Version classiqueVersion mobile

L'école républicaine et l'étranger

 | 
Damiano Matasci

2. De la comparaison à l’échange intellectuel. Les réformateurs français et le mouvement international de la réforme scolaire

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette deuxième partie, il est finalement possible de dresser un tableau relativement complet du processus d’internationalisation de la réforme scolaire en France à la fin du xixe siècle. Après la production de savoir sur les systèmes scolaires étrangers, le regard s’est porté sur la place des réformateurs français au sein des espaces internationaux. Quelques remarques intermédiaires peuvent alors mettre mieux en perspective les principaux résultats.

2Du point de vue méthodologique, il importe de souligner que les sections scolaires des expositions universelles et les congrès internationaux de l’enseignement constituent une porte d’entrée pour examiner ce processus plus vaste et complexe qu’est la circulation des idées pédagogiques et des modèles scolaires en Europe occidentale. Contrairement à une approche comparative traditionnelle, cette perspective amène le chercheur à appréhender certaines thématiques trop souvent circonscrites à l’intérieur d’un cadre national dans un véritable « régime circulatoire » de la réforme scolaire, certes encore informel et relativement désorganisé, mais en voie de progressive institutionnalisation.

3La question des interactions entre les échelles nationale et internationale se révèle centrale pour rendre compte de la complexité du processus d’internationalisation. Les expositions universelles sont un moyen de diffuser et faire connaître les progrès scolaires nationaux. Les efforts fournis par les délégués français pour mettre en avant les réussites de la Troisième République dans le domaine de l’instruction publique sont particulièrement significatifs. Les congrès internationaux, en revanche, se configurent plutôt comme des lieux d’échange et de confrontation. Cela dit, le poids des enjeux nationaux, qui se manifeste par exemple dans l’élaboration de l’agenda des travaux de ces rencontres, ne doit pas être négligé. Expositions et congrès donnent finalement à voir la progressive fabrication d’une culture scolaire qui dépasse le cadre d’un État-nation, forgeant ainsi une sorte de grammaire européenne de la réforme scolaire. Toutefois, il n’est jamais question de normes ou de modèles qui se veulent universels et applicables dans n’importe quel contexte. Ces espaces constituent plutôt des plaques tournantes qui sont utiles aux réformateurs français et européens pour prendre connaissance des évolutions scolaires dans les pays occidentaux et pour examiner les différentes formules et possibilités qui s’offrent à eux.

4Enfin, cette deuxième partie permet de mieux connaître les acteurs qui construisent le processus d’internationalisation. Sa nature élitiste mérite d’être soulignée. Le rôle des experts lors des expositions ou bien dans l’organisation des congrès montre que la sphère internationale est l’apanage d’un groupe relativement restreint de réformateurs. Le « tournant organisateur » du début du xxe siècle permet toutefois d’apporter une nuance à cette assertion. Les associations internationales qui se créent et se développent à cette époque font en effet émerger de nouveaux acteurs, les enseignants – instituteurs et professeurs du secondaire – mettant en effet progressivement en place leurs propres structures.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search