Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

III. Les arabisants entre académisme et mission civilisatrice (vers 1870 - vers 1930)

Introduction

Texte intégral

1Le dernier tiers du xixe siècle voit s’imposer une nouvelle approche scientifique des sociétés et de leur histoire tandis que l’empire français connaît outre-mer son expansion la plus forte avec le soutien des républicains qui y voient la marque du progrès universel. L’émergence des sciences sociales ne laisse pas indifférents les orientalistes. La contemporanéité de ce tournant et du nouvel élan donné à la conquête coloniale, en Algérie, et plus largement en Afrique et en Asie, n’est d’ailleurs pas de l’ordre de la simple coïncidence. Il faut donc étudier les effets de ce tournant scientifique et politique sur l’œuvre des arabisants. Dans quelle mesure leurs figures professionnelles et sociales en ont-elles été redessinées ? Assiste-t-on à la constitution d’un orientalisme arabisant impérial, caractérisé par des carrières et une production scientifique spéciales, obéissant aux logiques coloniales ? Faut-il conclure au déchirement du milieu arabisant avec, aux antipodes, un pôle savant et scientifique et un pôle pratique et colonial, chacun ayant son type de production et son profil d’auteur bien distinct ? Ou bien assiste-t-on à la constitution d’un pôle nouveau qui répond au double impératif savant et colonial, avec des arabisants qui accèdent à des positions qui leur permettent de conjuguer les deux impératifs ?

2Ici encore, l’analyse des biographies et des carrières des principaux orientalistes arabisants peut donner quelques éléments sur les milieux sociaux dans lesquels ils évoluent, leurs attaches avec le personnel politique, leur horizon religieux et culturel. Cette intégration sociale et politique confirme-t-elle une tendance à privilégier la science pure, ou bien engage-t-elle les arabisants à donner la priorité à un savoir pratique, afin de se constituer en auxiliaires efficaces de l’action coloniale ? Sans perdre de vue les trajectoires transversales, on présentera séparément le développement des études arabes en métropole, au Proche-Orient et en Afrique. On évaluera tout d’abord la part de l’inflexion coloniale dans l’enseignement qui se développe à l’École des langues orientales, mais aussi à l’École pratique des hautes études et au Collège de France, sans oublier les quelques implantations provinciales. Puis on mesurera l’impact de la création du nouvel Institut français d’archéologie orientale en Égypte et l’importance des investissements savants français au Proche-Orient. Enfin, on se tournera vers Alger pour savoir dans quelle mesure les études arabes prennent un tour particulier dans la colonie française de référence, modèle ou anti-modèle, et pour mesurer sa place relative dans les études arabes françaises au début des années 1920.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search