Version classiqueVersion mobile

L'école républicaine et l'étranger

 | 
Damiano Matasci

1. Circulation des idées et construction des modèles scolaires : la production du savoir sur les systèmes scolaires étrangers en France

Chapitre 2

Centraliser pour mieux connaître : les circuits nationaux du savoir sur l’étranger

Texte intégral

1Ce deuxième chapitre approfondit l’enquête commencée avec les missions pédagogiques et s’intéresse, à travers deux études de cas, aux circuits de la diffusion nationale du savoir sur l’étranger. D’abord, l’exemple du Musée pédagogique fondé en 1879 illustre le rôle d’une institution destinée non seulement à rassembler toute sorte de documentation scolaire mais aussi à alimenter l’activité comparative dans le domaine éducatif. Ensuite, les revues pédagogiques fournissent un deuxième exemple qui permet de rendre compte des manières selon lesquelles le savoir sur l’étranger est centralisé et diffusé en France.

Les musées pédagogiques : un mouvement global

  • 1 Sur l’histoire de cette institution, voir Joseph Majault, Le Musée pédagogique. Origines et format (...)
  • 2 Frank P. Graves, « The educational museum of Paris », School Review, vol. 13, no 2, 1905, p. 127.
  • 3 Des exemples dans Eugenio Otero-Urtanza, « Manuel B. Cossío’s 1882 tour of European education muse (...)

2L’intérêt pour les réalisations scolaires étrangères ainsi que l’importance de la comparaison dans les pratiques réformatrices françaises à la fin du xixe siècle trouvent un début d’institutionnalisation avec la création du Musée pédagogique de Paris1. Attentif aux faits pédagogiques internationaux, il œuvre à la centralisation de documents, d’ouvrages et de matériel pouvant rendre compte de l’évolution scolaire en France, en Europe et dans le monde. L’histoire de cette institution, fortement voulue par Ferry, est intéressante dans la mesure où la comparaison et, plus généralement, le rapport avec le contexte international s’y présentent sur deux registres. Tout d’abord, dans les objectifs mêmes d’un organisme destiné à centraliser et à diffuser l’information pédagogique. De manière générale, les musées scolaires nationaux ont en effet pour but de réunir, de classer et de tenir à disposition des instituteurs et des professeurs tout objet ou document qui se rapporte à l’instruction primaire dans leur propre pays et à l’étranger : livres, statistiques, manuels, dessins, cartes, appareils et mobilier scolaires. Comme le souligne le pédagogue américain Frank P. Graves dans son rapport paru dans l’Educational Review en 1905, leur fonction est de montrer la « situation de l’éducation et des écoles dans les pays civilisés, d’informer les maîtres des progrès récents dans ce domaine, d’illustrer les meilleures méthodes d’enseignement et de conserver les mémoires et les écrits des plus grands éducateurs »2. Ensuite, sa création se caractérise par une intense circulation internationale d’idées, voire par un véritable transfert institutionnel, en raison du développement simultané de ce type d’institution dans de nombreux pays européens3. Comme l’atteste le prochain tableau, une centaine de musées pédagogiques sont en effet créés dans un laps de temps très restreint, essentiellement dans les trois dernières décennies du xixe siècle. Allemagne, Italie, Empire russe, Japon, États-Unis, Argentine, Brésil, le phénomène est mondial et le rythme serré des fondations témoigne d’une véritable success story :

  • 4 Artidor Beurier, Le Musée pédagogique et la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, fasc (...)

Sous le nom d’expositions scolaires, de Bibliothèques scolaires, de Musées pédagogiques, il s’est fondé depuis 1856 dans les différents pays d’Europe, d’après l’exemple donné par l’Educational Museum de South Kensington, un assez grand nombre d’établissements d’inégale importance, mais qui répondent tous à un même besoin : celui de mettre sous les yeux et sous la main des instituteurs et des amis de l’enseignement des collections de livres, d’instruments scientifiques, de mobilier et de matériel scolaire propres à favoriser les études de pédagogie comparée, à faire connaître et appliquer les meilleures méthodes, et à perfectionner l’installation des écoles et des classes.4

Tableau 5. Les musées pédagogiques dans le monde, 1845-1911

Année Ville Fondation Année Ville Fondation
1845 Toronto État (Ontario) 1888 Rostock -
1851 Stuttgart Land 1889 Montevideo État
1857(-1888) Londres Society of Arts 1889(-1897) Jena Association d’instituteurs
1864 Saint-Pétersbourg - 1889 Bozen -
1865(-1875) Leipzig Commune 1889 Gotha Association d’instituteurs
1872(-1892) Vienne Commune 1890 Prague Association d’instituteurs
1874 Rome État 1890 Kiel Association d’instituteurs
1875 Zurich Association d’instituteurs 1891 Breslau Commune
1875 Munich Land 1891 Hildesheim Association d’instituteurs
1876 Berlin Association d’instituteurs 1892 Hanovre Commune
1876(-1884) Donauworth Privé 1892 Londres Association d’instituteurs
1877 Budapest État 1892 Wolfenbuttel -
1877 Berlin Commune 1895 Leipzig -
1877 Magdebourg Association d’instituteurs 1896 Bamberg Association d’instituteurs
1877 Amsterdam Association d’instituteurs 1897 Hambourg Association d’instituteurs
1878 Tokyo État 1897 Belgrade Association d’instituteurs
1878 Berne Association d’instituteurs 1898 Laibach Association d’instituteurs
1879 Paris État 1900(-1902) Frankfort Privé
1880 Bruxelles État 1900 Jena -
1880 Regensberg Land/Commune 1900 Oldenbourg Association d’instituteurs
1881 Augsbourg - 1901 Zagreb Association d’instituteurs
1881 Königsberg Commune 1901 Cologne Commune
1881 Gênes Commune 1901 Christiania Commune
1882 Graz Privé 1902 Brême Association d’instituteurs
1883 Rio de Janeiro Privé 1903 Vienne État
1883 Lisbonne Privé 1904 Danzig Commune
1884 Fribourg Privé 1905 Sofia État
1884 Madrid État 1905 Dresde Association d’instituteurs
1886 Washington - 1905 Gleiwitz Association d’instituteurs
1886 New York - 1905 Athènes Association d’instituteurs
1888 Innsbruck Association d’instituteurs 1905 Lucerne Canton
1888 Buenos Aires État 1905 Saint-Louis Commune
1911 Santiago -

Source : AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Liste des musées pédagogiques, sans date.

  • 5 Eckhardt Fuchs, « Von der Weltausstellung zum Museum : zur Entstehung des Schulmuseums im 19. Jahr (...)

3Les musées sont souvent mis en place dans le sillage des premières expositions universelles qui, comme l’a bien montré Eckhardt Fuchs, jouent un rôle central en tant que lieux de confrontation, d’émulation et de rivalité entre les nations5. Le musée de South Kensington, fondé en 1856 à la suite de l’Exposition londonienne de 1851, répond par exemple à la nécessité de conserver les objets et les documents qui y ont été exposés, afin de ne pas disperser le riche matériel réuni. Le même cas de figure se pose aux autorités autrichiennes et françaises après l’Exposition de Vienne en 1873 et celle de Paris en 1878. Dans d’autres contextes, il s’agit de constituer un centre de documentation ou une bibliothèque scolaire, plus ou moins fournis selon les situations.

  • 6 Joseph Majault, Centres de documentation pédagogique en Europe occidentale. Étude comparée, Paris, (...)
  • 7 Will S. Monroe, « Educational Museum and libraries of Europe », Educational Review, no 6, 1896, p. (...)

4Si les musées répondent à des besoins similaires, leur organisation, en revanche, peut considérablement différer selon les pays6. L’Allemagne représente à nouveau un exemple éclairant. Véritable « pays des musées »7 selon les observateurs de l’époque, elle en compte sur son territoire environ une quarantaine. Or, ceux-ci sont essentiellement de petites institutions gérées par les collectivités locales ou des associations pédagogiques, difficilement comparables à des musées nationaux à proprement parler, comme celui qui sera constitué en France. La nature administrative de ces organismes reflète en effet l’économie du système éducatif dans son ensemble, centralisé ou décentralisé, ainsi que l’importance relative de l’enseignement étatique ou privé selon les cas.

  • 8 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Rapport au Président de la République (par Jul (...)
  • 9 Christian Topalov éd., Laboratoires du nouveau siècle. Les nébuleuses réformatrices et ses réseaux (...)
  • 10 Janet R. Horne, A Social Laboratory for Modern France. The Musée Social and the Rise of the Welfar (...)
  • 11 Alain Chatriot, « Réformer le social sous la Troisième République », Revue d’histoire moderne et c (...)
  • 12 Alain Vergnioux, « Du Musée républicain au Musée scolaire », Éducation et longue durée, H. Peyroni (...)

5Malgré ces différences, la création du Musée pédagogique français en 1879 s’inscrit dans un véritable mouvement international qui permet de mettre en exergue une dynamique apparemment paradoxale. D’une part, le musée est le fruit de mécanismes d’emprunt et d’émulation d’un type d’institution qui se développe à l’étranger et qui circule ensuite d’une sphère nationale à l’autre. Autrement dit, la multiplication des musées dans le monde impose à la France la nécessité de se conformer à ce mouvement global. Les sources soulignent systématiquement la pression exercée par cette conjoncture et surtout le devoir de la France de rattraper le retard8. D’autre part, cette même institution à la genèse et aux activités internationales est, dans le même temps, un laboratoire dans lequel se façonnent les lignes de force des réformes scolaires françaises. En effet, le musée constitue un véritable creuset du milieu des pédagogues républicains, une ruche réformatrice qui rassemble les figures dominantes de l’œuvre scolaire de la Troisième République. Ses logiques de fonctionnement et ses activités permettent ainsi d’établir un parallélisme entre la réforme sociale et la réforme scolaire. Avec le concept de « nébuleuse réformatrice », Christian Topalov montre bien comment l’investissement collectif, produit de parcours singuliers, peut déboucher sur la construction de réseaux, d’associations et de sociétés savantes9. Le Musée pédagogique peut donc être situé dans le sillage des organismes où se discutent et se fabriquent les politiques réformatrices dans le domaine social. Des institutions comme le Musée social, fondé en 1894, font en effet office d’exemple en tant que lieux où se façonnent des idées et des projets novateurs10. Alain Chatriot le définit comme un important élément d’une « sphère para-politique, un des lieux-clefs pour suivre les débuts de l’État-providence en France »11. De même, le Musée pédagogique contribue à fabriquer la réforme scolaire française : selon Alain Vergniaud, « il devient une formidable machine de formation et de propagation de la pédagogie et de la culture scolaire républicaines »12.

Genèse et développement du Musée pédagogique de Paris

  • 13 Jürgen Schriewer, « L’éducation comparée : mise en perspective historique d’un champ de recherche  (...)
  • 14 Marc-Antoine Jullien de Paris, Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparé (...)
  • 15 A. Beurier, Le Musée pédagogique et la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, ouvr. cit (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Marie-Claude Delieuvin, Marc-Antoine Jullien de Paris, 1775-1848 : théoriser et organiser l’éducat (...)

6En dépit de sa fondation relativement tardive, l’idée d’un Musée pédagogique n’est pas nouvelle en France. Le projet de créer un bureau permanent d’études pédagogiques, à la fois musée et bibliothèque centrale de l’instruction primaire, remonte en effet à la fin du xviiie siècle. À cette époque, dans plusieurs pays européens, des pédagogues commencent à développer des comparaisons entre les systèmes éducatifs, posant ainsi les bases d’une discipline que l’on dénommera ensuite l’« éducation comparée »13. En 1817, un publiciste français, Marc-Antoine Jullien de Paris, disciple de Johann Heinrich Pestalozzi, fait paraître une brochure intitulée Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée14. Il propose de former une commission spéciale d’éducation, recrutée au niveau international et chargée de recueillir « les matériaux d’un travail général sur les établissements d’éducation et d’instruction des différents États de l’Europe »15. Il préconise ensuite la création d’un « Institut normal d’éducation », dans lequel les meilleures méthodes seraient successivement combinées et appliquées. Il demande en outre la publication d’un bulletin « permettant d’établir une communication périodique entre tous les hommes instruits occupés d’éducation »16. C’est dans ce vaste et ambitieux programme que l’on pourrait s’accorder à voir la première idée de Musée pédagogique ou plus généralement d’un centre de documentation et de recherche pédagogique ouvert sur l’international17.

  • 18 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Note relative à l’organisation d’un Musée péda (...)
  • 19 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Rapport au Président de la République (par Jul (...)
  • 20 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, son origine, son organisation, son obje (...)
  • 21 Ferdinand Buisson (1841-1932), prix Nobel de la paix en 1927, est considéré comme le maître d’œuvr (...)
  • 22 John Eaton (1829-1906) est le directeur du National Bureau of Education américain entre 1870 et 18 (...)
  • 23 Ferdinand Buisson, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Vienne en 1873(...)

7Ces premiers projets demeurent sans suite jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle. Un projet de création d’un Musée scolaire est déposé par le ministre Jules Simon en 187218 mais rapidement abandonné en 1873, par suite de difficultés techniques que rencontre son installation dans les locaux initialement alloués19. En 1876, le député du Puy-de-Dôme Agénor Bardoux reprend l’idée et conçoit le projet d’un bureau d’éducation modelé sur celui de Washington, c’est-à-dire à l’image d’un bureau de statistique. Devenu ministre le 13 décembre 1877, il exprime dans le rapport sur le budget du ministère de l’Instruction publique du 24 mars 1877 le regret que la France ne dispose pas de « statistiques détaillées pouvant permettre, comme celles que publie le Bureau national d’éducation de Washington, de décomposer pour nos trois ordres d’enseignement supérieur, secondaire et primaire, les chiffres présentés dans leur ensemble et qui sont sommaires »20. Ferdinand Buisson, alors encore inspecteur primaire de la Seine, insiste ensuite dans le Manuel général de l’instruction primaire sur la nécessité de doter la France d’un Musée pédagogique en mesure de rivaliser avec ceux de l’étranger. Le rôle de Buisson dans la mise en place de cette institution mérite d’être souligné. Exilé à Neuchâtel entre 1866 et 1870, inspecteur primaire de la Seine en 1871, il est appelé en 1875 à diriger le service de la statistique de l’Instruction primaire ; il est chargé d’organiser la section scolaire française à Vienne en 1873 et de diriger une mission pédagogique à l’Exposition universelle de Philadelphie en 187621. Lors de son voyage aux États-Unis, il examine de près le fonctionnement du Bureau national d’éducation de Washington. Celui-ci est alors dirigé par John Eaton avec lequel il entretient une relation d’amitié22. Il admire notamment l’efficacité du bureau dans la centralisation des statistiques scolaires, et tisse avec succès d’intenses relations personnelles et professionnelles avec ses homologues outre-Atlantique. Dans le rapport final présenté au ministre de l’Instruction publique après l’Exposition universelle de Philadelphie, Buisson propose ainsi des échanges de documentation avec les États-Unis, conformément aux vœux exprimés trois ans auparavant lors de l’Exposition de Vienne23 :

  • 24 F. Buisson, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876, (...)

M. Eaton et ses collaborateurs nous ont chargé d’expliquer soit à l’administration, soit aux sociétés et aux éditeurs scolaires, combien serait précieux l’échange régulier et constant de tous les documents concernant l’instruction publique dans les deux pays. Ils désiraient vivement voir adopter et entrer dans la pratique internationale les conclusions de M. Buisson sur l’Exposition de Vienne, tendant à organiser d’une manière définitive cet échange de renseignements.24

  • 25 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Extrait du Rapport sur l’organisation e (...)

8Grâce à son réseau, Buisson joue un rôle central dans l’élaboration et la promotion du projet de Musée pédagogique, en exploitant notamment son influence grandissante au sein du ministère. Pendant l’Exposition universelle à Paris de 1878, il est l’un des principaux organisateurs de la section scolaire française. Il est par ailleurs autorisé par le ministre Bardoux à établir des accords avec les pays étrangers pour un échange d’objets et de documents éducatifs25. De ce fait, comme il le souligne lui-même, la création d’un Musée pédagogique au moment de l’Exposition constitue une occasion précieuse pour mieux encadrer, voire institutionnaliser les échanges de documentation avec les pays étrangers :

  • 26 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Son origine, son organisation, son obje (...)

L’Exposition universelle qui va s’ouvrir donne à ce projet le plus grand intérêt et des facilités exceptionnelles. Si, au moment de l’Exposition, […] l’établissement du Musée est définitivement arrêté, le local ouvert, l’installation préparée, l’organisation expliquée au public, nombre d’exposants français et étrangers se feront un plaisir, souvent un honneur d’abandonner à notre Musée scolaire un bon nombre de produits qu’ils ne se proposent pas de reprendre, et qui, à défaut d’un établissement français, iraient probablement grossir ceux de l’étranger. C’est un usage qui a été suivi dans toutes les expositions précédentes.26

  • 27 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre de Rieter, commissaire général suisse p (...)
  • 28 AN, F17 12340. Échanges avec l’étranger, Pays-Bas.
  • 29 En 1875, par exemple, l’Ambassade de France à Vienne transmet au ministère des Affaires étrangères (...)

9Des pratiques d’échange désormais entrées dans les coutumes et, en arrière-fond, la volonté de ne pas favoriser des institutions similaires à l’étranger mettent définitivement à l’ordre du jour la création du musée. Certes, les contacts entre les administrations de l’Instruction publique existent au moins depuis le début des années 1870 – une collaboration est mise en place notamment avec la Suisse27, les Pays-Bas28 et l’Autriche-Hongrie29 – mais l’ambition est de les inscrire dans un dispositif plus institutionnel. Ainsi, l’Exposition universelle de Paris en 1878 est vue comme l’occasion rêvée pour constituer un réservoir de documents, d’objets et de matériel scolaires. Cette tâche est facilitée par le fait que les expositions constituent des lieux de sociabilité fort importants, favorisant les contacts et les collaborations directes.

  • 30 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Son origine, son organisation, son obje (...)

D’ailleurs, la présence à l’Exposition des membres du jury et des délégués scolaires de tous pays permettra d’établir, soit avec eux, soit par eux, avec les administrations étrangères des relations extrêmement profitables, soit pour les échanges, soit pour les communications ultérieures. Rien ne facilite plus les relations administratives, surtout d’un pays à l’autre, qu’une connaissance personnelle, quelques instants d’entretien et tous les souvenirs que laissent quelques journées, quelques séances de travail en commun.30

  • 31 Buisson écrira d’ailleurs sa notice nécrologique : « John D. Philbrick », Revue pédagogique, vol.  (...)
  • 32 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre de remerciement de John Eaton, commissa (...)

10Buisson tisse des liens d’amitié avec de nombreux délégués étrangers, en hébergeant notamment dans son appartement de Montparnasse le délégué américain John D. Philbrick, superviseur des écoles publiques de Boston entre 1856 et 1878 et responsable de la section américaine de l’Exposition31. Il le définira ensuite comme le « trait d’union entre les États-Unis et l’Europe et le premier à prouver l’incomparable avantage des relations internationales »32.

03 et 04. Lettre de John Eaton à Ferdinand Buisson le remerciant d’accueillir John D. Philbrick, délégué américain à l’Exposition de Paris de 1878

03 et 04. Lettre de John Eaton à Ferdinand Buisson le remerciant d’accueillir John D. Philbrick, délégué américain à l’Exposition de Paris de 1878

Source : AN, 71 AJ1. Historique du Musée, Lettre de remerciement de John Eaton, Commissaire de l’Éducation aux États-Unis à Buisson, 18 mai 1878.

  • 33 Voir Jules Ferry, « Musée pédagogique. Rapport au président de la république française », Journal (...)
  • 34 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Rapport de F. Buisson au Ministre sur l’organi (...)
  • 35 Ferdinand Buisson, « Projet d’établissement d’un Musée pédagogique », Manuel général de l’instruct (...)

11À la clôture de l’Exposition universelle, Ferry signale que « le ministère de l’Instruction publique a reçu des pays étrangers beaucoup d’objets scolaires dont il doit tenir à l’honneur de faire profiter tous les amis de l’éducation »33. Buisson publie ensuite en 1879 deux articles dans le Manuel général prônant non seulement la faisabilité, mais la nécessité d’une institution ayant pour but la centralisation de tout document et matériel se rapportant à l’éducation34. Le ministre Bardoux prépare alors un décret instituant un Musée pédagogique ainsi qu’une bibliothèque centrale de l’enseignement primaire. Le décret définitif est promulgué par Ferry le 13 mai 1879. L’affirmation des questions éducatives et scolaires en tant que sujets de débat international ainsi que la multiplication de ce type d’établissement dans les pays européens et aux États-Unis jouent pour beaucoup dans cette fondation. Rien d’étonnant donc si, dans le cas français, la référence étrangère est largement et explicitement exploitée pour légitimer le projet. Ses principaux promoteurs, Bardoux, Buisson puis Ferry, soulignent à maintes reprises le retard de la France dans ce domaine et la nécessité de rattraper le temps perdu : n’est-il pas vrai d’ailleurs que « tous les pays qui se préoccupent de l’instruction populaire possèdent aujourd’hui cette institution ; le nôtre est le seul, ou peu s’en faut, qui ne la connaisse pas »35.

12Les expositions universelles, et en particulier celle de Paris en 1878, permettent ainsi la création d’un premier système embryonnaire de coopération internationale axé sur l’échange et la circulation de documentation scolaire. Celles-ci constituent en effet des opportunités uniques pour collecter un matériel autrement très difficile à obtenir. Quelques mois après la fondation, Buisson est nommé directeur de l’enseignement primaire et renonce à la direction du musée. Berger Bonaventure, inspecteur primaire de la Seine, est chargé de son organisation et Charles Defodon, professeur à l’école normale d’instituteurs de la Seine alors en congé, des fonctions de bibliothécaire. Le Musée pédagogique installe ses locaux d’abord au siège du Sénat à Versailles, puis dès 1885 il trouve sa place à Paris, au 41, rue Gay-Lussac, pour s’établir dès 1932 au 29, rue d’Ulm.

Le Musée pédagogique : le projet scolaire républicain dans le contexte international

  • 36 Voir notamment Patrick Cabanel, Les protestants, la République et la gauche, de 1870 à nos jours, (...)
  • 37 Christian Topalov, « Patronages », Laboratoires du nouveau siècle, C. Topalov éd., ouvr. cité, p.  (...)

13La composition du premier conseil d’administration et le profil des directeurs qui se sont succédé à la tête du Musée pédagogique attestent l’importance accordée à cette institution par les réformateurs républicains. Parmi les membres du conseil d’administration en 1880, chargés de statuer sur l’admission des livres, cartes et appareils scolaires offerts au musée par les auteurs, éditeurs et fabricants ainsi que sur les acquisitions, souscriptions et échanges internationaux, se retrouvent en effet des figures centrales de la pédagogie française de l’époque, à l’instar d’Octave Gréard, Ferdinand Buisson, Gabriel Compayré et Félix Pécaut. L’œuvre réformatrice de chacun d’entre eux ainsi que le creuset protestant dont certains sont issus ont fait l’objet de nombreuses études36. Il reste à souligner le multipositionnement de ces acteurs dans le champ de la réforme scolaire française et internationale. La présence des mêmes individus au sein de plusieurs instances, comme le suggère Topalov, permet en effet d’analyser un ensemble d’institutions ou de pratiques à travers l’examen des « itinéraires des individus qui les créent, les transforment, les quittent »37.

  • 38 Il est aussi professeur à la faculté des lettres de Toulouse (dès 1871) et inspecteur général de l (...)
  • 39 Gabriel Compayré, « Contemporary educational thought in France », Educational Review, vol. 2, no 7 (...)
  • 40 Félix Pécaut, Deux mois de mission en Italie, Paris, Hachette, 1880.
  • 41 Voir la notice « Octave Gréard », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd (...)

14Les principales figures actives au sein du musée, bien qu’à des degrés d’implication variables, se retrouvent aussi au centre des pratiques touchant à l’internationalisation du discours pédagogique français. Avec Ferdinand Buisson, membre du conseil d’administration du musée, d’autres figures jouent un rôle important dans la mise en place de connexions internationales. Le député républicain Gabriel Compayré (1843-1913), siégeant à la Chambre entre 1881 et 1889 et ensuite recteur des académies de Poitiers puis de Lyon38, élabore le rapport sur l’enseignement secondaire et supérieur de la délégation envoyée à l’Exposition colombienne de Chicago par le ministère de l’Instruction publique en 1893. Ancien professeur du secondaire, il s’occupe activement dès 1881 à la Chambre des questions relatives à l’instruction publique, activité qui se prolonge dans sa participation aux comités d’organisation des congrès internationaux de l’enseignement primaire et technique de 1889. Il publie aussi une série d’articles sur la pensée pédagogique et l’évolution scolaire française dans la revue américaine Educational Review39. Félix Pécaut, inspecteur général de l’Instruction publique entre 1880 et 1898, chargé par Jules Ferry de fonder l’École normale supérieure de jeunes filles de Fontenay-aux-Roses en 1880, est par ailleurs envoyé la même année en mission pour enquêter sur la mise en place de l’instruction publique dans l’Italie unifiée40. Le vice-recteur de l’académie de Paris, Octave Gréard (1828-1904), est quant à lui de tous les congrès internationaux organisés dans la capitale en 1889 et il est membre du comité d’organisation du congrès international de l’enseignement secondaire de 190041.

15L’importance de la dimension internationale est également visible dans les parcours des directeurs du Musée pédagogique entre 1879 et 1914. La plupart ont participé à des missions pédagogiques, à l’organisation des sections scolaires des expositions universelles ou à des congrès. Pendant ou après leur mandat, ils ont donc exercé une activité à l’échelon international, même si cela n’est pas une condition sine qua non pour l’accès à la direction du musée. Les parcours professionnels des acteurs peuvent varier, mais tous sont déjà dans l’administration du ministère de l’Instruction publique avant leur entrée en fonction. Les statuts du musée prévoient en outre qu’il soit dirigé par un inspecteur de l’enseignement, poste qui dans de nombreux cas est automatiquement octroyé avec la nomination à sa direction.

  • 42 Des informations biographiques se trouvent aussi dans « Berger Bonaventure », Les inspecteurs géné (...)
  • 43 Voir la notice nécrologique de Félix Martel dans Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 85, 192 (...)
  • 44 AN, F17 9393 B. Missions à l’étranger. Congrès international de l’enseignement technique, Londres (...)
  • 45 Voir Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise, Dictionnaire des parlementaires d’Aquitaine sous la Trois (...)
  • 46 « Jules Steeg », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité, p. (...)
  • 47 Jules Steeg, Exposition internationale de Chicago, 1893. Éducation et enseignement. Comité 33, Par (...)
  • 48 « Émile Couturier », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité (...)

16Le premier directeur est Bonaventure Berger (1826-1890) qui entre en fonction en 1879. Ancien instituteur puis inspecteur primaire à Paris, il fait notamment partie de la délégation menée par Ferdinand Buisson à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876, où il est chargé d’enquêter sur le mobilier scolaire des écoles américaines et l’éducation du premier âge42. Félix Martel (1852-1924) lui succède provisoirement entre 1886 et 1887. Docteur en droit, il est détaché en 1883 par la direction de l’enseignement primaire de ses fonctions d’inspecteur d’académie et chargé d’organiser le service de l’instruction primaire des indigènes en Algérie. Après la direction provisoire du musée, il est nommé directeur du collège Chaptal de Paris avant d’être appelé en 1889 à l’inspection générale de l’enseignement primaire43. Martel est très actif au niveau international en raison de sa participation au comité d’organisation des congrès internationaux de l’enseignement primaire à Paris en 1889 et de l’enseignement technique en 1900. Il est aussi membre du Comité permanent des congrès de l’enseignement technique, qui se met en place en 1895 et qui constitue l’un des premiers réseaux internationaux permanents dans le domaine éducatif44. Artidor Beurier (1843-1889), ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur de philosophie dans le secondaire. Inspecteur d’académie à Arras en 1878, puis à Marseille en 1885, il est chargé le 23 septembre 1887 de la direction du Musée pédagogique, poste qu’il occupe jusqu’en 1890, et reçoit en cette qualité le titre d’inspecteur général de l’enseignement primaire. Il participe au comité d’organisation du congrès international de l’enseignement primaire de Paris en 1889. Jules Steeg (1836-1898), après des études de théologie protestante à Bâle, Strasbourg et Montauban, devient député de la troisième circonscription de Bordeaux en 1870, date à laquelle il s’inscrit à l’Union républicaine45. Réélu en 1885, il est avec Jules Ferry le promoteur d’un nouveau groupe appelé l’Union des gauches. Nommé directeur du Musée pédagogique en 1890, il occupe ce poste pendant six ans et devient inspecteur général hors cadre de l’enseignement primaire. En 1896, il est chargé de la direction des études à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, en remplacement de Pécaut46. Steeg dirige la section française de l’enseignement lors de l’Exposition de Chicago en 1893, dont il rédige le rapport final47. Émile Couturier (1847-1923) assure la direction du musée entre 1896 et 1903. Ancien élève de l’École normale supérieure, il est professeur de l’enseignement secondaire. En 1881, il débute sa carrière administrative comme inspecteur d’académie à Rouen où il est le collaborateur du recteur Louis Liard, futur directeur de l’enseignement supérieur (1884) et de l’académie de Paris (1902)48. En 1892, il est chargé du service d’inspection des établissements d’enseignement secondaire libres du département de la Seine. À partir de décembre 1896, il remplace Steeg à la direction du musée et reçoit à cette occasion le titre d’inspecteur général hors cadre de l’enseignement primaire. Il est ensuite nommé inspecteur général de l’enseignement primaire en 1903. Il participe notamment au congrès de Bruxelles en 1880 et aux congrès internationaux consacrés à l’enseignement primaire de 1889 et 1900. Couturier est le dernier directeur du Musée pédagogique avant sa fusion avec l’Office d’informations et d’études en 1903, date à laquelle il cédera la place à Charles-Victor Langlois.

  • 49 Il est nommé officier d’académie en 1878. Voir « Partie générale », Journal des instituteurs, no 4 (...)
  • 50 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre d’Olagnier à Buisson, 19 mai 1878.
  • 51 On se réfère ici à tout document administratif (catalogues, décrets, circulaires, rapports, statis (...)
  • 52 Dans le catalogue, la catégorie « périodiques » inclut toute publication régulière en possession d (...)

17Le rythme des successions et des remplacements témoigne de l’insertion de ces acteurs dans un champ réformiste homogène caractérisé par une proximité idéologique. La particularité de ces profils correspond au type d’activités et aux buts du Musée pédagogique. La collecte de documents et d’objets scolaires des pays étrangers représente un souci constant pour cette institution, même si les traces archivistiques de cette pratique demeurent assez floues et dispersées. C’est d’ailleurs à cet effet qu’immédiatement après la fondation du musée, Ferdinand Buisson mobilise ses réseaux de connaissances. L’un de ses anciens collaborateurs, tel Olagnier, instituteur à Boulogne-sur-Mer et membre de la délégation française à Philadelphie49, lui écrit pour l’informer qu’il tient à la disposition de la bibliothèque du Musée pédagogique une centaine d’ouvrages recueillis au cours de sa mission aux États-Unis50. Ce n’est qu’un début. En 1884, la bibliothèque du Musée pédagogique recense 10 127 volumes (dont 7786 en langue française, 1321 en allemand et 908 en anglais) ainsi que soixante-quatre revues françaises et soixante-quatorze étrangères. Selon le catalogue établi par le bibliothécaire du musée Charles Defodon en 1886, le musée dispose d’un fonds de documents sur les systèmes étrangers fort important51. À cela il faut ajouter une importante collection de revues pédagogiques françaises et étrangères52. Le musée non seulement opère comme un lieu de centralisation mais renseigne également les autorités scolaires étrangères qui en font la demande. Constituer un faisceau de connaissances et d’expertises étrangères pour appuyer les réformes nationales est en effet une nécessité dans plusieurs pays. Nombreux sont ceux qui demandent à être informés de l’organisation scolaire française. En 1881, un inspecteur suisse du canton de Vaud écrit à Ferdinand Buisson en ces termes :

  • 53 AN, F17 12340. Échange avec l’étranger. Suisse. Lettre de Delournes à Buisson, 15 février 1881.

Étant appelé à préparer un projet de réorganisation pour tout ce qui concerne l’enseignement primaire élémentaire dans notre canton (Vaud), j’ai recours à votre aimable obligeance en vue d’obtenir les documents relatifs à l’organisation des salles d’asile et jardins d’enfants en France, tant au point de vue du programme de ces écoles que de leur installation.53

  • 54 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre de J. Poutnikorvitch, directeur du Musé (...)

18De même, en 1900 le Musée pédagogique serbe de Belgrade, en la personne de son directeur, « voudrait bien être en relation avec [le] Musée » et recevoir des informations sur l’institution parisienne pour connaître quel est le matériel exposé « et comment tout y est installé »54.

  • 55 Une liste complète dans Maurice Pellisson, « Musées pédagogiques », Nouveau dictionnaire de pédago (...)
  • 56 Voir par exemple le récit de Louis R. Klemm dans son ouvrage European Schools. Or, What I Saw in t (...)
  • 57 Julius Beeger, Die Pädagogischen Bibliotheken, Schulmuseen und ständigen Lehrmittelausstellungen d (...)
  • 58 W. S. Monroe, « Educational Museum and libraries of Europe », art. cité, p. 380.
  • 59 M. Pellisson, « Musées pédagogiques », art. cité.

19Présent lors des expositions universelles ou nationales de la fin du xixe siècle55, le Musée pédagogique fait également l’objet de plusieurs visites56. Pour les observateurs étrangers, il est intéressant parce qu’il fournit une vision complète du système scolaire français, et ceci d’un seul coup d’œil. À ses débuts, il comprend quatre sections : matériel scolaire, appareils d’enseignement, bibliothèque et documents relatifs à l’histoire de l’éducation. Julius Beeger, directeur de la Bibliothèque pédagogique de Leipzig, définit sa bibliothèque comme « une collection unique au monde et qui excite l’admiration des éducateurs étrangers »57. Au demeurant, l’éducateur américain Will S. Monroe remarque que « ses lecteurs incluent non seulement des Français, mais aussi des Anglais, des Russes, des Américains, des Italiens, des Bulgares, des Belges et des Espagnols » et que « le gouvernement français admet librement les pédagogues de tous les pays »58. En 1889, le bibliothécaire Bonet Maury rapporte ainsi l’existence d’un véritable commerce d’idées sur l’éducation grâce aux « relations suivies avec la plupart des pays d’Europe et même avec l’Amérique »59.

  • 60 Voir Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France (xixe-xxe siècles)(...)
  • 61 Les ouvrages proviennent notamment d’une donation de l’inspecteur Rapet. Voir Ministère de l’Instr (...)
  • 62 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Extrait du Rapport sur l’organisation e (...)
  • 63 M. Pellisson, « Musées pédagogiques », art. cité. Pour le catalogue, voir Musée pédagogique, Bibli (...)
  • 64 Armelle Sentilhess, « L’audiovisuel au service de l’enseignement : projections lumineuses et ciném (...)

20Cette ouverture vers l’étranger ne doit toutefois pas faire oublier que la diffusion des informations s’adresse d’abord à la sphère nationale. La réorganisation de l’enseignement primaire qui implique la réforme des programmes et la mise en place de toute une série de titres de capacité au début des années 1880 fait que le Musée pédagogique devient une institution chargée de la formation des enseignants et des futurs inspecteurs60. La bibliothèque, composée de plus de 30 000 ouvrages dans les années 188061 et de plus de 50 000 au tournant du siècle62, constitue sans doute le cœur de cette activité. La mise à disposition du matériel pédagogique, l’organisation d’une salle de dessin et d’un laboratoire de chimie et la création en 1882 d’une bibliothèque circulante s’inscrivent dans ce programme. Divisée en trois sections (lettres, sciences, pédagogie), cette dernière comprend plus de 200 ouvrages, dont les exemplaires, « suivant les besoins, sont plus ou moins nombreux et choisis parmi ceux qui paraissent les plus à même de guider les candidats »63. L’accomplissement de cette tâche passe également par l’exposition de spécimens d’appareils pour l’enseignement de la physique et de la météorologie dans les écoles primaires, d’appareils de projection lumineuse, d’échantillons de zoologie, de botanique et d’horticulture, d’objets d’anatomie et de cartes murales64. À partir du milieu des années 1880, le musée assure en outre une série de conférences préparatoires pour les examens d’aptitudes pédagogiques, du professorat des écoles normales et de l’inspection primaire des conférences. Dès 1891, il organise une exposition permanente de cahiers d’élèves. Enfin, pour compléter cet effort d’information, le musée publie, outre la Revue pédagogique, environ 140 fascicules (entre 1885 et 1892) sous le nom de Documents et monographies.

L’Office d’information et d’études : vers l’institutionnalisation du travail d’expertise ?

  • 65 L’office est créé à la suite d’un amendement du député M.-L. Meillet pendant la discussion budgéta (...)
  • 66 Sur cette institution, voir Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du travail (1891-1914). La Républiqu (...)
  • 67 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, 1879-1904. Historique et régime actuel,(...)
  • 68 Paul Pic, Traité élémentaire de la législation industrielle. Les lois ouvrières, Paris, A. Roussea (...)
  • 69 Ces onze volumes contiennent diverses études effectuées par Sadler et d’autres pédagogues : vol. I (...)

21Si le dynamisme international du Musée pédagogique est remarquable, il faut toutefois remarquer qu’il ne prend pas en charge l’organisation et le financement des missions pédagogiques, celles-ci restant l’apanage des divisions des différents degrés de l’enseignement. De ce fait, la restitution de l’expérience et du savoir issus des voyages d’étude peut suivre des voies très diverses (rapports, comptes rendus, monographies, etc.). C’est précisément pour pallier les inconvénients dus à la dispersion de ces publications que le ministère de l’Instruction publique crée en 1901 un Office d’information et d’études (OIE)65. En suivant l’exemple de l’Office du travail mis en place au sein du ministère du Commerce en 189166, cette nouvelle institution présente un double objectif. D’une part, elle est censée réunir, classer et répertorier les documents législatifs et administratifs officiels. D’autre part, elle a pour tâche de mener des enquêtes, de récolter des statistiques sur les questions scolaires nationales et internationales ainsi que « de fournir à qui de droit des informations précises, notamment sur les dernières réformes accomplies et les expériences en cours dans la plupart des pays civilisés »67. Si le Musée pédagogique se consacre essentiellement à l’enseignement primaire, l’OIE est censé s’occuper de tous les degrés de l’enseignement, ce qui explique qu’il ne soit rattaché à aucune des directions du ministère. Les sources se montrent assez muettes sur les débats et les acteurs qui ont contribué à sa constitution. L’OIE se veut une institution symétrique à l’Office du travail, à propos duquel l’économiste Léon Say remarquait déjà en 1909 l’usage particulier de la référence étrangère en tant qu’argument pour légitimer sa création68. Dans le domaine éducatif, l’exemple le plus significatif est sans doute celui de l’Office of Special Inquiries anglais dirigé par Michael E. Sadler entre 1895 et 1903, qui publie au tournant du siècle une série de onze volumes sur les problèmes scolaires dans l’Empire britannique et les pays européens69.

  • 70 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, 1879-1904. Historique et régime actuel, (...)
  • 71 Alfred Merlin, « Notice sur la vie et les travaux de M. Charles-Victor Langlois, membre de l’Acadé (...)
  • 72 Charles-Victor Langlois, La préparation professionnelle à l’enseignement secondaire, Paris, Imprim (...)
  • 73 Louis Liard, Charles-Victor Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rappo (...)
  • 74 C.-V. Langlois, La question de l’enseignement secondaire en France et à l’étranger, ouvr. cité.
  • 75 Voir ces différentes contributions : Charles-Victor Langlois, « L’éducation aux États-Unis. Notes (...)
  • 76 Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains. Notices biographiques, Paris, G. Ruffy, 1924, p. 309-31 (...)

22Pour l’OIE le travail international est central. L’office rassemble rapidement une collection considérable de documents sur plusieurs missions pédagogiques de la fin du xixe siècle auparavant dispersés dans les archives des directions et les bureaux du ministère. Toutefois, il lui manquerait un riche fonds de livres et de périodiques et son installation dans les soupentes du ministère poserait des problèmes pratiques. Avant que cet office puisse véritablement débuter ses activités, le ministère décide donc de réunir dans une seule institution, dès le 31 mars 1903, l’office et le Musée pédagogique, une mesure qui a d’ailleurs l’avantage de permettre une sérieuse économie sur l’ensemble des deux crédits70. Grâce à cette fusion, le Musée pédagogique renforce son rôle dans la centralisation et la production de savoir sur l’étranger et élargit ses compétences à l’ensemble du système éducatif. Le personnel consacré à ces tâches demeure cependant très limité. La direction du musée est confiée à Charles-Victor Langlois (1863-1929), assisté par Victor-Henri Friedel (né en 1867) dans les tâches d’archiviste. Les parcours de vie des deux responsables reflètent l’ambition de cet organisme. Connu pour ses travaux d’historien et son professorat à l’université de la Sorbonne, Langlois manifeste un intérêt profond pour les questions éducatives71. Plus particulièrement, l’enseignement de l’histoire dans les écoles et la formation des maîtres sont au centre de ses préoccupations72. En outre, il possède une expertise internationale. Membre du jury de la section scolaire de l’Exposition universelle de 1900 à Paris, il est chargé avec Louis Liard de la rédaction du rapport final73. Il publie aussi un important ouvrage sur l’enseignement secondaire en France et à l’étranger en 190074 ainsi qu’un recueil de plusieurs articles sur l’instruction publique aux États-Unis quelques années plus tard75. Sa production scientifique est donc substantielle et lui confère une légitimité hors pair. Friedel est quant à lui docteur en philosophie de l’université de Bonn et docteur en droit de l’université de Saint Andrews en Écosse. Il a été professeur de l’École alsacienne de Paris et lecturer de philologie romaine à l’université de Liverpool. Il entre dans l’administration centrale de l’Instruction publique en 1901 en assumant les tâches d’archiviste au sein de l’OIE et il est nommé chef de cabinet du ministre de l’Instruction publique en 191076. Langlois et Friedel sont chargés de diriger des enquêtes sur les questions à l’ordre du jour en France et d’en publier les résultats sous forme de fascicules indépendants et sans périodicité régulière.

Tableau 6. Liste des publications de l’Office d’information et d’études, 1902-1910

Auteur Titre Date Type
Henri Bornecque L’enseignement des langues anciennes et moderne dans l’enseignement secondaire des garçons en Allemagne 1902 Rapport de mission
Charles-Victor Langlois La préparation professionnelle à l’enseignement secondaire 1902 Enquête
Victor-Henri Friedel Documents relatifs à la réforme de l’enseignement secondaire en Prusse, 1900-1902 1902 Documentation officielle
Victor-Henri Friedel Traitements des instituteurs et des institutrices à l’étranger 1903 Enquête
Maurice Pellisson Les œuvres auxiliaires et complémentaires de l’École en France 1903 Enquête
F. Marotte L’enseignement des sciences mathématiques et des sciences physiques dans l’enseignement secondaire en Allemagne 1905 Enquête
Victor-Henri Friedel La pédagogie dans les pays étrangers. Problèmes et solutions 1910 Enquête
Victor-Henri Friedel Problèmes pédagogiques : notes et documents 1913 Enquête

23L’intérêt pour les expériences étrangères est à nouveau réaffirmé avec force. Friedel le rappelle dans la préface de son étude consacrée aux principaux problèmes pédagogiques en Europe au début du xxe siècle :

  • 77 Victor-Henri Friedel, La pédagogie dans les pays étrangers. Problèmes et solutions, Paris, G. Rous (...)

Les problèmes sociaux sont devenus similaires, pour ne pas dire les mêmes, chez toutes les nations qui participent à la civilisation européenne. Il n’est plus possible, aujourd’hui, pour aucune de ces nations, d’entreprendre une réforme sans se renseigner de quelle façon la réforme du même ordre a été engagée ou accomplie chez les voisins. […] Il est donc utile, voire indispensable, de connaître les problèmes pédagogiques qui préoccupent les voisins et de s’inspirer des solutions qu’ils y ont apportées, pourvu qu’on ne perde jamais de vue les particularités nationales et qu’on ne veuille transplanter, purement et simplement, dans un pays une institution qui a donné de bons résultats dans un autre.77

  • 78 Henri Bornecque, Questions d’enseignement secondaire des garçons et des filles en Allemagne et en (...)
  • 79 Victor-Henri Friedel, Documents relatifs à la réforme de l’enseignement secondaire en Prusse, 1900 (...)
  • 80 Victor-Henri Friedel, Traitements des instituteurs et des institutrices à l’étranger, Paris, Impri (...)
  • 81 Victor-Henri Friedel, Problèmes pédagogiques. Notes et documents, Paris, G. Roustan, 1913, p. 5.
  • 82 Pour l’Allemagne voir AN, AJ70 29. Office national des universités et des écoles françaises, 1908- (...)
  • 83 Guillaume Jost, « Un voyage en Allemagne », Revue pédagogique, vol. 24, n3, 1894, p. 193‑203.
  • 84 Sur les échanges d’étudiants au niveau universitaire qui se mettent en place essentiellement à par (...)

24Encore en 1910, l’exercice comparatif et l’expertise des systèmes scolaires étrangers sont déclarées indispensables à l’élaboration de toute réforme scolaire. Pourtant, il faut remarquer que le musée ne finance qu’une mission pédagogique, celle d’Henri Bornecque sur l’enseignement secondaire en Allemagne. Professeur à la faculté des lettres de l’université de Lille, Bornecque part en mission d’étude outre-Rhin grâce à l’appui de Liard et de Langlois. Entre 1900 et 1909, il effectue six autres voyages d’étude en Allemagne et deux en Autriche-Hongrie, dont deux à titre officiel. Sa démarche ne diffère guère des missions étudiées précédemment : « […] j’ai essayé de juger la valeur de ce qui passait devant mes yeux, afin d’en tirer ce qui pouvait être introduit dans [l’]enseignement secondaire renouvelé, sans en briser les cadres […]. »78 Les autres publications analysent les débats scolaires dans plusieurs pays étrangers ou réunissent des documents législatifs et des informations statistiques. Par exemple, Friedel publie en 1902 un recueil de documents législatifs sur l’enseignement secondaire prussien au moment même où se discute en France la réforme de cette filière79. L’année suivante il réactualise une enquête menée dans les années 1880 qui s’intéresse au traitement financier des instituteurs dans les pays européens80, avant de se pencher à deux reprises (en 1910 et en 1913) sur différents dossiers relatifs aux problèmes pédagogiques en France et en Europe. Dans le cadre de ses recherches, il profite de la documentation déposée dans la bibliothèque du musée et de l’office en prenant soin de « vérifier les documents par l’étude sur place ou par la consultation d’experts étrangers »81. Dès 1904, l’office s’occupe aussi d’organiser le « service des assistants ». Dans le but de renforcer les relations entre les établissements scolaires français et étrangers, le ministère de l’Instruction publique ratifie en effet des conventions d’échange pour les professeurs de langue de l’enseignement secondaire et primaire supérieur82. Ces échanges, limités essentiellement à l’Allemagne et à l’Angleterre, s’inscrivent dans la continuité de la politique d’allocation de bourses accordées à partir des années 1880 à des jeunes professeurs soucieux d’améliorer leur pratique des langues vivantes à l’étranger83. Ils seront considérablement développés après la Première Guerre mondiale84.

  • 85 « Le Musée social », Revue internationale de l’enseignement, vol. 31, 1896, p. 336-339. Pour une l (...)

25Quel bilan tirer de ces activités ? Malgré les changements institutionnels, le musée et l’office ne parviennent pas à monopoliser la production de savoir sur l’étranger en France. D’une part, le musée publie depuis 1904 une moyenne de trois volumes par année, dont seulement une minorité touche aux pays étrangers. D’autre part, les sources ne fournissent aucune indication sur un quelconque contrôle exclusif de cette institution sur les missions pédagogiques. Alors que celles-ci augmentent substantiellement entre 1900 et 1914, elle n’y joue pratiquement aucun rôle. Cette remarque s’impose d’autant plus que le Musée social, pour citer un exemple particulièrement significatif, organise dès sa naissance de nombreuses missions d’étude85. Toutefois, force est de constater que le Musée pédagogique offre un support institutionnel non négligeable à l’internationalisation du discours pédagogique français. Il constitue ainsi un exemple supplémentaire qui illustre comment se construit et se diffuse le savoir sur les systèmes scolaires étrangers et se met progressivement en place un premier système d’échanges internationaux.

De la centralisation à la diffusion : revues pédagogiques et savoir sur l’étranger

  • 86 Une perspective comparative centrée sur l’Allemagne et les États-Unis se trouve dans Eckhardt Fuch (...)

26Les missions et le Musée pédagogique mettent en lumière deux aspects complémentaires de la construction de l’internationalité de la réforme scolaire française. D’une part, les missions fabriquent un savoir et une expertise inédits sur des problèmes pédagogiques préalablement sélectionnés, qui reflètent les soucis des acteurs impliqués, depuis les professeurs d’université jusqu’aux instituteurs. D’autre part, l’exemple du Musée pédagogique illustre le rôle d’une élite administrative républicaine qui cherche à institutionnaliser la recherche comparative dans le domaine éducatif en constituant un centre de documentation. Or, la diffusion du savoir sur l’étranger en France passe également par d’autres canaux et le rôle joué à cet égard par certaines revues pédagogiques à la fin du xixe siècle mérite d’être souligné. La presse est en effet un moyen important de diffusion de l’expertise internationale : c’est là que sont publiés le plus souvent les rapports de mission (dans leur intégralité ou des extraits) ainsi que les études sur les questions scolaires dans les pays étrangers86. L’analyse est circonscrite ici à deux revues. La Revue pédagogique tout d’abord, organe officiel du Musée pédagogique, permet de comprendre comment de hauts fonctionnaires du ministère de l’Instruction publique appréhendent la production de savoir sur l’étranger. La Revue internationale de l’enseignement, publiée quant à elle par la Société pour l’étude des questions de l’enseignement supérieur, permet de comprendre la circulation des savoirs et la constitution des réseaux internationaux d’une puissante association de professeurs d’université.

La Revue pédagogique : un « congrès pédagogique universel »

  • 87 Pierre Caspard, Pénélope Caspard-Karydis, « Presse pédagogique et formation continue des institute (...)

27Afin de répertorier les centaines de revues de la presse pédagogique française destinées aux instituteurs entre 1815 et 1940, Pierre Caspard et Pénélope Caspard-Karydis proposent une classification en trois catégories87 : les revues qui mettent au premier plan une réflexion pédagogique et méthodologique générale concernant l’enfance et la scolarisation, souvent accompagnée d’aperçus historiques et comparatistes ; les revues qui recèlent des éléments directement utilisables pour l’enseignement (cours et leçons modèles, textes de devoirs) ; et enfin des revues mettant en avant les innovations dans l’organisation des cursus et des méthodes d’enseignement. La Revue pédagogique appartient sans nul doute à la première catégorie, dans la mesure où elle constitue une véritable plaque tournante des discussions concernant l’enseignement primaire français. Organe du Musée pédagogique, elle se caractérise par un intérêt marqué pour les expériences scolaires des autres pays et pour avoir intégré dès son origine le souci de la comparaison internationale.

  • 88 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, 1879-1904. Historique et régime actuel, (...)
  • 89 « Note à M. le Directeur de l’enseignement primaire », Le Musée pédagogique. Son origine, son orga (...)
  • 90 Pierre Ognier, « L’idéologie des fondateurs et des administrateurs de l’école républicaine à trave (...)

28Fondée par Charles Hanriot en 1878, un ancien inspecteur d’académie, la Revue pédagogique devient, après son rattachement au musée en 1882, l’organe officieux du ministère de l’Instruction publique. La création d’une revue fait partie intégrante du projet originel de fondation du Musée pédagogique élaboré par Ferdinand Buisson. En effet, le musée ne peut réussir que « par la publication régulière d’un organe qui distribue en quelque sorte le trésor d’idées et de faits dont il est dépositaire »88. Afin de parvenir à ses objectifs, il a donc besoin d’un organe propre « comme en possèdent plusieurs établissements du même genre à l’étranger, et dont le meilleur type nous paraît être celui de la Schulausstellung de Zurich »89. Sa ligne éditoriale, ses contributeurs et son contenu reflètent les fonctions du Musée pédagogique. Leurs histoires se recoupent alors sur de nombreux points. Dans le comité de rédaction de 1882 se trouvent les acteurs déjà rencontrés précédemment. Le président est Octave Gréard, le vice-président Ferdinand Buisson ; d’autres membres ou collaborateurs éminents sont Félix Pécaut, Alfred Rambaud (professeur à la Sorbonne), Édouard Jacoulet, Ernest Lavisse (secrétaire de la Revue internationale de l’enseignement) et plus tard Jules Steeg, directeur du musée entre 1890 et 189690. Échangée avec d’autres périodiques étrangers, la revue est également envoyée gratuitement aux membres du personnel administratif de l’instruction primaire, aux directeurs d’écoles normales ainsi qu’aux instituteurs et institutrices intéressés. Le premier numéro du 15 juillet 1882 s’ouvre avec une déclaration qui explique très clairement les buts de la nouvelle publication :

  • 91 « Notre programme », Revue pédagogique, vol. 1, no 1, 1882, p. 1.

Ouvrir un libre champ à des recherches plus hautes et désintéressées, […] provoquer l’examen, le débat, la comparaison, en mettant à disposition du public sérieux un organe où puissent être traitées avec suite les questions relatives à l’enseignement primaire et à l’éducation du peuple.91

  • 92 Ibid., p. 3.

29Comme le souligne Pierre Ognier, spécialiste de l’idéologie scolaire républicaine, la Revue pédagogique permet de se familiariser avec les débats contemporains sur l’école, d’en examiner les doctrines et les prises de position. Son étude permet aussi de retracer et d’identifier les centres d’intérêt du champ scolaire républicain. Il s’agit d’un périodique mensuel de haute tenue intellectuelle qui offre un espace d’expression à des hauts fonctionnaires de l’enseignement primaire, à des autorités scolaires (recteurs d’académie) et à des universitaires. Tout comme l’institution dont elle constitue le média, la Revue pédagogique se caractérise par une ouverture marquée vers les expériences étrangères. Nombre de comptes rendus de missions, financées notamment par la direction de l’enseignement primaire, sont publiés dans ses pages. L’importance de l’étranger figure d’ailleurs dans le programme de la revue, qui signale immédiatement la volonté de publier une sélection « des rapports et des mémoires les plus intéressants et les plus instructifs parmi ceux qui sont adressés au ministère à la suite de missions ou d’inspections »92.

  • 93 La revue compte en moyenne une centaine de pages. La section « courrier de l’extérieur » comporte (...)
  • 94 Table générale des quinze premières années de la Revue pédagogique, Paris, C. Delagrave, 1894.
  • 95 Voir la notice de Benjamin Buisson dans Patrick Dubois, Le dictionnaire de pédagogie et d’instruct (...)
  • 96 AN, F17 2943 C. Mission en Angleterre de Benjamin Buisson (études pédagogiques), 1874.
  • 97 Benjamin Buisson, Université de Londres, Paris, Hachette, 1879. Cette enquête est commissionnée pa (...)
  • 98 Benjamin Buisson, Rapport sur l’instruction publique à l’Exposition universelle de La Nouvelle-Orl (...)
  • 99 Voir Table générale des quinze premières années de la Revue pédagogique, ouvr. cité, p. 14‑15 et p (...)

30Cette vocation particulière se matérialise dans la structure même de la revue, qui se divise en plusieurs sections : des articles de fond sur des sujets théoriques ou de pratique pédagogique, une partie consacrée à la correspondance et aux communications (dite « tribune libre »), des comptes rendus d’ouvrages et enfin un « courrier » ayant pour but de relater la chronique du mouvement pédagogique en France et à l’étranger93. Une analyse sommaire de la Table générale de la Revue pédagogique pour les quinze premières années laisse entrevoir la place non négligeable du travail d’enquête sur les systèmes scolaires étrangers, qui se traduit notamment par la publication de dizaines, voire de centaines d’articles94. Plus que sur l’aspect quantitatif, il est intéressant de se pencher sur les acteurs qui se distinguent dans cet exercice. En effet, la diffusion des informations sur les systèmes étrangers semble être l’apanage d’un groupe de réformateurs assez restreint. Jules Steeg par exemple, inspecteur de l’enseignement et directeur du Musée pédagogique entre 1890 et 1896, est l’auteur à lui seul de vingt-trois articles portant sur l’Allemagne. Les sujets abordés sont variés, allant de la traduction d’articles de journaux à des réflexions sur des problèmes d’actualité élaborées à partir de la documentation déposée au musée. Ayant été membre de la délégation française à l’Exposition universelle de Chicago en 1893, il restitue également son expérience outre-Atlantique dans un compte rendu, qui est une synthèse de son rapport plus général. De même, Benjamin Buisson se distingue par la rédaction de vingt-deux articles sur l’Angleterre et dix-sept sur les États-Unis95. Enseignant à Londres à partir de 1872 et chargé d’une mission pédagogique en 187496, il s’intéresse en effet de près au système scolaire anglais. Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs enquêtes sur l’enseignement des femmes et l’organisation des universités. Les résultats de cette dernière étude sont publiés en 1879 par la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur97. Il est en outre le responsable des sections scolaires françaises et l’auteur des rapports sur l’Exposition universelle de La Nouvelle-Orléans (1884-1885), Melbourne (1888) et Chicago (1893), ce qui explique son quasi-monopole sur les articles de fond concernant les pays anglo-saxons98. Il convient aussi de signaler l’important corpus d’articles traitant des expositions universelles et des congrès internationaux de l’enseignement. Les directeurs des musées pédagogiques qui se sont succédé à la fin du xixe siècle sont actifs, bien qu’à des degrés divers, au sein des comités d’organisation des rencontres liées aux expositions. Des dizaines d’articles sont donc publiés, notamment par Steeg, concernant les résolutions, les documents préparatoires, les rapports présentés et les discussions qui s’y sont tenues99.

  • 100 James Guillaume (1844-1916) est un militant libertaire et historien suisse, connu pour avoir joué (...)
  • 101 Patrick Dubois, Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson. Aux fondations de l'école républicaine (1878 (...)

31Le « courrier de l’extérieur » représente en revanche un instrument précieux pour suivre l’actualité pédagogique au jour le jour dans les pays étrangers. Cette rubrique, constituée de notices souvent très courtes, fait état des informations parvenues à la rédaction de la revue : traduction d’articles, données statistiques, textes législatifs, extraits de débats parlementaires, circulaires, annonces et programmes des congrès d’instituteurs, etc. Elle est dirigée jusqu’en 1898 par le secrétaire de la revue, le Suisse James Guillaume100, collaborateur et ancienne connaissance de Ferdinand Buisson pendant son exil à Neuchâtel. L’hommage que lui rend Buisson lors de son soixante-dixième anniversaire restitue bien son rôle au sein de la revue, mais également dans le cadre du Dictionnaire de pédagogie, où il assure la rédaction de plusieurs entrées sur les législations scolaires101 :

  • 102 Ferdinand Buisson, « Hommage à James Guillaume », Vie ouvrière, 20 février 1914, p. 212‑214.

Les précieuses et savantes pages qu’il [James Guillaume] y écrivit sur le mouvement scolaire à l’étranger contribuèrent singulièrement à faire notre éducation, à nous apprendre enfin à jeter les yeux par-dessus la frontière, à comparer, à juger, à choisir et finalement à faire œuvre originale en transposant ad usum Gallia tout ce que l’expérience d’autres peuples nous offrait de meilleur.102

32Finalement, la revue offre un spectre assez exhaustif de l’engagement des hauts fonctionnaires de l’administration de l’Instruction publique dans la circulation internationale des idées pédagogiques. La vocation comparatiste est présente dès l’origine et constitue l’une des lignes de force de l’organe du Musée pédagogique, accompagnant ainsi ce dernier dans sa fonction de diffusion sur le territoire national des savoirs sur les systèmes scolaires étrangers.

L’université, mais pas seulement : la Revue internationale de l’enseignement

  • 103 Jeanne Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu’à la guerre froide (1848-1948), (...)
  • 104 Voir le répertoire exceptionnellement riche établi par Pierre Caspard et Pénélope Caspard-Karydis  (...)

33Dans le panorama de la presse pédagogique française de la seconde moitié du xixe siècle, une deuxième revue, la Revue internationale de l’enseignement, se distingue par son ouverture internationale et son profond intérêt pour les systèmes éducatifs étrangers. Contrairement à la Revue pédagogique, elle se consacre essentiellement à l’enseignement supérieur, mais elle accorde également une place importante à l’enseignement secondaire. Le développement de cette presse est substantiellement lié à celui de la mise en réseau corporatiste des fonctionnaires de l’enseignement public103. Les revues qui se créent à l’époque, parmi lesquelles L’enseignement secondaire (organe de la Société pour l’étude des questions d’enseignement secondaire, 1890-1924), la Revue de l’enseignement spécial (qui regroupe les agrégés et les maîtres de l’enseignement spécial) ou la Revue de l’enseignement primaire, sont les caisses de résonance des associations d’enseignants des différents degrés de l’instruction publique104. Elles s’adressent donc à des publics spécifiques, modulant leur contenu en fonction de leurs sphères d’intérêts. La Revue internationale de l’enseignement est quant à elle éditée par la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur, fondée en 1878. Elle réunit un ensemble hétéroclite de réformateurs, pour la plupart des enseignants du supérieur et des inspecteurs, mais aussi des membres des plus hautes sphères ministérielles. Participent donc à la vie et aux activités de la société des universitaires comme Michel Bréal, Célestin Hippeau, Gaston Paris, Ernest Lavisse, Émile Levasseur, Louis Liard, Émile Boutmy et Ernest Renan, des essayistes tels qu’Edmond Dreyfus-Brisac et Benjamin Buisson ainsi que des pédagogues et fonctionnaires comme Octave Gréard.

  • 105 Serge Nicolas, Études d’histoire de la psychologie, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 111.
  • 106 Des exemples dans Michael Werner, « Philological networks : a history of disciplines and academic (...)
  • 107 Bulletin de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Études de 1878, Paris, (...)
  • 108 Bulletin de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Constitution de la Soc (...)
  • 109 M. Bréal, Excursions pédagogiques, ouvr. cité, p. 1-2.
  • 110 « Société d’enseignement supérieur. Séance du 3 avril 1889 », Revue internationale de l’enseigneme (...)
  • 111 Les quinze bulletins seront ensuite publiés dans un recueil, le Bulletin universitaire de l’enseig (...)
  • 112 C. Charle, La République des universitaires, ouvr. cité, p. 24.

34Ancrée dans le monde académique et scientifique, la société incarne un véritable groupe de pression, un lobby réformiste avec des ramifications et des imbrications s’étendant aux sphères politiques et ministérielles105. Souvent initiés au contact avec l’étranger à travers des séjours d’étude effectués dans le cadre de leurs parcours académiques et des missions pédagogiques, affiliés à des sociétés savantes étrangères et placés à des postes-clés de l’administration d’État (notamment au sein du Conseil supérieur de l’Instruction publique), ses membres possèdent une autorité morale et un pouvoir d’influence très importants106. Nombre d’entre eux participent au mouvement de réforme qui prône une réorganisation du système universitaire français selon le modèle allemand, finement étudié par Christophe Charle. Selon les statuts de la société le but est « d’étudier systématiquement les institutions de haut enseignement qui existent en Europe et dans les autres parties du monde » et « d’entretenir à cette fin des rapports et une correspondance avec les principales Universités étrangères »107. Au demeurant, le premier numéro du bulletin de 1878 présente d’emblée une série d’études sur les universités allemandes (Bonn, Göttingen et Heidelberg) et anglaises (Oxford et Cambridge). La société et sa Revue internationale, fondée en 1881, se présentent donc comme un centre d’étude qui formule des propositions précises et développe un discours relativement commun sur les questions scolaires108. Par ailleurs, ces réformateurs ne négligent pas pour autant l’enseignement secondaire, en raison de son rôle de passerelle vers les universités. En 1884, Bréal souligne que « depuis quelque temps le public universitaire semble avoir repris goût aux matières pédagogiques, et il est à présumer que ce goût se fortifiera de plus en plus »109. Une circulaire interne datée de 1889 relate ainsi que « la Société d’Enseignement Supérieur ne pouvait pas se désintéresser d’un problème de la solution duquel dépendent dans une si large mesure les destinées de l’enseignement supérieur, et qui, par sa portée sociale s’impose aux préoccupations de tous »110. Le Bulletin universitaire de l’enseignement secondaire, créé en 1891 comme supplément de la Revue internationale, est présenté par Charles Seignobos comme un centre de renseignements et une plateforme pour l’échange d’opinions111. Entre 1881 et 1914, il est ainsi possible de retrouver dans les pages de la Revue internationale de l’enseignement de nombreux articles, rapports et récits de voyages qui questionnent les systèmes scolaires étrangers, et allemand en particulier, sur de nombreux points. Ciblant un auditoire relativement précis, ils visent à informer les collègues qui ne connaissent que la France et à convaincre les représentants de l’administration à qui sont destinés ces rapports, sans tomber si possible dans la simple description mais en formulant de véritables analyses112.

  • 113 Georges Dumesnil signale par exemple que la Revue internationale de l’enseignement, mais aussi la (...)
  • 114 Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Assemblée générale du 15 février 1880 (...)
  • 115 Edmond Dreyfus-Brisac, « Les principes régulateurs de l’enseignement en Prusse », Revue internatio (...)
  • 116 Dreyfus-Brisac donnera en 1889 un cours à l’École libre des sciences politiques intitulé « L’ensei (...)

35La Revue internationale se distingue tout d’abord par la publication presque systématique des comptes rendus des missions pédagogiques, notamment de celles qui ont eu lieu outre-Rhin113. Deux ans après la fondation de la Société d’études, son secrétaire Ernest Lavisse note qu’« il serait utile qu’un délégué se rende en Allemagne, emportant une série de questions destinées à compléter certaines informations et à éclaircir certains doutes »114. En 1884, le rédacteur en chef de la revue, Edmond Dreyfus-Brisac, évoque la nécessité d’entamer une série d’études sur les universités mais aussi l’enseignement primaire et secondaire115. Les analyses ne sont plus limitées à tel ou tel aspect spécifique du système éducatif mais visent à le saisir dans toute sa complexité116. La revue procède ainsi à la mise en place d’un réseau de correspondants internationaux. Lavisse applaudit cette orientation :

  • 117 « Assemblée générale de la Société », Revue internationale de l’enseignement, vol. 7, 1884, p. 478 (...)

Si les notions principales sur les institutions étrangères sont aujourd’hui répandues, au moins dans le corps enseignant et dans une partie de la presse, c’est grâce à nous, à notre ancien Bulletin et à notre Revue. […] L’excellente organisation donnée par M. Dreyfus-Brisac au système des correspondances de la revue nous permet d’ailleurs de nous renseigner sur toutes choses promptement et sérieusement.117

36Dès 1884, un système de correspondance est en effet très bien rodé. En exploitant les contacts informels ainsi que les connaissances personnelles préexistantes, la revue mobilise un réseau de professeurs étrangers désireux de participer à un échange d’informations et de documentation avec la France. La répartition géographique des correspondants est répertoriée dans le tableau suivant.

Tableau 7. Correspondants et collaborateurs étrangers de la Revue internationale de l’enseignement (1884, 1896, 1905)

Pays Correspondants 1884 Correspondants 1896 Correspondants 1905
Allemagne 18 25 21
Autriche-Hongrie 13 9 4
Suisse 7 7 5
Danemark 4 4 3
Belgique 3 5 3
Suède 3 3 1
Grande-Bretagne 2 6 4
Italie 2 7 4
Pays-Bas 2 0 5
États-Unis 1 1 3
Autres 4 1 18
Total 59 82 71

Source : « Liste des membres de la Société d’enseignement supérieur », Revue internationale de l’enseignement, 1884-1896-1905.

  • 118 Tables de la Revue internationale de l’enseignement, 1878-1920, Paris, Société d’enseignement supé (...)
  • 119 En 1884, la revue a pour correspondants quatorze professeurs universitaires, cinq directeurs d’éta (...)

37Ce tableau montre les pays qui, dans les années 1884-1905, sont davantage sollicités et auxquels les réformateurs français accordent un intérêt plus marqué. L’Autriche-Hongrie et la Suisse occupent une place importance tandis que la Grande-Bretagne et les États-Unis sont tendanciellement moins sollicités. Le monde éducatif anglo-saxon se trouve, du moins dans cette période, relativement marginalisé et c’est en Allemagne que le réseau de correspondance de la société est le plus dense. Cette hiérarchie est aussi perceptible si l’on considère le nombre d’articles ; entre 1881 et 1920, les textes consacrés à l’Allemagne sont par exemple deux fois plus nombreux que ceux portant sur l’Angleterre (97 contre 48)118. Les échanges et les connexions se font à l’intérieur d’une catégorie sociale bien précise, celle des professeurs d’université et, dans une moindre mesure, celle des professeurs de l’enseignement secondaire. Les premiers représentent la grande majorité des agents chargés des correspondances. Fait non négligeable, un certain nombre de directeurs d’établissement d’enseignement secondaire (principalement Gymnasien et Realschulen) sont également mobilisés119. La récolte de renseignements par le biais des correspondants se décline de différentes manières : prise de connaissance des débats internes, envoi de documents législatifs et administratifs, demande de renseignements, rédaction d’articles et comptes rendus d’ouvrages pédagogiques.

  • 120 Edmond Dreyfus-Brisac, « Les programmes des Gymnases et des Realschulen », Revue internationale de (...)
  • 121 M. Krück, « Lettre de Wurzbourg », Revue internationale de l’enseignement, vol. 2, 1881, p. 178.

38Les débats et les polémiques internes à l’Allemagne constituent un axe de recherche prioritaire. Dans les pages de la Revue internationale, il est ainsi possible de trouver des lettres écrites par des pédagogues ou professeurs allemands expliquant leurs positions sur les principales querelles à l’œuvre dans leur pays. Les correspondants envoient aussi régulièrement des textes législatifs, des règlements et des commentaires sur leur système scolaire. La priorité est accordée aux informations pouvant intéresser le public français. Celles-ci sont sélectionnées en fonction de l’actualité des débats concernant l’enseignement secondaire en France. Sans grande surprise, les débats sur les Realschulen et la modernisation de l’enseignement secondaire suscitent un grand intérêt. Hormis les rapports de mission, les articles parus dans la revue sur cette question sont souvent écrits par les Allemands, à la demande du rédacteur en chef Dreyfus-Brisac qui procède le cas échéant à leur traduction. À partir des années 1880, les contacts se multiplient également avec des associations et des groupes réformateurs allemands qui luttent par exemple pour une meilleure reconnaissance des Realschulen et pour que leurs élèves aient la possibilité d’accéder aux universités. Ainsi, Seeger, directeur d’un établissement secondaire à Güstrow, dans la section « correspondance internationale », « tient au courant [la société] de l’état actuel de la question des Realschulen. Il […] raconte les progrès de la Société des Realschulen, fondée en 1875 et qui compte plus de 2000 membres »120. La France devient d’ailleurs le théâtre de polémiques et de luttes proprement « allemandes ». En effet, la correspondance nourrie, et souvent privilégiée, avec les realschulistes suscite des réactions véhémentes des partisans de l’enseignement classique incarné par les Gymnasien qui, face à des imprécisions publiées dans les pages de la revue, interviennent avec véhémence en corrigeant et en nuançant certaines remarques formulées par leurs collègues121. En 1881, Hollenberg, professeur de gymnase, proteste ainsi contre les fausses informations divulguées en France :

  • 122 W. Hollenberg, « Lettre de Sarrebruck sur la question des Gymnases et des Realschulen », Revue int (...)

Vous avez donné une large part dans votre Revue à la discussion très vive, qui a eu lieu en Allemagne, entre les partisans des gymnases et des Realschulen […]. [Après avoir livré un résumé de la querelle, il souhaite] que l’on cesse une bonne fois de soutenir que les Realschulen préparent mieux que les gymnases aux études universitaires, dont l’accès leur est ouvert, car les documents statistiques, sainement interprétés, conduisent à des conclusions diamétralement contraires.122

  • 123 Pour approfondir le rôle des enseignants comme « passeurs cultuels » en Europe, voir Jérémie Duboi (...)
  • 124 Après des études d’histoire dans les années 1870 à Göttingen et à Leipzig, il devient professeur e (...)

39La vie associative et la production scientifique du monde pédagogique d’outre-Rhin sont aussi l’objet d’une attention particulière. Les ouvrages pédagogiques ou d’histoire de l’éducation récemment parus sont répertoriés et commentés dans la rubrique « chroniques de l’enseignement » de la Revue internationale. Bien que les collaborations ne se limitent pas au seul monde germanique mais s’étendent à l’Angleterre, aux États-Unis, à la Suisse et même à la Russie, l’ensemble des activités déployées vers et par l’Allemagne demeure sans équivalent. Il convient donc de souligner l’intensité des échanges dans le domaine scolaire entre les deux pays123. Par ailleurs, cette ouverture n’est pas une exclusivité hexagonale. Une entreprise analogue est mise en place en Allemagne par Jakob Wychgram (1858-1927)124, professeur à l’École de jeunes filles de Leipzig. En 1895, il fonde le Deutsche Zeitschrift für Ausländisches Unterrichtswesen, qui publie quatre numéros par an jusqu’en 1901 et qui entretient des liens privilégiés avec les réformateurs français de la Revue internationale. Cette revue se structure d’une façon très similaire à celle-ci : à des articles de fond portant sur les questions pédagogiques et de politique scolaire succèdent des sections destinées à la publication et au commentaire de textes législatifs, à la traduction d’articles de revues étrangères et aux comptes rendus d’ouvrages. La revue est généraliste dans la mesure où elle s’occupe non seulement de questions universitaires mais aussi de l’enseignement secondaire, des séminaires pédagogiques pour les futurs enseignants et de l’enseignement primaire. L’activité comparative est au centre de ses ambitions intellectuelles et il s’en dégage une vision intéressante du regard que les Allemands portent sur leur propre modèle :

  • 125 « Gründliche Kenner und vorsichte Beurteiler des deutschen Unterrichtswesens haben seit Jahren dar (...)

Les bons connaisseurs et les fins observateurs de l’enseignement en Allemagne ont depuis des années attiré l’attention sur le fait que nous ne nous sommes pas abstenus d’une certaine partialité et que nous n’avons pas tourné autant qu’il était souhaitable nos regards sur ce qui se passe hors des frontières de l’Allemagne. Les réussites politiques et militaires qui ont grandi l’Allemagne ont peut-être été attribuées exagérément au célèbre « maître d’école de Sadowa » et le fait incontestable qu’à l’époque la formation générale et scolaire allemande surpassait celle de nos voisins nous a malheureusement entraînés à tenir aussi pour les siècles suivants cette suprématie pour évidente. Pendant ce temps, beaucoup de choses ont changé en dehors de nos frontières ; la plupart des pays européens, comme ils ont introduit sur notre modèle la conscription, ont aussi généralisé l’obligation scolaire, et en particulier la France, dont le système scolaire était si inférieur au nôtre il y a encore une génération, est recouverte d’un réseau dense d’écoles dirigées et équipées de façon excellente, et celui qui accorde du poids à une mesure arithmétique de l’instruction par le pourcentage des analphabètes, celui-là se convaincra facilement que nous n’avons plus désormais d’avantage sur nos voisins occidentaux.125

  • 126 Pour une vision allemande de l’école française à la fin du xixe siècle, voir par exemple Max Weige (...)
  • 127 J. Wychgram, « Zum Einführung », art. cité, p. 1.
  • 128 « Schon Victor Cousin nannte von zwei Menschenalter Preussen das Land der Schulen und der Kasernen (...)
  • 129 Le réseau de collaborateurs est très vaste, et couvre essentiellement la France, l’Angleterre et l (...)
  • 130 Auguste Pinloche, La réforme de l’éducation en Allemagne au xviiie siècle. Basedow et le philanthr (...)
  • 131 Jakob Wychgram, L’instruction publique des femmes en France, Paris, C. Delagrave, 1889.

40Le programme de cette revue cherche à pallier en quelque sorte l’emprise paralysante de la supériorité du modèle scolaire allemand et à s’ouvrir vers la connaissance des évolutions qui ont eu lieu dans les pays européens. Suivre l’actualité des débats et des réformes scolaires dans les pays étrangers apparaît donc de plus en plus comme une nécessité, même pour les Allemands126. Dans le premier numéro de la revue, Wychgram cite d’emblée et à titre d’exemple le cas français et les progrès de la scolarisation sous la Troisième République « alors que l’enseignement public était encore il y a une génération en dessous du nôtre »127. Il mentionne également les travaux de Victor Cousin sur le système scolaire prussien dans les années 1830 ainsi que le rôle central joué par les victoires prussiennes à Sadowa en 1866 et à Sedan en 1870, qui ont « attiré l’attention du monde entier sur notre système scolaire »128. Par ailleurs, les contacts et les correspondances avec la France sont très fréquents129. De nombreux membres de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur deviennent ainsi les correspondants pour la France du Deutsche Zeitschrift für Ausländisches Unterrichtswesen. Parmi eux, le rédacteur en chef de la revue française, Edmond Dreyfus-Brisac, et Auguste Pinloche, professeur à la faculté des lettres de Lille et auteur d’une thèse sur l’histoire de l’éducation en Allemagne130. À ceux-ci s’ajoutent des professeurs de lycée comme Schür (Henri IV), Thamin (Condorcet) et Dugard (Racine). Par ailleurs, Wychgram n’est pas un inconnu en France. Il collabore activement, en tant que correspondant, à l’échange d’informations avec la Revue internationale de l’enseignement et il est un fin connaisseur du système scolaire français. Il publie en effet en 1885 un ouvrage sur l’instruction publique des femmes en France, fruit d’un séjour de recherche de plusieurs mois, qui est traduit en français en 1889131.

41Plus qu’à l’élaboration d’une référence interculturelle commune au champ enseignant et réformateur franco-allemand, les connexions et les réseaux mis en place entre les deux pays contribuent considérablement à l’intensification des échanges intellectuels, participant par là à l’internationalisation sémantique de la réforme scolaire. Dans le cas de la presse pédagogique, cette dynamique se déploie sur des registres institutionnels qui peuvent être officiels ou semi-officiels, comme dans le cas de la Revue pédagogique, ou bien issus d’une « nébuleuse réformatrice », à l’instar de la Revue internationale.

Notes

1 Sur l’histoire de cette institution, voir Joseph Majault, Le Musée pédagogique. Origines et formation (1872-1879), Paris, CNDP, 1978.

2 Frank P. Graves, « The educational museum of Paris », School Review, vol. 13, no 2, 1905, p. 127.

3 Des exemples dans Eugenio Otero-Urtanza, « Manuel B. Cossío’s 1882 tour of European education museums », Paedagogica Historica, vol. 48, no 2, 2012, p. 197‑213 ; Angel Garcia del Dujo, « El museo pedagogico nacional y las corrientes pedagogicas contemporaneas », Historia de la Educación, no 4, 1985, p. 169-182.

4 Artidor Beurier, Le Musée pédagogique et la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, fascicule no 15, Paris, Imprimerie nationale, 1900, p. 4.

5 Eckhardt Fuchs, « Von der Weltausstellung zum Museum : zur Entstehung des Schulmuseums im 19. Jahrhundert », Zur Geschichte der Museen im 19. Jahrhundert, 1789-1918, B. Graf, H. Möbius éd., Berlin, G + H Verlag, 2006, p. 137-154.

6 Joseph Majault, Centres de documentation pédagogique en Europe occidentale. Étude comparée, Paris, Unesco, 1960, p. 5-7.

7 Will S. Monroe, « Educational Museum and libraries of Europe », Educational Review, no 6, 1896, p. 381.

8 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Rapport au Président de la République (par Jules Ferry), 13 mai 1879.

9 Christian Topalov éd., Laboratoires du nouveau siècle. Les nébuleuses réformatrices et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

10 Janet R. Horne, A Social Laboratory for Modern France. The Musée Social and the Rise of the Welfare State, Durham, Duke University Press, 2002.

11 Alain Chatriot, « Réformer le social sous la Troisième République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 56-4 bis, 2009, p. 43.

12 Alain Vergnioux, « Du Musée républicain au Musée scolaire », Éducation et longue durée, H. Peyronie, A. Vergnioux éd., Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, p. 83.

13 Jürgen Schriewer, « L’éducation comparée : mise en perspective historique d’un champ de recherche », Revue française de pédagogie, no 121, 1997, p. 9-27.

14 Marc-Antoine Jullien de Paris, Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée, et séries de questions sur l’éducation, Paris, L. Colas, 1817.

15 A. Beurier, Le Musée pédagogique et la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, ouvr. cité, p. 17.

16 Ibid.

17 Marie-Claude Delieuvin, Marc-Antoine Jullien de Paris, 1775-1848 : théoriser et organiser l’éducation, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 31-32.

18 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Note relative à l’organisation d’un Musée pédagogique (Jules Simon), 23 mai 1872.

19 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Rapport au Président de la République (par Jules Ferry), 13 mai 1879, p. 2.

20 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, son origine, son organisation, son objet, d’après les documents officiels, Paris, Imprimerie nationale, 1884, p. 9.

21 Ferdinand Buisson (1841-1932), prix Nobel de la paix en 1927, est considéré comme le maître d’œuvre de la construction de l’école primaire laïque, gratuite et obligatoire. Il est nommé en 1879 à la direction de l’enseignement primaire, charge qu’il occupe pour dix-sept ans, ce qui contribue à la continuité et à la profondeur de son action. Il est à l’origine de la création de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses pour les filles et de celle de Saint-Cloud pour les garçons ainsi que de la chaire de Pédagogie à la Sorbonne, qu’il occupe de 1896 à 1902, après son départ du ministère.

22 John Eaton (1829-1906) est le directeur du National Bureau of Education américain entre 1870 et 1886. Pendant la guerre civile, il a servi en tant que chapelain dans l’armée unioniste. Après le conflit il devient responsable des écoles pour l’État du Tennessee et un fervent partisan du système public. Il devient directeur du Marietta College dans l’Ohio (1886-1891) et ensuite responsable du système scolaire de Puerto Rico (1899-1900), devenu territoire des États-Unis en 1898.

23 Ferdinand Buisson, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Vienne en 1873, Paris, Imprimerie nationale, 1875, p. 343-345.

24 F. Buisson, Rapport sur l’instruction primaire à l’Exposition universelle de Philadelphie en 1876, ouvr. cité, p. 24.

25 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Extrait du Rapport sur l’organisation et la situation de l’enseignement primaire public en France, Paris, Imprimerie nationale, 1900, p. 5.

26 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Son origine, son organisation, son objet d’après les documents officiels, ouvr. cité, p. 18.

27 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre de Rieter, commissaire général suisse près de l’Exposition de Vienne, à Buisson pour le remercier du don de livres fait à la Suisse, 29 mars 1874.

28 AN, F17 12340. Échanges avec l’étranger, Pays-Bas.

29 En 1875, par exemple, l’Ambassade de France à Vienne transmet au ministère des Affaires étrangères « trois caisses contenant un certain nombre de livres, cartes globales et en usage dans les écoles publiques françaises, en échange des objets de même nature » (AN, F17 12339. Renseignements Autriche-Hongrie. Lettre d’Apponyi, 18 décembre 1875).

30 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Son origine, son organisation, son objet d’après les documents officiels, ouvr. cité, p. 18-19.

31 Buisson écrira d’ailleurs sa notice nécrologique : « John D. Philbrick », Revue pédagogique, vol. 8, no 3, 1886, p. 245-247.

32 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre de remerciement de John Eaton, commissaire de l’Éducation aux États-Unis, à Buisson, 18 mai 1878.

33 Voir Jules Ferry, « Musée pédagogique. Rapport au président de la république française », Journal général de l’Instruction primaire, 41e année, no 20, 17 mai 1879.

34 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Rapport de F. Buisson au Ministre sur l’organisation du Musée pédagogique et la publication d’une statistique comparée de l’enseignement primaire, 20 décembre 1878.

35 Ferdinand Buisson, « Projet d’établissement d’un Musée pédagogique », Manuel général de l’instruction primaire, 2 mars 1878, p. 85.

36 Voir notamment Patrick Cabanel, Les protestants, la République et la gauche, de 1870 à nos jours, Bruxelles, Complexe, 2000.

37 Christian Topalov, « Patronages », Laboratoires du nouveau siècle, C. Topalov éd., ouvr. cité, p. 358.

38 Il est aussi professeur à la faculté des lettres de Toulouse (dès 1871) et inspecteur général de l’enseignement secondaire entre 1905 et 1913. Voir la notice « Gabriel Compayré », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité, p. 258-259.

39 Gabriel Compayré, « Contemporary educational thought in France », Educational Review, vol. 2, no 7, 1891, p. 171-177 ; vol. 10, no 11, 1895, p. 313-324. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage très remarqué : Histoire critique des doctrines de l’éducation en France, Paris, Hachette, 1879.

40 Félix Pécaut, Deux mois de mission en Italie, Paris, Hachette, 1880.

41 Voir la notice « Octave Gréard », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité, p. 383-384. Signalons également la récente thèse de Stéphanie Dauphin, Octave Gréard, réformateur de l’enseignement primaire du Second Empire à la Belle Époque, thèse de doctorat, Université Paris 4 Sorbonne, 2012.

42 Des informations biographiques se trouvent aussi dans « Berger Bonaventure », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité, p. 160-161.

43 Voir la notice nécrologique de Félix Martel dans Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 85, 1924, p. 223-224, ainsi que sa notice dans G. Caplat éd., Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, ouvr. cité, p. 495-496.

44 AN, F17 9393 B. Missions à l’étranger. Congrès international de l’enseignement technique, Londres, 1897.

45 Voir Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise, Dictionnaire des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1998, p. 349-353.

46 « Jules Steeg », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité, p. 617-618.

47 Jules Steeg, Exposition internationale de Chicago, 1893. Éducation et enseignement. Comité 33, Paris, Imprimerie nationale, 1894.

48 « Émile Couturier », Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique, G. Caplat éd., ouvr. cité, p. 267.

49 Il est nommé officier d’académie en 1878. Voir « Partie générale », Journal des instituteurs, no 41, 13 octobre 1878, p. 688.

50 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre d’Olagnier à Buisson, 19 mai 1878.

51 On se réfère ici à tout document administratif (catalogues, décrets, circulaires, rapports, statistiques, mémoires divers, comptes rendus des congrès nationaux et internationaux, etc.). Pour la France, cela inclut les documents du ministère de l’Instruction publique et des Départements. Les ouvrages personnels sont recensés dans le premier tome du catalogue. Un volume supplémentaire est publié en 1889. Voir Musée pédagogique et bibliothèque de l’enseignement primaire, Catalogue des ouvrages et documents, t. II, Paris, Imprimerie nationale, 1886.

52 Dans le catalogue, la catégorie « périodiques » inclut toute publication régulière en possession du Musée pédagogique (bulletins, journaux, revues). La répartition est la suivante : France 121 périodiques, Allemagne 35, Suisse 11, Angleterre 10, États-Unis 8, Autriche-Hongrie 6, Belgique 6, Espagne 5, Italie 5, Empire russe 5, Pays-Bas 2, États scandinaves 2, Portugal 1.

53 AN, F17 12340. Échange avec l’étranger. Suisse. Lettre de Delournes à Buisson, 15 février 1881.

54 AN, 71 AJ1. Historique du Musée. Musée pédagogique. Lettre de J. Poutnikorvitch, directeur du Musée pédagogique serbe (Belgrade), au directeur du Musée pédagogique de Paris, 1900.

55 Une liste complète dans Maurice Pellisson, « Musées pédagogiques », Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911. L’édition électronique du dictionnaire est disponible sur le site internet de l’Institut français d’éducation (anciennement INRP). En ligne : [http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/] (consulté le 10 février 2014).

56 Voir par exemple le récit de Louis R. Klemm dans son ouvrage European Schools. Or, What I Saw in the Schools of Germany, France, Austria, and Switzerland, New York, Appleton, 1889, p. 371.

57 Julius Beeger, Die Pädagogischen Bibliotheken, Schulmuseen und ständigen Lehrmittelausstellungen der Welt, Leipzig, Zangenberg & Himly, 1892, p. 47.

58 W. S. Monroe, « Educational Museum and libraries of Europe », art. cité, p. 380.

59 M. Pellisson, « Musées pédagogiques », art. cité.

60 Voir Jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France (xixe-xxe siècles), Paris, L’Harmattan, 2007.

61 Les ouvrages proviennent notamment d’une donation de l’inspecteur Rapet. Voir Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Son origine, son organisation, son objet d’après les documents officiels, ouvr. cité, p. 47-59.

62 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique. Extrait du Rapport sur l’organisation et la situation de l’enseignement primaire public en France, ouvr. cité, p. 9-10.

63 M. Pellisson, « Musées pédagogiques », art. cité. Pour le catalogue, voir Musée pédagogique, Bibliothèque circulante à l’usage des instituteurs et des institutrices. Avis et catalogue, Melun, Imprimerie administrative, sans date.

64 Armelle Sentilhess, « L’audiovisuel au service de l’enseignement : projections lumineuses et cinéma scolaire, 1880-1940 », La Gazette des archives, no 173, 1996, p. 165-182.

65 L’office est créé à la suite d’un amendement du député M.-L. Meillet pendant la discussion budgétaire de 1900 à la Chambre des députés. Voir Perreau, Rapport fait au nom de la Commission du budget chargé d’examiner le projet de loi pourtant sur la fixation du budget général de l’exercice 1901, Paris, Imprimerie nationale, 1900, p. 56-57.

66 Sur cette institution, voir Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du travail (1891-1914). La République et la réforme sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

67 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, 1879-1904. Historique et régime actuel, Melun, Imprimerie administrative, 1904, p. 30.

68 Paul Pic, Traité élémentaire de la législation industrielle. Les lois ouvrières, Paris, A. Rousseau, 1909, p. 124-129.

69 Ces onze volumes contiennent diverses études effectuées par Sadler et d’autres pédagogues : vol. I, Education in England, Wales, Ireland, France, Germany, Denmark, Belgium, 1897 ; vol. II, Education in England and Wales ; Physical education ; the Heuristic Method of Teaching ; University Education in France, 1898 ; vol. III, National Organisation of Education in Switzerland ; Secondary Education in Prussia, Baden and Sweden ; Teaching of Modern Languages ; Higher Commercial Education in France, Germany and Belgium, 1898 ; vol. IV, Educational Systems of the Dominion of Canada, Newfoundland and the West Indies, 1901 ; vol. V, Educational Systems of Cape Colony, Natal, Commonwealth of Australia, New Zealand, Ceylon and Malta, 1901 ; vol. VI, Preparatory Schools for Boys ; Their Place in English Secondary Education, 1900 ; vol. VII, Rural Education in France, 1902 ; vol. VIII, Education in Scandinavia, Switzerland, Holland and Hungary, 1902 ; vol. IX, Education in Germany, 1902 ; vol. X, Education in the USA. Part I, 1902 ; vol. XI, Education in the USA. Part II, 1902. On trouve une biographie de ce pédagogue dans James H. Higginson, « Michael Ernest Sadler (1861-1943) », Perspectives. Revue trimestrielle d’éducation comparée, vol. 24, no 3-4, 1994, p. 473-489.

70 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, 1879-1904. Historique et régime actuel, ouvr. cité, p. 32.

71 Alfred Merlin, « Notice sur la vie et les travaux de M. Charles-Victor Langlois, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 93, no 4, 1949, p. 394-409.

72 Charles-Victor Langlois, La préparation professionnelle à l’enseignement secondaire, Paris, Imprimerie nationale, 1902.

73 Louis Liard, Charles-Victor Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, introduction générale, t. I, Première partie. Instruction publique, Paris, Imprimerie nationale, 1903.

74 C.-V. Langlois, La question de l’enseignement secondaire en France et à l’étranger, ouvr. cité.

75 Voir ces différentes contributions : Charles-Victor Langlois, « L’éducation aux États-Unis. Notes de voyage », Questions d’histoire et d’enseignement, Paris, Hachette, 1906, p. 97-229 ; « Notes sur l’éducation aux États-Unis », Revue internationale de l’enseignement, vol. 49, 1905, p. 289-309 ; « L’éducation aux États-Unis », Enseignement et démocratie. Leçons professées à l’École des hautes études sociales, A. Croiset et al., Paris, F. Alcan, 1905, p. 289-317.

76 Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains. Notices biographiques, Paris, G. Ruffy, 1924, p. 309-310.

77 Victor-Henri Friedel, La pédagogie dans les pays étrangers. Problèmes et solutions, Paris, G. Roustan, 1910, p. 5.

78 Henri Bornecque, Questions d’enseignement secondaire des garçons et des filles en Allemagne et en Autriche, Paris, C. Delagrave, 1909, p. 2.

79 Victor-Henri Friedel, Documents relatifs à la réforme de l’enseignement secondaire en Prusse, 1900-1902, Paris, C. Delagrave, 1902.

80 Victor-Henri Friedel, Traitements des instituteurs et des institutrices à l’étranger, Paris, Imprimerie nationale, 1903.

81 Victor-Henri Friedel, Problèmes pédagogiques. Notes et documents, Paris, G. Roustan, 1913, p. 5.

82 Pour l’Allemagne voir AN, AJ70 29. Office national des universités et des écoles françaises, 1908-1914. Voir aussi les archives allemandes, particulièrement riches : GStA PK, Rep. 76 VI Sekt. 1 z Nr 190, Neusprachlicher Unterricht, Bd. 1-3, 1902-1903. Beiheft A, Lehreraustausch mit England, Frankreich und Belgien, Bd. 1-3, 1902-1906 ; Beiheft B, Anfragen und Vorschläge zum Lehreraustausch mit dem Ausland, Bd. 1-3, 1904-1912.

83 Guillaume Jost, « Un voyage en Allemagne », Revue pédagogique, vol. 24, n3, 1894, p. 193‑203.

84 Sur les échanges d’étudiants au niveau universitaire qui se mettent en place essentiellement à partir de 1910, voir les travaux sur l’Office national des universités et des écoles françaises de Johann Chapautot, et en particulier l’article, « L’ONUEF, face à l’Allemagne, du rejet à la séduction (1910-1939) », Échanges culturels et relations diplomatiques. Présences françaises à Berlin au temps de la République de Weimar, H.-M. Bock, G. Krebs éd., Paris, Presses universitaires de la Sorbonne nouvelle, 2004, p. 135-142.

85 « Le Musée social », Revue internationale de l’enseignement, vol. 31, 1896, p. 336-339. Pour une liste des missions encadrées par le Musée social, voir « L’organisation et les services du Musée social », Bulletin mensuel du Musée social, no 4, avril 1900, p. 119-120.

86 Une perspective comparative centrée sur l’Allemagne et les États-Unis se trouve dans Eckhardt Fuchs, Peter Drewek, Michael Zimmer-Müller, Internationale Rezeption in pädagogischen Zeitschriften im deutsch-amerikanischen Vergleich 1871-1945/1950, Berlin, Bibliothek für Bildungsgeschichtliche Forschung, 2010.

87 Pierre Caspard, Pénélope Caspard-Karydis, « Presse pédagogique et formation continue des instituteurs (1815-1940) », Recherche et formation, no 23, 1996, p. 106-108.

88 Ministère de l’Instruction publique, Le Musée pédagogique, 1879-1904. Historique et régime actuel, ouvr. cité, p. 11.

89 « Note à M. le Directeur de l’enseignement primaire », Le Musée pédagogique. Son origine, son organisation, son objet d’après les documents officiels, Ministère de l’Instruction publique, ouvr. cité, p. 89.

90 Pierre Ognier, « L’idéologie des fondateurs et des administrateurs de l’école républicaine à travers la “Revue pédagogique” de 1878 à 1900 », Revue française de pédagogie, no 66, 1984, p. 8.

91 « Notre programme », Revue pédagogique, vol. 1, no 1, 1882, p. 1.

92 Ibid., p. 3.

93 La revue compte en moyenne une centaine de pages. La section « courrier de l’extérieur » comporte un nombre de pages assez variable, entre cinq et dix (mais avec des caractères d’impression nettement plus réduits).

94 Table générale des quinze premières années de la Revue pédagogique, Paris, C. Delagrave, 1894.

95 Voir la notice de Benjamin Buisson dans Patrick Dubois, Le dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson. Répertoire biographique des auteurs, Paris, INRP, 2002, p. 46-47.

96 AN, F17 2943 C. Mission en Angleterre de Benjamin Buisson (études pédagogiques), 1874.

97 Benjamin Buisson, Université de Londres, Paris, Hachette, 1879. Cette enquête est commissionnée par la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Du même auteur voir aussi L’instruction primaire en Angleterre, Paris, P. Dupont, 1880, ainsi que De l’enseignement supérieur des femmes en Angleterre, en Écosse et en Irlande, Paris, G. Chamerot, 1883.

98 Benjamin Buisson, Rapport sur l’instruction publique à l’Exposition universelle de La Nouvelle-Orléans (1884-1885), Paris, Chaix, 1886 ; L’enseignement primaire aux congrès d’éducation et à l’Exposition scolaire de Chicago, ouvr. cité.

99 Voir Table générale des quinze premières années de la Revue pédagogique, ouvr. cité, p. 14‑15 et p. 29-31.

100 James Guillaume (1844-1916) est un militant libertaire et historien suisse, connu pour avoir joué un rôle majeur dans la Fédération jurassienne de l’Association internationale des travailleurs, la branche anarchiste de l’Internationale, et pour sa participation à la fondation de l’Internationale anti-autoritaire à Saint-Imier.

101 Patrick Dubois, Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson. Aux fondations de l'école républicaine (1878-1911), Berne, P. Lang, 2002, p. 68.

102 Ferdinand Buisson, « Hommage à James Guillaume », Vie ouvrière, 20 février 1914, p. 212‑214.

103 Jeanne Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des fonctionnaires jusqu’à la guerre froide (1848-1948), Lille, Presses universitaires de Lille, 1989, p. 81.

104 Voir le répertoire exceptionnellement riche établi par Pierre Caspard et Pénélope Caspard-Karydis : Pierre Caspard éd., La presse d’éducation et d’enseignement, xviiie siècle - 1940. Répertoire analytique, Paris, INRP-CNRS, 1981-1991, 4 volumes.

105 Serge Nicolas, Études d’histoire de la psychologie, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 111.

106 Des exemples dans Michael Werner, « Philological networks : a history of disciplines and academic reform in nineteenth-century France », Transnational Intellectual Networks, C. Charle, J. Schriewer, P. Wagner éd., ouvr. cité, p. 205-224.

107 Bulletin de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Études de 1878, Paris, Hachette, 1878, p. v.

108 Bulletin de la Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Constitution de la Société, Paris, Hachette, 1878. Voir aussi Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, A. Colin, 1968, p. 233 et suiv.

109 M. Bréal, Excursions pédagogiques, ouvr. cité, p. 1-2.

110 « Société d’enseignement supérieur. Séance du 3 avril 1889 », Revue internationale de l’enseignement, vol. 17, 1889, p. 364.

111 Les quinze bulletins seront ensuite publiés dans un recueil, le Bulletin universitaire de l’enseignement secondaire, Paris, A. Colin, 1894.

112 C. Charle, La République des universitaires, ouvr. cité, p. 24.

113 Georges Dumesnil signale par exemple que la Revue internationale de l’enseignement, mais aussi la Revue pédagogique et la Revue de l’enseignement secondaire et supérieur ont publié des chapitres ou des extraits de son rapport de mission. Voir G. Dumesnil, La pédagogie dans l’Allemagne du Nord, ouvr. cité, p. 1.

114 Société pour l’étude des questions d’enseignement supérieur. Assemblée générale du 15 février 1880. Rapport de M. E. Lavisse (secrétaire général) sur l’état de la Société, 1880, p. 8.

115 Edmond Dreyfus-Brisac, « Les principes régulateurs de l’enseignement en Prusse », Revue internationale de l’enseignement, vol. 8, 1884, p. 386.

116 Dreyfus-Brisac donnera en 1889 un cours à l’École libre des sciences politiques intitulé « L’enseignement en France et à l’étranger considéré au point de vue politique et social », dans lequel il présente les premiers résultats de cette étude. Voir E. Dreyfus-Brisac, L’éducation nouvelle, ouvr. cité, t. III, 1897, p. 1-29.

117 « Assemblée générale de la Société », Revue internationale de l’enseignement, vol. 7, 1884, p. 478.

118 Tables de la Revue internationale de l’enseignement, 1878-1920, Paris, Société d’enseignement supérieur, 1924.

119 En 1884, la revue a pour correspondants quatorze professeurs universitaires, cinq directeurs d’établissements secondaires (Gymnasien, Realschule, etc.) et un bibliothécaire. Voir la « Liste des membres de la Société d’enseignement supérieur », Revue internationale de l’enseignement, vol. 7, 1884, p. 127-128.

120 Edmond Dreyfus-Brisac, « Les programmes des Gymnases et des Realschulen », Revue internationale de l’enseignement, vol. 2, 1881, p. 103.

121 M. Krück, « Lettre de Wurzbourg », Revue internationale de l’enseignement, vol. 2, 1881, p. 178.

122 W. Hollenberg, « Lettre de Sarrebruck sur la question des Gymnases et des Realschulen », Revue internationale de l’enseignement, vol. 2, 1881, p. 458-459.

123 Pour approfondir le rôle des enseignants comme « passeurs cultuels » en Europe, voir Jérémie Dubois, Enseigner l'italien en France de la fin du xixe siècle à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Entre enjeux disciplinaires et relations franco-italiennes, thèse de doctorat, École pratique des hautes études, 2010 ; Wolfgang Gippert, « Das Ausland als Chance und Modell : Frauenbildung im viktorianischen England im Spiegel von Erfahrungsberichten deutscher Lehrerinnen », Transkulturalität. Gender- und bildungshistorische Perspektiven, W. Gippert, P. Götte, E. Kleinau éd., Bielefeld, Transcript, 2008, p. 181-199 ; Michel Espagne, Françoise Lagier, Michael Werner, Philologiques II. Le maître de langues. Les premiers enseignants d’allemand en France : 1830-1850, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991.

124 Après des études d’histoire dans les années 1870 à Göttingen et à Leipzig, il devient professeur et ensuite directeur de l’école secondaire des filles de Leipzig. En 1900, il est nommé directeur de la Königlich-preußischen Augusta-Schule de Berlin pour assumer dès 1908 des fonctions dans la haute administration scolaire de Lübeck.

125 « Gründliche Kenner und vorsichte Beurteiler des deutschen Unterrichtswesens haben seit Jahren darauf hingewiesen, dass wir uns nicht frei gehalten haben von einer gewissen Einseitigkeit und dass wir nicht in dem wünschenswerten Masse unsere Blicke auch auf das gerichtet haben, was außerhalb der Deutschen grenzen vorgeht. Die politischen und Kriegerischen Erfolge, die Deutschland groß gemacht haben, sind vielleicht mehr als gebührlich dem bekannten “Schulmeister von Sadowa” zugeschrieben worden, und die unzweifelhafte Tatsache, dass damals die deutsche Volks- und Schulbildung der unserer Nachbarn überlegen war, hat leider dazu verführt, diese Überlegenheit auch für die folgenden Jahrzehnte für Selbstverständlich zu halten. Mittlerweile hat sich außerhalb unserer Grenzen viel verändert; die meisten europäischen Länder haben, wie sie nach unserem Muster die allgemein Wehrpflicht eingeführt haben, so auch die Schulpflicht allgemein gemacht, und gerade Frankreich, dessen Volksbildung noch vor einem Menschenalter so tief unter der unsrigen stand, ist von einem dichten Netze vortrefflich geleiteter und ausgestatteter Schulen überzogen, und wer etwa Gewicht legt auf jene summarische Messung der Volksbildung an den Prozentsätzen der Analphabeten, der wird sich leicht überzeugen, dass wir keinen Vorsprung mehr vor unseren westlichen Nachbarn haben » (Jakob Wychgram, « Zum Einführung », Deutsche Zeitschrift für ausländisches Unterrichtswesen, no 1, 1895, p. 1).

126 Pour une vision allemande de l’école française à la fin du xixe siècle, voir par exemple Max Weigert, Die Volksschule und der gewerbliche Unterricht in Frankreich. Mit besonderer Berücksichtigung des Schulwesen von Paris, Berlin, Verlag von Leonhard Simion, 1890 ; Martin K. A. Hartmann, Reiseeindrücke und beobachtung eines deutschen neuphilologen in der Schweiz und in Frankreich, Leipzig, Dr. P. Stoltes’s Verlegsbuchhandlung, 1897 ; Joseph Reber, Ein blick auf Frankreich Schulwesen. Eine pädagogische Skizze, Leipzig, R. Voigtländer’s Verlag, 1897 ; Bernhard Gaster, Meine Studienreise nach der französischen Schweiz, Frankreich und Belgien im Winterhalbjahr 1897-1898, Stralsund, Königliche Regierungs-Buchdruckerei, 1899. 

127 J. Wychgram, « Zum Einführung », art. cité, p. 1.

128 « Schon Victor Cousin nannte von zwei Menschenalter Preussen das Land der Schulen und der Kasernen : und seit 1866, mehr noch seit 1870, lenkten Preussen und Deutschlands glänzende Erfolge die allgemeine Aufmerksamkeit der ganzen Welt auf unserer Schulwesen zog » (GStA PK, Rep. 76 Vc Sekt. 1 Titel XI Teil 4 Nr. 26, Bd 1, Deutsche Zeitschrift für ausländisches Unterricht. Eine deutsche Revue über das Unterrichtswesen des Auslandes, 30 avril 1896).

129 Le réseau de collaborateurs est très vaste, et couvre essentiellement la France, l’Angleterre et les États-Unis. Signalons que l’un des correspondants anglais est Michael E. Sadler, le directeur de l’Office of Special Inquiries.

130 Auguste Pinloche, La réforme de l’éducation en Allemagne au xviiie siècle. Basedow et le philanthropinisme, Paris, A. Colin, 1889. Il publie aussi une enquête : L’enseignement secondaire en Allemagne d’après les documents officiels, Paris, C. Delagrave, 1900.

131 Jakob Wychgram, L’instruction publique des femmes en France, Paris, C. Delagrave, 1889.

Table des illustrations

Titre 03 et 04. Lettre de John Eaton à Ferdinand Buisson le remerciant d’accueillir John D. Philbrick, délégué américain à l’Exposition de Paris de 1878
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/3858/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 920k
Légende Source : AN, 71 AJ1. Historique du Musée, Lettre de remerciement de John Eaton, Commissaire de l’Éducation aux États-Unis à Buisson, 18 mai 1878.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/3858/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 977k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search