Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

L'imaginaire conquérant

L’invention du proche

Texte intégral

1L’isolement de Marseille, y compris par rapport à son environnement immédiat, relève du constat géographique. Le franchissement des hauteurs de la Nerthe par le souterrain du chemin de fer dans les années 1840, puis par le canal du Rove au début de ce siècle prend une valeur épique. La barrière n’est pas faite que de collines arides. La tradition municipale s’est installée dans un monde fini, aux limites proches, distinctes. Elisée Reclus, sans déterminisme excessif, en expose élégamment le principe dans sa Géographie de la France, publiée en 1877 :

  • 1 Géographie de la France, page 297.

La vieille cité phocéenne n’a point comme Rome, Florence ou Paris, de bassin qui la complète géographiquement, et dont la possession lui assure la prépondérance politique dans une région de vaste étendue. Elle n’a pour dépendance naturelle qu’une étroite banlieue, resserrée entre les collines et la mer, bien moindre que les vallées dont Cannes ou Fréjus sont les débouchés ; elle est même séparée par des obstacles fort sérieux de la grande vallée du Rhône dont elle expédie les denrées. Telle est la raison principale qui a privé Marseille d’un grand rôle politique, alors que son utilité comme escale de commerce était pourtant si considérable. La cité provençale n’a donc jamais été un grand centre de domination, mais elle n’en a que mieux gardé, en vraie fille de la Grèce et de l’Italie, son vieil esprit municipal ; quoique des habitants nés en dehors de ses murs constituent plus de la moitié de sa population actuelle, c’est la ville de France qui a conservé l’esprit le plus original et le plus libre ; elle veut faire à son goût et à son heure1.

2Particularisme et cosmopolitisme se lovent donc dans le cadre physique d’un étroit terroir, sans que l’on ne sache plus parfaitement ce qui est cause et conséquence. Intégrée dans le royaume de France, Marseille n’est pas capitale de la Provence ; mais rappelée énergiquement à l’ordre monarchique en 1666, elle reçoit immédiatement dans la stratégie économique établie par Colbert la mission, dirigée contre les rivaux étrangers méditerranéens ou atlantiques, de « monopoliser » le commerce du Levant – ce qui affirme encore, juridiquement, le statut privilégié et exceptionnel de la ville, la franchise douanière, c’est-à-dire l’extraterritorialité.

Naissance du département

  • 2 Sinéty de Puylong, Archives parlementaires, 5 nov.
  • 3 M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements, Paris, E.H.E.S.S., 1988.

3L’abolition des privilèges comme la division uniforme du territoire français remettent en question cet état de choses qui, localement, partageait les responsabilités entre Aix, capitale, ville parlementaire, marché intérieur aux confins des Alpes, étape sur la route d’Italie, et Marseille, port international. Les Constituants rêvent d’une organisation du territoire qui corresponde aux réalités de la France du xviiie siècle, essentiellement agricole et dont les principes physiocratiques représentent la référence principale. Ils ont du mal à régler le cas des grandes villes commerçantes extraverties, et menaçant, si elles reçoivent des pouvoirs de chef-lieu, dans le cadre des nouveaux départements, d’écraser à leur avantage l’administration locale. Inversement, les élites commerçantes redoutent de mêler leurs intérêts à ceux de la terre. Débat ressenti plus directement à Marseille qu’à Rouen ou Bordeaux, villes très liées à leur environnement rural. Sinéty, représentant de Marseille, pose comme principe l’impossibilité de subordonner les intérêts commerciaux à ceux « des villes et pays agricoles » et réciproquement. Il propose donc que « les grandes villes de commerce, Marseille, Lyon, Bordeaux, Nantes, Rouen, obtiennent des administrations supérieures et non subalternées, en réunissant à leur ressort le territoire de leur banlieue, dans les limites qui forment aujourd’hui leur enceinte2. » En fait, l’enjeu paraît moins pour les Marseillais de dominer un département issu de la Provence (qu’il soit « occidental » ou « oriental », ou « maritime ») que d’échapper à une instance intermédiaire entre pouvoir local et capitale. Un port international comme Marseille doit avoir accès directement au centre de décisions politique ou administrative de la nation : une autre façon de définir son caractère exceptionnel, sa forme d’extraterritorialité. Plus que le quadrillage et la continuité géographique qui commandent le découpage départemental, Marseille liée à la fois à la capitale et « dans le cas de réunir dans son sein le commerce de l’univers tout entier » vit dans un autre réseau de relations, discontinu, en forme d’archipels. Le cas marseillais est en fin de compte assez original pour que la solution imaginée par Sinéty ne retienne pas la conviction des Constituants. Sauf Paris et sa banlieue, aucune cité n’obtient un département aux dimensions de son propre territoire, même pas Lyon. L’idée est plutôt de fondre les intérêts « agricoles » et commerçants, le cas échéant d’éviter le cumul de la fonction administrative et du grand commerce, mais non de toucher au module et aux principes qui définissent les départements. Dans le cas des Bouches-du-Rhône, l’assemblée, comme les instances locales, préfère respecter la tradition et la centralité géographique classique en accordant l’administration à Aix, qui doit tout, dit-elle, à sa fonction de capitale et risquerait, si elle perdait la direction du département, « d’être anéantie dans moins de dix ans ». Il arrive ainsi à la Constituante, dans ce remodelage du territoire national, d’équilibrer « les bienfaits »3.

4N’empêche que les Marseillais finissent par tenir à cette administration, par conscience de leur importance numérique et économique, par rivalité socio-politique avec Aix, ville « aristocratique » : au point d’aller chercher de force à Aix le directoire départemental, en l’automne 1792. Après les péripéties révolutionnaires qui déplacent la question, la tentation fédéraliste, la répression montagnarde (Marseille, Ville sans nom), la logique des affaires et le poids de la ville ramènent définitivement le chef-lieu dans la grande ville commerçante en 1800, Aix ne conservant que quelques institutions de prestige (la Cour, l’archevêché, l’Université). Premier signe d’un autre regard porté par Marseille sur l’environnement proche, présomption de ce que l’administration « supérieure » peut apporter par cumul des fonctions pour renforcer les autres activités de la ville. Aujourd’hui, la mémoire de ces épisodes est en grande partie oubliée ; mais les Marseillais de longue date (en ignorant le plus souvent l’origine de ce nom) continuent d’appeler la rue qui longe le lycée Thiers (ex-couvent des Bernardines et siège initial, mais provisoire, de l’administration départementale à Marseille) « le Département ».

5Encore faut-il que Marseille apprenne et imagine son département – comme c’est le cas dans la plus grande partie de la France. Encore faut-il qu’elle renonce à sa sensibilité de ville entièrement extravertie, image forcée, trahissant en partie la réalité des liens économiques avec l’intérieur de la Provence, mais très installée dans les esprits. La découverte des départements suit leur formation, négociée à travers le jeu des rivalités urbaines. Curieusement, la circulation fait que l’on communique mieux, à la fin de l’Ancien régime, le long des grands itinéraires, des routes royales, qu’à l’échelle plus modeste de la région et des localités proches. Le relief tourmenté ou formé de plaines mal exploitées (Camargue, Crau), menacées par l’inondation, le mauvais entretien des chemins, font que le mal s’aggrave dans les départements méditerranéens. Bref, au début du xixe siècle, il faut reconnaître le proche et l’équiper.

  • 4 Encyclopédie départementale, t. I, p. LII-LIII.
  • 5 J.-E. Michel, ancien administrateur du département de 1790 à 1792, Statistique du département des B (...)
  • 6 Comte de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône. Voir Bibliographie.

6Dans une nation que l’on souhaite débarrassée de ses particularismes, proclamée une et indivisible, ce sont les besoins du gouvernement et de l’administration qui réveillent l’intérêt pour la connaissance du territoire, y compris dans ses différences, qu’elles tiennent à la géographie, à l’histoire ou à la culture. Par un effet boomerang, l’uniformité des divisions et des institutions amène à s’intéresser, dans l’utilité même de l’État centralisé, aux originalités locales. Le temps est donc aux statistiques départementales, à la fois monographies descriptives, recueil de mémoires et d’enquêtes, information chiffrée, le tout dans un esprit de curiosité proche de l’encyclopédisme. Chaptal bâtit un grand projet en vue d’obtenir ainsi, par addition, une science du territoire français4 ; celui-ci échoue devant la médiocrité des travaux réunis par l’administration, la réticence des notables à fournir des évaluations, qu’ils maîtrisent eux-mêmes fort mal, la faible cohérence enfin des contributions reçues par Paris. La statistique officielle évolue donc dès 1811-1812 vers la simple collection de séries chiffrées, à fins utilitaires : tableau de bord plus qu’analyse. Cette tendance fonde, vingt ans plus tard, la Statistique générale de la France. Mais des ambitions plus larges, moins conjoncturelles, plus « morales » aussi persistent et sont reprises plus sérieusement cette fois-ci par les milieux locaux, travaillant sous l’impulsion de l’administration. Déjà dotées d’une Statistique publiée par Michel d’Eyguières en 18025, d’un travail préparatoire à l’époque de Chaptal, les Bouches-du-Rhône bénéficient de ce regain d’intérêt dont elles sont les initiatrices, avec la Statistique en quatre volumes, dirigée par le préfet de Villeneuve6 et rédigée entre 1820 et 1830. Les incitations du gouvernement n’ont pas manqué au début de cette œuvre ; mais rapidement elles disparaissent, y compris dans leurs aspects financiers. La Statistique du département des Bouches-du-Rhône, malgré son origine administrative, répond plus directement aux curiosités et aux intérêts de la société locale à l’égard du département : découverte et construction d’images et de représentations. La publication se poursuit par souscription ; le souci d’entretenir l’information à jour justifie la création d’une Société de statistique, établie à Marseille en 1827.

7Par sa qualité et son insertion parmi les notables, cette Statistique se place à la tête d’une nouvelle génération de monographies, qui ne renoncent ni à la perspective encyclopédique, ni à la rigueur de l’information. Elle exprime, bien entendu, un moment, un état de la connaissance mais se propose aussi d’orienter le lecteur vers les investissements utiles : elle se veut à la fois explicative et capable d’entretenir la conviction et l’action. En fait, elle manie des références archaïques, en particulier en charriant des mythes historiques discutables, en tous cas incertains ; avec un souci « démiurgique » plus moderne, elle ébauche, si l’on veut, un plan départemental d’aménagement. L’objectif de l’ouvrage est clairement défini :

  • 7 Idem, t. I, p. XXXIII.

Faire connaître la nature et les besoins des différentes contrées du département, discuter les difficultés et les avantages des travaux proposés ; c’est aussi indiquer aux capitalistes un emploi également honorable et utile de leurs fonds et en même temps attirer sur un pays tous les bienfaits dont il peut être susceptible7.

8D’abord, l’observation, vérifiée sur le terrain : les deux hommes clés de l’ouvrage, désignés par le préfet de Villeneuve, le premier chimiste, naturaliste, professeur d’histoire et de géographie, puis journaliste de l’industrie, le second, naturaliste aussi et agronome, jouent en premier lieu les missi dominici avant de s’instituer rédacteurs des principaux chapitres. Sortes d’explorateurs du monde proche et pourtant mal connu. Paul Masson rappelle cette situation :

  • 8 Encyclopédie départementale, t. I, p. LVI.

En 1820, la difficulté consistait dans l’insuffisance des connaissances. Négrel-Féraud et Toulouzan durent parcourir le pays pendant plusieurs mois pour faire une enquête géographique et topographique ; ils procédèrent eux-mêmes à de nombreux relevés d’altitude8.

  • 9 Le caducée, t. VII, 1884, p. 216.

9L’anecdote vient à l’appui de cette image : une Société – groupe d’amis – a été fondée vers 1800 (par la famille Albrand, sur laquelle on reviendra) ; elle se livre chaque année à l’ascension rituelle du sommet de l’Étoile, chaîne qui borde au nord le bassin de Marseille. À chacune de ces rencontres, la Société reçoit de nouveaux membres, sorte de manifestation initiatique. Négrel et Toulouzan y participent en 1820 et sont admis dans l’accoutrement qui correspond à leur mission : « Savants naturalistes, vêtus en ours et armés de thermomètres, baromètres et autres engins scientifiques9. »

10La compétence des auteurs dépasse en réalité ce domaine, mais elle manifeste leur attachement à une idéologie physiocratique. Qu’il s’agisse de topographie, d’enquête ethnographique, c’est bien le monde rural qui est, non sans paradoxe, au cœur de ce département géré par Marseille. Les descriptions des conditions de sol, du matériel et des pratiques agricoles, de la sociabilité paysanne sont parmi les pages les plus riches de la Statistique. Le chapitre sur les établissements publics décrit les établissements sanitaires, charitables, d’instruction publique, de science ou de littérature, dans un esprit très proche des Lumières ; mais l’intérêt s’attache surtout aux travaux publics, routes, ponts, navigation et surtout irrigation et dessèchement. Non seulement la Statistique décrit l’état de ces équipements, mais elle rétablit la mémoire des projets antérieurs, délaissés ou repris, canal des Alpines, canal de Provence, endiguement du Rhône ou dessèchement de la Camargue. Plus qu’une géographie des Bouches-du-Rhône, il s’agit là d’un imaginaire de la bonification et de l’exploitation du sol, ramené à l’actualité. La Statistique ne néglige pas les techniques industrielles, anciennes ou modernes, les innovations entreprises ou possibles. Toulouzan, inventeur à sa manière, suit le progrès des industries chimiques et ceux de l’exploitation des houilles. Le département, hors la ville même de Marseille, devient ainsi un site possible de l’industrie. Le schéma reste fidèle aux techniques de la proto-industrialisation et à l’usage hydraulique :

  • 10 Comte de Villeneuve, op. cit., t. IV, p. 771.

On voit que nous manquons de grands établissements pour la fonte ou le laminage des métaux et cependant les nombreuses manufactures et la marine en emploient des quantités très considérables, dont le prix de fabrique est augmenté par celui du transport… Aussi le besoin d’amener à Marseille un fort courant d’eau est vivement senti et l’on doit encourager les efforts de ceux qui s’appliquent à gérer les moyens de confectionner le canal de Provence, projeté depuis si longtemps. Les nombreuses chutes d’eau, qu’un courant amené sur les hauteurs qui dominent la ville pourrait procurer, doteraient le pays de toutes les usines qui lui manquent10.

11Curieusement, c’est le commerce maritime qui retient le moins l’intérêt de la Statistique. Sans doute parce que plus connu, plus instable aussi et difficile à mettre à jour. Le chapitre vient en fin d’ouvrage, quand Villeneuve-Bargemon est mort, Toulouzan engagé dans des affaires industrielles loin de Marseille, et avec comme rédacteur Négrel-Féraud qui n’appartient pas au monde de la mer. Mais le tableau du département laisse transparaître une sorte de méfiance à l’égard de la domination excessive des intérêts commerciaux. L’idéologie « territoriale » grince quelque peu à se confronter aux pratiques des négociants marseillais, malgré les conversions ou les orientations forcées de la période de blocus.

  • 11 Idem, ibidem, t. IV, p. 593.

Ainsi notre département se trouva initié à peu près dans tous les genres d’industrie et s’il n’a pas été classé parmi les départements industriels, c’est moins parce qu’il manque de fabriques, de manufactures et d’usines, que parce que l’industrie n’attire pas encore assez de capitaux pour être exercée en grand et pour prendre tout le développement dont elle est susceptible11.

12Débat récurrent dans l’histoire économique de Marseille.

L’eau structurante

13L’équipement, qui semblait le plus désigné pour dépasser ces rivalités et unifier les intérêts, c’était l’hydraulique, car l’eau pouvait être largement distribuée à partir d’un réseau ramifié et répondre à des utilités différentes, alimentation des villes, assainissement, forces motrices, irrigations, le cas échéant navigation et flottage. En pays méditerranéen surtout, là où l’eau est un bien rare et très inégalement répartie dans le temps et l’espace. Quand on relance le projet vers 1820, la convergence paraît nécessaire. En 1834, Antonin Ancey, agent de la Société d’encouragement du canal, fait valoir la nécessité de l’union et l’enjeu véritable qu’elle représente pour Marseille :

L’isolement de notre ville, trop longtemps séparée des intérêts de l’agriculture du pays, le défaut de vouloir et d’union entre les villes d’Aix et de Marseille, sont les causes principales de ce retard prolongé.

  • 12 A. Ancey, Du Bazar et du Canal de Provence, février 1834, p. 10-12.

14Jamais, d’ailleurs, la tentation de retourner Marseille vers les intérêts de la terre et de l’intérieur n’a été aussi clairement exprimée. « Un instant de prospérité dans le commerce de la mer ne peut offrir que des tributs accidentels », ajoute Ancey, physiocrate conséquent. Les chances sont dans l’amélioration de l’agriculture et « l’industrie qu’elle enfanterait… et qui, en nous faisant oublier bientôt les mots de port franc et d’entrepôt réel, nous dispenserait d’aller au détriment de l’industrie nationale payer encore des tributs aux filatures, aux fabriques, aux fonderies des rivaux du commerce français12 » ; discours assez exceptionnel dans la littérature marseillaise mais qui, par son excès même, révèle peut-être des tendances latentes.

  • 13 Délibération du Conseil municipal. Rapport Clapier, 1834.

15L’unité du département, pourtant, ne se fait pas à cette occasion, pour d’autres raisons. Le Conseil municipal s’inquiète des conditions financières proposées par la compagnie de banquiers qui, réunis autour de Charles Bazin, envisageaient de prendre en charge le projet ; il plaide, non sans mauvaise foi, que Marseille n’est pas la principale bénéficiaire du canal. Elle n’en attend que le moyen de « fournir ses usages domestiques et son assainissement13 », alors que les communes du département, une trentaine, desservies par le canal y trouveraient la possibilité d’accroître leur produit agricole et de multiplier leurs usines et leurs fabriques. Marseille propose tout de même de prendre en charge les deux tiers de la dépense, auxquels il faudrait ajouter la participation de la ville à la cote départementale, ce qui représenterait en tout cinq sixièmes des fonds. Le département entre mal dans ce calcul. En fin de compte, le chacun chez soi l’emporte ; Marseille obtient dès 1838 le droit de puiser dans le cours de la Durance et d’amener les eaux à Marseille, selon un tracé dessiné par l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Franz Mayor de Montricher, qui est ensuite chargé des travaux. Elle confisque du même coup le mythe de l’hydraulique et de la verdure.

  • 14 Bailleux de Marisy, Revue des Deux Mondes, op. cit., p. 645.

16La réalisation du canal prend une allure d’épopée. L’itinéraire comprend de multiples ouvrages d’art, 48 souterrains, 11 ponts aqueducs sur les 84 kilomètres de la branche-mère qui conduisent de la prise de Pertuis à l’entrée dans le bassin de Marseille. Puis encore 77 kilomètres de branche-mère et de dérivation qui alimentent le bassin lui-même à partir d’une ligne qui entoure à flanc de coteau le terroir marseillais. Les eaux de la distribution urbaine arrivent au château d’eau du plateau Longchamp. Le canal devient ainsi une sorte de monument, dans des sites divers qui marquent à la fois l’audace marseillaise et l’empire qu’elle exerce en dehors même de son terroir, dans la gorge franchie par le pont aqueduc de Roquefavour, ou les bassins de décantation de Réaltor, puis de Saint-Christophe, plus tardif. Les dépenses sont évidemment aux dimensions de l’œuvre ; avant l’achèvement de tous les travaux (en particulier de bassins de décantation) en 1854, le canal a déjà coûté 35 millions de francs. Au bout de vingt ans de chantier, la somme s’élève à 52 millions de francs. Suivons les comptes budgétaires, rappelés par Bailleux de Marisy : ils changent totalement de structure. En 1840, les dépenses ordinaires de l’administration, considérée comme « pingre » (c’est souvent le cas en France sous la Monarchie de juillet) ne dépassent pas 3 millions de francs ; la dépense annuelle du canal 4,3 millions. La gestion financière vit donc maintenant d’anticipations, de recettes « extraordinaires » et « supplémentaires », fournies en grande partie par l’emprunt : 10 millions (1839), 7 millions (1844), un troisième de 13 millions et demi pour remanier cette dette antérieure en 185414. Le paiement des intérêts et du principal amène l’augmentation de l’impôt et de l’octroi surtout, ressource principale de la ville. Le canal fait exploser les règles de prudence de l’administration municipale : jusque-là, on investissait le moins possible au-delà de la ligne d’octroi. La construction de la dérivation brouille les cartes : ce sont les propriétaires fonciers de la ville mais aussi du territoire agricole environnant qui en tirent bénéfices. La taxe additionnelle sur les farines et le pain, puis l’impôt supplémentaire sur les boissons pèsent à l’intérieur de la ligne d’octroi – et par leur nature même – sur le consommateur et particulièrement sur les classes populaires. En même temps, Marseille est amenée à étendre par sauts successifs sa ligne d’octroi.

17À vrai dire, on mesure mal en 1849, quand arrivent les eaux de la Durance, quels seront les bénéficiaires de l’opération : la consommation urbaine, d’abord, celle des eaux continues qui alimentent déjà vers 1860 quatre cents fontaines publiques et deux mille bouches d’arrosage ; le port ancien, dont on pense que l’arrivée d’eau claire facilitera l’assainissement. La moitié du débit « est réservée » au service de la ville proprement dite, toujours vers 1860. Mais le reste ? En 1854, on avance que 10 000 maisons de campagne bénéficient du canal ; on hésite encore sur les effets agricoles de l’investissement. L’enquête agricole de 1848, dans son compte rendu moral, ne s’engage guère, en raison de « l’état de transition » dans lequel se trouve le terroir de Marseille :

Il est impossible de prévoir quels seront les effets, à cause du morcellement considérable dont nous venons de parler, du rapprochement des maisons d’habitation et des nombreuses murailles qui coupent le sol.

18Une dizaine d’années plus tard, la discussion n’est plus possible : la littérature « physiocratique » qu’a déclenchée la rédaction de la Statistique trouve un terrain d’application remarquable aux portes mêmes de la ville. Joseph Méry, toujours lyrique et emphatique – et ami de Montricher – ne dit rien d’autre que ce qu’affirment les statistiques sur les arrosages et la transformation du produit. Bailleux de Marisy évoque les échos de cette mutation du paysage, en 1866 :

  • 15 Idem, ibidem, p. 625.

En même temps les eaux arrosent les prairies, les jardins maraîchers qui nourrissent la ville et les parcs des villas dont la banlieue s’est peuplée. Autrefois ce n’était que du côté de la route d’Aix, sur les hauteurs de l’Estaque et de Saint-Joseph, que les riches habitants de Marseille construisaient leurs maisons de campagne : aujourd’hui ces anciennes résidences ont pris, grâce aux eaux de la Durance, un nouvel aspect ; mais c’est surtout à la gauche de Marseille, au sud, que la transformation a été remarquable et que la verdure a fait invasion15.

19Image sans doute trop tranchée, d’un observateur lointain ; les arrosages modifient partout les terres situées en aval du canal et étendent considérablement les « oasis » qui s’étaient créées le long des rivières et surtout des béals anciens qui en étaient dérivés.

20Les conséquences économiques sont en réalité plus complexes et renouvellent la géographie et le monde ancien des bastides. L’envol des prix fonciers à la périphérie est manifeste, y compris dans des sites jusque-là stériles :

  • 16 Idem, ibidem, p. 627.

Toute cette côte abrupte et déserte – celle d’Endoume, au sud de Marseille – est aujourd’hui utilisée, bâtie et habitée. Un terrain que le propriétaire, un chevrier, vendait il y a cinquante ans à raison de 80 francs, se paie maintenant un demi-million et on donne couramment 15 f ou 20 francs du mètre carré conquis par la mine sur le roc… Une route et l’eau de la Durance ont opéré ce prodige16.

  • 17 Encyclopédie départementale..., t. VII, p. 175 et suivantes.

21Les tendances peuvent être contradictoires ou conflictuelles : la croissance de la ville mord sur le terroir, le fait reculer souvent par des opérations discontinues. Concentration et morcellement des bastides se produisent, parallèlement, selon les lieux, la fortune et les ambitions des propriétaires, la pérennité des familles ou de leur patrimoine ; un nouveau milieu de producteurs agricoles, jardiniers ou éleveurs-laitiers (les animaux sont nourris à la fois par les prairies arrosées et les tourteaux industriels) se pose dès la fin du siècle en acheteurs de propriétés, en attendant les lotisseurs et la grande industrie. Bref, les bastides entrent dans un processus qui conduit d’abord à leur grignotage ou à leur décomposition, avant, un siècle plus tard, leur disparition. Dans ces années 1850-1880, elles sont regardées non plus seulement comme lieux de plaisance ou de rente difficile, mais comme l’occasion d’expériences et d’innovations qui, en dehors du rendement financier espéré, apporteront le prestige et la notoriété. Le concours des irrigations de 187617, à l’échelle du département, confère des récompenses très symboliques aux familles des deux créateurs du canal, le maire Consolat et l’ingénieur Montricher, qui ont voulu donner l’exemple de l’application des arrosages. Le démarrage industriel est plus lent et culmine assez rapidement devant les progrès de la vapeur : les chutes du bassin de Marseille fournissent seulement 200 C.V. en 1853, 660 en 1865, l’on estime la force potentielle à 4 000 C.V. Le plafond sur ce point ne sera jamais atteint, alors que les modules prélevés sur la Durance pour les autres usages doivent être augmentés dans les années 1870. Mais le mythe des mécaniques hydrauliques pèse lourd autour de 1860 et détermine la localisation d’industries et la diffusion des activités dans le terroir.

22Tout n’a pas cette simplicité symbolique que les récits accordent à cette transformation des conditions naturelles. On a mal analysé les eaux de la Durance, leur capacité de colmatage. Il faut revoir et compléter tout le système de décantation, jusqu’à la construction du bassin de Saint-Christophe en 1879. Le canal ne suffit pas d’emblée à assainir le port et à entretenir les profondeurs ; il faut y amener des eaux claires et faire disparaître les eaux usées dans la rade, au-delà, en espérant les recueillir par une ceinture d’égouts. Enfin les hygiénistes se rendent compte, un peu tardivement, que le trajet à ciel ouvert charge le canal de « malpropretés », le contamine. Entre 1898 et 1909, il faut construire des bassins d’épuration et une dérivation particulière couverte, à l’intérieur du terroir de Marseille, pour distribuer l’eau potable, en attendant les aménagements plus récents. Bref, le canal est autant l’occasion de litiges et de doutes qu’un mythe positif. Même s’il dessert d’autres communes à l’extérieur de Marseille, il prolonge puissamment cette intégration de la ville et de son terroir, sa vertu paysagère et une tradition de particularisme. L’ampleur de l’œuvre initiale – la dérivation de la Durance à Marseille – se répercute dans la ville même par la valeur symbolique des lieux où jaillit l’eau : de la cascade monumentale du palais Longchamp aux multiples fontaines construites depuis le Second Empire.

Le palais Longchamp, vers 1900

Chromolithographie, Library of Congress, Prints and Photographs Division

  • 18 Discours d’ouverture de la session de 1864 du Conseil général, par le préfet Maupas.
  • 19 Fondée en 1959.

23Si le thème de l’eau est commun, parce qu’essentiel, à l’ensemble du département, c’est par fragments que s’opère l’équipement. Le canal de Marseille, laissé aux seules forces de la municipalité, prend de vitesse les autres opérations qui obtiennent tant bien que mal l’aide de l’État et le soutien direct du département. À travers les péripéties qui accompagnent toujours la mise au point de grands travaux, le canal des Alpines progresse, par des branches septentrionales ou méridionales, gagnant à l’irrigation des terres de la Crau ou de la vallée de la Durance, annonce d’un nouveau destin dans l’économie agricole de l’ouest du département ; mais les désaccords entre propriétaires, avec les ingénieurs et la multiplicité des projets et des intérêts retardent ou fractionnent les réalisations. Preuve encore de ces temps morts : le canal d’alimentation d’Aix, dont la concession est accordée dès 1838 et la prise installée sur le Verdon, est confié à une compagnie concessionnaire au début des années 1860 et terminé seulement en 1875. Une opération plus ponctuelle, destinée à servir d’appoint à l’approvisionnement d’Aix, s’était achevée vers 1850, avec le barrage Zola, construit dans le massif de la Sainte-Victoire. Quant à la Camargue, elle était devenue par les soins du Premier Empire l’une des cibles visées par la loi de 1807 sur le dessèchement des marais, objectif utopique des ingénieurs des Ponts qui, de Poulie à Garella et à Montricher avaient tous cherché une réponse globale à ses problèmes. Jusqu’aux années 1860 sa bonification progresse surtout par coups de pouce – notamment l’endiguement du fleuve et la protection contre la mer – sans que les intérêts contradictoires entre propriétaires terriens, entre agriculteurs et industriels aient concouru à quelque accord. Il y a donc à la fois des réussites et un manque d’arbitrage, de politique d’ensemble qui tient en partie à l’attitude des administrateurs marseillais. En ce sens, la préfecture est une sorte de lieu abstrait, mal rattachée aux intérêts et aux perspectives de la cité qui en est le chef-lieu. C’est à travers la gestion du plus proche que les fonctions de métropole territoriale semblent encore mal s’accorder avec la tradition marseillaise, mais, plus gravement, avec la nature des grands projets de la ville, en pleine période d’expansion. Le préfet Maupas distingue bien, en 1864, « les grandes choses faites à Marseille et dans le département. Au premier rang des travaux qui vous sont propres, nous devons placer ce vaste ensemble d’entreprises qui va féconder, par les bienfaits de l’irrigation, une notable partie du département18 ». Et de citer dans l’ordre le canal du Verdon – « pour lequel on eût pu faire revivre le nom de canal de Provence », le canal d’Arles à Bouc, la Camargue et le canal de Saint-Louis, enfin l’accès de l’étang de Berre par le canal de Martigues, associant les objectifs de la bonification agricole et ceux de la circulation d’une manière peu distincte. Les travaux du port de Marseille, réservés en effet à la responsabilité de l’État, sont évoqués par ailleurs. Il faut attendre la création de la Société du canal de Provence19 pour que Marseille, la ville et ses représentants, retrouvent une place plus centrale dans l’exécution d’un grand projet hydraulique collectif, intéressant à la fois les Bouches-du-Rhône et le Var. Jusque-là le mythe de l’eau, s’il était commun, ne suffisait pas à créer une communauté.

Notes

1 Géographie de la France, page 297.

2 Sinéty de Puylong, Archives parlementaires, 5 nov.

3 M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements, Paris, E.H.E.S.S., 1988.

4 Encyclopédie départementale, t. I, p. LII-LIII.

5 J.-E. Michel, ancien administrateur du département de 1790 à 1792, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Paris, an XI-1812, 240 pages.

6 Comte de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône. Voir Bibliographie.

7 Idem, t. I, p. XXXIII.

8 Encyclopédie départementale, t. I, p. LVI.

9 Le caducée, t. VII, 1884, p. 216.

10 Comte de Villeneuve, op. cit., t. IV, p. 771.

11 Idem, ibidem, t. IV, p. 593.

12 A. Ancey, Du Bazar et du Canal de Provence, février 1834, p. 10-12.

13 Délibération du Conseil municipal. Rapport Clapier, 1834.

14 Bailleux de Marisy, Revue des Deux Mondes, op. cit., p. 645.

15 Idem, ibidem, p. 625.

16 Idem, ibidem, p. 627.

17 Encyclopédie départementale..., t. VII, p. 175 et suivantes.

18 Discours d’ouverture de la session de 1864 du Conseil général, par le préfet Maupas.

19 Fondée en 1959.

Table des illustrations

Légende Le palais Longchamp, vers 1900
Crédits Chromolithographie, Library of Congress, Prints and Photographs Division
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search