Version classiqueVersion mobile

Vers une théorie des objets-chansons

 | 
Jean-Nicolas De Surmont

Liminaires

Texte intégral

1Combien il est regrettable que ce mot [chanson] ne soit pas le seul employé, chez nous, pour désigner les œuvres vocales, classées sous les épithètes de lied, mélodie, etc.

2Fauré et Debussy n’ont pas craint de conserver les titres de Bonne chanson de Verlaine, et Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs. Ils renouaient ainsi avec tout l’art merveilleux de nos trouvères et de nos troubadours, de nos maîtres des xve et xvie siècles.

3La variété des formes de la chanson est la preuve de la variété du génie musical français ; alors que le lied est restreint dans sa forme.

4Le mot chanson, c’est tout le génie lyrique français, puissant ou tendre, passionné ou gai, protéiforme.

5Georges Migot 1946, voir s. v. « chanson ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search