Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Le système marseillais

La région : recherche d’un espace, recherche d’une fonction

Texte intégral

1Marseille vise un hinterland commercial, une clientèle ; elle ne cherche pas à organiser autour d’elle une région, dont elle réglerait par ses rythmes la vie économique et sociale. La formation du département des Bouches-du-Rhône n’a pas pour conséquence la création d’un espace de solidarité, on l’a vu. Au-delà, vers le Languedoc, la vallée du Rhône, ou la Provence orientale, les rapports restent liés à des marchés spécifiques (les soies, et, en particulier, les cocons importés du Levant pour les deux premières régions, par exemple ; le commerce et les industries liés au vin vers Sète et Béziers, mais sans plus). La grande cité, appuyée sur une étroite banlieue, traverse de courants presque étrangers son environnement proche et regarde plus loin vers Lyon, la vallée de la Saône, les centres cotonniers vosgiens, la Seine ou le Rhin. Ce tableau n’est pas faux, en plein cœur du xixe siècle, au moment où la place de Marseille atteint une vigueur exceptionnelle, draine largement des capitaux autour d’elle, et s’impose, dans les années 1860, généralement, comme la première succursale de la Banque de France, par le mouvement des affaires. Capitale sans territoire, si ce n’est « l’étroite banlieue », elle négocie plutôt avec des partenaires dans l’arrière-pays et l’outre-mer, qu’elle ne quadrille le terrain. Étape, nœud, articulation, plus que centre d’une région.

Essais et tentations de régionalisation

2Ce constat est banal, peu contestable, entré dans les mœurs. Il reste simplement, dans les terres proches, plus ou moins bien desservies parfois par le chemin de fer, une sorte de débordement industriel, justifié par des raisons techniques, des besoins d’espaces ou la présence locale de matières premières. Les grands chantiers de construction navale ont été exclus de la rade, de la proximité des bassins portuaires, si bien qu’ils se replient vers d’anciens sites maritimes, La Ciotat, dès le début du siècle, Bouc, à l’extrême fin – ce qui révèle une remarquable continuité. Quelques autres activités industrielles « enracinées », de la fabrication de l’huile d’olive à celle des céramiques, industries de terroir, en réalité, se sont organisées aussi pour s’intégrer dans le monde marseillais, à Salon, en quelques localisations de l’étang de Berre ou des vallées de l’Est du département ; il faut compter enfin avec l’exploitation des lignites de Fuveau-Gardanne. Ainsi se créent quelques points de « dépendance » la formule est encore d’Élisée Reclus :

  • 1 E. Reclus, Nouvelle géographie, p. 305.

Les diverses villes et bourgades qui environnent la grande cité en sont de véritables dépendances, car leurs établissements appartiennent pour la plupart à des industriels de Marseille1.

3Au-delà, si « Marseille a pris la richesse…, Aix conserve les honneurs ». La grande cité redoute quelque peu la collusion entre Arles et le nouveau port de Saint-Louis-du-Rhône, mais dont le site urbain semble répulsif ; elle laisse Salon dans un certain isolement, comme en témoigne un rapport sur le chemin de fer en 1899, alors que le commerce y est actif :

  • 2 Archives de la C.C.I.M.– MR 1.2.1.

Les communications entre ces deux villes sont actuellement assurées par quatre trains… L’horaire est combiné de telle sorte que les négociants de Salon partant par le premier train du matin n’arrivent à Marseille qu’à neuf heures et demie, trop tard déjà pour commencer les affaires, notamment pour la réception des marchandises et que pour rentrer chez eux, dans la soirée, ils doivent repartir au plus tard à cinq heures, c’est-à-dire avant la fin de la bourse2.

4Je tiens un autre aspect pour plus significatif. Quand la Société marseillaise de crédit est fondée, en 1865, elle se présente ouvertement comme une banque de dépôts et d’escompte ; mais elle se garde longtemps d’ouvrir des agences autour de Marseille, à la différence de ses concurrentes lyonnaises ou parisiennes, dont les succursales ont été installées dans le grand port à la même époque. La Société générale en 1872, le Crédit lyonnais en 1876, ébauchent le dessin d’un réseau. Sous-agence à Aix (1876), bureau à Salon (1888), pour le Crédit lyonnais. La Marseillaise reste jusqu’en 1913 dans un splendide isolement, vivant sur son siège social de Marseille et sa succursale de Paris, moyen de maintenir l’accès de sa clientèle au marché de la capitale. Or, si les occasions de placement sont nombreuses à Marseille, les ressources y demeurent difficiles à mobiliser. Jean Bouvier le rappelle :

  • 3 M. Lescure, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle... », p. 117-118 (voir Bib (...)

Il n’est pas facile de collecter les dépôts dans une cité où l’argent n’est jamais inactif3.

5Remarque qui ne fait que reprendre celle de la Chambre de commerce au moment de l’arrivée des grands établissements de crédit :

  • 4 C.C.M., Compte rendu des travaux..., 1864.

Le commerce souffre de l’exagération même des créations de sociétés de crédit, sociétés qui ont absorbé de très forts capitaux et qui ont en outre contribué à couvrir de nombreux emprunts d’État4.

6Or, dans les dernières décennies du xixe siècle, des réserves d’épargne et de ressources commencent à se constituer autour de trois domaines économiques qui touchent l’arrière-pays marseillais : le monde maraîcher, « lancé » par le P.L.M., du Comtat ; le vignoble reconstitué du Languedoc ; et, moins soumis aux fluctuations d’une activité productrice, saisonnière et interannuelle, le monde des loisirs et du tourisme – surtout hivernal à l’époque – de la Côte d’Azur. Des bassins de capitaux et d’affaires attractifs.

7Paul Masson, enfin, parallèlement aux éclats de la première Exposition coloniale, décèle quelques fragilités dans la position de Marseille, moins sûre de monopoliser à son avantage l’expansion des échanges avec les colonies. Non sans confusion entre région et hinterland, il n’hésite pas à appeler l’arrière-pays à la rescousse du port méditerranéen : ce n’est pas seulement l’activité marseillaise elle-même qui peut fixer le trafic, mais aussi l’essor industriel d’une région qui va de la frontière italienne à l’isthme français. Il est curieux que « l’intérêt régional » renaisse avec la réflexion sur les grands espaces du nouvel Empire colonial.

  • 5 P. Masson, op. cit., p. 548-549.

Marseille doit aussi beaucoup à cette région de l’Est et du Sud-Est de la France dont elle est le port. Les grands groupes industriels qu’elle renferme, au premier rang celui de la région lyonnaise, ceux de Saint-Étienne, du Creusot, de l’Isère, des Vosges, du Doubs reçoivent de lui quantité de matières premières et lui envoient leurs produits manufacturés… La part de la région méditerranéenne qui avoisine immédiatement Marseille, dans le trafic colonial de ce port, ressort peut-être plus nettement à la première inspection des statistiques. C’est en partie pour assurer l’alimentation de la région du Sud-Est, qui n’a jamais pu se suffire, que l’importation des blés est restée un commerce traditionnel à Marseille et que celle des bestiaux d’Algérie a pris un si grand développement. C’est pour permettre les coupages et les mélanges nécessaires aux producteurs de la Provence et du Languedoc que les vins et les huiles des deux colonies africaines sont achetés en grandes quantités5.

8Paul Masson pense enfin à ce qu’une industrialisation, appuyée non plus seulement sur les bassins houillers, mais sur l’électricité hydraulique, peut apporter au Sud-Est et donc à la demande de trafic maritime.

9De plus, cette pensée régionale ou même régionaliste est venue à la mode autour de 1900. Des groupements professionnels, des « sociétés industrielles » conçues sur le modèle de la Société de Mulhouse, des syndicats patronaux, enfin des banques participent à un vaste mouvement qui met en question non seulement le découpage administratif et politique de la France en départements, mais la manière d’organiser les pouvoirs locaux. On aspire à des régions plus larges, économiquement plus viables que les modestes départements hérités de 1789-1790, d’avant les chemins de fer ; on espère la mise en place d’institutions qui laissent plus d’autorité (et peut-être même l’autorité) à ce que nous appelons les « socio-professionnels ». Les projets et l’idéologie ambiante n’excluent pas les risques d’un néo-corporatisme. Enfin, ce mouvement, orienté vers les questions d’économie et d’administration, se combine avec le régionalisme culturel qui fleurit autour des associations folkloriques, de la défense et illustration des langues régionales et de l’activité locale, relancée, des sociétés savantes. On sous-estime sans doute l’ampleur de cette revendication, qui suscite débats et propositions avant 1914 et, en plein conflit, continue à figurer – comme la législation de l’urbanisme – parmi les enjeux de modernisation d’une France renouvelée. Le projet de loi sur les régions économiques, préparé avec habileté par le sénateur Clémentel, ministre du Commerce, et l’expert qui le conseille, Henri Hauser, historien et géographe d’inspiration vidalienne, date de 1917. En fait, il est très restrictif, protecteur des institutions de la République et se contente d’élargir le cadre de l’organisation économique, sans toucher pour autant aux départements. Il est révélateur, néanmoins, que Marseille, malgré la tradition provençale et la force du félibrige, tarde à réagir. L’imaginaire du commerce marseillais ne va guère, spontanément, se préoccuper de région, bien que le port ait affirmé à plusieurs reprises ses intérêts spécifiques à l’égard du Nord, ses vœux de décentralisation et de franchise douanière. Constituer l’entité d’un Midi, aux traits originaux, ne fonde pas pour autant l’organisation régionale qui, elle, se définit territorialement. La Chronique de l’Association industrielle, commerciale et agricole de Lyon, très active dans le débat, dresse en 1918 la liste des « groupements régionaux, nés spontanément de l’industrie locale ». État néant pour Marseille, si ce n’est la bonne volonté de la Chambre de commerce, assumée par Adrien Artaud qui la préside, par Henri Brenier, et par une « pléiade de commerçants avisés ».

Une région électrique ?

10L’imaginaire régional se compose autrement à Marseille, ce qui convient à une région peu intégrée et peu homogène du point de vue économique. Comme le comprend Paul Masson, l’équipement électrique est l’occasion d’une initiative régionale, d’un type nouveau, à l’abri des formes classiques de la production et de l’échange. La formation de l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, en juin 1900, marque le point de départ. À l’origine, on trouve la Société des grands travaux de Marseille. On reconnaît là une « filière », l’enchaînement de programmes qu’une grande entreprise, habilitée à construire des réseaux, induit nécessairement pour se prolonger. Les Grands travaux ont été fondés à Marseille pour poser le tout-à-l’égout. En 1900, l’hydro-électricité vient en relais et peut fournir l’occasion à la fois de chantiers pour l’aménagement de la production (chutes et barrages) et l’établissement de la distribution. Ajoutons qu’il s’agit aussi d’un secteur nouveau, décloisonnant d’emblée le monde marseillais des affaires : le partenaire des Grands travaux, c’est la tête de pont en France de la Thomson-Houston américaine, qui mène en Europe une campagne très vive pour diffuser ses procédés qui vont des turbines et de la fabrication du courant aux moteurs électriques, notamment dans les transports. Innovation technique, mais aussi changement de marché, que les compagnies de gaz n’annonçaient qu’avec modestie et sur des espaces plus restreints. L’électricité n’est pas un objet individuel, à la manière de la plupart des produits industriels ; c’est un équipement et un équipement collectif, un support de plus en plus indispensable de « l’urbanité » nouvelle qui se dessine. Il y a bien entendu de gros consommateurs individualisés dans l’industrie, l’électrochimie par exemple, et notamment le traitement électrique des minerais ; mais, au-delà, ce sont des collectivités, des réseaux de distribution qui mettent cette énergie divisible à portée de l’usager « domestique », de l’atelier de production ou d’autres équipements collectifs, comme le réseau de transports en commun. On conçoit que le degré d’urbanisation du littoral méditerranéen, la Provence citadine comme la Côte d’Azur en pleine expansion, constitue vers 1900 un marché attractif ; la densité même de l’habitat rural, qu’il soit aggloméré ou dispersé, annonce d’autres prolongements fructueux.

11De ce fait, la distribution rétablit une géographie des continuités et des contiguïtés : la vente de l’électricité se régionalise naturellement, surtout à une époque où les transports de force comportent des pertes élevées et ne tolèrent pas des interconnexions à une échelle plus vaste, au-delà de deux cents à deux cent cinquante kilomètres. La production fait aussi apparaître quelques contraintes géographiques : pour assurer l’équilibre avec la consommation, elle-même très irrégulière, il faut jouer d’alimentations complémentaires, usines de pointe, connexions entre l’hydraulique et le thermique, donc entre montagne et littoral, arrière-pays et ports, lieux de fabrication et lieux de consommation. On ne s’étonne guère qu’à cette étape technique, du moins, l’électricité fournisse un principe d’organisation régionale, là même où les liens étaient distendus.

12Grâce à l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, Marseille se lance donc dans l’aventure. Marseille ? C’est-à-dire, une fois encore, la Marseillaise de crédit, dont les Grands travaux de Marseille sont l’émanation. La noble dame sort ainsi de son jardin marseillais, à l’instigation, notamment, de son président Augustin Féraud. La visée régionale est d’emblée acquise, contre des projets antérieurs présentés à la Chambre de commerce et fondés sur le thermique – donc portuaires. Le premier acte de la nouvelle société est au contraire de s’installer dans les Alpes maritimes, en absorbant la Société des forces motrices, et en exploitant les usines de La Mescla et de Plan du Var. L’équipement hydroélectrique du Var, du Verdon, de la Durance, de la Brillanne, puis de la Roya, de la Tinée et de la Vésubie est entrepris, si bien qu’en 1910, l’E.E.L.M. compte huit usines, et en 1928, quatorze, toutes de production limitée. En contrepoint, en 1925, elle fait bâtir deux centrales thermiques, à Sainte-Tulle, près de la Durance, et à Lingostière, près de Nice.

13Le réseau de distribution, lui-même, est organisé en tenant compte de compagnies concurrentes ou des usagers qui, jusque-là, avaient disposé de sources d’approvisionnement autonomes. Le réseau direct se développe entre la frontière italienne et le Rhône, à travers six départements. Marseille est alimentée par des concessionnaires qui achètent tout ou partie de leur force électrique à l’E.E.L.M., comme la Société du gaz et de l’électricité, ou la Compagnie d’électricité de Marseille ; toute une série de compagnies intermédiaires desservent ainsi les villes du littoral. Par sa filiale, le Sud Électrique, et par la Société de la vallée du Rhône, l’E.E.L.M. étend son réseau dans l’Hérault, le Gard, la Drôme et l’Ardèche. La société fournit enfin, directement le plus souvent, les services de traction de transports publics (tramways ou P.L.M.) et quelques grandes sociétés industrielles, notamment celles qui se fixent le long de l’étang de Berre ou dans la vallée du Rhône, à l’occasion de la guerre. Ainsi se construit une vaste région méditerranéenne, dont Marseille est bien, à partir de cette compétence particulière, l’arbitre et la métropole. Même si pour des raisons techniques, ce système « méditerranéen » résiste au-delà des années 1930, les progrès de l’interconnexion, la concentration des affaires d’électricité et, en bout de course, la nationalisation gomment cette forme d’organisation. Les centres de production eux-mêmes n’étaient plus à l’échelle des grandes opérations hydroélectriques, thermiques – et finalement nucléaires – de l’après-Seconde Guerre. Il y a donc de l’éphémère, du transitoire dans ce réseau régional, comme dans l’histoire de tous ses semblables. Pourtant, c’était bien à l’empire de l’Énergie électrique que se référait, en 1917, l’exposé des motifs du projet de loi sur les régions économiques pour délimiter la région de Marseille :

  • 6 Ministère du Commerce. Projet de division de la France en régions économiques, 1917.

La transformation de Marseille en un centre industriel n’y a pas seulement déterminé une sorte d’appel du combustible… elle a posé la question de l’agencement de nombreux cours d’eau, plus ou moins irréguliers qui vont du Rhône à la frontière, notamment l’Arc, la Basse-Durance, l’Argens, la Siagne, le Var, soit plus de 40 600 chevaux en moyenne normale dès à présent utilisés, et qui ne se rattachent pas au groupe dauphinois. C’est bien le domaine de l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, domaine qui s’arrête très exactement à la limite sud du département des Hautes-Alpes… les diverses considérations conduisent à grouper autour de la métropole marseillaise non seulement Arles, Avignon et Nice, mais encore Digne. D’autre part, la Chambre de commerce de Marseille et celle de Nîmes sont d’accord pour penser que le système des irrigations et des forces hydrauliques du Rhône ne doit pas être divisé en deux régions distinctes, mais forme une indissoluble unité… Alès et Nîmes entreraient donc dans l’unité économique provençale6.

14Le mythe de l’eau, qui avait tant pesé sur le développement de la ville de Marseille au début du xixe siècle devenait ainsi unificateur d’une région. Est-on si loin de la région plan, dont l’expérience de la T.V.A. semblait formuler, voici quelques décennies, l’une des formes possibles de l’organisation territoriale ?

Une région bancaire ?

15Toujours sur l’initiative du même groupe d’intérêts, la Société marseillaise de crédit, la circulation des capitaux vient redoubler, quelques années plus tard, cette logique et en confirmer la pertinence ; quitte à effacer quelques nuances, la division entre Gard et Hérault, et à reprendre le schéma de l’E.E.L.M. dans sa plus grande extension, de la frontière italienne aux limites du Bas-Languedoc. La création de ce bassin financier et bancaire répond à un changement de stratégie. Jusqu’au début du siècle, la S.M.C. a développé son action par ses capitaux propres, autant qu’à l’aide des dépôts. Elle a joué ouvertement le rôle d’une banque régionale d’affaires, mais accrochée au pôle marseillais et orientée vers les horizons coloniaux. Cette politique comportait des risques et ne permettait pas de faire reposer les affaires de la banque sur les réserves régionales de l’épargne. Banquier des grandes industries et des grandes entreprises de commerce, la S.M.C. était alimentée surtout par leurs apports et leurs comptes. Selon Michel Lescure :

Création des milieux d’affaires locaux, la S.M.C. semble plus facilement drainer les capitaux de ces derniers que la petite épargne des particuliers.

16Cette attitude présente des garanties :

  • 7 M. Lescure, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle... », p. 118 et suivantes (...)

Trouvant dans les emplois de portefeuille (et les longs crédits qui, selon toute vraisemblance, les accompagnaient) un débouché à ses capitaux, la S.M.C. a ainsi pu éviter aux entreprises régionales les aléas inhérents aux mouvements de l’épargne7.

17Avec l’accélération de l’expansion, après 1905-1906 – et malgré l’accident de 1907 – cette prudence ne suffisait plus : car il fallait relancer le chiffre d’affaires et les profits de la banque, lui donner d’autres moyens, en un moment où l’industrialisation reprenait, et puiser utilement dans les réserves d’épargne présentes dans le monde viticole, celui des maraîchers et des fortunes « dormantes » de la Côte d’Azur. Cette politique était d’autant plus nécessaire, qu’à la suite d’engagements mal raisonnés outre-mer (et en particulier en Amérique du Sud), la sécurité dans l’emploi des fonds propres avait subi quelques égratignures. En 1916, en pleine guerre, et du fait même des perspectives industrielles ouvertes par le conflit, le nouvel esprit est donné ; il convient de

favoriser le bel essor régional de notre activité industrielle, en vue d’intensifier les moyens de défense (1916)… Déjà de nombreuses industries, attirées par les avantages résultant du nouveau rayon d’action de nos ports, se sont créées ou transplantées dans notre région, notamment à Port-de-Bouc, qui paraît particulièrement séduisant…

18À cette fin,

  • 8 Société marseillaise de crédit. Assemblée générale des actionnaires.

nous devons aider à la création et au développement de nombreuses affaires industrielles régionales et, pour cela, aborder l’après-guerre avec une situation de larges disponibilités et un réseau régional d’agences aussi complet que possible8.

19La stratégie a déjà été engagée avec force en démarquant, semble-t-il, la géographie qu’avait déjà dessinée la banque, à travers ses filiales d’équipement et de distribution électrique. Le réseau bancaire – celui d’une banque plus orientée vers la collecte des dépôts et l’escompte – double ainsi le réseau initial, déclenché par l’énergie électrique. C’est en 1913 que le changement se produit, assez brutalement, avec l’absorption de deux séries d’agences : celles de la Banque du Sud-Est, dont le siège social était à Nice et disposait de succursales ou d’agences dans les départements des Alpes maritimes, du Var, des Basses-Alpes ; celles du Comptoir commercial d’escompte du Midi, dirigé depuis Béziers, et représenté dans l’Hérault, le Gard, le Vaucluse, la Drôme, l’Aveyron, les Pyrénées orientales, l’Aude. D’emblée, l’enveloppe géographique prend les dimensions d’un vaste Midi méditerranéen. Le réseau se complète, par absorptions, rachats ou rattachements, par l’installation de la banque à Lausanne (banque créée par les responsables du Comptoir d’escompte du Midi, et affiliée ensuite à la Marseillaise), et surtout en Afrique du Nord, Algérie et Tunisie, d’abord. Les limites territoriales du réseau se marquent par l’ouverture d’agences à Valence (1921), Vichy (1924), Toulouse (1927), Lyon (1930), véritable point d’orgue du système, juste avant la crise, légitimé en ces termes :

  • 9 Idem. Assemblée générale, 1930.

Des rapports d’affaires existent déjà plus particulièrement dans l’industrie et le commerce de la soie, entre la place de Lyon et nos agences des départements de la Drôme, de l’Ardèche, du Vaucluse, du Gard. Il faut signaler aussi les relations établies entre les grandes firmes de soieries lyonnaises et nos sièges de l’Afrique du Nord, plus particulièrement du Maroc9.

20Ainsi se recouvrent, à travers la principale banque phocéenne, les aires marseillaises et lyonnaises ; ainsi le réseau établi en France vient à l’appui des autres positions acquises au-delà de la Méditerranée, en Afrique du Nord. La constitution de ce réseau exprime l’espace financier de Marseille, dans ses formes originales, plus qu’il ne crée quelque chose de nouveau. Mais il fait prendre conscience d’une régionalisation, qui arrive à son apogée juste avant la grande crise des années 1930. On sait que, même si le système créé par la S.M.C. passe le temps de la crise, à la différence d’autres montages régionaux, cette crise renforce le contrôle de la finance « parisienne » sur tout le fonctionnement bancaire et la circulation des capitaux. Il existe donc un temps privilégié, ou presque, où l’organisation régionale, toujours incertaine, prend forme par l’intermédiaire de la Marseillaise de crédit – mais aussi de quelques autres banques, comme la Banque Privée, fondée sur les deux pôles de Lyon et de Marseille.

21Cette régionalisation a ses contraintes. Si la S.M.C. reste un puissant élément de liaison entre les affaires marseillaises, même si elle est incapable d’assurer tous les sauvetages et toutes les modernisations nécessaires (l’échec du renflouement de Verminck, devant l’offensive de Calvé-Delft est patent, entre autres), le dispositif a changé. La banque fait une large place aux nouveaux arrivés, aux banquiers qui ont apporté les troupes du réseau, plus qu’aux responsables des affaires locales. C’est en grande partie le Languedoc – c’est-à-dire un pays de ressources plus que d’emplois – qui prend le contrôle de la banque, avec une nouvelle dynastie de présidents, venus du Comptoir d’escompte du Midi, et en deçà de la banque nîmoise Arnaud-Gaidan, celle des Cazalet. Le changement de stratégie est aussi un changement de tradition. Du président de Cazalet, qui succède à Jules Charles-Roux, à la mort de celui-ci, la plaquette officielle de 1955 dit : « qu’il sut rendre à la Banque son équilibre et sa prospérité. »

22Ce qui se défait, près d’un demi-siècle plus tard, dans les années 1960-1970, c’est le groupement d’affaires constitué autour de la banque et contrôlé plus ou moins par elle, Société immobilière, compagnies de navigation et de commerce colonial, industries (sucre, par exemple) : l’ensemble un peu hétéroclite est emporté par le grand remodelage de l’économie française, ventes et fusions, O.P.A., déplacements de paquets d’actions. Activités traditionnelles et supports financiers de nouveaux conglomérats échappent ainsi à ce noyau particulier du capitalisme marseillais, qui n’avait pu compenser la dispersion relative des entreprises, les stratégies mal accordées. En revanche, les réseaux d’agences, la logique de la banque de dépôts, territoriale par définition, gardait, du moins dans la métropole, son dessin.

23Définissait-elle pour autant une entité régionale, elle-même cohérente, consistante ? La Banque Privée, réunissant des intérêts lyonnais et marseillais, avait composé un réseau plus curieux, très dense dans l’environnement lyonnais et ses prolongements vers la Bourgogne et la Franche-Comté – et de nouveau assez fourni autour de Marseille, surtout dans le département du Var. Une carte qui, à la différence du réseau « méditerranéen » de la S.M.C. faisait penser à l’hinterland commercial plus qu’à une région. L’expansion de la Marseillaise, à la limite, recouvrait aussi des zones de chalandise de son industrie (vers Toulouse, vers Lyon), plus qu’un territoire destiné à devenir une unité économique plus intégrée et à plus forte raison une organisation administrative et politique. À l’incertitude de nature que l’on doit reconnaître aux espaces économiques – dans le temps et dans l’espace – s’ajoutaient des caractères plus spécifiques de l’infirmité marseillaise à l’égard de l’organisation régionale : le chevauchement des notions de région et d’hinterland, le poids des conditions de transport, le prix de revient des infrastructures et des modes de circulation, mais aussi les manipulations de trafics et de tarifs. Marseille paraît ainsi tiraillée dans ses appels territoriaux intérieurs, entre l’intégration méditerranéenne, de Perpignan à la frontière italienne, l’idée de Grand-Delta, qui remonte la vallée du Rhône et joue sur un duopole Lyon-Marseille, augmenté de quelques partenaires qui se défendent ou s’affirment, l’isthme français enfin, qui développe le thème d’une fonction nationale, dont l’exportation vers les colonies avait été, un long moment, l’expression la plus solide.

  • 10 L. Sosten, La ruine de Marseille par Caronte et Berre, 1921.

24Paradoxalement, par rapport à ces tendances nées du xixe siècle marseillais, tous les efforts qui visaient le Rhône, sa vallée et l’aménagement complet du fleuve, débouchaient presque pour un siècle – le xxe siècle – vers la mise en valeur, l’usage industriel, puis résidentiel d’une « région » plus réduite, dans laquelle s’intégrait progressivement l’étang de Berre, entré dans l’horizon utile de Marseille entre 1910 et 1920, devenu une sorte d’Eldorado de terrains et d’espaces maritimes, au-delà même du trafic décevant que le tunnel du Rove induisait. La logique des « Annexes » l’emportait sur la jonction directe avec les bassins marseillais, celle de Caronte, puis de Lavera – et en continuité, moins séparée encore de la navigation rhodanienne, celle de Fos. Mais l’aménagement du proche, quelle que fût l’œuvre de la Compagnie nationale du Rhône, l’emportait sur l’aménagement de l’isthme français. Par une inversion de l’histoire du xixe siècle qui avait négligé ou subordonné les espaces les plus proches, les rêves marseillais se reformaient sur une petite région immédiate, industrielle et urbaine, une fraction de département : la métropole décrite et imaginée par l’architecte visionnaire Gaston Castel (voir annexe n° 14). Métropole, mais en quel sens ? Quand la Chambre de commerce lança, au lendemain de la Première Guerre, le thème des annexes de Berre et de Caronte – qui étaient le prolongement, au-delà de la rade de Marseille, du plan inauguré par Pascal en 1855 – un conseiller municipal, capitaine marin de son état, annonça « La Ruine de Marseille par Caronte et Berre »10 ; cette ruine viendrait du transfert vers les nouveaux espaces portuaires des industries traditionnelles, la perte des revenus fiscaux (octroi en tête) tirés de ces industries, la chute de la population de Marseille, les changements sociaux mêmes de la ville, condamnée à un embourgeoisement. On croyait deviner dans cette interprétation « catastrophique » quelques intérêts politiques. Le raisonnement économique était naïf. Mais, un peu comme le simplet des villages, le capitaine Louis Sosten pressentait, confusément, la modification des échelles, la redistribution des activités et de l’activité tout court et, à partir d’une vision, à la fois trop statique et archaïque des enchaînements économiques, un mouvement de bascule, dont on est loin, aujourd’hui encore, d’avoir maîtrisé tous les aspects : crise des anciens bassins, désindustrialisation des vieux sites urbains, inégalité dans les rentrées de la taxe professionnelle. Comment gérer une région urbaine ? Ni l’idée de métropole de Gaston Castel, ni les raisonnements trop courts de Louis Sosten, ni le jeu amplificateur du vocabulaire – de la métropole à la mégalopole – n’apportent tout à fait de réponse à cette question qui, hors de toute vision catastrophique, s’est constituée de toutes pièces autour des années 1920. L’anticipation vint uniquement du port et des milieux maritimes : inventer des « Annexes », c’était, en principe, conserver le contrôle des choses. Paradoxalement, Marseille au Rhône, tendance et surtout aspiration du xxe siècle, aboutissait à une involution de la question régionale.

Notes

1 E. Reclus, Nouvelle géographie, p. 305.

2 Archives de la C.C.I.M.– MR 1.2.1.

3 M. Lescure, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle... », p. 117-118 (voir Bibliographie).

4 C.C.M., Compte rendu des travaux..., 1864.

5 P. Masson, op. cit., p. 548-549.

6 Ministère du Commerce. Projet de division de la France en régions économiques, 1917.

7 M. Lescure, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle... », p. 118 et suivantes (voir Bibliographie).

8 Société marseillaise de crédit. Assemblée générale des actionnaires.

9 Idem. Assemblée générale, 1930.

10 L. Sosten, La ruine de Marseille par Caronte et Berre, 1921.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search