Version classiqueVersion mobile

Vers une théorie des objets-chansons

 | 
Jean-Nicolas De Surmont

Glossaire

Texte intégral

1 Activité chansonnière : Ensemble des activités de création et d’interprétation relatives à la production et à la diffusion des phénomènes chansonniers. Les relations au sein du champ musical et littéraire, le commerce, l’évolution des supports, les manifestations artistiques (concerts, festivals, etc.) mais aussi le traitement lexical novateur, la publication d’une étude en sont des exemples.

2 Archi-concept : Construction conceptuelle qui serait la combinaison des éléments de nomination de toutes les langues étudiées.

3 Chanson signée : Objet-chanson dont l’identité de l’auteur et du compositeur de musique est connue et/ou identifiable. Parfois, il s’agit d’une seule et même personne, parfois la création fait intervenir un parolier et un compositeur. La chanson est née dans un contexte éditorial et a généralement circulé par cette voie depuis sa création. L’attribution d’un auteur n’est pas forcément un critère de la dimension littéraire de la transmission mais elle en est souvent la prémisse.

  • 1 Il existe des états d’objet-chanson dont la maturation a atténué les identités d’origine. De nombre (...)

4 Chanson de tradition orale 1 : Objet-chanson dont l’identité de l’auteur et du compositeur de musique est inconnue et qui circulait généralement par la transmission orale – d’où les multiples versions des chansons.

5 Édulcoration : Processus qui consiste à sectionner un « fragment » du texte d’origine afin d’atténuer les contenus jugés grivois.

6 Folklorisation : Processus qui consiste en la pénétration d’un thème normalement véhiculé par la tradition orale dans un autre objet-chanson d’une manière volontaire ou non.

7 Genre chansonnier : Division des objets musicaux et littéraires qui recouvre normalement l’unité lexicale chanson.

8 Ingénierie lexicale : Méthode empirique qui concerne l’étude du sens (en contexte) et la signification (hors contexte) afin de dégager, d’une part, un programme sémantique et de conceptualiser de manière globale l’objet et les phénomènes qui y sont rattachés ; et, d’autre part, de fabriquer un vocabulaire opératoire par la formulation d’un lexique supradisciplinaire.

9 Instances de composition : Instances de création et médiateurs impliqués dans la composition de l’objet-chanson. Cela ne va pas sans prendre en considération les préceptes théoriques de Jean de Crouchy qui réserve le terme musica composita à la musique polyphonique.

10 Lexique explicatif : « [Lexique] ayant pour entrée des mots et fournissant des noms de concepts » (Lerot 1997, p. 28).

11 Lexique supradisciplinaire : Conception métalinguistique d’un objet d’étude qui consiste à élaborer une nomenclature se rapportant à l’étude des phénomènes chansonniers. Celle-ci se conçoit dans une approche émanant de différentes disciplines (ethnomusicologie, philologie, musicologie) avec lesquelles il convient de favoriser des usages communs. Nous préférons le préfixe supra, qu’emploie Paul Wijnands, à ceux déjà utilisés d’inter et de multi plus appropriés pour désigner un vocabulaire autonome, un métalangage chansonnier. Wijnands (1997, p. 139) explique « qu’il comprend un vocabulaire qui s’ajoute aux vocabulaires de chacune des disciplines participantes ».

12 Médiateurs : Intervenants (éditeur, producteur, arrangeur, preneur de son et diffuseur) agissant et s’investissant de manière significative dans les processus de composition, de production, de diffusion et de mise en circulation du phénomène chansonnier.

13 Objet-chanson : Objet prototypiquement reconnu comme une chanson, la poésie chantée, vocalisée. Il constitue un sous-ensemble des phénomènes chansonniers. Il est composé de la ligne mélodique et du texte. Ainsi le sens de la chanson comme forme poétique seule ne constitue pas un objet-chanson mais un poème.

14 Oralisation : Phénomène chansonnier qui dénomme le fait qu’une chanson signée, par vagues successives d’interprètes ou par détérioration temporaire ou permanente par le public du texte d’origine ou de la mélodie d’origine, cesse d’être identifiée à son parolier et à son compositeur d’origine et accède à l’anonymat, se comportant ainsi de la même manière qu’une chanson de tradition orale.

15 Phénomène chansonnier : Phénomène social et historiographique, ou considéré comme tel, relatif à l’objet-chanson. Le phénomène chansonnier signifie l’ensemble des pratiques, manifestations ou traditions, et supports diffusant et médiatisant l’objet-chanson, d’une part, et, d’autre part, l’ensemble des recherches et publications sur ce qui est entendu comme une chanson ou qui influence son statut dans les champs culturel, économique et symbolique de l’entour.

16 Poésie vocale : Tous types de texte poétique, en versification libre ou mesurée, faisant appel à une performance vocale. Cela dénomme à la fois la poésie de tradition orale et la poésie littéraire, contrairement au concept de Zumthor, poésie orale, qui ne pouvait regrouper à la fois l’ensemble des pratiques littéraires et celles de tradition orale. Un développement s’impose ici sur la notion d’oralité que Zumthor (1987, p. 17) rattache à l’improvisation. Il parle aussi d’oralité mixte lorsque coexistent, au sein d’un groupe social, l’oralité et l’écriture (p. 18). Il semble que Zumthor utilise l’épithète orale sous l’influence de l’anglo-saxon oral /relating to the mouth/ voulant plutôt dire aural /pertaining to, or received by, the ear/ (Schwarz éd. 1993 : s. v. « oral » et « aural »). En effet, c’est plutôt la dimension auditive qui intéresse en fait Zumthor car l’emploi de l’épithète orale dans poésie orale assimile toute performance vocale à la tradition orale, c’est-à-dire au répertoire anonyme transmis de génération en génération. Nous préférons ainsi l’usage générique de poésie vocale pour l’ensemble du corpus qui fait l’objet d’une interprétation vocale. Enfin, il faut désigner par poésie vocale aussi bien le corpus d’objets-chansons à vocalité linguistique (plus proche de la poésie dite mise en musique où la musicalité de la voix est ténue) ou à vocalité musicale (où la poésie est mélodisée) qui permet d’établir la distinction entre la parole et le chant, entre voix parlée et voix chantée (Kintzler 2000).

17 Pratique vocale : Ensemble des objets-chansons, mais aussi des œuvres vocales, chantées, parlées ou dites mais dont une linéarité musicale est toujours présente. Les pratiques vocales sont vastes et peuvent désigner tant les lieds, que les chants polyphoniques, les airs d’opérette, les chansons polyphoniques, les jeux vocaux des Inuits, etc.

18 Timbre : « Vers du refrain ou du premier couplet original écrit en titre de la chanson pour désigner l’air, celui-ci constituant le fredon. » (Buffard-Moret 2007, p. 103)

Notes

1 Il existe des états d’objet-chanson dont la maturation a atténué les identités d’origine. De nombreux métissages sont répertoriés dans le corps de la thèse.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search