Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

II. Les études arabes à l’épreuve de l’occupation algérienne : science, guerre et colonisation (1830-1870)

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans une perspective postcoloniale, W. D. Mignolo part de l’exemple de l’empire espagnol dans les (...)
  • 2 G. Voigt (1827-1891) est avec J. Burckhardt (1818-1897) l’un des fondateurs des études portant spé (...)
  • 3 « Les hommes de tous les temps sont unis par les mêmes intérêts et les mêmes jouissances. […] Le c (...)

1On peut considérer que l’expédition d’Égypte et l’expédition d’Alger procèdent d’un même mouvement, impérial et colonial, dont la conjoncture et le contexte, particuliers à chacune, expliqueraient seuls l’impact différent et les prolongements distincts. Sans aborder la question des rapports entre colonisation et humanisme renaissant1 – dont on peut noter au passage qu’il s’agit d’une formulation qui n’est inventée, comme objet historique, qu’en 1859 par Georg Voigt2 –, on retrouve dans les deux expéditions une volonté de domination politique et économique, d’élargissement des frontières de la science, et un sentiment de devoir missionnaire, évangélisateur et civilisateur. Elles trouvent le soutien d’une cohorte de jeunes savants mus par le projet enthousiasmant de réformer l’Orient, faisant leur l’analyse formulée par Volney à la suite de son voyage de 1783 : convaincu de l’universalité de la condition humaine, et constatant le malheur des Orientaux, il avait recherché les causes de la dégradation de l’homme en Orient dans le climat, dans le sol, mais surtout dans « les institutions sociales que l’on appelle gouvernement et religion »3.

  • 4 On doit noter que, dans la première moitié du xixe siècle, l’usage de la majuscule qui affirme l’i (...)
  • 5 On peut citer D. Nazo, J. Habaïby et N. Chateauneuf.
  • 6 Dans les premières années de l’occupation, le discours négatif sur l’Arabe ne s’est pas encore imp (...)
  • 7 C’est le sens originel du mot.
  • 8 Je tiens cette information de N. Abdelfettah.

2Les effets de l’expédition d’Alger sur l’approche du monde arabe en France diffèrent cependant de ceux de l’expédition d’Égypte, dans la mesure où la résistance armée à l’occupation française est interprétée, de façon beaucoup plus nette, comme la manifestation de forces passéistes. Ce jugement nuit à la vision positive de la civilisation arabe, sinon de l’islam, qui était largement partagée dans les milieux littéraires et les élites européennes avant 1830. Une fois le pouvoir turc tombé, la résistance à l’occupation française ne peut manquer d’avoir un impact sur la représentation des Arabes4, de leur langue et de leur civilisation. La perpétuation de la guerre qui oppose les habitants du pays aux troupes françaises, et ses horreurs, pèsent. Alors que l’expédition d’Alger avait été vécue par beaucoup comme une répétition de l’expédition en Morée, libératrice du joug turc – une partie des interprètes de l’armée d’Afrique y avaient servi en 1828-18295 –, les manifestations d’hostilité à l’occupation du territoire par des troupes chrétiennes rappellent bientôt l’absence d’assise sociale sur laquelle fonder une telle révolution. La confrontation avec le pays réel, éludée en Égypte du fait du départ précipité de l’armée française, prend rapidement un tour violent, d’autant que le parti qui prône le maintien des structures politiques anciennes et un dialogue avec leurs élites échoue. Alors que se développe peu à peu un discours hostile aux Arabes6, la vision d’un peuple vertueux par son sens de l’honneur, sa bravoure, sa civilisation propre, ne disparaît cependant pas tout à fait. L’arabophilie dominante fait que, dans les premières années de la « conquête », la détestation que suscite la résistance à la colonisation française, une fois les Turcs écartés, ne se fixe pas tant sur les Arabes que sur des « Kabaïles », hommes des tribus7, encore mal identifiés. Lamoricière, protestant contre les bureaux du ministère de la Guerre à Paris, peut-être trop indigénophiles à son goût, aurait jugé ses employés « encore pires que les Kabyles »8. Pour Louis-André Pichon, le

  • 9 L.-A. Pichon, Alger sous la domination française ; son état présent et son avenir, Paris, Barrois, (...)

[…] cabyle […] a du cauteleux dans ses traits comme dans sa conduite. C’est le petit propriétaire de la Barbarie. Il est aussi plus indomptable que l’arabe, parce qu’il habite les lieux les plus difficiles. Il n’y a que peu ou point de parti à en tirer pour la confiance publique. Il est à peine musulman et encore près de l’idôlatrie et du fétichisme. Dans la province de Bugie [sic], il est maître à peu près […] ; nulle part l’amour du pays n’est plus exalté que chez cette race.9

  • 10 J. Pharaon, Les Cabiles et Boudgie ; précédé d’un vocabulaire franco-cabile-algérien (extrait de S (...)
  • 11 Ibid., p. 40 et 89.
  • 12 Ibid., p. 45. P. Lorcin, bien qu’elle souligne trop systématiquement les stéréotypes opposant le bo (...)

3Le tableau qu’en donne en 1835 Joanny Pharaon dans ses Cabiles et Boudgie est plus ambivalent. Doués d’heureuses dispositions, les Kabyles sont industrieux, comme les montagnards de tous les pays (Pharaon les compare aux Auvergnats et aux Savoyards : ils se mettent en condition, servent les maçons comme ouvriers, conduisent la charrue, se livrent au commerce vers Alger)10. Mais « par l’abrutissement né d’un fanatisme dangereux, réduits à l’état de l’homme sauvage », ils forment un peuple très difficile à civiliser11. Pharaon lève la contradiction apparente entre leur fanatisme et leur « indifférence en matière de religion », en supposant que cette dernière doit être attribuée à leur ignorance12.

  • 13 Le livre d’Abd-el-Kader intitulé Rappel à l’intelligent, avis à l’indifférent. Considérations philo (...)
  • 14 La formule est citée dans l’introduction de G. Dugat, publiée dans la Revue de l’Orient (nouvelle (...)
  • 15 Il disculpe Abd el-Kader de cet acte criminel qui aurait été ordonné, en son absence, par son beau (...)
  • 16 A. Bellemare, Abd-el-Kader, sa vie politique et militaire, Paris, Hachette, 1863, 462 p.
  • 17 Selon A. Berbrugger, « l’émir ne ressemble pas aux ridicules lithographies » qui ont circulé. Il n (...)
  • 18 D. Bernasconi, « Mythologie d’Abd el-Kader dans l’iconographie française au xixe siècle », Gazette (...)
  • 19 C.-R. Ageron, « Un mythe politique français : Abd el-Kader souverain d’un “royaume arabe” d’Orient (...)
  • 20 Plus d’une quinzaine d’ouvrages consacrés à Abd el-Kader paraissent entre 1845 et 1853.
  • 21 The Life of Abdel Kader publiée à Londres en 1867 par le colonel C.-H. Churchill doit énormément à (...)
  • 22 Le titre fait bien sûr référence à la devise de Bugeaud : « Ense et aratro » (« Par l’épée et par (...)

4L’image positive de l’Arabe se conserve par ailleurs longtemps dans l’armée. En témoigne la part que prennent les militaires, de concert avec les orientalistes, dans la constitution d’une image positive d’Abd el-Kader, présenté comme un combattant noble et valeureux, digne de ses adversaires français. Cinq ans après la publication de la traduction par Gustave Dugat du Ḏikrā l-‘Âqil13, un texte philosophique qu’Abd el-Kader, exilé, a adressé de Brousse au président de la Société asiatique Joseph Toussaint Reinaud « pour lancer sa flèche au milieu des flèches »14, le secrétaire interprète au ministre de la Guerre Alexandre Bellemare poursuit le travail de mise en valeur des qualités exceptionnelles de l’émir, et œuvre en particulier à rétablir la vérité concernant l’exécution des prisonniers français conservés en otages par ses troupes15. Dans la biographie qu’il lui consacre en 1863, il présente Abd el-Kader comme un admirable administrateur, exempt de fanatisme, même s’il l’a suscité un temps ; les hostilités n’ont repris contre l’armée française qu’à cause de la nature défectueuse du traité de la Tafna qui portait en germe la guerre16. Bellemare conforte l’image bienveillante que les peintres ont déjà donnée de l’émir depuis la mise au point d’Adrien Berbrugger en 184217. Après eux, il présente Abd el-Kader comme un adversaire auquel il faut rendre les honneurs de la guerre et auquel il reconnaît des valeurs chevaleresques – nous sommes loin de la négation d’un ennemi sans qualités, caractéristique des futures expéditions coloniales18. Son ouvrage connaît la diffusion la plus large, profitant de la publicité faite autour de l’action protectrice de l’émir en faveur des chrétiens de Damas en 186019 et du réseau de son éditeur, il éclipse les nombreux livres, qui ont paru antérieurement20, et son impact est manifeste sur les biographies qui lui ont succédé21. En 1871 encore, « Le soc et l’épée »22, le plus développé et le plus intéressant des Récits algériens publiés par l’ancien interprète militaire Florian Pharaon, témoigne de la permanence de la représentation positive de l’Arabe. Il met en scène deux militaires qui présentent les principaux types de la population locale à une famille de colons nouvellement débarquée – nous sommes sous le Second Empire. Leurs croquis du Turc, du Maure et de l’Arabe (qu’ils rapprochent du paysan), s’ils n’évitent pas la condescendance, sont tous empreints de bienveillance – lorsque l’Arabe se fait mauvais, c’est comme un Vendéen. Il n’y aucun bon Kabyle pour souligner la méchanceté de l’Arabe :

  • 23 F. Pharaon, Récits algériens, Paris, Panis - Librairie internationale, 1871, p. 153-154. Sur la co (...)

On reconnaît [le Turc] à sa barbe blanche, car depuis la conquête ils ne se renouvellent plus ; ils sont tous vieux, ils portent avec majesté le turban et leur figure grave et attristée indique l’ancien conquérant vaincu ; c’est un ami : brave et franc, il nous aime parce que nous sommes braves et francs ». Le Maure « est si joli avec sa veste bleu de ciel, sa ceinture rose et son pantalon blanc […]. C’est le muscadin des musulmans ; il ne nous aime pas parce qu’il nous craint comme il craignait les Turcs ; […] c’est le bourgeois de chez nous, moins le garde national ; le jour où il comprendra que nous n’en voulons ni à sa fortune ni à sa famille, ce jour-là il sera notre allié le plus dévoué, car il est très-intelligent ». L’Arabe, « avec son manteau blanc », est « le paysan de chez nous, bonnes gens souvent, quelquefois Vendéens ; brave et ignorant, ayant de la haine et de l’amour dans le cœur, tout un ou tout autre.23

5Dans quelle mesure la permanence de ce discours de sympathie se conjugue-t-elle avec une connaissance de la langue arabe, ou plus généralement des langues parlées au Maghreb ? Peut-on superposer la connaissance de la langue, nécessaire au contrôle et au gouvernement, et l’arabophilie ? C’est principalement à cette question que j’essaierai de répondre dans ce deuxième mouvement où émerge comme figure principale l’interprète militaire, à côté des figures anciennes du professeur et du drogman et, plus rares et surtout plus effacés, des interprètes civils.

Notes

1 Dans une perspective postcoloniale, W. D. Mignolo part de l’exemple de l’empire espagnol dans les Amériques pour affirmer que la Renaissance est à l’origine de l’expansion coloniale (The Darker Side of the Renaissance, Literacy, Territoriality and Colonization, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1995).

2 G. Voigt (1827-1891) est avec J. Burckhardt (1818-1897) l’un des fondateurs des études portant spécifiquement sur la Renaissance (Renaissanceforschung). Il fait de l’humanisme, où l’homme se pense comme individualité, ce qui la distingue des temps médiévaux.

3 « Les hommes de tous les temps sont unis par les mêmes intérêts et les mêmes jouissances. […] Le cœur humain se retrouve partout avec les mêmes mobiles ; partout, c’est le désir du bien-être, soit en espoir, soit en jouissance actuelle, et le parti qui le détermine est toujours celui où il y a le plus à gagner » (cité par J. Gaulmier dans l’introduction de son édition du Voyage en Syrie et en Égypte, ouvr. cité, p. 10).

4 On doit noter que, dans la première moitié du xixe siècle, l’usage de la majuscule qui affirme l’identité nationale du groupe est loin de s’être encore généralement imposée – les documents officiels mentionnent par exemple l’« agha des arabes » sans majuscule. Par commodité, je ne respecte ici cet usage que dans les citations.

5 On peut citer D. Nazo, J. Habaïby et N. Chateauneuf.

6 Dans les premières années de l’occupation, le discours négatif sur l’Arabe ne s’est pas encore imposé dans la forme absolue et quasi exclusive qu’il prend à la fin du siècle en Algérie. On le trouve cependant dans la bouche des généraux les plus violemment « colonistes ». Voirol, qui commande par intérim le corps d’occupation d’Afrique entre avril 1833 et septembre 1834, est par exemple convaincu du « caractère astucieux, traître, hypocrite des Arabes […], les plus cruels, les plus rusés et les plus fourbes des hommes » (C.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine…, ouvr. cité, p. 103).

7 C’est le sens originel du mot.

8 Je tiens cette information de N. Abdelfettah.

9 L.-A. Pichon, Alger sous la domination française ; son état présent et son avenir, Paris, Barrois, 1833, p. 324.

10 J. Pharaon, Les Cabiles et Boudgie ; précédé d’un vocabulaire franco-cabile-algérien (extrait de Shaler) par Florian Pharaon (âgé de 8 ans), Alger, Philippe, 1835, p. 38.

11 Ibid., p. 40 et 89.

12 Ibid., p. 45. P. Lorcin, bien qu’elle souligne trop systématiquement les stéréotypes opposant le bon Kabyle et le mauvais Arabe, sans considérer suffisamment mutations diachroniques et nuances synchroniques, indique que c’est « paradoxalement pendant la période du “royaume arabe” » (soit dans les années 1860), que l’image de l’Arabe fut le plus durement attaquée » (Kabyles, arabes, français : identités coloniales, Limoges, PULIM, 2005, p. 109 et 131).

13 Le livre d’Abd-el-Kader intitulé Rappel à l’intelligent, avis à l’indifférent. Considérations philosophiques, religieuses, historiques de l’émir Abd-el-Kader traduites avec l’autorisation de l’auteur sur le manuscrit original de la bibliothèque impériale, avec une lettre de l’émir, une introduction et notes, Paris, Duprat, 1858. R. R. Khawam a proposé une nouvelle traduction de ce texte, sous le titre de Lettre aux Français : notes brèves destinées à ceux qui comprennent, pour attirer l’attention sur des problèmes essentiels (Paris, Phébus, 1977).

14 La formule est citée dans l’introduction de G. Dugat, publiée dans la Revue de l’Orient (nouvelle série, vol. 7, janvier 1858, p. 107-113) dès avant la sortie de l’ouvrage. Avant de partir pour Brousse, Abd el-Kader avait obtenu d’être admis à la Société asiatique. Reinaud, après avoir rédigé un rapport officiel sur le texte (ce rapport a été inséré dans le Moniteur du 9 juillet 1855), a fait don du manuscrit à la Bibliothèque impériale où Dugat l’a consulté et a décidé d’en donner une traduction. Il entend ainsi mieux faire connaître la philosophie arabe qui, considère-t-il, reste méconnue en France, malgré les travaux de Munck et de Renan.

15 Il disculpe Abd el-Kader de cet acte criminel qui aurait été ordonné, en son absence, par son beau-frère Muṣṭafā b. Tāmī, soucieux d’empêcher la désagrégation de sa maisonnée (deïra).

16 A. Bellemare, Abd-el-Kader, sa vie politique et militaire, Paris, Hachette, 1863, 462 p.

17 Selon A. Berbrugger, « l’émir ne ressemble pas aux ridicules lithographies » qui ont circulé. Il n’a pas « l’aspect rude et sanguinaire d’une espèce de Barbe Bleue ». Au contraire, il est « remarquable par un air de douceur mélancolique qui perce encore lorsque la nécessité de représenter parmi les siens le force à prendre un air sévère » (Algérie historique, pittoresque et monumentale : recueil de vues, monuments, cérémonies, costumes, armes et portraits, dessinés d’après nature, avec texte descriptif des localités, mœurs, jeux et divertissements des habitants de l’Algérie, Paris, J. Delahaye, t. II, 1843, p. 20). C’est cette expression qu’on retrouve dans le portrait idéalisé attribué à H. Vernet comme dans ceux peints d’après nature par A. Tissier, en pied (1853) ou, avec un regain de douceur dans l’expression de piété, en buste (B. Étienne et F. Pouillon, Abd el-Kader le magnanime, Paris, Gallimard-IMA [Découvertes], 2003, p. 10, 54 et 63).

18 D. Bernasconi, « Mythologie d’Abd el-Kader dans l’iconographie française au xixe siècle », Gazette des beaux-arts, vol. 77, 1971, p. 51-62.

19 C.-R. Ageron, « Un mythe politique français : Abd el-Kader souverain d’un “royaume arabe” d’Orient », Politiques coloniales au Maghreb, Paris, PUF, 1972, p. 93-108.

20 Plus d’une quinzaine d’ouvrages consacrés à Abd el-Kader paraissent entre 1845 et 1853.

21 The Life of Abdel Kader publiée à Londres en 1867 par le colonel C.-H. Churchill doit énormément à A. Bellemare (C. Bontems, préface à la réédition d’Abd-el-Kader, sa vie politique et militaire, Saint-Denis, Bouchène, 2003). C’est aussi le cas des biographies dues au capitaine J. Pichon (1899) et au colonel P. Azan (1925). Les traductions de l’ouvrage de Churchill, en français pour un public algérien (Alger, SNED, 1971), avec succès (4e édition en 1991), puis en arabe à Tunis (1974), indiquent que le point de vue défendu par Bellemare, repris par Churchill, n’entre pas en discordance avec les histoires nationales maghrébines des indépendances.

22 Le titre fait bien sûr référence à la devise de Bugeaud : « Ense et aratro » (« Par l’épée et par la charrue »).

23 F. Pharaon, Récits algériens, Paris, Panis - Librairie internationale, 1871, p. 153-154. Sur la constitution des catégories ethniques en Algérie, voir F. Pouillon, « Simplification ethnique en Afrique du Nord… », art. cité, p. 37-49.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search