Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. Annexes

 | 
Alain Messaoudi

3. Textes et tableaux1

Texte intégral

Annexe 1 : Législation réglementant les jeunes de langue et les drogmans

  • 1 Les notes figurant dans les documents originaux sont indiquées comme notes de l’auteur (NDA). J'ai (...)

1Un arrêté du directoire daté du 16 nivôse an V [5 janvier 1797] décide le maintien de l’école et donne les modalités de son rétablissement : le nombre des élèves est fixé provisoirement à 20 – pour ensuite être réduit à 18. Ils doivent être nommés par le directoire exécutif sur proposition du ministre des Relations extérieures, de préférence parmi les enfants de drogmans, vice-consuls ou consuls au Levant.

2L’arrêté du 18 août 1797 ajourne et remplace le précédent : il fixe à 12 le nombre des élèves et, reprenant le modèle de l’arrêt de 1721, décide qu’ils doivent se répartir également entre familles de drogmans et familles de France.

3Les secrétaires interprètes du roi, tels qu’ils ont été définis par l’ordonnance de 1781, sont rétablis par l’ordonnance du 18 décembre 1816 : un premier interprète, au traitement de 10 000 francs, est chargé d’inspecter les Jeunes de langue, un second interprète, au traitement de 8 000 francs, de les instruire, avec l’assistance de deux adjoints.

4L’ordonnance du 31 juillet 1825 confirme que les places d’élèves jeunes de langue sont au nombre de 12, tant à Paris qu’à Constantinople.

5Le titre IV de l’ordonnance sur le personnel des consulats du 20 août 1833 règle le statut des interprètes et des jeunes de langue. Il fixe à trois le nombre de secrétaires interprètes du Roi pour les langues orientales et édicte qu’ils seront choisis parmi les drogmans du Levant et de Barbarie. L’un est « premier secrétaire interprète ». Les deux autres sont des drogmans en activité qui se sont distingués et doivent avoir au moins dix années de service.

6Les élèves drogmans seront nommés parmi les élèves de l’école des langues orientales à Paris, dite des jeunes de langue. Les jeunes de langue seront nommés par arrêté ministériel des Affaires étrangères, parmi les fils, les petits-fils ou à défaut les neveux des drogmans, entre 8 et 12 ans. Ils peuvent être révoqués pour inaptitude ou inconduite. Le nombre d’élèves-drogmans employés en Levant et des jeunes de langue entretenus à Paris n’excédera pas douze.

7Un nouveau règlement est approuvé par le roi en juin 1834 : le nouvel élève entre au Collège entre 8 et 12 ans, il n’est qu’élève jeune de langue jusqu’à la fin de la 3e (et au plus tard jusqu’à 17 ans) et mêlé aux autres internes. En cas de rapport favorable, il est alors promu jeune de langue, ce qui lui permet d’être initié aux langues et à des rudiments de droit français et musulman. Un maître particulier enseigne l’histoire, la géographie et le droit du Levant. S’il a réussi ses deux examens annuels, l’élève est nommé à partir de 18 ans élève drogman. Il est alors placé « chez un indigène, d’une moralité reconnue et ne parlant que la langue du pays », tout en restant sous le contrôle du consul de France. Il doit ainsi séjourner au moins un an dans une échelle turque et un an dans une échelle « arabe » (Alep, Beyrouth ou Tripoli). Le consul lui choisit un professeur de turc ou d’arabe et peut l’autoriser à accompagner le drogman devant les tribunaux ou chez les négociants. Il subit un examen tous les six mois et, en cas de succès, devient fonctionnaire comme drogman avec 2 000 francs de traitement.

8L’enseignement des jeunes de langue s’ouvre à des élèves externes à partir de 1842.

9À partir de 1873, le stage est remplacé par l’obligation de suivre l’enseignement de l’École des langues orientales vivantes.

10L’arrêté du 6 août 1880 fixe le recrutement. Les jeunes de langue bacheliers reçoivent une subvention annuelle de 1 200 francs par an afin de suivre les cours de l’ESLO. Les diplômés de l’ESLO seront appelés à un emploi au fur et à mesure des vacances.

11Le décret du 18 septembre 1880 organise du corps des drogmans et interprètes. Il distingue les drogmans et drogmans adjoints (pour l’arabe, le turc et le persan) et les interprètes et interprètes-adjoints (pour le chinois, le japonais, le siamois, et les langues slaves) et les répartit en trois classes. La 1re classe comprend 5 drogmans et 3 interprètes ; la 2e classe, 10 drogmans et 5 interprètes ; la 3e classe, 12 drogmans et 12 interprètes ainsi que 11 drogmans et 11 interprètes adjoints. Après 10 ans de services, les drogmans et interprètes peuvent accéder au grade de consul de 2e classe. Les deux secrétaires interprètes à Paris (qui ont obtenu leurs brevets en récompense de traductions ou de travaux scientifiques) et le premier drogman à Constantinople peuvent accéder au grade de consul général.

12En 1902, les drogmans et les interprètes sont fondus dans un cadre unique et tous dits interprètes, assimilés aux vice-consuls. La carrière est désormais exclusivement réservée aux diplômés de l’ESLO.

13Le décret du 22 septembre 1913 rétablit la distinction entre drogman et interprète. Des officiers de l’armée de terre ou de la marine ainsi que des fonctionnaires d’une administration locale pourvus de diplômes peuvent être exceptionnellement intégrés dans la carrière. Après 1914, le corps des secrétaires-interprètes d’Orient est recruté par concours parmi les élèves de l’ENLOV.

14Un cadre unique de secrétaires-interprètes est finalement reconstitué par le décret du 27 novembre 1930 qui abolit définitivement le titre de drogman. Il reste organisé en trois classes. Le recrutement est ouvert aux licenciés, aux élèves de l’École libre des sciences politiques, de l’école des Hautes études commerciales (HEC) et des écoles de commerce reconnues par l’État.

Les interprètes militaires lors de l’expédition d’Alger et au début de l’occupation (1830-1839)

Annexe 1bis : Liste des interprètes rémunérés par le ministère de la Guerre, 1830

  • 2 Feuille de vérification des divers reçus établis pour les agents, ANOM, F 80, 1603.

15J’ai établi ce tableau en utilisant comme source principale une feuille de vérification des reçus de paiement établie en 1830 et complétée jusqu’à la fin de l’année civile2.

16Cette liste à l’écriture difficilement déchiffrable indique le nom de l’agent, les dates d’entrée et de sortie du service, avec éventuellement l’indication d’une promotion intermédiaire. Les noms sont classés en fonction des grades à l’entrée dans le service. J’y ai ajouté à la fin quelques noms qui, absents de cette feuille, sont attestés par ailleurs, en particulier chez Féraud.

17Les interprètes qui font par ailleurs l’objet d’une notice sont signalés par un astérisque.

18La première colonne indique les noms des interprètes, organisés selon les grades dans lesquels ils ont été classés à leur prise de service. J’ai repris les noms tels que j’ai pu les déchiffrer sur la liste. Quand leur graphie a été déformée, je les ai indiqués en italiques, en ajoutant entre crochets le nom tel qu’il a été enregistré par ailleurs, sous une forme plus correcte, ou des éléments du nom ignorés par la feuille. J’ai enfin ajouté entre parenthèses classes et dates de promotion pour ceux qui ont changé de catégorie après mars 1830.

19La deuxième colonne indique l’état des officiers interprètes attachés à l’armée expéditionnaire en mars 1830 en reprenant un tableau dû à Féraud (Les interprètes…, 1876, p. 50-52). À partir de cet état, il comptabilise 23 officiers interprètes (soit 5 interprètes de 1re classe avec rang de colonel ; 3 de 2e classe avec rang de commandant ; 7 de 3e classe avec rang de capitaine ; 8 guides interprètes avec rang de lieutenant) et 72 guides interprètes avec rang de sous-officier. Seuls 15 de ces 23 officiers ont servi effectivement en Algérie.

20Dans les deux colonnes suivantes sont précisés la confession religieuse de l’interprète (chrétien ; juif ; musulman) et son rite (latin ou grec catholique).

21Dans la colonne « origine », j’ai choisi de répartir les lieux de naissance des interprètes selon les catégories suivantes : France du Nord (« Fnord ») ; France du Midi (« Fmidi ») ; Europe orientale (« Eorient ») ; Orient ; Maghreb ; Gibraltar.

22La colonne « Formation » indique dans quel contexte l’interprète s’est formé avant l’expédition d’Alger. À Paris – à l’École spéciale des Langues Orientales (« Langues O ») ou comme jeune de langue –, en Orient, lors de l’expédition d’Égypte (« expéd. Orient »), comme mamelouk ou comme prêtre, à Marseille, au Maghreb, au Sénégal…

23La colonne suivante indique les dates d’entrée dans le service et de sortie. L’absence de date de sortie signifie que l’interprète est encore en service au31 décembre 1830.

24Les deux dernières colonnes détaillent les carrières poursuivies en Algérie comme interprètes civils (Icivil), interprète militaires (Imilit) ou militaires dans les corps armés (chasseurs, spahis), ainsi que la poursuite de carrières en dehors de l’Algérie.

Annexe 2 : Les interprètes de l’armée d’Afrique vus par Eusèbe de Salle, 1832

  • 3 En arabe barbaresque, corps des interprètes signifie quelquefois grand quartier-général (NDA).
  • 4 La Légion étrangère vient tout juste d’être créée en mars 1831 de façon à fournir un appoint de tro (...)
  • 5 Il s’agit de Jules de Polignac, président du Conseil lorsqu'est décidée l'expédition d'Alger.
  • 6 Le Lexicon arabico-latinum de Jacobus Golius (Leyde, 1653) et le Thesaurus linguarum orientalium tu (...)
  • 7 Il faut rapporter cette image du sabre (sayf) et de la plume (qalam) au célèbre hémistiche d’al-Mut (...)
  • 8 E. de Salle, Ali le Renard, vol. I, p. 435-437.

« C’était un corps curieusement composé que celui des interprètes3 de l’armée d’Afrique : toutes les nations étaient mêlées dans cette espèce de légion étrangère4 ; toutes les langues, toutes les capacités, toutes les moralités, dans cette nouvelle tour de Babel. Le tiers au moins ne savait aucun des idiomes qui se parlent à Alger ; la faveur ou l’importunité [sic] leur avait donné des sinécures en attendant d’autres destinations, ou pour voiler leur destination réelle. Là se trouvaient les correspondants de la Gorgone, de la Bellone et de la Caillette, cabotins littéraires, amis et apostats de toutes les opinions violentes ; l’affidé du prince Jules5 ; le Polonais qui n’avait pas appris le français, mais qui s’était rouillé sur sa langue slave ; le fournisseur ruiné qui parlait français avec un accent gascon et italien avec l’accent parisien ; le chevalier du brassard, le robuste garde-du-corps, faisant quatre cuirs sur six paroles ; le vidame et le commandeur, anachronismes nourris au plumpudding et au vin de Champagne, entre la Vendée et l’émigration ; gentilshommes toujours entre deux vins, spadassins poltrons et dandys à tête grise. Dans les deux autres tiers, le mélange n’était pas moins bizarre : un prêtre syrien avait pour accolytes [sic] un juif de Tunis et un Italien trois fois renégat ; des médecins sans malades et des avocats sans cause, leur habit encore gris de la poudre de Golius et de Meninski6, étaient camarades de vieux mamelucks qui eussent manié plus volontiers le seïf que le kalam7. On y comptait des Turcs qui avaient fait, à Marseille, le commerce des pastilles du sérail, et des princes fanariotes, descendant des empereurs de Byzance ; des frères du primat de Syrie, des marquis romains et des négocians en plein vent, qui avaient vendu, sur les boulevards Montmartre, des tuyaux de pipe, des chapelets odorans et de l’essence de rose. »8

25De Salle tient à marquer l’hétérogénéité du corps des interprètes qui comprend selon lui, à côté d’ignorants et de brutes, une élite savante et consciencieuse.

  • 9 Eusèbe de Salle se représente lui-même sous les traits de l’interprète Verdanson, du nom de la rivi (...)
  • 10 De Salle fait ici allusion au scandaleux pillage du trésor de la Qasba d’Alger.
  • 11 E. de Salle, Ali le Renard, vol. II, p. 381-383.

« Les méfaits de quelques personnages qui n’étaient interprètes que de nom, l’ignorance de quelques autres, avaient fait rejaillir sur tout le corps une déconsidération dont l’âme haute de Verdanson9 souffrait cruellement. Son amour-propre était trop susceptible, peut-être, mais il était blessé chaque jour de la différence réelle que l’on faisait entre les officiers à épaulettes, et d’autres qui étaient leurs égaux ou leurs supérieurs en grade, mais qui avaient le malheur de ne porter que des broderies. Il croyait, lui, s’être exposé autant que les officiers de l’état-major général, et avoir droit, au prorata de son grade, à une part des yataghans et des pistolets garnis en or et en argent, des beaux tapis, des meubles curieux, des ustensiles rares, qu’on s’était partagé à la Kasaba10 ; il croyait que ses connaissances dans l’histoire naturelle et les langues orientales, ses voyages et la publication de quelques œuvres littéraires estimées, lui méritaient le titre et la considération de savant autant qu’aux officiers des corps qui se nomment savans par excellence ; il était dégoûté en les voyant reculer à plaisir vers les grossières idées d’autres officiers, qui, pareils aux hommes d’armes du moyen âge, méprisaient les hommes d’intelligence, dont la mission n’était pas d’employer la force brute, au moins officiellement. »11

Annexe 3 : Portrait de Giarvé par Eusèbe de Salle, 1832

26Du fait de sa fin tragique, Nicolas Jiyarwî dit Giarvé* ou Garoué a été parfois présenté comme une figure d’interprète martyr. Le portrait qu’en dresse son contemporain Eusèbe de Salle, à travers un personnage à peine déguisé de son roman Ali le Renard, est plus complexe.

  • 12 Fondé sous le Directoire, le Frascati est un des lieux de plaisir des grands boulevards, à l’angle (...)
  • 13 Une lettre du général Pierre Boyer, datée du 11 avril 1832, invite à identifier le tenancier de cet (...)
  • 14 E. de Salle, Ali le Renard, vol. I, p. 436-441.

« Ce frère d’un primat, ce marquis romain et cet échoppier étaient la même personne, Nicolas Jouary, natif d’Alep-la-Blanchâtre.
Il y possédait plusieurs maisons : le tremblement de terre l’avait ruiné ; il alla en Égypte et se jeta dans des spéculations commerciales actives, mais sans fruit ; puis revint en Syrie, où son frère le primat ne put lui donner que des conseils et des bénédictions. La primatie d’Antioche, l’archevêché de Jérusalem, rapportent moins que beaucoup de nos pauvres cures de village. Chaque secte chrétienne a son primat, son archevêque et un nombreux bas-clergé ; les aumônes sont rares et minces comme le personnel des fidèles.
Le primat offrit cependant quelque chose de meilleur que les bénédictions et de plus profitable que les conseils, une lettre de recommandation pour le pape. Nicolas Jouary, remuant comme tous les chrétiens du Levant et comme tout homme qui a perdu sa fortune après en avoir long-temps joui, préoccupé de la reconquérir par tous les moyens possibles, s’embarqua pour l’Italie. Le pape lui offrit d’entrer dans les ordres in propaganda fide. Jouary était marié. N’ayant pas d’argent comptant à lui donner, il lui donna un papier monnaie qui conserve une certaine valeur dans le Levant ; c’étaient plusieurs quintaux pesant d’indulgences plénières et une charretée de reliques de saints bien et dûment étiquetées et garnies de diplômes avec griffes de cardinaux et cachets de cire verte. Le Saint-Père y ajouta comme distinction temporelle pour le frère du primat syrien, le titre de marquis de Sostegno et le ruban rouge de chevalier de l’éperon d’or.
Cette petite pacotille fructifia mieux en Syrie que les spéculations commerciales ne l’avaient fait au Caire. Jouary vint à Paris tâcher de centupler son petit capital, non plus dans le trafic et le négoce, moyen trop lent pour sa vivacité alépine, mais dans les jeux de hasard, à Frascati12. En un mois, tout était dévoré. Le marquis, devenu philosophe, décrocha son ruban rouge, et loua, pour une somme exorbitante à payer dans un an, le turban, la pelisse et le fonds de boutique d’un juif qui exploitait l’entrée du passage des Panoramas13. Un mameluck de sa connaissance l’enrôla dans le corps des interprètes quand l’expédition d’Afrique fut décidée.
Dans quelque pays qu’il fût né, et avec telle éducation qu’il eût reçue, Jouary eût été un homme madré et actif ; avec une éducation amie de la dignité de l’homme, il eût été de plus intelligent et fier. Mais en présence du despotisme de l’Orient, et avec les troubles lueurs de l’éducation chrétienne de l’Asie, le caractère se courbe et s’avilit ; l’esprit se fausse et s’encroûte de superstitions. La gloriole, le lucre et l’intrigue étaient les élémens dans lesquels l’âme de Jouary aimait se baigner. En les poursuivant, l’action ne répugnait pas à son âge avancé ; le danger n’était pas sans charmes pour son imagination aventureuse. […] Jouary, poussé par un vif désir de faire mieux que ses camarades, avait conçu le projet d’aller détacher quelque chef puissant de la coalition algérienne, et par-là d’affaiblir radicalement la résistance de l’armée de Hussein. Son imagination échauffée allait plus loin encore ; il se flattait de pénétrer jusqu’au dey d’Alger, et, soit par conseils, soit par menaces, de l’amener à se soumettre, sans s’exposer aux dangers d’un siège et aux horreurs d’un assaut.
Il n’avait avoué au général en chef que la première partie de son plan. Les amis qu’il avait sondés relativement à la seconde n’ayant pas eu de peine à lui faire sentir que, dans la position avantageuse où l’on était, une capitulation ne serait profitable qu’au dey ; mais que, pour l’armée française, ce serait une terminaison plate, et qui irait non seulement contre les intérêts, mais encore contre les désirs des soldats et du chef. »14

Annexe 4, Lettre d’Hamid Bouderba à Paravey, novembre 1834

  • 15 Hamid Bouderba, notable maure d’Alger, est le père de l’interprète Ismaïl Bouderba.
  • 16 ANOM, F 80, 1603.

27Lettre d’Hamid Bouderba15 à Charles André Paravey, maître des requêtes, chef du bureau d’Alger à la direction des fonds et de la comptabilité générale du ministère de la Guerre16.

Alger, le 7 novembre 1834

  • 17 Jean-Baptiste Drouet d’Erlon est arrivé à Alger en septembre 1834, après l’intérim de Voirol.
  • 18 Petit-fils du mathématicien Gaspard Monge et fils du conventionnel Nicolas Marey, Guillaume-Stanisl (...)
  • 19 Le futur auteur des Annales algériennes Edmond Pellissier de Reynaud est alors chef du bureau arabe (...)
  • 20 Bouderba indique 21 interprètes. Sa liste n’est pas exhaustive : on y trouve pas Ramlaoui, interprè (...)

« Monsieur ! [sic]
Nous n’avons rien de nouveau sur nos nouvelles autorités le gouverneur17 est parti pour Bougie et Bône et n’est pas encore de retour ; le colonel Marey n’est pas encore nommé aga [āġā], mais on m’a assuré qu’au retour du gouverneur il sera nommé18 – malgré les grandes opositions [sic] qui sont contre cette nomination et on m’a dit que le général Voirol n’a consenti à cette nomination qu’à condition que le capitaine Pellissier19 sera son second et en même tems Ben Karali et Ben Zacri et autres de cette espèce qui seront attachés auprès du dit Marey ! Je ne sais pas s’il consentirait à ces conditions.
Jusqu’à présent le gouverneur a pris pour son interprètre [sic] le nommé Canapa celui qui à [sic – j’ai corrigé cette faute récurrente par la suite] tant fait du mal à tout le monde, ça a été un mécontentement général, le dit Canapa a été recommandé au gouverneur par le général Voirol ; je crois qu’il est nécessaire de faire une enquête sévère sur tous les interprètes afin de donner une satisfaction générale. Je vous donne cy joint une notice détaillée20 sur les interprètes afin que cela vous serve de règle

  • 21 Il semble difficile de l’identifier avec un membre de la famille Geofroy qui a donné de nombreux co (...)
Chez gouverneur : Canapa*. mauvais sur tout
Muller [Müller*]. excellent.
Chez l’état-major : Friga. Israélite (ni bon ni mauvais).
À la place : [Nicolas] Daboussy*. Mauvais sujet
Francisco [illisible]. ni bon ni mauvais.
Intendant militaire : Fraim [Éphraïm] Morali. Israélite. Mauvais.
Chez le maire : [Angelo] Seror. Israélite. Bon sujet.
Intendant civil : Laporte fils [Jean Honorat Delaporte*]. Bon très borné [sic].
Police : Coste. Israélite français. Bon sujet.
Bureau arabe : [Charles] Zaccar*. Très mauvais.
Sasportes. Plus mauvais encore.
[Joanny] Pharaon*. Le plus mauvais de tous, il ne sait pas l’arabe d’Alger.
Tribunal de commerce : Tama père [Isaac*]. Mauvais. [ajouté au crayon : « ganache »].
Tribunal civil : [Antoine] Bottari*. Très bon.
Domaine : [Antoine] Rousseau*. Beaucoup disent qu’il est mauvais mais je ne puis affirmer le contraire [sic].
Carlo. Ni bon ni mauvais.
Conseil de guerre : Remuzat [Henri Rémusat*]. Très mauvais.
[Demétry] Nazo*. Ni bon ni mauvais.
Chez M. Laurence : Boggema. Musulman. Bon. [ajouté au crayon : « d’Aubignosc* »].
Général Bro : Michel [Rosetti*]. Égyptien. Ni bon ni mauvais.
Général Tobraint : Jeoffroy21. Très mauvais [ajouté au crayon : illettré et sans éducation]
  • 22 Justin Laurence (1794-1863) a été envoyé en 1834 à Alger pour y organiser le service de la justice.
  • 23 Né vers 1778, Hamdan Khodja [Ḥamdān Ḫūǧā] est l’auteur du Miroir dont la version française, publié (...)
  • 24 Cette formule finale et la signature sont d’une une autre encre que le reste de la lettre, ce qui l (...)

On a appris ici qu’on a écrit de Paris que le ministre à écrit ici pour changer le nouveau cadi et pour donner aux habitants une satisfaction dans l’affaire passée avant l’arrivée des nouvelles autorités. Avant hier le capitaine Pelissier [Pellissier] a envoyé chercher les cadis [sic] de Bélida [Blida] sidi Haouch qui est arrivé ici le même jour et il lui a dit qu’il serait nommé cadi à Alger. Monsieur Laurence le lui a confirmé22. Quand Mustafa pacha a appris cette nouvelle il a été avec le fils de Hamdam [sic] Ben Osman Hoggia23, chez le général Voirol pour solliciter à faire changer le mufti pour faire mettre à la place Benjadoun, le cadi actuel et je crains beaucoup que le général Voirol pourrait contribuer à faire réussir leurs démarches, ce serait je vous assure un très grand sujet de mécontentement, comme vous savez le mufti est très estimé dans le pays, mais il est un peu trop sévère. Le maire a fait de son côté cette démarche auprès de Monsieur Laurence et cela ne doit pas vous étonner quand vous saurez que le maire est très lié avec le fils de Mustafa pacha et Hamdam [sic], et on attend pour décider cette affaire le retour du gouverneur.
Quand au maire chaque jour j’étudie son caractère et ses capacités et autres choses, mais je m’apperçois [sic] de plus en plus qu’il n’est point fait pour remplir cette place, si Dieu veut vous nous en enverrez un autre un jour plus capable et plus honnête !
Je vous prie de présenter mes respects à Madame Paravey de même que de la part de Madame Bouderba qui lui a envoyé par l’entremise de Monsieur Meurice une écharpe brodée qu’elle la prie d’accepter comme marque de souvenir.
J’ai l’honneur de vous saluer amicalement. Votre très dévoué24.
Hamid Bouderba »

Annexe 5 : Réponse de Voirol aux accusations portées contre lui, novembre 1834

  • 25 Voirol au ministre de la Guerre, Alger, 14 novembre 1834, ANOM, F 80, 382, Voirol.

28Dans ce courrier25, Voirol réagit au contenu d’une lettre dont lui a fait part le nouveau commandant en chef de l’armée d’Afrique, Drouet d’Erlon qui, éprouvant de l’estime pour lui, en aurait été choqué. Le courrier, qui dénonce l’injustice de l’administration de Voirol, ne serait selon ce dernier qu’un tissu d’assertions fausses.

« […] Ce qui a été dit de la prétendue influence que les juifs exerçaient sur moi, est aussi de pure invention, […] je n’ai jamais entretenu d’affaires avec les gens de cette classe de la population et […] on n’en a jamais vu un seul chez moi, si ce n’est dans les fêtes publiques, où ils figuraient en très petit nombre et lorsque quelques uns d’entre eux étaient dans la nécessité de recourir à mon autorité.
On m’accuse de la même faiblesse à l’égard des interprètes : il semble vraiment que ce soit par dérision qu’on me fasse un tel reproche, quand on sait positivement que je n’ai jamais eu de rapport avec eux, et que celui qui m’était particulièrement attaché, à moins qu’il n’ait été suppléé pour cause de maladie, m’a constamment suffi dans mes relations avec les arabes ; Cet interprète était M. Canapa* que malgré ses détracteurs je considère comme un homme honnête et probe. C’est à ce titre qu’il avait ma confiance, et que je l’ai recommandé à M. le Gouverneur Général [tout ce passage est commenté dans la marge par un point d’exclamation au crayon].
M. [Jacques-Denis] Delaporte*, chef des interprètes, si recommandable par son caractère noble et désintéressé, est à Paris dans ce moment ; il peut être consulté sur la moralité des interprètes du bureau arabe, auxquels on impute vaguement beaucoup de torts. Je ne doute pas qu’il ne donne des renseignements satisfaisans. Le bureau arabe a surtout excité la haine et l’envie de quelques Maures intrigans qui voudraient se placer seuls entre l’autorité française et les arabes, afin de pouvoir tromper l’une et exploiter les autres.
Tous ces agitateurs ont déjà été expulsés de la colonie et je ne doute pas, qu’on ne soit obligé plus tard, d’employer envers eux la même rigueur. J’ai d’ailleurs appelé l’attention de M. le Gouverneur Général sur leurs menées [tout ce paragraphe est commenté dans la marge par un point d’exclamation au crayon]. »

Annexe 6 : Rapport de Joanny Pharaon sur le corps des interprètes, 1834

  • 26 De la Législation française, musulmane et juive à Alger, Paris, Théophile Barrois fils - Lecointe e (...)

29Laurence, d’après l’article premier de l’ordonnance du 12 août 1834, a dans ses attributions la réorganisation des interprètes judiciaires. Il charge par conséquent Joanny Pharaon de lui transmettre des notes pour fixer son opinion sur la composition du corps des interprètes et le degré de capacité de chacun de ses membres. Pharaon en reproduisant son rapport dans l’ouvrage qu’il publie en 1835, De la Législation française, musulmane et juive à Alger, accomplit la promesse qu’il s’est faite à lui-même de défendre ce corps auquel il appartient « et qui malheureusement n’est pas encore apprécié selon son importance26 ».

Notes remises à M. le Procureur-Général sur le Corps des interprètes

  • 27 Angelo Seror/Séror, interprète assermenté près la municipalité en 1840 (ADéf, 4Yf, 30.057, Jacob Mo (...)

« On s’entretient beaucoup à Alger d’une différence dans la langue arabe parlée dans le nord de l’Afrique avec celle qui est en usage dans toutes les échelles du Levant. Ce bruit, accrédité par l’ignorance, semble, aujourd’hui qu’il est soutenu par la malveillance et peut-être par la jalousie, prendre une consistance, un caractère qu’il importe de détruire, dans ce que cette opinion aurait pu acquérir de crédit dans l’esprit des hauts fonctionnaires d’Alger. J’ai déjà, par des explications écrites, par des démonstrations particulières et publiques, cherché à détruire cette même opinion. Il paraît que je n’ai pas été compris. Je me répéterai donc et je répondrai à cette question banale, passée aujourd’hui en usage : Est-ce l’arabe d’Alger que les interprètes parlent ? – Oui. Il n’y a qu’un seul arabe ; la langue est une et ne peut varier dans ses principes. Les hommes qui l’ont apprise, ceux qui en ont fait une étude particulière, n’y trouvent aucune différence. C’est qu’ils connaissent les nombreux synonymes de la langue, qu’ils peuvent ainsi comprendre ceux qui sont plus spécialement appliqués et en usage à Alger. C’est, ainsi que je viens de l’expliquer, l’adoption de quelques synonymes, à l’exclusion des autres, qui apporte dans la bouche de l’Algérien cette différence dans un très-petit nombre d’expressions, qui choquent les oreilles de personnes d’autant plus délicates qu’elles ignorent les sons et la valeur des mots. Mauvais juges, ils vont partout publiant que la prononciation algérienne diffère absolument de celle du bon arabe, sans réfléchir que les lettres qui composent les mots ne changent point leur valeur intrinsèque, qu’elles ont cette même valeur à Alger comme au Caire, à Tripoli comme à Alep. S’ils eussent été moins ignorants, ils auraient pu avancer avec plus de raison que les lettres varient dans leurs terminaisons, mais jamais dans leur valeur.
On dit en Égypte : bé, té, tsé ; on dit à Alger : ba, ta, tsa. Cette différence empêche-t-elle que les valeurs intrinsèques de ba ou , de ta ou , de tsa ou tsé, ne soient A, B, Ts ?
Quelques personnes, convaincues sur ce point, ont voulu attaquer la traduction ; elles ont dit alors : Vous parlez comme les Algériens, mais vous n’écrivez pas comme eux, et votre langage écrit n’est pas compris par eux. – Erreur ! Sans chercher à les convaincre par de longs raisonnements, qu’il me soit permis de faire observer ici que, de toute la Barbarie, Alger est le pays où il y a le moins de lettrés et celui où il se trouve aussi le moins de livres ; qu’il ne faut point se laisser abuser par les apparences ou les dires malveillants, qu’il faut au contraire bien se fortifier de cette idée que la plupart des hommes qui sont par les masses ou les intrigues désignés comme la fleur du pays savent à peine signer leurs noms, comment dès lors peuvent-ils comprendre par exemple, une proclamation traduite du français, sinon avec éloquence, du moins avec exactitude et pureté ? C’est comme si l’on disait à un ministre, à un député, à un journaliste français, écrivez pour être compris par cette masse brutale, qui n’entend rien, qui boit et jure toujours sans parler français et qu’on appelle le peuple ; je le demande de bonne foi, les secrétaires d’un cabinet français descendraient-ils à écrire tout ce qui demande de la dignité, avec la bassesse et la trivialité du langage populaire ? En admettant un instant qu’ils en eussent le désir, ils n’en auraient pas la faculté. L’intelligence ne peut rétrograder, l’homme qui s’exprime avec pureté et précision doit toujours être compris. Battus sur tous les points, il n’est resté à tous les critiques de mauvaise foi que la volonté de dire que la forme des lettres n’était plus la même. C’est une question calligraphique qu’il importe d’éclaircir.
La forme des lettres est la même, mais les caractères sont moins réguliers sur toute la côte de Barbarie, qu’en Égypte et en Syrie ; où les proportions sont observées. Les Algériens ignorent les règles calligraphiques et dès lors ils apportent dans la forme de leurs lettres la négligence du dégoût, le même qui a passé dans le langage.
Peut-être, M. le procureur-général, trouvez-vous qu’il ne sera pas inutile malgré toute la répugnance à employer des juifs, de nommer un traducteur israélite pour la lecture des actes ou contrats arabes qui, entre juifs, s’écrivent en caractères hébreux. Il est un homme qui pourrait remplir ces fonctions, attendu qu’il joint à la connaissance approfondie de la langue hébraïque et à une probité rare, la connaissance des langues française et arabe. Je veux parler ici de M. Thama [Tama] père*, interprète près des tribunaux. Je pourrais vous citer aussi M. Soror [Seror] 27, interprète près la mairie.
Plus de stabilité, dans l’avenir, ramènera vers Alger et dans leur foyer un grand nombre de Turcs expatriés et dont les biens sont généralement séquestrés. Ces hommes qui reviendraient pour réclamer leurs droits, ne parlant que le turc, ne pourraient se faire entendre, s’ils n’avaient un traducteur turc. M. Lauxerrois*, commissaire de police, pourrait remplir ces fonctions, dans le cas où la connaissance de la langue turque ne se rencontrerait pas chez l’un des traducteurs déjà nommés.
Je terminerai par dire aussi ce que j’ai tant de fois répété, ce que j’ai dit à M. le gouverneur-général, lorsqu’il a bien voulu m’interroger sur la différence de la langue. “Mon général, je vois que l’on vous a trompé, que vous êtes venu avec un esprit de prévention contre les personnes qui parlent l’arabe : puisque vous m’interrogez, j’aurai l’honneur de vous dire que l’arabe est invariable, que c’est une langue qui ne peut changer, mais que l’ignorance y a jeté la corruption, que le voisinage et les rapports commerciaux de l’Espagne, la Provence et l’Italie ont consacré quelques expressions du littoral européen chez les peuples algériens, maroquains, tunisiens, et tripolitains.”
De cette question, je passe à celle des interprètes qui à chaque instant sont appelés à manier avec plus ou moins d’habileté une langue, qui est encore pour beaucoup, un objet d’hésitation ou d’inconvenantes spéculations : jusqu’à ce jour, personne ne s’est arrêté aux fonctions d’interprètes, on s’est trompé sur la nature des obligations, on a mal jugé la position, en un mot on n’a pas voulu apprécier le mérite. Les interprètes sont par la nature de leurs fonctions, des hommes fidèles et consciencieux, c’est une mission religieuse qu’ils doivent remplir partout où l’on implore leurs secours. Ils deviennent par une triste nécessité des intermédiaires obligés de toutes négociations ; la parole qui passe par leur bouche, doit arriver pure à l’oreille : voilà ce que sont les interprètes ou plutôt disons mieux voilà ce qu’ils devraient être. La plupart ont méconnu leur mission, ils ont appelé sur eux l’attention publique qui les a montrés au doigt, de là la déconsidération sur un corps dont l’importance quoiqu’on en dise n’a point été chimérique depuis 4 années ; de là également les injustices, les abus, le dégoût, tristes résultats d’un choix d’hommes fait sans calcul et avec une trop grande précipitation. Espérons enfin que le moment est arrivé où les interprètes seront appréciés, considérés par la nature de leurs services ; l’article 19 de l’ordonnance du roi semble prédire cet heureux bienfait ; puisse-t-il ne pas être illusoire et amener une organisation définitive et digne d’élever le corps lui-même à ses propres yeux.
Vous êtes aujourd’hui, Monsieur le procureur-général, appelé à provoquer cette importante décision de la part du gouvernement ; car les interprètes que vous choisirez pour les tribunaux seront des hommes qui devront avoir, pour eux, le savoir réel, la probité et l’honneur. Que restera-t-il donc à l’armée et aux divers services ?
Puissent ces hommes trouver en vous un défenseur éloquent et judicieux, l’avocat qui doit relever leur considération endormie, celui qui doit assurer un avenir, encourager ainsi leurs efforts, leurs travaux ; car jusqu’à ce jour, il faut le dire, ils n’ont pas d’avenir. Ce corps ne pourrait exister plus long-temps tel qu’il est aujourd’hui, si une volonté forte, si un bras puissant ne venait lui accorder l’appui réclamé depuis le commencement de la conquête.
Un jour peut-être, on daignera les apprécier, on reviendra plein de souvenirs sur le passé ; alors le gouvernement fixera son opinion sur les fonctions des interprètes que peu de personnes conçoivent. L’interprète est l’homme de confiance, c’est le double de la personne qu’il sert. Ce n’est point une machine à parole, ainsi que l’on a voulu le laisser croire, étrangère à tout ce qui se dit ou se fait ; l’interprète doit au contraire connaître le caractère, les habitudes de l’homme auprès duquel il est placé, ses fonctions lui font un devoir de l’étudier, car en parlant, ou en traduisant, ce ne sont pas uniquement les paroles du chef qu’il faut rendre, mais toutes les nuances de sa pensée. C’est la parole transversée d’un corps dans un autre sans changer d’âme ; voilà comme il faut comprendre les fonctions d’interprète.
Si l’interprète transmet des paroles françaises à un Arabe, il doit écouter en Français et penser en Arabe ; si ce sont au contraire des paroles arabes qu’il faille transmettre en français, c’est en Arabe qu’il faut écouter, penser en français.
Dans la chaleur d’une conversation, un mot offensant peut échapper à l’ignorance de l’indigène, il faut que l’interprète sache le reprendre sans attirer l’attention du chef. Dans le cabinet, l’interprète n’est pas moins utile ; de la fermeté de son style, dépend souvent l’obéissance, il peut aussi par une correspondance à propos paralyser l’action de l’ennemi ou en retarder la marche.
Voilà la théorie pratique des interprètes ; voilà ce que l’on n’a pas voulu concevoir jusqu’à ce jour ; voilà, Monsieur le procureur-général, ce que vous comprendrez et ferez comprendre facilement.
Ce sera sans doute parmi des hommes de cette nature que vous choisirez les fonctionnaires qui sont nécessaires aux tribunaux ; malheureusement le nombre qui en est très borné rendra le choix très difficile.
Sans rien préjuger de vos intentions, sans vouloir me permettre d’influencer les choix que vous seul pouvez faire, sans avoir le moindre désir d’entrer dans le détail des nominations, permettez-moi, M. le procureur-général, de vous faire remarquer que l’article 19 n’explique pas assez clairement l’esprit de sa lettre. En voulant des interprètes assermentés, la loi veut aussi, sans doute, des traducteurs assermentés. Ici, la différence existe et elle est immense, s’il fallait prendre au choix les traducteurs assermentés, vous vous trouveriez, Monsieur le procureur-général, dans la nécessité de recourir aux secrétaires interprètes civils et militaires. C’est parmi eux que vous rechercheriez vraisemblablement vos traducteurs que nous ne pourriez trouver que parmi les noms que je vais citer. Je les place ici, non d’après l’ordre hiérarchique, mais d’après le degré de capacité supposé à chacun d’eux, ce sont MM.
Antoine Rousseau*, premier interprète au domaine pour l’arabe, parlant également le turc
[Frédéric] Müller*, interprète de M. le gouverneur-général, parlant aussi le turc
[Charles] Zaccar*, secrétaire interprète au cabinet du gouverneur
Sasporte, secrétaire interprète au cabinet du gouverneur, israélite
[Jean Honorat] Delaporte* fils secrétaire interprète de M. l’intendant civil
Pris en dehors des interprètes attachés au gouvernement, on peut citer MM.
[Joseph] Samuda, traducteur assermenté, israélite
Kirwinn, élève du cours d’arabe
[Benjamin] Vincent*, président de la cour de justice

Il reste à l’égard de ces derniers une observation à faire ; c’est qu’en admettant que tous les trois fussent bons traducteurs, ils éprouvent tous trois une grande difficulté à parler la langue.

Voilà, M. le procureur-général, d’après le jugement que j’ai pu en porter, les personnes qui sont seules aptes à faire des traducteurs assermentés.

Quant aux interprètes assermentés, la question serait moins difficile à trancher et les sujets seraient moins rares ; néanmoins, s’il faut moins de capacité, il faut aussi plus de fidélité et de conscience dans la parole, ici il ne s’agit que de parler l’arabe pour le traduire verbalement : les personnes que je crois les plus aptes à remplir ces fonctions, sont MM. :
[Antoine] Bathary [Bottari*], interprète auprès des tribunaux, lit un peu l’arabe, parle le français, l’italien, l’espagnol et l’arabe.
Fisler, interprète au domaine.
[Demétry] Nazo*, interprète au conseil de guerre et des prisons, lit un peu l’arabe, et l’écrit.
[Jean-Baptiste] Conapa [Canapa*], interprète du général Voirol, parle bien le français et l’italien.
[Menahem] Nahon, interprète de l’intendance civile à Oran, parle le français, l’arabe, l’espagnol, l’italien et l’anglais.
Certa, interprète du général Avysard [Avizard], parle français, arabe et italien.

En dehors des employés de l’armée, il est juste de citer MM. :
Perougali [Pierogly/Pirghouly] ou Athar, parlant français, arabe et bon maltais.
Gentis, sous-employé des vivres.
Balthis, commis négociant.

  • 28 Joanny Pharaon cite ici une série d’arabisants connus pour avoir publié récemment des grammaires de (...)

J’invoque à l’égard de tout ce que je viens de dire l’autorité d’Herbin, de Savary, de Bombay [Dombay], de Sylvestre [Silvestre] de Sacy*, d’Élioun Bacthor [Ellious Bocthor*], de Cousin [Caussin] de Perceval* fils28 ; j’invoque les témoignages consciencieux de MM. Vincent*, Müller*, Marey, Solyman [Mitri* ?] et de La Moricière [Lamoricière].
Voilà, M. le Procureur général, tous les sujets sur lesquels j’ai l’honneur d’appeler plus particulièrement votre attention ; votre sagesse et la juste appréciation du mérite de chaque individu fera le reste, si votre intention est toutefois de les nommer au choix ; dans le cas contraire, le concours à l’égard de tous me semble être le moyen le plus sûr d’arriver à de justes et bons résultats, car chacun devra à son mérite la place qu’il occupera. Si vous adoptez ce dernier moyen, le choix du jury sera difficile et ici naît l’embarras des désignations ; vous ne pourriez, M. le Procureur général, les choisir que par les muphtys, cadis et ulémas d’Alger, qui dans cette circonstance seraient assistés d’un ou de plusieurs interprètes qui seraient choisis parmi ceux qui se seraient mis en dehors du concours.
Ma conscience et les observations que j’ai pu faire m’obligent à vous déclarer, M. le Procureur général, que parmi les interprètes que je cite et le grand nombre de demandes qui vous sont adressées pour être admis en qualité de traducteur, il en est qui ont l’espoir de remplir cette fonction si jamais elle leur est confiée, par des secrétaires indigènes qui expliqueraient dans le silence du cabinet la valeur des expressions qui seraient reproduites et certifiées conformes par le titulaire. C’est un vice, contre lequel il importe de se prémunir.
Mais il serait également important, M. le Procureur général, quelle que soit votre décision, que les nominations des traducteurs se fassent au choix, ou qu’elles deviennent l’objet d’un concours, de nommer deux classes de traducteurs : l’une serait pour la traduction du français en arabe, et l’autre pour la version de l’arabe en français.
Je motive cette opinion sur ce que le génie des deux langues ne se ressemble pas et que parmi les secrétaires interprètes du gouvernement il en est qui, tout en connaissant parfaitement les deux langues, traduisent plus facilement l’arabe en français, tandis que d’autres au contraire traduisent mieux le français en arabe. L’adjonction des deux traducteurs différens rendrait aux actes la vérité de leurs expressions et aurait des résultats qui seraient appréciés plus tard, lorsque l’immense carrière des procès à naître ouvrira un vaste champs [sic] aux nombreux plaideurs. J’ajouterai à ce rapport la note que j’ai remise sur le même sujet à la commission d’enquête, présidée par M. le lieutenant-général Bonnet, lors de son séjour en Afrique. Peut-être me fera-t-on le reproche de parler un peu longuement d’une chose qui est absolument étrangère au sujet contenu dans ce volume ; je répondrai que je profite de l’occasion qui m’est offerte de faire connaître les interprètes à propos d’un travail judiciaire. […]
Le corps des interprètes est d’une utilité générale, mais jamais appréciée, dans les expéditions, il est toujours le premier, soit en reconnaissance, soit en parlementaire ; et si quelques mauvais coups sont réservés à l’état-major auquel il appartient, l’interprète sait en prendre sa part. Voilà pour le service des camps.
Dans le cabinet, le secrétaire-interprète est l’âme de la correspondance ; il peut contribuer à changer la face des événements; je ne citerai qu’un fait :
Lors de la défection de l’agha, arrivée en août 1832, les arabes rassemblaient leurs forces pour nous attaquer, le duc de Rovigo voulait bien les recevoir, mais il n’était pas encore prêt. S’adressant à moi, il me dit devant les généraux Trézel, Fodoas et d’Anlion, si vous pouvez par votre correspondance les lanterner huit jours encore et faire qu’ils ne nous attaquent pas avant, je serai tout disposé alors à les bien recevoir. Je promis, et aidé de mon collègue M.Charles Zaccar*, je retardai l’instant de l’attaque de dix jours. Tout avait été bien disposé pendant ce temps et l’armée eut le bonheur, le 2 septembre, de battre complètement à Souc-Aly les Arabes [sic], qui avaient à leur tête l’agha qui recevait alors du gouvernement français 72 000 francs par an.
Comme on peut le voir, les services que peuvent rendre les interprètes ne sont pas à dédaigner. Tout le monde n’est pas digne, ni capable d’être interprète ; il ne suffit pas seulement d’être porte-voix et transmettre machinalement la parole qu’on reçoit, il faut encore conserver l’idée et l’intention de l’homme qui vous charge de transmettre sa pensée ; il importe donc de connaître parfaitement les langues française et arabe. Ces connaissances demandent l’application de plusieurs années de travail, d’où l’on peut conclure qu’il faut bien plus de temps pour faire un interprète de mérite qu’il n’en faut pour faire un officier distingué.
Le corps des interprètes, en raison de son importance et de son utilité à l’armée d’Afrique, réclame une prompte organisation après épuration. Cette mesure est nécessaire pour élever ce corps aux yeux de l’armée et par conséquent à ses propres yeux. Cette pensée existait dans l’esprit de tous les généraux qui se sont succédés en Afrique ; on peut en juger par l’attention que mit le maréchal Bourmont à ne composer ce corps que d’orientalistes et d’anciens officiers de mamelucks de la garde impériale.
Le maréchal Clauzel avait agité la question de les autoriser à joindre à leur brillant uniforme l’aiguillette, signe distinctif des officiers de l’état-major-général ; ce projet n’a pas eu de suite.
Le général Berthezène avait promis la croix à ceux qui s’étaient le plus distingués et notamment à M. Zaccar qui eut un cheval tué sous lui, lors de l’expédition de l’Atlas ; le général Berthezène n’a pas tenu parole.
Le duc de Rovigo écrivait à M. le maréchal ministre de la guerre [Soult] que, “les interprètes n’étaient pas assez nombreux, qu’ils étaient les liens entre les Français et les indigènes et qu’à cet égard, c’étaient les seuls officiers d’état-major qui rendissent quelques services”.
Le lieutenant-général Voirol, dont la justice est généralement reconnue, réclame, en ce moment, en faveur de ce corps, une organisation plus digne et plus complète.
Pour appuyer l’opinion bienveillante de tous ces généraux, je me permettrai de la fortifier de celle de l’empereur. Napoléon savait apprécier les hommes et honorer leurs services ; c’est un fait incontestable. Sous son gouvernement, les interprètes occupaient un rang qui n’était point illusoire et l’avenir récompensait les services que l’on avait pu rendre, cela encourageait à bien continuer. Napoléon qui appréciait les hommes, voulait aussi qu’on les considérât ; l’assimilation aux grades militaires existait alors comme aujourd’hui, mais chacun portait les insignes de son grade : ai-je besoin de rappeler que c’était ainsi au camp de Boulogne. Tous les interprètes du général Bonaparte en Égypte et plus tard ceux de l’empereur Napoléon furent des hommes éminemment distingués et qui depuis ont fait leurs preuves, soit sur le champ de bataille, soit au conseil, soit dans le cabinet de leur maître. Les noms seuls diront ce qu’étaient les individus : MM. Ventre [Venture], le baron Sylvestre [Silvestre] de Sacy*, le comte Élias Pharaon (mon père), le comte Amédée Jaubert, Biaschewich [Bracevich*], [Xavier] Bianchi, [Jacques-Denis] Delaporte* père, Éliouss-Bocthoër [Ellious Bocthor*], etc.
En Autriche et en Russie, les interprètes sont conseillers de cour ; il n’y aurait donc qu’en France et en 1833 que les interprètes, en rendant de grands et d’utiles services, se trouveraient réduits à leur plus simple expression de considération sociale.
Espérons enfin que la sagesse et la justice du gouvernement fixeront le sort des interprètes en leur assurant un avenir ; et que lorsqu’ils seront convenablement organisés, on ne manquera pas alors de trouver des hommes instruits et qui seront très honorés de faire partie d’un corps spécial dont on aura reconnu généralement l’utilité.

Annexe 7 : La promotion de l’enseignement de l’arabe par l’intendant civil Bresson, 1837

  • 29 Cette lettre a été éditée par Auguste Cour, « Notes sur les chaires de langue arabe d’Alger, de Con (...)

30Ce courrier adressé de Paris par l’intendant civil Bresson à l’inspecteur de l’Instruction publique en Algérie rappelle l’importance que les bureaux parisiens prêtent au développement de l’enseignement de la langue arabe en Algérie29.

« S’il est une vérité dont j’ai emporté la conviction profonde en m’éloignant de l’Afrique, c’est celle de l’importance qu’il y a pour l’établissement de notre puissance, de parvenir à répandre la connaissance de l’arabe parmi les européens. Je ne sache pas en effet, de plus grand obstacle à l’entretien de nos relations amicales avec les tribus que leurs intérêts pousseraient à se rapprocher de nous, que l’impossibilité où nous nous trouvons de les comprendre et d’en être compris parfaitement. Entre les indigènes et nous, il y plus de malentendus que de causes d’inimitié réelles, et de ces malentendus naissent des hostilités, des embarras, des fautes de tout genre. Il n’en saurait être autrement, tant que les autorités françaises et la population européenne ne pourront communiquer avec les indigènes qu’à l’aide de quelques interprètes. Le mal que je signale est grand et durera longtemps encore, je le sais ; mais comptez sur mes soins et mes efforts pour en diminuer l’étendue, en abréger la durée. Avant comme pendant mon séjour à Alger, j’ai pensé que l’enseignement de l’arabe méritait la plus sérieuse attention de la part de l’administration civile, et que de son organisation et de ses progrès devait dépendre à la longue, en grande partie, le succès de notre vaste entreprise, la colonisation du pays par le double concours des européens et des indigènes.
Vous n’avez pas dans votre service, M. l’Inspecteur, de branche plus importante à diriger ; faites-en le sujet de vos mûres réflexions, et n’hésitez pas à me proposer tout ce qui tendra à l’améliorer et à la développer. Dites bien à M. le professeur du Cours d’Arabe que le gouvernement, en le choisissant pour cette chaire importante, lui a donné un témoignage de haute estime et de grande confiance qu’il saura, je n’en doute point, justifier par de sérieux travaux et de solides résultats. Le cours dont il est chargé n’est pas un cours ordinaire ; il emprunte des circonstances dans lesquelles nous sommes placés en Afrique, un caractère tout particulier d’importance politique et d’utilité éminente. Que M. Bresnier* ne s’épargne donc ni soins, ni peines pour donner à ses leçons le degré d’intérêt dont elles sont susceptibles. Il a devant lui une belle carrière à fournir, puisqu’il a un enseignement tout nouveau à créer, à populariser, celui de l’arabe parlé sur les côtes de l’ancienne régence. J’augure assez bien de son amour pour la science pour espérer qu’il ne renfermera pas ses études dans le cercle de l’idiome algérien, mais qu’il les étendra jusqu’à la langue des Kabaïles, et jusqu’aux divers dialectes dont se servent les tribus des plaines ou des montagnes, dès que nous pourrons, en toute sécurité, pénétrer au milieu d’elles.
Je verrais avec une satisfaction mêlée de beaucoup d’espérance, notre jeunesse d’origine européenne, se porter avec ardeur à l’étude de l’arabe dont la connaissance ne peut manquer d’être pour elle féconde en ressources de tout genre, soit qu’elle se livre à des exploitations agricoles ou commerciales, ou qu’elle veuille parcourir la carrière des emplois publics, car il entre dans les vues de l’administration de ne choisir plus tard ses agents, autant que cela sera possible, que parmi ceux qui sauront à la fois les langues arabe et française, comme aussi de préférer les interprètes formés sur les lieux à ceux qui auraient étudié hors de nos possessions. Il est bon que ces dispositions du gouvernement soient connues des pères de famille et des élèves qui commencent ou achèvent leur instruction dans la colonie. Je vous autorise donc à leur donner une entière publicité.
Sans adopter, dès aujourd’hui, des mesures qui seraient prématurées, j’attends, Monsieur l’Inspecteur, les diverses propositions que vous croirez devoir me faire dans le courant de cette année ou des suivantes, pour encourager et propager cette étude. Ouverture de nouvelles classes, achat de livres, impression d’ouvrages élémentaires, récompenses, concours, je ne vous désigne rien nominativement, mais j’appelle votre attention sur ce sujet pour que vous cherchiez et vous trouviez les moyens propres à nous conduire au but que nous avons en vue. Je serai, pour mon compte, très empressé d’appuyer vos propositions près de Monsieur le Ministre de la Guerre. »

Annexe 8 : Le cours public d’arabe d’Alger : discours inaugural de la 2e année du cours professé par Bresnier, 20 novembre 1837

31Ce discours a été reproduit dans le Moniteur Algérien (24 novembre et 3 décembre 1837) :

« Messieurs, c’est pour la seconde fois qu’une solennité dont le souvenir fera longtemps battre mon cœur, nous amène devant vous ; c’est pour la seconde fois que nous venons vous offrir le fruit de nos études spéciales, heureux de pouvoir consacrer tous nos travaux au service de notre patrie et aux besoins de nos concitoyens !
Votre but à tous, en venant ici nous prêter votre attention, est de chercher à franchir la barrière formidable qu’une langue et des coutumes bien différentes des nôtres ont placée entre vous et des peuples que la victoire a mis entre nos mains, et que notre intérêt comme notre devoir est d’amener à sentir les avantages de notre vie active et industrieuse sur leur existence indolente et apathique. Notre tâche est de vous guider à travers les difficultés, de les aplanir, et de vous mettre à même d’obtenir les résultats que vous vous proposez.
C’est, en effet, en nous appliquant à l’étude de la langue des Arabes que nous pourrons bien apprécier un peuple que des idées trop absolues nous représentent comme entièrement barbare, et auquel il serait certainement injuste de refuser une intelligence assez pénétrante. Car il ne suffit pas, pour connaître une nation, de vivre dans une même enceinte, de voir journellement les individus ; il faut que des relations faciles et continuelles s’établissent, il faut que des rapports nombreux nous montrent à nu le cœur de l’Indigène, il faut enfin que de ces rapports jaillisse une confiance mutuelle base la plus solide de toutes les transactions ; et si par de tels moyens nous acquérons une connaissance exacte du caractère de l’Arabe, celui-ci, à son tour, apprendra à nous connaître et à sentir le prix de notre commerce et de notre industrie. C’est par l’étude approfondie de la langue arabe que nous éviterons de grossières méprises, aussi funestes à notre considération qu’à nos intérêts ; c’est par là seulement que nous pourrons exercer sur les Arabes l’ascendant qu’une civilisation éclairée nous donne, et leur faire comprendre que si nous avons l’avantage de la force matérielle, nous possédons aussi celui de l’expérience et de l’adresse, qui rendrait impuissantes toutes leurs tentatives contre nous.
Pour arriver à un tel résultat, Messieurs, il faut entreprendre avec courage et résolution un travail difficile ; car pourquoi le dissimulerions-nous, il y a là des difficultés nombreuses qu’une persévérance active et une volonté ferme peuvent seules vaincre ; mais quand donc a-t-on atteint un but élevé sans efforts et sans travaux ? C’est en se roidissant contre les obstacles qu’on les surmonte, non en cédant aux premières atteintes d’un trop prompt découragement.
Nous n’avons pas besoin, Messieurs, d’insister davantage, ni sur l’importance de l’étude raisonnée de la langue arabe, ni sur le travail et l’assiduité qu’elle exige. Les avantages que le commerce et la vie domestique peuvent en tirer sont trop bien sentis pour qu’il soit besoin de les démontrer : il y a là un motif de plus d’exciter votre zèle, et j’ose croire, Messieurs, que vous l’avez apprécié comme nous… »

Annexe 9 : Le cours public d’arabe vulgaire et la langue arabe parlée à Alger selon Bresnier, 1838

  • 30 Extrait de Bresnier, « De l’enseignement de l’arabe à Alger », JA, 3e série, t. V, mai 1838, p. 483 (...)

« […] [Le cours public d’arabe vulgaire] a pour objet de mettre à même les habitants de la colonie d’étudier les principes du dialecte algérien, de diriger leurs efforts et de conduire chacun au but vers lequel ses besoins personnels, ou son amour de la science le font tendre.
L’étendue de ce cours n’a donc d’autres bornes que celles que les dispositions individuelles des auditeurs viennent y placer. Aussi ne doit-il pas avoir pour objet unique l’enseignement de la langue parlée : l’intelligence des écrits, mais de ceux que les besoins politiques, commerciaux ou particuliers mettent journellement sous les yeux, est le corollaire indispensable de l’entente du discours oral. La première ne s’acquiert que par une étude constante et raisonnée, tandis que la seconde, exige plus spécialement une pratique matérielle, si j’ose le dire, sans nécessiter d’autres efforts que la patience jointe à la mémoire et à la perception distincte des sons.
La langue parlée dans l’Algérie ne diffère de la langue écrite que par quelques formes spéciales de conjugaison et de syntaxe très faciles à saisir, et par l’emploi de quelques expressions locales. De plus, comme dans tous les dialectes de l’arabe, les nombreux synonymes qui servent dans l’idiome littéral à exprimer une même idée se réduisent presque toujours à un seul mot adopté par la localité, et remplacé en d’autres contrées par des expressions diverses, mais appartenant toutes au fonds de la langue.
L’arabe d’Alger est simple dans les principes ; mais ceux-ci, pour être bien appréciés, demandent une connaissance exacte de la langue mère, connaissance d’autant plus indispensable que, par suite de l’ignorance de la grammaire où sont presque tous les Maures, les transactions écrites et les correspondances sont remplies de fautes de diverses natures souvent assez graves, si elles n’étaient reconnues, pour en altérer le sens, ou en empêcher l’intelligence.
L’arabe, tel qu’il est usité dans la conversation, n’est employé dans le discours écrit que par les personnes que le défaut d’éducation empêche de mieux faire. Chez les Maures aussi bien que chez les Arabes, le style tend ordinairement à l’élégance et à la pureté ; mais une instruction plus ou moins défectueuse doit nécessairement influer sur la correction ou la grossièreté de ce style. L’absence d’uniformité dans l’orthographe est, je le répète, une des causes qui nécessitent l’étude approfondie de la langue arabe, à cause de ses difficultés nombreuses et très-souvent insurmontables pour ceux que cette étude n’a point suffisamment éclairés. »30

  • 31 JA , décembre 1838, p. 589-612.

32Dans son « Esquisse de la langue arabe parlée à Alger et dans la régence d’Alger31 », Bresnier note les traits caractéristiques du dialecte algérien et donne quelques détails sur la culture intellectuelle locale.

« Bien des opinions se sont formées, depuis notre conquête, sur la langue parlée soit dans l’Algérie, soit sur toute la côte barbaresque. Les uns croient y reconnaître les éléments d’une langue constituée, ayant à elle son génie, ses beautés, et attendant un Milton ou un Dante pour les faire ressortir ; d’autres, avec plus de raison, la regardent comme un simple patois livré seulement aux relations sociales, mais trop grossier pour se prêter aux exigences d’une littérature. Beaucoup établissent une différence entre la langue barbaresque et l’idiome littéral, d’après la forme des caractères ; et j’ai vu affirmer avec le plus grand sérieux, devant une assemblée, par une personne soi-disant compétente, qu’un manuscrit du Coran était en arabe vulgaire, par cela seul que le type de l’écriture était celui du pays. […]
L’arabe algérien, comme, du reste, tous les autres dialectes de l’arabe, n’est employé que dans les relations familières, et seulement dans le discours. Il n’est écrit que par les Maures, qui n’ont pour la plupart d’autre instruction qu’une longue pratique, reposant seulement sur la tradition ; ses formes, qui ne sont fixées, chez les indigènes, par aucun ouvrage, se sont transmises par une succession d’autant plus constante, que le nombre des mots qu’il emploie est assez restreint, et que la composition du discours suit les règles les plus simples de la syntaxe arabe en modifiant ou abrogeant les autres.
Peu d’ouvrages encore ont déroulé aux yeux des Européens le tableau du dialecte d’Alger, et aucun ne l’a fait d’une manière assez complète pour que le philologue puisse, dans son cabinet, s’en former une idée exacte. La grammaire de Dombay même, pleine d’utiles et d’intéressantes remarques, laisse regretter une foule de détails qui n’ont certes point échappé à ce savant, et qu’il était rigoureusement nécessaire de mentionner pour remplir le but de toute grammaire.
Les livres qui l’ont suivie n’ont pas comblé cette lacune, soit à cause du manque de spécialité de plusieurs d’entre eux, soit parce que le point d’observation où se trouvaient leurs auteurs ne leur permettait de considérer l’arabe d’Alger que sous l’unique aspect où il se présentait à eux. Néanmoins, on doit le reconnaître, de laborieux efforts ont été tentés à une époque où l’on ne pouvait encore consulter ici les ouvrages généraux sur la matière ; on a travaillé avec la noble ambition d’être utile, et si le but n’a pas été pleinement atteint, c’est que depuis peu d’années seulement la carrière est ouverte ; c’est que, pour la parcourir, il faut avoir à sa disposition les moyens que la science nous offre ; qu’il ne faut point être forcé de créer là où il n’y a qu’à imiter ; c’est enfin, parce qu’aux connaissances générales il faut joindre celle de la localité. D’ailleurs tous ou presque tous les ouvrages qui ont été publiés récemment sur ce sujet ont une utilité pratique : quelques-uns même sont les monuments les plus complets de l’idiome algérien. »

Annexe 10 : Traduire en arabe des manuels élémentaires : un programme défini par Joanny Pharaon, 1838

  • 32 Cette note manuscrite est conservée au Service historique de la Défense dans le dossier de pension (...)

33Dans une note adressée au ministre de la Guerre et au directeur des affaires d’Afrique, Joanny Pharaon répond à la demande qu’on lui a faite d’indiquer « la nécessité de quelques ouvrages à écrire ». Il dresse la liste des livres élémentaires qui, propres à répandre le goût de l’instruction parmi les Arabes, devraient être traduits32.

« Il n’est pas facile à improviser une civilisation au milieu d’un peuple conquis et dont la constitution sociale est diamétralement opposée à celles des peuples de l’Occident. Lorsqu’un Gouvernement sage veut la civilisation, il doit la rechercher par tous les moyens possibles afin d’arriver à des résultats satisfaisants ; il est évident qu’il n’y a qu’un moyen d’atteindre ce but, c’est celui de recourir à l’infaillibilité de l’instruction.
C’est ce que le gouvernement paraît avoir parfaitement compris, les essais qu’il a fait ne lui laissent aucun doute sur la nécessité de l’instruction qui est assez connue. Ce principe une fois établi, nous n’avons plus qu’à nous occuper de l’indication pure et simple de l’un de ces moyens qui obligent les populations ignorantes à rechercher et réclamer les bienfaits de l’instruction. Nous croyons que quant à présenter la seule chose qu’il y aurait à faire, ce serait de s’arrêter à la traduction de quelques ouvrages propres à fixer ou à intéresser l’ardente imagination des arabes : c’est donc une rédaction, vive, animée, merveilleuse, quasi féerique, telle qu’elle peut convenir à un peuple qui est bercé avec les contes merveilleux et moraux des Mille et une nuits, mais il faut aussi que cette traduction soit simple, concise et surtout très abrégée.
Toutefois le choix de ces ouvrages doit être en harmonie avec l’intelligence des Arabes, leurs moyens d’éducation, l’état de leur agriculture, l’état de leur industrie, du commerce et leurs penchants pour chacune de ces branches de la prospérité sociale.
L’arabe aime le merveilleux, on le sait. Il faut donc choisir et faire passer dans la traduction (suivant les ouvrages), quelques-uns de ces morceaux, dont la citation toute [sic] en exaltant l’imagination, la frappe d’admiration.
L’arabe est effectivement agriculteur et guerrier, il faut donc lui indiquer les moyens d’améliorer et de perfectionner l’agriculture, et lui présenter aussi par des descriptions rapides et hardies les hauts faits militaires.
En lui présentant la traduction très abrégée des manuels des arts et métiers, il sera facile alors d’aborder la description de tous les états mécaniques ou industriels connus des arabes, et saisir l’occasion d’expliquer tous les effets des produits chimiques toutes les fois que la chimie aura quelques rapports avec l’un de ces arts ou métiers.
Des livres traduits dans cet esprit demeurera aux Arabes l’idée de la supériorité que nous avons sur presque tous les peuples, et amèneraient progressivement chez eux le goût de l’instruction : alors l’arabe sera en voie de progrès et l’on pourra tenter d’autres moyens, établir sur des bases plus larges, pour les faire arriver à un plus haut degré d’instruction.
Il ne nous reste plus qu’à indiquer les livres qui doivent être traduits et de quelle manière ils doivent l’être. Nous croyons devoir donner la préférence à ceux dont la nomenclature [suit] :
Méthode de lecture ; Abrégé de grammaire ; Histoire de France ; Histoire des Arabes ; Arithmétique ; Géographie ; Géologie ; Physique et chimie.
Pour les arts et métiers, les manuels de l’armurier, du tanneur, du tisserand, du teinturier, du mécanicien, du forgeron [etc. ?].

Procédons par ordre :
Méthode de lecture : présenter succinctement les règles de la lecture, la valeur des lettres, leurs rapports avec l’alphabet arabe, donner pour exercices les noms les plus révérés parmi les Musulmans : de Dieu, des prophètes, quelques sentences et terminer par l’un de leurs contes.
Abrégé de grammaire : les parties des discours comparées aux parties du discours de la langue arabe ; démontrer les règles avec précision et clarté ; les dégager de toutes les difficultés qui envahissent ordinairement et presque toujours inutilement les méthodes grammaticales ; puiser autant que possible les exemples à donner dans les propres ouvrages arabes, soit historiques, religieux ou de poésies.
Histoire de France : ne l’envisager que sous le rapport des dates, n’y consigner que les faits guerriers, ou ceux qui sont relatifs à la galanterie de nos rois, exploiter sous un double rapport l’époque du moyen âge ; éviter surtout de tomber dans les détails ou l’appréciation des faits qui ont trop souvent fait naître l’opposition des peuples envers les souverains ; taire les intrigues scandaleuses des cours ; enfin, sans cesser d’être vrai ne montrer que le beau côté de notre histoire, pour ne pas nous exposer à rougir devant nos lecteurs.
Histoire des Arabes : quelques morceaux de la vie de Tamerlan, quelques vers du poète Abou Zeid, l’Anacréon des Arabes.
Arithmétique : ne parler que des quatre règles.
Géographie : se borner à la dénomination des principaux pays ; le chiffre des populations ; à la description des principales villes, des principaux lieux.
Géologie : donner l’explication de quelques-unes des principales merveilles du globe, des révolutions terrestres.
Physique : en expliquer les effets les plus naturels, ne point aborder les questions de haute physique, de peur d’effaroucher leur susceptibilité religieuse.
Chimie : ne pas faire une traduction spéciale des principes de chimie, mais établir les effets qui peuvent résulter de l’emploi des produits chimiques dans certaines opérations de la fabrication.

  • 33 Les Aventures de Télémaque (1699) sont l’un des premiers ouvrages traduits en turc et en arabe (Rob (...)
  • 34 La série de petits volumes d'Arnaud Berquin intitulée L'Ami des enfants (1782-1783) a été l'un des (...)

Dans une semblable série d’ouvrages, nous croyons inutile d’entretenir les lecteurs arabes des démonstrations cosmographiques, astronomiques ainsi que toutes sciences qui pourraient ébranler leur foi religieuse et les principes d’immuabilité qu’ils attribuent aux planètes, dont ils portent le nombre à cent vingt-trois mille, pour égaler celui de leurs prophètes, sages ou marabouts sanctifiés.
Enfin, clore la série de ces travaux par la traduction très abrégée des manuels qui paraîtront sur la nature des états ou professions les plus propres à être d’une utilité immédiate.
Nous répéterons encore que toutes ces traductions devront être très abrégées, d’un style vulgaire, clair et concis, n’enseigner, enfin, que ce qu’il est indispensable de connaître.
Maintenant que nous avons désigné en grande partie la traduction à faire des ouvrages élémentaires d’instruction intellectuelle et industrielle, nous n’avons plus qu’à présenter la forme dans laquelle ces ouvrages doivent être offerts aux lecteurs arabes.
Nous avons dit qu’amis des merveilles les arabes aiment tout ce qui frappe l’imagination ou toutes démonstrations mathématiquement physiques, capable de les rendre à l’évidence. C’est donc sous ces deux points de vue que doivent être écrits les ouvrages dont nous proposons la traduction.
La tâche de l’auteur traducteur sera pénible, difficile même, mais elle ne sera pas impossible : parler poésies, gloire, combat, raconter des histoires, des anecdotes, faire des contes, c’est entreprendre ce qui a déjà été fait : tout dépend du plus ou moins de bonheur. Sans vouloir établir une comparaison qui pourrait paraître ridicule, tant elle serait ambitieuse, nous avons, par exemple, en fait d’ouvrages qui importent le fond par la forme : Télémaque33 et les Œuvres de Berquin34.
Saumur, le 16 novembre 1838. »

Annexe 11 : La traduction des sciences modernes : l’expérience égyptienne de Nicolas Perron, 1839

  • 35 JA, t. VIII, 3e série, septembre 1839, p. 205-206.
  • 36 1254 h. [1838], 330 p. et 15 planches, in-8°.

34Dans sa « Lettre sur le Voyage au Soudan du schaykh Mohhammad al-Towniciyy à M. Jules Mohl, à Paris35 », Perron dit quelques mots de son travail d’adaptation de la science moderne en arabe, al-Azhār al-badī ‘a fī ‘ilm at-Ṭabī ‘a, publié à Būlāq36.

« [C’est] le résumé du cours que je fais à l’école de médecine du Caire. Je puis dire que si je n’eusse connu assez bien la langue arabe, la traduction en eût été d’une difficulté presque insurmontable dans cet idiôme désespérant ; car, vous le savez, l’arabe est une langue close, finie, à frontières immobiles, dont le génie singulier, respecté à l’égal de la Kâbah [ka‘ba] par les espèces de savants ou ulémas actuels, ne voudrait pas admettre dans les vieilles richesses, dans les vieux falbalas dont il est attifé, un mince kharaz nouveau. Epuisé ou trop plein, il tremble de se mettre à la bouche un mot nouveau ; il ne veut, et pour ainsi dire ne peut plus brouter que dans son ancien enclos ; il est vieux, et il ne veut rien prendre de la civilisation actuelle.
Il y a donc peine incroyable à lui jeter dans son domaine les noms techniques des sciences que n’ont pas connues les déserts, ou que n’ont connues qu’à l’état encore imberbe les cours des khalifes qui pensèrent à les importer dans l’Islamisme. Aussi je vous dirai franchement, et réellement sans vanité, que j’ai eu fatigue et ennui suffisants quand il s’est agi de traduire, de réviser et d’expliquer le texte premier, et d’indiquer en arabe les choses, les expériences, les instrumens et la technologie physiques. Malgré tout ce que j’ai pu faire, il y a encore des sens louches, de faux sens ; et comment éviter ces malheurs dans le temps où nous sommes ? Voyez seulement les cinq premières pages du livre ; j’y ai marqué en marge quelques bévues du réviseur arabe. Si au premier khotbah, qui est l’œuvre du schaykh réviseur même, il y a des reproches à faire, que sera-ce du reste du livre ?
Cependant je dois dire que pour ce premier essai, dans une science difficile et de logique, le livre n’a pas mal réussi ; car nous n’avions pas de modèles en arabe. Où pouvions-nous alors trouver des termes techniques pour des découvertes dont l’arabe n’a jamais soupçonné l’existence ? Nous n’avons rien vu de mieux à faire, pour tous les noms et termes qui n’ont pas d’équivalents justes et même approximatifs en arabe, que de garder la phonétique française, et de représenter les dénominations par des homophones écrits en lettres arabes.
J’ai déjà eu de ces difficultés à vaincre dans la science chimique : lorsque, de force, je fis accepter une nomenclature fondée sur les formes admises en Europe, les schaykhs crièrent, protestèrent contre toute tolérance pour cette façon de termes barbares. On gronda quelque peu de temps, puis la nomenclature devint par suite plus usitée, et une fois usitée, on s’habitua à sa physionomie, on lui trouva l’air moins âpre, moins exotique ; et aujourd’hui on l’emploie comme si elle eût toujours existé en arabe, comme si elle venait d’Ismaël ou du prophète. En cinq ans, date de sa vie, la voilà acclimatée et maintenant nous l’imprimons. La voilà arabisée ainsi que la physique.
Un bon nombre d’autres traités dans les différentes branches scientifiques ont eu à batailler contre les mêmes obstacles. Maintenant la bouche est habituée à ces étrangetés, les oreilles aussi ; on a vaincu les schaykhs et les scrupules pincés du langage, car pour les schaykhs la langue est tout ; c’est elle qui commande, c’est la souveraine. “Non, leur dis-je, la langue n’est rien, presque rien ; ce n’est qu’une esclave, et la maîtresse c’est la pensée.”
J’allais entrer dans quelques considérations sur l’éducation du pays et sur l’instruction ; mais je réserve ce chapitre pour une autre fois : il est assez important pour mériter quelques pages, et ne pas être placé ici, comme disent les arabes, en queue de lettre. »

Annexe 12 : L’éducation d’élèves arabes à Paris et l’hospitalité due aux voyageurs algériens, 1839

Extrait du Tableau de la situation des établissements français dans l'Algérie en 1838, Imprimerie royale, juin 1839, p. 115-117.

« Au nombre des moyens les plus propres à faire apprécier aux indigènes les avantages de notre civilisation, il en est un qui a fixé d’une manière spéciale l’attention du Gouvernement. Il s’agit de l’éducation, soit à Alger, soit à Paris même, d’un certain nombre de jeunes indigènes, qui, après avoir été initiés aux connaissances diverses que l’on peut acquérir dans nos écoles, rentreraient ensuite dans les rangs de leurs coreligionnaires, auxquels les récits et les lumières qu’ils auraient puisées chez nous, donneraient une juste idée de la grandeur et de la puissance de notre pays.
Toutefois, l’administration n’a pas pensé que l’éducation reçue en commun dans nos collèges, avec des élèves tous français, pût répondre d’une manière satisfaisante aux vues que le Gouvernement doit se proposer, en appelant les enfants des familles musulmanes de l’Algérie à venir parmi nous chercher les lumières et observer les bienfaits de la civilisation. On eût facilement entretenu et augmenté peut-être la défiance qu’inspire naturellement l’étranger dominateur, si l’on ne se fût proposé de ne pas altérer la nationalité des élèves.
L’éducation qu’ils sont destinés à recevoir dans nos établissements doit respecter le plus possible leurs habitudes d’intérieur et de famille, et les pratiques de leur culte. À cette condition seulement, une politique prévoyante et sage peut ainsi préparer pour l’avenir des défenseurs pour l’appuyer et des organes pour la faire comprendre. Les liens contractés dans cette communication de la science se brisent difficilement, et les souvenirs attachent non moins que la reconnaissance. L’indigène élevé par nos soins continuera donc d’appartenir à sa religion et à son pays ; car de quelle utilité nous pourrait-il être un jour, si, oubliant la patrie, le culte, la famille, quelquefois la langue elle-même, il retournait parmi les siens, qui le repousseraient peut-être, avec des idées et des habitudes toutes françaises ?
Le but ainsi marqué, plusieurs moyens ont été indiqués ou adoptés pour l’atteindre.
Le ministre a pensé qu’il conviendrait d’annexer au collège d’Alger une classe spéciale pour les jeunes indigènes, où ils recevraient une instruction élémentaire toute distincte de celle des Européens, et qui aurait pour objet de leur inculquer notre langue et celles de nos connaissances qui pourraient leur être le plus utiles, sans leur faire abdiquer, à aucun titre, les mœurs et les usages de leur pays. Cette mesure peut être considérée comme une extension de l’école maure-française fondée à Alger en 1836, et dont on a déjà signalé l’année dernière les heureux résultats.
On a également cru utile la fondation, à Paris, d’un institut spécial où les jeunes Arabes, recevant une éducation plus étendue, bien que toujours maintenue en harmonie avec leur situation future, ne seraient jamais alarmés pour leur croyance ; et, afin de donner à cet égard, à leurs familles, toutes les garanties désirables, des hommes graves et pieux seraient chargés de les accompagner en France et résideraient auprès d’eux pendant toute la durée de leurs études. Bien plus, l’administration a fait connaître qu’elle autoriserait les parents des élèves à venir s’assurer par eux-mêmes de la fidélité avec laquelle elle remplit ses engagements.
Les avantages que le gouvernement égyptien a retirés d’un institut analogue sont un encouragement pour l’administration, en même temps qu’un exemple utile pour les Arabes de l’Algérie. Enfin, on ne saurait particulièrement méconnaître qu’indépendamment de ce qu’il y a dans un tel projet de moral et de grand, la domination française est appelée à en retirer d’innombrables avantages.
Déjà les répugnances s’effacent avec les préjugés auxquels elles devaient leur origine ; et un grand nombre d’indigènes, persuadés que le Gouvernement respectera dans les jeunes élèves la liberté religieuse et ménagera avec scrupule tout ce que les habitudes de vie domestique et de nationalité ont de compatible avec les lumières et le contact d’un peuple civilisé, se montrent disposés à confier sans crainte à notre généreuse protection l’éducation de leurs enfants.
Dans cet état de choses, l’administration, en se préparant à accueillir ces hôtes nouveaux, a pensé que le moment était venu de consacrer publiquement en France, et sur des bases convenables, l’adoption de mesures qui doivent féconder un projet digne au plus haut degré d’un peuple qui, comme le nôtre, marche à la tête de la civilisation.
Une décision royale, en date du 11 mai 1839, a autorisé la fondation, à Paris, d’un collège arabe.
Le régime de ce collège comprendra :
1° L’hospitalité à donner, pendant leur séjour, aux notables indigènes de l’Algérie autorisés à voyager en France (voir la notice à la fin de la présente) ;
2° L’éducation spéciale des enfants arabes placés dans l’établissement sous la surveillance d’hommes recommandables et pieux de leur nation, et instruits par des professeurs français selon des règlements et un programme arrêtés par le ministère de la guerre ;
3° Une école d’interprètes pour l’arabe vulgaire et l’idiome algérien, où seront admis gratuitement comme externes un nombre déterminé de jeunes Français assujettis à certaines épreuves ou conditions.
Dans leurs communications nécessaires et de tous les jours, les élèves de langue différente pratiqueront les uns envers les autres une sorte d’enseignement mutuel ; et, sous ce double rapport, le collège arabe deviendra la pépinière des interprètes destinés aux services publics en Afrique.
Enfin, toutes les mesures sont prises, pour que tout, dans cette institution spéciale, tende à communiquer aux enfants, et même aux adultes qui témoigneraient le désir de s’instruire, les connaissances les plus utiles dans l’état actuel du pays où ils sont destinés à retourner, et à leur assurer sur leur concitoyens la supériorité que donne la science, sans altérer le caractère national.

Chez tous les peuples de l’Orient, l’hospitalité a été de tout temps considérée comme une œuvre sainte, et un caractère religieux s’attache parmi les Musulmans à l’accomplissement de ce devoir commandé par le prophète.
L’administration française a su de bonne heure apprécier ce qu’elle avait à gagner dans l’adoption d’une coutume qui favorise le rapprochement des hommes, entretient les pensées de paix et d’amitié, et facilite, au plus haut degré, l’action même du Gouvernement.
Des mesures avaient été prescrites depuis longtemps pour que les chefs arabes appelés à séjourner temporairement à Alger, soit pour le soin de leurs affaires particulières, soit par suite des relations à divers titres avec l’autorité française, fussent logés et traités aux frais de l’État pendant toute la durée de leur séjour. Cette hospitalité toute politique s’exerce par les gouverneurs généraux eux-mêmes ou par leurs soins, et les devoirs en sont remplis avec une bienveillante sollicitude.
Mais c’était peu pour opérer l’effet, naturellement attendu, du contact fréquent et familier des Arabes avec nous. Afin de mettre les indigènes à même d’apprécier dans toute leur réalité la richesse et la puissance de la nation française, et de frapper leur imagination, si prompte à s’exalter à la vue de tout ce qui est grand, il fallait les attirer en France sans leur en imposer le voyage, qui leur serait permis comme une faveur. À des désirs qu’il a été heureux d’entendre exprimer, le ministère a répondu par des autorisations de venir à Paris et l’ordre de pourvoir à tous les besoins de ces indigènes pendant toute la durée du voyage ; C’est ainsi que l’hospitalité nationale a accueilli et honoré successivement l’envoyé d’Abd el-Kader, Mouloud ben Arrach ; le général Moustapha ben Ismaël ; l’ancien bey de Tlemcen, Moustapha ben Moukallech, ainsi que les Algériens qui les accompagnaient. En entendant les récits des merveilles que ces chefs avaient admirées, d’autres Arabes ont voulu voir de près la nation qui ne leur était connue encore que par la gloire et le succès de ses armes, et l’administration, qui avait provoqué l’expression de ces vœux, a fourni avec empressement les moyens de les accomplir.
Les enfants des principaux serviteurs de notre cause ont à leur tour entrepris le voyage et quitté avec confiance leur pays natal pour venir juger, par leurs yeux, de la grandeur, de la force et de l’intelligente activité du nôtre.
Leurs récits nous amèneront bientôt de nouveaux hôtes, qui s’annoncent déjà en assez grand nombre, et nous pourrons observer les favorables effets de cette propagande paisible, auxiliaire puissant du dévouement et du courage de nos soldats.
Toutes les mesures sont prises pour que les Arabes admis à l’honneur de visiter la nation française reçoivent un accueil digne d’elle dans des bâtiments parfaitement appropriés à cette destination.
Nos hôtes de l’Algérie y pourront être témoins des soins donnés à leurs fils, de la liberté religieuse qui leur sera laissée, des efforts qu’on multipliera pour initier leur jeune intelligence aux connaissances et aux arts de l’Europe.
Ainsi se trouveront réunis sous le même toit des témoignages de notre bienveillance, des instruments de civilisation, l’hospitalité pour les pères, l’éducation pour les enfants. »

Annexe 12 bis : Les élèves algériens de la pension Demoyencourt à Paris, 1838-1847

35La reconstitution de ces notices se fonde avant tout sur la documentation conservée dans le carton 1571 de la série F 80 conservé aux ANOM. L’absence d’une autre indication de source suppose donc qu’il s’agit de ce carton – je précise en note, entre parenthèses, les dossiers dans lesquels sont parfois classés les documents (ce n’est pas le cas de toutes les pièces).

Yusuf b. Hafiz Khoja [Yūsif b. Ḥāfiż Ḫūǧā], 1838-1845

  • 37 ANOM, état civil (acte de décès)

36D’une famille « maure », il est le premier à être placé, un an avant Malek, soit en 1838, et arrive jeune. Il passe l’été 1842 en Algérie, pour revoir sa famille. Il y retourne l’été 1843, accompagné d’Omar Roumili et de Demoyencourt. Il est nommé élève-interprète attaché à la direction de la Justice à Alger à partir de l’été 1845. On lui connaît une sœur, Hanifa, née vers 1829 d'une mère née Bourkaïb, et qui a épousé Hamed b. Medjaled. Cette sœur est décédée en 1885 dans le domaine familial, la « campagne Hafiz », à Alger Mustapha37.

Abderrahman Bonatero [‘Abd ar-Raḥmān al-Banī Ṭir ?], 1839-1845

  • 38 ANOM, état civil (acte de naissance).

37D’une famille « maure », c’est le fils d’al-ḥāj Muḥammad b. al-ḥāj Muḥammad al-Banî Ṭir [?]. Il aurait été admis à la pension une année après Yûsif. Il passe l’été 1842 en Algérie, pour revoir sa famille. Il est nommé élève-interprète attaché à la direction de la Justice à Alger à partir de l’été 1845. En mai 1884, il est indiqué comme propriétaire, « interprète beït al madji à la direction des domaines », lorsque son épouse Mina bent Abderrahman el Hadéri donne naissance à un fils, Mohammed Ezzerrouk38.

Omar b. el-Haj Muhammad al Bonatero [‘Umar b. al-ḥāǧǧ Muḥammad al-Banī Ṭir ?], 1839-1843 et 1844-1845

38Maure. Oncle de ‘Abd ar-Raḥmān Bonatero, il est admis chez Demoyencourt avec son neveu, mais, selon le maître de pension, il est déjà trop âgé pour profiter avec fruit de son enseignement.

  • 39 Selon la minute d’une lettre du bureau des affaires civiles au ministère, Alger, 30 septembre 1844 (...)
  • 40 Lettre de Demoyencourt au Ministre, Paris, 11 novembre 1844, ibid.
  • 41 Id.
  • 42 Lettre de Demoyencourt au Ministre, Paris, 5 février 1845 (Omar Bonatero).
  • 43 Rapport Demoyencourt au Ministre, Paris, 4 octobre 1847 (organisation).

39Il quitte Paris pour se rendre chez son frère à Alger en octobre 1843. Il est alors autorisé à faire un voyage à Tunis pour y recueillir le fruit d’une succession laissée ouverte par la mort de son père (ou de son grand-père39 ?). Or, il va de déception en déception : l’héritage s’avère nul et il tombe malade à Tunis40. De retour à Alger en septembre 1844, il demande, rétabli, à être autorisé à être réadmis chez Demoyencourt, ce qui est accepté. Il serait, selon Demoyencourt, arrivé en mauvais état de santé à Paris, ayant beaucoup perdu scolairement, mais plein de zèle41. Le docteur Auguste Warnier, qui l’a visité de la part du ministère, diagnostique, d’accord avec un précédent médecin, une syphilis « que le climat seul de l’Afrique pourrait guérir radicalement ». Il a cessé tout-à-fait de travailler, du fait de sa maladie et de son « désir toujours constant de liberté et d’indépendance ». Demoyencourt prie le ministère de le renvoyer le plus tôt possible en Algérie42, pour sa santé, mais aussi pour qu’il n’influence plus fâcheusement son neveu et Hasan Rochay [ar-Rušayd]. La lettre de démission de Bonatero, qu’il rédige en français, indique une écriture habile. Retourné en Algérie en février 1845, il y meurt avant octobre 184743.

Malek b. Mohammed [Mālik b. Muḥammad], 1839

  • 44 Id.

40Frère cadet de sidi Hamuda [Ḥammūda], qui a été hakem [ḥākim] à Constantine, il est avec lui de ceux qui visitent Paris en 1839 – accompagnés pour le voyage par Urbain* puis encadrés à Paris par Alix Desgranges* qui désigne Kazimirski* pour leur servir de maître –, et demande à être formé dans l’institution. Il y est admis par décision du 15 avril 1839. « D’une fort mauvaise santé, a dû retourner au bout de quelques mois dans sa famille où il n’a vécu que fort peu de temps après. »44 Demoyencourt est reçu par son frère Ḥammūda à Constantine lors de son second séjour en Algérie, en 1845.

Omar b. Roumily [‘Umar b. ar-Rumaylī], v. 1840-1845

41Né le 22 décembre 1827, il aurait treize ans lorsqu'il arrive à Paris après Malek. Il passe ses vacances d’été en Algérie en 1843, accompagné à l’aller par Demoyencourt. Ce dernier juge dans un rapport de janvier 1844 qu’il a peiné à reprendre ses études après les vacances. « Il savait un peu de français avant de retourner à Alger mais il n’en savait pas assez pour ne pas oublier une partie du peu qu’il savait. […] C’est toujours en géographie et en dessin qu’il réussit le mieux ». Pendant l’été 1845, plutôt que de poursuivre des études à Paris, il trouve à la demande de sa famille une place auprès du commissaire civil de Douéra, en étant chargé en même temps de l’interprétariat de la justice de paix, avec un traitement de 1 500 francs. Cette nomination se fait au grand dam de Demoyencourt, qui pensait le voir repartir à Paris, et considère que sa formation est restée incomplète. Il exerce toujours comme interprète judiciaire lorsqu'il est admis aux droits de citoyen français par décret du 14 août 1869, sous le nom d'Omar Roumily.

Kaïd el Madani [qā‘id al-Madanī (?)], 1843-1844 [?]

  • 45 Id.

42Fils du caïd el Meïdani de Bougie, il est admis chez Demoyencourt à 14 ans par décision du 4 novembre 1843, suite à la demande de son père, après que la publicité de l’institution a été faite par le chef de bataillon Ducourtial, commandant supérieur de Bougie. Il n’est pas évoqué dans le rapport rédigé par Demoyencourt en 184745. Ne serait-il finalement pas allé dans son institution, ou trop brièvement pour être signalé ?

Hassan b. Mustapha er-Rouchaï/er-Rochaïd [Ḥasan b. Muṣṭafā ar-Rušayd], 1843-1845

43Beau-frère de Omar b. Roumily qui a déjà passé un an dans l’institution, il y est admis à l’âge de 18 ans, par décision du 21 octobre 1843, suite au premier voyage de Demoyencourt à Alger. Le maître de pension exprime alors son admiration pour un jeune homme de noble ascendance qui lui semble porté vers tout ce qui est beau et grand. Il est ensuite déçu dans ses espérances : er-Rochaïd ne travaille pas et ne fait que du dessin (rapport du 15 avril 1845), ce qu’on attribue à la mauvaise influence de Omar b. Bonatero. Il est admis à passer les vacances d’été à Alger en 1845 et 1846. Il ne revient pas à Paris après ces dernières vacances. Demoyencourt conclut alors qu’il a été envoyé trop âgé pour avoir pu activement profiter de ses études.

Chérif b. Salem [Šarīf b. Sālim], 1843-octobre 1846

  • 46 Julien, 1964, p. 183.
  • 47 Son arrivée est signalée par un rapport au ministre de la Guerre (Alger, 19 octobre 1843). Il aurai (...)
  • 48 La lettre porte Badaouni. Le personnage est indiqué dans une autre note du même dossier comme le sa (...)
  • 49 Bugeaud au ministère de la Guerre, Alger, 23 décembre 1844.

44D’une famille maraboutique qui est à la tête de la zaouïa de Bel-Keroub, au sud-est d’Alger, il est le fils de si Ahmed ben Salem [Aḥmad b. Sālim], khalifa de Sebaou au service d’Abd el-Kader46. Il quitte son père sur un coup de tête47 (ce dernier aurait refusé qu'il épouse une de ses cousines à laquelle il aurait été fiancé) et rejoint Alger où il a alors pour confident le secrétaire de son père, Ahmad el Badaoui [Aḥmad al-Badawī]48, sans prévoir qu’il sera retenu en otage par les Français. Il a selon Daumas un caractère dissipé qui ne peut laisser supposer qu’il ait été chargé d’une mission politique par son père ou par le sultan du Maroc ‘Abd ar-Raḥmān. La fuite de Chérif à Alger aurait cependant été interprétée par les Kabyles comme un prélude à un traité séparé avec les Français de la part de son père et aurait eu pour effet d’annuler l’influence de ce dernier sur eux. C’est donc pour la France « un otage des plus importants » (Daumas). Bugeaud entend tout d’abord le placer au collège d’Alger, mais il refuse, demandant en vain à retourner auprès de son père49. Bugeaud charge Aḥmad al-Badawī, l’ancien secrétaire de son père, de le décider à aller en France, pensant ainsi obliger le père à faire sa soumission. Le fils, alléché par la présentation qui lui est faite du séjour à Paris, accepte. Il part pour Paris avec Ḥasan b. Muṣṭafā Rušayd en même temps qu’avec Yūsif b. Ḥāfiż Ḫūǧā et ‘Umar Rūmīlī, de retour des vacances d’été, accompagnés par Alfred Jubien, fils du principal du collège d’Alger.

45Demoyencourt place beaucoup d’espoir en lui : il lui trouve les premiers temps

  • 50 Demoyencourt au Ministre, Paris, 9 décembre 1844.

« une intelligence, un bon ton, une conversation et un choix de pensée qui dénotent un enfant dont l’éducation a été bien soignée » : « Comme je lui en faisais compliment, il me répondit qu’ayant été élevé avec les grands, il devait avoir de grandes pensées. »50

46Mais il est bientôt déçu : Chérif affirme bientôt ne pas vouloir étudier, et réclame avec insistance de retourner à Alger ou du moins d’être laissé libre. Sans réponse, il se plaint d’être traité comme un prisonnier et n’être pas reconnu comme le fils de b. Salem :

  • 51 Lettre du 19 décembre 1843 au ministre, traduite par Nully.

Aujourd’hui me voilà comme un chien parmi les hommes, personne ne me connaît. […] Si tu ne veux pas me donner la liberté, il faut au moins que tu me donnes une maison ou que tu me laisses me promener dans la ville, je ne puis absolument pas travailler. J’ai laissé mes domestiques à Alger, ainsi que mon cheval et ils m’attendent […] Quant à ce qui est de travailler, je ne travaillerai pas quand même tu me pendrais.51

  • 52 Paris, le 12 octobre 1846.

47Daumas considère qu’il faut le retenir à Paris « même contre sa volonté », même s’il a menacé d’attenter à ses jours. Son père ayant refusé d’imiter les Flissas, Amraouas et Taourgas [?] qui se sont soumis, il faut le garder en otage. On doit l’amener à convaincre son père de se soumettre. Chérif est encore à Paris en octobre 1846, suscitant l’intérêt du général de Rumigny, qui voit « en lui l’étoffe d’un homme capable » dont le « nom peut être rendu très utile dans un pays tout entier livré à l’esprit féodal52 ». Il engage à ce que Bourbaki l’accompagne [sans doute pour son retour à Alger] : « Bourbaki est à demi-arabe, Scherif l’aime et le respecte ; son désir est d’aller servir sous lui à Blidah. »

Mahi ed-din b. Allal [Muḥī ad-dīn b. ‘Allāl], 1843-avril 1844

  • 53 Vingt-neuf membres de cette famille ont été fait prisonniers avec leurs 37 domestiques (Xavier Yaco (...)
  • 54 Ibid., p. 430.
  • 55 Bugeaud au ministre, Alger, 23 novembre 1843.
  • 56 Note du 17 décembre 1843.
  • 57 Rapport du 27 avril (Rouila).

48Il est le frère cadet de Mohammed ben Allal ould Ali b. Mbarek ou Embarek [Muḥammad b. ‘Allāl wuld ‘Alī b. Mubārak], khalifa de Miliana allié à Abd el-Kader, issu d’une puissante famille maraboutique de Koléa, les Ouled sidi Embarek. Il a 20 ans quand il est fait prisonnier avec une grande partie de sa famille lors de la prise de la smala d’Abd el-Kader53. Transférée dès juin 1843 à Sainte-Marguerite, la famille de Ben Allal est considérée comme pouvant représenter un enjeu politique important : pour se rallier Ben Allal ou du moins mettre à mal la confiance d’Abd  el-Kader à son égard, Bugeaud obtient le 23 septembre du ministère la décision de rapatrier 18 membres de la famille en Algérie et de les établir dans la casbah d’Alger54. Mahi ed-din, dont la présence à Alger pourrait présenter un danger, est quant à lui convoyé par le capitaine Cassaignoles à l’institution Demoyencourt en même temps qu’Ahmed b. Rouila. Bugeaud consent qu’il emmène avec lui son domestique nègre, « pensant qu’il pourrait être utile dans l’établissement55 ». L’annonce de la mort au combat du khalifa Mohammed Ben Allal le 11 novembre ne fait de confirmer la décision du rapatriement décidée en septembre. Elle parvient sans doute à Mahi ed-din peu après son arrivée à Paris56. Comme il se révolte, on décide de l’envoyer à Sainte-Marguerite, ce qui l’engage à demander l’autorisation de « se retirer avec sa famille, soit à Tunis, soit en Égypte, soit, enfin, dans la province de Constantine ». Le rapport du bureau des affaires politiques et civiles au Ministre de la Guerre, daté du 23 mars 1844, conclut à une installation en Égypte plutôt qu’à Tunis qui a déjà servi de refuge à un certain nombre d’indigènes et qui pourrait constituer une agglomération d’émigrés hostiles sur un point voisin de l’Algérie. Il ne part finalement pas pour l’Égypte, ayant été autorisé à retourner en Algérie en avril 184457 (Brosselard est chargé de l’accompagner avec son domestique noir). Selon Demoyencourt,

Ce jeune marabout est d’un caractère bon et fort doux ; il a appris par mes entretiens et par ce qu’il voit tous les jours dans ma maison à apprécier le français ; aussi quittera-t-il Paris avec des opinions sur notre caractère national tout autres que celles qu’il avait lorsqu’il est entré chez moi.

Ahmed b. Rouila [Aḥmad b. Ruwîla (?)] (1830-1864), décembre 1843 - octobre 184658

  • 58 On trouve quelques indications sur Ahmed b. Rouila dans N. Faucon, Le Livre d’or de l’Algérie, 1889 (...)
  • 59 Bugeaud au ministre, Alger, 23 novembre 1843.
  • 60 Lettre de Rouila au Ministre, en français, Paris, 22 octobre 1846.
  • 61 Rapport du ministre au GGA, 24 décembre 1843 : ils « ont manifesté jusqu’à ce jour la répugnance la (...)

49Né vers 1830, Ahmed b. Rouila/Rouilah, fils de Kaddour b. Rouila [Qaddūr b. Ruwîla], ancien secrétaire de Mohammed ould sidi Ali b. Mbarek b. ‘Allal, khalifa d’Abd el-Kader, a été fait prisonnier à Taguin en 1843 lors de la prise de la smala en même temps que Mahi ed-din ben Allal et que Ali Chérif. « Laid parce qu’il est marqué de la petite vérole, mais d’une intelligence très remarquable59 », il est pendant trois mois captif avec sa mère à Sainte-Marguerite, avant de rentrer à Alger, où il est aussitôt désigné par Bugeaud pour faire son éducation à Paris60. Accompagné à l’institution Demoyencourt par le capitaine Cassaignoles, il a 12 ans lorsqu’il y entre en décembre 1843. Plus encore que ses deux camarades, il s’y montre dans un premier temps particulièrement réfractaire aux études, au point que le ministère conseille de le renvoyer rapidement à Alger où il pourrait être placé sous la surveillance de son cousin, khalifa des Hadjoutes, de Djendel et de Braz, sidi Ali ould sidi Lekhal ould sidi Mbarek61.

  • 62 Ils auraient aussi eu pour effet la libération de sa sœur (ANOM, F 80, 566, cité par Xavier Yacono, (...)
  • 63 Rapport du bureau au ministre, 31 octobre 1846, pour l’autoriser à retourner en Algérie (Ahmed b. R (...)
  • 64 Demoyencourt à Valette-Chevigny, Paris, 2 novembre 1846
  • 65 Rapport Demoyencourt au Ministre, Paris, 4 octobre 1847 (organisation).
  • 66 Note pour le 1er bureau, Paris, 6 février 1847 (Ahmed b. Rouilah).

50Il est finalement maintenu à Paris où on l’utilise pour inviter son père à se soumettre. En août 1845, son père est à Tunis avec celui d’Ali Chérif. Ils invitent leurs fils à les rejoindre, ce à quoi le ministère se refuse, ne les autorisant qu’à passer les vacances d’été à Alger, où ils retrouvent leurs mères. Rouila est devenu entre-temps l’élève dont Demoyencourt est le plus fier : le gouvernement lui fait remettre publiquement un Coran à son retour d’Alger, en récompense de ses efforts62, et Demoyencourt lui faire suivre les cours du collège Saint-Louis, ce qui suscite de sa part une lettre où il affirme ne rien y apprendre, les matières étant trop difficiles (en rhétorique française dans laquelle on fait du latin, en physique et chimie) ou trop faciles (en arithmétique, histoire et géographie) et donc sans utilité réelle. Il est autorisé en octobre 1846 à retourner définitivement à Alger, accompagné par le baron Ballyet, conseiller civil rapporteur63, mesure qui déçoit Demoyencourt (« tout s’arrête dans le meilleur chemin […]. Je fais en vérité le voile de Pénélope64 » ; « il aurait même pu entrer dans une des écoles spéciales de l’État, voire même à Polytechnique65. » À Alger, Ahmed b. Rouila est attaché au cabinet particulier du GGA en qualité de ḫūǧa, avec un traitement de 50 francs par mois, imputées « sur les fonds de la Mecque-Médine » – mais une annotation indique que ces fonds n’existent pas66 : cette somme très faible équivaut au secours qui était attribué à la famille ben Rouila avant la restitution de ses biens séquestrés. Il fait alors une carrière d’interprète militaire, de caïd et d’adjoint de bureau arabe. Il exerce cette fonction à Boghar lorsqu’il est tué à Taguin suite à la révolte des Ouled sidi Cheikh en 1864. L’agha en-Naïmi et son frère Bû Beker, passés dans le camp des insurgés, peuvent alors exprimer la haine qu’ils ont accumulée à son égard : le corps de l’adjoint est retrouvé affreusement mutilé.

Ali ould el haj Ahmed Chérif [‘Alī wuld al-ḥāǧǧ Aḥmad aš-Šarīf], janvier 1844-avril 1846

  • 67 Rapport Demoyencourt au Ministre, Paris, 4 octobre 1847 (organisation) ; ADéf, 5Ye 57 (Ali Chérif).

51Né à Alger (ou à Koléa) en 1828 (ou 1829), il est le frère cadet de Qaddûr b. Charîf et le fils d’al-ḥāj Aḥmad aš-Šarîf, secrétaire (et parent) de sidi Embarek, khalifa d’Abd el-Kader, et est apparenté à b. Ruwîla. Il est fait prisonnier lors de la prise de la smala d’Abd el-Kader, déporté à Sainte-Marguerite puis directement envoyé à Paris, par Toulon, convoyé par Mussault, adjudant au 2e régiment des subsistances. Il est admis à la pension Demoyencourt par décision du 13 janvier 1844. L’administration s’efforce de ne pas lui permettre d’entrer en contact avec Nicolas Manucci, qui tend en vain de lui communiquer à Paris un portrait gravé d’Abd el-Kader (1844/1260). Il passe l’été 1845 à Alger, où vit sa mère, mais sans la possibilité de se rendre auprès de son père malade à Tunis, où se trouve aussi le père d’Ahmed b. Rouila. À Paris, William Cardon de Sandrand, qui a fait la connaissance des siens lors d’un voyage en Algérie à l’automne 1846, obtient l’autorisation de l’inviter de temps en temps chez lui et dans sa famille. Ali est admis à retourner en Algérie en avril 1847 après que le séquestre sur les biens de sa famille a été levé. Il y fait alors carrière comme interprète militaire, caïd, et adjoint de bureau arabe67. Il accède à la citoyenneté française en 1867, est promu capitaine au 1er régiment de spahis en 1869. Retraité, il est en 1876 conseiller général du département d’Alger. On trouve parmi ses descendants Ali Cherif Zahar*, professeur d’arabe au lycée d’Alger.

Ahmed b. Ismael b. amin es-Sakka [Aḥmad b. Ismā‘īl b. amīn as-Sakka], 1844

  • 68 Père, à Blondel, Alger, 23 août 1844.
  • 69 ANOM, F 80, 1568, commission d’examen des titres des candidats, PV des séances. 1res admissions (18 (...)
  • 70 ANOM, F 80, 1568, bourses du lycée d’Alger, contingent du ministère de la Guerre, élèves boursiers. (...)

52Il est le fils de Zohra bent Othman Khodja et d’Ismā‘īl b. amīn as-Sakka, interprète attaché au service de l’enregistrement et du domaine à partir de 1839 environ, au traitement de 1 200 francs (1844), lui-même le fils d’un fonctionnaire de l’État turc – l’amīn es-sakka, trésorier de la Mecque et Médine, était chargé du contrôle de la frappe monétaire. À la demande de son père, désireux « de le voir suivre une éducation militaire, et s’il était possible de lui faire accorder toutes les garanties dont jouissent les fils des militaires dans les collèges royaux68 », Ahmed est admis à la pension par décision du 8 septembre 1844. Il a alors 10 ans, parle et écrit un peu le français. C’est finalement son père qui, à défaut de Blondel, l’accompagne jusqu’à Paris. Ahmed n’y reste que pour une période brève : après avoir contracté une maladie de poitrine, il retourne à Alger où il meurt « après deux ans de souffrances ». Son père demande en mai 1847 une bourse pour permettre à son fils cadet Omar de poursuivre des études au collège d’Alger, avec un avis favorable69. Il réitère sa demande pour leur benjamin Hamdan (1853)70.

Ali b. Ahmed b. El haj Ali [‘Alī b. Aḥmad b. al-hāǧ ‘Alī], décembre 1845-1847

  • 71 Rapport du bureau des affaires politiques et civiles au Ministre, 20 septembre 1845 (personnel).

53Il est le fils d’al-ḥāj Aḥmad, imām de Bougie et collaborateur de Brosselard pour la rédaction du premier dictionnaire français-berbère. Al-ḥāj Aḥmad a fait le voyage à Paris où « il a contemplé avec admiration les merveilles de notre civilisation » et s’est dit « disposé à venir se fixer à Paris avec sa famille, dans le cas où il aurait été chargé des fonctions d’imâm dans l’institution de M. Demoyencourt71 ».

  • 72 Demoyencourt au ministre de la Guerre, Paris, 30 décembre 1845 (personnel).

54À peine âgé de 12 ans, Ali est conduit à la pension Demoyencourt par l’interprète Cotelle*, « en fort bonne santé, à l’exception d’une gourme assez forte qu’il a à la tête72 » et pour laquelle le directeur fait venir un médecin. « Il entend quelques mots de français ; il connaît les lettres de notre alphabet et sait compter de mémoire jusqu’au nombre 60 exclusivement ; mais il ne sait aucun caractère d’écriture ; et il ne sait pas même écrire dans sa propre langue », mais il s’annonce « bien élevé ; il est poli, fort doux et fort docile ».

  • 73 Id., Paris, 4 octobre 1845 (organisation).

55C’est un élève studieux : Demoyencourt relate favorablement ses résultats à l’examen du deuxième semestre de l’année 1846-1847 : « il a répondu en calcul sur la numération, l’addition, la soustraction et la multiplication des nombres entiers » (bien), en géographie « sur les départements qui ont leurs chefs-lieux dans les anciennes provinces de Normandie, Picardie, Artois, Flandre, Ile de France, Champagne et Lorraine » (assez bien) ; en histoire, il « a étudié les leçons préliminaires de l’histoire de France jusques y compris Clovis II » (bien) ; en grammaire française « tout ce qui dans la grammaire générale concerne les substantifs, les adjectifs, les pronoms et tous les verbes ; il avait vu en outre tout ce qui concerne l’orthographe proprement dite, usuelle et grammaticale ; il avait été exercé sur les dictées, la conjugaison des verbes réguliers et irréguliers et il avait fait beaucoup d’analyses grammaticales ». « La situation intellectuelle de cet élève est donc satisfaisante en égard au peu de temps qui s’est écoulé depuis que pour la première fois il a dû commencer par apprendre les lettres de notre alphabet. »73

Ibrahim b. Hajer [Ibrāhīm b. Hāǧir], mai 1846-1847

  • 74 Id., Paris, 15 mai 1846 (personnel). La dernière phrase est soulignée au crayon.

56Il est attaché depuis trois ans comme interprète au commandant de la place de Médéa lorsqu’il est admis à la pension par décision du 4 avril 1846 sur recommandation de Bugeaud. Arrivé à Paris le 8 mai, il entre dans l’institution le soir même, « présenté par un voyageur qui a fait le voyage avec lui de Marseille à Paris. […] Il parle assez facilement la langue française usuelle, mais il ne sait ni lire ni écrire ; il n’est pas plus habile dans sa propre langue74. » Le ministère invite Demoyencourt à diriger principalement les études du jeune Algérien « sur la langue écrite et parlée ». Encore à Paris en août 1847, il est plus âgé et plus avancé que l’ensemble des élèves : « Pour mieux savoir ce qui lui était enseigné, il a rempli pendant tout ce semestre les fonctions de moniteur » auprès de jeunes élèves. Sa conduite est irréprochable depuis qu’il a été soustrait à l’influence d’Ali Chérif. Il semble que son fils a obtenu le statut de boursier au lycée d’Alger.

Usages de l’arabe entre Paris et la nouvelle colonie algérienne (1840-1880)

Annexe 13 : Jules Mohl et la question de la transcription de l’arabe en caractères latins, 1841

  • 75 Rapport lu le 31 mai 1841 et publié dans le Journal Asiatique, livraison de juillet 1841 (reproduit (...)

57Dans le rapport qu’il prononce devant la Société asiatique, Mohl aborde la question de la transcription latine des langues orientales. Après avoir énuméré les principales difficultés qu’elle soulève (nombre des lettres dans les alphabets orientaux, supérieur à celui des lettres latines ; variété des prononciations européennes pour une même lettre latine ; choix que posent d’une part les discordances entre l’orthographe et le son, d’autre part la variété des prononciations locales), il conclut au caractère utopique du projet de transcription générale75 :

  • 76 Volney a fondé par testament un prix dont le jugement est remis à l’Institut, afin de donner suite (...)

« Je ne pense pas qu’avec toutes les concessions mutuelles et toutes les précautions possibles on arrive à former un alphabet harmonique qui permette de remplacer les caractères orientaux dans l’impression des textes. On sait combien Volney attachait d’importance à cette idée76, et le Comité de l’instruction publique de Calcutta a cru, pendant quelques années, avoir si bien résolu le problème, qu’il a encouragé la publication d’un grand nombre d’ouvrages dans ce qu’on appelle dans l’Inde l’alphabet roman, et qu’il s’est proposé pendant quelque temps le plan, véritablement monstrueux, de substituer cet alphabet, chez les indigènes même, à leurs alphabets originaux. Cet essai n’a pas réussi et ne pouvait pas réussir ; on peut appliquer à quelques langues, comme par exemple au sanskrit, un système de transcription qui rend intelligibles les passages transcrits et qui peut être utile, soit pour des citations, soit dans le cas où l’on manque de caractères originaux : mais il y a d’autres langues qui se refusent à ces expédients, comme par exemple l’arabe, où l’écriture exprime non-seulement les sons, mais souvent les particularités grammaticales et étymologiques qui ne frappent pas l’oreille et seraient perdues dans la transcription ; ainsi je ne pense pas qu’une combinaison quelconque de lettres latines puisse rendre l’orthographe du mot Koran. Heureusement nous n’avons pas besoin de remplacer les caractères orientaux ; on y trouverait un certain avantage d’économie dans l’impression des textes, mais ce gain serait infiniment moindre que les inconvénients de toute espèce que ce changement amènerait avec lui. Ce qu’il nous faut, c’est un système de transcription assez exact pour reproduire fidèlement les noms d’hommes et de lieux, assez rapproché de l’emploi ordinaire de l’alphabet latin pour ne pas répugner à la masse des lecteurs et des écrivains, et calculé de manière à n’exiger que d’insignifiantes modifications dans son emploi chez les différentes nations de l’Europe. L’adoption d’un système qui remplirait ces conditions serait un véritable bienfait pour la littérature, et personne n’est mieux placé qu’une société comme la vôtre pour provoquer et pour diriger la discussion sur tous les points qui y touchent, et pour arriver à un résultat qui pourrait obtenir l’assentiment, sinon général (ce qu’on ne peut guère espérer en pareille matière), mais au moins celui de la majorité des auteurs. »

Annexe 14 : Joanny Pharaon, porte-voix des interprètes militaires militant en faveur de la réhabilitation du corps, juin 1841

  • 77 Note sur le corps des interprètes militaires à l’armée d’Afrique, fournie par M. Joanny Pharaon, se (...)

58Après avoir adressé en mars 1841 la première partie d’une note historique sur le corps des interprètes militaires au ministère de la Guerre, Joanny Pharaon la prolonge par deux autres envois. Le dernier, daté de juin, s’achève sur un programme de réhabilitation du corps77. Cette documentation servira de base à Laurent Charles Féraud pour ses Interprètes militaires… (1876).

  • 78 Ce paragraphe ainsi que les suivants ont été repris quasiment mot pour mot par Féraud pour son ouvr (...)
  • 79 Pharaon fait ici référence à l’article qu’il a publié avec Golscheider dans les Archives israélites(...)
  • 80 Il s’agit sans doute d’Edmond Pellissier de Reynaud (1796-1863), de Louis Ferdinand Goert (1823-189 (...)

« L’envie qui depuis 1830 a cherché à envelopper les interprètes d’une atmosphère lourde et oppressante, a dû nécessairement recourir, ainsi que nous l’avons déjà dit, à la calomnie pour arriver plus promptement et plus sûrement à la déconsidération. Toutes les trames ourdies, toutes les basses intrigues n’ont eu accès, n’ont trouvé de l’écho que chez les calomniateurs eux-mêmes, ou dans cette portion d’individus toujours prêts à recevoir l’impression que chacun jette en passant.
Ainsi l’on a poussé l’exagération jusqu’à présenter les interprètes comme des hommes qui n’avaient ni feu, ni lieu, privés de toutes ressources, on en a fait une sorte de parias de l’armée, étrangers à toutes convenances. Puis on a dit qu’ils étaient des hommes timides, des levantins faux et astucieux, comme des ignorants incapables d’aucun acte d’intelligence ; enfin comme des juifs avides et intéressés.
C’est tomber dans une étrange erreur que de représenter les interprètes comme des hommes imprégnés de la pusillanimité et de la lâcheté des chrétiens du Levant. Ces écrivains d’une foi au moins douteuse semblent oublier pour mieux tromper le lecteur qu’aucun de nous n’a été élevé dans le Levant et que tous sujets français, et la plupart fils ou petits-fils de consuls généraux (à l’exception toutefois de quelques indigènes qui ont été assez heureux ou adroits pour être admis dans un corps où il ne devrait y avoir que des français) citoyens nous-mêmes nous avons donc droit à la protection et au respect qui doivent couvrir tout citoyen.
Ainsi qu’ont voulu dire les auteurs par leurs insinuations perfides que nous craignions l’ennemi, le feu, la guerre, les fatigues, et cependant n’avons-nous pas tous vu l’ennemi ? ; nous avons avec nos généraux, suivi toutes les expéditions, assisté à tous les combats, alors que nos fonctions d’interprètes nous obligeaient à prendre la position intelligente et courageuse d’aide de camp. Nous avons eu toujours notre large part de fatigues, de privations, de misères toutes les fois que l’armée a souffert. Est-ce pour contester nos assimilations aux grades de l’armée ? Ce serait de leur part plus qu’une injustice, ce serait une petitesse. Il est évident que des hommes jetés dans l’armée dont les rapports ne sont qu’avec les chefs de cette armée, ou avec les officiers les plus brillants, les plus instruits, les plus indispensables dans un état-major général, doivent avoir une tenue et un titre militaire : ceci est un fait incontestable et qui n’a pas besoin de commentaires. L’assimilation est d’ailleurs une chose réglée par l’organisation de 1830 et la lettre du ministre de la Guerre (le maréchal Maison) en date du [un blanc]
Quand on raisonne et que l’on cherche à s’appesantir sur les faits par la réflexion, on ne sait à quoi attribuer l’acharnement que mettent certains individus à semer bien bas un bruit qu’ils cherchent ensuite à accréditer et qui n’a d’autre but que celui de laisser croire à l’incapacité et à la nullité des interprètes militaires. Les hommes à courtes vues, les orgueilleux sans raisonnements ont pu donner dans ce piège grossier tendu à leur crédulité. Mais l’observateur et l’homme réfléchi, mais l’administrateur consciencieux, ont dû naturellement mépriser de tels propos et repousser une opinion aussi dégradante à l’égard d’un corps doublement d’élite, attendu sa spécialité politique et militaire.
En effet, les interprètes sont et doivent être des hommes de choix, sous le rapport de la probité et du savoir. En effet, il ne saurait en être différemment chez des hommes appelés par la nature de leurs fonctions, à connaître les secrets du gouvernement, avant le gouvernement lui-même ; à analyser les situations politiques ; à rédiger les lettres ou les réponses : à traduire, enfin, la nuance la plus légère de la pensée, l’idée la plus intime des individus. Non, les hommes qui par leurs correspondances, leurs discours ou leurs traductions peuvent faire réussir une opération, ou compromettre les affaires d’un pays, ne sont pas et ne doivent pas être ignorants.
Sont-ils ignorants, inintelligents, nuls, ceux-là qui quittèrent le bonnet de docteur pour ceindre l’épée d’interprète ; qui quittèrent l’épée d’interprète pour se couvrir de la toge ; qui surent enfin, revêtir la robe du professorat, sans abandonner l’épée ?
Sont-ils des ignorants, ces hommes qui, pour éclairer le gouvernement et les individus, sont venus jeter dans le public les premiers essais sur l’histoire, la linguistique et la législation arabes ?
Sont-ils donc des hommes si nuls, ceux-là qui apportent à un gouvernement les observations, fruits de leurs voyages entrepris en Égypte, dans le Soudan, la Cyrénaïque, la Palestine, toute la Barbarie et l’intérieur du Sahara ?
À quelques exceptions près il est peu d’interprètes qui ne puissent justifier tout ou partie des assertions qui nous fesons [sic]. De ce que nous avançons là, il n’en suit pas que quelques-uns n’aient justifié ou ne justifient encore aujourd’hui l’opinion que l’on a pu se former de leur ignorance et de leur nullité ; mais à cela nous répondrons que nous ne savons pas en bonne conscience quels sont ceux qui sont le plus coupables, de ceux qui acceptent des fonctions qu’ils ne peuvent remplir ou des protecteurs qui, plus à même de juger leurs protégés, les font obtenir.
Et d’ailleurs pourquoi le gouvernement se laisserait-il imposer de semblables êtres ? Car ici, qu’on le remarque bien, ce n’est point une défense que nous faisons des individus, mais bien du corps.
Ainsi les individus ignorants, indélicats, immoraux, s’il en existe (et malheureusement pour être d’accord avec notre conscience nous le croyons), nous les livrons ceux-là à la justice du gouvernement, c’est à lui à qui il appartient de les punir de leur ignorance et de leur infidélité. C’est un moyen efficace d’arriver à une épuration et [de] reconquérir à ce corps la considération qui lui est due et qui est indispensable. Que les ignorants soient renvoyés et qu’ainsi ils apprennent à apprendre ; que les indélicats et les fripons soient livrés au rapporteur ou au procureur général et qu’un jugement les stigmatise en attachant leur noms à un infamant poteau ; que l’homme immoral soit chassé et qu’ainsi il soit livré au mépris populaire ; et déjà l’on aura atteint l’un des principaux buts que nous nous proposons, c’est celui de la régénération du corps des interprètes. Il nous en a beaucoup coûté, sans doute, d’écrire ces quelques lignes, mais notre conscience nous en faisait un devoir, et nous l’avons accompli.
Pour rembrunir encore plus ce triste tableau que l’on n’a déjà que trop chargé, la malveillance toujours armée du poison de la calomnie a imprimé sur le cadre des interprètes militaires l’outrageante dénomination de juif. À Dieu ne plaise, que l’on nous prête ici l’intention de déverser le mépris sur une religion qui à l’égale des autres a droit au respect de tout honnête homme, loin de nous aussi l’intention de confondre les hommes dans la dénomination ; non ! telle n’est assurément pas notre idée. Mais dans un pays où les indigènes qui font partie de la nation d’Israël, jouissent d’une réputation si dégradante ; dans un pays où leurs fautes nombreuses ont rendu, pour la population civile et militaire, le mot juif synonyme à tout ce que les dictionnaires pourraient présenter de termes révoltants ou injurieux, on comprendra aisément que ce mot juif lancé incessamment à la tête d’un corps ne peut être accepté que comme une offense, et a dû nécessairement devenir le premier et le plus puissant motif de déconsidération de ce même corps78.
Nous avons déjà prouvé qu’il n’y avait pas plus de six interprètes juifs dans le corps et que sur ces six il faut en exempter MM. Moraly, Tubiana, Darmon dont la conduite honorable et distinguée n’a pu porter aucun préjudice à la considération du corps auquel ils ont l’honneur d’appartenir ; c’est donc aux autres indigènes qu’ils soient juifs ou musulmans, c’est à leur conduite irrégulière et indélicate qu’il faut attribuer l’effet de cette lâche dénomination. À une époque où l’on ne demande à l’homme que la manifestation libre et indépendante d’une conscience honnête, le titre religieux, quel qu’il soit, pèse peu dans la balance de l’opinion. Ce sont donc les hommes qui par leur conduite réveillent chez leurs semblables les idées de haine et de mépris dignes en tout de l’époque si décriée du moyen âge. Ce n’est pas nous qui cherchons dans nos écrits (quoi qu’étranger à la nation israélite) les moyens de l’arracher à l’abjection dont elle est l’objet79, qui voudrions l’accabler de nos poursuites et de nos dénonciations dans la personne de quelques-uns de ses fils dénaturés, mais en bonne justice, et nous ne parlons qu’en son nom, il nous est impossible de ne pas appeler sur eux la sévérité du gouvernement. Partout ailleurs les Israëlites sont citoyens, ils ont des devoirs sociaux à remplir, ils tiennent au sol, à la patrie ; ils deviennent militaires, officiers généraux, députés, ministres et dès lors rien ne les sépare de leurs concitoyens. L’armée possède un très grand nombre d’Israëlites dans ses rangs, d’où vient donc qu’elle ne s’en émeut pas, qu’il n’y a pas à leur égard de réflexions choquantes ? Cela vient, sans doute, de ce que d’abord ils n’y donnent pas occasion et qu’ensuite la masse couvre la partie, tandis qu’au contraire dans le corps d’interprètes, c’est la partie qu’écrase malheureusement la masse. Cependant toute cette déconsidération, malgré les membres véreux que le corps renferme, ne serait point arrivée (nous ne saurions trop le répéter), si l’on eut apporté plus de circonspection dans l’admission de ces auxiliaires qui n’ont dû, pour la plupart, leur entrée à la suite du corps qu’à des intrigues dont la source est une action tout à la fois immorale et dégradante.
On se rappelle d’avoir vu des déserteurs, des messagers de maisons de tolérance se transformer du jour au lendemain en interprète auxiliaire et porter à la faveur du titre la capote d’officier et traiter de collègues des hommes sur lesquels, avant cette étrange métamorphose, ils n’eussent pas osé porter leurs yeux.
Eh ! bien, l’armée est empoisonnée de semblables êtres et comme il n’est pas juste que l’homme de naissance soit confondu avec l’homme de rien ; l’homme de savoir avec l’ignorant ; l’homme honnête avec le fripon ; et l’homme pur avec l’homme impur, nous croyons qu’il est de la dernière importance d’apporter un remède à un tel état de perturbation. Une réorganisation est indispensable et nous la demandons au nom de tous le corps et dans l’intérêt du service. En émettant un vœu nous nous empressons de déclarer qu’il est bien loin de notre pensée de comprendre et de compromettre dans un tel assemblage de fange les noms de MM. Pellissier fils, Goher fils, Lachout [?] fils, Dayan et Baliste fils80, tous enfants sortis de nos écoles et de notre collège d’Alger et qui ont foi dans une restauration complète du corps des interprètes. Cette espérance eût été toute naturelle et se fût maintenue chez ces jeunes et honorables auxiliaires si leur cadre devant servir de pépinière et d’alimentation aux interprètes brevetés, n’eut été composé que de jeunes gens français et intelligents. Jusqu’à présent le principe contraire, celui qui devait porter le découragement, le déshonneur et la déconsidération au sein d’un corps honorable, a été malheureusement le seul qui a été adopté.
Des réclamations ont été faites au gouverneur, au chef de l’état-major, à l’intendant général de l’armée, des démarches officieuses ont eu lieu, car tout ce qui porte un cœur honnête éprouvait le besoin, sentait l’impérieuse nécessité de mettre un terme à des abus aussi étranges, d’arrêter, enfin, la violation de tant de droits ! Et rien pourtant n’est venu encourager ou répondre au cœur des honnêtes gens qui composent ce corps, par l’espérance d’un meilleur avenir. On a répondu à toutes nos réclamations par un profond silence, on a, sans doute, cru que nous devions nous estimer très heureux de la position que l’on a daigné nous faire : on a été beaucoup plus loin, on a estimé que cette position, qui assure à peine le pain quotidien, avait dû surpasser nos propres espérances. S’il en était ainsi, nous nous écrierions du fond de notre cœur malheur aux interprètes qui auraient accepté les conséquences d’une telle [blanc] et qui ne se seraient pas senti assez de chaleur dans l’âme, assez d’énergie au cœur pour les repousser. En effet il faudrait être déshérité de tout sentiment, de toute dignité, de foi même, pour consentir à sacrifier à Alger les plus belles années de la vie, sans les promesses d’un avenir solide, d’une existence honorable. Non, il n’est pas croyable que des hommes soient ainsi sacrifiés ! qu’ils aient quitté des travaux lucratifs ; des affections chéries, pour s’exiler en Algérie, où l’on vieillit si vite ; pour venir dépenser sans fruits et sans gloire les plus riches années de l’âge viril ; pour s’entendre contester toutes leurs connaissances, leurs services, leurs droits et même jusqu’à leur dignité d’homme. C’est un rôle que ne peut accepter celui qui a un peu d’énergie au cœur et qui se trouve investi de la confiance du gouvernement. L’espérance dans l’avenir a dû être tellement forte, pour avoir supporté un tel état de chose [sic]. Les interprètes sont et peuvent être autre chose que des porte-voix, nous croyons d’ailleurs l’avoir suffisamment prouvé pour ne pas être obligé de revenir à de nouvelles explications. […]
Puis, il faut le dire, c’est que tant que ces employés ne pourront faire fond sur eux-mêmes, sur leur carrières, tant qu’ils n’y verront aucune sécurité pour l’avenir ; tant qu’ils ne croiront devoir leur emploi qu’à un caprice et qu’un caprice aussi pourra le leur enlever, ils auront nécessairement recours à tous les moyens illicites d’améliorer leur position et de s’assurer un avenir aux dépens de leur propre honneur.
On a attaché fort peu d’importance à toutes ces choses, on a fort peu pesé les considérations toutes les fois qu’il s’est agi d’admettre des auxiliaires, chaque protecteur n’a voulu voir dans ces employés bâtards que des jeunes gens de confiance capables de tout faire et que leurs protecteurs pourraient diriger suivant leur caprices dans toute espèce d’expédition, on a cru un instant que l’on pourrait en congédiant les titulaires, les remplacer par cette classe d’auxiliaires, et arriver, ainsi, à obtenir des interprètes à bon marché et dont les gages varieraient de 15 à 50 francs par mois, on eut pu de cette façon passer à chaque officier un interprète comme on lui alloue des rations de vivres et de fourrages. Ce sont de semblables erreurs qui n’ont pu germer que dans un esprit peu sérieux qui ont fait croire un instant que les fonctions d’interprètes étaient purement mécaniques et que l’on pourrait les remplacer par des hommes sans intelligence et sans dignité.
Des officiers de l’armée ont été jusqu’à croire qu’il suffisait d’articuler quelques mots d’arabe pour que l’on put à jamais se passer d’interprètes militaires. […]
Le Gouvernement sait très bien que pour la multiplicité des langues orientales vivantes et mortes, il ne trouvera à satisfaire toutes ses exigences que dans le corps des interprètes. En voici la preuve : que l’on prenne trois des interprètes les premiers venus : supposons MM. Roches*, Rozetty* et Rousseau*, et l’on verra que ces trois fonctionnaires pourront s’exprimer et correspondre en français, arabe, turc, grec moderne, italien, espagnol, allemand et latin. Maintenant, que dans les autres corps (à l’exception de celui de l’état-major dont les études sont spéciales) quels qu’ils soient, on double le nombre d’individus et l’on aura le français, peut-être l’anglais ou l’italien et le latin. On comprendra dès lors qu’il n’y a réellement pas de compensation, ni de comparaison à établir.
Nous arrêterons là nos observations, nos plaintes, nos accusations, nous croyons avoir dit tout ce que nous avions à dire pour éclairer le gouvernement sur la composition actuelle du corps et sur la nécessité d’une réorganisation sur de nouvelles bases.
Nous supplions V. E. le Ministre de la Guerre et M. le directeur des affaires d’Afrique, de supplier S. M. d’accorder aux interprètes militaires à [sic] l’armée d’Afrique le titre de :
1° Corps royal des interprètes militaires dont la nomination appartiendra au roi.
2° de désigner un nouvel uniforme ou maintenir l’ancien.
3° d’opérer à l’égard des membres du corps la retenue de 2 % et fixer leurs droits à la retraite.
4° de fixer définitivement les assimilations des différentes classes par rapport aux différents grades.
5° d’arrêter les bases de l’administration du corps.
6° de créer une école d’élèves interprètes dans laquelle on n’admettrait après examen, que les fils de français ; les sujets de cette école alimenteraient le corps des interprètes.

Pour mes collègues et pour moi.

Clos à Alger, le 20 juin 1841. »

Annexe 15 : L’état de l’enseignement de l’arabe au collège et à la chaire publique d’Alger, 1842

  • 81 ANF, F 17, 7677, rapports.

59Rapport d’Artaud, inspecteur général des études, au ministre de la Guerre, président du Conseil, sur l’enseignement de la langue arabe aux Français et de la langue française aux Indigènes en Algérie, Alger, 30 novembre 184281.

« Monsieur le Ministre,

Le Gouvernement a parfaitement reconnu de quelle importance est le double enseignement de la langue arabe aux français [sic] et de la langue française aux indigènes, pour consolider notre établissement en Afrique ; il considère avec grande raison que là doit être le caractère spécial de l’instruction publique en Algérie. Je traiterai successivement, ici, de l’un et de l’autre enseignement, en exposant son état actuel, les résultats obtenus jusqu’ici, et ce qu’il y aurait à faire pour améliorer les moyens d’enseignement, et pour en étendre les résultats.

L’enseignement de l’arabe aux français [sic] se partage en deux degrés, et se donne d’abord dans les cours du collège, puis dans les cours publics. Les cours du collège sont purement élémentaires, et organisés de manière à servir de préparation aux cours publics : ils se composent des cours d’arabe faits par M. Vignard*, et d’un cours élémentaire d’arabe littéral fait par M. Bresnier*.

[…] [Quatre sections comprennent les élèves de 5e, 4e, 3e et seconde-rhétorique mêlés aux élèves de français 1re, 2e, 3e et 4e année ; elles réunissent en tout 80-90 élèves. Chaque section a deux classes de deux heures par semaine. Le professeur, Vignard, donne donc 16 heures par semaine. C’est] un jeune homme intelligent, qui a du zèle et beaucoup de bon sens ; il est maintenant le 1er élève de M. Bresnier, dont il continue à suivre les cours. Les leçons de M. Vignard sont et doivent être essentiellement pratiques : les exercices qu’il fait faire à ses élèves sont d’abord de petites phrases détachées, qu’il leur fait traduire oralement d’arabe en français, et de français en arabe, puis des versions et des thèmes par écrit, puis enfin, il tâche de les faire dialoguer entre eux. À ces exercices d’application, il joint aussi un peu de théorie, les principes grammaticaux, les formes de déclinaison et de conjugaison, et les règles les plus générales. Mais, c’est sur la pratique que le professeur devra toujours insister ; car le but de ce cours est de mettre les enfants en état de comprendre l’arabe et de le parler ; c’est à quoi M. Vignard espère parvenir en deux ans. Tout en souhaitant que cet espoir se réalise, j’avoue que je conserve quelque doute à cet égard. Ses élèves les plus avancés le sont encore assez peu, à ce qu’il m’a paru : néanmoins, quelques-uns d’entre eux ont déjà d’assez bonnes habitudes de prononciation. Il ne faut pas oublier d’ailleurs, que ces cours n’ont pas encore deux ans d’existence, et qu’ils n’ont été constitués qu’en mars 1841.
Mais j’ai été frappé d’un inconvénient grave, qui résulte de l’organisation actuelle des cours, et qui neutralise une partie des avantages que les élèves doivent en retirer.
Comme on l’a vu plus haut, les élèves sont rangés, pour l’étude de l’arabe vulgaire, d’après les classes qu’ils suivent, tant pour les langues anciennes que pour le français. Mais la plus légère réflexion suffit pour faire comprendre que les enfants qui se trouvent réunis dans une même classe de latin, ne sont pas, pour cela, de même force pour la langue arabe. Tel enfant, qui dans sa famille a déjà entendu parler arabe, ou que la fréquentation des indigènes a déjà familiarisé avec leur langue, se trouvera cependant rangé avec les plus faibles en arabe, parce que sa force en latin l’a classé en cinquième ; tel autre qui arrive de France à l’âge de 15 ou 16 ans, et que ses études antérieures placent en seconde ou en rhétorique, se trouvera classé dans la 4e année d’arabe, c’est-à-dire parmi les plus avancés quoiqu’il ne sache pas un mot d’arabe, et qu’il n’en connaisse pas encore les lettres. Il y a donc là le double inconvénient, d’une part d’arrêter les progrès d’un enfant déjà versé dans la connaissance de la langue arabe, de l’autre de jeter un jeune homme dans un cours beaucoup trop au-dessus de sa portée, et dont il ne pourra ainsi tirer aucun fruit. Des exemples de l’un et l’autre cas se présentent continuellement, surtout dans une population aussi mobile que celle d’Alger. Pour parer à ces inconvénients, le professeur est réduit à fractionner chaque section, à y former au moins deux subdivisions, ce qui diminue de moitié le temps consacré à chacune.
Ce qui précède suffit pour montrer combien est défectueux ce classement des élèves pour l’étude de l’arabe, d’après leur classement dans les autres études : il faut donc en revenir à ordonner les cours d’arabe d’après la force relative des élèves et leur degré de savoir dans cette langue. Mais cela ne se peut sans placer les heures des cours d’arabe en dehors des heures des classes régulières ; en d’autres termes les classes de langues anciennes et autres cours accessoires continueront à se faire de 8 h à 10 et de 2 à 4, tandis que les cours d’arabe devront se faire soit avant, soit après les classes du matin ou du soir, soit entre les deux. C’est ce qui se pratique en France dans nos collèges royaux pour les cours de langues vivantes et de mathématiques accessoires. M. Vignard proposait de classer à l’avenir tous les élèves du cours d’arabe vulgaire en 2 sections ou 2 années, cet intervalle de temps suffisant, selon lui, pour les mettre en état de parler. Cet espace de temps me paraît trop limité ; et je crois devoir, jusqu’à plus ample expérience, porter à 3 années, la durée des cours, en maintenant même la faculté de faire doubler une des années à l’élève trop jeune, ou qui aurait paru trop faible l’année précédente. Les classes seraient désormais d’une heure, et se feraient soit de 7 à 8 heures du matin, soit de 11 à 12, ou de 1 à 2, soit de 4 à 5. Chacune des trois sections aurait 5 heures par semaine. Dans ce système, des classes d’une heure, faites 5 fois par semaine, seraient incontestablement plus profitables que 2 classes par semaine de 2 heures chaque. La fixation définitive de ces heures est un détail purement réglementaire, une affaire d’arrangement intérieur, qui se ferait d’accord avec le principal du collège, de manière à déranger le moins possible les autres exercices de l’établissement. Le principal, aux premiers mots prononcés sur la nécessité de cette mesure, s’est déjà récrié, et il se récriera encore sur la difficulté de changer une organisation qui a coûté tant de peine à combiner : mais il y a un inconvénient bien autrement grave à ce qu’un enseignement fondamental comme celui de l’arabe soit manqué, ou ne produise pas tous les fruits qu’il doit produire. Si donc Monsieur le ministre approuve les propositions précédentes, il y aura lieu de prescrire au principal de tout disposer pour que la nouvelle organisation des cours d’arabe vulgaire ait lieu à partir du 1er janvier prochain.

Ce cours est le lien qui rattache les études de l’arabe faites au collège avec le cours supérieur et public fait par M. Bresnier. Les élèves les plus avancés dans la connaissance de l’arabe vulgaire viennent s’initier, sous ce professeur, aux premiers éléments de l’arabe littéral ou écrit ; et après avoir suivi ce cours une année, ils sont capables de suivre avec fruit le cours supérieur qui s’adresse au public. Les leçons ont lieu deux fois par semaine, et s’adressent cette année à 6 élèves, qui sont les plus forts de M. Vignard. M. Bresnier, dont il sera question avec plus de détail au paragraphe suivant, est à la fois un jeune homme plein de savoir, un très bon esprit, et un professeur distingué. Dans ce petit cours élémentaire, il s’attache surtout à la clarté des explications, et il m’a paru que ses élèves en tiraient un profit réel.

M. Bresnier, je l’ai déjà dit, est un professeur d’une instruction remarquable et d’une capacité toute spéciale en sa partie. Jeune encore, et animé du désir d’acquérir de nouvelles connaissances, il est appelé à rendre de grands services en Algérie. On peut donc s’étonner que son enseignement n’ait pas produit jusqu’ici plus de résultats. Les auditeurs qui assistent à ses cours publics se partagent en plusieurs catégories : d’abord, les assidus, qu’on peut considérer comme élèves réels, et qui suivent les leçons depuis 3 ans ; ils sont au nombre de 9 ; je ne crois pas inutile de consigner ici leurs noms ; ce sont MM.
[Prudent] Vignard, professeur d’arabe vulgaire au collège, âgé de 25 ans.
De Toustain Dumanoir, secrétaire interprète, attaché à la direction des finances, 26 ans.
[Albert] Devoulx*, élève interprète aux finances, âgé de 17 ans.
Alexandre Jobert, âgé de 12 ans et demi, aptitude remarquable, malgré sa jeunesse.
[Aaron] Tubiana, israélite indigène, interprète de 2e classe, 26 ans.
Huant, officier comptable, 32 ans.
Hamelin, juge adjoint, 28 ans.
Gugenheim (Isaac), négociant, 21 ans.
X[avier] Dumont*, interprète de 2e classe, 28 ans.
À ces neuf assidus, s’en joignent 5 ou 6 autres moins avancés. Enfin, les simples amateurs ou auditeurs de passage, peuvent s’évaluer de 12 à 15 ; ce qui fait en tout de 25 à 30 auditeurs. Dans ce nombre, les employés des administrations figurent en très petite minorité. D’où vient donc que l’affluence n’est pas plus considérable ? Voici, je crois, l’explication du fait, sans préjudice des motifs trop réels, d’insouciance pour les uns, d’occupations forcées pour les autres : un des caractères de l’enseignement de M. Bresnier, c’est la prépondérance donnée par lui à l’arabe littéral ou écrit sur l’arabe vulgaire ou parlé. Sur 6 leçons par semaine qu’il fait à son cours public, 4 sont consacrées à l’arabe littéral, les 2 autres à l’arabe vulgaire ; et encore, dans ces 2 leçons, la théorie et les principes de la langue tiennent beaucoup plus de place que la pratique même. M. Bresnier, élève de l’école des langues orientales de Paris, doit nécessairement donner à son enseignement un caractère scientifique, et je suis loin de l’en blâmer ; il allègue, avec raison je crois, que les principes même de l’arabe vulgaire se trouvent dans l’arabe écrit, et qu’on ne sait bien les principes du premier, qu’en se livrant à l’étude du second ; et il n’hésite pas à déclarer qu’il faut 4 ans d’études assidues pour être suffisamment versé dans la connaissance de l’arabe littéral. Quant à l’arabe vulgaire, selon lui, il ne s’enseigne pas, il s’apprend par la pratique et un cours ne peut que diriger ceux qui veulent pratiquer. D’après cela, on conçoit facilement que des fonctionnaires, des employés, des négociants, des colons reculent devant l’idée d’employer 4 ans d’un travail assidu, pour n’être pas même en état de communiquer directement avec les indigènes. Les besoins de l’Algérie veulent des résultats plus prompts et d’une application plus immédiate ; le gouvernement lui-même demande que ses fonctionnaires soient capables de parler la langue du pays : par conséquent l’enseignement de l’arabe vulgaire doit tenir une très grande place dans l’enseignement public, et, je dois le dire, une plus grande place que celle qu’il compte à présent. On serait donc conduit par les considérations précédentes, à proposer la création d’une seconde chaire publique, exclusivement consacrée à la langue parlée, à l’arabe vulgaire et tout-à-fait distincte du cours plus scientifique de M. Bresnier, en ce qu’elle s’occuperait spécialement de la pratique. Toutefois, je ne voudrais en faire la proposition formelle à Monsieur le Ministre, que si je pouvais lui présenter en même temps le sujet capable de remplir cette chaire ; or, un tel sujet n’existe pas en ce moment à Alger ; les personnes les plus versées dans la langue vulgaire sont trop ignorantes à d’autres égards, pour soutenir dignement un enseignement supérieur, en concurrence avec celui de M. Bresnier. Quant à M. Vignard, il a encore trop peu d’expérience pour pouvoir prétendre aujourd’hui à cette position élevée. Je me borne donc pour le moment, à signaler cette lacune, en attendant que nous rencontrions l’homme capable de la combler.

L’intention du gouvernement étant de propager la connaissance de l’arabe parmi les français qui habitent l’Algérie, il conviendra d’établir, dans un avenir peu éloigné, des chaires publiques pour l’enseignement de cette langue, dans les deux centres de population les plus considérables après Alger ; l’un à Oran, l’autre à Bône. Il serait donc à propos d’annoncer que dans le courant de l’année 1844 par exemple, un concours s’ouvrira pour 2 chaires de langue arabe, à créer dans ces deux villes. Ce but offert aux jeunes gens qui se livrent sérieusement à cette étude, serait de nature à encourager de nouveaux efforts ; et parmi ceux dont les noms ont été cités plus haut, il en est plus d’un qui pourrait concourir avec avantage.

D’un autre côté, si l’on veut réellement avoir des fonctionnaires capables de communiquer directement avec les indigènes, il faut déterminer un certain nombre d’emplois et de fonctions pour lesquels la connaissance de l’arabe sera indispensable ; il faut établir qu’à l’avenir, nul ne pourra parvenir à ces fonctions, sans avoir subi certaines épreuves, et passé des examens, dont la nature sera déterminée : au besoin même, on en réserverait qui ne seraient données qu’au concours. Parmi ces dernières, seraient nécessairement les places d’interprètes. Ce corps, pour lequel une régénération radicale est invoquée de toutes parts, pourrait même se recruter dans une espèce d’école spéciale, sur l’organisation de laquelle j’aurai l’occasion de m’expliquer plus tard. Mais si l’on fait revivre les prescriptions qui rendaient l’étude de l’arabe obligatoire pour certains ordres de fonctionnaires, il importe de tenir la main à la sévère exécution de ces mesures, et de subordonner l’avancement ainsi que le choix des employés, à l’accomplissement de cette condition.

La disette des livres d’enseignement est un des plus graves obstacles qui rencontre l’étude de la langue arabe : les ouvrages indispensables à ceux qui veulent travailler sont extrêmement chers. M. Bresnier met à la disposition des auditeurs laborieux les livres qu’il possède ; mais ce moyen est tout-à-fait insuffisant ; la plupart des élèves sont obligés de copier les textes. M. Bresnier demande donc pour la chaire d’arabe une faveur, sur laquelle le zèle et le dévouement du professeur appellent tout l’intérêt de Monsieur le Ministre : c’est l’envoi d’un certain nombre d’ouvrages, qui pourraient, sous la surveillance et la responsabilité de M. Bresnier lui-même, être prêtés aux élèves, pour leur donner les moyens de travailler. Voici la liste des plus nécessaires pour le moment :
Freytagii lexicon arabico-latinum, 4 vol. in 4° (prix environ 100 francs)
Grammaire arabe de Sacy*, 2ème éd., 2 vol. in 8° (42 francs)
Chrestomathie arabe de Sacy, 2ème éd., 3 vol. (63 francs)
Alfiyya d’Ibn Malek, avec commentaire de Sacy, 1 vol. in 8° (10 francs)
Hamasae carmina, Freytag, 2 vol. in 4°
Mille et une nuits, édition du Caire, 2 vol. in 4° (30 francs)
Dictionnaire français-arabe par Caussin de Perceval*, in 4° (70 francs)
Tous ces ouvrages devraient être envoyés au moins en double exemplaire. Il serait à désirer aussi qu’en faisant venir du Caire les Mille et une nuits, le gouvernement demandât 2 ou 3 exemplaires de chacun des ouvrages imprimés en arabe au Caire depuis dix ans, surtout les traductions d’ouvrages français, et le voyage du cheikh Rifaâ à Paris. Ces livres sont peu coûteux (environ 5 ou 6 francs chaque volume), et ils sont très importants pour l’histoire de la langue, en ce que les musulmans, en important chez eux les sciences européennes, ont dû en créer la technologie.
Enfin, lorsque M. de Sacy présenta M. Bresnier pour la chaire d’Alger, il fit envoyer en même temps un certain nombre de livres arabes, qui devaient être la propriété de la chaire publique. Depuis lors, une décision ministérielle fit de ces livres la propriété de la bibliothèque de la ville, mais en promettant que des doubles seraient achetés pour la chaire d’arabe, sur les fonds de l’instruction publique. M. Bresnier réclame instamment l’exécution de cette promesse non encore accomplie.

La propagation de la langue française a fait jusqu’ici assez peu de progrès parmi les indigènes. Ceux-ci opposent à nos tentatives, soit une extrême insouciance, soit même quelquefois une répugnance décidée, à envoyer leurs enfants dans nos écoles. Toutefois, ces obstacles ne me paraissent pas insurmontables. Je soumettrai à Monsieur le Ministre mon opinion sur ce point, après avoir exposé l’état actuel de cette partie de l’enseignement. Il existe en ce moment, deux cours de français, l’un fait aux maures adultes, dans le collège même ; l’autre aux jeunes garçons, dans une école maure de la rue de la Lyre.

Par ma dépêche des 5 et 10 novembre, je vous ai rendu compte, Monsieur le Ministre, des difficultés que j’éprouvais pour la réouverture du cours des Maures adultes. Je n’ai cependant pas désespéré, et j’ai ordonné l’ouverture du cours. Le premier jour, il ne s’est présenté que deux élèves ; le second jour 4, le 3e jour 6, le 4e jour 17. Un arabe, nomme Gazouel, amin du fondouk aux huiles, ayant appris l’importance que le gouvernement attache au succès de cet enseignement, a amené avec lui une dizaine d’arabes qui dépendent de lui, et les a décidés par son influence à venir s’asseoir sur les bancs, pour apprendre le français. L’espoir que son nom serait mis sous vos yeux, Monsieur le Ministre, a été pour beaucoup dans la démarche de Gazouel, et je me fais un devoir de réaliser son espérance en appelant votre attention sur lui. Le 19 novembre, j’ai compté 26 auditeurs maures et arabes. M. Gorguos*, sur lequel j’avais suspendu mon jugement, fait preuve dans ce cours, comme dans ses classes de latin, d’intelligence et de capacité suffisante. Il partage sa leçon en deux moitiés, l’une pour l’exposition des principes indispensables, lesquels sont tout ce qu’il y a de plus élémentaire, puisque le professeur doit commencer à l’alphabet et à l’épellation des lettres ; dans l’autre moitié, toute pratique, il exerce ses auditeurs à prononcer des mots français, en leur montrant l’objet même auquel chaque mot correspond. Petit-à-petit, il arrivera ainsi par la suite, à construire des phrases entières et à les faire dialoguer. Cet enseignement me paraît bien entendu, M. Gorguos le dirige avec zèle, et j’espère qu’il obtiendra des résultats réels. Je n’hésite donc plus à vous demander pour M. Gorguos une nomination définitive.
La principale difficulté n’est pas d’attirer les indigènes au cours public, c’est de les y retenir ; et pour cela les mesures que j’ai eu l’honneur de vous proposer dans ma dépêche du 5 novembre, me paraissent indispensables (c’est hier, 29, que j’ai reçu la liste des chaouchs attachés aux diverses administrations, listes que j’avais demandée, dans les premiers jours du mois). Aux mesures de sévérité contre l’inexactitude, aux retenues d’un jour de solde pour chaque absence, il sera bon aussi de joindre les encouragements, pour ceux qui se distinguent par leur application : il serait à propos de faire connaître que l’administration réservera l’avancement ou les augmentations de solde pour ceux qui feront le plus de progrès.

L’École française pour les jeunes Maures compte en ce moment 33 élèves inscrits. Tous appartiennent à l’école d’Hadji Mohammed, à l’exception d’un seul qui vient de l’école de la Grande mosquée. L’enseignement y est de la même nature que celui que nous avons déjà vu dans l’école des Maures adultes et plus élémentaire encore s’il est possible, attendu qu’il s’adresse à de jeunes enfants. Néanmoins, ces enfants ont l’esprit très ouvert, et comprennent avec beaucoup de facilité. Il y a donc là une œuvre éminemment utile à accomplir. Le Maître, M. Depeille*, est un jeune homme doux et sensé, qui a déjà l’expérience de l’enseignement primaire. Il sait assez d’arabe pour se faire comprendre de ses élèves. Je lui ai recommandé d’insister sur la pratique, d’apprendre aux enfants le sens des mots français et de les exercer autant que possible à parler. Il est à regretter seulement que ceux qui reçoivent des leçons si profitables soient si peu nombreux.

J’ai visité à Alger 15 écoles maures, qui reçoivent environ 300 enfants. L’instruction qu’on y donne est extrêmement bornée ; elle consiste à lire et à écrire, en copiant sur des planches et en apprenant par cœur tout ou partie du Koran. Bien qu’appris par cœur, le Koran est loin d’être intelligible pour aucun des enfants qui vont à l’école, parce qu’il est dans un idiome tout différend du langage usuel et qui demande une étude spéciale ; et la plupart des maîtres d’école n’entendent pas mieux l’arabe écrit que leurs élèves. Quelques reflets de l’éducation française, jetés sur cette éducation toute machinale, seraient un véritable bienfait pour les indigènes, en même temps que notre politique y trouverait son compte. Quelques-uns même d’entre eux, parmi les hommes jeunes, qui se sont trouvés en contact avec nous, commencent à comprendre les avantages que leurs enfants pourraient en retirer. Mais le préjugé et la mauvaise honte sont là, qui les empêchent de passer outre.

Le jour donc où une injonction formelle du gouvernement prescrirait que les élèves des écoles maures suivissent 2 ou 3 heures par jour les leçons d’un maître français, les familles obéiraient sans résistance, et un grand nombre même avec plaisir. Il ne faudrait pas compter pour cette œuvre, sur le concours et la coopération du muphti : par position, comme par préjugé, il doit être contraire à cette invasion des idées étrangères. Aussi, lorsque dans une conversation que j’ai eue avec lui, je lui témoignai le désir qu’aurait le gouvernement de voir un plus grand nombre d’enfants maures apprendre la langue française, ce qui serait même dans son intérêt, il me fit une de ces réponses évasives, qui sont dans le caractère de sa nation, en disant : « que chacun était juge de son propre intérêt ». Mais, le jour où interviendrait un ordre du gouvernement, le muphti se résignerait. Si donc on veut sérieusement faire participer un plus grand nombre d’indigènes à l’étude de la langue française, l’entreprise n’offre point de difficultés insurmontables. Pour y réussir, il suffira de deux choses qui jusqu’ici n’ont pas été mises en œuvre : une volonté nettement exprimée et de la suite. Les moyens d’exécution seront très simples ; ils consisteront soit à faire venir un plus grand nombre d’enfants dans l’école française qui existe aujourd’hui ; soit à envoyer un maître français, 2 ou 3 heures par jour, dans les 2 ou 3 principales écoles maures, telle que celle du muphti dans la grande mosquée.

  • 82 Il s'agit d'Ismael b. amin es-Sakka dont le fils Ahmed sera envoyé en 1844 poursuivre ses études à (...)

Je mentionnerai ici un fait où se révèle le penchant que manifestent déjà quelques familles, à se rapprocher de nous. Tout récemment, un indigène, nommé Ismaïl, fils de l’ancien directeur de la Monnaie du Dey82, est venu me demander s’il lui serait possible de faire admettre son fils, âgé de 11 ans, à la grande école avec tous les français, c’est-à-dire au collège, ayant le plus grand désir qu’il étudie les sciences qui sont appliquées en France. Je lui ai répondu que non seulement la chose était possible, mais que le gouvernement verrait avec le plus grand plaisir les indigènes participer à l’éducation française. Sur quoi, il nous a amené son fils, puis ses deux neveux, et il y a en ce moment au collège 3 jeunes maures qui y commencent leur éducation. On peut espérer que cet exemple aura des imitateurs.

L’éducation des filles est encore plus négligée que celle des garçons, très peu d’entre elles apprennent dans l’intérieur de leurs familles à lire, à écrire et à coudre. D’après les renseignements que j’ai recueillis, il y avait autrefois à Alger, quelques écoles tenues par des femmes : aujourd’hui il n’en reste qu’une seule, dont la maîtresse se nomme Souna, femme de Bou Serwâl. Elle a 6 ou 7 élèves, auxquelles elle enseigne la lecture et l’écriture, et quelques travaux d’aiguille. Elle sait fort mal écrire, et est complètement étrangère à la connaissance des livres, qui est fort peu accessible aux femmes.
Des personnes qui connaissent bien le pays, m’ont assuré que la fondation d’une école pour les filles ne serait pas impossible à Alger, et qu’elle y aurait même des chances de succès. Il faudrait pour la tenir, une dame parlant un peu l’arabe, et qui leur enseignerait à parler, à lire, écrire, calculer, coudre, broder, etc. ; les filles seraient amenées le matin et reconduites le soir par leurs parents ou leurs esclaves. Elles apporteraient à manger, ou une négresse ferait leur cuisine à l’école. M. Bresnier, entre autres, m’a nommé 4 jeunes filles que leurs parents enverraient sur le champ à l’école française, et il ne doute pas que leur exemple ne fût suivi par d’autres familles.
Si cette idée se réalisait, le gouvernement devrait se contenter d’engager les parents à envoyer leurs filles à l’école française, sans le prescrire, comme pour les garçons.
Telles sont, Monsieur le Ministre, les observations que j’ai dû vous soumettre, sur le double enseignement de l’arabe au français et du français aux indigènes. Des deux côtés, il y a d’heureux germes, qui déjà donnent des espérances : mais ils ne fructifieront que par la volonté et la persévérance. »

Annexe 16 : L’enseignement donné aux élèves algériens de la pension Demoyencourt, 1842

  • 83 Rapport de Georges Julien Fellmann, chef de bureau à la direction des affaires d'Algérie, au minist (...)

60Dans le rapport qu’il adresse au ministre en octobre 1842, Fellmann précise le genre d’instruction que doivent recevoir les jeunes Algériens élevés à Paris83.

  • 84 ANOM, F 80, 1571, personnel.

« Il [le gouvernement] ne peut viser à faire de ses élèves des hommes d’État ; mais il peut raisonnablement espérer de trouver en eux quelques bons interprètes, quelques commis utiles, quelques officiers de troupes indigènes du second ordre.
Le moindre terme à assigner pour accomplir une éducation préparatoire, en France, et telle que doivent la recevoir les individus dont il vient d’être question, semble devoir être de deux ans ; le plus long de quatre.
Les matières qu’elle doit embrasser sont : la langue française, écrite et parlée, les éléments des mathématiques et du dessin, de l’histoire et de la géographie. On y joindrait les éléments de l’arabe écrit et littéraire. Les jeunes algériens [sic] pourraient pour cet objet spécial, être envoyés aux cours du collège de France, voisin de l’institution dans laquelle ces jeunes gens sont placés. Ils trouveraient dans le professeur d’arabe littéral (M. Caussin de Perseval [Perceval*]) un homme initié tout à la fois aux raffinements de la langue savante et aux usages de la langue vulgaire, plus propre, par conséquent, que tout autre, à compléter sous ce rapport l’éducation d’indigènes africains. Cette mesure aurait des avantages, spécialement en ce qui concerne les jeunes gens qu’on destinerait à l’interprétation. Sans nuire à leurs autres études, puisqu’on ne ferait de celle-ci qu’un objet accessoire, elle les préparerait du moins à pouvoir faire usage, par écrit, de leur propre langue. Elle ne saurait enfin manquer de produire, en Algérie, un bon effet, et serait plus propre que tout autre à porter les parents à nous confier leurs enfants. Quand les jeunes algériens auront acquis en France les connaissances nécessaires et qu’ils seront de retour dans leur pays, il serait à désirer que l’on pût les tenir isolés de leurs familles où ils ne recevront jamais que des impressions et des principes tout contraires à ceux que nous devons souhaiter de voir prévaloir en eux. Sans compter les préventions nationales ou religieuses, il existe, en général, dans les familles arabes, sous le rapport politique, une certaine morale courante dont nous devons à tout prix préserver ceux dont nous voudrons nous servir. Même avec ces précautions, il sera peut-être difficile et imprudent de se servir d’un interprète indigène seul, sans le contrôle et la surveillance d’un Français.
Il est un emploi pour lequel on pourrait peut-être utiliser avec avantage les jeunes algériens élevés en France. Bientôt sans doute on pourra et on devra régulariser l’assiette de l’impôt sur les tribus de l’intérieur ; en faisant continuer à ces jeunes gens, sous un autre rapport, les études commencées en France, ne pourrait-on les préparer dans une administration locale, à la direction des finances, par exemple, à exercer plus tard pour nous, loin du littoral, un intermédiaire utile ? Peut-être ne sera-t-il pas inutile de rappeler ici un fait historique assez curieux. Les Arabes, depuis la conquête de l’Égypte, et après eux les Turcs et les Mamelouks, dans l’occupation du même pays, ont toujours abandonné le rôle de collecteurs inférieurs de l’impôt aux kobthes [coptes] vaincus et chrétiens. Ne saurions-nous, sauf contrôle, introduire quelques choses de ce système en Algérie où l’apparition de collecteurs français soulèvera pour longtemps encore tant de répugnances ?
[…] Dans les troupes indigènes, nous ne devons avoir qu’un petit nombre d’officiers indigènes et encore dans les grades peu élevés. Que si, au contraire, on pouvait amener dans les rangs de notre armée régulière, comme soldats et comme officiers, un certain nombre, voire un grand nombre d’indigènes, la France aurait tout à y gagner et rien à y perdre. On aura toujours beaucoup moins à craindre d’un arabe qui serait devenu général en passant par Saint-Cyr que d’un bédouin devenu agha en passant par les spahis irréguliers. »84

Annexe 17 : Le projet d’un collège arabe à Alger, juxtaposé au collège classique, tel qu’exposé par Léon Roches, 1844

  • 85 Rapport de Léon Roches, Alger, 10 janvier [1844], ANOM, F 80, 1732.

61Dans ce rapport rédigé à Alger et daté du 10 janvier [1844]85, Roches propose une alternative au projet qui vise à pérenniser l’envoi d’élèves algériens à Paris sous la forme d’une mission permanence ou d’une institution scolaire. Il ne reçoit pas le soutien du bureau de l’Algérie à Paris, ce dont témoigne le document, sous la forme d’une série annotations désapprobatrices portées par un lecteur parisien. Roches fait pourtant preuve de prudence : il affirme en préambule ne pas vouloir entrer dans le débat qui oppose les défenseurs d'un gouvernement par les Arabes à ceux qui préfèrent un gouvernement par les Français. Il considère qu’il faut former de toute façon des « interprètes ou officiers sachant l’arabe et habitués aux affaires, pour servir d’intermédiaires entre les chefs arabes et les commandants français » et qu’il faut « faire donner à la nouvelle génération que nous sommes appelés à gouverner une éducation qui la rapproche de nous. » Il faut donc créer des écoles spéciales pour les futurs administrateurs et gouvernants du pays. Il projette un collège européen à Alger où l’on ferait les mêmes études que dans les collèges royaux de France, à la différence près qu’elles « seraient coordonnées de telle sorte que l’enseignement de la langue arabe marcherait de front avec l’enseignement des autres connaissances. Les classes élémentaires de l’arabe seraient dirigées par des professeurs français (ou sachant le français) auxquels seraient adjoints des lettrés indigènes, car ces derniers seuls peuvent donner aux élèves la prononciation et le génie de la langue. » À côté de ce collège européen, il faut un collège arabe,

  • 86 Ce qui suscite l’annotation « non » pour les locutions « il est à peu près certain » et « que les i (...)
  • 87 La phrase a été annotée en marge au crayon : « Non, cette éducation aurait le désavantage de créer (...)
  • 88 « le grand inconvénient » est souligné au crayon et commenté à la marge par un point d’exclamation.
  • 89 Le membre de phrase « puisqu’ils ont la peine à transmettre leurs idées dans leur propre idiôme » e (...)
  • 90 Le membre de phrase « aux écoles militaires de toutes les armes » est souligné et commenté : « jama (...)
  • 91 Le document porte en note : « Il faudrait alors créer dans chaque école militaire une chaire d’arab (...)
  • 92 Le membre de phrase « malgré l’antipathie qui existe entre les deux races » est souligné au crayon (...)

« car il est bien peu de parents musulmans, d’arabes surtout, qui consentissent à envoyer leurs enfants en France, pour y recevoir une éducation considérée comme profane par tous les bons musulmans.
À Alger même, il faudra prendre bien des précautions, pour avoir un grand nombre d’élèves. Ainsi le chef du collège arabe devrait être un des principaux ulémas (savants) de l’Algérie ; la réputation de piété et de science, serait une garantie pour les parents […].
Le local du collège arabe devrait être contigu à celui du collège français, de manière à ce que pendant les heures de récréation, les élèves indigènes et européens puissent communiquer, et apprendre ainsi réciproquement à parler les langues, arabe et française.
Il est à peu près certain qu’au bout de trois ou quatre années les Européens auraient fait en arabe les mêmes progrès que les indigènes auraient fait en français86. Ils seraient donc arrivés au même point, et alors, ils auraient l’immense, l’incalculable avantage, les premiers, de suivre les cours de langue arabe professés par des arabes, et les seconds, de suivre les cours de toutes les autres sciences, professés par des Européens.
Cette éducation commune et mutuelle, ne pourrait manquer de créer des liaisons intimes entre les élèves des deux religions ; et ces liaisons contractées à cet âge durent toute la vie ; le souvenir ne s’en efface jamais, et il influe très souvent sur la destinée des hommes87. Par ce mode d’enseignement, on éviterait en outre le grand inconvénient des éducations d’indigènes faites en France88. Il arrive presque toujours que ces élèves apprennent bien le français, mais qu’ils oublient ou n’ont jamais bien lu l’arabe, et alors il leur est impossible d’accréditer parmi les leurs la science qu’ils ont acquise, puisqu’ils ont la peine à transmettre leurs idées dans leur propre idiôme89. C’est pourquoi les études classiques de la langue française, comme celles de la langue arabe, doivent précéder toute autre étude ; car les sciences les plus simples ne se communiquent que par la parole et pour les faire aimer et respecter il faut posséder toutes les ressources de la parole.
Lorsque les élèves de ces deux collèges, qui véritablement ne forment qu’une seule institution, auraient parcouru toutes les classes qui s’y professeraient, et qu’ils auraient subi leurs examens d’une manière satisfaisante, ces élèves, dis-je, indigènes et européens, concourraient suivant leurs dispositions avec les élèves des autres collèges de France, pour entrer aux écoles militaires de toutes les armes90. Ce serait un grand signe d’émulation pour les indigènes qui seraient ainsi admis à remplir les plus hauts emplois dans le gouvernement du peuple conquérant.
C’est parmi les élèves de ce collège, qui, ayant embrassé la carrière des armes, sortiraient sous-lieutenants des écoles militaires91, que l’on choisirait les officiers destinés à composer le gouvernement arabe en Algérie. Avant d’entrer en fonctions, ils devraient être attachés pendant deux ans au moins aux principales directions des affaires arabes, afin d’acquérir l’habitude des affaires et d’être dirigés dans l’application de leurs connaissances.
Dans notre collège on trouverait un choix de surnuméraires pour toutes nos administrations civiles ; nous y puiserions aussi le grand nombre d’interprètes qui est nécessaire pour tous les services civils et militaires. Enfin le ministre des affaires étrangères y trouverait des élèves qui après quelques études spéciales faites en France, assureraient les exigences de notre diplomatie dans toutes les échelles de l’Orient et de l’Occident.
Nous connaissons en Égypte les principaux éléments de ce collège, personnel et matériel.
Les professeurs indigènes des écoles élémentaires et spéciales fondées par Mehemmed Ali ont été élevés en France ; ce sont des hommes d’un grand talent et auxquels plusieurs années de pratique ont donné les qualités de professorat. La plupart sont mal rétribués ou à la veille de perdre leur place, ils seraient heureux d’être employés par un gouvernement stable et qui reconnaîtrait leurs services. Quelques européens professeurs des écoles spéciales de Mehemmed Ali, et d’un mérite bien supérieur, sont dans les mêmes dispositions.
Tous les ouvrages classiques élémentaires et scientifiques ont été traduits et imprimés en arabe à la typographie de Boulak. Pourquoi ne profiterions-nous pas de ces précieuses ressources ?
Nous avons en Algérie plusieurs musulmans vénérés par leur science et leur sainteté, qui languissent ignorés et sans emploi. Pourquoi ne tirerions-nous pas parti de leur influence pour attirer dans notre collège les enfants des plus nobles familles de l’Algérie qui seraient en outre pour nous comme autant d’otages de la fidélité de leurs parents.
Et je saisis ici l’occasion de le dire, ce sont les fils de grande famille qu’il faut instruire [en marge, porté au crayon : « Oui »] et attacher à nous, car pendant longtems encore nous devons gouverner le pays par l’aristocratie, toutes les fois que nous serons assez heureux pour l’avoir dans nos intérêts.
Beaucoup de personnes acceptent avec empressement cette idée, qu’il y a chez les arabes une réaction du peuple contre la noblesse et que les mains des nobles sont désormais trop faibles pour exercer le pouvoir.
C’est une grande erreur ; les liens qui unissent le vassal au seigneur ont encore toute leur force ; c’est à la voix de cette aristocratie de naissance et de sainteté que toute l’Algérie s’est soulevée, et qu’elle a soutenu contre la France une lutte dont la postérité sera émerveillée ; c’est à la suite de cette aristocratie que toutes les grandes tribus vaincues par la force de nos armes, sont venues se ranger sous l’étendard de la France, et c’est à l’appel de cette même aristocratie qu’elle se lèveraient encore en masse contre nous, si nous cession d’être forts et vigilants !
Ne nous méprenons donc pas sur la réaction que l’on croit remarquer sur quelques points. Ne l’attribuons qu’à la force dont nous appuyons les chefs de la plèbe que nous avons élevés, car, si elle leur manquait un seul instant, ils seraient brisés et les vassaux rentreraient d’eux-mêmes sous le joug de leurs anciens seigneurs féodaux.
Une révolution s’opérera certainement, mais elle sera l’œuvre du temps. Jusque-là, fondons notre domination sur le sol le plus solide, afin que l’édifice ne soit pas de suite renversé, si une fatale pensée diminuait une partie de la force qui le soutient.
Du reste, consultons l’expérience des faits naguère accomplis : les tribus ne nous ont opposé une si énergique résistance que parce que Abd el-Kader s’était attaché leurs seigneurs ; Partout où l’aristocratie avait été maltraitée par lui, nous avons trouvé en elle des sympathies et nous avons obtenu bien plus facilement la soumission des populations auxquelles elle commandait depuis des siècles.
Cette digression nous a éloigné de notre sujet ; ou plutôt ce sont des considérations qui viennent à l’appui du projet de nous assimiler la population indigène en nous assimilant d’abord ses chefs et ses seigneurs, et d’élever nos compatriotes de manière à ce qu’ils pénètrent tellement dans l’arcanum de la constitution musulmane, qu’il deviennent capables de gouverner les musulmans, malgré l’antipathie qui existe entre les deux races92. »

Annexe 18 : traduction par Bellemare d’une lettre de Charles Brosselard à Omar el Roumily, élève-otage à la pension Demoyencourt à Paris, 1844

  • 93 ANOM, F 80, 1571, personnel.

62Cette lettre, composée en arabe, a été traduite le 5 septembre 1844 par Bellemare, afin de vérifier si son contenu autorisait à ce qu’elle soit remise à son destinataire. Bellemare ayant conclu qu’elle le pouvait sans difficulté, les archives ne conservent que sa traduction93. Il est probable que le texte original ait été rédigé avec la collaboration d’el-hâj Ahmed.

  • 94 Le rfiss est aujourd'hui à Tunis un plat sucré à base de semoule grillée et de dattes.

« J’ai reçu ta lettre la veille du jour où j’écris. Elle ne m’est parvenue qu’un mois après sa date. […] Je suis allé dans les tribus et j’y suis resté huit jours. Je me suis promené chez elles, et j’ai été chez les Rouan. Leur kaïd et tous les cheiks sont montés à cheval avec moi ; ils se sont réjouis de mon arrivée et ils m’ont reçu avec honneur. J’ai mangé avec eux et comme eux, dormant sous leurs tentes avec leurs femmes et leurs enfants, leurs poules, leurs chiens et autres. Quant à leurs chiens, ils sont très méchants, si quelqu’un sort de sa tente, ils le mordent à moins qu’il ne soit armé d’un bâton ; car alors il se débarrasse d’eux. Leurs femmes n’ont aucune beauté et personne ne peut voir leur visage. Elles sont brutalisées par leurs maris ; Les ânes et les mulets leur sont préférables ; J’ai mangé du kouskous, du refis94 de Tunis, du beurre, des fruits avec du lait aigre (leben), du lait doux.
J’ai emporté de cette tribu différents vêtements. Si tu en désires quelqu’un dis-le-moi. Je t’informe que le 21 du mois de ghoucht [août] nous partirons pour Sétif et que nous y resterons 15 jours, peut-être plus. Aujourd’hui nous avons reçu la nouvelle que le fils du sultan du Gharb (Maroc) est venu avec 24 000 cavaliers et a marché contre le maréchal. Le maréchal n’avait que 7 000 cavaliers [sic] et rien autre chose. Ils ont livré bataille et le fils du sultan du Gharb a été vaincu. Le maréchal lui a enlevé 1 200 tentes y compris celle du fils du sultan, son parasol, 11 canons, 16 drapeaux, un grand nombre de marocains ont été tués. Cette bataille a eu lieu le 14 de ce mois et l’endroit où elle a été livrée porte le nom de vallée de l’Isly.
Pendant le même temps le fils du roi qui commande sur mer [le prince de Joinville] s’est approché de Tanger et il a lancé des boulets contre cette ville jusqu’à ce qu’elle ait été détruite. Après cela il a mis à la voile pour Souira [Essaouira] qu’il doit également détruire.
C’est au moment où j’étais en train de t’écrire que cette nouvelle est parvenue à Constantine. On tire le canon en signe de réjouissance.
Nous avons appris que le père de b. Rouila et celui d’Ali Chérif étaient venus faire leur soumission au fils du roi. Nous t’en informons.
[…] salut de la part de Charles Brosselard et de ton ami el-haj Ali. »

Annexe 19 : Extrait du rapport de Demoyencourt relatant son second séjour à Alger, pour accompagner les élèves algériens de sa pension (1845) : le souci de garantir la neutralité religieuse

63Demoyencourt nourrit son rapport de « faits vrais », visant généralement à témoigner à la fois de l’excellence de l’éducation qu’ont reçue chez lui les jeunes Algériens, et de la compatibilité de l’islam avec les principes universels qu’il a cherché à inculquer à ses élèves.

« Que votre excellence me permette de lui raconter ce qui se passa entre un ecclésiastique français et le jeune Ahmed Rouilah dans la voiture qui nous conduisit d’Avignon à Marseille.
C’était vers six heures du soir, la nuit s’approchait à grands pas ; 4 places au fond de la voiture étaient occupées, d’un côté par Ali Chérif que j’avais placé près de moi, de l’autre et vis-à-vis, par un ecclésiastique et le jeune Ahmed.
Tant que le jour nous éclaira la conversation roula sur des choses insignifiantes, le plus souvent chacun gardait le silence ; mais lorsque la nuit fut venue, l’ecclésiastique, parlant à mi-voix, accabla le jeune Ahmed de questions dont plusieurs étaient plus qu’indiscrètes ; Ahmed y répondait à peine et comme malgré lui et le plus souvent il ne disait mot, faisant semblant de dormir. J’entendais tout sans être vu et sans paraître écouter, voulant savoir jusqu’où M. l’abbé, homme d’ailleurs de fort bonne façon, pousserait son indiscrétion, lorsque celui-ci fit tomber ses questions sur les matières religieuses. Ahmed à qui ces sortes de questions paraissaient fort peu convenir, répondait : “Je ne comprends pas ce que vous dites, je ne sais pas assez bien le français.” Mais il ne tarda pas à se trahir ; d’autres voyageurs ayant parlé du Dauphiné, de Grenoble, nous conseillant de passer par cette ville à notre retour d’Alger, Ahmed s’écria : “Ah, par le département de l’Isère ?…” Ce fut un trait de lumière pour notre abbé : “Vous savez donc la géographie, dit-il à Ahmed ? – Oui, Monsieur, et je voudrais bien voir ce département ; je sais aussi un peu d’histoire de France”, poursuivit-il, ne prévoyant pas le piège, et jaloux, comme l’est ordinairement tout bon élève, de faire voir ce qu’il savait. – Jusque-là je n’avais pas encore dit un mot ; l’abbé ne savait pas qui j’étais, il m’avait pris pour un officier d’Afrique, chargé de conduire ces jeunes indigènes en Algérie. “Eh bien, ajouta-t-il, en continuant de s’adresser à Ahmed et en baissant sensiblement la voix, puisque vous êtes si savant, vous allez pouvoir me comprendre ; causons un peu : (je rapporte ici presque textuellement ses paroles) C’est un bien grand bonheur pour vous, mon enfant, de vous trouver au nombre des élus qui viennent recevoir en France les bienfaits de l’éducation ; vous y recevrez aussi les préceptes de la vraie religion, de la religion des chrétiens, la seule qui soit agréable à Dieu. Jusque-là, pauvre enfant, vous avez été élevé dans l’erreur et le mensonge, avec le temps vous serez le premier à demander à changer de religion, à rentrer dans le sein des fidèles à qui seuls le royaume de Dieu appartient. – Non, Monsieur, répondit énergiquement Ahmed, qui alors parla fort bien français ; non, Monsieur, jamais ! Celui qui change de religion est un homme méprisable et d’ailleurs toutes les religions sont bonnes quand on les pratique bien ; des personnes en qui j’ai confiance, que j’aime et que je respecte m’ont dit que chacun devait rester dans la religion que lui avaient enseignée ses parents ! – Erreur, répliqua l’abbé en élevant un peu la voix ; erreur, mon enfant…” et il allait continuer sur ce ton une conversation où le jeune Ahmed paraissait souffrir beaucoup, c’était une espèce de conflit qui venait de s’engager ; je pris alors la parole pour y mettre fin. “Permettez-moi, Mr l’abbé, lui dis-je, de vous faire observer que toutes vos questions que j’écoute depuis plus d’un quart d’heure sont d’une indiscrétion que je vous laisse le soin de qualifier ; avant de vous ériger en directeur de la conscience de cet enfant, vous auriez dû me consulter, c’eût été dans les convenances ; veuillez donc, je vous prie, mettre fin à une telle conversation ; à moi seul a été confiée la direction et l’éducation de cet enfant et je n’ai de compte à rendre qu’à celui dont je l’ai reçue.”
Le silence le plus profond se rétablit ; les autres voyageurs, à la pointe du jour, me surent bon gré de mon interruption et Mr l’abbé disparut.
Mais le jeune Ahmed avait compris toute la portée de mes paroles, prononcées d’ailleurs froidement et avec dignité ; il m’en remercia avec effusion, changeant d’opinion sur cet ecclésiastique, que je lui avais appris à respecter en lui faisant remarquer avec quelle onction il faisait ses prières dans la salle de l’hôtel où nous venions de dîner. “C’est bien, avait dit Ahmed, en le voyant prier, c’est un homme religieux, ça ne fait rien, quoi qu’il ne soit pas de ma religion.” (ce sont ses paroles).
Ce que je viens d’avoir l’honneur de raconter à votre excellence fut rapporté à Alger, dans la famille de Ahmed et dans celle de son cousin Ali Chérif ; le récit s’en propagea aussi probablement de proche en proche ; toujours est-il que les parents de l’enfants vinrent me remercier de ce que j’avais fait et parurent singulièrement rassurés de la crainte qu’ils avaient qu’on ne fît changer de religion aux jeunes indigènes élevés à Paris. »

Annexe 20 : Extrait du rapport de Demoyencourt relatant son second séjour à Alger, pour accompagner les élèves algériens de sa pension (1845) : Alger et Constantine, foyers d’une acculturation française

64Comme en 1843, Demoyencourt est reçu dans les familles de ses élèves. Il souligne les progrès qu’elles ont faits en deux ans dans les usages de la table, sous l’influence de ses élèves.

« La première maison où je fus admis, ce fut chez les parents de Ahmed b. Rouilah […] le couvert, quoique dressé à la façon des indigènes, présenta quelques modifications dans son service ; il avait quelque chose d’européen ; mais le dessert et le café qui le suivit furent servis tout-à-fait à la française. Le jeune Ahmed présidant à cette ordonnance de la table, il avait cherché, autant que le mobilier de ses parents le permettait, à prendre le plus possible de nos usages. Quelques heures après le dîner, il offrit du thé à ses convives et cela tout-à-fait à la façon des Européens. C’était déjà un grand pas pour cette famille dans nos habitudes nationales.
Le progrès fut bien plus sensible dans la famille de Ali Chérif. Chez lui les convives étaient assis à table, ayant chacun son couvert devant soi, des verres, des carafes étaient sur la table éclairée par plusieurs bougies de nos manufactures. Ali Chérif était à la fois l’ordonnateur de la table et l’amphitryon. Il faisait les honneurs de la maison avec une attention, une délicatesse toute française, et qui dénotait avec quel soin il avait étudié nos usages à Paris. »

65Demoyencourt est aussi invité à Bouzaréa pour passer vingt-quatre heures chez Ḥāfiẓ Ḫūǧa qui y habite depuis un an. Le père de Yūsif est un « homme grave et d’une sévérité de mœurs qui vous est connue ». Il s’excuse de ne pas présenter à Demoyencourt la mère de Yūsif : il le ferait volontiers si les principes religieux le permettaient. Demoyencourt souligne l’évolution des usages depuis 1843 : tout à table se passait alors « à la façon des Maures ». Or cette année, le service est entièrement à la française.

« Sidi Hafiz avait poussé l’attention jusqu’à faire servir du vin sur la table. Personne de sa famille n’en buvait ; mais tous mangeaient selon nos usages et Youçouf indiquait à son père dans plusieurs circonstances tout ce que les Français avaient l’habitude de faire, ajoutant que ces coutumes étaient beaucoup plus commodes, plus convenables et ne contrevenaient en rien aux prescriptions du Koran. La chambre à coucher qui m’était destinée était également disposée à la française ; le lit était élevé et fait absolument comme les nôtres et à ce propos j’ajouterai que cette façon de lit paraît beaucoup plus commode à nos jeunes gens qui, quelques jours après leur arrivée à Alger, se sont hâtés d’acheter des couchettes. »

  • 95 Un an plus tard, le peintre Théodore Chassériau écrit de Constantine : « C’est le seul endroit vrai (...)

66Le second séjour de Demoyencourt en Algérie, moins bref que le précédent, lui permet de voyager dans la province de Constantine : après avoir gagné Bône par bateau avec des escales à Dellys, Bougie, Djidjelli et Philippeville, il s’est rendu à Constantine. La vision de Demoyencourt est souvent assez étriquée et convenue. Au-delà du lieu commun selon lequel « quiconque n’a pas vu Constantine, n’a qu’une idée imparfaite de l’Algérie95 », il nous donne un aperçu de ces familles qui se sont ouvertes à la collaboration avec les Français.

  • 96 Il faut identifier le kaïd Ali avec le commanditaire supposé du grand tableau de Théodore Chasséria (...)
  • 97 Il s’agit de Caylet, dont le fils est depuis janvier pensionnaire chez Demoyencourt, aux frais de l (...)

« Bien différents des Arabes de la province de l’Ouest dont nous déplorons aujourd’hui le fanatisme et la perfidie, les indigènes de la province de Constantine sont paisibles et ont accepté sans difficultés notre domination.
J’ai vu plusieurs fois quelques-uns des principaux chefs et surtout ceux qui l’année dernière étaient à Paris ; j’ai causé longtemps avec le Kaïd-Ali96 qui m’a reçu chez lui dans son salon meublé en partie à la française ; j’y étais accompagné de Mr le Juge de paix97 et de son interprète. Il me parla beaucoup de la France, de Paris en particulier ; il était encore plein des souvenirs de notre capitale. Il s’intéressa vivement aux jeunes indigènes envoyés à Paris pour y faire leur études, se montra on ne peut plus satisfait des succès qu’ils avaient obtenus et me dit que lorsque son jeune fils serait plus âgé, il solliciterait la faveur de l’envoyer à Paris.
Le lendemain le Kaïd-Ali vint me voir ; il pratiquait avec moi ce que les indigènes ne font point entre eux, car ils ne se visitent jamais ou bien rarement. C’était un souvenir de Paris. Une partie du mobilier de son salon, rappelle également son voyage en France ; et l’on y trouve des banquettes, des fauteuils à la Voltaire, etc., etc. »

67Demoyencourt rencontre aussi chez Caylet le fils de ben Aïssa, avec lequel il dîne.

« Il parle le français assez bien pour être compris ; il possède une connaissance parfaite de la topographie de la province de Constantine. […] Il n’a oublié, ni son voyage en France, ni les personnes qui l’ont accueilli ; et son désir est de revenir à Paris ; il a aussi adopté plusieurs de nos coutumes françaises ; il s’est fait faire une fort jolie calèche, la seule bien certainement qui appartienne à un indigène. »

68Demoyencourt cause « longtemps avec le kaïd de Milah, Moustapha ben Lathar » et apprend ainsi « de quelle manière les Arabes entendent l’agriculture ; quels soins ils prennent pour la conservation de leurs blés dans leurs silos ; comment ils afferment leurs terres et dans quelle saison les riches propriétaires reviennent passer une partie de l’année à la ville. » Le kaïd de Milah lui rend également sa visite, l’interroge sur l’éducation des jeunes indigènes à Paris et l’encourage. Il voit aussi « Bel-Kaïs surnommé le serpent du désert » et « sidi Chadly cadi du bureau arabe de Constantine, le poëte qui était venu plusieurs fois me voir à Paris ».

  • 98 Malek b. Mohammed a été envoyé à Paris en avril 1839.
  • 99 Le général de brigade Polycarpe-Anne-Nicolas Levasseur (1790-1867) était alors placé à la tête de l (...)

« Mais celui de tous les indigènes qui se distingue le plus par sa magnificence et par l’adoption de la plupart de nos coutumes, c’est sidi Hamouda qui fut pendant les derniers temps hakem de Constantine.
Il parle assez bien français et j’eus assez souvent l’occasion de me trouver avec lui.
Sidi Hamouda est un élégant aux manières nobles et délicates, aimant et recherchant la société des Français de distinction ; il n’a pas oublié ses voyages en France et nourrit l’espoir de venir bientôt visiter notre capitale. Il s’est parfaitement rappelé les soins que pendant trop peu de temps, dit-il, j’ai donnés chez moi à son jeune frère Malek98 ; et il m’en a témoigné toute sa reconnaissance.
Indépendamment des modifications toutes européennes qu’il a apportées à son mobilier, dans sa maison indigène, il fait bâtir, à mur mitoyen avec celle-ci, une maison tout-à-fait à la française, communiquant avec celle qu’il habite en ce moment.
Instruit dans nos salons de Paris aux usages des réceptions du soir, sidi Hamouda a voulu nous prouver qu’il avait profité de ce qu’il avait vu en France et le mardi 23 septembre il donna une soirée où il réunit tout ce qu’il connaissait de français distingués dans la ville de Constantine. Des officiers de tout grade et de toutes armes, des administrateurs civils, des magistrats et tous les voyageurs français qui étaient venus lui rendre visite s’y trouvaient réunis.
Les lustres, les bougies jetaient partout une vive clarté et faisaient ressortir le mobilier français, étonné peut-être de se trouver sous les ogives des maures, entre les colonnettes de marbre, et auprès des divans où la mollesse orientale se repose pendant les ardeurs du soleil.
Les rafraîchissements circulaient, portés sur des plateaux par des domestiques à la livrée française et se succédaient aussi fréquents qu’ils étaient variés ; c’étaient des sirops de toute espèce, des limonades, des fruits glacés, absolument comme dans nos soirées françaises.
Cette soirée, où le général Levasseur99 n’avait pu venir, obligé qu’il était d’organiser une colonne mobile ainsi qu’il venait d’en recevoir l’ordre, se termina par une collation où des flots de champagne coulèrent comme si nous eussions été au cœur de la France.
Dans un petit marabout, faisant suite au salon, sidi Hamouda avait eu le soin de faire dresser un buffet où les fruits et les mets confits de France se mêlaient artistement à ces mets sucrés que les mères de famille arabes savent si bien confectionner : tout y était servi à profusion et offert par le maître de la maison avec une grâce toute parfaite.
Ce mélange des coutumes arabes et des usages français me confirma dans l’opinion que m’a laissée mon voyage en Afrique, qu’il y a progrès dans l’introduction insensible de nos mœurs et de nos coutumes chez les indigènes ; et que ces modifications sont dues à ceux d’entre eux qui, pour quelque motif que ce soit, ont habité la France. »

Annexe 21 : La création d’un corps d’interprètes jugée par L’Algérie. Courrier d’Afrique…, 1846

69L’organe saint-simonien reproduit le texte de l’avis portant création d’un corps d’interprètes militaires, hésitant dans son jugement : il aurait fallu fonder dans un premier temps une école d’interprètes. On peut supposer que le commentaire suivant est de la plume d’Ismaÿl Urbain*.

  • 100 L’Algérie. Courrier d’Afrique…, n° 144, 12 janvier 1846, p. 2.

« Au lieu de former une carrière, les fonctions d’interprète ne devraient être considérées que comme le complément pratique de l’éducation bilingue et comme une préparation indispensable à la carrière administrative. Nous concevons l’interprète comme un intermédiaire entre l’élève arabe qui vient d’apprendre la langue française ou l’élève français qui vient d’apprendre la langue arabe, et l’administrateur, soit arabe, soit français, chargé de pouvoir aux besoins et de veiller aux intérêts d’une population mi-partie française et arabe.
Mais l’interprète, formé par le hasard, enfant perdu de la civilisation ou même de la barbarie, l’interprète qui peut-être n’a été poussé à acquérir cette instruction spéciale que par les inspirations du vice, l’interprète qui, toute sa vie, à moins d’une faveur exceptionnelle, se voit condamné au rôle de vocabulaire, sans avoir aucune part officielle à prendre dans les affaires qu’il traite, excité sans cesse à y prendre officieusement une part trop active, l’interprète enfin, tel que les quinze dernières années l’ont fait, et tel que l’arrêté ministériel le constitue, est un intermédiaire dangereux, sans passé comme sans avenir, d’autant plus avide d’usurper l’autorité qu’on lui laisse moins d’espoir de l’exercer légitimement, intéressé à convertir le pouvoir en intrigues, parce qu’il en tient les fils et les traditions sans jamais en avoir la responsabilité.
Nous appelons de tous nos vœux le moment où le gouvernement comprendra la nécessité de former des administrateurs bilingues, et où l’emploi d’un interprète ne sera plus un rôle définitif, mais un stage temporaire entre les bancs de l’École et le siège du fonctionnaire public. Mais, malheureusement, nous n’attendons pas l’initiative de cette mesure du ministère de la Guerre qui ne saurait s’engager dans une voie de cette nature sans renier ses traditions, ses habitudes et presque son nom. »100

Annexe 22 : Un programme saint-simonien d’instruction élémentaire en arabe vulgaire, 1846

70La rédaction de L’Algérie. Courrier d’Afrique regrette que le cours de la chaire d’Alger soit peu suivi. Cette désaffection s’expliquerait par le fait que l’apprentissage de l’arabe n’assure pas de situation sûre. D’autre part, les auditeurs se partagent généralement entre plusieurs activités, les fonctionnaires qui suivent le cours n’ayant aucun allègement de service. Le gouvernement devrait leur permettre pour un temps de se consacrer exclusivement à l’apprentissage de l’arabe. Le journal propose enfin une raison supplémentaire : « la langue arabe est double : elle se compose de l’arabe littéral et de l’arabe vulgaire ». Or le cours public est un cours d’arabe littéral dans lequel on apprend à lire mais pas à parler. Les gens préfèrent donc apprendre « dans les cafés, dans les maisons, dans les coins de rue » « avec les gens de toute classe et de tout rang, qui vous font entrer cette langue par tous les pores, à tous les instans du jour et dans toutes les circonstances de la vie ».

« Si on consulte les orientalistes, ils vous répondent, au nom de M. de Sacy et des commentateurs du Koran, que la langue parlée n’est qu’un misérable patois qu’il faut laisser aux portefaix, que les règlements de la discipline grammaticale s’opposent à ce que les mots de la langue usuelle soient transportés sur le papier. Les savans font donc de cela une question pure et simple de correction orthographique. Or, à notre sens, c’est bien autre chose ; car nous y voyons, nous, une question de transformation politique.
[…] À l’époque où Montaigne et Rabelais parurent en France, il y avait un langage qui s’écrivait et un langage qui se parlait. […] Montaigne et Rabelais s’avisèrent de transporter sous la presse l’idiôme des rues, et ils crurent, comme ils le disaient eux-mêmes avec une modestie naïve, “écrire à peu d’hommes et à peu d’années”. Que firent-ils cependant ? Une véritable révolution ; car c’est à dater de cette époque que la langue française, sans rien perdre de sa grâce native, devint peu à peu et plus chaste et plus correcte. L’orthographe, d’abord mal assise, se consolida par degrés, et il en résulta cette langue que nous parlons, que nous écrivons, et que nous aimons tous. C’est ainsi que ces deux hommes ont posé, sans le savoir, les bases de l’unité française.
La révolution politique qui s’accomplit aujourd’hui non seulement en Algérie, mais dans l’Afrique septentrionale, et qui se manifeste à l’est et à l’ouest par des signes imméconnaissables, attend, comme complément et comme instrument, une révolution semblable dans le langage. La langue littérale, la langue du Koran est pour les Arabes ce qu’était pour les Français du Moyen Âge la langue latine. Au besoin d’échange que la conquête d’Alger a fait naître, il faut un idiôme qui serve à la fois aux Arabes et aux Français, qui tienne compte du présent et qui prépare l’avenir.
Malgré la résistance des savants (les savans du 16e siècle résistaient aussi, c’est de l’essence des savans), le temps est venu de donner la consécration de la presse à la langue usuelle de l’Algérie. C’est un moyen de rendre la lecture facile aux Arabes, puisqu’ils n’auront plus que des lettres à apprendre, au lieu d’avoir à se jeter dans les difficultés d’un idiôme nouveau. C’est un moyen de rendre facile pour les Français l’étude de la langue arabe, puisqu’ils trouveraient dans ces ouvrages écrits ainsi des modèles de langage en même temps que des modèles d’écriture. C’est un moyen de faire pénétrer promptement la domination française dans les mœurs et les habitudes du pays, puisque la lecture d’un livre ou d’une proclamation écrite de cette manière sera, même pour les auditeurs illettrés, parfaitement intelligible, et que notre gouvernement peut ainsi avoir une tribune dans toutes les classes de la population.
[…] Ne serait-il pas utile de fonder dès à présent, par quelques ouvrages élémentaires, le règne de cette langue usuelle qui doit grandir et se perfectionner à mesure que la domination française grandira et se développera ? Ces ouvrages auront l’avantage de fournir des moyens d’étude soit aux Français, soit aux indigènes qui désirent s’instruire. »

71Les « ouvrages qui devraient composer l’enseignement élémentaire » seraient de « cinq ordres différens de connaissances, savoir : les langues ; l’histoire, la géographie ; les connaissances usuelles ; la législation comparée » :

  • 101 L’Algérie. Courrier d’Afrique…, n° 149, 7 février 1846, variété, « enseignement de la langue arabe  (...)

« La classe de langue comprendrait : une grammaire française à l’usage des arabes ; une grammaire arabe à l’usage des français ; un dictionnaire français-arabe et arabe-français ; un recueil contenant des passages d’auteurs français traduits en arabe vulgaire, et quelques extraits d’auteurs arabes traduits en français.
La section d’histoire : une histoire simple et brève des relations entre les musulmans et les chrétiens comprenant les croisades, les traités avec les États barbaresques et l’expédition d’Égypte. On s’attacherait surtout à mettre en lumière les faits qui sont de nature à inspirer aux uns et aux autres une estime réciproque, en évitant avec soin de reproduire ce qui tendrait à réveiller des antipathies.
La section de géographie : un exposé succinct de la forme générale du globe et de la division des continents ; un exposé plus complet de la géographie de l’Afrique septentrionale et en particulier de l’Algérie.
La section des connaissances usuelles : les premiers éléments d’arithmétique, de géométrie d’astronomie, de physique et de chimie ; des notions sur les arts industriels et en particulier sur l’application de la vapeur à l’industrie et aux transports.
La section de législation : l’exposé simple et succinct des coutumes musulmanes dans ce qui a rapport aux cas le plus vulgaires en y joignant simplement les passages du Koran sur lesquels ces coutumes sont fondées. On éviterait avec soin tout ce qui peut soulever des controverses, le but n’étant pas de former des jurisconsultes, mais seulement de donner aux français une idée générale de la législation et de la jurisprudence musulmanes ; un exposé simple et succinct des dispositions générales de la législation française. On éviterait avec soin tout ce qui peut donner lieu à des discussions, le but de cet ouvrage étant simplement de donner aux musulmans une idée générale de la législation française ; un recueil des principaux arrêtés, ordonnances ou lois qui composent la législation spéciale de l’Algérie.
Tous ces ouvrages seraient écrits en arabe vulgaire et en français, les deux textes placés en regard. »101

Annexe 23 : Les saint-simoniens contre le purisme de Bresnier, 1846

  • 102 L’Algérie. Courrier d’Afrique…, n° 156, 12 mars 1846, « Les plaies d’Afrique. 7e plaie. Les savans (...)

72L’Algérie. Courrier d’Afrique réplique à Bresnier qui s’est élevé contre le programme d’enseignement en arabe vulgaire défendu par les saint-simoniens en lui consacrant un épisode supplémentaire de son feuilleton « Les plaies d’Afrique »102.

« Nous voulons bien croire, avec l’honorable professeur, que nous établissons là une distinction absurde (le mot est littéral quoique vulgaire), et que nous manquons “de connaissances, même élémentaires, pour apprécier la question” ».

73L’auteur du feuilleton relate son expérience de jeunesse à Athènes : il a appris le grec littéral au collège.

« Nous avons donc parlé le grec antique tant bien que mal, et peu de gens nous ont compris. La langue que l’on parlait et que l’on écrivait autour de nous avait bien les traits généraux, la physionomie de sa glorieuse mère, mais le limon des siècles, le contact des populations étrangères avaient déposé bien des couches nouvelles sur la langue primitive. Force nous fut, pour nous faire comprendre, d’étudier le grec non plus dans les livres, mais au milieu des hommes, et nous avons pu parler enfin la langue nouvelle que les savans traitent encore de vil patois, mais qui n’en est pas moins une langue complète qui a sa littérature, ses écrivains, ses journalistes, ses poëtes, ses orateurs.
Pourquoi le patois vulgaire que parlent les quatre-vingt-dix-neuf centièmes de la population algérienne, ne serait-il pas le germe d’une langue nouvelle plus étendue, plus complète que la langue primitive, plus en harmonie avec les mœurs et les besoins de notre temps, si différent de celui où vivait le prophète ? »

74Il illustre son propos par un exemple :

« Voici un cas très particulier.
Nous avons voulu annoncer notre journal en langue et en caractères arabes très vulgaires, car c’est au vulgaire que nous voulions nous adresser. Ainsi nous avons traduit le titre de notre journal l’Algérie par le mot Aldjeria, qui depuis bientôt seize ans, est en usage parmi les indigènes.
Le professeur auquel nous répondons, et qui n’a voulu nous cacher aucune des facettes de son charmant esprit, s’essaie avec quelque succès au calembourg [sic]. Il prétend que al-djeria signifie la diarrhée (qu’on lui pardonne, mais les savans sont sans pitié !). Il est possible que al-djeria signifie en effet ce vilain mot que le professeur d’arabe littéral a traduit par trop littéralement, ce qui, soit dit en passant, l’a mis en bonne odeur de sainteté auprès de tous les savans de la localité, y compris les savans de l’Akhbar ; mais autant que nos souvenirs vulgaires peuvent nous servir, il nous semble que la maladie, si malencontreusement rappelée par le jeune professeur, est vulgairement dénommée dans les trois provinces de l’Est à l’Ouest : Djeri-Messarin (djeri : cours ; messarin : des intestins). Al-Djeria signifierait donc tout au plus : le cours, ou le flux, si vous voulez ; mais non pas cet affreux mot que nous regrettons de trouver sous votre élégante plume.
Si vous n’étiez pas si haut placé, littéralement parlant, vous auriez cent fois entendu, sur la place du Gouvernement, les petits garçons juifs ou arabes crier à tue-tête, en jouant aux barres : Djeri ! Djeri ! Cours ! Cours !
Mais en supposant même que vous eussiez mille fois raison, ce qui n’est pas, serait-ce notre faute si al-djeria avait la signification impropre que vous lui attribuez. Mais à ce compte, il faudrait se moquer du général qui a pris Bougie, parce que Bougie a une signification vulgaire, et ainsi de suite de tous les calembourgs [sic] plus ou moins mauvais que l’on débite depuis bien des siècles dans le monde ! Quand on a tant d’esprit, pourquoi en montrer si peu ? »

75Pour le journaliste, l’arabe vulgaire est le « seul moyen de locomotion morale, d’échange d’idée qui existe » :

  • 103 La ferka est une subdivision [firqa] de la tribu.

« Citez-moi un élève, un seul qui soit sorti de votre cours, prêt à entrer en communication avec les indigènes, à aller administrer une tribu, ou seulement une ferka103 de quatre tentes ; tandis qu’au contraire tous les hommes qui, depuis 1830, se sont fait un nom par leur contact avec les indigènes, n’ont appris qu’au milieu d’eux leur style, leur langage, leurs habitudes.
Sauvons les vivans ! Si l’arabe littéral est mort, laissons aux morts le soin d’enterrer les morts. »

Annexe 24 : Un projet de réorganisation de l’enseignement de l’arabe au collège d’Alger, avril 1846

  • 104 ANOM, F 80, 1732. Ces Rapports faits au bureau d’administration du collège d’Alger, les 18 avril et (...)

76Ces extraits de rapports commandés au juriste Charles Solvet apportent un témoignage sur le souci de développer l’enseignement secondaire de la langue arabe en Algérie tel qu’il a pu se manifester à Paris dans les milieux de la haute fonction publique104.

Rapport du 18 avril

« Une libre communication de nos pensées avec les indigènes serait bien plus puissante que la force. À l’aide d’une certaine communauté de langage, nous pourrions agir sur les esprits par la persuasion ; nous pourrions espérer de vaincre les préjugés qui s’élèvent contre nos intentions les plus louables ; nous éviterions, enfin, une multitude de difficultés de tout genre qui prennent trop souvent naissance dans des relations imparfaites et insuffisantes.
Un jour certainement doit arriver où les peuples de l’Algérie parleront une seule et même langue, la langue française […] mais avant d’atteindre ce but encore bien éloigné, il ne faut pas se le dissimuler, nous sommes condamnés à aller, pour ainsi dire, au-devant des Indigènes. […] En effet, notre contact avec eux n’en a pas jusqu’ici excité un seul à entreprendre une étude sérieuse de notre langue. […] C’est donc à nous qu’il appartient, en ceci comme en beaucoup d’autres choses, de faire les premiers pas, en excitant l’étude approfondie de l’arabe parmi les Européens, en général, et en formant une génération capable de fournir à l’administration des interprètes et des auxiliaires assez habiles, assez instruits, pour la seconder dans ses vues de gouvernement, de progrès, de civilisation, et par suite d’assimilation, s’il est possible, à l’égard des Indigènes. […]

[Or, malgré le zèle incontestable de Bresnier,] en 1846, nous ne sommes guère plus avancés qu’en 1837. Une certaine connaissance générale et superficielle est plus répandue ; mais le nombre des personnes assez instruites, sous le rapport de la théorie et de la pratique, pour être vraiment utiles à l’administration, est si restreint, qu’on les compte facilement. La plupart des interprètes en titre soit civils, soit militaires, commettent tous les jours tant d’inexactitudes, qu’en matière sérieuse on n’ose se fier à leurs traductions. Les uns ignorent les premiers éléments de l’arabe, et n’ont qu’une pratique non raisonnée de la langue orale, les autres ignorent le français. Presque pas un d’eux ne saurait se servir d’un dictionnaire arabe, pour secourir sa mémoire en défaut, ou éviter de grossiers contresens.

[…] On trouve bien en Algérie un certain nombre de personnes qu’une heureuse mémoire, quelque facilité d’organes et un exercice journalier, ont mis en état d’employer, sans règles et sans syntaxe, plus ou moins de mots de la langue vulgaire, mais combien en trouve-t-on qui sachent vraiment la langue arabe, c’est-à-dire qui, avec une connaissance suffisante de la langue française, puissent manier aisément la langue arabe, soit écrite, soit parlée ; qui sachent, par exemple, écrire correctement en arabe, de manière à être compris, une proclamation, une instruction aux indigènes ; rédiger un traité, en discuter les conditions ; traduire un acte d’accusation ou des conclusions judiciaires, traduire fidèlement en français toute espèce de lettres arabes, ou en arabe, toute espèce de lettres françaises ; enfin, soutenir même une conversation suivie avec un Indigène instruit sur un sujet sortant du cadre des relations ordinaires ? Tout cela n’est pas de la science, c’est de la pratique la plus nécessaire, et c’est cependant, ce que l’administration demande aujourd’hui vainement au grand nombre de ses interprètes, qui, dans leur impuissance, allèguent la distinction banale de l’arabe littéral et de l’arabe vulgaire, distinction ridicule de leur part, puisque l’interprète tel que tout le monde le conçoit, doit également savoir, et parler, et traduire, et écrire. […]

[Cela] tient incontestablement à la difficulté particulière de la langue arabe pour des Européens, mais encore plus, selon nous, au défaut d’institutions propres à faciliter et encourager son étude, car sa difficulté n’est pas insurmontable.
Parmi les langues de la famille dite sémitique encore aujourd’hui parlées sur le globe, la langue arabe, une des plus répandues, a toujours passé pour très difficile. La langue allemande, la moins facile des langues européennes pour des intelligences françaises, ne saurait sous ce rapport lui être comparée. Cette difficulté vient de son génie tout particulier, de sa grammaire extrêmement travaillée et compliquée, de la grande quantité, du peu de précision et de la vacuité d’acception de ses termes, de ses idiotismes et de ses images adaptées à son génie propre, de son système d’écriture qui rejetant les voyelles, oblige à une minutieuse attention pour la lecture des moindres écrits, de sa prononciation et de la similitude des sons entre des mots de signification diverse, enfin, des idées même qu’elle exprime, toutes empreintes d’une tournure d’esprit, de croyances, de mœurs, d’habitudes, d’usages entièrement différens des nôtres.
Ce sont là, sans doute, des difficultés inhérentes à l’étude de la langue en elle-même, et dont conviennent tous les Orientalistes, mais il en est d’autres encore qu’il faut apprécier et qui ne sont pas les moindres pour beaucoup d’étudiants.
Avant notre établissement en Afrique, l’étude des langues orientales et en particulier de l’arabe, n’était pour ainsi dire, chez nous, comme dans le reste de l’Europe, qu’une étude de luxe, une étude savante. Le très petit nombre de personnes qui s’y appliquaient, soit par curiosité, soit dans le but de remplir certaines fonctions diplomatiques, ne la commençaient qu’après les autres études qui constituent généralement l’instruction européenne. Ainsi, tous les livres dont on peut s’aider pour y puiser les élémens de la science, sont-ils composés d’une manière savante, et supposent-ils de la part du lecteur, des connaissances déjà acquises sous le rapport de la grammaire générale, de l’analyse, et des langues anciennes et modernes. Les dictionnaires eux-mêmes, ces livres indispensables pour travailler quelque langue que ce soit, et dont nous avons souvent besoin pour notre propre langue, les dictionnaires, lorsqu’il s’agit de l’arabe, sont non seulement écrits en latin, mais encore tous les mots y sont disposés dans un ordre qui exige, de la part de celui qui veut s’en servir, une connaissance préalable des règles compliquées de la grammaire, pour parvenir à la décomposition des dérivés, et remonter à leur racine. […] Ajoutez à tout ceci le petit nombre de livres imprimées relatifs à cette étude, la cherté de ces livres, la rareté de quelques-uns, et l’on conviendra qu’il n’est pas donné à tout le monde indistinctement d’entreprendre l’étude approfondie de la langue arabe, et de vouloir s’élever au-dessus d’une connaissance superficielle, ou suffisante tout au plus pour les relations les plus ordinaires de la vie. Il faut une aptitude, une application, une persévérance, un loisir tout particulier ; et que l’on ne croye pas comme le gouvernement métropolitain semble trop en être persuadé, que le séjour dans un pays arabe peut suppléer à tout. L’expérience prouve qu’il n’en est pas ainsi, et que l’on se tromperait étrangement si l’on argumentait de la facilité d’apprendre l’italien à Rome, l’anglais à Londres, l’allemand à Berlin, pour soutenir qu’il doit en être de même de l’arabe en Algérie. Pour combattre cette idée, il suffit de remarquer qu’à Rome, à Londres, à Berlin, l’étranger trouve des maîtres habiles, des livres de toute sorte, une littérature, et surtout une société semblable à la sienne, tandis qu’en Algérie, rien de cela n’existe, et les relations mêmes avec les indigènes, le seul avantage de l’étudiant algérien, sont toujours difficiles, interrompues, défiantes, peu instructives, et peu utiles, si ce n’est sous le rapport de la prononciation des mots, et de la conversation la plus vulgaire. […]

[Or] on a jugé sur l’apparence, et trop peut-être sur la parole et les espérances de personnes peu compétentes en cette matière ; enfin l’on s’en est trop rapporté à la curiosité naturelle, au zèle de chacun, sans penser que ce zèle, impuissant chez la plupart, avait au moins besoin pour une longue et difficile étude, d’être aidé, soutenu, encouragé, intéressé, même chez ceux à qui une éducation préalable donnait plus d’aptitude qu’à tous autres. Quels sont, en effet, les encouragements qui jusqu’ici sont venu démontrer publiquement à tous, que le Gouvernement attachait une haute importance à l’étude de la langue arabe ? et d’une autre part, quels sont les moyens d’instruction que nous possédons ? »

77Solvet décrit ensuite l’enseignement de l’arabe tel qu’il est effectivement organisé au collège d’Alger. Il rappelle que l’ordonnance royale du 26 mars 1829 « a prescrit l’étude des langues vivantes, eu égard aux localités, comme partie intégrante de l’enseignement dans les collèges de France », que l’allemand et l’anglais sont les langues « particulièrement choisies par les collèges du Nord, l’italien et l’espagnol par ceux du Midi ». À Alger, l’arabe est enseigné selon ce modèle, deux heures par semaine, en quatre niveaux.

« En effet, tous les élèves étudiant l’arabe, dont le nombre s’élève à cent environ, sont partagés en quatre divisions, selon leur force respective. Ces quatre divisions sont toutes enseignées par un professeur unique, depuis la décision ministérielle du 31 décembre dernier qui, pour le dire en passant, a porté un préjudice notable à l’enseignement si utile de l’arabe, car auparavant, il y avait sinon de droit, du moins de fait, deux professeurs, ce qui permettait de donner aux élèves de chacune des quatre divisions trois heures de leçons par semaine au lieu de deux. » […] Nous aurons ainsi en quatre années la valeur de cent vingt jours de travail, c’est-à-dire, la valeur de quatre mois pleins consacrés à l’étude de l’arabe pendant les quelques années passées au collège. »

78Ce que Solvet juge tout à fait insuffisant : cela ne peut « qu’être une préparation à un enseignement plus sérieux et plus élevé si l’on veut former de vrais interprètes ». Après avoir présenté les cours publics – le cours d’arabe vulgaire « à l’usage de ceux qui ne veulent ou ne peuvent apprendre que les éléments du langage », qui se recommence tous les ans, et le cours d’arabe écrit ou littéral, qui s’échelonne en quatre ans –, Solvet insiste, en se plaçant de l’avis de Bresnier, sur l’abus dont on a fait de cette distinction,

« jusqu’à vouloir donner à croire que l’arabe vulgaire et l’arabe littéral constituaient deux langues essentiellement différentes, deux langues qui avaient chacune leur grammaire et leur dictionnaire, deux langues, dont l’une serait morte aujourd’hui, et l’autre encore vivante. […] distinction qui ne saurait soutenir l’examen, et qui aurait pour résultat si elle était aveuglément adoptée, de proscrire toute étude sérieuse et utile, en même temps qu’elle nous rendrait la risée de tous les Arabes. »

79Pour pallier l’insuffisance de ces cours utiles mais dont les auditeurs sont trop peu nombreux, il engage à la création d’une « école spéciale pour l’étude de la langue arabe et de toutes les connaissances qui s’y rattachent, avec l’assurance pour les jeunes gens qui y entreraient d’une carrière ouverte, à condition de ne sortir de la dite école qu’après un certain temps et après des examens convenables ».

Rapport du 6 juillet

80Son précédent rapport ayant été approuvé, Solvet précise quels sont les moyens qui permettraient à son avis d’améliorer l’enseignement de l’arabe au collège et d’établir l’école spéciale sur le modèle de celles qui existent en France « pour toutes les professions qui demandent des connaissances particulières et étendues », comme l’école des Mines, l’école d’Agronomie ou l’école des Arts et Métiers.

81Au collège, il faudra « concilier l’étude de l’arabe, comme nous l’entendons, avec les règlements universitaires sur l’emploi du temps dans les collèges royaux, règlement faits tous en vue de favoriser principalement les connaissances exigées pour le Bacchalauréat [sic] ». Or, ces règlements font peu de place aux langues vivantes. Celle de l’arabe doit être plus grande. Il faudrait donc deux professeurs, assistés d’un

« indigène capable de former l’oreille des enfants qui commencent l’étude de l’arabe, et de leur donner une bonne prononciation, une bonne intonation. Cette innovation nous semble des plus utiles ; et si l’on veut que les élèves du collège d’Alger soient exercés à la conversation, qu’ils manient facilement la langue parlée, elle se justifie d’elle-même, puisque tout le monde sait que la prononciation de la langue arabe, d’une difficulté toute particulière pour des organes européens, ne peut être vraiment bien enseignée que par un Indigène. Lorsqu’on désire en Europe apprendre telle ou telle langue étrangère, n’a-t-on pas soin de choisir un maître dont elle soit la langue maternelle ? Ici, l’impossibilité de suivre cette méthode qui est celle, par exemple, de tous les peuples du Nord jaloux de parler purement notre langue, oblige à chercher un équivalent.
Tous les élèves arabisants du collège seraient répartis en quatre divisions, et resteraient dans chacune des trois premières pendant deux années. Ces trois premières divisions seraient ainsi toujours composées de vétérans et de nouveaux, de manière qu’il s’établirait naturellement une sorte d’émulation, et une espèce d’enseignement mutuel. […] il importe que pendant ces sept années employées à tant d’autres études, ils ne perdent pas l’arabe de vue, ils l’apprendront de cette manière plutôt par incubation, pour ainsi dire, que par le travail.
Dans la première division composée nécessairement de très jeunes enfants, on demanderait moins à leur intelligence qu’à leur mémoire. Ils ont déjà bien assez du grec et du latin qu’on leur enseigne. On se bornerait à apprendre aux élèves l’alphabet arabe ; on leur ferait lire avec les points-voyelles, d’abord au tableau, ensuite, dans un livre ponctué. On leur apprendrait le plus possible de mots et de petites phrases usuelles ; on exercerait avec soin leur oreille et leur prononciation ; c’est dans cette division, surtout, que le maître adjoint indigène serait nécessaire. Enfin, on exercerait leur mémoire en leur faisant apprendre par cœur quelques dialogues faciles, préalablement bien expliqués par le maître.
Dans la deuxième division, on se garderait encore d’appliquer les enfants à un travail trop intellectuel ; on continuerait à les faire lire sur un texte imprimé avec les points-voyelles ; on les habituerait à lire sur le tableau des mots et des phrases déjà connus d’eux, écrits sans voyelles. On aurait soin de former leur écriture arabe ; on augmenterait leur provision de mots et de phrases usuelles. On les exercerait à la conversation sur toute sorte de sujets à leur portée, à la narration de quelques contes ou de quelques fables ; on leur ferait toujours apprendre par cœur des dialogues de plus en plus mêlés d’idiotismes. On commencerait à leur expliquer et à leur faire retenir de mémoire la partie de la grammaire qui s’applique plus particulièrement à l’arabe vulgaire ou parlé.
Dans la troisième division où nous aurions affaire à des jeunes gens déjà avancés dans leurs autres études, car ils se trouveraient en seconde et en rhétorique, on pourrait demander davantage, et tout en exerçant sans cesse les élèves à la conversation et à la narration, choses d’autant plus faciles pour eux qu’il devraient avoir une grande provision de mots, on leur apprendraient les élémens de l’arabe écrit, et on leur ferait expliquer des textes familiers, comme la vie de Mahomet d’Abou’lféda, par exemple, et des extraits des Mille et Une Nuits, sur des livres ayant un vocabulaire.
Enfin, dans la quatrième division dont le cours d’étude ne serait que d’une année, on ne devrait parler en quelque sorte qu’arabe. On fortifierait les élèves dans la connaissance de la grammaire de l’arabe écrit. On leur ferait faire usage du grand dictionnaire arabe pour l’explication de quelques chapitres du Coran, et on les exercerait à traduire du français en arabe. »

Annexe 25 : Les mésaventures d’un interprète grec converti à l’islam : Nicolas Limbéry à Constantine, 1849

  • 105 Limbéry au GGA, Constantine, 16 juin 1849 (ANOM, F 80, 1620). La graphie de cette lettre, difficile (...)

82La première lettre de protestation de Nicolas Limbéry, un grec de Tunis converti à l’islam et passé en Algérie comme interprète assermenté au service de la France, rappelle les mesures dont il a été l’objet105.

« […] Jusqu’en 1849, j’ai été tranquille me conservant toujours dans mes principes d’islam […]. »

83Vers la fin de mars 1849, il reçoit une notification où on lui fait savoir qu’il a été inscrit au registre matricule de la milice de Constantine.

  • 106 Le nizam fait référence au costume des agents de l'empire ottoman, tel qu'il s'est imposé depuis la (...)

« Je me sollicitai d’écrire à Monsieur le Préfet motivant pour exemption de cette inscription mon état de musulman et ma santé maladive en lui insérant un certificat de mon médecin que comme indigène africain et musulman je devais être placé dans la cathégorie [sic] des indigènes mentionnés dans l’article 6 de l’ordonnance d’octobre 1836 que ces indigènes pourrait être admis à faire partie de la milice sur un arrêté de Monsieur le Gouverneur général.
Je ne reçus aucune réponse à ma lettre et je dus supposer qu’elle fut accueillie favorablement. Le 2 juin je reçus un billet de garde et un du président du recensement où on m’invitait à prendre les armes, je m’y refusai, on me cita par devant le conseil de discipline et je fus condamné à 5 jours d’emprisonnement, malgré que j’eus fait valoir tous mes droits que j’ai eu l’honneur de vous exposer. Je me pourvus en révision le 12 je reçus un [?] billet de garde je dus la monter, contre la force point de résistance.
Enfin le jury de révision me convoqua le 15 au soir et malgré tous les efforts de mon avocat, à l’unanimité, il me maintint dans les rangs de la milice, comme je crains que les chefs de la milice de Constantine n’ont pris sur eux des pouvoirs très forts [,] j’ai l’honneur de m’adresser à votre excellence pour que vous m’éclairiez sur ce point et si on a refuser [sic] des ordonnances, ordonnances qu’on exécute ce qu’il y est expliqué. Jusqu’à ce que mon état était une énigme pour les musulmans de Constantine j’ai porté un costume mixte entre l’arabe et le nizam106 [;] aujourd’hui que tout est divulgué je me suis trouvé forcé à reprendre mon costume de taleb et les chefs de la milice vont certainement me faire jonction [pour injonction] que je prenne le costume de milicien, costume incompatible à l’arabe et au turc que si les spahis et les turcos ont un costume qui diffère de celui des armées françaises, les miliciens indigènes et musulmans doivent en avoir un qui doit différer de celui des miliciens européens et chrétiens ; il serait très désagréable pour moi d’être obligé d’endosser lorsque je serai de garde le costume européen pour ensuite reprendre le costume de taleb, lorsque que je ne le serai pas, ces travestissements me feront perdre et l’affection des musulmans et celle des chrétiens, cette seule cause, Monsieur le Gouverneur général, pourra m’obliger de quitter l’Algérie et rentrer dans les pays barbaresques gouvernés encore par des chefs musulmans [un lecteur a porté au crayon en marge : “Ceci devient grave !” ].
Je recours à vos lumières et à votre justesse, implorant mes droits et me protestant contre tout ce qu’on a fait à mon égard contraire aux ordonnances qui régissent l’Algérie.
Agréez Monsieur le gouverneur général l’assurance de ma très haute considération,

L’interprète traducteur.
N. Limbéry »

  • 107 Limbéry au GGA, Constantine, 18 août 1849, ANOM, F 80, 1620. Cette lettre, écrite sur papier ligné (...)

84En août, une seconde lettre témoigne des perpétuelles tracasseries dont Limbéry continue à être l’objet à Constantine107.

  • 108 Charles Auguste Gasselin (1800-1871) a épousé en 1835 Hélène Nicoli Limbéry, alors domiciliée à Tun (...)

« Des affaires m’appelant à Tunis, je sollicitai de Monsieur le procureur général un congé que j’obtins, daté du 9 juillet courant. Je partis de Constantine le 17 du même mois pour Philippeville ayant recommandé à ma domestique de remettre mon fusil à mon sergent-major qui est le sieur Gérard. Le jour même de mon départ ma domestique exécuta ma commission et le sieur Gérard ne voulut pas accepter le fusil qu’on lui présentait en mon nom. Alors elle le déposa chez Mr. Gasselin108 mon beau-frère.
Le 23 du même mois je fus obligé de retourner à Constantine, je vis mon sergent major et je lui fis savoir que je partais pour Tunis et que le lui ferai remettre mon fusil, c’est bien me dit-il. Je repartis pour Philippeville le 26 et le 27 je m’embarquai pour Tunis sur le bateau à vapeur le Sphinx, le 30 j’étais à Tunis et le 4 août je me rembarquai sur ce même bateau pour Philippeville, le 10 j’étais à Constantine, comme le tout est consigné dans mon congé.
Il paraîtrait que le 5 août il y eut à Constantine une revue, on m’appela, j’étais sur mer, on me porte absent et mon sergent major ne se donne pas la peine de relever cette erreur. Le 14 on m’envoie une citation à paraître devant le conseil de discipline pour le 16. Je m’y rends, je fais valoir mon congé et le visa du conseil et celui du juge de paix, je mentionne ce que j’avais dit au sieur Gérard, il dépose conformément à ce que j’avais dit, le conseil de discipline me condamne à quatre jours de prison, lorsque tout ceux qui avait manqué à la revue du 5 d’autres sont acquittés, d’autres condamnés à 24 heures à 12, à deux jours et n’avaient que des preuves verbales à produire, les miennes écrites et sanctionnées par des circonstances impossibles à mettre en doute furent rejetées ; Voilà Monsieur le Gouverneur Général ce qui vient de m’arriver, et vous serez à même de connaître que ce n’est plus l’équité qui mène ici ces générosités de détentions personnelles, mais c’est le caprice et une sourde inimitié qui se lance sur moi, je ne voudrais pas que l’omnipotence du conseil de discipline fasse élever d’autre voix que la mienne contre des décisions portées à dernière urgence. »

Annexe 26 : L’institution de nouvelles médersas présentée par Le Mobacher, août 1849

85Un an avant la publication du décret du 14 juillet 1850, Le Mobacher annonce la création de nouvelles médersas.

  • 109 Le Mobacher, n° 47, 1er août 1849.

« Il appartenait au gouvernement français, à cette puissance qui, dans la route de la science, marche à la tête de toutes les nations, de venir restaurer au milieu de vous ces écoles qui donnèrent jadis tant de savans illustres, dont les écrits ont été la gloire de leur siècle et sont encore en honneur de nos jours. […] Par ses soins, des mdersa dans lesquelles seront admis les jeunes musulmans, qui dans les zaouïa et autres écoles ont commencé à puiser les premiers éléments de la science, vont s’ouvrir dans chaque province. Là, ces élèves complèteront leur éducation, sous le rapport de la religion, de la jurisprudence, de la langue, du calcul, etc. Ils iront ensuite rapporter dans les tribus la science qu’ils y auront acquise. Le progrès et l’application de ces élèves seront soutenus par les encouragements de l’autorité ; des récompenses seront accordées à ceux qui se seront distingués par leurs efforts. L’appui du gouvernement ne leur manquera pas pendant qu’ils accompliront leur temps de leurs études, et lorsqu’elles seront terminées, les fonctions publiques attendront ceux qui par leurs connaissances se seront montrés dignes de les obtenir.
La création des mdersa satisfera aussi aux nécessités de l’enseignement supérieur, mais le bienfait serait incomplet s’il devait se borner là et si chaque tribu, chaque douar, ne pouvait offrir également à ses enfans un moyen facile d’instruction primaire.
Pour arriver à ce but, un mouderres ou maître d’école sera institué dans tous les douars où l’importance de la population le permettra. Ces professeurs seront des hommes choisis, offrant toute garantie d’instruction. Pour exercer cette profession si honorable, ils devront être munis d’un certificat qui constatera leur degré de capacité et ce n’est qu’après avoir été agréé par le commandant de la subdivision qu’ils pourront ouvrir leur école. Du reste, ils recevront un juste salaire de leur peine. Se vouant au bien de tous, il est juste que tous contribuent à l’entretien de leur existence. Le gouvernement, de son côté, leur viendra en aide, et prêtera à tout ce qui peut contribuer aux progrès de l’instruction, le concours le plus actif.
Une exacte surveillance sera exercée sur toutes ces écoles. Un inspecteur des études, pris parmi vous, signalera au gouvernement, les tolbas et maîtres d’école qui se distingueront dans leurs méthodes d’enseignement, comme ceux qui pourraient encourir quelque blâme. Il stimulera le zèle de tous et ces efforts réunis empêcheront enfin que le flambeau de la science ne vienne à s’éteindre chez vous. »109

Annexe 27 : Le collège impérial arabe-français : un bilan en 1864

  • 110 Extrait d’une lettre adressée à Reinaud par Cherbonneau, directeur du collège arabe à Alger.Alger, (...)

86Auguste Cherbonneau, directeur du collège, en dresse en 1864 un tableau mi-figue mi-raisin, assez désabusé, dans une lettre destinée à Reinaud et publiée dans le JA110 :

« Autant l’œuvre dont je suis chargé est propre à assurer notre influence sur la race arabe et à la diriger dans la voie qui convient à notre politique, autant elle est hérissée de difficultés de tout genre. Les enfants arrivent auprès de nous ignorants, paresseux, aveuglés par les préjugés et garnis d’amulettes. Leur vie est à recommencer. Tous ignorent la nécessité du travail ; bien peu pensent à l’avenir. Ce que nous leur apprenons est le renversement de ce qu’ils savent, et les plus jeunes seulement apprécient le bien qu’on leur fait. On appelle notre établissement Collège arabe. Cependant il n’y a d’arabe que la langue et la religion communes à tous. La majeure partie des enfants est d’origine berbère, et il y a, à côté des Kabyles, des Couloughlis et des Arabes berbérisés. J’ai dit que le langage était le même pour tous ; il n’y en a pas un qui ne me comprenne, et le jour de mon arrivée, je ne remarquais dans la conversation de cette jeunesse, recrutée sur tous les points de l’Algérie, que quelques différences d’expression connues de tous les arabisants.
À un autre point de vue, le fanatisme engourdit les uns et surexcite les autres. Les plus dociles sont imbus de préjugés et gâtés par la superstition. Que d’efforts nous aurons à faire pour les régénérer !
L’enseignement, qui comprend le français, la géographie, l’histoire de France, les mathématiques, la langue arabe, le dessin linéaire, le dessin d’imitation et la musique, est divisé en six années après lesquelles nos élèves entrent dans la carrière militaire, dans les emplois d’interprète, ou dans le professorat ; nous n’en avons que deux qui se soient fait inscrire à l’école de médecine établie à Alger.
Nous travaillons sous le patronage du ministère de la Guerre, par la raison que la mission, pour employer le mot vrai, est une œuvre politique. C’est le général de Martinprey, sous-gouverneur, qui inspecte nos classes avec une sollicitude au-dessus de tout éloge.
Quelques-uns de nos élèves parlent assez bien et écrivent presque correctement le français, notamment deux élèves qui se préparent pour l’école de Saint-Cyr ; mais, en revanche, nous n’en avons pas un qui soit capable d’expliquer le Coran.
Le règlement du collège n’admet que des pensionnaires musulmans. Nous en comptons cent quatre, y compris un étudiant en médecine, qui a obtenu une bourse. Une soixantaine d’Européens suivent les cours en qualité d’externes. »

Annexe 28 : Le réaménagement du lycée d’Alger à la suite de l’intégration des élèves indigènes du collège arabe-français en 1871

  • 111 ANF, F 17, 7679, 1874-1878.

87Note sur les élèves indigènes du lycée d’Alger par le proviseur Grasset, Alger, 22 mai 1875111.

« La réunion des élèves indigènes du Collège Arabe-Français d’Alger à ceux du lycée eut lieu le 6 novembre 1871. En l’autorisant, Mr. le Ministre m’avait recommandé de veiller à ce que les intérêts du lycée n’eussent pas à souffrir de cette mesure. Je crois avoir répondu aux prescriptions de son Excellence. Deux ans après, l’établissement avait gagné près de 300 élèves, parmi lesquels les indigènes ne comptent que pour un nombre moyen de 85, et sa caisse passait d’un déficit de 33 000 francs à un boni de 100 000.
Je regrette de ne pouvoir, au courant de ces notes écrites, entrer dans le détail des efforts que j’ai dû faire, surtout dans l’origine, pour arriver à ces résultats. Si le temps et l’occasion me l’eussent permis, j’aurais pu, M. l’Inspecteur Général, vous faire connaître de vive voix plusieurs circonstances qui, je n’en doute pas, vous auraient intéressé. Ainsi, ne voulait-on pas, tout d’abord, introduire presque furtivement les indigènes, dès le lever, avant le jour au mois de novembre, de sorte que nos élèves les auraient découverts, un beau matin, dans les cours ! J’exigeai que la réunion se fît en plein jour, en grande cérémonie, pour frapper ces jeunes imaginations et créer une date : ce qui fut fait. Le N° de l’Akhbar que vous recevrez avec ce pli contient le récit de cette petite fête.
Le lendemain, commencèrent les difficultés intérieures. Depuis plusieurs années, la question de la suppression du collège Arabe étant agitée, on menaçait du lycée les élèves indigènes, comme d’un épouvantail disciplinaire. Aussi ces jeunes gens, très susceptibles par nature, venaient-ils à nous avec répugnance.
J’étais allé les voir fréquemment à leur collège pour les étudier de près. Passionné pour l’éducation de la jeunesse, je me félicitais que ce problème si délicat eût été posé pendant mon administration. Mais j’en prévoyais les difficultés, peut-être aussi les périls pour mon avenir. Qu’il a fallu de prudence, de précautions, de ménagements, pour ne pas effaroucher ces natures alors prévenues, et de fermeté pour résister aux impatients qui voulaient dès le premier jour la fusion complète, aux pessimistes qui enrayaient tout et voyaient déjà l’insuccès.
Enfin, au bout de quinze mois, l’épreuve était faite et la cause gagnée. L’expérience acquise depuis a confirmé ces premiers résultats. L’œuvre est bonne et utile ; elle a porté déjà d’excellents fruits et en produira de meilleurs encore, si toutefois elle est continuée avec esprit de suite.

I

Le résultat le plus frappant, le plus immédiat et le plus soutenu a été l’amélioration de la santé des élèves. Dès leur entrée au lycée, nous fûmes obligés d’en envoyer plusieurs à l’hôpital militaire du Dey pour des maladies contagieuses. Je profitai de cette circonstance pour obtenir de Mr. le Gouverneur Général l’autorisation permanente d’envoyer d’office à cet hôpital tout élève indigène dont la maladie et le traitement me paraîtraient dangereux pour le lycée. Je m’empresse d’ajouter que, depuis trois ans, il n’y a pas eu lieu d’user de cette permission.
La plupart de nos élèves indigènes, par constitution ou par suite d’une première éducation physique négligée, avaient [sic] des tempéraments lymphatiques se révélant fréquemment sous forme de plaies aux jambes, d’affections cutanées, etc. Cette situation s’est très notablement améliorée sous l’influence des soins de propreté, de l’hygiène et du régime alimentaire, qui, sauf les exigences du Coran, sont pour eux les mêmes que pour les autres élèves. Nul indigène n’a eu de maladie grave, et leurs indispositions, plus ou moins sérieuses, ont été traitées à l’infirmerie du lycée, où, bien que ayant [sic] leur dortoir séparé, ils sont l’objet des mêmes attentions que tous leurs camarades français.

II

Pour la discipline, à ne considérer que l’ensemble en laissant de côté les menus faits que se seraient produits de part et d’autre sans l’annexion, j’ai constaté que nos indigènes ont tout à la fois gagné et perdu à notre contact. Je m’explique :
– Nos Arabes sont mêlés aux autres élèves dans les seuls endroits où ils peuvent établir avec eux des rapports utiles : en classe, par l’émulation, en récréation, par le conversation et les jeux. Partout ailleurs, leur rapprochement serait sans profit, et non peut-être sans danger. La vie commune, ainsi réglée, a produit les résultats suivant : sous l’influence de notre discipline universitaire, appliquée graduellement et avec mesure, – ce que je n’ai obtenu qu’à grand peine de certains collaborateurs – j’ai vu s’améliorer chez nos élèves indigènes la moralité, la décence dans le langage et dans la tenue, le cours des idées, les rapports d’élève à élève même entre eux. Dans les commencements, leurs discussions, leurs querelles, entre Arabes et Kabiles [sic] principalement, étaient terribles. On m’avait conté des actes de violence, au collège Arabe, même pendant la classe, de nature à faire frémir. Aussi étais-je, au moindre bruit de disputes, dans des transes effroyables. Avant trois mois, j’avais fait exclure par Mr le Gouverneur général et emmener du lycée par un spahi l’élève Abdul Medjib qui avait menacé un camarade de lui couper le cou et l’avait frappé du couteau, légèrement il est vrai. Le fait ne s’est point renouvelé : ce que j’attribue au rapprochement avec nos Français non moins qu’à la punition infligée. Il s’est créé là une sorte d’émulation inconsciente, agissant sur leurs sentiments et sur leurs actions, comme l’émulation classique sur leurs études. Par l’une et par l’autre, ils se sont rapprochés de nous, mais assurément sans trop s’en rendre compte ; nos Arabes, nos Kabiles surtout plus assimilables mais plus fiers, seraient peut-être médiocrement flattés d’apprendre qu’ils ne sont devenus meilleurs que par imitation.
Quelques-uns vont jusqu’à vouloir être vêtus et nourris à la française. Ceux-là sont presque tous d’excellents sujets. Je n’accorde cette faveur que sur la demande écrite de la famille.
Ces bons résultats se maintiendront-ils ? Les instincts de race, endormis durant les années du lycée, survivront-ils à notre influence pour se réveiller plus tard, ou céderont-ils définitivement à l’exemple et à l’éducation ? C’est le secret de l’avenir. Quoi qu’il advienne, en elle-même l’œuvre est bonne : c’est assez pour qu’on s’y dévoue.
Mais ces avantages sérieux, nos jeunes indigènes les ont achetés au prix de cette ingénuité respectueuse, de cette docilité native qui contrastaient avec les allures plus dégagées de nos lycéens d’Algérie. Non qu’ils soient devenus indisciplinés : ils sont restés au contraire plus aisés que les nôtres – à la condition d’être respectés car ils sont fort ombrageux. Mais enfin, ils ont perdu l’habitude de ces marques extérieures et exagérées d’un respect, du reste plus apparent que réel chez l’Arabe. Même, tel ou tel de nos petits Kabiles, vif, espiègle, malin, ne paraîtrait pas déplacé, grâce à sa verve moqueuse, dans une réunion de petits collégiens de Paris.
J’avais trouvé chez nos Arabes une habitude disciplinaire qui se rencontre aussi dans quelques institutions privées : la surveillance et même la punition de l’élève par l’élève. J’ai immédiatement aboli cet usage. Mais c’est à la Grande Mosquée de la ville, où vont nos indigènes tous les vendredis, qu’il est resté le plus persistant.

III

  • 112 Djema-el-Kebir [NDA].

Le service religieux et l’instruction religieuse de nos Musulmans sont régulièrement suivis, tous les jours, dans les salles d’étude et à la Mosquée que je leur ai faite au lycée, le vendredi à la Grande-Mosquée112 Maléki d’Alger où ils font acte public de leur culte. Rien n’a été changé aux usages du collège Arabe pour tout ce qui touche à leur religion : rhamadan, ablutions, bains maures, etc.

IV

Au point de vue des études, les élèves arabes se trouvèrent dès les premiers jours dans des conditions désavantageuses par suite de la différence des programmes et des méthodes, de leur venue au courant d’une année scolaire, et surtout de leur lutte avec des concurrents plus nombreux et déjà familiarisés avec l’enseignement universitaire. Ils ne furent pas classés au hasard, mais durent descendre presque tous d’une classe. Aucun d’eux n’apprenait les langues anciennes ; non plus que les langues européennes vivantes, sauf le français. Nous faisons quelques rares essais pour le latin sur des enfants intelligents.
Plusieurs entrèrent aux cours d’anglais et d’allemand. Ils se sont rebutés de ce dernier ; quelques-uns suivent et non sans fruit, les classes d’anglais. Ils y ont obtenu des prix et des accessits. Pour l’ensemble des études (enseignement primaire et spécial), ils tiennent une place honorable au palmarès : 43 prix et 126 accessits la 1re année. Ils étaient 85 et avaient à lutter contre 355 Européens. En 3e année, les deux prix de physique et chimie ont été remportés, cette année, par deux indigènes que nous destinons à l’École de Médecine. En 2e année, le 1er prix de français a été obtenu par un Arabe déjà lauréat pour l’anglais (1er prix).
Une fois parvenus au seuil de l’Enseignement spécial, nos indigènes progressent aussi rapidement que leurs camarades. Mais leurs premiers pas sont beaucoup plus lents : il y a loin du gourbi au carré de l’hypoténuse ! Aussi les résultats que je viens de signaler ont-ils leur importance.
Une des plus grandes difficultés qu’éprouvent les élèves indigènes, Kabiles, Arabes et même Israélites, c’est la connaissance et la pratique de l’orthographe française. Cela vient de leur éducation première : entendant et prononçant mal, ils écrivent tout de travers. Leur orthographe est parfois fantastique. C’est une des causes qui les éloignent des examens pour le brevet de capacité où la première épreuve, la dictée, est éliminatoire, et ne leur permet pas de montrer leur acquis sur les autres parties du programme. Les essais que j’ai tentés dans ce sens sont demeurés infructueux. Nous y reviendrons.

V

Ce n’est pas seulement en Algérie que l’annexion du collège Arabe au lycée a fixé l’attention publique. On s’en est aussi préoccupé à Paris, en dehors des sphères officielles. Une grande et ancienne Institution, la Société pour l’Instruction élémentaire, fondée en 1815 et reconnue établissement d’utilité publique, a chargé un de ses membres d’étudier sur place cette intéressante question. Après avoir entendu le rapport de son délégué, la Société décerna au Proviseur du lycée d’Alger une médaille d’argent exceptionnelle pour services rendus à l’instruction publique, médaille que j’ai reçue depuis avec un diplôme d’honneur, non sans une agréable surprise.

VI

Au Collège Arabe, il n’y avait peut-être aucun inconvénient à recevoir des élèves mariés. Au lycée, la camaraderie avec nos élèves Européens eût rendu cette tolérance périlleuse. J’ai dû éliminer quelques bons élèves pour ce motif. Du reste, j’en ai été quelquefois avisé par la famille même, dont le chef écrivait à son fils : “Aux vacances, je te mènerai dans la tribu, où je t’achèterai une femme et un cheval”.
Avant leur entrée au lycée, la plupart des élèves indigènes suivaient, au terme de leurs études, la carrière militaire. Ici, nous tâchons de leur inspirer le goût des professions civiles : la Médecine, les Écoles vétérinaires, les écoles d’agriculture, les télégraphes, les chemins de fer, le cadastre, les interprètes militaires ou judiciaires. Plusieurs ont trouvé là des postes honorables et lucratifs : deux avantages auxquels ils sont très sensibles. Deux d’entre eux, officiers de santé, ont été nommés médecins de colonisation avec des traitements de 3 000 à 5 000 francs.
Enfin, la présence des indigènes au lycée a donné une nouvelle impulsion à l’étude de l’arabe dans l’établissement. Nous avons dû appeler un deuxième professeur et instituer des cours supérieurs. Plusieurs de nos maîtres et de nos élèves Français ont été nommés, cette année, interprètes militaires ou judiciaires, ou employés au cadastre. La magistrature, l’armée, l’administration ne cessent de nous en demander.
J’attache un soin tout particulier à faire comprendre à nos indigènes l’importance et les avantages d’une instruction solide entée sur la bonne conduite. Les places obtenues par leurs devanciers sont pour eux un puissant stimulant. Mais je ne suis pas fâché d’en voir plusieurs rentrer dans leurs familles pour cultiver leurs terres ou continuer la profession paternelle. Ceux-là ne sont pas les moins utiles : je les engage plus vivement encore à répandre autour d’eux les idées morales et les connaissances pratiques qui leur ont été inculquées parmi nous : par quoi ils contribueront à la prospérité du pays, à l’amélioration de ses habitants et au bien-être de leurs proches. Par ces bons avis, par des encouragements bienveillants réitérés pendant mes visites dans leurs salles d’étude, non moins que par de petits services que j’ai eu occasion de leur rendre, je suis parvenu à gagner bientôt leur confiance, ce qui était nécessaire au succès de l’entreprise.

VII

La partie de l’éducation pour laquelle nous avons, malgré tous nos efforts, le moins réussi jusqu’à ce jour, c’est le soin de leurs vêtements ordinaires, de leurs livres, surtout chez les petits et les moyens.
Vaniteux pour la plupart, les indigènes recherchent et soignent assez bien leurs habits de parade. Mais ceux de tous les jours, ils les tachent d’encre, les déchirent en jouant et de quelle façon ! Leur genre de chaussure et leurs habitudes à la Mosquée font qu’ils se plaisent dans leurs jeux et au gymnase, à courir sans souliers. Il y faut une extrême surveillance. Et encore ! Aussi grèvent-ils d’une façon excessive nos crédits pour le raccommodage et les renouvellements. C’est peu à peu que nous arriverons peut-être à corriger ces défauts.
Au contraire, ils prennent un grand soin du pain pour lequel ils semblent professer une sorte de respect. On les voit dans les cours ramasser et mettre à l’abri des souillures un morceau oublié ou jeté.

VIII

La prospérité croissante du lycée, non moins que la venue des élèves indigènes, nous a fourni l’occasion et les ressources nécessaires pour exécuter des travaux complémentaires notables, dont la dépense a été, en grande partie, soldée par le Gouvernement Général de l’Algérie, en dehors de sa subvention au lycée.
Voici les principales de ces améliorations :
- Persiennes à une partie des fenêtres : 10 000 francs.
- Horloge : 3 000 francs
- Aménagements divers lors de l’entrée des élèves indigènes : 15 686 francs
- Installation de 4 études et de 8 classes : 11 280 francs
- Substitution de 40 lits sommiers à 40 lits-paillasses : 5 544 francs
- Installation d’un 3e laboratoire de chimie : 737 francs
- Modification dans les conduites d’eau : 2 016 francs
- Achat de livres à l’entrée des indigènes : 1 065 francs
- Grillages des fenêtres : 4163 francs
- Rideaux pour les classes : 1059 francs
- Instruments de physique et installation du gaz dans les laboratoires : 3033 francs
- Carrelage de la lingerie : 1018 francs
- Tambours aux portes des dortoirs : 936 francs
- Installation de chambres de maîtres : 1 027 francs
- Installation d’un nouveau dortoir et chaises percées : 5 581 francs
- Fermeture de vestibules : au parloir, à l’infirmerie, au péristyle : 1 086 francs
- Ornements, mobiliers, vitraux à la chapelle : 1 937 francs
- Deux classes de géographie : 1 060 francs
- Couvertures de laine et descentes de lit : 1 268 francs
- Grilles devant la façade, squares, plantations : 2 229 francs
- Pompe et conduites d’eau dans les cours : 2 095 francs
- Modification aux lieux d’aisance : 1 349 francs
- Installation d’une nouvelle classe : 2 490 francs
- Vestiaire des professeurs : 949 francs
- Défoncement et nouveau nivellement des cours : 1 539 francs
- Bibliothèques de quartier : 1 500 francs
- Augmentation de la bibliothèque générale : 500 francs
- Cabinets pour le coiffeur et les deux barbiers : 398 francs
- Cloisons entre la cuisine et la laverie : 126 francs
- Gaz-veilleuse dans les dortoirs : 577 francs
Total : 85 248 francs

À ces améliorations, il convient d’ajouter un bon nombre de travaux exécutés aussi aux frais du Gouvernement général, mais dont le montant ne nous est pas connu, savoir :
- Installation des 5 dortoirs restants.
- Pavage des cours de cuisine.
- Carrelage du cabinet du censeur et distribution nouvelle de ses appartements.
- Construction d’une galerie isolant le salon d’administration.
- Carrelage de trois vestibules exposés aux courants d’air.
- Logement d’un commis d’économat et d’un surveillant général.
- Monte-charge pour le réfectoire des indigènes et fourneau pour leur cuisine.
- Installation d’une salle d’armes, etc.

Toutes ces dépenses s’ajoutant aux 85 248 francs détaillés ci-dessus représentent pour l’établissement une quantité très-considérable d’améliorations de toute sorte qui ajoutent à sa valeur.
Je ne crois pas que, pour les avoir faites ou obtenues, il y ait lieu de monter au Capitole, mais peut-être sera-t-il permis de les rappeler avec quelque satisfaction.

Alger, 22 mai 1875.
Le proviseur du lycée, Grasset. »

Le temps des civils et des professeurs (1880-1930)

Annexe 29 : Portrait de l’interprète judiciaire, 1882

  • 113 « Les interprètes civils en Algérie », Revue des deux mondes, p. 922-923.

88Alors qu’il est question de réformes en Algérie, un ancien magistrat fait le tableau de l’interprète judiciaire, avant de proposer que ses fonctions soient réparties distinctement à un interprète oral indigène d’une part, à un traducteur français et savant, de l’autre113.

« Dans l’organisation actuelle, tout interprète judiciaire exerce deux genres de fonctions bien distincts. D’abord il assiste les magistrats aux audiences et dans les informations judiciaires, et ensuite il traduit par écrit, soit de l’arabe en français, soit du français en arabe. […]
Le voici d’abord parleur vif, agile, mimant toute expression, lisant un sens incomplet sur des lèvres embarrassées, remuant et réveillant son auditeur indigène par une variation continuelle de ton et de geste, devinant à demi-mot le juge, dont les mêmes questions reviennent souvent et se formulent en un langage technique, obscur à force de concision pour qui l’ignore. Voyez ce singulier personnage, jonglant avec les mots, l’oreille tendue vers la fin d’une phrase que sa bouche a déjà commencé à traduire, presque toujours incorrect, commettant des gallicismes en arabe et des arabismes en français, mais enfin marchant, courant, arrivant, parce qu’il faut arriver vite, qu’il y a là, sur la table du juge, un énorme dossier d’affaires à instruire, que les lettres de rappel pleuvent du parquet, les commissions rogatoires de la chambre d’instruction et que les Bédouins continuent à se voler, s’empoigner, se bâtonner et s’entre-tuer dans les douars. Puis, tout à coup, sans changer de tête, ni même de vêtements, le voilà, nouveau maître Jacques, un personnage tout l’opposé du premier, un savant froid et minutieux, appréciant la valeur de l’épithète rhétorique et de l’épithète logique, pesant les synonymes au milligramme et mesurant les nuances douteuses du verbe sémite, qui a conservé un caractère de mot-racine des langues monosyllabiques et remplace souvent la flexion modale et temporelle des langues indo-européennes par la valeur de position. Celui qui lisait dans les yeux, il y a dix minutes, déchiffre à présent les vieux parchemins à l’aide d’une loupe ; il était presbyte et le voici myope ; le même œil a dû apprécier la position de dix combattants à la portée télescopique des yeux arabes, et doit maintenant juger si cinq points diacritiques appartiennent à deux, trois ou quatre caractères, ou s’ils ne proviennent pas en tout ou partie du crachement de la plume du roseau.
L’interprète judiciaire, en tant qu’interprète parlant, doit être actif, leste, bon cavalier, d’aspect imposant, pour que la justice qu’il représente pour sa part ne soit pas rapetissée aux yeux des hommes de la nature ; il doit être aussi policier, c’est-à-dire fin et courageux, car il secondera toujours et remplacera quelquefois l’espion qui guide et le soldat qui combat. Il y a des perquisitions difficiles et des arrestations dangereuses.
En tant que traducteur écrivant, il doit savoir à fond l’arabe littéral, qui est à l’arabe parlé comme le latin est à l’italien, et qui lui-même a eu un développement deux fois plus long que les cinq ou six siècles de toute la latinité ; il doit savoir aussi l’arabe moderne, qui est le dernier terme parmi les transformations successives de ce langage vaste et vague, dont le dictionnaire classique a un nom : el-qâmous, l’océan. Il doit savoir le français, et cette proposition se passe de commentaires près de ceux qui ont dépensé dix ou quinze ans de leur vie pour apprendre comment on écrit sa langue. […] L’interprète est un jongleur, et le traducteur est un hercule. Et c’est un seul individu qui doit être tout cela. – La conséquence est facile à déduire : il n’y a pas de bons interprètes judiciaires. […] »

Annexe 30 : Louis Machuel à Tunis en 1896 : « Idée générale des relations avec l’Islam » et avenir des jeunes tunisiens instruits

  • 114 ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 1359.

89Le texte intitulé « Idée générale des relations avec l’Islam » a été l’objet d’une traduction en arabe titrée Al-Qa’ul al-‘ām fī ‘alāʼiq firānsā ma‘a al-islām, traduction que Machuel* a fait réviser par deux professeurs de la grande mosquée et imprimer. Il en a envoyé un exemplaire au ministre [des Affaires étrangères] en décembre 1896114.

« Le but qu’on se propose d’atteindre en Tunisie c’est de réaliser l’alliance de l’Islam avec la civilisation moderne, en faisant pénétrer dans le monde musulman les enseignements et les méthodes qui ne sont pas incompatibles avec les principes essentiels de la religion musulmane.
Cette œuvre a déjà été tentée sur plusieurs points du monde, notamment à Constantinople et au Caire, et des résultats importants ont été obtenus.
Néanmoins, il semble que, dans ces deux centres, les deux genres de culture, européenne et musulmane, ont vécu côte à côte sans se pénétrer réciproquement. […]
Il n’y a pas eu rapprochement plus intime que sur le terrain de la justice, par exemple en Égypte, grâce à l’institution de tribunaux mixtes. Néanmoins, il semble qu’on ait pensé davantage à attirer les indigènes vers nos formes judiciaires qu’à perfectionner chez eux la justice traditionnelle en développant les principes si féconds de l’Islam.
L’inconvénient de cette manière de procéder c’est qu’on peut conquérir un certain nombre de têtes à la civilisation européenne sans exercer aucune influence sérieuse et durable sur le monde de l’islam. Il y a passage d’une civilisation à une autre, il n’y a ni fusion, ni même rapprochement entre les principes des deux civilisations. […]
Donc il faut que les musulmans entreprennent de se réformer eux-mêmes, en s’assimilant ce qu’il y a de meilleur dans la civilisation européenne, et que les Européens n’interviennent que pour grouper et diriger les efforts.
Nul pays ne paraît aussi bien préparé que la Tunisie pour donner l’exemple de cette alliance féconde. […] »

90Machuel présente ensuite les moyens les plus propres à atteindre le but proposé :

  • 115 La thèse de Léon Bercher* s’inscrira dans ce projet.

« 1°/ Constituer en société d’action tous les musulmans qui les [ces idées générales] admettent. […] Cette société aurait pour objet principal de propager dans le monde musulman les idées dont il s’agit, et qui sont à peu près celles du ministre Kheireddine, par des conférences, des traductions, des brochures, par la formation de professeurs libres, capables d’exposer en arabe et de vulgariser les principes essentiels des sciences de l’Europe, enfin par des réunions fréquentes dans lesquelles les membres de l’Association échangeront leurs idées.
2°/ Entreprendre un travail de comparaison et de rapprochement entre la législation indigène et la législation européenne, en déterminant les points sur lesquels elles peuvent coïncider […] par exemple dans le droit civil, la législation des contrats, celle qui concerne les relations commerciales, et presque tout le droit pénal115, en un mot la plupart des matières qui relèvent, en Tunisie, de la compétence de l’Ouzara.
Le travail de comparaison a déjà été entrepris ailleurs. Il existe à Constantinople et au Caire un code civil, un code commercial, un code pénal, qui présentent souvent des transactions heureuses entre les deux droits. On a remarqué, en effet, dans la pratique, que toute cette partie de la législation dépendait moins des principes religieux que des relations créées entre les hommes d’origines les plus différentes par des intérêts communs ou des occupations analogues. […]
3°/ Étendre et développer, autant que possible, l’enseignement supérieur qui est donné à la grande mosquée de Tunis. […] Les Européens n’ont commencé à progresser que quand ils ont appliqué ces deux principes : la critique des textes qui permet de prendre les conseils des anciens, mais en les réduisant à leur juste valeur, et en ajoutant sans cesse à ce patrimoine transmis par nos ancêtres ; et la spécialité, c’est à dire la division du travail, grâce à laquelle chaque savant, donnant son effort à une seule science, peut la pousser beaucoup plus loin, pour la transmettre à son tour aux générations futures. [Machuel donne l’exemple de l’électricité et de la cartographie de l’Afrique.]
[…] Il semble qu’il faudrait d’abord distinguer les sciences qui sont immuables par nature, telles que l’enseignement de la théologie et du dogme, celui de la pure langue arabe, même l’enseignement des principes essentiels du droit musulman, – et les sciences qui sont susceptibles de progrès ou d’applications diverses, telles que les mathématiques, la physique, l’histoire, la géographie, etc.
[Dans la première catégorie,] rien n’empêche d’appliquer […] le principe si fécond de la division du travail, c’est-à-dire de faire en sorte qu’un professeur n’enseigne qu’une seule chose à la fois : l’un le dogme, l’autre le droit, un troisième la grammaire, et que chacun se fasse ainsi une réputation dans sa spécialité.
[Dans la seconde,] non seulement elles doivent être enseignées par des spécialistes, mais encore le matériel d’enseignement (et particulièrement les livres), doit être sans cesse renouvelé et mis au courant des derniers progrès.
[Machuel propose que ces matières soient enseignées dans des bâtiments annexes car elles exigent « des cartes, des tableaux, des instruments et des expériences »].
Sans doute, il y a bien d’autres améliorations pratiques que l’on peut apporter, soit dans le travail des étudiants, soit dans la condition des professeurs, soit dans le système des examens. Il appartient aux musulmans éclairés, qui en sentent déjà la nécessité, d’en prendre l’initiative.
Mais nous devons nous borner ici à ces considérations générales, qui sont comme les lignes directrices de toute réforme. […]
Si la Tunisie donne l’exemple de ce mariage fécond entre les deux civilisations, nous ne doutons pas qu’elle ne prenne rapidement le sceptre intellectuel de l’islam et que la réputation de son enseignement ne s’étende jusqu’au cœur même de l’Afrique. »

  • 116 Note de Machuel au RG, Tunis, 8 novembre 1896, ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 1359.

91Une note intitulée « Quelques réflexions sur l’avenir des jeunes gens tunisiens instruits dans nos établissements scolaires et sur les avantages et les inconvénients que peut offrir leur groupement en société » et datée de novembre 1896 nous permet de saisir un autre aspect de la pensée de Louis Machuel116. Après avoir évoqué les instructions qu’il a reçues de Jules Ferry en personne en 1883 : « faire des jeunes tunisiens [sic] des amis de la France qui devront cependant rester attachés à leur religion et à leurs institutions », il poursuit ainsi :

  • 117 Le mueddeb [mu’addib] est le terme utilisé en Tunisie pour nommer le maître d’école coranique.

« Aussi, au lieu de proscrire des écoles qui ont été créées en Tunisie l’enseignement koranique et par suite l’enseignement arabe, j’ai pensé qu’il était préférable de le tolérer et même de l’encourager pour pouvoir mieux le surveiller et pour faire des maîtres indigènes nos auxiliaires en les associant à notre œuvre et en leur attribuant un rôle dans l’éducation et l’instruction des enfants musulmans. Je crois avoir été dans le vrai car partout, jusqu’à ce jour, les écoles françaises ont été assidûment fréquentées par les musulmans et les mueddebs117 ont eux-mêmes contribué à assurer cette fréquentation. Je crois être en droit d’affirmer qu’il n’y a nulle part en Tunisie une hostilité sourde contre nos écoles, comme cela se voit malheureusement en Algérie. […].
Parmi les jeunes gens ayant reçu notre enseignement, en est-il qu’on doive considérer comme des déclassés ? Je ne le pense pas. Sans doute, nos anciens élèves ne sont pas tous arrivés à occuper des emplois dans nos administrations ; tous n’ont pas répondu aux espérances qu’on fondait sur eux ; […] mais je ne connais pas un seul tunisien qui n’ait pu utiliser, d’une manière quelconque, les connaissances acquises dans nos écoles. […]

92Machuel dit avoir cherché à grouper les anciens élèves en associations : car, comme il le dit plus loin, « il est nécessaire de suivre nos élèves après leur sortie des écoles, pour continuer à les diriger et les obliger à compléter leur instruction ou tout au moins à conserver les connaissances acquises ».

  • 118 La phrase est annotée au crayon par le résident René Millet : « ! quand ai-je dit le contraire ? »

« J’ai créé une société des anciens élèves du collège Sadiki qui n’a pas donné de résultats appréciables ; j’ai conseillé aux anciens élèves de l’école normale de constituer une association amicale qui ne me paraît pas fonctionner convenablement. J’ai enfin essayé de constituer l’année dernière une société de travail à laquelle j’aurais désiré voir adhérer tous les musulmans. J’ai soumis mon projet à M. le RG pendant les vacances de 1895 ; malheureusement les préoccupations de toutes sortes que M. le résident a vues cette année ne lui ont pas permis d’y fixer son attention. Je lui ai montré dernièrement les statuts que je projetais et à laquelle je proposais de donner le nom d’Ifrikia. […]
Je voulais que les musulmans arrivassent à s’imposer à leurs détracteurs européens par leur savoir et par leur valeur réelle. Les conférences que je leur aurais confiées, les publications que je leur aurais fait faire, la ligne de conduite que je les aurais engagés à suivre devaient avoir pour résultat de montrer à nos compatriotes que les tunisiens étaient dignes de leur estime et qu’il y avait lieu de compter sur eux. Ils auraient, par leur prudence et leur sagesse, conquis une situation morale bien plus sûre et bien plus durable que celle qu’ils auraient pu obtenir par la discussion et les polémiques.
Je voulais aussi écarter du programme de cette société toutes les questions politiques. Rien n’est plus dangereux, à mon sens, que de laisser nos jeunes indigènes se lancer dans la politique, car ils ont, de par leur tempérament, une tendance bien marquée à placer toutes les questions sur ce terrain brûlant. Quoique je sois en désaccord sur ce point avec M. le Résident général118, je n’hésite pas à affirmer que c’est compromettre leur cause et l’avenir que de les autoriser à toucher au domaine de la politique. […] Sans doute, tant que nous serons là, nous pourrons les défendre, nous pourrons expliquer et justifier leurs actes ; mais, nous disparus, ils n’auront plus que des défenseurs timides ; leurs intentions seront dénaturées et leur cause sera compromise sinon irrémédiablement perdue. Ils seront accusés d’être anti-français et, comme il sera toujours facile à la mauvaise foi de dénaturer leurs faits et gestes, ils auront beaucoup de peine à se laver de cette accusation qui pèsera lourdement sur eux et sur leurs coreligionnaires.
C’est pour cette raison encore que je ne voulais pas que la société fût exclusivement musulmane. J’aurais désiré y voir entrer, comme membres honoraires ou comme membres actifs, tous les français qui, de près ou de loin, s’intéressent aux études arabes ou aux choses musulmanes. […] Le seul fait de voir ces jeunes tunisiens accepter parmi eux l’élément français dans certaines conditions, aurait prouvé la loyauté de leurs intentions et leur désir de vivre en bonne harmonie avec nous. »

Annexe 31 : Connaître l’arabe pour mieux civiliser, diriger et protéger « nos malheureux frères de l’Islam » (Mouliéras, 1902)

  • 119 Oran, typographie et lithographie Paul Perrier, 2e éd., 1902.

93Auguste Mouliéras*, professeur à la chaire publique d’arabe d’Oran, dédie « aux jeunes arabisants » ce préambule à l’ouvrage de Viala et Jacquard, L’arabe à l’école primaire119.

« Chers enfants,

[…] Ouvrez un atlas, arrêtez-vous à la carte d’Afrique, regardez-la de tous vos yeux, cette carte, et dites-vous bien que sur l’immense étendue de terre que possède la France dans le vaste Continent noir, la langue arabe est parlée par des millions et des millions d’hommes ; dites-vous bien aussi que la mission de civilisation et de charité fraternelle que les héritiers de la Révolution française sont venus remplir dans ce grand pays sauvage, n’est pas terminée, et qu’il y a encore, de l’autre côté de la frontière oranaise, dans l’extrême Nord-Ouest africain, d’autres millions d’hommes qu’il nous faudra arracher, tôt ou tard, aux ténèbres de l’ignorance et du fanatisme religieux.
Les missionnaires de la Civilisation, les principaux agents de nos exploitations commerciales, agricoles et industrielles, les représentants de nos diverses administrations, où les prendrons-nous en grande partie, si ce n’est parmi vous, chère jeunesse d’aujourd’hui, parmi vous qui êtes les hommes de demain, les futurs conducteurs et éducateurs de nos frères barbares qu’il vous faudra élever jusqu’à vous en leur inculquant le respect de la propriété et de la liberté d’autrui, le respect de la science et surtout de la vie humaine, et enfin l’amour du travail.
Que chacun de vous soit donc un petit apôtre de la France républicaine, un ardent missionnaire de justice, d’égalité et de fraternité universelle sur ce sol fécond où votre généreuse Patrie vous donne à tous sa large hospitalité. Mais en vue de la haute mission que vous remplirez plus tard, quelle meilleure préparation pouvez-vous avoir que l’étude d’un idiome qui vous permettra de pénétrer dans les pensées intimes de ceux que vous voudrez civiliser ? Par la seule langue arabe, si difficile mais si utile, vous deviendrez, je vous en réponds, les conseillers écoutés, les amis sincères, les véritables directeurs et protecteurs de nos malheureux frères de l’Islam chez lesquels se cachent des trésors d’endurance, de courage et de dévouement dont un jour la France pourra bénéficier si vous savez accomplir dignement le rôle important qu’elle attend de votre reconnaissance.
Dans quelques années, quand les ressources du budget le permettront, nous couvrirons notre Afrique d’écoles françaises, et alors nos instituteurs auront la belle et noble tâche de perfectionner et de compléter par l’enseignement de la langue de Voltaire, l’ébauche de rénovation sociale que vous aurez si bien commencée.
Étudiez, chers enfants, étudiez le langage, les mœurs et les institutions des Arabes pour être à même de leur faire comprendre bientôt qu’il y a en Europe une glorieuse République qui étend les plis de son drapeau sur les Croyants comme sur les Infidèles et que les Espagnols, les Italiens, les Maltais, les Musulmans, les Juifs et les Chrétiens de toutes les confessions qui lui apportent ici le concours loyal de leur dévouement, de leurs bras et de leur intelligence, ne forment plus qu’une seule et grande famille, la FAMILLE FRANCAISE DE LA PLUS GRANDE FRANCE AFRICAINE.

Oran, le 1er décembre 1902. »

Annexe 32 : William Marçais* juge le programme d’arabe du Plan d’études de 1898 pour l’enseignement indigène en Algérie, 1908120

  • 120 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908. Compte-rendu de (...)

« L’étude de la langue arabe figure au programme des écoles primaires d’indigènes à raison de 2 heures et demie par semaine pour chacun des trois cycles. Son organisation est vraiment le point le plus faible des programmes de 1898. Elle révèle à la fois une ignorance des faits, et une croyance quasi-mystique à la seule efficacité de la classe, qu’on serait tenté de juger sévèrement, si la difficulté même de la “question de l’arabe” ne venait pas excuser la défaillance du Plan d’études de 1898. Des programmes primaires s’accommodent bien de choses simples et nettes ; or l’arabe se présente devant eux avec le caractère non seulement double, mais ambigu qu’il a dans la réalité. Quelques explications préalables sont ici nécessaires : il faut distinguer avec les Arabes eux-mêmes et, à leur suite, les arabisants : 1°/ l’arabe littéral ou classique, qui, depuis longtemps, n’est plus nulle part langue parlée courante, mais dans lequel tout, partout et toujours, a été et est encore écrit, depuis le Coran et ses commentaires jusqu’à la presse contemporaine, aux annonces commerciales et aux communiquées officiels. C’est lui seul qui a été toujours été et est encore étudié dans les msid, djâma, kouttâb, zaouia et autres établissements d’enseignement musulman ; c’est de lui que tous les Musulmans entendent parler lorsqu’ils disent de l’un d’entre eux “il a appris l’arabe – il sait l’arabe”. Cette langue classique, cette langue écrite panarabe, est proprement un dialecte, imposé comme idiome littéraire commun par le triomphe de l’Islam, et dès lors soigneusement étudié, fixé, “stylisé” par l’énorme effort des grammairiens et des lexicographes indigènes ; 2°/ les dialectes arabes, formant une poussière d’idiomes parlés de Bagdad à Mogador, et dont l’ensemble constitue l’entité dénommée arabe vulgaire. Ces dialectes ne sont pas, comme on l’a cru d’abord, des fils dégénérés, mais bien plutôt des collatéraux pauvres de l’arabe classique ; ils offrent un fonds fort ancien, plus archaïque même sur quelques points que l’arabe classique, et plus proche du “sémitique commun” ; leur étude est de première importance pour le linguiste sémitisant. Mais le triomphe complet de l’arabe classique n’a jamais permis à aucun d’eux de s’élever à la dignité de l’arabe littéraire. L’écriture ne les a jamais fixés, réduits au rôle de parlers populaires locaux, ils ont évolué très vite, comme il est naturel d’idiomes uniquement parlés. Ils se sont chargés parfois d’éléments étrangers empruntés aux parlers de peuples antérieurs ou voisins (ainsi le maltais est un dialecte arabe pénétré d’italien) ; ils se sont éloignés de plus en plus les uns des autres et aussi de l’arabe littéral. Le groupe des dialectes parlés dans l’Afrique du Nord, appelé arabe vulgaire moghrébin, comprend lui-même divers sous-groupes secondaires, séparés par de notables différences. Tels sont les faits ; et il faut reconnaître qu’ils heurtaient rudement tout le système pédagogique des écoles primaires indigènes ; la méthode directe, dont on doit en général penser tant de bien, était ici en déroute ; car d’une part, on ne pouvait appliquer les exercices du langage à l’arabe littéral qui n’est pas une langue parlée ; de l’autre, enseigner par la méthode pseudo-maternelle ce que l’élève avait déjà appris par la vrai méthode maternelle, c’était, à parler franc, enfoncer une porte ouverte. C’est pourtant à quoi l’on s’est résolu, et ainsi le principe de la méthode directe n’a pas été entamé. L’arabe vulgaire moghrébin, dénommé pour la circonstance “arabe usuel”, a seul figuré au programme du cours préparatoire, du cours élémentaire et du cours moyen ; il a été enseigné, suivant l’expression du Plan d’études, par l’usage, pour être parlé bien plutôt que pour être écrit ; on a imaginé des exercices de langage ; on a recommandé de munir l’enfant des mots nécessaires à la composition des phrases ; et c’est ainsi que le maître, presque toujours français, a appris à ses jeunes élèves à parler leur langue maternelle ; plus tard, il leur apprend à l’écrire, quoiqu’elle n’ait jamais été écrite, et qu’il soit impossible d’en fixer l’orthographe ; et il leur fournit sur elle des notions grammaticales, lorsque les innombrable différences des parlers locaux font de la morphologie et de la syntaxe maghrébines, un amas confus et hétérogène de faits linguistiques, parmi lesquels les plus compétents spécialistes ont grand’peine à se reconnaître. Après quoi, pour comble d’incohérence, le Plan d’études prévoit à la fin du cours moyen, comme couronnement de l’étude de l’arabe usuel, la traduction orale “de textes très faciles (faits divers de journaux, avis officiels)…” qui sont exclusivement et toujours rédigés en arabe classique. Je puis affirmer, par expérience personnelle, que ce singulier enseignement provoque les railleries de tous les lettrés indigènes ; ils le jugent, ce qu’il est, dérisoire, et réclament raisonnablement l’introduction à l’école primaire de l’enseignement de l’arabe littéral. Pour être juste, il faut reconnaître, avec le Plan d’études, que l’étude de l’arabe vulgaire a une certaine utilité indirecte : “elle fortifie les élèves dans la connaissance du français, en les amenant à préciser les idées connues, par la comparaison des termes qui servent de part et d’autre à les exprimer” ; autrement dit, elle restitue à côté de la méthode directe, la vieille méthode de “traduction” où tout n’était pas à rejeter ; mais, en fait, puisqu’il s’agit de l’enseignement de l’arabe, il est honnête et logique d’y chercher avant tout le profit de l’arabe, et non, par ricochet, le profit d’une autre matière de l’enseignement. Je dirai enfin plus loin que l’étude de l’arabe parlé ou littéral est plus nuisible qu’utile en pays kabyle ».

Annexe 33 : Présentation de l’activité du service de presse et de traduction des Affaires indigènes, Alger, vers 1916

94Le futur directeur des affaires indigènes Jean Mirante*, commissaire du gouvernement, défend le budget du service indigène devant les Délégations financières.

  • 121 ANOM, GGA, 15 H 7, Fontana.

« Nous sommes chargés de traduire en français les nombreuses pétitions arabes qui parviennent à M. le gouverneur général. Ces pétitions ont suivi une marche ascendante assez rapide au cours des dernières années. Si nous nous reportions à une vingtaine d’années en arrière, nous constaterions qu’à cette époque, elles ne s’élevaient annuellement qu’à quelques centaines, tandis qu’elles se comptent aujourd’hui par milliers. […] Les indigènes, généralement peu lettrés, expriment mal leur pensée et il n’est pas toujours commode de la découvrir pour la rendre en français. […]
Nous traduisons également en arabe les correspondances adressées par M. le gouverneur général à des indigènes.
Notre service a aussi dans ses attributions la rédaction en arabe du journal officiel le Mobacher qui paraît le samedi de chaque semaine. C’est là encore une tâche ardue, car il s’agit de faire passer dans la langue arabe toute notre terminologie officielle et administrative. Le Mobacher publie, comme vous le savez, les lois, décrets, arrêtés et avis qui intéressent nos sujets musulmans. Il publie également les documents concernant la propriété indigène, notamment les dossiers d’enquêtes partielles dont l’insertion est prescrite par la loi.
Nous sommes chargés aussi du service des audiences indigènes, nous écoutons les doléances des nombreux plaignants qui se présentent au cabinet de M. le gouverneur général et chaque cas exposé nécessite naturellement un rapport.
Un autre travail délicat nous incombe aussi : c’est le dépouillement des journaux et publications arabes de l’étranger dans lesquels nous recueillons des renseignements précieux pour notre information politique et dont nous établissons, suivant les cas, des analyses ou des traductions qui sont transmises au gouvernement, en même temps que nous signalons à la Direction de la Sécurité générale tout ce qui offre des ra pports avec l’ordre public de la colonie.
Depuis le début de la guerre, nous accomplissons, d’accord avec le gouvernement, une importante mission de propagande française parmi nos indigènes et dans les autres pays musulmans. J’ai d’ailleurs la satisfaction de vous dire que le journal arabe Akhbâr el Harb (Nouvelles de la guerre), que nous avons créé dans ce but a obtenu des résultats particulièrement appréciés par le Gouvernement qui nous en a exprimé à plusieurs reprises sa satisfaction. Nous avons reçu des témoignages du même ordre du Maroc et de toutes les colonies françaises où vivent des populations musulmanes. […] Il était indispensable d’informer les populations musulmanes des évènements de la guerre, de les mettre en garde contre les bruits tendancieux et les excitations dangereuses venant de l’ennemi, de faire ressortir la noble cause pour laquelle la France et ses alliés combattent et de mettre en relief leur force invincible. […] Le journal Akhbâr el Harb, né dès le commencement des hostilités, a été l’organe qui, par la suite, a servi de modèle dans les autres colonies et pays de protectorat, où des feuilles du même genre ont été fondées.
Notre service, Messieurs, est également chargé de la surveillance des publications de tout ordre imprimées en arabe qui pénètrent en Algérie. Parmi ces publications, il en est parfois dont les tendances sont malveillantes et qu’il y aurait un réel danger à laisser circuler dans la colonie. Nous les signalons aussitôt et nous provoquons leur interdiction. »121

Annexe 34 : Une vision rétrospective de la médersa de Tlemcen par William Marçais, 1935

  • 122 Lettre dédicace de William Marçais, Mélanges Gaudefroy-Demombynes, vol. 1, Le Caire, 1935.

« Il y avait parmi eux des chéchias citadines dont les porteurs avaient conquis le certificat d’études primaires vers la 20e année. Il y avait aussi des tolbas bédouins, enturbannés, emburnoussés, quelques-uns barbus et moustachus, possédant pour tout bagage, à leur arrivée, la connaissance du Coran et quelques bribes de grammaire arabe. À cette paysannerie de la tente allait la bienveillance particulière des trois professeurs musulmans chargés de dispenser la science à notre cléricature en herbe. C’est qu’eux aussi étaient nés sous le toit mobile d’une maison de poil, dans cette Oranie centrale, cette Zénétie, qui avait fourni un demi-siècle auparavant à Abdelcader [Abd el-Kader] les plus fidèles de ses fidèles. Ils aimaient moins les Tlemcéniens, en raison d’abord de l’antagonisme traditionnel où se heurtent, au Maghreb, sédentaires et transhumants, et aussi parce que les Koloughlis de Tlemcen avaient jadis combattu l’Émir. Mais un long séjour avait fait de la vieille capitale une seconde patrie. […] Teintés de mysticisme, du moins de ce mysticisme pour tous répandu par les confréries, ils cultivaient avec prédilection la science du droit. […] Par ailleurs, ils s’étaient installés en toute sécurité et sans nul conflit intérieur dans l’Islam populaire légué par le bas moyen âge à l’Algérie du xixe siècle. […] Personnellement ils ne déposaient pas de pierres sur les Kerkoûr, ne nouaient pas de chiffons aux arbres sacrés, ne sacrifiaient pas aux djinns de poules noires. Mais ils se gardaient de jeter le blâme sur ces manifestations de la foi des humbles, et ne songeaient pas à les dissimuler comme des tares aux yeux curieux de l’Occident. Ils s’adaptaient tant bien que mal aux choses de notre civilisation, ou plutôt, ce qui est très berbère, ils s’efforçaient ingénument de les adapter à la leur. Aussi bien, ne concevaient-ils pas pour les cuvettes de notre petit cabinet de physique d’usage plus convenable que celui de bassins à ablutions. Et trouvant les fauteuils des salles de cours des sièges incommodes, ils les transformaient en koursis ; sans préméditation et sans relâche : en s’y asseyant toujours en tailleur, ils avaient assez vite fait d’en disloquer les bras. Subtils et naïfs, finassiers et sûrs, représentants conscients d’une petite aristocratie et très proches du menu peuple, foncièrement sérieux mais ayant gardé du goût pour les plaisanteries des milieux tolbas où ils avaient grandi et vécu, croyants fervents et loyalistes sincères, ils pouvaient à l’occasion montrer une admirable fidélité dans leurs affections. Ils ignoraient la déclaration des droits de l’homme dont certains articles leur eussent peut-être parus entachés d’hérésie. Mais ils possédaient ce pur, simple et profond sentiment de la dignité humaine qui pénètre et ennoblit la vie de certains musulmans d’élite. »122

Pièces de correspondance entre arabisants (1898-1929)

Annexe 35 : Le recteur Jeanmaire face au catéchisme de l’indigène en Algérie, 1898

95Charles Jeanmaire à René Basset, directeur de l’école, Alger, 2 novembre 1898

96[Le recteur, d’accord avec René Basset* sur les mesures à prendre pour développer l’instruction en Algérie, revient en novembre 1898 de Paris où il a eu une entrevue avec Léon Bourgeois, ministre radical de l’Instruction publique dans l’éphémère gouvernement dirigé par Henri Brisson.]

  • 123 Alfred Rambaud, ancien élève de l’École normale supérieure, chef du cabinet de Jules Ferry en 1879, (...)
  • 124 Le juriste Édouard Laferrière est depuis juillet gouverneur général de l’Algérie.
  • 125 Normalien, agrégé de philosophie, Charles Dupuy a été ministre de l’Instruction publique en 1892. D (...)
  • 126 Charles Jeanmaire à René Basset, directeur de l’école, Alger, 2 novembre 1898, ANF, F 17, 22482, Fa (...)

« [Alfred] Rambaud123 avait retiré au gouverneur le droit d’allouer les subventions à la direction de l’enseignement primaire et prétendait les fixer d’après les mêmes règles qu’en France. M. Bourgeois rend au gouverneur le droit de proposer les subventions dans la limite de 40 à 80 %, à la seule condition de ne pas dépasser, dans l’année, la moyenne de 60 %. Dans ces conditions, nous allons pouvoir marcher de nouveau.
Dès le lendemain de mon retour à Alger, j’ai vu M. Laferrière124. Je ne sais pas au juste ce qu’il pense. […] Il partait le lendemain pour un voyage en Kabylie et dans l’est du département. Je sais qu’il a visité en détail l’école de Tamazirt, près de Fort-National. J’ignore quelle a été son impression. Il rentre seulement aujourd’hui à Alger. Mais il a son idée. Il voudrait faire préparer à l’usage des indigènes une sorte de catéchisme. Ce ne serait pas le catéchisme du bon chrétien, ni celui du bon patriote, ce serait celui du bon indigène. On y procéderait, bien entendu, par demandes et par réponses. On donnerait la première place à la religion, “la religion dégagée de ce qu’il y a de trop particulier dans tel ou tel culte”, après cela la patrie, ou, pour les indigènes, la France, puis la famille, puis l’individu, et après les devoirs de morale, des conseils d’hygiène, d’agriculture, etc. Je me suis bien gardé de le contrecarrer immédiatement, et comme il me priait d’y penser, j’ai répondu que j’y réfléchirais.
Voyez-vous cette idée ! Nous qui nous donnons tant de mal pour écarter de notre enseignement le psittacisme, qui n’allons que pas à pas des objets concrets et des faits particuliers aux idées générales et abstraites, et qui grâce à cette méthode, obtenons dans la plupart de nos écoles des résultats autrement encourageants que tout ce que vous avez pu voir dans les médersas, nous serions condamnés à prendre pour base de notre enseignement ce qu’il y a de plus abstrait, et à apprendre à nos élèves des mots avant de pouvoir faire entrer dans leur esprit les idées qui leur correspondent.
Je compte lui dire : un catéchisme ou un petit manuel par demandes et par réponses peut être entendu de deux façons : ou c’est un point de départ, un commencement, et alors cela n’a aucune portée, aucune utilité sérieuse ; ou c’est un résumé d’un enseignement déjà donné autrement, par exemple ce qu’a fait M. Charles Dupuy dans ses petits livrets intitulés : L’année du certificat d’études primaires, dans ce sens il est possible de faire quelque chose125.
Mais parler aux indigènes de religion ! de morale, oui, mais de religion, il faut bien nous en garder. Ils s’imagineraient que nous voulons convertir leurs enfants à la religion chrétienne. C’est ce qu’ils redoutent le plus. Quand nous créons une école, les indigènes ne manquent pas de dire : on y apprendra le français, le calcul, de l’agriculture, etc., mais nous ne voulons pas qu’on y parle de religion.
Quant à la question de savoir si on peut laïciser la religion, vous comprenez qu’ils n’en sont pas encore arrivés là. »126

Annexe 36 : L’élection de Paul Casanova au Collège de France, 1908

97Un jugement extérieur conclut à la supériorité de Basset

  • 127 Lettre déchirée dont je n’ai pu identifier l’auteur, adressée au ministre de l’Instruction publique (...)

« Je ne suis pas arabisant, mais il n’y a pas d’orientaliste qui ignore que M. R. Basset* est un maître et que M. Casanova* n’a jamais produit rien de vraiment original ; que M. Basset a fondé une école et que sous la direction de M. Casanova l’étude de l’arabe n’a rien donné au Caire ; et que, si M. Casanova était préféré à M. Basset, ce serait une stupeur parmi les hommes compétents de toute l’Europe.
Il y a, il est vrai, le vote du collège de France, et le grand nombre de voix obtenues par M. Casanova à l’Académie des inscriptions. Mais le vote du collège n’a pas de signification : c’est un vote de lassitude, fait à la suite de trois scrutins où M. Basset avait eu 19 voix contre 18 à M. Casanova et un bulletin blanc. Et ce vote, si peu significatif, était vicié dès le principe par des considérations de camaraderie et de relations qui sont la plaie et le scandale des élections universitaires : M. Basset n’est pas normalien, et M. Casanova doit certainement plusieurs voix au Collège et à l’Institut à son passage par la rue d’Ulm.
Ajouterai-je que M. Basset a un caractère un peu âpre et n’a guère d’amis ; que beaucoup redoutent sa prodigieuse érudition. Je crains que personne n’intervienne auprès de vous en sa faveur, tandis que je suis sûr qu’on agira de l’autre côté. […] »127

Annexe 36bis : Une lettre de René Basset à Maurice Gaudefroy-Demombynes, 1909

98René Basset à Gaudefroy-Demombynes, Alger, 14 janvier 1909

  • 128 Paul Boyer (1864-1949) a inauguré la première chaire de russe à l’École spéciale des langues orient (...)
  • 129 Le spécialiste d’études indiennes Sylvain Lévi (1863-1935) est depuis 1894 professeur de langue et (...)
  • 130 Le père Vincent Scheil (1858-1940), égyptologue puis assyriologue, a participé à la découverte à Su (...)
  • 131 L’archéologue Charles Bayet (1848-1918), père du sociologue Albert Bayet, était alors directeur de (...)
  • 132 Le linguiste Antoine Meillet (1866-1936) enseigne à l’EPHE depuis 1889. Il détient aussi la chaire (...)
  • 133 René Cagnat (1852-1937), qui a participé en 1881 à la mission scientifique en Tunisie, occupe depui (...)
  • 134 Archives de l’Inalco, Gaudefroy-Demombynes.

« Cher Monsieur,
Merci pour votre dépêche : j’en ai reçu également une de [Paul] Boyer128 et de S[ylvain] Lévi129 : ce dernier m’annonce des détails dans une lettre.
Je ne puis rien dire avant de savoir comment tout s’est passé ; je soupçonne seulement, comme je l’écrivais la semaine dernière, que la campagne n’a pas dû être menée bien vive pour moi chez les scientifiques ou les juristes qui formaient l’élément inconnu.
Quant à maintenir ma candidature, cela souffre de difficultés.
1° On m’a répété de tous côté que le vote du collège de France entraînerait celui de l’Institut : il n’y a pas ici en effet de questions particulières comme pour le P. Scheil130 ou Tournery [?].
Et vous comprenez que je ne suis pas disposé à courir au-devant d’un second échec.
2° Même si je suis présenté en première ligne par l’Institut, qui m’assure que le ministère ne nommerait pas le candidat du collège de France ? Je ne sais trop quels sont les sentiments de Bayet131 pour moi, mais il en veut à l’Académie qui l’a blackboulé.
3° Le ministère étant décidé à me nommer, restent les Hautes Études philologiques et religieuses : elles ont attendu le vote du collège de France pour faire leurs propositions, mais attendront-elle le vote de l’Institut et la nomination du ministère ? Je l’ignore mais ne le crois guère. Ce sont Meillet132 et Sylvain Lévi qui peuvent le savoir.
Évidemment ce sera triste de voir l’orientalisme français représenté par un Casanova, un Amar* et qui encore ? Vous allez rester seul sur la brèche. Mais si une combinaison vous faisait avoir les Hautes études (au moins les philologiques) à la place de l’école coloniale ou à côté d’elle et de l’école des langues orientales, ce serait une atténuation du mal.
Ma femme envisage sans regret la perspective de rester ici : les inconvénients de Paris lui apparaissaient déjà auparavant. Moi, vous savez mon avis.
J’écris par ce courrier à Boyer, et à S[ylvain] Lévi, à Meillet et à Cagnat133 : je pense que ma lettre arrivera à Paris mercredi soir.
Veuillez présenter mes hommages et les compliments de ma femme à Madame Gaudefroy-Demombynes et croire à l’assurance de mes meilleurs sentiments. »134

Annexe 37 : Correspondance entre William Marçais et Paul Boyer, 1909-1924

  • 135 ANF, Personnel de l’Inalco, 20100053/12, Marçais.

99À l’exception d’une réponse de Paul Boyer, ces lettres lui sont destinées. Cette correspondance se poursuit au moins jusqu’en 1937135.

Alger, 21 décembre 1909

« Cher Monsieur,
Je retourne aujourd’hui à la nationale [l’Imprimerie nationale] les épreuves de mes textes tangérois. Tout sera prêt à temps. Mais j’ai tellement de besogne avec mes nouvelles fonctions que je suis obligé de prendre sur mes matins et mes soirs pour étaler. Après mûre réflexion, je ne crois pas possible de vous faire des conférences ; excusez-moi de ne pas l’avoir dit plus tôt ; d’abord vers le printemps nous allons avoir les délégations financières et je ne pourrai pas bouger d’Alger. D’autre part, d’ici là, les tournées, le travail d’administration et bien d’autres ennuis m’interdiront le minimum de réflexion nécessaire pour vous faire des conférences passables. »

Alger, 137 rue de Constantine, 25 décembre 1910

  • 136 C'était encore en 1910 l'adresse de l'Imprimerie nationale, logée dans les bâtiments de l'hôtel de (...)
  • 137 Titulaire d'une chaire d'arabe au Seminar für Orientalische Sprachen de Berlin, Georg Kampffmeyer ( (...)

« Mon cher ami,
N. S. Jésus est mythiquement descendu cette nuit pour apporter des joujoux aux enfants sages ; je comptais presque qu’il m’apporterait un bon paquet d’épreuves de mon glossaire. J’avais fait ardemment appel au miracle ; seul, en effet, un miracle pouvait amener l’exécution normale d’un travail confié à la rue Vieille-du-Temple136. J’avais donc mis mes babouches dans la cheminée ; ce matin je les ai trouvées vides. Alors je quitte toute espérance.
Maintenant sans doute, l’Imprimerie nationale est en vacances. Ces braves gens se reposent dans un farniente bien gagné, des fatigues d’une oisiveté perpétuelle. Ils n’ont probablement pas commencé l’impression de mon manuscrit. Si par hasard ils avaient commencé je n’aurais pas d’épreuves avant le 15 janvier. En février je serai en tournée dans le sud ; pas de correction possible. Donc il nous est interdit d’aboutir avant la clôture de l’exercice. J’aurais vivement désiré terminer cette affaire dans les limites financières de 1910 ; vous l’auriez désiré aussi. Mais tout effort d’activité moderne se brise contre les traditions de courtoisie antique, d’oisiveté majestueuse d’une maison où les contre-maîtres ont une rosette rouge à leur veston, les garçons de bureau des rubans violets à leur livrée, les correcteurs des palmes vertes à leur habit. Voici donc ce que je vous propose.
Les textes, transcription, traduction annotée, fournissent 206 pages ; ils ont été mis en page moyennant un travail obstiné de 5 mois de février 1910 à juillet 1910. J’ai corrigé cette mise en pages ; j’en demande une seconde épreuve ; mettons que deux mois et demi leur suffiront pour me la fournir ; fin mars 1911 pourra voir le bon à tirer ; nous reviendrions ainsi à l’idée primitive de faire paraître cette publication en deux volumes ; et vos crédits de 1910 se trouveraient partiellement employés. Quant au glossaire, s’ils en ont commencé l’impression, nous les laisserions continuer ; et à l’aurore de mars 1912 il paraîtrait peut-être. S’ils n’ont pas commencé, arrêtons les frais ; mettons que je n’ai rien fait ; qu’ils me renvoient mon manuscrit ; je le passe à Kampffmeyer137 qui utilisera avec joie cette collection de documents, je crois unique en son genre. L’important est en sorte que les orientalistes connaissent le plut tôt possible les faits de vocabulaire que j’y ai notés. Pardonnez-moi, mon cher ami, tout le tracas que je vous cause avec cette sacrée publication, et répondez-moi vite pour que nous avisions à ne pas laisser tomber en exercice clos les crédits de publication inscrits au budget de 1910.
Vous devez être bien content de la nomination de Demombynes*. Vous avez maintenant des collaborateurs selon vos goûts et la majorité assurée dans le conseil des professeurs. Basset* m’a montré des articles bien curieux contre tout l’orientalisme français, parus dans un canard colonial dont je ne me rappelle plus le titre. Quel est l’homme de goût qui a écrit ces belles pages et revêt ces réflexions judicieuses d’un vêtement de coupe aussi élégante ? Ce sont surtout les gens d’extrême orient qui en prennent pour leur grade ; Chavannes et S. Lévi passent vraiment un mauvais quart d’heure ; mais votre action néfaste est aussi stigmatisée comme il convient.
Avez-vous lu la conquête du Sahara de É. Gautier, l’ancien professeur de malgache de l’école des langues ? C’est en ce moment le gros succès de librairie en Alger. Tout le monde y a pris plaisir depuis le gouvernement général, jusqu’au dernier sous-lieutenant de l’oasis la plus reculée. C’est vraiment très bien.
Présentez je vous prie mes hommages à Madame Boyer… »

100Paul Boyer à William Marçais, Paris, 18 janvier 1919

« Mon cher ami,
Vox populi vox dei ! Vos élèves, quand ils ont lu le papillon indiquant la suspension de votre cours, ont quasi fait une émeute ! Jamais, de mémoire d’administrateur, l’École n’avait vu pareille émotion. C’est là un témoignage d’estime qui ne trompe pas, et dont j’ai grande joie, et même un peu d’orgueil, à vous féliciter. »

Rennes, 24 janvier 1919

« Mon cher ami,
[…] Doucement ému que mes élèves aient témoigné du goût pour mon pauvre enseignement ; il était bien incohérent, bien mal préparé ; mais il leur semblait allègre ; et la joie singulière que j’éprouvais à exposer des misères était sans doute communicative, et revêtait ma bizarrerie sordide d’un éclat mensonger. »

Tunis, 17 novembre 1921

101[William Marçais annonce qu’il sera à Paris fin novembre. Il a eu visite d’un certain nombre de candidats à l’examen de première année à l’école : il leur a dit avec la plus grande netteté qu’une entière dispense de la scolarité était désormais impossible. Parmi eux, M. Pons, ex-officier interprète et commissaire du gouvernement près les tribunaux tunisiens. Saïeb, officier interprète au Maroc, a demandé le programme des cours.]

« Lecerf* serait-il disposé à accepter pour quelques temps une mission du gouvernement tunisien ? Il s’agirait de l’organisation d’un bureau des affaires israélites. On voudrait un sémitisant cultivé. C’est G. Puaux qui m’en a parlé.
Vous pouvez adresser au ministère une demande de cours trimestriel (avril-juin) pour M. Lasram. Il m’a affirmé que le ministre est très favorable, et a été préparé par son chef de cabinet.
J’ai en ce moment, ici, mon frère [Georges] qui est venu faire des fouilles à Cairouan ; et ma femme qui depuis trois semaines procède entre nos mobiliers parisien et tunisien à des ventilations nécessaires ; c’est le mobilier tunisien qui en sort fort amoindri.
Il est entendu qu’en 1922, je vous donnerai pour la petite collection de l’école un volume des Textes arabes de Takrouna, 250 p. ou 300 ; une ou deux années après je vous donnerai le glossaire et si possible des planches (Wörter und Sachen) ; mes textes sont vraiment très amusants + assez bien composés. »

Tunis, 9 juin 1922

« […] bientôt vous aurez des sujets de composition. C’est toujours un moment bien pénible pour moi que celui où je dois fixer pour des fins pédagogiques des patois qui ne furent jamais écrits ; toute ma conscience linguistique se révolte contre cet attentat ; mais enfin je m’exécuterai. Nous avons très chaud ; nous sommes en pleins examens. Je trouve tout de même le temps de travailler un peu pour moi, mais pas plus de 5 heures par jour. »

Tunis, 26 avril 1924

« Mon cher patron et ami,
Me voici encore une fois de l’autre côté de la mer au sourire innombrable. Ici c’est presque l’été. […] Avant de partir, je suis passé à l’imprimerie nationale. Ils n’avaient encore rien fait. Je les ai pressés et ils ont promis. Repressez-les pour que leurs promesses ne restent pas une promesse. Je désirerais vivement avoir des épreuves pendant mon séjour en Tunisie, et associer mes collaborateurs à la correction.
J’attends la visite de Massignon* dans quelques jours. Lecerf, me dit-on, mange, joue au football et dort. Je ne l’ai pas encore vu. »

Tunis, 3 mai 1924

« Mon cher ami,
L’imprimerie nationale m’a communiqué des spécimens des Textes arabes de Takroûna. Comme disposition générale, ça va. Le choix et l’emploi des types me paraissent judicieux. L’effet est beau. Dans une note annexe, dont j’accompagne ma lettre de renvoi, je leur consigne quelques observations propres à faciliter leur tâche et la mienne et je les exhorte à m’inonder d’épreuves. Ils peuvent être assurés que je leur renverrai le flot, sans me laisser submerger. Il s’établira un large courant de circulation ; et de mon côté, il n’y aura pas de mares stagnantes.
Il est huit heures du matin ; je suis levé depuis 6 ; et j’ai ma fenêtre ouverte. Mes voisins musulmans dorment parce que c’est Ramadhan, qui n’est pas tant une période d’abstinence qu’un renversement du temps usuel : pendant un mois on fait bombance la nuit et l’on dort le jour.
Nous avons en ce moment Massignon qui va aller au Maroc, et j’ai eu plusieurs visites de Milliot* de la Faculté de droit d’Alger. Que n’avons-nous encore eu la vôtre !
PS : J’ai commencé mon glossaire qui formera le 2e volume de Takroûna. »

Tunis, 23 mai 1924

« Mon cher patron et ami,

102[William Marçais lui demande de relancer l’Imprimerie nationale.]

  • 138 Il s'agit des élections législatives des 11 et 25 mai qui portent au pouvoir le « Cartel des gauch (...)
  • 139 Député socialiste, Marius Moutet (1876-1968) défend les droits politiques des colonisés.
  • 140 Lucien Saint (1867-1938) est depuis 1921 résident général à Tunis. Il le restera jusqu'à la fin de (...)
  • 141 Le député socialiste Joseph Paul-Boncour (1873-1972) apportera son soutien au gouvernement que diri (...)

Il est prudent d’empêcher cette bonne vieille de s’endormir le nez sur mon manuscrit. […] Marcel Cohen m’écrit qu’il ne reçoit plus rien de sa mise en pages ; et l’on m’a raconté avant mon départ une histoire terrifiante de placards en panne depuis décembre (c’est pour une publication de sanscrit de [Félix] Lacôte). Ils sont gentils dans cette maison. Il y a là des polytechniciens qui ne dépareraient pas les tabacs ou le génie maritime. Mais ils aiment bien à ne pas faire grand-chose puisqu’ils sont payés tout de même.
Ici le temps est magnifique et déjà chaud. Je travaille assez bien. Les changements politiques qu’on entrevoit après les élections138 risquent de rompre bien mal à propos la trêve de l’été africain. À une époque où chacun ne devrait songer qu’à chercher un coin d’ombre pour dormir, la perspective d’un gouvernement nouveau fait bouillir les cervelles. Les fonctionnaires des travaux publics, de l’enseignement primaire tiennent des meetings pour réclamer une diminution du travail et une augmentation du salaire. Les juifs achètent à qui mieux mieux de la livre et du dollar. L’élite indigène s’agite pour obtenir l’indépendance de la Tunisie. Moutet139 la leur aurait promise !
[…] Il faudra donc le nommer Résident Général pour le faire changer d’avis. M. Saint140 part pour la France demain. Pourquoi ? Mystère.
Je suis en somme assez content des élections. Ça embête les curés et les militaires ; et puis j’ai hâte, pour mon instruction personnelle, de voir un ministère Herriot-Paul Boncour aux prises avec une grève des transports en commun de la Régie parisienne141. […] »

Tunis, 14 juin 1924

103[William Marçais se plaint de l’Imprimerie nationale.]

  • 142 Gaston Doumergue (1863-1937) vient d'être élu président de la République. Il a détenu en 1909-1910 (...)
  • 143 Marcel Olivier (1879-1945) a été gouverneur général de Madagascar de 1924 à 1929.

« Ils ne marchent qu’à grands coups de pied dans l’hinterland. […] Voilà, par l’effet de leur négligence, de leur misérable négligence, la thèse de Marcel Cohen repoussée aux calendes grecques. […] Le respectable M. Huart* vous posera sans doute à la séance de juillet comme l’an dernier une question sur les publications de l’École. Il faudra avouer que, du fait de l’imprimeur, rien n’a paru depuis un an.
Ce Doumergue me paraît convenir parfaitement à la Présidence142. De ce côté-ci de l’eau, il avait jadis la réputation d’un grand ivrogne. Depuis il a dû se corriger. Je fus reçu par lui en 1909 ; il n’avait pas d’idées très claires mais rien ne m’autorise à attribuer cette particularité à l’ébriété plutôt qu’à son génie naturel. J’ai dans la suite balladé [sic] en Algérie son fils naturel, un gros garçon inoffensif nommé Olivier qui accomplissait une mission-voyage de noces en compagnie d’une conjointe maigre et couperosée. Depuis, il est devenu gouverneur général de Magadascar143. Un célibataire qui case bien ses bâtards, quelle expression parfaite du radical-socialisme ! […] »

Tunis, 25 octobre 1925

104[William Marçais adresse à Paul Boyer un modèle de lettre à destination du ministre de l’Agriculture pour attirer son attention sur Abderrahman ben Guiga qui désirerait le mérite agricole.]

  • 144 Instituteur, Abderrahmane Guiga (1889-1960) a collaboré avec W. Marçais à l'édition des Textes arab (...)

« Aujourd’hui instituteur à Tunis, M. Ben Guiga144 a rendu de remarquables services à l’agriculture indigène dans les divers emplois qu’il a antérieurement occupé à l’intérieur de la Régence. […] »

Tunis, 28 octobre 1925

105[William Marçais demande si on peut lui envoyer une quinzaine d’exemplaires du Takroûna pour lui et son collaborateur.]

  • 145 En septembre, des troupes hispano-françaises ont débarqué pour mettre fin à la République du Rif. L (...)

« Ici tout est calme pour l’instant. Répercussion des événements du Maroc et de Syrie145 nulle comme il fallait s’y attendre. Il n’y a en fait que les choses d’Égypte qui puissent éveiller ici quelque écho.
Ma femme m’a rejoint ; elle m’aide à déménager ma bibliothèque que je ramène à Paris. »

Tunis, 21 novembre 1925

« […] Je prends mes dispositions pour passer au secrétaire la direction de l’École, désigner des suppléants à mes cours, et m’embarquer jeudi prochain ; à partir de lundi 30 novembre je vous ferai à l’école tous les cours que vous voudrez, les miens d’abord, et ceux de Demombynes dont vous jugerez opportun de me charger, et attendant que notre ami soit remis sur pied.
Ma présence ici était indispensable. Il m’a fallu trouver un titulaire nouveau pour le professeur d’histoire, organiser à l’intention d’un groupe nombreux d’auditeurs des cours complémentaires de français, et veiller à ce que l’absurde conscience de mon directeur général ne rendit pas [impossible] la vie financière de mon école en 1926. Cet homme excellent prend à la lettre les instructions du Résident : “comprimez”. Il comprime son projet de budget ; on le lui comprime naturellement encore, et de compression en compression il n’a plus de quoi acheter un porte-plume de 4 sous ; les autres ministères de la Régence connaissent mieux le langage des fleurs. Quand on leur dit de comprimer, ils enflent ; et se trouvent ramenés par les compressions ultérieures à une capacité thoracique qui leur permet de respirer largement.
Il fait un peu frais, mais il y a du soleil. Je vous écris la fenêtre ouverte, et l’on crie dans la rue les arbouses qui sont des fruits décevants, aussi jolis que des boules de corail, aussi peu savoureux que des boules de gomme râpeuses. Je vous prépare le lexique de Takroûna, et j’étudie un dialecte du sud tunisien tout à fait inconnu. Mon enquête me confirme dans l’idée que je ne sais rien des parlers maghrébins, et que celui qui y connaîtra quelque chose n’est pas encore né. Au reste qui s’occupera de nos drôleries dans une société où le seul genre d’intelligence apprécié et payé sera celui qui s’appliquera à perfectionner des moteurs ?
Vous savez que je déménage à Paris et que j’ai expédié d’ici la plus grande partie de mon mobilier colonial, et à peu près toute ma bibliothèque : nous en avons une ici tout à fait convenable, à laquelle on accorde à peu près 100 000 francs par an, et qui d’ici à dix ans constituera un incomparable instrument de travail. J’y fais entrer en ce moment tous les manuscrits qui apparaissent sur le marché aux ouvertures des successions. Nous accumulons ainsi des richesses pour les Italiens auxquels inévitablement nous passerons la main le jour où Mussolini le voudra fermement. »

Tunis, 19 juin 1926

106[William Marçais annonce son arrivée à Paris.]

« J’ai d’ici là à faire passer mon examen du brevet d’arabe où il y a plus de 100 candidats inscrits ; quelle hécatombe se prépare ! Mon diplôme a donné des résultats particulièrement brillants : 26 candidats, 11 reçus, dont hélas un seul français. »

Tunis, 3 novembre 1926

  • 146 Theodor Nöldeke (1836-1930), que son Histoire du Coran (Geschichte des Qorans, 1860) et sa Vie de M (...)
  • 147 Der greise Gelehrte signifie « le vieux professeur », avec une nuance à la fois ironique et respect (...)

« Mon cher patron et ami,
M. Huart donne, je crois, à entendre que, si j’ai fait beaucoup de dialectologie arabe, j’ai peu étudié la langue classique (l’arabe littéral de l’école). J’y ai du moins peu publié. J’ai cru bon, étant à Tlemcen, Alger, Tanger ou Tunis, d’entreprendre des recherches interdites à mes confrères de Paris, Leipzig ou Londres. Mais je puis dire, sans bluff, que je voudrais bien connaître la dialectologie arabe que j’enseigne comme je sais l’arabe classique que je n’enseigne pas. À ce propos, je vous communique une lettre récente du père Nöldecke [Nöldeke]146. Naturellement, Meillet, en présentant mes titres [pour le collège de France], ne pourra pas faire état d’une correspondance privée. Le vieux Prussien exagère bien entendu. Je connais mieux que lui mes limites. Tout de même, j’ai bien le droit d’être fier de ce qu’il m’écrit ; Il s’agit de ma dernière publication, un article de philologie arabe classique, avec un chapeau d’histoire littéraire (Mélanges R. Basset).
C’est un rude vieux : avoir l’esprit aussi net à 90 ans passés ; se promettre de relire avant le trépas un texte difficile ! Conservez-moi cette lettre. C’est un autographe auquel je tiens, et pas seulement parce qu’il me décerne un brevet trop élogieux. Au reste, il m’engueule gentiment d’avoir confiance dans les publications des pères jésuites de Beyrouth qui sont un peu flibustiers et qu’en bon évangéliste il ne porte pas dans son cœur.
Vous garderez naturellement pour vous le jugement du greise Gelehrte147 sur les arabisants parisiens qui ont été mes maîtres, au moins autant que Basset, et auxquels je dois beaucoup de reconnaissance. Mais je suis sûr que le mot de la fin pour Sylvain [Lévi] vous ira au cœur, à vous et à Meillet.
Je travaille assez bien. J’ai mis le nez dans les parlers du sud tunisien. C’est du vrai nouveau. Je tiens, je crois, le trait d’union qui relie les parlers arabes occidentaux aux parlers de l’orient ; et tout ce que j’ai enseigné est faux, ou du moins inexact. Je vous le répète je connais très mal la dialectologie arabe. Je la découvre, lentement, péniblement, par bribes. Et qui après moi ? [Georges Séraphin] Colin* est très bien ; mais il a un goût fâcheux pour le vocabulaire, et naturellement, comme tous les lexicographes, pour les substantifs surtout, et pour ceux d’origine étrangère surtout ; c’est à dire pour les faits de civilisation plus que pour les faits de langage.
Chaleur persistante, pays calme. Je profite de la présence de bons informateurs pour enquêter assidûment ; je sors peu. Au printemps j’irai faire un assez long séjour, à Gabès ou à Kebili, chez ces gens dont j’aurai débrouillé le parler tant bien que mal.
P.S : À Paris dans trois semaines environ. »

Annexe 38 : Lettres de Maurice Gaudefroy-Demombynes à Paul Boyer (1911-1929) : une collaboration confiante

  • 148 ANF, Personnel de l’Inalco, 20100053/12, Marçais.

107Cette correspondance se poursuit jusqu’en 1937148.

8 novembre 1911

  • 149 Il s’agit sans doute de Paul Humbert (1885-1972), futur professeur à l'université de Neuchâtel. Élè (...)

« J’ai vu M. Humbert149 qui m’a fait bonne impression : j’espère lui donner un coup de main. »

  • 150 Gaudefroy-Demombynes réside chez ses beaux-parents, dans le Sud de la Sologne, près de Romorantin.

13 novembre 1911, La Noue150

108[Louis Milliot* et Michel Bitar ont été chargés de remplacer Gaudefroy-Demombynes qui est en convalescence à la campagne, suite à une opération.]

  • 151 Le philosophe Émile Boutroux (1845-1921), titulaire de la chaire d’histoire de la philosophie moder (...)
  • 152 Michel Bitar (1885-1944) est répétiteur d’arabe oriental aux Langues orientales depuis 1907. Il le (...)
  • 153 Le slavisant André Mazon a succédé à Gaudefroy-Demombynes comme secrétaire général et bibliothécair (...)
  • 154 Il s’agit du jeune Louis Milliot (1885-1961), diplômé d’arabe vulgaire et littéral en 1909, futur p (...)

« M. Boutroux151 a peut-être raison, dans l’intérêt de sa maison. J’ai écrit tout de suite à Bittar [Bitar]152, une lettre que j’ai eu l’occasion de faire partir avant celle-ci. Je l’ai prié de la montrer à M. Mazon153. Je lui demande de faire les deux heures qu’eût faites Milliot*154, et je lui en trace le programme, tout différent de celui que j’avais prévu tout d’abord. »

18 novembre 1911, La Noue

  • 155 Il s’agit du fils benjamin d’Ernest Mercier, Maurice Mercier, qui a obtenu l’agrégation d’arabe en (...)

« L’an dernier, j’ai consacré un cours à l’explication de textes de l’agrégation pour Mercier*155. Cette année, je tirerai des auditeurs ou de mes correspondants tout ce que je pourrai, mais il faut que je sache qui j’ai devant moi […] [Il annonce qu’il donnera une] leçon spéciale à nos deux coloniaux : les autres y assisteront s’ils le veulent. »

10 février 1914

  • 156 Robert Raymond Baudouin (né en 1889) est un élève de l’École qui obtiendra les diplômes d’arabe vul (...)
  • 157 Il s’agit de l’index de la traduction des Traditions islamiques d’El Bokhâri dont le 4e et dernier (...)

« […] Tout de même, charger Baudouin156 de l’index, c’est lui donner une besogne qu’il est incapable de faire (il ne sort point de ses études), et une sale farce à faire à Houdas*157. Le mieux serait de supprimer l’index. Plus tard, il faudra donner à ces 4 volumes, 2 ou trois volumes de notes (et de corrections discrètes) et de commentaires. Alors on fera l’index. »

8 juillet 1914

« Depuis que je vous ai donné mon affiche, j’ai appris que M. Casanova* ferait du Coran au Collège de France : M. Huart* en fera aussi aux Hautes Études : ce fait bien du Coran ! Mais si M. Boyer n’y voit pas d’inconvénient, nous pouvons laisser l’affiche, et je ferai ce qui me paraîtra utile, sans tenir compte de l’affiche. »

21 juillet 1914, hôtel d’Anniviers, Vissoye [Vissoie], Valais

  • 158 Édouard Michaux-Bellaire (1857-1930) a succédé en 1906 à Georges Salmon à la direction de la Missio (...)
  • 159 Alfred Graulle (né en 1888) et Pierre Maillard (né en 1890), diplômés des Langues orientales pour l (...)
  • 160 Léon Fromage (né en 1884) a obtenu le diplôme d’arabe littéral des Langues orientales en 1911.
  • 161 Henri Massé (1886-1969) est depuis 1911 pensionnaire au Caire. Il s’est marié avec une cousine en 1 (...)
  • 162 Armand Coliac (né en 1891) a obtenu le diplôme des Langues orientales en arabe en 1911.
  • 163 Alfred Carpuat (né en 1889) a obtenu le diplôme des Langues orientales en arabe en 1914.
  • 164 Paul René Cousin (1890-1917) sera diplômé d'arabe littéral en juillet 1914 et mourra sur le front d (...)
  • 165 René Cousin (né en 1890) et Georges-Séraphin Colin (1893-1977) viennent tout juste d’obtenir brilla (...)
  • 166 Jean, né en 1898, futur germaniste – il traduira en français Mein Kampf d’Hitler –, et René, né en  (...)
  • 167 L’épigraphiste Max Van Berchem (1863-1921) avait mis en place une coopération internationale, fondé (...)
  • 168 Spiez, sur le lac de Thun et à une centaine de kilomètres au nord de Vissoye (ou Vissoie) où séjour (...)
  • 169 Maurice Gaudefroy-Demombynes invite Boyer à venir le rejoindre à Hautot-sur-Seine, au château des F (...)
  • 170 Émile Henri Vernazza (1890-1964), né à Salonique, a suivi l’enseignement des Langues orientales ent (...)

« D’abord la lettre de Michaux-Bellaire*158. C’est en effet bien embarrassant : pour l’honneur de la maison. Il faut lui dire qu’il y a 3 excellents diplômés d’arabe, mais qu’ils sont d’orient et qu’ils ont leur service à faire. Donc personne à donner comme stagiaire de l’interprétariat, comme Graulle ou Maillard159 : on ne peut donner que des diplômés d’arabe. Je n’ai plus aucune nouvelle de Fromage*160 depuis janvier, il paraissait content à Tunis, mais on pourrait l’indiquer comme possible. Massé* a perdu sa fille, est tout désemparé : il irait peut-être à Tanger : voulez-vous que je lui écrive161 ? Ce serait un chemin vers Alger, peut-être. Un de nos anciens élèves algériens, Coliac162, termine son service à Merrakech : il sera libre en septembre ; c’est un lourdeau [sic], mais un bon travailleur avec qui je suis resté en correspondance : il accepterait sans doute, avec espoir d’autre chose. Parmi ceux de cette année, Carpuat163, tout médiocre qu’il soit, pourrait être dirigé : il a fait son service militaire. Je crois qu’il ne faut parler de Baudouin qu’après tous ceux-là. Coliac et Carpuat ne seront pas de plus mauvaise besogne que Graulle et Maillard. Il est clair qu’il vaudrait mieux lui donner Cousin164, puis Colin165 : peut-être Colin pourrait-il y passer, si le Caire était occupé : envisageons l’avenir avec Michaux-Bellaire. Mais prière instante de lui dire que nous ne lui offrons que des doublures. (Coliac était il y a six semaines interprète auxiliaire au bureau des Rihamma à Merrakech).
Félicitations à votre fils : le succès définitif va suivre.
Nous avons fait un petit séjour à Beckenried (hôtel Sonne) sur le lac des Quatre-Cantons : et nous sommes ici pour une quinzaine. J’ai peine à me remettre en bon train : mais ce n’est pas trop mauvais, tout de même. Jean est près de Constance et essaie de parler allemand. Roger est avec nous166.
J’espère voir van Berchem167 avant mon départ : il est souffrant, fatigué de son long voyage en Orient, et prend les eaux de [Bad] Heustrich près de Spiez168.
Bon séjour en Bretagne : vous auriez mieux fait, pour nous, de venir en Normandie169.
[…] Vous pouvez tout de même noter Vernazza, s’il est libérable cette année [?] : c’est un fainéant, mais il est du Quai170. En somme je dirais avec ?? Fromage et Massé ?? puis 1/ Coliac, 2/ Carpuat, 3/ Baudouin, 4/ Vernazza. »

109En août 1914, Gaudefroy-Demombynes, ayant passé cinquante ans, n’est pas mobilisable. Il cherche cependant à participer à l’effort de guerre.

17 août [1914], Hautot [-sur-Seine]

« Je viens de frapper à toutes les portes, mairie, préfecture et croix rouge : on ne pourra m’employer avant quelque temps, semble-t-il.
[Il reste à disposition.]
Je sais mal l’anglais, mais tout de même ça pourrait servir, et mon allemand aussi. Je contracterais très volontiers un engagement à titre volontaire. »

1er septembre 1916, Talloire (hôtel Bellevue)

  • 171 Il s’agit sans doute de son fils aîné, Jean.
  • 172 Il est ici question de René Basset.
  • 173 Il s’agit peut-être d’Henri Charles Choquet (né en 1881), diplômé d’arabe vulgaire en 1904.
  • 174 Mohammed Nehlil (1885-1945), Algérien passé par l’école normale de la Bouzaréa et l’interprétariat (...)
  • 175 Eugène [?] Guilmoto est un éditeur parisien d’origine bretonne qui, tout en publiant son compatriot (...)
  • 176 Ce sont trois ouvrages de Maurice Gaudedroy-Demombynes.
  • 177 Faut-il identifier cet « homme de Saïda » avec William Marçais, auteur d’une étude sur Le dialecte (...)
  • 178 Maurice Gaudefroy-Demombynes travaille alors au bureau africain de l’Agence des prisonniers de guer (...)

« Il m’a été bien bon d’avoir de vos nouvelles, de vous sentir toujours courageux et de savoir que Madame Boyer s’est remise énergiquement à l’hôpital : elle trouvera, dans son œuvre de dévouement, une raison de vivre avec sa grande peine. Nous causons souvent de vous et de celui que vous avez perdu : il me semble que je pourrai à mon retour vous parler mieux de lui.
L’été a passé assez bien pour nous. Ma femme va bien ; j’ai retrouvé un peu de forme à la montagne, et la santé de mon fils s’est fort améliorée171. Physiquement le progrès est très heureux : le reste est encore médiocre mais très amélioré. Je voudrais qu’il essayât de préparer le baccalauréat pour octobre : si je n’y réussis pas, il partira, comme il semble le désirer maintenant, dans la Croix-Rouge, faire une sorte de stage d’expérience, avant de s’engager.
Je crois, comme vous, qu’il serait bon que l’École eût des relations suivies avec la Tunisie et le Maroc. C’est le devoir de l’École de ne pas laisser la Faculté d’Alger y dominer entièrement, quelque peine que cela puisse causer à mon maître et ami172. D’autant qu’il n’y a aucun espoir prochain que l’unité se fasse nettement entre les trois États d’Afrique du Nord sur le terrain de l’enseignement. En outre, Alger conserve, malgré tout, une mentalité “colon” qui n’est pas favorable à son expansion. Nous pouvons et devons apporter notre note de complète indépendance. Mais serai-je capable de jouer, pour le Maroc, le rôle que vous m’assignez ? Il faudrait que j’aille là-bas régulièrement : en aurai-je la force ? Nous ferons de notre mieux. En attendant, je viens de corriger et d’envoyer à Choquet173 [?] une dernière page aimable pour une publication de Nehlil174.
Vous savez sans doute que Guilmoto175 a fermé. Il est entré provisoirement avec ses livres chez Challamel : c’est donc là que sont Manuel Marocain, 1001 nuits et Rabah176. C’est avec Challamel que j’aurai à m’occuper d’une seconde édition du manuel. J’ai répondu à la lettre que vous m’avez envoyée, rien de certain, hélas ! Bien entendu que je m’occuperai volontiers de l’homme de Saïda177.
J’aurais hâte de rentrer à Paris et de reprendre ma place à l’agence des prisonniers, mais il faut que je continue encore à m’occuper de mon fils. En passant à Annecy hier, je suis allé à l’agence des prisonniers où j’ai appris des choses intéressantes : j’y retournerai avec les documents promis178. […]
PS : Il est possible que je passe tout le mois de septembre ici. Mes conversations avec les paysans m’ont fait bonne impression : on aspire à la fin de la guerre, mais on attend avec résignation la campagne d’hiver. »

17 juillet 1917, Les Pratz de Chamonix

« Le Temps m’a appris votre peine : vous me direz comment votre mère est partie si vite […] Je suis vraiment bien usé, et j’ai grand peine encore aujourd’hui à écrire. »

26 juin 1918, Plombières

« Je n’aurais naturellement pas voté le projet de la commission relatif aux examens : il me semble qu’entre un vrai jury et l’examen du professeur, il n’y a pas de moyen terme possible, sauvant, on l’a très bien dit, la face du jury, sans lui donner de rôle : je n’aurais pas pu m’associer à la création de ce qui m’apparaît comme le produit monstrueux de la carpe et du lapin. »

2 juillet 1918, Plombières

  • 179 Le romaniste Mario Roques (1875-1961) enseigne le roumain (depuis 1907) et l’albanais (depuis 1919) (...)

« Je n’aurai pas, comme vous dites, rempli mon “devoir” de porte-parole des réformistes avec Roques179. J’ai rempli, je crois, très largement mon devoir de professeur, et cela m’a suffi pour sentir que mes forces déclinent de plus en plus. La parole est au forts, jeunes ou vieux ; je suis décidément un faible, et je me soigne, sans succès d’ailleurs. »

30 août 1919, Hautot

110[Il informe Boyer qu’il n’ira pas à la réunion de la Royal Asiatic Society du fait de sa mauvaise santé.]

  • 180 La nouvelle Revue d’ethnographie et des traditions populaires est née de la fusion de la Revue des (...)

« Les souffrances nerveuses et l’absence de sommeil rendaient impossible un voyage au cours duquel je devais faire un peu façade, sous peine d’aller contre les intérêts que j’y aurais représenté. […] Il serait important que nos cours soient bien combinés cette année : dès que cela sera possible, les petites réunions dont vous avez parlé pourraient être tentées entre les professeurs de la musulmane : mais qu’y seront certains de nos collègues ? Je crois que nous aurions à prévoir des enseignements type Berlitz, amélioré.
Je n’ai rien fait de nouveau pour Ibn Khaldoun : je vous tiendrai au courant. Je ne sais si nous réussirons à mettre sur pied notre revue d’Islam : les imprimeurs sont terribles. Ma revue des traditions populaires aurait grand besoin d’abonnés : faites-moi de la réclame180. Avez-vous réussi à envoyer en Angleterre vos jeunes étudiants ? Si vous avez des tuyaux, donnez-les-moi pour mon second fils.
Gardez de l’argent pour l’orientalisme sur les fonds de la bibliothèque : nous sommes tout-à-fait misérables sur le terrain arabe, et je ne suis pas le seul à m’en apercevoir. […] »

4 septembre 1919

  • 181 Il est question ici de la Revue du monde musulman, fondée en 1907 comme organe de la mission scient (...)
  • 182 Henri Gaillard (1869-1937), diplômé des Langues orientales, est alors chargé d'affaires de France a (...)

« Le Châtelier [Le Chatelier] est bien vivant et confie sa revue à Massignon*, qui a agi aussitôt avec moi de la façon la plus jésuitique181. Il n’y avait rien à faire de ce côté. Nous faisons une tentative : nous verrons ce qu’elle donnera […] Je marche au Caire avec Gaillard182 pour les livres arabes, si vous ne me donnez pas contrordre. […] En effet nous vous devons des remerciements si nous avons 16 000 francs. Notre traitement de 7 500 francs était tellement inférieur à tous les traitements des facultés parisiennes, que nous risquions d’être encore bien à la guerre. Vous nous avez remis en position décente. »

19 janvier 1920

111[Gaudefroy-Demombynes adresse à Paul Boyer son diplôme d’arabe de l’école d’Alger, pièce nécessaire pour obtenir la dispense de licence en vue du doctorat.]

  • 183 Le mathématicien Paul Appell (1855-1930), membre de l’Académie des sciences, a fondé en 1914 le Sec (...)

« M. le doyen des lettres ne fait aucune réception de ma reprise de candidature […] cela me rappelle Guillet et Appell183 au Secours national. Les hommes sont bien amusants, et spécialement les Universitaires.
Bien entendu que je n’ai aucune arrière-pensée d’entrée à la Sorbonne : mais s’il me prend fantaisie de faire une thèse, pour me divertir […], je crois mieux en avoir la possibilité. »

14 février 1921

  • 184 Mohamed Lasram (1858-1925), ancien élève du collège Sadiki et de l’école normale de Versailles, ens (...)
  • 185 Ahmed Benhamouda* (1887-1966), élève de la médersa d’Alger et diplômé de l’école d’Alger, a enseign (...)
  • 186 Le belge Hubert Le Hardy de Beaulieu (né en 1893) a été diplômé d'arabe littéral en juillet 1920. L (...)

« 1/ Il est difficile de trouver une commune mesure entre Lasram, d’un âge vénérable et professeur blanchi sous le harnais184, et Ben Hamouda*, jeune, et n’ayant encore enseigné qu’à des nègres185. D’ailleurs je connais surtout le premier de réputation. En ce qui me concerne, je suis convaincu, je sais par [William] Marçais* et autres, que Lasram ferait supérieurement ce que je souhaite, et je sais, pour l’avoir fréquenté l’an dernier à l’école et chez moi avec de Beaulieu et Lecerf*186, que Ben Hamouda est parfaitement capable de remplir l’office en question. Donc je me désintéresse de la solution.
Il faut repousser toute candidature bizarre, – et se dépenser [?] pour nos élèves qui n’ont pas assez de cours (les arabisants, j’entends). La seule candidature possible serait celle du successeur d’Oukkâl, s’il est bien, comme on le dit. Mais je suppose que Ben Hamouda sera ravi d’accepter.
2/ À quand notre assemblée de professeurs ? J’attache une grande importance à la discussion de mon projet de remaniement des examens d’arabe. Faisons-la le plus tôt possible, et mettez-moi en tête de l’ordre du jour. Il y a deux séances que je renonce à parler. »

Hautot, 3 juillet [1923 ?]

112[Gaudefroy-Demombynes dit retourner prochainement à Paris pour l’agrégation.]

  • 187 Il s’agit d’un cours qu’il donne à l’ENLOV.
  • 188 Jean Sauvaget (1901-1950) est diplômé des Langues orientales en arabe littéral depuis 1922. Il sera (...)
  • 189 Paul Bisson (né en 1892) est alors professeur au collège musulman Moulay Idriss de Fès.
  • 190 Robert Zerbib est élève diplômé des Langues orientales depuis 1919.

« Beaulière [?] m’avait dit un mot de la question licence. Je lui ai répondu que je ne ferai plus l’an prochain la leçon supplémentaire que j’ai faite cette année, que je suis à la Sorbonne ou que je n’y suis pas. Mais à un de mes cours au moins, mettons celui du jeudi 2 heures, je compte bien expliquer des textes du programme de licence187. Donc je ne vois aucun inconvénient à ce que vous l’indiquiez entre parenthèses. […] Sauvaget188 a été très médiocre aux examens, surtout à l’oral ; nous l’avons reçu tout de même aux 2 certificats. Bisson*189 a eu assez bien : il n’a passé qu’un certificat. Zerbib190, naturellement, n’a point paru. »

14 novembre 1923

  • 191 Le médiéviste Alfred Coville (1860-1942) est alors directeur de l’Enseignement supérieur.

« Si Coville191 refuse définitivement les mille francs, je cesserai de m’occuper de la préparation de la licence d’arabe et j’informerai les étudiants que pratiquement elle n’existe plus à Paris. »

2 avril 1924

  • 192 Edmond Destaing (1872-1940) a été nommé en 1914 à la première chaire de berbère des Langues orienta (...)

« Il n’est plus question que j’aille en Algérie : il faudrait pour cela que ma santé s’améliorât d’une façon invraisemblable. J’aurais voulu avoir votre impression sur Destaing*192 : il me semble en bien mauvais état. »

14 janvier 1925

  • 193 Mohammed Attia (ou Attya), né en décembre 1899 à Sousse, sera en 1925 diplômé d’arabe littéral avec (...)

« Attia193 m’a dit que vous arrangeriez la question inscription dont j’avais parlé à Beaulière [?] : ce sera, je crois, fort bien. Il passera certainement bien les certificats arabes de la licence. »

10 octobre 1925

  • 194 Il est ici question d’une charge de conférences vacante à l’institut d’indologie d’Utrecht, pôle d’ (...)
  • 195 Félix Arin (1884 - apr. 1958) diplômé des Langues orientales en 1908 et docteur en droit l’année su (...)
  • 196 Le futur historien du Proche-Orient médiéval Marius Canard (1888-1982), agrégé de grammaire, n’est (...)

« Je regrette de ne pas pouvoir causer avec vous d’Utrecht194 : il me semble qu’Arin*195 a eu de bonnes raisons pour y renoncer, bien que ce soit une sorte d’échec pour vous. Je crois que, lui manquant, il vaudrait mieux se désintéresser de la question. Lecerf est un peu trop fantaisiste, et bien débutant pour qu’on le patronne avec confiance : il sera mieux à Rabat où j’ai donné sur lui des renseignements favorables. Canard196 est, c’est certain, extrêmement solide ; mais en arabe il est tout à fait débutant, et il n’a encore eu aucun contact avec le monde musulman. Pour enseigner l’islam pratique à de futurs administrateurs coloniaux, il me paraît impossible. Si les hollandais le prennent, louange à Allah !, mais n’en assumons pas la responsabilité : cela pourrait nuire à la maison. […]
PS : On nous a parlé, ces jours-ci, très affectueusement de votre frère. »

10 octobre 1925

  • 197 Théodore Steeg (1858-1950) a quitté en 1925 le gouvernorat général de l’Algérie pour remplacer Lyau (...)
  • 198 Edmond Saussey (1899-1937), pensionnaire à Jérusalem après son diplôme d’arabe aux Langues oriental (...)
  • 199 Jacques René Augustin Dumarçay (né en 1901) a obtenu son diplôme d’arabe littéral en 1923 (mention (...)
  • 200 Pierre Fouassier (né en 1887) a été diplômé en arabe littéral et oriental (mention très bien) en 19 (...)
  • 201 Le commandant Malinjoud dirige un Institut des Hautes Études (en fait une école d’interprétariat) q (...)
  • 202 Il s'agit peut-être de Georges Pierre Cassin, qui sera secrétaire interprète d'Orient.

« […] Je n’aurais naturellement que de la joie à voir Canard agréé par Utrecht : mais ce sera tout de même un peu gros.
Il est probable qu’avec Steeg, Lecerf sera appelé au Maroc aux plus hautes distinctions197. Je pense à Saussey pour lui succéder à Tunis : qu’en dites-vous198 ?
Pour Tanger, je ne vois que Dumarçay : mais ne sais plus rien de lui199. Fouassier200 m’avait dit qu’il était entré comme professeur d’arabe à “l’université” de ce fumiste Malinjoud201. Il me revient qu’un professeur du dit établissement a été renvoyé pour cause d’Action française ; et c’est peut-être cet animal de Dumarçay. Tâchez de le savoir. Dumarçay est intelligent et travailleur : mais cabochard : on l’aura embêté et il aura voulu faire de l’esbrouffe. Il faudrait le calmer et l’envoyer à Tanger. […]
PS : Cassin202 arrivé à Kaboul a pour chef immédiat un ancien élève de l’école qui a été le camarade de Arin (?). »

10 octobre 1925

  • 203 Je n’ai pas retrouvé ce nom parmi les diplômés des Langues orientales.
  • 204 Marcel Albert Vallat (né en 1898) a obtenu le diplôme en arabe littéral et maghrébin en 1922 ou 192 (...)
  • 205 L’historien Évariste Lévi-Provençal (1894-1956) est alors professeur titulaire et directeur d’étude (...)

« J’ai reçu une lettre de Saussey analogue à la vôtre, mais ne précisant pas qu’il va préparer l’agrégation de lettres : attention délicate envers moi ! L’année est un peu rude : pour des raisons diverses, nos études voient disparaître MM. de Pressigny203, Lecerf, Vallat204 et Saussey : cela donne raison aux sages, comme M. Lévi-Provençal205, qui sont bien décidés à ne s’occuper jamais de l’enseignement des élèves. »

10 octobre 1925

  • 206 Le général Maurice Sarrail occupe en 1924-1925 la fonction de haut commissaire de France au Levant.
  • 207 Le général Henri Gouraud (1867-1946), après avoir combattu au Soudan et au Maroc et perdu un bras e (...)

« Dumarçay est chancelier à Alexandrette. Si je comprends bien ce [sic, pour ceux] qui dispersent des renseignements divers, ledit Dumarçay, assez raide d’ailleurs, a tenu quelques propos non admiratifs pour le H. C. [Haut-Commissariat], et le sieur Malinjoud, qui demande son maintien à l’activité dans l’espoir d’un galon, a fait sa cour à Sarrail206 en dénonçant ce redoutable ennemi du régime : je me trompe peut-être, mais cela ressemble si bien à tout ce que je sais de M. Malinjoud, qui est avant tout un pauvre homme, une sorte de Durand supérieur. Je ne crois pas d’ailleurs que M. Lory [Eustache de Lorey ?] vaille plus cher, dans un autre genre naturellement.
Je viens d’envoyer une carte à Sauvaget, pour savoir ce qu’il est devenu : les renseignements sont trop incohérents. Le grand général a pratiqué la réserve si astucieuse des grands politiques de l’État-Major. Je propose qu’il soit solennellement reçu sous l’arc de triomphe par Gourault [Gouraud207]. Ils sont faits pour se comprendre. »

20 novembre 1925

113[Gaudefroy-Demombynes s’inquiète du prix de la Chrestomathie de Houdas qu’il est question d’acheter.]

« Ce n’est pas quand la collection d’auteurs arabes de l’École est dans l’état lamentable, inavouable, où elle est, qu’il faut dépenser ainsi notre argent. »

28 février 1926

114[Gaudefroy-Demombynes évoque semble-t-il les élèves qu’il serait possible d’envoyer comme pensionnaires à l’Institut français d’archéologie et d’art musulman de Damas fondé quatre ans plus tôt.]

  • 208 Jean Sauvaget est rentré de Damas où il a passé deux ans et doit effectuer son service militaire. J (...)
  • 209 Samuel Bounan (né en 1904) a obtenu en 1924 le diplôme des Langues orientales en arabe littéral et (...)
  • 210 Jeanne dite Janine Chaufour (née en 1899), sans doute diplômée de l’École du Louvre, sera diplômée (...)
  • 211 Fils de Jeanne et Alfred Bel*, Lucien Bel (1908-1975) sera diplômé en berbère et en arabe maghrébin (...)
  • 212 Mariette Richard (née en 1894) a obtenu le diplôme d'arabe maghrébin en 1926 et obtiendra celui d’a (...)
  • 213 Amélie-Marie Goichon (1894-1977) est alors bibliothécaire à la faculté de médecine de Paris.

« Que le sort de Sauvaget et de Chalet soit sauvegardé pour le lendemain, puisque le présent leur est fermé208. Convenu pour Lecerf. J’essaierai de nouveau d’avoir quelque action sur son incohérence et de le pousser à une thèse de doctorat : essayons encore.
Je suis surpris que [William] Marçais ait pensé à Bounan209 : il le voyait pressant son mémoire et préparant vite l’agrégation et m’a dit quasiment le contraire de ce que vous me dites. D’ailleurs nous sommes tous trois du même avis sur ce qu’il peut faire s’il veut : il paraît avoir repris quelque assiette. Donc approuvé, puisque [William] Marçais, qui est son patron, approuve.
Mlle Chaufour n’est pas absurde, parce que Louvre : elle sait un peu d’arabe210 ; mais [Lucien] Bel211 est à Alger ! Approuvé ! Malgré toute ma sympathie pour Mlle Richard212, je crois que Marçais va vite : oui, son dessin : mais pas son arabe : elle est très faible en classique. Seulement je crois qu’elle sait de l’anglais !
PS : Mlle Goichon213*, bien vue des pères blancs et sœurs blanches, est tombée sur des gens qui avaient intelligemment étudié les Mzabites, sans rien publier naturellement, et elle va mettre au jour les résultats (très intéressants dit Marçais) de leur longue expérience. Ceci ne change rien à mon opinion sur elle : je n’ai jamais dit qu’elle n’était pas roublarde, comme un vieux jésuite. »

3 mars 1926

« J’ai parlé hier du Caire à un de mes étudiants, Carousan [?], et je veux vous le dire. Je n’ai pensé à lui que dans la lamentable pénurie d’élèves où nous sommes. C’est un Algérien, ancien élève de la faculté d’Alger, employé au ministère des finances, qui a au moins 27 ans ; il a passé un certificat de licence arabe en [19]24, a échoué en [19]25 à l’oral d’un second et d’un certificat de français, et va (?) repasser la semaine prochaine : j’espère le recevoir. C’est un très bon garçon, travailleur, mais pas doué. Il pourrait rendre des services à la bibliothèque : mais il est sans avenir arabe : il fait la licence dite primaire pour être professeur de français dans une école normale. Je lui a parlé des écoles d’Égypte ».

10 mars 1926

  • 214 Il s’agit sans doute d’un des deux frères Chimier (nés en 1901 et en 1904) qui sont diplômés d’arab (...)

« J’ai été bien mal impressionné hier par Destaing que je n’avais pas vu depuis longtemps : triste vie.
Bounan, Carousan [?] et Chimier214 [?] ont été reçus été hier, très convenablement, à la licence. »

2 août [1926]

  • 215 Henri Laoust* (1905-1983) est le fils du berbérisant Émile Laoust.
  • 216 Le futur critique littéraire et historien des idées Paul Bénichou, né à Tlemcen en 1908, a préparé (...)

« Oui, Laoust215 est reçu : j’en ai bien peur : il était 30e à l’écrit, et son père me répétait de son air tranquille… et sûr : ça va bien : il est 14e ! Les potins d’examen ! Enfin il a été repêché par sa note d’arabe. Nous tâcherons d’en faire un arabisant philosophe ; il est travailleur et sérieux et gentil. Jaulin, qui avait suivi en amateur mon cours depuis deux ans, mais fait qq. [quelques] devoirs cette année, a été passable à l’écrit, en arabe, mais non admissible (pas très loin). Benichou216, reçu 7e (je crois) était venu souvent à l’école cette année, n’avait pas fait d’arabe à l’écrit, mais a été bon à l’oral : il est probable que je ne le reverrai pas ; j’essaierai pourtant : ce peut être intéressant.
Bravo l’exposition ! Mais à quand la musulmane ? […]
Je suis très heureux que le mieux dure chez Destaing. […] Dites-moi ce que vous pouvez faire pour le Caire ; je n’ai toujours pas vu Gaillard. »

8 août [1926 ?]

  • 217 Ils sont tous les quatre diplômés des Langues orientales en 1925 et 1926.
  • 218 Il s’agit sans doute de Charles Louis Delafosse (né en 1908), qui suit par ailleurs le cours de ber (...)
  • 219 Joseph Chalet sera diplômé en 1927.

« Voici le papier, mais il faut avoir les élèves qui veulent travailler : l’exemple de Chambard, Percheau, Bleuzet, Obolenski217, etc. et l’absence des algériens ont fort diminué mes possibilités de sévérité à l’examen. Et on va au rebuté dans toutes les années. Une de mes leçons de l’école sera le texte de licence (Coran et Ibn Khaldûn) ; les autres suivront s’ils veulent, et nous verrons Delafosse218 et Chalet219 à l’examen.
Il est évident que si l’on peut (administration, installations pratiques), envoyer Canard au Caire, ce sera le mieux ; mais il faut se décider, puisqu’il demande et obtiendra Tunis.
Qu’a donc Meillet ?
Bien cordialement. »

Janvier [1927 ?]

115[Il répond aux vœux de Boyer.]

  • 220 Clément Huart (1854-1926) était professeur de persan à l’ENLOV et directeur d’études à la Ve sectio (...)

« La mort de M. Huart*220 est une grave perte pour l’école et m’afflige. »

16 février 1927

116[Gaudefroy a pris la succession de Clément Huart à la commission de l’Afrique du Nord, « situation enviée, lucrative et amusante ! du moins on y rencontre des gens bien, sauf Marçais ». Il donne des indications sur les auditeurs de ses cours.]

  • 221 Samuel Zipstein (né en 1904) sera diplômé d’arabe oriental en 1929.
  • 222 Il s’agit vraisemblablement du futur spécialiste de l’islam iranien Henry Corbin (1903-1978).
  • 223 Ancien élève de la médersa d’Alger, Mahammed Hadj-Sadok* (1907-2000) deviendra inspecteur général d (...)
  • 224 Achsa Belkind, née en 1905 à Jaffa, sera diplômée d’arabe oriental en 1930.
  • 225 Louis Frédéric Jean Kocher (né en 1894) sera diplômé en arabe maghrébin en 1928.
  • 226 Raymond Pons (né en 1907) sera diplômé pour l’arabe oriental, le persan et le turc en 1928.
  • 227 Jean Baptiste Darche (né en 1909) sera diplômé en arabe littéral en 1929.
  • 228 Il s’agit peut-être de Virolleaud.
  • 229 Le futur linguiste Jean Cantineau* (1899-1956) a plus exactement derrière lui une licence et un DES (...)

« 1re année :
Difficile de dire ce que je tirerai d’un auditoire encore nombreux, mais amateur, et en grande partie étranger, et muet.
Peu d’exercices écrits : et seulement depuis deux semaines explications orales. Fayolle travaille bien et comprend. Zipstein221 a déjà fait de l’arabe, mais travaille pour l’accroître.
Devoirs corrects de Hocart, Corbin222, Hadj Mohammed223, Mlle Belkin[d]224, […] Kocher225, Blanc, etc.
J’ai vu Pons226 deux fois (naturellement !).
Darche227 a disparu depuis un mois et n’avait fait que des devoirs irréguliers.
Gaubucin suit (il est déjà venu l’an dernier). Deux auditeurs intéressants : un assyriologue ? dont j’ai oublié le nom228 (!) et un licencié d’histoire Cantineau qui se tâte pour tourner au sémitisme, dont il a abordé déjà plusieurs branches229.

  • 230 Jean Fines, né en 1907, diplômé en 1928, fera carrière comme contrôleur civil au Maroc.
  • 231 Jean Clayette, né en 1905, diplômé en 1928, entrera au service des Affaires étrangères. Il mourra p (...)
  • 232 Simon Lourié, né à Moscou en 1909, est diplômé d’arabe oriental et de persan en 1928.
  • 233 Samuel Alexandre Szczupak, né à Varsovie en 1899, obtiendra le diplôme d’arabe oriental en 1928.
  • 234 Michel Domaszewicz, né en 1901 en Pologne, est diplômé en arabe oriental, en persan et en turc en 1 (...)
  • 235 Mohamed Tajib Okic, né en 1902 à Gracanica, Yougoslavie, est diplômé en arabe littéral en 1928.
  • 236 Ali Haffaf, né en 1905 à Tizi Ouzou, est diplômé d’arabe littéral et maghrébin en 1928.

2e année :
[Lucien] Bel, Fines230, Clayette231 sont bons.
Lourié232 travaille beaucoup.
Je vois de temps en temps Szrupak233 qui avait bien commencé et Domaszewicz234 qui n’est pas intelligent.
Mlle Richard a repris ses études.
Un russe musulman Okic235, qui est arrivé à Paris sans savoir un mot de français et avec qui je n’ai pu parler qu’arabe littéral, apprend le français (?). Haffâf236 sait de l’arabe, et vient au cours.
Reichmann a disparu de mes cours à l’école et à la Sorbonne.
Cerveau, auditeur, travaille bien.
Parfois Grisard (ou en 1re année) et des auditeurs.

  • 237 Lucien Pierre Lecocq, né en 1907, sera diplômé de littéral en 1927 puis de maghrébin en 1929.
  • 238 Georges Paul André Michel, né en 1905, a été diplômé d’arabe maghrébin en 1926 et le sera de littér (...)
  • 239 Henri Labouret a pris la succession de Maurice Delafosse à la chaire de langues soudanaises des Lan (...)
  • 240 De fait, Charles Louis Delafosse ne sera pas diplômé en arabe.
  • 241 Panos Doutzaris, né en 1882 à Ouchak en Asie mineure, est plus âgé que ses camarades. Il sera diplô (...)
  • 242 Viviane Gérin (ou Gerin), née en 1898 à Alger, a obtenu le diplôme de maghrébin en 1926.
  • 243 Jean Alexandre Richard Weill, né en 1898 à Paris, sera diplômé d’arabe littéral et de persan en 192 (...)
  • 244 Hanafi Lahmak (ou Lahmek), né en 1902 à Fort-National, sera bien diplômé d’arabe littéral en 1927 c (...)
  • 245 Aziz Benamor (ou Bénamor), né en 1904 à Tunis, sera effectivement diplômé d’arabe littéral et maghr (...)
  • 246 Marc Aurèle Eugène Pofilet, né en 1908 à Auribeau [près de Jemmapes] dans le département de Constan (...)
  • 247 Il s’agit du marocain Mohammed Abd-al-Jalil* (1904-1979) qui se convertira en 1928 et deviendra pro (...)
  • 248 Jacoba Van Der Lee, née en 1891 à Amsterdam, est diplômée d’arabe littéral, maghrébin et oriental d (...)

3e année
Trois anciens qui sont bons : Lecocq237, Mlle Chauffour [Chaufour] et même Michel238.
Chalet, qui peut donner du très bon, s’il ne se disperse pas, est un peu intermittent.
Delafosse, qui n’a pas travaillé l’an dernier, est pris maintenant par Labouret239 : il ira tout juste au diplôme240.
Doutzaris241 est toujours Doutzaris.
Mlle Blavette se donne beaucoup de mal.
Mlle Gérin242 est sans doute malade depuis un mois.
Ponssardin assiste : et ne fait pas de devoir.
Weill243 fait ce qu’il peut, et apprend des choses.
Mme Godard est une auditrice attentive et fait des devoirs estimables. Oferlé ne vient pas régulièrement et n’a pas encore fait de devoir (il fait trop de choses).
Les nouveaux :
Lahmak : kabile [sic] de la médersa d’Alger, sait mal l’arabe, peu intelligent. Sera diplômé haut la main244.
Ben Amor sait de l’arabe, ne faisait rien en 2e année, pourra passer245.
Pofilet sait de l’arabe et travaille bien : devrait passer le diplôme : sérieux246.
J’ai aperçu un nouveau venu de Tunis que je n’apprendrai à connaître que cette semaine.
J’ai le jeudi [il s’agit de la préparation à la licence] Abd el-Jelil247, [Henri] Laoust et Meouffi, Mme van der Lee248 (licence) et Lecomte (préparation à l’école normale) plus quelques auditeurs. »

28 juillet 1928

  • 249 Jeanne Arin, diplômée des Langues orientales, est la femme de Félix Arin. Elle a publié en 1921 une (...)

« J’ai vu Saussey qui est venu voir sa famille de Rouen : je continue à espérer qu’avec Sauvaget, Cantineau et Laoust il donnera un bon début à la petite mission de Damas : nous aurons des candidats l’an prochain et même après. […] Nous avons bien du triste autour de nous. Du moins, Jeanne Arin va aussi bien que possible249. Le pauvre petit Bloch ! […] »

27 septembre 1928

  • 250 Henry Corbin a été employé en 1928 au département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque natio (...)
  • 251 Il est ici question des effets du divorce de son fils Jean.
  • 252 Augustin Bernard (1865-1947) est professeur de géographie et de colonisation de l’Afrique du Nord à (...)
  • 253 L’ancien consul Gabriel Ferrand (1864-1935) consacre sa retraite à l’analyse des textes des géograp (...)

« Merci de m’avoir communiqué l’épître de Corbin : il est content, c’est parfait ; il est là à la seule place qu’il puisse remplir. Sera-t-il capable de succéder à Blochet ? Je ne sais. En tout cas, il rend des services à la B. N., et il faut qu’il continue ses études à l’École250.
Il y aura des livres d’islam et d’arabe à acquérir en Allemagne. […] Les vacances judiciaires n’ont bien entendu rien apporté de nouveau à la décision provisoire qui a si mal réglé la situation de nos petits-enfants : il convient d’attendre avec patience et de se résigner à des événements qui, quels qu’ils soient, seront mauvais251. […] J’ai vu Augustin Bernard qui n’y pense plus252. Ferrand*253 est passé ici à son retour, enchanté lui aussi (?) d’Oxford : mais les Français étaient peu. »

19 mai 1929

  • 254 Jean Marx (1884-1972), spécialiste du monde celte, dirigeait alors la section écoles du service des (...)
  • 255 S’agit-il du mariage d’un fils de Félix et Jeanne Arin ?

« Merci de la lettre Cantineau. De toutes manières, la mission de Damas donne cette année pleine satisfaction : il faut être très reconnaissant à Malinjoud [?] et à Marx254 d’avoir mis cela sur pied. Oui, nous étions au mariage d’Arin255 [?], et vous avons vu, mais cohue ! »

  • 256 L’année a été ajoutée au crayon.

13 octobre [1929256], Hautot

  • 257 Gaudefroy travaille alors à la rédaction du manuel qu’il publiera avec Sergej Fedorovič Platonov po (...)
  • 258 La chaire d’histoire, de géographie et de législation des États musulmans est en effet vacante à la (...)
  • 259 Le sociologue Robert Montagne (1893-1954) est alors maître de conférences et directeur d’études à l (...)

« Mon cher ami,
Je suis bien honteux de mon silence prolongé : au moment de votre lettre j’étais en Corrèze où nous assistions au mariage d’une de nos nièces Perrier ; et puis je me suis défendu contre de bons visiteurs pour me garder quelques heures de travail ; et je ne sais comment je suis à la mi-octobre, sans avoir en rien préparé mon enseignement de l’année et sans avoir fini mon mauvais livre d’histoire ou pseudo-histoire257, que j’ai à peu près réécrit entièrement, et dont il y a beaucoup à recopier, sans parler des chapitres en blanc, ma capacité de travail n’augmente pas ! Et vous me parlez de l’Institut ! À moins que ce ne soit comme maison de retraite, ce que dans mon enfance à Amiens, ma grand-mère appelait les Incurables. Votre bonne amitié me voit avec de grosses lunettes.
Je pense rentrer le 24 ou le 30, plutôt le 30. Nous aurons à causer de la chaire Ravaisse*258 : je maintiens Wiet : mais il faudrait pouvoir utiliser Montagne259.
Bien cordialement. »

27 octobre 1929, Hautot

  • 260 Une des cinq questions au programme de l’agrégation d’arabe porte en effet sur « Les directions div (...)

« […] Je crois en effet que Maryens [?] et les américains en général se fichent de la littérature classique de l’arabe, et je suis tout disposé à montrer à mon brave élève que la lecture d’un livre moderne, et je pense qu’il s’agit de cela, demande quelque initiation : cette année, nous avons mis au programme licence et agrégation un roman arabe d’il y a dix ans qui est célèbre et bien égyptien : regardez votre programme de l’École : je conseillerai d’ailleurs, comme les années précédentes, à mes étudiants de seconde année de venir à ce cours260.
Je vais rentrer à Paris, et j’irai vous voir pour causer de cela et de la succession Ravaisse. »

5 décembre 1929

  • 261 Professeur au lycée de jeunes filles de Constantine, Marguerite Graf a pris un congé pour poursuivr (...)
  • 262 Mohamed Ben Cheneb (1869-1929), professeur de littérature arabe à la faculté des Lettres d’Alger, e (...)
  • 263 Ce « vaurien » recherché est sans doute Robert Montagne. Gaudedroy-Demombynes aurait ainsi désiré q (...)

« C’est après entente avec moi que Mlle Graf* a porté son sujet de mémoire à l’École261 : nous sommes tombés d’accord. Cela devait avoir lieu à Alger avec Ben Cheneb* : mais sa mort a encore diminué la position de l’arabe à la faculté, hélas262 ! et elle est venue à Paris, où elle va travailler avec Marçais, Colin, Massignon et moi : mais c’est encore insuffisant. Je regrette beaucoup que vous n’ayez pas voulu entrer dans mes vues et tenter de grossir [?] la chaire Ravaisse de nos deux candidats : je sais bien que l’on s’arrange toujours pour se servir du vaurien263 : mais j’aurais préféré que ce fut à l’École. Nous avons bien besoin, quoiqu’il soit fort tard, de lutter contre l’École coloniale pour la formation des gens de l’Afrique mineure et de garder notre avance en Syrie et Égypte. […] »

Annexe 39 : Correspondance de Charles Monchicourt, contrôleur civil à Kairouan, avec le secrétaire général du gouvernement tunisien Gabriel Puaux (1909-1911) : un mouvement de révolte devant les contraintes de l’examen du brevet d’arabe

  • 264 L'ensemble de cette correspondance est conservée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (A (...)

117Charles Monchicourt demande une audience au RG, le 18 décembre 1909 en passant par son supérieur hiérarchique Gabriel Puaux, secrétaire général du gouvernement tunisien264 :

  • 265 Charles Monchicourt fait ici référence à la Grammaire élémentaire d’arabe régulier de Louis Machuel (...)
  • 266 Marius Delmas est alors titulaire de la chaire publique d’arabe de Tunis.
  • 267 Le prestigieux journaliste Paul Bourde, qui a dirigé les contrôles civils en Tunisie jusqu’en 1895, (...)

« Au cours d’une tournée exécutée au printemps de 1903, M. d’Anthouard, délégué à la résidence générale, ayant constaté que certains chefs de poste s’exprimaient difficilement en arabe, jugea nécessaire que les contrôleurs suppléants aient des connaissances plus étendues que celles que supposait le certificat d’arabe parlé […] [L’article 9 de l’arrêté du 4 novembre 1903 impose par conséquent le brevet élémentaire d’arabe comme condition d’avancement pour accéder au statut de suppléant de 1re classe]. À ce moment, ni M. d’Anthouard, ni le Bureau du Contrôle civil ne se rendaient compte du caractère exact du nouvel examen que l’on prenait pour une sorte de certificat supérieur qui ne saurait arrêter sérieusement aucun agent tant soit peu travailleur. Mais l’expérience ne tarda pas à montrer dans le brevet un examen d’ordre scolaire et grammatical qui s’explique pour de futurs interprètes mais sans aucun rapport avec le travail ordinaire que sont appelés à fournir les Contrôleurs civils. […]
Parmi les 13 agents ayant passé au milieu de 1903 l’examen de contrôleur suppléant ou déjà pourvus de la 3e ou de la 2e classe, quatre seulement en 6 ans, favorisés par des circonstances spéciales, réussirent finalement à conquérir le brevet. Ce sont : MM. Gamet, Lauret, Grosset-Grange et Penet qui sont tous, sauf M. Gamet, nés dans l’Afrique du Nord ou y résident depuis leur jeunesse. Bien plus, M. Grosset-Grange est un ancien interprète militaire et M. Lauret avait jadis obtenu le brevet d’arabe en Algérie avant d’entrer dans les contrôles. […]
J’ai commencé en janvier dernier le travail de préparation. Mais dès la fin de février, j’étais chargé de la délimitation des terres collectives du caïdat des Zlass, ce qui m’obligea à tout interrompre. Parti en tournée vers le 26 février, je ne rentrai définitivement à Kairouan que le 7 juin. C’est dire qu’il me fut impossible de me présenter en juin dernier. Les opérations de délimitation n’étaient d’ailleurs pas complètement finies. Elles m’ont occupé tout le mois d’octobre et me demanderont encore sans doute deux ou trois semaines. Ce n’est qu’au début du mois de novembre que j’ai pu reprendre l’étude de l’arabe littéraire. Celle-ci est aride et difficile. La langue arabe a une logique spéciale qui est le renversement complet de la logique qui dirige les langues européennes. En outre il n’existe pas en français de grammaire d’arabe constituant un guide sûr. Le livre de M. Machuel est rempli de fautes et sur bien des points il est plus propre à induire en erreur qu’à aider un candidat265. L’appui d’un professeur est donc indispensable surtout si l’on veut aboutir dans un laps de temps déterminé. Vous n’ignorez pas, M. le Ministre, que le seul cours d’arabe littéraire existant dans la Régence est celui que fait à Tunis M. Delmas266.
[…] Je viens d’être refusé à la présente session. Sur 16 candidats, 13 ont subi mon sort, c’est à dire 82 %, proportion vraiment impressionnante si l’on réfléchit que le déchet au baccalauréat est de 50 % au maximum.
Je n’ai pas besoin de rappeler que je possède des titres universitaires rares dans les administrations tunisiennes et en particulier dans le contrôle civil (je suis licencié ès lettres, licencié en droit, diplômé d’études supérieures d’histoire et de géographie). J’ai publié diverses études scientifiques touchant soit la géographie de la Tunisie, soit les mœurs indigènes, et des personnalités comme MM. Bourde, Augustin Bernard, Vidal Lablache [Vidal de La Blache], Doutté m’honorent de leur amitié, m’encouragent dans mes travaux et parfois veulent bien me demander mon avis267. Ces personnes m’ont notamment engagé fortement à présenter au doctorat ès lettres en Sorbonne deux thèses sur la Tunisie, thèses qui sont au moins au [sic] trois quarts terminées et dont les sujets sont les suivants :
1° : Grande thèse : le Haut Tell en Tunisie (régions du Kef, Téboursouk, Mactar et Thala)
2° : Petite thèse : L’expédition espagnole de 1560 contre Djerba. Documents historiques et géographiques.
Si la petite thèse a un caractère plutôt scientifique, l’autre constitue un immense rapport où sont envisagées toutes les questions relatives aux régions en question notamment en ce qui concerne les populations indigènes et les capacités agricoles ou minières du sol. C’est un inventaire aussi complet que possible qui sera je l’espère d’une grande utilité pour toutes les personnalités qui auront à travailler ou à vivre dans ce territoire, administrateurs, colons, commerçants, industriels.
[…] je rappellerai en outre que le relèvement de l’industrie des tapis à Kairouan qui est aujourd’hui un fait acquis est dû à mon initiative et à mes soins personnels.
[…] mes connaissances pratiques n’ont jamais cessé de se perfectionner. Je ne me sers jamais d’interprète et la faible notion que je peux avoir de l’arabe littéraire ne m’a jamais fait éprouver aucune difficulté, ni aucune gêne dans mes relations avec le monde indigène, paysans ou notables.
[…] [Il fait appel au principe qui prohibe la rétroactivité des lois.]
Est-ce à dire qu’en ce qui me concerne j’interromprais les études d’arabe littéraires que j’ai commencées ? J’ai au contraire l’intention de les poursuivre, mais sans hâte de façon à ne négliger aucune des parties de mon service de contrôleur dont l’exécution diligente et exacte est autrement importante pour la région de Kairouan que la délivrance d’un brevet d’arabe de plus. Celui-ci viendra à son heure et pour avoir été acquises peu à peu, mes connaissances à cet égard seront plus solides que si elles étaient le résultat d’un effort scolaire désespéré que les circonstances peuvent d’ailleurs m’empêcher de fournir en 1910 comme elles l’ont fait en 1909. […] »

118Gabriel Puaux à Charles Monchicourt, 24 décembre 1909 [brouillon de lettre]

« J’ai relu avec beaucoup d’attention votre “plaidoyer pro domo”. Les arguments en sont présentés de la façon la plus intéressante.
Mais je dois vous avouer qu’ils ne m’ont pas convaincu et je ne saurais être auprès du résident général un bon avocat de la cause qui vous tient tant à cœur.
Préparer un examen est pour un fonctionnaire occupé une chose ennuyeuse, parfois même gênante. J’en conviens volontiers. Mais il n’en est pas moins indispensable que les contrôleurs soient maîtres non seulement de l’arabe parlé mais encore de l’arabe écrit.
S’ils ne peuvent lire la correspondance indigène, ils abdiquent de façon plus ou moins consciente entre les mains de leur interprète. Peut-on “contrôler” si l’on ne comprend pas ?

119[Le paragraphe suivant a été ajouté en marge.]

  • 268 Gabriel Alapetite (1854-1932) est alors résident général à Tunis ; gendre de Paul Bert, Joseph Chai (...)
  • 269 Victor Serres (né en 1860), diplômé de l’ESLO et ancien élève de l’EPHE, a été administrateur de co (...)

Il résulte du reste des entretiens de Alapetite avec Chailley notre rapporteur parlementaire268 : le brevet et d’une façon générale la connaissance très complète de cette langue doivent être exigés des contrôleurs. C’est là une nécessité absolue et en cette matière il serait plutôt question d’étendre que de restreindre les obligations de ces fonctionnaires ;
Quoique vous en disiez j’ai peine à croire que le bureau du Contrôle civil – en l’espèce M. Serres – n’ait pas vu la portée de la mesure prise en 1903269. Il n’est pas besoin d’être grand arabisant pour connaître la différence entre l’arabe parlé et l’arabe écrit !
“Un cauchemar dès lors plane sur le personnel”, écrivez-vous. Je ne m’en étais pas aperçu, je l’avoue. MM. Gamet, Lauret, Grosset-Grange et Penet ont passé leur examen, et ne m’ont jamais exposé leurs doléances. Et à ce propos vous oubliez dans votre liste des reçus M. Bertholle qui n’est ni ancien interprète, ni africain de naissance. Quant à ceux qui ont quitté le contrôle, si je n’ai point connu M. Prunières, je sais les motifs du départ de MM. Julien et Sicot : ce n’est pas la crainte du brevet d’arabe qui les a contraint de fuir.
Seul M. Livet et vous-même avez demandé que la règle fléchisse en votre faveur. Et je suis bien obligé de constater que vous êtes parmi les suppléants de 2e classe les plus favorisés puisque vous faites fonction de contrôleurs civils et en touchez les émoluments. […] voici plus de six ans que le nouveau règlement a été pris et d’après M. Delmas la durée normale de la préparation au brevet est de deux à trois ans.
Vous me permettrez à ce sujet de vous faire remarquer qu’il vous est très difficile d’alléguer que vos obligations professionnelles ne vous ont pas laissé le temps de préparer l’examen puisque vous faites connaître au Résident Général que vous avez presque achevé une thèse de doctorat que vos qualifiez d’“immense rapport”. Une partie du temps nécessaire à la confection de cette thèse n’eût-elle pu être consacrée à l’étude de l’arabe écrit ? Votre monographie aurait été ensuite achevée tout à loisir. »

120Charles Monchicourt à Gabriel Puaux, Kairouan, 5 janvier 1910

  • 270 Il s’agit de la Dépêche tunisienne, principal quotidien de Tunisie, proche de la résidence générale

« J’aurais un certain nombre de choses à dire à propos de certains passages de votre aimable lettre, mais peut-être serait-ce là pure dissertation académique.
Je voudrais seulement vous signaler deux choses : la première c’est que ma thèse de doctorat ès lettres est uniquement le fruit de mes vacances. Je passe celles-ci sur les bords du lac de Lugano où mes parents ont une propriété, mais durant ce temps, à part quelques petites promenades hygiéniques, je travaille dur. C’est d’ailleurs parce que je ne puis m’en occuper qu’à cette époque que ma thèse commencée il y a 6 ans n’est pas encore finie.
En second lieu, comme l’a d’ailleurs relaté la Dépêche270, à l’occasion de la remise de la Légion d’honneur au caïd des Zlass, j’ai prononcé devant tous les notables des Zlass et de Kairouan un discours en arabe littéraire. Le caïd a répondu en lisant une note qu’il avait préparée.
Je vous cite la chose pour vous montrer qu’on peut ne pas avoir le brevet et être à même de remplir en fait de langue arabe toutes ses obligations officielles même les plus difficiles. Je ne crois pas m’avancer beaucoup en disant que beaucoup de brevetés n’auraient pu en faire autant. »

121Charles Monchicourt à Gabriel Puaux, Kairouan, 1er avril 1910

122[Monchicourt remercie Puaux de l’avoir prévenu de la nomination à Tozeur de Penet (qui l’assistait à Kairouan) et de son remplacement par Maurois « qui je crois est un garçon sérieux et désireux de bien faire ». Il faudrait envoyer Maurois rapidement de façon à ce que Penet le mette au courant de la partie du service qui lui incombe, et notamment de la question des irrigations.]

123Charles Monchicourt à Gabriel Puaux, Kairouan, 8 avril 1910

« Je viens de voir à l’Officiel le décret qui supprime la session de décembre du brevet d’arabe.
Voilà encore une pierre dans mon jardin.
[…] Comment trouver au milieu de tout cela [la délimitation des terres collectives] le temps de me préparer pour le début de juin, d’autant plus que je ne puis compter sur la recommandation de la Résidence puisque le jury n’a tenu aucun compte de celle que vous aviez bien voulu formuler en ma faveur. »

124Charles Monchicourt à Gabriel Puaux, Kairouan, 13 juin 1910

  • 271 Le collège Sadiki forme des élèves tunisiens dont une part non négligeable prépare les examens du b (...)
  • 272 Il est possible que Dominique Gaudiani ait alors quitté les contrôles pour l’administration central (...)

« Comme je vous l’ai écrit au lendemain du décret réformant le brevet d’arabe et supprimant la session de décembre, je me suis trouvé dans l’impossibilité de préparer pour ce mois-ci le brevet d’arabe et d’affronter cette épreuve (oh combien) avec des chances de succès.
Me voici donc remis à juin prochain […]
La suppression de la session de décembre se comprend, étant donné le caractère scolaire du brevet. Elle s’explique pour les élèves de Sadiki271. Elle est très nuisible pour tous ceux qui ne sont plus sur les bancs de l’école et notamment pour les fonctionnaires. Le cas dans lequel je me suis trouvé cette année n’est pas unique.
Un sous-chef du bureau des Finances, M. Courbet, s’était présenté avec moi en décembre dernier et avait été refusé. Il avait continué à travailler et sa préparation était en bonne voie lorsque sa direction l’a envoyé dans le bled pour diriger une commission d’achour. Naturellement, il n’a pu se présenter ces jours-ci.
[…] le printemps est le moment des tournées de tout genre, des délimitations de toute espèce, des manœuvres, etc. […]
La Résidence générale aurait tort de prendre à la légère la question du brevet. C’est une puissante machine de désagrégation pour le personnel du contrôle. Mon échec a été une des raisons de la décision prise par M. Gaudiani (il me l’a écrit lui-même)272. Pensez-vous qu’il ait encouragé MM. Benoit, Atgier [Atger] et Hedde et qu’il soit de nature à favoriser un recrutement qui se meurt ? M. Hedde, paraît-il, cherche déjà d’autres portes de sortie.
Croyez bien qu’il faut un puissant effort de volonté pour à mon âge passer des heures sur quelque chose d’aussi profondément irritant pour notre logique que la grammaire arabe. Il y a des moments où on en pleurerait et où l’on aimerait mieux casser des cailloux sur une route. Je ne sais pas d’étude plus décevante, plus déprimante pour l’intelligence et le bon sens latin, … plus inutile.
Du moins il serait nécessaire de donner aux malheureux qui sont dans cet enfer la possibilité d’en sortir. Le rétablissement de la session de décembre s’impose réellement. […]
PS : Ne pensez-vous pas qu’au lieu de perdre son temps à la langue arabe, M. Delmas ferait mieux de s’occuper de réorganiser son collège Sadiki qui se meurt lui aussi et n’arrive même pas à fournir le peu d’interprètes nécessaires au secrétariat général ? »

Annexe 40 : Louis Brunot et la réforme des programmes d’arabe des collèges et lycées, 1927

  • 273 « L’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges », Bulletin de l’enseignement public au Mar (...)

125Louis Brunot, inspecteur et chef du bureau de l’enseignement des indigènes au Maroc, publie dans le Bulletin de l’enseignement public au Maroc ses arguments en faveur de l’enseignement de l’arabe dans les collèges et lycées d’Afrique du Nord273. Il les développera l’année suivante dans un numéro entier consacré à la question (n° 87, mars 1928, « Pour une réforme des études arabes »).

« D’instinct, beaucoup de parents répondent par la négative […] Les proviseurs et principaux des lycées et collèges ont tendance à orienter les hésitants vers les études des langues européennes. Plus symptomatique encore est de voir des israélites et même des indigènes musulmans préférer de plus en plus ces langues européennes à l’arabe qui est pourtant leur langue maternelle. Tout le monde constate que l’indigène civilisé, cultivé, en Égypte comme en Tunisie, ou en Algérie ou au Maroc, connaît avant tout le français ou l’anglais presque toujours mieux que l’arabe, et que l’indigène qui ne sait que l’arabe est un attardé sur le chemin de la civilisation moderne. […] l’arabe enseigné au lycée apparaît comme une langue si archaïque, d’un génie si éloigné de celui des langues indo-européennes, exprimant une civilisation si différente de la nôtre, qu’on est en droit de se demander quel profit intellectuel peut espérer un enfant qui l’étudie. Et de fait, les épreuves du baccalauréat révèlent une incompréhension générale et profonde du génie de la langue arabe et de la civilisation des gens qui la parlent. L’arabe, pourrait-on dire, ne peut être qu’un objet d’études linguistiques pour des adultes, des spécialistes […].
Or, nous assistons précisément à un phénomène social tout contraire : à mesure que les Égyptiens, les Syriens, les Tunisiens, “s’occidentalisent”, ils s’attachent plus passionnément à la langue arabe, ils lui infusent un sang nouveau, la rajeunissent, l’assouplissent en essayant de la doter des qualités du français et de l’anglais. Les Arabes modernes veulent que leur langue exprime toute la civilisation moderne. Sans doute, un linguiste peut relever des maladresses, des traductions trop littérales, un certain manque d’unité de méthode chez les protagonistes de la nouvelle langue. Mais, au point de vue social, ces erreurs deviendront des vérités si la masse les adopte.

126[Il faut donc réviser l’enseignement secondaire de l’arabe.]

On dirait qu’on s’est ingénié à compliquer les choses à plaisir, à maintenir les élèves dans un verbalisme inintelligent et un formalisme étroit. On a tout fait pour rendre rébarbative et indigeste l’étude d’une langue qui devrait être aussi facile, aussi éducative que celle de l’allemand par exemple.
Précisons : les grammaires que possèdent nos élèves sont encombrées d’une terminologie effarante, de règles compliquées, minutieuses, absurdes, véritable défi au bon sens. On y parle de lettres faibles qui s’évanouissent et qui reparaissent on ne sait pour quelles raisons de voisinage, de déclinaisons qui enfantent d’autres déclinaisons, de verbes irréguliers à foison… le tout sans aucune explication raisonnable. […] les enfants ne savent pas, en tout cas ne comprennent pas leur grammaire, mais ils n’échappent pas pour cela au danger que l’enseignement de la grammaire fait courir à leur intelligence.

127[Silvestre de Sacy a synthétisé les grammairiens arabes qui se sont attardés sur les exceptions, les détails, les tournures rares. Or, il reste la base à partir de laquelle ont été composées les grammaires en usage, adaptées à des débutants adultes ayant reçu une bonne culture gréco-latine, mais pas aux enfants ou adolescents, qui sont incapables de sortir de leurs habitudes linguistiques et « croient ingénument qu’on peut s’attendre à trouver en arabe les choses les plus contraires au sens commun ».]

En réalité, les professeurs et les auteurs de grammaires n’ont pas éprouvé dans l’étude de l’arabe les mêmes difficultés que rencontrent nos élèves aujourd’hui, soit parce que leur langue maternelle a été l’arabe, soit parce qu’ils n’ont abordé l’étude de cette langue qu’une fois adultes, après avoir reçu une bonne formation générale.

  • 274 Le terme est sans doute utilisé pour faire référence à l'emploi par les Européens établis au Maroc (...)

128[On fait étudier aux élèves des textes sans intérêt, reprise routinière des anthologies qui ont paru entre 1840 et 1870 : ils ne savent rien de la civilisation et sont incapables de lire la presse moderne. L’apprentissage des dialectes permet d’accéder à la pensée arabe. Encore faut-il bien l’enseigner. Or, si les ouvrages de Desparmet*, Aldecoa* et Tedjini*, Ben Smaïa sont de bonne qualité, on trouve aussi des manuels nuls qui présentent un « arabe omnibus » qui n’est pas la koïné nord-africaine mais un « salmigondis de parlers divers accommodés à une sauce genre arabe classique ». « C’est une langue nouvelle, un pathos274 devrait-on dire, qui ne s’apprend qu’à l’école et qui ne se comprend qu’à l’école » : d’où vient cette création ?]

La cause est dans l’idée simple et parfaitement erronée qu’il n’y a qu’un arabe, l’arabe classique, et des déformations locales de cette langue unique, qu’on appelle des dialectes. Et c’est pourquoi nous avons des grammaires dialectales calquées sur la grammaire classique et qui ne correspondent à aucune réalité linguistique. […] La langue classique et les langues dialectales sont des arabes différents qu’il faut étudier distinctement tout en les comparant.

Faisons d’abord un beau feu de joie avec les manuels de grammaire. Pour l’arabe classique, faisons étudier la morphologie, qui est assez simple au fond, si nous voulons bien la considérer en linguistes, et passons rapidement l’expression de la pensée ; pour l’arabe dialectal, même procédé, et que chaque professeur fasse la grammaire du dialecte local au lieu de s’évertuer à enseigner à Oran la grammaire de Tunis, ou réciproquement.
Imitons, en arabe dialectal, M. Desparmets [sic].
[…] plongeons-nous sans hésitation dans l’arabe moderne. À un [enfant] Chinois qui voudrait apprendre le français, nous ne conseillerions pas la lecture de la Chanson de Roland, des Essais, de Pantagruel ni même des Provinciales. […] tout ce que nous prétendons donner à nos élèves de lycées en littérature arabe est placé, chez les Égyptiens, dans l’enseignement supérieur. »

129[Brunot conclut sur le fait que l’arabe, sous son double aspect, ne peut être enseigné en quatre ans : il faut en faire exclusivement une première langue demandant six années d’étude. L’arabe dialectal seul ou l’arabe classique seul pourraient en revanche figurer dans les programmes comme seconde langue.]

Notes

1 Les notes figurant dans les documents originaux sont indiquées comme notes de l’auteur (NDA). J'ai respecté dans la mesure du possible la graphie et la ponctuation des documents originaux.

2 Feuille de vérification des divers reçus établis pour les agents, ANOM, F 80, 1603.

3 En arabe barbaresque, corps des interprètes signifie quelquefois grand quartier-général (NDA).

4 La Légion étrangère vient tout juste d’être créée en mars 1831 de façon à fournir un appoint de troupe pour la conquête de l’Algérie.

5 Il s’agit de Jules de Polignac, président du Conseil lorsqu'est décidée l'expédition d'Alger.

6 Le Lexicon arabico-latinum de Jacobus Golius (Leyde, 1653) et le Thesaurus linguarum orientalium turcicae, arabicae, persicae de Menenski (Vienne, 1680, rééd. 1780-1802) restent des dictionnaires en usage au début du xixe siècle, bien que vieillis. Ils ne deviennent définitivement dépassés qu’après la publication par Georg Wilhelm Friedrich Freytag de son Lexicon arabico-latinum (Halle, 1830-1837).

7 Il faut rapporter cette image du sabre (sayf) et de la plume (qalam) au célèbre hémistiche d’al-Mutannabî, apprécié par les romantiques – en témoignent par exemple en 1825 les Odes et ballades de Victor Hugo.

8 E. de Salle, Ali le Renard, vol. I, p. 435-437.

9 Eusèbe de Salle se représente lui-même sous les traits de l’interprète Verdanson, du nom de la rivière qui traverse Montpellier.

10 De Salle fait ici allusion au scandaleux pillage du trésor de la Qasba d’Alger.

11 E. de Salle, Ali le Renard, vol. II, p. 381-383.

12 Fondé sous le Directoire, le Frascati est un des lieux de plaisir des grands boulevards, à l’angle de la rue de Richelieu et du boulevard Montmartre. Ses bals et ses jeux y attirent la meilleure société jusque sous l’Empire (Delphine Christophe et Georgina Letourmy, Paris et ses cafés, Action artistique de la Ville de Paris, 2004).

13 Une lettre du général Pierre Boyer, datée du 11 avril 1832, invite à identifier le tenancier de cette boutique avec l’interprète que le ministère de la Guerre lui envoie à Oran : « un nommé Palombo, grec de Schio et, qui pis est, est juif ; parlant parfaitement le français, l’italien, le grec et le turc, mais pas un mot d’arabe. Il est ici avec 2 400 F. d’appointements et deux rations par jour. C’est le même qui vendait des pastilles du sérail à l’entrée du passage des panoramas ». Cette lettre est citée par L. C. Féraud dans un passage inédit de ses Interprètes militaires d’Afrique, recopié dans un exemplaire ayant appartenu à Justin Schousboë.

14 E. de Salle, Ali le Renard, vol. I, p. 436-441.

15 Hamid Bouderba, notable maure d’Alger, est le père de l’interprète Ismaïl Bouderba.

16 ANOM, F 80, 1603.

17 Jean-Baptiste Drouet d’Erlon est arrivé à Alger en septembre 1834, après l’intérim de Voirol.

18 Petit-fils du mathématicien Gaspard Monge et fils du conventionnel Nicolas Marey, Guillaume-Stanislas Marey-Monge (1796-1863) a été chargé de former les cadres des spahis réguliers et auxiliaires. Il sera effectivement nommé agha des arabes en 1835.

19 Le futur auteur des Annales algériennes Edmond Pellissier de Reynaud est alors chef du bureau arabe d’Alger.

20 Bouderba indique 21 interprètes. Sa liste n’est pas exhaustive : on y trouve pas Ramlaoui, interprète à l’hôpital du dey et à la Salpêtrière, pas plus que d’Hasbonne en poste à Oran, Michel Angeli, Bogo…

21 Il semble difficile de l’identifier avec un membre de la famille Geofroy qui a donné de nombreux consuls et drogmans : je n’en ai repéré aucun qui ait été en poste comme interprète à Alger en 1834.

22 Justin Laurence (1794-1863) a été envoyé en 1834 à Alger pour y organiser le service de la justice.

23 Né vers 1778, Hamdan Khodja [Ḥamdān Ḫūǧā] est l’auteur du Miroir dont la version française, publiée à Paris en 1833, s’ouvre sur une formule de Benjamin Constant qui résume bien sa tonalité critique : « Quand c’est l’agresseur qui renverse la tyrannie, il ne sait que se partager la dépouille des tyrans ». Hamdan Khodja s’exilera à Istanbul en 1836 (préface d’Abdelkader Djeghloul à la réédition du Miroir : aperçu historique et statistique sur la Régence d’Alger, Sindbad, 1985, p. 31).

24 Cette formule finale et la signature sont d’une une autre encre que le reste de la lettre, ce qui laisse supposer que le corps de la lettre n’est peut-être pas de la main d’Hamid, mais de celle de sa femme.

25 Voirol au ministre de la Guerre, Alger, 14 novembre 1834, ANOM, F 80, 382, Voirol.

26 De la Législation française, musulmane et juive à Alger, Paris, Théophile Barrois fils - Lecointe et Pougin, 1835, p. 120.

27 Angelo Seror/Séror, interprète assermenté près la municipalité en 1840 (ADéf, 4Yf, 30.057, Jacob Moatti), est sans doute apparenté à l’interprète militaire Abraham Seror/Séror.

28 Joanny Pharaon cite ici une série d’arabisants connus pour avoir publié récemment des grammaires de l’arabe à Paris (ou à Vienne pour la Grammatica linguae mauro-arabicae juxta vernaculi idiomatis usum de Franz von Dombay, parue en 1800), sans faire la distinction entre des érudits incontestables comme Silvestre de Sacy et Amand-Pierre Caussin de Perceval et d’autres moins solides comme Auguste Herbin, prématurément disparu (Développements des principes de la langue arabe moderne, 1803) ou Claude-Étienne Savary, compilateur plutôt que savant (Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale, éditée à titre posthume par Langlès, 1813).

29 Cette lettre a été éditée par Auguste Cour, « Notes sur les chaires de langue arabe d’Alger, de Constantine et d’Oran (1832-1879) », RA, vol. 65, 1924, p. 33-35.

30 Extrait de Bresnier, « De l’enseignement de l’arabe à Alger », JA, 3e série, t. V, mai 1838, p. 483-493.

31 JA , décembre 1838, p. 589-612.

32 Cette note manuscrite est conservée au Service historique de la Défense dans le dossier de pension de Joanny Pharaon.

33 Les Aventures de Télémaque (1699) sont l’un des premiers ouvrages traduits en turc et en arabe (Robert Mantran, « Nouveauté des lumières », in Philippe Joutard dir., Le miroir égyptien, 1984, p. 181).

34 La série de petits volumes d'Arnaud Berquin intitulée L'Ami des enfants (1782-1783) a été l'un des premiers grands succès de la littérature pour la jeunesse.

35 JA, t. VIII, 3e série, septembre 1839, p. 205-206.

36 1254 h. [1838], 330 p. et 15 planches, in-8°.

37 ANOM, état civil (acte de décès)

38 ANOM, état civil (acte de naissance).

39 Selon la minute d’une lettre du bureau des affaires civiles au ministère, Alger, 30 septembre 1844 (Omar Bonatero).

40 Lettre de Demoyencourt au Ministre, Paris, 11 novembre 1844, ibid.

41 Id.

42 Lettre de Demoyencourt au Ministre, Paris, 5 février 1845 (Omar Bonatero).

43 Rapport Demoyencourt au Ministre, Paris, 4 octobre 1847 (organisation).

44 Id.

45 Id.

46 Julien, 1964, p. 183.

47 Son arrivée est signalée par un rapport au ministre de la Guerre (Alger, 19 octobre 1843). Il aurait été remplacé dans le commandement des tribus de l’Est par Mahi ed-din (note pour le ministre, 5 décembre 1843).

48 La lettre porte Badaouni. Le personnage est indiqué dans une autre note du même dossier comme le sayd el-Badaoui b. el Hâj Ahmad b. Ali.

49 Bugeaud au ministère de la Guerre, Alger, 23 décembre 1844.

50 Demoyencourt au Ministre, Paris, 9 décembre 1844.

51 Lettre du 19 décembre 1843 au ministre, traduite par Nully.

52 Paris, le 12 octobre 1846.

53 Vingt-neuf membres de cette famille ont été fait prisonniers avec leurs 37 domestiques (Xavier Yacono, « Les prisonniers de la smala d’Abd el-Kader », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 15-16 (Mélanges Le Tourneau, II), 1973, p. 422).

54 Ibid., p. 430.

55 Bugeaud au ministre, Alger, 23 novembre 1843.

56 Note du 17 décembre 1843.

57 Rapport du 27 avril (Rouila).

58 On trouve quelques indications sur Ahmed b. Rouila dans N. Faucon, Le Livre d’or de l’Algérie, 1889 (p. 483-485) et dans Trumelet, Notes pour servir à l’insurrection de 1864.

59 Bugeaud au ministre, Alger, 23 novembre 1843.

60 Lettre de Rouila au Ministre, en français, Paris, 22 octobre 1846.

61 Rapport du ministre au GGA, 24 décembre 1843 : ils « ont manifesté jusqu’à ce jour la répugnance la plus prononcée pour ces études. »

62 Ils auraient aussi eu pour effet la libération de sa sœur (ANOM, F 80, 566, cité par Xavier Yacono, « Les prisonniers de la smala… », art. cité, p. 431).

63 Rapport du bureau au ministre, 31 octobre 1846, pour l’autoriser à retourner en Algérie (Ahmed b. Rouilah).

64 Demoyencourt à Valette-Chevigny, Paris, 2 novembre 1846

65 Rapport Demoyencourt au Ministre, Paris, 4 octobre 1847 (organisation).

66 Note pour le 1er bureau, Paris, 6 février 1847 (Ahmed b. Rouilah).

67 Rapport Demoyencourt au Ministre, Paris, 4 octobre 1847 (organisation) ; ADéf, 5Ye 57 (Ali Chérif).

68 Père, à Blondel, Alger, 23 août 1844.

69 ANOM, F 80, 1568, commission d’examen des titres des candidats, PV des séances. 1res admissions (1848).

70 ANOM, F 80, 1568, bourses du lycée d’Alger, contingent du ministère de la Guerre, élèves boursiers. Hamdan est à sa mort en 1903 à Saint-Eugène chef de bureau de 1re classe à la préfecture d'Alger (ANOM, état civil, acte de décès au nom d'Amdem Amine Sekka).

71 Rapport du bureau des affaires politiques et civiles au Ministre, 20 septembre 1845 (personnel).

72 Demoyencourt au ministre de la Guerre, Paris, 30 décembre 1845 (personnel).

73 Id., Paris, 4 octobre 1845 (organisation).

74 Id., Paris, 15 mai 1846 (personnel). La dernière phrase est soulignée au crayon.

75 Rapport lu le 31 mai 1841 et publié dans le Journal Asiatique, livraison de juillet 1841 (reproduit in Jules Mohl, Vingt-sept ans d’histoire des études orientales. Rapports fait à la Société asiatique de Paris de 1840 à 1867, Paris, Reinwald et Cie, t. 1, 1879, p. 35-36).

76 Volney a fondé par testament un prix dont le jugement est remis à l’Institut, afin de donner suite et exécution à sa méthode de transcrire les langues asiatiques en lettres européennes régulièrement organisées. La commission spéciale chargée d’exécuter ce vœu propose un sujet pour 1823 – la composition d’un alphabet propre à transcrire l’hébreu et les langues de même origine, y compris l’éthiopien littéral, le persan, le turk, l’arménien, le samskrit [sic] et le chinois ; en prenant pour base l’alphabet romain, modifié dans de légers accessoires, mais sans altération essentielle, en représentant chaque son par un signe, etc. Scherer, bibliothécaire du roi de Bavière à Munich, remporte le prix. Sans regarder la question comme résolue, la commission ne la remet pas au concours pour 1824 (JA, t. II, mai 1823, p. 319-320).

77 Note sur le corps des interprètes militaires à l’armée d’Afrique, fournie par M. Joanny Pharaon, secrétaire interprète de 1re classe à M. Laurence, directeur des affaires d’Afrique, au ministère de la Guerre, Alger, 23 mars 1841, ADéf, dossier de pension de Joanny Pharaon.

78 Ce paragraphe ainsi que les suivants ont été repris quasiment mot pour mot par Féraud pour son ouvrage sur les Interprètes militaires, à l’exception des indications nominatives. Mais c’est un des passages qui a été refusé par la censure. On ne le retrouve donc que dans la copie manuscrite qui complète un exemplaire ayant appartenu à Justin Schousboë. Il confirme que Féraud s’est appuyé sur les notes de Pharaon pour rédiger son historique du corps.

79 Pharaon fait ici référence à l’article qu’il a publié avec Golscheider dans les Archives israélites (« Lettre sur l’état des Juifs en Algérie et sur les moyens de les tirer de l’abjection dans laquelle ils sont tombés », t. 1, 1842).

80 Il s’agit sans doute d’Edmond Pellissier de Reynaud (1796-1863), de Louis Ferdinand Goert (1823-1898), de Léon/Sion Dayan (1817-1861) et de Zéphirin Balliste (1817-1867). Je n’ai pu identifier Lachout, sans doute mal retranscrit.

81 ANF, F 17, 7677, rapports.

82 Il s'agit d'Ismael b. amin es-Sakka dont le fils Ahmed sera envoyé en 1844 poursuivre ses études à Paris à la pension Demoyencourt.

83 Rapport de Georges Julien Fellmann, chef de bureau à la direction des affaires d'Algérie, au ministre de la Guerre, 14 octobre 1842, ANOM, F 80, 1571, Demoyencourt.

84 ANOM, F 80, 1571, personnel.

85 Rapport de Léon Roches, Alger, 10 janvier [1844], ANOM, F 80, 1732.

86 Ce qui suscite l’annotation « non » pour les locutions « il est à peu près certain » et « que les indigènes auraient fait en français » soulignées au crayon. Le lecteur met en doute la capacité des Européens d’apprendre l’arabe, et craint d’autre part que l’arabe ne reste la langue prédominante chez les Arabes.

87 La phrase a été annotée en marge au crayon : « Non, cette éducation aurait le désavantage de créer des haines, car avec leurs idées, idées mauvaises j’en conviens, les arabes seraient de la part des jeunes français l’objet de toutes les vexations. Qu’en résulterait-il ? Un mal très grand. »

88 « le grand inconvénient » est souligné au crayon et commenté à la marge par un point d’exclamation.

89 Le membre de phrase « puisqu’ils ont la peine à transmettre leurs idées dans leur propre idiôme » est souligné au crayon et annoté par un « cela n’est pas juste. Que M. Roches eût dit que les jeunes indigènes ont de la peine à rendre dans leur idiôme des termes de sciences inconnus aux arabes et par lesquels ils n’ont pas de nom, j’aurais été de son avis, tandis que je n’en suis pas ».

90 Le membre de phrase « aux écoles militaires de toutes les armes » est souligné et commenté : « jamais. Le maréchal Bugeaud a grandement raison ».

91 Le document porte en note : « Il faudrait alors créer dans chaque école militaire une chaire d’arabe, afin que les élèves sortis du collège d’Alger continuassent leurs études dans cette langue. »

92 Le membre de phrase « malgré l’antipathie qui existe entre les deux races » est souligné au crayon avec l’annotation suivante : « aveu qui détruit tout ce que Roches vient de dire ».

93 ANOM, F 80, 1571, personnel.

94 Le rfiss est aujourd'hui à Tunis un plat sucré à base de semoule grillée et de dattes.

95 Un an plus tard, le peintre Théodore Chassériau écrit de Constantine : « C’est le seul endroit vraiment arabe qui reste en Afrique » (lettre à son frère Frédéric, 4 juin 1846, publiée par L. Bénédite).

96 Il faut identifier le kaïd Ali avec le commanditaire supposé du grand tableau de Théodore Chassériau, Ali b. Ahmed, khalifa de Constantine, présenté au salon de 1845, en même temps que le portrait du Sultan Abderrahman par Delacroix et que la Prise de la smala d’Abd el Kader par Horace Vernet. Ali b. Ahmed, rallié aux Français contre le bey Ahmed en 1837, a été en effet en 1838 caïd des Harakta. Il a visité Paris en 1844. Théophile Gautier en rendant compte du Salon annonce que l’œuvre qui a selon lui « toutes les qualités d’un portrait d’histoire (…) partira qu’après l’exposition pour Constantine et sera exposée dans le palais du Kalifat » (Le Moniteur, repris dans Portraits contemporains, 1874). Le voyage de Chassériau jusqu’à Constantine en mai-juin 1846 aurait été en rapport avec une invitation du ḫalīfa ‘Alī, que Chassériau évoque dans une lettre à son frère le 13 juin : « J’ai été très content du kalifat. Il m’a remis quinze cent francs sur la somme qu’il me doit et m’a promis les huit cents autres qu’il reste me devoir pour le plus tôt possible. Il est très gêné en ce moment et m’a prié, comme ami, d’attendre un peu le reste qu’il m’enverra par M. de la Rüe [après avoir commandé les troupes de la division de Constantine en 1844, le général Aristide de La Rüe était depuis novembre 1845 directeur de l'Algérie au ministère de la Guerre]. » (Léonce Bénédite, Théodore Chassériau. Sa vie, son œuvre, 1931, t. II, p. 270-272). La toile réapparaît sur le marché de l’art en 1896 à une vente chez Drouot où l’acquiert Arthur Chassériau, qui en fait don l’année suivante à l’État français : elle est alors attribuée au château de Versailles (Stéphane Guégan, catalogue de l’exposition Chassériau. Un autre romantisme, p. 234, notice n° 134).

97 Il s’agit de Caylet, dont le fils est depuis janvier pensionnaire chez Demoyencourt, aux frais de l’État. On justifie sa prise en charge par l’importance qu’il y aurait à lui permettre de continuer de pratiquer l’arabe avec ses camarades algériens, afin qu’il devienne un bon interprète en puissance. Mais son père désirait peut-être avant tout confier gratuitement son fils à une institution qui reprendrait en main un enfant dissipé : selon les propos de Lapaine, commissaire civil de Constantine, qui lui a rendu visite à Paris « il n’a pas encore bien avancé dans ses études parce qu’il a perdu beaucoup de temps avant de venir à Paris », mais il est devenu « modeste et plein de sens dans ses discours ».

98 Malek b. Mohammed a été envoyé à Paris en avril 1839.

99 Le général de brigade Polycarpe-Anne-Nicolas Levasseur (1790-1867) était alors placé à la tête de la subdivision de Constantine.

100 L’Algérie. Courrier d’Afrique…, n° 144, 12 janvier 1846, p. 2.

101 L’Algérie. Courrier d’Afrique…, n° 149, 7 février 1846, variété, « enseignement de la langue arabe ».

102 L’Algérie. Courrier d’Afrique…, n° 156, 12 mars 1846, « Les plaies d’Afrique. 7e plaie. Les savans (suite) ».

103 La ferka est une subdivision [firqa] de la tribu.

104 ANOM, F 80, 1732. Ces Rapports faits au bureau d’administration du collège d’Alger, les 18 avril et 6 juillet 1846, sur l’état des études de la langue arabe en Algérie, l’insuffisance des moyens actuels d’instruction, et les mesures à prendre pour former des auxiliaires utiles à l’administration algérienne ont été jugés suffisamment importants pour être lithographiés à Paris, comme en témoigne un exemplaire conservé à la BNF.

105 Limbéry au GGA, Constantine, 16 juin 1849 (ANOM, F 80, 1620). La graphie de cette lettre, difficile à déchiffrer, témoigne d’un rédacteur lettré, à l’écriture aisée, alors même que son expression française est maladroite. Les signes de ponctuation que j’ai ajoutés pour en faciliter la lecture sont signalés entre crochets.

106 Le nizam fait référence au costume des agents de l'empire ottoman, tel qu'il s'est imposé depuis la réordonnancement (ṭanẓīm) de l'armée à partir de la fin du XVIIIe siècle.

107 Limbéry au GGA, Constantine, 18 août 1849, ANOM, F 80, 1620. Cette lettre, écrite sur papier ligné au crayon, manifeste le souci d’une présentation soignée. Je n’ai pas trouvé trace de réponse de la part du Gouvernement général.

108 Charles Auguste Gasselin (1800-1871) a épousé en 1835 Hélène Nicoli Limbéry, alors domiciliée à Tunis. Il est chargé en 1848 d'administrer la population indigène de la ville de Constantine, avec le titre de caïd el-bled (Luc Thomassin, « Les officiers des régiments de chasseurs d’Afrique, 1832-1848 », thèse d'histoire, EPHE, Section des sciences historiques et philologiques, 2005, p. 408-409 ; Prosper Alquier, Guide de Constantine, Constantine, Paulette, 1930).

109 Le Mobacher, n° 47, 1er août 1849.

110 Extrait d’une lettre adressée à Reinaud par Cherbonneau, directeur du collège arabe à Alger.Alger, 20 avril 1864, publié dans le JA, 6e série, t. IV, 1864-2.

111 ANF, F 17, 7679, 1874-1878.

112 Djema-el-Kebir [NDA].

113 « Les interprètes civils en Algérie », Revue des deux mondes, p. 922-923.

114 ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 1359.

115 La thèse de Léon Bercher* s’inscrira dans ce projet.

116 Note de Machuel au RG, Tunis, 8 novembre 1896, ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 1359.

117 Le mueddeb [mu’addib] est le terme utilisé en Tunisie pour nommer le maître d’école coranique.

118 La phrase est annotée au crayon par le résident René Millet : « ! quand ai-je dit le contraire ? »

119 Oran, typographie et lithographie Paul Perrier, 2e éd., 1902.

120 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908. Compte-rendu des travaux, Comité d’organisation du congrès [Comité de Madagascar], 1909, vol. 2 : Questions indigènes, p. 195-197.

121 ANOM, GGA, 15 H 7, Fontana.

122 Lettre dédicace de William Marçais, Mélanges Gaudefroy-Demombynes, vol. 1, Le Caire, 1935.

123 Alfred Rambaud, ancien élève de l’École normale supérieure, chef du cabinet de Jules Ferry en 1879, titulaire de la chaire d’histoire moderne et contemporaine en Sorbonne depuis 1884, a été ministre de l’Instruction publique d’avril 1896 à juin 1898. Il était proche d’Ernest Masqueray, prédécesseur de René Basset à la direction de l’école des Lettres.

124 Le juriste Édouard Laferrière est depuis juillet gouverneur général de l’Algérie.

125 Normalien, agrégé de philosophie, Charles Dupuy a été ministre de l’Instruction publique en 1892. Déjà président du conseil à deux reprises (1894 et 1895), il le redevient en succédant à Brisson le 1er novembre 1898. Il a publié en 1892 chez Colin un petit Livret de morale : questions, résumés, sujets de rédaction pour préparer au certificat d’études, livret qu’on trouve encore réédité en 1924.

126 Charles Jeanmaire à René Basset, directeur de l’école, Alger, 2 novembre 1898, ANF, F 17, 22482, Fagnan.

127 Lettre déchirée dont je n’ai pu identifier l’auteur, adressée au ministre de l’Instruction publique (s. d.), Archives du Collège de France, Casanova.

128 Paul Boyer (1864-1949) a inauguré la première chaire de russe à l’École spéciale des langues orientales en 1891. Il a pris en 1908 la succession de Barbier de Meynard* comme administrateur de l’École.

129 Le spécialiste d’études indiennes Sylvain Lévi (1863-1935) est depuis 1894 professeur de langue et littérature sanskrite au Collège de France.

130 Le père Vincent Scheil (1858-1940), égyptologue puis assyriologue, a participé à la découverte à Suse de la stèle portant l’inscription du code d’Hammourabi et en a donné une traduction. Nommé à l’AIBL en 1908, il n’a pas été élu au Collège de France, peut-être empêché par son état d’ecclésiastique.

131 L’archéologue Charles Bayet (1848-1918), père du sociologue Albert Bayet, était alors directeur de l’enseignement supérieur au MIP.

132 Le linguiste Antoine Meillet (1866-1936) enseigne à l’EPHE depuis 1889. Il détient aussi la chaire d’arménien à l’École des langues orientales (depuis 1902) et la chaire de grammaire comparée au Collège de France (depuis 1905).

133 René Cagnat (1852-1937), qui a participé en 1881 à la mission scientifique en Tunisie, occupe depuis 1887 la chaire d’épigraphie et antiquités romaines au Collège de France. Il est de plus membre de l’AIBL depuis 1895.

134 Archives de l’Inalco, Gaudefroy-Demombynes.

135 ANF, Personnel de l’Inalco, 20100053/12, Marçais.

136 C'était encore en 1910 l'adresse de l'Imprimerie nationale, logée dans les bâtiments de l'hôtel de Rohan.

137 Titulaire d'une chaire d'arabe au Seminar für Orientalische Sprachen de Berlin, Georg Kampffmeyer (1864-1936) entretenait de bonnes relations avec les orientalistes français. En mars 1910, il était en mission à Tanger pour y installer une bibliothèque scientifique allemande.

138 Il s'agit des élections législatives des 11 et 25 mai qui portent au pouvoir le « Cartel des gauches ».

139 Député socialiste, Marius Moutet (1876-1968) défend les droits politiques des colonisés.

140 Lucien Saint (1867-1938) est depuis 1921 résident général à Tunis. Il le restera jusqu'à la fin de 1928.

141 Le député socialiste Joseph Paul-Boncour (1873-1972) apportera son soutien au gouvernement que dirige le radical Édouard Herriot à partir de juin, mais sans en faire partie.

142 Gaston Doumergue (1863-1937) vient d'être élu président de la République. Il a détenu en 1909-1910 le portefeuille de l'Algérie.

143 Marcel Olivier (1879-1945) a été gouverneur général de Madagascar de 1924 à 1929.

144 Instituteur, Abderrahmane Guiga (1889-1960) a collaboré avec W. Marçais à l'édition des Textes arabes de Takroûna.

145 En septembre, des troupes hispano-françaises ont débarqué pour mettre fin à la République du Rif. Le 19 octobre, Damas, qui s'était soulevée après la montagne druze, est bombardée par l'armée française.

146 Theodor Nöldeke (1836-1930), que son Histoire du Coran (Geschichte des Qorans, 1860) et sa Vie de Mohammed (Das Leben Mohammeds, 1863) ont rendu célèbre, a été professeur à Kiel puis à Strasbourg (1872).

147 Der greise Gelehrte signifie « le vieux professeur », avec une nuance à la fois ironique et respectueuse.

148 ANF, Personnel de l’Inalco, 20100053/12, Marçais.

149 Il s’agit sans doute de Paul Humbert (1885-1972), futur professeur à l'université de Neuchâtel. Élève des Langues orientales, il sera diplômé de persan en 1912.

150 Gaudefroy-Demombynes réside chez ses beaux-parents, dans le Sud de la Sologne, près de Romorantin.

151 Le philosophe Émile Boutroux (1845-1921), titulaire de la chaire d’histoire de la philosophie moderne à la Sorbonne depuis 1888, est membre de l’Académie des Sciences morales et politiques (depuis 1898) et directeur de la fondation Thiers (depuis 1902).

152 Michel Bitar (1885-1944) est répétiteur d’arabe oriental aux Langues orientales depuis 1907. Il le demeurera jusqu’en 1942. Chargé d’organiser les émissions en arabe à la radiodiffusion nationale, il sera arrêté en mars 1943 à Vichy par les autorités allemandes en même temps que le personnel de la section des affaires musulmanes et mourra en déportation.

153 Le slavisant André Mazon a succédé à Gaudefroy-Demombynes comme secrétaire général et bibliothécaire des Langues orientales.

154 Il s’agit du jeune Louis Milliot (1885-1961), diplômé d’arabe vulgaire et littéral en 1909, futur professeur de droit musulman à Alger.

155 Il s’agit du fils benjamin d’Ernest Mercier, Maurice Mercier, qui a obtenu l’agrégation d’arabe en juillet 1911.

156 Robert Raymond Baudouin (né en 1889) est un élève de l’École qui obtiendra les diplômes d’arabe vulgaire et de langues soudanaises en 1914.

157 Il s’agit de l’index de la traduction des Traditions islamiques d’El Bokhâri dont le 4e et dernier volume paraît en 1914, index compris.

158 Édouard Michaux-Bellaire (1857-1930) a succédé en 1906 à Georges Salmon à la direction de la Mission scientifique au Maroc.

159 Alfred Graulle (né en 1888) et Pierre Maillard (né en 1890), diplômés des Langues orientales pour l’arabe en 1909 et 1912, ont été tous deux engagés à la Mission scientifique du Maroc. Ils publient des travaux dans les Archives marocaines.

160 Léon Fromage (né en 1884) a obtenu le diplôme d’arabe littéral des Langues orientales en 1911.

161 Henri Massé (1886-1969) est depuis 1911 pensionnaire au Caire. Il s’est marié avec une cousine en 1913. Il quittera en effet l’Égypte pour le Maroc où il sera démobilisé en 1919 avant d’obtenir une charge de cours à Alger.

162 Armand Coliac (né en 1891) a obtenu le diplôme des Langues orientales en arabe en 1911.

163 Alfred Carpuat (né en 1889) a obtenu le diplôme des Langues orientales en arabe en 1914.

164 Paul René Cousin (1890-1917) sera diplômé d'arabe littéral en juillet 1914 et mourra sur le front dans l'Aisne.

165 René Cousin (né en 1890) et Georges-Séraphin Colin (1893-1977) viennent tout juste d’obtenir brillamment leurs diplômes en 1914. Cousin mourra sur le front en mars 1917 – Gaudefroy-Demombynes dédiera à sa mémoire ses Institutions musulmanes en 1921 – tandis que Colin, finalement affecté au Maroc, sera effectivement pensionnaire au Caire après sa démobilisation.

166 Jean, né en 1898, futur germaniste – il traduira en français Mein Kampf d’Hitler –, et René, né en 1900, futur juriste – il consacrera sa thèse à L’œuvre française en matière d’enseignement au Maroc – sont les deux fils de Maurice Gaudefroy-Demombynes.

167 L’épigraphiste Max Van Berchem (1863-1921) avait mis en place une coopération internationale, fondée surtout sur des savants allemands et français, pour constituer un corpus des inscriptions arabes médiévales, programme qui souffrira des conséquences de la Grande Guerre.

168 Spiez, sur le lac de Thun et à une centaine de kilomètres au nord de Vissoye (ou Vissoie) où séjourne Gaudefroy-Demombynes, en traversant les Alpes bernoises.

169 Maurice Gaudefroy-Demombynes invite Boyer à venir le rejoindre à Hautot-sur-Seine, au château des Farceaux, à quelques kilomètres en aval de Rouen, après Croisset. Il y séjournera régulièrement l’été, s’y retirera, et y sera inhumé.

170 Émile Henri Vernazza (1890-1964), né à Salonique, a suivi l’enseignement des Langues orientales entre 1908 et 1912, obtenant le diplôme en turc (1911) puis en persan et en arabe littéral (1912). Il est entré au service des Affaires étrangères.

171 Il s’agit sans doute de son fils aîné, Jean.

172 Il est ici question de René Basset.

173 Il s’agit peut-être d’Henri Charles Choquet (né en 1881), diplômé d’arabe vulgaire en 1904.

174 Mohammed Nehlil (1885-1945), Algérien passé par l’école normale de la Bouzaréa et l’interprétariat militaire, dirige alors l’école supérieure d’arabe et des dialectes berbères à Rabat.

175 Eugène [?] Guilmoto est un éditeur parisien d’origine bretonne qui, tout en publiant son compatriote le folkloriste Paul Sébillot, s’est spécialisé dans le domaine colonial. Des difficultés financières consécutives à la guerre l’ont sans doute amené à revendre son fonds au grand éditeur colonial Challamel.

176 Ce sont trois ouvrages de Maurice Gaudedroy-Demombynes.

177 Faut-il identifier cet « homme de Saïda » avec William Marçais, auteur d’une étude sur Le dialecte arabe des Oulad Brahim de Saïda parue en 1906-1908 ?

178 Maurice Gaudefroy-Demombynes travaille alors au bureau africain de l’Agence des prisonniers de guerre. Il s’y charge de la correspondance avec les prisonniers en Allemagne, un travail considérable et de longue haleine selon Paul Boyer (ANF, F 17, 27290, feuille de notation 1916-1917). Il participe aussi à la Société d’assistance aux blessés musulmans qui a été fondée à l’ENLOV en rendant visites aux blessés et en assistant les interprètes militaires dans les hôpitaux parisiens.

179 Le romaniste Mario Roques (1875-1961) enseigne le roumain (depuis 1907) et l’albanais (depuis 1919) aux Langues orientales. Il succèdera à Paul Boyer comme administrateur des Langues orientales en 1937, avant d’être rapidement remplacé par Jean Deny l’année suivante.

180 La nouvelle Revue d’ethnographie et des traditions populaires est née de la fusion de la Revue des traditions populaires. Recueil mensuel de mythologie, littérature orale, ethnographie traditionnelle, et art populaire, fondée en 1886, avec la Revue d’ethnographie et de sociologie d’Arnold Van Gennep. Maurice Gaudefroy-Demombynes est secrétaire adjoint de la Société des traditions populaires.

181 Il est question ici de la Revue du monde musulman, fondée en 1907 comme organe de la mission scientifique au Maroc qui dépend de la chaire de sociologie musulmane de Le Chatelier au Collège de France. Il semble qu’Alfred Le Chatelier, professeur depuis 1902, n’ait pas soutenu la candidature de René Basset contre Paul Casanova. Plutôt que de se rapprocher de l’École des langues orientales, il choisit de confier la succession de la revue et de la chaire à Louis Massignon, qui le supplée au Collège de France à partir de 1919. La revue devient sous sa direction Annuaire du Monde Musulman (1923) puis Revue des études islamiques (1927).

182 Henri Gaillard (1869-1937), diplômé des Langues orientales, est alors chargé d'affaires de France au Caire.

183 Le mathématicien Paul Appell (1855-1930), membre de l’Académie des sciences, a fondé en 1914 le Secours National pour secourir les femmes de militaires et les victimes civiles de la guerre. Le physicien Amédée Guillet (1863-1939) en a été le secrétaire général. Maurice Gaudefroy-Demombynes y a organisé et dirigé d’octobre 1914 à mars 1915 le service des renseignements et du placement. Il s’en est retiré après y avoir constaté, impuissant, certains abus.

184 Mohamed Lasram (1858-1925), ancien élève du collège Sadiki et de l’école normale de Versailles, enseigne à la fois à Sadiki et à l’École supérieure de langue et de littérature arabe de Tunis.

185 Ahmed Benhamouda* (1887-1966), élève de la médersa d’Alger et diplômé de l’école d’Alger, a enseigné dans les médersas de Saint-Louis du Sénégal et de Tombouctou avant d’être nommé en octobre 1920 à Paris secrétaire-traducteur au ministère des Colonies à Paris. Il sera détaché en mars 1921 comme répétiteur à l’ENLOV.

186 Le belge Hubert Le Hardy de Beaulieu (né en 1893) a été diplômé d'arabe littéral en juillet 1920. Le jeune Jean Lecerf (1894-1980) a obtenu ses diplômes des Langues orientales (en arabe, persan et turc) en 1919 et 1920 et prépare alors sa licence.

187 Il s’agit d’un cours qu’il donne à l’ENLOV.

188 Jean Sauvaget (1901-1950) est diplômé des Langues orientales en arabe littéral depuis 1922. Il sera ensuite nommé pensionnaire à l’Institut de Damas et travaillera sur l’histoire médiévale du Proche-Orient.

189 Paul Bisson (né en 1892) est alors professeur au collège musulman Moulay Idriss de Fès.

190 Robert Zerbib est élève diplômé des Langues orientales depuis 1919.

191 Le médiéviste Alfred Coville (1860-1942) est alors directeur de l’Enseignement supérieur.

192 Edmond Destaing (1872-1940) a été nommé en 1914 à la première chaire de berbère des Langues orientales. Il souffre de violentes crises de rhumatisme cardiaque, effets du paludisme.

193 Mohammed Attia (ou Attya), né en décembre 1899 à Sousse, sera en 1925 diplômé d’arabe littéral avec la mention très bien. Premier agrégé d’arabe au titre tunisien en 1931, il dirigera après la Seconde Guerre mondiale le collège Sadiki à Tunis.

194 Il est ici question d’une charge de conférences vacante à l’institut d’indologie d’Utrecht, pôle d’études coloniales plus conservateur que celui de l’ancienne et libérale université de Leyde (Hervé Jamin, Kennis als opdracht. De universiteit Utrecht 1636-2001, Utrecht, Uitgeverij Matrijs, 2011).

195 Félix Arin (1884 - apr. 1958) diplômé des Langues orientales en 1908 et docteur en droit l’année suivante, fait carrière au Maroc où il est inspecteur des services judiciaires chérifiens puis avocat.

196 Le futur historien du Proche-Orient médiéval Marius Canard (1888-1982), agrégé de grammaire, n’est diplômé d’arabe des Langues orientales que depuis 1924. Il partira enseigner à Alger en 1926.

197 Théodore Steeg (1858-1950) a quitté en 1925 le gouvernorat général de l’Algérie pour remplacer Lyautey à la résidence générale du Maroc. Gaudefroy-Demombynes a sans doute à l’esprit le protestantisme que partagent Steeg et Lecerf, et peut-être aussi une certaine sensibilité de gauche, Steeg étant radical-socialiste et franc-maçon. En réalité Lecerf, qui a échoué pour une nouvelle fois à l’agrégation d’arabe en 1925, n’ira pas au Maroc mais à Beyrouth (en 1926).

198 Edmond Saussey (1899-1937), pensionnaire à Jérusalem après son diplôme d’arabe aux Langues orientales (1922), enseigne alors au collège de Sétif.

199 Jacques René Augustin Dumarçay (né en 1901) a obtenu son diplôme d’arabe littéral en 1923 (mention très bien).

200 Pierre Fouassier (né en 1887) a été diplômé en arabe littéral et oriental (mention très bien) en 1922 ou 1923.

201 Le commandant Malinjoud dirige un Institut des Hautes Études (en fait une école d’interprétariat) qui a été créé sur sa proposition en 1923 à Damas (R. Avez, L’Institut Français de Damas…, 1993, p. 13). Il a publié en 1923 une étude sur La Fête de ‘Achoura chez les Chiites de Damas, célébrée dans le village de Sit (Paris, Leroux) et l’année suivante dans le JA des « Textes et dialectes de Damas ».

202 Il s'agit peut-être de Georges Pierre Cassin, qui sera secrétaire interprète d'Orient.

203 Je n’ai pas retrouvé ce nom parmi les diplômés des Langues orientales.

204 Marcel Albert Vallat (né en 1898) a obtenu le diplôme en arabe littéral et maghrébin en 1922 ou 1923.

205 L’historien Évariste Lévi-Provençal (1894-1956) est alors professeur titulaire et directeur d’études à l’IHEM. Il en prendra la direction l’année suivante.

206 Le général Maurice Sarrail occupe en 1924-1925 la fonction de haut commissaire de France au Levant.

207 Le général Henri Gouraud (1867-1946), après avoir combattu au Soudan et au Maroc et perdu un bras en commandant le corps expéditionnaire aux Dardanelles, a été haut commissaire et commandant de l’armée du Levant entre 1919 et 1922.

208 Jean Sauvaget est rentré de Damas où il a passé deux ans et doit effectuer son service militaire. Jean Marie Joseph Chalet (né en 1908), diplômé d’arabe oriental en 1927 avec la mention très bien, sera plus tard bibliothécaire de la section scientifique des arabisants, dans le cadre de son service militaire, entre 1928 et 1930. Il n’a pas publié d’ouvrages et ne semble pas avoir fait de carrière universitaire.

209 Samuel Bounan (né en 1904) a obtenu en 1924 le diplôme des Langues orientales en arabe littéral et maghrébin.

210 Jeanne dite Janine Chaufour (née en 1899), sans doute diplômée de l’École du Louvre, sera diplômée en littéral en 1927. Elle séjournera comme pensionnaire à Damas en 1929-1930 pour y étudier le costume féminin en vue d’une présentation à l’exposition coloniale de 1931. Il semble qu’elle enseigne ensuite l’arabe en Algérie.

211 Fils de Jeanne et Alfred Bel*, Lucien Bel (1908-1975) sera diplômé en berbère et en arabe maghrébin en 1928 et deviendra contrôleur civil au Maroc.

212 Mariette Richard (née en 1894) a obtenu le diplôme d'arabe maghrébin en 1926 et obtiendra celui d’arabe littéral en 1928. Elle voyage dans le sud du Maroc, exposant les peintures qu'elle y a réalisées à la galerie Georges Petit en 1929, et s'installe à Hanoï après son mariage avec le chartiste Paul Boudet (1888-1948), directeur des archives et des bibliothèques de l'Indochine.

213 Amélie-Marie Goichon (1894-1977) est alors bibliothécaire à la faculté de médecine de Paris.

214 Il s’agit sans doute d’un des deux frères Chimier (nés en 1901 et en 1904) qui sont diplômés d’arabe littéral et maghrébin en 1925.

215 Henri Laoust* (1905-1983) est le fils du berbérisant Émile Laoust.

216 Le futur critique littéraire et historien des idées Paul Bénichou, né à Tlemcen en 1908, a préparé le baccalauréat au lycée d’Oran, puis le concours d’entrée à l’école normale supérieure à Louis-le-Grand.

217 Ils sont tous les quatre diplômés des Langues orientales en 1925 et 1926.

218 Il s’agit sans doute de Charles Louis Delafosse (né en 1908), qui suit par ailleurs le cours de berbère. Il est apparenté au professeur de langues soudanaises Maurice Delafosse (1870-1926).

219 Joseph Chalet sera diplômé en 1927.

220 Clément Huart (1854-1926) était professeur de persan à l’ENLOV et directeur d’études à la Ve section de l’EPHE.

221 Samuel Zipstein (né en 1904) sera diplômé d’arabe oriental en 1929.

222 Il s’agit vraisemblablement du futur spécialiste de l’islam iranien Henry Corbin (1903-1978).

223 Ancien élève de la médersa d’Alger, Mahammed Hadj-Sadok* (1907-2000) deviendra inspecteur général d’arabe.

224 Achsa Belkind, née en 1905 à Jaffa, sera diplômée d’arabe oriental en 1930.

225 Louis Frédéric Jean Kocher (né en 1894) sera diplômé en arabe maghrébin en 1928.

226 Raymond Pons (né en 1907) sera diplômé pour l’arabe oriental, le persan et le turc en 1928.

227 Jean Baptiste Darche (né en 1909) sera diplômé en arabe littéral en 1929.

228 Il s’agit peut-être de Virolleaud.

229 Le futur linguiste Jean Cantineau* (1899-1956) a plus exactement derrière lui une licence et un DES en lettres classiques, bien qu’il songe à préparer l’agrégation d’histoire.

230 Jean Fines, né en 1907, diplômé en 1928, fera carrière comme contrôleur civil au Maroc.

231 Jean Clayette, né en 1905, diplômé en 1928, entrera au service des Affaires étrangères. Il mourra prématurément en 1932, alors qu’il est secrétaire interprète à Alexandrie.

232 Simon Lourié, né à Moscou en 1909, est diplômé d’arabe oriental et de persan en 1928.

233 Samuel Alexandre Szczupak, né à Varsovie en 1899, obtiendra le diplôme d’arabe oriental en 1928.

234 Michel Domaszewicz, né en 1901 en Pologne, est diplômé en arabe oriental, en persan et en turc en 1928.

235 Mohamed Tajib Okic, né en 1902 à Gracanica, Yougoslavie, est diplômé en arabe littéral en 1928.

236 Ali Haffaf, né en 1905 à Tizi Ouzou, est diplômé d’arabe littéral et maghrébin en 1928.

237 Lucien Pierre Lecocq, né en 1907, sera diplômé de littéral en 1927 puis de maghrébin en 1929.

238 Georges Paul André Michel, né en 1905, a été diplômé d’arabe maghrébin en 1926 et le sera de littéral en 1927.

239 Henri Labouret a pris la succession de Maurice Delafosse à la chaire de langues soudanaises des Langues orientales.

240 De fait, Charles Louis Delafosse ne sera pas diplômé en arabe.

241 Panos Doutzaris, né en 1882 à Ouchak en Asie mineure, est plus âgé que ses camarades. Il sera diplômé en turc et en arabe littéral en 1927.

242 Viviane Gérin (ou Gerin), née en 1898 à Alger, a obtenu le diplôme de maghrébin en 1926.

243 Jean Alexandre Richard Weill, né en 1898 à Paris, sera diplômé d’arabe littéral et de persan en 1927.

244 Hanafi Lahmak (ou Lahmek), né en 1902 à Fort-National, sera bien diplômé d’arabe littéral en 1927 ce qui lui permet de poursuivre des études de droit. Avocat, il publie sous le nom d'Hesnay-Lameck des Lettres algériennes (1931) qui, en appellant les Algériens à se détacher d'un islam « chloroforme », suscitent un vif débat.

245 Aziz Benamor (ou Bénamor), né en 1904 à Tunis, sera effectivement diplômé d’arabe littéral et maghrébin en 1927.

246 Marc Aurèle Eugène Pofilet, né en 1908 à Auribeau [près de Jemmapes] dans le département de Constantine, sera diplômé de littéral et de maghrébin en 1927, puis d’oriental en 1929.

247 Il s’agit du marocain Mohammed Abd-al-Jalil* (1904-1979) qui se convertira en 1928 et deviendra professeur d’arabe à l’Institut catholique de Paris.

248 Jacoba Van Der Lee, née en 1891 à Amsterdam, est diplômée d’arabe littéral, maghrébin et oriental depuis 1926.

249 Jeanne Arin, diplômée des Langues orientales, est la femme de Félix Arin. Elle a publié en 1921 une traduction de l’étude d’Edward Westermarck sur Les cérémonies du mariage au Maroc.

250 Henry Corbin a été employé en 1928 au département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque nationale où Edgard Blochet (1870-1937) est conservateur-adjoint jusqu’à sa retraite en 1935. La carrière de Corbin ne prendra un tournant décisif que l’année suivante, lorsque Louis Massignon lui fera connaître l’œuvre de Sohravardi (Francis Richard, notices Blochet et Corbin pour le Dictionnaire des orientalistes).

251 Il est ici question des effets du divorce de son fils Jean.

252 Augustin Bernard (1865-1947) est professeur de géographie et de colonisation de l’Afrique du Nord à la Sorbonne. Ses sensibilités intellectuelles et politiques sont proches de celles de Maurice Gaudefroy-Demombynes.

253 L’ancien consul Gabriel Ferrand (1864-1935) consacre sa retraite à l’analyse des textes des géographes arabes. Il a assisté au XVIIe congrès des orientalistes d’Oxford auquel ont participé Mohammed Ben Cheneb et Évariste Lévi-Provençal.

254 Jean Marx (1884-1972), spécialiste du monde celte, dirigeait alors la section écoles du service des œuvres françaises à l’étranger au MAE.

255 S’agit-il du mariage d’un fils de Félix et Jeanne Arin ?

256 L’année a été ajoutée au crayon.

257 Gaudefroy travaille alors à la rédaction du manuel qu’il publiera avec Sergej Fedorovič Platonov pour la collection encyclopédique l’Histoire du Monde, publiée sous la direction d’Eugène Cavaignac. Ce Monde musulman et byzantin jusqu’aux croisades paraîtra chez De Boccard en 1931. Marc Bloch en rendra compte très favorablement dans les Annales d’histoire économique et sociale (vol. 5, 1933, p. 471).

258 La chaire d’histoire, de géographie et de législation des États musulmans est en effet vacante à la suite de la mort de Paul Ravaisse (1860-1929).

259 Le sociologue Robert Montagne (1893-1954) est alors maître de conférences et directeur d’études à l’IHEM. Malgré l’avis de Georges Séraphin Colin, Gaudefroy-Demombynes maintiendra sa préférence pour Wiet, qui possède des compétences philologiques que Montagne n’a pas. Wiet sera élu à la succession de Ravaisse et Montagne prendra la direction du nouvel Institut français de Damas.

260 Une des cinq questions au programme de l’agrégation d’arabe porte en effet sur « Les directions diverses de la critique arabe moderne » en indiquant dix noms d’auteurs (Bulletin de l’enseignement public du Maroc, n° 104, 1930). Parmi eux, on trouve Ǧurǧī Zaydān (1861-1914) – Michel Bitar, répétiteur aux Langues orientales, a traduit deux de ses romans en 1912 et 1924 –, Taha Ḥusayn, dont aš-ši‘r al-ǧāhilī figure par ailleurs parmi les œuvres au programme, et Muṣṭafā Luṭfī al-Manfalūṭī (1876-1924) dont il est sans doute ici question.

261 Professeur au lycée de jeunes filles de Constantine, Marguerite Graf a pris un congé pour poursuivre ses études : elle obtiendra le diplôme des Langues orientales et sans doute le DES, nécessaire pour se présenter à l’agrégation, en 1930.

262 Mohamed Ben Cheneb (1869-1929), professeur de littérature arabe à la faculté des Lettres d’Alger, est mort brutalement au début de l’année.

263 Ce « vaurien » recherché est sans doute Robert Montagne. Gaudedroy-Demombynes aurait ainsi désiré que la chaire de Ravaisse soit dédoublée pour permettre le développement de la formation en sciences humaines et sociales aux Langues orientales sans pour autant perdre sur le terrain de la formation linguistique et philologique. Le recrutement conjoint de Robert Montagne et de Gaston Wiet aurait permis de répondre à ce double objectif.

264 L'ensemble de cette correspondance est conservée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 902 B , contrôleurs civils, Monchicourt).

265 Charles Monchicourt fait ici référence à la Grammaire élémentaire d’arabe régulier de Louis Machuel. Datée de 1878, elle pouvait en effet être jugée insuffisante au regard des progrès de la science en 1909.

266 Marius Delmas est alors titulaire de la chaire publique d’arabe de Tunis.

267 Le prestigieux journaliste Paul Bourde, qui a dirigé les contrôles civils en Tunisie jusqu’en 1895, soit trois ans avant l’arrivée de Monchicourt, continue à s’intéresser aux questions coloniales. Les géographes Paul Vidal de La Blache et Augustin Bernard sont respectivement professeur en Sorbonne et à Alger où Edmond Doutté est depuis 1908 titulaire d’une chaire d’histoire de la civilisation musulmane.

268 Gabriel Alapetite (1854-1932) est alors résident général à Tunis ; gendre de Paul Bert, Joseph Chailley (1854-1928), député de la Vendée, est alors un des spécialistes des questions coloniales à la chambre..

269 Victor Serres (né en 1860), diplômé de l’ESLO et ancien élève de l’EPHE, a été administrateur de commune mixte avant de passer dans les contrôles civils de Tunisie en 1890 où, passé en 1910 à la classe exceptionnelle, il dirige le bureau des contrôles. Président de l’Institut de Carthage, il participe à la vie savante locale et publie des travaux historiques dans la Revue tunisienne.

270 Il s’agit de la Dépêche tunisienne, principal quotidien de Tunisie, proche de la résidence générale.

271 Le collège Sadiki forme des élèves tunisiens dont une part non négligeable prépare les examens du brevet et du diplôme d’arabe dans l’optique de devenir interprètes ou d’entrer dans l’administration tunisienne où l’arabe est resté une langue officielle.

272 Il est possible que Dominique Gaudiani ait alors quitté les contrôles pour l’administration centrale.

273 « L’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges », Bulletin de l’enseignement public au Maroc, n° 79, 1927, p. 60-71.

274 Le terme est sans doute utilisé pour faire référence à l'emploi par les Européens établis au Maroc et en Algérie du mot patos pour nommer les Français nouveaux venus de métropole (André Lanly, Le Français d'Afrique du Nord (Algérie-Maroc). Étude linguistique, Paris, Presses universitaires de France, 1961, p. 142).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search