Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

III. Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice (vers 1870 - vers 1930)

Chapitre VIII

En dehors de Paris et d’Alger : instituts coloniaux de province et établissements scientifiques du Proche-Orient (1878-1914)

Texte intégral

  • 1 E. de Salle, « La langue arabe », Pérégrinations en Orient ou Voyage pittoresque…, ouvr. cité, p.  (...)

Je crois qu’il y a encore au Caire, mais là seulement, cinq ou six hommes capables de rivaliser avec les plus grands arabisants d’Europe. Mais ceux-ci ont déjà beaucoup plus de livres à leur disposition, et ils ont sur leurs rivaux un autre avantage beaucoup plus précieux : ils appliquent leurs études à des idées, à des synthèses historiques et non pas à un vain culte des mots.1

  • 2 È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998, en pa (...)
  • 3 C. Liauzu, « Jalons pour un état des lieux », Lettre d’information de l’Afemam, no 2, décembre 198 (...)

1Le pôle parisien et la colonie algérienne concentrent au début de la Troisième République la plus grande partie des études arabes en France. Mais leur prépondérance ne doit pas faire oublier l’existence de centres secondaires, en province pour l’apprentissage des premiers éléments de l’arabe, au Proche-Orient pour la formation de spécialistes. Témoignent-ils d’approches différentes de celles qui dominent à Paris et en Algérie ? Nous observerons dans un premier temps la situation en France, dans les quelques universités où il a été question d’instituer à partir des années 1870 un enseignement de l’arabe – pour tenter de corriger une faiblesse patente, par comparaison avec l’Allemagne. Nous verrons que, plus puissant que ce mouvement universitaire, le développement d’instituts coloniaux destinés à former des cadres pour les possessions françaises outre-mer s’est accompagné de la création de nouveaux cours assurés par des professeurs originaires du Proche-Orient ou du Maghreb qui y ont introduit leur propre perception de la langue et de son avenir. Des traditions moins marquées d’esprit colonial qu’à Paris ou Alger ne s’y seraient-elles pas paradoxalement développées ? La question se pose aussi pour le nouveau centre savant fondé au Caire à la fin des années 1870. Destinée à accueillir les jeunes savants formés à l’École pratique des hautes études, l’École du Caire a pour références les Écoles d’Athènes et de Rome, respectivement fondées en 1846 et en 1875 sous le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres2. Si l’archéologie antique y occupe une place importante, elle n’empêche pas le développement d’un intérêt pour les arts de la période islamique ni des travaux fondés sur l’étude des textes. Comparable en cela à l’École supérieure des lettres d’Alger, sa cadette, l’École du Caire, s’en distingue par le contexte politique dans lequel elle s’inscrit. Cela permet-il pour autant de distinguer deux traditions, « l’une liée à la colonisation et à l’Afrique du Nord, l’autre aux études orientalistes classiques dont le pôle principal est le Moyen-Orient »3 ? Et qu’en est-il du centre d’études qui s’est développé à Beyrouth à l’initiative des jésuites ? Les savants français qui travaillent en Égypte, en Syrie et au Liban s’intègrent-ils à la société locale, participent-ils au développement de l’instruction, en relation avec les anciennes institutions savantes indigènes d’une façon différente de leurs homologues d’Algérie, ou restent-ils en retrait du monde oriental ? S’intéressent-ils aux sociétés contemporaines, entendent-ils œuvrer à leur réforme, à leur modernisation ou se limitent-ils à en étudier le passé ? Détachés des nécessités pratiques de l’administration qui prévalent en Algérie, adoptent-ils l’inflexion scientifique qui marque les études arabes en métropole ? Avant de s’engager dans une analyse des études arabes dans la nouvelle École supérieure des lettres d’Alger, devenue en 1909 faculté des lettres de la nouvelle université, objet du chapitre suivant, il n’est pas inutile de donner un aperçu des travaux réalisés dans les institutions françaises fondées avant 1914 au Proche-Orient.

Les études arabes en province : faiblesse des universités et relais des instituts coloniaux

  • 4 A. Mansouri, Contribution des Arabes au progrès des sciences médicales, thèse de médecine, Lyon, 1 (...)

À Monsieur Pradel, président de la chambre de commerce de Lyon, témoignage de profonde reconnaissance. À celui qui représente le mieux à nos yeux la France libérale, patrie de toutes les intelligences, de tous les génies et de l’humanité entière, Monsieur E. Herriot, maire de Lyon, député du Rhône, nous dédions ce modeste travail.4

2Le ministère de l’Instruction publique, dans sa volonté d’améliorer l’enseignement délivré dans les facultés des lettres et des sciences, avait retenu aussi du modèle allemand, on l’a vu, son caractère décentralisé. Or, avant comme après l’accession au pouvoir des républicains en 1879, le développement des facultés provinciales est resté très modeste, en particulier pour ce qui est de l’enseignement de l’arabe. Nancy n’a jamais constitué un pôle orientaliste complet et la seule chaire d’arabe créée, finalement attribuée à Montpellier, n’a pu être perpétuée après la mort prématurée de son titulaire. Une fois au pouvoir, les républicains contrent le développement de solides pôles régionaux qui risqueraient de constituer autant de bastions conservateurs. C’est finalement très tard dans le siècle, à l’initiative des chambres de commerce, dans une perspective mercantile et coloniale, que se développent quelques cours d’arabe. La volonté d’intégrer cet enseignement aux cursus universitaires locaux est perceptible. Mais, en règle générale, ces enseignements restent en marge de l’université, ce qui les rend d’autant plus fragiles – mais ce qui permet aussi une marge de manœuvre favorable aux innovations et à des coopérations avec les savants « indigènes ».

Montpellier et Lyon : un enseignement éphémère de l’arabe dans une perspective historique et linguistique (1878-1888)

  • 5 On peut citer Paris et Montpellier ou tableau de la médecine de ces deux écoles (1820) et Irner (1 (...)
  • 6 Depuis le rétablissement de la faculté des lettres en 1838 avec cinq chaires (philosophie, histoir (...)
  • 7 La liaison ferroviaire entre Montpellier et Sète, port exportateur de vins vers l’Algérie jusqu’à (...)
  • 8 Jusqu’à la fin des années 1880, la chambre de commerce de Montpellier est favorable au libre-échan (...)
  • 9 L’ancien interprète militaire C. Zaccar, un grec catholique installé en 1823 à Marseille comme vic (...)
  • 10 E. de Salle au MIP (Salvandy), 23 avril 1845, ANF, F 17, 20.585, Dessales (sic). De Salle invite à (...)

3En 1878, alors que les républicains sont en passe de contrôler les rouages du pouvoir politique, on crée une maîtrise de conférences de langue et littérature arabes pour Louis-Marcel Devic, un proche de Gambetta, en lui laissant la liberté de choisir entre la faculté des lettres de Lyon ou celle de Montpellier. La deuxième ville de France, où l’action d’Émile Guimet laisse pressentir la possibilité de constituer un pôle d’études orientales, et qui accueille cette même année le congrès provincial des orientalistes, pourrait sembler la plus prometteuse. L’implantation d’un enseignement de l’arabe à la faculté des lettres de Montpellier se justifiait cependant par des arguments tirés à la fois de l’histoire et de la situation contemporaine. Le souvenir des temps médiévaux où la faculté accueillait les savoirs de la médecine arabe y restait vif : il avait été ranimé dans la première moitié du siècle par un courant romantique et régionaliste dont témoigne l’œuvre d’Eusèbe de Salle5. L’enseignement littéraire de la faculté des lettres reflète d’ailleurs ce courant provincialiste, avec une affirmation régionale qui rappelle le mouvement nancéien6. La situation méditerranéenne de la ville, à proximité du port de Sète qui densifie ses échanges avec l’Algérie7, offre enfin des arguments en faveur de l’enseignement d’une langue susceptible de contribuer au développement de l’économie locale ou de favoriser des vocations coloniales8. Alors que Marseille, faute de tradition académique, est hors jeu, les liens de l’université de Montpellier avec l’Algérie sont étroits : comme Aix-en-Provence pour le droit, elle inscrit les doctorants en médecine d’Algérie avant que les écoles supérieures d’Alger n’accèdent en 1909 au statut de facultés universitaires. La conquête de l’Algérie a d’ailleurs été à l’origine de l’introduction momentanée de l’enseignement de l’arabe dans le collège royal de la ville entre 1846 et 1848, en ces dernières années de la monarchie de Juillet où l’ambition de former des élites arabes-françaises restait inentamée9. En 1845, Eusèbe de Salle n’hésitait pas à inviter le ministère de l’Instruction publique à généraliser l’enseignement de l’arabe algérien comme langue vivante dans les collèges du Midi : on apprendrait l’anglais dans le Nord et l’ouest, l’allemand dans l’Est, l’arabe algérien, l’italien et l’espagnol dans le Midi. L’arabe étant la plus difficile de ces trois dernières langues, il faudrait « le recommander, le rendre obligatoire »10.

  • 11 C’est la ville où son frère a fait ses études de médecine (préface de L.-M. Devic à son Dictionnai (...)
  • 12 Defrémery au MIP, Paris, 21 mars 1878, ANF, F 17, 22.829, Devic.

4Louis-Marcel Devic choisit Montpellier pour des raisons qui lui sont personnelles. D’origine aveyronnaise, il y a sans doute des attaches11. Charles Defrémery, par sympathie pour son ancien élève, appuie son vœu d’un argument rationnel : « à une connaissance solide de la langue arabe, [Devic] joint des notions très étendues dans les sciences physiques et mathématiques, et cette circonstance milite en faveur du choix de la faculté de Montpellier », riche de sa bibliothèque et de ses collections scientifiques12. On remarque qu’il n’est pas question de développer l’enseignement littéraire, pas plus que de favoriser par un enseignement pratique l’expansion économique de la ville.

  • 13 E. de Salle, « Lettre à M. Cros-Mayrevieille sur les débris de la langue arabe existant dans les p (...)
  • 14 Le recteur d’Alger, Boissière, est à l’origine de ce projet qu’il proposait de réaliser à Marseill (...)
  • 15 G. Bergounioux, « “Aryen”, “indo-européen”, “sémite” », art. cité, p. 116. E. Lefébure, maître de (...)

5De fait, Devic adopte dans son enseignement de la langue arabe une conception exclusivement savante, dans la tradition orientaliste érudite qui lui a été transmise par ses maîtres Reinaud, Caussin et Defrémery, sans aucun souci d’application coloniale. Il reste en cela fidèle à l’approche qu’il a exposée sans fard au ministère pour appuyer la création de la chaire d’arabe. Pour Devic, l’arabe est digne d’être enseigné pour son intérêt historique (en particulier en ce qui concerne l’histoire des langues et des sciences) et linguistique. Historiquement, la langue arabe mérite d’être connue pour son influence dans la constitution de la langue française – Devic a d’ailleurs composé un Dictionnaire étymologique de tous les mots d’origine orientale (arabe, persan, turc, malais) qui a eu l’honneur des presses de l’Imprimerie nationale (1876) et l’avantage d’être publié en annexe du Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré (1877). La question rappelle les débats récurrents sur la marque de la présence arabe dans les parlers languedociens dont le Montpelliérain Eusèbe de Salle s’était fait le témoin quelques années plus tôt13. Devic considère que la langue arabe vaut aussi d’être étudiée pour l’importance qu’elle a représentée dans le passé aux yeux des savants, philosophes, historiens, géographes, médecins, naturalistes et astronomes. Enfin, et il rejoint ici les travaux de Stanislas Guyard à Paris, il la juge intéressante du point de vue de la linguistique. C’est sans doute le peu d’intérêt que manifeste Louis-Marcel Devic pour les applications coloniales de sa science qui explique l’échec d’un projet qui entendait proposer une formation en arabe et en kabyle aux instituteurs de Montpellier et de la région, afin de les encourager à faire carrière en Algérie14. Cette approche scientifique est partagée à Lyon par Édouard Montet qui, suppléant puis successeur d’Eugène Lefébure à la chaire d’égyptologie, traite entre 1884 et 1887 de la « grammaire comparée de l’arabe littéral et vulgaire », puis en 1887-1888 de la grammaire comparée des langues sémitiques (chaldaïque, syriaque et arabe)15.

  • 16 G. Colin a été deux ans administrateur de commune mixte en Algérie. Breveté des Langues orientales (...)
  • 17 ANF, F 17, 27.738, Gabriel Colin. M. Dieulafoy (1844-1920) s’est fait connaître par son voyage en (...)
  • 18 La fondation d’un institut colonial à Montpellier dans les années 1930 ne s’accompagne pas de la c (...)

6À Montpellier comme à Lyon, la greffe savante ne prend pourtant pas racine dans un milieu provincial qui ne lui offre pas les aliments suffisants pour se développer. Après sa mort prématurée en 1888, Devic n’est pas remplacé : en 1891, bien que le poste budgétaire ait été prorogé, le ministère ne retient pas la candidature de Gabriel Colin, qui présente pourtant l’avantage d’avoir à son actif une formation académique complète et une expérience coloniale16. Les atouts de Gabriel Colin sont incontestables : républicain convaincu, franc-maçon, il est recommandé par l’archéologue Marcel Dieulafoy17 et l’orientation de ses recherches savantes sur la médecine arabe est en adéquation parfaite avec l’histoire particulière de l’université de Montpellier où il soutiendra d’ailleurs ses thèses de médecine en 1905. Si l’enseignement de l’arabe disparaît alors de la faculté des lettres de Montpellier c’est donc bien qu’il n’y a aucune volonté ferme de l’y maintenir, que ce soit localement à l’université ou bien à Paris au ministère de l’Instruction publique. Il n’y sera réintroduit que près d’un siècle plus tard18.

7L’implantation d’un enseignement de la langue arabe dans les universités de province échoue en l’absence d’une banalisation de l’étude des langues orientales telle que Guerrier de Dumast l’avait appelée de ses vœux et faute de pouvoir s’appuyer sur un pôle suffisamment puissant pour abriter des études orientales spéciales. Elle se heurte à la centralisation parisienne, la réforme universitaire de 1896 ne faisant qu’aggraver les choses, la faiblesse gouvernementale devant les pressions des élus locaux l’ayant vidée de son ambition première. Toutes les villes disposant de facultés ayant pu obtenir la création d’une université, aucune ne se révèle suffisamment armée pour faire contrepoids à Paris et développer une solide filière spécialisée. Du fait de l’exiguïté de leur aire d’attraction et du trop petit nombre de leurs étudiants, Nancy, Montpellier, Lyon même, ne constituent pas des centres assez bien dotés pour instituer durablement un enseignement de l’arabe. Par ailleurs, la conception savante de l’enseignement qui domine dans la sphère universitaire freine la constitution de pôles où la formation supérieure serait explicitement orientée vers une formation pratique à vocation coloniale. C’est finalement hors de l’université, dans le cadre d’instituts coloniaux créés par des chambres de commerce soucieuses de briser le monopole de l’École coloniale de Paris et de se donner les moyens de mieux pénétrer les marchés outre-mer, que l’enseignement de l’arabe se met en place en province entre 1899 et 1904.

École coloniale de Paris et instituts coloniaux de province : une autre voie ?

  • 19 Le monopole de l’École coloniale sur la formation des administrateurs coloniaux est confirmé jurid (...)
  • 20 Ministre du commerce au MIP, 9 août 1865, ANF, F 17, 4054-4057.
  • 21 Voir supra chap. vii, note 31.
  • 22 L’Union coloniale organise à partir de 1896-1897 un cours colonial libre à la Sorbonne et de nombr (...)
  • 23 M. Zimmermann, agrégé et chargé de cours à l’université, enseigne par exemple l’histoire et la géo (...)
  • 24 L. Morando, « L’enseignement colonial en province (1899-1940) : “impérialisme municipal” ou réussi (...)

8À la suite de la création de l’École coloniale à Paris en 1889, les chambres de commerce des principales villes de province projettent de créer des instituts coloniaux capables de former eux aussi les futurs administrateurs locaux. L’État central n’accepte pas d’entériner un mouvement qui risquerait de lui ferait perdre le contrôle d’une formation qui doit inculquer des principes généraux pour l’administration des colonies et garantir une certaine cohérence dans la politique menée outre-mer. Il préfère confirmer et renforcer la position monopolistique d’une école parisienne qu’il contrôle directement19. Pourtant, pour encourager des vocations coloniales qui restent timides, il entend aussi favoriser les initiatives locales. À la fin du Second Empire, le ministère du Commerce avait manifesté son souci d’impliquer les principales villes industrielles et commerciales du pays dans la formation de nouvelles générations préparées à la conquête de marchés outre-mer en les appelant à envoyer des élèves à l’École des langues orientales réformée. Il attendait alors de ces villes à vocation coloniale, comme Lyon et Marseille, qu’elles offrent des bourses d’enseignement permettant à leurs enfants d’y poursuivre leurs études20. Or, ces espoirs ont été déçus : la chambre de commerce de Lyon n’envoie aucun élève à Paris, celle de Marseille n’institue qu’une seule bourse21. Plutôt que de vouloir favoriser la formation d’élèves à Paris, il faut donc penser à développer l’enseignement supérieur en province, en lui donnant une orientation favorable à l’expansion commerciale et coloniale française. La fibre libérale des républicains opportunistes, en ce domaine souvent proches des orléanistes, les rend attentifs à la satisfaction et à la représentation des intérêts locaux, à l’échelle de la France aussi bien que de l’empire colonial. Ce courant favorable aux initiatives privées des intérêts commerciaux et industriels locaux et à une politique de protectorat et d’association outre-mer s’exprime en particulier dans les rangs de l’Union coloniale, fondée en 189322. En 1898, le conseil supérieur de l’Instruction publique élabore un projet visant à intégrer dans l’université l’enseignement à visées pratiques désiré par les chambres de commerce en créant des sections coloniales dans les universités de province. Les initiatives des chambres de commerce y trouveraient un appui, une garantie de pérennisation et de qualité. Le projet échoue partiellement : à Lyon par exemple, la résistance passive de l’université, qui préfère ne pas sortir du domaine de la science pure, et les réticences de la chambre de commerce, soucieuse de ne pas perdre sa liberté d’action, font que l’enseignement académique et l’enseignement colonial restent indépendants – sans qu’il y ait cependant de séparation absolue23. Dans des centres plus modestes, il aboutit cependant aux résultats escomptés : à Nancy et à Bordeaux, l’alliance entre le monde universitaire et le monde consulaire du commerce et de l’industrie fonctionne et l’enseignement colonial trouve sa place dans le cadre des facultés24.

  • 25 Cette École cambodgienne a elle-même pour origine une mission dirigée par Auguste Pavie pour forme (...)
  • 26 W. B. Cohen, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l (...)
  • 27 É. Boutmy, directeur de l’École libre des sciences politiques, est un des principaux animateurs de (...)
  • 28 Soit l’actuelle République centrafricaine. Sur l’articulation au début du xxe siècle des études ar (...)
  • 29 M. Gaudefroy-Demombynes n’est pas le seul professeur à se partager entre l’École coloniale et les (...)
  • 30 L’enseignement de l’arabe devenu facultatif, la proportion des élève l’étudiant a sans doute forte (...)

9Quels sont les effets de la fondation de l’École coloniale et des instituts coloniaux sur le développement et les caractéristiques de l’enseignement de la langue arabe autour de 1900 ? Sans que la documentation nous permette une réponse très précise, elle engage à dresser un tableau nuancé. On peut considérer qu’elle ne provoque pas de rupture avec la tradition académique. C’est très net à Paris. L’École coloniale, qui s’est développée à partir d’une première École cambodgienne25, n’inscrit l’arabe dans son programme d’enseignement qu’en 1897, un an après son installation dans les bâtiments au style néomauresque spécialement construits pour elle avenue de l’Observatoire. Jusqu’en 1911, tous les élèves de la section africaine ouverte en 1892 sont obligés de suivre les cours d’arabe et de malgache qui sont spécialement organisés pour eux26. Mais, peut-être en réponse aux critiques suscitées par sa création – dans la Revue des deux mondes ou le Journal des débats, les plumes libérales regrettent qu’on n’ait pas plutôt réformé les Langues orientales ou favorisé le développement d’études coloniales à l’École libre des sciences politiques27 –, l’École coloniale dispense un enseignement qui reprend le modèle des Langues orientales, avec son double souci de rigueur scientifique et d’efficacité pratique. En 1905, après la mort de l’interprète militaire Sonneck, elle décide de recourir aux services de Maurice Gaudefroy-Demombynes pour assurer le cours d’arabe. Ancien directeur de la médersa de Tlemcen, Gaudefroy-Demombynes a pour lui d’avoir séjourné en Afrique et d’en connaître plusieurs langues – il a étudié et enseigné les langues soudanaises, en particulier celles de l’Oubangui-Chari28. Mais à ces qualités coloniales incontestables s’ajoutent une autorité académique déjà solide et une production scientifique reconnue internationalement. En portant son choix sur le secrétaire général des Langues orientales, l’École coloniale se conforme aux modèles et aux méthodes en cours rue de Lille29. À partir de 1911, après que l’École a renoncé à dispenser à l’ensemble des élèves de la section africaine un enseignement dont seuls quelques-uns d’entre eux tireront profit dans leur activité professionnelle, la situation se clarifie encore plus nettement : l’arabe n’est plus enseigné dans le cadre de l’École et les élèves qui projettent une carrière dans des pays musulmans complètent leur formation aux Langues orientales. En 1920, l’ouverture à Colo d’une nouvelle section de l’Afrique du Nord n’aura pas d’effet sur cette organisation. Jusqu’à sa suppression en 1946, les élèves qui s’y inscrivent sont encouragés à préparer les diplômes des Langues orientales parallèlement à leurs études à l’École coloniale30.

10Le modèle des Langues orientales, savant et pratique, colonial mais favorable à un respect des traditions culturelles des pays colonisés et protégés, se retrouve dans les autres cours privés ouverts à Paris à la fin du siècle et dans le cadre des jeunes instituts coloniaux fondés en province.

L’arabe dans les écoles commerciales parisiennes et dans le cadre associatif

  • 31 V. Mittre, Droit commercial des chemins de fer, étude théorique et pratique de la législation et d (...)
  • 32 Chambre de commerce de Paris, note sur l’arabe aux HEC (Archives de la ville de Paris, 2ETP 2/5/10 (...)
  • 33 Ibid.

11Est-ce du fait de la présence de l’École des langues orientales et de l’École coloniale ? L’introduction d’un enseignement de l’arabe dans les grandes écoles commerciales parisiennes semble à la fois tardive et très limitée. À l’École des hautes études commerciales fondée en 1881, le cours, ouvert en 1909, organisé en deux niveaux, et confié à l’Algérien Salem El Koubi, répétiteur aux Langues orientales, est refermé dès 191231. Après avoir compté cinq élèves en première année en 1909-1910, puis six en première année et quatre en seconde année en 1910-1911, les effectifs sont jugés insuffisants : il n’y a plus que trois inscrits en seconde année en 1911-1912. « Les élèves n’étaient jamais des Français mais des Arabes qui venaient compléter leur instruction. »32 La commission administrative décide donc d’interrompre l’expérience, jugeant que « le résultat ne représentait pas la dépense »33.

  • 34 Ces cours ont lieu les mardi et vendredi à 8 heures du soir, les uns au lycée Buffon, les autres à (...)
  • 35 H.  Peseux-Richard (né en 1865) enseigne aussi l’espagnol à l’École des hautes études commerciales (...)
  • 36 Il est peut-être apparenté aux militants actifs de la cause sioniste É. Rokéach (1854-1914) et A.  (...)
  • 37 Bulletin de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, no 7-8, juillet-août 1 (...)
  • 38 ANF, F 17, 4063 (PV de l’assemblée des professeurs du 7 juillet 1909).

12L’introduction de cours d’arabe dans les cours du soir ouverts à l’usage des catégories laborieuses est plus ancienne et plus durable. En 1893-1894, la Société pour la propagation des langues étrangères en France, fondée deux ans plus tôt, association reconnue d’utilité publique et qui bénéficie de subventions de l’État, de la ville de Paris, du département de la Seine et de la chambre de commerce de Paris, inscrit l’arabe parmi les langues dont elle organise l’enseignement sous la forme de cours du soir explicitement destinés aux instituteurs, institutrices, employés de commerce et employés d’administration34. Les deux professeurs qu’elle emploie pour ces quatre heures de cours hebdomadaires ont des profils fort différents. Le premier, Henri Peseux-Richard, enseigne aussi l’espagnol : ce n’est qu’en complément d’une première formation d’hispaniste qu’il a obtenu l’année précédente le diplôme d’arabe littéral de l’École des langues orientales35. Le second, Rokéach, est juif palestinien36. Ces cours permettent à certains élèves d’acquérir une connaissance solide des premiers éléments de la langue : en témoigne le sérieux des certificats d’étude des langues étrangères auxquels ils se préparent. En 1903, les trois candidats qui passent l’examen pour l’arabe le réussissent, deux pour le degré élémentaire, un pour le degré supérieur (pour comparaison, le nombre des candidats est de dix-sept pour l’allemand, de seize pour l’anglais). Ce dernier, M. Bouillot, obtient les félicitations du jury composé de Hartwig Derenbourg, de Georges Salmon et d’Eugène Protot, professeur d’arabe37. Sa sœur, Laure Bouillot, certifiée pour le degré élémentaire, poursuit sa formation aux Langues orientales dont elle obtiendra le diplôme en 190938.

  • 39 Issu d’une famille de notables de Jérusalem, R. el Kaalidy (1861-1913) sera nommé en 1898 consul o (...)
  • 40 C’est ce que rappelle le bulletin de l’association qui publie le court texte arabe de la conférenc (...)
  • 41 H. Nahoum deviendra grand rabbin au service de l’Empire ottoman et servira de conseiller à Ismet P (...)
  • 42 Bulletin de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, mai 1898.
  • 43 É. Antébi (1875-1941) est le fils de Joseph (v. 1847-1918), professeur d’hébreu à l’école de l’AIU (...)
  • 44 J. Cohen (né à Tunis en 1876) exercera comme rabbin à Sétif, Bayonne (en 1913) puis Bordeaux (de 1 (...)

13La Société pour la propagation des langues étrangères en France organise par ailleurs des conférences. Les deux premières à être prononcées en arabe le sont au printemps 1896, à l’hôtel des sociétés savantes (28, rue Serpente), grâce à l’appui prêté par Hartwig Derenbourg qui juge qu’il faut se préparer à l’arrivée prochaine d’étudiants arabes à Paris. Le 22 février 1896, alors qu’on a fait craindre à Derenbourg une salle vide, près de soixante-dix auditeurs viennent écouter un jeune notable de Jérusalem que Hartwig Derenbourg présente comme un descendant de Ḫālid b. Walīd, le conquérant arabe de la Syrie. Rouhi el Kaalidy (Rūḥī al-Ḫālidī) a été élève à la mosquée d’Omar et professeur à l’école du gouvernement de la ville39. Grâce à l’entregent de Derenbourg, dont la pension paternelle avait abrité les premières années parisiennes du Séminaire israélite, l’auditoire se compose de plusieurs élèves rabbins, de plusieurs élèves maîtres de l’école normale orientale (ils se préparent à enseigner dans les écoles de l’Alliance israélite universelle) et d’élèves de l’École pratique des hautes études, à côté de ceux des Langues orientales et de l’École coloniale, d’interprètes et de professeurs d’arabe. La conférence, qui porte sur l’islamisme contemporain, met en avant son expansion et sa compatibilité avec le progrès. Le sujet est d’actualité alors qu’on débat d’un projet de mosquée à Paris40. Un mois plus tard, une seconde conférence est prononcée par le fils d’un fonctionnaire du gouvernement ottoman établi à Smyrne, Hayim Nahoum (Ḥā’īm Nāḥūm), « israélite syrien » qui poursuit ses études à Paris après avoir vécu à Beyrouth, Tibériade et Constantinople. Intitulée « De la nécessité d’apprendre les langues modernes », elle porte sur la langue arabe et son importance du point de vue linguistique et commercial41. Hartwig Derenbourg se charge à nouveau de l’introduire – son discours n’aurait pas duré moins d’une demi-heure – les auditeurs, au nombre de soixante, étant resté fidèles. Ces conférences se poursuivent en 1897 et 1898 : on y retrouve Rūḥī al-Ḫālidī qui présente en mars 1897 la question d’Orient au xviie siècle. L’année suivante, Sélim Assi, ancien élève de l’université Saint-Joseph, réaffirme l’importance de la langue arabe dont il présente la situation dans le monde et souligne l’unité : malgré ses « quatre dialectes », elle serait comprise par tous les arabophones et plus généralement par le cinquième de la population mondiale. Le conférencier invite donc à étudier une langue méconnue en France – alors qu’à Londres les jeunes gens seraient deux mille à étudier « la langue de l’islam » et nombreux aussi en Allemagne. Pour accéder aux marchés de l’Orient, il serait nécessaire de connaître l’arabe. Ce serait donc faire œuvre patriotique que de quitter un temps la France pour en faire l’apprentissage42. Cette thématique est reprise en 1899 par Élie Antebi, ancien élève des écoles commerciales de Damas et du Caire, dans une conférence sur la diffusion de l’islamisme et de la langue du Coran43, tandis qu’un autre élève du séminaire israélite de France, Joseph Cohen, est appelé à prononcer une conférence sur la population tunisienne indigène44. Les conférences de la Société pour la propagation des langues étrangères en France témoignent d’un regain d’intérêt pour le Proche-Orient contemporain, curiosité à laquelle de jeunes lettrés arabes, juifs, chrétiens et musulmans, sont capables de répondre en diffusant un savoir extra-universitaire sur les langues et les sociétés dont ils sont originaires.

L’arabe à Lyon : entre commerce et université

  • 45 Sur la genèse de l’École coloniale, voir J. Laffey, « Education for empire in Lyon during the Thir (...)
  • 46 M. Courant, agent des Affaires étrangères, est l’auteur d’une monumentale Bibliographie coréenne e (...)

14Deux ans après l’inauguration de l’École coloniale de Lyon en novembre 1899, la chambre de commerce décide d’y ouvrir un cours d’arabe45. Il vient en complément du cours de chinois assuré en même temps que des cours de civilisation par Maurice Courant, un orientaliste auquel avait échappé la chaire parisienne des Langues orientales46. Elle porte son choix sur un musulman d’Algérie, Benali Fekar, ancien élève de l’École normale d’instituteurs de la Bouzaréa venu poursuivre ses études supérieures à Lyon.

  • 47 C. Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908. Compte rendu des tr (...)
  • 48 B. Fekar y publie plusieurs articles en 1908-1909, sur des questions sociales (« Études algérienne (...)
  • 49 B. Fekar, Leçons d’arabe dialectal marocain, algérien, Lyon, A. Rey, 1913, XII-499 p.

15L’enseignement délivré par le jeune Tlemcénien est fidèle au modèle des Langues orientales. Le choix d’un musulman algérien permet de mettre l’accent sur un enseignement vivant et pratique, sans pour autant se couper des dernières avancées de la science : Benali Fekar se tient au courant des travaux des arabisants français, il entretient des liens étroits avec les milieux coloniaux et savants qui se rencontrent à l’occasion des congrès organisés par l’Union coloniale. En 1908, il est l’unique musulman algérien à participer au congrès dit de l’Afrique du Nord, où représentants des colons et coloniaux libéraux débattent vivement de l’association, de l’assimilation, de l’instruction des indigènes, en présence de sept délégués tunisiens et des arabisants Octave Houdas, Edmond Doutté et William Marçais47. Alfred Le Chatelier, le titulaire de la chaire de sociologie musulmane au Collège de France, l’invite à collaborer à sa Revue du monde musulman48. Le manuel d’arabe que Fekar publie en 191349, alors que les intérêts français se tournent vers le Maroc, fait explicitement référence aux travaux de Maurice Gaudefroy-Demombynes et de William Marçais. René Basset, qui en fait le compte rendu pour la Revue africaine, souligne cependant la prétention trompeuse de son titre : alors qu’il annonce de l’arabe dialectal marocain, algérien, il ne s’agirait en fait que de l’apprentissage des dialectes de Tanger et de Tlemcen. Il y a peut-être là une pique contre un indigène qui mène librement sa carrière d’arabisant, sans rien devoir au maître de l’école d’Alger.

  • 50 Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité.
  • 51 El Misbah. Journal de l’Afrique mineure, politique, littéraire, agricole, économique et social est (...)
  • 52 Quelles que soient les sensibilités politiques de l’administrateur de l’École des langues oriental (...)
  • 53 Le banquier É. Aynard et l’industriel du textile A. Isaac font tous deux une carrière politique da (...)
  • 54 É. Lambert (1866-1947) est professeur d’histoire du droit à la faculté de Lyon depuis 1900 (Qui êt (...)
  • 55 Muṣṭafā ‘Abd ar-Rāziq (1886-1947), frère de ‘Alī, l’auteur en 1925 de L’Islam et les fondements du (...)
  • 56 ‘Abd ar-Razzāq Aḥmad al-Sanhūrī (1895-1971), futur ministre de l’Instruction publique et membre d (...)
  • 57 Soixante-quinze ans de travaux littéraires et scientifiques. Bibliographie de l’université Saint-Jo (...)

16Les critères à l’origine du choix de Benali Fekar pour les cours coloniaux à Lyon – prestige de la tradition lettrée de la capitale des Zianides et intérêt porté au Maroc – sont à nouveau ceux qui guident un an plus tard à Paris l’administrateur de l’École des langues orientales. Après s’être assurée pendant plus de vingt ans les services de répétiteurs égyptiens, elle emploie entre 1902 et 1921 trois Tlemcéniens, Abdelaziz Zenagui (‘Abd al-‘Azīz az-Zanāqī), Mohammed Ibn Merzouk (Muḥammad b. Marzūq) et Salem El Koubi (Sālim al-Kūbī)50. Ce choix s’explique à la fois par les liens tissés par Maurice Gaudefroy-Demombynes et William Marçais lorsqu’ils étaient à la direction de la médersa de la ville, et par l’ouverture de Tlemcen sur le Maroc, devenu l’objet principal de l’attention du parti colonial et de l’opinion. La chambre de commerce de Lyon se distingue cependant en ne craignant pas d’employer un étudiant qui s’engage dans l’action politique : en 1904-1905, Benali Fekar collabore à l’hebdomadaire El Misbah fondé à Oran par son frère Larbi, instituteur51. Les milieux de la chambre de commerce font ainsi preuve d’une sensibilité libérale dans le ton de l’Union coloniale, dont ne profitent pas les répétiteurs parisiens, plus jeunes et objets d’une surveillance plus stricte52. Benali Fekar doit à ce climat particulier d’avoir pu poursuivre avec succès des études supérieures : il soutient en 1908 ses thèses de doctorat en sciences politiques et économiques puis deux ans plus tard en sciences juridiques. L’appui sympathique de la chambre de commerce – Fekar dédicace ses thèses à ses présidents Édouard Aynard et Auguste Isaac53 – ainsi que l’environnement qu’offre l’université lyonnaise favorisent les travaux du jeune Algérien. Autour de l’institut de droit comparé fondé par Édouard Lambert54, la faculté de droit de Lyon rassemble en effet plusieurs étudiants égyptiens parmi lesquels Muṣṭafā ‘Abd ar-Rāziq55 – elle accueillera après guerre les travaux novateurs de Sanhoury (‘Abd ar-Razzāq Aḥmad al-Sanhūrī)56. En 1913, la fondation à Beyrouth d’une école de droit par les professeurs Huvelin et Joubin et celle d’une école d’ingénieurs à l’initiative de l’École centrale lyonnaise confirment des liens déjà tissés par la faculté de médecine impliquée depuis les années 1880 dans le développement de l’école de médecine de Beyrouth57.

  • 58  A. Offret, « L’Extension universitaire de Lyon en Orient pendant les années 1911 et 1912 », Bullet (...)

17La fondation en 1911 d’une maîtrise de conférences d’arabe et de turc à la faculté des lettres, seule de son genre en dehors de Paris et d’Alger depuis la mort de Devic en 1888, est liée au développement de ces relations entre Lyon et le Levant. Elle vient en effet compléter la même année l’annexion d’un Collège oriental aux facultés des lettres et des sciences. Ce collège, pensé sur le modèle des écoles normales d’instituteurs, est destiné à former en trois ou quatre ans des esprits capables de suivre à terme l’enseignement des facultés françaises et, plus pratiquement, de futurs instituteurs égyptiens et ottomans. Son programme d’études comprend donc nécessairement de l’arabe et du turc. On attend cependant aussi de cette nouvelle maîtrise de conférences qu’elle permette de comprendre l’arabe parmi les langues admises aux examens du baccalauréat à Lyon, ce qui intéresse à la fois les Français qui se destinent à une carrière coloniale et les jeunes musulmans désireux de poursuivre leurs études supérieures en France. La mesure devrait permettre à l’université lyonnaise d’augmenter le nombre de ses étudiants58.

  • 59 C. Destremau et J. Moncelon, Massignon, ouvr. cité, p. 91.
  • 60 En 1911-1912, G. Wiet donne trois heures de cours par semaine à cinq élèves (ANF, F 17, 27.056, G. (...)
  • 61 On s’attendait à ce que le diplôme du Collège oriental de Lyon soit reconnu par les autorités de C (...)
  • 62 Suite à la guerre de Tripolitaine, l’Égypte remplace en effet les professeurs italiens, dont l’ara (...)
  • 63 É. Mouilleau, « La création de la Khaldounia… », art. cité, p. 49-60 et C.-R. Ageron, « Une politi (...)
  • 64 « Le rôle de la France en Égypte », Bulletin de la Société des amis de l’université de Lyon, 1913, (...)

18Les candidats pressentis, Gaston Wiet et Louis Massignon, sont tous deux d’anciens pensionnaires de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. Wiet, issu d’une illustre famille de drogmans, est finalement préféré à Massignon qui tergiverse59. Sa présence à Lyon reste discrète : ses élèves sont rares, et exclusivement égyptiens60 – le contexte international tendu (guerre de Tripolitaine, crises balkaniques) n’est pas propice au développement du Collège oriental dont le diplôme n’a semble-t-il jamais été reconnu par le gouvernement ottoman, et les Français et Maghrébins ne sont pas là pour compenser l’absence des Ottomans61. L’enseignement de Wiet est de plus interrompu en 1912-1913 à la suite de son départ pour Le Caire où il enseigne comme délégué à l’université égyptienne62. On retiendra cependant que la nouvelle maîtrise de conférences s’inscrit dans le cadre plus général d’une politique arabe de la France qui vise à développer des collaborations intellectuelles en Orient. Cette coopération doit rehausser le prestige français et corriger l’image négative d’une puissance coloniale oppressive que développent les nouvelles forces d’opposition à la prédominance française au Maghreb. Le relais pris par les élites scolarisées dans la résistance à la capture du pouvoir par les Français, et les formes modernes d’un combat qui est soutenu par les Ottomans – avec le développement en particulier d’une presse d’opposition –, nécessite en effet une contre-offensive sur le terrain culturel. Cette analyse, généralement partagée par les libéraux de l’Union coloniale, motive la politique des Affaires étrangères, celle d’un résident général comme René Millet à Tunis, ou celle d’un gouverneur général comme Charles Jonnart à Alger63. Les arabisants, en accompagnant avec sympathie le mouvement réformiste et modernisateur en Égypte – mais aussi, dans une certaine mesure en Tunisie et en Algérie, on y reviendra –, sont des cartes maîtresses dans cette bataille où l’on retrouve, réactualisés, les modèles d’association, de coopération et de régénération déjà dessinés dans la première moitié du xixe siècle64.

  • 65 Les appointements de Fekar sont fixés en 1901 à 3 000 francs (comptes rendus et travaux de la cham (...)
  • 66 ANOM, GGA, 14 H 44, Ibnou Zekri.
  • 67 Dont celles de P. Saurin, président des Délégations financières, de G. Thomson, député de Constant (...)

19La liberté dont Fekar jouit à Lyon, en plus d’une rémunération supérieure à celle des répétiteurs aux Langues orientales65, incite à comparer sa carrière avec celles de ses contemporains, eux aussi professeurs d’arabe indigènes, Mohammed Ben Cheneb (1869-1929) et Mohammed Soualah (1872-1953), en poste en Algérie. Plutôt que par sa formation (Ben Cheneb et Soualah sont aussi d’anciens élèves normaliens de la Bouzaréa), le jeune Tlemcénien se distingue par l’orientation de ses travaux. Les ouvrages qu’il compose traitent de sujets politiques brûlants, tandis que Soualah et Ben Cheneb ne publient que des manuels d’apprentissage ou de savantes études historiques et linguistiques. Il partage avec Soualah une activité de journaliste, mais en exprimant des positions bien plus critiques envers la politique que mène le gouvernement français en Algérie. Le choix d’embrasser une carrière libérale d’avocat, encore exceptionnel, suscite d’ailleurs la méfiance des autorités françaises. On en connaît un autre exemple parmi les arabisants fonctionnaires en Algérie en la personne d’Ahmed Laïmeche (Aḥmad b. al-Ḥabīb al-‘Aymāš), ancien élève de la médersa de Tlemcen, qui, après avoir été moudarrès à la mosquée d’Oran, est devenu en 1917 avocat auprès de la cour d’appel d’Alger. Il n’obtient d’être nommé à une chaire à la médersa de Tlemcen qu’après avoir subi deux échecs à Alger. Candidat malheureux à la succession de Bensmaïa à la chaire de théologie et d’exégèse coranique en 1922 en raison de son « attitude politique »66, puis à celle de Ben Cheneb en mars 1924, malgré de très nombreuses lettres de recommandation d’élus67, il ne correspond pas au profil attendu. Alfred Bel, directeur de la médersa de Tlemcen, signifie clairement ses réticences :

  • 68 A. Bel au recteur, Tlemcen, 2 septembre 1924, ibid.

[…] en dehors de leurs classes, et de la préparation de leurs cours, nous souhaitons voir les professeurs musulmans consacrer leurs loisirs à des travaux scientifiques, à des études d’érudition et de vulgarisation sur l’islam et les études arabo-musulmanes, à l’exemple de MM. Bencheneb d’Alger ou Bouali de Tlemcen notamment.68

  • 69 Selon un rapport de police de février 1926, confirmé par une note issue d’un entretien du sous-pré (...)
  • 70 B. Ben Daoud (bin ‘Awda b. Dāwūd) est le cousin du colonel M. Ben Daoud (1838-1912), élève du coll (...)
  • 71 Le Coran (Lecture par excellence), Paris-Oran, Geuthner - Heintz frères, s. d. (1931). Je m’appuie (...)
  • 72 A. Mansouri, qui enseigne l’arabe à l’école de commerce de Lyon entre 1920 et 1924, soutient une t (...)

20Laïmeche ne risque-t-il pas d’être tenté d’ouvrir un cabinet d’avocat et d’y consacrer du temps aux dépens de son enseignement à la médersa ? Nommé malgré l’avis de Bel en octobre 1924, il est surveillé de près et suspecté d’avoir tenu des propos anti-français69. En septembre 1928, il reprend finalement son activité d’avocat au barreau d’Oran après avoir démissionné de sa chaire à la médersa, condition exigée par le bâtonnier de l’ordre. Comme Fekar, mais dans une autre direction, il manifeste son indépendance, à nouveau réaffirmée par la publication d’une traduction du Coran en français, en collaboration avec l’interprète capitaine Benaouda Ben Daoud70. À l’écart du milieu académique français, ne prenant pas en compte les dernières avancées de la philologie et ne s’encombrant pas d’apparat critique, il y exprime la ferveur de sa foi musulmane71. Il semble que les tracasseries dont Ahmed Laïmeche a été l’objet en Algérie ont été épargnées à Fekar et à son successeur à l’institut colonial de Lyon, le jeune Tlemcénien Abdallah Mansouri, qui lui aussi se prépare à une carrière libérale, comme médecin72.

  • 73 La quinzaine coloniale, revue de l’Union coloniale, rend compte régulièrement du développement de c (...)

21On reviendra ultérieurement sur la situation spécifique des arabisants en Algérie, là où l’impact de la situation coloniale sur leur activité professionnelle et savante est le plus fort. En métropole, avant 1914, ses effets se font ressentir eux aussi, mais de façon nuancée. Lyon n’est pas la seule ville où l’on organise un enseignement de l’arabe dans le cadre d’un institut colonial. À Marseille, à Nancy et à Bordeaux, les milieux économiques qui soutiennent ces initiatives sont comme à Lyon proches de l’Union coloniale, favorables à une colonisation qui fasse le moins possible usage de la force et s’appuie sur la collaboration d’élites indigènes, ce qui rend nécessaire la connaissance de la langue usuelle73. On sait peu de chose de ces cours. On peut cependant supposer qu’ils ont été à l’origine d’un certain nombre de vocations. Plusieurs arabisants de profession ont fait leurs premiers pas en arabe dans un tel cadre, Jean Lecerf (et peut-être Henri Massé) à Nancy, Amélie Goichon à Bordeaux. Lecerf et Goichon, chacun à sa manière, sont représentatifs d’une nouvelle sensibilité religieuse et politique, sympathique au monde arabe et musulman, qui se développe dans la première moitié du xxe siècle par réaction aux excès d’un progressisme scientiste à la crédibilité contestée. Ce phénomène générationnel, sans lien direct avec les spécificités de l’enseignement de l’arabe dans les instituts coloniaux, a pu paradoxalement y trouver un terrain favorable.

Nancy et Bordeaux : un atout pour des vocations outre-mer

  • 74 Si l’on en croit l’annonce de la reprise des cours pour la 23e année en 1923 (copie d’une lettre d (...)
  • 75 E. Gain cite le cas du général Pistor qui, après avoir été auditeur du cours d’arabe, a été choisi (...)
  • 76 Pour l’histoire générale de cet institut, voir L. Morando, « L’institut agricole et colonial de l’ (...)
  • 77 L’institut a des étudiants originaires de Turquie, de Perse, d’Irak, de Syrie, de Palestine, d’Égy (...)
  • 78 I. Bloch (né à Soultz en Haute-Alsace en 1848), a été élève au lycée de Strasbourg et au Séminaire (...)
  • 79 On répond à E. Gain qui, avec la recommandation de E. Étienne, demandait une subvention annuelle d (...)
  • 80 En 1912-1913, sur vingt-sept auditeurs inscrits, les officiers sont sept, dont deux médecins major (...)
  • 81 Bulletin de l’institut colonial de Nancy, 2e série, fasc. XXXXVIII et XXXIX, 1930, p. 498.

22En 1900, dès la fondation de l’institut agricole dont il a la direction, Edmond Gain (1868-1950), professeur de botanique à la faculté des sciences de Nancy, ouvre un cours d’arabe de première année74. Il répond ainsi à la demande d’officiers du 20e corps d’armée qui envisagent de poursuivre leur carrière en Afrique75. Deux ans avant la fondation officielle d’un institut colonial76, ces cours font écho aux vœux anciens de Guerrier de Dumast, dont le souvenir ne s’est sans doute pas tout à fait effacé. Aux militaires, qui sont encore très nettement majoritaires en 1907-1908 (soit vingt-huit des trente-cinq auditeurs inscrits), s’ajoutent des élèves de l’institut, qu’ils soient inscrits dans la filière coloniale ou dans la filière agronomique qui rassemble surtout des étrangers venus d’Europe orientale, Russes en majorité, mais aussi Ottomans, Roumains, etc77. L’arabe y est la seule langue enseignée, avec le malgache qui n’attire que deux ou trois élèves par an. Le cours est professé par le grand rabbin de Nancy, Isaac Bloch, familier de l’Algérie pour avoir été successivement rabbin à Oran en 1878 où il a suivi l’enseignement de Louis Machuel et à Alger en 188278. À partir de 1908, Gain parvient à créer une classe de deuxième année, bien que le gouvernement général d’Algérie n’ait pas répondu à sa demande de subvention annuelle79. Les effectifs restent néanmoins stables, la proportion des civils augmentant : en 1911-1912, sur les vingt-huit auditeurs inscrits, quatre sont officiers, quatre autres des élèves russes de l’institut agricole80. Il est difficile d’évaluer la qualité de cet enseignement. Il semble que la plupart des auditeurs n’en retiennent que des connaissances très générales. En juillet 1912, sur vingt-quatre inscrits à l’examen du certificat d’études de langue arabe – thème, version et exercices de conversation – seuls trois s’y présentent. Deux sont reçus, un lieutenant, avec mention passable, et un ancien élève de l’École normale d’Alger, avec la mention assez bien – ce qui fait supposer que la formation de la Bouzaréa est plus solide que celle de Nancy. Deux autres auditeurs se voient délivrer des attestations d’études. Après guerre, le cours d’arabe suscite l’intérêt sympathique du Maroc – joue sans doute la fidélité de Lyautey à ses racines lorraines – et continue à se développer : doublé d’un cours des civilisations musulmane et africaine, il a trente-cinq auditeurs en 1923. On sait qu’onze médecins militaires de l’hôpital Sédillot le fréquentent en 193081.

  • 82 L. Morando, « L’enseignement colonial… », art. cité. Sur l’institut colonial de Bordeaux, on peut (...)
  • 83 A. Cherif est né en 1878 à Moknine. P. Bourde (1851-1914), journaliste au Temps, s’est fait connaî (...)
  • 84 AGT, E, 550, 30/15, gens suspects, 39, cité par T. Ayadi, Mouvement réformiste et mouvements popul (...)
  • 85 L’amirale de Kérillis est la mère du nationaliste Henri de Kérillis qui, directeur de l’Époque et (...)
  • 86 Maxwell, président du conseil d’administration de l’institut colonial, au GGA, Bordeaux, 2 octobre (...)

23À Bordeaux, un cours d’arabe parlé est institué en 1904, deux ans après la fondation de l’institut colonial par la municipalité et la chambre de commerce avec le patronage du ministère des Colonies82. On fait appel à un jeune Tunisien de vingt-six ans, Ahmed Cherif (Aḥmad Šarīf), qui a sans doute été recommandé par des Français libéraux installés en Tunisie, proches de Paul Bourde ou de l’Union coloniale83. Comme pour Fekar et Mansouri à Lyon, son recrutement lui permet d’achever des études ouvrant sur une profession libérale, en l’occurrence la médecine. Il choisit cependant la fonction publique, et est nommé en 1908 médecin de colonisation en Tunisie. À son retour au pays, les réalités de la colonisation française jurent sans doute violemment avec les idéaux libéraux enseignés à Bordeaux : après avoir présidé un cercle littéraire, il émigre en 1910 pour devenir chef du service de la santé à Tripoli de Syrie où les autorités françaises l’inscrivent parmi les personnalités suspectes de menées hostiles, pour avoir participé à des manifestations panislamistes anti-françaises84. Le successeur d’Ahmed Cherif est aussi un jeune locuteur natif, en l’occurrence Michel Feghali, un maronite tout juste ordonné prêtre à Bordeaux où il est venu compléter sa formation religieuse au grand séminaire. Il a été encouragé par Mme de Kérillis, sa protectrice, à prolonger son séjour en France d’un an pour perfectionner son français et obtenir des grades universitaires utiles85. En 1908-1909, il suit l’enseignement de Cirot, un hispaniste qui dirige les cours de l’Alliance française de la faculté des lettres. Sur la demande de ce dernier, il accepte de venir donner à son domicile des cours d’arabe aux étudiants d’espagnol intéressés par la culture d’al-Andalus, trois fois par semaine. Convaincu de la qualité de cet enseignement, Cirot obtient que Feghali, malgré son double défaut d’être prêtre et ne pas être docteur, soit autorisé à poursuivre cet enseignement à la faculté même, sous la forme d’un cours libre. Son succès lui vaut d’obtenir le patronage de l’institut colonial, de la municipalité, du conseil général et, après guerre, du haut-commissariat français de Beyrouth. Entre 1909 et 1918, le nombre de ses élèves inscrits aurait varié de vingt-deux à cinquante-trois, celui des auditeurs libres de quatre à dix-huit86.

  • 87 En juin 1913, le général commandant en chef la région militaire lui dit ses sentiments de reconnai (...)
  • 88 P. Hobeika, Varia…, ouvr. cité.
  • 89 Les musulmans d’Afrique du Nord incorporés, encore très peu nombreux à servir en Europe en 1914, l (...)
  • 90 À Limoges, ce qui correspond aux départements de la Haute-Vienne, de la Creuse, de la Corrèze, de (...)
  • 91 La 18e région comprend la Gironde, les Landes, les Basses-Pyrénées, les Hautes-Pyrénées et la Char (...)

24Feghali donne aussi un cours spécial d’arabe algérien pour les militaires de la garnison87. Pendant la guerre, la présence de nombreux soldats nord-africains à Bordeaux favorise l’enracinement de l’enseignement de la langue arabe. Les autorités militaires préfèrent y maintenir Feghali qui, engagé en 1914 dans l’armée française comme interprète, était prêt à servir dans l’armée d’Orient. Pendant trois ans, il s’occupe des militaires indigènes d’Afrique du Nord et de la rééducation des mutilés, puis il est chargé d’accueillir les Libanais et Syriens venus d’Amérique pour s’enrôler dans la légion syrienne88. Depuis le début de 1915, d’autres arabisants ont été affectés à Bordeaux pour encadrer les recrues nord-africaines de plus en plus nombreuses89. L’agrégé d’arabe Mohammed Soualah y a été envoyé en mission : promu sergent interprète auxiliaire en mai 1915, puis officier interprète, il sera placé à la tête du service de surveillance et d’assistance aux militaires musulmans de la 12e région militaire jusqu’en février 191990. William Marçais est quant à lui détaché au service de surveillance des musulmans de la 18e région (Bordeaux) entre mars 1915 et septembre 191691.

  • 92 Liste des élèves de la promotion 1913-1915 (Bulletin de l’enseignement public au Maroc, no 5, avri (...)
  • 93 Bulletin de l’enseignement public au Maroc, no 7, janvier-juin 1917.
  • 94 T. Essafi se fera connaître pour une œuvre à la fois sociologique et littéraire. Dans le premier r (...)
  • 95 En 1924, Feghali reçoit une rémunération totale de 12 000 francs ainsi répartie : 4 000 francs du (...)
  • 96 C. Lozère, Bordeaux colonial…, ouvr. cité, p. 178.
  • 97 ANF, F 17, 26.351, Michel Feghali.
  • 98 Ils sont plus de quatre-vingts en 1939-1940 (curriculum vitae de M. Feghali, à l’appui de sa deman (...)

25La présence de forts contingents nord-africains à Bordeaux pendant la guerre n’a pas été seule à jouer en faveur de la pérennisation du cours d’arabe de Feghali et de son institutionnalisation universitaire. L’université de Bordeaux a été en effet amenée à servir de pôle universitaire pour le Maroc sous protectorat français, comme Aix et Montpellier ont pu l’être avant la promotion des écoles supérieures d’Alger au rang d’université en 1909. La volonté de Lyautey de mener au Maroc une politique qui se démarque résolument des réalisations algériennes amène en effet à substituer Bordeaux à Alger, le temps de construire une université au Maroc même. Feghali, tenté un temps de poursuivre sa carrière à Alger où il a soutenu ses thèses en 1919, se fixe finalement à Bordeaux où un système de cofinancement permet d’assurer son enseignement. Y participent l’institut colonial et surtout le gouvernement chérifien. En 1919-1920, Feghali obtient d’être doublé par Tahar Essafi pour l’enseignement des parlers algérien et marocain, ce qui lui permet de se concentrer sur la langue classique. Son assistant, dont le profil de carrière rappelle Fekar et Cherif, est un Tunisien qui a réussi en 1915 le concours de l’École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères de Rabat, fondée trois ans plus tôt pour former des interprètes qualifiés pour le Maroc92. Diplômé d’arabe en 191793, il était interprète titulaire des services civils du protectorat à son départ pour Bordeaux. Il met à profit son séjour pour mener à terme des études de droit qui lui permettent de poursuivre sa carrière comme avocat au barreau de Marrakech et d’appeler à des réformes, sans jamais mettre radicalement en cause le projet colonial français94. Il est probable que lui succèdent d’autres assistants recommandés par les services de la résidence générale à Rabat. En 1924, le cours est transformé en une maîtrise de conférences et reçoit, en complément du financement de l’institut colonial et du gouvernement chérifien, les contributions de la ville, du département, de l’université et de l’État95. À partir de 1926, la possibilité de faire valoir pour la licence ès lettres un certificat d’études coloniales pour lequel Feghali enseigne des « notions ethnographiques et littéraires »96 augmente sans doute le nombre de ses auditeurs. Au début des années 1930, une trentaine d’étudiants de la faculté des lettres sont inscrits à son cours et une dizaine obtiennent leur certificat de licence. Deux se préparent spécifiquement à une licence d’arabe, tandis que la plupart sont des hispanistes qui étudient l’arabe en option complémentaire – avant qu’en 1937 l’institution d’une épreuve obligatoire de portugais à l’agrégation d’espagnol ne tarisse leurs effectifs. À ces étudiants inscrits s’ajoutent une quinzaine d’auditeurs libres, pour la plupart des étudiants en médecine à l’école principale du service de santé militaire, qui se destinent à des carrières dans les colonies97. Au cours des années 1930, leur effectif augmente, Bordeaux attirant des étudiants venus du Maroc, mais aussi d’Algérie, de Tunisie, du Liban, de Syrie et d’Égypte98.

26En dehors de la métropole, au Proche-Orient, bien avant que ne se développe l’institut de Bordeaux, d’autres institutions françaises offraient depuis les années 1880 un cadre pour les études arabes, sans les contraintes imposées par les nécessités de l’administration coloniale.

Un nouvel institut scientifique : l’École du Caire

  • 99 E. Renan, lettre du 6 décembre 1881, conservée aux ANF, F 17, 2930A, citée par C. Décobert, « La l (...)

Quelques abaissées que soient les études dans l’Orient musulman, un orientaliste a toujours profit à être quelque temps en rapport avec les derniers représentants dégénérés des littératures dont il fait sa spécialité.99

  • 100 Sur l’histoire de la Société égyptienne, on peut consulter Auriant (pseudonyme de A. Hadjivassilio (...)
  • 101 Sur l’Institut égyptien, voir le Livre d’or de l’Institut égyptien, publié à l’occasion du centena (...)
  • 102 Le projet d’y fonder un Institut scientifique français, formulé en 1839 par C. Lambert, directeur (...)
  • 103 F. Fresnel reste à Bagdad après avoir dirigé l’expédition scientifique et artistique de Médie et d (...)
  • 104 La mission fondée par le décret du 28 décembre 1880 est connue sous le nom d’École française du Ca (...)
  • 105 Elle est contemporaine de la création au musée du Louvre d’un département des antiquités orientale (...)
  • 106 La création est aussi liée à la mort de Mariette en 1881 : sa disparition, attendue, laisse vacant (...)

27Malgré le précédent de l’Institut d’Égypte entre 1798 et 1801 – ou peut-être en partie à cause de lui, comme son souvenir prestigieux intimide –, l’institution en Orient d’un organisme de recherches officiel sur lesquels les savants arabisants puissent s’appuyer ou poursuivre leur formation est tardive. La précoce constitution de sociétés savantes (la Société égyptienne en 1836100, puis, à partir de 1859, l’Institut égyptien101) explique sans doute aussi que les Français n’aient pas ressenti plus tôt la nécessité de constituer en Égypte un institut officiel dont l’enjeu politique aurait supposé le soutien plein et entier des Affaires étrangères102. Après un premier projet de station archéologique permanente à Bagdad, élaboré en 1854 par Fulgence Fresnel sur le modèle de l’École d’Athènes103, c’est cependant au Caire, au croisement de l’égyptologie et des études musulmanes, que le ministère de l’Instruction publique décide à la fin de l’année 1880 de fonder une mission permanente avec « pour objet l’étude des antiquités égyptiennes, de l’histoire et de la philologie et des antiquités orientales ». Bientôt connue sous le nom d’École française du Caire, elle préfigure l’actuel Institut français d’archéologie orientale104. La création de cette mission permanente s’inscrit dans le mouvement de développement scolaire et scientifique des années 1879-1885105, œuvre des premiers gouvernements effectivement dirigés par des républicains – Jules Ferry est alors à la tête du ministère de l’Instruction publique cinq années sur six – et ne précède donc que de très peu l’occupation effective de l’Égypte par les Britanniques en 1882106.

Primat de l’archéologie

  • 107 G. Maspero regagne Paris en 1886. Il est de nouveau au Caire entre 1899 et 1914, où il reprend en (...)
  • 108 La nomination d’un helléniste, P. Jouguet, directeur entre 1928 et 1940, est l’unique exception. A (...)
  • 109 Sur 43 savants ayant séjourné à l’École du Caire entre 1881 et 1910, on trouve 20 égyptologues, 8  (...)
  • 110 C’est l’analyse que fait Renan : « Pour les travaux de philologie et d’érudition sur la littératur (...)

28Conçue par Gaston Maspero107, l’École du Caire est destinée principalement à développer les études françaises consacrées à l’Égypte ancienne. Mais, même si, depuis sa fondation, c’est presque toujours un égyptologue qui en assure la direction108, elle donne aussi une place aux autres civilisations orientales anciennes, ainsi qu’à la période musulmane et aux études arabes. Ces dernières ne sont représentées qu’à titre secondaire au Caire109, où l’on s’intéresse plus aux civilisations du passé et à leurs monuments qu’à un monde moderne tombé en décadence. C’est aussi que les manuscrits les plus rares et les plus nombreux sont désormais conservés dans les bibliothèques européennes110. Selon Renan, favorable au projet, la nouvelle école doit cependant permettre une meilleure connaissance des monuments, objets et sites archéologiques accessibles sur place et exposés à l’observation. Elle offre par ailleurs la possibilité d’acquérir un usage pratique de l’arabe par le séjour dans un milieu arabophone. L’École du Caire pourrait ainsi d’une certaine manière prendre le relais de la formation en arabe de l’ancienne École des jeunes de langue à Constantinople, interrompue depuis longtemps. Les jeunes élèves drogmans

  • 111 E. Renan, lettre du 6 décembre 1881, citée par C. Décobert, ibid.

[…] trouveraient dans les mosquées du Caire des hommes qui, sans avoir grand-chose à leur apprendre, les introduiraient dans les habitudes de la pensée orientale et du parler musulman.111

  • 112 ‘Abduh, nommé en 1896 au conseil d’administration d’al-Azhar, contribue à ouvrir son programme à d (...)

29En réalité, l’école ne s’ouvre qu’à un nombre restreint de pensionnaires, savants de profession, et facilite leurs contacts avec des lettrés arabes porteurs de la tradition classique au Caire, à al-Azhar en particulier (mais aussi à la moderne dār al-’ulūm) – lettrés qui, de leur côté, sont souvent curieux des développements nouveaux de la science en Europe et soucieux d’en faciliter l’accès à leurs étudiants, comme c’est le cas pour Muḥammad ‘Abduh112. On prévoit de recruter les pensionnaires parmi les jeunes gens qui ont suivi les cours de l’École des langues orientales et de l’École pratique des hautes études. Si l’on en croit Renan,

  • 113 Loc. cit.

[…] le séjour du Caire serait très utile au moins pendant un an […]. La grammaire arabe ne peut bien s’apprendre que dans les grandes écoles européennes ; mais l’usage pratique ne peut complètement s’acquérir qu’en pays oriental.113

  • 114 L’Institut égyptien lui-même s’est déplacé d’Alexandrie au Caire en janvier 1880.
  • 115 Le décret de 1910 sur l’organisation de l’IFAO prévoit parmi le personnel un « maître d’arabe » po (...)

30Il est probable que cette fonction d’immersion dans une société arabophone ait été un des critères qui a fait préférer une implantation au Caire plutôt qu’à Alexandrie114. Le séjour au Caire est avant tout destiné à donner l’occasion d’une pratique aux élèves déjà formés à Paris. L’École du Caire a fonctionné en partie sur ce modèle115, tout en affirmant des ambitions scientifiques à la hauteur de celles qui prévalent à l’École pratique des hautes études qui, avec l’appui du Collège de France, fait fonction jusqu’à 1914 de maison mère.

  • 116 H. Derenbourg découvre ainsi à la bibliothèque de l’Escorial le manuscrit du récit autobiographiqu (...)
  • 117 C. Huart se rend cependant en 1909 au Caire pour représenter l’École des langues orientales (où il (...)
  • 118 Rapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, (...)
  • 119 Annuaire. EPHE. Section des sciences historiques et philologiques, Paris, Imprimerie nationale, 189 (...)
  • 120 Promu en juillet 1883 conservateur adjoint au musée de Būlāq, Bouriant accède à la direction de la (...)

31Ce sont donc des jeunes diplômés et non des savants déjà établis qui partent séjourner au Caire. Stanislas Guyard et Hartwig Derenbourg, successivement chargés de conférences à l’École pratique des hautes études, préfèrent rester à Paris ou voyager en Europe à la recherche de manuscrits inédits116. À leur suite, Adrien Barthélemy, qui a derrière lui une carrière diplomatique, et Clément Huart (1854-1926), élève drogman dès 1875, n’ont pas non plus le loisir de séjourner au Caire comme pensionnaires117. Parmi les nouveaux diplômés dont l’École du Caire favorise la formation et la carrière, fort peu s’affirment ensuite arabisants. Dans les années 1880 en effet, la spécialisation en égyptologie de l’islamologie ou des études arabes ne se fait encore que relativement tardivement, après une formation commune. La première passion de Gaston Maspero, avant l’écriture hiéroglyphique, avait été la langue arabe. Plusieurs des élèves assidus aux cours d’arabe de l’École spéciale des langues orientales et de l’École pratique des hautes études à Paris s’orientent après leur séjour au Caire vers des travaux égyptologiques. C’est le cas d’Eugène Revillout, qui a débuté en 1868-1870 l’étude de l’arabe auprès de Guyard à l’École pratique des hautes études après y avoir présenté un mémoire sur la vocalisation hébraïque118, de Joseph Maxence de Chalvet de Rochemonteix, formé en arabe aux Langues orientales et à l’École pratique des hautes études avant de partir en mission pour Le Caire entre 1875 et 1878119, et d’Urbain Bouriant, élève de Gaston Maspero entre 1876 et 1880, qui a sans doute étudié l’arabe avant d’accompagner ce dernier au Caire dès 1881120.

  • 121 Rapport de G. Maspero, 20 septembre 1881 au MIP, publié par É. David, Gaston Maspero…, ouvr. cité, (...)
  • 122 Le texte est repris l’année suivante dans le Journal asiatique. Les archives du ministère de l’Ins (...)

32Le plan d’organisation de Gaston Maspero prévoyait une répartition égale entre égyptologues et orientalistes (trois élèves pour chaque promotion, dénommés après 1898 pensionnaires), tandis que le nombre d’artistes ou d’orientalistes confirmés accueillis par l’école pour une période d’un à cinq ans (pensionnaires rebaptisés chargés de mission après 1898) ne devait pas être limité. Or, contrairement aux égyptologues, les arabisants de l’École du Caire ne sont pas parvenus à constituer un groupe à l’identité marquée. Ils se différencient en cela de la cohorte de savants formés à Alger sous la houlette de René Basset, même si leurs œuvres présentent de nombreux points communs. Une des raisons de leur invisibilité comme groupe tient à leur nombre restreint, plusieurs d’entre eux étant morts prématurément. C’est sans doute le cas d’Hippolyte Dulac, l’arabisant que Maspero a choisi pour former avec l’architecte Jules Bourgoin et les deux égyptologues Victor Loret et Urbain Bouriant la première équipe de la mission archéologique française au Caire121. Cet élève de Stanislas Guyard à l’EPHE (1879-1881) avait attiré l’attention de son maître par ses progrès rapides. Il publie en 1884 « Quatre contes arabes en dialecte cairote » dans le cadre des Mémoires de la mission archéologique française du Caire122. Après son retour à Paris, trois ans plus tard, il obtient en 1885 le diplôme d’arabe de l’École spéciale des langues orientales et continue à suivre les cours de l’École pratique des hautes études jusqu’en 1888, date à laquelle on perd sa trace. Deux autres pensionnaires disparaissent avant d’avoir accompli leur œuvre. Georges Salmon, pensionnaire entre 1899 et 1902, meurt en août 1906 des suites d’une dysenterie à Tanger où il a été placé à la tête de la nouvelle Mission scientifique au Maroc. Émile Galtier, arrivé au Caire comme pensionnaire en 1903 et bibliothécaire du musée des Antiquités égyptiennes, meurt quant à lui au Caire en avril 1908.

  • 123 B. Carra de Vaux, comme sans doute aussi avant lui Rochemonteix, vit par exemple de ses rentes.
  • 124 Annuaire. EPHE. Section des sciences historiques et philologiques, Paris, Imprimerie nationale, 188 (...)
  • 125 Cela la rapproche, on le verra plus loin, des travaux effectués à Alger. Galtier participe d’aille (...)
  • 126 G. Wiet, EI2, article « al-Bahnasā ».
  • 127 La Mission archéologique du Caire prend le nom d’IFAO en même temps qu’elle obtient la personnalit (...)
  • 128 La collection se limite à deux volumes consacrés à Silvestre de Sacy, en 1905 par G. Salmon, puis (...)
  • 129 Souffrant de la rupture de la Grande Guerre et des effets des difficultés budgétaires de l’entre-d (...)
  • 130 Lettre du 6 décembre 1881 (citée par C. Décobert, « La lettre de Renan… », D’un Orient l’autre, ou (...)
  • 131 L’année suivante, lors de son séjour à Bagdad, il revient à un travail sur la topographie historiq (...)
  • 132 J. Lecerf, « Ammayya, Ummayya, Ulissanayya – peuples, nations et langues (Daniel, chap. iii, verse (...)

33Si les pensionnaires du Caire ne constituent pas une école visible, c’est sans doute avant tout du fait du peu d’autonomie de la recherche savante : les arabisants, sauf les plus fortunés123, doivent, pour poursuivre leurs travaux, entrer dans la carrière diplomatique (qui se décide à Paris) ou dans la carrière universitaire (qui n’est ouverte qu’à Paris ou à Alger). Leur discrétion tient peut-être aussi à leur grande fidélité au modèle scientifique qui leur a été enseigné à Paris à l’École pratique des hautes études. Cet attachement se marque par la primauté qu’ils donnent à la philologie, à l’édition de textes historiques et à la linguistique, dans un contexte d’émulation internationale sur lequel on reviendra dans le chapitre suivant, en analysant la production de l’école d’Alger. Hippolyte Dulac, en même temps qu’il s’intéresse au dialecte parlé au Caire où il a recueilli les histoires (ḥikāyāt) des conteurs, s’est attaqué à la traduction d’al-Faḫrī d’Ibn aṭ-Ṭiqtaqā, une histoire anecdotique du califat entre 632 et la chute des Abbassides124 – le travail sera achevé et publié par Hartwig Derenbourg en 1895. L’œuvre d’Émile Galtier se situe quant à elle à la jonction entre le copte et l’arabe d’Égypte, avec un souci linguistique et une ouverture au folklore125. Il s’intéresse en particulier à la littérature chrétienne arabe (martyre de Pilate et martyre de Salib), ce qui peut le rapprocher de Bernard Carra de Vaux, de quelques années son cadet, et travaille à l’édition et à la traduction des Futūḥ al-Bahnasā, un « roman populaire »126 qui relate la conquête par les musulmans d’une cité de la moyenne Égypte alors florissante et que la légende copte présente comme lieu de halte de la sainte Famille pendant la fuite en Égypte. L’histoire, approchée par les textes et par les objets, est aussi au centre de l’œuvre de Paul Casanova. Après avoir grandi en Algérie, cet éphémère élève de l’École normale supérieure en 1879, a enseigné quelques années comme professeur d’histoire dans des lycées de métropole, avant de reprendre des études d’arabe à Paris et d’être nommé membre de la Mission archéologique française du Caire entre 1889 et 1892. Apprécié par Gaston Maspero, il retrouve le chemin de l’Égypte à la fin de 1898, après avoir été nommé directeur adjoint de la Mission devenue Institut français d’archéologie orientale127. Pendant dix ans, il y supervise l’impression des travaux arabes tout en poursuivant des travaux érudits – il reste attaché au séjour au Caire. Il poursuit le travail de traduction des Ḫiṭaṭ Miṣr d’al-Maqrīzī entrepris par Urbain Bouriant. Quant à Georges Salmon, pensionnaire entre 1899 et 1902, il travaille avec Paul Casanova et Paul Ravaisse à faire l’histoire de la topographie du Caire. Les travaux des arabisants du Caire privilégient l’histoire médiévale et l’épigraphie arabe : à partir de 1894, le Suisse Max van Berchem dirige l’édition des Matériaux pour un Corpus inscriptionum arabicarum, sur le modèle du Corpus des inscriptions sémitiques auquel collabore Hartwig Derenbourg ; en 1901, le premier numéro du Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale confirme le primat d’une démarche érudite étroitement philologique. En 1905, sur une idée chère à Hartwig Derenbourg, l’Institut inaugure la « Bibliothèque des arabisants français » pour mettre en valeur les travaux de l’école philologique française – c’est un échec128. En 1914, la nouvelle collection « Textes arabes et études islamiques » se veut une vitrine de la qualité scientifique de sa production contemporaine129. L’École du Caire semble donc conçue comme une greffe européenne qui n’a pas pour projet d’établir des relations d’égal à égal avec les savants égyptiens. Elle répond ainsi aux vœux que formulait Renan avant sa fondation, considérant que la science archéologique ne pouvait que profiter de la mise à l’écart des autochtones : les fouilles étaient selon lui plus prometteuses en Orient qu’en Italie et en Grèce, où « les savants et les gouvernements indigènes » ont le défaut de vouloir se mêler aux projets, empêchant le travail d’être « livré tout entier à l’émulation libre des nations civilisées »130. Les pensionnaires de la génération suivante, avant tout historiens et archéologues, ne dérogent pas vraiment à la règle. Louis Massignon, en 1906-1907, se voit confier la mission de compléter un travail de topographie historique sur Fusṭâṭ et Le Caire fatimide, avant de préférer finalement orienter ses travaux sur al-Ḥallāǧ131. Gaston Wiet, en 1909, travaille à la poursuite du Corpus inscriptionum arabicarum inauguré par van Berchem. Cette orientation n’est explicitement contestée qu’après guerre par une nouvelle génération plus attirée par la linguistique ou la littérature contemporaine. Georges Séraphin Colin, pensionnaire en 1919-1921, s’adapte assez mal à l’Égypte. Il dit souffrir du désintérêt du directeur de l’Institut français d’archéologie orientale, l’égyptologue Georges Foucart, pour ses recherches lexicographiques et linguistiques, et doit résister aux pressions de ce dernier qui voudrait l’orienter vers des questions d’anthropologie religieuse. Il ne renouvelle pas son séjour une deuxième année. Le second témoignage est plus net encore : quand Jean Lecerf, en mission au Caire, exprime son désir de travailler sur la littérature arabe contemporaine, il se heurte aux objections de l’abbé Saint-Paul Girard, secrétaire de l’Institut132. L’archéologie continue alors à régner sans conteste au Caire.

  • 133 À Djemaa Soharidj, Beni Yenni et Ouadhia pour les jésuites, aux Beni Menguellet et à Touggourt pou (...)
  • 134 E. Fourmestraux, L’instruction publique en Algérie, Paris, Challamel, 1880, p. 25.
  • 135 Les dominicains n’ont pas créé de maison en Algérie.
  • 136 En 1873, Lavigerie engage les missionnaires d’Afrique à parler les langues usuelles : « Je vous or (...)
  • 137 Chez les Pères blancs d’Algérie, l’œuvre la plus remarquable dans le domaine des études arabes est (...)
  • 138 Sur la fondation et le développement de l’École biblique, voir D. Trimbur, Une école française à J (...)
  • 139 Sur J.-V. Scheil, voir Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité, p. 876 (notice de N. Nasiri-Mo (...)

34L’École du Caire se distingue aussi d’Alger par la place qu’elle réserve aux religieux et aux étrangers. En Égypte, comme de façon plus générale au Proche-Orient, l’État français ne peut en effet avoir la prétention d’organiser l’ensemble des études orientalistes arabes et d’en réserver les domaines les plus prometteurs aux savants qu’il subventionne et qui le servent. La collaboration avec les religieux français est plus nettement visible qu’en Algérie et en Tunisie où la force d’une tradition républicaine radicale laïque, voire anticléricale, permet difficilement à l’administration de collaborer ouvertement avec les congrégations religieuses, même lorsqu’elle y a intérêt – en particulier pour pallier les défaillances des communes ou du gouvernement général et développer l’instruction des indigènes à moindre coût. En 1880 certes, sur les quatorze écoles arabes-françaises d’Algérie recensées en territoire de commandement, cinq, exclusivement fréquentées par des indigènes, étaient tenues par des congréganistes, jésuites et missionnaires d’Afrique133. Les élèves indigènes étaient alors plus nombreux à étudier dans ces écoles que dans l’ensemble des établissements d’État134. Mais après 1880, l’application de la loi française sur les congrégations au territoire algérien frappe de plein fouet les jésuites qui doivent se replier en Orient135. Restent les missionnaires d’Afrique, communément appelés Pères blancs. Or, ils n’ont pas une telle tradition savante qu’elle leur permette de s’affirmer rapidement dans le champ des études arabes. Dans une perspective missionnaire, ils développent l’étude des langues parlées, berbère ou arabe, plutôt que celle des textes anciens de la littérature classique136, travaux qui trouveront leur plein épanouissement au xxe siècle, avec une production scientifique remarquable, tout en restant en marge de la faculté des lettres d’Alger137. Le contexte au Proche-Orient est différent, en l’absence d’une colonisation de peuplement et des enjeux électoraux afférents. La fondation en 1890 à Jérusalem d’une École pratique d’études bibliques dirigée par le père dominicain Marie-Joseph Lagrange reçoit l’appui des autorités publiques françaises, y compris celui du consul de France, Charles Ledoulx, choisi en 1885 pour ses bons rapports avec le clergé138. Au Caire, l’Institut français d’archéologie orientale s’ouvre aux religieux. Le père Jean-Vincent Scheil139, dominicain, ancien élève de l’École pratique des hautes études, y est pensionnaire en 1890. Il se spécialise alors dans l’assyrien et coopère avec le musée impérial ottoman.

  • 140 D. Trimbur, « Exil et retour : l’impact de la législation française sur la présence tricolore en P (...)
  • 141 C. Prudhomme, « Les congrégations missionnaires face aux lois anticongréganistes : un régime de fa (...)
  • 142 J. Bocquet, « Les lois anticongréganistes et leurs effets au Levant », Le grand exil…, ouvr. cité, (...)

35Au Proche-Orient, les congrégations solidement établies ne subissent que de façon atténuée les effets des mesures anti-congréganistes déployées après 1901 par les radicaux au pouvoir, les Affaires étrangères étant conscientes de l’importance de leur action dans le rayonnement de l’influence française. Ces mesures ont cependant pu avoir un effet secondaire en matière de recrutement – à la suite de la fermeture des écoles et des noviciats en métropole – et affaiblir à terme la position de la France dans la région140. Après 1908 et le retour des républicains modérés à la tête du gouvernement, les tensions se relâchent : les subventions des Affaires étrangères aux écoles missionnaires retrouvent dès 1909 leur niveau antérieur141, et jésuites et université de Lyon peuvent poursuivent sans encombre leur œuvre commune à Beyrouth142.

  • 143 Ce rapprochement a été facilité par la circulaire Malvy du 2 août 1914 qui, en suspendant partiell (...)
  • 144 Les rapports adressés par Jaussen au service d’information de la Marine dans le Levant ont été étu (...)
  • 145 Jaussen collabore à trois reprises entre 1923 et 1927 au BIFAO, Lammens en 1918, 1923 et 1926.
  • 146 Sur l’IDEO (officiellement fondé en 1953) qui vise à une connaissance approfondie de l’Islam perme (...)

36La guerre mondiale achève de rapprocher les religieux français, qui n’échappent pas aux mesures d’internement édictées par le gouvernement ottoman à l’encontre des citoyens français, et le gouvernement républicain143. Certains mettront leur connaissance des langues et des mœurs au service de l’armée française, comme le père Antonin Jaussen, dominicain de l’École de Jérusalem144. En 1920, cette dernière se voit reconnaître par l’Académie des inscriptions et belles-lettres un statut national qui lui permet de prendre le nom d’École biblique et archéologique française. On retrouve après guerre dans les colonnes du Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale les contributions de Jaussen et du père Lammens, le caustique jésuite de l’université Saint-Joseph à Beyrouth145. La collaboration entre savants laïcs et religieux se poursuit après les années 1930 et la Seconde Guerre mondiale : Jacques Jomier, Georges Chehata Anawati (pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale en 1944) et Serge de Laugier de Beaurecueil, les trois dominicains qui tracent en 1938 les grandes lignes du futur Institut dominicain d’études orientales du Caire146, publient régulièrement leurs travaux dans le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale.

  • 147 Née Vulliamy, H. R. L. Devonshire publie en 1934-1935 une traduction d’extraits de la chronique d’ (...)
  • 148 P. Kraus se suicidera au Caire en 1944. Sur son parcours, voir L. Hanisch, « Ausgegrenzete Kompete (...)

37Le caractère international des travaux arabisants menés dans le cadre de l’Institut tient aussi à ce que l’Égypte, placée sous le protectorat britannique, n’est pas une chasse gardée pour les savants français – situation qu’on retrouve en Irak, en Syrie et en Palestine, sous souveraineté ottomane jusqu’en 1918. Il est donc plus habile d’y accueillir les savants britanniques, allemands, italiens pour faire de ces concurrents en puissance des alliés. La situation politique du Proche-Orient exige une souplesse et des compromis qui ne sont pas nécessaires au Maghreb. L’ouverture de l’Institut aux arabisants étrangers est particulièrement nette après la Première Guerre mondiale : si Henriette R. L. Devonshire est française147, on peut citer parmi les savants étrangers publiés par le Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, à côté de van Berchem, l’historien de l’art musulman britannique Keppel Archibald Cameron Creswell et le praguois Paul Kraus, chassé de Berlin par le régime nazi148.

Mise en valeur du patrimoine arabe et collaborations égyptiennes

38L’orientation philologique et archéologique des travaux à l’Institut français d’archéologie orientale n’a pas seulement un effet de distanciation vis-à-vis des réalités locales contemporaines. Elle joue aussi en faveur de l’intégration de savants orientaux. L’intérêt pour les textes de la culture savante musulmane traditionnelle est en effet plus favorable à la rencontre qu’une démarche scientifique de type ethnographique ou linguistique qui objective les mœurs et les langues à rebours de la tradition savante indigène. Le travail d’édition et de commentaire de textes de la culture savante que fournissent les élèves de Hartwig Derenbourg, Paul Casanova et Georges Salmon au premier chef, invite à des collaborations étroites avec les savants musulmans du Caire. Le fait qu’ils ne cherchent pas à passer ces textes au crible des nouvelles sciences sociales facilite leurs rapports : les savants français ne sont pas soupçonnés de vouloir attenter à leur dimension sacrée, cette sacralité pouvant être religieuse ou politique, ancienne ou plus récente. Une partie de ces textes, éléments constitutifs d’une histoire nationale en cours d’élaboration, acquièrent en effet un sens nouveau. L’œuvre historique et archéologique de Paul Casanova, l’intérêt qu’il porte aux objets et aux monuments du passé, trouvent ainsi un écho chez les nationalistes arabes égyptiens. À ce processus, l’œuvre de Casanova n’oppose aucun obstacle. Les communications qu’il prononce au Comité de conservation des monuments de l’art arabe du Caire ou le catalogue des cuivres arabes qu’il élabore à l’occasion de la deuxième exposition des peintres orientalistes arabes peuvent être réutilisés sans retouches. À propos des Arabes, Casanova a d’ailleurs des accents qui rappellent Louis Amélie Sédillot. Il évoque dans ses premières leçons au Collège de France

  • 149 P. Casanova, L’enseignement de l’arabe au Collège de France (leçons du 22 avril et du 7 décembre 1 (...)

[…] ce prodigieux peuple arabe que nous avons devancé depuis trois ou quatre siècles à peine, mais qui n’en a pas moins été le grand éducateur de la pensée moderne avant la Renaissance.149

39Casanova se rattache de façon caractéristique à une tradition qu’on aurait pu croire périmée, celle de Caussin de Perceval dont il souligne les qualités dans sa leçon inaugurale au Collège de France, considérant qu’il a retiré des années qu’il a passées en Orient un sens de la vie arabe qui a manqué à Silvestre de Sacy. Casanova se félicite de ce que la sympathie et l’attention dont Caussin a fait preuve en s’intéressant à l’histoire des Arabes lui ont fait respecter le mode narratif de la tradition, sans chercher à réorganiser le récit historique en fonction de critères scientifiques modernes qui, anachroniques, lui sont étrangers. Il rompt par là avec les choix clairement posés à Alger par René Basset, convaincu du progrès positif de la science humaine dont la force d’animation a pour foyer l’Europe. Casanova est explicite : pour lui, l’Essai sur l’histoire des Arabes

  • 150 P. Casanova, L’enseignement de l’arabe…, ouvr. cité, p. 61.

[…] marque le point culminant de l’ancien orientalisme, alors que la critique moderne n’a pas introduit contre la pensée arabe les multiples procès pendants aujourd’hui, alors qu’on ne se préoccupe que de rendre avec le plus d’exactitude, et je dirai de limpidité, cette pensée telle qu’elle apparaît dans les œuvres. Cet orientalisme, tout candide et même naïf qu’il peut paraître aujourd’hui, est plus près de la réalité que certaine hypercritique à laquelle nos savants modernes sont un peu trop enclins et, d’ailleurs, il représente l’étape nécessaire à la marche de la science. Il faut, pour juger le peuple arabe, cette candeur dénuée de tout préjugé, cette assimilation personnelle et intime de son génie que Caussin de Perceval eut au plus haut degré et qu’il dut en grande partie à son long séjour en Orient. En cela il a même dépassé Silvestre de Sacy […]150

  • 151 Les Français, très peu présents depuis la fondation de l’université en 1908, au point que cela a s (...)

40Casanova est chargé après guerre d’un cours à l’université égyptienne fondée par le prince Fouad, comme l’ont été avant lui ses cadets Gaston Wiet et Louis Massignon en 1912-1913151.

  • 152 La traduction du Journal d’un substitut de campagne de Tawfiq al-Hakim qu’il fait paraître en 1939 (...)
  • 153 Les amitiés paternelles valent à L. Massignon d’être accueilli en 1901, lors de son premier séjour (...)
  • 154 Il écrit par exemple à P. Claudel en 1912 : « Deux êtres ont été de plus particulières incarnation (...)

41Wiet s’inscrit dans un mouvement comparable, avec une œuvre qui fait une grande place à l’archéologie et à l’art musulman et s’élargit à la littérature contemporaine, loin des préoccupations ethnographiques et sociologiques des arabisants confrontés au Maghreb aux questions d’administration indigène152. Le cas de Massignon est plus complexe : ses travaux sur la topographie de Fusṭāṭ et de la ville fatimide, et la rédaction de nombreux courts articles érudits s’insèrent parfaitement dans la production savante de l’École du Caire. L’éducation qu’il a reçue de son père, rationaliste, laïc, membre de la Ligue des droits de l’homme et proche des républicains radicaux153, comme le sont Hartwig Derenbourg et Paul Casanova, favorise son intégration académique. Joue aussi l’amitié qu’il partage avec son ancien condisciple à Louis-le-Grand, Henri Maspero, le fils du directeur de l’Institut français d’archéologie orientale. Le milieu radical et artiste fin de siècle dans lequel il grandit le prédispose aussi à mettre en cause la conviction, partagée chez les républicains opportunistes, selon laquelle le progrès marche de concert avec l’expansion coloniale. Mais Massignon affirme son originalité en rompant franchement avec la tradition républicaine et laïque : son retour cathartique au catholicisme en 1908 et son approche empathique de l’islam le placent à mille lieues d’un positivisme scientifique contre lequel il n’a pas de mots trop forts154. À l’université égyptienne, il entend professer un enseignement radicalement nouveau. Il veut

  • 155 L. Massignon à P. Claudel, 10 août 1912 (Correspondance Claudel-Massignon, présentée par M. Malice (...)

[…] essayer de faire penser en arabe les jeunes gens de là-bas sur les « grands problèmes » d’une autre manière que MM. les missionnaires d’anarchie qui m’ont précédé. […] Le difficile sera de dégager […] de cette admirable langue sa logique fondamentale, logique qui doit nécessairement démolir le Coran et la Tradition comme des constructions de guingois, destinées à remplir chez les Arabes l’ineffable rôle du Verbe et de l’Église.155

  • 156 Le sujet lui a été proposé par A. Bernard. À Paris, L. Massignon a été conseillé par A. Le Chateli (...)
  • 157 On note cependant que les publications de P. Ravaisse ne s’écartent pas du domaine de l’Égypte. La (...)
  • 158 Le congrès d’Alger accueille aussi É. Galtier, diplômé de l’école supérieure des lettres d’Alger e (...)
  • 159 Sur l’œuvre de Goldziher, voir Ignác Goldziher. Un autre orientalisme ?, C. Trautmann-Waller éd., (...)
  • 160 G. Troupeau, « Louis Massignon et la langue arabe », Louis Massignon et le dialogue des cultures, (...)
  • 161 C’est la position qu’il prendra après la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il est un conseiller écou (...)

42Quelques années plus tôt, en 1904, il a préféré voyager au Maroc sur les traces de Léon l’Africain, objet de son diplôme d’études supérieures, plutôt que de rédiger son mémoire à Alger156. Massignon, comme la plupart des arabisants français dont la carrière marque une inclination proche-orientale, conserve des liens avec l’École d’Alger157. Il participe ainsi au congrès des orientalistes organisé à Alger en 1905 – où, il faut le noter, on peut entendre discourir en arabe les šayḫ-s Mohammed Sultan (Muḥammad Sulṭān), représentant du gouvernement égyptien, et Boukandoura (Bū Qundūra), muftī ḥanafite de la mosquée de la Pêcherie à Alger158. Mais Massignon ne trouve pas chez René Basset et chez ses élèves de quoi l’encourager dans ses projets. Ces échanges avec Miguel Asín Palacios, présent à Alger en 1905, et Ignác Goldziher, qu’il rencontrera au congrès des orientalistes suivant, en 1908, le convainquent de se détacher de la méthode de Renan au profit d’une approche intérioriste, selon laquelle la compréhension nécessite un décentrement pour aller au cœur de l’objet159. Le rapport de Massignon à la langue arabe, qui tient aux années qu’il a vécues en Égypte et en Irak, mais aussi à sa conviction qu’il faut lui reconnaître un statut particulier comme langue de la révélation coranique et à sa volonté d’approcher l’expérience mystique160, est finalement très différent de celui des arabisants d’Alger. Il ne s’intéresse pas à la langue parlée, ce qui lui permet de rencontrer l’idéologie arabiste qui fait de la langue écrite commune la seule langue digne d’être enseignée et porteuse d’avenir161.

  • 162 ‘Abdallāh an-Nadīm publie le 13 juin 1881 dans le deuxième numéro d’at-Tankīt un article intitulé (...)
  • 163 Le journal est l’organe de l’ancienne société secrète du même nom.
  • 164 J. Sanua a quitté l’Égypte pour Paris depuis 1877, A. Isḥāq depuis 1879. Ḫalīl Ġānim (1846-1903), (...)
  • 165 H. Laurens présente le débat parlementaire de juillet 1882 dans un des articles rassemblés dans se (...)
  • 166 Cité par J.-B. Duroselle, Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 208. Le discours de Clemenceau aurai (...)
  • 167 La justice de Clemenceau publie le 27 mars 1883 « Les Anglais en Égypte » et L’intransigeant de Roc (...)
  • 168 Ibid. M. et J. Dieulafoy reviennent alors de leur premier voyage en Perse (È. et J. Gran-Aymerich, (...)
  • 169 G. Le Bon a déjà publié en 1881 L’homme et les sociétés. Il n’a cependant pas encore atteint la no (...)
  • 170 Le parti républicain, radical et radical-socialiste est fondé en 1901. Clemenceau, figure historiq (...)

43En contact direct avec les acteurs de la nahḍa et le mouvement des idées véhiculées dans les nouveaux journaux et revues publiés au Machreq, les arabisants français qui y sont établis ont une vision de l’avenir littéraire et culturel de l’arabe différente de celle de la plupart des arabisants dont la carrière se partage entre Paris et le Maghreb. En 1881, la question est débattue dans la presse égyptienne, analysée attentivement par les drogmans du consulat de France162. Entretenant un rapport aux autorités britanniques qui n’est pas sans rivalité, les Français sont tentés de favoriser le mouvement national arabe, d’autant qu’il se conjugue parfois avec l’usage de la langue française : c’est un journal bilingue franco-arabe, Miṣr al-Fatāt, que publie en 1879 un groupe interconfessionnel de bourgeois libéraux opposés au régime khédivial163et c’est à Paris que plusieurs figures de l’opposition égyptienne ou ottomane s’exilent, par exemple James Sanua (Ya‘qūb Ṣannu‘), Adīb Isḥāq ou Ḫalīl Ġānim164. En 1882, suite à l’alliance de la droite monarchiste et d’une partie des radicaux, la chambre refuse à Gambetta les crédits autorisant une intervention militaire conjointe aux Britanniques pour rétablir le pouvoir khédivial contre la révolution de ‘Urabi165. Un discours de Clemenceau a souligné que « les Égyptiens eux aussi, ont quelques intérêts en Égypte […] et que ces intérêts bien compris sont identiques aux intérêts français et aux intérêts européens »166. Autour du leader radical et de Henry Rochefort, dont les journaux annoncent l’arrivée d’al-Afġānī en exil à Paris et publient ses articles167, on constate l’existence d’un milieu républicain sympathique aux Égyptiens – al-Afġānī ne rencontre pas seulement Renan par l’intermédiaire de Khalil Ghanem (Ḫalīl Ġānim), il est aussi reçu par l’architecte archéologue Marcel Dieulafoy et présenté à Victor Hugo par l’éditeur libraire républicain radical Ferdinand Jeanmaire168. Le succès de la publication en 1884 chez Firmin Didot de La civilisation des Arabes de Gustave Le Bon en est un témoignage supplémentaire169. Teintée d’anticléricalisme – on se représente l’islam comme une religion plus naturelle que le christianisme, et sans clergé –, cette sympathie cultivée par des cercles politiques et littéraires proches de la gauche radicale, dont il faudrait savoir dans quelle mesure elle s’étend à l’islam maghrébin, est loin d’être éphémère – au début du xxe siècle encore, Hartwig Derenbourg et Paul Casanova sont proches de Clemenceau et des radicaux. Sous une bannière patriotique commune, la défense anticolonialiste des Arabes opprimés en Orient et l’exaltation des petits colons algériens luttant contre les usages féodaux arabes et la superstition des marabouts sont deux courants qui traversent le radicalisme, en un temps qui n’est pas encore celui des partis politiques modernes, avec leur organisation hiérarchisée et leurs programmes définis170. En fonction des personnalités et des circonstances, on verra les radicaux s’allier avec les républicains libéraux ferrystes (en faveur de l’extension de l’entreprise coloniale ou pour appeler à plus de libéralisme en Algérie) – ou s’en détacher (contre l’expansion coloniale ou pour une rigoureuse répression des mouvements indigènes en Algérie).

  • 171 Il est signé A. Mukhlis (‘Abdallāh Muḫliṣ).
  • 172 Cheikh Mohammed Abdou, « Rissalat al Tawhid », exposé de la religion musulmane, traduit de l’arabe (...)
  • 173 C. A. Nallino publie un compte rendu élogieux de l’ouvrage dans Oriente Moderno, vol. VII, n° 1, j (...)
  • 174 S. Taha Hussein, Avec toi. De la France à l’Égypte : « un extraordinaire amour ». Suzanne et Taha (...)
  • 175 Nous n’abordons ici que les échanges savants qui ont pu se développer autour de l’IFAO. Sur l’envi (...)

44Au Caire, l’intégration de savants égyptiens aux travaux de l’Institut français d’archéologie orientale se fait finalement assez rapidement. Comme à Alger – où Mohammed Ben Cheneb est chargé de conférences à la faculté des lettres en 1908 puis nommé à une chaire d’arabe moderne en 1927 –, elle a une dimension politique : elle permet de présenter une France proche des Arabes, qui cherche à promouvoir leurs progrès dans l’ordre des sciences, et leur fait une place dans ses institutions académiques. Les années 1920 témoignent du souci d’entendre la parole originale des Arabes et des musulmans. En 1925, l’année où le Bulletin de l’Institut français d’archéologie publie pour la première fois un article en arabe171, paraît une traduction française de la Risālat at-tawḥīd de Muḥammad ‘Abdūh172. Sa préface, due à la collaboration de Bertrand Michel et de Muṣṭafā ‘Abd ar-Rāziq, affirme vouloir présenter au lecteur français un exposé de la religion musulmane qui ne soit pas l’œuvre d’un Européen étranger à l’islam, mais d’un fidèle173. ‘Abd ar-Rāziq, très lié avec Taha Hussein174, avait poursuivi ses études en France à la veille de la Grande Guerre. La collaboration entre arabisants français et égyptiens a pu profiter de contacts plus anciens : c’est avec des répétiteurs égyptiens que Casanova, Massignon, Wiet ont étudié l’arabe aux Langues orientales175.

Des Égyptiens à Paris : les répétiteurs aux Langues orientales (1877-1902)

45Malgré l’institution de cours d’algérien, et l’importance politique que représente pour la France le Maghreb, on remarque qu’après la mort de Soliman al-Haraïri en 1877, l’École des langues orientales n’a recruté pendant une quinzaine d’années que des répétiteurs égyptiens. C’est sans doute l’indice de la prééminence accordée à l’Orient dans la maîtrise de la langue littéraire classique. C’est aussi un signe que l’on reconnaît la valeur du système scolaire mis en place en Égypte : les répétiteurs sont pris parmi les professeurs des écoles du gouvernement. Mais le fait que le choix se porte exclusivement sur des Égyptiens, sans aucun Syro-libanais, incite à penser que jouent aussi des critères politiques. Tous les répétiteurs sont musulmans, alors que les chrétiens étaient déjà nombreux à avoir profité du développement des écoles par les missions religieuses, en particulier au Liban. On peut donc supposer que des paramètres strictement métropolitains entrent en compte en même temps que des logiques impériales.

  • 176 C’est ce que rappelle et démontre à propos de l’égyptologie la thèse de É. Gady, Le pharaon…, ouvr (...)
  • 177 P. Labrousse émet l’hypothèse d’une réciprocité à propos du recrutement du šayḫ ‘Abd al-Raḥīm Aḥ (...)

461877 est aussi l’année d’un basculement décisif de l’équilibre politique intérieur au profit des républicains, après le coup de force du 16 mai et les élections législatives d’octobre. On comprend que les républicains modérés qui accèdent au pouvoir ne soient pas portés à favoriser outre mesure les chrétiens d’Orient, ce qui risquerait de provoquer les foudres de la gauche radicale. À une autre échelle, l’État français a intérêt à montrer que ses institutions scientifiques ne sont pas fermées aux savants musulmans. Il y a là un enjeu politique implicite, dont on escompte des effets positifs diffus, jusque peut-être dans l’espace maghrébin. Joue enfin l’importance de l’Égypte à la fin des années 1870 : il s’agit de maintenir des liens culturels forts avec un pays dont le poids symbolique compte176 et sur lequel la puissance britannique est en passe d’imposer sa domination exclusive. Le recrutement de répétiteurs égyptiens à l’École des langues orientales fait en quelque sorte pendant à la présence de Français dans l’administration égyptienne, en l’occurrence à la direction des antiquités177.

  • 178 Schefer au MIP, Paris, 5 octobre 1887 (ANF, F 17, 4064).
  • 179 Alors qu’il enseignait avant son départ dans l’une des écoles du gouvernement égyptien, Abū l-Na‘m (...)
  • 180 L’indemnité versée par l’État français est en 1887-1891 de 2 500 francs par an, soit la moitié du (...)
  • 181 H. Gélal, bachelier ès sciences, était à Paris pour y faire des études de droit lorsqu’il a été ch (...)

47Le gouvernement égyptien joue un rôle essentiel dans le choix des répétiteurs, puisqu’il est invité par l’École des langues orientales à désigner celui qui lui semble rassembler les qualités requises en matière « d’instruction et de moralité »178. Il faudrait cependant vérifier s’il le fait en toute indépendance, ou s’il suit des indications, voire subit des pressions extérieures. Il est en effet probable que le consulat général de France au Caire prépare ou suive de près ces désignations. Le gouvernement égyptien s’intéresse en tout cas sans discontinuer à maintenir un train de vie honnête au répétiteur en place : au šayḫ Aboul Naman Imran (Abū l-Na‘mān ‘Imrān)179 qu’il a désigné en 1877, il verse une indemnité qui vient en plus de celle qui lui est due par l’État français180. Pour lui trouver un successeur, l’administrateur de l’École Charles Schefer s’adresse au directeur de la Mission égyptienne à Paris qui lui indique le šayḫ Hassan Gélal (Ḥasan Ǧallāl), qui donne toute satisfaction181.

  • 182 « La dépendance dans laquelle ils se trouvent vis-à-vis du ministère égyptien nous est une garanti (...)
  • 183 Le choix de Schefer est explicite en 1887 : « Je crois que nous devons nous garder d’introduire à (...)
  • 184 L’entreprise de Sanua est soutenue discrètement par le gouvernement français. Le dossier rappelle (...)
  • 185 Fondée en 1860 par C. Rudy, cette école cherche à attirer des élèves aux cours supérieurs hebdomad (...)
  • 186 E. Charles-Roux, Isabelle du désert. Les années algériennes d’Isabelle Eberhardt (1899-1904), Pari (...)
  • 187 Se seront entre-temps succédés comme répétiteurs les šayḫ-s Abderrahim-Ahmed (‘Abd ar-Raḥīm Aḥma (...)

48Pour l’administration de l’École des langues orientales, cette coopération avec les services de l’État égyptien n’offre que des avantages. Elle permet d’assurer un contrôle sur les répétiteurs182. Elle assure aussi à terme à ces derniers, dans la mesure ils ont répondu aux exigences requises, un débouché que l’École, et plus largement l’État français auraient du mal à garantir. Avec l’aval du ministère des Affaires étrangères, l’École donne donc la préférence à ces candidats officiels plutôt qu’à ceux, nombreux, qui ont quitté individuellement leur pays et sur lesquels l’École n’aurait aucun moyen d’action – ils risqueraient au contraire d’être à l’origine de complications diplomatiques183. En 1887, lorsqu’il faut trouver un successeur à Gelal, elle se garde de donner suite à la candidature de James Sanua (Ya‘qūb Ṣannu‘) : il serait impossible de rémunérer publiquement Abou Naddara Zarka (Abū Naẓẓāra az-zarqā’), « l’homme aux lunettes bleues », pour reprendre le nom de plume du directeur-rédacteur du journal éponyme, qui, de son exil parisien, ferraille contre l’administration anglaise et ses collaborateurs en Égypte184. Sanua, pourtant apprécié pour ses conférences – en 1886, comme dix-neuf autres conférenciers présentant le mouvement littéraire des trois dernières années dans leurs nations respectives, il a dressé un tableau de la production arabe contemporaine dans le cadre d’une opération publicitaire de l’Association internationale des professeurs185 –, n’enseignera l’arabe qu’à titre privé – il sera le professeur d’Isabelle Eberhardt186. L’École des langues orientales continue à recruter des égyptiens gouvernementaux jusqu’en 1902, date à laquelle, suite au développement de la médersa de Tlemcen sous l’action de Maurice Gaudefroy-Demombynes puis de William Marçais, et du fait des ambitions françaises sur le Maroc, elle fait le choix d’un Tlemcénien187.

  • 188 La parution d’un guide touristique en arabe, traduit de l’anglais par J. Sanua, est un signe du no (...)
  • 189 Un premier sous-titre Isdā’ al-anām wa naṣīh al-‘ālam (Guidance des mortels et conseiller du monde(...)
  • 190 É.-L. Bertherand avait déjà travaillé avec F. Pharaon pour unVocabulaire français-arabe à l’usage (...)
  • 191 Il est diffusé à Alger par Jourdan, à Oran par Alessi et à Constantine par Arnollet.
  • 192 On sait par exemple que F. Pharaon s’est adressé au consul général de France à Tunis pour l’engage (...)
  • 193 Il est possible que Gabriel Dalla, nom de ce rédacteur principal, soit le pseudonyme de Charles Ét (...)
  • 194 Le Sadâ, no 33, 5 mai 1877. Le no 37 publie le texte de la prière pour le sultan faite chaque diman (...)
  • 195 Le Sadâ reprend des nouvelles parues dans le nouveau journal officiel tunisien, Ar-Rā’id at-tūnisī.
  • 196 Le Sadâ, no 26, réponse à al Djouaïb (al-Ǧawā’ib), n841.
  • 197 Pour Le Sadâ, le progrès s’accomplit toujours lentement et doit être fondé sur développement de l’ (...)
  • 198 Ces commerçants sont tous situés près des grands boulevards : le parfumeur Desnous, cité Bergère, (...)
  • 199 Archives de la préfecture de Police, BA (1er bureau du cabinet), 1220, Pharaon (notes signées Bona (...)
  • 200 F. Pharaon collabore aux premiers volumes de la Grande encyclopédie, Inventaire raisonné des scien (...)

49Au-delà du cas des répétiteurs aux Langues orientales, il est difficile de connaître les relations des arabisants parisiens avec les voyageurs et les premiers touristes, les étudiants et les exilés politiques égyptiens ou ottomans à Paris, de plus en plus nombreux jusqu’à la Première Guerre mondiale188. L’adoption en 1881 d’une législation sur la presse très libérale va favoriser la naissance à Paris de plusieurs journaux en langue arabe. Le phénomène suscite certainement l’attention des arabisants parisiens qui, on l’a vu, sont plus curieux du monde contemporain qu’on n’a pu le dire. Avant même ce développement, un premier journal arabe, le Sadâ (aṣ-Ṣadā, qu’on peut traduire par L’Écho), a été fondé par l’ancien interprète militaire Florian Pharaon en 1876, prenant le relais du défunt Birgys. Il est intéressant par sa double ouverture vers l’Algérie et le Levant, et caractéristique d’une évolution de la presse arabe parisienne qui se tourne vers l’Orient. Publié deux, puis trois fois par mois, avec une partie en français donnée comme traduite de l’arabe (alors que le processus de rédaction est peut-être inverse), il prétend promouvoir le progrès dans le monde arabe et musulman, ainsi que le rappellent ses sous-titres189. Il a des traits communs avec le Mobacher, fondé à Alger en 1847 : la propagande en faveur de « l’hygiène musulmane » prend par exemple la forme d’un feuilleton composé par le médecin d’Alger Émile-Louis Bertherand pour le journal officiel arabe d’Algérie190. Pharaon a conservé en effet des liens avec le milieu des interprètes militaires et des agents de la politique arabe-française à Alger – aṣ-Ṣadā est d’ailleurs bien distribué en Algérie191. Mais il s’adresse plus généralement au public des différents pays du monde arabe méditerranéen, en escomptant l’appui des consuls de France pour développer sa diffusion192. Arabe, aṣ-Ṣadā se présente aussi comme un journal musulman, au moins dans une certaine mesure : bien que Florian Pharaon et le principal rédacteur soient chrétiens193, de nombreux articles s’adressent implicitement à un lectorat musulman. Favorable à l’Empire ottoman, il présente en 1877 la guerre russo-turque comme une guerre entre deux nations et non comme une guerre de chrétienté contre l’islamisme194. Quelques années avant que le mot panislamisme n’apparaisse dans le discours politique sous la plume de Gabriel Charmes, il s’oppose donc à une lecture des conflits du Proche-Orient en termes religieux. Pharaon, issu d’une famille de chrétiens d’Orient, ne voit pas d’incompatibilité entre appartenance communautaire et fidélité impériale : il est en cela le représentant d’un monde ancien. Son interprétation de la guerre russo-turque est cependant aussi tournée vers l’avenir : franc-maçon, il croit à l’existence de valeurs communes aux différentes traditions religieuses, et conçoit un Empire ottoman qui, modernisé, doit garantir la liberté religieuse. Aṣ-Ṣadā s’inscrit dans l’espace de la presse arabe qui est en train de se constituer entre Constantinople, Beyrouth, Le Caire, et Tunis195. Il débat avec Al-Ǧawā’ib de Fāris aš-Šidiāq, prenant par exemple la défense du gouvernement tunisien de Khéreddine pacha (Ḫayr ad-dīn bāšā), avec une ligne politique qui est celle du ministère français des Affaires étrangères196. Aṣ-Ṣadā est un journal gouvernemental – les liens entre Pharaon et l’État sont patents –, avec un programme politique modéré, dans le fil d’une tradition mêlant orléanisme, pour sa pondération, et bonapartisme, pour la place seconde faite à la liberté197. Il n’est pas pour autant la voix de son maître : en 1876, il choisit de rendre visible l’action de la censure en laissant en blanc des passages supprimés. Aṣ-Ṣadā est enfin un journal parisien qui s’adresse aux Orientaux fortunés qui séjournent dans la ville lumière, attirés en particulier par l’exposition universelle de 1878. On y trouve des publicités en arabe pour des parfumeurs et des marchands de savons parfumés, un armurier, un photographe198. En 1880, le gouvernement républicain suspend sa subvention à un journaliste trop lié au milieu bonapartiste. Les revenus que Pharaon tire de sa chronique cynégétique au Figaro sont suffisamment importants pour que cet « homme ayant de nombreuses relations dans tous les partis et assez enclin à servir la politique courante » prenne facilement son parti de la fin d’un journal qui n’est plus rentable199. La disparition du titre n’émeut semble-t-il personne. Pharaon et l’équipe d’aṣ-Ṣadā, liés aux interprètes militaires et aux drogmans d’une génération déjà vieillissante, sont assez éloignés des préoccupations d’une nouvelle génération d’orientalistes tournée vers la science et l’érudition – la bibliothèque de l’École spéciale des langues orientales qui, en règle générale, ne semble pas s’être abonnée régulièrement aux journaux arabes publiés à Paris, ne conserve que quelques numéros de l’édition française d’aṣ-Ṣadā. Et pourtant, il y a sans doute des lieux de sociabilité qui leur sont communs, autour de la Grande encyclopédie lancée par Marcellin Berthelot par exemple200.

  • 201 On peut donner l’exemple de J. C. Mardrus, docteur en médecine, qui est semble-t-il resté à l’écar (...)
  • 202 M. Telhine, L’islam et les musulmans en France. Une histoire de mosquées, Paris, L’Harmattan, 2010 (...)
  • 203 S. Taha Hussein, Avec toi…, ouvr. cité, p. 97-98.
  • 204 On se souvient que le travail de Mardrus a été l’objet de la critique en règle du fidèle disciple (...)

50Il est probable que les journalistes arabes qui profitent de la liberté de la presse instaurée en France par les républicains en 1881 et la nouvelle génération de savants arabisants formés à l’École pratique des hautes études conservent des rapports relativement distanciés, même si sociétés savantes et associations coloniales ont pu constituer des lieux de rencontre. Les relations nouées entre arabisants et Orientaux ont certainement dépendu des trajectoires variées de ces derniers. Il y a ceux pour lesquels Paris n’est qu’un asile provisoire et une base de repli avant un retour en Orient où ils deviennent de potentiels correspondants pour les arabisants. Et ceux qui décident de se fixer à Paris à terme, et qui peuvent devenir des collaborateurs pour des entreprises de longue haleine – bien que le tournant scientifique pris par la philologie d’une part, la formation scolaire moderne des jeunes Orientaux d’autre part, diminuent les occasions de collaboration201. Octave Houdas et Hartwig Derenbourg ont participé, au moins discrètement, au débat suscité par la réapparition d’un projet de construction de mosquée à Paris, dans les beaux quartiers de l’Ouest, en 1894-1895. Le premier fait par exemple partie de la commission exécutive du bureau du Comité de l’œuvre de la mosquée, présidé par Jules Cambon202. En jouant un rôle déterminant dans l’organisation de la conférence en arabe prononcée en février 1896 par Rūḥī al-Ḫālidī, professeur à Jérusalem, dans le cadre de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, le second contribue aussi au débat. Paul Casanova dirige avec Émile Durkheim la thèse de doctorat de Taha Hussein sur la philologie sociale d’Ibn Khaldoun, soutenue en Sorbonne en 1917203. On serait tenté d’imaginer un salon Derenbourg ouvert aux discussions politiques et artistiques et un Paul Casanova recevant, lorsqu’il séjourne à Paris, publicistes et écrivains venus d’Orient, à la frange d’une certaine bohème littéraire, différent en cela des arabisants de l’École d’Alger plus provinciaux et sévères204.

Le relais des congrégations religieuses

  • 205 L. Massignon, lettre datée du 26 février 1938, citée par J. Keryell, Massignon et ses contemporain (...)

C’est en arabe qu’ils ont parlé de moi à Dieu, en priant, et de Dieu à moi, et c’est en arabe que j’ai pensé et vécu ma conversion, en mai-juin 1908.205

  • 206 Il est difficile de reconstituer l’ensemble des drogmans arabisants dont les carrières outrepassen (...)
  • 207 On peut donner les exemples de A. Belin (1817-1877) ou de H. Guys (1787-1878) qui, consul à Beyrou (...)
  • 208 Sur les limites de l’extension du recrutement du ministère des Affaires étrangères aux « couches n (...)

51Alors qu’en Afrique du Nord, l’État intervient directement par son armée et par ses fonctionnaires, son action diplomatique au Proche-Orient prend appui sur des missions religieuses dont l’action favorise la diffusion de la langue et de la culture française. Les dossiers de carrière des drogmans en poste en Orient, bien que souvent peu fournis, permettent de constater que dominent toujours les familles anciennes dont sont depuis l’Ancien régime issus les jeunes de langue – les Beaumier, les Dantan, les Guys, les Wiet…206 Généralement conservateurs en politique, ils entretiennent de bons rapports avec les autorités religieuses catholiques207. La mutation politique de la fin des années 1870 et l’accession au pouvoir des républicains ne marque pas de rupture violente : de façon sans doute encore plus marquée que pour l’ensemble du personnel du ministère des Affaires étrangères, les anciennes familles continuent jusqu’en 1914 et au-delà à occuper les postes consulaires et à fournir des drogmans pour les échelles du Levant208.

  • 209 L’action missionnaire sur les différents espaces du Proche-Orient fait l’objet avant 1840 d’une ré (...)

52L’appui de l’État à l’action des religieux français au Proche-Orient s’inscrit dans cette continuité. Il oblige à dire quelques mots de la production des savants religieux français au Proche-Orient, pour évaluer sa place dans le cadre général des études arabes françaises. On la doit aux jésuites et aux dominicains, dont les traditions érudites sont éprouvées, plus qu’aux lazaristes et aux franciscains209. On présentera l’action des jésuites à Beyrouth dans le domaine de l’orientalisme arabisant, autour de la future université Saint-Joseph, avant de dire rapidement un mot de l’œuvre des dominicains à Jérusalem puis au Caire.

  • 210 C’est ce qu’a montré C. Donzel-Verdeil (La mission jésuite…, ouvr. cité). Plus généralement, C. La (...)
  • 211 Si l’on se fonde sur ce qu’indique H. Jalabert dans Jésuites au Proche-Orient… (ouvr. cité), au mo (...)
  • 212 Cette première presse, acquise à la suite du don d’un pèlerin, a permis d’imprimer en 2 000 exempl (...)
  • 213 L’ouvrage est publié sans nom d’auteur en 1867. Deux rééditions en 1881 et 1888 témoignent de son (...)

53La mission du Mont-Liban, fondée par les jésuites en 1831 et bientôt développée en mission de Syrie, s’est tournée dans un premier temps de façon privilégiée vers les chrétiens, sans donner la priorité à l’étude de l’islam210. L’œuvre missionnaire supposait cependant un apprentissage de la langue arabe, dès les premières générations211. Elle s’est accompagnée de la production d’ouvrages scolaires pour faciliter l’apprentissage de l’arabe aux nouveaux membres de la mission. Après quelques premiers essais dès 1847, les jésuites disposent en 1852 d’une presse d’imprimerie à caractères arabes – soit trois ans avant d’acquérir une presse à caractères latins212. En 1862, l’Imprimerie catholique de Beyrouth publie la grammaire du père Louis Xavier Abougit et le dictionnaire du père Philippe Cuche, complétés cinq ans plus tard par un premier Vocabulaire français-arabe dû au père Heury213. Il n’est inutile de faire une rapide description de ces ouvrages, dont certains ont été très largement diffusés.

  • 214 Les Principes sont divisés en quatre parties. La première est consacrée aux différents types de mo (...)
  • 215 Ce sont les termes qu’il utilise dans sa préface.
  • 216 Beyrouth-Paris, Maisonneuve - Ch. Leclerc, 1889.
  • 217 3e édition en 1893, 4e édition en 1896, 22e éd. en 1971. Raux, professeur d’arabe au lycée de Cons (...)
  • 218 Une comparaison précise des manuels élaborés par les jésuites avec ceux produits à la même époque (...)
  • 219 P. Cuche (né en 1818) et L. X. Abougit (né en 1819) arrivent tous deux en Orient en 1846. J. Heury (...)
  • 220 Voir supra, chap. v, note 261 et suiv. Le père A. Rodet, membre de la mission de Syrie à partir de (...)

54Les Principes de la langue arabe à l’usage des écoles de français en Orient d’Abougit se présentent sous un format commode et en langue française, mais sans aucune innovation dans l’exposition214. Le caractère novateur du dictionnaire que le père Cuche publie en 1862 est plus net. Son Qāmūs ‘arabī firansāwī (Dictionnaire arabe-français) « contenant toutes les racines usitées de la langue arabe, leurs dérivés tant dans l’idiome vulgaire que dans l’idiome littéral, ainsi que le dialecte de Syrie » se distingue de l’ouvrage d’Albert Kazimirski (publié à Paris en 1846-1847 et réédité en 1860) en faisant abstraction d’une foule d’expressions qui ne seraient connues que des poètes, ou anciennes. En s’efforçant de repérer le sens radical pour en déduire les dérivés et en se limitant à la « portion de cette langue qu’embrassent actuellement les intelligences cultivées », il entend éviter que l’arabe ne se dresse devant les apprentis européens « comme une langue étrange, inabordable, comme un mur d’airain », une « vaste étendue »215 où le profane ne pourrait manquer de s’égarer. En 1883, le père Cuche poursuit le même travail de simplification dans son Vocabulaire arabe-français à l’usage des étudiants, Al-Farā’id ad-durra (Les perles resplendissantes). Sa sélection et sa présentation qui entendent faciliter l’œuvre de « régénération de l’Orient » rencontrent un réel succès, surtout sous la forme maniable de son édition révisée par le père Jean-Baptiste Belot216. L’ouvrage a une immense diffusion, même si on ne le retrouve pas parmi les ouvrages indiqués dans les programmes officiels de l’enseignement public à Paris et à Alger217. L’œuvre de Belot semble encore plus considérable. Après une chrestomathie arabe composée en collaboration avec le père Augustin Rodet (Nuḫab al-mulaḥ [La fleur des bons mots], 1875-1877), il donne un Dictionnaire français-arabe (1890) qui sert de pendant à Al-Farā’id et connaît autant de rééditions. Il est probable que son Cours pratique de langue arabe (1896), ignoré officiellement des programmes de l’enseignement public, ait été en réalité d’un usage fréquent dans la formation des arabisants en France et en Afrique du Nord218. Ces savants jésuites constituent une nouvelle génération née en France et établie durablement au Liban219. Ils conservent certainement des liens avec les arabisants français de métropole et d’Algérie. On a évoqué plus haut le père Planchet qui apprend l’arabe en vue d’exercer son ministère à Constantine, avant d’en être détourné par le gouvernement français soupçonnant en lui un évangélisateur intraitable et étroit (il part donc directement pour Beyrouth) et les arabisants de la mission de Beyrouth qui sont passés par les établissements jésuites de Ben Aknoun, Constantine, Laghouat et de Kabylie, avant leur fermeture en application de la loi Ferry en 1880220.

  • 221 Al-Bašīr est dirigé successivement par les pères J. Roze (de 1873 à 1876), P. Cuche (en 1877 et 188 (...)
  • 222 Les pères Roze (à Lyon ?) et Rodet collaborent à cette traduction dont la forme a fait l’objet d’u (...)
  • 223 Le Syrian protestant college prend le nom de Faculté américaine en novembre 1920.
  • 224 Fleischer, qui en rend compte dès 1880 dans la Zeitschrift der Deutschen Morgendländischen Gesells (...)

55Le développement que les jésuites donnent aux études arabes reste jusqu’à la fin du siècle étroitement lié à leur action évangélisatrice. En témoigne le journal hebdomadaire généraliste qu’ils publient en arabe, Al-Bašīr (un titre qu’on peut traduire par Le nouvelliste ou Le messager), qui prend en 1871 la suite d’une première feuille intitulée Le concile du Vatican, et passe au milieu des années 1880 sous la direction de savants arabisants originaires du Liban221. La publication en 1875 d’une nouvelle traduction de la Bible en arabe confirme cette orientation missionnaire222. Si les jésuites français cultivent aussi intensément les études arabes, c’est aussi qu’il y a entre eux et les missionnaires protestants anglo-saxons un climat d’émulation voire de compétition, en particulier après que ces derniers ont fondé en 1866 les bases du Syrian protestant college, future université américaine223. La renaissance de la production littéraire en arabe a eu parmi ses principaux animateurs Boutros al-Boustani (Buṭrus al-Bustānī) qui, drogman au consulat américain, s’est converti au protestantisme : il fonde Al-madrasat al-waṭaniyya (« l’école de la patrie ») où l’enseignement de l’arabe prend une dimension nationale, édite un nouveau dictionnaire de la langue arabe (Muḥīt al-muḥīt, 1869-1870), publie un journal (Al-Ǧinān [Le jardin], entre 1870 et 1885) et, à partir de 1876, une encyclopédie arabe, Dā’irat al-ma‘ārif, qui marque l’inscription nouvelle de l’Orient arabe dans la culture contemporaine internationale224.

  • 225 Sur les contacts noués entre le supérieur de la mission d’une part, Gambetta et Ferry d’autre part (...)

56Face à cette concurrence protestante, l’impulsion nouvelle donnée aux travaux savants à la fin du siècle, après le transfert du collège jésuite ainsi que du séminaire de Ġazīr à Beyrouth en 1875, peut s’interpréter comme une façon de favoriser, par une meilleure connaissance du milieu arabe, l’œuvre missionnaire. On peut cependant supposer qu’elle répond aussi à une logique politique, dans un contexte où les rapports entre l’État français républicain et l’Église catholique se sont tendus. En développant une connaissance à la fois savante et pratique du Levant et de la langue arabe, les jésuites répondent en partie aux vœux du gouvernement français et peuvent tirer avantage de cet atout dans leurs négociations avec les autorités républicaines. Remi Normand, supérieur de la mission de 1876 à 1887, négocie avec Gambetta et Ferry l’ouverture d’une école de médecine à Beyrouth en 1883225. Deux ans plus tôt, en 1881, alors que la bataille scolaire faisait rage en France, le pape Léon XIII avait érigé le collège jésuite Saint-Joseph en université capable de conférer des diplômes en philosophie et théologie.

57En 1887, l’ouverture par les jésuites d’une nouvelle école à Damas est l’objet de l’attention bienveillante du consul de France. Placée sous la direction du père Remi Normand, elle est destinée à « faciliter le recrutement du personnel destiné à l’enseignement, à la prédication ou à la composition d’ouvrages ». Elle est constituée en 1888 de

  • 226 Guiot, consul de France, à Goblet, ministre des Affaires étrangères, Beyrouth, 29 octobre 1888 (AN (...)

[…] huit religieux qui travaillent avec l’aide de maîtres indigènes sous la direction d’un Père déjà ancien dans le pays et connaissant à fond la langue littérale et vulgaire. Pour hâter les progrès des étudiants, la règle de l’école est que l’arabe est autant que possible la langue usuelle : la lecture au réfectoire est faite en arabe, l’arabe est la langue des récréations et des exercices communs. Le directeur de l’école a soin d’entretenir au dehors des relations amicales avec des indigènes cultivés ; ces indigènes viennent à l’heure des récréations s’entretenir avec les religieux qui prennent à ce contact ce que ni le travail de l’étude ni la conversation entre Européens ne saurait donner. […] [C’est] avant tout une école destinée à faciliter la propagande de la mission.226

  • 227 Parmi les huit religieux qui ont pris part à la création de l’école de Damas, on trouve F. Pelissi (...)

58Ce collegium arabicum manifeste l’importance désormais donnée à l’apprentissage de l’arabe. Malgré son éphémère durée d’existence, il a certainement profité aux religieux qui y ont travaillé227.

59Les autorités françaises s’intéressent au développement des études arabes à l’université Saint-Joseph : elles y attachent de l’importance, conscientes de la dimension politique de l’investissement scientifique des jésuites français, et favorisent l’institution d’un pôle d’études à Beyrouth sur le modèle de l’École du Caire. Le souci de développer les échanges entre les institutions parisiennes et les savants jésuites de Beyrouth d’une part, de favoriser la croissance de l’université Saint-Joseph d’autre part, est manifeste à la fin des années 1880. La promotion de la science et de l’enseignement par les républicains s’accommode pour ce qui est des études orientales d’une collaboration avec les congrégations religieuses, jésuites y compris. En 1888, Guiot, consul de France, demande à la mission de bien vouloir offrir à l’État français un exemplaire de chacune de ses publications, pour en doter la bibliothèque de l’École des langues orientales :

  • 228 Guiot, consul de France, à Goblet, ministre des Affaires étrangères, Beyrouth, 29 octobre 1888, AN (...)

Cette imprimerie qui a déjà à son actif un assez grand nombre de publications philologiques remarquables, édite également un journal qui paraît chaque semaine, dont la rédaction est l’objet d’un soin particulier, et qui pourrait être un précieux auxiliaire au maître répétiteur chargé, à l’école de la rue de Lille, des exercices de conversation.228

  • 229 Ibid.
  • 230 Sous-direction du Midi du MAE à Lockroy, ministre de l’Instruction publique, Paris, 15 novembre 18 (...)
  • 231 Ibid.
  • 232 Guiot, consul de France, à Goblet, ministre des Affaires étrangères, Beyrouth, 29 octobre 1888, ib (...)

60Le consul promet par ailleurs de tenir le département au courant « des progrès réalisés par l’École des hautes études sémitiques »229 que le père Bernardet se propose de fonder en Syrie. Le projet, rebaptisé un peu plus tard « École des Hautes études orientales »230, est destiné « à l’étude des langues et des antiquités sémitiques »231, « non seulement l’arabe mais toutes les langues mortes de l’Asie, l’hébreu, le syriaque, le chaldéen, etc. »232. Le consul indique que ses fondements scientifiques sont solides :

  • 233 Ibid.

Des essais ont déjà été testés : trois jeunes religieux intelligents et actifs, ayant une parfaite connaissance de l’arabe, se livrent exclusivement à l’étude des langues sémitiques, de l’ethnographie et de l’archéologie de Terre-Sainte. L’un d’eux a fait en Palestine cinq ou six expéditions en vue de contrôler certaines assertions émises par des auteurs… Un autre est allé dans les environs d’Alep, dressant sa tente au milieu des anciennes villes de la civilisation grecque du iiie et du ive siècle, levant des plans et reconstituant d’anciens monuments en partie conservés. Ce religieux qui a rapporté de son voyage plus de cent clichés photographiques, se propose de compléter cette étude dans le silence du cabinet et de préparer des articles pour une revue française.233

  • 234 Sous-direction du Midi du MAE à Lockroy, ministre de l’Instruction publique, Paris, 15 novembre 18 (...)

61Il rappelle l’importance politique de cet investissement alors que « les Anglais et les Allemands » font des recherches archéologiques dont les résultats sont diffusés à grand bruit. Évoquant le modèle de l’École française du Caire, il parvient à convaincre la sous-direction du Midi des « avantages qu’il y aurait à encourager de pareils efforts » : elle conclut à la nécessité de favoriser « l’échange de communications entre l’institution de Beyrouth et notre École de langues orientales de Paris »234.

  • 235 Elle conserve en 1924 trente mille imprimés et trois mille manuscrits orientaux. En 1914, les amba (...)
  • 236 E. Doutté en loue le « style élégant et clair » (« Bulletin bibliographique de l’Islam maghrébin, (...)
  • 237 Revue de l’histoire des religions, vol. 38, 1898-2, p. 106-108. L’ouvrage en deux volumes (1896 et (...)
  • 238 C’est le cas on l’a vu de G. Delphin pour son Recueil de textes pour l’étude de l’arabe parlé (ouv (...)

62Ce projet d’École des hautes études orientales ne verra réellement le jour qu’une quinzaine d’années plus tard, avec la création en 1902 de la Faculté orientale de Beyrouth. Mais les pères de Beyrouth continuent entre-temps à développer leurs travaux dans le domaine arabe, avec succès, comme le manifestent l’importance de la bibliothèque orientale rassemblée à partir de 1880 sous la direction de Louis Cheikho235 et le rayonnement d’al-Mašriq, la revue bimensuelle qu’ils fondent en 1898. Dirigé par Cheikho jusqu’à sa mort en 1927 et rédigé presque intégralement en arabe, bien diffusé en France et au Maghreb, le titre est très favorablement jugé par les savants français, y compris ceux qui sont passés par la rigoureuse école de René Basset236. À Alger, on est conscient de la place majeure de Beyrouth comme foyer d’études arabes. Les publications de ses arabisants sont l’objet de recensions. En 1899, René Basset considère qu’il faudrait publier le catalogue du fonds arabe de l’université Saint-Joseph dans le compte rendu favorable qu’il fait des Elementa grammaticae arabicae cum chrestomathia, lexico variisque notis publiés par Alfred Durand et Louis Cheikho237. Plusieurs arabisants d’Algérie ont d’ailleurs recours aux presses de l’Imprimerie catholique à Beyrouth pour publier leurs ouvrages238.

  • 239 Sur l’enseignement du droit, voir I. Lendrevie-Tournan, « Les liens juridiques et institutionnels (...)
  • 240 Les Mélanges publient des articles en français. Les rubriques des tables des volumes 1906-1926 les (...)

63La part des études arabes reste cependant relativement modeste dans l’enseignement supérieur qui se développe à Beyrouth entre 1880 et 1914. Les cours des écoles de médecine, de droit et d’ingénieurs que fondent les jésuites en relation avec les facultés et écoles lyonnaises au début des années 1880 (pour la première) et à l’orée de la Première Guerre mondiale (pour les deux autres), ne font pas de place à la langue arabe, étant tous professés en français239. Le Bulletin de la faculté orientale édité en 1904-1905 se maintient entre 1906 et 1922 sous la forme de Mélanges de la faculté orientale avant de se transformer en 1922 en Mélanges de l’université Saint-Joseph, mais sa diffusion reste médiocre (trois cents exemplaires en moyenne en 1924)240. L’enseignement des lettres orientales ne survit d’ailleurs pas à la Grande Guerre. Il ne sera réorganisé qu’en 1933, quatre ans avant la fondation de l’Institut des lettres orientales, avec désormais une logique nouvelle – la langue arabe n’est plus tant un objet d’étude pour la science occidentale qu’une langue véhiculaire pour les étudiants orientaux.

  • 241 Le cours est confié à W. Marçais (A. Guigue, La faculté des lettres de l’université de Paris depui (...)
  • 242 Il avait pourtant été question dès 1852 de transférer la chaire publique d’arabe de Marseille à Ai (...)
  • 243 Une campagne en faveur de l’ouverture de classes d’arabe dans un lycée parisien est menée avant 19 (...)

64Quelles conclusions tirer de cet aperçu de l’évolution des études arabes françaises en métropole et au Proche-Orient entre 1870 et 1920 ? On doit tout d’abord souligner la force d’une tradition savante redéployée en fonction des nouvelles perspectives des sciences humaines, et qui conserve son autonomie par rapport aux demandes politiques suscitées par l’expansion coloniale. Au Collège de France et à l’École pratique des hautes études, les savants arabisants sont plus souvent tournés vers l’édition des textes anciens et l’Orient que vers l’Afrique française – au point qu’en 1910 l’ancien codirecteur de l’Institut français du Caire, Paul Casanova, l’emporte au Collège de France sur le patron des études orientales à Alger. Cette force a pour corollaire un faible enracinement des études arabes à l’université, à Paris – la nouvelle Sorbonne n’accueille un cours complémentaire en « langue et littérature arabes » qu’en 1917241 –, mais aussi dans les facultés de lettres de province qui n’ont pas les capacités de développer un secteur qui demande une spécialisation croissante pour répondre aux normes scientifiques nouvelles. De façon très caractéristique, la France renonce en 1919 à faire de Strasbourg un centre orientaliste français. Elle n’y perpétue pas l’œuvre considérable réalisée par le Reich, faute des moyens qui permettraient de supporter la comparaison avec la richesse de la production scientifique élaborée dans le cadre de l’université impériale entre 1870 et 1918. Il semble alors qu’on ne pourrait maintenir Strasbourg comme pôle orientaliste sans affaiblir les centres parisien et algérois. Cinquante ans après les premières tentatives d’instituer un enseignement de l’arabe dans les facultés de Montpellier et Lyon, le bilan est quasiment nul : l’expérience n’a duré que dix ans à Montpellier, et Lyon perd sa maîtrise de conférences en 1930. À cette date, seule l’université de Bordeaux offre un enseignement universitaire de l’arabe. À Nancy, Lyon, Marseille sont maintenus des cours organisés par les chambres de commerce. Les distances entretenues par Marseille, porte commerçante de l’Orient, avec sa voisine Aix-en-Provence, universitaire et juridique, font que l’université aixoise n’organise un enseignement de l’arabe que fort tardivement, après la Seconde Guerre mondiale242. Cette quasi-absence de la langue arabe dans les universités de province a pour corollaire l’impossibilité factuelle de présenter l’arabe au baccalauréat ailleurs qu’à Alger et l’inexistence de classes d’arabe dans les collèges et lycées en métropole243.

  • 244 Parmi ces militaires, les médecins semblent avoir été parmi les plus ardents à réclamer un enseign (...)
  • 245 J. Chailley-Bert, cité par C.-R. Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, ouvr. cité, p. 153.
  • 246 V. Dimier, « Direct and indirect Rule : propaganda around a scientific controversy », Promoting th (...)
  • 247 C’est ce que fait C.-R. Ageron (France coloniale…, ouvr. cité, p. 223 et suiv.).
  • 248 Il faut donc réviser une historiographie qui, calquant ses sources sans distance critique, date du (...)
  • 249 L. Dartigues, L’orientalisme français en pays d’Annam…, ouvr. cité.
  • 250 La spécificité d’un courant racialiste républicain a été mise en évidence par C. Reynaud-Paligot ((...)
  • 251 En Algérie comme en Indochine, ce milieu n’est minoritaire qu’à l’échelle locale, face aux fonctio (...)
  • 252 Ce milieu à la fois savant et colonial est aussi celui des collaborateurs et sympathisants de l’in (...)

65C’est donc paradoxalement par les instituts coloniaux que l’enseignement de l’arabe se développe dans quelques centres provinciaux. Comme à l’École des langues orientales à Paris, cet enseignement ne rompt pourtant pas avec la tradition savante. La volonté d’appuyer cet enseignement élémentaire sur un ferme fondement scientifique est générale, qu’il soit intégré aux facultés universitaires ou non. L’expansion coloniale a incontestablement un impact dans le développement des études arabes en France après 1870. Elle ne les bouleverse cependant pas : les continuités l’emportent sur les ruptures. Les études arabes doivent à l’expansion coloniale l’augmentation du nombre de leurs élèves, le développement d’un enseignement spécialisé dans les parlers maghrébins aux Langues orientales, la création de cours dans les nouveaux instituts coloniaux. Elles ne sont pas imperméables au développement d’une conception du progrès qui hiérarchise les civilisations et dans laquelle la civilisation arabe n’a pas de place, sinon comme vestige du passé. Mais les héritages anciens restent puissants et tempèrent les effets d’un mouvement colonial moderne assimilateur pour lequel l’apprentissage de l’arabe ne serait qu’un moyen de rendre plus aisé l’adaptation des pays conquis à un avenir intégralement français. L’importance de l’armée reste très grande : comme à Marseille et à Montpellier dans les années 1840, ce sont des militaires qui encouragent l’ouverture de cours à Nancy et à Bordeaux autour de 1900, et qui y garantissent la permanence d’un noyau stable d’élèves244. L’idée de former conjointement des élèves orientaux et des élèves français aux sciences nouvelles, en vue de leur coopération en Orient, reste vivace : l’institut colonial de Nancy accueille un nombre significatif d’étudiants ottomans tandis qu’en 1911 le collège oriental de Lyon résonne comme un lointain écho des expériences égyptienne et algérienne à Paris avant 1848. Les étudiants maghrébins se font de plus en plus nombreux à suivre l’enseignement des Langues orientales à Paris. Plus généralement, le projet d’associer Français et Orientaux reste prépondérant. Le milieu des études arabes, en particulier en métropole, résiste globalement au mouvement qui entraîne les républicains radicaux à défendre des positions coloniales assimilationnistes, refusant toute valeur à une civilisation arabe et islamique identifiée à une force du passé aristocratique, féodale, superstitieuse, sans avenir, et devant par conséquent être combattue au nom du progrès. Alors que les orientalistes arabisants, on l’a vu, étaient majoritairement proches des mouvements libéraux dans les années 1820-1830, on les retrouve partager généralement dans les années 1880 les valeurs républicaines modérées défendues par Jules Ferry. Au-delà de dénominations qui varient en fonction des années, et malgré les nuances politiques qui départagent monarchistes libéraux et républicains opportunistes, le milieu savant orientaliste partage majoritairement un point de vue qui allie la conviction d’une mission civilisatrice française et la reconnaissance de l’altérité d’une civilisation sœur dont les valeurs propres doivent être reconnues. On retrouve donc les arabisants parmi ceux qui défendent la supériorité du modèle du protectorat sur celui de la colonie assimilationniste à l’algérienne. La force de ce courant se manifeste à nouveau dans les premières années du xxe siècle, lorsque pôle libéral et pôle autoritaire s’opposent au sein d’un parti colonial qui, après 1904-1905, « n’est plus ce qu’il était : peu nombreux et uni ; il est nombreux et divisé »245. Non sans élitisme, les anciens élèves des Langues orientales en poste en métropole, en Orient ou en Afrique du Nord et les milieux coloniaux des chambres de commerce qui ont institué des cours d’arabe se rangent du côté des libéraux. Autour des arabisants, français et indigènes, se dessine un ensemble qui considère que le projet colonial français ne peut réussir qu’en associant les populations locales et en faisant une place à leurs langues et à leurs civilisations. Sans adopter les théories racistes contemporaines, ces hommes défendent une politique d’association, proches en cela de la tradition des Affaires étrangères. Car, il faut le rappeler, le modèle de l’association n’est pas neuf. Qu’on en place la genèse en Inde, le concept politique s’étoffant en circulant entre France et Grande-Bretagne, et s’imposant à la fin du xixe siècle en Indochine246 ou qu’on attribue le mot et la chose aux saint-simoniens247, il a mûri sous la monarchie de Juillet. Il est donc très antérieur aux années 1905 à 1910, quand Jules Harmand en revendique abusivement l’expression248. Il acquiert cependant en ces années une visibilité médiatique nouvelle, porté par un mouvement auquel participent les arabisants les plus influents. La politique d’association, théorisée par Léopold de Saussure et Gustave Le Bon249, prend parfois une dimension conservatrice, voire racialiste250, comme on le verra à travers l’exemple algérien. Il n’en reste pas moins que dans le contexte des années 1900 à 1910, le milieu qui la défend, et qu’on ne peut réduire à une minorité au sein de la haute fonction publique et des élites savantes251, est indigénophile252 . Il facilite la promotion de quelques étudiants indigènes, transitoirement professeurs d’arabe dans les instituts coloniaux de province avant d’accéder à des professions libérales qui leur permettront de mener une politique critique face aux réalités de l’action coloniale au Maghreb. On remarque enfin que, dans cette logique d’association et de coopération, les liens avec les étudiants du Proche-Orient conservent leur importance, malgré l’investissement colonial français en Afrique du Nord.

Notes

1 E. de Salle, « La langue arabe », Pérégrinations en Orient ou Voyage pittoresque…, ouvr. cité, p. 39.

2 È. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998, en particulier p. 144-148, 207-211 et 216-217. Sur l’École d’Athènes, voir C. Valenti, L’École française d’Athènes (1846-1981). Histoire d’une grande institution universitaire, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de G. Chastagnaret, université Aix-Marseille 1, 2000. Pour une présentation générale des nouveaux établissements français à l’étranger, éléments de la constitution d’un empire culturel, voir C. Charle, « Enseignement supérieur et expansion internationale (1870-1930). Des instituts pour un nouvel empire ? », Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, J. Heilbron, R. Lenoir et G. Sapiro éd., Paris, Fayard, 2004, p. 323-347.

3 C. Liauzu, « Jalons pour un état des lieux », Lettre d’information de l’Afemam, no 2, décembre 1987, p. 7.

4 A. Mansouri, Contribution des Arabes au progrès des sciences médicales, thèse de médecine, Lyon, 1923, dédicace.

5 On peut citer Paris et Montpellier ou tableau de la médecine de ces deux écoles (1820) et Irner (1821), un roman historique, dans le style de Byron, situé dans le Montpellier du début du xive siècle et dont l’action repose sur l’amour que le médecin chrétien Irner, qui tire son savoir des leçons d’un Arabe, porte à la musulmane Mirza, amour contrarié par la guerre.

6 Depuis le rétablissement de la faculté des lettres en 1838 avec cinq chaires (philosophie, histoire, littérature ancienne, littérature française, littérature étrangère) et la publication d’une Revue du Midi (1843-1845) à laquelle collabore E. de Salle, le milieu montpelliérain fait preuve d’un dynamisme qui se nourrit de la volonté de promouvoir un patrimoine original. Contrairement aux Parisiens G. Paris et P. Meyer, A. Boucherie et C. Chabaneau, les provençalistes en faveur desquels ont été créées deux chaires à Montpellier, et les rédacteurs de la Revue des langues romanes qui y est fondée en 1870, considèrent ainsi l’occitan comme une langue vivante et non comme un ensemble de dialectes du passé ou de patois destinés à disparaître par refoulement. À côté de descriptions linguistiques, d’études philologiques et ethnographiques, la Revue des langues romanes présente des analyses littéraires d’œuvres médiévales et contemporaines, reconnaissant ainsi leur valeur intrinsèque (S. Branca-Rosoff, « De la culture de la vigne à la cueillette des fleurs des champs. Les noms de la langue dans la dialectologie française du xixe siècle », Langue française, no 85, février 1990, p. 49).

7 La liaison ferroviaire entre Montpellier et Sète, port exportateur de vins vers l’Algérie jusqu’à la fin des années 1870, est ouverte dès 1839 (Histoire de Sète, J. Sagnes éd., Toulouse, Privat, 1991).

8 Jusqu’à la fin des années 1880, la chambre de commerce de Montpellier est favorable au libre-échange que défendent deux illustrations du département, M. Chevalier (1806-1879) et son gendre P. Leroy-Beaulieu (1843-1906) (M. Lacave, « Montpellier capitale viticole ? De l’espoir aux échecs : économie, société et devenir urbain », Histoire de Montpellier, Toulouse, G. Cholvy éd., Privat, 1984, p. 286-287).

9 L’ancien interprète militaire C. Zaccar, un grec catholique installé en 1823 à Marseille comme vicaire de l’église Saint-Nicolas, demande en août 1845 à être affecté à ce poste, pour finalement préférer rester au service de l’évêché à Alger. Le poste est attribué en 1847 au jeune converti R.-L. Youssouf, après que le drogman C. Guys a assuré une première année d’enseignement en 1846-1847.

10 E. de Salle au MIP (Salvandy), 23 avril 1845, ANF, F 17, 20.585, Dessales (sic). De Salle invite à attribuer de préférence « les collèges de 1re classe, Toulon, Marseille, Nîmes, Montpellier, Toulouse, aux professeurs instruits dans plusieurs dialectes arabes et possédant à fond ou en teinture l’arabe littéraire », pour répondre aux besoins commerciaux et diplomatiques du Levant et de l’Algérie. « Les professeurs des collèges de second ordre ne seraient tenus de connaître que l’arabe vulgaire maugrébin écrit et parlé. Ils pourraient être comme les nouveaux professeurs de langues vivantes nommés après un concours d’aptitude. Les collèges sont riches et feraient aisément face à cette nouvelle dépense. »

11 C’est la ville où son frère a fait ses études de médecine (préface de L.-M. Devic à son Dictionnaire étymologique des mots français d’origine orientale (arabe, persan, turc, malais), Paris, Imprimerie nationale, 1876).

12 Defrémery au MIP, Paris, 21 mars 1878, ANF, F 17, 22.829, Devic.

13 E. de Salle, « Lettre à M. Cros-Mayrevieille sur les débris de la langue arabe existant dans les patois du midi », extrait des Mémoires de la société des arts et des sciences de Carcassonne, 1849, p. 119-136. De Salle y critique M. Azaïs, président de l’académie de Béziers, qui voit dans l’hébreu la langue primitive universelle et en repère les traces dans les patois. Il lui oppose ses propres études sur les « débris sarrazins », sans autre prétention que d’identifier l’origine arabe de quelques mots rares de la langue d’oc.

14 Le recteur d’Alger, Boissière, est à l’origine de ce projet qu’il proposait de réaliser à Marseille, avec un instituteur arabisant et berbérisant envoyé d’Algérie. Le ministère, sans doute par souci d’économie, propose de le greffer sur le cours d’arabe de Montpellier, en y envoyant un répétiteur indigène (MIP au recteur Boissière, 28 janvier 1884, cité par O. Ould-Braham, Émile Masqueray et les études linguistiques berbères, thèse de sciences du langage sous la direction de P. Encrevé, EHESS, 2003, p. 492).

15 G. Bergounioux, « “Aryen”, “indo-européen”, “sémite” », art. cité, p. 116. E. Lefébure, maître de conférences à la faculté des lettres de Lyon depuis 1878, supplée lui-même G. Maspero au Collège de France en 1884-1885, avant d’être nommé maître de conférences à l’École supérieure des lettres d’Alger en 1887 (G. Maspero, L’égyptologie : la science française, Paris, Larousse, 1915, p. 7).

16 G. Colin a été deux ans administrateur de commune mixte en Algérie. Breveté des Langues orientales (arabe vulgaire, arabe littéral, turc et persan), ancien élève de H. Derenbourg à l’EPHE, il est aussi licencié en droit et ès lettres : c’est un solide helléniste qui a publié en 1890 dans la Revue de philologie une étude sur la XIe idylle de Théocrite.

17 ANF, F 17, 27.738, Gabriel Colin. M. Dieulafoy (1844-1920) s’est fait connaître par son voyage en Perse en compagnie de son épouse Jane, à la recherche des origines de l’architecture occidentale, et par les fouilles qu’ils ont menées ensemble à Suse, dont elle a publié la relation (È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy, une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991).

18 La fondation d’un institut colonial à Montpellier dans les années 1930 ne s’accompagne pas de la création d’un cours d’arabe. L’enseignement de l’arabe ne réapparaît à la faculté des lettres qu’au début des années 1980.

19 Le monopole de l’École coloniale sur la formation des administrateurs coloniaux est confirmé juridiquement en 1912, malgré les critiques des libéraux, qui tirent argument de la faiblesse de son enseignement des langues vernaculaires – les Réunionnais Ary et Marius Leblond, anciens collaborateurs de la Revue blanche, le contestent par exemple dans la Revue des deux mondes (B. Grand, Le 2 avenue de l’observatoire, de l’école cambodgienne à l’Institut international d’administration publique. Un bâtiment mauresque entre le Luxembourg et l’Observatoire, Paris, La Documentation française, 1996).

20 Ministre du commerce au MIP, 9 août 1865, ANF, F 17, 4054-4057.

21 Voir supra chap. vii, note 31.

22 L’Union coloniale organise à partir de 1896-1897 un cours colonial libre à la Sorbonne et de nombreuses conférences (C.-R. Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, ouvr. cité, p. 158).

23 M. Zimmermann, agrégé et chargé de cours à l’université, enseigne par exemple l’histoire et la géographie de la colonisation à l’École coloniale, tandis que M. Courant, professeur de chinois recruté dès 1899 par la chambre de commerce, est nommé dans la foulée maître de conférences à la faculté des lettres (J.-F. Klein, « Pour une pédagogie impériale ? L’École et le Musée colonial de la chambre de commerce de Lyon [1890-1947] », Outre-Mers. Revue d’histoire, no 356-357, 2007-2, p. 39-41 et 44).

24 L. Morando, « L’enseignement colonial en province (1899-1940) : “impérialisme municipal” ou réussites locales ? », Outre-Mers. Revue d’histoire, no 342-343, 2004-1, p. 273-294.

25 Cette École cambodgienne a elle-même pour origine une mission dirigée par Auguste Pavie pour former à Paris des cadres cambodgiens, sur le modèle de la mission égyptienne et de l’ébauche de mission algérienne.

26 W. B. Cohen, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l’École coloniale, Paris, Berger-Levrault, 1973, p. 76 ; P. Gentil, École nationale de la France d’Outre-Mer. Cadres administratifs supérieurs héros de toutes les guerres, Paris, Publication de l’Académie des sciences d’outre-mer, 1986, p. 4.

27 É. Boutmy, directeur de l’École libre des sciences politiques, est un des principaux animateurs de la fronde qui s’élève contre l’institution de l’École coloniale. Il défend l’existence de la section diplomatique et coloniale qu’il a ouverte en 1881, en vain : la section ne résiste pas à la concurrence de la nouvelle École coloniale et ferme ses portes en 1892, l’année même où J. Cambon ouvre la carrière des administrateurs de communes mixtes aux diplômés de Sciences politiques (B. Grand, Le 2 avenue de l’Observatoire…, ouvr. cité). L’École des sciences politiques continue cependant à s’intéresser aux questions arabes et islamiques : O. Houdas y enseignera de 1908 à 1916 (ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/7, Houdas).

28 Soit l’actuelle République centrafricaine. Sur l’articulation au début du xxe siècle des études arabes et africaines, voir J.-L. Triaud, « L’islam au sud du Sahara. Une saison orientaliste en Afrique occidentale. Constitution d’un champ scientifique, héritages et transmissions », Cahiers d’études africaines, t. L, nos 98-99-100, 2010, p. 907-950.

29 M. Gaudefroy-Demombynes n’est pas le seul professeur à se partager entre l’École coloniale et les Langues orientales et à témoigner des bonnes relations qu’entretiennent les deux institutions. C’est aussi le cas de l’ethnographe M. Delafosse, gendre de O. Houdas, dont la position au croisement des milieux universitaires et coloniaux a fait l’objet d’une étude précise (Maurice Delafosse : entre orientalisme et ethnographie, l’itinéraire d’un africaniste, 1870-1926, J.-L. Amselle et E. Sibeud éd., Paris-Abidjan, Maisonneuve et Larose - CEDA, 1998).

30 L’enseignement de l’arabe devenu facultatif, la proportion des élève l’étudiant a sans doute fortement diminué, le mouvement se confirmant après 1918, quand la réaffirmation de la valeur des humanités classiques et la vigueur nouvelle du courant assimilationniste instillèrent un climat peu favorable à l’apprentissage des langues orientales par les futurs administrateurs.

31 V. Mittre, Droit commercial des chemins de fer, étude théorique et pratique de la législation et des tarifs qui régissent les rapports entre les chemins de fer et leur clientèle (voyageurs, expéditeurs et destinataires), Paris, Berger-Levrault, 1912, p. 418. En 1910, l’École fait appel à M. Gaudefroy-Demombynes, qui vient de succéder à H. Derenbourg à la chaire d’arabe littéral des Langues orientales, pour inspecter le cours.

32 Chambre de commerce de Paris, note sur l’arabe aux HEC (Archives de la ville de Paris, 2ETP 2/5/10 3).

33 Ibid.

34 Ces cours ont lieu les mardi et vendredi à 8 heures du soir, les uns au lycée Buffon, les autres à l’école communale de la rue des Archives (Bulletin de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, octobre 1893, no 5, p. 4).

35 H.  Peseux-Richard (né en 1865) enseigne aussi l’espagnol à l’École des hautes études commerciales et à l’École coloniale. Il suit parallèlement des enseignements à l’EPHE. Il contribuera à la Revue hispanique.

36 Il est peut-être apparenté aux militants actifs de la cause sioniste É. Rokéach (1854-1914) et A. A. J. Rokéach (né à Safed en 1878). Ce dernier, ancien élève du lycée de Galatasaraï, a étudié en 1896 la chimie à Zurich et soutenu en 1898 une thèse de médecine à Paris.

37 Bulletin de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, no 7-8, juillet-août 1903. Avocat et blanquiste, Eugène Protot avait été élu en mars 1871 au conseil de la Commune de Paris et vécut en exil à Genève jusqu'en 1880.

38 ANF, F 17, 4063 (PV de l’assemblée des professeurs du 7 juillet 1909).

39 Issu d’une famille de notables de Jérusalem, R. el Kaalidy (1861-1913) sera nommé en 1898 consul ottoman à Bordeaux où il restera jusqu’en 1908. Il est ensuite député au parlement ottoman de 1911 à 1913.

40 C’est ce que rappelle le bulletin de l’association qui publie le court texte arabe de la conférence et sa traduction précédée par un résumé en français (Bulletin de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, mai 1896, no 5).

41 H. Nahoum deviendra grand rabbin au service de l’Empire ottoman et servira de conseiller à Ismet Pasha à la conférence de Lausanne. Il sera appelé aux fonctions de grand rabbin d’Égypte et du Soudan en 1925, puis nommé en 1933 membre de l’Académie arabe du Caire.

42 Bulletin de la Société pour la propagation des langues étrangères en France, mai 1898.

43 É. Antébi (1875-1941) est le fils de Joseph (v. 1847-1918), professeur d’hébreu à l’école de l’AIU de Damas. Après avoir été formé au séminaire rabbinique de Paris, il part fin 1906 pour Alexandrie où il prend la direction des écoles fondées par la famille de Ménascé. En mai 1919, il obtiendra du MIP que l’hébreu puisse être considéré comme une langue vivante complémentaire pour les examens du baccalauréat. Sur son frère Albert, voir É. Antébi, Albert Antébi (1873-1919) ou la religion de la France, diplôme de l’EPHE sous la direction de G. Nahon, 1996.

44 J. Cohen (né à Tunis en 1876) exercera comme rabbin à Sétif, Bayonne (en 1913) puis Bordeaux (de 1920 à 1975).

45 Sur la genèse de l’École coloniale, voir J. Laffey, « Education for empire in Lyon during the Third Republic », History of Education Quarterly, vol. 15, n° 2, 1975, p. 169-184 et surtout J.-F. Klein, « La création de l’École coloniale de Lyon. Au cœur des polémiques du Parti colonial », Outre-Mers. Revue d’Histoire, no 352-353, 2006-2, p. 147-170. Pour une présentation plus détaillée de l’enseignement de l’arabe, voir A. Messaoudi, « Entre colonisation libérale, coopération et contrôle colonial : les débuts de l’enseignement de l’arabe à Lyon (1901-1947) », L’Orient des Lyonnais, E. Perrin dir., Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010, p. 173-195.

46 M. Courant, agent des Affaires étrangères, est l’auteur d’une monumentale Bibliographie coréenne en trois volumes (1894-1896). Après avoir soutenu son doctorat, il obtient en 1913 la fondation d’une chaire de chinois à la faculté des lettres de Lyon. Il se chargera ensuite de l’Institut franco-chinois de Lyon (1921-1946), qui jouera un rôle important en accueillant des étudiants chinois (D. Bouchez, « Un défricheur méconnu des études extrêmes orientales, M. Courant, 1865-1935 », JA, vol. 271, 1983, p. 43-150).

47 C. Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908. Compte rendu des travaux, Paris, Comité d’organisation du congrès (Comité de Madagascar), 1909, 2 vol., 802 et 903 p. C. Khairallah, qui a participé au congrès, lui réserve une place importante dans Le mouvement évolutionniste tunisien (notes et documents), 3 vol. (t. I et II aux éditions de l’Imprimerie de Tunis, 1934 ; t. III chez Marc Garrot, 1938), réédité sous le titre Le mouvement jeune tunisien. Essai d’histoire et de synthèse des mouvements nationalistes tunisiens, t. I, Tunis, Bonici, s. d. (avant 1967), 210 p. Les débats du congrès ont été analysés par C.-A. Julien (« Colons français et jeunes Tunisiens, 1882-1912 », Revue française d’histoire d’Outre-Mer, vol. 54, 1967, p. 87-150).

48 B. Fekar y publie plusieurs articles en 1908-1909, sur des questions sociales (« Études algériennes. Une vieille ville musulmane : Tlemcen. La société », vol. 8, 1909, p. 433-445) et politiques (« La représentation des musulmans algériens », vol. 7, 1909, p. 1-22).

49 B. Fekar, Leçons d’arabe dialectal marocain, algérien, Lyon, A. Rey, 1913, XII-499 p.

50 Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité.

51 El Misbah. Journal de l’Afrique mineure, politique, littéraire, agricole, économique et social est un hebdomadaire bilingue d’inspiration jeune-algérienne qui appelle à une meilleure représentation politique des musulmans. La formule qui figure sur la page de titre, « Pour la France par les Arabes ! Pour les Arabes par la France ! », affirme la nécessité de généraliser la connaissance de la langue arabe. Son titre arabe, Al-Miṣbaḥ, signifie « le flambeau ».

52 Quelles que soient les sensibilités politiques de l’administrateur de l’École des langues orientales et de ses professeurs d’arabe, proches de l’Union coloniale, ils n’ont pas les coudées aussi franches que les dirigeants de la chambre de commerce de Lyon. Tout faux pas serait en effet rapidement l’objet en Algérie ou en Tunisie d’une attaque frontale de la part d’une partie de la presse hostile à toute mesure libérale. Le recrutement d’un répétiteur susceptible d’exprimer des opinions politiques pouvant heurter cette opinion coloniale intraitable y est donc exclu.

53 Le banquier É. Aynard et l’industriel du textile A. Isaac font tous deux une carrière politique dans les rangs des républicains modérés. Le parcours d’Aynard, très proche de C. Jonnart qui a épousé sa fille et pris comme étroit collaborateur son fils, a été étudié par S. Geneste (Édouard Aynard. Banquier, député, mécène et hommes d’œuvres, 1837-1905, thèse d’histoire contemporaine sous la direction de R. Ladous, université Lyon III, 1998). On ne sait en revanche rien sur É. Bertrand, le dédicataire d’un exemplaire de la thèse de Fekar sur L’usure, en souvenir de leurs « nombreuses conversations sur l’art et les sciences de l’islam » (El-Hadi Chalabi, « Un juriste en quête de modernité, Benali Fekar », Parcours d’intellectuels maghrébins : scolarité, formation, socialisation et positionnements, A. Kadri éd., Paris - Saint-Denis, Éditions Karthala - Institut Maghreb-Europe, 1999, p. 168).

54 É. Lambert (1866-1947) est professeur d’histoire du droit à la faculté de Lyon depuis 1900 (Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Paris, G. Ruffy, 1924) et a dirigé l’École khédiviale de droit du Caire. Son œuvre a été analysée par I. Tournan-Lendrevie (Les transferts juridiques et juridictionnels en Égypte, l’héritage des années 1875-1949, thèse de droit sous la direction de É. Le Roy, université Paris I, 2008).

55 Muṣṭafā ‘Abd ar-Rāziq (1886-1947), frère de ‘Alī, l’auteur en 1925 de L’Islam et les fondements du pouvoir qui fera scandale en mettant en cause le caractère nécessaire du califat, a étudié en France entre 1909 et 1915, surtout à Lyon. Il a aussi suivi l’enseignement de Massignon au Caire en 1912-1913 (C. Destremau et J. Moncelon, Massignon, Paris, Plon, 1994, p. 103). Il sera recteur d’al-Azhar de décembre 1945 à sa mort (notice nécrologique de L. Massignon, Cahiers de l’Institut d’études de l’Orient contemporain, 1947, no 9-10).

56 ‘Abd ar-Razzāq Aḥmad al-Sanhūrī (1895-1971), futur ministre de l’Instruction publique et membre du Conseil d’État en Égypte, soutiendra en 1926, sous la direction de É. Lambert, sa thèse de doctorat sur Le califat, son évolution vers une Société des Nations orientale.

57 Soixante-quinze ans de travaux littéraires et scientifiques. Bibliographie de l’université Saint-Joseph de Beyrouth par les bibliothécaires de la bibliothèque orientale, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1951.

58  A. Offret, « L’Extension universitaire de Lyon en Orient pendant les années 1911 et 1912 », Bulletin de la société des amis de l’université de Lyon, vol. 26, fasc. 1, janv.-fév. 1913, p. 46-47.

59 C. Destremau et J. Moncelon, Massignon, ouvr. cité, p. 91.

60 En 1911-1912, G. Wiet donne trois heures de cours par semaine à cinq élèves (ANF, F 17, 27.056, G. Wiet). « Les débuts de M. Wiet ont coïncidé avec la déclaration de guerre italo-turque ; on ne pouvait plus mal commencer ! Aussi n’a-t-il comme auditeurs que les Égyptiens et point de Turcs. » (Notation du recteur, mai 1912, Archives départementales du Rhône, 1 T 108, G. Wiet)

61 On s’attendait à ce que le diplôme du Collège oriental de Lyon soit reconnu par les autorités de Constantinople de la même façon que l’avait été le diplôme de la faculté de médecine de Beyrouth, issue de l’école fondée en 1881 par les jésuites, avec l’appui de la faculté de médecine de Lyon (J. Guiart, « La faculté française de médecine de Beyrouth », Paris médical. La semaine du clinicien, août 1911).

62 Suite à la guerre de Tripolitaine, l’Égypte remplace en effet les professeurs italiens, dont l’arabisant Nallino, et fait appel à des Français, dont G. Wiet et L. Massignon (D. M. Reid, Cairo University and the Making of Modern Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 40).

63 É. Mouilleau, « La création de la Khaldounia… », art. cité, p. 49-60 et C.-R. Ageron, « Une politique algérienne libérale sous la Troisième République (1912-1919), Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1959, p. 121-151.

64 « Le rôle de la France en Égypte », Bulletin de la Société des amis de l’université de Lyon, 1913, fasc. 5, 16 p.

65 Les appointements de Fekar sont fixés en 1901 à 3 000 francs (comptes rendus et travaux de la chambre de commerce de Lyon, lettre du 14 septembre 1901) alors que A. Zenagui, répétiteur aux Langues orientales entre 1902 et 1904, ne touche qu’une indemnité de 2 500 francs. L’indemnité d’el-Koubi sera finalement portée à 3 000 francs, pour récompenser son « zèle » et ses « aptitudes pédagogiques » (Boyer, administrateur de l’École, au ministre de l’Instruction, ANF, F 17, 4066).

66 ANOM, GGA, 14 H 44, Ibnou Zekri.

67 Dont celles de P. Saurin, président des Délégations financières, de G. Thomson, député de Constantine et de P. Cuttoli, sénateur de Philippeville (ANOM, GGA, 14 H 45, Laïmeche).

68 A. Bel au recteur, Tlemcen, 2 septembre 1924, ibid.

69 Selon un rapport de police de février 1926, confirmé par une note issue d’un entretien du sous-préfet de Tlemcen avec A. Bel, Laïmeche « professerait à l’égard de notre domination des idées subversives. [Il est] allié par son mariage à la famille Bensmaïa d’Alger, notoirement connue par ses sentiments francophobes » (sous-préfet de Tlemcen au préfet d’Oran, Tlemcen, 12 février 1926, ibid.).

70 B. Ben Daoud (bin ‘Awda b. Dāwūd) est le cousin du colonel M. Ben Daoud (1838-1912), élève du collège d’Alger et de Saint-Cyr, naturalisé en 1858 (E. Doutté, Rapport à Monsieur le Gouverneur général de l’Algérie. Des moyens de développer l’influence française au Maroc. 1re partie : analyse des moyens généraux d’influence, ouvr. cité, chap. xvi ; J. Franklin, « Le colonel Mohamed Ben Daoud », Mémoire vive, no 2, 2e trimestre 2004, p. 19-20). Il faut peut-être le rapprocher de Mohamed Ben Daoud, collaborateur de L. Brunot à l’IHEM de Rabat en 1925-1926.

71 Le Coran (Lecture par excellence), Paris-Oran, Geuthner - Heintz frères, s. d. (1931). Je m’appuie sur la recension qu’en a faite en 1933 M. Canard pour la Revue africaine. Cette traduction a été rééditée à Paris par France-Islam, 1984.

72 A. Mansouri, qui enseigne l’arabe à l’école de commerce de Lyon entre 1920 et 1924, soutient une thèse dont l’intitulé laisse supposer un certain nationalisme (Contribution des Arabes au progrès des sciences médicales, ouvr. cité).

73 La quinzaine coloniale, revue de l’Union coloniale, rend compte régulièrement du développement de ces instituts, le plus souvent par de courtes notes anonymes, et parfois avec des articles signés (E. Gain, « Les universités et l’école coloniale », 10 décembre 1902).

74 Si l’on en croit l’annonce de la reprise des cours pour la 23e année en 1923 (copie d’une lettre du MAE à Urbain Blanc, délégué à la RG de France à Rabat, 24 décembre 1923, ADiploNantes, Maroc, 330B, enseignement des indigènes, 1921-1924).

75 E. Gain cite le cas du général Pistor qui, après avoir été auditeur du cours d’arabe, a été choisi pour servir en Tunisie (E. Gain au GGA, Nancy, 27 juin 1908, ANOM, GGA, 20 H 5).

76 Pour l’histoire générale de cet institut, voir L. Morando, « L’institut agricole et colonial de l’université de Nancy : 1902-1940. Spécificités, réussites et limites », Annales de l’Est, 2004-2, p. 173-185.

77 L’institut a des étudiants originaires de Turquie, de Perse, d’Irak, de Syrie, de Palestine, d’Égypte et de Tunisie (Bulletin de l’institut colonial de Nancy, 2e série, fasc. XX, 1914-1915, cité par L. Morando, « L’institut agricole… », art. cité, p. 183).

78 I. Bloch (né à Soultz en Haute-Alsace en 1848), a été élève au lycée de Strasbourg et au Séminaire israélite de Paris avant d’entrer au service de l’AIU en 1873. Nommé au grand rabbinat de Nancy en 1890, il meurt à Paris en 1925 (T. Haneman, The Jewish Encyclopedia, New York, Funk and Wagnalls, 1901-1906, t. III, p. 253 ; L’Alsace, t. II du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, B. Vogler éd., Paris, Beauchesne, 1987, notice de R. Weyl et F. Raphael).

79 On répond à E. Gain qui, avec la recommandation de E. Étienne, demandait une subvention annuelle de 1 000 francs, qu’il n’y a pas de crédit disponible (ANOM, GGA, 20 H 5). L’institut obtiendra dans l’entre-deux-guerres des subventions de la part de la Tunisie et du Maroc (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, série W, 117).

80 En 1912-1913, sur vingt-sept auditeurs inscrits, les officiers sont sept, dont deux médecins majors, les étrangers à nouveau quatre (dont deux élèves de l’institut agronome, un Ottoman et un Russe) (Bulletin de l’institut colonial de Nancy, 1re série, fasc. XVII et XVIII, 1912, p. 616).

81 Bulletin de l’institut colonial de Nancy, 2e série, fasc. XXXXVIII et XXXIX, 1930, p. 498.

82 L. Morando, « L’enseignement colonial… », art. cité. Sur l’institut colonial de Bordeaux, on peut aussi voir C. Lozère, Bordeaux colonial 1850-1940, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, 2007, p. 121 et suiv.

83 A. Cherif est né en 1878 à Moknine. P. Bourde (1851-1914), journaliste au Temps, s’est fait connaître par ses reportages sur l’Algérie en 1880, la Tunisie et le Tonkin en 1885. En 1890, il a été nommé directeur des renseignements et du contrôle de l’agriculture, puis directeur des contrôles civils en Tunisie avant de devenir secrétaire de la résidence générale à Madagascar de 1895 à 1897. Malgré des attaches surtout lyonnaises et parisiennes, il est possible qu’il ait servi d’intermédiaire entre Tunis et Bordeaux (Hommes et destins…, ouvr. cité, t. I, 1975, notice de P. Voizard).

84 AGT, E, 550, 30/15, gens suspects, 39, cité par T. Ayadi, Mouvement réformiste et mouvements populaires à Tunis (1906-1912), Tunis, Publications de l’université de Tunis, Faculté des lettres, 1986.

85 L’amirale de Kérillis est la mère du nationaliste Henri de Kérillis qui, directeur de l’Époque et député, se distinguera en 1938 en refusant de voter en faveur des accords de Munich puis, résistant, s’opposera à de Gaulle et s’exilera aux États-Unis. Assistée par un de ses parents, le vicomte d’Estienne d’Orves, elle pourvoit aux dépenses de Feghali (P. Hobeika, Varia. Discours, allocutions, articles littéraires, politiques, historiques, linguistiques, ethnologiques [1908-1938] de Mgr Michel Féghali, Jounieh, Imprimerie des missionnaires libanais, 1938).

86 Maxwell, président du conseil d’administration de l’institut colonial, au GGA, Bordeaux, 2 octobre 1918, ANOM, GGA, 20 H 5.

87 En juin 1913, le général commandant en chef la région militaire lui dit ses sentiments de reconnaissance pour ce cours hebdomadaire (P. Hobeika, Varia…, ouvr. cité, p. 5). Il poursuit cet enseignement pendant plusieurs années (curriculum vitae de M. Feghali, à l’appui de sa demande de dispense de la condition d’application de l’art. 1er de la loi du 3 avril 1941, ANF, F 17, 26.351, M. Feghali).

88 P. Hobeika, Varia…, ouvr. cité.

89 Les musulmans d’Afrique du Nord incorporés, encore très peu nombreux à servir en Europe en 1914, le sont de plus en plus à partir de 1915, et surtout après novembre 1917, suivant la volonté de Clemenceau (J. Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre : combats et épreuves des peuples d’outre-mer, Saint-Cloud, 14-18 Éditions, 2006, p. 63).

90 À Limoges, ce qui correspond aux départements de la Haute-Vienne, de la Creuse, de la Corrèze, de la Charente et de la Dordogne. En 1919, Soualah publie dans la Revue africaine le texte et la traduction d’un chant de guerre de Mostapha Ould Kaddour Tabti. C’est au cours d’une visite aux militaires musulmans à l’hôpital de Bordeaux, en août 1915, que ce poème aurait retenu son attention.

91 La 18e région comprend la Gironde, les Landes, les Basses-Pyrénées, les Hautes-Pyrénées et la Charente-inférieure. W. Marçais est ensuite affecté au bureau des Affaires indigènes de la place de Paris puis à l’état-major de l’armée.

92 Liste des élèves de la promotion 1913-1915 (Bulletin de l’enseignement public au Maroc, no 5, avril-juin 1916, p. 21). T. Essafi est apparenté au jeune Tunisien A. Essafi, avocat au barreau de Tunis et secrétaire général du parti libéral constitutionnel en 1921.

93 Bulletin de l’enseignement public au Maroc, no 7, janvier-juin 1917.

94 T. Essafi se fera connaître pour une œuvre à la fois sociologique et littéraire. Dans le premier registre, il publie à Marrakech Au secours du fellah (Imprimerie du Sud marocain, 1934, avec une préface de l’interprète Neigel), où il appelle à la création d’une école d’agriculture et d’un ministère de l’Économie du Maroc, et La Marocaine. Mœurs, condition sociale, évolution (1935, avec une préface féministe de G. Pierre Hubac, l’épouse de l’homme de lettres à qui l’on doit l’initiative des éditions de la Kahéna à Tunis). Sa production littéraire est le fruit de collaborations : avec Guy Derwil, pseudonyme de Guy Bourée, pour Les toits d’émeraude, contes du vrai Maroc (préface de C. Farrère, Paris, Flammarion, 1924), puis avec J. Renaud, futur dirigeant du mouvement fasciste Solidarité française, pour La sorcière d’émeraude, récits du Maroc magique (Paris, Malfère, 1931), qui obtient le grand prix de littérature coloniale.

95 En 1924, Feghali reçoit une rémunération totale de 12 000 francs ainsi répartie : 4 000 francs du Maroc, 2 000 francs de l’Institut colonial, 1 000 francs du département de la Gironde, 1 000 francs de la ville de Bordeaux, 2 500 francs de l’université et 1 500 francs de l’État. La chambre de commerce de Bordeaux et la Syrie, pressenties, ne participent finalement pas au financement de la maîtrise de conférences (ANF, F 17, 26.351, Michel Feghali).

96 C. Lozère, Bordeaux colonial…, ouvr. cité, p. 178.

97 ANF, F 17, 26.351, Michel Feghali.

98 Ils sont plus de quatre-vingts en 1939-1940 (curriculum vitae de M. Feghali, à l’appui de sa demande de dispense de la condition d’application de l’article 1er de la loi du 3 avril 1941, ibid.).

99 E. Renan, lettre du 6 décembre 1881, conservée aux ANF, F 17, 2930A, citée par C. Décobert, « La lettre de Renan sur l’École du Caire », D’un Orient l’autre…, ouvr. cité, p. 10.

100 Sur l’histoire de la Société égyptienne, on peut consulter Auriant (pseudonyme de A. Hadjivassiliou), « Les origines de l’Institut égyptien, la Société égyptienne (1836-1859) », Journal des savants, 1926, p. 217-227.

101 Sur l’Institut égyptien, voir le Livre d’or de l’Institut égyptien, publié à l’occasion du centenaire de la fondation de l’Institut d’Égypte, 6 mai 1859-5 mai 1899, Le Mans, Imprimerie de l’Institut de bibliographie, 1899, que complètent un second Livre d’or… paru en 1911, qui commémore le cinquantenaire de sa propre fondation (1859-1909) et, pour la période 1909-1918, un troisième Livre d’or, publié en 1920, peu après qu’il a repris le nom d’Institut d’Égypte. On verra aussi D. M. Reid, Whose Pharaohs ? Archeology, Museums, and Egyptian National Identity from Napoleon to World War I, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 120-123.

102 Le projet d’y fonder un Institut scientifique français, formulé en 1839 par C. Lambert, directeur de l’école polytechnique du Caire, a fait long feu suite à la crise internationale de 1840-1841 (Auriant, « Les origines… », art. cité).

103 F. Fresnel reste à Bagdad après avoir dirigé l’expédition scientifique et artistique de Médie et de Mésopotamie en 1852, dans l’espoir d’y voir créer cette école. Il y meurt dans la misère en 1855 (È. Gran-Aymerich, « Diplomatie et archéologie : Charles Clermont-Ganneau, 1846-1923 au Proche-Orient », Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900. Entre politique, économie et science, V. Krings et I. Tassignon éd., Bruxelles, Institut historique belge de Rome, 2004, p. 209).

104 La mission fondée par le décret du 28 décembre 1880 est connue sous le nom d’École française du Caire avant d’être qualifiée de Mission archéologique du Caire en 1886 puis transformée en Institut français d’archéologie orientale en 1898.

105 Elle est contemporaine de la création au musée du Louvre d’un département des antiquités orientales dirigé par L. Heuzey et de la mise en service en Algérie d’un service des monuments historiques en 1881, deux ans après qu’on y a créé les quatre écoles supérieures, embryon d’université.

106 La création est aussi liée à la mort de Mariette en 1881 : sa disparition, attendue, laisse vacante la direction des antiquités de l’État égyptien. Or la France veille à ce qu’elle soit à nouveau attribuée à un de ses ressortissants – la mission permanente devant confirmer l’engagement français dans ce domaine. De fait, la direction des antiquités reste occupée par des savants français jusqu’à la révolution des Officiers libres en juillet 1952. Sur les formes et les effets de la concurrence franco-britannique en Égypte, voir D. Avon, « Égypte et rivalité franco-anglaise (1879-1904). Une histoire de lectures impérialistes »,

Histoire et défense. Les Cahiers de Montpellier

, no 39, 1999-1, p. 101-113.

107 G. Maspero regagne Paris en 1886. Il est de nouveau au Caire entre 1899 et 1914, où il reprend en main le service des antiquités. Il sera membre du conseil de la nouvelle université du Caire fondée en 1908. Sur Maspero, voir J. Leclant, « Un égyptologue. Gaston Maspero », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1998, no 4, p. 1074-1091) et É. David, Gaston Maspero…, ouvr. cité, 1999.

108 La nomination d’un helléniste, P. Jouguet, directeur entre 1928 et 1940, est l’unique exception. Aucun arabisant ou islamisant n’a été à la tête de l’institut – P. Casanova en est cependant directeur-adjoint entre 1899 et 1909. On peut trouver une liste des directeurs et pensionnaires de l’Institut depuis sa fondation dans J. Vercoutter, Livre du centenaire, 1880-1980, Le Caire, IFAO, 1980, p. XXV-XXVI. Cette liste est malheureusement incomplète, voire défectueuse, comme le signale à juste titre É. Gady dans l’introduction de sa thèse (Le pharaon, l’égyptologue et le diplomate. Les égyptologues français en Égypte, du voyage de Champollion à la crise de Suez, 1828-1956, sous la direction de J. Frémeaux, université Paris IV, 2005, p. 20, note 6).

109 Sur 43 savants ayant séjourné à l’École du Caire entre 1881 et 1910, on trouve 20 égyptologues, 8 arabisants, 6 hellénistes et byzantinistes, 9 auxiliaires (géologue, dessinateurs…) (G. Maspero, « À propos d’un article de M. Moret sur l’égyptologie en France, BIFAO, vol. 8, 1910, p. 8, cité par D. J. Grange, « Archéologie et politique. Égyptologues et diplomates français au Caire, 1880-1914 », L’égyptologie et les Champollion, M. Dewachter et A. Fouchard éd., Grenoble, PUG, 1994, p. 367).

110 C’est l’analyse que fait Renan : « Pour les travaux de philologie et d’érudition sur la littérature arabe, il ne faudrait pas se faire d’illusions. De tels travaux se feront toujours mieux à Paris, à Londres, à Leyde, à Berlin qu’au Caire ou à Damas. Les bibliothèques arabes de Syrie et d’Égypte réunies ne valent pas, pour le genre de manuscrits qui nous intéresse, les grandes collections européennes. Il n’y a plus guère de découvertes à y faire pour l’histoire, la philosophie, la poésie, la science, la littérature. » (lettre du 6 décembre 1881, conservée aux ANF, F 17, 2930A, citée par C. Décobert, « La lettre de Renan sur l’École du Caire », D’un Orient l’autre…, ouvr. cité, p. 10).

111 E. Renan, lettre du 6 décembre 1881, citée par C. Décobert, ibid.

112 ‘Abduh, nommé en 1896 au conseil d’administration d’al-Azhar, contribue à ouvrir son programme à des matières nouvelles (histoire, géographie, géométrie, littérature arabe…) – l’enseignement de langues vivantes étrangères et un système de bourses permettant aux élèves de compléter leur formation à l’étranger seront institués plus tard (P.-J. Luizard, « Muḥammad ‘Abduh et la réforme d’al-Azhar », Modernités islamiques (actes du colloque organisé à Alep à l’occasion du centenaire de la disparition de l’imam Muḥammad ‘Abduh), M. Al-Charif et S. Mervin éd., Damas, IFPO, 2006, p. 13-28 et M. Sedgwick, Muhammad Abduh, Oxford, Oneworld, 2010, p. 75-76).

113 Loc. cit.

114 L’Institut égyptien lui-même s’est déplacé d’Alexandrie au Caire en janvier 1880.

115 Le décret de 1910 sur l’organisation de l’IFAO prévoit parmi le personnel un « maître d’arabe » pour former les pensionnaires, sans qu’on sache s’il faut l’interpréter comme le signe d’une faiblesse jusque-là de l’enseignement de l’arabe ou comme le témoignage d’une volonté d’assurer un haut niveau linguistique aux pensionnaires.

116 H. Derenbourg découvre ainsi à la bibliothèque de l’Escorial le manuscrit du récit autobiographique d’un prince contemporain des croisades, Usāma b. Munqid.

117 C. Huart se rend cependant en 1909 au Caire pour représenter l’École des langues orientales (où il enseigne depuis 1898 le persan) au congrès archéologique qui y a été organisé.

118 Rapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, Paris, Imprimerie nationale, 1868-1872, p. 14 et lettre de Guyard du 22 janvier 1869 rendant compte de sa conférence d’arabe, archives de la IVe section de l’EPHE, Guyard. Revillout ne séjourne pas au Caire, par suite de la détérioration de ses rapports avec G. Maspero, directeur de l’École. Conservateur au musée égyptien du Louvre, directeur-fondateur de la Revue égyptologique en 1880, il fonde l’année suivante l’École du Louvre où il donne une initiation « aux hiéroglyphes, au hiératique, au démotique et au copte » (selon un extrait sur Ses missions, son enseignement et ses publications, s. d. [1905], p. 2, conservé à la BNF). Candidat à l’AIBL, il rappelle avec une certaine amertume qu’il s’est désisté en 1883 en faveur de G. Maspero dont la candidature pouvait être considérée comme « offrant un caractère patriotique » (lettre de candidature de Revillout, s. d. [1905], ibid.). Il a édité plusieurs évangiles apocryphes coptes.

119 Annuaire. EPHE. Section des sciences historiques et philologiques, Paris, Imprimerie nationale, 1893, p. 119 (notice nécrologique). Chalvet ouvre en 1887 un cours d’histoire ancienne à la faculté de Paris.

120 Promu en juillet 1883 conservateur adjoint au musée de Būlāq, Bouriant accède à la direction de la Mission archéologique en 1886 après la nomination de Grébaut à la tête du service des antiquités d’Égypte (P. Bouriant, « Notice sur Urbain Bouriant », Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l’archéologie égyptiennes et assyriennes, vol. 26, Paris, Bouillon, 1904, p. 29-32). Il a publié, à côté de travaux essentiellement égyptologiques, une traduction des débuts du Ḫiṭāṭ Maṣr d’al-Maqrīzī dans les Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, t. XVII, 1894, 1er et 2e fascicules. Cette traduction, établie d’après un texte imprimé à Būlāq, incorrect en plusieurs endroits, n’était à l’origine destinée qu’à l’usage particulier de Bouriant. Il a semblé à Maspero que son édition présentait un intérêt général en donnant au public non arabophone une connaissance de l’œuvre sans attendre indéfiniment une édition correcte du texte arabe. L’introduction reprend les quelques passages déjà traduits par Quatremère dont le perfectionnisme avait fait échouer l’entreprise. Après la mort de Bouriant, la traduction des Ḫitāt a été reprise par Casanova.

121 Rapport de G. Maspero, 20 septembre 1881 au MIP, publié par É. David, Gaston Maspero…, ouvr. cité, p. 278 et suiv. J. Bourgoin fera partie du comité de conservation des monuments de l’art arabe institué en 1881 (M. Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne, 1830-1950 : genèse et essor d’une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, p. 145-150). Sur son œuvre, voir aussi M. Volait, Fous du Caire, excentriques, architectes et amateurs d’art en Égypte, 1867-1914, Apt, L’Archange minotaure (L’Âme du monde), 2009.

122 Le texte est repris l’année suivante dans le Journal asiatique. Les archives du ministère de l’Instruction publique devraient permettre d’en savoir plus sur les travaux de Dulac au Caire (ANF, F 17, 2930-2932, École française au Caire. Missions, en particulier 2930, traductions arabes de Dulac en 1883-1884).

123 B. Carra de Vaux, comme sans doute aussi avant lui Rochemonteix, vit par exemple de ses rentes.

124 Annuaire. EPHE. Section des sciences historiques et philologiques, Paris, Imprimerie nationale, 1884-1885.

125 Cela la rapproche, on le verra plus loin, des travaux effectués à Alger. Galtier participe d’ailleurs au congrès international des orientalistes qui s’y réunit en 1905 en analysant une légende musulmane sur la mort de la Vierge recueillie dans la langue parlée égyptienne (actes du XIVe congrès international des orientalistes, Alger, 1905, 3e section, langues musulmanes, arabe, persan et turk, Paris, Leroux, 1907).

126 G. Wiet, EI2, article « al-Bahnasā ».

127 La Mission archéologique du Caire prend le nom d’IFAO en même temps qu’elle obtient la personnalité civile et l’autonomie financière (décret du 13 avril 1898).

128 La collection se limite à deux volumes consacrés à Silvestre de Sacy, en 1905 par G. Salmon, puis en 1923 par P. Casanova.

129 Souffrant de la rupture de la Grande Guerre et des effets des difficultés budgétaires de l’entre-deux-guerres, cette collection reste elle aussi longtemps très clairsemée. Après l’édition de deux textes historiques par H. Massé – Le livre de la conquête de l’Égypte, du Maghreb et de l’Espagne d’Ibn ‘Abd al-Ḥakam en 1914, puis les Annales d’Égypte (les khalifes fatimides) d’Ibn al-Muyassar en 1919 –, elle dort jusqu’à la publication en 1939 et 1948 du Ǧāmī d’Ibn Wahb par J. David-Weill. On trouve une liste des publications de l’IFAO depuis sa création dans J. Vercoutter, Livre du centenaire…, ouvr. cité, p. XXIX et suiv.

130 Lettre du 6 décembre 1881 (citée par C. Décobert, « La lettre de Renan… », D’un Orient l’autre, ouvr. cité, p. 9).

131 L’année suivante, lors de son séjour à Bagdad, il revient à un travail sur la topographie historique de la ville médiévale (C. Destremau et J. Moncelon, Massignon, ouvr. cité, p. 48).

132 J. Lecerf, « Ammayya, Ummayya, Ulissanayya – peuples, nations et langues (Daniel, chap. iii, versets 4 et 5) », BEO, vol. 25, 1972, p. 239.

133 À Djemaa Soharidj, Beni Yenni et Ouadhia pour les jésuites, aux Beni Menguellet et à Touggourt pour les missionnaires d’Afrique.

134 E. Fourmestraux, L’instruction publique en Algérie, Paris, Challamel, 1880, p. 25.

135 Les dominicains n’ont pas créé de maison en Algérie.

136 En 1873, Lavigerie engage les missionnaires d’Afrique à parler les langues usuelles : « Je vous ordonne de parler entre vous le kabyle et l’arabe, et jamais le français, et de même de ne pas vous servir d’interprètes avec les indigènes » (cité par R. Heremans, L’éducation dans les missions des Pères blancs en Afrique centrale, 1879-1914, Bruxelles, Neuwelaerts, 1983, p. 59).

137 Chez les Pères blancs d’Algérie, l’œuvre la plus remarquable dans le domaine des études arabes est sans doute celle du père Giacobetti. En terre d’islam. Revue d’études et d’informations sur l’apostolat catholique dans le monde musulman est fondée à Alger en 1926, la même année que l’IBLA à Tunis. Reprise en 1928 par des jésuites, la rédaction de la revue est transférée en 1933 à Lyon (C. Prudhomme et O. Saaïdia, « Jésuites lyonnais au Proche-Orient : la rencontre du monde arabo-musulman (1843-2002) », Les jésuites à Lyon xvie-xxe siècle, É. Fouilloux et B. Hours éd., Lyon, ENS Éditions, p. 216-220.

138 Sur la fondation et le développement de l’École biblique, voir D. Trimbur, Une école française à Jérusalem. De l’École pratique d’études bibliques des dominicains à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem (Mémoire dominicaine. Histoire. Documents. Vie dominicaine, no 5), Paris, Cerf, 2002 ; B. Montagnes, Marie-Joseph Lagrange : une biographie critique, Paris, Cerf, 2005, et D. Avon, Les frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910 - années 1960), Paris, Cerf, 2006, chap. ii.

139 Sur J.-V. Scheil, voir Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité, p. 876 (notice de N. Nasiri-Mogghadam).

140 D. Trimbur, « Exil et retour : l’impact de la législation française sur la présence tricolore en Palestine, 1901-1925 », Le grand exil des congrégations religieuses françaises : 1901-1914, P. Cabanel et J.-D. Durand éd., Paris, Cerf, 2005, p. 359-385.

141 C. Prudhomme, « Les congrégations missionnaires face aux lois anticongréganistes : un régime de faveur ? », id., p. 324.

142 J. Bocquet, « Les lois anticongréganistes et leurs effets au Levant », Le grand exil…, ouvr. cité, p. 400-404.

143 Ce rapprochement a été facilité par la circulaire Malvy du 2 août 1914 qui, en suspendant partiellement les effets de la loi de 1901, admettait de fait l’existence des congrégations non autorisées.

144 Les rapports adressés par Jaussen au service d’information de la Marine dans le Levant ont été étudiés par H. Laurens (« Jaussen et les services de renseignement français, 1915-1919 », Antonin Jaussen. Sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, G. Chatelard et M. Tarawneh éd., Amman, Cermoc, 1999, repris dans Orientales II. La IIIe République et l’Islam, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 143-159, augmenté d’un « Jaussen en Arabie », p. 161-174). Sur Jaussen, voir aussi F. Pouillon, Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité (notice de B. Heyberger).

145 Jaussen collabore à trois reprises entre 1923 et 1927 au BIFAO, Lammens en 1918, 1923 et 1926.

146 Sur l’IDEO (officiellement fondé en 1953) qui vise à une connaissance approfondie de l’Islam permettant de fonder ce qu’on appellera à partir du concile Vatican II le dialogue islamo-chrétien, voir R. Morelon, « L’IDEO du Caire et ses institutions fondatrices. Sur la relation à l’islam », Mémoire dominicaine, no 15, 2001, p. 123-216, et surtout D. Avon, Les frères prêcheurs…, ouvr. cité.

147 Née Vulliamy, H. R. L. Devonshire publie en 1934-1935 une traduction d’extraits de la chronique d’Ibn Iyās, travail prolongé plus tard par G. Wiet. C’est après son mariage avec l’avoué Robert Llewellyn Devonshire qu’elle s’est installée au Caire et s’est mise à l’étude de l’arabe, s’intéressant tout particulièrement à l’art musulman. Elle organise des promenades conférences dans la ville ancienne du Caire et contribue à The Burlington Magazine.

148 P. Kraus se suicidera au Caire en 1944. Sur son parcours, voir L. Hanisch, « Ausgegrenzete Kompetenz. Porträts vertriebener Orientalisten und Orientalistinnen 1933-1945 », Orientwissenschaftliche Hefte (Halle), H. Schönig éd., 2001-1, p. 67, et R. Brague, « Paul Kraus : Person und Werk (1904-1944) », in P. Kraus, Alchemie, Ketzerei, Apokryphen im frühen Islam, Hildesheim - Zurich - New York, Georg Olms Verlag, 1994, p. VII-XIII.

149 P. Casanova, L’enseignement de l’arabe au Collège de France (leçons du 22 avril et du 7 décembre 1909), Paris, Geuthner, 1910, p. 9. Le point de vue de Casanova suscite la réaction de Huart qui, rendant compte des leçons de Casanova, conteste la façon dont il y compare les Arabes avec les Français. Selon Huart, les Arabes ont imposé leur langue et leur religion « et c’est tout. Le reste est l’œuvre de ces nationalités vaincues, soumises, mais non étouffées, qui ont repris en sous-main, avec l’instrument exigé par les gouvernants, l’édifice fondé par le dévouement fanatique des néomusulmans » (JA, 11e série, vol. 3, mai-juin 1914, p. 685-686).

150 P. Casanova, L’enseignement de l’arabe…, ouvr. cité, p. 61.

151 Les Français, très peu présents depuis la fondation de l’université en 1908, au point que cela a suscité la protestation de G. Maspero, ont su tirer profit des conséquences de la guerre italo-tripolitaine. En 1911, le gouvernement égyptien n’ayant pas renouvelé les contrats établis avec les Italiens, Wiet, maître de conférences à Lyon, et Massignon sont encouragés par le ministère de l’Instruction publique à accepter l’invitation qui leur est faite. Wiet obtient un congé entre novembre 1912 et avril 1913 (Archives départementales du Rhône, 1 T 108, G. Wiet). Massignon accepte l’invitation à donner une série de quarante leçons de son choix en arabe entre novembre 1912 et juin 1913 (C. Destremau et J. Moncelon, Massignon, ouvr. cité, p. 101). En 1914, il sera désigné par l’université égyptienne pour la représenter en France auprès des autorités universitaires (PV de l’assemblée des professeurs de l’ENLOV, juillet 1914, F 17, 13.609).

152 La traduction du Journal d’un substitut de campagne de Tawfiq al-Hakim qu’il fait paraître en 1939 avec Zaky M. Hassan dans la Revue du Caire présente le texte comme une œuvre littéraire. Seule sa réédition dans la collection « Terre humaine » chez Plon, en 1974, privilégie l’approche documentaire et ethnographique. La façon dont J. Berque se démarque de Wiet, son collègue au Collège de France, en l’identifiant à un « orientaliste appliqué » (Mémoires des deux rives, Paris, Seuil, 1989, p. 166), témoigne de deux modes d’approche fondamentalement différents. Or, s’il fallait examiner leurs carrières dans une perspective coloniale, c’est paradoxalement Berque qui s’y inscrirait sans doute le mieux.

153 Les amitiés paternelles valent à L. Massignon d’être accueilli en 1901, lors de son premier séjour à Alger, par G. Favereaux, membre du cabinet du gouverneur général Tirman (C. Destremau et J. Moncelon, Massignon, ouvr. cité, p. 26).

154 Il écrit par exemple à P. Claudel en 1912 : « Deux êtres ont été de plus particulières incarnations du Mal, avec leur sourire fétide, gluant et bonasse, au dernier siècle : Renan et la Sand ; je ne puis penser aux ravages qu’ils ont faits dans ma famille sans une espère d’horreur sacrée. » (Ibid., p. 22)

155 L. Massignon à P. Claudel, 10 août 1912 (Correspondance Claudel-Massignon, présentée par M. Malicet, Paris, Desclée de Brouwer, 1973, p. 188).

156 Le sujet lui a été proposé par A. Bernard. À Paris, L. Massignon a été conseillé par A. Le Chatelier, titulaire depuis 1902 de la chaire de sociologie musulmane au Collège de France – il en deviendra bientôt le suppléant –, mais aussi par H. Derenbourg. À Alger, il a rencontré R. Basset, E. Doutté et W. Marçais, avec lequel il entretiendra tout au long de sa vie des relations à la fois cordiales et distantes – non sans admiration, comme en témoigne l’impressionnante lettre-dédicace qui inaugure les Mélanges offerts à William Marçais par l’Institut d’études islamiques de Paris (Paris, Maisonneuve et Cie, 1950). Le DES de Massignon a été analysé par D. Nordman (« Le Maroc dans les premières années du xvie siècle. Tableau géographique d’après Louis Massignon », Léon l’Africain, F. Pouillon éd., Paris, Karthala, 2009, p. 289-309).

157 On note cependant que les publications de P. Ravaisse ne s’écartent pas du domaine de l’Égypte. La Mission scientifique du Maroc dirigée par Le Chatelier, soucieuse de prendre ses marques par rapport à Alger, préfère accueillir l’« Égyptien » Salmon plutôt qu’un « Algérien ». Le choix des correspondants africains de l’Institut égyptien témoigne peut-être aussi d’un certain froid avec le centre universitaire algérois : on y trouve des savants caractéristiques du temps passé, « pré-scientifique » (Cherbonneau, Perron), des interprètes (Rousseau, Sauvaire), mais aucun professeur de l’École des lettres. L’Institut égyptien a institué des échanges avec l’EPHE à Paris, la Société archéologique de Constantine et l’Institut de Carthage, mais non avec la Société historique africaine, intimement liée à l’École des lettres (Livre d’or de l’Institut égyptien, publié à l’occasion du centenaire de la fondation de l’Institut d’Égypte, 6 mai 1859 - 5 mai 1899, Le Mans, 1899, liste des membres, 1899).

158 Le congrès d’Alger accueille aussi É. Galtier, diplômé de l’école supérieure des lettres d’Alger et pensionnaire à l’IFAO depuis 1903 : sa trajectoire aussi bien que son objet d’étude, un conte en arabe dialectal égyptien, témoignent de relations entre Alger et Le Caire. On note en revanche que P. Casanova ne participe pas au congrès d’Alger, alors même qu’il est né en Algérie et y a passé son enfance. Ce n’est qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale que la circulation des savants entre Le Caire et Alger s’intensifient, encouragées par les pouvoirs publics : H. Massé, pensionnaire à l’IFAO entre 1911 et 1914, devient professeur de littérature arabe et persane à la faculté des lettres d’Alger en 1919 ; R. Maunier, chargé de cours à l’école khédiviale de droit en 1911, est nommé professeur de sociologie algérienne à la faculté de droit d’Alger. On remarquera que la circulation se fait dans le sens Le Caire - Alger, sur le modèle de celle qu’on prête aux idées nationalistes arabes, tandis que le mouvement de retour des universitaires d'Algérie vers l’Orient se fait en direction du nouvel institut de Damas.

159 Sur l’œuvre de Goldziher, voir Ignác Goldziher. Un autre orientalisme ?, C. Trautmann-Waller éd., Paris, Geuthner, 2011.

160 G. Troupeau, « Louis Massignon et la langue arabe », Louis Massignon et le dialogue des cultures, Paris, Cerf, 1996, p. 33-41 ; J. Morillon, « La révélation et les langues sémitiques d’après Louis Massignon », ibid., p. 43-69.

161 C’est la position qu’il prendra après la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il est un conseiller écouté pour la réforme de l’enseignement de la langue arabe en Algérie.

162 ‘Abdallāh an-Nadīm publie le 13 juin 1881 dans le deuxième numéro d’at-Tankīt un article intitulé « La perte de la langue est une capitulation de la personnalité » où il affirme : « Ta langue c’est toi-même si tu ne sais qui tu es. C’est ta patrie si tu ne sais quelle est ta patrie. » Il s’oppose à Amīn Šumayyil qui, dans un courrier publié trois numéros plus tard (10 juillet 1881), considère que la langue arabe pourrait, si elle n’était pas adaptée à l’époque moderne, être abandonnée et remplacée par une autre langue (G. Delanoue, « ‘Abd allâh Nadîm, 1845-1896. Les idées politiques et morales d’un journaliste égyptien », BEO, vol. 17, 1961-1962, p. 106).

163 Le journal est l’organe de l’ancienne société secrète du même nom.

164 J. Sanua a quitté l’Égypte pour Paris depuis 1877, A. Isḥāq depuis 1879. Ḫalīl Ġānim (1846-1903), député maronite, gagne Paris après sa dissolution du parlement ottoman en décembre 1878. Sur Sanua, on verra I. L. Gendzier, The Practical Visions of Ya‘qub Sanu‘, Cambridge, Harvard University Press, 1966. L’action d’Adīb Isḥāq a été étudiée par R. Fakkar (L’influence française sur la formation de la presse littéraire en Égypte au xixe siècle. Aux origines des relations culturelles contemporaines entre la France et le monde arabe, Paris, Geuthner, 1973) et M. Khayati (« Un disciple penseur de Al-Afghani. Adib Ishaq », REMMM, 1989, no 2-3, p. 138-149).

165 H. Laurens présente le débat parlementaire de juillet 1882 dans un des articles rassemblés dans ses Orientales II. La IIIe République et l’Islam (« La France et l’Égypte en 1882 », p. 31 et suiv.). Il fait remarquer que l’expression « monde arabe » apparaît alors dans son sens moderne, formulée par le député Francis Charmes.

166 Cité par J.-B. Duroselle, Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 208. Le discours de Clemenceau aurait été inspiré par Nubar pacha.

167 La justice de Clemenceau publie le 27 mars 1883 « Les Anglais en Égypte » et L’intransigeant de Rochefort une « Lettre sur l’hindoustan » (24 avril 1883), puis, en trois livraisons, « Le mahdi » (8, 11 et 17 décembre 1883) (H. Pakdaman, Djamal ed-Din Assad Abadi dit Afghani, Paris, Maisonneuve, 1969, p. 78-79 et 376).

168 Ibid. M. et J. Dieulafoy reviennent alors de leur premier voyage en Perse (È. et J. Gran-Aymerich, Jane Dieulafoy, une vie d’homme, ouvr. cité).

169 G. Le Bon a déjà publié en 1881 L’homme et les sociétés. Il n’a cependant pas encore atteint la notoriété que lui vaudront Les lois psychologiques de l’évolution des peuples (1894) et La psychologie des foules (1895). La civilisation des arabes n’est pas jugé suffisamment solide pour qu’un spécialiste de l’École des lettres d’Alger en fasse la recension critique. C’est l’archéologue V. Waille qui en est chargé : son ton neutre a pour effet de souligner la partialité et l’impertinence des préjugés arabophiles de Le Bon (Bulletin de correspondance africaine, 3e année, 1884, p. 83). On notera que G. Le Bon a entretenu une correspondance avec Clemenceau qui lui rend hommage en 1926 dans Au soir de la pensée (C. Rouvier, Les idées politiques de Gustave Le Bon, Paris, PUF, 1986, p. 18).

170 Le parti républicain, radical et radical-socialiste est fondé en 1901. Clemenceau, figure historique, n’y adhère pas, préférant garder son indépendance.

171 Il est signé A. Mukhlis (‘Abdallāh Muḫliṣ).

172 Cheikh Mohammed Abdou, « Rissalat al Tawhid », exposé de la religion musulmane, traduit de l’arabe avec une introduction sur la vie et les idées du cheikh Mohammed Abdou, par B. Michel et le cheikh Moustapha Abdel Razik, Paris, Geuthner, 1925.

173 C. A. Nallino publie un compte rendu élogieux de l’ouvrage dans Oriente Moderno, vol. VII, n° 1, janvier 1927, p. 50-52.

174 S. Taha Hussein, Avec toi. De la France à l’Égypte : « un extraordinaire amour ». Suzanne et Taha Hussein (1915-1973), Paris, Cerf, 2011, p. 43.

175 Nous n’abordons ici que les échanges savants qui ont pu se développer autour de l’IFAO. Sur l’environnement dans lequel s’élaborent ces échanges après 1918, marqué par le développement d’une vie intellectuelle cosmopolite et francophone, voir la bibliographie d’Entre Nil et sable : écrivains d’Égypte d’expression française (1920-1960), M. Kober éd., Paris, Centre national de documentation pédagogique, 1999.

176 C’est ce que rappelle et démontre à propos de l’égyptologie la thèse de É. Gady, Le pharaon…, ouvr. cité, note 358.

177 P. Labrousse émet l’hypothèse d’une réciprocité à propos du recrutement du šayḫ ‘Abd al-Raḥīm Aḥmad (Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité, p. 67-68).

178 Schefer au MIP, Paris, 5 octobre 1887 (ANF, F 17, 4064).

179 Alors qu’il enseignait avant son départ dans l’une des écoles du gouvernement égyptien, Abū l-Na‘mān ‘Imrān (né en 1842), est attaché après son séjour à Paris à un des tribunaux « indigènes » du Caire. Sur le chemin de son retour en Égypte, sans doute en 1884, il a accompagné les fils du khédive en Suisse, leur tenant lieu de précepteur pour la langue arabe (ibid.). Il est sans doute apparenté au šayḫ Aḥmad ‘Imrān, ancien élève d’al-Azhar et de dār al-‘ulūm, qui est chargé en 1885 d’enseigner l’arabe et le Coran aux étudiants égyptiens envoyés en mission en France, et qui profite de son séjour pour compléter sa formation à l’école normale de Versailles, puis, au cours de l’été 1886, pour étudier l’anglais à Brighton (A. Louca, Voyageurs et écrivains…, ouvr. cité, chap. v).

180 L’indemnité versée par l’État français est en 1887-1891 de 2 500 francs par an, soit la moitié du traitement des titulaires de chaire.

181 H. Gélal, bachelier ès sciences, était à Paris pour y faire des études de droit lorsqu’il a été choisi comme répétiteur en 1884. En 1887, ses études achevées, il doit rentrer au Caire où une place de traducteur au ministère de l’Instruction publique lui est réservée par le sous-secrétaire d’État Yacoub Artin Pacha (Ya‘qūb Artīn bāšā). L’autorisation qu’il a sollicitée pour prolonger son séjour en France ne semble pas lui avoir été accordée.

182 « La dépendance dans laquelle ils se trouvent vis-à-vis du ministère égyptien nous est une garantie que nous avons toujours appréciée » (Schefer au MIP, Paris, 8 octobre 1891, ANF, F 17, 23.825, Abdoul Hakim).

183 Le choix de Schefer est explicite en 1887 : « Je crois que nous devons nous garder d’introduire à l’École un de ces nombreux Orientaux qui, comme M. Abdel Kerim Tahir, ont dû quitter leur pays, et sont venu chercher fortune en France. J’ai été assailli de nombreuses demandes par des individus sur lesquels il nous serait impossible d’obtenir de bons renseignements et qui, l’expérience nous l’a appris, nous causeraient des ennuis et des difficultés. » (Schefer au MIP, Paris, 5 octobre 1887, ANF, F 17, 4064).

184 L’entreprise de Sanua est soutenue discrètement par le gouvernement français. Le dossier rappelle que Sanua, « israélite », « né au Caire d’un père anglais et d’une mère indigène », vient d’être nommé officier d’académie (ibid.).

185 Fondée en 1860 par C. Rudy, cette école cherche à attirer des élèves aux cours supérieurs hebdomadaires de littérature française, anglaise, allemande, italienne et espagnole qu’elle organise rue Royale. Elle prépare aussi aux deux baccalauréats, propose des cours de langues vivantes, de musique, de beaux-arts et un « cours complet d’éducation pour les jeunes filles » (prospectus accompagnant une lettre de Rudy au ministre, 15 janvier 1886, ANF, F 17, 4058).

186 E. Charles-Roux, Isabelle du désert. Les années algériennes d’Isabelle Eberhardt (1899-1904), Paris, Grasset, 1988.

187 Se seront entre-temps succédés comme répétiteurs les šayḫ-s Abderrahim-Ahmed (‘Abd ar-Raḥīm Aḥmad) de 1887 à 1891, M. Abdoul Hakim (Muḥammad ‘Abdu l-Ḥakīm) en 1891, M. Aboul Nasr (Maḥmūd Abū l-Naṣr) de 1891 à 1899 et A. el Tabei (Aḥmad at-Tābi‘ī) de 1899 à 1900.

188 La parution d’un guide touristique en arabe, traduit de l’anglais par J. Sanua, est un signe du nombre croissant des visiteurs (E. M. Felumb, La France et Paris : géographie, histoire, colonies, gouvernement, armée, marine, produits,… et guide de Paris en six jours, traduit par le Cheikh Abou Naddara, Paris, Imprimerie Lefebvre, 1891, 46 p.).

189 Un premier sous-titre Isdā’ al-anām wa naṣīh al-‘ālam (Guidance des mortels et conseiller du monde) est remplacé dès le quatrième numéro par Ad-dā‘ī ilā t-tamaddun as-sa‘īd wa s-sulūk ‘alā l-nahj al-ǧadīd (Celui qui appelle à la civilisation heureuse et trace le fil de la voie nouvelle ou, pour reprendre la traduction de l’édition française, Celui quifait progresser dans cette voie).

190 É.-L. Bertherand avait déjà travaillé avec F. Pharaon pour unVocabulaire français-arabe à l’usage des médecins, vétérinaires, sages-femmes, pharmaciens, herboristes, etc. (1860). Son Hygiène musulmane (en arabe et en français) a paru en volume à Paris. Rendant compte de sa réédition en 1874, Renan écrit justement que « Bertherand est de ceux qui pensent que l’éducation des musulmans ne saurait consister à les initier hâtivement à nos mœurs et à nos idées, qu’il faut commencer par faire d’eux faire d’eux des musulmans irréprochables sous le rapport de la religion, de l’instruction, de l’éducation, de la santé. L’hygiène leur est prêchée sous le manteau orthodoxe, et comme il convient à des hommes qui naissent, vivent et meurent dans le respect de la religion et de l’autorité théocratique » (rapport annuel de la SA, JA, 7e série, vol. 4, juillet 1874, p. 51).

191 Il est diffusé à Alger par Jourdan, à Oran par Alessi et à Constantine par Arnollet.

192 On sait par exemple que F. Pharaon s’est adressé au consul général de France à Tunis pour l’engager à prendre son journal sous son « patronage » et l’aider à le propager en Tunisie : « les encouragements qui m’ont été donnés par le Gouvernement me font espérer que vous voudrez bien vous intéresser à l’œuvre toute nationale que j’ai entreprise » (23 février 1877, ADiploNantes, Tunisie, 1er versement, 542, 1877).

193 Il est possible que Gabriel Dalla, nom de ce rédacteur principal, soit le pseudonyme de Charles Étienne Mérel, drogman en retraite avec lequel Pharaon s’est associé par un contrat qui l’oblige, sa vie durant, à collaborer au Sadâ et à traduire en arabe les articles que Pharaon lui soumettra : Mérel doit recevoir en échange 40 % du revenu net généré par le journal (F 18, 285, Florian Pharaon).

194 Le Sadâ, no 33, 5 mai 1877. Le no 37 publie le texte de la prière pour le sultan faite chaque dimanche dans les églises de l’Empire ottoman par ordre du patriarche œcuménique.

195 Le Sadâ reprend des nouvelles parues dans le nouveau journal officiel tunisien, Ar-Rā’id at-tūnisī.

196 Le Sadâ, no 26, réponse à al Djouaïb (al-Ǧawā’ib), n841.

197 Pour Le Sadâ, le progrès s’accomplit toujours lentement et doit être fondé sur développement de l’instruction publique. « Mieux vaut, pour un peuple qui n’a pas encore joui de la liberté qu’assure une constitution bien équilibrée, de vivre sous un gouvernement autoritaire, tempéré par les anciennes coutumes et les traditions, aimé et accepté de tous, tel que celui qui existe en Tunisie, que d’avoir une liberté semblable à celle qui s’inaugure en Turquie, où les softas s’immiscent dans les questions politiques, renversent les ministères et déposent les sultans, et où une constitution permet d’exiler un sadrazam, sans jugement » (ibid.).

198 Ces commerçants sont tous situés près des grands boulevards : le parfumeur Desnous, cité Bergère, le marchand de savons parfumés Chevrier qui propose sa « boisson de coca du Pérou », faubourg Montmartre, l’armurier Gevelot, rue Notre-Dame-des-Victoires, le photographe Tourtin, boulevard des Italiens.

199 Archives de la préfecture de Police, BA (1er bureau du cabinet), 1220, Pharaon (notes signées Bonap, janvier 1880).

200 F. Pharaon collabore aux premiers volumes de la Grande encyclopédie, Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts pour la fin du xixe siècle que publie le savant républicain M. Berthelot entre 1885 et 1902. Entre-t-il à cette occasion en rapport avec H. Derenbourg qui en est l’un des responsables éditoriaux ? Ce n’est pas certain : Pharaon, que la table des auteurs qualifie de « publiciste », donne des articles concernant le monde contemporain (comme É. Cat, professeur à l’École des lettres à Alger, qui n’est pas arabisant), tandis que Derenbourg est chargé de vérifier la qualité scientifique des articles portant sur la civilisation arabe classique.

201 On peut donner l’exemple de J. C. Mardrus, docteur en médecine, qui est semble-t-il resté à l’écart des débats politiques sur la question d’Orient et s’est fixé en France. Le traducteur des Mille et une nuits ne collabore à aucun projet scientifique, bien qu’il assiste aux cours de Derenbourg, puis de Huart, à l’EPHE.

202 M. Telhine, L’islam et les musulmans en France. Une histoire de mosquées, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 99. On se souvient qu’un premier projet avait été défendu fin 1846 par la Société orientale (voir supra chap. v, note 138). L’idée resurgit en 1894, autour de C. Rouvier, résident général à Tunis, qui se fait le porte-parole de notables ottomans et tunisiens et reçoit le soutien du gouvernement. G. Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, a transmis la requête au ministre de l’Intérieur, qui n’y a pas vu d’inconvénient. Rouvier propose que le financement provienne de donateurs musulmans. Une association est constituée et une souscription lancée. Y participent la chambre de commerce de Paris et de nombreux membres du Comité de l’Afrique française : le prince d’Arenberg, le banquier lyonnais É. Aynard, A. Baudry, M. Bompard, B. Constant, T. Delcassé, E. Étienne, H. P. de la Martinière, le préfet E. Poubelle, le sénateur Guichard. Les milieux républicains libéraux sont représentés par le gouverneur général J. Cambon dont le frère Paul a été ambassadeur auprès de la Sublime Porte. Alors que le conseil des ministres a décidé l’attribution d’un terrain, une campagne de presse hostile, entre mai et décembre 1895, gèle le projet. Il resurgit dix ans plus tard à partir du Caire, porté un négociant, Lambert, et par une presse arabophone et francophone, avec l’appui du consul général de France Bonin et sous le patronage de Muḥammad ‘Abduh (J. Sbaï, « La République et la Mosquée : genèse et institution(s) de l’islam en France », Le choc colonial et l’islam. Les politiques religieuses des puissances coloniales en terre d’islam, P.-J. Luizard éd., Paris, La Découverte, 2006, p. 227-229).

203 S. Taha Hussein, Avec toi…, ouvr. cité, p. 97-98.

204 On se souvient que le travail de Mardrus a été l’objet de la critique en règle du fidèle disciple de R. Basset, M. Gaudefroy-Demombynes (voir supra, chap. vii, note 185).

205 L. Massignon, lettre datée du 26 février 1938, citée par J. Keryell, Massignon et ses contemporains, Paris, Karthala, 1997, p. 374. Il y est question du rôle des amis musulmans de Massignon en Égypte et en Irak dans sa conversion – qui prendra la forme d’un retour au catholicisme, religion dans laquelle il a été élevé par sa mère.

206 Il est difficile de reconstituer l’ensemble des drogmans arabisants dont les carrières outrepassent très largement le domaine arabe, du côté du monde turc, du monde persan, voire en dehors du monde musulman. L’identité professionnelle des drogmans, absents des annuaires diplomatiques, n’est pas aussi nettement affirmée que celle des consuls et ambassadeurs.

207 On peut donner les exemples de A. Belin (1817-1877) ou de H. Guys (1787-1878) qui, consul à Beyrouth entre 1824 et 1838, se fait le défenseur des lazaristes, favorise la réédification du prieuré du mont Carmel et publie plusieurs ouvrages faisant l’apologie du christianisme.

208 Sur les limites de l’extension du recrutement du ministère des Affaires étrangères aux « couches nouvelles » voir Les Affaires étrangères et le corps diplomatique, J. Baillou éd., Paris, Éditions du CNRS, 1984, t. II, p. 146 et suiv.

209 L’action missionnaire sur les différents espaces du Proche-Orient fait l’objet avant 1840 d’une répartition raisonnée entre les congrégations religieuses françaises : les jésuites agissent au Liban et dans la Syrie voisine, les lazaristes à Constantinople et Smyrne, mais aussi à Alep et Damas, les dominicains en Mésopotamie, au Kurdistan et en Arménie, les franciscains en Terre sainte ou Custodie (C. Langlois, « Les congrégations françaises… », art. cité).

210 C’est ce qu’a montré C. Donzel-Verdeil (La mission jésuite…, ouvr. cité). Plus généralement, C. Langlois observe à la fois la multiplication des congrégations, actives et contemplatives, après 1840 et après 1870, et l’orientation différente des premières, qui combattent avant tout leurs concurrents protestants et orthodoxes, et des secondes, qui se placeraient plus volontiers sur le terrain du judaïsme et de l’islam (« Les congrégations françaises…, art. cité).

211 Si l’on se fonde sur ce qu’indique H. Jalabert dans Jésuites au Proche-Orient… (ouvr. cité), au moins un quart des jésuites morts durant le demi-siècle suivant la fondation de la mission du Mont-Liban a fait l’apprentissage de la langue arabe (soit douze des quarante-deux jésuites morts au Proche-Orient entre 1839 et 1883). Si l’on excepte ceux qui ont exercé une activité manuelle, ou qui ont disparu prématurément, leur proportion est nettement plus grande. Les religieux directement chargés d’une activité missionnaire sont tous arabisants.

212 Cette première presse, acquise à la suite du don d’un pèlerin, a permis d’imprimer en 2 000 exemplaires une traduction arabe de l’Imitation de Jésus-Christ et de la répandre en Syrie. Sur le développement de cette imprimerie et son environnement, voir B. Delpal, « L’Imprimerie catholique et la Bibliothèque orientale à Beyrouth », Les jésuites à Lyon..., ouvr. cité, p. 161-172.

213 L’ouvrage est publié sans nom d’auteur en 1867. Deux rééditions en 1881 et 1888 témoignent de son succès.

214 Les Principes sont divisés en quatre parties. La première est consacrée aux différents types de mots : nom, article, adjectif, pronom personnel, verbe, adverbe, préposition, conjonction, interjection ; la deuxième donne des précisions supplémentaires concernant la matière exposée dans la première, en une cinquantaine de pages ; la troisième concerne la syntaxe ; la quatrième, les formes désinentielles et leur emploi.

215 Ce sont les termes qu’il utilise dans sa préface.

216 Beyrouth-Paris, Maisonneuve - Ch. Leclerc, 1889.

217 3e édition en 1893, 4e édition en 1896, 22e éd. en 1971. Raux, professeur d’arabe au lycée de Constantine, le recommande par exemple en 1902 en soulignant qu’il est dix fois moins coûteux que le Kazimirski et pourtant aussi riche (avant-propos à sa Chrestomathie arabe élémentaire. Textes munis de points-voyelles, Constantine, Imprimerie Paulette, 1902). L’ouvrage reste jusqu’à aujourd’hui en usage.

218 Une comparaison précise des manuels élaborés par les jésuites avec ceux produits à la même époque en Algérie et en Tunisie permettrait seule de dégager points communs, divergences et circulations de modèles.

219 P. Cuche (né en 1818) et L. X. Abougit (né en 1819) arrivent tous deux en Orient en 1846. J. Heury (1824-1897), arrive au Liban en 1851 et y demeure jusqu’à sa mort. J. B. Belot (né en 1822) se fixe à Beyrouth en 1865.

220 Voir supra, chap. v, note 261 et suiv. Le père A. Rodet, membre de la mission de Syrie à partir de 1868, a appris l’arabe alors qu’il était régent à Constantine entre 1850 et 1852. A. Gras a enseigné le français dans les petites classes des collèges d’Oran et d’Alger, puis a été envoyé à Laghouat de 1869 à 1871 avant d’enseigner l’arabe aux premiers Pères blancs en formation à Maison Carrée en 1872-1873. Il gagne Beyrouth après la fermeture des collèges jésuites d’Algérie suite aux décrets de 1880. Remi Normand a appris l’arabe au cours de deux séjours en Algérie, pour sa régence en 1853-1854, puis de 1856 à 1858, avant de partir en Orient en 1861. Olivier a été ministre à l’orphelinat de Boufarik, à Laghouat en 1871-1872, à Fort National puis auprès des beni Fraoucen jusqu’en 1880. C. de Dianous passe aussi par Alger avant de gagner Beyrouth. Le père J. Blin, futur auteur d’Éléments de grammaire arabe (Beyrouth, Imprimerie catholique des missionnaires de la Compagnie de Jésus, 1886, 2 vol.), a passé un an en Algérie parmi les Pères blancs avant d’entrer chez les jésuites en 1877 (H. Jalabert, Jésuites au Proche-Orient…, ouvr. cité).

221 Al-Bašīr est dirigé successivement par les pères J. Roze (de 1873 à 1876), P. Cuche (en 1877 et 1881), L. X. Abougit (en 1878, 1879 et 1885), P. Maillet (de 1880 à 1882), S. Ghanem (de 1882 à 1884 puis de 1885 à 1891), A. Salhani, A. Rabbath, L. Maalouf (de 1906 à 1933) et C. Abéla.

222 Les pères Roze (à Lyon ?) et Rodet collaborent à cette traduction dont la forme a fait l’objet d’une révision par Nāṣīf al-Yāzijī, avec le souci d’une langue à la fois correcte et facile, tandis que quatre jésuites vérifiaient la régularité de sa doctrine.

223 Le Syrian protestant college prend le nom de Faculté américaine en novembre 1920.

224 Fleischer, qui en rend compte dès 1880 dans la Zeitschrift der Deutschen Morgendländischen Gesellschaft, y voit une confirmation de la parole prophétique de Goethe : « Orient und Occident sind nicht mehr zu trennen » (« L’Orient et l’Occident sont désormais inséparables») (A. Hourani, « L’encyclopédie de Bustâni », Rivages et déserts, hommage à Jacques Berque, Paris, Sindbad, 1988, p. 197-208).

225 Sur les contacts noués entre le supérieur de la mission d’une part, Gambetta et Ferry d’autre part, voir R. Herzstein, Université Saint-Joseph de Beyrouth : fondation et fonctionnement de 1875 à 1914, Bruxelles, Le Cri Édition, 2008, p. 154-156 (repris dans « Les phases de l’évolution de l’université Saint-Joseph à Beyrouth : les premières décennies [1875-1914] », Historical Studies in Education / Revue d’histoire de l’éducation [York University, Toronto], printemps 2012, p. 24-25).

226 Guiot, consul de France, à Goblet, ministre des Affaires étrangères, Beyrouth, 29 octobre 1888 (ANF, F 17, 4059).

227 Parmi les huit religieux qui ont pris part à la création de l’école de Damas, on trouve F. Pelissié, futur préfet des études arabes à Alexandrie (1891-1892) et L. Huguet, qui enseigne l’année suivante l’histoire au collège de Beyrouth, et, après être retourné en France, exerce son ministère à Damas puis à Homs où il meurt prématurément en 1897 (H. Jalabert, Jésuites au Proche-Orient…, ouvr. cité).

228 Guiot, consul de France, à Goblet, ministre des Affaires étrangères, Beyrouth, 29 octobre 1888, ANF, F 17, 4059, bibliothèque, dons et acquisitions (an VIII-1899). Le vœu ne semble pas avoir été réalisé.

229 Ibid.

230 Sous-direction du Midi du MAE à Lockroy, ministre de l’Instruction publique, Paris, 15 novembre 1888, ibid.

231 Ibid.

232 Guiot, consul de France, à Goblet, ministre des Affaires étrangères, Beyrouth, 29 octobre 1888, ibid.

233 Ibid.

234 Sous-direction du Midi du MAE à Lockroy, ministre de l’Instruction publique, Paris, 15 novembre 1888, ibid.

235 Elle conserve en 1924 trente mille imprimés et trois mille manuscrits orientaux. En 1914, les ambassadeurs d’Allemagne, d’Autriche et des États-Unis sont intervenus pour veiller à sa conservation (L’université Saint-Joseph. Beyrouth [Grand Liban], Beyrouth, université catholique, 1924).

236 E. Doutté en loue le « style élégant et clair » (« Bulletin bibliographique de l’Islam maghrébin, I : 1897-1er semestre 1898 », Bulletin de la Société de géographie et d’archéologie de la province d’Oran, LXXIX, janvier-mars 1899, p. 38).

237 Revue de l’histoire des religions, vol. 38, 1898-2, p. 106-108. L’ouvrage en deux volumes (1896 et 1897) est l’objet d’une seconde édition corrigée en 1910.

238 C’est le cas on l’a vu de G. Delphin pour son Recueil de textes pour l’étude de l’arabe parlé (ouvr. cité), avec l’autorisation du conseil de l’instruction du gouvernorat de Beyrouth (« bi ruḫsa maǧlis ma‘ārif wilāya Bayrūt al-ǧalīla »).

239 Sur l’enseignement du droit, voir I. Lendrevie-Tournan, « Les liens juridiques et institutionnels entre Lyon et Beyrouth dans la première moitié du xxe siècle », L’Orient des Lyonnais, E. Perrin éd., Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010, p. 127-150.

240 Les Mélanges publient des articles en français. Les rubriques des tables des volumes 1906-1926 les répartissent en philologie, archéologie, histoire et géographie, histoire des religions et Ancien et Nouveau Testament (1927).

241 Le cours est confié à W. Marçais (A. Guigue, La faculté des lettres de l’université de Paris depuis sa fondation, 1808-1935, Paris, Alcan, 1935, p. 54).

242 Il avait pourtant été question dès 1852 de transférer la chaire publique d’arabe de Marseille à Aix. Le préfet des Bouches-du-Rhône avait alors émis un avis défavorable : sa translation aurait selon lui ôté toute « utilité pratique » à cet enseignement qui n’intéresse que 5 à 6 élèves à Marseille pour un « intérêt littéraire […] par conséquent plus exceptionnel encore » (au MIP, 27 mars 1852, ANF, F 17, 4097, f. 138). Un siècle plus tard, le conseil de la faculté des lettres d’Aix-en-Provence demande la création d’une chaire de langue et littérature arabes, avec l’appui de R. Dussaud, secrétaire perpétuel de l’AIBL (séances du 21 novembre 1945 et du 17 janvier 1946). Mais le recteur d’Alger refuse de détacher J. Cantineau en 1946-1947 et une candidature de J. Lecerf est écartée par le ministère en 1948. En 1957, lorsque d’une chaire de civilisation musulmane est créée en faveur de R. Le Tourneau, de façon à faire d’Aix un nouveau centre d’études islamiques, seul un modeste enseignement de l’arabe y est dispensé par H. Darmaun, professeur au lycée de Marseille (ANF, F 17, 27.501, Cantineau).

243 Une campagne en faveur de l’ouverture de classes d’arabe dans un lycée parisien est menée avant 1914 par un des premiers agrégés, M. Mercier (note de M. Mercier, ANF, F 17, 13.613, École des langues orientales). Il la reprend plus largement après guerre, pour l’ensemble de la métropole, avec un certain retentissement (la commission de l’enseignement de l’Association française des Amis de l’Orient, dont sont membres É. Senart, S. Lévi et Paul Pelliot, s’en fait l’écho dans son assemblée générale du 11 juin 1921). Mais il faut attendre la fin des années 1930 pour voir s’ouvrir des classes d’arabe au lycée Louis-le-Grand à Paris et au lycée Périer à Marseille.

244 Parmi ces militaires, les médecins semblent avoir été parmi les plus ardents à réclamer un enseignement de l’arabe et à suivre les cours proposés, qui pourront leur permettre, en comprenant leur langage, de mieux soigner les soldats des troupes indigènes.

245 J. Chailley-Bert, cité par C.-R. Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, ouvr. cité, p. 153.

246 V. Dimier, « Direct and indirect Rule : propaganda around a scientific controversy », Promoting the Colonial Idea. Propaganda and Visions of Empire in France, T. Chafer et A. Sackur éd., Londres, Palgrave, 2002, p. 168-183.

247 C’est ce que fait C.-R. Ageron (France coloniale…, ouvr. cité, p. 223 et suiv.).

248 Il faut donc réviser une historiographie qui, calquant ses sources sans distance critique, date du début du xxe siècle l’adoption progressive des principes de l’association par la politique coloniale française – comme le fait par exemple Y. G. Paillard (« L’association, une nouvelle politique coloniale. Discours et pratique, 1905-1914 », Histoires d’outre-mer. Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Miège, Aix-en-Provence, Presses de l’université de Provence, 1992, t. I, p. 73 et suiv.).

249 L. Dartigues, L’orientalisme français en pays d’Annam…, ouvr. cité.

250 La spécificité d’un courant racialiste républicain a été mise en évidence par C. Reynaud-Paligot (La République raciale. Paradigme racial et idéologie républicaine, 1860-1930, Paris, PUF, 2006). Il est plus nettement représenté chez les radicaux anticléricaux que chez les opportunistes issus de la tradition ferryste.

251 En Algérie comme en Indochine, ce milieu n’est minoritaire qu’à l’échelle locale, face aux fonctionnaires plus modestes et aux représentants élus des colons français (G. de Gantès, Coloniaux, gouverneurs et ministres. L’influence des Français du Viet-Nam sur l’évolution du pays à l’époque coloniale, 1902-1914, thèse, université Paris VII, 1994, p. 132-134, cité par L. Dartigues, L’orientalisme français en pays d’Annam…, ouvr. cité, p. 61).

252 Ce milieu à la fois savant et colonial est aussi celui des collaborateurs et sympathisants de l’indigénophile Revue indigène fondée en 1906 par P. Bourdarie. Bourdarie, qui enseigne à partir de 1908 l’histoire et la sociologie de l’Afrique équatoriale française au Collège libre des sciences sociales, se rattache aux courants réformateurs qui plaident en métropole pour l’organisation d’une politique sociale reposant en partie sur des initiatives privées (Laboratoires du nouveau siècle, C. Topalov éd., Paris, EHESS, 1999, cité par E. Sibeud, Une science impériale…, ouvr. cité, 2002, p. 130). Il sera en 1922 à l’origine de l’Académie des sciences coloniales.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search