Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Le système marseillais

Marseille, ville populaire

Texte intégral

1De tous les changements qui s’opèrent dans la ville de Marseille au xixe siècle, je n’en connais pas de plus brutal, de plus franc, que celui qui porte sur l’image sociale de la cité. Le livre d’Eugène Rostand, paru en 1889 (et en réalité recueil d’articles publiés depuis presque dix ans), ne crée pas l’événement. Mais il illustre une modification du regard, qui me paraît significative. Les questions d’économie sociale dans une grande ville populaire, étude et action, dit le titre. Que Marseille ait connu depuis longtemps tous les aspects de la question sociale, de la mortalité différentielle aux épidémies, qu’elle ait traversé des épisodes de convulsion et même une Commune spectaculaire, qu’elle ait soulevé les problèmes du logement social, du logement des pauvres et incité de ce côté à des actions ponctuelles, il n’y a là rien de très original, surtout comparé à l’histoire des autres grandes villes. Marseille n’est pas la ville de la révolution des canuts ; les émeutes de juin 1848 inquiètent, sans bouleverser le panorama marseillais, et n’empêchent pas les grands spéculateurs de venir construire pour les bourgeois, de jouer sur la richesse promise, quelques années plus tard. Dans l’imaginaire de Chaumelin, trop épuré de toute tension, la ville est présentée comme une capitale, avec ses quartiers laborieux, brasseurs d’affaires ou dispensateurs de culture, non comme un « abcès » social qu’il convient de traiter. Il faut toute la pertinence et la connaissance du milieu local qu’expriment à la fois les ingénieurs des Ponts et les conseillers municipaux pour mettre en garde les Mirés et les Pereire contre la construction d’immeubles ostentatoires. Marseille reste la ville du commerce et de la circulation des richesses.

Ouvriers et immigrés

2Le livre d’Eugène Rostand accompagne un autre discours, je ne dis pas une autre réalité : il est très exactement parallèle, non pas à l’industrialisation, mais à la présentation de l’industrie comme grande ressource, activité essentielle de la ville. C’est le pendant, si l’on veut, de l’action de Cyprien Fabre, qui utilise remarquablement dans son combat contre le « monopole » l’idée d’une classe ouvrière marseillaise, faisant bloc derrière ses négociants et industriels. Seulement, Eugène Rostand démontre plus de pessimisme : élève de Le Play – observateur social précis – et en même temps philanthrope catholique, l’économie sociale pour lui est une science de l’action qui doit éviter les grands risques sociaux. Mais ces risques sociaux, il les décèle et les mesure.

Dans cette fourmilière, à côté d’êtres en possession d’une abondance raffinée ou même, hélas ! ne se souciant que de plaisir oisif, d’autres vivent d’une vie presque animale, des femmes au lieu de garder le foyer s’épuisent sur des besognes pénibles et à salaire abaissé, des enfants croissent dans l’insalubrité… Sur le pavé de ces rues brillantes, devant ces constructions de luxe, ces équipages, ces yachts, il y a même des bras inoccupés…

  • 1 E. Rostand, Les questions d’économie sociale..., p. viii.

3Déclaration quelque peu banale et naïve à la fois. Mais vient le coup de génie : « La grande ville populaire, vaste campement, sorte de Chicago français, offre en raccourci nos contrastes sociaux1 ». À ma connaissance, c’est le premier texte qui établit cette parenté – cinquante ans avant les exploits parallèles de gangstérisme politique. L’immense enquête comparée sur les ouvriers, dans laquelle Le Play s’est engagé, donne ce fruit, daté de 1889.

4En réalité, les articles regroupés dans cet ouvrage s’échelonnent entre 1881 et 1889 et sont donc bien contemporains de cet autre texte écrit par Bernard dans le Journal des économistes sur la condition ouvrière et les grèves à Marseille, de l’épidémie de choléra de 1884-1885 et, même si Marseille enregistre sans trop de pertes le coup de la conjoncture, du ralentissement des affaires de 1882 et 1884. Discours des mauvaises années, mais entrevu ici à travers le malaise social. À cette occasion, on mesure mieux les changements intervenus dans le marché du travail de la grande ville et son recrutement. Les Italiens n’arrivent pas à Marseille comme par enchantement, au même titre que l’industrie, entre 1870 et 1880. Mais l’immigration s’est accélérée et le recensement de 1886 établit à 60 000 personnes le chiffre de la colonie italienne – soit 18 % de la population totale. Rien de tout à fait neuf, mais une conscience des choses – qui n’est pas toujours heureuse. C’est à ce moment-là qu’un peu sommairement se construit l’image de l’ouvrier italien que résume Eugène Rostand :

  • 2 Idem, ibidem, p. 430.

Les travailleurs italiens, en arrivant à Marseille, se trouvent dans une condition inférieure à celle des indigènes : ils ignorent la langue, se heurtent aux places prises, sont peu aptes aux procédés perfectionnés d’industries très avancées. Durs à la peine, sobres par tempérament, ils s’adressent à la grande industrie ou aux entreprises d’effort physique, là où l’on demande plutôt des corps solides que l’habileté professionnelle… Puisqu’ils n’offrent que leurs muscles et leur vigueur, on ne leur offre que de faibles salaires, et ils s’en contentent2.

5Eugène Rostand se fait l’écho de l’intérêt économique que présente cette force de travail, nombreuse et apparemment docile ; il dessine les réactions hostiles ou négatives d’une partie de la classe ouvrière marseillaise, et même les pratiques discriminatoires ; il aborde plus profondément les problèmes d’intégration de cette population. Ce qui est important à travers ces écrits, qui vont parfois à rebours de l’opinion la plus répandue, ce n’est pas la stigmatisation, mais la nouvelle peinture de la société marseillaise qu’elle implique. L’économie sociale – et plus concrètement les questions de logement social, de la pauvreté, de l’épargne ouvrière – s’en trouve soudain mise en lumière : la philanthropie est aussi découverte sociale.

6Ainsi se dessine une Marseille pauvre, étudiée d’ailleurs avec nuances (distinction entre des types d’ouvriers, aux revenus et aux comportements différents, description subtile du milieu des employés, ébauche d’une analyse des formes de sociabilité et de solidarité). Dans les objectifs « pacificateurs » de Le Play, au prix peut-être de certaines illusions, on pressent la naissance à travers ce livre d’une sociologie de la ville qui aura d’autres ambitions, d’autres bases théoriques et d’autres moyens d’investigation. Mais pour Marseille, c’est évidemment une série d’images qui tournent – loin des peintures folkloriques des « nervis » marseillais et des ouvriers endimanchés, chers à Méry, loin des tableaux enturbannés du cosmopolitisme marseillais, qui faisaient encore un leitmotiv des gravures et aquarelles du milieu du siècle. L’étranger, en particulier, change de statut.

7Il faudrait aller au-delà de cette image fixe : dès 1887, Bernard annonçait des changements de comportement chez les ouvriers immigrés d’Italie, des revendications organisées, souvent associées à celles des ouvriers d’origine française, une assimilation professionnelle et surtout un tassement du mouvement migratoire. Autant que l’on puisse reconstituer ces mouvements, ils suivent, semble-t-il, la courbe générale de la population marseillaise : un fort accroissement autour de 1880, puis un ralentissement qui rappelle bien d’autres aspects de l’économie et de la société marseillaise : le mouvement s’améliore vers la fin du siècle, souffre ensuite des difficultés des années 1900, au point que l’immigration ne reprend son élan qu’en fin de période, à partir des années 1906 et surtout 1911 – si l’on s’en tient aux coupures des recensements. Quand Louis Bertrand, dans un livre à la fois irritant et attentif à la description « morale » de l’immigrant, décrit « l’invasion », les grandes vagues sont déjà terminées et il évoque une situation déjà dépassée. Ce que l’on connaît mal aussi, en traitant par grande masse cette entrée des « étrangers », ce sont les multiples parcours, professionnels, familiaux (mariages mixtes, scolarisation des enfants, sociabilités d’intérêts divers) par lesquels, en dehors de quelques manifestations nationalistes, orchestrées souvent par la Casa d’Italia, cette population d’origine italienne (mais quel est le degré d’homogénéité de cette origine ?) pénètre dans les diaclases multiples de la ville populaire. Des histoires individuelles, édifiantes à leur manière, comme la « montée » sociale d’Henri Tasso, futur maire de Marseille, ne suffisent pas à révéler des comportements plus massifs. L’histoire de Marseille reste à faire, de ce point de vue, au-delà des stigmatisations, des langages méprisants, ou des hiérarchies reconnues. Le témoignage d’Allio, descendant d’un côté d’un travailleur de force piémontais, de l’autre de la toute petite bourgeoisie provençale, celle des « petits notables » des classes populaires, laisse penser que les trajectoires sont multiples, différenciées. L’immigration elle-même change de caractère avec la relance économique autour de 1910-1911. Elle devient à la fois plus caractérisée par des demandes professionnelles, organisée aussi par le patronat marseillais qui, pour la main-d’œuvre de force, commence à regarder du côté de l’Espagne ou de l’Afrique du Nord. Bref, c’est un autre monde qui se modèle déjà.

8Il existe une autre vérité dans l’analyse d’Eugène Rostand : l’idée de campement, presque venue de Marx, mais aussi de Haussmann et confirmée pour Paris par Jules Romains, décrivant la banlieue nord. Ville populaire, ville « pauvre », Marseille a ses taudis, ses logements insalubres, son habitat précaire, même sur des terrains industriels ou des friches, dans les zones incertaines à proximité du port, le long des quartiers nord où quelques marchands de sommeil, principaux locataires du sol, abritent à leur plus grand profit, dans des conditions dégradantes, les plus dépourvus. Le terme de cabanes ou cabanons recouvre souvent ces constructions de circonstances qui n’ont rien d’un habitat du dimanche et d’un petit site de loisirs. Mais tout ceci doit être replacé dans une histoire immobilière qui, elle aussi, rompt assez brutalement avec les rêves de grande urbanisation du Second Empire. De fait, Marseille ne sort que très difficilement, très lentement d’une crise immobilière qui a juxtaposé les excès d’une construction de luxe ou de bonne bourgeoisie et les besoins immédiats couverts tant bien que mal, grâce à la multiplication des lotissements, des « maisons basses » auto-construites ou louées par les classes populaires. Au total, cette démarche pressante, commandée essentiellement par l’évolution démographique, prend de vitesse les efforts d’urbanisation et d’équipement. Gassend, le bras droit de Montricher, l’auteur de la rue Impériale, en tout cas son dessinateur, faisait aussi la chasse à cet habitat clandestin, construit hors normes et souvent en dehors de toute autorisation légale, capable d’occuper très rapidement les lieux, au hasard des ventes de propriété, des lotissements ou de la simple ouverture de terrains vagues. Pour les responsables de l’époque, épris encore d’hygiénisme, lecteurs attentifs de médecins, tel le docteur Mireur, inquiets de la mortalité différentielle (d’une ville à l’autre, d’une classe à l’autre), de la morbidité, de la diffusion des maladies (tuberculose et variole) parmi les enfants, cette situation est peu supportable. À cela l’histoire avait jusque-là proposé deux solutions : les destructions de quartiers insalubres dans la tradition de l’embellissement et de l’haussmannisation ; l’organisation parfois plus humble, plus élémentaire sans doute de services. La première politique convient mal à une ville endettée, mal rescapée des excès de spéculation entrepris sous le Second Empire, héritière d’un stock immobilier mal ajusté à la demande. La seconde, contestant à la fois l’insalubrité des vieux quartiers et celle des quartiers spontanés ou « mal lotis » de la périphérie, tentait de les équiper pour l’essentiel (l’eau, les égouts), avant même de les bâtir plus solidement. Deux politiques qui, chacune de son côté, rencontraient d’immenses difficultés autour de 1900. Les caractères et les conditions ne devaient guère s’améliorer pendant l’entre-deux-guerres.

Urbanisation incontrôlée

  • 3 P. Leverne, La société immobilière.... p. 63.

9La grande urbanisation contrôlée, monumentale, planifiée au moins par l’ouverture des voies publiques, avait échoué dans la crise des années 1860, entraînant la débâcle des sociétés parisiennes, le Crédit mobilier ou la Compagnie immobilière des frères Pereire, de leurs comparses comme l’Impérial Land britannique à Marseille qui avait acheté les terrains des Catalans, au sud du port, mais aussi d’une troupe d’entrepreneurs et maçons qui étaient entrés imprudemment dans le jeu. La compagnie avait tenté de récupérer une grande partie de son capital immobilier en expropriant ses débiteurs infidèles ; mais elle ne sauvait pas pour autant sa propre situation financière. À Marseille, elle avait perdu 130 millions, accrus chaque année d’intérêts. Il fallait donc réaliser un actif massif, plus de 660 maisons et plus de 100 000 mètres carrés de terrain non bâti. « Beaucoup de ventes donnèrent de mauvais résultats et bien souvent le prix auquel elles furent faites ne paya même pas le terrain sur lequel les maisons avaient été bâties. » Par de multiples acquisitions, de 1878 à 1890, c’est la Société immobilière marseillaise, création de la Société marseillaise de crédit, qui récupère en grande partie la propriété de ces biens, reconstitue le domaine et décide de le gérer sagement « en tenant compte des habitudes locales, des besoins de la population3 ». Les grandes aventures de la spéculation se terminent par la constitution d’un patrimoine, entre les mains du club financier marseillais, dont on a déjà parlé – et d’un patrimoine considérablement dévalorisé. La gestion de « père de famille » qui est promise par le « club » espère livrer un « sûr rapport », avant de s’engager dans une nouvelle croissance. Encore faut-il trouver des locataires : malgré les transformations ou la subdivision d’appartements déjà vieillis ou mal ajustés à la demande, le mouvement est lent : sur un total de 8 000 locaux, près de 1 200 sont encore vacants en 1900. Il faut attendre 1910-1911, puis la crise du logement déclenchée par la guerre pour que l’ensemble du stock soit loué. Plus d’un demi-siècle pour liquider les conséquences des anticipations de Mirés et des Pereire. Des résultats décevants aussi ; car si quelques immeubles de l’ex-rue Impériale, devenue rue de la République, rassemblent un peuplement bourgeois, l’essentiel de la clientèle amorce, avant la lettre, la clientèle des H.B.M. de l’entre-deux-guerres : ouvriers qualifiés aux revenus relativement sûrs ; mécaniciens et agents des compagnies maritimes ; petits employés. Rien des quartiers de prestige un moment entrevus, du moins pour une partie du projet.

10Mais les conséquences ne se localisent pas dans un échec partiel. La conjoncture immobilière enregistre longtemps les effets de cette débâcle : les propriétaires, en préférant agir par des opérations partielles, isolées, au coup par coup ; la clientèle, en restant fidèle à ses lieux habitués. Marseille populaire, c’est un Marseille qui conserve plus qu’il ne crée en matière de logement, dans la perspective urbanistique. Les courbes de la construction ne trompent pas : immense creux dans les années 1870, reprise lente, qui s’essouffle aisément dans les années 1880, malgré quelques années plus favorables autour de 1880 ou de 1890 ; les meilleures années n’atteignent pas pour les quantités (matériaux de construction entrés à l’octroi, valeurs fiscales) la moitié des bons niveaux de 1850 à 1870. La reprise se brise après 1900, comme tant d’autres activités marseillaises et, s’il y a l’amorce d’une Belle Époque, les résultats restent plus médiocres et plus fragiles qu’à Paris, par exemple.

11Cette conjoncture n’aide pas à l’ouverture de nouvelles opérations de rénovation ou de « régénération », impliquées par la construction de la rue de la République et de ses rues adjacentes, ou plus simplement pour des raisons de salubrité. Le percement de la rue Colbert, engagé par la première logique, aboutit difficilement devant la lourdeur des prix fonciers : la vente par adjudication ne donne que des résultats médiocres. La seconde entreprise est plus ambitieuse ; lancée au début des années 1900, quand les finances municipales paraissent en partie libérées de leurs charges antérieures, elle vise à créer un nouveau quartier, auprès de la nouvelle bourse – au lieu et place de vieilles rues naguère actives et prestigieuses, abandonnées ou dévalorisées par tout ce qui « classe » un espace urbain, considérées enfin comme des lieux d’insalubrité. L’affaire est menée bruyamment, comme le signe d’un retour à une politique urbaine audacieuse : concours d’architectes (en 1906), expropriations, premières démolitions se succèdent en quelques années, à la veille de la guerre ; mais l’opération ne parvient pas à maturité faute d’un montage financier et technique qui retienne l’accord de la collectivité publique. Ces terrains, dégagés de leurs constructions vétustes ou même dangereuses, restent en attente pendant un demi-siècle. Autrement dit, tous les efforts pour redonner aux emplacements les plus anciens de la ville une valeur de centralité échouent – du moins en fonction des objectifs recherchés. Le Marseille de la bourgeoisie et des classes privilégiées ne franchit pas de nouveau la Canebière, n’est pas ramené vers le nord, les ports. Le désir d’unité ou de réunification de la ville, légitimant les percées des années 1860 ou les anticipations de la Joliette, n’est toujours pas d’actualité. Marseille populaire ne renouvelle pas ses structures, accepte les divisions sociales existantes, s’abandonne le long des lignes de plus grande pente. Absence de rationalité, de volonté d’urbanisme ou ajustement plus subtil à une société locale qui, loin des impulsions spéculatives qui l’avaient artificiellement atteinte, retrouve des correspondances plus fines, plus secrètes, peut-être avec ses désirs.

12Décomposons un peu ce qui joue comme cause et effet dans ce manque d’ambition ; au point de faire de la politique urbaine – en dépit des changements politiques et des balancements qu’elle connaît pendant ce premier xxe siècle – une sorte de Cendrillon, comparée aux aménagements portuaires. Une mairie faible, à côté d’une Chambre de commerce impérieuse. Ce ralentissement des grands travaux de surface, fidèles aux vieilles règles de l’embellissement, de la ville spectacle et de l’urbanisme n’est pas propre à Marseille. C’est, du moins en France et peut-être en Italie et en Grande-Bretagne, une inflexion générale, plus ou moins précoce au cours du xixe siècle. On accorde la priorité au fonctionnement de la ville et plus qu’aux formes extérieures à l’organisation des services et des équipements. La physiologie l’emporte sur l’anatomie, l’administration et la technique sur l’art. Circulation de l’eau, des déchets, des produits et des approvisionnements, présents dans l’haussmannisation, mais associés à des transformations plus spectaculaires du paysage urbain prennent le premier rôle. Marseille, non sans mal, ni discussion sur les meilleurs procédés, installe le tout-à-l’égout à partir de 1890. Si le docteur Flaissières, pour des raisons confuses, freine cette première tentative proposée par des municipalités plus conservatrices, il marque des points en définissant une politique audacieuse pour les tramways électriques, multiplication des lignes, innervant le terroir de la ville, à des prix qui ne tiennent pas compte de la distance. Le choix d’une certaine forme de ville, une irradiation plutôt qu’une forte structure. La diffusion de l’école publique, le renforcement des services d’hygiène vont dans le même sens. Une politique et un fonctionnement populaires, pour une ville populaire. Les contenus diffèrent avec Eugène Rostand, l’idéologie encore plus. Mais c’est bien le même phénomène social qui est visé. La philanthropie catholique et le socialisme populiste ont ceci en commun de pousser, tous deux, aussi à l’habitation individuelle et même à la diffusion de la toute petite propriété : le premier en rappelant les expériences de logement social de la tradition patronale, Mulhouse ou Le Creusot ; le second, en favorisant de fait l’éclatement de la ville – et essentiellement de sa partie ouvrière en « cités-jardins » ou plus banalement en lotissements périphériques. Le tramway à deux sous, c’est le moyen, alors que les prix des loyers en habitat populaire s’emballent de nouveau vers 1905-1906, de tourner le propriétaire « urbain » trop exigeant. Ainsi, l’urbanisation de Marseille se perd de nouveau, dans cette multiplication de sites d’habitat et une partie de l’intégration de la population immigrée, plus largement l’apprentissage de Marseille, se fait à travers ces « maisons basses » – construites le long des petits « boulevards » ouverts dans le terroir de la ville : microsociétés qui, paradoxalement, ne sont pas dénuées d’efficacité dans ce rôle. C’est la ville-campagne, remaniée, devenue habitat populaire entre les blocs encore résistants des bastides, terrasses, jardins et maisons.

13Le résultat, c’est aussi une ubiquité de l’habitat populaire : il subsiste au cœur de la ville, et d’abord dans les vieux quartiers, devenus l’autre pôle de la société « pauvre », symétriques de la ville-campagne, lieu d’entrée, mais aussi de fixation et d’apprentissage des contingents d’immigrés. On retrouve l’habitat populaire dans le tissu marseillais, lié à la vieille géographie industrielle, près des domaines et des savonneries de Rive-neuve. Turgan critiquait ainsi ces industriels marseillais du savon :

  • 4 Turgan, op. cit., t. II, p. 125-126.

Cette même incurie se retrouve dans la persistance des fabricants de savon à laisser leurs usines dans l’emplacement qu’elles occupent au centre même de la ville. Nous ne parlons pas seulement ici au point de vue de la salubrité de la ville…4

14On en voit aussi – et un habitat ouvrier encore dense – autour des essais de localisation des années 1830-1840, quand le tracé du chemin de fer et l’emplacement de la gare principale n’étaient pas encore tout à fait décidés. Et il ne s’agit que des établissements les moins importants : les constructions mécaniques, Benet, Taylor se sont fixées sur ce point, attirées sans doute par les terrains libres, la route de Toulon et de La Ciotat, tout près de l’origine du Prado : paradoxe social souvent entretenu à Marseille. On en repère dans chaque faubourg, près de ce qui avait été limite de l’octroi – cette ligne essentiellement mobile dans le xixe siècle. Si l’on considère que le trafic des marchandises se concentre dans les bassins nord, un camionnage intense doit relier usines et entrepôts, usines et quais. Le charroi, les charrettes tirées par chevaux caractérisent pour longtemps ces paysages urbains. Enfin l’habitat populaire se distribue à la périphérie, tous azimuts, autour d’une série d’embryons de villages, petits noyaux de sociabilité et même de vie politique, du jour où l’intégration dans la société marseillaise s’amorce. Le fait est ancien puisque, pendant l’époque des grandes spéculations, lotissements et maisons périphériques avaient gagné de vitesse, dans le désordre le plus complet les lourdes opérations du moment : la Joliette, la régénération de la Vieille-ville, les Catalans. En 1861, à propos des limites de l’octroi, le Conseil municipal entendait ce rapport :

  • 5 Délibération du Conseil municipal, 1861.

La banlieue de Marseille ne ressemble en rien à celle des autres villes de France où la population est toute concentrée dans l’enceinte urbaine et où la campagne ne présente que de rares habitations éloignées les unes des autres. Nous avons dans notre banlieue des villages, je dirais même des bourgs, qui partout ailleurs formeraient non seulement des communes assez importantes mais encore des chefs-lieux, car ces villages ont les uns 2 500 habitants, les autres 2 000, 1 000, 1 500… En réalité la plus grande partie de la population se trouve agglomérée et touche presque la ligne actuelle de l’octroi, à côté de laquelle on voit de nombreux établissements industriels5.

15Lotissements et tramways électriques font éclater encore plus la ville, mais moins en maisons isolées (même si les « campagnes » sont souvent réinvesties par un habitat populaire) qu’en petits agrégats.

Divisions sociales d’une ville populaire

  • 6 Bulletin municipal officiel, 1917, p. 89.

16Cette tendance à l’ubiquité se heurte pourtant à un autre mouvement qui renforce les divisions fonctionnelles et sociales, et surtout leurs grands clivages. Et d’abord, l’établissement portuaire. L’affaire immobilière de la Joliette a été ratée, dans la mesure où elle reposait sur l’idée de recentrer la ville, une partie de ses institutions et de son habitat de prestige en direction ou à proximité des nouveaux ports. Ce qu’il a manqué à cette anticipation hasardeuse, c’est la clientèle, l’acceptation réelle du déplacement par la population marseillaise, en particulier la population riche. C’est donc, nous l’avons vu, une autre forme d’habitat populaire qui investit les quartiers en construction, dans les immeubles apparemment monumentaux, mais coupés en appartements modestes de ce que l’on appelait encore les quartiers Mirés. Quitte à tolérer sur les friches voisines et les terrains commerciaux en attente enclos et habitations précaires. À l’opposé, le Marseille bourgeois reste fidèle à sa matrice : les axes et promenades construites sous la Monarchie censitaire ouvrent vers l’extérieur, vers la campagne. Boulevard Longchamp, boulevard Chave, Prado, cours Pierre-Puget restent les grandes lignes de cet habitat. Celui-ci s’est orné en général de maisons plus imposantes à partir du Second Empire ; il fixe à sa limite (quartier Paradis-Périer) les lieux les plus manifestes de la construction Belle-Époque et même les lotissements de villas cossues. Le Sud de la ville concentre de plus en plus la richesse, mesurée au critère du lieu de résidence. En 1917, en pleine guerre, le Conseil municipal proteste contre l’installation d’une usine de produits chimiques dans l’Auteuil marseillais, le quartier Périer : « Notre belle avenue du Prado, regrette-t-il, fera bientôt concurrence à l’avenue d’Arenc, l’un des axes industriels du nord… Le Conseil municipal, considérant qu’il importe dans l’intérêt de l’hygiène, de l’esthétique et de la salubrité publique de conserver à certains quartiers de la ville leur originalité et leurs caractères respectifs proteste contre l’installation d’une usine de raffinage de glycérine au boulevard Périer6. »

17S’il y a divorce du port et de la ville, apportons au moins deux bémols à l’interprétation : d’abord, c’est le divorce d’une partie de la société urbaine, de la partie aisée, de son système de relations sociales et, bien entendu, de toute la population qui s’y agrège et du lieu des échanges physiques, du trafic de la marchandise. Un divorce qui n’est pas tout à fait accompli, puisqu’il reste des marchandises, bois, huiles à proximité des quartiers de vieille bourgeoisie du cours Pierre-Puget, le long de Rive-neuve. Les quartiers ouvriers, au contraire, usines et lotissements, s’égrènent, de préférence, le long des sorties nord de la ville, à proximité plus ou moins rapprochée des bassins portuaires. La vue qui inaugure ce livre montre bien le dispositif, encore très perceptible de nos jours. La seconde réserve que nous pouvons apporter, c’est que la logique portuaire nouvelle, dont on a vu les origines, est considérée désormais comme une condition de bon fonctionnement de l’établissement maritime. Je renvoie au texte de l’enquête de 1881, qui rappelle, après vérifications internationales, ces conditions d’exercice de la fonction portuaire. Le grand commerce marseillais, malgré sa « lutte » contre les monopoles, maintient cette position, reste fidèle au programme Pascal. Il se prononce contre les projets de port sud qui refleurissent à la fin des années 1870 et qui apparaîtraient comme le plus sûr moyen d’affaiblir les Docks et le P.L.M. en déconcentrant le trafic maritime, en enlevant son privilège au domaine foncier et technique considérable que les deux institutions possèdent à la Joliette. La Chambre de commerce, à peine ébranlée par les prouesses techniques que proposent les partisans du Sud, souhaite disposer d’un projet d’agrandissement vers le nord :

  • 7 C.C.M., Compte rendu des travaux...,1881.

En comparant les deux projets, on pourra juger s’il vaut mieux scinder le mouvement des affaires en créant de nouveaux ports au sud, ou s’il est préférable de concentrer les opérations commerciales et industrielles et de s’étendre vers le nord, à proximité de la gare d’Arenc, de l’abattoir et de tous les grands établissements industriels, en prolongement du bassin National et à l’embouchure du canal du Rhône qui reliera nos ports à toutes les voies navigables de la France7.

18La question comporte, semble-t-il, sa propre réponse. J’aurais donc tendance à relativiser l’importance de l’offensive pour les ports sud, sans doute menée par des techniciens imaginatifs et une génération de spéculateurs locaux non négligeables (Rabattu et Dussaud, par exemple, grands constructeurs de ports par ailleurs) ; l’agitation de ces idées autour de 1875-1880 prouve qu’après le choc immobilier, Marseille veut jouer à nouveau sur sa forme. Mais c’est un épisode anecdotique plus que décisif : les logiques sont déjà acquises. La Chambre de commerce comme le P.L.M., comme le Conseil des Ponts – un moment attentif aux projets sud – le savent bien. Et cette logique marque encore plus durablement Marseille dans sa division fonctionnelle et sociale. Aussi la Chambre de commerce n’a-t-elle aucun mal à multiplier l’argumentation en invoquant aussi bien le domicile des ouvriers que des problèmes de centralité. Elle démontre aisément que les noyaux ouvriers du Sud sont peu importants, qu’ils sont déjà employés par les activités restées proches de Rive-neuve.

  • 8 Idem, ibidem.

La plus grande partie des ouvriers habitant ces quartiers (Saint-Victor, Saint-Lambert, Endoume) est occupée dans les chantiers de marchands de bois, situés aux environs de la Corderie ou sur les quais du Vieux-Port. Ces ouvriers, dont le nombre ne s’élève pas à plus de 6 000 à 7 000, n’auraient pas grand intérêt à la création de nouveaux bassins au sud. Par contre, tous les ouvriers habitant la Vieille-ville, les Grands-Carmes, le grand chemin d’Aix, les Crottes, les Gibbes, la Belle-de-Mai, ont le plus grand intérêt à ce que les ports soient continués vers le nord et ces ouvriers sont au nombre de plus de 40 000 ! Tous ceux employés aux réparations de bateaux à vapeur, mécaniciens, chaudronniers, forgerons ont besoin que le travail soit concentré à proximité de leur demeure8.

19La division sociale légitime ici les choix portuaires. Même argumentation pour la « centralité » :

  • 9 Idem, ibidem.

En prenant pour point de départ le centre des affaires, c’est-à-dire la Bourse de Marseille, la distance pour arriver à l’extrémité des ports que l’on pourrait faire au nord sera de 5 500 mètres (actuellement 3 700 mètres). La distance de la Bourse à l’entrée du port sud, bassin de l’Oriol, sera de 5 400 mètres9.

20Bref, il n’y a pas de véritable compétition. Sur ce point aussi, l’imaginaire marseillais se ferme : le temps n’est plus au hasard, mais à la nécessité.

21Ce morcellement et cette division sociale du territoire sont corrigés, au premier regard, par une très forte centralité. Tout Marseille converge vers ce thalweg urbain : la Canebière. Non pas pour les raisons habituelles, le souvenir des institutions ou le prestige des monuments. Nous connaissons l’autocritique acide que portent les Marseillais eux-mêmes sur leur ville, de ce point de vue. L’Hôtel de Ville est resté dans le bâtiment, fort élégant d’ailleurs, du xviie siècle, sur le Quai du Port, mais enserré par les vieux quartiers, au point que la gestion municipale paraît, à la fin du xixe siècle, et encore plus dans les années 1920-1930, prisonnière de ce monde dense, instable, ambigu, qui les occupe. On parle ouvertement à partir de 1880 – et ce pour des décennies – de construire un nouvel Hôtel de Ville comme si la sortie de l’institution hors de ce labyrinthe devait entraîner automatiquement la transparence des affaires. La cathédrale a joué curieusement du respect de l’ancien site pour donner son prestige aux quartiers conquis sur la mer, aux nouveaux bassins : au mieux, une cathédrale regardant le grand large ; au pire, quelque anticipation spéculative. Ce qui fait la centralité à Marseille, c’est l’emplacement plus que le décor : le point où la vieille ville et la ville moderne s’articulent, où la ville minérale vient se jeter dans le plan d’eau de la calanque initiale, emplacement sacré s’il en est, même si le rivage a bougé. Tous les chemins, somptueux ou étriqués, réguliers ou tortueux, convergent vers ce thalweg, comme d’ailleurs la percée récente de la rue de la République. Les lignes de tramways, issues de tous les « villages » du terroir, viennent s’y rencontrer et parfois s’y croiser. Les grandes réunions électorales s’y déroulent et les kiosques à journaux y atteignent leur plus haut prix à l’angle du Cours, de la rue Paradis (face à la Bourse) ou de la rue de Rome.

22Mais la centralité marseillaise est plus subtile : elle se dédouble aussi, conforme au schéma général de la ville. Ce dédoublement est déjà signalé à la fin du xviiie siècle entre le quartier commerçant traditionnel situé entre Cours et Port au nord – le quartier qui sera détruit pour assainissement au début de notre siècle – et la ville nouvelle du xviie siècle qui, le long de la rue Noailles ou des rues qui partent vers le sud, réunissent au contraire le commerce de luxe. Or cette distinction achève de prendre forme vers 1830-1840. L’un des conseillers municipaux qui plaident contre le projet de bazar (et donc de rénovation de la partie « traditionnelle » du centre) en 1834, signale que la population la moins riche, les marins et ouvriers de passage, viennent y apporter leur clientèle alors qu’ils n’oseraient pas fréquenter des boutiques plus huppées. La division de la ville est bien perçue. L’échec de l’haussmannisation marseillaise – c’est-à-dire de la valorisation de la rue Impériale – confirme ce destin social. Entre Joliette et Vieux-Port, c’est une centralité plus populaire qui s’organise. La dissymétrie des grands cafés, plus tard celle des salles de spectacle, expriment parfaitement cette division. Avec quelques nuances : le Nord, vers les nouveaux ports, c’est aussi les lieux fréquentés par les hommes actifs : les tailleurs pour hommes n’hésitent pas à s’y installer ; le Sud est au contraire le lieu de la boutique féminine, par excellence. Conformément à la réaction négative de la Banque de France à l’égard des steppes du nord, les établissements bancaires s’y installent solidement dans de véritables temples néo-classiques ou des immeubles plus accueillants de la Belle Époque. Les grands magasins s’installent soit rue Noailles (les magnifiques Nouvelles galeries modern-art, qui devaient s’embraser dans l’incendie de 1938), soit au Sud, sauf La Samaritaine et Rosa Blum, à la frontière des vieux quartiers. Ainsi s’établit un jeu de repères et d’images dans une ville qui se divise, sans trop le dire ouvertement. Car Marseille est aussi une ville de transit, de passage. Sur la Canebière, le journaliste Albert Londres déclare, en 1930, que l’on peut rencontrer tout l’échantillon du monde, ethnique ou social. Mais, sans doute, est-ce indiquer la fonction exceptionnelle de cette « rue » ; à travers sa propre dissymétrie, elle sert à la fois de ligne de partage social entre Nord et Sud et de zone d’acculturation : frontière mêlée de front, passage presque obligé. Or ce schéma n’est pas rigoureusement donné par le paysage ; il est plus encore affaire de pratiques, encore très explicites il y a dix ou vingt ans. Ainsi Marseille se veut à la fois populaire et socialement distincte entre ses différentes parties. L’opposition nord-sud qui n’est fortement ressentie qu’après les années 1950 est un héritage lointain, peu à peu clarifié. Elle est renforcée par l’échec sévère, presque « naturel », que rencontrent tous les projets d’agrandissement des ports vers la partie méridionale de la rade. Elle est confirmée par l’inefficacité de l’opération haussmannienne vers la Joliette ; elle est la raison profonde qui bloque la « régénération de la vieille ville », dont on pensait que l’ouverture de la rue Impériale assurerait le déclenchement. Quand Jules Charles-Roux propose son programme de grands travaux « au triple point de vue de l’assainissement, de l’instruction et de la voirie » en 1888, encore sous le coup de la débâcle immobilière de la fin du Second Empire, il se défend de vouloir « jouer l’Haussmann aux petits pieds en rasant les maisons de derrière la Bourse, et d’y percer de larges voies ». Clause de prudence. Les municipalités qui vingt ans plus tard en prennent la responsabilité détruisent mais ne parviennent pas ensuite à reconstruire. Fragilité et incertitudes du pouvoir municipal de l’entre-deux-guerres, dont on sait trop l’histoire décevante et parfois alarmante. Mais, ce qui fait défaut, malgré des propositions assez étonnantes de spéculateurs étrangers, américains notamment, c’est l’imagination urbanistique et la sûreté du montage financier – plus encore l’appui de l’opinion. Le terrain vague, en attente, ouvert aux foires et aux cirques, le jardin prévu par Henri Tasso, conviennent en réalité à cette fonction de rencontre et de hasard qu’assure le nord de la Canebière. Plus que la construction d’un nouveau quartier marqué par les affaires ou les institutions, le vide urbain prend ici un sens. Il faut attendre les dommages de guerre d’après 1945 et la fin des années 1950 pour que cette déchirure commence à cicatriser, avant le nouveau fantasme du centre directionnel.

23Cette structure a été mise en évidence, en octobre 1899, au moment où la municipalité convia la population à célébrer le 2 500e anniversaire de la fondation de la ville : cortège de chars, véritable bataille de fleurs, d’échos musicaux et de discours dont la trajectoire traverse les quartiers du centre. J’y vois la manifestation de l’unité et de la cohérence de la ville, au-delà des divisions que l’évolution populaire et démographique de la cité pouvait entraîner. En même temps, la pratique des deux centralités transparaît dans les itinéraires de la fête : le Centre-Sud, lieu de haute fréquentation, est parcouru en tous sens ; au nord de la Canebière, les îlots de vieux quartiers sont à peine longés, à travers les quelques percées qui les ont ouverts. La ville populaire du centre est contournée plutôt que pénétrée. La trame urbaine suscite évidemment cette différence ; mais, même pour une municipalité populiste, la dissymétrie existe et est respectée. L’image de Marseille est en fin de compte mieux tracée encore par cet épisode éphémère, mais qui marque les esprits, que par les gestes quotidiens à peine conscients. Et la Canebière apparaît dans son exceptionnelle fonction de lit de la rencontre urbaine.

Notes

1 E. Rostand, Les questions d’économie sociale..., p. viii.

2 Idem, ibidem, p. 430.

3 P. Leverne, La société immobilière.... p. 63.

4 Turgan, op. cit., t. II, p. 125-126.

5 Délibération du Conseil municipal, 1861.

6 Bulletin municipal officiel, 1917, p. 89.

7 C.C.M., Compte rendu des travaux...,1881.

8 Idem, ibidem.

9 Idem, ibidem.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search