Version classiqueVersion mobile

Entre expression et expressivité : l’école linguistique de Genève de 1900 à 1940

 | 
Anamaria Curea

Chapitre 3

Henri Frei. La problématique de l’expressif et la linguistique fonctionnelle

Texte intégral

1La problématique de l’expressif chez Frei atteste un intérêt que son maître, Bally, lui a sans doute inspiré, mais qui s’explique également par les circonstances de sa formation à l’Université de Genève. Frei s’intéresse à l’expressivité à un point de vue qui présente des similarités et des différences par rapport à celui de son maître. L’analyse de quelques éléments théoriques de l’œuvre de Frei se justifie, d’une part, par un dialogue qui peut s’établir entre ce représentant de la seconde génération des linguistes de Genève et ses prédécesseurs, et d’autre part, par un point qui ne l’en rapproche que davantage, à savoir l’insertion de la problématique de l’expressif dans un programme scientifique de linguistique générale, la linguistique fonctionnelle.

1. Expliquer la forme par la fonction

  • 1 Nous rappelons ici que l’attitude non normative du linguiste avait également été affirmée par Sauss (...)
  • 2 Chez Bally nous avons pu constater un intérêt élevé et des éléments d’un cadre théorique pour la co (...)
  • 3 Il s’agit de lettres écrites par des personnes « de culture rudimentaire », les femmes du peuple gé (...)
  • 4 « La linguistique d’aujourd’hui tend à substituer à la science du renfermé la vue directe de la vie (...)

2Dans son introduction à La grammaire des fautes (1929 ; ci-après GF), Frei situe son approche à l’égard de deux attitudes qu’il identifie dans l’étude de la grammaire, celle des puristes, impérative et empirique (donnant des jugements de valeur sur des faits particuliers, en l’absence d’un principe général), et celle des linguistes, qui font preuve d’un esprit d’observateur, se refusant à porter des jugements normatifs sur les usages de la langue. L’auteur opte pour cette seconde position, apte à favoriser une vision plus objective sur la vie des signes et sur les prétendues fautes, qui ne font que refléter le fonctionnement du langage1 : une étude des fautes réclame – ce qui n’était pas le cas pour les approches éminemment théoriques de Bally et de Sechehaye – un corpus2. Le matériau examiné contient des exemples qui rendent les « façons de parler les plus spontanées » et des lettres adressées à l’Agence des prisonniers de guerre3 (Comité international de la Croix-Rouge, Genève), un corpus considérable sur lequel l’auteur applique ses principes de linguistique fonctionnelle4.

  • 5 De manière quelque peu surprenante, Frei attribue la conception normative à l’école française (Durk (...)
  • 6 Les déficits du langage correct (par leur nom même) ne peuvent se remarquer que s’il y a un écart s (...)
  • 7 Un des exemples de fait de langage déficitaire est la phrase C’est lui qui la fait venir, les itali (...)
  • 8 Frei cite Bally, qui avait exprimé dans LV son opinion sur la nécessité d’une étude systématique de (...)

3La conception non normative de la faute amène Frei à formuler des principes de linguistique qui opposent la fonction à la norme. La définition de ce qui est correct en fonction de la conformité à la norme commune est remplacée par une approche qui associe la correction d’un fait de langue à son degré de conformité à la fonction qu’il est censé remplir. Cette conception est dite « fonctionnelle »5. Dans cette perspective, est incorrect ce qui n’est pas adéquat à une fonction donnée6 (clarté, économie, expressivité). Cette inadéquation est appelée « déficit »7. Le point de départ de l’auteur est le caractère nécessaire des fautes8 et son programme vise à déterminer la nature de cette nécessité :

Une des thèses de ce livre sera de démontrer que dans un grand nombre de cas la faute, qui a passé jusqu’à présent pour un phénomène quasi-pathologique, sert à prévenir ou à réparer les déficits du langage correct. (GF, p. 18)

  • 9 Les linguistes cités par Frei qui ont utilisé cette notion dans leurs travaux sont le linguiste all (...)

4Pour définir la fonction, notion-clé de son programme, Frei évoque la notion de finalité9, à laquelle les théories linguistiques sont obligées de se rapporter. Il y voit le « principe » et la « raison d’être » du langage. Dans cette perspective, la phrase est définie comme un jugement « destiné à » être transmis à l’entendeur, le signe, un procédé « destiné à » transmettre une signification donnée à un entendeur donné :

Une propriété d’un phénomène est dite fonction quand ce phénomène est agencé en vue de cette dernière ; inversement, un phénomène est dit procédé quand il sert de moyen destiné à satisfaire une fonction donnée. Le signe, la phrase, le langage ne sont pas des processus, engagés dans de simples rapports de cause à effet, mais des moyens, des procédés. (ibid., p. 20)

5Deux dimensions opposées et solidaires caractérisent la finalité : la sélection, acceptation ou rejet des propositions individuelles par la collectivité (les innovations sont adoptées inconsciemment en vertu de leur adaptation à un besoin général), et l’adaptation créatrice (le langage présente des cycles fonctionnels, l’excitant est le déficit, le moyen est le procédé, et la fin, le besoin linguistique). En linguistique, le déficit crée le besoin, et celui-ci déclenche le procédé qui doit le satisfaire. L’auteur estime qu’en matière de langage, ce cycle fonctionnel n’est ni conscient ni systématique.

1.1 La loi en linguistique statique

  • 10 Frei estime que la conception saussurienne de la loi (CLG, p. 133) renvoie uniquement à la règle gr (...)

6Pour dégager le fonctionnement et la nature de la loi en linguistique, Frei l’oppose à la règle. La première est une dépendance conditionnellement nécessaire entre deux termes, la seconde est un principe impératif imposé par la contrainte de l’usage collectif et par le grammairien10. La règle est conventionnelle, alors que la loi est naturelle, dans la mesure où elle a une valeur constatative, comme dans les sciences naturelles. L’auteur recourt à une analogie pour appuyer cette distinction : la règle est analogue aux lois juridico-parlementaires, aux usages et coutumes de la société, alors que la loi linguistique est « parallèle aux lois de la sociologie ». Elle ne fait que constater et enregistrer les rapports de dépendance mutuelle reliant les faits. Une autre opposition est établie selon leur action dans le temps : la règle est provisoire, la loi doit être pérenne et générale. En outre, le linguiste voit dans la distinction entre la règle et la loi, autrement dit entre la norme et la fonction, un principe de classement des sciences, qui peuvent être normatives ou constatatives (comme la logique face à la psychologie de réaction, la dogmatique face à la science des religions, le canon esthétique face à la science de l’art). Face à la grammaire normative, la linguistique fonctionnelle, censée établir les lois du fonctionnement du langage, est une science qui a pour objet l’existence, la continuité et le remplacement des règles du système.

7Pour Frei, la linguistique fonctionnelle est tout simplement la linguistique statique, et en tant que telle, elle s’oppose à la méthode historique, qui opère sur les successions, les substitutions et les évolutions d’une forme dans le temps. La succession historique n’est pas à son avis une explication, mais un « fait qui demande lui-même à être expliqué ». Dans cette perspective, l’histoire est une simple reconstitution de faits. La linguistique fonctionnelle se situe, elle, sur le terrain statique et ramène les faits constatés à des fonctions ou des besoins qu’ils satisfont :

Un procédé ne correspond pas nécessairement à un besoin donné, mais peut obéir à des tendances diverses ; inversement, un besoin peut utiliser plusieurs procédés. Il y a donc, par analogie avec ce qu’on appelle la polysémie du signe, un « polytélisme » du procédé, ce terme désignant la multiplicité des fins qu’un même moyen permet d’atteindre, et inversement. (p. 27)

8La méthode de la linguistique fonctionnelle est déductive. L’opération inverse est vouée à l’échec, étant donné la diversité déconcertante des procédés. L’auteur les classe en fonction des cinq besoins fondamentaux, considérés comme des constantes du langage. Le premier est l’analogie, notion définie également par Saussure et assimilée au mécanisme même de la parole. Frei affirme qu’il attribue à ce concept une portée plus large que Saussure, et un rôle explicatif pour l’étymologie populaire, la contamination et la contagion. L’analogie est envisagée comme un besoin général d’assimiler les signes par leurs formes et par leurs significations afin de les ordonner dans un système. Ce besoin est appelé assimilation.

9La contrepartie du besoin de réduction des signes à une masse homogène est le besoin de différenciation ou de clarté, deuxième besoin (ou fonction). Le troisième est l’économie, qui exige une compréhension aisée et rapide (abréviations, raccourcis, sous-entendus, ellipses). Le besoin d’invariabilité exige que les associations dans la parole fonctionnent avec le moindre effort de mémoire. À ces quatre premiers s’oppose celui qui présente le plus d’intérêt pour notre recherche : le besoin d’expressivité, déclenché par l’usure sémantique et par l’absence de signes suffisamment « frappants », et mettant en place des procédés consistant à agir sur l’entendeur, « soit pour le forcer à tenir compte de ce qu’on lui dit, soit pour le ménager » (p. 29). L’auteur ajoute un aspect très significatif de ce traitement en termes de besoins, à savoir l’harmonie et l’antinomie relatives qui existent entre eux, clé de la stabilité et de l’instabilité du système de la langue :

La stabilité d’une langue correspond à un état d’« équilibre des besoins », dans lequel aucun de ceux-ci n’est assez fort pour modifier appréciablement le système ; tandis que la direction dans laquelle une langue évolue n’est en fin de compte que la résultante du « parallélogramme des besoins » qui agissent sur elle. S’il est permis de traduire une notion assez précise par un terme vague, cette proportion des besoins linguistiques est au fond ce qu’on appelle le « génie de la langue ». (p. 29-30)

  • 11 L’exemple évoqué introduit le relativisme de la compétence du sujet parlant : le passage de fortuné(...)

10Un des enjeux de la linguistique fonctionnelle est de dégager le rôle du changement à l’intérieur d’un état de langue. Frei reprend la définition de l’état de langue formulée dans le CLG, et note un aspect qui lui semble surprenant, la définition d’un état absolu comme absence de changements, ce qui pourrait suggérer que l’étude d’un état de langue ignore les changements peu importants. Dans la perspective de la linguistique fonctionnelle, il appelle changement statique « tout passage réversible, dont le terme initial peut être spontanément rétabli par les sujets » (p. 31). Dans le cas inverse, c’est d’évolution qu’il faut parler11. L’exemple de l’abréviation est édifiant. L’auteur oppose ainsi des abréviations telles que perm’, prof’, math’, qui relèvent de la statique – le rapport avec le signe plein est senti spontanément –, à des abréviations telles que dèche (être dans la dèche : être dans la misère), appartenant au passé (le terme original était déchéance). Le changement statique est, à son sens, le principe même du fonctionnement des figures. Dès que le rapport au terme original n’est plus senti, l’expression perd son caractère figuré.

1.2 Le « français avancé ». Variété de langue ou variation dans la langue ?

11Dans sa définition du fait statique, Frei distingue entre l’interprétation psychique et l’interprétation physique. La statique linguistique est complètement indépendante de la simultanéité physique, comme dimension temporelle. Cette remarque évoque la conception saussurienne du CLG :

On pourrait donc appeler la statique un mode de l’esprit, c’est-à-dire une manière de concevoir les phénomènes, puisque l’esprit ne semble pouvoir saisir qu’en les immobilisant les faits qui physiquement se déroulent dans le temps. (p. 32)

  • 12 Frei classe dans la catégorie des fautes non seulement des transgressions flagrantes des règles gra (...)

12Envisagés sous cet angle, les faits de langue retenus par la linguistique fonctionnelle ne peuvent appartenir ni à la langue dite normalisée ni au passé de la langue, mais au « français avancé », syntagme par lequel le linguiste désigne non pas une variété de langue, mais un domaine de variation de la langue, caractérisé par des transgressions de divers types par rapport à la langue dite traditionnelle (fautes, innovations, langage populaire, argot, cas insolites ou litigieux, perplexités grammaticales). La première remarque qui s’impose sur ce point est qu’à l’instar de Bally, mais dans un autre sens, et dans une plus large mesure, Frei traite la langue comme un domaine de variation, et s’attache non pas à l’unité dans la multiplicité, mais aux multiples possibilités de variation dans le système de la langue. Seconde remarque, le français avancé n’existe pourtant que par son opposition à une norme, à une langue normalisée (ne serait-ce pas, à la fin, un français non standard ?). C’est la transgression de la norme qui classe un fait de langue dans la catégorie de français avancé. Le nom même de ce champ de variation se justifie par le rôle attribué à la faute12, indice d’un déficit, ainsi que condition de possibilité d’un changement statique dans la langue :

Si l’on admet en effet que la faute assume, dans le jeu de la parole, un rôle fonctionnel, elle aura par là même, pour le linguiste, une valeur documentaire de premier plan. Destinée à satisfaire certains besoins, elle devient par ricochet l’indice de ces besoins et comme l’écran sur lequel vient se projeter tout le film du fonctionnement linguistique. (p. 34)

  • 13 Voici les définitions données par Frei : la situation est l’« ensemble des rapports soutenus entre (...)

13Les types d’écarts évoqués appartiennent aux deux axes du fonctionnement du langage, associatif et syntagmatique (Saussure est évoqué pour la distinction entre les rapports associatifs et les rapports syntagmatiques), mais Frei préfère deux autres notions, reprises par Bally dans LGLF, le discours et la mémoire. Le mémoriel s’applique, à son sens, à n’importe quel système de signes (linguistiques ou autres), alors que le discursif ne peut s’appliquer qu’au langage. Généralement, la mémoire s’oppose à la situation, dont le discours et le contexte ne sont que les « faces linguistiques »13. Chaque besoin présente ainsi deux faces, l’une mémorielle, l’autre discursive.

  • 14 En guise d’exemple, nous trouvons en français correct Ce qui importe dans un pays c’est le nombre, (...)

14Frei évoque deux antinomies à propos de son corpus : entre langue parlée et langue écrite, entre langue populaire et langue littéraire. Comme Bally, il appuie le point de vue fonctionnel sur la langue parlée, plus spontanée, moins entravée par la tradition, sans exclure pour autant la langue écrite. L’essentiel est de montrer que les mêmes besoins se manifestent dans l’une comme dans l’autre, mais avec un dosage différent et des procédés variables14. Les deux champs, langue parlée et langue écrite, sont ramenés par l’auteur à un seul type, la langue commune (comme chez Bally) :

La langue commune, ou langue de grande communication, est définie par le besoin biologique qui en est la raison d’être : la transmission rapide et étendue de la pensée entre le plus grand nombre d’individus malgré leur hétérogénéité. Au sein de cette langue, on peut distinguer la langue courante (parlée), et la langue cursive (écrite). La seconde, qui est surtout la langue des affaires, de la publicité, de la presse, etc., ne diffère de la première que par les procédés. Ce n’est pas un paradoxe de dire que la langue courante est plus proche de la langue cursive que de l’argot, et la langue cursive plus proche de la langue courante que de la langue littéraire et poétique. (p. 41)

15Ces distinctions ont une application générale, et la linguistique fonctionnelle est appelée à rendre compte des coïncidences par le recours à un besoin identique qui les détermine et qui est identique pour n’importe quelle langue. Dans cette perspective, les besoins sont envisagés comme des universaux de langage, ils se différencient seulement par leurs manifestations concrètes. Le champ où ils sont le plus visibles est celui des faits de langue les plus « avancés » et les plus « spontanés ».

16Frei tient à situer correctement son approche à l’égard de deux attitudes qu’il trouve importantes, mais qu’il ne poursuit pas. Premièrement, la linguistique fonctionnelle n’est pas, à ses yeux, un retour à la « psychologie du langage », et deuxièmement, l’objet de la linguistique, tel qu’il est défini par la dernière phrase du CLG, lui semble envisagé de manière trop étroite, car la linguistique fonctionnelle a pour objet le langage, « envisagé comme un système de procédés qui est organisé en vue des besoins qu’il doit satisfaire » (p. 44).

1.3 Le pôle de la communication et ses universaux

17Pour dégager les axes de la problématique de l’expressivité chez Frei, il faut préciser que les cinq besoins qu’il envisage comme des universaux de langage sont organisés en fonction des deux pôles de l’antinomie définie par Bally, la communication et l’expression. Le besoin d’expressivité est opposé aux autres, au nombre de quatre, comme étant plus complexe et générateur d’une polymorphie difficile à classer. Les quatre autres besoins – assimilation, différenciation, brièveté et invariabilité – sont rattachés au pôle de la communication.

18Les deux premiers, l’assimilation et la différenciation, opposés mais solidaires, se répondent l’un à l’autre dans un rapport d’interdépendance. Leur fonctionnement est expliqué par la correspondance entre le système des valeurs et le système des signes. Pour l’auteur, ce système est un ensemble d’oppositions formées d’identités partielles et de différences partielles, dont l’équilibre est assuré par une assimilation qui tend à l’identité – une force qui déstabilise –, ayant pour contrepartie une différenciation qui tend à rétablir l’équilibre.

  • 15 Frei appuie son argumentation sur un nombre impressionnant d’exemples, analysés rigoureusement et s (...)
  • 16 L’analogie joue, aux yeux de Frei, un rôle significatif dans l’absorption des éléments savants, étr (...)

19L’assimilation est une forme linguistique de l’instinct d’imitation, qui est à l’origine du système social. Elle se présente sous deux formes, selon les deux axes, mémoriel et discursif. L’assimilation mémorielle est fondée sur l’existence du modèle dans la conscience linguistique (l’instinct analogique), alors que l’assimilation discursive – appelée également conformisme – fait varier les éléments grammaticaux ou phoniques les uns en fonction des autres dans la chaîne parlée. L’instinct analogique se présente sous deux formes à son sens : l’une s’applique à la signification (analogie sémantique) et l’autre au signe (analogie formelle). L’analogie sémantique est envisagée comme une source de polysémie, par l’attribution d’une interprétation nouvelle à un signe simple ou à un syntagme, due à l’impossibilité, l’ignorance ou l’oubli de l’interprétation correcte. Les éléments affectés sont des mots savants, techniques et de manière plus générale les éléments peu connus15. Quelques exemples : abstrus (X abstrait) > « obscur, alambiqué », béat (X bête, bouche bée) : avoir un air béat (exemple emprunté à Kristoffer Nyrop), fruste « effacé par le temps » (X rustre, rustique) > « mal dégrossi ». L’analogie formelle assigne une forme nouvelle à un signe simple ou à un syntagme, selon le modèle d’un autre signe ou syntagme prédominants dans la conscience linguistique : débordré (débordé X ordre), frustre (fruste X rustre), parsemenés (parsemés X disséminés). L’analogie formelle se manifeste aussi dans le domaine de la syntaxe : Elle se gêne avec d’autres qu’avec moi ; Racontez cela à d’autres qu’à moi. Un autre exemple d’analogie16 de signification est la syllepse de mémoire, où la sémantique l’emporte sur la morphologie, consistant à envisager un objet composé de deux ou plusieurs parties comme une pluralité (le nombre morphologique passe au pluriel) : mettre ses chaussures, descendre les escaliers, porter des moustaches, porter des lorgnons, porter des pince-nez, choisir entre deux alternatives. L’auteur assigne à l’analogie dans son ensemble, sémantique et formelle, le rôle de répondre au besoin de « limiter l’arbitraire, en motivant l’inconnu par le connu » (p. 63).

  • 17 La tendance spontanée et vivante du français avancé tend à faire mécaniquement l’accord avec l’élém (...)

20Le besoin d’assimilation ne se traduit pas seulement par l’analogie, mais également par la tendance au conformisme. Frei entend par conformisme l’ensemble des procédés par lesquels les éléments grammaticaux ou phoniques tendent à s’adapter les uns aux autres dans la chaîne parlée. Ces procédés se répartissent entre la grammaire et la phonétique : accord17, concordance des temps, attraction des modes, d’un côté ; conformisme phonique, de l’autre. Les premiers, les modes et les temps de concordance, n’ont pas une valeur modale ou temporelle par eux-mêmes, étant de simples procédés d’assimilation discursive. Le conformisme entraîne une tendance à l’invariabilité, comme réaction à l’effort de mémoire que le sujet parlant est obligé de faire, à la suite de l’assimilation discursive.

  • 18 Parmi les procédés de différenciation formelle, Frei classe la tendance à ajouter un yod au pluriel (...)

21Le besoin de différenciation ou besoin de clarté est envisagé selon le schéma de la finalité, composé de trois termes, le besoin lui-même (la clarté), le déficit (confusions, équivoques) et le procédé (différenciation). Frei classe dans cette catégorie des procédés préventifs utilisés pour éviter les équivoques latentes ou les incompatibilités. Dans « le jeu de la parole », l’équivoque peut apparaître sous forme de bisémie ou de polysémie, d’un côté, ou sous forme d’homophonie. Le linguiste explique par le besoin de clarté la tendance de certains mots monosyllabiques à disparaître de l’usage : aire > surface, bée (bouche bée) > béant, bis (du pain bis) → gris, coi (se tenir coi) → tranquille, leurre > illusion, tromperie. Quant aux verbes, leur chute est provoquée par deux déficits, l’irrégularité et l’homophonie avec d’autres verbes (celer est abandonné à la faveur de cacher en raison de son homophonie avec seller et sceller). Les principaux procédés de différenciation opèrent différemment, par la revivification des finales (trait de prononciation, dans août, cerf, coût, le heurt, joug, soit !), par des renforcements divers (deux syllabes pour hi-er), par la fausse diminutivité (un grain de mil, mais du millet), par la substitution (de > depuis : jeter depuis la fenêtre, pêcher depuis le pont), par l’accent. Frei identifie deux types de différenciation, une différenciation mémorielle (formelle ou sémantique) et une différenciation discursive18.

22Le besoin d’économie est considéré par Frei comme fondamental dans la vie du langage :

Le parleur abrège ou supprime plus ou moins inconsciemment tout ce qui dans une situation donnée va de soi, c’est-à-dire tout ce qui, étant connu de l’interlocuteur, forme le fond commun de leur conversation. L’entendeur, de son côté, au lieu de soumettre la parole de son interlocuteur à une analyse serrée, cherche à comprendre avec le minimum d’effort et de temps. (p. 132)

23L’économie linguistique a deux faces, la brièveté (économie discursive) et l’invariabilité (économie mémorielle). Le besoin de brièveté affecte la longueur et le nombre d’éléments agencés dans la chaîne parlée, alors que l’invariabilité ménage l’effort de mémoire, en conservant la forme des éléments linguistiques.

  • 19 Dans les exemples populaires : c’est plus bon marché, trop de bonne heure.
  • 20 Des fautes occasionnées par l’oubli du sens des éléments : passe-moi le pain, s’il vous plaît ; tra (...)
  • 21 Dans l’exemple Elle a l’air méchante, mais aussi Il est des plus amical (des plus + singulier, deve (...)

24La brièveté se réalise par des procédés divers, tels que le figement, la représentation et l’ellipse. Chaque procédé connaît deux réalisations, en fonction de la face concernée, sémantique ou formelle. Le figement (appelé également brachysémie) est défini comme un procédé d’agencement de deux ou plusieurs signes en un signe simple (l’auteur évoque le nom d’agglutination que Saussure avait utilisé pour désigner ce procédé, de même que les définitions du CLG). Ce procédé comporte deux aspects : du point de vue sémantique, il consiste à remplacer une suite de deux ou plusieurs significations par une signification unique ; du point de vue formel, le passage de l’ancien syntagme à un signe simple est accompagné d’une agglutination matérielle (abréviations, mutilations, etc.). Les propriétés du nouveau signe, à savoir la difficulté des substitutions partielles et la facilité des substitutions totales (par synonymie ou antinomie), s’accompagnent d’autres aspects qui confirment le figement (détermination globale19, incohérence logique ou pléonasme20, l’accord fautif21).

25La représentation et l’ellipse sont définies comme des cas de brachylogie ou brièveté formelle. La représentation – usage de signes plus simples et plus maniables à la place des mots et des syntagmes – a deux faces, mémorielle et discursive. La représentation mémorielle est illustrée par des exemples très divers, aptes à rendre sa portée assez large. L’infinitif est envisagé comme le représentant d’un verbe conjugué et donc de toute une proposition ; les vocatifs, les exclamations et les interjections sont généralement des pro-phrases ; les présentatifs (y compris les adverbes prédicatifs) sont les représentants d’une subordonnante (sujet + verbe transitif). D’autres types, plus spécifiques du « français avancé », sont les verbes simples qui remplacent un groupe verbal (fixer pour « regarder fixement », intentionner pour « avoir l’intention de », abstraire pour « faire abstraction de », indifférer pour « être indifférent », imminer pour « être imminent », urger pour « être urgent » ; se reconnaître de pour « être reconnaissant de », se congédier de pour « prendre congé de », rapporter sur pour « présenter un rapport sur »). Le participe présent et le gérondif français sont considérés comme des abréviateurs ou représentants de phrases (relatives ou circonstancielles).

26La représentation discursive consiste à reprendre ou à anticiper par un signe plus court ou plus maniable un autre signe qui figure dans la chaîne du discours. À côté des anaphoriques pronominaux, Frei évoque des procédés du français avancé, tels le que représentant de certaines conjonctions (si, quand) et le verbe faire anaphorique d’un verbe exprimé. Quant aux prophrases servant de réponse (oui, non, volontiers), elles constituent, à son sens, un cas limite entre la représentation mémorielle et discursive (un élément donné dans la question se combine avec un élément existant dans la mémoire, à savoir l’affirmation, la négation, l’acquiescement).

  • 22 Bally avait proposé pour l’ellipse mémorielle le terme de copule zéro et réservé le terme d’ellipse (...)

27L’ellipse se caractérise par une généralité pareille à celle que le linguiste avait déjà assignée aux autres procédés. L’ellipse mémorielle consiste à sous-entendre un élément qui doit être suppléé par la mémoire (documentaire pour « film documentaire »), alors que l’ellipse discursive présuppose un élément donné dans le discours, qui est anticipé ou repris (dans et hors texte)22. L’ellipse mémorielle est de deux types, selon qu’elle s’applique à un élément grammatical (sous-entente) ou à un élément phonique (amuïssement). Les sous-types de la sous-entente réalisent la suppression de certains éléments, tels que le sujet (Regrette, n’ai plus), le substantif déterminé (Onvous le fournira fin [du mois] courant), la subordonnante (Il est déjà venu : S’il est déjàvenu ? Tu iras à tel et tel endroit : entendu), la subordonnante dans une circonstancielle (Besoin ou pas besoin, je te défends de l’acheter), l’ellipse de qui est (Ceux donnés par la nature), le que + régime (Tu veux je vienne ?), la préposition (le facteur temps, argent, la partie texte,maçonnerie), le déterminant (Rompez [les rangs] ! Allons, ouvre !). L’amuïssement caractérise les ellipses mémorielles appliquées au signe à l’exclusion de la signification (phonèmes, syllabes, groupes de syllabes) : (au rev)oir (mon)sieur, s’(il vous) plaît, bon app(étit) ; amuïssement de phonèmes (p : tit’ ; m : cataplasse ; : augusse ; : maame, : domoi ; : ave(c) lui ; g : ezamen ; s : dans l’autobu ; v : a-oir, au re-oir ; : lossque, passque).

28L’ellipse discursive est appelée aussi haplologie ou non-répétition, et consiste à omettre un élément existant dans la chaîne du discours (je m’arrête, finirai demain), à ne pas répéter des syllabes en contact (de de, un un, que que) ou à faire chuter le e muet.

1.4 La transposition au service de l’invariabilité. Expression et exprimabilité

29Un des thèmes que Frei partage avec Bally et Sechehaye est celui de la transposition comme loi générale d’exprimabilité. La transposition se réalise par une variété de formes, toutes régies par le besoin d’invariabilité. L’argumentation de Frei évoque des concepts de Bergson et de Saussure, mais les références à Bally et à Sechehaye occupent également une place significative.

30Pour Frei, c’est Bergson qui avait le mieux expliqué le principe même du langage humain, la mobilité du signe. Ce qui caractérise les signes du langage humain n’est pas principalement leur généralité, mais leur mobilité. À la différence du signe instinctif, qui est un signe adhérent (le langage des animaux, par exemple), le signe intelligent est un signe mobile (l’adhérence et la mobilité sont liées à la nature du rapport qui s’établit entre le signe et la signification). L’auteur rapproche cette distinction établie par Bergson de celle de Saussure entre symbole et signe arbitraire. Alors que le symbole n’est jamais tout à fait arbitraire (il conserve toujours un rudiment de lien naturel), le signe arbitraire est immotivé, et donc mobile. La mobilité est, à son sens, la conséquence du fait que le besoin d’économie détermine le remplacement d’une multiplicité de signes particuliers par des signes mobiles pouvant traduire un grand nombre de significations distinctes. Cela est possible également grâce à la non-coïncidence des catégories grammaticales et des catégories de la pensée (nommées par Sechehaye catégories de l’imagination) :

Dès qu’on pénètre dans la réalité du langage vivant pour observer sur le vif le déroulement des phrases dans la parole, on voit bien vite combien est risquée la tentative d’établir un parallélisme rigide entre les cadres de la pensée et les moules de la grammaire. Le besoin de disposer de signes mobiles et maniables tend au contraire à permettre qu’une seule et même catégorie grammaticale supporte tour à tour des valeurs et catégories de pensée différentes. (p. 166)

  • 23 Frei évoque Bally à ce propos : la langue fait passer aisément les signes d’une catégorie à une aut (...)
  • 24 Bally est de nouveau cité à propos du rôle de l’invariabilité dans le procès de transposition carac (...)

31Frei distingue deux types d’arbitraire qui assurent la mobilité du signe : l’arbitraire du signe par rapport à la signification, et celui de la signification, de la pensée, par rapport à la réalité pensée (notre pensée n’est pas un décalque du donné, de nos perceptions du monde extérieur et de nos sensations du monde subjectif). Le second fonctionne selon un principe particulier. Le besoin d’économie intervient dans le champ de la pensée, avant d’agir sur le terrain de la langue, et nous pousse à simplifier la multiplicité du perçu, à la classer en groupes et sous-groupes. Les représentations génériques de la pensée sont une preuve de la mobilité de celle-ci par rapport au donné. L’auteur estime ainsi que le passage de la réalité au langage suppose un double décalage, entre réalité et pensée, d’une part, et entre pensée et langage, d’autre part. Le premier est lié à la psychologie, le second, à la linguistique. Ce qu’il désigne par mobilité du signe est sa capacité d’être transposé d’une valeur sémantique ou d’une catégorie grammaticale à une autre23. Il définit la variabilité du signe par la diversité formelle : variation régulière des radicaux des verbes du deuxième groupe, variation partiellement ou totalement irrégulière (supplétion des radicaux). Sur le plan du discours, la variabilité se réalise dans l’expression de certaines significations, cumulative (au, du, leur, dont), pléonastique (accord) ou discontinue (entrave à la succession logique des éléments). Dans ce contexte, le besoin d’invariabilité, « un des plus impérieux du langage », tend à conserver à un signe la même forme, en dépit des rapports mémoriels ou discursifs qu’il entretient avec les autres éléments du système24.

32Le linguiste se propose de montrer dans quelle mesure le besoin d’invariabilité contribue à rendre la transposition aussi aisée que possible. Pour illustrer la diversité des phénomènes qui peuvent se classer selon ce principe, il distingue d’abord la transposition sémantique (définie de manière très générale comme passage d’une valeur sémantique à une autre), la transposition syntagmatique (le passage d’une catégorie syntagmatique à une autre) et la transposition phonique (le passage d’une sous-unité à une unité : je/MOI).

33La transposition sémantique se traduit par la tendance d’une langue de grande communication à accroître l’extension sémantique des signes. Il en résulte des variétés de signes tels que le signe générique, le signe indifférent, la figure effacée et la fausse figure. Le signe générique (homme, chose, faire) est interchangeable d’une signification particulière à une autre à l’intérieur d’une catégorie grammaticale donnée (par le besoin d’invariabilité, contrepartie de la brièveté sémantique). Le signe indifférent fait l’économie des antonymes, réalisant l’interchangeabilité des contraires (grâce à, commettre, jouir, risquer). Nous signalons plus particulièrement la distinction entre transposition sémantique et figure. Si la figure est un procédé expressif qui enrichit une valeur première d’une valeur dérivée, la transposition sémantique fonctionne comme un oubli ou un refoulement du sens premier : commettre des vers est une figure reposant sur le rappel de la valeur péjorative du verbe ; commettre un acte héroïque est une transposition fondée sur l’oubli du sens premier. Le premier exemple satisfait un besoin d’expressivité, alors que le second facilite l’effort de mémoire. Le passage évolutif d’une figure à une transposition donne naissance aux figures effacées (feuille de papier, pied d’une table).

34Les exemples de transposition sémantique se répartissent entre certaines catégories, en fonction de la valeur exprimée, de la substance et de ses déterminations, de l’espace et du temps, de la quantité et de la qualité, de la transitivité (inhérence et relation), de la corrélation et de la modalité. L’expression en français avancé relève la croissance de l’extension sémantique des substantifs (feu au sens d’« incendie », couvert au sens de « couvercle » et de « couverture »), la transformation progressive d’un substantif en un signe générique (chose, machin, truc), la tendance à supprimer les barrières formelles qui séparent les déterminations inhérentes à la substance – tendance à annuler la différence entre l’animé et l’inanimé : emploi de qui pour les inanimés et de quoi pour déterminer une personne, ça se rapportant à une personne ; réduction de la différence entre le masculin et le féminin : soi, qui sert de réfléchi à genre mobile, remplaçant tour à tour lui ou elle (ce qu’il ou elle laisse derrière soi) ; on qui remplace les autres personnes dans la langue parlée (pronom personnel mobile, à la place des pronoms je, ils, elles, vous, tu, nous).

35Dans le domaine de l’espace et du temps, Frei évoque l’emploi des prépositions spatiales avec des valeurs temporelles (aux environs de, d’ici là), ou d’une préposition temporelle avec une valeur spatiale (depuis, aller à l’avance de quelqu’un), la tendance à éliminer les ‑ci à la faveur des ‑là, sans abandonner la différence, renvoyée au contexte ou à la situation (laquelle vous voulez, celle-là ou celle-là ?), la préposition à ayant la fonction de générique locatif et de substitut pour d’autres prépositions, par exemple dans ou sur (inclus au dossier, confinée à l’Europe, les accidents à la rue), mais aussi chez, vers, dans, sur (mener les enfants au coiffeur, le verbe être à la place d’un verbe de mouvement, aller ou venir). Pour l’expression du temps, il note les valeurs temporelles du présent (présent passé ou présent futur), qui marquent la tendance à l’invariabilité.

36Dans les domaines de la quantité et de la qualité, il évoque de fréquents échanges entre les signes : quantité > « qualité » (c’est beaucoup meilleur, c’est beaucoup moche), qualité > « quantité » (bien des gens, pas mal de gens, j’ai bu assez bien de bière). Pour ce qui est de la transitivité, sa référence principale est l’Essai de Sechehaye. Envisagées comme des catégories sémantiques, l’inhérence et la relation ne se confondent pas avec l’accord et la rection. Dans le champ de l’expression, les transpositions entre ces deux catégories sémantiques sont faciles à relever. Dans la langue cursive (écrite), un grand nombre d’adjectifs d’inhérence sont transposés directement dans le domaine de la relation (crime scientifique, inquiétudes marocaines, la psychologie enfantine, amoureuse), la préposition d’inhérence comme passe dans le domaine de la relation : je vais bien comme santé et comme position ; cet article est mauvais comme style.

37La corrélation est définie par Frei comme un rapport qui s’établit principalement entre deux jugements (cause, temps, but, comparaison, concession). Si la langue écrite tend à exprimer ces corrélations explicitement, la tendance populaire tend à utiliser un corrélatif générique unique, le que. Celui-ci remplace : parce que (Reprends donc vite le petit, que je suis tout trempé) ; puisque (Qu’est-ce qu’il a donc, qu’il ne dit plus rien) ; pendant que (Je parlais qu’il n’avait pas encore fini) : pour que (Allume donc une bougie, qu’on voie clair !) ; sans que (Je ne sors jamais qu’il ne pleuve) ; depuis que (Il y a dix ans qu’il est parti) ; au point que (Il était beau que cela faisait plaisir). Dans le domaine de la comparaison, un exemple de la tendance à l’invariabilité est l’emploi de comme à la place de que : J’arriverai aussitôt comme vous ; On m’a fait une robe pareille comme la sienne.

38La modalité, définie comme « attitude adoptée par le sujet à l’égard de l’énoncé », est considérée par l’auteur comme plus ou moins intellectuelle (l’affirmation et la négation, la détermination ou l’indétermination), ou plus ou moins affective (l’interrogation, l’ordre, l’évaluation). Un des effets les plus visibles du besoin d’invariabilité se manifeste dans l’interrogation. La multiplicité des formes concurrentes découle de la tendance du français avancé à supprimer l’inversion, pour obtenir la même séquence que dans la phrase affirmative : Où habite-t‑elle ? Où est-ce qu’elle habite ? Où c’est qu’elle habite ? La particule permet également d’éviter l’inversion : Vous avez-ti pas reçu ma lettre ? Ensuite, la place des adverbes et des pronoms interrogatifs en français avancé est due à la même tendance : Il habite  ? Il est parti quand ? Ils sont combien ? Dans le domaine de la modalité affective, Frei constate l’effacement de la distinction entre le laudatif et le péjoratif : gagner une mauvaise réputation, grâce à la guerre, jouir d’une mauvaise réputation, risquer de devenir riche.

39La transposition syntagmatique est définie par l’auteur comme un procédé de dérivation de syntagmes à partir du rapport syntagmatique fondamental qui caractérise toute phrase, à savoir sujet (déterminé) + verbe (signe de rapport) + prédicat (déterminant). Ce jeu des transpositions prend les formes suivantes : la prédication (la phrase indépendante), la condensation (phrase > mot, syntaxe > morphologie) et la transposition linéaire.

40En ce qui concerne la phrase indépendante, le linguiste s’attache d’abord au verbe. Celui-ci lui semble apte non seulement à marquer le rapport entre le sujet et le prédicat, mais également à assumer la fonction de prédicat (par le radical) ou celle de sujet (par la terminaison). Le besoin d’invariabilité exige que ces éléments soient exprimés directement et non en cumul, qu’ils soient invariables les uns à l’égard des autres, et qu’ils se suivent dans un ordre constant, qui réponde à celui des significations. Dans le passage de la séquence régressive à la séquence progressive dans les langues indo-européennes, l’ordre des éléments de la molécule verbale est lui-même renversé : cant-oje chante. L’effet de la précession du sujet est l’élimination des terminaisons personnelles des verbes, qui étaient en effet contraires à l’ordre progressif – s’il y en a qui se conservent par l’inertie de la tradition, les sujets ont recours à d’autres moyens pour les réduire, à savoir aux pronoms on et même qui (Il n’y a que vous qui peut le faire).

41Pour ce qui est du prédicat verbal, Frei estime que l’accord et l’invariabilité répondent à des principes contraires. Il identifie dans son large corpus une tendance évidente à l’invariabilité du prédicat par rapport au sujet (Elle est gros comme tout ; Elle est tout petit ; Ma femme est jaloux ; Ma robe est tout neuf). Cette tendance est plus forte pour certains verbes pronominaux (Elle s’y est mal pris ; Elle s’est repris ; Elle s’est plaint de vous) et pour les phrases à sujet postposé (C’est des braves gens ; Reste vingt francs). À l’intérieur de la molécule verbale (sujet conjoint, verbe, pronoms compléments), la tendance à l’invariabilité consiste à réaliser le pronom complément par une forme pronominale postposée au verbe, conformément à la séquence de la phrase : Tu vois ça ? Tu crois ça ? Oui, elle paraît ça. Là où il y a deux pronoms compléments, ce sera l’objet premier qui connaîtra cette transposition. Quant au verbe lui-même, l’auteur signale quelques tendances à l’invariabilité, à savoir la tendance à l’emploi des verbes à radical invariable (les verbes sont réduits au modèle de conjugaison du premier groupe), la tendance à l’emploi des verbes à radical interchangeable (des formes verbales sont créées qui renvoient au substantif correspondant : émotionner, fusionner, intentionner, positionner, sélectionner, visionner), et la tendance à employer des verbes analytiques et progressifs (copule + prédicat : exister > être là, recourir > avoir recours, souffrir > avoir mal, vieillir > devenir vieux, impressionner > faire impression, tirer > faire feu).

  • 25 Sechehaye ne considérait pas les deux rapports (principal complément et sujet : prédicat) comme app (...)

42Le second aspect de la transposition syntagmatique est la condensation (phrase > mot, syntaxe > morphologie), définie comme un procédé de transposition de la phrase en un membre de phrase, pouvant fonctionner dès lors comme un membre dans une phrase plus complexe. Au-delà des différences de degré de la condensation, le linguiste identifie un trait commun à toute la syntagmatique, le caractère dichotomique de tout syntagme. Le déterminé est un sujet ou un sujet condensé, le déterminant un prédicat ou un prédicat condensé, le signe de rapport un verbe transitif ou un verbe transitif condensé25 : « Nous dirons en résumé : rien n’est dans les syntagmes étroits qui ne soit d’abord dans la phrase, rien n’est dans la morphologie qui ne soit d’abord dans la syntaxe » (p. 221).

  • 26 Frei interprète les changements d’étendue par analogie à l’élasticité physique ou à la contractilit (...)

43La transposition linéaire est le troisième type de transposition syntagmatique. Si les autres types étaient liés à la densité de la phrase, la transposition linéaire agit sur l’étendue ou la direction syntagmatique des éléments agencés : l’élargissement et le rétrécissement de l’étendue, et la conversion ou le changement de direction. Le premier type de transposition linéaire caractérise une diversité de faits linguistiques, tels que les emplois transitifs des verbes intransitifs (sortir), le fonctionnement du même signe comme préposition ou comme adverbe (dedans, dehors, dessus, dessous, en bas, en haut, en plus, en outre) ; un autre exemple est l’interchangeabilité du déterminé et du déterminant si le déterminé est un substantif (la ligne des avants Z des joueurs avant, surveiller le mental d’un malade Z l’état mental ; beaucoup pensent que…, certains montrent même…)26.

44Le changement de direction ou la conversion désigne l’ensemble des transpositions qui visent le changement de direction entre le sujet et le prédicat. Dans cette catégorie, Frei classe notamment le passif comme instrument syntagmatique n’affectant pas la signification de la phrase. Il fait remarquer la tendance à l’invariabilité, marquée par le pronominal passif, et même l’emploi de la voix active (le corsage boutonne par derrière) avec un sens passif. Il note la tendance du français à confondre l’agent avec l’objet second (datif) : une étoffe mangée aux mites, un habit mangé aux vers, comme la tendance à convertir un objet second en un sujet dans le français avancé (Il a eu la mâchoire fracassée par une balle ; Il s’est vu confisquer tous ses biens par l’État ; Il s’est laissé escroquer ; J’ai su par sa sœur qu’il était parti). L’impersonnel est considéré comme le passif de l’inhérence : La neige tombe Z Il tombe de la neige, Dieu existe Z Il y a un Dieu. D’autres conversions caractérisent le complément de relation, qui devient sujet (Ses cheveux sont foncés Z Il a les cheveux foncés), et une transitivité d’inhérence devenue transitivité de relation (Elle a le teint joli Z Elle est jolie de teint).

45L’auteur ne développe pas amplement la transposition phonique dans cet ouvrage. Il désigne par ce procédé l’échange entre l’unité et la sous-unité (MOI/je, TOI/tu, mais NOUSnous, VOUSvous) et remarque une fréquence plus marquée du passage d’une unité à une sous-unité (Je ne sais pas quoi faire ; Il ne savait pas quoi répondre), où l’on utilise souvent quoi à la place de que.

1.5 Le besoin d’expressivité et la conscience des sujets parlants

46Prenant pour point de départ l’antinomie de la communication et de l’expression, telle qu’elle a été développée par Bally, Frei regroupe les cinq besoins ou lois autour de deux fonctions principales : l’assimilation, la différenciation, la brièveté et l’invariabilité ont pour fonction principale la communication, alors que le besoin d’expressivité est situé du côté de l’expression « intégrale et personnelle de la pensée ». Tout en appartenant à la catégorie des universaux de langage, l’expressivité est située à un niveau supérieur aux quatre autres lois, du fait qu’elle s’oppose directement au principe général de la communication. Face aux autres lois, le besoin d’expressivité semble ne pas fonctionner de la même manière, car il ne cherche pas à assimiler ni à distinguer les signes selon un déterminisme immanent. L’expressivité est envisagée comme une « fonction du sujet parlant », et bien que l’auteur oppose le signe arbitraire au signe expressif, l’expressif n’est pas à proprement parler une fonction du signe. Comme Bally, il envisage l’expressivité comme une source de renouvellement de la langue :

Examiné du point de vue de l’évolution, le langage présente un passage incessant du signe expressif au signe arbitraire. C’est ce qu’on pourrait appeler la loi de l’usure : plus le signe est employé fréquemment, plus les impressions qui se rattachent à sa forme et à sa signification s’émoussent. Du point de vue statique et fonctionnel, cette évolution est contre-balancée par un passage en sens inverse : plus le signe s’use, plus le besoin d’expressivité cherche à le renouveler, sémantiquement et formellement. (p. 299-300)

47L’assimilation du pôle de la communication à la notion d’arbitraire du signe n’est pas étrangère à Bally, qui affirmait de manière générale que l’expressivité des formes linguistiques bat en brèche leur arbitraire. Il nous semble pourtant qu’il n’avait pas fait avancer cette hypothèse jusqu’à établir une opposition entre le signe arbitraire et le signe expressif. Il a évité d’en faire des attributs du signe, et a préféré maintenir l’arbitraire et l’expressivité à un niveau de généralité permettant de les définir en tant que principes. Frei note que l’antinomie entre la communication et l’expressivité a été traitée également par d’autres linguistes sous des formes variées (Etienne Lorck oppose Verstandesrede et Phantasierede ; Frédérik Paulhan, langage-signe et langage-suggestion ; Charles K. Ogden et Ivor A. Richards, symbolic et evocative), et qu’il préfère concevoir cette antinomie sous la forme de l’opposition entre le signe arbitraire et le signe expressif.

48Envisageant l’expressivité comme une loi et un critère de classement, l’auteur étudie les multiples faces de ce besoin : besoin d’agir sur l’interlocuteur (langage actif, procédés d’exagération) et besoin de le ménager (langage passif, les euphémismes, les signes de politesse), expressivité au niveau du langage populaire et au niveau de la langue littéraire, aspects relevant des variétés de la langue. Il fait référence à la stylistique comme à l’étude des sentiments, des émotions et des volontés qui se dégagent des faits de langage (le langage affectif). Pourtant, en ce qui concerne l’affectivité elle-même, il introduit une distinction importante qui lui permet d’opérer une sélection significative dans le domaine de l’expressivité. Il distingue d’abord une affectivité fortuite, dégagée à l’insu du parleur ou malgré lui par la situation, et un second type d’affectivité que le parleur cherche à transmettre à son interlocuteur de manière plus ou moins volontaire. Le linguiste réserve le nom d’expressivité au second type d’affectivité. La différence entre les deux types repose sur le degré de conscience, d’intentionnalité du sujet parlant. Seul le résultat de l’exercice conscient de la volonté de transmettre un contenu émotif peut être appelé expressivité. L’affectivité fortuite est du domaine de la causalité, alors que l’expressivité est du ressort de la finalité. La causalité et la finalité appliquées au langage s’opposent dans la mesure où seule la seconde est intentionnelle. Cette distinction est formulée par l’auteur en d’autres termes (empruntés à Bally) : ce qui est affectif est un processus, ce qui est expressif est un procédé. Dans le domaine de la sémantique, par exemple, une opposition est expressive si elle correspond à l’intention du sujet parlant d’être expressif. Pour définir le procédé expressif, le linguiste prend pour point de départ la définition saussurienne de la langue comme « système d’oppositions, c’est-à-dire d’identités et de différences ». Selon Frei, le besoin d’expressivité tend constamment à remplacer les oppositions usuelles, devenues arbitraires, par des oppositions neuves, censées « mettre en éveil l’attention de l’interlocuteur et faire jaillir chez lui un minimum au moins de conscience » (p. 302). Il est à noter qu’il envisage l’expressif comme un écart par rapport à une norme sémantique ou formelle, comme une transgression volontaire et consciente du sujet parlant qui réagit face à une logique et à une grammaire normatives :

En résumé, les faits qui constituent le langage expressif peuvent être considérés comme un ensemble de déformations plus ou moins fortes et plus ou moins conscientes que le parleur fait subir au système normal de la langue ; il n’y a donc pas deux grammaires, une grammaire intellectuelle et une grammaire expressive. (p. 303)

49La position de Frei se rapproche plus encore de celle de Bally par le rôle attribué au sujet parlant dans la définition du langage expressif. Ce langage a une existence incontestable, mais il s’agit d’une existence par ricochet, par transgression de la norme du système de la langue. Il n’est donc pas question pour lui de séparer la grammaire intellectuelle de la grammaire affective. Le langage expressif n’est pas une fonction du système des signes et ne forme pas un système à part, du fait qu’il est le résultat de l’action volontaire et consciente du sujet parlant sur le système « normal » de la langue. Comme Bally, Frei distingue entre une expressivité sémantique et une expressivité formelle et parle également de l’illogisme des figures. Mais il introduit une notion nouvelle, le signe agrammatical, spécifique au langage expressif :

Parleur et entendeur ne sont naturellement pas dupes de ces illogismes et de ces agrammatismes : le contraste entre la signification logique, c’est-à-dire conforme à la norme de la logique, et la signification illogique, respectivement entre le signe grammatical, c’est-à-dire conforme à la norme de la grammaire, et le signe agrammatical, constitue précisément le secret de l’expressivité. (p. 303-304)

50L’expressivité est définie par l’auteur selon la conformité ou la non-conformité à l’égard d’une norme (logique ou grammaticale). De ce point de vue, le langage expressif intéresse d’autant plus une grammaire des fautes qu’il est entièrement fondé sur un principe de transgression de la norme du système. Le cinquième chapitre de la GF est un essai de systématisation des procédés du langage expressif, qui met en place des définitions, des classements, des distinctions, selon une ordonnance qui reprend et organise autrement les faits de langue expressifs que Bally avait lui-même identifiés et analysés dans le PSF et surtout dans le TSF.

51Frei organise le matériel linguistique qu’il étudie en deux classes, l’expressivité sémantique et l’expressivité formelle. Par la première, son approche se distingue de celle de son maître, Bally. À l’encontre de celui-ci, qui mettait la transposition au service de l’expressivité (tout en distinguant, il est vrai, les figures éteintes des figures vivantes et expressives), Frei introduit une distinction terminologique destinée à éclairer la différence entre la simple transposition et la figure. Deux caractères importants sont évoqués pour appuyer cette différence, les deux ayant trait au degré de conscience du sujet parlant.

  • 27 Cet aspect de la figuration occupe une place importante dans les approches pragmatiques énonciative (...)

52D’abord, pour la figure, les deux valeurs sémantiques, le sens propre et le sens figuré, sont associées l’une à l’autre de manière plus ou moins implicite. La transposition sémantique suppose l’oubli du sens premier. L’exemple donné par l’auteur est édifiant, du fait que ce n’est pas un cas typique de figure sémantique, et que l’explication de son fonctionnement figuré fait appel à des éléments relevant de l’énonciation. Il oppose deux emplois du pronom on : Nous, on aime le vin ; Venez voir, c’est bon, on y va (on est un pronom personnel interchangeable d’une personne à l’autre, et relève de la transposition), et d’autres emplois où le on se substitue à tu ou à vous : On n’a pas été sage à l’école, on est rentrée tard, on ne fait plus ses devoirs, qu’est-ce que cela veut dire, tout ça ? Frei attribue cette différence fonctionnelle à l’intention du sujet parlant, à son attitude à l’égard des opérations linguistiques qu’il effectue27 :

Il faut faire intervenir le facteur téléologique, car tout dépend en effet de l’intention du parleur. Si l’on admet que toute opération linguistique est accompagnée d’un jugement de valeur – généralement inconscient – porté sur elle par le sujet parlant, on peut, de ce point de vue, définir la transposition sémantique comme le déplacement « réel » d’un signe d’une valeur à l’autre, et la figure comme l’interversion « irréelle » (ludique) de deux significations. (p. 305)

53Sur ce point, l’auteur affirme la nécessité de prendre en considération dans l’interprétation du sens l’intention du sujet parlant. La transposition est considérée implicitement comme un rapport entre le signe et les valeurs (l’interprétation de cette opération peut se faire en s’en tenant au niveau du rapport entre les signes), alors que la figure est à interpréter non pas à partir du signe, mais à partir de l’intention du sujet parlant.

  • 28 Frei adopte la même position que Bally sur le rapport entre les figures de rhétorique et leur expre (...)

54Un second caractère qui sépare les deux procédés est leur finalité. La transposition est un instrument au service de l’automatisme grammatical, alors que la figure a la fonction de « frapper l’attention de l’interlocuteur et la tenir en éveil » (ibid.)28. Le linguiste évoque la manière dont les mêmes formes peuvent répondre à plusieurs besoins (les noms des parties du corps humain ou d’un animal). S’il s’agit du besoin de différenciation, on utilise des signes distincts : nez/museau, cheveux/poils, pied/patte, mourir/crever. S’il faut répondre au besoin d’invariabilité, on se sert de la transposition sémantique : le nez d’un chien, le pied d’un animal. S’il s’agit de répondre au besoin d’expressivité, on utilise la figure : Enlève tes pattes ! Quel vilain museau il a ! On finira par tous crever !

55L’expressivité sémantique se manifeste dans les mêmes domaines que la transposition : la substance, l’espace et le temps, la quantité et la qualité, la transitivité, la corrélation et la modalité. Dans le domaine de la substance, Frei distingue entre l’interversion d’une substance avec une autre et l’interversion d’une substance avec une autre catégorie de la pensée. Dans la première catégorie, il classe l’interversion entre l’animé et l’inanimé (Quel colis, cette fille ! Va donc, eh outil !), l’emploi de ça à la place d’un pronom personnel (Ça joue, ça rit, ça s’amuse, c’est gentil ; Regarde-moi ça, on ne sait pas d’où ça sort et ça veut faire des manières !), l’interversion entre l’homme et l’animal (dans les injures, les expressions de la langue familière et populaire : cochon, vache, chameau, bécasse, corbeau, singe ; cuir pour la peau, lard pour la graisse, vêler ou pondre pour accoucher ; le même procédé pouvant avoir une valeur affective : mon chien, mon loup, mon rat, mon lapin, ma chatte, mon poulet) ; l’interversion homme-plante (dans les injures : Vous me prenez pour une poire ? Faire le poireau ; dans des termes affectifs également : mon chou, sucer la pomme à quelqu’un), l’interversion des sexes (termes affectifs : mon petit, mon chéri, mon mignon ; le cas inverse frisant le sarcasme : Dépêche-toi, ma belle !) ; des suffixes masculins à un nom féminin (Madelon, Louison, Margot, Margoton ; une demoisilon, une grognon, une laideron, une louchon, une souillon) ; l’interversion des personnes (la troisième personne à la place de la deuxième : Dites donc, la vieille, Hé les enfants, pas de tapage, Au revoir, la chérie ; la troisième personne de politesse : Madame veut-elle ? Monsieur désire-t-il ; la première personne à la place de la deuxième, dans un parler plaisant : Ne nous gênons pas, prenons la part des autres ! Nous allons au théâtre toute seule ; l’emploi de bibi à la troisième personne pour se désigner soi-même : Bibi aime le bon vin, C’est pour Bibi) ; l’interversion des interlocuteurs dans le style indirect libre, appelé par Frei « style direct figuré » ; l’interversion des interlocuteurs, là où le parleur met dans sa propre bouche les opinions de son interlocuteur (Tu n’aurais pas dû agir de cette manière : C’est toujours moi qui ai tort, je sais bien ; Je ne cède jamais, je ne m’occupe jamais des autres !) ; l’interversion entre un nom propre et un nom commun (signe de familiarité ou de mépris : la Louise, la Jeanne, le Martin).

  • 29 Dans la catégorie des figures, Frei classe également des gestes, qui sont un objet de recherche de (...)

56Une autre catégorie de figures envisagée par Frei intervertit la substance avec la qualité, la manière ou l’évaluation. Une des figures favorites du langage expressif consiste à intervertir la substance avec la qualité (Je suis enthousiasme, asthme, tuberculose ; être désordre,chagrin, colère ; agir d’une façon cruche ; des manières peuple ; c’est pas sorcier ; une histoire farce ; un dîner monstre ; un succès bœuf ; tu es enfant ; un ménage dernier cri ; elle est belle femme,jolie fille). Transfigurée dans le domaine de la qualité, la substance s’accompagne volontiers de l’adverbe tout, au lieu de très : un style tout nature, il est tout chose. Le langage expressif peut transfigurer également les démonstratifs et les possessifs, les indéfinis du domaine de la substance dans celui de la qualification subjective ou évaluation (C’est bien elle, ça ! Ça, c’est bien elle ! Marie a déjà quatre enfants, c’est déjà quelque chose, c’est quelqu’un, cette petite ! Il fait son malin, son grand seigneur, elle fait sa moue, voilà bien mon maladroit, j’ai tout mon temps, je lui ai fait ma cour, j’ai fait ma paix avec lui, je fiche mon camp ; le possessif de politesse : Oui, mon général ! Oui, mon président !). L’auteur évoque également un autre type de figures, qui remplacent un adverbe de manière par une expression nominale (ce que à la place de comme, comment, combien : Ce qu’on s’est amusé ! Ce que je suis vexé, vous ne l’imaginez pas ! Ce que j’ai soif !). Il évoque l’emploi figuré des pronoms personnels, permettant de créer des tours qui rejoignent la valeur de la voix moyenne dans les langues indo-européennes anciennes (grec, indo-iranien) : J’ai de la peine à me bouger ; Rentre le linge, il pleut ; Rentre-toi ! Il se fait vieux. Ce sont les pronominaux des verbes de pensée et de sentiment qui rappellent la valeur du moyen ancien (Je me pense que…, Je m’étais bien pensé qu’il pleuvrait) et qui servent à exprimer le datif éthique29 (Regarde-moi voir ç’t idiot là ! J’te lui ai dit la chose, qu’il en était bleu ! Ça vous a un de ces fumets !).

57Dans les catégories de l’espace et du temps, Frei distingue quelques interversions significatives pour le domaine figuré. D’abord, les déterminants contenant une indication spatiale sont transfigurés dans le domaine de la qualité : Cette question ! Oh, ces hommes ! Oh, la bonne blague ! Il en va de même pour la locution être un peu là (avec le sens de « être solide, fort, avec qui l’on doit compter »), ou les emplois de à la place d’ici : , franchement, j’en ai assez ! Je n’y crois pas,  ! Le besoin d’expressivité peut donner un sens abstrait à une préposition spatiale : La terre est petite à côté du soleil ; Il est brouillé avec tout le monde, jusqu’à ses meilleurs amis.

58Dans la catégorie du temps, le linguiste classe toute une série d’emplois figurés des temps verbaux, tels que le présent historique dans les récits, l’imparfait à la place du présent, l’imparfait de politesse (Je voulais vous dire que…), le plus-que-parfait marquant la retenue (Monsieur, j’étais venu vous dire que…), le futur de politesse (Vous me permettrez de…), le futur d’éventualité (Ce sera sa sœur qui est venue), le futur historique, combiné avec le présent historique. Dans le même domaine, un rapport de procès peut être transfiguré en un rapport d’état, quand le verbe devient un qualificatif (le participe présent : une femme charmant son entourage, une femme charmante) ; parfois le participe peut être soit transposé en causatif ou en passif (une question palpitante d’intérêt = qui fait palpiter ; une salade croquante ; une teinte très portante), soit transfiguré en qualificatif (une question palpitante = importante, passionnante). Quant à la transfiguration du participe passé en qualificatif, Frei la considère comme un des procédés favoris du langage expressif : une fête réussie, un livre passionné, il est entendu (intelligent), comme il est pâli, grandi, un homme réfléchi, avisé, décidé, résolu, appliqué.

59Dans les catégories de la quantité et de la qualité, plusieurs cas d'emplois figurés sont relevés par Frei :
– le numéral un peut servir de qualificatif dans son emploi figuré (La liste n’est pas faite selon un principe un) ;
– le pluriel peut s’employer au figuré là où la logique exigerait un singulier (Il a montré la plus invraisemblable des prudences, ça coûte des ors), les cas classiques étant le pluriel de politesse vous et le nous à la place de je dans les soliloques ;
– les suffixes collectifs du français traditionnel-ade, -aille, -asse, -is, -ée sont susceptibles d’être utilisés au figuré avec une intention péjorative (mangeaille, canaille, victuaille, prêtraille, paperasse, tignasse, fouillis, gâchis, ramassis, populace) ;
– en ce qui concerne l’adverbe tout, Frei fait référence à l’article de Bally sur sa valeur aspective, qui exprime « l’état consécutif au procès marqué par le verbe ». L’adverbe souvent connaît également un emploi figuré ou expressif par antiphrase, exprimant l’idée d’un procès qui ne se réalise pas ou qui tarde à le faire (Il n’arrive pas souvent) ; toujours au figuré a un sens aspectuel de procès qui se continue (Lisez toujours, je reviens tout de suite), ou qui n’est pas différé (Partez toujours, je vous rejoins dans deux minutes !), ou une valeur modale de « cependant » (Vous avez votre profession, un gagne-pain, toujours !). Le langage expressif peut intervertir également la qualification objective avec l’évaluation plus ou moins subjective (caritative, laudative, péjorative) : mon grand, mon petit, mon bon gros, ma petite mignonne.

60Dans la catégorie de la transitivité d’inhérence ou de relation, le langage expressif peut recourir aux opérations suivantes :
– remplacer un rapport d’inhérence par un rapport de relation (Ça donnera un énorme édifice ; Ça fera une excellente ménagère ; Ça fait bon ; Ça fait cher de vivre en Suisse ; Montre si ça fait joli), la figure consistant à présenter un état sous l’aspect d’un procès ;
– permuter le sujet et l’objet (Les chiffres, ça me connaît ; Il passionne le jeu). Dans ce cas, l’objet figuré est un effet grammatical de la figure qui intervertit la relation et l’inhérence : crever de faim > crever la faim (on la crève ! un crève-la-faim). Une figure apparaît ainsi sous l’aspect simultané d’un circonstanciel déguisé en objet et d’un intransitif déguisé en transitif : trembler, grelotter, brûler la fièvre ;
– l’auteur évoque ensuite l’emploi d’un complément de relation à la place d’un qualificatif (surtout à l’écrit) : un spectacle de beauté, une voiture de qualité, un homme d’esprit, une femme de cœur ; quant aux syntagmes une beauté de spectacle, une énormité de maison, leur expressivité est due à une double opération : l’inversion du type un spectacle de beauté, et l’interversion entre un rapport de relation et une qualification (le de est un séparatif marqueur de l’inversion) ;
– les adjectifs de relation sont considérés comme particulièrement aptes à la transfiguration (un ton paternel, un moment psychologique, une histoire bien parisienne) ; étant donné que les adjectifs de relation ne peuvent pas être employés comme prédicats, leur emploi prédicatif est alors un indice sûr de leur sens figuré : Son ton est paternel ; Le moment est psychologique. Deuxièmement, si cet adjectif est qualifié ou modifié en comparaison, il est transfiguré en qualificatif (le plus actuel, le plus universel). Troisièmement, si un adjectif de relation est antéposé, il est alors transfiguré en qualificatif. Un autre procédé du langage expressif appliqué à la qualification figurée consiste à employer un substantif abstrait à la place d’un substantif réel, le rapport de transitivité étant transfiguré en une substance (jeunesse pour désigner une jeune fille, innocence pour « une fille innocente », réjouissance pour une « femme maigre » ; Sa femme, il paraît que c’est une beauté ; une curiosité, une douceur, une gourmandise, des économies).

61Dans la catégorie de la corrélation, Frei classe l’emploi expressif de autre et surtout de autrement (C’est un autre idiot ; Je ne m’en occupe pas autrement ; C’est autrement difficile, intéressant, joli). Ces emplois jouent sur l’interversion des notions de comparaison et de qualité (autre et autrement deviennent des intensifs). Un autre exemple est celui de plutôt au sens de « très » (un discours plutôt banal). Un procédé expressif courant en français réside en une transposition des comparatifs : emploi des comparatifs comme signes à valeur simple (pire, meilleur, mieux, moindre), emploi du superlatif relatif avec un indéfini (à des prix les plus avantageux, des indices les plus frappants, une désolation la plus cruelle), comparatif d’égalité pris au figuré (c’est pas si mal que ça, c’est pas si mauvais), emploi figuré du positif à la place du superlatif (une des fortes et vives lettres).

62Frei range également dans la catégorie de la corrélation l’interversion des notions de temps relatif et temps absolu : les valeurs modales du futur antérieur – éventualité, supposition (Il aura téléphoné ; Il aura mal pris ce que je lui ai dit) ou assurance, confiance (Lui seul m’aura compris !) ; l’imparfait historique comme substitution d’un temps relatif à un temps absolu (Deux minutes après, le train partait) ; les valeurs modales du conditionnel (éventualité). Dans la classe des adverbes et des conjonctions de corrélation, l’auteur signale plusieurs emplois figurés : d’abord, qui désigne un procès absolu (Il téléphonera d’abord = immédiatement) ; déjà au sens de « bien » (Donnez-le-moi d’abord, je m’en arrangerai déjà ; C’est déjà pas si mal que ça, ça pourrait être pis) ; encore (Tu es encore naïf, toi ! C’est encore cher) ; des procédés expressifs qui peuvent utiliser des adverbes corrélatifs de quantité encore, excessivement, trop, assez, seulement, plus ou moins (Ils veulent assez venir ; Son voyage a été plus ou moins pénible). Tous ces exemples jouent sur une idée de corrélation prise au figuré afin de rendre une nuance modale.

  • 30 Frei affirme que l’interrogation figurée est connue de toutes les langues. Il évoque pour le frança (...)
  • 31 « Dans un sens étendu, d’ailleurs, toutes les figures peuvent se ramener à l’antiphrase, c’est-à-di (...)

63Dans la catégorie de la modalité, les figures réalisent l’interversion des notions modales. Il s’agit plus particulièrement de prendre l’espoir pour la certitude (J’espère que vous êtes belle aujourd’hui, « Je crois bien »), d’intervertir la possibilité et la certitude (J’ai le droit de faire ce que je veux, peut-être), d’intervertir la modalité et le temps (le verbe vouloir : Le tramway il veut s’arrêter ici) ; à quoi s’ajoute l’interrogation figurée (Crois-tu ! Penses-tu ! Est-ce que tu vas te taire ?) ; une interrogation posée au propre et reprise au figuré par l’interlocuteur (Est-ce que c’est vrai ? Si c’est vrai ?)30. Frei évoque également l’emploi expressif de l’impératif à la place d’une conditionnelle (Cherchez et vous trouverez ; Obligez cent fois ; Refusez une, on ne se souviendra que du refus), l’emploi de l’article défini à la place d’un indéfini (Ce fut la catastrophe), l’emploi expressif des chiffres (Voir quelqu’un de 7 en 14 ; Je lui ai répété ça 36 fois) et l’antiphrase (C’est du joli ! C’est du propre ! Vous êtes gentil, vous !), qu’il envisage comme un procédé général31.

  • 32 Quelques références données pour ce sous-chapitre sont Otto Jespersen, « Sound symbolism » dans Lan (...)

64Après avoir présenté toutes les variétés de l’expressivité sémantique, Frei consacre tout un sous-chapitre à l’expressivité formelle32. Une première remarque significative évoque le procédé d’abstraction qui en fait un objet d’étude séparé, car dans la réalité, l’expressivité formelle se combine toujours soit avec l’expressivité sémantique, soit avec les emprunts expressifs. Le principe est le même, celui de la transgression de la norme :

Toute expressivité formelle repose sur la substitution d’un élément formel inédit à la forme attendue par la grammaire normative : les éléments formels ainsi intervertis peuvent être des phonèmes, des syllabes, des mots et des syntagmes entiers, – sans parler des éléments non articulatoires tels que la quantité, l’accent d’intensité et l’intonation. (p. 340)

65L’expressivité formelle repose sur deux types de procédés, selon qu’ils servent à exprimer des rapports mémoriels ou des rapports discursifs. Les procédés mémoriels sont organisés en trois classes : les substitutions expressives, la brièveté expressive et la séquence expressive. Les substitutions expressives réalisent une opposition entre un terme mémoriel et un terme discursif qui frappe par son caractère inédit : malingre maigre, malotru maladroit, mirobolant admirable, hurluberlu éberlué, mastoc massif, agnoti abruti, dégueulasse dégoûtant, écrabouiller écraser, greboler grelotter, mouise misère. L’auteur identifie une morphologie expressive dans les mots suivants : rigouiller rigoler, dégringouiller dégringoler, bagouiller bagouler, patouiller patauger, embistrouiller embrouiller. Dans la catégorie des suffixes, un des procédés est la substitution d’un suffixe neutre par un suffixe expressif : tintamarre tintement, saligaud salaud, salopiaud salaud, mendigot mendiant, boscotrotte bossu, cuissot cuisinier, fripouille fripon, chauffard chauffeur, grognasse grognon, de traviol(l)e de travers, nigousse nigaud, déguelbi dégueulasse, fromegi fromage, épicemar épicier, officemar officier. Un autre procédé consiste à intervertir les suffixes normaux entre eux : ance (proposance, mouvance, consolance, cuistance), eux (journaleux, vengeux, râleux, royaleux), (cochonceté, friponceté), atif (tentatif, consolatif, dégueulatif,dégoûtatif). Enfin, un suffixe peut s’ajouter à un terme simple, à suffixe zéro : accueillance, aidance, doutance, oubliance, dégoûtation, foultitude.

  • 33 Frei constate une sous-entente expressive dans la plupart des exclamations, combinée avec l’intonat (...)

66La brièveté expressive est définie par Frei comme une variété de la substitution. Les deux procédés auxquels elle a recours sont la sous-entente et la représentation, qui servent le besoin d’expressivité, et pas celui d’économie. La sous-entente expressive s’applique aux éléments les plus divers. Elle peut marquer la familiarité de la relation interlocutive (Bonjour ami, comment ça ?), elle peut servir à l’expression de l’intensité33 : Il fait un vent…, C’est d’un triste…, Elle est d’une politesse…, ou bien Toi et ton cinéma ! Toi et ton tabac, vous et vos cartes (Avec ton cinéma ! avec ton tabac ! avec vos cartes !).

67La représentation expressive est fréquente dans le langage familier et populaire : le mettre à quelqu’un (avoir le dessus), la perdre (la tête), se la rigoler, les mettre (se dépêcher), en avoir contre quelqu’un – les anaphoriques sont détournés de leur usage habituel, et suggèrent des signes mémoriels.

68La séquence expressive recouvre une diversité d’emplois, se ramenant au même principe :

Elle consiste, les valeurs sémantiques et les catégories grammaticales restant les mêmes, à substituer à la séquence normale attendue par la grammaire une séquence imprévue : la suite des éléments placés sur la chaîne du discours s’oppose à la suite des éléments logés dans la mémoire, et c’est sur cette opposition, plus ou moins consciente, que repose l’expressivité de la séquence. Le type syntagmatique inédit frappe dans la mesure où il est associé au type virtuel exigé par la norme grammaticale. (p. 346)

69Deux procédés sont évoqués, l’inversion – au sens étroit – et la dislocation – au sens large. La phrase expressive en français populaire et familier réalise l’inversion du type de phrase normal : Très chic, ce mariage-là ! Jolie, cette fleur ! Le lâche qu’il est ! Imbécile que je suis ! Fous que vous êtes ! Tard, très tard vous venez ! Ici qu’elle habite, ma cousine ! La phrase segmentée en est un exemple-type : L’a-t-il jamais attrapé, le gendarme, son voleur ! Jamais il n’aurait pu, cette femme-là, l’aimer comme la première ! Un autre type combine l’inversion avec la représentation ou un procédé analogue : Pour être honnête, ça il l’est ! C’est mon père qui l’a vu. La langue parlée familière utilise également des tours comme que c’est, qu’il y a, qu’il fait (Un seul qu’il y a ; Une chic idée que c’est).

70Frei propose une analyse intéressante de la valeur de que dans la séquence expressive. De simple outil d’inversion, il devient un signaleur expressif : Dans quel état qu’ils sont tous ! On ne pouvait plus circuler tant qu’il y avait du monde ! Dans la catégorie de l’interrogation, par exemple, le type régressif est considéré comme plus expressif que le type progressif : Quoi qu’il t’a dit ; Quel numéro que c’est ? Pourquoi qu’il refuse ? Où qu’il habite ? Quand qu’il est parti ? Les mêmes procédés d’inversion s’appliquent à la relative. Celle-ci connaît un type expressif très particulier : Le grand philosophe qu’a été Descartes est le vrai fondateur de la science moderne. Ce type de relative ne se confond jamais avec la relative déterminative, étant toujours une relative explicative. Son expressivité s’explique par un double rapport : elle est d’abord l’inversion de la relative normale (Descartes, qui a été un grand philosophe, est le vrai fondateur de la science moderne). Deuxièmement, elle peut être interprétée comme une condensation de la phrase expressive prédicat + sujet en un rapport de déterminant à déterminé Un grand philosophe qu’a été Descartes ! Frei signale la fréquence de ce type de relative expressive dans la langue parlée : Le lâche que c’est ; Le fripon qu’est cet enfant ; Distrait que tu es !

71Le cas un fripon d’enfant retient plus particulièrement l’attention de l’auteur. La particularité de ce procédé expressif, par rapport au syntagme arbitraire un enfant fripon, consiste en son caractère de condensation d’une relative expressive, et au-delà de la relative, d’une phrase expressive prédicat + sujet (Un fripon qu’est cet enfant !Le fripon qu’est cet enfant m’a tout démoli > Ce fripon d’enfant m’a tout démoli). Le de a ici la même valeur de séparateur que le que dans les relatives expressives.

72Un aspect important de la séquence expressive est lié à la place mobile de l’adjectif. Frei établit d’abord une distinction logique entre les deux positions de l’adjectif. L’adjectif postposé restreint l’extension du substantif, alors que l’adjectif préposé, « plus ou moins expressif », s’applique à tous les sujets qui la composent. Pour expliquer la valeur expressive de la position d’un adjectif, le linguiste évoque le principe de l’arbitraire du signe, auquel il semble donner la même signification générale que Bally : « […] le principe de l’arbitraire […] veut qu’un signe ne soit significatif qu’en vertu des rapports d’identité et de différence qu’il soutient avec le reste du système » (p. 352). Selon lui, la séquence est un signe comme les autres. En conséquence, dans les langues où l’adjectif est préposé, la postposition est une source d’expressivité (l’anglais, l’allemand) ; même en français, un adjectif normalement préposé est investi d’une valeur expressive quand il est postposé : une liberté grande, une preuve jolie, ces choses vilaines. La même constatation peut se faire à propos des adverbes expressifs postposés : Vous êtes aimable infiniment ! Ces exemples l’amènent à conclure que, de manière générale, ce n’est pas telle ou telle position en soi qui est expressive, mais l’opposition entre le normal et l’inédit.

73Les procédés discursifs de l’expressivité formelle sont de trois types : les répétitions expressives, les allongements expressifs et les combinaisons expressives. La répétition expressive peut être, selon l’auteur, brisée ou croisée. Le premier type désigne la tendance du langage expressif à combiner tantôt une alternance consonantique avec une répétition de voyelles (se carapater, papaphar « copie », chez les journalistes, raplapla « fatigué », ramedame), tantôt une alternance vocalique avec une répétition de consonnes (papouille « caresse », tatouille « râclée », farfouiller des papiers, ratatouille « soupe, bouillie »). La répétition croisée ou le chiasme (ab / ba) caractérise selon lui plutôt la langue écrite : sujet banal de banale poésie ; passer sa vie à toujours chercher, désirer toujours. Il évoque également des cas où la répétition s’accompagne d’un contraste de catégorie grammaticale : un enfant très enfant, un petit garçon garçonnant, un bourgeois bourgeoisant. Quant à la répétition d’un même terme sur la position de sujet et sur celle de prédicat, il attribue son expressivité à une figure sémantique, consistant à transfigurer le substantif dans la catégorie de la qualité : Un père est toujours un père (paternel) ; Les affaires sont les affaires (dures, impitoyables).

  • 34 Frei fait remarquer que l’association de la gémination expressive et de l’accent expressif est comm (...)

74Les allongements expressifs peuvent être vocaliques (c’est loin, c’est grand, immense, allons donc !) ou consonantiques. Ces dernières, appelées également géminations, font en sorte que la limite de la syllabe se trouve déplacée et vient porter sur l’intérieur de la consonne, ce qui en prolonge la tenue. L’accent se trouve ainsi dans un rapport de mutuelle dépendance de la gémination : ép-PAtant, ép-POUvantable, d-DÉgoûtant, m-MIsérables. La gémination peut se produire aussi après l’accent : AD-dition, AF-folant, AT-tention34.

  • 35 L’expressivité du hiatus est associée par Frei à sa ressemblance à l’onomatopée : « Il fait jaillir (...)

75Parmi les combinaisons expressives, Frei classe les associations suivantes : i + ouille (bistouille « alcool », citrouille, gribouiller, pinouiller « courir les femmes », trifouiller, zigouiller « tuer »), a + ouille (arsouille « voyou », bafouiller « bredouiller », barbouiller, chatouiller, panouille « imbécile », patouille « petite caresse »), voyelle nasale + gutturale sonore (‑ingue : bizingue « bizarre », une grande bringue « femme », débringuer « déchirer », la déglingue « la misère », fringue, louftingue), le groupe initial ch + consonne (chebèbe « beau, admirable », chenique « alcool », chenoque « imbécile », chenu « riche, beau, supérieur », chepiler « réussir »), la consonne gn initiale (gnaf « imbécile », gnafron « glouton », gnangnan « mou, paresseux, niais », gnognot « niais », gnognotte « niaiserie »), gnole « eau-de-vie ». Il évoque aussi le hiatus – que le français cherche à éviter – comme procédé expressif dans certains mots, tels que ahuri, béant, béat, brouhaha, cahin-caha, chahut, chaos, cohue, ébahi, éhonté, huée, tohu-bohu35.

76Les emprunts expressifs sont présentés selon deux aspects, le déplacement dans l’espace et le déplacement dans le temps. En ce qui concerne les emprunts aux langues étrangères, Frei estime que dans ce domaine, comme dans les autres, il convient de ne pas confondre transposition pure et transposition expressive. La première repose sur une évocation fortuite – un processus accidentel, indépendant du parleur et même contraire à son intention, alors que la seconde est une évocation voulue – un procédé visant à atteindre l’entendeur. Le déplacement dans l’espace est représenté principalement par des anglicismes (les plaisirs du home ; un des bals les plus réussis de la season ; footing, camping, touring ; Modern-Cinéma, Modern-Hôtel), la graphie expressive par emprunt (y : City-Hôtel, Table-Moderny, le c final : Adriatic Hôtel, Majestic Hôtel) et l’s saxon (Chez Maxim’s). Le linguiste évoque également l’exemple de l’emprunt intersocial, où la langue « inférieure » emprunte à la langue « supérieure », ou inversement, des mots qui ont un grand effet d’évocation du milieu (nocif, toxique, spécimen, esthétique, céphalgie). Le recul dans le temps est représenté par les archaïsmes expressifs, notamment dans la langue littéraire et écrite (battre sa coulpe, pays estranges, l’ire d’un abbé vertueux, un mien ami, après moult recommandations, occire un chat) ; ou encore les latinismes expressifs (une fleur gracile, les cogitations de l’esprit, sa haute sapience).

  • 36 Sur la réception du programme de la linguistique fonctionnelle de Frei, voir Klingler et Véronique (...)

77Dans sa Grammaire des fautes, Frei offre un aperçu original de l’antinomie de la communication et de l’expression36 proposée par Bally dans LV et LGLF. Son caractère principiel est conservé sous la forme de cinq universaux de l’expression subordonnés aux deux pôles mentionnés. Dans ce contexte, la position du premier sur l’expressivité présente des similitudes et des différences par rapport à la vision du second. Les similitudes les plus immédiates sont le recours à l’antinomie de la communication et de l’expression, la distinction entre processus et procédé, pour séparer l’affectivité fortuite et l’expressivité, le mode de traitement de la figuration, l’opposition entre l’expressivité et l’arbitraire. D’autre part, nous constatons également des différences par rapport au traitement de l’expressif par Bally : un intérêt plus marqué pour une systématisation de cette problématique (sous-types, classement des procédés) et un rapport plus explicite entre l’expressivité et le degré de conscience, d’intentionnalité du sujet parlant dans l’emploi des formes linguistiques. Les références à Sechehaye sont également nombreuses, notamment à propos du rapport logique entre le sujet et le prédicat et de la transposition.

  • 37 La conception téléologique de Frei s’inspire du travail d’un logicien, Edmond Goblot, à qui Frei re (...)

78La problématique de l’expressivité chez Frei est encadrée dans le contexte plus général des universaux de langage. Les besoins sont des axes de la linguistique fonctionnelle, propres à illustrer les constantes du fonctionnement du langage dans n’importe quelle langue. L’expression a les mêmes caractères, seuls les procédés particuliers qui la mettent en place sont différents. Nous proposons ci-dessous un tableau synoptique de la conception finaliste37 de l’expression dans la GF de Frei.

Tableau 2 – Théorie des besoins

COMMUNICATION Universaux de l’expression, « besoins » Déficit Procédés
assimilation (mémorielle et discursive) une lacune éventuelle dans l’établissement des identités partielles nécessaires au système analogie sémantique (source de la polysémie), analogie formelle ;conformisme grammatical (accord, concordance des temps, attraction des modes) et phonique
différenciation confusions, équivoques (bisémie, polysémie, homophonie ; irrégularité dans la conjugaison) différenciation mémorielle – formelle (les formes verbales surcomposées, l’emploi de on, l’ajout d’un yod au subjonctif de certains verbes) ou sémantique (bifurcation des synonymes) – et différenciation discursive (syntagmatique ou phonique)
brièveté la redondance des éléments le figement, la représentation, l’ellipse
invariabilité trop de variation conduit à un effort de mémoire qui nuit à la communication la transposition sémantique, syntagmatique ou phonique
EXPRESSIVITE EXPRESSIVITÉ ARBITRAIRE l’expressivité sémantique (la figure) et l’expressivité formelle (substitutions expressives, brièveté expressive et séquence expressive ; répétitions expressives, allongements expressifs et combinaisons expressives)

2. La problématique de l’expression dans les articles d’Henri Frei

  • 38 Après la GF, dans une seconde étape de son activité, Frei s’est préoccupé de l’élaboration d’une th (...)

79Le besoin d’expressivité, tel qu’il apparaît dans la GF de 1929, ne fera plus l’objet des travaux de Frei après cette date. Un certain intérêt pour la problématique de l’expression subsiste pourtant sous plusieurs formes dans ses articles. Nous faisons plus particulièrement référence aux textes suivants : « Sylvie est jolie des yeux » (Frei 1939), « Qu’est-ce qu’un Dictionnaire de phrases » (1941), « Ramification des signes dans la mémoire » (1942)38.

80Dans son article de 1939, l’auteur revient sur un point qu’il avait déjà évoqué dans la GF, le type converse rouge de teint, belle de taille, faible d’estomac, pauvre d’esprit. Ce type de construction est un cas de transposition de teint joli à joli de teint (inhérence > relation), compensée par le passage inverse de avoir à être (relation > inhérence). Il reprend cette construction pour étudier sa spécificité par rapport à d’autres types de transpositions (type passif et type transitif), et pour formuler ensuite des conclusions sur la liberté et les contraintes dans l’opération de conversion. Dans la phrase Sylvie est jolie des yeux, il identifie deux jugements, un jugement de relation entre deux substances ou sujets logiques et un jugement d’inhérence entre une substance et une qualité. Par rapport au type possessif Sylvie a de jolis yeux, le type converse se caractérise par un chassé-croisé par lequel le prédicat se rapporte au premier sujet, le second sujet ne faisant que spécifier à quelle partie du premier ce prédicat s’applique.

81Le type converse se distingue d’abord du type passif : pâle de teint (de teint pâle) n’est pas identique comme construction à pâle de frayeur (que la frayeur a rendu pâle), tout comme brune de peau diffère de brune de soleil. Deuxièmement, le type converse est également différent du type transitif : une femme pleine de visage, par rapport à une salle pleine de visages. Les procédés de conversion peuvent être la préposition, le cas, et la place des termes – dans les langues romanes, le type à préposition est le mieux illustré (italien di bello aspetto : bello di aspetto ; espagnol de grande potencia : grande en potencia ; roumain cu înfăţişare frumoasă : frumos la înfăţişare, cu privire cruntă : crunt la privire). Dans les langues anciennes, ce type était construit par les cas.

82Après son analyse syntaxique, Frei se demande quelle est la spécificité de cette forme dans la conscience des sujets parlants. Il estime d’abord que toutes les constructions directes ne sont pas également convertibles : on peut dire belle de taille, noire de cheveux, longue de cils, fine de doigts, bien faite de jambes, mais la « conscience linguistique » n’accepte pas les formes belle de gants, noire de chaussures, longue de manches,fine d’étoffe, bien faite de vêtements. Des remarques sur le fonctionnement des catégories de l’imagination par rapport aux catégories grammaticales viennent à l’appui de son explication. Pour que la conversion soit possible, les deux sujets logiques doivent être conçus comme formant une seule et même substance. Deuxièmement, la distinction animé-inanimé n’entre pas en ligne de compte : un rideau passé de ton, des couloirs bas de plafonds. Cette règle ne s’applique pourtant que pour le concret. S’il s’agit de qualités morales ou d’abstractions, la liberté de convertir ne connaît pas d’entrave : brave de cœur, froid de parole, libre de mœurs.

  • 39 Pour le deuxième congrès international de linguistes (1933), Frei avait préparé un sujet lié à cett (...)

83Dans la seconde partie de son article, l’auteur associe les limites de cette construction dans l’expression en français moderne à un changement de mentalité par rapport à une époque révolue de l’évolution de la langue. Citant l’ouvrage de Lucien Lévy-Bruhl L’âme primitive (1927), le linguiste fait remarquer un aspect intéressant : la notion du moi s’est rétrécie considérablement au cours de l’évolution de la civilisation, changement qui se reflète dans les constructions de la langue. Chez les anciens, cette notion contenait les sécrétions et les excrétions, les traces des pas, l’ombre et l’image, les restes d’aliments, les vêtements, les meubles, les armes, la femme et les membres de la famille, la maison. Bally est évoqué ici pour son intérêt à l’égard de l’extension de la sphère personnelle (progressivement restreinte au corps et à l’esprit du sujet dans les langues romanes)39. Il en conclut que les faits de langue peuvent parfois servir à l’exploration de la mentalité, contrairement au point de vue saussurien, qui à son sens envisageait le procédé linguistique comme indépendant de ses causes psychiques.

  • 40 Frei avait effectué des séjours à Pékin (1932-1934) et à Tokyo (1934-1938).

84L’article de 1941 témoigne de l’intérêt particulier de Frei pour les langues orientales, notamment le japonais et le chinois40. Cet article est significatif à plusieurs titres. D’abord, pour son exposé méthodologique de la création d’un dictionnaire de phrases (qui présente des similitudes avec le grand projet d’un dictionnaire idéologique de Bally), ensuite, pour la place accordée dans ce projet au témoignage du sujet parlant et à sa conscience (qui devient un instrument pour établir des données et pour les contrôler), et enfin, pour son caractère d’outil dans la linguistique synchronique et l’étude de la parole.

85Le dictionnaire de phrases est envisagé par l’auteur comme une méthode permettant de fournir des matériaux limités et homogènes. Le problème de la constitution du corpus en linguistique l’avait préoccupé depuis son premier ouvrage, la GF de 1929. De manière tout à fait significative, il note le tournant que le CLG a marqué dans la conception du corpus :

Nous tenons là [la grammaire française de Damourette et Pichon, l’atlas linguistique] un reste de l’époque présaussurienne où l’on considérait la langue non comme un système de « formes » immatérielles se définissant par leur opposition réciproque, mais comme une masse de « substances » ayant chacune son existence propre, d’où la nécessité où l’on se croit de recueillir l’ensemble de ces éléments, ou du moins le maximum possible, pour obtenir une vue générale. Si au contraire la langue constitue un équilibre de valeurs, une seule pièce suppose la connaissance de tout le reste et il suffira donc de matériaux en nombre limité. (Frei 1941, p. 44)

  • 41 Deux enquêtes réalisées par Frei suivent cette méthodologie, Phrases de Tokyo (1937-1940) et Peipin (...)

86Le corpus ne devrait plus être utilisé pour offrir une vue générale sur un aspect de la langue, mais son utilité découlerait de son aptitude à reproduire au niveau micro les phénomènes de niveau macro, en raison de l’équilibre des valeurs qui caractérise la langue. De plus, l’auteur estime que la variation dans la langue (dialectes, distinctions géographiques et sociales et même d’âge et de sexe) pose des difficultés considérables à l’étude du système de la langue, du fait qu’elle implique qu’il n’y aurait pas un seul système : « Autant de cerveaux, autant de systèmes linguistiques » (ibid., p. 44). Établir un corpus pour étudier le système de la langue est pour lui une entreprise chimérique. Dans cette perspective, établir un dictionnaire de phrases est une façon de remédier à ces difficultés. En partant d’un ensemble limité de pensées usuelles, il s’agit d’examiner comment chacune est exprimée par une seule et même personne dans son parler individuel41. Deux mille concepts usuels formant la trame du langage quotidien (première partie : l’homme, le corps, la nourriture, les vêtements, l’habitation, les transports, l’industrie, l’économie, la société, l’âme, les signes ; deuxième partie : la nature, êtres et choses, phénomènes ; troisième partie, l’abstraction : espace, temps, ordre, quantité et qualité, existence et relation) ont été recensés, dont chacun est illustré par une « phrase de tous les jours » (par exemple, couvercle : Le couvercle n’est pas bien mis). Le linguiste admet que la sélection des matériaux a été faite selon l’esprit de la culture moderne de l’Occident et évoque des initiatives semblables : le Thesaurus (1852) anglais de Peter M. Roget, le tableau synoptique du TSF de Charles Bally (1909) et le Deutscher Wortschatz nach Sachgruppen de Franz Dornseiff (1934). Il affirme ensuite l’importance des phrases de la sphère active et affective, par rapport à celles du type intellectuel, en raison de la place de la volonté et de l’émotion dans le langage familier. L’index des concepts qui complète le dictionnaire permet, à son sens, de faire des études systématiques de synonymie.

87Un deuxième aspect qui nous intéresse plus particulièrement est le type d’enquête que Frei propose pour établir les données. Chacune des phrases est censée avoir été dite une fois seulement, toujours par le même sujet, dans des circonstances précises de lieu, de temps, de personnes et de pensée, ce qu’il appelle la « situation » :

Au rebours des dictionnaires traditionnels, qui présentent l’emploi des mots, des expressions et des phrases dans des situations variées, mon enquête note donc le langage en tant que parole, c’est-à-dire dans son fonctionnement. Cette différence entre l’abstraction et la vie éclate en de nombreux exemples. (p. 49)

  • 42 La délimitation grammaticale et la délimitation phonique peuvent ne pas coïncider : « En remplaçant (...)

88Troisièmement, l’analyse des phrases doit être faite « selon la conscience linguistique du témoin », du point de vue synchronique, ou, plus précisément, syncéphalique. L’histoire des formes linguistiques n’est pas appelée à informer une telle approche, ce qui compte c’est le fonctionnement d’une forme dans un « seul et même cerveau » (un questionnaire, un témoin, une teneur). Dans cette perspective, il utilise la distinction de Nikolaï Troubetzkoy entre la phonétique et la phonologie pour opposer la méthode de l’atlas linguistique (qui utilise la transcription phonétique) à celle du dictionnaire de phrases, qui emploie la transcription phonologique. Quant à la délimitation grammaticale, Frei introduit la distinction entre le monème et le syntagme. Le monème est censé remplacer le mot, désignant tout signe dont le signifiant est indivis42, alors que le syntagme est défini comme groupement d’au moins deux monèmes dans une unité supérieure. Le monème est synonyme de « non analysable » et le syntagme d’« analysable », et l’auteur conçoit entre ces deux extrêmes une échelle de cas intermédiaires : difficilement analysable, analysable en partie, aisément analysable. La délimitation des monèmes se fait en collaboration avec le témoin, qui rend compte de l’arrangement des formes dans sa conscience (l’index des monèmes contient des remarques du témoin que le texte de l’enquête ne peut reproduire : ellipses et sous-ententes, cumuls, onomatopées et phonies expressives, emprunts à la langue écrite ou à une langue étrangère).

89L’auteur introduit une distinction entre les sémantèmes et les sèmes, correspondant à l’opposition entre la mémoire et le discours. Selon lui, les catégories mémorielles sont les classes de mots ou parties du discours et les catégories discursives sont les termes tels que le sujet, le prédicat, l’objet, etc. La morphologie relève ainsi de la mémoire, alors que la syntaxe relève du discours. Le dictionnaire de phrases permettrait de mettre en place une grammaire d’un type nouveau, appelée « grammaire statistique », censée signaler chaque facteur important du système avec son coefficient d’usage. Il constituerait un instrument d’étude pour le linguiste saussurien équivalent à l’atlas du dialectologue et au test du psychologue.

90Dans le troisième article que nous évoquons ici, celui de 1942, nous avons pu trouver un autre type de recours à la conscience du sujet parlant, sous la forme de la distinction entre la transposition libre et la transposition dirigée. La transposition est définie comme le passage d’un élément à un autre à l’intérieur d’une famille de signes (enseigner - enseignons, dominus - domini). À propos de la famille associative, l’auteur évoque l’opinion saussurienne selon laquelle ses termes ne se présentent jamais dans un ordre déterminé. La question qu’il se pose est de savoir si « dans leur évocation mutuelle, une direction de l’un à l’autre est sentie ou non par la conscience des sujets et, si oui, dans quelle direction le mouvement est senti » (Frei 1942, p. 17).

91Frei distingue ainsi entre transposition libre et transposition dirigée. Selon lui, la seconde suppose toujours un terme de départ (transponende), et un terme d’arrivée (transposé), avec un transpositeur, explicite ou non (dans le couple enseigner - enseignement, le suffixe transpose le verbe dans la catégorie verbale du substantif ; orange comme adjectif de couleur est une transposition dirigée du substantif qui désigne le fruit). Les figures vivantes sont toujours des transpositions dirigées. Quant à la transposition libre, le « sentiment d’une direction » fait défaut. Il y a libre échange entre les deux valeurs (exemples : le verbe louer – prendre ou donner à bail ; chance, fortune, réussir, « mots indifférents » ; grâce à ; table de noyer, table de cuisine, table à écrire, table pliante). Selon le linguiste, la distinction entre la transposition libre et la transposition dirigée est d’ordre sémiologique, et dépasse les cadres de la science de la langue (serait-ce également par le questionnement sur la conscience du sujet parlant qu’elle suscite ?) :

La transposition libre est ce qu’on pourrait appeler une transpécification, c’est-à-dire le passage d’un spécifié à un autre à l’intérieur d’une famille de signes. Pour autant que les spécificateurs soient explicites, la transposition libre est marquée, dans le domaine syntagmatique, par la substitution d’un spécificateur à un autre. Quant à la transposition dirigée, on peut la définir négativement comme le passage d’un signe d’une sphère dans une autre sans que les deux soient conçues comme les espèces d’un genre. (Frei 1942, p. 24)

92Après la GF de 1929, dans ses articles, Frei continue de s’intéresser à la question de l’expression, à travers la problématique du corpus en linguistique et la nécessité d’interroger la conscience linguistique du sujet parlant.

Notes

1 Nous rappelons ici que l’attitude non normative du linguiste avait également été affirmée par Saussure, Bally et Sechehaye.

2 Chez Bally nous avons pu constater un intérêt élevé et des éléments d’un cadre théorique pour la constitution et l’exploitation d’un corpus de données empiriques.

3 Il s’agit de lettres écrites par des personnes « de culture rudimentaire », les femmes du peuple généralement, documents authentiques, selon Frei, de la langue courante et populaire de l’époque.

4 « La linguistique d’aujourd’hui tend à substituer à la science du renfermé la vue directe de la vie, et une simple liste de faits sélectionnés prouve souvent mieux que de longs développements théoriques. Au reste, ouvrez l’œil et l’oreille au langage qui s’écrit et se parle quotidiennement autour de vous : il forme le bain de vie de ce livre » (GF, p. 9).

5 De manière quelque peu surprenante, Frei attribue la conception normative à l’école française (Durkheim) et à l’école genevoise (Saussure), alors que la conception fonctionnelle lui semble mieux représentée par les Scandinaves (Jespersen). S’appuyant sur la GF et le dossier de la thèse de Frei établi par Bally, Amacker fait remarquer que « deux des représentants les plus créatifs de l’école genevoise de linguistique » se montrent peu saussuriens en pratique, malgré le recours à certaines thèses du Cours.

6 Les déficits du langage correct (par leur nom même) ne peuvent se remarquer que s’il y a un écart significatif par rapport à la norme de la langue. Même définie comme inadéquation, ou déficit, cette transgression n’est perceptible que par son rapport avec l’aspect correct, normatif, de la langue.

7 Un des exemples de fait de langage déficitaire est la phrase C’est lui qui la fait venir, les italiques indiquant sa forme prononcée. Le déficit consiste en l’équivoque qu’elle suscite, et de là découle la nécessité de recourir à des procédés de différenciation nécessaires à la compréhension.

8 Frei cite Bally, qui avait exprimé dans LV son opinion sur la nécessité d’une étude systématique des incorrections.

9 Les linguistes cités par Frei qui ont utilisé cette notion dans leurs travaux sont le linguiste allemand Anton Marty, le dialectologue Jules Gilliéron et Georges Millardet.

10 Frei estime que la conception saussurienne de la loi (CLG, p. 133) renvoie uniquement à la règle grammaticale.

11 L’exemple évoqué introduit le relativisme de la compétence du sujet parlant : le passage de fortuné1 (heureux) à fortuné2 (riche) est réversible pour la majorité des sujets. N’empêche que pour un nombre restreint de locuteurs le rapport entre les deux sens du vocable forme une évolution.

12 Frei classe dans la catégorie des fautes non seulement des transgressions flagrantes des règles grammaticales, mais aussi des « procédés détournés semi-corrects ou corrects » (à côté de la tendance à unifier le radical du verbe : je vas, j’est, j’a, il existe aussi des constructions telles que c’est moi qui est, c’est moi qui a, il n’y a que vous qui peut faire ça, c’est pas nous qui peut y aller).

13 Voici les définitions données par Frei : la situation est l’« ensemble des rapports soutenus entre éléments donnés in praesentia » ; le discours, la « situation parlée » ; le (con)texte, la « situation écrite ».

14 En guise d’exemple, nous trouvons en français correct Ce qui importe dans un pays c’est le nombre, énoncé qui devient en français avancé parlé : Ce que ça importe dans un pays c’est le nombre, et en français avancé écrit, Ce qu’il importe dans un pays c’est le nombre (effets du besoin d’invariabilité aux deux niveaux).

15 Frei appuie son argumentation sur un nombre impressionnant d’exemples, analysés rigoureusement et systématiquement, selon un système de notation original, qui mérite une attention particulière. Il utilise des signes pour le passage statique (changement) >, le passage historique (évolution) →, l’action analogique X, l’équivoque >, la différenciation <, la variabilité /, l’invariabilité, l’interchangeabilité =, la conversion, l’inversion, la substitution, la figure Z, le signe d’interlocution, les éléments accentués petites capitales, les éléments hypothétiques *. La plupart de ses exemples sont analysés selon ce système de notation.

16 L’analogie joue, aux yeux de Frei, un rôle significatif dans l’absorption des éléments savants, étrangers ou relativement inconnus.

17 La tendance spontanée et vivante du français avancé tend à faire mécaniquement l’accord avec l’élément qui précède, peu importe sa catégorie syntaxique : Vous me direz ce que vos démarches vous auront coûtées (Agence des prisonniers de guerre [APG]).

18 Parmi les procédés de différenciation formelle, Frei classe la tendance à ajouter un yod au pluriel et au subjonctif de certains verbes (croire, voir), l’emploi de on (nous croyons - on croit, on croyait), le remplacement d’un temps simple par un temps composé (à la suite de la fermeture progressive du e final) : je mangeaisj’ai mangé, le remplacement dans la langue parlée courante des formes simples du passé par des formations composées. La différenciation sémantique est appelée bifurcation des synonymes. Le linguiste envisage la synonymie comme un déficit, que le langage essaie de combler par deux voies, soit en abandonnant l’un des concurrents, soit en conservant les deux avec des significations distinctes (âpreté/asperité, avoué/avocat, chaire/chaise, col/cou), procédé qu’il appelle bifurcation. Ce dernier caractérise non seulement les doublets, mais d’autres synonymes également (cité/ville, mésentente/malentendu, proche/prochain). La différenciation discursive connaît deux types, différenciation syntagmatique et différenciation phonique (délimitation, dissimilation, netteté de syllabation).

19 Dans les exemples populaires : c’est plus bon marché, trop de bonne heure.

20 Des fautes occasionnées par l’oubli du sens des éléments : passe-moi le pain, s’il vous plaît ; travaux publics privés ; cette soi-disant faute n’en est pas une ; une inspection locale des lieux ; embrasser sur la joue.

21 Dans l’exemple Elle a l’air méchante, mais aussi Il est des plus amical (des plus + singulier, devenu signe du superlatif absolu).

22 Bally avait proposé pour l’ellipse mémorielle le terme de copule zéro et réservé le terme d’ellipse à la seule ellipse discursive.

23 Frei évoque Bally à ce propos : la langue fait passer aisément les signes d’une catégorie à une autre par des procédés transpositifs qui se mettent au service de la parole. Il renvoie également à l’étude méthodique de la transposition par Sechehaye, dans son ouvrage de 1926.

24 Bally est de nouveau cité à propos du rôle de l’invariabilité dans le procès de transposition caractérisant l’évolution des langues de grande communication (exemple de l’anglais).

25 Sechehaye ne considérait pas les deux rapports (principal complément et sujet : prédicat) comme apparentés du point de vue génétique. Frei ramène le rapport entre le déterminé et le déterminant à une condensation du rapport entre le sujet et le prédicat.

26 Frei interprète les changements d’étendue par analogie à l’élasticité physique ou à la contractilité physiologique, conformément à laquelle la substance organisée se raccourcit dans un sens pour augmenter en dimension dans un autre sens et vice-versa : « […] le syntagme qui se rétrécit formellement s’enrichit sémantiquement (par absorption de l’ellipse), et inversement le syntagme qui s’élargit formellement s’appauvrit sémantiquement » (GF, p. 279). Cette idée présente une forte ressemblance avec la conception de Bally qui compare l’expression à un accordéon qui tantôt se distend, tantôt se rétrécit.

27 Cet aspect de la figuration occupe une place importante dans les approches pragmatiques énonciatives des figures ; voir le rôle de l’énallage comme trope, au sens étendu du terme, chez Kerbrat-Orecchioni (1980).

28 Frei adopte la même position que Bally sur le rapport entre les figures de rhétorique et leur expressivité. Elles ne sont que la contrepartie littéraire des figures que crée la langue parlée spontanée.

29 Dans la catégorie des figures, Frei classe également des gestes, qui sont un objet de recherche de la sémiologie, ou « science générale du signe ». Il fait référence à Saussure et affirme que la tâche de la sémiologie est de mettre en évidence les correspondances entre le fonctionnement des divers systèmes de signes (langage oral, langage gestuel, signaux, rites, cultes, arts).

30 Frei affirme que l’interrogation figurée est connue de toutes les langues. Il évoque pour le français l’emploi correct des formants interrogatifs dans l’exclamation : quel, -ti (Ça peut-ti être moche !), qu’est-ce que.

31 « Dans un sens étendu, d’ailleurs, toutes les figures peuvent se ramener à l’antiphrase, c’est-à-dire à l’interversion des contraires » (p. 266).

32 Quelques références données pour ce sous-chapitre sont Otto Jespersen, « Sound symbolism » dans Language, et Maurice Grammont, Onomatopées et mots expressifs.

33 Frei constate une sous-entente expressive dans la plupart des exclamations, combinée avec l’intonation exclamative : Tu parles (si j’étais content) ; Vous pensez (comme ça doit l’amuser) ; Et comment (qu’elle est rusée) ; Si vous croyez que ça l’a changé… (eh bien vous vous trompez) ; Si on allait se promener (qu’en dites-vous ?).

34 Frei fait remarquer que l’association de la gémination expressive et de l’accent expressif est commune à toutes les langues.

35 L’expressivité du hiatus est associée par Frei à sa ressemblance à l’onomatopée : « Il fait jaillir une sensation de rupture phonique, et cette impression sensorielle, plus ou moins désagréable si elle était fortuite, est associée ici à une impression de rupture sémantique (étonnement dans la sensation, le sentiment ou la pensée) » (p. 361).

36 Sur la réception du programme de la linguistique fonctionnelle de Frei, voir Klingler et Véronique (2012). Significativement, l’ouvrage a fait l’objet d’un compte-rendu glacial de Meillet, qui lui reprochait l’influence trop marquée de Bally, son directeur de thèse, à qui appartenait l’idée d’étudier systématiquement les fautes pour déterminer les tendances générales d’une langue.

37 La conception téléologique de Frei s’inspire du travail d’un logicien, Edmond Goblot, à qui Frei reprend la définition de la finalité comme « cycle fonctionnel », dont les éléments sont un excitant (le déficit), un moyen (le procédé) et une fin (les besoins linguistiques). Amacker signale, sur la base du dossier de la thèse de Frei, que Bally est plutôt critique à l’égard de la théorie des besoins, et qu’il estime que le besoin est premier par rapport au déficit : « Comment sentirait-on que quelque chose manque, si ce n’est par le sentiment que quelque chose est nécessaire ? » (Bally cité par Amacker 2001, p. 8).

38 Après la GF, dans une seconde étape de son activité, Frei s’est préoccupé de l’élaboration d’une théorie syntaxique dont les éléments ont été relevés dans trois articles d’Amacker (1969, 1974-1975, 1980). La syntagmatique a occupé une large part dans un grand nombre d’articles de Frei entre 1940 et 1970, et connu une série de détours et même parfois de contradictions dont Amacker fait une analyse détaillée dans ses articles. Nous tenons à citer une de ses conclusions sur ces travaux syntaxiques de Frei : « Les seules constantes certaines, ce sont, d’une part, le recours au critère fonctionnel, identifié pratiquement, dans le domaine syntaxique, aux possibilités de substitution, et d’autre part, l’intérêt pour tout ce qui est vivant et spontané dans la langue et dans les langues, le goût pour les faits que nous croisons chaque jour sans les voir, mais qui réclament eux aussi leur explication systématique » (Amacker 1980, p. 141).

39 Pour le deuxième congrès international de linguistes (1933), Frei avait préparé un sujet lié à cette problématique : « Préverbes et postpositions avant la flexion indo-européenne ».

40 Frei avait effectué des séjours à Pékin (1932-1934) et à Tokyo (1934-1938).

41 Deux enquêtes réalisées par Frei suivent cette méthodologie, Phrases de Tokyo (1937-1940) et Peiping Sentences (1938-1939).

42 La délimitation grammaticale et la délimitation phonique peuvent ne pas coïncider : « En remplaçant la notion élusive de mot, scientifiquement insaisissable, par celle de monème, le linguiste obtient un instrument commode, parce que mesurable et nombrable à la manière de l’atome chimique, qui permettra de serrer de plus près la formulation et la solution de maints problèmes, par exemple le nombre de syllabes moyen dont se compose le “mot” d’une langue, ou le bagage de “mots” dont a besoin l’homme dans la rue » (Frei 1941, p. 52).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search