Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les arabisants et la France coloniale. Annexes

 | 
Alain Messaoudi

2. Fauteuils et chaires des établissements français

Texte intégral

Paris

Collège de France

Chaire d’arabe

Jean-Jacques Caussin de Perceval : 1784-1833

Amand-Pierre Caussin de Perceval : 1833-1871

Charles-François Defrémery : 1871-1883

Stanislas Guyard : 1884

Adrien Barbier de Meynard : 1885-1908

Paul Casanova : 1909-1926

William Marçais : 1926-1943

Chaire de sociologie et de sociographie musulmane

Alfred Le Chatelier : 1902-1926 (suppléé par Louis Massignon entre 1919 et 1926)

Louis Massignon : 1926-1954

Chaire d’histoire du monde arabe

Jean Sauvaget : 1943-1951

Chaire d’histoire des arts de l’Orient musulman

Albert Gabriel : 1941-1953

Chaire d’histoire de l’expansion de l’Occident

Robert Montagne : 1947-1954

Chaire de langue et littérature arabe

Gaston Wiet : 1951-1959

Chaire de sociologie musulmane

Henri Laoust : 1956-1975

Chaire d’histoire sociale de l’Islam contemporain

Jacques Berque : 1956-1981

Chaire de langue et littérature arabes classiques

André Miquel : 1976-1997

Académie des inscriptions et belles lettres

Antoine Silvestre de Sacy : 1785-1793 (associé libre) et 1795-1838 (secrétaire perpétuel en 1833-1838)

Étienne-Marc Quatremère : 1815-1857

Joseph Toussaint Reinaud : 1832-1867

Amand-Pierre Caussin de Perceval : 1849-1871

Charles Defrémery : 1869-1883

Oscar Mac-Guckin de Slane : 1862-1878

Adrien Barbier de Meynard : 1878-1908

Hartwig Derenbourg : 1900-1908

Clément Huart : 1910-1926

William Marçais : 1927-1956

Maurice Gaudefroy-Demombynes : 1935-1957

Gaston Wiet : 1957-1971

Régis Blachère : 1972-1973

Claude Cahen : 1973-1991

Henri Laoust : 1974-1983

Charles Pellat : 1984-1992

Membres libres :

Georges Marçais : 1940-1962

Henri Massé : 1941-1969

Henri Terrasse : 1953-1971

Correspondants :

Jacques-Auguste Cherbonneau : 1871-1882

École des Jeunes de langue

Direction de l’école

Les orientalistes en charge des Jeunes de langue ont à partir de 1816 le titre de premier secrétaire interprète.

Jean-Michel Venture de Paradis, professeur de langues orientales, assisté de Chayolle, et de deux instituteurs pour les belles lettres : 1797-1799 [an V - an VII]

Auguste Chayolle : 1799-1819 [ou octobre 1826]

Jean Daniel Kieffer, directeur du Collège des enfants de langues : 1819 [ou octobre 1826] - septembre 1829

Joseph-Marie Jouannin : septembre 1829 - janvier 1844

Alix Desgranges jeune : février 1844 - 1854

Mathieu Joseph Cor, nommé en 1854, meurt avant d’avoir pu prendre ses fonctions

Antoine Desgranges aîné : 1854-1856

Charles Schefer : 1856 - mars 1882

Auguste Barré de Lancy, délégué du ministre pour la surveillance des études des jeunes de langues et des élèves pensionnaires du département de l’ESLO : mars 1882 - mai 1895

Charles Clermont-Ganneau : mai 1895 - 1906

Clément Huart : 1906 - février 1914

Émile Piat : 1914-1919

Ont été chargés de l’enseignement de l’arabe

Antoine Desgranges aîné : adjoint en 1816, suppléé par Joseph Agoub entre 1825/1826 et 1829/1830, puis secrétaire, de 1829 à 1854

Adrien-Casimir Barbier de Meynard, maître répétiteur : v. 1847 - v. 1850

Abel Pavet de Courteille, maître répétiteur : v. 1850 - v. 1880

École des langues orientales

L’École spéciale des langues orientales, fondée en 1795, prend en 1914 le nom d’École nationale des langues orientales vivantes en même temps qu’elle se voit reconnaître le statut de grand établissement d’enseignement supérieur. Un premier projet de réforme, formulé à la mort de Sacy en 1838 par le ministre de l’Instruction publique Salvandy, avait échoué dans les faits. Remise à l’ordre du jour en 1848, la réforme de l’école (inscription des élèves, institution d’un diplôme) ne sera véritablement réalisée qu’à la suite de l’ordonnance de novembre 1869. Entre le début des années 1870 et les années 1920, le cadre général de l’enseignement ne se modifie guère, sinon par un développement du nombre des enseignements et des élèves.

Administrateurs1

Louis Mathieu Langlès, persan : 1795-1824

Antoine Silvestre de Sacy, arabe : 1824-1838

Amédée Jaubert, turc : 1838-1847

Karl Benedikt Hase, grec : 1847-1864

Joseph Toussaint Reinaud, arabe : 1864-1867

Charles Schefer, persan : 1867-1898

Adrien Barbier de Meynard, turc : 1898-1908

Paul Boyer, russe : 1908-1937

Mario Roques, roumain : 1937-1938

Jean Deny, turc : 1938-1948

Henri Massé, persan : 1948-1958

Chaire d’arabe, puis d’arabe littéral

Antoine Silvestre de Sacy : 1795-1838

Joseph Toussaint Reinaud : 1838-1867

La chaire est alors supprimée pour permettre la création d’une chaire de japonais2.

L’enseignement de la langue classique est réintroduit en 1875-1876 sous la forme d’un cours complémentaire de grammaire arabe, confié à Hartwig Derenbourg, cours qui est retransformé en chaire en 1879.

Hartwig Derenbourg : 1879-1909

Maurice Gaudefroy-Demombynes : 1910-1934

[Ahmed Benhamouda : 1921-19383]

Régis Blachère : 1935-1951

[Mohamed ben Ahmed Sabihi : 1938-1946 ; Mohammed Aouad et Mohamed Bira : 1946-1948 ; Taieb Sehbani : 1948-1954 ; Ahmed Salmi : 1949-1956]

Charles Pellat : 1951-1957

[Habib Hamdani : 1954-1962 ; Bensalem Seffar : 1956-1957 ; Abdelaziz Fassi-Fihri, 1957-1976 ; Mongi Chemly : 1958-1960]

Gérard Lecomte : 1958-1986

Chaire d’arabe vulgaire

Elle est fondée en 1803 pour compléter un enseignement reposant sur l’analyse des textes anciens par un apprentissage de la langue usuelle moderne.

Raphaël de Monachis : 1803-1816

[Michel Sabbagh : copiste, donne des leçons d’écriture, de prononciation et de conversations : 1816]

Ellious Bocthor : 1819-1821

Amand-Pierre Caussin de Perceval : 1821-1871

Un cours d’arabe algérien est institué en 1863 et confié à William Mac-Guckin de Slane.

Ce cours est assimilé à la chaire d’arabe vulgaire vers 1871-1872.

William Mac-Guckin de Slane : 1863/1872-1879

[Soliman al-Haraïri : 1871-1877 ; Aboul Naman Imran, 1877-1884]

Jacques-Auguste Cherbonneau : 1879-1882

Octave Houdas : 1882-1916 (suppléé par Émile Amar)

[Hassan Gélal : 1884-1887 ; Abdelrahim Ahmad, 1887-1891 ; Mohammed Abderrahman Abdoul Hakim, 1891-1892 ; Mahmoud Aboul Nasr : 1892-1899 ; Ahmed el Tabei : 1899-1900 ; Abdelaziz Zenagui : 1902-1904 et 1905-1906 ; Mohammed Merzouq : 1904-1905 ; Salem El Koubi : 1906-1921]

La chaire devient en 1916 chaire d’arabe maghrébin.

William Marçais : 1916-1927

[Ahmed Benhamouda : 1921-1938]

Georges Séraphin Colin : 1927-1963

[Mohamed ben Ahmed Sabihi : 1938-1946 ; Mohammed Aouad et Mohamed Bira : 1946-1948 ; Taïeb Sehbani : 1948-1954 ; Ahmed Salmi : 1949-19564]

Philippe Marçais : 1963-1978

Chaire d’arabe oriental

Fondée en 1909, supprimée pour des raisons d’économie en 1934 (Feghali poursuivant alors son enseignement comme professeur délégué), la chaire est rétablie en 1947.

Adrien Barthélemy : 1909-1929

[Michel Bitar : 1907-1942]

Mgr Michel Feghali : 1929-1934 (délégué jusqu’en 1945)

Jean Cantineau : 1947-1957

Jean Lecerf : 1957-1964

Conférences préparatoires, cours d’histoire, géographie, droit

1852 : Emmanuel Latouche, secrétaire adjoint de l’École, est « autorisé à faire des conférences pouvant servir d’introduction à l’étude des langues sémitiques (arabe, persan et turc) ». Après une interruption d’une dizaine d’années, la conférence « préparatoire aux cours des principales langues de l’Orient » est à nouveau ouverte deux fois par semaine en 18645, et ce jusqu’en 1881.

1872-1873 : ouverture d’un cours de géographie, d’histoire et de législation des États musulmans. Bihebdomadaire, il est donné par Gustave Dugat jusqu’en 1886.

Lui succède entre 1888 et 1929 Paul Ravaisse en faveur duquel le cours est transformé en chaire en 1906.

Gaston Wiet : 1930-1951 (Le cours est généralement assuré par des suppléants.)

Marcel Colombe : 1952-1979

1882-1883 : ouverture d’un cours complémentaire d’Histoire de l’étude des langues orientales vivantes en Europe depuis le Moyen Âge jusqu’à la fin du xviiie siècle, par Auguste Carrière. Le cours n’est pas prorogé.

École coloniale

Fondée à partir d’une mission d’étudiants cambodgiens à Paris (1876), mission ensuite élargie à d’autres élites « indigènes », elle s’est ouverte à partir de 1890 à des élèves français se destinant à des carrières coloniales. Elle dispose depuis 1892 d’une « section africaine » et s’installe en 1896 dans l’imposant bâtiment construit spécialement pour elle avenue de l’Observatoire. Entre 1897 et 1911, l’arabe est avec le malgache une matière obligatoire pour les élèves de la section africaine.

Constantin Sonneck : 1897-1904

Maurice Gaudefroy-Demombynes : 1904-1911

Les élèves de l’École coloniale sont ensuite invités à suivre l’enseignement dispensé aux Langues orientales. Cela vaut tout particulièrement pour les élèves de la section de l’Afrique du Nord qui est ouverte en 1920.

À partir de 1919-1920 environ, l’École coloniale offre un enseignement sur l’islam, confié à Edmond Doutté (entre 1920 et 1925 [?]) puis à Jacques Ladreit de Lacharrière (histoire de l’islam, 1928) ainsi que des cours d’arabe maghrébin, confiés en 1921 à Edmond Destaing (jusqu’en 1940 [?]).

L’École coloniale, dirigée entre 1926 et 1933 par Georges Hardy, prend en décembre 1934 le nom d’École nationale de la France d’outre-mer.

EPHE

IVe section, sciences historiques et philologiques

Langue arabe6

Stanislas Guyard, répétiteur (1868-1880) puis maître de conférences (1880-1884)

Hartwig Derenbourg, maître de conférences (1884-1893), puis directeur adjoint (1893-1897) et directeur d’études (1897-19087)

Adrien Barthélemy, directeur adjoint (1908-1915), puis directeur d’études (1916-1929)

William Marçais, directeur d’études (1919-19418)

Régis Blachère, directeur d’études (1941-19729)

Histoire de l’Orient islamique au Moyen Âge

Jean Sauvaget, directeur d’études (1937-1950)

Ve section, sciences religieuses

Islamisme et religions de l’Arabie

Hartwig Derenbourg, directeur adjoint (1886-1902) puis directeur d’études (1902-1908)

Clément Imbault-Huart, directeur d’études (1908-1927)

Maurice Gaudefroy-Demombynes, directeur d’études (1927-1932/1933)

Louis Massignon, directeur d’études (1932/1933-1954)

Simon Van den Bergh, conférences libres dans le cadre des directions d’études d’Étienne Gilson (1932-1933) puis de Louis Massignon (1933-1940)

Paul Kraus, chargé de conférences complémentaires (1933-1936)

Henri Corbin, directeur d’études (1954-1978)

VIe section, sciences économiques et sociales

Histoire économique et sociale du Moyen Âge

Maurice Lombard, directeur d’études (1948-1966)

Religions et sociétés : L’Islam

Robert Montagne, chargé de conférences puis directeur d’études (1948-1954)

Sociologie musulmane

Jacques Berque, directeur d’études (1955-1980)

Nada Dagher-Tomiche, chargée de conférences (dans le cadre de la direction d’études de J. Berque, 1957-1963)

Yvon Linant de Bellefonds, chargé de conférences (dans le cadre de la direction d’études de J. Berque, 1959-1961)

Ethnographie du Maghreb

Germaine Tillion, directrice d’études (1958-1978)

Mohamed Farès, chargé de conférences (1959-1961)

Ethnologie historique de l’Afrique orientale

Joseph Tubiana, chargé de conférences (1958-1985) (dans le cadre de la direction d’études de Georges Balandier, Sociologie de l’Afrique noire)

Ethnographie historique du Proche-Orient

Maxime Rodinson, chargé de conférences (1959-1972)

Géographie humaine de l’Afrique du Nord et de l’Orient méditerranéen

Pierre Marthelot, directeur d’études (1959-1979)

Faculté des lettres

Chargés de cours complémentaires en « langue et littérature arabes » :

William Marçais : 1917-1942 [?]

Maurice Gaudefroy-Demombynes : 1924-1945 [?]

On peut désormais préparer à la Sorbonne une licence ès lettres option arabe.

Sur un modèle de l’Institut d’études scandinaves fondé en 1922, adopté peu à peu pour l’ensemble des « civilisations », un Institut des études islamiques est fondé en 1929. Sis au 13, rue du Four, il est présidé jusqu’en 1942 par William Marçais assisté de Maurice Gaudefroy-Demombynes. Il permet d’organiser des séries de conférences.

Jean Lecerf assure temporairement un enseignement pour les étudiants de licence en avril 1939.

En avril 1945, une chaire de « langue et civilisation arabes » est créée pour Évariste Lévi-Provençal, les deux chargés de conférences d’arabe s’étant effacés.

À sa mort en 1956 lui succède Charles Pellat (jusqu’en 1978).

Le Centre d’études de l’Orient contemporain est rattaché à l’Institut des études islamiques en 1947.

Il est dirigé par Évariste Lévi-Provençal puis par Régis Blachère (1956-) et Robert Brunschvig (1963/1965-)

Une maîtrise de conférences de philologie et littérature arabe du Moyen Âge est fondée en 1951 et attribuée à Régis Blachère.

Lycées

Lycée Henri-IV

Edmond Destaing, chargé de cours en 1921

Lycée Louis-le-Grand

L’arabe y est enseigné dans le cadre de la formation des Jeunes de langue jusqu’à la fin du Second Empire.

Une nouvelle chaire est fondée en 1938 :

Albert Gateau, 1938-1940

Charles Pellat, 1946/1948 [?]-1951

Gérard Lecomte : 1951-1958

Yves Marquet : 1958-1961

Autres villes de la métropole

Marseille

1807 : Fondation d’une chaire annexe de l’École spéciale des langues orientales en faveur de dom Gabriel Taouil (suppléé en 1834 par Georges Sakakini fils).

1835 : Mort de Taouil et nomination d’Eusèbe de Salle qui double son enseignement au collège par une conférence donnée dans le cadre des cours communaux de la ville, rue d’Aubagne.

1836 : La langue arabe figure au programme de l’instruction du pensionnat primaire de M. Albrand, 35, rue Fongate.

1837-1840 : De Salle est suppléé le temps de son voyage en Orient par l’abbé Bargès. Une cabale contre De Salle et Bargès appelle à leur remplacement par Sakakini, soutenu par la chambre de commerce.

1846 : Institution d’une maîtrise spéciale d’arabe usuel au collège royal en faveur de Sakakini qui sera suppléé (1865) puis remplacé (1867) par Joseph Abdou Moussa.

1847 : De Salle est suppléé par Jean Baptiste Reynier.

1867 : Retraite de De Salle. Nicolas Reynaud lui succède à la chaire publique, sans autre titre que celui de chargé de cours. Le nombre des élèves continue à décliner. En 1887, le cours public n’a plus lieu « depuis longtemps » et Reynaud cesse d’être rétribué.

1881 : Démission d’Abdou Moussa, remplacé au collège royal devenu lycée Thiers par Adjoury. Après la mort de ce dernier en 1886, Abdou Moussa retrouve son poste au lycée (jusqu’en 1917).

1872 : Un enseignement d’arabe est proposé à la chambre de commerce. Il est assuré par Théodore Adjoury (en 1875) puis par Joseph Abdou Moussa (au moins en 1892-1894).

Un enseignement est introduit en 1938 au lycée Périer : se succèdent semble-t-il à cette chaire Mohammed Salah Bel Guedj, Yves Marquet (1940) et Henri Darmaun.

Montpellier

1846 : Institution d’un cours d’arabe au collège de Montpellier

Charles Zaccar [n’occupe pas le poste]

Charles Edouard Augustin Guys : 1846-1847

Léopold Youssouf : 1847-1849

1878 : Ouverture d’une conférence de langue arabe à la faculté des Lettres de Montpellier en faveur de Louis-Marcel Devic. Elle n’est pas maintenue après la mort de ce dernier en 1888.

1963 : création d’un poste de professeur d’arabe au lycée de garçons (Ali Cherif-Zahar, 1963-1965)

Lyon

1878 : Le congrès provincial des orientalistes se tient à Lyon. Inauguration du musée Guimet.

1884-1889 : Édouard Montet donne un cours de linguistique sémitique comparée dans le cadre de sa chaire d’égyptologie à la faculté des Lettres.

1893 : Création d’une section coloniale.

1899 : Création de cours du soir d’enseignement colonial par la chambre de commerce. Dans ce cadre, on institue des cours d’arabe en novembre 1901. Ils sont confiés à Ben Ali Fekar (entre 1901 et 1919) auquel succèdent Abdallah Mansouri (1920-1924), Khaznadar (1924-1942), Zaquin (1942-1943) et Norbert Tapiéro (1943-1947). Cet enseignement colonial, qui prend à partir de 1924 le nom d’école de préparation coloniale, prend fin en 1947.

1911 : Ouverture d’une conférence d’arabe à la faculté des Lettres en faveur de Gaston Wiet (jusqu’en 1930, mais effectivement en congé depuis 1926).

En 1930, le poste est affecté à Bordeaux.

Bordeaux

1904 : Ouverture d’un cours d’arabe parlé à l’Institut colonial. Il est confié au Tunisien Ahmed Cherif auquel succède en 1909 le prêtre libanais Tanios Feghali.

1911-1914 et 1918-1921 : Enseignement d’Alfred Georges Paul Martin (arabe et sociologie).

1915-1919 : Présence de nombreux soldats nord-africains à Bordeaux.

1919 : Pérennisation du cours de Feghali, auquel est adjoint le Tunisien Tahar Essafi. Le cours est transformé en 1924 en une maîtrise de conférences à la faculté des Lettres, puis en une chaire (1937-1945).

v. 1919-1920 : Abdallah Mansouri est chargé de cours d’arabe à la chambre de commerce (deux niveaux, avec pour chacun deux séances hebdomadaires).

1945-1955 : Robert Brunschvig est professeur de langue et littérature arabes à la faculté des Lettres.

Nancy

L’ouverture d’un cours d’arabe, demandée par des officiers du 20e corps d’armée, daterait de 1900, deux ans avant la fondation de l’Institut colonial auquel il s’intègre.

En 1907-1908, le cours, avec un seul niveau, est professé par Isaac Bloch, grand rabbin de Nancy qui a longtemps séjourné à Oran et à Alger. Il est matière d’examen pour les élèves de l’Institut colonial.

Il s’est maintenu sans interruption jusqu’en 1930 au moins.

En Afrique du Nord française

Il a semblé utile de dresser un état des institutions universitaires et scolaires qui abritent des chaires d’arabe. Ce travail a été mené plus ou moins systématiquement. Esquissé pour l’enseignement supérieur, pour la Tunisie, le Maroc et l’Afrique occidentale française (Mali, Sénégal), il est plus complet pour les chaires d’arabe des établissements secondaires d’Algérie. À défaut d’avoir pu accéder aux archives du rectorat d’Alger ou des directions de l’Instruction publique en Tunisie et au Maroc, on s’est fondé sur les Annuaires de l’Instruction publique pour l’Algérie et sur les dossiers de carrière des professeurs10. Nous avons conservé des éléments d’information concernant les dernières décennies de la période coloniale, bien qu’elles ne fassent pas l’objet de développement spécifique dans le texte de ce livre.

Algérie

Recteurs de l’académie d’Alger

1848-1872 : Charles-Lucien Delacroix (1808-1880) [Représentant du ministère de l’Instruction publique, il cherche à faire passer sous son autorité l’ensemble des établissements scolaires d’Algérie. Il se heurte par conséquent à Nicolas Perron, directeur du collège impérial arabe-français, qui, comme l’ensemble du personnel affecté à l’enseignement des indigènes, dépend du ministère de la Guerre11.]

1872-1879 : Ernest de Salve-Villedieu (dit de Salve) (1815-1893)

1879-1882 : Ferdinand Belin (1837-1908)

1882-1884 : Gustave Boissière (1837-1895) [Historien de l’Algérie romaine, il est très sévèrement jugé par Ernest Masqueray12 ; les médersas passent en 1883 sous son autorité.] Novembre 1884 - 1908 : Charles Jeanmaire (1841-1912) [Ancien de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, il a été professeur au lycée d’Alger entre 1869 et 1878 ; sa politique en faveur du développement de l’enseignement des indigènes lui vaut d’être l’objet de violentes campagnes de presse ; après son départ, il achève sa carrière comme recteur de l’académie de Toulouse.]

1908 - septembre 1926 : Édouard-Muller Ardaillon (1867-1926)

1926-1940 : Pierre Martino (1880-1953) [Titulaire de la chaire de langue et littérature française à l'université d'Alger depuis 1910, il a succédé à René Basset au décanat de la faculté des Lettres d’Alger entre 1924 et 1926. En 1940, il est remplacé par Georges Hardy. Après un intérim d’Henri Laugier (1943-1944), le gouvernement provisoire de la République française (GPRF) lui restitue sa fonction rectorale.]

Missions d’inspection

Les titulaires des chaires publiques départementales sont responsables de l’inspection de l’enseignement indigène à l’échelle du département. À partir de 1864, on institue une inspection portant sur l’ensemble de l’enseignement public indigène.

Nicolas Perron : inspecteur des établissements d’instruction publique ouverts aux indigènes (1864-1872)

Jacques-Auguste Cherbonneau : inspecteur des écoles musulmanes d’enseignement supérieur (1876-1882)

Octave Houdas : inspecteur puis inspecteur général des médersas (1882 puis 1895-1914)

William Marçais : Inspecteur général de l’enseignement primaire des indigènes (1909-1913) ; missions d’inspection générale de l’enseignement de l’arabe dans les établissements du second degré (1928-1930 ; 1938-1943)

Henri Pérès : chargé de missions d’inspection générale de l’arabe dans les lycées, collèges et écoles normales de l’Algérie (1938-1942 et 1944-1960)

Pierre Counillon : mission d’inspection générale de l’enseignement de l’arabe dans le second degré en Algérie (1957-1960)

Mahammed Hadj-Sadok : inspecteur général d’arabe (1960-1973 [?])

Département d’Alger

Alger

Chaire publique d’arabe

Joanny Pharaon inaugure un cours public d’arabe dès décembre 183213 mais on lui préfère Louis Bresnier pour occuper la chaire officiellement fondée en 1836.

Louis Bresnier : 1836 - juin 1869 (traitement de 3 600 francs par an, soit 300 francs par mois, porté à 4 000 francs par an à partir de 1862. Il passera à 5 000 francs en 1875.)

Bresnier demande en vain le dédoublement de la chaire pour ne conserver que les cours moyen et supérieur (1862, puis 186614). Il a alors une cinquantaine d’auditeurs dont la moitié sont des débutants.

Edmond Combarel : octobre-novembre 1869

Gustave Richebé : 1870-1877

Octave Houdas : 1877-1879

La chaire publique est alors intégrée à la nouvelle école des Lettres d’Alger, sous la forme d’une chaire d’arabe vulgaire.

École des Lettres /faculté des Lettres d’Alger

L’école des Lettres a été fondée en 1879. Elle absorbe en son sein l’ancienne chaire d’arabe dont le titulaire, Octave Houdas, devient le directeur d’une éphémère section orientale. Son premier directeur est un historien curieux d’observations ethnographiques, Émile Masqueray. Son successeur, René Basset, véritable organisateur de l’école, facilite sa transformation en faculté des Lettres dans le cadre de la nouvelle université d’Alger en 1909.

En 1934, on fonde un Institut d’études orientales composé de quatre sections : histoire et archéologie ; linguistique ; littérature et philologie ; sociologie et droit. Selon sa charte de fondation, il n’a pas pour but « d’organiser un enseignement spécial, mais de constituer un groupe de recherches et une commission de publications. Il se donne pour domaine l’étude de toutes les questions relatives à l’histoire, à la civilisation et aux langues du monde musulman. Il s’intéresse spécialement à l’Islam dans l’Afrique du Nord15 ».

Langue arabe

L’enseignement de l’arabe est assuré par Octave Houdas jusqu’en 1884, puis par René Basset jusqu’en janvier 1924. Il a pris la forme d’une chaire en 191016.

Mohammed Ben Cheneb, 1927-1929 (chargé de conférences depuis 1908, maître de conférences en 1924, professeur sans chaire).

Henri Pérès, chargé de cours en novembre 1929, puis professeur titulaire de juillet 1938 à sa retraite en 1960, la chaire ayant été transformée en 1933 en chaire d'arabe moderne17.

Marius Canard, maître de conférences en 1932, est remplacé en janvier 1947 par Jean Lecerf (jusqu’en 1957).

Littérature arabe et littérature persane18

René Basset (1880-1884) et Edmond Fagnan (1884-1919) sont successivement chargés d’un cours complémentaire sur les littératures arabe et persane. Le cours est semble-t-il promu au rang de chaire pour Henri Massé (novembre 1919 - décembre 1932).

Elle est ensuite transformée en chaire de linguistique générale et langues sémitiques (décret du 23 juin 1933) pour Jean Cantineau (novembre 1933 - avril 1948) qui crée en 1936 un laboratoire de phonétique expérimentale.

Puis en chaire de psychologie par décret du 29 juillet 1953, en même temps que la chaire de langue et littérature anciennes devient une chaire de langue et civilisation de l’Afrique du Nord19 dévolue à Philippe Marçais (juillet 1953 - 1962).

Un cours de philosophie musulmane et d’histoire de la philosophie, confié en 1901 à Léon Gauthier, est transformé en 1910 en chaire (jusqu’en 1932).

Histoire et antiquités de l’Afrique

La chaire est occupée par Émile Masqueray de 1880 à 1894.

Une chaire d’histoire moderne de l’Afrique, occupée par Édouard Cat, passe en 1903 à Georges Yver.

Ce n’est qu’en 1905 qu’on fonde pour Edmond Doutté une chaire d’histoire de la civilisation des peuples musulmans. Il est suppléé à partir de 1914.

Lévi-Provençal est nommé en 1927 à cette chaire, rebaptisée chaire d'Histoire des Arabes et de la civilisation musulmane. Régulièrement absent du fait de sa fonction de directeur de l’IHEM, Lévi-Provençal est suppléé entre 1932 et 1935 par Robert Brunschvig. À la suite de la nomination de ce dernier à une nouvelle maîtrise de conférences d’histoire de la civilisation musulmane en 1935, la chaire change de dénomination, devenant une chaire d’histoire de l’Occident arabe, mais conserve le même titulaire. Lévi-Provençal l’occupe en effet jusqu’en 1946, à l’exception de la période de Vichy, où il est comme Brunschvig victime des conséquences de l’application de la législation antisémite. Brunschvig, mis à la retraite en décembre 1940, retrouve son enseignement en 1943 (il est bientôt promu professeur). Lui succède en 1945 Marius Canard, maître de conférences, chargé du service de la chaire de civilisation musulmane (1945-1949)20.

Roger Le Tourneau, chargé d’un enseignement à partir de janvier 1947 pour assurer le service après le départ de Lévi-Provençal, sera nommé titulaire de la chaire d’histoire de l’Occident arabe en 1950 (jusqu’en 1957, date à laquelle Hady-Roger Idris prend le relais comme chargé d’enseignement, avant d’être nommé en 1959 maître de conférences, puis professeur titulaire).

Ethnographie et sociologie nord-africaines

Georges Marcy, maître de conférences (1937-1947), puis, après sa mort, Philippe Marçais (octobre 1947-1953).

Médersa d’Alger

La médersa, fondée en 1850, est dirigée parHassan ben Brihmat jusqu’à sa mort en 1883.

Le corps enseignant est alors constitué de :

Hassan ben Brihmat : conférences pour la révision des cours français.

El Kezadri : droit musulman (jusqu’en décembre 1893). Remplacé par ses collègues avec l’aide de si el-Hafnaoui, rédacteur au Mobacher, il est finalement suppléé par Saïd Zekri (prorogé en juillet 1894 et titularisé en 189621).

Ali b. Hamda/Hamida el-Ammali/Lammali : grammaire et littérature arabe.

Mailhes : langue française, arithmétique, histoire et géographie.

Jacquey, professeur à l’école de droit : droit français.

Hademy : sciences.

Le GGA cherchant à éviter la nomination d’un nouveau directeur musulman, Mailhes accède à la direction.

En 1895, Gaston Delphin prend la direction de la médersa réformée jusqu’à sa démission en décembre 1904. Il est chargé des cours de langue française, histoire, géographie, droit usuel et organisation administrative.

Saïd Zekri (droit musulman) et Lammali(qui passe de la littérature arabe à la théologie) sont prorogés (avec un traitement de 1 800 francs).

Abderrazaq Lacheraf passe de la langue française à la langue arabe.

Omar ben Brihmat passe de l’enseignement de la langue arabe, du droit musulman et de l’instruction civique à la seule langue arabe puis au droit musulman et français (jusqu’à sa mort en février 1909). Il est alors suppléé par Dournon (pour le droit français) et Belhadj (pour le droit musulman et la législation algérienne).

Gutzwiller, chargé d’enseigner les lettres, est remplacé après sa mort par Léon Gauthier (décembre 1896), lui-même remplacé par Lucien-René Blanc (février - octobre 1900) puis Jules Joly (1902-1920).

L’histoire de la civilisation musulmane est enseignée par Georges Marçais (décembre 1905 - mars 1906) puis Edmond Destaing (1910-1914).

Joseph Salessy (1895-1896), Alexandre Joly (1896-1904) puis Alfred Louis Dournon (1904-1909) enseignent les sciences.

En 1904, William Marçais prend la direction de la médersa (jusqu’en 1909).

Y délivrent alors un enseignement Lammali ; Abdelkader Medjaoui [‘Abd al-Qādir al-Maǧǧāwī] (droit musulman, exégèse coranique) ; Mohammed Ibnou Zekri [Muḥammad Sa‘īd b. Zakrī] (droit musulman) ; Abdelhalim Bensmaïa [‘Abd al-Ḥalīm b. ‘Alī b. ‘Abd ar-Raḥmān b. Ḥasan ḫūǧā b. Smāya] (droit musulman, rhétorique, logique) ; Omar ben Brihmat (langue arabe et droit français) et Mohammed Ben Cheneb (langue arabe) qui a remplacé en 1900 Abderrazerak Lacheraf.

Après la mort de Lammali (octobre 1908), Bel Hadj Cherchali enseigne à titre intérimaire le droit et la théologie (jusqu’en août 1915).

À la chaire de théologie et d’exégèse coranique, Abdelkader Medjaoui est remplacé en janvier 1916 par Abdelhalim Bensmaïa, qui fait place en janvier 1922 à Hammoud Hamdan b. Tayeb, lui-même suppléé à la chaire de droit musulman et de langue arabe par Ahmad Ibnou Zekri.

À la chaire de droit musulman, Mohammed Ibnou Zekri est remplacé par Cherchali (septembre 1915 - novembre 1915).

À la chaire de rhétorique et de littérature arabe, Abdelhalim Bensmaïa est remplacé en janvier 1916 par Mohammed Ben Cheneb (jusqu’à fin 1923) puis Benzerrak.

Sous la direction d’Edmond Destaing (décembre 1909 - 1914), on crée une seconde chaire de lettresconfiée àJean-Édouard Garoby (novembre 1910 - 1919) puis à Maurice Vénard.

Sous la direction deCharles Saint-Calbre (1914-1934), on trouve parmi les professeurs Mohammed Benzerraq (arabe) ; Hammoud Hamdan b. Tayeb (droit musulman) et François Ardizzone (sciences).

En 1934, on décide de confier à nouveau la direction à un musulman, Belhadj, qui connaît bien la médersa pour y avoir enseigné. Après Paul Rouvier, directeur par intérim (janvier 1938) puis titulaire (août 1939), la direction passe en 1943 à Ahmed b. Mohammed SaïdIbnou Zekri.

La division normale de la médersa est transformée en 1951/1952 en un lycée franco-musulman quis’installe vers 1956 à Ben Aknoun, où l’on construit de nouveaux bâtiments à proximité de l’ancien petit lycée de garçons, de façon à former à terme un seul établissement, sous le nom de lycée d’El-Biar – c’est l’actuel lycée Amara Rachid. Mahammad Hadj-Sadok en devient le proviseur à la mort d’Ahmed b. Mohammed SaïdIbnou Zekri (1956). La division supérieure de la médersa est devenue dès 1946 un Institut des hautes études islamiques rattaché à la faculté des Lettres d’Alger.

Collège impérial arabe-français d’Alger

Fondé en 1857 sous l’autorité du ministère de la Guerre, il concurrence jusqu’en 1871 le lycée d’Alger.

Il est dirigé parNicolas Perron (1857-1863) puis par Jacques-Auguste Cherbonneau (1863-1871), assistés d’un sous-directeur, Louis Depeille. Le reste du personnel se compose d’un imām (Hassan ben Hamed), d’un trésorier (qui est aussi bibliothécaire, archiviste, secrétaire : Eugène Castel), d’un régent et d’un économe ainsi que de trois professeurs (Auguste François Machuel [1861-1863] puis François Colomba sont chargés de la première année, Jacques Liron de la deuxième année et Eugène Vayssettes de la troisième année jusqu’en 1865), de trois maîtres répétiteurs et d’un maître d’écriture.

Une chaire d’arabe, fondée en 1863, est attribuée jusqu’en 1867 à Octave Houdas.

Collège-lycée de garçons d’Alger

Le collège d’Alger, promu au rang de lycée en octobre 184822, prend en 1941 le nom de lycée Bugeaud. Après l’indépendance, il est rebaptisé lycée émir Abd el-Kader.

Le 10 octobre 1836, avant même l’inauguration des leçons de la chaire publique en janvier 1837, Louis Bresnier ouvre un cours d’arabe au collège. En 1837-1838, il y enseigne à la fois l’arabe littéral et vulgaire.

Un cours élémentaire d’arabe est fondé par arrêté ministériel du 23 octobre 184123, en complément du cours supérieur d’arabe qui reste assuré par Bresnier, titulaire de la chaire publique, au moins jusqu’en 1846. La distinction entre cours élémentaire et cours supérieur ne correspond pas à une répartition entre arabe vulgaire et régulier24.

Prudent Vignard, sur lequel le comte Guyot, directeur de l’Intérieur et Lepescheux, inspecteur chef du service de l’instruction, se sont entendus, a été nommé professeur d’arabe par le ministère de la Guerre dès février 1841 (avec un traitement de 2 200 francs). Il y demeure jusqu’en novembre 1845, date de sa nomination comme traducteur assermenté à Constantine, où il deviendra l’année suivante titulaire de la nouvelle chaire publique d’arabe.

Latrobe, adjudant du campement, est chargé provisoirement de la chaire (10 novembre 1845).

Auguste Gorguos, professeur de latin au collège depuis son arrivée à Alger en 1836, intégré à l’Université depuis 1845, remporte devant Latrobe le concours de recrutement (avril 1846). Il a l’avantage d’avoir donné des cours de français aux Maures et d’avoir suivi les cours de Bresnier. Il conserve cette fonction jusqu’en octobre 1864, suppléé successivement par Louis Bresnier (1850) puis, alors qu’il est atteint d’une maladie incurable, par Octave Houdas (1864-1869) qui devient titulaire de la chaire en 1867.

Houdas est ensuite remplacé parLouis Machuel (1869-1877, 3 000 francs).

Après la fermeture des collèges impériaux arabes-français, le nombre des élèves étudiant l’arabe au lycée d’Alger augmente considérablement, obligeant à avoir plusieurs professeurs.

Viennent ainsi en renfort de Louis Machuel Belkacem Ben Sedira,à titre temporaire, le répétiteurMarius Delmas pour l’enseignement spécial du lycée (1876-1878) et Léon Laborie (1876-1901).

Au grand lycée s’ajoute bientôt un petit lycée annexe qui ouvre ses portes vers 1885 à Ben Aknoun. Comme les effectifs s’étoffent, les deux chaires d’arabe du lycée sont portées en 1911 au nombre de trois.

Première chaire d’arabe

Gabriel Jaume : 1877-1893

Gabriel Colin, agrégé (à partir de 1907) : 1893-1908

Mohamed Soualah, agrégé : vers 1908 - 1937

Pierre Counillon, agrégé : octobre 1937 - 1941

Ahmed Djedou : 1958-1959

Deuxième chaire d’arabe

Auguste Beurnier : 1884-1905

Georges Valat, agrégé : 1921-1928

Henri Pérès : 1928-1929

Georges Valat : 1931-1941

Ali Cherif-Zahar, adjoint d’enseignement : 1945-1951

Prosper Couka : -1958

Ali Cherif-Zahar : 1958-1962

Troisième chaire d’arabe (1911)

Charles Dalet, certifié : mars 1911 - septembre 1937

Marcel-Bernard de Aldecoa, chargé de cours : octobre 1937 - février 1938

Belqacem Tedjini, agrégé : 1938-1946

Eugène Richert : 1955-1958

Bekri : 1958-1959

Eugène Richert : 1962-1963

Ahmed Bouchikhi, répétiteur : janvier-juin 1939 puis 1940-1942

Exercent par ailleurs à Ben Aknoun (devenu après l’indépendance le lycée El Mokrani) :

Antoine Greffier : 1889-1890

Émile Barbier : 1890-1908

Maurice Mercier, délégué : 1908-1910

Marcel-Bernard de Aldecoa, délégué : 1910-1911

Maurice Mercier : 1911-1922 (suppléé entre 1914 ou 1915 et novembre 1920, puis en avril-juin 1921 par Albert Lentin, et en 1921-1922 par Branki)

Soulé, certifié : 1922

Kateb el Hocine, diplômé des médersas, délégué provisoire : 1922

Ben Sion Becache, certifié : 1922-1944 (retraite d’office en 1941, réintégré à Bugeaud en 1943-1944)

Belhamiti : 1939-1940 (suppléant)

Marcel Lamon : 1938-1957

Ahmed Benhamouda : 1943-1944

Mahammed Hadj-Sadok (suppléé par Louise Labouthière-Fredouille en avril-juin 1948 puis par Ali Cherif-Zahar à partir de 1948)

Stambouli (1953-1954)

Kasdali (1953-1954)

Une nouvelle annexe pour les petites classes est inaugurée en 1898 à Mustapha inférieur, près de l’hôpital civil. Agrandie, comportant de grandes classes, l’annexe prend vers 1942 le nom de lycée Émile-Félix Gautier. Il reste jusqu’en 1969 un établissement français (devenant en 1964 mixte sous le nom de lycée Victor Hugo).

Charles Dalet (cours complémentaire) : 1900-1903

Léon Laborie : 1901-1908

Fernand Gouillon : 1916-1919 et 1920-1922

Émile Barbier : 1908-1921 ;

Joseph Desparmet, agrégé : 1921-1928

Georges Valat, agrégé : 1928-1931

A. Bouchiki [?]

Mme Laget-Metzi : 1939-1940

Abderrahman Mahdjoub et Alice Parmentier (1943-1947), délégués rectoraux : 1943-1944

Paul Mangion : 1945-

Belqacem Tedjini, agrégé : 1946-1948

Lycée de jeunes filles d’Alger

Il est inauguré en 1903 dans une portion de rue Michelet qui deviendra la rue Charles-Péguy. Il prend en 1941 le nom de lycée Delacroix. C’est l’actuel lycée Omar Racim.

Jeanne Desrayaux : 1911-1914

Mme Durand : -1941

Alice Parmentier : 1941-1943

En 1914 ou dans les années 1920, le rectorat acquiert un ancien hôtel de Mustapha supérieur, Le Splendid, pour servir d’internat au lycée de jeunes filles. Cette annexe, autonome depuis les années 1930, prend en 1942 le nom de lycée Fromentin. Sous le nom de lycée Descartes, il reste de 1962 à 1988 un établissement français (mixte à partir de 1964, il se grossit en 1969 des élèves venus du lycée Victor Hugo de Mustapha inférieur, restitué à l’Algérie).

Halima Benabed : 1929- (suppléée à partir de 1940 – par Louise Labouthière-Fredouille en 1946-1947, puis par Alice Parmentier)

Alice Parmentier : 1947-1953

Lycée franco-musulman de filles d’Alger

Le lycée franco-musulman de filles, fondé vers 1956  (?), s’installe dans les bâtiments de l’ancienne médersa d’Alger, libérés par le départ des sections du lycée franco-musulman de garçons à Ben Aknoun. En 1958 (?), il s’installe à son tour dans de nouveaux bâtiments, à Kouba (c’est l’actuel lycée Hassiba Benbouali).

Halima Benabed épouse Achour, directrice : 1960-

Écoles normales

École normale d’instituteurs du département d’Alger

Une école normale d’instituteurs s’ouvre en 1865 à Mustapha supérieur, à l’emplacement du futur parc de Galland, avec une école annexe d’application qui ne comporte que des classes « françaises ». La première promotion compte en première année 10 élèves-maîtres dont 3 musulmans. En 1882, on y annexe des cours normaux pour la préparation d’élèves-maîtres indigènes, recrutés par concours spécial (jusqu’en 1928).

À la suite de glissements de terrain, l’école normale est transférée en toute hâte en 1888 dans les bâtiments inachevés de l’asile d’aliénés de la Bouzaréa.

Pour compléter la formation ordinaire en trois ans, une section spéciale destinée à former pour une quatrième année les maîtres français qui se destinent spécifiquement à l’enseignement des indigènes est instituée en 1891. Elle recrute aussi parmi les instituteurs formés dans les écoles normales de métropole.

Un emploi de professeur d’arabe est prévu dès la création de l’école normale en 1865, avec un traitement de 2 000 francs. Il est complété à partir de 1882 par un enseignement de berbère avec un professeur commun à l’arabe et au berbère (Belkacem Ben Sedira) et un répétiteur particulier pour chacune des deux langues.

La chaire d’arabe est successivement occupée par :

Louis Bresnier : 1865-1869

Belkacem Ben Sedira : 1869-1901

Mohamed Soualah : 1893-1908 (répétiteur en 1893 puis professeur en 1901)

Georges Valat : 1908-1914 (il double son enseignement de cours de sociologie musulmane)

Biaggi aîné : 1914-1920 [?]

Jean Crouzet : octobre 1920-1935

Ange Biaggi (Biaggi jeune) : 1935-1939/1940 (pour l’arabe et le berbère).

Rahmani : 1947-1962 [?]

École normale d’institutrices du département d’Alger

L’école normale d’institutrices du département d’Alger est installée en 1876 à Miliana.

L’enseignement de l’arabe n’y semble pas aussi poussé que pour les instituteurs – ce qui tient sans doute à la fois au très faible développement de l’instruction publique des filles « indigènes » et, corrélativement, à l’extrême rareté des institutrices musulmanes avant 1958. On peut supposer que cet enseignement a été donné par les professeurs d’arabe du collège de Miliana (comme c’est le cas d’Ernest Gourliau en 1887-1889) avant d’être confié aux professeurs en poste à l’EPS de garçons : Bousquet (1906-1922), Paul Ortis (1922-1933), puis Amar Dhina (1933 [?]-1944, suppléé par Ortis en 1939-1940).

En 1946, l’école normale quitte Miliana pour la banlieue d’Alger à Ben Aknoun (commune d’el-Biar), où elle occupe de nouveaux locaux construits spécialement pour elle, dans un quartier où, près du lycée de garçons, on édifie aussi la cité universitaire et le lycée franco-musulman de garçons.

EPS de garçons, Alger

EPS de la rampe Valée ou du boulevard Guillemin (Bab el-Oued), futur collège puis lycée Guillemin (Okba depuis 1963)

Louis Lacroix : 1910-1929

Pierre Counillon : 1929-1933

Paul Ortis : 1933 - décembre 1934

Louis di Giacomo : janvier 1935 - 1940 (suppléé par Ahmed Djedou en 1939-1940)

Marcel Bermond : 1940-1947 (suppléé en 1945)

Prosper Couka : v. 1945-1955

Tahar Tedjini : 1945-1952

EPS de Maison Carrée (garçons), collège (1940) puis lycée, prend en 1963 le nom d’Abane Ramdane.

Jean-Louis Crouzet : octobre 1915 - octobre 1920

Henri Pérès : 1920-1928

Pierre Counillon : octobre-décembre 1928

Paul Mangion : 1929-1930

Louis di Giacomo : 1931-1934

Tahar Tedjini : 1934-1939 [?]

Prosper Couka : 1939-1940 (suppléé par Tahar Tedjini).

Ali Cherif-Zahar : 1942-1943

Henri Darmaun : 1947-

René Mutin : -1962

EPS du Champ de manœuvre, collège puis lycée, prend en 1963 le nom d’El Idrissi.

Pierre Counillon : 1933-1937 (emploi nouveau)

Paul Mangion : 1939-1945 (suppléé en 1939-1940 par Rahmani)

Henri Darmaun : -1951

Ali Cherif-Zahar : 1951-1958

EPS de jeunes filles, Alger

EPS de l’avenue Pasteur, devient collège puis lycée Pasteur.

Jeanne Desrayaux : 1910-1911

Mme Schardt : -1927

Mlle Boulbès : 1927-

Jeanne Grégoire : 1946-1949

EPS de la rue Lazerges, Bab el-Oued, devient collège puis lycée de jeunes filles Savorgnan de Brazza ; lycée Frantz Fanon depuis 1963.

Meriem Amram épouse Aouate : 1929-1939

Jeanne Grégoire : 1943-1944

Alice Hatoun : 1945-1952

Mlle Kalfon [?] : 1947

Paule Charles-Dominique : v. 1947-1950 [ou à partir de 1952 ?]

Louise Labouthière épouse Fredouille : 1950-1962

EPS de Maison Carrée, devient collège puis lycée et prend en 1963 le nom d’Ourida Maddad.

Yamina Larab : 1933-1939

[Jeanne ?] Chaufour : 1943-1944

Alice Hatoun : 1943-1945

Blida

Collège, prend en 1942 le nom de lycée Duveyrier avant d’être rebaptisé lycée Ibnou Rouchd [Averroès] après l’indépendance.

Demonque, chargé de cours : 1879

Gaëtan Delphin : 1880-1883

Jules Planès : 1883-1884

Émile Messaoud Cohen-Solal : 1884 - janvier 1886

Charles Tusoli : janvier 1886 - février 1902 (suppléé en 1899 et 1900 par Mohammed ben Abderrahman puis par Mariani [?])

Mariani (suppléé en février-septembre 1901 et en 1906 par Mohammed ben Abderrahman)

Ben Sion Becache : 1906

Charles Dalet : 1906-1911

[Maurice Ben Chemoul, répétiteur stagiaire, donne cours aux élèves de 4e : 1910-1911]

Hilaire Igonet : 1911-1934

Mahammed Hadj-Sadok : 1941-1943

Amar Dhina, agrégé : 1953-1957

Une seconde chaire est ouverte en 1913 :

Michel Xicluna : 1913-1919

Armand Soulé : 1929-1949.

Amar Dhina, licencié : 1940-1953

Redjimi : 1954-1957

Tizeghanine : 1959-1960

Talha : 1959-1960

Collège de jeunes filles, inauguré en 1925. Devenu lycée Jean de La Fontaine, il prend en 1963 le nom d’El Fath.

Louise Labouthière épouse Fredouille : 1925-1931 (suppléance de Nelly Bosc, mai-juillet 1927)

EPS de filles 

Mlle Beunat : 1911-1912 [?] (intérim).

Mlle Schardt : -1914

Alice Hatoun : 1914-1917

Mlle Peyras, institutrice adjointe : jusqu’en 1918

Meriem Amram épouse Aouate : 1918-1929 (suppléances régulières de Nelly Bosc entre 1924 et 1928)

Alice Hatoun : 1929-1943

Godart, délégué rectoral : 1943-1944

Boufarik

EPS de garçons, devenu collège puis lycée, prend le nom d’Ibnou Toumert après l’indépendance.

Rémi Thiriet : 1902-1929

Ange Biaggi : 1931-1935

Henri Darmaun (suppléé en 1939-1940 par Ahmed Bouchikhi du lycée d’Alger)

Bioud, délégué rectoral : 1943-1944

Médéa

Collège, prend en 1942 le nom de Mohammed Ben Cheneb.

Mohammed ben Kaddour, chargé de cours : 1879

Dutouron : 1887

Mariani

Auguste Cour : 1894-1900

Joseph Desparmet : 1900-1902

Hilaire Igonet : 1902-1905

Doukan : - mars 1910

Ben Sion Becache : mars-octobre 1910

Jules Salenc : 1910-1912

Albert Lentin, certifié : 1912-1914

Évariste Lévi (Lévi-Provençal), délégué : janvier 1914.

Jeanne Bel : 1918-1919

Albert Gateau, délégué : 1924-1926

Benblidia : 1939-1940

EPS de garçons

Abderrahman Abdoul Hakim : 1929-1940 [?] (suppléé en 1939-1940 par Benblidia).

Miliana

Collège

Marius Delmas : juin 1878 - 1883

Édouard Conception : 1886

Ernest Gourliau : 1887-1889

Tahar Tedjini : jusqu’en 1949-1950 [?]

EPS de garçons

Bousquet, instituteur adjoint : 1906 [?] - janvier 1922

Paul Ortis, instituteur adjoint : janvier 1922 - septembre 1933

Amar Dhina, professeur à l’EPS : 1933-1940

Ali Cherif-Zahar, délégué d’enseignement : 1940-1942

EPS de filles

Mlle Boulbès : -1927

Mlle Grégoire, institutrice déléguée : 1927-1930

Mlle Cherif-Zahar, déléguée : 1943-1944

Tizi-Ouzou

EPS de garçons

Ahmed Djedou : 1943-1944 (suppléé par Slimane Hamoutène)

Département de Constantine

Constantine

Chaire publique d’arabe

Un seul candidat se présente au concours ouvert pour pourvoir la chaire créée par arrêté ministériel du 9 mars 1846, l’interprète militaire Prudent Vignard(2 400 francs). Nommé le 9 juillet 1846, il quitte la fonction dès novembre, sans avoir pris possession de son poste, à la suite d’une promotion au rang d’interprète principal qui lui garantit un traitement nettement plus élevé (4 000 francs).

Jacques-Auguste Cherbonneau : 21 décembre 1846-1863

Gustave Richebé : 1864-187025

Auguste Martin : 1870-1892 (3 000 francs puis 4 800 francs)

Adolphe de Calassanti-Motylinski : 1892-1906 (4 000 francs plus le quart colonial, soit 5 000 francs)

Alexandre Joly : 1907-1913

Auguste Cour : 1913-1932

Albert Lentin : 1933-1944

Medersa de Constantine

La médersa occupe un bâtiment qui jouxte la mosquée sidi el-Kettani et donne sur la place Négrier.

En 1851 : Chadli b. Aissa [aš-Šāḏlī b. ‘Īsā] directeur et professeur de naw (qādī de la direction divisionnaire des affaires arabes), el-Mekki Boutalebi [al-Makkī bū aṭ-Ṭālibī] (fiqh) ; el haj el-Embarek [al-ḥāǧǧ al-Mubārak] (tawḥīd).

En 1884, l’enseignement est dispensé par Saïd b. Daoud [Sa‘īd b. Dāwūd] (grammaire et littérature arabe26), Mahmoud b. Chadli [Maḥmūd b. aš-Šāḏlī] (droit musulman) ainsi que parLouis Arripe, Bonnes (langue française) et l’interprète militaire Constantin Sonneck(1882-1888, arithmétique, histoire et géographie, avec semble-t-il le titre de directeur).

Lui succèdeAdolphe de Calassanti-Motylinski(1888-1907), lui aussi interprète militaire (jusqu’en 1897), qui assure en 1895 le bon déroulement de la réforme.

Après 1895, Roumieux, instituteur public qui a succédé à Deluca, lui aussi instituteur public (1885-1890) pour l’enseignement de la langue française (1890-1895, 1 000 francs) et el-Ammouchi [al-‘Ammūšī], répétiteur chargé de la révision du cours de français (500 francs), ne figurent plus parmi le personnel, Motylinski, par ailleurs titulaire de la chaire publique d’arabe, étant chargé d’enseigner le français, l’histoire, la géographie, l’arithmétique et des notions de sciences.

Sont en revanche maintenus si Mahmoud b. Chadli (théologie ainsi que droit en 4e année, 3 000 francs), Medjaoui [al-Maǧāwī] (langue arabe, 2 200 francs) et Louis Arripe (droit usuel et organisation administrative), auxquels s’ajoutent, nouvellement nommés, ben Mouhoub [b. Mawhūb] (droit musulman puis théologie, 1 500 francs) d’une part, Charles Saint-Calbre (pour les lettres) et Antoine François Perrier (pour les sciences, 2 100 francs) d’autre part.

En 1898, Mohammed Ben Cheneb remplace Medjaoui pour la langue et littérature arabe (jusqu’en 1901).

En 1905 sont professeurs ben Mouhoub, Maurice Vénard (lettres),CharlesSaint-Calbre (passé aux sciences), Alexandre Joly (depuis 1896, sciences). Sont par ailleurs chargés de cours Mohammed Salah ben Labed [Muḥammad Ṣālaḥ b. al-‘Abīd] (depuis 1900, théologie, langue et littérature, puis droit musulman, 2 000 francs), Abdelmajid Bendjema [‘Abd al-Maǧīdb. Ǧama‘a] (langue et littérature arabes, 2 000 francs) et Louis Arripe (600 francs).

À la mort d’Adolphe de Calassanti-Motylinski, la direction de la médersa, confiée à Charles Saint-Calbre (avril 1907 - 1914), est de nouveau dissociée de la chaire supérieure d’arabe, confiée à Alexandre Joly.

Le service de Motylinski est partagé entre Charles Saint-Calbre (5 heures d’histoire et géographie), qui prend la direction de l’établissement, Louis Arripe (2 heures de droit français et organisation administrative) et ben Mouhoub (1 heure d’arabe), tandis que Georges Marçais est délégué à la fonction de professeur de lettres (1907-1914, suppléé en mars 1914 par Vénard). En 1912, Charles Mercier est chargé des sciences.

Depuis 1909, la médersa a quitté le bâtiment de la place Négrier (actuel souk el-Assar), dévolu à la chaire publique, pour s’installer rue Nationale dans un nouveau bâtiment au style néo-mauresque dessiné par Albert Ballu, spectaculairement située au bord des gorges du Rhummel.

AlfredDournon prend la direction de la médersa en mai 1914 (jusqu’en 1938).

Mobilisé, Charles Mercier est suppléé en 1916 par Auguste Cour, Maurice Vénard, Guidon/Guédon [?] et A. Dournon, puis à nouveau en octobre 1917 par Maurice Vénard.

À la chaire de lettres se succèdent Maurice Vénard (1914-1920, titularisé en novembre 1919), Eugène Boberiether (1920 [?]-1926), L. Demoulin (octobre 1926 - 1928), Jean-Henri Probst (1929-1934) et Philippe Marçais (1934-1937).

Les sciences sont confiées à Ardizzone (1919 [?]-1927) puis à nouveau à Charles Mercier (1927-1944).

En 1934, Benzerrak [b. Zarrāq] remplace Mohammed Salah ben Labed. La médersa forme alors 50 étudiants.

À la retraite d’Alfred Dournon, la direction passe à Maurice Vonderheyden (décembre 1938 - 1950), avec un intérim de Charles Mercier en 1939-1940 puis en 1942-1944.

Le lycée franco-musulman qui prend la succession de la médersa s’installe dans de nouveaux bâtiments, avenue Forcioli, dans le quartier d’El Kantara. Il prend après l’indépendance le nom de lycée Hihi El Mekki.

Collège/lycée et Collège impérial de Constantine
Collège communal de Constantine

Le collège a ouvert en 1858 au Dār-Kaiserli, dans le centre ancien de la ville.

Jacques-Auguste Cherbonneau (janvier 1859 - 1863) puis Gustave Richebé (1863-1870), titulaires de la chaire publique, y donnent en complément un enseignement d’arabe.

L’établissement est concurrencé en 1867 par la fondation, sur le plateau de Sidi-M’Cid, d’un collège impérial arabe-français. Une partie des élèves y sont transférés, le bâtiment de Dar-Kaiserli ne servant plus qu’à abriter des classes primaires.En septembre 1871, les deux établissements fusionnent pour constituer un « collège communal mixte » dans les bâtiments de Sidi-M’Cid.

Le collège impérial, dirigé par un militaire, le capitaine Maximilien Aublin (1867-1870/1871), puis par Émile Neyrand (1871), a une chaire d’arabe spécifique. Inaugurée par le jeune Louis Machuel (1867-1869), elle est ensuite occupée par Gabriel Jaume (décembre 1869 - 1877), qui reste en place après la réintégration du collège devenu « mixte » dans les anciens bâtiments au centre-ville (1874) (ceux de Sidi-M’Cid étant convertis en hôpital civil). La transformation du collège en lycée, décidée en 1876, devient effective en 1883, à la fin des travaux d’agrandissement des locaux. Il faut alors deux professeurs pour répondre aux besoins d’enseignement de l’arabe.

Première chaire :

Adrien Hénon : 1877-1884

Ernest Gourliau : 1884 (intérim)

Auguste Mouliéras : 1884-1889

Ernest Gourliau : 1889-1927

Albert Gateau : 1927-1928

Ammar Hammouche : 1928-1963

2e chaire :

Holzwarth, chargé de cours : 1880-1887 [?]

Mejdoub Kalafat : 1887-1921 (suppléé par Paul Rouvier en 1911-1912, par Meriem Amram épouse Aouate de janvier à novembre 1917, par Georges Valat de février 1919 à septembre 1921)

Albert Lentin : 1921-1944

Eugène Richert : 1945-1955

Charles Dalet, cours complémentaires : 1903-1906

En mai 1942, le lycée a reçu le nom d’Aumale. Il prendra après l’indépendance le nom de lycée Reda Houhou.

Lycée de filles 

En 1887, l’arabe n’est pas enseigné dans les cours secondaires de filles.

Le lycée ouvre en 1911 en face de la nouvelle médersa, rue Nationale, et prend en 1942 le nom de lycée Laveran. Installé dans de nouveaux bâtiments à el-Koudiat en 1952, il est rebaptisé en 1962 lycée El Houria.

Mme Loussert [?]

Marguerite Graf : 1928-1936 (supléée par Simone Delmas en 1931-1933)

Simone Delmas : 1936-1940

Christiane Parisse épouse Bendiffalah

Mme Dahmani : 1948-1949

Tewfik Khaznadar, chargé de cours : 1950-1952

Écoles normales du département de Constantine
École normale d’instituteurs

Fondée en 1878, on y instaure en 1882 un recrutement de maîtres indigènes par un concours spécial, procédure abolie en 1897.

On y organise dès l’origine un enseignement de l’arabe.

Mohamed Mejdoub ben Kalafat : octobre 1879 (jusqu’en 1921 [?])

Paul Raimbault (prof. à l’EPS de garçons) : 1929 (dès 1921 et jusqu’en 1937 [?])

Haïm Aboulker (prof à l’EPS de garçons) : (dès 1937 [?]) 1939-1940 (jusqu’en 1953 [?])

Aboud Djidjelli : v. 1953.

École normale d’institutrices

Ida Espère épouse Laumet (professeur à l’EPS de filles) : 1908-1918

Mme Loussert : -1921 [?] [Georges Valat : 1919-1921 ?]

Albert Lentin : 1921-1923

Haïm Aboulker (professeur à l’EPS de garçons) : 1924-1953 [?]

[Aboud ?] Djidjelli : v. 1953

EPS
EPS de garçons, boulevard Mercier, quartier du Coudiat, devient collège moderne de garçons puis lycée Youghourta.

Paul Raimbault : 1910-1937 [suppléé par Meriem Amram épouse Aouate, 1914-1916]

Mme Payan, institutrice intérimaire : 1918-1919

Henri Aboulker : 1919-1940 et 1943-1953

Hady-Roger Idris, délégué : 1937-1940.

Aboud Djidjelli : 1947-1948

Mlle Vigier : 1948-1949

Mohammed Djidjelli : 1948-1950

Mohammed Salah Belguedj

Azzouz

Benmerouane

EPS de filles, rue Chanzy, quartier du Coudiat, devient collège moderne, collège Sévigné [?] puis, de 1963 à 1965, lycée français.

Mme Sage, institutrice déléguée : 1905-1906

Ida Espère épouse Laumet : 1906-1939 [suppléée par Meriem Amram épouse Aouate, juin 1917]

École d’apprentissage (école pratique d’industrie de garçons),devenue collège puis lycée technique d’el Kantara, actuel lycée Tewfiq Khaznadar.

Ammar Hammouche : 1959-1962

Chérif Zertal : 1961

Batna

EPS de garçons, puis collège.

Joseph N’Kaouen : 1929

A. Malpel : 1939-1944

Bône

Collège, puis lycée Saint-Augustin (1942).

Adrien Hénon : 1873-1877

Bonhoure : 1880-1887

Michel Xicluna : 1919-1941

Eugène Richert, délégué : 1941-1945

Une seconde chaire est ouverte :

Jean Secchi : 1919-1953

Yves Marquet, agrégé : 1953-1956

Bougie

EPS de garçons, devient collège en 1940 puis lycée.

Nelly David épouse Bosc, professeur : 1928-1962

Philippeville

Collège de garçons, puis lycée Dominique Luciani.

Mahmoud ben Tahar, chargé de cours : 1880

Laffont : 1887

Hilaire Igonet : 1905 - mars 1911

Albert Lentin, délégué : mars-octobre 1911

Cherif Sisbane : vers 1918 [?]

Albert Lentin : 1914-1920

Jules Vuillequez : 1922 et 1929

Hamza Boubakeur, professeur : 1939-1940

Tahar Tedjini, professeur : 1943-1944

Gatty : 1946-1947

Marcel Bermond : 1947-1948

Yves Marquet : 1949-1950

Oukil Mostefaï : 1957-1960

Bachir Messikh : 1959-1960

Cours secondaire de filles

En 1887, il n’y a pas d’enseignement d’arabe pour les filles.

En 1933, le cours devient le collège colonial et quitte la rue de Numides pour s’installer dans un bâtiment neuf. Le collège reçoit en 1942 le nom d’Émile Maupas. Il devient de façon éphémère lycée français en 1962-1963.

Thérèse Beunat, institutrice déléguée : 1928-1934

Mme Tedjini, maîtresse auxiliaire : 1943-1944.

EPS de filles

Thérèse Beunat, institutrice déléguée : 1933-1934

Une chaire d’arabe est créée en 1934.

Simone Delmas, licenciée : 1934-1936

Sétif

Collège

Ouvert en 1873, le collège communal devient collège colonial en 1924, puis prend en 1942 le nom d’Eugène Albertini. C’est l’actuel lycée Mohamed-Kérouani.

Léon Marion : 1879 - v. 1905

Maurice Mercier : 1906-1908 (il donne par ailleurs des cours à l’école communale de filles)

Marcel Bernard de Aldecoa : -1910

Albert Lentin, délégué : avril 1910 - mars 1911

Ben Sion Becache : 1910-1922 (intérim par Claire Bonnes en 1914-1917)

Albert Gateau, licencié : 1922-1923

Fernande Riu : 1923-1928

Prosper Couka : 1929

Eugène Richert : 1930-1932

Larbi Taïbi : 1939-1940

Mokhtar Nouiat : v. 1956

Abdelmalek Bouallak dit Benallègue : v. 1956

Mahfoud Lounis : v. 1956

Mahmoud Ben Mahmoud : 1957

Lahcene Medjoubi : 1957

Abdelkader Djenidi : 1958

Cherif Sisbane : 1958

EPS de garçons

Mlle Claire Bonnes : 1914-1917 (intérim) et 1925-1927 (en même temps que le titulaire du poste de professeur au collège de garçons ?)

Alice Hatoun : 1917-1922

EPS de filles

Claire Bonnes, professeur : 1924-1931

Département d’Oran

Oran

Chaire publique d’Oran

La chaire publique d’arabe vulgaire est créée le 22 décembre 1846 après la disparition d’une chaire de chimie et de physique appliquée fondée en avril 1843 pour les adultes du collège27.

David Hadamard en est le premier titulaire : 1846-1849 (2 400 francs, soit 200 francs par mois)

Edmond Combarel : 1850 - septembre 1869 (à partir de 1861, 3 000 francs)

Octave Houdas : octobre 1869 - juin 1877

Louis Machuel : juillet 1877 - 1883

Gaëtan Delphin : 1883-1891

Auguste Mouliéras : 1891-1926

Au 1er janvier 1926, après le départ de Mouliéras à la retraite, comme un remplaçant s’annonce difficile à trouver et qu’il y a très peu d’étudiants depuis plusieurs années, « enfin et surtout à cause du peu de ressources qu’offre la ville d’Oran pour les études islamiques », le doyen de la faculté des Lettres, Martino, avec l’accord de la section orientaliste [sic] de la faculté des Lettres de l’université d’Alger, obtient le transfert de la chaire au directeur de la médersa de Tlemcen, « centre de la vie musulmane ». Mais il faut à ce moment créer un cours préparatoire au brevet d’arabe au lycée d’Oran et l’ouvrir aux étudiants extérieurs au lycée. Le recteur doit adresser des propositions pour l’organisation d’un tel cours financé sur le reste du crédit anciennement attribué à la chaire publique28.

Collège/lycée d’Oran

Le collège d’Oran prend le rang de lycée vers 1887. Il est baptisé en 1942 du nom de Lamoricière, avant d’être renommé à l’indépendance lycée Pasteur.

Dans un premier temps, les titulaires de la chaire publique sont invités à y donner un enseignement d’arabe. En 1869, Edmond Combarel le refuse, les 1 000 francs qu’on lui propose n’étant pas comptés pour la liquidation de sa retraite. Il est possible que ses successeurs à la chaire publique aient été moins intransigeants.

La fondation d’une chaire d’arabe spécifique date sans doute de la fin des années 1870.

Larédo : 1879-1880

Émile Messaoud Cohen-Solal : janvier 1886 - octobre 1926

Elle se double rapidement d’une 2e chaire occupée par :

Auguste Mouliéras : 1889-1895

François Provenzali : 1895 - janvier 1926

Charles Sfar : 1926-1927

Eugène Richert : 1935-1937 (suppléances)

Émile Denat : -1941

Gilbert Benhaïm : 1946-1948 ; 1955-1962

Gilbert Gharfi : 1956-1962

Une 3e chaire, occupée par des professeurs musulmans, a été fondée en 1906 pour gagner la confiance de leurs coreligionnaires. Elle est occupée par :

Mohammed ben Abderrahman : 1906-1937

Youcef Bel Djerba : 1911-1912 (assistant)

Ahmed Laïmeche : 1912-1913 (assistant)

Belqacem Tedjini : 1937-1938

Abdelkader Mahdad : 1926-1946 ; 1947-1956 ; 1960-1961

Houari Fatmi, délégué : 1941-1942

Cheikh Bouamrane : 1957-1959

Tahar Zerhouni : 1959-1960

Ben Ali Seghaier : 1959-1960

Yahia Semmache : 1960-1961

Petit lycée

Émile Denat, licencié : 1922

Houari Fatmi : 1944-1957 (cumule avec écoles normales)

Collège de filles

Il est transformé en lycée en 1909. Il prend le nom de Stéphane Gsell (en 1942 ?) et devient lycée El-Hayat.

En 1887, l’arabe n’est pas enseigné dans les cours secondaires de filles.

Émile MessaoudCohen-Solal y donne ensuite un enseignement jusqu’en 1898 (5 heures à cette date).

Il est ensuite suppléé par des institutrices déléguées :

Pauline Bacigalupo : 1898-1899

Mlle Quetteville : 1899-1903

Une chaire d’arabe et d’espagnol, créée en 1903, est confiée à :

Pauline Bacigalupo-Bernard : 1903-1932

On parle alors de supprimer la chaire.

Potiron : -1953

Alice Parmentier : 1953-1962

Écoles normales du département d’Oran
École normale d’instituteurs

Dès sa création en 1933, un enseignement de l’arabe est prévu.

Houari Fatmi : 1933 [?]-1962

École normale d’institutrices

Émile MessaoudCohen-Solal (professeur au lycée de garçons) : 1909-1926

Émile Denat (professeur au lycée de garçons), 1929

Houari Fatmi : 1939-1940 et 1957-1960

EPS
EPS de garçons

Transformée en collège (1940), elle prend le nom du recteur Ardaillon puis celui de lycée technique des palmiers.

Alice Hatoun : 1927-1929

Houari Fatmi : 1929-1941 et 1943-1944 (cumule avec écoles normales)

Jean Marcel Marfaing-Gasinié : 1941-1942 et 1945-1954

EPS de filles

René Mutin : 1943-1944

Tlemcen

Médersa de Tlemcen

Ahmed b. Taleb [Aḥmad b. Ṭālib] : directeur de 1851 à 1854, chargé de l’enseignement du naḥw (il est encore entretenu à la médersa en 1859 par l’administration civile, mais aveugle, il a besoin d’aide pour faire son cours).

Thabet b. Azza [Ṯābit b. ‘Azza] : chargé de théologie (tawḥīd) en 1851-1853. Remplacé par Muhammad Mrabet [Muḥammad Murābiṭ] (chargé de naḥw entre 1858 – il n’y a alors plus d’enseignement du tawḥīd, faute de professeur capable – et 1861).

El hadj Mohamed b. Abdallah ez-Zeggaï [al-ḥāǧǧ Muḥammad b. ‘Abdallāh az-Zaqiyy] : enseigne en 1851 [?] ; remplace Mrabet comme professeur de naḥwen 1861-1867 ; El hadj Mohamed ben Bou Taleb [al-ḥāǧǧ Muḥammad b. bū Ṭālib] : 1867 (naḥw).

at-Tahar b. Gharas/Ghara [aṭ-Ṭāhir b. Ġarrās ?] : directeur de 1854 à 1859 (enseigne le fiqh en 1858-1859 : en poste)

Ahmad (ou Mohamed) b. Hamza [Aḥmad b. Hamza] : professeur : enseigne le fiqh en 1858-1859 puis directeur (de 1859 jusqu’à sa retraite en 1877). Pour le fiqh, il est remplacé par Miloud b. Nemich [Milūd b. Nāmiš] (1859-1871), Mohammed b. Ouïs [Muḥammad b. ‘Īsā ?] (1872-1874) puis Ahmed b. el-Bachir Abdelqaoui [Aḥmad b. al-Bašīr ‘Abd al-Qawī] (à partir de 1874, droit et de jurisprudence) qui devient directeur en février 1878. El Baghdadi b. Yusef [al-Baġdādī b. Yūsif] est choisi pour le remplacer (cours de droit musulman).

El-Hadj Mohamed ben [bou ?] Taleb (1873, naḥw jusqu’en juin 1874) puis Et-Tahar b. si Hassan b. Mohamed [aṭ-Ṭāhir b. sī Ḥasan b. Muḥammad] (naḥw et fiqh, juillet 1874 - 1883).

Pierre François Pilard, 1859-1874 (arithmétique, histoire, géographie et français – une fonction directoriale de fait, comme indiqué en 1874), Émile Ricot (1875) puis Alata (1876 : arithmétique, histoire et géographie) et Décieux (1876- : français), Guérin (1881-1882, arithmétique, histoire et géographie).

Driss Benazza [Drīs b. ‘Azza] (droit musulman, octobre 1883 - novembre 1896).

Enseignent aussi en 1884 Driss b. Tsabet [Drīs b. Ṯābit] (langue et littérature arabe), El Baghdadi b. Yusef et Si Ahmed b. el-Bachir Abdelqaoui (droit musulman) d’une part ; Pichard (droit français) et Décieux (langue française, arithmétique, histoire et géographie) d’autre part.

Après la réforme de 1895, Décieux, directeur et professeur (1 700 francs), Perdrizet, professeur de français (1 000 francs) et d’instruction civique, et Chautron, professeur de sciences (300 francs), ne font plus partie de la médersa.

La médersa réformée est tout d’abord dirigée par Maurice Gaudefroy-Demombynes (1895 - 1897/1898) qui enseigne langue française, histoire, géographie, droit usuel et organisation administrative.

Il est assisté de trois professeurs musulmans : Ahmed Abdelqaoui, qui enseignait la jurisprudence, est en charge de la théologie avec 2 600 francs, El Baghdadi b. Yusef conserve le droit musulman (2 200 francs) et Benazza Driss la langue arabe (1 800 francs). Leur service s’alourdit en passant à 17-18 heures par semaine.

Enseignent par ailleurs à la médersa deux anciens sectionnaires de la Bouzaréa : Rinderneck pour les sciences (2 100 francs ; jusqu’en 1902) et Mariet pour les lettres (2 100 francs, jusqu’en novembre 1898). Collet chargé de cours, est rappelé en septembre 1898 comme instituteur des écoles indigènes.

À Benazza succède en novembre 1896 Mohamed b. Yamina Lebboukh, à son tour remplacé à sa mort par [Ghouti] Bouali [Ġūtī bū ‘Alī] (grammaire et de littérature arabe, octobre 1916).

William Marçais prend ensuite la direction de la médersa (1898-1904), avec les cours de français, d’histoire et de géographie.

Edmond Doutté, nommé en remplacement de Collet, professeur de lettres, ne semble pas avoir rejoint son poste. Le remplace Alfred Bel, qui est professeur de lettres (novembre 1899 - janvier 1905), puis Auguste Cour (janvier 1905-).

Rinderneck n’ayant pas obtenu le brevet d’arabe est remplacé à l’automne 1902 par Edmond Destaing (jusqu’en 1907) pour les sciences et réintégré dans le personnel de l’enseignement primaire.

En janvier 1905, les traitements sont relevés. En mai, on inaugure le nouveau bâtiment de la médersa.

Après une décennie fondatrice, la médersa reste trente ans sous l’autorité d’Alfred Bel (octobre 1905 - 1936), qui prolonge les perspectives dessinées par ses deux brillants prédécesseurs.

À partir de janvier 1905, Auguste Cour (jusqu’en 1913) remplace Bel comme professeur de lettres.

Le concours d’entrée, fermé en 1914, est réouvert pour l’année 1916-191729.

En 1929, Ghouti Bouali enseigne la grammaire et la littérature arabe et Marcel Pinaud les lettres françaises.

En 1936, année où Tlemcen accueille le congrès de la Fédération des sociétés savantes de l'Afrique du Nord, on trouve parmi les professeurs Abu Bekr ‘Abdesselam [Abū Bakr ‘Abd as-Salām] et Abdelhamid Hamidou [‘Abd al-Ḥamīd Ḥamīdū].

En 1938, Philippe Marçais prend la tête de la médersa autrefois dirigée par son père (jusqu’en septembre 1947).

En 1939-1940, mobilisé, il est suppléé par Alfred Bel.

Émile Janier est nommé professeur de lettres (français-latin) en décembre 1940.

En 1943, Philippe Marçais, parti combattre les forces de l’Axe, est suppléé par Émile Janier qui devient son successeur en titre en 1945 (ou 1947).

Émile Janier conserve la direction de l’établissement transformé en lycée français-musulman (1951) jusqu’à sa mort (1958).

Kaddour Naïmi, professeur de littérature arabe

cheikh Zerdoumi, professeur de fiqh (1949)

Mahdjoub

Pierre Milcam, professeur de lettres (français-latin)

Roboton, professeur de lettres (français-latin)

Moucoux, professeur d’histoire

Foufa

Collège

Le traité constitutif du collège de Tlemcen, daté du 20 mars 1902, prévoit la création d’une chaire d’arabe du 2e ordre. Avant 1902, un enseignement d’arabe était assuré par M. Chehab, interprète militaire en retraite30. Le collège prend en 1942 le nom de De Slane.

Rabby : 1879-1880

Albertini : 1887

Mohamed Abderrahman : 1902-1906

Michel Xicluna : 1906-1913

Alice Parmentier : 1929

Edmond Saussey : 1936-1937 [?]

Eugène Richert : 1937-1941

Mohammed Bekkoucha : 1941-1945

Bechir Mahjoub : vers 1943

Abderrahman Mahdjoub : 1954

Mascara

EPS puis collège de garçons

Pierre Counillon : 1927-1928

Henriette Teboul, professeur : 1929

Safir el Boudali, instituteur délégué : 1939-1940

Ahmed Bouchikhi : 1956-1961

Abdelkader Garmala, mouderrès délégué, 1958

EPS de filles

Yamina Larab, lettres et arabe : 1919-1933

Mme Boex, institutrice déléguée : 1939-1940

Mlle Aberkane : -1950

Ahmed Bouchikhi : 1951-1956

Mostaganem

Collège

Le collège prend le nom de René Basset en 1942, puis devient après l’indépendance lycée Zerro Ki.

Albert Destrées : 1879-1884

Menouillard : 1887

Hilaire Igonet : 1896-1902

Michel Xicluna, délégué : 1900-1901

Doukan : -1911

Maurice Ben Chemoul : 1911-1915

Abdelkader Mahdad, licencié : 1922

Albert Gateau : 1926-1927

Fernande Riu, professeur : 1928-1932

Ahmed Tahar : 1939-1944

EPS de garçons

Ange Biaggi : 1913-1925

Le poste n’est pas pourvu en 1929.

Ahmed Tahar : 1943-1944

EPS de filles

Maurice Ben Chemoul : 1913-1915 

Mlle Grégoire : -1927

Lucie Hamelin (Mme Bodin) : 1927-1956

Sidi bel Abbès

Collège

Il prend en 1942 le nom de lycée Laperrine.

Louise Labouthière, licenciée, déléguée provisoire : 1922-1923

Eugène Richert, délégué : 1928-1929

Abdelkader Azza, délégué : 1929

Chassaing

Safir el Boudali : 1939

Ahmed Bouchikhi : janvier 1943 - 1951

EPS de garçons

Jeanne Bel : octobre 1919 - janvier 1920 [?]

Pierre Counillon : 1923-1927

Jean Marcel Marfaing-Gasinié, instituteur délégué : 1923-1941

EPS de filles

Mlle Gugenheim [ ?] : 1914-

Jeanne Bel : octobre 1919 - janvier 1920 [?]

Mme Gobin-Kellermann, professeur : 1929

Tunisie

Directeurs de l’enseignement public

1883-1908 : Louis Machuel (1848-1921)

1908-1919 : Sébastien Charléty, agrégé d’histoire (1857-1945)

1919-1922 : Théodore Rosset

1922-1927 : Henri Doliveux

1927-1941 : Émile Gau

1941-1943 : Roger Le Tourneau, agrégé de lettres (1907-1971)

1948-1955 : Lucien Paye, agrégé de lettres (1907-1972) (Abed Mzali sous-directeur)

Tunis

Chaire publique

Fondée par Louis Machuel en 1884, elle est ensuite occupée par Marius Delmas : 1884-1910 (Albert Destrées y donne un cours en 1899).

On y institue en 1888 un certificat, un brevet et un diplôme supérieur d’arabe, sur le modèle d’Alger, mais sans reconnaissance mutuelle.

En 1913, la chaire est intégrée dans la nouvelle École supérieure de langue et de littérature arabe (ESLLA) dont la direction est confiée à William Marçais (intérim de Léon Bercher, 1924).

L’école est située en bordure de la ville ancienne, rue Bouchnak [Bū Šannāq].

Gabriel Mérat y donne 2 heures en 1926-1927.

Léon Bercher y donne des cours à partir de 1924, avant de devenir titulaire d’une chaire de droit musulman (1927).

Joseph Jourdan (chaire d’arabe parlé, 1933).

Institut des Hautes Études tunisiennes (IHET)

Léon Bercher, directeur des études arabes (1945-1955)

École normale

Mohammed Lasram : 1893

École coloniale d’agriculture

Goury, maître de conférences de langue arabe : 189931

Jourdan, chaire d’arabe parlé et écrit : 1933

Lycée Carnot

Albert Destrées : 1890-1912 [?]

Gabriel Mérat, agrégé : 1918-1927

Louis Sotton, agrégé : -1934

Albert Gateau, agrégé : 1934-1935

Raymond Lacoux, délégué puis licencié : 1934-1962

Ahmed Benhamouda, agrégé, suppléant : 1938-1941

Hady-Roger Idris : v. 1940-1951

Yves Marquet : 1950-1952

Lycée de jeunes filles (lycée Armand Fallières, rue de Russie)

Marguerite Graf : 1936-1948

Roger Deladrière : 1960-1961

Antoine Boudot-Lamotte : 1960-1961 

Collège Sadiki, Tunis

Marius Delmas, directeur : 1892-1910

Goury : 1899

Gabriel Mérat, directeur : 1927-1934

Louis Sotton : 1919-1920 (arabe, après avoir enseigné le français en 1918-1919)

Jean Lecerf : 1922-1926 (arabe et français ?)

Albert Gateau : octobre 1928 - 1934 puis octobre 1941 - septembre 1943

Maroc

Directeurs de l’enseignement public

1915-1919 : Gaston Loth

Août 1920 - 1926 : Georges Hardy

1926-1940 : Jean Gotteland (Vannier, adjoint)

1940-1943 : Robert Ricard

1943-1945 : Jean Pasquier

1945-1955 : Roger Thabault

1956 : Laurent Capdecomme

Bureau, puis service de l’enseignement des indigènes au Maroc (service de l’enseignement musulman depuis 1946)

février 1920 - 1933 : Louis Brunot

1938-1943 : Lucien Paye

1946-1956 : Pierre Counillon

Inspecteur principal de l’enseignement de l’arabe 

1949-1959 : Louis Di Giacomo

Mission scientifique du Maroc

Fondée en 1903 et placée sous la direction d’Alfred Le Chatelier, la mission scientifique de Tanger est dirigée effectivement sur place par Georges Salmon. Elle publie à partir de 1904 des Archives marocaines, volumes d’articles qui ne sont introduits par aucune présentation générale ni ne comprennent de rubriques régulières.

Après la mort prématurée de Salmon en 1906, la direction passe à Édouard Michaux-Bellaire. Elle comprend alors trois autres membres : Louis Mercier, Édouard Coufourier et Émile Amar et trois correspondants (l’antiquisant Maurice Besnier, Alexandre Joly et le sémitisant Nahoum Slouschz), le secrétariat de la rédaction des Archives marocaines étant confié à Lucien Bouvat puis à N. Giron.

La mission se dote en 1907 d’une revue, la Revue du monde musulman, qui a pour objectif de rendre compte de l’histoire et de « l’état actuel de l’organisation sociale du monde musulman : du passé au présent », du « mouvement contemporain des faits et des idées », des « tendances et orientations » d’avenir et se propose de donner une bibliographie des travaux consacrés au monde musulman.

En 1907, pour résoudre ses difficultés de fonctionnement, Eugène Etienne, qui préside le conseil de perfectionnement de la mission, G. Louis, directeur politique au MAE et Alfred Le Chatelier, réunis au cabinet du directeur de l’enseignement supérieur Albert Bayet, décident de transformer la mission en une société civile subventionnée par l’État plutôt que de chercher à obtenir l’accord du ministre des Finances pour en faire un institut sur le modèle de l’Institut du Caire.

La mission accueille alors comme stagiaires : Lecureul, Martin, Paquignon. On y trouve ensuite Mispoulet (jusqu’en 1913), A. Graulle (1915-), P. Maillard, A. Pouquet.

La Mission se prolonge après le protectorat sous deux formes : une section sociologique rattachée à la direction des affaires indigènes (cette section assure la publication des Archives Marocaines) et un service des renseignements.

École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères de Rabat (ESLADB)

Créée par arrêté du 15 novembre 1912 pour initier les fonctionnaires et les jeunes officiers à la connaissance « des milieux marocains », elle quitte bientôt son modeste local dans la ville ancienne, rue Bab Chella, pour trouver provisoirement asile dans l’école franco-arabe de la rue Sidi-Fatah. À partir de 1913, elle est aussi chargée d’instruire des élèves interprètes civils en pays arabe et berbère, recrutés par concours et formés en deux ans. Installée boulevard El Alou pour accueillir la première promotion (1913-1915), l’école occupe à partir d’octobre 1917 les bâtiments neufs qui ont été construits à son usage dans la ville nouvelle, à proximité de la direction de l’enseignement et des jardins de l’Agdal. Elle prépare aussi au certificat d’arabe parlé, au brevet et au diplôme d’arabe (et de berbère). Ses cours sont suivis en 1914 par une centaine d’auditeurs libres. Au-delà de la formation professionnelle des interprètes et de la formation complémentaire des instituteurs de l’enseignement indigène (et, plus généralement, de l’ensemble des fonctionnaires), ses cours publics doivent en effet favoriser la connaissance des langues et des coutumes marocaines par les nouveaux immigrants européens.

En 1915, on réorganise l’enseignement en faisant appel à des fonctionnaires de l’administration centrale pour donner un enseignement plus pratique et spécialisé : l’ancien élève de la Bouzaréa Samuel Biarnay, chef du service du contrôle des habous, est chargé d’un cours sur les « coutumes berbères », Campana, chef des services pénitentiaires et du bureau des affaires civiles, d’un cours sur la législation marocaine et Rovel, chef du service du personnel et des études législatives, d’un cours sur la procédure civile32. Félix Arin, contrôleur civil, chef des services judiciaires chérifiens, enseigne le droit coutumier berbère et Henri Bruno, contrôleur civil, attaché aux services judiciaires chérifiens, le droit musulman. Six interprètes sont aussi sollicités : Calderano, officier interprète, chef du service de l’interprétariat à la cour d’appel pour l’arabe judiciaire ; Ghattas, interprète civil au service des domaines pour l’arabe administratif (cours de thème) ; Ismaël Hamet, chef de l’interprétariat du secrétaire général du gouvernement chérifien, pour l’histoire du Maroc ; Margot, officier interprète, chef du bureau de la presse arabe à la direction du service des renseignements, pour l’arabe moderne ; Louis Mercier, officier interprète, chef du bureau de la section d’État, pour la métrique arabe et Neigel, officier interprète, directeur du collège musulman de Rabat, pour la littérature arabe. La coordination de l’enseignement est assurée par le directeur Nehlil, ainsi que Ben Smaïl et Émile Laoust, professeurs spécifiquement attachés à l’école, que vient renforcer en 1916-1917 Henri Basset.

Nehlil, directeur : 1912 [?]-1921 [?]

Abès

Louis Brunot : février 1913 - novembre 1915

Émile Laoust : 1913-1917 [?]

Ben Smaïl : 1915 [?]-

Henri Basset, ethnographie marocaine, géographie du Maroc : 1916-1919

Évariste Lévi-Provençal, chargé de cours : 1919-1921

Mohammed Boudjandar, mudarres : 1915 [?]-1917 [?]

Sur le modèle des Archives marocaines, l’École publie à partir de 1915-1916 des Archives berbères. En 1921, elle fusionne avec l’IHEM33.

Institut des hautes études marocaines (IHEM)

L’IHEM est institué en 1920 comme un embryon d’enseignement supérieur chargé d’organiser la recherche scientifique. Sur le modèle de l’EPHE, il s’organise en directions d’études – au nombre de huit en 192434. En 1925 et 1926, on en crée de nouvelles, en fonction des orientations de la recherche scientifique35.

L’institut se dote d’un Bulletin de l’IHEM. Après sa fusion avec l’ESLADB en 1921, le Bulletin fait place à une nouvelle revue, Hespéris.

L’IHEM a la double ambition de promouvoir la recherche scientifique et d’assurer des cours publics ouverts au plus grand nombre. En 1932, plus de 700 étudiants, dont 600 pour l’arabe, suivent ses enseignements dans l’ensemble du Maroc (250 à Rabat). Quelques boursiers y préparent en deux ans le certificat d’aptitude à l’interprétariat (après s’être engagés à servir l’État pendant 5 ans). Plus nombreux sont les candidats au certificat, au brevet et au diplôme d’arabe36.

René Basset, directeur : 1921-1924 (Henri Basset, directeur adjoint)

Henri Basset, directeur : 1924-1926

Évariste Lévi-Provençal, directeur : 1926-1935

Louis Brunot, directeur : 1935-1947

Henri Terrasse, directeur : 1947-

Ont enseigné à l’IHEM :

Henri Terrasse, directeur d’études (architecture musulmane ou archéologie et art musulman) : 1923-1957

Évariste Lévi-Provençal, professeur titulaire et directeur d’études : octobre 1923 - 1935

Maurice Ben Chemoul, maître de conférences : 1923-

Georges Séraphin Colin, directeur d’études (arabe moderne) : 1927-1958

Sauveur Allouche : 1932-

Régis Blachère, directeur d’études : 1933

Henri Bruno, directeur d’études (sociologie marocaine et droit coutumier berbère ?) : 1933 et 1947

Timothée Buret, maître de conférences : 1935-1941 (y enseigne depuis 1923)

Octave Pesle, directeur d’études (droit musulman) : -1947

Dr Renaud, directeur d’études (histoire des sciences chez les musulmans) : 1933-1945 [?]

Charles Le Cœur

Victorien Loubignac

Émile Laoust, professeur titulaire et directeur d’études (dialectogie berbère) : -1933-1934-

Arsène Roux directeur d’études (dialectogie berbère) : 1935-1956

Jean Célérier, directeur d’études (géographie du Maroc) : 1933

Robert Ricard, directeur d’études (sources européennes de l’histoire du Maroc) : 1933

Georges Marcy, directeur d’études (sociologie marocaine) : 1934-1937

Pierre Counillon : 1941-1956

Louis Di Giacomo : 1942-1949

Albert Gateau : 1943-1949

Gaston Deverdun, directeur d’études : 1956

Adolphe Faure : v. 1949

Lionel Galand (berbère) : 1948-1956

Rabat et Salé, Fès, Meknès, Marrakech

Rabat

Lycée Gouraud

L'école de la Résidence, devenue collège Gouraud (1919), s’installe progressivement dans les nouveaux locaux de l'avenue du Chellah en 1921-1922 et prend rang de lycée en 1924. Mis à la disposition de la mission universitaire et culturelle française du Maroc pendant les premières années de l’indépendance, il devient en 1963 le lycée Hassan II.

Belqacem Tedjini : 1918-1919 et 1920-1926

Sauveur Allouche : 1926-1932

Lycée de jeunes filles

Il devient à l’indépendance le lycée Lalla Aïcha.

Collège des orangers

Alexis Chottin : 1937-1956

Collège musulman Moulay Youssef

Il ouvre ses portes en février 1916 en remplacement de l’école indigène sise dans la ville ancienne, impasse Moulay al Mamoun. Le corps enseignant se compose de deux instituteurs français, d’un moniteur et d’un maître de Coran. Les répétiteurs musulmans sont Mohammed ben Abdesselam Saiah Rebati et si Tehami ben al-Maatti el-Gharbi Rebati. En octobre, on ouvre un internat.

En janvier 1920, on inaugure les nouveaux bâtiments du collège. Une section normale offre aux titulaires du certificat d’études secondaires musulmanes la possibilité de se préparer en un an à devenir instituteurs adjoints indigènes.

Neigel, interprète, directeur

Paul Bisson : 1924-1932 (lettres et arabe)

Arsène Roux, directeur : 1935-

Khelladi : 1954

Salé

Cours publics d’arabe (rattachés à l’ESLADB de Rabat)

Ils sont attestés en 1917.

École professionnelle

Berdaï : 1942-1943

Fès

Cours publics (rattachés à l’ESLADB de Rabat)

En 1917, l’enseignement est placé sous la direction de Louis Brunot37.

Boucli est chargé de quatre cours d’une heure chacun : trois en arabe dialectal – grammaire et vocabulaire ; conversation ; préparation au certificat – et un sur les lettres manuscrites au programme du brevet et du diplôme, à l’aide des Lettres chérifiennes publiées par Nehlil.

Brunot se charge quant à lui d’enseigner la grammaire de l’arabe régulier et d’expliquer des morceaux choisis de la littérature hispano-maghrébine en deux cours d’une heure.

Collège musulman Moulay Idriss

Sous l’autorité d’Alfred Bel, chargé en 1914 d’organiser et de contrôler l’enseignement des indigènes dans les régions de Fès et Meknès, Louis Brunot devient le premier directeur du collège musulman où le secondent deux militaires et deux professeurs musulmans.

Louis Brunot, directeur : 1915-1920

Timothée Buret : 1918-1923 (conserve un enseignement en 1923-1926) (arabe)

Jules Salenc, directeur : mai-novembre 1920

Paul Bisson : 1921-1924 (arabe)

Paul Marty, directeur : 1924-1925

Jules Salenc, directeur : 1925-1935

Eugène Richert : 1932-1934 (arabe)

Roger Le Tourneau, directeur : 1935-1941

Povero, directeur : v. 1955

Parodi : v. 1955 (arabe)

Collège/lycée

Le lycée prend après l’indépendance le nom d’Ibn Hazm.

Parodi : v. 1955

Meknès

Collège/lycée

Le collège, progressivement ouvert entre 1919 et 1925, est transféré dans un nouveau bâtiment et devient lycée Poeymirau (1927). Après l’indépendance, il prend le nom de Lalla Amina.

Arsène Roux : 1919-1927 (y enseigne l’arabe aux garçons en même temps qu’aux élèves-officiers de l’école militaire)

Abché

Marimbert

Collège musulman

Paul Bisson, directeur : 1944-1945

Marrakech

Collège/lycée Mangin

Il devient à l’indépendance le lycée Ibn Abbad ; un nouveau lycée français Victor Hugo ouvre ses portes en 1962.

Autres villes

Azrou

Collège berbère

Arsène Roux, directeur : 1927-1935

Paul Bisson, directeur : 1935-1942

Casablanca

Cours publics (rattachés à l’ESLADB de Rabat)

En 1917, ils sont organisés par Marcel-Bernard de Aldecoa, avec la collaboration d’un des professeurs d’arabe du lycée, sans doute Belqacem Tedjini.

Dumas est chargé d’un cours d’arabe parlé élémentaire (deux fois 1 heure).

Tedjini donne un cours supérieur d’arabe marocain (deux fois 1 heure) et un cours d’arabe écrit pour les débutants (deux fois 1 heure).

Badri prépare au brevet et au diplôme avec un cours sur les lettres manuscrites à l’aide des Lettres chérifiennes publiées par Nehlil (1 heure) et un cours d’arabe judiciaire à l’aide de l’explication des Waṯā’iq d’Ibn Fara‘ūn (1 heure).

De Aldecoa se charge d’expliquer les auteurs au programme du brevet (Mille et Une Nuits et 3e période des Lectures choisies pour la classe de Mohamed ben Abderrahman) (1 heure) et du diplôme (1 heure).

Bayssières est par ailleurs chargé d’un cours sur l’histoire et la géographie du Maroc (1 heure).

Lycée de garçons

Fondé en 1914 et installé dans ses nouveaux bâtiments de l’avenue Mers-Sultan en 1921, le lycée prend en 1925 le nom de Lyautey. Depuis 1929 lui est adjoint un petit lycée annexe.

À partir de 1915, pendant quelques années, une section d’études arabe y prépare au concours d’entrée à l’ESLADB.

Marcel-Bernard de Aldecoa, proviseur : novembre 1913 - 1920 ou 1921

Belqacem Tedjini, chargé de cours : 1915-1918

Belqacem Tedjini : 1919-1920

Mohammed Bekkoucha : 1920-1941

Jules Salenc : 1920-1925

Belqacem Tedjini : 1926-1937

Daniel Ferré : 1958-1977

Après l’indépendance, les bâtiments deviennent ceux du lycée Mohammed V (et pour le petit lycée, du lycée Ibn Toumert), tandis que le lycée français s’installe en 1963 dans de nouveaux locaux, boulevard Ziraoui, dans le quartier Bourgogne, en conservant le nom de Lyautey.

Lycée de jeunes filles, boulevard circulaire (actuel lycée Chawki, boulevard Zerktouni)

Ouvert vers 1914, on n’y enseigne pas l’arabe en 1917.

Lucie Hamelin épouse Bodin, suppléante : octobre-décembre 1925.

Mlle Moll : 1956-1957

Kenitra

Cours publics d’arabe (rattachés à l’ESLADB de Rabat)

Ils sont attestés en 1917.

Oujda

Collège/lycée

Marcel-Bernard de Aldecoa, proviseur : 1925-1937

Léon Maurice Ben Chemoul : 1920-1940 et 1943-1953 (remplacé par Louis Di Giacomo : 1940-1942)

Ben Smaïl : 1926-1933

Tanger

École musulmane franco-arabe

Fondée en 1894 par Kaddour Ben Ghabrit sous le patronage de l’Alliance française, elle est dirigée par Belqacem Tedjini entre 1906 et 1910.

Collège/lycée

Collège à partir de 190938, l’établissement prend le nom de Regnault en 1919. Il s’ouvre aux jeunes filles à partir de 1934.

Belqacem Tedjini : 1909-1915 (chaire alors supprimée)

Belhadj, instituteur : 1910-1916 [?]

Fekhardji, instituteur : 1914 [?] - 1916 [?]

Évariste Lévi-Provençal (détaché en octobre 1919 pour 5 ans, sans occuper le poste je présume)

Auguste Chabert : 1919-1920 [?] (intérim)

Marcel-Bernard de Aldecoa, proviseur : 1920/1921 - 1925

Jeanne Bel, chargée de cours : février 1920 - septembre 1927 ; 1932 - v. 1940

Afrique occidentale française / Mali, Sénégal

Lucien Paye, recteur à Dakar : 1957-1960

Médersa de Tombouctou

Ahmed Benhamouda : 1911-1920

Médersa de Saint-Louis du Sénégal

Ahmed Benhamouda : 1910-1911

Jules Salenc, directeur : 1912-1918

Charles Mercier, directeur : 1919-1920

École d’enseignement technique supérieur de Gorée

Jules Salenc, directeur : 1918-1920

Lycée Van Vollenhoven de Dakar

Simone Delmas : 1950-

Notes

1 On a indiqué en gras les orientalistes arabisants et souligné les noms de ceux dont l’arabe a été le principal enseignement aux Langues orientales.

2 La chaire est supposée faire double emploi avec l’enseignement du Collège de France et celui qu’on prévoit d’instituer à la nouvelle EPHE.

3 J’ai placé les noms des répétiteurs entre crochets. Il semble que Benhamouda et ses successeurs aient servi de répétiteurs à la fois pour l’arabe littéral et l’arabe maghrébin.

4 Il semble que ces répétiteurs aient servi à la fois pour l’arabe littéral et l’arabe maghrébin.

5 Affiche de présentation du programme de l’École pour l’année 1864-1865, ANF, F 17, 4058.

6 L’arabe, enseigné parallèlement au persan par Guyard, est inscrit dans l’Annuaire publié à partir de 1872 sous l’intitulé général « Langue persane et langues sémitiques », puis entre 1884 et 1893 sous celui de « Langues sémitiques », ce qui comprend aussi l’hébreu et le syriaque, enseignés par Auguste Carrière, maître de conférences puis directeur adjoint, et l’hébreu rabbinique, enseigné par Joseph Derenbourg, directeur d’études.

7 Après la mort de Derenbourg en avril 1908, Émile Amar a pris la direction des travaux du séminaire jusqu’à la fin de l’année universitaire.

8 William Marçais n’a pas donné de compte rendu d’enseignement pour les années 1939-1941. Il conserve, selon l’Annuaire, le titre de directeur d’études jusqu’en 1956, bien que toutes les conférences soit dirigées par Blachère.

9 Depuis 1924, l’Annuaire distingue les conférences d’histoire et de philologie, l’arabe étant inscrit dans le sous-ensemble « Philologie sémitique » avec l’assyrien (Jean-Vincent Scheil puis René Labat), l’hébreu et l’araméen (Mayer Lambert puis Édouard Dhorme) et l’éthiopien (Marcel Cohen).

10 L’ouvrage d’Effy Tselikas et Lina Hayoun sur Les lycées français du soleil : creusets cosmopolites du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie (Paris, Autrement, 2003) comprend une liste des collèges et lycées, mais l’information y trop souvent inexacte (p. 18-19).

11 Voir Claude Bontems, « Un agent des renseignements généraux malgré lui : Delacroix recteur d’Alger », Instruction, éducation, administration. Hommage à Jacques Lelièvre, textes réunis par Claude Bontems, Paris, PUF, 1999, p. 159 et suiv.

12 « L’homme le plus incohérent, l’esprit le plus vide que j’aie vu » (Émile Masqueray à Alfred Rambaud, Alger, 23 septembre 1883, lettre publiée par Ouahmi Ould Braham, « Émile Masqueray et les études linguistiques berbères », thèse, EHESS, 2003, p. 700). 

13 Joanny Pharaon a publié une partie de son discours inaugural du 15 décembre dans son Traité abrégé de la grammaire arabe simplifiée et modifiée, Alger, Imprimerie du gouvernement, 1833.

14 Rapport au recteur, Alger, 28 octobre 1866, ANF, F 17, 20585, Dessalles.

15 Cité par Jean Mélia, L’épopée intellectuelle de l’Algérie. Histoire de l’Université d’Alger, Alger, La Maison des livres, 1950, p. 206.

16 Elle est créée par décret du 4 janvier 1910.

17 Décret du 18 juin 1933.

18 La chaire est fondée par décret du 4 janvier 1910.

19 Décret du 23 juin 1953.

20 Décret de janvier 1949.

21 Recteur Jeanmaire au GGA, Alger, 4 décembre 1893, ANOM, GGA, 14 H 43, Saïd Zekri.

22 Inspecteur d’académie au ministre, Alger, 7 juillet 1857, ANF, F 17, 7677, lycée d’Alger 1854-1861.

23 Direction des affaires d’Algérie, 1er bureau, au Ministre, Alger, 21 décembre 1841, F 80, 1851.

24 Il faut sur ce point corriger Henri Massé, « Les études arabes en Algérie (1830-1930) », RA, 1933.

25 Nommé par arrêté du 19 décembre 1863, il s’installé à son poste le 11 février 1864 (copie de l’arrêté, ANF, F 17, 4100, cours d’arabe, dépenses de l’exercice 1864). En février 1870, il passe à la chaire d’Alger.

26 ANF, F 17, 13136 : affiche des cours des médersas, 1884.

27 ANOM, F 80, 1851, chaire publique d’Oran.

28 Préfet au recteur, Oran, 4 mai 1926, ANOM, 40 S 1.

29 Recteur Ardaillon au GGA, Alger, 29 septembre 1916, 14 H 45, Bouali.

30 Chehab reçoit une indemnité de 800 francs pour 6 heures par semaine (F 17, 24549, Abderrahman).

31 École d’agriculture coloniale de Tunis. Programme de l’enseignement 1899, Tunis, imprimerie générale, 1899 (conservé aux archives départementales de la Marne, 136 M 11).

32 Louis Milliot succède en 1916 à Rovel.

33 Arrêté du 18 septembre 1921.

34 Géographie du Maroc ; Histoire du Maroc ; Dialectes berbères ; Dialectes arabes ; Littérature arabe et histoire de la civilisation musulmane ; Droit musulman ; Ethnographie marocaine ; Archéologie et art musulman.

35 Les nouvelles directions ont les intitulés suivants : Linguistique générale (1925) ; Langue arabe moderne ; Géographie générale et géographie des pays musulmans ; Sources européennes de l’histoire du Maroc ; Sociologie marocaine et droit coutumier berbère ; archéologie antéislamique (1926).

36 On y prépare aussi le certificat d’études juridiques et administratives et le diplôme d’études supérieures marocaines qui donne droit aux mêmes primes que les diplômes d’arabe et de berbère tandis que des cours spéciaux sont organisés pour perfectionner les agents des affaires indigènes, officiers des renseignements et contrôleurs civils.

37 Bulletin de l’enseignement public. Maroc, n° 8, juillet-septembre 1917, p. 23.

38 MAE, Maroc, nouvelle série, enseignement public, 403.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter