Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hegel à Iéna

 | 
Jean-Michel Buée
, 
Emmanuel Renault

De l’organisation de la logique hégélienne à son auto-organisation entre 1804-1805 et 1808-1809

Franco Chiereghin
Traduction de Jean-Michel Buée

Texte intégral

Le dispositif dualiste de la première partie du système d’Iéna

1Dans les années de formation du système hégélien qui précèdent la Phénoménologie, le manuscrit de Logique et métaphysique de 1804-1805 constitue le témoignage le plus précieux de l’évolution de la pensée logique de Hegel. Alors que nous disposons, pour la même période, de fragments de trois versions d’une philosophie de la nature, et de deux versions d’une philosophie de l’esprit, ce manuscrit est le seul que nous ayons gardé des cours dispensés à Iéna sous le titre « Logique et métaphysique ».

2La distinction entre logique et métaphysique adoptée par Hegel n’est pas un simple hommage aux habitudes académiques, elle correspond à la forme dualiste qui caractérise la façon dont il conçoit, à Iéna, la première partie du système. Dans l’esprit de Hegel, la logique devait avoir pour rôle d’introduire à la métaphysique à travers l’exposition des formes du penser fini, gouvernées par une dialectique négative qui en met en évidence les contradictions internes. En fait, la logique d’Iéna est essentiellement une logique des « rapports » et des « relations », parce que c’est la mise « en rapport » de chacune des déterminations finies du penser avec ce que sa limitation l’oblige à exclure de soi qui permet de dissoudre les modes de connaissance abstraits et imparfaits élaborés par le Verstand. La dissolution de la prétention à l’autosuffisance qu’élève le fini est ce que Hegel nomme « Vernichten » ou « dialektisches Aufheben », et c’est à elle que revient la tâche de médiatiser le passage de la logique à la métaphysique.

3Si la logique est une logique des rapports finis, on pourrait dire, à l’inverse, que la métaphysique obéit à une logique de la totalité. Contrairement au système de limitations qu’élabore le Verstand, la métaphysique rompt avec les modes de connaissance imparfaits et elle les dépasse pour parvenir à un tout du savoir capable d’exprimer la vie et la constitution mêmes de l’absolu.

4L’intérêt du manuscrit de 1804-1805 tient au fait que cette forme dualiste, dont on perçoit également le reflet dans les autres parties du tout systématique, présente en son sein des signes de crise, auxquels ne sont pas étrangères les dynamiques à travers lesquelles se développent les procès des déterminations logiques et métaphysiques. Ce sont des dynamiques qui, par plus d’un aspect, semblent annoncer celles que va mettre en œuvre le développement des déterminations du penser dans la Science de la logique. Ce qui n’a rien de surprenant, puisque le manuscrit d’Iéna contient bon nombre des matériaux de construction qui viendront confluer dans l’œuvre logique de la maturité.

5La logique (dont le début est manquant, et qui comporte un certain nombre de lacunes) apparaît divisée en trois parties, intitulées, respectivement, relation simple, rapport (qui se divise à son tour en rapport de l’être et rapport du penser) et proportion. On peut supposer que la relation simple et le rapport de l’être correspondent aux traités antiques De categoriis, même si la référence privilégiée est ici la table des catégories de Kant. Dans la relation simple, il s’agit en effet d’analyser les catégories de qualité et de quantité, alors que dans le rapport de l’être, l’analyse des catégories de la relation est imbriquée avec celle des catégories de la modalité. Dans les deux cas, la scansion des déterminations logiques pénètre le tissu catégorial avec une richesse d’articulations dialectiques qui la situe déjà au-delà de la perspective kantienne. En revanche, le rapport du penser et la proportion recouvrent le cadre thématique qui, dans les manuels traditionnels de logique, était réservé à la logica minor. Dans le premier, en effet, l’examen porte sur le concept, le jugement et le syllogisme, alors que la seconde est une sorte de « doctrine de la méthode » chargée d’examiner les diverses modalités du connaître que sont la définition, la division, la construction et la démonstration.

  • 1 La seule fois où il transparaît de façon significative est peut-être le lieu où, dans le traitemen (...)

6Si l’objectif de cette logique d’Iéna est de mettre au jour l’inconsistance des déterminations du penser fini, on peut dire, en usant du lexique de la maturité, que les déterminations logiques y sont présentées selon le côté de « l’entendement abstrait » et le côté « dialectique ou négativement rationnel », mais non selon le côté « spéculatif ou positivement rationnel ». Ce dernier est thématisé dans la métaphysique, alors que dans la logique il est, en quelque sorte, partout réfréné.1

  • 2 Il suffit de rappeler la formulation canonique que donne Hegel, à partir de l’Encyclopédie de 1817 (...)
  • 3 GW 13, § 13, Remarque / E I, 188.

7La persistance du schème général de la bipartition qui caractérise la première partie du système fait que les déterminations, dont nous venons de rappeler l’existence et que les œuvres de la maturité présenteront comme « trois côtés » de toute détermination logique, se répartissent au contraire ici en « parties » distinctes du traitement global.2 Le passage des « parties » aux « côtés » constitue l’un des changements les plus importants dans la maturation de la pensée de Hegel. On en trouve une trace significative dans la recommandation, de prime abord surprenante, qui accompagne, en chacune des éditions de l’Encyclopédie, la présentation des trois côtés de la forme logique. Hegel souligne que « ces trois côtés ne constituent pas trois parties de la logique, mais sont des moments de tout ce qui a une réalité logique (logisch-Reellen), c’est-à-dire de tout concept ou de tout ce qui est vrai en général ».3 En réalité, même le plus modeste des connaisseurs de la pensée hégélienne de la maturité serait bien en peine de confondre les trois côtés avec trois parties différentes de l’exposition logique. Il est bien connu, y compris au niveau des manuels, que la distinction des « trois côtés » est l’une des formulations les plus typiques des critères qui organisent la logique hégélienne. Dès lors, si Hegel met en garde son lecteur contre une équivoque possible, cela tient au fait qu’il en a été lui-même la première victime, à un moment bien déterminé de son évolution systématique, qui n’est autre que celui dont nous offre le témoignage la Reinschrift d’Iéna, Logique et métaphysique.

8À l’époque, Hegel avait bien distingué dans les dynamiques du logos un aspect qui relève de l’entendement abstrait, un aspect dialectique et un aspect positivement rationnel, même s’il arrive que les dénominations employées ne soient pas toujours exactement celles-là. Mais ce qui lui était encore inconnu – et c’est ce qui va constituer la conquête spéculative définitive –, c’est justement le caractère récurrent avec lequel ces aspects se présentent conjointement en chaque détermination et à tous les niveaux du développement du penser logique. D’autre part, tant que les « trois côtés » sont identifiés à « trois parties » distinctes de l’exposition de la première partie du système, il est évident qu’ils ne peuvent prendre la forme d’une règle de caractère général, partout applicable de manière récurrente. Pour que cela soit possible, les « trois parties » doivent abandonner leur isolement relatif, elles doivent se pénétrer mutuellement et s’emboîter l’une dans l’autre, en devenant une règle unique, vérifiable à chaque étape du développement des déterminations du penser.

Logique et métaphysique d’Iéna et Science de la logique

  • 4 Voir ci-dessous, note 32.

9Même si cette transformation profonde est encore loin de s’accomplir dans la Reinschrift, on peut aisément constater, cependant, que l’expérience qui est venue à maturation dans la version d’Iéna de la logique n’a pas été totalement inutile quant à l’émergence des futurs résultats systématiques. Lorsque Hegel s’attelle à la composition de la Science de la logique, il dispose déjà, à un degré d’élaboration qui n’est pas simplement embryonnaire, d’une masse notable de déterminations logiques, envisagées selon le côté de l’entendement abstrait et selon le côté négatif et dialectique. Celles-ci, comme le démontrent aussi les divers stades de leur maturation durant l’enseignement au Gymnase de Nuremberg4, allaient peu à peu se répartir au sein de la logique de l’être (en ce qui concerne les déterminations qualitatives et quantitatives), de la logique de l’essence (en ce qui concerne le concept de force et les catégories de la relation et de la modalité), et finalement au sein de la logique subjective (en ce qui concerne le traitement du concept, du jugement, du syllogisme et celui de la définition, de la division et de la construction).

10On peut en dire autant de la métaphysique. Elle est, elle aussi, bizarrement, en équilibre instable entre une écorce extérieure qui reflète encore la scansion systématique de la métaphysique scolaire, et un contenu et des modes d’élaboration qui anticipent certains des traits essentiels de la future Science de la logique. Il n’est pas difficile, en effet, de reconnaître dans les deux premières sections, dans lesquelles s’articule la métaphysique, le schéma des traités d’inspiration wolffienne. La première section, « Le connaître comme système des principes », où Hegel expose les principes d’identité ou de contradiction, du tiers exclu et de raison suffisante, correspond au traitement des premiers principes que Christian Wolff, par exemple, avait placé au début de sa Philosophia prima sive Ontologia. La deuxième section, « Métaphysique de l’objectivité », traite des thèmes typiques de la Metaphysica specialis, c’est-à-dire la psychologie, la cosmologie et la théologie rationnelles. En revanche, la troisième section, « Métaphysique de la subjectivité », ouvre un champ absolument neuf par rapport à la métaphysique scolaire. Dans le traitement du moi théorique, du moi pratique et de l’esprit absolu, Hegel fait place aux acquisitions spéculatives de la philosophie kantienne et post-kantienne, en allant jusqu’à décrire, dans le concept d’esprit absolu, le sommet final atteint par la pensée de son temps.

  • 5 GW 21, 48-49 / SL I, 44. Sur la métamorphose de l’ontologie traditionnelle au sein de la logique h (...)
  • 6 GW 8, 263 / PE 1805, 95.

11Toutefois, si c’est là le visage que montre la métaphysique d’Iéna lorsqu’elle se tourne vers le passé (non certes pour le répéter, mais pour le dépasser), celui qui se tourne vers l’évolution future du penser logique hégélien est tout aussi intéressant. Les deux premières sections préfigurent assez nettement en effet certaines des parties de la logique de l’essence, dont Hegel dira qu’elle est la plus ardue de sa nouvelle logique.5 « Le connaître comme système des principes » contient in nuce le traitement des futures déterminations de la réflexion, tandis que « la métaphysique de l’objectivité » traite des relations de l’essence, même si elles sont encore immergées dans leurs substrats concrets, représentés par l’âme, par le monde ou la monade, et par l’essence suprême. Toutefois, le fait que le parcours métaphysique s’achève par la « métaphysique de la subjectivité » comporte encore une indication précieuse : Hegel a donné ici une forme et une place systématiques à la conscience de la primauté qui revient au « principe supérieur des temps modernes, que les Anciens, que Platon, ne connaissaient pas ».6 Il s’agit du principe de la subjectivité, dont la Science de la logique reconnaîtra, elle aussi, la supériorité à travers le primat de la logique subjective du concept sur la logique objective de l’être et de l’essence.

Les dynamiques organisatrices de la Logique et métaphysique d’Iéna

12Si, sur le plan des contenus, le manuscrit d’Iéna présente ces multiples relations avec l’œuvre de la maturité, ce sont surtout les dynamiques dont sont pénétrées les déterminations de la logique et de la métaphysique qui en constituent l’un des aspects les plus intéressants quant à la continuité et à la différence avec la Science de la logique. Ces dynamiques, en effet, tantôt de façon manifeste, tantôt de façon souterraine (et sans doute parfois d’une façon qui n’était pas pleinement évidente pour Hegel lui-même), agissent de l’intérieur sur les contenus de façon à mettre en crise le schème dualiste et à en opérer la dissolution.

Référence à soi, totalisation, circularité

  • 7 GW 7, 29 / LM, 51.

13L’une des dynamiques les plus caractéristiques que Hegel applique aux déterminations du penser est la référence à soi. Celle-ci est présente pratiquement à chaque pas du parcours logico-métaphysique, et son rôle fondamental est d’ouvrir chacune des déterminations au développement ultérieur. Dès lors qu’une détermination logique se réfère à soi, elle se dédouble et s’oppose à elle-même. De cette façon, elle enrichit le réseau des liens dans lesquels elle se trouve insérée, et, tandis que de ce côté elle progresse, en même temps, l’effet des nouvelles significations ainsi acquises rejaillit sur ce qui précède, en provoquant, par une action en retour, une profonde transformation de la situation initiale. Un exemple suffira, emprunté à la première section, la « relation simple » (einfache Beziehung). Hegel déclare : « La relation simple, en se réfléchissant en soi-même, devient infinité et elle se pose elle-même comme ce qu’elle est selon son essence. »7 Ce qui signifie : par le procès de réflexion en soi, toutes les déterminations logiques appartenant à la section « relation simple » se sont révélées posées en une relation avec leur contraire, qui n’est pas une relation accidentelle, mais constitutive. Dès lors qu’elles n’excluent plus leur contraire, mais y renvoient en elles-mêmes comme à ce qui est nécessaire à leur propre existence, elles se révèlent comme contradictoires en elles-mêmes, et par là comme in-finies. Ici pour Hegel, « être infini », « infinité » sont des termes équivalents à « contradictoire » et à « contradiction » : quelque chose est « fini » quand il a son contraire hors de soi et se trouve ainsi limité, finitisé, par le fait d’exister à part de son contraire. En renvoyant dans soi à son contraire, quelque chose devient en soi contradictoire et en même temps « infini », parce qu’il n’y a plus rien qui, de l’extérieur, puisse le limiter et le finitiser. Ce procès de réflexion en soi a donc un double effet. D’un côté, il ouvre chaque détermination de la « relation simple » à son contraire et il l’enrichit ainsi de déterminations nouvelles. De l’autre, il agit en retour sur la façon dont chacune se présente initialement, parce qu’il révèle ce qu’elle est en son essence, autrement dit parce qu’il en révèle l’in-finité.

14La référence à soi a son accomplissement naturel dans les procès de totalisation qui permettent de qualifier le parcours logico-métaphysique du manuscrit d’Iéna de « système ». Ce terme est employé à plusieurs reprises par Hegel, et il montre que le tout systématique est conçu d’ores et déjà comme un ensemble global de liens que sa globalité rend sensible aux changements qui se produisent en l’une quelconque de ses parties. La variation sur un point se répercute sur tous les autres, en y suscitant de profondes modifications :

  • 8 GW 7, 22 / LM, 44.

La chose n’est que le système de ses moments, et ceux-ci ne sont ce qu’ils sont que dans leur rapport réciproque, et la chose elle-même est ce rapport ; pour autant que se modifie le moment singulier, il modifie son rapport aux autres, le rapport tout entier, la chose elle-même deviennent autres.8

  • 9 GW 7, 90 / LM, 113.
  • 10 GW 7, 99 / LM, 121.

15Cette sensibilité à des corrélations qui irradient largement au sein du tout systématique évoque à plusieurs reprises l’image du cercle comme celle qui représente le plus adéquatement les procès de totalisation. Ainsi, lorsqu’en traitant du « jugement », Hegel affirme que le prédicat, « développé comme déterminité réfléchie en soi, a atteint sa totalité »9, il applique à ce cas particulier le principe général qui fait de « la réflexion en soi-même » un équivalent de l’acte de poser « la déterminité comme totalité »10, et donc comme quelque chose de pleinement réalisé, comme « réalité » (Realität). L’un des exemples les plus significatifs de l’imbrication entre réflexion, totalité, réalité et circularité est constitué par le mouvement du connaître qui, comme on l’a rappelé ci-dessus, compte parmi ses moments (que Hegel nomme aussi, de manière schellingienne, des « puissances ») la définition, la construction et la division :

  • 11 GW 7, 113-114 / LM, 136.

Ce mouvement du connaître a toujours été jusqu’à présent le fait de présenter un concept comme réalité ou totalité. La première puissance était le concept ou la définition elle-même, la seconde la construction de celui-ci ou sa présentation comme mauvaise réalité, son acte de sortir de soi ou son devenir autre, et la troisième la réalité véritable ou la totalité, le moment du supprimer de ce devenir-autre par la subsomption de celui-ci sous la première unité […]. Le tournoiement du concept à travers ses moments est de cette [manière] un mouvement qui fait retour en soi, et le cercle de ce mouvement est la réflexion, et l’étant-pour-soi n’est que ce tout du cercle et de la réflexion.11

  • 12 Dans la métaphysique, on trouve de nombreux témoignages d’une triplicité qui est désormais immanen (...)

16Il est important, me semble-t-il, d’être attentif à la façon dont est décrit ici le mouvement du connaître : les déterminations qui, dans la pensée de la maturité, seront les articulations de toute détermination logique, ne sont plus présentées comme réparties dans des parties distinctes, mais elles forment les différents côtés du procès du même tout. La « première puissance » est la position d’une détermination qui subsiste par soi, sur le mode de l’entendement abstrait ; la « seconde puissance » est l’acte qui consiste pour la première à aller-hors-de-soi, à la rencontre de son « autre », conformément à ce qui caractérise le moment dialectique-négatif ; enfin, dans le troisième moment (positif-rationnel) s’opère le retour circulaire à la première détermination, qui n’est pas simplement répétée, mais enrichie de son passage par l’altérité.12

Récurrence et fonction fondatrice du moment suivant au regard du précédent

  • 13 Par exemple, l’être du début et la quantité se conservent au sein de la substance (GW 7, 40-41 / L (...)
  • 14 Dans le fondement s’instaure la correspondance avec le rapport de l’être (GW 7, 137 / LM, 161), le (...)
  • 15 GW 7, 128 / LM, 151.
  • 16 Je renvoie aux commentaires de la traduction italienne de la Reinschrift, qui s’attardent sur cett (...)
  • 17 GW 7, 155 / LM, 179-180.

17La présence, dans le manuscrit d’Iéna, de procès récurrents, est tout aussi évidente. Ils ne se rencontrent pas seulement dans la logique13 ou dans la métaphysique14, mais ils concernent plus généralement leur rapport mutuel. Hegel écrit en effet que la métaphysique « réfléchit en soi la logique entière »15 ; mais encore faut-il préciser que dans la métaphysique, les déterminations logiques n’ont plus à souffrir de l’alternance entre des phases d’apparition et des phases de disparition : elles sont devenues aptes à exprimer adéquatement des contenus qui, « en tant qu’ils n’ont plus à être supprimés, expriment l’être absolu et l’essence de toutes choses » (ibid.). Le dépassement de la logique n’implique donc pas sa disparition : il ne s’accomplit au contraire que dans la mesure où il parvient à mettre, en quelque sorte, à l’abri tout le contenu de la logique à l’intérieur de la métaphysique, moyennant une répétition qui en est en même temps la transformation radicale. Tous les contenus de la logique reviennent donc de façon récurrente, dans les déterminations métaphysiques qui se montrent aptes à en accomplir la transfiguration.16 Ainsi, au début de la métaphysique de la subjectivité, Hegel montre comment, dans le traitement du moi, reviennent les moments de la « relation simple », l’unité ou l’être du commencement, le quantum, et, surtout, l’infinité. Reste qu’à présent, ces moments sont subsumés au sein d’une infinité dont l’intensité, telle celle du moi, est plus haute. Aussi, « eux, dont l’infinité est le moi, sont eux-mêmes infinis, réflexions en soi-même ; non pas de simples cercles, mais <des cercles> qui ont eux-mêmes des cercles pour moments, et sont les cercles de ces cercles ».17

18Le lieu où, dans la métaphysique, les procédures récurrentes dominent sans conteste est toutefois la dernière section, consacrée à l’esprit absolu. Ici, en une série de gestes qui annoncent à leur tour de façon impressionnante ce qui sera le traitement de l’idée absolue dans la Science de la logique, Hegel montre comment tous les pas accomplis dans le cadre logico-métaphysique se compénètrent les uns les autres, en se nouant réciproquement en un réseau serré de renvois et de transformations qui atteint son point culminant dans l’esprit absolu. L’esprit absolu se caractérise en effet par ce que la Science de la logique nommera « ce qui est le plus libre », c’est-à-dire la capacité de se retrouver soi-même en tout ce qui est autre que soi :

  • 18 GW 7, 176 / LM, 202.

La métaphysique est le moment de l’esprit qui, s’étant trouvé soi-même, est en soi, qui se trouve soi-même dans son autre ; l’opposé au connaître devient lui-même connaître, le contenu de l’esprit devient lui-même esprit ; et ainsi l’esprit s’est trouvé dans son autre pour soi-même.18

19Mais, dans la mesure, précisément, où tout caractère étranger de ce qui est autre que l’esprit a été surmonté, dans l’autre l’esprit se rapporte uniquement à lui-même et a ainsi clos de manière circulaire le parcours de sa formation, puisque, en tant que « relation simple » à soi, il est revenu à son commencement logique :

[…] l’esprit qui s’est ainsi trouvé dans son autre comme soi-même n’est en cela qu’en relation à soi-même, non à un autre, c’est-à-dire qu’il est à nouveau son premier moment, la relation simple en général, ou encore cette relation dans sa réalité, l’infinité. (Ibid.)

20Naturellement, ici aussi, comme ce sera le cas ensuite pour l’idée absolue, le procès systématique ne s’arrête pas, car l’esprit s’est simplement trouvé soi-même dans son autre, mais a encore besoin d’une forme plus haute d’opposition et de déchirement. Il ne s’agit pas tant de se trouver soi-même dans l’autre, que de devenir à soi-même un autre, de s’aliéner de soi pour ensuite venir à soi :

  • 19 GW 7, 177 / LM, 203.

[…] comme à ce à quoi l’esprit lui-même s’est opposé comme esprit, qui, à partir de cette chute de l’infinité, revient à soi comme vainqueur d’un esprit, et est de cette façon éternellement retourné. Seule cette totalité du retour est en soi, et ne passe plus dans un autre. L’esprit est l’absolu, et celui-ci, son Idée, est absolument réalisée, seulement pour autant que les moments de l’esprit sont eux-mêmes cet esprit, mais alors il n’y a plus d’outrepassement.19

  • 20 GW 7, 39 / LM, 61.
  • 21 GW 7, 124 / LM, 147.

21Une autre caractéristique, dont le rôle se révélera dominant dans la logique de la maturité, est étroitement liée à la récurrence : ce qui apparaît comme premier dans l’ordre de la génération est en réalité dernier dans l’ordre de la fondation et c’est dans les déterminations qui le suivent qu’il trouve sa propre raison d’être. Ainsi, le traitement du rapport de substantialité, pour autant qu’il s’oppose à d’autres formes de réflexion, est « une réflexion anticipée, dont le contenu ne se produit lui-même que dans le développement qui suit, et qui n’a sa justification que là : pour l’instant <cette réflexion> n’a que la signification d’un signe »20. De même, le développement du « connaître » montre que le rapport de l’être comme celui du penser étaient seulement des moments abstraits qui trouvent leur concrétude dans le « connaître », de sorte que « le chemin entier n’a été rien d’autre qu’un enrichissement de ces moments ».21 Plus significatif encore est le fait que Hegel reconnaisse dans le début de la logique (l’unité) quelque chose d’arbitraire qui ne trouve sa légitimation que dans la métaphysique. C’est dans la métaphysique, en effet, que cette unité initiale est soustraite à la contingence et devient un « absolument premier » grâce à la destruction de toute autre détermination qui prétend en usurper la fonction de commencement :

  • 22 GW 7, 129 / LM, 152.

[…] la Logique commençait avec l’unité elle-même […]. Elle ne s’en justifiait pas ; ce qui ne se produit qu’ici. […] Cette unité par où on commence est résultat, mais le fait qu’elle soit résultat, cela n’était pas du tout exprimé en elle ; elle était un résultat subjectif, dont on devait présumer qu’il lui fallait être précédé par beaucoup de choses pour qu’on puisse commencer par lui.22

22Précisément parce qu’elle n’était pas posée comme un résultat, l’unité du commencement « était un commencement arbitraire, qui <en> avait d’autres, absolument multiples, à ses côtés, <elle était> un premier contingent ; ici, elle se montre comme ce qui est premier absolument », et elle est cet « absolument premier », précisément parce qu’elle est revenue en elle-même « en sorte qu’est détruite la possibilité du beaucoup, de l’autre » (ibid.).

Hologrammes

23Dans la construction de cette première partie du système, on trouve enfin ce que l’on pourrait appeler une « relation hologrammatique ». Un objet physique est un « hologramme » lorsqu’une de ses parties, même minuscule, contient une information quasi exhaustive sur la totalité de l’objet lui-même. Si l’on transpose cette propriété physique aux caractéristiques de l’organisation systématique hégélienne, il est facile, me semble-t-il, de reconnaître comment le concept d’une totalité où les parties s’intériorisent dans le tout et le tout dans les parties a guidé, à chaque pas, sa formation spéculative. Cela se produit de façon si explicite et si contraignante que l’on peut y reconnaître la présence d’une disposition hologrammatique innée.

24Il suffit de penser, par exemple, à ce que Hegel affirme dans le plus important de ses écrits de jeunesse, L’esprit du christianisme et son destin. Lorsqu’il lui faut expliquer en quel sens le rapport de Jésus à Dieu doit être entendu comme une unité vivante, Hegel rappelle comment l’« expression “un fils de la tribu de Koresch”, par exemple, que les Arabes emploient pour désigner les individus de cette tribu, implique que cet individu ne soit pas simplement une partie du tout, que le tout ne soit donc pas quelque chose d’extérieur à lui, mais qu’il soit lui-même justement le tout, autant que la tribu entière » :

  • 23 Hegel’s theologische Jugendschriften, édition H. Nohl, Tübingen, Mohr, 1907, p. 308-309 ([Francfor (...)

[C’est seulement] à propos d’objets, à propos de ce qui est mort, que l’on peut faire du tout quelque chose de différent des parties ; dans le vivant, au contraire, la partie est unum atque idem avec le tout. […] Ce qui, dans le royaume de la mort, se présente comme contradiction ne l’est pas dans le royaume de la vie. Un arbre qui a trois branches fait avec elles un seul arbre ; mais chaque fils de l’arbre, chaque branche (ainsi que ses autres fils, les feuilles et les fleurs) est lui-même un arbre. […] Et il est tout aussi vrai de dire qu’il y a ici un seul arbre que de dire qu’il y en a trois.23

  • 24 GW 7, 148 / LM, 172.
  • 25 GW 7, 29 / LM, 51.
  • 26 GW 7, 166 / LM, 191.

25On pourrait, naturellement, multiplier les exemples, mais, en demeurant dans le cadre de la Reinschrift d’Iéna, on peut trouver un bon énoncé du principe hologrammatique là où Hegel voit l’ensemble systématique se comporter « comme un tout qui demeure dans ses moments, qui les pose dans le différer réciproque, et existe en eux ».24 La persistance du tout au sein des parties singulières est à l’œuvre dès l’apparition, dans le cadre de la « relation simple », de la méta-catégorie de l’« infinité », qui transforme en un sens hologrammatique tous les moments antérieurs, en faisant rejaillir sa nature sur eux : « Pour autant que la relation simple est en vérité infinité, chacun des moments en lesquels elle se présente est lui-même l’infinité, la qualité et la quantité aussi bien que le quantum. »25 Partout où se réalise un procès de totalisation, le tout qui en résulte apparaît divisé « en parties, qui elles-mêmes ont en soi la nature du tout ».26 Ce qui permet de reconstruire, à partir du fragment, non seulement la trame des divers parcours logico-métaphysiques, mais surtout les règles qui président à la construction des différents domaines auxquels ils appartiennent.

De l’organisation à l’auto-organisation

26Une fois arrivés là, nous nous trouvons face à une question fondamentale. Si l’on trouve présents dans le manuscrit d’Iéna la référence à soi, les procès d’action en retour et de totalisation, la récurrence et la circularité, la fondation de ce qui précède sur ce qui le suit, l’action du principe hologrammatique, il faut avouer qu’il s’agit de dynamiques qui auront également un rôle architectonique fondamental dans la Science de la logique. Mais alors, comment se fait-il qu’elles se montrent compatibles avec le schème dualiste qui maintient la logique à part de la métaphysique ? Que leur manque-t-il pour faire en sorte que cette scission s’écroule ? On dira que même au sein de la Science de la logique subsiste un écho du dualisme d’Iéna, dans la distinction entre logique objective et logique subjective. Mais une telle dualité ne brise en rien la continuité du développement, et ce, parce que les « parties » systématiques distinctes du manuscrit d’Iéna se sont dissoutes en un flux unique de « côtés » dialectiquement reliés entre eux. Or, comment une telle transformation a-t-elle pu se produire ?

27On peut, me semble-t-il, répondre simplement : dans la logique et métaphysique d’Iéna, nous nous trouvons assurément en présence d’un parcours qui est bien un parcours « organisé », mais nous ne trouvons pas d’« auto-organisation », sauf à partir de la métaphysique. Hegel est explicite sur ce point. Au début de la métaphysique, il affirme :

  • 27 GW 7, 128, 17-21 / LM, 151-152, 39-44 (je souligne).

Jusqu’à présent, c’était un moment de notre mode de considération que de prendre tout d’abord chaque résultat et chaque déterminité en général comme quelque chose de positif, et de la supprimer ensuite ; cette considération positive valait comme un côté, par lequel rien n’était encore décidé en ce qui concerne les déterminités, c’était plutôt un mode de penser, une chose qui nous appartient.27

  • 28 Dans une ébauche de la métaphysique qui remonte probablement à 1804, Hegel parle explicitement d’u (...)

28Que le mouvement des déterminations appartenant à la logique soit induit de l’extérieur, par une réflexion qui est notre fait, c’est ce que confirme l’un des aspects les plus surprenants pour tout lecteur qui n’est pas familier de cette phase d’élaboration de la méthode et des structures de la première partie du système, autrement dit, le rôle de la dialectique. Dans le manuscrit d’Iéna, la dialectique est bien loin d’incarner l’« invention » méthodique propre au Hegel de la maturité, qui fait d’elle le principe de l’auto-mouvement des concepts. Elle consiste en notre intervention, qui agit de l’extérieur sur les déterminations finies de la logique, afin de les détruire, en mettant au jour une incohérence qu’elles ne seraient jamais en mesure d’exhiber d’elles-mêmes. Même si, au sein de la métaphysique, on peut découvrir quelques signes intéressants d’une extension de la dialectique aux déterminations métaphysiques28, il n’en demeure pas moins que la dialectique y est toujours fondamentalement considérée comme un faire extérieur à la « chose même ».

  • 29 GW 7, 127 / LM, 150.
  • 30 GW 7, 128 / LM, 151.
  • 31 GW 7, 127 / LM, 151.

29C’est la raison pour laquelle Hegel y met un terme, de manière programmatique, au seuil de la métaphysique : « […] le connaître, en tant qu’il passe dans la métaphysique est l’acte de supprimer la logique elle-même comme dialectique ou comme idéalisme. » Dans la métaphysique, en effet, le connaître devient à soi-même son contenu stable, parce qu’il est en mesure d’arracher « les moments » du tout « au progrès et au supprimer (Aufheben) dialectiques »29, et, tandis que d’un côté « il réfléchit en soi la logique entière »30, de l’autre, il change les formes évanescentes de la logique en déterminations permanentes, « il transforme les moments en principes absolus »31. Comme on le voit, c’est justement son contraste avec cette conception limitée et instrumentale de la dialectique qui met en relief la valeur de la méthode qui, entre-temps, est en train de mûrir au sein de la métaphysique. C’est en effet dans le traitement des objets de la métaphysique que l’on voit émerger, de façon particulièrement évidente, la manière dont Hegel mène à bien les premières tentatives explicites de cet auto-mouvement des concepts qu’il considérera comme sa contribution originale à l’élaboration de la forme scientifique de la philosophie.

30Finalement, la plupart des dynamiques conceptuelles que Hegel présente dans le manuscrit d’Iéna font partie de ces « dispositions innées », inhérentes à sa pensée, qui trouveront leur pleine maturation dans la Science de la logique. La différence essentielle consiste dans le fait que les déterminations de pensée rassemblées dans la logique d’Iéna sont incitées au mouvement par un principe d’animation qui agit sur elles de l’extérieur, ou, plus exactement, dans le fait que leur mouvement n’est pas encore un auto-mouvement. Celui-ci est présent, en revanche, dans les déterminations métaphysiques, et c’est pourquoi, me semble-t-il, on peut légitimement reconnaître dans la métaphysique d’Iéna le lieu de naissance des procès d’auto-organisation du penser que présenteront les œuvres logiques de la maturité.

Le tournant « phénoménologique » et l’auto-organisation de la logique dans la première Encyclopédie de Nuremberg

  • 32 Je renvoie sur ce point à G. W. F. Hegel, Nurnberger Gymnasialkurse und Gymnasialreden (1808-1816)(...)

31Que la rédaction de la Phénoménologie ait pesé de tout son poids dans la décision hégélienne d’accomplir ce dernier pas, qui conduit à l’organisation définitive de la Science de la logique, c’est ce que l’on peut aisément déduire des diverses rédactions de la première partie du système que développe Hegel dans ses cours du Gymnase de Nuremberg. Je n’entre pas ici dans les questions complexes qui ont trait aux manuscrits, aux textes dictés, au type d’utilisation qu’en a fait Hegel, aux corrections et aux annotations qu’il y a apportées.32 Je me borne à une simple remarque : lors de la première rédaction d’une Encyclopédie philosophique en 1808-1809 (et donc un an après la publication de la Phénoménologie), on peut constater que la première partie du système est uniquement intitulée « Logique », ce qui accrédite l’idée que la métaphysique comme section autonome du système a d’ores et déjà disparu. En outre, cette première partie comporte une division tripartite, une logique ontologique (qui préfigure la logique objective de la Science de la logique), une logique subjective et une doctrine des idées (qui, rassemblées sous un titre unique, formeront la logique subjective de la Science de la logique). La première section de la Logique s’articule en « être », « essence » et « réalité effective », la deuxième en « concept », « jugement », « syllogisme », la troisième en « Idée de la vie », « connaissance » et « Idée absolue ou savoir ». On voit qu’il suffira d’opérer quelques ajustements, et, surtout, d’insérer la section « objectivité » dans la logique subjective, pour obtenir la structure d’ensemble de la Science de la logique.

32Toutefois, ce qui importe avant tout pour notre thèse, c’est le fait que cette logique, à la différence de celle qui était antérieure à la Phénoménologie, soit entièrement pénétrée par le principe de l’auto-mouvement, et donc de l’auto-organisation : voilà la grande, la décisive nouveauté qui met un terme aux apories que comportaient les tentatives précédentes et ouvre la voie à la systématisation définitive du penser logique de la maturité. Cela est évident dès les paragraphes de l’introduction, dans lesquels Hegel fait dépendre le caractère scientifique de la logique du fait qu’elle a pour objets les « concepts purs, tels qu’ils sont produits par le penser pur » (§ 4, p. 86). Saisis au moment même où ils naissent de l’acte de penser, les concepts purs en partagent les dynamiques et peuvent ainsi être considérés, non pas seulement du point de vue de leurs lois, mais aussi (et surtout) du point de vue de « leurs mouvements » (ibid.). Après le long procès de formation, imposé par la Phénoménologie de l’esprit, consistant à considérer la conscience en elle-même, pour observer comment elle se meut de soi-même vers son propre dépassement, sans l’intervention d’aucun élément extérieur, Hegel peut à présent se débarrasser des dualismes qui entravaient la logique d’Iéna : celui qui provient d’une « réflexion qui est notre fait », et qui est appliquée du dehors aux déterminations logiques, celui qui est dû à une dialectique qui n’appartient pas d’elle-même à l’élément logique, celui qui tient à un « anéantir » qui ne découle pas de la « chose même », mais fait violence aux déterminations logiques en leur survenant de l’extérieur. Si même la conscience est dotée d’un auto-mouvement, impliquant qu’il suffise de la « laisser être » dans sa mobilité, à plus forte raison, le penser pur, qui en constitue le principe moteur secret et généralement inconscient, aura-t-il une vie et un mouvement propres. Après la Phénoménologie, le dépassement des dualismes tant méthodologiques que structuraux (tels les dualismes certitude/vérité, sujet/objet, penser pur / structures de l’être) est si accompli que le connaître n’est plus à la recherche de la vérité, mais est savoir de la vérité, car « la science ne cherche pas la vérité, mais est dans la vérité et [est] la vérité même » (§ 2, p. 84).

33Hegel laisse immédiatement apparaître, dans la façon dont il expose les déterminations logiques dans la première rédaction de l’Encyclopédie philosophique de Nuremberg, le rôle dominant de cette nouvelle et entière transparence du penser à soi-même, dont la vérité ne peut être rien de figé, mais est au contraire auto-génération. Dès le premier paragraphe de la logique ontologique, on voit surgir l’usage caractéristique des infinitifs substantivés, qui ont justement pour fonction de montrer comment le mouvement des concepts ne dépend pas d’une sollicitation extérieure, mais est immanent aux pures déterminations logiques. Dans le passage de l’être au néant et inversement, « ce qui est », affirme Hegel, est « seulement leur acte de se poser (das Setzen ihrer) comme distincts, et l’acte de s’évanouir (das Verschwinden) de chacun en son contraire » (§ 11, p. 90). Ce qui se présente à notre vue, ce sont donc uniquement des actes ou des processus (le « poser » des termes distincts, l’acte de s’évanouir), qui se produisent selon une dynamique auto-générative. Ceux-ci ne renvoient à aucun substrat dont on puisse les faire dériver autre que la processualité même du penser, qui, en tant que « penser pur », n’a pas d’autre existence que celle du réseau des actes en connexion mutuelle à travers lesquels il se développe.

34On comprend dès lors que le dynamisme immanent pénètre tout et que, par voie de conséquence, loin de n’apparaître qu’à partir de la logique subjective, il marque aussi de son empreinte toute la logique ontologique. C’est là un point sur lequel on trouve un certain nombre d’affirmations claires de la part de Hegel. Par exemple, dans le traitement de l’« infinité », il envisage la « grandeur qualitative », qui « est une spécification de grandeurs qui sont en même temps grandeurs déterminées l’une vis-à-vis de l’autre, et ont en même temps l’une à l’autre une relation qualitative » (§ 27, p. 98). Cette spécification, même si elle se concrétise dans des relations exprimables mathématiquement, tels le « quotient » et le « nombre proportionnel » (ibid.), n’est pas affectée par cet agir extérieur à la chose que Hegel reprochera toujours aux procédures mathématiques. Dans la mesure où il s’agit de pures déterminations de pensée, une telle « spécification » est un « auto-déterminer qui se différencie » (ibid. ; je souligne) en soi et de soi-même.

35Parmi les nombreux aspects précieux que comportent ces textes de Nuremberg, il faut mentionner la possibilité qu’ils offrent d’appréhender la genèse du type particulier de dynamiques dont sont tissées les diverses scansions de l’itinéraire logique. Ainsi, lorsque l’on tient compte de ce que sera le développement de la section consacrée à l’« essence » dans la Science de la logique, on peut être surpris de constater que la processualité propre de l’essence et, partant, son devenir s’engendrent du « Thun », de l’agir. En réalité, en désignant l’agir comme le principe du devenir de l’essence, Hegel pouvait difficilement trouver meilleure façon de faire comprendre non seulement l’immanence à l’essence du principe du mouvement, mais aussi la nature de celui-ci. Lorsqu’il écrit : « Le devenir, en tant que devenir de l’essence, est d’abord l’agir (das Thun), un passer de celle-ci [de l’essence] dans la liberté de l’être-là (des Daseyns), qui est cependant un demeurer en soi » (§ 29, p. 100), il est inimaginable que, dans le « Thun », Hegel ne fasse pas entendre l’écho d’un choix lexical sur lequel il a construit tout le chapitre de la Phénoménologie sur « l’esprit vrai ». Comme on le sait, pour Hegel, le « Thun » exprime l’éthicité grecque, parce qu’il correspond à l’auto-compréhension que le héros tragique avait de son agir. À la différence du « Handeln », dont le sujet ne prend sur soi les conséquences que si elles entrent dans ses intentions et dans sa volonté d’agir, dans le « Thun », le sujet assume la responsabilité de la totalité de la sphère de l’agir, y compris les conséquences imprévues et involontaires de son acte. Le mouvement de l’essence correspond justement au « Thun » parce que ce dernier, au même titre que l’essence, exprime le tout de l’agir, sans être brisé par le « je ne savais pas » ou le « je ne voulais pas » du « Handeln », mais fait entrer en soi, comme sa spécification interne, la totalité de ce qui s’engendre de lui : « Dans la mesure où l’agir est une différenciation de l’essence d’avec elle-même, et dans la mesure où est ainsi produit de l’être-là ou de la détermination, l’agir est un poser » (§ 30, p. 100 ; j’ajoute le premier soulignement).

36De même, à propos d’une détermination de l’essence telle que la « force », qui a besoin d’une autre force sollicitante pour s’extérioriser, Hegel ne manque pas de mettre en valeur le côté de l’autonomie avec laquelle elle accomplit l’acte qu’est sa propre position : « La force est l’auto-poser de son être-là comme qualité déterminée » (§ 39, p. 104). C’est le même acte de position qu’accomplit la substance par rapport à ses accidents : ceux-ci sont « les déterminations de son être-là, en tant qu’attributs simples et lois, et elle les pose comme jeu existant » (§ 44, p. 108) ; même lorsque les accidents « semblent perdre leur autosuffisance par [un] hasard extérieur et une puissance étrangère », il ne s’agit en réalité de rien d’autre que du mouvement de la substance qui les reprend et les réabsorbe en elle, en reconstituant le tout (§ 45, p. 108). Il ne faut pas s’étonner si la capacité de produire par soi ses dynamiques propres se montre avec une intensité particulière dans la « cause » et dans l’« action réciproque », même s’il convient de remarquer l’emphase avec laquelle sont soulignées l’auto-mobilité et l’immanence de la cause dans ses produits : « La cause absolue, qui agit librement, est la substance, non seulement comme le mouvant (das Bewegende) dont l’activité (Thätigkeit) commence en soi, mais aussi comme ce qui a en soi le contenu total qu’elle produit et qui, en tant qu’effet, acquiert être-là » (§ 46, p. 110). Il s’agit d’une auto-mobilité qui prend la forme d’une circularité de rapports dans l’action réciproque où « la substance n’est active que sur soi et en elle-même » (§ 48, p. 110) et, en ce retour sur soi, annonce déjà l’universel qui est thématisé dans la logique subjective.

37Ici, l’auto-mouvement prend une nouvelle forme : la circularité, qui est déjà apparue dans l’action réciproque – sous une forme encore imparfaite, parce qu’elle est liée à la dualité des substances en rapport réciproque –, se montre à présent dans sa complétude et elle possède sa preuve authentique dans le caractère fondateur du terme qui suit par rapport à celui qui le précède. La figure symbole en est le syllogisme, comme lieu où la médiation « se présuppose elle-même réciproquement ». La double présupposition se montre dans le trait suivant : ce qui, d’un côté, apparaît comme produit, qui a pour présupposés une cause et son activité déterminée, en réalité « est tout autant fondement de l’activité et le produire lui-même » (§ 72, p. 127). Cette fonction fondatrice du produit relativement au producteur est ce qui distingue nettement l’auto-mouvement de la logique subjective de tous ceux qui l’ont précédé :

Cette médiation n’est donc ni un passer, comme le devenir de l’être en général, où ce qui passe se perd dans son contraire, ni un produire, comme l’apparaître du fondement, qui est seulement immédiat, ou l’extériorisation de la force, dont l’activité est conditionnée, ni un agir comme celui de la cause, dont l’activité s’évanouit dans l’effet. (Ibid.)

38Le modèle de la circularité syllogistique agit surtout à l’intérieur de l’idée de la vie, où, à côté de l’aspect récurrent qui fait de la vie « l’Idée dans l’élément de l’être-là (Daseyn) » (§ 80, p. 132), apparaît l’auto-mobilité comme « sich realisirende Selbstbewegung » (§ 82, p. 134). Mais le lieu où la circularité atteint son explicitation maximale est l’idée absolue. Elle obtient sa réalisation dans le « savoir absolu », qui « n’a pour objet propre rien d’extérieur, donné d’une manière ou d’une autre, mais n’a pour objet que lui-même, est le concept existant comme concept ». Et le caractère fondamental du concept est qu’il « se construit de lui-même », par un mouvement qui parcourt les « trois côtés », la position des déterminations séparées qui correspond à l’entendement, leur dialectique et « leur unité positive, qui constitue le concept dans sa totalité réelle » (§ 98, p. 144).

  • 33 Pour de plus amples développements, je renvoie à mon livre intitulé Rileggere la Scienza della log (...)

39Comme on le voit, la maturation de cet aspect fondamental de l’auto-mouvement de toutes les déterminations logiques a été très rapide par rapport au manuscrit d’Iéna de 1804-1805 et il serait difficile de la comprendre pleinement s’il n’y avait eu, entre-temps, le « bain thermal » régénérateur de la Phénoménologie. C’est en effet le mouvement immanent de la conscience qui a montré à Hegel comment l’auto-mobilité des concepts pouvait, seule, constituer la base méthodique fondamentale sur laquelle construire la Science de la logique. La Selbstbewegung devient ainsi l’acquisition spéculative fondamentale qui va aussi conduire à une révision profonde et à une extension radicale de la portée de toutes les autres dynamiques déjà à l’œuvre dans le manuscrit d’Iéna, de la référence à soi à l’action en retour, à la récurrence, jusqu’aux relations hologrammatiques.33

Notes

1 La seule fois où il transparaît de façon significative est peut-être le lieu où, dans le traitement de la « relation simple », surgit l’infinité véritable, méta-catégorie qui traverse toute la logique en ayant une tâche de destruction et toute la métaphysique en ayant une tâche de construction. Pour l’approfondissement de ces thèmes, je renvoie aux commentaires qui accompagnent la traduction italienne du manuscrit d’Iéna dans G. W. F. Hegel, Logica e metafisica di Jena (1804/05), édition F. Chiereghin, traduction, introduction et commentaire de F. Biasutti, L. Bignami, F. Chiereghin, A. Gaiarsa, M. Giacin, F. Longato, F. Menegoni, A. Moretto, G. Perin Rossi, Quaderni di Verifiche, 4, 1982.

2 Il suffit de rappeler la formulation canonique que donne Hegel, à partir de l’Encyclopédie de 1817, de la nature des trois côtés par lesquels la « forme logique » s’auto-organise. Dans le premier côté, le côté abstrait ou de l’entendement, chaque détermination est fixée et maintenue à part des autres ; dans le second, le côté dialectique ou négativement rationnel, les déterminations de l’entendement dépassent et nient de façon immanente leur unilatéralité et leur limitation ; dans le troisième, le côté spéculatif ou positivement rationnel, l’élément positif provient de l’acte par lequel le lien entre les déterminations qui ne sont plus isolées se reconfigure à un autre niveau.

3 GW 13, § 13, Remarque / E I, 188.

4 Voir ci-dessous, note 32.

5 GW 21, 48-49 / SL I, 44. Sur la métamorphose de l’ontologie traditionnelle au sein de la logique hégélienne, voir F. Chiereghin, Dialettica dell’assoluto e ontologia della soggettività in Hegel. Dall’ideale giovanile alla Fenomenologia dello spirito, Trente, Verifiche, 1980, p. 163-217 ; A. Doz, La logique de Hegel et les problèmes traditionnels de l’ontologie, Paris, Vrin, 1987 ; C. Bouton, « Ontologie et logique dans l’interprétation hégélienne de Wolff », Les études philosophiques, 37, 1996, p. 241-260 ; J. d’Hondt, « La critique hégélienne de Wolff », De Christian Wolff à Louis Lavelle. Métaphysique et histoire de la philosophie, R. Theis, C. Weber éd., Hildesheim - Zurich - New York, Olms, 1995, p. 161-171 ; K. De Boer, « The dissolving force of the concept. Hegel’s ontological logic », Review of Metaphysics, 57, 2003-2004, p. 782-922.

6 GW 8, 263 / PE 1805, 95.

7 GW 7, 29 / LM, 51.

8 GW 7, 22 / LM, 44.

9 GW 7, 90 / LM, 113.

10 GW 7, 99 / LM, 121.

11 GW 7, 113-114 / LM, 136.

12 Dans la métaphysique, on trouve de nombreux témoignages d’une triplicité qui est désormais immanente au mouvement des diverses déterminations : voir par exemple, GW 7, 146, 158-159 / LM, 170, 183-184.

13 Par exemple, l’être du début et la quantité se conservent au sein de la substance (GW 7, 40-41 / LM, 62-63), les déterminations quantitatives des uns numériques font retour dans l’action réciproque (GW 7, 66 / LM, 88-89), la substance resurgit dans le jugement hypothétique, ainsi que dans le syllogisme (GW 7, 86-96 / LM, 108-119), dans la définition se réunissent le rapport de l’être et celui du penser (GW 7, 107 / LM, 129), et ainsi de suite.

14 Dans le fondement s’instaure la correspondance avec le rapport de l’être (GW 7, 137 / LM, 161), le moi rappelle la structure du syllogisme (GW 7, 155 / LM, 179-180) et, comme on le verra, la dernière section tout entière est tissée de procès récurrents.

15 GW 7, 128 / LM, 151.

16 Je renvoie aux commentaires de la traduction italienne de la Reinschrift, qui s’attardent sur cette reprise des déterminations logiques dans le cadre de la métaphysique.

17 GW 7, 155 / LM, 179-180.

18 GW 7, 176 / LM, 202.

19 GW 7, 177 / LM, 203.

20 GW 7, 39 / LM, 61.

21 GW 7, 124 / LM, 147.

22 GW 7, 129 / LM, 152.

23 Hegel’s theologische Jugendschriften, édition H. Nohl, Tübingen, Mohr, 1907, p. 308-309 ([Francfort], p. 290-291).

24 GW 7, 148 / LM, 172.

25 GW 7, 29 / LM, 51.

26 GW 7, 166 / LM, 191.

27 GW 7, 128, 17-21 / LM, 151-152, 39-44 (je souligne).

28 Dans une ébauche de la métaphysique qui remonte probablement à 1804, Hegel parle explicitement d’une « dialectique de l’âme », qui est le premier degré de la métaphysique de l’objectivité (GW 7, 341 / LM, 205), alors que la métaphysique reconnaît que le « principe du fondement », en tant, précisément, qu’il se meut de lui-même, possède « sa dialectique » (GW 7, 137 / LM, 161).

29 GW 7, 127 / LM, 150.

30 GW 7, 128 / LM, 151.

31 GW 7, 127 / LM, 151.

32 Je renvoie sur ce point à G. W. F. Hegel, Nurnberger Gymnasialkurse und Gymnasialreden (1808-1816), GW 10, 1, et à l’Editorischer Bericht, GW 10, 2, p. 851-1057 ; voir en outre les excellentes introductions aux textes de cette période de P. Giuspoli : G. W. F. Hegel, Logica e sistema delle scienze particolari (1810-1811), introduction, traduction et notes de P. Giuspoli, Quaderni di Verifiche, 8, 2001, p. 1-75 ; Philosophische Enzyklopädie. Enciclopedia filosofica (1808-09), texte allemand avec la traduction en regard, édition P. Giuspoli, Quaderni di Verifiche, 9, 2006, p. 1-82, auquel je renvoie également pour la bibliographie. Les numéros de paragraphe et de page donnés entre parenthèses dans cette section font référence à cette édition de la première Encyclopédie.

33 Pour de plus amples développements, je renvoie à mon livre intitulé Rileggere la Scienza della logica di Hegel, Rome, Carocci editore, 2011.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site