Version classiqueVersion mobile

Histoire de l'automatisation des sciences du langage

 | 
Jacqueline Léon

Conclusion générale

Texte intégral

1Pour conclure cette étude, il conviendrait de reprendre certains problèmes théoriques posés par l’histoire du traitement automatique des langues en tant qu’histoire du récent. L’apparition de la traduction automatique comme événement dans un contexte de guerre a accéléré le processus d’automatisation sans que nécessairement ce processus s’inscrive dans une tradition linguistique ou intellectuelle. Le point de vue adopté, consistant à étudier les modes d’intégration de la traduction automatique, de la linguistique computationnelle, de la théorie de l’information et de la documentation automatique dans les sciences du langage, pose la question du rapport entre horizon de rétrospection et tradition, entre histoire institutionnelle et histoire des idées, pose la question d’une périodisation unique pour cette courte histoire, et enfin pose la question de savoir si on a affaire à une révolution et à un nouveau mode d’historicisation. Par ailleurs, le tournant de l’automatisation ancré dans les sciences de la guerre a pris des formes plus périphériques, comme la technologisation de l’enseignement des langues et l’institutionnalisation de la linguistique appliquée, et a conduit à l’émergence de nouveaux domaines comme l’analyse automatique du discours. Enfin, le second tournant des corpus a des caractéristiques propres et comporte des enjeux épistémologiques différents.

2Dans le cas de la traduction automatique, nous avons parlé d’intégration d’un nouvel horizon de rétrospection plutôt que de transferts de concepts et de méthodes d’une discipline à l’autre, en l’occurrence de l’informatique et/ou des mathématiques vers les sciences du langage. L’intégration peut comporter un tel transfert mais ne lui est pas équivalent. Dans l’idée d’intégration, il y a l’idée de contextualisation et d’inscription dans une tradition. L’intégration, c’est le transfert contextualisé de concepts et de méthodes.

3Bien qu’instauré de façon brutale par la TA et la linguistique computationnelle, le nouvel horizon de rétrospection n’était pas complètement externe aux horizons des sciences du langage dans certaines traditions. En fonction de sa familiarité ou de son étrangeté, nous avons distingué des modes d’intégration différents. Nous avons parlé d’« adaptation » lorsque l’ancrage logico-mathématique et linguistique était suffisamment solide. C’était le cas des néo-bloomfieldiens, familiers avec les ouvrages de synthèse des travaux de la première mathématisation et avec certains de ses principes, comme l’axiomatisation. Par ailleurs, la « nouvelle linguistique » computationnelle, fondée sur les grammaires syntagmatiques, partageait beaucoup d’options de la linguistique structurale américaine.

4À l’opposé du spectre, on a parlé de « réception externe » pour les linguistes français, pour lesquels les deux mouvements de la mathématisation du langage et de l’automatisation se sont imposés de l’extérieur sans aucune inscription dans leur tradition. Il a fallu imaginer des relais, comme les sociétés savantes traditionnellement au cœur de la constitution des disciplines, ou bien définir des passeurs faisant circuler les méthodes et concepts dans les deux sens (entre États-Unis et Europe ; entre les sciences du langage et les autres disciplines).

5Le cas des Britanniques est particulier. Leur familiarité avec la première mathématisation et la philosophie du langage les rendait aussi aptes que les Américains à intégrer l’automatisation-mathématisation de la linguistique computationnelle. Mais leur tradition empiriste les a conduits à adopter une position critique, à débattre avec les tenants de la nouvelle linguistique et à innover sur leur propre terrain plutôt qu’à adopter la « nouvelle linguistique ». C’est ainsi qu’on peut parler d’intégration par confrontation.

 

  • 1 Voir les travaux de Ronan Le Roux sur la convergence entre cybernétique et structuralismes, en par (...)

6Le choix de traiter séparément l’intégration de la linguistique computationnelle et celle de la théorie de l’information se justifie d’une part parce que les formes de mathématisation sont très différentes : la première se fonde sur la logique mathématique et le calcul d’unités discrètes alors que la seconde se fonde sur les méthodes probabilistes et le continu. On ne se prononcera pas sur le fait que l’une serait d’ordre intrinsèque et l’autre extrinsèque (Auroux 2009), dans la mesure où certains empiristes, dont Halliday et Sinclair, revendiquent une nature probabiliste du langage à partir d’arguments qui restent à réfuter. Le point qui est ici défendu est que l’intégration de la théorie de l’information s’est effectuée de façon très différente de celle de la linguistique computationnelle. Aucune des traditions linguistiques envisagées n’était ignorante des méthodes statistiques. Cette situation est probablement due au fait que les travaux de Zipf en phonétique et sur le vocabulaire avaient rencontré très tôt un écho à la fois chez les Britanniques et chez les Français au sein de l’International Phonetic Association. Les néo-bloomfieldiens ont très tôt utilisé les chaînes de Markov pour délimiter les unités à l’intérieur d’un énoncé. Certaines approches en sciences du langage, c’est particulièrement le cas de la théorie des traits distinctifs de Jakobson, comportent des aspects qui convergent nettement avec certaines notions de la théorie de l’information ; on l’a vu avec la notion de redondance et le principe de binarité notamment. C’est pourquoi nous avons parlé de transferts et convergences de concepts et de méthodes entre théorie de l’information et sciences du langage. Il est probable que l’engouement général pour la cybernétique, à visée unificatrice des sciences, dont la théorie de l’information est généralement considérée comme la partie quantitative, a beaucoup facilité l’intégration de cette dernière dans les sciences du langage, comme d’ailleurs dans les autres sciences. Le moment historique où s’est fait cette intégration est essentiel. Les années 1960 sont la période de l’essor du structuralisme, dont la visée universaliste est aussi très importante. La question d’une complémentarité ou d’une concurrence entre ces deux mouvements, tous deux à prétention universaliste, théorie de l’information et structuralisme, reste à étudier1.

 

  • 2 En l’occurrence, l’histoire institutionnelle met en avant l’interaction du composant sociologique (...)
  • 3 Pour une critique d’un tel modèle, voir Auroux (1982).

7Une autre question concerne la périodisation. On a vu que celle-ci pouvait être variable selon le point de vue adopté. Choisir comme fil conducteur les modes d’intégration contextuellement situés a conduit à adopter des modes de périodisation différents et des focales d’historicisation diverses, histoire institutionnelle et/ou histoire des idées, de façon alternative ou simultanée. L’histoire institutionnelle est première lorsqu’on veut analyser l’événement « fondateur », délimitable par trois rapports institutionnels, dans une période courte d’une quinzaine d’années2. Une telle périodisation centrée sur l’événement fait appel naturellement au rôle joué par des personnalités clés des débuts de l’automatisation des sciences du langage. Pour certaines de ces personnalités, et sans pour autant souscrire à un modèle narratif d’histoire des sciences3, nous avons présenté des éléments biographiques à chaque fois qu’ils ont été jugés nécessaires, comme cela a été le cas pour Yehosuha Bar-Hillel, Warren Weaver, Benoît Mandelbrot, Pierre-Marcel Schützenberger et Maurice Gross. Dans cette étude, Zellig S. Harris occupe une place centrale et ses travaux sont invoqués dans plusieurs chapitres. Comme linguiste néo-bloomfieldien, un des plus engagés dans la voie de la formalisation, il a dirigé un centre de traduction automatique et ses travaux ont directement bénéficié de l’automatisation de la traduction. Sa méthode distributionnelle, qu’il a lui-même appliquée à l’extraction d’information (information retrieval) est devenue la méthode linguistique la plus reconnue en documentation automatique. Relayés par Maurice Gross et les tenants de l’analyse de discours française, ses travaux ont connu un parcours original en France alors qu’ils étaient quasiment oubliés aux États-Unis ; enfin on peut faire l’hypothèse qu’une partie importante de son héritage se situe dans le domaine du traitement automatique du langage.

8Pour ce qui concerne les sources de la linguistique de corpus, l’analyse de la lente mise en place d’une sémantique lexicale, ou encore l’élaboration d’objets intermédiaires pour la linguistique descriptive empirique, d’autres types de périodisation sont nécessaires. De telles études ne peuvent s’effectuer que sur le temps long, analysable selon une histoire des idées. La durée de ce temps long est variable et n’est pas nécessairement linéaire. Si l’on prend comme exemple la genèse des réseaux sémantiques, celle-ci institue une périodisation allant du xviie siècle au milieu du xxe siècle, mais cette périodisation n’est pas linéaire et il est nécessaire de distinguer trois moments en discontinuité : l’Essay de Wilkins au xviie siècle, le Thesaurus de Roget au xixe siècle, les langues intermédiaires pour la TA du groupe de Cambridge (GB) dans les années 1950. Les langages restreints de Firth élaborés dans les années 1950 s’inscrivent dans la continuité de la linguistique descriptive de Henry Sweet mais prennent probablement leur source dans l’empirisme britannique bien antérieurement.

9Dans cette étude, les notions d’horizon de rétrospection et de tradition ont souvent été utilisées de façon équivalente. Cette position peut se défendre lorsqu’on a affaire à une empreinte culturelle nationale encore très prégnante en ce milieu du xxe siècle, se situant au seuil de l’internationalisation des sciences du langage. Pour Auroux (1987, p. 34), l’horizon de rétrospection se transmet par tradition ; inversement, on peut considérer que la tradition est une des conditions pour changer d’horizon de rétrospection. Ainsi, c’est à partir d’une tradition donnée que l’automatisation a pu susciter le développement de nouvelles questions et de nouveaux objets.

  • 4 « Sometimes called the fallacy of nunc pro tunc, it (the fallacy of presentism) is the mistaken id (...)

10Comme nous l’avons indiqué, les expérimentations des quinze premières années de la période-événement TA constituent un corpus fini et répertoriable. On a tenté d’éviter une posture « présentiste » (Fischer 1970) qui aurait consisté à ne sélectionner que les méthodes encore en cours (« en cour ») aujourd’hui4. Les expérimentations que nous avons choisi d’analyser l’ont été parce qu’elles ont eu pour effet de faire « bouger les lignes », et que l’automatisation a suscité de nouvelles questions pour les sciences du langage, ou les a renouvelées. Une telle position n’est pas sans risque et conduit parfois à l’incompréhension de certains de nos collègues linguistes contemporains pour lesquels ces expérimentations ne sont que de « poussiéreuses vieilleries ».

11Pour la seconde automatisation, la question est tout autre : nous sommes au cœur de la linguistique en train de se faire. Se donner pour tâche une étude épistémologique des résultats linguistiques fournis par les études sur corpus doit tenir compte des procédures d’évaluation mises en place par les acteurs eux-mêmes. Il serait nécessaire, auparavant, de penser et créer le dispositif théorique permettant une telle recherche.

 

  • 5 Cette révolution, pas plus que les précédentes, n’est analysable selon le modèle kuhnien qui défin (...)
  • 6 Un tel parallèle existe d’ailleurs entre le développement de projets de langues universelles en Gr (...)

12Une autre question reste en suspens, celle de savoir si on peut assimiler l’automatisation du langage à une nouvelle révolution technologique5, équivalente à la révolution de l’écriture, et à celle de la grammatisation des vernaculaires (Auroux 1994). Il y aurait certes des parallèles à faire entre les contextes historiques de la révolution de la grammatisation et ceux de l’automatisation, où la nécessité d’internationaliser la communication dans le sillage des grandes découvertes d’une part, et de l’après seconde guerre mondiale d’autre part6, ont suscité des bouleversements technologiques et un nouvel outillage pour les sciences du langage.

13Il est incontestable que l’automatisation, à travers la constitution de bases de données – éventuellement multilingues – de corpus de très grande taille, la possibilité d’annotation, les dictionnaires électroniques, etc. constituent un outillage des langues sans précédent prolongeant la compétence humaine, et dont le retentissement excède les sciences du langage et atteint la société tout entière.

  • 7 Cette alternance de cycles courts, le caractère éphémère des recherches et leurs effets dommageabl (...)
  • 8 Le 23 juin 2009, lors de la cérémonie du cinquantenaire de l’ATALA, un représentant allemand du TA (...)

14Enfin, l’histoire du traitement automatique des langues est non seulement une histoire du récent mais aussi une histoire en cours. On assiste actuellement à une accélération du changement de méthodes, entièrement parallèle aux développements technologiques, voire dominée par eux. La pression de la demande sociale et les ambiguïtés intrinsèques du TAL ont pour conséquence l’apparition de cycles d’abandon-reprise/oubli-redécouverte de méthodes qui vont en s’accélérant7. Il arrive même que l’alternance des modèles soit tellement rapide qu’on assiste à de véritables courts-circuits8. Le brouillage introduit par ce rythme d’alternance se trouve renforcé par les nouvelles alliances entre partisans des méthodes computationnelles et partisans des méthodes probabilistes qui tendent à neutraliser les divergences théoriques au profit des applications pratiques. Toutefois il est difficile de savoir si cette accélération, qui est à l’œuvre dans la société tout entière, détermine véritablement un nouveau mode d’historicité, « une nouvelle manière d’être au temps » (Hartog 2003), et si le mode d’historicisation régi par l’exigence de progrès à l’œuvre dans les sciences depuis le xixe siècle (Auroux 2007) se trouve sur le point de laisser la place à un nouveau mode fondé sur le culte du présent. Abolissant tout passé et par la même annulant toute projection possible, ce nouveau mode d’historicisation, caractéristique du TAL mais aussi de l’ensemble des sciences du langage, serait davantage celui du développement technologique et de l’objet industriel consommable que celui de la science.

15Enfin il est probable que de nouveaux développements technologiques amorcent encore d’autres mouvements. Par exemple, il n’est pas impossible que l’utilisation massive de l’Internet et de grandes masses de données ne puisse pas être considérée comme un nouveau pic dans l’automatisation du langage. Ce nouveau tournant, ou « data turn », apparu en informatique et en intelligence artificielle dans les années 1990, lorsque le traitement de grandes masses de données est devenu possible, s’est étendu au TAL avec la linguistique de corpus. Contrairement à celle-ci, qui se fonde sur des hypothèses, des objets et des structures linguistiques, le statut linguistique ou non des données pour le « data turn » n’est pas un enjeu pertinent. Les méthodes traitent indifféremment des tableaux, des chiffres, des « sacs » de mots, voire des parties d’arbres syntaxiques, comme des données. Leur seule caractéristique commune est d’être organisées en couples d’attributs-valeurs. Les méthodes elles-mêmes ne sont pas distinguées : même si les méthodes statistiques et probabilistes sont dominantes, des méthodes symboliques sont aussi utilisées et on assiste de plus en plus à l’hybridation des méthodes. Dans une telle configuration on peut se demander si la linguistique occupe toujours une place et laquelle. Est-elle de pur outillage, quand il s’agit d’avoir recours à la linguistique comme simple ressource ? Dans ce cas la linguistique serait-elle purement et simplement instrumentalisée au service de tâches pratiques ? De nouvelles questions pour la connaissance des langues et du langage peuvent-elles émerger à partir de ce type de traitement ?

16Sur le temps long, il n’est pas impossible que ce nouveau tournant puisse apparaître anecdotique, et que son impact sur les sciences du langage s’avère insignifiant. Il est difficile de caractériser entièrement la troisième révolution technologique des sciences du langage comme d’en tirer toutes les conséquences. Nous sommes ici devant une des limites qu’impose l’histoire du récent, l’histoire du présent.

Notes

1 Voir les travaux de Ronan Le Roux sur la convergence entre cybernétique et structuralismes, en particulier chez Lévi-Strauss et Lacan (Le Roux 2009, 2013).

2 En l’occurrence, l’histoire institutionnelle met en avant l’interaction du composant sociologique avec le composant pratique (la construction de systèmes de TA) qu’elle analyse prioritairement au composant théorique (voir le modèle de la science proposé par Auroux 1987).

3 Pour une critique d’un tel modèle, voir Auroux (1982).

4 « Sometimes called the fallacy of nunc pro tunc, it (the fallacy of presentism) is the mistaken idea that the proper way to do history is to prune away the dead branches of the past, and to preserve the green buds and twigs which have grown into the dark forest of our contemporary world » (Fischer 1970, p. 136).
Traduction française (J. Léon) : Appelée parfois « fallacie du nunc pro tunc » (la fallacie du présentisme), c’est l’idée fausse selon laquelle la façon correcte de faire de l’histoire serait de couper les branches mortes du passé et de préserver les bourgeons et les brindilles vertes ayant poussé dans la sombre forêt de notre monde contemporain.

5 Cette révolution, pas plus que les précédentes, n’est analysable selon le modèle kuhnien qui définit la révolution des systèmes scientifiques par l’interruption du processus cumulatif de la science normale en cours. Comme l’ont signalé de nombreuses critiques (Auroux 1987, 1994, Blanckaert 2006, entre autres), une telle science normale suppose un noyau théorique stable et unifié. Ce qui n’est, de toute façon, pas le cas des sciences du langage.Par ailleurs l’idée de révolution chez Kuhn implique qu’il y ait eu crise dans la science normale en cours et victoire d’un camp sur l’autre. Même si la victoire du courant chomskyen sur les distributionnalistes présente des aspects qui pourraient être analysés selon le modèle kuhnien, on peut tout à fait lui opposer une analyse continuiste. Ce dont témoigne d’ailleurs un certain nombre des articles de l’ouvrage dirigé par D. Kibbee (2010) sur l’évaluation du courant chomskyen et dont le titre même, Chomskyan (R)evolutions, évoque cette lecture double.

6 Un tel parallèle existe d’ailleurs entre le développement de projets de langues universelles en Grande-Bretagne au xviie siècle (Cram 1985) et le regain d’intérêt qu’ils ont suscité comme méthodes de TA.

7 Cette alternance de cycles courts, le caractère éphémère des recherches et leurs effets dommageables pour l’accumulation des connaissances avaient été signalés par certains chercheurs dès les années 1990 (voir notamment Victorri 1995).

8 Le 23 juin 2009, lors de la cérémonie du cinquantenaire de l’ATALA, un représentant allemand du TAL annonce que le courant actuel dominant en TA est fondé sur les méthodes statistiques, alors qu’au même moment, le représentant des États-Unis annonce que c’est la méthode rule-based (fondée sur des règles) qui a le vent en poupe, sans d’ailleurs que l’un ou l’autre fasse référence à la déclaration de l’autre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search