Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

1. L'enquête sous contrainte relationnelle : établir et entretenir la confiance

Rencontre d’un chercheur étranger et d’entrepreneures tunisiennes

Pierre-Noël Denieuil

Texte intégral

Encadré méthodologique
 

J’ai réalisé entre 1992 et 1995 une série d’enquêtes sur les femmes entrepreneures en Tunisie. Face à la difficulté de recueillir des informations statistiques sur ce sujet, je décidai de m’appuyer sur des témoignages qualitatifs et des récits de vie. Par « femmes entrepreneures », j’entends des personnes qui assument la charge d’une unité économique de production ou de commercialisation, quelle que soit sa taille ou sa structure. Mon but n’était ni de comparer hommes et femmes (en étudiant les deux entrepreneuriats), ni de rencontrer la femme et son mari (en me centrant sur les femmes entrepreneures et leurs familles). Mon travail participait plutôt d’une sorte de discrimination positive, qui suscitait en général un accord enthousiaste de la part des femmes de l’échantillon, puis de la curiosité, ainsi qu’un amusement machiste de la part des rares hommes rencontrés (anciens entrepreneurs, institutions, personnes ressources consultants).
 

J’ai rencontré 40 entrepreneures. Lors de la constitution de l’échantillon réalisée avec l’aide de Sihem Najar, chercheure au CREDIF, j’ai exprimé mes principaux souhaits concernant les secteurs d’activités pressentis, les générations et les zones géographiques à cibler : 10 personnes ont été sélectionnées à partir des fichiers du CREDIF ; et 30 autres femmes ont été recrutées à partir de la méthode dite réputationnelle. Des chercheures du CREDIF ont pris les premiers contacts à Tunis. Pour les contacts provinciaux et notamment ceux de la ville de Sfax, je m’en suis remis à ma collègue Riadh Zghal avec laquelle je travaillais depuis près de quinze ans. Ces chercheures constituèrent mes principaux relais pour démarrer cette enquête.
 

Le panel des enquêtées a couvert les grands groupes et sociétés, la moyenne et la petite production, l’artisanat et la microentreprise, les petits métiers, l’auto-emploi et le secteur informel. J’ai retenu des secteurs traditionnellement occupés par les femmes (commerce, alimentation, couture…), ainsi que de nouveaux métiers dans les services (nouvelles technologies, marketing expertise, décoration, publicité, etc.) investis largement par les femmes dans les dernières années.
 

Mon protocole d’enquête a été thématique et non directif. Les questions ont été formulées de manière ouverte. Le contenu des entretiens a porté sur les motivations et les premières étapes ; les difficultés et les obstacles rencontrés ; l’environnement économique et le marché ; le fonctionnement interne de l’entreprise et la gestion des ressources humaines ; les représentations de la logique entrepreneuriale et le débat sur l’accès des femmes à l’entrepreneuriat, à l’argent et à la formation ; les qualités d’entrepreneuriat appliquées aux femmes en matière de gestion et de solidarité ; la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle ; la place et le rôle de l’entrepreneur dans la société tunisienne ; le bilan personnel et les ambitions pour l’avenir. J’ai rassuré chaque fois la personne sur l’anonymat de l’étude et sur le fait qu’elle serait informée des résultats. J’ai de même insisté sur le fait que la recherche déboucherait sur des présentations pragmatiques, afin de l’inscrire dans l’utilité sociale et dans l’action. La facilité de communication avec mes enquêtées s’est certainement répercutée sur les conclusions de ma recherche, orientées vers une volonté de légitimation des pratiques professionnelles et familiales des femmes entrepreneures tunisiennes. Cette recherche et sa publication (2005) ont défendu l’hypothèse que les logiques et la culture des femmes entrepreneures diffèrent de celles des hommes. Les femmes transforment le contrôle social en ressources : dans leurs manières de jongler entre obligations familiales et professionnelles ; en combinant les alliances avec les frères ou les enfants, ou en associant le mari rival ; en s’appuyant, plus que les hommes, sur les réseaux et les proximités sociales. Puis j’ai mis en évidence que la femme entrepreneure, paradoxalement, est portée par les valeurs du père, qui lui transmet le sens de l’initiative, du bricolage, de la confiance en soi, contre les valeurs de la mère et de son ordre symbolique de gardienne d’une éducation privilégiant le garçon. Enfin, le dernier enseignement de ce travail fut de montrer comment la femme chef d’entreprise s’impose en Tunisie comme un nouvel acteur social, entre tradition et modernité, initiatrice d’un changement de société et promotrice d’un nouvel espace de mixité.
 

S’il est indéniable que mes thèses sur l’influence du père dans le projet entrepreneurial de sa fille sont liées à mon « point de vue d’homme », il n’en demeure pas moins que cette sensibilité de genre m’a servi de révélateur compréhensif face à mon objet. Néanmoins d’autres influences de ma subjectivité, cette fois non directement liées à mon sexe, ont pu interférer, comme mon degré d’engagement social. J’aurais pu appréhender la question des femmes par référence à la domination de classe ou à la stratégie macropolitique. Mon propos présentait plutôt la femme comme un acteur social (B’chir 2007) émergent et venant consolider en Tunisie une société de mixité.

 

  • 1 Ces enquêtes débouchèrent sur la publication de deux ouvrages (Denieuil 2001, 2005).

1Dans le cadre de mes recherches sur l’entrepreneuriat tunisien, il m’a souvent été demandé mon avis sur la question émergente en Tunisie dans les années 1990 des femmes entrepreneures. J’ai donc réalisé une série d’enquêtes qualitatives auprès de 40 femmes chefs d’entreprise1. Ces enquêtes ne s’inscrivaient pas dans un projet délibéré de travailler sur la question des femmes. Je n’avais auparavant jamais été engagé dans des travaux sur le genre. Il s’agissait plutôt de continuer un travail amorcé en 1987 sur la Tunisie, à la demande d’un ami ethnologue – Robert Jaulin –, et d’un urbaniste tunisien – Moncef Bouchrara. Nous avions le souci de produire une connaissance sur ce que l’on nommait l’ethno-industrialisation tunisienne, c’est-à-dire l’implication dans un projet de développement de ressources sociales et économiques géographiquement localisées et d’une communauté d’appartenance et de valeurs collectivement partagées. L’objectif a d’abord été de faire un état des lieux des petites entreprises implantées dans la « ville-entreprise » de Sfax, nationalement connue pour son développement économique et ses réseaux d’entrepreneurs, et de mesurer l’effet d’entraînement induit par le milieu (Denieuil 1992). Entre 1992 et 1995, cette recherche s’est étendue à la région du Sahel (Sousse/Monastir). Dans ce cas, l’objectif portait plus précisément sur les conditions de pérennisation de la petite et moyenne entreprise – PME (B’chir, Denieuil 1998).

1. L’insertion des femmes dans la société tunisienne

2En 2005 en Tunisie, on dénombrait hors secteur informel près de 8 000 femmes assurant des fonctions de direction, de gérance ou de responsable d’entreprise, tant dans la grande industrie que dans la PME-PMI, le commerce, l’artisanat, la microentreprise. Leurs activités étaient diversifiées, de l’agroalimentaire à la mécanique, de l’habillement à l’informatique. Selon l’enquête Emploi de 1997, les femmes représentaient 24,26 % de la population active. Elles constituaient près de 30 % des enseignants dans le supérieur et plus de 36 % de ceux du secondaire, 23 % des magistrats, 57 % des chirurgiens-dentistes ; 26 000 dirigeaient des exploitations agricoles.

3L’émergence et la consolidation de cet entrepreneuriat s’inscrivent dans une culture sociétale et un cadre législatif et institutionnel plus favorables qu’ailleurs au Maghreb. Le contexte est marqué par les lois promulguées depuis l’indépendance par Habib Bourguiba, notamment le Code du statut personnel, et par l’intérêt constamment porté au sein du gouvernement tunisien à la question du potentiel économique des femmes. Il faut, de même, noter l’influence positive en Tunisie d’un tissu très dense de PME, d’une forte valorisation du travail à son compte et d’une recherche d’autonomie professionnelle face au salariat et à la crise du diplôme. En matière de formation, la réforme de l’enseignement primaire en 1958 et celle de 1991 sur l’obligation scolaire de 6 ans à 16 ans ont soutenu la scolarisation des filles. La promulgation du Code du statut personnel en 1956 et la Constitution de 1959 ont reconnu aux femmes tunisiennes des droits refusés avant et ailleurs : abolition de la polygamie, libre choix de l’époux, égalité devant le divorce, élection et éligibilité, puis, depuis 1987, la coresponsabilité de la femme dans la famille. En matière de travail d’une part, la Tunisie a ratifié la convention 111 de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui porte sur l’emploi et sur la parité de traitement des hommes et des femmes. Le pays a aussi pris une série de dispositions pour faciliter l’accès des femmes à l’emploi administratif salarié. En matière d’entrepreneuriat d’autre part, la femme peut devenir tuteur et gérer les biens d’un enfant héritier d’une entreprise à la mort prématurée du mari. En dépit de la fixation par la charia de la part d’héritage féminin à un tiers contre deux tiers au frère, la Tunisie est le seul pays arabo-musulman à reconnaître à l’enfant unique féminin l’héritage entier sans participation d’un parent. Cela permet à des femmes d’hériter d’entreprises, puis de gérer ces dernières.

  • 2 R. Zghal, 2002, « Femmes entrepreneures en Tunisie », communication à l’Organisation des Nations un (...)

4Cependant, malgré ce cadrage largement relayé par les politiques gouvernementales faisant de la femme une sorte de phare du développement (ministère de la Famille, Centre de recherche, d’information et de documentation sur la femme – CREDIF –, discrimination positive pour les femmes dans les programmes de formation, concernant le développement aussi bien urbain que rural), les inerties des usages et de la coutume demeurent et touchent particulièrement les milieux modestes. Citons, à ce titre, les inégalités sur l’héritage féminin, la trop faible propension à exercer les droits de la femme, due au manque d’informations sur les opportunités de la législation, ainsi que les solidarités masculines. Il n’en reste pas moins que ce climat institutionnel et juridique favorable crée les conditions symboliques d’une reconnaissance et légitime les prises d’initiatives féminines. Depuis le début des années 2000, le taux de scolarisation des filles de 6 ans est le même que celui des garçons, soit 99,1 % des enfants scolarisables, et il représente près de 53 % dans le cycle supérieur. Il n’en demeure pas moins, ainsi que le remarque Riadh Zghal dans une communication en 2002, que « l’évolution de l’emploi des femmes a suivi un rythme beaucoup plus lent malgré des percées remarquables dans certains métiers considérés traditionnellement comme masculins »2. Il faut, de même, noter un accès tout aussi lent aux postes de décision (moins de 11 % du corps exécutif du gouvernement et 15 % des directeurs administratifs).

2. Visibilité féminine et construction de l’objet

5C’est en 1995 que j’ai été contacté par la directrice du CREDIF à Tunis. Elle me demanda de venir présenter les aspects de mon travail sur les entrepreneurs tunisiens concernant plus particulièrement les femmes. En préparant cette intervention, je m’aperçus de mon peu de bagage sur la question : mon échantillon était presque exclusivement masculin, à l’exception de plusieurs femmes couturières. Je me sentis à l’époque quelque peu déconcerté, je compris que je ne m’étais pas particulièrement préoccupé du fait que mon échantillon concernait à plus de 95 % des hommes. J’avais ainsi, progressivement et à mon insu, adopté et reproduit, dans ma partition scientifique comme dans mon analyse, l’attitude observée sur le « terrain » : les femmes n’y étaient guère visibles. Et lorsqu’elles l’étaient, soit elles se trouvaient fondues dans l’entrepreneuriat au masculin, soit elles incarnaient les seules figures de l’entrepreneur de subsistance – artisanat domestique –, ou de seconde main au service d’un mari ou d’un frère. Je réalisai alors que j’avais défini un objet qui était la petite entreprise dans le développement local et que mon champ d’étude ne comprenait pas le problème particulier du travail des femmes : l’objet « relation hommes-femmes » n’était pas entré dans ma focale et dans mes hypothèses. Ma communication dans ce séminaire de 1995 s’était, de ce fait, contentée de reprendre mes conclusions et de les mettre au féminin en insistant plutôt sur l’expérience des femmes commerçantes ou tenancières d’une boutique de couture. Elle mettait en avant la faible compétitivité de la main-d’œuvre, l’exiguïté du marché, le régime bancaire sélectif et les tracasseries administratives, le manque de fonds de roulement et la concurrence informelle.

  • 3 S. Najar et I. Melliti, 1995, « Féminisation des valeurs et pluralisme social au Maghreb », communi (...)
  • 4 En 1984, 24 % des femmes actives atteignaient un niveau secondaire et supérieur. En 2004, cette pro (...)

6Quelques mois plus tard en 1996, le CREDIF me demanda de superviser une recherche menée sur le potentiel économique féminin, l’accès des femmes tunisiennes à l’emploi, puis l’animation d’ateliers consacrés à la formation des femmes postulantes à l’entrepreneuriat. À ce moment-là seulement je commençai à prendre conscience de l’existence d’une ligne de démarcation précise entre l’entrepreneuriat des hommes et celui des femmes. Et cela devenait pour moi un objet autonome de réflexion et de connaissance. Simultanément, à cette occasion, ma recherche glissait progressivement de l’analyse du fonctionnement de l’entreprise à celle de sa production sociétale. J’abordais l’entrepreneuriat féminin comme une sorte de mouvement social émergent en Tunisie, où la femme devient un nouvel acteur (Ben Salem 1998) de la société civile qui, sans rupture brutale, commence à évoluer vers une société dite de mixité. Cela allait d’ailleurs dans le sens des travaux d’une jeune génération de chercheurs tunisiens qui, très influencés par le courant français des sociologies du quotidien et de la socio-anthropologie, se penchaient sur ce qu’ils nommaient la « féminisation des valeurs » au sein de la société tunisienne3. J’appréhendais donc cette société en termes de cultures et je considérais la relation hommes-femmes comme l’un des révélateurs de son évolution. Je m’en référais aux travaux de Geert Hofstede (1980) dans sa définition des cultures dites masculines : rôle différencié de l’homme comme agent de la réussite matérielle, relations professionnelles très hiérarchisées et individualistes, se fondant sur le statut et le mérite. C’était pour moi l’occasion de prendre en compte le paradoxe intéressant d’une culture dite masculine, où l’on trouve des femmes dites ambitieuses. Je voulais analyser cette « ambition » et montrer qu’elle n’était pas une qualité innée, qu’elle était au contraire socialement construite autour d’enjeux et de ressources économiques, politiques, culturels. Il s’agit le plus souvent d’un entrepreneuriat obligé ou de la seconde chance (Duchéneaut, Orhan 2000), qui constitue une réponse à la crise du salariat et des débouchés de formation4, ainsi qu’un atout organisationnel pour des femmes qui continuent à jongler entre le travail et la vie de famille. Il est en effet plus facile de planifier son temps parental et ses obligations familiales quand on est son propre patron que quand on est un salarié assujetti à des contraintes horaires (Denieuil 2007).

3. Des interviews sexuées

7Je tiens d’entrée de jeu à préciser que, si la thématique du présent ouvrage aborde la question du « sexe de l’enquête », il n’est pas possible d’isoler la problématique du genre de l’enquêteur de celle de son identité professionnelle ou de celle de son origine ethnique ou de son appartenance sociétale. À ce titre, j’insisterai sur l’idée que l’interaction produite avec l’enquêté intègre une multiplicité de symboliques à la fois sexuelles, statutaires et communautaires, dont la confrontation n’est pas sans incidences sur la confiance établie entre le chercheur et son informateur, ainsi que sur la nature des informations échangées. Mais avant d’aborder les modalités de la relation que j’ai personnellement nouée avec mon terrain, je voudrais dresser une rapide typologie des situations d’enquête les plus fréquemment rencontrées en milieu tunisien.

8La relation indigène homme-homme : cette situation suscite essentiellement des clivages de statut. Je donnerai l’exemple de cet étudiant sfaxien auquel j’avais délégué des interviews, très contesté dans ses enquêtes et suscitant la plus grande méfiance dans la mesure où il était perçu comme un agent du fisc par les hommes enquêtés.

  • 5 Ces questions, paternalisme de l’homme et complicité de la femme, sont abordées dans la thèse de do (...)

9La relation indigène homme-femme : en plus de la crainte statutaire évoquée précédemment, ou du risque de s’exposer à la concurrence ou à l’espionnage industriel, la femme peut se méfier des intentions de l’homme tunisien et craindre de le recevoir, ou d’être vue en sa compagnie. De même, la relation indigène femme-homme est soumise à la volonté de l’homme d’imposer son image et une supériorité. Telle cette doctorante qui rencontrait de gros obstacles en interviewant des institutionnels maniant la « langue de bois » et d’un abord très paternaliste et didactique avec elle (Laroussi, 2006)5.

  • 6 Il s’agit de S. Elamdouni qui travaille sur l’identité professionnelle et familiale des femmes cadr (...)

10La relation indigène femme-femme ne pose pas plus de problèmes que la première et est très favorable pour recueillir des discours de femmes sur les hommes. Je pense à cette autre doctorante6 qui sut créer une relation de confiance fondée sur la complicité.

11Dans les situations d’enquête sur des sociétés dites masculines, la relation de même sexe entre enquêteur et enquêté reste généralement la plus fructueuse. Toutefois, la plus ou moins grande sensibilité du sujet traité influence la qualité de la relation d’enquête entre homme et femme : celle-ci était moins connotée lorsqu’il m’arrivait d’interroger des femmes sur l’exercice de leur métier de psychiatre, d’infirmière, sur le rôle des assistantes sociales dans le développement local, ou encore sur les mutations informatiques dans des services administratifs. Mais les interroger sur leur sexualité ou sur leur vécu de femmes face aux hommes revêt un autre sens, et détermine sensiblement le contenu des propos recueillis.

4. Une relation à trois : le chercheur, sa stagiaire et la femme enquêtée

12En ce qui concerne les modalités de ma propre mise en scène sur le terrain, le positionnement sexuel croise d’autres déterminants. Je situerai tout d’abord la structure de ma relation d’enquête. L’institution porteuse de la recherche, le CREDIF, avait décidé qu’une jeune stagiaire prénommée Hayet m’accompagnerait. Le fait que cette accompagnatrice soit une femme renforçait mon souci d’assurer mon image valorisée d’universitaire étranger, tant avec elle qu’avec la femme enquêtée. Du point de vue de l’enquêtée, cette mixité du couple enquêteur me paraissait positive, propice à rassurer l’interlocutrice sur ma présence. Le statut de la stagiaire dans ce travail était complexe et constellé d’interactions. D’une part, elle était une jeune sociologue en formation venue se familiariser à l’enquête de terrain, sous ma direction en tant que chercheur confirmé. D’autre part, elle occupait la fonction de traductrice me permettant de comprendre les témoignages en arabe : ma méconnaissance de la langue me liait à elle. Enfin, elle jouait le rôle de facilitatrice institutionnelle, car elle devait rassurer les femmes interviewées en apparaissant à leurs yeux comme la caution d’une institution et d’une enquête légitimes. Cette triple fonction n’était pas sans me poser des problèmes. D’un côté, je me sentais investi d’une mission : expliquer les méthodes de l’enquête (jouer le professeur formateur), ou tout simplement maintenir ma bonne image de bon chercheur en menant rondement les entretiens et en me montrant à l’aise. D’un autre côté, la traduction posait toutes sortes de questions et créait une interaction pas toujours facile : l’enquêtée répondait à la traductrice sur des interrogations que j’avais moi-même formulées et le contrôle du regard de l’autre s’adressant à celle qui parlait la langue locale m’échappait alors. Car regarder c’est parler et j’avais l’amère impression que la réponse ne m’était pas destinée ou, plus encore, qu’une communication s’établissait sans moi. Il me semblait demeurer extérieur à une complicité tout à la fois de femmes face à un homme, et de compatriotes face à un étranger. Je dois dire aussi que la traductrice usurpait quelque peu un rôle d’enquêtrice, car je sentais qu’elle interprétait mes questions en nouant un dialogue. C’était elle, la médiatrice linguistique, qui par son savoir prenait un pouvoir et « menait le jeu » face à moi le chercheur et son professeur. Et puis, je pouvais me sentir gêné par cette facilitation institutionnelle qui s’imposait comme un contrôle à mon égard, sur les questions que je posais, et qui pouvait orienter les propos de la femme interviewée dans son désir de ménager ses relations avec l’institution du CREDIF commanditaire de cette étude. Cette irritation se trouvait toutefois estompée par le fait que cette posture me procurait malgré tout une information fiable, et donc de quoi alimenter légitimement mon enquête, dans un pays où de surcroît il est généralement nécessaire d’obtenir une autorisation administrative avant de commencer ses enquêtes.

5. Un statut d’étranger doublé de l’aura universitaire

13Cette relation d’enquête reposait en grande partie sur mon statut d’étranger. Ce statut m’a indubitablement facilité les choses, car il est non inquiétant pour les autochtones : je ne parle pas la langue, je ne suis pas mandaté par le fisc, je pose des questions directes et sans détours sur des sujets qu’en Tunisie l’on n’aborde pas « de face » et, de surcroît, je viens de France : les Tunisiens y perçoivent les relations hommes-femmes comme moins hiérarchisées et plus détendues que dans leur pays. C’est à ce titre que ma distance comme étranger renforce ma proximité et l’empathie avec mes interlocuteurs, car je suis un « autre ». Mon éloignement et ma différence créent ma proximité. Cette proximité due à mon extranéité va alors introduire une autre dimension dans la relation hommes-femmes. Je ne suis plus dangereux comme un autochtone masculin qui voudrait contrôler ou dominer la femme. Car on sait que l’étranger ne possède pas tous les codes de la société, qu’on pourra lui mentir plus facilement ou ne pas tout lui dire. De ce fait, la femme interrogée peut prendre un plaisir à parler : elle peut chercher à se faire plaindre ou comprendre par son interlocuteur enquêteur. Ce dernier lui offre l’opportunité de se valoriser, car il introduit la dimension de la curiosité, de l’étonnement (Monjaret 2007) et du décalage. Il vient de loin, s’intéresse aux petits entrepreneurs, à ce que peut penser cette femme qu’il interroge. Cette configuration peut contribuer à nourrir l’estime de soi de la femme : si cet homme s’intéresse à moi, c’est parce que mon entreprise marche bien et que je le mérite…

14À mon statut d’homme, puis d’étranger, vient se mêler une troisième dimension, celle de l’intellectuel universitaire. Plus encore que celui de l’étranger, il faut bien comprendre le statut de l’intellectuel dans la société arabo-musulmane. La connaissance est très valorisée en Islam et le fait qu’un homme instruit s’intéresse au devenir professionnel des femmes n’est pas sans incidence symbolique (Madoui 2007). Et cela d’autant plus que l’on identifie une forte valorisation de la connaissance au Maghreb durant, voire après la colonisation : les partisans de l’indépendance et les libérateurs nationaux avaient souvent fait leurs études en France et compris que le savoir, la connaissance, l’analyse des situations sociales produisent de la lumière.

15Si l’on admet avec Mary Douglas (1999) que les institutions auxquelles nous appartenons produisent des catégories que nous reproduisons (relations hommes-femmes, schéma d’autorité, de division du travail), la confrontation des contextes permet de décentrer ces catégories. À cet égard, si l’on confronte deux processus différents de fabrication des individus dans deux sociétés distinctes, il est possible d’envisager que l’identité étrangère puisse constituer un opérateur d’accès à un mode de communication particulier avec l’enquêté, puisque nos rigidités catégorielles ne sont pas les mêmes que celles du milieu dans lequel nous enquêtons. Par exemple, j’éprouverai plus facilement de la compassion – et cette empathie ne lui échappera pas – pour la femme entrepreneure qui me parle de l’autorité abusive de son mari, qu’un collègue tunisien partageant les mêmes codes que l’enquêtée et qui est peut-être lui-même un mari jaloux ou solidaire des autres hommes. Dans la situation d’enquête structurée par notre appartenance institutionnelle, toutes sortes d’images symboliques circulent et modélisent l’échange : de mon côté l’intellectuel français qui dialogue et respecte la parole de la femme, du côté de l’enquêteur tunisien le conjoint ou l’associé qui domine ou qui veut imposer la loi.

6. Établir la confiance pour abolir l’altérité

16J’ai montré comment sexe, profession et nationalité pouvaient se sédimenter positivement pour, au bout du compte, contribuer à produire de la confiance mise au service d’une relation d’enquête. Mais pourquoi cette recherche d’empathie et de proximité de ma part ? Comme le dit Martin de La Soudière, « pour tirer les vers du nez » de l’enquêté, pour asseoir une connaissance qui se rapproche de ce que l’on croit être la vérité (1988, p. 114). L’enquête sociologique constitue bien une traque de la vérité où l’on va, entre autres, jusqu’à jouer de son sexe pour obtenir la confiance de l’autre et pour bâtir une connaissance qui deviendra un ouvrage ou un bon article. Dans tous les cas, le terrain reste le lieu d’un dialogue où chacun recherche et donne quelque chose. Si quelques-uns ne sont pas dupes (« ça vous rapportera à vous, mais à nous rien »), l’entretien peut cependant profiter à l’enquêté, parfois même lui permettre de remettre ses idées en place et de tester sa propre identité (« les gens ont eu l’occasion de parler à quelqu’un, ça leur a fait du bien »). C’est, à ce titre, que le chercheur devient un porte-parole, chargé de décoder ou de traduire et de porter le message reçu. Il s’agissait par exemple pour moi de restituer une bonne image des femmes qui entreprennent en Tunisie, et de la reconstruire comme un mouvement social émergent au service de chacune d’entre elles.

17Le but, dans cette étude sur les femmes tunisiennes, était de pénétrer au mieux le réel et sa vérité, pour tenter de réduire l’inatteignable écart porté entre l’observateur et l’observé. Et ce d’autant plus que l’entrepreneuriat féminin demeure à ce jour encore sous-estimé et peu exploré par les chercheurs tunisiens. C’est alors que se déploie l’attitude de « dévoilement » fondée sur le « contrat de confiance » (Ferraroti 1983) et bien mise en évidence par Franco Ferraroti. Nous la définirons ainsi :
– rassurer l’interlocuteur en lui donnant une garantie d’anonymat, ou celle qu’il ne sera pas utilisé pour une cause qu’il ne maîtrise pas ;
– insister sur l’utilité de son témoignage, sur l’originalité de sa parole, sur le bien-fondé de son point de vue ;
– justifier l’enquête par l’implication personnelle de celui qui la mène.

18Ces trois impératifs ont bien été intégrés dans ma « présentation de soi ». Ils ne sont pas propres au genre, mais je dirai que ce dernier en facilite la mise en œuvre. Je considère plus flatteur pour un homme de rechercher et de gagner la confiance d’une femme (plutôt que celle d’un homme), d’en obtenir une reconnaissance et de lui signifier son engagement personnel dans l’entretien qu’il lui demande. J’ai tout d’abord précisé que je ne représentais pas l’institution du CREDIF, mais que j’agissais en mon nom en assumant ma responsabilité de chercheur. Et cela, je le prouvais par mon attitude de communicant : il m’est arrivé de faire allusion à ma propre expérience, de donner rapidement mon point de vue personnel, de parler de mes voyages ou de mes enfants. J’y étais chaque fois encouragé par la réceptivité manifeste de mon interlocutrice, qui en venait alors à me parler de ses propres déplacements, des soucis pour ses enfants, ou à me poser des questions sur la manière dont les femmes et les hommes gèrent en France la sphère domestique, la vie de couple et leur relation avec le monde du travail.

  • 7 R. Jaulin parlait, à ce propos, de la nécessaire qualité de « discrétion » de l’ethnologue lorsqu’i (...)

19Cette construction de soi comme individu « sujet » est constitutive de la relation dite de séduction. Elle fait fi de tout mandat institutionnel et, selon l’expression de Jacques Lacan, ne s’autorise que par elle-même. Ainsi que le précise Ferraroti : « Il n’y a pas de médiation institutionnelle. Il y a les gens, leur visage, le dialogue direct. Des personnes et non des rôles. Je ne suis pas un représentant, je ne suis pas une autorité. Je suis l’un d’eux » (1983, p. 96). La facilité de communication établie avec les femmes et mentionnée précédemment me permit de déployer une technique de la complicité susceptible d’encourager l’autre à parler de lui-même, en passant avec lui, selon l’expression de Ferraroti, des « contrats officieux », qui soient « humainement significatifs » pour garantir la meilleure communication possible et non pas une simple information. Ce mode de communication doit toucher la personne elle-même et non plus son savoir. Je me situe ici dans un positionnement que je nommerai « éthique », où je mets en œuvre tout à la fois écoute, tact, discrétion7 (Jaulin 1974), confiance et empathie. C’est là qu’entre en jeu une sorte de « communication des âmes » : ainsi que le remarque Emmanuel Lazega, « ce qui est ramené à la surface du discours biographique, c’est en quelque sorte l’âme de l’indigène » (1983, p. 17). C’est en ce sens que je peux interpréter ma technique de l’écoute, le bricolage de la situation d’enquête par mon image, comme une volonté de libérer « l’âme » de mon interlocuteur pour l’encourager à se dévoiler au-delà même du savoir qu’il va me produire, tout en mettant l’accent sur sa propre singularité narcissique. Il y a indéniablement là une forme de manipulation. Elle se situe au point de rencontre entre deux narcissismes, deux singularités, deux âmes, selon la définition donnée par Michel de Certeau : « Un écho d’Autre qui m’autorise à parler de moi-même, qui met en scène une place imaginaire, et avec elle un dispositif d’énonciation, sur lequel je peux me mettre en représentation » (Certeau 1982, p. 257). On est bien ici dans une relation de séduction, au sens latin : on conduit l’autre à son propre écart. Même si cette séduction a été soutenue par l’attachement de l’enquêteur au « parler vrai » et le souci de communiquer des femmes enquêtées, elle ne s’enferme pas pour autant dans le sens commun de la sexualité et s’avère infiniment moins triviale.

20Je dirai pour finir qu’un entretien n’a véritablement lieu que lorsque l’interlocuteur accorde quelque crédit à la promesse du sociologue. Il s’agit d’une rencontre dialectique entre deux engagements, sur le mode du donnant-donnant : Je te dis ma vie, mais toi qu’est-ce que tu m’apportes ? À cet égard, lorsque j’enquêtais auprès des hommes tunisiens, j’ai dû faire face à de nombreuses demandes de la part de petits entrepreneurs m’enjoignant en contrepartie de leur histoire de vie de prendre des contacts industriels pour leur exportation en France, ou me priant de leur rapporter des prototypes. En accordant l’entretien, l’enquêté sait qu’un jour il pourra solliciter l’enquêteur pour autre chose. Il ne s’agit pas de qualifier, à l’occidentale, ce type de relation d’« intéressée » ou de « clientéliste ». Nous sommes seulement en présence d’une promesse de « retour » très fréquente et inhérente à la situation de communication dans les sociétés maghrébines. Rendre un service dans le moment présent, c’est assurer une éventualité de retour du service. C’est se mettre soi-même dans la situation future de pouvoir personnellement et symétriquement effectuer sa propre demande.

21Toutefois, ces demandes sont généralement l’apanage des hommes. Les femmes de leur côté pratiquent le don. À ce titre, il est souvent arrivé (ce qui ne fut pas le cas avec les hommes) que les femmes entrepreneures rencontrées me fassent un cadeau (des gâteaux, du parfum de leur production, une poterie décorée, etc.). Il faut ici saluer la gratuité du cadeau comme une démonstration du savoir-faire que l’on possède, ou un remerciement d’être venu recueillir une parole.

22Mais parfois l’intercommunication se rompt et, en général, cette rupture est le fait de l’irruption d’un homme dans la situation d’enquête : dans le coup de téléphone préalable pour prendre rendez-vous avec la femme entrepreneure, la réponse d’un homme au standard peut constituer une première barrière. Soit il s’estimera mieux en capacité de renseigner l’interlocuteur, soit il se méfiera de son semblable. Dans d’autres cas, la résistance naîtra de la présence du mari dans l’atelier. J’en donnerai pour exemple cette fabricante d’objets en cuivre qui possède la raison sociale de l’entreprise mais qui travaille pour son mari, et dont les murs de l’atelier sont fleuris de portraits de femmes occidentales en petite tenue et de footballeurs. C’est le mari qui parle. La femme produit, le mari vend et achète. Je citerai aussi cette jeune directrice de garderie me parlant sous contrôle de son fiancé qui, durant l’entretien et très ostensiblement devant moi, n’en finit plus de poser et de serrer sa main sur le bras de sa promise. Veut-il l’aider à se sentir plus à l’aise avec un enquêteur ou veut-il me montrer qu’elle lui appartient ?

 

23Mon récit de recherche sur les femmes entrepreneures, à sa relecture, revêt une connotation très psychosociale. Il m’apparaît clairement combien j’ai pu porter la focale analytique sur la volonté, sur les tactiques au quotidien, sur les libertés de choix, sur les capacités à s’en sortir, sur la construction de l’identité de la femme qui redevient un sujet. J’évoquerai le cas de cette femme qui s’est confiée en me racontant comment, en proie à de grandes difficultés avec ses employées, elle avait simulé la présence d’un homme responsable de son atelier, qu’elle disait être le commanditaire des ordres qu’elle donnait au personnel. Elle m’expliqua que s’appuyer sur une présence masculine, ici imaginaire, était pour elle la seule façon de se faire obéir et respecter. De même, lors des entretiens menés, beaucoup de femmes n’avaient pas hésité à me décliner leurs soucis renforcés par l’incompréhension de leur mari, lorsqu’elles devaient « jongler » entre vie domestique et vie professionnelle. J’ai parfois eu tendance à m’identifier à ce parler vrai. On a pu me reprocher de donner une interprétation sélective du mouvement des femmes entrepreneures. Par exemple, la préfacière de l’édition tunisienne m’a soupçonné en aparté d’être quelque peu « injuste » à l’égard des femmes tunisiennes mères de famille qui avaient la responsabilité de l’instruction des filles, et qui ont souvent mené le combat contre les hommes pour que leurs enfants puissent s’affranchir. Dans ma restitution des témoignages, elle m’en voulait d’avoir beaucoup insisté sur le rôle positif du père qui les a poussées à bricoler, à risquer, à s’autonomiser, à entreprendre. Le père m’est, en effet, apparu comme un complice de ces femmes, qui permettait à sa fille ce qu’il interdisait à sa femme qui, elle-même prise aux pièges de la transmission masculine, valorisait plutôt les garçons dans la famille (Zérhaoui 1999).

24J’ai montré qu’il existe bien un positionnement a priori du sexe du chercheur. D’autres déterminants, sexuels, professionnels, culturels influencent la posture du chercheur. J’ai explicité de ce fait combien mes situations simultanées de formateur méthodologue au CREDIF, de chercheur universitaire habitué de la Tunisie, puis d’Européen et de Français, ont pu interférer pour construire une représentation de moi-même auprès des femmes rencontrées. Ce constat a moins pour but de relativiser mon propos et mes conclusions scientifiques que d’en élucider les conditions de production (Rabinow 1988). Celles-ci, se prêtant alors à ce que Gaston Bachelard (1970) nomme une « psychanalyse de la connaissance objective », permettront de mieux comprendre et de souligner l’influence de la sensibilité du faiseur de sciences sociales, sur son matériau d’enquête et sur le dévoilement le plus avancé possible de son objet d’enquête et de recherche.

Bibliographie

Bachelard Gaston, 1970, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin.

B’chir Abdelkhalecq, 2007, « La femme tunisienne, acteur du développement », PME, emploi et relations sociales au Maghreb, A. Abedou, A. Bouyacoub, M. Lallement, M. Madoui dir., Paris, L’Harmattan, p. 129-147.

B’chir Abdelkhalecq, Denieuil Pierre-Noël, 1998, « La PME tunisienne », Économies du Maghreb : l’impératif de Barcelone, S. A. Abdelkader dir., Paris, CNRS Éditions, p. 181-193.

Ben Salem Lilia, 1998, « Le statut de l’acteur social dans la sociologie tunisienne », Correspondances, no 49, p. 3-9.

Certeau Michel de, 1982, La fable mystique, Paris, Gallimard.

Denieuil Pierre-Noël, 1992, Les entrepreneurs du développement. L’ethno-industrialisation tunisienne : la dynamique de Sfax, Paris, L’Harmattan.

— 2001, Les femmes entrepreneurs tunisiennes. Paroles et portraits, Tunis, CREDIF.

— 2005, Femmes et entreprises en Tunisie. Essai sur la culture du travail féminin, Paris, L’Harmattan.

— 2007, « Le mythe de la création de microentreprise en Tunisie, du choix réfléchi au choix obligé : motivations, mobilisations et obstacles », PME, emploi et relations sociales au Maghreb, A. Abedou, A. Bouyacoub, M. Lallement, M. Madoui dir., Paris, L’Harmattan, p. 191-211.

Denieuil Pierre-Noël, B’chir Abdelkhalecq, Lenel Pierre et al., 1994, La PME tunisienne. Émergence et pérennité, Paris, CNRS-IRESCO.

Douglas Mary, 1999, À quoi pensent les institutions ? Paris, La Découverte.

Duchéneaut Bertrand, Orhan Muriel, 2000, Femmes entrepreneurs en France, Paris, Éditions Seli Arslan.

Ferraroti Franco, 1983, Histoire et histoires de vie, La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Librairie des Méridiens.

Hofstede Geert, 1980, Culture’s Consequences : International Differences in Work Related Issues, Beverly Hills, Sage Publications.

Jaulin Robert, 1974, « J’étais blanc comme un fantôme », nouvelle introduction à l’édition de La paix blanche, Paris, 10/18, p. 5-22.

Laroussi Houda, 2006, Micro-crédit et lien social, thèse de doctorat de sociologie, P.-N. Denieuil dir., Université Paris Descartes.

La Soudière Martin de, 1988, « L’inconfort du terrain », Terrain, no 11, p. 113-119.

Lazega Emmanuel, 1983, « Introduction », Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, F. Ferraroti dir., Paris, Librairie des Méridiens, p. 11-21.

Madoui Mohamed dir., 2007, Les nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée, no 1266 d’Hommes et migrations.

Melliti Imed, 2007, « Sociologie et francophonie en Tunisie », Lettre de l’AISLF, no 4, p. 20-23.

Monjaret Anne, 2007, « Sur le terrain de la surprise et de la curiosité en ethnologie », Terrains et savoirs actuels de l’anthropologie, R. Boukraa dir., Tunis, Cahiers du CERES, série Anthropologie-Ethnologie, no 1, p. 121-147.

Rabinow Paul, 1988, Un ethnologue au Maroc, Paris, Hachette.

Zérhaoui Ahsène, 1999, « Famille, religion et culture dans le monde arabe et l’islam », La famille est-elle devenue une peau de chagrin ? Clichy, Centre communal d’action sociale, p. 11-19.

Notes

1 Ces enquêtes débouchèrent sur la publication de deux ouvrages (Denieuil 2001, 2005).

2 R. Zghal, 2002, « Femmes entrepreneures en Tunisie », communication à l’Organisation des Nations unies, dans le cadre du « Séminaire en marge de l’Assemblée générale », New York, p. 5.

3 S. Najar et I. Melliti, 1995, « Féminisation des valeurs et pluralisme social au Maghreb », communication au forum « Le temps des femmes en Méditerranée », CREDIF, Tunis.

4 En 1984, 24 % des femmes actives atteignaient un niveau secondaire et supérieur. En 2004, cette proportion s’élevait à 53 %, contre seulement 47 % pour les hommes.

5 Ces questions, paternalisme de l’homme et complicité de la femme, sont abordées dans la thèse de doctorat de H. Laroussi (2006) qui a enquêté à Tunis sur un échantillon d’acteurs institutionnels.

6 Il s’agit de S. Elamdouni qui travaille sur l’identité professionnelle et familiale des femmes cadres tunisiennes.

7 R. Jaulin parlait, à ce propos, de la nécessaire qualité de « discrétion » de l’ethnologue lorsqu’il arrive chez « l’autre ».

Auteur

Pierre-Noël Denieuil est sociologue, directeur de recherche au CNRS, en accueil à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) en Tunisie. Titulaire d’une habilitation à diriger les recherches à l’Université Paris Descartes (2004), il a dirigé de 2008 à 2013 l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis. Ses travaux portent sur le développement local, la microentreprise, l’entrepreunariat féminin, la dimension internationale et interculturelle du développement, les dynamiques de la société tunisienne.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540