Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

III. Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice (vers 1870 - vers 1930)

Chapitre VII

L’enseignement de l’arabe en métropole : entre intégration au mouvement scientifique moderne et orientation coloniale

Texte intégral

  • 1 P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes [1874], Paris, Guillaumin, 2e édit (...)

La fondation d’une colonie est un placement à intérêt lointain […] au bout d’un certain temps, si l’affaire a été bien conduite, la colonie rend largement à la métropole tout ce qu’elle lui a coûté […] par l’élargissement de l’horizon intellectuel de la nation.1

  • 2 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française, 1870-1914, Paris, PUF, 1959.

1Depuis les travaux de Claude Digeon2, on mesure l’importance de l’onde de choc provoquée par la défaite face à la Prusse sur la vie intellectuelle et universitaire française. Elle n’est pas sans affecter les études d’arabe. Elles prennent en effet en considération, dans le cadre nouveau de l’École pratique des hautes études, les travaux philologiques qui se sont développés les années précédentes dans les universités allemandes. Parallèlement, l’École des langues orientales réalise la réforme depuis longtemps prévue. On reviendra donc sur ces deux institutions, ainsi que sur celle des congrès des orientalistes, provinciaux puis internationaux, en nous interrogeant sur leur articulation avec l’expansion coloniale qui prend alors une ampleur nouvelle.

La réorganisation des enseignements à Paris

  • 3 Rapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, (...)

Le maître fait travailler ses élèves sous ses yeux. Il leur communique d’une manière plus immédiate et plus personnelle ses procédés de critique de composition et de travail. Il leur transmet une sorte de tradition scientifique qui est ensuite une force et un lien entre eux tous.3

Réforme de l’École spéciale des langues orientales et tournant colonial

  • 4 Voir supra, dans le chap. vi, « Le maintien des Langues orientales en dehors de l’université ».

2On a vu les difficultés rencontrées par les différents gouvernements dans leurs projets de réforme de l’École spéciale des langues orientales devant la sourde et tenace volonté des professeurs de conserver une entière liberté d’enseignement en se gardant d’entrer sous les fourches caudines de l’université et face à l’attachement du public pour des cours accessibles à tous, gratuitement, sans condition de diplômes4. Or, l’ouverture de l’Asie et de l’Afrique aux convoitises des nations européennes accentue la dimension politique et stratégique de l’enseignement de langues qui sont des atouts essentiels pour les succès des Français outre-mer, des outils indispensables pour leur politique d’expansion coloniale. En est réaffirmée l’actualité de projets déjà anciens visant à renforcer l’enseignement des matières modernes et pratiques – histoire, géographie, droit –, et à donner la préférence aux langues usuelles pour faire de l’École des langues orientales un établissement préparant à des carrières professionnelles. Cela suppose de développer les capacités pratiques des élèves, de façon à les rendre capables d’entretenir des échanges dans la langue parlée, nécessité commune aux drogmans, aux commerçants et aux fonctionnaires coloniaux.

  • 5 Note du ministère de l’Instruction publique, 17 octobre 1869, ANF, F 17, 4054-4057.
  • 6 Copie d’un courrier du MIP au président de l’École, Schefer, 22 septembre 1868, ibid., décrets de (...)

3Dès la fin du Second Empire s’impose donc la nécessité de définir plus strictement les programmes, de formaliser de façon explicite les méthodes et les objectifs, d’instaurer un système d’inscription et de diplômes garantissant une formation mieux adaptée aux futurs drogmans, interprètes militaires et fonctionnaires coloniaux. On veut mettre fin à la gratuité légère qui, dit-on, caractérise l’École – « On entre, on sort, on prend ou quitte, on commence des études pour ne pas les finir ; tout est caprice »5 – et donner à l’enseignement des langues orientales « une direction pratique indispensable aux besoins des différents services publics »6.

  • 7 On y trouve A. Duruy, chef du cabinet de son père V. Duruy, ministre de l’Instruction publique, Du (...)
  • 8 Note du 2 mai 1867, ANF, F 17, 4054-4057.
  • 9 Le ministère voudrait avoir des précisions concernant « une école supérieure de commerce fondée pa (...)

4Une commission spéciale pour la réorganisation de l’École est mise sur pied en 1865. Composée de hauts fonctionnaires7, elle s’informe des innovations étrangères les plus récentes. Elle est particulièrement curieuse des formes que peut prendre un enseignement pratique, tel qu’il semble avoir été institué en Russie et en Angleterre8, à Vienne ou à Venise9. En effet, selon le ministère,

  • 10 Note du MIP, 17 octobre 1869, ibid.

[…] les Affaires étrangères manquent d’interprètes et le commerce ne trouve que chez les étrangers des individus pour l’aider dans ses transactions. Par conséquent, le secret de nos affaires politiques n’est pas assuré et nos familles, nos villes commerçantes, ne trouvent plus de représentants sachant la langue du pays pour les factoreries et les comptoirs.10

  • 11 Le qualificatif « littéral », en usage pour le grec et l’arabe dès le xviie siècle (Grand dictionn (...)
  • 12 Cette création en faveur de L. de Rosny marque un déplacement de l’intérêt vers l’Extrême-Orient, (...)
  • 13 Cette conférence se tient deux fois par semaine, les mardi et vendredi, à trois heures et demie (a (...)
  • 14 « Note historique sur l’École impériale des langues orientales vivantes », annexe au Projet de déc (...)
  • 15 E. Latouche, note sur l’objet de la conférence préparatoire, 14 avril 1865, ANF, F 17, 4061.
  • 16 Il est chargé dès l’année universitaire 1875-1876 d’un cours complémentaire de grammaire arabe.
  • 17 Sur C. Schefer, voir la notice de C.-H. de Fouchécour dans Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité, p. 82 (...)
  • 18 Voir infra chap. viii, note 171.

5La volonté de réaffirmer la vocation pratique des Langues orientales se manifeste en 1867, à la mort de Joseph Toussaint Reinaud, à la fois président de l’École et titulaire de la chaire d’arabe littéral11. L’emporte alors l’avis selon lequel l’enseignement de la langue classique ancienne n’y a pas sa place. Il doit être réservé au seul Collège de France. La chaire n’est donc pas renouvelée, ce qui permet la création l’année suivante d’une chaire de japonais12. Seule demeure la chaire d’arabe vulgaire de Caussin, à laquelle s’est greffé un cours d’arabe algérien, créé en 1863 et confié à De Slane. Une première initiation à l’arabe est par ailleurs donnée dans le cadre de la « conférence préparatoire aux cours des principales langues de l’Orient ». Inaugurée par Latouche en 1852, tombée en désuétude, puis rouverte en 186413, elle propose une connaissance de la classification générale des langues enseignées à l’École, une initiation à la lecture et à l’écriture des langues arabe, persane, turque, hindoustanie et malaise14, et des éléments de leur grammaire, « principalement de la langue arabe qui les domine toutes et leur a donné son alphabet avec un fond considérable de mots »15. En réalité, l’arabe littéraire continue aussi d’être enseigné par Caussin et De Slane qui ne s’intéressent ni l’un ni l’autre aux spécificités des parlers dialectaux ; ils s’occupent plutôt de la langue écrite moderne. En 1879, l’enseignement de la langue ancienne sera réintroduit sous la forme d’une seconde chaire d’arabe dévolue à Hartwig Derenbourg16. L’administrateur de l’École, Charles Schefer17, réaffirme ainsi à la fois l’importance de la langue arabe dans son programme et le maintien de ses ambitions savantes – ce qui n’est pas sans susciter des protestations du côté des républicains les plus ardents et les plus coloniaux18.

  • 19 Note du MIP, 17 octobre 1869, ANF, F 17, 4054-4057.
  • 20 Établi par un décret du 8 juin 1870, ce conseil est composé de dix membres, cinq délégués des mini (...)
  • 21 Note du MIP, 17 octobre 1869, ANF, F 17, 4054-4057.
  • 22 MIP à Rébillat, directeur de L’information parisienne. Journal politique et littéraire, 10 juillet (...)

6Pour assurer le succès de cette nouvelle orientation pratique, le ministère cherche à limiter l’emprise de l’Académie des inscriptions et belles-lettres sur l’École, « cette compagnie n’ayant plus rien à voir dans un établissement qui n’a plus rien à faire avec l’érudition, alors qu’il s’agit de besoins spéciaux, d’utilité pratique »19. Préférant éviter une attaque frontale, il s’appuie sur la création d’un nouveau conseil de perfectionnement où les intérêts politiques et économiques sont bien représentés20. Faute d’obtenir l’abrogation du décret-loi du 9 mars 1852 selon lequel les professeurs sont nommés par l’empereur sur la présentation de l’École et de l’Académie, il étend au nouveau conseil la capacité de présenter des candidats afin de faire contrepoids à l’Académie : « si l’on ôtait le droit de vote au conseil en lui laissant la faculté de délibérer sur les réformes et les améliorations ce serait un non-sens. Il faut qu’il ait à se prononcer sur les personnes »21. On aboutit finalement à une mesure de compromis : les professeurs « sont choisis sur une double liste de deux candidats présentée l’une par l’assemblée des professeurs et le conseil de perfectionnement de l’école, l’autre par l’Académie des inscriptions et belles-lettres »22.

7Tout semble donc désormais en place pour assurer le succès de la réforme de l’École des langues orientales, qui ne sera cependant réellement engagée qu’après 1871. En 1870 en effet, les mesures soutenues par l’administration de l’École sont ajournées, pour des raisons à la fois budgétaires et politiques – le pouvoir ayant choisi de donner la priorité au pôle scientifique nouveau que constitue l’École pratique des hautes études, quitte à ne pas donner les moyens de sa réforme à une École des langues orientales restée fidèle à sa tradition libérale et ayant conservé depuis 1848 une certaine sympathie pour la République. Un projet de protestation écrite émanant de l’École en témoigne :

  • 23 Le titulaire de la chaire de Marseille, E. de Salle, prend sa retraite à la fin de l’année 1867. I (...)
  • 24 Soit l’année scolaire 1869-1870.

Depuis sa translation au Collège de France, c’est-à-dire depuis deux ans, l’École vit d’expédients. […] Le cours complémentaire d’arabe algérien est payé partie sur le chapitre des encouragements, partie (1200 fr.) sur le fonds du matériel de l’École. […] On a mis la main sur le traitement du professeur d’arabe de Marseille23. Mais, pour 1870, la place est prise. Cette situation anormale ne peut subsister. […] Le décret du 9 novembre 1869 a créé pour l’École de nouveaux droits et de nouveaux devoirs. L’essai en a été fait et a été complet, pendant toute une année24. Les professeurs ont des charges plus lourdes, ils ont droit à un traitement au moins égal à celui des professeurs du Collège de France (les deux établissements ont toujours marché de pair). Les élèves au nombre de soixante se sont inscrits sur la foi du décret ; les familles ont fait des sacrifices pour mettre leurs enfants à même de profiter des avances du gouvernement ; on leur doit satisfaction.

On prétend qu’on n’est pas prêt pour les répétiteurs ; c’est encore une erreur : les cadres peuvent être remplis immédiatement.

Il faut songer que pour l’année 1870-1871 le nombre des élèves peut doubler.

  • 25 L’amendement Keller demandait 85 000 francs pour financer les études des élèves des Langues orient (...)
  • 26 Ce paragraphe est barré dans le document original. É. Keller (1828-1909) est l’un des chefs de fil (...)

Il serait bon de demander le scrutin pour l’amendement Keller25 ; on saurait alors si le gouvernement parlementaire qu’on veut inaugurer est un gouvernement libéral, sincère, raisonnable ou un gouvernement d’éteignoir26.

  • 27 Note à en-tête de l’École impériale et spéciale des langues orientales vivantes, s. d. (printemps- (...)

L’École des Langues Orientales devrait passer avant l’École des hautes études pour laquelle la commission du budget accorde 200.000 F27.

  • 28 Lors de l’assemblée des professeurs d’avril 1870, on donne lecture d’une lettre de Garcin de Tassy (...)
  • 29 C’est ce qu’affirme un premier rapport de la commission, imprimé et communiqué aux ministères inté (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Rapport annuel de Schefer, administrateur de l’École, au ministre, 27 décembre 1872, ibid. Audiber (...)
  • 32 La possibilité de préparer une licence ès lettres avec la langue arabe en option ne sera offerte q (...)

8La réforme de l’École des langues orientales n’est donc mise en œuvre que sous la Troisième République, avec une continuité effective de la politique gouvernementale par-delà le changement de régime politique, les projets du temps de Victor Duruy se concrétisant sous le ministère de Jules Ferry. Faute de dotation budgétaire suffisante, l’organisation d’un cours complémentaire d’histoire, de géographie et de législation des États musulmans, déjà défendue par les jeunes élèves républicains en 1848, et réclamée unanimement par l’assemblée des professeurs réunie en décembre 1869 puis en avril 187028, ne voit le jour qu’en avril 1872 – c’est Gustave Dugat, un républicain de la veille, qui l’inaugure en janvier 1873, vingt-cinq ans après en avoir fait la proposition. La même contrainte budgétaire porte atteinte à un autre objectif de la réforme, qui est d’encourager des vocations d’interprètes ou plus généralement de fonctionnaires coloniaux. Dès 1865, la commission spéciale pour la réorganisation de l’École renonçait à instituer un traitement temporaire pour les élèves, car cela aurait exigé le vote par les chambres d’une augmentation des crédits. Elle entendait du moins ouvrir aux élèves peu fortunés l’accès à cette scolarité plus régulière, avec inscriptions, examens et diplômes, grâce à des bourses municipales pour quelques-uns, et à des fonds d’encouragement pour entretenir l’émulation entre eux29. Elle avait même envisagé la création d’un internat, sans donner suite30. Mais les municipalités des principales villes commerçantes ne s’engagent pas dans ce processus, à l’exception de Marseille qui finance à partir de 1872 les études du jeune Gaston Audibert, qui était attaché à une maison du port érythréen de Massaoua (Maṣū‘) sur la mer Rouge – mais l’expérience reste unique31. l’État se décide donc finalement à accorder quelques bourses qu’on peut rapprocher de celles qu’il institue en faveur des candidats à la licence et à l’agrégation en 1877 et 1880. L’action gouvernementale en faveur d’un développement de l’enseignement supérieur pouvait difficilement être en reste pour des langues dont l’étude n’ouvrait pas encore à ces titres32.

  • 33 Décret du 8 novembre 1869 sur la réorganisation de l’École.
  • 34 Il faut attendre 1929 pour voir déléguer à un chrétien d’Orient, M. Feghali, les fonctions de prof (...)
  • 35 On note cependant qu’on utilise aussi cette formule pour des répétiteurs qui ne sont pas originair (...)
  • 36 Ce retour dans le pays d’origine ne s’accompagne d’ailleurs pas nécessairement d’une promotion soc (...)
  • 37 PV de l’assemblée des professeurs de juillet 1914 (ANF, F 17, 13.609).
  • 38 Voir pour l’anglais la thèse de doctorat de sociologie de M.-P. Pouly, L’« Esprit » du capitalisme (...)
  • 39 La situation faite aux répétiteurs orientaux du Seminar für die orientalischen Sprachen (Séminaire (...)

9Pour les mêmes raisons financières, les répétiteurs institués par l’ordonnance de 1869 ne sont recrutés que deux ou trois ans plus tard. Le Tunisien Soliman al-Haraïri, a beau avoir servi la France à Tunis, résider à Paris depuis la fin des années 1850 et être connu favorablement de Caussin, il doit attendre 1871 pour être régulièrement employé. Le statut de ces « répétiteurs chargés d’interroger les élèves et de les exercer à la conversation et à la lecture à haute voix »33 confirme une évolution générale où se creuse le fossé entre Occidentaux et Orientaux. Certes, comme les promoteurs de la réforme l’affirment, il y a bien dans cette mesure quelque chose qui rappelle les origines de l’École, un temps où l’enseignement était en partie confié à des Orientaux. Mais le changement opéré en un demi-siècle est pourtant très net. Ces nouveaux collaborateurs ne sont plus titulaires de chaires comme l’avaient été Monachis, Bocthor ou Taouil34. Le niveau de leur traitement comme répétiteurs, moitié moins élevé que celui des professeurs – 2 500 francs à 3 500 francs pour les premiers contre 5 000 francs à 7 500 francs pour les seconds –, indique la place modeste qui leur est faite, l’expression répétiteurs indigènes, utilisée officiellement, confirmant l’empreinte coloniale nouvelle : c’est un vocabulaire développé outre-mer, en Algérie, qui est ici réemployé35. Les répétiteurs sont cantonnés un statut qui ne leur laisse pas entrevoir de réelle possibilité de promotion, sauf à quitter Paris pour regagner leur pays d’origine36. Alors que l’ordonnance de 1869 stipule qu’ils doivent participer au jury qui examine les élèves chaque année, cette fonction souveraine est elle-même mise en cause : à la veille de la Grande Guerre, la réforme destinée à réaffirmer le prestige de l’École ne leur donne plus qu’une voix consultative au sein des jurys d’examen, désormais ouverts à des membres extérieurs désignés par le ministère pour leurs compétences spéciales37. Doit-on comprendre cette dégradation du statut des collaborateurs indigènes comme un effet direct du processus colonial ? Ou s’inscrit-elle dans un mouvement plus général qui cantonne les locuteurs natifs dans des positions subalternes dans l’enseignement universitaire des langues en France38 et en dehors de la France39 ? Les deux processus cumulent sans doute leurs effets.

  • 40 ANF, F 17, 4061.

10Malgré la guerre contre la Prusse, la chute de l’Empire et le siège de Paris, l’École ne ferme pas ses portes durant « l’année terrible ». On peut expliquer cette continuité, qui rappelle celle de 1848, par des raisons structurelles – les institutions savantes conservent au long du xixe siècle une certaine distance face aux soubresauts de la vie politique – et par des causes plus conjoncturelles – la dominante libérale à sensibilité républicaine de l’École la prédispose à accepter le changement de régime. C’est finalement après la fin des hostilités, une fois l’ordre rétabli sous le gouvernement de Thiers, que la réforme de l’École devient effective. Elle doit même attendre octobre 1873, date de son installation définitive dans l’ancien hôtel de Bernage, un bâtiment de la rue de Lille libéré par l’École du génie maritime, pour pouvoir affirmer son identité nouvelle. Forcée à prendre son indépendance vis-à-vis de la Bibliothèque nationale, suite au réaménagement des bâtiments de la rue de Richelieu suivant les plans de l’architecte Labrouste, elle s’était provisoirement installée, avec un petit fonds de livres essentiels, dans l’ancien appartement de l’administrateur du Collège de France où les enseignements sont donnés à partir de janvier 186940. Finalement, elle se fixe durablement sur la rive gauche, près de l’Institut, à portée non seulement du Quartier latin mais aussi, une fois la Seine traversée, de la Bibliothèque nationale.

11Le nouvel aménagement de l’École favorise son expansion, dont témoignent à la fois le développement de sa bibliothèque, la mise en place de nouveaux enseignements et l’augmentation du nombre de ses élèves. Le fonds arabe de la bibliothèque profite des achats et dons du ministère de l’Instruction publique. Il s’enrichit aussi du fait de la générosité des gouvernements orientaux, comme l’écrit fièrement Schefer :

  • 41 Rapport de l’administrateur de l’École, s. d. (1er semestre 1870), ANF, F 17, 4054-4057. Le fonds (...)

Grâce à mes relations avec l’Orient, la bibliothèque qui ne comptait que 400 volumes il y a dix-huit mois, en compte aujourd’hui près de 4 000, la plupart offerts par les gouvernements ottoman et égyptien.41

  • 42 En témoigne la documentation conservée aux ANF (F 17, 4059).
  • 43 Note du 25 février 1870, ibid.

12La France poursuit en effet une politique d’échanges inaugurée sous la monarchie de Juillet, et encore vivante à l’extrême fin du siècle42. En 1870, alors qu’il séjournait au Caire, Schefer avait obtenu du vice-roi qu’il mît à la disposition de la bibliothèque des Langues orientales « tous les ouvrages arabes et turcs imprimés aux frais du gouvernement » en échange de « l’envoi d’ouvrages d’histoire et de sciences dont le ministère de l’Instruction publique peut disposer »43. En 1874, le don d’une cinquantaine d’ouvrages arabes, turcs et persans publiés sur les presses du gouvernement ottoman suscite l’envoi en retour de quelques ouvrages provenant du dépôt des livres de l’Instruction publique.

  • 44 Ces délégués chargés de l’achat de livres et manuscrits sont institués par un arrêté ministériel d (...)
  • 45 L. A. Sédillot, alors âgé de soixante-quatre ans, est nommé secrétaire honoraire. Il meurt deux an (...)
  • 46 A. Carrière (né en 1838) est d’abord attaché à la faculté protestante de Strasbourg avant d’être n (...)
  • 47 (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 50.
  • 48 Ce nombre correspond peut-être à une estimation basse : le rapport au MIP sur les travaux de l’ann (...)
  • 49 Ce fonds est constitué de 436 ouvrages (rapport au ministre de l’Instruction publique sur les trav (...)
  • 50 Ministre de l’Instruction publique à Schefer, Paris, 13 mai 1890, ANF, F 17, 4059.
  • 51 Minute d’un courrier du ministre à l’administrateur de l’ESLO, 18 juin 1884, ibid.
  • 52 Minute d’un courrier du MIP à l’administrateur de l’ESLO, 28 décembre 1888, ibid.

13En 1872, l’institution de correspondants étrangers permet de garantir l’acquisition régulière des ouvrages majeurs : ce sont entre autres Charles Joseph Tissot, ministre plénipotentiaire à Tanger, nommé dès 1872, Auguste Barré de Lancy, secrétaire interprète à Constantinople, nommé en 1878, et le baron Victor de Rosen, professeur à l’université de Saint-Pétersbourg, nommé en 187944. En 1873, la nomination d’Auguste Carrière comme secrétaire bibliothécaire témoigne de ce que l’administrateur a convaincu le ministère de l’importance de constituer un solide fonds de référence et de le bien conserver. La réputation de Carrière, qui remplace Sédillot fils, trop marqué par le passé impérial45, est bonne. Répétiteur d’hébreu à l’École pratique des hautes études, il a fait une partie de ses études en Allemagne où il a été le condisciple de Hartwig Derenbourg auprès de Georg Heinrich August Ewald à Göttingen46. Avec Emmanuel Latouche, il classe la bibliothèque et en rédige un double catalogue alphabétique et systématique, sur fiches mobiles47. En 1873, 3 200 ouvrages sont transportés du Collège de France au nouveau bâtiment48, auxquels s’ajoutent en 1874 plus de 400 ouvrages constituant le fonds de l’École des jeunes de langue versé par les Affaires étrangères49. Par la suite, la bibliothèque continue à s’enrichir grâce aux dons et aux legs de particuliers, parmi lesquels on peut citer Benoît Garnier, qui fait don en 1874 d’ouvrages arabes et persans, ou de François Cadoz, qui lègue en 1890 les manuscrits inédits de ses dictionnaires français-arabe et français-kabyle50, ou enfin de Hartwig Derenbourg, qui laisse après sa mort une bibliothèque de plus de 1 500 volumes. S’y ajoutent les envois réguliers des consuls de France (en 1884, ce sont les premiers ouvrages arabes sortis des presses du sultan de Zanzibar qui arrivent à Paris51) et ceux de la mission des jésuites de Beyrouth (en 1888, elle offre ses publications)52.

  • 53 D. Reig cite quelques titres de cette collection (Homo orientaliste…, ouvr. cité p. 93-96).

14Les efforts d’Auguste Carrière pour faire de la bibliothèque des Langues orientales un instrument permettant d’y élaborer des recherches savantes de pointe, fondées sur les meilleures éditions des textes anciens et sur la connaissance des travaux les plus récents, sont poursuivis après lui par les secrétaires bibliothécaires Lambrecht, en 1884, Maurice Gaudefroy-Demombynes, en 1898, avant d’accéder à la chaire d’arabe et André Mazon. L’inauguration en 1875 d’une collection destinée à publier les travaux savants des professeurs et des élèves des Langues orientales procède de la même logique53.

  • 54 Le décret de réorganisation de 1869 prévoyait de promouvoir l’enseignement commercial, mais les ré (...)
  • 55 Notes pour M. le rapporteur du budget, ANF, F 17, 4057, documents.
  • 56 De façon comparable, l’ouverture en 1895 au lycée de Tunis d’une section commerciale moderne, prép (...)

15Le développement de l’École des langues orientales entre 1870 et 1914 se manifeste aussi du point de vue des enseignements : les cours nouvellement ouverts témoignent à la fois d’une perméabilité aux avancées scientifiques les plus récentes et du souci d’offrir aux futurs interprètes et agents commerciaux français une formation mieux adaptée aux exigences de leurs activités futures. Pour ce qui est du volet savant, on a vu que le rétablissement d’une chaire d’arabe littéral en 1879 en faveur de Hartwig Derenbourg avait été une façon de garantir la présence d’un enseignement philologique solide ; plus tard, l’administrateur Paul Boyer fait tout pour que la chaire désormais consacrée aux parlers maghrébins soit confiée à William Marçais, capable de leur appliquer les derniers développements de la linguistique – il parvient in extremis à écarter en 1916 le praticien Émile Amar, qu’Octave Houdas avait choisi comme suppléant. En 1909, la création d’une nouvelle chaire d’arabe oriental répond à la fois au critère savant (le titulaire de la chaire, Adrien Barthélemy, maîtrise parfaitement les derniers acquis de la philologie et de la linguistique) et à la nécessité pratique (la nouvelle chaire permet de mieux former les élèves aux parlers du Levant que Barthélemy, qui a exercé longtemps comme drogman, manie avec aisance). La création en 1887 d’une section commerciale répond quant à elle à une stricte logique pratique : il s’agit de fournir un enseignement moderne directement utile aux futurs agents commerciaux français. Réalisation d’un projet déjà formulé en 186554, la section commerciale est ouverte à tous sans condition de grade – et donc aux anciens élèves des écoles primaires supérieures. Elle n’a pourtant qu’un succès médiocre : les élèves qui s’y inscrivent restent peu nombreux, et il ne semble pas qu’elle ait eu pour effet d’élargir le spectre de leur origine sociale. En 1887-1888, deux élèves, Joseph Azoulay et Ferdinand Boily, s’y sont inscrits pour l’arabe vulgaire. En 1895-1896, ils ne sont encore que dix pour l’arabe vulgaire, autant pour l’arabe littéral (alors que les élèves réguliers sont respectivement soixante et trente)55. Il est probable que cette désaffection tient à la faible valeur accordée au certificat qui est délivré aux élèves sortant de la section, par comparaison avec le diplôme de l’École. Il semble d’ailleurs qu’elle ait été rapidement abandonnée. Les filières pratiques ne parviennent pas, faute de prestige, à attirer de bons élèves, malgré les efforts tentés par les autorités académiques, soucieuses de mettre en place un enseignement technique ou commercial qui soit à la mesure des réalisations allemandes56.

  • 57 Afin de renforcer le nombre des arabisants parmi le personnel administratif et judiciaire français (...)
  • 58 Il faut être âgé de quinze à vingt-quatre ans, titulaire du baccalauréat et de nationalité françai (...)
  • 59 Les professeurs ont apporté leur soutien aux revendications des élèves demandant à pouvoir bénéfic (...)

16Le double objectif, savant et pratique, se reflète d’ailleurs dans le statut des élèves qui distingue les inscrits réguliers des auditeurs libres. Les élèves inscrits préparent les examens pour acquérir le titre d’élève breveté de l’École qui donne accès aux emplois publics des Affaires étrangères, mais aussi, à partir de 1892, de l’administration des communes mixtes en Algérie57. Les auditeurs libres, plus nombreux, se préparent à des professions libérales ou à des emplois dans le secteur privé, industriel ou commercial. Ce double statut a pour objectif de garantir à l’État le recrutement de fonctionnaires de haut niveau – les critères d’âge, de diplôme et de nationalité pour obtenir le statut d’élève inscrit sont stricts58, d’autant plus qu’il ouvre depuis 1873 à une dispense du service militaire59 – sans pour autant verser dans un malthusianisme qui risquerait de gêner l’expansion coloniale et commerciale française.

  • 60 La figure de R. Millet a été très précisément étudiée par É. Mouilleau (« La création de la Khaldo (...)
  • 61 L’étude que lui a consacrée J. Vavasseur-Desperriers laisse à la marge l’œuvre algérienne de C. Jo (...)

17Le choix de répondre aux exigences de la science en même temps qu’à celles de la pratique, défendu par les directeurs successifs de l’École, Charles Schefer, Adrien Casimir Barbier de Meynard puis Paul Boyer, a été l’objet de contestations violentes provenant de personnalités et de journaux proches de la gauche radicale. Elles ont fait partie d’un ensemble plus vaste d’attaques qui ont pris pour cible les hauts fonctionnaires républicains qui, proches des opportunistes, étaient en poste en Afrique du Nord : le directeur de l’Instruction publique Louis Machuel en Tunisie et le recteur Charles Jeanmaire en Algérie, régulièrement accusés pendant les vingt-cinq ans de leur direction (entre 1883-1884 et 1908) de dilapider les deniers de l’État pour diffuser un enseignement trop théorique, inapproprié aux indigènes, ou les hommes politiques sous l’autorité desquels ils agissaient, comme les ferrystes Paul et Jules Cambon, respectivement résident général à Tunis entre 1882 et 1886 et gouverneur général de l’Algérie entre 1891 et 1897, le résident général René Millet, en poste à Tunis entre 1894 et 190060, ou bien Charles Jonnart, député de l’Alliance démocratique, gouverneur général en Algérie entre 1900 et 1911 puis en 1918-191961. Ces républicains modérés à la politique coloniale éclairée par un libéralisme cosmopolite hérité des Lumières ont été attaqués par les radicaux au nom des valeurs d’une vraie république, égalitaire et nationale – une égalité sociale qui ne valait qu’à l’échelle du peuple français et qui s’accompagnait souvent d’un colonialisme fermé à toute reconnaissance d’altérité, refusant d’envisager les indigènes comme des partenaires à part entière.

  • 62 Sur François Deloncle, voir infra, note 81.
  • 63 H. Cambon et P. R. Millet sont diplômés d’arabe vulgaire en 1895, P. Millet en 1902 et R. P. J. Ca (...)
  • 64 G. Maillard, chronique publiée dans Le pays, mardi 29 juin 1875 (ANF, F 17, 4058). Parmi les autre (...)
  • 65 « On a frappé le droit d’inscription d’un impôt de cent francs, et malgré cela le nombre des inscr (...)

18Le milieu de l’École des langues orientales recoupe en effet, par ses professeurs et par ses élèves, celui dans lequel évoluent les dynasties des grands commis de la République bourgeoise. En 1873, on y trouve par exemple François Deloncle, fils d’Eugène (l’éphémère préfet d’Oran vingt ans plus tard)62, Henri et Roger Paul Jules, fils des frères Cambon, ainsi que Paul René et Philippe, fils de René Millet63 – chacun d’eux complétant par ce diplôme d’arabe une licence en droit et un diplôme de l’École des sciences politiques. L’opposition radicale a donc beau jeu de souligner que les aides financières qui auraient dû encourager les élèves sans ressources sont restées rares et faibles. Comme le rappelle la presse radicale qui, entre 1874 et 1882, en Algérie ou en métropole, fait régulièrement campagne sur ce thème, l’article du décret de 1869 qui prévoyait des indemnités pour les élèves ayant suivi assidûment leurs études depuis un an est resté lettre morte ; les bourses qui auraient dû être fondées par les chambres de commerce n’ont pas vu le jour ; l’exigence du baccalauréat, « mesure fiscale, qui pèse lourdement sur les parents pauvres […], a porté le découragement dans la plupart des familles »64. La fin de la gratuité des inscriptions a pu dissuader des jeunes gens d’origine modeste d’entamer des études qui n’offrent pas nécessairement de débouchés à court terme65.

  • 66 Répartition géographique des langues vivantes. Leur importance au point de vue commercial et politi (...)
  • 67 L. Radiguet, École nationale des langues orientales (Collège national des interprètes d’Orient).Le (...)
  • 68 Ibid., p. 3.
  • 69 Ibid. L. Radiguet reprend une expression entendue à la Chambre des députés le 25 janvier 1887, lors (...)

19En 1886-1887, la contestation de la politique menée par la direction de l’École est relayée par un de ses anciens élèves, Lionel Radiguet, dans une conférence prononcée pour le congrès national des sociétés françaises de géographie réuni à Nantes66 puis, plus nettement encore, dans une lettre publique qu’il adresse au ministre de l’Instruction67. Dénonçant « une organisation hybride, qui entrave l’essor de l’étude pratique des langues orientales, reconnues nécessaires pour la politique et pour le commerce »68, il réaffirme l’importance qu’il y aurait à assurer une meilleure formation professionnelle des drogmans, plutôt que de voir l’École s’égarer « dans le grand courant du haut enseignement spéculatif » et devenir « “un fief scientifique” échappant au contrôle du ministre et des directions »69.

  • 70 Ce projet de réforme témoigne du mouvement de renouvellement du personnel diplomatique qui a été b (...)
  • 71 L. Radiguet donne l’exemple de L. C. Féraud, ainsi que des ministres britanniques et américains en (...)
  • 72 L. Radiguet, École nationale des langues orientales…, ouvr. cité, p. 5.
  • 73 Ibid., p. 7. On retrouve cet appel à conserver une distance méfiante vis-à-vis des indigènes dans u (...)
  • 74 Ibid., p. 9, note 2.

20Lionel Radiguet s’appuie sur un rapport publié en décembre 1884 par Gabriel Hanotaux à la suite de la constitution d’une commission de réforme des consulats, pour s’en distinguer ensuite70. Comme Venture de Paradis un siècle plus tôt, Hanotaux concluait à la nécessité d’employer des consuls connaissant les langues orientales et de puiser pour cela dans le vivier des interprètes71 ; il proposait de créer deux grandes zones consulaires avec leur personnel spécial, l’une pour l’Orient musulman, l’autre pour l’Extrême-Orient. Pour Radiguet, il y aurait inconvénient à supprimer l’école de Paris pour la remplacer par deux écoles installées en Orient, l’une « près d’un consulat de Syrie en vue de l’étude des langues musulmanes, l’autre à la légation de Peiking »72. Ces écoles n’auraient pas de difficulté à recruter un personnel compétent, à même de former en deux ans de futurs drogmans. Mais elles contreviendraient au principe républicain d’égalité, en restaurant une institution comparable aux jeunes de langue. Pour garantir un accès équitable à la carrière en l’ouvrant au plus grand nombre, la première année d’études doit avoir lieu en France et permettre de distinguer les élèves les plus capables. Par ailleurs, la capitale serait seule à même d’offrir l’instruction générale et administrative supérieure nécessaire pour éviter une « assimilation aux idées et aux usages orientaux qui cesserait d’être consentie et factice ». Il est essentiel que les drogmans ne perdent pas leur qualité d’Occidentaux : il ne faut donc pas les plonger « dès le début de leurs études, dans des milieux trop exclusivement indigènes »73. Radiguet rappelle à ce propos l’expérience qui vient d’être tentée à Tananarive par le résident général Le Myre de Vilers : il regrette que les jeunes gens destinés à y exercer comme interprètes n’aient pas reçu une formation préparatoire à Paris – il n’a donc pas été possible de les sélectionner selon des critères objectifs –, mais il y voit « un chef-d’œuvre d’organisation pratique et d’adaptation aux exigences du milieu indigène »74.

  • 75 Ibid., p. 11.
  • 76 Sur V. Serres, voir infra note 172.
  • 77 Il est vrai que les Affaires étrangères recrutent en 1887 trois brevetés des langues orientales co (...)
  • 78 L. Radiguet, Lettre adressée à M. le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts…, ouvr.  (...)
  • 79 C. Schefer au ministre, Paris, 31 décembre 1890, ANF, F 17, 13.608. On note d’ailleurs que l’uniqu (...)

21Cette critique sévère, qui n’épargne ni Charles Schefer, « ébloui par l’attrait des dignités scientifiques », ni Auguste Carrière, « un homme que son éducation et ses liaisons ont germanisé » et qui enseigne une langue inutile (en l’occurrence l’arménien75), s’appuie sur un groupe d’anciens élèves – l’ouvrage porte l’approbation de Victor Serres, drogman diplômé qui a fait carrière en Tunisie76. Radiguet considère cependant que la crise de débouchés dont il s’est fait l’écho serait en voie d’être résolue77. Les élèves « morts de misère sur le pavé de Paris » faute de pouvoir faire valoir leur diplôme, sinon auprès des Affaires étrangères, seraient une image du passé ; l’encombrement n’existerait plus78. Pourtant, la crise est structurelle : elle resurgit quelques années plus tard. Alors que les cadres sont complets, la plupart des élèves ne peuvent placer leur espoir que dans des recommandations politiques ou des circonstances imprévues. Le président de l’École s’évertue en vain à développer les débouchés dans le commerce et le secteur privé, en démarchant les écoles de commerce, et conclut de l’échec de ses efforts que « les commerçants français ne sont pas encore convaincus que la connaissance des langues soit nécessaire aux agents qu’ils envoient dans les pays étrangers »79. Les réactions émanant du parti colonial, entre gauche républicaine et radicalisme, restent générales et rhétoriques :

  • 80 Note au MIP L. Bourgeois, s. d. (v. 1892), ANF, F 17, 4054-4057.

Le gouvernement de la République a le devoir impérieux de réagir contre la tendance si générale en France de ne rêver d’autre avenir que celui de fonctionnaire public et de ne rien vouloir entreprendre sans solliciter l’appui de l’État. Il faut que l’École des Langues crée des interprètes pour les entreprises d’initiative privée et pas seulement des drogmans pour les légations et les consulats.80

  • 81 Selon cette même note, « il n’est pas nécessaire d’être orientaliste pour indiquer comment on doit (...)

22Les propositions concrètes de réformes, qu’il s’agisse de supprimer les chaires inutiles par extinction ou de retirer aux orientalistes la responsabilité de la formation des élèves des Langues orientales, restent des projets sur le papier81.

  • 82 Paris journal, 2 février 1911.
  • 83 P. Berger (1846-1912), fils d’un pasteur luthérien, enseigne l’hébreu et le phénicien au Collège d (...)
  • 84 Cette rumeur est fixée dès juin 1884 sous la plume de Pierre Foncin inspectant le jeune Casanova a (...)
  • 85 A. Le Chatelier collabore en 1912 à l’Homme libre, entre 1912 et 1917 à la Dépêche de Toulouse, en (...)

23Mais ce type de contestation persiste jusqu’à la guerre. La critique resurgit à l’occasion de la nomination d’un successeur à la chaire de Hartwig Derenbourg en 1910. Deux candidats sont en lice : Émile Amar, né à Tunis d’une famille juive, et Maurice Gaudefroy-Demombynes, issu d’une famille bourgeoise et catholique d’Amiens. Émile Amar, élève et collaborateur de Paul Casanova et de Hartwig Derenbourg, a été associé par Alfred Le Chatelier à la mission scientifique au Maroc et a suppléé Octave Houdas aux Langues orientales pour son cours d’arabe vulgaire. Selon un article paru dans le Paris journal82, hostile à la nomination de Gaudefroy-Demombynes, il a reçu le soutien de ces quatre maîtres ainsi que celui de l’égyptologue Gaston Maspero, directeur de l’Institut français d’archéologie orientale au Caire dont Paul Casanova est l’adjoint, et du sémitisant Philippe Berger83. Il est donc le candidat des arabisants philologues (Derenbourg) et archéologues (Casanova) qui travaillent en Europe ou en Égypte d’une part, celui des « coloniaux » praticiens (Houdas, Le Chatelier) dont la scientificité des travaux prête le flanc à la critique, d’autre part. Son parti a aussi une connotation confessionnelle : Derenbourg et Maspero sont juifs, Houdas a épousé une demoiselle Louise Lévy, tandis que dans un climat où, quelques années après l’affaire Dreyfus, l’antisémitisme reste virulent, le bruit circule selon lequel la famille de Casanova serait israélite84. Il a enfin une couleur politique républicaine radicale – sensible chez Derenbourg et chez Houdas, elle est plus nette encore chez Berger, élu sénateur de Belfort en 1904, et chez Le Chatelier dont la candidature à la députation a échoué en 1901 et qui écrit bientôt dans la presse radicale-socialiste85.

  • 86 On trouve cette correspondance dans le dossier personnel de Gaudefroy-Demombynes conservé aux ANF, (...)
  • 87 On le convoque par exemple en 1908 à la Réunion d’études algériennes, galerie d’Orléans au Palais (...)
  • 88 F. Arin, « Notice nécrologique de M. Gaudefroy-Demombynes », Hespéris, 1958, p. 10.
  • 89 Alors qu’il était candidat pour être chargé du cours d’arabe littéral en 1908, Gaudefroy-Demombyne (...)

24Maurice Gaudefroy-Demombynes, diplômé de l’École, a été son secrétaire général et bibliothécaire entre 1898 et 1908. Il est depuis cette date chargé d’un cours d’arabe littéral – il a aussi assuré l’intérim du cours de dialectes soudanais en 1903-1904. Au nom des ambitions à la fois scientifiques et pédagogiques de l’École, il reçoit le soutien de son nouvel administrateur, le russisant Paul Boyer, auquel le liera une amitié profonde dont témoigne une correspondance partiellement conservée86. Juriste, il s’est formé en arabe à la fois à Paris et à Alger où il se rend en 1893 pour y restaurer sa santé chancelante et où il suit assidûment l’enseignement de René Basset avant d’être appelé en 1895 à prendre la direction de la médersa réformée de Tlemcen. Comme son maître Basset, il est convaincu de la nécessité d’inscrire les études arabes dans les sciences sociales nouvelles, qu’il s’agisse de linguistique, de sociologie ou d’histoire générale des religions. Il participe donc activement à la Revue critique et aux nouvelles revues scientifiques thématiques que sont la Revue des études ethnographiques et sociologiques fondée par Arnold Van Gennep et surtout la Revue des traditions populaires. Il représente le parti de la science moderne et de l’école d’Alger, avec laquelle il a conservé de fortes attaches87. Depuis 1905, il enseigne l’arabe à l’École coloniale, mais il partage avec Boyer la conviction qu’il faut maintenir l’enseignement des Langues orientales à distance de l’esprit colonial : l’École doit préserver une indépendance qui fait son identité. Rationaliste « par probité intellectuelle et par dédain de tout pharisaïsme », selon son ancien élève Félix Arin88, mais reconnaissant aux religions des valeurs morales, il est plus proche de Jules Ferry et des républicains de l’Alliance démocratique que des radicaux89.

  • 90 La gazette de la capitale et du parlement, 10 décembre 1910 et Paris journal, 2 février 1911.
  • 91 ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes.
  • 92 Boyer avait déjà déploré la tendance qu’aurait eue Amar à s’attribuer parfois des qualifications a (...)

25C’est finalement le candidat appuyé par l’administrateur de l’École qui l’emporte par cinq voix contre quatre. Ce faible écart autorise La gazette de la capitale et du parlement puis le Paris journal à contester le résultat : le jury aurait été réuni au mois de juillet pour profiter de l’absence de Paris des soutiens d’Amar et Gaudefroy-Demombynes serait incapable de parler l’arabe : on le défie de « conférencer pendant une petite heure seulement dans tel dialecte qu’il lui plaira »90. Pourtant Gaudefroy-Demombynes n’est pas un érudit enfermé dans l’étude des textes anciens – il est d’ailleurs invité en 1910 à examiner le cours d’arabe qui vient d’être inauguré à l’école des Hautes études commerciales91. La campagne de presse a finalement pour seul effet d’accentuer le discrédit d’Amar auprès de l’administrateur qui le soupçonne de l’avoir fomentée92. En 1916, lorsqu’il faut nommer un successeur à Houdas à la chaire d’arabe vulgaire, Amar est à nouveau écarté au profit de Marçais dont les qualités scientifiques s’inscrivent dans le sillage de celles de Gaudefroy-Demombynes, son prédécesseur à la direction de la médersa de Tlemcen.

  • 93 G. Clemenceau, alors ministre de l’Intérieur et V. Simond, directeur de L’aurore, sous-secrétaire (...)
  • 94 Casanova a été normalien en 1879-1880, avant d’être exclu de l’École par son directeur Fustel de C (...)
  • 95 En témoigne une correspondance anonyme (annexe 36 en ligne). L’envergure internationale de R. Bass (...)
  • 96 Décret du 8 juin 1914, Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 16 juin 1914, (...)

26Cet épisode où un indigène est mis de côté au nom de la science révèle un clivage au sein des arabisants français, une ligne de fracture qui avait déjà joué, avec plus de fracas encore, à la fin de l’année 1908, à l’occasion de l’élection du successeur de Barbier de Meynard à la chaire du Collège de France. La coalition fragile alliant philologues-archéologues et praticiens coloniaux avait cette fois pris l’avantage et obtenu l’élection de Casanova contre Basset, desservi par son caractère difficile et son éloignement algérois. Outre l’appui des radicaux au pouvoir93, elle avait profité de la forte position de Maspero et de Le Chatelier au Collège de France, et du renfort d’anciens élèves de l’École normale supérieure, dont Casanova avait fait partie un an94. Ce résultat scandalisa une partie du monde savant95. Il a eu pour effet d’amoindrir le poids du Collège de France dans le monde des études arabes. Car ce sont les modernes victorieux aux Langues orientales qui ont l’avenir pour eux. Malgré les attaques dont l’École continue d’être la cible, elle est à son apogée sous la direction de Paul Boyer. La réussite de l’œuvre réformatrice de l’administrateur est manifeste : en 1914, son nouveau statut d’École nationale des langues orientales vivantes en fait un grand établissement d’enseignement supérieur au même titre que l’École des chartes, le Muséum et le Collège de France96.

  • 97 Cet appui s’est matérialisé par des dotations budgétaires conséquentes : l’Assemblée nationale a p (...)
  • 98 C.-R. Ageron, Les Algériens musulmans…, ouvr. cité, t. II, chap. xxxviii, « Politique scolaire et (...)

27Le programme alliant formation savante et préparation aux carrières diplomatiques et coloniales que mettent en œuvre l’administrateur et les professeurs des Langues orientales, avec l’appui des gouvernements républicains modérés, l’a donc finalement emporté sur les critiques concernant le coût de cet enseignement et son inadéquation aux besoins de la diplomatie et du commerce97. L’argument selon lequel une formation pratique solide suppose de solides bases scientifiques a convaincu. Il n’a d’ailleurs rien d’original : il a été largement utilisé pour promouvoir l’instruction publique, en métropole et dans les colonies – en particulier pour défendre en Algérie les programmes primaires de l’enseignement indigène des écoles d’État contre les attaques des colons jugeant démesurées les ambitions du recteur Jeanmaire et du ministère98.

28Malgré les progrès électoraux des radicaux et leur accession au pouvoir, ce modèle reste en vigueur jusqu’à la Grande Guerre. Déjà formulé sous la monarchie de Juillet et l’Empire, réaffirmé au temps de Jules Ferry, il est défendu par une élite savante très intégrée au pouvoir politique. Il profite d’une stabilité relative des structures sociales et des hiérarchies culturelles (la haute bourgeoisie s’ouvre aux nouveaux promus sans que ses valeurs soient fondamentalement mises en cause) ainsi que du sentiment généralement partagé d’un progrès et d’un enrichissement global. Cette formation mixte facilite aussi le maintien des liens étroits entre savants et praticiens : malgré le processus général de spécialisation des carrières, les futurs érudits et professeurs d’un côté, les futurs administrateurs, diplomates et militaires d’un autre côté, continuent à partager un vocabulaire commun. Les premiers ne sont pas coupés du monde contemporain et de la pratique des langues ; les seconds ont acquis les bases d’une culture savante spéciale et les moyens de participer à son renouvellement, au moins à la marge, au sein des sociétés savantes et dans les revues. L’École des langues orientales, en favorisant le maintien de liens entre savants et praticiens, a pu jouer un rôle dans la constitution ou le renforcement d’une culture coloniale commune. Mais il n’est pas certain que son identité, renforcée en 1914 par son statut de grand établissement, s’articule autour du projet colonial. Il est même vraisemblable que les Langues orientales tendent à mettre en avant ce qui les rattache aux Affaires étrangères pour mieux affirmer leur spécificité par rapport à l’École coloniale fondée en 1889.

  • 99 Rapport de l’administrateur Schefer au MIP, 12 avril 1872, ANF, F 17, 4054-4057.
  • 100 Ibid.

29On peut porter au crédit de ce programme la solidité de la formation que l’École dispense entre 1870 et 1914. Cours magistraux et leçons des répétiteurs semblent avoir été le plus souvent soigneusement articulés : on sait par exemple que, dès 1872, De Slane se promet d’assister aux leçons d’al-Haraïri pour lui fournir les indications nécessaires99. Les rapports que le directeur adresse au ministère, même s’ils tendent par définition à présenter favorablement l’activité de l’École, sont convaincants lorsqu’ils annoncent que les élèves ont nettement progressé en arabe vulgaire100.

  • 101 Schefer au MIP, 8 mai 1872, ANF, F 17, 4058 et Revue maritime et coloniale, 1872, p. 664-666.
  • 102 Rapport, 1872 et notes pour M. le rapporteur du budget, 1894-1895 (ANF, F 17, 4054-4057).
  • 103 En 1895-1896, cinquante élèves suivent assidûment le cours d’arabe littéral, quatre-vingts le cour (...)
  • 104 En 1869-1870, le nombre des élèves inscrits en japonais, en annamite et en arabe est le même – six (...)
  • 105 En 1895-1896, les élèves d’arabe forment l’effectif le plus nombreux avant le russe (58) et le gre (...)

30Faire connaître l’École pour augmenter l’effectif de ses élèves était encore une nécessité au lendemain de 1870 : la Revue maritime et coloniale publiait alors sur ordre du ministre de la Marine et des Colonies le rapport semestriel établi par l’administrateur pour susciter d’éventuelles vocations101. Vingt ans plus tard, le pari est gagné : pour la seule langue arabe, le nombre total des élèves est passé de 14 en 1872 à 88 en 1894-1895102. Entre 1870 et 1914, il croît sans discontinuité, dans un mouvement qui épouse celui de l’effectif général de l’École et témoigne de son dynamisme. Alors que 6 élèves seulement étaient régulièrement inscrits en arabe en 1869-1870 sur un total de 37, ils sont 14 sur 73 en 1871-1872, et plus de 60 sur 350 vingt-cinq ans plus tard. En y ajoutant les auditeurs libres et la section commerciale, on compte une centaine d’étudiants pour l’arabe aux Langues orientales à la fin du siècle103. Malgré l’intérêt nouveau pour l’Extrême-Orient – marqué depuis la fin du Second Empire par l’augmentation du nombre des élèves des cours de japonais et d’annamite104, le choix des correspondants scientifiques et la place que réserve au Japon le premier congrès des orientalistes organisé à Paris en 1873 –, l’arabe reste la langue orientale la plus étudiée jusqu’à la Grande Guerre – et encore au-delà105.

  • 106 Sur 44 diplômes délivrés à Berlin, on en dénombre 11 pour l’arabe. Viennent ensuite le turc (10), (...)
  • 107 Soit 31 diplômes sur 97. Viennent ensuite le turc (14 diplômes), le persan (12), le chinois et l’a (...)
  • 108 On peut citer le fils de E. Deloncle, François, qui suit en 1874 le cours d’arabe tout en se spéci (...)
  • 109 Je n’ai pu analyser l’ensemble des 280 élèves diplômés en arabe que j’ai répertoriés pour la pério (...)
  • 110 R. Basset, nommé en 1880 à un cours complémentaire de langue arabe à l’École supérieure des lettre (...)
  • 111 E. Doutté, Rapport à Monsieur le Gouverneur général de l’Algérie. Des moyens de développer l’influ (...)
  • 112 E. Rachid Kalafat (né en 1890 à Constantine), fils de M. Kalafat, est diplômé d’arabe vulgaire et (...)
  • 113 M. ben si Moula ben Ameur (né en 1880 à Fort National) passe avec succès les examens d’arabe vulga (...)
  • 114 A. Tamzali (né en 1890 à Bougie) est diplômé d’arabe vulgaire en 1913, puis d’arabe littéral en 19 (...)
  • 115 Sur les interprètes indigènes en Afrique de l’Ouest, voir N. Lawrance, E. L. Osborn, R. L. Roberts (...)
  • 116 Les premiers Tunisiens diplômés de l’École sont, en 1915, pour l’arabe littéral, M. Sfar (né à Tun (...)
  • 117 A. Sbihi (né à Salé en 1902) est le premier diplômé marocain (en arabe littéral). Le petit nombre (...)
  • 118 L’arabe maghrébin ne peut être présenté en première langue. Il peut l’être en deuxième langue, à c (...)
  • 119 Autre exemple plus tardif, M. Abd-el-Jalil n’obtient en 1923 une bourse du gouvernement marocain q (...)
  • 120 Sur la réforme du baccalauréat, voir infra, Conclusion, note 35.
  • 121 Les diplômés étrangers suivent généralement à la fois les cours des Langues orientales et ceux de (...)

31Or, lorsqu’on compare la répartition des effectifs des élèves de l’école parisienne à celle du Seminar fondé sur son modèle en 1886 à Berlin, on constate que le primat de l’arabe dans l’enseignement des langues orientales est une particularité française. À Berlin, la langue arabe n’est l’objet que d’un quart des diplômes et ne dépasse le turc que d’une courte tête106, tandis qu’aux Langues orientales, elle reste la langue la plus communément étudiée, objet de près d’un tiers de la centaine de diplômes qui y sont délivrés entre 1887 et 1892107. Cette primauté s’explique par la place prise par le cours d’arabe vulgaire qui attire deux fois plus d’élèves que le cours d’arabe littéral. Elle est donc très clairement liée à l’importance de l’Afrique du Nord dans l’empire colonial français. Ce qu’on sait des élèves qui suivent les cours d’arabe le confirme : ils sont relativement nombreux à en provenir ou à vouloir y faire carrière. Plusieurs sont fils de fonctionnaires affectés en Algérie ou dans les protectorats voisins ou y sont eux-mêmes déjà installés : confirmant les éléments d’arabe qu’ils y ont déjà appris, le diplôme des Langues orientales est un atout pour leur promotion108. D’autres sont eux-mêmes des agents de l’État, militaires ou civils (employés dans les bureaux des ministères, professeurs…), qui ont le projet d’être affectés en Afrique du Nord. Les élèves qui se dirigent vers une carrière diplomatique restent cependant les plus nombreux, au moins parmi ceux qui sont régulièrement inscrits et se préparent avec succès au diplôme de l’École entre 1874 et 1900109. Parmi la centaine de diplômés, la prépondérance des futurs diplomates est nette : ils sont une quarantaine, tandis que ceux qui font une carrière dans l’administration coloniale en Afrique du Nord, même provisoirement, ne sont qu’une dizaine – quinze en leur ajoutant cinq enseignants. Malgré le développement des études orientales à l’École des lettres d’Alger, les Algériens qui en ont les moyens doivent, s’ils veulent devenir drogmans, compléter leur formation aux Langues orientales pour le turc et le persan110. De façon générale, la proportion des élèves originaires du Maghreb augmente entre 1900 et 1914, l’École accueillant des étudiants approfondissant aux Langues orientales des connaissances déjà acquises au lycée, et menant souvent en parallèle un autre cursus. On soulignera par ailleurs qu’au grand dam d’Edmond Doutté, les Langues orientales ne reconnaissent pas l’équivalence du diplôme d’arabe de l’École des lettres d’Alger, dont les exigences sont pourtant généralement jugées supérieures à celle du diplôme parisien111. On remarque parmi les élèves trois Algériens issus de familles musulmanes qui ont pu exceptionnellement mener à bien leurs études dans le cadre de l’enseignement secondaire français : Edgard Rachid Kalafat, fruit du mariage d’un professeur d’arabe à Constantine avec une Française112, et deux Kabyles, Madjoub ben si Moula ben Ameur113, Abdennour Tamzali, futur médecin qui deviendra une figure politique notable de l’Algérie de l’entre-deux-guerres, proche de l’émir Khâled114. Avec Amadou Fara Biram Mambaye, originaire du Sénégal et futur administrateur adjoint des colonies, diplômé d’arabe littéral en 1895115, ce sont les seuls indigènes diplômés avant 1914 – les premiers Tunisiens ne font leur apparition qu’après le déclenchement de la Grande Guerre116, le premier Marocain en 1926117. Les modalités de l’examen d’entrée pour les non-bacheliers effectivement mis en place à partir de 1910 ont des effets restrictifs volontaires, pour contrer un éventuel afflux de ces élèves musulmans : parmi les deux épreuves obligatoires de langue, une au moins doit concerner une langue autre que le français ou l’arabe118. Il s’agit déjà d’éviter que, sous couvert d’études aux Langues orientales, des étudiants d’Afrique du Nord ne se tournent à Paris vers d’autres disciplines – en faisant sa médecine à Paris, Abdennour Tamzali porte par exemple atteinte au monopole des Français, jusque-là resté quasiment absolu, et contourne les obstacles qui lui auraient été opposés à Alger119. Les conditions mises à l’inscription des étudiants aux Langues orientales procèdent d’une inquiétude exprimée de façon explicite vingt ans plus tard, lorsqu’on réduit l’importance de l’arabe au baccalauréat : faire une trop grande place à la langue arabe serait rendre trop facilement accessible aux musulmans les études supérieures, et créer des diplômés déclassés et aigris120. Si l’on trouve une dizaine d’étudiants étrangers parmi les diplômés des Langues orientales, grâce à des dérogations spéciales, ce ne sont pas, avant 1914, des musulmans, mais des ressortissants des pays européens qui ne disposent pas d’une structure équivalente. La renommée internationale des Langues orientales, comme celle de l’École pratique des hautes études, s’étend en effet jusqu’à l’Amérique121.

  • 122 A. Zenagui, premier d’une série de répétiteurs algériens qui succèdent à partir de 1902 aux répéti (...)
  • 123 Le premier diplôme de berbère est attribué à A. Oukkal en juillet 1917 (PV de l’assemblée des prof (...)
  • 124 Le brevet de kabyle de l’École des lettres d’Alger a été créé par l’arrêté du 28 juillet 1885, tro (...)

32On peut finalement dégager deux types bien marqués parmi les diplômés des Langues orientales entre 1870 et 1914. Les uns (83 diplômés sur 271) cumulent les quatre diplômes d’arabe vulgaire, d’arabe littéral, de persan et de turc. Les autres, en nombre égal, ne préparent que le diplôme d’arabe vulgaire. Les premiers se préparent à devenir drogmans, les Affaires étrangères recrutant en effet leurs interprètes parmi les titulaires du brevet des langues musulmanes (arabe, persan et turc), ou à une carrière académique. On peut leur rattacher les quelques élèves qui obtiennent le diplôme d’arabe littéral sans étudier l’arabe vulgaire – privilégiant donc une approche scripturaire et livresque à la pratique quotidienne. Les seconds ont en perspective une carrière au Maghreb, au service de l’État ou non. On peut les rapprocher des élèves qui, brevetés d’arabe vulgaire sans l’être pour le littéral, étudient en plus le turc et le persan en vue d’une carrière en Orient. On mettra à part ceux, encore très rares, qui ne préparent que le diplôme d’arabe oriental, objet d’une chaire spécifique depuis 1909. Ils ont une approche de la langue pratique, moderne, mais se tournent vers une carrière proche-orientale. Au total, les deux groupes sont assez équilibrés. Mais, si l’on prend en compte la variable chronologique, on constate une évolution en faveur de ceux qui privilégient l’arabe vulgaire. Il faut cependant rappeler que son enseignement réserve une place importante à l’étude de la langue écrite contemporaine usuelle, même s’il intègre désormais l’étude scientifique des parlers locaux122. La tradition inaugurée par Monachis et poursuivie par Caussin reste encore vivante sous Houdas qui ne s’intéresse pas à la langue parlée en elle-même : l’arabe qu’il enseigne se situe entre un pôle vulgaire de la langue écrite usuelle et un pôle savant de la langue coranique et littéraire. Inspecteur de l’enseignement de l’arabe en Algérie et en Tunisie, Houdas a imposé l’usage d’une langue classique dans les cours des professeurs des médersas, une mesure sévèrement jugée par son cadet Joseph Desparmet, pour qui l’arabe vivant devait plutôt s’inscrire entre le parler et la langue écrite usuelle. L’étude scientifique des parlers ne s’imposera qu’avec William Marçais, son successeur en 1916. La langue berbère n’est par ailleurs enseignée aux Langues orientales qu’à partir de 1913, avec la création d’une chaire en faveur d’Edmond Destaing123. Les Langues orientales ne disputent pas à Alger la formation des interprètes militaires et des administrateurs dont la politique coloniale a grandement besoin en 1914, alors que la conquête du Maroc est en cours. Alger la coloniale est jusque-là seule à préparer au certificat, au brevet et au diplôme de berbère124, ainsi qu’au certificat de législation et de coutumes indigènes.

  • 125 Sur la politique d’excellence scientifique de P. Boyer, voir A. Pondopoulo, « Les “dialectes souda (...)
  • 126 Cette nouvelle composition du conseil de perfectionnement est décrétée le 31 juillet 1907. La prop (...)
  • 127 Paris, E. Guilmoto, 1912.

33Les Langues orientales restent finalement le lieu d’une tension entre logique savante et logique politique, entre diplomatie orientale et colonisation occidentale. Malgré les effets de l’expansion commerciale et coloniale sur l’enseignement des langues orientales, dont témoigne la réforme de 1869, l’École n’a pas perdu toute attache avec la tradition savante et érudite qui s’y est développée depuis la fondation de la chaire d’arabe par Silvestre de Sacy. Les efforts des réformateurs modernistes, bien représentés chez les républicains, se heurtent à des habitudes ancrées, appuyées sur l’institution solide que représente l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Les tenants d’une orientation pratique doivent aussi composer avec ceux qui affirment la nécessité de développer en France un enseignement supérieur fort des acquis de l’érudition et de la scientificité allemandes. Ce sont finalement les solutions médianes défendues par Charles Schefer, Adrien Casimir Barbier de Meynard, puis Paul Boyer125 qui triomphent : l’enseignement de l’arabe aux Langues orientales conserve une assise savante, en liaison avec les travaux menés par ailleurs au Collège de France et à l’École pratique des hautes études, tout en développant l’enseignement de matières plus directement utiles pour les agents de la conquête et de l’administration coloniale. L’École ne s’inféode jamais à une stricte logique coloniale. Le nouveau ministère des Colonies, institué en mai 1896, ne sera représenté à son conseil de perfectionnement que par un seul délégué tandis que, dix ans plus tard, on double les délégués des Affaires étrangères et de l’Instruction publique126. L’École des langues orientales reste distincte de la nouvelle École coloniale. Ses cours de langues sont ouverts aux élèves de Colo, qui y trouvent un enseignement spécialisé. Mais les deux institutions conservent leur indépendance : en 1908, le ministère de l’Instruction publique rejette une proposition du ministère des Colonies invitant à ce que l’École coloniale soit représentée au conseil d’administration de l’École des langues orientales et réciproquement. Avant comme après 1914, les professeurs des Langues orientales ont le souci de maintenir un enseignement libre de toute attache trop nettement coloniale : ils le manifestent en affirmant explicitement leur spécificité vis-à-vis de l’école d’Alger et en collaborant à la politique spécifique des protectorats, respectueuse des élites traditionnelles et affirmant la nécessité de conserver à la langue arabe une place dans l’administration nationale. Dans une réponse à Paul Boyer qui lui demande en 1916 d’entretenir des liens réguliers avec le Maroc, Maurice Gaudefroy-Demombynes, qui a déjà publié quatre ans plus tôt avec Louis Mercier un Manuel d’arabe marocain127, est explicite :

  • 128 M. Gaudefroy-Demombynes à M. l’administrateur (P. Boyer), Talloire (hôtel Bellevue), 1er septembre (...)

Je crois, comme vous, qu’il serait bon que l’École eût des relations suivies avec la Tunisie et le Maroc. C’est le devoir de l’École de ne pas laisser la Faculté d’Alger y dominer entièrement, quelque peine que cela puisse causer à mon maître et ami [René Basset]. D’autant qu’il n’y a aucun espoir prochain que l’unité se fasse nettement entre les trois États d’Afrique du Nord sur le terrain de l’enseignement. En outre, Alger conserve, malgré tout, une mentalité « colon » qui n’est pas favorable à son expansion. Nous pouvons et devons apporter notre note de complète indépendance.128

Institution de l’École pratique des hautes études et tournant savant

  • 129 Rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1893-1894. L’EPHE avait été à l’origine conçue (...)
  • 130 F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe…, ouvr. cité, p. 25.
  • 131 Pour Devic, qui dit pourtant avoir « une sérieuse connaissance des idiomes classiques et de la gra (...)

34La fondation de l’École pratique des hautes études, on l’a vu, avait pour but de contraindre la Sorbonne à se réformer en adoptant un enseignement plus scientifique, sur le modèle allemand. Les savants n’y sont pas nommés à des chaires, mais à des directions d’études ou de laboratoire. On préfère à l’éloquence émouvante mais souvent superficielle du cours magistral les échanges savants qui sont favorisés par l’intimité discrète du séminaire. Cet enseignement exige donc la proximité d’une riche bibliothèque, en l’occurrence celle de la Sorbonne129, les séminaires reposant sur l’utilisation des ouvrages qui y sont conservés. Le souci de se libérer des contraintes de la rhétorique se manifeste aussi en ce qui concerne les travaux des élèves : ils ne sont pas tenus de soutenir leurs thèses – il faut rappeler que la thèse secondaire reste obligatoirement rédigée en latin jusqu’en 1903130, une contrainte qu’un arabisant confirmé tel que Louis-Marcel Devic juge en 1878 faire obstacle à l’approfondissement de ses recherches131. On exige d’eux la rédaction de mémoires qui sont jugés en fonction de l’innovation scientifique de leur contenu plutôt que pour l’élégance de leur écriture. Sur la base de ce ou de ces mémoires, agréés par une commission de spécialistes, les élèves sont proclamés à la fin de la troisième année de leur scolarité élèves diplômés, sans concours ni examens.

  • 132 Sur A. Carrière, voir supra chap. vii, note 46.
  • 133 On sait que R. Basset et C. Huart ont suivi cet enseignement (Rapport sur l’EPHE, IVe ection. Scie (...)
  • 134 Sur les Derenbourg à l’EPHE, voir A. Messaoudi, « Usages de la science allemande de Paris à Alger (...)

35Dès 1868, la langue arabe a fait l’objet à l’École d’un enseignement dans le cadre de la direction d’étude de langue persane et langues sémitiques de la IVe section de philologie. Cette direction d’étude a été confiée à Charles Defrémery, qui conservait par ailleurs son enseignement au Collège de France, avec pour répétiteur Stanislas Guyard, auquel a été adjoint en 1871 Auguste Carrière132, ce qui a permis de décharger Guyard de l’enseignement de l’hébreu. La spécialisation et le nombre limité des élèves permettaient de délivrer un enseignement fidèle au modèle du Seminar. La force du modèle des universités germaniques s’est par ailleurs manifestée par la création d’un cours pratique de langue allemande qui devait permettre aux élèves de la IVe section d’accéder aux travaux réalisés outre-Rhin133. En 1884, après la mort de Defrémery et le suicide de Guyard, ce sont d’ailleurs deux savants d’origine allemande qui leur succèdent, Joseph Derenbourg, comme directeur d’études pour l’enseignement de l’hébreu rabbinique et talmudique et son fils Hartwig Derenbourg, comme maître de conférences de langue arabe134.

  • 135 Le nombre des élèves arabisants de l’EPHE reste toutefois modeste en comparaison de ceux qui étudi (...)
  • 136 Rapports annuels de l’EPHE et ANF, 62 AJ 38, liste des élèves diplômés de l’ESLO.
  • 137 Aḥmad ‘Abd ar-Raḥīm est répétiteur à l’ESLO pendant quatre ans. En 1891, il repart pour l’Égypte (...)
  • 138 A. ben Kaddour Ahtchy (v. 1854-1898), a été élève au lycée d’Alger, sans doute après être passé pa (...)
  • 139 C’est le cas pour I. Broydé et George/Goetzel Selikovitch (1863-1926).
  • 140 On trouve ainsi parmi eux les égyptologues E. Revillout, M. Chalvet de Rochemonteix et É. Amélinea (...)
  • 141 H. Dulac suit l’enseignement de l’EPHE entre 1879 et 1881 puis à nouveau entre 1884 et 1889, après (...)
  • 142  H. Pognon étudiera le mandéisme et les langues mandéennes à Bagdad et à Alep où il sera consul. No (...)
  • 143 Sur J. Darmesteter (1849-1894), voir Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité (notice de F. Hit (...)
  • 144 N. Dias consacre un chapitre à Hamy dans Le musée d’ethnographie du Trocadéro, 1878-1908 : anthrop (...)
  • 145 F. Picavet (1851-1921), agrégé de philosophie, vient alors d’être nommé maître de conférences à la (...)
  • 146 J. Vinson s’intéressera aussi à la langue basque et publiera deux ouvrages en collaboration avec A (...)

36La qualité de la formation délivrée par la nouvelle école est très rapidement reconnue. En témoigne l’augmentation du nombre des auditeurs des conférences d’arabe. Alors que Stanislas Guyard n’avait encore que trois élèves en 1868-1869, ils sont une dizaine vers 1878 et atteignent la vingtaine après la mort de Guyard, en 1884-1885135. La formation, comme d’ailleurs celle des Langues orientales, attire au-delà des frontières françaises : vingt-cinq des cent onze élèves recensés en arabe entre 1874 et 1901 viennent de l’étranger136. On compte entre 1868 et 1888 six Russes, trois Grecs de Constantinople, deux Portugais, deux Anglais, deux Belges, deux Suisses, un Allemand, un Polonais, un Roumain, un Américain des États-Unis et trois musulmans, venus de Perse (Mirza Mohammed en 1875-1876), du Levant (le cheikh égyptien ‘Abd ar-Raḥīm Aḥmad qui suit en 1887-1888 l’enseignement de Hartwig Derenbourg tout en faisant sa première année de répétitorat d’arabe aux Langues orientales137) et du Maghreb (Ahmed ben Kaddour Ahtchy, premier bachelier musulman d’Algérie, en 1874-1876138). Pour les Grecs, les Russes et les musulmans, l’apprentissage parisien permet d’acquérir des méthodes scientifiques modernes utiles une fois de retour dans leurs pays d’origine. Pour les juifs d’Europe centrale, le séjour parisien et la fréquentation des cours de l’École pratique des hautes études est souvent, semble-t-il, une étape avant une installation aux États-Unis139. Malgré la concurrence certaine des universités allemandes, elle permet à Paris de rester un pôle majeur de l’orientalisme. Les auditeurs des conférences d’arabe n’en deviennent pas nécessairement des spécialistes140. Hippolyte Dulac et Paul Ravaisse profiteront cependant de la création de l’Institut français d’archéologie orientale en 1880 pour y être envoyés comme pensionnaires et y approfondir leurs études, en se spécialisant en littérature arabe et en histoire musulmane141. René Basset, élève à l’École pratique des hautes études entre 1872 et 1880, poursuivra aussi une carrière d’arabisant, à côté de ses travaux sur l’éthiopien et le berbère, après s’être installé à Alger. Henri Pognon (1853-1921), élève pendant les huit mêmes années, fondera en 1878 un enseignement d’assyriologie142. James Darmesteter, qui suit les cours d’arabe entre 1873 et 1876, se consacre plus particulièrement au domaine persan – il succède à Barbier de Meynard à la chaire du Collège de France en 1885 – tout en se faisant linguiste et historien des religions143. Plus tard, pour la seule année 1888-1889, on trouve parmi les auditeurs de Hartwig Derenbourg le prolixe érudit Henri Cordier (1849-1925) qui enseignera l’histoire et la géographie de l’Extrême-Orient aux Langues orientales et entrera à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’anthropologue Ernest-Théodore Hamy (1842-1908), fondateur du musée d’ethnographie du Trocadéro144, le philosophe François Picavet (1851-1921)145 et le linguiste Julien Vinson (1843-1926), futur titulaire de la chaire d’hindoustani et de tamoul aux Langues orientales146.

  • 147 A. Laudy (1848-1888) suit les cours de Guyard de 1878 à 1880 après avoir dirigé entre 1874 et 1878 (...)
  • 148 Diplômé de l’ESLO, Preux a travaillé à un abrégé d’histoire de la littérature des Arabes, resté se (...)
  • 149 J. Havet (1853-1893), élève du cours d’arabe en 1888-1889, a publié des travaux d’histoire médiéva (...)
  • 150 Il s’agit de Coeugny, élève en 1875-1876.

37Parmi les archivistes et bibliothécaires qui suivent le cours d’arabe, les motivations érudites semblent prendre le pas sur les perspectives d’emploi en Algérie dont seul l’archiviste-paléographe André Laudy a eu l’expérience147. C’est vrai pour Jules Preux, bibliothécaire adjoint au ministère de la Justice, élève de Derenbourg en 1884-1885, et chargé par ailleurs d’une conférence d’arabe aux Langues orientales148, comme pour Julien Havet, conservateur à la Bibliothèque nationale, et Charles Kohler, sous-bibliothécaire à la bibliothèque Sainte-Geneviève, qui s’intéressent quant à eux à la langue arabe dans le cadre de leurs travaux d’histoire médiévale149. Parmi les élèves, on trouve aussi un employé de l’Imprimerie nationale qui travaille sans doute aux impressions orientales, mais – signe d’un milieu savant plus codifié et moins propice à la mobilité sociale qu’au début du siècle ? – il ne fait pas la carrière qui a été celle, cinquante ans plus tôt, de l’ancien typographe Bresnier150.

  • 151 Ils collaborent plus précisément à la Version arabe du livre de Job, traduction commentée (tafsīr) (...)
  • 152 À côté de nombreux religieux (dominicains, jésuites, Pères blancs…) et de L. Massignon, chez qui t (...)
  • 153 Pour l’histoire de la Ve section, on peut se référer à J. Baubérot et al., Cent ans de sciences re (...)
  • 154 E. Bar-Chens, « Prototyp jüdischer Solidarität. Die Alliance Israélite Universelle », Jahrbuch des (...)

38On constate aussi que les religieux – catholiques, protestants ou juifs – représentent une proportion non négligeable des élèves : les études bibliques restent une motivation importante pour l’apprentissage de la langue arabe, alors que l’édition critique des textes sacrés anciens est plus que jamais d’actualité. Dans le domaine hébraïque par exemple, les élèves Isaac Broydé et Mayer Lambert travaillent, sous la direction de Joseph Derenbourg, à l’édition des œuvres complètes du rabbin Saadia Gaon (Sa‘īd b. Yūsuf al-Fayyūmi)151. Cet intérêt pour les traditions religieuses, qui demeurera au xxe siècle et jusqu’à aujourd’hui un motif d’apprentissage de l’arabe, souvent doublé d’une curiosité pour l’islam qui correspond parfois à un besoin de renouvellement spirituel152, est particulièrement sensible chez les élèves de l’École pratique des hautes études qui peuvent profiter à partir de 1886 des enseignements de la nouvelle Ve section des sciences religieuses, constituée après la fermeture de la faculté de théologie de la Sorbonne, à côté de ceux de la IVe section des sciences historiques153, ce qui permet ainsi d’accéder à un savoir resté peu diffusé dans l’enseignement catholique. Au séminaire de Saint-Sulpice, Quatremère n’enseignait que l’hébreu (on avait par conséquent autorisé le jeune Renan à suivre à l’extérieur le cours d’arabe de Silvestre de Sacy aux Langues orientales) de même que l’abbé Bargès à la faculté de théologie de Paris. Après la laïcisation de l’enseignement supérieur public, l’arabe ne sera introduit à la nouvelle faculté qui jouxte l’Institut catholique qu’en 1891. Il est présent plus tôt dans l’enseignement juif : à la fin des années 1870, on l’enseigne à la fois au Séminaire israélite de Paris, qui forme les rabbins, et à l’École normale israélite orientale, qui instruit les futurs instituteurs des écoles de l’Alliance israélite universelle en Afrique du Nord et dans le Levant154.

  • 155 E. Ledrain (1844-1910), élève en 1874-1875, est alors encore oratorien. En 1878, il quittera la co (...)
  • 156 L. Méchineau (1849-1919), jésuite, étudie alors l’écriture sainte à Paris. Des catholiques conserv (...)
  • 157 On peut sans doute identifier l’abbé Tournier avec Constant Tournier, qui, tout en s’intéressant à (...)
  • 158 J. E. Viénot (1859-1933), bachelier en théologie en 1884 avec une thèse portant sur l’Étude critiq (...)
  • 159 J. Spiro a été pasteur à Porrentruy avant de partir étudier à Paris. En 1885, alors qu’il vient de (...)
  • 160 M. Metzger (Walck, 1848 - Paris, 1923) a été entre 1866 et 1872 élève du Séminaire israélite de Pa (...)
  • 161 C’est l’objet du diplôme de M. Metzger, dirigé par S. Guyard. Le travail est publié dans la collec (...)
  • 162 M. Bloch (1854-1901), élève de l’EPHE entre 1884 et 1886, a étudié au lycée de Colmar, puis au Sém (...)

39On trouve donc parmi les élèves des cours d’arabe de la IVe section les abbés Eugène Ledrain et Émile Amélineau, qui quitteront bientôt les ordres pour une carrière universitaire savante, comme l’a fait avant eux Renan155. On y repère aussi en 1883-1884 le père Lucien Méchineau, qui s’affirmera au contraire comme une figure du mouvement catholique conservateur156. Les carrières des abbés Lerebourg, Piffard, Thomas et Tournier, qui figurent aussi parmi les élèves, sont plus obscures157. Alors que le pasteur John Viénot orientera ses travaux vers l’histoire du protestantisme français158, Jean Spiro approfondira quant à lui sa connaissance de l’arabe et deviendra professeur de langues et littératures orientales à l’université de Lausanne159. On note enfin la présence de trois rabbins, Moïse Metzger160, qui traduit en français le Kitāb al-Luma‘161, Moïse Bloch, qui éditera le texte arabe avec commentaires en hébreu du Sefer ha-Mitzwoth ou Livre des préceptes de Maïmonide (1888), et suppléera Hartwig Derenbourg à la chaire d’arabe, de syriaque et de chaldéen au Séminaire rabbinique de Paris162, et Mayer Lambert qui, on l’a vu, travaille en même temps que son condisciple russe Isaac Broydé à l’édition du tafsīr du Livre de Job de Saadia Gaon. La plupart sont donc des érudits, motivés par leurs travaux d’exégèse biblique, ou attirés par l’histoire des civilisations et des religions anciennes. Certains apprennent peut-être la langue arabe dans une perspective missionnaire. Mais si Jean Spiro part à Tunis instruire les jeunes élèves du collège musulman Sadiki, c’est vraisemblablement pour se rapprocher des chantiers de fouilles de Carthage plutôt que dans une perspective d’évangélisation que les autorités françaises n’autoriseraient d’ailleurs pas.

  • 163 Il s’inscrit dans le sillage de T. Nöldeke et de son Histoire du Coran (Geschichte des Qorans, 186 (...)
  • 164 Jusqu’à sa mort en 1908, H. Derenbourg cumule deux directions d’études, pour l’arabe à la IVe sect (...)
  • 165 H. Derenbourg donne une édition de ce texte en 1895, édition complétée en 1910 par É. Amar.
  • 166 Derenbourg manifeste son admiration pour Sacy en acceptant en 1886 de s’en faire le biographe pour (...)
  • 167 Édité pour la première fois à Beyrouth en 1856, le texte venait d’y être réédité en 1880 par l’Imp (...)

40La présence nombreuse de religieux parmi les élèves de l’École pratique des hautes études s’explique aussi par les questions qui sont abordées dans le cadre des cours d’arabe. Elles confirment l’importance de l’articulation entre philologie et histoire des religions à la fin du xixe siècle. Les cours et conférences font en effet place dans leurs programmes à des textes sacrés, et en premier lieu au Coran : en 1876-1877, Guyard, en s’aidant des travaux les plus récents réalisés en Allemagne et en Angleterre, tente ainsi de rétablir la chronologie des chapitres du Livre saint163. Après la création de la Ve section, où Hartwig Derenbourg donne désormais aussi un enseignement qui réserve une conférence hebdomadaire à l’explication du Coran, le primat de la langue et de l’histoire se renforce à la IVe section164. Dès les débuts de l’École, les élèves ont travaillé sur le Livre de Kalila et Dimna et les principales chrestomathies (celles de Silvestre de Sacy, de Petermann et surtout de Kosegarten), avec la volonté d’en élaborer une nouvelle, que Hartwig Derenbourg et Jean Spiro font effectivement paraître en 1885. Ils s’occupent de l’édition de traités grammaticaux ou de textes historiques, objets du plus grand nombre des mémoires, et de questions de métrique, auxquelles Guyard consacre des travaux. Ils travaillent par exemple sur Al-Faḫrī, une « histoire anecdotique du khalifat » datée de 1302 et due à l’Irakien chiite aṭ-Ṭiqtaqa165, sur l’œuvre du grammairien as-Sibawayhī, objet des conférences du mercredi de Derenbourg en 1885-1887, et sur les Séances (maqāmāt) d’al-Ḥarīrī, qu’on retrouve sans discontinuité au programme de 1885 à 1898. Derenbourg, en portant son attention sur les grammairiens arabes et sur al-Ḥarīrī, se révèle le digne successeur de Sacy dont il assume explicitement l’héritage166. Plus généralement, l’enseignement de la IVe section est fidèle à l’esprit du grand fondateur en ne se fermant pas aux œuvres contemporaines. En 1883-1884, la conférence que Guyard destine aux élèves de troisième année porte sur le Kitāb Maǧma‛al-baḥrayn (Le confluent des deux mers) du Libanais Nāṣīf al-Yāziǧī (1800-1871). Cette reprise du modèle de la maqāma classique par un des grands auteurs de la moderne nahḍa a l’avantage d’utiliser une langue où passé et présent viennent en écho167.

  • 168 En 1882-1883, la totalité des élèves inscrits à l’EPHE suivent assidûment l’enseignement de Defrém (...)
  • 169 Soit, selon un ordre chronologique, Huart, Pognon, Alric, Audibert, Piat, Barthélemy, Jousselin, V (...)
  • 170 C. Huart a été élève de l’EPHE dès 1868-1869, A. Barthélemy, entre 1881 et 1884. Huart, drogman à (...)
  • 171 G.-I. Faure-Biguet (1838-1919), polytechnicien et futur général, suit cet enseignement en 1884-188 (...)
  • 172 G. Goret et V. Serres deviennent administrateurs de communes mixtes en Algérie. Mais V. Serres pas (...)

41Les conférences de la IVe section de l’École pratique des hautes études, articulées avec les cours magistraux professés au Collège de France168, constituent finalement un espace où se croisent les futurs grands érudits et ceux qui feront carrière comme drogmans et consuls au ministère des Affaires étrangères – c’est le cas d’au moins seize des cent onze élèves recensés169 –, sans que la solution de continuité soit nette. En témoignent les carrières d’Henri Pognon, de Clément Huart ou d’Adrien Barthélemy, qui alternent fonctions de drogmans ou de consuls et charges d’enseignement spécialisé170. Les futurs administrateurs coloniaux sont plus rares (on a pu en recenser six), les militaires absents, à l’exception du commandant Gabriel-Isidore Faure-Biguet, pour qui l’expérience algérienne se conjugue au passé171. On remarque qu’ils ne font pas carrière en Algérie, mais en Tunisie, à deux exceptions près172. C’est que la régence, tout juste entrée sous le contrôle exclusif de la France, après l’expédition militaire de 1881 et le traité de protectorat de 1883, offre plus de perspectives de carrière, d’autant qu’on parle d’y mener une politique qui prenne en considération les traditions administratives et l’héritage culturel en conservant à la langue arabe sa place dans l’enseignement.

  • 173 Voir la notice que lui consacre M.-F. James dans Ésotérisme, occultisme, franc-maçonnerie et chris (...)

42Le profil des élèves des deux nouvelles conférences ouvertes à la Ve section n’est pas très différent. La plupart fréquentent aussi la IVe section, en particulier ceux qui sont par ailleurs diplômés de l’École des langues orientales. Nombreux à assister aux cours de Hartwig Derenbourg dans les années 1900-1910, ils continuent à être présents aux conférences de son successeur Clément Huart, dont le passé de diplomate peut intéresser les apprentis drogmans. Ils seront à nouveau très nombreux à suivre les conférences de Maurice Gaudefroy-Demombynes, lorsque ce dernier, après avoir longtemps enseigné aux Langues orientales, succède à Huart en 1926. On remarque cependant l’émergence d’un auditoire qui s’intéresse spécifiquement aux questions religieuses, correspondant à un mouvement de mode fin de siècle favorable aux religions orientales. On peut prendre l’exemple du peintre suédois Ivan Agueli (1869-1917), inscrit à la conférence de Derenbourg en 1896-1898. Élève de l’atelier d’Émile Bernard en 1890, membre de la Société théosophique de Paris, il a séjourné au Caire en 1894-1895 après avoir été emprisonné en France pour ses sympathies anarchistes. Il s’installera à nouveau en Égypte entre 1902 et 1909, converti au soufisme. On peut supposer que Louis Massignon sera en contact avec lui lors de son séjour cairote de 1906-1907, avant son départ pour Bagdad et sa conversion au catholicisme. En 1910, Agueli publiera des articles dans la revue La gnose et rencontrera René Guénon173. Il n’y a donc pas d’étanchéité entre l’enseignement érudit de l’École pratique des hautes études et les approches spiritualistes et sympathiques que Louis Massignon représentera avec le plus d’éclat – porosité qu’on ne retrouve pas à Alger où, sous la férule de René Basset, domine une conception de la science plus rationaliste et distante, fermée à l’empathie.

  • 174  H. Derenbourg entame parallèlement une traduction française du Coran sans trouver le disciple qui (...)
  • 175 B. Carra de Vaux représente un catholicisme libéral, soucieux de raison et de clarté. Il participe (...)
  • 176  La science des religions et l’islamisme, Paris, Leroux, 1886, p. 94.
  • 177 ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/11, H. Derenbourg. L’engouement pour la littérature scandin (...)
  • 178 H. Piazza a réédité en 1898 la nouvelle traduction par L.-M. Devic du Roman d’Antar, illustrée par (...)
  • 179 Le poète aveugle, Paris, Charles Carrington, 1904. Lié semble-t-il à un milieu littéraire anarchis (...)
  • 180 Avec H. France et H. Rebell, sous le pseudonyme collectif de Jean de Villiot, C. Carrington partic (...)
  • 181 En 1897-1898, il n’avait encore que vingt-six élèves inscrits. Après sa mort, le nombre des audite (...)
  • 182 Laura a voyagé en Orient et s’est convertie au bahaïsme vers 1900. Avec son époux, Hippolyte, qui (...)
  • 183 L’épouse du docteur Mardrus, la poétesse L. Delarue-Mardrus, est intimement liée à N. Clifford-Bar (...)
  • 184  M. Gaudefroy-Demombynes fait paraître ses notes critiques dans la Revue critique d’histoire et de (...)
  • 185 Rendant compte de la traduction d’al-Mostatraf par G. Rat, Derenbourg lui oppose l’œuvre de Mardru (...)
  • 186 Ils ont paru dans la petite collection elzévirienne de A. Lemerre en 1896. Jean Lahor est le nom d (...)
  • 187 Après 1903 et la cession par T. Natanson des éditions de la Revue blanche à son ami E. Fasquelle, (...)

43Hartwig Derenbourg a choisi de donner une forme double à ses conférences sur l’islamisme et les religions de l’Arabie : l’une est consacrée au déchiffrement de textes épigraphiques, l’autre à l’étude de sourates du Coran174. La première n’attire jamais que quelques savants spécialistes dont la présence confirme que Derenbourg est bien intégré au milieu des savants républicains de la Revue de l’histoire des religions, laïque, mais non hostile aux religions, qui fournit l’essentiel des cadres de la Ve section. On y remarque en 1893-1894 la présence significative de Bernard Carra de Vaux, professeur d’arabe à l’Institut catholique, en position de médiateur entre le milieu savant de l’université laïque et la science catholique175. La seconde draine un public plus large, du fait de l’importance nouvelle qu’on prête aux religions dans l’explication scientifique des fonctionnements sociaux et politiques et d’un regain d’intérêt pour la part spirituelle de l’homme. En ce qui concerne l’islam, la dimension religieuse des mouvements de résistance à la colonisation française et la nécessité d’administrer de nombreuses populations musulmanes dans le cadre de l’empire colonial donnent une forme et une force spéciales à cet intérêt. Les jeunes élèves des Langues orientales, sensibles au discours selon lequel les succès de la diplomatie et de l’administration en Orient ne passent pas seulement par la maîtrise des langues mais aussi par la compréhension des données religieuses, viennent nombreux écouter les conférences de Derenbourg qui leur promet que « l’étude du coran […] sera […] un levier puissant pour agir sur les musulmans »176. La surface sociale du maître tend à en faire un événement mondain – ou du moins un loisir à la mode. Lié aux milieux politiques radicaux qui accèdent à la direction du gouvernement en 1906, Derenbourg est proche des avant-gardes artistiques. Dans le salon que tient sa femme rue de la Victoire, on représente en 1895 La dame de la mer, pièce en cinq actes d’Ibsen177. En 1905, il choisit de faire paraître ses Opuscules d’un arabisant chez Charles Carrington, un éditeur esthète dans le goût d’Henri Piazza178, peut-être par l’intermédiaire d’un de ses anciens élèves, Georges Salmon, qui vient d’y faire paraître la traduction d’extraits de poèmes et de lettres d’Abū-‘alā’ al-Ma‘arrī179. Le catalogue de Carrington comprend aussi celle des quatrains de ‘Umar al-Ḫayyām par Charles Grolleau (1902), en même temps que plusieurs œuvres de Laurent Tailhade, d’Oscar Wilde et qu’une littérature fin de siècle où châtiments et érotisme se mêlent180. Ces liens de Derenbourg avec l’avant-garde littéraire jouent en faveur d’un élargissement de son public au-delà des seuls interprètes et érudits. À la veille de sa mort, en 1907-1908, sa conférence totalise soixante-deux inscrits, beaucoup plus qu’à ses débuts181. Parmi eux, on remarque la jeune Américaine Laura Clifford-Barney, sœur cadette de Natalie Clifford-Barney, figure de la vie littéraire et mondaine parisienne182. En 1909-1910, on la retrouve parmi les auditeurs inscrits aux conférences de Huart, qui a substitué à l’épigraphie sémitique, traditionnellement au programme de la première conférence, l’étude de la mystique persane. Elle y côtoie le docteur Mardrus183, lui aussi en quête de spiritualités nouvelles et dont la retraduction des Mille et une nuits avait fait événement en 1899 – Derenbourg s’était alors démarqué des savants austères de l’école d’Alger représentés par Gaudefroy-Demombynes184 en évitant d’attaquer les faiblesses du travail, son défaut de rigueur intellectuelle, pour n’en retenir que la qualité littéraire185. Plus encore qu’aux Langues orientales ou qu’à la IVe section de l’École pratique des hautes études, érudits, littérateurs et artistes se croisent aux conférences de la Ve section, doublant ou préparant peut-être d’autres rencontres dans le cadre semi-privé des salons littéraires qui se perpétuent jusqu’aux années 1920. Au carrefour de l’érudition et de la mode littéraire, des études savantes et de leurs applications coloniales, cette mode n’est pas sans rappeler la frénésie orientale de la fin des années 1820. Annoncé par une production poétique d’inspiration orientale dont les Quatrains d’al-Ghazali de Jean Lahor186 sont un spécimen caractéristique – et de bonne qualité –, le succès du Livre des mille nuits et une nuit publié entre 1899 et 1904 par Mardrus aux éditions de la Revue blanche187, en marge de la production savante, témoigne de nouvelles attentes et indique que le goût pour les contes et la poésie d’Orient n’a pas disparu. Littérateurs et érudits l’ont d’ailleurs en partage. Les mots avec lesquels Gaudefroy-Demombynes, le sévère recenseur de Mardrus, introduit en 1911 sa propre traduction des Cent et une nuits, irréprochable d’un point de vue scientifique, ne sont pas sans rappeler l’engouement romantique pour la poésie arabe :

  • 188 Les cent et une nuits, Paris, Guilmoto, 1911, p. X.

L’imagination arabe, c’est la force inconsciente qui crée, sans effort, l’instrument poétique ; c’est la faculté de rendre, sans y songer, une idée simple par une image criante de vérité, dont tous les traits, dont tous les mots évoquent une réalité et la gravent avec sa couleur, son mouvement, sa vie. La véritable poésie arabe, c’est celle des poètes de l’ancienne Arabie antéislamique et de la période ommeyyade, c’est-à-dire des septième et huitième siècles, celle qui vit encore chez les Bédouins modernes, une poésie qui s’imprègne, par son réalisme, d’une originalité si forte qu’elle échappe à la transposition en une langue européenne et à l’entière compréhension du lecteur étranger.188

44Mais Gaudefroy-Demombynes suit une inflexion nouvelle en prenant ensuite l’exemple du Coran,

  • 189 Ibid., p. X et XI.

[…] dont la lecture laisse à tout lecteur sincère une impression si mêlée et si troublante. […] il y trouvera l’imagination arabe en toute sa force : l’image ardente, le mot frappé, vivant, brûlant, lancé d’un souffle furieux, haletant et court. Il en sentira la grandeur.189

  • 190 Le Koran qui est la Guidance et la Différenciation. Traduction littérale et complète des Sourates e (...)
  • 191 Après guerre, les « Appels de l’Orient » que publient en février-mars 1925 les Cahiers du mois conf (...)

45L’évolution de Mardrus, qui se tourne vers la traduction du Coran, de la Bible et des textes religieux de l’Égypte ancienne190, confirme que c’est pour sa dimension religieuse que la littérature arabe l’intéresse désormais. Elle est caractéristique d’un mouvement qui voit dans la littérature orientale un facteur de régénération spirituelle de l’Occident et de renouvellement de la littérature française. La mode orientale des années 1900 se distingue cependant du mouvement romantique par un rétrécissement à l’échelle de la France, nationalisme oblige. Malgré le cosmopolitisme des élites lettrées fin de siècle, leurs ambitions n’ont pas l’ampleur européenne de 1830. Les progrès de la grande presse, du livre bon marché et la multiplication des images donnent en revanche à ce mouvement une diffusion nouvelle, qui déborde largement le monde des lettres et de l’université. Cette mode orientale s’inscrit dans un cadre qui n’est plus celui d’un concert des nations occidentales-orientales mais celui d’un empire français fédérant une pluralité de nations et de confessions. Ambiguë, elle se nourrit d’une foi dans l’avenir de cet empire dont les vertus sont jugées incontestables en même temps qu’elle est l’expression d’un scepticisme devant les progrès de la civilisation technique européenne, d’un désenchantement précurseur de la crise des valeurs que révélera la Première Guerre mondiale191.

46L’étude de l’enseignement de l’arabe dans les grands établissements supérieurs parisiens permet de conclure au maintien d’une tradition académique savante et d’un type d’enseignement pratique hérité des jeunes de langue qui, dans la tradition des Affaires étrangères, conserve une certaine indépendance vis-à-vis des institutions coloniales. La coexistence de pôles complémentaires, plus savant au Collège de France et à l’École pratique des hautes études, plus pratique aux Langues orientales et à l’École coloniale, joue en faveur d’une certaine mixité et d’une fluidité. Les apprentis arabisants, en fonction de leurs projets de carrière, complètent leur formation en suivant différents types d’enseignement. Cette polarité multiple freine le processus de spécialisation qui tend à assurer le monopole de la production scientifique aux professeurs et aux savants de profession. À la veille de la Première Guerre mondiale, il n’y a pas encore de frontière étanche entre savants et praticiens. Le courant qui pousse les études arabes à répondre aux problèmes de l’administration coloniale est incontestable. Il est cependant compensé à la fois par la nécessité de répondre à des exigences scientifiques particulièrement fortes, seules à même d’assurer à la science orientaliste française son rang à l’échelle internationale, et par la volonté de Paris de conserver son indépendance face au pôle colonial algérien.

47Pour mesurer la part savante et la part coloniale des études arabes françaises entre 1870 et 1914, il faut cependant dépasser le seul cadre parisien. Avant de les observer outre-Méditerranée, au Proche-Orient et en Afrique du Nord, il est nécessaire de les replacer dans le cadre français et européen. Les congrès orientalistes internationaux et provinciaux qui sont organisés après 1870 invitent à passer à une autre échelle et à examiner le développement des études arabes en France en dehors de la capitale. Sur quel mode se sont-elles implantées ? Avec quel succès ? L’étude des réalisations provinciales, dans le cadre des facultés des lettres ou en dehors de l’université, peut apporter un éclairage différent sur la place prise par l’enseignement de l’arabe dans les perspectives nouvelles que dessine l’expansion coloniale.

L’institution des congrès des orientalistes

  • 192 Baron T. de Ravisi au directeur de l’enseignement supérieur, 11 août 1874 (ANF, F 17 4058).

L’œuvre des congrès des orientalistes est une œuvre d’initiatives privées et françaises.192

Le premier congrès international (Paris, 1873)

48L’organisation en 1873 d’un congrès international des orientalistes à Paris a pour objectif de réaffirmer la vigueur de la science française après le choc de la défaite. Il témoigne d’une volonté de revanche qui dépasse le point de vue strictement militaire : c’est par des actions d’éclat dans le domaine économique et scientifique que la France réaffirmera sa puissance. C’est ce qu’écrit par exemple dès 1870 Léon Renier, président de la IVe section de l’École pratique des hautes études, pour appuyer son répétiteur Stanislas Guyard qui demande à être dispensé du service militaire :

  • 193 ANF, F 17, 22.902, Guyard.

M. Guyard combattra aussi à sa manière, et plus utilement qu’il ne le ferait à la frontière, contre la Prusse. Si nos armées vont lutter sur le Rhin contre la prépondérance politique de cette puissance, l’EPHE lutte de son côté contre sa prépondérance scientifique, et c’est pour cela qu’elle a été fondée. Faudrait-il que nous désarmions ici, tandis que là-bas on se prépare avec tant d’activité au combat ?193

  • 194 Cette liste comprend aussi un surprenant chapitre « Corse, Algérie », distinguées de la France (AN (...)

49Le patriotisme des organisateurs du congrès est patent. Une liste provisoire des participants et des souscripteurs classés par pays comprend par exemple autant de chapitres que de Länder germaniques : c’est pour les initiateurs du congrès non seulement une manière d’affirmer leurs convictions décentralisatrices194, mais aussi un moyen de ne pas reconnaître l’intégration de l’Alsace-Lorraine au Reich allemand proclamée à Versailles en janvier 1871. Après avoir obtenu la perpétuation de la formule de congrès international qu’ils ont inaugurée, les Français font d’ailleurs tout leur possible pour éviter que les Allemands n’obtiennent que le IIIe congrès, après celui qui doit se réunir à Londres, soit organisé à Berlin :

  • 195 Capitaine Le Vallois, secrétaire du congrès, au directeur de l’enseignement supérieur, 7 août 1874 (...)

[…] si malheureusement ils réussissent, ils tenteront certainement d’étouffer tout ce qui a été fait en France, et de faire rejaillir sur leur pays toute la gloire d’une entreprise utile : nous verrons certainement alors le gouvernement allemand prendre l’affaire en main.195

50Ce n’est pas en vain : Saint-Pétersbourg et Florence sont successivement choisies pour abriter les congrès de 1876 et 1878. Le choix ne se porte sur Berlin qu’en 1881, pour le Ve congrès – l’année de l’expédition française en Tunisie, dont on se souvient qu’elle a été discrètement encouragée par Bismarck, de façon à détourner le regard des Français de la ligne bleue des Vosges.

  • 196 Les importants travaux de L. Muchielli ne lui ont par exemple guère fait de place (La découverte d (...)
  • 197 Elle serait née de la fusion de deux jeunes sociétés, la Société des amis de l’Orient et la Sociét (...)
  • 198 J. Duchateau, Une création scientifique française, le premier congrès international des orientalis (...)
  • 199  L. de Rosny, « Positivistes et exactivistes », Bulletin de la Société d’ethnographie, 1884-1885, p (...)
  • 200  L. de Rosny, « Allocution », Bulletin de la société d’ethnographie, 1894, p. 244, cité par E. Sibe (...)
  • 201 E.-L. Boissonnet (1811-1901), polytechnicien, directeur des affaires arabes de la province de Cons (...)
  • 202 Comme son père, ami de Tocqueville et député en 1848, M. de Vogüé (1829-1916) est tout à la fois l (...)

51À l’origine de l’organisation du congrès des orientalistes, on trouve des personnalités diverses, dont beaucoup quittent ensuite l’avant-scène de la vie scientifique, du fait de leur grand âge, d’un profil d’érudition qui ne correspond plus à la formation scientifique désormais requise, ou d’une orientation politique et idéologique en désaccord avec l’université républicaine. Ce milieu est relativement difficile à reconstituer : éclipsé par les institutions durables mises en place à partir des années 1880, il est longtemps resté méconnu des historiens qui ont reconstitué la naissance des sciences humaines en France196. Il est composé de personnalités qui se sont déjà regroupées sous le Second Empire, autour de la Société d’ethnographie américaine et orientale fondée en 1859197 et de l’Athénée oriental, constitué en 1864. Ces savants soulignent leur volonté de promouvoir une science ouverte, œuvre d’esprits indépendants et libres, en affirmant se démarquer des « fonctionnaires puissants, […] des savants patentés »198. Ils ont pour animateur principal le sinologue et japonisant Léon de Rosny (1837-1914). Héritier des valeurs de 1848 – inspiré à la fois par le christianisme et l’universalisme révolutionnaire, il s’opposera au positivisme et proposera l’exactivisme, mélange de rationalité et d’intuition199 –, il assure le secrétariat de la Société d’ethnographie américaine et orientale dont il prendra la présidence en 1873. Monogéniste, il s’y oppose clairement à ceux qui mettent l’anthropologie au service d’un discours sur l’inégalité des races200 et se démarque en particulier de la Société d’anthropologie de Paul Broca – on peut même supposer qu’il a fondé la Société d’ethnographie en réaction immédiate à la constitution de la Société d’anthropologie. À ses côtés, les membres de l’Athénée oriental activement impliqués dans l’organisation du congrès des orientalistes ont des profils variés : on y trouve des ecclésiastiques, comme son futur président l’abbé de Meissas, et des militaires, comme son secrétaire, le capitaine du génie Le Vallois, ou le général baron Estève-Laurent Boissonnet, « premier vice-président » de l’Athénée, qui le représente en Algérie201. S’y croisent des légitimistes, comme le catholique archéologue marquis Melchior de Vogüé202, et des bonapartistes, comme le baron Textor de Ravisi, ancien gouverneur de Karikal ; des érudits de cabinet, comme le Nancéien Auguste Prosper François Guerrier de Dumast, et des voyageurs, comme Édouard Madier de Montjau, qui a parcouru la Chine et le Japon. Les principaux organisateurs du congrès sont à l’image des députés de l’Assemblée qui refusent en mars 1873 leur confiance à Thiers pour la donner à des gouvernements « d’ordre moral », conservateurs, monarchistes et catholiques.

  • 203 C’est ce qu’affirme C. de Labarthe dans la Chronique de la Revue orientale, janvier-juin 1868, 9e  (...)
  • 204 La Société d’ethnographie n’est quant à elle reconnue d’utilité publique qu’en juin 1880 (L. Chail (...)

52Un aperçu des membres ordinaires de l’Athénée oriental confirme son ouverture sur de larges horizons, avec des savants d’Europe continentale (Kowalewski, Ewald) et d’Orient (Soliman al-Haraïri, l’ancien collaborateur de l’abbé Bourgade, ce qui rappelle que la médiation des milieux catholiques joue encore un grand rôle dans l’insertion des savants orientaux). En définitive, l’Athénée oriental ressemble beaucoup à la Société asiatique – nombreux sont d’ailleurs ceux qui font partie des deux sociétés, comme les vénérables Sédillot, Garcin de Tassy ou Bianchi. Léon de Rosny lui donne cependant un cachet particulier, décentralisateur et japonisant : moins austère, moins élitiste, plus accessible aux érudits provinciaux, l’Athénée milite en faveur des langues méconnues, appelant à créer des chaires pour les langues d’Extrême-Orient plutôt que de multiplier les lieux d’enseignement du sanskrit et de l’arabe203. Elle conserve aussi une plus grande indépendance vis-à-vis de l’État – l’Athénée, contrairement à la Société asiatique, ne reçoit pas d’aide publique204.

  • 205 Athénée oriental. Revue critique internationale fusionne à partir de janvier 1884 avec Le muséon. R (...)
  • 206  D. Weil, « Des aptitudes colonisatrices des Français », Actes de l’institution ethnographique. Com (...)

53Vecteur de valeurs formulées sous la monarchie de Juillet et l’Empire, ce groupe qui se défait sous l’effet de la recomposition du champ politico-scientifique au cours des années 1880, quand l’accession au pouvoir des républicains et leurs mesures anticléricales suscitent le retrait d’une partie des catholiques205, a permis leur redéploiement dans des milieux républicains au lendemain de 1870. Les républicains « opportunistes » et « modérés », représentés par Jules Ferry, partagent en effet avec ces savants le souci de garantir l’exercice des libertés – même s’ils préfèrent employer un singulier plus abstrait, la liberté. En métropole, le projet décentralisateur, qui se réclame de la défense des libertés locales, est délicat à reprendre tel quel : trop fortement marqué par une empreinte monarchiste, on le soupçonne facilement d’être antirépublicain. Dans le domaine colonial en revanche, il se traduit par la promotion d’une politique respectueuse des aspirations locales, protectrice plutôt qu’assimilationniste. En 1884, le discours que prononce Daniel Weil à la séance générale des Sociétés réunies, ou Alliance scientifique universelle, fondée en 1877 sous le patronage de la Société d’ethnographie pour faciliter les relations entre les ethnographes, est explicite : il faut préférer un système de protectorat qui garantit la décentralisation, l’autonomie et le respect absolu des usages et coutumes des indigènes au système assimilateur qui a été en vigueur en Algérie206.

  • 207 A. du Mesnil (1819-1903) exerce de hautes responsabilités depuis l’Empire, où il a été un proche c (...)

54Le gouvernement, encore dirigé par Thiers, a donné son appui à l’organisation du congrès des orientalistes, logé dans les prestigieux bâtiments de la Sorbonne, et le directeur de l’enseignement supérieur, Armand du Mesnil, figure clé de la transition entre Empire et République, l’honore de sa présence207. Ce congrès n’est pas sans rappeler les manifestations de la fin du Second Empire par sa volonté d’affirmer la suprématie parisienne et française en même temps que par les personnalités sur lesquelles son organisation repose, que ce soit au ministère de l’Instruction publique ou au sein de son comité de patronage – Léon de Rosny est par exemple un ancien membre de la commission scientifique de l’exposition universelle de 1867 pour l’ethnographie.

  • 208 Note en réponse à une question du ministère, s. d., ANF, F 17, 4058. J’ai respecté les passages so (...)
  • 209 Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la 1re session, Paris, 1873, t. III, Paris (...)
  • 210 C’est du moins le cas en 1881, selon le Bulletin de l’Athénée oriental (études asiatiques, africai (...)
  • 211 Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la 1re session, Paris, 1873, t. II, ouvr.  (...)
  • 212 Ils sont régulièrement réunis jusqu’en 1914. Après une longue interruption suite à la Grande Guerr (...)

55Le succès de l’opération est indéniable, à la fois en tant qu’événement qui frappe les imaginations – on note qu’à « la séance d’ouverture [le 1er septembre 1873], il y avait de 500 à 600 personnes, sur lesquelles une centaine de Japonais, et aussi beaucoup de dames »208 – et en tant qu’affirmation de la capacité française à s’imposer comme un pôle savant fédérateur. Le congrès fait la part belle à l’Extrême-Orient, et tout particulièrement au Japon, du fait de l’implication de Léon de Rosny, mais les autres branches de l’orientalisme n’y sont point absentes, y compris les études sémitiques. Aucune communication ne concerne spécifiquement l’arabe, bien que des questions aient été soumises aux futurs congressistes concernant les dialectes de l’Arabie méridionale et l’histoire antéislamique – aucune cependant sur le monde arabe contemporain209. Parmi les souscripteurs et les participants, on trouve Cherbonneau, Dugat, Latouche, tous membres titulaires de l’Athénée oriental210, et aussi Houdas, qui représente l’Algérie et préside la séance consacrée aux études sémitiques211. Certains s’engagent plus durablement dans l’organisation des congrès internationaux, comme Dugat, membre en 1874 du comité national français. La dimension internationale de ces congrès leur assure finalement un succès durable, par-delà les aléas politiques français212. C’est ce qui les distingue des congrès provinciaux des orientalistes, conçus dans le même temps et par les mêmes hommes, mais qui ne survivent pas au nouveau contexte politique, une fois que les républicains ont pris les rênes du pouvoir.

Les congrès provinciaux (1874-1878)

  • 213 Présentation du projet de création d’une succursale de l’EPHE à Nancy, s. d. (1874), ANF, F 17, 40 (...)
  • 214 On note cependant que le milieu des congrès orientalistes provinciaux, à distance d’un républicani (...)
  • 215 Il expose son projet dans L’orientalisme rendu classique dans la mesure de l’utile et du possible (...)
  • 216 Certains contemporains n’ont pas hésité à mettre en doute les compétences scientifiques de Louis L (...)
  • 217 G. Lévy, « Rapport sur le renouvellement de la demande à S. E. M. le Ministre de l’Instruction pub (...)
  • 218 Revue orientale, 11e année, avril 1870, no 23.
  • 219 Guerrier au MIP, Nancy, 4 juillet 1871, ANF, F 17, 2754. Le scepticisme du ministère s’exprime par (...)
  • 220 ANF, F 17, 22.779, A. Carrière. Contrairement au germanophile Reuss qu’il semblait appelé à rempla (...)
  • 221 ANF, F 17, 4058, projet de création d’une succursale à Nancy.
  • 222 Rapport sur l’EPHE, IVe section. Sciences historiques et philologiques, 1873-1874.
  • 223 Sur ce congrès organisé par la Société d’ethnographie et la Société américaine de France avec l’ap (...)

56On a vu que c’était la volonté décentralisatrice qui avait justifié la constitution de l’Athénée oriental à côté de l’officielle et parisienne Société asiatique. Le mouvement provincialiste se prolonge après 1870, relancé en particulier par le baron Guerrier de Dumast, qui entend développer les études orientales à Nancy pour en faire « le propugnaculum de la science française en face du savoir continental étranger »213, et plus précisément en face de l’université impériale de Strasbourg dont le nouveau Reich s’emploie à faire une vitrine de la science allemande214. Représentant d’un monarchisme lorrain décentralisateur et soucieux d’affirmation française à la fois, Guerrier de Dumast est une figure qui bataille depuis longtemps déjà – il est né en 1793 – en faveur du développement de l’orientalisme. Toujours sémillant, il a été un franc-maçon libéral et philhellène sous la Restauration, l’animateur de la Société catholique nancéienne pour l’alliance de la foi et des lumières sous la monarchie de Juillet, et a appelé sous l’Empire à introduire l’enseignement de l’arabe et du sanscrit dans la formation générale délivrée par les facultés des lettres215. Après avoir obtenu en 1852 le rétablissement des facultés des lettres et des sciences à Nancy, il ne relâche pas son action en s’appuyant sur la société savante lorraine, l’Académie de Stanislas, avec à ses côtés les sanskritistes Émile Burnouf, titulaire de la chaire de littérature ancienne, et Louis Leupol216. Malgré le renfort de l’Académie impériale de Metz, qui s’associe aux vœux de l’Académie de Nancy217, et la publication dans la capitale lorraine des premiers numéros de la Revue orientale, journal des orientalistes, les ambitieuses perspectives de Guerrier restent à l’état de projet. Au printemps 1870, la force de la polarisation parisienne engage la revue à quitter Nancy pour Paris, eu égard, selon ses responsables, aux « intérêts sérieux qui [lui sont] confiés, comme seul organe de l’orientalisme français »218. La tension entre une volonté de développement décentralisé et la nécessité de s’appuyer sur Paris, seul centre capable de fédérer des forces suffisantes, perdure après 1870, sans parvenir finalement à susciter de véritables réalisations nouvelles. En 1871, les appels de Guerrier à fonder trois chaires d’arabe vulgaire à Paris, Lyon et Marseille, et à les doubler éventuellement de trois autres chaires d’arabe algérien, n’ont aucune suite immédiate219. Le ministère prévoit de renforcer la faculté des lettres de Nancy en y nommant Auguste Carrière qui a été le disciple du théologien Édouard Reuss (1804-1891) à la faculté protestante de Strasbourg220. Mais Renan veut le voir enseigner la grammaire hébraïque à Paris, et Carrière est nommé répétiteur à l’École pratique des hautes études. En 1874, la proposition de Guerrier de créer à Nancy une succursale de l’École avec des chaires d’arabe classique et de sanskrit, un cours d’égyptien pharaonique, un cours de langues altaïques ou touraniennes et une double chaire de langue euscarienne (basque) et de langue tamoule, sans écarter la possibilité de chaires « d’assyrien, de pehlevi, de libyque (berbère) et de celte (bas-breton) », n’a pas plus d’écho221 : Nancy bénéficie seulement d’une conférence où l’on explique les auteurs grecs et latins222. La tenue l’année suivante du premier congrès international des américanistes dans la capitale lorraine n’a pas les retombées attendues à l’échelle locale223. L’échec de la tentative d’institutionnaliser des congrès provinciaux d’orientalistes confirme l’incapacité des centres provinciaux à se développer en liaison avec Paris : le processus de monopolisation des études arabes par la capitale, seul centre capable d’entretenir des liens avec les savants à l’étranger et outre-mer, s’accentue jusqu’à la fin du siècle.

  • 224 Congrès provincial des orientalistes français. Compte rendu de la séance inaugurale, Levallois. 187 (...)
  • 225 Selon le discours de E. Madier de Montjau, président de la deuxième séance, ibid., p. 130.
  • 226 L. de Rosny, « La décentralisation des études orientales en France », ibid., p. 35.

57Le premier congrès provincial témoignait déjà de la force d’attraction parisienne, même si ses organisateurs avaient pris soin de préciser qu’il ne se réunissait pas dans la capitale, mais à « Paris-Levallois », au domicile de Léon de Rosny, du moins pour sa séance inaugurale224. Ils entendaient en effet « combattre et anéantir, s’il se peut, le monopole que Paris s’est autocratiquement et inintelligemment arrogé en matière des hautes études »225 et expliquaient la faiblesse des études orientales en France par leur centralisation trop grande. Les congrès provinciaux devaient être une arme publicitaire et une façon d’œuvrer en faveur d’une meilleure représentation de la France aux congrès internationaux. Dans la tradition de l’Athénée oriental, les organisateurs du congrès de Levallois entendaient aussi s’opposer au mouvement de fonctionnarisation des orientalistes : les études orientales ne doivent pas être « le domaine exclusif de quelques savants salariés par l’État »226.

  • 227 D. Chevallier, La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, (...)
  • 228 La Statistique de la production de la soie en France et à l’étranger, publication annuelle du synd (...)

58Ce premier congrès est suivi par trois autres, successivement organisés à Saint-Étienne en 1875, à Marseille en 1876, puis à Lyon en 1878, un cinquième congrès projeté à Nancy, cité modèle, ne voyant finalement pas le jour. Les villes qui abritent ces congrès n’ont pas été choisies au hasard. Le « rapide progrès industriel » de Saint-Étienne est explicitement mis en relation avec le plein dynamisme de la science orientaliste, mais il y a une cause accidentelle au choix de ce centre minier et métallurgique sans rapport économique direct avec l’Orient : c’est la résidence du baron Textor de Ravisi, le directeur du comité organisateur des congrès provinciaux. Marseille et Lyon sont en revanche deux villes dont les intérêts commerciaux et industriels sont clairement tournés vers l’Orient. Les premiers Français à investir dans la filature de la soie au Liban sont des Marseillais, les Portalis, au début des années 1840227. Les négociants de la fabrique lyonnaise, comme la maison Arlès-Dufour, se sont à leur tour intéressés à la sériciculture syrienne à partir de la fin des années 1850228. À la fin du siècle, les marchands lyonnais dominent presque entièrement l’industrie de la soie au Levant, tout en augmentant leurs importations de soies de Chine et du Japon. On comprend donc que Marseille et Lyon aient trouvé intérêt à soutenir un enseignement linguistique favorable à leurs intérêts économiques. Reste à évaluer si les travaux des congrès provinciaux apportent de véritables réponses aux besoins pratiques des industriels et des négociants.

  • 229 Préface du Compte rendu des travaux du congrès des orientalistes de Marseille, 4-10 octobre 1876, (...)
  • 230 Sur la rivalité entre les partisans d’un enseignement pratique et les défenseurs d’un enseignement (...)
  • 231 Si l’on en croit le courrier qu’il adresse au ministre de l’Instruction publique, Marseille, 10 ja (...)
  • 232 A. Louca et P. Santoni, « Histoire de l’enseignement de la langue arabe à Marseille », L’Orient de (...)
  • 233 N. Reynaud n’est pas considéré comme un fonctionnaire titulaire, mais comme un simple chargé de co (...)
  • 234 Livret de l’École supérieure de commerce de Marseille, Marseille, 1872, conservé aux ANF, F 17, 409 (...)
  • 235 I. Aillaud, D. Boudet, R. Caty et al., Jules Charles-Roux, Le grand Marseillais de Paris, Rennes, (...)
  • 236 É. Zafiropoulo est l’héritier d’une importante maison de commerce fondée à Marseille en 1852. Spéc (...)
  • 237 Compte rendu des travaux du congrès des orientalistes de Marseille…, ouvr. cité.
  • 238 Ibid.

59Le congrès de Marseille, dont Thiers préside une séance, met explicitement l’accent sur l’utilité : « les questions commerciales sont des questions orientales »229 et l’orientalisme qui a commencé par des études de linguistique doit s’étendre aux mœurs. Le profil des arabisants qui font partie de son comité local d’organisation permet de conclure à la prépondérance d’une approche pratique tournée vers la langue usuelle. Les héritiers du parti utilitariste, soutenu par la majorité des négociants, l’emportent nettement sur ceux qui préféraient une approche plus littéraire et désintéressée de la langue230. Aux côtés de Nicolas Reynaud, secrétaire adjoint du congrès malgré la maladresse de sa plume en français231 (il tient plus de son ancien professeur Sakakini232 que de son prédécesseur à la chaire d’arabe Eusèbe de Salle233), on trouve le successeur de Sakakini au lycée de Marseille, Joseph Abdou Moussa, et Théodore Adjoury, professeur à l’école de commerce phocéenne où l’arabe est enseigné depuis 1872 au moins, avec l’allemand, l’italien, l’espagnol et le grec moderne234. Les intérêts industriels et commerciaux sont par ailleurs représentés au comité d’organisation par Jules Charles-Roux, fabricant de savons et futur armateur235, Étienne Zafiropoulo236, négociant, et l’ancien consul Ferdinand de Lesseps, l’homme du canal de Suez237. Des religieux assistent aussi au congrès de Marseille. Les uns sont là pour leur érudition, comme l’abbé Bargès, vice-président de la Ire section de linguistique, archéologie, littérature, histoire et beaux-arts, soit, avec la IIe section sur les sciences et l’histoire naturelle, la partie savante du congrès. Les autres parce qu’ils sont des hommes d’action soucieux d’informations pratiques, comme l’abbé François Tenougi, vice-président de la Société de statistique de Marseille, qui, dans le discours qu’il prononce lors de l’assemblée générale du congrès, souligne que ses travaux sont d’intérêt général et accessibles à tous238 – ce qui est avant tout le cas pour la IIIe section de géographie, commerce et industrie.

  • 239 Les deux dénominations semblent avoir été concurrentes : « musée oriental » en 1878 selon le congr (...)
  • 240 La première aile du musée des religions, construit dans le quartier neuf qui jouxte le nouveau par (...)
  • 241 Sur M. Vernes, J. Réville et A. Réville (son père), on peut consulter les notices que leur consacr (...)
  • 242 É. Guimet décide ce déplacement dès 1882. Une convention avec la ville de Paris et l’État est para (...)
  • 243 L’ouvrage dirigé par F. Chappuis et F. Macouin (D’outremer et d’Orient mystique…, ouvr. cité) ne d (...)
  • 244 Il est vraisemblable que Guimet a pensé à l’enseignement du chinois, du japonais, de l’hébreu, de (...)
  • 245 M. Vernes y affirme sa volonté de traiter concurremment la mythologie comparée et les études de cr (...)
  • 246 Voir infra, chap. ix, note 59.

60Le congrès de Lyon est le plus ambitieux de tous. Il se conjugue en effet avec l’action de l’industriel voyageur Émile Guimet et se clôt sur l’inauguration du musée oriental ou musée des religions239. Guimet, héritier des usines chimiques fondées par son père, inventeur d’un bleu outremer artificiel, a en effet décidé, de retour d’un tour du monde qui l’a conduit au Japon et en Inde, de fonder un musée scientifique dans sa ville natale. Cette même année 1878, il a déjà exposé les objets qu’il a rapportés d’Extrême-Orient au palais du Trocadéro, dans le cadre de l’exposition universelle de Paris. Le musée qu’il fonde à Lyon a pour particularité d’être au cœur d’un projet scientifique sans être pour autant intégré aux facultés de la ville. Guimet fait construire un bâtiment à cet effet, qui s’articule autour d’une bibliothèque d’études et abrite une école de langues240. En 1880, une revue trimestrielle, les Annales du musée Guimet. Revue de l’histoire des religions, témoigne de la vigueur de son projet. Elle est dirigée par les jeunes savants protestants Maurice Vernes (1845-1923) puis, à partir de 1884, Jean Réville (1854-1908), un ancrage parisien qui préfigure le déplacement des collections du musée vers la capitale241. Faute d’un appui suffisamment solide de la part de la municipalité lyonnaise et de la préfecture du Rhône, et comme le public savant n’est pas assez nombreux, bibliothèque, école et collections quittent en effet Lyon en 1889242. On ne sait pas quelles langues ont été effectivement enseignées dans l’école prévue par Guimet, ni même si celle-ci a été effectivement instituée243. Il est peu probable qu’on y ait enseigné l’arabe, l’accent portant principalement sur l’Extrême-Orient et sur les civilisations anciennes244, que ce soit dans les collections du musée ou dans les premiers numéros des Annales. Le texte programmatique de Maurice Vernes qui introduit le premier volume de la collection ignore l’islam : à la fois proche et étranger, sa position moyenne le disqualifie du point de vue scientifique que la revue entend privilégier245. Elle ne se dotera d’un bulletin critique sur l’islam qu’en 1885 – on en dira bientôt l’importance246.

  • 247 Congrès provincial des orientalistes. Compte rendu de la troisième session, Lyon, Pitrat aîné, 1880 (...)

61Le congrès provincial des orientalistes de Lyon avait pourtant affirmé son souci d’action pratique, en lien avec les réalisations coloniales. En 1878, les participants ne se dispersent pas sans avoir émis un vœu en faveur de la fondation de chaires à Lyon et Marseille : ils considèrent en effet que « la connaissance de la langue indigène » est « un des principaux moyens de colonisation »247. Pour cette même raison, ils appellent aussi à la multiplication des chaires d’arabe en Algérie – parmi les membres du conseil du congrès on remarque d’ailleurs la présence de Belkacem Ben Sedira, professeur à l’École normale d’Alger, bien qu’il n’ait pas fait, semble-t-il, le voyage.

  • 248 En 1866 déjà, le pouvoir central avait manifesté son inquiétude à l’occasion des festivités commém (...)
  • 249 Les congrès provinciaux se rapprochent en cela des sociétés savantes dont J.-P. Chaline a montré l (...)

62Le Ve congrès qui aurait dû être réuni à Nancy, la patrie de Guerrier de Dumast, est resté, on l’a dit, à l’état de projet. Depuis le contrôle par les républicains de l’ensemble du pouvoir politique, Chambre des députés, Sénat et présidence de la République, le climat est devenu trop défavorable à une organisation dont les principaux promoteurs ont des sympathies monarchistes et catholiques, et dont le projet décentralisateur est suspecté de promouvoir un fédéralisme dangereux248. Malgré leur échec final, les congrès provinciaux des orientalistes ont pu cependant préparer l’implantation provinciale d’enseignements de l’arabe au cours des décennies suivantes, que ce soit dans le cadre de l’université ou en dehors d’elle249.

Notes

1 P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes [1874], Paris, Guillaumin, 2e édition, 1882, p. 348.

2 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française, 1870-1914, Paris, PUF, 1959.

3 Rapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, 1868-1872, Paris, Imprimerie nationale, 1872, p. 1.

4 Voir supra, dans le chap. vi, « Le maintien des Langues orientales en dehors de l’université ».

5 Note du ministère de l’Instruction publique, 17 octobre 1869, ANF, F 17, 4054-4057.

6 Copie d’un courrier du MIP au président de l’École, Schefer, 22 septembre 1868, ibid., décrets de réorganisation de 1865, projets.

7 On y trouve A. Duruy, chef du cabinet de son père V. Duruy, ministre de l’Instruction publique, Du Mesnil, chef de la division des établissements scientifiques et littéraires, et Jourdain, de l’AIBL, lui aussi chef de division à l’Instruction publique, ainsi que Meurand, sous-directeur du Midi et de l’Orient à la direction des consulats et affaires commerciales du MAE, et deux conseillers d’État, l’un secrétaire général du MIP, l’autre directeur du commerce extérieur. À la suite de la démission du jurisconsulte Alauzet, qui se considère incompétent, un arabisant, prote honoraire de l’Imprimerie impériale, A.-P. Pihan, rejoint la commission.

8 Note du 2 mai 1867, ANF, F 17, 4054-4057.

9 Le ministère voudrait avoir des précisions concernant « une école supérieure de commerce fondée par la municipalité de Venise et dans laquelle l’étude des langues orientales devrait entrer pour une large part » (copie d’un courrier du MIP au président de l’École, Schefer, 22 septembre 1868, ibid.).

10 Note du MIP, 17 octobre 1869, ibid.

11 Le qualificatif « littéral », en usage pour le grec et l’arabe dès le xviie siècle (Grand dictionnaire de l’Académie française, t. I, Paris, Coignard, 1695, p. 387) ne s’impose pas en dehors du monde des spécialistes. En 1838, les affiches annonçant le programme des cours distinguent « cours d’arabe » (professé par Reinaud) et « cours d’arabe vulgaire » (professé par Caussin). En mars 1894, dans un discours prononcé en Sorbonne au congrès des sociétés savantes, le baron T. de Ravisi parle d’une chaire d’« arabe littéraire », par opposition à l’« arabe vulgaire » (ANF, F 17, 4058).

12 Cette création en faveur de L. de Rosny marque un déplacement de l’intérêt vers l’Extrême-Orient, et en particulier le Japon, à l’époque de la restauration de Meiji (1867-1869).

13 Cette conférence se tient deux fois par semaine, les mardi et vendredi, à trois heures et demie (affiche de présentation du programme de l’École pour l’année 1864-1865, ANF, F 17, 4058).

14 « Note historique sur l’École impériale des langues orientales vivantes », annexe au Projet de décret de réorganisation, 1865, p. 14 (ANF, F 17, 4054-4057).

15 E. Latouche, note sur l’objet de la conférence préparatoire, 14 avril 1865, ANF, F 17, 4061.

16 Il est chargé dès l’année universitaire 1875-1876 d’un cours complémentaire de grammaire arabe.

17 Sur C. Schefer, voir la notice de C.-H. de Fouchécour dans Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité, p. 82-84.

18 Voir infra chap. viii, note 171.

19 Note du MIP, 17 octobre 1869, ANF, F 17, 4054-4057.

20 Établi par un décret du 8 juin 1870, ce conseil est composé de dix membres, cinq délégués des ministères de l’Instruction publique, des Affaires étrangères, de la Guerre, de la Marine, de l’Agriculture et du Commerce, le directeur de l’Imprimerie nationale, le président de la chambre de commerce de Paris, en plus du ministre de l’Instruction publique en personne, de l’administrateur de l’École et de son secrétaire. Le conseil se réunit sur convocation du ministre et ses membres peuvent assister aux examens.

21 Note du MIP, 17 octobre 1869, ANF, F 17, 4054-4057.

22 MIP à Rébillat, directeur de L’information parisienne. Journal politique et littéraire, 10 juillet 1890, ANF, F 17, 4058.

23 Le titulaire de la chaire de Marseille, E. de Salle, prend sa retraite à la fin de l’année 1867. Il n’est pas réellement remplacé, sinon par un chargé de cours, N. Reynaud, qui ne reçoit qu’un dédommagement de 2 500 francs par an, attesté entre 1881 et 1887 (ANF, F 17, 4099).

24 Soit l’année scolaire 1869-1870.

25 L’amendement Keller demandait 85 000 francs pour financer les études des élèves des Langues orientales. Or le gouvernement propose aux Chambres de n’accorder à l’École qu’une allocation nouvelle de 10 000 francs (article signé G. Maillard, La presse, 30 mai 1870, cité par la Revue orientale, journal des orientalistes, 11e année, avril 1870 [sic], no 23).

26 Ce paragraphe est barré dans le document original. É. Keller (1828-1909) est l’un des chefs de file de l’opposition ultramontaine au Corps législatif.

27 Note à en-tête de l’École impériale et spéciale des langues orientales vivantes, s. d. (printemps-été 1870), ANF, F 17, 4054-4057.

28 Lors de l’assemblée des professeurs d’avril 1870, on donne lecture d’une lettre de Garcin de Tassy qui s’élève devant le ministre contre l’ajournement de la réorganisation de l’École. On y réclame aussi une augmentation des crédits à porter au budget rectificatif de 1870 (PV de l’assemblée des professeurs du 4 avril 1870, ANF, F 17, 4063).

29 C’est ce qu’affirme un premier rapport de la commission, imprimé et communiqué aux ministères intéressés en mai 1867 (ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, direction du commerce extérieur, au MIP, 25 janvier 1869, ANF, F 17, 4054-4057). On prévoit des subventions d’un montant de 1 000 à 1 500 francs pour les élèves qui peuvent justifier d’une année d’études assidues.

30 Ibid.

31 Rapport annuel de Schefer, administrateur de l’École, au ministre, 27 décembre 1872, ibid. Audibert est sans doute issu d’une famille de négociants. Entre 1875 et 1878, la chambre de commerce de Marseille lui a alloué une pension annuelle de 1 500 francs. Une fois ses études achevées, « le président de la chambre de commerce réclama, avec la plus vive insistance, une situation officielle pour M. Audibert, et sur les démarches pressantes du directeur du commerce extérieur, M. Audibert fut attaché en qualité d’élève drogman au consulat de Port-Saïd » (Schefer au MIP, Paris, 2 février 1887, ANF, F 17, 4058).

32 La possibilité de préparer une licence ès lettres avec la langue arabe en option ne sera offerte qu’à la veille de 1914, après qu’un décret du 22 février 1910 a fait figurer la licence « mention arabe » dans la série « langues et littératures étrangères vivantes » de la faculté des lettres d’Alger (cité par A. Léon, Colonisation, enseignement et éducation. Étude historique et comparative, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 174). À Paris, il faut semble-t-il attendre 1917, date de l’introduction à la Sorbonne de cours complémentaires en langue et littérature arabes.

33 Décret du 8 novembre 1869 sur la réorganisation de l’École.

34 Il faut attendre 1929 pour voir déléguer à un chrétien d’Orient, M. Feghali, les fonctions de professeur de langue arabe orientale – la crise économique et les restrictions budgétaires consécutives empêchant d’ailleurs qu’il devienne titulaire de la chaire, supprimée en 1934.

35 On note cependant qu’on utilise aussi cette formule pour des répétiteurs qui ne sont pas originaires d’un pays colonisé : en 1871-1872, il est appliqué à un Japonais (ANF, F 17, 4061).

36 Ce retour dans le pays d’origine ne s’accompagne d’ailleurs pas nécessairement d’une promotion sociale.

37 PV de l’assemblée des professeurs de juillet 1914 (ANF, F 17, 13.609).

38 Voir pour l’anglais la thèse de doctorat de sociologie de M.-P. Pouly, L’« Esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation. xixe-xxe siècles, sous la direction de S. Beaud, Paris, EHESS, 2009.

39 La situation faite aux répétiteurs orientaux du Seminar für die orientalischen Sprachen (Séminaire de langues orientales), fondé en 1887 à Berlin sur le modèle de l’école parisienne, pourrait donner un point de comparaison intéressant. Soutenu par le ministère des Affaires étrangères, il est destiné à former des interprètes et des agents de l’expansion allemande (L. Hanisch, Die Nachfolger der Exegeten. Deutschsprachige Erforschung des Vorderen Orients in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2003, p. 40 et suiv.).

40 ANF, F 17, 4061.

41 Rapport de l’administrateur de l’École, s. d. (1er semestre 1870), ANF, F 17, 4054-4057. Le fonds arabe comprend alors 673 volumes imprimés et 107 manuscrits (rapport annuel de Schefer au MIP, 27 décembre 1872, ibid.).

42 En témoigne la documentation conservée aux ANF (F 17, 4059).

43 Note du 25 février 1870, ibid.

44 Ces délégués chargés de l’achat de livres et manuscrits sont institués par un arrêté ministériel du 26 février 1872 (ANF, F 17, 4058). L’œuvre de Tissot a été analysée par K. Bendana-Kchir (« Être archéologue à Tunis dans la deuxième moitié du xixe siècle : l’exemple de Tissot », La Tunisie mosaïque : diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité, J. Alexandropoulos et P. Cabanel éd., Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 513-526).

45 L. A. Sédillot, alors âgé de soixante-quatre ans, est nommé secrétaire honoraire. Il meurt deux ans plus tard.

46 A. Carrière (né en 1838) est d’abord attaché à la faculté protestante de Strasbourg avant d’être nommé en 1871 répétiteur pour l’hébreu à l’EPHE. Il y sera promu en 1881 maître de conférences, puis en 1888 directeur d’études adjoint pour les langues hébraïque, chaldaïque et syriaque, jusqu’à sa retraite en 1902. Il assure le secrétariat de l’ESLO entre 1873 et 1881, avant d’y remplacer É. Dulaurier à la chaire d’arménien (ANF, F 17, 22.779, A. Carrière).

47 (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 50.

48 Ce nombre correspond peut-être à une estimation basse : le rapport au MIP sur les travaux de l’année scolaire 1877-1878 de l’ESLO considère que le fonds était en 1872 de 4 000 volumes (extrait du JORF du 14 mars 1879, p. 8).

49 Ce fonds est constitué de 436 ouvrages (rapport au ministre de l’Instruction publique sur les travaux de l’année scolaire 1877-1878 de l’ESLO, extrait du JO du 14 mars 1879, p. 10, ANF, F 17, 4054-4057).

50 Ministre de l’Instruction publique à Schefer, Paris, 13 mai 1890, ANF, F 17, 4059.

51 Minute d’un courrier du ministre à l’administrateur de l’ESLO, 18 juin 1884, ibid.

52 Minute d’un courrier du MIP à l’administrateur de l’ESLO, 28 décembre 1888, ibid.

53 D. Reig cite quelques titres de cette collection (Homo orientaliste…, ouvr. cité p. 93-96).

54 Le décret de réorganisation de 1869 prévoyait de promouvoir l’enseignement commercial, mais les réalisations ont été reportées à plusieurs reprises.

55 Notes pour M. le rapporteur du budget, ANF, F 17, 4057, documents.

56 De façon comparable, l’ouverture en 1895 au lycée de Tunis d’une section commerciale moderne, préparant en deux ans, après la fin de la quatrième, à un diplôme d’études secondaires, fait long feu, le recrutement étant jugé dix ans plus tard « très défectueux » (première session du Conseil de l’enseignement, mars 1904, Bulletin officiel de l’enseignement public de Tunisie, nouvelle série, 1904, p. 651-653).

57 Afin de renforcer le nombre des arabisants parmi le personnel administratif et judiciaire français en Algérie, le gouverneur général J. Cambon a en effet pris la décision d’ouvrir la carrière des administrateurs des communes mixtes aux élèves diplômés de l’ESLO en même temps qu’aux diplômés de l’École libre des sciences politiques.

58 Il faut être âgé de quinze à vingt-quatre ans, titulaire du baccalauréat et de nationalité française. Les bacheliers de l’enseignement moderne, comme les non-bacheliers, sont soumis à un examen d’entrée. Institué en juillet 1876, cet examen n’est réellement mis en place qu’à partir de 1910, quand une série de décrets réduit le nombre des diplômes acceptés en équivalence du baccalauréat, et constitue une barrière pour les élèves originaires du monde arabe (voir infra, note 116). On a conservé les demandes de dérogation de plusieurs auditeurs libres désireux d’accéder au statut d’élève régulier (ANF, F 17, 4068, scolarité 1869-1884).

59 Les professeurs ont apporté leur soutien aux revendications des élèves demandant à pouvoir bénéficier des dispositions prises en faveur des élèves de l’École des chartes, à savoir la faculté d’être nommés auxiliaires auprès des membres de l’Institut, chargés de travaux intéressant l’histoire et la géographie de l’Orient, plutôt que de devoir effectuer un service militaire (copie du PV de l’assemblée des professeurs du 28 mars 1873, ANF, F 17, 4063). À la fin du siècle, la presse radicale fera dire au secrétaire de l’École que bon nombre d’inscriptions auraient été avant tout motivées par cette exemption (La volonté, 25 novembre 1898, coupure conservée dans ANF, F 17, 4058, affaires diverses).

60 La figure de R. Millet a été très précisément étudiée par É. Mouilleau (« La création de la Khaldounia, un projet colonial », Awal, no 26, 2002, p. 49-60).

61 L’étude que lui a consacrée J. Vavasseur-Desperriers laisse à la marge l’œuvre algérienne de C. Jonnart (Républicain et libéral, Charles Jonnart, une conscience républicaine, 1857-1927, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1996).

62 Sur François Deloncle, voir infra, note 81.

63 H. Cambon et P. R. Millet sont diplômés d’arabe vulgaire en 1895, P. Millet en 1902 et R. P. J. Cambon en 1904. Ils ont fait tout ou partie de leur carrière aux Affaires étrangères, à l’exception de P. Millet, longtemps chef de la rubrique coloniale du Temps (C.-R. Ageron, Les Algériens musulmans et la France, Paris, PUF, 1968, p. 1095, note 3). Ils ne se spécialisent pas particulièrement dans les affaires musulmanes. P. R. Millet a travaillé pour la Banque de France ; R. P. J. Cambon (1881-1970) fils de J. Cambon, est en poste très longtemps à Londres, bien qu’on puisse noter que H. P. Cambon (1876-1953), fils unique de P. Cambon et auteur d’une médiocre Histoire de la Régence de Tunis (1948), séjourne au Caire (P. Cambon, Correspondance, t. II, Paris, Grasset, 1940, lettre du 27 mai 1906).

64 G. Maillard, chronique publiée dans Le pays, mardi 29 juin 1875 (ANF, F 17, 4058). Parmi les autres titres qui mènent campagne, on peut citer Le soir en 1875, La République française en mars 1879 et Le réveil, dirigé par J.-L. de Lanessan, en février 1882.

65 « On a frappé le droit d’inscription d’un impôt de cent francs, et malgré cela le nombre des inscrits s’élève cette année à trois cent cinquante […] » selon un entrefilet paru le 25 novembre 1898 dans le quotidien La volonté (ANF, F 17, 4058, affaires diverses).

66 Répartition géographique des langues vivantes. Leur importance au point de vue commercial et politique. L’enseignement pratique des langues orientales en France, conférence au VIIIe congrès national des sociétés françaises de géographie, Nantes, 7 août 1886, Paris-Kristiania (Oslo), E. Leroux - A. Cammermeyer, 1886.

67 L. Radiguet, École nationale des langues orientales (Collège national des interprètes d’Orient).Lettre adressée à M. le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le 17 juillet 1887 par le syndic sortant, Paris, Imprimerie F. Levé, 1887.

68 Ibid., p. 3.

69 Ibid. L. Radiguet reprend une expression entendue à la Chambre des députés le 25 janvier 1887, lors d’une séance où il a été question de la réorganisation de l’École des langues orientales.

70 Ce projet de réforme témoigne du mouvement de renouvellement du personnel diplomatique qui a été bien mis en valeur par les travaux de I. Dasque (« Une élite en mutation : les diplomates de la République [1871-1914] », Histoire, économie et société, 2007-4, p. 81-98).

71 L. Radiguet donne l’exemple de L. C. Féraud, ainsi que des ministres britanniques et américains en Chine.

72 L. Radiguet, École nationale des langues orientales…, ouvr. cité, p. 5.

73 Ibid., p. 7. On retrouve cet appel à conserver une distance méfiante vis-à-vis des indigènes dans une note adressée vers 1892 au MIP L. Bourgeois : elle souligne qu’il est nécessaire que l’interprète puisse interpréter les documents « sans demander en secret le secours d’un indigène » (note, s. d., ANF, F 17, 4054- 4057).

74 Ibid., p. 9, note 2.

75 Ibid., p. 11.

76 Sur V. Serres, voir infra note 172.

77 Il est vrai que les Affaires étrangères recrutent en 1887 trois brevetés des langues orientales comme élèves drogmans, Ottavi à Beyrouth, Dorville à Damas et Nicolas à Téhéran.

78 L. Radiguet, Lettre adressée à M. le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts…, ouvr. cité, p. 10.

79 C. Schefer au ministre, Paris, 31 décembre 1890, ANF, F 17, 13.608. On note d’ailleurs que l’unique élève dont les études ont été financées par la ville de Marseille finit lui aussi par intégrer le drogmanat.

80 Note au MIP L. Bourgeois, s. d. (v. 1892), ANF, F 17, 4054-4057.

81 Selon cette même note, « il n’est pas nécessaire d’être orientaliste pour indiquer comment on doit enseigner une langue : le mieux serait de charger du projet des personnes étrangères à l’orientalisme avec faculté pour elles de se renseigner près des orientalistes s’ils en éprouvaient le besoin » (ibid.). Son auteur, qui avoue une expérience de trente années d’enseignement, propose de confier une mission d’inspection au député F. Deloncle (1856-1922) qui a été, entre 1873 et 1877, élève de l’École où il a en particulier étudié l’hindoustani. Fils aîné de E. Deloncle, républicain déporté à Lambèse en 1851, puis secrétaire de Freycinet et préfet d’Oran après 1870, F. Deloncle est un des piliers du parti colonial à la Chambre, où il siège dans le groupe de la gauche démocratique (Dictionnaire des parlementaires français, J. Jolly éd., t. IV, Paris, PUF, 1966).

82 Paris journal, 2 février 1911.

83 P. Berger (1846-1912), fils d’un pasteur luthérien, enseigne l’hébreu et le phénicien au Collège de France.

84 Cette rumeur est fixée dès juin 1884 sous la plume de Pierre Foncin inspectant le jeune Casanova alors professeur au lycée d’Amiens : « Il demande Alger ! Il serait très fâcheux de l’y envoyer. Il n’a droit d’abord à aucune récompense. En outre, il est m’a-t-on dit israélite, et moins il y aura de fonctionnaires israélites en Algérie, mieux cela vaudra. Enfin, il perd absolument son temps sous le climat du Nord. Que ferait-il sous le ciel d’Afrique ? » (ANF, F 17, 25.671, Casanova).

85 A. Le Chatelier collabore en 1912 à l’Homme libre, entre 1912 et 1917 à la Dépêche de Toulouse, entre 1914 et 1923 au Radical (C. Charle et É. Telkès, Les professeurs du Collège de France. Dictionnaire biographique, 1901-1939, Paris, INRP-CNRS, 1988, p. 127-129).

86 On trouve cette correspondance dans le dossier personnel de Gaudefroy-Demombynes conservé aux ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes. Voir annexe 38 en ligne.

87 On le convoque par exemple en 1908 à la Réunion d’études algériennes, galerie d’Orléans au Palais royal (ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes).

88 F. Arin, « Notice nécrologique de M. Gaudefroy-Demombynes », Hespéris, 1958, p. 10.

89 Alors qu’il était candidat pour être chargé du cours d’arabe littéral en 1908, Gaudefroy-Demombynes a reçu la recommandation du sénateur C. Dupuy qui siège avec l’Alliance démocratique (ANF, F 17, 27.290).

90 La gazette de la capitale et du parlement, 10 décembre 1910 et Paris journal, 2 février 1911.

91 ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes.

92 Boyer avait déjà déploré la tendance qu’aurait eue Amar à s’attribuer parfois des qualifications auxquelles il n’avait point droit (au ministre, 27 octobre 1908, ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes) et Gaudefroy-Demombynes mis en doute sa parole et sa moralité (à Boyer, 8 juin 1908, ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/12, Amar).

93 G. Clemenceau, alors ministre de l’Intérieur et V. Simond, directeur de L’aurore, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur sont intervenus en faveur de Casanova (ANF, F 17, 25.671).

94 Casanova a été normalien en 1879-1880, avant d’être exclu de l’École par son directeur Fustel de Coulanges pour avoir échoué à la licence.

95 En témoigne une correspondance anonyme (annexe 36 en ligne). L’envergure internationale de R. Basset, qui dirige depuis 1906 la rédaction française de l’Encyclopédie de l’Islam, est incontestablement bien plus grande que celle de Casanova. Contrairement au Collège de France, l’Institut avait d’ailleurs présenté Basset avec deux voix d’avance sur Casanova.

96 Décret du 8 juin 1914, Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 16 juin 1914, p. 5281.

97 Cet appui s’est matérialisé par des dotations budgétaires conséquentes : l’Assemblée nationale a par exemple voté en 1872 un crédit complémentaire de 20 000 francs pour régulariser la situation de l’École, portant ainsi son budget à près de 90 000 francs (Schefer au ministre, 30 mars 1872, ANF, F 17, 4054-4057). Vingt ans plus tard, une note rédigée à la demande du ministre de l’Instruction, le radical L. Bourgeois, juge le coût de l’École excessif (s. d. [v. 1892], ANF, F 17, 4054-4057).

98 C.-R. Ageron, Les Algériens musulmans…, ouvr. cité, t. II, chap. xxxviii, « Politique scolaire et scolarisation des musulmans de 1898 à 1918 » et H. Desvages, « L’enseignement des musulmans en Algérie sous le rectorat de Jeanmaire (1888-1914) », Le mouvement social, no 70, 1970, p. 109-137.

99 Rapport de l’administrateur Schefer au MIP, 12 avril 1872, ANF, F 17, 4054-4057.

100 Ibid.

101 Schefer au MIP, 8 mai 1872, ANF, F 17, 4058 et Revue maritime et coloniale, 1872, p. 664-666.

102 Rapport, 1872 et notes pour M. le rapporteur du budget, 1894-1895 (ANF, F 17, 4054-4057).

103 En 1895-1896, cinquante élèves suivent assidûment le cours d’arabe littéral, quatre-vingts le cours d’arabe vulgaire, dont respectivement une trentaine et une soixantaine sont régulièrement inscrits (notes pour M. le rapporteur du budget, ANF, F 17, 4057, documents). Une grande partie d’entre eux cumulent les deux enseignements. En 1908-1909, les étudiants du cours d’arabe littéral de M. Gaudefroy-Demombynes sont une soixantaine ; les deux tiers environ obtiennent le diplôme (Gaudefroy à Boyer, administrateur de l’École, 23 juin 1909, ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes).

104 En 1869-1870, le nombre des élèves inscrits en japonais, en annamite et en arabe est le même – six pour chaque langue (Schefer au MIP, 1er décembre 1869, ANF, F 17, 4068).

105 En 1895-1896, les élèves d’arabe forment l’effectif le plus nombreux avant le russe (58) et le grec (46).

106 Sur 44 diplômes délivrés à Berlin, on en dénombre 11 pour l’arabe. Viennent ensuite le turc (10), le swahili (9), le chinois et le japonais (5 chacun), le persan et l’hindoustani (2 chacun) (ANF, F 17, 13.608).

107 Soit 31 diplômes sur 97. Viennent ensuite le turc (14 diplômes), le persan (12), le chinois et l’annamite (9 chacun), le japonais (6), le russe (4), l’hindoustani, le grec moderne et le roumain (3 chacun), l’arménien (2) et le malais (1) (ibid.).

108 On peut citer le fils de E. Deloncle, François, qui suit en 1874 le cours d’arabe tout en se spécialisant en hindoustani, ou bien celui de A. Destrées, professeur d’arabe au lycée Carnot de Tunis. L’avocat au barreau d’Alger É. O. Broussais, arrière-petit-fils du physiologiste et futur député, attend du diplôme d’arabe qu’il l’aide à « se créer une position au barreau d’Alger » (Broussais au MIP, Paris, 22 novembre 1882, ANF, F 17, 4068).

109 Je n’ai pu analyser l’ensemble des 280 élèves diplômés en arabe que j’ai répertoriés pour la période 1874-1914, faute d’éléments précis suffisamment nombreux pour ce qui concerne les diplômés après 1900.

110 R. Basset, nommé en 1880 à un cours complémentaire de langue arabe à l’École supérieure des lettres d’Alger, n’y enseigne provisoirement le turc et le persan que pour répondre aux vœux du recteur (jusqu’en 1885 pour le turc, en 1883-1884 pour le persan). À partir de 1884, E. Fagnan ne prend le relais que pour le persan.

111 E. Doutté, Rapport à Monsieur le Gouverneur général de l’Algérie. Des moyens de développer l’influence française au Maroc. 1re partie : analyse des moyens généraux d’influence, Paris, F. Levé, 1900, p. 30). Les rapports entre l’École des langues orientales et l’École des lettres d’Alger sont ici encore à la fois de concurrence et de complémentarité.

112 E. Rachid Kalafat (né en 1890 à Constantine), fils de M. Kalafat, est diplômé d’arabe vulgaire et littéral en 1910.

113 M. ben si Moula ben Ameur (né en 1880 à Fort National) passe avec succès les examens d’arabe vulgaire et littéral en 1901, puis de persan et de turc en 1903.

114 A. Tamzali (né en 1890 à Bougie) est diplômé d’arabe vulgaire en 1913, puis d’arabe littéral en 1914. Il fait ensuite une carrière politique : représentant élu du collège électoral indigène au conseil municipal d’Alger de 1921 à 1937 (M. Kaddache, La vie politique à Alger de 1919 à 1939, Alger, SNED, 1970), il préside la section kabyle des Délégations financières en 1943 (C.-R. Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. II, De l’insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération, 1954, PUF, 1979, p. 565). Élu ensuite au Sénat, où il siège avec la gauche démocratique, et à l’Assemblée algérienne, il sera assassiné pendant la guerre d’Algérie.

115 Sur les interprètes indigènes en Afrique de l’Ouest, voir N. Lawrance, E. L. Osborn, R. L. Roberts, Intermediaries, Interpreters, And Clerks…, ouvr. cité.

116 Les premiers Tunisiens diplômés de l’École sont, en 1915, pour l’arabe littéral, M. Sfar (né à Tunis en 1894), puis, en 1917, pour l’arabe maghrébin, T. El-Fendri (né à Sfax en 1892). Sfar est le fils du haut fonctionnaire B. Sfar (1863-1917), célèbre dans l’historiographie nationale tunisienne pour le discours aux accents patriotiques qu’il prononce en 1906 à l’occasion de l’inauguration d’un asile de vieillards, la Tekia.

117 A. Sbihi (né à Salé en 1902) est le premier diplômé marocain (en arabe littéral). Le petit nombre des Marocains élèves aux Langues orientales est peut-être à mettre en rapport avec une politique française visant à former les élites musulmanes sur place, au Maroc, voire à Bordeaux, afin d’éviter l’influence jugée délétère de la cosmopolite métropole parisienne.

118 L’arabe maghrébin ne peut être présenté en première langue. Il peut l’être en deuxième langue, à condition de ne pas avoir présenté l’arabe littéral en première langue. Outre les deux épreuves de langue, l’examen comporte des épreuves d’histoire et géographie, de composition française, de littérature française et une version.

119 Autre exemple plus tardif, M. Abd-el-Jalil n’obtient en 1923 une bourse du gouvernement marocain qu’à la condition de préparer à Paris une licence d’enseignement ès lettres mention arabe – on attend de lui qu’il devienne à son retour du Maroc un de ceux sur lesquels s’appuiera la politique de rénovation de l’enseignement supérieur de l’arabe –, alors qu’il est attiré par la philosophie. À Paris, il suivra, parallèlement à ses études d’arabe à la Sorbonne, l’enseignement philosophique délivré à l’Institut catholique.

120 Sur la réforme du baccalauréat, voir infra, Conclusion, note 35.

121 Les diplômés étrangers suivent généralement à la fois les cours des Langues orientales et ceux de l’EPHE. Entre 1884 et 1892, c’est le cas du Suisse Spiro, des Grecs Triantaphyllidès et Christidès, du Russe Larionoff, du Polonais Krajewski, du Portugais D. Cohen et du Roumain Saïnéano. F. Groff, une demoiselle américaine qui, après avoir obtenu en 1888 les diplômes d’arabe et de persan, part pour Le Caire, semble faire exception – mais son frère, l’égyptologue W. N. Groff, est diplômé de l’EPHE la même année. Sur l’importance des étudiants étrangers, voir P. Moulinier, Les étudiants étrangers à Paris au xixe siècle. Migrations et formation des élites, Rennes, PUR, 2012.

122 A. Zenagui, premier d’une série de répétiteurs algériens qui succèdent à partir de 1902 aux répétiteurs égyptiens, inaugure un genre nouveau : il compose un récit littéraire dans son parler local de Tlemcen, édité et traduit en 1904 par son commanditaire, M. Gaudefroy-Demombynes, pour le Journal asiatique.

123 Le premier diplôme de berbère est attribué à A. Oukkal en juillet 1917 (PV de l’assemblée des professeurs de 1917, ANF, F 17, 13.609). Reste à savoir dans quelle mesure les élèves qui ne préparent que le diplôme d’arabe vulgaire s’initient dès lors aussi au berbère.

124 Le brevet de kabyle de l’École des lettres d’Alger a été créé par l’arrêté du 28 juillet 1885, trois ans après le brevet d’arabe.

125 Sur la politique d’excellence scientifique de P. Boyer, voir A. Pondopoulo, « Les “dialectes soudanais” à l’École des langues orientales au tournant des xixe et xxe siècles. Les hommes, les politiques, les choix », Islam et société en Afrique subsaharienne à l’épreuve de l’histoire. Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, O. Goerg et A. Pondopoulo éd., Paris, Karthala, 2012, p. 393-424.

126 Cette nouvelle composition du conseil de perfectionnement est décrétée le 31 juillet 1907. La proposition, qui reçoit le soutien de A. C. Barbier de Meynard, administrateur de l’ESLO, est venue de S. Pichon, ministre des Affaires étrangères, qui doit déléguer un représentant pour les langues d’Extrême-Orient, un autre pour les langues d’Orient (arabe, turc, persan). C. Bayet, directeur de l’enseignement supérieur, propose que l’Instruction publique soit représentée par un professeur de géographie de la Sorbonne ou par un inspecteur général de langues vivantes (ANF, F 17, 13.608).

127 Paris, E. Guilmoto, 1912.

128 M. Gaudefroy-Demombynes à M. l’administrateur (P. Boyer), Talloire (hôtel Bellevue), 1er septembre 1916 (ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/64, Gaudefroy-Demombynes).

129 Rapport sommaire sur les conférences de l’exercice 1893-1894. L’EPHE avait été à l’origine conçue pour entraîner le renouvellement des études de la Sorbonne ; les deux établissements conservent finalement leur autonomie, mais l’on réserve une place à l’EPHE dans les bâtiments rénovés de la Sorbonne, comme en témoigne avec satisfaction le rapport pour l’année 1897-1898.

130 F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe…, ouvr. cité, p. 25.

131 Pour Devic, qui dit pourtant avoir « une sérieuse connaissance des idiomes classiques et de la grammaire comparée », demander à un professeur d’arabe le titre de docteur ès lettres, c’est « le détourner beaucoup de ses études ordinaires » : ce serait comme exiger le titre de docteur en sciences mathématiques à un professeur d’histoire naturelle ou de médecine (Devic au MIP, Paris, 21 mars 1878, ANF, F 17, 22.829). Trois ans plus tard, il envisage de publier sa thèse secondaire en français (L.-M. Devic à A. Dumont, directeur de l’enseignement supérieur, Montpellier, 19 août 1881, ibid.).

132 Sur A. Carrière, voir supra chap. vii, note 46.

133 On sait que R. Basset et C. Huart ont suivi cet enseignement (Rapport sur l’EPHE, IVe ection. Sciences historiques et philologiques, 1873-1874).

134 Sur les Derenbourg à l’EPHE, voir A. Messaoudi, « Usages de la science allemande de Paris à Alger (v. 1840 - v. 1920) », Revue germanique internationale, no 7, 2008, p. 188 et suiv.

135 Le nombre des élèves arabisants de l’EPHE reste toutefois modeste en comparaison de ceux qui étudient les langues romanes ou l’histoire.

136 Rapports annuels de l’EPHE et ANF, 62 AJ 38, liste des élèves diplômés de l’ESLO.

137 Aḥmad ‘Abd ar-Raḥīm est répétiteur à l’ESLO pendant quatre ans. En 1891, il repart pour l’Égypte où il obtient un emploi dans l’administration indigène (ANF, F 17, 2325, Abdoul Hakim, Schefer au MIP, Paris, 8 octobre 1891).

138 A. ben Kaddour Ahtchy (v. 1854-1898), a été élève au lycée d’Alger, sans doute après être passé par le collège arabe-français. Admissible à l’École polytechnique, licencié en droit, il a été attaché à la Bibliothèque nationale à Paris. Revenu à Alger pour se rapprocher de ses parents, il sera secrétaire auprès du premier président de la cour d’appel, puis rédacteur au gouvernement général jusqu’à sa mort (RA, 1898, p. 390, notice nécrologique par J. D. Luciani).

139 C’est le cas pour I. Broydé et George/Goetzel Selikovitch (1863-1926).

140 On trouve ainsi parmi eux les égyptologues E. Revillout, M. Chalvet de Rochemonteix et É. Amélineau.

141 H. Dulac suit l’enseignement de l’EPHE entre 1879 et 1881 puis à nouveau entre 1884 et 1889, après son retour d’Égypte ; P. Ravaisse entre 1881 et 1883.

142  H. Pognon étudiera le mandéisme et les langues mandéennes à Bagdad et à Alep où il sera consul. Non sans fondement, il critiquera sévèrement l’action de E. Constans, ambassadeur auprès de la Sublime Porte, et du ministre S. Pichon qu’il accuse d’avoir fait de la République une véritable « assiette au beurre », leur opposant l’énergie de P. Cambon et l’indépendance d’esprit de Lyautey (Lettre à M. Doumergue, président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, au sujet d’une réforme du ministère des Affaires étrangères, Paris, E. Figuière, 1914). Sur l’action de Constans, voir B. Fulton, « France’s extraordinary ambassador: Ernest Constans and the Ottoman empire, 1898-1909 », French Historical Studies, vol. 23, no 4, octobre 2000, p. 683-706.

143 Sur J. Darmesteter (1849-1894), voir Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité (notice de F. Hitzel).

144 N. Dias consacre un chapitre à Hamy dans Le musée d’ethnographie du Trocadéro, 1878-1908 : anthropologie et muséologie en France, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

145 F. Picavet (1851-1921), agrégé de philosophie, vient alors d’être nommé maître de conférences à la Ve section de l’EPHE (1888) où il sera promu en 1907 directeur d’études de la chaire d’histoire des doctrines et des dogmes. Historien de la philosophie, il a traduit Kant et a consacré sa thèse aux Idéologues (1891), son œuvre principale concerne la période médiévale – on crée pour lui en 1906 une chaire d’histoire des philosophies au Moyen Âge à la Sorbonne. Il collabore aux Annales du musée Guimet (il y publie par exemple en 1902 une étude sur « L’Averroïsme et les averroïstes du xiiie siècle, d’après le De unitate intellectus contra averroistas de Thomas d’Aquin »). Voir Les sciences religieuses, t. IX du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, F. Laplanche éd., Paris, Beauchesne, 1996, notice de J. Jolivet, p. 530-531.

146 J. Vinson s’intéressera aussi à la langue basque et publiera deux ouvrages en collaboration avec A. Hovelacque, Études de linguistique et d’ethnographie en 1878, puis Mélanges de linguistique et d’anthropologie en 1880.

147 A. Laudy (1848-1888) suit les cours de Guyard de 1878 à 1880 après avoir dirigé entre 1874 et 1878 les archives du département de Constantine. Affecté à la section administrative des Archives nationales, il y inventorie les documents sur l’Algérie (Bibliothèque de l’École des chartes, 1888, vol. 49. p. 538-539).

148 Diplômé de l’ESLO, Preux a travaillé à un abrégé d’histoire de la littérature des Arabes, resté semble-t-il inachevé (Rapport sur l’EPHE, IVe section. Sciences historiques et philologiques, 1884-1885). Il s’intéressera ensuite comme juriste à la question des langues et aux conflits de nationalités en Autriche, ainsi qu’à un code croate écrit à la fin du xiiie siècle en alphabet glagolitique (« La loi du Vinodol traduite et annotée », Nouvelle revue historique de droit français et étranger, septembre-octobre et novembre-décembre 1896).

149 J. Havet (1853-1893), élève du cours d’arabe en 1888-1889, a publié des travaux d’histoire médiévale occidentale. Il est le fils de E. Havet, l’auteur de Christianisme et ses origines (1871-1884) qui met l’accent sur son héritage grec, et le frère cadet de L. Havet, maître de conférences à l’EPHE et professeur de philologie latine au Collège de France, qui mènera dès janvier 1898 une campagne active en faveur de la révision du procès Dreyfus (L. G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 6e édition, 1893 ; C. E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains…). Les travaux du Genevois Kohler (1854-1917), futur administrateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève, concernent les croisades, comme en témoignent les articles qu’il donne en 1900 à la Revue de l’Orient latin (O. Lorenz, Catalogue général de la librairie française, vol. 19, 1909).

150 Il s’agit de Coeugny, élève en 1875-1876.

151 Ils collaborent plus précisément à la Version arabe du livre de Job, traduction commentée (tafsīr) qui constitue le t. V des Œuvres complètes de Saadiah ben Youssef (1889), comme le rappelle H. Derenbourg dans sa préface, p. XIX-XX. M. Lambert (1863-1930), issu d’une famille rabbinique de Metz, est sorti du Séminaire israélite de Paris en 1886.

152 À côté de nombreux religieux (dominicains, jésuites, Pères blancs…) et de L. Massignon, chez qui traditionalisme et aspirations mystiques s’allient, on peut citer par exemple D. Masson (1911-1994) ou G. Troupeau (1927-2010).

153 Pour l’histoire de la Ve section, on peut se référer à J. Baubérot et al., Cent ans de sciences religieuses en France…, ouvr. cité.

154 E. Bar-Chens, « Prototyp jüdischer Solidarität. Die Alliance Israélite Universelle », Jahrbuch des Simon-Dubnow-Instituts - Simon Dubnow Institute Yearbook, 2002-1, p. 293. Je remercie Christoph Böwing pour m’avoir indiqué cette référence.

155 E. Ledrain (1844-1910), élève en 1874-1875, est alors encore oratorien. En 1878, il quittera la congrégation pour entrer au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale puis deviendra conservateur au département des antiquités orientales du Louvre. Auteur d’une Histoire d’Israël (1879-1882) qui sera mise à l’index, il dirige avec J. Oppert la Revue d’assyriologie et d’archéologie orientale (1886) et publie une remarquable traduction de la Bible en dix volumes (1886-1889) (Dictionnaire du monde religieux…, ouvr. cité, t. IX, p. 403-404, notice de F. Laplanche). É. Amélineau (1850-1915), élève du cours d’arabe en 1879-1880, suit aussi les cours de G. Maspero et de E. Grébaut entre 1877 et 1883. Abandonnant sa vocation religieuse, il devient un spécialiste de l’Égypte chrétienne. Membre de la mission française du Caire en 1883, il enseigne à l’EPHE l’histoire du christianisme et le monachisme égyptien, défendant la thèse de la permanence du paganisme antique chez les chrétiens d’Égypte (Dictionnaire du monde religieux…, ouvr. cité, t. IX, notice de A. Filliat, p. 7-8).

156 L. Méchineau (1849-1919), jésuite, étudie alors l’écriture sainte à Paris. Des catholiques conservateurs assistent donc aux cours de la républicaine EPHE, au moins avant 1886 et la création de la Ve section. Le père Méchineau partira ensuite à Beyrouth avant d’enseigner dans les scolasticats de Jersey et de Chieri, près de Turin, puis à l’université grégorienne de Rome. Auteur avec A. Amiaud de Tableau comparé des écritures babylonienne et assyrienne archaïques et modernes, avec classement des signes d’après leur forme archaïque (Paris, E. Leroux, 1887), c’est une figure du courant qui conteste l’ouverture de l’exégèse catholique aux perspectives historiques et critiques ; il sera un adversaire virulent du père Lagrange et de la Revue biblique (Dictionnaire du monde religieux…, ouvr. cité, t. IX, notice de J. Guillet, p. 467-468).

157 On peut sans doute identifier l’abbé Tournier avec Constant Tournier, qui, tout en s’intéressant à la préhistoire, se spécialisera dans l’histoire du protestantisme en Franche-Comté et polémiquera avec le pasteur Viénot.

158 J. E. Viénot (1859-1933), bachelier en théologie en 1884 avec une thèse portant sur l’Étude critique des enseignements parallèles du livre des Rois et du prophète Ésaï sous le règne d’Ezéchias, suit le cours d’arabe de l’EPHE en 1888-1889. Il oriente ensuite ses travaux en direction de l’histoire du protestantisme français. Après son doctorat en 1900, il sera pasteur au temple de l’Oratoire du Louvre et professeur d’histoire religieuse à la faculté de théologie protestante de Paris (Les protestants, t. V du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, A. Encrevé éd., Paris, Beauchesne, 1993, notice de J.-M. Debard, p. 493-495). Il dirige entre 1905 et 1926 la Revue chrétienne à laquelle collaborera J. Spiro.

159 J. Spiro a été pasteur à Porrentruy avant de partir étudier à Paris. En 1885, alors qu’il vient de cosigner une Chrestomathie arabe avec H. Derenbourg, il part pour Tunis où il enseigne au collège Sadiki. Il regagne la Suisse en 1890.

160 M. Metzger (Walck, 1848 - Paris, 1923) a été entre 1866 et 1872 élève du Séminaire israélite de Paris. Il exerce ensuite longtemps comme rabbin à Belfort (ANF, LH/1850/5).

161 C’est l’objet du diplôme de M. Metzger, dirigé par S. Guyard. Le travail est publié dans la collection de la Bibliothèque de l’EPHE (Livre des parterres fleuris d’Abou’l Walid Merwan ibn Djanah, traduit en français sur les manuscrits arabes, 1889, no 81). Traité de grammaire du rabbin andalou Yona ibn Jannah (Abū al-Walīd Marwān b. Ǧannāḥ) (v. 990 - v. 1050), le Kitāb al-Luma‘ est considéré comme un des chefs-d’œuvre de la grammaire hébraïque de ce temps.

162 M. Bloch (1854-1901), élève de l’EPHE entre 1884 et 1886, a étudié au lycée de Colmar, puis au Séminaire rabbinique de Paris ainsi qu’aux Langues orientales. Entre 1886 et 1888, il est secrétaire de l’Alliance israélite universelle et enseigne l’arabe au Séminaire israélite. Nommé rabbin à Versailles en 1888, il y exerce jusqu’à sa mort. Il a contribué à la version de la Bible dite du Rabbinat (L’Alsace, t. II du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, B. Vogler éd., Paris, Beauchesne, 1987, notice de F. Raphaël et R. Weyl, p. 71 et Les sciences religieuses, t. IX du Dictionnaire du monde religieux…, ouvr. cité, notice de D. Bourel, p. 71 ; H. Van Hoof, Dictionnaire universel des traducteurs, Genève, Slatkine, 1993).

163 Il s’inscrit dans le sillage de T. Nöldeke et de son Histoire du Coran (Geschichte des Qorans, 1860).

164 Jusqu’à sa mort en 1908, H. Derenbourg cumule deux directions d’études, pour l’arabe à la IVe section, où lui succédera A. Barthélemy, et pour l’islamisme et les religions de l’Arabie à la Ve section, où lui succèdera C. Huart.

165 H. Derenbourg donne une édition de ce texte en 1895, édition complétée en 1910 par É. Amar.

166 Derenbourg manifeste son admiration pour Sacy en acceptant en 1886 de s’en faire le biographe pour une revue allemande de linguistique générale, puis en rééditant cette Esquisse biographique pour le centenaire des Langues orientales (Paris, Leroux, 1895, repris dans Silvestre de Sacy, t. I, Le Caire, Imprimerie de l’IFAO, 1905).

167 Édité pour la première fois à Beyrouth en 1856, le texte venait d’y être réédité en 1880 par l’Imprimerie jésuite.

168 En 1882-1883, la totalité des élèves inscrits à l’EPHE suivent assidûment l’enseignement de Defrémery au Collège de France : il consiste alors en l’étude du commentaire coranique d’al-Bayḍāwī et de la poésie de Bahā’ ad-dīn Zuhayr, vizir et auteur égyptien du xive siècle qui a été étudié dans le cadre du séminaire de S. Guyard à l’EPHE en 1877-1878.

169 Soit, selon un ordre chronologique, Huart, Pognon, Alric, Audibert, Piat, Barthélemy, Jousselin, Vilbert, Ballieu, Ottavi, Nicolas, Dorville, Jeannier, Blanchon, Dorville, Barré de Lancy auxquels il faut peut-être ajouter Soller.

170 C. Huart a été élève de l’EPHE dès 1868-1869, A. Barthélemy, entre 1881 et 1884. Huart, drogman à Damas en 1875, accédera à la chaire de persan des Langues orientales et à une direction d’étude pour l’islamisme et les religions de l’Arabie à l’EPHE. Barthélemy fait lui aussi une carrière de drogman en Syrie avant d’être appelé en 1909 à la chaire d’arabe oriental nouvellement fondée à l’École des langues orientales. Sur H. Pognon, voir supra note 142.

171 G.-I. Faure-Biguet (1838-1919), polytechnicien et futur général, suit cet enseignement en 1884-1886, soit après avoir quitté l’Algérie.

172 G. Goret et V. Serres deviennent administrateurs de communes mixtes en Algérie. Mais V. Serres passe bientôt en Tunisie où il est en 1892 chef du bureau des contrôles civils (É. Mouilleau, Fonctionnaires de la République et artisans de l’Empire. Le cas des contrôleurs civils en Tunisie, 1881-1956, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 130). A. Gauthier et C. Rosnoblet font directement carrière dans le nouveau protectorat, tout comme L. Sicot qui partira en 1909 pour le Maroc (É. Mouilleau, Les contrôleurs civils en Tunisie, 1881-1956, thèse pour le doctorat d’histoire, université Paris III, 1998, t. II, p. 748). N. Boutbien, employé des postes, demande lui aussi à être nommé en Tunisie à la fin de ses études.

173 Voir la notice que lui consacre M.-F. James dans Ésotérisme, occultisme, franc-maçonnerie et christianisme aux xixe et xxe siècles : explorations bio-bibliographiques (Paris, Nouvelles éditions latines, 1981). On trouvera d’autres éléments dans la préface de G. Rocca à la réédition de ses Écrits pour « La gnose » comprenant la traduction de l’arabe du Traité de l’Unité (Milan, Archè, 1988) ainsi que dans P. Chacornac, La vie simple de René Guénon (Paris, Éditions traditionnelles, 1958).

174  H. Derenbourg entame parallèlement une traduction française du Coran sans trouver le disciple qui lui convienne pour la poursuivre.

175 B. Carra de Vaux représente un catholicisme libéral, soucieux de raison et de clarté. Il participe en 1896 à la fondation de la Revue de l’Orient chrétien, et donnera des leçons à l’École des hautes études sociales. Il est aussi présent au congrès d’histoire des religions organisé à Paris en 1900 par J. Réville et L. Marillier, qui enseignent tous à l’EPHE.

176  La science des religions et l’islamisme, Paris, Leroux, 1886, p. 94.

177 ANF, personnel de l’Inalco, 20.100.053/11, H. Derenbourg. L’engouement pour la littérature scandinave commence en France vers 1890. La dame de la mer a été traduite et représentée pour la première fois en France en 1892 (A. Dikka Reque, Trois auteurs dramatiques scandinaves, Ibsen, Björnson, Strindberg devant la critique française, 1889-1901, Paris, Champion, 1930). On notera qu’on doit à un ancien élève des Langues orientales, L. Radiguet, lui aussi proche des radicaux, une des premières études sur Ibsen (« Points de vue ibséniens. Étude sur Henrik Ibsen », Revue indépendante, 1891).

178 H. Piazza a réédité en 1898 la nouvelle traduction par L.-M. Devic du Roman d’Antar, illustrée par É. Dinet. Avec A. Lemerre et C. Carrington il représente un secteur de l’édition artistique et littéraire ouvert à un orientalisme savant qui, frotté de poésie et de mystique, sait se donner d’attrayants atours.

179 Le poète aveugle, Paris, Charles Carrington, 1904. Lié semble-t-il à un milieu littéraire anarchisant, Salmon considérait sans doute que l’œuvre du poète, présenté comme un précurseur du malthusianisme et du végétarisme, pouvait parler à la sensibilité d’artistes en quête d’alternatives aux valeurs familiales bourgeoises occidentales.

180 Avec H. France et H. Rebell, sous le pseudonyme collectif de Jean de Villiot, C. Carrington participe à la composition d’ouvrages érotiques dont on peut citer, pour la veine orientaliste, le médiocre Fouet au harem, livre très véridique basé sur les souvenirs d’une grande dame (1906), dont l’action se situe au Maroc.

181 En 1897-1898, il n’avait encore que vingt-six élèves inscrits. Après sa mort, le nombre des auditeurs de la conférence diminue : Huart, qui a conservé la même organisation en deux conférences, dont l’une consacrée au Coran, retrouve en 1911 une bonne partie des effectifs inscrits du temps de Derenbourg, mais ils ne sont plus qu’une vingtaine en 1914, niveau qu’ils n’atteignent à nouveau que fort péniblement après le creux de la Grande Guerre.

182 Laura a voyagé en Orient et s’est convertie au bahaïsme vers 1900. Avec son époux, Hippolyte, qui a étudié le persan, elle en devient la figure majeure en France (Hippolyte Dreyfus : apôtre d’Abdu’l-Bahá, premier bahá’í français : sa vie, son œuvre, Paris, Librairie bahá’íe, 1996).

183 L’épouse du docteur Mardrus, la poétesse L. Delarue-Mardrus, est intimement liée à N. Clifford-Barney.

184  M. Gaudefroy-Demombynes fait paraître ses notes critiques dans la Revue critique d’histoire et de littérature, vol. 49, nos 21, 26 et 44, respectivement 21 mai, 25 juin et 29 octobre 1900.

185 Rendant compte de la traduction d’al-Mostatraf par G. Rat, Derenbourg lui oppose l’œuvre de Mardrus qu’un « chef-d’œuvre littéraire, une adaptation qui est aussi française qu’arabe, aussi arabe que française » (Journal des savants, juillet 1902, p. 399).

186 Ils ont paru dans la petite collection elzévirienne de A. Lemerre en 1896. Jean Lahor est le nom de plume du docteur Cazalis (1840-1909), ami et biographe du peintre H. Regnault et correspondant de S. Mallarmé. Cazalis est très caractéristique d’une génération qui s’est détachée de la foi catholique, s’est tournée vers la science, et cherche un dépassement dans les religions orientales. Son œuvre a été étudiée par R. Petitbon, L’influence de la pensée religieuse indienne dans le Romantisme et le Parnasse. Jean Lahor (Paris, Nizet, 1962) et L. A. Joseph (Henri Cazalis, sa vie, son œuvre, son amitié avec Mallarmé, Paris, Nizet, 1972).

187 Après 1903 et la cession par T. Natanson des éditions de la Revue blanche à son ami E. Fasquelle, les dernières livraisons du Livre des mille nuits et une nuit paraissent chez ce dernier. La Revue blanche a été le foyer d’une extrême gauche intellectuelle, anarchisante, dreyfusarde et éclectique, où l’on trouve entre autres V. Barrucand, fixé à Alger après 1900 (A. B. Jackson, La revue blanche, 1889-1903. Origine, influence, bibliographie, Paris, M. J. Minard, 1960).

188 Les cent et une nuits, Paris, Guilmoto, 1911, p. X.

189 Ibid., p. X et XI.

190 Le Koran qui est la Guidance et la Différenciation. Traduction littérale et complète des Sourates essentielles, Paris, Fasquelle, 1926 ; La Création. Les trois premiers livres de la Genèse, Paris, F. Schmied, 1928 ; Le Livre de la Vérité de Parole ou la Toute-Puissance de l’adepte, Paris, F. Schmied, 1929. En 1931-1932, on retrouve Mardrus parmi les auditeurs des conférences de la Ve section, avec au programme le diwān d’Abū al-‘Atāhiya et la 9e sourate. Il n’a donc pas nourri de rancœur contre son ancien censeur Gaudefroy-Demombynes, devenu titulaire de la chaire.

191 Après guerre, les « Appels de l’Orient » que publient en février-mars 1925 les Cahiers du mois confirment qu’un certain nombre d’intellectuels placent leurs espérances dans un Orient qui serait un réservoir de forces spirituelles à même de servir d’antidote au matérialisme nihiliste de l’Occident.

192 Baron T. de Ravisi au directeur de l’enseignement supérieur, 11 août 1874 (ANF, F 17 4058).

193 ANF, F 17, 22.902, Guyard.

194 Cette liste comprend aussi un surprenant chapitre « Corse, Algérie », distinguées de la France (ANF, F 17, 4058).

195 Capitaine Le Vallois, secrétaire du congrès, au directeur de l’enseignement supérieur, 7 août 1874, ibid.

196 Les importants travaux de L. Muchielli ne lui ont par exemple guère fait de place (La découverte du social. Naissance de la sociologie en France, 1870-1914, Paris, La Découverte, 1998 et « Les durkheimiens et la Revue de l’histoire des religions, 1898-1916 : une zone d’influence méconnue », Durkeimian Studies, 1998, no 4, p. 51-72).

197 Elle serait née de la fusion de deux jeunes sociétés, la Société des amis de l’Orient et la Société américaine de France (L. Chailleu, « Histoire de la Société d’ethnographie. La “Revue orientale et américaine”, 1858-1879. Ethnographie, orientalisme et américanisme au xixe siècle », L’Ethnographie, 1990, p. 89-107 ; P. Riviale, « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des américanistes », Journal de la Société des américanistes, vol. 81, 1995, p. 207-229).

198 J. Duchateau, Une création scientifique française, le premier congrès international des orientalistes,Paris, 1873, Paris, Maisonneuve et Veuve Bouchard-Huzard, 1875, p. 6.

199  L. de Rosny, « Positivistes et exactivistes », Bulletin de la Société d’ethnographie, 1884-1885, p. 213-218.

200  L. de Rosny, « Allocution », Bulletin de la société d’ethnographie, 1894, p. 244, cité par E. Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002, p. 76. Rosny affirme que la société d’ethnographie a pour but « le progrès moral des peuples, la destruction des préjugés de race et des frontières conventionnelles » (cité dans « Repères chronologiques », Comment Léon de Rosny, homme du Nord, découvrit l’empire du soleil levant, 1837-1914, brochure ronéotypée, bibliothèque municipale de Lille, 1986-1987).

201 E.-L. Boissonnet (1811-1901), polytechnicien, directeur des affaires arabes de la province de Constantine du temps d’Aumale (1844), est surtout connu pour sa mission auprès d’Abd el-Kader. On a vu qu’il avait suscité la composition de plusieurs textes arabes (voir supra, chap. v, notes 296 à 298).

202 Comme son père, ami de Tocqueville et député en 1848, M. de Vogüé (1829-1916) est tout à la fois légitimiste et prêt à servir les valeurs d’ordre et de liberté sous un régime républicain. Ambassadeur à Constantinople puis à Vienne, il demande sa mise à la retraite en 1879, après la démission de Mac-Mahon, malgré son amitié avec W. H. Waddington, camarade d’études devenu président du Conseil. Il refuse en effet d’entériner la politique républicaine d’épuration des hauts fonctionnaires monarchistes. Il devient archéologue après avoir voyagé en Orient (1853-1854), est élu en 1868 à l’AIBL, et fonde en 1896 avec B. Carra de Vaux, le père Charmetant et le baron d’Avril la Revue de l’Orient chrétien (J. Charay, Le marquis de Vogüe archéologue et historien, Aubenas, Lienhart et Cie, 1968).

203 C’est ce qu’affirme C. de Labarthe dans la Chronique de la Revue orientale, janvier-juin 1868, 9e année, 1-5, p. VI.

204 La Société d’ethnographie n’est quant à elle reconnue d’utilité publique qu’en juin 1880 (L. Chailleu, « Histoire de la Société d’ethnographie… », art. cité, p. 94).

205 Athénée oriental. Revue critique internationale fusionne à partir de janvier 1884 avec Le muséon. Revue d’études orientales, fondé en 1881 par C. de Harlez, professeur à l’université de Louvain. En 1890, Le muséon devient la revue de l’institut philologique nouvellement créé à l’université catholique de Louvain, sur une initiative du pape Léon XIII.

206  D. Weil, « Des aptitudes colonisatrices des Français », Actes de l’institution ethnographique. Compte rendu des séances de l’Athénée oriental, t. IV, 2e série, t. I, no 2, 1er décembre 1884, p. 93 et suiv. Délégué général de l’Alliance scientifique à Alexandrie, D. Weil préside par ailleurs le « divan oriental et africain » – une dénomination qui rappelle Goethe et sa reconnaissance des valeurs de l’Orient.

207 A. du Mesnil (1819-1903) exerce de hautes responsabilités depuis l’Empire, où il a été un proche collaborateur de Roulland puis de V. Duruy à l’Instruction publique. C’est un ami intime de E. Fromentin, avec lequel il a voyagé en Algérie en 1846.

208 Note en réponse à une question du ministère, s. d., ANF, F 17, 4058. J’ai respecté les passages soulignés.

209 Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la 1re session, Paris, 1873, t. III, Paris, Maisonneuve, 1876, p. XLIII-XLIV.

210 C’est du moins le cas en 1881, selon le Bulletin de l’Athénée oriental (études asiatiques, africaines et océaniennes).

211 Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la 1re session, Paris, 1873, t. II, ouvr. cité. Rosny et Houdas sont restés liés. Le premier publie en 1886 l’Ethnographie de l’Algérie du second dans la bibliothèque ethnographique qu’il dirige chez Maisonneuve. Les Actes de l’institution ethnographique. Comptes rendus des séances de l’Athénée oriental en font paraître une recension élogieuse, soulignant en particulier l’intérêt des informations portant sur les Algériens, c’est-à-dire les Européens d’Algérie (t. IV, 2e série, t. I, no 2). C’est d’ailleurs aujourd’hui encore cette partie qui retient l’attention.

212 Ils sont régulièrement réunis jusqu’en 1914. Après une longue interruption suite à la Grande Guerre, un XVIIe congrès est réuni en 1928 à Oxford. La reprise est plus rapide après la Seconde Guerre mondiale : c’est à Paris que se réunit en 1948 le XXIe congrès. En 1974, un XXXe congrès marque la fin de ce type d’organisation, un siècle après sa fondation. Il aura permis des interactions (limitées) entre Orientaux et orientalistes (P. Rabault-Feuerhahn, « “Les grandes assises de l’orientalisme”. La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes, 1873-1912 », Revue germanique internationale, no 12, 2010, p. 47-67).

213 Présentation du projet de création d’une succursale de l’EPHE à Nancy, s. d. (1874), ANF, F 17, 4058.

214 On note cependant que le milieu des congrès orientalistes provinciaux, à distance d’un républicanisme radical étroitement nationaliste, n’est pas fermé aux savants allemands : J. Euting, professeur à l’université de Strasbourg et l’égyptologue K. Richard Lepsius, de l’Académie des sciences de Berlin, sont en 1874 membres de la Société d’ethnographie (Congrès provincial des orientalistes français. Compte rendu de la séance inaugurale, Levallois. 1874, Paris, Maisonneuve et Cie, 1875).

215 Il expose son projet dans L’orientalisme rendu classique dans la mesure de l’utile et du possible (Nancy-Paris, N. Vagner – B. Duprat, 1853), 3e édition, 1857, Nancy. L’idée d’une généralisation de l’enseignement des langues orientales, qui remplaceraient parfois avantageusement le latin, est déjà présente chez Ballanche. Sur Guerrier de Dumast (1793-1883), qui a été l’élève de Sacy et de Chézy, on peut voir les notices de G. Dugat dans son Histoire des orientalistes… (ouvr. cité), C. Dubois dans Polybiblion, revue bibliographique universelle (2e série, vol. 27, 1883, p. 254-255) et P. Barral dans le Dictionnaire du monde religieux…, t. IX, Les sciences religieuses, ouvr. cité.

216 Certains contemporains n’ont pas hésité à mettre en doute les compétences scientifiques de Louis Leupol et Émile Burnouf (1821-1907) qu’il ne faut pas confondre avec son illustre cousin Eugène Burnouf (1801-1852), introducteur de la connaissance du zend en Europe.

217 G. Lévy, « Rapport sur le renouvellement de la demande à S. E. M. le Ministre de l’Instruction publique en faveur de l’introduction du sanscrit [sic] et de l’arabe littéraire dans l’enseignement des facultés des lettres de l’université française », Mémoires de l’Académie impériale de Metz, XXXIXe année, 1857-1858, 2e série, VIe année, p. 287-291.

218 Revue orientale, 11e année, avril 1870, no 23.

219 Guerrier au MIP, Nancy, 4 juillet 1871, ANF, F 17, 2754. Le scepticisme du ministère s’exprime par l’annotation suivante : « M. du Mesnil. Me faire dire par un linguiste (M. Renan ?) ce que cela vaut. »

220 ANF, F 17, 22.779, A. Carrière. Contrairement au germanophile Reuss qu’il semblait appelé à remplacer et qui conservera sa chaire à l’université de Strasbourg jusqu’à sa retraite en 1888, Carrière manifeste un patriotisme français qui lui vaut d’être expulsé d’Alsace. Sur l’enseignement et l’étude des langues orientales à l’université de Strasbourg après 1871, voir S. Mangold, « Die deutsche Universität Strassburg und die Orientalistik (1871-1918) », Der Orient in akademischer Optik. Beiträge zur Genese einer Wissenschaftsdisziplin, Orientwissenschaftliche Hefte, L. Hanisch éd., Halle, Orientwissenschaftliches Zentrum der Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, 2006, p. 123-131.

221 ANF, F 17, 4058, projet de création d’une succursale à Nancy.

222 Rapport sur l’EPHE, IVe section. Sciences historiques et philologiques, 1873-1874.

223 Sur ce congrès organisé par la Société d’ethnographie et la Société américaine de France avec l’appui local de Guerrier de Dumast et de L. Adam, voir É. Logie et P. Riviale, « Le congrès des américanistes de Nancy en 1875 : entre succès et désillusions », Journal de la société des américanistes, no 95-2, 2009, p. 151-171. 

224 Congrès provincial des orientalistes français. Compte rendu de la séance inaugurale, Levallois. 1874, Paris, Maisonneuve et Cie, 1875. Il s’agit de Levallois-Perret, constitué en commune en 1867.

225 Selon le discours de E. Madier de Montjau, président de la deuxième séance, ibid., p. 130.

226 L. de Rosny, « La décentralisation des études orientales en France », ibid., p. 35.

227 D. Chevallier, La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Paris, Geuthner, 1971, p. 210 et suiv.

228 La Statistique de la production de la soie en France et à l’étranger, publication annuelle du syndicat des marchands de soie de Lyon, fournit significativement à partir de 1867 des renseignements sur la marche de la sériciculture en Syrie (D. Chevallier, « Lyon et la Syrie en 1919. Les bases d’une intervention », Revue historique, vol. 224, 1960, p. 282).

229 Préface du Compte rendu des travaux du congrès des orientalistes de Marseille, 4-10 octobre 1876, Marseille, secrétariat général du congrès, 1876.

230 Sur la rivalité entre les partisans d’un enseignement pratique et les défenseurs d’un enseignement spéculatif à Marseille, voir chap. vi, « Un enseignement qui ne se diffuse pas dans les établissements secondaires ».

231 Si l’on en croit le courrier qu’il adresse au ministre de l’Instruction publique, Marseille, 10 janvier 1878 (ANF, F 17, 2754, congrès de philologie, 1878).

232 A. Louca et P. Santoni, « Histoire de l’enseignement de la langue arabe à Marseille », L’Orient des Provençaux…, ouvr. cité, 2e édition augmentée, 1984, p. 123.

233 N. Reynaud n’est pas considéré comme un fonctionnaire titulaire, mais comme un simple chargé de cours. En mai 1871, son dédommagement est de 2 500 francs par an, soit 208,30 francs par mois, sans retenue de pension. Il le perçoit jusqu’à la fin de 1887 (ANF, F 17, 4099).

234 Livret de l’École supérieure de commerce de Marseille, Marseille, 1872, conservé aux ANF, F 17, 4097, f. 162. Le nombre des élèves reste modeste : en 1874, la classe d’arabe est suivie par deux élèves de deuxième année (les deux fils du directeur de l’école) et sept élèves de troisième année (recteur de l’Académie d’Aix au MIP, Aix, 14 août 1874, ANF, F 17, 4097, f. 158).

235 I. Aillaud, D. Boudet, R. Caty et al., Jules Charles-Roux, Le grand Marseillais de Paris, Rennes, Éditions Marines, 2004.

236 É. Zafiropoulo est l’héritier d’une importante maison de commerce fondée à Marseille en 1852. Spécialisée dans l’importation du blé d’Odessa, elle se réoriente vers le secteur bancaire. Zafiropoulo intègre alors le bureau de direction de la Société marseillaise de crédit (CR par E. Paris de la thèse de A. Mandilara, The Greek Business Community in Marseille, 1816-1880. Individual and Network Strategies, université européenne de Florence, 1998, Actes de l’histoire de l’immigration, revue électronique, vol. 0, juin 2000).

237 Compte rendu des travaux du congrès des orientalistes de Marseille…, ouvr. cité.

238 Ibid.

239 Les deux dénominations semblent avoir été concurrentes : « musée oriental » en 1878 selon le congrès des orientalistes, la fondation de Guimet est appelée l’année suivante « musée des religions », nom repris lors de son installation à Paris.

240 La première aile du musée des religions, construit dans le quartier neuf qui jouxte le nouveau parc de la Tête d’or, boulevard du Nord (actuel boulevard des Belges), soit dans un quartier résidentiel relativement distant des facultés, est inaugurée en septembre 1879 en présence de J. Ferry (B. Levy-Rueff, « Le musée d’un homme, le musée des religions », F. Chappuis et F. Macouin, D’outremer et d’Orient mystique : les itinéraires d’Émile Guimet, Suilly-la-Tour, Findakly, 2003, p. 64).

241 Sur M. Vernes, J. Réville et A. Réville (son père), on peut consulter les notices que leur consacre le t. V du Dictionnaire du monde religieux, ouvr. cité.

242 É. Guimet décide ce déplacement dès 1882. Une convention avec la ville de Paris et l’État est paraphée en 1885. Le musée parisien, bâti sur le modèle de celui de Lyon, est inauguré en 1889, l’année de l’exposition universelle. Après que le bâtiment du musée lyonnais a été racheté par la ville en 1911 pour y accueillir ses collections d’histoire naturelle, trois mille objets du musée Guimet faisant double emploi à Paris sont à nouveau exposés à Lyon dans deux salles formant un petit musée oriental.

243 L’ouvrage dirigé par F. Chappuis et F. Macouin (D’outremer et d’Orient mystique…, ouvr. cité) ne donne aucune précision à ce sujet.

244 Il est vraisemblable que Guimet a pensé à l’enseignement du chinois, du japonais, de l’hébreu, de l’égyptien ancien et du sanskrit pour lequel il a pu faire appel à P. Regnaud (1838-1910), nommé en 1879 maître de conférences à la faculté des lettres de Lyon (L. G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, ouvr. cité). En 1893, Regnaud, promu professeur, donnera des conférences au musée Guimet de Paris (F. Macouin, « Émile Guimet au service des études », D’outremer et d’Orient mystique…, ouvr. cité, p. 112).

245 M. Vernes y affirme sa volonté de traiter concurremment la mythologie comparée et les études de critique biblique et d’appliquer les règles de la critique historique non seulement aux religions de l’Inde et de l’Égypte mais aussi aux religions juive et chrétienne. Il se réfère au fondateur de la Revue historique, G. Monod, dont il reprend à son compte la volonté d’avoir vis-à-vis de son objet d’étude « une sympathie respectueuse, mais indépendante ». Il entend faire œuvre historique, en dehors de toute polémique religieuse ou philosophique (Annales du musée Guimet, introduction au t. I, 1880).

246 Voir infra, chap. ix, note 59.

247 Congrès provincial des orientalistes. Compte rendu de la troisième session, Lyon, Pitrat aîné, 1880, t. II, p. 143.

248 En 1866 déjà, le pouvoir central avait manifesté son inquiétude à l’occasion des festivités commémorant la réunion de la Lorraine à la France : il avait exigé le report sine die d’une réunion extraordinaire de l’Académie lorraine où étaient prévus des discours de A. de Broglie et de Saint-Marc Girardin, délégués de l’Académie française à la sensibilité orléaniste (F. Nève, Les quatre facultés de Nancy et le mouvement intellectuel en Lorraine, Louvain, 1873, p. 28 et suiv., extrait de la Revue catholique, vol. 9, 1873).

249 Les congrès provinciaux se rapprochent en cela des sociétés savantes dont J.-P. Chaline a montré l’importance dans la fondation ou le développement de certaines disciplines universitaires (Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995). Sur le rôle des sociétés savantes dans la diffusion d’une culture coloniale, voir R.-C. Grondin, « Le Proche et le Lointain : place et transmission des connaissances coloniales dans le Limousin de la fin du xixe siècle aux années 1930 », Outre-mers. Revue d’histoire, vol. 95, no 356-357, 2007, p. 21-33.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search