Version classiqueVersion mobile

Migration chinoise et compétitions urbaines à Dakar

 | 
Cina Guèye

Synthèse méthodologique

Texte intégral

1Dans le cadre de cette recherche, la méthode socio-anthropologique a été privilégiée.

Choix des terrains et déroulement de l’enquête

2Nos zones d’investigation concernaient le marché de Petersen, les allées du Centenaire et les rues 1, 11 et 22 de la Médina. Le choix de ces différents sites s’est imposé en raison de la forte représentativité dans l’espace urbain des catégories sur lesquelles portait cette recherche : les cordonniers, les commerçants de rue et les migrants chinois.

La Médina : territoire des cordonniers

3Les rues 1, 11 et 22 de la populeuse Médina sont reconnues par toutes les composantes de la population urbaine, les autorités institutionnelles et leur clientèle sous-régionale comme des territoires propres aux cordonniers.

4Si la réputation de ces espaces a été déterminante dans leur sélection, d’autres éléments ont également présidé à notre choix. Les cordonniers ont des spécialisations professionnelles différenciées en fonction de leur lieu d’implantation ; les cordonniers spécialisés dans les chaussures pour femme sont généralement localisés dans les rues 11 et 1 tandis que les spécialistes de confection de chaussures pour homme sont localisés dans la rue 22. Ces spécialités différentes permettaient d’effectuer des comparaisons entre aires urbaines suivant l’activité principale face à la lancinante question de la compétition des produits d’importation chinoise. Par ailleurs, si l’implantation des cordonniers dans la capitale n’est pas circonscrite à ces espaces marchands, ces rues ont cependant la particularité d’être des réceptacles de populations migrantes qui ont fini par apposer leur marque identitaire dans la ville. Leur concentration dans ces lieux de production marchande se combine avec un modèle résidentiel singulier, où espace de vie et espace professionnel se confondent habituellement. Restreindre nos choix de terrain à ces lieux permettait d’analyser plus en profondeur leurs formes d’appropriation de l’espace et leur « monde de sens » : les réseaux tissés dans la ville et leur portée dans les stratégies de résistance économiques, leurs réseaux de sociabilité, leurs modes d’organisations sociale et professionnelle. Dans cette recherche, les cordonniers constituent un groupe social témoin qui permettait d’apprécier le caractère modulable des réponses locales face à la compétition induite par la migration de travail des Chinois.

Centenaire et Petersen : centralités commerciales et espaces de coprésence

5La gare routière de Petersen et les allées du Centenaire constituent des centralités commerciales où se retrouvent différentes catégories de jeunes mais également des commerces chinois. Ces deux sites, à l’image des territoires des cordonniers dans la capitale, concentrent de nombreuses échoppes de Chinois et de Sénégalais, ainsi que des commerçants de rue.

6Travailler sur ces deux sites permettait ainsi d’étudier au plus près les interactions entre commerçants sénégalais et chinois, les transactions, les tensions et les conflits latents ou déclarés, mais également d’étudier le processus de territorialisation de ces espaces marchands, les réseaux de solidarité, les rapports avec les institutions. Par ailleurs, la proximité entre ces différents sites – la Medina, territoire des cordonniers, Centenaire (situé non loin du nouveau site de recasement du « champ des courses ») et Petersen – permettait des déplacements quotidiens d’un site à un autre.

Approche multi-site et déroulement de l’enquête

7Cette recherche s’appuie sur un corpus de 85 entretiens réalisés à différentes périodes entre 2011 et 2014 dans différentes aires de Dakar.

La Médina : territoire des cordonniers

8La première phase d’enquête avec les cordonniers de la Médina, d’une durée d’environ six mois et entamée en 2011, a été l’occasion de mener des entretiens successivement dans la rue 11, puis dans la rue 22 et dans la rue 1. Suivant un procédé itératif et en nous appuyant sur les notes de terrain consignées après différents entretiens, nous avons élargi l’échantillon des personnes interrogées pour ce groupe professionnel, en tenant compte des variables de diversification : apprentis en formation, nouveaux patrons. Ces deux catégories, objet de la recherche, appartiennent à une population dont la moyenne d’âge est d’environ 25 ans. Mais nous avons également tenu à inclure à la recherche d’anciens cordonniers, en qualité de « consultants », pour mieux apprécier les changements intervenus dans la profession au fil du temps (dans la socialisation professionnelle, les rites de passage, les rapports intergénérationnels, etc.), et avec l’exacerbation de la compétition, en recueillant des informations sur l’histoire du groupe professionnel dans la ville, l’évolution de leur statut et la question importante des castes et des métiers urbains. À partir de 2012 (période au cours de laquelle nous avons procédé à la transcription des données de terrain), nous avons effectué de plus brèves incursions sur le terrain, l’occasion de mener quelques entretiens informels, des conversations spontanées avec des personnes que nous avions préalablement interrogées. C’est fin 2013 que s’est déroulée la dernière phase de la recherche avec les cordonniers, sur une durée de trois mois. Nous avons alors élargi le cercle des personnes-ressources aux représentants de la commune d’arrondissement de la Médina, des autorités coutumières lébous – dont le Ndèye Ji Rew de la Médina – et des notables lébous, et ce afin d’obtenir des informations sur l’histoire de l’implantation de ce groupement professionnel dans la Médina, celle des Lébous dans la presqu’île du Cap-Vert, la question des castes, etc. Ces différents moments d’enquête se sont combinés avec la consignation régulière de notes de terrain portant sur la description de l’atmosphère de l’enquête, lorsque celle-ci paraissait particulièrement significative pour notre recherche, et l’élaboration des profils biographiques des personnes rencontrées. Au total, nous avons interrogé 30 jeunes cordonniers, soit une répartition de 10 jeunes sur chacun de nos sites, et 3 cordonniers plus âgés exerçant encore sur ces divers sites, soit un total de 33 personnes pour cette corporation. Nous avons également interrogé 2 responsables de la commune d’arrondissement de la Médina et 3 notables membres de la collectivité léboue.

Centenaire et Petersen : centralités commerciales et espaces de coprésence

9C’est en 2012 que nous avons entamé une série d’entretiens approfondis avec les commerçants de rue de Petersen et Centenaire, combinée à la tenue quotidienne d’un journal de terrain dans lequel étaient systématiquement notés mes commentaires sur les scènes de leur vie quotidienne et les impressions fortes après chaque entretien. Cette phase de la recherche s’appuie également sur le discours d’acteurs institutionnels, notamment des représentants de la municipalité de Dakar et des responsables de l’Agence d’appui aux marchands ambulants (ANAMA) créée par décret présidentiel en 2012 (au lendemain de la prise du pouvoir par le nouveau régime de Sall) en remplacement de l’Agence pour la sédentarisation des marchands ambulants (ASMA) puis dissoute par décret présidentiel en 2014. Notre objectif en les intégrant était d’apprécier le traitement accordé au dossier des « ambulants » et tabliers de Dakar (les grands chantiers, les difficultés rencontrées, etc.), de voir les interdépendances entre ces différents démembrements de l’État, les conflits de compétences qui minaient leur intervention et la manière dont ils se reflétaient sur la ligne d’action suivie par les commerçants de rue. Nous avons également jugé important d’intégrer à la recherche le discours des résidents à Centenaire sur leur perception de la cohabitation et leur point de vue historique sur l’implantation des commerçants sénégalais et chinois dans les allées du Centenaire. La dernière phase du travail de terrain avec les commerçants a démarré en 2013 après une pause de quelques mois. D’octobre à décembre, nous avons mené des entretiens à Petersen et Centenaire avec des femmes et des hommes commerçants de rue.

10Après le déguerpissement des commerçants de rue de Centenaire en mars 2014, nous avons effectué une nouvelle série d’entretiens avec les commerçants de rue rencontrés sur place ainsi que sur le nouveau site de recasement aux « champs des courses » situé non loin de Centenaire. Au total, nous avons interrogé 30 personnes dans les deux premières phases, soit une proportion de 15 personnes pour chaque site. Sur chacun de nos sites, nous avons interrogé 6 femmes et 9 hommes. Après le déguerpissement, nous avons mené des entretiens informels avec des groupes de 3 à 5 personnes, de nouveaux entretiens approfondis avec certains vendeurs avec qui nous avions auparavant échangé ainsi qu’avec le président de leur association. Le groupe de personnes rencontrées sur l’ancien site (Centenaire) est essentiellement composé de personnes avec qui nous avions déjà mené des interviews. Notre objectif était de recueillir leur perception par rapport à la situation nouvelle, leurs stratégies de résistance ou encore leurs projets. Sur le nouveau site du « champ des courses », nous avons en revanche pu diversifier le cercle des personnes interviewées avec quatre entretiens individuels approfondis et des entretiens informels, des « discussions ouvertes » avec des groupes de vendeurs. Nous avons pris part à ces groupes de discussion débattant des enjeux du déguerpissement, les répercussions sur leurs activités. Durant cette semaine de terrain, notre présence a été particulièrement flottante sur ces deux sites. Nous avons circulé d’un point à un autre, de Centenaire aux « champs des courses », pour observer les stratégies de gestion de la « situation problématique ». Nous avons pris part en qualité d’observatrice aux entretiens individuels organisés par la municipalité en prévision de l’attribution d’une place d’affaires sur le nouveau site. Au total, entre nos premières phases d’enquête et l’après-déguerpissement, nous avons interrogé 39 commerçants de rue (30 personnes au cours des deux premières phases et environ 9 personnes après le déguerpissement), 3 représentants d’institutions (municipalité et agence d’appui à cette corporation) et 2 habitants de Centenaire, dont une femme ayant exercé une activité commerciale dans ces lieux de vente.

  • 1 Jean-Pierre Olivier De Sardan, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropo (...)

11Les pauses observées entre deux phases pour chacune des catégories ciblées par notre recherche (cordonniers, commerçants de rue) ont constitué autant de moments de réflexion que de moments propices à la rédaction d’écrits intermédiaires qui ont préparé nos retours sur ces sites. L’itération « abstraite » qui a été notre démarche sur le terrain où « la production de données modifie la problématique, qui modifie la production de données qui modifie la problématique »1 a été particulièrement fructueuse. Elle a été le moyen d’approfondir les informations fournies par nos enquêtés. Également, chaque entretien générait de nouvelles pistes, de nouveaux interlocuteurs possibles, suggérés directement ou indirectement au cours de l’entretien. C’est en suivant la chaîne des réseaux relationnels de nos interviewés que nous avons eu l’idée d’intégrer des entretiens avec des anciens de la corporation des cordonniers par exemple – comme groupe témoin de l’histoire et des changements survenus –, dont Vieux Gackou, qui nous a fourni des informations utiles qui recoupent, prolongent et approfondissent les données d’enquêtes avec les jeunes ciblés par la recherche (sur leur culture professionnelle, leur métier, son organisation sociale et la socialisation professionnelle, etc.). En traitant du groupe des commerçants de rue, l’idée nous est également venue au fil des entretiens d’intégrer quelques entretiens avec les populations riveraines pour recueillir des informations sur l’histoire de leur implantation dans cet espace résidentiel, le jugement des sédentaires sur ces entrepreneurs, les constructions symboliques, les tensions et les rapports de forces qui naissent de cette proximité subie.

  • 2 Ibid.

12À mesure que nous avancions sur ces terrains, de « nouvelles pistes, de nouveaux interlocuteurs possibles, suggérés directement ou indirectement au cours de l’entretien nous paraissaient importants à approcher »2. Les variables de diversification se sont ainsi progressivement étoffées, comprenant en plus de l’appartenance de genre et l’âge, la position dans ces espaces ou l’ancienneté. Ce processus d’allers-retours sur le terrain, l’enrichissement progressif des catégories interrogées a complexifié l’architecture de notre problématique et des questionnements qui en découlent.

13La phase d’enquête avec les migrants chinois s’est également déroulée en 2013 au cours de la dernière phase de notre travail de terrain avec les commerçants de rue avec qui ils ont en partage les mêmes espaces de vente. Avec la participation d’un interprète, l’enquête par entretien a concerné 21 Chinois établis à Centenaire et Petersen. Elle vient s’ajouter aux entretiens que nous avions nous-même effectués en octobre 2013 avec trois jeunes Chinois maîtrisant assez bien la langue wolof à Centenaire. À Centenaire, nous avons interrogé 15 jeunes Chinois dont 4 femmes, et à Petersen l’enquête a porté sur 9 migrants chinois dont une femme. Nos interlocuteurs ont été pour la plupart choisis au hasard en tenant compte de leur coopération, tandis que sur d’autres terrains, des interlocuteurs potentiels ont été plus souvent suggérés.

Tableaux des principales caractéristiques des acteurs rencontrés

Tableau 1. Cordonniers

Cordonniers de la Médina Total
Âge 15-17ans :
6
18-24 ans :
16
25-34 ans :
8
35-49 ans :
2
50-64 ans :
1
33
Catégorie Apprentis :
15
Nouveaux patrons :
15
Anciens cordonniers :
3
Site de travail Rue 1 :
11
Rue 11 :
11
Rue 22 :
11
Situation matrimoniale Célibataires :
22
Mariés :
11
Autre catégorie Représentants municipaux de la Médina :
2
Membres de la collectivité léboue :
3
5

Tableau 2. Commerçants de rue sénégalais

Commerçants de rue sénégalais Total
Âge 18-24 ans :
11
25-36 ans :
28
39
Situation matrimoniale Marié(é) :
22
Célibataire :
16
Divorcée :
1
Site de travail Centenaire :
24
Petersen :
15
Sexe Masculin :
24
Féminin :
15
Catégorie de répondants Grossistes :
10
Détaillants :
29
Autre catégorie de répondants Représentants des institutions étatiques :
3
Habitants de Centenaire :
2
5

Tableau 3. Commerçants chinois

Commerçants chinois Total
Âge Moins de 18 ans :
1
18-24 ans :
11
25-35 ans :
14
35-45 ans :
1
27
Situation matrimoniale Marié(é) :
12
Célibataire :
15
Site de travail Centenaire :
17
Petersen :
10
Sexe Masculin :
22
Féminin :
5
Catégorie de répondants Employés :
19
Propriétaires :
8

La combinaison des méthodes d’investigation

L’observation directe et flottante

  • 3 Colette Pétonnet, « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, (...)

14L’observation flottante a été notre mode d’entrée sur ces différents terrains où nous avons mobilisé tous nos sens pour nous imprégner de ces milieux, sans canevas de recherche préétabli. Pour Colette Pétonnet3, cette observation « consiste à rester en toutes circonstances vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser “flotter” afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans à priori, jusqu’à ce que des points de repère, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes ». Apprécier l’accessibilité du terrain en nous glissant dans la peau d’un acheteur ou d’un badaud, laisser flotter notre attention, prendre des repères sur l’espace physique et l’environnement social ont été nos principaux objectifs. Les descriptions du milieu, la disposition des personnes et des objets dans l’espace, nos impressions subjectives ont été régulièrement consignées dans notre journal au cours de ces premiers jours de contact sur les différents sites d’investigation. Mais il nous semble important de souligner que le déploiement de cette observation sur des terrains sensibles, notamment chez les commerçants de rue, n’a pas été sans effet sur la négociation ultérieure de la relation d’enquête. Avec le groupe des cordonniers, l’observation flottante n’a pas eu d’effet de perturbation sur la relation d’enquête en confirmant – suivant la définition de Pétonnet – les vertus heuristiques de la vacance de l’attention. En revanche, l’observation flottante appliquée au groupe des commerçants de rue en proie à la pression constante des autorités municipales, de pratiques de répression et d’infiltration de leur milieu et de leurs organisations associatives dans une optique de fragmentation des acteurs, nous a permis de percevoir les limites intrinsèques de cette approche. Lorsqu’après quelques jours d’observation flottante nous avons décidé d’engager une relation d’enquête en déclinant notre identité et les motifs de notre présence auprès d’un groupe de vendeurs que nous avions préalablement observé, nous avons pris conscience que ces acteurs, malgré l’affluence sur ces sites de vente, avaient également repéré notre présence et s’interrogeaient sur les raisons de cette présence flottante en des lieux où les acheteurs avancent d’un pas décidé d’un étal à l’autre, marchandent, interagissent avec les vendeurs. Nous avons réalisé l’erreur commise en minimisant – lors de notre prise de contact avec la réalité du terrain – les compétences critiques actives des acteurs dont les sens sont constamment en alerte.

15Dans ces milieux sociaux, les effets contreproductifs de l’observation flottante comme approche du terrain peuvent être rapprochés de l’observation dissimulée en ce qu’elle minore les capacités d’observation des acteurs, leurs capacités à développer des pratiques de veille, de surveillance de leur territoire, à jauger ceux qui le parcourent, qu’ils soient acheteurs, passants, habitués ou individus tentant de se fondre dans le décor. Ces facultés et ces compétences sont particulièrement travaillées sur des terrains disqualifiés afin de préserver une marge incompressible d’initiative face à la fois aux tentatives d’infiltration d’agents incarnant le pouvoir institutionnel et aux stratégies déployées par les voleurs à l’étalage. Par ailleurs, la démarche d’observation dissimulée ne permet pas d’inscrire la recherche dans une posture scientifique où les acteurs sont appréhendés d’emblée comme co-auteurs des connaissances produites, en instaurant des relations complexes d’inter-reconnaissance de capacités interprétatives.

16S’adapter à ces particularités contextuelles nécessite d’employer les bonnes approches du terrain, seules garanties pour se maintenir sur ces terrains, pour travailler une relation d’enquête dont les contours doivent sans cesse être stabilisés, négociés. La portée de l’observation flottante est donc nécessairement située et permet de réaffirmer la diversité des micro-mondes, peuplant ce qu’on appelle communément la petite production marchande, et de leurs catégories d’expériences.

De l’entretien semi-directif à l’entretien « ethnographique »

17Pour comprendre comment l’entretien approfondi s’est progressivement inscrit au cœur de notre démarche de recherche en lieu et place de sa conception comme simple technique de recueil d’« opinions », par un intervieweur adoptant une posture neutre et objective, il faut sans doute invoquer les difficultés rencontrées en raison de la particularité des milieux investigués et des acteurs qui y évoluent. S’ils ont en partage la même quête de reconnaissance sociale et publique, les acteurs qui organisent les « mondes de la production marchande urbaine » – au cœur de notre démarche scientifique – développent, en revanche, des attitudes contrastées vis-à-vis du chercheur en quête de savoir sur leur monde. Dans la petite production artisanale, terrain peu investi par les pouvoirs publics, les professionnels de la recherche scientifique ou du journalisme, la présence du chercheur rompt la monotonie d’une vie ordinaire et suscite des demandes de reconnaissance. La présence du chercheur est davantage perçue comme porteuse de voix auprès d’institutions officielles inefficaces et insensibles aux difficultés grandissantes du secteur de la cordonnerie, dans la perspective des acteurs.

18En revanche, prendre place, pour le chercheur, sur un terrain davantage investigué – comme celui du commerce de rue et des migrants chinois – par les journalistes, les renseignements généraux (RG dans la terminologie des acteurs) et d’autres catégories de chercheurs, rend la négociation de la relation plus ardue, la méfiance voire l’indifférence des sujets étant souvent plus palpables. Pour diverses raisons, les commerçants de rue n’attendent rien de la présence du chercheur, étudiant de surcroît sans statut professionnel. Les migrants chinois, fidèles à une ligne d’action où prédomine la distanciation vis-à-vis des étrangers et des échanges trop personnels portant sur leur vécu, préfèrent s’enfermer dans leur mutisme.

19Pour toutes ces raisons, afin de recueillir des données objectives sur le vécu des commerçants de rue et les raccorder aux points de vue subjectifs produits tout au long des entretiens, le déroulement de l’enquête doit s’appuyer sur des instruments qui véhiculent une conception moins formelle de l’enquête, et dont la démarche rompt visiblement avec les méthodes journalistiques traitant de questions évènementielles, au risque de maintenir les amalgames et de recueillir des opinions communes, des bribes de leur trajectoire socioprofessionnelle engageant peu leurs capacités interprétatives. En revenant sur l’histoire de la collecte dans des espaces de coprésence comme Centenaire et Petersen, nous avions remarqué une différence dans le contenu des entretiens entre la phase « d’administration » du guide d’entretien et les séquences suivantes où nous avons opéré un glissement vers un format d’enquête par entretien de type ethnographique. Les informations éparses fournies par nos enquêtés ne livraient pas toute la richesse du vécu des acteurs, la densité de leur réseau, des stratégies sans cesse ajustées pour développer des activités. Des données essentielles sur la naissance de ces dispositifs commerciaux, sur les modalités de leur expansion, leur organisation singulière, leur manière d’investir l’espace, de s’y maintenir, de déjouer le joug de l’oppression policière, d’établir des points de jonction et de disjonctions entre des réseaux, des mondes sociaux, la teneur des rapports entre les protagonistes ont été régulièrement passées sous silence lors de l’administration du guide d’entretien. Sur ce dernier point notamment, en évoquant les acteurs commerciaux en situation de coprésence, les premières données recueillies par entretiens semi-directifs n’ont jamais pu dépasser des propos stéréotypés auxquels on est en droit de s’attendre lorsque l’on souhaite gommer les aspérités d’une relation bénéfique. Sur les questions se rapportant aux tensions entre partenaires (dont nous avions pu prendre la mesure par observation directe au cours de la phase exploratoire de cette recherche), les entretiens se concluaient par les propos laconiques : « les Chinois sont nos amis, avec eux nous formons une chaîne ». Les seules contraintes évoquées dans l’exercice de leurs activités étaient de celles qui « sautent aux yeux » de n’importe quel observateur de la scène urbaine : les rapports heurtés avec les autorités institutionnelles, la rentabilité de leurs activités. Par ailleurs, sur un autre aspect important de leur vie, celui se rapportant à la restructuration interne de leur secteur, les données décelables à l’observation directe – les signes extérieurs de richesse, notamment la présence remarquée de motos, la profusion de marchandises en tous genres – ne livraient pas de réponses claires. Qui fait quoi ? Qui a quel statut dans un monde où tous s’auto-désignent comme « ambulants » ? Les réponses ont été souvent fournies en cours d’entretien semi-directif, mais sans que nous puissions identifier des structures hiérarchiques ; ceux qui ont une position supérieure ayant soigneusement évité de se qualifier comme groupe de pression.

  • 4 Stéphane Beaud, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’“entretien ethnogra (...)

20À partir de ces différents cas rencontrés, on voit bien pourquoi le recours à l’entretien semi-directif et l’emploi d’une grille d’entretien se sont révélés contreproductifs. Au début de notre recherche, elle a inspiré à des acteurs réflexifs la conviction que la dynamique que nous souhaitions instaurer s’appuierait sur un jeu de questions-réponses. La démarche réflexive de nos enquêtés doit être replacée dans un contexte scientifique où le recours au questionnaire reste un gage de scientificité4. Les enquêtés se sont aisément glissés dans la peau du répondant à une enquête journalistique ou à un questionnaire en affirmant d’emblée, une fois les buts de la recherche explicités : « pose tes questions ». Cette conception traditionnelle de la relation d’enquête est difficile à déconstruire. L’emploi du guide d’entretien et d’un dictaphone évoque mentalement l’image du journaliste ou du sondeur. Les enquêtés guettent ainsi sans cesse les questions successives et donnent des réponses succinctes, souvent d’ordre général, sur des questions pratiques.

21C’est pourquoi, très vite, nous avons dû quitter la posture directive de l’entretien en partant avec mes interviewés de l’idée forte que nous voulions apprendre d’eux et que la compréhension de leur monde nécessitait l’échange de points de vue, d’idées sur eux, leurs activités, leurs trajectoires. L’explicitation des principes de l’entretien sous le mode de la conversation entre un chercheur en quête de savoir sur leur monde et sur eux ne suffit pas toujours à débrider la pensée et le discours des acteurs. C’est dans la nouvelle dynamique instaurée par l’enquêteur, l’abandon de l’entretien sous sa formule semi-directive, et l’évitement des questions sensibles et d’actualité comme celles relatives au déguerpissement, aux relations avec les institutions (pour les Chinois et les commerçants de rue) que le recadrage des buts de la recherche et du déroulement de l’enquête prend sens pour les acteurs. Elle donne à l’enquête une configuration différente, axée sur leurs expériences, leur histoire personnelle dans des tonalités plus adaptées aux formes habituelles de transmission du savoir et de la communication ordinaire en permettant d’aborder plus naturellement les buts de la recherche.

22Ce procédé de recueil a contribué à la production d’un discours spontané sur eux-mêmes, leurs expériences, leurs trajectoires socioprofessionnelles et sur le monde qui les entoure, dans un cadre convivial qu’ils perçoivent hors temps d’enquête. Quelles que soient leurs formes (entretiens individuels ou collectifs), ces moments privilégiés d’interaction avec les groupes ciblés par notre recherche ont permis de donner libre cours aux opinions, perceptions des jeunes (cordonniers, commerçants de rue, Chinois), leurs croyances et représentations, leurs pratiques quotidiennes, leurs activités économiques, les contraintes rencontrées dans leurs activités professionnelles, leurs stratégies défensives face à la compétition urbaine, leurs rapports avec les différents protagonistes de l’arène urbaine (État, municipalité, migrants chinois, etc.), leurs parcours et compétences professionnels, leur connexion en réseau et leur incidence sur les stratégies adoptées.

23Avec les migrants chinois, les entretiens ont également permis de dévoiler, sous différents aspects, les rapports avec les autres commerçants et les Sénégalais, leur rapport au travail et à l’activité, leurs projets d’avenir et les difficultés rencontrées au Sénégal en stimulant de nombreuses anecdotes en lien avec leur vécu au Sénégal comparé à leur vie en Chine ou à leur expérience professionnelle antérieure.

L’approche biographique

  • 5 Alex Lainé, Faire de sa vie une histoire. Théories et pratiques de l’histoire de vie en formation, (...)
  • 6 Jorge Balan et Elizabeth Jelin, « La structure sociale dans la biographie personnelle », Cahiers in (...)
  • 7 Claude Dubar et Pierre Tripier, La sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998 ; Philippe (...)

24L’emploi de l’approche biographique « contient l’idée que toute activité humaine est enchâssée dans l’histoire globale du sujet qui l’accomplit »5. La méthode est ainsi adaptée à l’examen des facteurs déterminants de leur itinéraire biographique au regard de leurs sens, pour ces jeunes acteurs économiques, puisque cette méthode permet d’appréhender le sujet comme « un acteur, porteur de structures, mais qui construit son monde »6. À partir de son emploi, nous avons tenté une reconstruction narrative de la trajectoire professionnelle des jeunes rencontrés. L’usage d’entretiens narratifs permettait ici de voir les linéaments de leurs itinéraires biographiques, de dresser des modèles typologiques d’entrepreneurs, d’établir un lien étroit ou lâche entre leur affiliation, leur socialisation primaire, les réseaux d’interconnaissance et le démarrage d’une carrière entrepreneuriale ; l’activité professionnelle pouvant être étudiée comme un processus biographique dont l’analyse permet de comprendre pourquoi et comment un sujet en est arrivé à faire ce qu’il fait7. La méthode biographique permet ici de saisir l’effet marquant de certains évènements de l’histoire de vie sur l’orientation actuelle de la carrière professionnelle, en termes de motivation à entreprendre, à s’inscrire dans telle direction (dispositions) en permettant

  • 8 Didier Demazière et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’ins (...)

aux entrepreneurs non seulement de donner des informations factuelles sur les événements qui jalonnent leur parcours biographique, mais aussi de les mettre en relief, en précisant les événements majeurs ayant eu sur eux de fortes répercussions. Elle ouvre ainsi un espace qui permet une description précise et fiable – bien qu’évidemment incomplète – des enchaînements de situations, d’interactions et d’actions au travers une construction dialogique complexe.8

  • 9 Bernard Lahire, cité dans Philippe Pailot, « Méthode biographique et entrepreneuriat. Application à (...)
  • 10 Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

25Le faisceau axé sur l’histoire de vie permet de saisir les différences subtiles dans le jeu des acteurs, leur variation dans le temps, mais il permet surtout de rompre avec la tendance marquante à faire des dispositions, des traits de caractère incorporés par des acteurs dominés, le ressort de leur action. Il s’agit de reconnaître l’influence significative des forces agissantes du passé, des dispositions9, des formes d’actualisation dans le présent afin de restituer leur dimension d’homme pluriel dont les ressorts de l’action sont multiples, hétérogènes, voire contradictoires, comme le soutient Lahire10.

  • 11 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire, Paris, De Fallois, 1989, p. 157.
  • 12 Didier Demazière et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’ins (...)

26Mais si, dans l’histoire vécue, le passé du sujet occupe une grande place dans l’énonciation, « ce serait pure illusion que de supposer que le récit, la reconstruction ou reconstitution, est simplement le reflet de ce qui s’est passé », comme Raymond Aron en fait le constat à partir de l’écriture historienne11. En fin de compte, les entretiens biographiques « ne nous livrent jamais des “faits” mais des “mots” »12 exprimant ce que le sujet vit ou a vécu.

Les ressources documentaires

27Nous avons eu recours aux sources écrites produites de 2006 à 2013 sur la question des marchands ambulants à partir des archives des sites en ligne sénégalais, dont Seneweb. Nous avons également consulté les ressources documentaires consignées par les archives nationales autour de la lutte pour l’espace dans la capitale dakaroise, la place des activités faiblement légitimées, leurs aires urbaines de prédilection, les politiques sectorielles appliquées, leur histoire. Notre objectif était d’inclure une étude diachronique permettant de comprendre la contemporanéité des logiques d’acteurs ambulants et l’évolution du traitement de cette question par les autorités institutionnelles, en élargissant le contexte de l’étude à la période pré-émeute et post-émeute. L’étude des archives a notamment permis de comprendre le contexte de répression avant la période des émeutes de 2007, les enjeux pour les pouvoirs publics et les réponses apportées par les commerçants. Après 2007, ils ont permis de cerner les contours des nouveaux rapports noués avec l’État, et le processus de subjectivation de ces acteurs à travers les discours portés par différents leaders associatifs.

Notes

1 Jean-Pierre Olivier De Sardan, « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, no 1, 1995, p. 71-109. En ligne : [https://doi.org/10.4000/enquete.263].

2 Ibid.

3 Colette Pétonnet, « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, no 4, 1982, p. 39.

4 Stéphane Beaud, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’“entretien ethnographique” », Politix, vol. 9, no 35, 1996, p. 226-257.

5 Alex Lainé, Faire de sa vie une histoire. Théories et pratiques de l’histoire de vie en formation, Paris, Desclée De Brouwer, 1998, p. 19.

6 Jorge Balan et Elizabeth Jelin, « La structure sociale dans la biographie personnelle », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 69, 1980, p. 283.

7 Claude Dubar et Pierre Tripier, La sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 1998 ; Philippe Pailot, « Méthode biographique et entrepreneuriat. Application à l’étude de la socialisation entrepreneuriale anticipée », Revue de l’Entrepreneuriat, vol. 2, no 1, 2003, p. 19-41.

8 Didier Demazière et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997.

9 Bernard Lahire, cité dans Philippe Pailot, « Méthode biographique et entrepreneuriat. Application à l’étude de la socialisation entrepreneuriale anticipée », art. cité.

10 Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

11 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire, Paris, De Fallois, 1989, p. 157.

12 Didier Demazière et Claude Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, ouvr. cité, p. 7.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search