Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Le système marseillais

Négoces industrialisants

Texte intégral

1L’industrialisation n’est donc pas une découverte des années 1870 et le jeu habituel des coupures politiques a beaucoup fait peut-être pour reporter non pas la naissance de l’industrie, mais la conscience de son essor et de son rôle, au-delà de cette rupture préfabriquée, empruntée à d’autres événements. Louis Pierrein, plus habilement, retrouve à peu de chose près la césure, en maintenant en gros cette chronologie :

Entre le déclin de la combinaison de la fonction commerciale (fondée sur le Vieux-Port) et l’essor de la combinaison de la fonction industrielle (qui s’appuiera surtout sur les bassins centraux), on peut loger l’amorce d’un cycle avorté : la combinaison de transit agencée par la Compagnie des Docks sur les bassins dont elle avait le contrôle… Et puisque la marchandise, ou bien tend à ne plus venir à Marseille, ou bien à ne faire que passer en transit pur, le moyen et de l’attirer et de la fixer c’est la transformation industrielle.

2Ce qui implique comme conséquence que l’industrie n’est pas recherchée pour elle-même, qu’elle est simple valorisation d’une matière première préalablement négociée – j’allais dire soit une étape, soit un bouche-trou. Suivons encore Louis Pierrein dans cette citation tardive des comptes rendus de la Société pour la Défense du commerce, mais qui va plus loin que l’anticipation d’Amédée Armand dans la définition du phénomène :

  • 1 L. Pierrein, Industries traditionnelles..., p. 31-32.

Marseille de plus en plus gênée dans ses relations extérieures et dans son commerce d’échanges est devenue une ville d’industrie… L’introduction et la transformation des matières premières étrangères sont la véritable spécialité commerciale de Marseille1.

3Ce n’est sans doute pas faux : mais l’on est en droit de s’interroger plus fermement sur trois points : quels produits, quand, avec quels moyens ? Car l’industrie impose, au-delà du traitement de la matière, un système de relations commerciales et techniques qui n’est pas simplement substitut. Alors faut-il, dans l’imagination marseillaise, découvrir un véritable esprit industriel ou se contenter de ce qui fut peut-être (et pour longtemps) l’image des autres, capable d’expliquer de ce fait toutes les fragilités et la décomposition du système. À propos de la savonnerie, un texte plutôt polémique du début de ce siècle qualifiait ainsi la branche clé, nourricière de cette interprétation : « Sauf quelques exceptions, les savonneries de Marseille sont de véritables anachronismes techniques. » Et l’on cite les « ateliers plus délabrés », le « matériel plus mal entretenu, les procédés plus antiéconomiques » que partout ailleurs :

  • 2 V. Cambon, La France au travail, t. III, p. 179.

Les savonneries sont dispersées dans tous les quartiers de la grande ville, sans aucune préoccupation des conditions d’accès ou des facilités de transport qui doivent présider à une installation industrielle moderne. Un contremaître expérimenté, mais ignorant, est chargé de conduire sans contrôle l’exploitation. Quant au propriétaire, il n’en a cure, car ce propriétaire bien qu’industriel se considère avant tout et toujours comme commerçant. Ce qui lui tient à cœur, c’est d’acheter à bon compte ses matières premières ; de là à spéculer, il n’y a qu’un pas ; il est toujours franchi. On voit rarement le savonnier à son usine, on le rencontre toujours à la bourse2.

Usines de l’outre-mer

4J’ai choisi volontairement cette déclaration agressive qui recoupe la description plus précise et plus localisée de Turgan, dans les Grandes usines, antérieure d’une bonne dizaine d’années. D’abord pour exorciser toute nostalgie à l’égard du passé – ensuite pour retrouver le sens même de ce livre : juste ou injuste, cette clarté – ici ce discrédit – jetée sur Marseille a des sources et a bénéficié d’une diffusion… Cherchons donc ce qui peut la fonder, à tort ou à raison, ce qu’elle écarte par souci de simplification (parce que le mythe s’établit aussi bien dans le négatif que le positif), ce qu’elle peut entraîner comme image durable. Quel produit, quand, comment, répond, somme toute, à cette recherche.

5La dépendance à l’égard des matières premières importées, « exotiques », n’est qu’une évidence. Retournons à Berteaut, qui fut sans doute l’un des premiers à l’exprimer aussi fermement, à la lier à l’idée d’étape plus que de substitut, comme il convenait en 1846 :

  • 3 S. Berteaut, op. cit., t. I, p. 11.

C’est ainsi que toujours une industrie accessoire vient s’enchaîner à un commerce extérieur. La cause véritable, c’est la nature intrinsèque de son commerce. Si elle n’était qu’un port ouvert aux denrées d’outre-mer, il en serait autrement. Mais elle est le port principal des matières premières, le port des produits bruts qui viennent se faire manipuler sur le sol français. Alors, il arrive que Marseille transmette à l’intérieur les cotons, les soies, les laines, les teintures, tout ce qui alimente les manufactures de la France centrale, mais quant aux matières grossières, quant à celles qui ne supporteraient pas le transport, c’est à Marseille qu’elles se manipulent, se raffinent, s’épurent. Voilà ce qui lie le rôle commercial de Marseille à une mission industrielle3

6Raffinage, épuration, trituration : des mots qui évoquent à trois titres le destin industriel de la place de Marseille : d’abord, le caractère primaire du travail auquel ces traitements font appel. Moudre, malaxer dans des cuves, faire décanter ou fondre dans des chaudières : apparemment, ce qu’il y a de moins sophistiqué dans la transformation industrielle, du moins au xixe siècle. On livre des produits semi-finis ou simplement préparés pour la consommation des ménages, le pain de savon de Marseille, ou le pain de sucre, ces « grands personnages historiques », pour reprendre la formule de Jean-Louis Miège, personnages du quotidien dans une partie de l’univers et images évidentes de la cité : ils représentent Marseille, au même titre que la tour Eiffel symbolise Paris. Ajoutons les bougies stéariques des Fournier. Un langage, si l’on veut, mais qui s’accorde assez mal avec l’intensité de la valeur ajoutée. Si Marseille s’efforce de retenir sur ses quais et dans ses usines le produit, le gain n’est pas calculé en heures et qualité de travail. Contre le monopole des docks, on s’inquiète davantage des risques commerciaux : la place brûlée, les bénéfices ou revenus menacés, du négociant au commissionnaire, du transporteur au débardeur (ou à son maître-portefaix).

7L’image et l’appréciation de cette place de l’industrie durent, au point de qualifier le système marseillais, autant que les mouvements de la marchandise. En 1884, Bernard, dans son étude du Journal des économistes sur les conditions de travail et les grèves ouvrières à Marseille rappelle l’origine de l’industrie :

Mais précisément à cause de son double caractère de cité commerciale et industrielle, l’activité s’est portée spécialement sur les branches qui mettent en œuvre des matières encombrantes ou mieux qui exigent des transports à bon marché. La vie ouvrière est aussi influencée très sérieusement par cette situation. (Voir annexe n° 11)

8En termes plus choisis, le président du tribunal de commerce décrit les caractères de l’industrie marseillaise dans ses rapports avec la clientèle :

  • 4 Tribunal de commerce. Discours de rentrée solennelle, 1877.

Notre industrie marseillaise ne produit pas ces mille objets gracieux que les étrangers et les visiteurs achètent, parce qu’ils se trouvent dans le pays producteur. Nos produits tous généralement de consommation et de besoins se trouvent grâce à l’activité de nos commerçants et de nos industriels dans tous les pays. En un mot, l’étranger ne profite pas, comme dans certaines villes de l’intérieur, de son passage pour faire des achats, car il sait que chez lui il trouvera tous nos produits, mais ni les gracieux produits de l’industrie parisienne, pas plus que les riches et sérieux produits de l’industrie lyonnaise4.

9Consommation courante et faible élaboration vont alors de pair. En 1921, Hubert Giraud, président de la Chambre de commerce, est encore plus clair dans Le Sémaphore :

Il serait vain de vouloir comparer Marseille à d’autres centres en prenant comme base de comparaison la valeur des produits qui sortent de ses usines ; il est évident, en effet, que Lyon, par exemple, avec son industrie de la soie et des manufactures de produits riches, détient à cet égard un rang bien supérieur au nôtre. Notre grande cité est avant tout transformatrice de matières premières par ce que j’appellerai des procédés massifs, elle n’est pas manufacturière ; elle ne fabrique pas pour ainsi dire l’objet qui se débite dans les magasins qui sont la parure de nos rues. L’industrie marseillaise traite des masses et la chimie est son puissant et précieux auxiliaire pour faire des matières inertes et inutilisables des produits souvent grossiers, mais d’un emploi considérable et constant.

10L’image est donc à peu près constante, elle aussi, à travers les changements de dimension de Sébastien Berteaut à Hubert Giraud. Pourquoi pas au-delà ? Dans des conditions de technique et d’organisation économique très différentes, dans ces usines-systèmes réglées automatiquement d’aujourd’hui, le pétrole, produit de masse, travaillé ou non à l’étape selon les politiques d’implantation industrielle, s’inscrit parfaitement dans la lignée.

11La dépendance à l’égard du marché ne tient pas seulement à la géographie, ce que l’on appelle la rupture de charge : elle concerne à la fois l’approvisionnement et le débouché. Importation de matières premières et, pour une part, réexportation par mer font vivre l’activité de transformation.

12La fonction industrielle repose en cette fin du xixe siècle sur cette double ouverture, de même que la loi pétrolière de 1928, dite de « raffinage national » s’y référait. L’industrie se trouve ainsi prise entre des contraintes d’entrée et l’ajustement aux demandes d’une clientèle, partagée vraisemblablement, d’un secteur à l’autre, entre le territoire continental et les horizons maritimes. Elle est donc très sensible aux politiques douanières, à défaut d’une véritable franchise, du port franc, dont le mythe renaît dans les années 1900 comme résultat du retour au protectionnisme. Car cette politique douanière, on le sait, fluctue au xixe siècle : assouplie sous la Monarchie de juillet, après les rigueurs de la Restauration, elle reprend souvent ce qu’elle a précédemment accordé : dans les années 1840, l’échelle mobile des céréales ne cède pas et les droits sur les graines oléagineuses sont aggravés en 1846. Le Second Empire tente, au contraire, par une série d’accords de libre-échange ou la réduction des droits, d’élargir les échanges et de faciliter l’approvisionnement de l’industrie, mais celle-ci, à son tour, redoute souvent les effets d’une concurrence plus agressive. La suppression pure et simple de l’échelle mobile, à titre provisoire, puis en principe définitif, lance l’industrie de la minoterie marseillaise dans les années 1850-1860 ; les huileries de graines profitent d’un régime très libéral à l’entrée. Les sucres, pris dans des mesures plus contradictoires (il faut à la fois encourager l’exportation et arbitrer entre les intérêts : le brut « indigène », c’est-à-dire fourni par les campagnes françaises, et le brut exotique, colonial ou étranger), n’y gagnent pas la même sécurité. L’expérience ne résiste pas au-delà des années 1870 ; par touches successives, puis au cours de la grande offensive de 1890 et du « mélinisme », la France retourne au protectionnisme. Il reste à Marseille à renouer avec les procédés plus ou moins tolérants que sa marginalité justifie et qui rendent possibles les réexportations, comme l’admission temporaire. Fluctuation déterminante dans le monde de l’industrie, au point que la résistance à l’offensive protectionniste sur l’importation des oléagineux devient une sorte d’épopée locale.

13Peut-être faut-il relativiser quelque peu, à moins de mesures prohibitionnistes, l’incidence de la douane. Le marché extérieur compte aussi, invitant, quand la demande s’accroît, au libéralisme, contraignant au repli et à la défense quand les concurrences s’aggravent. Alors que le régime des sucres est en pleine confusion, l’importance de la demande extérieure surexcite le marché marseillais du raffinage, au point d’entraîner les entreprises à des imprudences. Des capitaux, venus en partie de Paris et de l’étranger, poussent à la concentration en grandes affaires, dans cet environnement spéculatif et en font les frais entre 1861 et 1867. Prix et exportations s’emballent de nouveau entre la crise de 1907 et 1913, au profit des industries classiques de Marseille – sucres raffinés, minoteries, huileries et même savonneries réveillées de leur ronron – sans que le système douanier subisse de transformation sérieuse. Les crises en deviennent fort complexes, comme celle de 1897, dans l’huilerie marseillaise. Une longue chute de prix a découragé les producteurs de graines, notamment dans l’Inde ; les récoltes sont encore plus réduites du fait, semble-t-il, d’accidents climatiques. Les savonniers marseillais s’adressent alors aux huiles de coton américaines, pour combler le vide et à bas prix, au détriment des huiliers locaux. Derrière cette crise, des transformations plus profondes se dessinent : la volonté des huiliers de reprendre leur indépendance à l’égard des clients savonniers, en concentrant leur activité vers les productions de bouche – y compris le beurre de coco (coprah) ; mais, parallèlement, le poids plus pesant dans la production et sur les marchés d’oléagineux des pays du Nord, Angleterre et Hollande. Marseille perd le contrôle du marché des graines, qu’elle avait en partie exercé au xixe siècle. Le négoce n’est donc pas seulement fait sur les prix, au jour le jour ; il peut impliquer des stratégies, mais aussi des changements dans le rapport des forces.

14L’innovation, pour des industries qui ne proposent pas souvent de nouveaux objets, consiste à diversifier les sources d’approvisionnement, à valoriser de nouvelles ressources naturelles, donc à déplacer les marchés. L’huilerie, plus que toute autre activité a donné le ton : elle doit répondre successivement dans les années 1830 à la rareté des huiles d’olive, à la conversion des champs de la France de l’œillette à la betterave. Graines de lin de la Méditerranée et de l’Europe du Nord, sésames du Levant (les meilleurs pour l’huile de bouche) puis de l’Inde (vers 1850) aux variétés nombreuses ; arachides en coque du Levant, puis arachides décortiquées de l’Inde, huile de palme de Guinée, dont l’usage conduit les savonniers à tolérer tant bien que mal les fabrications de savons blancs et entretient, comme sous-produit, le commerce des tourteaux ; le coprah et les huiles concrètes s’associent dans un échantillonnage de matières premières, aux prix, aux caractéristiques techniques ou commerciales, à la géographie diversifiés. La liste présentée dans le livre de Boscq en 1878 est impressionnante, par ce mélange d’espèces ou de provenances, charriant avec elles pour se négocier entre courtiers et industriels marseillais des zones d’origine – qui constituent un véritable imaginaire, plus ou moins identifié sur la carte. Il faut se faire ensuite à des évolutions qu’on ne dirige point. La guerre américaine a fait reculer les sésames du Levant, puis de l’Inde devant le coton. La Chambre de commerce s’en inquiète en 1863 :

  • 5 C.C.M., Compte rendu de la situation..., 1863.

Marseille a vu plus que doubler ses importations de coton, mais au détriment dans le Levant et l’Inde des sésames, base principale de nos armements lointains et de notre fabrication d’huiles et de savons5.

15L’huile de palme, qui laisse plus de déchets (donc de tourteaux) et reste mal reçue par les savonniers « orthodoxes », est détournée surtout par les pays du Nord, Hambourg en tête, qui trouvent de plus larges débouchés dans leur environnement. Les graines de lin sont enlevées, elles aussi, au marché méditerranéen. Bref, l’approvisionnement marseillais, plus orienté en même temps vers l’huile de bouche (et donc les matières premières à forte teneur), tend à se concentrer sur l’arachide et le coprah – et pour l’arachide, à équilibrer, selon les conjonctures économiques ou les accidents climatiques, sur les deux zones privilégiées d’alimentation : Sénégal et Inde, ce qui signifie aussi, pour une large part arachide en coques et arachides décortiquées. Concentration sur des produits, concentration sur des origines qui accordent une plus large place à la production coloniale. Sans excès. Encore en 1913, la réduction du champ d’approvisionnement s’opère lentement, alors que le marché lui-même se déplace vers les grands ports du Nord. Au lendemain de la Première Guerre, le commerce se traite en sterling.

16Ainsi la situation n’était pas la même pour les sucres et les oléagineux. Pour ceux-ci, les marchés extérieurs comptaient moins à l’exportation qu’à l’importation. Intermédiaire entre les pays producteurs d’outre-mer et d’autre part les consommateurs, pour l’essentiel habitants de l’Europe industrielle, Marseille parvenait à maintenir son ouverture internationale pour les approvisionnements. En 1913, l’Inde fournissait encore plus de 60 % des arachides, qui faisaient elles-mêmes plus de la moitié des graines fluides ou concrètes entrées à Marseille. La menace venait plutôt de l’aval : le détournement du marché et de la clientèle par les centres portuaires de l’Europe atlantique et de l’Europe du Nord, en France d’abord, plus encore à l’étranger. Pour les sucres raffinés, la situation s’avérait différente ; Marseille était une étape entre les producteurs de brut et les consommateurs à conserver ou à gagner hors des territoires déjà conquis par le sucre de betterave. En dehors de la pression des producteurs « indigènes », l’importation reposait, à la marge surtout, sur les bruts exotiques des colonies, équilibrés plus ou moins entre Antilles et océan Indien. L’exportation était à conquérir ; mais, de 1900 à 1913, la prospection avait changé, des marchés de l’Iran et du Golfe persique au Maroc nouvellement colonisé :

  • 6 L. Pierrein, op. cit., p. 103.

Progrès et modifications : une exportation qui se replie de l’étranger sur les colonies, un marché intérieur devenu très important, la différence est sensible. On entrevoit, pour les sucres comme pour les autres produits, la fin d’une époque et le début d’une nouvelle6.

17Cette conclusion de Louis Pierrein ne prend pas exactement le même sens dans toutes les branches. C’était l’industrialisation de l’Europe du Nord qui bornait déjà les ambitions de l’huilerie ; la division économique du monde en empires laissait d’autres espoirs pour les sucres. La structure des entreprises présentait les producteurs marseillais comme déjà affaiblis dans le premier cas. Hubert Giraud ne cachait pas cette fragilité. Dans le cas des sucres, la forte concentration permettait d’atteindre une certaine capacité d’organisation et de résistance. L’industrialisation, à travers ces deux exemples classiques, prend ainsi deux caractères : sa dépendance à l’égard de marchés et de hiérarchies mondiales, dont les Marseillais ne sont que des acteurs, parmi d’autres – et de moins en moins centraux. Une absence d’uniformité selon les compositions multiples adaptées au xixe siècle, d’une branche à l’autre. L’imaginaire se brise aussi sur des expériences divergentes.

18Minoterie-semoulerie, huilerie-savonnerie, raffinerie de sucre sont bien les trois industries majeures du système marseillais, mais chacune a son rythme, sa logique et les liens entre elles ne sont pas nécessairement étroits. Parfois, on retrouve des animateurs identiques, de part et d’autre ; mais il s’agit plus d’unions personnelles que de solidarités réelles. L’expansion diffère, d’ailleurs, pour chacune d’elles dans ce long xixe siècle qui va jusqu’à la crise de 1929. Ancienne et précoce, l’industrie des sucres n’atteint pas encore son sommet avant l’entre-deux-guerres, pour certaines des raisons signalées. L’huilerie-savonnerie témoigne à la fois d’une inversion d’importance relative et de prospérité entre les deux éléments réunis par un trait d’union qui correspond à des structures réelles des entreprises, mais dans certains cas seulement. L’huilerie culmine dans son envolée qui précède la Première Guerre, non sans avoir révélé des lignes de fragilité et subi des transformations dans les vingt années qui précèdent. La minoterie, fort modeste au début en raison de l’échelle mobile, connaît un véritable boom entre 1850 et 1880, appuyée dans la banlieue sur l’énergie disponible du canal, surexcitée par le libre-échange ; ensuite tassée par la grande dépression, au point que les maîtres du négoce et de la transformation des céréales déplacent en partie leurs intérêts, elle s’affirme dans la phase de prospérité arrêtée par la guerre. Au total, ces trois secteurs représentaient la moitié en valeur de la production industrielle en 1840, à peu près autant en 1860, 62 % en 1880, de nouveau 53 % en 1900, et peut-être un peu moins en 1905. Dans un régime qui n’est pas bien entendu de concurrence directe entre ces branches, le rapport intérieur varie beaucoup plus que le total.

Mécanique d’industrialisation

19Il faut donc chercher en deçà l’image réelle de l’industrialisation marseillaise – dans la mesure où elle ne peut être suivie exclusivement à partir des trois leaders et où les effets d’entraînement et de blocage se lisent ailleurs. La première et la plus ancienne industrie qui induit d’autres activités qui lui sont d’abord liées, puis peut faire naître d’autres secteurs industriels, c’est la savonnerie, mère à la fois précoce et retardée de l’industrie chimique. Rappelons pour mémoire que Marseille se dit industrielle (par exemple dans le préliminaire de la Statistique de Villeneuve) quand elle se tourne vers la fabrication de la soude artificielle et donc vers l’importation des matières dont on peut tirer l’acide sulfurique (procédé Leblanc). Ce fut un choc – et l’occasion d’une forte méfiance à l’égard des grands procédés de l’industrie :

  • 7 P. Boscq, Marseille à l’Exposition..., p. 111.

On s’imaginait que le savon fait avec cette soude gâtait le linge et nuisait à la santé de ceux qui l’employaient. L’erreur fut encore plus loin : il s’accrédita chez les paysans que les fabriques de soude repoussaient les nuages et les privaient ainsi de pluie. Cette erreur s’était tellement répandue, qu’on fut obligé, en 1815 et 1816, d’envoyer pendant quelque temps des troupes à Septèmes pour y préserver les fabriques de soude d’une destruction certaine7.

20En tout cas, ce fut le premier test d’application de la loi sur les établissements insalubres de 1811. Aujourd’hui encore les ruines de ces soudières semblent monter la garde aux limites du terroir marseillais, dans les coins les plus reculés. La victoire du procédé Solvay élimina ces usines, au seul avantage de Salins-de-Giraud. Mais la filière soufre-acide sulfurique-soude était fixée à Marseille et à l’origine d’une chimie minérale, allant du traitement des pyrites jusqu’à la fabrication des engrais. L’usine dite de « Rio Tinto » inscrivait dans le paysage et la terminologie de Marseille ce lien. C’est bien cette chimie qui, faisant une première place au caoutchouc et aux huiles de pétrole, marquait les points, relativement aux autres branches, à l’extrême début du xxe siècle. Forme locale dominante – et sous des aspects de « masse » aussi – de la seconde révolution industrielle.

21Un changement plus important sans doute intervient dans les années 1830-1840 avec la construction des machines à vapeur pour la navigation, pour les usines et pour les grands travaux. Paul Masson s’étonnait pourtant que les commentateurs de l’expansion marseillaise dans le dernier tiers du siècle aient négligé l’industrie des métaux et surtout les constructions mécaniques. Mais, non sans paradoxe, ce gommage est assez répandu dans le tableau que l’on fait de Marseille ; ces activités ne déclenchent pas de véritables combats d’opinion comme les docks, les chemins de fer, les droits sur le blé ou sur les graines oléagineuses. Elles sont en marge et parfois mal perçues (comme un élément de coût excessif) par le négoce et l’armateur. Si l’on se fie pourtant aux statistiques, elles accompagnent le « démarrage » de la production industrielle dans les années 1830-1840 (vers 1840 les constructions mécaniques produisent autant en valeur que l’huile) et leur part reste à peu près constante entre 8 et 10 % jusqu’à la Première Guerre mondiale. Julliany n’avait pas sous-estimé cet aspect décisif de la révolution industrielle et bien noté sa double implication dans le développement d’un nouveau type de navigation et de nouveaux modes de travail industriel. C’est bien à l’industrie des machines qu’il rapportait la transformation du paysage marseillais, tout en rappelant sa complémentarité native (vapeur / mécaniques hydrauliques) :

  • 8 J. Julliany, op. cit., t. 3, p. 379.

Les machines employées par l’une et par l’autre (navigation, construction industrielle) ont donné lieu à l’établissement d’ateliers considérables récents. Marseille et ses environs se sont hérissés de hautes cheminées dont les noires vapeurs annoncent au loin que notre ville joint au génie commercial le génie industriel et qu’elle peut tenir dans ses puissantes mains le sceptre de Manchester et celui de Liverpool. Sans doute, le haut prix de la main-d’œuvre chez nous est un obstacle au progrès industriel… Lorsque le canal de la Durance pourra être exécuté, il dépendra du gouvernement d’avoir dans le Midi de la France un des plus beaux foyers de travail et de richesse du monde8.

  • 9 J. Méry, op. cit., p. 140.

22C’est bien greffé sur le travail des métaux, la chaudronnerie, la construction des machines et des navires – c’est-à-dire les moyens de production et d’échange – que le mythe industriel s’impose alors à quelques esprits. Méry, peu économiste, place Taylor, créateur des ateliers qui sont à l’origine des Forges et chantiers de la Méditerranée, « anglais amoureux de notre Provence et de Marseille, surtout, où il avait fait aimer le génie, l’activité et l’industrie de sa nation en fondant cette belle usine que vous avez connue sur le chemin de Toulon9 » en symétrique de Montricher.

23La « popularité » de cette branche n’est certainement pas à la hauteur de ses réalisations techniques. Paquebots à vapeur, bien entendu, machines et pièces de marine, machines industrielles dont l’huilerie et la minoterie, dès les années 1840, grâce aux ateliers plus modestes de Falguière et de Chambauvet, font l’acquisition. Éliminons l’une des causes de cette moindre connaissance : les affaires les plus voyantes, les chantiers navals sont sortis déjà d’un port trop encombré et qui ne conserve que le radoub, avant et après la Joliette. Dès 1838, Benet installe ses chantiers à La Ciotat, tout en établissant une fonderie à Marseille même pour les alimenter. Les Forges et chantiers de la Méditerranée, concentrant en une seule firme en 1852 divers ateliers (dont ceux de Taylor), disposent de vastes espaces pour la construction navale à La Seyne, près de Toulon. Les ateliers de Fraissinet, longtemps situés au nord du port, à la Madrague, sont transférés à Port-de-Bouc en 1899. Mais il reste à Marseille des fabrications de haute technologie, soit dans les établissements qui dépendent de La Ciotat (chantier acquis en 1853 par les Messageries impériales) ou de La Seyne, soit dans des établissements indépendants, ainsi Stapfer et Duclos, qui obtiennent une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1878. Les Forges et chantiers, orientés vers la production militaire, bénéficient de commandes de l’État français et d’États étrangers. Les ateliers de La Ciotat sont assurés de la demande d’une compagnie de navigation, comme les Messageries qui bâtit, puis renouvelle sa flotte de paquebots. Il est tout à fait normal que cette industrie suive la courbe de l’investissement plus que les industries classiques soumises à des sautes plus capricieuses du marché ou des accidents climatiques. On retrouve donc ces pointes de l’investissement originales par rapport à celles du trafic commercial, 1861-1865 ou l’extrême fin du siècle. En 1864, le compte rendu de la Chambre de commerce estime à plus de 30 millions de francs l’activité des constructions mécaniques et navales : 13 millions pour ces dernières, 17 millions pour le matériel mécanique dont 12 millions de travaux neufs, 5 millions de réparations. Parmi les travaux neufs, 8 millions et demi vont aux machines de la marine, 3 millions et demi à celles de l’industrie. Au total, cette valeur représente les trois-quarts du chiffre d’affaires de l’huilerie, autant que la minoterie. En 1899, le compte rendu commente la création de la Société des Ateliers et chantiers de Provence, issue des ateliers Fraissinet, souligne le carnet de commandes militaires des Forges et chantiers, l’appareillage des raffineries fourni par Stapfer et Duclos ou le matériel complet d’huilerie, mis au point par la Société marseillaise de constructions mécaniques, au moment où cette branche essaie de dépasser sa crise. Les efforts de productivité se lisent donc plutôt dans ce chapitre que dans celui réservé à chaque industrie « traditionnelle ».

24Il y aurait donc des raisons manifestes de succès, si les constructions mécaniques ne rencontraient pas deux séries de difficultés. D’abord l’éloignement des gîtes charbonniers et surtout de la sidérurgie ; plus encore un marché du fer et de l’acier très protégé et organisé à l’avantage des producteurs du Nord de la France. Cette situation explique, dès avant 1870, l’annonce de restrictions mises à l’admission temporaire des fers et aciers, support de l’exportation de machines et de navires par Marseille. Imposer la règle de l’identique, c’était empêcher les constructeurs marseillais de négocier les droits d’importation correspondant à leurs ventes à l’étranger et leur faire subir des frais de transport plus lourds, depuis la frontière du nord, entrée banale de ces produits. C’était avantager aussi les maîtres de forges de la région du Nord et faciliter l’emprise qu’ils exerçaient sur le marché français. Marseille avait bien tenté une première expérience de sidérurgie littorale, destinée à traiter les minerais d’Algérie et d’Italie, avec du coke venant de l’intérieur. L’entreprise lancée par Mirés, reprise par Talabot, satisfaisante dans les années 1860, devait péricliter après les années 1880 et ne conserver que sa branche produisant le gaz d’éclairage, à partir de 1905.

25La seconde source de difficultés venait du marché même de la navigation. Les négociants, puis les armateurs marseillais s’intéressaient plus au trafic et à la vente des marchandises qu’à un monopole du pavillon. Les patrons de voiliers avaient pris l’habitude d’acheter ou de faire construire leurs bricks à l’étranger. Puis, seules les grandes compagnies de navigation s’adressaient essentiellement au marché national pour fabriquer leurs paquebots, grâce aux liens particuliers qui les unissaient aux chantiers. La marine marchande marseillaise était donc favorable en priorité aux facilités ou aux encouragements que l’on pouvait offrir pour la francisation des navires – ce qui les plaçait ensuite sous pavillon français – plus qu’aux avantages réservés exclusivement aux constructeurs nationaux. Les lois d’aide à cette marine oscillaient donc entre les deux thèses. Dans l’atmosphère protectionniste qui se déploie autour de 1890, elles assurent le monopole des chantiers français. En 1893, le compte rendu annuel de la Chambre de commerce dénonçait les erreurs de ce système qui, prétendant porter secours à l’armement, en privilégiait surtout les constructeurs :

La prime à la navigation est attribuée pour la majeure partie à la construction. Nos chantiers, peu nombreux, surchargés de commandes de l’État et des États étrangers demandent des délais de deux ou trois ans ; les prix élevés ne sont accessibles qu’aux grandes compagnies de navigation…

26La Chambre de commerce en profitait pour réaffirmer sa fidélité aux principes libéraux à la fois pour l’armement maritime et pour les grands chantiers. C’est-à-dire qu’il était difficile de fixer une politique ferme en ce domaine, ce qui la faisait varier étrangement au gré des commandes et des conjonctures. En 1910, les Forges et chantiers sont prêts à fermer leur usine de Marseille.

  • 10 Encyclopédie départementale, t. VIII, p. 279.

Il fallut les instances combinées de la municipalité, du Conseil général et de la Chambre de commerce qui s’unirent pour défendre les intérêts de la population de 3 000 ou 4 000 personnes, représentées par les ouvriers et leurs familles10.

27Sous le coup de l’augmentation des frets et du trafic, l’armement marseillais connaît au contraire une « prospérité exceptionnelle » en 1911-1912 et les commandes militaires s’accumulent, au gré de la conjoncture internationale.

Au bout d’un système

28Seconde révolution industrielle ? À partir de ces bases encore fragiles, l’économie marseillaise fait place à deux nouveaux types d’industrie : d’un côté la production d’énergie électrique, dont on reparlera puisqu’elle entraîne de nouveaux types d’organisation de l’espace. La première question posée est celle de la défense tarifaire de la production française de moteurs, encore dans les limbes. En 1906, les organisations professionnelles plaident en faveur de droits modérés :

  • 11 Archives de la C.C.I.M.-MP 3.6.2.2.

L’électricité, autrefois industrie de luxe, est devenue un agent de première nécessité… Il serait donc dangereux d’élever à nouveau la barrière11.

29On reste dans la logique de consommation. Plus curieuse est l’industrie, qui se nourrit en partie, à l’origine, des difficultés des constructions mécaniques « traditionnelles ». Des négociants mordus de sport automobile et même d’aviation fondent à Marseille la société en commandite Turcat-Méry, dont la production atteint, en 1913, 2 millions de francs de produits, non compris la carrosserie et les accessoires. Autre industrie, autre marché, autres techniques, qui au lendemain de la guerre, dans des perspectives de développement, inquiètent les banques locales. L’imaginaire marseillais s’effrite déjà. En fait, Marseille a déjà tourné le dos à des projets qui donneraient consistance à ces nouvelles logiques de production. La seconde révolution industrielle reste en chemin. Marseille vient d’accepter le pétrole et va même l’attirer sur les bords de l’étang de Berre : celui-ci ne paraît pas déséquilibrer le vieux système marseillais. Engagée encore dans les fabrications de guerre, elle refuse en quelque sorte leurs prolongements pacifiques, pourtant hâtivement préparés par des firmes nationales, Peugeot, Schneider ou Hotchkiss, comme en témoignent les achats de terrain. Le rapport du commissaire spécial au préfet révèle une curieuse méfiance des affaires marseillaises devant « la menace » que présentent ces prémices sinon d’un fordisme, encore dans le brouillard, du moins d’une « déstabilisation » du marché du travail marseillais avant même la fin des hostilités.

La maison Peugeot va transférer son outillage et son personnel à Marseille. L’usine Peugeot travaillera conjointement avec les Établissements Paulet. En outre, les maisons Schneider et Hotchkiss ont décidé de créer incessamment à Marseille des succursales pour la fabrication, avec du personnel prélevé dans leurs usines de l’intérieur. Marseille va donc recevoir plus de 3 000 ouvriers avec leurs familles… mais ce qui préoccupe encore davantage, c’est la différence entre salaires parisiens et marseillais ; les ouvriers parisiens sont mieux rétribués et vont bénéficier d’avantages accessoires sérieux. Les industriels marseillais envisagent avec une certaine appréhension les effets du contact de leur personnel avec les ouvriers venant de Paris. On craint que la main-d’œuvre locale, alléchée par les grands avantages consentis aux ouvriers parisiens, ne demande l’unification des salaires…

  • 12 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, M6/3 853, 8 juillet 1918, rapport du commissaire spé (...)

30Et le commissaire spécial précise, alors qu’il ne s’agit encore que de la construction d’une usine de moteurs pour avions militaires, « les risques d’augmentation des salaires non seulement dans la métallurgie et les ouvriers du bâtiment, mais dans toutes les autres branches12. »

31L’industrie de Marseille redoute l’industrialisme.

32Une attention portée aux salaires souligne les transformations du marché du travail marseillais par les « négoces » industrialisants du xixe siècle. En 1840, Marseille est considérée encore comme une ville « chère » par le prix de sa main-d’œuvre. Les métiers occupent encore une grande place et le développement de la mécanique ne réussit qu’en pratiquant des rémunérations relativement élevées, chez Taylor par exemple. En 1865, la Chambre de commerce met au compte de cette pression exercée par l’industrie la désaffection que subissent les métiers de la mer. Comparant la main-d’œuvre locale aux « populations maritimes de l’Adriatique, de la Grèce, de l’Archipel et des côtes d’Italie », elle écrit :

  • 13 C.C.M., Compte rendu de la situation..., 1865.

Il en est bien autrement de nos populations qui ont, en quelque sorte sous la main, dans nos grandes villes et nos grands établissements industriels, des salaires très élevés et une vie facile, ce qui explique le peu d’empressement de la génération actuelle à s’adonner au métier de la mer13.

33Comparaison trop large, trop aisée. Regardons, de plus près, l’évolution même de Marseille et sa position par rapport à d’autres villes. Dès 1880, les auteurs soulignent la masse des emplois peu qualifiés et à bas salaires, dans les industries clés, et surtout l’huilerie-savonnerie. Pour mémoire, on évoquera la description célèbre de Turgan :

  • 14 Turgan, Les grandes usines, t. II, p. 125.

La main-d’œuvre directe dans ce qu’elle a de plus primitif ; pas même un contrepoids avec une petite plate-forme… des ouvriers patients et robustes, des contremaîtres intelligents, mais aucun secours de la mécanique moderne, qui sait épargner si bien les fatigues et gagner tant de temps14.

34Bernard dresse, dans le même sens, le tableau d’une industrie où l’immigration italienne fournit, à côté des matières premières, la seconde opportunité :

Il arrive en émigrant, le plus souvent sans un sou vaillant, très rarement pourvu des premiers rudiments de l’instruction primaire et ne connaissant aucun métier… En moyenne, il n’est pas plus inintelligent que l’ouvrier français… Il trouve assez facilement à employer ses bras dans une grande ville industrielle où la bureaucratie administrative ne joue qu’un rôle infime, où la grande fabrique l’accepte volontiers et même souvent le recherche : c’est qu’il rachète son infériorité par un côté que l’usinier ne peut négliger ; il s’offre à bon marché… De là vient que certains travaux sont exclusivement l’apanage de l’ouvrier étranger et que dans un très grand nombre d’usines, de savonneries par exemple, on trouverait difficilement d’autres français que le contremaître et le chef ouvrier.

35C’est une nouvelle image de Marseille qui se forme ainsi dans les années 1880, à travers des rapports assez tendus entre ouvriers d’origines différentes, avant que l’ouvrier italien, comme le signale déjà Bernard, ne commence « à affirmer sa solidarité avec l’ouvrier français… ». Le discours est en lui-même digne d’intérêt (Voir annexe n° 11).

36Des documents plus objectifs dessinent bien cette originalité du marché du travail. Les recensements de la main-d’œuvre – recensements quinquennaux de la population ou enquêtes de l’Inspection du Travail – Bernard, en 1884, donnent l’exemple. Quand il essaie de répartir entre les branches industrielles les 75 000 ouvriers manuels de Marseille, il laisse un fourre-tout de complément pour plus de la moitié du total (46 000 personnes), attribué aux ouvriers de l’artisanat (boulangers, par exemple), ouvriers du bâtiment, charretiers et hommes de peine. Les recensements font une large part aux manœuvres non affectés à une activité particulière, 30 000 environ, un bon tiers de la « population industrielle », en 1906. À côté de cette masse indéterminée, bien utile pour ajuster les « actifs » au dopage des chiffres du recensement, et sans commune mesure avec l’estimation des journaliers du port, le second aspect du marché du travail, c’est le manque de main-d’œuvre qualifiée. Dans les années 1920 encore, après les inquiétudes et les refus opposés de 1918, l’Encyclopédie départementale regrette la rareté de mécaniciens bien formés :

  • 15 Encyclopédie départementale, t. VIII, p. 392-393.

Ces ouvriers spécialisés qui leur sont nécessaires deviennent de plus en plus rares. Il faut à nos industries mécaniques un personnel de choix dressé par un long apprentissage ; des métiers à gain plus immédiat détournent souvent les jeunes gens…15

37Il n’est pas étonnant qu’à long terme, les enquêtes sur les salaires et la durée du travail constatent un déclassement de Marseille. Entre les périodes 1840-1845 et 1891-1893, extrêmes de la série, la hausse des salaires serait de 100 % en moyenne en Seine-et-Oise, de 70 % à Lille, 50 % à Lyon, 32 % seulement à Marseille. Au début, Marseille figurait en tête ou presque pour son salaire moyen. À la fin du siècle, elle entre dans le rang, avec une moyenne de 4 francs par jour, loin des 6,40 francs parisiens, dépassée par la plupart des grandes villes industrielles.

  • 16 C.C.M., Correspondance et documents, octobre 1921, p. 730.
  • 17 L. Pierrein, Industries traditionnelles..., p. 36-39.

38Autre signe d’originalité, image classique du travail marseillais (à défaut d’imaginaire), la dispersion des entreprises – et d’abord des établissements industriels. De fait, cette impression d’ensemble mérite d’être nuancée. La cité associe, en effet, dans ses activités, des établissements importants, fortement concentrés pour l’époque (raffineries de sucre, un établissement de plus de 1 000 ouvriers, deux autres de 500 à 1 000 ; les chantiers navals, l’un au-dessus de 2 000 ouvriers, deux autres autour de 1 000, la stéarinerie Fournier, la principale usine de tuilerie ou de verrerie) et une dispersion technique très poussée, au point que les regroupements financiers englobent souvent une série d’usines à la capacité médiocre. C’est le cas notamment dans l’huilerie-savonnerie (une quarantaine d’huileries, une soixantaine de savonneries vers 1910), dans les minoteries-semouleries, les industries de la « terre », les constructions mécaniques. L’huilerie-savonnerie, au début de ce siècle, s’est en partie concentrée autour de la firme Verminck (qui, avant de pouvoir mettre en œuvre une nouvelle usine plus puissante sur le canal de Martigues, compte au moins cinq établissements), de Rocca-Tassy-de Roux, et enfin du capital britannique des Produce-Brokers, qui reprend lui aussi des usines existantes. La concentration technique ne passe qu’après, seconde phase espérée, ces additions peu productives. En octobre 1921, l’armateur Hubert Giraud, président de la Chambre de commerce, alerte l’opinion de ses mandants. Il faut « dépouiller le vieil esprit particulariste pour accepter la notion de la discipline et de la coordination dans l’organisation de nos industries… Chercher dans les méthodes de concentration économique le moyen d’abaisser vos prix de revient et de vente est plus et mieux que sauvegarder vos intérêts. C’est accomplir un devoir16 ». Louis Pierrein ne fait pas un autre constat quand, une trentaine d’années plus tard, il oppose les initiatives de l’oligopole sucrier organisé autour des Raffineries Saint-Louis et l’anarchie du secteur très vulnérable huilerie-savonnerie « parce qu’il s’agit, en fait, d’un agrégat d’affaires individuelles et disparates ». De Julliany à Pierrein, le jugement reste le même : les Marseillais boudent la réunion des capitaux et la cohérence des stratégies. Et Pierrein, en quelques pages étonnantes, ne fait que reprendre avec moins de cruauté et plus de style le procès intenté par Victor Cambon du « propriétaire-directeur », individualiste, joueur, recherchant le gain rapide17.

39Contre ces attitudes, les liens sociaux qui s’établissent dans un milieu local, naturellement restreint, n’apportent que peu de correctifs. Les croisements familiaux, en particulier. Les interventions bancaires non plus : la Société marseillaise de crédit, constitue, on l’a vu, un véritable club des grandes affaires ; à l’origine, elle se place à l’articulation du capital marseillais et du monde financier parisien et le relâchement des liens institutionnels entre la banque et son parrain national, le Crédit industriel et commercial, change peu de chose. Ensuite, elle parvient à relier les initiatives marseillaises : la S.M.C. se conduit en effet, comme Michel Lescure l’a démontré, en banque d’investissement, participe par ses fonds propres au capital (renflouement ou création) de firmes importantes, intervient dans leur direction. Elle forme ainsi autour d’elle une sorte de nébuleuse qui va des activités immobilières et de l’équipement (Société immobilière marseillaise, Grands travaux de Marseille, et de ce fait Énergie électrique du littoral méditerranéen) aux affaires financières et commerciales d’outre-mer (de Suez à l’Afrique occidentale, la Tunisie ou Madagascar), à la construction navale (Forges et chantiers, Chantiers de Port-de-Bouc), à la navigation maritime, à l’industrie enfin dont elle soutient les affaires les plus prometteuses, quitte à les aider dans les moments difficiles (raffineries de sucre, stéarineries et quelques entreprises de l’huilerie-savonnerie). Un réseau consistant, reprenant les thèmes marseillais – et notamment la filiation négoce-industrie – avec plus d’envergure et plus de moyens. Toutefois, à partir des années 1900, quand il faut tenir compte d’autres logiques bancaires, la seule innovation véritable porte sur l’équipement électrique de la région ; on y reviendra. La Société marseillaise de crédit sélectionne plus qu’elle n’oriente. Elle ne peut sauver la société héritière de Verminck de la débâcle, défendre l’organisation marseillaise des corps gras contre le capital étranger, et même soutenir, avec assez de conscience de l’enjeu, les projections peut-être aventurées de Turcat-Méry. Porteuse, en somme, d’un imaginaire, elle s’enferme à son tour dans les configurations acquises.

Notes

1 L. Pierrein, Industries traditionnelles..., p. 31-32.

2 V. Cambon, La France au travail, t. III, p. 179.

3 S. Berteaut, op. cit., t. I, p. 11.

4 Tribunal de commerce. Discours de rentrée solennelle, 1877.

5 C.C.M., Compte rendu de la situation..., 1863.

6 L. Pierrein, op. cit., p. 103.

7 P. Boscq, Marseille à l’Exposition..., p. 111.

8 J. Julliany, op. cit., t. 3, p. 379.

9 J. Méry, op. cit., p. 140.

10 Encyclopédie départementale, t. VIII, p. 279.

11 Archives de la C.C.I.M.-MP 3.6.2.2.

12 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, M6/3 853, 8 juillet 1918, rapport du commissaire spécial.

13 C.C.M., Compte rendu de la situation..., 1865.

14 Turgan, Les grandes usines, t. II, p. 125.

15 Encyclopédie départementale, t. VIII, p. 392-393.

16 C.C.M., Correspondance et documents, octobre 1921, p. 730.

17 L. Pierrein, Industries traditionnelles..., p. 36-39.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search