Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Addendum méthodologique

p. 331-342


Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat d’un lourd travail de recherche à partir de matériaux variés. Les questions d’ordre méthodologique et épistémologique occupaient à l’origine une centaine de pages, aussi ne pouvions-nous pas les retranscrire intégralement. Cependant, ces questions méritent d’être mentionnées, car trouver une méthodologie adaptée pour étudier sur le long terme l’excellence en alpinisme à partir de son élite n’est pas chose aisée.

(1) Comment circonscrire et reconstituer une « élite » de l’alpinisme, en vue de procéder à l’analyse de sa morphologie, de ses pratiques, de ses discours ?

2Pour obtenir des données de cadrage, il nous a fallu reconstruire une élite de l’alpinisme. Mais l’alpinisme est situé en marge du sport : sans compétitions, sans palmarès, sans équipes, sans prix, il est difficile de mettre au jour un classement des performances permettant de distinguer clairement, comme dans les autres sports, l’« élite sportive de l’alpinisme » des autres alpinistes, d’autant que les pratiquants n’ont de cesse de maintenir une distinction entre l’alpinisme et le sport comme pratique compétitive, institutionnalisée, standardisée, professionnalisée.

3Le fait que l’alpinisme ne remplisse pas les critères habituels pour penser le sport et identifier des élites sportives nous a poussée à établir des analogies avec d’autres domaines d’activité, le domaine artistique en premier lieu. L’art, en particulier la littérature, est également un domaine peu professionnalisé, peu institutionnalisé, où règne une méfiance envers la commercialisation, où les revenus peuvent être déconnectés de « la grandeur », etc. Le problème de la définition d’une élite se pose de manière semblable dans l’alpinisme et dans un domaine comme la littérature où, à l’exception notable des prix littéraires, il n’existe ni classement ni hiérarchisation des écrivains sur des critères standardisés. On trouve cette idée d’un « immense concours diffus et incessant » chez Bernard Lahire, qui compare d’ailleurs la littérature avec l’alpinisme :

Comme les jeux (au sens ordinaire du terme) ou les sports dans lesquels les champions ne s’affrontent pas directement (chasse, alpinisme, mots croisés, etc.), mais « ne cessent de participer à un immense concours diffus et incessant1 », le jeu littéraire met en scène un immense concours diffus et incessant entre prétendants au statut d’« écrivain » et même, pour une minorité d’entre eux, de « grand écrivain ».2

4Il n’existe pas, écrit Bernard Lahire, de « droit d’entrée bien défini dans le jeu littéraire (et, par conséquent, pas d’interdiction possible de l’exercice de l’activité littéraire en cas de constat d’incompétence) »3.

5Cela nous a conduit, pour circonscrire une élite, à nous appuyer sur une hiérarchie « interne ». Ce sont les autres alpinistes, c’est-à-dire les pairs et eux seuls, qui ont le pouvoir de consacrer et de reconnaître les « grands » parmi eux. La différence entre consécration interne et consécration externe – être « connu et reconnu par les grand public »4 – est soulignée par cet alpiniste en entretien :

Les médias, et surtout les grands médias, ils comprennent plus rien à l’alpinisme d’aujourd’hui. Et le mec qui remonte des pentes de neige au fin fond de l’Oisans, s’il est pas honnête, il peut faire passer ça pour l’exploit du siècle. Et y’a des gens qui le font, et c’est très mal vu. [Nous : Et donc ils sont connus dans le milieu ?] Évidemment. Et grâce à ça ils arrivent à décrocher des contrats de sponsoring, des choses comme ça. [Nous : Pourquoi ils font ça s’ils sont ostracisés dans le milieu ?] Bah, oui, c’est sûr, ils le sont. Après, ils récupèrent l’argent, ils peuvent faire des voyages, tout ça. Et puis ils ont quand même une reconnaissance médiatique, on va dire. (Propos recueillis d’un Français, né en 1970)

6Concrètement, ont été considérés comme de « grands » alpinistes ceux dont les exploits étaient célébrés régulièrement dans les journaux alpins au cours de leur vie ou après leur mort, ceux caractérisés comme tels par les historiens de l’alpinisme (une autre catégorie d’« experts de l’alpinisme ») et ceux qui ont fait l’objet de biographies (en tant qu’ils étaient exceptionnels). Pour les dernières générations de pratiquants, ceux encore en vie, souvent encore pratiquants, n’ayant pas encore fait l’objet de biographies ou de travaux historiques, nous avons ajouté comme indicateur, outre le premier (citations dans les journaux alpins) l’obtention d’un prix d’alpinisme apparu au début des années quatre-vingt-dix, le Piolet d’Or, qui récompense les meilleures ascensions de l’année et, depuis 2009, les meilleures « carrières ». Cela nous a permis d’obtenir notre base « reconstitution de l’élite », formée de 364 alpinistes (193 Britanniques et 171 Français). Les notices biographiques de l’ensemble de ces alpinistes sont présentes dans les annexes de notre thèse en ligne.

7Cette méthode permet d’approcher raisonnablement bien ce qui s’apparente à une élite de l’alpinisme. Il s’agit d’une élite sélective, d’une « petite élite ». Ainsi, la plupart des alpinistes d’un club aussi sélectif que le Groupe de haute montagne français, plus sélectif que l’Alpine Club, n’en font pas partie. Qui plus est, le critère de l’appartenance institutionnelle devient peu pertinent après la seconde guerre mondiale. Il est inévitable qu’aient existé des alpinistes de haut niveau dont les noms ont été oubliés, ou qui n’ont pas atteint un degré suffisant de reconnaissance malgré des exploits conformes aux normes de l’excellence. Cette méthode échoue effectivement à les prendre en compte, tout comme ne sont pas pris en compte des alpinistes médiatisés ou primés après 2015, dont Élisabeth Revol citée en introduction.

8Une telle base, cependant, présentait des effectifs trop réduits pour mener des analyses statistiques solides par période. Elle a été complétée par les bases « clubs », celle de l’AC depuis 1857 (3 555 individus) et celle du GHM (586 individus).

9Enfin, pour accéder aux discours des « grands alpinistes », un troisième groupe a été reconstitué, celui des alpinistes auteurs d’autobiographies. Il s’agit d’un groupe idéal pour étudier des discours et des trajectoires d’excellence. En effet, l’écriture d’une « autobiographie d’alpinisme », sauf exception (nous n’avons pas pris en compte ces dernières, et les auteurs d’autobiographies sélectionnés font évidemment tous partie de notre reconstitution de l’élite), est conditionnée par une carrière d’alpinisme exemplaire. Cette dernière base n’est pas idéale pour effectuer des traitements statistiques, car on y trouve seulement 62 individus (27 Français et 35 Britanniques). En revanche, elle l’est pour des analyses de nature qualitative, menées également à partir de seize entretiens (5 Français, 11 Anglais).

10Nous avons enfin construit une base « mixte » de 84 individus (34 Français et 50 Britanniques), la base « ACM » comprenant les auteurs d’autobiographie ainsi que les alpinistes ayant fait l’objet de biographies, en vue de réaliser une Analyse des correspondances multiples (ACM), qui n’est pas présentée dans cet ouvrage.

11On obtient finalement trois niveaux dans l’élite. Tout d’abord, une élite au sens large, celle des clubs alpins sélectifs, pour les données de cadrage. Ensuite, la reconstitution de l’élite, c’est-à-dire une élite « centrale » qui correspond le plus à notre définition de l’élite de l’alpinisme. Grâce à celle-ci, il est possible d’obtenir des résultats plus précis, mais moins fiables statistiquement. Enfin, une « élite restreinte », celle qui correspond plus ou moins aux auteurs d’autobiographies, c’est-à-dire un échantillon d’alpinistes excellents et exemplaires dont nous avons étudié finement les témoignages (tableau 1).

Tableau 1. Les différentes bases de données utilisées dans la recherche

Image

12Nicolas Mariot, dans son étude des rapports entre soldats de différentes classes sociales dans les tranchées de la Grande Guerre, utilise une approche assez semblable. Il s’appuie sur des témoignages publiés de 42 intellectuels dont il analyse précisément le contenu (notre « niveau 1 »). Ces 42 intellectuels sont choisis dans une base de données de 733 témoins combattants, une base qui lui sert à effectuer une « rupture statistique avec l’exemplification »5 (nos « niveau 2 » et « niveau 3 »). Enfin, Mariot n’oublie pas de remettre en perspective ces témoins par rapport aux données du recensement de la population française et au profil social des soldats, comme nous le faisons également.

(2) Quels sont les problèmes méthodologiques spécifiques liés à la constitution de ces bases de données ?

13Des problèmes très spécifiques émergent dès lors que l’on constitue des bases de données de différents pays : des problèmes de comptage (comment compter de manière exhaustive ? Faut-il garder les individus sur lesquels on possède très peu d’informations ? Quelles ressources utiliser pour vérifier l’exhaustivité des différentes bases ?), des problèmes de classement (dans quelles sous-catégories, notamment socioprofessionnelles, classer les individus ? Faut-il reprendre les catégories françaises ? Les catégories britanniques ? Que faire de ces catégories pour des périodes anciennes ?), des problèmes de périodisation (comment faire des découpages temporels pertinents ? Faut-il prendre l’année de naissance ou les années de pratique ? Quels grands repères temporels adopter ?).

14Toutes ces questions ont été discutées dans le premier chapitre de notre thèse. Nous indiquons ici, à titre d’information, le découpage générationnel adopté et repris tout au long de ce travail (voir tableau 2, où les effectifs indiqués sont ceux de la base « reconstitution de l’élite ») :

Tableau 2. Le découpage opéré par générations

Générations
Premier niveau de découpage
Générations
Deuxième niveau de découpage
Années de naissanceEffectifs au Royaume-Uni (N=193)Effectifs en France (N=170)
Avant la guerrePrécurseurs1809-18807138
Entre-deux-guerres1881-19132742
Après la guerreAnnées 1940-19601914-19382735
Années 1970 et après1939-19906855

(3) Comment utiliser l’autobiographie, un matériau atypique en sociologie ?

15Une grande partie du matériau est composée d’autobiographies, c’est-à-dire de récits de vie publiés, écrits à la première personne, et centrés sur l’alpinisme : les autobiographies d’alpinistes sont des autobiographies d’alpinisme6. S’il s’agit d’un matériau peu utilisé en sociologie7, il s’avère pourtant un moyen efficace pour saisir des représentations et des trajectoires d’excellence, car il donne accès aux discours de ceux qui, suite à une trajectoire exceptionnelle, ont une légitimité à s’exprimer en tant que « grands alpinistes ».

16Dans des sports très médiatisés comme le football, les autobiographies représentent parfois un moyen d’accès « faute de mieux » à une population d’intouchables8. De même, c’est une question d’inaccessibilité qui a justifié en premier lieu d’avoir recours aux autobiographies. Mais si les alpinistes sont inaccessibles, c’est parce qu’ils sont décédés. En étudiant ces récits, nous nous sommes aperçue qu’ils possédaient des caractéristiques originales permettant d’avoir accès à d’autres informations que les matériaux traditionnels. En ce sens, ils présentaient un intérêt nouveau. Le prisme particulier que représente l’autobiographie a permis, avec l’aide d’autres matériaux (notices nécrologiques, articles des journaux alpins, entretiens), d’étudier sur le long terme les conceptions de l’excellence.

17Le choix de l’autobiographie est d’autant plus pertinent que l’alpinisme a toujours été une pratique génératrice de récits. Les premières autobiographies y apparaissent dans les années vingt au Royaume-Uni. Si l’on compare la production autobiographique des alpinistes avec celle d’autres sportifs, on constate un volume de production hors du commun, surtout quand on sait que l’alpinisme est une pratique qui entraîne des morts prématurées (autant de possibilités de récits en moins). Cette forte production autobiographique s’explique par la mise en rapport d’une offre et d’une demande autobiographiques. D’un côté, des alpinistes, principalement issus de milieux favorisés, possédant les compétences et appétences littéraires nécessaires à l’écriture de récits et à la lecture de ceux de leurs prédécesseurs (ces lectures étant un passage quasi obligé de la trajectoire de « grand alpiniste »9) ; de l’autre, une activité qui requiert que les prouesses de ses pratiquants soient racontées pour se voir conférer une existence et obtenir validation au sein du groupe des pairs, mais aussi qui, pour un public extérieur, peut nécessiter des justifications. Nombreuses sont les autobiographies dans lesquelles on trouve un long passage consacré aux motivations profondes des alpinistes et à la question de savoir « pourquoi l’alpinisme existe », chose peu courante dans la littérature sportive traditionnelle. Cela tend, encore une fois, à rapprocher l’alpinisme du domaine artistique : si elle ne prend pas les mêmes formes, la réflexivité sur la pratique engagée dans les autobiographies de danseurs peut y faire penser10.

18Tout d’abord, il convient d’objectiver l’autobiographie d’alpinisme, de la réinscrire dans des cadres sociaux, dans ses « conditions de possibilité », en premier lieu le contexte historique et social qui la rend possible. Cela a été évoqué brièvement dans la troisième partie de ce travail, lorsqu’un lien a été fait entre autobiographies et vocations, les premières étant des « indices » de l’apparition des secondes. De tels récits voient le jour lorsqu’il est devenu légitime de se présenter comme « alpiniste » avant tout, en réalité pas avant les années vingt et, surtout, les années soixante. Cela explique aussi le décalage entre le Royaume-Uni, plus précoce dans ce type de récits, et la France. Les écarts dans la production autobiographique des deux pays doivent être mis en relation avec la place différentielle de l’alpinisme au sein des deux espaces sportifs nationaux jusqu’à l’entre-deux-guerres, et peuvent se lire à la lumière des définitions dominantes de l’activité dans les deux pays (fig. 2).

Figure 2. Nombre d’autobiographies publiées par décennies. Base « autobiographies » (N=62)

Image

19Notons que l’âge à l’écriture est un indicateur intéressant de la sportivisation de l’alpinisme, et surtout de sa professionnalisation. Plus l’alpiniste publie son autobiographie de manière précoce, plus on peut supposer qu’il s’agit de gagner en notoriété, en particulier pour les dernières générations d’alpinistes professionnels qui doivent gérer leur image médiatique. On remarque ainsi que, au fil du temps, les autobiographies sont publiées de plus en plus précocement, la France suivant l’Angleterre sur cette voie (fig. 3).

Figure 3. Âge des alpinistes à la publication de leur autobiographie. Base « autobiographie » (N=62)

Image

20D’autres conditions de possibilité, individuelles, doivent bien sûr être prises en compte pour objectiver ce matériau : le milieu d’origine et le sexe. On observe ainsi une nette surreprésentation des alpinistes de milieux favorisés et des hommes.

21Ensuite seulement, on peut analyser les autobiographies. Mais pour y trouver quoi ? La question n’est pas tant de savoir si le matériau serait en soi ou « naturellement » un « bon » matériau, en calquant sur l’autobiographie les procédures et les attentes en matière de connaissance sociologique qui sont celles des méthodes d’enquête éprouvées (l’entretien notamment), que de se demander de quelle manière on l’interroge et ce que l’on peut espérer y trouver.

22Gérard Mauger désigne les autobiographies « d’en bas » comme des « entreprises de grandissement de soi », justifiées par l’exemplarité d’un parcours, par les connaissances acquises et par la transformation de soi opérée pendant ce parcours11. Nous pouvons dire la même chose des autobiographies d’alpinistes : il s’agit de récits exemplaires qui sont des entreprises de « grandissement » ou « d’héroïsation » de soi. De ce fait, elle s’avère un excellent matériau pour étudier l’excellence : ses valeurs, ses idéologies, ses pratiques.

23Les critiques habituelles de ce type de matériau portent sur leur propension à générer des illusions qui les rendraient impropres à un usage sociologique : une « illusion référentielle », portant sur la véracité du propos ; une « illusion biographique », dénonçant une reconstruction de la trajectoire opérée depuis le point d’arrivée. Il s’agit d’après nous de fausses objections : le réel est toujours, considéré de manière rétrospective, passé au prisme d’un discours, quelle que soit la manière dont les informations sont collectées. D’autre part, pour répondre à l’objection spécifique de l’illusion référentielle, il existe dans une pratique comme l’alpinisme une vérification croisée par les pairs qui amoindrit la possibilité de « mensonge ». La publicité de l’autobiographie met ainsi en jeu, comme dans le cas de celles de sociologues étudiées par Jean-Philippe Bouilloud, la « reconnaissance [de l’auteur] par ceux qu’il reconnaît »12, et se doit de proposer une version publique des faits considérée comme exacte.

24Mais quand bien même l’alpiniste mentirait, l’autobiographie resterait un matériau utile. Il faut sortir de ces fausses questions et analyser l’autobiographie pour ce qu’elle est, c’est-à-dire dans le même temps un discours factuel (non dénué de véracité historique) et un discours d’excellence et de vocation, c’est-à-dire une mise en scène de soi comme « grand alpiniste ». Plutôt que s’en tenir à une perspective factuelle visant à comparer récit et réalité, l’intérêt de l’autobiographie réside aussi dans la reconstruction qu’elle opère, et dans ce que cette mise en forme particulière révèle. À cet égard, la réponse de Nathalie Heinich nous paraît pertinente, lorsqu’elle écrit que « dans une perspective compréhensive […], [le] récit fait partie de la matière même de l’investigation : non pas seulement ce qui permet de comprendre, mais aussi ce qui doit être compris »13, à condition, bien sûr, d’articuler le discours et les propriétés sociales de l’auteur (ce que ne propose pas Heinich). Dans l’étude de l’excellence alpinistique, plus que de savoir si les discours sont « vrais », c’est l’image que l’individu donne de lui-même et la manière dont il réinterprète sa trajectoire, toujours mise en relation avec ses appartenances sociales, c’est ce que ce discours nous dit sur le rapport (passionné, vocationnel, etc.) à l’activité, qui importent. Comme l’écrit Gérard Mauger, dans l’autobiographie, « la définition, nécessairement relative, de l’“essentiel” et de l’“accessoire”, est déterminée par les intérêts et la problématique de l’auteur »14. Or, ce sont précisément ces intérêts et cette problématique que l’on étudie. De la même façon que Jacques Defrance suggérait, à l’inverse d’une sociologie critique dévoilant la vérité cachée derrière les croyances indigènes, « de prendre au sérieux les discours de désintéressement et d’apolitisme des agents du champ sportif […] en adoptant un point de vue d’anthropologue étudiant des croyances ou des visions du monde d’un groupe social », nous voulons considérer la reconstruction opérée dans l’autobiographie comme un objet sociologique qui nous dit des choses sur l’ethos, les croyances et les représentations des alpinistes, mais également sur le déroulement factuel de leurs trajectoires. À l’instar de Defrance, cela ne signifie pas pour autant qu’on les considère « comme des vérités premières […] ni qu’on renonce à toute analyse critique du rôle des dominants »15.

25Envisagée ainsi, étant donné qu’il s’agit d’un récit exemplaire produit par un individu tout aussi exemplaire, l’autobiographie revêt les fonctions suivantes.

26La première fonction est de témoigner de la réalité de l’alpinisme d’une époque. L’alpiniste possède la légitimité à le faire en tant qu’insider et témoin privilégié. C’est pourquoi, à un premier niveau d’analyse, on peut dire que l’autobiographie constitue une source d’information factuelle sur l’univers de l’alpinisme. La seconde fonction est de raconter un parcours de vie hors du commun. Claude Poliak montre que l’entreprise autobiographique se fonde sur l’expérience d’une conversion de soi au cours de la vie16. Les autobiographies d’alpinistes, en tant que récit de transformation et de « vocation », donnent à voir des trajectoires, mais aussi une manière de les présenter qu’il faut objectiver. La troisième fonction est de justifier une place parmi les pairs, aux côtés des « grands alpinistes ». En publiant son autobiographie, l’alpiniste fait valoir son statut d’alpiniste exemplaire. Ces textes sont ainsi des discours de distinction et de justification, permettant de se situer dans un collectif.

Notes de bas de page

1 Expression de Roger Caillois, Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige [1958], Paris, Gallimard, 1985, p. 55.

2 Bernard Lahire, La condition littéraire, ouvr. cité, chap. 1, § 94.

3 Voir également, sur ce point, l’ouvrage collectif dirigé par Gérard Mauger, Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, Éditions de la MSH, 2006.

4 Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, no 89, 1991, p. 3-46, ici p. 5.

5 Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ?, ouvr. cité, p. 406 et suiv.

6 Daniel Bertaux, « L’approche biographique. Sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 69, 1980, p. 197‑225, ici p. 212 ; Jean Peneff, « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de science politique, vol. 29, no 1, 1979, p. 53-82, ici p. 65.

7 Une ébauche de réflexion a été menée dans Delphine Moraldo, « Analyser sociologiquement des autobiographies. Le cas des autobiographies d’alpinistes français et britanniques », SociologieS, 2014. En ligne : [https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01011718].

8 Hugo Juskowiak et Williams Nuytens, « Les usages et les valeurs des biographies de sportifs de haut niveau comme matériaux d’enquête. Le sociologue et la seconde main », Communication, vol. 32, no 2, 2013, en ligne : [https://journals.openedition.org/communication/5065?lang=en] ; Stéphane Beaud et Philippe Guimard, Traîtres à la nation. Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, Paris, La Découverte, 2011.

9 Une partie de la thèse a été consacrée à cette question. Voir en ligne.

10 Sylvia Faure, « Le pouvoir de se raconter. Autobiographies d’artistes de la danse », Sociologie et sociétés, vol. 35, no 2, 2003, p. 213-231, ici p. 226-229.

11 Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires », art. cité, p. 39.

12 Jean-Philippe Bouilloud, Devenir sociologue. Histoire de vie et choix théoriques, Toulouse, Erès, 2009, p. 60.

13 Nathalie Heinich, « Pour en finir avec l’“illusion biographique” », L’Homme, vol. 195-196, no 3, 2010, p. 421-430, ici p. 425.

14 Gérard Mauger, « Les autobiographies littéraires », art. cité, p. 43.

15 Jacques Defrance, « L’autonomisation du champ sportif. 1890-1970 », art. cité, p. 23.

16 Claude Poliak, « Manières profanes de “parler de soi” », Genèses, no 47, 2002, p. 4-20, ici p. 9.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.