Version classiqueVersion mobile

Entre expression et expressivité : l’école linguistique de Genève de 1900 à 1940

 | 
Anamaria Curea

Conclusion

Texte intégral

Expression, expressivité, exprimabilité. Comment se décline une problématique linguistique de l’expression ?

1L’analyse du composant théorique des productions scientifiques des trois représentants de l’école genevoise de linguistique nous a permis d’avancer l’hypothèse d’une systématicité de ces approches dans la mise en place de la problématique de l’expression, signe de la présence d’un mouvement de pensée cohérent dans la linguistique de la première moitié du xxe siècle en Suisse. Est-ce que les conceptualités évoquées pour construire le domaine notionnel de l’expression présentent suffisamment de points de contact, de convergences et de similitudes, ou un degré suffisant d’affinité pour qu’il soit légitime d’y voir un facteur de cohésion au sein d’une école ? Et quels sont plus exactement les éléments – de quelque nature qu’ils soient – qui situent la notion d’expression au centre d’un courant linguistique au début du xxe siècle ?

2Deux aspects sur lesquels nous avons constamment mis l’accent dans notre recherche nous autorisent à considérer le domaine notionnel de l’expression comme particulièrement apte à rendre compte de la dynamique de pensée chez les trois linguistes, une raison de plus pour les considérer comme les représentants d’une même tendance, d’un même mouvement significatif, malgré les divergences entre leurs approches.

3Chez Bally et Sechehaye, la notion d’expression et les conceptualités qui structurent son domaine occupent une place centrale. Une étendue remarquable leur est consacrée dans leurs argumentations, ils en font une pierre de touche, selon des principes sensiblement différents. Chez Frei, le domaine de l’expressif est développé selon des principes repris à Bally, avec des aménagements (comme pour l’affectivité fortuite et l’affectivité intentionnelle). La place de l’expressif n’est pas aussi étendue que chez Bally et Sechehaye, mais certaines conceptualités que ceux-ci utilisent pour construire le domaine notionnel de l’expression sont présentes chez lui, bien qu’il restreigne quelque peu l’intérêt qu’il faut leur accorder.

4La problématique de l’expression chez Bally est construite et aménagée selon trois moments de sa production scientifique : l’ensemble consacré à la stylistique, l’article de 1926 intitulé « Le mécanisme de l’expressivité linguistique » paru dans LV, et son ouvrage de 1932, LGLF. Dans sa stylistique (le PSF, le TSF, divers articles), nous avons identifié deux acceptions différentes de la notion en question, reflétées par deux usages différents du terme expressif. Ces deux acceptions se distinguent par leur extension. D’une part, l’expressif se rapporte au domaine d’une expression envisagée comme champ de manifestation des rapports langue-pensée (« système expressif », « moyens d’expression », « faits d’expression »), d’autre part, l’expression est restreinte à l’ensemble des contenus affectifs des faits d’expression, qui ne peuvent être mis en évidence que par le recours à un domaine de contraste ou à un faire-valoir – les facteurs intellectuels.

5Afin de justifier l’intérêt de la stylistique pour l’expression dans sa première acception, Bally a recours, d’un côté, à des arguments relevant de la psychologie, ou plutôt de la réactivation d’une théorie des facultés de l’esprit (la place primordiale est accordée à la sensibilité et à la volonté, au détriment de l’intelligence), et d’un autre côté, à la notion de langue parlée, imprégnée de vie, répondant aux besoins les plus immédiats. La deuxième acception fait coïncider l’expression et l’affectivité, expressif devient synonyme d’affectif, en raison d’une conception particulière de la langue parlée, dont la spécificité est d’être plutôt affective qu’intellectuelle. L’expression devient dès le PSF une notion subordonnée aux deux enjeux de la stylistique. D’une part, par expression il faut entendre le domaine des rapports entre la pensée et la langue, et d’autre part, c’est une notion permettant d’articuler la langue et la parole, dans l’acte.

6Les conceptualités constitutives du domaine de cette notion font appel à des notions connexes, que nous avons présentées dans le premier chapitre : expression et impression (sens intuitif, sens impressif), expressif et subjectif, expression et esthétique, la parole et la sensibilité, les perspectives du sujet parlant et du sujet entendant, le rôle du contexte, le langage des idées / le langage des sentiments. Le PSF est la première approche, originale, qui propose un projet scientifique, la stylistique, fondé d’abord sur la synonymie comme méthode générale, visant à relever les sens impressifs des unités linguistiques selon la manière dont elles affectent le sentiment du sujet parlant, ensuite sur l’application du principe de gradualité dans l’étude de la phraséologie et du langage figuré, et enfin sur l’étude des constructions subjectives, tout cela ayant un objectif commun, définir la langue comme système expressif.

7Dans le TSF, nous avons pu constater que la première acception de cette notion (valeur expressive, système expressif) se restreint et se spécialise progressivement dans la terminologie de Bally. Cette restriction s’explique, à notre sens, par l’association constante entre l’expression du rapport entre la pensée et la langue, et l’idée que la langue parlée est essentiellement affective ou subjective. La stylistique se serait en quelque sorte détournée de son projet initial, celui d’une science générale de l’expression, vers l’étude des valeurs affectives du « langage de la vie et de l’action ». Cet aspect est évoqué notamment dans l’étude de l’intonation, ainsi que dans l’approche de la syntaxe affective. Dans cette perspective, il y a de l’expressif et de l’inexpressif dans le langage. Ainsi, le domaine de l’expression, conçu d’abord au niveau théorique comme domaine d’une science générale de l’expression (la stylistique), connaît un élargissement qui couvre tout le domaine de la langue, ce qui explique son emploi dans les syntagmes système expressif, valeur expressive. Un glissement est opéré au moment où le linguiste entreprend l’analyse proprement dite des moyens d’expression, conformément à la méthode stylistique. Le deuxième niveau est donc celui de l’analyse. Dans les analyses des moyens d’expression lexicaux, prosodiques ou syntaxiques, la portée ou l’incidence de la notion d’expression se restreint jusqu’à devenir synonyme des notions d’affectivité ou de subjectivité, du fait qu’ils sont rapportés constamment aux éléments affectifs de l’expression de la pensée. D’autre part, l’expressif entretient aussi des rapports privilégiés avec l’esthétique, les deux se confondant parfois. Le facteur esthétique est loin d’être exclu du champ de la stylistique, la langue expressive ou langue commune étant l’espace des créations linguistiques par excellence, créations qui, transformées de moyen en but, deviennent des faits de style. Les frontières entre les diverses variétés de langues ou de modes expressifs sont perméables, ce qui permet à l’auteur de poser les bases d’une étude synchronique de la langue avec beaucoup d’égards pour la complexité des phénomènes.

8La première approche de l’expression connaît un approfondissement et un assouplissement considérables dans son article de 1926, paru dans la deuxième édition de l’ouvrage Le langage et la vie, sous le titre « Mécanisme de l’expressivité linguistique ». Si dans l’approche à dominante stylistique la problématique de l’expression relève, d’un côté, du projet d’une « théorie générale de l’expression », et d’un autre, de l’intention d’en faire un critère de classement des données empiriques, dans LV, cette problématique est sauvée par le traitement de l’expressivité en tant que « mécanisme » et par le rôle que Charles Bally lui assigne dans l’évolution même d’une langue (le « changement linguistique », la « vie du langage »). Par une approche de l’expressivité comme mécanisme, le linguiste semble avoir dépassé la critique principale que Saussure lui avait adressée : l’impossibilité de concevoir une étendue dans le langage pour ce qui est affectif. L’enjeu n’est plus de fixer une étendue, mais de concevoir un mécanisme permettant de rendre compte de la complexité de l’expression langagière.

9Alors que dans les travaux de stylistique l’objectif majeur consistait à séparer, même de manière relative, les éléments affectifs des éléments intellectuels, dans cette tentative de délimiter l’étendue des premiers, en revanche dans son article de 1926, l’approche psychologisante est contrebalancée par le rôle du mécanisme de l’expressivité dans la dynamique de la langue en tant qu’ensemble systémique. Un équilibre relatif permet à cet ensemble de maintenir son caractère de système – pour répondre à l’impératif de la communication – et de servir en même temps à l’expression individuelle, affective. L’affectivité, la pensée émotive servent à établir une distinction qui n’était pas claire dans les travaux antérieurs du chercheur, entre les procédés du langage et les procédés de la langue. Il y aurait ainsi une expressivité au niveau du langage, qui n’a pas de caractère systémique, et une autre, au niveau de la langue, qui s’inscrit dans la spécificité systémique.

10Dans LGLF, nous retrouvons la plupart des faits linguistiques qui revêtaient le caractère d’expressif dans les travaux de stylistique. Dans sa stylistique, Bally favorise le rapprochement entre l’expressif (dans la deuxième acception) et l’affectif, le subjectif, et dans LGLF, ce rapprochement apparaît à propos de l’accent affectif comme particularité du langage expressif. La première acception de l’expressif (système expressif, valeur expressive) est occultée en faveur des notions d’énonciation et d’actualisation. Le linguiste accorde une place considérable à la motivation des signes expressifs par les sons. L’expressivité des signifiants est associée constamment à une forme de motivation des signes. Le traitement de l’intonation expressive est plus cohérent, plus systématique. L’intonation devient pour lui un procédé de syntaxe affective (la segmentation comme procédé éminemment expressif), étant plutôt reléguée au domaine de la modalité. D’ailleurs, comme nous l’avons montré, nous avons pu constater un glissement de la catégorie de l’expressif vers la catégorie du modal (les interjections et les signes extra-articulatoires qui expriment des émotions et des volitions sont associés à la modalité). L’ironie, le mensonge et les hypostases (le langage figuré) sont toujours considérés comme des procédés expressifs, sans que leur expressivité soit expliquée autrement que dans la stylistique.

11L’expressivité au sens large, envisagée comme mécanisme, est largement représentée dans LGLF. Elle est constamment mise en rapport avec l’irrégularité et la variation dans la langue. L’antinomie entre l’expression et la communication est gardée, en tant que principe explicatif de l’évolution de la langue, du changement linguistique. L’opposition entre l’intellectuel et l’affectif semble définitivement dépassée, la méthode de la synonymie entre les deux modes d’expression étant remplacée par la formulation de principes de linguistique générale, s’appliquant aux idiomes. Il faut pourtant noter que, malgré les différences que nous avons signalées, il n’y a pas à proprement parler de clivage entre les deux temps de l’œuvre de Bally. Les changements conceptuels et terminologiques laissent intact son intérêt pour la variation des langues, pour le changement linguistique, pour l’expression des émotions, pour le fonctionnement de la langue en général.

12Si pour ce linguiste, la problématique de l’expressif est la clé de la construction d’un projet disciplinaire, pour Sechahaye, ce serait la clé d’une explication raisonnée de la complexité du langage et de la refondation de la grammaire sur de nouvelles assises. Chez Bally, la problématique de l’expressif, avec tous les problèmes qu’elle pose, est une tentative de donner une existence linguistique à certains éléments d’une nature autre que linguistique (l’élément affectif et l’élément intellectuel, les sentimaux sociaux). Pour Sechehaye, la problématique de l’expression est sous-jacente, mais non moins centrale que pour Bally. C’est une science de l’expression grammaticale qu’il se propose de fonder ou de refonder sur d’autres assises, avec beaucoup d’égards pour la propriété des notions qu’il utilise et pour leur adaptation au type d’explication qu’il donne. La différence capitale par rapport à l’approche de son collègue réside, nous semble-t-il, dans l’attention portée à la nature des facteurs qu’il évoque dans son développement théorique (par exemple, la logique et l’affectivité ont toutes deux une existence de nature psychique et non de nature linguistique, le langage affectif est expliqué plutôt comme un milieu que comme ayant une existence concrète apte à être saisie autrement que par l’intuition). Sechehaye a conscience des limites d’une construction théorique et tente de donner raison à la nature même de son objet de recherche.

13La problématique de l’expression est associée au champ de la grammaire au sens large du terme. L’explication fait référence à l’adéquation du système d’habitudes linguistiques à l’expression de la pensée, définissant ce système non pas comme un système de signes, mais comme un « système de représentations de sons et d’idées associées entre elles d’une façon appropriée à cette fin du langage ». Ce système a, selon le linguiste, une existence liée à la vie psychophysique en général, et comme phénomène (dispositions acquises et manifestations concrètes), il est explicable par le recours aux lois générales qui président à cette vie. Si Bally plaçait l’expression dans le champ des manifestations affectives du sujet parlant, Sechehaye définit l’expression comme le but ultime du langage, la plaçant à l’intérieur du problème grammatical et l’expliquant à la lumière d’une théorie étendue de la grammaire.

  • 1 Les deux approches théoriques, celle de Bally et celle de Sechehaye, établissent une relation étroi (...)

14Le problème de l’expression est à ses yeux plutôt un problème d’exprimabilité que d’expressivité (au sens de Bally). Le problème grammatical doit être posé de manière à expliquer la loi qui affirme la solidarité entre le moyen d’expression (la langue) et la chose exprimée (la pensée). Nous remarquons ici un dédoublement du système de signes analogue à celui opéré par Bally entre le système des moyens d’expression et le système expressif, entre le système des formes et le système des valeurs. Pour Sechehaye, le principe du dédoublement concerne le niveau des signes et celui des concepts. Le système de signes est organisé matériellement comme en fonction de son image en miroir, à savoir le « système abstrait de signes et de relations ». Il s’agit donc, comme chez son collègue, d’une forme de mentalisme, mais cette fois c’est un mentalisme qui sert à expliquer le formalisme foncier de la langue. Les deux systèmes ne préexistent pas l’un à l’autre, ils sont solidaires, ils fonctionnent conjointement, en parfaite interdépendance et simultanéité1. La forme et la valeur reçoivent sous la plume de Sechehaye d’autres significations que chez Bally, aptes à rendre compte du rapport de solidarité et d’identité entre le signe et l’idée.

15La plupart des faits d’expression considérés par l’inventeur de la stylistique comme essentiellement affectifs reçoivent chez son collègue une explication différente. Ils ne sont pas régis par la convention grammaticale, mais par une nécessité psychologique, qui facilite la compréhension et s’adresse à l’intuition. Cette perspective évite le danger de la répartition des éléments entre les catégories opposées de l’intellectuel et de l’affectif, mais elle maintient la nécessité d’une interface entre la linguistique et la psychologie. Les déterminations psychologiques du langage, le rôle de l’intuition des causes psychiques dans l’interprétation de certaines particularités de l’expression demandent une attitude de la linguistique favorable au point de vue psychologique dans l’analyse du langage.

16La langue expressive, objet de la stylistique, est envisagée par Bally comme une zone intermédiaire entre le langage organisé et le langage de la vie, comme un champ d’observation des éléments affectifs des faits d’expression, alors que pour Sechehaye, cette langue expressive n’est autre chose que l’ensemble des actes de parole, où l’on peut distinguer certains éléments relevant de la grammaire ou de la convention, et des éléments expressifs naturels, qui ont des causes psychiques et s’adressent à l’intuition. Le domaine de l’expressif pour Sechehaye n’est pas associé strictement à ce que Bally appelait affectivité. Il y a, selon lui, une expression grammaticale de la pensée, et des éléments expressifs naturels relevant de la libre spontanéité du sujet, qu’il associe au domaine psychologique plus volontiers que les éléments conventionnels. À son sens, l’intervention de l’intuition dans l’acte de parole est décisive pour la vie psychologique générale de l’individu, et l’intelligence intervient notamment dans l’existence et le fonctionnement de l’organisme grammatical. L’intuition est donc associée aux éléments extragrammaticaux et l’intelligence à l’élément grammatical.

17Dans l’Essai, l’intérêt de Sechehaye pour les rapports entre la langue et la parole apparaît sous deux formes, d’abord les lois de l’exprimabilité (la transposition comme opération imaginative), ensuite les rapports entre la grammaire et la parole dans l’expression proprement dite (la parole expressive). Pour lui, dans toute parole on distingue en réalité deux actes de parole simultanés, l’un qui utilise la langue pour communiquer les idées et l’autre qui utilise les moyens naturels d’expression pour « traduire la vie ». La parole expressive se caractérise par des phrases où la psychologie l’emporte sur la grammaire dans des proportions diverses, qui peuvent être placées sur une échelle régressive vers la désorganisation du langage articulé. L’auteur examine successivement les deux effets distincts de l’émotion. Le premier consiste à abréger la phrase, à segmenter le discours, à ne plus exprimer les rapports entre les idées. Il applique à ces exemples le procédé dont son collègue avait fait une méthode, la comparaison des expressions synonymes, et parle ainsi de deux styles (le style périodique et le style comportant des phrases courtes et souvent incomplètes). Le second effet de l’émotion crée une nouvelle ordonnance des termes, conforme au mouvement spontané des idées, qui engendre une suppression des rapports syntagmatiques.

18Dans deux articles de Sechehaye, nous avons relevé le recours, à des points cruciaux de l’argumentation, à la notion de vie, de manières diverses et pourtant concordantes. Dans le premier, qui dénonce les « mirages linguistiques », la notion d’expression linguistique est associée directement à la vie, le linguiste insiste sur la nature de la logique du langage, soumise aux modalités de la vie. La deuxième référence, cette fois indirecte, aux cadres de la vie concerne le rôle des moyens naturels d’expression relevant du langage spontané, qui représentent les éléments affectifs et volitionnels du langage. La notion de vie est évoquée toutes les fois qu’il s’agit de rendre compte de l’expression linguistique. L’article de 1932 portant sur le rapport organique de l’individu et de la collectivité dans le langage a recours à la notion de vie pour situer la problématique de la liberté et de la servitude du sujet parlant à l’égard de la langue. Nous faisons référence à la distinction entre l’expression des idées et l’expression de la vie, entre l’idée et le sentiment. Malgré le caractère secondaire de l’expression de la vie par rapport à l’expression des idées, son rôle dans l’intercompréhension est essentiel en raison de la nécessité d’une « adéquation suffisante des contextes », plutôt que d’une adéquation des idées verbales.

19Chez Frei, dans la GF (1929), la problématique de l’expressif se situe au croisement d’une idée de Bally sur l’antinomie entre la communication et l’expression, et d’une autre, bien plus originale, que Frei avait maintenue malgré certaines réserves de son professeur (qui préférait la notion de tendance), celle de besoins, en fonction desquels les procédés de la langue peuvent être classés et expliqués. L’intérêt pour les lois de l’exprimabilité est particulièrement bien représenté, dans le sous-chapitre sur la transposition au service de l’invariabilité. La conscience des sujets parlants est largement évoquée dans le chapitre sur le besoin d’expressivité, qui propose une description et un classement des procédés expressifs richement détaillés et illustrés.

20Dans ce contexte, la position de Frei sur l’expressivité présente des similarités et des différences par rapport à la vision de Bally. Les similarités les plus immédiates sont le recours à l’antinomie de la communication et de l’expression, la distinction entre processus et procédé, qui sert à distinguer affectivité fortuite et expressivité, le traitement de la figuration, l’opposition entre expressivité et arbitraire. D’autre part, nous pouvons constater également des différences par rapport au traitement de l’expressif dans la stylistique de Bally, à savoir un intérêt plus marqué pour une systématisation de cette problématique (sous-types, classement des procédés) et un rapport plus explicite entre l’expressivité et le degré de conscience du sujet parlant dans l’emploi des formes linguistiques. Les références à Sechehaye sont également nombreuses, notamment à propos du rapport logique entre le sujet et le prédicat et la transposition.

21Les conceptualités construites dans la mise en place de la problématique de l’expression, surtout chez Bally et Sechehaye, et dans une mesure plus restreinte chez Frei, suivent trois axes que nous avons relevés avec leurs caractéristiques : le recours à la psychologie selon des points de vue différents, le statut de l’affectivité, et la place accordée au sujet parlant, qui prend des figures quelque peu différentes. Les deux premiers sont en rapport étroit avec le troisième, qui les justifie et qui nous permet enfin de conclure à un degré considérable de systématicité des approches en question autour de la problématique de l’expression.

  • 2 Dans son ouvrage de 1943, Prolégomènes à une théorie du langage, Louis Hjelmslev associe deux notio (...)

22Nous considérons que la réinscription d’idées saussuriennes est un facteur de premier ordre qui pourrait justifier la légitimité du rapport entre l’intérêt particulier pour le concept d’expression (expressivité ou exprimabilité) et l’interprétation de la pensée du maître à diverses occasions. Deux éléments nous semblent particulièrement féconds de ce point de vue, la dualité langue/parole, et les débats autour de l’arbitraire du signe. Si la notion d’expression est étrangère à l’appareil conceptuel saussurien, les conceptualités construites autour de cette notion par les trois linguistes sont fondées sur des principes saussuriens2. La parole comme acte est largement investie dans une conception vitaliste reflétée par des considérations sur la psychologie du sujet parlant, sur le langage affectif et sur la logique subjective du langage, alors que l’arbitraire relatif ou le partiellement motivé est un lieu où s’inscrivent des aspects importants de l’expressivité (par le signifiant ou par le signifié). Si le point de départ est fondé sur l’enseignement saussurien, le développement, lui, est bien original, illustrant largement le rôle du sujet parlant dans le destin de la langue. Aussi est-il légitime d’affirmer que c’est autant une inspiration venant des idées saussuriennes qu’un intérêt particulier pour des aspects psychologiques, pour la variation dans la langue et pour le sujet parlant qui font que la systématicité des approches en question se dessine autour de la problématique de l’expressif.

Quels enjeux pour une histoire de la linguistique genevoise ?

23Le retour interprétatif sur l’ensemble des textes élaborés dans la période 1905-1940 par les représentants de l’école genevoise de linguistique, ainsi que sur des documents tels que des fragments de correspondance privée, des leçons inaugurales ou des notes destinées à l’usage personnel, offre des matériaux précieux pour une histoire de la linguistique genevoise, ainsi que pour une réflexion sur le mode d’existence et de transmission des idées à une époque de l’histoire de la linguistique, et à l’intérieur d’une école. Comment se traduit l’existence d’un esprit d’école, quels sont les éléments autour desquels est structuré un système d’idées interconnectées, et que veut dire continuité conceptuelle en linguistique ? Comment se construisent des conceptualités et quels critères pourraient jouer un rôle important dans la reconnaissance d’un esprit d’école en linguistique ?

  • 3 Pour une réflexion approfondie sur l’héritage linguistique saussurien, sur la complexité de ses « r (...)

24La relative homogénéité qui caractérise l’école genevoise de linguistique a été légitimée par le recours à un programme qualifié de « saussurisme minimum », par le recours donc à l’idée d’un héritage saussurien, selon Amacker (1975) et Godel (1984 [1961]). Cette image d’un saussurisme minimal n’est pourtant pas considérée comme suffisamment apte à assurer une continuité conceptuelle, un degré suffisant d’interconnexion des idées à l’intérieur d’une école. Au contraire, la diversité qui se manifeste chez ses représentants, et leur attachement particulier à l’exploration de domaines nouveaux met en question leur saussurisme3. D’un autre point de vue, celui de la sociologie des sciences, selon Amsterdamska (1987), la continuité au sein de l’école de Genève est légitimée surtout par le rapport au fondateur, Saussure, et par des conditions externes – notamment l’organisation de la communauté scientifique – qui ont favorisé le déroulement de l’enseignement saussurien à Genève. L’analyse du composant théorique de leurs productions scientifiques permet pourtant de nuancer considérablement ce point de vue. Une étude des théories élaborées à une époque et dans un espace déterminés ne peut ignorer ni le point de vue extérieur, concernant le composant sociologique, ni le point de vue du dedans, indispensable à un travail de reconstruction d’une systématique conceptuelle. Les deux points de vue s’éclairent réciproquement, permettant en même temps une mise en perspective qui diminue le risque de juger trop schématiquement les approches envisagées ou de les situer trop rapidement sous le même label.

  • 4 Cette image du saussurisme ne s’identifie pas au structuralisme. Sur les modes d’articulation entre (...)
  • 5 Sur les caractéristiques des réceptions successives du CLG, voir les analyses de Puech (2005 ; Colo (...)

25Une analyse comparative des productions scientifiques des trois linguistes genevois durant la période 1900-1940 fait d’abord surgir une certaine image du saussurisme4 qui repose sur les caractéristiques de la première réception du CLG par les acteurs genevois5, ses premiers interprètes. Deux attitudes caractérisent leurs manières de se rapporter au « maître » :

1. Celle qui apparaît dans tous leurs articles ou fragments d’ouvrages consacrés à la nouveauté et à l’importance des idées saussuriennes de linguistique générale. Cette attitude est celle de linguistes complètement engagés dans la voie du renouvellement de la linguistique sur des bases saussuriennes. De ce point de vue, les thèses du maître sont réinscrites selon la logique de la valorisation d’un élément du patrimoine de la science linguistique. Cette attitude est aussi caractérisée par une adhésion de principe aux idées saussuriennes (à l’héritage saussurien), reprises, diffusées, défendues, transmises comme les coordonnées d’un cadre général nécessaire à une refondation de la linguistique.

2. Celle qui caractérise un véritable travail de réinscription des idées saussuriennes dans leurs productions originales, un travail que supposent la « refonte et la nouvelle disposition de ces éléments dans des théories ultérieures » (Chiss et Puech 1997). Cette attitude se caractérise par un esprit critique motivé par les options personnelles de chacun des trois linguistes. Elle repose plus particulièrement sur l’interprétation de la dualité langue/parole et du principe de l’arbitraire du signe. Les lectures personnelles des deux thèmes saussuriens créent les conditions pour le développement d’une science de l’expression (sous la forme d’une stylistique, d’une science de l’expression grammaticale ou d’une linguistique théorique, d’une linguistique fonctionnelle). Il s’agit moins pourtant de concepts saussuriens réinvestis, que de discussions, d’interprétations, de diverses manières d’envisager des idées saussuriennes, qui supposent la mise en place d’un travail interprétatif important. La lecture non oppositive de la dualité langue/parole, ainsi qu’une conception nuancée sur le principe de l’arbitraire du signe sont les coordonnées d’un débat nécessaire pour qu’une problématique de l’expression puisse se développer de différentes manières, mais selon des axes relativement convergents. Dans ce débat, les trois linguistes se révèlent attachés à une conception vitaliste qui semble étrangère au saussurisme.

  • 6 Ce sont les mêmes axes que le structuralisme est réputé avoir négligés.

26Notre intérêt principal n’était pas de juger dans quelle mesure les successeurs de Saussure à la chaire de linguistique générale de Genève sont ou ne sont pas des saussuriens, mais de vérifier si la circulation de thèmes théoriques, le débat autour des mêmes notions, le développement d’une problématique autour des catégories de l’expression et de l’expressivité suffisent à produire un effet d’école et quels seraient les enjeux pour une histoire de la problématique de l’expression et pour une histoire de la linguistique du xxe siècle. L’image du saussurisme qui se dégage de l’analyse de la problématique de l’expression chez les trois linguistes permet de relever la portée et le rôle de la réinscription des thèmes saussuriens dans leurs travaux, ce qui explique partiellement la difficulté d’associer l’école de Genève au structuralisme, ainsi que la part importante d’originalité que suppose toute interprétation. Les modes de référence aux idées saussuriennes et les interprétations personnelles des vues du maître jouent un rôle important dans le débat autour des trois axes que notre analyse a identifiés dans la mise en place d’une problématique de l’expression, le rôle de la psychologie, le statut de l’affectivité et les conceptualisations du sujet parlant6.

  • 7 Selon Puech (2000), la connaissance approfondie des sources est apte à révéler aussi la contreparti (...)

27Comment se dégage un effet d’école autour de ces axes chez les trois représentants de la linguistique genevoise ? Paradoxalement, ce n’est pas strictement la présence d’idées communes, d’une direction unique, l’expression d’un même crédo qui rassemblent leurs approches autour de la problématique de l’expression. Ce sont les modes partiellement convergents d’envisager une même problématique, tout comme les opinions diverses sur les mêmes sujets qui caractérisent la linguistique genevoise entre 1900 et 1940. Les trois axes sont des points d’articulation de leurs idées, vers lesquels chacun a été porté par ses intérêts personnels, reflétés partiellement par une façon particulière d’interpréter les idées saussuriennes ou de se référer à l’enseignement du maître7. La possibilité de repérer trois axes d’une problématique expressive chez Bally, Sechehaye et Frei permet d’établir une convergence théorique de leurs systèmes explicatifs suffisante pour produire un effet d’école. Leurs linguistiques de l’expression n’ont pas la dimension d’un seul modèle théorique. Un recouvrement partiel des conceptualités véhiculées permet néanmoins d’identifier une orientation, une tendance significative, un minimum suffisamment consistant autour d’une direction de recherche dont les coordonnées sont repérables et dont l’enjeu principal est de montrer que la langue et le sujet sont inséparables.

Notes

1 Les deux approches théoriques, celle de Bally et celle de Sechehaye, établissent une relation étroite entre l’expression et l’expérience perceptive (le rôle assigné à l’entourage d’un fait d’expression, les postulats d’un langage de l’action ou d’un langage de la vie, l’importance accordée aux impressions et à la sensibilité chez Bally ; l’importance des signes expressifs naturels comme milieu emboîtant, le rôle crucial de l’intuition, chez Sechehaye). Pourtant, si Bally tend à assigner une existence formelle aux éléments affectifs, Sechehaye ne cesse d’insister sur la solidarité totale entre les deux plans de l’expression, l’exprimant et l’exprimé. Voir l’ample article de Victor Rosenthal et Yves-Marie Visetti (2008) sur les modèles et pensées de l’expression dans une perspective microgénétique. Les auteurs signalent qu’« il est inscrit dans la structure même de l’expression (au sens fort), que l’on tende à fétichiser la manifestation Y, en la détachant du moment expressif, et en la rabattant sur quelque versant “extérieur” (par exemple en la retraitant comme une morphologie indépendante). On tend alors à lui imputer tout le faire expressif, dans sa portée ontogénétique. De même, il est toujours possible de retraiter le X (l’exprimé, le “contenu”) comme un résultat dissociable de son expression. Mais pour accéder de nouveau à ce X (le faire exister à nouveau), une autre expression sera nécessaire, ainsi qu’un cadre de thématisation, qui permette l’identification des X successifs » (p. 188).

2 Dans son ouvrage de 1943, Prolégomènes à une théorie du langage, Louis Hjelmslev associe deux notions, expression et contenu, pour montrer la justesse de la conception moderne sur le signe proposée par Ferdinand de Saussure et Leo Weisgerber. Contenu et expression sont définis comme les deux « fonctifs » par lesquels se réalise la fonction sémiotique, et l’auteur caractérise chacun de ces plans par la forme et la substance : « Il semble plus adéquat d’employer le mot signe pour désigner l’unité constituée par la forme du contenu et la forme de l’expression et établie par la solidarité que nous avons appelée fonction sémiotique » (Hjelmslev 1984 [1943], p. 77).

3 Pour une réflexion approfondie sur l’héritage linguistique saussurien, sur la complexité de ses « régimes d’historicité », voir Puech (2000). Selon l’auteur, les motivations des choix éditoriaux de Bally et de Sechehaye sont à interroger de manière plus nuancée que ce que l’on fait généralement à partir de l’alternative trahison/fidélité. Les deux ont développé des conceptualités linguistiques qui ne sont pas un ajout ou un prolongement de l’œuvre (connue) de Saussure, ce qui met en question leur volonté d’écarter, dans le travail d’édition du CLG, précisément les types d’approches qu’ils ont le plus constamment privilégiés dans leurs œuvres, à savoir la psychologie et la linguistique de la parole, pour Sechehaye, et la linguistique de la parole et la « stylistique », pour Bally.

4 Cette image du saussurisme ne s’identifie pas au structuralisme. Sur les modes d’articulation entre le saussurisme et les types de structuralismes, voir Puech (2013).

5 Sur les caractéristiques des réceptions successives du CLG, voir les analyses de Puech (2005 ; Colombat, Fournier, Puech 2010, p. 25-31).

6 Ce sont les mêmes axes que le structuralisme est réputé avoir négligés.

7 Selon Puech (2000), la connaissance approfondie des sources est apte à révéler aussi la contrepartie positive des choix des éditeurs du CLG, qui ont contribué ainsi à la création d’une matrice disciplinaire qui pouvait être « réinvestie, transformée, étendue et contestée ». De ce point de vue, les problématiques linguistiques développées par les deux éditeurs du CLG sont, à notre sens, une première illustration de cette dimension du corpus saussurien.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search