Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

1. L'enquête sous contrainte relationnelle : établir et entretenir la confiance

Introduction

Prise de contact et assignations de place sur le terrain

Texte intégral

  • 1 J. Stevanovic et P. Combessie évoquent la spontanéité du tutoiement quand il y a proximité d’âge av (...)
  • 2 Dans le cadre d’une enquête délicate sur la sexualité, P. Combessie souligne sa « sympathie » à l’é (...)
  • 3 Tel a été le cas pour G. Pruvost qui se voit refuser l’observation d’une brigade criminelle dont le (...)
  • 4 A. Jeanjean remarque que « plus le temps passait », et plus elle devenait ethnologue et amie aux ye (...)
  • 5 Pour établir une relation de confiance et favoriser la libre expression sur une pratique aussi inti (...)
  • 6 L’état de vulnérabilité des détenus interpelle M. Bessin et M.-H. Lechien confrontés aux demandes d (...)
  • 7 C’est le cas dans l’enquête de P.-N. Denieuil.

1Les textes des contributeurs ou contributrices livrent un accès pour étudier les manières d’établir et de renforcer une relation de confiance, indépendamment du caractère sexué de la relation d’enquête. Le tutoiement en est une expression1. D’autres modalités d’échange sont identifiables. Le fait de prendre parti apparaît comme une stratégie impliquant de sortir de sa réserve en exprimant des valeurs2. Mais il arrive que les portes du terrain demeurent closes, sans ajustement possible, quand le sexe de l’enquêteur ou enquêtrice n’est pas le sexe majoritaire sur le terrain3. Le contact établi, encore faut-il savoir l’entretenir. Renforcer la confiance s’éprouve dans la durée et, traditionnellement, concerne davantage le travail de l’ethnologue que celui du sociologue. Au fil du terrain, compte tenu du temps long de l’enquête, les rapports se transforment4. Autre aspect intéressant, la qualité du lien s’exprime dans les modalités retenues pour communiquer formellement avec l’enquêteur ou enquêtrice, le maintien de la confiance favorisant une relation plus personnalisée5. Les enquêteur(trice)s sont régulièrement dépendant(e)s du climat relationnel imposé par les enquêté(e)s tout en pouvant être soumis(e)s à de fortes tensions émotionnelles6. La validation de la relation passe parfois aussi par le don, un transfert matériel7

  • 8 Pour accéder aux femmes entrepreneures, P.-N. Denieuil passe par l’intermédiaire de chercheures tun (...)
  • 9 L’altérité sexuelle se meut en atout sous la plume d’A. Jeanjean évoquant ses interlocuteurs mascul (...)
  • 10 Dans les prisons étudiées par M. Bessin et M.-H. Lechien, l’enquêtrice accède moins vite que l’enq (...)
  • 11 Les caractéristiques relationnelles du terrain sont toujours complexes, et en isoler artificielleme (...)

2Les exemples précédents renvoient à des questions classiques en sciences sociales et à une injonction contradictoire : car comment se montrer assez proche pour étayer la relation sans verser dans la conversation engagée et sans se sentir débiteur ou débitrice vis-à-vis de son interlocuteur ou interlocutrice ? Plus largement, comment parvenir à s’imposer du fait de son genre ? Comment continuer d’apprivoiser l’autre ? Comment s’adapter à des assignations de places instables ? Quelle est la bonne distance à adopter ? Dans certaines situations, la négociation de sa place d’enquêteur ou enquêtrice fait écho à la quasi-obligation de s’appuyer sur des informateurs ou informatrices de l’autre sexe8. Les enquêtes ciblant des expériences douloureuses pousseraient à le penser, tant l’identité de sexe peut sembler garantir l’expression sincère de sentiments ambivalents. Cependant, les textes réunis ne laissent guère de doute, il serait vain de préjuger de l’existence d’un avantage comparatif a priori lié au statut sexué de l’enquêteur ou enquêtrice et, plus largement, aux caractéristiques genrées du terrain étudié9. Le sociologue et l’ethnologue ne maîtriseront jamais les effets de leur positionnement sur la scène d’enquête, mais ils peuvent les questionner. C’est peut-être lorsque le déroulement de l’enquête se heurte à des résistances que l’on perçoit plus nettement ce que le terrain doit au genre. Les contributions sur les « institutions totales » (la prison et le navire) révèlent le poids des stéréotypes et des valeurs ambiantes10. Les contraintes qui pèsent sur la vie quotidienne en institution totale rendent peut-être plus directement visibles des phénomènes plus diffus, mais présents dans des contextes mixtes11.

  • 12 Ni épouse ni groupie, A. Saouter devait construire son rôle. Elle y est aidée par un ancien athlète (...)
  • 13 Pour I. Mallon, savoir endosser les rôles attribués par les enquêté(e)s importe. Accepter d’endosse (...)
  • 14 Sur son terrain, la marge de manœuvre de J. Stevanovic est étroite. Elle se demande ce qui pousse l (...)
  • 15 L’enquête de P. Combessie sur la sexualité favorise le glissement.
  • 16 I. Mallon évoque à ce titre son « rôle momentané » de quasi-petite-fille. Le plus souvent identifié (...)
  • 17 J. Stevanovic enquête avec un cameraman homme que les marins doivent intégrer : ils le feront par é (...)

3Même favorable dans certains contextes, l’appartenance sexuelle ne garantit rien : la relation d’enquête se construit et se conquiert à l’aide d’éléments non exclusifs renvoyant notamment aux assignations de place – potentiellement liées à des attentes très générales. Il n’empêche, la latitude du sociologue et de l’ethnologue pour répondre à ces attentes s’avère variable et est plus ou moins contrainte par les acteurs de terrain12. Gagner la confiance, la complicité et l’empathie suppose d’être identifié(e), sans ignorer l’étiquetage qui atteint l’enquêteur ou enquêtrice13. Là aussi, les études sur les institutions totales mettent en évidence les influences croisées des assignations de place et de genre14. Enfin, il arrive que les interactions révèlent des enjeux directement sexuels15. Au-delà des effets pouvant être reliés à des catégories analytiques comme l’âge ou la génération, il faut noter que les effets du genre varient aussi au sein d’une même enquête en fonction des contextes, voire sont modifiés au cours d’une même interaction, au sein du même entretien isolé : les assignations de place ne jouent pas nécessairement au long cours, elles agissent de manière fluctuante16. La présence d’une tierce figure peut également bouleverser la donne relationnelle17.

4Trois textes ont été choisis pour explorer la dimension sociale des relations d’enquêtes et le travail de mise en confiance qu’elles supposent. Chacun permet d’ouvrir une réflexion sur les conditions de la recherche en sciences sociales tout en mettant l’accent sur des questions particulières : celle de la lente montée en puissance du genre comme catégorie d’analyse (Mallon), celle du corps comme butoir ultime de la pensée en action (Guyard) et, enfin, celle des atouts et limites de l’extranéité culturelle et linguistique du chercheur (Denieuil).

Notes

1 J. Stevanovic et P. Combessie évoquent la spontanéité du tutoiement quand il y a proximité d’âge avec les enquêtées.

2 Dans le cadre d’une enquête délicate sur la sexualité, P. Combessie souligne sa « sympathie » à l’égard des femmes libertines. Et dans certaines situations, S. Bigot choisit de prendre position contre la loi Sarkozy faisant du racolage un délit.

3 Tel a été le cas pour G. Pruvost qui se voit refuser l’observation d’une brigade criminelle dont le commandant n’accepte pas de travailler avec des femmes.

4 A. Jeanjean remarque que « plus le temps passait », et plus elle devenait ethnologue et amie aux yeux des hommes cadres : elle aura dès lors de moins en moins à subir des plaisanteries grivoises, les attitudes et les comportements se feront plus attentifs. Parfois des ami(e)s deviennent informateurs ou informatrices, comme dans la recherche de P. Combessie.

5 Pour établir une relation de confiance et favoriser la libre expression sur une pratique aussi intime et « stigmatisante » que l’escorting, S. Bigot laisse initialement aux enquêtés soucieux de discrétion et pudiques le choix du mode d’interaction : certains optent pour le face-à-face, d’autres pour le mail, d’autres pour le chat ou un entretien téléphonique. Or les modalités de la relation peuvent évoluer au fil des mois pour une même personne enquêtée, le passage du mail au chat, puis au face-à-face « allant toujours dans le sens d’une plus grande interaction entre l’enquêtrice et l’enquêté(e) », et ce toujours à l’initiative de l’enquêté(e).

6 L’état de vulnérabilité des détenus interpelle M. Bessin et M.-H. Lechien confrontés aux demandes de réassurance de certains prisonniers.

7 C’est le cas dans l’enquête de P.-N. Denieuil.

8 Pour accéder aux femmes entrepreneures, P.-N. Denieuil passe par l’intermédiaire de chercheures tunisiennes, il rassure les interlocutrices potentielles sur la venue de l’enquêteur, homme, étranger.

9 L’altérité sexuelle se meut en atout sous la plume d’A. Jeanjean évoquant ses interlocuteurs masculins, qui l’acceptent du fait même de son sexe.

10 Dans les prisons étudiées par M. Bessin et M.-H. Lechien, l’enquêtrice accède moins vite que l’enquêteur aux « autorités ». Les entretiens réalisés avec des détenus sont pour leur part contrôlés, l’enquêtrice étant particulièrement protégée des prisonniers réputés dangereux. Dans le cadre de son enquête dans la marine marchande, J. Stevanovic se heurte de son côté aux valeurs du milieu. Le travail sociologique ne peut ignorer ici la structure sexuée du terrain, qui se présente comme un monde masculin, où les femmes sont supposées porter malheur et atteinte à la sécurité du navire.

11 Les caractéristiques relationnelles du terrain sont toujours complexes, et en isoler artificiellement une dimension n’est pas simple : L. Guyard se heurte dans un premier temps à la résistance du milieu médical, alors que les femmes auxquelles elle demande l’autorisation d’observer leur consultation répondent favorablement à sa requête. Se met en place une relation triangulaire justifiant d’autant plus le travail d’objectivation des rapports entre gynécologue (homme ou femme), patiente et enquêtrice (femmes)…

12 Ni épouse ni groupie, A. Saouter devait construire son rôle. Elle y est aidée par un ancien athlète qui s’autoproclame son parrain.

13 Pour I. Mallon, savoir endosser les rôles attribués par les enquêté(e)s importe. Accepter d’endosser un rôle de petite-fille ou d’aide-soignante joue comme un ressort d’enquête. De même, lorsque S. Bigot est perçue comme une confidente ou une thérapeute, elle endosse généralement ces rôles sans résistance dans la mesure où ils servent son projet en encourageant l’expression de ses interlocuteurs.

14 Sur son terrain, la marge de manœuvre de J. Stevanovic est étroite. Elle se demande ce qui pousse les marins à l’enfermer dans un rôle conjugal sous prétexte qu’elle travaille en binôme avec un cameraman.

15 L’enquête de P. Combessie sur la sexualité favorise le glissement.

16 I. Mallon évoque à ce titre son « rôle momentané » de quasi-petite-fille. Le plus souvent identifiée par son activité d’ethnologue et sa qualité d’étudiante qu’il convient d’aider, A. Jeanjean se heurte parfois à la méfiance de ceux qui la prennent pour une psychologue ou une « surveillante de la mairie ». Que le gynécologue soit un homme ou une femme, L. Guyard détaille les changements de statut au sein d’une même consultation. La position dans l’espace intervient elle aussi pour donner sens à l’interaction : en retrait de la scène observée, L. Guyard se sent transparente ; lorsque le médecin lui demande de se placer à ses côtés, elle est en revanche perçue comme une externe, bien qu’elle ait été présentée comme sociologue.

17 J. Stevanovic enquête avec un cameraman homme que les marins doivent intégrer : ils le feront par étapes. P.-N. Denieuil rencontre d’autres difficultés. Accompagné d’une traductrice supposée rassurante, il a le sentiment que la communication s’établit sans lui et qu’il demeure extérieur aux complicités de sexe et de nationalité associées aux interactions. Dans d’autres situations, il a l’impression que le tiers (un mari, un fiancé) mène un peu trop le jeu, voire le freine.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540