Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

I. Tradition érudite et premiers projets coloniaux (1780-1840)

Chapitre II

De l’expédition d’Égypte à la conquête d’Alger : le développement d’un milieu orientaliste-oriental

Texte intégral

  • 1 Goethe, West-östlicher Divan, édition de H. J. Weitz, Francfort, Inselverlag, 1986, p. 279. H. Lic (...)

Wer sich selbst und andere kennt
Wird auch hier erkennen :
Orient und Occident
Sind nicht mehr zu trennen.1

  • 2 Au Salon de 1799, le portrait charge de Mademoiselle Lange en Danaé (1799) invitait explicitement (...)
  • 3 On peut lire « Muḥammad b. al-ḥāǧ al-Ḥiǧāzī » sur cet étendard vert, représenté sur le bord dro (...)
  • 4 Ce sera à nouveau le cas avec Femmes d’Alger dans leur appartement de E. Delacroix (1834).

1Au Salon de 1802, les amateurs de peinture sont nombreux à admirer L’apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la liberté composée l’année précédente par Girodet-Trioson. Après avoir apprécié l’effet d’ensemble, certains ont sans doute examiné de plus près les détails de l’œuvre, comme la manière du peintre les y avait déjà invités2. Les plus érudits d’entre eux auront remarqué le soin qu’a pris l’artiste de dessiner sur l’étendard enlevé aux Turcs que brandit le général Louis Caffarelli, tué en 1799 au cours du siège de Saint-Jean-d’Acre, une inscription fidèle à la graphie arabe3. Cette attention savante témoigne de l’intérêt nouveau qu’on porte à la langue arabe – les inscriptions orientales étaient jusque-là souvent figurées par les peintres en caractères de fantaisie4 –, alors que les troupes françaises viennent juste d’être rapatriées d’Égypte.

Anne-Louis Girodet-Trioson, L’Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la liberté, 1801, huile sur toile, 192 x 184 cm, Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau. Cliché RMN

Anne-Louis Girodet-Trioson, L’Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la liberté, 1801, huile sur toile, 192 x 184 cm, Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau. Cliché RMN
  • 5 Il s’agit sans doute d’une des premières définitions nationales du terme, jusque-là utilisé pour c (...)
  • 6 De façon inexacte, on utilise parfois le terme coptes.
  • 7 Ces réfugiés ont été récemment étudiés par I. Coller (Arab France. Islam and the Making of Modern (...)
  • 8 Champollion à son frère aîné Figeac, cité par L. Leroy de la Brière, Champollion inconnu. Lettres (...)
  • 9 Tableau du nombre des auditeurs en 1813, certifié exact et véritable par L. Langlès, et par lui ad (...)
  • 10 Selon ses Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, restées inédites jusqu’en 1821 (...)
  • 11 En 1864, la direction de l’École passe à nouveau aux mains du titulaire de la chaire d’arabe, J. T (...)
  • 12 Rapport annuel de J. Mohl, JA, 3e série, t. 13, juin 1842, p. 490.

2La place principale de l’arabe parmi les langues orientales enseignées à Paris s’affirme, en effet, avec l’expédition de Bonaparte. Elle ne pâtit pas de son échec. La mode de l’Orient et de la langue arabe continue à s’amplifier, favorisée par les réfugiés qui accompagnent le retrait de l’armée française d’Égypte en 1801 et marquent les imaginations entre Paris et Marseille5. Les familles de ces Égyptiens – c’est le terme alors le plus fréquemment employé (sans majuscule), bien que bon nombre aient été en réalité originaires de Syrie et de rite melkite (grec catholique)6 – ont été assignées à résidence à Marseille et à Melun. Environ cinq cents chefs de famille, immatriculés, y perçoivent une pension7. Marseille renforce ainsi des liens jamais rompus avec le Proche-Orient, du fait d’une longue tradition d’échanges commerciaux, tandis que le casernement à Melun, près du château de Fontainebleau, permet de garder le contrôle des Égyptiens qu’on tient à l’écart de Paris. Les notables sont cependant souvent autorisés à prendre domicile dans la capitale. Leur présence, remarquée, favorise quelques vocations d’arabisants : par l’intermédiaire du préfet de l’Isère Joseph Fourier, ancien de l’expédition d’Égypte, Champollion rencontre à Grenoble le prêtre melkite dom Raphaël de Monachis, en route vers Paris où il a été nommé en septembre 1803 titulaire d’une nouvelle chaire d’arabe vulgaire à l’École des langues orientales. Plus tard, avant de se consacrer au déchiffrement de l’écriture hiéroglyphique, Champollion suit son enseignement à Paris, parlant de Monachis avec sympathie – « Il me dit toujours Ebni (mon fils) »8 –, et émaillant sa correspondance d’expressions arabes – il ajoute après son nom le qualificatif seghir (ṣaġīr : « jeune ») – pour se distinguer de son frère aîné. Les élèves se pressent aux cours publics des Langues orientales, du moins au début de l’année, avant que la difficulté de l’apprentissage ne décourage la plupart : en 1813, on rapporte qu’il « est inutile de prendre note du grand nombre de curieux qui assistent aux premières leçons de chaque cours »9. En 1807, la chaire d’arabe est dédoublée à Marseille, sans que soit pourtant réalisé le projet élaboré par Volney d’y fonder un collège de drogmans en même temps qu’un collège de traducteurs à Paris10. En 1824, on peut voir un autre signe de l’importance relative donnée à la langue arabe dans le choix du titulaire de la chaire d’arabe littéral, Sacy, pour succéder à Langlès à la tête de l’administration de l’École11. La langue arabe profite aussi des représentations qui en font la mère du turc et du persan : si les développements de la linguistique obligent bientôt à abandonner ce point de vue, le lien établi entre les trois langues se prolongera jusqu’après la Grande Guerre dans le cadre de l’institution d’un « brevet des langues musulmanes » à l’École des langues orientales. Le primat de la langue arabe se manifeste aussi au sein de la Société asiatique, fondée en 1822, et dans son organe, le Journal asiatique. Les études arabes dominent nettement dans les premières décennies de la publication. Elles ont encore la première place dans le rapport annuel que publie à partir de 1840 le secrétaire général de la Société, le sanskritiste Eugène Burnouf, bientôt relayé par Jules Mohl. En 1842, ce dernier affirme que « la littérature arabe […] restera encore longtemps la branche la plus cultivée des lettres orientales, au moins en France et en Allemagne »12. L’exposé des travaux concernant la littérature indienne vient en second, jusqu’à ce qu’Ernest Renan, secrétaire général depuis 1868, intervertisse cet ordre, signalant ainsi que le primat est désormais passé aux études indo-européennes.

  • 13 Sous la Restauration encore, Kieffer justifie ce primat du turc avec un double argument touchant a (...)
  • 14 Agoub appuie sa candidature d’un argument rationnel : « Si jamais deux professeurs ont été nécessa (...)
  • 15 Sacy partage les vues d’Agoub en soulignant qu’il est important de former et de recruter des drogm (...)

3Dans le premier tiers du xixe siècle, l’importance nouvelle de l’arabe par rapport aux autres langues orientales concerne aussi les jeunes de langue qui étudiaient traditionnellement en premier lieu et de façon renforcée le turc, avant l’arabe et le persan13. L’arabe ne prend pas la première place : on ne commence son étude qu’après avoir fait deux ou trois ans de turc. Mais son poids s’accroît ; à Louis-le-Grand, l’arabisant Agoub obtient d’être nommé suppléant de Desgranges aîné en 182514, avec le soutien de Silvestre de Sacy15. Les trente années qui séparent l’expédition d’Égypte de celle d’Alger sont essentielles pour le développement des études arabes. D’une certaine façon, on pourrait dire qu’elles en rendent possible le succès.

4Pour approcher la complexité du milieu des arabisants au début du xixe siècle, il ne suffit pas de réintroduire la figure de Silvestre de Sacy au sein du groupe des orientalistes français de son temps. On ne peut comprendre le fonctionnement des études arabes à Paris sans prendre en considération les liens établis entre orientalistes « français » et « orientaux ». On s’attachera donc, dans ce qui suit, à définir leurs relations, dans la vie sociale et dans le travail intellectuel, à travers les éléments d’information repérés dans les archives et par la lecture de leurs productions imprimées. Ce que l’on peut savoir de la société du monde arabisant permet de mieux comprendre leur adaptation aux soubresauts de la vie politique française, entre République, Empire et Restauration, la qualité du développement des études arabes avant 1830, et le phénomène de mode qui les porte.

Des études tenues en faveur (1795-1815)

  • 16 M. Sabbagh, La colombe messagère plus rapide que l’éclair, plus prompte que la nue, traduit de l’a (...)

Je me trouvais il y a quelques jours, dans une société de François, formés de gens de mérite, tous distingués soit par la science et l’érudition, soit par le talent de l’éloquence et de la poésie, ou enfin par l’élégance du style ou la justesse de l’esprit. En conversant familièrement ensemble, en nous livrant aux agréments d’une société libre et sans contrainte, nous en vînmes à parler des poésies tant arabes que françaises, et pendant que nous en étions sur cette matière, on exigea de moi que je composasse deux vers […].16

  • 17 « Pourquoi la Révolution française se termine-t-elle par une expédition coloniale ? » s’interroge (...)
  • 18 La grande naturalisation, distinguée par l’ordonnance royale des 4 et 10 juin 1814 de la naturalis (...)
  • 19 Le terme d’« indigène » n’est pas employé pour ces Égyptiens. Il n’entre en usage à propos des Ori (...)
  • 20 C. Huart, Littérature arabe [1902], 4e édition, Paris, Colin, 1939, p. 404. L’interprétation de Hu (...)

5Le développement des études arabes sous le Directoire, le Consulat et l’Empire s’inscrit dans un mouvement d’expansion française dont la dimension impérialiste se combine à l’ambition émancipatrice et universaliste, comme le manifeste l’expédition d’Égypte17. La place que prennent les Égyptiens dans les études arabes en France dans le premier tiers du xixe siècle témoigne de leur relative importance. Étrangers à qui on accorde rapidement les lettres de grande naturalisation18, savants reconnus bien qu’ils n’accèdent jamais à de véritables positions de pouvoir, ils ont un statut supérieur à celui qui est réservé, un demi-siècle plus tard, aux répétiteurs et informateurs « indigènes »19. Clément Huart, en interprétant de façon restrictive au début du xxe siècle la fonction de « réparateur de manuscrits » remplie par Michel Sabbagh, témoigne de l’évolution ultérieure des mentalités20. La division du travail qui a eu tendance à s’imposer autour de 1890 ne vaut pas pour les contemporains de Silvestre de Sacy. Michel Sabbagh n’exerce pas seulement ses talents comme compositeur d’imprimerie, il est aussi copiste et auteur.

  • 21 Girodet, 1767-1824, catalogue de l’exposition, ouvr. cité, p. 390.
  • 22 Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité, p. 150.
  • 23 F. Pouillon a souligné l’importance de la catégorie du Maure avant « l’invention de l’Arabe » (« S (...)

6Au seuil du xixe siècle, la frontière entre Orient et Occident n’est pas strictement marquée. Les réfugiés égyptiens installés à Marseille et à Melun ainsi que les descendants des traditionnelles familles de drogmans s’inscrivent les uns autant que les autres dans les deux espaces. L’insertion des premiers dans le milieu des orientalistes arabisants, et plus largement dans la société française, indique qu’ils sont loin d’être cantonnés dans une extranéité absolue. Le christianisme de la grande majorité d’entre eux a joué en faveur de leur intégration, sans cependant que cette qualité ait été mise en avant – les contemporains parlent d’Égyptiens sans les qualifier de chrétiens. S’ils sont recherchés par les peintres pour servir de modèles à des figures d’Orientaux, c’est avec une fluidité qui se joue de frontières trop étanches : la Grèce et l’Orient se confondent encore. Girodet-Trioson peint l’indépendantiste grec Botzaris sous les traits de Mustapha, un modèle qui est sans doute un réfugié égyptien21. Le grec moderne fait par ailleurs partie des langues enseignées à l’École des langues orientales dès 1800, la chaire ayant été dévolue à Jean-Baptiste Gaspard d’Ansse de Villoison, proche de Sacy22. Les Égyptiens jouent incontestablement un rôle dans l’accueil sympathique qui est fait aux élèves de la mission égyptienne en 1826, voire dans une certaine perception des « Maures » algériens, quant à eux musulmans23. Le second groupe s’inscrit dans une tradition ancienne. Le maintien des jeunes de langue au cours du xixe siècle, malgré leur progressif démantèlement, favorise une perception familière de l’Orient : ces dynasties familiales portaient il y a peu encore l’habit oriental. Rappeler l’importance de ces deux groupes et la place que l’Imprimerie nationale puis royale réserve à une production « orientale » permet de mieux comprendre le caractère de l’orientalisme arabisant français avant l’expédition d’Alger.

Un monde savant qui accueille les Égyptiens, orientalistes orientaux

  • 24 S. Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, A (...)
  • 25 À la demande des jésuites qui entendent lutter contre la propagande anglicane, douze bourses sont (...)

7À la veille de l’expédition d’Égypte, l’appartenance confessionnelle importe encore beaucoup plus que l’appartenance « nationale », malgré l’œuvre de la Révolution française théorisant sous la Convention les limites de la souveraineté française et redéfinissant l’étranger24. Au début du xviiie siècle, la formation à Paris de chrétiens orientaux sur les deniers du roi manifestait la prééminence de la logique religieuse25. Les rapports qu’entretiennent les autorités françaises avec les Égyptiens indiquent sa permanence.

  • 26 Adresse de Langlès à l’Assemblée nationale, De l’importance des langues orientales pour l’extensio (...)
  • 27 A.-I. Silvestre de Sacy au MAE, Paris, 1er avril 1825, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.

8L’École des langues orientales, faute d’avoir pu répondre aux vœux de Langlès qui avait exprimé en 1790 sa volonté de ne confier les trois chaires prévues « qu’à des savans, naturalisés parmi les orientaux [sic] par un long séjour en Asie »26, se trouve dans l’obligation de recourir à des arabisants venus d’Orient afin de former des élèves capables de pratiquer des langues utiles au développement du commerce et de la diplomatie français. Aux Langues orientales aussi bien qu’à l’École des jeunes de langue ressuscitée, il s’agit en particulier d’exercer l’oreille des élèves en plaçant auprès d’eux des « locuteurs natifs ». En 1825, Silvestre de Sacy se déclare ainsi favorable au recrutement de Joseph Agoub comme suppléant aux jeunes de langue, puisque c’est « une personne familiarisée depuis l’enfance avec la prononciation de l’arabe, qu’il est si difficile pour un étranger de bien imiter »27. Or, ces Égyptiens ne sont pas cantonnés à des postes d’auxiliaires. Entre eux et les premiers titulaires des chaires de l’École des langues orientales, la distance est faible. Cette fluidité s’explique peut-être par la juxtaposition d’une hiérarchie d’Ancien Régime – pour laquelle l’appartenance nationale n’est pas un critère discriminant – et d’un égalitarisme conservé de la Révolution.

  • 28 Langlès au ministre, Paris, 21 avril 1814, ANF, F 17, 4066, indemnités aux professeurs.

9Reprenant un thème chrétien d’Ancien Régime avec un vocabulaire issu de la Révolution française, l’administrateur de l’École des langues orientales considère les Égyptiens comme des étrangers auxquels on doit l’hospitalité, et non comme des citoyens de second rang. En 1814, lorsque, dans la situation de crise générale, les traitements ne sont plus versés, Langlès n’oublie pas la fragilité de leur condition et veille à ce que l’État prenne le soin de leur assurer de quoi subsister. Il attire ainsi l’attention du ministre sur « la triste situation » de dom Raphaël de Monachis, « ancien curé du Caire, professeur d’arabe vulgaire », de Michel Sabbagh, « syrien, copiste arabe » et du professeur d’arménien : « Ces étrangers à qui il est dû près de cinq mois d’appointemens ne peuvent recevoir aucun secours de chez eux, et le très petit nombre de personnes qui leur avoient ouvert leur bourse se voient dans l’impossibilité de les secourir plus longtemps. […] Au nom de l’hospitalité dont les droits ne sont pas moins sacrés en France que dans l’Asie »28, il est du devoir du ministère de leur verser un acompte.

  • 29 Cette nomination a été décidée par le pouvoir, sans prendre le conseil de Sacy : « J’ai été fort c (...)

10En septembre 1803, dom Raphaël de Monachis, venu d’Égypte, avait été nommé « professeur adjoint » avec un traitement de 5 000 francs par an (le traitement des professeurs des quatre chaires principales se montait à 6 000 francs)29. Il ne s’agissait pas de recruter un auxiliaire temporaire, mais de s’attacher durablement un savant dont les connaissances en arabe, mais aussi en italien, étaient éprouvées, après s’être assuré qu’il avait bien l’intention de se fixer en France. Selon les renseignements donnés par Jaubert et le tribun Costaz qui l’avaient connu en Égypte,

  • 30 Rapport au premier consul, remis au ministre le 4 complémentaire an XI (21 septembre 1803) et appr (...)

[il] parle et écrit facilement et correctement l’italien, par ce moyen ses connaissances dans la langue et la littérature arabes peuvent être utilisées avantageusement à la bibliothèque nationale, soit en enseignant dans des cours publics l’idiome de sa nation, soit en donnant par extrait des traductions de plusieurs manuscrits précieux que nous possédons.30

11Les appointements de Michel Sabbagh, employé depuis septembre 1807 à la Bibliothèque nationale, et qui connaissait encore mal le français, étaient plus faibles (2 000 francs). Mais, très favorablement jugé par Sacy qui louait la pureté de sa langue arabe, il avait la perspective de pouvoir succéder à Raphaël de Monachis déjà âgé, ou d’accéder à une nouvelle chaire d’arabe vulgaire qu’on créerait en sa faveur. Sa mort prématurée laissa un vide, bientôt rempli par Ellious Bocthor, un copte au caractère trempé. Dans sa correspondance avec le ministère, il n’hésite pas à critiquer avec une grande liberté de ton la pédagogie des professeurs en place, y compris Sacy, et à mettre en cause leurs compétences. Alors que, de la part d’un simple réfugié venu d’Orient, ce sévère jugement aurait été certainement considéré plus tard dans le siècle comme une impudence, il ne lui vaut en 1814 aucune remontrance : en 1821, après avoir enseigné une année la « langue vulgaire », son enseignement s’institutionnalise sous la forme d’une nouvelle chaire spécialement consacrée à cette langue usuelle moderne.

  • 31 Selon J.-F. Ruphy, « Mardochée el-Najar, Tunisien dont les talens égalent la modestie, travaille e (...)
  • 32 « Le gouvernement faisait les frais de la composition d’un autre dictionnaire d’arabe vulgaire, be (...)
  • 33 L’importance de ces familles dans les échanges entre l’Afrique du Nord et l’Europe laisse penser q (...)

12Les collaborateurs orientaux de Silvestre de Sacy et des arabisants parisiens n’étaient pas tous des Égyptiens. La présence de Maghrébins est aussi attestée, bien qu’on ait peu d’éléments sur leurs séjours et leurs travaux à Paris. Leur situation était plus fragile, faute de pouvoir bénéficier des pensions et secours accordés aux Égyptiens. On sait que l’établissement d’un dictionnaire français-arabe avait été confié au Tunisien Mardochée Naggiar (an-Naǧǧâr)31, avant que le projet ne soit abandonné vers 1806, en raison des exigences de l’auteur selon Sacy, de son incapacité selon Bocthor32 ; le départ des troupes françaises d’Égypte rendait aussi cette publication moins pressante. Un juif de la communauté des « Livournais » (ces descendants de conversos ayant dû fuir l’Espagne et dont les familles avaient souvent des représentants à Livourne, Tunis, Alger et Marseille33), Abraham Daninos, né à Alger en 1797 et installé à Paris en 1826 comme marchand de bijouterie, est sans doute entré en rapport avec les milieux orientalistes savants dès avant la préparation de l’expédition d’Alger en 1830.

  • 34 Ils participent tous deux à la Société de statistique de Marseille. On retrouve Agoub à l’Académie (...)
  • 35 Son admission est prononcée lors de la séance du 1er avril 1830 (NJA, vol. 5, janvier-juin 1830, p (...)
  • 36 D. Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, A (...)
  • 37 J. Pharaon, De la législation française, musulmane et juive à Alger, Paris, Théophile Barrois fils (...)
  • 38 Il y est admis comme membre correspondant en 1843, deux ans après sa fondation, alors qu’il réside (...)

13L’intégration des Égyptiens dans le milieu des orientalistes, avec des statuts autres que subalternes, est encore plus nette pour ceux qui sont arrivés en France enfants, comme Joseph Agoub (1795-1832), né au Caire, ou Joanny Pharaon (1802-1846), fils d’interprète, né également au Caire en 1802, tous deux anciens élèves du lycée de Marseille. Membres de sociétés savantes provençales34, ils se font aussi admettre dans les prestigieuses sociétés parisiennes. Agoub est un des membres du conseil de la Société asiatique depuis sa fondation en 1822. Pharaon y est associé en 183035, alors qu’il fait déjà partie de la Société de géographie de Paris36. On le retrouve en 1835 parmi les membres de la Société coloniale d’Alger37 et, une décennie plus tard, parmi les membres correspondants de la nouvelle Société orientale38.

  • 39 Le traitement de J. Agoub, qui était en 1828 de 1 800 francs, avait déjà été porté en octobre 1830 (...)
  • 40 Un premier refus lui a été alors opposé, sans qu’on sache s’il a réitéré sa demande et, si oui, av (...)
  • 41 Agoub au ministère des Affaires étrangères, Paris, 19 décembre 1830, ibid.
  • 42 Une partie des interprètes militaires sont en effet issus de familles de drogmans, par exemple les (...)

14En 1830 et 1831, les requêtes qu’Agoub adresse au ministre des Affaires étrangères, puis au roi, pour que son traitement soit porté à 6 000 francs – soit l’équivalent de celui d’un professeur au Collège de France ou à l’École des langues orientales vivantes –, témoignent d’un profond sentiment d’égalité, même si elles ne sont pas suivies d’effet39. L’ancien élève du lycée de Marseille, qui a échoué en 1826 à obtenir les lettres de grande naturalisation40, s’y présente comme un savant dont les efforts doivent être récompensés, sans faire mention de son origine : « Les langues orientales ont toujours été considérées comme faisant partie du haut enseignement : il faut en effet quinze à vingt années d’études et de travaux assidus pour former un professeur d’arabe littéral, et on en compte à peine quelques-uns dans toute l’Europe »41. Socialement, les Égyptiens se rapprochent des anciens élèves jeunes de langue qu’ils côtoient dans le cadre de sociétés savantes aussi bien que dans leur activité professionnelle – Joseph Agoub est chargé de leur formation au collège Louis-le-Grand ; devenu interprète militaire en Algérie, Joanny Pharaon a pour collègues d’anciens jeunes de langue42.

Lent déclin des jeunes de langue et maintien de dynasties familiales

  • 43 Alors que les négociants français d’Istanbul restent fidèles au roi, la prudence du chargé d’affai (...)
  • 44 J. Agoub, « École des jeunes de langues au collège royal Louis-le-Grand », note remise au MAE en 1 (...)
  • 45 Il s’agit de A.-A. Chayolle et de J.-D. Kieffer, dont les traitements annuels de 10 000 et 8 000 f (...)
  • 46 L. Vaïsse, « Philologie », Dictionnaire encyclopédique de l’histoire de France, P. Le Bas éd., Par (...)
  • 47 « M. Hurtis [pour Ortis], ancien missionnaire dans le Levant, avait été attaché à l’école pour con (...)
  • 48 F. Fleurat (1809-1890) et P. Battus (1814-1874), jeunes de langue fils de drogmans en poste à Cons (...)
  • 49 G. Émond, Histoire du collège Louis-le-Grand, Paris, Durand-Loisel, 1845, p. 384-385.
  • 50 Jouannin, qui le remplace alors, conserve la direction du Collège des enfants de langue jusqu’à sa (...)
  • 51 Kieffer considère en octobre 1827 que douze heures par semaine sont tout à fait insuffisantes – d’ (...)

15Après une reprise de l’augmentation des effectifs entre 1799 (ils sont alors huit) et 1803 (où ils sont jusqu’à vingt-quatre), le nombre des boursiers jeunes de langue décroît régulièrement jusqu’à la fin de l’Empire (où ils ne sont plus que six) – diminution qui s’explique à la fois par les difficultés financières de l’État et par la volonté de donner la priorité à l’École des langues orientales vivantes. La seconde Restauration s’accompagne de la reprise en main d’un corps dont les éléments installés à Istanbul se sont révélés bonapartistes lors des Cent-Jours43. Son importance est réaffirmée (en 1816, le nombre des élèves est fixé par ordonnance royale à dix-huit44) et son enseignement réorganisé (la charge de leur inspection est attribuée aux deux secrétaires interprètes du roi qui sont réinstaurés45). Le processus d’érosion n’en reprend pas moins. En 1817, le nombre d’élèves passe de dix-huit à seize. Puis, par ordonnance du 31 juillet 1825, il est fixé à douze, comprenant à la fois les élèves à Paris et à Constantinople46. Le souci de réduire le budget des jeunes de langue est permanent, même si Agoub obtient d’être nommé en octobre 1825 suppléant en remplacement d’Ortis pour renforcer la formation des élèves en arabe littéraire47. D’accord avec le ministre, le proviseur du collège Louis-le-Grand, Laborie, propose à titre confidentiel de faire une économie de trente pour cent sur la pension de chaque élève et de soixante pour cent sur le personnel administratif, en dissolvant la Chambre des arméniens. Il donne comme argument qu’il y a danger pour la bonne morale à laisser côte à côte enfants et jeunes gens. La révélation de l’inconduite des jeunes Florimond Fleurat et Pierre Battus vient à propos48. Les élèves sont alors répartis dans les différents quartiers du collège49. En octobre 1826, après la mort d’Auguste Chayolle et la mise à la retraite de Simon, il n’y a plus de directeur ni de directeur adjoint. Jean-Daniel Kieffer, doyen des professeurs, est alors chargé d’administrer les élèves en tant que directeur du Collège des enfants de langue, titre qu’il conserve jusqu’à sa retraite en septembre 182950. À partir de cette date, le programme des boursiers perd peu à peu sa spécificité : le règlement de 1826 les astreint à consacrer deux heures quotidiennes aux langues orientales, ce qui est jugé contraignant et insuffisant à la fois51. Un nouveau règlement élaboré par Joseph-Marie Jouannin et le proviseur Laborie repousse à la classe de seconde l’étude des langues orientales. Après des études classiques jusqu’à la troisième, les jeunes de langue ont un programme particulier qui réserve aux langues orientales les matinées et toute la journée du dimanche. Cette disposition est confirmée par le nouveau règlement qui est approuvé par le roi en juin 1834. Le nouvel élève entre au collège entre huit et douze ans, il reste « élève jeune de langue » jusqu’à la fin de la troisième (et au plus tard jusqu’à dix-sept ans) et est mêlé aux autres internes. En cas de rapport favorable, il est alors promu « jeune de langue », ce qui lui permet d’être initié aux langues et à des rudiments de droit français et musulman, un maître particulier enseignant l’histoire, la géographie et le droit du Levant. S’il a réussi ses deux examens annuels, l’élève est nommé à partir de dix-huit ans « élève drogman ». Il est alors placé « chez un indigène, d’une moralité reconnue et ne parlant que la langue du pays », tout en restant sous le contrôle du consul de France. Il doit ainsi séjourner au moins un an dans une échelle turque et un an dans une échelle « arabe » (Alep, Beyrouth ou Tripoli de Syrie). Le consul lui choisit un professeur de turc ou d’arabe et peut l’autoriser à accompagner le drogman devant les tribunaux ou chez les négociants. Il subit un examen tous les six mois, et, en cas de succès, devient drogman titulaire avec 2 000 francs de traitement. Ce règlement demeure valable jusqu’à l’abolition d’un enseignement spécifique en 1873. Le stage est alors remplacé par l’obligation de suivre l’enseignement de l’École des langues orientales vivantes.

  • 52 G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité.
  • 53 L’orientation libérale des jeunes de langue, sensible en 1815 à Constantinople, a sans doute été r (...)
  • 54 L’école de Péra ferme en 1831 selon G. Dupont-Ferrier (« Les jeunes de langues ou “arméniens”… », (...)
  • 55 L’affectation à Beyrouth est proposée à des interprètes qu’on prépare à une carrière où la pratiqu (...)
  • 56 La tribune des départements, feuille « vigoureusement libérale et patriote » (C. Bellanger J. Gode (...)
  • 57 Jouannin a préconisé cette ouverture dans un rapport de 1842. Dès lors, les externes sont sept. On (...)
  • 58 Hase au MIP, 19 juillet 1848 ; MIP à Hase, 15 septembre 1848 (cité par M. Degros, « Les jeunes de (...)
  • 59 G. Dugat considère par exemple que « les meilleurs interprètes, drogmans et agents consulaires son (...)

16En 1830 demeurent cependant à Louis-le-Grand un local pour les cours de langues orientales, ainsi qu’une étude commune, et par conséquent un surveillant particulier. Le coût de chaque élève ne diminue pas autant qu’on le voudrait (il est de 1 300 francs en 1842), même si le budget de l’École des jeunes de langue, fixé à 27 000 francs en 1830 (contre plus de 50 000 francs en 1803), est en déclin continu52. Il est encore réduit après la révolution de Juillet, le nouveau gouvernement et les libéraux étant défavorables à l’institution d’Ancien Régime53 : le budget n’est plus que de 15 500 francs en 1833, après la suppression de l’école de Péra54. Désormais, on envoie les élèves directement à l’ambassade ou dans les échelles, en particulier à Beyrouth55. Agoub, parti pour Marseille et nommé à la chaire d’Alger, n’est pas remplacé. La presse libérale souligne l’inutilité de l’École des jeunes de langue56. De peur sans doute de susciter une vague de mécontentement qui pourrait trouver des relais dans l’opposition conservatrice, le gouvernement évite toute solution radicale. L’habileté de Jouannin, qui a décidé le ministère à admettre des externes, permet de renforcer les effectifs et joue en faveur du maintien des jeunes de langue57. En 1848, quand Hase, administrateur de l’École des langues orientales, réclame que les jeunes de langue et les élèves de son école soient réunis, le ministère lui fait une réponse dilatoire58. À nouveau contestée sous le Second Empire59, la formation particulière aux jeunes de langue n’est démantelée qu’après 1870. On leur impose alors de s’inscrire à l’École des langues orientales vivantes.

  • 60 Guys cite les noms des frères Desgranges, de A.-P. Caussin de Perceval, des frères Dantan, de Derc (...)
  • 61 Guys fait référence aux sujets de l’empereur d’Autriche.
  • 62 C. É. A. Guys, « Écoles complémentaires… », art. cité, p. 168-172.

17Le déclin progressif des jeunes de langue a affecté la façon dont les arabisants français ont perçu la langue arabe. Avec eux se raréfient ceux qui, comme Caussin, ont séjourné longtemps en Orient dans leur prime jeunesse. Les nouvelles générations n’ont plus la même familiarité avec la langue et les usages. La fin des jeunes de langue correspond à un processus de mise à distance : l’approche est plus savante, scientifiquement mieux établie, mais moins fortement ressentie, moins intimement vécue. Avant même la suppression de l’école de Péra après 1830, l’apprentissage de l’arabe a souffert de ce que l’on mette fin à l’envoi d’élèves drogmans au Liban comme c’était l’habitude dans le premier quart du siècle. Certains élèves complétaient en effet leur séjour à Istanbul, consacré essentiellement au turc, par une ou plusieurs années passées à ‘Ayn Warqa dans le Mont-Liban, dans le monastère séminaire patriarchal maronite fondé en 178960. Ce stage spécifique à l’apprentissage de l’arabe a joué un rôle important dans la formation des élèves entre 1815 et 1825, en les mettant en contact avec les nouvelles élites chrétiennes actrices de la première « Renaissance arabe » (nahḍa). Dans l’établissement fondé près du bourg d’Angusta pour prendre la relève du collège maronite de Rome, les jeunes de langue se retrouvaient en compagnie de chrétiens orientaux qui y recevaient un enseignement en syriaque, en latin, en arabe et en italien. Parmi eux, Buṭrus et Slimān al-Bustānī, Fāris aš-Šidiāq. Le contact avec les forces vivantes de la nahḍa en Orient, dont les réfugiés égyptiens s’étaient fait les agents entre Paris, Marseille, Alexandrie et Le Caire dans le premier tiers du xixe siècle, se prolongeait grâce aux liens noués par les jeunes de langue à ‘Ayn Warqa. Les effets de cette formation se firent sentir encore après son abandon, sans doute parce qu’elle avait permis la constitution d’un réseau lui survivant. L’ancien jeune de langue Alphonse Belin, né en 1817, trop jeune pour avoir fait le séjour à ‘Ayn Warqa, mais longtemps en poste comme drogman au Caire puis à Istanbul, joue ainsi un rôle important dans la diffusion en France des productions d’al-Yazīǧī et d’aš-Šidiāq. Cette fonction d’intermédiaire a sans doute été favorisée par le rapport quasiment filial qui le liait à son maître Jean-Joseph Marcel, par son alliance avec la famille Delaporte (il épouse en 1853 la fille de Jacques Denis) et par son militantisme catholique (avant même de partir pour l’Orient en 1843, il fait partie des Conférences Saint-Vincent-de-Paul). On peut sans doute aussi expliquer le purisme de De Slane (qui critique Jean Humbert pour sa langue mélangée) et, plus tard, celui de Combarel par leurs liens privilégiés avec les chrétiens d’Orient. En 1856, le consul Guys regrette cette formation passée : « Par esprit d’économie, car je ne saurais alléguer d’autres raisons, on ne donna plus cette direction aux élèves, et les étrangers, nos imitateurs61, rappelèrent ceux qu’ils y envoyaient. » Par conséquent, les nouveaux élèves sont, selon lui, « nuls en pratique lorsqu’ils achèvent leurs études à Paris » : il serait préférable qu’ils passent « dans l’Orient même » d’un collège à un autre, « sous des maîtres en état de leur apprendre la prononciation »62. Ce vœu reste lettre morte. À la fin du Second Empire, le souci majeur est d’organiser une formation plus solide scientifiquement, sur le modèle allemand. Pour ce qui est des études pratiques, l’Algérie et l’armée ont désormais pris l’avantage sur le Proche-Orient et la diplomatie.

18Le maintien de jeunes de langue en plein cœur du Quartier latin, au lycée Louis-le-Grand, établissement d’excellence, a pu favoriser quelques vocations d’orientalistes, ou du moins éveiller l’intérêt pour l’Orient d’élèves promis à occuper des positions importantes. Certes, dans les souvenirs qu’il publie en 1881, Frédéric Masson a dressé un tableau assez triste de ces jeunes de langue dont il a été le condisciple sous le Second Empire,

  • 63 F. Masson, « Les jeunes de langues [sic]. Notes sur l’éducation dans un établissement de jésuites (...)

[…] plus vigoureux et plus âgés que leurs condisciples, au teint olivâtre, à l’air étrange, au parler singulier. Ils semblaient comme dépaysés ; de temps en temps, au milieu d’une explication latine, quelque maître d’étude les appelait, et ils disparaissaient brusquement. Ils ne se mêlaient point à leurs camarades, vivaient entre eux, et lorsqu’ils se croyaient seuls jargonnaient dans une langue bizarre.63

  • 64 Ibid., p. 905-906.
  • 65 Discours tenu lors du banquet de l’association des anciens élèves de Louis-le-Grand, cité par É. D (...)

19Enfermés au lycée, sauf les rares sorties pendant lesquelles ils sont accompagnés d’un surveillant, ils ne reçoivent pas de visites. Trop intermittents pour intéresser les professeurs, d’un niveau faible, peu aimés des élèves, ils en étaient respectés comme « très forts et adroits à tous les exercices du corps »64. L’égyptologue Gaston Maspero offre un témoignage différent. Il rappelle comment, interne à Louis-le-Grand en 1856, et partageant la malheureuse condition des élèves qui restent le dimanche dans l’établissement – sa mère et son beau-père résident en Belgique, et son correspondant oublie de venir le chercher –, il décide, après une lecture enthousiaste des Mille et une nuits dans le parc de l’annexe de Vanves, d’apprendre l’arabe et de partir pour Le Caire. Il trouve alors de l’aide auprès de Summaripa, jeune de langue qui lui prête sa grammaire, les fables de Lokman, et ses notes de cours65.

  • 66 Un règlement de septembre 1764 prescrit que les élèves jeunes de langue « continueront d’être vêtu (...)
  • 67 Ce costume consiste en un habit bleu de ciel foncé, veste, culotte et doublure chamois foncé, le t (...)
  • 68 Mémoire publié par H. Cordier, (« Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 278-279).
  • 69 A. Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, ministère des Affaires (...)
  • 70 C’est ce dont témoigne le voyageur J. M. Tancoigne en 1811, cinq ans après que les drogmans ont re (...)

20Le caractère progressif de l’absorption des jeunes de langue par l’École des langues orientales permet le maintien de dynasties familiales qui, par leur ancrage dans les échelles, sont suffisamment orientalisées pour désamorcer ou freiner un mouvement de distinction et de séparation entre Occident et Orient. La dénomination même des interprètes au service des Affaires étrangères – « drogman » – conserve une apparence étrangère, proche du mot en usage en persan, en arabe et en turc, sans être supplantée par la forme latinisée « truchement », que ce soit dans les actes officiels ou dans l’usage courant. À la fin du règne de Louis XV encore, les jeunes de langue portaient à Paris l’habit oriental66. Ce n’est qu’en 1774 que, sur avis de Cardonne, l’on substitue à cet habit devenu l’objet de railleries le costume à la française67. Au Levant, l’abandon de l’habit oriental est plus récent encore : un mémoire sur les drogmans, rédigé à Smyrne et daté du 10 décembre 1778, considère qu’il serait bon pour leur considération que les drogmans ne s’y habillent plus à l’orientale mais à la française, à l’exception du Caire « où tous les Européens en général qui y résident portent l’habillement et la coiffure du pays »68. Il ajoute que la plupart des drogmans se détermineront difficilement à quitter l’habit asiatique. De fait, trente ans après l’ordonnance du 3 mars 1781 qui confère aux drogmans un habit à la française, tout en leur laissant la liberté de l’adopter ou de conserver le costume oriental avec le calpak – avec cependant pour règle que tous les employés d’une même échelle doivent tomber d’accord sur le même habit69 –, les drogmans portent encore à Péra l’habit oriental70. On verra que la première génération des interprètes militaires en fonction en Algérie ne dédaignera pas de porter le burnous, même si l’habit officiel défini au début des années 1840 est dessiné sur un modèle strictement occidental.

21L’absence de cloisonnement entre « orientalistes » et « orientaux » ne se limite pas à la sociabilité des jeunes de langue, des drogmans, et plus généralement des orientalistes arabisants. Elle caractérise aussi la production orientaliste, jusque dans ce qu’elle a de plus officiel, soit les ouvrages imprimés sous les auspices de l’État à Paris.

La restauration d’une imprimerie arabe à Paris

22Le souci de développer l’imprimerie orientale répond explicitement à des impératifs politiques qui dépassent le seul horizon de l’érudition. Il s’agit d’affirmer la puissance de la France par une opération de prestige. Ce souci d’impressionner, qui se double d’une foi dans les perspectives commerciales de l’opération, s’accompagne cependant d’une volonté sincère d’ouvrir le monde arabe aux Lumières. Les savants français sont prêts à collaborer avec leurs homologues arabes, et leurs publications s’adressent aussi à eux.

  • 71 Il s’agit du discours prononcé au lendemain du 13 vendémiaire pour se défendre d’avoir entretenu d (...)

23Le premier texte qui sort des presses de l’Imprimerie nationale, avec les caractères de Savary de Brèves, a une destination à la fois pédagogique et politique : six mois après la fondation de l’École des langues orientales et neuf mois avant la tenue effective des cours, c’est Langlès qui se charge de publier la traduction en arabe d’un discours de Cambacérès prononcé à la Convention le 18 vendémiaire an III (9 octobre 1795)71. Un an plus tard, lorsqu’à l’automne 1796 l’Imprimerie de la République travaille sur un petit écrit en langue arabe rédigé par Langlès à destination de l’ambassadeur de Tunis en visite à Paris, la fonction politique et diplomatique de l’imprimerie orientale est à nouveau patente. On invite le destinataire à assister à l’impression. Selon le directeur du bureau des musées, bibliothèques et conservatoires qui dresse un rapport au ministre de l’Intérieur,

  • 72 26 pluviôse an V (automne 1796), ANF, F 17, 1538, Langlès.

[…] l’ambassadeur a paru très flatté de cette attention. Il a examiné avec le plus grand intérêt tous les procédés de la typographie dont cette impression lui a offert la réunion, depuis la gravure du poinçon jusqu’au jeu de la presse ; et ces diverses opérations ont d’autant mieux frappé ses yeux que nous sommes occupés en ce moment de la fonte de l’arabe et du persan, pour les livres élémentaires des écoles spéciales de ces langues.72

24Langlès supposait par ailleurs que la production de l’imprimerie pourrait favoriser le développement du commerce français. Dans son discours de 1790 en faveur de la fondation d’une école de langues orientales, il considérait que les futurs élèves devraient être amenés à composer des ouvrages qui

  • 73 Adresse de Langlès à l’Assemblée nationale, De l’importance des langues orientales…, ouvr. cité, p (...)

[…] formeraient un article assez considérable de commerce avec les nations voisines ; et comme les caractères arabes et persans de l’Imprimerie royale imitent parfaitement le manuscrit, ils serviraient aussi à imprimer les meilleurs ouvrages de littérature et de sciences en arabe et en persan, que nous transporterions ensuite dans le Levant, en Égypte, en Barbarie, et même dans l’Inde. Ce nouvel article, très important en lui-même, favoriserait le débit d’une foule d’autres par les liaisons utiles et la considération qu’il nous procurerait dans ces différentes contrées.73

25Pour lui comme pour Volney, le commerce a non seulement pour fonction d’enrichir les commerçants, mais aussi d’être vecteur des Lumières :

  • 74 Loc. cit.

Les personnes habituées à réfléchir n’ont pas besoin que je leur indique ici l’influence des Traductions de nos Livres sur les idées, les préjugés et le gouvernement des Orientaux.74

  • 75 Ibid., p. 34, note 17.
  • 76 Il n’a publié que des traductions de proclamations et de projets de lois, comme l’Avis sur la peti (...)
  • 77 Selon C. Bachatly, il aurait composé un livre de lecture (Murūǧ al-azhār wa bustān al-ḥawādiṯ wa (...)
  • 78 La traduction allemande est due à T. F. Arnold (Erfurt, Müller, 1816) ; l’italienne, due à A. Catt (...)
  • 79 En 1845 encore, E. de Salle recommande l’ouvrage aux élèves de son cours public à Marseille (selon (...)
  • 80 Plus généralement, l’intérêt pour la science arabe présente alors ce double aspect : il correspond (...)
  • 81 Cinquante exemplaires lui sont finalement attribués, ainsi que soixante à Langlès pour l’ESLO, le (...)
  • 82 On ne sait pas si ces pièces ont été connues d’al-Barūdi (né en 1839) et appréciées par ce rénovat (...)
  • 83 C’est ce qu’affirme De Slane dans son compte rendu du Guide de la conversation arabe de J. Humbert (...)
  • 84 En 1855 encore, le travail du savant copiste est à la base de la publication dans la Revue de l’Or (...)

26Plutôt que des « traités de religion et de jurisprudence » ou que les traductions d’ouvrages « politiques et philosophiques » français qui, selon Langlès, pourraient blesser les sensibilités musulmanes75, ce sont des textes plus anodins qui sont imprimés à Paris. Raphaël de Monachis n’a pas publié d’ouvrages qui lui soient propres76. Ses panégyriques – un poème de quarante vers sur la demande du mu‘allim Ya‘qūb pour pleurer la mort de Desaix, puis un poème dédié à Bonaparte, Angelo di Pace, au lendemain de la paix d’Amiens – et les ouvrages qu’il a composés à l’usage des élèves de l’École des langues orientales sont restés inédits77. L’Imprimerie nationale publie en revanche en l’an XIV (1805) les Musābaqāt el-barq wa-l ġamām de Michel Sabbagh, en regard de leur traduction par Sacy (La colombe messagère plus rapide que l’éclair, plus prompte que la nue). L’orientaliste loue la qualité de la langue arabe de Sabbagh qui cependant, sachant mal le français, ne peut offrir les mêmes services d’interprétariat que Monachis. Ce traité de la poste aux pigeons, plus tard traduit en allemand et en italien78, utilisé pour l’apprentissage de l’arabe dans la première moitié du xixe siècle79, n’a sans doute pas été composé dans ce seul but. On peut supposer qu’il met en valeur une technique particulièrement développée chez les Arabes, qui intéresse non seulement comme curiosité savante mais aussi pour son utilité présente dans la guerre et la diplomatie80. Sabbagh compose également plusieurs panégyriques dont texte arabe et traduction française ont eu, sous l’Empire puis sous la Restauration, les honneurs de l’impression. Le Cantique de félicitations à S. M. très chrétienne Louis le Désiré, roi de France et de Navarre, qu’il publie en 1814 pour saluer une paix (silm) retrouvée qui fait espérer la reprise du commerce, a été tiré à quatre cents exemplaires, Sacy ayant proposé d’en accorder cent à l’auteur, autant au traducteur et en ayant demandé vingt-cinq pour les envoyer à ses correspondants à l’étranger81. On peut supposer qu’un certain nombre d’entre eux ont circulé en Égypte par l’intermédiaire de Sabbagh et du ministère des Affaires étrangères. Ont-ils joué un rôle dans l’évolution du panégyrique82 ? Le Genevois Jean Humbert, son élève, auteur en 1819 d’une Anthologie arabe poétique diffusée en Orient par le biais d’une contrefaçon publiée à Būlāq83, a souligné tout ce qu’il lui devait dans l’avertissement de son Guide de la conversation arabe (1838). Les notes de Sabbagh sur les formes modernes de la poésie arabe (mawāliyā, zaǧal), recueillies par son élève Grangeret de Lagrange, ont été utilisées par Freytag pour la rédaction de sa métrique arabe. Cette production poétique et les traductions qui l’accompagnent obéissent aux critères du goût néoclassique84.

  • 85 Lors de la séance du 2 septembre 1822, JA, 1re série, vol. 1, 1822, p. 174. La pièce aurait été pu (...)
  • 86 JA, 1re série, vol. 2, mars 1823, p. 177. Faut-il identifier cette brochure dont Saint-Martin donne (...)

27C’est aussi le cas de la majeure partie de la production de Joseph Agoub. Représentant une nouvelle génération – il est enfant lorsqu’il arrive en 1801 à Marseille –, son œuvre est d’expression française, mais s’affirme « orientale ». Membre fondateur de la Société asiatique, il y fait en 1822 la lecture d’une pièce en vers arabes sur la naissance du duc de Bordeaux, morceau attribué à « un Musulman de distinction, qui se trouvait alors à Paris »85. L’année suivante, il offre à la Société asiatique son Discours sur l’expédition des Français en Égypte, en 1798, considérée dans ses résultats littéraires86. À en croire le compte rendu de cette séance de lecture, le public a été emporté par l’enthousiasme d’Agoub : « On s’y laisse aller d’autant plus facilement, qu’on croit reconnaître dans les mouvements de son discours ce vif sentiment national qu’un étranger tenterait vainement d’exprimer. » Bien qu’Agoub ait choisi de s’exprimer en français, on retrouverait chez lui tous les caractères d’un tempérament oriental :

  • 87 JA, 1re série, vol. 2, mars 1823, p. 177.

Le luxe, la pompe, l’ambition même des expressions qu’on ne pardonnerait peut-être pas à un Français, sont ici quelque chose de si naturel qu’on serait fâché qu’elles n’y fussent pas. On aime à voir tous ces sentimens retracés dans une langue qui n’est pas celle de l’auteur, ce dont, au reste, on ne s’aperçoit qu’à son nom. Un peu d’étrangeté dans l’expression des pensées est encore un mérite de plus ; et c’est peut-être à un homme d’Orient, familiarisé avec toutes les ressources de la langue française, qu’il appartient de nous faire connaître ce style oriental dont on parle tant et qu’on connaît si mal, par les infidèles traductions des traducteurs même les plus habiles.87

  • 88 Dans son Discours, J. Agoub décrit favorablement la politique du gouvernement égyptien. Il présent (...)
  • 89 La lyre brisée, dithyrambe de M. Agoub, traduit en vers arabes par le cheykh Réfaha, P. Dondey-Dupr (...)

28Cette réception, qu’on peut analyser à la suite de Said comme le signe d’une naturalisation de l’Orient, témoigne aussi de l’affirmation d’une identité nationale orientale, et plus spécifiquement égyptienne, à laquelle travaillent ensemble le fils de réfugiés égyptiens et les savants parisiens de la Société asiatique88. La production lyrique d’Agoub, tombée aujourd’hui dans l’oubli le plus total, n’est pas restée cantonnée au petit noyau du salon d’Adélaïde Dufrénoy, son égérie, ni même au public parisien et français. En 1827, Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī, qui accompagne la première mission des élèves égyptiens à Paris, publie chez Dondey-Dupré, l’éditeur de la Société asiatique, une traduction en arabe, versifiée, de sa Lyre brisée, panégyrique qui chante l’avènement du vice-roi Méhémet Ali 89.

  • 90 J. Humbert justifie ainsi le choix de son Anthologie : « On me reprochera d’avoir imprimé plusieur (...)
  • 91 J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire… », art. cité, p. 168.

29On retrouve le souci de pouvoir toucher un double public, français et oriental, chez Silvestre de Sacy. En choisissant d’éditer les Séances d’al-Ḥarīrī plutôt que celles d’al-Hamaḏānī, vers lesquelles l’aurait pourtant porté son inclination, il veut rendre compte de la hiérarchie des valeurs des Arabes mêmes, de leur goût, proche en cela de Jean Humbert90. Selon la notice que Reinaud consacre à Sacy quinze ans après la publication de 1823, « les Arabes regardent les Séances d’al-Ḥarīrī comme le meilleur sujet d’étude, pour bien se pénétrer du génie de leur langue. Cet ouvrage leur tient lieu de dictionnaire des synonymes, de traité des tropes, etc. »91 L’ouvrage s’adresse

  • 92 Ibid., p. 169.

[…] à la fois aux Orientaux et aux Européens : voilà pourquoi [Silvestre de Sacy] s’abstint de toute remarque en français, et se borna à extraire ce qu’il avait trouvé de meilleur dans les ouvrages nationaux. Quelquefois seulement, les scoliastes arabes ne répondant pas tout à fait à sa pensée, il rédigea lui-même des notes en arabe ; mais, ainsi qu’il le dit dans sa préface, ces cas sont fort rares.92

  • 93 Loc. cit., p. 168. Sur la réception de cette édition en Orient, on connaît la lettre de Nāṣīf al-Y (...)

30Reinaud rappelle enfin que « quelques exemplaires, suivant leur destination, étant allés en Égypte et en Syrie, les hommes les plus instruits du pays se prosternèrent devant le savoir de l’orientaliste français […] »93. Il y a sans doute un certain anachronisme dans cette appréciation de 1838, le nombre des Français travaillant au service de Méhémet Ali ayant entre-temps augmenté, et la France s’étant implantée en Algérie. Elle est cependant juste sur le fond : les contacts sont déjà nombreux avec les Égyptiens. Trois ans plus tard, une première mission scolaire arrive à Paris.

Entre libéralisme et catholicisme (1815-1830)

  • 94 E. Quinet, Le christianisme et la Révolution française (cours au Collège de France, 1845), Œuvres (...)

Vous voulez convaincre l’Orient que la sagesse d’en haut s’est incarnée, il y a dix-huit-cents ans ; faites mieux : prouvez-lui que cette sagesse, cet amour, ce paraclet attendu s’incarne, se révèle aujourd’hui même dans le monde sous la figure de la société européenne.94

La seconde Restauration en 1815 : une réadaptation sans véritable rupture

  • 95 Sur ces massacres du 26 juin 1815, qui visent en premier lieu les anciens domestiques noirs des ré (...)
  • 96 N. Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle, 1808-1914, Paris, La Bouti (...)
  • 97 D. Ligou, Histoire des francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1987, p. 187 et 193 et suiv.

31Attachés par des relations de clientèle aux officiers et savants de l’expédition d’Égypte, les réfugiés égyptiens étaient généralement proches des bonapartistes. Ce groupe dont les liens avec le régime déchu étaient particulièrement visibles devait donc a priori subir le contrecoup du bouleversement politique. De fait, la communauté égyptienne de Marseille fut victime en juin 1815 de la Terreur blanche, massacre dont souffrirent avant tout ses éléments les plus pauvres, semble-t-il95. Mais en ce qui concerne ses élites, l’impact de la seconde Restauration ne semble pas avoir été si nettement négatif. À la manière des autres élites sur lesquelles s’est appuyé le régime impérial, elles ont pu généralement conserver leurs positions96. Les Égyptiens gardent ainsi une place éminente dans l’enseignement de l’arabe. Certains le doivent à leur allégeance au monarque restauré, peut-être par le jeu d’un ethos de sujet ottoman engageant au respect du souverain en place, malgré les révolutions de palais. Des liens avec les anciennes familles de jeunes de langue et le clergé ont pu jouer en leur faveur : Raphaël de Monachis, membre de la congrégation melkite des salvatoriens fondée au début du xviiie siècle sur le modèle des jésuites, a séjourné longuement à Rome et conserve sans doute à Paris des relations étroites avec le clergé catholique ; Gabriel Taouil, à côté de son enseignement, continue de remplir sa charge de prêtre, confessant la communauté melkite de Marseille. Enfin, la protection de savants, Silvestre de Sacy au premier chef, et la fréquentation de salons et de cercles politico-littéraires, où se croisent monarchistes libéraux et bonapartistes, a pu faciliter leur maintien à des postes de responsabilité, de même que l’affiliation à la franc-maçonnerie pour quelques-uns. C’est le cas de Joanny Pharaon, dans un temps où maçonnerie ne signifie pas encore rupture avec le catholicisme : si les bulles pontificales et notamment In eminenti deviennent recevables après le concordat, cette condamnation met du temps à être effective dans une France où le gallicanisme reste puissant. L’affiliation maçonnique est particulièrement importante dans l’armée, la franc-maçonnerie accompagnant le changement de régime en 1814, bien qu’elle ne reçoive plus sous la Restauration le même appui gouvernemental que sous l’Empire97.

  • 98 Il ne veut « point accepter pour sa part une réduction de traitement, conséquence des mesures géné (...)
  • 99 Son texte, rédigé en français, a été imprimé à Paris, Imprimerie Le Normant (s. d.), 3 p.
  • 100 J. Savant, Les mamelouks de Napoléon, Paris, Calmann-Lévy, 1949, p. 419. Sur cette société, voir T (...)

32La seconde Restauration suscite certes la démission de Raphaël de Monachis en 1816. Mais il n’a pas été déchu de sa chaire : s’il quitte Paris, c’est faute d’obtenir une réévaluation de son traitement, les caisses de l’État étant vides98. En janvier 1817, il passe d’ailleurs au service d’un ancien adversaire de Bonaparte, devenant premier secrétaire interprète auprès de sir William Sidney Smith, l’amiral qui a contraint en 1799 les troupes françaises à lever le siège de Saint-Jean-d’Acre. Smith avait composé un Mémoire sur la nécessité et les moyens de faire cesser les pirateries des États barbaresques, première des Pièces annexées au Rapport du Président de la réunion des chevaliers de tous les ordres de l’Europe, rassemblement qui s’est tenu à Vienne le 29 décembre 181499. Il s’agissait de faire collaborer Monachis à la réalisation de la Société antipirate voulue par Smith100. Sur le chemin de Marseille en mars 1817, il gagne ensuite l’Égypte où le gouvernement de Méhémet Ali lui assure une situation enviable.

  • 101 Le père de J. Pharaon, Élias, qui a adressé sa demande au roi le 27 septembre 1815, a accès aux le (...)
  • 102 (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 35.
  • 103 ANF, F 17, 13.612, chaire d’arabe vulgaire.
  • 104 La titularisation de Bocthor correspond à l’établissement définitif du cours d’arabe vulgaire par (...)
  • 105 Le texte de cette leçon est édité en décembre 1819.

33Bien que l’ambiance générale ne soit pas favorable aux Égyptiens, trop liés à l’Empire, le souci de continuité l’emporte : si leurs pensions sont diminuées, le roi accorde des lettres de grande naturalisation à un grand nombre d’entre eux101. Ceux-ci continuent à occuper des positions centrales dans l’enseignement de l’arabe vulgaire à l’École des langues orientales. Langlès propose ainsi de remplacer dom Raphaël par Michel Sabbagh – mais sa mort en juillet 1816 coupe court au projet. Après avoir envisagé la création d’une chaire d’histoire et de littérature orientales en faveur du secrétaire adjoint de l’École, Amable Jourdain, qui meurt à son tour prématurément en février 1818102, l’administrateur se tourne finalement à nouveau vers un Égyptien, Ellious Bocthor, qui donne un cours d’arabe vulgaire, dans un premier temps à titre provisoire (1819-1820103), puis en tant que titulaire104. Forte personnalité, celui-ci a l’ambition de réformer la pédagogie de l’arabe. Reprenant un enseignement interrompu pendant trois ans, il n’hésite pas lors de sa leçon inaugurale à critiquer explicitement une orientation qu’il juge trop livresque105. Il n’aura cependant pas le temps de laisser sa marque. En 1821, sa mort met fin à une brève expérience. Le choix de son successeur, Amand-Pierre Caussin de Perceval, manifeste un retour à la tradition d’Ancien Régime : ancien jeune de langue, c’est le fils du titulaire de la chaire d’arabe au Collège de France depuis 1784. Mais, figure conciliatrice, il entretient semble-t-il de bonnes relations avec le groupe des réfugiés égyptiens et avec les milieux libéraux.

Le maintien d’un enseignement pratique

34En 1817, l’enseignement de l’arabe vulgaire ayant été affecté par le départ de Raphaël de Monachis pour l’Égypte, Langlès n’avait pas hésité à alarmer le ministère de l’Intérieur, en lui transmettant le programme des cours :

  • 106 Langlès au ministre de l’Intérieur, Paris, 24 novembre 1817, ANF, F 17, 4061, envoi du programme d (...)

Le professeur d’arabe est le seul qui n’annonce pas et ne donne pas en effet les principes élémentaires de la langue qu’il est chargé d’enseigner ; cette omission est d’autant plus grave qu’elle écarte à la fois les auditeurs de trois cours ; en effet, pour se livrer à l’étude et surtout pour acquérir une connaissance approfondie du turc et du persan, il faut posséder au moins les éléments de l’arabe. M. de Sacy s’en repose, dit-on, sur le professeur du collège de France [Antoine Caussin], mais il n’ignore pas que cet établissement ne nous a jamais procuré un seul auditeur. En outre, qui pourrait mieux que l’auteur de la plus savante grammaire arabe que l’on connaisse, remplir cette pénible, mais honorable tâche ? Un mot de votre excellence suffira sans doute pour le déterminer à se conformer au texte de la loi qui a créé notre école.106

  • 107 Bocthor a été signalé à Langlès par Grille, du ministère de l’Intérieur, qui l’a rencontré chez Jo (...)
  • 108 Soit en juin 1821 (ibid., p. 318).

35Faute de pouvoir imposer à Sacy un enseignement pratique de la langue, Langlès fait finalement recréer en 1819 un cours d’arabe vulgaire au profit de Bocthor107, avec suffisamment de succès pour qu’il soit transformé en chaire deux ans plus tard108. La leçon inaugurale de Bocthor affirme explicitement son orientation pratique :

Quatre points principaux feront l’objet [du cours] : lire, expliquer, parler, écrire ; la lecture comprendra la prononciation ; dans l’explication, on fera voir les différentes acceptions d’un mot, son emploi, la manière de le traduire.

Toutes ces données, qui nous conduiront à parler, seront accompagnées d’exercices de calligraphie ou de l’art de bien former les lettres chez les Orientaux.

Au lieu de donner une fausse théorie de la manière de prononcer un mot, comme on l’a trop souvent jusqu’ici, je le prononcerai devant mes auditeurs, en les invitant à m’imiter.

  • 109 Discours d’ouverture du cours, 8 décembre 1819, cité par (A. Carrière), Notice historique sur l’Éc (...)

Les sujets des lectures ne seront pas pris dans les auteurs qui ont besoin de commentaires, ce qui n’apprendrait à un élève interprète, à un voyageur, à un négociant, etc., qu’à ne savoir parler avec personne : nous les choisirons dans les auteurs les plus faciles, et qui sont à la portée de tout le monde, et nous en avons heureusement en tout genre.109

  • 110 J.-J. Marcel, Requête au ministre de l’Instruction publique, Paris, 30 juin 1838 (ANF, F 17, 4064, (...)
  • 111 Sur Jomard, voir Y. Laissus, Jomard, le dernier Égyptien : 1777-1862, Paris, Fayard, 2004.
  • 112 J.-J. Marcel, Vocabulaire français-arabe du dialecte vulgaire africain d’Alger, de Tunis, et de Ma (...)

36La mort prématurée de Bocthor met cependant un terme à l’essai. C’est finalement en marge de l’institution que le bénévolat de Jean-Joseph Marcel, ancien membre de la Commission scientifique de l’expédition d’Égypte, pallie le défaut d’enseignement pratique de l’École des langues orientales. Marcel, né en 1776, avait été favorable à la Révolution et à une diffusion large de l’instruction élémentaire, tout en restant profondément catholique et monarchiste, sinon royaliste. Sa mère avait figuré en 1792 sur les listes de suspects et il avait été proscrit après le coup d’État de fructidor an V (septembre 1797). Il avait manifesté d’une façon chevaleresque son attachement à Bonaparte lors des Cent-Jours, en reprenant la direction de l’Imprimerie impériale. Dans ses écrits, il appelait à réserver les places de représentants de la France à des hommes compétents en langue, se faisant ainsi l’héritier de Venture. Après avoir dû concevoir rapidement des instruments facilitant l’apprentissage de l’arabe pour les membres de l’expédition d’Égypte, il aurait donné à Paris, en même temps qu’il suppléait Prosper-Gabriel Audran à la chaire d’hébreu du Collège de France (de 1817 à 1821) et au cours des années suivantes, une première instruction en arabe à plusieurs dizaines d’élèves. Il leur aurait permis ainsi de suivre avec fruit les leçons professées à l’École des langues orientales et au Collège110. Proche de Sacy par son monarchisme et son catholicisme – ils sont tous deux liés à la Société des observateurs de l’homme et ont une commune expérience du passage de l’Ancien régime au monde postrévolutionnaire –, il s’en distingue cependant par son bonapartisme. Lié aussi aux hommes de l’expédition d’Égypte, dont le géographe Edme-François Jomard111, il partage leur approche pratique de la langue : on lui doit un premier vocabulaire à l’usage des militaires de l’expédition d’Alger, destiné à leur faciliter l’accès à la langue en usage au Maghreb112.

Une sensibilité libérale dominante

  • 113 Détaché de la religion, proche des saint-simoniens, E. de Salle s’est montré favorable à la Révolu (...)
  • 114 Républicain et catholique, Perron fait partie du groupe de Buchez en 1830, avant de se rapprocher (...)
  • 115 J. Pharaon et F. Rossignol, Histoire de la révolution de 1830 et des nouvelles barricades, Paris, (...)
  • 116 « Cette manière de prendre l’étude comme une jouissance personnelle, bien plus que comme un moyen (...)

37D’une façon générale, les libéraux dominent les études arabes, dans un spectre qui va du monarchisme constitutionnel représenté par Silvestre de Sacy et Jean-Joseph Marcel (catholiques gallicans en l’occurrence), au bonapartisme et au républicanisme tels qu’on les rencontre chez Joanny Pharaon, Grec melkite, chez Eusèbe de Salle113 ou chez Nicolas Perron114. Tous sont d’accord pour s’opposer aux ultras et pour applaudir aux Trois Glorieuses, immédiatement (comme Joanny Pharaon, qui participe aux combats de rue à Paris115) ou une fois l’ordre assuré (comme Silvestre de Sacy). Le courant ultra puis légitimiste n’est représenté que par Étienne Quatremère. Son choix de vendre sa bibliothèque au roi de Bavière et l’acidité de la notice nécrologique que lui consacre Renan116, qui fut son auditeur au Collège de France, témoignent de son isolement.

  • 117 Dès les premières pages de son roman à clé sur l’expédition d’Alger, Ali le Renard (1832), le narr (...)

38Le libéralisme qui caractérise la majorité des arabisants ne s’accompagne pas nécessairement d’un détachement religieux. À côté de ceux qui manifestent leur anticléricalisme – comme le jeune Eusèbe de Salle, avant qu’il ne devienne fervent catholique au retour d’un périple en Orient117 –, les arabisants qui font preuve de leur foi catholique sont nombreux. Cet engagement religieux sous-tend souvent les relations qu’ils entretiennent avec les chrétiens arabophones du Levant, que ce soit à Paris, où les principaux collaborateurs orientaux de Silvestre de Sacy sont catholiques, ou à Marseille, où l’abbé Bargès est lié aux grecs catholiques Taouil (aṭ–Ṭawīl), Sakakini (as-Sakākīnī) et Rochaïd Dahdah (Rušayd ad-Daḥdāḥ). Après 1830, on retrouve à Alger et à Tunis des figures comparables d’ecclésiastiques des Lumières, convaincus à la fois de la supériorité de la religion catholique et des valeurs de la tolérance religieuse – ainsi l’abbé Bourgade. Dans le milieu des drogmans, particulièrement chez les descendants d’anciennes familles consulaires, c’est un catholicisme plus conservateur qui semble s’affirmer, comme chez Henry Guys.

Centralité et orientation savante du Journal asiatique

  • 118 Le duc d’Orléans porte sa souscription annuelle pour 1822 à 300 francs et y ajoute 1 000 francs po (...)
  • 119 Elle reproche au Journal asiatique d’avoir publié les sévères observations de Zorhab sur les publi (...)
  • 120 La députation reçue par le nouveau roi le 17 août 1830 comprend Agoub, Burnouf père, E. Burnouf, C (...)
  • 121 Guizot accorde en 1840 un crédit pour faire copier une collection védique à Calcutta.

39Quels que soient les engagements divers des uns et des autres, le sentiment d’appartenir à une communauté savante l’emporte souvent sur les divergences politiques. Il est renforcé par l’existence de la Société asiatique qui, depuis sa fondation au printemps 1822, fédère les orientalistes. Y être admis est bientôt un passage obligé pour les jeunes arabisants qui entendent faire de cette compétence leur métier, et annonce l’entrée dans la carrière, comme une première marque de reconnaissance professionnelle. Au berceau de la jeune Société, qui reprend un premier projet formulé en 1744 par les capucins de la rue Saint-Honoré à Paris, on trouve l’aristocratie et la bourgeoisie des Lumières. Son président d’honneur, le duc d’Orléans, futur roi Louis-Philippe Ier, n’est autre que l’arrière-petit-fils du protecteur du premier projet de 1744. La présidence du duc et la constance de l’appui matériel qu’il donne à la nouvelle société118 confirment son orientation libérale, malgré son détachement apparent vis-à-vis des débats politiques contemporains. La Quotidienne, organe ultra, ne s’y trompe pas, qui égratigne anonymement le Journal asiatique lors d’une controverse opposant deux spécialistes de l’arménien, le docteur Zorhab et Jacques Chahan de Cirbied119. En août 1830, le nouveau roi accepte de conserver la présidence d’honneur de la société, après avoir reçu sa députation et entendu le discours d’Abel Rémusat : « Le règne des lois et de la liberté ne peut qu’accélérer le développement de ces institutions indépendantes, que l’esprit d’association a multipliées parmi nous dans l’intérêt des arts, des sciences et de l’humanité […] »120. La Société asiatique recevra aussi le soutien financier de Guizot, dont la seconde épouse, Élisa Dillon, s’intéresse particulièrement à l’Orient121.

  • 122 NJA, vol. 3, janvier 1829, p. 87.
  • 123 Séance du 5 décembre 1831, NJA, vol. 9, janvier 1832, p. 75.

40Avant comme après 1830, l’appui financier de l’État n’est pas négligeable : en janvier 1829, le garde des Sceaux accorde à la Société asiatique un crédit annuel de 3 000 francs sur le fonds des impressions gratuites, sous la condition qu’elle dépose à l’Imprimerie nationale les poinçons, matrices et caractères orientaux lui appartenant122. En 1831, le roi accorde à nouveau 3 000 francs sur le rapport du garde des Sceaux, comme supplément au crédit ouvert par l’Imprimerie nationale pour la publication du Journal123.

  • 124 « Avis des éditeurs propriétaires du Journal asiatique », au verso de la couverture du JA, 12e cah (...)

41Est-ce la prédominance d’une sensibilité politique libérale qui explique l’absence d’Étienne Quatremère parmi les fondateurs de la société ? Ou bien faut-il l’attribuer à ses relations trop étroites avec les orientalistes de Londres dont la Société asiatique suit avec attention les travaux ? En 1823, l’année de la fondation de la Royal Asiatic Society, sœur cadette de la déjà ancienne Asiatic Society de Calcutta fondée en 1784, les frères Dondey-Dupré, éditeurs du Journal asiatique, visitent à Londres un dépôt d’ouvrages relatifs à la littérature orientale et décident à leur tour d’en constituer un dans leur librairie parisienne124. Le Journal asiatique, revue mensuelle de la société qu’animent Silvestre de Sacy et Abel Rémusat, entend réaffirmer par la qualité de ses contributions la primauté de Paris en matière de science des langues et de peuples orientaux, de l’Afrique septentrionale à l’Extrême-Orient.

42Littérature et langues ne sont pas les seuls objets du Journal asiatique, même si l’énumération des domaines de la connaissance qu’il annonce vouloir embrasser en se consacrant « à l’Histoire, à la Philosophie, aux Sciences, à la Littérature et aux Langues des Peuples orientaux » met en valeur ces dernières en leur réservant la place finale. La nouvelle publication entend combler un vide :

  • 125 JA, Prospectus, juin 1822, p. 2.

La littérature orientale occupe un espace trop resserré dans les journaux ordinaires ; ce qu’on en dit ne satisfait pas mieux les personnes instruites dans ces matières que celles qui y sont étrangères.125

  • 126 Cette interruption est présentée comme provisoire (JA, 1re série, vol. 1, octobre 1822, p. 59). En (...)
  • 127 JA, Prospectus, juin 1822, p. 2.

43Die Fundgruben des Orients (Les mines de l’Orient), périodique savant polyglotte fondé à Vienne par Josef von Hammer-Purgstall en 1809, a interrompu sa publication en 1818126. Les publications anglaises donnent trop de place aux nouvelles politiques et à la Compagnie des Indes pour se consacrer amplement aux « objets scientifiques ou littéraires »127. Le prospectus du Journal asiatique annonce ce que doit être son contenu :

Chacun des cahiers du JA sera divisé en trois parties.

La première contiendra des Mémoires, Traductions, Pièces originales, Extraits de manuscrits, Notices historiques, géographiques, Morceaux de Littérature et de Poésie, etc. C’est dans cette partie que seront insérés les morceaux fournis par les savans français et étrangers.

La seconde sera consacrée à la Critique littéraire : on y rendra compte de tous les ouvrages qui par leur étendue ou leur importance mériteront de fixer l’attention des personnes instruites.

  • 128 Ibid., p. 2-3.

Dans la troisième, on trouvera toutes les nouvelles, soit politiques, soit littéraires, relatives à l’Asie, les annonces de découvertes ou d’observations intéressantes.128

  • 129 La fonction informative du Journal asiatique se réduit au fur et à mesure que sa périodicité ordin (...)

44Il s’agit donc à la fois de publier des travaux scientifiques de fond, de rendre compte de l’ensemble des publications de valeur et d’annoncer les dernières nouvelles concernant l’Orient – triple fonction à laquelle le journal reste attaché jusqu’à 1914129.

  • 130 Sacy a sans doute difficilement pardonné à Langlès une note assassine suscitée par son rôle d’inte (...)

45Silvestre de Sacy accentue cependant l’orientation savante du Journal asiatique. La place centrale du grand maître des études orientales et l’importance qu’il accorde à la scientificité de la revue se manifestent à l’occasion de la mort de Langlès en janvier 1824. Trop vieux pour vouloir s’y imposer, Langlès, par ailleurs membre honoraire des sociétés de Calcutta et de Londres, n’a pas intégré la Société asiatique, sans doute du fait de ses rapports tendus avec Sacy130. La notice nécrologique que lui consacre en mars le Journal asiatique présente sa science comme superficielle, tout en le louant d’avoir 

  • 131 A. Rémusat, nécrologie de L.-M. Langlès, JA, 1re série, vol. 4, mars 1824, p. 155.

[…] réuni beaucoup d’idées, mis en circulation un grand nombre de renseignements, publié, traduit, extrait une foule de livres, fait graver de nouveaux types, appelé, par sa prédication, de nombreux partisans à l’étude des langues orientales. Bien des savants plus profonds dans leurs études n’ont pas laissé d’aussi grands résultats dans leurs veilles.131

  • 132 J. H. Garcin de Tassy, CR de la « Notice géographique sur le pays du Nejd », JA, 1re série, vol. 4 (...)

46Dans la livraison suivante, Garcin de Tassy donne le coup de grâce en affirmant que la méthode de transcription de Langlès « a été justement repoussée par les savants et les gens du monde »132. Il y a sans doute là une réponse aux attaques de Langlès qui ne s’était pas privé de critiquer l’orientation savante donnée par Sacy à son enseignement.

  • 133 Grille à Langlès, 30 juillet 1819. Le Nouveau dictionnaire de la langue française de Laveaux, comp (...)
  • 134 De Salle à Garcin de Tassy, Marseille, 4 juin 1840, lettre publiée dans JA, 3e série, vol. 10, nov (...)
  • 135 Ce roman dans la veine de l’Adolphe de B. Constant est paru chez C. Gosselin en 1833. La lecture e (...)
  • 136 On en veut pour preuve la Note sur la propriété irisante des barbes de plume qu’il insère dans le (...)
  • 137 Ainsi l’abbé Bargès dans une « Note sur un nouveau dictionnaire arabe, publié à Marseille, par MM. (...)
  • 138 D. Roux, directeur de l’école arabe-française de la rue des Pyramides à Alger fait paraître un Alb (...)
  • 139 Le terme est ignoré dans sa 7e édition (1879) ainsi que dans le Dictionnaire historique de la lang (...)
  • 140 Le dictionnaire de Guérin (1892) et le Petit Larousse dans son édition de 1906 admettent parallèle (...)
  • 141 C’est le terme adopté par le Bulletin des études arabes (intermédiaire des arabisants) fondé à Alg (...)

47On l’a dit, les travaux concernant la langue, la littérature et l’histoire des Arabes occupent longtemps la place principale dans les livraisons du Journal asiatique, avant qu’à la fin du Second Empire les études sur l’Inde et l’Extrême-Orient n’affirment leur importance. S’explique dès lors l’apparition d’un mot spécifique pour qualifier les orientalistes spécialistes du domaine arabe, les « arabisants ». Attesté en 1819 sous la plume d’un agent du ministère de l’Intérieur133, le substantif est utilisé en 1840 par Eusèbe de Salle lorsqu’il évoque le séjour qu’il a fait à Palerme, au retour de son voyage en Orient : il a pu y voir « quantité de matériaux arabes et quelques arabisants »134. Il est vrai que De Salle, sensible à la qualité des mots et à l’expressivité de la langue dont il a su jouer en poète – on comprend que Baudelaire ait apprécié son Sakountala à Paris. Roman de mœurs contemporaines135 – est amateur de néologismes et de formules curieuses, sans craindre le ridicule ni le bizarre136. Le mot s’acclimate cependant dans le milieu des orientalistes : on l’emploie dans le Journal asiatique137 ainsi que dans les manuels édités en Algérie pour l’apprentissage de la langue138. Émile Littré l’enregistre dans son Dictionnaire de la langue française édité par Hachette en 1863, avec la définition suivante : « Terme de philologie. Celui qui fait une étude particulière de l’arabe. » Mais le dictionnaire de l’Académie française ne l’admet que bien plus tardivement139. Après avoir été en concurrence avec « arabiste » pour définir le type professionnel du professeur d’arabe qui émerge au tournant du siècle140, « arabisant » s’impose au xxe siècle141.

  • 142 A. Fenet, P.-S. Filliozat et È. Gran-Aymerich, « La Société asiatique, une société savante au cœur (...)
  • 143 C’est du moins ce qui ressort d’une comparaison des sociétés de géographie de Paris et de Berlin ( (...)
  • 144 Projet de lettre du M. de la Guerre au comte (Drouet d’Erlon), 11 juillet 1835, ADéf, 2ye, 3229 (P (...)
  • 145 D. Lejeune, Les sociétés…, ouvr. cité, p. 30.
  • 146 Ibid., p. 23.
  • 147 A. Fenet, « Silvestre de Sacy, premier président de la Société asiatique », Silvestre de Sacy (175 (...)

48Faute d’archives classées qui soient facilement accessibles, il n’est pas possible de dresser un tableau précis de la composition sociologique de la Société asiatique142. Il semble que les exigences savantes y aient été plus poussées qu’à la Société de géographie de Paris, fondée un an plus tôt, en 1821, tout en conservant une dimension mondaine caractéristique des sociétés savantes en France (quand, en Allemagne, on attend des sociétaires une contribution scientifique effective143). La Société asiatique partage avec la Société de géographie des intérêts et des hommes. C’est le cas d’Amédée Jaubert, d’Edme-François Jomard et de Jean-Baptiste Eyriès, qui se retrouve présider par intérim la Société asiatique après la mort d’Abel Rémusat, emporté par le choléra en 1832. Mais l’Égyptien Joanny Pharaon, praticien plus qu’érudit, dont Silvestre de Sacy et Caussin de Perceval ont mis en doute les compétences144, ne semble pas avoir été admis à la Société asiatique, alors qu’il est membre de la Société de géographie145. Plus que le montant du droit d’adhésion fixé à 30 francs, comme à la Société d’histoire de France (à la Société de géographie de Paris, il est fixé à 25 francs auxquels s’ajoute une cotisation annuelle de 36 francs146), il semble qu’un strict respect des règles de l’érudition ait été le critère dirimant, peut-être imposé par Sacy en personne147.

  • 148 On ne peut souscrire au Journal asiatique pour moins de six mois, ou d’un volume. L’abonnement est (...)
  • 149 La nouvelle série intitulée Nouveau journal asiatique est inaugurée en 1828, une troisième l’est e (...)
  • 150 On établit ainsi un droit de présence fondé sur une contribution supplémentaire de 15 francs par a (...)
  • 151 Les mardi et samedi de chaque semaine, d’une heure à quatre heures (JA, 1re série, vol. 2, juin 18 (...)
  • 152 A. Fierro, La société de géographie, Genève, Droz, 1983, p. 11. L’importance des salons du premier (...)

49La Société asiatique met en place les instruments constitutifs d’une communauté savante en publiant immédiatement une revue mensuelle, le Journal asiatique, qui engage ses souscripteurs à une certaine constance148. Une fois les premiers volumes épuisés, l’institution d’une nouvelle série du Journal asiatique permet de pouvoir offrir sa collection aux nouveaux souscripteurs. C’est aussi l’occasion de constituer des tables récapitulatives et de préciser les attributions de la commission du journal, qui fait office de comité de lecture149. On encourage l’assiduité aux séances mensuelles de la société150 dont le compte rendu est régulièrement publié. La société constitue aussi très rapidement une bibliothèque qui est mise à la disposition des sociétaires deux fois par semaine151. À côté des salons qui réunissent savants et hommes de lettres dans un cadre à la tonalité féminine, composé et animé par l’hôtesse des lieux – celui de Mme Amédée Jaubert réunit ainsi le mardi le monde littéraire et scientifique152 –, la société savante offre un lieu de sociabilité érudite exclusivement masculin.

Drogmans et savants de cabinet : une distance qui se creuse

50La Société asiatique s’est imposée comme un carrefour central qui a favorisé la constitution d’un milieu scientifique, en faisant se croiser les travaux des savants de cabinet et les correspondances des consuls, interprètes, voyageurs au contact direct de l’Orient réel. On peut cependant se demander si son orientation savante n’a pas eu pour effet de creuser une distance entre érudits et praticiens ou, plus modestement, d’entériner une différenciation inscrite dans un mouvement plus général d’affirmation d’un espace scientifique autonome, détaché des contingences matérielles, où la science des textes prime sur la connaissance des hommes.

  • 153 Rousseau à Sacy, 4 juin 1806 (cité par H. Dehérain, « Correspondance de Silvestre de Sacy et du co (...)
  • 154 Les mandéens, qu’on appelle alors mendaïtes, forment une secte gnostique qui conserve quelques fid (...)
  • 155 La correspondance échangée entre Sacy et Asselin de 1813 à 1815 est conservée à la bibliothèque de (...)
  • 156 Sont ainsi par exemple admis à la Société asiatique en 1824-1825 le chevalier Gamba, consul de Fra (...)
  • 157 Fondé en 1665, le Journal des savants, interrompu sous la Révolution française, reprend sa parutio (...)
  • 158 Le Magasin encyclopédique a été fondé en 1795 par Millin de Grandmaison pour combler le vide laiss (...)
  • 159 JA, vol. 5, septembre 1824. Les observations, exposées lors de la séance du 4 septembre 1826 (JA, (...)

51Dans le premier tiers du xixe siècle, les drogmans et consuls entretiennent encore ordinairement des relations suivies avec les savants de cabinet parisiens, comme en témoigne la correspondance de Sacy. En 1806, Jean-Baptiste Rousseau, qui vient d’être nommé agent diplomatique et commercial à Bassora, s’adresse par exemple à l’illustre savant pour lui proposer ses services153. Sacy l’encourage à chercher des ouvrages de piété en arabe imprimés à Alep ainsi qu’à recueillir des renseignements sur les wahhâbites et les mandéens154. C’est à cette invitation de Sacy que répondent les notices reprises et rassemblées par Rousseau dans son Mémoire sur les trois plus fameuses sectes du musulmanisme, les Wahabis, les Nosaïris et les Ismaélis (Paris-Marseille, A. Nepveu - Masvert, 1818). Sacy charge par ailleurs Asselin de Cherville, un ancien élève de l’École des langues orientales établi en Égypte depuis 1806 comme drogman, de lui communiquer livres et manuscrits155. Drogmans et consuls sont représentés dans les nouvelles sociétés savantes, qu’il s’agisse de la Société asiatique ou de la Société de géographie156. Le Journal des savants157, le Magasin encyclopédique qui le supplée entre 1795 et 1816158, et, depuis 1822, le Journal asiatique, font place à leurs communications. On peut citer le « Mémoire sur les mœurs et cérémonies religieuses des Nesserié » du drogman gérant le vice-consulat de France à Lattaquié Félix Dupont, qui suscite à son tour des observations de la part du chancelier du vice-consulat Charles Édouard Augustin Guys, débat auquel participent Joseph-Marie Jouannin et Thomas-Xavier Bianchi, chargés de la formation des jeunes de langue159. L’espace partagé du Journal asiatique n’empêche pas une distance nouvelle entre les savants qui, à Paris, sont au fait des derniers développements de la philologie, et les drogmans qui ne séjournent que fort irrégulièrement en Europe. En 1824, Friedrich Eduard Schulz considère qu’un fossé s’est creusé depuis que s’est imposée en France, dans les années 1790, une nouvelle approche scientifique des langues, défendue par Sacy pour l’arabe ou par Rémusat pour le chinois.

  • 160 CR de F. E. Schulz et G. de Humboldt, Über die Buchstabenschrift und ihren Zusammenhang mit dem Sp (...)

Ce sont les recherches philosophiques sur les facultés intellectuelles de l’homme, et surtout sur leurs fonctions logiques, qui, de même que la méthode analytique qui en est résultée, et que l’on a appliquée aux conceptions et aux langues asiatiques, ont facilité l’étude de toutes ces langues en général, et qui même ont rendu possible, pour la première fois, celle de quelques-unes d’entr’elles. […] C’est cette manière philosophique d’envisager les productions de l’esprit oriental, qui a contribué le plus à établir la différence entre ce que l’on appelait autrefois orientaliste, et ce que l’on doit comprendre aujourd’hui sous ce nom ; différence que je ne saurais mieux désigner, que par celle qu’il y a entre un drogman et un vrai philologue.160

  • 161 JA, 1re série, vol. 1, 1822, p. 116.
  • 162 Le Journal asiatique indique qu’on a présenté à la Société asiatique « le prospectus et des extrai (...)
  • 163 Parnasse oriental, ou Dictionnaire historique et critique des meilleurs poètes anciens et modernes (...)
  • 164 En témoignent leurs catalogues conservés aux ANOM (F 80, 1 578 à 1 581).
  • 165 On souscrit à Alexandrie, chez le traducteur, au consulat, et chez A. Lainé, imprimeur, maison Pop (...)

52Au sein de la Société asiatique, la place des drogmans est finalement assez périphérique : ils sont membres correspondants, et leurs publications complètent généralement des travaux entrepris à Paris, comme ceux de Sacy sur les différentes sectes musulmanes. En 1822, Jean-Baptiste Rousseau fait don de plusieurs manuscrits à la société161, sans obtenir la contrepartie qu’il en espérait probablement. Elle lui refuse en effet son appui pour la publication d’une Encyclopédie orientale dont l’ambition est de refaire, sur un meilleur plan, la Bibliothèque orientale de Barthélemy d’Herbelot. Le Journal asiatique se borne à annoncer l’entreprise, en marquant poliment ses distances vis-à-vis d’un projet qui ne correspond plus aux perspectives nouvelles de la science162. L’ouvrage paraît finalement en 1841 à Alger, par les soins du fils aîné de Jean-Baptiste, Antoine Rousseau, sous le titre de Parnasse oriental163. Sans avoir la prétention de faire date scientifiquement, il trouve un public curieux de mieux connaître les principales productions de la poésie orientale, et est largement diffusé dans les bibliothèques militaires d’Algérie164. Le lieu de publication du Parnasse oriental, Alger, manifeste l’ouverture d’un espace nouveau, à l’écart de Paris, pour les drogmans et tous ceux qui, installés en Orient, ont une bonne connaissance de la langue arabe mais ne répondent plus aux exigences scientifiques qui sont désormais celles des publications savantes européennes. Les imprimeries arabes du Levant et d’Algérie publieront une partie de ces ouvrages, pas assez érudits pour avoir les honneurs des éditeurs parisiens, mais cependant annoncés par le Journal asiatique. C’est par exemple le cas de la traduction du journal d’al-Ǧabartī par Alexandre Cardin de Cardonne en 1835165.

53Les nouvelles exigences scientifiques des orientalistes parisiens s’accompagnent d’un certain mépris pour des consuls et des drogmans auxquels ils reprochent un comportement qui n’a pas rompu avec l’Ancien Régime et qui, du reste, leur semble entaché d’habitudes orientales étrangères aux Lumières. En 1824, le fils aîné de Sacy, Victor, entré au service des Affaires étrangères, manifeste un tel sentiment de supériorité en relatant à son père une visite de courtoisie rendue à Jean-Baptiste Rousseau, à l’occasion d’une halte à Marseille :

  • 166 Le duc d’Angoulême est devenu dauphin à l’avènement de Charles X, quelques mois plus tôt.
  • 167 La mort de Langlès libère à la fois la chaire de persan à l’École des langues orientales et le pos (...)
  • 168 Marseille, 15 novembre 1824, lettre publiée par H. Dehérain, Orientalistes et antiquaires. II. Sil (...)

Cette visite me coûtait à faire, car je hais la pouilleuse vanité de MM. nos consuls du Levant, leurs vanteries, leurs menteries, leurs fausses caresses, leurs plaintes éternelles. Il m’a fort bien reçu, et même embrassé, chose dont je l’eusse tenu quitte de grand cœur. À l’entendre, ce serait M. le Dauphin166, qui de lui-même l’aurait recommandé au M[inistre] de l’Intérieur pour les deux places de M. Langlès167 : j’ai fait semblant de le croire en plusieurs choses du même genre qu’il m’a fort longuement ânonnées. Ce fut sa femme qui m’ouvrit la porte. Comme elle est vêtue à l’orientale j’aurais voulu la voir de près, mais il faisait très sombre au moment où j’entrai chez eux et elle se retira aussitôt pour ne plus reparaître […].168

La mission égyptienne de 1826 et le renforcement des liens entre Le Caire et Paris

  • 169 L. Droulia, « Reflets et répercussions de l’expédition française en Grèce », Enquêtes en Méditerra (...)
  • 170 L’expédition de 1830 a été précédée en 1827 par la rupture des relations diplomatiques entre le de (...)

54La tonalité libérale qui prévaut chez les arabisants n’empêche pas leur collaboration aux projets gouvernementaux dont la politique orientale concerne aussi l’Afrique du Nord. La monarchie restaurée entend ainsi lutter contre la puissance du souvenir d’un Napoléon Bonaparte marchant sur les traces d’Alexandre le Grand, exalté en légende par l’opposition. Sur le modèle de l’expédition d’Égypte, l’envoi d’une armée française en Grèce en août 1828 se double de la constitution d’une Commission scientifique de Morée169. En Égypte même, la Restauration agit pacifiquement, dans un contexte cependant tendu : les troupes françaises ont participé à la défaite de la flotte de Méhémet Ali venue en renfort des Ottomans à la bataille de Navarin en 1827. En Méditerranée occidentale, son action prend une forme guerrière avec l’expédition contre Alger170.

  • 171 Voir B. Drovetti, Epistolario: 1800-1851, pubblicato da S. Curto in collaborazione con L. Donatell (...)
  • 172 C. Bachatly, « Un membre oriental de l’Institut d’Égypte… », art. cité, p. 237-260.
  • 173 L’envoi est daté du 1er décembre 1834. Une copie de la facture, conservée à la bibliothèque de l’I (...)
  • 174 J. T. Reinaud, « Notice des ouvrages arabes, persans et turcs imprimés en Égypte », NJA, vol. 8, o (...)
  • 175 T.-X. Bianchi, « Catalogue des livres arabes, persans et turcs imprimés à Boulac depuis l’introduc (...)

55La politique égyptienne de la Restauration s’occupe de l’Antiquité aussi bien que du présent. Après que Champollion a déchiffré en 1822 les hiéroglyphes, la monarchie fait en sorte de se rallier ce « jacobin », par l’intermédiaire du duc de Blacas, en finançant la publication de sa découverte (l’ouvrage paru en 1823 est dédié au roi), puis par la fondation en 1826 d’un musée égyptien dont le jeune savant prodige est nommé conservateur. Deux ans plus tard, le gouvernement facilite l’expédition scientifique franco-toscane dont la direction est confiée à Champollion (1828-1829). Mais la politique de Louis XVIII profite aussi aux études arabes. Le gouvernement favorise le maintien de relations étroites entre les arabisants et les élites égyptiennes. Silvestre de Sacy, qui entretient une correspondance avec le drogman Asselin de Cherville, en poste au Caire, et lui commande des manuscrits171, reste aussi lié avec Monachis qui, depuis son retour en Égypte en 1816, travaille au service de Muhammad Ali. Il s’informe des débuts de l’imprimerie de Būlāq – Raphaël de Monachis a été chargé par le vice-roi d’élaborer un dictionnaire italien-arabe, le Qāmūs iṭālyānī wa ‘arabī, premier livre sorti des presses de Būlāq en 1822 (1238)172 –, veillant à ce que la Bibliothèque royale reçoive des exemplaires des ouvrages qui sortent de ses presses. Après 1830, Georges Sakakini fils, ancien traducteur attaché à l’école de médecine et de pharmacie d’Abū Za‘bal, négociant et professeur d’arabe vulgaire à Marseille, expédie à Sacy, du Caire où il séjourne, une caisse contenant quarante volumes en arabe et en turc173. L’intérêt porté à Paris pour les publications de Būlāq se perpétue : après une première recension par Joseph Toussaint Reinaud en 1831174, Nicolas Perron puis Thomas-Xavier Bianchi en dressent le catalogue175.

  • 176 Sur cette mission, voir A. Louca, Voyageurs et écrivains égyptiens en France au xixe siècle, Paris (...)
  • 177 Le premier projet de mission d’Égyptiens en France, élaboré dès 1811 par Jomard, avait été adressé (...)
  • 178 La musicalité du titre original qui joue de l’allitération et de l’assonance, ne peut être rendue (...)

56Le maintien de ces liens privilégiés permet d’accueillir à Paris une mission d’élèves égyptiens en 1826176 : leur programme d’étude, organisé par Jomard177, prévoit la collaboration des arabisants les plus en vue, de Silvestre de Sacy à Joanny Pharaon. La célèbre relation de voyage de Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī, Taḫlīṣ al-ibrīz fī talḫīṣ Bārīs178, composée à Paris, témoigne indirectement des relations qu’ont entretenues les Égyptiens et les arabisants français.

  • 179 A. Louca, « La médiation de Tahtâwî, 1801-1873 », La France et l’Égypte à l’époque des vice-rois ( (...)
  • 180 Cet extrait du Taḫlīṣ est cité par A. Louca dans L’Orient des Provençaux…, ouvr. cité, p. 328.
  • 181 Sacy, mu par le souci d’ouvrir la voie du progrès sans rupture violente, qu’il s’agisse de la poli (...)
  • 182 « Relation d’un voyage en France par le cheikh Réfaa », NJA, vol. 11, mars 1833, p. 222-251. La pr (...)

57Aṭ-Ṭahṭāwī, choisi par son maître « moderniste », le šayḫ Ḥasan al-‘Aṭṭār, pour être imām de la mission, était convaincu de la nécessité d’intégrer progressivement à la langue arabe le vocabulaire de la civilisation occidentale moderne, dans une « inlassable recherche en vue de créer des rapprochements, des correspondances opérationnelles entre raisonnement objectif et concepts islamiques »179. Il a entretenu des liens avec Sacy. Une conversation avec ce dernier est peut-être à l’origine d’une anecdote qu’il relate d’une manière caractéristique. L’épouse de Menou, musulmane, s’étant opposée au baptême de leur fils Soleïman Mourad Jacques après leur départ d’Égypte en 1801, Menou aurait fait appel à Sacy pour la convaincre que « toutes les religions sont vraies et qu’elles conduisent au même but, qui consiste à faire le bien ». L’orientaliste aurait confirmé que, selon le Coran « ceux qui croient (les musulmans), ceux qui pratiquent le judaïsme, les chrétiens, les sabéens – ceux qui croient en Allah et au Dernier jour et accomplissent œuvre pie – ont leur rétribution auprès de leur Seigneur. Sur eux, nulle crainte et ils ne seront pas attristés ». L’épouse de Menou, convaincue, aurait finalement consenti au baptême de son fils. Cette conclusion suscite la tacite réprobation de Rifā‘a qui juge que « toute religion, si tu manques l’islam, est invraisemblable, n’est qu’illusions »180. On voit par là que la relation de Rifā‘a est une œuvre composée librement, où le chaykh musulman affirme ses convictions personnelles. On peut cependant supposer que sa rédaction a été encouragée par les arabisants français181. Elle répond en tout cas à leur attente. Caussin de Perceval présente dès 1833 à la Société asiatique le manuscrit que lui a confié Rifā‘a. Il considère que ce récit « pourra contribuer à éclairer ses compatriotes, détruire beaucoup de leurs préjugés, et les engager à venir chercher en Europe les lumières qui leur manquent »182. Dès l’été 1835, Sacy juge que le texte est adapté au programme de son cours d’arabe des Langues orientales, comme il l’annonce à son ancien élève Eusèbe de Salle, tout juste nommé à la chaire de Marseille :

  • 183 Lettre de Sacy à De Salle, banlieue de Paris, le 20 juillet 1835 (C.-A. Julien, « Un médecin roman (...)

À la rentrée des cours, je compte faire comme tous les ans, c’est-à-dire, nourrir mes commençans de dictées et de Sindbad, et faire expliquer aux plus avancés soit les Mille et une nuits soit la relation du voyage en France du cheikh Refaa, imprimée à Boulak. J’en ai fait venir à cet effet plusieurs exemplaires.183

  • 184 Seule la traduction d’extraits d’une première version du texte, antérieure à celle de son édition (...)

58Le fait qu’un ouvrage contemporain puisse être objet d’étude pour les élèves de Sacy confirme la nécessité de nuancer l’image d’un orientalisme enfermé dans le culte des textes anciens. Il est d’ailleurs possible que cet usage scolaire du Taḫlīṣ al-ibrīz fī talḫīṣ Bārīs ait contribué à différer sa traduction en français184. Les arabisants français mettent donc en avant la possibilité d’un Islam des Lumières, à la fois fidèle à ses propres valeurs et tourné vers le foyer de civilisation parisien. L’expérience franco-égyptienne de collaboration et d’enseignement mutuel restera longtemps un modèle, en particulier pour les relations que les savants cherchent plus tard à établir avec des lettrés algériens, malgré le contexte de guerre ouverte.

Notes

1 Goethe, West-östlicher Divan, édition de H. J. Weitz, Francfort, Inselverlag, 1986, p. 279. H. Lichtenberger traduit ainsi ces vers : « Celui qui se connaît lui-même et les autres / Reconnaîtra aussi ceci : / L’Orient et l’Occident / ne peuvent plus être séparés. » (Divan occidental-oriental, Paris, Aubier, 1940, p. 301). Datés de 1826, ils n’ont été intégrés au Divan qu’après la mort de Goethe (A. Bosse, « Meine Schatzkammer füllt sich täglich… » : die Nachlassstücke zu Goethes « West-östlichem Divan », Dokumentation-Kommentar, Göttingen, Wallstein, 1999, t. II, p. 1045).

2 Au Salon de 1799, le portrait charge de Mademoiselle Lange en Danaé (1799) invitait explicitement à une lecture par détails clés (Girodet 1767-1824, catalogue de l’exposition sous la direction de S. Bellenger, Paris, Gallimard - Musée du Louvre Éditions, 2005, p. 274-281).

3 On peut lire « Muḥammad b. al-ḥāǧ al-Ḥiǧāzī » sur cet étendard vert, représenté sur le bord droit du tableau. Ce détail n’a pas été relevé par S. Bellenger dans sa notice du catalogue de l’exposition Girodet (ibid., p. 238).

4 Ce sera à nouveau le cas avec Femmes d’Alger dans leur appartement de E. Delacroix (1834).

5 Il s’agit sans doute d’une des premières définitions nationales du terme, jusque-là utilisé pour caractériser les protestants français exilés après la révocation de l’édit de Nantes. L’historiographie française les a cependant oubliés, y compris G. Noiriel dans Réfugiés et sans papiers. La République face au droit d’asile (xixe-xxe siècle), Paris, Hachette littératures, 1998, édition refondue de La tyrannie du national : le droit d’asile en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

6 De façon inexacte, on utilise parfois le terme coptes.

7 Ces réfugiés ont été récemment étudiés par I. Coller (Arab France. Islam and the Making of Modern Europe, 1798-1831, Berkeley - Los Angeles - Londres, University of California Press, 2011). Sur leur situation à Marseille, on peut lire l’intéressant témoignage de L. Gozlan (« Les réfugiés égyptiens à Marseille », Revue contemporaine, janvier 1866). Un registre matricule de ces réfugiés daté de 1816 a été publié en appendice aux Souvenirs de Roustam, mamelouk de Napoléon Ier (introduction et notes de P. Cottin, préface de F. Masson), Paris, Ollendorf, 1911, p. 257 et suiv.

8 Champollion à son frère aîné Figeac, cité par L. Leroy de la Brière, Champollion inconnu. Lettres inédites, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1897, p. 60.

9 Tableau du nombre des auditeurs en 1813, certifié exact et véritable par L. Langlès, et par lui adressé au ministère de l’Intérieur, ANF, F 17, 4054-4057.

10 Selon ses Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, restées inédites jusqu’en 1821, le collège de Marseille aurait dû réunir quarante ou cinquante élèves choisis parmi les fils de consuls et de négociants et quatre professeurs « nés dans les langues qu’ils enseigneraient : turc, persan, arabe d’Égypte, arabe barbaresque ». Chaque professeur aurait su au moins deux langues asiatiques et aurait été assisté d’un répétiteur français. Les domestiques du collège auraient été eux aussi orientaux et on y aurait appliqué des méthodes d’enseignement mutuel. On y aurait enseigné, en plus des langues, la géographie, le commerce, les mathématiques et, en dernière année, la littérature. Le collège de traducteurs aurait quant à lui formé un nombre très restreint d’orientalistes chargés d’inventorier les manuscrits et d’en éditer les plus intéressants, de contrôler les traductions en langues orientales d’un choix de livres élémentaires sur les sciences européennes et d’accueillir les voyageurs orientaux à Paris. (C.-F. Volney, Œuvres, Paris, Parmentier, t. VIII, 1826, p. 496 et suiv.)

11 En 1864, la direction de l’École passe à nouveau aux mains du titulaire de la chaire d’arabe, J. T. Reinaud : elle a été entre-temps confiée au turcisant A. Jaubert de 1838 à 1847, puis à l’helléniste C. B. Hase de 1847 à 1864. Depuis lors, aucun administrateur n’est arabisant au premier chef.

12 Rapport annuel de J. Mohl, JA, 3e série, t. 13, juin 1842, p. 490.

13 Sous la Restauration encore, Kieffer justifie ce primat du turc avec un double argument touchant aux qualités intrinsèques de la langue et à son usage. Il affirme que le turc a des « formes grammaticales plus régulières et moins nombreuses que celles de l’arabe » – le turc est ici rival de l’arabe à l’aune de la raison. Il juge par ailleurs qu’il est nécessaire que les élèves aient pris connaissance du turc avant leur arrivée à Constantinople, car c’est la langue dans laquelle les cours sont directement donnés. Le persan n’est appris que dans un troisième temps, après le turc et l’arabe (G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”…», art. cité, p. 19).

14 Agoub appuie sa candidature d’un argument rationnel : « Si jamais deux professeurs ont été nécessaires pour une seule langue, c’est sans contredit pour l’arabe dont l’enseignement comprend deux parties distinctes, le littéral et le vulgaire. » Il considère que la suppression récente de plusieurs consulats nécessite un plus grand nombre de drogmans mieux instruits. Ces derniers doivent permettre d’éviter de recourir aux « courtiers sans aveu », n’offrant « aucune garantie morale », qui risquent de compromettre la représentation nationale (J. Agoub, « École des jeunes de langues au collège royal Louis-le-Grand », note remise au MAE en 1825, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub).

15 Sacy partage les vues d’Agoub en soulignant qu’il est important de former et de recruter des drogmans français, ce qui doit permettre d’exclure du drogmanat « cette multitude d’étrangers, grecs, juifs, arméniens, etc., que les consuls sont fréquemment obligés d’employer, et qui avilissent l’état d’interprète par leurs bassesses et leur conduite intéressée » (Sacy au MAE, Paris, 1er avril 1825, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub).

16 M. Sabbagh, La colombe messagère plus rapide que l’éclair, plus prompte que la nue, traduit de l’arabe en français par A.-I. Silvestre de Sacy, Paris, Imprimerie impériale, an XIV (1805), p. 9-10.

17 « Pourquoi la Révolution française se termine-t-elle par une expédition coloniale ? » s’interroge H. Laurens en avant-propos à son Expédition d’Égypte : 1798-1801, Paris, Seuil (Points Histoire), 1997, p. 9.

18 La grande naturalisation, distinguée par l’ordonnance royale des 4 et 10 juin 1814 de la naturalisation ordinaire, ouvre droit à l’éligibilité (B. Schnapper, « La naturalisation française au xixe siècle. Les variations d’une politique », La condition juridique de l’étranger hier et aujourd’hui, Nimègue, Faculteit der Rechtsgeleerdheid, 1988, p. 215).

19 Le terme d’« indigène » n’est pas employé pour ces Égyptiens. Il n’entre en usage à propos des Orientaux qui enseignent l’arabe en métropole qu’après la conquête de l’Algérie.

20 C. Huart, Littérature arabe [1902], 4e édition, Paris, Colin, 1939, p. 404. L’interprétation de Huart se fonde sur la notice que Humbert a consacrée à Sabbagh en appendice à son Anthologie arabe ou Choix de poésies arabes inédites, traduites en français avec le texte en regard, et accompagnées d’une version latine littérale, Paris, Treuttel et Würtz, 1819, p. 291-293. Humbert y soulignait que les « places » occupées par Sabbagh avaient été « loin d’être au niveau de ses talens ».

21 Girodet, 1767-1824, catalogue de l’exposition, ouvr. cité, p. 390.

22 Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité, p. 150.

23 F. Pouillon a souligné l’importance de la catégorie du Maure avant « l’invention de l’Arabe » (« Simplification ethnique en Afrique du Nord : Maures, Arabes, Berbères, xviiie-xxe siècles », Cahiers d’études africaines, vol. 33-1, no 129, 1993, p. 37-49).

24 S. Wahnich, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997.

25 À la demande des jésuites qui entendent lutter contre la propagande anglicane, douze bourses sont ainsi instituées en 1700 en faveur d’« arméniens » – sans majuscule : c’est le terme générique sous lequel on désigne alors ces chrétiens, grecs et syriens surtout –, afin qu’ils soient instruits à Paris au collège royal Louis-le-Grand « dans la religion, dans les lettres et dans les langues orientales, sur les fonds du trésor royal » (mémoire du père Forest, SJ, cité par G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 198). En 1721, ces « arméniens » sont remplacés par des boursiers français, ce qui préfigure peut-être un processus de nationalisation évident un siècle plus tard.

26 Adresse de Langlès à l’Assemblée nationale, De l’importance des langues orientales pour l’extension du commerce, les progrès des lettres et des sciences, Paris-Strasbourg, Champigny-Koenig, 1790, p. 16.

27 A.-I. Silvestre de Sacy au MAE, Paris, 1er avril 1825, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.

28 Langlès au ministre, Paris, 21 avril 1814, ANF, F 17, 4066, indemnités aux professeurs.

29 Cette nomination a été décidée par le pouvoir, sans prendre le conseil de Sacy : « J’ai été fort choqué que la chose se fût faite sans que du moins on m’en ait prévenu. Je m’en suis expliqué assez vivement par écrit et de vive voix avec le ministre Chaptal, que je rencontrai le jour même chez le consul Cambacérès. J’ai su depuis que le ministre avait proposé tout autre chose pour D. Raphaël et que c’était le premier consul, sur la proposition, ou de Costaz [ingénieur et mathématicien, membre de la commission des sciences et arts puis de l’Institut d’Égypte], ou, si je m’en souviens bien, d’Estève [économiste, directeur général des revenus publics de l’Égypte sous Menou], qui avait ordonné au ministre de le placer dans notre École. Mon chagrin en est passé. J’abandonne les suites à la Providence. » (A.-I. Silvestre de Sacy à A. H. Anquetil-Duperron, Ognes, 20 novembre 1803, cité par H. Dehérain, Orientalistes et antiquaires. II. Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples, Paris, Geuthner, 1938, p. VI).

30 Rapport au premier consul, remis au ministre le 4 complémentaire an XI (21 septembre 1803) et approuvé par le premier consul, le 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), ANF, F 17, 13.612, chaire d’arabe vulgaire.

31 Selon J.-F. Ruphy, « Mardochée el-Najar, Tunisien dont les talens égalent la modestie, travaille en ce moment, sous les auspices du gouvernement, à la composition d’un dictionnaire complet françois-arabe qui fera époque dans les annales de la littérature. » (Discours préliminaire à son Dictionnaire abrégé françois-arabe…, ouvr. cité, p. VIII). C’est le personnage qui sert de fil conducteur à L. Valensi pour retracer les circulations savantes du temps entre Maghreb et Europe (Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu, ouvr. cité).

32 « Le gouvernement faisait les frais de la composition d’un autre dictionnaire d’arabe vulgaire, beaucoup plus considérable [que celui de Ruphy] ; un tiers à peu près étoit exécuté : mais les prétentions exagérées de celui qui en étoit chargé, ont obligé à suspendre cette entreprise » (réédition des Rapports à l’empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789, t. IV, Histoire et littérature ancienne par B.-J. Dacier, Paris, Belin, 1989, p. 118) ; « Ce que Golius, Castell ne purent pas faire, et que Venture, de Sacy, Langlès n’ont point osé entreprendre et qu’ils feraient bien de n’entreprendre jamais, on voulait qu’un juif ignorant et qui ne connaissait de l’arabe que le dialecte corrompu d’Alger son pays le fît pour la France et aux frais du gouvernement. » (note sur l’enseignement de la langue arabe, 8 décembre 1814, ANF, F 17, 1536, Ellious Bocthor).

33 L’importance de ces familles dans les échanges entre l’Afrique du Nord et l’Europe laisse penser que les travaux déjà réalisés par E. Boccara, L. Lévy ou J.-P. Filippini mériteraient d’être prolongés.

34 Ils participent tous deux à la Société de statistique de Marseille. On retrouve Agoub à l’Académie de Marseille tandis que Pharaon est membre de l’Académie royale du Var (J. Pharaon, Esquisse historique et politique sur Mahmoud II et Nicolas Ier, suivie de la Description de Schumla, Varna, Andrinople et Constantinople, Paris, Lecointe, 1829).

35 Son admission est prononcée lors de la séance du 1er avril 1830 (NJA, vol. 5, janvier-juin 1830, p. 395).

36 D. Lejeune, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 30. Son mariage avec T. Eyriès de Marseille en 1825, apparente sans doute J. Pharaon avec J.-B. Eyriès, membre influent de la Société de géographie et de la Société asiatique, et futur académicien.

37 J. Pharaon, De la législation française, musulmane et juive à Alger, Paris, Théophile Barrois fils et Lecointe et Pougin, 1835, page de titre. L’action de cette Société coloniale d’Alger, dont fait aussi partie C. Solvet, mériterait d’être mieux connue.

38 Il y est admis comme membre correspondant en 1843, deux ans après sa fondation, alors qu’il réside à Alger comme interprète (Revue de l’Orient. Bulletin de la Société orientale, t. I, cahier 2, 1843, CR de la séance du 2 juin 1843, p. 219).

39 Le traitement de J. Agoub, qui était en 1828 de 1 800 francs, avait déjà été porté en octobre 1830 à 1 000 écus (3 000 francs) : le ministère déclare ne pas pouvoir « faire plus » (ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub).

40 Un premier refus lui a été alors opposé, sans qu’on sache s’il a réitéré sa demande et, si oui, avec quel succès (ANF, BB/11/253, dr. 5659 B6).

41 Agoub au ministère des Affaires étrangères, Paris, 19 décembre 1830, ibid.

42 Une partie des interprètes militaires sont en effet issus de familles de drogmans, par exemple les frères Rousseau.

43 Alors que les négociants français d’Istanbul restent fidèles au roi, la prudence du chargé d’affaires P. Ruffin (1742-1824), un ancien drogman qui a enseigné au Collège de France, ne résiste pas à l’arrivée de son collègue turcisant A. Jaubert (1779-1847), représentant du gouvernement des Cent-Jours, le 9 juin 1815 : il le reçoit et fait placer au portail du palais de France un écusson portant les aigles impériales. Cet écusson ne sera descendu que par l’action de la police ottomane. Pour briser ce noyau bonapartiste, les élèves (parmi lesquels A.-P. Caussin, A. Cardin, J.-G. Barbié, J.-C. Duchenoud) sont par la suite dispersés et A.-J. Ducaurroy, leur instituteur, renvoyé en France (H. Dehérain, « Les jeunes de langue à Constantinople… », art. cité, p. 406-408).

44 J. Agoub, « École des jeunes de langues au collège royal Louis-le-Grand », note remise au MAE en 1825, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.

45 Il s’agit de A.-A. Chayolle et de J.-D. Kieffer, dont les traitements annuels de 10 000 et 8 000 francs excèdent ceux des professeurs à l’École des langues orientales. Dans le rapport qu’il rédige en janvier 1818, Chayolle révèle la concurrence latente qui existe entre les deux établissements en se plaignant des éloges que les professeurs des Langues orientales se feraient « distribuer par leurs amis de la presse » (G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”…», art. cité, p. 20).

46 L. Vaïsse, « Philologie », Dictionnaire encyclopédique de l’histoire de France, P. Le Bas éd., Paris, Didot, 1844, p. 547.

47 « M. Hurtis [pour Ortis], ancien missionnaire dans le Levant, avait été attaché à l’école pour converser avec les élèves en arabe et assister Desgranges » (J. Agoub, « École des jeunes de langues au collège royal Louis-le-Grand », note remise au MAE en 1825, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub). A. Ortis, capucin défroqué, ancien aumônier de l’ambassade de France à Constantinople, a été recruté comme surveillant en 1798 (G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 20 et suiv.). Il meurt en 1825.

48 F. Fleurat (1809-1890) et P. Battus (1814-1874), jeunes de langue fils de drogmans en poste à Constantinople, sont renvoyés de l’école à la suite de plaintes « fort graves » sur « leurs mœurs » (brouillon de lettre du ministère à Antoine Battus, père de Pierre, 3 décembre 1826, ADiplo, personnel, 1re série, 260). L’inconduite des deux jeunes gens profite à leurs frères cadets à qui, par égard pour les services rendus par leurs pères, on offre les places de leurs aînés (A. Fleurat au baron de Damas, ministre des Affaires étrangères, Smyrne, 16 décembre 1826, ADiplo, personnel, 1re série, 1618).

49 G. Émond, Histoire du collège Louis-le-Grand, Paris, Durand-Loisel, 1845, p. 384-385.

50 Jouannin, qui le remplace alors, conserve la direction du Collège des enfants de langue jusqu’à sa mort en janvier 1844.

51 Kieffer considère en octobre 1827 que douze heures par semaine sont tout à fait insuffisantes – d’autant plus qu’elles ont été réduites par l’administration du collège à onze (trois heures de turc, deux d’arabe, une de persan et cinq heures de travail personnel). Il propose de dispenser les élèves de l’enseignement de la rhétorique pendant leur dernière année.

52 G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité.

53 L’orientation libérale des jeunes de langue, sensible en 1815 à Constantinople, a sans doute été rectifiée entre-temps. L’analyse du dossier du « premier instituteur » J.-B. V. Simon permet de conclure que les jeunes de langue, très étroitement encadrés, n’ont pas participé aux troubles qui agitent le collège Louis-le-Grand en 1815, 1819 et 1821 (ibid., p. 17).

54 L’école de Péra ferme en 1831 selon G. Dupont-Ferrier (« Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité), généralement plus fiable que M. Degros qui donne la date de 1833 (« Les jeunes de langues de 1815 à nos jours », Revue d’histoire diplomatique, 1985).

55 L’affectation à Beyrouth est proposée à des interprètes qu’on prépare à une carrière où la pratique de la langue arabe doit primer. Elle fait sans doute suite à la tradition des séjours au séminaire de ‘Ayn Warqa.

56 La tribune des départements, feuille « vigoureusement libérale et patriote » (C. Bellanger J. Godechot, P. Guiral et F. Terrou éd., Histoire générale de la presse française, t. II : De 1815 à 1871, Paris, PUF, 1969, p. 93), publie le 24 janvier 1833 un article dans ce sens.

57 Jouannin a préconisé cette ouverture dans un rapport de 1842. Dès lors, les externes sont sept. On en compte cinq en 1848 : Schefer, Perruchot de Longeville, Desbarolles, Pavet de Courteille, Barbier de Meynard, que rejoint plus tard Clermont-Ganneau (L. Vaïsse, « Philologie », Dictionnaire encyclopédique…, ouvr. cité).

58 Hase au MIP, 19 juillet 1848 ; MIP à Hase, 15 septembre 1848 (cité par M. Degros, « Les jeunes de langues de 1815 à nos jours », art. cité, 1985).

59 G. Dugat considère par exemple que « les meilleurs interprètes, drogmans et agents consulaires sont sortis de l’École des langues orientales. Et puis est-ce que l’hérédité des professions est compatible avec l’indépendance actuelle des esprits ? Une réforme de l’École des jeunes de langues [sic] est donc indispensable » (Histoire des orientalistes de l’Europe du xiie au xixe siècle précédée d’une esquisse historique des études orientales, Paris, Maisonneuve et Cie, t. I, 1868, p. XXV).

60 Guys cite les noms des frères Desgranges, de A.-P. Caussin de Perceval, des frères Dantan, de Derché, de Jousse, des frères Geofroy (« Écoles complémentaires des langues orientales. Nécessité pour la France de rouvrir celles qu’elle possédait dans le Levant, afin d’y former des élèves interprètes », Revue de l’Orient, nouvelle série, t. IV, août 1856, p. 169). Sur l’enseignement à ‘Ayn Warqa, on peut se référer à l’ouvrage de N. Gemayel (Les échanges culturels entre les maronites et l’Europe, Beyrouth, Imprimerie Y. et P. Gemayel, 1984).

61 Guys fait référence aux sujets de l’empereur d’Autriche.

62 C. É. A. Guys, « Écoles complémentaires… », art. cité, p. 168-172.

63 F. Masson, « Les jeunes de langues [sic]. Notes sur l’éducation dans un établissement de jésuites au xviiie siècle », Le Correspondant, 10 septembre 1881, p. 905. Cet article a été repris dans le recueil Jadis, 1re série, Paris, Paul Ollendorff, 3e édition, 1905, p. 67-114.

64 Ibid., p. 905-906.

65 Discours tenu lors du banquet de l’association des anciens élèves de Louis-le-Grand, cité par É. David, Gaston Maspero (1846-1916). Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion, 1999, p. 21.

66 Un règlement de septembre 1764 prescrit que les élèves jeunes de langue « continueront d’être vêtus et habillés comme des Orientaux, à la longue, pour indiquer leur état et fonction » (G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langue à Paris et à Constantinople, 1762-1796 », lecture faite à l’assemblée générale de la Société de l’histoire de France du 8 mai 1923, Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1923, p. 117).

67 Ce costume consiste en un habit bleu de ciel foncé, veste, culotte et doublure chamois foncé, le tout orné d’un « beau bouton de cuivre » (G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 223).

68 Mémoire publié par H. Cordier, (« Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 278-279).

69 A. Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, ministère des Affaires étrangères, direction des archives et de la documentation, 1997, p. 46-47.

70 C’est ce dont témoigne le voyageur J. M. Tancoigne en 1811, cinq ans après que les drogmans ont reçu l’ordre de porter l’habit européen (M. de Testa et A. Gautier, « Les drogmans au service de la France au Levant », Revue d’histoire diplomatique, no 1-2, 1991, p. 33).

71 Il s’agit du discours prononcé au lendemain du 13 vendémiaire pour se défendre d’avoir entretenu des liens avec les royalistes ayant appelé à l’insurrection. La Convention, convaincue par l’éloquence de Cambacérès, en avait décidé l’impression. P. Ruffin a été chargé de le traduire en arabe (Adresse de la Convention nationale au peuple français, décrétée dans la séance du 18 vendémiaire an III…, Paris, Imprimerie de la République, an III). On trouve une reproduction de sa page de titre dans J. Balagna, L’imprimerie arabe en Occident, xvie, xviie et xviiie siècles…, ouvr. cité, p. 125.

72 26 pluviôse an V (automne 1796), ANF, F 17, 1538, Langlès.

73 Adresse de Langlès à l’Assemblée nationale, De l’importance des langues orientales…, ouvr. cité, p. 18.

74 Loc. cit.

75 Ibid., p. 34, note 17.

76 Il n’a publié que des traductions de proclamations et de projets de lois, comme l’Avis sur la petite vérole régnante, adressé au Divan du Kaire, dû au médecin de l’expédition Desgenettes (deux éditions, Le Caire, Imprimerie nationale, an VIII [1214] et an IX [1215] – on aura noté le double usage du calendrier républicain et musulman).

77 Selon C. Bachatly, il aurait composé un livre de lecture (Murūǧ al-azhār wa bustān al-ḥawādiṯ wa l-aḫbār), transcrit en « style grammatical et cadencé » le conte de Sindbad le marin et traduit en arabe certaines fables de La Fontaine. Les manuscrits de ces travaux seraient conservés à la bibliothèque de l’École des langues orientales (« Un membre oriental de l’Institut d’Égypte : Dom Raphaël [1759-1831] », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 17, session 1934-1935, p. 237-260).

78 La traduction allemande est due à T. F. Arnold (Erfurt, Müller, 1816) ; l’italienne, due à A. Cattaneo (La colomba messagiera ratta piu del lampo, Milan, à compte d’auteur, 1822), est signalée par le JA, 1re série, vol. 2, mars 1823, p. 186.

79 En 1845 encore, E. de Salle recommande l’ouvrage aux élèves de son cours public à Marseille (selon un rapport du recteur de l’académie d’Aix au grand-maître de l’université, 8 septembre 1845, ANF, F 17, 20.585, Dessales [sic]).

80 Plus généralement, l’intérêt pour la science arabe présente alors ce double aspect : il correspond à des interrogations savantes, historiques, en même temps qu’à des préoccupations pratiques, pour des applications immédiates.

81 Cinquante exemplaires lui sont finalement attribués, ainsi que soixante à Langlès pour l’ESLO, le reste aux « chefs de division » du ministère de l’Intérieur et aux « bibliothécaires généraux » (Sacy à l’abbé de Montesquiou, ministre de l’Intérieur, Paris, 12 octobre 1814, ANF, F 17, 1543, Sabbagh).

82 On ne sait pas si ces pièces ont été connues d’al-Barūdi (né en 1839) et appréciées par ce rénovateur du panégyrique en Égypte, avant Aḥmad Chawqī (1868-1932), Ḥāfiz Ibrāhīm (né en 1872) et ar-Ruṣāfī (né en 1875).

83 C’est ce qu’affirme De Slane dans son compte rendu du Guide de la conversation arabe de J. Humbert (JA, 3e série, vol. 6, octobre 1838, p. 428-429). Sur l’histoire de la production imprimée en Égypte, on se référera à l’ouvrage classique d’Abū l-Futūḥ Aḥmad Radwān, Ta’rīḫ maṭba’a Būlāq (Histoire de l’Imprimerie de Būlāq), Le Caire, Imprimerie nationale, 1953.

84 En 1855 encore, le travail du savant copiste est à la base de la publication dans la Revue de l’Orient des Aventures d’un négociant de Baghdad, un texte composé ou transcrit par M. Sabbagh et traduit par A.-P. Pihan, prote à l’Imprimerie impériale (Revue de l’Orient, nouvelle série, t. II, août 1855, p. 75-89).

85 Lors de la séance du 2 septembre 1822, JA, 1re série, vol. 1, 1822, p. 174. La pièce aurait été publiée avec sa traduction française.

86 JA, 1re série, vol. 2, mars 1823, p. 177. Faut-il identifier cette brochure dont Saint-Martin donne un compte rendu dans le JA (1re série, vol. 2, mai 1823, p. 312-314) avec le Discours historique sur l’Égypte (Paris, Imprimerie de Rignoux, 1823), conservé à la BNF ? Il n’y est pas question des effets sur la production littéraire égyptienne de l’expédition, « événement à jamais mémorable et qui pouvait régénérer l’Égypte » (p. 37). On y constate en revanche qu’Agoub, dans un mouvement quasiment national, regrette que les capitales européennes s’enorgueillissent « de posséder quelques débris de l’héritage des pharaons. Ce n’était pas assez que l’Égypte eût à défendre ses monumens contre l’ignorance qui les détruit, elle doit encore les disputer à la civilisation indiscrète qui l’en dépouille. Pourquoi faut-il que l’admiration ait ses ravages comme la barbarie, et que l’enthousiasme ait presque l’air de la haine ? » (p. 39).

87 JA, 1re série, vol. 2, mars 1823, p. 177.

88 Dans son Discours, J. Agoub décrit favorablement la politique du gouvernement égyptien. Il présente en particulier les nomades comme demandant à être fixés au sol ou à entrer dans l’armée du vice-roi. La préface qu’il donne la même année à l’Histoire de l’Égypte sous le gouvernement de Mohammed Aly que publie F. Mengin, avec des notes de L.-M. Langlès et de E.-F. Jomard, est dans le même ton.

89 La lyre brisée, dithyrambe de M. Agoub, traduit en vers arabes par le cheykh Réfaha, P. Dondey-Dupré fils, 1827 (Naẓm al-‘uqūd fī kasr al-‘ūd, tarǧama min al-luġa al-firansāwiyya ilā l-‘arabiyya lil šayḫ Rifā‘a al-miṣrī al-azharī, bi-madīnati Bārīz, bi-dār ṭabā‘a Dūnda Dūprī, sana 1242 muḥammadiyya). Rifā‘a aṭ-Ṭahṭāwī accompagne sa traduction d’une préface. Dédié à Mme Dufrénoy (elle-même auteur de La lyre et des Fers brisés), le texte a été aussi traduit en turc par Būġūṣ Yūsuf, secrétaire interprète du vice-roi. Les articles qui lui sont consacrés dans La gazette de France (24 août 1827) et La revue encyclopédique (XXXVI, octobre 1827, p. 534-535) et sa présence dans la bibliothèque de E. de Salle témoignent d’un certain écho en France. Agoub avait été nommé inspecteur général des études des élèves envoyés à Paris par le gouvernement égyptien en 1826.

90 J. Humbert justifie ainsi le choix de son Anthologie : « On me reprochera d’avoir imprimé plusieurs morceaux infectés de jeux de mots et d’enflure… Mais je voulais faire connaître le goût des Arabes tel qu’il est réellement, et non publier des poëmes où le goût épuré des Européens n’eût rien à reprendre » (Anthologie arabe ou Choix de poésies arabes inédites, traduites en français avec le texte en regard, et accompagnées d’une version latine littérale, Paris, Treuttel et Würtz, 1819, préface, p. VIII-IX).

91 J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire… », art. cité, p. 168.

92 Ibid., p. 169.

93 Loc. cit., p. 168. Sur la réception de cette édition en Orient, on connaît la lettre de Nāṣīf al-Yāziǧī dont la traduction latine a été publiée en 1847 à Leipzig (Epistola critica Nasifi al-Yazigi berytensis ad Sacyum).

94 E. Quinet, Le christianisme et la Révolution française (cours au Collège de France, 1845), Œuvres complètes, Paris, Pagnerre, t. III, 1857, p. 143.

95 Sur ces massacres du 26 juin 1815, qui visent en premier lieu les anciens domestiques noirs des réfugiés égyptiens, voir I. Coller, Arab France…, ouvr. cité, p. 126 et suiv. E. Daudet donne les noms de treize victimes, dont quatre femmes (La Terreur blanche [1878], Paris, Hachette, 2e édition, 1906, p. 162).

96 N. Petiteau, Élites et mobilités : la noblesse d’Empire au xixe siècle, 1808-1914, Paris, La Boutique de l’histoire, 1997.

97 D. Ligou, Histoire des francs-maçons en France, Toulouse, Privat, 1987, p. 187 et 193 et suiv.

98 Il ne veut « point accepter pour sa part une réduction de traitement, conséquence des mesures générales d’économie décrétées sous le ministère de M. de Vaublanc » ([A. Carrière], Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 20-21).

99 Son texte, rédigé en français, a été imprimé à Paris, Imprimerie Le Normant (s. d.), 3 p.

100 J. Savant, Les mamelouks de Napoléon, Paris, Calmann-Lévy, 1949, p. 419. Sur cette société, voir T. Hannemann, « Brême et la lutte antipirate (1814-1819) : un prélude à l’action coloniale contre les Barbaresques », Savoirs d’Allemagne en Afrique du Nord. xviiie-xxe siècle, A. Abdelfettah, A. Messaoudi et D. Nordman éd., Saint-Denis, Bouchène, 2012, p. 73-96.

101 Le père de J. Pharaon, Élias, qui a adressé sa demande au roi le 27 septembre 1815, a accès aux lettres patentes de naturalisation dès le 24 décembre, veille de Noël (ANF, BB, 11106, 6408-B-2).

102 (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 35.

103 ANF, F 17, 13.612, chaire d’arabe vulgaire.

104 La titularisation de Bocthor correspond à l’établissement définitif du cours d’arabe vulgaire par un décret du 2 août 1820.

105 Le texte de cette leçon est édité en décembre 1819.

106 Langlès au ministre de l’Intérieur, Paris, 24 novembre 1817, ANF, F 17, 4061, envoi du programme des cours (an IV [1821]).

107 Bocthor a été signalé à Langlès par Grille, du ministère de l’Intérieur, qui l’a rencontré chez Jomard : « Le ministre de l’Intérieur l’emploierait utilement s’il lui faisait faire un cours d’arabe vulgaire, – ce qui est un peu repoussé par les arabisans, mais ce qui servirait éminemment nos projets de relations dans le Levant » (Grille à Langlès, 30 juillet 1819, cité par A. Louca, « Ellious Bocthor… », art. cité, p. 313). Derrière « les arabisans » – une des premières occurrences du terme dans son sens moderne –, il faut comprendre Sacy.

108 Soit en juin 1821 (ibid., p. 318).

109 Discours d’ouverture du cours, 8 décembre 1819, cité par (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cit., p. 22-23.

110 J.-J. Marcel, Requête au ministre de l’Instruction publique, Paris, 30 juin 1838 (ANF, F 17, 4064, chaires).

111 Sur Jomard, voir Y. Laissus, Jomard, le dernier Égyptien : 1777-1862, Paris, Fayard, 2004.

112 J.-J. Marcel, Vocabulaire français-arabe du dialecte vulgaire africain d’Alger, de Tunis, et de Maroc […], Paris, A.-J. Dénain, 1830.

113 Détaché de la religion, proche des saint-simoniens, E. de Salle s’est montré favorable à la Révolution de 1830. Il ne fera retour à la foi catholique qu’à la fin des années 1830.

114 Républicain et catholique, Perron fait partie du groupe de Buchez en 1830, avant de se rapprocher d’Enfantin et des Compagnons de la femme en Égypte après 1833 – il s’y est en effet établi l’année précédente, à la suite de la répression dont les militants républicains ont été l’objet en France.

115 J. Pharaon et F. Rossignol, Histoire de la révolution de 1830 et des nouvelles barricades, Paris, C. Vimont, 1830, p. 307.

116 « Cette manière de prendre l’étude comme une jouissance personnelle, bien plus que comme un moyen d’enrichir la science de résultats nouveaux, explique les côtés éminents et les parties faibles de la carrière de M. Étienne Quatremère. […] Faute de direction générale, M. Quatremère, avec d’incomparables ressources et une puissance de travail qui ne fut jamais surpassée, n’a point ouvert de voie vraiment féconde. » (Journal des débats, 20 octobre 1857, cité par J. Boissel, Gobineau. Biographie. Mythes et réalités, Paris, Berg international, 1993, p. 59).

117 Dès les premières pages de son roman à clé sur l’expédition d’Alger, Ali le Renard (1832), le narrateur remarque qu’on peut « inventorier la cupidité sacerdotale et les vices monacaux, en observant le luxe de l’église [de Palma de Majorque, première escale avant l’arrivée à Alger], et en passant en revue les dominicains rangés dans les stalles » (p. 9). De Salle reconnaît pourtant une vertu civilisatrice au christianisme, auquel il oppose « l’opium de l’islam » (ibid., préface, p. II).

118 Le duc d’Orléans porte sa souscription annuelle pour 1822 à 300 francs et y ajoute 1 000 francs pour acheter des livres (JA, 1re série, vol. 1, octobre 1822, p. 48). Il renouvelle son appui en 1823 par un nouveau don de 2 000 francs pour la gravure d’un corps de caractères sanskrits (JA, 1re série, vol. 2, mai 1823, p. 318), puis en 1824 par un nouveau don de 1 000 francs (JA, vol. 8, juin 1826, p. 378).

119 Elle reproche au Journal asiatique d’avoir publié les sévères observations de Zorhab sur les publications de Cirbied, prêtre d’origine arménienne (JA, 1re série, vol. 3, octobre 1823, p. 253-254).

120 La députation reçue par le nouveau roi le 17 août 1830 comprend Agoub, Burnouf père, E. Burnouf, Caussin de Perceval, Coquebert de Montbret fils, Delacroix, Demanne, Eyriès, Hase, Kieffer, Klaproth, Labouderie, Lasteyrie, Reinaud, Rémusat, Saint-Martin et Wurtz. Le discours de A. Rémusat est reproduit dans NJA, vol. 6, septembre 1830, p. 250-252.

121 Guizot accorde en 1840 un crédit pour faire copier une collection védique à Calcutta.

122 NJA, vol. 3, janvier 1829, p. 87.

123 Séance du 5 décembre 1831, NJA, vol. 9, janvier 1832, p. 75.

124 « Avis des éditeurs propriétaires du Journal asiatique », au verso de la couverture du JA, 12e cahier, 1823.

125 JA, Prospectus, juin 1822, p. 2.

126 Cette interruption est présentée comme provisoire (JA, 1re série, vol. 1, octobre 1822, p. 59). En 1822, après que le Journal asiatique a pris le relais, Hammer-Purgstall renonce à relancer son périodique et fait paraître ses travaux dans la nouvelle publication parisienne. Sur Hammer, voir S. Mangold, « Entre diplomatie et érudition : Josef von Hammer-Purgstall et son réseau en Europe et dans l’Empire ottoman », L’orientalisme, les orientalistes et l’Empire ottoman de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle, S. Basch, N. Seni, P. Chuvin, M. Espagne et J. Leclant dir., Paris, AIBL, 2011, p. 205-218.

127 JA, Prospectus, juin 1822, p. 2.

128 Ibid., p. 2-3.

129 La fonction informative du Journal asiatique se réduit au fur et à mesure que sa périodicité ordinairement mensuelle devient progressivement bimestrielle autour des années 1870. À la veille de la Grande Guerre, elle est devenue fort restreinte. Elle l’est plus encore à partir de 1920, lorsque la parution devient trimestrielle du fait des difficultés financières de la société (CR de la séance du 17 juin 1920, JA, 11e série, vol. 4, avril-juin 1920, p. 267 et rapport de la commission des censeurs sur les comptes de l’année 1919, ibid., p. 269 et suiv.).

130 Sacy a sans doute difficilement pardonné à Langlès une note assassine suscitée par son rôle d’intermédiaire entre J.-B. Rousseau et le comte Ouvarov de Saint-Pétersbourg, acquéreur pour la bibliothèque de l’Académie des sciences de Russie de manuscrits que Langlès aurait voulu obtenir pour Paris, sans être prêt à y mettre le prix. Deux ventes successives ont été conclues entre Rousseau et Ouvarov, en 1818 pour 36 000 francs, puis en 1824 (JA, 1re série, vol. 6, mai 1825, p. 318).

131 A. Rémusat, nécrologie de L.-M. Langlès, JA, 1re série, vol. 4, mars 1824, p. 155.

132 J. H. Garcin de Tassy, CR de la « Notice géographique sur le pays du Nejd », JA, 1re série, vol. 4, mai 1824, p. 320. Garcin de Tassy reproche à cette notice due à E.-F. Jomard d’avoir utilisé la transcription de Langlès.

133 Grille à Langlès, 30 juillet 1819. Le Nouveau dictionnaire de la langue française de Laveaux, compilation publiée en 1828, ignore arabisant mais indique arabisme et arabiser au sens de « donner un air, une terminaison arabe ». Le Trésor de la langue française date de 1838 l’usage d’arabiser au sens de « s’occuper d’arabe » et le Grand Robert de la langue française (2e édition, 1985) de 1842 la première occurrence d’arabisant, mis à part un usage au sens d’originaire de l’Arabie attesté au xviie siècle (« arabes arabisants »).

134 De Salle à Garcin de Tassy, Marseille, 4 juin 1840, lettre publiée dans JA, 3e série, vol. 10, novembre 1840, p. 468-474. De Salle a exposé les détails de son voyage lors de la séance de la Société asiatique du 14 août 1840.

135 Ce roman dans la veine de l’Adolphe de B. Constant est paru chez C. Gosselin en 1833. La lecture enthousiaste qu’en a faite plus tard Baudelaire a été rappelée par R. Martineau, « Débris romantiques. Eusèbe de Salle », Promenades biographiques. Flaubert, Barbey d’Aurevilly, Balzac, E. Chabrier, Tristan Corbière, Édouard Corbière, J.-K. Huysmans, etc., Paris, Librairie de France, 1920, p. 212-222.

136 On en veut pour preuve la Note sur la propriété irisante des barbes de plume qu’il insère dans le t. II de ses Œuvres choisies (Paris, Pagnerre-Dentu et chez les principaux libraires du Midi, 1868, p. 351).

137 Ainsi l’abbé Bargès dans une « Note sur un nouveau dictionnaire arabe, publié à Marseille, par MM. Rochaïd et Simon Dahdah » où il annonce leur intention de mettre en réserve une centaine d’exemplaires de l’ouvrage « pour les arabisants de l’Europe qui voudraient [en] faire l’acquisition » (JA, 4e série, vol. 11, janvier 1848, p. 96-100).

138 D. Roux, directeur de l’école arabe-française de la rue des Pyramides à Alger fait paraître un Album de l’arabisant, recueil d’autographes arabes suivis d’une transcription textuelle pour initier à la lecture des manuscrits (Alger, Guende, 1856).

139 Le terme est ignoré dans sa 7e édition (1879) ainsi que dans le Dictionnaire historique de la langue française que l’Académie publie en 1888. Il n’apparaît que dans la 8e édition (1932-1935), défini comme « celui qui s’adonne à l’étude de l’arabe ». Il est confirmé par la 9e édition (1992) au sens de « personne qui étudie la langue et la civilisation arabes ».

140 Le dictionnaire de Guérin (1892) et le Petit Larousse dans son édition de 1906 admettent parallèlement les deux substantifs, comme c’est aujourd’hui le cas pour les doublets hispaniste-hispanisant et slaviste-slavisant.

141 C’est le terme adopté par le Bulletin des études arabes (intermédiaire des arabisants) fondé à Alger en 1941 par l’inspecteur H. Pérès. Il a été repris par l’AFDA fondée en 1975.

142 A. Fenet, P.-S. Filliozat et È. Gran-Aymerich, « La Société asiatique, une société savante au cœur de l’orientalisme français », Les nouvelles de l’archéologie, n° CX, Archives de l’archéologie européenne (AREA), novembre 2007, p. 51-56.

143 C’est du moins ce qui ressort d’une comparaison des sociétés de géographie de Paris et de Berlin (I. Surun, « Les sociétés de géographie dans la première moitié du xixe siècle : quelle institutionnalisation pour quelle géographie ? », Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines, 1750-1850, H. Blais et I. Laboulais éd., Paris, L’Harmattan, (Histoire des sciences humaines), 2006, p. 115-116.

144 Projet de lettre du M. de la Guerre au comte (Drouet d’Erlon), 11 juillet 1835, ADéf, 2ye, 3229 (Pharaon).

145 D. Lejeune, Les sociétés…, ouvr. cité, p. 30.

146 Ibid., p. 23.

147 A. Fenet, « Silvestre de Sacy, premier président de la Société asiatique », Silvestre de Sacy (1758-1838)…, ouvr. cité. Il me faut remercier ici J.-M. Allier et A. Fenet pour leur aide.

148 On ne peut souscrire au Journal asiatique pour moins de six mois, ou d’un volume. L’abonnement est alors de 12 francs, contre 20 francs pour l’abonnement annuel, auquel s’ajoutent des frais de port (1,25 francs pour les départements, 2,50 francs pour l’étranger). C’est un prix relativement élevé, supérieur à celui de l’abonnement annuel au Bulletin de la Société de géographie qui revient, frais postaux compris, à 12 francs, 15 francs ou 18 francs par an, suivant qu’on est domicilié à Paris, en province ou à l’étranger (D. Lejeune, Les sociétés…, ouvr. cité, p. 23).

149 La nouvelle série intitulée Nouveau journal asiatique est inaugurée en 1828, une troisième l’est en juillet 1836, une quatrième en juillet 1842.

150 On établit ainsi un droit de présence fondé sur une contribution supplémentaire de 15 francs par an pour les membres du conseil.

151 Les mardi et samedi de chaque semaine, d’une heure à quatre heures (JA, 1re série, vol. 2, juin 1823, p. 377). Sur l’histoire de cette bibliothèque, voir J.-M. Allier et A. Fenet, « La Société asiatique : histoires et collections. II. Genèse d’une bibliothèque orientaliste, de la Restauration au début du Second Empire », JA, vol. 299, no 1, 2011, p. 125-132.

152 A. Fierro, La société de géographie, Genève, Droz, 1983, p. 11. L’importance des salons du premier tiers du xixe siècle dans la sociabilité savante orientaliste mériterait sans doute d’être réévaluée. Elle est difficile à établir du fait de l’hétérogénéité de sources et de leur dispersion.

153 Rousseau à Sacy, 4 juin 1806 (cité par H. Dehérain, « Correspondance de Silvestre de Sacy et du consul J.-B.-L.-J. Rousseau », Journal des savants, 1914, p. 367 et suiv.).

154 Les mandéens, qu’on appelle alors mendaïtes, forment une secte gnostique qui conserve quelques fidèles, après avoir été importante en Babylonie au début de l’ère chrétienne.

155 La correspondance échangée entre Sacy et Asselin de 1813 à 1815 est conservée à la bibliothèque de l’Institut (Mss 2375, 54-57 et 185-186).

156 Sont ainsi par exemple admis à la Société asiatique en 1824-1825 le chevalier Gamba, consul de France à Tiflis (séance du 4 octobre 1824, JA, 1re série, vol. 5, octobre 1824, p. 253) puis É. Abro d’Alexandrie, E. Cousinery, ancien consul de France à Salonique, et C. É. A. Guys, vice-consul à Lattaquié (séance du 28 avril, JA, 1re série, vol. 6, avril 1825, p. 314). Plus tard, on note l’admission de V. Noël, agent consulaire de l’île de Zanzibar (octobre 1839).

157 Fondé en 1665, le Journal des savants, interrompu sous la Révolution française, reprend sa parution en septembre 1816, après que Sacy a échoué à en relancer la publication en 1795. Sacy, qui fait partie de son comité de rédaction, y réserve une grande place aux discussions philologiques, en usant de la possibilité d’utiliser les caractères de l’Imprimerie royale qui imprime le Journal. Le premier volume de la 1re série (jusqu'en décembre 1817) comprend ainsi seize articles sur la littérature orientale (R. Schwab, La renaissance orientale, ouvr. cité, p. 88) par Chézy, Sacy et Rémusat. Cette place diminue après la fondation du Journal asiatique.

158 Le Magasin encyclopédique a été fondé en 1795 par Millin de Grandmaison pour combler le vide laissé par la disparition de la plupart des recueils littéraires et scientifiques de l’Ancien Régime, et tout particulièrement du Journal des savants. Il paraît sous la forme de cahiers mensuels. Sacy y publie énormément (l’ensemble de ses contributions ne totaliserait pas moins de 1 658 pages selon Reinaud). C’est là qu’il reproduit par exemple une lettre d’Asselin à Volney, déjà publiée par les Mines de l’Orient, dans laquelle le drogman explique comment il a découvert dans le quartier copte du Caire un vieil Abyssin qui aurait instruit J. Bruce et W. Jones, et comment il lui a fait traduire la Bible en amharique (Magasin encyclopédique, 1815, vol. 2, p. 222-224). Le Magasin encyclopédique cesse de paraître en 1816, quand le gouvernement rétablit le Journal des savants.

159 JA, vol. 5, septembre 1824. Les observations, exposées lors de la séance du 4 septembre 1826 (JA, 1re série, vol. 9, septembre 1826, p. 190), ont été à leur tour publiées (ibid., novembre 1826, p. 306-315).

160 CR de F. E. Schulz et G. de Humboldt, Über die Buchstabenschrift und ihren Zusammenhang mit dem Sprachbau (Sur l’écriture alphabétique et ses rapports avec la structure du langage), mémoire lu à l’Académie de Berlin, JA, vol. 5, décembre 1824, p. 370-371. Après avoir été titulaire d’une chaire de philosophie à l’université de Giessen, F. E. Schulz s’est installé à Paris vers 1822-1823. Il sera en 1825 à l’origine d’une controverse sur l’intérêt de la poésie arabe (JA, 1re série, vol. 7, octobre-novembre 1825, p. 213-228 et 279-300, voir chap. iii, note 72 et suiv.) et obtiendra l’année suivante d’être envoyé aux frais et par les ordres du roi de France en Perse occidentale, repérant lors de son passage à Istanbul les richesses des bibliothèques. Il meurt assassiné au Kurdistan.

161 JA, 1re série, vol. 1, 1822, p. 116.

162 Le Journal asiatique indique qu’on a présenté à la Société asiatique « le prospectus et des extraits d’une brochure publiée à Marseille par J. B. R*** » (soit l’Encyclopédie orientale ou Dictionnaire universel, historique, mythologique, géographique et littéraire des divers peuples et pays, tant anciens que modernes, de l’Asie et de l’Afrique) mais annonce « une tâche longue et difficile, qui demanderait peut-être les efforts réunis de plusieurs savans » (JA, 1re série, vol. 1, 1822, p. 128 et vol. 2, mars 1823, p. 188).

163 Parnasse oriental, ou Dictionnaire historique et critique des meilleurs poètes anciens et modernes de l’Orient, contenant outre les principaux traits de leur vie, un examen impartial, et des extraits de leurs productions les plus estimées, Alger, Brachet et Bastide, août 1841, VIII-207 p.

164 En témoignent leurs catalogues conservés aux ANOM (F 80, 1 578 à 1 581).

165 On souscrit à Alexandrie, chez le traducteur, au consulat, et chez A. Lainé, imprimeur, maison Popolani, quartier franc. Le prospectus annonce qu’il faudra payer 5 francs en recevant le volume (NJA, vol. 15, juin 1835, p. 583-586).

166 Le duc d’Angoulême est devenu dauphin à l’avènement de Charles X, quelques mois plus tôt.

167 La mort de Langlès libère à la fois la chaire de persan à l’École des langues orientales et le poste de conservateur des manuscrits orientaux à la Bibliothèque royale.

168 Marseille, 15 novembre 1824, lettre publiée par H. Dehérain, Orientalistes et antiquaires. II. Silvestre de Sacy, ouvr. cité, p. 80.

169 L. Droulia, « Reflets et répercussions de l’expédition française en Grèce », Enquêtes en Méditerranée. Les expéditions françaises d’Égypte, de Morée et d’Algérie, M.-N. Bourguet, D. Nordman, V. Panayotopoulos, M. Sinarellis éd., Athènes, Institut de recherches néohelléniques-FNRS, 1999, p. 47.

170 L’expédition de 1830 a été précédée en 1827 par la rupture des relations diplomatiques entre le dey et le consul de France et par le blocus du port d’Alger par la flotte française. Le projet d’une expédition menée par Méhémet Ali, défendu par Drovetti et Mimaut, consuls de France à Alexandrie, et repris par Polignac, est abandonné en 1829, après que le pacha a exigé que l’expédition fût exclusivement musulmane (C.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine. La conquête et les débuts de la colonisation, 1827-1871, Paris, PUF, 1964, p. 29-36).

171 Voir B. Drovetti, Epistolario: 1800-1851, pubblicato da S. Curto in collaborazione con L. Donatelli, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1985.

172 C. Bachatly, « Un membre oriental de l’Institut d’Égypte… », art. cité, p. 237-260.

173 L’envoi est daté du 1er décembre 1834. Une copie de la facture, conservée à la bibliothèque de l’Institut (ms 2377, 337), a été publiée dans L’Orient des Provençaux dans l’histoire (Marseille, Archives départementales, Chambre de commerce et d’industrie, Archives de la ville, 2e édition augmentée, 1984, p. 364, no 21). Elle donne une liste des ouvrages qui ont été envoyés.

174 J. T. Reinaud, « Notice des ouvrages arabes, persans et turcs imprimés en Égypte », NJA, vol. 8, octobre 1831, p. 333-344.

175 T.-X. Bianchi, « Catalogue des livres arabes, persans et turcs imprimés à Boulac depuis l’introduction de l’imprimerie dans ce pays », JA, 4e série, vol. 2, juillet-août 1843, p. 24-60. Lors de la séance de la Société asiatique du 10 février 1843, Bianchi a donné lecture d’une note sur les ouvrages imprimés à Būlāq depuis la création de l’établissement. On décide alors que ce catalogue, complété des listes déjà dressées par Reinaud et Hammer-Purgstall, sera renvoyé au comité de rédaction, et qu’après son impression, la société priera le MAE de lui faire parvenir la collection pour sa bibliothèque. Mohl fait alors connaître qu’il a reçu de Perron une liste semblable, cependant moins complète, accompagnée d’une lettre « qui contient des détails intéressants sur l’imprimerie de Boulak » (JA, 4e série, vol. 1, mai 1843, p. 472).

176 Sur cette mission, voir A. Louca, Voyageurs et écrivains égyptiens en France au xixe siècle, Paris, Didier, 1970.

177 Le premier projet de mission d’Égyptiens en France, élaboré dès 1811 par Jomard, avait été adressé à Méhémet Ali par l’intermédiaire du consul Drovetti.

178 La musicalité du titre original qui joue de l’allitération et de l’assonance, ne peut être rendue en français. On pourrait le traduire par « Le raffinement de l’or dans la quintessence de Paris ». Due à A. Louca, une traduction française du texte a été publiée en 1988 chez Sindbad sous le titre L’or de Paris : relation de voyage, 1826-1831.

179 A. Louca, « La médiation de Tahtâwî, 1801-1873 », La France et l’Égypte à l’époque des vice-rois (1805-1882), D. Panzac et A. Raymond éd., Le Caire, IFAO, 2002, p. 62.

180 Cet extrait du Taḫlīṣ est cité par A. Louca dans L’Orient des Provençaux…, ouvr. cité, p. 328.

181 Sacy, mu par le souci d’ouvrir la voie du progrès sans rupture violente, qu’il s’agisse de la politique intérieure française ou des destinées de l’Orient, est certainement sensible à l’intérêt de rédiger un texte qui puisse s’inscrire dans la tradition de la riḥla, un genre qu’il connaît bien pour avoir publié en 1810 une Relation de l’Égypte par Abd-allatif, médecin arabe de Bagdad qui visite le pays au tournant des xiie et xiiie siècles.

182 « Relation d’un voyage en France par le cheikh Réfaa », NJA, vol. 11, mars 1833, p. 222-251. La présentation précède un résumé analytique et trois extraits du texte arabe.

183 Lettre de Sacy à De Salle, banlieue de Paris, le 20 juillet 1835 (C.-A. Julien, « Un médecin romantique, interprète et professeur d’arabe : Eusèbe de Salle », RA, vol. 66, 1925, p. 225-226).

184 Seule la traduction d’extraits d’une première version du texte, antérieure à celle de son édition princeps au Caire en 1834, est publiée par Caussin de Perceval dans le Journal asiatique en mars 1833 avec le texte original (NJA, vol. 11, p. 225-251). F. Fresnel traduit et commente la préface d’aṭ-Ṭahṭāwī, travail lu en 1835 par Jomard au cours d’une séance de la Société de géographie de Paris. Le texte arabe est traduit en turc dès 1839, avant d’être réédité en 1849 et en 1905. Il ne sera traduit intégralement en français qu’en 1957, par A. Louca, dans le cadre de la thèse complémentaire qu’il soutient sous la direction de R. Blachère (A. Louca, présentation à Rifâ‘a at-Tahtâwî, L’or de Paris…, ouvr. cité, p. 30-32).

Table des illustrations

Titre Anne-Louis Girodet-Trioson, L’Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la liberté, 1801, huile sur toile, 192 x 184 cm, Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau. Cliché RMN
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/3715/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 3,3M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search