Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Le système marseillais

Les colonies : vocation ou intermède ?

Texte intégral

1L’ouverture de l’Exposition coloniale à Marseille, en avril 1906, marque avec éclat l’alliance entre la ville et l’expansion territoriale de la France d’outre-mer. Le thème colonial, au sens strict du terme, est assez récent dans les préoccupations marseillaises, naguère tournées principalement vers le négoce ; il s’empare des esprits – qu’il emporte la conviction ou soulève la polémique – seulement dans les années 1890 comme le titre des conférences de la Société de Géographie le révèle. Le Tonkin n’a pas beaucoup excité les esprits et l’affaire tunisienne se présente plutôt comme une opération économique, plus proche de la pénétration européenne en Égypte que du découpage du monde entre les puissances. Le partage de l’Afrique, l’expédition du Dahomey, la conquête de Madagascar et, un peu plus tard, l’établissement du protectorat au Maroc soulignent au contraire des étapes décisives de ce changement, la constitution d’un nouvel Empire colonial. Le temps des aventures commerciales plus ou moins détachées de l’action militaire ou diplomatique est passé. Le comptoir, la factorerie, le frôlement commercial des grands continents du tropique se transforment en occupation systématique. Marseille prend sa part dans ce qui est pour elle aussi un changement. L’imaginaire des horizons lointains ne se reconstitue pas à neuf ; mais il prend un nouveau destin.

Entre libre-échange et impérialisme

  • 1 J.-L. Miège, « Genèse des grandes expositions », p. 19 (voir Bibliographie).

2Marseille ? Certainement les plus connus des hommes d’affaires ou des institutions financières. Ils participent – et souvent en initiateurs – aux groupes de pression qui pèsent sur la politique coloniale – et d’abord les découvertes territoriales, missions de reconnaissance qui visent à définir la propriété des terres, contrôle militaire, annexions, protectorats, accords locaux transformés en conventions internationales. Ces modifications se lisent dans la carrière de certains leaders, Jules Charles-Roux, le tout premier. D’abord lié à Suez (qui n’est pas d’essence purement « coloniale »), devenu en 1886 administrateur, puis vice-président de la Compagnie, député « libre-échangiste » ; mais peu à peu, chef de file des parlementaires, puis des grands notables favorables à l’expansion coloniale, stricto sensu. En 1892, il légitime par un article à la fois précis, informé, digne d’une société de géographie, l’expédition militaire au Dahomey ; il anime le Comité de Madagascar, l’Union coloniale, la section des colonies à l’Exposition universelle de Paris en 1900, formule un programme qui est repris par le Congrès colonial de 1905, programme qui veut « étudier les questions fondamentales de la colonisation, envisager tout ce qui a pour objet de peupler les colonies, d’y attirer les capitaux, d’y créer un outillage, d’y développer la civilisation, d’y retenir ou d’y fixer les colons, d’y faire vivre, côte à côte, les Français et les indigènes1 ». On est très loin déjà des utopies agricoles d’Albrand et de l’agilité commerciale de Verminck. Arracher à Paris, donner à Marseille la première grande exposition qui porte spécifiquement sur les colonies (et sur les colonies françaises), c’est à la fois un geste symbolique et l’affirmation de Marseille, comme capitale, ou du moins métropole coloniale. Les « coloniaux », Jules Charles-Roux, commissaire général de l’exposition en tête, réussissent l’opération.

  • 2 Idem, « Conclusion », p. 155 (voir Bibliographie).

3Est-ce pour autant gagner l’opinion marseillaise ? On verra les conséquences de l’exposition et de sa réussite, dans l’esprit de la population ultérieurement. Sur-le-champ, comme à propos des expéditions militaires et des politiques coloniales qui ont précédé, elle désarçonne un peu, mettant en contradiction convictions politiques et prestige local, intérêts économiques multiples (y compris les plus modestes) et principes. Mais dans les milieux d’affaires eux-mêmes ? Jean-Louis Miège note très justement la continuité qui existe entre ces forces du premier xixe siècle, le romantisme, l’exotisme, l’idée de progrès – et la version, finalement teintée d’objectifs mercantiles, des expositions. Mais il y a du saint-simonisme qui court encore dans le colonialisme de 1906, tel qu’il s’affiche à travers l’exposition et beaucoup d’autres ambitions ou curiosités : l’aventure, le rêve d’autres pays, la passion d’équiper le monde, ces idées qui, pour reprendre Jean-Louis Miège, « façonnent une Europe assurée de ses valeurs, forte de son enrichissement en hommes, en forces matérielles, en argent et en idées. Les espoirs et les entreprises des saint-simoniens en expriment bien la philosophie. Les expositions coloniales en sont le reflet ambigu2 ». Mais à cette idéologie qui fut parfois celle du milieu du xixe siècle, s’ajoutent les conditions de la vie internationale, quelques décennies plus tard : c’est une Europe à la fois dominatrice et divisée, l’Europe d’avant 1914, qui organise et utilise le système colonial, moins dans un esprit de coopération que de lutte. Marseille n’adhère pas d’emblée à ce que l’on nommera, pour simplifier, « les impérialismes ». Le cantonnement n’est pas tout à fait son affaire et le port s’engage plus facilement dans la concurrence économique que dans la compétition des nations. D’où sa double difficulté à rompre avec des filières internationales et à s’insérer dans une politique de choix nationaux : le mythe d’une opposition Nord-Midi, d’un affrontement entre intérêts du commerce et intérêts agraires ou industriels exprime ce malaise.

4Dans les années 1880, sur les franges fréquentées de l’Afrique ou du subcontinent indien, les négociants marseillais ne paraissent pas acquis à une division frontalière trop ferme. La formule rapportée par Paul Masson est significative :

  • 3 P. Masson, Marseille et la colonisation..., p. 466.

Les Marseillais n’ont pas travaillé à l’expansion coloniale pour obéir à des théories ni par amour des conquêtes, mais dans un but tout pratique. Même avec eux, l’exploitation a toujours devancé la prise de possession, le commerce a précédé le drapeau3.

5Par rapport à la constitution des Empires, deux réserves ou deux « décalages » de leur part, à l’égard du renforcement des frontières coloniales, à l’égard des investissements et des changements des méthodes de production à l’intérieur des pays coloniaux. Témoin, sur le premier point, en 1881-1882, une intervention de la Chambre de commerce, consciente des avantages que lui offre la porosité des frontières, contre un échange plus formel de territoires entre France et Angleterre :

  • 4 C.C.M., Compte rendu des travaux..., 1882.

La colonie de Gambie qui nous est offerte est d’une importance à peu près nulle pour les Anglais. Ce pays n’a qu’une production : l’arachide, et comme la France est à peu près le seul pays consommateur de cette graine, il en résulte que le commerce de la Gambie est, depuis longtemps, presque en entier dans les mains des maisons françaises… Dans les conditions les plus favorables, la valeur des exportations de la Gambie reste au-dessous de quatre millions de francs, dont les quatre cinquièmes environ pour le commerce des maisons françaises. L’annexion de ce territoire à la France ne changerait rien… commercialement, la France n’aurait rien à y gagner. Tout autre est la situation sur la partie indépendante de la côte située au-dessous de Quitah, et dont les Anglais voudraient depuis si longtemps s’emparer… Aujourd’hui, on peut affirmer que notre commerce occupe là une situation prépondérante… Plusieurs maisons étrangères existent sur certains points, mais aucune n’embrasse à la fois, comme chacune de nos maisons de Marseille, l’ensemble de cette partie de la côte, dont elles font une véritable terre française. Au point de vue commercial, il y a là un mouvement annuel de plus de quatre-vingts navires portant des vins de France, des eaux-de-vie, des articles de Rouen, etc., apportant dans nos ports les amandes et les huiles destinées à alimenter nos huileries et nos stéarineries… Toutes les classes, à Marseille surtout, auraient à en payer les effets (si le territoire était officiellement abandonné à l’Angleterre)4.

6Cette attitude se maintient dans les pratiques douanières : en 1887, Français et Allemands négocient autour du Bénin et du Dahomey un régime douanier commun, accepté même si les dispositions conviennent mal aux Marseillais. Le président de la C.F.A.O., Frédéric Bohn, se félicite de l’accord franco-britannique qui a prévu en 1898, pour trente ans, l’abolition de droits différentiels à l’avantage des importations de chaque métropole ou à la sortie des produits coloniaux. De la Côte d’Ivoire et du Dahomey, il affirme :

  • 5 F. Bohn, Congrès national de géographie, Marseille, 1898, p. 407.

La prospérité commerciale de ces deux colonies, entourées de colonies étrangères, n’aurait pu progresser sous un régime de protection, c’est-à-dire de taxes oppressives5.

7Le libéralisme semble communément la condition la plus favorable au commerce des colonies, en particulier là où le découpage s’annonce trop serré. Il est évident qu’en période de montée du protectionnisme, de conquête des débouchés, de lutte économique, cette politique « libre-échangiste » de tradition se défend mal. Pour les Marseillais, assez calculateurs pour moduler l’idéologie et les compromis avec la protection, quand elle est nécessaire, tout n’est pas pur égoïsme ou cynisme : en fait, les formes libérales font partie de leur culture économique ; ils sont moins colonisateurs, au sens strict du terme, organisateurs et détenteurs de territoires que commerçants. Ils savent moins bien user, sauf dans les pays pratiquement « assimilés » comme l’Algérie ou même la Tunisie, d’un régime protégé. La porte ouverte imposée au Maroc au début de ce siècle, tout bien compté, ne leur disconvient pas.

8Cette attitude de « commerçant » peut conduire à d’autres faiblesses : l’économie de traite l’emporte, au moment où de plus amples projets de transformation hantent les esprits. En Afrique noire, modifications foncières et investissements ont été très limités jusqu’à ces années 1880-1890 et l’arachide ne l’emporte vraiment que dans les régions où les cultures indigènes et la cueillette ne fournissaient aucun moyen d’échange. En 1898, encore, Georges Borelli, grand négociant, successeur de Régis, enseigne la modération au Congrès de géographie de Marseille :

  • 6 P. Masson, Marseille et la colonisation..., p. 275.

Le Bas-Dahomey doit être exploité tel qu’il est : remplacer les plantations naturelles de palmiers, donnant quatre récoltes par an de produits toujours vendables en Europe, par d’autres cultures, serait une grave erreur6.

  • 7 Idem, ibidem, p. 562-563.

9Les Marseillais, sauf le cas tout à fait particulier de la Tunisie seront toujours très prudents à l’égard des grandes opérations foncières, à plus forte raison à l’égard des concessions, États dans l’État, telles qu’on les organise par exemple au Congo. Ils ne s’engagent que prudemment dans l’économie de grande plantation – comme en témoigne le caoutchouc en Indochine ou la canne à sucre à Madagascar. À la longue, cette mesure, que Paul Masson essaie d’ailleurs d’exorciser (« plus encore qu’au xviiie siècle, ces négociants ont été des premiers à comprendre l’importance de la colonisation agricole ; à la tenter comme en Algérie en 1830 ou à Madagascar vers 1820 ; à la provoquer comme au Sénégal…7 »), peut amener à sous-estimer l’apport possible des colonies ou à négliger toutes les « chances » de l’Empire français. C’est peut-être aussi ce qui donne à la présence marseillaise au-delà des mers ses aspects plus humains ou plus respectueux des sociétés locales.

10Un excès de libéralisme dans la période finit par entrer en contradiction avec la réussite commerciale et la colonisation territoriale, celle du drapeau et des intérêts nationaux qui, elle, exige un minimum de dépenses d’équipement, d’infrastructure, de défense, une fiscalité plus forte et plus contraignante, bref autre chose que le comptoir ou la factorerie. Si l’on reprend le terrain de l’Afrique noire, le plus contesté et le plus intéressant pour comprendre ces dilemmes, Frédéric Bohn, hostile aux tarifs différentiels, met bien en valeur les exigences essentielles de l’équipement, notamment en voies de pénétration :

  • 8 F. Bohn, Congrès de géographie..., p. 403.

Il est d’autant plus nécessaire d’agir promptement et avec résolution que nos entreprenants et énergiques voisins, les Anglais, ayant compris, un peu tard, la situation inférieure et difficile faite à leurs colonies de l’Afrique occidentale par suite de l’extension des nôtres, se sont rapidement décidés à remédier à cet état de choses inquiétant pour eux, en dotant leurs principales colonies d’un réseau de voies ferrées qui pourrait bien, si nous n’y prenons garde, faire détourner vers leurs colonies la plus grande partie du mouvement commercial de nos possessions soudaniennes8.

11La compétition ne s’exerce plus entre maisons de commerce, mais entre réseaux, entre territoires, et par leur intermédiaire, entre nations européennes. Ces phénomènes consolident les frontières, seraient-elles arbitraires au départ. On ne fantasme plus sur l’intérieur de l’Afrique, comme on le faisait quelques années plus tôt sur les sources du Niger, les expéditions de découverte ou les grands projets de colonisation d’un Rabaud. On divise l’espace africain en territoires, on projette de l’extérieur des limites et des hinterlands, lignes de clivage et de pénétration. Une autre géographie inventée, à partir des chemins de fer notamment, se crée, à côté de celle des métropoles.

12Dans des conditions de large concurrence internationale, établies par les lois libérales de 1861, mal corrigées par quelques offensives modestes de protection (surtaxe de pavillon) ou primes offertes à l’armement national, les compagnies de navigation se tournent plus franchement vers les lignes coloniales. Les subventions accordées par les services postaux, la densité nécessaire des liaisons, d’ordre politique et administratif, quelques avantages reconnus aux marchandises coloniales, apportent des garanties de revenu et d’activité aux compagnies qui s’y consacrent. Parfois, le mouvement de bascule s’amorce entre d’anciens horizons plus libres et cette attraction augmentée des territoires coloniaux. C’est moins visible sur les lignes d’Orient, où les Messageries maritimes s’efforcent de maintenir leur place dans la compétition internationale, malgré les promesses de l’Indochine. Le glissement se renforce dans l’océan Indien, avec Madagascar ; le mouvement se saisit surtout en Méditerranée, au détriment des rivages d’Orient (l’entre-deux-guerres le confirme) ; dans l’Atlantique, aux dépens du commerce d’Amérique centrale et méridionale, que les travaux de Panama ne parviennent pas à compenser. C’est ainsi que la Compagnie de navigation mixte abandonne très tôt ses ambitions transatlantiques et que la Société générale des transports maritimes limite ses engagements du côté de La Plata. C’est donc vers l’Afrique, à l’ouest, vers l’Afrique du Nord que l’effort maritime des compagnies marseillaises, ou fortement attachées à Marseille, se fait sentir. La Compagnie générale transatlantique, solidement installée à Marseille en 1877-1880, partage les services postaux de l’Algérie puis de la Tunisie avec la Mixte et les Transports maritimes, d’abord, tandis que d’autres compagnies prennent place dans le commerce non subventionné. Cette part de la Méditerranée, de ce fait, devient lac français, d’influence marseillaise, puisque les échanges entre France et Algérie bénéficient de la protection accordée au cabotage national, que la Tunisie, à la suite du régime douanier particulier accordé en 1890, n’en tire avantage pour ses exportations, qu’à la condition d’utiliser le pavillon français. À l’inverse, c’est la présence dans les ports marocains de la Compagnie marocaine et arménienne, fondée par Nicolas Paquet, qui facilite (et presse aussi) l’installation de la France au Maroc. Même si les lignes d’Afrique occidentale ne fréquentent pas exclusivement les ports français, les navires de Cyprien Fabre ou de Fraissinet, qui devient en 1889 adjudicataire des services postaux, renforcent les positions purement coloniales. Bref, Marseille semble jouir à la fois d’anticipations et de rentes de situation et le monde « impérial » français, nouveau modèle, se construit en grande partie sur mer. Les compagnies marseillaises y participent largement, au prix d’un certain resserrement de leur vision géographique. Resserrement qui n’est pas total, puisque Cyprien Fabre regarde toujours, en même temps, vers New York et que les principales compagnies, sauf peut-être la Mixte, évitent de se spécialiser dans un seul débouché. Mais les remarques de Paul Masson, en 1906, ne sont pas fausses :

  • 9 P. Masson, op. cit., p. 523.

Il n’est pas de grande ligne de navigation de Marseille qui n’ait pour terminus nos colonies ou qui ne les desserve en passant… À coup sûr, il n’existe aucun autre grand port français où l’industrie de l’armement ait un caractère spécial aussi nettement marqué…La flotte marseillaise est par excellence la flotte coloniale de la France9.

13Il n’en est pas de même, du moins dans l’immédiat, pour les compagnies coloniales, commerciales surtout. Le négoce des produits coloniaux, surtout quand il n’est pas directement lié à l’existence de plantations, d’exploitations agricoles ou minières tenues par les Européens, hésite à « enfermer » son champ d’activité dans des barrières strictement politiques. La Compagnie française de l’Afrique occidentale, héritière des affaires Verminck pour la traite, en donne le meilleur exemple et en illustre presque la théorie. Elle maintient donc ses comptoirs dans les territoires britanniques (même si elle abandonne, par ailleurs, le Liberia), elle s’attache à conserver la clientèle de la Nigeria (dont on n’oublie pas de rappeler qu’il s’agit du pays le plus densément peuplé de l’Afrique occidentale), tout en poussant la mise en valeur de la Côte d’Ivoire ou de la Guinée, colonies en voie de formation sous le drapeau français. D’une manière complémentaire, elle s’approvisionne en produits de vente en Afrique (en particulier en tissus) auprès de producteurs qui ne sont pas nationaux, nécessairement : les bureaux de Manchester et de Liverpool servent à alimenter les factoreries. Le véritable butoir, c’est la concurrence d’autres compagnies adverses, et plus encore leur entente, qu’elles soient animées par d’anciens employés de la C.F.A.O., comme la Société commerciale de l’Ouest africain (S.C.O.A.), ou plus puissamment par le négoce britannique, regroupé en véritables « comptoirs d’achat ». La lutte existe alors, même si elle se déroule, pour un temps au moins, par-dessus les frontières. De la même manière, Madagascar, une fois placée sous l’autorité française, attire de nouveau des compagnies commerciales, foncières ou minières et, pour une large part, des intérêts marseillais ; au moment où l’on croit encore à un véritable Eldorado malgache, ces compagnies – celle fondée par le Marseillais Léon Besson entre autres – restent ouvertes à d’autres horizons, Afrique orientale par exemple.

14L’intérêt de ce système colonial « ouvert », non limité aux marchés de la métropole, est certain. Cela permet de corriger les défaillances de la production nationale pour l’approvisionnement des colonies : tissus et habillements en donnent un bon exemple. Cela permet, dans l’autre sens, de maintenir la multiplicité des débouchés et donc, dans le port de réception, en l’occurrence Marseille, une fonction commerciale de redistribution, fort menacée par ailleurs. Or cette fonction fait vivre courtiers et commissionnaires, négociants « spécialisés » capables d’ajuster les produits à la demande de clientèles variées. C’est ainsi que grâce aux importations coloniales, en partie de Madagascar, Marseille peut conserver un commerce de redistribution du café (malgré l’importance du marché havrais) et de quelques produits de grand prix comme la vanille (destinée au marché des États-Unis, notamment). J’y vois aussi un avantage de principe : ces pratiques justifient le refus de tout privilège excessif pour la métropole ; aussi bien droits de sortie pour les matières premières et denrées coloniales, réservant l’exportation au bénéfice exclusif de celle-ci ; droits protecteurs élevés, contre les concurrents des industriels vendant aux colonies ; le cas échéant aussi, trop d’avantages pour les producteurs coloniaux, sous forme aussi de droits protecteurs à l’entrée de la métropole. Bref, l’escalade des marchés réservés, comprimant les échanges commerciaux, est évitée, au moins pour un temps. La « préférence impériale » n’est pas encore systématiquement acquise.

Du commerce international au commerce colonial

15Comment s’étonner alors qu’au début de ce siècle, le commerce avec les colonies reste modeste dans l’activité portuaire de Marseille ? En 1913, les colonies ne représentent que 20 % du trafic de marchandises, 14 % aux importations, 29 % aux exportations. Le commerce colonial, loin d’aggraver le déséquilibre entre les sorties et les entrées, le corrige quelque peu : Marseille dépend moins des colonies pour ses achats – essentiellement des matières premières et des denrées – que pour ses ventes, surtout des produits manufacturés, où se combinent à la fois les biens produits par Marseille même (du sucre et de la farine aux briques et aux tuiles) et expédiés à partir d’une grande partie de la France. Regardons aussi l’autre face de ces échanges : sur 680 000 tonnes achetées par les colonies, un tiers seulement vient de France. Bref, les dépendances sont moins affirmées qu’on ne le pense d’ordinaire. D’autant plus que la tendance ne paraît pas l’accroître : la part du commerce colonial dans le trafic s’est à peine accrue depuis le début du xixe siècle, 14 % en 1830, 14 % encore en 1860, passe par un maximum, 24 % en 1890 – pendant une période générale de difficultés, on le sait. Quand la prospérité revient et que le rythme des échanges s’accélère, à la veille de la guerre, la part des colonies diminue de nouveau, autour du cinquième.

16En même temps, Marseille paraît moins contrôler à son avantage le trafic colonial. En valeur, cette fois-ci : vers 1840, c’est 45 % de ce commerce qui passe par Marseille, vers 1890, 60 %, puis la part régresse autour de 50 % jusqu’en 1913. Le commerce colonial tend à se déconcentrer à l’intérieur de la France. Bordeaux dépend de l’importation des oléagineux d’Afrique occidentale française plus que Marseille ; Rouen accroît ses importations de vins algériens pour Paris, et Dunkerque de laines algériennes. Marseille est à la fois le premier port colonial français – en poids et en valeur, constat indiscutable ; mais l’activité marseillaise est moins subordonnée à l’activité et à l’exploitation des colonies qu’il ne semblerait, si l’on s’en tenait, par exemple, à la présence du pavillon français. Marseille reste un port international, surtout si l’on tient compte des escales des lignes lointaines et du passage des voyageurs. L’imaginaire des Messageries ou de la Peninsular n’est pas celui des services plus proches vers l’Algérie ou vers la côte d’Afrique. En 1906, au moment de l’exposition coloniale, Paul Masson doit expliquer ces réalités statistiques : c’est peut-être le signe d’une exploitation insuffisante des richesses coloniales, d’une dépendance trop grande à l’égard de l’étranger ; du déclin d’anciens trafics coloniaux aussi, comme celui des Antilles. Bref, d’une intégration insuffisante des colonies au système marseillais, simple manifestation de faiblesses de la colonisation française.

17Le renforcement des liens et surtout l’intensification des échanges se placent donc, dans l’avenir, comme gage de mise en valeur qui reste à accomplir.

  • 10 Idem, ibidem, p. 565.

Nos colonies sont en quelque sorte pour nous la réserve de l’avenir, l’espoir suprême pour notre industrie et notre commerce qui voient se fermer devant eux successivement les marchés étrangers, d’où nous sommes évincés par le bas prix des produits concurrents et par les barrières du protectionnisme10.

18Le commentaire semble donc hésiter entre l’espoir, la promesse d’une diffusion de la civilisation moderne à travers le monde, du souci de productivité et de mise en valeur ; et, d’un autre côté, le déclin des valeurs qui avaient porté l’expansion du commerce et surtout du commerce maritime vers le milieu du siècle, le libre-échange : un repli de compromis, prenant à revers la vieille philosophie du négoce marseillais. Ce que l’on observe ne résout pas le dilemme. Le Maroc, c’est à la fois une promesse – et plus réaliste, la consolidation du marché : Louis Pierrein le dit, à propos de l’exportation des sucres :

Progrès et modifications ; une exportation qui se replie de l’étranger sur les colonies, un marché devenu très important, la différence est sensible. On entrevoit, pour les sucres comme pour les autres produits, la fin d’une époque et le début d’une nouvelle.

19Ceci comme constat de 1913… Plus loin, il ajoute :

  • 11 L. Pierrein, Industries traditionnelles..., p. 103 et 124.

Entre les deux guerres, l’exportation se spécialise, se localise en un courant qui la porte sur la moitié occidentale de l’Afrique : Afrique septentrionale, et aussi, fait nouveau, Afrique noire. Renversement suggestif que cette spécialisation dans l’Afrique et dans l’Afrique française ; à rapprocher de la perte d’élasticité de l’exportation française, plus généralement encore11.

20Et par un effet de retour, il faut protéger sur le marché les produits de l’Empire, leur donner, à la manière des Anglais, une préférence « impériale ». On sait comment le projet de défense douanière, à l’avantage supposé des producteurs africains, malgaches ou même indochinois, brise la vieille solidarité des négociants, des industriels et des vendeurs de matières premières. Les huiliers résistent autant qu’ils peuvent en 1933 ; quelques huiliers, à la manière des fabricants de sucre, ne vont-ils pas, à partir de ce moment, s’interroger sur l’origine de leurs matières premières, mais aussi sur la localisation de leurs entreprises ? Conserver le marché ou conserver le travail ? Bref, le système marseillais a éclaté en morceaux du jour où une certaine liberté des échanges est remise en question. Les colonies sont-elles alors une promesse ou un substitut, un substitut ou une charge ? Pour le moment, c’est en tout cas le repli, à la fin des années 1930, à la veille des grands bouleversements. En 1931 – quand la crise économique commence à toucher la France sérieusement – le commerce colonial ne fait encore que 25 % du trafic de marchandises à Marseille ; en 1938, les équilibres ont changé, alors que les échanges, au contraire, stagnent : les colonies font 32 % des importations, en poids, ce qui mesure les limites du repli, incapables par exemple de fournir suffisamment le pays en énergie moderne ; en revanche, les exportations s’écoulent à 63 % vers ces marchés protégés. Le repli colonial lui-même est menacé, puisqu’avant même 1939, les premières sucreries et raffineries, usines de trituration de graines et minoteries, cimenteries et briqueteries apparaissent au Maroc, en Tunisie, en Algérie ou à Dakar. Et l’initiative ne vient pas souvent des Marseillais.

21Si nous retournons à la situation du début du siècle, les paradoxes marseillais s’éclairent : c’est à la fois l’organisation nouvelle des transports maritimes, l’appel des grands foyers portuaires et des marchés actifs du Nord, la relativité des positions géographiques qui limitent la part du commerce colonial qui se fait par Marseille. La géographie « naturelle » ne joue plus aussi facilement. D’un autre côté, l’industrie marseillaise, fondée non pas en période de protectionnisme et de repli des échanges mais d’aspiration au libéralisme et d’essais de cet ordre, a d’autres besoins en matières premières et en débouchés, qui ne correspondent pas nécessairement à la production coloniale. Marseille crée l’image des territoires coloniaux ; elle trie, elle sélectionne dans leurs possibilités et souvent a pris, sur d’autres marchés, des habitudes dont elle se défait difficilement. Prenons l’arachide : l’huilerie marseillaise a travaillé les décortiquées de l’Inde ; il faut attendre la guerre de 1914-1918 et le manque de navires pour que l’on envisage d’ouvrir au Sénégal des usines de décorticage. Le représentant de la C.F.A.O. doit rappeler en 1917 :

  • 12 E. Mathon, « Rapport présenté à l’Institut colonial de Marseille, en faveur du décorticage », dans (...)

Certes, une économie de plusieurs millions qui profitera à la consommation ne saurait être dédaignée, mais l’intérêt capital du décorticage est d’un ordre plus élevé, il est d’un caractère national et vital, car sa réalisation permettra d’accroître largement la production, sur nos propres territoires, de denrées réclamées par la métropole et qu’il est très onéreux, qu’il devient même difficile d’aller chercher à l’étranger12.

22Avant 1914, les blés de la mer Noire conviennent mieux à la minoterie que les blés durs d’Afrique du Nord réservés à la fabrication des semoules. Dans l’arrière-pays, la demande lyonnaise maintient l’importation des soies brutes ou en bourres qui, en valeur, représente le premier poste des entrées et un bon quart des matières premières : le monde extrême-oriental qui les fournit en grande part n’est pas celui des territoires coloniaux. Dans l’après-guerre, avant même la crise, les « décollages » entre production coloniale et achats sont accrus et parfois bouleversés à un rythme rapide par les variations monétaires, qui font promener la clientèle d’un marché à l’autre au gré des changes – en attendant l’effondrement plus brutal de la demande dans les années 1930. Bref, on est loin de cette sorte d’équilibre entre la métropole et les prolongements d’outre-mer, qui apparaît presque comme une vision appauvrissante, entropique du commerce.

23On comprend mieux Paul Masson : amené à écrire l’histoire de la colonisation, il saisit les fluctuations, pressent les dérapages dans le commerce colonial ; en termes d’intégration économique de la métropole et des colonies, du port et de ses horizons privilégiés, il préfère éveiller des aspirations, créer un nouvel imaginaire que s’arrêter aux réalités du présent. Voilà qui éclaire, peut-être, d’un autre jour, l’Exposition coloniale de 1906 et la dynastie d’expositions que l’on pense inaugurer avec elles. Sorte d’hypothèque prise sur l’avenir plus que bilan. Même à travers les chiffres, les statistiques, les cartes et les images d’un monde productif et transformé par la technique occidentale, on évoque le projet ou le fantasme d’une organisation transversale, de complémentarités harmonieuses, couvertes par le drapeau national.

Métropole coloniale

24La notion de métropole coloniale répond à ce moment-là et à cet espoir plus que les comptes du trafic maritime. Elle établit un pont avec le passé, quand les Marseillais fondaient des colonies, allaient chercher des interlocuteurs et des partenaires : ils ont été, et restent, semble-t-il, des créateurs de façades, des inventeurs de littoraux, plus que des amateurs, pour eux-mêmes, de longues courses marines. Des Ulysse, contraints à la navigation, plus que de véritables bourlingueurs des mers, plus aptes à échouer sur une plage, à se conduire en hôte, à nouer un échange qu’à vivre sur mer. L’Antiquité, sans doute ; mais plus près de nous la tradition du Levant, de l’Afrique barbaresque et de quelques sites du premier empire colonial français, au Sénégal ou aux Antilles ou dans l’océan Indien. Une sorte d’identité dans le temps, sur laquelle insistent les bibliographies (celle de Paul Masson comme celles des publications liées à l’Exposition coloniale), avec tous les risques de ce métier : le continuisme historique et la psychologie des peuples. Mais ainsi présentée, la notion de métropole devient une procédure, utile donc pour l’avenir, plus qu’une fonction accomplie.

25Peut-être néglige-t-on à l’excès la part de l’acquis et quelques données très tangibles, d’abord dans le domaine financier et bancaire, évoqué toujours avec une extrême pudeur en ce début de siècle. Or le rôle de la Société marseillaise de crédit, pour ne citer que ce « club », qui, sans fournir une unité artificielle à une économie marseillaise très dispersée, donne le ton, indique les stratégies et vient à l’appui des entreprises décisives. La conversion coloniale, par rapport aux origines de cette banque, initialement destinée à financer le commerce lointain, est manifeste et précoce. Elle se lit dans la liste des émissions de valeurs mobilières patronnées par la Société, plus clairement encore dans les prises de participation. Le cas le plus connu est celui de la Tunisie, où l’intervention de la Société s’agrège à l’ensemble d’intérêts, de perspectives des milieux d’affaires qui appuient en 1881 la création du protectorat, au prix d’une intervention militaire, légère il est vrai. La S.M.C. commence par créer en Tunisie une filiale chargée en particulier d’appuyer les exportations marseillaises de sucre raffiné dans le pays (1879). Elle achète ensuite deux domaines fonciers, dont le plus célèbre, l’Enfida. À partir de là se montent en 1881 à la fois la Banque transatlantique (S.M.C. et haute banque parisienne), et la Société agricole et immobilière franco-africaine. Cette irruption du capitalisme financier de Marseille dans le monde tunisien déclenche en grande partie les transformations de son orientation économique. L’acquisition de l’Enfida constitue une filière de production qui va de l’olivette aux huileries de Sousse et de Sfax ; les minoteries suivent. Pour un long temps, colonisation et production de la Tunisie sont engagées par ces décisions. Que retrouve-t-on derrière cette impulsion bancaire ? Notre vieille triade marseillaise, le sucre, les oléagineux, les blés. Marseille projette sa silhouette sur les territoires coloniaux. Mais la S.M.C. ne se contente pas de ce domaine proche : elle maintient des intérêts français en Égypte, renfloue en 1884 la société de commerce de Verminck, aidant ainsi à la fondation de la Compagnie française de l’Afrique occidentale ; elle est présente dans la Compagnie marseillaise de Madagascar, créée par Léon Besson ; elle se retrouve dans les tentatives de plantations en Indochine et, bien entendu, compte tenu de ses liens étroits avec les Raffineries de sucre Saint-Louis, dans les opérations qui, au Maroc, précèdent et suivent l’installation du protectorat. La courbe des intérêts coloniaux de la S.M.C. n’est guère particulière à la biographie de cette entreprise ; plutôt conforme au contraire au rythme même de la participation marseillaise au phénomène colonial. Rappelons aussi les liens avec les compagnies de navigation : avec les Transports maritimes, de fondation ; avec la Compagnie Mixte ; avec Cyprien Fabre, en 1881, au moment de la constitution de la compagnie de navigation ; avec Fraissinet, pour ne citer que les compagnies « marseillaises ». Ajoutons les banques (le Crédit algérien), les finances publiques des pays coloniaux ou en attente (la dette tunisienne en 1884, la banque d’État du Maroc en 1907), les emprunts des collectivités, départements, villes et ports d’Algérie, de Tunisie, du Maroc. Bref, ces litanies ne font que raconter d’une autre manière les opérations de colonisation, parties de Marseille ou simplement liées à ce port. Pas d’illusion, la puissance financière de la S.M.C. ne lui permet guère de commander à ce vaste empire ; mais elle joue au moins les intermédiaires, les relais. Elle explique, diffuse, choisit ; ce qui n’exclut pas de sa part des erreurs manifestes et des engagements assez aberrants, auprès du gouvernement d’Amazonie notamment. L’Amazonie reste une mauvaise affaire pour cette banque et entraîne même, avec d’autres événements, une révision déchirante de sa stratégie et, à terme, une modification profonde de ses responsables. Mais il s’agit là d’une excursion, hors du domaine balisé, même s’il est parfois décevant, de la colonisation française. En ce secteur, elle adhère avec constance à ce mouvement, sachant en général en reconnaître les lignes de force, ce qui confirme, compte tenu des moyens de la place marseillaise, le rôle de métropole coloniale. Pour clore cette logique, rappelons que Jules Charles-Roux, commissaire général de l’Exposition coloniale en 1906, préside la banque à partir de 1911.

26Paul Masson insiste sur l’accompagnement « intellectuel » de cette fonction : l’Institut colonial, dont il est lui-même un représentant éminent, les liens avec les scientifiques, chimistes et biologistes, dont le docteur Heckel est le plus connu et l’animateur, les chaires spéciales, consacrées à la pathologie et à l’hygiène coloniale à l’École de médecine. L’enseignement supérieur – et déjà en pointillé ses laboratoires – sont sollicités. Version limitée peut-être de grands projets d’inspiration saint-simonienne, peut-être fermée à l’excès sur ce qui intéresse alors Marseille : toujours la projection de la silhouette. Résonne aussi l’idée d’une formation pour les « indigènes », appelés à Marseille « pour connaître notre civilisation », mais destinés ensuite à quelles responsabilités ? Il manque une dimension à ce projet… Il ne restera que quelques fils de notables, pris comme pensionnaires dans les lycées ou les institutions de la ville, une image à la Pagnol de ce qui eût été, peut-être, une très grande perspective. On retombe alors dans le monde moins séduisant de la production et de la consommation, et plus particulièrement dans une projection autarcique, sans doute aidée par le progrès technique, mais refermée toujours sur cette lecture marseillaise de l’échange, évoluant en peau de chagrin.

  • 13 P. Masson, op. cit., p. 570.

Nous achetons beaucoup à l’étranger parce que nos possessions produisent encore très peu et souvent des articles inférieurs. Il en sera tout autrement dans vingt ou trente ans. Madagascar et l’Indo-Chine pourront alors nous offrir leurs soies ; l’Indo-Chine et le Soudan, leurs cotons ; l’Algérie, la Tunisie, le Soudan, Madagascar, leurs laines ou leurs peaux ; la plupart de nos colonies tropicales leurs cafés, leurs cacaos, leurs vanilles, leurs épices, leurs caoutchoucs. Elles pourront suffire à l’énorme demande de graines oléagineuses13.

27L’Exposition coloniale de 1906, celle de 1922 (défendues l’une et l’autre contre de possibles détournements parisiens) nous disent pourtant, à travers leur côté éphémère et parfois, ou souvent, leur exotisme – bric-à-brac et carton-pâte – bien autre chose. Jean-Louis Miège en montrait justement les dimensions différentes, complémentaires :

  • 14 J.-L. Miège, « Conclusion », p. 154-155 (voir Bibliographie).

L’exposition de 1906, celle de 1922, avaient ponctué un moment décisif des rapports entre Marseille et le monde méditerranéen musulman. Les pays d’Afrique du Nord avaient donné une certaine image d’eux. Les expositions avaient peut-être été plus encore l’occasion pour Marseille de projeter l’image qu’elle se faisait d’elle-même. Dans ces vitrines où les colonies et les formes diverses de leur lien avec le port s’exposent, c’est aussi le reflet des activités de la ville qui se lit. Le discours explicite des tableaux, des graphiques, des brochures se double d’un discours implicite révélé par le choix même des objets, leur disposition, leur mise en valeur. À l’exposé didactique répond, en écho, l’appel aux forces affectives, aux pulsions du rêve et de l’évasion14.

Notes

1 J.-L. Miège, « Genèse des grandes expositions », p. 19 (voir Bibliographie).

2 Idem, « Conclusion », p. 155 (voir Bibliographie).

3 P. Masson, Marseille et la colonisation..., p. 466.

4 C.C.M., Compte rendu des travaux..., 1882.

5 F. Bohn, Congrès national de géographie, Marseille, 1898, p. 407.

6 P. Masson, Marseille et la colonisation..., p. 275.

7 Idem, ibidem, p. 562-563.

8 F. Bohn, Congrès de géographie..., p. 403.

9 P. Masson, op. cit., p. 523.

10 Idem, ibidem, p. 565.

11 L. Pierrein, Industries traditionnelles..., p. 103 et 124.

12 E. Mathon, « Rapport présenté à l’Institut colonial de Marseille, en faveur du décorticage », dans Bulletin des Matières grasses, 1917, p. 12.

13 P. Masson, op. cit., p. 570.

14 J.-L. Miège, « Conclusion », p. 154-155 (voir Bibliographie).

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search