Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

1. L'enquête sous contrainte relationnelle : établir et entretenir la confiance

Une sociologue et des résident(e)s en maison de retraite. Des relations d’intimité familiale et de séduction courtoise

Isabelle Mallon

Texte intégral

Encadré méthodologique
 

L’enquête a été menée de 1995 à 2000 dans le cadre d’une thèse de sociologie, sous la direction de François de Singly. Elle a permis de produire des matériaux de type ethnographique, qui peuvent être déclinés en trois corpus :
1. Des entretiens qualitatifs, semi-directifs, auprès de 32 résidents de 8 établissements d’hébergement pour personnes âgées. La moyenne d’âge est de 83,3 ans, l’amplitude des âges allant de 60 à 90 ans. Les personnes interrogées, 6 hommes et 26 femmes, sont issues de milieux sociaux variés (avec une forte présence des milieux populaires) ;
2. Des photographies des décors des chambres ont été prises à l’occasion de ces entretiens ;
3. Des observations approfondies ont été menées dans trois structures, avec un statut différent chaque fois :
– deux observations participantes, l’une d’un mois comme « faisant fonction d’aide-soignante » (sans en avoir le titre, dans le jargon hospitalier en vigueur) dans un établissement ardéchois ancien au fonctionnement encore très collectiviste ;
– l’autre comme bénévole pour la lecture du journal durant une année universitaire dans une maison de retraite associative d’un quartier périphérique de Rennes ;
– une observation d’un mois sans participation comme stagiaire dans une maison de retraite municipale récente au projet gérontologique innovant et aux services très individualisés située en banlieue parisienne.
 

Ces matériaux ont contribué à mettre en évidence des manières « idéal-typiques » de vivre en maison de retraite. Certains résidents parviennent à construire un chez-soi dans l’institution, en s’investissant dans les lieux et dans les activités proposées, en rupture avec leur existence antérieure. D’autres au contraire recréent un équilibre de vie par la mise en place de continuités fortes avec leur vie à domicile, usant de la maison de retraite à leur gré et s’appuyant sur leur famille. En revanche, une grande part des individus oscillent entre fuite (réelle ou imaginaire) de l’établissement et contestation de son fonctionnement, vécu comme excessivement collectif, en raison d’une difficile intériorisation de la nécessité de vivre en institution et d’une incapacité à s’appuyer sur leur famille, qui bien souvent se dérobe, ou sur l’institution, vécue comme une relégation. Ces manières de vivre l’institution dessinent des parcours de vieillissement dans l’institution et permettent de mettre en évidence différents processus de vieillissement à l’œuvre aux âges avancés.

 

  • 1 Elle est en partie due à l’inscription de ce thème à l’agrégation de sciences économiques et social (...)
  • 2 Voir C. Krekula (2007). En France, les travaux sur le vieillissement d’inspiration féministe explor (...)
  • 3 Cette catégorie est définie par l’exercice professionnel attaché à la période précédant la retraite

1La vieillesse est un âge de la vie encore insuffisamment questionné par le genre. Claudine Attias-Donfut remarque ainsi « l’étonnante invisibilité du vieillissement féminin » (2001, p. 197), non seulement dans la vie sociale (même si l’espérance de vie plus longue des femmes est régulièrement mise en avant), mais aussi dans la production scientifique et dans les études féministes. Ces dernières se sont en effet principalement structurées autour de la sociologie du travail et de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale (Tahon 2004). Et la nouvelle visibilité1 du champ de recherche des rapports sociaux de sexe, structuré autour de l’analyse de la catégorie de genre et de ses effets sur les pratiques sociales, néglige malgré tout l’examen des situations des hommes et des femmes aux âges élevés2. Par exemple, aucun chapitre spécifique au vieillissement ou à la vieillesse n’existe dans l’ouvrage dirigé par Margaret Maruani, Femmes, genre et société (2005). Du côté de la sociologie de la vieillesse et du vieillissement, la focalisation sur l’âge comme catégorie d’analyse conduit bien souvent à négliger ou à placer au second rang dans l’interprétation les appartenances de genre, plus encore que celles de classe ou de race, également fréquemment euphémisées. Ainsi dans la récente réédition de Sociologie de la vieillesse et du vieillissement (Caradec 2008), si l’auteur montre parfois que l’appartenance à une catégorie d’âge peut être moins décisive que l’appartenance à une catégorie socioprofessionnelle3, il ne revient pas sur la différence entre vieillissements masculin et féminin, ni sur les transformations récentes de cette différence, par manque de travaux sur la question. Pourtant, les trajectoires socioprofessionnelles sont largement construites par le genre, et on peut supposer que les statuts sexués ont des effets cumulés sur les parcours de vie. En outre, le passage à la retraite, qui a historiquement concerné d’abord les hommes, devient en ce moment une question cruciale pour les femmes et un nombre croissant d’hommes fait l’expérience du grand âge, jusqu’à présent apanage des femmes. La vieillesse est sans doute l’un des territoires où l’analyse conjointe des déterminations de genre, de classe et de race, que les chercheur(e)s féministes ont contribué à structurer et appelée de leurs vœux, reste encore à esquisser.

  • 4 À ce propos, on peut consulter C. Martin, B. Le Bihan (2006).
  • 5 Séminaire coordonné par A. Monjaret et C. Pugeault, Cerlis, mars 2006.

2En cela, ma thèse et l’ouvrage qui en a été tiré (Mallon 2001, 2004) ne dérogent pas à la situation commune dans le champ en voie de constitution de la sociologie du vieillissement. L’étude d’une population où la part des femmes est prépondérante, à la fois parce que les vieux sont d’abord des vieilles et parce que les charges de la vieillesse pèsent d’abord sur les femmes4, est opérée avec un recours minimal à la catégorie de genre pour construire le regard porté sur cette population. Ainsi, alors que j’étais peu familière des analyses en termes de genre en dépit de mon objet de recherche, je me suis, cinq ans après ma soutenance, saisie du séminaire « Le sexe de l’enquête »5 comme d’une opportunité pour mettre ma démarche d’enquête à l’épreuve du genre comme catégorie d’analyse. Le genre apparaît en effet comme un outil efficace de déconstruction de l’enquête empirique et d’éclaircissement du « rapport aux valeurs » préconisé par Max Weber (1904). Retracer la manière dont j’ai enquêté en maison de retraite et analysé les différentes manières d’y reconstituer un « chez-soi » à la lumière des questions de genre m’a incitée à identifier de quelle façon le fait d’être une femme, non seulement dans mon état civil et mon apparence physique, mais également dans mes statuts, mes rôles, ma socialisation spécifique, a orienté ma vision du monde et mes intérêts de recherche, a influencé la construction de cet objet et en a organisé la production et l’interprétation des données. Dans un premier temps, je me livrerai à une auto-socioanalyse, pour reprendre le terme de Pierre Bourdieu (2004), en objectivant la construction de l’enquête, et en mettant en évidence ce que cette construction doit à mon sexe. Dans un deuxième temps, je présenterai quelques-uns des ressorts et des pièges de cette appartenance sexuée dans la production des données et leur analyse. Enfin, je conclurai sur la variabilité des effets du genre selon les contextes de l’enquête.

1. Un sujet féminin

  • 6 Elle l’est moins par ses auteurs, même si la place des femmes y est importante, que par le poids ma (...)
  • 7 On identifie cette valorisation de la dimension relationnelle dans des travaux sur les infirmières (...)

3En déposant un sujet de thèse intitulé La recréation d’un « chez-soi » par les personnes âgées en maison de retraite, sous la direction de François de Singly, je m’affiliais à une sociologie de la famille et de la vie privée très largement féminisée6. Les termes mêmes du sujet trahissent des intérêts de recherche identifiés comme féminins. Le « chez-soi » se fait notamment l’écho d’un intérêt pour la vie privée et l’intime, auxquels ont été historiquement assignées les femmes en Occident (Perrot 1999). Quant à la population enquêtée – les personnes âgées –, elle est habituellement prise en charge par les femmes. Ma perspective de recherche peut également être rapportée à une construction féminine du regard scientifique : la maison de retraite est en effet un « petit objet » concret, circonscrit, un microcosme. L’étudier à partir du point de vue des personnes âgées, en s’attachant davantage aux manières dont elles composent avec l’institution qu’à la façon dont les structures et l’organisation institutionnelles pèsent sur leurs conduites, renvoie pareillement à une « inclination féminine » pour l’intérêt relationnel des échanges entre le personnel de soins et d’encadrement et les résidents, plutôt que pour ses dimensions techniques et professionnelles7. De ce point de vue encore, les termes utilisés, peu techniques et même peu sociologiques, renforcent encore l’idée d’un sujet « féminin ».

4En définitive, l’une des meilleures preuves du caractère féminin de ce sujet peut être lue dans sa marginalisation renforcée face aux objets canoniques et domaines d’investigation centraux de la sociologie. Il s’agissait d’analyser les personnes âgées au plus près de leurs discours et de leurs pratiques, en tant que sujets, et non de les appréhender comme des objets, à travers les politiques publiques ou encore le travail des professionnels ou des familles, mis en œuvre par leur dépendance supposée. Rendre ainsi raison d’une institution « par le bas », en s’attachant moins aux contraintes et à la domination pesant sur la vie des résidents qu’à « ce qui ne s’y ramenait pas » (Bayart 1985), constituait également un choix d’enquête marginal par rapport aux travaux existants, et féminin dans le souci d’aller au-delà des faits les plus publics, ou les plus immédiatement visibles dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées. Cette perspective marginale a facilité les négociations auprès des institutions, puisqu’elle apparaissait peu menaçante. Enfin, ce sujet était féminin parce qu’il prenait pour objet un univers surféminisé.

2. Les maisons de retraite : des univers sociaux surféminisés

  • 8 Ces établissements regroupent les unités de soins de longue durée, les résidences d’hébergement tem (...)
  • 9 Les promotions des directeurs d’établissements sanitaires et sociaux à l’EHESP (École des hautes ét (...)

5Les maisons de retraite et plus largement les établissements d’hébergement collectif pour personnes âgées8 sont très féminisés. Sur les 644 000 personnes hébergées au 31 décembre 2003, les trois quarts sont des femmes (Tugores 2006). À âge égal, les femmes résident deux fois plus souvent que les hommes en institution, notamment parce que les hommes bénéficient du soutien de leur conjointe jusqu’au bout de leur vie, alors que les femmes vieillissent seules (Delbès, Gaymu, Springer 2006). Si les résidents sont surtout des résidentes, les personnels de ces institutions sont également plus souvent des femmes que des hommes. Organisé autour de soins de nursing pour les résidents et du maintien de la propreté des lieux, collectifs et individuels, le plus fort volume du travail en maison de retraite est assumé par des aides-soignantes et des agents de service, professions peu techniques, dominées et fortement féminisées (Arborio 2001). Mais même les fonctions de direction ou les professions plus techniques (comme celle d’infirmières) sont ici plus féminisées qu’ailleurs : sur les huit établissements étudiés dans le cadre de ma thèse, six sont dirigés par des femmes. Deux sont officiellement gérés par le même homme, mais le pilotage réel des établissements est confié à un psychologue d’une part, et à une cadre infirmière d’autre part9. Les rares hommes présents en maison de retraite sont cuisiniers ou hommes « à tout faire », beaucoup plus rarement infirmiers ou aides-soignants. Les personnes présentes dans la durée en maison de retraite, résidentes comme soignantes ou aidantes, sont ainsi des femmes plutôt que des hommes.

6Les visiteurs en institution sont également majoritairement des femmes, qu’il s’agisse de membres de la famille des résident(e)s ou de bénévoles aux missions diverses (prise en charge d’activités culturelles, artistiques ou sportives, ou simples visites). En effet, le soutien familial aux parents âgés, orchestré et accompli principalement par les femmes, ne s’arrête pas avec l’entrée en institution, contrairement aux idées reçues. Le bénévolat dans le domaine de l’action sociale est par ailleurs souvent une affaire de femmes alors que cette pratique est de manière générale plutôt masculine (Prouteau, Wolff 2004).

  • 10 Contrairement à G. Pruvost, par exemple, qui insiste sur l’adoption, lors de son enquête sur la fém (...)

7Ainsi, la maison de retraite est un lieu où se côtoient avant tout des femmes, d’âges variés. Aussi les ressorts de l’appartenance au sexe féminin y sont-ils plus immédiatement visibles que les pièges : mon sexe, objectivement accordé à l’univers social étudié – ainsi que mon âge, voir infra –, a permis une négociation aisée de ma présence sur le terrain et favorisé mon entrée sans que je détonne dans des rôles eux-mêmes accordés au projet de recherche, tant dans le cadre de l’observation que dans celui de l’entretien. Je n’ai pas eu à mener un travail spécifique sur moi-même, à transformer mon apparence et mes postures10 pour « aller sur le terrain » : la variété des femmes rencontrées en institution, membres du personnel, résidentes ou visiteuses confondues, est suffisamment forte pour qu’un nouvel élément féminin y apparaisse banal.

3. Les effets du genre sur les postures d’enquête

  • 11 Voir la distinction opérée par S. Beaud et F. Weber (2003) entre enquête par familiarisation et enq (...)

8Les chercheur(e)s oscillent sur le terrain entre deux postures : la complicité, supposant une familiarité avec le terrain, construite dans la durée, avant ou pendant l’enquête ; et la curiosité, pouvant parfois prendre la forme de la naïveté, partiellement liée à la position d’extériorité sociale des chercheur(e)s vis-à-vis de leurs terrains d’enquête. Ces postures permettent aux enquêtés de se confier selon deux logiques typiques : la confidence et la confession (Kaufmann 1996). Si une enquête peut être gouvernée par le passage de l’une à l’autre de ces postures11, c’est souvent au cœur du travail de terrain, au cours d’une même observation ou d’un même entretien, que les chercheur(e)s oscillent entre ces deux conduites, diversement investies selon les personnes et les univers sociaux rencontrés, voire selon les dimensions de l’enquête. Ainsi, ma position de femme m’a largement ouvert les espaces privés, voire intimes (les chambres, les salles de bains au moment des toilettes, par exemple), des personnes âgées en institution, et particulièrement des femmes. Elle m’a également permis d’être identifiée facilement par les résident(e)s, qui m’ont attribué des rôles, variés selon leur sexe, en favorisant le plus souvent l’établissement de la confiance par la complicité.

  • 12 De ce point de vue pourtant, je suis un peu à part : poussée par les autres aides-soignantes qui sa (...)
  • 13 Bien plus qu’aux espaces privés, où la présence du personnel est moins légitime quand elle n’est pa (...)

9L’entrée sur le terrain a ainsi été facilitée. En maison de retraite, je suis banale, une stagiaire parmi d’autres, une étudiante venue en renfort pendant les vacances pour pallier le manque chronique de personnel, une des « petites » qui passent faire les chambres, aident à la toilette et aux repas. Je bénéficie alors d’un accès élargi aux différents espaces, professionnels – cuisine, salle de repos des aides-soignantes, infirmerie, réception – où quelques résident(e)s se risquent pourtant, mais aussi collectifs – cafétéria, bibliothèque, salle à manger – où le territoire se partage entre aides-soignantes et personnes âgées12, et surtout aux espaces d’intimité corporelle13 des résidents qui ont besoin d’aide. Les toilettes, et plus généralement les soins du corps, qu’ils soient médicaux, d’hygiène ou de confort, sont habituellement pris en charge par les aides-soignantes. Rien de plus facile, une fois dépassée ma propre pudeur encombrante, que d’accéder à ces lieux et à ces moments d’intimité, essentiels dans une recherche où la question de la reconstitution du chez-soi prend l’espace comme analyseur et s’articule à la question du maintien de soi dans une institution souvent décrite comme collective à l’extrême.

10Ce bénéfice du sexe féminin est apparu à plusieurs reprises, dans l’observation de l’intimité des résidentes ; l’appartenance de sexe s’est révélée le ressort d’une complicité entre personnes âgées et aides-soignantes, nouée autour du corps et de son entretien :

Coucher de madame Desfarges : elle a actuellement un ulcère à la fesse et Rémi, l’infirmier, m’a prévenue [plus tôt dans la journée] qu’elle est excessivement pudique et qu’il me faudrait sortir quand le médecin l’examinerait [ce que j’ai fait]. Nous la déshabillons à deux, avec Renée, et la faisons basculer sur son lit. Avant de la quitter, Renée lui met une serviette sous les seins : « Cadeau de la maison ! » « Ah bon ? » fais-je sans comprendre. « Oui, comme j’ai de gros seins, on me met une serviette, parce que j’ai des rougeurs partout, alors ça évite. » (Journal du 3 juin 1997)

11Les limites de la pudeur de Mme Desfarges, rapidement atteintes dans le cadre d’une consultation et de soins médicaux opérés par deux hommes, se trouvent repoussées dans l’aide quotidienne apportée par les femmes. En raison de cette complicité féminine, j’ai eu accès à différentes scènes de l’intimité, de manière sans doute plus aisée qu’un homme placé dans une situation similaire. Ainsi, j’ai très facilement pu participer à la toilette, des femmes comme des hommes, dans des espaces collectifs ou individuels, tant le lavage des corps apparaît comme un rôle féminin traditionnel (Verdier 1976), rendant ma présence et mon activité en ces lieux banales.

12Si j’ai bénéficié d’un accès facilité aux espaces féminins, j’ai en revanche moins exploré les espaces masculins : tables de jeu de cartes, salles de billard, espaces extérieurs où se tenaient les résidents. La complicité masculine, présente également en institution, entre les rares hommes présents, résidents ou membres du personnel, se fonde sur le partage d’activités réputées typiquement masculines : la vision et le commentaire de matchs de football, de sports mécaniques, le bricolage, parfois le jardinage. Les jeux sont aussi l’occasion de sociabilités masculines assez exclusives, dans lesquelles la position d’observation se révèle difficilement tenable pour moi. Je dérange. Je perturbe la situation parce que je n’y trouve pas ma place : l’observation y est trop manifeste et rend les hommes attentifs à leur comportement, silencieux, mal à l’aise, observant à leur tour ma présence, par des coups d’œil en coin. Les observations de ces espaces publics appropriés par les hommes ont donc été restreintes, principalement par ma difficulté à tenir la position d’observatrice extérieure.

4. L’attribution de rôles différents par les résidents et les résidentes dans l’entretien

  • 14 L’importance de ces repères générationnels m’a été révélée dans une enquête ultérieure où leur abse (...)

13L’établissement de la confiance dans l’entretien repose en partie sur les capacités des chercheur(e)s à assurer la personne rencontrée de l’anonymat, de la confidentialité de ses réponses et de l’usage strictement scientifique de son discours. Il repose également sur la construction de terrains d’entente, qui rendent possibles les questions des un(e)s et les réponses des autres. Ces accords ne reposent pas seulement sur les thèmes abordés, ou sur les éléments du discours, mais aussi sur les rôles attribués par l’enquêté(e) à l’enquêteur ou à l’enquêtrice, à partir de la perception de ses qualités sociales, de tout ce qui peut renvoyer l’interaction à un canevas connu, familier. Se couler dans ces rôles proposés par les enquêté(e)s ou les refuser quand ils ne servent pas le travail de recherche permet de fonder ces terrains d’entente et de produire des matériaux heuristiques. Ainsi, j’ai le plus souvent établi la confiance dans les entretiens avec les résidentes (dans la négociation de l’entretien comme durant son déroulement) en endossant un rôle de quasi-petite-fille, ou de quasi-petite-nièce, ou encore d’aide-soignante (auprès des personnes n’ayant pas de petits-enfants). Une partie des femmes rencontrées l’ont été grâce à mes propres grands-parents : une de mes grands-mères m’a adressée à l’une de ses amies, et un de mes grands-pères m’a ouvert les portes d’une institution, dont il était membre du conseil d’administration. Ces entrées sur le terrain me prédisposaient à construire la relation d’enquête sur le mode des relations avec mes propres grands-parents. En particulier, l’appartenance de mes grands-parents aux mêmes générations et parfois aux mêmes univers sociaux m’a fourni des repères pour conduire les entretiens, pour situer les parcours de vie dans le temps, pour ne pas poser trop de questions « à côté », pour favoriser l’empathie nécessaire au dialogue spécifique de l’entretien de recherche14. Mais mon comportement dans l’entretien m’a également été indiqué par les enquêtées, qui ont reconduit avec moi les formes de relations entretenues par ailleurs avec leurs petites-filles ou leurs petites-nièces, qui sont de ma génération, sinon de mon âge exact, ou des aides-soignantes, avec lesquelles les relations se construisent sur un mode quasi maternel ou grand-maternel.

  • 15 En outre, selon une étude canadienne, les enquêteurs provoqueraient davantage de discours centrés s (...)

14Comment caractériser cette invitation à se positionner dans un rôle de petite-fille au cours de l’entretien autrement que par les impressions diffuses liées à des positions objectives de génération ? D’une part, par la manière dont ces femmes âgées ou très âgées s’adressaient à moi : chaleureuses, sur un mode souvent émotionnel, et partageant volontiers leurs expériences. D’autre part, par les références explicitement faites à des petits-enfants de mon âge, aux trajectoires et aux expériences de vie similaires ou différentes. J’ai accepté d’endosser ce rôle parce qu’il servait mes intérêts de recherche : dans une enquête cherchant à analyser la construction ou la reconstruction d’une vie privée par les personnes vivant en maison de retraite, le recours à des relations construites sur un mode quasi familial facilitait l’accès aux discours sur le privé, la famille et l’intimité15. Cependant, certaines personnes m’avaient identifiée comme une assistante sociale : il a fallu de nombreux efforts pour les détacher de cette représentation et les amener à livrer une partie de leur vie privée. Enfin, cette identification à une quasi-petite-fille n’a pas été le fait de toutes les enquêtées et elle n’a pas joué de manière continue au long des entretiens : la connivence a pu s’établir sur d’autres dimensions de la vie sociale, comme la connaissance commune de lieux géographiques, ou par d’autres complicités genrées, reposant par exemple sur une expérience partagée des tensions entre vie professionnelle et vie familiale.

  • 16 Cette réaction apparaît typique des membres de ma génération et de mon âge à l’époque, pour qui les (...)
  • 17 Toutefois, les observations (les miennes ou celles des personnels) mentionnent à plusieurs reprises (...)

15En revanche, ce rôle momentané de quasi-petite-fille ne m’a jamais été attribué par les hommes rencontrés lors d’entretiens formels ou informels au cours d’observations. L’empathie a été moins évidente qu’avec les femmes, la complicité ne s’est pas établie sous cette forme « familiale », sans pour autant mettre en péril la confiance entre chercheure et enquêté. Ainsi, les seuls entretiens enregistrés dans des espaces publics – cafétéria et salle de télévision – l’ont été auprès de deux hommes m’ayant refusé l’accès à leur chambre, ce qui met en évidence la préférence masculine pour les espaces collectifs. Les résidents se sont positionnés dans des rôles de séducteurs potentiels, mais gentlemen, avec lesquels je n’avais « rien à craindre ». Un peu interloquée – tant cette possibilité ne m’avait pas effleuré l’esprit16 –, j’ai tout de même accrédité leur définition de la situation d’entretien en entrant dans une relation courtoise, mettant à distance la séduction. La confiance établie avec les hommes repose sur un effort de neutralisation des dimensions sexuelles de mon comportement, et sur le caractère universitaire, technique, du travail d’enquête, alors que simultanément, les hommes laissent entendre dans leurs discours une dimension de la vie privée et publique en institution presque totalement occultée dans les discours féminins enregistrés en entretien17 (par un effet pervers du rôle de petite-fille ?) : la sexualité.

5. La sexualité constitutive des relations de genre en institution

16Michel Bozon rappelle que sexualité et rapports sociaux de genre sont en constante interaction, dans une structuration réciproque :

[…] les actes, les significations et les expériences de la sexualité prennent source dans une socialisation et une élaboration sociale, qui les imprègnent de la structure inégalitaire des rapports de genre. Réciproquement, la domination de genre qui résulte de l’action de diverses instances sociales, est très généralement justifiée et légitimée en usant du langage de la sexualité. (Bozon 2001, p. 185)

  • 18 Les aides-soignantes m’ayant rapporté avoir surpris des résidents en train d’avoir des relations se (...)

17Les rapports sociaux entre les sexes en institution n’échappent pas à cette structuration par la sexualité. Or l’« organisation institutionnelle de la sexualité » (Giami 1999) en maison de retraite est construite par défaut, contrairement à d’autres institutions totales, comme la prison, l’hôpital psychiatrique, les établissements d’accueil pour handicapés mentaux, où la sexualité des usagers est prise en compte et débattue, même si c’est pour la contenir dans certaines formes, principalement en raison de sa fonction procréatrice. La sexualité des vieux étant un tabou, elle n’est le plus souvent même pas supposée par les personnes travaillant en institution18. Ce tabou est redoublé pour les familles, les enfants imaginant difficilement une sexualité de leur parent âgé. Tue ou euphémisée dans les discours, la sexualité semble cependant toujours prête à sourdre dans les interstices de la vie sociale et, à ce titre, elle régule aussi les relations entre les genres et entre les acteurs en maison de retraite.

18Pour les personnes âgées enquêtées, nées aux alentours de la guerre de 1914-1918, la sexualité n’est légitime que dans le cadre du mariage. Aussi la sexualité des couples mariés n’est-elle ni questionnée ni soupçonnée. En dehors de ce cadre légitime, la sexualité est toujours vue comme susceptible de déborder, en particulier lorsque les personnes vivent ensemble hors des liens du mariage. Les deux couples vivant « à la colle » selon les termes d’une des conjointes se défendent ainsi dès le début de l’entretien d’une quelconque vie sexuelle. Ils vivent « comme frère et sœur » et leurs couples fonctionnent comme des antidotes à la solitude, et non sur une entente érotique. Mais dans les différents établissements, le jaillissement de la sexualité de l’autre sexe est toujours pressenti : ainsi les histoires rapportées par les hommes de « mauvaises femmes », de « coureuses », ou encore l’accusation, injustifiée, de « faire des béguins ». Ainsi également, la distance évoquée à mots couverts par certaines femmes à l’égard des hommes. Si elles ont des amies, « avec les hommes, c’est moins facile ». Dans ce contexte surféminisé, la sexualité des hommes est la plus soupçonnée, le désir de l’homme étant vu comme dominant (Bajos, Bozon 1999). C’est alors très largement par ma position de femme et le statut d’aide-soignante que j’ai pu prendre conscience de la manière dont la sexualité structure les relations de genre en institution, et oblige chacun à faire des efforts pour composer avec la mixité. C’est en tant qu’aide-soignante que j’ai pu assister à l’altercation entre une des « filles » et un résident ayant ses entrées dans la cuisine. « Elle se retourne, le frappe : “Écoutez, je vous ai déjà dit de pas faire ça ! Vous me mettez la main aux fesses, et avec moi, ça marche pas !” » (journal du 19 juin 1997). C’est aussi lors des pauses du travail que j’ai pu avoir accès aux « histoires de cul » des résident(e)s, racontées de nombreuses fois par les aides-soignantes, ainsi qu’à la manière dont les mots de la sexualité deviennent des armes de défense contre l’institution. « Nathalie [une aide-soignante] me raconte que madame Flanchon, en pleine réunion entre personnel et résident(e)s, se lève brusquement. “Bon, c’est pas le tout, mais je vais aller faire pisser ma chatte.” Elle commente : “J’avais honte. Tout le monde était là, même la directrice. Tout le monde a fait semblant de rien” » (journal du 4 juin 1997). C’est enfin ma participation aux soins qui m’a rendue sensible aux tactiques développées par les aides-soignantes pour neutraliser les dimensions sexuelles de leurs gestes lors des toilettes des hommes : la désérotisation de la relation passe aussi bien par l’humour que par le recours à la « technique ». Tout geste mou, ambigu, indécis est proscrit. Le corps à laver est divisé entre zones dangereuses et zones neutres. Et la parole vient en renfort des gestes pour détourner l’attention du corps, et indiquer clairement le respect des limites de l’intimité. Le bain de M. Mathieu en est un bon exemple :

Josiane achève de le laver. Elle lui lave les jambes. Pour les fesses et le sexe, elle lui donne le gant : « Allez, lavez-vous, vous êtes grand. » Elle frotte terriblement fort, à tel point qu’il se rebelle : « Eh dis, ça va ! » « Qu’est-ce que vous voulez, je frotte, moi ! La dernière fois, mes nièces étaient chez moi, elles m’ont dit, mais t’es folle de frotter comme ça ! Alors, moi, je frotte. » Elle le rince, le dos, le devant, puis l’aide à se mettre debout pour rincer le reste. Je l’aide à sortir de la baignoire, elle lui sèche la tête, le buste. « Vous êtes grand, le reste vous le ferez ! » Il s’essuie donc les fesses, le sexe. Elle lui essuie les jambes, lui coupe les ongles de pied, et commence à l’habiller. Elle lui enfile son slip, ses chaussettes, qu’il remonte ensuite seul, de même que son pantalon. (Journal du 20 juin 1997)

19L’observation aisée, la complicité autorisant à me rapporter ces anecdotes n’auraient sans doute pas été aussi évidentes si je n’avais pas été une femme. L’intuition sociologique d’une sexualité comme principe actif et dangereux pour les relations au sein de l’institution a probablement été perçue à partir de cette investigation empirique féminine.

 

20Ainsi, il est indéniable que mon sexe et mon genre ont joué un grand rôle dans la réussite de l’enquête, dans l’accès aisé aux enquêtés, aux espaces de l’institution, dans la capacité à susciter le discours (l’écoute compréhensive est plus souvent attribuée aux femmes qu’aux hommes dans les représentations sociales). La confiance dans la relation d’enquête a pourtant été instaurée de manière très différente pour les hommes et les femmes : alors qu’elle s’est établie de manière spontanée sur le registre de l’intimité familiale avec les femmes, elle a été construite avec les hommes sur le mode de la séduction courtoise, refoulant la sexualisation de la relation. Ce contraste n’est pas spécifique au terrain de la maison de retraite : j’ai également observé cette structuration sexuée de l’intimité de la relation d’enquête lors d’un terrain sur le vieillissement en milieu rural isolé, où la population d’enquête était beaucoup moins féminisée. Pourtant, les effets d’âge ou de génération m’ont semblé beaucoup plus massifs que les effets de genre. Pourquoi cet aveuglement initial aux questions de genre ? Une double réponse peut être apportée : la surféminisation de la maison de retraite, conforme à la surféminisation des personnes âgées et très âgées, a en quelque sorte invisibilisé ma propre appartenance de sexe. J’aurais beaucoup plus vivement ressenti ma féminité dans un milieu masculinisé ou surmasculinisé. Par ailleurs, les théories du vieillissement et les théories du genre sont longtemps restées étrangères les unes aux autres : mon aveuglement individuel est pris dans une cécité collective. De tels constats invitent alors à construire le genre comme une dimension essentielle de toute enquête sur le vieillissement, non seulement dans sa construction méthodologique, mais aussi dans sa conception théorique.

Bibliographie

Arborio Anne-Marie, 2001, Un personnel invisible. Les aides-soignantes à l’hôpital, Paris, Anthropos.

Attias-Donfut Claudine, 2001, « Sexe et vieillissement », La dialectique des rapports hommes-femmes, T. Blöss dir., Paris, PUF, p. 197-215.

Attias-Donfut Claudine, Tripier Pierre dir., 2001, Vieillir jeunes, actifs et disponibles, no 31 des Cahiers du genre.

Bajos Nathalie, Bozon Michel, 1999, « La sexualité à l’épreuve de la médicalisation : le Viagra », Actes de la recherche en sciences sociales, no 128, p. 34-37.

Bayart Jean-François, 1985, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, no 3, p. 343-373.

Beaud Stéphane, Weber Florence, 2003, Le guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Bourdieu Pierre, 2004, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir.

Bozon Michel, 2001, « Sexualité et genre », Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, J. Laufer, C. Marry, M. Maruani dir., Paris, PUF, p. 169-186.

Caradec Vincent, 2008, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin.

Delbès Christiane, Gaymu Joëlle, Springer Sabine, 2006, Les femmes vieillissent seules, les hommes vieillissent à deux. Un bilan européen, no 419 de Population et sociétés.

Dubet François, Martuccelli Danilo, 1998, Dans quelle société vivons-nous ? Paris, Seuil.

Ferrand Michèle, 2004, Masculin-Féminin, Paris, La Découverte.

Gestin Agathe, 2002, « La “Supermamie” : émergence et ambivalence d’une nouvelle figure grand-maternelle », Dialogue, no 148, p. 22-31.

Giami Alain, 1999, « Les organisations institutionnelles de la sexualité », Handicap : revue de sciences humaines et sociales, no 83, p. 3-29.

Kaufmann Jean-Claude, 1996, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan Université (128).

Krekula Clary, 2007, « The intersection of age and gender : reworking gender theory and social gerontology », Current Sociologie, vol. 55, no 2, p. 155-171.

Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margaret dir., 2001, Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF.

Mallon Isabelle, 2001, La reconstruction d’un « chez-soi » par les personnes âgées en maison de retraite, thèse de doctorat de sociologie, F. de Singly dir., Université René Descartes.

— 2004, Vivre en maison de retraite. Le dernier « chez-soi », Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Martin Claude, Le Bihan Blanche, 2006, Travailler et prendre soin. Des femmes face à la dépendance d’un parent âgé, Rennes, Éditions ENSP.

Maruani Margaret dir., 2005, Femmes, genre et société. L’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Molinier Pascale, 2000, « Travail et compassion dans le travail hospitalier », Cahiers du genre, no 28, p. 49-70.

Pennec Simone, 2001, « Les liens sociaux au moment du passage à la retraite : différence entre les sexes », La retraite : une révolution silencieuse, M. Legrand dir., Toulouse, Érès, p. 159-178.

Perrot Michelle dir., 1999, De la Révolution à la Grande Guerre, t. 4 de l’Histoire de la vie privée, P. Ariès et G. Duby dir., Paris, Seuil.

Prouteau Lionel, Wollf François-Charles, 2004, « Donner son temps : les bénévoles dans la vie associative », Économie et statistique, no 372, p. 3-39.

Pruvost Geneviève, 2007, « Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain, no 48, p. 131-148.

Stephenson Peter H., Wolfe Nuala K., Coughlan Rory, Koehn Sharon D., 1999, « A methodological discourse on gender, independence, and frailty : applied dimensions of identity construction in old age », Journal of Aging Studies, vol. 13, no 4, p. 391-401.

Tahon Marie-Blanche, 2004, Sociologie des rapports de sexe, Rennes-Ottawa, Presses universitaires de Rennes - Presses de l’Université d’Ottawa.

Trincaz Jacqueline, 1997, « Paroles de jeunes sur la sexualité des vieux », Gérontologie et société, no 82, p. 146-160.

Tugores François, 2006, La clientèle des établissements d’hébergement pour personnes âgées. Situation au 31 décembre 2003, no 485 d’Études et résultats.

Vega Anne, 2000, Une ethnologue à l’hôpital. L’ambiguïté du quotidien infirmier, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Verdier Yvonne, 1976, « La femme-qui-aide et la laveuse », L’Homme, vol. 16, no 2-3, p. 103-128.

Weber Max, 1992 [1964], Essais sur la théorie de la science [1904-1917], Paris, Plon.

Notes

1 Elle est en partie due à l’inscription de ce thème à l’agrégation de sciences économiques et sociales de 1998, puisqu’une partie des ouvrages faisant le point sur ces questions dérive de cours dispensés durant la préparation à ce concours. C’est le cas de M. Ferrand (2004) et de J. Laufer, C. Marry, M. Maruani (2001).

2 Voir C. Krekula (2007). En France, les travaux sur le vieillissement d’inspiration féministe explorent surtout l’entrée dans la vieillesse. Voir le numéro spécial des Cahiers du genre sous la direction de C. Attias-Donfut et P. Tripier (2001) ; S. Pennec (2001) ; A. Gestin (2002).

3 Cette catégorie est définie par l’exercice professionnel attaché à la période précédant la retraite.

4 À ce propos, on peut consulter C. Martin, B. Le Bihan (2006).

5 Séminaire coordonné par A. Monjaret et C. Pugeault, Cerlis, mars 2006.

6 Elle l’est moins par ses auteurs, même si la place des femmes y est importante, que par le poids majoritaire des étudiantes au sein des formations de la discipline, et que par son objet même, éloigné des préoccupations d’une sociologie « générale », fondée sur l’analyse d’une société structurée par le travail. Sur ce dernier point, voir F. Dubet et D. Martuccelli (1998).

7 On identifie cette valorisation de la dimension relationnelle dans des travaux sur les infirmières (Vega 2000) ou les aides-soignantes (Arborio 2001).

8 Ces établissements regroupent les unités de soins de longue durée, les résidences d’hébergement temporaire, les maisons de retraite, autonomes ou rattachées à un hôpital, et les logements-foyers. Source : DREES.

9 Les promotions des directeurs d’établissements sanitaires et sociaux à l’EHESP (École des hautes études en santé publique) sont également féminisées, de même que celles des formations diplômantes CAFDES (directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale).

10 Contrairement à G. Pruvost, par exemple, qui insiste sur l’adoption, lors de son enquête sur la féminisation de la police, du « genre féminin non accentué exigé des femmes policiers » (2007, p. 142), impliquant une certaine virilisation, avec un effacement des signes extérieurs de féminité et la démonstration de bravoure et d’une bonne condition physique.

11 Voir la distinction opérée par S. Beaud et F. Weber (2003) entre enquête par familiarisation et enquête par distanciation. L’enquête par familiarisation consiste à passer d’une posture initiale de curiosité à une posture finale de complicité, quand l’enquête par distanciation fait accomplir au chercheur un cheminement inverse.

12 De ce point de vue pourtant, je suis un peu à part : poussée par les autres aides-soignantes qui savent que je « fais une étude » sur les personnes âgées vivant en institution (« vas-y leur parler, toi, puisque tu fais cette étude ! »), je fréquente plus les espaces collectifs que ne le font habituellement les aides-soignantes. J’ai également davantage parlé aux résident(e)s que ne le font les professionnelles, qui regrettent de n’avoir pas plus de temps à consacrer aux dimensions relationnelles de leur métier, absorbées par le soin des corps et le ménage des espaces.

13 Bien plus qu’aux espaces privés, où la présence du personnel est moins légitime quand elle n’est pas commandée par un service à rendre, du ménage à faire.

14 L’importance de ces repères générationnels m’a été révélée dans une enquête ultérieure où leur absence m’a déstabilisée dans la conduite de l’entretien.

15 En outre, selon une étude canadienne, les enquêteurs provoqueraient davantage de discours centrés sur la carrière, quand les enquêtrices faciliteraient l’expression de l’intimité et de la vie privée (Stephenson et al. 1999).

16 Cette réaction apparaît typique des membres de ma génération et de mon âge à l’époque, pour qui les relations sexuelles des personnes âgées sont impensées, sinon impensables (Trincaz 1997), entre elles, mais également avec des personnes plus jeunes.

17 Toutefois, les observations (les miennes ou celles des personnels) mentionnent à plusieurs reprises la sexualité dans la structuration des relations en institution, relations entre les résident(e)s, mais également entre résident(e)s et personnels. Voir sur ce thème P. Molinier (2000).

18 Les aides-soignantes m’ayant rapporté avoir surpris des résidents en train d’avoir des relations sexuelles l’ont toutes découvert « par hasard », en pénétrant à l’improviste dans une chambre.

Auteur

Isabelle Mallon est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Lyon 2, Groupe de recherche sur la socialisation (GRS, Université Lumière Lyon 2 – ENS de Lyon – CNRS). Ses recherches portent sur les formes de la vie à la vieillesse et les processus de vieillissement à l’œuvre dans des contextes socio-­spatiaux singuliers : les maisons de retraite, le milieu rural isolé.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540