dans certaines limites qu’elle identifie progressivement. A. Jeanjean est quant à elle conduite par ses interlocuteurs cadres à adopter une posture d’initiée. Elle doit se conformer aux valeurs collectives, aux conditions de travail dans les égouts et aussi aux manières de table et de boire. Elle doit montrer qu’elle n’a pas « froid aux yeux » et participer aux plaisanteries à caractère sexuel.

13 M. Bessin et M.-H. Lechien ont remarqué que la surpolitesse en milieu carcéral peut renvoyer à « la gêne que suscitent les interactions où nous sommes précisément renvoyés à notre genre ».

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site