Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les arabisants et la France coloniale. Annexes

 | 
Alain Messaoudi

1. Notices biographiques

Texte intégral

Dans les notices, le prénom usuel est souligné. Les noms de personne suivies d'un astérisque renvoient à une autre notice du corpus.

A

Abd-el-Jalil, Jean-Mohamed (Fès, 1904 – Paris, 1979)

– Professeur à la faculté de théologie catholique de Paris.

Issu d’une notable famille d’origine andalouse de Fès, Muḥammad b. ‘Abd al-Ǧalīl (souvent transcrit sous la forme Abdeljelil) s’instruit à la mosquée-université al-Qarawiyyīn, avant de poursuivre ses études comme externe au lycée Gouraud de Rabat, tout en étant logé à l’institution franciscaine Charles de Foucauld. Il obtient avec l’appui de Lyautey une bourse pour préparer une licence d’enseignement (ès lettres mention arabe) à la Sorbonne, alors que c’est la philosophie qui l’attire. Il suit donc en parallèle l’enseignement philosophique donné à l’Institut catholique, dont celui de Jacques Maritain (1925-1926) et les cours de Gaudefroy-Demombynes* et de William Marçais* en Sorbonne. Converti en 1928 au catholicisme au contact des franciscains qu’il rejoint, il a pour parrain Massignon* et accède à la prêtrise en 1935. Il met sa connaissance de la poésie musulmane mystique au service de Dermenghem qu’il aide à traduire Ibn al-Fāriḍ. Il prépare surtout une thèse sur ‘Ayn al-Quḍāt al-Hamaḏānī (mort en 523 h. [1131]), ṣūfī proche d’al-Ḥallâj : la perte de sa documentation lors de la débâcle de mai 1940 fait qu’il renonce à mener à bout des recherches qui lui ont permis cependant d’éditer la Šakwā l-ġarīb ‘an al-awṭān ilā ‘ulamā al-buldān (Journal asiatique, janvier-mars 1930). Successeur de Carra de Vaux* à la chaire d’arabe de l’Institut catholique (1935-1964), il donne une Brève histoire de la littérature arabe (1943) à destination d’un public non spécialiste, panorama qui fait toute sa place à la renaissance contemporaine. En 1944-1945, il supplée à l’École des langues orientales G. S. Colin* retenu au Maroc. Il s’efforce de mieux faire connaître l’islam dans une perspective missionnaire (il publie le bulletin de la « ligue du vendredi » pour la conversion des musulmans dans Les Missions franciscaines). Par deux importants articles parus en 1941 dans En terre d’Islam (repris dans le recueil Aspects intérieurs de l’Islam, 1949, puis traduits en espagnol), il rend compte précisément des positions défendues par Ṭaha Ḥusayn sur L’Avenir de la culture en Égypte (1938) et analyse le mouvement fondamentaliste de la salafiyya. Au nom d’une responsabilité chrétienne à l’égard des valeurs religieuses dans le monde, il met en garde les musulmans contre les risques de durcissement doctrinal et moral : « Il ne faut pas que l’Islâm, en essayant de se moderniser, se vide de ses valeurs spirituelles les plus vivifiantes et qu’à son tour, après l’Europe et l’Occident, il comprenne mal le rôle de la technique qu’il veut emprunter et en use pour détruire, non pour édifier. » En 1948, il juge réductionniste l’Introduction à la théologie musulmane, essai de théologie comparée d’Anawati et Gardet (1948) qui restreindraient leur vision au kalām sunnite et à la théologie thomiste – alors que pour Abd-el-Jalil, c’est au niveau de la vie spirituelle que peuvent s’établir des liens entre islam et chrétienté. Il étudie les figures communes au christianisme et à l’islam (Marie et l’islam, 1950, traduit en espagnol, en italien et en allemand) dans une perspective de dialogue islamo-chrétien que poursuit son successeur à l’Institut catholique, Youakim Moubarac. Par ailleurs, au retour d’un voyage de neuf mois entre le Caire, Téhéran et Istanbul (janvier-septembre 1948), il s’est fait le porte-parole de l’indignation des Arabes devant la décision de partage de la Palestine. Sa conversion médiatisée a été cause de rupture avec son milieu d’origine et le séjour qu’il fait au Maroc en avril-mai 1961, à l’invitation de son frère Omar, militant nationaliste de la première heure, est faussement interprété : on ne veut pas admettre que, s’il n’a jamais quitté sa nationalité marocaine et son arabité, il n’a pas fait retour à l’islam.

Sources :

Nouvelles de l’Institut catholique de Paris, n° 3, juin 1980. Recueil Jean-Mohamed Abd-el-Jalil, o. f. m. ;

L’Islam et nous, Paris, Cerf, 1991 (comprend sa bibliographie) ;

Maurice Borrmans éd., Jean Mohammed Abd-el-Jalil, témoin du Coran et de l’Évangile. De la rupture à la rencontre, Paris, Cerf - Éditions franciscaines, 2004 ;

Massignon - Abd-el-Jalil. Parrain et filleul (1926-1962), correspondance rassemblée et annotée par Françoise Jacquin, Paris, Cerf, 2007.

Abd-el-Malek/Malek, Ibrahim [‘Abd al-Mālik Ibrāhīm] (Le Caire, v. 1790 – Bône, 1845)

– guide interprète

Entré dans les mamelouks de la garde impériale en 1806-1808, licencié en 1814 ‑ on sigale que « l'état de ses services a été perdu au dépôt à Marseille lors de la réaction de 1815 » ‑, il est nommé guide interprète en avril 1830. Évoqué par Eusèbe de Salle* sous le nom d’Abdelmalak, son dévouement près de Bône (où, employé aux marchés, il est chargé de faire connaître aux Arabes « les motifs » de l’expédition) lui vaut la Légion d’honneur (1833). Il laisse de nombreux enfants.

Sources :

ANF, LH/2790/67 ;

ANOM, F 80, 1603 ;

De Salle, Ali le Renard, vol. II, p. 34 ;

Féraud, Les Interprètes…

Abdelal agha, Michel [‘Abd al-‘Āl Āġā, Mīḫā’īl] (Le Caire, v. 1780 – Marseille, 1828)

āġā des janissaires et chef des mamelouks de Marseille

Lors de la deuxième insurrection du Caire, il succède à son supérieur Muṣṭafā āġā des janissaires et fait sa soumission à l’armée française. Il fait partie des Égyptiens qui s’embarquent à la suite du général Ya‘qūb en 1801 pour Marseille, et sert jusqu’en 1805. Blessé, il préside le conseil d’administration du dépôt des anciens mamelouks et chasseurs d’Orient à Marseille, avec une pension de 12 000 francs. Autorisé en 1811 à se rendre à Paris avec son épouse et un interprète – il est analphabète – pour y régler « quelques affaires relatives à l’éducation de ses quatre enfants », il est l’objet de plaintes de la part d’un groupe de réfugiés égyptiens de Marseille (on l’accuse de s’être opposé au recrutement pour la compagnie des mamelouks fin 1808), sans doute à l’instigation de Gabriel Taouil et de François Naydorff, agents de Georges Aydé, ancien directeur général des douanes d’Égypte avec lequel Abdelal est en procès. Il laisse à sa mort une veuve et dix enfants. Il est évoqué par le Taḫlīṣ d’aṭ-Ṭahṭāwī (2e éd., 1849) comme un des Égyptiens qui se sont convertis afin d’épouser une chrétienne, après quinze ans de séjour en France. Or, son mariage avec une circassienne, Haoua [Ḥāwa], précède en réalité son arrivée en France. Son baptême aurait été le fruit de l’action évangélisatrice de l’archevêque de Myre, grec catholique arabophone ; la cérémonie eut sans doute un certain écho local, Abdelal ayant le baron de Damas pour parrain et la comtesse Boni de Castellane pour marraine (notice nécrologique parue dans le Journal de la Méditerranée et du département des Bouches du Rhône, citée par le comte R. de Margon). Un de ses fils, Charles*, après avoir été sans doute professeur à Abū Za‘bal, est en 1849 drogman au consulat général de France à Alexandrie, et meurt prématurément au Caire en 1851. Un autre, Louis*, devient général de division.

Sources :

ADéf, 16Yd, 3, Michel Abdelal agha ;

R. de Margon, Le Général Abdelal, Paris, Lévy, 1887, p. 20 ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 43-44 ;

L’Orient des Provençaux…, p. 97.

Abdelal, Louis Alexandre Désiré (Marseille, 1815 – Marseille, 1882)

– interprète militaire, général de division

Fils de Michel Abdelal agha*, un des chefs des mamelouks de Marseille, et frère de Charles Abdelal*, il est emmené par Savary, duc de Rovigo, qui a connu son père en Égypte, comme interprète de 3e classe à l’état-major de l’armée d’Afrique en décembre 1831 – il aurait aussi été recommandé par le duc d’Escars (Amédée François Régis de Pérusse des Cars), qui commandait la 3e division. Il sert ensuite les généraux Bro et Trézel à Bône avant de s’engager dans les spahis (1837) où il fait une belle carrière. Après avoir été au service des chefs successifs de la province de Constantine, Négrier, Baraguay d’Hilliers et le duc d’Aumale, il accompagne comme officier d’ordonnance le duc de Montpensier dans son voyage en Orient (juin 1844 - octobre 1845). Naturalisé, il a obtenu en 1843 d’être classé comme officier français après être devenu lieutenant indigène. Colonel en 1849, il est par ailleurs nommé à la direction du bureau arabe d’Aumale en juin 1851. Il épouse en avril 1853 une nièce bien dotée, Marie Joséphine Agoub, fille de Gaspard Joseph Agoub (frère aîné de Joseph Élie Agoub*) et de Basilice Abdelal. Officier de la Légion d’honneur à l’occasion de sa participation à la campagne de Crimée, il commande le 18e corps d’armée comme général de division en février 1871. En mars 1871, il propose ses services pour apaiser l’insurrection kabyle, rappelant qu’il a « presque élevé Mokrani » et qu’il « sait les causes des son irritation ». Il est désigné pour commander la subdivision de Constantine en 1874 et admis dans le cadre de réserve en 1877. Il se fixe alors à Marseille.

Sources :

ADéf, 8Yd, 3779, Louis Abdelal ;

ANF, LH/2/24 ;

ANOM, GGA, 18 H, 6, Abdelal ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Comte de Margon, Le Général Abdelal, Paris, Calmann Lévy, 1887.

Abdelal, Charles (Marseille [?], v. 1820 [?] – Le Caire, 1851)

– drogman à Alexandrie

Fils de Michel Abdelal Agha*, et frère du militaire Louis Abdelal*, il a peut-être enseigné à l’école de médecine d’Abū Za‘bal près du Caire. Suite aux bons témoignages des consuls de France en Palestine et en Égypte où il est drogman intérimaire, il est nommé en novembre 1849 drogman sans résidence fixe, attaché au consulat général de France à Alexandrie, et meurt prématurément.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 2, Charles Abdelal.

Abdelrahim, Ahmed [‘Abd ar-Raḥīm, Aḥmad] (Égypte, v. 1860 [?] – Égypte [?], apr. 1891)

répétiteur aux Langues orientales

Ancien élève d’al-Azhar et de Dār al-‘Ulūm au Caire, il a accompagné les fils du khédive en Suisse comme précepteur avant d’être recommandé par le gouvernement égyptien pour le répétitorat d’arabe aux Langues orientales, comme l’avaient déjà été ses prédécesseurs. Il y enseigne pendant quatre ans (1887-1891) en même temps qu’il poursuit ses études, y compris en arabe – on le trouve parmi les auditeurs du séminaire de Hartwig Derenbourg* à l’EPHE en 1887-1888. Il est « rappelé en Égypte pour y recevoir un emploi dans l’administration indigène ».

Sources :

ANF, F 17, 4064, répétiteurs d’arabe et 23.825, Abdoul Hakim ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

Abdou Moussa, Joseph (Damas, 1842 – Aubagne [?], apr. 1918)

– professeur au lycée de Marseille

« Catholique syrien », il s’installe à Marseille en 1860 comme traducteur, chargé de la correspondance arabe de plusieurs maisons de commerce. À partir de 1865, il enseigne l’arabe vulgaire au lycée de Marseille, comme suppléant, puis, après avoir été naturalisé français (1867), comme remplaçant (1869) de Sakakini*, avec le soutien du vicaire général, de l’évêque Mgr Place et du préfet. L’inspection juge favorablement sa méthode pratique d’enseignement du « pur arabe de Syrie », auquel il ajoute bientôt un peu de dialecte d’Alger, utile à ses élèves, qui ne sont jamais plus d’une quinzaine, et se destinent à une carrière commerciale. Il continue parallèlement à exercer comme traducteur de commerce (en 1878, on le trouve interprète juré de la mairie). Alors qu’il a épousé en 1875 une native d’Aubagne, Mélanie Cauvin, il remet sa démission en octobre 1881 afin de partir en Syrie régler des affaires de famille. En 1886, il demande à réintégrer sa fonction, avec succès, Adjoury*, son successeur, étant mort. En 1891, sa proposition d’être nommé professeur d’arabe au petit lycée de Marseille [Belle de Mai] afin d’établir le cours moyen qui manque au grand lycée – la plupart de ses sept élèves sont alors des juifs d’Algérie maîtrisant l’arabe – est rejetée ; on lui reproche par ailleurs de n’avoir retiré ses enfants des établissements religieux de la ville qu’à la suite des observations du proviseur. Ce dernier, qui suggère la suppression de l’enseignement de l’arabe au lycée, n’est pas suivi par le recteur : « il faut que les parents sachent qu’à Marseille le lycée donne l’enseignement de l’arabe ». Il poursuit donc son enseignement jusqu’en octobre 1917 où il prend un congé jusqu’à sa retraite l’année suivante. Il enseigne par ailleurs l’arabe à l’école supérieure de commerce, au moins entre 1892 et 1894.

Source :

ANF, F 17, 22.334A, Joseph Abdou Moussa.

Abdoul Hakim, Mohammed Abderrahman [‘Abd al-Ḥakīm, Muḥammad ‘Abd ar-Raḥmān] (Égypte, v. 1864 [?] – [?], apr. 1929)

– répétiteur aux Langues orientales ; professeur d’EPS

Mohammed Abdoul Hakim a été chargé pendant l’année 1891-1892 des fonctions de répétiteur pour l’arabe vulgaire avec une indemnité annuelle de 2 500 francs. Malade, il doit être remplacé par Aboul Nasr*. Il semble être ensuite parti en Algérie où il aurait terminé sa carrière en 1929 comme professeur d’arabe à l’EPS de Médéa.

Sources :

ANF, F 17, 4064, répétiteurs d’arabe ; 23.173, Abderrahman [sic] Abdoul Hakim ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

Aboulker, Haïm Henri (Bougie, 1888 – Constantine [?], apr. 1953)

– professeur d’EPS

Après avoir été élève-maître à l’école normale de Constantine (1904-1907), il part pour Paris où il trouve un emploi de maître auxiliaire au collège Chaptal, un établissement municipal où il est nourri et logé, sans traitement. Il y prépare les certificats d’aptitude à l’enseignement dans les EN et les EPS pour l’arabe (1914) et les lettres (admissible en 1914, il n’y sera admis qu’en 1921). Il semble avoir exercé comme instituteur à Constantine puis à Batna (1914-1919) – on le retrouve pourtant, mobilisé, sergent au centre d’aérostation d’Aubagne début 1919. Peu après avoir été nommé professeur de lettres et d’arabe à l’EPS de garçons de Constantine, il se marie avec Louise Cohen-Tenoudji (1920), sans avoir d’enfants. Il ne change pas d’affectation jusqu’à sa retraite en 1953, sinon qu’il n’enseigne plus que l’arabe à partir de 1934, les inspecteurs considérant qu’il y réussit mieux qu’en lettres (on reproche à cet « autodidacte, ou presque […] une allure tourmentée et fiévreuse, une culture quelque peu mélangée, un goût parfois peu sûr »). Avec l’appui du sénateur Émile Morineau, du député Gustave Thomson et du Grand Orient de France, il a obtenu en 1923 d’enseigner l’arabe à l’école normale de filles, au détriment d’Albert Lentin* – en 1939-1940, il enseigne aussi à l’école normale d’instituteurs. Atteint par la législation antisémite en 1940, il se consacre à l’organisation de l’enseignement privé juif dans le département de Constantine. Après qu’il a retrouvé son poste en 1943, il se voit confier les petites classes, sans doute parce que le principal est peu sûr de sa méthode et de son autorité. Il n’a semble-t-il rien publié.

Source :

F 17, 25.547, Aboulker.

Aboul Naman, Imran [Abū l-Na‘mān, ‘Imrān] (Égypte, 1842 – Égypte [?], apr. 1884)

– répétiteur aux Langues orientales

Il est le premier des répétiteurs d’arabe recommandés par le gouvernement égyptien qui se succèdent aux Langues orientales entre 1887 et 1902. Ancien d’élève d’al-Azhar, professeur dans une école gouvernementale égyptienne, le chaykh Abū l-Na‘mān arrive à Paris en 1877 pour remplacer le Tunisien al-Haraïri*. Il a été recommandé par le khédive qui complète son traitement par une indemnité. Il donne satisfaction par son instruction et sa moralité et assure l’intérim de la chaire après la mort de De Slane*. En 1887, il désire cependant « rentrer dans sa patrie » où le khédive le place auprès de ses fils en qualité de précepteur pour la langue arabe : « Il les accompagna en Suisse et, à son retour au Caire, il fut attaché à un des tribunaux indigènes de cette ville. »

Sources :

ANF, F 17, 4064, répétiteurs d’arabe (Charles Schefer au MIP, Paris, 5 octobre 1887) ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

Aboul Nasr, Mahmoud [Abū l-Naṣr, Maḥmūd] (Égypte, v. 1860 [?] – Égypte [?], apr. 1899)

– répétiteur aux Langues orientales

Professeur de droit musulman et de rhétorique arabe à Dār al-‘ulūm au Caire, il est appelé à assurer le répétitorat d’arabe aux Langues orientales entre 1892 et 1899. Il enseigne aussi l’arabe à la mairie du IVe arrondissement, à l’invitation d’un comité qui se propose de stimuler les échanges commerciaux avec le Moyen-Orient.

Sources :

ANF, F 17, 4064, répétiteurs d’arabe ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

Adjoury, Rizqallah/Théodore [‘Aǧǧūrī, Rizqallāh] (Alep, 1832 – Marseille, 1885)

– drogman, professeur à l’école de commerce de Marseille

Drogman du consulat de France à Alep de 1859 à 1865, il s’installe sans doute en France entre 1865 et 1870. Il épouse en 1871 une native du Jura, Marie Ardier. Bachelier ès sciences, professeur d’arabe à l’école de commerce de Marseille depuis 1876 au moins, il supplée en 1881 Abou Moussa* parti pour la Syrie pour ses cours d’arabe au lycée. Il n’abandonne pas pour autant ses fonctions de chancelier du consulat général de Turquie à Marseille (il a été décoré du Medjedié) et de traducteur juré auprès des tribunaux – il affirme connaître le turc, l’italien et l’anglais. Il dit utiliser pour son enseignement la grammaire de Bresnier*, mais il aurait composé lui-même une grammaire. Il se dit prêt à partir enseigner l’arabe au lycée d’Oran. Il meurt subitement.

Source :

ANF, F 17, 22.713B, Théodore Adjoury (carrière).

Agoub, Joseph Élie (Le Caire, 1795 – Marseille, 1832)

– arabisant promoteur du style oriental dans les lettres françaises

Fils d’un joaillier arménien mort prématurément et d’une Syrienne originaire de Damas, Marie Chebib, remariée avec le négociant français en grains François Naydorf, Joseph gagne Marseille enfant en 1801, avec les mamelouks et les notables « égyptiens » réfugiés. Boursier, il suit des études classiques au lycée de Marseille tout en profitant de l’enseignement de Gabriel Taouil*, titulaire de la nouvelle chaire d’arabe qui y a été fondée en 1807. Sur le modèle de son ami Jean-Baptiste Daumier, ouvrier poète et père d’Honoré, le futur peintre, il quitte Marseille pour Paris en juin 1820. Il fréquente le salon libéral de Mme Dufrénoy et publie sa poésie en français dans la Revue encyclopédique. Membre de la Société philotechnique et du conseil de la Société asiatique depuis sa fondation en 1822, il met l’accent sur l’unité de la langue arabe en réduisant à quelques règles simples la distance entre langues parlées et langue écrite (collaboration à l’Atlas ethnographique du globe ou classification des peuples anciens et modernes d’après leurs langues d’Adrien Balbi, 1826). Il s’intéresse en particulier à ce que l’arabe peut apporter de neuf à la littérature française (Discours sur l’expédition des Français en Égypte, en 1798, considérée dans ses résultats littéraires, 1823). Il participe ainsi à l’édition des Mille et une nuits dirigée par Édouard Gauttier d’Arc* (traduction du conte du « Sage Heyçar ») et fait connaître au public français les chants en langue vulgaire du genre mawāl (« Romances vulgaires des Arabes » publié dans le JA en mai 1827, qui annonce les Mélanges de littérature orientale et française de 1835) – en particulier sa « Pauvre petite », mise en musique par Antoine Romagnesi, fondateur du mensuel L’Abeille musicale. Employé au collège royal Louis-le-Grand comme suppléant d’Antoine Desgranges* auprès des jeunes de langue en 1825, il prend part au mouvement d’intérêt en faveur de l’Égypte, révisant entre 1821 et 1824 la nomenclature arabe des cartes publiées par la Commission d’Égypte. Malgré l’appui du préfet de la Seine Chabrol, ancien de l’expédition d’Égypte, une première demande de naturalisation française est rejetée en 1826, un fonctionnaire considérant que le dossier ne répond aux critères exigés (« la loi s’oppose »). Nommé inspecteur général des études du collège égyptien, à la faveur de la sympathie qu’il a exprimée envers le régime de Méhémet Ali et sur la recommandation de Jomard – qui serait revenu sur son avis premier –, Agoub est déchargé de ses fonctions auprès des jeunes de langue entre août 1826 et décembre 1828. Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī traduit un de ses dithyrambes, publié par P. Dondey-Dupré fils. Agoub épouse en 1828 Esther Pierre, fille d’un colonel de l’Empire mort pendant la campagne d’Allemagne et ancienne élève de la Légion d’honneur. Sa suppléance à Louis-le-Grand se transforme en avril 1830 en une nouvelle chaire d’arabe littéral. Mais, malgré les soutiens de Jouannin, directeur de l’École des jeunes de langue, et de plusieurs personnalités du mouvement libéral (le comte Louis-Nicolas Lemercier, sénateur ; Jean-Pons Gabriel Viennet, député et membre de l’Académie française ; l’avocat Albin de Berville ; le poète Casimir Delavigne), il n’obtient pas de voir porter son traitement à 6 000 francs, comme les professeurs au Collège de France et à la bibliothèque du Roi, le ministère jugeant suffisant qu’il soit passé de 1 800 francs en 1828 à 3 000 francs en octobre 1830. Bien plus, dans le cadre de restrictions budgétaires touchant l’École des jeunes de langue, son poste est supprimé, le ministre ne lui garantissant qu’un demi-traitement, soit 2 500 francs jusqu’à la fin de l’exercice 1832. Agoub demande alors l’autorisation de se fixer à Marseille, où il a l’espoir de pouvoir remplacer Taouil à la chaire d’arabe, et où il conserve des attaches familiales (son frère aîné, Gaspard Agoub, un ancien mamelouk de la garde impériale, chevalier de la Légion d’honneur, naturalisé français depuis 1817, époux de Basilice Marie Abdelal et futur beau-père de Louis Abdelal* y est installé comme négociant). Lamartine lui rend visite avant de s’embarquer pour l’Orient. Agoub meurt quelques jours avant sa nomination à la nouvelle chaire d’arabe d’Alger, ce qui laisse la place à un autre Égyptien de Marseille, Joanny Pharaon*. Grâce aux recommandations de nombreux membres de l’Institut, sa veuve obtient de se voir verser des secours. Avec le soutien de Lamartine, ces secours sont transformés en 1838 en une indemnité annuelle, qu’elle perd en 1848 à la suite de son remariage avec un officier.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 26 (Jacques Agoub) et 27 (Joseph Agoub) ;

ANF, F 17, 3110 (veuve) et BB/11/253 dr 5659 B6 (demande de naturalisation) ;

Lettres de Bernardino Drovetti consul de France à Alexandrie (1803-1830), présentées et commentées par Sylvie Guichard, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 540 (à Pierre Balthalon, 16 octobre 1826) ;

Henri Guys, Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Joseph Agoub, Marseille, Imprimerie de Roux, 1861, 24 p. (extrait du Répertoire des travaux de la Société de statistique de Marseille, t. XXIV, 1860) ;

Anouar Louca, « Joseph Agoub », Cahiers d’histoire égyptienne, IX, 5-6 (1958), p. 187-201 ;

Jean Cherpin, « L’homme Daumier, un visage qui sort de l’ombre », Arts et livres de Provence, n° 87, 1973, p. 33 et 53 ;

Hommes et destins, t. IV, 1981, p. 5-6 (notice par J.-J. Luthi).

Allegro, Luis Arnold (Bizerte, 1804 [?] – Bône, 1868)

– interprète militaire, chasseur d’Afrique puis spahi, représentant du bey de Tunis à Bône

Sa carrière est la preuve qu’il est possible au xixe siècle de passer sans rupture de l’interprétariat militaire à la diplomatie beylicale. Interprète militaire, il est détaché aux chasseurs d’Afrique en 1832. Cité à l’ordre du jour pour sa bravoure à la prise de Bougie en 1833, il passe ensuite aux spahis. Naturalisé en 1840, il remplit la fonction de qā'id des Drīd jusqu’au remplacement de Galbois par Négrier à la tête du commandement supérieur de Constantine en janvier 1841 : il reçoit alors l’ordre de reprendre du service aux spahis de Bône. Allegro devient officier d’ordonnance de Bugeaud. Il demande à passer du cadre indigène au cadre français et se voit à deux reprises opposer un refus (1846 et 1849) : il ne reçoit satisfaction qu’à la suite d’une décision du Conseil d’État en 1854. On sait qu’il a été affilié à la franc-maçonnerie. Retraité, il devient le représentant permanent du bey de Tunis à Bône. De son mariage avec une musulmane d’Algérie, il a un fils, Youssef (Tunis, 1846 – Vichy, 1906), qui succède à son père comme agent du bey à Bône. Il collabore avec les Français dans la préparation de l’expédition de 1881 et est nommé en décembre 1881 qā'id de l’Aradh.

Sources :

ANOM, état civil (acte de décès) ;

Féraud, Les Interprètes… ;

André Martel, Les Confins saharo-tripolitains (1881-1911), Paris, PUF, 1965, t. II, p. 264 et suiv. ;

Id., Allegro…

Représentations iconographiques :

« M. le commandant Allegro du 3e Spahis (Bône). Ali Chebby, fils de l'ancien agha des Hannencha, Seliman Lemdeni spahi », photographie de Jean Félix Antoine Moulin, tirée de l’album Souvenirs de l’Algérie. Province de Constantine (1856-1857) ayant appartenu au général Daumas (1803-1871), ANOM, dation Zoummeroff.

Allouche, Ichoua Sauveur (ou Ichoua Sylvain) (Aïn Beida, 1901 – Paris [?], apr. 1959)

– interprète civil, professeur puis directeur d’études à l’IHEM

Après avoir obtenu à Constantine son brevet d’enseignement primaire supérieur, il passe avec succès le concours de l’école d’interprètes civils de Rabat (1920). Comme pour Blachère* avant lui, l’interprétariat n’est qu’un intermède avant une carrière universitaire. Au service des contrôles civils (1922), il réussit le baccalauréat (1922-1923), trois certificats de licence (Alger, 1924-1925) et le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les collèges et lycées (1926) qui lui vaut d’être affecté au lycée Gouraud de Rabat. Après un DES pour lequel il prépare une édition partielle de la Durrat al-ḥiǧāl d’Ibn al-Qāḍī (1927 ou 1929 – le texte intégral est publié dans la collection de textes arabes de l’IHEM en 1934-1936), il réussit l’agrégation (1930) et est nommé directeur d’études et professeur de l’enseignement supérieur marocain à l’IHEM (1932). Éditeur du texte arabe d’Al-Ḥulal al-mawšiyya, chronique anonyme des dynasties almoravide et almohade (1936), il publie régulièrement dans Hespéris des études historiques sur l’occident musulman médiéval et moderne, dont la traduction d’une épître d’al-Ǧāḥiẓ, ar-Radd ‘alā n-Naṣārā, qu’il a fait relire par Marius Canard (« Un traité de polémique christiano-musulmane au ixe siècle », 1939-2). Il est atteint par la législation antisémite en 1940, mais la Résidence générale propose de lui maintenir son traitement et l’affecte en 1941 dans un emploi relevant de l’inspection des institutions israélites. Préférant demeurer à Rabat, il n’occupe pas la chaire nouvellement fondée au lycée parisien Louis-le-Grand qu’on lui propose en 1946, ni ne supplée Colin* à l’ENLOV en 1947. Il prépare alors sous la direction d’Henri Terrasse des thèses sur « Les Relations politiques et sociales des Chrétiens et des Musulmans en Andalousie au xve siècle » avec une traduction annotée d’une histoire de la dynastie nasride, Al-Lamḥa al-badriyya de Lisān ad-Dīn b. al-Ḫatīb. En plus de son enseignement à l’IHEM, il assure la conservation de la section des manuscrits arabes de la bibliothèque générale du protectorat et poursuit leur catalogage inauguré par Lévi-Provençal*, publiant avec Abdallah Regragui une deuxième série pour les années 1921-1953 (Manuscrits arabes de Rabat [Bibliothèque générale et Archives du Protectorat français au Maroc], 1954). Remarié en 1951, il prend sa retraite en 1959 et s’installe à Paris.

Sources :

ANF, F 17, 27.057, Allouche (dérogation) ;

Bulletin de l’enseignement public du Maroc, n° 27, janvier 1921.

Amar, Joseph (Alger, 1837 – Alger [?], apr. 1872)

– interprète militaire et traducteur assermenté

Peut-être parent (neveu ?) de l’interprète Joseph Amar (Alger, 1819 – Alger, 1858), il est le fils d’Aron, négociant et de Rachel Cohen Solal. Déjà marié et père de famille lorsqu’il accède à l’interprétariat militaire (nommé en mai 1872, il a passé ses examens en septembre 1871), il préfère très vite exercer comme traducteur assermenté à Alger, comme il en a réussi entre-temps le concours. Il est possible que le professeur d’arabe Émile Amar* lui soit apparenté.

Source :

ADéf, 5Ye, 21.011, Joseph Amar.

Amar, Émile (Tunis, 1883 – Tunis [?], apr. 1942)

– membre de la Mission scientifique au Maroc, professeur suppléant aux Langues orientales

Érudit sans atteindre à la rigueur exigée par la nouvelle génération formée à l’école de René Basset*, trop « oriental » pour ne pas susciter sa méfiance, soutenu par des « anciens » (Hartwig Derenbourg*, Casanova*, Le Chatelier) dont la philologie, le type de projet colonial et l’orientation politique radicale sont contestés, il doit renoncer après guerre à une carrière académique en France. Il n’est pas sans rappeler en cela la figure de Nahoum Slouschz dans le domaine des études juives. Il a commencé jeune à se faire connaître à Tunis où, après avoir suivi les cours de la Ḫaldūniyya, il a obtenu le diplôme supérieur d’arabe (1902). Admis parmi les membres de l’Institut de Carthage, il publie plusieurs travaux dans la Revue tunisienne entre 1905 et 1907 (« L’alchimie chez les Arabes », t. XI ; « Le régime de la vengeance privée, du talion et des compositions chez les Arabes avant et depuis l’Islam », t. XI et XII ; « Essai sur l’origine de l’écriture chez les Arabes », t. XIII et XIV). Il est entre-temps parti poursuivre ses études de droit à Paris, tout en fréquentant comme élève titulaire les conférences de H. Derenbourg à la section des sciences historiques et philologiques et à la section des sciences religieuses de l’EPHE (1904-1908). En 1907, il collabore avec lui et Casanova pour déchiffrer deux inscriptions arabes de Diyarbakir. Le Chatelier l’intègre à la Mission scientifique au Maroc, ce qui lui permet de publier une présentation de la Ḫaldūniyya, dans la Revue du monde musulman (1907) et plusieurs traductions dans les Archives marocaines (« “La Pierre de touche des fetwas” d’Ahmad al-Wanscharîsî. Choix de consultations juridiques des faqîhs du Maghreb » en 1908-1909 puis, prenant la suite du travail initié par H. Derenbourg, « “Al-Fakhrî. Histoire des dynasties musulmanes… avec des prolégomènes sur les principes de gouvernement” d’Ibn aṭ-Ṭiqṭaqā » en 1910). Houdas le choisit en 1908-1909 puis en 1912-1914 comme suppléant pour son cours d’arabe vulgaire aux Langues orientales, malgré les réticences de l’administrateur Paul Boyer qui met en cause sa moralité – Amar tendrait à s’attribuer des qualifications indues. Boyer parvient cependant à faire échouer sa candidature à la chaire d’arabe littéral devenue vacante après la mort de H. Derenbourg (1910), puis à la succession de Houdas (1916). En 1910, il le soupçonne d’être à l’origine de la campagne de presse qui dénonce l’orientation érudite de l’École et présente l’heureux élu Gaudefroy-Demombynes* comme incapable de « conférencer » en arabe. Amar a pourtant sacrifié à l’exercice philologique savant en éditant et traduisant l’introduction du recueil de biographies d’aṣ-Ṣafadī, le Kitāb al-wāfī bi l-wafāyāt (« Prolégomènes à l’étude des historiens arabes… », JA, 1911-1912). Une mission au Maroc (1911-1912) lui permet de mettre la dernière main à sa thèse de droit sur L’Organisation de la propriété foncière au Maroc. Étude théorique et pratique (1913). Devenu rédacteur en chef de France Commerce pendant la Grande Guerre, il exerce parallèlement comme professeur d’arabe à l’association pour la propagation des langues étrangères, comme avocat à la Cour d’appel de Paris et comme traducteur interprète au tribunal de première instance de la Seine. Parti sans laisser d’adresse vers 1928, il se réinstalle en Tunisie où il semble marqué à droite : en 1942, alors qu’un numérus clausus doit bientôt être appliqué aux avocats juifs, Pierre de Lacharrière, qui a été rédacteur en chef de La Tunisie française et vice-président de la fédération locale du Parti social français, cite Amar parmi les avocats juifs dont il faudrait éviter la radiation, en mettant en avant ses services rendus au Maroc.

Sources :

ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/12, É. Amar ;

ANT, SG 5, C 74, D1 ;

Bulletin officiel de l’enseignement public de Tunisie, décembre 1902, p. 519-520 ;

Claude Nataf, « L'exclusion des avocats juifs en Tunisie pendant la Seconde Guerre mondiale », Archives Juives, 2008/1 (vol. 41), p. 90-107 ;

Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d’une historiographie coloniale, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Pups), 2011, p. 163-195 (sur Nahoum Slouschz).

Amram épouse Aouate, Meriem (Constantine, 1879 – Alger [?], apr. 1940)

– professeur d’EPS

Meriem Amram grandit à Constantine, où se sont fixés ses parents, natifs de Tunis, dans une famille nombreuse (dix enfants), avec l’arabe comme langue maternelle. Elle exerce comme institutrice dans le département de Constantine après avoir obtenu brevet élémentaire (1895), brevet d’arabe (1897) et brevet supérieur (1899). Après avoir été en poste à Takitount (octobre 1899), Faucigny (février 1900) et N’gaous (octobre 1900), elle se marie avec Pinhas Aouate (1902). Après avoir été affectée à Bône (1902) et à Philippeville (1904), elle obtient un poste à Sidi Mabrouk, dans la banlieue de Constantine (1910). Pendant la guerre, elle supplée Raimbault* à l’EPS de la ville (1914-1916) puis ben Kalafat* au lycée (1917), obtenant entre-temps le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les EN et EPS (décembre 1916). Nommée en 1918 à l’EPS de Blida, elle y est titularisée professeur en 1922. Son vœu d’être nommée à l’EPS d’Alger ou de Constantine où son mari, commis-greffier, peut trouver à s’employer, ne se réalise qu’après dix années. Si ses compétences en arabe ne sont pas mises en cause, on déplore ses trop fréquents congés et le recteur Taillart préfère confier ces postes à des candidates ayant, outre la maîtrise de l’arabe, des compétences en littérature ou en histoire-géographie. Finalement nommée en 1929 à l’EPS de la rue Lazerges à Bab el-Oued, elle peut se rapprocher de sa fille, mariée à Alger, et de son fils, Maurice, qui y poursuit ses études de médecine (installé à Montpellier, il mourra en déportation). Elle y reste jusqu’à sa retraite en 1939, mal notée : on fait porter sur le compte de son peu de suivi le faible nombre des élèves qui choisissent d’étudier l’arabe.

Sources :

ANF, F 17, 24.776, Mme Aouate ;

Ève Line Blum-Cherchevsky éd., Nous sommes 900 Français : à la mémoire des déportés du convoi n° 73 ayant quitté Drancy le 15 mai 1944, t. IV, 2003 ;

correspondance avec Claude Rinx (octobre 2007).

Angely/Angelis, Michel (Alep, 1768 – [?], 1846)

– guide interprète

Recruté par l’armée d’Orient comme interprète, Michel Angely (parfois transcrit Angelis ou Angélis) sert ensuite comme mamelouk dans la Grande Armée (1808). Déporté à Sainte-Marguerite en 1816, il est gracié en 1818 (tandis que son frère Georges, dont la carrière est parallèle, mais le bonapartisme plus ardent, a été condamné en 1815 à vingt ans de travaux forcés aux bagnes de Toulon puis de Rochefort jusqu’à sa grâce en août 1831). On le charge en 1822 de conduire de Marseille à Paris un cheval arabe et des pièces d’antiquités adressés au gouvernement par le consul à Bagdad Jean-François Xavier Rousseau*. Guide interprète en 1830 avec rang de sous-officier, il aurait été selon Féraud réformé en 1840.

Sources :

ANF, LH/38/44 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 457-458.

Arin, Félix Auguste Emmanuel (Nantes, 1884 – Saint-Germain-en-Laye [?], 1968)

– inspecteur des services judiciaires chérifiens, avocat

Après avoir été pendant deux ans principal clerc chez un avoué à Nantes, Arin prépare avec succès le diplôme de l’ESLO en arabe littéral et vulgaire, en persan et en turc (1907-1908) et le doctorat en droit (Recherches historiques sur les opérations usuraires et aléatoires en droit musulman, Paris, Pedone, 1909). Il est alors recommandé par son professeur Marcel Morand et choisit d’être attaché aux services judiciaires du gouvernement à Tunis plutôt que d’être recruté comme interprète consulaire au Maroc. Il y poursuit des travaux sur l’habitat et la propriété dans une perspective à la fois juridique et sociologique (« Le Modes d’habitation chez les “Djabaliya” du Sud tunisien » ; « Essai sur les démembrements de la propriété foncière en droit musulman », Revue du monde musulman, 1909 et 1914) et étudie Le Régime légal des mines dans l’Afrique du Nord, Tunisie, Algérie, Maroc, textes et documents précédés d’une étude historique sur la législation minière sous les dominations romaine, arabe et française, et d’un aperçu sur les richesses minérales de l’Afrique du Nord (Paris, Challamel, 1912). En 1913, alors qu’il a passé avec succès le concours de commissaire du gouvernement près les juridictions indigènes, qui lui permettrait d’être nommé près les tribunaux tunisiens, il part rejoindre à Rabat l’équipe de Lyautey, qui lui offre une rémunération supérieure. Il est adjoint civil au commandant militaire de la région de Marrakech puis inspecteur des services judiciaires chérifiens. Il pense retourner fin 1919 à Tunis comme adjoint du secrétaire général du gouvernement tunisien, quand il se heurte à un obstacle administratif imprévu. Ayant déjà annoncé son départ, il s’installe en 1920 comme avocat à Marrakech (en 1934-1935, il est bâtonnier de l’ordre), et ne répond pas à une nouvelle proposition qui lui est faite en février 1921. Sa traduction des Vorlesungen über den Islam d’Ignác Goldziher, prête en 1914, a entre-temps paru (Le Dogme et la loi de l’Islam : histoire du développement dogmatique et juridique de la religion musulmane, Paris, Geuthner, 1920, rééd. 1958 et 2005). Il ne rompt pas cependant avec les études savantes, éditant et traduisant les inscriptions arabes dessinées par Gabriel-Rousseau, inspecteur de l’enseignement professionnel et du dessin au Maroc (Le Mausolée des princes Sa’diens à Marrakech, Paris, Geuthner, 1925). Il collabore aussi avec sa femme Jeanne, diplômée des Langues orientales et de l’université de Cambridge (il s’agit de Jeanne Marie Joséphine Mispoulet, née en 1886, diplômée en arabe littéral et maghrébin en 1911, probablement sœur aînée de l’arabisant Pierre Mispoulet) qui a traduit de l’anglais Edward Westermarck (Les cérémonies du mariage au Maroc, Paris, Leroux, 1921, réimpr. 2003). Ensemble, ils publient des traductions d’Hamilton Alexander Rosskeen Gibb (La Structure de la pensée religieuse de l’Islam, Paris, Larose, 1950) et de Joseph Schacht (Esquisse d’une histoire du droit musulman, Besson, 1953). À Marrakech, ils sont proches de Denise Masson qu’ils soignent en 1938 lorsqu’elle est atteinte du typhus : en 1967, lors de la publication de sa traduction du Coran, Félix Arin, désormais installé à Saint-Germain-en-Laye, en fait une recension élogieuse.

Sources :

Archives Denise Masson, Marrakech ;

ANT, dossiers administratifs, 196 bis (Arin) ;

André Brochier, Livre d’or du Maroc. Dictionnaire de personnalités passées et contemporaines du Maroc. 1934-1935, Casablanca, A. Brochier, s. d. [1934] (notice avec photographie).

Arnaud, Antoine (dit Marc Antoine) (Alger, 1835 – Alger, 1910)

– interprète militaire

Fils d’un limonadier de la rue Jenina, Antoine Arnaud devient interprète auxiliaire en 1860. Il est attaché à Youssouf lors de son expédition dans le cercle de Djelfa. Titularisé en janvier 1866, il est chargé de la traduction en arabe du journal officiel le Mobacher (après Alfred Clerc* et avant Cherbonneau*). En 1872, attaché au cabinet du gouverneur général civil à Alger, il épouse une fille de l’interprète Ducheyron de Baumont. Membre titulaire de la SHA (dont il devient en 1895 le président), il est entre 1861 et 1895 un contributeur régulier de la Revue africaine où il publie en particulier des traductions de textes modernes (une pièce de vers d’Abd el-Kader ; un commentaire de Muḥammad Abū Rās an-Naṣrī (1751-1823), chaykh de Mascara, sur le poème qu’il a composé à propos de la prise d’Oran par le bāy Muḥammad b. ‘Uṯmān en 1792…). Il publie aussi en édition bilingue Les Roueries de Dalila. Conte traduit des Mille et une nuits (Alger, 1879) et un court ouvrage d’Aḥmad Fāris b. Yūsif aš-Šidyāq, Sa majesté Bakchiche ou Monsieur pourboire/Al-maqāmat al-baḫšīšiya li l-‘alāma l-marḥūm Aḥmad Fāris, mu’assas al-Ǧawā’ib (Alger, 1893). Il traduit des textes concernant les confréries musulmanes (certaines de ces traductions sont insérées dans les Marabouts et khouans publiés par Rinn* en 1883, une autre est publiée dans la RA – « Étude sur le soufisme par le chaykh Abd al hādī b. Ridwān », n° 31-32, 1887-1888) et Depont et Coppolani le remercient pour les utiles renseignements qu’il leur a donnés pour leur Confréries religieuses musulmanes (1897). Il publie enfin en 1895 une traduction d’un Iktirāṯ sur le respect des droits de la femme dans l’islam, par Muḥammad b. Muṣṭafā b. al-ḫūǧa Kamāl, algérien qu’il faut sans doute identifier à Muṣṭafā Kamāl, imām de sīdī ‘Abd ar-Raḥmān aṯ-Ṯa’ālibī : il témoigne par là de sa participation au mouvement d’intérêt pour la réforme de l’islam. Son fils Robert, plus connu sous son nom de plume Robert Randau, fait à son tour une carrière d’interprète militaire.

Sources :

ANF, LH/52/10 ;

ANOM, état civil (actes de naissance et de mariage ; acte de mariage de son fils Robert Arnaud) ;

Féraud, Les Interprètes…

Arnaud dit Randau, Joseph Marie Robert (Mustapha, Alger, 1873 – El-Biar, Alger, 1950)

– administrateur de commune mixte, écrivain

Fils et petit-fils des interprètes militaires Antoine Arnaud* et Joseph Ducheyron de Beaumont, il est élève au lycée puis à l’École de droit d’Alger avant de préparer un doctorat à Paris et d’intégrer en 1896 l’École coloniale. Il y publie dès 1896 sous le pseudonyme de Robert Randau un roman en collaboration avec Sadia Lévy (Rabbin), avec lequel il publiera aussi en 1902 Onze journées en force (Alger, Jourdan). Sous les ordres de Xavier Coppolani, auteur avec Octave Depont des Confréries religieuses musulmanes (1897) auquel son père a apporté son conseil, il participe à la mission des compétents techniques du général de Trentinian au Soudan (1898). Reçu en 1899 au concours de l’administration des communes mixtes, il est affecté à Msila puis dans l’Ouarsenis et à Ténès (1902-1905) où il fait la connaissance d’Isabelle Eberhardt (il lui consacre en 1945 un volume sympathique, Isabelle Eberhardt. Notes et souvenirs, réédité en 1989 avec une présentation de Jean Déjeux à La Boîte à documents). Fin 1904, il est détaché à la mission de Xavier Coppolani qu’il rejoint au Tagant et suit dans l’Adrar où il est témoin de son assassinat (12 mai 1905) – il en tirera un roman, Les Explorateurs (1908), et une biographie (Un Corse d’Algérie chez les hommes bleus : Xavier Coppolani, le pacificateur, Alger, A. Imbert, 1939). Tout en poursuivant son activité littéraire (il est parmi les fondateurs de la Société des écrivains algériens en 1905), il est alors affecté à Dakar au bureau politique du secrétaire général de l’AOF, où il rédige à destination des administrateurs coloniaux le premier volume d’un Précis de politique musulmane. Pays maures de la rive droite du Sénégal (Alger, A. Jourdan) qui fixe les traits d’un « Islam noir ». Comme Coppolani, et comme après lui Marty*, il préconise de s’appuyer sur les confréries soufies et de veiller à maintenir cet islam africain dans l’isolement et la spécificité qu’il lui attribue. Envoyé en mission d’exploration chez les Touaregs et dans le Sud marocain (1906-1907), puis en Guinée et Côte-d’Ivoire (1908), il est intégré dans le corps des administrateurs coloniaux pour services rendus et nommé chef du nouveau bureau des affaires musulmanes au gouvernement général à Dakar (1909). Son œuvre littéraire s’amplifie avec deux « romans de la patrie algérienne », Les Colons (1907) et Les Algérianistes (1911), manifeste de l’école du même nom : dans le sillage de Louis Bertrand, il s’agit de rompre avec la littérature exotique et superficielle des voyageurs pressés. Il prolonge cette veine dans des romans africains, Autour des feux dans la brousse, L’aventure sur le Niger et Celui qui s’endurcit, tous trois édités chez E. Sansot (1912-1913). Il publie par ailleurs de nombreux articles dans le Bulletin de la Société de géographie d’Alger (« Contribution à l’étude de la langue peulhe ou foullanyya »), dans la Revue franco-musulmane et saharienne fondée par Eugène Étienne en 1902 et dans les Renseignements coloniaux, supplément de L’Afrique française (« L’islam et la politique musulmane française en AOF », 1912). Engagé volontaire en 1914 après la mort de son frère, capitaine explorateur du Sahara, il sert en Algérie puis en AOF, à Tombouctou et à Bamako. Inspecteur des affaires administratives au Soudan (1921) puis en Haute-Volta (1924-1929), il prend sa retraite en 1936 comme lieutenant-gouverneur. Membre de la Société française d’ethnographie (1921), il publie des articles dans la Revue d’ethnographie et des traditions populaires et dans la Revue anthropologique (1923). Son expérience africaine nourrit aussi une abondante œuvre romanesque publiée à Paris chez des éditeurs d’abord sans prestige, mais à large diffusion : Les Terrasses de Tombouctou (sous le nom d’Amessakoul Ag Tiddet’, aux éditions du Livre mensuel), Le Chef des porte-plume : roman de la vie coloniale (aux éditions du Monde nouveau, 1922, rééd. en 2005 chez L’Harmattan), La Ville de cuivre, Le Grand Patron, L’Homme qui rit jaune, Les Colons, Diko, frère de la Côte, Des Blancs dans la cité des Noirs (entre 1923 et 1936, tous chez Albin Michel). Grand prix littéraire de l’Algérie en 1929, il croque Le Professeur Martin, petit bourgeois d’Alger (Alger, 1936) et le peuple de la ville-capitale (Sur le pavé d’Alger, légère promenade touristique qui sert de support aux dessins de Hans Kleiss, 1937) en des textes qui ont cristallisé une mémoire « pied-noire » et ainsi échappé à l’oubli. Dans son roman Cassard le berbère (1921), Randau avait rêvé d’un peuple franco-berbère (le héros provençal s’imagine de souche maure) s’assimilant (il considère que la politique du royaume arabe a eu l’effet néfaste de diviser les communautés). En publiant avec Hadj Hamou (qui prend lui-même le pseudonyme d’Abdelkader Fikri) Les Compagnons du jardin (Paris, Domat-Montchrestien, 1933, avec une préface de René Maunier et le soutien d’Augustin Berque), il appelle à ce que la société française fasse une place entière à l’élite indigène. En AOF, il a encouragé des instituteurs indigènes à faire œuvre d’ethnographes, préfaçant deux ouvrages de Dib-Delbobsom (1932 et 1934).

Sources :

ANOM, état civil (actes de naissance et de mariage) ;

papiers Robert Randau (75 APOM 1-49) ;

Hommage à Robert Randau, numéro spécial de la revue Afrique (Alger), 1950 ;

Hommes et Destins, t. I, 1975, p. 39-41 (notice par P. Brasseur et O. Durand) ;

L’Algérianiste, numéro spécial, 1975, p. 12-13 et n° 2, 15 mars 1978 (bibliographie) ;

Cahiers de littérature générale et comparée, n° 5, automne 1981 ;

Recherches biographiques Algérie (1830-1962) [futur Parcours], n° 1, mars 1984 (notice par J. Dejeux) ;

Jean Bodiglio, « Robert Randau (1873-1950) », L’Algérianiste, n° 43, 1988, p. 39-43 ;

Zineb Ali-Benali, « Diwan d’un (im)possible devenir en colonie : les compagnons du jardin », Littérature et temps colonial. Métamorphoses du regard sur la Méditerranée et l’Afrique, Aix-en-Provence, Édisud, 1999 ;

Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002 ;

Danielle Jonckers, « Résistances africaines aux stratégies musulmanes de la France en Afrique occidentale (région soudano-voltaïque) », Pierre-Jean Luizard éd., Le Choc colonial et l’islam, Paris, La Découverte, p. 294 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par J. Schmitz et E. Sibeud) ;

Lucienne Marini et Jean-François Durand, Romanciers français d’Algérie 1900-1950 ; suivi de Robert Randau, Paris-Pondichéry, Kailash Éditions, coll. « Les cahiers du SIELEC », n° 5, 2008.

Asselin de Cherville, Jean-Louis (Cherbourg, 1772 – Le Caire, 1822)

– drogman à Alexandrie

Après avoir reçu la tonsure des mains de l’évêque de Coutances en 1792 et s’être enrôlé en 1793, il est élève de l’éphémère École normale de l’an III et apprend plusieurs langues orientales (hébreu, syriaque, arabe, grec moderne). En rupture avec sa famille, il part en 1806 comme drogman au Caire, avant d’être affecté en 1816 à Alexandrie, sans jamais être promu consul. C’est peut-être la contrepartie d’une certaine hauteur qui le fait juger sévèrement certains usages des consuls issus des familles françaises du Levant, peut-être aussi le prix qu’il paie pour n’avoir pas voulu se séparer de la mère de ses enfants naturels, une blanchisseuse originaire de Raguse. Lié à Volney, avec lequel il aurait travaillé avant son départ pour l’Égypte à un ouvrage de littérature orientale, il collabore avec Silvestre de Sacy qui lui indique les ouvrages qui font défaut à Paris, reproduit ses lettres dans le Magasin encyclopédique et travaille à le faire nommer membre correspondant de l’Institut. Il s’est lié d’amitié avec Drovetti, consul de France à Alexandrie, qui lui apporte son appui matériel pour entretenir un foyer de traducteurs abyssins autour d’el-Azhar et réunir une importante collection de manuscrits. Asselin fait en effet composer des écrits en amharique de façon à pouvoir comparer cette langue parlée avec le guèze, l’ancienne langue savante de tradition écrite. Il est aussi entré en relations avec Ulrich Seetzen, l’explorateur du Yémen qui l’évoque dans ses lettres publiées dans les Mines de l’Orient. Déçu par la carrière, il se serait concentré sur ses intérêts privés, se constituant en 1821 selon Drovetti une rente annuelle d’environ 30 000 piastres, « y comprise la moitié des appointemens qu’il reçoit de Paris ». Il laisse à sa mort en 1822 une traduction de la Bible en dialecte de Gondar ainsi qu’une collection de plus de 1 500 manuscrits, turcs, persans, coptes, éthiopiens et surtout arabes, inventoriée par l’interprète Summaripa. Après une tentative avortée de vente à Londres – où la Société biblique britannique acquiert cependant la version amharique de la Bible, publiée en 1844 par Thomas Pell Platt –, l’essentiel de cette collection intègre en 1833 la Bibliothèque royale à Paris où Reinaud charge Amari d’en répertorier les anciens et rares feuillets du Coran.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 134 ;

Bernardino Drovetti, Epistolario: 1800-1851, pubblicato da Silvio Curto in collaborazione con Laura Donatelli, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1985 (lettres d’Asselin à Drovetti, 1812-1821) ;

Lettres de Bernardino Drovetti consul de France à Alexandrie (1803-1830), présentées et commentées par Sylvie Guichard, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 274 (B. Drovetti à P. Balthalon, Alexandrie, 14 août 1821) ;

H. Dehérain, « Asselin de Cherville, drogman du consulat de France en Égypte et orientaliste », Journal des Savants, 1916, p. 176-187 et 223-231 (repris dans Orientalistes et antiquaires, S. de Sacy, ses contemporains et disciples, p. 93 et suiv.) ;

H. Omont, Missions archéologiques françaises en Orient aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imprimerie nationale, 1902.

Aublin, Ferdinand Maximilien (Paris, 1828 – Antibes [?], 1897)

– directeur du collège impérial arabe-français de Constantine

Fils d’un facteur de la vente au charbon, démissionnaire de l’école de Saint-Cyr (promotion 1848), il se dirige vers le génie. Officier des bureaux arabes à partir de 1855, on lui confie le soin de régler le sort de l’orphelinat de Medjez Amar après les déboires de l’abbé Landmann. Capitaine, il commande le cercle de Bou Saada (1863) lorsqu’il est nommé en décembre 1866 à la tête du nouveau collège arabe-français de Constantine, à défaut « d’un membre de l’université ayant une connaissance suffisante de la langue et des mœurs arabes ». Il est alors marié avec trois enfants et 2 000 francs de rente. Il est promu chef de bataillon en novembre 1870. À la fermeture du collège, il poursuit sa carrière comme chef du bureau politique à Alger (1871 ; au 2e bureau du cabinet militaire du GG en 1872) puis des affaires indigènes à l’état-major (1873-1878). Il ne reste guère à Arras où il prend sa retraite au 3e régiment du génie (1879) : après un projet de séjour en Grèce (1885), on le retrouve domicilé à Paris (1886), Médéa (1887), Alger, Tunis (1893), Antibes…

Sources :

ANF, LH/66/91 ;

ANOM, état civil (acte de mariage d’Antoine Arnaud, 1872) ;

Martel, Allegro…, p. 135 ;

Y. Turin, Affrontements…, 1971, p. 246.

B

Bacigalupo épouse Bernard, Pauline (Oran, 1870 – Oran [?], apr. 1932)

– professeur de lycée

Après avoir été élève-maîtresse à l’école normale d’Oran (1888-1889), elle exerce comme institutrice à Tlemcen, Aïn Tédelès (1890-1891) puis dans diverses écoles d’Oran. Désireuse d’accéder à l’enseignement secondaire, elle obtient successivement le brevet supérieur (1890), le brevet puis le diplôme supérieur d’arabe (1891 et 1896), le baccalauréat de l’enseignement moderne enfin (lettres et philosophie, 1897-1898), pour lequel elle apprend l’espagnol. En 1898-1899, en même temps qu’elle supplée une institutrice primaire au collège de jeunes filles d’Oran, elle assure les heures d’arabe habituellement données par Cohen-Solal*. Elle renonce finalement à passer le certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire des jeunes filles qu’elle prépare à Oran avec des professeurs du lycée puis à Paris, au collège Sévigné, séjour qu’elle interrompt pour raisons de santé (novembre 1900 - février 1901). En 1903, un an après avoir épousé un professeur au lycée d’Oran, elle est nommée à une chaire d’arabe et d’espagnol nouvellement créée au collège de jeunes filles de la ville où elle fera toute sa carrière. Bien notée, elle emploie la méthode directe. En 1905, l’inspecteur général Hovelacque considère que « la culture supérieure, le sens littéraire lui font défaut et [que] son enseignement pratique et vivant est terre à terre, tout en petites habiletés » mais lui reconnaît un esprit « vigoureux et net ». Autoritaire, elle entre en conflit avec sa directrice. Or, le recteur Jeanmaire, qui a favorisé la création de sa chaire, rappelle qu’elle a le mérite de faire gratuitement des conférences pour former des institutrices à l’enseignement de l’arabe dans les écoles primaires. Avec les encouragements de son ancien maître Cohen-Solal et l’aide de Chakouri Boumédien ben Mustapha [aš-Šakūrī bū Midyan b. Muṣṭafā], elle compose un manuel illustré qui décrit campagne et ville à travers l’histoire de deux enfants qui entrent en contact avec la civilisation européenne (Ali et Aïcha. Livre de lecture courante en arabe parlé, Oran, Perrier, 1906). Conforme au programme des classes de 5e des collèges et lycées de garçons, l’ouvrage peut être utilisé dans les 3e, 4e et 5e années des lycées et collèges de jeunes filles, les écoles normales, les EPS et par les aspirants au brevet supérieur et au certificat d’études à l’enseignement de l’arabe parlé. Pauline Bacigalupo-Bernard, dont les élèves obtiennent de très bons résultats aux examens – elle a été le professeur de Georgette Pons, diplômée de l’ENLOV et employée à sa bibliothèque, de Jeanne Bel* et d’autres futures professeurs d’arabe –, est récompensée de son dynamisme par les palmes académiques (OA, 1911 et OI, 1920). Elle souffre ensuite de la désaffection qui touche les classes d’arabe après guerre, particulièrement nette dans l’enseignement féminin. Alors qu’elle n’a plus qu’une cinquantaine d’élèves, l’inspecteur d’académie lui trouve une certaine âpreté et des procédés parfois trop mécaniques qui n’attirent pas les élèves. Le transfert de la chaire publique d’arabe d’Oran à Tlemcen après la retraite de Mouliéras* en 1926 et la restriction de la place de l’arabe au baccalauréat après 1928 aggravent la situation : les élèves du lycée qui suivent son enseignement d’arabe ne sont plus qu’une trentaine à son départ à la retraite. Inspecteur d’académie et inspecteur général sont alors d’accord pour juger qu’on pourrait sans dommage supprimer la chaire.

Source :

ANF, F 17, 24.232, Bacigalupo.

Bacquerie, Jean Pierre (Campan/Campais, Hautes Pyrénées, 1814 – [?], apr. 1869)

– vice-consul à Benghazi

C’est une figure d’Ancien Régime, sans diplômes, qui passe du service de la Porte à celui des Affaires étrangères. Après avoir servi en Algérie comme sous-aide major, il entre au service de la Porte comme directeur-médecin de la quarantaine de Jérusalem, sans avoir suivi aucune formation scolaire. Sa connaissance de l’arabe, du turc et de l’italien, tirée elle aussi d’une pratique « de plus de quinze ans », lui vaut d’être recruté comme drogman, sur la recommandation du consul à Jérusalem. Employé en novembre 1846 à Tarsous puis en juillet 1847 à Djedda où Fresnel, consul, dit sans acrimonie ne rien pouvoir lui offrir qui soit conforme à ses goûts (Bacquerie devrait selon lui bientôt se créer un cercle parmi les Osmanlis et Fresnel contribuera « à le mettre en rapport avec ce qu’il y a de mieux dans ce monde tout mahométan »), il est nommé fin 1848 à Jérusalem où, à la veille de traiter l’affaire des sanctuaires « usurpés par les Grecs sur les Latins », le consul Botta considère qu’il n’a pas les qualités nécessaires : contrairement au consul, Bacquerie ne sait lire ni l’arabe ni le turc et les autorités locales gardent le souvenir de l’avoir employé dans une humble position. L’intervention de Botta est suivie d’effet : Bacquerie est nommé à La Canée puis à Mogador (1852), à Fès (1853), à Tunis (1855), retourne à La Canée (1859) et à Tunis, avant d’être promu vice-consul à Benghazi (1861). Deux ans plus tard, un scandale éclate, rappelant que sa trajectoire et sa façon de déjouer les règles ne sont plus de mise : sous la pression du père préfet et de la population maltaise, il est amené à épouser sans demander l’autorisation ministérielle sa concubine, une fille d’ouvrier, illettrée, qui vivait de sa prostitution à Bagnères. Or, elle porte plainte contre lui pour mauvais traitements, l’accuse de l’avoir forcée à avorter, obtient l’appui du père préfet, et se réfugie auprès de Reade, vice-consul d’Angleterre. L’affaire se conclut par l’annulation du mariage et la mise en inactivité de Bacquerie qui doit à ses services passés d’échapper à la révocation (1864). Cinq ans plus tard, on liquide sa pension de retraite.

Source :

ADiplo, personnel, 1re série, 185, Bacquerie.

Ballesteros, André Nicola/Nicolas Santiago/Jacques (Cadix, 1822 – Alger, 1892)

– interprète militaire de 2e classe

Fils d’un marchand de tabac établi à Alger, « originaire d’une vieille famille militaire d’Espagne », André Ballesteros entre comme brigadier aux gendarmes maures en avril 1841. Il fait partie de la colonne commandée par Baraguay d’Hilliers qui détruit Boghar, poste fortifié d’Abd el-Kader et assiste au ravitaillement de Médéa et de Miliana en 1841-1842. Membre du peloton de gendarmes qui sert d’escorte au général de Bar qui opère contre les Banū Slīmān, il participe en 1842 aux combats de l’oued Fodda et de l’Ouarsenis dans la colonne commandée par Changarnier. Nommé par Youssouf* brigadier aux spahis réguliers (décembre 1842), il assiste en mai 1843 à la prise de la smala d’Abd el-Kader. Dix ans plus tard, il accède à l’interprétariat militaire comme auxiliaire de 2e classe (mai 1854). Titulaire en 1862, il sert de témoin lors du contrat de mariage de l’interprète Lucien Dayan (alors au BA d’Orléansville) avec Esther/Esthérine Amar (1867). Membre de la SHA, chevalier de la Légion d’honneur en 1867, il prend sa retraite vers 1883. Il est resté célibataire. Son frère cadet, Luis/Louis Ballesteros, né à Alger en 1838, devenu avocat près la cour d’appel d’Alger, se déclare favorable à la constitution d’une zone sous autorité civile en Algérie (L’Émir Abd el Kader et l’Algérie, Paris, Rétaux frères, 1865). L’envoi d’un exemplaire de son ouvrage à Jules Favre atteste ses sympathies républicaines. Il fait partie en 1879 des témoins qui permettent d’établir par acte de notoriété la naissance de Laurent Charles Féraud*.

Sources :

ANF, LH/99/13 ; ANOM, état civil (acte de décès) ;

ADéf, 5Yf, 90 568, Ballesteros ; 5Yf, 58.872, Dayan et 5Yf, 62.913, Féraud ;

Féraud, Les Interprètes… ;

RA, t. 36, 1892, p. 128 (nécrologie par Louis Rinn).

Barbier, Émile (Rogéville, futur département de Meurthe-et-Moselle, 1861 – Alger [?], apr. 1921)

– professeur de lycée

Bachelier ès lettres (1879) et ès sciences (1883), il est répétiteur dans le Nord-Est de la France et à Lyon, avant d’être nommé au lycée annexe d’Alger (Ben Aknoun) en 1886. L’obtention du brevet d’arabe – qu’il a pu préparer à l’école des Lettres dont le directeur, Basset*, est lui aussi lorrain – lui permet dès 1890 d’y enseigner l’arabe. Il ne quitte l’annexe de Ben Aknoun que pour gagner celle de Mustapha, faisant toute sa carrière au lycée d’Alger, jusqu’à sa retraite en 1921, sans passer les concours susceptibles de lui ouvrir les portes du grand lycée, ni entreprendre de savantes recherches. Il est médiocrement noté par les inspecteurs qui lui reprochent ne pas savoir adapter son enseignement aux exigences de la nouvelle méthode directe. En 1901, il s’est marié tardivement avec une Lorraine de Commercy. Il faut sans doute lui attribuer Les Poèmes africains. Scènes de mœurs algériennes publiés à Paris (L. Duc) en 1904 : émaillés d’un lexique arabe spécialisé – « son teint a la couleur d’un khoukh qui va fleurir/ Et son corps s’assouplit comme un roseau des jungles » (poème intitulé « La tente ») –, leur esthétique semble proche du Parnasse, d’un José-Maria de Heredia (en particulier la série de poèmes intitulés « Invasion musulmane en Afrique »). Ils mériteraient sans doute d’être étudiés.

Source :

ANF, F 17, 22.550B, Barbier.

Barbier de Meynard, Charles Adrien-Casimir (en mer, sur le trajet de Constantinople à Marseille, 1826 – Paris, 1908)

– professeur au Collège de France, administrateur de l’École spéciale des langues orientales

Comme après lui encore Clément Huart*, il représente la figure du savant de cabinet qui joint à l’étude érudite des textes anciens une solide connaissance des trois langues musulmanes modernes, du fait de son enfance à Constantinople, de sa formation de jeune de langue et de ses séjours de jeunesse à Jérusalem et en Perse. Issu du côté de sa mère d’une famille installée à Constantinople, où son grand-père a exercé la médecine, il est élève jeune de langue à Louis-le-Grand où il devient maître répétiteur (v. 1846/1847 - v. 1849/1850). En 1850, il est admis à la Société asiatique et envoyé comme drogman à Jérusalem sous les ordres de Paul-Émile Botta. Il rentre en France du fait de sa santé dès octobre 1851 et publie des travaux fondés sur des manuscrits turcs dans le Journal asiatique. Surnuméraire à la direction politique du MAE, il est « attaché payé » à la mission en Perse dont Arthur Gobineau est le secrétaire (novembre 1854 - février 1857), ce qui lui permet d’approfondir sa connaissance du persan et du dialecte turc oriental. Après être revenu à Paris au début de 1856, il s’y fixe sans plus désormais voyager en Orient. Il poursuit l’étude des textes persans en suivant les cours de Jules Mohl au Collège de France. À la manière de son aîné Amand-Pierre Caussin de Perceval*, il représente la figure du savant de cabinet qui a eu une connaissance directe de l’Orient par ses origines et les séjours qu’il y fait jeune homme – ce qu’on peut rapprocher, dans un autre domaine, d’un Delacroix qui travaille en atelier à Paris à partir du matériau accumulé dans sa jeunesse lors de son voyage au Maroc. En 1858, la SA le propose à Joseph Derenbourg comme collaborateur pour l’édition des Prairies d’Or de Mas‛ūdī. L’année suivante, Derenbourg demandant finalement à être déchargé du travail, on adjoint à Barbier Abel Pavet de Courteilles : ils mènent à bien cette publication en neuf volumes entre 1861 et 1875 (revue et corrigée par Charles Pellat*, leur traduction est rééditée en cinq volumes entre 1962 et 1997). En 1861, il publie un Dictionnaire géographique, historique et littéraire de la Perse et des contrées adjacentes, composé à partir du Mu‘jam al-buldān de Yāqūt, qui dresse un tableau des contrées qui formaient l’Iran au xiiie siècle. Un an après son mariage, il succède à Louis Dubeux comme professeur de turc à l’ESLO (1863). Après De Slane*, Barbier met à profit sa connaissance du turc pour éditer et traduire des textes arabes comme Les Colliers d’or. Allocutions morales de Zamaḫšarī, 1876). Dans « Le seïd himyarite, recherches sur la vie et les œuvres d’un poëte hérétique du iie siècle de l’hégire » (JA, juillet 1874), il se démarque de Caussin dans sa manière de travailler : plutôt que de se contenter « d’un calque obtenu d’après les procédés des biographes arabes », il faut selon lui user d’une méthode moderne et trouver « la raison des faits dont ceux-ci ne donnent que l’aspect extérieur », éclairer l’anecdote par l’histoire, quitte à sacrifier la narration et la couleur locale. Il n’est donc pas insensible à un mouvement contemporain qui, au nom de la science, prend ses distances avec l’objet de son étude, et perd en sympathie. Élu à la succession de De Slane à l’AIBL et à celle de Mohl à la chaire de persan du Collège de France (1878), il la cède à Darmesteter en 1885 pour prendre la succession de Guyard* à la chaire d’arabe, afin d’éviter, dit-il, que cette dernière ne disparaisse. Il s’occupe cependant toujours de persan, achevant l’édition et la traduction du Livre des rois de Firdousi par Jules Mohl (t. VII, Imprimerie nationale, 1878), et donnant la première traduction française du Boustan ou Verger, poème de Saadi (Leroux, 1880, rééd. Seghers, 1979). À l’attention de ses élèves, il publie un Dictionnaire turc-français, supplément aux dictionnaires publiés jusqu’à ce jour (2 vol., 1881-1886), et, pour leur fournir des textes en langue usuelle, édite et traduit en collaboration avec Guyard* des traductions persanes modernes de comédies de Mirza Fêth Ali Akhounzadè composées en turc azéri, et le texte original de l’une d’entre elle (1886 et 1889). Il s’intéresse aussi « Néologismes ottomans » (JA, 1896) et aux « Surnoms et sobriquets dans la littérature arabe » (JA, 1907). Curieux du passé autant que du présent, il a collaboré avec Defrémery* et Schefer à quatre volumes du recueil des historiens des croisades pour lequel il traduit en propre des extraits du Livre des deux jardins, histoire des deux règnes : celui de Nour ed-Dîn et celui de Salah ed-Dîn d’Abū Šāma al-Maqdisī, un historien du xiiie siècle (1898).

Administrateur adjoint de l’ESLO entre 1881 et 1885, il en prend la direction à la mort de Schefer en 1898, jusqu’en 1908. Il est par ailleurs vice-président (1882) puis président de la Société asiatique, où il succède à Renan. À partir de 1903, il se fait suppléer au Collège par Octave Houdas*, puis par William Marçais* (novembre 1905) et Maurice Gaudefroy-Demombynes* (1907), avec lequel il se lie. Il participe au premier jury de l’agrégation d'arabe en 1907 et donne un avant-propos au manuel de Fleury et Soualah*. Sans pratique religieuse, il meurt cependant muni des sacrements de l’Église dans l’appartement qu’il occupe aux Langues orientales.

Occupant discrètement une position dominante dans le domaine des études orientales musulmanes au tournant des xixe et xxe siècles, il accompagne le passage d’un monde ancien où orientalistes et jeunes de langue avaient une connaissance globale des trois langues musulmanes à un monde de spécialistes, du fait des exigences nouvelles de la science philologique et linguistique d’une part, et de celles de l’administration coloniale d’autre part.

Sources :

Archives du Collège de France, Barbier de Meynard ;

ANF, F 17, 23.160, Barbier de Meynard [carrière à l’ESLO et au Collège de France] ;

R. Le Cholleux, Revue biographique des notabilités françaises contemporaines, Paris, 1898, III, 384 ;

C.-E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition, de librairie et d’impression, t. 1, 1901 ;

JA, 2e série, t. XII, 1908, p. 338-351 (discours de Babelon, Levasseur et Senart) ;

Paul Girard Notice sur la vie et les travaux de Barbier, Institut, AIBL, 1909 ;

Paul Masson, Les Bouches du Rhône. Encyclopédie départementale, Marseille-Paris, Champion, t. XI, Biographies, 1913 ;

DBF (notice par P. Leguay) ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par F. Hitzel).

Bargès, Jean Joseph Léandre (Auriol, Bouches-du-Rhône, 1810 – Auriol, 1896)

– abbé, éditeur de textes historiques, professeur d’hébreu à la Sorbonne

Fils d’un modeste agriculteur, il entre au petit séminaire puis au grand séminaire de Marseille, dont le directeur, acquéreur de la bibliothèque de l’hébraïsant abbé Boyer, l’encourage dans ses études orientales. Il complète son apprentissage de l’hébreu auprès du livournais Benedetti, grand hazan de la synagogue de Marseille, et l’élargit en apprenant l’arabe auprès d’un maronite, le père Djabour, moine antonin de Beyrouth venu à Marseille recueillir des aumônes en faveur de son couvent. Il suit aussi l’enseignement du père Taouil*, chante en arabe aux offices de l’église grecque catholique Saint-Nicolas-de-Myre et fréquente à la fois les négociants « égyptiens » (les Hamaouy*, Aydé, Sakakini*, Dahdah*…), l’érudit Joseph Varsy, ancien vice-consul de France à Rosette, qui met à sa disposition les manuscrits qu’il a collectés, et les salons de dames grecques, ce qui lui coûte son vicariat à Notre-Dame-du-Mont. Bachelier ès lettres, il devient précepteur et est admis à la Société asiatique sur présentation de Garcin de Tassy et de Silvestre de Sacy* (1835), et publie dans le Journal asiatique des extraits d’el-Menoufi consacrés au Nil. Alors qu’il sert d’interprète auprès du tribunal de commerce et pour l’administration diocésaine – avec laquelle ses rapports sont assez froids –, il est choisi par Eusèbe de Salle* pour le suppléer à la chaire d’arabe de Marseille en 1837, ce qui suscite l’opposition d’un parti de négociants derrière Sakakini*. En 1839, il fait un premier voyage en Algérie, façon d’affirmer ses compétences pratiques, mais surtout occasion d’acquérir des manuscrits (« Lettre sur un ouvrage inédit attribué à l’historien arabe Ibn Khaldoun », Journal asiatique, novembre 1841 − le texte est dû en fait à Yahya, frère du grand Ibn Khaldoun) et de faire copier des textes (à partir des registres du tribunal musulman d’Alger, il publie des « Actes notariés traduits de l’arabe », Journal asiatique, septembre-octobre 1842). Recommandé par Mgr Affre et par Garcin de Tassy, il est chargé en novembre 1842 de l’intérim du cours d’hébreu à la faculté de théologie de Paris (il accède à la chaire en 1854, après avoir été reçu docteur), malgré le jugement très défavorable du proviseur du collège royal de Marseille, selon lequel il serait un des plus ardents détracteurs de l’enseignement universitaire. Un second voyage en Algérie en 1846 lui permet de compléter sa documentation, en particulier sur Tlemcen où il acquiert un manuscrit de l’ouvrage d’Abū ‘Abdallâh Muḥammad b. ‘Abd al-Ǧalīl at-Tanasī, Naẓm ad-durr wa l-‘iqyān fī bayān šaraf Banī Zayyān [Collier de perles et d’or natif ou tableau de la noblesse des Banû Zayyân] dont il donne une traduction intitulée Histoire des Beni-Zayan, rois de Tlemcen (1852). Pour la Revue de l’Orient où il rend compte des éditions arabes publiées à Marseille par Rochaïd Dahdah [Rušayd ad-Daḥdāḥ], il tire de son voyage plusieurs articles avant de publier à compte d’auteur une intéressante relation à laquelle il conserve « le mérite naïf et spontané de l’improvisation » (Tlemcen, ancienne capitale du royaume de ce nom ; sa topographie ; son histoire ; description de ses principaux monuments ; anecdotes ; légendes et récits divers ; souvenirs d’un voyage [1859]). Lié à l’abbé Bourgade* qui lui confie l’étude d’inscriptions puniques, avec des résultats discutables, Bargès ne se désintéresse pas de l’Orient et des études hébraïques. En 1853, il fait un voyage en Égypte et Palestine qui lui apporte les « notions et renseignements précieux pour l’intelligence de la Bible » qu’il en attendait. En 1884, après avoir assuré plus de quarante ans un solide enseignement de l’hébreu – on juge en 1870 qu’il forme bien la quinzaine d’auditeurs qui suivent son cours –, il prend sa retraite au moment de la suppression de la faculté de théologie, et se retire à Auriol. Plus que son œuvre philologique où il s’efface, traduisant sans commentaires, on retiendra la familière sympathie qu’il manifeste envers les Orientaux, chrétiens du Levant, mais aussi juifs et musulmans d’Algérie.

Sources :

ANF, F 17, 20.088, Bargès ;

Père Thomas [Jean-Baptiste Sapy, père Thomas de Saint-Étienne, capucin], Une Illustration du xixe siècle, J. J. L. Bargès…, Bourg-de-Péage, 1905 ;

DBF (notice par P. Vaucelles) ;

P. Guiral, Marseille et l’Algérie, 1830-1841, Gap, Éditions Ophrys, 1957.

Barthélemy, Adrien (Paris, 1859 – Paris [?], 1949)

– titulaire de la chaire d’arabe oriental des Langues orientales

Fils de confiseurs, il perd très jeune son père, puis à 15 ans sa mère alors qu’il est élève au lycée Charlemagne. Il doit se faire surveillant d’internat, répétiteur et maître de latin tout en étudiant les langues orientales à l’École pratique des hautes études (zend, sanskrit) et à l’École des langues orientales vivantes (arabe, turc et persan), avant d’être employé en 1883 comme sous-bibliothécaire à la Société asiatique. Diplômé de l’École pratique des hautes études avec un mémoire consacré à un texte pehlévi, le « Gujastak Abalish », relation d’une conférence théologique présidée par le calife Mamoun, il entre en 1884 dans la carrière diplomatique comme drogman à Tripoli de Barbarie. En poste à Beyrouth puis à Zanzibar, il n’interrompt pas pour autant ses travaux savants, traduisant des textes pehlevis (« Artâ-Vîrâf-Nâmak » ou Descente aux enfers d’un pieux pârsi appelé « Arda Viraf », 1887) avant de s’orienter vers le domaine arabe syrien. Il s’efforce d’atteindre à une transcription précise de la prononciation du parler (« Histoire du roi Naaman, conte arabe dans l’idiome vivant de Syrie (Haut-Meten, Liban), accompagné d’une esquisse grammaticale », Journal asiatique, 1887), en se confrontant aux travaux des savants allemands (« Notice sur le dialecte arabe de Jérusalem », Journal asiatique, septembre-octobre 1906). Progressant dans la carrière (vice-consul en 1896 à Marache, dans une région où la répression menace certaines communautés arméniennes, puis à Recht en Iran en 1903 ; secrétaire interprète du gouvernement pour les langues orientales à Paris en 1906), il se consacre à la composition d’un monumental dictionnaire arabe syrien-français combinant l’usage pratique et l’intérêt scientifique (il y intègre de nombreuses locutions et propose des étymologies). Marié à son retour à Paris en 1906, il a plus de soixante ans à la naissance de sa fille dernière-née. En mars 1909, il succède à son maître H. Derenbourg* à l’EPHE, préféré sans conteste à son concurrent Émile Amar*, et occupe la nouvelle chaire d’arabe oriental à l’ESLO. L’administrateur des Langues orientales Paul Boyer, qui attendait beaucoup de son dynamisme, note « quelques étrangetés de caractère » – de Chaville à Jouy-en-Josas, de Poissy aux environs de Rambouillet, il préfère habiter à l’écart de Paris, sans se fixer avant longtemps –, mais lui conserve toute son estime malgré des absences répétées consécutives à une santé défaillante les années qui précèdent sa retraite en 1929 (il est alors remplacé par Feghali*). Il se consacre ensuite à la publication de son Dictionnaire arabe-français, dialectes de Syrie : Alep, Damas, Liban, Jérusalem dont les trois premiers fascicules paraissent entre 1935 et 1942. Cantineau* travaille à son achèvement, non sans conflit avec les héritiers de Barthélemy, soutenus par Massignon* et le père Fleisch qui publie les deux derniers fascicules en 1950 et 1954. Cet outil, augmenté d’un supplément par C. Denizeau (1960), puis d’un fascicule complémentaire (1969), reste encore aujourd’hui en usage.

Sources :

Archives de l’EPHE, A. Barthélemy ;

ANF, F 17, 24.040 et LH/19.800.035/0305/41.049 ;

Bulletin de la Société de linguistique de Paris, t. 46 (1950), fasc. 2 (n° 133), p. 197-198 (notice par J. Cantineau) ;

JA, 239, 1951, p. 239-241 (notice par A. Basset) ;

Langues O…, 1995 (notice par G. Troupeau avec photographie) ;

Deux savants passionnés du Maghreb. Hommage à William et Georges Marçais, textes réunis par M. Junqua et O. Kerouani avec la collaboration d’E. Cortet, Paris, Institut du monde arabe, 2001.

Baruch, Jacob Jules (Nice, 1853 – Nice [?], apr. 1923)

– interprète principal

Fils de l’interprète militaire Samuel ben Baruch, qui était en 1853 détaché auprès des prisonniers arabes de l’île Sainte-Marguerite, et de Pauline Colonna, issue d’une famille française établie à Nice, il suit les traces de son père et fait une belle carrière dans l’interprétariat. Après avoir été nommé auxiliaire de 2e classe à Sebdou (en mai 1872 - février 1874, avec une interruption de quelques mois à al-Aricha entre juin et décembre 1873), il est envoyé à Daya (février-mars 1874), Géryville (avril 1874 - décembre 1875) et Ammi-Moussa (décembre 1875 - mars 1876). Auxiliaire de 1re classe à Collo (mars 1876 - décembre 1878) puis titulaire de 3e classe à La Calle (décembre 1878 - janvier 1882), ce correspondant de la Société historique algérienne rétablit le nom du fleuve où se rejoignent les eaux de l’oued el Kebir et de l’oued Bou Hadjar (« Notes sur le cours d’eau appelé “Mafrag” », RA, 1881). Pour préparer l’expédition française en Tunisie, il rédige à partir des témoignages d’informateurs indigènes une notice sur Le Pays des Kroumir. Étude d’après renseignements, bientôt publiée sous les auspices de la Société de géographie d’Alger dont Baruch est aussi membre correspondant (Alger, Jourdan, 1881). C’est peut-être ce qui lui vaut d’être décoré du nichan iftikhar [nīšān iftiḫār] (1881) et des palmes académiques (juillet 1882), après avoir participé à la campagne, attaché au corps expéditionnaire du général Forgemol (mars-juillet 1881) – il en tirera un article sur « Les affaires de Tunisie et la division Delebecque en Kroumirie » (Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 1903). Titulaire de 2e classe, il est ensuite affecté auprès du commandant de la subdivision de Bône (février 1882 - juin 1884) et se marie avec Eugénie Colonna, sans doute une cousine maternelle, alors domiciliée à Nice (mai 1883). Il passe alors au commandant de la division de Constantine (juin 1884 - février 1902), où il est promu à la 1re classe (mai 1893) puis à l’interprétariat principal (avril 1900). En 1888, il a obtenu la Légion d’honneur, quelques mois après avoir été décoré de l’ordre de Saint-Olaf. Chargé en 1895-1897 d’un cours d’arabe élémentaire et pratique à destination des officiers du 3e régiment de tirailleurs, il en publie une synthèse (Cours d’arabe parlé avec dialogues et lettres à l’usage des étudiants, officiers et fonctionnaires des administrations algériennes, Constantine, Braham, 1898). Son Historique du corps des officiers interprètes de l’armée d’Afrique. Organisation actuelle, description de l’uniforme. Instructions sur les examens des officiers interprètes (Constantine, Braham, 1901) prend la suite de l’ouvrage de Laurent Charles Féraud*, sous une forme plus succincte. Il termine sa carrière à l’état-major de la division d’Alger (février 1902 - mai 1904). Retiré à Nice où il donne des chroniques dans Le Phare du littoral, un quotidien de sensibilité républicaine et anticléricale, il reprend du service pendant la Grande Guerre comme chef du service des Affaires indigènes de la 15e région militaire à Marseille. C’est peut-être ce qui lui vaut d’être décoré de la médaille coloniale. Après guerre, France-Islam. Notre atlantite [sic] (Marseille, Barlatier, 1922), un ouvrage de vulgarisation qu’il dédie au député des Bouches-du-Rhône et président de la chambre de commerce, Hubert Giraud, exprime des positions conservatrices, regrettant la déprise agricole des Européens en Afrique du Nord et les réformes trop rapides. Pour lui, les mouvements Jeune tunisien et Jeune algérien sont communistes « à tendance révolutionnaire ». Admettre « l’assimilation des Musulmans de l’Algérie aux Français, c’est regarder les choses avec l’œil du désir et non avec l’œil de la réalité ». Il ajoute cependant : « Comme tous les primitifs, nos Algériens sont impressionnés par le manque d’équité […]. Ne soyons ni arabophobes, ni arabophiles, mais bien, pour créer un néologisme, arabojustes. » Sous la forme d’un récit de voyage de Tanger à Tunis qui lui aurait été adressé par une femme de lettres, il défend par ailleurs la nécessité de développer la connaissance de l’arabe chez les Européens, en insistant sur l’avance prise par les Allemands dans la connaissance du monde arabo-musulman, l’importance de leur propagande de guerre en direction des indigènes, pour provoquer leur désertion ou leur révolte, et les difficultés rencontrées par les arabisants français pour la combattre.

Sources :

ANF, LH 19800035/165/21260 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Baruch, Historique… ;

Suzanne Cervera, « Indigènes et colonisation dans la presse niçoise de la Belle Époque », Recherches régionales Côte d’Azur et contrées limitrophes, vol. 49, juillet-septembre 2008, p. 19-75.

Basset, Marie Joseph René (Lunéville, 1855 – Alger, 1924)

– professeur d’arabe et de berbère, directeur de l’école des Lettres puis doyen de la Faculté des lettres d’Alger

Fils d’un avocat, il se serait intéressé très jeune aux langues orientales. Une fois bachelier, il part poursuivre ses études à Paris (1873). Après une première année où il suit conjointement des conférences de philologie, d’antiquités grecques et d’histoire à l’EPHE, il décide de se consacrer spécialement aux langues orientales en y suivant des enseignements d’arabe (mais aussi d’hébreu, de syriaque, d’éthiopien et d’égyptien ancien) qu’il complète au Collège de France et à l’ESLO (dont il sort diplômé d’arabe, de persan et de turc en 1877 et 1878, après y avoir étudié aussi le russe). Licencié ès lettres, il est admis à la Société asiatique qui publie dans son Journal un premier travail portant sur un texte berbère (« Poème de çabi en dialecte chelha », mai-juin 1879). Recommandé par Michel Bréal, il est chargé en 1880 du cours complémentaire de langue arabe à l’École supérieure des lettres qui vient d’être fondée à Alger. On attend de lui qu’il assure l’enseignement de la langue classique étant donné qu’Houdas* est plus à son aise dans l’enseignement de la langue vulgaire. De fait, il consacre sa leçon d’ouverture, publiée chez Leroux, à La Poésie arabe antéislamique qui continuera à l’occuper jusqu’à sa mort : il en fait sans discontinuité l’objet d’un de ses cours hebdomadaire et éditera La Bânat So’âd, poème de Ka’b ben Zohaïr (Alger, Jourdan, 1910) puis, publication posthume, le Dîwân de ‘Orwa ben el Ward (Paris, Geuthner, 1928). Il n’abandonne pas pour autant les études éthiopiennes (Études sur l’histoire d’Éthiopie, 1881-1882), sur lesquelles porte sa thèse principale (Étude sur l’histoire comparée du Yémen et de l’Éthiopie, depuis Jésus Christ jusqu’à Mohammed, d’après les sources grecques et orientales : le travail est resté inachevée, tout comme sa thèse secondaire en latin sur l’occupation arabe de la Crète). En 1882, il effectue avec Houdas une mission scientifique en Tunisie afin d’explorer les bibliothèques publiques et particulières de la régence, de relever des inscriptions épigraphiques ainsi que des matériaux concernant le berbère dans le Djérid et à Djerba. Il poursuit en effet ses travaux (« Notes de lexicographie berbère », JA, avril-juin 1883) en vue de constituer une grammaire comparée des différents dialectes berbères que d’autres missions viendront nourrir (Mzab et Oued Rhir, 1885 ; Ouarsenis, 1886 ; Jebel Amour et Sud du Sersou, 1887 ; Sénégal, 1888). Il accepte provisoirement, pour complaire au recteur Charles Jeanmaire, de donner une conférence supplémentaire de langue persane (1883). En 1884, il supplée Houdas, nommé aux Langues orientales, et assure la plus grande part de la préparation du diplôme de langue arabe, tout en cherchant à obtenir du recteur d’être déchargé de l’enseignement de la littérature. Après avoir refusé vers 1886 la proposition d’un consulat à Tripoli de Barbarie, il obtient finalement la création en sa faveur d’une maîtrise de conférences de dialectes berbères, Fagnan* étant chargé du cours de littérature arabe et persane. En 1890, il se marie à Lunéville avec Lucie Jeanmaire, issue d’une famille de notables de la ville. Ils auront cinq enfants, dont Henri (1892-1926) et André (1895-1956) se consacreront à leur tour à l’étude de la langue berbère, tandis qu’une fille épousera Jean Deny, spécialiste du monde turc et futur administrateur de l’École des langues orientales. Les publications de René Basset s’enchaînent alors sans discontinuité, dans le domaine berbère comme dans le domaine arabe. Il dresse l’inventaire de nombreuses bibliothèques, en particulier de plusieurs zaouïas algériennes. Côté berbère, on peut citer Le Loqmân berbère, avec quatre glossaires et une étude sur la légende de Loqmân (Leroux, 1890) et L’Insurrection kabyle de 1871 dans les chansons populaires kabyles (Louvain, Istas, 1892). Côté arabe, l’édition et la traduction, généralement chez Leroux, de textes choisis pour leur intérêt historique (Documents musulmans sur le siège d’Alger par Charles Quint, 1891 ; les Futūḥ al-Ḥabaša de ‘ Arab Faqîh ‑ Histoire de la conquête de l’Abyssinie (xvie siècle) par Chihâb ed-Dîn Ahmed ben ‘Abd el Qâder surnommé ‘Arab Faqîh, Paris, Leroux, 2 vol., 1897 et 1909), géographique (Documents géographiques sur l’Afrique septentrionale, 1898), religieux (La Bordah du cheikh El-Bousîrî, poème en l’honneur de Mohammed, traduite et commentée, 1894), philosophique (Le Tableau de Cébès, version arabe d’Ibn Miskaoueih, Alger, Fontana, 1898, reprise d’un traité stoïcien dialogué) ou linguistique (La Khazradjiyah, traité de métrique arabe, par Ali el Khazradji, Alger, Fontana, 1900). Il prête parfois le flanc à la critique : comme chez Houdas, on a pu contester des travaux exécutés trop rapidement, sans toujours la rigueur dont feront preuve ses cadets plus étroitement spécialisés William Marçais* et Gabriel Ferrand* pour l’arabe, ou Destaing* pour le berbère.

En 1894, Basset a succédé à Masqueray à la direction de l’école des Lettres, faisant preuve à la fois d’un caractère difficile – il poursuit de sa rancune Fagnan et Waille auxquels il reproche de poursuivre des travaux qui ne tiennent pas compte des nouveaux paradigmes scientifiques – et d’une capacité d’organisateur remarquable. Il collabore aux nouvelles revues spécialisées qui se multiplient en France et en Europe (Revue critique, Revue historique, Revue des études ethnographiques et sociologiques d’Arnold Van Gennep), certains de ces articles étant repris dans un volume de Mélanges africains et orientaux (1915). Il rédige entre 1897 et 1918 pour la Revue de l’histoire des religions une très riche « Revue des périodiques de l’Islam ». Autour de lui se forme une véritable école reconnue internationalement, ce qui lui permet en 1905 d’organiser à Alger le XIVe congrès international des orientalistes. La qualité de la formation générale de l’école des Lettres d’Alger facilite aussi l’institution en 1906 d’une agrégation d’arabe. On y trouve au jury Basset (il le présidera après guerre) et elle ne distingue pendant vingt ans que des candidats « algériens ». La même année, Basset est coopté par le comité de l’Encyclopédie de l’Islam pour prendre la suite de Barbier de Meynard* à la tête de la rédaction française. Deux ans plus tard, après la mort de Barbier, il échoue en revanche à lui succéder au Collège de France où on lui préfère Casanova*, choix qui ne manque pas de scandaliser une partie du monde savant. L’ampleur de la production scientifique de Basset est en effet incontestable. Appliquant la démarche comparatiste pour dégager des traits généraux, il publie des sommes durables en linguistique berbère (Étude sur les dialectes berbères, 1894). Il enrichit aussi la connaissance des textes chrétiens orientaux (Les Apocryphes éthiopiens traduits en français, 11 vol., 1893-1910, réimpression des textes coptes, Milan, Archè, 1999 ; Le Synaxaire arabe jacobite (rédaction copte), publié entre 1905 et 1929 dans le cadre de la Patrologia orientalis dirigée par Mgr Graffin et l’abbé Nau, réimpression à Turnhout, Brepols, 1973-1982). Il contribue enfin à l’étude comparée des folklores avec des Contes berbères (Paris, Leroux, 1887), augmentés dix ans plus tard de Nouveaux contes berbères, une anthologie de Contes populaires d'Afrique (Paris, Guilmoto, 1903) et les trois volumes d’un recueil de Mille et un contes, récits et légendes arabes (Paris, Maisonneuve, 1924-1927, rééd. par Aboubakr Chraïbi, José Corti, 2 vol., 2005). Vice-président de la Société française d’ethnographie, il est un des collaborateurs réguliers de Mélusine. Recueil de mythologie, littérature populaire, traditions et usages d’Henri Gaidoz et Eugène Rolland et plus encore de la Revue des traditions populaires de Paul Sébillot, moins philologique et plus anthropologique. Républicain et homme d’ordre, savant chez qui « l’érudit a étouffé le littérateur » (selon Masqueray, qui le regrette), il est trop âgé déjà et trop enraciné à Alger pour qu’on l’invite à jouer au Maroc un rôle important (il fait fait cependant partie en 1905 du conseil de perfectionnement de la Mission scientifique au Maroc) : Lyautey fera appel à ses élèves (E. Doutté*, W. Marçais, L. Brunot*) et à ses fils, plus souples dans leur science et dans leur approche du monde musulman.

Sources :

ANF, F 17, 26.705, R. Basset ;

Hespéris, 1924, p. 1-8 (nécrologie par É. Lévi-Provençal) ;

RA, 1924, p. 12-19 (nécrologie par A. Bel) ;

JA, 1924, p. 137-141 (notice par G. Ferrand) ;

Mélanges René Basset (bibliographie des publications de Basset, t. II, p. 462-503) ;

DBF (notice par P. Vaucelles) ;

Hommes et destins. Dictionnaire biographique d’outre-mer, Publications de l’Académie des sciences d’outre-mer, t. II, vol. 1, 1977, p. 43-44 (notice par C. Pellat) ;

Parcours, L’Algérie, les hommes et l’histoire, n° 4, 2e trimestre 1985 (notice par G. Basset) ;

Guy Basset, « Bibliographie des travaux scientifiques de René Basset », R. Basset, Mille et un contes…, rééd. José Corti, 2005, t. 2, p. 621-665 ;

Frédéric Bauden, « Victor Chauvin et René Basset : les itinéraires croisés de deux savants », id., p. 667-685 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par C. Lefébure) ;

Guy Basset, préface à la rééd. des Contes berbères, Paris, Ibis Press, 2008 ;

Guy Basset, « Du folklore partagé : les relations Paul Sébillot - René Basset et l’aventure de la Revue des traditions populaires », Fañch Postic éd., Un républicain promoteur des traditions populaires : Paul Sébillot (1843-1918), actes du colloque de Fougères, 9-11 octobre 2008, Brest, Centre de recherches bretonnes et celtiques (CRBC), 2011, p. 131-150.

Représentations iconographiques :

Photographie dans le premier tome des Mélanges René Basset ;

photographie dans Hédi Bencheneb, Mohammed Ben Cheneb, 1869-1929 : un trait d’union entre deux cultures, dossier documentaire et bibliographie, Paris, Institut du monde arabe, mai 2004, p. 27.

Beaussier, Marcelin (Paris, 1821 – Alger, 1873)

– interprète et lexicographe

Issu d’une famille de négociants marseillais qu’ont illustrée plusieurs drogmans et consuls dans les échelles (comme Auguste ou Bonaventure Beaussier), il fait ses études à Tunis où il a rejoint en 1829 son père – ce dernier s’y est établi six ans plus tôt et y sera élu en 1832 député de la nation française – et en France. En 1844, Marcelin débute une carrière d’interprète militaire en Algérie, avec une promotion rapide : il est dès 1854 interprète principal. Ses idées avancées, qui lui valent de devoir renoncer en 1850 à être vénérable de la loge maçonnique de Blida, ne semblent pas l’avoir désavantagé. Épuisé avant l’heure après avoir suivi sans relâche de nombreuses campagnes militaires (auprès de Saint-Arnaud en 1844-1846, de Bugeaud, de Changarnier, de Blangini), ce célibataire ami de Laurent Charles Féraud* s’oriente vers 1860 vers une vie plus sédentaire afin de mener à bien la rédaction d’un Dictionnaire pratique arabe-français. Publié en 1871 (un an avant celui de Cherbonneau* plus axé sur la langue médiane), il est loué en 1881 par Reinhart Dozy comme le « meilleur des dictionnaires de la langue moderne ». Il reste encore aujourd’hui la référence principale pour le lexique des parlers arabes d’Algérie et de Tunisie. En 1880, Louis Machuel*, chargé par les héritiers de Beaussier d’en préparer une réédition prenant mieux en compte le lexique de l’Est algérien, demande en vain au ministère de l’Instruction publique une mission à Constantine. La publication par livraison est annoncée par Jourdan en 1887, sans suite. Une édition révisée par Mohammed Ben Cheneb* paraît finalement en 1931, augmentée en 1959 d’un Supplément par Albert Lentin*. L’ensemble a été réédité en 2006, avec une introduction de Jérôme Lentin.

Sources :

ANF, F 17, 2986A, missions scientifiques, Machuel ;

Féraud, Les Interprètes…, p. 301-303 ;

Yacono, Un siècle… ;

Planel, « De la nation… »

Becache, Ben Sion (Alger, 1883 – Drancy, 1958)

– professeur de lycée

Il est le fils aîné du second mariage d'un rabbin natif de Bombay, Chalom Békach (1848-1927), lui-même fils d'un joaillier né à Bagdad. La famille est lettrée : ses cadets feront profession de géomètre, avocat, institutrice et médecin. Avec le baccalauréat d’enseignement moderne (1901), le brevet, le diplôme d’arabe, et un stage au collège de Philippeville sous la direction d'Igonet*, Ben Sion postule en vain à un poste de répétiteur à l’École des langues orientales à Paris. Il est nommé au collège de Blida (1906) où on le charge de cours d’arabe, puis, après quelque mois à Médéa, au collège de Sétif (en 1910, l'année de son mariage avec Berthe Déborah Timsit). Mobilisé en 1914, blessé en Orient en 1916, il passe au service de l’état-major dans les Aurès (novembre 1916 - juillet 1917). Après plusieurs échecs, il obtient le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges (1920) et est nommé au petit lycée de Ben Aknoun d’Alger (1922), sans qu’on lui trouve les qualités et la culture suffisantes pour enseigner aux classes supérieures du grand lycée. Il ne parvient pas à obtenir l’agrégation tentée chaque année entre 1922 et 1926. À nouveau mobilisé en 1939-1940, il est placé à la retraite par application de la législation antisémite. Réintégré, il enseigne une dernière année au grand lycée Bugeaud avant sa retraite définitive en 1944. Les cinq enfants qui lui survivent exercent comme médecins, juge et pharmacienne.

Sources :

ANF, F 17, 25.016, Maurice Mercier et 25.036, Becache.

Bekkoucha, Mohammed (Tlemcen, 1883 – Tlemcen, 1945)

– professeur de lycée

Élève-maître à la Bouzaréa (1903-1907), il fait partie de ces quelques Algériens musulmans qui accèdent au baccalauréat et au professorat : instituteurs, leur connaissance de l’arabe leur ouvre les portes de l’enseignement secondaire. Titulaire du brevet d’arabe dès 1907, il est nommé dans le département d’Oran à l’Arbaouat puis à Bédrabine avant d’obtenir le certificat d’aptitude pédagogique en février 1910. Il est alors appelé à enseigner au Maroc : sur la demande de Lyautey, il succède à Belqacem Tedjini* à la direction de l’école franco-arabe de Tanger (octobre 1910), puis, après avoir obtenu le baccalauréat (1913-1914) et le diplôme d’arabe de Rabat (1918), poursuit sa carrière au lycée de Casablanca (1920). Très bien noté, il contribue à France-Maroc, revue mensuelle illustrée publiée par le Comité des foires du Maroc, avec une page sur les « Équivoques et euphémismes dans l’arabe parlé marocain » (7e année, n° 76, mars 1923). La première partie de l’Anthologie d’auteurs arabes qu’il publie avec Abderrahmane Sekkal (ou Pages de littérature arabe, Tétouan, 1934) mieux adaptée au Maroc et aux programmes français que les manuels égyptiens et syriens, est promise à les remplacer dans les collèges musulmans et lycées du protectorat ainsi qu’un Savoir-vivre, vie sociale et religieuse des Marocains. Leurs contes (1938), lui aussi destiné à un usage scolaire. La seconde partie de son Anthologie d’auteurs arabes, publiée à Tlemcen (Imprimerie Ibn Khaldoun, 1939), est consacrée à des Poèmes érotiques. En 1941, il est affecté sur sa demande au collège de Tlemcen, sa ville natale, où il meurt subitement. Marié en 1912 à Fatima bent Mohammed Méliani, il a conservé le statut musulman. Il a sans doute un fils qui fait carrière dans l’enseignement.

Sources :

ANF, F 17, 26.326, Bekkoucha.

Représentations iconographiques :

Salam. Bulletin d’information de l’Amicale des anciens des lycées et collèges français du Maroc, n° 20, juin 1971 (photographie des professeurs du lycée Lyautey, vers 1935).

Bel, Alfred (Salins, Jura, 1873 – Meknès, 1945)

– directeur de la médersa de Tlemcen

Après des études au lycée de Besançon et le baccalauréat ès sciences (1890), il est maître répétiteur au collège d’Auxerre, à celui de Blida (1891), puis au lycée d’Oran (1892) où son frère aîné enseigne la physique. Moyennement noté par le proviseur, il obtient le brevet d’arabe (1897) et passe au lycée d’Alger, ce qui lui permet de mieux préparer le diplôme (1899). Il remplace alors Doutté* comme professeur de lettres à la médersa de Tlemcen et se fait apprécier par son directeur, W. Marçais*. En 1902, il passe avec succès son DES et publie dans le Journal asiatique son étude de « La Djâzya, chanson arabe, précédée d’observations sur quelques légendes arabes et sur la geste des Beni-Hilâl ». L’année suivante, c’est son travail historique sur Les Benou Ghânya, derniers représentants de l’empire almoravide, et leur lutte contre l’empire almohade qui est publiée dans la collection du Bulletin de correspondance africaine, publication de l’école des Lettres d’Alger. Un an après son mariage avec Aline Person, la fille d’un cultivateur de Mansourah, il succède en 1905 à W. Marçais (qui a été promu à la tête de la médersa d’Alger) et participe au XIVe congrès des orientalistes organisé à Alger (avec une communication sur « Quelques rites pour obtenir la pluie en temps de sécheresse chez les Musulmans Maghribins » – I. Goldziher, dans le compte rendu qu’il en fait pour la Revue de l’histoire des religions, loue sa méthode comparative, les rapprochements ethnographiques généraux qu’il fait avec des rites en usages chez les primitifs ou avec des survivances populaires en Europe). Bel s’inscrit entièrement dans la dynamique lancée à Alger par R. Basset* et E. Doutté : la connaissance de la langue et des textes ne doit pas seulement permettre d’éditer des textes littéraires et historiques, mais ouvrir à une connaissance ethnographique vécue comme une avancée scientifique, qui doit éclairer et orienter la dynamique de conquête coloniale. Membre de l’Institut ethnographique de Paris, il collabore en 1908 à la Revue d’études ethnographiques et sociologiques d’A. Van Gennep avec un article sur « La population musulmane de Tlemcen », ville où il exerce de nombreuses fonctions sociales (juge titulaire au tribunal répressif ; membre des commissions administratives au bureau de bienfaisance musulman et à la caisse d’épargne communale…). Pressenti en 1909 pour prendre la direction de la médersa d’Alger, il préfère rester à Tlemcen, la mort successive de sa femme et de son beau-père l’engageant à veiller aux intérêts de ses deux jeunes enfants et de sa belle-mère. Remarié en 1910 avec Marguerite Sabot, professeur à l’école normale de Miliana (c’est une ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses passée par les écoles normales d’Oran et d’Aix), il ne quitte finalement plus Tlemcen, objet principal de son attention. Il publie ainsi en 1911-1913 avec Ghaoutsi Bouali le texte et la traduction d’une Histoire des Beni Abd-el-Wâd, rois de Tlemcen par le frère du grand Ibn Khaldoun, ‘Abd ar-Raḥmān. En 1913, avec Prosper Ricard, il enrichit la collection d’études sur les industries indigènes de l’Algérie avec un Travail de la laine à Tlemcen. Il prend soin des collections du musée archéologique de Tlemcen, à partir desquelles il publie des notes dans le Bulletin archéologique. Seul un épisode marocain interrompt entre mars 1914 et septembre 1916 son attachement aux choses et aux hommes de Tlemcen. Il a en effet été appelé par Lyautey pour organiser et contrôler l’enseignement des indigènes dans les régions de Meknès et de Fès où il prend la direction du collège musulman. Il estime qu’il faut renoncer à réformer l’ancienne mosquée-université al-Qarawiyyīn et la laisser mourir doucement. Mais il se heurte rapidement au directeur de l’enseignement Gaston Loth, venu de Tunis, qui s’oppose à l’application au Maroc du modèle des médersas algériennes et décide de faire de l’arabe la langue exclusive d’enseignement dans les deux collèges musulmans de Fès et de Rabat – orientation qui ne sera abandonnée qu’en 1918. Bel applique cependant à Fès sa démarche d’inventaire historique et ethnographique en publiant des « Inscriptions arabes de Fès » (JA, 1917-1919), un Catalogue des livres arabes de la bibliothèque de la mosquée d’El-Qarouiyîne à Fès, un tableau des Industries de la céramique à Fès (1918), un recueil biographique (Takmilat es-Sila d’Ibn el-Abbâr, avec la collaboration de M. Ben Cheneb*, 1920) et une histoire de la ville par un contemporain des Mérinides, la Zahrat al-âs [La Fleur du myrte] (1923). De retour à Tlemcen où il avait été suppléé par Georges Marçais*, il poursuit avec sa femme, nommée inspectrice de l’enseignement indigène artistique, professionnel et industriel en Algérie (1921), ses recherches (« Les Beni-Snous et leurs mosquées, étude historique et archéologique », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1920) et son action de sauvegarde et d’adaptation de l’artisanat traditionnel en même temps que de promotion d’un tourisme culturel (en témoigne son Guide illustré du touriste : Tlemcen et ses environs, plusieurs fois réédité). La contribution qu’il donne pour le premier tome des Annales de l’Institut d’études orientales de la faculté des Lettres d’Alger, « Le sûfisme en Occident musulman au xiie et au xiiie de J.-C. » (1934-1935), témoigne de son intérêt pour l’islam. En 1936, tout juste retraité, il fonde une société des « Amis du Vieux Tlemcen » et accueille comme président le 2e congrès de la fédération des sociétés savantes d’Afrique du Nord où il défend le projet d’une vaste enquête sur les industries traditionnelles des indigènes, sans succès semble-t-il. Après avoir assuré pendant la guerre l’intérim de Philippe Marçais*, mobilisé, à la direction de la médersa, il s’installe vers 1942-1943 à Meknès chez son fils Lucien (1908-1975), contrôleur civil, pour y travailler au second volume de sa Religion musulmane en Berbérie, esquisse d’histoire et de sociologie religieuse (le premier, intitulé Établissement et développement de l’Islam en Berbérie, du viie siècle au xxe siècle, a été publié en 1938). Il meurt avant d’avoir achevé l’ouvrage. Le fonds de sa bibliothèque aurait été acheté par l’Inalco et inventorié vers 1977. Son étude sur « Les Beni-Snous et leurs mosquées » et sa Religion musulmane en Berbérie ont été traduites en arabe.

Sources :

ANF, F 17, 23.198, Bel (répétiteur) ;

ANOM, 14 H, 45, Bel ;

Archives de l'Académie des sciences de Budapest, Fonds Goldziher, correspondance avec I. Goldziher (1903-1913) ;

Bulletin de la Société de géographie d’Oran, 1944, p. 66-77 (notice par É. Janier) ;

Hespéris, 1945, p. 15-17 (par H. Terrasse) ;

BEA, 1945 (par H. Pérès, avec une liste des travaux par É. Janier) ;

RA, 1er et 2e trim. 1945, p. 103-117 (par G. Marçais) ;

Tlemcen d’hier et d’aujourd’hui. Bulletin de la Société Les amis du vieux Tlemcen, 1952, p. 5-6 (avec photo.).

Bel épouse Bernard, Jeanne Laurence (Oran, 1892 – ?, apr. 1932)

– professeur de collège

Sans doute la fille d’Edgar Bel, chargé de cours de physique au lycée d’Oran, elle est la nièce d’Alfred Bel*, professeur puis directeur de la médersa de Tlemcen, et la cousine germaine du contrôleur civil Lucien Bel. Après son brevet supérieur (1910), elle est maîtresse suppléante au lycée de jeunes filles d’Oran (1913-1914) où elle obtient son diplôme de fin d’études secondaires (juin 1914). Après avoir passé une année à Fès comme institutrice stagiaire (octobre 1915 - octobre 1916), elle prépare avec succès le brevet et le diplôme d’arabe (1917) puis le baccalauréat et le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les écoles normales et EPS (1918). Elle est alors déléguée pour l’enseignement de l’arabe au collège de Médéa (1918-1919), bien notée, puis à l’EPS de Sidi bel Abbès (octobre 1919 - janvier 1920). Elle épouse en décembre 1919 un médecin, Lucien Bernard ; ils s’établissent à Tanger où elle est chargée de cours au lycée Regnault. Faute d’avoir pu se constituer une clientèle, son mari se réinstalle à Alger en 1927. Après 1932, date à laquelle elle est encore chargée de cours à Tanger, on perd sa trace.

Sources :

ANF, F 17, 26.327, Jeanne Bel et 24.779, Marguerite Bel.

Belin, François Alphonse (Paris, 1817 – Constantinople, 1877)

– répétiteur des jeunes de langue, puis drogman au Caire et à Istanbul

On retiendra l’intérêt que ce drogman porte au monde turc et à son évolution contemporaine. Originaire d’une famille du Vexin français dont la fortune aurait été « emportée par la tourmente révolutionnaire », jeune de langue, il profite de l’enseignement de Marcel* qui le regarde bientôt comme son fils adoptif, et suit les cours de Silvestre de Sacy et de Reinaud* pour l’arabe, de Quatremère pour l’hébreu et le persan et de Jaubert pour le turc. Il intègre dès 1836 la Société asiatique. Entre 1836 et 1843, il est chargé de la révision des ouvrages orientaux imprimés par Firmin Didot (il a déjà coopéré à l’élaboration de sa typographie orientale) et par Dondey-Dupré (il revoit notamment l’Histoire des mamelouks de Quatremère et le Dictionnaire français-turc de Bianchi). Nommé en 1838 maître répétiteur à l’École des jeunes de langue, sous la direction de Jouannin, il collabore entre 1841 et 1843 à la constitution de chrestomathies pour le persan et surtout le turc, sous la direction de Jaubert, titulaire de la chaire aux Langues orientales, et rédige le catalogue de la Bibliothèque du Baron Silvestre de Sacy pour les livres arabes, persans et turcs (3 vol., 1842-1847). Érudit, il se consacre en particulier à faire connaître les réformes en cours à Istanbul : dès janvier 1840, il publie dans le Journal asiatique le texte du rescrit ou ḫatti humayūn de Gülkhâné avec une analyse favorable. En 1843, il part pour le consulat d’Erzurum, tout juste créé, où il a été nommé drogman chancelier, avant d’être affecté à Salonique (1844, avec un traitement de 3 000 francs). Il remplace ensuite Alphonse Rousseau* au Caire (septembre 1846). Il y travaille sous l’autorité du consul Pacifique Delaporte*, se fait apprécier de Mariette pacha en mission archéologique, et obtient d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur. Il continue à publier des travaux dans le Journal asiatique (ainsi en 1851-1852 un « Extrait du journal d’un voyage de Paris à Erzeroum » et, traduite d’Ibn Naqqāš, auteur du xive siècle, une « Fetwa relative à la condition des dhimmis, et particulièrement des chrétiens, en pays musulmans ») et élabore un vocabulaire arabe-français et français-arabe du dialecte vulgaire d’Égypte, resté inédit. À Constantinople entre juillet 1852 et juin 1853 pour y assurer l’intérim de Lapierre comme secrétaire interprète, il fait partie de la commission chargée de la révision du tarif des douanes. Au retour du titulaire, il est autorisé à se rendre à Paris pour contracter mariage avec Virginie Delaporte, fille de Jacques-Denis* et sœur de Pacifique. Détaché en mars 1854 en qualité d’interprète principal auprès de l’état-major de l’armée d’Orient, il repart ensuite à Constantinople, prenant cette fois la succession de Lapierre (janvier 1855). Il continue alors à porter régulièrement à la connaissance des lecteurs du Journal asiatique l’évolution de la situation dans l’empire ottoman. Dès 1852, il avait proposé de faire entrer la lecture du Djéridé havâdis et d’autres périodiques ottomans dans le cadre des études des jeunes de langue, pour les familiariser avec la situation actuelle de l’empire – la proposition étant accueillie favorablement. Comme il est question que Dubeux quitte la chaire de turc des Langues orientales pour une chaire d’hébreu au Collège de France, il est candidat à sa succession, mais Dubeux n’obtenant pas que sa charge de cours d’hébreu (1857) soit transformée en chaire (Renan lui est préféré en  1862), le projet tourne court – les Affaires étrangères avaient d’ailleurs manifesté leur réticence à voir partir un si bon élément. À Constantinople où il reste jusqu’à sa mort, il poursuit ses travaux sur le monde turc, ancien et contemporain. Il fait connaître l’œuvre du poète de langue turque tchaghataï Mīr ‛Alī-Šīr-Nawāwī (« Notice biographique et littéraire… », JA, 1861) par la traduction d’extraits du Mahbūb al-qulūb (JA, 1866) et par la publication du texte original en turc oriental (en collaboration avec Ahmed Vefyq efendi, ancien ministre de l’Instruction publique du sultan, 1873). Le JA accueille ses travaux sur l’économie de l’empire ottoman d’après les sources turques (« Étude sur la propriété foncière en pays musulman et spécialement en Turquie [rite hanéfite] », 1862 ; « Essais sur l’histoire économique de la Turquie », 1864-1865 ; « Du régime des fiefs militaires dans l’islamisme et principalement en Turquie », 1870). Pour le Contemporain, revue d’économie chrétienne, il analyse la situation scolaire dans l’Empire, se déclarant favorable au maintien de la liberté d’enseignement pour chaque communauté et appelant à la création à Constantinople d’un grand collège national établi sur des bases nouvelles (« De l’instruction publique et du mouvement intellectuel en Orient », 1866) puis dresse un bilan des relations diplomatiques franco-ottomanes (« Des capitulations et des traités de la France en Orient », 1870). Il rend compte aussi de l’état de la presse quotidienne et périodique à Constantinople et, après Joseph von Hammer-Pursgtall et Xavier Bianchi, publie dans le JA une bibliographie ottomane biennale (à partir de 1868, année de sa promotion au consulat). Ses observations dépassent la sphère du turc : il analyse aussi les ouvrages publiés en arabe, évoquant l’œuvre de Fāris aš-Šidyāq, analysant le Kitāb Maǧma‘ l-Bahrayn [Le Confluent des deux mers] du šayḫ Nāṣīf b. ‘Abdallāh al-Yāziǧī (JA, 1872) ou l’adaptation en arabe de l’Histoire abrégée de l’Église de Lhomond par al-Ḫurī Yūsif al-Bustānī (JA, 1875), tous deux publiés par les jésuites de Beyrouth. Savant reconnu pour son érudition (il a été reçu membre de la Société asiatique de Leipzig en mars 1870), Belin est un catholique militant : membre actif des conférences Saint-Vincent-de-Paul depuis 1840, il prend à cœur l’entretien du cimetière catholique de Féri-Keuï fondé en 1859 et publie en 1872 une Histoire de l’Église latine de Constantinople (rééd. en 1894 sous le titre d’Histoire de la latinité de Constantinople).

Il a pu faire entrer en 1875 son fils, Joseph Denis Eudes (né en 1856) à la direction des archives du ministère des Affaires étrangères, à défaut de l’avoir vu embrasser la carrière consulaire. Mais à sa mort, il laisse dans une situation précaire une veuve avec deux filles qui demande la concession d’un débit de tabac. Sa bibliothèque est bientôt mise en vente (Catalogue de la bibliothèque orientale de feu M. Belin, Paris, Leroux, 1878).

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 302 (Belin) ;

Notice biographique et littéraire, Constantinople, 1875, 25 p. [elle a sans doute été composée par Belin lui-même] ;

Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du xiie au xixe siècle…, t. 2, 1870.

Bellemare, Alexandre (Paris, 1818 – Paris, 1885)

– secrétaire interprète au ministère de la Guerre

Fils du publiciste royaliste Jean-François Bellemare (1768-1842), il suit les cours de l’École des langues orientales (1837-1839) tout en préparant sa licence de droit (1842). Cette double formation lui ouvre une carrière dans l’administration algérienne, entre les bureaux d’Alger et ceux de Paris. Secrétaire en chef du parquet de la cour royale d’Alger (1842-1843), il passe à la direction des affaires de l’Algérie du ministère de la Guerre (1843-1860) avec le titre de secrétaire-interprète. En 1843-1844, il s’occupe en particulier des élèves-otages internes à la pension Demoyencourt à Paris. Chargé avec Nully* de contrôler leur correspondance, il noue aussi avec eux des liens d’amitié. Il participe à la politique de promotion d’une connaissance mutuelle franco-arabe défendue par son nouveau directeur Daumas* (1850-1858) en publiant conjointement chez l’éditeur de ce dernier, Hachette, et chez Dubos frères à Alger deux ouvrages de vulgarisation. Sa Grammaire arabe (idiome d’Algérie), à l’usage de l’armée et des employés civils de l’Algérie (1850) part du principe de l’unité de la langue arabe, l’arabe vulgaire n’étant pour lui « que l’arabe appelé littéral dépouillé de ses principales difficultés ». Composée sous les auspices du ministère de la Guerre, reçue favorablement par les Akhbar. Journal de l’Algérie, elle connaît un succès durable (7e éd. en 1867) qui suscite le jugement très sévère d’un puriste comme Combarel*. Son Abrégé de géographie à l’usage des élèves des écoles arabes-française (1853) est un ouvrage bilingue qui donne, selon un découpage par continent et par « royaumes », un descriptif physique, humain, historique et économique du globe, accompagné de cartes coloriées. Manifestant le souci de ne pas heurter la sensibilité musulmane, il est transposé en un arabe régulier légèrement teinté de tournures usitées dans la langue parlée. Bellemare séjourne sans doute régulièrement en Algérie : en mai-juin 1853, Eugène Fromentin dont il est le voisin à Laghouat sympathise avec lui. À la demande du commandant Boissonnet, Bellemare a été détaché en octobre-novembre 1852 auprès d’Abd el-Kader, afin de lui servir d’interprète lors de ses séjours parisiens. Dix ans plus tard, alors qu’il a regagné Alger en entrant au Conseil du gouvernement après la fin de l’expérience du ministère de l’Algérie (il y reste entre 1860 et 1875, sauf l’interruption de 1870-1871), il publie une biographie de l’émir à la fois sympathique et solidement documentée (Abd-el-Kader, sa vie politique et militaire, Paris, Hachette, 1863, rééd. 2003). Instrument à l’appui de ceux qui, après les massacres de chrétiens à Damas en 1860, imaginent pouvoir faire d’Abd el-Kader un souverain d’Orient garantissant les intérêts français, elle reste une référence incontournable pour les biographes ultérieurs. Cette même année 1863, Bellemare se convertit au spiritisme d’Allan Kardec, comme d’assez nombreux humanitaristes socialistes de son temps (y compris à Alger Adrien Berbrugger) : il s’en fera le publiciste dans Spirite et chrétien (Paris, Dentu, 1883, rééd. 1926). Mort en son domicile du 34 boulevard des Batignolles, inhumé dans la 1re division du Père Lachaise, il laisse une veuve, Marie Viguier, et deux enfants dont l’un, Henri, présidera l’Union des viticulteurs d’Algérie.

Sources :

ANF, F 17/17/3116/2 ;

ANOM, F 80, 1571 (élèves algériens à Paris) ;

Archives de la ville de Paris, état civil (acte de décès) ;

Akhbar. Journal de l’Algérie, dimanches 13 et 20 janvier 1850 ;

DBF (notice Jean-François Bellemare par M. Prévost) ;

Abd-el-Kader, sa vie politique et militaire, Saint-Denis, Bouchène, 2003 (présentation par Claude Bontems) [très documenté] ;

Barbara Wright éd., Correspondance d’Eugène Fromentin, t. 1 (1839-1858), Paris, CNRS Éditions, 1995, p. 956 (lettre n° 381, 7 juin 1853, à sa femme) ;

Id., Beaux-arts et belles-lettres : la vie d’Eugène Fromentin, Paris, H. Champion (coll. « Romantisme et modernités »), 2006 [Wright identifie par erreur A. Bellemare avec le général A. Carrey de Bellemare] ;

Pierre Bellemare et Jérôme Equer, Le bonheur est pour demain. Souvenirs de mes 250 dernières années, Paris, Flammarion, 2011.

Belot, Jean-Baptiste (Lux, Côte-d’Or, 1822 – Beyrouth, 1904)

– jésuite, lexicographe et grammairien de la langue arabe

Membre de la Compagnie de Jésus depuis 1842, il est envoyé dès le noviciat à l’orphelinat de Ben Aknoun près d’Alger où il apprend l’arabe, puis à Constantine (1843-1846). De retour en France à Vals, près du Puy, pour sa philosophie, il y publie des Éléments de la grammaire arabe (1849). Professeur dans différents collèges jésuites de France, ordonné prêtre en 1852, il est envoyé en Orient en 1865 où il prend la direction générale de l’imprimerie catholique à Beyrouth (1868), se consacrant spécifiquement aux publications arabes à partir de 1898. Il y fonde en 1870-1871 la revue hebdomadaire missionnaire al-Bašīr [Le Messager] et participe en 1875 à la révision d’une nouvelle traduction en arabe de la Bible. La chrestomathie arabe qu’il a composée avec le père Augustin Rodet (Nuḫab al-mulaḥ [La Fleur des bons mots], 1875-1877) reste encore en usage après la publication en 1882-1884 de la célèbre anthologie du père Cheikho*. Son Vocabulaire arabe-français à l’usage des étudiants, al-Farā’id ad-durra [Les Perles resplendissantes] (1883) est un dictionnaire maniable sans cesse réédité jusqu’à aujourd’hui, tout comme son Dictionnaire français-arabe (1890), refondu en 1952 par le Père Raphaël Nakhla et Antoine Khoury. Son Cours pratique de langue arabe (1896) parachève une œuvre considérable en faveur de la diffusion d’une langue arabe classique épurée auprès d’un public francophone élargi. Mu par des convictions religieuses qui peuvent aujourd’hui paraître étroites – il aurait refusé de pénétrer dans la mosquée d’Omar « pour ne pas faire à Mahomet l’honneur d’une visite » – il est caractéristique de l’ambitieuse politique de régénération linguistique qu’illustreront, en particulier à la faculté orientale de Beyrouth entre 1902 et 1914, les pères Antoine Salhani (1847-1941), Louis Cheikho (1859-1927) et Louis Maalouf (1849-1946).

Source :

Henri Jalabert SJ, Jésuites au Proche-Orient, Notices biographiques, Beyrouth, 1987.

Ben Abderrahman dit Abderrahman, Mohamed [‘Abd ar-Raḥmān, Muhammad] (Lauriers-Roses, département d’Oran, 1879 – Oran [?], 1957)

– professeur de lycée

C’est un des rares musulmans de sa génération qui accède au professorat – son frère Miloud fera carrière dans la magistrature musulmane. Encouragé par Auguste Mouliéras, qui loue à sa mère, veuve, une pièce dans sa maison des jardins Welsford à Oran, il poursuit ses études au lycée d’Oran. Bachelier de l’enseignement moderne (lettres mathématiques, 1896), il alterne entre 1897 et 1906 les fonctions de répétiteur (au collège de Médéa, puis aux lycées d’Alger – au petit lycée, comme le proviseur craint que les grands élèves n’acceptent pas d’être placés sous son autorité – et d’Oran) et des suppléances comme professeur d’arabe (au collège de Blida). Diplômé d’arabe en 1899, il est nommé à la chaire du collège de Tlemcen (1902-1906). Marié avec une musulmane, Aïcha bent Mohamed ben Seghir Zenaki (1902), il porte en cours burnous et turban en poils de chameau, ce qui suscite une remarque de l’inspecteur d’académie, réaction que le recteur Jeanmaire juge déplacée, considérant qu’il faut laisser aux musulmans la plus grande liberté pour le costume et pour la nourriture. Après avoir publié un manuel scolaire (Lectures choisies pour la classe, 1906, rééd. en 1913), bientôt au programme des cours publics institués au Maroc, il est admis premier au nouveau certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges (1907) et promu au lycée d’Oran, dans l’espoir que sa présence attirera des élèves musulmans. Longtemps, il ne cherche pas à accéder au statut de citoyen français (en 1900, il indique à la rubrique « nationalité » de sa notice individuelle : « arabe (sujet français) ») et la sincérité de son « loyalisme » envers la France est encore dans les années 1920 l’objet de débats entre ses supérieurs – il est alors membre de la Ligue des droits de l’homme et de la loge maçonnique Aurore sociale africaine. De fait, en contact avec les Jeunes Algériens d’Oran, il a participé en 1911 à la fondation du journal El Hack oranais et y a publié sous le pseudonyme de Salah-Djeha des articles contre les revendications assimilationnistes visant à généraliser le statut français chez les Musulmans. Sa position, combattue par les républicains radicaux, trouve un appui chez les héritiers de Jules Ferry, modérés, bien représentés aux échelons supérieurs de l’Instruction publique (Jeanmaire, W. Marçais*…). En 1913, on trouve son nom parmi les membres du comité de La France islamique, organe parisien « des intérêts franco-indigènes dans l’Afrique du Nord » qui parvient à assurer une publication hebdomadaire pendant un peu plus d’un an. Abderrahman est généralement bien noté, et sa méthode appréciée (il se concentre en particulier dans les petites classes sur l’apprentissage de la langue parlée). Selon William Marçais qui l’inspecte en 1936, « ses élèves ne quittent pas le lycée sans emporter, touchant l’histoire des peuples musulmans et la civilisation islamique, un bagage de connaissances modeste mais solide ». Il semble avoir adhéré à l’Union socialiste républicaine, fondée en 1935, et avoir participé au Ier congrès musulman à Alger en juin 1936. Il a peut-être intégré l’Association des Oulémas musulmans

algériens

. Après 1954, il s’affirme en faveur de l’indépendance de l’Algérie.

Sources :

ANF, F 17, 24.549, Abderrahman ;

Introduction de Mohamed Soualah à sa traduction du Chant de guerre de Mostapha Ould Kaddour Tabti, Revue africaine, vol. 60, 1919, p. 498 ;

M. Ghalem, « La résistance à la conscription obligatoire en Oranie », thèse de 3e cycle sous la dir. de René Galissot, université Paris VII, 1984, 2 vol. ;

Entretien avec Valentine George, petite-fille d’Auguste Mouliéras, décembre 2009 ; correspondance avec Claire Marynower, juillet 2012.

Benabed épouse Achour, Halima (Casablanca [?], 1910 – [?], apr. 1961)

– professeur de lycée

Peut-être issue d’une famille algérienne installée au Maroc, elle part enseigner au lycée de jeunes filles d’Alger-Mustapha après avoir obtenu la première partie du baccalauréat à Casablanca en 1929. Elle obtient en 1938 son DES de langue et littérature arabes avec un mémoire portant sur « La parure de la femme musulmane à Rabat ». Elle applique les méthodes modernes, mais, peut-être par manque de tact, elle échoue à faire apprécier sa méthode auprès des filles de Moulay Rachid à l’instruction desquelles elle a été affectée en février 1940. Agrégée en 1941, elle prépare en 1948 une thèse sur « Al-Ġazālī », travail resté semble-t-il inachevé. À la fin de 1960, malgré le contexte politique tendu, elle accepte la direction du lycée franco-musulman de filles d’Alger.

Sources :

ADiploNantes, Maroc, inventaire 7, direction de l’Instruction publique, 84, 1940 ;

Bulletin de l’enseignement public du Maroc, 1929, p. 377 ;

« Annuaire des agrégés de langue et littérature arabes », BEA, 1948, p. 64-67 ;

entretien téléphonique avec Mme Abdessemed, été 2005.

Ben Brihmat, Ibrahim [b. Brīhmāt, Ibrāhīm] (Alger, 1848 – Alger, 1875)

– interprète auxiliaire de 1re classe

Il descend d’une illustre famille maure d’Alger. Son père, Hassan [Ḥasan b. Brīhmāt], dirige jusqu’à sa mort (1883) la médersa d’Alger et collabore avec les arabisants français en charge du Mobacher. Sa mère, Nafāsa bint Muṣṭafā al-Ḥarrār est sans doute de même origine. Ibrahim fait sa scolarité au collège impérial arabe-français d’Alger dont son père fait partie du conseil d’instruction (de 1858 à 1867 – l’y rejoint bientôt son frère cadet Ahmed*). Il passe ensuite quelques mois à l’école normale de Cluny qui forme des professeurs pour les classes préparant au baccalauréat spécial. Mais, supportant mal le climat rigoureux de l’hiver, il retourne très vite à Alger où il est admis dans le corps des interprètes militaires (1868). Affecté à Géryville puis à Laghouat, il présente sa démission en novembre 1870 pour s’engager dans les spahis afin, dit-il, de « combattre dans les rangs des Français [l’]ennemi commun [prussien] ». Mais peut-être est-il aussi attiré par une prime qui lui permettrait de solder des dettes. Ses chefs le jugent en effet « toujours léger, enclin au plaisir » et regrettent qu’il compromette « parfois la dignité de sa position en jouant ou en s’endettant avec des indigènes ». Sa démission n’a semble-t-il pas été acceptée : on le trouve en 1871 interprète près le conseil de la division d’Alger à Blida, puis près le commandant du district de Ténès (1872). En 1873, alors qu’il est affecté à Teniet el-Had, il aurait « emprunté de l’argent et même souscrit des billets à des arabes, et principalement à des caïds et à des qāḍī-s, étant appelé à traduire les actes et en quelques sorte à contrôler ces derniers, et sachant qu’il ne pourrait les payer » – un type d’accusation qui vaudra à son condisciple et collègue ‘Abd al-Karīm b. Bādīs d’être révoqué en 1874. Employé à Orléansville en 1875, il est encore célibataire quand il meurt des suites d’une mauvaise chute de cheval.

Sources :

ADéf, 5Ye, 27042, Ibrahim ben Brihmat ;

Féraud, Les Interprètes…

Ben Brihmat, Ahmed [B. Brīhmāt, Aḥmad] (Alger ou Blida, 1852 – Alger [?], apr. 1903)

– interprète auxiliaire de 2e classe, chargé de cours au lycée d’Alger

Fils cadet du directeur de la médersa d’Alger Ḥasan b. Brīhmāt, il est placé à la suite de son frère aîné Ibrahim* comme pensionnaire au collège impérial arabe-français d’Alger. Mais contrairement à Ibrahim, il n’est pas envoyé poursuivre ses études en métropole : il approfondit plutôt sa culture arabe à la médersa d’Alger. Il suit cependant les traces de son frère en étant admis dans l’interprétariat militaire (1872). Employé à Dellys, à l’Arba, puis à Alger (1876), bien noté, il démissionne en janvier 1877 : après s’être marié devant le qāḍī, il espère obtenir une place d’interprète judiciaire qui lui permette de se fixer à Alger. Après avoir été provisoirement chargé du cours supérieur d’arabe au lycée d’Alger, il est assesseur musulman au tribunal civil de Blida (1880-1881). En juin 1881, on le trouve à Paris le temps d’un congé. Avec le soutien du député de l’Isère Louis Guillot, il obtient sa réintégration dans l’interprétariat militaire et est affecté à Médéa. Sans doute lié au milieu libéral de la nouvelle Société française pour la protection des indigènes, il participe à la rédaction de l’hebdomadaire bilingue el Montakheb [al-Muntaḫab] (Constantine, 1882-1883) en traduisant vers l’arabe des articles composés en français. Mais il conserve des liens étroits avec le gouvernement général : il collabore avec le commandant Louis-Marie Rinn*, chef du service des affaires indigènes, à un Cours de lecture et d’écriture françaises, à l’usage des indigènes lettrés de l’Algérie (Alger, Fontana, 1882) destiné aux tolba et aux maîtres des écoles arabes françaises ainsi qu’à tous ceux qui ont un intérêt direct à apprendre la langue française exigée aux examens des médersas et de la justice musulmane. En 1883, il est admis à jouir des droits de citoyen français, publie une brochure sur l’application en Algérie des lois Ferry sur l’instruction (Le Décret du 13 février 1883 et les indigènes musulmans, Alger, Fontana) et démissionne à nouveau de l’armée en arguant de sa santé et des responsabilités familiales nouvelles qui lui incombent après la mort de son père et de son frère aîné Mohamed (1842-1880), conseiller général, adjoint au maire de l’Arba et agriculteur. Alors que ses frères cadets Zerrouq et Omar* (1859-1909) sont respectivement médecin et professeur à la médersa d’Alger, Ahmed veille désormais à la bonne administration des terres familiales tout en restant un acteur de la vie politique. Conseiller municipal, il fait partie en 1892 des notabilités musulmanes qui sont entendues par la commission sénatoriale présidée par Jules Ferry. En 1903, Abduh, qui le rencontre lors de son séjour à Alger, l’aurait jugé trop politisé.

Sources :

ADéf, 5Ye, 29.763, Omar ben Brihmat ;

ANOM, 14 H, 44, Omar ben Brihmat ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Hamet, Musulmans… ;

Ageron, Algériens…, t. 2, p. 916 ;

Zahir Ihaddaden, Histoire de la presse indigène en Algérie. Des origines jusqu’en 1930, Alger, Enal, 1983.

Ben Brihmat, Omar [B. Brīhmāt, ‘Umar] (Alger, 1859 – Alger, 1909)

– professeur à la médersa d’Alger

Frère cadet d’Ibrahim* et d’Ahmed*, il obtient son certificat d’études et devient répétiteur de français à la médersa d’Alger que dirige son père (1881 ou 1882). Admis à la citoyenneté française en 1884, il épouse en 1889 la fille d’un sous-chef de bureau à la préfecture, lui-même citoyen français, Ḫadūǧa bint Ḥamdān b. Ismā‘īl amīn as-Sakka. Petite-fille par son père d’un des premiers ralliés à la cause française, administrateur du bureau de bienfaisance musulman et employé des domaines, et par sa mère d’al-ḥāǧǧ Aḥmad, muftī ḥanafite d’Alger, elle a reçu une éducation soignée dont témoigne le français parfait dans lequel elle s’exprime dans sa correspondance. Pourvu du certificat de droit administratif et de coutumes indigènes (1894), Omar enseigne, après la réforme de la médersa, la langue arabe, le droit français et le droit musulman. Il fait partie du comité de rédaction d’El Maghrib, l’officieuse et éphémère revue en arabe littéral éditée en 1903 par Fontana. C’est aussi sur les presses de cette ancienne imprimerie de « l’association ouvrière » que paraissent ses petits manuels d’économie politique (avec son collègue ‘Abd al-Qādir al-Maǧāwī, al-Muršād fī masā’īl al-iqtisād wa d-dayn, 1906) et de droit (Kitāb an-nahīǧ as-sawā fī l-fiqh al-firansāwī [Livre de la voie directe pour entrer dans le droit français] et Manuel de droit usuel et d’instruction civique à l’usage des étudiants des médersas, 1325 h. [1908]). Bien noté par le directeur Delphin*, il est plus sévèrement jugé par son successeur William Marçais* qui déplore la faiblesse de son cours de droit français et de législation algérienne, l’attribuant à « un peu de dégoût peut-être d’une tâche longtemps accomplie » et à une santé « très précaire » (1907). Marçais le juge « du point de vue de ses rapports avec les autorités françaises […] d’une parfaite correction » et croit qu’il a « pour nos institutions les sentiments d’un Français ». Il collabore à L’Akhbar dirigé par Victor Barrucand et est élu en 1908 conseiller municipal d’Alger sur la liste conduite par ce dernier. À sa mort, le gouvernement accorde un secours ponctuel à sa veuve et à ses trois filles âgées de 18, 11 et 4 ans, les services d’Omar s’avérant insuffisants pour leur ouvrir droit à pension.

Sources :

GGA, 14H, 44, Omar ben Brihmat ;

Céline Keller, site internet consacré à Barrucand, en ligne : [http://celine.keller.free.fr].

Ben Chemoul dit Chemoul, Léon Maurice (Mustapha, près d’Alger, 1889 – Oujda [?], apr. 1953)

– professeur de collège

Fils d’Ambram b. Chemoul et de Zara Tensit [Sara Temsit ?], bachelier en 1909, il est l’année suivante répétiteur au collège de Blida (1910). Réformé pour épilepsie après quelques mois de service militaire, il est admis au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les collèges et lycées (1911), se marie avec une Algéroise, Sultana Berthe Drigues, et enseigne l’arabe au collège de Mostaganem. Reconnu bon pour le service par un conseil de révision en 1914, il est affecté au service auxiliaire et passe en 1917 au Maroc oriental, à Oujda, où il se fixe avec sa famille. Démobilisé, il parvient à se faire affecter au collège de la ville où il enseigne l’arabe jusqu’en 1939. Agrégé en 1920, il assure aussi la préparation au brevet et au diplôme d’arabe, en liaison avec l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères. Il publie dans le Bulletin de l’enseignement public du Maroc des bibliographies pour l’agrégation d’arabe (1930-1939) et les textes des leçons qu’il a professées aux auditeurs du cours public, candidats aux différents examens d’arabe (1936). Maître de conférences à l’IHEM depuis 1923, il y devient directeur d’études dans son centre d’Oujda en 1939, après avoir demandé en vain la nouvelle chaire parisienne au lycée Louis-le-Grand. Il est victime de l’application de la législation antisémite en 1941. Réintégré en 1943, il est toujours directeur d’études à Oujda quand il prend sa retraite en 1953. Il est l’auteur de plusieurs articles pour l’Encyclopédie de l’Islam (d’al-Nābiġa à Rifā‘at bek) et de deux notices sur Les Obligations de l’islam : La profession de foi et Le Jeûne de Ramadan (Rabat, 1936). La traduction commentée du Livre des idoles d’al-Kalbī qu’il annonce en 1939 et la grammaire arabe simple et complète à l’usage des candidats aux différents examens qu’il préparerait alors n’ont semble-t-il pas paru.

Sources :

ANF, F 17, 25.551, Chemoul ;

Bulletin administratif du MIP, n° 1989, p. 320 ;

Bulletin de l’enseignement public du Maroc, n° 25, novembre 1920.

Ben Cheneb, Mohammed (Takbou, près de Médéa, 1869 – Alger, 1929)

– professeur à la faculté des Lettres d’Alger

Issu d’une famille de petits notables ruraux, devenu instituteur après être passé par le collège de Médéa et l’école normale de la Bouzaréa où il est le condisciple de Larbi Fekar, il est affecté à Alger dans l’école de garçons dirigée par Brahim ben Fatah* (1892), ce qui lui permet de compléter sa formation en suivant les cours de l’école des Lettres, où il supplée Ben Sedira*. Il publie ses premiers articles dans la Revue africaine et est nommé à la chaire de langue et littérature arabe des médersas de Constantine (1898) puis d’Alger (1901), malgré l’opposition de Houdas* qui considère qu’il serait plus à sa place dans l’enseignement secondaire européen, sa formation moderne n’ayant pu lui donner la connaissance intime des textes arabes généralement exigée. Mais le recteur l’impose, avec l’appui de Delphin* et de Motylinski* : sa méthode rationnelle doit participer à moderniser les médersas et il n’a d’ailleurs pas les titres requis pour l’enseignement européen, faute d’un baccalauréat complet. Il n’aura pas à regretter sa décision : les efforts soutenus de l’arabisant formé à l’européenne pour se constituer « une bonne culture de lettré indigène » sont loués par son directeur W. Marçais* (1906). Ben Cheneb remplit ainsi parfaitement la fonction attendue de relais entre les traditions musulmanes encore vivantes (il épouse en 1903 la fille d’un imām d’Alger) et les méthodes scientifiques et pédagogiques modernes dont s’enorgueillit la faculté des Lettres d’Alger où il est chargé de conférences (1908), après avoir contribué à l’organisation du XIVe congrès des orientalistes (1905). En dressant une « revue des ouvrages arabes édités ou publiés par les musulmans », il rend compte de la production contemporaine des savants de langue arabe (RA, 1906). Docteur en 1922 avec une thèse sur un poète de la cour des Abbassides, premier musulman titulaire d’une chaire à l’université d’Alger (arabe moderne, 1927), sa mort peu avant les cérémonies du Centenaire de l’Algérie est l’occasion de grands discours coloniaux sur la promotion que la République assure aux hommes de mérite, passant sous silence le caractère exceptionnel de sa carrière.

Ayant toujours conservé son statut personnel musulman et n’ayant jamais cherché à entrer sur la scène politique en accédant à la citoyenneté, Ben Cheneb satisfait un milieu académique favorable au modèle des Protectorats et parfois amené à se démarquer de la politique d’un gouvernement général trop souvent inquiet devant toute marque d’arabité ou d’islamité (le gouvernement manifeste sa crainte de voir Ben Cheneb devenir vecteur du nationalisme arabe oriental lorsqu’il est invité en 1920 à se joindre à la nouvelle Académie arabe de Damas). À la médersa d’Alger et à l’université, Ben Cheneb maintient un lien avec le mouvement réformiste d'Ibn Bādīs et ses écoles libres qui sont encore loin de la confrontation directe avec l’ordre colonial. L’abondance et la variété de son œuvre rappellent son maître R. Basset* : il s’y efface au service d’une science positive (catalogues, éditions critiques et traductions de manuscrits). Il est cependant remarquable qu’une première orientation ethnographique (Proverbes arabes de l’Algérie et du Maghreb, recueillis, traduits et commentés, Leroux, 3 vol., 1905-1907, rééd. 2003) fasse bientôt place à l’histoire et à la littérature (avec l’édition de plusieurs recueils biographiques de savants maghrébins), cultivées par le plus traditionnel Fagnan*. Il se rapproche là de son correspondant tunisien Hassan Abdulwahab [Ḥasan ‘Abd al-Wahhāb] et réalise avec les éléments prestigieux du passé une œuvre patrimoniale qui sera reprise dans le cadre du mouvement national. Deux de ses fils accentuent l’orientation double de son œuvre entre la tradition européenne par excellence (ils sont tous deux diplômés de lettres classiques) et la référence à l’arabité. L’aîné, Saâdeddine (1907-1968), grand prix littéraire de l’Algérie pour Les Contes d’Alger (1944), ami de Jacques Berque, fait connaître au public francophone la poésie arabe contemporaine (La Poésie arabe moderne. Traductions, 1945) et donne de nombreux articles à la Revue africaine, dont « Quelques historiens arabes modernes de l’Algérie » en 1956. Ministre plénipotentiaire de France à Djedda (1947-1949), secrétaire général de l’Institut d’études supérieures islamiques (IESI) de la faculté des Lettres d’Alger en 1956, il est poursuivi pour assistance au FLN et part se réfugier à Tunis en octobre 1957. À l’indépendance, il devient doyen de la faculté des Lettres d’Alger. Rachid (1915-1991) partage avec son aîné un intérêt pour le théâtre arabe. Il s’engage dans une carrière préfectorale en métropole où il maintient sa résidence après l’indépendance de l’Algérie, tout en publiant dans la Revue de l’Occident musulman méditerranéen des articles sur le mouvement littéraire et intellectuel renaissant (nahḍa) auquel a participé son père.

Sources :

ANF, F 17, 26.706, M. Bencheneb ;

ANOM, 14 H, 43, M. Bencheneb ;

JA, 1929, p. 359-465 (notice par A. Bel) ;

RA, 1929, p. 150-159 (notice par G. Marçais) ;

Hommes et destins, t. VII, 1986, p. 64-67 (notices par J. Déjeux) ;

Parcours : l’Algérie, les hommes et l’histoire, vol. 11 (1989-12), p. 6-13 (notices par A. Hellal et R. Fardeheb) ;

Hédi Bencheneb, Mohammed Ben Cheneb, 1869-1929 : un trait d’union entre deux cultures, dossier documentaire et bibliographie, Paris, Institut du monde arabe, mai 2004.

Ben Fatah dit Fatah, Brahim [b. Fātiḥ [?], Brāhīm] (Tixerain, près d’Alger, 1850 – Alger, 1928)

– directeur d’école franco-arabe

Son père, Fatah b. Mbarek (v. 1815-1872) serait entré au service du général Youssouf* après avoir été fait captif lors de la prise de la smala d’Abd el-Kader en 1843. Grâce à la protection de Youssouf, Brahim devient l’élève de Louis Depeille* à l’école arabe-française d’Alger (il a alors six ans). Après être passé par l’école arabe-française de Blida, il est admis au collège impérial arabe-français d’Alger (dont Depeille est devenu le sous-directeur). En 1866, il fait partie des trois « indigènes » qui, avec sept « européens », constituent la première promotion de l’école normale d’Alger. Après avoir obtenu son brevet, il est nommé instituteur adjoint à Miliana (1869) puis à Aumale (1870). Une fois son service militaire effectué dans l’artillerie – ce qui suppose qu’il a accédé à la citoyenneté française –, il enseigne à l’Arba (1872-1874 et 1876-1877) et à Alger (1874-1876) où il est appelé en 1877 à seconder Depeille à l’école arabe-française de la rue Porte-Neuve. À la retraite de ce dernier, il lui succède comme directeur. En 1877, il organise le transfert de l’école dans de nouveaux bâtiments, boulevard de la Victoire (c’est la future école Sarrouy). L’année suivante, il est chargé de mettre sur pied une nouvelle école « indigène » rampe Valée : il en conservera la direction jusqu’à sa retraite en 1923. Entre 1892 et 1898, il aura comme adjoint le jeune Mohammed Ben Cheneb*. En 1911, son nouvel instituteur adjoint, Branki, est un membre actif de l’association culturelle at-Tawfīqiyya où il professe l’arabe littéral.

En 1886, Fatah a épousé Aline Nielly, fille d’un capitaine au long cours breton devenu ingénieur en Inde avant de s’installer à Alger. Il l’a rencontrée aux cours des soirées musicales organisées par la reine Ranavalo en exil – Fatah, dont les élèves ont remporté en 1885 le premier prix au concours de chant entre les écoles d’Alger, y joue flûte et violon. Fatah enseigne par ailleurs l’arabe au cours municipal d’Alger (à partir de 1884 et jusqu’en 1904 au moins). Son souci d’améliorer la pédagogie de l’arabe, dans un esprit qui est celui de l’école normale, est manifeste dans les quelques ouvrages qu’il publie, largement diffusés dans les écoles. Après un Syllabaire et exercices de langage de langue arabe, à l’usage des commençants (2e édition, Alger, Jourdan, 1894), ce sont des Leçons de lecture et de récitation d’arabe parlé, choses usuelles, contes, fables suivis de notes et d’un lexique (1897) et une Méthode directe pour l’enseignement de l’arabe parlé, rédigée conformément aux nouveaux programmes, avec de nombreuses illustrations. Cours élémentaire, moyen et supérieur (Alger, Jourdan, 1904). Dédiée « aux enfants de l’Algérie française » de façon à ce qu’ils parviennent à se « faire comprendre les uns des autres ; car lorsque les langues se comprennent, tous les soupçons et les malentendus de dissipent, les mains se joignent et les intérêts prospèrent », cette méthode « inductive et pratique » s’inspire des procédés d’exercices de langage de Scheer et Mailhes, anciens condisciples de Fatah à l’école normale. Dans l’esprit des programmes de 1898, elle doit permettre aux élèves des écoles primaires et des petites classes des collèges et lycées d’assimiler les premiers éléments de l’arabe parlé, leur ouvrant l’accès aux ouvrages de Louis Machuel*, Ben Sedira* et Mohammed Soualah*. Les images que la méthode propose comme matière de départ pour les « causeries » présentent une vie traditionnelle ordinaire – le labour, la moisson, la pêche, le tissage du burnous –, mais sans esthétique archaïsante. Ce programme appliquant strictement la méthode directe à l’arabe a été critiqué par William Marçais : une telle initiation à l’arabe par le parler n’apprend rien aux élèves indigènes dont l’arabe est la langue maternelle. La méthode a pu en revanche permettre d’initier à l’arabe des élèves « européens ». À sa retraite en 1922, Fatah reçoit la Légion d’honneur des mains du recteur. Il s’occupe activement de plusieurs associations (la Rachidia, la Jeunesse musulmane, l’Avant-garde…). Trois de ses filles – Meriem, l’aînée, Évelyne, emportée par la tuberculose en 1922, et Aline, qui épouse Léon Buret (un ancien élève de la Bouzaréa qui y enseigne la philosophie de 1925 à 1929 et est le frère cadet de Timothée Buret*) – ont été institutrices. Son fils benjamin, Aimé, directeur de la ferme-école de Guelma en 1928, conserve cette fonction jusqu’à sa retraite en 1963.

Sources :

Aimé Dupuy, Bouzaréa. Histoire illustrée des écoles normales d’instituteurs d’Alger-Bouzaréa, Alger, Fontana, s. d. [v. 1936] ;

1830-1962 des enseignants d’Algérie se souviennent… de ce qui fut l’enseignement primaire, Toulouse, Privat, 1981 ;

site des anciens élèves de la Bouzaréa, en ligne : [http://www.bouzarea.org/fatah.htm] (ce site consacre une page à Fatah, en se fondant sur une documentation fournie par Christiane Cohen-Buret, fille de Léon Buret et d’Aline Fatah) ;

correspondance avec Christiane Cohen-Buret, octobre 2007.

Benhamouda, Ahmed (Cherchell, 1887 – Alger [?], 1966)

– répétiteur à l’ENLOV puis professeur au lycée d’Alger

Fils d’un médaillé de la guerre de 1870-1871 (son père, engagé volontaire, a été envoyé dans un camp de prisonniers à Koenigsberg), élève de la médersa d’Alger, il sort diplômé de la section supérieure et obtient aussi le diplôme d’arabe de l’école des Lettres. Après une année où il exerce comme moudarres à Cherchell (1909-1910), il est nommé professeur à la médersa de Saint-Louis du Sénégal (1910-1911). Son indépendance ayant suscité l’hostilité du directeur Manenti*, il obtient sa mutation pour la médersa de Tombouctou, alors dirigée par Auguste Dupuis Yacouba, où il reste jusqu’en 1920. Il s’y intéresse aux dialectes locaux, hassaniyya de Maurétanie et songhaï (« Proverbes et devinettes en “songoy”, dialecte de la région de Tombouctou », Bulletin d’études historiques et scientifiques de l’AOF, janvier-mars 1919). Breveté des Langues orientales pour l’arabe littéral et maghrébin en 1920, il est nommé secrétaire-traducteur au ministère des Colonies à Paris (octobre 1920) avant d’être détaché en mars 1921 comme répétiteur à l’ENLOV pour l’arabe maghrébin et l’arabe littéral (il collabore donc avec William Marçais puis Gabriel Colin, d’une part, et avec Maurice Gaudefroy-Demombynes puis Régis Blachère, d’autre part). Il laisse à ses élèves le souvenir d’un homme réservé mais cordial, amateur de comptines. Licencié ès lettres en 1926, il est admis en 1927 au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges et prépare avec succès un DES – « Ar-Rundī (viie siècle de l’hégire / xiiie siècle), Al-Wāfī fī naẓm al-kawāfī » – et l’agrégation d’arabe (1928). Il est par ailleurs traducteur juré près le tribunal civil de la Seine. Bien qu’il ait accédé à la qualité de citoyen français (mai 1931), qu’il fasse partie de nombreux jurys (école polytechnique, école coloniale, institut agronomique, mais aussi agrégation d’arabe entre 1934 et 1941), et que le monde des orientalistes lui soit familier (il est par exemple reçu par Paul Geuthner à Villiers-le-Bel), sa carrière est bloquée à Paris, les statuts de l’ENLOV ne prévoyant pas de classe supérieure ouvrant droit à la retraite pour les répétiteurs. Après s’être porté candidat en 1934, sans succès, à la succession de Gaudefroy-Demombynes, il choisit donc de prendre un poste en lycée : il exerce comme suppléant à Tunis (1938-1941), puis est nommé au lycée Bugeaud d’Alger (en remplacement de Valat), où il enseigne entre autres dans les classes préparatoires aux grandes écoles jusqu’à sa retraite effective en 1949. Il est aussi chargé de cours à l’Institut national d’agriculture de Maison Carrée (depuis 1944) et à la faculté des Lettres (depuis 1946). La grammaire d’arabe classique complétée par des exercices qu’il a composée ne trouve pas d’éditeur (Geuthner juge en 1947 la conjoncture trop difficile). Féru d’astronomie, il fait paraître une étude sur les « Étoiles et constellations » (Annales de l’institut d’études orientales, 1951, rééd. en volume, Alger, SNED, 1981). Célibataire, il a adopté son neveu et s’est chargé de son éducation. C’est sans doute à ce dernier, Boualem Benhamouda, docteur en droit à Alger qui a rejoint les rangs de l’ALN en 1956 et fait carrière politique dans l’Algérie indépendante (il occupe plusieurs postes ministériels d’importance entre 1965 et 1986), qu’on doit l’édition à la Société nationale d’édition (SNED) de plusieurs travaux inédits de son père adoptif (une Morphologie et syntaxe de la langue arabe en 1978 puis un essai sur L’Iran, histoire mythique en 1981).

Sources :

ANF, F 17, 25.241, Ahmed Benhamouda ; 62 AJ, 12 (candidature à la chaire d’arabe littéral de l’ENLOV) ;

archives Geuthner ;

Who’s who in France, Paris, J. Laffite, 1959 ;

Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, 1984 ;

Africa who’s who, 2e édition, 1991 (pour Boualem Benhamouda) ;

Anna Pondopoulo, « La medersa de Saint-Louis du Sénégal (1908-1914) : un lieu de transfert culturel entre l’école française et l’école coranique ? », Outre-mers, t. 95, n° 356-357, 2e semestre 2007, p. 63-75 ;

entretien avec Roger Gruner, juin 2001.

Ben Sedira, Belkacem [b. Ṣadīra, Muḥammad b. Qāsim] (Biskra, 1845 – Alger [?], 1901)

– maître de conférences d’arabe vulgaire à l’École des Lettres d’Alger

En charge de l’enseignement pratique de l’arabe et du berbère à l’école normale et à l’École supérieure des lettres d’Alger dans le dernier tiers du xixe siècle, il publie de nombreux ouvrages scolaires largement diffusés. Issu d’une famille de la noblesse guerrière (ǧwād), orphelin très jeune, il est recueilli par un parent, le cheikh el-arab Bengana de Biskra. Élève à l’école arabe-française, il est signalé à l’attention du général Desvaux qui le fait admettre au collège impérial arabe-français d’Alger (1860-1863). Brillant, il est envoyé poursuivre ses études à l’école normale de Versailles (1863-1865). Naturalisé français en 1866, on le trouve l’année suivante maître surveillant dans la toute récente école normale d’Alger où il est chargé à partir de 1869 d’enseigner l’arabe (avec un traitement de 2 000 francs ; il aurait aussi donné de 1869 à 1880 des cours de droit à la médersa d’Alger). L’organisation de cet enseignement s’accompagne de la publication à Alger, chez Jourdan – ce sera son seul éditeur –, d’un Cours pratique de langue arabe à l’usage des écoles primaires de l’Algérie (1875, réédition augmentée en 1879, puis en 1891 comme Cours élémentaire d’arabe parlé à l’usage des lycées, collèges et écoles normales de l’Algérie), ainsi que d’une Petite grammaire arabe de la langue parlée à l’usage des écoles primaires et des classes élémentaires dans les lycées et collèges de l’Algérie, premier livre, alphabet et syllabaire (1883). En 1875, on fait temporairement appel à lui pour suppléer au lycée d’Alger Louis Machuel* dont le service est excessivement chargé. On juge finalement qu’il manque d’expérience dans une classe nombreuse et que ses méthodes, adaptées aux cours élémentaires, sont peu compatibles avec celles que Machuel utilise pour les grandes classes. On le retrouve en 1878 parmi les membres du conseil du congrès provincial des orientalistes de Lyon. En 1880, il est promu maître de conférences d’arabe vulgaire à l’école des Lettres d’Alger, en même temps que son camarade de collège Hachemi b. Lounis pour le berbère (avec un traitement de 3 000 francs, sans abandonner son enseignement à l’école normale et le traitement afférent). Il y assiste Octave Houdas* et prépare au certificat et au brevet d’arabe (avec plus de 80 élèves inscrits en 1881-1882). Les deux dictionnaires de poche qu’il publie alors connaissent un succès durable (Petit dictionnaire arabe-français et français-arabe de la langue parlée en Algérie, 1882). Ben Sedira y rassemble un lexique tiré des sources littéraires et du parler algérois, dont il loue la simplicité et la clarté. Avec quelques fluctuations dans l’intitulé (Dictionnaire arabe-français contenant les principaux mots employés dans les pièces judiciaires, dans les lettres et dans la conversation), ils seront réédités jusqu’à la fin de la période coloniale, et même au-delà, « la langue parlée » disparaissant alors du titre (Genève, Slatkine, 1979, puis Nîmes, Lacour, 1995, pour le seul dictionnaire arabe-français). Les complètent un Cours de littérature arabe (2e éd., 1891), recueil de versions littéraires pour la préparation du brevet, un Cours gradué de lettres arabes manuscrites qui prépare aux examens des primes, au brevet et à l’interprétariat militaire (1893) et une Grammaire d’arabe régulier, morphologie, syntaxe, métrique (1898). Après la révocation de b. Lounis en 1883, il est aussi chargé de l’enseignement du berbère, assistant René Basset* pour lequel il collecte des matériaux linguistiques en Kabylie. Il prépare au brevet de kabyle institué en 1885 et publie un Cours de langue kabyle, grammaire et versions (1887), riche de kanouns, devinettes, chansons, contes, fables et poésies et dont le texte introductif (« Une mission en Kabylie sur les dialectes berbères et l’assimilation des indigènes ») témoigne d’une adhésion au projet républicain. À côté de ces publications destinées à accompagner les premiers pas de ceux qui apprennent l’arabe (et le berbère) avec un objectif professionnel, Ben Sedira s’adresse à un public plus large en mettant à jour les Dialogues de Théodore Roland de Bussy* (Dialogues français-arabes : recueil des phrases les plus usuelles de la langue parlée en Algérie, publiés en collaboration avec son fils Charles, 1892, 4e éd., 1905). L’ouvrage, à destination des touristes aussi bien que des écoliers et des Européens d’Algérie, contient un appendice avec des proverbes, des serments et des conseils sur « ce qu’il convient de faire ou d’éviter avec un indigène ». Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1893, Ben Sedira est promu officier en 1900. La publication de la Méthode pratique d’arabe régulier de M. Soualah*, son répétiteur à l’école normale, suscite alors son vif ressentiment : il accuse de plagiat son concurrent potentiel, sans convaincre le recteur Jeanmaire. À sa mort, c’est d’ailleurs Soualah qui partage avec Boulifa sa succession à l’école normale, le premier pour l’arabe, le second pour le berbère. Marié à une Française, il laisse deux fils : Ferhat Louis, né à Alger en 1875, fait une carrière d’instituteur après être passé par l’école normale d’Alger. Charles, avocat et secrétaire interprète au parquet général d’Alger, rééditera les Apologues et contes arabes du Moyen âge, recueil de textes littéraires de son père, en les complétant d’un glossaire (Paris, G.-P. Maisonneuve, 3e éd. corrigée, 1942). L’un d’entre eux est le père de Leïla Ben Sedira (1903-1982), élève du pianiste Lazare Lévy au conservatoire de Paris et cantatrice renommée. On connaît aussi un neveu de Belkacem, Abderahman, né à Biskra en 1871, qui, passé lui aussi par l’école normale, renoncera finalement à une carrière d’instituteur pour s’engager au 1er Tirailleurs algériens : après avoir été membre de la mission Toutée, il sera détaché à la mission militaire française au Maroc (1906).

Sources :

ANF, F 17, 4058, affaires diverses, 7679, lycée d’Alger et 24.643, Soualah ;

Émile Masqueray, « Rapport sur la situation et les travaux de l’école supérieure des lettres pendant l’année scolaire 1881-1882 », Rentrée solennelle des quatre écoles d’enseignement supérieur (jeudi, 28 décembre 1882), Jourdan, 1883 ;

Hamet, Musulmans… ;

Ouahmi Ould Braham, « Émile Masqueray et les études linguistiques berbères », thèse de sciences du langage sous la direction de Pierre Encrevé, EHESS, 2003 ;

Bab el oued story, site du Centre de documentation historique sur l’Algérie (CDHA). En ligne : [http://babelouedstory.com/cdhas/23_belkacem_ben_sedira/belkacem_ben_sedira_23.html] (dernière consultation novembre 2007).

Berbrugger, Adrien (Paris, 1801 – Alger, 1869)

– fondateur de la bibliothèque-musée d’Alger et de la Revue africaine, premier inspecteur des monuments historiques en Algérie

Élève du lycée Charlemagne à Paris, comme le sera après lui son ami Cherbonneau*, il fait partie de ces enfants de la Révolution aux ambitions universelles. Professeur de langue (le manuel de français pour ses élèves espagnols qu’il publie en 1825 connaît un succès durable ainsi que son Nouveau Dictionnaire de poche français-espagnol de 1829) et de mnémotechnie (Histoire de France mnémonisée, 1827), il fait des études de médecine (1824-1829) et suit les cours de paléographie de Champollion-Figeac à l’école des Chartes (1829-1832). Un séjour à Londres pour y consulter des archives sur l’occupation anglaise de la France au xve siècle achève sans doute de le convaincre que le progrès passe par la défense de l’ordre, de la paix et de la liberté, valeurs qu’il croit pouvoir être garanties par l’application des théories de Fourier. En mission phalanstérienne à Lyon, il dénonce la « fausse association » saint-simonienne et les théories républicaines qui veulent s’imposer par la violence et invite à explorer « le domaine de la nature » pour tirer des passions un « essor harmonique » (Conférences sur la théorie sociétaire de Charles Fourier , 1833). Il prolonge son voyage en accompagnant à Alger comme secrétaire particulier le comte Bertrand Clauzel parti inspecter ses domaines acquis du temps de son commandement (octobre-décembre 1833). Clauzel ayant été replacé à la tête des affaires à Alger, il le suit à nouveau en août 1835, pour s’installer cette fois durablement. Chargé de la rédaction du Moniteur algérien, journal officiel, il fonde la bibliothèque d’Alger, à laquelle il annexe en 1838 un musée. Il les dote des objets qu’il rapporte des expéditions militaires auxquelles il participe, sauvant à Tlemcen et à Constantine les manuscrits arabes du vandalisme militaire (1836-1837). Des excursions à travers le pays sont aussi l’occasion de collectes, en même temps que de relations reproduites dans la presse et les premiers vade-mecum touristiques (Guide du voyageur en Algérie par Quétin, 1844). Membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et titulaire de la Commission scientifique de l’Algérie depuis 1839, il se révèle un des acteurs principaux de la définition d’un patrimoine algérien. Il compose le texte qui accompagne les planches des trois volumes in-folio de L’Algérie historique, pittoresque et monumentale (Jules Delahaye, 1843-1845) et s’oppose à la constitution d’un musée algérien à Paris qui aurait dépouillé le musée d’Alger de ses chefs-d’œuvre. Resté fidèle au fouriérisme quand il considère qu’il faut jouer du mouvement des passions pour l’apprentissage des langues, il s’est rapproché des saint-simoniens bien représentés à la Commission scientifique de l’Algérie avec Enfantin, Carette, Warnier et Urbain* – comme ce dernier, il a eu une fille d’un mariage musulman. Il a acquis suffisamment d’arabe pour publier dans le cadre de l’Exploration scientifique une traduction des Voyages d’el-Aïachi et Moula Ahmed dans le sud de l’Algérie et des États barbaresques (1846). Il complète aussi la Description géographique de l’empire de Maroc de Renou par des « Itinéraires et renseignements sur le pays de Sous et autres parties méridionales du Maroc » et augmente le volume de Périer par un « Mémoire sur la peste en Algérie » (1847). Envoyé en 1851 par d’Hautpoul en mission dans le Sud, jusqu’au Souf, il en donne une relation dans L’Akhbar, journal indigénophile dont il est un rédacteur fidèle, puis dans la Revue de l’Orient, organe de la Société orientale dont il est membre correspondant. Modéré en 1848 (il a été candidat aux élections du 9 avril, finalement reportées), il se satisfait du coup d’État du 2 décembre 1851 au nom de l’ordre, condition de la prospérité. Ses relations avec les autorités religieuses sont bonnes. En 1840, il fait partie de la mission envoyée par l’évêque d’Alger, malgré l’avis de Bugeaud, auprès d’Abd el-Kader, en garantie d’un échange de prisonniers. Lorsqu’en 1853 la démolition d’un fort turc d’Alger met à jour un squelette, il y voit celui de Géronimo, un maure enseveli vivant en 1569 pour avoir refusé de retourner à l’islam, selon le récit du bénédictin Diego de Haëdo, qu’il réédite après en avoir déjà donné une traduction en 1847 (Géronimo, le martyr du fort des vingt-quatre heures à Alger, 1854). Cette identification, fausse selon G. Delphin*, entraîne le transfert des reliques à la cathédrale et suscitera l’instruction d’un procès en canonisation peu fait pour pacifier les relations entre chrétiens et musulmans. En 1854, il est chargé de l’inspection générale des monuments historiques et des musées archéologiques d’Algérie, avec l’appui du gouverneur général Randon. Deux ans plus tard, il fonde la Société historique algérienne et sa Revue africaine, où il publie un nombre considérable d’articles et de notes. Lors de la restructuration du tissu urbain algérois, il invite à conserver une partie du patrimoine mauresque, avec succès : le palais Mustapha-pacha, sauvé de la destruction, abrite à partir de 1863 la bibliothèque-musée. L’empereur le fait commandeur de la Légion d’honneur lors de son voyage à Alger en 1865 et l’invite à mener une campagne de fouilles au Tombeau de la Chrétienne. Savant respecté, il est cependant détesté par les adversaires de la politique du royaume arabe : en 1867, comme il a pris part au cortège funèbre d’un ancien employé musulman de la bibliothèque, on insinue qu’il s’est converti à l’islam. Or, c’est au mouvement spirite d’Allan Kardec qu’il s’est rallié. À sa mort, qui suit de peu celle de son ami Bresnier*, Oscar Mac-Carthy le remplace à la tête de la bibliothèque-musée. Son œuvre, éclatée, reste précieuse par l’acuité de ses observations, entre mouvement du voyageur et précision de l’érudit.

Sources :

Revue spirite, août 1869 ;

DBF (notice par M. Prévost) ;

Hommes et destins, t. VII, 1986 (notice par X. Yacono) ;

M. Émerit, Les Saint-simoniens en Algérie, Paris, Les Belles Lettres, 1941 ;

Robert Dournon, Autour du Tombeau de la Chrétienne, documents pour servir à l’histoire de l’Afrique du Nord [Lettres d’Adrien Berbrugger à sa fille, 1865-1866], Alger, Charlot, 1946 ;

Topographie et histoire générale d’Alger par Diego de Haëdo (1612), traduit de l’espagnol par le Dr Monnereau et A. Berbrugger, présentation de Jocelyne Dakhlia, Saint-Denis, Bouchène, 1998 ;

N. Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

Représentations iconographiques :

Esquer, Iconographie…, vol. III, n° 592 et 873 ;

Edmond Chappuis, 1830-1930. Le Centenaire de l’Algérie française, Strasbourg, A. et F. Kahn, 1930, p. 145.

Bercher, Léon Louis Édouard (Belfort, 1889 – Tunis, 1955)

– professeur à l’ESLLA, directeur des études arabes à l’IHET, spécialiste de droit musulman

Fils d’un Alsacien qui a opté pour la nationalité française et s’est installé en Algérie après 1871 avant de faire carrière comme médecin militaire, il apprend l’arabe au lycée d’Alger. Après son baccalauréat (1906) et une première année à la faculté des sciences d’Alger, breveté (1908) et diplômé d’arabe (1909), il s’engage dans les spahis et est affecté comme interprète militaire au Maroc et dans l’Ouest algérien (Oujda, Aflou, Taghit) puis dans le Sud tunisien. En 1916, il est envoyé dans le Ḥiǧāz seconder la mission militaire commandée par le lieutenant-colonel Brémond. De retour au Maghreb, à Fès (1919), puis à nouveau dans le sud tunisien, diplômé d’arabe de l’École supérieure de langue et de littérature arabe (ESLLA) de Tunis alors dirigée par W. Marçais* (1920), il prépare une thèse de droit sur Les Délits et les peines de droit commun prévus par le Coran, soutenue à Aix-en-Provence en 1926. Il démissionne de l’interprétariat après avoir été choisi pour diriger le service de la traduction et de l’interprétariat au Secrétariat général du gouvernement tunisien dirigé par Gabriel Puaux (mai 1921) – ce qui l’engage à ne pas répondre un mois plus tard à la proposition de Gouraud de devenir son interprète particulier et le chef du drogmanat à Beyrouth. En 1924, il assure par ailleurs, le soir, à la suite de la retraite partielle de Mohamed Lasram, des cours de traduction littéraire au collège Sadiki. Membre de la commission des examens de langue arabe, il assure aussi en 1928 des enseignements à l’ESLLA. Entre 1925 et 1930, il est affecté au contrôle général des affaires indigènes, puis chargé de la direction du service réorganisé de l’interprétariat, de la traduction et de la presse (ou de « l’information musulmane »). Après avoir affirmé dans la Revue tunisienne la licéité de la naturalisation française au regard des canons du droit malékite, les articles qu’il publie entre 1930 et 1935 dans la Revue des études islamiques, parfois sous pseudonyme, témoignent de l’attention qu’il porte aux projets de réforme de l’enseignement supérieur musulman à Tunis et au Caire, et aux débats que suscitent les ouvrages des nouveaux intellectuels musulmans en rupture de ban avec les autorités traditionnelles d’al-Azhar et de la Zaytūna. Ce sont une traduction de L’Islam et les bases du pouvoir de l’Égyptien ‘Alī ‘Abd ar-Rāziq, qui, en 1925, un an après l’abolition du califat par Mustapha Kemal, a mis en cause la nécessité d’un pouvoir califal en islam, puis un résumé analytique de Notre femme dans la loi et la société du Tunisien aṭ-Ṭāhir al-Ḥaddād, qui, en affirmant au nom de l’islam la nécessité de restaurer la femme dans sa dignité, à l’égal de l’homme, fait à son tour scandale en 1930. À partir du dépouillement de la presse arabe qu’il effectue pour le Secrétariat général du gouvernement tunisien, il constitue un Lexique arabe-français d’arabe moderne (1938) destiné à compléter celui de Belot*. Sa 2e édition augmentée (1942-1944) profite de la révision d’Henri Pérès* avec lequel il s’est lié d’amitié. C’est dans la bibliothèque franco-arabe que dirige ce dernier à Alger qu’il publie en 1945 sa traduction de la Risāla d’Ibn Abī Zayd al-Qayrawānî ou Épître sur les éléments du dogme et de la loi de l’Islâm selon le rite malékite, avec le texte arabe en regard. Remplaçant la précédente traduction par Fagnan*, ce résumé des exposés dogmatiques, des prescriptions rituelles et des notions juridiques de l’islam est très largement diffusé en Afrique noire (3e éd. en 1949). Bercher publie aussi à Alger son édition et sa traduction du Collier du pigeon ou de l’amour et des amants (Ṭawq al-Ḥamāma fī l-Ulfa wa l-Ullāf) d’Ibn Ḥazm al-Andalusī (Alger, 1949), qui reste jusqu’à aujourd’hui la version de référence. Il connaît bien les travaux des orientalistes de langue allemande : sa traduction d’extraits du deuxième tome des Muhammedische Studien d’Ignác Goldziher, prête depuis 1945, paraît en 1952 chez A. Maisonneuve. Plutôt que l’accompagnement de la réforme de la justice tunisienne dont il est chargé en 1947-1950 et qui lui pèse, c’est la direction des études arabes au nouvel Institut des hautes études tunisiennes (IHET) qui l’intéresse. Il participe à la fondation de la Revue tunisienne de droit et édite et traduit des ouvrages juridiques destinés aux étudiants et aux magistrats : un résumé sur Le Statut personnel en droit musulman hanéfite par al-Qudūrī (Tunis, 1952, en collaboration avec G. H. Bousquet) ; le Livre des bons usages en matière de mariage d’al-Ġazālī (Paris-Oxford, 1953), extrait de la Vivification des sciences de la foi, qui fait par ailleurs l’objet d’une indexation générale sous la direction de Bousquet ; le Présent fait aux Juges touchant les points délicats des contrats et des jugements d’Ibn ‘Âsim al-Mālikī al-Ġarnātī (Alger, 1958) dont le contenu continue d’être en vigueur en matière de droit personnel. L’action de ce catholique convaincu, proche des Pères blancs de l’IBLA (dont A. Demeerseman), témoigne d’un véritable souci d’accompagner la modernisation du monde arabo-musulman dans un cadre politique français, sans porter atteinte à sa personnalité. Paradoxalement, son œuvre a sans doute profité de l’ambiguïté d’une position parfois inconfortable entre expertise au service de la politique française et science universitaire autonome.

Sources :

ANT, dossiers administratifs, 2263, Bercher ;

Peyronnet, Le Livre d’or… ;

Albert Arrouas, Le Livre d’or de la Régence de Tunis. Figures d’hier et d’aujourd’hui, Tunis, SAPI, 1932 (avec une photographie) ;

Ibla, n° 68, 1954, p. 313 ;

Les Cahiers de Tunisie, 1955, p. 7-16 (notice par F. Viré avec une photographie et une liste des travaux) ;

Hespéris, 1955, p. 14-16 (notice par G. H. Bousquet) ;

RA, 1955, p. 234-240 (notice par H. Pérès).

Bermond, Marcel (Colbert, département de Constantine, 1899 – ?, apr. 1951)

– professeur de collège

Après avoir effectué trois ans de service militaire (1918-1921), il devient bachelier et répétiteur au Maroc (lycées de Casablanca et de Rabat). Marié, il réintègre l’Algérie (Sidi bel Abbès en 1924 puis Bône en 1925) en évoquant la santé de son épouse. Un diplôme d’arabe et des certificats de licence lui ouvrent une carrière de professeur d’arabe à l’EPS de Bône (1933) puis à l’EPS Alger, boulevard Guillemin (1940). Les inspecteurs soulignent son souci de bien faire, mais Pérès* est d’avis de le maintenir dans l’enseignement primaire (1941). Souffrant de dépression, il ne reprend qu’épisodiquement son service (au collège de Philippeville, 1947-1948) et demande sa mise à la retraite (1951).

Sources :

ANF, F 17, 25.406, Bermond (dérogation).

Berque, Augustin (Nay, Basses-Pyrénées, 1884 – Alger, 1946)

– sous-directeur des Affaires musulmanes

Après avoir passé son enfance entre Mascara où son père, vétérinaire militaire, est en poste, et les Landes où, de santé fragile, il passe trois ans auprès de son grand-père paternel, maire de Saint-Julien-en-Born, il prépare le baccalauréat au lycée d’Oran où il suit sans doute les cours d’arabe de Cohen-Solal et de Provenzali. Son père mort en mission au Tonkin, il doit travailler pour poursuivre ses études (1903). Une fois son service militaire effectué (1906), il est surveillant d’externat au lycée d’Oran et suit sans doute les cours de Mouliéras à la chaire publique de la ville. Admis au concours des communes mixtes, il part avec sa jeune épouse, Florentine Migon (ou Mignon), fille d’un petit vigneron ruiné de Relizane, pour Molière (Beni Hindel) où il a été nommé administrateur-adjoint (1909). Y naît son fils unique, Jacques, futur grand nom des études islamiques (1910). En 1913, il est muté à Frenda où il assure l’intérim permanent de l’administrateur en chef pendant la guerre. Il y rédige une étude des confréries religieuses qui retient l’attention du directeur des affaires indigènes Dominique Luciani. Ce dernier juge que Berque « néglige les faits et préfère la théorie » mais considère que son travail témoigne d’une culture littéraire et d’une connaissance de l’intérieur du pays qui correspondent aux besoins de la direction à Alger, dans un contexte où Clemenceau et Jonnart réclament une politique indigène ambitieuse. Les Confréries musulmanes algériennes (Oran, Fouque, 1920), précédées d’un « Essai d’une bibliographie critique des confréries musulmanes algériennes » (Bulletin de la Société de géographie et d’archéologie d’Oran, t. XXXIX, 1919), mettent en évidence le déclin d’une aristocratie militaire qui a perdu ses ressources fiscales et ses fonctions militaires, judiciaires et administratives. Elle a été relayée par les marabouts puis par les confréries et par une bourgeoisie rurale qui a accédé à la propriété grâce au sénatus-consulte de 1863. Responsable de l’exposition des arts et industries indigènes organisée en avril 1924 à la médersa d’Alger (Les Arts indigènes algériens, Alger, Pfister, 1924), Berque publie pour les Cahiers du centenaire de l’Algérie un Art antique et art musulman en Algérie (1930) où il suggère la possibilité d’un nouvel art algérien qui fusionnerait traditions françaises et musulmanes, thème qu’il développe dans L’Algérie, terre d’art et d’histoire (Heintz, 1937). Il étudie par ailleurs « L’habitation de l’indigène algérien » (RA, 1936). Après avoir assuré un intérim à la sous-direction des affaires indigènes, il a été promu contrôleur des communes mixtes (1932). Ses articles dans le Bulletin du Comité de l’Afrique française (1934-1935, sous le pseudonyme de Jean Menaut) plaident pour le renforcement du pouvoir du gouverneur général et un retour à l’ordre, nécessaires pour mettre en œuvre les indispensables réformes. Il y regrette aussi que la France ait imprudemment octroyé le droit de vote à plus de 400 000 électeurs : considérant que les élections en Algérie ne constituent plus un rite civique, mais une transe religieuse, il fait le parallèle avec Rome où l’édit de Caracalla, en unifiant les statuts juridiques, a annoncé la progressive agonie de l’empire. Il étudie un mouvement de modernisation de l’islam maraboutique comme alternative possible au réformisme des Oulémas qui, autour de ‘Abd al-Ḥamīd b. Bādīs, ont pris une tournure nationaliste hostile au gouvernement français (« Un mystique moderniste : le cheikh Benalioua », 2e congrès de la Fédération des sociétés savantes, Tlemcen, 1936). En 1937, alors qu’il est l’un des deux commissaires adjoints de l’Algérie à l’exposition internationale de Paris, il est promu chef de service de l’économie sociale indigène et du personnel où il est en charge des nouvelles sociétés indigènes de prévoyance. Après avoir été l’adjoint de Milliot* comme sous-directeur des affaires indigènes (janvier 1938), il lui succède en 1940 à la tête d’une nouvelle sous-direction des affaires musulmanes : son profil d’expert sans engagement politique défini convient sans doute à l’amiral Abrial, gouverneur général sous le nouveau régime de Vichy. Bien que l’équipe de Maxime Weygand lui reconnaisse une « indiscutable probité intellectuelle », fatigué, chroniquement dépressif, il paraît manquer de l’autorité nécessaire. Il reste cependant en poste jusqu’à la fin de la guerre, qui correspond pour lui à l’âge de la retraite (août 1945). Son fils Jacques veille à la publication posthume d’extraits d’un ouvrage inachevé sur l’évolution de la société algérienne. Après « Les intellectuels algériens » (RA, 1947) ce sont d’une part « La Bourgeoisie algérienne ou à la recherche de César Birotteau » (Hespéris, 1948), d’autre part une « Esquisse d’une histoire de la seigneurie algérienne » et « Les capteurs de divin, marabouts, oulémas » (Revue de la Méditerranée, 1949 et 1951) analysent les transferts de pouvoir de l’aristocratie militaire au maraboutisme puis au confrérisme.

Sources :

ANOM, GGA, 8 X, 390 ; note de Gilbert Maroger, 28 juillet 1941, ANOM, MA, 51 (cité par Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Odile Jacob, 2002, p. 116) ;

La Dépêche algérienne, 13 septembre 1946 (notice et avis de faire-part de décès) ;

RA, 1947, p. 151-157 (notice par G. L. S. Mercier, avec une photographie) ;

Fanny Colonna, « Production scientifique et position dans le champ intellectuel et politique. Deux cas : Augustin Berque et Joseph Desparmet », Henri Moniot éd., Le Mal de voir. Ethnologie et orientalisme : politique et épistémologie, critique et autocritique…, Union générale d’éditions (UGE), 1976, p. 397-415 ;

Écrits sur l’Algérie, textes réunis et présentés par Jacques Berque, Aix-en-Provence, Édisud, 1986 (postface par J.-C. Vatin) ;

Hommes et destins, t. VIII, 1988, p. 26-27 (notice par J. Berque).

Bertrand, Alphonse (Saïda, Syrie [Liban], 1842 – Saïda, 1894)

– consul de 2e classe

Il fait partie d’une famille de drogmans (son frère, Joseph, meurt chancelier du consulat à Beyrouth en 1873), peut-être d’origine italienne (son père est nommé Matheo Beltrand, sa mère Menasse née Cattafago/Cattafazo). Il est entré au service du MAE comme commis surnuméraire du consulat à Beyrouth en août 1860, est passé commis payé en mars 1863, puis a été titularisé comme commis de chancellerie à Alexandrie en juillet 1866, malgré une défaillance en 1865. Il a en effet déserté alors son poste pour rejoindre sa famille à Saïda. Le consul fait preuve de mansuétude expliquant qu’ayant « perdu son père très jeune, il n’a pas reçu dans sa famille l’éducation morale qui pouvait en faire un homme. Sa mère est arabe, tout son entourage est arabe et le docteur Gaillardot, son beau-frère, homme de bien et d’intelligence, a dû le quitter au moment même où son influence lui aurait été le plus nécessaire. » Le consul engage donc à le placer sous la direction de Gaillardot à la chancellerie d’Alexandrie pour l’enlever « aux tristes influences de son entourage ». Un de ses frères (Joseph ?) gère alors le consulat de Damas. Drogman auxiliaire à Djedda en janvier 1867, attaché au secrétariat du consulat général d’Alexandrie en avril 1867, il est chargé des fonctions de drogman à Zanzibar en mars 1869 (il en assure la gestion du consulat entre novembre 1871 et février 1873). Second drogman à Alexandrie en avril 1873, il est drogman chancelier à Bagdad en novembre 1875. Il ne s’agit pas d’une promotion bienveillante : son déplacement est motivé par le mécontentement du consul et sépare Bertrand de sa famille à laquelle sa présence en Égypte était utile. Sa nomination comme drogman chancelier à Alep en juillet 1880 (il y remplace Rogier*) le rapproche de sa famille (il a une sœur et une belle-sœur avec deux petits enfants à Beyrouth). Promu drogman de 3e classe en septembre 1880, il obtient avec l’appui du consul Destrées* un congé de trois mois pour se rendre en Égypte et en France pour intérêts de famille en janvier 1881. Grâce au soutien du député Paul Bert, il est promu à la 2e classe fin juillet 1881. Sa présence à Paris lui permet sans doute d’accéder au consulat alors que Gambetta est président du Conseil et MAE : nommé consul de 2e classe à Mogador en janvier 1882, il gagne son poste à l’automne après qu’une permutation avec Charles Ledoulx* pour Zanzibar a avorté. Malade, il prend les eaux à Luchon pendant l’été 1883, puis quitte Mogador en juillet 1884 pour Damas, où il est mis en disponibilité. Atteint de paralysie générale, il se retire à Saïda, où il reçoit un modeste secours du ministère jusqu’à sa mort. Il ne semble pas avoir publié de travaux savants.

Source :

ADiplo, personnel, 1re série, 373 (Alphonse Bertrand).

Beunat, Josèphe Thérèse (Batna, 1883 – Alger [?], apr. 1943)

– maîtresse primaire en lycée

Fille d'un notaire, sortie première de l’école normale de Miliana (1901-1904), elle exerce comme institutrice dans différents postes du département de Constantine où elle obtient le diplôme d’arabe (1910). Intérimaire à l’EPS de Blida (décembre 1911 - septembre 1912), elle échoue au certificat d’aptitude à l’enseignement des sciences dans les EN et EPS (1913). Après avoir été huit ans institutrice à Philippeville, elle y est promue en 1921 maîtresse au cours secondaire. Entre 1928 et 1934, elle est amenée à y donner des cours d’arabe (y compris pour les classes de primaire supérieure où l’arabe est introduit en 1933) à côté d’un service consacré principalement au français et secondairement à l’histoire et à la géographie. Invitée à abandonner cet enseignement pour retrouver une classe primaire après la création d’une chaire d’arabe attribuée spécifiquement à l’EPS de filles, elle entre en conflit avec la directrice et se fait mettre en congé pour raisons de santé. Comme elle a toujours été bien notée, le recteur choisit de l’affecter au lycée Delacroix d’Alger où elle enseigne les lettres aux petites classes secondaires jusqu’à sa retraite en 1943. Restée célibataire, elle est décrite comme une personne à l’apparence étrange, nerveuse et timide, cachant de solides qualités de travail et d’effort.

Source :

ANF, F 17, 25.037, Beunat.

Beurnier, Auguste (Mers el-Kébir, 1850 – Saint-Eugène, Alger, 1905)

– interprète militaire et professeur de lycée

Il n’est titulaire que du brevet simple et partiellement du brevet supérieur lorsqu’il commence sa carrière comme aspirant répétiteur au collège impérial arabe-français de Constantine (1869). Reversé à la fermeture du collège comme instituteur adjoint à l’école primaire annexée au lycée d’Alger (1870), il profite des cours préparatoires aux examens pour les fonctions d’interprète qui y sont donnés par Machuel* et d’une conjoncture favorable (comme il faut suppléer les nombreux interprètes militaires démissionnaires) et intègre l’armée (1875-1884). Employé à Biksra, à M’sila, à Bou Saada et à Aumale avant d’être titularisé (1878), bien noté, il est réaffecté au BA de M’sila puis à Tlemcen (juillet 1883). Il démissionne en 1884 étant donné qu’avant même d’être diplômé d’arabe (1885), il a obtenu une charge d’enseignement au lycée d’Alger (son cours prépare à la carrière d’interprète). Il conserve cette fonction jusqu’à sa mort, toujours bien noté : sa méthode, qui met l’accent sur l’oral, correspond aux recommandations de la réforme de 1902. Marié sur le tard (1895) à Pauline Ernestine Marie Doumet, native de Douéra, il réside dans une villa de Saint-Eugène lorsqu’il prend sa retraite pour raisons de santé (1905), peu avant de mourir.

Sources :

ADéf, 5Ye, 41.102, Beurnier ;

ANF, F 17, 25.701, Beurnier ;

Féraud, Les Interprètes…

Biaggi, Ange Michel (dit Biaggi jeune) (Rutali, Corse, 1882 – Alger [?], apr. 1942)

– professeur à l’école normale d’Alger

Sans doute frère cadet de Biaggi aîné, lui aussi professeur d’arabe, il est élève-maître à Alger (Bouzaréa, 1900-1903) puis instituteur dans l’intérieur du pays (Beni Mansour, 1904 ; Aït Laziz 1905 ; Hanima puis Guelma où il prend femme, 1907), ce qui lui donne l’occasion d’approfondir sa connaissance du berbère et surtout de l’arabe. Pourvu du brevet dans les deux langues, il est délégué à l’EPS de Mostaganem (1913) où il a un enseignement d’arabe. Titulaire du certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les écoles normales et les écoles primaires supérieures (1919), il est bien noté par l’inspection (il applique la méthode directe). Secrétaire de la loge maçonnique de Guelma en 1909-1913, élu au conseil municipal de Mostaganem en 1923, c’est un homme public actif politiquement. Cet engagement a-t-il un lien avec les « raisons personnelles très sérieuses » qui empêchent son maintien à Mostaganem ? En 1925, il est mis à la disposition du MAE pour enseigner le français dans une école secondaire du gouvernement égyptien (Mansourah, décembre 1925 - 1931). Il achève sa carrière dans le département d’Alger en enseignant l’arabe à l’EPS de Boufarik (1931), puis l’arabe et le berbère à l’école normale de la Bouzaréa (1935) avant de devenir surveillant général à école normale de garçons de Miliana (1939). Il a tout juste été nommé professeur d’arabe à l’EPS du boulevard Guillemin à Alger quand il est mis à la retraite d’office, en application de la législation frappant les francs-maçons (janvier 1942).

Source :

ANF, F 17, 24.985, Biaggi.

Bisson, Paul Ernest (Paris, 1892 – Meknès [?], entre 1945 et 1956)

– directeur de collège musulman

Instituteur dans l’Yonne après avoir élève-maître à l’école normale d’Auxerre (1908-1911), il intègre au cours de son service militaire le 2e bataillon d’Afrique et est envoyé au Maroc (juillet 1914) où il reste mobilisé pendant toute la durée de la guerre. Il décide de s’y fixer : instituteur au collège musulman de Fès (1919-1921), il passe avec succès les épreuves du brevet et du diplôme d’arabe de l’école de Rabat (1920 et 1921) et le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges ce qui lui permet de devenir professeur chargé de cours d’arabe aux collèges musulmans de Fès (1921-1924) puis de Rabat (1924-1932), où il enseigne aussi les lettres. Il a cependant conservé des contacts avec l’Yonne : en juillet 1922, il épouse une institutrice de Tonnerre. Il poursuit ses études en passant la licence ès lettres (arabe) à Paris (1923-1925), ce qui lui permet de devenir censeur du collège musulman de Rabat (1932). En 1935, il succède à Arsène Roux* à la direction du collège berbère d’Azrou et se consacre à l’étude du berbère : après avoir passé avec succès les épreuves du certificat et du brevet à Rabat (1936 et 1938), il publie des Leçons de berbère tamazight, dialecte des Aït Ndhir (Aït Nâaman) (Rabat, Moncho, 1940). Mobilisé en août 1939 dans le 7e régiment de tirailleurs marocains, il est réaffecté à la direction du collège en octobre. Franc-maçon dont le nom a été publié au Journal officiel, il est contraint de demander sa retraite en janvier 1942. Réintégré début 1943, il devient inspecteur de l’enseignement musulman, n’hésitant pas à venir en aide à d’anciens élèves du collège d’Azrou mis au ban de l’administration pour avoir participé à la grève de janvier 1944, puis prend la direction du collège musulman de Meknès (février 1944). Lorsqu’il accède à la retraite en octobre 1945, il a sur le chantier plusieurs travaux de dialectologie berbère. L’accident d’automobile dans lequel il perd prématurément la vie aurait été, selon certains de ses anciens élèves marocains du collège d’Azrou, la conséquence d’un sabotage perpétré par des Européens hostiles à son libéralisme.

Sources :

ANF, F 17, 25.100, Bisson ;

Mohamed Benhlal, Le Collège d’Azrou : une élite berbère civile et militaire au Maroc, 1927-1959, Paris - Aix-en-Provence, Karthala-IREMAM, 2005 (photo).

Blachère, Louis Régis (Montrouge, 1900 – Paris, 1973)

– professeur à la Sorbonne

Issu d’une famille protestante cévenole, il part à quinze ans pour le Maroc à la suite de l’intégration de son père, jusque-là employé de commerce, dans la fonction publique à Casablanca. Élève au lycée de Casablanca, il y suit sans doute l’enseignement de Belqacem Tedjini* et obtient successivement le certificat, le brevet et le diplôme d’arabe de l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères de Rabat (1916-1918). Bachelier, il est admis au concours des élèves interprètes civils de l’École de Rabat où il semble avoir suivi les deux années de formation (1918-1920). Sur le conseil de ses professeurs, il aurait alors été autorisé à se réorienter vers une carrière académique en devenant répétiteur au lycée Moulay Youssef de Rabat. Il y est promu professeur une fois obtenue à Alger sa licence ès lettres (1922). En 1924, après y avoir soutenu un DES sur « El-Ifrânî hagiographe », il réussit au concours de l’agrégation d’arabe (1924). Resté à Rabat, il est nommé directeur d’études à l’IHEM pour la langue et la littérature arabes classiques et collabore avec le Dr Renaud à l’inventaire des manuscrits arabes entrés à la bibliothèque générale du protectorat en 1929-1930. Il publie pour ses élèves des Extraits des principaux géographes arabes du Moyen-Âge (Paris-Beyrouth, Geuthner - Imprimerie catholique, 1932, 2e éd. avec Henri Darmaun, Klincksieck, 1957) et aborde dans son enseignement la question des influences de la littérature arabe d’Orient sur celle d’Occident. Il soutient ses thèses en 1936 : la principale porte sur Un poète arabe du ive siècle de l’Hégire (xe siècle de J.-C.) : Abou t-Tayyib al-Motanabbî (Essai d’histoire littéraire) tandis que la seconde consiste en une traduction annotée du Kitāb tabaqāt al-umam (Livre des catégories des nations) de Ṣā‘id al-Andalusī (Paris, Larose, 1935). Élu à la succession de Maurice Gaudefroy-Demombynes* à la chaire d’arabe de l’ENLOV (1935-1951) – décision qui aurait suscité l’ire de Maurice Ben Chemoul* –, c’est un professeur exigeant. Il collabore avec son prédécesseur pour composer une Grammaire de l’arabe classique doublée d’une version abrégée, plus accessible aux débutants (Éléments de l’arabe classique, 1939) auxquels il proposera aussi des Exercices d'arabe classique (avec Marie Ceccaldi, 1946). Chargé de cours à la faculté des Lettres de Paris depuis novembre 1938, il fuit avec sa famille son domicile de Chaville devant l’invasion allemande de juin 1940 mais reprend son enseignement à l’ENLOV l’automne suivant. Successeur de William Marçais* à la direction d’études de philologie arabe de la IVe section de l’EPHE (décembre 1941), il sera promu dix ans plus tard maître de conférences à la Sorbonne (ce qui l’amène à quitter sa chaire de l’ENLOV où lui succède Pellat*) puis professeur, chaire qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 1970.

Après guerre, il est choisi pour prendre la direction des nouveaux Cahiers de l’Orient contemporain publiés par la Documentation française pour mieux faire connaître la situation au Proche-Orient. On le charge aussi d’organiser et d’inspecter l’enseignement de l’arabe dans les établissements secondaires français du Maghreb, d’Égypte et du Liban. Il confirme son souci de pédagogie en composant des manuels à l’usage des chercheurs – les Règles pour éditions et traductions de textes arabes qu’il formule avec Jean Sauvaget (Paris, Les Belles lettres, 1953) seront traduites en arabe en 1988 – ou des étudiants (il publie en 1957 avec Pierre Masnou un choix de Maqāmāt d’al-Hamaḏānī et leur traduction française). Il est resté fidèle à son engagement des années 1920 dans les rangs de la SFIO. Alors qu’en 1934, secrétaire de sa fédération du Maroc, il avait assumé une ligne hostile « à tout nationalisme et à toute bourgeoisie », il signe en 1946 le manifeste rédigé par Jean Dresch, Charles-André Julien et Jean Sauvaget affirmant la légitimité des thèses de l’Istiqlāl. Membre du comité France-Maghreb, il protestera en 1953 contre les mesures qui aboutiront à la déposition de Mohammed V. Il reste proche aussi de Marcel Cohen, introduisant l’ouvrage consacré à son œuvre (1955). Avec Jacques Berque, il sera missionné au Proche-Orient pour rattraper les effets désastreux de l’équipée française de Suez auprès de l’opinion publique arabe et réactiver les contacts avec les intellectuels. Membre correspondant des académies arabes de Damas et du Caire, Blachère a un réseau dense de contacts en Orient, en partie du fait de ses nombreux étudiants. Il est d’ailleurs sans doute l’arabisant français qui a été le plus traduit en arabe.

Avec la démarche « d’un agnostique serein », il a cherché par ailleurs à mieux faire comprendre l’islam tout en se distinguant de l’approche empathique de Massignon*. Il propose une science à la fois solide et accessible sur le Coran en publiant successivement une Introduction au Coran (Paris, Maisonneuve, 1947, 2e éd. refondue en 1959) et la première traduction française du texte sacré qui obéit aux exigences de la science moderne (Le Coran. Traduction critique selon un essai de reclassement des Sourates (Paris, Maisonneuve, 2 vol., 1949 et 1950). Il réalise ainsi une gageure à laquelle aucun arabisant ne s’était risqué depuis le début du siècle, après la tentative inaboutie de Hartwig Derenbourg*. Cinq ans avant la publication du Mahomet de Gaudefroy-Demombynes pour la collection « L’évolution de l’humanité », Blachère prolonge ses recherches sur les fondements de l’islam dans Le Problème de Mahomet. Essai de biographie critique du fondateur de l’Islam (Paris, PUF, 1952). Lui feront suite un bel ouvrage illustré de photographies à destination du public non spécialiste, Dans les pas de Mahomet (Paris, Hachette, 1956) et un volume de la collection « Que-sais-je ? » sur Le Coran (Paris, PUF, 1967). L’œuvre monumentale dont il entame la publication en 1952, une Histoire de la littérature arabe des origines à la fin du xve siècle de J.-C., restera inachevée, les trois volumes publiés (1952, 1964 et 1966) ne traitant que des premiers siècles (jusque vers 742) (une traduction en arabe en a été publiée en 1984).

Après la mort prématurée de Lévi-Provençal* en 1956, il prend la direction de l’Institut d’études islamiques de la Sorbonne (où lui succède Brunschvig* en 1963) et la codirection de la jeune revue Arabica (1956-1963). L’ambitieux Dictionnaire arabe-français-anglais, Al-Kāmil, qu’il lance avec Moustafa Chouémi et Claude Denizeau, reste une entreprise inachevée, malgré le relais pris un temps par Charles Pellat, et près de 3 000 pages : en 1988, après trois volumes (1967, 1970 et 1976), le dernier fascicule publié s’arrête à la racine Ḥṣw. Il y a là peut-être un des effets des bouleversements de la fin des années 1960, la crise de mai 1968 ayant été l’occasion de ruptures dans le monde feutré des orientalistes. Blachère est ainsi entré en conflit ouvert avec Charles Pellat qui choisit de quitter le département d’arabe de la Sorbonne, installé dans les nouveaux locaux du centre Censier, devenu Paris III-Sorbonne nouvelle, pour réintégrer la vieille maison et fonder un nouveau département d’arabe à Paris IV. Devenu aveugle, Blachère a été élu en 1972 membre de l’Institut (AIBL). Le fonds de sa bibliothèque a été déposé au Collège de France.

Sources :

ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/11, Blachère ;

Archives de la IVe section de l’EPHE, Blachère ;

Bulletin de l’enseignement public. Maroc, n° 7, janvier-juin 1917 et n °13, septembre-décembre 1918 ;

Le Monde, 9 août 1973 (notice par J. Lacouture) ;

JA, 1974, p. 1-10 (notice par D. Cohen) ;

Cahiers de civilisation médiévale, XVII, 1974, p. 85-86 (notice par G. Troupeau) ;

Bulletin de la Société linguistique de Paris, 1974, p. XXIV (notice par G. Troupeau) ;

Arabica, XXII, 1975, p. 1-5 (notice par N. Elisséeff) ; Institut de France, AIBL, CR de la séance du 21 octobre 1977 (notice par H. Laoust) ;

Hommes et destins, t. VII, 1986, p. 87-88 (notice par C. Pellat) ;

Béatrice et Michel Wattel éd., Who’s who in France xxe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le xxe siècle, Paris, J. Lafitte, 2001 ;

Albert Ayache éd., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (Maghreb). Maroc, Paris, Éditions de l’Atelier, 1998 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par S. Larzul).

Bocthor, Ellious (Syût, Haute-Égypte, 1784 – Paris, 1821)

– titulaire de la chaire d’arabe vulgaire aux Langues orientales

Copte, il passe de l’administration mamelouk au service de l’armée française en se plaçant sous l’autorité du chef de la légion copte, le mu‘allim Y‘aqūb son compatriote, et apprend bientôt assez de français pour servir d’interprète. Réfugié à Marseille après le départ des troupes françaises (1801), il vit de traductions, de leçons particulières et de besognes d’écrivain public, tout en se faisant une culture littéraire classique française, allant jusqu’à apprendre le latin pour assimiler le dictionnaire de Golius, comme il travaille à un dictionnaire français-arabe moderne. Il entre en conflit avec Taouil*, titulaire de la chaire d’arabe de Marseille, dont il juge l’enseignement fort médiocre. Il gagne alors Paris, où on l’emploie à partir de 1812 à la traduction d’ouvrages déposés aux archives du ministère de la Guerre, et comme interprète dans les relations avec les réfugiés mamelouks. Sa candidature à un poste de suppléant d’Antoine Caussin au Collège royal, sur le modèle de Monachis* assistant Silvestre de Sacy* à l’École des langues orientales, reste sans suite du fait de la Restauration. Il décrie à cette occasion les traductions de l'arabe publiées à Paris, à la langue bizarre, et les manuels d’apprentissage, bien peu utiles pour les élèves. Avec un ton vif qui égratigne « le prétendu prince des orientalistes Silvestre de Sacy », mais aussi Jaubert, Venture*, Langlès et Kieffer, il invite lors des Cent Jours à changer de méthode pour enseigner l’arabe comme une langue vivante. La seconde Restauration ne lui est pourtant pas défavorable : il profite du départ de Monachis pour le remplacer aux Langues orientales en 1819, avec l’appui de Jomard qui a le projet d’ouvrir ce cours aux jeunes Égyptiens qu’il espère faire venir à Paris. En choisissant des textes faciles, en mettant l’accent sur le parler et la prononciation, et en prônant l’enseignement mutuel, comme le font les frères Champollion à Figeac, il s’adresse à un public de négociants, de voyageurs et d’élèves interprètes, avec succès. Après sa mort prématurée, son Dictionnaire français-arabe est complété et publié par son successeur Amand-Pierre Caussin*, après avoir été acquis auprès de sa veuve par le marquis Amédée de Clermont-Tonnerre (2 vol., 1828-1829, rééd. en 1848 et 1882). L’ouvrage, où chacune des acceptions des mots est justifiée par une citation, rend compte de l’ensemble du registre moderne, y compris les « termes bas et populaires », à l’exception de « l’idiome savant et poétique ». Indexé par Quatremère*, et donc source indirecte du dictionnaire de Dozy, il est, malgré ses lacunes pour les parlers d’Afrique, fort en usage jusqu’à la publication de dictionnaires régionaux, comme celui de Beaussier*. Une édition augmentée (4 vol.) en a été publiée au Caire par Ibed Gallab en 1287 h. (1871) (et/ou 1291 h. [1875] ?), avec en annexe un lexique général des termes de la physique, de la chimie et des mathématiques.

Sources :

Anouar Louca, « Ellious Bocthor. Sa vie. Son œuvre », Cahiers d’histoire égyptienne, V, 5-6, décembre 1953, p. 309-320 ;

Id., « Champollion entre Bartholdi et Chiftichi », Rivages et déserts, hommage à Jacques Berque, Paris, Sindbad, 1988, p. 209-225.

Bogo, Joseph (Tunis, 1808 – camp de Douéra, près d’Alger, 1845)

– interprète de 4e classe

Sans doute d’origine maltaise, il est comme Bottari* l’un des cinq interprètes recrutés à Tunis pour l’expédition d’Alger en 1830. Interprète de 4e classe en mai 1831, il est attaché au général Buchet, commandant la 1re brigade du corps d’occupation puis détaché aux avants-postes à Maison Carrée, Douéra et Birkadem. Il épouse en 1840 Madeleine Angelle, née de parents inconnus à Marseille, qui ne sait pas signer, et dont il a eu quelques mois plus tôt une fille. Il meurt en août 1845 au camp de Douéra.

Sources :

ADiploNantes, Tunisie 1er versement, registre 341 recto, correspondance du consulat avec divers destinataires, 14 décembre 1881 ;

ANOM, état civil (acte de mariage) ;

Féraud, Les Interprètes…

Bonnemain, François-Louis de (Bastia, 1817 – La Calle, 1867)

– interprète militaire, commandant des spahis

Il est issu d’une famille de Basse-Normandie. Son père, le vicomte Pierre de Bonnemains (sic) (1773-1850), acquis aux idées révolutionnaires, fait une carrière militaire qui le conduit au généralat après avoir été l’aide de camp du général de division Tilly dont il est devenu le gendre. Député de la Manche (1830), puis pair de France, Pierre de Bonnemains a sans doute été en rapports avec Alexis de Tocqueville ; en 1839-1840, il a été chargé de la réorganisation de la cavalerie d’Afrique. Peu après 1830, François-Louis aurait accompagné son père en Afrique et, encore enfant, se serait rapidement familiarisé avec la langue arabe « au café maure de Birmandreïs ». Il se serait fait adopter par la famille du caïd des Hadjoutes, sīdī al-Bašīr, à laquelle il devrait le prénom de Mustapha, qu’il porte usuellement. Il se serait ainsi imprégné « d’idées parfois naïves et incrédules, de certains préjugés indigènes » (Féraud). En décembre 1836, il s’engage aux gendarmes maures d’Alger. Il est bientôt commissionné comme interprète militaire avec ses camarades d’enfance Margueritte* et Moullé*. Chevalier de la Légion d’honneur pour son action aux Portes de fer où, sous les ordres de Galbois, il a détroussé un envoyé d’Abd el-Kader de son courrier, il quitte l’interprétariat pour les spahis. En 1854, il participe à la prise de Touggourt par Desvaux. En 1856-1857, il fait un voyage d’exploration dans le Sahara, du Souf jusqu’à Ghadamès. Laurent Charles Féraud*, qui l’a accompagné en mission pour enquêter sur une révolte des Zouagha en 1858, relate la façon dont, jouant de son djouak, sa flûte de roseaux, il parvient à gagner la confiance des Kabyles et à obtenir leur soumission sans coup férir. Membre de la Société historique algérienne, il a atteint le grade de commandant quand il meurt des suites d’une fièvre rémittente. En accord avec ses vœux, il est inhumé dans la ferme d’El-ma-Berd [L’eau fraîche] qu’il possède près de Constantine. Le cercueil, après avoir été conduit par le clergé catholique jusqu’aux limites paroissiales, est transporté jusqu’au camp des Oliviers par les corporations des Tīǧāniyya et des Raḥmāniyya ‑ il avait épousé more islamico une musulmane. D’une autre manière qu’Ismaÿl Urbain*, et peut-être de façon plus radicale, Bonnemain témoigne d’un mouvement d’identification à l’indigène qui ne le coupe cependant pas de la communauté française. Contrairement à Urbain, il n’a pour ainsi dire rien publié.

Sources :

ANF, LH/286/36 ;

Victor Lacaine et Henri-Charles Laurent, Biographies et nécrologies des hommes marquants du xixe siècle, Paris, 1844-1866 (Pierre de Bonnemains) ;

Théodore Lebreton, Biographie normande, Rouen, A. Le Brument, 1857-1861 (Pierre de Bonnemains) ;

J. A. Cherbonneau, « Relation du voyage de M. le capitaine de Bonnemain à R’damès (1856-1857) », Nouvelles Annales de voyages, juin 1857 ;

RA, 1867, p. 92-94 (notice nécrologique par A. Berbrugger) ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Ernest Mercier, Histoire e Constantine, Constantine, Marle et Biron, 1903, p. 630 ;

Didier Barrière, « Mustapha Bonnemain », Impressions. Bulletin de l’Imprimerie nationale, n° 30, septembre 1985.

Représentations iconographiques :

Un portrait aquarellé par Raffet (1840), fait partie des collections du musée de Chantilly, vol. Afrique 1835-1845 (reproduit dans Esquer, Iconographie…, vol. III, pl. CCXXXVI, n° 558) ;

caricatures par Féraud (Bernard Merlin, Laurent-Charles Féraud, peintre témoin de la conquête de l'Algérie, Saint-Rémy-en-l'Eau, Monelle Hayot, 2010, p. 26 et 90) ;

un portrait photographique où il est représenté en pied, portant l’uniforme du capitaine de spahi, réalisé en 1856 à Constantine par Jean Félix Antoine Moulin, est conservé aux ANOM (Album Moulin, dation Zoummeroff/FR ANOM, 139 APOM, reproduit dans Ultramarines, n° 22, Corses et Outre-Mer, 2002, p. 6).

Bonnes, Claire Louise (Sétif, 1893 – Sétif, 1931)

– professeur d’EPS

Fille d’un maître primaire au collège de Sétif qui a sans doute enseigné le français à la médersa de Constantine, elle obtient son diplôme de fin d’études secondaires à Constantine (1910), puis le brevet (1912) et le diplôme d’arabe (1914). De 1914 à 1917, elle enseigne l’arabe dans les deux EPS de garçons et de filles de Sétif ainsi qu’au collège de garçons dont le titulaire a été mobilisé, faisant jusqu’à 23 heures de service par semaine. Maîtresse auxiliaire à l’EPS de Sidi bel Abbès avec des classes de 45 à 50 élèves (septembre 1920), elle obtient en 1922 le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les EN et EPS, ce qui lui permet de devenir titulaire à l’EPS de filles de Sétif (janvier 1924), tout en donnant un enseignement à l’EPS de garçons. Si l’essentiel de son service est consacré à l’arabe, elle donne aussi des cours d’orthographe et de droit. Bien notée, restée célibataire, elle meurt prématurément des suites d’un typhus exanthématique.

Sources :

ANF, F 17, 23.216, Claire Louise Bonnes et François Joseph Henri Bonnes.

Borel d’Hauterive, Aldéran André Pétrus Bénoni (Mostaganem, 1857 – Souk-Ahras, 1923)

– interprète militaire puis judiciaire, fils d’un poète romantique « frénétique »

Fils du poète Joseph Pétrus Pierre Borel d’Hauterive, dit Pétrus Borel (1809-1859) et de Gabrielle Claye, on trouve parmi les témoins de sa naissance Auguste François Machuel*, directeur de l’école arabe-française de Mostaganem. Il n’a que deux ans quand meurt son père, figure de la bohème des années 1830 devenu inspecteur de la colonisation en Algérie et finalement révoqué. En 1868, sa mère, remariée et installée à Aïn Temouchent, vend sa propriété de Mostaganem et obtient de la Société des gens de lettres une pension de 200 francs pour l’éducation d’Aldéran. On peut supposer que l’enfant a trouvé des protecteurs chez les anciens amis de son père, Adrien Berbrugger* (mort en 1869), Ausone de Chancel, l’interprète Pierre François Pilard*, et chez son oncle et parrain l’historien André François Joseph Borel (1812-1896), professeur à l’École des chartes, conservateur à la bibliothèque Sainte-Geneviève et fondateur de la Revue historique de la noblesse de France. « Sans fortune », Aldéran est « étudiant » à Alger lorsqu’il entre dans la carrière de l’interprétariat (mars 1876). Employé à Fort-National, à Collo, aux BA de Bône (mars 1877) et de Batna (octobre 1878), détaché provisoirement à Biskra (avril 1879 - octobre 1881), il est assez bien noté. Il est affecté au BA de Barika lorsqu’il donne sa démission en janvier 1882, dans l’intention d’occuper un poste d’interprète auprès du juge de paix de Saint-Cloud, dans la province d’Oran. Ce départ est lié à son mariage avec Victorine Roux (1857-1922) dont il aura trois fils qui resteront sans descendance (deux meurent au front pendant la Grande Guerre), et une fille.

Sources :

ADéf, 5Ye, 36.930, Borel d’Hauterive ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Gabriel Esquer, « La vie algérienne de Petrus Borel », Simoun, n° 15, 1954 ;

Pétrus Borel, Lettres d’Algérie à son frère André présentées et annotées par Jacques Simonelli, La Barbacane, 1998 ;

Jean-Luc Steinmetz, Pétrus Borel, Fayard, 2002, p. 396 (se fonde sur les notes du baron Borel de Bez publiées dans L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 15 avril 1932).

Bottari, Antoine Gaspard (Bizerte, 1796 – Alger, 1865)

– guide interprète puis interprète judiciaire

Fils de Cosme Bottari (Tripoli de Barbarie, 1760 – Bizerte, 1835), agent consulaire de France à Bizerte, et de Marie Gaspari, il est en 1830, avec Joseph Bogo* et, pour une rétribution plus modeste, Pirghouly, Leone et Bartholo, l’un des cinq interprètes recrutés à Tunis pour l’expédition d’Alger. Parti le 28 mai, il est attaché le 15 novembre au nouveau tribunal civil d’Alger. Interprète assermenté, il sollicite en juillet 1842 un congé de deux mois pour affaires de famille à Tunis où il dit n’être pas retourné depuis 1830, proposant pour le remplacer Jean Attard. Il est probable que ce soit pour régler la succession de sa mère, évoquée par le prince de Pückler-Muskau qui, de passage à Bizerte en avril 1835, a été l’hôte des Bottari : « Quoique d’origine européenne, ni lui [sans doute le frère aîné d’Antoine], ni sa mère, ni ses deux sœurs, qui sont nées ici, n’ont jamais vu l’Europe ; je fus par conséquent doublement étonné de leur trouver une éducation et des manières telle qu’on en rencontre peu d’aussi distinguées chez nous. Elles parlent le français, l’italien et l’arabe avec une égale facilité ; mais on voit pourtant que la langue italienne est celle dont elles font le plus communément usage ». Fait officier du nīšān iftiḫār par le bey de Tunis, Antoine Bottari est nommé en novembre 1846 à titre définitif interprète judiciaire près le tribunal civil d’Alger, avec un traitement de 3 000 francs. Il est resté célibataire.

Sources :

ANOM, F 80, 160 (Bottari) et 1603 (extrait de liquidation des avances, 29 décembre 1830) et état civil (acte de décès) ;

Prince Hermann von Pückler-Muskau, Chroniques, Lettres et Journal de voyage, extraits des papiers d’un défunt. Deuxième partie. Afrique, Paris, de Fournier jeune, 1837, t. 2, lettre VI, p. 81 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Planel, « De la nation… », p. 22 et 34.

Bossoutrot, Jean Baptiste Augustin Marie (Orléansville, 1856 – Carthage, 1937)

– interprète principal

Fils de Jean Baptiste Bossoutrot, géomètre attaché au service topographique, et d’Agathe Marie Anne Cardona/Cardonne, il suit les cours du lycée d’Alger jusqu’à la classe de 3e. Auxiliaire dès 1875, il est nommé à Ammi Moussa, près le bāš āġā de Frenda (décembre 1875), près le commandant du cercle de Daya (décembre 1878) puis au BA de Laghouat (février 1880), peu avant d’être titularisé. En août 1881, il est mis à la disposition de Logerot, commandant la division d’occupation en Tunisie. En 1882, il « travaille beaucoup l’arabe avec les indigènes de Gabès, et s’est mis rapidement au courant des différences qui existent entre l’idiome de la Tunisie et celui de l’Algérie » avant d’être affecté au bureau de renseignements du cercle de Béja en août, puis de Tunis en décembre 1883. Il n’a « pas de fortune ». Alors que le général Boulanger lui reproche de manquer de tact et de modestie (1885), il est plus généralement décrit comme « modeste et très soumis » : « à ses moments libre, il s’occupe d’établir un recueil des mots et des expressions tunisiennes différant du langage des arabes en Algérie ». Le général de brigade Bertrand propose de le détacher à l’administration centrale de l’armée tunisienne (octobre 1886). Il prépare le baccalauréat ès lettres dont il subit avec succès les examens (1890 et 1892). Il a eu hors mariage deux filles de Stella/Estelle Burgalassi, d’une dizaine d’années sa cadette : Giovannina Fernidanda/Jeanne Fernande (1889-1920) qui, institutrice, épouse Jean Peretti (elle meurt à Casablanca) et Marie Agathe (née en 1891). Le mariage a sans doute été empêché par l’extraction trop modeste de Stella Burgalassi (qui se mariera en 1914 avec un Français, Émile Victor Emmanuel Roubaud). Les feuilles de note de Bossoutrot, qui parle bien l’espagnol et l’italien, précisent que « sa conduite privée est digne des plus grands éloges » (1894). Classé premier au concours d’arabe pour les fonctions d’interprète traducteur auprès du tribunal mixte, il est promu interprète principal en février 1900. Il épouse en juin 1902 Thérèse Ceréghino, fille d’un entrepreneur en menuiserie venu de Bougie à Tunis avant de s’installer à Ferryville, dont il a plusieurs enfants. Retraité de l’armée en 1905, avec une pension de 4 000 francs, il s’entretient dans la pratique de l’arabe et est assidu aux stages qu’il doit effectuer comme officier de réserve : « Soit régulièrement convoqué, soit à titre gracieux, il est toujours prêt à fournir son concours à l’autorité militaire quand elle a besoin de lui. » – ainsi en 1910 pour la commission de délimitation de la frontière tuniso-tripolitaine. Il exerce par ailleurs entre 1912 et 1914 comme interprète judiciaire et juge de paix suppléant à Souk el-Arba où il s’est retiré. Membre de l’Institut de Carthage depuis sa fondation en 1894, il fait partie de son bureau (secrétaire en 1898 ; trésorier en 1910) et publie en janvier 1903 dans la Revue tunisienne la traduction de « Documents musulmans pour servir à une “Histoire de Djerba” ». Mobilisé en août 1914 à l’EM de la Division d’occupation de la Tunisie (DOT), il est détaché dès la fin du mois à la Section d’Etat. Il est rayé des contrôles en 1919. Il partage sans doute son temps entre Tunis (où il conserve un appartement rue d’Italie et exerce comme interprète judiciaire près du tribunal entre 1919 et 1934), Carthage (où il meurt à son domicile de Douar Chott) et sa campagne de Souk el-Arba. Il poursuit ses travaux savants, établissant en 1927 une copie de la chronique d’Abū Zakariyya (Kitāb as-sīra wa aḫbār al-a‘imma), source essentielle pour l’histoire de l’ibadisme au Maghreb, et révisant et menant à son terme sa traduction française entamée par Masqueray. Une sœur de Bossoutrot a épousé le contrôleur civil Lauret. Son seul fils, Jean Denis Baptiste Marie (1909-1993), a exercé comme reporter photographe à Tunis.

Sources :

ADéf, 6Yf, 47.772, Bossoutrot ;

ANF, Fontainebleau, LH, 19800035/0133/16808 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Albert Arrouas, Livre d’or, 2e éd., Tunis, 1942, p. 27 (photo) ;

Omar Bencheikh, recension de l’édition par ‘Abd ar-Raḥmān ‘Ayyūb d'Abū Zakariyyā Yaḥya b. Abī Bakr, Kitāb as-sīra wa aḫbār al-a’imma, Tunis, MTE, 1985 (Studia islamica, n° 65, 1987, p. 173-176) ;

entretien avec Frédéric Geuthner, octobre 2010.

Bouchikhi, Ahmed (Mascara, 1904 – [?], apr. 1961)

– professeur en collège

Après avoir obtenu le brevet élémentaire et le brevet d’arabe à Alger (1923), il devient bachelier en 1929 alors qu’il est surveillant d’internat au lycée Lamoricière d’Oran (janvier 1928 - septembre 1929). Il part alors pour Paris où il travaille comme employé des PTT (1929-1930). Maître d’internat au collège de Sidi bel Abbès (1930-1935), il demande au recteur un poste de répétiteur « pour pouvoir [se] marier ». Ce n’est pourtant qu’après avoir épousé Lala Benyakhou (1933) et été affecté au lycée Bugeaud d’Alger (1935-1936) qu’il voit son désir satisfait par un répétitorat au collège de Mostaganem (1936-1937). Sa famille reste installée à Mascara quand il est nommé répétiteur puis professeur adjoint (janvier 1939) au lycée Bugeaud d’Alger où il enseigne jusqu’en 1942, avec un intermède d’un an à Boufarik (1939-1940). Licencié ès lettres après avoir obtenu le redoutable certificat d’études littéraires classiques en juin 1943 (sept ans après le certificat de philologie), il poursuit sa carrière professorale au collège moderne de Sidi bel Abbès (janvier 1943 - septembre 1951) puis aux collèges de filles (1951-1956) et de garçons (1956-1961) de Mascara. Bien noté, même si la qualité de ses cours souffrirait d’un trop grand nombre d’heures supplémentaires, y compris au collège classique et à l’université populaire, il dirige les antennes locales de l’École pratique d’études arabes et y donne des cours d’initiation et de préparation aux certificats d’arabe dialectal et d’arabe littéral. Gréviste les 28 et 29 janvier 1957, il est promu chevalier de la Légion d’honneur en juillet 1959 et demande sa mise à la retraite pour raisons de santé en octobre 1961, obtenant l’honorariat.

Source :

ANF, F 17, 27.805 (dérogation).

Bouderba, Ismaïl [Būdarba, Ismā‘īl] (Marseille [?], 1823 – Alger, 1878)

– interprète principal

Ismaïl (ou Ismaël) Bouderba est issu d’une famille de notables d’Alger : son père, Hamid [Ḥamīd b. Ismā‘īl Būdarba], peut-être lui même fils d’une Française, est un « maure de distinction » qui a sans doute profité du vide créé par la guerre en Europe pour s’orienter vers le transport maritime en direction de Marseille vers 1805-1815 (selon Panzac) et a épousé une jeune fille du port, Célestine Durand. A-t-il pu conserver des relations commerciales avec les villes manufacturières du Sud de la France après que les négociants marseillais ont repris la main sur les transports, suscitant une recrudescence de la course ? Après la prise d’Alger, il été placé par Bourmont à la tête de la municipalité d’Alger (tandis que Mustapha [Muṣṭafā], oncle de Hamid, est oukil des biens de la Mecque et de Médine). Malmené par le coloniste Clauzel, Hamid va à Paris en décembre 1830 défendre ses intérêts avec l’appui d’Aubignosc et peut-être celui du consul d’Angleterre. Rétabli par Berthezène et appuyé par l’intendant civil Pichon, il est poussé à s’exiler à Paris par le duc de Rovigo au printemps 1832. De retour à Alger, il renseigne en 1834 ses amis parisiens sur la situation politique et en particulier la valeur des interprètes. C’est à Paris qu’Ismaïl poursuit ses études, au collège Louis-le-Grand, où boursier, il profite des cours d’arabe qui sont organisés pour les jeunes de langue. Plutôt que d’entrer à l’école des Mines, il embrasse la carrière d’interprète (son frère Mohammed [Muḥammad] devient trésorier du bureau arabe d’Alger jusqu’à sa suppression ; son cousin Mustapha est en 1878 attaché à la préfecture d’Alger) : attaché au poste de Laghouat (1853-1860), il accompagne les colonnes expéditionnaires vers le Sud. Sa titularisation est empêchée au motif qu’« il n’est pas français », le général Pélissier ayant affirmé la caractère absolu de ce critère. On peut donc suspecter l’acte de notoriété dressé en 1855 à Alger avec pour témoins des musulmans de la ville d’indiquer comme lieu de naissance Marseille afin de faciliter son admission à domicile en France. En 1859, l’année de sa naturalisation, il publie dans la Revue algérienne et coloniale des notes rédigées à l’occasion d’une récente mission au Ghat (août-décembre 1858), ce qui lui vaut la Légion d’honneur – il est membre de la Société historique algérienne et de la Société de géographie de Paris. Promu titulaire de 3e classe dès 1860, il est attaché au commandant la subdivision d’Aumale puis à la commission de cantonnement de Miliana (1861) et mis à disposition du commandant Mircher qui se dirige vers Ghadamès à partir de Tripoli pour étudier les courants commerciaux des caravanes du Soudan avec le Nord de l’Afrique (septembre 1862 - février 1863). Il est ensuite nommé au bureau arabe de Médéa, provisoirement détaché en mars-avril 1866 pour faire partie d’une mission chargée d’étudier la justice musulmane. Avec pour fondé de pouvoir son oncle paternel Mohamed, il épouse en novembre 1867 devant le qāḍī malékite d’Alger (pour répondre au vœu de sa belle-famille, alors qu’il aurait préféré un mariage devant le qāḍī ḥanafite) Aïcha Bourkaïb, fille de sīd al-ḥāǧǧ b. sīd Ḥamdān Bū Rqayb [Bourkaïb]1. Il ne se marie civilement à la mairie de Médéa qu’en août 1870, le ministère de la Guerre renonçant par politique à conditionner son autorisation à l’annulation préalable du mariage musulman et à l’apport d’une dot par la future. Interprète principal en 1872, il quitte Médéa pour Constantine où il est attaché au général commandant la division, puis est détaché en 1877 à Alger pour cause de fatigue. Propriétaire de deux petites maisons mauresques à Alger, pour une valeur estimée à 18 000 francs, il laisse deux filles et deux garçons. À ses obsèques au marabout du Hamma, près Mustapha, Féraud conduit le deuil, tenant par la main son fils aîné Ahmed, alors élève du lycée d’Alger. Son fils cadet Omar (Alger [?], 1868 – Alger [?], apr. 1914), qui est parmi les jeunes algériens qui sont entendus par la commission sénatoriale dirigée par Jules Ferry en 1892, fait une carrière de négociant et d’avocat. Il est membre de la Société française d’études politiques et sociales algériennes fondée en 1903 à l’initiative du Dr Trolard pour défendre la politique d’assimilation. Élu au conseil municipal d’Alger en mai 1908 sur la liste de Ḥāǧǧ Mūsā et de Me Ladmiral, il est délégué à Paris auprès de Clemenceau pour lui remettre une pétition contre un service militaire qui ne s’accompagne pas de la totalité des droits civils. Il est l’auteur avec l’émir Khaled et le Dr Benthami d’une Interpellation sur la politique indigène en Algérie publiée à Alger en 1914. Un des fils de son frère Mohammed, Ali, avait déjà été élu conseiller municipal d’Alger en 1906.

Sources :

ADéf, 1 H, 12 (3) et 5Yf, 16.444 ;

ANF, LH/308/24 ;

ANOM, F 80, 160 (Bouderba) et 1603 (interprètes) ;

De Salle, Ali le Renard, vol. II, p. 123-124 et 150 ;

Lamathière, Panthéon de la Légion d’honneur ;

Hamet, Musulmans…, 1906, p. 203-209 (sur Muhammad, Omar et Ali Bouderba) ;

Mohamed Amine, « Commerce extérieur et commerçant d’Alger à la fin de l’époque ottomane (1792-1830 ) », thèse d’histoire, Aix-en-Provence, 1991 ;

Daniel Panzac, Les Corsaires barbaresques : la fin d’une épopée, 1800-1820, Paris, Éditions du CNRS, 1999.

Bourgade, François (abbé) (Gaujan, Gers, 1806 – Montrouge, 1866)

– introducteur d’une imprimerie arabe à Tunis et éditeur du Birǧīs Bārīs [L’Aigle de Paris]

Issu d’une bourgeoisie de campagne, boursier au séminaire diocésain d’Auch, François Bourgade est ordonné prêtre en 1832 et envoyé comme aumônier à Mirande. Opiniâtre, sans brillant, il demande en vain à accompagner la deuxième expédition de l’armée d’Afrique à Constantine avant de partir en mars 1838 pour Alger où il fait fonction d’aumônier des sœurs Saint-Joseph-de-l’Apparition tout juste établies sous la houlette de leur fondatrice Émilie de Vialar. Après avoir été reçu par le pape à Rome, il les suit en 1841 à Tunis où elles se sont déplacées après s’être heurtées au nouvel évêque d’Alger, Mgr Dupuch. Il y fonde à l’automne 1842 une modeste école primaire de garçons qui se transforme l’année suivante en un établissement secondaire privé non confessionnel, le collège Saint-Louis. Il inaugure la même année un hôpital sous le même patronage. En 1845, il est nommé desservant de la nouvelle chapelle Saint-Louis, sur la colline de Carthage, et constitue un petit musée archéologique dans le logement attenant qui lui est réservé (la publication en 1852 de sa Toison d’or de la langue phénicienne témoigne de son activité savante). En 1846, sur les conseils de son ami l’abbé Bargès*, il engage Antoine d’Espina pour prendre en charge la direction des études classiques du collège. En 1847, il fait œuvre missionnaire en tournant l’interdit coranique de la controverse religieuse dans ses Soirées de Carthage ou dialogues entre un prêtre catholique, un mufti et un cadi (2e éd. en 1852), auxquels font suite une Clef du Coran (1852) et un Passage du Coran à l’Évangile (1855) qui s’achève sur la reconnaissance par le muftī de la supériorité du christianisme. Le premier de ces trois ouvrages est traduit en arabe par Soliman Haraïri* [Sulaymān al-Ḥarā’irī], chargé d’enseigner l’arabe au collège Saint-Louis : grâce aux presses installées à ses frais par Bourgade dans le local du collège, les deux volumes de cette traduction, l’un lithographié, l’autre composé typographiquement, inaugurent l’imprimerie arabe à Tunis (1266 h. [novembre 1849 - novembre 1850], 2e éd. à Paris chez Benjamin Duprat, 1859). Interdit d’enseignement par le vicariat, Bourgade quitte en 1858 Tunis – où le collège survit cinq ans − pour Paris où l’accompagne al-Haraïri qui lui sert de secrétaire. Avec l’aide de ce dernier et du maronite Rochaïd ad-Dahdah* [Rušayd ad-Daḥdāḥ], il édite à partir de 1859 un journal de quatre pages en arabe, le Birǧīs Bārīs (Birgys-Barys  : L’Aigle de Paris). Après avoir essayé quelque mois une édition bilingue (1861), le bimensuel ne paraît plus qu’en arabe, sans doute parce que son objectif prioritaire est de toucher un lectorat musulman – 179 numéros ont paru à la mort de l’abbé. Il donne en feuilleton le texte des Colliers d’or de Zamaḫšarī et la première partie du Roman d’Antar, repris ensuite sous forme de volumes. Bourgade, qui est lié avec l’abbé Migne, publie par ailleurs une réfutation de la Vie de Jésus (Lettre à Ernest Renan, 1865), quatre fois rééditée. À sa mort, il laisse une succession embrouillée : des négociants du Levant auraient abusé de sa confiance, et la vente d’une Assomption attribuée à Murillo, qu’il avait achetée à un Gersois et fait restaurer vers 1862 par le peintre orientaliste Hippolyte Lazerges, est loin de suffire à apaiser les prétendus créanciers.

Sources :

ANF, F 17, 3125 (demande de souscription) ;

Paul Gabent, Un oublié : l’abbé Bourgade, missionnaire apostolique, premier aumônier de la chapelle royale de Saint-Louis de Carthage, Auch, 1905 (avec une photographie) ;

Eusèbe Vassel, « Un précurseur. L’abbé François Bourgade », RT, 1909, p. 107-115 ;

Yvonne Abria, « Quelques documents inédits sur l’abbé François Bourgade », RT, 1918, p. 321-327 (avec un portrait) ;

Pierre Soumille, « Les multiples activités d’un prêtre français au Maghreb : l’abbé François Bourgade en Algérie et en Tunisie de 1838 à 1858 », Histoires d’outre-mer. Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Miège, Université de Provence, 1992, p. 233-272 ;

Planel, « De la nation… », p. 119-137 et 560-569 (analyse de l’inventaire de sa bibliothèque) ;

Clémentine Gutron, « L’abbé Bourgade (1806-1866), Carthage et l’Orient : de l’antiquaire au publiciste », Anabases. Traditions et réception de l’Antiquité, n° 2, 2005, p. 177-191 ;

Anne-Marie Planel, « Une bibliothèque à Tunis au temps des réformes ottomanes : l’inventaire du fonds de l’abbé Bourgade (1866) », Ibla (Tunis), n° 205, 1/2010, p. 3-54.

Bracevich2, Louis Michel Damien de (Raguse [Dubrovnik], vers 1772 – Alger, 1830)

– interprète militaire et chancelier consulaire

Travaille-t-il en 1798 pour la chancellerie du consul général de France à Alexandrie ? Après l’arrivée du corps expéditionnaire français en Égypte, Bracevich est attaché à l'administrateur général des finances Étienne Poussielgue. Provisoirement arrêté en juillet 1799 par Bonaparte, furieux contre les drogmans, il devient premier interprète de Kléber, nouveau général en chef – qui l’aurait apprécié. À l’occasion d’un procès où Bracevich prétend avoir été attaché à la diplomatie française, la partie adverse obtient en février 1822 un certificat attestant qu’il n’a jamais été naturalisé français. Il est possible qu’il ait été pendant la Restauration chancelier du consulat de France à Alexandrie. En 1830, il participe à l’expédition d’Alger avec son fils Marc Honoré Félix Auguste de Bracevich (v. 1805-1868). Sa maîtrise de la langue turque et sa finesse lui valent d’être chargé de réviser le texte de la capitulation et de la négocier avec le dey. Le lendemain de son entrevue, il est atteint d’une fièvre nerveuse qui lui est fatale – prendront le relais Trélan, premier aide-de-camp du général en chef, avec les interprètes Lauxerrois et Huber. On l’enterre dans le carré des consuls du cimetière de Bab el-Oued (Saint-Eugène)3. L’État conserve à sa veuve, Catherine, née Pini, et à son fils un cinquième de son traitement de 3 000 francs par an. Auguste parviendra à être nommé surnuméraire au bureau des traducteurs au MAE en juin 1835. Mais, malgré la publication de plusieurs traductions de l’anglais (dont des romans de Charlotte Bury), sa perpétuelle réitération du souvenir des services de son père et ses réclamations contre l’injustice qui lui est faite, ce célibataire auteur de Raison et patriotisme (Paris, Baudry, 1840) mourra en son domicile de Courbevoie sans avoir accédé au statut de traducteur en titre.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 604, Auguste Bracevitch ;

ANF, BB 11/186 dr 2859 B5 (Bracevich) ;

De Salle, Ali le renard, Paris, Gosselin, vol. 2, chap. XXIV (la capitulation) ;

Féraud, Les Interprètes… (Bracevich) ;

Peyronnet, Le Livre d’or…, t. II ; « Les tombes célèbres à Alger », Généalogie Algérie Maroc Tunisie, n° 52, 1995/4, p. 11.

Brahemscha, Thomas (Alep, 1805 – Oran, 1864)

– interprète de 1re classe et traducteur assermenté

Prêtre dans un couvent au Liban, venu avec Charles Zaccar* à Marseille (Féraud) – y aurait-il donné des leçons à Jean Humbert* ? –, il est recruté comme interprète de 3e classe du corps expéditionnaire en avril 1830 et renonce à la carrière ecclésiastique. Attaché à Alger à Berthezène, il fait ensuite toute sa carrière à Oran, interprète des généraux commandant la place (soit successivement Boyer, Desmichels – assisté de Luis Arnold Allegro*, Brahemscha collationne et traduit le traité conclu avec Abd el-Kader –, Trézel, Brossard – au procès duquel il témoigne en 1839 – ; Lamoricière, Cavaignac). Interprète de 1re classe en 1839, chevalier de la Légion d’honneur en 1841, son instruction, élémentaire, mais sans doute plus poussée que celle de la plupart des autres Orientaux, lui permet d’intégrer le corps des interprètes et d’accéder à la position d’interprète principal (1845). Il est nommé par arrêté du 10 novembre 1846 traducteur assermenté pour la langue arabe à Oran avec un cautionnement de 1 200 francs. Il se marie tardivement (après 1846, donc à quarante ans passés). Veuf en 1861, il a à sa charge deux garçons (dont l’un est commis greffier au tribunal de première instance d’Oran en 1880) et une fille.

Sources :

ANF, LH/350/37 ; ADéf, 4Yf, 25.492, Thomas Brahemscha ;

Féraud, Les Interprètes…

Bresnier, Louis Jacques (Montargis, 1814 – Alger, 1869)

– premier titulaire de la chaire publique d’arabe à Alger

Originaire d’un milieu populaire (son père est cordonnier), il représente un cas assez exceptionnel d’ascension sociale accompagnant l’apprentissage des langues orientales. C’est par la typographie orientale de l’Imprimerie nationale où il est ouvrier qu’il accède au monde des savants. Il profite du caractère public et gratuit des cours de l’École des langues orientales et du Collège de France pour faire entre 1832 et 1836 l’apprentissage du turc (avec Jaubert et Alix Desgranges*), du persan (avec Quatremère*), de l’hindoustani (avec Garcin de Tassy) et de l’arabe (auprès de Silvestre de Sacy*, de Caussin de Perceval* et aussi de J.-J. Marcel* qui lui donne bénévolement des cours particuliers). Sacy choisit de le placer à la tête de la nouvelle chaire publique d’arabe d’Alger (1836) plutôt que de pérenniser l’enseignement de J. Pharaon* dont il juge la science trop faible. Ajoutant à cet enseignement (dont il rend compte dans le JA) celui des élèves du collège d’Alger, il forme, en langue littérale comme en langue vulgaire, plusieurs générations de civils (qui parfois deviennent à leur tour professeurs d’arabe comme Gorguos*, Vignard*, Richebé*…) et de militaires (on lui doit l’organisation en 1842 du nouveau corps des interprètes militaires dont il supervise les examens bisannuels). En 1846, il publie des Leçons théoriques et pratiques du cours public de langue arabe (rééd. sous le titre de Cours pratique et théorique en 1855 et en 1914) et une Chrestomathie arabe (rééd. 1857) en même temps qu’il édite et traduit la Djaroumiya (rééd. 1866, 2 vol.), grammaire traditionnellement en usage dans les classes élémentaires au Maghreb, facilitant ainsi aux élèves français l’accès à la logique des grammairiens arabes. Il complète ces ouvrages par une Anthologie arabe élémentaire à l’usage du lycée et des écoles primaires supérieures de l’Algérie (1852) et des Éléments de calligraphie orientale (1855) qui manifestent son attachement à sa formation typographique première. Dans ces publications qui restent la base de l’enseignement de l’arabe en Algérie au moins jusque dans les années 1880, il prolonge le point de vue de Sacy : même pour l’usage oral, il faut approcher la langue par sa grammaire. Il exige donc de ses élèves une année d’apprentissage de la langue écrite avant d’entamer l’étude du parler. L’arabe algérien n’étant écrit « que par ceux qui ne savent mieux faire », il considère qu’il est illusoire de vouloir y chercher une langue nationale particulière. Il s’oppose en cela à Cherbonneau* dont il partage cependant la foi dans les vertus régénératrices de l’œuvre française et les réseaux d’amitié saint-simoniens (c’est un intime de Louis Jourdan, arrivé à Alger la même année que lui, et d’Ismaÿl Urbain*). En 1838, il dresse le catalogue des manuscrits rapportés de Constantine par Berbrugger*, qu’il côtoie quotidiennement (les cours public d’arabe sont donnés dans les locaux de la bibliothèque) et qu’il assiste dans l’organisation de la Société historique algérienne et dans la publication de son organe, la Revue africaine. Après 1848, et peut-être à la suite des contraintes que fait peser la nouvelle tutelle du ministère de l’Instruction publique, plus tatillon que le ministère de la Guerre, il demande à regagner la métropole, sans succès. Ses relations avec l’inspecteur d’académie et avec le recteur se dégradent : ils l’accusent de ne pas donner suffisamment d’attention aux débutants et à l’enseignement de la langue vulgaire et veulent l’astreindre à un plus grand nombre d’heures d’enseignement. Il envisage en 1854 de passer à l’interprétariat militaire, mais, obligé par le règlement de débuter par le dernier grade, il aurait été subordonné à ses anciens élèves. Marié depuis 1857 avec une petite-nièce de Charles Nodier, il vise un poste à la bibliothèque impériale ou une chaire à Paris. Mais il doit se contenter des revenus complémentaires que lui apportent l’inspection des médersas (1857) et un enseignement à la nouvelle école normale d’Alger (1866), pour laquelle il publie une version abrégée et refondue de son Cours (Principes élémentaires de la langue arabe, 1867). Depuis 1857, l’auditoire de la chaire publique s’est heureusement renouvelé grâce au public de choix que constituent les professeurs du nouveau collège arabe-français d’Alger. Il meurt frappé d’apoplexie en entrant à la bibliothèque où l’attendent ses élèves. Son souvenir est rappelé par le mausolée que ses amis ont fait ériger et par un buste en marbre, commande de l’État, placé pour accueillir les élèves du cours d’arabe d’Alger.

Peinture ouvrant Les Cachets de l’Algérie (Mamū‘ Ḫawātim wa ṭawābi‘) de Louis Bresnier, v. 1860, 18,2 x 15 cm, collections de la BULAC (BIULO AL.VIII.79).

Image

Sources :

ANF, F 17, 7677, collège d’Alger et 20.280, Bresnier ;

ANOM, F 80, 165, Bresnier ;

RA, 1869, p. 319 (notice par Cherbonneau) ;

Dugat, Histoire des orientalistes de l’Europe du xiie au xixe siècle, t. 2, 1870 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

H. Dehérain, « L’orientaliste Bresnier et la création de l’enseignement français de l’arabe à Alger », Bulletin de la Section de géographie du Comité des travaux historiques, 1915, p. 15-19 ;

M. Émerit, Les Saint-simoniens en Algérie, Paris, Les Belles Lettres, 1941 ;

DBF.

Représentations iconographiques :

Esquer, Iconographie…, vol. III, n° 608 (photographie de la collection A. Chassériau).

Brosselard, Charles Henri Emmanuel (Neuilly, 1816 – Paris, 1899)

– interprète principal, chef du bureau arabe départemental de Constantine, préfet d’Oran, directeur général des affaires de l’Algérie à Paris

Sans doute fils d’Emmanuel Brosselard (1761-1837), avocat républicain modéré, directeur du Républicain français devenu Chronique universelle, puis chef de bureau au ministère de la Justice sous l’Empire et la Restauration – où il traduit Cicéron –, et frère cadet de Paul François Emmanuel Brosselard, qui sera professeur au lycée Napoléon (actuel lycée Henri-IV), Charles est élève à Louis-le-Grand avant d’être employé comme secrétaire par Jean-Jacques Baude, conseiller d’État et député qui s’intéresse aux questions algériennes. Il s’initie à l’arabe, suivant sans doute un enseignement à l’École des langues orientales vivantes, avant de partir pour l’Algérie, recommandé par Baude à son collègue Laurence, directeur de l’Algérie. Dès 1839, il publie « De l’origine de la domination turque en Algérie » puis rédige un rapport (« De l’industrie et du commerce dans la province de Constantine ») pour le ministère de la Guerre (1840). Secrétaire des commissariats civils de Bougie (janvier 1840) puis de Blida (auprès de Marey, janvier 1841), il est détaché à Paris à la direction de l’Algérie du ministère de la Guerre (mars-décembre 1842) puis en mission pour la rédaction d’un dictionnaire de berbère (février 1843 - mars 1846), ce qui lui vaut de beaucoup voyager dans l’intérieur de l’Algérie (Aurès et Zibân, 1844). Il est en congé pour raisons de santé lorsqu’il accueille à Alger en septembre 1843 Demoyencourt venu accompagner deux de ses élèves arabes pour les vacances scolaires : il lui sert de guide et d’interprète pendant son séjour. Après leur retour à Paris, il correspond avec les élèves-otages, une partie de cette correspondance étant interceptée par la censure. Venu à Paris, il accompagne un élève de la pension, Maḥī ad-dīn b. ‘Allāl, fils de Mbārak [Mubārak], ḫalīfa d’Abd el-Kader, qui a enfin été autorisé à rentrer à Alger avec son domestique noir (printemps 1844). En 1840, il a été désigné avec J. D. Delaporte*, E. de Nully* et sīdī Aḥmad b. al-ḥāǧǧ ‘Alī, imām à Bougie, pour faire partie de la commission chargée par le ministre de la Guerre de la rédaction d’un dictionnaire et d’une grammaire de la langue berbère. Sous la présidence de Jaubert, il en est l’agent le plus dynamique, ce qui permet la publication dès 1844 d’un Dictionnaire français-berbère (dialecte écrit et parlé par les Kabaïles de la division d’Alger) à l’Imprimerie royale (un 2e volume, prêt en 1846, est resté inédit). Il est récompensé de ce travail (qu’il poursuit avec Aḥmad sur les tribus chaouïa) en étant nommé interprète principal détaché au ministère. C’est peut-être dans ce cadre qu’il se lie d’amitié avec Urbain*. Il regagne Alger comme sous-chef de 1re classe attaché à la section de l’administration civile indigène de la direction de l’Intérieur (septembre 1846). Après la Révolution de 1848 qui ajourne la poursuite de la publication du dictionnaire, il se brouille avec Jean-Honorat Delaporte*, son chef direct, à qui il reprocherait de n’avoir pas soutenu la plainte de « la négresse Fathima, mère d’une mulâtresse à laquelle il s’intéresse particulièrement, […] contre la nommée Khedoudja qu’elle accusait d’avoir débauché sa plus jeune fille » – ce sont les mots de Delaporte. Promu chef du bureau de l’administration civile indigène (ou bureau arabe départemental) de Constantine (février 1850), il y milite pour le développement de l’enseignement arabe moderne, contre les msids et les zaouïas et est avec Cherbonneau et Vignard parmi les fondateurs de la Société archéologique de la ville (1852). Il part ensuite pour Tlemcen où il a été nommé commissaire civil (1853), faisant aussi fonction de notaire et de juge de paix. On y dénonce son concubinage avec la « négresse » qui l’a rejoint comme gouvernante et donne naissance à un second enfant. Est-ce pour faire cesser la rumeur ? Il épouse vers 1856 Marie Guérin qui meurt prématurément en 1860, laissant un fils. Après avoir été nommé en 1859 sous-préfet, Brosselard est élu maire de la ville qui a été promue au rang de commune de plein exercice, et y fonde bibliothèque et musée. À la suite de Bargès, il s’intéresse en effet au patrimoine littéraire et architectural de la ville, annonçant l’œuvre de Georges Marçais*. Ses « Inscriptions arabes de Tlemcen » (RA, 1858 et 1862) indiquent qu’il a su s’entourer de fins lettrés musulmans comme le muftī sī Hammou b. Rostan. Il remet à l’honneur la dynastie des Banī Zayyān, à laquelle il attribue une importance non seulement locale mais nationale, comme fondatrice de l’unité territoriale de l’Algérie, et fait procéder en 1860 à des fouilles (« Mémoire épigraphique et historique sur les tombeaux des émirs Beni-Zeiyan et de Boabdil, dernier roi de Grenade, découverts à Tlemcen », JA, janvier-février 1876). Ses travaux sur l’islam sont aussi une référence marquante pour la génération des Marçais, incitant à favoriser un réformisme musulman en rupture avec les traditions confrériques. Par son étude sur Les Khouan. De la constitution des ordres religieux musulmans en Algérie (1859), traduite en espagnol, il poursuit les travaux de Berbrugger, de Neveu et Bellemare en donnant une première esquisse de la constitution intime des ordres, de leurs statuts organiques, à partir des livres rituels de la Rahmaniyya. Les khouan, au-delà de leur but philanthropique, ont compris la valeur de l’association, en plus de l’efficacité de l’unité de direction : leur organisation permet de comprendre la permanence de la résistance à l’occupation française : « La foi est vivace ; l’espérance est toujours au bout. Les individus succombent, mais les sociétés ne meurent pas. » Il n’a pas d’antipathie envers l’islam comme après lui Ernest Mercier*, mais une position proche de celle d’un Jules Ferry face au catholicisme : il en apprécie la dimension morale, y voit cependant une entrave au développement de la liberté individuelle. La continuité de l’oraison (ḏikr) et des réunions pour chanter les louanges de dieu et du prophète et célébrer les mérites du fondateur de la confrérie risque de mener au fanatisme et au fatalisme, par l’abolition de la pensée propre. Il faut donc combattre des ordres religieux qui, « tels que nous les voyons encore constitués et organisés en Algérie, sont les plus puissants obstacles que les idées de réforme aient à surmonter ». S’il souligne l’importance des relations entre le Machreq et le Maghreb et celui du pèlerinage à la Mecque, à l’origine d’une « sorte de nationalité religieuse qui, à défaut de nationalité politique, constitue l’unité des peuples musulmans », il croit en un islam réformé franco-algérien, dans le cadre de la politique du royaume arabe dont il est un des acteurs. Secrétaire général de la préfecture d’Alger fin 861, il est promu préfet d’Oran en septembre 1864. Remplacé en septembre 1870, il termine sa carrière comme directeur général des affaires de l’Algérie à Paris (juin 1873). On le retrouve commissaire du gouvernement de l’Algérie aux expositions universelles de Paris de 1878 et 1889. Le grand dictionnaire berbère-français auquel il travaillait avant sa mort est resté inédit. Les fils de son frère aîné, Paul (né en 1844 à Paris) et Henri (Paris, 1855-Coutances, 1893) sont officiers de l’armée d’Afrique. Henri participe à la première mission Flatters (1881) dont il publie une relation (Voyage de la mission Flatters au pays de Touareg azdjers, 1883), plusieurs fois rééditée, augmentée d’une relation de la catastrophique deuxième mission au Hoggar. Époux d’une des filles du général Faidherbe, il en suit les traces au Sénégal, dont il explore le Sud-Est en vue de délimiter les possessions françaises (1887), avant de reconnaître le possible tracé d’une voie de chemin de fer à travers la Guinée française vers le Niger (1891). Il porte depuis la mort de son beau-père en 1889 le nom de Brosselard-Faidherbe.

Sources :

ANF, LH 373/22 (Ch. Brosselard) ;

ANOM, GGA, 1G, 414, Brosselard et département d’Alger, C 16, Brosselard ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Faucon, Livre d’or… ;

DBF (notice par J.-C. Roman d’Amat) ;

Hoefer, Nouvelle biographie ;

F.-X. Feller, Biographie universelle des hommes qui se sont fait un nom, Lyon-Paris, Pélagaud, 1860, t. 2 (notice E. Brosselard) ;

Parcours, n° 4 (notice par R. Fardeheb).

Sur Henri Brosselard-Faidherbe : DBF (notice par Marouis) ; Mariage de M. le lieutenant Henri Brosselard et de Mlle Mathilde Faidherbe à Paris le 30 octobre 1883, Lille, Imprimerie de L. Danel, 1883.

Brudo, Adolphe (Ténès, 1845 – Alger ?, apr. 1894)

– interprète militaire puis judiciaire

Fils de Samuel, négociant issu d’une famille juive sans doute livournaise, et d’Annette Chaltielle, couturière, née à Gibraltar, il n’est légitimé par le mariage de ses parents à Ténès qu’en septembre 1848. Il est clerc de notaire à Alger quand il obtient d’être nommé auxiliaire de 2e classe (septembre 1867). Affecté aux BA de Dellys, Sebdou et Teniet el-Had (1869), il se marie en 1871 avec Henriette Esther Azoulay, fille de négociant. Nommé à Ténès en 1873, il est titularisé l’année suivante. Employé au premier conseil de guerre de la division d’Oran (septembre 1875), assez bien noté, il démissionne pour devenir interprète judiciaire à la cour d’appel d’Alger (février 1877), puis à Miliana. Il y fait partie en 1880 de la loge maçonnique L’Union du Chéliff. Un jugement en appel prononce en 1894 son divorce avec Henriette Azoulay, aux torts de cette dernière. Un de ses frères cadets, Léon (né en 1858), fait aussi une carrière d’interprète militaire puis judiciaire.

Sources :

ANOM, état civil ;

ADéf, 5Ye, 29.852, Adolphe Brudo ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Yacono, Un siècle…, 1969, p. 197.

Brun d’Aubignosc, Louis Philibert (Aubignosc près Sisteron, 1774 – Paris [?], 1847)

– interprète de 1re classe

Il a été élève d’une école militaire royale et participe en 1793 au siège de Toulon. On le retrouve lors de l’expédition d’Égypte, suite à laquelle il aurait été retenu prisonnier trois ans et aurait appris l’arabe et le turc. De retour en France, il réintègre l’administration de l’armée (1806) et, suite à un rapport remarqué sur l’organisation des finances prussiennes, il est chargé de régir le domaine extraordinaire de la couronne en Hanovre (1807). Son mariage en juillet 1808 avec Marie Joséphine Antoinette de Latour-Varan, d’une famille noble du Forez, lui permet de légitimer leur fils naturel, Alfred Frédéric, né à Paris en novembre 1804. Lié semble-t-il à Davout qu’il a sans doute connu en Égypte, il est nommé en 1811 commissaire général puis directeur général de police chargée de la surveillance du Nord de l’Europe, sous les ordres de Savary, ministre de la police générale, et du comte Réal, conseiller d’Etat, chargé du 1er arrondissement de police. Selon le comte Alexandre de Puymaigre, inspecteur des droits réunis, c’était « un homme bien né, d’une belle tournure et de formes distinguées, mais un véritable roué sous tous les rapports ». Destitué en novembre 1813, suspect de bonapartisme sous la Restauration, Louis Philibert se tourne vers les affaires privées, acquérant en 1816 le théâtre parisien du Luxembourg (l’affaire périclite), s’engageant dans une société de colonisation américaine qui s’avère frauduleuse, publiant des opuscules nourris de son expérience de la police (La Conjuration du général Malet contre Napoléon, 1824) et des articles sur la question d’Orient (dans Le Constitutionnel) et obtenant enfin, grâce au vicomte de la Rochefoucauld, administrateur de l’Académie de musique, la place de secrétaire général de l’Opéra (1827). Recruté comme interprète de 1re classe en mars 1830 en vue de l’expédition d’Alger, il est envoyé avec Gérardin* et Raimbert à Tunis pour y sonder les dispositions du bey, et chargé plus particulièrement du recrutement des interprètes. Nommé par Bourmont lieutenant général de police à Alger, il suggère la formation du corps indigène des zouaves, et, dans une série de cinq articles publiés dans la Revue de Paris, engage à s’appuyer sur les Maures. Il propose la constitution de divans composés d’indigènes sous la direction de commissaires français. Entré en conflit avec Clauzel, il quitte rapidement Alger (dès novembre 1830 ?). Il affirme ensuite son opposition à la politique coloniste et anti-maure de Rovigo et du nouvel intendant Genty de Bussy (mai 1832), qui renouerait avec celle de Clauzel. Le réquisitoire sévère qu’il publie en juillet 1836 (Alger. De son occupation depuis la conquête en 1830, jusqu’au moment actuel. Appel au public impartial) considère que, si une grande partie des malversations ont eu lieu après le départ de Clauzel, « le germe de tous les maux a été posé sous son gouvernement ». Il condamne en particulier les spoliations dont ont été les victimes les Maures faussement accusés de conspirer, et prend la défense de sī Ḥamda b. al-Ḫūǧā, l’auteur du Miroir : « On ne peut espérer une jouissance paisible de l’ex-régence sans le consentement préalable des anciens possesseurs ». Conseiller d’État, il est mandé en octobre 1836 à Istanbul par le sultan Maḥmūd afin d’élaborer un projet de réforme de l’État : le mémoire qu’il présente n’est pas agréé. Il reprend le chemin de la France au printemps 1838 et fait part de ses vues en publiant en 1839 La Turquie nouvelle.

Sources :

ANF, LH/381/6 (Alfred Frédéric Brun d’Aubignosc) ; 

Féraud, Les Interprètes… ;

Alexandre de Puymaigre, Souvenirs sur l’émigration, l’Empire et la Restauration, Paris, Plon, 1884, p. 134 ;

DBF (notice par Roman d’Amat) ;

Nicole Gotteri et Sabine Graumann, « Police et statistique à Hambourg en 1812 », Revue historique, t. CCLXXXVI/1, n° 579, juillet-septembre 1991, p. 81-118.

Brunot, Louis (Guingamp, 1882 – Rabat, 1965)

– directeur de l’IHEM, arabisant spécialiste des parlers et de l’ethnographie de villes du Maroc

Arrivé dans sa petite enfance à Oran où son père, comptable, a trouvé une situation, il devient instituteur dans l’Ouest algérien après être passé très jeune par l’école normale d’Alger-Bouzaréa (1897-1900). Il est, comme le berbérisant Émile Laoust, de ces maîtres exemplaires qui poursuivent leurs études et approfondissent la connaissance des langues « indigènes » auxquelles ils ont été initiés comme élèves-maîtres et qui voient s’ouvrir une carrière au Maroc. Professeur à l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères de Rabat en 1913, il devient, après avoir été blessé à la bataille de la Marne, directeur du collège musulman de Fès (1916). Apprécié de Lyautey, il est promu inspecteur-chef du bureau de l’enseignement des indigènes (1920-1939), puis succède à Lévi-Provençal* à la direction de l’Institut des hautes études marocaines (1935-1947). Ses conceptions en matière d’enseignement sont comparables à celle de Louis Machuel* à Tunis (et de Desparmet* à Blida) : tenant d’un enseignement moderne des langues, il entend donner toute sa place à l’arabe parlé pour ensuite articuler à la connaissance de ce parler réel et vivant l’apprentissage de l’arabe classique. Cette pédagogie qui refuse de détacher la langue de son système culturel insiste sur la nécessité de connaître les mœurs. Elle s’appuie sur des études qui combinent lexicologie et ethnographie (comme ses thèses sur les activités et le vocabulaire maritime de Rabat et Salé, 1920) et qui, à la suite de W. Marçais*, donnent une description précise des parlers (Textes arabes de Rabat, Paris, Geuthner, 1931 et 1952, et, avec Élie Malka, Textes judéo-arabes de Fès, Rabat, École du livre, 1939). S’il ne parvient pas à une véritable position de pouvoir, il participe par ses manuels à une meilleure connaissance par les Français des parlers (Yallah ! ou l’arabe sans mystère, Paris, Larose, 1922 ; avec Mohammed Ben Daoud, L’Arabe dialectal marocain. Textes d’études, Rabat, Félix Moncho, 1927) et des usages marocains (Au seuil de la vie marocaine, ce qu’il faut savoir des coutumes et des relations sociales chez les Marocains, Casablanca, Farairre, 1946), seuls garants à ses yeux d’une association réussie entre la France et le Maroc. En cela, cette œuvre marocaine et laïque a pu inspirer les pères blancs de Tunis, dans une perspective catholique. On notera qu’il transmet son savoir à sa fille Marie, qui a été professeur d’arabe au lycée de jeunes filles de Rabat et s’est intéressée à la sociologie de l’enfance (« La petite enfance à Fès et à Rabat. Etude de sociologie citadine », Annales de l’institut d’études orientales, XVII, 1959) avant de s’installer à Dijon avec son mari, l’hispaniste Albert Mas.

Sources :

ANF, F 17, 27.578, Brunot (carrière jusqu’en 1913) ;

Hommes et destins, t. VII, 1986, p. 103-104 (notice par R. Thabault) ;

entretien avec Mme Rosenberger, née Lanly (Montpellier, juin 2007) ;

correspondance avec Marie-Brigitte Mas (octobre 2007).

Brunschvig, Robert (Bordeaux, 1901 – Paris [?], 1990)

– professeur d’université

Originaire d’une famille juive d’Alsace-Lorraine ayant opté en 1871 pour la France, il est élève au lycée de Bordeaux jusqu’à son admission à l’École normale supérieure en 1920. Agrégé de grammaire (1923), il obtient, après avoir accompli son service militaire, d’être affecté au lycée de Tunis (1924-1931). Il y épouse en 1925 Beya Henriette Taïeb dont il aura deux enfants, fait l’apprentissage de l’arabe, facilité par sa bonne connaissance de l’hébreu, et prend la direction de la Revue tunisienne (1929). Après une année au lycée Montaigne à Paris, où il obtient le diplôme d’arabe des Langues orientales (1932), il est admis à suppléer Évariste Lévi-Provençal* à la faculté des Lettres d’Alger, avec la recommandation de ses maîtres à Paris, Maurice Gaudefroy-Demombynes*, William Marçais* et Louis Massignon*. Tout en participant activement à la vie de la Société historique algérienne dont il devient le secrétaire, il prépare ses thèses. Promu maître de conférences d’histoire de la civilisation musulmane (1935), il édite et traduit de l’arabe et du latin Deux récits de voyage inédits en Afrique du Nord au xve siècle. ‘Abdalbāsiṭ b. Ḫalîl et Adorne (Paris, Larose, 1936, rééd. 1994 et 2001), objet de sa thèse secondaire, et achève sa thèse principale sur La Berbérie orientale sous les Hafsides des origines à la fin du xve siècle (Paris, Maisonneuve, 2 vol., 1940 et 1947). Dans cette histoire à la fois politique, démographique et sociale de deux siècles de l’Ifriqiyya, il répond aux exigences de ses maîtres, Gaudefroy-Demombynes en particulier, en faisant preuve d’une connaissance précise des subtilités du droit musulman et des complexités de son application, sans jamais perdre de vue leur historicité. La soutenance de ses thèses (en 1941 ou 1942) intervient après qu’il a été mis à la retraite en application du statut des juifs (décembre 1940), sans parvenir à être réintégré pour « services exceptionnels » (comme a pu l’être Lévi-Provençal), malgré l’intervention de Régis Blachère*, rejoint par Louis Massignon et l’administrateur des Langues orientales Mario Roques. Il paie peut-être là son action militante de lutte contre l’antisémitisme – il fait partie du bureau exécutif du Comité juif algérien d’études sociales entre 1937 et 1940 – voire son engagement en faveur du sionisme – il est membre du Brit Yosef Trumpeldor (Betar) fondé par le « révisionniste » nationaliste et anticommuniste Vladimir Jabotinsky pour encadrer la jeunesse juive. Resté à Alger, il travaille en faveur de la scolarisation des enfants juifs exclus de l’enseignement public en devenant directeur général de l’enseignement privé juif. Réintégré dans sa maîtrise de conférences après le débarquement allié en 1943 (il sera promu professeur en 1945), il participe avec Benjamin Heler à la fondation de l’Union sioniste algérienne et lutte pour le rétablissement de la citoyenneté française des juifs d’Algérie (il recueille et traduit de l’arabe les déclarations de notables musulmans comme al-‘Uqbī démentant les propos hostiles qu’on leur fait officiellement tenir). Malgré la mort de ses parents en déportation, il retourne à Bordeaux où il a été élu, devant Marie-Amélie Goichon*, à la chaire de langue et littérature arabes de la faculté des Lettres, en remplacement de Feghali* (octobre 1945). À partir de Bordeaux, il donne des conférences en Espagne (1950 et 1952), fonde en 1953 avec Joseph Schacht, autre grand connaisseur du droit musulman, alors professeur à Oxford, la revue Studia islamica (il en conservera la co-direction jusqu’en 1975) et organise avec Gustav Edmund von Grunebaum et l’université de Chicago un « Symposium international d’histoire de la civilisation musulmane » intitulé Classicisme et déclin culturel dans l’histoire de l’Islam (Bordeaux, juin 1956) qui prolonge celui tenu en 1953 à Liège (Unity and variety in Muslim civilization). Élu en 1955 à une chaire d’études islamiques à la Sorbonne, il prend la suite de Blachère à la direction de l’Institut d’études islamiques (1963 ou 1965). Il prend sa retraite en 1968 en exprimant le regret de n’avoir pu devenir professeur à l’université hébraïque de Jérusalem. Deux recueils de ses principaux articles ont été publiés en 1976 (Études d’islamologie, Paris, Maisonneuve et Larose, 2 vol., avec une bibliographie de ses travaux par Abdel Magid Turki) et 1986 (Études sur l’Islam classique et l’Afrique du Nord, Londres, Variorum reprint).

Sources :

ANF, F 17, 29.107 (dérogation) ;

Parcours. L’Algérie, les hommes et l’histoire, n° 13-14, octobre 1990 (notice par Y. C. Aouate) ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par G. Martinez-Gros) ;

Encyclopædia Universalis (notice par B. Johansen), en ligne : [http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brunschvig] ;

Yves C. Aouate « Les mesures d’exclusion antijuive dans l’enseignement public en Algérie (1940-1943) », Pardès, n° 8, 1988, p. 109-128 ;

Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 322.

Bullad, Georges-Charles Nicolas (Marseille, 1827 – Amboise [?], 1891)

– interprète titulaire de 2e classe

Fils de Nicolas, négociant et de Marie Sakakini – sans doute apparentée à Georges Sakakini*, professeur d’arabe au collège de Marseille –, il est issu du milieu des Égyptiens de la ville. Employé dès 1847 comme interprète temporaire près le commandant de la subdivision d’Alger, il accompagne l’expédition de Bugeaud dans la vallée de Bougie avant d’être affecté au dépôt des prisonniers arabes du fort Brescou, dans l’Hérault (mai). Entre avril 1848 et octobre 1851, il est mis à la disposition du capitaine Boissonnet auprès d’Abd el-Kader, au fort Lamalgue, à Pau, puis à Amboise – dans ce cadre, il traduit en arabe des lettres adressées de Pau par la comtesse de Barbotan à une femme de l’entourage d’Abd el-Kader désormais à Amboise. Passé au BA d’Orléansville (octobre 1851 - octobre 1852), il obtient un congé de convalescence de trois mois, pour en jouir à Amboise où réside sa mère, attachée au service de santé des femmes arabes de la famille d’Abd el-Kader. Sur le chemin, il passe à Montpellier devant la commission instituée pour contre-visiter les militaires et fonctionnaires porteurs de congés de convalescence délivrés en Algérie, qui conclut qu’il est « atteint de nostalgie accompagnée d’excitation mentale nécessitant des soins de famille » et lui accorde le congé avec le traitement entier de son grade. En décembre 1852, il est finalement désigné avec Gabeau* pour accompagner Abd el-Kader et sa famille à Brousse. De retour en France en juin 1853, il est employé à Sainte-Marguerite (août 1853 - octobre 1855) puis mis à la disposition des Affaires étrangères qui l’envoient comme drogman auxiliaire en mission à Damas près d’Abd el-Kader avec un traitement annuel de 8 000 francs (octobre 1855 - octobre 1857). Comme Bullad croit « avoir perdu la confiance et les sympathies de l’émir par suite des intrigues de la camarilla qui l’entoure », le ministère décide de charger le consul de France de la surveillance de l’émir et de remettre l’interprète à la disposition du gouverneur général d’Alger. Placé auprès du commandant supérieur de Tizi Ouzou (février 1858 - mars 1860) et titularisé, il est successivement nommé aux BA de Nemours (mars 1860), de Tiaret (juin 1862) et de Fort-Napoléon (octobre 1862), puis auprès du commandant de la subdivision d’Orléansville (novembre 1863 - juin 1869, sauf un nouveau détachement à Fort-Napoléon en juillet-novembre 1867). Il a été décoré en 1865 de la Légion d’honneur. Comme convalescence après avoir souffert de l’épidémie de typhus de 1868, il obtient d’être à nouveau rattaché au dépôt des Arabes à Sainte-Marguerite (juin 1869). Or, avec la répression de l’insurrection de 1871, le poste n’est plus une sinécure. Il ne peut donc demander son retour en Algérie, bien qu’il soit guéri, ayant à examiner la correspondance d’environ « 1 200 otages répartis entre l’île Sainte-Marguerite, celle de Porquerolles et le fort Lamalgue ». Il ne regagne l’Algérie qu’en octobre 1872, nommé auprès du BA d’Aumale puis du deuxième conseil de guerre de la division d’Oran (mai 1876). « Instruit, zélé, laborieux, modeste, réservé » selon l’inspection de 1875, il obtient d’être mis à la retraite en juin 1877 au motif qu’il est « très fatigué, tant au moral qu’au physique ». Membre de la Société asiatique depuis janvier 1857, ainsi que de la SHA, il ne semble pas avoir publié d’ouvrages. Resté célibataire, il est probablement le frère d’Antoni Bullad, admis à la SA en janvier 1848 alors qu’il est encore élève de l’École des langues orientales.

Sources :

ADéf, 5Yf, 7871, Bullad ;

ANF, LH/392/73 ;

JA, 1848 ; Féraud, Les Interprètes…

Buret, Timothée (dit Moïse-Timothée puis el-Hadj Abderrahmane) (Sarrigné, Maine-et-Loire, 1882 − Rabat, 1960)

– maître de conférences à l’IHEM

Il passe sa petite enfance en Algérie où son père, Désiré Buret, instituteur, est parti enseigner en 1883. En 1887, souffrant du paludisme, il rejoint avec sa mère sa grand-mère à Saumur où, après un nouveau séjour en Algérie en 1889, il reste jusqu’au retour de ses parents en Anjou en 1891. Elève au collège de Saumur, il s’intéresse à l’arabe et à l’islam auquel son père s’est converti en 1898 – c’est un abonné de la revue The Crescent fondée par William Abdullah Quilliam à Liverpool. Bachelier en 1900, il part effectuer son service militaire en Algérie où, rapidement réformé, il se fixe, encouragé par son père qui s’y retire avec sa famille en 1903. Après avoir été correspondancier chez un négociant en vins, il entre à la section spéciale de la Bouzaréa (1904-1905) – son frère cadet, Léon, deviendra à son tour élève-maître de la Bouzaréa avant d’épouser une fille de Brahim ben Fatah* (collègue de son père), elle-même institutrice ; il enseignera plus tard la philosophie à la Bouzaréa puis deviendra inspecteur de l’enseignement primaire en Algérie. Instituteur à Aïn b. Naceur dans la commune mixte de Djendel, puis à Malika et Beni Isguen dans le Mzab (1906-1912), converti formellement à l’islam en 1909, année de la mort de son père, Timothée prend pour prénom Abderrahmane et s’habille à l’arabe. Face à l’hostilité de certains (un officier refuse de siéger à côté de lui dans un jury de certificat d’études), il part pour le Maroc comme receveur dans l’administration des postes. À partir d’octobre 1913, il y exerce comme instituteur à la nouvelle école indigène de Fès-Jedid, puis, après avoir été mobilisé, à l’école indigène de Sefrou qu’il dirige avec énergie en 1915. Il y épouse Fatma el-Youssi. Il enseigne ensuite aux collèges musulmans de Rabat (1916-1917) et de Fès. Diplômé d’arabe de l’ESLADB de Rabat (décembre 1916), il est promu professeur chargé de cours d’arabe au collège musulman de Fès (1918) et reçu au certificat d’aptitude à l’enseignement de la langue arabe dans les lycées et collèges (1920). Il se charge parallèlement de préparer les candidats de la ville au certificat de dialectes arabes. Il s’intéresse par ailleurs aux caractéristiques de la musique arabe et décide de se perfectionner en allemand, ce pour quoi il séjourne deux mois à Leipzig au cours de l’été 1922. Détaché à l’IHEM de Rabat (1923) – tout en continuant de donner un enseignement au lycée –, il permute en 1926 avec G. S. Colin* pour devenir l’adjoint de Michaux-Bellaire*, chef de la section sociologique des affaires indigènes. En 1925, dans la réponse qu’il a donnée à l’enquête des Cahiers du mois : Les Appels de l’Orient, il s’est dit favorable à une influence orientale qu’il ne faudrait pas craindre. Selon lui, la France peut s’assimiler les apports étrangers sans perdre son originalité : « Il est absurde, en ce siècle des transports rapides, de fixer exclusivement nos regards sur l’antique Rome et sur Athènes. » Lié à François Bonjean, il participe au courant qui, dans le sillage de René Guénon, se tourne vers la mystique musulmane comme remède au désenchantement du monde moderne : « En Europe même, l’absence d’un idéal satisfaisant à la fois les aspirations religieuses de l’homme et l’esprit critique moderne prive l’Occidental de cette vie intérieure qui existe toujours à un degré quelconque chez l’Oriental et lui donne cette aménité de manières et cette endurance admirable, le çabr arabe qui est plus que de la patience, en face de la malignité humaine, des épreuves morales ou de la douleur physiques qu’il a à supporter ». Il croit aussi aux vertus du végérarisme et du naturisme. Installé à Salé où il a acquis une maison en 1926, Buret devient, après la fermeture de la section sociologique en 1935, maître de conférences à l’IHEM (il n’a pas cessé d’y enseigner l’arabe dialectal et l’Islam aux élèves officiers et contrôleurs civils). Entre 1931 et 1947, il publie dans Hespéris plusieurs articles qui témoignent de son intérêt pour les contes populaires et la sainteté au Maroc (« Le vocabulaire arabe du jardinage à Sefrou », 1935 ; « Sîdî Qaddūr el-‘Alamî : notes biographiques », 1938 ; « Comparaison folklorique : deux contes marocains et contes de Grimm », 1947, repris pour les Mélanges Marçais en 1950). Son cours d’arabe dialectal pour les débutants, diffusé à partir d’avril 1939 sur les ondes de radio-Maroc, connaît un très grand succès. Supervisé par G. S. Colin, il donne lieu à la publication d’un Cours d’arabe marocain par radio. Premier degré (Rabat, 1939 [ronéotypé]) et 2e degré (Rabat, École du livre, 1941), réédité sous le titre de Cours gradué d’arabe marocain (1944), qui utilise exclusivement une transcription latine et inspire plusieurs professeurs pour leurs cours aux officiers et sous-officiers des troupes marocaines (4e éd., 1952). En septembre 1939, Buret est chargé de la censure de la presse arabe à Rabat, puis il doit y remplacer un professeur mobilisé [au lycée Gouraud ?]. À la retraite depuis 1941, il multiplie les heures de cours d’arabe marocain pour subvenir aux besoins de sa famille (il a encore quatre enfants à charge) : à l’IHEM, à l’École sociale, à la radio… Lié à Titus Burckhardt et à Émile Dermenghem qu’il rencontre à Lausanne en 1948, son nom est associé avec celui de l’interprète Jean Herbert, disciple d’Aurobindo et fondateur de la collection « Spiritualités vivantes » chez Albin Michel, comme directeur d’une éphémère collection « Soufisme » (Alger-Lyon, Messerschmidt - P. Derain, 1951-1953). La traduction de Poèmes et traités du chaykh Muḥammad at-Tādilī qu’il annonce ne paraît pas – alors que la collection abrite l’Introduction au langage doctrinal du soufisme de Titus Burckhardt. Buret laisse inachevée une traduction d’Ibn ‘Aṭā-Allāh al-Iskandarī (achevée et revue par T. Burckhardt en 1975, elle est publiée sous le nom d’El Hâj ‘Abd-ar-Rahmâne Buret par les soins de sa fille Jamila à Rabat, à compte d’auteur, en 1992, puis, avec une diffusion commerciale, sous le titre Hikam : paroles de sagesse… par Archè à Milan en 1999). Buret a en effet accompli le pèlerinage à la Mecque en 1949 puis, accompagné de sa femme, en 1956.

Sources :

ADiploNantes, Maroc, inventaire 7, direction de l’Instruction publique, 41 ;

ANF, F 17, 24.857, Moïse Timothée Buret ;

ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/12, Colin ;

Bulletin de l’enseignement public du Maroc, n° 3 (décembre 1915), n° 6 (juillet-décembre 1916) et n° 25 (novembre 1920) ;

1830-1962 des enseignants d’Algérie se souviennent… de ce qui fut l’enseignement primaire, Privat, 1981, p. 262 ;

Xavier Accart, Guénon ou le renversement des clartés, Paris-Milan, Edidit-Archè, 2005, p. 799-800) ;

correspondance avec Claudine Cohen-Buret (octobre 2007).

C

Cadoz, François Marie (Montbozon, 1823 – Douéra, 1898)

– huissier de justice

Installé en Algérie depuis 1843 environ, dans la province d’Alger puis de Constantine, comme clerc d’avocat, il apprend l’arabe parlé en fréquentant assidûment les indigènes et l’arabe littéraire en suivant les cours de Bresnier*. Il se spécialise dans les questions juridiques, écoutant les discussions judiciaires dans les tribunaux musulmans et revoyant dans les textes les questions qu’il a entendues discuter, avec l’aide de tolba. En 1850, il publie un Nouveau dictionnaire français-arabe, précédé d’une petite grammaire arabe (Alger, Guende, autographié) qui est présenté favorablement par la rédaction des Akhbar. Journal de l’Algérie : Cadoz, contrairement à la plupart des précédents auteurs de dictionnaires d’arabe algérien, aurait fait un travail consciencieux, sans plagiat, et pris soin de déterminer la signification précise des mots arabes qui correspondent aux différents usages d’un mot français. Bresnier lui confie d’ailleurs le soin de réaliser le vocabulaire de l’Anthologie élémentaire qu’il publie en 1852. Mais l’ouvrage que présente Cadoz en 1855 pour concourir au prix accordé par le gouvernement aux auteurs des meilleurs dictionnaires français-arabe et arabe-français n’est pas retenu par la commission, pas plus que ceux de Gorguos et Devoulx. Cadoz est clerc d’avocat puis huissier à Mascara lorsqu’il publie en 1852 deux ouvrages scolaires coédités à Alger et Paris, par F. Bernard et Hachette : son Alphabet arabe ou éléments de la lecture et de l’écriture arabes souligne l’unité, par delà ses « dialectes », d’une langue arabe qui « est loin d’offrir toutes les difficultés que l’on veut bien lui prêter » ; son édition d’extraits d’as-Suyūtī (Civilité musulmane ou Mœurs, coutumes et usages des arabes, texte arabe de l’imam Essoyouthi) reprend le modèle inauguré par Cherbonneau* en 1846 pour ses Fables de Lokman, avec « une traduction française en regard du texte, suivie d’une autre traduction du mot-à-mot et de notes explicatives », mais propose un mode d’approche différent : l’apprentissage de la langue s’accompagne d’une initiation aux normes régissant les mœurs des musulmans. L’anthologie de Cadoz est jugée suffisamment solide pour être reprise par G. H. Bousquet qui en révise la traduction dans ses Classiques de l’islamologie (Alger, Maison des livres, 1950, édition qui est réimprimée à la suite de L’Islam mystique d’Alfred Bel par Maisonneuve en 1988). Le Secrétaire algérien ou le Secrétaire franco-arabe de l’Algérie, contenant des modèles de lettres, etc., ouvrage portatif (in-18) et bon marché (1,50 franc), est comme les deux précédents un succès de librairie – les trois ouvrages sont encore au catalogue de Jourdan en 1903.

Républicain et progressiste, proche de Clément Duvernois, Cadoz croit en une morale naturelle : il dégage les principes de la jurisprudence musulmane de façon à démontrer que l’institution des institutions françaises en Algérie ne leur porte pas atteinte. Son Initiation à la science du droit musulman. Variétés juridiques (Oran, imprimerie A. Perrier, 1868) dont il dit avoir soumis le plan au qāḍī de Mascara, sī Daḥū b. Badawī, se conclut sur un « Gloire à Dieu dans les cieux, et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». Son Droit musulman malékite. Examen critique de la traduction officielle qu’a faite M. Perron* du livre de Khalil (Bar-sur-Aube, imprimerie et lithographie E.-M. Monniot, 1870) conclut sur la nécessité de reprendre le travail, pour en tirer un ouvrage maniable, instrument d’une politique d’assimilation – Cadoz y fustige les « artisans du royaume arabe-civil » et juge que les principes de la loi musulmane, « exceptés ceux qui ont trait au divorce et aux successions, ne s’opposent point à l’application du code civil ». Veuf en 1862, il s’est remarié en 1872 avec Rosalie Corquelie, elle-même veuve et domiciliée à Mascara, sans laisser d’enfants. Il lègue à l’ESLO les manuscrits d’un dictionnaire français-arabe en deux volumes et d’un dictionnaire français-kabyle en un volume, destinés à former un dictionnaire français-arabe-kabyle qu’il a laissé inachevé. Ils y sont déposés à la bibliothèque en 1890.

Sources :

ANF, F 17, 4059, bibliothèque, dons et acquisitions (an VIII-1899) ;

ANOM, F 80, 1846 et état civil (actes de mariage et de décès) ;

Akhbar. Journal de l’Algérie, 9 avril 1850.

Calassanti-Motylinski dit Motylinski, Gustave Adolphe de (Mascara, 1854 – Constantine, 1907)

– interprète principal, professeur à la chaire de Constantine

Fils de Joseph de Calassanti-Motylinski, Polonais installé en Algérie (après s’être peut-être engagé dans la légion étrangère) et de Marie-Françoise Beaudet, sans doute originaire de Marseille, il est élève boursier au lycée d’Alger où on le remarque favorablement : après avoir obtenu les baccalauréats ès lettres (1872) et ès sciences (1873), il y est nommé aspirant répétiteur, le proviseur se félicitant des bons services qu’il rend par ses connaissances en arabe. Comme Mouliéras*, il profite du vide suscité par le départ de nombreux interprètes militaires vers des carrières civiles : interprète auxiliaire en 1875, il est titularisé dès après sa naturalisation en 1879, après avoir été affecté à Bou Saada, Aumale, Larba et Géryville. Employé à l’état-major de la subdivision de Sétif puis à celui du 10e corps d’armée à Alger (il participe à la campagne contre Bou Amama en 1881 et fait alors la connaissance de Charles de Foucauld), il passe en 1882 au BA de Ghardaïa lors de l’annexion du Mzab par la France. Il y poursuit la voie frayée par Henri Duveyrier et Émile Masqueray, profitant de la situation nouvelle pour accéder à des manuscrits de textes restés inédits. Il publie ainsi en 1885 la traduction annotée du récit historique d’un chérif local, rédigé à l’initiative du chef du BA de Ghardaïa (Notes historiques sur le Mzab. Guerara depuis sa fondation, Alger, Jourdan), l’amorce d’une « Bibliographie du Mzab. Les livres de la secte abadhite » (Bulletin de correspondance africaine, t. III) et l’édition d’une Relation en tamazirt du djebel Nefousa composée par Brahim ou Slimane Chemmakhi – il en publiera en 1898 la transcription et la traduction dans le Bulletin de correspondance africaine, travail récompensé par le prix Volney de l’Institut. Il s’intéresse donc à l’histoire et aux variétés linguistiques du berbère des Ibadhites au-delà du Mzab, éditant, transcrivant et traduisant des « Dialogues et textes en berbère de Djerba » (JA, novembre-décembre 1897). Il ne délaisse pas les textes arabes, publiant par ailleurs un texte en vers de Muḥammad al-Muqrī, Les Mansions lunaires des Arabes (Fontana, 1899). En 1888, il succède à Sonneck* comme interprète de la division des affaires indigènes de Constantine ainsi qu’à la direction de la médersa de la ville où il donne des cours de français, d’arithmétique, d’histoire et de géographie. À cet enseignement s’ajoute celui de la chaire publique d’arabe où il supplée A. Martin*, malade (1890), avant de le remplacer (1892). Très bien noté, apprécié par ses élèves (il a parmi ses auditeurs Gustave Mercier*), décoré de la Légion d’honneur (1893), il y est finalement nommé professeur titulaire après avoir quitté les cadres de l’armée (1897) – le recteur l’invite alors à donner une conférence de kabyle deux fois par semaine, en plus des cinq leçons d’une heure d’arabe, sans qu’on sache si cet enseignement a été organisé. Il se marie la même année avec Renée Maghe. Il publie des « Itinéraires entre Tripoli et l’Égypte, extraits des relations de voyage d’El Abderi, El Aiachi, Moulay Ah’med et El Ourtilani » (Bulletin de la Société de géographie d’Alger, 1900) et demande sans succès une mission du ministère de l’Instruction publique pour explorer le Nord et l’Est de la Tripolitaine « au point de vue géographique, archéologique, bibliographique et linguistique ». Une mission au Souf financée par le Gouvernement général de l’Algérie lui permet de décrire le Dialecte berbère de R’édamès (1904, à nouveau dans le cadre du Bulletin de correspondance africaine). Entre mars et novembre 1906, il est missionné par l’Instruction publique pour traverser le Hoggar d’Ouest en Est et explorer scientifiquement les langues, la sociologie et la géographie du pays touareg en compagnie de Foucauld, devenu entre-temps prêtre.

Le matériel linguistique accumulé par Motylinski, mort du typhus peu après son retour, est repris par Foucauld et publié par les soins de René Basset* sous les auspices du Gouvernement général (Essai de grammaire suivi d’un vocabulaire français-touareg, 1908), tandis qu’Émile-Félix Gautier édite ses notes de voyages dans les Renseignements coloniaux et documents publiés par le Comité de l’Afrique française (« Voyages à Abalessa et à la Koudia, notes de M. Motylinski », n° 10, octobre 1907). À Constantine, le syndicat de la presse du département constitue un comité pour lui ériger un monument auprès de la médersa. On donne son nom au premier fort français érigé en 1908-1909 dans le Hoggar, à Tarhaouhaout, à l’Ouest de Tamanrasset. En 1911, sa veuve, qui, avec sa fille malade, se dit dans une situation précaire malgré le débit de tabac dont elle a obtenu la concession, n’obtient pas le rachat par le gouvernement général d’environ 600 exemplaires du catéchisme ibadhite qu’a édité son mari : Luciani* préfère lui faire attribuer un secours de 300 francs. René Basset associe à nouveau son nom à celui du père de Foucauld en éditant en 1922 leurs Textes touaregs en prose (dialecte de l’Ahaggar), plus tard l’objet d’une réédition critique par Salem Chaker, Hélène Claudot et Marceau Gast (Aix, Édisud, 1984).

Sources :

ADéf, 6Yf, 62.758 (interprète) ;

ANF, F 17, 17.280 (mission) et 22.775 (professeur) ; ANOM, 14 H, 46 (directeur de médersa) ;

ANOM, X, papiers Motylinski ;

Féraud, Les Interprètes… ;

DBF (notice par F. Marouis) ;

Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, 1er trimestre 1907, p. 119-122 (nécrologie par A. Mesplé) ;

Massé, « Les études arabes… » ;

Marie Letizia Cravetto, « Histoire du dictionnaire français-touareg de Charles de Foucauld », REI, 1979-2 ;

Maurice Serpette et Michel de Suremain, « Charles de Foucauld et Adolphe de Calassanti-Motylinski : étude historique », Bulletin trimestriel des amitiés Charles de Foucauld, n° 133, 1999, p. 2-12.

Canapa, Jean-Baptiste Frédéric (Marseille, 1802 – Philippeville, 1869)

– interprète de 2e classe

Fils d’un ancien mamelouk de la garde impériale établi comme liquoriste à Marseille, il est recruté comme guide interprète en septembre 1830. Interprète auprès du gouverneur Drouet d’Erlon en novembre 1834, Ḥamīd Būdarba le juge « mauvais sur tout ». Il est ensuite attaché au général de Rumigny, sous les yeux duquel il est blessé. Il est interprète du commandant supérieur à Philippeville en 1844, quand il y épouse Ursule Geneviève Lenoble dit Lafontaine, 34 ans. Passé à la 2e classe en 1844, il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1847. Veuf, il épouse en secondes noces Clémence Eulalie Couzot (apparentée à l’interprète du même nom ?), avec parmi les témoins l’interprète Auguste Antoine Martin*. Il est en poste à Batna lorsqu’il est admis à la retraite en 1863, et s’installe à Philippeville. Sa fille, veuve Pernet, est établie pendant la Grande Guerre dans la banlieue parisienne, à La Varenne-Saint-Hilaire.

Sources :

ADéf, 4Yf, 30.035, Canapa ;

ANF, LH/417/22 ;

Féraud, Les Interprètes…

Cantineau, Jean (Épinal, 1899 – Sainte-Geneviève-des-Bois, 1956)

– professeur aux Langues orientales, linguiste

Fils d’un militaire, il passe son enfance à Saint-Cloud. Après avoir préparé au Cours Saint-Louis, un établissement catholique de la rue de Monceau, le baccalauréat latin-sciences et mathématiques (1917-1918), il part faire ses études à Aix-en-Provence (1924-1926) où il obtient licence ès lettres classiques et diplôme d’études supérieures. Son mémoire sur un manuscrit morisque de la bibliothèque Méjanes, traduction espagnole écrite en caractères arabes d’une « lettre du mufti d’Oran aux musulmans d’Andalousie », est publié en 1927 dans le Journal asiatique. Plutôt que l’agrégation d’histoire, il décide de préparer à Paris les diplômes de l’École des langues orientales (il y est l’élève de Gaudefroy-Demombynes), de la IVe section de l’École pratique des hautes études (où il suit les conférences du père Scheil, d’Isidore Lévy et de Marcel Cohen et soutient un travail sur le nabatéen en novembre 1928) et de l’École du Louvre (élève de René Dussaud, il obtient en juin 1929 son diplôme en archéologie orientale). Il a déjà publié un article dans la Revue d’assyriologie quand il est nommé en octobre 1928 pensionnaire à l’Institut français de Damas où il fait fonction de bibliothécaire. Dirigé par M. Cohen, il renonce à travailler sur les formes verbales dites réfléchies en t et en n dans les langues sémitiques pour s’orienter vers des recherches comparatives sur leur vocabulaire. Avec le soutien de W. Marçais, il est chargé de cours (1933), puis professeur (1936) à la faculté des Lettres d’Alger, la chaire de littérature arabe et persane qu’occupait Massé ayant été transformée en une chaire de linguistique générale et langues sémitiques. Ses travaux concernent à la fois la dialectologie arabe, les autres idiomes sémitiques et l’application des découvertes de la phonétique et de la phonologie au domaine des études sémitiques. À partir de sa thèse principale sur le Dialecte arabe de Palmyre (1934), où il croise linguistique et ethnologie, il élargit son étude au parler des Arabes scénites nomades qui viennent à Palmyre, différent de celui des sédentaires, puis s’intéresse aux parlers des tribus du Moyen Euphrate et aux grandes confédérations de nomades chameliers qui ont pour terres de parcours le désert de Syrie et l’Est de Damas. Il retourne en Syrie entre 1934 et 1936 pour mettre au point les enquêtes amorcées dès 1933 sur les parlers des sédentaires du Hauran et du Djebel Druze (du fait de la guerre, les Parlers arabes du Horan ne paraissent qu’en 1946, avec un atlas linguistique ; il y fait une part à la phonologie que lui a révélée la lecture de Troubetzkoy). Ses Études sur quelques parlers de nomades arabes d’Orient esquissent pour la première fois un classement des parlers nord-arabiques. Il amorce aussi des enquêtes dialectologiques à Alger, en déterminant la variété des parlers arabes de l’Algérois et du Constantinois (IVe congrès de la Fédération des sociétés savantes de l’Afrique du Nord, 1938), puis du département d’Oran (1940) et des territoires du Sud (1941). L’attention qu’il porte aux langues sémitiques anciennes, en particulier à l’araméen occidental (nabatéen et palmyrénien), est concomitant de ses travaux sur les parlers arabes. Dans sa Grammaire du palmyrénien épigraphique qui lui sert de thèse secondaire (1935, réimpr. Osnabrück, 1987) et qu’il dédie à Henri Seyrig, il a croisé linguistique et épigraphie en utilisant l’archéologie et l’histoire comme sources complémentaires en cas d’obscurités. Il y a proposé de distinguer l’araméen parlé à Palmyre dans les trois premiers siècles de l’ère chrétienne, d’origine orientale et proche du syriaque, d’un araméen de chancellerie, langue officielle d’empire, d’origine occidentale, ce qui a suscité les réserves de son jury. Il entend faire profiter les études sémitiques des avancées de la phonologie et de la phonétique qu’il veille à diffuser auprès de ses étudiants. Après avoir fondé en 1936 un laboratoire de phonétique à l’université d’Alger et publié des Cours de phonétique arabe (Alger, 1941), il fait connaître les travaux de l’école de Prague en traduisant en français les Principes de phonologie de Troubetzkoy (Les Belles Lettres, 1948, rééd. Klicksieck, 1957 puis, corrigée par Luis Jorge Prieto, 1986). Souffrant de crises d’asthme et de tuberculose, il cherche à éviter le climat d’Alger et obtient en 1937 l’autorisation de résider à Blida. Un arrêté le chargeant en 1946 d’un enseignement de langue et littérature arabe à la faculté des Lettres d’Aix est rapporté, le recteur d’Alger ayant refusé de l’autoriser à de longues périodes d’absence. C’est finalement à Paris qu’il achève sa carrière, après le rétablissement de la chaire d’arabe oriental de l’École des langues orientales, J. Lecerf s’étant désisté en sa faveur (1947). Porté à la présidence de la Société française de linguistique en 1951, il inspire de nombreux travaux monographiques, dont celui de Hassan el-Hajjié sur le parler de Tripoli de Syrie. Il publie enfin avec son répétiteur Youssef Helbaoui un Manuel élémentaire d’arabe oriental (parler de Damas) à destination de ses étudiants (1953), alors que sa maladie l’oblige à de fréquents congés.

Sources :

ANF, F 17, 27.501, Cantineau (dérogation) ;

Henri Fleisch et Jean Starcky, « Jean Cantineau (1899-1956) », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 1958 (108), p. 14-20 ;

Études de linguistique arabe. Mémorial Jean Cantineau, Klincksieck, 1960 (comprend une liste de ses travaux) ;

Langues O…, 1995 (notice par G. Troupeau).

Cardin de Cardonne, Alexandre Michel Antoine (Paris, 1786 – Alexandrie, 1839)

– drogman à Alexandrie

Petit-fils de Dominique Cardonne, secrétaire interprète du roi et professeur au Collège royal, et cousin germain d’Antoine Desgranges aîné* – sans qu’ils semblent avoir été proches, peut-être du fait d’une sensibilité politique divergente –, il est élève jeune de langue à Paris (1798-1806) puis à Péra avant d’être nommé drogman à l’ambassade de Constantinople (septembre 1812). Promu deuxième drogman à Alep (septembre 1816), il passe ensuite drogman chancelier à Alexandrie (1826, avec un traitement de 3 000 francs) et obtient finalement l’autorisation de se marier avec une dame Mercenier, veuve née Glioco, dont la sœur est déjà l’épouse d’un drogman. En congé à Paris en 1833, il n’obtient pas le consulat de Chypre qu’il demande, mais voit l’année suivante son traitement porté à 4 000 francs. Entre 1833 et 1837, il publie dans le JA la traduction d’extraits du Roman d’Antar (dont il a fait copier un manuscrit conservé à Constantinople, copie dont il a fait don à la Bibliothèque royale) : après « La mort d’Antar » ce sont « Le sabre d’Antar », « Djeida », puis « Dessar ». Il se montre ainsi le fidèle continuateur de son grand-père qui avait effectué une première compilation du roman. Il traduit aussi le Mazhar at-taqdis bi zihab dawlat al-firansis de ‘Abd ar-Raḥmān al-Ǧabartī, traduction dont le JA publie des extraits avant qu’elle ne paraisse sous forme de volume en 1838 (Journal d’Abdurrahman Al-Gabarti pendant l’occupation française, Dondey-Dupré). Il les fait suivre d’extraits du Précis de l’occupation française de Niqūlā at-Turkī dont son cousin Desgranges aîné publiera le texte intégral l’année suivante. En bon représentant des familles traditionnelles de drogmans, imperméables au mouvement arabophile qui traverse les élites libérales parisiennes, il dit vouloir ainsi « prémunir [ses] compatriotes d’Alger sur cette dangereuse facilité qu’ont nos guerriers de fraterniser tout de suite avec les vaincus ». Cardin souligne en effet qu’al-Ǧabartī « n’était pas séduit par les discours du général Bonaparte, qui cependant était un grand maître dans ce genre », qu’il a été plus impressionné par Kléber (« celui-ci ne rit pas comme l’autre ») et choqué par l’apostasie de Menou. Promu chevalier de la Légion d’honneur, Cardin meurt peu après avoir été admis à faire valoir ses droits à la retraite en mars 1839, du fait de son mauvais état de sa santé.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 747 (Alexandre Cardin) ;

Joseph Cuoq, Journal d’un notable du Caire durant l’expédition française, Paris, Albin Michel, 1979 ;

Amin Sami Wasset, « Al-Gabarti, ses chroniques et son temps », D’un Orient l’autre, vol. 2, Identifications, Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 177-199.

Carletti, Pascal Vincent dit Mansour (Nicosie, 1822 – Bruxelles, 1892)

– journaliste et professeur d’arabe

Fils d’un médecin napolitain qui, après avoir sans doute exercé à Chypre, a été attaché au gouverneur du Mont-Liban (1830-1840), il est élève au collège lazariste d’Antoura où il reçoit une solide formation en arabe. Après avoir travaillé à Beyrouth comme secrétaire interprète pour l’arabe aux consulats de Russie (1844), puis de France (1845), Pascal Vincent part diriger une école à Lattaquié (1849-1851). Il gagne ensuite Londres et Belfast où il est traducteur et maître en langues orientales (1851-1856). C’est à Marseille, où il aurait effectué des traductions pour le compte de l’agence des Affaires étrangères, qu’il choisit en 1858 de lancer un journal entièrement en arabe, ‘Uṭārid [Mercure], après avoir voyagé dans le Levant et à Tunis pour y récolter les abonnements et les fonds nécessaires. Mais il ne parvient pas à assurer la parution régulière du bimensuel, auquel a été associé Fāris aš-Šidyāq*. Une seconde série qu’il fait paraître à partir de juillet 1859 à Paris n’a guère plus de succès : en tout, le titre ne dépasse pas quinze numéros. Il accuse les lenteurs de l’autorisation administrative et le défaut de soutien public (le journal n’a pas d’encarts publicitaires). En une ultime démarche, Carletti, qui dit s’être assuré la coopération « d’un éminent linguiste tunisien et celle d’un jeune syrien de Damas » (sans doute Sulaymān al-Ḥarā’irī* et Rušayd ad-Daḥdāḥ* qu’il a pu chercher à débaucher du Birǧīs Bārīs de l’abbé Bourgade*), flatte la fibre protestante du nouveau ministre de l’Algérie, Randon, en présentant le Mercure comme le nécessaire antidote aux visées ultramontaines de son concurrent. Faute de réponse, Carletti, qui vit de leçons particulières d’arabe, quitte finalement la France pour le service du bey de Tunis où il dirige de 1860 à 1877 l’officiel Rā’id at-tūnisī (pour lequel il parvient en 1863 à s’associer ad-Daḥdāḥ), tout en supervisant l’édition d’une douzaine d’ouvrages arabes. Il est alors connu sous le nom de Mansour Carletti. À la demande de Ḫayr ad-dīn bāšā, il collabore à la traduction de l’Iẓhār al-ḥaqq ou manifestation de la vérité de Raḥmatullāh al-hindī, défenseur de l’islam contre les missionnaires protestants en Inde. Il souligne alors la sororité des trois religions, juive, chrétienne et musulmane. On le retrouve ensuite à Londres puis à Bruxelles où il enseigne entre 1880 et 1890 l’arabe à l’université libre. Il y publie pour ses élèves une Préparation du sentier des philomathes à l’acquisition des principes de la langue des Arabes. Méthode théorico-pratique de la langue arabe (Imprimerie de Verhavert, 1884).

Sources :

P.-V. Carletti, [Circulaire pour une souscription destinée à la fondation d’un journal arabe à Marseille], Montmartre, Imprimerie de Pillay, [1859], 4 p. (BNF) ;

Moncef Chenoufi, Le Problème des origines de l’imprimerie et de la presse arabes de Tunisie dans sa relation avec la renaissance « Nahda », 1847-1887 (thèse de lettres, université Paris IV, 1970), Lille, Service de reproduction des thèses de l’université, 1974, 2 t., 921 p. (en particulier t. 1, p. 194-212) ;

Philippe Anckaert et Jean-Charles Ducène, « L’enseignement de la traduction arabe en communauté française de Belgique : passé, présent, avenir », Idioma n° 19, Tarjama, Quels fondements pour la didactique de l’arabe ? [Bruxelles], 2008, p. 10 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par P. Servais).

Carra de Vaux, Bernard (Bar-sur-Aube, 1867 – Nice, 1953)

– islamologue positiviste et chrétien, professeur à la faculté de théologie catholique de Paris

Issu d’une famille noble favorable à la monarchie constitutionnelle et ralliée aux Bonaparte, il grandit au château de Rieux dans la Marne, dans un milieu lettré, catholique : son grand-père paternel, historien de la Champagne et auteur de traités de philosophie religieuse, est cousin germain de Lamartine ; un oncle a été consul en Orient ; sa mère, née Pernéty, est une arrière-petite-fille du maréchal Jourdan. Après le collège Stanislas à Paris et l’École polytechnique (1886), il renonce à prendre une situation : vivant de ses rentes, il partage son temps entre les œuvres sociales (il est élu en 1892 maire de Pansey dans la Haute-Marne où il fonde un syndicat agricole), l’art (peinture, musique et poésie) et les travaux érudits, tournés plus spécialement vers l’étude de la langue arabe. Resté célibataire, il fait aussi des voyages d’études en Asie mineure (1891 et 1897) et aux États-Unis. Membre actif de la Société asiatique (il intègre son conseil en 1895), c’est un catholique militant qui publie ses travaux dans la Revue des questions historiques, la Revue biblique et les Annales de philosophie chrétienne. Il travaille à l’organisation des congrès scientifiques internationaux des catholiques (à Paris en 1891 puis à Bruxelles en 1894), enseigne l’arabe à la faculté de théologie de l’Institut catholique (entre 1891 et 1910) et fonde en 1896 avec le P. Charmetant, le marquis de Vogüé et le baron d’Avril la Revue de l’Orient chrétien. Il est parmi les premiers à dénoncer les massacres d’Arménie en 1895 et s’oppose à l’antisémitisme qui se développe autour de l’affaire Dreyfus. Les leçons qu’il donne à l'École des hautes études sociales et sa participation au congrès d’histoire des religions à Paris en 1900 laissent penser qu’il a de bons rapports avec les milieux scientifiques républicains dreyfusards. Mais il se heurte à R. Basset*, qui, rendant compte dans la Revue de l’histoire des religions de ses publications, lui reproche de méconnaître les derniers travaux historico-critiques de l’école allemande. Son œuvre témoigne cependant d’une large curiosité. Après quelques travaux de grammaire, il édite des textes de mécanique et d’astronomie (« L'astrolabe linéaire, ou Bâton-Tousi », JA, 1895). Il s’intéresse à la musique arabe (« Traité des rapports musicaux, ou l'Épître à Scharaf ed-Din par Safi ed-Dîn Abd el-Mumin Albaghdâdî », JA, 1891), collabore avec le baron d’Erlanger et prend part au congrès du Caire en 1932. Il traduit des encyclopédies de la période classique : Le Livre de l’avertissement et de la révision, compendium des ouvrages d’al-Mas‘ūdī, en 1896 ; L’Abrégé des merveilles, où il cherche un état ancien du folklore, en 1897 (rééd. avec une préface d’A. Miquel, Sindbad, 1984). Il donne aussi des ouvrages destinés à un plus large public. Lecteur de Gobineau, il présente le chiisme comme une « réaction aryenne » contre le joug de l’islam, réaction qu’il appelle à soutenir, en particulier sous la forme du bâbisme (Études d’histoire orientale…, 1897). Ses biographies d’Avicenne et de Gazali (dont il a édité la Destruction des philosophes), parues chez Alcan en 1900 et 1902, sont des succès. Il en reproduit la formule pour la collection « Science et religion » des éditions catholiques Bloud (Newton ; Leibniz ; Galilée ; Léonard de Vinci, 1907-1910). Poursuivant ses travaux érudits dans le domaine du christianisme oriental, il collabore au Corpus scriptorum christianorum Orientalium. Il s’intéresse aussi à la langue étrusque qu’il apparente aux « racines altaïques », elles-mêmes rapprochées des « racines aryennes » (La Langue étrusque, sa place parmi les langues, étude de quelques textes, 1911). Son ouvrage majeur, Les penseurs de l’Islam (Geuthner, 1921-1926, réimprimé en 1984), présente, en cinq volumes analytiques (Les Souverains, l’histoire et la philosophie politique ; Les Géographes, les sciences mathématiques et naturelles ; L’Exégèse. La tradition et la jurisprudence ; La Scolastique, la théologie et la mystique, la musique ; Les Sectes. Le libéralisme moderne), les principales figures, œuvres et idées de l’Orient islamique, en faisant le point sur les travaux récents – occasion d’épingler la « philosophie abstruse » et le « style recherché » de Massignon*. Elle témoigne d’une approche sympathique, ouverte au monde contemporain (il admire les « patriotes » égyptiens et fait silence sur l’Algérie), qui invite à ne pas confondre Islam et Orient et à ne pas tout comprendre sous l’angle de la religion – mais c’est pour reprendre des modes d’interprétation anciens, comme l’explication par le climat.

Sources :

C. E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition, de librairie et d’impression, 1901-1918 ;

Henry Carnoy, Dictionnaire biographique international des écrivains, Paris, Carnoy, 2e éd., 1903, p. 102 ;

DBF ;

F. Laplanche éd., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 9, Les Sciences religieuses. Le xixe siècle 1800-1914, 1996, p. 688 (notice par Mohammad Ali Amir Moezzi).

Casanova, Paul (Orléansville, 1861 – Le Caire, 1926)

– professeur au Collège de France

Fils d’un colon, élève du lycée d’Alger puis pensionnaire à Sainte-Barbe à Paris (1874-1879), il prépare comme externe au lycée Louis-le-Grand le baccalauréat et l’entrée à l’École normale supérieure. Admis en 1879, il doit quitter l’École un an plus tard, après avoir échoué à la licence. Fustel de Coulanges n’oublie pas cependant l’élève exclus et se charge de le placer comme maître-auxiliaire à Louis-le-Grand. Une fois licencié (1881), le jeune professeur est nommé au lycée de Saint-Brieuc, puis à Châteauroux et à Amiens, sans s’adapter aux contraintes du métier (il est déplacé de Saint-Brieuc pour avoir refusé d’obéir au proviseur ; les inspecteurs le décrivent comme un « artiste » qui ne sait pas faire régner la discipline et reste fermé à leurs consignes). Faute d’un poste en Algérie (le bruit court qu’il est « israélite », et l’inspecteur juge que « moins il y aura de fonctionnaires israélites en Algérie, mieux cela vaudra »), il obtient d’être placé en congé (1884) et, plutôt que de préparer l’agrégation d’histoire, se dirige vers le professorat d’arabe qui ouvre à un emploi en Algérie où son père est mort, laissant des enfants mineurs et une succession embarrassée. Il prépare dans cet objectif le diplôme de l’ESLO (1888) et suit les cours de Hartwig Derenbourg* à l’EPHE. Nommé à la mission archéologique française du Caire, il est bien noté par Gaston Maspero, ce qui permet la prolongation de sa mission trois années de suite (novembre 1889-1892) et un nouveau séjour en 1895-1896. Il entame alors la publication d’objets orientaux, les uns acquis par la mission du Caire et destinés au musée du Louvre (sphère céleste, stèles funéraires), d’autres réunis en collections privées (poids de verre et monnaies des collections Fouquet et Innès publiés par l’Institut égyptien en 1891, puis collection de la princesse Ismaïl, veuve du khédive, publiée à Paris en 1896). Après une éphémère charge d’enseignement au lycée de Tulle, nécessaire pour échapper au service militaire, il est nommé en janvier 1893 au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale (où il est promu bibliothécaire en 1900, avec l’accord de son directeur Ernest Babelon), sans parvenir à passer au département des manuscrits orientaux. Il fait partie en 1893 du comité de patronage de la nouvelle Société des peintres orientalistes français. Depuis la fin de 1899 directeur adjoint de l’Institut français d’archéologie du Caire (IFAO), la nouvelle forme institutionnelle qu’a prise la mission archéologique, il y contrôle la préparation et l’impression des travaux arabes. Avec Ravaisse* et Salmon*, il participe à l’entreprise initiée par Maspero de dresser une histoire de la topographie du Caire : Histoire et description de la citadelle du Caire, 1897 ; « Noms coptes du Caire et localités voisines » (BIFAO, 1901) ; traduction de la première moitié des Ḫitāṭ d’al-Maqrīzī, laissée inachevée par Bouriant, l’ancien directeur de la Mission (2 vol., 1906 et 1920) ; Essai de reconstitution topographique de la ville d’al-Foustât ou Misr, lecture atomistique et philologique de la ville (1er vol., 1919), fondé sur le texte d’Ibn Duqmāq récemment découvert. Son élection à la succession de Barbier de Meynard* au Collège de France en 1909 est fort controversée et laisse des marques : l’école du Caire et l’archéologie l’ont emporté sur l’école d’Alger et sur l’ouverture de la philologie aux sciences de l’homme (sociologie, ethnologie et anthropologie) que promeut son rival malheureux René Basset*. Alors que Basset avait l’appui de l’École des langues orientales et était proche de milieux coloniaux héritiers de l’opportunisme à la Ferry, Casanova s’est appuyé sur un réseau normalien et a profité de l’intervention de personnalités radicales au pouvoir (y compris Clemenceau) – la cicatrice ne se refermera pas de sitôt : on trouve souvent chez les élèves de R. Basset une certaine distance méprisante envers le radical-socialisme, parfois teintée d’un brin d’antisémitisme. Après une leçon inaugurale où il fait l’éloge de Caussin* qui, soucieux de rendre candidement la pensée arabe, serait approché plus près de la réalité que les hypercritiques modernes – c’est une pointe contre Basset –, l’enseignement de Casanova au Collège témoigne désormais d’une volonté de dépasser les strictes limites de l’archéologie : il traite d’Ibn Khaldoun (1910-1911), d’al-Māwardī (1911-1912), du chiisme (1913-1914), et se fixe sur la société arabe aux premiers siècles de l’hégire (d’après les Mille et une nuits, le Livre des Chansons et les Prairies d’or) en même temps que sur les parties les plus anciennes du Coran (1916-1924). En 1911, Casanova publie un Mohammed et la fin du monde qui insiste sur l’importance de la croyance du prophète en l’imminence de l’apocalypse, conviction qui l'aurait détourné de la question de sa succession et de l’organisation politique future. L’ouvrage est mal reçu, effet sans doute de l’élection de 1909. En France pendant la Grande Guerre, il prend part à l’assistance aux blessés musulmans et, en 1916-1917, a parmi les auditeurs de son cours au Collège de France Taha Hussein (dont il dirige avec Émile Durkheim la thèse sur la philosophie sociale d’Ibn Khaldoun). Après guerre, resté célibataire, il partage à nouveau son temps entre Paris et le Caire où il a été chargé d’un cours à l’Université égyptienne et où il meurt des suites d’une pneumonie. Son exécuteur testamentaire, Gabriel Ferrand*, fait rapatrier le corps à Arcachon où Casanova a demandé à être inhumé. Son œuvre, sans avoir l’ampleur puissante de celle de R. Basset, a peut-être par certains aspects une portée plus grande, du fait d’une approche de l’islam moins distante.

Sources :

Archives du collège de France, Casanova [peu fourni] ;

ANF, F17, 25.671, Casanova et 61 AJ 216 ;

ADiploNantes, Le Caire, consulat, série C, 19, Casanova (succession) ;

Henry Carnoy, Dictionnaire biographique international des écrivains ;

Dictionnaire biographique, 1906 ;

Revue numismatique, 1926, p. 240 ;

DBF ;

C. Charle et È. Teklès, 1988 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par J. Loiseau) ;

Suzanne Taha Hussein, Avec toi. De la France à l’Égypte : « un extraordinaire amour ». Suzanne et Taha Hussein (1915-1973), Paris, Cerf, 2011, p. 97-98.

Caussin de Perceval, Amand-Pierre (Paris, 1795 – Paris, 1871)

– professeur au Langues orientales et au Collège de France

Né dans les bâtiments du Collège de France où son père, Jean-Baptiste Jacques Antoine Caussin (Montdidier, 1759 – Paris, 1835), est titulaire de la chaire d’arabe, Amand-Pierre ne rompt pas avec la tradition familiale. Jeune de langue (1806-1814), interne au lycée impérial (l’actuel lycée Louis-le-Grand), il est lauréat du concours général en rhétorique (1813). En 1814, il part compléter sa formation à Constantinople et à Smyrne, puis passe une année dans un couvent de Saïda pour perfectionner son arabe (1816-1817). Nommé drogman à Alep (1818), il est attaché à la mission de M. de Portes, chargé d’acheter des étalons arabes, en même temps que Louis Damoiseau qui en publiera en 1833 la relation dans son Voyage en Syrie et dans le désert. En 1821, il succède à Bocthor* à la chaire d’arabe vulgaire de l’École des langues orientales, préférant retourner à Paris plutôt que d’être affecté à Constantinople. Il consacre désormais l’essentiel de son temps à l’étude de l’arabe, à l’exception de la traduction de deux ouvrages de Muhammad Asad effendi, historiographe du sultan ottoman (Précis historique de la guerre des Turcs contre les Russes, depuis l’année 1769 jusqu’à l’année 1774, 1822 et Précis historique de la destruction des janissaires par le sultan Mahmoud en 1826, 1833). Membre de la Société asiatique et de la Société de géographie, il est aussi depuis décembre 1824 interprète au dépôt de la Guerre : on l’y emploiera à traduire les correspondances des notables algériens saisies ou contrôlées après 1830. À partir de 1828 (ou 1830 ?), il supplée son père au Collège de France, le remplaçant définitivement en 1833. Ce cumul lui permet d’harmoniser enseignement de la conversation dans une langue usuelle et étude de textes anciens, deux approches d’une langue dont il affirme l’unité profonde. La grammaire pour la chaire d’arabe vulgaire des Langues orientales n’ayant pas encore été composée, Caussin s’attèle au devoir de sa charge. Dans la préface de sa Grammaire arabe vulgaire, construite comme un complément de celle de Sacy, il défend l’existence sui generis d’une langue simplifiée, déjà formée depuis longtemps, et qui partage un même fond avec la langue littérale (1824, rééd. augmentée en 1833, 4e éd. en 1858). Il se charge aussi d’éditer le Dictionnaire français-arabe laissé inachevé par Bocthor (1828-1829, 2e éd. en 1848). Son enseignement fait une place importante au recueil de proverbes d’al-Maydānī et au roman d’Antar dont il se fait le défenseur face au criticisme puriste d’un Fresnel qu’il trouve trop influencé par l’avis dédaigneux des oulémas du Caire. En publiant dans le JA la traduction de la « mort d’Antar » (1833), Caussin avait touché un goût romantique curieux de primitivité et attiré l’attention du monde littéraire sur une œuvre qu’on rapprochait des romans de chevalerie. Pour Caussin, le roman d’Antar, « Iliade des Arabes », équivalent des Mille et une nuits « dans un ordre de littérature plus élevé », est une source historique fiable en ce qu’il exprime les mœurs et l’esprit des anciens Arabes. Caussin réserve aussi une place importante au Kitāb al-Aġānī d’Abū l-Faraj al-Iṣfahānī où il puise une grande partie des matériaux de son magistral Essai sur l’histoire des arabes avant l’islamisme, pendant l’époque de Mahomet et jusqu’à la réunion de toutes les tribus sous la loi musulmane (3 vol., 1847-1848 ; réimp. Graz, Akademische Druck, 1967) ainsi que de ses « Notices anecdotiques sur les principaux musiciens arabes des trois premiers siècles de l’islamisme » éditées après sa mort par Defrémery* (JA, novembre-décembre 1873). Plutôt que de déconstruire les sources arabes par une démarche analytique extérieure et froide au nom d’un positivisme factuel, Caussin cherche à faire ressentir fidèlement l’esprit d’un peuple – démarche qui sera saluée à la fin du siècle par un P. Casanova*. Il agence les sources de façon à constituer un récit directement accessible au lecteur occidental, en cela plus proche d’Antoine Galland, traducteur des Mille et une nuits, que de la nouvelle critique universitaire. Présentant Mahomet comme un homme politique qui n’a sans doute pas cru à toutes les révélations qu’il aurait reçues, Caussin fait de l’islam le ciment national des Arabes. Catholique, il accueille favorablement la révolution de  1848 pour son programme social : en témoigne en 1850 son Polyglotte catholique ou Exercices de linguistique en douze langues […] comprenant les principes élémentaires, théoriques et pratiques de la foi chrétienne qu’on peut rapprocher du projet de Prosper Guerrier de Dumast visant à rendre l’orientalisme classique. En 1849, il a été nommé à la commission sur l’enseignement de l’arabe en Algérie et élu à l’Institut. Sa santé se dégradant à partir de 1855, et sa vue se fatiguant, il se fait suppléer par Defrémery au Collège de France (à partir de 1859), préférant conserver son enseignement aux Langues orientales, fondé sur la conversation. Resté célibataire, il choisit en septembre 1870 de quitter sa campagne pour Paris où il meurt dans les derniers jours du siège, soigné par la dernière épouse de son père, à peine plus âgée que lui.

Sources :

ANF, F 17, 22.781, Caussin et LH/453/6 ;

Archives du Collège de France, Caussin fils ;

Lamathière, Panthéon de la Légion d’Honneur, Paris, Dentu, vol. IV, p. 196 ; JA, 1871, p. 14-16 (notice par E. Renan) ;

« Discours de M. Léopold Delisle aux obsèques de M. C. de Perceval », Institut de France, AIBL, 1871 ;

Henri Wallon, Notice historique sur la vie et les travaux de M. Amand-Pierre Caussin de Perceval, 1880, 42 p. [très informé] ;

P. Casanova, « L’enseignement de l’arabe au collège de France (leçons du 22 avril et du 7 décembre 1909) », Paris, Geuthner, 1910, p. 61 ;

H. Dehérain, « La jeunesse de l’orientaliste Caussin de Perceval », Orientalistes et Antiquaires. II. Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples, Paris, Geuthner, 1938, p. 13-24 ;

DBF (notice par Roman d’Amat) ;

Edward Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1980, p. 176-177 ;

Langues’O…, p. 66 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par S. Larzul).

Chahin, Jean [Šāhīn] (Tiflis, 1776 – Melun, 1838)

– interprète de 2e classe

Mamelouk d’origine « arménienne » au Caire, il passe au service de l’armée française qu’il suit lors de son rembarquement pour la France. Mamelouk de la garde des consuls qui devient bientôt garde impériale, il est promu lieutenant (1807) puis capitaine inscruteur, chef d’escadron (1813) des chasseurs à cheval, ses actes de bravoure lui valant d’être nommé chevalier (1804) puis officier (1806) de la Légion d’honneur (Rapp lui doit la vie sauve à Austerlitz, puis Daumesnil lors de la révolte de Madrid en 1808). Il épouse en 1809 à Melun une fille de Jacob Habaïby*. Naturalisé français en 1818, mis à la retraite en 1820, il est nommé interprète de 2e classe en 1830 et participe à l’expédition d’Alger – il est de retour en France à la fin de l’année, comme l’ensemble des interprètes. Sa candidature à un commandement en Afrique, soutenue par le général Pajol, n’est pas retenue.

Sources :

ANF, LH/467/102 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 133-137.

Chehab, Mahmoud (Wādī Šahrūr, Mont-Liban, 1837 – Tlemcen [?], 1919)

– interprète de 1re classe

Originaire d’une famille convertie au christianisme, catholique de rite maronite, il est élevé chez les jésuites. L’engagement de sa famille en faveur de Méhémet Ali lui vaut des mesures de rétorsion de la part de l’administration ottomane. En 1855, à la tête d’un corps de volontaires, il se met à disposition de l’armée française pour l’expédition de Crimée, et est chargé du ravitaillement. Il se met de nouveau au service de la France en 1860, comme guide interprète du corps expéditionnaire envoyé en Syrie. Il reste attaché à l’officier commandant la mission militaire française, avec le titre d’officier d’ordonnance de Daoud Pacha, gouverneur du Liban. Il dirige ensuite les Arabes employés aux chantiers du canal de Suez puis part en 1869 pour l’Algérie où il fait une carrière d’interprète militaire, employé successivement à Orléansville (juillet 1869), Beni Mansour (mars 1872), Fort-National (août 1872), Djelfa (mars 1873), Maghnia (mars 1876), Saïda (décembre 1876) et Tlemcen (février 1885), où il semble s’être fixé. Interprète de 1re classe lorsqu’il est décoré de la Légion d’honneur (1893), il fait partie en 1901 de l’armée territoriale.

Sources :

ANF, LH/896/36 ;

Féraud, Les Interprètes…

Cheikho, Louis [Šayḫū, Luwīs] (Mardin, 1859 – Beyrouth, 1927)

– jésuite de la mission de Beyrouth, un des principaux inventeurs du patrimoine arabe classique

Issu d’une famille chaldéenne catholique du Kurdistan, Rizqallāh futur Louis Cheikho suit les traces d’un frère, de plus de vingt ans son aîné, devenu jésuite. Reçu à l’âge de huit ans au séminaire de Ġazīr dans la montagne libanaise, il fait son noviciat à Lons-le-Saunier où il complète sa formation humaniste classique avant de retourner pour le scolasticat à Beyrouth. À partir de 1878, il y enseigne l’arabe au collège de l’université Saint-Joseph, qui reste ensuite son port d’attache (il en publie le catalogue des manuscrits orientaux entre 1913 et 1922). Prêtre en 1891, il poursuit sa formation par de longs séjours en Angleterre, en Autriche et en France entre 1888 et 1894. En 1898, il fonde la revue Al-Mašriq qui publie les travaux scientifiques de Saint-Joseph et rend compte en arabe de la production internationale. Son œuvre, très abondante (plus de mille références, notules comprises), composée très majoritairement en arabe, comprend aussi quelques titres en français. Surtout compilateur, car il s’agit de diffuser rapidement en arabe la Bonne Nouvelle (via d’édifiantes hagiographies) aussi bien que la science moderne, Cheikho est aussi l’auteur d’un travail critique original. Il édite des textes historiques (sur Beyrouth et les Bocthor* émirs d’al-Ġarb par Ṣāliḥ b. Yaḥyā, 1902) et littéraires comme le Fiqh al-luġa [Philologie] d’aṯ-Ṯa‘ālibī (1886), les poètes arabes chrétiens avant et après l’islam (respectivement en 1890-1891 et en 1923) – dans Le christianisme et la littérature chrétienne en Arabie avant l’islam (1912), il met en avant l’importance de l’empreinte chrétienne dans le monde arabe préislamique, ce qui suscitera les critiques de Georg Graf et de Henri Charles –, Kalīla wa Dimna (1905), la Ḥamāsa [Poème héroïque] d’al-Buḥturī (1909). Par ses monumentaux Maǧānī l-adab, anthologie littéraire en six volumes (1882-1884), bientôt accompagnée de quatre volumes de notes (1885-1889) et d’un supplément (1887), il définit durablement les contours d’une littérature classique. Comme ses frères en religion le père Maalouf [Ma‛lūf], auteur en 1908 du dictionnaire arabe Al-Munğid et le père Salhani [Ṣāliḥānī], à qui l’on doit une grammaire très traditionnelle, il défend une conception élitiste de la langue contre les simplifications adoptées par certains auteurs contemporains. Ce purisme exigeant, manifeste dans le tableau qu’il donne en 1907 de la littérature arabe au xixe siècle (Al-Adāb al-’arabiyya fī l-qarn at-tāsi‘ ‘ašar), est longtemps resté un modèle dans les écoles libanaises où son anthologie, encore aujourd’hui rééditée, a été largement diffusée sous une forme abrégée et remaniée. La Revue de l’Académie arabe de Damas n’a d’ailleurs pas manqué, après sa mort, de lui consacrer une notice sous la plume du nationaliste arabe Muḥammad Kurd ‘Alī.

Sources :

Camille Hechaïmié, Louis Cheikho et son livre « Le christianisme et la littérature chrétienne en Arabie avant l’Islam », Beyrouth, Dar el-Machreq, 1967 ;

Camille Hechaïmié, Bibliographie analytique du père Louis Cheikho, avec introduction et index, Beyrouth, 1986 ;

Henri Jalabert SJ, Jésuites au Proche-Orient, Notices biographiques, Beyrouth, Dar el-Machreq, 1987 ;

Dominique Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les Dominicains du Caire (années 1910 - années 1960), Paris, Cerf, 2006.

Cherbonneau, Jacques Auguste (La Chapelle-Blanche-sur-Loire, Indre-et-Loire, 1813 – Paris, 1882)

– professeur à la chaire de Constantine puis aux Langues orientales, auteur prolixe de traductions et de manuels

Il joue un rôle essentiel à l’articulation du monde savant parisien et du mouvement politique qui entend constituer en Algérie une culture franco-arabe moderne généralement partagée. Comme avant lui Berbrugger*, il est élève du collège Charlemagne à Paris et fait partie de cette jeunesse des écoles pour qui l’apprentissage de la liberté se double de celui de la langue arabe. Élève de Caussin* et de Reinaud* à l’École des langues orientales (1838-1846), il enseigne parallèlement les lettres classiques en classe de grammaire dans son ancien collège. Admis à la Société asiatique en 1841, il publie dans le Journal asiatique des traductions d’œuvres littéraires (épisode du Roman d’Antar et 30e Séance d’al-Ḥarīrī en 1845) et historiques (édition et traduction d’extraits d’un Traité de la conduite des rois et histoire des dynasties musulmanes, le Kitāb al-faḫrī d’Ibn aṭ-Ṭiqtaqā, 1846-1847). Son édition scolaire des Fables de Lokman (Hachette, 1846, rééd. en 1903) et ses Anecdotes musulmanes (1847), pour des élèves plus avancés, le recommandent pour la chaire supérieure d’arabe de Constantine où il déploie entre 1847 et 1862 une activité considérable, cumulant enseignement du français auprès des élites savantes musulmanes (il dirige un cours d’adultes et enseigne à la médersa) et enseignement de l’arabe auprès des Européens (dont les élèves du collège communal). Ses manuels à destination des indigènes insistent sur le respect dû aux préceptes de l’islam et font une place à l’enseignement féminin (Éléments de la phraséologie française, 1851 ; Manuel des écoles arabes-françaises de l’Algérie, 1854, dédié à Daumas*). Vis-à-vis des Européens, Cherbonneau insiste sur l’importance de la maîtrise de la langue parlée et du style usuel : ses Exercices sur la lecture des manuscrits arabes (1850) comprennent ainsi, en plus des actes administratifs autographiés, de la correspondance en style vulgaire et des historiettes en « dialecte des rues ». Ses Dialogues arabes, à l’usage des fonctionnaires et des employés de l’Algérie (1858) s'adressent aussi aux « musulmans de l'Algérie » à qui il faudrait faire connaître « les intentions bienveillantes et toutes paternelles du gouvernement français ». Proche des saint-simoniens – il collabore à l’éphémère Revue orientale et algérienne (1851-1853) et entretient des relations d’amitié avec A. Clerc* –, il travaille à la consolidation d’un arabe moderne algérien, en introduisant des tournures locales dans les deux contes des Mille et une nuits, l’Histoire de Chems-Eddine et Nour-eddine et Les Fourberies de Delilah, dont il donne des éditions scolaires en 1852 et 1856, et en dégageant un lexique usuel en style vulgaire (Dictionnaire français-arabe pour la conversation en Algérie, 1872) comme en style classique (Dictionnaire arabe-français [langue écrite], 1876). Il fait partie des fondateurs en 1852 de la première société savante d’Algérie, la Société archéologique de Constantine, où il manifeste un constant souci d’association qui le fait conjuguer connaissance de l’antiquité latine et arabe, rappel du passé chrétien et musulman, érudition et vulgarisation. D’un côté, il édite et traduit dans le Journal asiatique entre 1848 et 1856 de nombreux historiens arabes du Maghreb (Ibn Qunfudh pour les Hafsides vus de Constantine ; Ibn al-Qūtiyya sur la conquête de l’Andalousie ; Aḥmad-Bābā de Tombouctou pour ses notices biographiques de savants malékites ; al-Ġubrīnī pour sa galerie de savants de Bougie ; Ibn Ḥamādu pour les premiers Fatimides ; le voyageur al-‘Abdarî…). D’un autre côté, il travaille avec le littérateur Édouard Thierry à une traduction adaptée d’un conte de Mille et Une Nuits, l’Histoire de Djouder le pêcheur, publiée dans la collection des chemins de fer lancée par Hachette (1853). Après une mission appuyée par Renan et destinée à explorer les ruines des villes de Numidie (il est depuis 1856 correspondant du Comité des travaux historiques du ministère de l’Instruction publique), il est appelé en 1863 à Alger pour y succéder à Perron* à la tête du collège arabe-français. Contesté par les adversaires de la politique arabe (il est en 1867 avec son ami Berbrugger l’objet d’une campagne de presse l’accusant de s’être converti à l’islam) aussi bien que par les puristes qui opposent à sa langue moderne les productions classicisantes de la nahḍa en Orient, il est atteint par le démantèlement de la politique arabe de l’Empire. À la suite à la fermeture du collège, il est placé à la direction du Mobacher, le journal officiel algérien de langue arabe (1871), puis chargé de l’inspection de l’enseignement musulman. Son autorité scientifique est reconnue : membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1871, il prend en 1879 la succession de De Slane* à la chaire d’arabe vulgaire de l’École des langues orientales, avec pour assistant al-Haraïri*, l’ancien collaborateur de l’abbé Bourgade*. Sa femme, née Caroline Lévy, est une fidèle paroissienne de Saint-Jacques-du-Haut-Pas – ils vivent dans le Quartier latin, rue des Feuillantines. L’un de leurs fils, Eugène (1844-1927), a été scolarisé dans une école arabe-française à Alger. Devenu professeur au collège impérial d’Alger, il a collaboré à la publication d’un Traité de droit musulman algérien qui organise selon l’ordre du code civil français le contenu du traité classique de sīdī Ḫalīl. Un autre, Charles (né en 1860), est en 1917 avoué près le tribunal civil de Sétif.

Sources :

ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/12, Cherbonneau ; ANF, F 17, 2948, Cherbonneau (mission scientifique) et 22.794, Cherbonneau (carrière) ;

JA, II, 1883, p. 18-19 (notice par J. Darmesteter) ;

Revue de Géographie, 12, 1883, p. 42-45 (notice par L. Drapeyron) ;

Massé, « Les études arabes… », 1933, p. 218-220 ;

Langues’O…, p. 67 ;

DBF ;

Sylvette Larzul et Alain Messaoudi, « L'engagement d'un arabisant pédagogue. Auguste Cherbonneau et l’Algérie arabe-française (1846-1879) », Michel Levallois et Philippe Régnier éd., Ismaÿl Urbain, les saint-simoniens et le monde arabo-musulman, actes du colloque d'octobre 2013 (à paraître).

Cherif-Zahar, Ali (Alger, 1913 – Paris, 2000)

– professeur de collège et lycée

Fils de Touhami, caïd de Rovigo, lui-même petit-fils d’Ali Chérif qui, capturé avec la smala d’Abd el-Kader en 1843, a été envoyé étudier à Paris avant d’être interprète militaire puis caïd, il est issu d’une des plus importantes familles « maures » d’Alger qui, tout en ayant accédé à la citoyenneté française, reste attachée à ses ancêtres et fière de ses alliances turques. Par sa mère, il descend des Ben Brihmat* et est apparenté aux Sakka, où se recrutaient les contrôleurs des frappes monétaires dans la ville (amīn as-Sakka) avant 1830. Une fois bachelier (1933), latiniste et arabisant, il prépare le concours d’entrée à l’École normale supérieure au lycée Bugeaud, puis les différents certificats de la licence d’arabe (1936-1939) en même temps qu’il est maître d’internat (au lycée d’Alger, à Bône et à Blida). Mobilisé, il participe à la campagne de France. À son retour, il se marie à El-Biar avec Fella Oulid Aissa. Elle fait partie du même groupe social et familial et, institutrice, deviendra directrice de l’institut ménager agricole d’El-Biar. Nommé professeur délégué à l’EPS de Miliana (1940-1942) puis au collège de Maison Carrée (1943-1945), il est lauréat du prix littéraire de traduction du GGA, sans doute pour son mémoire de DES (« Le Maghreb au Moyen Âge d’après al-Qalqachandî », 1943, mention assez bien, avec pour rapporteur Pérès*). Il ne quitte pas Alger, en poste au lycée Bugeaud (1945-1951 et 1958-1962) et au collège du Champ de manœuvre (1951-1958). Bien noté, il publie une Grammaire d’arabe pratique en caractères phonétiques (1946) et, édités par Josselin, des disques d’« arabe algérien » (Enaphone, 1959). Contrairement à ses frères cadets, qui s’engagent en faveur de l’indépendance algérienne et le paient de leur vie, il conserve pendant la guerre une position de neutralité et envoie en 1956 ses enfants au lycée malgré les consignes de grève scolaire du FLN. En 1962, il demande un poste en métropole : après avoir été nommé professeur de lettres au lycée d’Apt, il réintroduit l’enseignement de l’arabe au lycée de Montpellier (février 1963 - 1965). Retraité de l’Éducation nationale, il repart pour Alger où son épouse continue à diriger l’institut agricole d’El-Biar et retrouve comme censeur l’ancien lycée Bugeaud devenu lycée émir Abd el-Kader. Il participe aussi à l’arabisation des cadres en enseignant à l’ONACO. C’est à Paris où s’est installé l’un de ses trois fils, chirurgien, qu’il vit ses dernières années avec sa femme.

Sources :

ANF, F 17, 28.443, Cherif-Zahar (dérogation) ;

entretien avec Kamal Cherif-Zahar (avril 2008).

Chidiak, Fahim Hanna/Jean (Bikfaya, Mont-Liban, 1821– Nice, 1896)

– interprète titulaire de 3e classe

Originaire d’une famille maronite, on peut supposer qu’il a été formé par les jésuites. Il est nommé interprète temporaire en décembre 1846. En janvier 1847, il se trouve à Paris où, vêtu d’un costume oriental, il est présenté à la Société orientale par les comtes de Schulenbourg et de Pommereux qui sont très hostiles à l’islam et encouragent l’emploi de maronites dans l’armée et l’administration françaises en Algérie. Attaché à la subdivision d’Aumale en mars 1847, il est affecté à l’île Sainte-Marguerite pendant l’année 1850, puis près du commandement supérieur du cercle de La Calle. En 1854, il fait les démarches nécessaires pour obtenir sa naturalisation (elles n’aboutissent qu’en 1861). Passé au bureau arabe de Bône (1856-1858), à celui de Souk Ahras, puis à nouveau affecté au dépôt des arabes internés à Sainte-Marguerite (1858-1859) et à Ajaccio, il épouse en mai 1859 la fille d’un officier de santé de Conchy-les-Pots dans l’Oise, sans doute rencontrée par l’intermédiaire de son ami le comte de Schulenbourg, châtelain du voisinage au Tilloloy, témoin au mariage. Il participe l’année suivante à l’expédition de Syrie, dont il rend compte dans la Revue de l’Orient, en insistant sur la responsabilité britannique : « Je crois qu’en couvrant les Musulmans et les Druses de toutes les imprécations comme le bouc d’Israël, on a agi à la façon du chien mordant le bâton qui le frappe au lieu de s’attaquer à celui qui porte le bâton ». Maintenu au dépôt de la Guerre pour concourir aux travaux de la carte du Liban, il est attaché au greffe du 1er conseil de guerre à Alger (1862) puis au bureau arabe de Sétif (mars-juin 1863) avant de retourner à Paris auprès des tribunaux militaires de la 1re division militaire (juin 1863 - juin 1865). Interprète près le commandant supérieur et le bureau arabe de Teniet el-Had (septembre 1865 - mai 1866), puis près le commandant supérieur de Fort-Napoléon (septembre 1865 - mai 1866), une attaque cérébrale le laisse hémiplégique en juin 1866. De retour en France en août 1866, il se fixe à Compiègne et obtient d’être mis à la retraite. À sa mort, il est domicilié à Paris. Il laisse deux enfants.

Sources :

ADéf, 5Yf, 94.126, Jean Chidiak ;

Féraud, Les Interprètes…

Chottin, Alexis (Alger, 1891 – [?], v. 1975 [?])

– professeur de collège, musicologue

De parents inconnus (nouveau-né, il a été déposé dans le tour de l’hôpital de Mustapha, avec une médaille de la vierge), il étudie au conservatoire d’Alger l’alto, la théorie musicale et la composition. Il épouse en juillet 1914 à Beni Saf Marie Marcelle Toulon et s’installe après la Première Guerre mondiale avec sa famille au Maroc. Il s’intéresse à la musique orientale et publie dès 1923-1924 dans la revue Hespéris des « Airs populaires recueillis à Fès ». Directeur d’école à Fès [?], il est nommé en 1928 à la tête de l’école des fils de notables de Salé et obtient l’année suivante le certificat de littérature arabe qui lui permet de compléter sa licence. Chargé de la musique au service des arts indigènes de Rabat, il fonde en 1929 le conservatoire de musique de Rabat dont il assure la direction jusqu’en 1939, puis à nouveau de 1956 à 1959. Auteur d’un Corpus de la musique marocaine (1931), il a été invité en 1932 à faire partie de la délégation marocaine au congrès de musique orientale du Caire dont il a rendu compte dans le Bulletin de l’Enseignement public du Maroc. Il y retrouve Carra de Vaux* et y rencontre le musicien Henry Farmer (1882-1965). Artiste curieux de psychologie, Chottin exerce comme professeur d’arabe au collège des Orangers de Rabat (en 1937 et encore en 1956) et fait partie de la Société des écrivains de l’Afrique du Nord (1939). Il rencontre en 1949 la musicienne Colette Raget qu'il épouse en 1952, reconnaissant la fille qu'elle a eu d'une précédente union ‑ après leur divorce en 1955, et son remariage avec Raymond Legrand, elle connaîtra le succès comme chanteuse sous le nom de Colette Renard.En 1966, il fait enregistrer des Chants arabes d’Andalousie qu’il a recueillis, traduits et harmonisés (édités par Pathé). On perd sa trace après 1972.

Sources :

ANOM, état civil (naissance) ;

Bulletin de l’enseignement du Maroc, n° 125, 1933 et n° 155, 1937 ;

Université de Glasgow, Papers and correspondence of Henry George Farmer ;

Colette Renard, Raconte-moi ta chanson, Paris, Grasset, 1998, p. 113 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par C. Ledru).

Clément-Mullet, Jean-Jacques (Lusigny, Aube, 1796 – Paris, v. 1869)

– naturaliste et hébraïsant

Après des études au collège de Troyes, il étudie la géologie et les langues orientales à Paris et renonce à une carrière industrielle pour se consacrer à l’histoire des sciences de la nature dans les textes anciens hébraïques et arabes. Élève de son ami Salomon Munk pour l’hébreu, il suit les cours d’arabe de Caussin de Perceval* et de Reinaud*. Il est au courant des travaux publiés en Allemagne. Traducteur de Die Urwelt und das Alterthum, erläutert durch die Naturkunde (1822) du botaniste Heinrich Friedrich Link (1767-1851) (Le Monde primitif et l’antiquité expliqués par l’étude de la nature, Paris, Gide, 1837, 2 vol.) il publie aussi une traduction française de la Grammaire hébraïque abrégée qu’Israël Michel Rabbinowicz a publiée à Breslau en 1853, à l’usage des commençants (Paris, A. Franck, 2 vol., 1862 et 1864). Membre depuis 1838 de la Société d’agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l’Aube – il publie dans ses Mémoires une étude sur les « Poésies ou Selichoth attribuées à Rachi » de Troyes (1856) aussi bien que des notes agronomiques –, il fait aussi partie de la Société géologique de France et de la Société asiatique. Il publie ses travaux orientalistes dans le Journal asiatique : après des « Documents pour servir à l’histoire de la lithotritie, principalement chez les Arabes », extraits d’un manuscrit du fonds Asselin de Cherville* et choisis pour leur intérêt médical autant qu’historique (juin 1837), c’est un extrait du cosmographe al-Qazwīnī (v. 1203-1283), « Enchaînement des trois règnes de la nature » (novembre 1840). La demande de mission qu’il dépose en 1846 auprès du ministère de l’Instruction publique afin de rechercher en Italie des manuscrits arabes portant sur les sciences naturelles lui permet d’obtenir des lettres de recommandation pour les ministres de France à Florence, Rome et Naples. Il publie progressivement les résultats de ses Recherches sur l’histoire naturelle et la physique chez les Arabes dans le JA : après les « Arachnides » (août-septembre 1854) et « Sur le ver à soie » (juin 1856), c’est la « Pesanteur spécifique de diverses substances minérales, procédé pour l’obtenir, d’après Abou’l Rihan al-Birouny [al-Birūnī], extrait de l’Ayin Akbery » (avril-mai 1858). Son grand œuvre est une traduction annotée et indexée du Kitāb al-Filāḥa d’Ibn al-‘Awwām, Le Livre de l’agriculture d’Ibn el-Awam (2 t. en 3 vol., Paris, A. Franck, 1864-1867, rééd. revue et corrigée avec une introduction de Mohammed El Faïz, Arles, Actes Sud - Sindbad, 2000). Annoncée dans le JA dès avril-mai 1860 et accompagnée d’un exposé « Sur les noms des céréales chez les anciens et en particulier chez les Arabes » (JA, mars-avril 1865), elle est couronnée par la Société impériale d’agriculture de Paris. Suivent un « Essai sur la minéralogie arabe » à partir d’Aḥmad b. Yūsif at-Tifāšī (JA, janvier-mars 1868) et des « Études sur les noms arabes de diverses familles de végétaux » (JA, janvier-février 1870) où il conclut que les connaissances pratiques des Arabes étaient assez avancées, malgré leurs théories botaniques à peu près nulles, comme celles des anciens. Dans le JA d’août-septembre 1870, son ami Lucien Leclerc, médecin en Algérie et collaborateur de la Revue de l’Orient, y relève quelques erreurs qu’il attribue à l’usage du dictionnaire de technologie médicale farci d’erreurs que Clot-bey a donné à la Bibliothèque nationale. La production de cette figure tardive d’un savant de cabinet vivant de ses rentes témoigne d’une curiosité pour des savoirs anciens qui lui semblent conserver encore un intérêt scientifique, à la manière de Sédillot* pour l’astronomie.

Sources :

ANF, F 17, 2949, Clément-Mullet, 1846 ;

Dugat, Histoire des orientalistes…, 1868 (article Sédillot).

Clerc, Alfred Joseph (Paris, 1829 – Alger, 1887)

– interprète principal

Fils d’un conducteur des messageries et d’une sœur de Nicolas Perron*, il est élevé par ce dernier qu’il rejoint en Égypte dès 1833. Il y apprend l’arabe auprès des šayḫ-s Muḥammad ‘Ayyād (futur professeur d’arabe à Saint-Pétersbourg) et Muḥammad b. ‘Umar at-Tūnisī, avec l’aide de son oncle. En 1846, il est de retour à Paris pour poursuivre ses études à l’ESLO et au Collège de France où il suit les cours de Caussin. Il publie entre 1846 et 1852 « plusieurs articles importants sur la géographie et l’histoire orientales » (Féraud) dans l’Encyclopédie Firmin-Didot et dans l’Encyclopédie du xixe siècle et collabore à la Revue archéologique (« Rapport sur les résultats de l’expédition prussienne dans la Haute-Nubie, par le Dr Abeken », 15 juin 1846 ; « Lettre à M. de Saulcy sur quelques antiquités égyptiennes et le bœuf Apis », 15 janvier 1847) ainsi qu’à la Revue orientale et algérienne (« La justice du Kadi, traduit de l’arabe », février 1852). Après avoir été en compétition avec Combarel pour la chaire d’Oran, il est proposé au poste de directeur de la médersa de Tlemcen pour être finalement nommé directeur de l’école arabe-française de Constantine où il succède à Auguste-François Machuel*, père de Louis Machuel* (mai 1852). Nommé interprète titulaire de 3e classe en décembre 1853, il est un des membres fondateurs de la Société historique algérienne en 1856. Il continue à publier des traductions de l’arabe (« La mort d’Hippocrate, légende arabe », Gazette médicale, janvier 1858 ; « Les hommes d’autrefois », traduit de l’arabe, Revue orientale et algérienne, décembre 1858) ainsi qu’une Méthode de lecture arabe à l’usage des élèves du collège impérial arabe-français (Alger-Constantine-Paris, Bastide-Bastide et Amavet-Challamel, 1858). Il épouse à Alger en 1859 Isaline Bouvier, fille d’un inspecteur de colonisation mort prématurément, avec pour témoin Mac-Guckin de Slane*. Chargé pendant six ans de la rédaction du journal arabe le Mobacher à Alger (1860-1866), il est ensuite détaché dans le service actif des cercles et subdivisions. Promu interprète principal de la division d’Oran en février 1873, il est reçu membre de la SA en décembre 1873, présenté par Mohl et Dugat*. Il est décoré de la Légion d’honneur en 1876. Auteur d’une partie de l’annotation du Naceri traduit par son oncle Perron, il assure la publication posthume de son Islamisme (1877). À sa mort, son fils Edmond est commis à la banque d’Algérie.

Sources :

ANF, LH/551/29 ;

ANOM, état civil, Algérie (La recherche d’un dossier aux Adéf s’est révélée infructueuse) ;

Féraud, Les Interprètes…

Clermont, Jean (Ighzer Amokran, département de Constantine, 1877 – Tunis [?], apr. 1943)

– professeur de lycée

Né dans le Constantinois, élève au lycée d’Alger, il part pour Tunis en 1892 afin d'y suivre une formation d’élève-maître au collège Alaoui, peut-être à la faveur d’une origine iséroise partagée avec le directeur de l’Instruction publique à Tunis, Louis Machuel. Après avoir obtenu son brevet supérieur de l’enseignement primaire, il exerce comme instituteur à Kairouan (1895) puis enseigne le français au collège Alaoui (1899). Bachelier et titulaire du certificat et du brevet d’arabe de Tunis – ainsi que d’un brevet d’arabe algérien délivré par l’École supérieure des lettres d’Alger –, il devient répétiteur chargé d’un enseignement de l’arabe (1900) puis professeur (v. 1905) au lycée de garçons de Tunis. Il publie en 1909 chez J. Danguin, libraire-éditeur à Tunis, deux manuels : L’Arabe parlé tunisien et Arabe régulier : notes de syntaxe et de morphologie. Le contenu du premier de ces ouvrages est sans doute repris et remanié pour d’autres titres (Le Français en Tunisie, petit manuel de conversation franco-arabe avec prononciation figurée, s. d. ; Éléments de langue arabe à l’usage des colons et des touristes, s. d.). Il publie aussi avant 1912 une étude sur La musique arabe, ses instruments et ses chants. Titulaire du diplôme d’arabe de Tunis et de celui de l’ESLO (1911), licencié ès lettres mention arabe (Alger, 1919), Clermont échoue à l’agrégation d’arabe qu’il passe chaque année de 1922 à 1926. Son proviseur le note favorablement, mais l’inspecteur général de langues vivantes juge son enseignement un peu élémentaire et lourd. Il met sans doute à jour la matière de ses précédents manuels de langue tunisienne pour les nouveaux ouvrages qu’il publie à la fin des années 1930 : Le Dialecte tunisien (historiettes, mœurs, coutumes et dictons) (Tunis, Mme Vve Louis Namura, 1938) et un Manuel de conversation franco-arabe : dialecte tunisien, avec prononciation figurée en français, qui reprend un cours radiodiffusé par Radio Tunis P.T.T. (réseau de l’État) (Tunis, L. Namura, Borg. Abela succ., 1940 ; 5e édition revue, corrigée et augmentée d’un lexique, L. Namura, 1948). On le retrouve pendant l’occupation allemande de la Tunisie secrétaire général du Comité ouvrier de secours immédiat (Cosi) fondé à l’instigation de Rudolf Rahn et chargé de redistribuer aux victimes des bombardements alliés des fonds extorqués à la communauté juive. Sa démission du Cosi en mars 1943 lui permet d’échapper aux poursuites visant les collaborationnistes après l’entrée des alliés à Tunis, deux mois plus tard.

Sources :

ANF, F 17, 26.464, Clermont ;

Lambert, Choses et gens…, p. 117-118 ;

Damien Heurtebise, « Un organe de collaboration pendant l’Occupation allemande de la Tunisie : le COSI », Juifs au Maghreb. Mélanges à la mémoire de Jacques Taïeb, Ariel Danan et Claude Nataf éd., Paris, Éditions de l’Éclat, 2012, p. 175-186.

Cohen-Solal, Messaoud Émile (Boufarik, 1861 – Oran [?], apr. 1926)

– professeur de lycée

Élève-maître à l’école normale d’Alger-Mustapha (1877-1880), il est instituteur-adjoint à Blida avant d’enseigner l’arabe aux collèges de Blida (1884) puis d’Oran (1886, l’année de son diplôme d’arabe). Bien noté, il y poursuit toute sa carrière, jusqu’à sa retraite en 1926. Avec la collaboration d’un inspecteur d’académie qui s’est mis à l’apprentissage de l’arabe, Laurent Eidenschenk, il publie en 1897 Les Mots usuels de la langue arabe, destiné à élargir le vocabulaire des apprentis arabisants. L’ouvrage est très favorablement jugé par Louis Machuel* : « C’est bien le style courant du langage, celui qu’emploient dans leurs relations verbales aussi bien les lettrés que les ignorants, les bourgeois que les gens du peuple ». Son enseignement où la langue littérale avait la plus grande place s’adapte en fonction des nouveaux programmes après 1902 et laissent plus de place à la langue parlée – on le loue d’avoir constitué un musée scolaire qui permet d’appliquer la méthode directe. Il donne par ailleurs gratuitement des cours aux instituteurs et institutrices de la ville : il a été ainsi le maître de Pauline Bacigalupo-Bernard*. Il ne semble pas avoir collaboré avec son contemporain Mouliéras*, titulaire de la chaire supérieure, peut-être du fait des prises de position antisémites de ce dernier. Cependant, le recteur Jeanmaire note qu’il n’a pas été l’objet d’attaques lors de la crise antisémitique de 1898. Pendant la Grande Guerre, il prête son concours à l’administration civile pour examiner la correspondance des indigènes et fait partie de la commission de la censure de la presse. Ses supérieurs lui reprochent son insistance pour obtenir la rosette d’officier de l’Instruction publique, qui lui est finalement attribuée en 1907. Aucune ombre ne vient ensuite ternir sa bonne réputation : il se satisfait de sa situation, sa stabilité et son zèle conviennent à tous.

Sources :

ANF, F 17, 23.825, Cohen-Solal ;

Bulletin officiel de l’enseignement public de Tunisie, mars-avril 1897, p. 46-48.

Colas, Arthème (Clermont-Ferrand, 1845 – Alger [?], 1918)

– interprète militaire

Fils d’un bottier, il débute modestement une carrière militaire comme enfant de troupe au bataillon de tirailleurs indigènes (juillet 1852). Un an après son engagement en avril 1862 au 1er régiment de tirailleurs algériens (indigènes), il devient interprète auxiliaire près le commandant de l’annexe des Beni Mansour. Affecté aux BA de Fort-Napoléon (décembre 1864), de Boghar (novembre 1865) puis de Djelfa (avril 1869) où il se trouve lors de l’insurrection de 1871, il épouse en 1870 Marie Blanche Hippolyte Véran, domiciliée à Alger, d’une famille implantée vers Carpentras. Employé en 1873 à Mostaganem puis à Médéa, son caractère studieux et son souci de fortifier sa connaissance de l’arabe sont notés favorablement. En 1875, après quelques mois à la section des affaires indigènes de l’EM général à Alger, il est finalement affecté au BA d’Oran. Membre titulaire de la SHA, il collabore au journal officiel le Mobacher (« Renseignements géographiques sur l'Afrique centrale et occidentale », 1880, 82 p.). Veuf avec deux enfants depuis 1881, il passe au BA de Tlemcen (juin 1882) puis à la direction des affaires arabes/indigènes d’Oran (juillet 1883, date à laquelle il obtient la Légion d’honneur). Sous les ordres du général Cérez, il traduit un Livre mentionnant les autorités sur lesquelles s’appuie le cheikh Es Senoussi dans le soufisme (autographié, 95 p.) et aide Rinn* dans la composition de ses Marabouts et khouans. Fait officier d’académie (juillet 1884) en récompense de ces travaux, il se remarie avec la sœur de sa défunte femme, dont il a un troisième enfant. Employé au GGA (avril 1887), sa hiérarchie apprécie sa connaissance de « l’histoire et l’organisation des ordres religieux musulmans » qu’il a étudiés dans la région de l’oued Drâa, et rappelle qu’il a été chargé d’accompagner à Paris les chefs des Oulad sidi Cheikh. Proposé pour la retraite sur sa demande en 1892, il passe à la territoriale en 1894 et est rayé des cadres en 1897.

Sources :

ANOM, 16 H, 7, étude de l’interprète Colas sur les ordres religieux (1883) ;

ANOM, 16 H, 56, brochure de Colas sur l’autorité du chaykh Senoussi dans le soufisme (1893-1914) ;

ADéf, 5Yf, 22.086, Arthène Colas ;

Féraud, Les Interprètes…

Colin, Marie Gabriel (Lyon, 1860 – Alger, 1923)

– professeur à la faculté des Lettres d’Alger

Petit-fils d’un chirurgien militaire de l’armée française un temps attaché à la personne d’Abd el-Kader, fils d’officier ayant servi en Algérie, Gabriel Colin, ancien élève du lycée de Versailles et du lycée Saint-Louis à Paris, se décide tardivement pour une carrière universitaire, après cinq ans d’armée, trois ans d’arabe (à l’École des langues orientales, dont il sort breveté, et à l’EPHE, où il suit les cours de H. Derenbourg* entre 1884 et 1887) et une expérience d’administrateur de commune mixte en Algérie (à Michelet, Azeffoun et Colbert, 1887-1889). Répétiteur au lycée Henri-IV, il complète ses licences de droit et de lettres par des études de médecine, mais son projet d’accéder à la chaire de Montpellier laissée vacante par la mort de Devic* trois ans plus tôt échoue : le ministère renonce à y perpétuer un enseignement d’arabe (1891). Une fois en poste au lycée d’Alger (1893), ce républicain franc-maçon à la fibre syndicaliste participe à la diffusion de la connaissance de l’arabe usuel (l’arabe vulgaire qu’on commence à appeler moderne) chez les Européens en publiant des Éléments du langage arabe (dialecte algérien) (1903). C’est en partie pour lui qu’on ouvre le premier concours d’agrégation d’arabe (1907), en attendant qu’il puisse obtenir une chaire à la faculté des Lettres (1913). Il poursuit en parallèle une œuvre savante en participant au Corpus des inscriptions arabes et turques de l’Algérie pour le Département d’Alger (1901) et surtout en étudiant la médecine arabe dont il souligne à la fois le rôle dans l’histoire du progrès scientifique et l’intérêt pratique toujours actuel (Abderrezzâq El-Jezâïrî, un médecin arabe du xiie siècle de l’hégire, 1905 ; Avenzoar, sa vie et ses œuvres, 1911).

Sources :

ANF, F 17, 27.738, Gabriel Colin et LH/564/60 ;

C. E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition, de librairie et d’impression, supplément, p. 123-124 ;

Massé, « Les études arabes… » ;

DBF.

Colin, Georges Séraphin (Champagnole, Jura, 1893 – Paris, 1977)

– directeur d’études à l’IHEM et professeur aux Langues orientales, spécialiste des parlers du Maroc

Issu d’une famille franc-comtoise, de père mennonite et de mère catholique, il étudie les langues orientales après avoir été élève au lycée de Tours. Diplômé en 1914, il combat sur le front en 1915-1917, puis est détaché sur la demande de Lyautey comme interprète au Maroc (Taza, 1918-1919), pays auquel il consacrera l’essentiel de ses travaux. Remarqué pour ses capacités, il est envoyé à l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) du Caire (1919-1921), puis poursuit une carrière marocaine comme adjoint au chef de la Section sociologique de la direction des Affaires indigènes et comme consul de France à Tétouan pendant la guerre du Rif (1925). Il donne de nombreuses notes de dialectologie arabe dans le Bulletin de l’IFAO, le Bulletin de la Société de linguistique, Hespéris et des études dans la série des Archives marocaines (traduction d’une Histoire des Almoravides en 1925 et de Vies des saints du Rif en 1926). En 1927, il accède à la fois à une direction d’études d’arabe moderne à l’IHEM (jusqu’en 1958) et à la chaire d’arabe maghrébin de l’École nationale des langues orientales vivantes (où il succède à W. Marçais* jusqu’en 1963). Il partage alors son temps entre Paris et Rabat, collaborant avec É. Lévi-Provençal*, avec H. Terrasse, et publiant des ouvrages pour ses étudiants (Chrestomathie marocaine, 1938 et La Vie marocaine, 1953), sans produire de synthèse à la hauteur de son érudition. Curieux d’étymologie et de lexicographie, sachant recourir au berbère à l’occasion, il publie en 1934 avec le Dr Renaud la Tuḥfat al-aḥbâb, glossaire de la matière médicale marocaine et, à plusieurs reprises, des Étymologies maghrébines. Il opère en linguiste de l’école de Meillet, analysant la signification de ses données sur le plan du fonctionnement général du langage. Hostile aux généralisations abusives, il restera imperméable aux avancées du structuralisme. Son austérité et son souci de se tenir à l’écart du débat politique correspondent à une éthique de savant largement partagée en son temps : en octobre 1943, il choisit cependant de quitter Paris et de passer clandestinement les Pyrénées pour rejoindre Rabat (bloqué au Maroc en 1940-1942, il avait été suppléé à Paris par Louis Mercier*). À sa retraite, ses démarches pour obtenir des autorités marocaines les moyens permettant de travailler sur l’immense fichier documentaire qu’il avait constitué à Rabat aboutissent difficilement. Une coopération avec l’Institut d’études et de recherches sur l’arabisation (IERA) aboutit cependant à la double publication posthume d’un Dictionnaire Colin d’arabe dialectal marocain (l’une à Rabat sous la direction de Zakia Iraqi-Sinaceur, l’autre à Paris sous celle d’Alfred de Prémare, 1993-1999).

Sources :

ANF, F 17, 28.111, G. S. Colin ; ANF, 19800035/1466/69596 (LH) ; ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/12, G. S. Colin [riche] ;

Hespéris-Tamuda, vol. XVII, 1976-1977, p. 5-46 (hommage d’Adolphe Faure et bibliographie) ;

Arabica, 1977, p. 228-232 (notice par P. Marçais) ;

Hommes et destins, t. VII, 1986, p. 128-129 (notice par C. Pellat) ;

Langues’O… (notice par G. Troupeau) ;

Béatrice et Michel Wattel éd., Who’s who in France xxe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le xxe siècle, Paris, J. Lafitte, 2001 ;

Dominique Caubet et Zakia Iraqui-Sinaceur, Arabe marocain. Inédits de Georges S. Colin, Aix-en-Provence - Paris, Édisud-Inalco, 1999.

Colombe, Marcel (Alger, 1913 – Montélimar, 2001)

– professeur à l’École des langues orientales vivantes

Élève du lycée d’Alger, bachelier en 1931, il poursuit ses études à Paris : diplômé d’arabe (1934), de turc et de persan (1935) à l’ENLOV, il se marie à Alger après une année de service militaire (1935-1936). Licencié en histoire à Paris en 1939, il est candidat à un poste dans une médersa. Mobilisé, prisonnier en 1940, il parvient à regagner l’Algérie où il enseigne à partir de janvier 1941 le français et l’histoire à la médersa de Constantine. En septembre 1944, il est chargé de mission à l’IFAO du Caire, ainsi que sa femme, agrégée de grammaire. Choisi en 1945 comme secrétaire scientifique du nouveau Centre d’études de l’Orient contemporain attaché à l’Institut d’études islamiques de l’université de Paris, il se charge de la publication des Cahiers de l’Orient contemporain, dans lesquels il publie une énorme documentation (chronologie, bibliographies) sur la Turquie et les États du Moyen-Orient. L’ouvrage qu’il publie en 1951 sur L’Évolution de l’Égypte (1924-1950), préfacé par Robert Montagne, dresse un tableau prémonitoire de l’effondrement du régime l’année suivante. Il y souligne l’importance de l’action des frères musulmans dans l’assimilation par l’opinion égyptienne de l’occidentalisation à la corruption. Directeur de la revue Orient entre 1957 et 1969, il succède à Gaston Wiet* à l’ENLOV pour y enseigner l’histoire et la civilisation du Moyen-Orient (1962-1979). Sa thèse sur L’Orient arabe et les grandes puissances de 1945 à 1961, soutenue en 1972, est publiée l’année suivante sous le titre Orient arabe et non-engagement. Retiré dans un village abandonné de la Drôme qu’il travaille à faire revivre, il a légué une partie de sa bibliothèque à l’IREMAM d’Aix-en-Provence.

Source :

ANOM, GGA, 14 H, 46, Colombe (dérogation).

Combarel, Edmond (Rodez, 1817 – Alger, 1869)

– titulaire de la chaire publique d’Oran

Il défend en Algérie le parti favorable à la promotion d’un arabe « pur » sur le modèle des écrivains de la nahḍa en Orient. Fils de l’avocat Denis Combarel, riche propriétaire dans l’Aveyron et homme de lettres, il fait ses études au lycée Henri-IV à Paris. Bachelier, il se forme à la peinture d’histoire aux Beaux-arts dans l’atelier de Michel Martin Drolling et suit les cours de Caussin* à l’École des langues orientales. En 1844, il publie à Paris le texte arabe d’al-Aǧurrûmiyya qu’il a lui-même calligraphié, marquant son intérêt pour la grammaire élémentaire en usage au Maghreb, dont Bresnier* donne bientôt une traduction française. L’année suivante, il est admis à la Société asiatique. Il séjourne aussi un an en Algérie. En 1848, le Cahier d’écritures arabes avec un texte explicatif qu’il publie chez Hachette témoigne d’une sensibilité à la beauté de la lettre en invitant à user du traditionnel qalam de roseau sur le papier satiné et réglé. Il est avec Latouche*, Dugat* et Defrémery* parmi les jeunes gens qui veulent profiter du mouvement révolutionnaire pour réformer l’enseignement de l’école. Sa candidature à la succession d’Hadamard* à la chaire d’arabe d’Oran n’ayant pas été enregistrée (1849), son concurrent Alfred Clerc*, neveu du docteur Perron*, manque d’être nommé à sa place (1850). Il s’en suivra un froid qui s’accentuera jusqu’à en faire une figure marginalisée dans son fief d’Oran, proche d’une paranoïa qui n’est pas sans rappeler son aîné Eusèbe de Salle* à Marseille. Après avoir dû mettre fin à un concubinage ostensible, ce célibataire est de nouveau rappelé à l’ordre par l’inspecteur : il doit prendre garde de ne pas réserver ses soins à sa propre instruction plutôt qu’à celle de ses élèves et de ne pas se couper du milieu des arabisants – il ne publie rien au Journal asiatique, et peu à la Revue africaine. On lui doit cependant l’édition d’un ouvrage à l’usage des débutants : Le Pêcheur et le génie, conte arabe extrait des Mille et une Nuits, suivi de La Ruse du chevreau, fable tirée du Dessert des Khalifes par Ibnou Arab-Schah et d’un morceau inédit de poésie emprunté au Divan de Zoheïr (Paris-Oran, Challamel-Perrier, 1857). En 1865, il publie un Rudiment de la grammaire arabe inspiré de Lhomond (Paris, Challamel) et inaugure en juillet sa propre publication, le Falot de l’arabisant, suscitant une polémique : il y critique en arabe la traduction de la proclamation adressée par Napoléon III aux « indigènes » en mai. Accusés de « désorganiser la langue arabe » en diffusant un obscur « patois algérien », les responsables de cette traduction, Cherbonneau*, Schousboë*, Aḥmad al-Badawī, [Ḥasan] b. Brīhmāt* et Maḥmūd aš-šayḫ ‘Alī répliquent en prêtant une portée politique au texte de Combarel qu’ils attribuent à la plume d’un « musulman fanatique » voulant insinuer que l’égalité des droits proclamés n’existe pas. De Slane, chargé d’arbitrer le différent, innocente les deux parties : la formule incriminée n’a qu’une portée philologique mais le purisme de Combarel est excessif et déplacé. Celui-ci défend contre les forgeries algériennes de la grammaire de Bellemare* une langue qui, contemporaine, resterait pure, sans rupture avec la tradition classique, telle qu’on pourrait la lire dans les publications orientales (dont il préfère aussi la typographie). Il cite en particulier aš-Šīdiāq (dont le Kitāb as-Sāq ‘alā l-sāq… est paru à Paris en 1855, sans aucune recension dans le Journal asiatique ni dans la Revue de l’Orient) et la presse arabe de Constantinople. Face aux arabisants historiens (Cherbonneau, Perron, etc.), promoteurs d’une langue médiane, il se pose en philologue. Il est sans doute proche d’un certain conservatisme catholique – en 1850, c’est auprès de députés siégeant à droite et favorables à l’intervention française pour rétablir le pouvoir du souverain pontife sur Rome qu’il a trouvé soutien. Si sa compétence lui vaut d’être promu en 1869 à la chaire d’Alger, il reste isolé, et sans école : la publication du Falot est interrompue en 1867 et il meurt prématurément. Ce sont le conservateur de la bibliothèque d’Alger, Oscar Mac-Carthy, et son adjoint, Jean-Baptiste Chabot, qui témoignent, comme amis, de son décès.

Sources :

ANF, F 17, 20.454, E. Combarel ;

ANOM, état civil (acte de décès) ;

J. P. Bernard, « En marge des Aveyronnais en Afrique : une lettre inédite du prince de la Moscova à Edmond Combarel », Revue du Rouergue, n° 62, avril-juin 1962 ;

P. Carrère, « Denis et Edmond Combarel », ibid., n° 83, juillet-septembre 1967.

Cotelle, Émile Henri (Paris, 1822 – Quiers, Loiret, 1857)

– interprète militaire puis drogman à Tanger

Issu d’une famille bourgeoise – son père, notaire, a été député du Loiret (1837-1846) avant d'être élu maire du 6e arrondissement de Paris (1846) puis conseiller général du Loiret (août 1848) –, il est bachelier ès lettres et en droit (et déjà formé en arabe ?) lorsqu’il part pour Alger. Commis à la trésorerie d’Afrique, il devient en juillet 1845 interprète de 3e classe attaché à la direction centrale des affaires arabes, sous la direction de Daumas*, qui l’apprécie. En décembre, il conduit d’Alger à Paris ‘Alī b. Aḥmad b. al-ḥāǧǧ ‘Alī, le fils de l’imām de Bougie collaborateur de Brosselard*, parti faire ses études à la pension Demoyencourt. Fin 1845, il demande à passer drogman dans un consulat, avec en vue une affectation comme second drogman à Tunis où il a déjà séjourné. Il est à Paris lorsqu’il reçoit l’accord ministériel, et s’installe à Tunis après avoir été admis à la Société asiatique et s’être marié avec Marguerite Charlotte Balit, dont la sœur a épousé Alphonse Rousseau*, le premier drogman à Tunis avec lequel il fait équipe. Il publie l’année suivante dans le Journal asiatique une « Concordance entre le calendrier musulman et le calendrier chrétien, par Soliman al-Haraïri*, traduit de l’arabe », où il remercie cet « orientaliste musulman distingué » de lui avoir fourni de nombreux documents historiques sur la régence de Tunis. Son « Explication du mot badûḥ » publiée dans la Revue africaine (novembre-décembre 1848) est tirée du Livre digne de louange servant à expliquer le tableau d’Abi Hamed (Mustawǧaba al-muḥāmad fī charḥ ḫātim abī Ḥāmid) d’Ibn Abī Sa‘īd dit Šaraf ad-dīn Abū ‘Abdallāh, ouvrage qui lui a aussi été communiqué par al-Haraïri. On lui doit aussi Le Langage arabe ordinaire, ou Dialogues arabes élémentaires, destinés aux Français qui habitent l’Afrique ou que leurs occupations retiennent à la campagne, ou dans les différentes localités de l’Algérie, avec le texte arabe en regard du français (1850), ouvrage adopté pour l’instruction des élèves jeunes de langue et encore réédité en 1875. À partir de mai 1852, il est drogman chancelier à Tanger (avec un traitement de 6 000 francs, porté à 7 000 francs en 1856 après qu’il a perdu les revenus complémentaires de la chancellerie et de la distribution des postes). Ses fils Henri Louis Émile Alexandre (1847-1924) et Laurent Marie Édouard (né en 1849) seront respectivement président de section au conseil d’État et président de la chambre des notaires de Paris.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1057 (Cotelle) et 1300 (Charles Destrées) ;

ANF, LH/600/48 (Henri) ; LH/600/45 (Émile) et LH/600/53 (Laurent Marie Édouard) ;

ANOM, F 80, 1571 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Faucon, Livre d'or… ;

Planel, « De la nation… ».

Coufourier, Édouard Auguste (Pouzauges, Vendée, 1882 – Rabat, 1954)

– drogman puis contrôleur civil

Sans doute fils de petits propriétaires venus s’installer à Paris, il voyage à ses frais en Syrie alors qu’il n’est encore qu’élève de l’ESLO dont il sort breveté en langues musulmanes en 1905. Salmon obtient son détachement à la Mission scientifique au Maroc organisée par Le Chatelier. Il donne satisfaction bien qu’il n’ait que relativement peu publié dans les Archives marocaines (soit, à côté de la traduction d’une description géographique du Maroc par az-Zayyānī, « Le Dhaher des Cibara », une « Chronique de la vie de Moulay El Hassan » et « Un récit marocain du bombardement de Salé par le contre-amiral Dubourdieu en 1852 », t. VII et VIII, 1906). En janvier 1907, il est inscrit dans le cadre des élèves-interprètes et nommé à Mazagan, à Mogador et à Safi où il est très bien noté par le vice-consul Hoff et par Robert de Billy. On loue son calme lors de la reprise de la ville par les troupes de ‘Abd al-‘Azīz et ses aptitudes politiques lorsqu’il traite avec les grands caïds « féodaux » à Marrakech où il est nommé vice-consul en 1913. Après que le général de Lamothe, dont il ne partage pas les vues, a obtenu sa mutation, et sans doute après son mariage avec Paule Pagès (qui vivait à Paris avec sa mère, veuve d’un sous-intendant militaire), il obtient de passer en 1916 dans le corps des contrôleurs civils qu’il quitte en 1921 pour exploiter une ferme à partir de terres collectives qu’il a acquises dans le Gharb. Or, la légalité de la façon dont il a acquis ces terres est contestée par la tutelle des collectivités et il en est expulsé. Ruiné et chargé de famille – il a quatre enfants, et divorcera –, il demande en 1931 à réintégrer les cadres. Malgré l’avis favorable de Saint-Quentin qui, à la sous-direction d’Afrique-Levant, propose de l’affecter en dehors du Maroc, sa demande est rejetée : son honneur professionnel n’est pas en cause, mais les cadres sont trop encombrés. Il obtient d’être employé comme rédacteur intérimaire à la direction des Affaires chérifiennes à Rabat, où il connaît bien Louis Mercier*. C’est sans doute sa résistance à la polititique collaborationiste du régime de Vichy qui lui vaut d’être condamné en septembre 1941 par le tribunal militaire de Casablanca à une peine de prison de six mois. Attaché en 1945 au consulat général de France à Tétouan, son cas suscite en 1947 une intervention personnelle du maréchal Juin pour qu’on examine la question de sa pension. En 1950, remarié avec Alice Colombon, native de Sidi bel Abbès, il est fait chevalier de la Légion d’honneur.

Source :

ADiplo, Personnel, 2e série, 395, Coufourier ;

ANF, LH, 198000035/10/1226.

Counillon, Pierre (Détrie/Sidi Lahcen, canton de Sidi bel Abbès, 1896 – Alger, 1960)

– inspecteur d’académie

Il est le fils d’un gendarme élu à la mairie de Détrie/Sidi Lahcen, radical-socialiste trop passionné de politique pour prendre soin de ses affaires, et d’Émilie Boniface, fille d’un boulanger du bourg devenu aubergiste et propriétaire terrien. Tôt orphelin de père, sa famille connaît la gêne dans un milieu rural où la langue arabe côtoie le français et l’espagnol. Il prépare avec succès l’école normale de la Bouzaréa comme ses frères Philippe Boniface (né en 1892 avant le mariage de ses parents, il porte le nom de sa mère et fera une brillante carrière d’administrateur au Maroc) et Léon (1900) – tandis que leur frère cadet Lucien (1898-1983) échoue au concours, et devient plus tard interprète puis professeur d’arabe au Maroc. Il s’inscrit dans la série des instituteurs passés par la Bouzaréa (où il étudie en 1913-1915 puis en 1919 après avoir combattu sur le front) qui accèdent à une carrière dans l’enseignement secondaire, après avoir passé le certificat d’aptitude à l’enseignement dans les EPS (1922) et le baccalauréat (1923). Il épouse une institutrice affectée comme lui à Détrie, qui poursuit elle aussi l’étude de l’arabe initiée à la section spéciale de l’école normale d’Oran, obtenant le certificat et le brevet, sans décrocher le diplôme. Professeur dans les EPS de Sidi bel Abbès (1923), Mascara (1927), Maison Carrée (1928) et d’Alger – à l’école du boulevard Guillemin (1929) puis au Champ de manœuvre (1933) –, Pierre Counillon approfondit sa connaissance de l’arabe avec l’appui de Pérès*, obtenant en 1932 le DES (« Maslama ibn ‘Abd al-Malik ») et l’agrégation. Nommé en 1937 au lycée d’Alger, il y est noté favorablement bien qu’il fasse peu de place à la langue parlée dans son enseignement. Mobilisé en 1939-1940, il est détaché à l’IHEM de Rabat en octobre 1941, grâce à l’appui de son frère aîné Philippe Boniface. Inspecteur principal en février 1945, il est promu un an plus tard chef du service de l’enseignement musulman (avec le titre d’inspecteur d’académie en avril 1948). Veuf en 1953, il se remarie avec le censeur du lycée de jeunes filles, et quitte Rabat pour un poste d’assistant à la faculté des Lettres de Bordeaux (1956), le Maroc indépendant ayant décidé de mettre fin à ses services – on lui fait sans doute payer sa parenté avec Philippe Boniface, qui a œuvré pour la déposition du sultan en 1953. Il achève sa carrière comme chargé d’une mission d’inspection générale de l’enseignement de l’arabe dans le second degré en Algérie (1957-1960), toujours très bien noté – on apprécie qu’il jouisse d’un « grand prestige dans les milieux lettrés musulmans », sa femme ayant pris la direction du lycée franco-musulman de jeunes filles de Kouba. Il a publié plusieurs articles dans la Revue africaine et dans le Bulletin d’études arabes. Aucun des deux fils issus de son premier mariage n’étudie l’arabe au lycée. L’aîné, Pierre, agrégé de lettres classiques, devient proviseur puis inspecteur d’académie en France. Le cadet, Georges, étudie la médecine et adhère au parti communiste algérien. Interne à l’hôpital psychiatrique de Blida – où il retrouve Frantz Fanon déjà rencontré à Lyon lors de ses études – il prend en 1956 le maquis où il meurt victime des luttes intestines au FLN dans l’Aurès.

Sources :

ANF, F 17, 27.692, Pierre Counillon (dérogation) ;

Bulletin de l’académie d’Alger, n° 4, 1960, p. 53 (photographie) ;

Alice Cherki, Frantz Fanon. Portrait, Paris, Seuil, 2000, p. 94 ;

Pierre Counillon, La Figue de l’oncle : l’Algérie de grand-papa : récit, Paris-Budapest-Turin, Paris, L’Harmattan, 2005 ;

entretiens téléphoniques avec ses fils Pierre et Jean-Pierre Counillon (2005).

Cour, Auguste (Prades, Haute-Loire, 1866 – Constantine, 1945)

– titulaire de la chaire de Constantine, historien

Il est de ces bacheliers (1886) répétiteurs qui partent faire carrière en Algérie – avec dans son cas particulier le souci d’améliorer sa santé, comme il souffre de bronchite chronique. Élève du lycée du Puy, maître d’études au collège de Béziers puis maître répétiteur à celui de Narbonne, il est affecté en 1888 au lycée de Constantine. Son « dévoiement » (il découche du dortoir dont il est chargé d’assurer le service, répond insolemment et serait endetté) lui vaut un déplacement, mais il ne reprend un poste à Médéa qu’en 1892, après deux ans de congé pour raisons de santé. Il demeure entre-temps dans une ferme d’Aïn Smara, près de Constantine, où il travaille sans doute à perfectionner son arabe. Après un franc succès aux examens d’arabe permettant d’accéder aux fonctions d’administrateur de commune mixte (juillet 1893), il est jugé par Mouliéras* apte à occuper une chaire de collège : une nomination comme répétiteur au lycée d’Oran lui a en effet permis de suivre l’enseignement de la chaire supérieure. Titulaire du brevet dès novembre, il obtient une chaire d’arabe au collège de Médéa (1894-1900) où il épouse une institutrice originaire de la ville. On lui reproche alors son caractère « nerveux, irritable, très exalté », qui le pousse à s’occuper avec passion de politique générale. Il est en effet mêlé aux luttes locales qui opposent entre eux des républicains pro-gouvernementaux : ayant des amis et des parents dans le parti du sénateur Gérente, opposé à la municipalité, il subit les attaques de cette dernière et anticipe le déplacement que le recteur Jeanmaire prévoit de lui imposer après que son parti a été défait aux municipales de mai 1900. Répétiteur externé à l’annexe de Mustapha du lycée d’Alger, où il est chargé d’un cours d’arabe, il prépare un DES d’histoire et de géographie qui est publié dans la collection du Bulletin de correspondance africaine (De l’établissement des dynasties des chérifs au Maroc et de leur rivalité avec les Turcs de la régence d’Alger, 1904, rééd. en 2004). Cela lui permet d’être affecté à la médersa de Tlemcen où il enseigne avec succès les lettres sous la direction d’Alfred Bel* qui le note très favorablement (1905-1913). Il obéit aux exigences de sa fonction en approfondissant sa connaissance de l’arabe, préparant avec succès le diplôme (1905) puis le DES de langue et littérature arabes (1909). Il se charge aussi de répertorier le fonds de manuscrits arabes de la mosquée de Tlemcen pour le Catalogue des manuscrits arabes conservés dans les principales bibliothèques algériennes (1907) auquel participe Mohammed Ben Cheneb* pour la grande mosquée d’Alger. Proposé pour la direction des médersas de Saint-Louis puis d’Alger, c’est finalement la chaire publique d’arabe de Constantine qu’il se voit confier en 1913, après la disparition prématurée d’Alexandre Joly* (la chaire étant désormais distincte de la direction de la médersa confiée à Saint-Calbre* puis à Dournon*). Il collabore régulièrement aux publications des sociétés savantes d’Algérie (Revue africaine ; Bulletin de la Société de géographie d’Alger…). En 1922, il soutient ses thèses sur Ibn Zaïdoun et sur La dynastie des Beni Wattas à l’université d’Alger. Il semble qu’elles n’aient été reçues qu’avec une attention polie, louées pour leur érudition, peut-être un peu étroitement méticuleuse : elles ne lui ouvrent pas l’accès à la faculté des Lettres, qui ne l’intéresse peut-être d’ailleurs pas. Il s’est en effet enraciné à Constantine, où il conserve sa résidence après sa retraite en 1932.

Sources :

ANF, F 17, 23.267, Auguste Cour (période 1887-1904) et Alice Cour ;

ANOM, GGA, 14 H, 45, A. Cour (médersas) ;

Massé, « Les études arabes… » ;

Bulletin des études arabes, 1945 (notice nécrologique et liste des travaux par H. Pérès) ;

L’Établissement des dynasties des chérifs au Maroc et leur rivalité avec les Turcs de la régence d’Alger : 1509-1830, Saint-Denis, Bouchène, 2004 (présentation de Abdelmajid Kaddouri).

Crouzet, Jean Louis Joseph (Caluire-et-Cuire, près de Lyon, 1879 – Alger [?], apr. 1941)

– professeur à l’École normale d’Alger

Après une scolarité à Viviers en Savoie puis à l’EPS d’Aix-les-Bains, il entre à l’école normale d’Albertville (1896) et enseigne en Savoie avant de partir pour Alger à la section spéciale de la Bouzaréa pour l’enseignement des indigènes (1900-1901). Il reçoit une première formation en arabe et en berbère, qu’il approfondit alors qu’il est instituteur à Mazouna (Oran), à Aït Saada (Djurjura, 1906), à Michelet (1909) puis à Maison Carrée (1914 – réformé, il ne part pas pour le front). Titulaire des brevets d’arabe et de kabyle (1902 et 1908) puis des diplômes d’arabe et de dialectes berbère (1914 et 1916), il est nommé maître auxiliaire d’arabe à l’EPS de Maison Carrée (1915). Après son succès au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe, il est promu professeur de langues vivantes à la Bouzaréa (1920) où, convaincu que tout instituteur en Algérie doit être au moins bilingue, il relève le niveau des études. Bien noté, il est membre de nombreux jurys (examens pour les primes de berbère, examens des commissaires-enquêteurs à la propriété indigène). On le pressent pour prendre la direction de la section de l’enseignement des indigènes, sans suite. Plusieurs ouvrages scolaires qu’il a composés pour l’apprentissage de l’arabe, y compris un dictionnaire, semblent être restés inédits. En revanche sa Grammaire de langue berbère, rédigée avec René Basset* et publiée en 1933, rencontre le succès (elle est rééditée deux ans plus tard), de même que le Cours de berbère (parlers de la Kabylie) qu’il publie en 1937 avec André Basset, à l’usage des débutants. Membre en 1935 du comité de rédaction de la revue hebdomadaire d’actualités Algéria, il participe activement à la vie associative (membre des sociétés d’horticulture et d’apiculture de l’Algérie, de la Ligue de reboisement, secrétaire général des Savoyards de l’Algérie…).

Sources :

ANF, F 17, 24.489, Crouzet ;

En ligne : [http://www.bouzarea.org/P34P.htm] (souvenir de Roger Baret, élève-maître à La Bouzaréa en 1934-1937).

Représentations iconographiques :

Il est représenté sur la fresque peinte par Georges Drevet en 1928-1929 pour décorer la salle des professeurs de la Bouzaréa (sur un âne, en costume arabe).

D

Daboussy, Nicolas (Le Caire, 1778 – Alger, 1841)

– guide interprète

Réfugié à Marseille avec sa mère, son frère et sa sœur, Nicolas Daboussy (parfois orthographié Daboussi) fait partie des mamelouks de la garde impériale (il perd les doigts de ses deux mains au cours de la retraite de Russie). En juin 1815, il fuit Marseille où se déchaîne la terreur blanche pour séjourner à Paris jusqu’au printemps 1816. Il profite alors de la nouvelle législation octroyant un an de pension aux réfugiés retournant définitivement en Égypte où il part avec son frère Joseph (1816-1818)4. Mais il regagne bientôt la France. En 1819, il a ordre de quitter Paris pour Marseille. Il épouse une française, Rose Martin. Nommé guide interprète en mai 1830, il fait venir sa famille à Alger (septembre 1831). Après avoir été l’objet de dénonciations pour malversations alors qu’il est interprète auprès du grand prévôt (on l’accuse de se faire payer pour infléchir la justice par le contenu de ses discours), il est licencié en mai 1833 et renvoyé à Marseille. Rovigo défend finalement sa cause : il aurait été un utile intermédiaire pour l’approvisionnement alimentaire des militaires et des marins. Il repart donc à Alger en mai 1834 où Hamid Bouderba le juge « mauvais sujet ». Il est le père de l’interprète Michel Daboussy*, né en 1825, d’Alfred Soliman Daboussy (1834-1880), qui fait carrière dans l’infanterie, d'Hélène Marie Virginie (Marseille 1828-Constantine, 1853), mariée au menuisier Raymond Poulhariès et mère de l’interprète Isidore Poulhariès*, et de Marie Zoé Anne (Marseille, 1830 – Alger, 1886), qui épouse en 1850 à Alger l’imprimeur François Charles Brutus Bonnet.

Sources :

ADéf, 5Yf, 58.508, Nicolas Daboussy ;

ANOM, état civil (actes de décès de Nicolas et Hélène Daboussy ; actes de mariage de Hélène Marie Virginie et Marie Zoé Anne Daboussy ; acte de naissance d’Alfred Soliman Daboussy) ;

ANF, LH/644/48, Alfred Soliman Daboussy ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 221-229.

Daboussy, Michel Georges Constantin (Marseille, 1825 – Hyères, 1887)

– interprète titulaire de 2e classe

Fils de Nicolas Daboussy*, il est interprète auxiliaire en 1841. Après la mort de sa mère en 1867, il épouse en 1868 à Bône Julie Joséphine Robert, née à Paris en 1818, veuve de Nicolas Bouchard, avec parmi les témoins l’interprète Joseph Hamaouy*. Il accède au grade de titulaire de 2e classe avant sa retraite en 1874. Il a été fait chevalier de la Légion d’honneur en 1869.

Sources :

ANF, LH/644/49 ;

ADéf, 5Yf 58508, Michel Daboussy ;

Féraud, Les Interprètes…

Ad-Dahdah, Rochaïd [ad-Daḥdāḥ, Rušayd] (Aramoun, Liban, 1813/1814 – [?], 1889)

– publiciste, collaborateur du Birǧīs Barīs

Fils de Ġālib ad-Daḥdaḥ, Rušayd est issu d’une famille de négociants maronites de Beyrouth établie à Marseille depuis 1818. Il s’y installe lui-même en 1846 et y publie l’édition qu’il a établie avec son parent Simon ad-Dahdah du Bāb al-i’rāb ‘an luġat al-a‘rāb [Porte de la manifestation de la langue des Arabes], un abrégé d’al-Qāmūs al-muḥīṭ, le célèbre dictionnaire de Fīrūzābādī (1329-1415), composé par un évêque maronite de la première moitié du xviiie siècle (Dictionnaire arabe par Germanos Farhat, Maronite, évêque d'Alep, revu, corrigé et considérablement augmenté sur le manuscrit de l’auteur par Rochaïd de Dahdah, Scheick Maronite, Marseille, Imprimerie Carnaud, 1849). À destination d’un public oriental, l’ouvrage, plus accessible que le Qāmūs par sa taille et son prix (100 francs), s’adresse aussi au public des arabisants d’Europe. L’abbé Bargès*, fidèle à ses attaches marseillaises, en rend compte dans le JA, comme il le fait l’année suivante pour le Diwan ou recueil de poésies arabes d’Ibn el Faredh édité par Dahdah (Marseille, 1850, rééd. à Būlāq en 1289 h. [1872]). Celui-ci, qui poursuit parallèlement une activité de négociant et de publiciste, obtient la naturalisation française en 1856. Établi à Paris, il aurait collaboré en 1860 à la rédaction de la relation du voyage à Paris d’Idrīs b. Idrīs al-‘Amrawī, ambassadeur du Maroc (Tuḥfat al-malik al-‘azīz ilā mamlaka bārīz). Depuis 1859, il travaille avec Soliman Haraïri* à la rédaction arabe du journal Birǧīs Barīs fondé par l’abbé Bourgade*. C’est peut-être à la part prise à cette entreprise de presse indirectement évangélisatrice qu’il doit d’avoir été anobli par le pape Pie IX. Il se fait pourtant aussi le traducteur en arabe du Portrait politique de l’empereur Napoléon III d’Arthur de la Guéronnière, directeur de la librairie et de la presse et promoteur de la politique italienne de l’Empereur (1860). En 1863, il quitte d’ailleurs l’équipe du Birǧīs Barīs après avoir été invité par Muṣṭafā Ḫaznadār, le ministre du bey de Tunis, à rejoindre l’équipe de Mansour Carletti*, directeur du nouveau journal officiel de la régence, ar-Rā’id at-tūnisī. Il se serait alors considérablement enrichi, s’entremettant à Paris pour le placement des emprunts tunisiens jusqu’à l’institution de la commission financière internationale en 1869. En 1867, il aurait publié à Paris un nouveau journal, Al-Muštarī.

Sources :

D. Chevallier, La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, Geuthner, 1971, p. 89 ;

Lamraoui Idriss b. Idriss, La société française sous Napoléon III, textes résumés, traduits et annotés par M’barek Zaki, Rabat, Publications de l’université Mohammed-V, 1989, 77-126 p. ;

É. Temime et R. Lopez, Histoire des migrations à Marseille, t. 2 : L’expansion marseillaise et « l’invasion italienne », Aix-en-Provence, Édisud, 1990, p. 40 ;

Planel, « De la nation… », p. 158 ;

Le Paris Arabe. Deux siècles de présence des Orientaux et des Maghrébins, Paris, La Découverte - Génériques - ACHAC, 2003, p. 20.

Dalet, Charles Edmond (Saint-Charles, département de Constantine, 1875 – Alger, 1960)

– professeur de lycée

Répétiteur à Mostaganem puis à Bône après avoir obtenu en 1894 le baccalauréat moderne (lettres philosophie) à Constantine, il échoue au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’anglais et se tourne vers l’arabe. En poste à Oran (1897-1899), il suit les cours de Mouliéras* et obtient le brevet (1899) puis, après une année au lycée de Constantine où résident ses parents, le diplôme (1901), son affectation au lycée d’Alger (1900-1903) lui ayant permis de suivre l’enseignement de l’école des Lettres. À Alger comme à Constantine (où il est à nouveau affecté entre 1903 et 1906 – avec en sus un service d’enseignement des sciences à la médersa où il supplée Joly* en 1905-1906), il donne des cours complémentaires d’arabe. Il épouse en 1906 Marie Justine Catherineau, dont la soeur aînée est mariée avec l'interprète militaire Mohamed ben Saïd. Il obtient cette même année une suppléance au collège de Blida, réussit en 1909 le certificat pour l’enseignement dans les collèges et lycées et se voit attribuer en 1911 une chaire nouvellement créée au lycée d’Alger où il demeure jusqu’à sa retraite en 1937. Il est bien noté pour son caractère consciencieux et solide, mais sans brillant. Titulaire d’un DES en 1913, il ne parvient pas à obtenir l’agrégation. Réformé, non mobilisable en 1914, il est récupéré en 1915 et affecté à Bizerte, puis au contrôle postal de Tunis. Atteint de typhoïde, il est rapidement versé dans les services auxiliaires (avril 1916). Il se remarie en 1949 avec Mélanie Spetz, qui partage sans doute avec lui l'expérience du veuvage. Il n’a pas publié d’ouvrage.

Sources :

ANF, F 17, 24.578, Dalet ;

ANOM, GGA, 14 H, 46, Dalet, et état civil (acte de naissance).

Daninos, Abraham (Alger, 1797 – Alger, 1872)

– traducteur assermenté, interprète militaire et judiciaire

Abraham Daninos est issu d’une famille de marchands livournais restée étroitement liée avec l’Italie et frappée par les pillages et les violences dont été victimes les juifs d’Alger en juin 1805. Son père meurt peu après ces malheurs. Abraham reste-t-il à Alger ou bien part-il pour Livourne ou un autre port méditerranéen ? Lorsqu’il s’installe à Paris en 1826 comme marchand de bijouterie, il ne maîtrise pas seulement l’arabe, l’italien et l’espagnol, mais aussi l’anglais et le français. À la veille de l’expédition d’Alger, l’école d’application de l’artillerie fait appel à lui pour obtenir des renseignements topographiques, ce qui lui aurait sans doute valu la Légion d’honneur si le régime n’avait pas été renversé. Mais, contrairement à ce qu’affirme Laurent Charles Féraud, il n’a certainement pas participé comme guide interprète à l’expédition. S’il a été l’auteur d’un petit vocabulaire en langue vulgaire diffusé auprès des officiers de l’expédition d’Alger (la BNF conserve le manuscrit d’un Vocabulaire français-arabe, composé pour Arnauld d’Abbadie, sans doute en prévision du départ de ce dernier pour Alger en 1833) ou de traductions pour l’imprimerie royale et la poste générale, c’est après 1831. De même, il n’a pu être avant cette date interprète traducteur assermenté au Tribunal de commerce de la Seine – il est possible qu’on l’ait confondu avec Alfred Daninos, né à Livourne en 1810, qui, naturalisé français en 1833, a quitté Bône pour Tunis où il a été nommé second député de la nation française en 1838 (Planel). Domicilié rue du Pont-aux-Choux dans le Marais, Abraham Daninos produit en juillet 1831 à l’appui de sa demande de naturalisation française un certificat daté de décembre 1830 où l’on trouve les signatures des arabisants Amand-Pierre Caussin de Perceval*, Antoine Desgranges aîné*, Joseph Héliodore Garcin de Tassy et Jacob Habaïby*, qui témoignent tous de ses capacités à devenir interprète, celle du consul d’Espagne à Paris Pedro Ortiz de Zugarti, qui a connu sa famille à Alger, celle du vérificateur des douanes Charles Sauvageot (faut-il le rapprocher du violoniste et collectionneur d’objets d’art homonyme ?), celles enfin des peintres Eugène Lami (1800-1890) et Eugène Isabey (1803-1886). En 1833, il aurait accompagné la commission d’enquête de Paris à Alger, puis, en 1837, l’émissaire d’Abd el-Kader en France. Cette même année 1837, il se fixe à Alger où il fait fonction d’interprète-professeur au séminaire du diocèse d’Alger avant d’être nommé en 1842 interprète judiciaire auprès du tribunal de commerce et des deux justices de paix d’Alger. Il exerce ces fonctions, définitivement confirmées en novembre 1846 (avec un traitement de 2 400 francs), jusqu’à sa mort. Auteur d’un drame (Nuzhat al-muštāq wa ġuṣṣat el-‘uššāq fī Madīna Tiryāq bi l-‘IrāqLe plaisant voyage des amoureux et la souffrance des amants dans la ville de Tiryaq en Irak), publié à Alger en 1847, il est admis la même année à la Société asiatique. Il lui soumet en 1856 le manuscrit d’une autre de ses œuvres (examinée par Caussin*, elle est sans doute restée inédite). Après sa naturalisation française en juillet 1849, il épouse en 1853 à Alger Rose Bouchara, mariage qui lui permet de légitimer les trois fils qu’elle lui a donnés, Isaac (1841-1901, qui exerce comme interprète judiciaire), Aaron (1843) et Moïse (1845). Faut-il identifier Aaron avec Albert Daninos (1843-1925) qui, employé au musée du Louvre (1863) et appelé en Égypte par Mariette pour les fouilles de Tanis (juin 1869), finit sa carrière au service de l’Égypte comme secrétaire général de l’administration des domaines de l’État (1878) ? Cette filiation ferait d’Abraham Daninos le trisaïeul de l’écrivain Pierre Daninos (1913-2005), fils d’Ernest (né à Marseille en 1875 et négociant en pierres précieuses), lui-même fils d’Albert. On ne sait pas si la branche algéro-massilio-parisienne des Daninos est restée liée avec la branche bônoise-tunisoise de la famille, dont on connaît Alexandre Daninos (né en Algérie en 1839, avocat-défenseur à Tunis) et Léon Daninos (domicilié à Bône, interprète d’aṭ-Ṭayib bāy à Tunis et lié au consul de France Roustan).

Sources :

ANF, BB/11/323 (dr8016B7) et BB/11/596 (2328X5) ;

ANOM, F 80, 1620 (interprètes judiciaires) et état civil (actes de mariage et de décès ; actes de naissance de ses fils Isaac, Aron et Moïse) ;

BNF, fonds arabe, Ms. 6123, Ibrahim ibn Daninous, Vocabulaire français-arabe, composé pour M. d’Abbadie, 57 feuillets (arabe dialectal algérien. Dialogues et expressions pratiques) ;

JA, avril-mai 1856 ;

Cl. Huart, Littérature arabe, 4e éd., 1939, p. 422 ;

Shmuel Moreh et Philip Sadgrove, Jewish Contributions to 19th Century Arabic Theatre Plays from Algeria and Syria – a Study and Texts, Oxford University Press - University of Manchester, 1996 ;

S. Moreh, “The Nineteenth Century Jewish Playwright Abraham Daninos as a Bridge between Muslim and Jewish Theatre”, Benjamin H. Hary, John L. Hayes, Fred Astren (éd.), Judaism and Islam: Boundaries, Communication and Interaction : Essays in Honor of William M. Brinner, Leyde/Boston/Cologne, Brill, 2000, p. 409-416 ;

Planel, « De la nation… », p. 238 et 287 ;

Gady, « Le Pharaon… », 2005, p. 273 et 281-282 (sur Albert Daninos).

Daumas, Eugène (Delémont, Jura suisse, 1803 – Camblanes-Meynac, 1871)

– officier, chargé du service des affaires arabes à Alger puis de la direction du service de l’Algérie au ministère de la Guerre

Son père, général de l’Empire originaire de Givry en Bourgogne, le contraint à interrompre ses études de médecine à Paris et à s’engager dans l’armée (novembre 1822). Détaché en 1829 à l’École de cavalerie de Saumur, il est envoyé en Algérie au 2e régiment de chasseurs d’Afrique en 1835. Il représente les intérêts français auprès d’Abd el-Kader à Mascara en novembre 1837, et y déploie ses talents d’observateur jusqu’à la reprise des hostilités en octobre 1839. Il est alors chargé du service des affaires arabes, déjà dans la province d’Oran, puis, après l’arrivée de Bugeaud au gouvernorat général, à la direction restaurée d’Alger (août 1841). Centralisant les renseignements sur le monde indigène, il en donne un aperçu dans plusieurs articles parus dans le Spectateur militaire et surtout la Revue de l’Orient, et dans quelques publications officielles ou quasi officielles (Exposé de l’état actuel de la société arabe, du gouvernement et de la législation qui la régit, novembre 1844 ; Le Sahara algérien. Études géographiques, statistiques et historiques sur la région au sud des Établissement français en Algérie, 1845) qui lui valent de la part de son concurrent Urbain* l’accusation de « monopoliser toute l’Algérie arabe à son profit ».

Démissionnaire après le départ de Bugeaud, son protecteur et allié, dont, passé colonel, il épouse une cousine, Catherine Mac-Carthy (1847), ce qui le rapproche aussi de De Slane*, il est envoyé en janvier 1848 auprès d’Abd el-Kader prisonnier au fort Lamalgue de Toulon, pour lui exprimer le refus du gouvernement de le laisser s’exiler en Orient. Il demeure auprès de lui jusqu’à la fin avril, lorsque l’émir est embarqué pour Pau. Après quelques mois où il retrouve un commandement en Algérie, il se fixe définitivement à Paris où il obtient en avril 1850 la direction du service de l’Algérie au ministère de la Guerre, et le grade de général. Il se rallie sans difficulté à l’Empire qu’il sert comme conseiller d’État (1852), puis comme sénateur (1857), riche de plus de 40 000 francs de revenus annuels par le cumul de ses traitements. En plus de nouveaux articles dans des revues générales comme la Revue de Paris, il publie alors une série d’ouvrages avec un souci de large diffusion, pour une « réelle initiation des masses ». Il y parvient grâce aux souscriptions de l’État, qui en dote bibliothèques et administrations, et à un choix d’éditeurs puissants et novateurs, Chaix, Chamerot, Michel Lévy et surtout Louis Hachette qui publie en 1853 dans sa toute nouvelle bibliothèque des chemins de fer au format portatif les Mœurs et coutumes de l’Algérie. Tell, Kabylie, Sahara. À la fois instructifs et amusants, avec un découpage qui permet une lecture intermittente, ces ouvrages connaissent auprès du public lettré un succès qui leur vaut rééditions et parfois traductions.

Affirmant ne pas vouloir juger mais simplement offrir une documentation constituée « non avec des livres, mais avec des bibliothèques humaines assez difficiles à feuilleter », Daumas laisse affleurer sous le texte français l’expression arabe, pour « vulgariser l’arabe parlé selon le génie spécial de la langue ». Dans sa réédition des Chevaux du Sahara (1853), il fait ainsi une large place à l’opinion de l’émir Abd el-Kader en cette « matière purement scientifique » qu’est la connaissance du cheval arabe. Ce souci sincère de réaliser une œuvre « en collaboration avec le peuple arabe tout entier » fait sa richesse, et justifie sa réédition partielle depuis les années 1980. Cependant Daumas participe à l’élaboration d’une image presque hagiographique de l’émir, un « homme éminemment supérieur », et à une représentation bipolaire des mœurs en Algérie, qui oppose peuple kabyle (La Grande Kabylie, études historiques, 1847) et peuple arabe (Le Grand-Désert, ou Itinéraire d’une caravane du Sahara au pays des Nègres, 1848). Il voit dans le peuple arabe une unité inentamée depuis Mahomet, de l’Asie à l’Afrique, et le privilégie dans ses derniers ouvrages, La Vie arabe et la société musulmane (1869), puis « La femme arabe » (prêt à l’édition à la mort de l’auteur, le texte n’est publié qu’en 1912 par la Revue africaine). Sans hostilité au progrès, favorable à la colonisation, affirmant préférer ce qui rapproche Orient et Occident, Daumas ne dissimule pas les obstacles à une assimilation qu’il ne croit pas inéluctable. Comme le formule pour lui Abd el-Kader, « l’autre monde et celui-ci sont comme l’Orient et l’Occident, on ne peut se rapprocher de l’un sans s’éloigner de l’autre ». Ayant quitté les affaires algériennes à la mise en place du ministère de l’Algérie en 1858 et repris un commandement militaire en métropole, il achève sa carrière à Bordeaux, d’où son épouse est originaire, et se retire dans les environs, à Camblanes-Meynac.

Sources :

G. Yver, Correspondance du capitaine Daumas, consul à Mascara (1837-39), Alger, A. Jourdan, 1912 ;

Colonel Reyniers, « Sept lettres inédites du colonel Daumas au colonel Rivet », RA, 1955, p. 181-194 ;

Hommes et destins, t. II, 1977, p. 244-246 (notice par X. Yacono).

Représentations iconographiques :

Portrait lithographié par B. Roubaud, « Le commandant Daumas » (Armée d’Afrique, n° 10), reproduit par Esquer, Iconographie…, vol. III, n° 597.

David épouse Bosc, Nelly Paule Marguerite (Saint-Christoly-de-Blaye, Gironde, 1900 – Bougie [?], apr. 1961)

– professeur d’EPS

Sans doute arrivée jeune avec ses parents à Alger, elle obtient successivement le brevet supérieur (1918) et le brevet d’arabe (1920). Comme elle n’est pas passée par une école normale, elle fait deux années de stage à l’école primaire libre de Blida de façon à pouvoir se présenter au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les EN et les EPS, qu’elle obtient en 1922. Diplômée d’arabe l’année suivante, elle fait des suppléances d’arabe à l’EPS et au cours secondaire de filles de Blida entre 1924 et 1928, avec suffisamment de succès pour être nommée institutrice à l’EPS de garçons de Bougie (1929). Bien notée, elle y enseigne aussi la géographie et le français, et se porte immédiatement candidate à la direction d’une EPS (on la trouve alors trop jeune, bien qu’on lui reconnaisse des qualités d’énergie et d’autorité). Elle passe tous les deux ans un mois de congé en France (l’été 1936, elle séjourne auprès d’un parent, Louis David, industriel à La Garenne-Colombes). Alors qu’elle a à sa charge sa mère, elle épouse en 1939, Henri Bosc, lui aussi professeur à l’EPS de Bougie (né en 1894, il est veuf). Ils n’auront pas d’enfants. En 1945, elle assure l’intérim de la direction de l’EPS devenu collège et n’évite pas de « regrettables incidents » en se heurtant à l’hostilité des familles. Elle achève cependant sa carrière à Bougie où elle prend sa retraite en 1961.

Source :

ANF, F 17, 27.805, Bosc-David.

De Aldecoa, Marcelo Bernardo dit Marcel-Bernard (Enghien-les-Bains, 1879 – Bandol, 1938)

– professeur de lycée

Originaire d’une famille portugaise, il entame une carrière militaire avant de reprendre tardivement des études d’arabe à la faculté des Lettres d’Alger (où il a pour condisciple Chemoul*). Répétiteur, il est admis au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges l’année de sa création (1907), puis obtient son DES en 1909 (Lisān ad-Dīn b. al-Ḫaṭīb). Il enseigne au collège de Philippeville quand il est admis l’agrégation (1912). Il est alors affecté au lycée de Casablanca comme proviseur (novembre 1913). Il travaille à l’élaboration de manuels scolaires d’arabe marocain (Cours d'arabe marocain, première et deuxième année, Paris, Challamel, 1917), bénéficiant bientôt de l’assistance de Belqacem Tedjini*, chargé de cours au lycée en 1915-1918 (réédition du cours et publication de sa troisième année, 1918). Ces trois volumes de cours restent en usage jusqu’après la Seconde Guerre mondiale (7e éd. du t. I en 1947). Bien qu’il semble n’avoir pas démérité, il est déchargé du provisorat en 1920 ou 1921, sans doute parce qu’on considère qu’un agrégé d’arabe n’a pas la stature suffisante pour diriger le lycée de la capitale économique du pays, et placé à la direction du collège Regnault à Tanger puis du collège d’Oujda (1925). Il contribue par des textes sur la littérature et l’avenir de la langue arabe à France-Islam, une nouvelle revue mensuelle publiée à Paris (1923). Il complète son œuvre scolaire en publiant en 1926 un Précis de grammaire arabe (arabe littéraire). Atteint par la limite d’âge imposée au Maroc, il est mis à la retraite en 1937. Il enseigne peut-être en octobre 1937 et février 1938 dans le cadre français au lycée Bugeaud d’Alger.

Sources :

ANF, F 17, 24.578, Dalet ;

Bulletin administratif du MIP, t. LXXXII, 1907, n° 1791, p. 365 ;

Bulletin de l’enseignement public du Maroc, juin 1938, n° 160, p. 387-388 (nécrologie par M. Chemoul) ;

« Le premier lycée français du Maroc et son premier proviseur M. De Aldécoa [sic] », Salam. Bulletin d’information de l’Amicale des anciens des lycées et collèges français du Maroc, n° 12, avril 1969, p. 3 (avec une photographie des professeurs du lycée de Casablanca v. 1915-1918).

De Salle, Eusèbe François (Montpellier, 1796 – Montpellier, 1873)

– titulaire de la chaire d’arabe de Marseille

Fils de Jacques Desalle, entrepreneur de travaux publics de Montpellier, il choisit à partir des années 1820 d’orthographier son nom de Salle ou de Salles. Au lycée de la ville, il se lie d’amitié avec Auguste Lacombe qui fera carrière de juriste et avec lequel il restera en correspondance toute sa vie. Élève de la faculté de médecine, il est sans doute témoin de la violente répression qui suit les Cent jours. En 1816, il soutient son doctorat (Essai sur l’Unité de l’espèce humaine, avec au jury Augustin Pyramus de Candolle), puis part pour Paris où il suit les cours de Broussais. Dans Paris et Montpellier ou tableau de la médecine de ces deux écoles, présenté comme l’œuvre d’un chirurgien anglais, John Cross, traduite de l’anglais par Élie Revel, docteur-médecin, il conclura sur la supériorité de sa ville natale (1820). Avec son condisciple de la faculté de médecine de Montpellier Amédée Pichot, futur directeur de la Revue britannique, il publie une traduction anonyme des œuvres de Byron (1819), plusieurs fois rééditée, qui comprend la nouvelle Le Vampire de Polidori, alors attribuée à Byron. Ils se brouillent rapidement, peut-être parce que De Salle réédite Le Vampire sous le pseudonyme d’A. E. de Chastopalli (1820) et publie dans la foulée Irner (1821), un roman composé à la hâte, qui met en scène les amours impossibles d’un médecin chrétien et d’une musulmane dans un Montpellier du viiie siècle de l’hégire ‑ et qui est donné comme la traduction française d’une œuvre posthume du poète anglais.

En 1822, il fait un séjour de quatre mois à Londres où il fait la rencontre de Sarah Couttenden, fille d’un Danois et d’une Indienne de Murshidabad. Veuve d’Ernest Wolff et mère de grands enfants, elle est sensiblement plus âgée que lui – il l’épousera en 1835. À son retour, il fait paraître un Diorama de Londres, ou Tableau des Mœurs britanniques en mil huit cent vingt-deux (1823) et plusieurs ouvrages médicaux où il manifeste son inquiétude devant la vulgarisation de la science et l’abaissement de la position sociale des médecins. Il se lance dans l’étude de l’arabe en 1827. Il fait alors partie d’une jeunesse libérale, anticléricale et romantique, proche des saint-simoniens, et se lie avec Perron*, comme lui médecin et orientaliste. Après avoir projeté de partir comme médecin-interprète en Égypte, il est nommé secrétaire-interprète à l’armée d’Afrique (mars 1830) et prend part à l’expédition d’Alger. De retour à Paris en décembre, il travaille à Sakountala, une apologie désabusée du mariage qui fait écho à Adolphe de Constant, et compose Ali le Renard, ou la conquête d’Alger (1830), roman historique, qui paraît en volume chez Gosselin en 1832 (réimp. à Genève, Slatkine, 1973). Éreinté par Gustave Planche dans la Revue des deux mondes, ce roman à clé, dont la faiblesse de l’intrigue n’est pas compensée par quelques belles descriptions, laisse entendre que la conquête aurait pu être pacifique sans le mauvais génie russe. Ali, chef de confrérie qui, après avoir résisté à l’envahisseur français, est condamné à mort, invite l’interprète Verdanson, autoportrait de De Salle, à se convertir et à lui succéder, mais le Français reste fidèle à sa foi chrétienne et, déçu par les lendemains de la révolution de Juillet, part s’installer aux États-Unis. Le roman, en croquant de façon acérée les acteurs de l’expédition, trouve un lectorat curieux de révélations scandaleuses sur les profiteurs de l’expédition, après le pillage de la Kasbah. Reparti à Alger comme interprète attaché à l’administration civile (juillet 1832), De Salle se voit confier la rédaction du Moniteur algérien, mais se heurte au clan de Rovigo et repart pour Paris en décembre. En 1833, ses Bas à jour, court récit des amours du sous-lieutenant Saint-Simonnet pour l’épouse d’un koulougli qui s’en venge violemment, trouvent place dans le tome VIII des Salmigondis, contes de toutes les couleurs, tandis que, paru chez Gosselin, son ambitieux Sakountala à Paris. Roman de mœurs contemporaines ne rencontre pas le succès attendu, malgré d’incontestables qualités littéraires.

Après un séjour à Montpellier, où il soigne les victimes du choléra, et un échec à l’agrégation de médecine, il s’installe à Marseille où, grâce à l’appui de Sacy* et de Caussin*, il se voit confier la succession de Taouil* à la chaire d’arabe (mars 1835). Outre des cours au collège royal, il donne des conférences plus générales dans le cadre des cours municipaux. Contesté par plusieurs négociants de la ville qui auraient préféré voir nommer Sakakini*, il obtient un congé pour faire un voyage en Orient – il est prévu qu’il aille jusqu’aux Indes – qui doit lui permettre, entre autres, de faire l’apprentissage de la langue parlée au Levant. Il part accompagné de sa femme. La correspondance composée par De Salle au cours du voyage n’a pas l’honneur des colonnes du Journal des débats – où Urbain* donne quant à lui ses impressions d’Algérie. De Salle en conçoit de l’amertume. Ses notes ne paraîtront qu’en 1840, à ses frais, sous la forme de deux forts volumes de Pérégrinations en Orient ou Voyage pittoresque, historique et politique en Égypte, Nubie, Syrie, Turquie, Grèce pendant les années 1837-1838-1839, chez Pagnerre (l’éditeur de Louis Blanc et de Lamennais) et L. Curmer. Il y mêle observations directes et dissertations abstraites, déplorant que, précurseurs du socialisme et des saint-simoniens, indirectement visés, Mazdak puis Mahomet, en promouvant l’égalité sans le contrepoids de l’humilité et de la charité, aient « détruit le gouvernement et la propriété par le despotisme, la famille par la polygamie ». Sans enfermer l’Orient dans une identité immuable, il dresse un portrait de Méhémet Ali en despote mystificateur, et préfère à l’Égypte (où il a rencontré le šayḫ Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī qui lui a fait don de son Taḫlīṣ al-ibrīz fī talḫīṣ Bārīz [L’Or de Paris], publié cinq ans plus tôt sous les presses de l’imprimerie de Būlāq) la Syrie, où « l’homme n’est pas encore dégradé ». Sur le chemin du retour, peu pressé d’arriver à Marseille où le suppléant qu’il s’est choisi, Bargès*, a été à son tour contesté par le parti de Sakakini (qui obtient en 1846 le dédoublement de la chaire, de Salle ne conservant plus que les cours municipaux), De Salle fait halte à Palerme, Naples et Rome – où se confirme son retour au catholicisme. En août 1840, il est à Paris où il expose à la Société asiatique le résultat de ses observations sur la différence qui existe entre l’arabe vulgaire parlé en Égypte et la langue littérale. À Marseille, il fait preuve de son utilité en enseignant les principes de l’arabe aux militaires de la garnison. Il propose qu’on le nomme consul, inspecteur, recteur, chef de bureau, en vain : on a eu vent aux Affaires étrangères comme à l’Instruction publique de son intransigeance caractérielle et de l’irréalisme de ses vues prospectives. Le marseillais Garcin de Tassy, professeur aux Langues orientales, qui lui garde fidèlement son amitié, le dissuade de se porter candidat à une chaire. En 1843, il fait un bref séjour à Alger pour régler la succession d’un neveu qui y représentait la succursale d’une maison de commerce et adhère à la Société d’ethnologie fondée quatre ans plus tôt à Paris. En 1845, il collabore à la montpelliéraine Revue du Midi. Déçu dans ses ambitions littéraires – en 1847, l’Odéon refuse de faire représenter un drame qu’il a composé, Isabelle ou la Confession –, chahuté en 1849 par les démocrates marseillais comme il réfute les théories socialistes lors de son cours public, il n’est guère consolé par la publication de son Histoire générale des races humaines ou philosophie ethnographique (Duprat et Pagnerre, 1849, 5e édition en 1851). L’ouvrage, dédié à Falloux, ministre ultramontain de l’Instruction publique, défend le principe de l’unité de l’origine humaine. Il est par conséquent reçu favorablement par Lacordaire et la presse catholique. Mais il ne vaut pas à de Salle la gloire attendue et ne lui ouvre pas les portes du Collège de France. Il appelle cependant la comparaison avec l’Essai sur l’inégalité des races publié quatre ans plus tard par Arthur de Gobineau. Malgré des positions opposées, les deux hommes ont une posture comparable face au monde réel, refusant ce qu’il a de médiocre, et une attirance commune pour l’Orient, terre d’un ailleurs rêvé et insaisissable. Sous le Second Empire, la situation de De Salle se dégrade : la fortune de sa femme a été emportée dans une faillite, il souffre d’insomnies qui résistent à « des doses effrayantes d’opium ou d’autres narcotiques », et ses cours sont définitivement désertés après l’ouverture de la faculté des sciences de Marseille en 1854. Sollicité par Dugat* qui dit avoir de l’affinité pour un homme qu’il classe parmi les « orientalistes vulgarisateurs, littérateurs […] qui n’enferment pas leur cerveau dans le cadre étroit d’un mémoire académique », il le rebute finalement et n’est pas retenu pour la galerie des contemporains qui constituent le premier tome de l’Histoire des orientalistes de l’Europe… Un retour d’intérêt pour les romantiques de 1830 lui vaut cependant d’être redécouvert par Baudelaire et Asselineau. Ce dernier, admirateur de Sakountala, facilite l’édition des œuvres complètes de De Salle dont deux volumes paraissent chez Pagnerre. Après les Poésies (Théâtre, Sonnets, Poésies diverses, Rimes patoises) en 1865, c’est en 1869 une médiocre charge contre les saint-simoniens, annoncée dès 1833, L’Anévrisme ou le Devoir (rebaptisé par l’éditeur Les Carbonari ou l’Anévrysme. Étude de mœurs de 1830). Admis à la retraite en 1867, De Salle partage sa vie entre Montpellier et Antipas, une maison de campagne qu’il possède dans le Lauragais. Après la mort de Sarah en 1869, il finit pauvrement ses jours à Montpellier, après avoir enfin publié chez Albert Lacroix, l’éditeur des Misérables et des Chants de Maldoror, un dernier roman alourdi de considérations littéraires, politiques, sociales, agricoles ou industrielles, les Déceptions dans les deux mondes (1871). Il a légué ses livres (400) et ses papiers à la bibliothèque de Montpellier.

Sources :

ANF, F 17, 3219 [pension, 1841], 13.554/1 [demande de création d’une chaire d’ethnographie au Collège de France, 1852], 20.585, Dessales [carrière] et 21.691, De Salles [mince dossier à propos de l’intégration du cours d’arabe dans le cadre de la nouvelle faculté des sciences à Marseille] ;

BMMontpellier, Fonds E. de Salle [11 cartons] ;

Charles Asselineau, Mélanges tirés d’une petite bibliothèque romantique, Paris, René Pincebourde, 1866, p. 121-135 (rééd. mise à jour sous le titre de Bibliographie romantique, Paris, P. Rouquette, 1872, p. 171-184) ;

Henri Cordier, « Notes sur Eusèbe de Salle », Bulletin du Bibliophile et du bibliothécaire, n° 6, 15 juin 1917, p. 265-76 ; n° 7-8, 15 juillet 1917, p. 313-335 et n° 9-10, 15 septembre 1917, p. 392-415 (repris sous forme de tiré à part, Librairie Henri Leclerc, 1917, 61 p.) ;

René Martineau, « Débris romantiques » et « Eusèbe de Salles », Promenades biographiques. Flaubert, Barbey d’Aurevilly, Balzac, E. Chabrier, Tristan Corbière, Édouard Corbière, J.-K. Huysmans, etc., Paris, Librairie de France, 1920, p. 123-130 et 131-175 (plus un appendice p. 212-222) ;

Charles-André Julien, « Un médecin romantique, interprète et professeur d’arabe : Eusèbe de Salles », RA, 1924, p. 472-529 et 1925, p. 219-322 ;

Claude Pichois, Philarète Chasles et la vie littéraire au temps du romantisme, Paris, José Corti, 1965 ;

Gérard Cholvy éd., Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 1977 ;

Jean Boissel, Gobineau. Biographie. Mythes et réalités, Paris, Berg international, 1993 ;

Pierre Clerc éd., Notes pour un dictionnaire de biographie héraultaise (anciens diocèses de Montpellier-Maguelonne, Béziers, Agde, Lodève et Saint-Pons), version 2000, BMMontpellier (art. Salles) ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par L. Valensi).

Représentations iconographiques :

Esquer, Iconographie…, vol. III, n° 557 (médaillon) et 591 (photo.) ;

J. G. Reinis, The portrait medaillions of David d’Angers : an illustrated catalogue of David’s contemporary and retrospective portraits in bronze, New York, Polymath Press, 1999 (n° 419, 1837).

Defrémery, Charles François (Cambrai, 1822 – Saint-Valéry-en-Caux, 1883)

– professeur au Collège de France, historien du Proche-Orient médiéval

D’une famille de notables provinciaux, il étudie les langues orientales au lycée Louis-le-Grand en compagnie des jeunes de langue, et spécialement l’arabe et le persan auprès de Caussin* et de Quatremère*. Il se consacre avant tout à l’histoire des dynasties musulmanes postérieures aux Ommeyades, particulièrement en Mésopotamie, en Perse, et dans le Turkestan (Mémoires d’histoire orientale, 1854). Il édite et traduit du persan Mirkhond (Histoire des sultans du Kharezm, 1842 ; Histoire des Samanides, 1845) et Sadi (Gulistan, 1858), et de l’arabe les Voyages d’Ibn-Batoutah (avec Sanguinetti, 1848-1858). Il donne de très nombreuses notices au Journal des Savants et au Journal asiatique où il rend compte notamment des travaux de Dozy avec lequel il s’est lié d’amitié. Dans le mouvement de réforme qu’inspire la révolution de 1848, il tente sans succès de faire créer à son profit à l’École des Langues orientales une chaire d’histoire et de géographie de l’Asie et de l’Afrique musulmane (il faudra attendre 1872 pour l’ouverture d’un tel cours, confié à Dugat*). Candidat malheureux à la chaire de persan du Collège de France (lors de la succession de Quatremère en 1857), il y supplée Caussin à la chaire d’arabe (en 1859) avant de lui succéder (en 1871). Époux de la fille de l’académicien géographe Armand d’Avezac, il est élu en 1869 à l’AIBL, et y reprend avec De Slane* la publication des Historiens orientaux des Croisades. À la fin de cette même année 1869, il est choisi pour inaugurer la direction d’études en langue persane et langues sémitiques fondée à la nouvelle EPHE (il fait partie à partir de 1874 de son comité de patronage). Mais les quinze dernières années de sa vie sont sous le signe de la maladie. Savant de cabinet dont la riche bibliothèque sera dispersée à sa mort, il se limite le plus souvent à une analyse des sources : les uns (comme Renan) louent son sens du travail collectif, les autres (comme Dugat, son camarade de 1848), regrettent chez lui un primat de l’esprit de détail sur la synthèse.

Sources :

ANF, F 17, 13.617 (EPHE) et 22.818, Defrémery (carrière) ;

Archives du Collège de France, Defrémery ;

Dugat, Histoire des orientalistes… ;

Recueil des séances de l’Institut de France, t. 53, n° 10, 1883 ;

JA, juillet 1884, p. 27-29 (notice par J. Darmesteter). 

Delafosse, Ernest François Maurice (Sancergues, Cher, 1870 – Paris, 1926)

– professeur de langues soudanaises à l’ENLOV

Fils d’un agent voyer de Sancergues, bachelier ès lettres et ès sciences (1888), en contact par son frère aîné Abel avec des acteurs de la colonisation de l’Afrique, il est marqué par la propagande du cardinal Lavigerie contre la traite des esclaves et, après une année de médecine, suit les cours de Houdas* aux Langues orientales (hiver 1890). En mai 1891, à l’insu de sa famille, il gagne l’Algérie pour entrer chez les Frères armés du Sahara que viennent de fonder à Biskra les Pères blancs. En novembre, il effectue son service militaire à Constantine au 3e régiment de zouaves. De retour en France (septembre 1892), il est chargé par Ernest-Théodore Hamy, le directeur du musée d’ethnographie du Trocadéro, monogéniste, de publier dans la revue de vulgarisation La Nature une analyse des objets dahoméens rapportés par l’expédition conquérante du colonel Dodds. Diplômé de l’ESLO en arabe vulgaire deux ans plus tard, il est encouragé par Houdas à solliciter un poste de professeur à Saint-Louis du Sénégal. Après avoir publié en 1894 avec Lucien Hubert, Tombouctou, son histoire, sa conquête et un Manuel dahoméen composé à partir de données recueillies auprès d’Africains exposés au Champ-de-Mars, il se fait finalement admettre dans le corps des affaires indigènes et part comme commis en Côte-d’Ivoire, à Lahou (fin 1894) puis dans le Baoulé. Promu administrateur adjoint après avoir été attaché à la colonne de Charles Monteil, avec qui il se lie d’amitié, il repart en Afrique comme consul à Monrovia (1897-1899), puis est affecté de nouveau dans le Baoulé – il y a une épouse « indigène » qui lui donne deux fils dont il reconnaît la paternité et qui feront localement de brillantes carrières administratives. Auteur d’un Essai sur le peuple et la langue sara (bassin du Tchad) (1898) et des manuels de la langue agni (1900), de mandingue et de haoussa (1901), il succède au père Sébire dans l’enseignement des langues soudanaises à l’ESLO (en 1900-1901, alors qu’il a été détaché à Paris à l’occasion de l’exposition universelle, puis, après un intérim de Rambaud puis de Monteil et de Gaudefroy-Demombynes*, à partir de 1909). Il repart alors en Côte-d’Ivoire, à la commission franco-anglaise qui délimite sa frontière avec la Gold Coast puis à la tête du cercle de Kong (Korhogo) dans le Nord du pays (1904-1907). Après un séjour en France où il travaille à l’organisation de l’exposition coloniale de Marseille (1907), il est appelé par François Joseph Clozel, nouveau gouverneur du Soudan (Haut-Sénégal-Niger), à la tête du cercle de Ramako (1908-1909). Il y rassemble les données de son Haut-Sénégal-Niger, commande de l’administration, qui obtient le prix Marcellin Guérin de l’Académie française (1912). En 1909, deux ans après son mariage avec la fille d’Octave Houdas, Alice, de treize ans sa cadette, il s’est réinstallé à Paris où il enseigne à la fois à l’ESLO et à l’École coloniale. C’est aussi l’année de son admission à la Société de linguistique (il en sera le vice-président en 1912) et celle de la publication des États d’âme d’un colonial, où il rassemble en volume le feuilleton qu’il a publié dans le Bulletin du Comité de l’Afrique française – il le rééditera, augmenté de chroniques pour La Dépêche coloniale, en 1922 (Broussard ou les États d’âme d’un colonial, suivis de ses propos et opinions, Paris, Larose). Il collabore à la nouvelle Revue des études ethnographiques et sociologiques fondée en 1908 par Arnold Van Gennep, ainsi qu’à son Institut ethnographique international (1910) dont il facilite l’hébergement à l’ESLO (1914).

Comme la plupart des savants arabisants de sa génération, tels un Gaudefroy-Demombynes ou un William Marçais*, il ne croit pas à l’efficacité d’une politique assimilatrice dans les colonies, et prône plutôt une politique d’association. Appelé en 1915 par Clozel à la direction des affaires civiles et politiques au gouvernement général de l’AOF à Dakar, il s’oppose au député Blaise Diagne, citoyen français des quatre-communes, et désapprouve le recrutement massif de troupes noires, option finalement choisie par le gouvernement Clemenceau. Après son départ de Dakar en janvier 1918, il se réinstalle définitivement à Paris, préférant demander sa retraite plutôt que de rejoindre le gouvernorat de l’Oubangui-Chari où il a été nommé en juillet. Il consacre les dernières années de sa vie à poursuivre ses recherches savantes et à les transmettre à un plus large public, participant en 1922 à la création de l’Académie des sciences coloniales, en 1925 à celle de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris avec Lévy-Bruhl et en 1926 à celle de l’International African Institute of African Languages and Cultures à Londres. Ses compétences d’arabisant n’occupent qu’une place secondaire dans son œuvre savante. Elles lui permettent cependant de rappeler la dimension historique des sociétés africaines. Il traduit de l’arabe et du bambara les Traditions historiques et légendaire du Sahara occidental (Paris, Comité de l'Afrique française, 1913, d’après une version en ces deux langues rédigée par un lettré de Nioro) et, avec la collaboration de Houdas, édite et traduit le Tārīḫ al-fattāš fī aḫbār al-buldān wa l-ğuyūš wa akābir an-nās, une chronique composée aux xvie et xviie siècles (Documents arabes relatifs à l’histoire du Soudan. Tarikh el fettach, ou chronique du chercheur par Mahmoud Kâti ben El-Hâdj El-Motaouakkel Kâti et l’un de ses petits-fils, Paris, Leroux, 1913, réimpr. 1981). Il en tire la conclusion que la splendeur des empires du Soudan médiéval ne doit rien à l’Europe ni au monde musulman. Dans ces derniers ouvrages destinés à un large public, il défend l’existence d’une « culture négro-africaine nettement définie […] que l’islamisation, même la plus reculée, n’a point réussi à modifier profondément » (Les civilisations négro-africaines, Paris, Stock, 1925). L’âme nègre, recueil de textes traduits (1923) et Les nègres (Paris, Rieder, 1927, rééd. L’Harmattan, 2005) auront un retentissement important sur la vision des écrivains de la négritude entre 1930 et 1960. En ce sens, Delafosse aura renforcé une représentation qui sépare monde musulman méditerranéen et islam noir.

Sources :

Hommes et destins, t. 1, 1975, p. 181-187 (notice par L. Delafosse et H. Deschamps) ;

Académie des sciences coloniales, CR des séances. Communications, t. VIII, 1926-1927, p. 537-551 (notice par H. Labouret) ;

Louise Delafosse, Maurice Delafosse, le Berrichon conquis par l’Afrique, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1976 ;

Langues’O…, p. 355-357 (notice par P. Labrousse) ;

Jean-Louis Amselle et Emmanuelle Sibeud, Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Maisonneuve et Larose, 1998 ;

E. Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002 ;

Danielle Jonckers, « Résistances africaines aux stratégies musulmanes de la France en Afrique occidentale (région soudano-voltaïque) », Pierre-Jean Luizard éd., Le choc colonial et l’islam. Les politiques religieuses des puissances coloniales en terre d'islam, Paris, La Découverte, 2006, p. 295 ;

Bernard Mouralis, introduction à la réédition des Nègres, Paris, L’Harmattan, 2005, p. VII-XXXII ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par E. Sibeud).

Delaporte, Jacques Denis (Paris, 1777 – Paris, 1861)

Comme celles de Marcel* et de Belin*, sa famille aurait vu sa fortune emportée par la Révolution. Il sert entre 1793 et 1795 dans l’administration des transports militaires, sous les ordres du payeur Hervé, puis se consacre à l’étude des langues orientales, obtenant un secours de l’État suite aux certificats de Silvestre de Sacy et de Langlès. En mars 1798, il est à Toulon afin d’être employé dans le drogmanat à Constantinople. C’est finalement pour l’Égypte qu’il part, Bonaparte l’ayant nommé membre de la commission des sciences et arts et le chargeant de la traduction des registres arabes, pour la partie des finances. Il accompagne le général Caffarelli en qualité de secrétaire et d’interprète lors de l’expédition de Syrie. Après la mort de Caffarelli devant Acre, il est nommé par Kléber agent du payeur général auprès des cinq intendants coptes, puis, sous le généralat de Menou, bibliothécaire de l’institut d’Égypte. Il revient en France avec « deux cent [sic] et tant de manuscrits orientaux » qu’il dépose à la Bibliothèque nationale. Il fournit au comité de rédaction de la grande carte d’Égypte la nomenclature de tous les villages du pays et transcrit leurs noms en lettres latines suivant un tableau harmonique arrêté à cet effet sous la direction de Volney – lui succèdent dans cette œuvre Raige (mort en 1807) puis Belletête – et participe à la Description de l’Égypte avec un Abrégé chronologique de l’histoire des Mamlouks d’Égypte depuis leur origine jusqu’à la conquête des Français (t. XVI, 1826) qui présente la succession de leurs règnes, classés par dynasties, selon un point de vue qui lui est propre, bien qu’il s’appuie sur une documentation tirée des auteurs arabes. En 1805, le ministère des Affaires étrangères lui propose un poste de drogman chancelier à Tripoli de Barbarie. Il y travaille sous les ordres du consul Bonaventure Beaussier, qui appuie finalement sa demande de mariage avec Ange Régini, la fille d’un sujet étrurien aubergiste des Français, malgré la différence de fortune et d’extraction. Il relève des inscriptions à Leptis Magna et rassemble des itinéraires et des journaux d’expéditions faites par le fils du pacha de Tripoli, aidé par le R. P. Pacifique, préfet apostolique de la mission de Tripoli. Malgré ces travaux, il est rappelé de Tripoli et envoyé à Tanger comme on le soupçonne d’avoir été discrètement favorable aux Cent Jours (1816). Sa famille l’y rejoint trois ans plus tard, quelques mois avant sa promotion comme vice-consul. Mais il échoue à obtenir une place de jeune de langue pour son fils aîné Jean Honorat*, demande qu’il réitère en 1827 pour son deuxième fils, Pacifique Henri*, avec l’appui de Silvestre de Sacy. La correspondance de Delaporte, membre de la Société asiatique et de la Société de géographie, fournit aux savants parisiens une documentation de première main : Walckenauer et Sacy publient, le premier à la suite de ses Recherches géographiques sur l’Intérieur de l’Afrique septentrionale (1821), le second dans le Journal asiatique, des itinéraires vers Tombouctou qu’il leur a communiqués – en 1822, il recueille René Caillé au terme de son voyage. Cette correspondance rend compte aussi de l’état des esprits face aux menaces européennes sur les États musulmans du Maghreb (le JA publie en juin 1824 ce qu’il écrit à Sacy sur un poème vulgaire (‘arūb) provoqué par les coups de canon lancés à Tanger pour la victoire du sultan à Taza et en face, à Tarifa, par les Français, pour amener la réduction de la place). Après l’occupation d’Alger, il est porté en mars 1831 sur les états des interprètes du corps d’occupation d’Afrique et réclamé en novembre par le duc de Rovigo. Mais il ne gagne Alger où se trouve déjà son fils Jean-Honorat qu’après l’arrivée du nouveau consul, Méchain, fin avril 1833. Placé à la tête des interprètes, la situation qu’il trouve à Alger le déçoit : son traitement est inférieur à celui d’un vice-consul (5 000 francs au lieu de 6 000 francs), et il supporte mal de devoir « consentir au maintien de gens tarés dans le corps » (Féraud). Après avoir assuré la direction du bureau arabe entre juin 1833 et juillet 1834, il obtient son rappel dans les consulats. Retourné à Paris, il obtient le consulat nouvellement fondé à Mogador, où il consacre ses loisirs à l’étude de la langue berbère. Il est rappelé sur la demande du sultan en 1840, après s’être heurté au gouverneur qui s’est opposé à ce qu’un spahi musulman fait prisonnier par Abd el-Kader et évadé se place sous la protection consulaire. De retour à Paris, il n’obtient pas de nouveau consulat. Il sollicite la création d’une chaire de langue et de littérature berbère à l’École des langues orientales, avec l’appui de Jaubert. Mais le ministère de la Guerre souligne son inactivité dans la commission chargée de la rédaction d’un dictionnaire (publié par Brosselard en 1844) et d’une grammaire berbère. Delaporte publie cependant en 1844 un Specimen [sic] de la langue berbère sous forme de deux dialogues thématiques (« Dialogue du temps, des saisons et de l’atmosphère » ; « Dialogue pour une expédition militaire ») suivis d’un « modèle de poésie berbère », Saby ou le dévouement filial, « une espèce d’élégie dans le genre du bordah et chanté comme lui […] [que] presque tous les habitans des environs de Mogador, hommes et femmes, savent par cœur [et ne peuvent entendre] sans verser des torrents de larmes ». Delaporte affirme l’intérêt politique d’une telle chaire (l’islamisme étant l’unique lien qui tient les Berbères unis aux arabes, on peut obtenir leur séparation « d’avec les arabes (sic) leurs ennemis et les nôtres » si on leur parle « un langage pacifique, avec bienveillance ») aussi bien que l’enjeu scientifique de la redécouverte d’une langue parlée présente de Siwah jusqu’au Sud du Maroc. Mais la Chambre lui refuse ses crédits, préférant la création d’un enseignement de malais. En novembre 1845, Delaporte est à nouveau à Alger pour suppléer son fils Jean-Honorat attaché temporairement au consulat de Mogador (jusqu’en juin 1846). Il propose de céder au département de la Guerre les notes et documents qu’il a recueillis au Maghreb et consacre ses dernières années à l’étude de la langue copte.

Sources :

ANOM, F 80, 198, J. D. Delaporte ;

ADiplo, personnel, 1re série, Delaporte ;

JA, avril-mai 1861, p. 472 (notice nécrologique par Belin) ;

Bulletin de la Société de géographie, avril 1861 (notice par E. Jomard) ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Guémard, 1928 ;

Manon Hosotte-Reynaud, « Un ami méconnu et deux œuvres inédites d’Eugène Delacroix », Hespéris, 1953, p. 534-539.

Delaporte, Jean Honorat (Tripoli de Barbarie, 1812 – Alger, 1871)

Fils de Jacques Denis Delaporte* et frère aîné de Pacifique Henri* et de Philippe Janvier*, il passe son enfance à Tripoli puis à Tanger, avant de faire ses études à Paris à Louis-le-Grand puis à la faculté de droit comme auditeur libre. Il est employé à Alger à partir de décembre 1831 comme secrétaire-interprète de l’Intendance civile sous les ordres successifs de Pichon, de Genty de Bussy et de Bresson, et y demeure lorsqu’elle est transformée par l’ordonnance d’octobre 1838 en direction de l’intérieur. En 1835, il publie des Fables de Lokman adaptées à l’idiome arabe en usage dans la régence d’Alger, suivies du mot-à-mot et de la prononciation interlinéaire, complétées par des Principes de l’idiome arabe en usage à Alger (augmentés de dialogues permettant de donner un lexique par thèmes et d’un conte, 1836) et par un Guide de la conversation arabe française ou Dialogues français arabes (1837). Les ouvrages, visant à mettre à la disposition des Européens les premiers éléments d’arabe dans un format de poche, sont autorisés à être imprimés par les presses du gouvernement (une commission composée des interprètes Varagnat, Rousseau* et Joseph Samuda a conclu sur l’utilité de la grammaire, très supérieure à celle de J. Pharaon*). Leur succès leur vaut d’être réimprimés à 500 exemplaires chacun en 1839-1841, toujours sur les presses de l’imprimerie du gouvernement (les Principes et le Guide ou Dialogues sont réédités à Paris en 1845 et 1847 ; une 4e édition des Dialogues chez Bastide en 1908 indique qu’ils restent encore en usage jusqu’à la Grande Guerre). Encouragé par Lamoricière, il s’intéresse aussi (comme son père avant lui) au berbère dont il publie dans le Journal asiatique dès février 1836 un « Vocabulaire » classé thématiquement. En décembre 1840, il sollicite discrètement un emploi de drogman chancelier à Tanger, sans suite. Il reçoit de la direction des finances la gestion des revenus des habous affectés à la grande mosquée de la ville : réorganisé sous le nom de Section de bienfaisance et du culte musulman (octobre 1843) puis de Section d’administration indigène (mai 1846) et de Bureau d’administration indigène, c’est le seul organisme qui prend en charge les musulmans de la ville, y compris leur instruction (il organise et surveille les médersas, et en nomme le personnel). Il obtient en avril 1848 un élargissement de ses attributions sous le nom de Service spécial de l’administration civile indigène d’Alger qui préfigure le bureau arabe départemental créé en 1854 : au contrôle des corporations (depuis 1846) s’ajoutent la police des indigènes et la surveillance des tribunaux musulmans, le chef du service étant membre de droit de la municipalité d’Alger. La volonté de quitter les services administratifs algériens pour la carrière diplomatique ne le quitte pourtant pas : après une première mission à Mogador en septembre 1844, on l’attache à ce consulat en septembre 1845 pour y accompagner Marey-Monge qui s’y rend en qualité de consul (Jean Honorat devant être suppléé à Alger par son père Jacques Denis). Or, le vapeur d’État qui les y conduit fait naufrage : Delaporte y gagne la Légion d’honneur pour sa conduite mais y perd de l’argent et surtout deux manuscrits, l’un du cours de thème qui devait faire suite à son Cours de versions arabes (idiôme d’Alger), divisé en deux parties (2e éd., 1846), l’autre d’un dictionnaire français-arabe et arabe-français dont il avait vendu la première édition moyennant la somme de 20 000 francs (« C’était le fruit de 14 années de veille »). Il regagne donc Alger où il est promu chef de bureau, poursuivant son travail d’administration des indigènes dans le nouveau cadre de la préfecture d’Alger jusqu’à la veille de la guerre de 1870, sans que sa demande réitérée d’intégrer le corps consulaire soit agréée. Il épouse en 1847 Marie Clémentine Léonide Roussel, fille d'un officier comptable, dont il a deux enfants en 1855. Elle lui survit.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, J. H. Delaporte ;

ANOM, F 80, 198, J. H. Delaporte ; 1 576, grammaire arabe de Delaporte ; état civil (acte de mariage) ;

Paul Boyer, « La création des Bureaux arabes départementaux », RA, 1953, p. 98-130.

Delaporte, Pacifique Henri (Tripoli de Barbarie, 1815 – Paris, 1877)

– consul au Caire et à Bagdad

Fils cadet de Jacques Denis Delaporte*, il fait son droit à Paris tout en étant répétiteur au collège Louis-le-Grand où il a étudié. Élève consul en septembre 1839 (cinq ans après que son père a demandé à ce qu’il soit porté sur le tableau des candidats), il est envoyé comme interprète avec un bâtiment de l’État sur le littoral de Wād Nūn, pour s’assurer de la suite à donner aux propositions que le chef du pays aurait fait parvenir par l’intermédiaire de son père à la France pour la fondation d’un établissement (novembre 1839). Le bâtiment sur lequel il doit embarquer à Brest doit relâcher à Mogador (où se trouve son père) puis le déposer au Sénégal d’où il sera reconduit en France. Attaché au consul de Tunis en octobre 1840, il accompagne la députation que le bey envoie au duc d’Aumale à Constantine, ce qui lui vaut la Légion d’honneur (1845). Autorisé à épouser en janvier 1848 Mlle Gobert, fille d’un colonel de cavalerie, il est nommé consul au Caire en mai 1848 après avoir été recommandé auprès de Mme de Lamartine par Émilie David d’Angers, au nom de son mari. Avec le drogman chancelier Belin*, il aide Mariette face aux tracasseries du gouvernement égyptien, facilitant l’exportation illégale d’objets provenant des fouilles du Serapeum – Mariette qui apprécie Belin, écrit cependant de Delaporte : « ce gros homme est toujours bête » (1852). Il fait don au Louvre « d’armes, vêtements, fétiches et instruments originaires de la Négritie » (1854). En butte à une rumeur l’accusant de transactions malhonnêtes avec le vice-roi, il quitte Le Caire pour Bagdad (décembre 1861). Malade, il obtient d’être placé en inactivité en novembre 1864. En mai 1865, il séjourne à Mansourah où il voudrait qu’on élève une chapelle sur le modèle de celle de Carthage, pour rappeler la captivité de saint Louis dont il croit avoir identifié le lieu. Officier de la Légion d’honneur en 1866 (on se rappelle qu’il a enrichi les collections du Louvre, du Muséum d’histoire naturelle et du jardin zoologique d’acclimatation), il est membre de la Société asiatique. Sa Vie de Mahomet, d’après le Coran et les historiens arabes, dédiée à Drouin de L’Huys, ne fait que reprendre (sans la citer) la vie de Mahomet de Jean Gagnier publiée à Amsterdam en 1733 – ce que fait poliment remarquer Jules Mohl dans son compte rendu pour le Journal asiatique. Dans son introduction, Delaporte fait preuve d’optimisme, voyant pointer entre chrétiens et musulmans une « sympathie qui doit naître de rapports réciproquement avantageux ».

Sources :

ANF, LH/702/65 ;

ADiplo, personnel, 1re série, Pacifique Henri Delaporte et Jacques Denis Delaporte ;

Gady, « Le Pharaon… » [pour ses relations avec Mariette].

Delaporte, Philippe Janvier (Tripoli de Barbarie, 1826 – Paris, 1893)

Fils benjamin de Jacques Denis Delaporte*, il entre comme son aîné Pacifique Henri dans la carrière consulaire : admis à l’École des jeunes de langue en 1837 après une première demande dès 1835, c’est un élève moyen, qui ne se distingue qu’en histoire. Il suit les cours de Caussin* en arabe et d’Alix Desgranges* en turc au Collège royal ainsi que ceux de Reinaud* et de Quatremère* à l’École de langues orientales et est nommé élève drogman en 1846 pour poursuivre sa formation à Constantinople. Envoyé à Damas comme suppléant du drogman du consulat, il est ensuite attaché au consul de Beyrouth (août 1848), puis à Mossoul (1853), à Jérusalem (1854) et à Salonique (1855). Il regagne Constantinople comme premier drogman en 1857. Chevalier de la Légion d’honneur, il épouse à Paris une fille du manufacturier Outhenin Chalandre. Consul à Yassy (1866), il succède à Laurent Charles Féraud* au consulat de Tripoli de Barbarie, et achève sa carrière à Beyrouth (1879-1880).

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1215, Philippe Janvier Delaporte ;

ANF, LH/702/68.

de Latour, Auguste Camille Oswald (Mostaganem, 1850 – Alger, 1885)

– directeur d’école arabe-française et interprète militaire

Fils d'un ancien professeur au collège d'Alger, instituteur communal qui deviendra inspecteur primaire, il est répétiteur au collège arabe-français d’Alger (septembre 1869), puis directeur des écoles arabes françaises de Frenda (février 1871) et de Belacel [?] (octobre 1872), il épouse en 1879 Léonide d’Hesmivy d’Auribeau, fille d'un lieutenant-colonel en retraite, avec pour témoin l'interprète militaire Georges Stephan Rémy. Après avoir été placé pendant six mois hors cadre sans solde au début de 1881, il est employé au conseil de guerre à Blida puis à la section des affaires indigènes de la division d’Alger. Atteint de lithiase, il meurt prématurément.

Sources :

ADéf, 5Ye 43519 ;

ANOM, état civil ;

Féraud, Les Interprètes…

Delmas, Marius (Bédarieux, 1854 – Bagnères-de-Bigorre, 1912)

– titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Tunis et directeur du collège Sadiki

D’origine modeste (son père est employé des Ponts et Chaussées, son grand-père maçon), bachelier à Strasbourg en 1870, il travaille comme ouvrier et contremaître tanneur avant de devenir maître d’études à Dôle (1870) puis répétiteur à Alger (1875). Son apprentissage de l’arabe lui permet d’être professeur d’arabe délégué au collège de Miliana (1878) où il enseigne aussi les lettres, l’histoire et la géographie. Il passe au collège Sadiki de Tunis (1883), sans doute à la demande de Louis Machuel* qui a été son collègue au lycée d’Alger et auquel il succède à la chaire publique (1884). Il est aussi interprète traducteur au tribunal mixte (1886), fonction qu’il abandonne lorsqu’il est promu à la direction du collège Sadiki (1892), où il donne à l’enseignement un caractère plus technique, tourné vers la formation d’interprètes. Il est aussi chargé d’administrer les biens habous dévolus au collège. Après la mort prématurée de son fils en 1908, il demande à être admis à la retraite (ce qu’il obtient en 1910). Il a en charge la conception d’un dictionnaire d’arabe parlé tunisien que la commission des études arabes instituée par la direction de l’enseignement public a en 1911 la volonté d’éditer, sans que le projet aboutisse. En 1912, il publie à Tunis avec l’interprète militaire Jules Abribat une Nouvelle grammaire d’arabe écrit, sans doute destinée à remplacer la Grammaire élémentaire d’arabe régulier de Machuel, vieillie.

Sources :

ANF, F 17, 22.821, Marius Delmas (carrière en Algérie) ;

ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 1359 (Delmas au recteur, Miliana, 29 décembre 1882) ;

Bulletin trimestriel de l’association amicale des anciens élèves du collège Alaoui-Tunis, n° 17, avril 1911 ;

RT, 1912, p. 539 ;

N. Sraïeb, Le Collège Sadiki…, p. 306-307.

Delmas épouse Ostoya-Kinderfreund, Simone (Houilles, Seine-et-Oise, 1906 – Dakar [?], 1955)

– professeur de lycée

Tôt orpheline de père (mort en 1915 sur le front d’Artois), pupille de la nation, elle prépare avec succès le baccalauréat ès lettres comme boursière au lycée Fénelon. Jeune mère de famille (elle a en 1925 une fille de son mariage avec Paul Ostoya, journaliste scientifique qui publiera aussi de la poésie), elle étudie l’arabe à l’ENLOV (où elle obtient ses diplômes d’arabe littéral et maghrébin avec la mention très bien) et à la Sorbonne (1929-1931), tout en faisant en 1930 et 1931 des séjours à Oran et Tlemcen, où elle noue des contacts avec les professeurs de la médersa. Licenciée, elle obtient un emploi comme suppléante de Marguerite Graf* au lycée de jeunes filles de Constantine (1931-1933). Elle travaille sur le parler arabe du Constantinois. À nouveau boursière en 1933-1934 pour préparer l’agrégation féminine de lettres, elle suit les cours de l’EPHE. Alors qu’elle enseigne l’arabe à l’EPS de Philippeville (1934-1936), sa forte culture générale et sa finesse sont soulignées par William Marçais*, ce qui lui permet d’être titularisée (1937). Divorcée, elle est alors à nouveau en poste au lycée de jeunes filles de Constantine – un projet de revalider son mariage en 1945 reste sans suite. Appréciée pour son savoir, la directrice du lycée note de trop fréquentes absences dues à une santé fragile. Elle obtient d’être détachée à Paris à la Radio éducation de la radiodiffusion nationale (1945-1950) dont on entend renforcer le programme arabe. Plutôt que de retourner à Constantine ou de prendre un poste au lycée de Casablanca, elle choisit de partir pour Dakar où elle enseigne l’arabe, le français et le latin au lycée van Vollenhoven.

Sources :

ANF, F 17, 27.398, Simone Delmas (dérogation) et 25.416, Mlle Graf (dérogation) ;

JA, 1959 (compte rendu par D. Cohen de Philippe Marçais, Le Parler arabe de Jijelli).

Delphin, Léon Auguste Gaëtan (Lyon, 1857 – Paris, 1919)

– directeur de la médersa d’Alger

Premier directeur de la médersa d’Alger rénovée en 1895, il est représentatif d’un tournant dans l’approche de la société algérienne, entre l’immersion de la génération des pionniers, portés par le projet de fonder une nation franco-arabe, et la distance prise par les nouveaux hommes de science – il préfigure les analyses ethnographiques et linguistiques d’un Joseph Desparmet* ou d’un William Marçais*. Bachelier, il part en 1876 pour Alger où il exerce comme interprète judiciaire avant de passer à l’enseignement de l’arabe dans les écoles primaires de la ville d’Alger et au collège de Blida (1880), puis à la chaire supérieure d’Oran (1883), suppléant puis successeur de Machuel*. Il se rend utile à ses élèves les plus avancés par l’édition en 1886 de Cheikh Djébril. Syntaxe arabe. Commentaire de la Djaroumiya, la grammaire élémentaire de l’arabe la plus diffusée dans l’enseignement traditionnel, que Bresnier* avait éditée en 1846. En 1891, il facilite aussi la formation des futurs interprètes en assistant Houdas* pour la réédition de son Recueil de lettres arabes manuscrites et en publiant un Recueil de textes pour l’étude de l’arabe parlé qui annonce Desparmet par la richesse de son contenu (il est traduit en français par le général Faure-Biguet en 1904). Avec ces fables et ces histoires articulées autour d’un narrateur principal, le ṭālib Ben Cekran, recueillies autour de Mascara auprès de bédouins, il veut saisir une langue parlée pure de tout contact urbain et européen, usant de l’orthographe particulière des manuscrits qu’il a pu recueillir. L’intérêt qu’il porte au milieu intermédiaire des lettrés ruraux et à leur production contemporaine se manifeste aussi par l’édition et la traduction avec l’interprète militaire Louis Guin d’une Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis-du-Sig. Notes sur la poésie et la musique arabes dans le Maghreb algérien (1886), d’un poème comique de Muhammad Qabīh, Risālat al-abrār (Récit des aventures de deux étudiants au village nègre d’Oran, 1887) et des Séances d’el-Aouali (avec Gabriel Faure-Biguet, JA, 1913-1914). Sa conviction qu’il est nécessaire de réformer et de renforcer l’enseignement supérieur musulman en Algérie est à l’origine de son étude sur Fas, son université et l’enseignement supérieur musulman (1889) : fondée en grande partie sur les témoignages de musulmans qui y ont étudié, elle examine les éléments qui font sa supériorité actuelle. Ce travail sera plus tard prolongé par Mouliéras*, son successeur à la chaire d’Oran qui fera lui le voyage au Maroc. Nommé à la direction de la médersa d’Alger, il travaille à la modernisation de la formation des cadres intermédiaires musulmans et se charge de publier une nouvelle édition du « code » de Sidi Khalil (Muḫtaṣar al-šayḫ Ḫalīl b. Isḥaq fī l-fiqh ‘alā maḏhab al-imām Mālik b. Anas al-Aṣbaḥī, Paris, Imprimerie nationale, 1318 h. [1900]), édition qui selon Fagnan n’aurait apporté que peu d’améliorations par rapport à celle de Richebé. L’action de Delphin n’est d’ailleurs pas toujours jugée suffisante par le recteur Jeanmaire : après sa démission en 1904 (elle lui permet d’être élu aux Délégations financières), elle est éclipsée par l’éclat de son successeur W. Marçais. Bien qu’ayant conservé des attaches avec Lyon – il passe ses étés à Grigny dans la vallée du Rhône –, Delphin s’installe à Paris sans rompre le contact avec Alger et consacre son dernier travail à l’édition d’une « Histoire des Pachas d’Alger de 1515 à 1745 », chronique attribuée à un kouloughli du milieu du xviiie siècle, d’après un manuscrit de la succession d’Albert Devoulx* (JA, 1922 et 1925). Vers 1983-1985, ses archives ont été remises à l'État algérien pour être déposées à la Bibliothèque nationale d’Alger.

Sources :

ANF, F 17, 22.822, Delphin (période 1857-1885) et LH/720/13 ;

ANOM, GGA, 14 H, 43, Delphin (direction de la médersa d’Alger) ;

JA, XIX, 1922, p. 161-163 (notice par W. Marçais) ;

DBF ;

Sidi Khalil, Mariage et répudiation, traduction avec commentaires par E. Fagnan, Alger, Jourdan, 1909 ;

entretien téléphonique avec Jacqueline Delphin, avril 2006.

Depeille, Auguste Louis (Cuers, 1813 – Birmandreis, 1890)

– sous-directeur du collège impérial arabe-français d’Alger

Bachelier ès lettres, il est répétiteur et régent au collège de Toulon lorsqu’il décide en 1839 de s’installer à Alger. Entré dans l’administration en 1842, il dirige l’école arabe-maure d’Alger en 1847 (célibataire, il a alors 600 francs de revenus annuels en plus de son traitement de 3 000 francs) et est choisi en 1850 pour diriger l’école arabe-française de garçons d’Alger, rue Porte-Neuve. Il publie la même année une Méthode de lecture et de prononciation arabes (Alger, F. Bernard). En 1856, il épouse Catherine Thérèse Kachiste, née de parents inconnus, avec laquelle il vit depuis plusieurs années et qui lui a déjà donné plusieurs enfants, dont en 1854 Youssef Antonin Charles Albert, futur interprète et répartiteur des contributions directes. En décembre 1857, Auguste Louis est nommé sous-directeur du collège impérial arabe-français d’Alger où il est logé avec un traitement de 4 500 francs. Perron*, directeur du collège, se plaint de son « caractère prétentieux, ombrageux, jaloux, peu bienveillant », jugement trop sévère selon le recteur. Après 1871, il redevient directeur de l’école de garçons d’Alger. En 1877, il y retrouve comme instituteur-adjoint Brahim ben Fatah*, qui a été son élève et lui succédera à la direction de l’école de la rue Porte-Neuve après son départ à la retraite en 1882. La même année, Fatah sera aussi témoin de Youssef Antonin lors de son mariage.

Sources :

ANF, F 17, 7677 (lycée d’Alger, 1858-1859) ;

ANOM, F 80, 1851, feuilles de signalement du personnel, 1847 et ANOM, actes d’état civil (mariage, décès).

Derenbourg, Joseph Naphtali (Mayence, 1811 – Ems, 1895)

– Sémitisant, représentant de la Science du judaïsme (Wissenschaft des Judentums) en France

Né sous l’occupation française, il est le fils d’un aubergiste lettré, auteur d’un drame allégorique en hébreu inspiré par Moïse Luzzato. Il grandit dans le milieu éclairé de la Haskhala, profitant à la fois d’un enseignement talmudique auprès du rabbin Ellinger et d’études classiques au Gymnasium. Après l’Abitur, il étudie à l’université de Giessen puis à Bonn où il suit les cours de Georg Wilhelm Freytag et se lie d’amitié avec Abraham Geiger. Docteur en philosophie, il renonce au rabbinat et part en 1834 pour Amsterdam comme précepteur dans la famille du banquier Bischoffsheim. En 1838, il accompagne son élève Raphaël Bischoffsheim à Paris et, faute de pouvoir suivre l’enseignement de Sacy* qui vient de disparaître, fréquente les cours de Reinaud*, de Caussin* et de Quatremère* pour l’hébreu. Proche de Salomon Munk qui vient d’être nommé à la Bibliothèque royale, il est rapidement intégré dans le milieu des orientalistes : Girault de Prangey fait à appel à sa collaboration pour l’appendice de son Essai sur l’architecture des Arabes et des Maures en Espagne (1841) puis Reinaud pour réviser l’édition des séances d’al-Ḥarīrī par Sacy (1847-1853), la Société asiatique lui accorde une souscription pour la publication des ta‘ārifāt d’al-Ǧurǧānī et le Journal asiatique publie ses « Quelques remarques sur la déclinaison arabe » (1844). Contrairement à son frère aîné qui, après avoir été à la tête de la communauté de Mayence, se convertit au christianisme, il reste fidèle au judaïsme. En 1843, il épouse à Nancy Delphine Moïse dite Meyer. C’est un collaborateur régulier des Archives israélites et de la Wissenschaft Zeitschrift für Theologie que dirige Abraham Geiger. Il est particulièrement soucieux d’assurer une bonne éducation à la jeunesse israélite : après avoir dirigé moralement et religieusement les élèves juifs de la pension Coutant (1841-1857), il fonde une institution de jeunes gens rue de la Tour d’Auvergne (1857-1864). L’année de la naissance de son fils Hartwig*, il publie un Livre des versets ou première instruction religieuse pour l’enfance israélite en versets extraits de la Bible (1844). Naturalisé français en 1845, sans doute républicain de la veille en 1848, il est reçu en 1849 à l’agrégation d’allemand nouvellement créée, sans obtenir de poste à Paris, sauf une suppléance de trois mois au lycée Napoléon. En 1852, il est nommé correcteur de 1re classe à l’Imprimerie nationale. Il donne une édition du texte arabe et une traduction française annotée des Amṯāl Luqmān al-Ḥakīm / Fables de Loqman le sage (Berlin et Londres, A. Ascher, 1850) qu’il attribue à un auteur chrétien tardif, et auquel il reconnaît des qualités originales (en 1881, il publiera pour la Bibliothèque de l’École des hautes études Deux versions hébraïques du livre de Kalîlâh et Dimnâh, la première accompagnée d’une traduction française). Membre du comité central de l’Alliance israélite universelle (1863) et du consistoire israélite (1873-1876), il publie un Essai sur l’histoire et la géographie de la Palestine d’après le Thalmud et les autres sources rabbiniques (1re partie, Imprimerie nationale, 1867) qui traduit sa fierté devant la continuité d’Israël sans rompre avec une démarche scientifique – selon Maspero, « tandis que l’hébreu conduisait Derenbourg à l’histoire, l’arabe le retenait dans la philologie ». Candidat à la chaire d’hébreu du collège de France après la mort de Munk (1867), il se voit finalement préférer Renan, rétabli huit ans après sa révocation (1870). À l’AIBL où il a été élu en 1871, il travaille au Corpus des inscriptions sémitiques avec la collaboration de son fils Hartwig* (ils publient ensemble en 1886 Les Inscriptions phéniciennes du temple de Séti Ier à Abydos). Nommé directeur adjoint (1877) puis directeur d’études (1884) à l’EPHE, il y inaugure l’enseignement de l’hébreu rabbinique et talmudique qui n’étaient jusque-là enseignés qu’au Séminaire israélite. On le retrouve parmi les collaborateurs de la Grande Encyclopédie de Marcellin Berthelot. Souffrant d’une vue affaiblie, il résigne ses fonctions à l’Imprimerie nationale et se fait assister par Hartwig pour l’édition et la traduction française des Opuscules et traités d’Abou l-Walid Mervan ibn Djanah de Cordoue (1880) dont il édite pour la Bibliothèque de l’École des hautes études Le Livre des parterres fleuris : grammaire hébraïque en arabe (F. Vieweg, 1886). Il travaille ensuite à l’édition des œuvres complètes de Saadia (Version arabe du Pentateuque, Paris, Leroux, 1893 et 1899). C’est au cours d’un de ses séjours à Ems, où il fait chaque été sa cure, qu’il meurt brutalement, peu après avoir pris sa retraite.

Sources :

F 17, 20.582, Joseph Derenbourg ;

Revue de l’histoire des religions, vol. XXXII, 1895-2, p. 204-205 ;

Annuaire de l’EPHE, 1896, p. 105-109 (discours prononcés au Père-Lachaise par G. Maspero et A. Carrière) ;

Revue des études juives, XXXIII, janvier-mars 1896, p. 1-38 (nécrologie par W. Bacher) ;

Zadoc Kahn, Souvenirs et regrets, 1898, p. 387-388 (discours funèbre du 4 août 1895) ;

Dominique Bourel, « La Wissenschaft des Judentums en France », Revue de synthèse, n° 109, avril-juin 1988, p. 265-280 ;

Michel Espagne, Françoise Lagier et Michael Werner, Philologiques II. Le maître de langues. Les premiers enseignants d’allemand en France (1830-1850), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991 ;

Perrine Simon-Nahum, La Cité investie. La science du judaïsme français et la République, Paris, Cerf, 1991 ;

Michel Espagne, Les Juifs allemands de Paris à l’époque de Heine, la translation ashkénaze, Paris, PUF, 1996 ;

François Laplanche éd., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 9, Les Sciences religieuses. Le xixe siècle 1800-1914, Paris, Beauchesne, 1996 (notice par P. Simon-Nahum) ;

Isabelle Rozenbaumas, « Deux itinéraires d’hébraïstes : Ernest Renan et Joseph Derenbourg », Pardès, n° 19-20, 1994, p. 245-264 ;

S. Schwarzfuchs, « Les débuts de la science du judaïsme en France », id., p. 204-215 ;

Céline Trautmann-Waller, Philologie allemande et tradition juive. Le parcours intellectuel de Leopold Zunz, Paris, Cerf, 1998.

Derenbourg, Hartwig (Paris, 1844 – Paris, 1908)

– directeur d’études à l’EPHE, IVe et Ve sections

Bachelier ès lettres en 1860 après des études classiques aux lycées Charlemagne puis Bonaparte (l’actuel lycée Condorcet), il est formé en hébreu et en araméen par son père, le sémitisant Joseph Naphtali Derenbourg, et par le grand rabbin Ulmann. Il suit aussi très jeune les cours d’arabe littéral de J. T. Reinaud* à l’École des langues orientales. Licencié ès lettres dès 1863, il approfondit ses études d’arabe en Allemagne où se trouvent désormais les savants les plus réputés : il suit à Göttingen l’enseignement de Friedrich Ewald (il y soutient en 1866 un doctorat en philosophie), puis à Leipzig celui de Heinrich Fleischer. De retour à Paris en 1866, il travaille sous la direction de Salomon Munk avant d’être employé à la Bibliothèque impériale où il reprend la préparation du catalogue des manuscrits arabes (1867 - juillet 1871) qui avait été interrompu en 1859 par le retour de Michele Amari en Italie. En 1869, il inaugure par un exposé sur la composition du Coran le cours public libre d’arabe qu’il professe dans l’amphithéâtre de la rue Gerson jusqu’à son interruption par la guerre et le siège de Paris. En août 1870, il épouse Betty Baer, fille d’un grand libraire de Francfort qui lui confie la direction d’une succursale à Paris (1870-1879). Traducteur avec Jules Soury de l’Histoire littéraire de l’Ancien testament de Theodor Nöldeke (Sandoz et Fischbacher, 1873), il est nommé en 1875 professeur d’arabe et de langues sémitiques au Séminaire israélite de Paris. La même année, il est chargé d’un cours de grammaire arabe à l’École des langues orientales, transformé en 1879 en chaire d’arabe littéral – il réalise ainsi son « rêve d’adolescent » en occupant la chaire inaugurée par Silvestre de Sacy*, modèle vénéré dont il publie en 1895 une biographie. En 1880, il est chargé de recenser les manuscrits arabes conservés dans les bibliothèques d’Espagne. À son retour, il devient l’assistant de Renan, grâce à qui il est attaché en 1881 à la commission des inscriptions sémitiques de l’Académie des inscriptions et belles-lettres où, sous la direction de son père, il est chargé du himyarite et du sabéen. Il voudrait travailler à l’élaboration d’une grammaire comparée des langues sémitiques en y faisant entrer les idiomes africains, encore imparfaitement décrits, ainsi que l’égyptologie et l’assyriologie. C’est sans doute sa fréquentation des manuscrits arabes de la Bibliothèque impériale puis de la Bibliothèque de l’Escurial qui l’engage à éditer et traduire des textes inédits et parfois inconnus, en s’intéressant aussi bien à la poésie qu’à la grammaire et à l’histoire. En 1868, il propose l’édition et la traduction du diwān de Nābiġat aḏ-Ḏubyānī, de 1881 à 1889 il achève l’édition princeps de la grammaire de Sībawayh (Livre de Sîbawaihibe), puis il édite et traduit al-Faḫrī d’Ibn aṭ-Ṭiqṭaqī (Al-Fakhri, histoire générale du khalifat…, 1895 ; le travail sera prolongé par É. Amar*) et l’Autobiographie d’Ousâma Ibn Mounkidh [Usāma b. Munqiḏ], émir syrien du premier siècle des Croisades (1886 et 1895) dont il a découvert le texte en dressant le catalogue de la bibliothèque de l’Escurial (2 t., 1884 et 1903, William Marçais* se chargeant du second ; un troisième dû à Évariste Lévi-Provençal* viendra les compléter en 1927). Il poursuit cette veine historique en étudiant un historiographe du temps des Fatimides (Oumâra du Yémen [‘Umāra al-Ḥakamī], sa vie, son œuvre, 1897-1904). Lié au milieu républicain avancé, proche des radicaux, c’est, avec Marcellin Berthelot, un des directeurs de La Grande encyclopédie publiée entre 1885 et 1902. Il cumule deux directions d’études à l’EPHE, à la IVe section d’études philologiques (1884, pour l’arabe) et à la Ve section d’études religieuses (dès sa fondation en 1885, pour l’islamisme et les religions de l’Arabie). Il est admis à l’AIBL en 1900. Collaborateur de la Revue de l’histoire des religions, il s’attaque à une traduction du Coran qu’il laisse inachevée, sans trouver le disciple qui puisse prendre le relais.

À sa mort, sa riche bibliothèque est partagée entre l’ESLO et l’EPHE (pour le fonds hébraïque où elle rejoint celle de son père). Savant de cabinet à la stricte formation philologique, plus proche d’Edmond Fagnan* que de René Basset*, il garde ses distances par rapport à la nouvelle orientation sociale et ethnographique de l’orientalisme. Cet éloignement du terrain colonial favorise peut-être l’expression d’une sympathie pour l’Orient, dans ses représentations fin de siècle. Alors que sa femme tient salon et organise des soirées théâtrales et musicales rue de la Victoire (en 1895, on y joue Ibsen et Wagner), puis avenue Henri Martin, il est le seul parmi les arabisants à juger avec bienveillance la nouvelle traduction des Mille et une nuits par Mardrus*.

Sources :

ANF, F 17, 2954, H. Derenbourg, mission en Espagne (1880) et 23.143, H. Derenbourg (carrière) ; ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/11, H. Derenbourg ;

Archives de la IVe section de l’EPHE, H. Derenbourg ;

H. Derenbourg, « Une famille sémitique de Sémitistes. Les Derenbourg », Opuscules d’un arabisant, Paris, Charles Carrington, 1905, p. 295-311 ;

Mélanges Hartwig Derenbourg, Paris, Leroux, 1909 (notice par G. Maspero, bibliographie et photographie) ;

Annuaire de l’EPHE, 1908-1909, p. 144-145 ;

Revue de l’histoire des religions, t. 57, 1908, p. 386-388 (notice par R. Dussaud) ;

J. V. Scheil, « Notice sur la vie et les travaux de Hartwig Derenbourg », Au Service de Clio. Notices diverses, Chalon-sur-Saône, É. Bertrand, 1937, p. 85-102 ;

Langues’O… (notice par G. Troupeau).

Desbarolles, Antoine Adolphe (Paris, 1827 – Paris, 1885)

– interprète militaire

Fils du peintre, graphologue et escrimeur Adolphe Pierre Desbarolles (1801-1886), il est élève aux Langues orientales avant de partir pour l’Algérie où il est nommé interprète temporaire au BA de Sétif (janvier 1851) puis près le commandant supérieur de subdivision de Batna (1852). Auxiliaire de 2e classe (décembre 1853), il passe au BA de Bône (1855) puis, titulaire de 3e classe (février 1856), est attaché à l’EM de la place et au premier conseil de guerre à Constantine (1856), près le commandant supérieur et le BA de Biskra (mai 1858) et près le commandant supérieur et le BA de Cherchell (septembre 1861). Détaché près de l’intendant de la 9e division militaire à Marseille (février 1864 - juin 1865), il revient en Algérie au BA de Mostaganem (juillet-novembre 1865), près du commandant supérieur de Tenes (novembre-décembre 1865) puis à la direction des affaires arabes à Oran (décembre 1865 - mai 1866). Détaché au dépôt des internés arabes à Corte (mai 1866 - mars 1867) puis à nouveau près l’intendant de la 9e division à Marseille (mars 1867 - octobre 1872), il retourne en Algérie près le commandant du district de Dellys (novembre 1872 - février 1873). Promu titulaire de 2e classe, il est mis à la disposition du général commandant la division de Constantine (février-mars 1873) puis affecté à Tébessa (mars-juin 1873) et à Aïn Beida (juin 1873 - avril 1881), avant d’être mis à disposition du général commandant la division de Constantine et placé à la retraite, comme on juge sa « constitution ruinée ». La lenteur de son avancement tient à ce qu’on lui prête un « caractère un peu revêche » et des « capacités moyennes », malgré de bons services qui lui valent d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur (juillet 1879). Il n’a publié aucun travail savant. Il se retire à Paris, en bas du boulevard Sébastopol, où il meurt célibataire.

Sources :

ADéf, 5Yf 28 406 ;

ANF, LH/742/38 ;

Féraud, Les Interprètes…

Desgranges, Antoine Jérôme, dit Desgranges aîné (Paris, 1784 – Paris, 1864)

– premier secrétaire interprète pour les langues orientales

Héritier d’une famille de drogmans, il a le souci de compléter une maîtrise effective du turc par celle de l’arabe afin de pouvoir veiller efficacement à l’instruction des jeunes de langue à Paris. Petit-fils de Dominique Cardonne par sa mère, demi-frère d’Alix Desgranges* et cousin d’Alexandre Cardin*, il est élève jeune de langues à Paris en novembre 1793, puis à Constantinople (décembre 1802 - décembre 1811, avec un traitement de 1 800 francs), d’où il remplit quelques missions (il escorte de Constantinople à Paris l’envoyé persan Youssouf-bey, juin 1807 - avril 1808, supplée le premier drogman à Salonique (juin-novembre 1808), gère le consulat à Bassorah (janvier 1809 - octobre 1810). En décembre 1811, il succède à Belletête comme deuxième secrétaire interprète à Paris, où il catalogue les manuscrits turcs de la bibliothèque impériale, rédigeant les notices des ouvrages qui traitent de politique, d’histoire et de géographie. Il obtient sur sa demande de pouvoir séjourner un an en Syrie pour compléter sa formation en arabe. « L’événement » du retour de Napoléon retarde son départ de Marseille : il prend les ordres du nouveau pouvoir et gagne Constantinople sur un bâtiment de l’État chargé d’y transporter Jaubert (fin avril 1815). De là, il rejoint Beyrouth et le Mont-Liban où, au lieu de séjourner au couvent de Mar-hanna (Saint-Jean), il préfère finalement s’établir dans le « grand village » de « souk Michaïl […] sur la première chaîne du Liban à quatre lieues à l’est de Beyrout ». Sur le chemin du retour, il s’arrête huit mois à Damiette et au Caire pour « connaître la prononciation d’Égypte » et doit renoncer au séjour qu’il avait prévu de faire à Tunis pour se familiariser avec l’accent de Barbarie. On l’attend en effet à Paris, où il a été nommé adjoint au secrétaire interprète Kieffer, chargé de l’enseignement de l’arabe pour les jeunes de langue à Paris (décembre 1816 - juin 1826, 5 000 francs). Il obtient alors l’autorisation d’épouser une demoiselle Piot, fille du maire du 10e arrondissement de Paris (printemps 1818), et réside faubourg Saint-Germain (rue de l’Université). En octobre 1821, il est candidat à la succession de Bocthor* à la chaire d’arabe vulgaire des Langues orientales, mais on lui préfère Caussin*. Envoyé à Tunis pour assister le consul Guys* à propos d’un traité dont les versions en turc et en français diffèrent (1824), il est chargé l’année suivante d’accueillir à Marseille et d’accompagner à Paris l’envoyé du bey de Tunis, sīdī Maḥmūd, venu complimenter le roi Charles X sur son avènement. Il s’acquitte de sa mission avec succès, et en est récompensé par la Légion d’honneur. En juin 1826, alors qu’il s’attendait à rester à Paris (où Agoub* le supplée auprès des jeunes de langue), il est appelé à Alexandrie comme premier drogman, se voyant cependant conférer pour prix de cet exil un des deux brevets de secrétaire-interprète. De retour à Paris en septembre 1829, secrétaire interprète (6 000 francs), il est à nouveau responsable de l’enseignement de l’arabe à l’École des jeunes de langue. En décembre 1831, on le charge d’accompagner le comte de Mornay dans sa mission auprès du sultan du Maroc – le peintre Eugène Delacroix est du voyage. Entre 1837 et 1839, il rend visite à Eugène Daumas* à Mascara. Il publie alors à partir de trois manuscrits le texte arabe et la traduction française de l’Histoire de l’expédition des Français en Égypte de Nakoula el-Turk [Niqūlā b. Yūsuf at-Turkī], qu’il avait rencontré lors de son séjour en Syrie (Imprimerie royale, 1839). En mai 1854, il est promu premier secrétaire interprète pour les langues orientales, comme Cor, désigné à la succession d’Alix Desgranges*, est mort avant d’avoir pu prendre son poste. Admis à la retraite à la fin de 1856, il laisse la place à Charles Schefer.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1281, Desgranges (Antoine Jérôme aîné) ;

Georges Yver, Correspondance du capitaine Daumas, consul à Mascara (1837-1839), Alger-Paris, Jourdan-Geuthner, 1912 ;

Gustave Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues [sic] ou “arméniens” à Louis-le-Grand » Revue des études arméniennes, t. II-2, 1922, p. 189-232 et t. III, 1923, p. 9-46 ;

édition et traduction par Gaston Wiet de Nicolas Turc, Chronique d’Égypte, 1798-1804, Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale (publications de la Bibliothèque privée de S. M. Farouk Ier, roi d’Égypte, n° 2), 1950, XII-329-IX-218 p. ;

Maurice Degros, « Les jeunes de langues [sic] de 1815 à nos jours », Revue d’histoire diplomatique, 1985, p. 45-68 [parfois erroné].

Desgranges, Mathieu Antoine Florent (ou Alix), dit Desgranges jeune (Paris, 1793 – Paris, 1854)

– premier secrétaire interprète pour les langues orientales

Une sensibilité politique moins conservatrice que celle qui caractérise l’ensemble des drogmans favorise sans doute sa carrière rapide après 1830. Fils du remariage d’un attaché au département des Relations extérieures, demi-frère d’Antoine Desgranges*, sa carrière ressemble à celle de son aîné, en plus brillante. Élève jeune de langue à Paris (1802-1812), puis à Constantinople (septembre 1812 - 1816), il a séjourné volontairement dans le Mont-Liban en même temps que son frère aîné pour y parfaire sa maîtrise de l’arabe (1815). Deuxième drogman à Salonique (septembre 1816), puis à Constantinople (octobre 1821), où il est chargé de négociations concernant la Grèce et l’émancipation des catholiques arméniens, promu premier drogman (juin 1826), il est le dernier des agents français à quitter la ville en décembre 1827 « après s’être assuré qu’il n’y avait plus rien à espérer des turcs ». Officier de la Légion d’honneur, il est reparti pour Constantinople quand il se voit attribuer le brevet de secrétaire interprète du Roi (1829). Il reste en poste en 1830, après avoir notifié le nouveau gouvernement de Louis-Philippe au sultan. En 1833, il retourne à Paris où il a été nommé professeur de turc au Collège de France (il y succède à Kieffer), obtenant d’être admis au traitement de disponibilité qui lui permet de conserver son brevet de secrétaire interprète du roi à 1 500 francs. En 1839, il accompagne à Paris les jeunes Constantinois qui séjournent en France. Après avoir été attaché à la mission française en Perse (1839-1840), il est promu premier secrétaire interprète adjoint et assiste Jouannin pour former les jeunes de langue en turc (1842, entre le départ de Bianchi et l’arrivée de Dantan en juillet) et en persan (dont il assure un enseignement entre 1843 et 1847 puis transitoirement en 1854, avant d’être remplacé par Pavet de Courteilles). Dès février 1844, il lui succède à la direction de l’École des jeunes de langue, avec le titre de premier secrétaire interprète. En 1847, il accompagne Chadli, qāḍī de Constantine, invité à visiter les divers établissements d’instruction publique et les dépôts littéraires de la France, et en dresse un portrait favorable. En 1848, grâce sans doute à des appuis républicains, il parvient à empêcher la dissolution de l’École des jeunes de langue dans l’École des langues orientales, prônée par Hase, l’administrateur de cette dernière. Après sa mort, le titre de premier secrétaire interprète passe à Cor puis à son frère aîné Antoine Desgranges.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1282, Desgranges jeune ;

Gustave Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues [sic] ou “arméniens” à Louis-le-Grand » Revue des études arméniennes, t. III, 1923, p. 19 [confond les carrières d’Antoine et de son demi-frère Alix] ;

Laurent de Sercey, « Une ambassade française à la Cour de Perse en 1839 », Revue d’histoire diplomatique, 1927, p. 1-20.

Desparmet, Joseph (Béguey, Gironde, 1863 – Les Vans, Ardèche, 1942)5

– professeur agrégé d’arabe, ethnographe

Après une licence ès lettres à Lyon (1883-1884), il enseigne la littérature et le latin aux collèges de Cluny (1884) et de Villefranche-sur-Saône (1888). Assez mal jugé par ses supérieurs qui l’estiment loin de pouvoir obtenir l’agrégation qu’il est censé préparer, il demande un poste dans les colonies pour y recueillir les matériaux d’une thèse. Nommé en 1891 à Tlemcen, il y est élu, après quelques mois, conseiller municipal et y entame l’étude de l’arabe, avant d’être trois ans plus tard déplacé à Philippeville pour avoir publié un article polémique dans la presse locale. Il demande la direction d’un collège, mais le recteur Jeanmaire préfère l’orienter vers les classes supérieures de lettres et encourager son apprentissage de l’arabe. Dès après l’obtention du diplôme d’arabe à Alger, il devient professeur d’arabe à Médéa (1900) puis à Blida (1902) où, après avoir divorcé, il épouse un professeur de lettres de l’école primaire supérieure. Contestant un enseignement de l’arabe qui donne trop de place à la langue coranique (Houdas* est en ligne de mire) aux dépens de la langue parlée, il travaille à appliquer à l’arabe la réforme de l’enseignement des langues vivantes fondée sur la méthode directe. Membre de la commission d’élaboration des programmes, il est l’auteur d’un manuel qui, réédité à plusieurs reprises, reste un modèle inégalé jusqu’à la décolonisation. Fondé sur le parler de Blida, associant les mots et les choses, cet Enseignement de l’arabe dialectal d’après la méthode directe (2 vol., 1904-1905) propose, par un apprentissage vivant et oral de la langue, une connaissance concrète des Coutumes, institutions, croyances (c’est le titre du recueil de textes qui constitue la seconde partie). Il est régulièrement donné en référence aux professeurs d’arabe, invités à l’adapter en fonction des parlers et des usages locaux. Il entame ses études et recueils de littérature orale avec une communication au XIVe congrès des orientalistes de 1905 sur « La Poésie arabe actuelle à Blida et sa métrique » dont il est soucieux de sauvegarder l’intégrité par la reconstitution de ses principes propres (1907). Passé au lycée d’Alger (1905), Desparmet obtient l’agrégation d’arabe dès sa première session (1907), devant Gabriel Colin*. Faute de mener à bien ses thèses, il y terminera sa carrière. De 1907 à 1914, il supplée régulièrement Doutté* à la faculté des Lettres d’Alger où il nourrit son enseignement d’un intense travail d’enquêtes ethnographiques à Blida et dans la Mitidja qui donne lieu entre 1908 et 1910 à des publications à Paris (« Contes maures recueillis à Blida » dans la Revue des traditions populaires, grâce à l’appui de René Basset* ; « La Mauresque et les maladies de l’enfance » dans la Revue des études ethnographiques et sociologiques nouvellement fondée par Van Gennep ; Contes populaires sur les ogres chez Leroux) et surtout à Alger, dans la Revue africaine (« Note sur les mascarades chez les indigènes à Blida », 1908). Il réserve au Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord des travaux à la résonance politique immédiate (« L’œuvre de la France en Algérie jugée par les indigènes », 1910 ; « Quelques échos de la propagande allemande à Alger », 1915 ; « La turcophilie en Algérie », 1916-1917). Par l’analyse de récits populaires largement diffusés mais ignorés des Français, il y met à jour les résistances de la culture « nationale » musulmane, qui ne tolère un gouvernement chrétien que parce qu’elle est convaincue de son caractère éphémère. Après guerre, sa mauvaise santé lui vaut d’être affecté en 1921 au lycée d’Alger-Mustapha, avec une charge allégée. Reprenant alors les observations détaillées de ces précédents articles sur les pratiques et les rites propres de la vie des femmes, et accompagnant l’individu de la naissance à la mort, il a le loisir de réaliser son œuvre maîtresse, L’Ethnographie traditionnelle de la Mittidja, publiée en trois volets : « L’Enfance » dans le Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord (1918-1926) ; « Le Calendrier folklorique » dans la Revue africaine (1918-1936) ; Le Mal magique, cette fois en volume, par la faculté d’Alger (1932). Elle participe à la mise en valeur de l’islam traditionnel des marabouts face à l’opposition croissante du réformisme musulman. La deuxième partie de son manuel d’arabe parlé de 1904-1905 s’en trouve réactualisée en 1939 grâce à sa traduction en français par Henri Pérès* et Georges Henri Bousquet, rééditée en 1948. Après sa retraite en 1928, il se partage entre Alger et l’Ardèche, pays d’origine de sa femme, et s’attaque à nouveau à des travaux lourds d’enjeux politiques. À travers l’étude des poésies populaires et des satires politiques composées en Algérie depuis 1830, il repère avec lucidité la montée d’un nationalisme algérien qui se manifeste aussi bien dans la vitalité de la littérature vivante et populaire de l’Algérie que dans le remplacement du beurbrî (arabe berbérisé) par l’arabe coranique (« Les réactions nationalitaires en Algérie », Bulletin de la Société de géographie d’Alger et d’Afrique du nord, 1932). Dans la série d’articles qu’il publie entre 1932 et 1938 dans L’Afrique française, Bulletin du Comité de l’Afrique française et du Comité du Maroc, à partir d’une analyse de la presse arabe, il met en garde le pouvoir politique et l’opinion contre le mouvement réformiste musulman dirigé par Ibn Bādīs. En appelant à résister à l’assimilation, à reconstituer l’unité de la nation berbère et à défendre l’intégrité d’une nationalité islamique, les réformistes réveillent le désir partagé par les indigènes de voir partir les Français : « C’est par la révolte armée que se réaliseront les aspirations entretenues dans les masses par les intellectuels. Cette solution est plus proche qu’on ne croit. » Le fils benjamin de Joseph Desparmet, Jean Paul (1912-1991), contrôleur civil en Tunisie après être sorti de l’école coloniale et avoir obtenu le diplôme d’arabe maghrébin de l’ENLOV (1936), deviendra ambassadeur de France en Somalie puis en Tanzanie.

Sources :

Éducation algérienne, n° 5, juin 1942, p. 56-58 (notice par P. Horluc) ;

RA, n° 396-397, 3-4e trimestres 1943 (notice par H. Pérès) ;

F. Colonna, « Production scientifique et position dans le champ intellectuel et politique. Deux cas : Augustin Berque et Joseph Desparmet », Le Mal de voir, Cahiers Jussieu n° 2, université de Paris VII, UGE, 1976, p. 397-415 ;

Fanny Colonna, « Invisibles défenses : à propos du kuttab et d’un chapitre de Joseph Desparmet », Noureddine Sraïeb éd., Pratiques et résistances culturelles au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, 1992.

Représentations iconographiques :

Jean Desparmet, Mémoires. Kasserine. Tunisie 1937-1947, Sète, Des auteurs et des livres, 2013, p. 10.

Desrayaux épouse Delassus, Jeanne Irma Marie (El-Biar (Alger), 1886 – Alger, 1914)

– professeur de lycée

Intégrée au milieu indigénophile, elle semble avoir joué avant la Grande Guerre un rôle relativement important dans les contacts noués avec les Jeunes Algériens issus des médersas et promoteurs d’un islam réformé. Fille d’un instituteur, née à Alger, elle-même institutrice titulaire du brevet supérieur (1904) et de la prime d’arabe de 1re classe (1906), elle voyage en Égypte et en Tunisie pour étudier l’instruction des femmes musulmanes, collabore à L’Akhbar dirigé par Victor Barrucand et participe avec d’anciens élèves des médersas à la fondation en février 1907 d’une revue littéraire entièrement rédigée en arabe, Al-Iḥyā’ (La Résurrection), qui annonce vouloir « instruire les Arabes dans leur langue et par la religion musulmane ramenée à sa pureté primitive » (la revue n’a que 200 abonnés et disparaît en mai, peut-être du fait de la concurrence du Kawkab Ifriqīya). Institutrice à l’école de filles musulmanes d’Oran (1907), puis, après un congé d’un an (janvier 1908 - janvier 1909), à l’école d’Alger, rue Marengo, elle est classée première au certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges et lycées (1909) puis à l’agrégation (1911, dès la deuxième promotion, devant le fils d’Ernest Mercier*). En congé en 1909-1910 pour préparer son DES sur la poétesse al-Ḫirniq, elle est chargée du cours d’arabe à l’EPS (1910) puis au lycée de jeunes filles d’Alger. Elle publie pour ses élèves un livre de lecture en arabe littéral, Ḥilyāt al-aḏhān [Les Joyaux de l’esprit]. Elle est très bien notée. Si l’inspecteur général Émile Hovelacque a trouvé « sa culture générale un peu faible », on apprécie qu’elle « donne son temps sans compter à ses élèves qu’elle conduit dans des familles indigènes pour leur donner de fréquentes occasions de parler arabe » (1914). En 1913 ou 1914, elle épouse Achille Delassus, sans doute le fils de Marie Achille Delassus (1858-1912), un ancien élève de l’école normale d’Alger breveté d’arabe qui enseigne le français à la Bouzaréa et défend dans de nombreux écrits des idées anarchistes, pacifistes et indigénophiles. Elle meurt prématurément des suites de ses couches.

Sources :

ANF, F 17, 957A, mission en Tunisie ; 23.585A, Desrayaux et 25.751, Delassus ;

Bulletin de l’enseignement des indigènes [Alger], n° 167, mars 1907 ;

Ageron, Algériens…, t. 2, p. 1029 ;

Ihaddaden, « Histoire de la presse indigène en Algérie », 1978.

Destaing, Léon Edmond (Roset-Fluans, Doubs, 1872 – L’Haÿ-les-Roses, 1940)

– professeur de berbère aux Langues orientales

Né dans un village à la lisière de la forêt de Chaux, il est l’aîné d’une fratrie de quinze enfants bientôt orphelins de père. Après être passé par l’école normale de Besançon (1888-1891) et avoir été instituteur stagiaire à Liesle, au sud de la forêt (novembre 1891 - septembre 1893), il choisit de se diriger vers l’enseignement des indigènes en Algérie et part compléter sa formation à la toute nouvelle section spéciale de la Bouzaréa (1893-1894). Il y profite de l’enseignement de Belkacem Ben Sedira* et de ses répétiteurs Mohamed Soualah* et Saïd Boulifa pour acquérir des premières bases en arabe et en berbère. Major de sa promotion, il est affecté à Alger, à l’école franco-arabe de la rue Montpensier (1894-1902), ce qui, après qu'ila obtenu le baccalauréat (lettres-philosophie), lui permet de poursuivre ses études à l’école des Lettres auprès de René Basset* (1895). Breveté puis diplômé (1898) d’arabe et de berbère, il se prépare à passer un DES d’histoire quand il est nommé professeur de sciences – il a en effet étudié aussi la géologie et les sciences naturelles – à la médersa de Tlemcen (1902) dirigée par William Marçais* (puis Alfred Bel*). Là, il se remet à l’étude de l’arabe et du berbère, passant une partie de ses vacances à voyager dans les tribus à l’ouest de la ville et donnant ses premières publications savantes : « Un saint musulman au xve siècle, Sidi Mhammed El-Haouwâri », qui s’inscrit dans la suite des travaux de Basset et de Doutté*, avec pour source principale le Kitāb rawḍat al-mīsrīn d’Ibn Ṣa‘ad (JA, 1906), et un ensemble de travaux sur les Banī Sanūs, analysant leurs rituels calendaires (« Fêtes et coutumes saisonnières », RA, 1905-1906) et leur parler. L’Étude sur le dialecte berbère des Beni Snoûs en 3 volumes (soit une grammaire précédée d’une étude géographique ; des textes et leurs traductions ; un vocabulaire, 1907-1911, réimpr. L’Harmattan, 2007), complétée par un Dictionnaire français-berbère, dialecte des Beni Snoûs (1914, réimpr. Paris, L’Harmattan, 2007), use d’une transcription qui permet d’atteindre à la précision phonétique requise par la science linguistique, sur le modèle des travaux de W. Marçais et de Hans Stumme. Marié depuis 1905 avec une jeune fille de son pays dont il aura cinq enfants, il est nommé en 1907 à la direction de la médersa de Saint-Louis du Sénégal (il avait été candidat à celle de la médersa de Constantine) avant de prendre la succession de W. Marçais à Alger en 1910 – il est probable que sa femme ne le rejoigne qu’alors. En 1914, recommandé par Marçais aussi bien que par Stumme, il est nommé à la chaire de berbère alors fondée aux Langues orientales. La guerre éclate avant qu’il n’inaugure son cours. Engagé au 1er régiment de chasseurs d’Afrique, il sert comme interprète à Meknès où l’a appelé le général Henrys, commandant en chef des territoires du Nord, puis à Fès (il y retrouve Alfred Bel et le commandant Gaden, connu à Saint-Louis), à Séfrou enfin (mai-juillet 1915) où il se heurte avec l’interprète kabyle Abès mais amasse des matériaux qui nourriront son Étude sur le dialecte berbère des Aït Seghrouchen : Moyen Atlas marocain (1920). Remis à la disposition de l’ENLOV pour inaugurer son cours à la rentrée 1915, il travaille avec son répétiteur-informateur chleuh, Aḥmad b. ‘Alī, à une Étude sur la Tachelhît du Soûs dont il publie un Vocabulaire français-berbère (1920, rééd. 1938). Il ne peut assurer la publication de la grammaire ni du recueil de textes qui devaient le compléter, pour des raisons de coût jugé excessif dans un contexte de restrictions budgétaires et du fait des défaillances de sa santé. Les textes paraissent cependant dans leur version arabe, à l’usage des élèves de l’École coloniale auxquels Destaing donne depuis 1921 un cours d’arabe maghrébin (en même temps qu’au lycée Henri-IV) – Textes arabes en parler des Chleuhs du Sous (1937). Les Textes berbères en parler des Chleuhs du Sous ne paraîtront quant à eux qu’à titre posthume en 1944, les deux filles cadettes de Destaing, Louise et Marie-Rose, diplômées de l’ENLOV en arabe, complétant le glossaire, et l’un de ses fils, Denis, travaillant avec André Basset à l’index. En 1925, Destaing participe aux Mélanges René Basset avec une magistrale contribution sur les « Interdictions de vocabulaire en berbère », travail mené en collaboration avec son nouveau répétiteur, Mohamed b. Abdesselam (1925). Décoré de la Légion d’honneur en 1927, membre actif du Groupe linguistique d’études chamito-sémitiques (GLECS) créé en 1931 à l’initiative de Marcel Cohen et président de la Société de linguistique de Paris (1935), Destaing n’est pas un savant isolé, malgré les violentes crises de paludisme qui dévastent sa santé. Il ne se déplace plus que très difficilement quand il prend sa retraite en janvier 1940. Il représente une génération intermédiaire entre celles de René et d’André Basset, le père qui a partagé ses travaux entre l’éthiopien, l’arabe et le berbère et le fils qui concentrera les siens sur le berbère : la formation première des berbérisants qui, dans l’intervalle, constituent les études berbères en un objet scientifique spécialisé, ne se conçoit pas encore sans un solide apprentissage de l’arabe.

Sources :

ANF, F 17, 24.795, Destaing ;

ANOM, GGA, 14 H, 43, Destaing ;

RA, t. 85, 1941, p. 117-122 (notice par A. Basset) ;

Bulletin trimestriel de la Société de géographie et d’archéologie d’Oran, LXII, 1941, p. 111-124 (notice par A. Bel) ;

Hespéris, 1941, p. 99-100 (notice par Arsène Roux) ;

JA, 1940, p. 293-300 (notice par G. Marcy) ;

Textes berbères en parler des Chleuhs du Sous, 1940 [1944] (préface de M. Gaudefroy-Demombynes et bibliographie complète) ;

Hommes et destins, t. IV, 1981, p. 249 (notice par J. Faublée) ;

Langues’O… (notice par Salem Chaker, avec la coll. de Ouahmi Ould-Braham) ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par C. Lefébure).

Destrées, Albert Charles Ferdinand (Oran, 1852 – Tunis, 1918)

– professeur au lycée de Tunis

Formé au collège arabe-français d’Alger puis à l’école normale d’Alger, il est nommé en 1872 instituteur à Mostaganem où son père (peut-être frère cadet de l’interprète Henry Destrés*) dirige alors l’école arabe-française. « Très bon calligraphe », il y est en 1873 maître-adjoint à l’école israélite française. Il est ensuite chargé de la classe primaire au collège (mai 1875) où, une fois diplômé (1877), il enseigne aussi l’arabe et, après quelques mois comme administrateur adjoint de la commune mixte de Saint-Denis-du-Sig (1880), obtient le statut de professeur de français et d’arabe. En 1884, sans doute du fait de son amitié avec le nouveau directeur de l’enseignement en Tunisie Louis Machuel* (dont le père a dirigé l’école arabe-française de Mostaganem et a été son professeur au collège arabe-français d’Alger), il est affecté comme professeur de français au collège Sadiki de Tunis. Titulaire du diplôme d’arabe d’Alger en 1886, il est chargé de l’enseignement de l’arabe au lycée de Tunis en 1890 (ainsi que d’un cours à la chaire publique d’arabe en 1899). Ses liens avec Machuel restent étroits : son fils Auguste, diplômé d’arabe vulgaire de l’ESLO (1896), épouse une des filles du directeur de l’enseignement (avocat, il publie entre 1899 et 1901 trois articles sur l’administration intérieure du protectorat dans la Revue tunisienne ; il assurera la défense de ‘Abd al-‘Azīz aṯ-Ṯa‘ālibī devant le tribunal de la Driba en 1903). En lien avec sa chaire, Albert Destrées publie en collaboration avec l’ancien interprète militaire Léon Pinto* le texte et la traduction du Šarḥ mulḥat al-i‘rāb, commentaire par al-Ḥarīrī al-Baṣrī d’un poème didactique destiné à l’apprentissage de la grammaire (Récréations grammaticales ou plus exactement Les beautés de la syntaxe des désinences, Tunis, A. Beau, 1911). Sa carrière s’achève à Tunis sans brillant : l’inspecteur général Émile Hovelacque déplore sa médiocrité tandis que le proviseur apprécie la réussite de ses élèves aux examens. Il est sans doute mis à la retraite en 1912.

Sources :

ANOM, 23 S, 2, registre de délibération du conseil d’instruction et de discipline du collège impérial, 1858-1866 ;

ANF, F 17, 4068 (ESLO, scolarité 1884-1896) et 25.758, Albert Destrées ;

ADiplo, personnel, 1re série, Henry Destrés ;

Ch. Khairallah, Le Mouvement jeune tunisien. Essai d’histoire et de synthèse des mouvements nationalistes tunisiens, t. 1, Tunis, s. d. [avant 1967].

Destrés, Henry Louis Didier (Ferney, Ain, 1820 – en mer devant Porto, 1852)

– interprète militaire puis drogman et consul à Porto

Arrivé encore enfant à Alger en 1831 à la suite de son père employé du ministère de la Guerre, il devient interprète attaché à l’état-major de Bône en novembre 1840 après avoir fourni « des renseignements importants à la suite de voyages périlleux entrepris dans les tribus soumises et insoumises de la province de Constantine ». Détaché au camp de Douéra où il est chargé de la direction des affaires arabes, il est attaché au commandant supérieur de Boufarik, à l’état-major de Changarnier à Blida (1841), puis à Miliana et à Bougie (1842), enfin à Cherchell (février 1843) et au camp de Teniet el-Had (juillet 1843), après avoir conduit les prisonniers de la smala d’Abd el-Kader à l’île Sainte-Marguerite (juin 1843). Condamné à trois mois de prison pour avoir souffleté le grossier colonel Pélissier, alors sous-chef de l’état-major général, qui, après l’avoir diffamé, l’insultait, il est finalement révoqué et expulsé d’Algérie (mars 1845) malgré l’opinion générale, et bien qu’il ait donné depuis mai 1844 toute satisfaction comme secrétaire interprète du parquet du procureur d’Alger (où il a succédé à Antoine Rousseau*). Il menace alors « d’abandonner sa famille et sa patrie pour aller vivre de la vie des indigènes arabes », de « se retirer à Fès et d’offrir ses services à l’empereur Abd el Rahman », selon la lettre qu’il adresse aux Affaires étrangères pour en demander l’autorisation. Appuyé par le ministère de la Guerre, satisfait de ce que Destrés a obéi à la recommandation de Bugeaud de regagner Paris, et recommandé par le duc de Broglie (chez qui il réside) et par le comte de Saint-Aulaire, il est nommé drogman chancelier à Zanzibar (septembre 1845), sans être autorisé à aller embrasser son vieux père à Bône. En poste à Sousse (mars 1846), il collecte des médailles antiques qu’il fait remettre à la Bibliothèque du roi à Paris. La révolution de 1848 lui est favorable : il est nommé en avril vice-consul à Porto. Le consul à Lisbonne loue son attitude à Porto lors de la révolution d’avril 1851 : il a offert l’asile au gouverneur civil et au commandant militaire menacés. Nommé en mars 1852 chancelier au consulat de Saint-Pétersbourg, il exprime le désir de rester à Porto, où il espère être promu consul. Il périt lors d’un naufrage sur la barre de l’embouchure du Douro. Resté célibataire, il a fait en 1847 des demandes de bourse dans un collège royal pour son frère benjamin, alors domicilié avec son père à Bône. La demande n’aboutit sans doute pas : ce jeune frère est en avril 1848 élève de la pension Demoyencourt, Henry Destrés ayant confié à Bellemare* le soin de le surveiller. Il est probable qu’on puisse identifier ce frère avec un Destrées, né en Afrique après 1831, qui, après avoir été huit mois maître répétiteur au lycée d’Alger, succède en janvier 1858 à Depeille à la direction de l’école arabe-française de la rue Porte Neuve à Alger et qui, devenu directeur de l’école arabe-française de Mostaganem, serait le père d’Albert Destrées* (Oran, 1852 – Tunis, 1918), futur professeur d’arabe à Tunis. On propose par ailleurs d’identifier comme un autre frère d’Henry Destrés CharlesHenri Claude Destrées (né vers 1828) qui demande un emploi de commis auxiliaire de 2e classe dans la trésorerie d’Afrique (avril 1848), qu’on retrouve drogman auxiliaire de la mission de France au Maroc (1853), second drogman à Tunis (1859), drogman chancelier à Mogador (1860) puis à Jérusalem (1863), enfin premier drogman à Tanger (1866) et qui est sans doute le consul qui succède à Laurent Charles Féraud* à Tripoli de Barbarie en 1885.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1300 (Charles Destrées) et 1301 (Henry Destrés) ;

Féraud, Les Interprètes…

Devic, Louis-Marcel (Peyrusse-le-Roc, Aveyron, 1832 − Larroque-Toirac, Lot [?], 1888)

– maître de conférences à la faculté des Lettres de Montpellier

Élève du collège de Cahors, il part pour Paris après un double baccalauréat ès lettres et ès sciences, afin d’y étudier les sciences physiques et les langues orientales, tandis que son frère fait sa médecine à Montpellier. À l’École des langues orientales et au Collège de France, il se forme surtout en arabe (avec Reinaud*, Amand-Pierre Caussin de Perceval* et Defrémery*), mais aussi en turc (avec Garcin de Tassy), en persan (avec Schefer, Mohl), en hébreu (avec Renan) et en malais (avec l'abbé Favre) et suit l’enseignement de grammaire comparée que professe Michel Bréal. Membre de la Société asiatique dès 1858, il se fait connaître par une traduction du Roman d’Antar parue dans la collection Hetzel, à destination d’un public non-spécialiste (Les Aventures d’Antar fils de Cheddad, roman arabe des temps anté-islamiques, traduit d’après un manuscrit de la bibliothèque nationale. I. Depuis la naissance d’Antar jusqu’à la captivité et la délivrance de Chas, 1864). Avec cette traduction qui est l’objet de rééditions (2e éd., Paris, Leroux, 1878 ; édition de luxe illustrée par Étienne Dinet, Paris, Piazza, 1898), il se montre fidèle à Caussin pour lequel le roman d’Antar, objet de son enseignement, méritait comme « Iliade des Arabes » d’être introduit dans le panthéon de la littérature universelle.

En 1870, les liens qu’il a noués à Paris avec son compatriote Léon Gambetta lui valent d’être envoyé par le gouvernement de la Défense nationale dans le Lot pour y défendre sa politique ; il y demeure sans doute jusqu’à l’armistice de janvier 1871. Nommé professeur de physique à l’école normale d’instituteurs de Paris-Auteuil, il prouve son souci pédagogique en collaborant à un Manuel d’examen pour le brevet de capacité de l’enseignement primaire à l’usage des candidats au métier d’instituteur (1875, 2e éd. 1879) et en publiant une Petite physique en deux volumes qui reprend des leçons parues dans le Manuel général de l’instruction primaire, en vue de consolider les connaissances des élèves destinés à quitter l’école à la fin des classes primaires (Paris, Hachette, petite bibliothèque illustrée, 1880). Il poursuit cependant ses travaux orientalistes : son Dictionnaire étymologique de tous les mots d'origine orientale (arabe, persan, turc, malais) (Paris, Imprimerie nationale, 1876) augmente considérablement son audience quand il est publié l’année suivante en annexe du dictionnaire d’Émile Littré, lui aussi républicain et positiviste. Accompagnant le mouvement qui fait glisser l’intérêt général du Moyen-Orient à l’Extrême-Orient, il se tourne vers l’étude des récits concernant l’Océan indien. En 1878, il donne chez Hetzel une traduction du malais des Légendes et traditions historiques de l’Archipel Indien (Sedjarat Malayou), dont le texte avait été établi par Dulaurier, et, chez Alphonse Lemerre, une traduction de l’arabe des ‘Aǧā’īb al-Hind (Les Merveilles de l’Inde) de Buzurk b. Šahriyār al-Rāmhurmuzī (cette traduction, amendée, sera reprise pour accompagner l’édition du texte arabe par P. A. Van der Lith dans une luxueuse publication savante chez Brill en 1883-1886). Dans les deux cas, il s’agit de collections de poche à l’édition soignée, destinées à un lectorat élargi. En 1883, il publie chez Hachette Le Pays des Zendjs, ou la côte orientale de l’Afrique au moyen âge : géographie, mœurs, productions, animaux légendaires d’après les écrivains arabes (fac-similé, Amsterdam, Oriental press, 1975), pour lequel il obtiendra un prix de l’AIBL. Entre-temps, en 1878, alors qu’il est membre du conseil de la Société asiatique et sur le point d’être nommé président de la Société de linguistique de Paris, il est nommé maître de conférences à la faculté des Lettres de Montpellier – qu’il préfère à Lyon –, faute d’obtenir une chaire de professeur – il ne soutiendra jamais ses thèses, rebuté en particulier par la nécessité d’une rédaction en latin. Il a obtenu pour cela l’appui de Gambetta, mais aussi de Defrémery, de Renan et de Bréal. Ses cours de langue et de littérature arabe, mais aussi de grammaire comparée, trouvent un auditoire peu nombreux, mais suffisamment motivé et bien formé pour parfois poursuivre avec succès des études à Paris. Hémiplégique après une première attaque d’apoplexie (1886 ou 1887), il doit interrompre un enseignement qui n’est pas repris après sa mort. En croisant formation scientifique et apprentissage des langues orientales, comme Sédillot* avant lui, Devic est une figure caractéristique d’un orientalisme savant qui perdure tard dans le siècle. Alors même qu’il est politiquement proche d’un milieu républicain coloniste, il ne témoigne pas du moindre souci d’appliquer sa science au domaine colonial.

Sources :

ANF, F 17, 22.829, Devic ;

Bulletin de la Société de linguistique de Paris, t. VI, 1888, p. CCXXVI-CCXXVIII (notice par Michel Bréal) ;

Bulletin de la Société languedocienne de géographie, t. XI, 1888, p. 221-222 (notice par P. Gachon) ;

DBF (notice par J. Domergue).

Devoulx, Simon Alphonse (Fiume [?], v. 1798 – Alger [?], v. 1874)

– receveur des domaines à Alger

De parents français, Devoulx (parfois orthographié de Voulx) se rend en février 1829 de Marseille à Tunis, sans être cautionné, « pour affaires de commerce ». Autorisé pour six mois, il prolonge son séjour : sa famille (sa mère veuve, sa femme et leurs deux enfants) le rejoint en février 1830. En février 1831, il est nommé receveur des domaines à Alger. Il a pour mission de réunir les actes destinés à appuyer les revendications de l’État dans la propriété des biens de main-morte qui doivent faire retour au domaine public, du fait de la conquête et de la suppression des habous. Bon arabisant, il se constitue une documentation sur l’époque turque auprès d’informateurs qui passent pour instruits, en particulier un kouloughli d’Alger marchand de grains, de farine et de caroubes. Il ne publie que quelques documents sur les casernes des janissaires d’Alger (Revue africaine, t. III, 1858), préférant attribuer ses traductions à son fils Albert* auquel il a fait étudier l’arabe au collège d’Alger. Albert, par piété filiale, assure la publication d’un journal de route de son père qui témoigne des connaissances générales de ce dernier (« Voyage à l’amphithéâtre d’el-Jem », RA, t. XVIII, 1874).

Sources :

ANOM, état civil (actes de mariage de ses enfants) ;

RA, t. XX, 1876, p. 516 (discours funèbre d’O. Mac-Carthy sur la mort d’Albert Devoulx) ;

G. Delphin, présentation de sa traduction de l’« Histoire des Pachas d’Alger de 1515 à 1745, extrait d’une chronique indigène », JA, 11e série, t. XIX, 1922, p. 163 et suiv. ;

Planel, « De la nation…  », 2000, p. 80, n. 106 et p. 738 (notice).

Devoulx, Joseph Marie Albert (Marseille, 1826 – Alger, 1876)

– archiviste

Fils d’Alphonse Devoulx*, receveur des domaines à Alger, il étudie l’arabe au collège d’Alger et suit assidûment les cours de Bresnier. En 1842, il est élève interprète aux finances. Son père, soucieux de lui assurer une carrière, aurait voulu le faire profiter de son propre travail en le lui attribuant. Ainsi, c’est sous le nom d’Albert, conservateur des archives arabes au service administratif des domaines, que paraissent dans le Moniteur algérien les traductions des Tachrifat, recueil de notes historiques sur l’administration de l’ancienne régence d’Alger (c’est l’intitulé du volume qui les rassemble, publié à Alger, Imprimerie du gouvernement, 1852) dont il faudrait plutôt attribuer la paternité à Alphonse. Plus globalement, Albert tient de son père une considérable documentation qui lui sert de matériau pour écrire l’histoire de la régence d’Alger. Ignorant le turc, il se fait aider par sī Muḥammad b. Muṣṭafā et sī Muḥammad b. ‘Uṯmān ḫūǧa, issus de l’ancien corps des ḫūğa-s turcs. Un employé au Mobacher, Maḥmūd b. ‘Alī b. al-Amīn, fils d’un muftī d’Alger, lui confie un manuscrit. « Véritable bénédictin » (Mac-Carthy), Albert assure le dépôt de ces archives dans les bibliothèques du Gouvernement général et du musée d’Alger (où leur conservation sera mal assurée). Trésorier de la Société historique algérienne, lié à Féraud* qui lui adresse sous forme de correspondance ses « Notes sur un voyage en Tunisie et en Tripolitaine » (1876), il publie régulièrement ses travaux dans la Revue africaine, analysant les archives du consulat de France à Alger, dressant une concordance des calendriers hégirien et grégorien, reconstituant la biographie du raïs Hamidou et surtout l’histoire d’Alger, avec des notices sur sa topographie, sa marine, ses corporations et ses édifices religieux, où, au grand regret de G. Delphin*, il n’a pas intégré les traditions orales qu’il a sans doute recueillies. Cette œuvre de longue haleine est interrompue par une mort prématurée, peu de temps après celle de son père. Delphin, qui a acquis chez un libraire d’Alger des pièces provenant de la succession de Devoulx, poursuivra le travail engagé en publiant en 1922 l’Histoire des Pachas d’Alger de 1515 à 1745, recueil d’annales de l’Algérie turque repris en arabe au milieu du xviiie siècle.

Sources :

ANF, F 17, 7677 (rapport d’Artaud, inspecteur général des études, au ministre de la Guerre, président du Conseil, sur l’enseignement de la langue arabe aux Français et de la langue française aux Indigènes en Algérie, Alger, 30 novembre 1842) ;

ANOM, F 80, 1580 et état civil (actes de mariage et de décès) ;

RA, t. XX, 1876, p. 514-517 (discours funèbres du recteur de Salve et d’O. Mac-Carthy et liste des principales publications) ;

G. Delphin, présentation de sa traduction de l’« Histoire des Pachas d’Alger de 1515 à 1745, extrait d’une chronique indigène », JA, 11e série, t. XIX, 1922, p. 163 et suiv. ;DBF (notice par F. Marouis).

Dhina, Amar (ou Ammar) [Dahīna, ‘Umar] (Laghouat, 1902 – Alger [?], 1987)

– professeur de collège, puis à la faculté des Lettres d’Alger

Son parcours permet d’approcher les modes de reconversion entre la période française et l’Algérie indépendante. À la suite de son père, Abdelkader Dhina, entré à la Bouzaréa en 1896 sans avoir jamais renoncé au statut personnel musulman, il réussit après des études primaires à Kourdane et secondaires à Médéa le concours d’entrée de l’école normale de garçons en 1920. Après ses trois ans de formation (1920-1923), il exerce comme instituteur à Ghardaïa et Saint-Denis-du-Sig (1923-1924). Suivent plusieurs années de maladie (tuberculose ?), qui lui valent un congé entre novembre 1924 et mai 1929. Il rencontre alors le chaykh réformiste M’barek el-Mili [Mubārak al-Mīlī], installé à partir de 1927 à Laghouat, et l’aide à composer son Histoire antique et contemporaine de l’Algérie (Ta’rīḫ al-Jazā’ir fī l-qadīm wa l-ḥadīṯ, 1928 et 1932) en lui traduisant des travaux historiques rédigés en français. Il obtient le diplôme d’arabe d’Alger (1928) avant d’être affecté à Oran et à el-Assafia (mai 1929 - 1931) puis poursuit pendant deux ans ses études à Paris, obtenant le diplôme d’arabe littéral et maghrébin de l’ENLOV et le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges (1932). De retour en Algérie, il est affecté à l’EPS de Miliana (1933-1940) et prépare un DES sur « Le chameau chez les tribus Arbâ de Laghouat » (Alger, 1935) – il publie dans la Revue africaine un travail sur la phonétique et la morphologie du parler des ‘Arbā’ puis des textes bédouins (1938 et 1940). En 1936, peu après son mariage (sans enfants, il élève deux nièces, et se charge aussi de l’éducation de son frère cadet, Mohamed, né en 1920), il prend un congé pour devenir interprète judiciaire stagiaire mais, de peur sans doute de perdre son poste à Miliana, y renonce après trois mois. On sait qu’il a été membre de la Grande Loge de France jusqu’en août 1940. Promu au collège de Blida (1940-1957), il est aussi chargé de cours à l’École pratique d’études arabes (1946-1947) et réussit l’agrégation d’arabe en 1953. Avec les encouragements d’Henri Pérès*, il a composé des manuels : en arabe dialectal, ils intègrent la phonétique sans bouleverser le modèle préexistant, en l’occurrence Desparmet* (Manuel des débutants en arabe parlé, 1946, 5e éd. en 1960) ; en arabe classique, ils se fondent sur une méthode directe intégrale (L’Arabe classique sans difficulté, 1950, deux livres pour les classes de débutants puis de 5e et 4e). Ils restent en usage jusqu’après l’indépendance de l’Algérie, en concurrence avec ceux des frères Djidjelli. Il compose aussi avec Mahammed Hadj-Sadok* le premier volume d’un Tour d’Algérie par deux jeunes gens dirigé par Henri Pérès*, consacré au département d’Alger, sans qu’on sache si l’ouvrage, annoncé en 1953, a été réellement publié. Retiré à Nice depuis 1957, Dhina, dont le frère cadet Mohamed a rejoint le FLN après avoir milité à l’UDMA, devient après 1962 professeur à la faculté des Lettres d’Alger et inspecteur général de l’enseignement en arabe au ministère de l’Éducation nationale. Entre 1978 et 1991, il publie à Alger des ouvrages historiques « sans prétention scientifique » pour « vulgariser la connaissance du passé islamique » auprès d’un public « francisant de culture moyenne », sous forme de recueils de courtes études qui ont peut-être déjà paru dans la presse (Grands tournants de l’histoire de l’Islam : de la bataille de Badr à l’attaque d’Alger par Charles-Quint, 1978 ; Cités musulmanes d’Orient et d’Occident, 1986 ; Grandes figures de l’islam, 1986 ; Califes et souverains, 1991 ; Femmes illustres en Islam, 1991). Le lycée technique de Laghouat porte aujourd’hui son nom. Amar Dhina aurait contribué à l’instruction d’un des fils de son frère Mohamed, Mourad (né en 1961). Physicien qui a été en poste au CERN, ce dernier a adhéré au FIS entre 1992 et 2004 et reste aujourd’hui une figure importante de l’opposition au gouvernement algérien. Le frère benjamin d’Amar, Atallah (né en 1930), docteur en histoire de l’Université de Paris, est un spécialiste du Maghreb des xiiie-xve siècles qui a dirigé l’institut d’histoire de l’université d’Alger.

Sources :

ANF, F 17, 26.860, Dhina (dérogation) ;

Rabah Kheddouci [Rābiḥ Ḫaddūsī] éd., Encyclopédie des savants et des hommes de lettres algériens, Alger, Dar el-Hadhara, 2003, p. 119 ;

« Le parcours de Mourad Dhina : une brève histoire de l’avenir », article mis en ligne par l’Institut Hoggar le 31 janvier 2012 : [http://hoggar.org/index.php?option=com_content&view=article&id=3139:le-parcours-de-mourad-dhina-une-breve-histoire-de-lavenir&catid=94:hoggar&Itemid=36&showall=1] (dernière consultation en août 2013).

Di Giacomo, Louis (Alger, 1900 – en Espagne, 1960)

– inspecteur d’arabe

Il fait partie des instituteurs originaires d’Algérie auquel la connaissance de l’arabe ouvre une carrière professorale. Sans doute issu d’une famille corse, il est engagé volontaire en août 1918, puis passe un an comme élève-maître à l’école normale de la Bouzaréa (1919-1920) avant d’être affecté à Tizi-Ouzou puis à l’EPS de Maison Carrée (1922) où il est délégué comme professeur de lettres-arabe en 1931. Il a en effet obtenu entre-temps sa licence qu’il complète par un DES (« La littérature féminine de l’Espagne musulmane », 1932) puis, après plusieurs essais, l’agrégation (1938). Passé à l’EPS du boulevard Guillemin (1934), il est mobilisé en 1939 et détaché à la censure, toujours à Alger. Il choisit alors de poursuivre sa carrière au Maroc, remplaçant au lycée d’Oujda Ben Chemoul* atteint par la légisation antisémite (1940-1942), puis retrouvant Gateau* à l’Institut des hautes études marocaines (1942-1949). Il y publie, dans la collection Hespéris, Une poétesse grenadine du temps des Almohades : Ḥafṣa bint al-Ḥāǧǧ (1949) et prépare ses thèses : « La langue des documents espagnols en aljamiado » et « Le vocabulaire technique des grammairiens arabes ». Promu inspecteur principal de l’enseignement de l’arabe (1949), il prépare la transition de l’indépendance. En 1959, il est chargé de cours à la faculté des Lettres de Rabat. Il meurt sans doute accidentellement.

Source :

ANF, F 17, 27.700, di Giacomo (dérogation).

Donnadieu, Philippe Marius (Marseille, 1819 – Marseille [?], apr. 1875)

– interprète militaire

Né de père inconnu, légitimé deux ans plus tard lors du mariage de sa mère, d’origine barcelonaise, avec Lazare François Auguste Donnadieu, il arrive sans doute enfant en Algérie. Interprète auxiliaire près le général commandant la subdivision d’Alger en novembre 1844, il est nommé près le commandant supérieur et le BA de Ténès, où il demeure dix ans (juillet 1845 - 1855). Il adhère comme apprenti à la loge maçonnique « La fraternité cartennienne » qui y est fondée en 1848. Affecté près le BA de Dellys (1857 - avril 1858), il prend part à l’expédition de Kabylie. Il est ensuite nommé près le commandant supérieur et le BA de Cherchell, (avril 1858 - décembre 1859), au dépôt des arabes à Ajaccio (décembre 1859 - janvier 1864), près le cdmt supérieur et le BA de Boghar (mars 1864 - novembre 1865), près le BA subdivisionnaire de Mostaganem (novembre 1865 - août 1868) et près le commandant de la subdivision et le BA d’Oran (août 1868 - 1872). Sa mobilité tient peut-être au fait qu’il soit resté célibataire. Chevalier de la Légion d’honneur en août 1869, il s’installe pour sa retraite à Marseille où il témoigne en 1875 du décès de son camarade Louiesloux.

Sources :

ADéf, 4yf 70 958 ;

Féraud, Les Interprètes…

Douché, Auguste Mathieu (Rethel, 1820 – Oran, 1868)

– interprète militaire

Agent de police à Alger en 1844, promu inspecteur en 1852, il passe à l’interprétariat militaire en 1854. Employé à Teniet el-Haad, puis à Sebdou et Oran, il est titularisé en 1860. Resté célibataire, assez bien noté et jugé très capable, il meurt à l’hôpital militaire d’Oran.

Sources :

ADéf, 5Ye, 17.997 ;

Féraud, Les Interprètes…

Dournon, Alfred (Constantine, 1875 – Alger, 1950)

– directeur de médersa

Fils d'un charron, il est élève au lycée de Constantine, où il devient, une fois le baccalauréat obtenu (lettres et sciences, 1894), répétiteur (1895-1898), puis passe au lycée d’Alger où il prépare et obtient le diplôme d’arabe (1900), ce qui lui permet d’être promu professeur à la médersa d’Alger (janvier 1901). En 1904, le nouveau directeur, Willliam Marçais*, le charge de l’enseignement des sciences. La même année, Dournon reconnaît la paternité d'un enfant, Robert Alexandre, né d'Anne-Marie Dumas, jeune veuve d'un boulanger et fille d'un briquetier de Douéra, qu'il épouse en 1907. Bien noté, il accède à la direction de la médersa de Constantine (1909). Il consacre l’essentiel de ses travaux à l’histoire de sa ville natale (traduction du Kitāb ta’rīḫ Qusanṭīna d’al-ḥāǧǧ Aḥmad b. al-‘Aṭṭar al-Mubārak, publiée en 1913 dans la Revue africaine ; Constantine sous les Turcs, 1930). Il semble avoir eu le souci de faire respecter les conventions, une forme de conservatisme dont ont pu souffrir certains professeurs sous ses ordres, comme Henri Probst*. À sa retraite en 1938 lui succède Charles Vonderheyden*.

Source :

ANF, F 17, 23.289, Dournon ;

ANOM, état civil (acte de naissance).

Doutté, Théodore Edmond (Évreux, 1867 – Paris [?], 1926)

– administrateur de commune mixte, professeur à la faculté des Lettres d’Alger, ethnologue

Né du mariage d’un maître adjoint à l’école normale primaire de l’Eure et de la fille d’un ancien marchand libraire d’Evreux, il prépare les baccalauréats ès lettres et ès sciences physiques à Châlons-sur-Marne où son père a été nommé professeur départemental d’agriculture. Il poursuit à Paris des études de médecine et de sciences naturelles (il est inscrit au Muséum) et travaille comme secrétaire particulier de Léon Bourgeois, sans doute proche de son père depuis son secrétariat général à la préfecture de la Marne (1877-1880). Il fréquente certainement alors le milieu littéraire symboliste (v. 1885-1887). Or, les symptômes d’une tuberculose l’engagent à partir vers le début de l’année 1887 pour l’Algérie où il retrouve un ami d’enfance, le futur général Pein, fils du colonel Théodore Pein, l’auteur des Lettres familières sur l'Algérie : un petit royaume arabe. Trop jeune pour être adjoint de commune mixte, il est nommé en 1890 attaché libre (non rétribué) au Gouvernement général. Grâce à la recommandation de Léon Bourgeois, alors ministre de l’Instruction publique, il est nommé peu après ses 25 ans administrateur adjoint de commune mixte à El-Milia dans le département de Constantine (janvier 1892). Promu un an plus tard à Dellys, il demande sa mutation en raison de son prochain mariage, et est muté dans la commune mixte d’Attia (arrondissement de Philippeville). Il obtient ensuite un poste de rédacteur à la préfecture d’Oran, la santé de son épouse, Jeanne Hubert, issue d’une famille honorable de Châlons, exigeant qu’ils s’installent au bord de la mer (1894). Très bien noté, il suit l’enseignement d’Auguste Mouliéras* à la chaire publique, et obtient un congé pour préparer à Alger le diplôme de l’école des Lettres, où son travail répond aux attentes de René Basset*. Son succès lui vaut d’être nommé en novembre 1898 professeur de lettres à la médersa de Tlemcen dont William Marçais* vient de prendre la direction. Alors marié avec deux enfants, il n’y reste que quelques mois – en janvier 1899, il supplée à Oran Mouliéras en mission au Maroc ; en novembre, sa mauvaise santé justifie son retour à Alger et son remplacement par Alfred Bel*. Il publie alors un « Bulletin bibliographique de l’Islam maghribin, I : 1897 - 1er semestre 1898 » pour le Bulletin de la Société de géographie d’Oran (LXXIX, janvier-mars 1899), puis des « Notes sur l’Islam maghribin. Les marabouts » pour la Revue de l’histoire des religions (t. XL-XLI, 1899, p. 343-369 et 1900, p. 22-66 et 289-336), immédiatement reprises en volume chez Leroux. Quinze ans après la publication des Marabouts et khouan de Louis Rinn*, il y renouvelle les perspectives sur l’islam maghrébin, prenant en compte les travaux de Goldziher et de Snouck Hurgronje ainsi que les récentes enquêtes ethnographiques sur le Maroc de Mouliéras, Henri de La Martinière, Napoléon Lacroix et Charles de Foucauld (sinon d’Edvard Westermarck dont il dit n’avoir pu prendre connaissance), et conclut au primat d’un culte des saints hérité d’un fond religieux antéislamique. Pour l’exposition universelle de Paris, il présente synthétiquement ses idées sur L’Islâm algérien en l’an 1900. Il est alors chargé d’établir le catalogue des manuscrits arabes des mosquées d’Alger (octobre 1899), puis de suppléer à nouveau Mouliéras à Oran quatre mois, avant d’être envoyé en mission un an au Maroc (octobre 1900). Il s’agit d’étudier des régions restées en dehors du contact avec la modernité européenne, mais aussi de préparer l’intégration du pays à la zone d’influence française. Il en tire un Rapport à Monsieur le Gouverneur général de l’Algérie. Des moyens de développer l’influence française au Maroc. 1re partie : analyse des moyens généraux d’influence (Paris, F. Levé, 1900), qui, d’un point de vue algérien, énumère systématiquement les procédés permettant d’assurer la pénétration française, avec un pragmatisme qui manque parfois de sympathie. Plusieurs autres missions suivront, dont une à Figuig (1902). En octobre 1901, il est chargé à la fois du service des publications arabes du GGA et d’un cours d’arabe vulgaire à l’école des Lettres d’Alger. Après qu’on lui a préféré en 1903 Georges Yver pour succéder à Édouard Cat à la chaire d’histoire moderne de l’Algérie (malgré l’appui de Basset et de Barbier de Meynard*, la recommandation de Léon Bourgeois, député radical de la Marne, et celle d’Eugène Étienne, député modéré d’Oranie), son cours de langue est remplacé par un cours d’histoire de la civilisation musulmane (1905), à son tour transformé en 1908 en chaire, au titre algérien – car il n’est pas docteur, malgré l’importance de son cours, nourri des nouvelles théories anthropologiques et sociologiques et objet d’une publication (La société musulmane du Maghrib. Magie et religion dans l’Afrique du Nord, Alger, Jourdan, 1908, réimpr. Paris, Geuthner-Maisonneuve, 1984). L’Année sociologique rend compte de l’ouvrage avec une certaine réserve, ce qui n’empêchera pas Doutté d’y contribuer après-guerre.

Ses missions marocaines occupent désormais le principal de son temps. Il en publie des relations dans les Renseignements coloniaux (qui doublent depuis 1895 le Bulletin du Comité de l’Afrique française) et dans Merrâkech, publié par le Comité du Maroc en 1905, récit d’un itinéraire qui le mène de Casablanca aux portes de Marrakech, à travers Azemmour, les Doukkala et les Rehamna. Illustré de nombreuses photographies qui lui sont souvent dues, l’ouvrage est primé par l’AIBL pour ses qualités littéraires et scientifiques. Doutté sillonne de nouveau le pays chaque hiver entre 1906 et 1909 avec ses « deux fidèles collaborateurs indigènes », ‘Allāl ‘Abdī (mort en 1908) et Boumédiène ben Ziâne [Būmadyan b. Ziyān], le soutien matériel du MIP et du MAE, et les encouragements de la Société de géographie, de la Société de géographie commerciale et de l’Union coloniale. Peu intégré à la Mission scientifique au Maroc dont Le Chatelier affirme jalousement l’indépendance face à l’école d’Alger, il ne partage pas pour autant les positions algériennes hostiles au makhzen, au point que les conférences qu’il prononce à l’invitation de Gaudefroy-Demombynes* en mai 1909 à l’ESLO scandalisent Houdas* : au lieu d’opposer pouvoir monarchique étranger et peuple berbère insoumis, il y invite à reconnaître la spécificité du système marocain par rapport à la conception française de l’État centralisé. L’Enquête sur la dispersion de la langue berbère en Algérie, faite par ordre de M. le Gouverneur Général qu’il publie en 1913 avec Émile-Félix Gautier nuance les conclusions de Masqueray sur le déclin du berbère : plutôt que devant la civilisation française, c’est « devant la civilisation musulmane et arabe que le berbère disparaît ». Souvent en congé du fait de sa santé toujours précaire – il est sujet à des accès de dépression qui le rendent incapable de toute activité (Ben Cheneb* et surtout Desparmet* le suppléent alors) –, il consacre l’année 1913-1914 à rédiger ses Missions au Maroc. En tribu (Geuthner, 1914). Dans un style qui porte la marque de l’esthétique symboliste, il y parfait la forme vivante déjà choisie pour Merrâkech, celle d’un récit de voyage instructif qui rappelle l’infini de la science et associe le lecteur à la quête de l’auteur. L’ouvrage se conclut par un appel à constituer au Maroc des réserves naturelles protégées des destructions induites par la civilisation, anticipation qui témoigne sans doute de sa connaissance d’Emerson, traduit par Maeterlinck avec lequel il semble avoir été lié d’amitié. Son ambition littéraire se manifeste à nouveau lorsqu’il collabore avec Fernand Nozière au texte d’une pièce de théâtre, Imroulcaïs, interprétée en février 1919 au théâtre Sarah Bernhardt par Joubé et Ida Rubinstein.

Pendant la guerre, il est mis à la disposition des Affaires étrangères pour diriger la nouvelle section musulmane de la presse et de la propagande française à l’étranger, puis, après guerre, pour assurer le secrétariat général de la commission interministérielle des affaires musulmanes. Dans ce cadre, il travaille à jouer des nationalismes contre le panislamisme, s’occupe de la surveillance des ouvriers algériens et marocains en France et prépare la fondation du Service d’assistance aux indigènes nord-africains (SAINA) en 1924. Parallèlement, il enseigne l’histoire politique et sociale de l’Afrique du Nord à l’École libre des sciences politiques et à l’École coloniale. Édouard Herriot demande en vain qu’on crée en sa faveur une nouvelle direction d’études islamiques à l’EPHE. En 1925, on lui préfère Stéphane Gsell pour représenter l’Algérie à l’institut d’ethnologie de l’université de Paris fondé par Lucien Lévi-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet sur le modèle du Bureau of Ethnology de la Smithsonian Institution. Il rejoint cependant l’équipe de L’Année sociologique en contribuant avec plusieurs comptes rendus au premier tome de la nouvelle série (1923-1924, publiée en 1925). Il meurt peu avant de partir pour une nouvelle enquête anthropologique au Maroc.

La carrière de Doutté, savant homme de lettres à « l’incurable timidité » et à la santé fragile, qui met son savoir au service de la politique coloniale, mériterait d’être comparée à celle du savant néerlandais Christiaan Snouck Hurgronje (1857-1936), qui l’invite à Leyde (1923) et auquel il fait conférer le titre de docteur honoris causa de la Sorbonne, ainsi qu’à celle de leur concurrent allemand Carl Heinrich Becker (1876-1933).

Sources :

ANF, F 17, 13.617 (EPHE) et 23289, Doutté (professeur à la faculté d’Alger) ;

ANOM, 10 H, 54 (conférence sur l’imamat, 1914), 14 H, 43, Doutté (professeur de médersa) et 19 H, 112, Doutté (administrateur de commune mixte) ;

ADiploNantes, Tanger, A, 340, mission Doutté ;

ADiplo Papiers d’agents. Doutté (9 cartons) ;

Archives de l'Académie des sciences de Budapest, Fonds Goldziher, correspondance avec I. Goldziher, 1899-1911 ;

Académie des sciences coloniales. CR des séances, VIII, 1926-1927, p. 531-535 (notice par le Dr J. G. [Jules Gasser ?], avec un portrait photographique) ;

L’Année sociologique, nouvelle série, t. II, 1924-1925 [paru en 1927], p. 6-7 (notice par M. Mauss) ;

DBF (notice par F. Marouis) [peu fiable] ;

Hommes et destins, t. IV, 1981, p. 265-267 (notice par J. Faublée) ;

Daniel Rivet, « Exotisme et “pénétration scientifique” : l’effort de découverte du Maroc par les Français au début du xxe siècle », Jean-Claude Vatin éd., Connaissances du Maghreb. Sciences sociales et colonisation, Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. 95-109 ;

Mohamed Dahane, « Itinéraire ethnographique d’Edmond Doutté dans le sud du Maroc », A. El-Moudden et A. Benhadda éd., Le Voyage dans le monde arabo-musulman. Échange et modernité, Rabat, 2003, p. 73-84 ;

Hassan Rachik, « Ethnographie et antipathie », Prologues. Revue maghrébine du livre, n° 32, Le Maghreb dans les débats anthropologiques, hiver 2005, p. 56-64.

Duchenoud, Jean Jacques Charles (Paris, 1796 – Paris [?], 1868)

– drogman, secrétaire interprète du roi et professeur à l’École des jeunes de langue

Orphelin de père, il devient jeune de langue en 1811 grâce à son beau-père, ancien chef de division au ministère des Affaires étrangères, qui l’y a préparé en lui faisant suivre les cours de Sédillot*. Il est en 1816 à Constantinople, immédiatement employé comme drogman à Saïda. Après avoir quitté précipitamment Saint-Jean-d’Acre avec le consul Ruffin en 1821 devant les menaces d’Abdallah pacha, il assure, après un bref séjour à Paris, la direction par intérim de la formation des jeunes de langue à Constantinople (1822-1823). Premier drogman à Larnaca (1824-1825), il obtient avec l’appui de son père adoptif un poste de drogman chancelier à Tunis où il demeure d’août 1825 à 1843. Bien qu’il n’obtienne pas le vice-consulat ni la Légion d’honneur qu’il est parti solliciter à Paris (1829), il parvient avec l’appui du consul Mathieu de Lesseps à épouser en 1830 Constance Gay, fille bien dotée (50 000 francs) du défunt Laurent Gay, premier médecin du bey et sœur de Pierre Gay, négociant. Le consul loue son action : on doit à Duchenoud la traduction en arabe des proclamations diffusées depuis Tabarka dans le beylik de Constantine pour prévenir toute opposition à l’intervention militaire française contre Alger et il a joué un rôle important lors des négociations qui ont permis la conclusion du traité franco-tunisien du 8 août 1830, en travaillant sur la rédaction du texte arabe du traité. Chevalier de la Légion d’honneur en 1836, il est promu secrétaire interprète en décembre 1840 et son traitement porté à 8 000 francs, comme la fonction de chancelier est désormais détachée du drogmanat. En congé à Paris en 1843, il obtient d’être placé en inactivité mais ne succède pas à Jouannin comme secrétaire interprète du roi (1844). Ce n’est qu’après la révolution de février 1848 qu’il obtient cette place en remplacement de Dantan (avril 1848) en même temps qu’il devient professeur à l'École des jeunes de langue au lycée Louis-le-Grand : il la conserve jusqu’à sa retraite en 1858 (lui succède alors Kazimirski*).

Sources :

ANF, LH/823/40 ;

ADiplo, personnel 1re série, 1416 (Duchenoud) ;

H. Hugon, « Au hasard des lectures : vieilles choses de Tunis », RT, 1918, p. 154-160 ;

Lambert, Choses et gens…, p. 284 ;

Planel, « De la nation… », p. 146-147 et 739 (notice).

Dugat, Gustave (Orange, 1824 – Barjols, Var, 1894)

– traducteur de Fāris aš-Šīdyāq et d’Abd el-Kader, historien des orientalistes, chargé de cours d’histoire et de géographie aux Langues orientales

Issu d’une famille dont plusieurs membres ont présidé la municipalité d’Orange depuis la Révolution (son grand-père [?], Pierre-Denis, né en 1760, moine défroqué, a été élu en 1815 représentant à la chambre des Cent Jours), il s’initie à l’arabe lorsqu’il accompagne en Algérie son père Henry, chargé par le ministère de la Guerre d’étudier l’organisation d’un pénitencier agricole et futur auteur d’un essai remarqué, Des condamnés, des libérés et des pauvres : prisons et champs d'asile en Algérie (1844). Il y suit sans doute les cours de Bresnier* avant de poursuivre à Paris ses études à l’École des langues orientales, en arabe, mais aussi en turc et en persan (1844-1850). Faute d’obtenir une chaire, il marche sur les traces de son père au ministère de l’Intérieur – jusqu’à devenir après lui inspecteur-général des prisons de France. Il poursuit cependant ses travaux savants. Membre de la Société asiatique (janvier 1848), il traduit des lettres envoyées par les maronites du Mont-Liban (1847-1848) et plusieurs extraits du Roman d’Antar (Journal asiatique, 1847-1853), dont il émet le projet de donner une traduction intégrale, en écho aux vœux exprimés par Lamartine. Républicain, il milite en 1848 pour une réforme de l’École des langues orientales et, candidat à un poste de répétiteur d’arabe vulgaire, propose d’y donner des cours d’histoire et de géographie. Écarté plus nettement encore que Defrémery*, il n’y inaugurera cet enseignement qu’en janvier 1873. C’est sans plus de succès qu’il appelle à créer des chaires d’arabe dans les lycées parisiens et dans l’ensemble des facultés de lettres, en écho au vœu de Prosper Guerrier de Dumast (L’Orientalisme, rendu classique en France, 1855). Il croit à une nouvelle science progressiste – l’histoire permettant de tirer les leçons du passé –, vraie et positive comme la « rude palette du réaliste Courbet », et reliée aux enjeux contemporains. Sous le Second Empire, il participe à la vulgarisation des connaissances sur le monde musulman (avec de nombreux articles pour le Dictionnaire général de biographie et d’histoire, de mythologie, de géographie ancienne et moderne… de Dezobry et Bachelet, 1857) et se fait le promoteur d’une politique de généralisation de l’instruction en arabe et en français en Algérie. Il en fait état dans la Revue de l’Instruction publique et dans le Journal asiatique où il présente les travaux de Bellemare*, de Cherbonneau* et du tunisien Soliman Haraïri*, traducteur en arabe de la grammaire française de Lhomond (1857) ainsi que dans la Revue de l’Orient. Appelant à la collaboration des orientalistes et des lettrés orientaux, il fait connaître la production arabe contemporaine en éditant et traduisant Fāris aš-Šīdyāq (Poème arabe en l’honneur du bey de Tunis, 1851) dont il a fait la connaissance à Paris grâce à Garcin de Tassy et en collaborant avec lui à une Grammaire française à l’usage des arabes d’Algérie (1854). Sur les conseils de Renan, il publie aussi avec l’accord d’Abd el-Kader une traduction de son Rappel à l’intelligent, avis à l’indifférent. Considérations philosophiques, religieuses, historiques (1858) qui met à disposition du large public le texte que l’émir en exil avait adressé à Reinaud* après avoir sollicité son admission à la Société asiatique (en 1977, René Khawam a édité chez Phébus une nouvelle traduction de ce texte intitulée Lettre aux Français…). Pour Dugat, Abd el-Kader est avant tout un homme d’étude. Dugat utilise des termes modernes pour traduire une pensée qui témoigne de la possible conjonction entre les valeurs de l’islam et le sens du progrès. Il continue cependant à s’intéresser aux textes anciens : avec William Wright, Ludolf Krehl et Reinhart Dozy, il édite al-Makkarī, qui est pour lui une « sorte d’encyclopédie historique et littéraire sur l’Espagne arabe » (1855-1861). Biographe de Laurent de l’Ardèche (1879), proche des saint-simoniens, ami de Fournel dont il assure la publication posthume du second volume des Berbers, étude sur la conquête de l’Afrique par les Arabes, d’après les textes imprimés (1881), il appelle les orientalistes d’Europe à surmonter leur querelles intestines et à former une famille soudée. Il œuvre au renforcement de leur identité collective en choisissant d’inaugurer par une galerie des contemporains son Histoire des orientalistes de l’Europe du xiie au xixe siècle (2 t., 1868 et 1870) restée inachevée. Son Histoire des philosophes et des théologiens musulmans (de 632 à 1258 de J.-C.). Scènes de la vie religieuse en Orient (1878), reprend un mémoire composé en réponse à une série de questions posées par l’Académie des inscriptions sur la lutte entre les écoles sous les ‘Abbāsides et les causes de la ruine de la philosophie, et refusé par le jury. Dugat s’y fait l’apôtre d’un socialisme d’inspiration chrétienne – il voit dans le soufisme une expression protestataire contre les classes privilégiées – et considère que l’héritage musulman doit faire partie intégrante de la future religion universelle qu’il voit se profiler. N’étant pas parvenu à se faire élire à la succession de Reinaud aux Langues orientales ni à celle de Caussin* au Collège de France, malgré le soutien de Sédillot*, il prend sa retraite au ministère de l’Intérieur en 1883 et cesse d’assurer son enseignement aux Langues orientales en 1885. Il se retire alors à Calissane, près de Barjols dans le Var et fait mettre en vente sa bibliothèque orientale dont le catalogue comporte 690 titres.

Sources :

ANF, F 17, 4079 (indemnité pour sa traduction du roman d’Antar) ;

Catalogue de la bibliothèque orientale de Mr. D. G., Paris, Challamel, 1889 ;

DBF (notice par J. Richardot) ;

Langues’O…, p. 100 (notice par C. Lubrano di Ciccone).

Dulac, Jean Clément Hippolyte (Paris [?], v. 1860 [?]− Paris [?], v. 1890 [?])

− pensionnaire à l’École du Caire

Élève de Stanislas Guyard* à l’EPHE, licencié ès lettres, il est sélectionné par Gaston Maspero pour former en 1881 avec trois égyptologues la première promotion des élèves de l’École du Caire dont il assure la sous-direction pour les études orientales. Ses travaux, publiés dans les Mémoires de la mission archéologique française du Caire (1884 et 1889) et dans le JA (1885), portent sur des contes arabes en langue dialectale qu’il a recueillis au Caire, où il fait partie de l’entourage de l’architecte Jules Bourgoin, et à Karnak. Il justifie l’édition et la traduction de cette littérature populaire pour enrichir à la fois la linguistique et le folklore. De retour à Paris, il obtient le diplôme des Langues orientales pour l’arabe littéral, le persan et le turc (1885) et suit de 1884 à 1889 à l’EPHE les cours de H. Derenbourg* avec lequel il collabore pour la traduction d’al-Faḫrī d’Ibn aṭ-Ṭiqtaqā, une histoire anecdotique du califat jusqu’à la fin des ‘Abbāsides que Derenbourg éditera en 1895. Son œuvre s’interrompt alors brusquement, sans doute suite à une mort prématurée.

Sources :

ANF, F 17, 2930 (1883-1884, traductions arabes de Dulac) ;

ANF, 62 AJ, 38 (élèves diplômés de l’ESLO) ;

É. David, Gaston Maspero (1846-1916). Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion, 1999, p. 278 et suiv. ;

Gady, « Le Pharaon… », 2005, p. 320 ;

Florence Ciccotto, « Jules Bourgoin », Philippe Sénéchal et Claire Barbillon éd., Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, en ligne sur le site de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) : [http://www.inha.fr/spip.php?article2211].

Dumont, Xavier (Avignon, 1813 – Zanzibar, apr. 1840)

– interprète militaire de 3e classe, consul

Il met fin à ses études secondaires au collège Sainte-Barbe à Paris quand il prend part à l’expédition d’Alger comme interprète de 5e classe (20 avril 1830) avec la modeste rétribution de 280 francs (100 francs de solde et 180 francs pour l’habit). Il s’engage ensuite au 67e régiment d’infanterie de ligne (1831). La révolution de 1830 a en effet porté atteinte aux revenus de sa famille. Ses deux frères aînés, Isidore, un peintre qui exposera au Salon (on lui doit un portrait de Jean-Joseph Marcel*), et Charles, un médecin qui publiera une auto-analyse de sa névrose, ont quitté Monteux, près de Carpentras, où vivent leur mère et leur sœur. Xavier devient sous-lieutenant aux Spahis irréguliers en 1835. Démissionnaire, il est nommé en 1838 chancelier du consulat d’Alexandrie. Intéressé par la « linguistique méridionale » – il pratique, outre l’arabe, l’espagnol, l’italien et le grec moderne. On le retrouve à nouveau dans l’armée d’Afrique comme interprète de 3e classe (31 décembre 1840). À Alger, il est avec Devoulx* un des auditeurs les plus réguliers des cours publics de Bresnier*. On lui doit un Guide pour la lecture des manuscrits arabes (Alger, Bastide, 1842). Il est alors interprète à l’état-major général à Alger. Il est ensuite nommé consul à Zanzibar où il meurt, laissant une veuve et une fille qui sera adoptée par son oncle Charles. On peut comparer la carrière de Xavier Dumont, partagée entre la Guerre et les Affaires étrangères, à celle de Prudent Vignard*, qui s’achève elle aussi à Zanzibar.

Sources :

ADiplo, Personnel, 1re série, 1452 ;

ANF, F 17, 7677, rapports ;

ANOM, F 80, 1576 (prospectus annonçant la publication de l’Indicateur général de l’Algérie chez Bastide, 1848) et 1603 (liste des interprètes employés en 1830) ;

Pierre Louis Charles Dumont, Testament médical, philosophique et littéraire du Dr Dumont (de Monteux), Paris, A. Delahaye, 1865 (en particulier livre VIII, p. 434-440) ;

Féraud, Les Interprètes…

Duvernois, Clément Alexandre (Paris, 1827 – [?], apr. 1876)

– interprète militaire

Fils du libraire André Théophile Duvernois et frère aîné du publiciste bonapartiste Clément Duvernois (1836-1879) et de l’interprète Tatius Duvernois*, il s’engage dans le bataillon de tirailleurs indigènes d’Alger (janvier 1843) où il devient sergent (1844) puis interprète auxiliaire. Affecté au BA de Miliana (où on le retrouve apprenti à la loge les Frères du Zaccar), il est promu titulaire de 3e classe (juin 1852) puis de 2e classe (décembre 1853). Il passe au BA d’Aumale en 1854. Son mariage avec Maria Teresa Velasco en 1869 (ou 1870) à la mairie de Colombes lui permet de légitimer ses deux enfants nés à Alger en 1853 et 1857. Démissionnaire du corps des interprètes en 1858, on le retrouve sous-chef du bureau arabe départemental d’Alger. Dans La Question algérienne au point de vue des musulmans, essai qu’il publie en 1863 à Miliana, il juge que musulmans et israélites d’Algérie sont dans une situation identique : il faut les déclarer pareillement français en leur garantissant un statut personnel spécifique (sans leur imposer l’état civil ni la législation française sur le mariage ni leur octroyer les droits civiques). Il faut organiser des communes indigènes là où les Français sont absents, assurer le bon fonctionnement des tribunaux, reconnaître la propriété individuelle indigène et garantir aux musulmans la liberté de produire, de consommer et de circuler. Partageant les conceptions de son frère Clément, il fait porter la responsabilité de l’insurrection de 1864 sur un régime militaire qui aurait ruiné les Arabes et les aurait rendu belliqueux (Le Régime civil en Algérie, urgence et possibilité de son application immédiate, précédé d’une lettre à MM. les membres du Corps législatif, défenseurs des intérêts algériens, Paris, Rouvier, 1865). Il collabore d’ailleurs au Peuple, journal de l’Union dynastique dirigé par Clément, qui travaille au rapprochement des Républicains avec l’empire libéral. On le retrouve vers 1871 secrétaire de rédaction au Figaro où il aurait contribué à la publication morcelée du Tartarin de Tarascon d’Alphonse Daudet, irrité par la façon dont le roman évoquait l’Algérie.

Sources :

ANOM, état civil Algérie (actes de naissance de ses enfants) ;

Féraud, 1876 ;

Alphonse Daudet, Trente ans de Paris à travers ma vie et mes livres, rééd., Paris, Flammarion, 1925, p. 154 ;

Yacono, Un siècle…, 1969, p. 95 ;

Éric Anceau, Dictionnaire des députés du Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999 (sur Clément Duvernois).

E

El-Koubi, Salem [al-Kūbī, Sālim] (Tlemcen, 1875 – Paris, 1921)

– répétiteur d’arabe aux Langues orientales

Fils d’Aaron El-Koubi, un négociant de Tlemcen, c’est un élève souvent primé du collège de la ville où Joseph Desparmet* enseigne alors la littérature. Bachelier ès sciences en novembre 1892, travaille-t-il ensuite dans l’entreprise paternelle qui fera faillite en 1908 ? On sait seulement qu’il succède en 1906 à Zenagui* comme « répétiteur pour la langue arabe vulgaire (arabe maghrébin) » à l’École des langues orientales à Paris. On lui reconnaît « zèle » et « aptitudes pédagogiques » (1909, son indemnité est alors portée à 3 000 francs), ce qui lui vaut les palmes académiques (1913). Il épouse en octobre 1908 à la synagogue Lasry de Tlemcen Estelle Karsenty. De retour à Paris, il suit entre 1906 et 1915 les séminaires de Hartwig Derenbourg* et de ses successeurs Adrien Barthélemy* et Clément Huart* à l’EPHE (IVe et Ve sections), tout en poursuivant son activité de répétiteur. Peut-être recommandé par Derenbourg, il assure en outre un enseignement à l’École des hautes études commerciales (HEC) qui fait la brève expérience d’ouvrir un cours d’arabe (1909-1912). Pendant la guerre, il participe à maintenir le moral des troupes nord-africaines – ce qui explique sans doute une courte interruption dans son répétitorat en 1915. Invité à composer en arabe des textes exaltant à la fois l’islam et la France, il se découvre une vocation de poète. Ses premiers textes publiés (en 1916, dans une rubrique « les poètes de la guerre » des Annales politiques et littéraires) alternent orientalisme (« La mosquée » et « Le minaret ») et patriotisme. Les critiques qui rendent compte des deux recueils qu’il publie peu après, Contes et poèmes d’Islam (Paris, Jouve, 1917) et Rosées d’Orient, poèmes orientaux (Paris, Les Gémeaux, 1920), le rapprochent des parnassiens Leconte de Lisle et José-Maria de Heredia. Henri de Régnier juge favorablement le second dans Le Figaro, lui trouvant « de l’éclat et de la subtilité dans une forme très stricte et habilement travaillée » et y voyant une « tentative intéressante » pour « exprimer en langue française l’équivalent de la langue orientale ». Entre 1917 et 1924, Ernest Mallebay propose très régulièrement les poèmes d’El-Koubi aux lecteurs des Annales africaines. Revue hebdomadaire de l’Afrique du Nord qu’il dirige. Il publie aussi en 1919 sa lettre en faveur d’une extension des droits politiques aux musulmans, juste rétribution de leur loyauté et du sang versé pendant la guerre – alors que Mallebay, hostile à Jonnart, a défendu la position contraire. Bien que son œuvre poétique soit généralement percue comme celle d’un oriental musulman (ou d’un Français écrivant sous pseudonyme), El-Koubi ne cache pas aux lecteurs des Annales africaines son origine juive algérienne et, alors qu’on rapporte que l’association des étudiants d’Alger aurait fermé ses portes à plusieurs étudiants juifs, exprime sa réprobation devant un antisémitisme aveugle ignorant l’engagement patriotique des juifs pendant la guerre. Il est toujours répétiteur aux Langues orientales quand il meurt subitement en janvier 1921.

Sources :

ANF, F 17, 4066 ;

registres d’inscription des élèves de la Ve section de l’EPHE ;

Le Courrier de Tlemcen, 11 novembre 1892 et 28 janvier 1921 ;

La Tafna. Journal de l’arrondissement de Tlemcen, 14 octobre 1908 ;

Journal général de l’Algérie, 2 avril 1908 ;

Annales politiques et littéraires, revue populaire paraissant le dimanche, 1916-1917 ;

Annales africaines. Revue hebdomadaire de l’Afrique du Nord, 1917-1924 (en particulier 10 mai et 20 juin 1919) ;

Le Figaro, 8 août 1920 ;

Victor Mittre, Droit commercial des chemins de fer, étude théorique et pratique de la législation et des tarifs qui régissent les rapports entre les chemins de fer et leur clientèle (voyageurs, expéditeurs et destinataires), Paris, Berger-Levrault, 1912, p. 418 ;

Jean Déjeux, « Élissa Rhaïs, conteuse algérienne (1876-1940) », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 37, 1984, p. 63 ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

El-Tabei, Ahmed (Égypte, v. 1870 [?] – Égypte [?], apr. 1900)

– répétiteur aux Langues orientales

Après avoir enseigné [?] à Dār al-‘ulūm au Caire, il part à Paris comme précepteur des enfants du prince Aḥmad Fu’ād bāšā. Il est alors choisi pour succéder à Aboul Nasr* comme répétiteur d’arabe aux Langues orientales en 1899-1900.

Sources :

ANF, F 17, 4064, répétiteurs d’arabe ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

El-Tounsy, Mohammed [At-Tūnisī, Muḥammad Zayn al-‘Âbīdīn b. ‘Umar b. Sulaymān] (Tunis, 1789 [1204 h.] – Le Caire, 1857 [1274 h.])

– réviseur à l’école de médecine d’Abū Za‘bal, puis à l’imprimerie égyptienne de Būlāq

D’une famille d’érudits, il se forme à la Zaytūna, avant de partir pour le Caire où son père s’est installé en 1207 h. (1792) et a dirigé les études des étudiants maghrébins à el-Azhar. Or, ce dernier est parti à la cour du souverain du Darfour [Dār Fūr], sur les traces de son propre père, installé à Sennar [Sinnār]. Muhammad voyage du Caire à Tendelty (1218 h. [1803]) et reste près de 8 ans au Darfour, où il retrouve son oncle at-Tāhir, parti la même année que son père de Tunis pour faire le pèlerinage. De Sennar et Kordofân, il va au Ouaddaï [Waddāy] voisin où il reste un an et demi à la cour de son sultan Wâra avant de retourner à Tunis (v. 1228 h. [1813]) via le Tibesti, le Fezzan et Tripoli. En 1818 ou 1819, il repart pour Le Caire. Il prend part à l’expédition d’Ibrāhīm pacha en Morée comme wā’iẓ (prédicateur) d’un régiment d’infanterie. À son retour, en 1247 h. [1832], il est nommé réviseur et correcteur à l’école de médecine d’Abū Za‘bal. C’est là qu’il fait la connaissance de Nicolas Perron*, arrivé la même année que lui et qui se voit confier la direction de l’école en 1839. Le šayḫ Muḥammad at-Tūnisī enseigne l’arabe à Perron qui l’invite à composer une relation de son voyage au Soudan. Une traduction française adaptée de la première partie concernant le Darfour est éditée par Perron en 1845 avec une préface de Jomard (Voyage au Soudan oriental. Le Darfour), suivie de l’édition de son texte arabe original autographié par Perron (Tašḥīḏ al-aḏhān bi sīrat bilād al-‘arab wa l-SūdānVoyage au Dârfour ou l’Aiguisement de l’esprit par le voyage au Soudan et parmi les Arabes du centre de l’Afrique, Paris, Benjamin Duprat, novembre 1850). Seule l’adaptation française du récit concernant le Ouaddaï sera éditée (Voyage au Ouadây, Paris, Duprat, Arthus Bertrand, Franck, Renouard et Gide, 1851). Le Voyage au Dârfour, précieux à la fois par sa rareté et sa qualité d’observation, connaît un grand succès : le texte arabe sera au programme des Langues orientales à Paris, tandis qu’une adaptation abrégée parue en turc avant même l’édition du texte arabe est immédiatement traduite en allemand par Georg Rosen (Das Buch des Sudan: oder, Reisen des Scheich Zain el-Abidin in Nigritien, Leipzig, Vogel, 1847). La carrière d’at-Tūnisī profite sans doute de ce succès : appuyé par le général Edhem-bey, ministre de l’Instruction et des Travaux publics, il est promu réviseur en chef (1845), ce qui lui vaut de superviser l’édition du dictionnaire arabe de Fīrūzābādī, d’après un texte collationné sur l’impression de Calcutta et revu au crible de nombreuses autres versions (1274 h. [1857]).

Sources :

Préface d’Edme-François Jomard au Voyage au Soudan oriental. Le Darfour, Paris, Benjamin Duprat, 1845 ;

C. Huart, Littérature arabe, 4e éd., 1939, p. 419 ;

Notices Muḥammad at-Tūnisī et aš-šayḫ Zayn al-‘Ābīdīn at-Tūnisī par M. Streck, revues par Muḥammad b. ‘Umar, EI2 (j’ai considéré qu’il fallait identifier les deux at-Tūnisī que Muḥammad b. ‘Umar distingue).

Espère épouse Laumet, Ida (La Madeleine, Tarn-et-Garonne, 1878 – Constantine [?], apr. 1939)

– professeur à l’EPS de Constantine

Après avoir sans doute suivi ses parents lors de leur installation à Constantine et obtenu brevet élémentaire (1895) et brevet supérieur (1897), Ida Espère exerce comme institutrice à Roum el-Souk près de La Calle (1898-1899). En congé après son mariage avec Louis Laumet, entrepreneur de travaux publics (1899), et la naissance d’un fils, Jean (1900), elle reprend ses études, passant avec succès le brevet d’arabe et le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les EPS et les écoles normales (1902). Entre 1903 et 1905, elle est institutrice à Aïn Roua près de Sétif puis, plus près de Constantine, à Aïn Smara, Guettar el-Aïech, El Guerrah et enfin dans sa banlieue, à la Pépinière. Nommée déléguée à l’EPS de la ville, elle y effectuera tout le reste de sa carrière, y enseignant principalement l’arabe, et secondairement les travaux manuels (couture, écriture), puis la comptabilité. Entre 1908 et 1918, elle assure en plus un cours d’arabe à l’école normale d’institutrices. Bien notée, promue professeur en novembre 1912, elle suscite l’ire de l’inspecteur d’académie en 1916-1917 parce qu’elle néglige sa classe et s’absente : elle s’occuperait en priorité de tenir les écritures de son mari, entrepreneur prospère, et d’alimenter sur ses chantiers la cantine offerte aux ouvriers. En 1923, l’inspecteur la juge intelligente, mais regrette qu’elle n’ait pas su voir l’intérêt de la méthode directe : « elle ne sort pas du livre, ne va jamais au tableau, bâille quelques phrases simples en arabe, le reste du temps parle en français. Les élèves ne profitent pas ». S’étant réformée, son enseignement est jugé de plus en plus favorablement. À partir de 1927, veuve, elle n’enseigne plus que l’arabe. C’est, selon William Marçais*, un « professeur expérimenté, consciencieux, parlant bien les langues qu’elle enseigne » (1935). Son souhait de relever la matière de son enseignement en introduisant la langue littérale en troisième année, y compris en section commerciale, semble cependant irréalisable. Elle prend sa retraite en septembre 1939.

Source :

ANF, F 17, 24.747, Laumet.

F

Fagnan, Edmond (Liège, 1846 – Alger, 1931)

– chargé de cours à l’école des Lettres d’Alger, traducteur des historiens et jurisconsultes arabes du Maghreb

Après un doctorat en droit à Liège où il s’initie aux langues orientales avec Burggraff, il part approfondir son apprentissage orientaliste à Paris, où il suit les cours d’arabe de De Slane* aux Langues orientales et ceux du jeune Guyard* à l’EPHE, pour l’arabe, l’hébreu et le persan (1868-1870). Invité par De Slane à collaborer à la partie orientale du Recueil des historiens des croisades, il est attaché en 1873 au catalogage des manuscrits turcs et persans de la Bibliothèque nationale. Ses premiers travaux, plutôt orientés vers la littérature persane, sont publiés dans le Journal asiatique, dans les revues proches de la nouvelle Sorbonne positiviste et républicaine (Revue de l’Instruction publique, Revue critique, Revue historique) et dans la Zeitschrift der deutschen morgenländischen Gesellschaft (traduction du Livre de la félicité – Se‘adet Nâmeh – de Nāṣir ad-Dīn b. Ḫusruw, 1880). Naturalisé français, il part en 1884 pour Alger où il est chargé d’un cours de littérature arabe et persane à l’école des Lettres à la place de R. Basset*, promu professeur. Alors que ses relations avec le directeur Masqueray étaient déjà médiocres, le climat se dégrade quand Basset prend la direction de l’École en 1894 : Fagnan, imperméable à l’ambitieux projet de la direction, est accusé de ne pas enseigner la littérature et de se limiter à des travaux de catalogage et de traduction, sans s’ouvrir aux nouvelles sciences de l’homme et de la société. On lui doit en effet un Catalogue des manuscrits arabes, turcs et persans de la bibliothèque d’Alger (1893), la poursuite du travail de traduction des chroniques arabes relatives à l’Afrique du Nord entrepris par de Slane et de nombreux ouvrages relatifs à la jurisprudence. En histoire, il traduit l’Histoire des Almohades de ‘Abd al-Wāḥid al-Marrākušī (1893), la Chronique des Almohades et des Hafsides attribuée à az-Zarkašī, dont certains passages avaient déjà été traduits par Alphonse Rousseau* (1895), des extraits de la grande chronique d’Ibn al-Aṯīr (Annales du Maghreb et de l’Espagne, 1898) et du Kitāb al-Istibṣār (L’Afrique septentrionale au xiie siècle de notre ère, 1900), Al-Bayān al-Muġrib d’Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī (Histoire de l’Afrique et de l’Espagne, 1901-1904) et les Nuǧūm az-zāhira d’Abū l-Maḥāsin b. Taġrī-Birdī (1907). Ses Extraits inédits relatifs au Maghreb : géographie et histoire (1924, réimpression à Francfort, Institute for the history of Arabic-Science, 1993) parachèvent cette mise à la disposition du public francophone de la majeure partie des sources arabes concernant l’histoire et la géographie de l’Afrique du Nord musulmane. Il traduit aussi de nombreux ouvrages relatifs à la jurisprudence : extraits du manuel de sīdī Ḫalīl (Mariage et répudiation, 1909) ; traité d’al-Qayrawānī (1914 ; le texte sera plus tard retraduit par Bercher*) ; Les Statuts gouvernementaux ou Règles de droit public et administratif d’al-Māwardī (1915, réimpression à Paris, Le Sycomore, 1982) ; le Kitāb al-Ḫarāǧ d’Abū Yūsif Ya‘qūb (Livre de l’impôt foncier, 1921). Malgré l’arbitrage modérateur du recteur, l’animosité persistante de Basset freine la carrière de ce célibataire au caractère anguleux, « grand original » puriste qui affirme son admiration pour Quatremère* et de Slane et réprouve les approximations de Beaumier, d’Alphonse Rousseau* ou de Cherbonneau* : il renonce à préparer ses thèses de doctorat et ne prend pas part au volume publié par l’école des Lettres en l’honneur du XIVe congrès des orientalistes tenu à Alger en 1905. Reportant une partie de son activité sur la Société historique algérienne, il en assure le secrétariat général entre 1895 et 1904, publiant de très nombreux articles et comptes rendus dans la Revue africaine, y compris de travaux allemands et espagnols (il est membre de l’Académie royale d’Espagne et de la Société d’histoire de Madrid depuis 1887). Son goût pour l’histoire l’entraîne à éditer les notes de Venture* sur Alger (Alger au xviiie siècle, 1898, rééd. par J. Cuoq sous le titre Tunis et Alger au xviiie siècle, PAris, Sindbad, 1983). Avec le soutien de Dominique Luciani*, Stéphane Gsell, William Marçais* et Émile-Félix Gautier, qui rappellent au recteur sa valeur, il obtient l’honorariat après son admission à la retraite en 1919. Fidèle à une tradition historico-philologique strictement textuelle, il ne pratique pas plus la langue parlée que son adversaire R. Basset. Il est cependant probable que les savants musulmans d’Alger, partageant son respect des textes de la tradition, aient entretenu avec lui des rapports plus familiers qu’avec l’organisateur de l’École d’Alger.

Sources :

ANF, F 17, 22.482, Fagnan (carrière à la faculté des Lettres d’Alger) et 23.143, Fagnan (carrière à la Bibliothèque nationale) ;

RA, 1931, p. 139-142 (notice par Esquer et bibliographie) ;

Massé, « Les études arabes… » ;

DBF.

Fatmi, Houari (Oran, 1891 – Oran [?], 1968)

– professeur de lycée

Élève-maître à la Bouzaréa (1909-1912), Houari (ou Lahouari) Fatmi obtient le brevet (1915) et le diplôme d’arabe (1915 et 1921) puis le baccalauréat (1927-1928) alors qu’il exerce comme instituteur de l’enseignement des indigènes. Certifié en 1929, il est délégué à l’enseignement de l’arabe à l’EPS d’Oran, toujours très bien noté. William Marçais* signale que son influence dans les « milieux indigènes » pourrait rendre de sérieux services à l’administration. L’inspecteur d’académie reconnaît qu’on peut être « surpris par sa méthode directe de l’interrogation et de la réponse collective imitée de l’enseignement indigène et un peu de l’enseignement du Coran », mais conclut que les résultats sont incontestablement bons : en 1940, il soulignera l’esprit de discipline du maître qui, malgré ses bons résultats, a consenti à modifier sa méthode d’enseignement collectif. Après l’obtention en 1934 du DES (une traduction de ‘Unwān ad-diraya d’al-Ġubrīnī), il demande à passer au lycée afin de pouvoir enseigner l’arabe littéraire, sa spécialité. Candidat malheureux à l’agrégation en 1938, il est délégué en 1941 au lycée Lamoricière, et ne devient professeur titulaire au petit lycée qu’en 1944. Ses feuilles de notation restent excellentes jusqu’à sa retraite en septembre 1957 – en 1946, elles indiquent qu’il se désole de voir les effectifs des classes d’arabe fondre d’année en année. Il est l’objet en février 1957 d’un arrêté préfectoral de suspension « pour avoir participé à une grève à caractère subversif », ce qui lui coûte un mois de traitement. Il poursuit l’enseignement complémentaire qu’il donnait aux écoles normales de garçons et de filles d’Oran jusqu’en 1962.

Source :

ANF, F 17, 26.866, Fatmi.

Faure, Adolphe Joachim (Oujda, 1913 – Paris, 1956)

– directeur à l’IHEM

D’origine sans doute modeste (son père, Émile Marius Faure est né à Nice, sa mère, Maria Vicenta Gonzalez, est d’origine espagnole), il étudie l’arabe au lycée Lyautey de Casablanca où il a sans doute comme professeurs Bekkoucha* et Tedjini* (1927-1933) et obtient le brevet d’arabe (juillet 1933) en sus du baccaulauréat. Il devient répétiteur surveillant auxiliaire au collège musulman Moulay Youssef de Rabat (1933-1935) puis au collège sidi Mohammed de Marrakech (1936-1938). Il poursuit parallèlement ses études, réussissant chaque année un certificat pour la licence d’arabe à Bordeaux (1934-1937) et soutenant un DES à Alger sous la direction de G. S. Colin* (1946). Mobilisé en 1939-1940 puis entre 1943 et 1945, il est nommé à partir de 1946 à Rabat, au collège musulman de jeunes filles puis, après avoir réussi l’agrégation d’arabe, au collège de garçons Moulay Youssef (1949-1950). Il devient alors directeur d’études à l’IHEM, publiant articles et comptes rendus dans Hespéris. Il s’intéresse en particulier au soufisme marocain (« Le tašawwuf et l’école ascétique marocaine des xie-xiiie siècles de l’ère chrétienne », Mélanges Massignon, 1957). Après l’indépendance, il devient chargé de cours à la faculté des Lettres de Rabat, dont il est responsable des publications. En 1962, il se retire à La Bédoule dont il devient conseiller municipal (1964-1967). Là, il participe à la fondation de la ville nouvelle de Carnoux, destinée à accueillir les Français du Maroc : adjoint de la première municipalité (1967), il en devient le maire de 1971 à 1977.

Sources :

ANF, F 17, 27.287, Faure (dérogation) ; 

Salam. Bulletin d’information de l’Amicale des anciens des lycées et Collèges français du Maroc, nouvelle série, n° 5, juin 1984, p. 14 (notice par L. Lange).

Feghali, Tanios Michel [al-Fiġālī, Ṭāniyūs Mīšāl] (Kfar Abida, Liban, 1877 – Audenge, Gironde, 1945)

– Professeur à la faculté des Lettres de Bordeaux, linguiste spécialiste des parlers arabes du Liban

Issu d’une famille maronite placée sous la protection de la France – son frère est en 1924 vicaire du patriarche maronite –, Michel Feghali est élève à partir de 1900 du séminaire fondé par les jésuites à Ghazir [Ġazīr] au Mont-Liban, avant de rejoindre en avril 1902 son frère Bakhos à Bordeaux afin d'y poursuivre ses études au grand séminaire (il est ordonné prêtre en 1908) puis à l’université, encouragé par Mme de Kérillis. Il y donne dès 1909 un enseignement d’arabe à la faculté des Lettres, avec le patronage de l’institut colonial de la ville. En 1912, il obtient sa licence ès lettres, option arabe, à la faculté d’Alger. En 1914, sujet de l’empire ottoman, il s’engage dans l’armée française comme interprète, ce qui lui vaut d’être condamné par contumace à quatre ans de prison et à la confiscation de ses biens par la cour martiale turque d’Aley. Plutôt que de l’envoyer en Orient, les autorités françaises préfèrent le garder à Bordeaux où il s’occupe des soldats « indigènes », de la formation de la légion d’Orient et de la rééducation des mutilés. Il continuera après guerre à donner un cours spécial d’arabe aux militaires de la garnison. Ses travaux scientifiques appliquent sur le terrain oriental le modèle de W. Marçais* : sa thèse principale sur Le Parler arabe de Kfar-‘abida (1919), soutenue à la faculté des Lettres d’Alger, est honorée du prix Volney (tandis que sa thèse secondaire, une Étude sur les emprunts syriaques dans les parlers arabes du Liban, obtient quant à elle le prix Delalande-Guérineau de l’AIBL). Afin d’éviter son recrutement par Alger, la faculté des Lettres de Bordeaux ajoute en 1921 au cours d’arabe dont elle l’a chargé depuis 1919 un cours d’hébreu syriaque, puis le promeut en février 1924 à une maîtrise de conférences d’arabe, à laquelle contribuent aussi financièrement l’institut colonial, la ville, le département, l’État français et le gouvernement chérifien. Pour régulariser sa situation, il obtient la naturalisation française en 1930 – il abandonne alors l’usage de son prénom Tanios. Membre de la Société de linguistique de Paris et du GLECS (Groupe linguistique d’études chamito-sémitiques) fondé par Marcel Cohen, il a poursuivi son travail linguistique en publiant avec Albert Cuny, professeur de grammaire comparée à Bordeaux, une étude qui conclut que, malgré les apparences, il n’existe aucun désaccord au point de vue des genres entre le sémitique et l’indo-européen (Du genre grammatical en sémitique, 1924). Il quitte ensuite les spéculations rétrospectives pour des descriptions factuelles comme le réclament Brockelmann et W. Marçais. Après la publication dans le JA des « Textes arabes du Wadi-Chahrour (Liban) » (en collaboration avec Abdou Feghali, 1927), sa Syntaxe des parlers arabes libanais obtient à nouveau le prix Volney en 1928. En 1933, ses Textes libanais en arabe oriental (texte arabe et vocabulaire) s’inscrivent dans une optique plus pédagogique. À partir de 1929, il a en effet été délégué dans les fonctions de professeur de langue arabe orientale aux Langues orientales à Paris, en remplacement de Barthélemy*, en plus de son service à Bordeaux. L’application des décrets-lois exigeant des restrictions budgétaires oblige à supprimer la chaire en 1934 : il poursuit son enseignement à titre bénévole jusqu’en 1937, date à laquelle sa situation est consolidée à Bordeaux sous la forme d’une chaire de professeur. Représentant officiel du patriarche maronite auprès du gouvernement français depuis 1930, il se voit confier des missions scientifiques au Liban et en Syrie. Ses Contes, légendes et coutumes populaires au Liban et en Syrie (1935, prix Saintour de l’Académie) et ses Proverbes et dictons libanais et syriens (1938) sont bien reçus par la critique. Il fonde en 1938 à Paris, rue d’Ulm, un foyer franco-libanais (aujourd’hui encore en activité) dont il conserve la direction jusqu’à sa mort, après avoir obtenu suite à une longue procédure de ne pas se voir appliquer la loi d’avril 1941 excluant des postes de direction les « Néo-Français ». En 1944, malade, il est suppléé à Bordeaux par A.-M. Goichon*, dont il soutient un temps la candidature à sa succession, avant d’être convaincu de la supériorité de la candidature de R. Brunschvig*.

Sources :

ANF, F 17, 26.351, Michel Feghali ;

Pierre Hobeika éd., Varia. Discours, allocutions, articles littéraires, politiques, historiques, linguistiques, ethnologiques (1908-1938) de Mgr Michel Féghali, Jounieh, Imprimerie des Missionnaires libanais, 1938 ;

Langues’O… (notice par G. Troupeau, avec photographie, p. 69).

Fekar (ou Fekkar), Benali [Faḫḫār, b. ‘Alī] (Tlemcen, 1872 – Tlemcen, 1942)

– professeur à la chambre de commerce de Lyon

Originaire d’une famille de lettrés et d’artisans potiers de Tlemcen, formé par Décieux à l’école arabe-française de Tlemcen, Benali Fekar, comme son frère aîné Larbi (Tlemcen, 1869-1932), poursuit ses études à l’école normale de la Bouzaréa. Alors que Larbi, qui épouse une fille du colonel Ben Daoud, exerce comme instituteur à Tlemcen puis à Aïn Temouchent et accède à la citoyenneté française, Benali, qui perd sa jeune épouse peu après leur mariage, n’enseigne que quelques années à Tlemcen (école Duffau, à partir de 1898). Après avoir préparé avec succès le diplôme supérieur d’arabe de l’école supérieure des Lettres d’Alger (1900), il part pour Lyon où, parallèlement à ses études de droit, il enseigne à partir d’octobre 1901 l’arabe dans le cadre de l’enseignement colonial institué en 1899 par la chambre de commerce. Il ne rompt pas pour autant avec l’Algérie. Il collabore à Al-Miṣbāḥ [La Lanterne], hebdomadaire bilingue fondé à Oran par son frère Larbi en juin 1904 qui, sous la devise « Pour la France par les arabes [sic] ; Pour les arabes par la France », veut favoriser une instruction arabe et française, développer une opinion publique musulmane, et affirme sa foi en l’avenir d’un islam libéral. Benali prend part aussi à L’Islam que fait paraître, à Bône puis à Alger, Sadek Denden entre 1909 et 1914. Licencié en droit en 1904, il soutient successivement un doctorat en sciences politiques et économiques (1908) puis en sciences juridiques (1910). Sa première thèse, sur L’Usure en droit musulman et ses conséquences pratiques (Lyon, A. Rey, 1908), appelle à débarrasser l’islam « des bandelettes dont l’ont enserré les docteurs au zèle intempéré (sic) ». Dédiée à Édouard Aynard, président d’honneur de la chambre de commerce, annoncée par la Revue du monde musulman, elle sera utilisée et citée par Maxime Rodinson dans son Islam et capitalisme (1966). Elle ouvre à Fekar la possibilité d’être employé comme lecteur par Édouard Lambert pour le séminaire oriental d’études juridiques et sociales qu’il fonde alors à Lyon. La seconde thèse sur La Commande (el-Qirâd) en droit musulman (Paris, A. Rousseau, 1910) conclut « que les gouvernements jeunes musulmans de Turquie, de Perse, d’Égypte, etc., adopteront […] les dispositions des Codes de commerce des États occidentaux, sans soulever aucune objection de la part de leurs ressortissants ». Seul Algérien parmi les douze musulmans qui participent au congrès colonial dit de l’Afrique du Nord réuni à Paris à l’initiative de l’Union coloniale en octobre 1908, il est partisan d’une conscription des musulmans d’Algérie à condition qu’elle s’accompagne d’une meilleure représentation politique et de mesures assurant leur promotion socio-économique. En 1909, il dessine un tableau de leur représentation politique ainsi que de la société musulmane de Tlemcen dans la Revue du monde musulman. La même année, il expose dans les colonnes du Petit Journal ses arguments en faveur de l’application à l’islam de la loi de séparation des cultes et de l’État. Il s’y fait ensuite l’écho des réactions suscitées par l’« impolitique » décret sur la conscription des indigènes et en particulier du mouvement d’« exode » vers la Syrie ottomane (1912) – trouvant aussi une tribune dans Lyon colonial, organe de l’Association des anciens élèves de l'enseignement colonial de la Chambre de commerce de Lyon. Il collabore par ailleurs à La France islamique. Organe hebdomadaire des intérêts franco-indigènes dans l’Afrique du Nord (1913-1914) avec Ismaël Hamet* et les convertis Étienne Dinet et Christian Cherfils. Il est aussi l’auteur de Leçons d’arabe dialectal marocain, algérien (1913) – plus exactement des parlers de Tanger et de Tlemcen – où il adapte les travaux savants de Maurice Gaudefroy-Demombynes* et de William Marçais* à l’usage de ses élèves lyonnais, avec la collaboration d’Élisée Bourde, professeur à l’école des beaux-arts de Lyon, pour ses planches illustrées relatives à la vie arabe – Élisée est le frère aîné de Paul Bourde, journaliste au Temps et administrateur colonial libéral. Après s’être inscrit au barreau de Lyon, Benali semble avoir regagné l’Algérie vers 1920 : en 1921, c’est à nouveau un Tlemcénien, Abdallah Mansouri, qui enseigne l’arabe à l’école de commerce. En 1930, Benali Fekar est avocat à Tlemcen où, élu au conseil municipal (1932), il continue à défendre une politique réformiste (il figure entre 1934 et 1939 parmi les abonnés de La Défense, l’hebdomadaire réformiste musulman de Lamine Lamoudi).

Sources :

« L’enseignement colonial en province », La Quinzaine coloniale, 25 octobre 1902 ;

Hamet, Musulmans… ;

R. Basset, compte rendu des Leçons d’arabe dialectal marocain, algérien, Revue africaine, 1914 ;

DBF (notices Elisée et Paul Bourde par M.-L. Blumer et F. Marquis, 1954) ;

Zahir Ihaddaden, Histoire de la presse indigène en Algérie. Des origines jusqu’en 1930, Alger, Enal, 1983 ;

M. Ghalem, « La résistance à la conscription obligatoire en Oranie », thèse de 3e cycle sous la dir. de René Gallissot, université Paris VII, 1984 ;

El-Hadi Chalabi, « Un juriste en quête de modernité, Benali Fekar », Parcours d’intellectuels maghrébins : scolarité, formation, socialisation et positionnements, Aïssa Kadri éd., Paris - Saint-Denis, Karthala - Institut Maghreb-Europe, 1999, p. 165-181 [contient une analyse de la thèse sur L’usure en droit musulman et ses conséquences pratiques] ;

Sadek Sellam, La France et ses musulmans. Un siècle de politique musulmane (1895-2005), Paris, Fayard, 2006, p. 62 et 164 ;

Benali El-Hassar, Les Jeunes Algériens et la mouvance moderniste au début du xxe siècle. Les frères Larbi et Bénali Fekar, Saint-Denis, Édilivre, 2013 ;

Correspondance avec Salim El-Hassar, décembre 2014.

Représentations iconographiques :

Revue du monde musulman, 2e année, vol. V, n° 6, juin 1908, p. 362.

Féraud, Laurent Charles (Nice, 1829 – Tanger, 1888)

– interprète principal, consul à Tripoli de Barbarie et à Fès

Fils d’un médecin major de la marine de guerre à Toulon, petit-fils d’un capitaine de cavalerie et petit-neveu du conventionnel massacré le 1er prairial an III (20 mai 1795) en résistant à l’insurrection jacobine, il fait ses études au collège de Toulon avant de partir très jeune pour l’Algérie. Attaché au commissariat civil de Cherchell comme commissionnaire auxiliaire (décembre 1845), puis secrétaire interprète au commissariat civil de Bougie (juillet 1848), il y reste en fonction après avoir été reçu interprète militaire de 2e classe en août 1850, attaché au commandement supérieur de Bougie. Il prend part aux expéditions qui en sont lancées contre le chérif Bū Baġla, dans l’oued Sahel, fait partie de la « colonne de la neige » (janvier-février 1852), suit Randon et Mac-Mahon dans les Babors (1853), où il est mis à disposition d’Horace Vernet, dont il partage le goût pour le dessin (il publie des croquis des campagnes dans L’Illustration). Il succède à Vignard* comme interprète du commandant de la province de Constantine (1854), fonction qu’il conserve près de vingt ans, jusqu’en 1872. Il prend part aux expéditions des Babors (juin-juillet 1856) et de Grande Kabylie (mai-juin 1857), toujours très bien noté. Époux depuis janvier 1861 d’une demoiselle Sicard, il passe de longs mois sous la tente entre Constantine et Sétif pour travailler à la réforme de la propriété chez les indigènes (1863). Lié avec le bāš āġā al-Muqrānī, il ne parvient pas à le convaincre de renoncer à la révolte en 1871. Accompagnant le général de Lacroix chargé de « pacifier » la province, il est chargé de recueillir entre août 1871 et mai 1872 les documents permettant de traduire les chefs de la révolte devant les cours d’assise. Membre actif de la Société archéologique de Constantine et de la Société historique algérienne, il a publié dans leurs revues le Kitab el Adouani, ou le Sahara de Constantine et de Tunis (1868), des Notices historiques sur les tribus de la province de Constantine (1869) et, entre 1869 et 1877, l’histoire de ses principales villes de la province, de Bougie (rééd. Bouchène, 2001) à La Calle. Il s’intéresse non seulement à la période musulmane, mais à l’antiquité, y compris préhistorique : vers 1871, il fait don au musée de Saint-Germain-en-Laye d’une collection de flèches découvertes près de Ouargla. Promu interprète principal en 1871, il est attaché l’année suivante au gouverneur général à Alger, l’amiral Gueydon, puis à son successeur le général Chanzy (dont la fille épouse son fils Eugène Féraud, futur général qui prend part à la conquête du Maroc). Il publie alors un livre d’or très documenté à la gloire des Interprètes de l’armée d’Afrique (1876), comme pour conjurer la crise qui les a frappés après 1870. Après une mission sur les côtes de Tunis, de Tripoli et de Benghazi pour y sonder l’état d’esprit des populations (1876) et une mission au Maroc pour accompagner de Tanger à Fès M. de Vernouillet en ambassade auprès du sultan (mars 1877), il parvient à être nommé consul à Tripoli de Barbarie (novembre 1878). À ce poste très sensible quand les troupes françaises occupent en 1881 la Tunisie, il fait preuve une nouvelle fois de son tact : il parvient à convaincre les chefs de la résistance réfugiés à Tripoli de réintégrer la Tunisie en reconnaissant l’autorité française (novembre 1882). Ses Annales tripolitaines seront publiées à titre posthume par Augustin Bernard (1927, rééd. Bouchène, 2005). Consul à Tanger à partir de 1884, il a la confiance du makhzen mais se fait rapidement détester de la communauté française qui le soupçonne de s’être converti à l’islam. Accusé d’avoir facilité l’ouverture du marché marocain à la sidérurgie allemande après avoir fait renvoyer un agent de la compagnie parisienne Cail, il est l’objet d’une campagne de presse retentissante alors que le boulangisme est proche de son acmé (octobre 1888). Rappelé à Paris, il meurt brutalement – le bruit court qu’il s’est suicidé.

Sources :

ADéf, 5Yf, 62.913, Féraud ;

ADiplo, personnel, 1re série, 1586, Féraud ;

Archives de la préfecture de police, série BA, 1er bureau du cabinet, 1074 ;

Lamathière, Panthéon de la Légion d’Honneur, IV [très informé jusqu’en 1878] ;

Féraud, Les Interprètes… ;

L. Paysant, « Un Président de la SHA, L. C. Féraud », RA, 1911, p. 5-15 [reprend la notice parue dans Féraud, Les Interprètes… avec des inexactitudes, mais aussi une liste succincte des publications] ;

Mohamed el-Wafi, Charles Féraud et la Libye, ou portrait d’un consul de France à Tripoli au xixe siècle (1876-1884), Tripoli, Dar al Farjani, 1977, 184 p. ;

Nedjma Abdelfettah Lalmi, « La vocation historienne de l'interprète militaire Laurent-Charles Féraud », présentation de l’Histoire de Bougie, Saint-Denis, Bouchène, 2001, p. 7-12 ;

Nora Lafi, « Laurent-Charles Féraud : entre le renseignement militaire et l'histoire », présentation des Annales tripolitaines, Saint-Denis, Bouchène, 2005, p. 1-17 ;

Bernard Merlin, Laurent-Charles Féraud, peintre témoin de la conquête de l´Algérie, Saint-Rémy-en-l'Eau, Monelle Hayot, 2010.

Laurent Charles Féraud, photographie, 9 x 11 cm, v. 1877, archives privées.

Image

Féraud, Laurent Charles Joseph (Villefranche, près de Nice, 1837 – Mustapha, près d’Alger, 1893)

– interprète militaire

Laurent Charles Joseph Féraud, frère cadet de Laurent Charles*, fait à son tour une carrière d’interprète militaire : auxiliaire en 1856, il est affecté à différents bureaux arabes (Bou Saada en 1856, Djelfa en 1857, Sétif en 1858) puis, après un détachement au dépôt des prisonniers de l’île Sainte-Marguerite, à la direction des affaires arabes à Constantine (1858-1866) où résident déjà son frère aîné et leur mère, veuve. En avril 1859, il se marie à Toulon avec Marie Anne Louise Bayle, la fille d’un officier de santé, originaire de la ville. De nouveau en poste dans les bureaux arabes de Sétif (1866), de Collo (1868) et de Bougie (1869), il sert de guide pour dégager la place assiégée lors de l’insurrection de 1871, puis fait partie des colonnes successives qui soumettent la vallée de l’oued Sahel. En 1875, il exerce auprès du deuxième conseil de guerre de la division d’Alger à Blida. Sans fortune, il a trois enfants. Du fait de son instruction étendue et du soin qu’il a pris de professer à Blida un cours d’arabe qui a formé de futurs interprètes, il est décoré des palmes académiques (1885). Il est placé sur sa demande à la retraite en 1886. À sa mort, sa veuve se retire à Saint-Tropez.

Sources :

ADéf, 5Yf, 80.441, Joseph Féraud ;

Féraud, Les Interprètes…

Féraud, Marius Auguste Joseph Laurent (Saint-Tropez, 1862 – Marseille, 1897)

– interprète militaire

Fils de l’interprète Joseph Féraud*, il devient à son tour interprète auxiliaire à Thellala en 1882, puis aux bureaux arabes de Laghouat (1885) et de Sidi Aïssa (1888). Affecté à el-Goléa en mars 1891, il perd la raison, ce qu’on attribue à une insolation. Son état ne s’améliorant pas – il soufre du « délire des persécutions » et d’une « tendance à la lypémanie » –, il quitte le bureau arabe de Géryville pour l’asile d’aliénés de Saint-Pierre à Marseille où il meurt peu avant d’être admis à la retraite pour infirmités incurables contractées au service.

Source :

ADéf, 5Yf, 97.385, Marius Féraud.

Ferrand, Paul Gabriel Joseph (Marseille, 1864 – Paris [?], 1935)

– consul

Après avoir sans doute grandi à Marseille, où son père est propriétaire, Ferrand poursuit ses études vers 1882-1886 à Alger où il profite de l’enseignement de René Basset* à la toute jeune école des Lettres, en berbère et en éthiopien, et sans doute aussi en arabe et en persan. Il restera lié toute sa vie à son ancien maître. La côte des Somalis où il se rend est l’objet de sa première publication scientifique, accueillie par le Bulletin de correspondance africaine de l’école des Lettres (1884). Diplômé des Langues orientales en malais, il est admis dans le corps consulaire et envoyé à Madagascar où il séjourne entre 1887 et 1897, à Tamatave, Majunga et Mananjari. Il y poursuit ses travaux savants, publiant pour le Bulletin de correspondance africaine une étude sur Les Musulmans à Madagascar et aux îles Comores et la première traduction française d’une collection de Contes populaires malgaches (Paris, Leroux, 1893). Nommé vice-consul en Perse (Bender-Bouchir, février 1897), en Thaïlande (Oubone puis Bangkok, 1897 et 1898), puis à nouveau en Perse (Recht, octobre 1900), il n’abandonne pas pour autant le domaine malgache, donnant de nombreuses contributions au Journal asiatique et aux Mémoires de la Société de linguistique de Paris et publiant un Essai de grammaire malgache ainsi qu’une synthèse sur Les Çomâlis (Paris, Leroux, 1903). Après son mariage en octobre 1901 avec Clara Caroline Jeanne Bellaire, veuve de douze ans son aînée (à la mairie du 5e arrondissement à Paris, René Basset* étant l'un des témoins), Ferrand exerce les fonctions de consul à Stuttgart (juin 1904) puis d’attaché commercial pour les pays germaniques, la Belgique, les Pays-Bas et la Suisse (janvier 1909). Il n'interrompt pas pour autant ses activités savantes : à côté d’articles nombreux (y compris pour la Revue de l’histoire des religions, la Revue des études ethnographiques et sociologiques d’A. Van Gennep, T’oung-pao à Leyde et Anthropos à Vienne), il mène à bien ses thèses (Essai de phonétique comparée du malais et des dialectes malgaches, 1909). Il se charge aussi de l’édition de documents historiques importants : après le Dictionnaire de la langue de Madagascar d’après l’édition de 1658 et l’histoire de la grande Isle Madagascar de 1661 d’Étienne de Flacourt (Paris, Leroux, 1905), c’est une traduction des Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turks relatifs à l’Extrême-Orient, du viiie au xviiie siècles (2 vol., Paris, Leroux, 1913-1914). Consul général à la Nouvelle-Orléans entre mars 1914 et avril 1918, il se tourne en effet vers l’histoire de l’Indonésie et de l’Océan indien et fait l’apprentissage du chinois pour déchiffrer les réalités qui se cachent derrière les transcriptions arabes et persanes (« Le Wakwak est-il le Japon ? », JA, 1932). Il consacre sa retraite (1920) à l’analyse des textes des géographes arabes. Il traduit le Voyage du marchand arabe Sulaymân en Inde et en Chine (rédigé en 851), suivi de Remarques par Abû Zaïd Hasan (vers 916) (Paris, Bossard, 1922), édite Le Pilote des mers de l’Inde, de la Chine et de l’Indonésie de Šihāb ad-Dīn Aḥmad b. Māǧid, dit le Lion de la mer (1921-1923, 2 vol., puis reproduction phototypique du manuscrit de la BNF, 1925) ainsi que la Tuḥfat al-albāb d’Abū Ḥāmid al-Andalusī al-Ġarnāṭī et publie une Introduction à l’astronomie nautique arabe (Paris, Geuthner, 1928). Son œuvre qui a su conjuguer rigueur érudite et décloisonnement a suscité l’admiration de Snouck Hurgronje.

Sources :

ANF, Légion d'honneur, dossier 19800035/542/62059 ;

Adiplo, personnel, 2e série, 602 ;

Archives de Paris (acte de mariage) ;

Archives des Bouches-du-Rhône (acte de naissance) ;

JA, t. CCXXVII, p. 141-143 (nécrologie par M. Gaudefroy-Demombynes) ;

DBF (notice par F. Marouis).

Fleurat, Adolphe (Péra, Constantinople, 1815 – La Marsa, près de Tunis, 1872)

– premier drogman à Tunis

Fils, frère et père de drogmans, Adolphe Fleurat illustre bien le maintien des anciennes familles dans l’interprétariat. Le père d’Adolphe, Georges Constantin Louis (Constantinople, 1767 – Rhodes, 1837) est lui-même le fils d’Antoine Fleurat (Excideuil, v. 1718 – Constantinople, 1795), apothicaire périgourdin installé à Constantinople, et de Catherine Testa, issue d’une ancienne maison génoise dont quelques branches s’y étaient aussi fixées. Grâce à l’appui de la femme du ministre des Affaires étrangères, Mme de Vergennes, qui avait épousé en premières noces François Testa, oncle maternel de Georges, ce dernier est placé très jeune comme drogman à Coron de Morée, sous les ordres du vice-consul Beaussier (1781). Après plusieurs postes, tous dans le Levant, il est drogman-chancelier à Tripoli de Syrie. Alors qu’il est venu rendre visite à ses parents à Constantinople (1794), Antoine Fonton l’y retient pour assister Ange Dantan. Il y demeure jusqu’à sa nomination à Smyrne en septembre 1816. Admis à faire valoir ses droits à la retraite en 1826, il fait ensuite office d’agent français à Scio puis à Rhodes (1829). Il a successivement obtenu une place de jeune de langue pour les trois fils qu’il a eus de son mariage avec Anne Perry : Antoine, Florimond et Adolphe. Casimir Antoine (Constantinople, 1802 – Navarin, 1827), admis à l’École des jeunes de langue en 1811, est nommé drogman à Constantinople en 1826 et meurt prématurément. Florimond Casimir Marie (Constantinople, 1809 – îles Sporades [?], 1890), à son tour jeune de langue en 1821, est exclu de l’école en 1826 en même temps que son camarade Battus, pour « mauvaises mœurs ». Il est cependant nommé jeune de langue surnuméraire à Rhodes avant d’être affecté comme drogman-chancelier à Tarsous (1834) puis, comme il est bien noté, au Caire. Il se marie avec la fille du vice-consul de Suède à Rhodes, Rosine Masse, et est nommé à Alexandrie (1839), puis à Smyrne (1848), après avoir refusé Bagdad, arguant de sa nombreuse famille (son fils aîné Ernest Georges Étienne Marie Jean étudie dans un collège parisien avant d’assister le consul chancelier à Péra ; le cadet Émile Georges Marie, est exclu de l’École des jeunes de langue en 1862 du fait de son peu d’application à l’étude). Troisième drogman à l’ambassade de Constantinople en 1854, Florimond a été promu consul de 1re classe quand il est révoqué pour avoir « emprunté » 142 000 francs dans la caisse, ses revenus n’ayant pas suffi à son train de vie et à l’entretien de sa famille. L’affaire révèle qu’il est estimé par son entourage : le produit d’une souscription des notables de Constantinople, où l’ambassadeur de France figure en première ligne, permet de rembourser l’État et évite à Florimond l’infamie de poursuites judiciaires. Il se retire alors avec sa famille dans une des îles Sporades. Adolphe Georges Marie Joseph (Péra, Constantinople, 1815 – La Marsa, près de Tunis, 1872) succède à son frère Florimond comme élève jeune de langue (1827), avant d’être nommé élève drogman à Tunis (1834) où l’interprète Duchenoud* témoigne qu’il a parfait sa connaissance de la langue arabe parlée. Nommé à Tanger (1841), puis drogman-chancelier à Sousse (1843), il est à Mogador en 1843 lorsqu’il demande l’autorisation d’épouser la fille d’un vice-consul de Sardaigne à Tanger, Dolorès Ramona de Los Santos Pirissi. Embarqué sur la flotte française lors des bombardements de Tanger et Mogador (1844), il passe d’une ville à l’autre – il accueille à Tanger fin 1846 Alexandre Dumas missionné par l’Instruction publique – avant d’être chargé de l’agence consulaire de Scala Nova en 1852, sinécure qui lui permet de résider en fait à Mogador (dont il gère le consulat en 1853), puis à Monastir en Thessalie (où il est chargé d'observer les événements en 1854). Promu drogman-chancelier à Alexandrie (1856), il achève sa carrière comme premier drogman à Tunis (1861). En 1864, il fait le voyage à Paris où son fils Émile Georges Marie, jeune de langue, est dangereusement malade. Après la mort d’Adolphe, la liquidation de sa succession laisse sans ressources ses deux enfants survivants, Léon et Camille. Léon (Tanger, 1848 – ?, ?) épouse en 1873 une maltaise de Tunis, Carmela Zahra. Beau-frère de l’explorateur Paul Soleillet, il participe en 1876 aux travaux du capitaine Roudaire, avant de se faire enfin une position comme interprète attaché aux Affaires étrangères du gouvernement tunisien (1879-1882). Camille se retire dans une maison religieuse après l’échec d’un projet de mariage avec son cousin Jules Rey, interprète judiciaire à Oran – sans dot, « italienne », elle « n’appartient point, malgré ses bonnes qualités, à la même classe que [lui] ».

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1618 (Adolphe), 1619 (Antoine), 1620 (Ernest), 1621 (Florimond) et 1622 (Georges Constantin) ;

ADiploNantes, Tunisie 1er versement, 542, correspondance adressée au consul de France (projet de mariage de Camille Fleurat) ;

Alexandre Dumas, Impressions de voyage. Le Véloce, ou Tanger, Alger et Tunis, Michel Lévy frères, 1861 [1re éd. 1848], 1er vol., p. 25-61 ;

Planel, « De la nation… », p. 156 et 740 (notice sur Adolphe) ;

Marie de Testa et Antoine Gautier, Drogmans et diplomates européens auprès de la Porte ottomane, Istanbul, Isis, 2003, p. 199-203.

Fromage, Léon René Paul (Rouen, 1884 – [?], apr. 1929)

– interprète

Fils d’un ingénieur des chemins de fer de l’État, Léon Fromage est un lycéen brillant qui manifeste de très grandes facilités pour l’apprentissage des langues. Après avoir été lauréat du concours général des lycées et obtenu le baccalauréat ès lettres, il choisit de poursuivre ses études à l’Ecole des langues orientales, dont il devient élève diplômé pour le chinois, l’annamite et le siamois (1905). Il suit parallèlement à la Ve section de l’EPHE les conférences données dans le cadre de la direction d’études de Sylvain Lévi, assisté d’Alfred Foucher, sur les « religions de l'Inde » (langues pâli, explications du Bhagavad-Gītā et du Rig-Veda). Nommé en même temps que son condisciple Jules Bloch pensionnaire à l’École française d’Extrême-Orient à Hanoï, il ne peut y demeurer que sept mois (janvier-août 1906), obligé de répondre à l’obligation du service militaire (1906-1907). Il est ensuite élève vice-consul à la légation de France à Pékin (1908-1909) avant de revenir à Paris (1910-1911) où il prépare avec succès le diplôme d’arabe littéral de l’École des langues orientales (on trouve dans sa promotion Jeanne Mispoulet, future épouse de Félix Arin, Jean Clermont et Maurice Mercier) tout en suivant le séminaire de Clément Huart sur le Coran et son commentaire par Tabari à la Ve section de EPHE. Il semble avoir ensuite poursuivi son apprentissage de l’arabe à l’université Saint-Joseph à Beyrouth (1911-1912 ?). À la fin de 1912, il est mis à disposition du gouvernement tunisien par le MAE, affecté au bureau de la traduction. Chargé du contrôle postal pendant la guerre (outre l’arabe, on le dit capable de déchiffrer l’hébreu et le grec aussi bien que les langues slaves et germaniques), il participe aux jurys examinant les candidats au certificat d’arabe de Tunis. Le secrétaire général du gouvernement tunisien Gabriel Puaux le charge en mars 1920 du service de la presse arabe. Il remplace ensuite Léon Bercher à la direction du bureau de l’interprétariat, de la traduction et de la presse arabe et judéo-arabe (1926). Marié, il habite alors dans une villa sur les hauts de Montfleury. Bien noté, il est décoré de la Légion d’honneur (1927) et des palmes académiques (1929). Mais, faute de perspectives de promotion à Tunis, il sollicite en 1928 sa mise à disposition du gouvernement chérifien puis la direction de l’imprimerie officielle à Tunis, sans semble-t-il de suite. Après son départ de l’administration tunisienne le 31 décembre 1929, Léon Bercher le remplace à la direction du bureau de l’interprétariat, de la traduction et de la presse arabe et judéo-arabe. Il n’a à notre connaissance laissé aucune publication.

Sources :

ANF, F 17, 4063 (PV de l’assemblée des professeurs des Langues orientales, 1er juillet 1911) ;

ANT, dossiers administratif, 678 (Fromage) ;

« L’École française d’Extrême-Orient depuis son origine jusqu’en 1920 : historique général », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, t. 21, 1921, p. 1-41.

Fumey, Eugène Félix (Besançon, 1870 – Sanary [?], 1904)

– drogman à Tanger

Ses travaux préfigurent la Mission scientifique au Maroc. Diplômé des Langues orientales (1892), élève-drogman à Alep (1893), il obtient d’être nommé à Tanger (premier drogman en 1897). Attaché à l’ambassade du ministre des Affaires étrangères du sultan à Paris (1900), il est envoyé à plusieurs reprises en mission auprès de la cour chérifienne à Marrakech et à Rabat. Il a publié des études sur les différents lexiques en usage dans les milieux populaires, parmi les fuqahā’ et dans l’administration du maḫzin (son Choix de correspondances marocaines, Paris, Maisonneuve, 1903 est un recueil de cinquante lettres officielles choisies dans les archives de la Légation de France, classées chronologiquement, reproduites en fac-similé, traduites et accompagnées de notes). Les Archives marocaines publient en 1906 (vol. IX et X avec un index) sa traduction de la partie concernant la dynastie alaouite dans le Kitāb al-Istiqṣā, une histoire dynastique du Maroc jusqu’en 1894 due à Aḥmad an-Nāṣirī as-Salāwī, fonctionnaire du gouvernement chérifien au temps des sultans Mūlāy Muḥammad et Mūlāy al-Ḥasan. Il a aussi recueilli des contes en dialecte de Tanger qui seront publiés par Urbain Blanc en 1906.

Source :

« Eugène Fumey », notice de H. Gaillard en introduction à la Chronique de la dynastie alaouite du Maroc, Archives marocaines, vol. IX, 1906, p. IX-XV.

G

Galtier, Émile (Millau, 1864 − Le Caire, 1908)

− pensionnaire à l’IFAO et bibliothécaire du Musée des antiquités égyptiennes

Il est peut-être le petit-fils de Galtier, fondateur dès 1833 d’une école libre à Alger avant de devenir sous-directeur du collège de la ville. Après des études à l’École supérieure des lettres d’Alger, Émile est nommé au lycée de Mont-de-Marsan avant d’être recruté comme pensionnaire à l’IFAO en 1903. Bibliothécaire du musée des antiquités égyptiennes, il travaille sur la littérature chrétienne arabe à la fois comme linguiste – il s’intéresse à la jonction entre le copte et l’arabe d’Égypte – et comme folkloriste (« Contribution à l’étude de la littérature arabe copte », Revue des traditions populaires), sans semble-t-il l’engagement religieux qui caractérise Carra de Vaux*, de quelques années son cadet. L’IFAO fait paraître en 1909 à titre posthume sa traduction des Foutouh al Bahnasâ [Futūḥ al-Bahnasā], « roman populaire » (G. Wiet*) qui relate la conquête musulmane de la ville de Bahnasā qu’une légende copte donne comme le lieu du repos de la Sainte Famille lors de sa fuite en Égypte ; puis, en 1912, des Mémoires et fragments inédits qui regroupent des études sur des « dialectes tsiganes » de Perse et d'Égypte, l'édition et la traduction de textes arabes chrétiens (« Le martyre de Pilate » ; « le martyre de Salib ») et une contribution au débat sur les origines des Mille et une nuits.

Sources :

ANF, F 17, 13.603 (IFAO) ;

BIFAO, n° 6, 1908, p. 193-194 (notice nécrologique).

Gasselin, Édouard (Paris [?], v. 1840 [?] – Alger [?], v. 1900)

– drogman, attaché à la Mission scientifique en Tunisie puis à Alger

Il n'est sans doute pas apparenté au capitaine en retraite Charles Auguste Gasselin (beau-frère de Nicolas Limbéry* et relation amicale d’Ismaÿl Urbain*) qui remplace en 1848 Ḥammūda b. al-Fakkūn (el-Lefgoun) à la tête de la municipalité de Constantine. Drogman attaché au consulat général de France à Tunis en 1867, Édouard réside alors au Kef et publie un Petit guide de l'étranger à Tunis (Constantine-Paris, L. Marle - Challamel, 1869). En 1872, il est en poste à Mogador, où il projette de faire le voyage à Tombouctou, en s’appuyant sur les conseils de Beaumier et de la Société de géographie de Paris. Devenu consul, il intègre la Société asiatique en 1880, lorsque paraît le premier volume de son Dictionnaire français-arabe (arabe vulgaire ; arabe grammatical) chez Leroux (le second volume paraît en 1886), avec la contribution financière des Affaires étrangères. Bien que le ministère de l’Instruction publique craigne qu’il « ne manque de cette préparation indispensable que donnent seules des études spéciales, et qui constituent, comme celles de l’École des hautes études, de l’École des chartes le véritable esprit scientifique », sa connaissance de l’arabe lui permet d’être intégré début 1881 à la Mission scientifique en Tunisie en même temps que René Cagnat, spécialiste des langues anciennes. Il fait relever des inscriptions arabes – mais aussi latines – à Kairouan, sans que son action soit semble-t-il appréciée : contrairement à Cagnat, sa mission n’est pas renouvelée en 1882. Son dictionnaire est en revanche largement diffusé sans les bibliothèques de l’Algérie. On retrouve Gasselin à Alger où il engage le Gouvernement général à autoriser le pèlerinage à la Mecque et fonde en octobre 1899 un hebdomadaire gouvernemental en arabe dialectal, En-Nacih [an-Nāṣiḥ : Le Bon conseiller]. Après sa mort, la publication est reprise sous d’autres titres (Farīdat al-ḥāǧǧ ; Al-Muntaḫab fī aḫbār al-‘arab) par Sicard*, jusqu’en mai 1902.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1770 (Gasselin) ;

ANF, F 17, 2943C, mission scientifique Gasselin-Cagnat ;

Ihaddaden, « Histoire de la presse indigène en Algérie… », 1978 ;

A. Dusserre, « Atlas, sextant et burnous. La reconnaissance du Maroc (1846-1937) », thèse d’histoire, université Aix-Marseille I, 2009, p. 313 ;

I. Grangaud, La Ville imprenable. Une histoire sociale de Constantine au 18e siècle, Paris, Presses de l’EHESS, 2002, p. 29-30 ;

Myriam Bacha, « Le patrimoine monumental de la Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914. Étudier, sauvegarder, faire connaître », thèse d’histoire de l’art sous la dir. de Françoise Hamon, université Paris IV-Sorbonne, 2005.

Gateau, Albert Charles (Vierzon village, 1902 – Rabat [?], 1949)

– professeur de lycée, directeur d’études à l’IHEM

Il est sans doute arrivé jeune à Alger où son père, instituteur, dirige en 1924 l’école de la rue Clauzel, tandis que son frère aîné Gaston (Vierzon, 1898 – apr. 1950), ancien élève de la Bouzaréa, fait carrière comme secrétaire de l’académie d’Alger. Après avoir obtenu brillamment son baccalauréat et sa licence ès lettres mention arabe à Alger, Albert Gateau est délégué pour l’enseignement de l’arabe au collège de Sétif (1922) puis, après une année de service militaire, à ceux de Médéa (1924) et de Mostaganem (1926) où il est titularisé. Bien noté malgré une certaine timidité, il travaille à une étude sur le parler local. Le recteur écarte son vœu d’un répétitorat à Paris pour étudier la linguistique, mais l’encourage à préparer l’agrégation et le nomme au lycée de Constantine (1927), puis à Tunis, au collège Sadiki (1928), et, après un DES sur les Futūḥ Ifrīqiya wa l-Andalus [Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne] d’Ibn ‘Abd al-Ḥakam (ENLOV, 1933) et l’agrégation (1934), au lycée Carnot. Ses travaux sur l’histoire de la conquête arabe de l’Afrique du Nord sont publiés dans la Revue tunisienne (1931-1938). Avec l’appui de Maurice Gaudefroy-Demombynes* et de William Marçais* qui dirigent ses thèses, il est choisi en 1936 par Paul Boyer, administrateur de l’ENLOV, pour en assurer le secrétariat. En 1938, on le charge aussi d’enseigner l’arabe nouvellement introduit au lycée Louis-le-Grand. Le ministère ne se décidant pas à transformer ce service en chaire, malgré les avis conjoints de Jean Deny, nouvel administrateur de l’ENLOV, et du comité des hautes études islamiques, il obtient d’être réaffecté au collège Sadiki (1941). En 1942, il publie dans la bibliothèque arabe-française dirigée par Henri Pérès* à Alger le texte arabe et la traduction française des Futūḥ Ifrīqiya wa l-Andalus (2e éd. revue, 1947). En 1943, il intègre l’IHEM à Rabat comme chargé de cours puis comme directeur d’études (1945). Il y meurt de maladie avant d’avoir achevé ses thèses : une série d’articles dans Hespéris (1945-1947) témoigne de son travail sur la fondation et le développement de l’empire fatimide tandis que sa thèse secondaire, un Glossaire nautique des côtes de Tunisie, a été éditée à titre posthume par Henri Charles (Beyrouth, Dar el-Machreq, 1966).

Sources :

ANF, F 17, 27.290 (Albert Gateau) et 27.552 (Gaston Gateau) (dérogations).

Hespéris, t. XXXVII, 1950, p. 1-4 (notice par H. Terrasse).

Gaudefroy-Demombynes, Maurice (Amiens, 1862 – Hautot-sur-Seine, 1957)

– professeur aux Langues orientales et directeur d’études à la Ve section de l’EPHE

Son œuvre touche à la fois à la langue, à l’histoire et aux sciences religieuses. Après avoir été élève au lycée d’Amiens puis à Louis-le-Grand et avoir fait son droit sur le modèle de son oncle maternel, Gabriel Demombynes, avocat à la cour d’appel de Paris et professeur à l’École libre des sciences politiques, il entame l’étude des langues orientales assez tardivement (1891). Sa santé l’engage à séjourner à Alger où il suit les cours de René Basset* (1893). Diplômé de Langues orientales (1894) puis de la faculté d’Alger (1895, année de son mariage avec la fille d’un notaire solognot), la réforme de l’enseignement musulman en Algérie lui offre l’occasion de diriger la médersa de Tlemcen où lui succède en 1898 son cadet W. Marçais*. Nommé secrétaire-bibliothécaire de l’École des langues orientales, il est chargé de l’intérim du cours de dialectes soudanais (1903-1904) puis d’un cours d’arabe littéral (à partir de 1908) qu’il enseigne parallèlement à l’École coloniale (de 1905 à 1911). Avec l’appui de l’administrateur Paul Boyer avec lequel il entretient de solides relations d’amitié, il prend la succession de H. Derenbourg* à la chaire d’arabe littéral (1910), l’emportant sur É. Amar*. Dans le sillage de R. Basset* et de Doutté*, il travaille à établir une connaissance scientifique des sociétés musulmanes en Afrique par la description de parlers arabes (Récit en dialecte tlemcénien recueilli auprès d’Abdelaziz Zenagui*, 1904) et de langues sub-sahariennes (Documents sur les langues de l'Oubangui-Chari, 1905) ainsi que par l’étude du folklore et des rites (Les cérémonies de mariage chez les indigènes de l’Algérie, 1901). Il partage leur souci d’affirmer la présence des études maghrébines dans les nouvelles revues de sciences sociales (Revue des traditions populaires, Revue des études ethnographiques et sociologiques dirigée par Van Gennep) par delà le cadre prédéfini des études orientales. Son approche scientifique est cependant moins distanciée que celle de R. Basset : les Cent et une nuits dont il donne une traduction d’après des manuscrits maghrébins modernes (1911, rééd. en 2004) n’ont pas à ses yeux une valeur seulement documentaire, mais aussi littéraire. La rigueur de ses travaux s’accompagne toujours du souci d’être accessible à un public élargi, avec éventuellement une dimension patriotique : en 1912, il participe au mouvement qui aboutit à l’établissement d’un protectorat français sur la majeure partie du Maroc en publiant un Manuel d’arabe marocain (dans lequel il complète des dialogues élaborés par Louis Mercier* par des notions plus générales de civilisation et de grammaire) et il a pendant la Grande Guerre la charge de la correspondance avec les prisonniers musulmans en Allemagne. Grand admirateur d’Ignác Goldziher, il propose au public français une lecture de l’islam qui se veut objective, mais non définitive (Les institutions musulmanes, 1921). Pour ses thèses, il quitte le terrain maghrébin : sa thèse complémentaire sur l’organisation de la Syrie à l’époque mamelouke est considérée comme un travail utile aux administrateurs français tandis que son étude du Pèlerinage à La Mekke (1923) reste aux yeux du jury trop timide, prisonnière des sources musulmanes dans son analyse de l’adaptation des rites préislamiques à la croyance nouvelle. Chargé de conférences d’arabe à la faculté des Lettres de Paris (1924), directeur d’études à la Ve section de l’EPHE (1927) où on trouve parmi ses élèves Mohamed Abd-el-Jalil* et les syriens Sami Dahan, Muhammad Moubarak et Khaldoun Kinani, il fait partie de la commission qui travaille à la réforme de l’Institut français d’archéologie et d’art musulman de Damas (1929), prend une part prépondérante à la fondation à Paris de l’Institut d’études islamiques (1929), présidé par son ami W. Marçais, et préface les travaux de plusieurs de ses étudiants (Muhammed Hamidullah, Bichr Farès, Kazem Daghestani…). Les Mélanges qui lui ont été offerts témoignent de l’ampleur de son influence (2 vol., 1935 et 1945). Membre de l’AIBL (1935), il confirme son souci de science moderne et son goût pour l’ancien en donnant, en collaboration avec R. Blachère*, une Grammaire de l’arabe classique (1939, rééd. 2004) qui, rompant avec la tradition arabe et celle de Sacy*, se fonde sur les données nouvelles de la linguistique – une version simplifiée de cette grammaire, les Éléments de l’arabe classique, est publiée parallèlement pour un usage scolaire. Après avoir traduit des textes géographiques (Voyages d’Ibn Jobaïr, 1953) et l’anthologie poétique d’Ibn Qutayba (Le Livre de la Poésie et des Poètes, 1947), ce rationaliste « aux qualités chrétiennes » (Arin*) conclut son œuvre par une biographie de Mahomet (1957, rééd. 1969) où il rejoint les conclusions de Tor Andrea (dont une partie de l’œuvre a été traduite par son fils Jean, germaniste) : il accorde à Mahomet, sinon les qualités d’un théologien, du moins « une âme supérieure et une intelligence exceptionnelle ». Son œuvre, durablement inscrite dans la tradition de la Revue historique tout en répondant aux aspirations nouvelles exprimées par les historiens des Annales, a été poursuivie par ses élèves Henri Laoust*, Robert Brunschvig*, Jean Sauvaget et Claude Cahen.

Sources :

ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy ; ANF, F 17, 27.290, Gaudefroy ;

ANOM, 14 H, 45 (personnel enseignant de la médersa de Tlemcen, Gaudefroy-Demombynes) ;

Mélanges Gaudefroy-Demombynes (Le Caire, IFAO, 2 vol. 1935 et 1945) ;

Arabica, 1957 (notice par Henri Massé) ;

Journal asiatique, 1957 (notice par Régis Blachère) ;

Hespéris, 1958 (notice par Félix Arin) ;

Syria, t. XXXV, 1958, p. 422-426 ;

École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Annuaire 1958-1959, 1958, p. 44-47 (notice par L. Massignon, republiée dans Opera minora, Beyrouth, 1963, t. 3, p. 208-411) ;

CR des séances de l’AIBL, 101-3, 1957, p. 275-280 et 103-1, 1959, p. 46-60 (notice par G. Coedès) ;

DBF (notice par T. de Morembert) ;

Langues’O…, p. 55 ;

Béatrice et Michel Wattel éd., Who’s who in France xxe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le xxe siècle, Paris, J. Lafitte, 2001 ;

Anna Pondopoulo, « Les “dialectes soudanais” à l’École des langues orientales au tournant des xixe et xxe siècles. Les hommes, les politiques, les choix », Odile Goerg et Anna Pondopoulo éd., Islam et société en Afrique subsaharienne à l’épreuve de l’histoire. Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, Paris, Karthala, 2012, p. 393-424 ;

entretien téléphonique avec Alain Gaudefroy-Demombynes (2007).

Représentations iconographiques :

photographies dans Mélanges Gaudefroy-Demombynes (portrait de trois-quarts), Arabica (reproduite dans Langues’O…) et Syria (âgé, assis sur un banc).

Gauthier, Léon (Sétif, 1862 – Birmandreïs, près d’Alger, 1949)

– professeur à l’école des Lettres d’Alger, spécialiste d’Averroès et d’Ibn Ṭufayl

Fils d’un juge près le tribunal civil de Sétif, il est élève interne au lycée d’Alger où il se lie d’amitié avec le photographe Jules Gervais-Courtellemont. Une fois bachelier ès sciences et ès lettres (1879-1881), il obtient une bourse de licence pour étudier la philosophie à l’École supérieure des lettres (1881-1883) : à côté des cours de philosophie de Jules Alaux, un disciple de Victor Cousin, il fréquente les cours d’archéologie et d’histoire de René de la Blanchère, d’Émile Masqueray et d’Édouard Cat, mais non ceux d’Octave Houdas* ni de René Basset* à la section orientale. Il passe ensuite à Lyon où il obtient sa licence (novembre 1883), puis à Paris où il suit les cours de Paul Janet après avoir obtenu une bourse d’agrégation de philosophie (1884-1886). Professeur de philosophie au collège de Dôle (1886) puis à Blois (1891), il interrompt son service pendant quelques années pour raisons de santé et suit en 1895 le cours de Houdas à l’ESLO. Installé en Algérie avec sa jeune femme, il est proposé par Delphin* pour enseigner les sciences à la nouvelle médersa d’Alger. Mais le recteur Jeanmaire refuse au motif que Gauthier ne s’est occupé après son baccalauréat que d’études littéraires et philosophiques. Il prend donc un poste de professeur de seconde au collège de Blida (1895-1896). Après avoir obtenu le brevet de langue arabe d’Alger, il remplace Gutzwiller comme professeur de lettres (français, histoire et géographie) à la médersa d’Alger (décembre 1896). En préparant le diplôme de langue arabe qu’il obtient en 1898, il fait la connaissance de René Basset qui le charge l’année suivante d’un cours de philosophie à l’École supérieure des lettres. Il le consacre à Hayy ben Yaqdhân, roman philosophique d’Ibn Thofaïl, dont il a édité et traduit le texte (Alger, Fontana, 1900), un travail qui reste encore aujourd’hui en usage (réédition remaniée en 1936, réimp. à Alger, SNED, 1969 et à Paris, Vrin, 1983, puis, revue par Séverine Auffret et Ghassan Ferzli, chez Mille et une nuits, 1999). Le succès de ce cours (dont la leçon inaugurale a été publiée chez Leroux dans la petite collection de la bibliothèque orientale elzévirienne) vaut à Gauthier d’être définitivement associé à l’école des Lettres. Il travaille ensuite sur Averroès, peu étudié depuis Renan, et dont il publie une traduction annotée de l’Accord de la religion et de la philosophie (1905) – il en publiera plus tard le texte arabe avec une traduction remaniée : Traité décisif (Fa‘l al-maqâl) sur l’accord de la religion et de la philosophie, suivi de l’appendice (Dhamîma), Alger, Carbonel, 1942, rééd. 1948 et réimpr., Vrin, 1983. C’est en effet l’objet de la thèse principale qu’il soutient en Sorbonne en 1910 – La théorie d’Ibn Rochd (Averroès) sur les rapports de la religion et de la philosophie –, sa thèse complémentaire étant consacrée à Ibn Tofaïl, sa vie, ses œuvres (publiées chez Leroux en 1909, les deux thèses ont été réimprimées chez Vrin en 1983). Désormais titulaire d’une chaire, il continue à publier des études savantes en même temps que des synthèses destinées à un plus large public (Introduction à la philosophie musulmane. L’esprit sémitique et l’esprit aryen. La philosophie grecque et la religion de l’Islam, Leroux, 1923). S’y révèle un point de vue sévère sur l’islam, religion sombre et triste de la résignation devant l’incompréhensibilité de Dieu, qui contraste avec l’approche de Gervais-Courtellemont. À la retraite depuis octobre 1932, il publie une dernière synthèse sur Ibn Rochd (Averroès) (PUF, 1948) avant de mourir. Henri Pérès* se charge d’éditer son ouvrage posthume sur La pensée musulmane à travers les âges (bibliothèque de l’IESI d’Alger, t. VII, 1957).

Sources :

ANOM, GGA, 14 H, 43, Gauthier ;

Léon Gauthier, « À l’aube de notre école supérieure des Lettres (souvenirs d’un étudiant algérois) », Cinquantenaire de la faculté des Lettres d’Alger, Alger, Carbonel, 1932, p. 217-232 ;

BEA, 1949, p. 71-72 (notice bio-bibliographique par H. Pérès).

Gauttier d'Arc, Édouard (Saint-Malo, 1799 – en mer Méditerranée, 1843)

– vulgarisateur du goût oriental

Descendant de Pierre d’Arc, frère de Jeanne, comme le rappelle la particule qu’il est autorisé à porter en 1827, il suit, tout en faisant son droit, les cours de l’École des langues orientales dont il devient secrétaire adjoint (1819). Traducteur-abréviateur d’ouvrages anglais sur l’Afrique, il réédite en 1822-1823 les Mille et une Nuits dans la traduction de Galland, augmentée de nouveaux contes, dont certains repris d’une traduction anglaise par Jonathan Scott. L’ouvrage, soigneusement imprimé par Firmin-Didot et accompagné de gravures, ne fait pas progresser la science, ce que déplore le Journal asiatique : Gauttier, comme son protecteur et ami Langlès, avec lequel il fonde en 1821 la Société de géographie, ne répond guère à ses critères modernes. Après avoir poursuivi son œuvre vulgarisatrice par l’édition de travaux sur la Perse et sur Ceylan, il poursuit une carrière diplomatique qui, par Naples, Valence et Barcelone, le mène à Alexandrie d’où, consul, il accompagne Méhémet Ali en Haute Égypte (1842) avant de faire la connaissance de Nerval au début de son voyage en Orient. Comme tant d’autres demi-savants, publicistes, diplomates et commerçants, il est parmi les premiers membres de la Société orientale (1840).

Sources :

Revue orientale, t. I, 1843, p. 231-233 (notice par Sainte-Croix Pajot) ;

Auriant, Édouard Gauttier d’Arc du Lys : arrière petit neveu de la Pucelle d’Orléans, consul général du Roi en Égypte 1842-1843 : ses relations avec Balzac, George Sand et Gérard de Nerval, Reims, À l’écart, 1988 (rééd.) ;

DBF.

Gélal, Hassan [Ǧallāl, Ḥasan] (Égypte, 1859 – Égypte [?], apr. 1887)

– répétiteur aux Langues orientales

Bachelier ès sciences, il est recruté par l’intermédiaire de la mission égyptienne à Paris pour succéder en 1884 à ‘Imrān Abū l-Na‘mān comme répétiteur d’arabe aux Langues orientales, tout en poursuivant ses études de droit à Paris. L’administrateur signale que le chaykh a donné toute satisfaction. Il est prévu qu’une fois ses études achevées, il rentre « au Caire où une place de traducteur au ministère de l’Instruction publique lui [a été] réservée par le sous-secrétaire d’État Yacoub Artin Pacha. » En 1887, remplacé par Ahmed Abdelrahim* aux Langues orientales, il sollicite l’autorisation de prolonger son séjour en France.

Sources :

ANF, F 17, 4064, répétiteurs d’arabe (Charles Schefer au MIP, Paris, 5 octobre 1887) ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse).

Gérardin, Prosper (Sedan [?], v. 1795 – ?, apr. 1860)

– interprète militaire, directeur du domaine à Alger, puis du bureau de poste d’Alexandrie

Nommé en décembre 1824 secrétaire interprète d’arabe au Sénégal avec un traitement colonial de 2 400 francs, il y séjourne entre avril 1825 et août 1827, puis à nouveau entre janvier 1828 et septembre 1829, comme agent du gouvernement à Bakel (avec un traitement colonial de 8 000 francs). En avril 1830, il passe au ministère de la Guerre qui l’envoie à Tunis auprès de Lesseps, consul de France, afin de se renseigner sur les « diverses circonstances locales d’Alger » en vue de l’expédition. Il s’agit en particulier d’évaluer les possibilités de conclure un accord avec le bey de Constantine ou de se rallier les populations maures. Il est nommé en juillet membre de la commission du gouvernement d’Alger puis président du comité des domaines et archiviste du gouvernement d’Alger. Directeur des domaines et revenus publics en septembre, il a la confiance de l’administration de Berthezène. Il démissionne en février 1833 à la suite d’un conflit qui l’oppose à Genty de Bussy. Il refuse en effet, au nom des principes d’équité, le règlement précipité des questions de propriété. Après l’échec de la première expédition de Constantine en 1836, il propose à nouveau ses services (il réside alors à Toulouse). Il est directeur du bureau d’Alexandrie dans l’administration des postes françaises lorsqu’il demande sa retraite en 1860.

Sources :

ANOM, F 80, 237, Gérardin ;

Féraud, Les Interprètes…

Giarvé (ou Buzas-Giarvé ou Garoué), Georges [Ǧarwī, Ǧurǧī] (Alep, v. 1770 [?] – Alger, 1830)

– guide interprète

Chrétien catholique (grec catholique plutôt que maronite ?), il a un frère ayant rang d’évêque en Syrie. Suite au tremblement de terre qui a ruiné Alep en 1822, il est parti faire du commerce en Égypte, sans succès. Il a ensuite séjourné à Rome où il aurait obtenu du pape les titres de marquis de Sostegno et de chevalier de l’éperon d’or. Après être retourné en Syrie, il s’établit à Paris où il perd sa fortune au jeu et loue une boutique à l’entrée du passage des Panoramas – il y prend la succession de Palombo, un grec juif de Scio. Par l’intermédiaire d’un réfugié égyptien, il est nommé en avril 1830 guide interprète pour l’expédition d’Alger, laissant sa famille à Marseille. Ayant voulu imprudemment négocier avec le dey d’Alger, il meurt décapité. Sa fin lui vaut d’être présenté comme un martyr de l’interprétariat.

Sources :

ADéf, 2Ye, 3229, Joanny Pharaon (Note de J. Pharaon adressée au ministre de la Guerre et au directeur des affaires d'Afrique, 3e envoi, 1838) ;

Eusèbe de Salle, Ali le Renard (portrait sous le nom de Nicolas Jouary) ;Id., Pérégrinations en Orient…, Paris, Pagnerre, 1840 ;

Léon Galibert, L’Algérie ancienne et moderne, depuis les premiers établissements des Carthaginois jusqu’à la prise de la smalah d’Abd-el-Kader, Paris, Furne, 1844 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Gabriel Esquer, Commencements d’un Empire. La prise d’Alger, 1830, Paris-Alger, E. Champion - Éditions de l’Afrique latine, 1923.

Goichon, Amélie-Marie (Poitiers, 1894 – Paris, 1977)6

– professeur de sociologie musulmane à l’École nationale de la France d’outre-mer, chargée de cours à la Sorbonne

Fille d’un avocat de Poitiers où elle prépare une licence d’anglais, catholique fervente, elle publie dès 1921 un Ernest Psichari d’après des documents inédits, primé par l’Académie française, apprécié favorablement par Georges Hardy dans le Bulletin de l’enseignement public du Maroc et réédité en 1925 puis 1946. Elle a obtenu pour ce travail, qu’elle projette d’intégrer dans une thèse, une relecture et une préface de Jacques Maritain et l’avis de Massignon* pour le chapitre portant sur les « amis musulmans de Psichari ». Bibliothécaire à la Faculté des lettres de Bordeaux en 1921, elle décide de suivre les cours d’arabe de Feghali* à partir de 1922, dans une perspective d’apologétique chrétienne, puis obtient en 1923 une nomination à la Faculté de médecine de Paris en arguant de sa thèse. Elle fait une première mission d'étude à Fès où elle observe les milieux féminins entre août et octobre 1924. Après un séjour de quelques mois au Mzab, elle publie en 1927 La vie féminine au Mzab, étude de sociologie musulmane (2 vol., 1927 et 1931, avec une préface de W. Marçais*), dont la présentation rappelle parfois l’Ethnographie traditionnelle de la Mitidja de Desparmet* et qui annonce les travaux de Mathéa Gaudry, Laure Lefevre-Bousquet, Thérèse Rivière et Germaine Tillion. Riche d’informations transmises par d’anonymes pères blancs et sœurs blanches, l’étude s’inscrit dans un mouvement favorisé par le succès d’une littérature féministe, illustrée principalement par Marie Bugeja (Nos sœurs musulmanes, 1921), pour qui l’émancipation des femmes est un nécessaire préalable à l’intégration réelle des musulmans dans la plus grande France. En 1928, année où elle fait profession dans le tiers ordre dominicain, elle obtient un DES d’arabe à Bordeaux, peut-être consacré à La Femme de la moyenne bourgeoisie fâsiya (Paris, Geuthner, 1929). Elle obtient alors le patronage d’Étienne Gilson pour des thèses mettant en regard Avicenne et Thomas d’Aquin et analysant le lexique de la langue métaphysique d’Avicenne. Malgré le soutien enthousiaste d’Abd-el-Jalil*, un projet de traduction de la Réfutation des matérialistes d’al-Afġānī, prévu pour une collection dirigée par Maritain chez Desclée et De Brouwer, n’aboutit qu’en 1942 (chez Geuthner), tandis que sa traduction d’Avicenne (Introduction à Avicenne. Son épître des définitions) paraît dès 1933 (chez Desclée et De Brouwer, avec une préface par Miguel Asin Palacios – ce travail est repris en 1963 sous le titre de Livre des définitions pour le Mémorial Avicenne publié au Caire par l’IFAO). Elle soutient en 1937-1938 ses thèses de doctorat (La Distinction de l’essence et l’existence d’après Ibn Sina [Avicenne] et Lexique de la langue philosophique d’Ibn Sina) qui, semble-t-il, ne suscitent pas le plein accord des examinateurs. À en croire Daniel Gimaret, sa traduction du Livre des directives et remarques (1951) ne serait pas sans quelques graves contresens. Dans des conférences prononcées en mars 1940 à la School of African and Oriental studies de l’université de Londres, elle souligne que la relation entre pensée musulmane et pensée chrétienne n’est pas toujours déclinée sur le mode du conflit – ainsi dans l’école augustinienne des franciscains ou dans la ligne de Bacon à Oxford, avant que l’école thomiste, par opposition à l’école averroïste de Siger de Brabant, ne dépouille Aristote de tout habit arabe (La Philosophie d’Avicenne et son influence en Europe médiévale, 1944). Professeur de sociologie musulmane à l’École nationale de la France d’Outre-Mer (1941-1944), elle supplée Feghali à Bordeaux (1944-1945), mais se voit préférer Brunschvig* pour la chaire de langue et littérature arabes. Restée bibliothécaire jusqu’à sa retraite en 1959, elle est chargée de conférences à l’École nationale d’administration (1948) et de cours à la Sorbonne (1959), sur l’histoire et la civilisation des pays arabes contemporains. Restée catholique militante, elle consacre ses derniers travaux à la Palestine contemporaine (L’eau, problème vital de la région du Jourdain, 1964) et publie une énorme somme en deux volumes sur la Jordanie réelle (1967-1972). Jérusalem : fin de la ville universelle ? (1976) est une sévère critique de l’action de l’État israélien dans la ville sainte. Restée célibataire, elle a fait don d’une partie de ses archives à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) de Nanterre. Par sa vocation religieuse, et par une certaine marginalité dans laquelle l’a confinée une université peu ouverte aux femmes, elle appelle à la comparaison avec Denise Masson.

Sources :

ADiploNantes, Maroc, 3MA/900/44 (mission à Fès) ;

ANF, F 17, 27.105, Goichon (dérogation) ;

DBF (notice par T. de Morembert) ;

Éric Chaumont éd., Autour du regard. Mélanges Gimaret, Louvain, Peeters, 2003 ;

Dominique Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910 - années 1960), Paris, Cerf, 2005, p. 198-200.

Gouillon, Fernand (Bône, 1873 – Alger, 1957)

– professeur de médersa

Fils d'un voyageur de commerce, il est élève du lycée d’Alger où il obtient de bonnes notes dans les cours préparatoires à l’école navale et dans ceux de mathématiques spéciales. Bachelier ès sciences (1891), il est répétiteur au collège de Blida puis, après le baccalauréat ès lettres (1894) et le service militaire, au lycée d’Alger (1895). Le proviseur ne lui voit pas d’avenir dans l’Université, sans doute du fait d’une fragilité nerveuse : il serait préférable qu’il entre « dans les ponts et chaussées ». Il est cependant nommé professeur adjoint assimilé au grand lycée d’Alger après l’obtention de son brevet d’arabe (1902). Diplômé en 1907, il est passe professeur de sciences à la médersa de Constantine en avril 1908 mais, alléguant des raisons de famille, il reprend l’année suivante son poste de répétiteur au lycée d’Alger, où on lui confie des classes d’arabe. Il épouse en 1910 Lina Riva, native d'Alger de parents d'origine italienne. Mobilisé en août 1914, il reste à Alger, où il est chargé du contrôle postal militaire. Bien noté, c’est comme répétiteur qu’il prend sa retraite en septembre 1936.

Sources :

ANF, F 17, 24.505, Gouillon ;

ANOM, état civil (acte de naissance).

Gorguos, Auguste (Mirepoix, Ariège, 1815 – Alger, 1866)

– professeur d’arabe au lycée d’Alger

Fils d’un lieutenant de l’Empire, bachelier parti à Paris préparer l’École polytechnique, il est convaincu d’accompagner à Alger son compatriote et parent le maréchal Clauzel qui vient d’être à nouveau placé à la tête des établissements français d’Afrique (1836). Il y enseigne le latin et les mathématiques au collège, où il est chargé des classes de 4e et de 5e, suit assidûment les cours d’arabe de Bresnier* et s’exerce à la langue parlée avec les indigènes. Bien noté, il succède à Bled pour le cours de français à l’usage des jeunes maures (1842), est titularisé (1845), puis obtient par concours la succession de Vignard* à la chaire d’arabe du collège royal. Dès 1843, il a demandé à séjourner à Paris pour compléter sa formation auprès des maîtres de l’École des langues orientales. Il n’obtient un congé qu’en 1849-1850 : suppléé par Bresnier, il suit les cours de Reinaud* et profite de sa présence à Paris pour publier un Cours d’arabe vulgaire (Hachette, 2 vol., 1849-1850) qui comporte éléments de grammaire, thèmes et versions « dont le style est essentiellement vulgaire par la forme et les idées, mais dont la correction est celle que l’on rencontre sous la plume des Arabes lettrés » et vocabulaires bilingues. Ce cours, comme la grammaire de Bellemare*, dont il partage l’éditeur, Hachette (pour lequel Gorguos réalise aussi l’autographie des Exercices pour la lecture des manuscrits arabes publiés en 1850 par Cherbonneau*) et le succès (la 4e réimpression de 1882 est encore parmi les usuels de la salle de lecture de la bibliothèque nationale en 1915) veut enseigner une langue commune à la fois usuelle et correcte. Un dictionnaire arabe des mots et locutions usitées en Afrique du Nord, composé à l’occasion du concours institué en 1852 par le gouvernement, reste en revanche inédit. Gorguos a été entre-temps accusé pendant l’été 1850 d’avoir entretenu des liens avec le « parti démagogique » après juin 1848. Lié au milieu bonapartiste, républicain en 1848, il proteste de sa modération de façon convaincante : son séjour à Paris, loin de le porter à l’exaltation, l’a converti à un républicanisme sage et modéré ; s’il y a fréquenté M. Pons représentant de l’Ariège, c’est non pas à cause de ses opinions politiques, mais par suite de l’amitié qui l’unit à un ancien condisciple et compatriote. Après son retour définitif à Alger en janvier 1851, il ne se fait d’ailleurs plus jamais remarquer politiquement. Il reste toujours bien noté jusqu’à sa mort. Par ailleurs interprète assermenté, membre fondateur de la Société historique algérienne, il publie régulièrement des travaux dans la Revue africaine entre 1856 et 1861. Atteint d’une maladie nerveuse dégénérative dont les premiers symptômes se font sentir dès 1846, il renonce à se porter candidat à la chaire de Constantine. Par ailleurs inspecteur des études arabes au collège impérial arabe-français fondé à Alger en 1857, il se fait suppléer au lycée dès 1864 par Houdas*, et meurt prématurément.

Sources :

ANF, F 17, 7677-7678 (collège/lycée d’Alger) et 20.857, Gorguos ;

Akhbar. Journal de l’Algérie, 6 décembre 1866 ;

RA, 1867, p. 90-92 (notice nécrologique par A. Berbrugger avec bibliographie).

Gourliau, Ernest (Crain, Yonne, 1861 – Leugny, Yonne [?], apr. 1927)

– professeur de lycée

Titulaire du brevet de l’enseignement primaire (1880), il contracte en décembre 1881 un engagement décennal après avoir enseigné dans des institutions privées. Affecté aux collèges de Blida, de Constantine et de Bône puis instituteur à Tazmalt dans le département de Constantine (1883), il obtient en 1884 le diplôme d’arabe. Reçu la même année au concours de l’interprétariat militaire, il préfère enseigner l’arabe comme suppléant au lycée de Constantine puis au collège de Miliana. Titulaire du brevet de kabyle (1889), auteur de manuels d’arabe (1888 et 1889) puis de berbère (1893 et 1898), il est chargé de cours au lycée de Constantine (1889) où il achève sa carrière en appliquant sans grand discernement la méthode directe, plus soucieux d’apparence que de fond. Il donne des cours aux officiers et publie en 1902 une traduction française de la relation du Voyage des chefs arabes en France, à l’occasion de la revue de Bétheny (septembre 1901) par Mohamed Lefgoun. S’il n’est pas suffisamment bien noté pour obtenir la succession de Motylinski* à la chaire supérieure de Constantine en 1907, bien intégré à la société locale, recommandé pour son républicanisme, président de l’amicale des professeurs des deux lycées pendant la Grande Guerre, il obtient la Légion d’honneur (1920). À sa retraite en 1927, il se réinstalle cependant dans l’Yonne.

Sources :

ANF, F 17, 23.919, Gourliau;

A. Messaoudi, « Progrès de la science, développement de l’enseignement secondaire et affirmation d’une "méthode directe" », Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui : France et Maghreb, xixe-xxie siècle, Sylvette Larzul et Alain Messaoudi éd., Paris, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013, p. 79-104.

Graf épouse Collinet de La Salle, Marguerite Joséphine (Héliopolis, près de Guelma, Algérie, 1905 – Toulouse, 1984)

– professeur de lycée

Elle est parmi les rares femmes professeurs d’arabe. Ses parents sont originaires d’un petit centre de colonisation des environs de Guelma, Oued Touta (renommé depuis 1886 Kellemann) – sa mère est la fille d’un instituteur, son père un colon d’origine allemande (fils d’un meunier originaire du pays de Bade et d’une Bavaroise, qui se sont mariés en 1868 à Oued Touta). La langue arabe lui est donc familière depuis l’enfance. Bachelière en 1924, elle obtient dès 1927, à 22 ans, le certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges et lycées, Gaudefroy-Demombynes* notant alors son intelligence et soulignant qu’elle « a le sentiment de l’arabe […], de la méthode et le goût de la précision ». Nommée au collège de garçons de Mostaganem, elle a de la peine à imposer la discipline dans ses cours ; elle réussit mieux dans les lycées de jeunes filles de Constantine (1928-1936) puis de Tunis (1936-1948). Elle est en relations avec Massignon* qui la juge en 1935 « beaucoup mûrie au point de vue spirituel » et « tout à fait bien dans l’axe pour agir avec une charité tout à fait désintéressée dans les milieux féminins d’Algérie ». Elle a obtenu plusieurs congés pour poursuivre ses études à Paris (diplôme de l’ENLOV, 1930), puis à Alger (certificat de philologie arabe, 1935), afin de préparer l’agrégation, qu’elle réussit après plusieurs tentatives (1938) : c’est pour travailler dans un contexte plus favorable qu’elle a sollicité sa mutation à Tunis. Elle épouse en 1942 le vicomte Emmanuel Collinet de la Salle (1906-1968), né au château du Breuil à Cheverny, agriculteur, employé en 1945 par l’administration comme « technicien temporaire à l’économie générale ». Elle dépose des sujets de thèse à Paris (« Contribution à l’étude du folklore nord-africain. Croyances et coutumes relatives à la maison à Tunis » et « Étude sur le parler des femmes arabes de Constantine »), sans mener à bien le travail – elle publie cependant « L’intérieur de la maison arabe à Constantine » dans la Revue africaine (n° 82, 1937), « Une circoncision au Douar Sakrania » dans la Revue tunisienne (nouvelle série, n° 38-40, 1939) et une « Contribution à l’étude du folklore tunisien : Croyances et coutumes féminines relatives à la vie » pour les Mélanges Marçais en 1950. Elle argue de sa mauvaise santé pour expliquer cet abandon ainsi que sa retraite anticipée en 1951. Elle vit alors dans le domaine qu’administre son mari dans le centre de colonisation de Sakrania (commune mixte d’Aïn M’lila), où son père avait acquis une concession. Après la mort de ce dernier en 1961 et l’indépendance algérienne, ils acquièrent une propriété à Cinq-Mars-la-Pile, près de Tours. Devenue veuve, elle se rapproche de sa famille installée dans la région de Toulouse. Sa Négresse lune : croyance recueillie au Maroc et en Tunisie est l’objet d’un livre d’art à tirage limité en 1986.

Sources :

ANF, F 17, 25.416, Mlle Graf ;

Massignon - Abd-el-Jalil. Parrain et filleul (1926-1962), correspondance rassemblée et annotée par Françoise Jacquin, Paris, Cerf, 2007 (lettres des 24 janvier 1935, 17 décembre 1935 et 18 juillet 1939) ;

correspondance avec Emmanuel Collinet de la Salle et avec Antonia Soulez (2008 et 2013).

Grangeret de Lagrange, Jean-Baptiste André (Paris, 1790 – Paris, 1859)

– traducteur de la poésie arabe

Formé à l’étude de l’arabe et du persan par Silvestre de Sacy*, il fait partie en 1822 des fondateurs du Journal Asiatique dont il dirige la rédaction entre 1832 et 1856. Sous-bibliothécaire à l’Arsenal (1824) et correcteur à l’Imprimerie nationale, il défend l’utilité de la traduction de la poésie orientale comme clé ouvrant à la compréhension des peuples et moyen de perfectionnement du langage et des langues modernes. Aux poésies mystiques et sentimentales, il préfère les « poésies mâles, héroïques, sentencieuses […] qui peignent d’une manière si vive l’injustice et le sourire perfide des hommes, les amertumes de la vie, les désastres et la chute des empires, et le néant de toutes les choses de la terre » (Anthologie arabe, 1828).

Source :

DBF (notice par H. Blémont).

Greffier, Antoine (Castans, Aude, 1852 – Alger, 1920)

– professeur de lycée

Bien classé au sortir de l’école normale d’Alger (1874), il est affecté en 1876 dans une classe primaire du lycée de la ville, où il prépare sa prime d’arabe (1881). Chargé d’initier au français les élèves indigènes qui ne connaissent encore que la langue arabe, il obtient en 1884 le brevet d’arabe qui lui permet l’année suivante d’être délégué pour l’enseignement de l’arabe au petit lycée d’Alger (Ben Aknoun). Diplômé en 1888, il est exclu de l’enseignement en 1890, le recteur Jeanmaire se montrant intraitable devant son « absence de sens moral ». Après que la police l’a trouvé se livrant à un jeu prohibé dans une maison mal famée, il est convaincu d’immoralité : prétendant louer une chambre en ville pour y travailler avec un indigène, il a fréquenté une femme de mœurs suspectes, puis, entré en possession de l’héritage qu’elle lui a légué, il a conservé le bail de maisons de prostitution qu’elle exploitait. Un an plus tard, il est réintégré dans l’enseignement et chargé, avec le titre de simple moniteur, de l’école indigène de Menaâ (1891-1898) puis de celle de Tolga où il passe plus de vingt ans, jusqu’à sa retraite, retardée suite à la guerre. Il s’y montre à nouveau « homme d’initiative » en y faisant construire des moulins actionnés par des moteurs à pétrole et un hôtel moderne. Il se retire à Alger, avec une respectabilité suffisante pour être nommé officier de l’Instruction publique.

Sources :

ANF, F 17, 23.344, Greffier (carrière jusqu’en 1890) ;

Bulletin de l’enseignement des indigènes de l’académie d’Alger, n° 244-247, janvier-décembre 1920, p. 118-119.

Guin, Louis Élie (Marseille, 1838 – Oran [?], 1919)

– interprète principal

Interprète auxiliaire de 2e classe en mars 1858, il progresse régulièrement dans la carrière et prend part aux expéditions militaires du temps : en 1864, attaché à la colonne de Toukria commandée par le colonel Dumont, puis à celle du général Liébert, il assiste aux combats d’Aïn Malakoff. Pendant l’insurrection de 1871, il participe aux combats de Serroudj puis, avec la colonne du général Cérès, de Teniet Oulad Daoud et enfin, en juillet, accompagne le colonel Ponsard qui réprime les Beni Menacer et débloque Cherchell. Membre correspondant de la Société historique algérienne, il lui a déjà fourni en 1876 des notices sur les Nezliaou, le bey Mohamed, la famille Robrini [al-Ġubrīnī] de Cherchell et la tribu des Adouara d’Aumale. Après avoir été attaché au général commandant la subdivision à Orléansville (1876), il est interprète principal à Miliana lorsqu’il publie le texte et la traduction annotée d’une « Improvisation de l’émir Abd el-Kader » (Revue africaine, 1883). Il collabore ensuite avec Gaëtan Delphin* pour la publication d’une « Complainte arabe sur la rupture du barrage de Saint-Denis-du-Sig » dans les Notes sur la poésie et la musique arabe dans le Maghreb algérien (Paris, Leroux, 1886). On lui doit aussi un joli Conte arabe, le Cure-dent du prophète qui met en scène un interprète militaire botaniste (Oran, P. Perrier, 1886, 15 p.). Retiré à Oran en 1888, il renonce à occuper la direction de la médersa de Constantine qu’on lui propose, arguant de « diverses raisons personnelles », ce qui laisse le champ libre à Motylinski*. Dix ans plus tard, il est en même temps qu’Auguste Mouliéras* témoin du mariage de sa nièce Marie Claire Léonie el-Djezaïria Sapolin, fille d’un adjudant d’administration des hôpitaux militaires mort prématurément, avec l’interprète Jules Bernard Abribat*.

Sources :

ANF, LH/1244/34 ;

ANOM, état civil (actes de mariage de Marie Louise Claire Guin et de Marie-Claire Sapolin) ;

Féraud, Les Interprètes…

Guyard, Stanislas (Frottey-lès-Vesoul, 1846 – Paris, 1884)

– maître de conférences pour les langues arabe et persane à l’EPHE, professeur au Collège de France

Il est le fils d’un intellectuel non-conformiste, Auguste Guyard (Frottey, 1808 – Barmouth, 1882) qui, après avoir été un professeur inspiré par le libertaire Joseph Jacotot et un journaliste au service du Bien public de Mâcon de Lamartine, anime un club à Paris en 1848 et tente de faire de son pays natal une commune modèle, sans parvenir à convaincre les habitants d’adopter la fusionienne religion universelle de Louis Tourreil ni l’homéopathie. À onze ans, Stanislas part pour la Russie où il s’initie au sanskrit, à l’arabe et au persan (qu’il parle avec de jeunes lettrés), tout en se destinant à la musique qu’il cultive comme interprète et compositeur. Une fois bachelier, il se consacre entièrement aux langues orientales, faisant sans doute figure de prodige. Bibliothécaire de la Société asiatique dès 1866, il s’assure un petit revenu contre un service d’une demi-journée par semaine. Il est proposé à deux reprises pour une place de premier drogman à la chancellerie de France à Tabriz puis à Téhéran, ce qu’il refuse en raison de « graves considérations de famille » (son père infirme et ses sœurs sont à sa charge) et de son goût pour l’enseignement. Répétiteur pour les langues sémitiques (hébreu, syriaque, arabe) auprès du directeur d’études Defrémery* à la nouvelle École pratique des hautes études (1868), puis spécifiquement pour l’arabe après la nomination en 1871 d’Auguste Carrière comme répétiteur pour l’hébreu et le syriaque, il y assure aussi des cours de persan, avec pour élèves Edmond Fagnan*, Clément Huart* et l’égyptologue Eugène Revillout. Ses Essais sur la formation des pluriels brisés en arabe, publiés dans le cadre de la Bibliothèque de l’EPHE, sont salués par la critique et, en juillet 1870, Léon Renier appuie (sans succès) sa demande de radiation des cadres de la garde mobile, soulignant que la lutte contre la Prusse se fait aussi sur le front de la science. Linguiste (il traduit du russe la Grammaire pâli d’Ivan Minayef en 1872), il utilise son oreille musicale pour fonder des Théories nouvelle de la métrique arabe précédées de considérations générales sur le rythme naturel du langage (1877, prix Volney de l’Institut). Il s’intéresse aussi à l’islam des minorités ismaïliennes (« Le [sic] fetwa d’Ibn Taïmiyya sur les Nosaïris », JA, 1871 ; édition à partir d’un manuscrit envoyé par Joseph Rousseau* à la Société asiatique de Fragments relatifs à la doctrine des Ismaélis, 1874 ; Un grand maître des assassins au temps de Saladin, 1877) et au soufisme (Abd ar-Razzâq et son traité de la prédestination et du libre arbitre, 1873, rééd. 1875 suivie de l’édition du texte arabe en 1879). Sa rigueur intellectuelle vaut à ses traductions d’être encore réutilisables un siècle plus tard, comme le souligne Gérard Lecomte* en introduction à la réédition de ce dernier ouvrage (Éditions orientales, 1978). En 1880, il fait partie de l’équipe fondatrice de la Revue de l’histoire des religions dirigée par Maurice Vernes. Collaborateur de Barbier de Meynard* pour le Recueil des historiens arabes des croisades publié par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, il se voit aussi confier l’achèvement de la traduction de la Géographie d’Abulféda commencée par Reinaud* et participe à l’équipe européenne qui, sous la direction de Michael Jan de Goeje, édite à partir de 1879 les Annales d’aṭ-Ṭabarī. Il ne se détourne pas pour autant du persan (Manuel de la langue persane vulgaire, 1880) et s’intéresse aux problèmes de l’assyriologie (« Notes de lexicographie assyrienne », JA, 1880). Codirecteur depuis 1879 de la Revue critique d’histoire et de littérature dont il renforce la partie orientale, correcteur de la typographie orientale à l’Imprimerie nationale depuis 1880, maître de conférences pour les langues arabe et persane à l’EPHE en 1881, sa carrière culmine lorsqu’il est nommé au Collège de France en remplacement de Defrémery, occasion d’une leçon inaugurale sur La Civilisation musulmane (mars 1884). La charge lui est-elle trop lourde ? Six mois plus tard, il se suicide. Au cimetière Montparnasse, le discours de Renan présente le jeune célibataire comme un martyr de la science : « la soif de travail avait tué en lui la possibilité du repos ».

Sources :

ANF, F 17, 22.902, Guyard (EPHE) et 23.164, Guyard (Collège de France) ;

Archives du Collège de France, Guyard ;

Archives de l’EPHE, Guyard ;

Bulletin de la Société de linguistique de Paris, V, 1882-1884, p. CCI (notice par Halévy) ;

Revue de l’Histoire des religions, t. X, 1884, p. 231-237 (discours de Renan) ;

Revue critique, 1884, t. II, p. 225-229 et 249-253 ;

JA, 1884, t. II, p. 385-388 et 1885, t. II, p. 18-26.

Guys, Henry Pierre Marie François (Marseille, 1787 – Marseille [?], 1878)

– consul à Beyrouth et à Alep

Il est issu de la branche aînée d’une famille de marins de La Ciotat apparentée aux Brue (dont est issu Ismaÿl Urbain*), alliée aux Rémusat*, très présente en Méditerranée orientale depuis le xviie siècle, et qui a donné de nombreux négociants et consuls dans l’empire ottoman. Son grand-père, Pierre Augustin Guys (Marseille, 1721 – Zante, 1799) qui, formé chez ses oncles à Constantinople, entretient des liens d’amitié avec les Chénier et Peyssonnel, a publié un Voyage littéraire de la Grèce (1771) fort bien reçu à Paris. Sensible avant Volney à la poésie des ruines, il y donne une grande place à la Grèce moderne qu’il flatte trop selon certains de ses contemporains, déjà portés à une exaltation de la seule antiquité, et au goût desquels l’abbé Barthélemy et son Voyage du Jeune Anacharsis conviendront mieux. Son père, Pierre Alphonse Guys (Marseille, 1755 – Tripoli de Syrie, 1812) fait une carrière strictement consulaire alors que les oncles d’Henry sont aussi négociant pour l’un, militaire pour l’autre. Son frère aîné Charles Édouard Augustin (Marseille, 1783 – Marseille, 1871), suit les traces paternelles : après avoir été en poste à Tripoli de Barbarie, Tripoli de Syrie et Lattaquié, il enseigne l’arabe au collège de Montpellier en 1846-1847. Le parcours d’Henry rappelle à son tour celui de son père : il est vice-consul à Lattaquié (1812) puis à Alger (1818), avant d’être consul à Beyrouth (1824-1838) et à Alep. En 1850, il fait paraître Beyrouth et le Liban : relation d’un séjour de plusieurs années dans ce pays (rééd. Beyrouth, Dar Lahad Khater, 1985). Il est depuis juillet 1844 membre correspondant de la Société de statistique de Marseille pour laquelle il compose une notice sur Joseph Agoub*. Il fait aussi partie de la Société orientale de Paris et contribue à son organe, la Revue de l’Orient, où il publie un premier extrait de son Dervich algérien en Syrie. Peinture des mœurs musulmanes, chrétiennes et israélites, confirmée par un séjour de 36 années dans cette partie de l’Asie (1854). Sous le couvert d’un Algérien fictif sorti de la prison de l’île Sainte-Marguerite et réfugié en Orient, il y fait le tableau des vices de l’administration turque et l’éloge du christianisme – on sait qu’il a protégé les lazaristes et favorisé la réédification du prieuré du mont Carmel. Son Esquisse de l’état de la Syrie politique, religieux et commercial (1862) et sa Nation druse (1863) sont dans la même veine. Un fils d’Henry, Alphonse Augustin (Beyrouth 1827 – Marseille 1880) entre aux Affaires étrangères en 1848 et devient en 1877 consul à Beyrouth, après être passé par Tanger, Mogador, Mossoul, Andrinople, Bagdad et Damas. Il a été l’un des cosignataires du mémoire qui réclame au printemps 1848 une réforme de l’École des langues orientales. La branche cadette des Guys s’écarte plus tôt des affaires d’Orient : François Lazare (Marseille, 1752 – Marseille, 1843), lui-même fils de Félix, vice-consul aux Dardanelles, s’est converti à l’islam à Constantinople en 1772 afin de faire carrière au service du sultan. Déçu dans ses ambitions, il repart en 1774 pour Marseille sans parvenir à faire croire que sa décision (qui s’est accompagnée de sa circoncision) a été forcée. Grâce à l’appui de son frère, il parvient à se faire nommer principal des colonies chargé du détail des troupes à Cayenne (1779), puis à la Martinique et à Tobago. Il regagne la métropole en 1792 pour diriger les bureaux civils de la Marine dans différents ports français. On connaît mal les premières pérégrinations de son fils Constantin Guys (Flessingue, 1805 – Paris, 1895), celui que Baudelaire qualifia de « peintre de la vie moderne ». Il est en Grèce dans les années 1820, peut-être dans le cadre de l’expédition de Morée, avant d’entrer en 1835 au service d’un négociant maritime en Angleterre. Employé ensuite par le fils du célèbre aquarelliste Thomas Girtin, il développe ses talents de dessinateur et travaille comme reporter pour les Illustrated London News, ce qui lui donne l’occasion d’accompagner l’armée d’Orient en Crimée (1855). Lié depuis 1847 à Gavarni, il s’installe à Paris en 1871. Nadar et Albert de la Fizelière, qui fréquentent peut-être le même monde que Florian Pharaon*, collectionnent ses dessins. L’œuvre de Guys ne fait qu’une place discrète à l’Orient, à tel point qu’on ignore généralement l’origine familiale de l’artiste. Il ne le représente pas à la manière d’un exotisme renvoyant à une altérité absolue : son approche, ancrée dans le xviiie siècle, entre, par-delà l’épisode colonial, en résonance avec la sensibilité moderne d’un univers mondialisé où identité et altérité s’entrecroisent et se confondent.

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 1986 (Charles Édouard Augustin Guys) et 1987 (Henry Guys) ;

ADiplo, acquisitions extraordinaires, note sur la famille Guys (Marseille), 13 fol. ;

François-Fortuné Guyot de Fère, Biographie et dictionnaire des littérateurs et des savants contemporains, Paris, Bureau du « Journal des arts, des sciences et des lettres », 1859 (Henry Guys) ;

Roger Firino, La Famille Guys, Nogent le Rotrou, 1931 ;

Des matelots de l’Archipel aux pachas de Roumélie : la vie quotidienne en Grèce au xviiie siècle vue par Pierre Augustin Guys, négociant de Marseille, citoyen d’honneur d’Athènes (éd. par Jacques de Maussion de Favières), Paris, Kimé, 1995 ;

Anne Mézin, Les Consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, Ministère des Affaires étrangères, 1997 ;

Jacques Dufilho et Christine Lancha, « Biographie de Constantin Guys », Constantin Guys 1805-1892. Fleurs du mal, catalogue d’exposition, Paris, Musée de la vie romantique, 2002-2003, p. 131-142.

H

Habaïby, Jacob [al-Ḥabaybī, Ya‘qūb] (Chafâ ‘Amr/Shefar‘am [Šafā ‘Amrū], près de Saint-Jean-d’Acre [Ḥayfā], 1767 – Paris ou Melun [?], 1848)

– interprète de 1re classe

Chaykh de son village, il fournit l’armée française lors de la campagne de Syrie, et la suit dans la retraite. Réfugié « égyptien », il réside à Melun. Une de ses filles, Maryam, épouse l’interprète Chahin*. Il reprend du service aux mamelouks de la garde impériale en 1813, obtient la Légion d’honneur. Nommé grâce à Maison commandant d’armes de la place de Melun en 1814, il est rapidement placé en demi-solde. Naturalisé en septembre 1817, il obtient l’autorisation de transporter son domicile à Paris. Mis à la retraite en décembre 1829 (2 650 francs par an), il est nommé interprète de 1re classe en avril 1830 en même temps que ses fils Joseph* (né en 1800) et Daoud (né en 1803 ?)*. Après avoir accompagné le contre-amiral Rosamel dans sa mission à Tripoli de Barbarie, il est en quarantaine à Alger quand il reçoit l’ordre de regagner directement Marseille (septembre 1830). Remis à la disposition de Clauzel en janvier 1831, il retourne en France pour sa convalescence après s’être fracturé la jambe en juillet. Il assiste chez Jomard à l’examen de Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī, imām de la mission égyptienne. Il est à nouveau admis à la retraite en 1832.

Sources :

ADéf, 3Yf, 36.168 ;

ANF, LH/1255/43 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 207-219.

Habaïby, Joseph [al-Ḥabaybī, Yūsif] (Égypte, 1800 – Oran [?], apr. 1856 [?])

– interprète

Fils de Jacob Habaïby*, pensionné comme réfugié égyptien, il étudie à Paris les langues orientales et fait en 1826 un voyage en Orient. Il sollicite de pouvoir rejoindre le corps expéditionnaire dirigé par Maison en Morée, mais n’y est autorisé qu’à titre privé – il fait alors partie avec Salem* de l’état-major de Maison puis de son successeur Schneider. Porté sur la liste des interprètes pour l’expédition d’Alger en avril 1830, il cherche en 1836 à quitter la carrière militaire pour la diplomatie et sollicite une mission en Égypte. Il rappelle qu’il a travaillé à la Description de l’Égypte sous la direction de Jomard et qu’il a été employé deux ans à la mission égyptienne de Paris comme secrétaire interprète de ses trois chefs égyptiens. Il réside alors à Melun chez son beau-frère, l’interprète Chahin*. Faute de voir ses vœux exaucés, il poursuit une carrière militaire comme lieutenant aux spahis d’Oran, et accède au grade de capitaine en 1844.

Sources :

ADéf, 2Yb, 2454.43 et 4Yf, 25.717 ;

ANOM, F 80, 250, Habaïby ;

Martel, Allegro…, p. 62.

Habaïby, Daoud [al-Ḥabaybī, Dāwūd] (Égypte [?], 1803 [?] – [?], [?])

– guide interprète

Fils (ou neveu ?) de Jacob Habaïby*, et donc frère (ou cousin ?) de Joseph*, il fait partie en avril 1830 des guide interprètes de l’expédition d’Alger. Il est de retour en France après la prise d’Alger. On perd alors sa trace.

Sources :

ANOM, F 80, 1603 ;

Féraud, Les Interprètes…, p. 184 ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 138-140.

Hadamard, David (Metz, 1821 – Oran, 1849)

– titulaire de la chaire d’arabe d’Oran

Fils d’un imprimeur issu de la communauté juive de Metz (sans doute Éphraïm Hadamard, dont un fils cadet, Auguste, devient peintre et lithographe) établi à Paris, élève de Caussin* à l’École des langues orientales, il est nommé sur la recommandation de Nully* élève interprète du domaine à Alger (octobre 1839). Son départ est sans doute un moyen d’échapper à l’emprise familiale : son père s’inquiète auprès du ministère de la Guerre de ne pas avoir de ses nouvelles. À plusieurs reprises détaché près des généraux en expédition (Changarnier), faute d’interprètes militaires suffisamment nombreux, il est aussi envoyé en mission à Blida et Koléa pour régler avec un géomètre les différends fonciers qui se sont multipliés. Suite à une ophtalmie, il perd l’usage de la vue (septembre 1842) et regagne Paris (janvier 1843) où il donne des cours d’arabe à domicile et dans l’école privée de langues ouverte par Robertson. Il est sans doute proche du milieu saint-simonien : L’Algérie. Courrier d’Afrique fait la réclame de ses cours en 1845-1846. Urbain* et Bresnier* considèrent alors que sa cécité ne l’empêche pas d’enseigner utilement l’arabe en Algérie et le font nommer en décembre 1846 à la chaire d’Oran. Bien noté par l’inspecteur, il meurt prématurément à la suite d’une épidémie de choléra. Sa veuve, d’origine italienne, s’établit à Paris avec sa mère et sa fille de deux mois, Zélie. Elles vivent pauvrement de « raccommodage de châles cachemires », et peut-être de l’aide de la famille Hadamard, en plus des secours attribués par le ministère de l’Instruction jusqu’en 1872 (l’enfant débute alors comme « artiste dramatique » – elle fera carrière, accédant en 1886 à la scène de la Comédie française).

Sources :

ANF, F 17, 20.923, Hadamard ;

ANOM, F 80, 250, Hadamard ;

L’Algérie. Courrier d’Afrique, n° 109, 124 (septembre 1845) et 149 (7 février 1846).

On trouve des notices sur Éphraïm, Auguste et Zélie Hadamard dans l’Index biographique français.

Hadj-Sadok, Mahammed [Ḥāj Ṣādiq, Maḥammad] (Duperré/Aïn Defla, 1907 – Paris, 2000)

– inspecteur d’arabe

Hadj-Sadok est représentatif du milieu des méderséens, à la jointure entre arabisants français et autorités coloniales d’une part, réformistes musulmans et nationalistes algériens d’autre part. Fragilisée par l’exacerbation des antagonismes et par la guerre, cette élite savante trouve difficilement sa place dans l’État algérien une fois l’indépendance acquise.

Fils d’un cultivateur, šayḫ d’une des deux zāwiya d’Aïn Defla, Mahammed est issu d’une famille où la culture lettrée était de tradition. Il conserve le souvenir d’un arrière-grand-père ayant lutté aux côtés de Abd el-Kader. On trouve dans sa parenté un qāḍī ayant épousé une Française et obtenu la Légion d’honneur (Mohammed ben ed-dine Hadj-Sadok, 1874-1950) et un oncle caïd. Troisième enfant d’une famille nombreuse qui n’est pas riche, Mahammad a contracté à l’âge de deux ans une poliomyélite affectant sa jambe gauche, ce qui pousse peut-être sa famille à l’envoyer tôt à l’école française, qu’il fréquente entre 1912 et 1921. Peu après la mort de sa mère, victime d’une épidémie de typhus, il obtient le certificat d’études primaires et réussit le concours des bourses des cours complémentaires, ce qui lui permet de poursuivre ses études à Miliana (1921-1922). Il est admis au concours d’entrée de la médersa d’Alger où il a parmi ses professeurs Mohammed Ben Cheneb*. Il est sensible aux campagnes électorales de l’émir Khaled (al-amīr Ḫālid) et se refuse à devenir qāḍī comme l’aurait voulu son père. Il décide donc de profiter de l’occasion du voyage de fin d’études offert aux meilleurs élèves de sa promotion pour vivre quelques années à Paris (1927). Il loge en banlieue (à Enghien puis à Versailles) et doit travailler pour subvenir à ses besoins, comme employé aux écritures ou en enseignant dans des cours privés. Il s’inscrit aux Langues orientales où il suit les enseignements de Gaudefroy-Demombynes* pour l’arabe littéral (Henry Corbin fait partie de ses condisciples) et de Georges Séraphin Colin* pour l’arabe maghrébin (il est diplômé pour l’un et pour l’autre en 1929 avec la mention très bien), en même temps qu’à la faculté de droit (où il passe avec succès les examens des deux premières années de licence, ce qui lui facilitera sans doute l’obtention du diplôme d’interprète judiciaire en Algérie). Il suit aussi l’enseignement de Maurice Gaudefroy-Demombynes à la Sorbonne, préparant avec succès des certificats de licence et le concours du certificat d’aptitude à l’enseignement dans les lycées et collèges, et celui de William Marçais* au Collège de France et à l’EPHE (avec parmi ses condisciples Mohamed el Fâsi). Certifié, il retourne en Algérie, où son père vit encore. Nommé maître auxiliaire en lettres arabes à l’EPS Ardaillon d’Oran (octobre 1931), il devient, une fois sa licence complétée, professeur d’arabe au collège de Sétif (1932-1934), ce qui lui donne l’occasion de rencontrer Ferhat Abbas [Farḥāt ‘Abbās] et le cheikh Béchir Ibrahimi [al-šayḫ Bašīr Ibrāhīmī]. C’est dans le premier numéro du Bulletin de la Société historique et géographique de la région de Sétif qu’il publie en 1935 « Avec un cheikh de Zemmorah à travers l’Ouest constantinois du xviiie siècle ». Il a épousé en 1933 Baya Khélia (1913-2009), fille d’un khodja-interprète de commune mixte diplômé de la médersa d’Alger, Abdelkader Khélia, dit Abdelkader El Ghrissi (1907). C’est une des rares jeunes filles musulmanes à avoir reçu une instruction primaire française à l’école indigène de filles de Miliana (le mariage a été arrangé entre les parents). La nomination de Hadj-Sadok au collège colonial de Blida, futur collège Duveyrier, le rapproche de Miliana. Il compte parmi ses élèves Abbane Ramdane [‘Abbān Ramḍān], Benyoussef Benkhedda (Bin Yūsif bin Ḫadda], Saad Dahlab [Sa‘ad Daḥlab] et Mohammed Yazid [Muḥammad Yazīd], qui s’illustreront comme leaders du FLN. Il poursuit parallèlement des travaux savants, obtenant en juin 1939 le DES (« À travers la Berbérie Orientale du xviiie siècle, avec le voyageur al-Warthîlânî », mention bien) dont il tire un article, publié dans la RA en 1951. Les sympathies nationalistes et socialistes de Hadj-Sadok, qui a été promu au lycée Bugeaud à Alger, lui valent d’être l’objet de sanctions par les autorités de Vichy. On lui reproche d’avoir apporté son soutien aux élèves juifs exclus des cours. Après avoir effectué le pèlerinage à la Mecque au lendemain de la guerre, il réussit l’agrégation d’arabe en 1947 – Louis Massignon, qui présidait le jury, aurait alors attiré l’attention sur lui dans son rapport au ministre de l’Éducation nationale, Marcel-Edmond Naegelen. Ce dernier devenu gouverneur général de l’Algérie, Hadj-Sadok est nommé chef-adjoint de son cabinet civil, dirigé par son ancien collègue au collège de Blida, le professeur de mathématiques et militant SFIO Georges Ciosi (mars 1948). Avec le soutien du directeur du plan, l’arabisant Lucien Paye, qui a une expérience du Maroc et sera bientôt nommé à la direction de l’instruction publique en Tunisie, il travaille à la promotion de la population musulmane par l’école : dans le cycle primaire, classes européennes (A) et classes indigènes (B) sont fusionnées (1949) ; les médersas d’État sont transformées en lycées d’enseignement franco-musulman (1951). Il apporte aussi son soutien aux étudiants musulmans, y compris à l’Association des étudiants musulmans d’Afrique du Nord (AEMAN), mettant à sa disposition un foyer d’accueil, sans s’arrêter au fait qu’elle soit proche du PPA-MTLD (Parti du peuple algérien - Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). Il instaure une procédure rigoureuse pour l’attribution de bourses d’études et un concours administratif pour l’accès à la fonction de caïd. Parallèlement à cette action administrative et politique, Hadj-Sadok enseigne la littérature arabe à l’université d’Alger et poursuit ses travaux sur les voyageurs et géographes arabes (« Le genre rihla », BEA, 1948 ; Description du Maghreb et de l’Europe au iiie/ixe siècle (d’après les trois plus anciens géographes arabes) extraits du « Kitāb al-masālik wa l-mamālik », du « Kitāb al-buldān » et du « Kitāb al-a‘lāq an-nafīsa » [par] Ibn Khurradādhbih, Ibn al-Faqīh al-Hamadhānī et Ibn Rustih, texte arabe et traduction française avec un avant-propos, des notes et 2 index, Alger, Carbonel, 1949). Si les thèses qu’il inscrit sous la direction de Lévi-Provençal (L’Afrique du Nord au Moyen Âge d’après les géographes arabes, octobre 1953) et de Blachère (Traduction et lexique de Bakrî, thèse complémentaire, novembre 1955) restent inachevées, il publie néanmoins plusieurs travaux dans ce domaine : il édite ainsi le texte d’un commentaire cartographique (« Kitāb al-dja‘rāfiyya : Mappemonde du calife al-Ma’mūn reproduite par Fazārī (iiie/ixe s.) rééditée et commentée par Zuhrī (vie/xiie s.) », Bulletin d’études orientales, 1968, t. XXI) et une traduction française de l’œuvre d’al-Idrīsī, renouvelant celle de Dozy et de Goeje (1866) (Le Maghreb arabe selon Idrisi, Paris-Alger, Publisud-OPU, 1983). Il s’intéresse par ailleurs au patrimoine littéraire algérien, consacrant une étude à un auteur algérois de la fin du xviiie siècle, dont la culture étendue permet d’apporter un correctif à un tableau présentant Alger vers 1800 comme un désert culturel (« Le mawlid d’après le mufti-poète d’Alger Ibn ‘Ammār », Mélanges Massignon, Damas, Institut français de Damas, vol. 2, 1957). Il rédige par ailleurs six notices de lettrés maghrébins pour la deuxième édition de l’Encyclopédie de l’Islam.

Attentif à l’alternance de code linguistique, il observe le processus de francisation du lexique dans les parlers arabes en usage dans la région du Moyen Chéliff, à la suite des travaux de Louis Brunot sur les villes du Maroc, sans conclure sur l’avenir linguistique du pays (« Dialectes arabes et francisation linguistique de l’Algérie », Annales de l’Institut d’Études Orientales de l’Université d’Alger, t. XIII, 1955). En 1956, Hadj-Sadok est nommé proviseur du lycée d’enseignement franco-musulman de Ben-Aknoun, fonction qu’il cumule avec l’inspection des muderrès, chargés d’enseigner l’arabe dans les établissements primaires. Après sa fusion en 1958 avec l’annexe de Ben Aknoun du lycée Bugeaud, il conserve la direction du nouvel établissement, qui prend le nom de lycée d’El-Biar, et est consulté sur l’introduction de la langue arabe comme matière obligatoire des programmes généraux d’enseignement en Algérie. Sa position l’exposant aux attaques des extrémistes, il est choisi en 1961 avec l’appui du recteur Capdecomme pour succéder à Counillon* comme inspecteur général d’arabe et envoyé à Paris où son fils Tahar est déjà lycéen (après avoir été élève de l’école des Hautes études commerciales, ce dernier fera une carrière de fonctionnaire international). Avec Henri Laoust*, dont il est l’adjoint à la présidence du jury de l’agrégation d’arabe, il obtient une augmentation du nombre de postes ouverts au concours (auquel il consacrera une utile notice historique : « L'agrégation d'arabe 1907-1975 », Bulletin d’études orientales, t. XXIX, 1977). Après l’indépendance de l’Algérie, les contacts avec la direction du ministère de l’Éducation nationale restent sans suite : Abderrahman Ben Hamida, un de ses anciens élèves à l’Institut supérieur d’études islamiques (IESI), devenu ministre, n’aurait pas favorisé leur aboutissement. Hadj-Sadok se consacre donc à la promotion de l’enseignement de l’arabe en France et, à travers la politique de coopération, dans les anciennes colonies françaises (il effectue ainsi des missions aux Comores, en Tunisie, au Maroc et en Maurétanie). Il obtiendra la Légion d’honneur et sera promu au grade de commandeur de Palmes académiques.

Il continue cependant à prêter intérêt à la langue parlée en Algérie et à la culture populaire des campagnes. Il publie ainsi sous le pseudonyme de Larbi Dziri une méthode d’apprentissage de l’arabe algérien, les ouvrages disponibles étant à ses yeux périmés, inadaptés pour des débutants, ou sans rien d’algérien. L’Arabe parlé algérien par le son et par l’image (Paris, Adrien Maisonneuve, 1970) comprend quatre volumes (1 : textes des leçons en transcription latine, exercices de phonétique et notions grammaticales ; 2 : traduction française des textes ; 3 : glossaire ; 4 : textes des leçons en arabe). Le poème de type rural qu’il publie comme contribution aux Mélanges offerts à Roger Le Tourneau, composition habile qu’un homme simple a tirée de sa propre expérience de la guerre, témoigne de son intérêt pour la poésie qu’on peut encore entendre chanter dans les environs de Miliana (« La guerre de 1939-1940 selon un soldat poète algérien », ROMM, n° 15-16, vol. 2, 1973-2). Après sa retraite de l’Éducation nationale (1974), la monographie que Hadj-Sadok consacre à la ville de son enfance, préfacée par Rachid Ben Cheneb, manifeste la force de son attachement, sans taire les rapports de domination que cautionnait la situation coloniale (Milyana et son patron (waliyy) Sayyid-ī Aḥmad b. Yūsuf : monographie d’une ville moyenne d’Algérie / Milyānah wa waliyyuhā Sayyidī Aḥmad ibn Yūsuf, Alger, Office des publications universitaires, 1994 [?]).

Musulman convaincu, Hadj-Sadok a affirmé son engagement réformiste, regrettant que l’islam ne soit pas entré dans le champ d’application de la loi de 1905 (« De la théorie à la pratique des prescriptions de l’islâm en Algérie contemporaine », Social Compass [Louvain], 1978, vol. 25, no 3-4). Si son nom a circulé lorsqu’il a été question de trouver un successeur à Hamza Boubakeur à la tête de l’Institut musulman de la mosquée de Paris (1982), il n’a sans doute jamais envisagé de prendre la direction d’une institution qu’il n’estimait guère. Pour mieux faire comprendre l’esprit de l’islam et ses principes fondamentaux, il traduit un texte de vulgarisation du syrien Salâh al-Dîn al-Munadjdjid, (Le Concept de justice sociale en Islam ou la société islamique à l’ombre de la justice [Al-Muğtama‛ al-islāmī fī ẓill al-‛adāla], Paris, Éditions Publisud, 1982). Mais il décline en 1983 l’offre de Jacques Berque lui proposant de prendre la direction de l’association Connaître l’Islam, chargée de produire une émission hebdomadaire pour la télévision publique. Il a été inhumé dans son village natal, près de Aïn Defla.

Sources :

ANF, F 17, 23 604-B, Hadj-Sadok ;

ANF, LH 1257/18 (Mohammed ben ed-dine Hadj-Sadok) ;

Sadek Hadjeres, « Mahammed Hadj-Sadok : l’homme et le pédagogue qu’il nous aurait fallu », texte daté d’août 2000, en ligne : [http://lequotidienalgerie.org/2011/12/16/mohammed-hadj-sadok-lhomme-et-le-pedagogue-quil-nous-aurait-fallu] ;

Sadek Sellam, notice nécrologique publiée dans Le Monde, 6-8 août 2000 ;

entretiens téléphonique avec Mme Mahammed Hadj-Sadok et avec Mme Rabia Abdessemed, juin 2005 ;

entretien avec Sadek Hadjeres, juillet 2006 ;

correspondance avec Tahar Hadj-Sadok, décembre 2012.

Hamaouy, Joseph [Yūsif Ḥamāwī] (Damas, 1814 – Morris, près Bône, 1885)

– interprète civil puis militaire

D’une famille grecque catholique, il est sans doute apparenté au riche négociant Michel Hamaouy qui, installé à Marseille, allié aux Pharaon*, est un proche de Michel Abdelal agha*. Il étudie la médecine à Abū Za‘bal, où il travaille comme interprète (1835) – il y collabore sans doute avec Perron*. Élève puis sous-aide pharmacien (1837-1838), il est interprète à Alexandrie quand il est nommé interprète militaire auxiliaire en 1841, attaché à partir de 1843 au commandement supérieur de Bône où il se fixe – il obtient en 1851 une concession de 50 hectares sur le territoire de la tribu des Merdès, dans le caïdat de la Seybouse. Naturalisé en 1855, il épouse religieusement en 1859 Hélène Persohn, fille d’un journalier bavarois dont il a quatre filles et un garçon. Il est en 1868 témoin du mariage de son collègue Michel Daboussy* à Bône. À sa retraite en 1872, il possède un domaine de 200 hectares.

Sources :

ADéf, 4Yf, 76.308/5 ;

ANF, LH/1260/83 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 149-158 [concerne un homonyme, sans doute parent].

Hamet, Ismaël [Ḥamīd, Ismā’īl] (Mustapha, Alger, 1857 – Rabat [?], 1932)

– interprète principal, professeur à l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères de Rabat

Après avoir été probablement formé au collège impérial arabe-français puis au lycée d’Alger, il apparaît en 1877 sous le nom d’Ismaël ben Ahmed comme interprète militaire auxiliaire de 2e classe au poste des Beni Mansour. Bien noté, on le retrouve vingt ans plus tard titulaire de 1re classe près le général commandant la division d’Oran. Son activité savante répond aux vœux de ses supérieurs : il édite et traduit le traité du chaykh ‘Uṯmān, un imām du Soudan apparenté au fondateur de l’empire peul, qui renseigne les pratiques fétichistes dans une perspective de réforme (« Nour el-eulbâb », Revue africaine, 1897-1898). Chevalier de la Légion d’honneur (juillet 1901), il participe à la Mission scientifique au Maroc et collabore très régulièrement entre 1907 et 1913 à la Revue du monde musulman, avec des notules rendant compte des évolutions récentes en Égypte (il y analyse le développement de la presse arabe), en Algérie ou dans le Sahara. En 1906, il s’est fait connaître par un ouvrage de vulgarisation sur Les Musulmans français du Nord de l’Afrique qui, largement diffusé (il paraît aux éditions Armand Colin), connaît un certain retentissement. Préfacé par Alfred Le Chatelier, le directeur de la Mission scientifique, il annonce la nécessité d’une fusion, d’une incorporation des différents « peuples » en Afrique du Nord et affirme la capacité d’absorption de la race/civilisation des Berbères, leur force assimilatrice. Il nourrit ainsi involontairement une inquiétude déjà manifeste en France devant un danger d’absorption des Européens par des races « inférieures », mais démographiquement beaucoup plus dynamiques. Hamet conforte en cela ceux qui mettent en cause une politique assimilatrice passée de mode. En octobre 1908, il fait partie des rares musulmans algériens qui viennent assister au congrès de l’Afrique du Nord à Paris : il s’y déclare en faveur de leur accession à l’intégralité des droits civiques dans le maintien de leur statut personnel musulman. On le retrouve sans surprise parmi les collaborateurs de la Revue indigène de Paul Bourdarie. Hamet n’interrompt pas pour autant son activité érudite : à partir de manuscrits que lui a confiés l’administrateur des colonies Thévenient, il publie des Chroniques de la Mauritanie sénégalaise. Nacer-Eddine (Paris, Leroux, 1911). Il prolonge finalement sa carrière au Maroc où, officier interprète principal, il dirige l’interprétariat au Secrétariat général du gouvernement chérifien. Il enseigne en parallèle l’histoire du Maroc à l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères de Rabat (1915), cours qu’il publiera bientôt (Histoire du Maghreb, Paris, Leroux, 1923). Il édite aussi une série de lettres des années 1829-1848 témoignant de la mauvaise volonté du Maghzen à l’égard de la conquête française de l’Algérie (« Le gouvernement chérifien et la conquête d’Alger », Mémoires de l’Académie des sciences coloniales, 1925, réimpression avec une présentation par Ali Tablit, Alger, vers 1999). Dans Les Juifs du Nord de l’Afrique (Noms et surnoms), il confirme la perspective d’une fusion des peuples dans le groupe berbère et rappelle que la paix est nécessaire aux contacts et à l’alliage (1928). En 1931, il prend part au congrès d’histoire coloniale avec une « Notice sur les Arabes hilaliens » qui sera publiée dans la Revue d’histoire des colonies. Après Alfred Graulle et Georges Séraphin Colin*, il participe à la traduction du Kitāb al-istiqṣa li-aḫbār duwal al-maġrib al-aqṣa (Histoire du Maroc) d’Ahmed ben Khaled en-Naciri es-Slaoui [Aḥmad b. Ḫālid an-Nāṣirī as-Salāwī], se chargeant de ses 3e et 4e volumes sur les Almohades et les Mérinides (Paris, Honoré Champion, 1927 [1929] et 1934).

Sources :

Bulletin de l’enseignement public. Maroc, n° 8, juillet-septembre 1917, p. 14. ;

Ageron, Algériens…, t. 2, p. 995 ;

Rahal Boubrik « Les manuscrits de l’Ouest saharien. Source d’histoire sociale et intellectuelle », Saharan Studies Association, Newsletter, janvier 2002, vol. 10, n° 1, p. 10.

Hammouche, Ammar (Commune mixte de la Soummam, 1896 – Constantine [?], apr. 1967)

– professeur de lycée

Berbérophone, il passe par l’école normale de la Bouzaréa, et devient instituteur adjoint indigène à Ouled Saïda près d’Akbou, sur l’oued Soummam (1914-1915) avant d’être nommé successivement à Dar Teblef, près de Stora (1915-1919), à Mekhazen, près de Maadid (1919-1920), à Aïn Roua (1921-1922), à Sidi Embarek, près de Maadid (1922-1926), et enfin à l’école Jules Ferry de Constantine (1926-1928). Il poursuit parallèlement ses études : breveté d’arabe en 1917, il obtient en 1922 le diplôme d’interprète judiciaire et passe avec succès le baccalauréat (1923 et 1926), les diplômes d’arabe (1927) et de berbère (1930) et un DES d’arabe (sur Al Morrakichi l’aîné, 1930). En 1928, il a été admis au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les lycées et collèges et nommé au lycée de Constantine où il demeure jusqu’à sa retraite. Il participe à la vie politique locale au sein du conseil municipal de Constantine où il siège au titre indigène en 1929 et encore en 1953, sans doute sans discontinuité. Il donne des heures supplémentaires à la chaire publique d’arabe (1940-1944), puis à l’Ecole pratique d’études arabes de la ville, sans obtenir la direction de la médersa, peut-être parce qu’on le juge trop « doux et effacé », manquant de l’autorité morale nécessaire. Promu officier de la Légion d’honneur en 1959, c’est pour l’inspecteur d’académie un « bon professeur qui possède un sens strict de ses devoirs, il est fidèle à sa routine, parfois efficace, qui malheureusement subit l’emprise de son milieu » (1960). Il prend sa retraite en mars 1963, mais, bien qu’il ait demandé la reconnaissance de la nationalité française en août 1965, on se refuse à lui verser sa pension en 1967 au motif qu’il n’a pas établi sa résidence en France. Veuf avec deux enfants en 1934, il a eu six enfants d’un second mariage.

Source :

ANF, F 17, 27.987, Hammouche (dérogation).

Haraïri, Soliman [al-Ḥarā’irī al-Ḥusnī, Abū l-Rabī‘ ‘Abd Allāh Sulaymān] (Tunis, 1824 – Paris, 1877)

– répétiteur aux Langues orientales

Sulaymān al-Ḥarā’irī peut être comparé à Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī dans sa volonté de faire profiter l’islam des progrès scientifiques de l’Europe. Mais il s’inscrit dans un contexte déjà différent et, contrairement à son aîné égyptien, passe les vingt dernières années de sa vie à Paris, au service d’intérêts français dont l’action contredit souvent les promesses de respect des valeurs de l’islam. Après ses études à la Zaytūna où il manifeste un intérêt particulier pour les sciences exactes et la médecine, al-Ḥarā’irī est employé par l’abbé Bourgade* pour enseigner la langue arabe au collège Saint-Louis (1843). Il est aussi attaché au consulat général de France dirigé par Léon Roches* comme notaire, secrétaire et jurisconsulte arabe (1845-1856) et contribue à l’instruction arabe d’officiers français, d’élèves consuls et de drogmans – en particulier Cotelle*, à qui il communique des ouvrages arabes utiles pour ses travaux savants. Secrétaire de l’abbé Bourgade, il traduit en arabe ses Soirées de Carthage, premier ouvrage imprimé en arabe à Tunis (Musāmara Qarṭāǧina, 2 vol., 1266 h. [1849-1850]). Il travaille aussi à partir de 1848 à la traduction d’une grammaire française : après avoir étudié celle de Noël et Chapsal, son choix se porte en 1269 h. [1855] sur un ouvrage facile et apprécié du public, l’abrégé de la Grammaire française de Lhomond. Sa traduction, publiée à Paris en 1857 chez Benjamin-Duprat (qui réédite en 1859 ses Musāmara Qarṭāǧina) est destinée à « servir également dans tous les pays musulmans pour l’étude du français et de l’arabe ». Dans sa préface, « adressée aux musulmans » et dont une traduction française sera publiée en 1877, al-Ḥarā’irī affirme que l’éloignement qu’ils affectent pour les chrétiens, loin d’avoir sa raison dans la loi, est condamné par le prophète : l’islam permet d’entretenir des rapports d’amitié avec tous les peuples, de quelque religion qu’ils soient, pourvu que ceux-ci ne forcent pas les musulmans de changer de croyance. Il expose enfin tout ce qu’ont fait les Français pour les Arabes de l’Algérie sans jamais contrarier la religion ni les coutumes. Après un rapport favorable de Reinaud*, le MIP souscrit à 165 exemplaires, tandis que, contre toute attente, la commission algérienne dirigée par Berbrugger* ne retient pas l’ouvrage pour le programme des écoles arabes-françaises d’Algérie – peut-être par distance envers un homme trop lié au milieu catholique. Al-Ḥarā’irī, qui séjourne à Paris à partir du printemps 1857, est élu membre correspondant de la Société orientale. En mai 1859, il prend part à la discussion sur les affaires d’Orient, considérant, d’accord avec Tahsin Effendy [Taḥsīn Ifindī], Bianchi, Langlois et Oppert, et contre l’avis du vicomte de la Noue, que le gouvernement turc n’est pas seul responsable des embarras de sa politique et que la pression des puissances occidentales joue aussi. À Paris, avant de travailler en 1858 à une version arabe du code pénal français « à l’usage des magistrats indigènes de l’Algérie » (Vapereau), il adapte en arabe des textes scientifiques et médicaux (Manuel annuel de la santé de Raspail ; Anatomie clastique du Dr Auzoux) ou pouvant se rattacher à la tradition de l’adab (Fables de La Fontaine ; extraits de la collection L’Univers pittoresque ou de l’Histoire de l’économie politique en Europe d’Adolphe Blanqui). Il est entre 1859 et 1866 la cheville ouvrière de la rédaction arabe du Birǧīs Bārīs anīs fī l-ǧalīs (Birgys-Barys : L’Aigle de Paris), le bimensuel qu’a fondé à Paris Bourgade. Il y travaille avec Rušayd ad-Daḥdaḥ* puis, après le départ de ce dernier pour Tunis, seul, poursuivant fidèlement sa collaboration jusqu’à la mort de l’abbé en 1866. Il sert aussi de précepteur d’arabe pour les neveux du ministre du bey de Tunis Muṣṭafā Ḫaznadār, qui le rémunère par l’intermédiaire de Jules de Lesseps, agent du bey à Paris.

Al-Ḥarā’irī publie alors des traités sur le café (Risāla fī l-qahwa, Paris, Imprimerie Pinart, 1276 h. [1860]), sur la météorologie, la physique et la galvanoplastie (Risāla fī ḥawādiṯ al-ǧaww, Paris, Benjamin Duprat, 1862), ainsi que des consultations juridiques sur des problèmes rencontrés par les voyageurs musulmans en pays chrétiens, qu’il s’agisse du caractère licite de la consommation de la viande des animaux tués par les chrétiens (Fatwā fī ibāḥati ḏakāt an-naṣārā ‘alā ayy ṣūrat kānat wā akli luḥūmihim li raf‘ al-ḥaraǧ ‘an al-mūsāfirīn ilā bilādihim wa tashīl mu‛āmalātihim, Paris, Blot, 1277 h. [1860]) ou du port du chapeau (Aǧwābat al-ḥayārī ‘an qalansuwa l-naṣrī [Réponse aux gens embarrassés au sujet du chapeau des chrétiens], Paris, Imprimerie Carion, 1862). Pour l’enquête diligentée par Frédéric Le Play sur Les Ouvriers des deux mondes, il donne les éléments d’une monographie sur le « Parfumeur de Tunis […] d'après les renseignements recueillis sur les lieux en 1858 », éditée par Narcisse Cotte, secrétaire de la légation à Tanger à Rabat (t. III, n° 25, 1861). On lui doit aussi une édition annotée d'un texte arabe daté de 730 h. [1229] des Douze séances du cheikh Ahmed ben Al-Moāddhem [Ibn al-Mu‘aẓẓam ar-Rāzī], explicitement destinée à un usage scolaire (Paris, B. Duprat, 1865). Pour l’exposition universelle de 1867, il rédige enfin un court texte de présentation en arabe (‘Arḍ al-baḍā’i‘ al-‘āmm fī Bārīs) dont on publie aussi la traduction française (Traduction littérale du travail publié en arabe pour M. le baron Jules de Lesseps, commissaire général de Tunis, du Maroc, de la Chine et du Japon, Paris, Imprimerie Victor Goupy, 1866).

Après la chute de l’Empire, il est choisi pour inaugurer la fonction nouvelle de répétiteur d’arabe à l’École des langues orientales (1871). Il la remplit avec zèle jusqu’à sa mort. Intégré au milieu des arabisants parisiens, il est invité à participer en 1874 au congrès provincial des orientalistes réuni à Levallois. Il est inhumé au Père-Lachaise, dans le carré musulman de la 87e division. Ses papiers et sa bibliothèque (175 volumes dont 42 manuscrits) ont été acquis en 1885 par la bibliothèque de l’École des langues orientales.

Sources :

ANF, F 17, 3224 (Soliman el Haraïri) et 4064 (chaire et répétiteurs d’arabe) ; F 18, 290 (Birgys-Barys) ;

Revue de l’Orient, mai 1857, janvier 1858 et mars 1859 ;

L.-G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Paris, Hachette, vol. 1 (A-H), 1858 ;

C. Huart, 1939, p. 425 ;

Moncef Chenoufi, Le Problème des origines de l’imprimerie et de la presse arabes en Tunisie dans sa relation avec la renaissance « Nahda », 1847-1887 (thèse de lettres, université Paris IV, 1970), Lille, Service de reproduction des thèses de l’université, 1974, p. 118 ;

Langues’O… ;

Planel, « De la nation… », p. 123 ;

Abū l-Qāsim Muḥammad Karrū, Sulaymān al-Ḥarā’irī, ma‘a fatāwiyahu wa rasā’ilihi [Slīmān al-Ḥarā’irī, ses consultations juridiques et sa correspondance], Tunis, Mu’asasāt b. ‘Abd Allāh li n-našr wa t-tawziya, 2001, 160 p. ;

Marie-Geneviève Guesdon et Nathalie Rodriguez, « Les manuscrits arabes, turcs et persans à la bibliothèque interuniversitaire des langues orientales », Melcom 27, Alexandrie, mai 2005. En ligne : [http://www.melcominternational.org/wp-content/content/past_conf/2005/2005_papers/Guesdon_Rodriguez_2005.pdf].

Hasboun, Abdallah d’ [Ḥasbūn, ‘Abdallāh] (Bethléem, 1776 – Melun [?], 1859)

– interprète de 2e classe

Issu d’une famille chrétienne (son père, Michel Hasboun a épousé une demoiselle Hanous), Abdallah d’Hasboun (d’Hasboune, d’Asbonne ou Dasbonne) entre comme guide interprète au service de l’état-major de l’armée d’Orient en Égypte et fait la campagne de Syrie. Après avoir été rapatrié à Marseille, on le retrouve dans toutes les campagnes du Consulat et de l’Empire. Il est chargé en 1808 du recrutement des mamelouks parmi les réfugiés de Marseille. Il épouse en 1809 la fille d’un avocat notaire de Melun, Joséphine Duverger. Franc-maçon, il appartient à la loge de Melun, les Citoyens réunis. Naturalisé français en 1817, veuf, il se remarie avec la fille d’un colonel, Cécilia Saviot. Nommé en avril 1830 interprète de 2e classe pour la campagne d’Alger, il en revient à l’automne avec l’ensemble des interprètes. Il repart pour Oran en novembre 1831 au service de Boyer (s’y trouve aussi Brahemscha*, à un grade plus élevé), puis est envoyé par Desmichels auprès d’Abd el-Kader pour l’amener à conclure avec lui le traité qu’il a préparé (1834). Son séjour à Mascara lui permet de renseigner l’armée française « sur les mouvements d’Abd el-Kader, ses intentions et les dispositions des différentes tribus de la province » – il prépare donc dans une certaine mesure l’action de Gabriel Zaccar* et de Daumas*. Il est ensuite placé auprès du bey Ibrahim. On lui refuse l’avancement qu’il demande et le commandement de la place de Mostaganem. Il obtient en revanche de faire valoir ses droits à la retraite en 1835 et une demi-bourse pour son fils au collège Louis-le-Grand. Retiré à Paris puis à Melun, il est encore en vie lors de la bataille de Solférino. Le frère aîné du sculpteur Louis-Ernest Barrias, Félix-Joseph (1822-1907), peintre alors réputé, réalise son portrait en 1860.

Sources :

ANF, LH/664/66 (Dasbune) ;

ANOM, F 80, 1603 ;

SHD 2Ye 1-47 (Abdalla Dasbonne) ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 116-128 ;

Yacono, Un siècle…, p. 26.

Représentations iconographiques :

Esquer, Iconographie…, vol. I, p. 34, n° 381 (ce portrait a été reproduit dans le Monde illustré, 1860, t. I, p. 120).

Hatoun, Félicité Alice (Cheragas, 1889 – Alger [?], apr. 1954)

– professeur de collège

Originaire d’une famille juive modeste, elle passe sans doute par l’école normale. Institutrice et brevetée d’arabe (1909), elle assure diverses suppléances à Alger, tout en poursuivant son étude de l’arabe. Après avoir obtenu son diplôme en 1910, elle est affectée à Miliana (mars-septembre 1911), Sakamody (octobre 1911 - décembre 1912) et Staouéli (janvier-septembre 1912) et passe avec succès le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les EN et les EPS (1912). Elle enseigne encore à Mouzaïaville (octobre 1912 - avril 1913) et Birtouta (octobre 1913 - septembre 1914) avant d’être nommé institutrice déléguée pour l’enseignement de l’arabe à l’EPS de Blida (octobre 1914 - 1917). Elle obtient alors le DES d’arabe, en proposant une traduction partielle et annotée d’un ouvrage d’al-Tanasī, Naẓm al-durr wa l-‘iqyān fī bayān šaraf Banī Zayān (« Collier de perles et d’or natif sur l’établissement de la noblesse des Banî Zayân », 1915). Mais, sans doute du fait de son comportement déséquilibré, mégalomaniaque et paranoïaque, elle reste ensuite à l’écart des savants de l’université d’Alger : ses travaux savants s'interrompent et sa carrière plafonne. Suite à un conflit avec sa directrice, elle est nommée à l’EPS de Sétif (1917-1922) où son manque de conscience professionnelle et son esprit d’insubordination lui valent d’être traduite devant le conseil départemental de l’enseignement primaire qui, plutôt qu’une révocation et une réintégration dans l’enseignement élémentaire, préfère la déplacer. Comme une nomination en Algérie aurait signifié sa promotion, elle est nommée dans une EPS de métropole, à Trévoux, où elle suscite le mécontentement général, puis à Béziers, où elle se heurte à la directrice, Mlle Vidal-Naquet, tout en se posant à nouveau en victime des préjugés de race et en cherchant l’appui de militants socialistes, républicains et laïques. Elle obtient finalement de réintégrer l’Algérie, en faisant valoir l’infirmité de ses parents et de sa sœur, mais ses demandes incessantes pour accéder à un poste de direction sont rejetées. Mal notée à l’EPS de garçons d’Oran (1927-1929) où elle suscite l’ire du maire pour être intervenue dans une réunion électorale en 1929 (elle voulait y soulever la question du vote des femmes), elle n’hésite pas à solliciter le ministère pour être chargée de l’organisation de l’enseignement de l’arabe en Algérie – une mission confiée à William Marçais. Nommée à l’EPS de Blida (1929-1943), elle fonde en 1931 une Association laïque d’Algérie sans succès, le recteur et le directeur de l’école normale de la Bouzaréa refusant de la cautionner. Elle est révoquée en 1940 par l’application de la loi d’octobre portant statut des juifs contre laquelle elle s’élève ouvertement devant ses élèves. Elle achève sa carrière aux collèges modernes de filles de Maison Carrée (1943-1945) puis d'Alger, rue Lazerges (1945-1952) et s’occupe en 1947 de la régionale d’Alger de l’Association des professeurs de langues vivantes. Malgré son insistance et les accusations qu’elle porte contre Henri Pérès, qu’elle voudrait faire passer pour antisémite, elle échoue à obtenir la prolongation d’activité qu’elle demande après 1952. On perd sa trace après 1954. Restée célibataire, elle habite rue Bab-el-Oued, à l’adresse qui était déjà celle de ses parents avant 1914.

Source :

ANF, F 17, 25 507, Hatoun.

Hénon, Jean-Baptiste Adrien (Paris, 1821 – Paris, 1896)

– interprète militaire, professeur aux collèges de Bône et de Constantine

Il est un exemple de ces jeunes gens qui, après des études secondaires, s’engagent dans l’armée et deviennent interprètes sur le terrain. À sa retraite, il poursuit sa carrière comme gérant de compagnie puis comme professeur (peut-être du fait d’un mariage tardif à près de quarante ans et de la nécessité de subvenir aux besoins d’enfants en bas âge).

Fils d’un serrurier qui meurt alors qu’il n’a que deux ans, il grandit à Paris dans une famille catholique du 8e arrondissement (autour de la Bastille) et fait ses études à Sainte-Barbe. Il s’engage au 26e régiment de ligne en novembre 1839. Sergent en janvier 1841, il est en 1842 sergent-interprète auprès de Bedeau qui commande Tlemcen. Alors qu’il enquête sous les habits d’un déserteur, il est capturé et gardé par les Trara, et doit se faire ‘īssāwa pour s’échapper et survivre après sa fuite – il arrive jusqu’à Fès. Il revient à Tlemcen un an après sa disparition, méconnaissable, selon le récit qu’en donne Féraud*. Il obtient alors (1844) de passer comme sergent-interprète au régiment de zouaves, où il est détaché auprès du colonel Cavaignac puis auprès de colonel de Ladmirault. Il accompagne l’expédition de Bugeaud en 1847 dans la vallée de Bougie. Devenu en novembre 1848 interprète auxiliaire, il est affecté à Biskra, et assiste au siège des Zaatcha. Titularisé en 1850, il passe à la 2e classe en 1852. Après avoir fait partie en 1854 de la colonne qui, sous les ordres du colonel Desvaux, s’est emparée de Touggourt, il est fait chevalier de la Légion d’honneur (1855). En 1859, il épouse à Constantine Marie Constance Cléophé Fraillon, native d’un village de l’Aisne, qui meurt l’année suivante (Auguste Martin* et Cherbonneau* témoignent à la mairie de son décès). Il se remarie en 1861 avec Marie Taxil dont il aura trois enfants, dont deux survivants – Laurent Charles Féraud témoigne à la mairie de leur naissance. Promu à la 1re classe en 1865, Hénon est admis à faire valoir ses droit à la retraite en décembre 1869. Il se retire alors à La Flèche, et commande cependant en France une légion de mobilisés lors de la guerre franco-prussienne. Il gère ensuite la compagnie des chênes-lièges de l’Ouider (une place de 6 000 francs) jusqu’à sa nomination comme chargé de l’enseignement de l’arabe au collège de Bône en mars 1873 (2 400 francs), avec l’appui du principal qui a apprécié « le charme du Parisien, le tact de l’homme du monde, le ton de commandement et d’autorité du militaire ; de plus il ne paraît pas féru de la maladie des orientalistes en renom, et dont un des symptômes est de prétendre enseigner tout d’abord les soixante-dix-sept formes verbales de l’arabe littéral ; il pense qu’il est plus opportun de commencer par apprendre aux élèves à manier la langue qui se parle et comme elle se parle en Algérie, quitte à en révéler plus tard les finesses à ceux qui ne voudront passer plus outre et en faire une question d’érudition. » Apprécié, il passe cependant à la rentrée de 1877 au collège mixte de Constantine, plus rémunérateur (2 800 francs puis 3 000 francs), où il enseigne aussi l’histoire naturelle. On reconnaît en lui un « très fort arabisant, entomologiste savant » mais aussi un disciplinaire d’une faiblesse excessive : on prévoit de le remplacer par un successeur plus jeune et plus ferme lors de la transformation du collège en lycée. Lui succède en décembre 1884 Auguste Mouliéras*, recommandé par René Basset*. Hénon se réinstalle alors à Paris.

Sources :

ANF, F 17, 22.907, Jean-Baptiste Adrien Hénon et LH/1283/37 ;

ANOM, état civil ;

Féraud, Les Interprètes…

Houdas, Octave (Outarville, Loiret, 1840 – Paris, 1916)

– professeur au lycée d’Alger, à la chaire publique d’Oran puis d’Alger et aux Langues orientales

Houdas accompagne enfant ses parents en Algérie : bachelier, surnuméraire à la préfecture puis professeur de français au collège impérial arabe-français d’Alger, il y obtient la chaire d’arabe (1863), avant de conquérir devant le jeune Machuel* celle du lycée (1867), puis la chaire supérieure d’Oran (1869) où il épouse en 1876 Louise Lévy. Il publie alors des textes à usage scolaire (Histoire de Djouder le pêcheur, 1865 ; Cours élémentaire de langue arabe, 1875) largement diffusés et longtemps en usage. Titulaire de la chaire supérieure d’Alger (1877), il succède à Cherbonneau* comme inspecteur de l’enseignement de l’arabe en Algérie et Tunisie et s’oppose à l’usage de la langue parlée dans les médersas, suscitant les critiques de Desparmet*. À la fondation de l’école des Lettres d’Alger, il dirige son éphémère section orientale (1880) : simple bachelier, il est contesté par des professeurs plus diplômés, et ne reçoit pas le soutien du directeur, Masqueray, qui refuse de lui laisser prendre son autonomie. En 1881-1882, il accompagne R. Basset* en Tunisie pour une mission de recherches épigraphiques et bibliographiques. En 1884, il succède à Cherbonneau à la chaire d’arabe vulgaire de l’École des langues orientales, pour laquelle il compose une Chrestomathie maghrébine (1891), destinée à remplacer celle de Caussin*. En 1886, il collabore au Manuel franco-arabe à l’usage des écoles indigènes de l’Algérie que composent Joseph Reinach et Charles Richet, avec une préface de Victor Duruy, en en traduisant en arabe la partie scientifique. La même année, il publie dans une collection dirigée par Léon de Rosny une Ethnographie de l’Algérie qui fait une place aux Algériens, nouvelle race latine, à côté des Berbères, des Arabes et des Juifs, tous aptes à la civilisation par l’éducation. Il édite et traduit à Alger, puis à Paris, de nombreux textes, trop rapidement selon certains. Après le traité de droit musulman d’Ibn Acem et le recueil des ḥadīṯ-s d’al-Buḫārī (en collaboration avec son élève William Marçais*), ce sont des textes arabes relatifs à l’histoire du Maroc et surtout du Soudan dont la conquête s’accompagne de la mise à disposition de nouveaux manuscrits par les militaires puis les administrateurs. Le général Archinard, après avoir pénétré dans Segu (Mali), la capitale du fils et successeur d’al-ḥāǧǧ ‘Umar, lui transmet le manuscrit du Tā’rīḫ aṣ-Ṣudān de ‘Abd ar-Raḥmān as-Sa‘dī (1898-1900, rééd. 1981 et retraduit par Hunwick, 1999), puis Gaden lui confie la publication et la traduction de la Taḏkirat an-Nisyān, recopiée sous les ordres de Gouraud après la prise de Samory Touré (1913-1914). Il traduit aussi le fameux Tā’rīḫ al-Fattāš de Maḥmūd Kā‘tī (1913-1914), un texte à la recherche duquel le gouverneur du Haut-Sénégal-Niger Clozel avait envoyé Bonnel de Mézières (Octave Houdas achève cette traduction en collaboration avec Maurice Delafosse* qui a épousé sa fille Alice). En 1908, alors qu’il enseigne à l’École des sciences politiques, il a exposé dans un vade-mecum destinés aux agents français de la colonisation et au public cultivé ses vues matérialistes et évolutionnistes sur L’Islamisme : du fait de la rapidité de l’évolution de la civilisation arabe, la ferveur religieuse, restée trop forte, a étouffé la science, mais l’islam se réformera suite aux progrès économiques, avec comme potentiel agent d’accélération les Européens convertis comme il s’en trouve à Liverpool et aux États-Unis. Il y aura donc crise – peut-être sur le modèle de la réforme protestante –, la religion étant destinée à subsister comme repos de l’esprit. Houdas, formé sur le terrain en Algérie, perpétue une approche ancienne : familier des textes et du monde musulman contemporain, respecté pour sa connaissance de la langue, il conserve des critères de jugement qui ne sont plus ceux d’une nouvelle génération – celle de Gaudefroy-Demombynes* ou de Doutté* – soucieuse avant tout de rigueur scientifique.

Sources :

ANF, F 17, 22.304, Houdas ; ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/7, Houdas ;

Hommes et destins, t. I, 1975, p. 289-293 (notice par L. Delafosse) ;

Langues’O… (notice par G. Troupeau) ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par A. Messaoudi et J. Schmitz).

Huart, Marie Clément (Paris, 1854 − Paris, 1926)

− drogman, professeur aux Langues orientales et directeur d’études à l’EPHE, Ve section

Clément Imbault-Huart – il prendra l’habitude de signer ses travaux sous le nom de son père, Huart, ce qui le distingue de son frère cadet, Camille Imbault-Huart (1857-1897), spécialiste de la Corée et de la Chine – est le fils naturel d’un avocat protestant qui lui fait suivre très jeune les cours de conversation arabe de Caussin* aux Langues orientales. Dès la création de l’EPHE en 1868, il est inscrit au cours d’arabe, d’hébreu et de persan délivré par Guyard*, qu’il complète par la formation des Langues orientales dont il sort en 1874 diplômé d’arabe, de grec moderne, de turc et de persan. En 1875, il publie son mémoire de l’EPHE, l’édition et la traduction du Anîs el-‘Ochchâq, Traité des termes figurés relatifs à la description de la beauté, par Cheref-Eddin-Râmi, poète persan de la fin du xive siècle. Ce travail, qui suscite le compte rendu élogieux de Pavet de Courteille, lui vaut d’être admis à la Société asiatique avant son départ pour Damas où il a été nommé drogman. Il succède à Belin* à Constantinople où il demeure entre 1877 et 1897, conservant des relations étroites avec la Société asiatique à laquelle il donne de nombreux comptes rendus et articles pour le Journal asiatique : des « Notes prises pendant en voyage en Syrie » (1878-1879), où se conjuguent style littéraire et précisions savantes, précèdent la traduction d’une « Notice sur les tribus arabes de la Mésopotamie » et d’extraits de la « Poésie religieuse des Nosaïris » (1879) et des études sur les femmes artistes arabes (« La poétesse Fadhl, scènes de mœurs sous les khalifes abbassides », 1881 ; « Étude biographique sur trois musiciennes arabes », 1884). Il prolonge aussi le travail de Belin en poursuivant la publication de sa « Bibliographie ottomane » dans le JA (pour les années 1877-1890), tout en restant fidèle à son approche à la fois attrayante et savante (Konia, la ville des derviches tourneurs, souvenirs d’un voyage en Asie mineure, 1897). Il ne se désintéresse cependant pas de la Perse, qu’il s’agisse de traiter de questions religieuses contemporaines (La Religion de Bab, réformateur persan du xixe siècle, 1889) ou linguistiques (« Le dialecte persan de Sîwend », JA, 1893). C’est d’ailleurs pour remplacer Schefer à la chaire de persan de l’ESLO qu’il regagne Paris en 1898, tout en continuant à publier des travaux dans le domaine turc et surtout arabe – il édite et traduit Le Livre de la création et de l’histoire (Paris, Leroux, 1903-1919, 6 vol. : c’est une encyclopédie historique du ive/xe siècle, traditionnellement attribuée à al-Balḫī, qu’il rend à son auteur véritable, Muṭahhar b. Ṭāhir al-Maqdisī), publie une Histoire de Bagdad dans les temps modernes (Paris, Leroux, 1901 : elle va de la prise de la ville par les Mongols en 1258 à la chute du gouvernement des mamlouks en 1831), puis une Littérature arabe (Paris, Colin, 1902, traduite en anglais en 1903, traduction rééditée en 1987) et une Histoire des Arabes (Paris, Geuthner, 2 vol., 1912-1913), toutes deux largement diffusées. Il s’occupe aussi d’art musulman, collaborant avec Gaston Migeon et Max Van Berchem pour le catalogue de l’Exposition des arts musulmans présentée en 1903 au Musée des arts décoratifs et consacrant une étude aux Calligraphes et miniaturistes de l’Orient musulman (Paris, Leroux, 1908, rééd. 1972). En 1909, il succède à Hartwig Derenbourg* comme directeur d’études pour l’islamisme et les religions de l’Arabie à l’EPHE. Candidat au poste d’administrateur de l’ESLO en 1908 puis en 1913, avec le soutien de Louis Marin, professeur d’ethnographie à l’École d’anthropologie de Paris et député de la conservatrice et nationale Fédération républicaine, on lui préfère le slavisant Paul Boyer. En s’appuyant sur le témoignage du député radical Albin Rozet, il doit alors contrer la rumeur selon laquelle sa femme, Zélie Lebet, la fille d’un banquier protestant suisse installé à Constantinople, serait allemande. Pendant la guerre, il dirige la société d’assistance aux blessés musulmans fondée à l’ENLOV pour prendre soin de ceux qui sont hospitalisés dans la région parisienne. Le professeur de turc Jean Deny étant mobilisé, il assure par ailleurs sa suppléance. Après la guerre, il traduit des récits hagiographiques persans du xive siècle (Les Saints des derviches tourneurs, 2 vol., 1918-1922, rééd. Paris, Éditions orientales, 1978) et le Livre de Gerchâsp, poème persan d’Asadî junior de Ṭoûs (Paris, Geuthner, 1926 – le travail sera poursuivi par Henri Massé, son successeur à la chaire de persan de l’ENLOV), avant de donner une synthèse sur La Perse antique et la civilisation iranienne (Paris, Renaissance du livre, 1926, trad. en anglais en 1927, trad. rééditée en 1972). Élu en 1919 à l’AIBL, sa renommée lui vaut d’être choisi pour faire partie de la nouvelle Académie de langue arabe de Damas. La réponse qu’il donne à l’enquête parue en 1925 dans Les Cahiers du mois. Les appels de l’Orient indique cependant qu’il reste imperturbable devant l’ébranlement des valeurs rationnelles occidentales, témoin d’une génération férue de science et de progrès et consciente de la supériorité de l’Occident. Pour lui, même si la littérature a encore une longue vie devant elle, l’influence de l’Orient sur l’Occident qui a pu se faire jour au début du xixe siècle est désormais nulle, les deux civilisations restant impénétrables ; l’Orient ne demande à l’Occident que des instructeurs scientifiques. Il laisse trois enfants. L’un de ses deux fils, Raymond Imbault-Huart (1895-1969), diplômé de l’ENLOV en arabe, persan et turc (1917), interprète pour l’armée en métropole pendant la Grande Guerre, puis élève-interprète à Constantinople en 1919, fait carrière aux Affaires étrangères. Sa fille, restée célibataire, disperse peu à peu les faïences persanes et les manuscrits arabes, persans et turcs collectionnés par son père.

Sources :

ANF, F 17, 26.757, Marie Clément Imbault-Huart ;

JA, t. CCIX, 1927, p. 186-189 (éloge funèbre par É. Sénart) ;

Académie des sciences coloniales. Compte rendu des séances. Communications, t. VIII (1926-1927), p. 553-555 (notice par A. Cabaton, avec une photographie) ;

Langues’O…, p. 84-85 (notice par C.-H. de Fouchécour) ;

Entretiens téléphoniques avec Marie-José et Béatrice Imbault-Huart (août 2006).

Humbert, Jean (Genève, 1792 – Genève, 1851)

– professeur d’arabe à Genève, auteur d’une anthologie, d’une chrestomathie et d’un vocabulaire arabes

Après avoir terminé ses études de théologie à l’académie de Genève et avoir été consacré pasteur, il part approfondir sa connaissance du grec et des langues orientales en passant une année à Göttingen auprès de Thomas Christian Tychsen et de Johann Gottfried Eichhorn puis une autre à Paris, où il suit les cours d’Antoine Silvestre de Sacy* et de Charles-Benoît Hase, et profite des leçons d’arabophones « naturels » comme Raphaël de Monachis*, Michel Sabbagh* et Abraham Daninos*. De retour à Genève où il a pris la direction du pensionnat fondé par son père et épousé en 1816 Dorothée-Wilhelmine Godemar, qui lui donnera quatre filles, il participe au goût nouveau pour la poésie arabe en publiant en 1819 une Anthologie arabe ou Choix des poésies arabes inédites trilingue (arabe-français-latin) composée en grande partie de poésies des Mille et une nuits qui avaient été écartées par Antoine Galland dans sa traduction. Surmené, il doit renoncer à la chaire de littérature classique de l’académie de Genève à laquelle il s’était préparé (1819) et est finalement nommé professeur honoraire d’arabe (1820). Membre de la Société asiatique et de plusieurs académies provinciales (Marseille, Avignon, Strasbourg, Nancy, Strasbourg), il conserve des liens étroits avec le monde savant français. Pour asseoir cet enseignement nouveau à Genève, il acquiert plusieurs manuscrits copiés à Paris par Michel Sabbagh, Ellious Bocthor* et Georges Sakakini* (conservés à la bibliothèque publique et universitaire, ils ont été catalogués par Anouar Louca en 1968) et souligne l’importance de l’apprentissage de l’arabe pour le voyageur, le missionnaire, le théologien, l’historien et l’homme de lettres (Discours sur l’utilité de la langue arabe, 1823). Son enseignement, sanctionné à partir de 1839 par un examen public (que présente la moitié de sa vingtaine d’auditeurs), s’accompagne de nouvelles publications destinées à faciliter un premier apprentissage de l’arabe sous la forme d’une Chrestomathia arabica facilior (1834), puis en 1838 d’un Guide de la conversation arabe ou vocabulaire franco-arabe, classé thématiquement et destiné à la colonie européenne d’Afrique, et enfin d’un volume intitulé Arabica analecta inedita. William Mac-Guckin de Slane*, dans le compte rendu favorable qu’il donne de ce dernier ouvrage dans le JA, regrette que le conte tiré des Mille et une nuits qui clôt ce recueil de fables et d’anecdotes historiques comprenne de trop nombreuses tournures en langue vulgaire. Humbert, qui n’a, semble-t-il, point quitté l’Europe, se montre moins puriste qu’un De Slane, sensible aux efforts de correction manifestés par les chrétiens arabes du Levant. Dans le domaine du français, son recueil des mots du parler genevois (Nouveau glossaire genevois, 1852, réimpr. Genève, Slatkine, 2004), lui vaut d’être encore aujourd’hui connu dans son pays, et confirme son intérêt pour des expressions qui n’ont pas d’équivalent dans la langue classique.

Sources :

Hoefer, Nouvelle biographie ;

Albert de Montet, Dictionnaire biographique des Genevois et des Vaudois, Lausanne, G. Bridel, 1877-1878 ;

Édouard Montet, « De quelques travaux inédits de Jean Humbert, arabisant genevois », JA, 1890, p. 496-502 ;

Anouar Louca, Jean Humbert (1792-1851), arabisant genevois, Genève, Association suisse-arabe, 1970.

I

Ibn Merzouk, Mohammed [b. Marzūq, Muḥammad] (Tlemcen, v. 1880 [?] – Tlemcen [?], apr. 1905)

– répétiteur d’arabe aux Langues orientales

Recommandé par William Marçais dont il a été l’élève à la médersa de Tlemcen pour suppléer Zenagui* comme répétiteur aux Langues orientales en 1904-1905, c’est un brillant diplômé de la division supérieure de la médersa d’Alger. Pendant cette année qu’il passe à Paris, il s’inscrit à la Ve section de l’EPHE pour y suivre le séminaire de Hartwig Derenbourg*. Il est probablement retourné ensuite à Tlemcen. Il possible qu’il y ait été un des professeurs de Messali Hadj à la zâwiyya b. Yellès [b. Yalis].

Sources :

ANF, F 17, 4066 (Adrien Barbier de Meynard au MIP, 2 novembre 1904) ;

Archives de l’EPHE, Ve section, registres d’inscriptions ;

Langues’O… (notice par P. Labrousse) ;

Khaled Merzouk, Messali Hadj et ses compagnons à Tlemcen : récits et anecdotes de son époque, 1898-1974, Alger, El Dar El Othmania, 2008.

Igonet, Hilaire Raphaël (Vira, Pyrénées orientales, 1870 – ?, apr. 1934)

– professeur de collège

Bachelier de l’enseignement secondaire spécial (Toulouse, 1889), il effectue son service militaire avant d’être nommé répétiteur à Médéa (1893), puis au lycée d’Alger (1894), ce qui lui permet de suivre les cours d’arabe de l’école des Lettres. Après l’obtention du brevet en 1896, il est nommé professeur au collège de Mostaganem, puis à Médéa (1902) où ce fils d'un brigadier des Eaux et Forêts épouse la fille d’un minotier (1903). Très bien noté, il passe à Philippeville (1905), puis à Blida (1911) où il achève sa carrière en 1934, après avoir échoué en 1911 et 1912 au certificat d’aptitude qui lui aurait permis d’accéder à un poste à Alger.

Source :

ANF, F 17, 24.382, Igonet.

J

Jaume, Cyprien Gabriel Gustave (Grasse, 1831 – Alger, 1896)

– professeur au lycée d’Alger

Bachelier ès lettres (1852) et licencié en droit à Aix-en-Provence (1857), on ne sait pas s’il a appris les premiers éléments de la langue arabe en France (à Marseille ?) ou en Algérie. À partir de mai 1857, il exerce comme secrétaire interprète au commissariat central d’Alger, et ce jusqu’à sa nomination à la chaire d’arabe du collège impérial arabe-français de Constantine (décembre 1869), en remplacement de Louis Machuel*. Il y est maintenu quand l’établissement devient un collège communal mixte (novembre 1871). Inhabile à la discipline, mais aimé des élèves, il y aurait obtenu d’honorables résultats. En juillet 1877, il est nommé au lycée d’Alger. En 1879-1880, on note que ses élèves, qui sont plus de 200 (sur les 1 000 du lycée), « subissent avec succès les examens pour obtenir le titre d’interprète militaire ou judiciaire ». On lui prête une certaine fortune personnelle : « il possède cheval et voiture ». Il a conservé des attaches avec Grasse, où l’homme de lettres Louis Bertrand le rencontre en 1891, à la veille de sa mutation pour le lycée d’Alger : « Ce qui me ravissait, c’est que mon nouveau collègue fût si différent des pédagogues au milieu desquels j’avais vécu jusque-là. Il me faisait entrevoir un pays tout nouveau pour moi, exempt de toutes les contraintes et de toutes les conventions bourgeoises ou administratives qui garrottent les Français, un pays de joie, de liberté, de lumière et de soleil, où j’allais enfin me dégeler, vivre une vie un peu plus conforme à mes goûts, une vie de plein air, comme celle de ce maquignon, où j’allais secouer la poussière de mes bouquins… » Resté célibataire, Jaume, qui n’a semble-t-il publié aucun ouvrage, meurt peu après avoir été admis à la retraite en janvier 1894.

Sources :

ANF, F 17, 20.998A, Jaume ;

ANOM, état civil (acte de décès) ;

Louis Bertrand, Sur les routes du Sud, Paris, Fayard, 1936, p. 15.

Joly, Alexandre (Montreuil-sous-Bois, 1870 – Constantine, 1913)

– titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Constantine, géographe et arabisant

Fils aîné du chimiste Alexandre Joly (1845-1897), un ancien élève de l’École normale supérieure (1867) qui y a été le condisciple d’Alfred Rambaud, de Charles Jeanmaire et d’Émile Masqueray, il fait ses études au lycée Henri-IV. Des raisons de santé l’engagent dans une carrière algérienne que suivra aussi après lui son frère cadet Jules*. Opérateur dessinateur aux Ponts et Chaussées, il prépare les diplômes d’arabe et d’études historiques à l’école des Lettres d’Alger – son père l’a sans doute recommandé à Masqueray qui la dirige jusqu’en 1894. En 1896, il est nommé professeur de sciences à la médersa d’Alger. Il compose une étude de la Commune mixte de Boghari. L’annexe de Chellala (1897) et collabore à la carte géologique de l’Algérie (puis à son atlas archéologique en 1904-1907). En 1899-1900, il est attaché à la mission de Georges-Barthélemy-Médéric Flamand dans l’extrême Sud oranais (In Salah et Tidikelt). Il passe alors à la médersa de Constantine (1900), peut-être pour être plus proche du Sud où il effectue des missions (ainsi en 1903 pour étudier les confréries religieuses musulmanes dans le Sud algérois), y compris en Tunisie. Ses travaux géographiques, déjà publiés localement dans le Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord (« Une mission à In Salah », 1900 ; « La plaine des Beni Slimann [sic] et ses abords », 1900-1903, « Étude sur le Titteri », 1906-1907 ; « À propos des analogies entre l’Espagne et l’Algérie », 1907) et le Bulletin de la Société de géographie d’Oran (« La ligne de partage des eaux marines et continentales dans l’Afrique mineure », 1907) sont jugés dignes d’être repris à Paris dans les Annales de géographie (« Le plateau steppien d’Algérie », mars et mai 1909 ; « Le Titteri », novembre 1912). Il s’intéresse aussi à des problèmes linguistiques (« Dérivation des racines trilitères dans l’arabe vulgaire et l’arabe parlé », communication au congrès des orientalistes, Alger, 1905) et littéraires (« La poésie vulgaire chez les arabes nomades du Sud algérien ; Textes, traductions, notes », « Sur un langage conventionnel des chanteurs arabes », RA, 1900-1904 et 1906). Il annonce un Dictionnaire des dialectes d’arabe vulgaire du Nord africain et des travaux comparatifs entre les langues d’al-Andalus et d’Afrique mineure qui ne verront jamais le jour. Membre de la Mission scientifique au Maroc à Tanger (1905-1906), il contribue aux Archives marocaines (« L’ouerd des Ouled Sidi Bounou » ; « Le siège de Fès, 1903-1904, par la tribu des Jebala » ; « Tétouan », travail fouillé pour lequel il collabore avec Michel Xicluna* et Louis Mercier*). En 1907, la recommandation de Stéphane Gsell vient en renfort de celle d’Alfred Le Chatelier pour lever les doutes du recteur, a priori réticent à confier à Joly la succession de Motylinski* à la chaire publique d’arabe de Constantine : malgré « quelques peccadilles de jeunesse et des allures un peu excentriques », cet homme qui porte volontiers le costume des indigènes et « met une certaine coquetterie à se tenir comme en marge de la société » (Saint-Calbre*) est « parfaitement honnête et loyal ». Joly publie alors dans la RA plusieurs travaux sur les confréries et les marabouts (« Étude sur les Chadouliyas », 1907 ; « La légende de Sidi Ali ben Malek, sa postérité », 1908 ; « Les confréries religieuses et les marabouts en Algérie », 1909 ; « Saints et légendes de l’Islam », 1913) dont il dresse un tableau plutôt sombre et inquiétant. Après sa mort subite – maladie qu’il n’a pas rendue publique ou suicide ? –, sa veuve respecte son vœu de ne pas publier les travaux qu’il a laissés inachevés. Elle se trouve dans la nécessité de demander la concession d’un débit de tabac.

Sources :

ANF, F 17, 23.370, A. Joly ;

RA, 1913, p. 5-6 (avec une liste des principales publications) ;

Annales universitaires de l’Algérie, juin 1913, p. 123-124 (notice par J. Garoby) ;

Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de Constantine, 47e vol. de la collection (5e série, 4e vol.), année 1913, p. 815-817 (notice par C. Saint-Calbre avec une liste des publications parfois inexacte).

Joly, Jules Eugène (Montreuil-sous-Bois, 1876 – Alger [?], 1920)

– professeur de lettres à la médersa d’Alger

Après la mort de son père, il est sans doute encouragé par son frère aîné Alexandre* à étudier l’arabe aux Langues orientales (dont il sort brillamment diplômé en 1900) et à l’EPHE où il est l’élève de Derenbourg* à la IVe et à la Ve section. En janvier 1901, il assure l’intérim de Doutté* à la médersa d’Alger où il est nommé professeur de lettres l’année suivante. W. Marçais*, tout en louant sa culture, sa finesse, sa correction et ses bons rapports avec ses collègues musulmans, regrette « qu’affligé d’une sorte de découragement », il ne s’attelle pas à des travaux d’érudition. Il publie cependant une étude des « Chansons du répertoire algérois » dans la Revue africaine (1909) et obtient sa licence ès lettres (mention arabe) en 1911.

Source :

ANOM, GGA, 44H, 43, Jules Joly et CGA, 44S, 4.

K

Karous, Issa [Karrūs, ‘Aysā] (Bethléem, v. 1770 [?] – [?], apr. 1832 [?])

– aumônier des mamelouks, interprète

Originaire de Bethléem, il s’est installé en Italie où il rend des services aux Français à Naples et à Rome. Puis il part pour Paris et sert comme aumônier des mamelouks à Melun. En 1809, il reçoit l’ordre de se fixer à Marseille, comme réfugié. Il s’agit d’une disgrâce qu’il impute aux intrigues du colonel Yacoub auquel il a refusé d’administrer le sacrement du mariage – la promise étant déjà mariée au Caire. Or, à Marseille, il est à nouveau en butte aux intrigues de trois prêtres grecs catholiques Gabriel Taouil*, Joseph Sabbagh et Joseph le Chaldéen qui l’auraient calomnié de façon à ce que l’archevêque lui interdise de dire la messe et de confesser. Issa impute cette réaction à la joie qu’il a exprimée devant les mesures prises par Napoléon envers la papauté. Il a le soutien du sous-inspecteur Régnier et du général Dumuy. Chevalier de l’ordre de Saint-Wladimir en 1814-1815, il est installé à Paris en septembre 1820. En 1824, Joanny Pharaon* publie à Paris une « Notice sur le patriarche Isà-Karruz » pour en faire sans doute l’éloge – la famille Pharaon semblant plus proche du clan de Hamaouy et d’Abdelal* que de celui d’Aydé et Taouil. « L’évêque » (J. Savant) Karous participe à l’expédition d’Alger : De Salle* en fait le portrait dans Ali le Renard, précisant que « l’abbé Isacharus ne lit que l’arabe de Syrie et le syriaque de son bréviaire ».

Sources :

De Salle, Ali le Renard, vol. I, p. 159-160 ;

liste des ouvrages de J. Pharaon donnée dans son Traité abrégé de la grammaire arabe, 1833 ;

Savant, Les Mamelouks…, p. 414-418.

Kazimirski-Biberstein, Albin/Albert Félix Ignace de (Korchów, Pologne, 1808 – Paris, 1887)

– secrétaire interprète

Émigré à Paris à la suite de la répression russe de l’insurrection polonaise en 1831, il y poursuit auprès de Silvestre de Sacy l’étude des langues orientales qu’il a entamée à Varsovie et à Berlin et collabore au Journal des débats. Admis à la Société asiatique en 1833, sans doute naturalisé français sous le prénom d’Albert, il donne des articles à l’Encyclopédie nouvelle (1836-1842) et est proposé pour faire partie de la Commission scientifique de l’Algérie, sans finalement y prendre part (1837). Il est aussi désigné par Alix Desgranges pour servir de maître de français à deux jeunes Constantinois qui séjournent à Paris, convoyés par Urbain* (1839). Après un premier séjour en Perse dont il rend compte lors d’un séjour à Paris fin 1840 - début 1841, il y est interprète de la légation française quand paraît en 1841 avec une préface de Pauthier, directeur de la collection des « Livres sacrés de l’Orient » chez Charpentier, sa traduction nouvelle et annotée du Coran. Chargé au départ de réviser la traduction de Savary, il revient finalement au texte original pour en proposer une traduction beaucoup plus fidèle. Revue et corrigée au cours de ses rééditions régulières (1844, 1847, 1852, 1859), cette traduction, elle-même traduite en castillan (1844) et en russe (1880), est restée une référence, encore aujourd’hui disponible en librairie. De retour à Paris, faute de se voir offrir l’emploi au bureau des traducteurs du ministère des Affaires étrangères qu’on lui a promis, Kazimirski s’occupe activement de la Société asiatique, élaborant des tables pour le Journal asiatique, faisant provisoirement fonction de bibliothécaire et travaillant à l’édition d’un code chiite qui fasse pendant au code de sīdī Ḫalīl traduit par Perron* (1848). Il publie des textes à destination des élèves qui débutent leur apprentissage du persan (édition lithographiée d’un recueil de contes, le Bakhtiarnanem, 1840) et de l’arabe (Enis el-djelis, ou Histoire de la belle Persane, conte des Mille et une nuits, Théophile Barrois, 1847). Déjà auteur d’un Dictionnaire français-polonais, il travaille à l’élaboration d’un dictionnaire arabe-français qui, selon le rapport qu’en fait Jules Mohl pour la SA, « comprend les mots de la langue savante et de la langue vulgaire, et, en outre, les proverbes et les phrases idiomatiques les plus usuelles ; c’est le premier dictionnaire qui donne l’interprétation des mots en français » (2 vol., Paris, Maisonneuve, 1846-1847). Ce dictionnaire, réédité (au Caire en 1875, revu et corrigé par Ibed Gallab, interprète attaché à l’imprimerie khédiviale de Būlāq, 4 vol. ; à Beyrouth en 1944), est encore utilisé aujourd’hui. Après s’être désisté devant Schefer pour remplacer Quatremère* à la chaire de persan des Langues orientales (1857), Kazimirski est nommé second secrétaire interprète attaché au cabinet du MAE à la place de Duchenoud* (1858). Il poursuit ses travaux en persan, publiant en 1876 une traduction polonaise du Gulistan de Sa‘dī al-Šīrāzī ainsi qu’un Specimen du divan (recueil de poésies) de Menoutchehri, poète persan du ve siècle de l’hégire, puis en 1883 de volumineux Dialogues français-persans, précédés d’un précis de la grammaire persane et suivis d’un vocabulaire français-persan à destination des Français se proposant de voyager en Perse, des Persans voulant apprendre le français et des orientalistes curieux de connaître l’état actuel de la langue parlée dans l’Iran moderne. Dans ces Dialogues auxquels ont collaboré des Persans séjournant à Paris, il dit sa conviction que les civilisations de l’Orient peuvent emprunter aux lumières de l’Europe sans renoncer à leurs traditions particulières. Les langues orientales ont selon lui les ressources nécessaires pour exprimer les idées abstraites et modernes. Malade du cœur, le « fidèle et laborieux serviteur du département », resté célibataire, est discrètement mis à la retraite en 1886 pour être remplacé par Clermont-Ganneau. À son service funèbre en l’église Saint-François-Xavier, on remarque la présence de l’écrivain Sienkiewicz. Mise en vente en 1888, sa bibliothèque fournit plus de mille lots.

Sources :

ANF, F 17, 3169, Kazimirski ;

ADiplo, personnel, 1re série, 402, Biberstein-Kasimirski ;

Le Mémorial diplomatique [Paris], 1887 (nécrologie) ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par S. Larzul).

L

Laborie, Léon Frédéric (Clermont-L’Hérault, 1852 – Alger [?], apr. 1908)

– professeur de collège

Maître d’études au collège d’Apt après avoir obtenu le brevet de capacité en juillet 1870, il devient instituteur adjoint à l’école publique Saint-Louis de Cette [Sète] puis au lycée d’Alger (janvier et octobre 1872) où il fait l’apprentissage de la langue arabe. Une fois titulaire du diplôme d’arabe de 2e classe (novembre 1875), il complète son service en venant en renfort de Louis Machuel* pour répondre au besoin accru de cours d’arabe au lycée à la suite de la dissolution du collège arabe-français. Malgré son succès à l’examen de l’interprétariat militaire (décembre 1876), il poursuit sa carrière dans l’enseignement. Il ne donne alors pas moins de 23 heures de cours par semaine et obtient le statut de chargé de cours d’arabe (novembre 1877). En 1884-1885, 162 des 980 élèves du lycée, sans doute ceux des petites classes, de la 9e à la 6e, suivent son enseignement. C’est selon le recteur Jeanmaire un « excellent homme », mais très médiocre pour l’instruction générale et à peine suffisant pour l’instruction professionnelle : il n’est apte qu’à inculquer « les éléments de la langue arabe ». Marié depuis 1884, il mène une « vie privée irréprochable » et fait preuve d’une « bienveillance inaltérable », ce qui lui vaut les palmes académiques (OA, 1892 et OI, 1902). La surdité dont il est atteint depuis les années 1880 l’oblige à concevoir son cours comme une suite de répétitions particulières et ne lui permet pas de corriger la prononciation de ses élèves. Après l’avoir proposé pour une dernière promotion, proviseur et recteur le décident en 1908 à prendre précocement sa retraite.

Source :

ANF, F 17, 22.073B, Laborie.

Labouthière épouse Fredouille, Louise (Oran, 1896 – Montpellier [?], apr. 1962)

– professeur de collège

Bachelière en 1919, elle a obtenu l’année précédente le brevet d’arabe en même temps que la première partie du baccalauréat et poursuit ses études à Alger jusqu’à la licence ès lettres, mention arabe (1922). Elle a sans doute été encouragée à étudier l’arabe par son père, Claude Labouthière, qui est en 1924 l’adjoint du directeur des affaires indigènes Mirante*. Nommée au collège de Sidi bel Abbès, elle y enseigne l’arabe en même temps que le latin (l’inspecteur note qu’elle compense l’insuffisante heure hebdomadaire attribuée aux rares élèves débutantes en arabe régulier par une seconde heure donnée bénévolement). Titularisée au collège de Blida (1925), elle demande à être affectée à Alger après son mariage avec un professeur de dessin au lycée de Ben Aknoun. Elle ne l’obtient pas, faute d’être agrégée. Après plusieurs années de congé – quatre enfants naissent entre 1930 et 1935 et on la dit atteinte de troubles nerveux –, elle accepte un poste d’institutrice à Ben Aknoun, ce qui lui fait quitter les cadres du second degré avec des conséquences dont elle n’a pas conscience. Elle n’est à nouveau chargée d’un enseignement en arabe qu’en 1946-1947, comme remplaçante. Après une année sans poste ni traitement puis deux années d’exercice comme surveillante, elle obtient enfin en 1950 une affectation en arabe à l’ancien collège Lazerges d’Alger, devenu lycée de jeunes filles Savorgnan de Brazza, où elle exerce jusqu’à sa retraite en juin 1962. « Timide à l’excès » selon sa première directrice, elle est bien notée par la suivante, épouse de Pierre Counillon*. Après l’indépendance de l’Algérie, elle s’installe dans les environs de Montpellier. Sa carrière hachée atteste d’une certaine distorsion entre le souci affiché de développer l’enseignement de la langue arabe, et l’usage partiel qu’on fait des ressources du personnel enseignant arabisant après 1930.

Sources :

ANF, F 17, 27.973, Labouthière (Mme Fredouille) (dérogation) ;

Correspondance avec Jean-Pierre Fredouille.

Lacoux, Raymond (Tunis, 1907 – Nice [?], apr. 1962)

– professeur de lycée

Il est le fils de Henri Félix Marius Lacoux, lui-même fils de l’interprète militaire Florent Lacoux et neveu de Louis Machuel*. Henri Lacoux, a été nommé professeur d’arabe à l’école Jules Ferry de Tunis (1907) après avoir été employé au service de la Navigation et des Pêches puis comme rédacteur traducteur à la direction de l’enseignement (1904), une fois titulaire du certificat d’arabe parlé (1899) et du brevet d’arabe de Tunis (1901). Président général de la Ligue française des pères et mères de familles nombreuses de Tunisie, il a aussi enseigné l’arabe dans le cadre des cours du soir pour adultes organisés à Tunis par la Ligue de l’enseignement. Il a autographié la réédition des Voyages de Sindbad le marin publiés par son oncle, et achevé et révisé le dictionnaire français-arabe de ce dernier (vers 1915, sans que l’ouvrage trouve un éditeur). Henri a épousé Marie Rosalie Martin (née v. 1877), peut-être la sœur d’Edmond Martin, virtuose tunisois du sabir connu sous le nom Kaddour ben Nitram. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1925, Raymond Lacoux est surveillant au lycée de Ben Aknoun à Alger où il passe avec succès le certificat de philologie arabe. Revenu comme surveillant au lycée Carnot de Tunis (1927), il y devient répétiteur (1929) et achève sa licence (1933). Après un an de service militaire (1933-1934), il y est délégué d’enseignement puis professeur licencié. Il publie en 1944 avec l’aide d’Othman Kaak [‘Uṯmān al-Ka‘‘āk] un recueil de Textes administratifs arabes gradués (lettres et circulaires rédigés en style administratif tunisien) à l’usage des candidats au Brevet d’arabe régulier de l’École supérieure de Littérature Arabe de Tunis suivi d’un lexique, préfacé par Bercher*. Complément de l’ancien Guide de l’interprète de Machuel, cet ouvrage qui peut servir d’initiation à la lecture de la presse arabe est réédité en 1953. Malgré « une certaine dureté [qui] ne lui attire pas toujours les sympathies des élèves » si l’on en croit son proviseur en 1954-1955, Lacoux est bien noté. Sa hiérarchie apprécie son action en faveur de toutes sortes d’œuvres para- et périscolaires (mutuelles, orphelinat) et se montre très favorable à son inscription sur les listes d’aptitude aux fonctions de principal de collège et de censeur de lycée. Pressenti pour devenir conseiller pédagogique par Régis Blachère* en tournée d’inspection générale (1959 et 1960), il achève finalement en 1962 sa carrière comme professeur et s’installe à Nice où il avait demandé à être nommé dès l’année précédente.

Sources :

ANF, F 17, 27.998, Lacoux (dérogation) ;

ANT, série E, 260, dossier 8.

Lacroix, Louis (Saint-Paul-le-Jeune, Ardèche, 1868 – Alger [?], apr. 1929)

– instituteur dans une école primaire supérieure

Après avoir été formé l’école normale de Constantine dont il sort major, il est instituteur entre 1887 et 1899 dans différentes écoles du département de Constantine. Très bien noté, délégué à l’EPS de Constantine, il obtient le brevet de kabyle (1899) puis le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les EN et les EPS (1900). Sachant appliquer la méthode directe, il est promu à l’EPS d’Alger (1910) sans que sa considération ne faillisse jamais jusqu’à sa retraite en 1929. Son fils, futur médecin, aussi bien que sa fille poursuivent des études supérieures à Alger. Lacroix a publié un Dictionnaire français-arabe des mots usités dans le langage parlé et dans le style épistolaire courant (idiome algérien) (3e éd. en 1934), tandis que son dictionnaire arabe-français est resté inédit.

Source :

ANF, F 17, 24.078, Lacroix.

Lamon, Marcel (Oran, 1893 – Alger [?], apr. 1957)

– adjoint d’enseignement

Fils d'instituteurs, il perd son père alors qu'il a huit ans, sa mère se remariant deux ans plus tard avec un propriétaire de Tlemcen. Exempté du service militaire (il est privé de l’avant-bras gauche de naissance) et employé comme surveillant d’internat au lycée Lamoricière d’Oran dès novembre 1914, avant même de devenir bachelier et breveté d’arabe en 1915. Répétiteur à Oran et à Sidi bel Abbès, il obtient d’être affecté au lycée Bugeaud d’Alger de 1923 à 1932 pour y préparer sa licence. Présenté par ses supérieurs comme un homme « sans énergie » et handicapé par le fait qu’il n’a pas appris le latin au lycée, il n’obtient que les certificats de philologie et d’études pratiques. Malgré son mariage avec une Algéroise du quartier de la colonne Voirol en 1930, il est nommé à Oran en 1932, comme le recteur tient à mettre le poste d’Alger à disposition d’un répétiteur désirant suivre les cours de la faculté des Lettres. Répétiteur à l’annexe de Ben Aknoun en 1936, il y est promu adjoint d’enseignement d’arabe en 1938 et achève sa carrière en enseignant dans les petites classes jusqu’à sa retraite en 1957. Si proviseur et inspecteur d’académie le notent très favorablement, l’inspecteur général Pérès* le juge incapable d’appliquer les instructions officielles sur les langues vivantes : il enseigne l’arabe sur le modèle d’une langue morte. C’est une figure d’arabisant modeste, répétiteur durant la majeure partie de sa carrière, cantonné dans les petites classes, qui ne publie aucun ouvrage.

Source :

ANF, F 17, 26.573, Lamon

ANOM, état civil (acte de naissance).

Laoust, Henri (Fresnes-sur-Escaut, 1905 – Aix-en-Provence, 1983)

– professeur au Collège de France, historien

Fils du berbérisant Émile Laoust, il passe son enfance à Rabat, où il est élève au lycée Gouraud, avant de partir pour Paris préparer l’École normale supérieure à Louis-le-Grand. Admis au concours d’entrée en 1926, licencié ès lettres (arabe et philosophie) en 1928, il séjourne une année à Damas comme pensionnaire de l’Institut français, y suit des cours d’arabe au lycée syrien et y prépare son DES pour lequel il analyse la presse contemporaine syrienne. Après l’agrégation (1930) et le service militaire, il est nommé pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire (1931-1936). Deux articles qu’il publie dans la savante Revue des études islamiques dirigée par Massignon*, « Le réformisme orthodoxe des salafiya et les caractères généraux de son orientation actuelle » (1932) et « Introduction à une étude de l’enseignement arabe en Égypte » (1933), visent à mieux cerner la formation intellectuelle des musulmans et un mouvement réformateur dont « l’indépendance de l’esprit et le courage de l’action » ont forcé son estime. Au public plus large de L’Afrique française il présente « L’évolution de la condition sociale de la femme musulmane en Égypte » (1935), concluant que les expériences égyptiennes doivent être méditées par les autorités française d’Afrique du Nord, même s’il « appartient aux musulmans de choisir, car ils sont les seuls juges de leur orthodoxie ». Sa traduction d’un traité de Rašīd Riḍā (Le Califat dans la doctrine de Rachid Rida, Beyrouth, 1938, réimpr. Paris, Maisonneuve, 1986) poursuit les mêmes objectifs : plutôt que de s’intéresser aux théories les plus novatrices, qui ne touchent que l’écume de l’élite, il choisit d’étudier une pensée qui, ancrée dans la tradition, lui semble bien plus en phase avec la société dans toute sa profondeur. Tandis que l’analyse de ‘Ali ‘Abd ar-Rāzīq (traduite par Bercher*), en désolidarisant l’islam du califat, n’aurait eu, une fois le scandale retombé, qu’un écho marginal limité à l’Égypte, le réformisme conservateur de Riḍā répondrait aux attentes des musulmans d’un Maghreb « moins évolué ». Après quelques mois à Constantine où il a été nommé professeur à la médersa en remplacement de Georges Marçais, il repart en octobre 1937 pour Damas comme secrétaire général de l’Institut dirigé par Robert Montagne puis, à partir de janvier 1938, par l’archéologue Seyrig. Riḍā étant encore vivant, Laoust ne peut en faire l’objet de ses thèses : il remonte donc à ses sources en étudiant la pensée d’Ibn Taymiyya, canoniste hanbalite de la fin du xiiie siècle, déjà confronté à la disparition du califat. Son appel à réorganiser la société selon les grands principes du droit public aurait ouvert à la voie au traditionalisme à tendance réformiste, marqué de piétisme, qui a inspiré les wahhâbites puis Riḍā (Essai sur les doctrines sociales et politiques de Takî-d-Dîn Ahmad b. Taimîya, Le Caire, 1939). Laoust poursuit cette démarche rétrospective en éditant l’Histoire des Hanbalites d’Ibn Rajab al-Baġdādī (avec Sami Dahan, 1951) et en étudiant La Profession de foi d’Ibn Batta (1958), un des disciples d’Ibn Ḥanbal. Il affirme le rôle essentiel du hanbalisme dans l’histoire de Bagdad aux xe et xie siècles puis à Damas jusqu’au xive siècle – en témoignent les annales d’Ibn Ṭūlūn et d’Ibn Ǧum‘a dont il propose une traduction (Les Gouverneurs de Damas sous les Mamlouks et les premiers Ottomans, 1952). En plaçant les textes juridiques au cœur de la compréhension des systèmes politiques et sociaux et en considérant les écoles juridiques comme des systèmes définissant la finalité du pouvoir, les rapports de la religion et de l’État, et les devoirs des membres de la communauté, il choisit une démarche qui part des disciplines islamiques mêmes (sciences des fondements de la Loi, sciences du fiqh), pour aboutir à une interprétation globale qui lui semble mieux approcher la réalité que les approches disciplinaires occidentales aux découpages qui dissocient. Cette méthode islamologique reçoit un accueil favorable dans des milieux lettrés musulmans d’Orient, ce qui, en plus de ses qualités de modération et de « bon sens » (Gaulmier), a sans doute favorisé sa nomination à la direction de l’Institut français de Damas dans le contexte tendu de 1941 – il la conservera jusqu’en 1968 (avec un directeur adjoint à partir de 1956 : Nikita Elisséef, auquel succède en 1966 André Raymond). Il y développe une coopération avec des lettrés arabes, inaugurant une collection de textes en arabe, à laquelle il associe de jeunes Syriens ayant continué en France leurs études d’orientalisme comme As‘ad Ṭalas. En 1942, il est admis à l’Académie arabe de Damas (il le sera à l’Académie arabe du Caire en 1948). En 1944, l’Institut célèbre le millénaire d’al-Ma‘arrī. Cette promotion de la culture classique arabe n’est pas sans conservatisme académique. Le retrait de la sociologie et des questions trop actuelles est patent par rapport au temps de Montagne : le Bulletin des études orientales ne rend plus compte de l’activité de l’Institut ou des publications contemporaines, ne publiant plus que des articles de fond, avec une périodicité ralentie. Depuis 1946, année de son mariage avec Germaine Chantréaux, institutrice ethnographe du monde berbère, Laoust partage son temps entre Damas et Lyon, où il a été nommé professeur à la faculté des Lettres. Dix ans plus tard, il recueille l’héritage de Massignon à la présidence du jury d’agrégation, à la direction de la Revue des études islamiques et à la chaire de sociologie musulmane du Collège de France. Dans le cadre de son enseignement, il élargit ses travaux aux courants hostiles au hanbalisme, dont le chiisme (« La Critique du sunnisme dans la doctrine d’Al-Hillî », REI, 1966) – en 1983, il choisira d’intituler le recueil de ses articles les plus importants Pluralisme dans l’islam. Il analyse ainsi « La Pensée et l'action politique d’al-Mâwardî » (REI, 1968), légiste de l’école chaféite, et relit al-Ġazālī non comme philosophe et mystique, mais comme juriste et politique (La Politique de Ghazâlî, 1970). Avec Les Schismes dans l’islam, introduction à une étude de la religion musulmane (Paris, Payot, 1965, rééd. 1983), il met à la disposition des étudiants une somme et un compendium de ses travaux. L’ouvrage, édité en 1979 en Algérie, trouve aussi un lectorat dans les pays musulmans. Laoust conserve des contacts avec le Maroc, où il participe aux cours d’été organisés par les bénédictins de Toumliline (1956-1958), mais surtout avec l’Égypte, la Syrie et l’Arabie saoudite, dont les oulémas lui manifestent leur sympathie (membre de l’association France-Arabie Séoudite, il favorise en 1974 leur voyage en Europe, en vue de favoriser le dialogue entre juristes). Conservateur, il juge sévèrement le mouvement étudiant de mai 1968. En 1975, il prend sa retraite au Collège de France – sa bibliothèque y a été déposée –, un an après son élection à l’AIBL. Son approche de l’islam comme une totalité, où l’interdépendance du politique et du religieux, du temporel et du spirituel serait particulièrement forte (« L’histoire dans l’islam est une théologie et la théologie une histoire », écrit-il en avant-propos aux Schismes dans l’islam), la place centrale qu’il réserve au fiqh, qu’il donne pour sa science la plus caractéristique et originale, et l’accent qu’il met sur la permanence de l’héritage traditionnel témoignent-ils d’un profond « respect de l’autre » (D. et J. Sourdel), dont sa réception dans les pays musulmans se ferait l’écho ou bien d’une essentialisation orientaliste conservatrice et aliénante ? La solidité de l’érudition sur laquelle repose son œuvre est indéniable. Mais en voulant reprendre les critères mêmes de chaque orthodoxie, dans l’illusion d’une transparence objective qui élude l’anachronisme et la distance, il laisse impensée la question de l’historicité, de l’usage moderne et de la réinterprétation des concepts traditionnels. Il y a sans doute là une des clés de la crise de l’islamologie – perçue de l’intérieur par Mohammed Arkoun, et à laquelle Jacqueline Chabbi a proposé une sortie en armant l’histoire d’anthropologie.

Sources :

Archives du Collège de France, H. Laoust ;

ANOM, GGA, 14 H, 46, H. Laoust (carrière jusqu’en 1937) ;

Le Monde, 15 novembre 1983 (notice par J. Gaulmier) ;

Hommes et destins, t. VII, 1986, p. 294-295 (notice par C. Pellat) ;

REI, t. 52, 1984, p. 3-11 (hommage par D. et J. Sourdel) ;

Mélanges Henri Laoust, Bulletin d’études orientales de l’Institut Français de Damas, t. XXIX-XXX, 1977-1978 ;

Renaud Avez, L’Institut français de Damas au palais Azem (1922-1946) à travers les archives, Damas, Institut français de Damas, 1993 ;

Mohammed Arkoun, Humanisme et islam : combats et propositions, Paris, J. Vrin, 2005.

Larab, Yamina (Aït Ou-Malou, Fort-National, 1881 – Alger [?], 1952)

– professeur d’EPS

Élève du cours normal indigène de Thaddert ou Fella (1893-1897), elle devient monitrice puis institutrice à Aït Hichen [Aït Hichem] dans le Djurjura où elle reste six ans (elle a obtenu le brevet élémentaire en 1898). Titularisée après sa naturalisation française, elle enseigne à Berrouaghia (1903), à Miliana (1903-1905), puis aux cours d’apprentissage de l’école de filles indigènes d’Oran (janvier 1905 - mai 1906), ce qui lui permet de suivre les cours de la chaire publique et d’obtenir le brevet de langue arabe (novembre 1906). Alors qu’elle est en poste à Castiglione (mai 1906 - septembre 1910), elle obtient le brevet supérieur (octobre 1909). Elle se rapproche ensuite d’Alger en étant nommée à Guyotville (octobre 1910 - février 1911) puis à l’école-ouvroir de Belcourt (mars 1911 - septembre 1919), ce qui lui donne la possibilité de préparer à la faculté des Lettres d’Alger le certificat d’aptitude à l’enseignement dans les EPS et écoles normales (octobre 1911) et le diplôme de langue arabe (juin 1913). Déléguée à l’EPS de Mascara pour y enseigner les lettres et l’arabe, on lui reconnaît intelligence et conscience dans le travail, mais elle manque d’autorité et son caractère pose problème, au bord de la paranoïa. L’inspecteur d’académie met en cause « son allure assez bizarre et son physique », son incapacité à « se maîtriser elle-même » et son absence de « culture générale ». L’obtention du certificat d’aptitude à l’enseignement dans les lycées et collèges en 1926 ne lui ouvre pas les portes de l’enseignement secondaire, le vice-recteur Horluc jugeant que, si elle n’a jamais manqué de prétentions, elle manque d’aptitude à l’enseignement, faute de rien y mettre de son cœur : les élèves ne sentiraient chez elle aucune sympathie. Il s’oppose par ailleurs à son vœu d’un poste à l’EPS de Tizi Ouzou : il ne faut pas la rapprocher de ses origines. Entre 1928 et 1931, elle contribue régulièrement au bulletin des instituteurs indigènes, La voix des humbles, par des traductions de petits textes ou des points d'histoire illustrant les traditions arabes. Elle obtient d’être nommée en 1933 plus près d’Alger, à l’EPS de Maison Carrée, où elle est mieux jugée, bien que les élèves se désintéressent de l’arabe, leurs parents réclamant qu'on leur propose un enseignement de l’anglais. Elle-même affirme dans un rapport adressé au recteur que l’enseignement de l’arabe parlé est inutile d’un point de vue pratique ou culturel : c’est la diffusion du français qui doit être favorisée. Restée célibataire, malade, elle obtient d’être mise à la retraite en 1939. Elle publie en février 1952 dans la revue mensuelle illustrée Algéria un « Conte maghrébin. Légende de Rondja (“bouton de rose”) ».

Source :

ANF, F 17, 24.747, Larab.

Latouche, Emmanuel (Vire, 1812 – Paris, 1881)

– secrétaire-adjoint de l’ESLO, chargé de conférences préparatoires à l’étude des langues de l’Orient

Fils d’un marchand épicier, il est préparé à l’apprentissage des langues orientales par son oncle, un chanoine hébraïsant qui voit en l’hébreu la langue primordiale. Il complète l’étude de l’hébreu par celle de l’arabe, du turc et du persan à l’ESLO et est admis à la Société asiatique (1842). L’AIBL le charge avant 1848 de la rédaction de la table orientale des quatorze volumes des notices extraites des manuscrits ainsi que de leurs index en caractères orientaux. Il est aussi membre de la Société orientale et un des secrétaires de la Revue de l’Orient et de l’Algérie où il se félicite en 1847 de la création de chaires d’arabe en Algérie, à la suite du voyage du ministre de l’Instruction Salvandy. En février 1848, il est cosignataire avec Gustave Dugat* et Charles Defrémery* d’une lettre au ministre de l’Instruction publique Hippolyte Carnot appelant à la création de trois postes de répétiteurs à l’ESLO. Républicain proche des milieux catholiques (il est recommandé en avril 1848 par Armand de Melun, figure du catholicisme social), il est nommé fin mai 1848 secrétaire adjoint de l’École, avec le consentement de Sédillot* qui a renoncé à son traitement de secrétaire, sans parvenir en 1865 à obtenir la même fonction au Collège de France. Employé à la bibliothèque de la Sorbonne depuis 1853, il est aussi chargé de conférences préparatoires à l’étude des langues de l’Orient à l’ESLO depuis décembre 1852. Jusqu’à sa mort (avec une interruption d’une dizaine d’années entre 1854 et 1864 ?), il initie ainsi les nouveaux élèves à l’écriture avec le qalam et à l’analyse grammaticale des langues « arabe, persane, turque, malaise et hindoustanie » qui ont toutes le même alphabet, par des leçons qui « ne font point double emploi avec les leçons des répétiteurs qui doivent suivre l’ordre établi par les professeurs ». Il donne aussi pendant plusieurs années un cours d’hébreu au cercle catholique de la rue de Grenelle, faubourg Saint-Germain, puis, entre 1867 et 1870, dans l’amphithéâtre de la rue Gerson, annexe de la Sorbonne, où il enseigne également le chaldéen à de rares auditeurs. Sa science est cependant jugée insuffisante pour accéder à la chaire d’hébreu au Collège de France : présenté en second en 1861 (après Ernest Renan) et en 1864 (après Salomon Munk), il est de nouveau candidat en 1867 (contre Jules Oppert) puis en 1870 (contre Joseph Derenbourg), sans être élu, malgré les soutiens qu’il reçoit de la hiérarchie catholique, hostile à la nomination d’un savant juif. Sa promotion comme sous-bibliothécaire (1862) puis bibliothécaire à la Sorbonne (1876) ne suffit pas à atténuer son dépit qui prend une coloration antisémite. E. de Salle* le décrit par ailleurs dans sa correspondance comme un individu peu sympathique, Judas opportuniste à la camaraderie feinte. Latouche, qui est membre de sociétés savantes régionales (Académie de Reims et Société archéologique et historique de la Manche), est une figure d’orientaliste vulgarisateur qui reste en marge d’un processus où s’affirment les critères de scientificité de l’étude des langues orientales.

Sources :

ANF, F 17, 21.085A, Emmanuel Latouche et veuve Latouche née Davaux ;

René Martineau, Promenades biographiques. Flaubert, Barbey d’Aurevilly, Balzac, E. Chabrier, Tristan Corbière, Édouard Corbière, J.-K. Huysmans, etc., Paris, Librairie de France, 1920, p. 144.

Lauxerrois, Joseph Just (Altona, près de Hambourg, 1796 – Paris [?], apr. 1863)

– interprète militaire, commissaire de police à Alger, consul intérimaire à Tiflis

Fils d’un huissier de Talleyrand, il doit à la protection de ce dernier d’être jeune de langue à Paris (juin 1806 - avril 1817), puis élève-drogman à Constantinople auprès de l’ambassadeur, le duc de Rivière (1817-1819). Drogman chancelier à Salonique (1819) puis à Rhodes (1821), il est nommé à Bône en novembre 1825, sans occuper le poste, suite à la rupture des relations diplomatiques et commerciales entre Paris et Alger. Attaché à l’expédition d’Alger comme interprète de 3e classe pour le turc, il assiste à la rédaction de la capitulation du dey. Camarade de tente d’Eusèbe de Salle*, ce dernier le met en scène dans Ali le Renard. Sur la proposition de Berthezène, il est nommé commissaire français auprès du comité central d’Alger, puis près de la municipalité maure (jusqu’en octobre 1830). De retour à Paris, il projette d’accompagner un général en Morée, puis demande à être employé comme commissaire auprès du bey d’Oran ou de Constantine, sans suite. Il est finalement nommé commissaire de police à Alger, fonction dont Berthezène a obtenu le rétablissement (octobre 1831). Il entre rapidement en conflit avec l’intendant civil Genty de Bussy qui s’efforce de le déconsidérer en signalant au ministère qu’il fréquente ouvertement des filles publiques. Le commissariat général de police est aboli dans la nouvelle organisation municipale de décembre 1834 et Lauxerrois, après avoir refusé une sous-intendance civile à Bône, est réintégré dans un emploi de drogman à Constantinople (juin 1835), ce qui suscite une lettre de protestation de « plusieurs turcs et maures réfugiés d’Alger » l’accusant d’avoir « commis les plus grandes atrocités sous l’administration du sanguinaire duc de Rovigo ». Il y restera cependant en poste près de quinze ans. Son mariage en juillet 1836 avec Annette de la Ferté-Meux, parente de l’épouse du duc de Rivière, témoigne de son intégration dans la bonne société. Dans l’attente de pouvoir bénéficier de l’ordonnance de 1845 qui ouvre aux interprètes la carrière consulaire, il part pour Tiflis assurer l’intérim du consul en congé (juin 1847 - juin 1848). Est-ce une conséquence de la révolution de 1848 ? Son vœu d’un consulat en Europe ne reçoit pas satisfaction, et il demande son admission à la retraite (septembre 1849). Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1836, il n’obtient pas sa promotion au grade d’officier en 1863.

Sources :

ADiplo, Personnel, 1re série, 2470, Lauxerrois ;

ANF, LH/1504/14 ;

ANOM, F 80, 272, Lauxerrois ;

Féraud, Les Interprètes… (sous le nom de L’Auxerrois).

Lecerf, Jean (Orléans, 1894 – Paris, 1980)

– professeur aux Langues orientales, spécialiste des mouvements culturels contemporains

Petit-fils de communards et fils d’un pasteur proche de l’Action française, Auguste Lecerf (1872-1943), qui deviendra doyen de la faculté de théologie de Paris, Jean Lecerf fait ses études secondaires à Caen, Lunéville puis Nancy, où il suit les cours d’arabe de l’institut colonial (1912-1913) tout en préparant l’École normale supérieure. Il est en première année de droit à Paris quand éclate la Grande Guerre. Mobilisé de 1914 à 1919, il combat sur le front de l’Ouest (croix de guerre, il a la plèvre à jamais criblée d’éclats de shrapnel). Admis à l’École normale supérieure dans la promotion spéciale des démobilisés (1919), il achève ses études aux Langues orientales (arabe, persan et turc, 1919-1920) et suit les conférences d’Isidore Lévy à la IVe section de l’EPHE (il y étudie une partie du premier Livre des rois et « l’influence des doctrines grecques sur le manichéisme, le caïnisme et le harranisme ») avant de séjourner comme pensionnaire à l’École française d’archéologie de Jérusalem. Boursier d’agrégation en Tunisie, il enseigne au collège Sadiki (1922-1926), sans décrocher le concours. Détaché aux lycées français de Beyrouth (1926-1929) puis de Damas (1929-1931), il obtient une bourse pour achever sa thèse à l’Institut français de Damas où il demeure jusqu’à la guerre, avec sa femme et ses deux fils, Didier (né en 1930) et Yves (né en 1932). Pensionnaire (1934-1935), puis bibliothécaire (1935-1939) à l’Institut français, Jean Lecerf y a pour camarades Jean Sauvaget, Henri Laoust*, Gaston Wiet*, Edmond Saussey* (avec lequel il a en commun de s’intéresser à l’évolution contemporaine des idées) et surtout Jean Cantineau* qu’il initie aux enquêtes linguistiques de terrain et avec lequel il suit les derniers travaux d’analyse fonctionnelle et structurale du langage publiés autour de Troubetzkoy. Il a le soutien du directeur Robert Montagne qui considère qu’il peut « donner d’excellents résultats sur l’évolution intellectuelle de la société arabe moderne » : il a « beaucoup d’amitiés indigènes, ce qu’il écrit est lu avec sympathie, et avec profit même, par l’opinion syrienne cultivée ». Il rend compte en effet dans les Mélanges puis le Bulletin de l’Institut français de Damas de la production littéraire arabe contemporaine, réservant une place particulière à l’œuvre de Mayy Ziyāda et à celle de Šiblī Šumayyil, traducteur original de la pensée évolutionniste avant Salāma Mūsā. Il donne aussi la première traduction française de Ṭāhā Ḥusayn (Le Livre des jours : souvenirs d’enfance d’un Égyptien, 1934, réédition chez Gallimard accompagnée de la traduction de la deuxième partie par Gaston Wiet, avec une préface d’André Gide, 1947). Son intégration dans le milieu intellectuel syrien passe aussi par un enseignement de philosophie qu’il donne à l’université et par son admission à l’Académie arabe de Damas.

Ses travaux restent centrés sur l’analyse des faits de langage. S’il ne délaisse pas la linguistique (les résultats de son enquête sur l’araméen moderne sont communiqués à Marcel Cohen et publiés dans les Comptes rendus du Groupe linguistique d’études chamito-sémitiques (GLECS), c’est surtout l’articulation entre langue, civilisation et politique qui retient son attention. Il met ainsi en rapport la renaissance littéraire et le développement de l’éloquence politique qu’il repère en Égypte en 1882 et en Syrie en 1908, dans le cadre de jeunes mouvements nationaux. En examinant les liens entre « Littérature dialectale et renaissance arabe moderne » (Bulletin d’études orientales, t. II-III, 1932-1933), il entrevoit un avenir comparable au grec (deux styles, mais une même langue) et il conclut à partir d’un dépouillement des revues effectué pour Massignon* et l’Annuaire du monde musulman que l’arabe a les moyens de s’affirmer comme « langue de culture moderne » (« L’arabe contemporain comme langue de civilisation », RA, 1933-3). Il corrige ainsi le bilan dressé en 1930 par William Marçais* pour qui l’arabe frappé de son « incurable diglossie » n’avait pas d’avenir à long terme.

Mobilisé en 1939, il est affecté à Beyrouth en juillet 1940, puis à Damas, et passe dès octobre 1940 dans les Forces françaises libres (FFL) – à l’état-major des généraux Catroux au Caire et Collet à Damas (jusqu’en août 1941) puis au commandement d’une batterie d’artillerie de campagne (jusqu’à la fin 1943). Sa femme vit alors à Nîmes avec leurs deux fils. Elle y travaille comme assistante sociale, non loin de ses parents qui ont une propriété à Sommières. Nommé secrétaire d’Orient de 1re classe, il est placé hors cadre pour être mis à la disposition du Gouvernement général d’Algérie où il exerce des fonctions de conseiller technique (février 1946 - mai 1951) – il collabore en particulier au Bulletin des émissions arabes radiodiffusées. Il est par ailleurs chargé d’enseignement à la faculté des Lettres d’Alger (philologie arabe et sémitique, janvier 1947) où il occupe une position un peu marginale, se singularisant par l’attention sympathique qu’il porte aux revendications des étudiants musulmans : s’il partage avec Pérès* un intérêt pour la littérature arabe contemporaine, il se démarque d’un corps enseignant généralement favorable à une « Algérie française ». Il reste en revanche proche des parisiens Régis Blachère* (qui a témoigné en 1938 de l’avancement de ses thèses sur « les dialectes arabes du Djebel Qalamûn (Syrie) » et « le Nationalisme culturel dans le monde arabe moderne », thèses qui resteront inachevées) et R. Montagne auquel il offre sa collaboration pour l’organisation des stages du CHEAM et qui publie dans L’Afrique et l’Asie son « État d’une problématique de l’arabe actuel » (1954) – Lecerf y affirme que le fait que l’arabe se réduise à peu près en Algérie à la condition de parlers rétractés sur eux-mêmes comme le berbère, le basque ou le bas breton ne préjuge en rien de sa force de résistance. Il poursuit par ailleurs son expérimentation de l’étude de textes littéraires en tentant, avec Louis Massignon et avant Roland Barthes, une analyse linguistique d’écrits mystiques (« Un essai d’analyse fonctionnelle. Les tendances mystiques du poète libanais d’Amérique Gabrân Khalîl Gabrân », Studia islamica, 1953-1954). À la mort de Cantineau, il lui succède à la chaire d’arabe oriental des Langues orientales (1957-1964). Lors de la guerre d’Algérie, il marque discrètement son engagement en publiant en 1961 chez François Maspero la traduction d’un juriste allemand concluant indirectement sur l’inéluctabilité de l’indépendance algérienne (Thomas Oppermann, Le Problème algérien, données historiques, juridiques, politiques). Frappé de cécité à partir de 1963, il est remplacé aux Langues orientales par Michel Barbot. Il a transmis sa curiosité universelle et sa liberté d’esprit à ses fils, tous deux passés par l’École normale supérieure (Lettres, 1949 et Sciences, 1951) : l’aîné, agrégé d’allemand, et ancien élève de l’ENA, a été conseiller des Affaires étrangères et directeur adjoint d’analyse économique à l’Unesco ; le cadet a consacré une thèse à la sociologie des sectes et, proche de Robert Jaulin et de Georges Lapassade, enseigné l’ethnométhodologie à l’université Paris VIII. Plus discrètement que Massignon ou Blachère, mais avec une profondeur égale, l’œuvre de Jean Lecerf a travaillé à sortir l’orientalisme arabe de la situation coloniale.

Sources :

ANF, F 17, 28.328, J. Lecerf ;

Bulletin de l’institut colonial de Nancy, fasc. XVII-XVIII, 1912, p. 617 ;

« Rapport sur les conférences de l’année 1919-1920 », EPHE, section des sciences historiques et philologiques, Annuaire 1920-1921, Paris, 1920, p. 33 ;

REI, t. XLVIII, fasc. 1, 1980, p. 1-3 (notice par M. Barbot) ;

R. Avez, L’Institut français de Damas au palais Azem (1922-1946) à travers les archives, Damas, Institut français de Damas, 1993 ;

André Encrevé, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. V, Les Protestants, p. 287-288 (notice « Auguste Lecerf » par A. Encrevé) ;

Langues’O… (notice par G. Troupeau) ;

blog de Michelle Tochet sur Yves Lecerf, en ligne : [http://tomesamuelle.blogspot.fr] (dernière consultation février 2013).

Lecomte, Gérard Léon Charles (Charleville, 1926 – Paris, 1997)

– professeur aux Langues orientales

Fils d’un peintre et d’une couturière, bachelier en 1943, diplômé de l’École des langues orientales en 1946, sa carrière démarre très rapidement. Jeune marié, il a pris un poste à Tunis au collège Sadiki (1947-1950), puis, après une année de congé, a été choisi pour remplacer Pellat* au prestigieux lycée Louis-le-Grand (1951), après avoir échoué de peu à l’agrégation. Reçu l’année suivante (c’est le premier Européen agrégé à ne pas avoir eu d’expérience algérienne), il est bientôt chargé d’organiser les stages d’agrégation – il sera membre du jury entre 1958 et 1980. Sa Méthode d’arabe littéral, publiée en 1956 avec Ameur Ghedira qu’il a rencontré à Tunis, connaît un très grand succès (sa 4e édition est encore en usage à l’Inalco au début des années 1990), comme sa petite Grammaire de l’arabe (Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1968). Avec l’appui de Blachère*, c’est à nouveau à Pellat qu’il succède comme professeur d’arabe littéral de l’École des Langues orientales entre 1958 et 1986, année de sa retraite. Son œuvre est toute entière consacrée à la production écrite, classique – ses thèses, respectivement dirigées par Pellat et Blachère, sont consacrées au Traité des divergences du hadîth d’Ibn Qutayba (1962) et, pour la principale, à Ibn Qutayba, l’homme, son œuvre, ses idées (1965) –, mais aussi moderne (il s’intéresse au lexique technique de l’automobile et publie en 1978 des Éléments d’arabe de presse). Directeur de la revue Arabica de 1963 à 1980, membre du comité de rédaction (1974) puis directeur de l’édition française de l’Encyclopédie de l’Islam à la mort de Pellat (1992), il n’atteint cependant jamais la renommée d’un Berque, d’un Massignon*, voire d’un Blachère, décolonisation oblige. C’est sans doute aussi dû à un souci d’exactitude qui a pu donner une certaine étroitesse à ses travaux, dont la renommée dépasse certes les frontières nationales (pratiquant l’allemand et le polonais, langue maternelle de sa femme, Lecomte est en 1975-1976 professeur associé aux universités de Heidelberg et de Francfort et invité à celles de Varsovie et Cracovie), mais pas le cercle des spécialistes.

Sources :

Archives de l’Inalco, personnel, Lecomte ;

Langues’O…, p. 57 ;

Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’Inalco, novembre 1997, p. 142-143 (notice par Gérard Troupeau).

Lecoutour, Charles Maurice (Paris, 1878 – Paris [?], apr. 1934)

− consul au Mozambique, à Mendoza et à Édirne

Il représente une nouvelle génération de drogmans bacheliers sans tradition familiale dans la diplomatie. Sa carrière se particularise par ses mutations incessantes, indice d’un caractère instable. Ses affectations en Afrique noire ou dans des postes secondaires en sont sans doute le prix.

Après après préparé au lycée Condorcet le baccalauréat ès lettres philosophie (1896) et être devenu aussi bachelier en droit, il étudie à l’ESLO dont il sort élève breveté en juin 1900 (arabe littéral, vulgaire, persan et turc). Élève interprète à la légation de France à Tanger, sa mauvaise santé – c’est un tempérament hypocondriaque – et les charges familiales consécutives à la mort de son père l’engagent bientôt à demander un poste mieux rémunéré. Envoyé à Téhéran (1904), il y est opéré d’urgence de l’appendicite et rapatrié dès 1905. Nommé à Mogador (1906), il refuse l’année suivante de rejoindre Téhéran. Après son mariage avec la fille d’un propriétaire d’Auxey-le-Grand, près de Meursault – pays d’origine de sa mère –, il est nommé à Mascate (1908) puis à Alexandrie (1909) et au Caire (1910) où il ne peut rester pour des « raisons majeures » (le consul a pourtant besoin d’un interprète pour « surveiller la presse indigène et suivre de très près l’action nationaliste et toutes les questions islamiques »). En instance de divorce, il est nommé vice-consul à Benghazi (1911). Avant son départ pour le vice-consulat de Dirré Daoua, en Éthiopie, en juillet 1917, il demande en vain l’autorisation d’épouser une demoiselle qui vit avec sa fille naturelle et, selon l’enquête de la préfecture de police, « tirerait ses ressources de la libéralité de ses amants ». Le consul obtient son déplacement à Mascate, comme Lecoutour ne le renseigne plus correctement « soit rancune, soit entêtement ». Il passe en 1920 à Zanzibar pour effectuer le transfert du consulat à Nairobi. Remarié en 1922 avec une femme divorcée qui passait pour être sa maîtresse en Éthiopie, sans cohabiter avec lui, il obtient l’année suivante le consulat de Benghazi puis réinstalle en 1925 le consulat de Trébizonde fermé depuis 1920. Nommé au Mozambique à Lourenço-Marques (1928), il est malade du paludisme et obtient son déplacement à Mendoza en Argentine (1929) où on apprécie qu’il ait su grouper les Syriens et les Libanais habitant la ville. Il passe ensuite à Édirne (1932) où une attaque d’apoplexie le laisse hémiplégique. Mis à la retraite anticipée en 1934, il se remarie la même année avec une modiste de quatorze ans sa cadette.

Source :

ADiplo, personnel, 2e série, 938, Lecoutour.

Ledoulx, Louis François Alexandre Amédée (Bucarest, 1811 – Port-Maurice, Italie, 1871)

– consul à Port-Maurice, Italie

Fils de l’ancien jeune de langue et vice-consul Charles Joseph Ledoulx, il est admis comme jeune de langue à Paris (1820 ou 1821), malgré une infirmité à la jambe. Drogman à Constantinople (septembre 1833), puis drogman chancelier à Salonique (mars 1834), il épouse Élisa Eugénie Brest, fille de Louis Brest, vice-consul de France à Milo (1836). En poste à Tripoli de Barbarie (mars 1839), à Tunis (mai 1844), puis à Smyrne (septembre 1846), il est fait chevalier de la Légion d’honneur et promu premier drogman en 1847. Remarié avec Caroline Guéroult de Cavigny, il obtient en 1859 le titre de secrétaire interprète en remplacement de Félix Jorelle. Il assure l’intérim d'Alphonse [?] Guys* au consulat de Syra [Syros] (décembre 1863) et achève sa carrière comme consul à Port-Maurice en Italie (1866 ou 1867). Son fils aîné, Charles* (né en 1844), suit ses traces en étant successivement jeune de langue, drogman et consul. En août 1858, Amédée demande pour son cadet, Joseph, une place de drogman auxiliaire à Smyrne. De son second mariage sont issus Théodore Charles Alexandre (1854-1909), pour lequel il demande dès 1860 l’inscription aux jeunes de langue, et Louis Marie Alphonse (né en 1859).

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 2540 (Charles Ledoulx), 2541 (Charles Joseph et son fils Jacques Ledoulx) et 2542 (Louis Amédée Ledoulx).

Ledoulx, Charles Fortuné Louis Alexandre Xavier (Tunis, 1844 – Jérusalem, 1898)

− consul à Jérusalem

Il est un exemple du maintien des structures dynastiques anciennes des drogmans, où l’on se marie entre soi et perpétue des traditions, avec l’agrément du nouveau régime républicain. Ce sont deux interprètes, Pacifique-Henri Delaporte* et Alphonse Rousseau*, qui témoignent de la naissance de ce petit-fils et fils d’interprète, premier né du mariage de Louis Amédée Ledoulx*, premier interprète au consulat de Tunis et d’Élisabeth Brest, elle-même fille d’un vice-consul. Après avoir passé son enfance à Smyrne, où son père a été affecté, il est admis élève jeune de langue en 1855 et sort premier de l’École aux examens de 1862. Élève drogman à Smyrne, sous la direction de son père, il passe ensuite à Jérusalem (1863), La Canée (1864) puis à Suez (1866) où il épouse Marguerite, fille du consul Gaston Wiet*. Premier interprète à Tripoli (1870), il obtient l’appui de Ferdinand de Lesseps, sous les ordres duquel il a servi à Suez, pour être promu consul à Zanzibar (1880) – joue peut-être alors aussi l’influence de son oncle J. Guéroult. Son action y est appréciée, préparant l’extension du protectorat français aux Comores, bien qu’on l’ait accusé d’être mauvais républicain et de favoriser les pères du Saint-Esprit. Il obtient donc en 1885 de remplacer le peu clérical Lucien Monge* au consulat de Jérusalem, où ses adversaires lui reprochent à nouveau d’accorder sa protection aux hommes d’Église et de ne pas inviter dignement les nationaux pour le 14 juillet. Selon l’ambassadeur à Constantinople Paul Cambon, « il est pénétré de traditions qui, sans être toutes bonnes, sont au moins respectables, et qu’il faut se garder de briser ». Souffrant de paludisme depuis 1894, il meurt prématurément, quelques jours après avoir été élevé au grade de ministre plénipotentiaire. Il ne semble pas que son fils Louis (né en 1877), jeune de langue dissipé, ait fait carrière comme drogman. Sa veuve sollicite un débit de tabac et attend des études de ses deux filles, élèves de la maison d’éducation de la Légion d’honneur à Saint-Denis, qu’elle leur assure un avenir comme « dames enseignantes ».

Sources :

ADiplo, personnel, 1re série, 2540 (Charles Ledoulx) ; 2541 (Charles Joseph et son fils Jacques Ledoulx : tableau généalogique).

Leguay, Louis Léon Auguste (Paris, 1845 – Alger [?], 1915)

– interprète principal

Fils de Rose Henri Leguay, architecte employé de l’État, il grandit sans doute à Alger avant d’entrer directement dans la carrière de l’interprétariat en 1864. Après avoir été affecté aux BA de Dra el-Mizan, de Fort-Napoléon (1865) et de Teniet el-Had (1866), puis à Alger (1868), il est pendant l’insurrection de 1871 attaché aux colonnes commandées par le colonel Fourchault et le général Lapasset, opérant vers Palestro, puis auprès du général Lallemand (qui sillonne la Grande Kabylie, au col des Beni Aïcha, à Tizi-Ouzou, à Fort-National, à Icheriden). Affecté aux affaires indigènes de la division d’Alger (1873), au BA de Miliana (1878), puis au deuxième conseil de guerre à Oran (1879), il revient en 1885 aux affaires indigènes de la division d’Alger où il demeure jusqu’à sa retraite en 1899. Il obtient l’autorisation d’épouser en février 1885 à Oran Francisca Mayor qui, en 1867, alors jeune cigarière de 17 ans, avait donné naissance à Alger à une fille naturelle, Caroline. Le mariage, où l’on compte parmi les témoins l’interprète Élie Guin, s’accompagne de la reconnaissance de cet enfant. Bien noté, Leguay a été promu interprète principal en 1892. Nommé chevalier (1886) puis officier de la Légion d’honneur (1886 et 1889), Leguay, membre de la SHA, a collaboré aux travaux que Joseph Nil Robin a publié en 1874 dans la Revue africaine en traduisant des lettres arabes de l’agha des arabes Yahia. Il a été fait officier d’académie en 1896. Il est rayé des cadres en 1910.

Sources :

ADéf, 6Yf, 10.738, Leguay ;

ANF, LH/1564/75 ;

ANOM, état civil (acte de naissance de Caroline Major ; acte de mariage de Louis Leguay et de Francesca Major) ;

Joseph Nil Robin : « Note sur Yahia agha », Revue africaine, 1874, p. 62 ;

Féraud, Les Interprètes…

Leguest, Charles (abbé) (Dieppe, 1824 – Dieppe, 1863)

– prêtre érudit dont la vocation naît au contact de l’Algérie

Après des études à l’école de Nancy, il part pour l’Algérie comme garde général des forêts. Or, la situation des Arabes le convainc de devenir prêtre pour les régénérer par la conversion. Il exerce dans le diocèse d’Alger – où il enseigne l’arabe –, quand sa santé le contraint après 1856 à regagner la France, où il se consacre à l’étude des langues sémitiques. Membre de la Société asiatique, il publie chez Duprat plusieurs ouvrages théoriques : son Essai sur la formation et la décomposition des racines arabes (1856), placé sous l’autorité de Guillaume de Humboldt et de Ernest Renan, précède des Études sur la formation des racines sémitiques suivies de considérations générales sur l’origine et le développement du langage (1858), où il cite Jacob Grimm. À leur suite, et sans utiliser la méthode expérimentale, il pose l’hypothèse d’une langue originelle monosyllabique et bisyllabique, sans grammaire organisée, qui serait sous-jacente derrière les racines trilitères des langues sémitiques, hypothèse reprise dans « Les racines sémitiques. Moyen de rechercher les racines arabes et par suite les racines sémitiques », et jugée par Bargès* comme une impasse (Revue de l’Orient, août 1860). Par ailleurs, Leguest considère qu’il est faux d’affirmer – comme le fait Bresnier* qu’il estime par ailleurs – qu’il n’existe pas en Algérie un arabe vulgaire. Pour lui, « à côté de la langue écrite, on trouve une langue parlée par tous les indigènes, et non pas seulement par une fraction de la société arabe, langue qui, tout en ayant un grand nombre de mots communs avec la langue littérale, offre néanmoins une série considérable de mots qu’on n’emploie jamais dans les auteurs, soit qu’on envisage ces mots sous le rapport de la signification seulement, soit qu’on les envisage sous le rapport des lettres qu’ils renferment » (Y a-t-il ou n’y a-t-il pas un arabe vulgaire en Algérie ?, 1858). Il appelle par conséquent à la réalisation d’un dictionnaire spécifique de la langue vulgaire, ouvrage qui soit un « dictionnaire dialogue », « présentant pour chaque mot un ensemble de phrases choisies, qui fassent ressortir les divers sens qui lui sont attribués. »

Source :

Revue de l’Orient, nouvelle série, vol. XVI, 1863-2, p. 60-61 (nécrologie par l’abbé Cochet).

Lentin, Albert (Aïn Abid, 1884 – Paris, 1973)

– professeur de lycée, titulaire de la chaire d’arabe de Constantine

Après avoir passé sa petite enfance à Mansourah des Bibans, il grandit à El Hassi, près de Sétif, dans une ferme dont son père, retraité de la gendarmerie, a pris la gérance pour le compte de la Compagnie genevoise. Ses parents sont les seuls Européens du village. Bachelier à Constantine (1901-1902), il obtient le brevet d’arabe (1904) avant de partir pour Mostaganem comme répétiteur. Diplômé d’arabe, il est affecté à Bône puis à Sétif où il prépare le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe dans les collèges et lycées (CAEACL) qu’il obtient en 1912 après avoir été délégué pour l’enseignement de l’arabe à Philippeville (mars-octobre 1911) puis à Sétif (sans occuper semble-t-il le poste, comme il prend un congé). Marié à Marthe Octavie Rossignoli, institutrice formée à l'école normale de Miliana, il est nommé professeur certifié à Médéa (1912-1914) puis à Philippeville (1914-1920), toujours bien noté. Malade des bronches, il n’est pas mobilisé en 1914 et obtient un DES sur le poète Ibn Hani (1915). En 1921, après une année à Alger, il est affecté au lycée de garçons de Constantine (il y restera jusqu’à sa retraite en 1944). C’est aussi l’année de son remariage avec Marie Barbe Francisci Attilia, née en Corse et fille d’un instituteur. Candidat malheureux à l’agrégation en 1921-1923, on lui reproche de s’oublier jusqu’à frapper les élèves dans des accès de colère, de trop rechercher les leçons particulières et de ne pas employer la méthode directe. Par ailleurs chargé de cours pour les jeunes filles du lycée et de l’école normale, il est bientôt noté beaucoup plus favorablement et succède à A. Cour* à la chaire d’arabe de la ville (1933) : W. Marçais* apprécie en 1935 qu’il s’intéresse à l’évolution de la population indigène et aux courants d’idées qui traversent les jeunes générations. Il publie un important supplément au Dictionnaire pratique arabe-français de Beaussier* (Alger, la Maison des livres, 1959). Lié à Edmond Brua, il est par ailleurs poète, publiant entre 1931 et 1967 de nombreux recueils à Alger (chez Esquirol) puis à Paris (chez Albert Messein et René Debresse). Ses vers, dont certains ont été mis en musique, et qui ont généralement mal vieilli, sont parfois empreints d’une sensibilité spiritualiste – Albert Lentin a été membre de la Société théosophique de France entre 1917 et 1939 –, ou chrétienne (une collection de manuscrits de ses poèmes a été déposée aux ANOM et classée dans la série X). Son fils aîné, André (né en 1913), maîtrise les éléments fondamentaux de l’arabe et sa sonorité, bien qu’il n’ait fait qu’une année d’arabe dans la classe de son père (classe de dialectal constantinois en seconde). Agrégé de mathématiques en 1937, tenté par une carrière littéraire (il publie dans les Lettres françaises et les Cahiers du Sud), il épouse une fille de Marcel Cohen, Laurence, spécialiste de l’acquisition du langage, et travaille à une approche formelle de questions linguistiques, terminant sa carrière comme professeur à l’université René Descartes (Paris V). Leur fils Jérôme fait à son tour une carrière d’arabisant. Le cadet, Albert-Paul (1923-1993), avocat, résistant de la première heure, catholique progressiste, représentera la France au procès de Nuremberg puis travaillera comme journaliste engagé aux côtés des nationalistes algériens (L’Algérie entre deux mondes. Le dernier quart d’heure, Paris, Julliard, 1963), en particulier à Libération.

Sources :

ANF, F 17, 25.066, Lentin ;

ANOM, X, papiers Lentin ;

Bibliothèque nationale d’Alger, papiers Lentin ;

« Jours d’el-Hassi (1893-1903) », RA, n° 105, 1961, p. 49-97 et 251-293 ;

Marcelin Beaussier, Mohammed Ben Cheneb, Albert Lentin, Dictionnaire arabe-français. Dictionnaire d’arabe maghrébin, Paris, Ibis Press, 2006 (introduction par Jérôme Lentin) ;

entretiens avec André et Laurence Lentin (mai 2005) et avec Jérôme Lentin (2001).

Représentations iconographiques :

Le recueil Rythmes à travers mes âges (Paris, René Debresse-poésie, 1938) comporte une photographie (p. 5).

Lespinasse, Jean François Émile (Nîmes, 1842 – Sétif [?], apr. 1904)

– interprète militaire

Fils d’un négociant en vins (en 1868, son père est établi à Bordeaux et sa mère à Condrieu), il entre directement dans la carrière de l’interprétariat militaire. Auxiliaire de 2e classe en 1860, il est attaché au BA de Fort-Napoléon, puis de Batna (1862), Biskra (1865) et Mascara (1867). Il se marie en 1868 à Lyon avec Julie Marie Claire Nègre, fille d’un négociant en relations avec Marseille, dotée d’un revenu annuel de plus de 1 200 francs. Affecté près le premier conseil de guerre, le commandant de place, l’intendant et la gendarmerie d’Alger (septembre 1871), puis près l’intendant de la 9e division militaire à Marseille (septembre 1872), il passe après la suppression de cet emploi à Sétif (mai 1874), au BA de Djijelli (mars 1877), puis à la subdivision d’Orléansville (novembre 1879). Mis à la disposition du commandant de la division de Constantine pour être attaché à la colonne de Tébessa (septembre 1881), il est ensuite affecté à l’île Sainte-Marguerite, où ont été sans doute déportés les insurgés de Tunisie (décembre 1881). Il ne retourne à Sétif qu’en février 1885. Membre correspondant de la SHA, il a publié dans la Revue africaine une « Notice sur le Hachem de Mascara » (1877). Il est admis à la retraite en 1890.

Sources :

ADéf, 6Yf, 18.739, Lespinasse ;

Féraud, Les Interprètes…

Levasseur, Charles Jules Louis (Aumale, 1856 – Toulouse [?], 1925)

– interprète militaire

Fils de Louis Levasseur, lieutenant au 1er régiment de spahis, Charles Levasseur a fait des études secondaires sans obtenir le baccalauréat et est qualifié d’« étudiant » à Alger lorsqu’il accède à 19 ans à l’interprétariat militaire (juin 1875). Il est affecté au BA de Sétif puis à la commune d’El-Milia (mai 1876), au BA de Djelfa (mars 1878) et à Laghouat (septembre 1880). Il épouse en 1881 à Aumale Gracieuse Marie Mathilde Cheneval – sous le régime de la communauté sauf dettes (il apporte des parts immobilières estimées à un total de 20 000 francs). Nommé au BA de Bou Saada (mars 1882), titularisé en 1884, détaché à Boghar (septembre 1885), il est ensuite aux BA de Médéa (septembre 1886) et de Boghar (février 1888), auprès du commandant supérieur du cercle de Laghouat (septembre 1888) et au BA de Djelfa (juillet 1889) où il se fixe jusqu’à sa nomination au BA d’In Salah (juin 1902). Remarqué pour son « aptitude hors ligne pour le cheval » (1889) et ses « grandes aptitudes aux missions en tribu » (1898), sa notation se détériore (ou les exigences académiques augmentent ?) : il est puni pour insuffisance aux examens en 1902 alors qu’il reste très apprécié de ses chefs. Passé au BA de Tébessa (mars 1903), il n’obtient pas à l’examen bisannuel le minimum de points exigé pour l’avancement et songe alors à la retraite, ce que regrette le général de division pour qui il « est très apte au service des tournées, surveillance et direction de travaux. » Admis à faire valoir ses droits à la retraite en juillet 1906 (sa pension est de 3 300 francs), radié en septembre, il affirme vouloir se retirer à Toulouse.

Sources :

ADéf, 4Yf, 56398, Levasseur ;

ANF, LH/1624/476 ;

Féraud, Les Interprètes…

Lévi-Provençal, Maklouf Évariste (Alger, 1894 – Paris, 1956)

– professeur à la Sorbonne

Maklouf Évariste Lévi, que son double prénom rattache à la fois à son grand-père paternel et à la culture scolaire française, est le fruit du mariage de l’Algéroise Clara Sebaone, fille de commerçant, et du Sétifois Éliaou Lévi, interprète du service de la propriété indigène à la préfecture de Constantine. Il fait des études classiques au lycée de Constantine où il est sans doute l’élève de Mejdoub ben Kalafat*. Breveté de langue arabe (1910) puis bachelier (1911), il poursuit son cursus à la faculté des Lettres d’Alger avec pour maîtres René Basset*, Pierre Martino et Jérôme Carcopino. Ce dernier, tout en lui reconnaissant des capacités d’épigraphiste – Lévi publie plusieurs inscriptions latines entre 1913 et 1920 –, l’aurait encouragé à s’orienter vers l’arabe, peut-être pour assurer plus aisément au boursier une situation. De fait, une fois licencié (1913), cette spécialisation lui permet de quitter rapidement un répétitorat au lycée de Constantine pour une délégation à l’enseignement de l’arabe au collège de Médéa (janvier 1914). Sursitaire en vue de préparer l’agrégation d’arabe, il est mobilisé en août 1914. Grièvement blessé un mois après avoir participé au débarquement des Dardanelles (mai 1915), évacué sur Alexandrie puis stagiaire à Joinville, il est finalement mis à la disposition du Résident général au Maroc et attaché au service des renseignements de la région de Fès, dans le cercle de l’Ouergha, aux confins du Rif (poste d’El-Kelaa des Sless, septembre 1916). Là, il assimile le parler des Jbala, collecte des textes et publie entre 1917 et 1920 différents travaux ethnographiques pour les Archives berbères (une étude des pratiques agricoles et des fêtes saisonnières, des « Notes d’hagiographie marocaine »…). Il rend compte aussi de ses travaux dans la Revue africaine (« Un chant populaire religieux du Djebel marocain », 1918), le Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques (sur des ruines almoravides), le Bulletin de l’enseignement public du Maroc et le Bulletin de l’IHEM. Une fois démobilisé, il épouse Laure Guibert, fille d’un boulanger et d’une sage-femme de Philippeville, et est détaché au collège de Tanger (octobre 1919) sans occuper semble-t-il le poste. On le retrouve bientôt à Rabat, chargé de cours à l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères et conservateur de la section orientale de la bibliothèque générale du Protectorat dont il fait l’inventaire des manuscrits (Les Manuscrits arabes de Rabat, Paris, Leroux, 1921). Il adopte alors le nom de Lévi-Provençal, que portent aussi son frère cadet, notaire, et sa sœur benjamine, professeur d’anglais. Secrétaire de rédaction d’Hespéris, nouvelle revue née de la fusion des Archives berbères et du Bulletin de l’Institut des hautes études marocaines (1921), il collabore avec Mohammed Ben Cheneb* pour un « Essai de répertoire chronologique des éditions de Fès » (RA, 1922), donne plusieurs articles sur des manuscrits de Rabat pour le Journal asiatique et soutient à Alger des thèses qui prouvent ses compétences historiques et linguistiques et lui permettent d’être nommé directeur d’études à l’IHEM (1923). La principale, Les Historiens des chorfa. Essai sur la littérature historique et biographique au Maroc, du xvie au xxe siècle, rappelle la suspicion dans laquelle l’histoire est tenue, distingue différents types parmi les historiographes du makhzen saadien et alaouite et fait une place spéciale aux biographes des confréries et des marabouts. Les Textes arabes de l’Ouergha, transcription de textes récoltés chez les Jbala, confirment que le jeune savant a assimilé les méthodes de William Marçais*. Après avoir constitué la documentation historique et épigraphique de Chella, une nécropole mérinide, étude qu’il cosigne avec Henri Basset (Paris, Larose, 1923), il se tourne vers l’histoire de l’Espagne musulmane. Il a en effet reçu la mission de compléter le travail de Hartwig Derenbourg* en établissant le catalogue des manuscrits arabes de théologie, de géographie et d’histoire conservés à l’Escurial, un fonds provenant en grande partie de la bibliothèque du sultan saadien Moulay Zidan (t. III du Catalogue des manuscrits arabes de l’Escurial, Paris, ENLOV, 1927). Il séjourne donc régulièrement en Espagne, où l’appellent aussi des collectes épigraphiques, parfois en compagnie d’Henri Terrasse. Il est par ailleurs appelé à conseiller les autorités politiques dans la guerre du Rif. Directeur de l’IHEM ainsi que de l’édition française de l’Encyclopédie de l’Islam depuis la mort d’Henri Basset en 1926, professeur à Alger où il a été élu en 1927 à la chaire d’histoire des Arabes et de la civilisation musulmane, suivant les vœux d’une conférence algéro-maroco-tunisienne qui avait appelé aux échanges de professeurs à l’échelle de l’Afrique du Nord (il s’est engagé à assurer au moins deux mois de cours par an), il se remarie en juillet 1927 avec la veuve d’Henri Basset (elle a deux filles ; il est lui-même veuf avec un fils de sept ans). De 1929 à 1935, il se fait suppléer à Alger (par Marius Canard puis Robert Brunschvig*), faute d’avoir vu sa situation administrative réglée de façon convenable, sans pour autant se décider à poser sa candidature à l’ENLOV, que ce soit en 1930 pour succéder à Ravaisse* – il refuse d’entrer en concurrence avec Wiet* (mais l’aurait fait contre Montagne) – ou en 1934 pour remplacer Gaudefroy-Demombynes* (les conditions qu’on lui propose ne semblent pas le satisfaire). En 1935, il décide finalement d’abandonner la direction de l’IHEM pour se fixer à Alger où sa chaire a été transformée en chaire d’histoire de l’Occident arabe, de façon à y conserver Brunschvig. Entre-temps, il publie avec Georges Séraphin Colin* Un manuel hispanique de hisba, traité sur la surveillance des corporations et la répression des fraudes en Espagne musulmane (Rabat, Publications de l’IHEM, 1931), une synthèse sur L’Espagne musulmane au xe siècle. Institutions et vie sociale (Paris, Larose, 1932, primée par l’AIBL), réédite l’Histoire des musulmans d’Espagne de Reinhart Dozy (1881) et travaille à sa propre Histoire de l’Espagne musulmane, renouvelée grâce à la documentation publiée depuis la fin du xixe siècle, dont un premier tome, De la conquête à la chute du califat de Cordoue, 710-1031 J.-C., paraîtra au Caire en 1944 – sans que l’entreprise soit jamais achevée. C’est vers 1937 qu’une première mission en Égypte lui permet de prendre conscience de l’évolution des esprits au Proche-Orient. Il est aussi invité à donner des conférences à l’institut d’études islamiques de la Sorbonne (1937-1939). Mobilisé à Alger, il rend compte pour l’état-major de la situation contemporaine. Déchu de ses fonctions par suite de la législation antisémite en 1940, on lui confie à titre compensatoire des missions au Maroc. En décembre 1941, sa demande de réintégration, appuyée par Louis Massignon*, les frères Marçais, Jean Deny, Georges Hardy et Jérôme Carcopino, aboutit : il est affecté à titre provisoire à la faculté des Lettres de Toulouse et très vite missionné au Maroc et en Espagne pour « étudier les modalités d’organisation d’un Institut français d’études de l’Occident musulman ». Réaffecté à Alger en décembre 1942, il sert l’état-major, est nommé commissaire à la coordination des affaires musulmanes (novembre 1943), fonde le Centre d’études de l’Orient musulman avec Robert Montagne et Marcel Colombe* et en assure en janvier 1945 le transfert à Paris. Il y est nommé trois mois plus tard professeur de langue et civilisation arabes à la Sorbonne (en 1950, il accèdera à la direction de l’institut d’études islamiques). En 1949, il impose le principe d’une édition française en sus de l’édition anglaise pour la nouvelle Encyclopédie de l’Islam. Il continue à séjourner régulièrement au Caire et à Madrid, ainsi qu’à Tunis (et, moins souvent, à Alger et Rabat). Il reprend son histoire de l’Espagne musulmane, développant en trois volumes la matière de qui avait constitué le premier volume du projet initial (La Conquête et l’émirat hispano-umaiyade, 710-912 et Le Califat umaiyade de Cordoue, 912-1031 en 1950 puis Le Siècle du califat de Cordoue en 1953). Traduite en espagnole, elle sera intégrée à la monumentale histoire d’Espagne publiée sous la direction de Ramon Menendez Pidal. En 1954, il fonde la revue Arabica, destinée à réaffirmer la scientificité des études arabes à Paris dans une conjoncture troublée par les décolonisations. Gabriel Martinez-Gros, faisant le bilan de l’œuvre d’un savant que Gaudefroy jugeait trop occupé par ses propres publications pour se soucier véritablement de ses élèves, rappelle l’importance de la documentation neuve sur laquelle elle se fonde, mais aussi le poids d’une conception positiviste derrière laquelle on peut deviner un inconscient colonial : face à l’État ommeyyade qui garantit l’ordre et met en valeur le pays, la société musulmane est présentée comme immuable.

Sources :

ANF, F 17, 27.201, Évariste Lévi-Provençal et 28.170, Germaine Lévi-Provençal (dérogations) ; ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/11, Lévi-Provençal ;

ANOM, état civil (acte de mariage des parents et acte de naissance) ;

Arabica, 1956, p. 136-146 (notice par Blachère et liste des principaux travaux par J. et D. Sourdel, photo.) ;

Cahiers de l’Institut d’études de l’Orient contemporain, t. XXXIII-XXXIV, 1956, p. 5 (notice par R. Blachère) ;

Cahiers de Tunisie, 4, 1956, p. 7-15 (notice et liste des publications) ;

Hespéris, 1956, p. 251-255 (notice par H. Terrasse) ;

Al-Andalus, XXI, p. I-XXIII (notice par E. Garcia-Gomez) ;

Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris, Maisonneuve et Larose, 2 vol., 1962 (avec une introduction en espagnol par E. Garcia Gomez et une bibliographie analytique ; photo.) ;

Hommes et destins, t. II, vol. 2, 1977, p. 473-475 (notice par C. Pellat) ;

Béatrice et Michel Wattel éd., Who’s who in France xxe siècle : dictionnaire biographique des Français disparus ayant marqué le xxe siècle, Paris, J. Lafitte, 2001 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par G. Martinez-Gros).

Dolores Serrano Niza et Maravillas Aguiar Aguilar « A la memoria de Lévi-Provençal (1894-1956) en el primer centenario de su nacimiento », Al-Andalus Magreb: Estudios árabes e islámicos, nº 2, 1994, p. 257-278 ;

David J. Wasserstein, « Évariste Lévi-Provençal and the Historiography of Iberian Islam », Martin Kramer éd., The Jewish Discovery of Islam: Studies in Honor of Bernard Lewis, Tel Aviv, The Moshe Dayan Center for Middle Eastern and African Studies - Tel Aviv University, 1999, p. 273-289.

Représentations iconographiques :

Hédi Bencheneb, Mohamed Bencheneb, Paris, Institut du monde arabe, mai 2004, p. 37.

Lévy, Isaac (Mascara, 1850 – Tunis, 1908)

– interprète principal, directeur des affaires indigènes en Tunisie

Fils de David Lévy et de Messaouda bent Oliel, il aurait repris le prénom et le métier de son oncle Isaac Lévy (1822-1846), interprète militaire natif de Gibraltar, fait prisonnier par Abd el-Kader et blessé à mort lors de la déroute de ce dernier à Mengren. Il est employé à Mascara et déjà marié avec Anna Sebban, fille de Haïm (juin 1869) lorsqu’il passe en 1870 les examens qui lui permettent de devenir interprète auxiliaire. Il est affecté aux BA de Tizi Ouzou puis de Sebdou (avril 1871) où, attaché à la colonne mobile, il assiste à la razzia de Mchehaya effectuée par le capitaine Bernard. Il est ensuite envoyé à Oujda avec le capitaine Bouton, chef du BA de Tlemcen, pour préparer la réception du général Dormont par l’empereur du Maroc. Nommé aux BA de Ammi Moussa (juin 1872), de Lalla Marnia (avril 1875) puis de Nemours (mars 1876), il est titularisé en 1877. Il passe alors au BA de Fort-National (octobre 1878) puis auprès du conseil de guerre de Constantine (octobre 1880). Il participe à l’expédition de Tunisie et, mis à la disposition de la Marine, assiste au bombardement de Tabarka. Mis à la disposition du colonel Delpech au 88e de ligne, il repasse en Algérie à la subdivision de Batna (février 1882). Promu à la 1re classe (août 1886), puis au principalat (1895), chevalier de la Légion d’honneur depuis juillet 1890, il est nommé à la direction des affaires indigènes à Tunis en juin 1898. Il réside à la limite de la Hara, rue Bab el-Khadra. Ses notes, excellentes, soulignent la qualité de ses « traductions souvent très difficiles de la presse musulmane égyptienne et tunisienne » : c’est un « modèle pour les jeunes interprètes » (1907). Il laisse à sa mort une veuve et un fils, Raoul, étudiant de 21 ans.

Sources :

ADéf, 6Yf, 69.086, Isaac Lévy ;

ANF, LH/1629/38 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Capitaine Chavanne, Historique du bureau des affaires indigènes de Tunisie : 1881-1930, Bourg-en-Bresse, imprimerie Berthod, 1931.

Loubignac, Victorien (Saint-Geyrac, Dordogne, 1892 – Rabat, 1946)

– directeur d’études à l’IHEM

Ses parents s’installent en Algérie en 1898, à Tizi-Ouzou, puis à Mouzaïaville (1900, sa mère y entre au service de riches colons) et se séparent en 1905. Victorien entre à l’école normale de la Bouzaréa en 1908 où il tire profit de l’enseignement de Georges Valat* en arabe et prolonge sa formation dans la section spéciale qui prépare à l’enseignement indigène (1911-1912) tout en passant le diplôme d’arabe de la faculté des Lettres d’Alger. Déçu par son expérience d’instituteur à L’Arba dans la Mitidja (1912-1913), il passe le concours de l’interprétariat militaire. Il est au Maroc à partir d’octobre 1914, affecté aux postes de Moulay Bouazza et de Beni Ouelhane [?], dans le Moyen Atlas. Après la guerre, il obtient le diplôme de l’ENLOV en arabe littéral, arabe maghrébin et berbère – ce qui lui ouvre la possibilité de préparer sans baccalauréat une licence en droit – et est choisi pour devenir l’interprète personnel de Lyautey (1919). De retour au Maroc, il se consacre à l’étude de parlers berbères (Études sur le dialecte berbère des Zaïan et Aït Sgougou. Grammaire, textes et lexique, Paris, Leroux, 2 vol., 1924-1925). L’y ont rejoint au début des années 1920 sa mère et son frère cadet René (né en 1899) qui, passé par l’EPS où il a préparé le brevet supérieur et appris l’arabe, a trouvé un emploi à la banque d’État du Maroc. Après le départ de Lyautey, Victorien passe dans l’administration civile marocaine, devenant chef de bureau au service de l’enregistrement et du timbre (1928). Il participe à la mise en place de la législation nouvelle dans le pays, qui le met en relation avec le monde des qāḍī-s et des adouls. Au service des domaines, il est chargé en 1935 d’une mission d’inspection qui se prolonge jusqu’en 1938. Ses observations sont à la base d’articles savants pour Hespéris (« De la représentation en droit musulman », 1937 ; « Le chapitre de la préemption dans l’‘Amal al-Fâsî », 1939). Il enseigne par ailleurs le berbère à l’IHEM. Déchargé de sa tâche administrative, il y devient directeur d’études (1943) et, après le départ et la mort sur le front d’Italie de Charles Le Cœur, y organise et dirige la recherche ethnographique et sociologique. Il meurt d’un cancer de l’estomac peu avant d’avoir achevé ses thèses dont Louis Brunot* se chargera de publier l’essentiel (Textes arabes des Zaër, Paris, Librairie orientale et américaine (Max Besson), 1952, réimp. 1994). De son mariage en 1921 à Périgueux avec Marguerite Brieu, originaire elle aussi de Dordogne, il a eu trois enfants qu’il a dissuadés de choisir l’arabe comme langue vivante au lycée, conscient que leur avenir professionnel devrait se jouer en métropole.

Sources :

Hespéris, 1946 (nécrologie par H. Terrasse) ;

BEA, 1946, p. 158-159 et 207 (liste des publications) ;

entretiens téléphoniques avec Lucien et Guy Loubignac, août 2007 ;

correspondance avec Raymond Loubignac, octobre 2007.

Louiesloux, Édouard Pierre (Paris, 1816 – Marseille, 1875)

– interprète militaire

Fils d’un colon de Saint-Domingue réfugié à Paris, il s’engage pour sept ans dans l’armée en 1834. Passé du 67e régiment d’infanterie de ligne aux zouaves (1835), il accepte la mission du général Rapatel, commandant toutes les troupes, se fait passer pour un déserteur, et demeure onze mois dans le camp d’Abd el-Kader (avril 1837 - mars 1838) avant de regagner Oran. Libéré de son engagement en septembre 1841, il reste à Alger aux gendarmes maures en attendant que la promesse d’une place d’interprète qui lui a été faite par Bugeaud se réalise. Malade, il repart pour Paris, où il se retrouve sans emploi. Avec l’appui de Rapatel, il obtient d’être nommé interprète auxiliaire (mai 1842). Il accompagne jusqu’à Alexandrie les pèlerins algériens se rendant à la Mecque avant d’être détaché près le commandant supérieur de Bougie (février 1843). Après avoir été en poste à Mascara (juin 1843), puis à Tiaret (janvier 1844), il est promu interprète titulaire de 3e classe (janvier 1845) et affecté à Miliana, où il fait partie, avec Alexandre Duvernois*, des membres de la toute récente loge maçonnique Les Frères du Zaccar. Il se marie à Paris avec Clarisse/Clarissa Louise Sophie/Sophia Besaucèle, la fille d’un lieutenant du 67e régiment d’infanterie de ligne qu’il a sans doute connu en 1834 (Raymond Besaucèle, fils d’un avocat au parlement de Toulouse et d’une demoiselle de Chauliac, après une carrière militaire sous l’Empire, s’était installé comme professeur de langue à Belfast et s’y était marié avec une Irlandaise avant de revenir en France après 1830). Louiesloux fait une bonne carrière : promu à la 2e (1850) puis à la 1re classe (1855), il est décoré de la Légion d’honneur (1857). Après deux ans à Aumale (1860), il regagne Miliana (1862) avant d’être nommé près l’intendant militaire de la 9e division à Marseille (1865) où il prend sa retraite (1867). On le trouve cependant à Alger en 1872, témoin au mariage d’Antoine Arnaud*. Sa veuve s’installe à Bidart, au sud de Biarritz.

Sources :

ANOM, état civil (acte de mariage d’Antoine Arnaud) ;

ADéf, 5Yf, 5709 ;

ANF, LH/221/31 (Raymond Besaucèle) ; 

Féraud, Les Interprètes…

Luciani, Jean Dominique (Partinello, Corse, 1851 − Alger, 1932)7

− administrateur de commune mixte, directeur des affaires indigènes de l’Algérie

Il allie une carrière d’administrateur et une activité savante, éditant et traduisant des textes classiques de la théologie et du droit musulmans. Après des études au collège d’Ajaccio et une fois obtenu le baccalauréat, il entre comme commis-auxiliaire à la préfecture de Constantine où un de ses oncles est chef de bureau. En 1870, il s’engage dans les tirailleurs algériens puis combat contre les insurgés en Kabylie. Devenu rédacteur principal, il prépare une licence de droit et l’examen ouvrant à la prime d’arabe de 1re classe. Il se fait aider par un cheikh professeur à la médersa où il se lie sans doute avec un élève de son âge, Mohand Saïd Ibnou Zekri. Il entre alors au service des communes mixtes du département de Constantine. Déjà adjoint civil au général commandant la subdivision de Sétif, il administre ensuite Aïn Mlila (1877), où des colons l’accusent de ne s’intéresser qu’aux indigènes, puis Batna dans les Aurès (1880) et les Ouled Attia dans la région de Collo (1885), où il se familiarise avec les parlers berbères. Très bien noté, il est appelé en 1881 à accompagner le gouverneur général à Paris pour l’assister dans les débats sur les questions algériennes. Des rhumatismes articulaires le poussent cependant à demander un poste plus sédentaire : il est nommé fin 1888 sous-chef du 6e bureau chargé des questions relatives aux indigènes au gouvernement général à Alger. Nourri de son expérience sur le terrain dont il a tiré des notices savantes (« Le Bellezma », Revue de l’Afrique française, 1888 ; « Les Ouled-Attia de l’oued Zhour », Revue africaine, 1889) et de sa connaissance des textes juridiques musulmans, il joue un rôle important dans l’élaboration d’une législation spécifique concernant les indigènes, à la fois protectrice et modernisatrice, en matière de justice (décret d’août 1889), d’instruction (décrets d’octobre 1892 sur les écoles des zāwiyya-s et les écoles coraniques puis de juillet 1895 réformant les médersas) et d’économie (lois d’avril 1893 instituant les sociétés de prévoyance indigènes puis de février 1897 relative à la propriété indigène). Dans le sillage de Perron*, dont il a publié la traduction restée inédite du Mayzān aš-Šari‘a ou Balance de la loi musulmane du chaféite aš-Ša‘rānī (1898), il travaille à mieux faire connaître les principes du droit musulman et à les rapprocher du droit moderne français : il adapte en français le texte et les commentaires de la Raḥbiya, poème didactique sur les successions musulmanes (Traité des Successions musulmanes…, avec une préface d'Ernest Zeys, 1890), et en donne une édition accompagnée d’une traduction littérale pour les élèves des médersas réformées (1896). C’est à ces mêmes élèves qu’il destine le Petit Traité de théologie musulmane d’as-Sanūsī, auteur tlemcénien du xve siècle très largement étudié dans les universités musulmanes. Alors que l’émigration de familles maraboutiques vers Damas manifeste le malaise des musulmans algériens, il publie des « Chansons kabyles de Smâïl Azzikiou » (Revue africaine, 1899-1900) qui rappellent la répression de l’insurrection de 1871, « année maudite », avec ses conséquences tragiques : destructions des zaouïas, transformation des djemaas en tribunaux iniques, paupérisation. Dans ces chansons transmises à Luciani par Ibnou Zekri, le poète se résigne à la victoire française sans incriminer les chefs qui ont conduit la révolte – à la différence des chants recueillis par René Basset* qui exprimaient la haine des marabouts locaux contre les chefs de la Raḥmāniyya (L’Insurrection de 1871 dans les chansons populaires des Kabyles, 1892). Faisant la transition entre les Poésies populaires de la Kabylie du Jurjura éditées par Hanoteau et le Recueil de poésies kabyles de Si Mohand publié par Boulifa, elles sont inscrites au programme du brevet de berbère à l’université d’Alger. Pour lutter contre les confréries et les marabouts et en extraire les ferments de « fanatisme » insurrectionnel dont le soulèvement de Margueritte en 1901 lui paraît l’expression, il partage les vues exposées en 1897 par son jeune cousin Coppolani dans les Confréries religieuses musulmanes : sans chercher à les détruire, il faut favoriser leur réforme et les intégrer dans le système administratif français. On comprend ainsi sa proximité avec Ibnou Zekri, devenu mudarris à la grande mosquée et professeur à la médersa d’Alger, dont l’épître (ar-Risāla, 1903) appelle à une réforme des zāwiyya-s en contrepoint de la modernisation des institutions musulmanes projetée par l’administration coloniale.

Luciani travaille à mieux faire connaître « le système théologique des musulmans » et à le « dégager des pratiques superstitieuses et fanatiques » par l’édition et la traduction de textes, à défaut d’en dresser une synthèse, pour laquelle il dit manquer de temps et de capacité. Entre 1893 et 1897, il présente El H’aoudh [al-Ḥawḍ] (Le Réservoir) de Meh’ammed Ben Ali Ben Brahim [Mḥammad b. ‘Alī b. Brāhīm], recueil de prescriptions destiné à propager les principes du droit musulman, rédigé au début du xviiie siècle en berbère du Sous. Il édite et traduit ensuite le Livre de Mohammad Ibn Toumart, mahdi des Almohades, avec une introduction d’Ignác Goldziher traduite de l’allemand par Gaudefroy-Demonbynes (1903), un poème didactique de théologie du xviie siècle, la Djaouhara [al-Ǧawhara] d’Ibrāhīm Laqānī (1907) et les Prolégomènes théologiques de Senoussi [al-Sanūsī] (1908). Le traité didactique de logique Sullam al-murawnaq de ‘Abd ar-Raḥmān al-Aḫdarī lui permet de reposer après Renan la question de l’adaptation des modèles de la philosophie grecque à la pensée islamique (1921). Ahmed Ibnou Zekri, le fils de Mohand, assure en 1938 la publication posthume de son œuvre ultime, la traduction et l’édition d’al-Iršād de l’imām al-Ḥaramayn.

La politique de Luciani, qui a été nommé en 1901 à la tête de la nouvelle direction des affaires indigènes du gouvernement général à Alger et l’est resté jusqu’à sa retraite en 1919, a été sévèrement jugée par les libéraux indigénophiles – Luciani n’a pas cherché à s’appuyer sur les Jeunes Algériens, qu’il considérait sans doute comme des « déracinés » –, puis par l’historiographie anticolonialiste. Elle a en effet soutenu une législation répressive d’exception. Mais on peut faire valoir comme Esquer qu’elle s’est accompagnée d’une meilleure prise en considération des besoins quotidiens de la majorité de la population indigène : justice plus proche des administrés, assistance médicale, enseignement professionnel, souplesse dans l’institution de la conscription militaire qui s’accompagne en 1919 d’une législation facilitant l’accession des indigènes à la citoyenneté. Luciani est un homme d’ordre, mais cet ordre ne va pas sans une justice qui suppose de comprendre les modes de pensée des musulmans algériens.

Ses travaux savants se doublent d’une attention portée aux expériences modernisatrices des États musulmans d’Orient : il voyage non seulement en Tunisie et au Maroc, mais aussi en Syrie et en Égypte où il salue le développement d’une presse libérale que son adjoint et futur successeur Jean Mirante* analyse avec sympathie au congrès des orientalistes réuni en 1905 à Alger. Il joue un rôle important dans la préparation de l’avant-projet de code musulman algérien publié en 1916 par Marcel Morand, favorise la constitution de bibliothèques musulmanes publiques, la publication d’une collection de traductions des classiques arabes et la fondation du musée d’art musulman à Alger. Maire d’El-Biar, banlieue résidentielle où il a fait construire une villa dessinée par Gabriel Darbéda et où il s’est retiré depuis 1919, il préside la Fédération des syndicats d’initiative de l’Algérie, puis la Société historique algérienne (1927-1932) en faveur de laquelle il use de son poids politique pour l’aider à surmonter une grave crise financière. Il a été en effet élu représentant des colons aux Délégations financières dont il assure la présidence en 1931. Lors des célébrations du Centenaire de l’Algérie, cet ami de Stéphane Gsell et d’Ernest Mercier* est de ceux qui refusent toute mise en cause d’une œuvre française dont il s’affirme fier.

Sources :

RA, 1932, p. 161-181 (notice par G. Esquer, avec une photographie et sa bibliographie) ;

Augustin Berque, « Rencontre avec Luciani », Écrits sur l’Algérie, Aix-en-Provence, Édisud, 1986, p. 207-212 ;

Kamel Chachoua, L’Islam kabyle. Religion, État et société en Algérie, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, p. 153-189 (sur ses relations avec Ibnou Zekri) ;

Olivier Luciani, « Jean-Dominique Luciani (1851-1932), un travailleur anonyme de la colonisation française en Algérie », Ultramarines, n° 22, Corses et Outre-mer, 2002, p. 39-42.

M

Mac-Guckin de Slane, William, baron (Belfast, 1801 – Paris, 1878)

– interprète principal de l’armée d’Afrique, professeur aux Langues orientales, éditeur et traducteur de textes constitutifs du patrimoine historique arabe

Issu d’une noble famille irlandaise, formé à Dublin, il vient à Paris pour y approfondir sa connaissance des langues orientales. Il suit les cours de Silvestre de Sacy*, et est admis en 1828 à la Société asiatique qui l’encourage bientôt à éditer de textes arabes, dans le mouvement romantique de redécouverte d’une essence première de la civilisation arabe par la poésie antéislamique (édition et traduction du divan d’Imru’ al-Qays en 1837) et d’établissement des faits historiques et géographiques anciens (édition à partir de 1838 du recueil biographique d’Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, dont il donne aussi une traduction en anglais, et de la Géographie d’Abulféda [Abū l-Fidā’] dont la Société de géographie finance la traduction par Reinaud*). Il traduit en particulier ce que les géographes et historiens arabes ont écrit à propos de l’Afrique (Ibn Ḥawqal, Ibn Baṭṭūṭa, an-Nuwayrī et surtout Ibn Khaldoun, dont il publie dès 1844 « l’autobiographie » dans le Journal asiatique). Après le succès de la mission qu’il effectue sur la demande du gouvernement pour recenser les richesses des bibliothèques d’Alger, de Constantine, de Malte et d’Istanbul (1843-1846), et sans doute aussi à la faveur de son mariage avec une nièce de Bugeaud, il est nommé interprète principal de l’armée d’Afrique (1846), une fonction rémunératrice et prestigieuse. Désigné pour la succession à Jaubert en janvier 1848 à la chaire de turc à l’École des langues orientales, il en est écarté dès mars en faveur de Dubeux, sous la pression des républicains au pouvoir. Il poursuit ses travaux érudits à Alger, en participant à la fondation de la Société historique algérienne (1856), en traduisant al-Bakrī (Description de l’Afrique septentrionale) et surtout Ibn Khaldoun : après avoir édité le texte du troisième livre du Kitāb al-‘ibar en 1847-1851, il en publie la traduction, augmentée de ce qui concerne le Maghreb dans le 2e livre, sous le titre d’Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique du Nord (1852-1856), puis, après la mort de Quatremère* et la publication de son édition du texte du 1er livre (la dite Muqaddima, 1858), sa traduction en deux volumes (Les Prolégomènes, Imprimerie impériale, 1863 et 1865). Il considère qu’il est de son devoir de traducteur de « rectifier les erreurs de l’auteur, d’éclaircir les passages qui offrent quelque obscurité, de fournir des notions qui conduisent à la parfaite intelligence du récit et de donner les indications nécessaires pour faire bien comprendre le plan de l’ouvrage ». Son interprétation des historiens du Maghreb en fait avec Brosselard*, Hanoteau, Faidherbe, Duveyrier et Letourneux un des fondateurs des études berbères : c’est à partir d’elle qu’Émile-Félix Gautier construira une histoire du Maghreb axée sur l’opposition entre nomades et sédentaires, Arabes et Berbères. Ayant conservé ses attaches parisiennes, il est élu à l’AIBL en 1862 (il s’y occupe de la publication du Recueil des historiens orientaux des croisades) et donne à partir de 1863 un cours complémentaire d’arabe algérien aux Langues orientales, avant d'y prendre en 1871 la succession de Caussin* à la chaire d’arabe vulgaire. Après sa mort en son domicile de Passy, on met en vente sa riche bibliothèque d’érudit humaniste et on publie son Catalogue des manuscrits arabes de la Bibliothèque nationale (1883-1898).

Sources :

ADéf, 5Yf, 16134 ;

ANF, Personnel de l’Inalco, 20.100.053/12, de Slane ; F 17, 3007A, de Slane (mission scientifique), 3588 (mission scientifique) et 23.092, de Slane (carrière) ;

Féraud, Les Interprètes… ;

RA, t. XXII, 1878, p. 473 et suiv. (notice anonyme) ;

JA, 6e série, t. XIV, 1879, p. 16-19 (notice par E. Renan) ;

Massé, « Les études arabes… », 1933, p. 220-226 ;

Dictionnaire biographique de l’Algérie, n° 1, 1984 (notice par R. Fardeheb).

Machuel, Auguste François Blémont (Proyart, Somme, 1812 – Beni Mansour, Algérie, 1866)

– professeur au collège impérial arabe-français d’Alger

Fils d’un tisserand et tourbier, second de neuf enfants, il est en 1833 fabricant de tricot dans son village natal, puis instituteur à Amiens, avant d’entrer en 1836 au 4e régiment de cuirassiers. Moniteur général des écoles du régiment, il fait paraître en 1841 à Paris, chez E. Ducrocq, L’Art d’écrire tous les mots de la langue française sans consulter le dictionnaire ou traité complet d’orthographe théorique et pratique, à l’usage des écoles régimentaires. En 1843, il épouse la fille d’un officier de santé, Geneviève Louise Virginie Trichet. Il est alors devenu agent voyer cantonal à Vic-sur-Aisne. Le couple s’installe ensuite à Alger où Machuel, à nouveau instituteur, suit « pendant plusieurs années » le cours d’arabe de Bresnier*. Certainement républicain de conviction, il est promu en juillet 1848 à la direction de la troisième école communale gratuite qui est alors fondée à Alger. Après la création des écoles arabes-françaises, il est nommé à la direction de celle de Constantine, où il est noté sévèrement par Brosselard* : il serait incapable de faire régner la discipline, aurait brutalisé ses élèves dont certains seraient allés jusqu’à apporter du vin en classe et rentrer ivres chez eux. Il passe en 1852 à la direction de celle de Mostaganem où il ouvre l’année suivante un cours d’adultes. Il est bien noté, même si on lui reproche à la fin de négliger son cours, « bercé de l’espérance d’être nommé à l’emploi de professeur du nouveau collège arabe fondé à Alger », ce qu’il obtient de fait, pour la division de grammaire. Intégré en 1861 au conseil d’instruction du collège, il s’y heurte rapidement au reste des professeurs et à la direction. Il refuse en effet l’orientation nouvelle des programmes qui fait perdre à la langue arabe son statut de langue d’enseignement au même titre que le français. Machuel, pour qui une langue arabe usuelle mais aussi correcte doit continuer à servir de base pour arriver à la connaissance de la langue française, conteste les méthodes choisies par le conseil et continue à employer les siennes, ce qui lui fait encourir le blâme des directeurs Perron* et Depeille*. Ils lui reprochent notamment de trop longues dictées de sa composition, en particulier d’une histoire de France qu’il a mise en vers et fait réciter. À partir de la rentrée de 1863, il ne fait plus partie du personnel enseignant du collège. Veuf, il se retire aux Beni Mansour, où il a sans doute acquis une propriété. Il laisse un fils de dix-huit ans, Louis*, futur professeur d’arabe puis directeur de l’enseignement public en Tunisie, et une fille d’une quinzaine d’années, Marie Virginie Augustine, qui épousera en 1876 l’interprète militaire Florent Lacoux (leur fils Henri et leur petit-fils, Raymond*, enseigneront à leur tour l’arabe).

Sources :

ANF, F 17, 7677 (lycée d’Alger année 1858-1859) ;

Revue de l’Orient, 1851-1, chronique orientale, mai 1851, p. 309 ;

Y. Turin, Affrontements…, 1971, p. 254 ;

entretien avec Annie Faugère et son oncle Louis Faugère (juillet 2003) et copie d’archives conservées par Pierre Rousseau.

Machuel, Louis (Alger, 1848 – Tunis, 1921)

– directeur de l’enseignement public en Tunisie

Grâce à son père, Auguste François Blémont Machuel*, directeur des écoles arabes-françaises de Constantine et de Mostaganem (1853-1861), puis professeur au collège impérial arabe-français d’Alger, il apprend l’arabe dès son plus jeune âge, recevant une instruction bilingue et apprenant le Coran au kuttāb avec ses camarades musulmans. Élève au lycée d’Alger, il approfondit l’étude de l’arabe auprès de Bresnier* et à la grande mosquée. Orphelin à dix-huit ans, il postule l’année suivante à la chaire d’arabe du lycée d’Alger, mais on lui préfère Houdas*, plus mûr. Il y accède finalement après avoir enseigné deux ans au collège impérial de Constantine (1867-1869). Il publie alors une série d’ouvrages scolaires au succès durable : des Voyages de Sindebad le marin qui accompagnent les débuts de plusieurs générations d’élèves (1874, 4e éd. en 1933), une Méthode pour l’étude de l’arabe parlé (idiome algérien) (1875, 5e éd. en 1900) qui est utilisée à Paris aux Langues orientales et Une première année d’arabe, à l’usage des classes élémentaires du lycée, des collèges, des écoles primaires, etc., etc. (1877, 3e éd. en 1903), propédeutique à la précédente méthode. Bien noté – ses élèves sont nombreux à accéder à l’interprétariat –, l’obtention du baccalauréat (1875) lui permet d’obtenir une nomination officielle. Secrétaire général de la Société historique algérienne, admis à la Société asiatique (1876), il est nommé en 1877 à la chaire publique d’Oran. Il destine son Manuel de l’arabisant (2 vol., 1877 et 1881, rééd. en 1908 comme Le Guide de l’interprète) et sa Grammaire élémentaire d’arabe régulier (1878, rééd. en 1892) à ceux qui préparent les divers examens d’arabe (prime, interprétariat militaire et judiciaire). Chargé par les héritiers de Beaussier* de travailler à la réédition de son dictionnaire, il n’obtient pas du ministère la mission à Constantine qui lui aurait permis de compléter son lexique. Il demande sans plus de succès à être autorisé à passer un concours d’agrégation d’arabe. Remarqué par Ferdinand Buisson, directeur de l’enseignement primaire, lors de sa visite en Algérie (1880), il est choisi par Paul Cambon pour organiser l’enseignement dans le jeune protectorat tunisien (1883). Pour former en arabe les instituteurs et institutrices nouveaux venus, il innove en enseignant la langue parlée selon la méthode directe et avec des caractères latins. Pour ce qui est de l’enseignement des Tunisiens, il développe en priorité l’enseignement secondaire et travaille à moderniser de l’intérieur le système traditionnel, en réformant le programme du collège Sadiki. Mais il organise aussi une inspection des écoles coraniques et favorise avec l’appui de lettrés tunisiens la création d’un embryon d’enseignement supérieur, la Ḫaldūniyya, annexe moderne de l’université-mosquée de la Zaytūna. Pour les élèves non-francophones des écoles primaires, il met au point une Méthode de lecture et de langage, à l’usage des étrangers de nos colonies, diffusée bien au-delà de la seule Tunisie (Paris, Colin, 1885, 20e éd., 1901). Comme les premières générations d’élèves ignorent tout du français, elle est traduite en arabe (1888), en italien et en vietnamien (quoc ngu) (1893). Il a par ailleurs développé l’enseignement de l’arabe à destination des Européens dans le cadre de la chaire publique fondée dès 1884, qui prépare aux certificats, brevets et diplôme d’arabe. Mais le périodique en arabe qu’il leur destine (Eddalil ou guide de l’arabisant qui étudie le dialecte parlé en Algérie et en Tunisie, Recueil de textes variés publiés par un comité d’arabisants sous la direction de Louis Machuel, Alger, Jourdan, 1901) fait long feu. L’année précédente, l’exposition universelle de 1900 avait été l’occasion de présenter l’ensemble de son œuvre scolaire, justement récompensée, tandis que le succès de son petit manuel de poche pour les autodidactes était immense, inentamé cinquante ans plus tard (L’Arabe sans maître ou Guide de la conversation arabe en Tunisie et en Algérie à l’usage des colons, des militaires et des voyageurs, 19e éd., 1953). Membre fondateur de l’Institut de Carthage (1894), il en dirige la section orientaliste. C’est sous ses auspices qu’il publie une édition révisée de la Grammaire arabe de Silvestre de Sacy* (1904-1905), en plus de quelques traductions de maqāmāt pour la Revue tunisienne. En 1912, Armand Colin publie son anthologie des Auteurs arabes dans la collection des « Pages choisies des grands écrivains ». Le professeur et l’éditeur entretiennent des liens d’amitié – les fermes qu’ils ont acquises au sud de Tunis sont voisines. Une fois à la retraite (lui succède en 1908 Sébastien Charléty), retiré dans sa villa de Maxula-Radès, banlieue balnéaire au sud de Tunis, il poursuit l’élaboration d’un dictionnaire français-arabe de la langue écrite avec la collaboration de son neveu Henri Lacoux (père du professeur d’arabe Raymond Lacoux*), sans que l’ouvrage obtienne finalement les aides publiques qui auraient permis sa publication : la commission interministérielle des affaires musulmanes préfère en 1917 encourager des œuvres collectives centrées sur les parlers régionaux du Maroc et du Levant. En 1919, il donne un exposé sans concessions sur L’Enseignement de la langue arabe aux Français de l’Afrique mineure : ce qu’il est ; ce qu’il devrait être. Il y regrette l’échec de son projet de généralisation de l’enseignement de l’arabe parlé dans l’enseignement primaire européen. L’année suivante, il publie à compte d’auteur un roman à résonance autobiographique, Tasadite, qui met en scène une jeune Kabyle pauvre – amour de jeunesse ? – dont l’instruction française fait le malheur (1920). Libre penseur qui considère cependant que seule une élite aux principes moraux assurés peut se passer de religion, il a des obsèques civiles. Une calligraphie arabe décore sa tombe monumentale dans le cimetière de Radès. La politique habile de Machuel, formé dans un milieu teinté de saint-simonisme et de républicanisme, arabophile et modernisateur à la fois, a favorisé le développement d’une instruction moderne qui intègre les Tunisiens sans les déraciner. Dans la mesure où elle favorisait l’implantation durable de la France en Tunisie, elle a suscité la critique de ceux sur lesquels elle a cherché à s’appuyer, que ce soit le cheikh Salah Chérif [Ṣālaḥ Šarīf] (1869-1920), qui s’oppose finalement à la réforme de la Zaytūna, s’exile en Syrie en 1906 et participe en 1916 au comité pour l’indépendance de l’Afrique du Nord, ou le moderniste ‘Abd al-‘Azīz aṯ-Ṯa‘ālibī (1874-1940) qui n’épargne pas Machuel dans son brûlot nationaliste, La Tunisie Martyre (1920).

Sources :

ADiploNantes, Maroc, direction des affaires chérifiennes, 153, dictionnaire franco-arabe (1917-1918) ;

ANF, F 17, 22.111B, Machuel ;

ANT, série E, 360, 2 ;

Lambert, Choses et gens… (notice avec une photographie) ;

Revue tunisienne, juillet-décembre 1922 (notice par Benjamin Buisson avec une photographie) ;

Bulletin officiel de la Direction Générale de l’Instruction Publique et des Beaux-arts, Tunis, 1922 (notice anonyme) ;

Richard Macken, « Louis Machuel and educational reform in Tunisia during the early years of the french protectorate », Revue d’histoire maghrébine, 1975, n° 3, p. 45-55;

Guy Caplat éd., Les Inspecteurs généraux de l’Instruction publique, dictionnaire biographique, Paris, INRP-CNRS, 1988, p. 485-86 ;

Nicole Chabbah, « Un itinéraire : Sillans-Tunis. Le rôle de Louis Machuel dans le développement des échanges humains entre la France et la Tunisie », Les Cahiers de Tunisie, XLIV, n° 157-158, 1991 ;

Yoshiki Sugiyama, « Sur le même banc d’école : Louis Machuel et la rencontre franco-arabe en Tunisie lors du Protectorat français (1883-1908) », thèse sous la dir. de Randi Deguilhem, Aix-en-Provence, 2007 ;

Noriyuki Nichiyama, « La pédagogie bilingue de Louis Machuel et la politique du protectorat en Tunisie à la fin du xixe siècle », Revue japonaise de didactique du français, vol. 1, n° 1, Études francophones, juillet 2006, p. 96-115 ;

entretiens avec Annie Faugère (2003) et Yoshiko Sugiyama (2004).

Mahdad, Abdelkader (Tlemcen, 1896 – Tlemcen, 1994)

– inspecteur d’académie

Ancien élève de la médersa de Tlemcen alors dirigée par A. Bel*, il est surveillant d’internat au lycée d’Alger quand il prépare avec succès sa licence ès lettres, mention arabe (octobre 1919). Professeur au collège de Mostaganem (1920-1926), il y assure aussi une préparation au brevet d’arabe. Il succède alors à Cohen-Solal* comme titulaire au lycée d’Oran. Médiocrement noté, sa nomination à Alger ou à Tlemcen (où « sa présence ne paraît pas très désirable » selon l’inspecteur d’académie en 1929) est écartée, sans doute en raison de son engagement politique – une lettre de recommandation d’Adrien Marquet, maire socialiste de Bordeaux, n’a pas l’effet rassurant escompté. Le proviseur trouve à son enseignement « quelque chose de compassé, de superficiel, de coranique » (1930) : « il semble être du Moyen Âge » (1931). Il ne parvient pas à quitter Oran, malgré l’obtention d’un DES sur « Le Mouvement littéraire à la cour des Benî Zeyyân de Tlemcen » (1930) et son succès à l’agrégation d’arabe (1932, deuxième rang) et bien que l’inspecteur général Warnier apprécie en 1931 qu’il ait tenu compte des récentes instructions – il le décrit alors comme « travailleur, du genre austère et rigide, avec tous les avantages et les inconvénients de cette forme de caractère ». En avril 1936, il est noté favorablement par W. Marçais*, en tournée d’inspection, pour avoir « cherché heureusement à renouveler le choix des ouvrages destinés à ceux qui débutent dans l’étude de l’arabe classique, en mettant entre les mains de ses élèves des morceaux choisis composés en Égypte, et où, sous le vêtement arabe, ils pourront retrouver des thèmes français familiers à leur enfance ». Mais il ne peut obtenir en 1938 d’enseigner à Louis-le-Grand, rectorat et ministère considérant qu’il n’offre pas les garanties nécessaires du point de vue politique. En 1941, il sollicite un poste au Maroc, arguant de ses recherches personnelles, et de son souci de se rapprocher de sa famille. Mais les renseignements du centre d’études et d’informations de la préfecture d’Oran sont négatifs : « En 1936-1937, il a manifesté une activité suivie au sein des congrès musulmans, dont il est membre du comité départemental de la propagande. Le 7 juin 1937, il présidait à Oran le meeting commémorant le premier anniversaire du congrès musulman », faisant voter une résolution en faveur de l’abrogation de l’indigénat et du décret Régnier, de la réalisation de la charte revendicative et du vote rapide du projet Blum-Viollette, tout en affirmant son soutien au gouvernement du Front populaire. En 1939, il fonde un foyer franco-musulman qui organise des causeries et un enseignement ménager, mais ne survit pas à la mobilisation générale. Auteur d’un recueil de poésies andalouses du xiie siècle mis au programme de la licence (Zād al-musāfir [le viatique du voyageur], Beyrouth, 1939), Mahdad affirme la capacité de l’arabe à être un instrument de culture. Il utilise dans son enseignement les techniques modernes (il enregistre des disques pour ses élèves). Pérès* lui reproche lors d’une tournée d’inspection (1939 ?) de ne plus faire de place à l’arabe dialectal. Mais le proviseur note en 1943 qu’il « a toujours une influence morale heureuse sur les élèves musulmans » et, l’année suivante, qu’il « fait tous ses efforts pour aider l’administration à réagir contre le délaissement croissant de la langue arabe ». Il n’abandonne pas son action politique, et fait partie du comité directeur des Amis du manifeste et des libertés. En 1945, Pérès évoque son nom pour un emploi d’assistant à la Sorbonne, sans suite. Il est en revanche nommé assesseur au jury de l’agrégation entre 1945 et 1948. En juin 1946, il est élu à la seconde assemblée constituante comme représentant des non-citoyens dans le département d’Oran sur la liste de l’UDMA (avec Ahmed Francis, médecin, et Kadda Boutarene, instituteur) puis en novembre au Conseil de la République. Il démissionne de son mandat à la fin de 1947 et retrouve ses classes au lycée d’Oran. Auteur d’une édition et d’une traduction d’Ibn as-Sa‘īd al-Maġribī, ‘Unwân al-Murqiṣât wa l-muṭribât ou Modèles de vers à danser et à rire que publie en 1949 la bibliothèque arabe-française dirigée par Pérès, il est très bien noté. Son action militante se poursuit dans le cadre du comité directeur de la revue anticolonialiste Consciences algériennes, avec François Chatelet, Jean Cohen, Abd-el-Kader Mimouni et André Mandouze (1951). Membre de l’Association des Oulémas, il contribue au Jeune musulman, revue des jeunes de l’Association, y affirmant que « L’Algérie est et restera arabe et musulmane » (n° 5, 12 septembre 1952). Il passe au lycée de garçons de Tlemcen en 1956 après avoir perdu sa femme l’année précédente. Selon l’inspecteur d’académie, « le comportement de M. Mahdad ne donne lieu qu’à des éloges si l’on ne tient pas compte de sa participation à la grève récente » (8 mars 1957). En 1960, il regagne le lycée d’Oran, sans obtenir sa mutation dans un lycée parisien. Il est délégué en mars 1961 comme inspecteur d’académie à Tlemcen, admis à la retraite en novembre, mais maintenu dans l’intérêt du service jusqu’à l’été 1962. L’État algérien indépendant le charge de plusieurs missions de recherches sur le patrimoine algérien, notamment en Turquie.

Sources :

ANF, F 17, 28.013, Mahdad ;

ANOM, GGA, 1 S, 7, demandes d’emploi ;

en ligne : [http://fr.wikipedia.org/wiki/Abdelkader_Mahdad] (dernière consultation en janvier 2013).

Manenti, Charles Mathieu (Pietraserena, Corse, 1875 – Saint-Louis, Sénégal [?], v. 1913)

– directeur de médersa

Arrivé jeune en Algérie, il est élève boursier du collège de Blida où il étudie sans doute l’arabe (en 1894, il obtient le brevet d’arabe en même temps qu’il devient bachelier). Répétiteur, il poursuit sa carrière dans l’enseignement alors qu’il a réussi l’examen d’administrateur adjoint des communes indigènes (juillet 1896). Après avoir suppléé le professeur d’arabe au lycée de Constantine, il obtient le diplôme d’arabe (1901), ce qui lui permet d’enseigner l’arabe comme délégué à Mostaganem, puis à Constantine. Il échoue au certificat d’aptitude, mais, bien noté, obtient en 1909 la direction de la médersa de Saint-Louis où il se heurte l’année suivante au nouveau professeur d’arabe venu lui aussi d’Algérie, Ahmed Benhamouda*. Il meurt prématurément, laissant une veuve originaire du même village que lui.

Sources :

ANF, F 17, 23.418, Manenti ;

Anna Pondopoulo, « La medersa de Saint-Louis du Sénégal (1908-1914) : un lieu de transfert culturel entre l’école française et l’école coranique ? », Outre-mers, t. 95, n° 356-357, 2e semestre 2007, p. 63-75.

Marçais, Georges (Rennes, 1876 – Suresnes, 1962)

– historien et historien de l’art

Frère cadet de William Marçais*, il entre après son baccalauréat à l’École des beaux-arts de Rennes puis à celle de Paris, fréquentant les ateliers de Benjamin-Constant et Jean-Paul Laurens ainsi que les cours de l’Académie Julian. En 1896, il est, pour la commission de recrutement militaire qui l’exempte, « peintre céramiste ». En 1899-1900, il rejoint à Tlemcen son frère qui a été nommé à la direction de la médersa et y peint paysages et intérieurs de mosquées. Sur le conseil de William, amateur d’art (son épouse, musicienne, est la belle-sœur d’Édouard Michelin, peintre qui fut le compagnon d’Étienne Dinet lors de son premier voyage en Algérie), mais raisonnable et protecteur, il s’oriente vers une carrière savante. En mai-juillet 1902, lors d’un second séjour à Tlemcen, c’est « avec un mètre et une boussole » qu’il reprend les motifs déjà observés, base de l’iconographie des Monuments arabes de Tlemcen publiés avec William en 1903. Il suit à Rennes l’enseignement du géographe Martonne et des historiens Jordan et Henri Sée, obtient la licence (1904) puis, à Alger, le brevet d’arabe (1906). Il a alors toutes les qualités pour être nommé professeur de lettres à la médersa de Constantine (1907) avec l’appui de René Basset* et d’Octave Houdas*. Il répond au vœu explicite de ce dernier, soucieux de recruter des hommes mus par des « sentiments bienveillants à l’égard des indigènes algériens », ce dont témoigne la préface qu’il donne en 1912 à L’Algérie française vue par un indigène de Chérif Benhabylès. Il confirme ses qualités académiques par ses thèses (1913) : la principale, Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, fondée sur une bonne connaissance des chroniqueurs arabes, obtient le prix Saintour de l’Institut ; la secondaire est une Contribution à l’étude de la céramique musulmane à partir de l’étude des Poteries et faïences de la Qal‘a des Beni Hammad (xie s.). Époux depuis 1908 de l’impétueuse Yvonne Bellessort, sœur de l’homme de lettres André Bellessort, et père de deux fils, il échappe à la mobilisation – ce que ceux qui envient sa carrière ne manqueront pas de rappeler après guerre. Il supplée Alfred Bel* à la direction de la médersa de Tlemcen, puis Jean Garoby à la division supérieure de la médersa d’Alger, avant d’être chargé de cours à la faculté des Lettres (1916). En 1919, il est nommé à la nouvelle chaire d’archéologie musulmane – une « chaire de recherche, sans étudiants », précisera le doyen Martino – et, l’année suivante, succède à Jérôme Carcopino à la direction du musée des antiquités algériennes et d’art musulman, futur musée Gsell, où il conserve sa résidence jusqu’en 1961. Il en développe les collections dans une perspective à la fois ethnographique et artistique dont témoigne le volume qu’il consacre au Costume musulman d’Alger pour les publications du Centenaire de l’Algérie (1930). Le musée est en effet à ses yeux une base pour le renouvellement de traditions atteintes par la modernisation. Il encouragera ainsi Mohamed Racim à s’affirmer comme un maître algérien de la miniature (« Mohammed Racim, miniaturiste algérien », Gazette des beaux-arts, 1939). Parallèlement à son activité de conservateur, Georges Marçais compose alors son chef d’œuvre, un Manuel d’art musulman. L’architecture (2 vol., 1926-1927, repris et remis à jour en 1955 avec pour titre L’Architecture musulmane d’Occident : Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne et Sicile). L’art de l’islam qu’il présente comme un art de la parure ne vise selon lui « ni à suggérer une pensée, ni à provoquer un état d’âme ». C’est ce qu’il réaffirme dans les histoires générales auxquelles il apporte sa contribution, sous la direction de Marcel Aubert (Nouvelle histoire universelle de l’art, 1932) puis de Norbert Dufourcq (Les Neuf Muses. Histoire générale des arts, 1962) et dans L’art de l’Islam (Larousse, 1946). S’il impose la notion d’un art musulman occidental, il ne se désintéresse pas pour autant de l’architecture musulmane d’Orient, collaborant avec Gaston Wiet* (« Les échanges artistiques entre l’Égypte et l’Espagne », Hespéris, 1934) et publiant Les Mosquées du Caire (1938). En 1935, il fonde à la faculté des Lettres d’Alger l’institut d’études orientales dont il conserve la direction jusqu’en 1946.

Son adhésion trop nette à la politique menée par le nouveau recteur d’Alger, Georges Hardy, dans le cadre de la Révolution nationale annoncée par le gouvernement de Vichy, lui vaut d’être mis à la retraite d’office en mars 1944 suite à un avis de la commission d’épuration. Mais la mesure, discrète – et bientôt rapportée ? –, ne porte pas véritablement atteinte à son autorité : il conserve la direction du musée Gsell et est nommé en 1946 professeur à l’Institut des hautes études de Tunis où il demeure jusqu’en 1958, après s’être vu offrir des Mélanges d’histoire de d’archéologie de l’Occident musulman. À Alger, c’est un de ses disciples, Lucien Golvin, qui lui succède en 1957 à la chaire d’art et civilisation de l’islam. Son œuvre d’historien, ponctuée par sa collaboration avec Georges Yver et Stéphane Gsell (puis Eugène Albertini) pour une Histoire d’Algérie (1927) et pour L’Afrique du Nord française dans l’histoire (1930) ainsi que par sa collaboration avec Charles Diehl pour un volume de l’Histoire générale dirigée par Gustave Glotz (Le Monde oriental de 395 à 1081, 1936) trouve son point culminant avec La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Âge (Paris, Aubier, 1946, coll. « Les grandes crises de l'histoire ») : Roger Le Tourneau appréciera la solidité factuelle de cette « histoire événementielle, politique, mais ouverte cependant sur une histoire des civilisations » (Georges Tessier). Membre libre de l’AIBL depuis 1940, prix littéraire de l’Algérie en 1951 pour l’ensemble de son œuvre, il quitte douloureusement l’Algérie peu avant une indépendance que combat son neveu qui lui est proche, l’arabisant Philippe Marçais*.

Sources :

ANF, F 17, 25.014, G. Marçais (faculté des Lettres d’Alger) ;

ANOM, GGA, 16 H, 46, G. Marçais (médersas) ;

Mélanges Georges Marçais (Mélanges d’histoire et d’archéologie de l’Occident musulman), 2 vol., Alger, 1957 (liste des publications jusqu’en 1955) ;

Robert Brunschvig, « Hommage à G. Marçais », Arabica, 1964, t. XI, p. 1-4 (complète la liste précédente pour les années 1955-1962) ;

Institut de France, AIBL, Discours de M. Georges Tessier,… à l’occasion de la mort de M. Georges Marçais,… séance du 1er juin 1962, 8 p. ;

Deux savants passionnés du Maghreb : hommage à William et Georges Marçais, Paris, Institut du monde arabe - Unesco, 2001 (reproduit les notices de Brunschvig et de Le Tourneau) ;

N. Oulebsir, Les Usages du patrimoine. Monuments, musées, politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004 ;

Mohammed Racim : miniaturiste algérien, Paris, Institut du monde arabe, 1992, 46 p.

Marçais, William (Rennes, 1872 – Paris, 1956)

– professeur au Collège de France

Grandi au sein d’une bourgeoisie provinciale, aux valeurs desquelles il restera toujours fidèle, il est encore enfant quand meurt son père, fabricant de gants à Rennes. Sa mère, née à Oran et fille d’un officier de l’armée d’Afrique, se soucie avec talent de développer les dons de ses deux fils. Tôt bachelier, William fait son droit à Rennes avant de partir étudier les langues orientales à Paris, marqué par la lecture de l’Histoire des Langues sémitiques de Renan et de la Linguistique d’Abel Hovelacque. Sur le conseil de son condisciple Isidore Lévi et avec le patronage d’Octave Houdas* et d’Hartwig Derenbourg*, il obtient d’être pensionnaire de la fondation Thiers et prépare un doctorat sur un sujet de droit musulman. Ses diplômes obtenus, il succède à Maurice Gaudefroy-Demombynes* à la direction de la médersa de Tlemcen (1898), où enseignent Edmond Destaing* et Prosper Ricard. Mis en relations quotidiennes avec les fuqahā’ qui y professent le droit musulman, la théologie, la langue classique et la littérature, il se plaît à retrouver chez eux les valeurs sociales d’une urbanité provinciale encore peu bousculée par la modernité. Il s’intéresse à l’établissement des traditions concernant la vie du prophète (traduction en 1900-1901 du Taqrīb d’an-Nawāwī sur les règles qui permettent de déterminer la valeur des traditions puis, avec Houdas, du Saḥīḥ, fameux recueil de ḥadīṯ-s d’al-Buḫārī – Les traditions islamiques, 4 vol., 1903-1914). Avec son frère cadet Georges*, élève des Beaux-arts qu’il a fait venir auprès de lui à Tlemcen, il affirme la valeur du patrimoine ancien de la ville (Les monuments arabes de Tlemcen, 1903). Lorsqu’on lui demande un rapport sur l’exode des notables de Tlemcen, qu’il explique par la crainte de ne plus voir respecté le libre exercice de leur culte, dans le contexte de la loi de séparation des églises et de l’État et de l’extension de la conscription aux musulmans, il met en cause le manque de sympathie des autorités françaises pour ces derniers, à l’origine d’une politique imprévoyante (la conclusion du rapport, censurée par Luciani*, est lue en 1913 à la chambre par Abel Ferry, porte-parole du courant libéral indigénophile). William a alors quitté Tlemcen (où lui succède Alfred Bel*) pour prendre la direction de la médersa d’Alger (1904) où il favorise la constitution d’un courant réformateur éclairé qui lui semble bien préférable au maraboutisme. Sa réputation scientifique a été entre-temps confirmée par les travaux qu’il a consacrés aux parlers arabes.

Mélomane à l’oreille exceptionnelle (il épouse en 1904 Marie Anne Wolff, fille d’un pianiste associé au facteur de pianos Camille Pleyel, nièce du compositeur Ambroise Thomas, et belle-sœur d’Édouard Michelin), averti des avancées de la linguistique (lié à Antoine Meillet et à l’abbé Rousselot, il traduit avec Marcel Cohen le Précis de linguistique sémitique de Brockelmann, et préside en 1924 la Société de linguistique de Paris), il fixe un état des parlers à Tlemcen (1902), chez les Ouled Brahim [Ûlād Brāhīm] de Saïda (1905), à Tanger (1911), à Takrouna (avec Abderrahman Guiga, 1925) et à El-Hamma de Gabès (avec Jelloûli Farès, 1931) en composant des recueils de textes descriptifs de la vie sociale. Suscités exprès, et pourvus de riches annotations, ces textes aux qualités littéraires lui permettent d’élaborer grammaires et glossaires (l’encyclopédique Glossaire du parler de Takrouna est achevé par son fils Philippe* et publié en 1958-1961) et de distinguer des groupes de parlers, citadins, villageois et bédouins. Inspecteur général de l’enseignement primaire des indigènes en Algérie (1909), ses rapports se caractérisent par leur précision, leur subtilité et leur vigueur et donnent une image vivante du personnel placé sous son autorité. Pressenti par Lyautey pour diriger l’enseignement au Maroc, il préfère prendre la tête de la nouvelle École de langue et de littérature arabe de Tunis (1913) où il se lie avec Hassan Abdulwahab [Ḥasan ‘Abd al-Wahhāb]. Affecté à Bordeaux puis à Paris pendant la guerre, il est nommé directeur d’études à l’EPHE (1919) et professeur d’arabe maghrébin à l’École des langues orientales (1920), chaire qu’il quitte en 1927, année de son élection au Collège de France et à l’AIBL. Il est alors le maître incontesté des études arabes en France, présidant le nouvel institut des études islamiques de l’université de Paris (1930-1942) et le jury du concours d’agrégation d’arabe (1923-1926 puis 1934-1941). Son souci de se placer au-dessus des partis lui permet, après avoir été membre du comité directeur de la politique musulmane constitué en décembre 1942 par Darlan, de présider la commission d’épuration instituée à Alger en août 1943. Il démissionne au moment où elle doit statuer sur le cas de son frère Georges, et effectue une dernière enquête linguistique en 1944-1945 dans le cadre de la mission scientifique envoyée au Fezzan. Il conclut sa carrière en réglant les premiers pas de l’Institut des hautes études de Tunis (1945-1946).

Dans la tradition de Renan, il conforte dans ses articles de synthèse une politique coloniale conservatrice : il souligne la corrélation entre Islam et vie urbaine (1928), affirme la diglossie de la langue arabe et son caractère « incurable » (1930) et dénie aux Berbères tout sens social et toute individualité créatrice (Comment l’Afrique du Nord a été arabisée ?, 1938). Après 1945, elles sont vivement mises en cause par les nouvelles générations intellectuelles marxistes et progressistes. Cependant, la Tunisie indépendante lui rend hommage en 1956 –Bourguiba, camarade de lycée de son fils aîné Jean, avait tenu à rendre visite au domicile parisien du savant une fois levée son assignation à résidence à Groix, avant son triomphal retour à Tunis. Trop rationaliste pour partager les mouvements de sympathie mystique pour les musulmans qu’exprime son cadet Massignon* (avec lequel il entretient des relations amicales mais distanciées), plus franchement intégré à l’administration coloniale, William Marçais se soucie jusqu’à sa mort de ne pas perdre la hauteur de vue qu’exige à ses yeux son éthique de savant. Si les conclusions qu’il a proposées appellent à un réexamen critique, ses travaux dialectologiques, dans leur souci de restitution concrète, restent un trésor pour les linguistes et les anthropologues d’aujourd’hui.

Sources :

Archives du Collège de France, W. Marçais ;

Archives de l’Institut, fonds W. Marçais (avec des photographies) ;

ANF, F 17, 24.965, W. Marçais ; ANF, Personnel de l’Inalco, 20100053/12, Marçais ;

Mélanges offerts à William Marçais par l’Institut d’études islamiques de Paris, 1950 ;

W. Marçais, Articles et conférences, 1961 ;

Deux savants passionnés du Maghreb. William et Georges Marçais, dossier documentaire réalisé par la bibliothèque de l’Institut du monde arabe, 1999 ;

Deux savants passionnés du Maghreb. Hommage à William et Georges Marçais, textes réunis par M. Junqua et O. Kerouani avec la coll. de E. Cortet, Institut du monde arabe, 2001 ;

B. Lebeau, « Une famille de savants passionnés du Maghreb : les Marçais », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique du département d’Ille-et-Vilaine, t. CIV, 2001.

Marçais, Philippe (Alger, 1910 – Paris, 1984)

– professeur aux Langues orientales, spécialistes des parlers maghrébins

Fils cadet de William Marçais*, il poursuit l’œuvre linguistique de son père. Professeur aux médersas de Constantine et d’Alger avant de diriger celle de Tlemcen (1938), chargé d’enseigner l’ethnographie et la sociologie nord-africaines à la faculté des Lettres d’Alger (1947), il y devient professeur après la soutenance de ses thèses sur Le Parler arabe de Djidjelli (1953). Veuf de la fille d’Alfred Merlin, secrétaire perpétuel à l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, il épouse en secondes noces une Algéroise. Doyen de la faculté (1957-1958), élu député sur une liste gaulliste (1958), il défend jusqu’au bout la cause de l’Algérie française. Après un bref passage à l’université de Rennes (1962) suite au véto présidentiel opposé à sa première élection à l’École des langues orientales, il est finalement nommé professeur d’arabe maghrébin à l’ENLOV (1963-1978) où il succède à Georges Séraphin Colin*. Auteur d’une Esquisse grammaticale de l’arabe maghrébin (1977), il a été par ailleurs professeur de langue arabe et d’islamologie à l’Université de Liège (1967-1980) où ses Parlers arabes du Fezzân ont été édités à titre posthume (2001).

Sources :

Archives de l’Inalco, personnel, Philippe Marçais ;

Mélanges à la mémoire de Philippe Marçais, Paris, 1986.

Marcel, Jean-Joseph (Paris, 1776 – Paris, 1854)

– interprète militaire, suppléant à la chaire du Collège de France

Issu d’une famille de notables – petit-neveu de Guillaume Marcel, qui fut consul général en Égypte et conclut en 1677 un traité avec le dey d’Alger, il est apparenté aux Boissy d’Anglas, aux Damas et aux Petit –, Jean-Joseph Marcel perd à douze ans son vieux père qui avait épousé sur le tard sa nièce et pupille. Étudiant brillant de l’université de Paris qui lui décerne plusieurs premiers prix en 1790 et 1791 – il a reçu des leçons de géographie de l’abbé Grenet, de mathématiques de l’abbé Haüy et s’est initié aux langues orientales –, il est de ces tout jeunes gens entraînés par le tourbillon de la Révolution française. Après avoir été rédacteur au Courrier extraordinaire, ou le Premier arrivé (mars 1790 - août 1792), soucieux d’assurer la sécurité de sa mère, déclarée suspecte, il se fait admettre à l’École préparatoire de salpêtre, où il reçoit pendant six mois les leçons de Gaspard Monge avant d’être chargé de la direction de la fabrique établie au cloître Saint-Benoît à Paris. Après quelques mois, peut-être recommandé par Langlès auprès de Lakanal, il est choisi par le comité d’instruction publique pour être l’un des quatre sténographes attachés à l’École normale où il croise certainement parmi les élèves Asselin de Cherville* (1er pluviôse an III). Il est chargé de la publication des cours d’histoire professés par Volney et dirige comme rédacteur principal le Journal des écoles normales. Associé par Suard et Lacretelle à la rédaction du Journal des nouvelles politiques, il est frappé avec eux de proscription après le coup d’État de fructidor (septembre 1797) et doit se cacher. Il consacre cette retraite forcée à reprendre l’étude des langues orientales. En germinal an VI (1798), Langlès, qui ne souhaite pas quitter Paris, le recommande pour la commission scientifique de l’expédition d’Égypte où il assiste Venture* et dirige l’imprimerie du corps expéditionnaire. Il y fera publier L’Alphabet arabe, turc et persan à l’usage de l’imprimerie orientale et française, des Exercices de lecture d’arabe littéral à l’usage de ceux qui commencent l’étude de cette langue, un Vocabulaire français-arabe vulgaire…, des Mélanges de littérature orientale, une édition des Fables de Lokman […], accompagnée d’une traduction française et précédée d’une notice sur ce célèbre fabuliste et les premières feuilles d’une Grammaire arabe vulgaire, à l’usage des Français et des Arabes. Il dirige avec Desgenettes la Décade égyptienne (où il édite le texte et la traduction d’une Ode arabe sur la conquête de l’Égypte par Niqūlā at-Turkī, melkite au service de l’émir druze Bašīr) ainsi que le Courrier de l’Égypte (où il donne des articles historiques et géographiques tirés de l’arabe et des pièces de vers inspirées de poésies orientales). En Égypte, il recueille de nombreuses inscriptions (parmi lesquelles la fameuse inscription trilingue de la pierre de Rosette, dont il offre plus tard un exemplaire à l’Institut de France), des médailles, des pierres gravées, plus de deux mille manuscrits : sa documentation lui permettra de composer des mémoires pour la Description de l’Égypte. Il se lie avec un secrétaire du divan d’origine chrétienne qui a étudié à al-Azhar, le šayḫ al-Mahdī. À son retour d’Égypte, il rejoint Sacy* à la Société des observateurs de l’homme où l’on combine une approche analytique du langage et une approche étymologique des langues pour construire une science générale de l’esprit humain. Vice-président de la Société en 1804, il est nommé avec l’appui de Lacépède directeur de l’Imprimerie impériale, poste qu’il conserve jusqu’en janvier 1815. Il reprendra la direction de l’Imprimerie pendant les Cent jours. En 1817, Audran, son ancien professeur d’hébreu, le choisit comme suppléant à la chaire du Collège de France. Il y enseigne quatre ans (1817-1821) et fait imprimer ses Leçons de langue éthiopienne puis de langue samaritaine (1819). En 1822, il est parmi les membres fondateurs de la Société asiatique. Après une Paléographie arabe ou Recueil de mémoires sur différens monumens lapidaires, numismatiques, glyptiques et manuscrits (Imprimerie royale, 1828), il publie Les Dix Soirées malheureuses, contes d’Abd-Errahman, traduits de l’arabe d’après un manuscrit du šayḫ Muḥammad al-Mahdī (Paris, J. Renouard, 1829) qu’il complète par les Contes du cheikh el Mohdy (Paris, H. Dupuy, 1832, 3 vol.), dans une collection qui forme une suite naturelle à l’édition des Mille et une nuits de Gauttier d’Arc*. Il accompagne les débuts en arabe de Bresnier* et de Belin* – envers lequel il remplit une fonction quasi paternelle, allant jusqu’à le représenter pour son mariage. L’expédition d’Alger lui a donné l’occasion de publier avec l’approbation du ministère de la Guerre un Vocabulaire français-arabe du dialecte vulgaire africain d’Alger, de Tunis, et de Maroc […] (Paris, A.-J. Dénain, 1830) dont les deux éditions sont très vite épuisées. Il l’augmente de façon à en faire un dictionnaire qui paraît à titre posthume (1854, rééd. en 1869 et 1885). En 1838, à la demande de l’Instruction publique, il transmet ses réflexions sur l’état de l’École des langues orientales, proposant d’y donner un cours préparatoire, à condition d’être nommé conservateur-adjoint à la Bibliothèque royale « pour les langues bibliques ». Malgré sa réelle expérience, le ministère ne donne pas suite – mais Marcel est promu officier de la Légion d’honneur. Marcel n’a pas cessé de s’intéresser à l’Égypte, utilisant les historiens arabes pour son Histoire de l’Égypte depuis la conquête des Arabes jusqu’à celle des Français, volume introductif à l’Histoire scientifique et militaire de l’expédition française en Égypte publiée par Louis Reybaud (1834). Il la reprend plus tard dans le cadre de L’Univers pittoresque, ou Histoire et description de tous les peuples, de leurs religions, mœurs, coutumes, etc., Afrique (t. VI, Paris, Firmin-Didot, 1848). Pour le volume suivant de cette collection, il compose par ailleurs une Histoire de Tunis, précis historique des révolutions de Tunis, depuis sa fondation jusqu’à nos jours et des Éclaircissements tirés des écrivains orientaux (1849) en accompagnement de la Description de la Régence de Tunis par Louis Frank (1806). Il ne parvient cependant pas à se faire élire à l’Académie des inscriptions et belles-lettres – peut-être du fait d’un engagement bonapartiste trop marqué et d’une production trop dispersée. Vers 1849-1850, il perd progressivement la vue et l’ouïe. Il laisse à sa mort une bibliothèque d’environ 15 000 volumes et plusieurs traductions inédites (géographie arabe d'al-Bakrī [?] d’après un manuscrit de sa collection, Coran, grand ouvrage historique d’as-Suyūṭī) ainsi qu’une polyglotte (Orbis christianus, signum crucis variis linguis versum exhibens) qui témoigne d’une foi chrétienne inentamée.

Sources :

ADiplo, Personnel, 1re série, 2730 (André Claude Victor Marcel) et 2731 (Mathieu Louis Joseph Marcel) ;

ANF, LH/1725/31 ;

François Alphonse Belin, Discours prononcé sur la tombe de Marcel, 1854, 6 p. (BNF) et « Notice nécrologique et littéraire », JA, mai-juin 1854, 5e série, t. III, p. 553-562 ;

Revue de l’Orient, 1854-1, p. 320 (notice par Garcin de Tassy) ;

A. Taillefer, « Notice historique et bibliographique sur M. J.-J. Marcel », Revue de l’Orient, 1854-2, p. 316-323 ;

Guémard, 1928, p. 137-140 [évocation superficielle] ;

Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

Mardrus, Joseph Charles Victor (Le Caire, 1868 – Paris, 1949)

– médecin, traducteur et littérateur

Fils de Camille Jamous et de Fatallah Mardrus, un Égyptien d’origine caucasienne qui, via la protection pontificale, s’est placé sous celle de la France, il fait ses études chez les jésuites du collège Saint-Joseph de Beyrouth (1878). Il y entame ensuite sa médecine qu’il achève à Paris (1892-1894) où il soutient son doctorat. Familier du salon de Mallarmé que fréquentent Marcel Schwob, Maurice Maeterlinck, Félix Fénéon et Pierre Louÿs, il entre comme médecin au service de la Compagnie des Messageries maritimes. Il voyage ainsi au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est (1895-1899) à partir de Marseille, où il fréquente le salon de Frédéric Mistral. Peut-être à l’imitation de Gustave Rat*, il se lance alors dans une nouvelle traduction des Mille et une Nuits en utilisant des recueils arabes (comme ceux d’Artin-Pacha et de Spitta-bey) et hindoustanis (grâce à l’œuvre de Garcin de Tassy) que Galland ignorait. Éditée par la Revue Blanche puis par Fasquelle entre 1899 et 1904, ces Mille Nuits et une Nuit dédiées à Mallarmé connaissent un très grand succès dans le monde littéraire et auprès du public, malgré le jugement sévère de la critique savante qui y voit une adaptation libre flattant une mode érotisante fin de siècle plutôt qu’une traduction fidèle. Régulièrement réimprimées, y compris dans des éditions de luxe illustrées par des noms prestigieux (Léon Carré, Kees van Dongen, Roger Chapelain-Midy, Antoine Bourdelle, Henri Matisse), elles seront traduites en espagnol, en anglais et en polonais. Elles permettent à leur auteur de se fixer à Paris pour y vivre de sa plume. Habitué du « pavillon des muses » de Robert de Montesquiou et des salons de Catulle Mendès et de José Maria de Heredia, il épouse en 1900 la poétesse Lucie Delarue-Mardrus. Ils s’installent à Auteuil (1902), voyagent en Tunisie et en Algérie et fréquentent un milieu artistique et littéraire anticonformiste et féministe dont fait partie Natalie Clifford-Barney. En 1909-1910, Mardrus est un des auditeurs réguliers du séminaire que Clément Huart* consacre au Coran à la Ve section de l’EPHE, en même temps que Laura Clifford-Barney, sœur de Natalie convertie au bahaïsme. Après guerre, séparé de Lucie Delarue depuis 1915 (il épousera en secondes noces Gabrielle Bralant, dite Cobrette), il publie une histoire légendaire de La Reine de Saba (1918), des contes orientaux (Histoire charmante de l’adolescente Sucre d’Amour, 1927 ; Le Marié magique, 1930) et poursuit une quête spirituelle qui traverse les frontières des religions établies. Après Le Koran qui est la Guidance et la Différenciation. Traduction littérale et complète des Sourates essentielles (Paris, Fasquelle, 1926), il publie une adaptation des textes funéraires de l’Égypte antique, Le Livre de la Vérité de Parole (Paris, Schmied, 1929), des Pages capitales de la Bible (Fasquelle, 1930) et enfin Le Paradis musulman (Schmied, 1930). Ces ouvrages de vulgarisation et livres d’art ne prétendent pas entrer en concurrence avec les travaux de la recherche érudite. Mardrus n’a semble-t-il tiré aucune acrimonie des appréciations sévères dont ses traductions ont été l’objet : entre 1931 et 1934, on le retrouve à la Ve section de l’EPHE parmi les auditeurs de Maurice Gaudefroy-Demombynes* puis de son successeur à la direction d’études pour l’islam et les religions de l’Arabie Louis Massignon*. À sa mort, il laisse en préparation des Merveilles et enchantements (Récits de l’Ancienne Égypte).

Sources :

Émile-François Julia, Les Mille et une nuits et l’enchanteur Mardrus, Société française d’éditions littéraires et techniques, 1935 ;

Lucie Delarue-Mardrus, Mes mémoires, Gallimard, 1938 ;

BEA, 1949, p. 73-74 (notice par H. Pérès) ;

Hiam Abul-Hussein, Le docteur Mardrus, traducteur des Mille et une nuits, thèse principale pour le doctorat, Sorbonne, 1970 ;

Dominique Paulvé et Marion Chesnais, Les « Mille et une nuits » et les enchantements du docteur Mardrus, catalogue d’exposition, Musée du Montparnasse - Éd. Norma, 2004 ;

Dictionnaire des orientalistes… (notice par S. Larzul).

Marfaing-Gasinié, Jean Marcel (Mostaganem, 1893 – Montpellier [?], v. 1974)

– professeur d’EPS

Marfaing-Gasinié est issu d'une famille modeste, originaire des Pyrénées (son père, agent de police, est né à Siguer dans l'Ariège, sa mère à Céret). Élève-maître à l’école normale d’Alger (1911-1914), titulaire du diplôme d’arabe en 1914, il est immédiatement mobilisé. Après avoir passé 48 mois sur le front, il sort de la guerre avec plusieurs blessures, la croix de guerre et la Légion d’honneur. Instituteur à Sidi Chami, dans les environs d’Oran, il se marie avec Yvonne Genevois, native de la ville, et obtient d’être nommé délégué ministériel pour les lettres à l’EPS de Sidi bel Abbès où il complète son service par quelques heures d’arabe. Bachelier (lettres-philo) depuis 1922, il se spécialise à partir de 1927 en arabe qu’il enseignerait mieux que le français à en croire les inspecteurs. Il prépare sa licence, mais n’obtient que le certificat de philologie arabe (1930). Titularisé professeur adjoint en 1932, il est bien noté : conformément aux directives, il fait en sorte que les élèves indigènes soient des moteurs et des modèles dans la classe et obtient de bons résultats au concours d’entrée de l’IHEM de Rabat. Selon Pérès* qui l’inspecte en 1938, « sa salle de classe, véritable musée, composé avec goût, d’images, de tableaux illustrés, de photos agrandies et de cartes relatifs à l’islâm et à la vie indigène, crée une atmosphère favorable à l’acquisition de la langue arabe ». Bien qu’ayant été « signalé pour activité politique au cours des dernières années » – il est certainement hostile au régime de Vichy –, ses qualités professionnelles lui valent d’être promu au collège moderne d’Oran en octobre 1941. Mais il est déclaré démissionnaire d’office pour avoir appartenu à la franc-maçonnerie dès janvier 1942. Il trouve alors un emploi dans une école privée d’agriculture. À nouveau mobilisé entre novembre 1942 et l’été 1945, il prend part aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne. Toujours très bien noté, il fait partie des professeurs d’arabe qui enseignent localement dans le cadre de l’École pratique d’études arabes mise en place par le GGA. À sa retraite en 1954, il conserve son domicile à Oran. Il quitte l’Algérie pour le Midi de la France en 1962.

Sources :

ANF, F 17, 25.647, Marfaing-Gasinié ;

ANOM, état civil (acte de naissance et acte de maraige des parents) ;

entretien téléphonique avec la fille de Suzanne Marfaing Gasinié Collet, avril 2008.

Margueritte, Jean-Auguste (Manheulles, Meuse, 1823 – Beauraing, Belgique, 1870)

– interprète militaire, général de division

Fils d’Antoine et de Marie Anne Vallette, il grandit à Alger dans un environnement qui lui permet d’apprendre aisément l’arabe. Il commence très jeune sa carrière militaire comme interprète à Blida, à Boufarik et au Camp de la plaine (1837), puis aux gendarmes maures (mars 1838). Sous-lieutenant à titre provisoire (novembre 1840), il est en 1841 commandant supérieur de la Maison Carrée et de la ligne de l’Harrach. Par suite de la réorganisation des corps indigènes, il passe comme Moullé* aux chasseurs d’Afrique (4e régiment, juillet 1842), puis immédiatement dans le nouveau corps des spahis (août 1842). Chef du bureau arabe de Miliana, décoré de la Légion d’honneur (août 1843), il est promu sous-lieutenant (juin 1844). Commandant supérieur du cercle de Teniet el-Had (1851-1860), il est très bien noté : « son instruction générale est bonne, il s’est formé lui même et travaille constamment ; parle et écrit l’arabe parfaitement ; il a du jugement du tact et de l’intelligence. […] il est très respecté des Arabes, très aimé de la population civile » (1854). Il est promu officier de la Légion d’honneur en août 1859, l’année de son mariage avec Victorine Antonie Adélaïde Eudoxie Mallarmé. La jeune épousée, née en 1838 à Alger d’Henri Victor, intendant général et de Jeanne Marie de Sacarneiro, est bien dotée (son père apporte en avance d’hoirie 60 000 francs et ses espérances de fortune sont évaluées à environ 30 000 francs). Colonel au 3e régiment de chasseurs d’Afrique (juillet 1863), commandeur de la Légion d’honneur (1864), Margueritte participe à l’expédition au Mexique (général de brigade à l’état-major général, décembre 1866), avant d’être nommé au commandement de la subdivision d’Alger (mars 1867). Il réédite alors des Chasses de l’Algérie et notes sur les Arabes du Sud (Alger, Bastide, 1869 ; rééd. illustrée sur le modèle du Magasin pittoresque, Paris, Jouvet, coll. de la Bibliothèque instructive, 1884 ; fac-similé, Nice, Gandini, 2005), composées en 1866 pour son fils aîné et imprimées alors à destination de quelques amis. Il fait figure de héros de l’Algérie française après sa mort à la suite des blessures qu’il a reçues à Sedan en septembre 1870, en commandant la charge de sa division de cavalerie (trois de ses cinq régiments sont des chasseurs d’Afrique). Il laisse deux fils, Paul (1860-1918) et Victor (1866-1942), qui feront l’un et l’autre carrière de romanciers à succès.

Sources :

ADéf, dossiers de pension, généraux, 1482, Margueritte ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Anne-Marie Briat, Janine de la Hogue, André Appel, Marc Baroli, Des chemins et des hommes. La France en Algérie (1830-1962), Hélette, Jean Curutchet - Les éditions Harriet, 1995 ;

Xavier Yacono, Les Bureaux arabes et l’évolution des genres de vie indigène dans l’Ouest du Tell algérois, Paris, Larose, 1953.

Marion, Léon Louis Joseph (Avoudrey, Doubs, 1857 – Alger [?], apr. 1907)

– professeur de collège

Il entame en 1876 une carrière d’instituteur à Tébessa et Msila (où il dirige l’école arabe-française, 1877) qu’il prolonge comme maître primaire au collège de Sétif (1879). Après avoir obtenu la prime (1881), puis le brevet d’arabe, il y devient professeur d’arabe (1891). Il y achèvera sa carrière. S’il publie à Sétif plusieurs manuels (une Nouvelle méthode de langue arabe en 1890, des Éléments de l’arabe usuel en 1897 et un Précis d’arabe en 1902), il ne s’adapte pas à la nouvelle méthode directe et est assez mal noté par les autorités académiques qui jugent par ailleurs sévèrement sa participation à la vie politique (il siège au conseil municipal de Sétif entre 1890 et 1892, puis à celui d’Aïn Abessa où il est propriétaire agriculteur en 1902). Elles épinglent aussi des placements financiers qui le détourneraient de ses obligations pédagogiques. Sa hiérarchie accueille avec soulagement l’annonce de sa retraite vers 1905.

Source :

ANF, F 17, 22.045, Marion.

Marquet, Yves (Paris, 1909 – Paris, 2006)

– maître-assistant à la Sorbonne, professeur à l’université de Dakar

Issu d’une famille bretonne de Lorient qui a donné de nombreux marins et armateurs (elle s’est alliée à celle de l’amiral de Villeneuve, vaincu par Nelson à Trafalgar), il est le fils d’un radiologue installé à Paris. Bachelier, il prolonge sa connaissance des langues anciennes et de l’allemand en préparant une licence ès lettres à la Sorbonne (1928 ?). Il suit aussi les cours d’assyro-babylonien du père Vincent Scheil à l’EPHE et ceux de Maurice Gaudefroy-Demombynes* à l’ENLOV, dont il obtient le diplôme d’arabe littéral en 1933 – tout en se formant au persan et au turc. En 1935-1936, il est parmi les auditeurs du cours de Louis Massignon* à l’EPHE. Entre-temps, sans doute par l’intermédiaire du père Scheil, il a pris part aux campagnes de fouilles que dirige l’archéologue Judith Krause à Ur et à Suse. Les deux archéologues se marient et, après la mort prématurée de Judith Krause en 1936, Yves Marquet se charge de la publication de ses deux dernières campagnes à ‘Ay (Les Fouilles de ‘Ay (Et-Tell), 1933-1935. La résurrection d’une grande cité biblique, préface par René Dussaud, Paris, Geuthner, 1949). Professeur au centre de culture française à Jérusalem, Marquet continue à hésiter entre carrière académique et vocation littéraire – il a publié des poèmes dans les Cahiers du Sud. Mobilisé en 1939 comme simple soldat sur le front des Ardennes, il est finalement employé comme traducteur en Orient suite à l’intervention du père Scheil. Patriote, il décide en 1940 de regagner la métropole. Il est nommé professeur d’arabe au lycée Périer de Marseille et s’engage dans la Résistance en même temps que son frère cadet et sa belle-sœur, eux aussi installés à Marseille. En août 1944, il participe à la libération de Paris. Après la mort accidentelle de son frère cadet, il se remarie avec sa veuve, mère de trois jeunes enfants (une fille et deux fils) – avec elle, il aura à son tour trois enfants (deux filles et un fils). Plutôt que de se consacrer à l’hébreu qui n’ouvre pas à une carrière universitaire, par manque de chaires, il se remet à l’étude de l’arabe et demande un poste en Algérie. Nommé à Tlemcen, il y enseigne les lettres dans les petites classes du lycée, à défaut d’avoir obtenu la direction de la médersa qu’on lui avait fait miroiter (1948-1949). Il est ensuite professeur d’arabe au lycée de Philippeville (1949-1950) puis au lycée Carnot de Tunis (1950-1952). Là, il entretient de relations amicales avec Maḥǧūb b. Milād, Slaheddine Klibi [Salaḥ ad-dīn al-Qulaybī] et Mohamed Talbi [Muḥammad aṭ-Ṭālibī], tous trois jeunes agrégés d’arabe. Sommé de servir d’interprète à l’armée française, il souffre d’une mesure qui porte atteinte à la confiance qu’il a acquise auprès des Tunisiens. Il décide de regagner Paris pour mieux y préparer l’agrégation. Il n’obtient de poste qu’à Lillebonne, près de Rouen, ce qui lui permet néanmoins de suivre les cours professés à Paris (1952-1953). Une fois agrégé, il succède à Jean Secchi* à la chaire d’arabe du lycée de Bône où il a parmi ses élèves Hamida Atoui, futur agrégé d’arabe. En 1956, il regagne Paris : affecté au lycée Louis-le-Grand, il est chargé de cours à la Sorbonne où il devient bientôt maître-assistant. Avec Gérard Lecomte*, il collabore activement au développement de la revue Arabica. En 1961, il accepte la proposition de Léopold Sédar Senghor d’organiser l’enseignement de l’arabe à l’université de Dakar. Il y restera jusqu’en 1981, avec une interruption d’un an en 1968-1969, comme le département d’arabe y a été provisoirement fermé. Pendant ce séjour de vingt ans, il achève sa thèse sur La Philosophie des Iḫwān aṣ-ṣafā : de Dieu à l’homme (1971, publiée à Alger, SNED, 1976 ; rééd. augmentée, Paris-Milan, SEHA-Archè, 1999), prolongée par un volume sur L’imâm et la société (Dakar, 1973) puis un autre sur l’importance du pythagorisme dans leur pensée (Les « Frères de la pureté » pythagoriciens de l’Islam. La marque du pythagorisme dans la rédaction des Epîtres des Iḫwān aṣ-Ṣafā’, Paris-Milan, SÉHA-Archè, 2006) et publie sur des sujets connexes de nombreux articles (dans Arabica, la Revue des études islamiques, le Bulletin d’études orientales…). Il s’est en effet affirmé comme le grand spécialiste du chiisme ismaylien dont il a étudié l’impact sur la philosophie (falsafa) et la théologie (‘ilm al-kalām) musulmanes. En retraçant l’élaboration de la pensée des « Frères sincères » entre le viiie et le xe siècles et la façon dont ils ont repris des éléments issus de la tradition hellénistique néoplatonicienne et hermétique pour les inscrire dans une problématique musulmane, il a contribué, en même temps que Roger Arnaldez et Mohamed Arkoun, à faire mieux connaître l’humanisme musulman du xe siècle. Il a ainsi pu mettre à profit sa large culture littéraire des mondes méditerranéens antiques et médiévaux.

Sources :

Louis Gardet, recension de « La Philosophie des Iḫwān aṣ-ṣafā », Éthiopiques, n° 12, octobre 1977 ;

entretien avec Mme Michèle Marquet, juin 2007.

Martin, Jean-Pierre (Alep, 1784 – Alger, 1858)

– drogman chancelier et directeur des archives de la régence à Alger

Fils d’un négociant mort à Jaffa lors de l’arrivée de l’armée française après y avoir géré plusieurs année le consulat français de Saint-Jean-d’Acre, il sert quelques mois comme administrateur financier dans l’armée d’Égypte et est nommé jeune de langue attaché à l’ambassade de Constantinople en brumaire an XI (septembre 1802), puis élève interprète à Saint-Jean-d’Acre. Il est autorisé en décembre 1813 à se marier avec Marie Adélaïde Julien (sans doute fille d’un drogman et dont la mère ne sait pas signer). Titularisé premier drogman en septembre 1816, il demande à être employé à « Tunis de Barbarie » (avril 1817) en arguant de sa connaissance de la langue arabe, avec l’appui de l’ambassadeur de Rivière. Il assure l’intérim du consulat de Saïda avant d’être nommé drogman chancelier à Bône en octobre 1821. Après un congé à Paris où il demande un vice-consulat en Syrie, il est nommé drogman chancelier à Alger (juin 1826), mais la rupture des relations avec le dey fait qu’il quitte précipitamment Bône sans s’installer à Alger. Il réside alors avec sa famille à Marseille. En août 1830, il est invité à gagner Alger où il remplit les fonctions d’interprète et greffier de la cour de justice présidée par Deval. Il sollicite alors un poste d’interprète chancelier à Tripoli de Barbarie auprès du consul Dupré qu’il a déjà servi à Bône. Le ministère lui propose de l’admettre à la retraite et de le charger d’une des agences consulaires de la côte de Syrie, comme Lattaquié ou Tripoli, avec une indemnité annuelle pour frais de service (mai 1831). Il accepte le principe mais demande que cette indemnité soit suffisante pour sa famille. En novembre 1831, il est encore à Alger où Fougerous, inspecteur général des Finances, lui propose de le désigner drogman chancelier et directeur des archives de la régence. Le MAE accepte que ce service soit pris en compte pour sa retraite. Il exerce ensuite comme notaire à Alger. Il a demandé en 1828 pour son fils, Louis Blaise (Saint-Jean-d’Acre, 1818 – ?), une place de jeune de langue. Les interprètes militaires Auguste et Eugène Martin lui sont peut-être apparentés (des neveux ?), mais ne sont pas ses fils.

Source :

ADiplo, personnel, 1re série, Jean Pierre Martin

ANOM, état civil (acte de décès).

Martin, Auguste Antoine (Alep, 1817 – Constantine, 1893)

– interprète principal, titulaire de la chaire supérieure de Constantine

Fils d’Hippolyte Martin, commerçant tropézien installé à Alep (après avoir été agent consulaire à Alexandrette) et de Marguerite Salina, native de la ville, il y est apprenti au consulat de France avant d’être employé en janvier 1834 à Bône comme secrétaire-interprète de la sous-intendance civile. Interprète militaire de 3e classe en septembre 1837, il est attaché à l’état-major de Damrémont et assiste à la prise de Constantine où il est affecté en octobre, auprès du colonel Bernelle. Détaché au camp de Kara Mustapha en octobre 1838, puis au camp du Fondouk en mai 1839, il est mis à la disposition de Négrier à Constantine en mars 1841. Démissionnaire en mai pour s’engager aux spahis où il accède au grade de maréchal des logis, il est réadmis interprète militaire près le général commandant la place de Constantine en août 1842. Chevalier de la Légion d’honneur en décembre 1843 pour avoir sauvé la vie du général Baraguey d’Hilliers lors d’une charge chez les Beni Toufout, sa santé l’oblige à rentrer en France et à demander à être attaché comme drogman à l’un des consulats des échelles du Levant. Nommé premier drogman de consulat sans résidence fixe avec 2 000 francs (avril 1846), il obtient un congé d’un mois et l’autorisation de se rendre à Constantine, pour y régler ses affaires – il s’agit sans doute du Martin avec lequel le peintre Théodore Chassériau se rend de Marseille à Constantine via Philippeville. Il doit ensuite, une fois le congé expiré, se rendre à Alep pour y retrouver sa famille qu’il n’a pas vue depuis treize ans. Or, il a par ailleurs demandé à être autorisé à se marier avec Bāya bint al-ḥāǧǧ Muḥammad al-Ḫurbī, âgée de 20 ans, native de Constantine, précisant qu’il obtiendrait du pape les dispenses nécessaires pour cette union avec une demoiselle « de religion musulmane », sans qu’on connaisse la réponse qui lui a été faite. Dès août, il est replacé sur sa demande interprète de 1re classe à Constantine, peut-être en vue de ce mariage qui y sera célébré en 1851. En 1847, année de la publication de ses Dialogues arabes-français, avec la prononciation arabe figurée en caractères français (Paris, T. Barrois), il est admis à la Société asiatique. Promu interprète principal à la direction des affaires arabes de Constantine en janvier 1853, il est témoin à Philippeville au remariage de l’interprète Canapa*. Il publie en collaboration avec Prudent Vignard* une traduction en arabe de La Fontaine (Choix de Fables écrites en arabe vulgaire, 1854, réédité en 1906). Officier de la Légion d’honneur en 1859, il donne un Abrégé de l’histoire de France en arabe (Alger, Bastide, 1863) pour servir aux établissements arabes-français. Placé à la retraite en 1865, il demande en 1869 à remplacer Richebé* à la chaire d’arabe de Constantine, au cas où ce dernier serait appelé à succéder à Bresnier* à la chaire d’Alger (ce qui arrive indirectement en 1870, après la mort prématurée de Combarel*, éphémère successeur de Bresnier). Le recteur Delacroix indique que Martin, domicilié à Constantine, a une très grande habitude de la langue parlée, mais passe pour manquer des connaissances nécessaires à un professeur d’enseignement supérieur. Titulaire de la chaire supérieure d’arabe à Constantine, il sera suppléé par Mouliéras* (1885) puis Motylinski* (1890-1892) après avoir été victime d’une hémorragie cérébrale et en raison de ses crises de paludisme. À ses obsèques, le deuil est conduit par son beau-frère, el hadj Hassen ben el Tlemsani [al-ḥāǧǧ Ḥasan b. at-Tilimsānī], sous-officier en retraite. Son frère cadet, Eugène* (né en 1823), fait lui aussi une carrière d’interprète militaire.

Sources :

ADéf, 4Yf, 35407, Martin ;

ADiplo, personnel 1re série, 2771, Martin ;

ANF, LH/1757/3 ; F 17, 22.775, Calassanti-Motylinski ;

ANOM, état civil (acte de décès ; acte de mariage de Canapa) ;

Le Mobacher, 28 janvier 1893 ;

Féraud, Les Interprètes… ;

Faucon, Livre d’or… ;

Valbert Chevillard, Un peintre romantique, Théodore Chassériau, Paris, A. Lemerre, 1893, p. 108.

Martin, Eugène Charles (Alep, 1823 – Batna, 1871)

– interprète militaire de 2e classe

Frère cadet d’Auguste Martin*, il est nommé par Bugeaud interprète auxiliaire en décembre 1844. Promu à la 3e classe (décembre 1846), il est attaché au commandant supérieur de la subdivision de Bône avant de remplacer Amédée Rousseau* à Amboise où Abd el-Kader est retenu prisonnier (janvier 1850). Il s’y marie avec Clara Gabb, fille d’Anglais fortunés originaires des environs de Bristol, avec pour témoin Estève-Laurent Boissonnet. En poste à Biskra (1854) et Djidjelli (1855) puis, après avoir été promu à la 2e classe, à Sétif (1857), Dellys (1865) et Batna (1869), il prend part à de nombreuses expéditions dans la province de Constantine. Lors de l’insurrection de 1871, il est à Batna où Louis Rinn* déclare son décès. Sa veuve meurt à Amboise en 1873, laissant les plus jeunes de ses six enfants (deux filles et quatre garçons, nés entre 1853 et 1864) à la garde de sa propre mère.

Sources :

ADéf, 4Yf, 88.491, Eugène Martin ; 

ANOM, état civil (acte de décès) ;

Féraud, Les Interprètes…

Martin, Alfred Georges Paul (Le Ribay, Mayenne, 1863 – Pau, 1928)

– interprète militaire puis professeur à l’école de commerce de Bordeaux

Fils d’un brigadier de gendarmerie, orphelin de mère à sept ans, il étudie à Avranches et trouve un emploie de clerc de notaire à Mortain avant de s’engager dans l’armée en 1881. Ayant acquis une connaissance de l’arabe dans l’Ouest algérien (il sert dans le 2e régiment de chasseurs d’Afrique puis, après avoir renouvelé son engagement, dans le 2e régiment de spahis), il passe avec succès le concours d’officier interprète (1890). En poste dans le Sud saharien (à El Goléa, à Géryville, aux BA de Touggourt puis de Barika, et enfin de nouveau à l’ouest à In Salah), il accumule une documentation dont il tire Les Oasis sahariennes (Alger/Paris, Imprimerie algérienne – Challamel, 1908). Selon Van G