Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

1. L'enquête sous contrainte relationnelle : établir et entretenir la confiance

Jeux et enjeux du genre dans la consultation gynécologique

Laurence Guyard

Volltext

Encadré méthodologique
 

Ma recherche s’appuie sur une thèse de doctorat de sociologie dirigée par Martine Segalen et soutenue en 2008. Elle portait sur la médicalisation contemporaine du corps féminin dans le cadre de la consultation gynécologique. J’ai choisi de prendre la consultation gynécologique comme marqueur de la médicalisation pour combler un manque. En effet, cette consultation n’avait pas fait l’objet d’investigations, alors que, d’une part, elle représente l’une des principales instances au service de cette médicalisation et que, d’autre part, les études réalisées sur la santé reproductive des femmes invitent à questionner le statut de la relation entre le gynécologue et sa patiente. L’objectif de la recherche était de repérer les mécanismes à l’œuvre dans l’interaction entre le ou la gynécologue et sa patiente, mécanismes par lesquels les femmes sont conduites à adhérer à la médicalisation de leurs corps.
 

Pour traiter ce sujet, l’observation s’est imposée comme une obligation méthodologique. Entre 2001 et 2006, j’ai ainsi assisté à plus de 300 consultations en centres hospitaliers, en centres de protection maternelle et infantile (PMI) et en cabinets libéraux en région parisienne. Si l’observation était privilégiée, d’autres outils ont été mobilisés. Un questionnaire a été distribué en salle d’attente afin de recueillir des informations sur les patientes inscrites dans les consultations observées : la profession, l’état civil, le parcours gynécologique, les circonstances de la première consultation, les critères orientant le choix du gynécologue, la préférence pour un ou une gynécologue, l’histoire gynécologique ont été questionnés. De plus, 30 entretiens formels et enregistrés ont été réalisés auprès de femmes âgées de 18 à 70 ans. Des conversations informelles tenues dans des cadres variés (professionnels, amicaux, sportifs,…) ont aussi été une source de matériaux très féconde. Enfin, des entretiens semi-directifs ont été menés auprès de 14 gynécologues (4 hommes et 10 femmes) afin de croiser leur discours avec la pratique observée.
 

Un détour sur les conditions d’émergence de cette spécialité médicale et sur les débats qui l’ont traversée ces dernières années dévoile les enjeux corporatistes au cœur desquels s’inscrit la féminisation de la profession. Les femmes gynécologues ont élaboré une rhétorique présentant leur genre comme un atout pour aborder la santé et le suivi des femmes. Le recours au modèle dramaturgique d’Erving Goffman comme cadre d’analyse était ici utile. Le rôle et le jeu des acteurs sont largement déterminés par la nécessaire neutralisation de la dimension intime et potentiellement sexuelle de la consultation, et ce quel que soit le sexe du gynécologue. Dans ces conditions, parler du corps intime ou de sexualité ne va pas de soi et n’est possible qu’à certaines conditions. D’une part, le corps nu ne doit pas occuper toute la scène et, d’autre part, l’interaction entre le médecin et la patiente doit respecter certaines règles et codes langagiers. Enfin, à travers l’analyse des discours tenus et des traitements prescrits, les mécanismes par lesquels s’imposent les normes médicales ont été mis au jour. Jeux des savoirs et du genre contribuent de concert à faire de cette consultation un espace de normalisation du corps reproducteur, sexuel et esthétique féminin.

 

  • 1 Seules deux femmes sur plus de trois cents ont décliné ma proposition.

1On peut avancer sans trop de risque que prendre la consultation gynécologique comme indicateur de la médicalisation du corps féminin reste original encore aujourd’hui en France. En effet, même si la nature de la relation entre le ou la gynécologue et sa patiente est régulièrement questionnée par les sociologues travaillant sur les pratiques contraceptives, la grossesse ou l’IVG (Bajos, Ferrand 2002), l’étudier précisément à partir de l’observation de l’interaction entre le ou la gynécologue et ses patientes n’a jamais été entrepris, à l’exception de deux enquêtes américaines relativement anciennes (Emerson 1970 ; Henslin, Biggs 1978). Si les sciences sociales se sont tenues à l’écart de cette consultation, c’est que nombre de chercheurs considèrent en effet a priori impossible qu’un observateur puisse être accepté dans cet espace protégé des regards extérieurs par les médecins. De plus, cette consultation comporte une dimension intime liée à l’exploration des parties sexuelles du corps. De fait, j’ai rencontré des obstacles pour négocier mon entrée et mon maintien sur le terrain. Je me suis heurtée à la classique résistance du milieu médical, s’exprimant par un refus pur et simple d’accéder à ma requête ou par un refus motivé par la dimension intime de la consultation. Enfin, j’ai eu la surprise de rencontrer des médecins tentés de récupérer mon travail : la promesse de m’accueillir sur le terrain était dans ce cas supposée trouver sa contrepartie dans le travail de nègre que j’accomplirais pour eux. En revanche, les patientes n’ont pour ainsi dire jamais refusé de m’accorder l’autorisation d’observer leur consultation, certaines accueillant même ma requête avec un intérêt non dissimulé1.

2Le fait d’être une femme a sans aucun doute constitué un atout déterminant. Toutefois, c’est au fil de l’enquête que j’ai intégré plus consciemment la question du genre dans mon travail. Au départ, je suis sans doute restée trop sensible à la rhétorique professionnelle présentant la féminisation de cette spécialité médicale comme la garantie d’une meilleure écoute et d’une plus grande compréhension des difficultés des femmes et de leurs besoins. Puis j’ai commencé à questionner plus systématiquement cette évidence et à déconstruire le discours médical dont les médias se faisaient par ailleurs le relais. Conduire ce travail de déconstruction parallèlement à l’analyse des matériaux recueillis en observation a permis de prendre toute la mesure des enjeux liés au genre dans cette consultation et, notamment, dans et à travers la relation triangulaire établie du fait de ma présence. L’analyse des statuts conférés à l’observatrice par les deux protagonistes observés montre que l’enquêtrice constitue une ressource mobilisée par les acteurs pour gérer la gêne introduite par le dénudement du corps ou pour justifier l’expression de certaines paroles. Par ailleurs, j’ai compris que mon identité sexuelle représentait une autre ressource permettant aux acteurs de se maintenir plus facilement dans leur rôle. Le propos de cette contribution est de montrer les jeux et les enjeux du genre de cette recherche dans une perspective réflexive.

1. L’expérience gynécologique des femmes : entre distance et proximité

  • 2 Ces entretiens biographiques ont été menés auprès de sept femmes portugaises immigrées en région pa (...)

3L’intérêt d’engager une recherche sur la consultation gynécologique s’est révélé au fil d’entretiens menés auprès de femmes portugaises immigrées en région parisienne2. Ces femmes soulignaient de manière récurrente le rôle qu’avait joué le ou la gynécologue dans la remise en cause de certaines représentations de leur corps d’une part, de leurs rapports sociaux de sexe dans le cadre de la conjugalité d’autre part. Si la consultation gynécologique renvoyait à de tels enjeux pour ces femmes en situation d’immigration, je m’interrogeais sur la place qu’elle pouvait occuper dans la vie des femmes françaises en général. Parallèlement, je questionnais l’attention que j’avais accordée à ce qu’elles disaient du corps, de la féminité et de la consultation gynécologique. Il m’était impossible de présupposer l’absence d’influence de mon expérience de femme consultant par ailleurs régulièrement en gynécologie. Symétriquement, je pouvais penser qu’un chercheur masculin n’aurait sans doute pas entendu ces propos de la même manière. Le fait que les recherches sur la santé reproductive des femmes soient majoritairement conduites par des femmes renforce cette hypothèse. Enfin, les entretiens réalisés au cours de mon travail de thèse m’ont confortée dans l’idée que les femmes n’auraient sans doute pas évoqué leurs expériences gynécologiques avec un chercheur masculin. Au contraire, avec une femme, parler du corps ou de la relation avec le gynécologue n’apparaissait pas gênant en entretien, même si la parole était incontestablement beaucoup plus productive et libre lors d’entretiens informels non enregistrés. Certaines des femmes interrogées ont exprimé le plaisir qu’elles avaient eu à parler de sujets sur lesquels elles n’avaient jamais pris le temps de porter un regard réflexif. Le fait d’être une femme a donc constitué un atout majeur, l’entretien prenant très souvent l’allure d’une discussion entre femmes. La prise de position qu’elles me demandaient, si elle introduisait une certaine subjectivité, permettait à mes informatrices de s’appuyer sur une connivence entre elles et moi pour me confier des détails parfois très intimes sur leur sexualité ou sur des particularités anatomiques. Même si je prétendais à l’objectivité, je me rendais compte que cette prise de position était tout autant inéluctable que nécessaire dans cette relation de face-à-face. Cette subjectivité s’avérait tout à fait opératoire. De la même manière, la façon d’aborder l’objet, de lire le terrain et d’analyser les matériaux a été influencée par la socialisation sexuée de l’enquêtrice. La lecture que Christian Heath fait de la consultation médicale du généraliste est à ce propos tout à fait éclairante, notamment quand l’auteur puise dans l’univers masculin des éléments de comparaison comme le service militaire : « Se détourner du médecin et de l’examen permet au patient de se désengager momentanément ; de se transformer en objet d’inspection » (1993, p. 81).

2. Construire la bonne distance pour être objective

4Entreprendre une recherche sur la consultation gynécologique en étant une femme impliquait ainsi une proximité avec l’objet d’étude, qu’il convenait d’interroger. Répondant à une question sur la neutralité en sociologie, Pierre Bourdieu (1984) soulignait dans la lignée de l’épistémologie wébérienne que les difficultés ne sont pas tant liées au « rapport à l’objet » qu’à un « rapport incontrôlé à l’objet » ou, plus exactement, à l’ignorance de tout ce que la vision de l’objet doit au point de vue qui la conditionne. Le travail de distanciation et de réflexivité qu’il m’incombait de réaliser supposait de porter un regard critique sur plusieurs aspects. En amont, il s’agissait d’éclaircir la nature de mes rapports avec la consultation gynécologique, mais aussi avec le corps dans ses dimensions de genre, de santé, d’hygiène, d’esthétisme, etc. Il convenait de prendre de la distance et de s’assurer de ne pas faire une lecture personnelle de la consultation ou, tout au moins, de pouvoir repérer ou questionner lors de l’analyse des matériaux la part de subjectivité soupçonnée. Même si ce travail de distanciation doit être poursuivi tout au long de la recherche, des situations rencontrées sur le terrain peuvent à certains moments l’imposer avec violence. C’est à ces occasions que des stratégies plus ou moins conscientes se mettent en place pour gérer les difficultés relatives à ces rappels brutaux de la proximité, ces retours du refoulé associé à la pratique personnelle de l’enquêtrice.

5Parfois renvoyée à mes propres expériences, j’ai ainsi dans un premier temps délibérément écarté des matériaux dont l’objectivité me paraissait douteuse, en tout cas fortement questionnable. C’est dans ces moments que sourd l’exigence pour le chercheur travaillant sur le corps de mettre parfois son propre corps à distance pour n’être à l’écoute que de celui des autres. À l’inverse, il lui faut à d’autres moments savoir intégrer son propre corps pour permettre ou renforcer la qualité de cette écoute. Accepter cette proximité dans ce qu’elle induit de subjectif, mais aussi dans sa potentialité signifiante prend du temps, beaucoup de temps, ce qui vient bouleverser le calendrier de travail établi. Au cours de cette recherche, c’est malgré moi en sociologue que je vivais mon suivi gynécologique. La consultation est devenue une épreuve d’autant plus redoutée que le travail avançait. Dans le même temps, la consultation alimentait une expérience soutenant la remise en cause et une réflexivité constructive et efficace. À un moment de la recherche cependant, une nécessaire coupure avec tout suivi gynécologique personnel s’est imposée. Comment, en effet, prendre de la distance vis-à-vis du corps hormonal qui participe, on le sait, à la définition du féminin (Oudshoorn 1994), lorsque ses propres hormones manifestent les déséquilibres caractéristiques de l’évolution physiologique de la quarantaine ? Dans un premier temps, la sociologue refuse catégoriquement d’entendre et d’écouter ce corps. Mais comment ne pas établir un lien entre ses symptômes et ceux évoqués par les patientes du même âge lors des consultations observées ?

6La fuite ou l’évitement, en mettant de côté ces matériaux d’enquête, n’a rien résolu. Les données sur le sujet continuaient d’affluer et les symptômes persistaient. La femme est alors redevenue patiente le temps de deux consultations au cours desquelles la sociologue s’est de nouveau imposée par son écoute critique des commentaires de la gynécologue. Cette expérience, aussi éprouvante fût-elle, a constitué un tournant dans l’analyse des matériaux à plusieurs titres. Ce retour au suivi gynécologique personnel après une longue période d’interruption se faisait aussi plusieurs mois après mon retrait du terrain, au cœur d’une période consacrée à la rédaction. C’est donc avec un certain recul que je pouvais être à la fois actrice et observatrice de cette consultation. Le hasard voulut de plus qu’un externe assiste à la première de ces deux consultations. Cette présence n’allait pas de soi, elle m’obligeait à porter un regard décalé sur les effets qu’elle produisait dans l’interaction avec ma gynécologue. Elle m’invitait aussi à revenir sur celui que j’avais pu avoir vis-à-vis des patientes dans les consultations que j’avais observées. Par ailleurs, les plaintes dont je faisais part au médecin étaient en tous points identiques à celles de femmes entendues en consultation ou en entretiens informels. Les exposer dans le cadre de ma consultation personnelle offrait en ce sens le moyen de tester différemment le discours des gynécologues, ainsi que la façon dont une femme peut le recevoir. En définitive, mon corps m’offrait l’opportunité de porter un autre regard sur les matériaux que j’avais collectés. J’ai ainsi pu vérifier l’hypothèse selon laquelle les gynécologues ne reconnaissaient l’existence de certains symptômes qu’à partir du moment où ils ont repéré, dans la situation sociale, professionnelle ou familiale des femmes, des facteurs de stress pouvant favoriser une « psychosomatisation ». Dans mon cas, c’était la thèse en cours de préparation. Dans quelle mesure la sociologue était-elle l’auteure de ses propres symptômes, maintes fois décrits par les patientes, de façon à tester par l’expérience des hypothèses ? J’ai envie de dire « peu importe », car en discuter ici serait peu pertinent. Ce qu’il faut souligner en revanche, c’est l’apport que peut constituer ce genre d’expérience à condition de mettre en place un dispositif méthodologique d’objectivation. Le journal de terrain est ici incontournable. Certes, cette démarche suppose de considérer la proximité non plus comme un obstacle, mais également comme un atout.

7Ce retour critique sur la réflexivité engagée tout au long de cette recherche rend perceptible la difficulté d’investiguer des champs où le corps occupe une place centrale. En effet, le sociologue renvoyé à sa propre corporéité est conduit à se perdre pour un temps plus ou moins long dans certaines expressions de la subjectivité, repoussant les frontières de la distanciation pour mieux les rétablir. Ces difficultés viennent, me semble-t-il, compléter le tableau dressé par Didier Fassin et Dominique Memmi (2004) sur les raisons expliquant la réticence de la sociologie à étudier l’objet « corps ».

3. La consultation gynécologique : un processus séquencé

  • 3 Si la position requise fait consensus dans l’ensemble des pays où est pratiquée la médecine occiden (...)

8La consultation de gynécologie médicale s’inscrit aujourd’hui régulièrement dans l’agenda de 60 % des femmes en France. La contraception et la ménopause constituent les deux principaux motifs de consultation, même si les femmes sont encouragées de manière récurrente à consulter par les campagnes de prévention des cancers féminins et par le biais des magazines de santé. Rentrée dans les mœurs féminines, cette consultation ne s’est pas pour autant banalisée, les femmes l’abordant dans leur majorité avec beaucoup d’appréhension. Car ce qui caractérise cette consultation est l’exploration des parties sexuelles du corps par l’examen au spéculum et le toucher vaginal, ce qui suppose l’adoption de postures spécifiques pour les deux protagonistes. La patiente est allongée sur une table gynécologique, les pieds posés sur des étriers de façon à pouvoir plus facilement maintenir les jambes écartées. Cette position ainsi que les actes pratiqués dans le corps renvoient très explicitement au registre sexuel. De plus, dans la très grande majorité des consultations, la nudité complète de la patiente est exigée pour la réalisation de ces examens3. Les études sociologiques réalisées à ce jour sur la consultation gynécologique sont essentiellement nord-américaines et relativement anciennes (Henslin 1971 ; Emerson 1970 ; Henslin, Biggs 1978). Elles soulignent la gêne et l’embarras que suscite l’examen gynécologique, tant pour les patientes que pour les gynécologues, au regard du caractère sexuel auquel renvoient non seulement les parties génitales du corps examinées, mais également le positionnement des acteurs pendant l’examen. La « dépersonnalisation » de la patiente par l’application d’une blouse, puis d’un drap sur son corps ainsi que l’exécution du déshabillage dans une pièce distincte de la salle de consultation à l’abri du regard du gynécologue sont présentées comme les mesures prises pour permettre au médecin d’effectuer l’examen et à la patiente de s’y soumettre.

9Les modalités selon lesquelles se déroule la consultation gynécologique en France sont différentes, puisqu’une grande majorité de cabinets n’offre pas de pièce réservée au déshabillage et que la patiente n’est jamais recouverte d’une blouse ni d’un drap pour l’examen. L’absence d’usages présentés comme essentiels dans la consultation nord-américaine m’a incitée à questionner ces deux moments particuliers de l’interaction afin de repérer la façon dont les protagonistes parviennent à maîtriser la gêne. Il convenait aussi d’accorder une attention particulière aux jeux de rôle et aux changements éventuels de statut de chacun des acteurs. Dans les études nord-américaines, la question du genre se révèle par ailleurs tout à fait centrale, puisqu’il est souligné que la gêne provient du fait qu’une femme se fasse examiner par un homme. Les récents travaux de Dariusz Galinski et Justyna Ziolkowska (2007) vont dans ce sens. Néanmoins, les effets du genre méritent une investigation plus large. L’ensemble des études mentionnées est exclusivement fondé sur des matériaux présentant la particularité de mettre en scène une patiente face à un gynécologue masculin, que ce soit dans le cadre des observations réalisées par James Henslin et Mae A. Biggs ou dans celui des entretiens menés par Dariusz Galinski et Justyna Ziolkowska auprès de gynécologues-obstétriciens. Si cela tient en grande partie au fait que les consultations gynécologiques sont majoritairement dispensées par des hommes aux États-Unis et en Pologne, il apparaît que la consultation est considérée comme étant « critique » uniquement parce qu’elle place une femme dénudée face à un homme. Or considérer qu’il ne peut y avoir de risque de glissement du registre médical au registre sexuel que lorsque les deux sexes sont en présence est une manière d’ignorer l’homosexualité féminine et masculine. De plus, cela contribuait à faire le postulat d’une homophilie, communément admise, et selon laquelle il serait plus facile pour une femme de se dénuder devant une femme et de se faire examiner par une femme. En outre, une telle perspective revenait également à ne prendre aucune distance par rapport à la rhétorique des gynécologues femmes, qui construisent leur appartenance au genre féminin comme compétence professionnelle en affirmant, entre autres, être plus à même d’établir une relation de confiance avec les femmes que leurs collègues masculins.

10Pour approfondir cette question du genre dans la consultation, il me fallait réaliser des observations auprès de médecins hommes et femmes. Pour faire l’analyse des interactions observées, le modèle dramaturgique ainsi que la notion de « cadre » développés par Erving Goffman (1974) ont été très utiles. Il apparaît en effet que l’enjeu principal de la consultation consiste pour les acteurs en scène à se maintenir dans un cadre, en l’occurrence le cadre médical, le risque majeur étant d’en changer et plus spécifiquement de basculer dans le cadre sexuel. Pour ce faire, les acteurs doivent avoir connaissance des codes qui définissent le cadre médical afin de s’y maintenir et d’y tenir le bon rôle. Le déshabillage figure ici la séquence transitoire, au cours de laquelle sont énoncés ou rappelés les codes et effectués les réajustements éventuels pour entrer dans la séquence suivante sans risque de débordement ou de sortie de cadre.

11Afin de mener l’observation de ces deux séquences, puis d’en faire l’analyse, le recours aux notions de « techniques du corps » et de « proxémie » s’est avéré particulièrement utile et efficace. Il importait en effet, ainsi que Marcel Mauss l’avait expérimenté, de ne pas faire l’erreur de considérer qu’il y a technique uniquement lorsqu’il y a instrument, mais d’avoir à l’esprit que le corps est le premier et le plus naturel instrument mobilisé par l’homme ou, plus exactement, « le premier et le plus naturel objet technique » (Mauss 1991, p. 372). Dans cette perspective, il convenait non seulement de considérer les outils utilisés par le médecin pendant l’examen gynécologique, mais aussi de porter une attention particulière à la façon dont il mobilisait son propre corps comme l’un des instruments participant à la réalisation des examens. Des manières de faire identiques d’un gynécologue à l’autre se sont révélées comme autant de techniques du corps incorporées, acquises au cours de la formation et réactivées à chaque examen, non pas tant pour répondre à des impératifs « mécaniques » que pour gérer la proximité avec le corps nu de la patiente.

12Les travaux sur la proxémie développés par Edward T. Hall avaient souligné l’existence de bulles invisibles entourant chaque individu, bulles qui résultent de deux facteurs principaux : les capacités perceptives et la dimension psychosociale et culturelle de l’individu. Ces bulles, au nombre de quatre, découpent l’espace des individus en catégories de distance : intime, personnelle, sociale et publique. Celle qui nous intéresse plus spécifiquement ici est la première, puisque c’est dans cette distance que les protagonistes de la consultation sont placés pendant l’examen. Habituellement réservée à la relation sexuelle, cette distance intime « ne peut être pénétrée dans un espace public ou social sans générer de la gêne ou du stress tant la présence de l’autre s’impose et peut même devenir envahissante par son impact sur le système perceptif » (Hall 1971, p. 147). À partir de l’observation des interactions dans les transports en commun aux heures d’affluence, Edward T. Hall, puis un peu plus tard Erving Goffman (1973) montreront que l’orientation des regards ou le recours à la parole sont alors les seuls moyens pour les usagers d’instaurer une distance et de réduire la gêne générée par la proximité dans laquelle ils sont placés. Ces moyens sont mobilisés de la même façon au cours de l’examen gynécologique. Si le recours à la parole à ce moment précis a pour objectif de réduire la gêne et le stress, il introduit aussi une autre dimension dans la relation entre le médecin et sa patiente. Le contenu du discours livre des informations qui peuvent orienter le diagnostic du gynécologue.

4. Jeux de rôles triangulaires : médecin, patiente et sociologue

13Ma présence a pu entraver l’expression de certaines paroles dans la consultation. Elle a également conduit à l’expression d’une autre parole pour expliquer ou justifier la plupart du temps ce qui se jouait dans la consultation. En outre, elle fut mobilisée par l’un ou l’autre des protagonistes de l’interaction comme un appui pour conforter les rôles à tenir à des moments critiques comme le déshabillage. Plutôt que de ne voir dans les effets induits par la présence de l’observateur que des obstacles à la réalisation d’une observation « pure » ou idéale, il est possible de considérer ces effets comme des atouts pour l’analyse. De fait, accorder une attention particulière aux places et aux statuts successivement assignés à l’observateur par les acteurs contribue à faire ressortir les positions et les stratégies des enquêtés dans l’espace social observé (Schwartz 1993 ; Weber 2001). L’intérêt d’une analyse critique est ici doublement justifié. D’une part, les changements successifs de statut au sein d’une même consultation sont déterminés par des variables multiples, isolées ou conjointes. D’autre part, l’analyse des moments où interviennent ces changements de statut révèle des enjeux ou des mécanismes dans lesquels s’inscrit la consultation gynécologique. Ainsi, l’analyse de ces différentes assignations montre que le fait d’être une femme a permis aux patientes de considérer l’observatrice comme un soutien moral d’une part, aux protagonistes de se maintenir dans leur rôle et statut d’autre part.

14Plusieurs éléments peuvent a priori aider le gynécologue comme les patientes à négliger assez rapidement la présence de l’observatrice. La durée et le rythme de la consultation, tout d’abord. Alors qu’elle est généralement organisée sur un temps très court de quinze minutes en raison des plannings surchargés, les gynécologues suivent scrupuleusement le protocole établi. Les différentes séquences s’enchaînent par conséquent à un rythme soutenu. L’appréhension de l’examen pour les patientes et la gêne entraînée par la nudité et l’exploration des parties intimes du corps retiennent par ailleurs toute l’attention des protagonistes. Il est difficile cependant de distinguer dans cet effacement de l’observatrice ce qui relève de l’oubli, porté par les enjeux et le rythme de la consultation, ou de la stratégie. En effet, effacer l’observatrice est, au même titre que la mobiliser, une manière de gérer sa présence. Lorsque j’ai croisé les différents types de matériaux recueillis en observation (regards, discours, attitudes, gestes), des manières de faire et la variété des statuts que l’on m’attribuait sont devenues visibles, de même que les enjeux dans lesquels elles s’inscrivaient. En fonction des gynécologues observés, ma position dans l’espace de consultation n’était pas la même. Trois gynécologues m’ont imposé une position spécifique dans leur consultation. Je devais prendre place à leurs côtés, légèrement en retrait. En alternant les consultations d’un gynécologue à l’autre, je constatais que la position que j’occupais avait un retentissement sur ce que je pouvais observer, mais aussi sur la façon dont j’étais mobilisée en cours d’interaction. En me plaçant ainsi et en justifiant ce choix par l’invitation « venez vous installer à côté de moi, vous serez mieux quand même », le gynécologue orientait mon observation vers la patiente en ayant ainsi le sentiment de s’en dégager. Le docteur S. me le fit bien comprendre en me disant : « Eh puis comme ça au moins je ne vous vois pas ! » Alors que j’avais le sentiment d’être souvent « transparente » lorsque j’étais en retrait, ma position aux côtés du médecin renforçait l’idée de mon appartenance à l’institution médicale, d’autant plus quand je portais une blouse comme cela m’avait été demandé dans les deux centres hospitaliers. Dans cette attitude, j’étais également très souvent interpellée par les médecins au moment de l’interprétation des symptômes cliniques de la patiente ou pour la lecture de clichés radiologiques ou échographiques. Si ces sollicitations m’ont permis d’acquérir un certain savoir médical, elles ont surtout contribué à ce que les patientes m’associent à une externe en médecine. Dans cette situation, je sortais rarement, voire jamais, de ce statut d’externe même si, je le rappelle, les gynécologues m’avaient présentée comme sociologue.

15Lorsque le médecin ne formulait aucune requête particulière, je choisissais toujours une position offrant un angle de vue le plus large possible, englobant le bureau et le lieu d’examen. En retrait, il m’était possible d’observer l’interaction entre le médecin et la patiente autour du bureau, puis la séquence du déshabillage, ainsi que l’examen gynécologique. L’observation globale de l’interaction était particulièrement favorisée par l’exiguïté des salles de consultation, ce qui n’était pas le cas dans des cabinets plus spacieux où une petite pièce contiguë était spécifiquement réservée à l’examen gynécologique. Dans ces cas précis, par pudeur et respect de la patiente, jamais je ne me suis déplacée dans ces salles d’examen. Chaque fois, je constatais que le médecin laissait la porte entrouverte, m’accordant ainsi l’écoute de l’interaction à défaut du regard. Placée dans un coin, j’étais interpellée diversement ou avais parfois le sentiment d’être transparente, d’autant que certaines patientes ne me saluaient pas en quittant la salle de consultation. Ne pas me saluer était peut-être pour les patientes une façon de signifier leur désapprobation quant à ma présence. Dans la majorité des consultations en revanche, les patientes me conféraient une variété, certes toute relative, de statuts consécutivement ou alternativement selon les moments de la consultation. Ainsi, lorsque les patientes énonçaient des plaintes relatives à l’inconfort que peuvent représenter des règles douloureuses ou des règles abondantes, elles se tournaient vers moi et me demandaient soit explicitement, soit implicitement par un appui du regard, de venir confirmer ou appuyer leurs dires. Mon identité de femme était ici mobilisée. Ce type d’interpellation intervenait aussi bien en présence d’un gynécologue masculin que féminin. Néanmoins, avec une gynécologue, interpeller l’autre femme présente dans la consultation évitait aux patientes de faire appel l’identité sexuelle du médecin pour justifier leurs plaintes et le faire sortir ainsi de son rôle. L’identité sexuelle du gynécologue était neutralisée et le maintien des rôles assuré.

  • 4 La parole délivrée au cours du déshabillage comme pendant l’examen gynécologique a aussi pour fonct (...)

16Au moment du déshabillage, que la consultation soit assurée par un homme ou une femme, les patientes se tournaient là encore vers moi à la recherche d’un soutien du regard. Il en allait de même lorsqu’elles disaient leur appréhension de l’examen, sollicitant un commentaire de ma part : « N’est-ce pas que c’est désagréable ? » L’âge constitue, au même titre que l’identité sexuelle, une variable mobilisable parce que directement visible. Une patiente (77 ans) se saisissait de notre différence d’âge pour légitimer ses plaintes vis-à-vis du vieillissement, me faisant basculer du statut d’externe à celui de jeune femme : « Vous qui êtes jeune, vous ne savez pas encore ce que c’est, mais vous verrez, ça n’est pas drôle. Profitez de votre jeunesse et de votre beauté. » Profitant du moment du déshabillage pendant lequel le gynécologue prépare le matériel pour l’examen, une patiente me demande pour sa part si je ne connais pas « un bon pédiatre », se saisissant de mon âge pour me placer à ce moment-là dans le statut d’une jeune mère4.

17La sociologue, et plus généralement la « tierce personne » (Schwartz 1993), sera convoquée en d’autres circonstances, dont deux sont remarquables par leur récurrence. Lorsque des patientes relataient des difficultés à assumer conjointement leurs rôles de mère, de femme et d’épouse, elles s’interrompaient, semblant soudain se souvenir de ma présence, pour qualifier la nature de la relation qui les liait au gynécologue : « Vous savez, on est de vieux amis » ou « Nadia, c’est comme une grande sœur », et qui justifiait à leurs yeux le fait de se raconter dans cet espace-là et de la façon dont elles le faisaient. L’incompréhension ou la surprise que suscitaient des demandes, des explications ou encore des gestes du gynécologue amenaient les patientes à m’assigner le rôle du témoin, sollicitant par le regard mon avis sur la situation qui leur semblait dépasser les cadres de la consultation. Ces situations sont assez variées, même si elles concernent plus particulièrement la pratique du docteur F. Il en va ainsi des réflexions à caractère raciste en présence d’une patiente guyanaise, du pincement du petit bourrelet de graisse après l’examen des seins, autant de paroles ou de gestes faisant sortir le médecin de son rôle.

 

18Être une femme a constitué un atout pour accéder au terrain et recueillir la parole des femmes en entretien. Nos expériences féminines offraient une proximité qui autorisait la confidence. Néanmoins, on l’a vu, cette proximité exige en retour un travail de distanciation difficile dans cette recherche où le corps occupe une place centrale. Renvoyée à sa propre corporéité, la sociologue est conduite à repousser les frontières de la distanciation pour mieux les rétablir. Ce travail qui est aussi un travail sur soi doit par ailleurs respecter un certain nombre de garde-fous. Il convient notamment de souligner qu’il est essentiel de savoir ne pas imposer sa présence, d’observer en toute discrétion et d’avoir pour les femmes et les hommes que l’on observe le plus grand respect. Reste qu’il serait naïf de réduire la conduite de cette enquête à la question de la prise en considération du sexe de l’enquêtrice.

Literaturverzeichnis

Bajos Nathalie, Ferrand Michèle, 2002, De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues, INSERM.

Bourdieu Pierre, 1984, Questions de sociologie, Paris, Minuit.

Emerson Joan, 1970, « Behavior in private places : sustaining definitions of reality in gynaecological examinations », Recent Sociology, no 2, p. 73-113.

Fassin Didier, Memmi Dominique, 2004, Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Galinski Dariusz, Ziolkowska Justyna, 2007, « The gender and the gynaecological examination. Women’s identities in doctor’s narratives », Qualitative Health Research, vol. 17, no 4, p. 477-488.

Goffman Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1, La présentation de soi, t. 2, Les relations en public, Paris, Minuit.

— 1974, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Guyard Laurence, 2008, La médicalisation contemporaine du corps de la femme : le cas de la consultation gynécologique, thèse de doctorat de sociologie, M. Segalen dir., Université Paris 10 Nanterre.

Hall Edward T., 1971 [1966], La dimension cachée, Paris, Seuil.

Hardy-Dubernet Anne-Chantal, 2005, « Femmes en médecine : vers un nouveau partage des professions ? », Revue française des affaires sociales, no 1, p. 35-58.

Heath Christian, 1993, « La conduite du patient pendant l’examen médical », Soins et communication : approche interactionniste des relations de soin, J. Cosnier, M. Grosjean, M. Lacoste dir., Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 77-83.

Henslin James M., 1971, Studies in the Sociology of Sex, New York, Appleton-Century-Crofts.

Henslin James M., Biggs Mae A., 2005 [1978], « Behavior in public places : the sociology of the vaginal examination », Down to Earth Sociology, J. Henslin dir., New York, Free Press, p. 211-223.

Mauss Marcel, 1991 [1950], « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF (Quadrige), p. 365-386.

Oudshoorn Nelly, 1994, Beyond the Natural Body. An Archaeology of Sex Hormones, Londres - New York, Routledge.

Schwartz Olivier, 1993, « L’empirisme irréductible », Anderson Nels, Le Hobo. Sociologie du sans-abri [1923], Paris, Nathan, p. 265-308.

Weber Florence, 2001 [1989], Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Anmerkungen

1 Seules deux femmes sur plus de trois cents ont décliné ma proposition.

2 Ces entretiens biographiques ont été menés auprès de sept femmes portugaises immigrées en région parisienne, dans le cadre d’un mémoire de maîtrise en ethnologie sous la direction de G. Augustins et de F. Fogel, Itinéraires de femmes portugaises. Analyse ethnologique de leurs représentations et de leurs pratiques en région parisienne, Université Paris 10 Nanterre, 1999. Une forte concentration d’immigrés d’origine portugaise dans mon voisinage avait suscité un intérêt pour cette population discrète. J’ajouterai que les femmes se sont montrées plus disposées que les hommes à m’accorder un entretien.

3 Si la position requise fait consensus dans l’ensemble des pays où est pratiquée la médecine occidentale, l’exigence de nudité ne se retrouve en revanche pas partout (Guyard 2008).

4 La parole délivrée au cours du déshabillage comme pendant l’examen gynécologique a aussi pour fonction de pallier la gêne ressentie par rapport à la nudité.

Autor

Laurence Guyard est docteure en sociologie, chargée de mission scientifique sciences ­humaines et sociales à l’Agence nationale de la recherche (ANR), attachée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, EHESS –CNRS – INSERM –  Université Paris 13), cofondatrice du Collectif de chercheurs sur la mobilité et les trajectoires sociales (CoMeTs). Elle est l’auteure d’une thèse sur la médicalisation du corps de la femme dans le cadre de la consultation de gynécologie médicale. Ses travaux portent sur la construction sociale du corps, la santé sexuelle et reproductive et le genre. Elle mène également des recherches sur la mobilité sociale et l’implication des salariés dans le cadre de dispositifs de mécénat de solidarité sociale.

© ENS Éditions, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540