Le sexe de l'enquête

 | 
Anne Monjaret
, 
Catherine Pugeault

Le travail du genre sur le terrain. Retours d’expériences dans la littérature méthodologique en anthropologie et en sociologie

Anne Monjaret et Catherine Pugeault

Texte intégral

1Jusque dans les années 1950 en France, « sauf de rares exceptions, rien n’était dit de la personne du chercheur et pas davantage de ses liens avec les membres du milieu étudié ; il fallait imaginer un individu passe-partout, sans âge, ni homme ni femme, de couleur indéterminée, apte à se faire accepter de quiconque » (Bizeul 2007, p. 70). Depuis les choses ont changé :

Le récit des conditions d’enquête est ainsi devenu un moment obligé de tout travail ethnographique, sous forme d’annexe ou dans un chapitre à part. La personne du chercheur y est alors assimilable à un instrument dont les caractéristiques et la façon de se comporter doivent être connues pour permettre une lecture convenable du compte rendu. (Ibid.)

  • 1 Répétons que nous nous appuyons sur une définition de travail relativement large du terme « terrain (...)
  • 2 Parmi les séminaires ou journées d’étude repérés, on peut citer : séminaire « Étude sur le genre et (...)

2À partir des années 1980, la figure du chercheur est encore plus explorée, notamment sous l’influence des milieux féministes, de la critique littéraire aussi et désormais « au motif que toute connaissance du monde social met en jeu l’individualité d’un créateur singulier et se doit d’être émancipatrice » (ibid.) : la mise à distance de la vision androcentrique est notamment en cause, elle s’exprime dans Qualitative Sociology où les articles publiés reflètent la centration sur les expériences du chercheur et de sa communauté. Il est possible de prolonger le constat de Daniel Bizeul. Depuis la seconde moitié des années 2000, on observe un intérêt croissant en sciences humaines et sociales pour les pratiques de l’enquête (entre autres Fassin, Bensa, 2008), tout particulièrement pour celles qui interrogent la place et les effets du sexe voire de la sexualité de l’enquêteur(trice) et des enquêté(e)s sur le déroulement du « terrain »1. Séminaires et colloques intègrent plus ou moins largement ce questionnement dans leurs programmes. En 2001, des journées d’étude de la Société d’ethnologie française (SEF) sur le thème « Sexe, genre et âge dans la relation d’enquête » auguraient le nouvel engouement. Organisées par Éliane Daphy et Agnès Jeanjean, ethnologues, les contributions permirent d’engager les prémices d’une réflexion qui se prolonge dans cet ouvrage. D’autres programmations ont suivi, coordonnées majoritairement par des ethnologues, mais aussi par des sociologues ou encore des géographes2. Les thèmes des femmes, de l’homosexualité et de la sexualité sont centraux dans ces approches réflexives innovantes, qui s’attardent sur les places du chercheur et de la chercheure dans l’interaction. Mais globalement, la production française sur le sujet apparaît encore éparse et, surtout, récente au regard de travaux anglo-saxons abondants dès les années 1970. Les Américain(e)s font autorité dans le domaine et les auteur(e)s risquant l’exercice en France s’y réfèrent d’ailleurs parfois, dans une perspective épistémologique parfois doublée d’une volonté de souligner la filiation féministe de l’interrogation.

  • 3 Précision importante : la réflexion se fonde sur la rencontre de deux disciplines que nous n’avons (...)

3Pour mieux saisir les limites des connaissances et des pratiques disciplinaires accumulées en langue française, une revue de la littérature scientifique s’avère utile. Ont été systématiquement dépouillés les sommaires de revues généralistes phares de l’ethnologie et de la sociologie, à la recherche de titres d’article explicites sur notre sujet ou bien ayant trait à la méthodologie de manière plus générale3. Ethnologie française, Ethnographiques.org, Gradhiva, le Journal des anthropologues, L’Homme, Socio-anthropologie, Terrain pour l’ethnologie, ainsi qu’Actes de la recherche en sciences sociales, les Cahiers internationaux de sociologie, Genèses, Politix, Population, la Revue française de sociologie, la Revue française de science politique, Sociétés contemporaines pour la sociologie, ont fait l’objet de cet exercice. Des articles isolés renvoyant à d’autres revues et identifiés grâce à une recherche bibliographique plus large mais plus aléatoire ont aussi été recensés. Des manuels ou assimilés à visée pédagogique ont été examinés pour compléter le travail principal autour des revues et estimer autrement les effets du questionnement sur nos disciplines. Nous avons privilégié les collections Repères de La Découverte, U et 128 d’Armand Colin (et Nathan), les Que sais-je ? et les dictionnaires des Presses universitaires de France, la Bibliothèque scientifique aux éditions Payot. Des ouvrages au titre évocateur ou au contenu croisant genre et méthodologie ont également été consultés. Les choix réalisés induisent le repérage d’un matériau spécifique et nécessairement partiel. Nous ne prétendons en rien que la question des rapports de genre dans l’enquête soit pleinement tue dans la plupart des articles ou livres publiés à propos de terrains divers, mais l’entrée retenue favorise les travaux affichant explicitement une réflexion méthodologique. De même, lorsque l’examen critique des manuels français à vocation pédagogique nous conduit à identifier des lacunes, celles-ci sont relatives : ne traitant que du sexe de l’enquête, nous prenons seulement acte du traitement du thème dans les ouvrages lus, en négligeant sans les nier les riches apports des textes cités.

  • 4 Pour une approche historiographique de l’institutionnalisation de la recherche (d’abord) et de l’e (...)
  • 5 Dans son manuel L’enquête sociologique, T. Caplow déplore qu’aux États-Unis, l’observation ait long (...)
  • 6 Sur l’origine du questionnement américain féministe en anthropologie, voir J. Copans (1999) et C. G (...)

4Dans ces conditions, que révèle la revue de la littérature ethnologique et sociologique disponible ? Que nous disent les écrits repérés du métier de sociologue, de celui d’ethnologue ou encore de celui d’ethnographe ? Les réflexions soulignent de plus en plus le caractère de levier de connaissance de la thématique du genre. Ce résultat traduit l’aboutissement d’un processus qui ne sera qu’esquissé ici, celui de la double dynamique du débat social et des conditions d’exercice de la recherche scientifique en sciences humaines depuis 1950. Du côté des sciences sociales et plus largement du champ scientifique, mouvements d’institutionnalisation et de spécialisation, professionnalisation des méthodes de recueil et d’exploitation des données sous le parrainage de la psychologie définissant les conditions de réalisation de l’entretien clinique, redéfinition des objets sous la houlette de « l’histoire en miettes » et surtout de l’histoire des femmes4, importation des gender studies forment un ensemble de conditions non exclusives favorisant l’avènement d’un autre regard (Bereni et al. 2008) qui a donné lieu à une kyrielle de travaux en sciences humaines et sociales, comme nous l’avons mentionné dans l’introduction de cet ouvrage. Ceci dans un contexte où l’origine disciplinaire philosophique de nombreux chercheurs freine sans doute assez longtemps la valorisation de l’observation en sociologie (Peneff 2009)5. Henri Peretz constate aussi que « des sociologues français ont pratiqué l’observation directe à des moments divers de l’évolution de cette discipline, sans toutefois lui accorder un grand crédit ni tenter, le plus souvent, de restituer et d’interpréter les données issues de leur présence sur le terrain » (Peretz 2004, p. 31) : les manières de travailler changent, mais encore lentement. Par ailleurs, la prégnance de grands paradigmes à la frontière des champs scientifique et politique a pu un temps produire des effets discriminants et ralentir la progression des nouvelles approches. En France, l’histoire, l’anthropologie et la sociologie ont été fortement marquées par le structuralisme et le marxisme, théoriquement peu disposés à repérer les effets du genre : devant le genre, la classe. La forte masculinisation du champ scientifique et le poids d’un certain androcentrisme, pour ne pas dire d’un androcentrisme certain, soutiennent par ailleurs la résistance à l’intégration des gender studies anglo-saxonnes6, dont le développement est indissociable de l’impact historique du féminisme militant qui lutte contre l’invisibilité des femmes dans la vie sociale comme dans le monde scientifique.

5Des travaux ouvrent peu à peu la voie à une réflexion sur les incidences du sexe de l’enquêteur ou enquêtrice dans l’enquête (Ghasarian 2002). En 1999, Jean Copans écrit néanmoins que l’anthropologie française manifeste sur ce point un retard inquiétant : la dimension « du retournement américain du genre, déjà ancien d’un quart de siècle, n’a toujours rien transformé dans l’ethnologie française non seulement au niveau des thèmes et des théories mais plus simplement au niveau des conditions et méthodes de l’enquête de terrain » (Copans 1999, p. 108). Aujourd’hui, la jeune génération d’ethnologues français est plus attentive à tous ces aspects.

  • 7 Sur ce point, nous renvoyons les lecteurs ou lectrices au dialogue à trois voix établi entre trois (...)

6Notre propos ne questionne pas les origines de l’attention portée aux questions de méthode impliquant la dynamique du genre, bien que le parcours thématique que nous allons suivre implique des références à cette histoire croisée qui reste à écrire, notamment en ce qui concerne la circulation des savoirs entre la France et les États-Unis7. Nous ne nous attarderons donc pas systématiquement sur le repérage des éléments contextuels qui ont rendu possible notre propre réflexion. Après avoir souligné combien le poids de la catégorie de classe est longtemps resté dominant en France et combien la reconnaissance du travail d’enquête au féminin a été lente, la logique relationnelle et le registre de la confiance nécessaire pour conduire l’enquête seront explorés, d’abord sous l’angle des étiquettes familiales que font peser les enquêté(e)s sur l’enquêteur(trice), ensuite sous celui de son statut d’étranger, configuration concernant plus souvent l’anthropologue. Parce que le rapport d’enquête est un rapport sexué, la place des stéréotypes et assignations de genre sera ensuite examinée, de même que la représentation naïve d’une complicité qui lierait tout naturellement les membres d’un binôme enquêteur(trice)-enquêté(e) homosexué. La dimension sexualisée du rapport d’enquête et son caractère politique concluront le propos. Au-delà de ces approches particulières, c’est « l’ambivalence de la situation d’enquête » et une certaine « vulnérabilité » de l’enquêteur ou enquêtrice qui sont interrogées (Naepels 2012, p. 93).

1. La longue hégémonie de la classe sociale en France

7La question du genre dans l’enquête ne s’est pas posée dans les mêmes termes et simultanément en ethnologie et en sociologie. Revenons donc sur les spécificités de chacune de ces disciplines. La sociologie a reconnu plus tardivement que l’ethnologie l’intérêt d’une prise en compte des effets du genre. En fait, l’accent mis sur la catégorie de classe a formé un écran, freinant la réflexion sur l’impact du genre dans l’enquête.

L’objectivation sociologique : une injonction trop générale ?

  • 8 On peut se demander si le statut d’enseignant-chercheur ne favorise pas davantage encore la tendanc (...)

8Dans le sillage du Métier de sociologue (Bourdieu, Chamboredon, Passeron 1968), les chercheur(e)s français(e)s sont peut-être resté(e)s trop attaché(e)s à une pétition de principe, en tout cas lorsqu’ils ou elles inscrivaient leurs travaux dans le cadre de sociologies objectivistes. L’injonction selon laquelle l’objectivation est conditionnée par une analyse autocritique est martelée pendant des années à l’appui des recommandations de Pierre Bourdieu : « […] l’objectivation n’a quelque chance d’être réussie que si elle implique l’objectivation du point de vue à partir duquel elle s’opère. […] La sociologie de la sociologie n’est pas une branche parmi d’autres de la sociologie : l’objectivation du rapport subjectif à l’objet fait partie des conditions de l’objectivité » (1978, p. 67-68)8. C’est en rendant conscients les déterminants de nos regards – inscrits jusque dans le choix de nos objets – que nous conquérons la chance de pouvoir contrôler les effets de ces filtres sur nos constructions théoriques. « L’objectivation, qui met au jour les limites, offre la seule occasion réelle de les dépasser » (ibid., p. 69) : le premier devoir de l’observateur se manifeste ainsi dans sa capacité à s’observer lui-même.

9Pourtant, une fois le principe énoncé, le propos demeure le plus souvent général. Sophie Duchesne rappelle par exemple que l’effet enquêteur a donné lieu à de nombreuses réflexions aux États-Unis et qu’il « est certain que tout, dans l’enquêteur, son apparence autant que son attitude, tout ce qu’il fait ou ne fait pas, en cours d’entretien, contribue à influencer le développement du discours de l’enquêté » (Duchesne 1996, p. 191). Mais comment se donner les moyens d’analyser ce « tout » et ses effets ? À quelle dimension de notre être devons-nous – devrions-nous – être prioritairement sensibles et comment mettre en œuvre cette quête réflexive, à l’appui de quels attitudes et supports ? La tenue d’un journal de terrain est supposée aider l’enquêteur(trice) engagé(e) dans cette voie. Ainsi selon Florence Weber :

C’est dans le journal d’enquête que s’exerce pleinement la « discipline » ethnographique : on doit y consigner les événements observés ou partagés et accumuler ainsi des matériaux pour analyser les pratiques, les discours et les positions des enquêtés, mais aussi pour mettre au jour les relations qui se sont nouées entre l’ethnographe et eux et pour objectiver la position de l’observateur. (Weber 1991, p. 72)

  • 9 Évoquant plus largement les mutations du champ du genre, I. Clair suggère qu’au « fond, les sociolo (...)

10Mais rien de précis n’est dit sur les facettes de cette « position ». De même le propos reste-t-il allusif quand il est question des pratiques d’enseignement du terrain, en définitive relativement récentes. En 2000, Jean-Michel Chapoulie rappelle que l’enseignement universitaire du travail de terrain était inexistant avant le début des années 1980. Il présente dans son texte une expérience partagée à l’Université Paris 7 avec ses collègues Jean-Pierre Briand et Henri Peretz dans un contexte où la référence au Métier de sociologue de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron (1968) était dominante, mais où « l’expérience pratique de l’observation ne figurait pas dans le bagage habituel des sociologues » (Chapoulie 2000, p. 141). Seul le recours à des études anglo-saxonnes permettait d’aborder la question du recueil de matériaux empiriques dans les années 1970. Encadrant des étudiants débutants, Jean-Michel Chapoulie et Henri Peretz mettent en place des enseignements centrés sur l’observation au tout début de la décennie 1980. Mais la question du rapport entre l’observateur ou observatrice et la personne observée n’apparaît pas précisément dans l’écrit consulté. Charles Gadéa et Charles Soulié évoquent pour leur part la mise en place d’ateliers de sociologie eux aussi destinés à des étudiant(e)s universitaires. À l’appui d’une démarche réflexive, l’enseignant(e) doit conduire les sociologues en herbe à « contrôler le mieux possible leur rapport à l’objet » (Gadéa, Soulié 2000, p. 165), inévitablement structuré par leur habitus. Habitus qui reste mystérieux, telle une boîte noire qu’on sait exister, mais que l’on n’ouvre pas, comme si tout était déjà transparent une fois énoncé que la sociologie du sociologue est inscrite au programme du protocole d’investigation : l’injonction est supposée faire sens d’elle-même, elle est devenue une évidence partagée par la communauté des pairs enquêteurs ou enquêtrices, mais pas assez interrogée dans ses modalités concrètes d’application. Ceci explique probablement au moins partiellement cela : car pendant des années, l’obligation pourtant régulièrement affichée sera finalement peu mobilisée pratiquement, ce qui est moins vrai en ethnologie, discipline plus encline à la réflexivité. Le contexte éditorial français a sans doute contribué à faire le reste, en ne valorisant pas comme aux États-Unis la restitution des conditions d’élaboration de la recherche dans une partie préliminaire des publications. Finalement, la mise en avant de l’objectivation des conditions de co-définition de la recherche par les caractéristiques du sociologue dans le cadre d’une théorie dotée d’une identité forte et plus sensible aux agents qu’aux acteurs a pu paradoxalement desservir la mise en œuvre de comportements réflexifs pluriels. Elle n’invite pas assez les sociologues à traduire empiriquement les implications de ce qui demeure trop souvent un impératif catégorique consensuel et rassurant, mais peut-être trop abstrait9. Dans ces conditions, la sensibilité aux effets genrés de l’interaction a peu de chances de s’exprimer. Et ce d’autant moins que, même lorsque la généralité de l’injonction s’atténue dans les années 1980, c’est pour valoriser le poids hypothétiquement dominant de l’identité sociale de l’enquêteur ou enquêtrice.

L’importance théorique des effets de position sociale

11En France, les sciences humaines sont longtemps restées relativement insensibles aux répercussions des logiques sexuées, certes parce que les théories du genre ne cheminent que tardivement vers le Vieux Continent, mais également parce que même si cette importation s’était réalisée plus précocement, elle aurait dû s’imposer dans un contexte qui favorisait conceptuellement l’invisibilisation du rapport sexué. La mise en avant des effets de classe concerne aussi bien l’ethnologie que la sociologie, les deux disciplines étant très influencées par les apports du marxisme au cours de la phase de fort développement des démarches empiriques, quantitatives puis qualitatives. Les anthropologues en font état. Selon Robert Cresswell :

La distanciation, la neutralité n’est pas plus réalisable en métropole que sur des terrains exotiques. Sans entrer dans le détail d’une analyse, il est évident que chacun est membre d’une classe sociale, et que cette classe sociale confère un certain statut et que des rapports que l’on établira avec le groupe que l’on étudie, s’en ressentiront. (Cresswell 1975, p. 47)

12Le propos est emblématique dans la mesure où, d’une part, il énonce très directement une dimension à observer et, d’autre part, il laisse dans l’ombre d’autres dimensions potentiellement agissantes. Il retient les effets d’une « appartenance de classes » sur les relations avec le groupe étudié sur le terrain d’enquête, mais n’évoque pas les influences liées à l’âge ou au sexe du chercheur ou de la chercheure par exemple. En économie et en sociologie, cette approche converge avec une autre caractéristique du champ français des études quantitatives cette fois. Emmanuel Pierru et Alexis Spire (2008) rappellent que la catégorie sociale a longtemps occupé une place centrale dans le système statistique français. La mise en place du Code des catégories socioprofessionnelles élaboré dans l’après-guerre par Jean Porte est un succès et la nomenclature est rapidement utilisée par les administrations, par des bureaux d’études privés et par le monde universitaire dans ses études sur la structure sociale. De la fin des années 1960 au milieu des années 1980, elle est « la principale grille de lecture des inégalités en France » et toutes les activités sociales (éducation, logement, conditions de travail, mais aussi possession de chiens et de chats) sont passées au crible de leur répartition socioprofessionnelle (Pierru, Spire 2008, p. 461).

  • 10 Sur ce point, les articles de G. Mauger (1991) pour l’enquête en milieu populaire et de M. Pinçon e (...)

13Trait fort de l’époque donc, les interrogations françaises sont principalement préoccupées par la variable sociale, la variable sexe étant soit ignorée, soit minimisée et perçue comme secondaire. Et ces attitudes pèsent sur la représentation de la relation entre l’enquêteur(trice) et ses enquêté(e)s, qui projette cette préoccupation ayant valeur d’axiome. Dans de nombreux écrits, tout se passe comme s’il allait de soi que la relation soit quasi réductible à un rapport ordonné et informé par la position occupée dans la stratification sociale10. L’enquêteur(trice) et l’enquêté(e) ne sont plus que des positions sociales structurées et structurantes, et leurs rapports tendent à devenir prévisibles, notamment quand existe un écart net entre les positions occupées, en faveur ou en défaveur de l’enquêteur ou enquêtrice. Concernant ce dernier aspect, la mise en avant de la dimension sociale des interactions participe même parfois d’une forme d’éloge de la grandeur sociale de l’enquêteur ou enquêtrice. La perception implicite (Howard S. Becker dirait peut-être la « majeure » cachée) est que le rapport enquêteur(trice)-enquêté(e) est un rapport concurrentiel, orienté par un rapport de force. Dans cette veine et dans une période récente, Serge Paugam (2008) revient dans un chapitre consacré à la « posture de l’enquêteur » sur l’impossible neutralité de la relation d’enquête. S’arrêtant sur la relation à entretenir avec les enquêté(e)s, il distingue les interactions en les rapportant au milieu social des interlocuteurs du sociologue. Socialement dominant, l’enquêteur aura du mal à se départir d’une forme d’ambivalence mêlant empathie et mauvaise conscience. Socialement dominé, hypothèse plus rare, le sociologue risque d’être manipulé. Une double contrainte pèse ainsi sur l’enquêteur ou enquêtrice, qui, malgré tout, se retrouverait le plus souvent en position favorable vis-à-vis de l’enquêté(e), interprétation pourtant relativisée par certains sociologues depuis un moment. En effet, comme l’indique Daniel Bizeul :

Il semble douteux […] que l’occupation de positions inégales dans la structure sociale suffise à rendre compte du déroulement d’une rencontre, qu’importent le cadre et la configuration de la rencontre particulière et qu’importent les caractéristiques, d’âge, de sexe, de race, d’apparence physique, de style relationnel des interlocuteurs en présence. Nombre de personnes occupant une position dominée se comportent avec hardiesse quand elles devraient être intimidées. (Bizeul 1999, p. 127)

14Il en découle que les chercheurs/enquêteurs, chercheures/enquêtrices sont fréquemment « dans une posture délicate, font piètre figure, se trouvent remis à leur place » (p. 128).

  • 11 Comme le soulignent les auteurs, on pourrait d’ailleurs aussi se demander « si le déclin de l’usage (...)
  • 12 Le regard sociologique est porté un temps par quelques personnalités phares de la sociologie frança (...)

15Avec le temps cependant, la configuration d’ensemble bouge et s’enrichit. À partir des années 1990, les variables du diplôme et du revenu concurrencent, puis détrônent la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles dite PCS dans les travaux quantitatifs. Cette « relégation au second plan » des PCS est parfois interprétée « comme le reflet du déclin des identités de classe » (Pierru, Spire 2008, p. 466)11. Mais l’explication semble insuffisante, car le déclin de la variable sociale renvoie aussi à l’évolution du système de statistique publique et de ses agents dans un contexte de « perte d’influence des sociologues au sein du système statistique français », « de montée en puissance de méthodes économétriques considérées comme plus scientifiques » et de « pression insistante d’Eurostat pour parvenir à un outil standard de comparaison européenne et internationale » (ibid., p. 467 et p. 473)12. Au-delà de l’évolution de la société française, différentes raisons expliquent sans doute la valorisation récente des variables phares des années 2000, le revenu et le diplôme, mais aussi le statut d’emploi et l’origine nationale.

16Dans le domaine des recherches qualitatives et dans le cadre du contexte brièvement brossé au début de cette contribution et dans l’introduction de cet ouvrage – inscrivant notamment à l’agenda les questions liées au genre –, la réflexion bouge également. À partir de l’exemple d’études conduites en ethnographie urbaine, François Bonnet montre que le débat sur les rapports entre l’enquêteur(trice) et l’enquêté(e) a rebondi, la problématique renvoyant beaucoup plus « à l’idée d’un espace social structuré par des caractéristiques comme l’âge, le genre, l’origine ethnique et le statut social » (Bonnet 2008, p. 57). La suite de l’article isolera la dimension raciale, mais il semble désormais acquis que les conditions qui informent le rapport d’enquête sont plurielles. Ainsi, si la valorisation théorique et statistique de la position sociale a pu jouer par le passé un rôle de cache-sexe et reléguer au second plan – voire beaucoup plus loin – la dimension sexuée du rapport d’enquête, l’affirmation d’un nouveau contexte favorise, toutes choses égales par ailleurs, une visibilité inédite des caractéristiques sexuées du rapport d’enquête. Il n’empêche, il a fallu écarter d’autres entraves pour que les conditions de possibilité d’une réflexion nourrie sur le sujet soient réunies. Et, pour commencer, il a fallu accepter de se représenter les femmes sur le terrain autrement que comme un problème.

2. Le travail d’enquête des femmes : une reconnaissance lente et difficile

  • 13 Comme dans de nombreux domaines, il faut se mettre en quête des femmes pour identifier objectivemen (...)

17Enquêteur, enquêtrice : si le substantif bénéficie depuis longtemps d’un double genre – grammatical – et s’il ne semble pas que les enquêtrices contemporaines revendiquent le label d’« enquêteures », il n’en reste pas moins que le travail d’enquête et sa féminisation ont historiquement souffert d’un déficit de reconnaissance et d’une valorisation discutée. La prégnance du modèle de l’enquêteur sans sexe conforte longtemps la relativisation des apports du travail de terrain au féminin, enjoint de faire ses preuves et de conquérir son label de scientificité. Car ce que révèle déjà par défaut la littérature méthodologique, c’est la longue invisibilité des femmes13.

Ces anthropologues femmes qui ont tenté les expéditions de recherche

  • 14 On remarque aussi que les journalistes qui rendaient compte des expéditions de femmes « ne manquaie (...)

18Si les fondateurs de la sociologie et de l’ethnologie sont généralement des hommes, des femmes se sont pourtant rapidement aventurées sur des terrains de recherche, dès les années 1920, voire dès le xixe siècle, dans le monde anglo-saxon d’abord, puis en France. Rares sont néanmoins les auteur(e)s contemporain(e)s qui signalent leur existence dans les ouvrages consultés. Et ceux ou celles qui effectuent ce rappel historique se limitent bien souvent à ne livrer que quelques noms majeurs. En anthropologie, Jean Copans (1999) cite Margaret Mead ou Denise Paulme, Florence Weber (2009) renvoie à Germaine Tillion. À l’exception probable de Margaret Mead, ces premières femmes de terrain n’affichent pas de préoccupations féministes (Copans 1999) et elles ne font pas de l’effet du genre un cheval de bataille, ce qui n’est certes pas étonnant puisque le questionnement ne s’est pas encore imposé. Mais en accédant au panthéon des mondes de l’enquête en tant que pionnières, les femmes concernées gagnent une légitimité ambiguë, puisque le terme les condamne quelque part à faire figure d’exception. La place d’une femme est-elle vraiment sur le terrain ? La relecture de Marianne Lemaire (2011) de textes publiés par des femmes ethnologues dans la France de l’entre-deux-guerres renvoie au contexte de l’époque et révèle des particularités, voire des stratégies tout à fait conscientes pour se prémunir des critiques et autres soupçons de légèreté intellectuelle. Formées à l’institut d’ethnologie (créé en 1925 par Lucien Lévy-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet) ou au musée d’Ethnographie du Trocadéro en cours de réaménagement (son sous-directeur Georges-Henri Rivière fait appel à des bénévoles), des étudiantes sont invitées à investir des terrains étrangers. Certaines le feront en équipe conjugale, comme Dina Lévi-Strauss et Georgette Soustelle. Quand le binôme n’est pas conjugal, il est la plupart du temps homosexué, associant Germaine Tillion et Thérèse Rivière, Denise Paulme et Deborah Lifchitz, Germaine Dieterlen et Solange de Ganay, Jeanne Cuisinier et Véra Sokoloff… L’ethnologie en cours d’institutionnalisation de l’entre-deux-guerres s’est montrée très accueillante à l’égard des femmes, comme aux États-Unis, mais en retour « les femmes, en tant que telles, éta[ie]nt bel et bien supposées recueillir prioritairement des données sur la vie féminine » (Lemaire 2011, p. 87) : l’éducation, les émotions, autant de thèmes censés faire écho à une prétendue subjectivité féminine et justifier que les femmes s’en tiennent à la collecte de matériaux de terrain et abandonnent l’analyse des données aux hommes. L’exemple de Denise Paulme montre comment certaines ont cherché à contourner cette difficulté en s’obstinant à travailler sur la sphère économique et sociale. Plus généralement, les femmes ethnologues éviteront d’écrire des textes comme leurs collègues hommes (Griaule, Leiris, Métraux) en produisaient à l’époque : elles « n’ont publié ni poésie, ni roman, ni journal, ni récit de voyage », ce qui était « une façon d’asseoir sa légitimité en tant qu’auteure scientifique » exclusivement (ibid., p. 94). De même, les femmes ethnologues de cette période « ne se sont pas emparées des motifs de l’aventure et du risque pour illustrer leurs écrits ou se présenter aux journalistes auxquels elles ne donnaient certes aucun article mais accordaient malgré tout des entretiens » (p. 99). Symétriquement, les rares qui aient cédé au motif de l’aventure « s’en sont trouvées sanctionnées » (p. 101). Solange de Ganay fut ainsi taxée de dilettantisme pour avoir dressé un parallèle entre son engagement ethnographique et son goût pour la chasse14.

De l’effet enquêteur à la relation enquêteur(trice)-enquêté(e) : des parcours disciplinaires longtemps distincts

19La sociologie et l’anthropologie n’ont mis à l’agenda la question des rapports sociaux de sexe ni au même moment, ni en des termes identiques. Les calendriers des réflexions menées épousent de manière cohérente les contours des grandes orientations théoriques et méthodologiques retenues dans les deux disciplines. Sur le plan conceptuel, la visibilité de ces interrogations ne pouvait s’imposer dans les débats tant que la pertinence de la catégorie de genre n’était pas reconnue. Mais il y a autre chose. Si l’intérêt pour la relation d’enquête rapproche aujourd’hui les démarches sociologique et ethnologique, la convergence ne pouvait advenir avant les années 1980 et l’invention de l’acteur en sociologie. Pendant longtemps en effet, la science sociale héritée d’Émile Durkheim résiste involontairement en n’étant sensible qu’à l’effet enquêteur : elle peine à voir le sexe autrement que comme une variable dérangeante, un intrus sur le chemin de la production d’un savoir objectif et contrôlé dans le cadre d’une démarche valorisant l’usage du questionnaire. Quelque part, le sexe ne peut être pensé que comme une source de distorsion, plaçant notamment l’enquêteur ou enquêtrice dans la ligne de mire. Quelles étapes le questionnement sociologique a-t-il suivies, quelle mémoire de ce parcours la littérature méthodologique conserve-t-elle ?

  • 15 Sur l’histoire des sondages d’opinion en France, l’impulsion donnée par le Front populaire, le rôle (...)
  • 16 J.-M. Firdion analyse dans son article un double effet observé dans le cadre de l’enquête ACSF sur (...)
  • 17 Tonalité d’autant plus généraliste qu’en pratique, le sexe apparaît principalement dans la littérat (...)

20En sociologie, l’effet enquêteur est exploré dès le xixe siècle et la première moitié du xxe, puis de manière plus affirmée et précise dans la seconde moitié du xxe. Les premières investigations ont pour cadre des travaux quantitatifs et la réflexion sur les conditions d’exploitation des sondages15. Jean-Marie Firdion rappelle que la question du biais lié à l’enquêteur dans les enquêtes statistiques (interview bias ou response effect) a été mise en avant dès la fin du xixe siècle. L’effet enquêteur désigne depuis « une distorsion de l’information liée à des caractéristiques de l’enquêteur telles que le sexe, l’expérience professionnelle, l’âge… » (Firdion 1993, p. 1282)16. Aux États-Unis, le développement des sondages dans les années 1930-1940 fournira les conditions d’un regain d’intérêt pour cette dimension. Parmi les questions méthodologiques discutées à l’époque, Loïc Blondiaux (1991) repère les interrogations sur l’échantillon à sonder, celles sur la validité des réponses recueillies et, aussi, un ensemble de débats sur la position de l’enquêteur. Dans les années 1940 notamment, le thème des caractéristiques sociales respectives des enquêteurs et des enquêtés est discuté. Au départ, la préoccupation reste confuse, mais on constate peu à peu que les enquêteurs sont régulièrement des enquêtrices, des femmes blanches, âgées de moins de 40 ans, appartenant le plus souvent aux classes moyennes-supérieures urbaines, ayant validé une ou deux années d’université et s’adressant régulièrement dans le cadre d’études de marché et d’opinion à des hommes noirs, plutôt âgés, appartenant aux classes populaires rurales, peu ou pas diplômés (Blondiaux 1991). En France, penser à l’effet enquêteur s’impose également, sans que la dimension du sexe soit pointée comme particulièrement discriminante, et la tonalité des articles sociologiques y faisant référence reste le plus souvent généraliste17. François Beck et Patrick Peretti-Watel notent par exemple que les caractéristiques des enquêteurs et des enquêtés « peuvent entrer en jeu » et que « l’effet enquêteur a été mis en évidence à de nombreuses reprises », mais ils ne s’arrêtent pas sur l’effet sexe bien que leurs lectures renvoient à des contenus l’isolant (2001, p. 965).

  • 18 Voir les travaux réalisés par R. Laurent (1993), puis J.-M. Firdion et R. Laurent (1998), qui porte (...)

21C’est la réalisation en 1991-1992 de l’enquête Analyse des comportements sexuels en France (ACSF) qui semble avoir impulsé le renouvellement notable des interrogations liées aux enquêtes quantitatives et favorisé une redéfinition plus relationnelle du problème18. Deux publications parues dans la revue Population en portent la trace. Revenant sur l’enquête ACSF, André Béjin relève à propos des déclarations relatives aux pratiques masturbatoires des distorsions dans les données collectées par deux instituts de sondage, divergences « à rapporter, en grande partie, au fait que la proportion de femmes interrogées par des enquêtrices était plus élevée chez MV2 (65 %) que chez BVA (58 %), et que les enquêteurs de MV2 étaient sensiblement plus jeunes en moyenne » (Béjin 1993, p. 1444). À partir de la même enquête ACSF, Benoît Riandey et Jean-Marie Firdion remarquent de leur côté que si les abandons en cours de questionnaires sont rares, ils sont encore moins fréquents lorsque l’enquêteur et l’enquêté ne sont pas de même sexe. Ils notent aussi que les « interactions entre enquêteur et enquêté, en particulier de sexe opposé, peuvent susciter bien des erreurs de déclaration inconscientes », que le sexe de l’enquêteur influe sur les déclarations relatives à certaines pratiques et, a contrario, ils repèrent « quelques variables pour lesquelles l’influence escomptée du sexe de l’enquêteur ne s’est pas manifestée » (Riandey, Firdion 1993, p. 1277). Et les deux auteurs de conclure que l’interaction sexuée entre enquêteur(trice) et enquêté(e) mériterait une analyse spécifique. Ainsi, la visibilité de la dimension sexuée de la relation d’enquête est bien établie dans les années 1990, bien que les conditions de ses effets requièrent de l’avis même de ceux qui en font état de nouvelles investigations. Désormais, les enquêteur(trice)s et les enquêté(e)s des études quantitatives ont bien un sexe, mais n’est-ce pas encore trop réservé aux recherches sur la sexualité, ou sur les questions de santé ? Dans une enquête quantitative sur la santé mentale réalisée par téléphone, Éric Baruffol, Pierre Verger et Michel Rotily soulignent de fait les formes prises par un effet enquêteur sexué complexe, ne se manifestant pas de manière homogène selon les thèmes explorés dans le cadre d’une même enquête :

[…] les analyses montrent que l’effet « sexe de l’enquêteur » joue aussi bien sur l’existence de données manquantes que sur le niveau d’anxiété déclarée par le répondant […]. Si les enquêteurs ont tendance à remettre des questionnaires sans données manquantes et aboutissant à des niveaux d’anxiété plus faibles, les enquêtrices semblent recueillir des données moins biaisées par la désirabilité sociale mais recelant, probablement pour cette raison même, plus de données manquantes. Si ces observations étaient confirmées avec des échantillons plus larges et géographiquement plus variés, et dans le cas où une méthode convaincante de traitement des données manquantes serait disponible, il pourrait s’avérer judicieux de confier le recueil de données psychosociales à des enquêtrices. (Baruffol, Verger, Rotily 2001, p. 1004-1005)

22Plaider pour la prise en considération d’effets de genre ne doit pas se confondre avec une illusion naïve. Au sein d’une même enquête, l’impact doit bien être conçu comme dynamique, pluriel, dépendant des situations d’enquête et des thèmes d’investigation. Quand on parle par commodité d’effet de genre, ce pluriel implicite renvoyant à la complexité des configurations doit s’imposer. La synthèse proposée en 2007 par Hélène Meynaud et Denis Duclos brosse l’état de la question, en invitant de manière désormais attendue à la prudence des interprétations :

  • 19 Ces auteurs suggèrent en outre de prendre désormais en considération la dématérialisation croissant (...)

Dans les rapports entre l’enquêteur et l’enquêté, plusieurs facteurs sont importants. Ils ont été mesurés afin de pouvoir les contrôler dans le traitement de l’enquête, mais cela ne signifie pas qu’ils soient systématiquement pris en considération dans la plupart des sondages. Parmi les facteurs de la rencontre influant sur l’entretien, on peut citer sa localisation […] ; la saison, le jour de la semaine, l’heure ont leur importance. Les caractéristiques de l’enquêteur également : son âge, son sexe, son origine géographique, sa catégorie sociale, son niveau d’éducation, etc. […] Le problème posé par le biais de l’âge et du sexe de l’enquêteur est difficile à résoudre, car la précarité de la profession d’enquêteur implique qu’elle soit surtout exercée par des femmes d’âge moyen, ou des étudiants ou quasi-chômeurs jeunes, chacun de ces deux « types sociaux » pouvant infléchir la propension des gens à leur répondre, dans un sens d’ailleurs différent. (Meynaud, Duclos 2007, p. 49)19

  • 20 Dans le paysage hexagonal, D. Cefaï (2003, 2010) et D. Bizeul (1998, 1999, 2007) figurent parmi les (...)

23Par comparaison, c’est plus poussivement encore que la question genrée émerge en sociologie qualitative : on ne trouve guère de textes sur le sujet avant les années 1980 en France, constat qui reflète et trahit sans doute un état du champ disciplinaire : le succès des approches qualitatives est lui-même tardif et la spécialisation intra-disciplinaire tend à créer les conditions d’une bipartition et d’une absence relative de communication entre sociologie quantitative et sociologie qualitative. De plus, une autre différence continue de retarder l’accumulation du savoir. Hier comme aujourd’hui, la sociologie quantitative explore les apports anglo-saxons. En témoignent les bibliographies en langue anglo-américaine des travaux socio-démographiques. Il faut bien reconnaître ici que la sociologie qualitative ne réalise pas un effort de lecture équivalent : les bibliographies sont à quelques références près strictement francophones. La sociologie française est depuis longtemps attentive aux travaux étrangers par le canal des traductions, mais celles-ci sont aussi trop éparses et elles sont réalisées assez longtemps après la publication de l’édition originale, essentiellement sous la forme de livres : or les discussions méthodologiques sur la relation d’enquête s’inscrivent plutôt dans des articles de revues qui ont peu de chances d’être traduits. La sociologie qualitative française tend à demeurer une sociologie produisant un savoir local, elle n’explore pas suffisamment la question du rapport enquêteur(trice)-enquêté(e) tel qu’il est actuellement interrogé dans des revues ou rubriques de revues étrangères ciblant les coulisses de la recherche20. Les références à la question sont fréquentes, mais demeurent le plus souvent généralistes. Ainsi, parmi les premiers à proposer un manuel sur l’entretien, Alain Blanchet et Anne Gotman font-ils allusion aux nombreux ouvrages qui ciblent les effets du sexe, de l’âge, des caractéristiques socioprofessionnelles ou culturelles des partenaires de l’enquête par questionnaire, et ils supposent, symétriquement que :

[…] chacune de ces caractéristiques joue sur la représentation que l’interviewé se fait de son rôle dans l’entretien. Selon les cas, certaines configurations facilitent plus ou moins la production du discours. Ces configurations reproduisent certaines situations sociales courantes (rapport de séduction, conversation avec un ami, demande d’aide à un conseiller, préservation de soi à l’égard d’un supérieur, interrogatoire face à un évaluateur, etc.). (Blanchet, Gotman 1992, p. 72-73)

24Mais dans la suite du texte, seules deux allusions aux effets de l’âge (une proximité étant supposée faciliter la mise en place de l’entretien) et, surtout, à ceux de la position sociale (enquêteur ou enquêtrice en milieu populaire versus dans la grande bourgeoisie) sont abordées de manière plus détaillée. Autre exemple, Jean-Claude Kaufmann signale que « la situation d’entretien suscite une attention de plus en plus focalisée, la chasse étant déclarée à toutes les influences de l’interviewer sur l’interviewé » (2004, p. 17), mais aucune de ces influences n’est détaillée. Lorsqu’il traite de l’entretien et de l’observation (participante ou non), Jean-Claude Combessie souligne à son tour que « l’observateur transforme son objet » (2007, p. 12) et il montre combien les modalités interactives pèsent sur la définition de la situation : « […] ce ne sont pas les mêmes propos qui sont tenus à un membre de la famille, à un ami, un visiteur ou un enquêteur, dans une interaction duelle ou dans un groupe élargi ; sur le lieu de travail, au café ou chez soi ; ils varient selon le sexe, l’âge, le milieu social des interlocuteurs » (p. 15). Il n’existe « pas d’interaction neutre » (ibid.), et parce qu’il se sait observé, l’enquêteur doit « s’attendre à être traité conformément à ses identifications de sexe, d’âge et d’origine sociale (ethnique, nationale, de classe…) » (p. 17). En découle une invitation à une critique des qualités des informateurs ou informatrices du sociologue, qui occupent souvent une position sociale intermédiaire entre l’enquêteur ou enquêtrice et le groupe étudié et qui sont souvent des hommes (notamment sur les thèmes renvoyant au travail), et ce peut-être d’autant plus que le sociologue est lui-même un homme. Les informateurs sont plus souvent des informatrices dès qu’il est question de relations familiales. Ici encore, on regrette qu’aucun exemple d’analyse sociologique n’illustre le propos.

25Appropriation tardive des outils conceptuels du genre, prégnance du modèle quantitatif réduisant l’effet du sexe à un biais statistique ou une distorsion, de tout cela il résulte que la relation enquêteur(trice) et enquêté(e) comme relation genrée demeure peu visible dans le champ de la méthodologie sociologique qualitative française jusqu’aux années 1980. Reste à mieux cerner les implications de ce contexte qui, on peut le penser, entretient le maintien d’une parole au masculin neutre, où il n’est pas vraiment question d’enquêtrice mais plutôt d’un énigmatique enquêteur asexué.

L’enquêtrice et le chercheur : délégation de terrain et division du travail de recherche

26Dès qu’une recherche se conçoit en équipe, une répartition des tâches s’impose et la délégation, quand elle est appliquée, implique souvent une hiérarchisation des tâches. Le terrain d’enquête – souvent sous-estimé – revient généralement à des ingénieur(e)s d’étude, comme en témoigne l’entretien de Lena Tenevic sur sa pratique d’enquête en sociologie qualitative (Tenevic, Weber 1992), ou encore à des contractuel(le)s, doctorant(e)s ou post-doctorant(e)s en attente de poste, tandis que l’analyse et l’interprétation des données revient à des chercheur(e)s – directeur(trice)s et chargé(e)s de recherche – et à des enseignants-chercheurs – professeur(e)s et maître(sse)s de conférences. La question de la délégation de terrain n’est classiquement pas interprétée dans les mêmes termes en sociologie et en anthropologie. Les ethnologues et sociologues ethnographes tendent à l’écarter de façon plus ou moins radicale :

Chaque ethnographe a un rapport particulier au terrain, des intuitions à partir desquelles il élabore progressivement des logiques analytiques qui fondent le cheminement intellectuel de sa recherche. Le raisonnement est parfois difficile à cerner sans l’explicitation des clés d’entrée de l’enquête pour celui qui aurait à analyser les carnets de terrain d’un autre chercheur. Ce fait montre que le principe de délégation est impossible dans l’enquête ethnographique. (Monjaret 2001, p. 105)

  • 21 Cela ne veut pas dire qu’en sociologie le principe de la délégation ne suscite pas d’appréhension.

27Aussi l’opportunité de la délégation est-elle surtout sensible en sociologie dans les enquêtes collectives répartissant le travail entre le(la) chercheur(e) concepteur(trice) de l’enquête et l’enquêteur(trice) ou les enquêteur(trice)s, auxquel(le)s est régulièrement déléguée la tâche de collecter l’information qui sera analysée par le premier21. Dans ce cadre, c’est essentiellement la figure de l’enquêteur ou enquêtrice mobilisée dans la passation de questionnaires qui a pu être mise en cause. Or on l’a dit plus haut, l’histoire veut que les premiers enquêteurs ont été souvent des femmes. Si l’orientation de l’étude de Loïc Blondiaux (1991) sur l’essor des sondages aux États-Unis dans les années 1930-1940 ne vise pas le repérage de formes de stigmatisation, à tout le moins de dépréciation du travail d’enquête lorsqu’il se pratique au féminin, il en exhume au passage des traces, comme dans la citation suivante faisant écho à la division du travail encore peu réfléchie entre le chercheur et le sondeur, bien peu professionnalisé à l’époque :

Si vous avez une enquête à faire, vous prenez quelques femmes ici et là, qui n’ont rien de mieux à faire de leur temps ; vous les « formez » pendant quelques heures et les laissez dans la nature pendant que vous croisez les doigts en attendant les résultats. Après tout, elles n’ont rien d’autre à faire que lire les questions du questionnaire et écrire ce que disent les gens. Peut-être est-ce que si elles n’ont jamais entendu parler de biais, ils ne seront pas biaisés. Peut-être que si elles ne savent pas ce qu’est un échantillon, elles ne déformeront pas l’échantillon. (Blondiaux 1991, note 1, p. 774, citant Witt à la fin des années 1940)

28La contribution des femmes au travail statistique est méprisée, moquée, alors même qu’on pourrait souligner que la théorisation des techniques d’enquête statistique n’a historiquement pas été le fait des sociologues qui utilisent cette approche (Lemel 1984) et qui forment en ce sens de curieux donneurs de leçons. En France dans les années 1960, l’organisation du travail de collecte des données est aussi mentionnée sous la plume d’Edgar Morin évoquant les formes de l’effet enquêteur. Le propos renvoie ici assez directement à l’existence de qualités naturelles, qui prédisposeraient les femmes à l’écoute bienveillante et à l’expression d’une sincère sympathie, sources d’une communication idéale avec l’informateur :

Parmi les facteurs perturbants qui proviennent de l’enquêteur figure au premier plan son apparence aux yeux de l’interviewé. Il faut que l’interviewé ressente un minimum de distance et de proximité, et également un optimum de projection et d’identification par rapport à l’enquêteur. L’interviewer doit correspondre à une image sympathique et rassurante. Souvent l’enquêtrice sera meilleure communicatrice que l’enquêteur. (Morin 1966, p. 64)

29Si Edgar Morin écarte l’idée d’un « modèle universel d’enquêteur, qui serait l’enquêteur urbain des sociétés modernes » (ibid.), il dresse néanmoins les contours du portrait type de cet acteur censé faire preuve d’une forte réflexivité critique. Or c’est là que le bât blesse : si l’« interviewer doit posséder à un degré rare des dons d’objectivation et de participation subjective », avance Edgar Morin, cela « signifie que l’enquêteur devrait être une personne moralement et intellectuellement supérieure, devrait être à la hauteur d’un rôle de confesseur laïque de la vie moderne ». Or, ajoute-t-il :

[…] nous nous heurtons à une difficulté présentement insoluble dans le système des sciences humaines (sauf en psychologie clinique). L’interview est en général un gagne-pain subalterne, un métier d’appoint pour des femmes un peu cultivées, une étape pour de futurs chercheurs. C’est la tâche inférieure dont se déchargent les chefs d’équipe. (Ibid.)

30Le tableau brossé par Edgar Morin renvoie à une structuration des emplois croisant deux dimensions, celle de la hiérarchisation – opposant sur ce plan chercheurs et enquêtrices –, et celle du niveau culturel. La dimension du niveau de formation de l’enquêteur est un thème clef, repris par Yannick Lemel pour distinguer la statistique – « sera qualifiable de “statistique” une opération dont le protocole d’observation peut être standardisé et, plus précisément, appris et appliqué par un enquêteur d’éducation générale standard, moyennant une formation préalable plus ou moins longue (mais qui ne saurait excéder, à titre d’exemple, quelques jours) » – de la démarche ethnographique qui tend à refuser le principe de la délégation de terrain – « l’ethnologue, en dialogue constant avec des observations, pourrait difficilement envisager de définir son travail avec une rigueur suffisante pour pouvoir le confier à quelqu’un d’autre » (Lemel 1984, p. 8). Ainsi, la division du travail dans la discipline sociologique peut aboutir à ce que la collecte du matériau soit déléguée à des professionnels de l’enquête certes – individus dotés d’une formation minimale à la passation de questionnaires notamment –, mais « non-spécialistes du sujet étudié » : les enquêteurs ne sont pas nécessairement les chercheurs (ibid.).

  • 22 « Vêtue en cavalier et couchée dans un coin, on ne remarquait pas Isabelle […]. Si les femmes ne so (...)

31Croisées avec cette autre dimension qu’est le genre, ces caractéristiques ont de puissants effets sociaux. Bien que l’argumentation d’Edgar Morin ne souligne pas que les chercheurs des années 1960 sont plutôt des hommes quand les enquêteurs sont de fait souvent des enquêtrices, elle aboutit à déclasser le travail des petites mains de la recherche, qui est relativisé, voire rendu invisible, ce dont certaines enquêtrices ont d’ailleurs depuis fait état, sous couvert d’anonymat (Tenevic, Weber 1992). Plus généralement, les rares chercheur(e)s qui évoquent ces questions ne les commentent guère. Tout se passe comme si, d’un côté, était attesté que les femmes occupent des positions subalternes dans la recherche – la dimension subalterne étant rattachée à la délégation de terrain –, et comme si d’un autre côté, ce constat initial était naturalisé. Ce dernier demeure en sociologie qualitative, bien que les conditions de la collecte de données diffèrent de celles observées dans l’approche quantitative et que la présence de femmes enquêtrices y soit restée longtemps plus rare. Jean Peneff remarque par exemple que les femmes sont « parvenues tardivement à l’observation dans le cadre universitaire » nord-américain et que dans les années 1930-1940 à Chicago, « bien que représentant 30 % des effectifs étudiants en sociologie, elles furent et sont encore moins nombreuses à pratiquer l’enquête de terrain » (Peneff 2009, p. 90). Les chercheurs sont majoritairement des hommes et, proportionnellement, ils sont encore plus nombreux quand on les observe dans le cadre de leurs investigations empiriques. Évoquant la France, Jean Peneff recense par comparaison une « pionnière audacieuse au xixe siècle », Isabelle Eberhardt, qui, pour étudier l’Islam, « apprit l’arabe, se déguisa en garçon, fréquenta les écoles coraniques et rencontra les imams et les cheikhs » (ibid.). Néanmoins, s’il prolonge son commentaire sur cette femme, c’est à l’appui d’une citation littéraire d’Edmonde Charles-Roux renvoyant les femmes à un statut d’objet22. Il conclut ensuite que George Sand et Colette adoptèrent, comme d’autres féministes, le costume masculin. S’il est important de valoriser les figures féminines historiques du terrain et si Jean Peneff a raison de le faire – il est l’un des rares sociologues à le risquer –, insistons sur le fait qu’il est tout aussi important de s’entourer de précautions dans l’usage des représentations imagées qui sont mobilisées pour les évoquer : le trait littéraire et le renvoi au féminisme ne servent pas ces femmes et peuvent inciter le lecteur, et même la lectrice, à verser dans une pensée poudrée d’exotisme ou de partialité.

3. Relations de terrain, célibat et situation familiale

32Comme on l’a dit en introduction de cet ouvrage, le rapport enquêteur(trice)-enquêté(e) peut métaphoriquement être comparé à une « conversation », dont on peut se demander jusqu’où elle est ordinaire, qui véhicule en tout cas autre chose que des mots, qui exprime la place des locuteurs ou locutrices dans l’ordre du monde, qui rejoue des jeux de proximité et de distance, des manières d’être à soi et à autrui (Abel 2006). À l’appui d’un repérage de situations interactives concrètes entre enquêteur(trice)s et enquêté(e)s, il convient d’explorer quelques arcanes de cette conversation, à commencer par les effets de l’appartenance familiale, dans une société où les femmes ont historiquement été renvoyées à des obligations conjugales et maternelles. Dans quelle mesure les rapports noués sur le terrain forment-ils une sorte d’écho des rapports sociaux ordinaires ?

33L’état matrimonial de l’ethnologue, femme ou homme, et la perception qu’en ont ses hôtes ont des conséquences directes sur le déroulement du terrain et par un renversement des rôles, placent les enquêté(e)s en positions d’enquêteurs ou enquêtrices. Delphine Lacombe a vécu très directement ce besoin qu’avait la population d’accueil de la situer : « Avec la récurrence des questions relatives à mon âge, ma famille, mon statut marital et mon éventuelle maternité, ce n’est pas une complicité engagée sur des “points communs” qui a fondé le dialogue, mais bien la prise en considération de ce qui me séparait des femmes » (Jarry et al. 2006, p. 182). De ce fait ils obligent parfois les chercheur(e)s à quelques réajustements pour rompre avec certaines assignations de rôle ou, au contraire, les accompagner. L’état matrimonial est l’un des critères à prendre en compte dans le jeu sexué qui s’observe en enquête ; les identités de l’ethnologue sont instables, elles se construisent et se déconstruisent au fil des terrains, voire au cours d’un terrain.

Enquêter en célibataire

34Les enquêtes ethnographiques sont généralement conduites en solo, ce qui n’est pas sans peser sur la définition de la situation. Ghislaine Gallenga (2007) relate qu’elle se présente seule sur son terrain en Roumanie. Affichant sa jeunesse, sinon son célibat, elle est entre autres perçue comme une femme sexuellement libérée, modèle français de la féminité. Elle note cependant que les femmes et les hommes envisagent différemment sa situation : les femmes jouent un rôle d’entremetteuse et cherchent à la marier, tandis que les hommes la voient plutôt comme un objet de séduction à qui des avances sont à faire. L’ethnologue coupera court à cette situation en modifiant ses comportements, verbaux et vestimentaires. Olivier Schinz (2002), homme célibataire, change lui aussi progressivement d’attitudes pour s’adapter aux conditions de son terrain mauritanien et mieux correspondre aux attentes de ses hôtes. Alors qu’à son arrivée il fait preuve d’une certaine réserve vis-à-vis des avances des femmes, évite de montrer sa disponibilité, il finit par jouer le jeu social local. Il nous livre son témoignage dans un court texte significativement intitulé « Être un homme ». Durant les premiers mois de son enquête, tentant de se ménager du temps pour écrire, mais aussi du fait d’un sentiment de gêne, Olivier Schinz s’abstient de participer à certaines activités où il est commun de voir des jeunes hommes maures flirter avec des jeunes filles. De même, il n’accompagne pas les hommes en brousse. Or, peu à peu, il comprend l’ambiguïté de son attitude :

Mon comportement devient dès lors difficilement compréhensible : manifestement homme, manifestement célibataire, je ne réponds à aucun des critères correspondant à de telles catégories. Je ne fais montre que d’un intérêt restreint face aux avances des femmes du campement (et des autres) et, réciproquement, ne montre que peu d’entrain dans les avances que je me sens tout de même, parfois, obligé de faire.

Peu à peu, les jeunes femmes commencent à remettre en question un tel comportement : le cinquième mois suivant mon arrivée, les ragots d’homosexualité à mon encontre, que je connais à travers différentes plaisanteries me concernant, vont bon train […].

Face à la pression sociale que je ressens de plus en plus pressante, je me sens dans l’obligation de me comporter de manière plus virile : j’accompagne plus régulièrement des amis lorsqu’ils sortent du campement ou quand ils se rendent aux séances de chant du soir. Peu à peu, à mesure que ma participation aux activités diurnes et nocturnes de flirt augmente, les ragots et plaisanteries à mon égard – tout comme ma capacité de travail, d’ailleurs – diminuent. Simultanément, de nouveaux problèmes font leur apparition : ma religion interdit en effet à toute femme musulmane d’entretenir de quelconques rapports avec moi. (Schintz 2002)

35Pour Ghislaine Gallenga comme pour Olivier Schintz, l’expérience de terrain n’est pas neutre et révèle un trait plus général attaché à ce type d’enquête. Les sujets de l’ethnographie « tentent de se rendre l’ethnographe compréhensible dans le cadre de leurs schèmes culturels, par l’attribution d’une identité acceptable. Dès lors naît une confrontation entre la logique de l’ethnographe (qui veut travailler) et celle des ethnographiés (qui veulent comprendre). Loin de constituer un empêchement au travail, cette confrontation est l’objet même qui nous permet de construire des données spécifiques au groupe étudié » (ibid.). Dans les deux cas cités qui renvoient à des terrains très différents, la présomption de célibat associée au sexe des intéressé(e)s informe la relation sociale entre l’enquêteur(trice) et ses enquêté(e)s et le premier ou la première ne peut l’ignorer, quelle que soit la manière dont il ou elle ajuste son comportement et ses attitudes, et son adaptation devient à son tour un élément à analyser.

Le terrain à l’épreuve de la carrière familiale

36Dans le cadre d’une enquête sur un terrain non exotique, les enquêté(e)s interprètent plus largement l’identité familiale de l’enquêteur(trice) à partir des éléments plus ou moins ténus dont ils ou elles disposent. Dans une culture qui définit la femme par son appartenance familiale, Malika Gouirir est tour à tour située par ses interlocuteurs comme fille de son père, puis femme d’un non-musulman, deux dimensions statutaires qui ont bridé ses relations avec les garçons – « représentants “officiels” du groupe » –, et « suscité une “attitude de refus” ou de curiosité chez les filles » (Gouirir 1998, p. 118 et p. 119). Mais dès lors que l’ethnologue se déplace en famille, ses positions d’époux/épouse et de père/mère sont directement perceptibles et pèsent d’emblée dans la construction sexuée des relations sur le terrain d’enquête. Or la longue durée des terrains ethnographiques conduit régulièrement l’ethnologue à partir accompagné(e) de son conjoint ou sa conjointe, parfois ethnologue également, et de ses enfants le cas échéant (Cefaï 2003). La présence de la famille peut interférer favorablement ou défavorablement sur la conduite de la recherche. Le sexe et l’âge des enfants peuvent également avoir leur importance, ces derniers pouvant favoriser l’entrée en relation avec certains hôtes, certains lieux, certaines institutions, voire légitimer la présence de l’ethnologue. Époux ou épouse et enfants sont parfois conduits à émettre des avis. Maurice Godelier se rappelle ce moment où sa femme lui a reproché de ne pas s’être interposé lors de scènes de violence auxquelles il assistait, préférant poursuivre ses observations : « Une ou deux fois, ceci m’a valu de violents reproches de ma femme qui est restée une année sur le terrain avec moi. Elle considérait que le métier d’anthropologue était un métier “un peu dégueulasse”, surtout le jour où une Baruya de ses amies a été blessée d’un coup de machette par une rivale sous les yeux du mari » ; elle finit par intervenir alors qu’il choisit de ne rien faire (Godelier 2002, p. 208-209).

  • 23 Plus largement, M.-J. Tubiana interroge l’existence de manières sexuées d’appréhender l’enquête, el (...)

37Concernant plus particulièrement le statut parental, Marie-José Tubiana (1999) montre que la maternité de l’ethnologue en transformant la femme apparaît comme un facteur de changement de statut sur le terrain et peut entraîner une modification des rapports avec les enquêtés, hommes et femmes23. Les anthropologues femmes sont, dans la littérature recensée, peu prolixes sur cet impact des changements de leur vie privée sur leur terrain d’enquête. Les quelques témoignages identifiés sur ce sujet proviennent d’hommes, tel Maurice Godelier, qui relate une anecdote : « Comme je suis resté plusieurs années seul et que les Baruya savaient que j’avais une fille, ils m’ont proposé plusieurs fois de me trouver une femme si je leur donnais ma fille en échange. J’ai décliné leurs propositions » (Godelier 2002, p. 208). Les relations sur le terrain se façonnent diversement au gré de la vie, des âges de la vie. Au fil de la carrière, les statuts matrimoniaux et familiaux de l’ethnologue changent (célibataire, époux/épouse, père/mère), pouvant modifier à chaque nouveau séjour la perception que les hôtes ont du chercheur ou de la chercheure. Le témoignage de Maurice Godelier, revenant sur vingt-cinq années de visites régulières chez les Baruya, est à ce titre exemplaire. Mais Frank A. Salamone est sans doute l’anthropologue qui a le plus nettement fait état des transformations qui s’effectuent au fur et à mesure de l’avancée en âge et qui métamorphosent progressivement le jeune anthropologue hétérosexuel, « inquiet et débutant », en chercheur « mûr et confirmé », aguerri et accompli. L’originalité de sa thèse tient au fait qu’il interroge, dans une perspective réflexive, les étapes de sa vie au prisme des modifications de sa pratique sexuelle dans le cadre professionnel : « […] chaque voyage fut différent quant à sa “signification sexuelle”. Par exemple, j’ai cherché des prostituées lors d’un voyage, une autre fois j’étais accompagné par une étudiante adulte, puis par ma fiancée de quelques semaines, enfin ma femme et mes enfants étaient avec moi lors de mon dernier séjour au Nigeria » (Salamone 1995, p. 271), présence qui entrave sa liberté de mouvement. La pratique de l’enquête ne peut donc pas s’affranchir complètement de la biographie du chercheur ou de la chercheure, de ses trajectoires et des bifurcations qui modèlent l’individuel et le professionnel.

  • 24 D. Bertaux n’aborde pas directement la question du genre dans son livre, même s’il insiste sur la n (...)

38Un dernier point peut être relaté, révélant un autre aspect des effets des assignations de place qui intègrent familialement les chercheur(e)s et, de ce fait aussi, peuvent les réinscrire dans une division sexuelle du travail normée. La présence d’un couple sur le terrain se confond parfois avec une recherche à deux, il arrive en effet que le conjoint (femme ou homme) soit également sociologue ou anthropologue. En sociologie, on pense à Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, spécialistes de la grande bourgeoise. En anthropologie on pense à Margaret Mead et Gregory Bateson à Bali, ou encore à Anne-Christine Taylor et Philippe Descola chez les Jivaros d’Équateur. Mais tous les couples n’affichent pas leur alliance. Tous, non plus, ne travaillent pas ensemble. Les « enquêtes conjugales », comme les nomme Jean Copans (1999, p. 55), sont parfois menées sur un même terrain chacun de son côté, les couples formant des tandems particulièrement efficaces lorsqu’ils se divisent le travail de recherche, nous en reparlerons. Dans son guide sur les récits de vie, Daniel Bertaux évoque ainsi une recherche sur les artisans boulangers qui débute avec difficulté : sa présentation initiale de l’enquête le discrédite sur le terrain, en le rattachant trop à une figure étatique24. C’est presque par hasard semble-t-il, alors qu’il est en vacances, qu’il reprend le chemin des fournils en compagnie cette fois de son épouse. Or dès qu’il indique qu’il travaille avec sa conjointe à cette recherche, il est interrompu par le boulanger qui lui fait face et lui rétorque : « Alors comme ça, vous êtes comme nous : vous travaillez en couple » (Bertaux, 1997, p. 54). Le sociologue a trouvé la voie pour établir une relation de confiance et il continuera de jouer sur ce ressort dans une enquête où, de fait, ses enquêtés exercent souvent en couple, l’épouse tenant généralement la caisse.

39Ces expériences en couple peuvent toutefois s’interrompre ou prendre de nouvelles formes. Une séparation ou un « divorce » peuvent changer les termes de la collaboration entre conjoints et collègues. Les couples se font et se défont, situation qui n’est pas sans conséquence sur la recherche.

4. Au-delà du sexe, le statut d’étranger

40Les logiques des acteurs ne se calquent pas toujours prioritairement sur le sexe biologique du chercheur ou de la chercheure, notamment en anthropologie. « Homme ou femme, l’ethnologue est d’abord construit comme étranger », avance Odile Journet-Diallo (1999, p. 21). Le statut d’étranger relativise le poids des représentations sexuées de la société que l’ethnologue étudie et sa prise en considération éclaire sans doute certaines assignations de genre peu compréhensibles autrement, mais efficaces pour définir la place du chercheur ou de la chercheure sur son terrain.

La relativisation des représentations sexuées

41Le statut d’étranger place d’une certaine manière le(la) chercheur(e) dans un entre-deux, qui lui ouvre de nouvelles portes et peut aussi lui en fermer d’autres. Danielle Jonckers renvoie aux propos que tient Odile Journet-Diallo sur les anthropologues femmes :

[…] l’appartenance biologique de sexe n’est pas déterminante dans l’identification de l’ethnologue. La plupart d’entre elles jouissent d’un statut d’étrangère qui leur permet de vivre une double relation d’enquête : un rapport distancié avec les hommes leur donne accès aux théories locales tandis qu’une certaine intimité dans l’observation se constate auprès de femmes. (Jonckers 1999, p. 3)

  • 25 Ce qui lui vaut d’être perçue en porte-parole potentielle : « En tant que jeune, femme, blanche, fr (...)

42Ghislaine Gallenga raconte dans cette veine qu’à son arrivée en Roumanie, elle est aux yeux de ses hôtes d’abord française et, en ce sens, elle doit composer avec leur stéréotype de la Française, une fille légère et élégante. Elle se conformera pour partie à cette image supposée en conservant un maquillage discret durant un temps (Gallenga 2007, p. 307). Au Maroc, Béatrice Lecestre-Rollier (2011) comprend pour sa part que les relations de confidence assez improbables qu’elle entretient avec les hommes ne tiennent pas à son sexe, mais bien à son statut d’étrangère supposée extérieure aux codes moraux locaux. Dans un article collectif issu d’une réflexion partagée dans le cadre du séminaire « Genre à l’international » organisé par l’association EfiGiES en 2003, six doctorantes ayant toutes travaillé sur des terrains étrangers constatent à leur tour que leur identification par leurs hôtes s’est d’abord fondée soit sur leur identité européenne, soit sur une appartenance binationale, ce qui « donne à penser que l’analyse des rapports sociaux de sexe sur un terrain précis, dans une société donnée (y compris la nôtre), ne peut pas se passer d’une analyse plus globale, comprenant les rapports de domination culturelle, socioéconomique et géopolitique » (Jarry et al. 2006, p. 178). Enquêtant sur le genre des mouvements de contestation au Mali, Ophélie Rillon (2011) dresse le même constat25. Autre cas de figure révélateur mais déjà plus complexe, lors de ses premiers séjours au Tchad, Marie-José Tubiana n’est pas perçue comme une femme, d’autant qu’elle n’a pas d’enfants. Le surnom de « petite fille » circule. Elle rapporte qu’elle parle librement avec les hommes, marche à leur côté, mange au même plat qu’eux. Elle porte le plus souvent des pantalons et fait des choses que font les hommes et ne font pas les femmes. Symétriquement, elle ne fait pas certaines choses que font habituellement les femmes. La situation change lorsque les femmes s’aperçoivent qu’elle est enceinte (Tubiana 1999) : l’étrangère à laquelle beaucoup de faits et gestes sont permis est éclipsée par la femme, tenue désormais de se plier aux codes en vigueur.

  • 26 Sur son terrain malien, A. Mbodj-Pouye (2012) n’a pas nécessairement des relations plus aisées avec (...)

43Le statut d’étranger ne crée assurément aucun automatisme et le doute marque régulièrement l’interprétation des situations, comme le rapporte Daniel Cefaï à propos d’Anne Tweedie, écartée malgré son sexe d’une initiation « parce qu’elle paraissait trop “immature” […] encore que son assistante J. C. Chiwale se soit demandé si ce n’était pas lié au fait qu’elle buvait de la bière au village » (Cefaï 2003, p. 561), comme les hommes. Ces exemples montrent combien les perceptions des hôtes de l’ethnologue affectent les manières d’être sur le terrain. Il arrive donc que « le “sexe” entendu comme condition biologique ou de genre, ne soit pas une variable pertinente, ni pour avoir une meilleure compréhension de ce qui se passe sur le terrain ni même pour avoir accès à des registres d’informations que nous, Occidentaux, percevons comme strictement féminins » (ibid.) et il « est des circonstances où les enquêtés annulent ou inversent l’appartenance de l’ethnologue à son sexe biologique pour lui attribuer le genre permettant le bon déroulement de l’enquête » (Gallenga 2007, p. 303-304). C’est avec le temps que le(la) chercheur(e) déchiffre ces codes culturels. Il peut alors jouer avec les différents stéréotypes, s’adapter aux différentes assignations de rôle, elles-mêmes changeantes au cours d’un terrain de longue durée. Difficile néanmoins pour l’ethnologue, cet étranger, de savoir quelle est la bonne place à occuper26. Et à lui d’être attentif au risque de malentendu induit par la comparaison de ses réactions propres et de celles de ses informateurs ou informatrices, notamment pour des jeunes chercheures féministes : « […] il est important de reconnaître que le féminisme peut faire partie des préjugés que l’on a amenés avec soi sur le terrain » (Jarry et al. 2006, p. 179). Enquêtant sur les enjeux politiques et sociaux de l’accès aux espaces publics de jeunes Saoudiennes à Ryad, Amélie Le Renard (2010) a été confrontée à ce problème qu’elle analyse avec finesse. Son objectif n’est pas de cerner les effets du genre sur la situation d’enquête, mais de repérer ce que les interactions et les contraintes partagées avec les femmes enquêtées révèlent des rapports sociaux genrés dans la société saoudienne. Elle entretient des rapports différents avec les femmes dirigeantes d’institutions (qui perçoivent l’enquêtrice en Occidentale dominante) et les jeunes femmes qui attendent de l’enquêtrice qu’elle devienne porte-parole de leurs revendications. Toutefois, Amélie Le Renard montre que le terrain socialise aux modalités locales du genre en invitant à s’adapter aux fortes contraintes cadrant les déplacements des femmes et leur apparence : ce faisant, l’enquêtrice découvre qu’elle ne fait jamais qu’activer des compétences, attitudes et comportements qui sont ceux des femmes observées. En transgressant comme les étudiantes certaines règles, elle a pu établir des rapports de complicité. Ce recul relatif de la distance sociale aux enquêtées est cependant interprété sans naïveté : le rapport aux contraintes n’est en effet pas vécu de la même manière par l’ethnographe et par ses enquêtées, la première subissant une politique qu’elle juge discriminatoire, les autres se créant des marges de manœuvre dans un système qu’elles ne remettent pas en cause : ni agacement ni sentiment de révolte chez ces jeunes Saoudiennes. Cette recherche montre combien la question des imbrications des identités reste une énigme à déchiffrer au cas par cas, enquête après enquête, séjour après séjour au sein du même terrain.

Le brouillage de l’identité sexuée de l’enquêteur ou enquêtrice

44Les interactions entre ethnographe et ethnographié(e)s conduisent l’ethnologue à opérer un travail sur lui-même, à changer volontairement ou non de comportements, voire d’apparence, pour mieux jouer aussi avec les attributions identitaires que lui assignent les enquêté(e)s. Dans le champ des possibles, l’enquêteur ou enquêtrice peut être invité(e) à passer d’un monde sexué à un autre. D’emblée son statut est « flou dans la perception des caractéristiques physiques masquées par l’allure ou les vêtements, mais aussi surtout flou dans les catégories symboliques qui construisent l’étranger non pas comme transsexué, mais d’abord comme asexué. Ce statut peut permettre de jouer sur les frontières établies entre les genres » (Journet-Diallo 1999, p. 21-22). Rares sont les articles qui abordent cette thématique de la question des modifications du genre de l’ethnologue sur le terrain d’enquête. On sait que les informateurs ou informatrices peuvent imposer leurs règles. Daniel Cefaï cite en exemple « J. A. Barnes et son assistant M. B. Lukhero [qui] seront autorisés à assister à une cérémonie d’initiation de femmes ngoni à condition de mettre des vêtements féminins » (Cefaï 2003, p. 561). Le vêtement métamorphose la personne. Parfois, c’est à cette seule condition que l’ethnologue peut s’introduire dans l’univers du sexe opposé. Ailleurs, c’est la transgression des tabous de genre qui conduit les enquêté(e)s à traiter l’ethnologue homme comme une femme. L’expérience ethnographique de Maurice Godelier est sur ce point suffisamment rare pour être mentionnée par plusieurs collègues anthropologues (entre autres : Copans 1999 ; Journet-Diallo 1999 ; Cefaï 2003). Maurice Godelier raconte comment il a enfreint l’interdit des frontières du genre pour assister aux rites d’initiation des jeunes filles et quelles en ont été les conséquences : contaminé par la sphère du féminin, il a dû subir un rite de purification, habituellement infligé aux femmes venant d’accoucher, pour pouvoir réintégrer le cercle des hommes et éviter toute exclusion. Les transformations matérielles ou symboliques sont dans ces exemples guidées par les enquêté(e)s. Mais il est possible d’adopter un point de vue symétrique, à l’instar de Ghislaine Gallenga qui se demande : « Quelles sont les modalités des rapports entre enquêteurs et enquêtés lorsque c’est l’ethnologue lui-même qui prend l’initiative de cette modification de genre ? » (2007, p. 304). Certaines anthropologues se font accepter dans des milieux exclusivement masculins en adoptant une stratégie provocatrice (Cefaï 2003). Ghislaine Gallenga décide ainsi de neutraliser son genre pour mener à bien sa recherche avec les hommes dans l’entreprise roumaine où elle travaille : elle se met à porter le bleu de travail, s’attache les cheveux, se comporte de la même manière que les hommes avec lesquels elle travaille : elle boit, fume et jure. L’auteure explique qu’elle a ce faisant cherché à « brouiller les catégories de significations sexuelles des acteurs » (Gallenga 2007, p. 312). Cette modification affecte les rapports entretenus jusque-là avec les enquêté(e)s. Les femmes ne la considèrent plus comme une des leurs : elle glisse « du statut de la petite sœur à marier à celui d’amie, sortant d’une parenté symbolique » (ibid.). Quant aux hommes, ils ne la regardent plus comme une proie à séduire et la considèrent désormais à la fois comme une femme et comme un homme, ce qui lui vaut de devenir une confidente recevant le témoignage de leur histoire intime.

En adoptant les signes extérieurs de la masculinité, j’ai donc inversé les perceptions sexuées de mon sexe biologique. Je ne suis apparue ni comme une femme, ni comme un homme, mais comme une personne d’un genre « neutre ». À la fin de mon séjour, je n’étais plus une femme, je n’étais pas un homme : j’étais un ethnologue, c’est-à-dire une personne sans genre bien défini. (Gallenga 2007, p. 312)

45L’ethnologue n’apparaît alors ni homme ni femme, homme et femme à la fois. C’est une expérience voisine qu’a éprouvée Aline Tauzin sur son terrain maghrébin dans les années 1980 : elle dit qu’« elle n’est nulle part tout à fait homme, ni tout à fait femme » (1984, p. 58) et en même temps, « elle est à la fois homme et femme » (p. 57). Ce constat la conduit à « se demander si le ressort principal d’une telle entreprise ne réside pas justement dans l’expérimentation de l’ambiguïté sexuelle qui la sous-tend ». Et l’auteure de poursuivre :

[…] cette ambivalence, qui s’enracine dans l’histoire personnelle de la femme chercheur, va tout d’abord chercher à se réaliser selon les processus […] visant à unifier l’inconciliable. Mais elle tente sans doute, également, de se résoudre, à travers une confrontation à des sociétés dont les normes se donnent comme rigides, la différenciation entre les sexes et les rôles attribués à chacun, marqués, et les déviances soigneusement occultées. (Tauzin 1984, p. 61)

46En guise de conclusion partielle, on peut s’appuyer sur les termes de Danielle Jonckers à propos de ses consœurs :

[…] les anthropologues mettent en évidence l’influence des représentations de sexe sur leurs enquêtes. Elles témoignent de la force créatrice des représentations qui les amènent à vivre l’étrange expérience du passage d’un genre à l’autre dans les sociétés où la séparation des sexes est pourtant très marquée. (Jonckers, 1999, p. 3)

47Il semble que ce constat peut être élargi aux anthropologues hommes. Il n’empêche, reste à se demander jusqu’où l’ethnologue peut aller dans ce jeu de transformation, dans ce passage du masculin au féminin (et vice versa) ? Pour Marie Goyon, il « ne s’agit évidemment pas d’expérimenter à tout prix ou de ressembler à l’Autre pour pénétrer sur un terrain, mais plutôt d’avoir conscience des “stigmates”. De la même manière, on ne va pas non plus devenir femme, changer de sexe, pour accéder à un “terrain de femme” » (Goyon 2005, p. 143).

5. Relations sexuées et ordre moral de l’enquête : assignations de genre et stéréotypes de sexe

48Chaque société repose sur des normes, des valeurs, des pratiques. Les relations entre hommes et femmes n’échappent pas à ces constructions culturelles et sociales, les relations entre ethnographe et ethnographié(e)s non plus. Daniel Cefaï note que les « relations sur le terrain mettent en jeu des catégorisations, des rituels et des conventions selon la génération, le genre ou l’ethnie. Elles sont sexuées » (2003, p. 560). La sexuation du rapport d’enquête s’exprime de manière plurielle, dans les assignations de genre et l’établissement plus ou moins difficile de complicités.

Bons enquêteurs, mauvaises enquêtrices ?

49Les relations d’enquête sont sexuées. La valence différentielle des sexes trouve-t-elle là une nouvelle occasion de s’exprimer ? Comment avoir un tel soupçon en terre d’objectivité ? Soulevons pourtant la question, car comment supposer que le rapport d’enquête ne participe pas, à l’instar d’autres rapports sociaux, à la mise en ordre du monde social ? Même en étant chercheur(e)s, hommes et femmes arrivent sur le terrain avec des stéréotypes de genre, qu’il est possible de décomposer analytiquement : chacun véhicule des représentations et des images de son propre sexe, de l’autre sexe et des relations entre les sexes. Deux types de stéréotypes interviennent. Les perceptions stéréotypées peuvent en effet être mobilisées pour juger les enquêté(e)s, mais aussi les enquêteurs, pour ne pas dire les enquêtrices.

50En s’inscrivant dans un système culturel donné, l’ethnologue éprouve les codes sociaux et sexués propres à la société qu’il étudie. Les représentations ou les stéréotypes locaux de sexe peuvent avoir de fortes influences sur la perception que les locaux ont de l’ethnologue (Tubiana 1999, p. 13). Les anthropologues femmes connaîtraient-elles le même sort que leurs informatrices ? Subiraient-elles une certaine forme de discrédit ? Une illustration tirant les fils d’un écheveau touffu de positionnements et de regards croisés nous est fournie par Malika Gouirir. Dans les années 1990, dans le cadre de ses observations d’une cité patronale où elle a grandi, la sociologue se souvient avoir « fait l’objet de la méfiance plus forte envers les femmes, soupçonnées de “tout raconter”, de ne pas avoir de “parole d’honneur” et d’être le “journal de la cité” » (Gouirir 1998, p. 116). Dans la culture du douar qui définit la femme par son appartenance familiale, Malika Gouirir est tour à tour située par ses interlocuteurs comme fille de son père, puis femme d’un non-musulman, deux traits statutaires qui ont entravé ses relations avec les garçons. La chercheure a également remarqué que des rendez-vous pour entretiens enregistrés ont été sans cesse décalés, notamment par des garçons ne justifiant jamais leur attitude. Pour analyser les dérobades masculines, Malika Gouirir a cherché une piste dans les écrits d’Everett Hughes sur les effets des contradictions de statut sur les rapports des interlocuteurs ou interlocutrices, ce qui lui permet de conclure :

Une femme (habituellement dominée dans l’ordre – domestique – du douar), mais plus diplômée et occupant une position sociale plus élevée (enseignante), prend l’initiative de l’intervention en direction d’un homme, tout en étant d’une famille (et d’une réputation) « irréprochable » (il est donc difficile de lui faire le reproche de sa « petite vertu » ou même d’en faire un principe explicatif de son comportement « choquant »), et, au nom des propriétés de dominant dans l’ordre externe du douar, prétend donc inverser pratiquement les rapports de domination. (Gouirir 1998, p. 125)

51Plus généralement, ses rapports avec les garçons relèvent soit de « l’indifférence polie », soit d’un intérêt soutenu pour ses revenus, « soit enfin de l’étonnement ou bien des réserves morales. Mais elles n’ont jamais relevé de la séduction puisque nous sommes considérés comme “frère et sœur” » (ibid., p. 124).

52Pour réduire les résistances en un lieu où occupations et loisirs quotidiens diffèrent selon le sexe, Malika Gouirir a présenté son travail comme une étude sur la scolarité et l’emploi des enfants d’ouvriers de façon à minimiser l’intérêt qu’elle portait aux relations entre les familles. En anthropologie, Marieke Blondet (2008) a dû réajuster ses comportements et ses pratiques sur les îles Samoa et a pu mesurer ainsi le poids des normes locales concernant les femmes sur des terrains lointains ou potentiellement périlleux longtemps restés inaccessibles aux femmes. Elle explique, rapporte Daniel Cefaï (2009), comment les hommes qui l’ont précédée sur ces îles « ont pu accéder à des positions d’autorité, dont la participation au conseil politique, interdits aux femmes ». Il poursuit et souligne que cette auteure « montre le carcan normatif qui pèse sur les femmes » et, qui plus est, sur l’anthropologue femme. Marieke Blondet « suscite toutes sortes de fantasmes stéréotypés, et des rumeurs circulent sur son compte, sur sa compétence et sa crédibilité, sur ses véritables raisons d’être à Samoa… Son statut d’étudiante n’est confirmé qu’après qu’elle donne une conférence à l’université locale ». En fait, Daniel Cefaï insiste sur le fait que « pour ne pas être soupçonnée de malhonnêteté, et perçue comme une femme facile, séductrice ou disponible, Marieke Blondet mène ses entretiens avec des hommes sous les yeux de leurs épouses ou de leurs pairs ». En définitive :

[…] elle doit se mettre à vivre comme les Samoans, occuper une place dans le groupe de parenté. À partir du jour où elle est hébergée gratuitement par une famille, elle se voit ouvrir, mais tout autant fermer des possibilités d’enquête. Elle se voit surtout imposer une série d’obligations : s’occuper de ses jeunes frères et sœurs, respecter les codes de conduites, nettoyer la maison et subir des interrogations sur ses activités. (Cefaï 2009)

53L’anthropologue, femme comme homme, se voit ainsi dans l’obligation de s’inscrire dans les normes locales pour éviter tout risque d’exclusion. Les réajustements de posture sur le terrain d’enquête, nécessaires pour y avoir sa place, ne sont pas propres à une ethnologie dite « exotique », ils existent également dans le contexte de l’ethnologie at home. L’ethnologue doit jouer le jeu, s’adapter aux circonstances. La recherche menée par Gwénaëlle Mainsant (2008) sur les plaisanteries chez les policiers apporte sur ce point un éclairage, comme le montre Daniel Cefaï (2009) : à partir du jeu d’un apprivoisement réciproque entre l’enquêtrice et ses enquêtés, la « femme-intellectuelle » découvre les frontières sexuées. On la fait participer, tout en se moquant de son investissement. En revanche, elle comprend qu’elle ne doit en aucun cas tourner en dérision les policiers qui lui assignent les identités les moins valorisées de ce milieu professionnel. Se conformer aux normes culturelles et au poids des représentations des sexes entre dans la définition de la construction sociale du rôle d’enquêteur ou enquêtrice. Henri Peretz livre un autre exemple assez similaire mettant en scène une observatrice s’adaptant aux exigences d’un univers masculin :

La sociologue américaine Arlene Kaplan-Daniels fut chargée, au cours des années 1960, d’une étude sur les conditions dans lesquelles des conscrits soumis à l’instruction militaire supportaient cet état. Son enquête située en Californie ne portait pas sur les opérations militaires, mais sur la vie de certains groupes d’officiers en caserne. Elle eut la double responsabilité de diriger l’enquête et d’être présente dans ce monde fermé, sceptique à l’égard de la recherche et ironique vis-à-vis des femmes. La chercheuse fut d’abord fort mal considérée en raison de son statut de directrice donnant des ordres à des subalternes militaires et de son statut de femme. Elle jugea habile de neutraliser toute forme de féminité afin de forcer le respect et la bonne volonté des militaires. Elle s’aperçut que ce genre de tactique pour se faire accepter d’un monde masculin très imbu de hiérarchie ne convenait pas ; elle comprit au bout d’un certain temps qu’elle devait à la fois répondre à l’attente de ces militaires, toujours enclins à des relations de séduction vis-à-vis du sexe opposé, mais également ne jamais donner l’impression de faire des propositions : « Pour une femme qui observe l’armée, il est maladroit de manifester trop d’entrain et de curiosité. Si la femme, au contraire, se montre intimidée, les officiers sont rassurés, parce que cela prouve qu’elle a une juste perception de sa position. Alors les officiers peuvent avoir la satisfaction de mettre la femme à son aise et de l’intégrer jusqu’à un certain point dans leur groupe… » [Kaplan-Daniels, 1967]. (Peretz 2004, p. 52)

54Les chercheures doivent parfois faire preuve de retenue et de patience pour trouver une place sur leur terrain.

Bons enquêtés, mauvaises enquêtées ?

55Les regards masculins portés sur des chercheures sont finalement peu différents de ceux que certains anthropologues ont porté sur les femmes des sociétés qu’ils étudiaient. L’anthropologue Nigel Barley dit avoir « remarqué l’absence des femmes dans les tableaux des anthropologues » et il ajoute : « […] elles ont mauvaise presse : difficiles, mal informées, peu crédibles » (1992, p. 112). Le sociologue Daniel Bizeul a aussi été confronté aux stéréotypes anti-féminins lors de son enquête en milieu nomade. Les femmes seraient tenues pour « bavardes, étourdies, capricieuses, mal informées » (1999, p. 130), autant de caractéristiques ancrées dans l’imaginaire social qui construit la relation enquêteur(trice) et enquêtées, autant de représentations que de nombreux contes de fées véhiculent depuis des siècles (Flahaut 2001 ; Franz 1979 ; Piarotas 1996). S’il en est bien ainsi, si des stéréotypes sont actifs, comment penser qu’ils ne pèsent pas sur la relation d’enquête et comment le font-ils ? Le sociologue ou l’ethnologue mobilisent-ils par exemple des attitudes et des comportements (des manières d’enquêter) relevant de la prophétie auto-réalisatrice ? Contribuent-ils à produire les comportements et attitudes auxquels ils s’attendent, en invitant pourquoi pas les femmes à produire des récits plus détaillés comparativement aux discours masculins ? Comment le montrer quand on ne dispose pas des matériaux d’enquête, mais seulement des interprétations conclusives du chercheur ou de la chercheure ? Les retours d’expérience de certains anthropologues apportent quelques éléments de réponse.

  • 27 Aujourd’hui, ce constat pourrait s’appliquer à « une prostituée sénégalaise ou une paria indienne » (...)

56Pendant longtemps sur les terrains de l’ethnologie classique, les anthropologues trouvaient chez les vieillards, hommes ou femmes mais préférablement hommes, de précieux informateurs (Servier 1986). Jean Copans insiste sur ce fait, « l’anthropologue a collaboré surtout avec les vieux et les notables » (1996, p. 22), souvent de sexe masculin (1999, p. 56). Ce qui veut dire a contrario que l’anthropologue homme a classiquement délaissé les femmes et les enfants ; « l’enquête de terrain est souvent bien silencieuse quant à la restitution de la parole des femmes, des jeunes et des groupes inférieurs et marginaux » (Copans 1996, p. 22)27. Les femmes et les enfants tendent à être considérés par les anthropologues d’antan comme de mauvais enquêtés dont les activités ne sont pas prioritaires. Dans les années 1970, de nombreux auteur(e)s faisaient déjà ce constat : « Aussi les anthropologues considèrent-ils souvent “le travail des femmes” comme trivial et à proprement parler inintéressant, voire inutile au bon fonctionnement de la vie sociale d’un groupe donné » (Spradley, Mann 1979, p. 26). Comme le rappelle Daniel Cefaï, dans certaines sociétés à forte discrimination sexuelle, les questions touchant à la scolarisation des enfants sont perçues comme méprisables par et pour les hommes (2003, p. 560) et de ce fait inaccessibles aux hommes, anthropologues ou non. Ce sont les hommes qui imposent leurs règles du jeu. Cette absence d’intérêt avérée pour les femmes n’est-elle pas le reflet des effets des représentations masculines ambiantes, celles des hommes de la société étudiée ou des anthropologues d’alors ? Il est un fait sur lequel James P. Spradley. et Brenda J. Mann reviennent : « […] dans la majorité des sociétés, les hommes possèdent un statut plus élevé, plus d’autorité, plus de pouvoir et ont tendance à dominer la vie politique, la vie légale et la vie économique » (Spradley, Mann 1979, p. 26). Nigel Barley en a fait l’expérience sur son terrain africain. Son assistant lui applique les règles de hiérarchie sociale en usage au Cameroun :

[…] il me considérait comme un personnage qu’il avait le devoir de soustraire à toute promiscuité avec le troupeau des gens de peu. S’il trouvait normal de me voir fréquenter les chefs ou les sorciers, il ne tolérait pas que je perde mon temps à discuter avec des femmes ou de simples villageois. Lorsque je m’intéressais à des enfants, il se détournait horrifié. (Barley 1992, p. 91)

57De ce fait, James P. Spradley et Brenda J. Mann l’admettent :

Les intellectuels qui s’engagent dans l’étude de la société contribuent souvent à créer cette invisibilité sociale de la femme. Ils peuvent même aller jusqu’à légitimer scientifiquement les stéréotypes habituels sur les femmes. Plutôt que de faire l’étude de la culture féminine dans les termes qui lui sont propres et de noter toute la richesse de détails de cette culture, le comportement féminin sera mesuré à des normes abstraites, lesquelles normes sont souvent tirées d’études qui portent sur des sujets masculins. (Spradley, Mann 1979, p. 25)

58Il est pourtant possible de travailler autrement, à la manière par exemple de Nigel Barley qui, conscient du stéréotype anti-féminin, l’affronte en interviewant des femmes qu’il estime avoir « trouvées remarquablement coopérantes et avisées ». Il remarque :

Tandis que les hommes avaient tendance à se considérer comme les dépositaires des ultimes secrets de l’univers et que je devais les amadouer pour qu’ils consentent à m’en confier quelques-uns, les femmes savaient que tout ce qui constituait ce domaine réservé était en réalité sans importance, et elles se faisaient un plaisir d’en faire profiter un étranger. Ainsi leur arrivait-il souvent de faire allusion, en ma présence, à certaines croyances ou cérémonies dont les hommes s’étaient bien gardés de me parler et qui m’ouvraient de nouveaux champs d’investigations. Hommes et femmes vivent très séparés. (Barley 1992, p. 112)

La critique féministe et ses dépassements

59La dénonciation d’un ordre de l’enquête essentiellement masculin s’impose dans la critique féministe qui interpelle anthropologues et sociologues. Selon James P. Spradley et Brenda Mann, les anthropologues ont traité les femmes comme des êtres invisibles et ont surtout décrit les intérêts et les activités des hommes. Mais ils « ont aussi été négligents lorsqu’ils se sont mis à étudier les femmes. La plupart des ethnographies se contentent de mentionner le rôle de la femme dans telle société et sont faites, le plus souvent, à partir d’un point de vue d’homme » (Spradley, Mann 1979, p. 26). Jean Copans insiste également sur la façon dont les anthropologues ont pris en compte les femmes dans les travaux :

Je veux parler ici du genre de l’enquête et plus précisément du sexe de l’ethnologue de terrain. L’ethnologie comme la plupart des sciences sociales, liées peu ou prou à une morale du social, est une science masculine. […] Certes, le genre féminin n’apporte pas de révolution en soi dans la nature occidentale du regard anthropologique. On peut même penser que la libération professionnelle de la femme ne conduit pas automatiquement à une perspective féministe et les remises en question de la masculinité ethnologique ont plus porté sur les interprétations, voire sur l’écriture, que sur le déroulement même de l’enquête de terrain. La bipartition du monde culturel « ethnologique » est pourtant un lieu commun mais un grand nombre de monographies parlent des femmes au second degré, comme c’était le cas il y a encore une trentaine d’années. (Copans, 1999, p. 30-31)

60En sociologie, Howard S. Becker rapporte avec son ironie mordante les limites d’une vision tronquée du réel quand il fait état du « noyau très solide des critiques féministes selon lesquelles de nombreuses théories sociologiques (sinon toutes) sont sexistes » :

  • 28 H. S. Becker poursuit : « Comme l’a montré Donna Haraway, dominées par les hommes, les études sur l (...)

Ces théories ne sont pas ouvertement ou pas nécessairement fondées sur un point de vue masculin ; elles ne prennent tout simplement pas en compte, dans leur exposition systématique des sujets et des problèmes, un certain nombre de questions que les féministes jugent importantes. (Becker 2002, p. 164)28

61L’ordre masculin a imposé sa lecture du monde. Pour Jean Copans, « le courant féministe a très légitimement critiqué une ethnologie dominée depuis les origines par un point de vue masculin sur la société » (1996, p. 50). Comme le rappelle Marie-José Tubiana, Denise Paulme écrivait dans les années 1960 que « les enquêtes ethnographiques étant presque toujours menées à l’aide et auprès des seuls éléments masculins de la population, l’image qui en résulte se trouve être, dans une très large mesure, celle que les hommes, et eux seuls, se font de leur société » (1999, p. 13).

62Que conclure de tout cela aujourd’hui ? D’une certaine façon, seuls les retours réflexifs de quelques chercheurs rassurent vraiment. Dans son enquête, Daniel Bizeul fait, comme Nigel Barley, explicitement état de stéréotypes ambiants, mais il les affronte à son tour et rencontre de nombreuses femmes d’âge mûr, conscient de produire des résultats marqués par les points de vue féminins, conscient également de son désir de réparer des injustices grâce au processus d’enquête ; il note ainsi :

Il serait à peine déplacé de remarquer ironiquement qu’une partie de mon analyse sur l’envie d’émancipation des femmes, ou sur leur lucidité et leur franchise, était une façon de les payer en retour pour m’avoir parlé et servait la satisfaction de redresser des injustices, dont le souvenir était réveillé, à l’encontre de femmes qui m’ont élevé ou que j’ai fréquentées. (Bizeul 1999, p. 131)

63Il ne se veut pas dupe des effets liés à certains de ses choix certes, mais aussi aux contraintes délimitant ses opportunités d’investigation. S’il a tenu à interviewer des femmes par souci d’objectivité – en ignorant le poids des stéréotypes anti-féminins – tout en engageant son point de vue subjectif sur les rapports entre les sexes – et l’on perçoit bien ici que l’objectivité en sociologie ne se confond pas avec l’illusion de la neutralité –, le sociologue a en revanche subi les stéréotypes que les hommes ont fait peser sur lui, avec deux conséquences pratiques pour la conduite de la recherche : une difficulté à établir des contacts avec les hommes jeunes, une quasi-impossibilité de rencontrer des jeunes femmes.

[…] aucun entretien n’a été réalisé avec des jeunes hommes d’une vingtaine d’années. Les rebuffades subies sur le terrain de Buval m’ont plus ou moins consciemment conduit à une sorte d’évitement. […] Et je ne pouvais espérer obtenir des informations sur un passé qu’ils ignoraient, et sur un présent constitué de jeux d’affirmation, de virées sexuelles, de coups illégaux, dont ils ne pouvaient spontanément parler avec un étranger ou avec un adulte.

La rencontre avec des jeunes femmes était peu envisageable, sans risquer de commettre un affront, du fait du code de conduite entre sexes existant dans ce milieu. L’un des premiers conseils que j’ai reçus par un éducateur était de ne pas pénétrer, en tant qu’homme, dans une caravane où se trouvaient uniquement des femmes, surtout si elles étaient jeunes. (Ibid., p. 131-132)

64En conclusion, ce que révèle le travail de terrain de Daniel Bizeul, c’est que le plein contrôle des stéréotypes est un leurre, car même si le sociologue intègre les siens pour mieux les contourner, ses informateurs lui renvoient les leurs par une sorte d’effet boomerang, par un effet de retour du refoulé. Or la présence du chercheur sur le terrain vise la production d’une connaissance, la compréhension et non la réforme des jugements de valeur qu’il observe et qui forment son objet d’étude. Par conséquent, il conviendrait de prendre plus au sérieux la place des stéréotypes sexuels dans la production des savoirs en sciences sociales. Ces stéréotypes informent les recherches, même dans le cas où le chercheur est « vertueux », quand il a considéré ses propres préjugés et leurs effets potentiels sur le déroulement de l’enquête.

6. Homogamie sexuée et complicité de sexe : une évidence à pondérer

65La plupart des manuels insistent sur l’importance des qualités d’adaptation et de souplesse pour faire un bon terrain. En effet, une « recherche qualitative demande à l’enquêteur de s’adapter au terrain », car « il entre dans la vie de personnes qui ne l’attendent pas mais qui acceptent de le recevoir, pour un temps limité, dans leur quotidien » (Alami, Desjeux, Garabuau-Moussaoui 2009, p. 76).

[De plus] certains facteurs personnels – son identité, par exemple – peuvent influencer la réalisation d’une étude. En fonction des situations d’enquête, le statut d’un enquêteur aura des effets sur le recueil des informations en termes, par exemple, de complicité ou de concurrence entre l’enquêteur et les personnes interrogées, ou de proximité ou de distance au sujet. Ainsi, la proximité culturelle d’un enquêteur avec les personnes à interroger pourra servir de facilitateur pour pénétrer dans une communauté, mais pourra également constituer un filtre négatif si elle ne permet pas de mise à distance efficace des faits observés. (Ibid.)

66Le ton est donné, la relation entre l’enquêteur(trice) et l’enquêté(e) ne se met pas en équation, et les complicités de terrain ne sont pas systématiquement prévisibles.

Complicités de genre et division sexuée des investigations de terrain

67Sur le terrain de l’enquête, les complicités féminines et masculines liant enquêteur(trice)s et enquêté(e)s sont souvent interprétées comme un atout relationnel. En sociologie, Pierre Bourdieu évoque ce cas de figure dans La misère du monde :

[…] les relations de famille ou les amitiés d’enfance ou, selon certaines enquêtrices, la complicité entre femmes, ont permis, en plus d’un cas, de surmonter les obstacles liés aux différences entre les conditions et, en particulier, la crainte du mépris de classe qui, lorsque le sociologue est perçu comme socialement supérieur, vient souvent redoubler la crainte, très générale, sinon universelle, de l’objectivation. (Bourdieu 1993, p. 909)

68Ce constat n’est pas isolé. Tout récemment, un ouvrage dirigé par Bernadette Tillard et Monique Robin (2010) sur les recherches au domicile des familles revient sur cette complicité entre femmes, et surtout entre mères, qui conduit parfois l’enquêtrice, grâce à ses compétences maternelles, à seconder l’enquêtée dans la surveillance de ses enfants. En ethnologie, cette complicité de sexe est également fréquemment mentionnée. Mais dans cette discipline, la perception d’une première limite de la configuration apparaît relativement vite. Daniel Cefaï (2003) montre ainsi que, dans des sociétés à forte discrimination sexuelle, les femmes sont condamnées à enquêter exclusivement dans des domaines réservés aux femmes, les domaines féminins étant de ce fait inaccessibles aux hommes. Chaque sexe tend à être cantonné dans des univers propres à son genre. Bien que vieillis aujourd’hui, les conseils précis et finalement rares donnés par Jean Servier aux apprentis ethnolinguistes sont révélateurs de la manière dont la démarche d’enquête a pu historiquement être pensée, présentée comme une démarche sexuée :

S’il est un homme, l’ethnologue devra s’appliquer à l’étude du vocabulaire relatif aux occupations quotidiennes des hommes – ce qui est aussi une façon de justifier son séjour : vie des champs s’il est chez des agriculteurs, pêche chez des pêcheurs. Ce n’est qu’une fois établi son statut de chercheur désintéressé qu’il pourra approcher par des amis sûrs les techniques féminines et les jeux d’enfants – si importants et si négligés. (Servier 1986, p. 36)

69À condition d’être patient, il aura accès aux domaines de l’autre sexe. Maurice Godelier (2002) fera l’expérience de cette rencontre avec les mondes féminins chez les Baruya, et ce non sans difficulté et conséquence, car on ne franchit pas aisément « la barrière des sexes », les barrières de l’autre sexe ; l’anthropologue doit respecter les codes sexués qui distinguent les univers masculins et féminins. Face à ces contraintes d’un terrain fortement structuré par un principe de division sexuelle du travail, certain(e)s ont vanté les mérites d’enquêtes mobilisant des équipes d’investigation hétérosexuées. Anne-Marie Arborio et Pierre Fournier reviennent sur le cas de Margaret Mead, en rappelant le point de vue de l’ethnologue :

« Une équipe formée par un couple ou bien une équipe dont les membres, de même sexe ou non, ont une grande différence d’âge, travaille mieux qu’une équipe de deux hommes ou de deux femmes de même âge. Toute information recueillie par l’un […] accélère l’apprentissage de l’autre ou des autres. Si c’est accepté avec enthousiasme, sans rivalité, alors n’importe quelle équipe, quelle que soit sa composition mais surtout si ses membres sont d’âge et de sexe différents, pourra faire non pas le double mais quatre ou cinq fois plus de travail qu’une personne travaillant seule. » (Arborio, Fournier 1999, p. 40)

70D’après eux, Margaret Mead sait de quoi elle parle, puisqu’elle a partagé certains de ses terrains avec son conjoint Gregory Bateson. Anne-Marie Arborio et Pierre Fournier expliquent le travail en couple entrepris par ces deux anthropologues de renom :

C’est ainsi que s’est organisée la division du travail entre M. Mead et G. Bateson quand ils ont mené des recherches ensemble à Bali et Iatmul, dans l’intention de saisir au mieux la place des rapports de sexe dans la variété des pratiques observées et d’éviter d’en rendre compte de façon orientée par leur propre appartenance sexuelle. (Ibid., p. 39-40)

71Ensemble, les époux peuvent éprouver les discriminations de sexe dans les sociétés qu’ils étudient. Daniel Cefaï cite dans le même esprit le cas d’un couple d’anthropologues américains présents chez les Sioux, société à forte discrimination sexuelle : la conjointe a de fait été contrainte d’enquêter dans des domaines réservés aux femmes, et son conjoint d’explorer les domaines réservés aux hommes (Cefaï 2003, p. 560).

72Les débats des années 1970 sur les rapports hommes-femmes ont soutenu le renouvellement des conceptions du travail de terrain et, en particulier, sensibilisé à penser l’enquête à deux, afin de croiser les regards sexués, de stimuler les discussions et les comparaisons en contournant ou évitant stratégiquement certains écueils des enquêtes menées en solo :

Si le chercheur – homme ou femme – s’intéresse aussi aux rôles sexuels, en accomplissant son investigation il traîne fatalement avec lui des préjugés. C’est pour obvier à cette difficulté que nous avons pensé notre recherche comme un projet collectif, du type de ceux qui obligent à une collaboration étroite à chaque étape de l’étude. (Spradley, Mann 1979, p. 28-29)

73L’expérience ethnographique de James P. Spradley et Brenda J. Mann dans un bar américain est instructive. Ils relatent précisément la manière dont ils ont organisé le travail de collecte du matériau, d’analyse et de rédaction :

Pour commencer, nous avons procédé à une division des tâches et nous nous sommes efforcés d’identifier nos différents points de vue sur les rôles féminins dans notre société. Brenda Mann a été embauchée comme serveuse de cocktail ; tous les soirs, elle s’habituait, en travaillant, à tenir ce rôle correctement. […] Quoique membre de notre équipe de recherche, elle a senti que son implication et sa participation la poussaient progressivement à s’intégrer au « Brady’s », à faire de plus en plus partie de cette famille. […] L’expérience de participation a duré un an, soit le temps de l’observation. Ce fut pendant cette époque que furent compilées les notes d’observation : ces notes portent sur les expériences vécues dans le bar chaque soir. Qu’en est-il de la distance et de l’objectivité ? Comment avons-nous pu maintenir une perspective de tiers participant, si importante dans la recherche ethnographique ? Si Brenda Mann a surtout assumé la responsabilité de la participation et de l’engagement personnels, James Spradley a tenu le rôle de l’observateur qui garde ses distances. Un soir sur deux, nous nous rencontrions tous les deux pour faire le point de la situation. Ces longues discussions nous servaient à confronter les observations que nous avions faites chacun de notre côté et à comparer nos aperçus. […]

Après plusieurs mois de recherche, nous nous sommes mis à interviewer intensivement plus de la moitié des serveuses qui travaillaient dans ce bar. Par moments Brenda Mann prit le rôle d’informatrice […]. Toutefois, comme Brenda Mann tenait à la fois le rôle d’observatrice participante et d’informatrice, nos discussions réussissaient à faire remonter à la surface le savoir qu’elle emmagasinait à son insu sur la vie du « Brady’s ». Grâce à ces séances de discussion, nous avons pu découvrir des choses à propos de ce bar qu’il eût été difficile de saisir si cette recherche avait été menée par un seul d’entre nous. Nous avons participé tous les deux à l’analyse des données et à la rédaction de l’ethnographie une fois la collecte des matériaux terminée. Ensuite, nous avons développé ensemble le contenu de chaque chapitre, puis nous avons partagé l’ébauche du présent texte. Après avoir soumis plusieurs projets, chacun de nous a récrit et mis en forme chaque chapitre. (Ibid., p. 28-30)

74Le duo mixte, hétérosexué, composé de conjoints ou de collègues, doit permettre de mettre à distance des analyses exclusivement masculines. Il est présenté comme un atout pour lire les rapports de sexe dans la société étudiée à l’aide du repérage des stéréotypes pesant potentiellement sur le dispositif de recherche.

Les avantages relatifs du rapport de terrain homosexué : une tentation illusoire

  • 29 Dans les textes examinés, on peut citer L. Tenevic (pseudonyme) rapportant une situation où sa posi (...)
  • 30 À propos de terrains « exotiques », M.-J. Tubiana rappelle qu’« en France, il faut attendre 1960 po (...)
  • 31 Référence est ici faite à un article critique de F. Weber (1981) et à deux communications, l’une d’ (...)

75Lorsque la réflexion sur un potentiel effet lié au sexe se développe en sociologie qualitative, c’est d’abord pour répondre à une question fort directe : ne conviendrait-il pas que les femmes étudient leurs consœurs et les hommes leurs confrères ? La question est débattue aux États-Unis dans les années 1950. Daniel Cefaï montre combien les enseignants-chercheurs de Chicago discutent des catégories de classe, de race et de genre à propos des enquêtes de terrain qu’ils conduisent seuls ou dans le cadre de leurs cours. Il retrouve dans le texte dactylographié Field Training Project la trace de la position défendue par Everett C. Hughes qui « trouve que c’est une bonne idée, d’embaucher des infirmières pour enquêter sur les infirmières ou de jouer sur les variables de l’âge, du sexe, du métier ou de la couleur pour choisir les “informateurs-enquêteurs” » (Cefaï 2002, p. 135). Toutefois, le principe ne lui apparaît pas généralisable dans la mesure où les bons enquêteurs développent les qualités leur permettant de se faire accepter par et de s’adapter à une grande diversité de situations d’enquête et d’interlocuteurs. Cette « première entreprise collective en sociologie de réflexion systématique sur le travail de terrain » n’aboutit donc pas à naturaliser le sexe en entérinant le principe d’une homogamie sociale nécessaire entre enquêteur(trice) et enquêté(e). Elle ne nie pas non plus que dans certaines situations, la proximité puisse jouer comme un ressort d’enquête, permettant de progresser plus aisément. La littérature sociologique regorge d’aveux de proximité-complicité29. Et l’anthropologie n’est pas en reste. En France, dans les années 1960-1970 marquées par le féminisme, une génération d’ethnologues femmes défriche un nouveau continent en misant comme le font dans la même période les historiennes sur des travaux consacrés aux femmes, en réaction à une ethnologie alors fortement masculine, qui tendait à analyser la société à travers le filtre du regard des hommes30. Sur les terrains français, cette génération s’intéresse en particulier à la socialisation féminine dans les sociétés traditionnelles ou contemporaines et au marquage de la séparation des sexes (Monjaret 2005). Parmi elles Yvonne Verdier, qui étudie les figures de la couturière, de la cuisinière et de la laveuse dans un village de Bourgogne (1979) ou encore Nicole Belmont (1978 a et b) et Martine Segalen (1980, 1981, 1983) qui se penchent sur des rites de passage. Il s’agit pour ces femmes indissociablement enquêtrices-chercheures de prendre la parole et d’étudier la société en proposant leur interprétation de femmes. Avec le temps et avec le recul, certaines se sont demandé si elles n’avaient pas à leur tour proposé une lecture sexuée de la société, trop militante et désireuse de contrer le regard masculin dominant. Contrairement aux Américaines, elles n’ont pas assez valorisé la dimension réflexive dans leurs recherches et, de ce fait, n’ont sans doute pas assez analysé l’implication de leur sexe dans la construction de leurs objets. Mais on peut faire l’hypothèse que leurs approches ont formé une étape qui a préparé la suivante et, quand ils existent, leurs retours d’expérience précisent aussi ce qui était en jeu au moment d’écrire le terrain. C’est ainsi que Françoise Zonabend (2011) propose une revisite du village de Minot par archives interposées, trente ans après l’avoir étudié avec Yvonne Verdier, Tina Jolas et Marie-Claude Pingaud. L’un des enjeux de l’enquête était à l’époque de prouver qu’il était possible de produire une ethnologie de sa propre société. Le terrain est étalé sur plusieurs années, de la fin des années 1960 au début de la décennie 1970. Françoise Zonabend admet qu’une attention plus poussée concernant les questions méthodologiques aurait pu prévaloir, elle souligne toutefois que la dimension collective des échanges entre les quatre collègues ne facilitait pas l’exercice, mais donnait progressivement corps à une perspective commune masquant de fait les responsabilités personnelles des chercheures. Elle revient tout particulièrement sur la polémique qui s’est ensuivie, sur le manque de réflexivité qui limiterait la portée de l’expérience du fait que « nos choix d’objet et nos écritures se seraient trouvés affectés par notre identité sexuée » (Zonabend 2011, p. 133)31. Mais l’auteure se défend aussi d’accusations jugées excessives :

Certes, nous étions quatre femmes sur le terrain, mais nous ne pensons pas avoir écrit une anthropologie spécifiquement féminine. C’est pourtant ainsi que nos travaux furent souvent caractérisés […]. Pas plus féminine dans l’écriture que féministe dans notre vision des femmes – autre reproche qui nous fut fait […]. Même si les unes et les autres, nous avons étudié en détail la condition des femmes au village, leur place dans l’organisation domestique, professionnelle ou cérémonielle, nous n’avons cherché ni à hiérarchiser ou stigmatiser les rapports de sexes, non plus qu’à démontrer la subordination de l’un à l’autre ou les structures d’oppression entre hommes et femmes. […] Nous avons été surtout attentives à la fabrication des identités sexuées dans cette communauté villageoise […]. (Ibid.)

  • 32 Nous nous plaçons ici au niveau de leur rhétorique disciplinaire. Nous ne nions pas que les positio (...)

76Associé à un retour d’expérience dans un contexte profondément modifié, cet exemple emblématique parle en creux des années 1970-1980, marquées par les discussions féministes. Bien que la dimension sexuée du rapport d’enquête ne soit pas au cœur des débats dans la seconde moitié du xxe siècle, sociologues et anthropologues ont cherché à contrôler la tentation homogamique à laquelle ils ou elles auraient pu céder32. Plus récemment, dans le cadre d’une actualité politique inédite des questions sexuelles (Fabre, Fassin 2003), Marie Goyon (2005) a rappelé que la complicité féminine ne suffit de toute façon pas à garantir l’établissement d’une bonne relation. La personnalité, le physique, les comportements, etc. font le genre de l’ethnologue, ouvrent ou ferment des portes sur le terrain d’enquête ethnographique. De même, avance Marie Buscatto, « la position sociale n’est jamais univoque et c’est dans la manière dont s’est croisée et décroisée la multiplicité des identités sociales qui nous étaient attribuées que se sont joués les multiples effets de notre “genre” sur la production de résultats sociologiques » (Buscatto 2005, p. 79). Le sexe se combine à l’âge, à la couleur, la nationalité, la langue, etc., autant d’attributs qui complexifient les constructions identitaires. Dans son manuel sur les méthodes en sociologie, Henri Peretz synthétise tous ces aspects en insistant sur leur caractère dynamique :

Les caractéristiques du chercheur – sexe, âge, ethnie, classe sociale – jouent un double rôle. D’une part, elles contribuent à expliquer l’intérêt de celui-ci pour le milieu observé ; d’autre part, elles déterminent en partie ses capacités à pénétrer dans ce milieu, à y être accepté et à y trouver un rôle. Comme le remarque l’anthropologue sociale Rosalie Wax [1971], tous les observateurs ne sont pas interchangeables et les caractéristiques de chacun déterminent en partie les milieux qui lui sont accessibles. Deux préjugés opposés sont à éviter : selon le premier, tous les milieux sont accessibles à tout observateur ; selon le second, il est impossible à un observateur aux caractéristiques opposées à celles d’un milieu d’y pénétrer. Sans préjuger de leur capacité respective à observer ou à s’adapter, les femmes et les hommes, les jeunes et les moins jeunes, les personnes ayant tel ou tel mode de vie et, de façon plus générale, selon qu’elles sont familières ou étrangères à tel ou tel milieu social, ne sont pas susceptibles de pénétrer aussi aisément dans les mêmes milieux. Les propriétés particulières de ces milieux – caractéristiques des personnes à observer et mode d’organisation sociale y régnant – déterminent ces possibilités et impossibilités.

Cette question ne saurait être abordée de façon générale et en dehors de toute considération de situation spécifique et historique. Illustrons les différentes combinaisons possibles entre les caractéristiques de l’observateur et celles du milieu par le croisement de l’appartenance de l’enquêteur à l’un des deux sexes avec celle du milieu. La possibilité ou l’impossibilité pour des hommes ou pour des femmes d’étudier des milieux de leur sexe ou du sexe opposé est susceptible d’évoluer notamment avec les transformations récentes dans la division du travail et des tâches et dans les modes de vie. Aujourd’hui, une jeune chercheuse française peut envisager d’observer la vie ordinaire d’un commissariat dans lequel d’autres jeunes femmes peuvent être officiers de police. Son univers d’observation n’est pas limité aux maisons de retraite ou aux centres aérés. (Peretz 2004, p. 51)

  • 33 Pour le reste, s’il existe des risques (physiques, psychologiques, moraux) à investir certains terr (...)

77Dans la période récente, Daniel Bizeul (2007) est l’un de ceux qui développent le plus l’analyse. S’il souligne à son tour le manque d’honnêteté intellectuelle qu’il y aurait à nier les effets de l’apparence du chercheur ou de la chercheure – dont son apparence sexuée –, il invite aussi comme Everett C. Hughes à relativiser la position méthodologique conduisant à associer un enquêteur ou une enquêtrice à son clone – social, racial, sexuel, professionnel… Traitant la question de l’ouverture de terrains supposés difficiles, cet auteur note que dans « la vie courante, comme dans le travail d’enquête, il ne revient pas au même d’être homme ou femme, jeune ou âgé, de type européen, ou africain, ou asiatique ; il ne revient pas au même, non plus, dans nombre de circonstances, d’avoir tel gabarit ou telle allure, de paraître simple ou de faire bourgeois » (Bizeul 2007, p. 72). Afficher telle ou telle caractéristique peut certes contribuer à ouvrir ou à fermer des portes33. Mais le constat n’évacue pas pour autant une double question. Jusqu’où le chercheur, ou la chercheure, doit-il s’impliquer et quelle part de sa biographie doit-il énoncer dans le cadre de la restitution de son enquête ?

S’il veut rendre compte de la vie des nomades, lui faut-il parler le manouche, se mettre en caravane, participer aux manifestations pentecôtistes ? S’il s’intéresse aux patients en psychiatrie, doit-il se faire admettre dans un service fermé au titre de schizophrène ou doit-il tester les neuroleptiques ? Pour s’approcher de la vie des prostituées, doit-il être une femme et se prostituer ou bien lui suffit-il d’être bénévole d’une association offrant une assistance. Jusqu’où aller pour être sûr de l’authenticité de l’expérience ? (Bizeul 2007, p. 73)

78Sans éluder la dimension morale et juridique attachée à cette question, Daniel Bizeul présente les limites de l’interrogation quand elle s’énonce trop naïvement. À l’évidence, indique-t-il :

[…] la plupart des chercheurs ne réduisent pas leurs études aux seuls individus identiques à eux sous les caractéristiques de sexe et de race. Car, femme ou homme, de type africain ou autre, les milieux qu’ils étudient peuvent être, en outre, de classe aisée, de religion catholique, d’un âge élevé, ou bien de milieu populaire, de religion musulmane, en pleine jeunesse, et ainsi de suite. Un tel principe de parcellisation, au nom du caractère localisé de tout savoir sur le monde social, peut être sans limites, puisque d’autres critères jugés décisifs ne manquent pas de s’ajouter aux critères décisifs déjà mis en avant. Les chercheurs seraient ainsi pris entre deux postulats, celui de l’incommunicabilité de toute expérience humaine, qui les condamnerait au solipsisme, et celui de la communauté d’expérience entre tous les humains, qui les absoudrait de l’ethnocentrisme. Dans la pratique, ils sont contraints de s’en tenir aux demi-mesures et aux solutions au cas par cas. (Ibid.)

  • 34 Son propos rejoint sur ce point celui de J.-P. Olivier de Sardan (2000).

79Ainsi, Daniel Bizeul invite-t-il à refuser toute exagération dans le maniement de l’explicitation au nom du souci méthodologique34. Le sociologue est bien doté de certaines caractéristiques, tout comme ses interlocuteurs. Mais prétendre isoler la charge factorielle attachée à l’une ou l’autre de ces dimensions relève en partie du leurre et implique un objectif discutable. Si le principe d’une restitution minimale n’est pas en cause et participe de la réception d’une étude en lui conférant une crédibilité, ne faisons pas preuve de trop de naïveté par rapport à un exercice utile en ce qu’il renvoie le chercheur ou la chercheure à la relativité de son travail, mais limité dans la mesure où les exagérations puristes peuvent annuler son intérêt :

Décider de ce qui a été gagné ou perdu en termes de compréhension par le fait de partager étroitement les expériences d’un milieu ou, au contraire, de s’en abstenir ne peut être accompli sans prendre en compte l’intention argumentative du chercheur. La part des paragraphes qualifiables d’auto-ethnographie dans le compte rendu ne peut de même être décidée de façon intangible. Des informations de ce genre sont cependant attendues. Elles constituent désormais les éléments majeurs de la crédibilité d’une étude, car elles permettent au lecteur de se mettre en imagination dans la peau du chercheur et de refaire de bout en bout, en s’attachant à des points décisifs, le parcours d’enquête et d’analyse. C’est en connaissance de cause ou, en tout cas, dans un état de moindre ignorance, qu’il peut dès lors juger de la qualité d’un travail. (Ibid., p. 80)

7. Relations sexuées, relations sexualisées

80Le sexe et l’enquête font-ils ou peuvent-ils faire bon ménage ? Y a-t-il une place pour le sexe dans l’enquête ? La question n’est pas aberrante si le rapport d’enquête est d'abord un rapport social. Comment évacuer la gêne associée à ce débat, objectivement et non subjectivement – en se moquant, en riant des rapports imprévus noués sur le terrain ? Prendre un café n’est jamais perçu comme gênant, la familiarité est même régulièrement présentée comme un aiguillon de l’enquête… Que dire de la place de la sexualité en enquête, comment penser pertinemment et déontologiquement la gêne associée à la rencontre sexuelle ?

L’horizon théorique de la rencontre sexuelle

81Le travail d’enquête impliquant des enfants révèle plus que d’autres études le caractère potentiellement sexuel des interactions. Dans le cas des enfants, cette possibilité est soulignée, car elle renvoie à un interdit. Mais en isolant une configuration particulière et assez extraordinaire d’enquête – la plupart des recherches mobilise un(e) enquêteur(trice) et des enquêté(e)s adultes –, elle révèle un glissement possible : l’irruption du désir sexuel (dans toute sa subjectivité) dans un protocole objectivant. Lors de son terrain dans un collège, Wilfried Lignier ne pouvait l’ignorer, il note :

En matière d’observation participante avec des enfants, le statut corporel de l’ethnographe inclut en particulier une identité sexuelle d’adulte. Celle-ci peut faire d’autant plus l’objet de précautions pratiques qu’elle est au cœur de toutes les attentions sur le terrain : ainsi le risque que fait éventuellement courir aux enfants la présence d’un observateur participant est-il facilement assimilé (par les parents, par les professionnels de l’enfance, et partant par l’ethnographe lui-même) à un danger sexuel […]. Cette situation ne pouvait que se traduire, de mon côté, par une peur constante de passer pour pédophile – et ce d’autant plus que le fait d’être un homme, contrairement à mon jeune âge, ne m’était pas favorable – une femme jeune allégeant sans doute les soupçons. (Lignier 2008, p. 28)

82Pour réaliser son enquête, le chercheur devra respecter plusieurs mesures préventives : ne pas livrer ses coordonnées aux enfants, ne pas utiliser le vestiaire des garçons, ne pas entrer en relation avec les enfants à l’extérieur de l’établissement scolaire. Il devra réagir aux intérêts amoureux manifestés par certaines collégiennes à son égard, réagir aussi à la curiosité des jeunes garçons espérant glaner quelques informations relatives à la sexualité masculine…

  • 35 « À la suite de l’article à bien des égards pionnier de G. Michelat, mais après une période de late (...)

83L’enquête confrontant des enquêteurs ou enquêtrices à des enfants n’est pas la seule à révéler l’horizon théorique de l’union sexuelle. Dominique Memmi l’a intégré dans une recherche sur les sans-abri. L’auteure contextualise son ressenti en évoquant les injonctions méthodologiques qui invitent les enquêteurs ou enquêtrices à explorer autrement les arcanes de la relation de terrain35, à « déplacer le regard de l’enquêteur du contenu de l’entretien vers sa forme et tout ce qui l’entoure, ou, pour le dire vite, du texte vers le contexte et le paratexte […], mais aussi à déplacer le regard de l’explicite vers le latent » (Memmi 1999, p. 134). Dans ce travail sur les sans-abri, il s’agira de « prendre en compte les “projections” qu’opère l’enquêteur sur la personne interrogée […] dans la mesure où ces projections sont significatives pour la problématique de la recherche » (p. 135). Sans que ce soit une entrée pour elle, Dominique Memmi remarque alors que face au dénuement physique, les attitudes des enquêtrices – « une vague envie de toucher » – diffèrent de celles des enquêteurs, qui tendent à « se raidir dans la froideur » (p. 140). Elle note aussi :

Responsable scientifique du projet, plus âgée, j’ai eu tendance pour ma part à masquer en moi surtout l’être sexué : en me restreignant de fait aux deux seuls personnages sexués à peu près confortables : celui de la compagne de l’enquêteur de la même classe d’âge, ou celui de la maman des jeunes enquêteurs, puis très vite, de l’enquêté. (p. 142)

84Elle avance que les jeunes enquêtrices ne manifestaient aucune inquiétude à l’idée du manque sexuel des sans-abri, « parce qu’elles n’envisageaient même pas ce rapport comme possible (“ils avaient l’âge d’être mon père”), alors que les deux plus anciens, et notamment l’enquêteur, projetaient ce manque sexuel de l’enquêté comme un risque pour elles » (note 35, p. 142).

85Sur les terrains de l’anthropologie, on peut se demander jusqu’où cet horizon théorique n’entretient pas le discrédit pesant en tout premier lieu sur l’enquêtrice. Les ethnologues sont parfois perçues comme des rivales sexuelles par les autres femmes, elles peuvent faire l’objet de ragots qui nuisent à leur réputation. L’étude de Margaret Mead sur la sexualité adolescente l’« avait rendue suspecte », « on racontait qu’elle avait des aventures avec des informateurs hommes » (Cefaï 2009). Les dénigrements peuvent émaner d’hommes également. Le soupçon de la femme active sexuellement entretient potentiellement le discrédit moral de l’enquêtrice et peut la pousser à afficher des attitudes la sauvant de la suspicion : ce fut le cas de Marieke Blondet sur son terrain dans les îles Samoa (Blondet 2008). D’autres dangers peuvent menacer l’enquêtrice, obligée de déjouer des tactiques de drague ou, plus grave, de s’opposer à des tentatives de harcèlement, de se prémunir du viol, car, sur tout terrain, il existe de bonnes et de mauvaises rencontres :

Les stratégies de séduction sont toujours mises en œuvre, avec plus ou moins de succès, et les pilotages difficiles, en particulier sur des terrains très machistes. Les femmes bénéficient souvent d’une protection, à la mesure de leur fragilité et de leur vulnérabilité supposées, contre toutes les formes d’agression qu’elles pourraient encourir. (Cefaï 2003, p. 560)

86Dans certaines situations, les hommes ne sont pas plus protégés, voire moins, il existe des zones sensibles à ne pas dépasser, des situations embarrassantes dont il faut s’extirper, comme nous le verrons ci-dessous. Les anthropologues américains ont été plus prolixes que les anthropologues français sur ces questions (ibid., p. 561).

L’érotisation : ressort d’enquête, frein dans l’enquête

  • 36 Voir aussi à ce sujet, le texte de M. Gourarier qui a ethnographié la communauté de la séduction, u (...)

87Les entreprises de séduction plus ou moins stratégiques sont partie prenante de certaines enquêtes, on se prête au jeu ou non, on l’observe, l’étudie36. Marie Buscatto, ethnographe mais aussi femme et chanteuse, en a fait un atout ; elle accède à un imaginaire « sexuel » partagé par les instrumentistes de jazz qu’elle fréquente pour sa recherche. « Ma position de femme chanteuse, écrit-elle, avait suscité le désir chez ces musiciens de m’inviter sur un mode amical, voire amoureux. […] Mais il semble aussi que la séduction féminine inspirée par la chanteuse ait joué un rôle important dans la motivation de ces instrumentistes à m’inviter […]. » Parce qu’il lui arrive d’être « draguée de manière évidente », elle prend conscience de son « pouvoir de séduction » (Buscatto 2005, p. 87). Ces expériences lui permettent d’avoir accès à une parole masculine et de mieux mesurer le poids des « stéréotypes féminins – faits de séductions et d’érotisme », associés aux chanteuses de jazz. Il arrive que l’attitude de l’enquêteur ou enquêtrice varie au cours d’une même enquête, signe que la sexualisation peut conforter les objectifs de la recherche comme les desservir. Si Olivier Schinz (2002) change d’attitude au cours de ses séjours sur son terrain mauritanien, sort de l’état de retrait qu’il s’était imposé, c’est qu’il a compris qu’en ne jouant pas le jeu attendu de l’homme disponible ouvert aux avances féminines, il se fermerait des portes, voire s’exclurait du terrain. Pour Ghislaine Gallenga, il faudra au contraire faire machine arrière après des débuts d’enquête taquins. « Au début de chaque entretien, les informateurs déviaient la conversation vers un jeu de séduction et les informatrices vers la recherche de mon “âme sœur” et d’un conjoint potentiel » (Gallenga 2007, p. 310). Mais cette relation sexualisée vient parasiter sa recherche au point même de la freiner. L’ethnologue décide alors de changer d’attitude, d’opérer une sorte de « neutralisation » de sa facette féminine afin de désexualiser cette relation d’enquête.

  • 37 Sur ces questions, voir la récente traduction du texte de D. Kulick sur la vie sexuelle des anthrop (...)

88Les relations sexuées se traduisent parfois sur le terrain d’enquête en relations sexuelles. Est-ce la pudeur qui justifie que ce registre ne soit pas abordé par le chercheur ou la chercheure ? Est-ce parce qu’il renvoie à la sphère privée, distincte de la sphère professionnelle ? Ce sont des choix à respecter. Mais dès lors que cette relation construit la relation d’enquête, elle devient un critère de connaissance des mécanismes de la production à ne pas négliger. Il arrive que ce type de relations érotisées fasse l’objet d’une instrumentalisation, que la sexualité soit érigée en technique (Cefaï 2003). C’est sans doute Frank A. Salamone qui aborde le plus directement cette question de la sexualité et montre en quoi ses pratiques ont évolué au fil du temps et combien cela a eu un impact sur le déroulement de ses enquêtes. Selon lui, « la sexualité ne peut et ne devrait pas être considérée séparément de l’ensemble d’une situation donnée » (Salamone 1995, p. 269), en particulier de celle impliquée par le terrain37.

La prise en compte de l’orientation sexuelle

  • 38 Voir par exemple G. Girard (2010).

89Dans l’introduction du numéro hors série de Genre, sexualité & société (2011) sur « la construction sociale de l’homosexualité », Christophe Broqua présente les articles réunis dans la revue et souligne que la plupart « ont été publiés dans la revue Social Problems qui fut dirigée par Howard S. Becker, de même que certains ouvrages sur l’homosexualité sont parus dans la collection qu’il dirigeait chez Aldine » (Broqua, 2011). Une fois de plus les Américains devancent les Français, qui n’investissent ces questions qu’à partir des années 1990. Désormais, une génération de jeunes ethnologues interroge l’orientation sexuelle du chercheur ou de la chercheure, sans non plus ériger cette dimension en facteur déterminant38. Le chercheur ou la chercheure n’est d’ailleurs pas à l’abri des erreurs de codage. Mathieu Trachman en a fait l’expérience : homme travaillant sur les tournages de films pornographiques hétérosexuels, il est supposé hétérosexuel par les participants et soupçonné de voyeurisme (il serait venu « mater des culs ») alors que, gay, il pensait neutraliser sa subjectivité sexuelle en n’observant pas des tournages homosexuels. Plus largement Mathieu Trachman constate : « Il est difficile de savoir si, par tel ou tel enquêté ou à tel ou tel moment de l’enquête, je suis plutôt vu comme un hétérosexuel, un homosexuel, si c’est mon sexe ou ma sexualité qui importe » (Trachman, 2013, p. 200). Une autre expérience complexe a été relatée par Christophe Broqua qui tient compte de son orientation sexuelle, mais aussi de son âge, de son niveau d’études, de ses opinions politiques et de ses dispositions héritées à l’action protestataire, caractéristiques qui le rapprochaient indubitablement des traits majoritaires identifiés chez les militants de l’association qu’il étudie : association Act up défendant les populations touchées par le sida. La familiarité de l’auteur avec l’habitus homosexuel augmentait ses chances d’intégration :

Tout d’abord à mes yeux, car il m’était alors possible de concevoir ma légitimité dans cet univers ; ensuite aux yeux des militants qui pouvaient, sur la base de ce seul critère, me considérer comme un militant potentiel de l’association, même si le motif universitaire de ma présence était connu […]. Sans avoir à l’expliciter formellement, mon orientation sexuelle ne faisait de mystère pour aucun de ceux qui la partageaient. Mon intégration fut facilitée en premier lieu par mon aptitude à user des codes en vigueur au sein de la population homosexuelle, pour les avoir incorporés dans mon propre parcours de socialisation. De même, le maintien dans la durée de relations initiées avec certains reposait sur la complicité qui peut lier les homosexuels dans un contexte de menace, celle de l’homophobie comme celle de l’épidémie de sida, ici centrale. (Broqua 2009, p. 114)

90Toutefois, la durée du terrain révéla une contrainte : la position distanciée du chercheur, ses silences, son absence de prise de position lui seront reprochés du fait même de l’identification de son orientation sexuelle. Plus globalement :

[…] la construction de la distance ne dépend pas du seul rapport au groupe étudié mais aussi des regards extérieurs qui la jaugent et l’évaluent tant bien que mal ; les acteurs participant à la définition du statut de l’ethnographe, de la relation ethnographique et de la distance à construire avec le groupe ethnographié, ne sont donc pas seulement les membres de ce groupe. (Ibid., p. 117)

91Au début de son travail, il note avoir évacué tout ce qui pouvait renvoyer à sa subjectivité. Mais peu à peu, la réflexion sur ses caractéristiques personnelles le « conduit à admettre que la compréhension des logiques de l’engagement militant au sein d’Act up n’était pas séparable de celle des motifs » de son engagement ethnographique (p. 118).

92Cet engagement prend-il forme dans l’écriture ? Cette narration aurait-elle alors un sexe ? Delphine Naudier (2001) a étudié un exemple d’innovation esthétique dans les années 1970 en France, à savoir la promotion d’une « écriture femme » au sein de l’avant-garde littéraire réunie autour de quelques figures (dont Hélène Cixoux), à l’appui d’une orientation différencialiste. Ce courant nourrit un rapport complexe au féminisme et l’expérience n’a pas fait date. Elle révèle cependant en creux un effet de contexte qui aurait pu toucher les sciences sociales, certes souvent plus égalitaristes que différencialistes. Sur l’écriture, de manière plus générale, Frédéric Chateigner affirme :

Décrire les interactions de l’enquête implique, pour peu que l’on s’intéresse à leurs conséquences sur l’écriture, de ne pas s’en tenir à une réflexivité générique, dans laquelle l’enquêteur serait pudiquement réduit à de grandes variables d’âge, de genre et de classe : cela nous condamnerait à terme aux généralisations abstraites dans lesquelles se cantonne souvent la réflexion sur l’écriture en sciences sociales. (Chateigner 2009, p. 116)

  • 39 Ce contexte d’une écriture neutre dominante peut conduire, par réaction, à l’écriture sexuée, expre (...)

93Sur cette question d’une écriture genrée, nous n’avons cependant relevé que peu de matériau. Il semble en tout cas que l’écriture semble avoir une orientation sexuelle. Lorsque le masculin est homosexuel, il s’énonce, la posture homosexuelle semblant appeler l’explicitation, ce qui n’est pas le cas de la posture hétérosexuelle masculine. Comment expliquer cette attitude intellectuelle ? Est-ce parce que la posture masculine est une norme, une évidence ? Il semble que le regard masculin ne soit pas dans l’obligation de la justification. Est-ce parce que le masculin est l’expression du neutre ? Le masculin neutre apparaît aussi dans l’emploi d’une rhétorique académique où l’individu s’efface derrière un « nous » ou un « il » littéraire39.

94Qu’écrire pour conclure sur les prises de position disponibles sur l’irruption de la sexualisation de la relation d’enquête ? Globalement, deux classes d’arguments paraissent nourrir le propos, la première renvoyant à la dimension éthique du travail de recherche, la seconde à ses fondements théoriques. Sur le premier point, Daniel Bizeul constate :

À l’évidence, les chercheurs s’abstiennent de la plupart des conduites qui mettraient leur vie gravement en danger, qui les conduiraient en prison, ou qui en feraient des parias dans leur milieu professionnel ; le cas échéant, ils gardent le silence sur ce qui pourrait les mener en justice ou provoquer la réprobation de leurs collègues. (Bizeul, 2007, p. 79)

95Quand on s’intéresse au sexe dans l’enquête, le propos résonne d’une certaine tonalité. Que peut dire, pour ne pas dire avouer, le sociologue, ou l’ethnologue, pour transmettre sa pratique d’enquête sans s’attirer la critique ? Les années sida sont passées par là. Ce qui a été le plus rapidement libéré, c’est l’orientation sexuelle. La sexualité en elle-même continue d’être associée au registre de la vie privée, même quand elle fait progresser l’enquête. L’énoncer peut toutefois menacer la réputation du chercheur ou de la chercheure, à tout le moins le ou la mettre en difficulté dans sa vie personnelle et familiale. De ce fait, on peut penser que du non-dit entoure certaines enquêtes. Dans un second groupe d’arguments, c’est au nom de la possibilité même d’une connaissance scientifique que le débat est tranché. Selon Maurice Godelier, sur le terrain, on « ne peut pas communiquer aux femmes ce que les hommes vous disent et réciproquement et il faut éviter d’entrer dans des rapports trop personnels, voire sexuels avec une femme si on est un anthropologue ou avec un homme si on est une anthropologue » (2002, p. 208). Le chercheur ou la chercheure est supposé(e) respecter un ordre sexué, conserver les distances nécessaires qui définissent sa position, sans quoi il ou elle risque de perdre sa légitimité sur son terrain.

8. La relation d’enquête comme ordre politique : domination masculine et violence symbolique

96L’ordre sexué est aussi imbriqué dans un ordre social et politique, il convient donc d’envisager les relations d’enquête sous cet angle aussi. Les auteur(e)s reviennent sur ces questions, soit à partir d’une réflexion sur des débats antérieurs, soit à partir de leur propre expérience de terrain.

Terrains revisités : regards sexués ou lutte des sexes ?

97Les retours sur des terrains classiques ne sont pas exempts de controverses sur la validité des données. Entrer dans le détail de ces dernières n’est pas notre propos. En revanche, il est intéressant de souligner que, bien souvent, elles donnent à voir une confrontation des sexes, la remise en question du regard de l’autre comme représentant de l’autre sexe et d’une vision centrée des rapports masculin-féminin. La critique porte généralement sur la surinterprétation sexuée des données, mais elle peut aussi devenir plus diffamatoire. Derrière certains débats et certaines accusations se jouerait-il parfois une lutte des sexes ?

98Parmi les controverses les plus fréquemment évoquées dans les ouvrages consultés, figure celle concernant Derek Freeman et Margaret Mead. Derek Freeman, un anthropologue homme donc, revisitant les îles Samoa, terrain précédemment exploré par Margaret Mead, anthropologue femme, va émettre un certain nombre de critiques, voire faire un procès d’intention à Margaret Mead. Daniel Cefaï (2003) s’est intéressé à cette polémique, il explique que, d’après Derek Freeman, Margaret Mead aurait transféré dans le Pacifique la révolution sexuelle en vogue à New York. Pour Laurent Berger qui rapporte lui aussi la polémique, « Margaret Mead a été ainsi accusée par Freeman (1983) d’avoir surestimé – si ce n’est fantasmé – la liberté et l’épanouissement sexuel des jeunes adolescentes samoanes, dans son souci de lutter à son époque contre le racisme et le puritanisme américain en matière d’inégalités des sexes et d’éducation sexuelle » (2004, p. 101). Il est en quelque sorte reproché à Margaret Mead d’avoir analysé son terrain à la lumière des préoccupations de son époque et non des spécificités locales. Mais les critiques ne s’arrêtent pas là : ses résultats s’expliqueraient également par une faible implication sur le terrain et la courte durée de son séjour (Renahy, Sorignet 2006, p. 19). En d’autres termes la fiabilité de son approche est remise en cause. De son côté Daniel Cefaï souligne qu’elle « n’a pu avoir accès à nombre de phénomènes rituels ou politiques en raison de son âge et de son sexe » (2003, p. 542), autrement dit, elle n’a pas pu accéder à une vision globale de cette société. Aujourd’hui, les anthropologues femmes qui se risquent sur le terrain des îles Samoa se trouvent confrontées au « fantôme de Margaret Mead », discréditée par Derek Freeman.

99Une autre fameuse controverse sur les îles Trobriand oppose les thèses d’Annette Weiner (1976) à celles de Bronislaw Malinowski. Mais cette fois, c’est une femme qui porte un regard critique sur les travaux d’un homme. Cet exemple est symétriquement opposé au premier. En revisitant ce terrain, Annette Weiner « découvre le pendant féminin de la kula des hommes des îles Trobriand non exploré par Malinowski » (Renahy, Sorignet 2006, p. 19). Comme l’explique Jean Copans, cette anthropologue va montrer « l’importance de l’“oubli” des femmes et de leurs circuits d’échange dans le tableau proposé par B. Malinowski de l’économie trobriandaise » (1996, p. 52). L’auteur des Argonautes du Pacifique occidental avait observé les Trobriandais en homme, Annette Weiner les percevait en femme, comme le rappelle Florence Weber dans un dialogue engagé avec l’historienne Florence Descamps (Müller, 2006).

100Ces exemples montrent que les changements d’enquêteurs et, qui plus est, le remplacement d’un chercheur par une chercheure, ou vice versa, sur un même terrain, ne sont pas sans effets sur les résultats des investigations : chacun des sexes étant attentif à certaines choses plus qu’à d’autres, la lecture d’une société peut apparaître sexuée. Laurent Berger livre un autre exemple qui va dans ce sens :

  • 40 Référence citée par L. Berger (2004, p. 124) : « Dahlberg F. (ed), Woman the gatherer, New Haven, Y (...)

Les femmes ayant enquêté parmi les bandes de chasseurs-cueilleurs ont par ailleurs relevé qu’une grande partie de la nourriture consommée, était en réalité produite par les femmes (cueillette, jardinage), et non comme tant d’hommes ethnographes l’avaient imaginé, lors des expéditions de chasse (Dahlberg, 198340). (Berger 2004, p. 101)

101Comme le note Florence Weber, « l’analyse critique des effets que produisent les caractéristiques individuelles de l’enquêteur sur la connaissance ethnographique » (2009, p. 11), autrement dit les effets de la « dimension sexuée de l’ethnographe » sur l’enquête ne sont pas à négliger, ceux des effets contextuels de cette production non plus. Pour le reste, on a vu précédemment que les retours critiques sur l’expérience des « dames » de Minot émanaient notamment de femmes. C’est pourquoi aucune conclusion hâtive ne saurait être livrée concernant l’interprétation des significations associées à des polémiques qui ne sont pas seulement scientifiques. Selon Jean Copans : « L’approche anthropologique du genre est d’abord une reconsidération des analyses disponibles » (1996, p. 52).

102Sur ces points, on peut se référer à Gilles Laferté qui, en 2006, élargit le questionnement en présentant la typologie des revisites proposée par Michael Burawoy. On y retrouve les célèbres polémiques déjà citées et opposant de fait des anthropologues des deux sexes. Michael Burawoy distingue quatre formes de revisites et donne des clefs pour approcher la situation française. Les deux premières renvoient à un changement de regard du chercheur ou de la chercheure impliquant soit une réfutation des études conduites précédemment (Dereck Freeman déconstruit ainsi le travail de Margaret Mead sur les îles Samoa au début des années 1980), soit une reconstruction armée d’un filtre théorique alternatif (Annette Weiner, à l’appui des gender studies alors en plein développement, propose une relecture féministe du travail de Bronislaw Malinowski sur les îles Trobriand). Les revisites empiriques traquent quant à elles les effets du changement social sur un terrain. Enfin, les revisites structurelles ont une ambition voisine, mais plus macrosociologique que leurs consœurs empiriques. Ces deux formes de revisite sont généralement le fait des chercheur(e)s qui avaient réalisé les investigations initiales et laissent en ce sens moins de place à la survenue de polémiques. À de rares exceptions près « la pratique de la revisite reste largement inédite dans l’anthropologie de langue française » (Laferté 2006, p. 26), et quand c’est le cas, le retour sur le terrain est plutôt le fait des chercheurs qui s’y sont déjà rendus dans la phase initiale : par définition, si le chercheur, ou la chercheure, a alors avancé en âge, il n’a pas changé de sexe. Que faire alors pour relativiser l’apport des recherches ? L’archivage forme-t-il la solution miracle pour accéder à des enquêtes passées ? Gilles Laferté met en garde contre cette évidence un peu trop lisse : des archives ethnographiques seront toujours « trop sèches si en dehors des entretiens, nous ne disposons pas des éléments pour comprendre les interactions qui s’y sont nouées. Les lieux d’enquête, les réseaux d’interconnaissance pénétrés ou évités, la situation d’enquête, les trajectoires des enquêtés comme celle de l’enquêteur sont indispensables à reconstituer pour saisir la construction des données archivées » (ibid., p. 35). Pour faire parler l’archive, encore faut-il pouvoir prendre appui sur des journaux de terrain, des correspondances et « conduire une sociologie de l’enquêteur et des institutions dans lesquelles il se forme et travaille pour comprendre ses matériaux » (p. 37). Revenant sur l’enquête de Minot et ses auteures, il note à juste titre :

Si à Minot, elles sont les « dames de Paris », à Paris elles deviennent alors les « dames de Minot ». Là encore identifiées comme femmes, comme épouses, elles réussissent progressivement à convaincre leurs collègues anthropologues exotiques essentiellement masculins que l’on peut bel et bien étudier en ethnologue un terrain français. (p. 40)

103Le poids des enjeux disciplinaires pèse en effet à côté du poids de la seule question sexuée.

Subir le mépris sur le terrain

104Le poids de formes fortes de violence symbolique se fait sentir dans les plis du quotidien du terrain, écho professionnel de ce qui se passe dans la vie ordinaire. Il soumet nécessairement le monde de la recherche en acte à des pressions auxquelles résister, faute de quoi il devient difficile de valoriser les fruits de son travail, voire de continuer de l’exercer. Divers travaux en font directement état. Dans un article en forme de retour d’expérience de quatre étudiants sur leurs terrains de DEA, la dimension vécue et subjective de la dépréciation du sociologue est dite sans détour :

De même que le statut social, le sexe de l’enquêteur ne disparaît pas derrière son attribut d’étudiant ; ce marqueur social ne produit pourtant pas les mêmes effets dans tous les milieux. Dans le champ du handicap, qui est un milieu assez féminisé, le fait d’être une femme ou un homme n’est pas discriminant. En revanche, dans les milieux patronaux industriels, la « qualité » de femme renforce encore la domination vécue par l’enquêtrice : les patrons adoptent en effet une stricte division sexuelle du travail et évoluent dans des milieux essentiellement masculins. (Chamboredon et al. 1994, p. 119)

105Dans un cas, l’enquêtrice « a eu droit à quelques observations de la part d’un chef d’entreprise qui voyait d’un mauvais œil son pull-over à col roulé » (ibid., p. 127) : il serait dommage de réduire cette remarque à un propos anecdotique. Emmanuelle Yohana a vécu une expérience voisine, du fait de son sexe. D’emblée, l’auteure explique vouloir « montrer comment les différences d’attitude à l’égard de l’ethnographe – ou plus exactement à l’égard d’une jeune étudiante venue de Paris – éclairent, voire révèlent, les trajectoires sociales différentes des enquêtés » (Yohana 1995, p. 126). Elle étudie une association d’aide aux devoirs située dans une cité et caractérisée par une forte sociabilité masculine. Elle souligne qu’« ambivalence et contraste régissent les rapports avec une femme, plus ou moins renvoyée à une situation d’infériorité, qu’il s’agisse de l’enquêtrice ou d’une “fille de cité”, d’une sœur ou d’une “copine” qui n’ont pas leur place ici » (p. 129). Dans bien des enquêtes, ce sont des cercles vicieux identitaires qui limitent la marge de manœuvre initiale de l’enquêteur ou enquêtrice, le handicap du genre se mêlant à d’autres caractéristiques. C’est très net dans l’expérience narrée par Muriel Darmon : dans le cadre des débuts de son enquête sur l’anorexie, la jeune thésarde doit subir « un triple mépris, disciplinaire, de classe, et de genre » de la part des médecins qu’elle cherche à rencontrer (2005, p. 103). À partir de l’exemple particulièrement révélateur d’une interaction avec un médecin, elle met en regard les caractéristiques sociales de son interlocuteur (homme, âgé, médecin, professeur de psychiatrie) et les siennes à l’époque (jeune femme, étudiante, sociologue). Trop forte, la « situation de domination sociale » (p. 104) pousse l’enquêtrice à rester sur la défensive et à subir partiellement le discours recueilli. Cependant, un retour réflexif sur les modalités de négociation des entretiens lui permettra d’ajuster sa demande aux propriétés de son terrain, d’éviter des refus d’entretien et de mieux résister à ses interlocuteurs.

 

  • 41 Il reste que la diffusion de nouvelles techniques d’enquête et l’usage d’Internet en particulier dé (...)
  • 42 Les jeunes générations de chercheur(e)s le rappellent couramment, il faut « composer avec des inter (...)
  • 43 Ce glissement trouve dès 2004 sa contrepartie institutionnelle, lorsque le réseau de l’Association (...)
  • 44 J. Copans souligne les limites de certains travaux féministes, comme ceux de E. Reed (1979) sur les (...)

106L’analyse des articles et ouvrages abordant la question des rapports d’enquête comme rapports travaillés par les effets du genre révèle le chemin parcouru dans les deux dernières décennies dans le champ de la sociologie et de l’anthropologie françaises41. Mais on voit aussi combien il serait naïf d’imaginer neutraliser la dimension sexuée du seul fait qu’on l’étudie d’un peu plus près de nos jours. Sexe et genre sont des catégories analytiques qui restent en ce sens opérationnelles, elles « sont produit[e]s par la culture » (Scott 2009, p. 10). Les ignorer reviendrait à laisser de côté des modes de représentations en action dans la recherche en train de se faire. Néanmoins, ces catégories ne peuvent être isolées. Il n’est plus possible de concevoir une réflexion anthropologique ou sociologique sans elles : sexe, mais aussi classe, race, génération, ou encore âge se combinent42. En France, les travaux de Colette Guillaumin (1992) ont tracé la voie des réflexions invitant à réfléchir conjointement aux effets du sexe et de la race. Historiquement, c’est en 1994 qu’apparaît le concept d’intersectionnalité, sous la plume de la juriste Kimberlé W. Crenshaw (2005). Il s’agit de mettre l’accent sur l’articulation complexe de contraintes hiérarchiques associées à des expériences minoritaires – être une femme, être issu(e) d’un milieu social défavorisé, ne pas être de race blanche, etc. Peu à peu le monde de la recherche s’habitue à penser les combinatoires identitaires sur un mode dynamique plutôt qu’additif : sexe, race et classe tendent à devenir inséparables (Dorlin 2009)43. Les approches féministes ont favorisé cette redéfinition par leurs apports critiques. Mais si elles remettent en question le modèle d’analyse masculin, elles ne s’affranchissent pas toujours pour autant d’une vision sexuée44. Il n’empêche, les effets de domination qui expriment les hiérarchies et la valence différentielle des sexes (Héritier 2005) peuvent être tracés. Il existe bien un ordre politique de l’enquête : la science a encore trop souvent un sexe. Les études qui osent l’écrire sont utiles.

Bibliographie

Abel Olivier, 2006, La conversation, Paris, Gallimard.

Abu-Lughod Lila, 1990, « Can there be a feminist ethnography ? », Women and Performence : Journal of Feminist Theory, no 5, p. 7-27.

Alami Sophie, Desjeux Dominique, Garabuau-Moussaoui Isabelle, 2009, Les méthodes qualitatives, Paris, PUF.

Arborio Anne-Marie, Fournier Pierre, 1999, L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Paris, Nathan Université (128).

Arendel Terry, 1997, « Reflections on the researcher-researhed relationship : a woman interviewing men », Qualitative Sociology, vol. 20, no 3, p. 341-368.

Bard Christine, 1995, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes. 1914-1940, Paris, Fayard.

— 2003, « Jalons pour une histoire des études féministes en France (1970-2003) », Nouvelles questions féministes, vol. 22, no 1, p. 14-30.

Barley Nigel, 1992 [1983], Un anthropologue en déroute, Paris, Payot.

Baruffol Éric, Verger Pierre, Rotily Michel, 2001, « L’utilisation du téléphone dans une enquête de santé mentale : analyse de l’impact du rang d’appel, des données manquantes et de l’effet “enquêteur” », Population, vol. 56, no 6, p. 987-1010.

Beck François, Peretti-Watel Patrick, 2001 « Les usages de drogues illicites déclarés par les adolescents selon le mode de collecte », Population, vol. 56, no 6, p. 963-985.

Becker Howard S., 2002 [1998], Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte (Guides repères).

Béjin André, 1993 « La masturbation féminine en France. Un exemple d’estimation et d’analyse de la sous-déclaration d’une pratique », Population, vol. 48, no 5, p. 1437-1450.

Belmont Nicole, 1978a, « Le joli mois de mai », L’Histoire, no 1, p. 16-25.

— 1978b, « Rituels de courtoisie dans la société française traditionnelle », Ethnologie française, no 4, p. 279-286.

Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, Revillard Anne, 2008, Introduction aux gender studies : manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

Berger Laurent, 2004, Les nouvelles ethnologies. Enjeux et perspectives, Paris, Nathan Université (128 Sociologie).

Bertaux Daniel, 1997, Les récits de vie, Paris, Nathan.

Bizeul Daniel, 1998, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, vol. 39, no 4, p. 751-787.

— 1999, « Faire avec les déconvenues. Une enquête en milieu nomade », Sociétés contemporaines, no 33-34, p. 111-137.

— 2007, « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, vol. 57, no 1, p. 69-89.

Blanchet Alain, Gotman Anne, 1992, L’enquête et ses méthodes. L’entretien, Paris, Nathan Université (128).

Blondet Marieke, 2008, « Le genre de l’anthropologie. Faire du terrain au féminin », Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, D. Fassin, A. Bensa dir., Paris, La Découvertes (Recherches), p. 59-80.

Blondiaux Loïc, 1991, « L’invention des sondages d’opinion : expériences, critiques et interrogations méthodologiques (1935-1950) », Revue française de science politique, vol. 41, no 6, p. 756-780.

Bonnet François, 2008, « La distance sociale dans le travail de terrain : compétence stratégique et compétence culturelle dans l’interaction d’enquête », Genèses, vol. 73, no 4, p. 57-74.

Boudon Raymond, Fillieule Renaud, 2002, Les méthodes en sociologie, Paris, PUF.

Bourdieu Pierre, 1978, « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 23, no 1, p. 67-69.

Bourdieu Pierre dir., 1993, La misère du monde, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude, Passeron Jean-Claude, 1968, Le métier de sociologue, Paris, Mouton-Bordas.

Broqua Christophe, 2009, « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, vol. 75, no 2, p. 109-124.

— 2011, « L’homosexualité comme construction sociale : sur le tournant constructionniste et ses prémices », Genre, sexualité & société, hors-série, no 1. En ligne : [http://gss.revues.org/1722].

Buscatto Marie, 2005, « Femmes dans un monde d’hommes musiciens. Des usages épistémologiques du “genre” de l’ethnographe », Volume ! no 1, p. 77-93.

Caplow Theodore, 1970, L’enquête sociologique, Paris, Armand Colin.

Caveng Rémy, 2009, « Inversement des positions et ré-enchantement de l’interaction. La relation d’enquête dans les sondages et les études de marché », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 178, no 3, p. 88-97.

Cefaï Daniel, 2002, « Faire du terrain à Chicago dans les années 1950. L’expérience du Field Training Project », Genèses, vol. 46, no 1, p. 122-137.

— 2009, « Les politiques de l’enquête (I) : Le travail de l’altérité », compte rendu de l’ouvrage Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, D. Fassin et A. Bensa dir., Paris, La Découverte (Recherches), 2008, La Vie des idées, 22 mai 2009. En ligne : [http://www.laviedesidees.fr/Le-travail-de-l-alterite.html].

Cefaï Daniel dir., 2003, L’enquête de terrain, Paris, La Découverte (Recherches).

Cefaï Daniel et al. dir., 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Chamboredon Hélène, Pavis Hélène, Surdez Muriel, Willemez Laurent, 1994, « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, no 16, p. 114-132.

Chapoulie Jean-Michel, 2000, « Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985) », Genèses, no 39, p. 138-155.

Chateigner Frédéric, 2009, « Écriture sociologique, satire et littérature », Genèses, no 74, p. 114-127.

Clair Isabelle, 2012, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin.

Combessie Jean-Claude, 2007, La méthode en sociologie, Paris, La Découverte.

Copans Jean, 1996, Introduction à l’ethnologie et à l’anthropologie, Paris, Nathan Université (128).

— 1999, L’enquête ethnologique de terrain, Paris, Nathan Université (128).

Crenshaw Kimberlé W., 2005 [1994], « Cartographie des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », traduction Oristelle Bonis, Cahiers du genre, no 39, p. 51-82.

Cresswell Robert dir., 1975, Éléments d’ethnologie, t. 1, Paris, Armand Colin (U).

Darmon Muriel, 2005, « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, no 58, p. 98-112.

Dorlin Elsa, 2009, Sexe, race, classe, Paris, PUF.

Downs Laura Lee, Rogers Rebecca, Thébaud Françoise, 2012, « Gender studies et études de genre : le gap », Travail, genre et sociétés, no 28, p. 151-168.

Duchesne Sophie, 1996, « Entretien non-préstructuré, stratégie de recherche et étude des représentations », Politix, vol. 9, no 35, p. 189-206.

Fabre Clarisse, Fassin Éric, 2003, Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Paris, Belfond.

Fassin Didier, Bensa Alban dir., 2008, Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques, Paris, La Découverte.

Firdion Jean-Marie, 1993 « L’effet du rang d’appel et de la présence du conjoint dans une enquête par téléphone », Population, vol. 48, no 5, p. 1281-1314.

Firdion Jean-Marie, Laurent Raphaël, 1998, « Effets du sexe de l’enquêteur : une enquête sur la sexualité et le SIDA », La sexualité aux temps du SIDA, N. Bajos, M. Bozon, A. Ferrand, A. Giami, A. Spira dir., Paris, PUF, p. 117-149.

Flahaut François, 2001, La pensée des contes, Paris, Anthropos.

Franz Marie-Louise von, 1979 [1972], La femme dans les contes de fées, Paris, La Fontaine de Pierre.

Gadéa Charles, Soulié Charles, 2000, « Réflexions sur une expérience d’initiation à la recherche en sociologie à l’Université (1994-2000) », Genèses, no 39, p. 155-171.

Gallenga Ghislaine, 2007, « Ethnologue à marier. La “neutralisation” des attributs sexués en entreprise », Ethnologies, vol. 9, no 1-2, p. 303-314.

Ghasarian Christian dir., 2002, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin (U).

Giglio-Jacquemot Armelle, 2003, « Le sexe de l’ethnologue. Les leçons d’un terrain réalisé dans une cité du sud-ouest français », L’ethnographie comme dialogue : immersion et interaction dans l’enquête de terrain, L. Obadia dir., Paris, Publisud, p. 137-174.

Girard Gabriel, 2010, « Relations d’enquête, tensions identitaires et implication du chercheur dans une enquête sur la prévention du VIH/sida parmi les homosexuels en France », VIH/sida. Se confronter aux terrains, Paris, Agence nationale des recherches sur le sida et les hépatites virales (Sciences sociales et sida), p. 105-120.

Godelier Maurice, 2002, « Briser le miroir de soi », De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, C. Ghasarian dir., Paris, Armand Colin (U), p. 193-212.

Golde Peggy, 1970, Women in the Field : Anthropological Experiences, Chicago, Aldine Publishing Co.

Gouirir Malika, 1998, « L’observatrice, indigène ou invitée. Enquêter dans un univers familier », Genèses, no 32, p. 110-126.

Gourarier Mélanie, 2011, « Négocier le genre ? Une ethnologue dans une société d’hommes apprentis séducteurs », Le Journal des anthropologues, no 124-125, p. 159-178.

Goyon Marie, 2005, « La relation ethnographique : une affaire de genres », Socio-anthropologie, no 16, p. 127-143.

Guillaumin Colette, 1992, Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Côté-femmes.

Héritier Françoise, 2005, « La valence différentielle des sexes », Femmes, genre et sociétés, M. Maruani dir., Paris, La Découverte, p. 52-56.

Jarry Anna et al., 2006, « Quelques réflexions sur le rapport de jeunes chercheuses féministes à leur terrain », Terrains & travaux, no 10, p. 177-193.

Jonckers Danielle, 1999, « Présentation », Femmes plurielles. Les représentations des femmes : discours, normes et conduites, D. Jonckers, R. Carré, M.-C. Dupré dir., Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 1-9.

Journet-Diallo Odile, 1999, « Catégories de genre et relation ethnographique », Femmes plurielles. Les représentations des femmes : discours, normes et conduites, D. Jonckers, R. Carré, M.-C. Dupré dir., Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 21-28.

Kaufmann Jean-Claude, 2004, L’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin.

Kulick Don, 2011 [1995], « La vie sexuelle des anthropologues : subjectivité érotique et travail ethnographique », Genre, sexualité & société, no 6. En ligne : [http://gss.revue.org/index2123].

Kulick Don, Willson Margaret dir., 1995, Taboo, Sex, Identity and Erotic Subjectivity in Anthropological Fieldwork, Londres, Routledge.

Laferté Gilles, 2006, « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, no 63, p. 25-45.

Laurent Raphaël, 1993, Étude de l’influence du sexe de l’enquêteur sur les réponses de l’enquêté dans l’enquête ACSF, rapport de stage, Paris, INED.

Lecestre-Rollier Béatrice, 2011, « L’un et l’autre sexe : une ethnologue au Maroc », Le Journal des anthropologues, no 124-125, p. 137-158.

Lemaire Marianne, 2011, « La chambre à soi de l’ethnologue. Une écriture féminine en anthropologie dans l’Entre-deux-guerres », L’Homme, no 200, p. 83-112.

Lemel Yannick, 1984, « Le sociologue des pratiques du quotidien entre l’approche ethnographique et l’enquête statistique », Économie et statistique, no 168, p. 5-11.

Le Renard Amélie, 2010, « Partager des contraintes de genre avec les enquêtés. Quelques réflexions à partir du cas saoudien », Genèses, no 81, p. 128-141.

Lignier Wilfried, 2008, « La barrière de l’âge. Condition de l’observation participante avec des enfants », Genèses, no 73, p. 20-36.

Mainsant Gwénaëlle, 2008, « Prendre le rire au sérieux. La plaisanterie en milieu policier », Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, D. Fassin, A. Bensa dir., Paris, La Découverte (Recherches), p. 99-120.

Mauger Gérard, 1991, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, no 6, p. 125-143.

Mbodj-Pouye Aïssatou, 2012, « Le genre du privé. Pratiques d’écriture personnelles et domestiques dans la région cotonnière du Mali », L’Homme, no 203-204, p. 321-345.

Memmi Dominique, 1999, « L’enquêteur enquêté. De la “connaissance par corps” dans l’entretien sociologique », Genèses, no 35, p. 131-145.

Meynaud Hélène, Duclos Denis, 2007, Les sondages d’opinion, Paris, La Découverte.

Michel Andrée, 2007, Le féminisme, Paris, PUF.

Monjaret Anne, 2001, « Fermeture et transfert de trois hôpitaux parisiens. L’ethnologue, accompagnateur social », Ethnologie française, no 2, p. 103-115.

— 2005, « De l’épingle à l’aiguille. L’éducation des jeunes filles au fil des contes », L’Homme, no 173, p. 119-148.

Morin Edgar, 1966, « L’interview dans les sciences sociales et à la radio-télévision », Communications, no 7, p. 59-73.

Müller Bertrand, 2006, « Archives orales et entretiens ethnographiques. Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses, no 62, p. 93-109.

Naepels Michel, 2012, « L’épiement sans trêve et la curiosité de tout », L’Homme, no 203-204, p. 77-102.

Naudier Delphine, 2001, « L’écriture-femme, une innovation esthétique emblématique », Sociétés contemporaines, no 4, p. 57-73.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2000, « Le “je” méthodologique, implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, no 3, p. 417-445.

Paugam Serge, 2008, La pratique de la sociologie, Paris, PUF.

Peneff Jean, 2009, Le goût de l’observation. Comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Paris, La Découverte.

Peretz Henri, 2004, Les méthodes en sociologie, Paris, La Découverte.

Perrot Michelle, 1998, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion (Champs).

Piarotas Mireille, 1996, Des contes et des femmes, Paris, Imago.

Pierru Emmanuel, Spire Alexis, 2008, « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue française de sciences politiques, vol. 58, no 3, p. 457-481.

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, 1991, « Pratiques d’enquête dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif », Genèses, no 3, p. 120-133.

Reed Evelyn, 1979 [1975], Féminisme et anthropologie, Paris, Denoël-Gonthier.

Reinharz Shulamit, 1992, Feminist Methods in Social Research, New York, Oxford University Press.

Renahy Nicolas, Sorignet Pierre-Emmanuel, 2006, « L’ethnographe et ses appartenances », La méthodologie qualitative. Postures de recherche et travail de terrain, P. Paillé dir., Paris, Armand Colin, p. 9-32.

Riandey Benoît, Firdion Jean-Marie, 1993, « Vie personnelle et enquête téléphonique. L’exemple de l’enquête ACSF », Population, vol. 48, no 5, p. 1257-1280.

Rillon Ophélie, 2011, « Ces femmes que je ne saurais voir. Les dimensions sexuées de l’enquête de terrain en histoire », Hypothèses, p. 41-51.

Riot-Sarcey Michèle, 1997, « La place des femmes dans l’histoire ou les enjeux d’une écriture », Revue de synthèse, no 1, p. 107-128.

Rogers Rebecca, 2004, « Rencontres, appropriations et zones d’ombre : les étapes d’un dialogue franco-américain sur l’histoire des femmes et du genre », Revue d’histoire des sciences humaines, no 11, p. 101-126.

Salamone Frank A., 1995, « Oh vous voilà ! L’anthropologue hétérosexuel et le sexe », Anthropologie et sociétés, vol. 19, no 1-2, p. 253-271.

Schinz Olivier, 2002, « Pourquoi les ethnologues s’établissent en enfer ? Maîtrise de soi, maîtrise de son terrain », Ethnographiques.org, no 1. En ligne : [http://www.ethnographiques.org/2002/].

Scott Joan W., 2009, « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, no 225, p. 5-14.

Segalen Martine, 1980, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion.

—1981, Amours et mariage de l’Ancienne France, Paris, Berger-Levrault (Arts et traditions populaires).

Segalen Martine, Chamarat Josselyne, 1983, « La Rosière et la “Miss” : les “reines” des fêtes populaires », L’Histoire, no 53, p. 44-55.

Servier Jean, 1986, Méthode de l’ethnologie, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Sohn Anne-Marie, 2002, « Un nouveau défi : traiter à égalité féminin et masculin, ou de l’histoire des femmes à l’histoire de “tous les garçons et les filles” », Le mouvement social, no 198, p. 129-150.

Spradley James P., Mann Brenda J., 1979 [1975], Les bars, les femmes et la culture, Paris, PUF.

Tauzin Aline, 1984, « Itinéraire maghrébin, ou de l’ethnologie au féminin », Raison présente, no 69, p. 57-63.

Tenevic Lena, Weber Florence, 1992, « La délégation du travail de terrain en sociologie qualitative », Genèses, no 8, p. 132-145.

Thébaud Françoise, 1998, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions.

— 2003, « Histoire des femmes, histoire du genre et sexe du chercheur », Le travail du genre, J. Laufer dir., Paris, La Découverte, p. 70-87.

Tillard Bernadette, Robin Monique dir., 2010, La recherche au domicile des familles. Démarches et savoir-faire, Paris, L’Harmattan.

Trachman Mathieu, 2013, « Une “planque pour mater des culs” ? Sexualisation et désexualisation dans une enquête sur la pornographie », Terrains & travaux, no 23, p. 197-215.

Tubiana Marie-José, 1999, « Hommes, femmes : méthodes d’enquête », Femmes plurielles. Les représentations des femmes : discours, normes et conduites, D. Jonckers, R. Carré, M.-C. Dupré dir., Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 13-19.

Verdier Yvonne, 1979, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière et la cuisinière, Paris, Gallimard.

Wax Rosalie H., 1971, « Gender and age in fieldwork and fieldwork education : no good thing is done by any man alone », Social Problems, vol. 26, no 5, p. 509-522.

Weber Florence, 1981, « Ethnologues à Minot : quelques questions sur la structure sociale d’un village bourguignon », Revue française de sociologie, vol. 22, no 2, p. 247-262.

— 1991, « L’enquête, la recherche et l’intime ou : pourquoi censurer son journal de terrain ? », Espaces Temps, no 47-48, p. 71-81.

— 2009, Manuel de l’ethnographe, Paris, PUF.

Weiner Annette, 1976, Woman of Value, Men of Renown : New Perspectives in Trobriand Exchange, Austin, University of Texas Press.

Yohana Emmanuelle, 1995, « Relations d’enquête et positions sociales. Une enquête auprès de jeunes d’une cité de banlieue », Genèses, no 20, p. 126-142.

Zancarini-Fournel Michelle, 2010, « Condition féminine, rapports sociaux de sexe, genre… », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, no 32, p. 119-129.

Zonabend Françoise, 2011, « Retour sur archives ou comment Minot s’est écrit », L’Homme, no 200, p. 113-140.

Notes

1 Répétons que nous nous appuyons sur une définition de travail relativement large du terme « terrain », ici associé à des approches empiriques impliquant une ou plusieurs rencontres entre enquêteur(trice)s et enquêté(e)s. Nous ne renvoyons pas le terrain aux seules pratiques supposant l’installation d’un enquêteur ou d’une enquêtrice dans un milieu d’inter-connaissance. Une définition restrictive du terrain ne conviendrait à l’évidence pas pour qualifier la plupart des enquêtes sociologiques.

2 Parmi les séminaires ou journées d’étude repérés, on peut citer : séminaire « Étude sur le genre et la sexualité : enquêtes et méthodes d’enquête », Paris, EHESS, 2013-2014 (coord. J. Ancian, L. Bereni, J. Rennes) ; journée d’étude « Méthodes et enquêtes de terrain à l’épreuve du genre », IEP de Bordeaux, 24 mai 2012 (coord. L. Direnberger, M. N’Diaye) ; séminaire « La dimension sexuée du processus d’enquête : genre, sexualité et réflexivité », Paris, EHESS, 2009-2010 (coord. M. Blidon, S. Roux), dont la séance du 5 mai 2010 « Le sexe de l’enquête : l’expérience d’un séminaire » par A. Monjaret et C. Pugeault ; séminaire « Introduction à l’enquête de terrain », Paris, EHESS, 2009-2010 (coord. Y. Davanel, T. Girard, E. Merza), avec le 15 avril 2010, les interventions « Voyage dans les ghettos du Gotha » de M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot et, le 18 mars 2010, « Terrain et genre de l’ethnologue » de M. Blidon, S. Roux ; journée d’étude doctorale « Le sexe et l’orientation sexuelle du chercheur sur son terrain », Paris, EHESS, 15 avril 2010 (coord. P. Awondo, M. Gourarier) ; journée d’étude « Corps et genre : problèmes méthodologiques », Saint-Denis, MHS Paris Nord, 19 novembre 2009 (coord. L. Guyard, A. Mardon). Notre séminaire « Le sexe de l’enquête » (CERLIS, 2006, 2006-2007) est à intégrer à cette liste.

3 Précision importante : la réflexion se fonde sur la rencontre de deux disciplines que nous n’avons pas, par principe, la volonté de distinguer, sans pour autant prétendre les confondre. Soumise au rapport à l’altérité qui contribue à la définir, l’anthropologie a été rapidement conduite à intégrer dans sa réflexion les conditions de sa pratique du terrain. Comparativement, c’est dans les années 1980, avec le développement des méthodes qualitatives et des études sur le genre, que la réflexivité dans l’enquête a connu un essor non négligeable dans la sociologie et le courant ethnographique français.

4 Pour une approche historiographique de l’institutionnalisation de la recherche (d’abord) et de l’enseignement supérieur (en cours) de l’histoire des femmes, du genre et du sexe du chercheur ou de la chercheure en France, voir F. Thébaud (1998 ; 2003). Sur le dialogue franco-américain concernant l’histoire des femmes et du genre, voir R. Rogers qui montre qu’en histoire française le « genre est donc devenu un terme incontournable ; cependant la compréhension du terme et son utilisation restent souvent floues, comme c’est d’ailleurs le cas aux États-Unis depuis longtemps » (Rogers 2004, p. 120). Sur la place des femmes en histoire, voir M. Perrot (1998) ou encore M. Riot-Sarcey (1997), et plus précisément sur le glissement de l’histoire des femmes à celle des deux sexes, voir A.-M. Sohn (2002). Les premières thèses d’histoire soutenues en France et intégrant une approche de genre « sans parfois le nommer » (Zancarini-Fournel 2010, p. 125) datent de la toute fin des années 1980. Le « premier ouvrage d’histoire, issu d’un colloque, incluant le mot genre dans son titre date de 2003. Le terme vient tout juste de conquérir sa légitimité historienne quand la Commission générale de terminologie et de néologie en récuse l’emploi dans les sciences sociales, en souhaitant qu’il soit réservé à la littérature et à la grammaire » (ibid., p. 126 ; voir Journal officiel de la République française, no 169, 22 juillet 2005).

5 Dans son manuel L’enquête sociologique, T. Caplow déplore qu’aux États-Unis, l’observation ait longtemps été « trop négligée » (1970, p. 15) et ait « souffert d’une relative défaveur » (p. 150). En France, il faut attendre les années 1990 pour voir se développer l’observation sociologique et encore, selon J. Peneff, elle ne concernerait que « 20 % des chercheurs qui publient » (2009, p. 133). Comparativement, une vingtaine d’ouvrages étaient publiés et plusieurs revues ciblant le travail de terrain étaient créées aux États-Unis entre 1960 et 1990 (Qualitative Sociology, Urban Life and Culture, Journal of Contemporary Ethnography).

6 Sur l’origine du questionnement américain féministe en anthropologie, voir J. Copans (1999) et C. Ghasarian (2002) et, en histoire, voir C. Bard (2003). Concernant les auteur(e)s anglophones les plus cité(e)s dans les travaux français consultés qui abordent la question du « sexe de l’enquête », citons les contributions de P. Golde (1970), A. Weiner (1976), R. Wax (1971), L. Abu-Lughod (1990), S. Reinharz (1992), D. Kulick et M. Willson (1995) ou encore T. Arendel (1997) qui témoignent de la constance de l’intérêt porté à ces thématiques par les études féminines, sinon féministes. Sur les mouvements féministes en général au xxe siècle, voir le chapitre VI de l’ouvrage d’A. Michel Le féminisme (2007). Sur une approche plus précise dans la première moitié du xxe siècle, voir C. Bard (1995).

7 Sur ce point, nous renvoyons les lecteurs ou lectrices au dialogue à trois voix établi entre trois historiennes, L. L. Downs, R. Rogers, F. Thébaud (2012), qui aborde la question du dialogue complexe noué entre les deux continents entre 1970 et 2012.

8 On peut se demander si le statut d’enseignant-chercheur ne favorise pas davantage encore la tendance à insister sur ce point. L’habitus pédagogique pousse en effet les universitaires à inviter les étudiants à ne pas être dupes d’eux-mêmes et à contrôler la déferlante axiologique qui risque de contaminer leurs travaux.

9 Évoquant plus largement les mutations du champ du genre, I. Clair suggère qu’au « fond, les sociologues se sont empêtré-e-s dans le genre alors que leur travail, c’est précisément de n’être jamais empêtré-e-s, de tout “objectiver”, de refroidir le monde social pour mieux le “désenchanter” » (Clair 2012, p. 60). La fascination pour l’objectivation n’a peut-être pas servi les intérêts de l’analyse des effets du genre en acte.

10 Sur ce point, les articles de G. Mauger (1991) pour l’enquête en milieu populaire et de M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot (1991) pour l’enquête en milieu aristocrate et grand bourgeois ont nettement marqué le champ sociologique.

11 Comme le soulignent les auteurs, on pourrait d’ailleurs aussi se demander « si le déclin de l’usage de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles par les statisticiens n’a pas lui-même contribué à alimenter les discours sur la fin des classes sociales en France » (Pierru, Spire 2008, p. 479).

12 Le regard sociologique est porté un temps par quelques personnalités phares de la sociologie française, dont P. Bourdieu qui « nous perfusait le code des CS », affirme A. Desrosières, ancien élève de l’École nationale de la statistique et de l’administration, pour concurrencer la sociologie de P. Lazarsfeld, J. Lautman, C. Baudelot et F. Héran (cité par Pierru et Spire 2008, p. 467).

13 Comme dans de nombreux domaines, il faut se mettre en quête des femmes pour identifier objectivement leur contribution aux sciences humaines. Les femmes sont longtemps reléguées d’une manière ou d’une autre à des places supposées leur convenir, elles sont comme assignées à l’invisibilité que le fonctionnement du champ scientifique organise et rend possible à leurs dépens. Il est vrai que pendant un certain temps, les « enquêteurs » demeurent sans sexe et qu’il a fallu inventer le travail d’enquêteur initialement dévalorisé pour les hommes eux-mêmes : cette valorisation n’est d’ailleurs toujours pas pleinement acquise, aujourd’hui encore (Caveng 2009).

14 On remarque aussi que les journalistes qui rendaient compte des expéditions de femmes « ne manquaient pas une occasion de souligner que les jeunes femmes élues pour partir sur le terrain étaient “jeunes, jolies, actives” et qu’elles en revenaient “dorées à point” » (Lemaire 2011, p. 108).

15 Sur l’histoire des sondages d’opinion en France, l’impulsion donnée par le Front populaire, le rôle essentiel joué par J. Stoetzel et A. Girard dans l’essor des instituts de sondages dans l’après-Seconde Guerre mondiale, voir H. Meynaud et D. Duclos (2007).

16 J.-M. Firdion analyse dans son article un double effet observé dans le cadre de l’enquête ACSF sur les comportements sexuels.

17 Tonalité d’autant plus généraliste qu’en pratique, le sexe apparaît principalement dans la littérature au titre de « variable » : « Le mot “variable” a, notons-le en passant, une histoire ambiguë. Issu de la mathématique et de la physique théorique, il a pris dans les sciences sociales un sens de plus en plus large et l’usage s’est peu à peu établi de comprendre dans le concept de variable le résultat de la partition d’ensembles d’objets selon un ou plusieurs critères spécifiques : sexe, niveau de qualification, âge sont des exemples de variables. […] On pourrait dire pour faire ressortir les distinctions que le sexe est un attribut à deux valeurs, la hiérarchie professionnelle un ordre, l’âge une variable au sens étroit du mot. Mais, le plus souvent, on parle de variable pour désigner un critère de classification quelconque, que ce dernier aboutisse à la définition de classes simplement distinctes (ou catégories), de classes ordonnées (ou rangs), ou de classes définies par une valeur quantitative (ou mesures) » (Boudon, Fillieule, 2002, p. 5).

18 Voir les travaux réalisés par R. Laurent (1993), puis J.-M. Firdion et R. Laurent (1998), qui portent explicitement sur le thème.

19 Ces auteurs suggèrent en outre de prendre désormais en considération la dématérialisation croissante de la relation d’enquête liée à la diffusion des plateaux téléphoniques et des sondages en ligne.

20 Dans le paysage hexagonal, D. Cefaï (2003, 2010) et D. Bizeul (1998, 1999, 2007) figurent parmi les rares auteurs à intégrer et valoriser les apports américains sur les questions de méthode.

21 Cela ne veut pas dire qu’en sociologie le principe de la délégation ne suscite pas d’appréhension.

22 « Vêtue en cavalier et couchée dans un coin, on ne remarquait pas Isabelle […]. Si les femmes ne sont pas de grandes observatrices, c’est que leur costume attire les regards, elles ont toujours été faites pour être regardées », E. Charles-Roux, citée par J. Peneff (2009, p. 90). De même, Jean Peneff commente-t-il sans la discuter une interprétation renvoyant à l’éthologie : « Les field studies sur les babouins, les gorilles, les éléphants furent souvent le fait de chercheuses, de femmes dont Leakey disaient qu’elles étaient plus patientes que les hommes et évitaient une systématisation trop rapide dont les travaux de Lorenz ont montré le risque » (ibid., p. 33). Dans un manuel destiné à des étudiant(e)s, il semblerait plus prudent de souligner le contenu critiquable de ces références.

23 Plus largement, M.-J. Tubiana interroge l’existence de manières sexuées d’appréhender l’enquête, elle se demande s’il n’existe pas des méthodes d’enquête différentes pour des anthropologues hommes et pour des anthropologues femmes, s’il n’existe pas des méthodes d’enquête différentes si « l’autre » est un homme et s’il est une femme (Tubiana 1999).

24 D. Bertaux n’aborde pas directement la question du genre dans son livre, même s’il insiste sur la nécessaire mise au jour du parcours biographique de l’interlocuteur ou interlocutrice du sociologue.

25 Ce qui lui vaut d’être perçue en porte-parole potentielle : « En tant que jeune, femme, blanche, française, j’étais automatiquement considérée par mes interlocutrices comme une porte-parole potentielle de leurs causes auprès des institutions, des médias ou des ONG du Nord » (Rillon 2011, p. 46).

26 Sur son terrain malien, A. Mbodj-Pouye (2012) n’a pas nécessairement des relations plus aisées avec les femmes, son statut d’étrangère n’étant pas contrebalancé par le fait qu’elle soit métisse, franco-sénégalaise.

27 Aujourd’hui, ce constat pourrait s’appliquer à « une prostituée sénégalaise ou une paria indienne » (Copans 1999, p. 56).

28 H. S. Becker poursuit : « Comme l’a montré Donna Haraway, dominées par les hommes, les études sur la vie sociale des chimpanzés ont longtemps rabâché la problématique de la domination et tout ce genre de trucs de mec, sans s’intéresser à la collecte de nourriture et à l’éducation des enfants dont s’occupent les femelles. Cette priorité d’attention ne repose sur aucune base scientifique et il est clair que les mâles n’auraient pas pu passer tout leur temps à se donner des bourrades pour se repousser les uns les autres s’il n’y avait eu quelqu’un pour rapporter les bananes à la maison et s’occuper des gosses. En principe, les théories de domination pouvaient rendre compte de ces autres problèmes, mais elles n’encourageaient pas les chercheurs à le faire de manière naturelle et régulière » (Becker 2002, p. 164).

29 Dans les textes examinés, on peut citer L. Tenevic (pseudonyme) rapportant une situation où sa position de femme a pesé favorablement sur l’établissement d’un rapport de complicité avec l’enquêtée qui était face à elle (Tenevic, Weber 1992).

30 À propos de terrains « exotiques », M.-J. Tubiana rappelle qu’« en France, il faut attendre 1960 pour que D. Paulme réunisse six études écrites par des ethnologues femmes, dont deux médecins, et édite Femmes d’Afrique noire » (1999, p. 13). D’autres travaux suivront.

31 Référence est ici faite à un article critique de F. Weber (1981) et à deux communications, l’une d’Y. Guichard-Claudic (« À la recherche du genre dans l’enquête sur Minot ») et l’autre d’A. Gautier (« Différences des sexes et division par sexes à Minot »), lors du colloque « Les grandes enquêtes pluridisciplinaires des années 1960-1970 : bilans et perspectives », qui s’est tenu à Brest et à Plozévet les 16 et 17 mai 2008.

32 Nous nous plaçons ici au niveau de leur rhétorique disciplinaire. Nous ne nions pas que les positionnements des uns et des autres aient néanmoins pesé sur les choix de leurs objets, sur leurs manières d’enquêter et leurs conclusions.

33 Pour le reste, s’il existe des risques (physiques, psychologiques, moraux) à investir certains terrains, ceux-ci sont généralement relativement faibles et par ailleurs contrôlables. D. Bizeul récuse à ce titre « diverses prescriptions faussement méthodologiques établies au nom de l’éthique et de l’objectivité, telles que : ne pas enquêter en secret, ne pas se mettre hors la loi, ne pas amener chez soi, ne pas coucher » (2007, p. 73).

34 Son propos rejoint sur ce point celui de J.-P. Olivier de Sardan (2000).

35 « À la suite de l’article à bien des égards pionnier de G. Michelat, mais après une période de latence, se précipitent les appels à la reconnaissance de la subjectivité du chercheur, à commencer chez les anthropologues » (Memmi 1999, p. 133) ; les sociologues suivent dans la décennie 1980 et « c’est bientôt la ruée » (p. 134).

36 Voir aussi à ce sujet, le texte de M. Gourarier qui a ethnographié la communauté de la séduction, une communauté masculine (2011).

37 Sur ces questions, voir la récente traduction du texte de D. Kulick sur la vie sexuelle des anthropologues : « […] le désir sexuel sur le terrain peut remettre en question les frontières du moi, menacer de bouleverser les relations enquêteur-enquêté, rendre floues les frontières entre rôle professionnel et vie personnelle, et susciter des questions de pouvoir, d’exploitation et de racisme » (Kulick, 2011).

38 Voir par exemple G. Girard (2010).

39 Ce contexte d’une écriture neutre dominante peut conduire, par réaction, à l’écriture sexuée, expression d’une revendication. Le choix de l’une ou l’autre option peut relever d’une démarche : F. Weber justifie l’emploi du « il » ou « il/elle » de la sorte : « Je parle de l’ethnographe au neutre académique (“il”) sauf lorsque j’envisage ses propres caractéristiques sociales parmi lesquelles le genre (“il/elle”) » (Weber 2009, p. 11-12). Sur ce sujet voir aussi J.-P. Olivier de Sardan (2000).

40 Référence citée par L. Berger (2004, p. 124) : « Dahlberg F. (ed), Woman the gatherer, New Haven, Yale University press, 1983 ».

41 Il reste que la diffusion de nouvelles techniques d’enquête et l’usage d’Internet en particulier définissent les contours d’un contexte inédit, le face-à-face enquêteur(trice) et enquêté(e) ne va plus de soi.

42 Les jeunes générations de chercheur(e)s le rappellent couramment, il faut « composer avec des interactions où se mêlent rapports de sexe, de “race”, de classe et d’âge » (Rillon 2011, p. 47). Voir aussi A. Giglio-Jacquemot (2003).

43 Ce glissement trouve dès 2004 sa contrepartie institutionnelle, lorsque le réseau de l’Association française de sociologie consacré aux rapports sociaux de sexe est rebaptisé « Genre, classe, race. Rapports sociaux et construction de l’altérité » (Clair 2012).

44 J. Copans souligne les limites de certains travaux féministes, comme ceux de E. Reed (1979) sur les sociétés matriarcales : « Rien n’atteste qu’un tel système ait existé, ce qui n’a pas empêché certaines anthropologues féministes de décrire un matriarcat qui aurait vu la défaite des femmes au cours d’une lutte des classes entre genres » (Copans 1996, p. 51).

Auteurs

Anne Monjaret est ethnologue, directrice de recherche au CNRS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain - Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (IIAC-LAHIC, EHESS - CNRS - ministère de la Culture et de la Communication), habilitée à diriger des recherches, qualifiée aux fonctions de professeur des universités (CNU 19 et 20). Elle est présidente de la Société d’ethnologie française (SEF). Elle est spécialiste des cultures professionnelles et féminines et s’intéresse à l’articulation entre vie professionnelle et vie privée, aux modalités du continuum entre lieux professionnels et résidentiels. Elle développe aussi un axe de recherches concernant les questions mémorielles et patrimoniales.

Catherine Pugeault est sociologue, maîtresse de conférences en sociologie à la faculté de sciences humaines et sociales de l’Université Paris Descartes où elle enseigne notamment les méthodes qualitatives, la sociologie des inégalités de genre, la sociologie de la communication et de la consommation au filtre du genre. Elle est membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS, Université Paris Descartes - CNRS, Sorbonne Paris Cité). Ses recherches portent sur la jeunesse, la formation des couples et les rituels conjugaux et familiaux (fiançailles, mariages).

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540