Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire de Marseille

 | 
Marcel Roncayolo

Introduction

Texte intégral

1Jusqu’à maintenant, j’avais considéré Marseille comme un laboratoire – et non comme l’objet particulier de mes recherches. C’était l’opportunité de formuler les conditions de la croissance urbaine et de la division sociale de l’espace à l’âge industriel. Un cas ; au mieux un raisonnement, à la limite, qui permettait de dessiner le contour de certains modèles historiques, présents dans la ville : l’action des propriétaires et rassembleurs de terrains sous la Monarchie censitaire, celle de l’haussmannisation, par exemple.

2Je dois exprimer ma reconnaissance à ceux qui m’ont invité à changer de point de vue et à tenter de définir au contraire l’identité de Marseille, pour mieux la situer dans les épreuves et les espoirs du temps présent. D’abord, le Président Paul Fabre, qui a bien voulu accueillir mes réflexions dans la collection Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille, publiée par la grande institution consulaire ; je lui dois d’avoir, à l’occasion de conversations particulières et d’un colloque, mieux cerné l’intérêt et l’orientation du travail. Marcel Courdurié, ensuite : son érudition sans faille, des jugements d’une rare justesse, sa présence morale m’ont aidé à poursuivre cette aventure, dont je n’aurais pu sortir autrement sans mal. Avec sa jeune équipe de chercheurs, il a créé une logistique intellectuelle et technique grâce à laquelle ce livre existe. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma gratitude et de mon amitié.

3Écrire ce livre était une gageure, car j’avais pris comme sujet, presque usurpé un titre : L’imaginaire de Marseille, qui aurait exigé de moi de nouvelles recherches si je m’étais tenu, à la lettre, à la diversité et à la multiplicité des sources et de l’expression de cet imaginaire. Mais je pouvais au moins mobiliser, à la fois, des lectures et des dépouillements échelonnés sur près de quarante ans, retrouver directement quelques grands textes qui avaient inspiré d’autres travaux comme ceux de Michel Chevalier ou constitué la base de tout savoir sur Marseille, Jules Julliany, Paul Masson, Gaston Rambert. J’ai tenu à faire figurer en annexes des écrits, articles, extraits d’ouvrages qui me semblaient des documents historiques à leur tour. Le plus émouvant était de mobiliser ma propre mémoire marseillaise, celle de mes parents et de ma mère, encore vivante au début de la rédaction, et de ne pas hésiter à associer cette sensibilité toute subjective aux données plus établies. L’imaginaire ne peut se décrire sans référence à la vie elle-même et, sans doute, est-ce la difficulté majeure d’une telle démarche.

4En souhaitant seulement que cet essai, peu porté à l’indulgence, désireux de saisir les failles dans le développement actuel de Marseille mais aussi les raisons les plus enracinées d’un nouveau départ, soit interprété comme il doit l’être, et participe à la floraison d’un nouvel imaginaire de notre temps.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search