Version classiqueVersion mobile

L'école républicaine et l'étranger

 | 
Damiano Matasci

2. De la comparaison à l’échange intellectuel. Les réformateurs français et le mouvement international de la réforme scolaire

Chapitre 5

Un moment 1900 ? Le « tournant organisateur » de l’internationalisme

Texte intégral

  • 1 A. Rasmussen, « Tournant, inflexions, ruptures », art. cité, p. 34.

1Au début du xxe siècle, le mouvement international de la réforme scolaire connaît cette phase de profonde mutation qu’Anne Rasmussen définit comme le « tournant organisateur » de l’internationalisme1. À cette époque s’amorce en effet le passage d’un système informel d’échanges et de collaboration intellectuelle à des structures plus formelles et censées assurer leur pérennité. Ce chapitre étudie les différentes tentatives de regroupement international dans le domaine de l’instruction publique, à un moment où le processus d’internationalisation dans la vie sociale et scientifique européenne s’intensifie considérablement. Il s’agit plus précisément de voir comment se forme l’idée de « permanence » des activités internationales qui témoignerait d’une transformation de la logique du « travail international ».

  • 2 Un historique sommaire de ces premières tentatives dans Pedro Rossello, Les précurseurs du BIE. Un (...)

2Les trois dernières décennies du xixe siècle se caractérisent par une multitude de projets visant la création d’une organisation internationale dans le domaine éducatif. Le parcours qui mène aux premières réalisations compte d’innombrables échecs2. Nombre de ces projets sont souvent confus et durent l’instant d’une brève déclaration d’intentions, sans jamais se concrétiser. Les efforts visant à canaliser les activités internationales vers une sorte de premier Bureau international de l’éducation doivent être finalement évalués non pas en termes de réussite ou d’échec mais plutôt comme la manifestation d’une logique qui connaîtra son achèvement dans l’entre-deux-guerres. Le chapitre présente tout d’abord la vaste gamme de projets dont est riche la fin du xixe siècle. L’accent est ensuite mis sur deux exemples majeurs de l’internationalisme dans le domaine scolaire : d’une part, la tentative de coordination et de coopération des experts de l’enseignement technique et d’autre part la mise en réseau du corps enseignant. Cela permet de mieux cerner l’éventail des besoins que le recours à la dimension internationale permet de satisfaire.

Propositions et échecs : la difficile naissance des bureaux internationaux

  • 3 F. Buisson, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Vienne en 1873, ouvr. (...)
  • 4 Voir Ligue internationale de l’enseignement. Premier Bulletin, 15 février 1891.

3Les nombreux congrès internationaux qui jalonnent la fin du xixe siècle se concluent souvent avec des déclarations préconisant la création d’organismes internationaux permanents. Les déclarations verbales ne sont cependant pas toujours suivies d’efforts concrets. Les appels se font de manière ponctuelle et assez désorganisée. Souvent, les objectifs sont vagues et les fonctions mal expliquées. Toutes ces différentes propositions insistent néanmoins sur la nécessité de la collaboration internationale. En 1872, le congrès de la Société des instituteurs de la Suisse romande tenu à Saint-Imier dans le Jura suisse propose la constitution d’une « association pédagogique universelle », qui toutefois ne verra jamais le jour. En 1873, Ferdinand Buisson lance une proposition allant dans ce sens à la fin de son rapport sur l’Exposition universelle de Vienne3. Il faut rappeler aussi celle de John Eaton lors de la conférence internationale d’éducation de Philadelphie en 1876, qui préconise notamment l’organisation permanente de congrès internationaux. De même, le congrès de Bruxelles en 1880 émet un vœu en faveur de la création d’un Conseil international d’éducation. Le fondateur de la Ligue française de l’enseignement, Jean Macé, est quant à lui partie prenante d’un projet visant à la mise en place, en 1889, d’une ligue internationale de l’enseignement. Il semble que seul un petit groupe de réformateurs latino-américains ait cultivé cette idée pour quelques années4. Lors du congrès international de l’enseignement primaire de Paris en 1900, le ministre de l’Instruction publique Léon Bourgeois, président du congrès, préconise la création d’un bureau international censé coordonner les échanges d’informations dans le domaine de l’enseignement primaire. L’idée est d’améliorer l’efficacité des congrès en assurant leur continuité dans le temps. Le partage de certains problèmes communs et la conscience de l’universalité du mouvement scolaire facilitent, comme le souligne Bourgeois, ce genre de propositions :

  • 5 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’ense (...)

Ce qui nous a frappé, c’est qu’il y a en ce moment, dans tout le monde civilisé, un admirable effort commun, dont l’école est le point de départ, vers la concorde et la fraternité. [...] Il vaut mieux, dans l’intérêt commun, que le congrès se constitue lui-même en Bureau international de l’enseignement primaire.5

  • 6 Congrès international des sociétés laïques d’enseignement populaire tenu à Paris en 1900, Paris, Im (...)
  • 7 Ibid., p. 25.

4Toujours lors de l’Exposition parisienne de 1900, les sociétés laïques de l’enseignement populaire, réunies en congrès à Paris, appellent elles aussi à la création d’un bureau international6. Proposé par Guérard, professeur à l’école polytechnique, et soutenu par l’inspecteur Édouard Petit, il est conçu comme un organisme de coordination des sociétés laïques qui œuvrent pour l’enseignement populaire dans plusieurs pays. Lors de son intervention, Petit rappelle que l’ensemble des propositions émanant des congrès internationaux de 1900 répondent essentiellement à un souci commun : la nécessité de veiller à ce que les informations et les documents des sections scolaires étrangères de l’Exposition ainsi que les discussions menées lors des rencontres ne soient pas oubliées7. La même idée est reprise quelques années plus tard, en 1908, lorsque le congrès international de l’éducation populaire organisé par la Ligue française de l’enseignement cherche à instituer un Office international de l’éducation populaire.

  • 8 Sur la dimension européenne de ce mouvement au xixe siècle, voir Nathalie Duval, « L’éducation nou (...)
  • 9 Rita Hofstetter, Genève : creuset des sciences de l’éducation (fin du xixe siècle - première moiti (...)
  • 10 Georges P. Speeckaert, Le premier siècle de la coopération internationale, 1815-1914, Bruxelles, U (...)
  • 11 Marc Depaepe, Zum Wohl des Kindes ? Pädologie, pädagogische Psychologie und experimentelle Pädagog (...)
  • 12 Sur le mouvement pacifiste voir Verdiana Grossi, Le pacifisme européen (1889-1914), Bruxelles, E.  (...)
  • 13 Sur ce sujet voir aussi la contribution de Ferdinand Buisson, L’instruction et l’éducation interna (...)
  • 14 Après des études de mathématiques, physique et langues modernes, il entame une carrière comme lieu (...)
  • 15 C’est surtout une sorte d’internationalisme culturel qui intéresse particulièrement Kemény. Il sou (...)
  • 16 Walter Scott, World Education. A Discussion of the Favorable Conditions for a World Campaign for E (...)
  • 17 GStAPK, Rep. 76 Vd Sekt. 1 Nr. 35, Archiv für internationales Schulwesen, 1904-1915. Document inte (...)

5En dépit de ces appels, ces projets ne sont souvent même pas entamés. Toutefois, plusieurs mouvements qui s’intéressent aux questions éducatives s’engagent dans cette voie, avec des résultats plus positifs. D’une part, les mouvements pédagogiques alternatifs comme l’éducation nouvelle se structurent à l’échelle internationale, notamment avec la création par Adolphe Ferrière du Bureau international des écoles nouvelles en 18998. Les travaux récents de Rita Hofstetter montrent d’ailleurs que ce mouvement joue un rôle central dans le processus de disciplinarisation des sciences de l’éducation9. D’autres projets, comme le Bureau international de documentation éducative fondé en 1909 par Edouard Peeters, se mettent en place afin de diffuser ces nouvelles théories au niveau international10. La pédologie, la psychologie pédagogique et expérimentale connaissent la même dynamique11. D’autre part, le mouvement pacifiste du début du siècle est également actif dans ce domaine, avec de nombreux congrès et la création d’un Bureau international de la Paix en 189112. L’idée d’une coordination internationale des activités éducatives est en effet évoquée à maintes reprises par les congrès universels de la paix13. L’un des projets les plus significatifs est celui proposé par le pédagogue hongrois Franz Kemény (1860-1944), une figure bien connue de l’internationalisme du début du siècle14. Il est notamment l’un des pionniers de l’éducation internationale, vue comme le fondement d’une éducation pacifiste et pacifiée15. Fervent partisan de la collaboration internationale, il propose en 1905 la constitution d’un Institut international de pédagogie16, une idée rapidement abandonnée faute de soutien financier des gouvernements17.

  • 18 Franz Kemény, « Die internationale Schule der Weltausstellungen : eine neue Institution », Allgeme (...)

6Si elles témoignent de la vitalité de l’internationalisme, ces difficultés montrent surtout qu’il n’existe pas nécessairement de lien direct entre l’intensification du nombre de congrès à la fin du xixe siècle et le degré d’organisation du travail international. De surcroît, la connaissance de ces différents projets ne semble pas être très approfondie parmi les réformateurs de l’époque qui, à l’exception de Kemény, donnent l’impression ne pas être trop au courant des projets antérieurs18. Si les congrès traduisent une volonté de promouvoir l’échange intellectuel, il est donc nécessaire d’apporter une vision nuancée et prudente du caractère homogène et univoque de ce mouvement qui laisserait penser à l’existence d’une tendance inéluctable vers « plus d’internationalisme ».

Un essai français : le comité permanent des congrès de l’enseignement technique

  • 19 Jacques Siegfried,Les écoles supérieures de commerce, Mulhouse, L. L. Bader, 1870.

7Dans un contexte où les tentatives de mise en place de structures permanentes consacrées aux discussions et aux échanges internationaux se terminent souvent par des échecs, les congrès internationaux de l’enseignement technique, qui se déroulent avec une certaine assiduité à partir de 1886, représentent une exception notable. Ceux-ci se caractérisent par une relative homogénéité en termes d’acteurs et de thématiques et sont incontestablement une initiative française. Proposés pour la première fois par la Société philomathique de Bordeaux en 1886, les congrès rassemblent rapidement les principaux acteurs à l’œuvre dans le développement de ce type d’enseignement en France et à l’étranger. L’analyse des comités d’organisation des congrès qui se tiennent à la fin du xixe siècle met en effet en valeur la présence permanente de certaines figures, appartenant à une élite pédagogique et administrative qui lutte pour la reconnaissance de cet enseignement. Des membres du Conseil supérieur de l’enseignement technique, les inspecteurs de l’enseignement et les directeurs des principales écoles techniques et commerciales françaises sont régulièrement présents. C’est dans ce cas de figure très particulier que se développe une expérience de courte durée mais significative. Entre 1895 et 1900, ces congrès sont en effet coordonnés par un comité permanent censé structurer l’ensemble des activités internationales dans ce domaine. Certes, le laps de temps est très réduit. Toutefois, c’est dans la genèse de cet organisme qu’il est possible d’identifier les germes d’un changement profond des logiques qui structurent le processus d’internationalisation dans le domaine de l’éducation. Ce comité est proposé pour la première fois par le « patron » de l’enseignement commercial en France, Jacques Siegfried, fondateur de la première école supérieure de commerce en France en 188619. La proposition est formulée lors de la dernière assemblée générale du congrès de l’enseignement technique de Bordeaux en 1895 :

  • 20 Troisième congrès international de l’enseignement technique, commercial et industriel. Compte rendu (...)

Je voudrais aussi, afin de donner une continuité à nos efforts, que nous eussions un Comité permanent, composé de quatre ou cinq personnes qui, dans l’intervalle de nos Congrès, poursuivraient la mise en exécution des vœux que nous aurions émis.20

  • 21 Léo Saignat (1833-1916), professeur de droit civil à l’université de Bordeaux de 1871 à 1904. Il p (...)
  • 22 Gunther Zander, Gründung der Handelshochschulen im deutschen Kaiserreich (1898-1919), thèse de doc (...)

8Pour la première fois, une réelle action est entreprise de façon formelle afin d’assurer une permanence aux activités internationales. Ce comité souhaite plus précisément pallier le caractère aléatoire et ponctuel des congrès. L’absence de coordination et d’un travail systématique entre les différentes rencontres empêche la progression des réflexions et surtout l’élaboration d’un agenda de travail conséquent (ibid.). Selon Siegfried, il est nécessaire que les résultats et les réflexions produites dans le passé soient systématiquement pris en compte dans l’élaboration du programme des congrès (ibid.). Un premier comité provisoire est constitué en 1895, formé de trois personnes : le professeur de droit à l’université de Bordeaux Léo Saignat, qui est l’un des initiateurs des rencontres internationales et qui en assure la présidence21, Richard Stegemann, président du Deutschen Verbandes für das Kaufmännische Unterrichtswesen (fondé en 1896)22, et l’Anglais Spencer Compton Cavendish, duc de Dovenshire, ancien recteur de l’université d’Édimbourg (1877-1880) et président du Board of Education entre 1900 et 1902.

  • 23 Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Paris, Ruffy, 1924, vol. 3, p. 106.
  • 24 Paul Jacquemart, Exposition universelle internationale de 1900, à Paris. Rapports du jury internat (...)

9Ce comité s’élargit progressivement. Il est renouvelé en 1897 au congrès de Londres, gardé tel quel à Venise en 1899 et modifié à nouveau en 1900 à Paris. Sa structure n’étant jamais clairement définie, le nombre de membres officiels varie considérablement. Les Français y sont tout de même largement majoritaires. S’il est difficile de suivre les fluctuations de ses membres étrangers, les sources ne fournissant aucune indication précise, il est plus aisé de retrouver les figures françaises qui pendant ces cinq ans y font au moins un passage. Parmi ses membres, des directeurs d’écoles de commerce comme Paul Buquet, Julien Manès et Émile Paris, des inspecteurs comme Paul Jacquemart (rapporteur d’ailleurs de l’Exposition universelle pour l’enseignement technique en 1900) et Félix Martel (ancien directeur du Musée pédagogique en 1886 et 1887) ainsi que le directeur de l’enseignement technique en France entre 1895 et 1906, Louis Bouquet23. L’une de ses fonctions est de veiller à la mise à exécution des vœux exprimés lors des congrès sur le plan national ainsi que de parvenir à une définition de l’enseignement technique valable à l’échelle internationale24. Cela impliquerait bien sûr un travail de longue haleine, ce que le caractère aléatoire des rencontres ne facilite pas. Saignat signale l’importance d’assurer la continuité du travail international :

  • 25 Émile Paris, Congrès international de l’enseignement technique commercial et industriel. Tenu à Pa (...)

C’est précisément ce qui a fait naître cette idée qu’il ne fallait pas laisser, dans l’intervalle d’un congrès à l’autre, les congrès isolés. Il fallait créer un comité permanent qui rattacherait les congrès entre eux et se préoccuperait d’empêcher l’idée de tomber dans l’oubli, en veillant à l’organisation de congrès successifs dans les autres pays.25

10Il convient de souligner que le comité permanent doit essentiellement veiller à ce que les congrès se succèdent rapidement dans le temps et en élaborer le programme au fur et à mesure. En aucun cas il est question de déléguer à ses membres des tâches d’analyse ou d’expertise afin de promouvoir une action autonome pour l’étude des questions d’enseignement technique. Le comité est pensé comme un organisme sans pesanteurs institutionnelles. Les membres se contentent d’échanger leurs idées par correspondance et aucune réunion autonome n’est jamais organisée, même s’ils sont censés se réunir six mois avant la tenue des congrès. Néanmoins, le nombre de congrès s’intensifie considérablement pendant son existence, conformément aux vœux exprimés en 1895, et une meilleure coordination est aussi à souligner. En effet, entre 1895 et 1900, se tiennent quatre rencontres internationales qui sont assez homogènes en termes d’acteurs et de thématiques.

  • 26 Ibid., p. 607-611.
  • 27 Sur cette association, voir la section « L’AFDET et la constitution d’un parti de l’enseignement t (...)

11Bien que les bienfaits de la mise en place de structures facilitant la continuité des activités internationales soient revendiqués, ce comité connaît paradoxalement une brève existence. Plusieurs raisons concourent à son échec. La structure, les buts et la composition de ce comité ne sont discutés sérieusement qu’en 1900, au moment où la volonté de collaboration s’effrite sensiblement ; en effet, à la suite de querelles internes concernant la différenciation entre les enseignements technique et commercial, et la place relative à leur accorder au sein des congrès, le délégué allemand Richard Stegemann se distancie des réformateurs français26. Avec le concours d’associations suisses, il fonde en 1901 à Zurich la Société internationale pour le développement de l’enseignement commercial, dont il assure la présidence. Celle-ci rassemble les associations et les individus qui s’intéressent plus spécifiquement au développement de cette filière. La création de cette société concurrente marque la fin des congrès internationaux de l’enseignement technique tels qu’ils se développent jusqu’en 1900. Nombre de réformateurs français prendront part quant à eux à la constitution de l’Association française pour le développement de l’enseignement technique, mise en place en 190227.

Les enseignants, le travail international et la mise en réseau corporatiste

12Si les congrès de l’enseignement réunissent une élite de spécialistes et d’experts des questions scolaires, le « tournant organisateur » du début du xxe siècle permet de mettre en exergue le rôle d’autres acteurs restés jusqu’alors relativement à l’écart du mouvement international. En effet, les instituteurs et les professeurs de l’enseignement secondaire deviennent particulièrement actifs dans l’établissement de bureaux internationaux sur une base professionnelle.

  • 28 Un récit de ce congrès dans G. Höst, « Internationaler Kongress für des Volksschulunterricht in Lü (...)
  • 29 Voir la liste des fédérations dans Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instit (...)
  • 30 Ibid., p. 34.

13Si au niveau national les premières associations d’instituteurs commencent à se mettre en place dans les dernières décennies du xixe siècle, la fondation du Bureau international des associations d’instituteurs (BIAI) marque la naissance du processus d’organisation à l’échelle internationale. Le BIAI est fondé en 1905 lors du congrès international de l’enseignement primaire de Liège, qui réunit à peu près 2000 enseignants provenant de dix-huit nations28. Il est promu par la Fédération générale des instituteurs belges, dirigée par Charles Rossignol, directeur d’école à la retraite à Jette-Saint-Pierre, près de Bruxelles, et Pierre Cnudde, instituteur à Syngem, qui en est le secrétaire. La structure du BIAI est très simple : il s’agit d’une fédération internationale d’associations nationales dotée d’un bureau permanent composé de délégués de plusieurs pays. Les membres du bureau se retrouvent lors de réunions annuelles. Celles-ci se tiennent à Munich en 1906, à Paris en 1907, à Londres en 1908, à Prague en 1909 et enfin à Paris en 1910. Son activité est modeste : entre 1905 et 1910, il ne tient que quatre réunions générales. En 1905, il se compose de vingt personnes représentant dix nations. Pour la France les délégués sont tous membres de la Fédération nationale des amicales d’institutrices et d’instituteurs, l’une des principales associations faîtière fondée en 1901. Il s’élargit progressivement pour compter quarante-deux personnes représentant quinze fédérations nationales en 1910. À cette époque, il regroupe quelque 400 000 instituteurs de France, d’Allemagne, d’Angleterre, de Belgique, de Bulgarie, du Danemark, d’Espagne, du Luxembourg, des Pays-Bas, de Norvège, de Roumanie, de Suède et de Suisse29. Son but est de favoriser l’amitié et la solidarité internationales, de contribuer au progrès de l’éducation populaire, au relèvement matériel et moral des instituteurs et des institutrices ainsi qu’à l’établissement de la concorde et de la fraternité entre les peuples30.

  • 31 Louis Furet, « Au congrès de Liège », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, n3 (...)
  • 32 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’ense (...)

14La collaboration internationale est mise au centre de la démarche des instituteurs31. Le président du BIAI, Charles Rossignol, identifie même dans l’internationalisme la méthode de travail qui caractérisera le nouveau siècle. L’amélioration des voies de communication et des moyens de transport ainsi que les interdépendances économiques croissantes entre les parties du monde sont prises comme des conditions inédites auxquelles il faut s’adapter. Du moment que celles-ci touchent également le domaine de l’éducation, les instituteurs se doivent d’intégrer ce processus. De surcroît, il est intéressant de remarquer comment l’idée d’une interpénétration des idées et des conceptions pédagogiques entre les pays est complètement assumée, voire revendiquée par Rossignol, même s’il n’oublie pas les spécificités de chaque cas national32. C’est à partir de cet ensemble de constats que le BIAI voit le jour :

  • 33 Ibid., p. 37.

Du domaine inconscient, l’internationalisme est passé au domaine conscient. Des groupements nationaux différents poursuivant un même but ont senti la nécessité de mettre les efforts en commun ; ils ont créé un organisme international permanent, reliant tous les groupements nationaux et faisant profiter la grande collectivité du travail de chaque membre et de chaque nation.33

  • 34 Alfred H. Fried, Annuaire de la vie internationale, Monaco, Institut international de la Paix, 190 (...)
  • 35 « Résolutions du XVIe Congrès universel de la Paix concernant l’Enseignement international », Revu (...)

15L’organisation de deux congrès internationaux en 1905 et en 1910 ne constitue que l’un des axes de l’action de cette organisation. Pendant sa brève existence, son travail s’articule autour de deux pôles : la promotion de la paix et la défense des conditions matérielles des instituteurs. Le pacifisme et la collaboration internationale sont en effet une dimension très importante. Le BIAI figure sur la liste des sociétés et des groupements qui travaillent afin de développer des sentiments de fraternité entre les peuples recensés par le Bureau international de la paix de Berne34. Il collabore notamment en envoyant régulièrement des délègues à ses congrès35. Les contacts, sporadiques, avec le mouvement internationaliste de l’époque se traduisent par des déclarations de soutien à l’esperanto, la participation au congrès d’éducation morale à Londres en 1908 et au congrès mondial des associations internationales en 1910. L’internationalisme incarné par ces mouvements, comme le souligne à nouveau Rossignol, n’est pas jugé antagoniste au patriotisme :

  • 36 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’ense (...)

La vie internationale n’a donc rien d’incompatible avec la vie nationale, le sentiment de la fraternité internationale ne poursuit aucun effacement, aucune atténuation du patriotisme, au contraire, il contribue à élever et à anoblir celui-ci parce qu’il empêche de tomber dans l’exclusivisme et l’intransigeance et porte les hommes à respecter dans les autres ce qu’ils veulent qu’on respecte chez eux.36

  • 37 Ibid., p. 195.
  • 38 Voir par exemple Pierre Cnudde, « L’instruction obligatoire dans les divers pays d’Europe », Bulle (...)

16Les activités ayant trait à la défense corporative sont toutefois les plus nombreuses. L’idée qui régit la naissance de cette organisation est d’amener la défense de la catégorie professionnelle des instituteurs à une échelle internationale. Le travail de documentation constitue la première démarche que les promoteurs s’attachent à concrétiser. Le BIAI constitue rapidement une bibliothèque comprenant tous les rapports des congrès internationaux, nationaux ou locaux, les lois et les règlements scolaires de divers pays ainsi que les statistiques relatives aux élèves, aux instituteurs et aux écoles. Le bureau devient donc un lieu de centralisation des informations provenant des différentes fédérations nationales37. Jusqu’en 1907, il ne publie toutefois aucun bulletin ou revue. En raison des difficultés à assurer des publications régulières, les membres du BIAI prennent ainsi l’engagement d’envoyer des articles aux journaux et aux revues de leurs pays38. Les informations sont diffusées à partir des bulletins nationaux, comme le Journal des instituteurs belges, le Journal des instituteurs publié en France ou encore le Bulletin de la Fédération des amicales d’institutrices et d’instituteurs publics de France et des colonies. En outre, les comptes rendus des congrès sont envoyés à tous les congressistes, qui doivent les transmettre aux autorités publiques et aux sociétés pour la défense de l’enseignement laïque. Trois ans seulement avant le congrès de Paris, le bureau commence à publier un annuaire international contenant toutes les informations le concernant. L’Annuaire du Bureau international des fédérations d’instituteurs (1907-1912) paraît annuellement, rédigé en français, allemand et anglais.

  • 39 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’ense (...)
  • 40 « La Fédération des instituteurs d’Europe », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieu (...)

17Au-delà de la préparation des congrès internationaux, la centralisation des informations et des statistiques concernant la situation matérielle des instituteurs, et plus largement de l’enseignement primaire dans les pays européens, devrait permettre au BIAI d’intervenir auprès des différents gouvernements en faveur de cet enseignement et des instituteurs. C’est ainsi qu’après la réunion de Paris de 1907, après avoir constaté que le traitement des instituteurs reposerait sur des bases « irrationnelles », le BIAI invite les fédérations affiliées à formuler des revendications salariales précises. Il réclame l’instauration d’un salaire avec une partie fixe à augmentation annuelle et une partie variable en fonction de l’évolution du coût de la vie. Une enquête est aussi menée sur les pensions des instituteurs, de leurs veuves et des orphelins. Les résultats sont publiés dans l’annuaire 1909-1910 consacré à l’organisation de l’enseignement primaire en Europe39. Le but premier du BIAI est donc de soutenir un agenda syndical de lutte et de revendications communes. L’internationalisme n’est donc pas une simple méthode de travail mais une véritable stratégie. Selon Marguerite Bodin, membre française du Bureau international en 1907, « le bureau classe les avantages faits aux maîtres dans chaque pays » et il « s’efforcera de faire améliorer les situations mauvaises, de créer en faveur des éducateurs, une émulation dans les parlements »40. L’usage de l’argument international en tant que stratégie et instrument de légitimation est donc particulièrement important :

  • 41 Ibid.

Lorsqu’une loi favorable au personnel enseignant est présentée à la tribune, souvent ses adversaires, pour la faire échouer, apportent l’exemple de l’étranger. Le Bureau international vérifiera ces documents et opposera des statistiques en établissant que maintes nations s’honorent en assurant la dignité matérielle et morale des instituteurs.41

  • 42 J. Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu’à la guerre froide, ouvr. cité, p.  (...)
  • 43 Franck Poupeau, Olivier Vanhee, « L’école émancipée », Revue Agone, no 29-30, 2003, p. 135‑144.
  • 44 Les amicales sont des associations présyndicales, modérées et regroupant la plupart des instituteu (...)

18Comment est-il possible d’expliquer le déploiement international des stratégies de défense corporative ? Dans le cas français, il est nécessaire de rappeler la difficulté pour les instituteurs de cette époque à se constituer en association, voire en syndicat. En mars 1887, un groupe d’instituteurs parisiens profite de la loi dite Waldeck-Rousseau de 1884, qui n’exclut pas les personnels des services publics, pour former un syndicat, première étape dans la mise en place d’une fédération nationale de « sociétés autonomes d’instituteurs » et d’une Union nationale des instituteurs de France42. La circulaire du ministre de l’Instruction publique Eugène Spuller de 1887 interdit cependant la syndicalisation chez les enseignants : en tant que personnels rémunérés par l’État, les fonctionnaires ne peuvent pas militer dans le cadre d’une organisation parallèle à celle de l’édifice administratif. La circulaire reste en vigueur jusqu’en 192443. Néanmoins, les réunions et les associations se multiplient de plus en plus, notamment sous la forme d’amicales. La Fédération nationale des amicales d’institutrices et d’instituteurs est d’ailleurs fondée en 190144. La mise en réseau au niveau international constitue alors une ressource utilisée pour court-circuiter ces difficultés. En outre, les congrès internationaux organisés jusque-là ne leur permettent pas de mener à bien leurs revendications et ne répondent pas à leurs soucis. Les instituteurs sont en effet relativement exclus des comités d’organisation des congrès organisés à Paris en 1889 et en 1900. Le Journal des instituteurs rend compte clairement du décalage entre les questions mises à l’ordre du jour du congrès de 1900 et les problèmes ressentis comme les plus urgents :

  • 45 « Congrès international de l’enseignement primaire de 1900 », Journal des instituteurs, n20, 189 (...)

Le caractère international du congrès de 1900 a mis le comité d’organisation dans l’obligation de choisir des questions présentant un caractère d’intérêt général. Il lui a fallu nécessairement écarter des questions actuelles, mais trop spéciales au personnel enseignant de France et dont la discussion n’aurait que médiocrement touché un auditoire d’origine très diverse.45

  • 46 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’ense (...)
  • 47 Sur ces questions voir les travaux suivants : Jacques Ozouf, Nous les maîtres d’école. Autobiograp (...)
  • 48 « Chroniques », L’enseignement libre. Bulletin de la Ligue de la liberté d’enseignement, no 10, 19 (...)
  • 49 « Appel à solidarité », Bulletin de l’Amicale primaire des Hautes-Alpes, janvier 1907, p. 312‑313.
  • 50 « Congrès international de l’enseignement primaire. Tenu à Liège du 2 au 7 septembre 1905 », Journ (...)

19La création du BIAI répond donc à des exigences précises qui reflètent les besoins d’une catégorie professionnelle en quête de légitimation. Aux revendications matérielles s’ajoutent des interventions plus politiques. Il convient notamment de remarquer la place importante occupée par la question de l’enseignement religieux dans les écoles lors des deux congrès internationaux de 1905 et de 1910. Le BIAI œuvre en effet pour la laïcité scolaire, qui est désormais accomplie en France mais pas dans tous les autres pays « où on en est encore aux mesures de défense de l’esprit laïque contre l’esprit théologique »46. La fédération française est tout à fait sensible à cette question, témoignant du fait que le personnel de l’enseignement public est particulièrement loyal aux principes de la Troisième République47. Par ailleurs, la presse catholique constate avec déplaisir la création d’une telle organisation : « Il ne suffit plus aux syndicats primaires de s’affilier aux Bourses du Travail ; depuis le mois du juin ils ont un bureau international. »48 Le 20 mai 1907, le BIAI intervient avec une déclaration intitulée « Pour l’école laïque en Espagne » afin de stigmatiser la mise en détention de Francisco Ferrer, célèbre pédagogue anarchiste espagnol, en engageant les fédérations nationales à envoyer des pétitions de protestation au gouvernement. L’avis de condamnation est transmis aux autorités espagnoles, aux fédérations d’instituteurs existantes dans le monde ainsi qu’aux journaux et aux revues pédagogiques d’Europe. Une souscription est aussi ouverte en faveur des familles d’instituteurs russes, emprisonnés et déportés en Sibérie pour avoir participé au mouvement démocratique d’éducation morale49. Le principe et le respect de l’obligation scolaire constituent un autre point important. Le BIAI souligne la nécessité d’une instruction obligatoire entre six et treize-quatorze ans et propose la création de crèches, de jardins d’enfants, de cantines, de vestiaires scolaires, de comités de surveillance50. La gamme des actions et des activités menées par le BIAI ne s’inscrit pas dans une volonté de proposer un modèle unique et immuable pour chaque nation. L’idée est tout simplement de promouvoir la défense et l’amélioration des conditions matérielles des instituteurs. Les différentes enquêtes et les différentes statistiques nationales sont en effet soumises à chaque fédération nationale, qui les examine et qui est ensuite libre de les utiliser selon ses propres vues.

  • 51 A. H. Fried, Annuaire de la vie internationale, ouvr. cité, p. 178.
  • 52 À ce sujet, il convient de signaler aussi la fondation en 1904 de la Fédération internationale de (...)
  • 53 André Drubay, Une fédération internationale d’enseignants : la FIPESO. Esquisse historique de 1912 (...)
  • 54 Sur cette question voir Bertrand Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 2005.
  • 55 Sur l’histoire du syndicalisme parmi les professeurs de l’enseignement secondaire, voir Yves Verne (...)
  • 56 Paul Gerbod, « Associations et syndicalisme universitaires de l’enseignement secondaire public, 18 (...)
  • 57 Un historique dans Achille Beltette, Jean Clavière, Dix années de vie internationale (1919-1929), (...)

20La mise en réseau corporatiste au niveau international des enseignants n’est pas limitée à la seule catégorie des instituteurs. Les professeurs qui se réunissent dans les congrès internationaux de l’enseignement des langues vivantes à partir de 1900 discutent eux aussi de la création d’un Bureau international de renseignements. Proposée lors du congrès de Cologne en 1904, la décision est ratifiée en 190651. L’objectif du bureau est d’établir des liens de solidarité entre les professeurs de tous les pays et de faciliter l’échange d’informations grâce à des correspondants actifs dans plusieurs pays avec lesquels ils peuvent se mettre directement en rapport52. Un autre bureau similaire, consacré à l’enseignement secondaire, est fondé en 1912. À nouveau, ce projet se développe dès le début du siècle en Belgique, où une résolution du congrès de l’enseignement moyen de 1901 préconise la création d’un tel organisme. L’idée est relancée lors d’un autre congrès en 1910. Dans ce cas aussi, l’objectif est de réunir les fédérations nationales de professeurs du degré secondaire au sein d’une fédération internationale. C’est la Fédération de l’enseignement moyen officiel de Belgique (Femo) qui en 1912 entame les premières démarches visant la constitution d’un Bureau international de l’enseignement secondaire. Des rencontres tout à fait informelles se font alors entre des représentants de la Belgique, des Pays-Bas et de la France. Albert Fedel (1870-1961) et Achille Beltette (1864-1932), respectivement président et représentant de la Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin de France, en sont les représentants. Les réunions qui se tiennent les 26 et 27 mai 1912 débouchent sur la fondation du Bureau international des fédérations nationales du personnel de l’enseignement secondaire public (BIES). Le nouvel organisme inclut des fédérations de seulement cinq pays (France, Belgique, Allemagne, Luxembourg et Pays-Bas)53. La France y est particulièrement bien représentée. À l’association de Fedel et de Beltette s’ajoute la Fédération nationale des professeurs de collège de France représentée par Jean Clavière (1869-1932). Comme les instituteurs, les professeurs de l’enseignement secondaire français connaissent des difficultés pour se regrouper en association ou en syndicat54. Le ministère de l’Instruction publique autorise en effet le développement de sociétés de secours mutuels, d’associations pédagogiques locales et régionales et la tenue de congrès nationaux à condition que ceux-ci n’empiètent pas sur les politiques officielles de l’administration et que l’ordre du jour lui soit soumis à l’avance55. Selon Paul Gerbod, les difficultés et les résistances exprimées au sein de ces fédérations concernant leur adhésion aux mouvements syndicaux en voie de constitution (elles refusent l’adhésion à la CGT en 1910) expliqueraient le fait qu’elles cherchent plutôt à nouer des liens avec les associations corporatives des pays voisins56. Conformément à la mission du BIAI étudiée précédemment, le but du BIES est de créer des liens d’amitié et d’établir une collaboration professionnelle internationale. Cet effort est rapidement bloqué par le déclenchement de la Première Guerre mondiale (une session aurait dû se tenir à Namur en août 1914). Cela n’affecte que temporairement les contacts entre les membres du Bureau, qui seront immédiatement réactivés après la fin des hostilités57.

  • 58 Eckhardt Fuchs, « The creation of new international networks in education : the League of Nations (...)

21Finalement, ces exemples montrent que la mise en réseau corporatiste est profondément liée à une démarche syndicaliste. La dimension internationale de ces activités pallie ou est censée pallier les difficultés et les résistances rencontrées au niveau national. Le cas français est à cet égard exemplaire. Le tournant organisateur permet de valoriser l’action d’acteurs jusque-là marginaux, comme les instituteurs et les professeurs du secondaire. La dimension internationale n’est donc pas toujours l’apanage de spécialistes et d’experts. Contrairement au Comité permanent de l’enseignement technique, dont le but est de réunir des experts pour assurer la continuité savante des rencontres, c’est la défense d’intérêts corporatifs qui explique le mieux la genèse d’autres organismes fort importants dans l’économie des relations internationales dans le domaine éducatif. Le caractère apparemment éphémère de ces organisations ne doit en effet pas faire oublier qu’elles seront relancées après la Première Guerre mondiale, dans le sillage des organisations internationales intergouvernementales qui se forment dès 1919 dans le sillage de la Société des nations58.

Notes

1 A. Rasmussen, « Tournant, inflexions, ruptures », art. cité, p. 34.

2 Un historique sommaire de ces premières tentatives dans Pedro Rossello, Les précurseurs du BIE. Un aspect inédit de l’histoire de l’éducation et des institutions internationales, Genève, Bureau international d’éducation, 1943.

3 F. Buisson, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Vienne en 1873, ouvr. cité, p. 343-345.

4 Voir Ligue internationale de l’enseignement. Premier Bulletin, 15 février 1891.

5 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’enseignement primaire. Compte rendu officiel, Paris, Imprimerie rapide P. Mani, 1910, p. 43.

6 Congrès international des sociétés laïques d’enseignement populaire tenu à Paris en 1900, Paris, Imprimerie Bouillant, 1900, p. 217-218.

7 Ibid., p. 25.

8 Sur la dimension européenne de ce mouvement au xixe siècle, voir Nathalie Duval, « L’éducation nouvelle dans les sociétés européennes à la fin du xixe siècle », Histoire, économie et société, vol. 21, no 21-1, 2002, p. 71-86.

9 Rita Hofstetter, Genève : creuset des sciences de l’éducation (fin du xixe siècle - première moitié du xxe siècle), Genève, Droz, 2010. Sur le développement des sciences de l’éducation en France, voir Jacqueline Gautherin, Une discipline pour la république. La science de l’éducation en France (1882-1914), Berne, Peter Lang, 2002.

10 Georges P. Speeckaert, Le premier siècle de la coopération internationale, 1815-1914, Bruxelles, Union des associations internationales, 1980, p. 63-64.

11 Marc Depaepe, Zum Wohl des Kindes ? Pädologie, pädagogische Psychologie und experimentelle Pädagogik in Europa und den USA, 1890-1940, Weinheim-Louvin, Deutscher Studien Verlag - Leuven University Press, 1993.

12 Sur le mouvement pacifiste voir Verdiana Grossi, Le pacifisme européen (1889-1914), Bruxelles, E. Bruylant, 1994.

13 Sur ce sujet voir aussi la contribution de Ferdinand Buisson, L’instruction et l’éducation internationale, Paris, Éditions de la « Grande Revue », 1905.

14 Après des études de mathématiques, physique et langues modernes, il entame une carrière comme lieutenant à l’École militaire. Il devient ensuite directeur d’une des écoles royales de Budapest, et membre du Bureau international de la paix de Berne. En 1894, il est l’un des membres fondateurs du Comité olympique international, où il siégera jusqu’en 1916. Voir Josephson Harold éd., Biographical Dictionary of Modern Peace Leaders, Westport, Greewood Press, 1985, p. 501.

15 C’est surtout une sorte d’internationalisme culturel qui intéresse particulièrement Kemény. Il souligne en effet que « la structure d’une nation ne se compose pas seulement de la langue et de la religion, des rapports politiques et géographiques, mais surtout de la culture. Or, nous savons que chaque culture nationale est, dans son ensemble et dans ses origines, une culture internationale, en tant qu’elle reflète les cultures étrangères se trouvant à la base de la culture nationale »(Franz Kemény, L’enseignement international. Histoire, état actuel, avenir, Ostende, Bureau international de documentation éducative, 1914, p. 7).

16 Walter Scott, World Education. A Discussion of the Favorable Conditions for a World Campaign for Education, Cambridge (Massachusetts), University Press, 1912, p. 77-78.

17 GStAPK, Rep. 76 Vd Sekt. 1 Nr. 35, Archiv für internationales Schulwesen, 1904-1915. Document interne, 29.12.1906, signé Dr. Lexis.

18 Franz Kemény, « Die internationale Schule der Weltausstellungen : eine neue Institution », Allgemeine deutsche Lehrerzeitung. Zugleich Organ der allgemeinen deutschen Lehrerversammlungen und des Deutschen Lehrer-Pensionsverbandes, vol. 52, no 19, 1900, p. 196-198.

19 Jacques Siegfried,Les écoles supérieures de commerce, Mulhouse, L. L. Bader, 1870.

20 Troisième congrès international de l’enseignement technique, commercial et industriel. Compte rendu des travaux, Paris-Bordeaux, Guillaumin-Féret, 1896, p. 184.

21 Léo Saignat (1833-1916), professeur de droit civil à l’université de Bordeaux de 1871 à 1904. Il participe activement à la vie associative dans cette ville. Il est membre de la Société philomathique (depuis 1860), de la Commission de surveillance de l’asile d’aliénés et de la commission administrative du Bureau de bienfaisance (1881-1895). Dans le cadre des congrès internationaux, il assume la vice-présidence du congrès de Londres en 1895 et la présidence d’honneur à Venise en 1897, ce qui atteste sa renommée au-delà des frontières nationales.

22 Gunther Zander, Gründung der Handelshochschulen im deutschen Kaiserreich (1898-1919), thèse de doctorat, Universität zu Köln, 2004, p. 61-70.

23 Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Paris, Ruffy, 1924, vol. 3, p. 106.

24 Paul Jacquemart, Exposition universelle internationale de 1900, à Paris. Rapports du jury international. Classe 6 : enseignement technique, t. I, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 5.

25 Émile Paris, Congrès international de l’enseignement technique commercial et industriel. Tenu à Paris du 6 au 11 août 1900, sous la présidence de M. Bouquet, Paris, Nony et Cie, 1900, p. 603.

26 Ibid., p. 607-611.

27 Sur cette association, voir la section « L’AFDET et la constitution d’un parti de l’enseignement technique (1902-1914) », dans Jean-Michel Chapoulie, L’école d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 246-251.

28 Un récit de ce congrès dans G. Höst, « Internationaler Kongress für des Volksschulunterricht in Lüttich », Hamburgische Schulzeitung. Eine Wochenschrift für pädagogische Theorie, Kunst und Erfahrung, vol. 13, no 48, 1905, p. 383-385 ; « Internationaler Kongress für des Volksschulunterricht in Lüttich : (Schluss) », Hamburgische Schulzeitung. Eine Wochenschrift für pädagogische Theorie, Kunst und Erfahrung, vol. 13, no 49, 1905, p. 391-394. Un autre compte rendu dans C. Miehe, « Der zweite Internationaler Kongress für Volksschulunterricht in Paris », Die Lehrerin. Organ des Allgemeinen Deutschen Lehrerinnenvereins, vol. 27, no 23, 1910-1911, p. 180-181.

29 Voir la liste des fédérations dans Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’enseignement primaire, ouvr. cité, p. 45.

30 Ibid., p. 34.

31 Louis Furet, « Au congrès de Liège », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, n3, 1905, p. 24.

32 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’enseignement primaire, ouvr. cité, p. 40.

33 Ibid., p. 37.

34 Alfred H. Fried, Annuaire de la vie internationale, Monaco, Institut international de la Paix, 1907, p. 178-179.

35 « Résolutions du XVIe Congrès universel de la Paix concernant l’Enseignement international », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, no 35, mai 1908, p. 423-424.

36 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’enseignement primaire, ouvr. cité, p. 187.

37 Ibid., p. 195.

38 Voir par exemple Pierre Cnudde, « L’instruction obligatoire dans les divers pays d’Europe », Bulletin de la Ligue de l’enseignement, 1909, p. 112-114.

39 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’enseignement primaire, ouvr. cité, p. 48.

40 « La Fédération des instituteurs d’Europe », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, n39, juin 1907, p. 479. Cette revue contient quelques informations concernant la vie de ce bureau dans la mesure où elle est au centre des débats sur l’amicalisme et le syndicalisme dans l’enseignement primaire.

41 Ibid.

42 J. Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu’à la guerre froide, ouvr. cité, p. 80‑88.

43 Franck Poupeau, Olivier Vanhee, « L’école émancipée », Revue Agone, no 29-30, 2003, p. 135‑144.

44 Les amicales sont des associations présyndicales, modérées et regroupant la plupart des instituteurs. Voir Jacques Girault, Instituteurs, professeurs, une culture syndicale dans la société française (fin xix- xxe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 97-111.

45 « Congrès international de l’enseignement primaire de 1900 », Journal des instituteurs, n20, 1899, p. 414.

46 Bureau international des fédérations d’institutrices et d’instituteurs, Deuxième congrès de l’enseignement primaire, ouvr. cité, p. 41.

47 Sur ces questions voir les travaux suivants : Jacques Ozouf, Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Paris, Julliard-Gallimard, 1973 ; Jacques Ozouf, Mona Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Gallimard-Seuil, 1993.

48 « Chroniques », L’enseignement libre. Bulletin de la Ligue de la liberté d’enseignement, no 10, 1906, p. 227.

49 « Appel à solidarité », Bulletin de l’Amicale primaire des Hautes-Alpes, janvier 1907, p. 312‑313.

50 « Congrès international de l’enseignement primaire. Tenu à Liège du 2 au 7 septembre 1905 », Journal des instituteurs, no 13, 1905, p. 100-102.

51 A. H. Fried, Annuaire de la vie internationale, ouvr. cité, p. 178.

52 À ce sujet, il convient de signaler aussi la fondation en 1904 de la Fédération internationale de l’enseignement du dessin, dont le but est de réunir toutes les personnes, les institutions et les associations qui œuvrent pour le développement de ce type d’enseignement. Des congrès internationaux se tiennent à Paris en 1900, à Berne en 1904, à Londres en 1908 et à Dresde en 1912 (ibid., p. 179).

53 André Drubay, Une fédération internationale d’enseignants : la FIPESO. Esquisse historique de 1912 à nos jours, supplément au numéro du Bulletin international de la FlPESO, 1993, p. 3-4.

54 Sur cette question voir Bertrand Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 2005.

55 Sur l’histoire du syndicalisme parmi les professeurs de l’enseignement secondaire, voir Yves Verneuil, « Les professeurs de l’enseignement secondaire au début du xxe siècle : entre corporatisme et esprit de catégorie », Carrefours de l’éducation, no 17, 2004, p. 103-117 ; Alain Dalançon, Histoire du SNES. Plus d’un siècle de murissement des années 1840 à 1966-1967, t. I, Paris, IHRSES, 2003.

56 Paul Gerbod, « Associations et syndicalisme universitaires de l’enseignement secondaire public, 1828-1928 », Le Mouvement social, no 55, 1966, p. 30-31.

57 Un historique dans Achille Beltette, Jean Clavière, Dix années de vie internationale (1919-1929), Cahors, Imprimerie Coursland, 1929.

58 Eckhardt Fuchs, « The creation of new international networks in education : the League of Nations and educational organizations in the 1920s », Paedagogica Historica, vol. 43, no 2, 2007, p. 199-209.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search