Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

I. Tradition érudite et premiers projets coloniaux (1780-1840)

Chapitre I

L’arabe à la veille de l’expédition d’Égypte : langue sacrée et langue commerciale

Texte intégral

  • 1 Volney, édition de J. Gaulmier [1787], Paris - La Haye, Mouton, 1959, chap. xix, p. 399.

Il faut communiquer avec les hommes que l’on veut approfondir, il faut épouser leurs situations afin de sentir quels agents influent sur eux, quelles affections en résultent ; il faut vivre dans leur pays, apprendre leur langue, pratiquer leurs coutumes.1

1L’orientalisme de la fin du xviiie siècle répond-il encore à des motivations avant tout religieuses, historiques, philologiques, ou bien a-t-il déjà des ambitions impérialistes ou coloniales ? Le développement de l’étude de l’arabe n’est-il qu’un épisode nouveau de la découverte des langues anciennes, dans une tradition humaniste, ou bien se nourrit-il d’ambitions expansionnistes pour lesquelles la connaissance de la langue véhiculaire, la langue « vulgaire », est nécessaire ?

  • 2 Citons E. W. Said : « De manière tout à fait littérale, de l’occupation est née l’expérience moder (...)

2L’historiographie accorde une place importante à l’expédition d’Égypte, souvent interprétée, avec le risque de verser dans la téléologie, comme un signe précurseur des futures expéditions coloniales et de l’orientalisme impérialiste2. Esquisser la situation de l’enseignement de l’arabe à Paris avant et pendant la Révolution permet de dégager les logiques qui ont mené à la fondation en 1795 de l’École des langues orientales vivantes, trois ans avant l’expédition d’Égypte, et une génération avant celle d’Alger.

Paris vers 1780 : un environnement favorable

  • 3 J. T. Reinaud, Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy, lue à la séance (...)

À cette époque, les études bibliques occupaient en Europe une place beaucoup plus grande qu’aujourd’hui. C’était le temps où s’accomplissaient les grands travaux des Kennicott, des Rossi, etc.3

  • 4 « L’enseignement de l’arabe et du persan était resté si empirique et si anarchique à la fin du xvi (...)
  • 5 Voir J.-L. Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temp (...)
  • 6 Elle est pourtant restée longtemps dominante dans l’historiographie. Dans son étude sur Les origin (...)
  • 7 Sur Silvestre de Sacy et son œuvre, voir Silvestre de Sacy (1758-1838). Le projet européen d’une s (...)

3La situation des études orientales, et plus particulièrement des études arabes, dans la France de la fin du xviiie siècle, a souvent été présentée en termes négatifs, comme si la Révolution française, l’institution de l’École des langues orientales vivantes et l’œuvre de Silvestre de Sacy avaient seules permis de sortir brutalement d’un état de grande somnolence4. Or, il faut rappeler que c’est dans le cadre parisien des années 1770-1780 que se forme Sacy, figure maîtresse des études arabes, au prestige inégalé dans l’Europe du premier quart du xixe siècle. On ne peut pas présenter de manière crédible le rénovateur des modes d’apprentissage de la langue par sa Chrestomathie (1806) et sa Grammaire (1810), le dédicataire du Divan occidental-oriental de Goethe (1819), l’éditeur des savantes Séances d’al-Ḥarīrī (2 vol., 1821-1822), comme un être superbement isolé, héros des temps nouveaux, acteur d’une Révolution qui aurait fait table rase du passé. Cette mise en scène de Silvestre de Sacy en héros fondateur, peut-être favorisée par un processus de « monarchisation de l’espace intellectuel » qui, sous l’Empire, met en valeur quelques individus aux dépens de la notion de travail collectif5, est le produit de l’historiographie de la monarchie de Juillet, et plus encore de la Troisième République. Elle manifeste trop clairement un présupposé défavorable à l’Ancien Régime pour être aujourd’hui reprise6. Sans analyser ici l’œuvre de Silvestre de Sacy ni les perspectives qu’elle dessine7, on peut dresser un bref tableau du milieu dans lequel elle s’est élaborée, entre pesanteurs et forces dynamiques.

  • 8 F. Richard, « Typographie orientale », Dictionnaire encyclopédique du livre, t. II, P. Fouché, D.  (...)
  • 9 R. Schwab, La renaissance orientale, ouvr. cité, p. 72.
  • 10 Sur les jeunes de langue, voir Enfants de langue et drogmans (Dil Oğlanları ve Tercümanlar), F. Hi (...)
  • 11 Sur le recrutement de ces interprètes et le projet de Bignon de réunir le Collège royal à la Bibli (...)
  • 12 Il avait été question en 1698 de créer un collège à Alep pour parfaire la pratique des jeunes de l (...)

4On a fait valoir plusieurs indices pour souligner combien les études arabes étaient alors dans un état d’engourdissement à Paris : l’interruption durable des impressions en caractères arabes – les caractères typographiques réalisés pour François Savary de Brèves et rachetés en 1632 par l’imprimeur du roi de France, Antoine Vitré, inutilisés après 1645, ont été cependant redécouverts en 1785 par Joseph de Guignes pour les besoins de l’Académie des inscriptions et belles-lettres8 ; l’épuisement des cours professés au Collège royal (l’actuel Collège de France9) ; l’affaiblissement enfin de la formation des jeunes de langue. Ces enfants, dont le nom est un décalque du turc dil-oghlān « garçons (oghlān) de langue (dil) », souvent issus de familles françaises établies à Istanbul et dans les échelles du Levant, étaient admis depuis 1670 à recevoir aux frais de l’État une instruction leur permettant de devenir interprètes avec le titre de drogmans dans les postes consulaires français de l’Empire ottoman10. La réorganisation de leur cursus en 1721, un an après la réforme de la Bibliothèque royale sous l’autorité de l’abbé Bignon, qui rend possible le recrutement des interprètes à même de cataloguer les manuscrits arabes11, avait permis de compléter une première formation générale conjuguant humanités classiques et langues orientales au collège jésuite Louis-le-Grand à Paris par un apprentissage plus pratique du turc chez les capucins de Péra (où l’on pouvait étudier aussi, à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, l’arabe12, voire le persan). Mais la fermeture des collèges des jésuites du ressort du Parlement de Paris en 1762, avant leur bannissement de France deux ans plus tard, n’a pas été sans effet déstabilisateur. Le nombre des jeunes de langue a beau être en principe relevé de dix à douze en 1763, il dépasse en réalité rarement la dizaine. La pension qu’ils perçoivent a été rognée à 450 livres et ne sera remontée à 600 livres que peu avant 1789. On peut cependant opposer à ces signes de décadence les productions d’une nouvelle génération de savants : Silvestre de Sacy, mais aussi ses contemporains François de Volney ou Antoine Caussin, âgés d’une trentaine d’années lorsque la Révolution française éclate – les trois sont nés entre 1757 et 1759 –, témoignent d’un dynamisme des études arabes qu’on peut expliquer à la fois par un intérêt croissant pour les civilisations étrangères au monde chrétien, par le développement de la philologie, et par l’intensification des relations avec les échelles de l’Empire ottoman.

  • 13 The Koran, commonly called the Alcoran of Mohammed, translated into English… with explanatory notes (...)
  • 14 C.-É. Savary, préface au Coran, traduit de l’arabe, accompagné de notes et précédé d’un abrégé de (...)
  • 15 C’est la conclusion de l’étude de A. Gunny, Images of Islam in Eighteenth-century Writings, Londre (...)
  • 16 Volney, Œuvres, Paris, Fayard, 1998, t. III, p. 14.

5Le siècle des Lumières s’intéresse à la langue du Coran et de la civilisation musulmane qui est parfois présentée comme plus naturelle que la civilisation chrétienne. Une nouvelle approche de l’islam, détachée de l’apologétique chrétienne, s’est affirmée : Adriaan Reland, professeur à l’université d’Utrecht, a choisi de le présenter sur le modèle des auteurs musulmans (De religione Mohammedica libri duo, Utrecht, 1705, bientôt traduit en français et en allemand). En France, après la parution posthume de l’ouvrage de Boulainvilliers faisant de Mahomet un législateur raisonnable (Histoire des Arabes, avec la vie de Mahomed, Amsterdam, 1731), Voltaire, pour mieux attaquer le catholicisme, présente l’islam comme une religion tolérante, fondée sur le libre arbitre (il se réfère à la récente traduction anglaise du Coran par George Sale13). En 1783, dans sa préface au Coran, traduit de l’arabe, accompagné de notes et précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet tiré des écrivains orientaux les plus estimés, le voyageur et homme de lettres Claude-Étienne Savary fait de Mahomet un grand conquérant, « législateur de l’Arabie » en lutte contre la superstition14. La tendance générale, à la fin du siècle, est donc dans les élites à une sympathie à l’égard de l’Orient arabe15. L’intérêt du public lettré est grand – le succès considérable que rencontre la publication en 1787 du Voyage en Syrie et en Égypte par Volney en témoigne. L’ouvrage est admiré pour sa qualité littéraire, mais aussi et surtout pour la solidité de sa documentation, fondée sur une observation éclairée, comme Volney l’annonce dans sa préface : « J’ai pensé que le genre des voyages appartenait à l’histoire, et non aux romans. »16 Volney a suivi en 1780 le cours de Le Roux de Hautesrayes au Collège de France avant d’effectuer son voyage de 1783 à 1785. Pendant son séjour, il s’est efforcé d’approfondir sa connaissance de l’arabe : c’est même une des raisons qu’il avance pour expliquer son départ d’Égypte pour la Syrie où il séjourne dans une communauté monastique.

  • 17 Ibid., p. 12.

Après un séjour de sept mois au Kaire, trouvant trop d’obstacles à parcourir l’intérieur du pays, et trop peu de secours pour apprendre la langue arabe, je résolus de passer en Syrie. L’état moins orageux de cette province a mieux répondu à mes intentions : huit mois de résidence chez les Druzes, dans un couvent arabe, m’ont rendu la langue familière ; j’en ai retiré l’avantage de parcourir librement la Syrie dans toute sa longueur, pendant une année entière.17

  • 18 Cette troisième édition de 1799 a été republiée par A. Deneys-Tunney et H. Deneys dans le t. III d (...)

6De retour à Paris, il prend conseil auprès du drogman Venture de Paradis qui a derrière lui une longue expérience en Orient comme au Maghreb, et noue avec lui des liens d’amitié, dont témoignent les traductions de Venture intégrées à la troisième édition du Voyage18.

  • 19 C’est ce qu’a bien montré A. Girard dans Le christianisme oriental (xviie-xviiie siècles). Essor d (...)
  • 20 F. Laplanche, La Bible en France. Entre mythe et critique (xvie-xixe siècle), Paris, Albin Michel (...)
  • 21 Sur le développement des études sanskrites, voir P. Rabault-Feuerhahn, L’archive des origines. San (...)
  • 22 N. Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2 (...)
  • 23 Sur Garcin de Tassy, voir la notice de M. Gaborieau, Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité, (...)

7Les années 1780 sont caractérisées par une reprise des recherches philologiques, profitant d’échanges avec l’Allemagne, où l’enseignement universitaire des langues orientales s’est développé pour répondre aux exigences de l’exégèse biblique protestante, mais se nourrissant aussi d’un intérêt croissant pour les versions orientales de la Bible dans le monde catholique19. S’y développe donc un intérêt pour l’arabe comme langue permettant d’accéder à des textes renouvelant la compréhension de la Bible et plus généralement de l’histoire des temps anciens : « l’organisation de l’apologétique chrétienne impose l’exactitude de l’histoire biblique »20. Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la question de l’origine du langage est l’objet de débats renouvelés par la découverte de l’antiquité du sanskrit védique, qui met à mal la désignation par la Bible de l’hébreu comme langue des origines21. Perspectives religieuses et non religieuses se croisent donc en faveur d’un développement des recherches sur les langues et les littératures orientales. À Paris, l’Académie des inscriptions et belles-lettres accueille les travaux d’une nouvelle génération de savants représentée par le traditionaliste Antoine Caussin de Perceval (1759-1835), neveu d’un académicien garde de la Bibliothèque du roi, et le plus novateur Antoine Silvestre de Sacy (1758-1838), qui a grandi dans un milieu janséniste où l’étude critique des textes et l’apprentissage des langues de la Bible est particulièrement en faveur. L’arrière-petit-fils du notaire rédacteur de l’Appel de mars 171722 n’est pas le seul savant orientaliste issu de la tradition janséniste : une génération plus tard, c’est aussi le cas de deux de ses élèves, le Parisien Étienne Quatremère (1782-1857) et le Marseillais Joseph Héliodore Garcin de Tassy (1794-1878)23.

  • 24 Les archives de la chambre de commerce témoignent par exemple de l’usage de l’arabe dans les rappo (...)
  • 25 H. Laurens, « Histoire, anthropologie et politique au siècle des Lumières, le cas de l’orientalism (...)
  • 26 Les conclusions de Volney sont à l’inverse de celles de Tott : il considère que l’Égypte et la Syr (...)

8L’intensification des relations avec les échelles de l’Empire ottoman et avec le Maroc engage enfin à apprendre l’arabe comme langue moderne de la diplomatie et surtout du commerce avant que la défaite de l’Empire ottoman face à la Russie en 1774 ne marque le début de la question d’Orient. Les maisons de commerce de Marseille ont ainsi recours à des interprètes arabisants dans leurs transactions avec les échelles du Levant, la pratique orale d’une lingua franca ne répondant pas à tous les besoins24. Henry Laurens souligne par ailleurs la conjonction entre la reprise de la guerre russo-turque en 1768 et la « renaissance orientaliste »25. Selon Jean Gaulmier, le voyage de Volney, de 1783 à 1785, aurait pu être suscité par le ministre des Affaires étrangères, Charles Gravier de Vergennes, favorable au maintien de l’Empire ottoman et à sa réforme interne par le développement de l’instruction, pour contrecarrer le ministre de la Marine, Sartine, qui, en vue du démembrement de l’Empire, avait en 1777-1778 missionné secrètement le baron de Tott afin qu’il étudiât les côtes et les défenses de l’Égypte26

  • 27 Les bénédictins de Saint-Germain-des-Prés avaient eu dès 1730 le projet d’établir une École des la (...)
  • 28 L’expression semble s’être imposée dans les années 1830. Elle apparaît pour la première fois dans (...)

9La formation de Silvestre de Sacy permet de se représenter quels sont les moyens d’apprentissage de l’arabe à Paris à la fin des années 1770. Sacy cultive très jeune, en plus des humanités classiques (latin et grec), les langues anciennes qui permettent d’accéder à une connaissance plus précise des textes sacrés. Son apprentissage de l’arabe auprès d’un bénédictin de Saint-Maur, dom Berthereau27, s’accompagne donc de celui des autres langues sémitiques connues : la langue « chaldaïque » (c’est-à-dire l’akkadien), l’hébreu et le syriaque. Il complète cette formation en suivant les cours publics du Collège royal où l’on enseigne l’arabe dans l’une des deux chaires consacrées aux langues de ce que l’on appellera bientôt l’Orient musulman28.

  • 29 Une des deux chaires de mathématiques est affectée en 1773 à l’astronomie (A. Lefranc, Histoire du (...)
  • 30 Ecchellensis, nommé lecteur en 1645, regagnera Rome en 1651. Il avait fait un premier séjour à Par (...)
  • 31 H. Derenbourg, Silvestre de Sacy. Une esquisse biographique, Paris, Leroux, 1895, p. 16.

10Depuis l’union du Collège royal et de l’Université en 1773, le titulaire de la seconde de ces chaires, jusque-là elle aussi consacrée à l’arabe, propose un enseignement de turc et de persan. Malgré des intitulés définis par des contenus linguistiques (« professeur en arabe ») et les programmes d’enseignement imprimés chaque semestre, les chaires du Collège royal ont été longtemps attribuées à des maîtres ayant une certaine latitude dans le choix des textes orientaux qu’ils proposaient à l’étude. Il ne faut donc pas interpréter la transformation de 1773 comme un signe de déclin de l’étude de l’arabe, mais plutôt la comprendre comme l’expression d’un processus de spécialisation, qui se manifeste aussi en mathématiques29. L’institution d’une chaire de turc et de persan indique aussi un mouvement en direction d’un enseignement détaché des traditions religieuses, le Collège royal élargissant son domaine à des langues qui, à la différence de l’hébreu ou du syriaque, ne sont pas directement liées à l’antiquité biblique ou à la tradition ecclésiastique, et acceptant de se tourner vers des langues usuelles, avec une dimension plus pratique. De fait, son enseignement ne s’est jamais coupé des réalités du monde oriental contemporain : parmi ses lecteurs – c’est la dénomination des titulaires de chaires jusqu’à la Révolution française – on trouve des maronites du Mont-Liban (les plus connus d’entre eux sont sans doute Gabriel Sionite, que François Savary de Brèves, après l’avoir rencontré à Rome, fait venir à Paris dès 1614, et Abraham Ecchellensis30), puis plusieurs anciens jeunes de langue – c’est le cas d’André Le Roux des Hautesrayes (prédécesseur entre 1752 et 1784 d’Antoine Caussin de Perceval), de Denis-Dominique Cardonne (qui enseigne l’arabe, puis le turc et le persan, entre 1768 et 1784) et de son successeur Pierre Ruffin (professeur de turc et de persan entre 1784 et 1822). Nourris de l’expérience d’un long séjour dans le Levant, ces professeurs restent en contact direct avec le monde de la diplomatie et du commerce. Ils veillent à leur tour à l’instruction des nouvelles générations de jeunes de langue : plusieurs lecteurs du Collège de France sont ainsi chargés d’inspecter l’enseignement du turc et de l’arabe qui est prodigué aux jeunes de langue et d’y participer par des leçons, trois fois par semaine. L’ignorance des liens qu’entretiennent les lecteurs du Collège de France avec le milieu des jeunes de langue, en plaquant sur le xviiie siècle un fonctionnement qui est celui de la fin du xixe siècle, a pu conduire à des contresens. L’anecdote, transmise par Hartwig Derenbourg, selon laquelle Cardonne aurait éconduit le savant en herbe Sacy afin de n’être pas troublé dans la quiétude de sa sinécure, mériterait peut-être ainsi d’être réinterprétée31. Si Cardonne n’est pas très accueillant envers Sacy, fils d’un riche notaire au Châtelet, c’est peut-être qu’il ne correspond pas au profil attendu du jeune de langue, d’extraction plus modeste, et futur homme de métier.

  • 32 On note par exemple, parmi les professeurs, le père G. Brotier, un jésuite latiniste qui deviendra (...)
  • 33 Lettre adressée par le père J. B. Holderman au secrétaire d’État à la Marine, 1er mars 1726, citée (...)
  • 34 Selon la définition de l’Encyclopédie en 1765, citée par F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un sign (...)
  • 35 Ainsi le traitement annuel de trois cents livres qui leur est attribué pour enseigner aux jeunes d (...)
  • 36 Pour contrôler leur assiduité sans doute défaillante, on leur fait signer en 1750 un registre que (...)
  • 37 Les enseignements des Fiennes père et fils ont été en effet favorablement appréciés par les jésuit (...)
  • 38 D.-D. Cardonne (1720-1783), ancien jeune de langue, enseigne l’arabe, le turc et le persan au Coll (...)
  • 39 D. Reig, Homo orientaliste. La langue arabe en France depuis le xixe siècle, Paris, Maisonneuve et (...)

11Les jeunes de langue bénéficient donc d’un enseignement qui est loin de se limiter à une simple pratique usuelle des langues. Il est assuré par des maîtres de qualité, parfois académiciens32. Il repose sur de solides fondements en latin et en grec, les jésuites estimant que les méthodes consacrées par la pédagogie du latin devaient être adoptées pour celle de l’arabe et du turc33. Le latin, seule langue autorisée dans la conversation des élèves du temps des jésuites, « langue de l’Église catholique et de toutes les écoles de toute la chrétienté » et pour cette raison « langue commune de tous les savants de l’Europe »34, permet aussi d’accéder aux dictionnaires et aux traductions d’ouvrages orientaux. Les deux professeurs de langues orientales, toujours interprètes du roi ou lecteurs au Collège royal35, sont présents une heure ou une heure et demie chaque après-midi, tous les deux jours, en alternance36. On retrouve chez les jeunes de langue le processus de spécialisation qu’on a vu se dessiner au Collège royal. Alors que la place de l’arabe était restée longtemps en retrait par rapport à celle du turc, langue de l’administration ottomane, une spécialisation des professeurs s’esquisse dans la seconde moitié du siècle – mais en cas de maladie de l’un, l’autre doit être en mesure de le suppléer. On distingue donc, durant cette période, une première charge orientée vers l’enseignement du turc, confiée à Jean-Baptiste de Fiennes et à son fils Jean-Baptiste Hélin de Fiennes (on a beau leur proposer de cumuler l’enseignement du turc et de l’arabe37, ils refusent), et une seconde charge plus ouverte à l’enseignement de l’arabe, avec pour titulaires successifs Pierre Armain (de 1752 à 1757), Denis-Dominique Cardonne (de 1757 à 1783)38 et Pierre Ruffin. Sauf Armain, tous ces maîtres de langue sont devenus lecteurs au Collège royal : il faut donc corriger l’idée que « le lien […] n’était assuré à la fin du xviiie siècle entre l’orientalisme tombé en désuétude du Collège de France et les arabisants de terrain qu’étaient les drogmans, que par quelques fils bien ténus »39 et considérer qu’il y a une réelle intégration entre l’enseignement donné aux jeunes de langue et les cours du Collège royal, bien qu’elle soit plus marquée pour le turc que pour l’arabe – c’est en effet la nouvelle chaire de turc et de persan qu’occupent Cardonne puis Ruffin.

  • 40 L’admission de Silvestre de Sacy à l’Académie est consécutive à la récente création d’une nouvelle (...)
  • 41 Les facteurs qui expliquent le succès exemplaire de l’université de Göttingen ont été analysés par (...)
  • 42 On peut aussi donner l’exemple de A. Caussin qui, pour répondre à la demande d’un savant italien, (...)
  • 43 Après 1760, c’est à Göttingen, avec C. G. Heyne (1729-1812), et à Halle, où professe son élève F.  (...)
  • 44 On note cependant que A. Caussin, qui n’a pas voyagé en Orient et n’a pu avoir une connaissance de (...)

12En prise avec le monde contemporain, intégrées au monde savant européen, les études arabes ne sont donc pas si routinières à Paris à la veille de la Révolution française. Leur développement a été favorisé par celui de l’érudition historique et d’une philologie qui profitent de la richesse des collections de manuscrits, par la présence accrue de voyageurs orientaux et par une curiosité plus grande du public. Les correspondances des académies avec les autres centres savants européens permettent aux orientalistes d’être rapidement tenus informés des travaux réalisés à l’étranger. Silvestre de Sacy bénéficie ainsi du réseau de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à laquelle il est associé dès 178540. Il travaille en relation étroite avec des érudits allemands, plus avancés dans les études philologiques, parce que le mouvement de critique des textes sacrés a été soutenu par la réforme protestante et s’est développé dans le cadre des universités41. Dès 1780, il est chargé d’une recherche pour le Repertoriumfür biblische und morgenländische Litteratur publié par Johann Gottfried Eichhorn à Leipzig. Paris a en effet l’avantage d’abriter une très riche collection royale de manuscrits orientaux qui intéresse toute l’Europe42. Depuis la fin des années 1770, l’enseignement du Collège de France, sans doute par un effet d’entraînement venu des universités allemandes43, s’était plus soucié de philologie et d’étude des textes anciens. La nomination du successeur d’André Le Roux des Hautesrayes à la chaire d’arabe, en 1784, en est un signe : Antoine Caussin, neveu d’un garde de la Bibliothèque du roi membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, n’est pas un ancien jeune de langue. Il ignore l’Orient moderne et tire son savoir de l’étude des manuscrits44.

  • 45 L’édition de La Haye, augmentée en 1782 par Reiske et Schultens, a été précédée par une édition cl (...)
  • 46 C’est la formule même de l’éditeur, N. T. Le Moyne dit Des Essarts, selon lequel cette édition in- (...)
  • 47 J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy », lue à l’asse (...)
  • 48 P. A. Jaubert, avertissement à Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, composés pa (...)
  • 49 Voir J. Dakhlia et B. Vincent éd., Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. I, Une intégratio (...)
  • 50 Parmi les cent soixante-dix-huit voyageurs orientaux en Europe qu’a repérés B. Heyberger pour les (...)

13À l’image de la coexistence, dans les arts, du goût pour l’Antiquité et pour la nature, entre Petit Trianon et hameau de la Reine, cet infléchissement néoclassique, sensible au Collège de France, ne doit cependant pas occulter un mouvement contemporain en faveur d’une formation plus pratique, où les humanités pèseraient moins. Ce mouvement fait bon ménage avec un phénomène de mode plus général en faveur de l’Orient, dont témoigne la nouvelle édition de la Bibliothèque orientale de Barthélemy d’Herbelot publiée à Paris entre 1781 et 1783, après une réédition savante parue à La Haye entre 1777 et 177945. Cette publication au format maniable présente une version « réduite à ses richesses historiques et littéraires »46 tandis qu’elle est augmentée de relations de voyageurs, afin de plaire à un public élargi. Ce goût nouveau tient peut-être à un cosmopolitisme plus grand de la capitale française. Sa force d’attraction permet d’y rencontrer des arabophones venus y séjourner, qu’il s’agisse d’artistes en tournée, de savants ou de religieux. Le « juif très-instruit »47, qui séjourne à Paris et dont le jeune Silvestre de Sacy reçoit vers la fin des années 1770 des leçons d’hébreu et d’arabe, était probablement originaire du bassin méditerranéen. En 1788, Venture de Paradis peut profiter de la présence d’acrobates venus du Sud marocain pour s’entretenir régulièrement avec eux et noter quelques mots et phrases de berbère48. À côté des musulmans dont la présence dans l’Europe du xviiie siècle a été récemment reconsidérée49, les chrétiens orientaux qui se rendent à Paris au xviiie siècle sont enfin certainement plus nombreux qu’on ne l’imagine50.

  • 51 G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 231.
  • 52 C’est le cas de Fornetti en août puis de Fonton d’Alep en novembre (ibid., p. 228).
  • 53 Ce mémoire a été rédigé, selon J. Gaulmier, entre 1791 et 1793 (« Orientalisme et humanisme », Ori (...)
  • 54 H. Cordier, « Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 289-292. Le mémoire de Venture de P (...)
  • 55 Cité par H. Cordier, « Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 291.

14En même temps que le cercle des curieux de l’Orient s’agrandit, on réclame des professionnels de la diplomatie une meilleure adaptation aux réalités des nations orientales. À la veille de la Révolution, on propose ainsi de réformer la formation des jeunes de langue en y réduisant l’importance des langues anciennes. Avec l’appui de l’ambassadeur de France à Constantinople (après Charles Gravier, comte de Vergennes entre 1755 et 1769, c’est jusqu’en 1785 l’avisé et actif François-Emmanuel Guignard de Saint-Priest), les élèves comme les professeurs expriment le vœu d’obtenir leur autonomie vis-à-vis d’une université qui impose un enseignement classique et dédaigne les langues orientales. Une lettre au ministre de la Marine Antoine de Sartine, datée d’août 1777, signée des trois orientalistes ayant la charge des études des jeunes de langue, Denis-Dominique Cardonne, Étienne Le Grand et Pierre Ruffin, témoigne de cette aspiration. Elle suggère de refonder l’école sous la direction d’anciens drogmans ou bien sous l’égide des lazaristes. Ces derniers seraient prêts à accueillir le secrétaire interprète et les élèves sur un terrain sis entre la rue du Faubourg-Saint-Denis et l’enclos de Saint-Lazare ainsi qu’à relayer les capucins à Constantinople où ils ont un établissement51. Mais le projet n’aboutit pas, d’autant que le gouvernement est réticent à confier cette formation à une institution privée difficile à contrôler. On envisage même, dès 1778, la suppression de l’école. La revendication d’un enseignement plus pratique resurgit au cours de la Révolution : en 1792, plusieurs élèves demandent à être dispensés des cours de latin et de grec52, tandis qu’un mémoire de Venture, contemporain53, regrette qu’on les oblige à apprendre « du latin et du grec littéral comme s’ils étoient destinés à être des docteurs en Sorbonne »54. Ce même mémoire accuse la formation de ne pas donner aux jeunes de langue les moyens, une fois sur le terrain, de progresser par eux-mêmes. Arrivés à Constantinople, « ils se contentent d’apprendre à parler, et, parmi tous les drogmans des Échelles, à peine en citerait-on huit qui soient en état d’entendre un firman de la Porte et de pouvoir tenir une correspondance avec les puissances musulmanes »55.

Face à la Révolution française : des réactions partagées

  • 56 « Drogman », Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Paris, Belin-Mandar, 1835, t. XXII, (...)

La plupart de ces drogmans, flétris dès leur enfance par l’esclavage et méprisés par les musulmans, ont trahi la France pendant la Révolution, en se dévouant aux intérêts de ses ennemis, en divulguant les secrets de sa politique, et quelques-uns même ont été accusés d’avoir spolié les archives des chancelleries.56

  • 57 Sur L.-M. Langlès (1763-1824), qui a été l’élève de Caussin et de Ruffin au Collège de France, voi (...)
  • 58 Caussin, dont le père, marchand de drap à Montdidier, a été anobli en 1786 par une charge de secré (...)
  • 59 Son ancien élève Langlès avec lequel il semble entretenir des relations proches, sans doute parce (...)
  • 60 Sacy avait refusé en 1795 de prêter le serment de haine à la royauté exigé des membres du nouvel I (...)

15Malgré le sentiment sans doute dominant de la nécessité des réformes pour améliorer l’instruction des jeunes de langue et mieux reconnaître les capacités, la Révolution française reçoit un accueil contrasté chez les savants et les interprètes. Parmi les premiers, on trouve de fervents révolutionnaires, comme le républicain Volney, ou, pour en rester au monde de l’érudition orientaliste, Louis-Mathieu Langlès, qui n’a aucune position à perdre57. D’autres savants, monarchistes, comme Silvestre de Sacy et Antoine Caussin58, voient sans doute favorablement le mouvement de 1789, avant de s’élever contre la déposition du roi et l’instauration d’un régime républicain. Les uns et les autres survivent à la Terreur et assurent aux études arabes une continuité certaine. Volney, après avoir été emprisonné entre la mi-novembre 1793 et le 22 août 1794, est chargé en janvier 1795 des cours d’histoire à la nouvelle École normale. Silvestre de Sacy, qui s’est retiré pendant la période la plus critique dans sa campagne de Brie, n’est pas véritablement inquiété : dès le 1er octobre 1794, il est invité par la Convention à participer aux travaux de la section des dépôts littéraires (à laquelle appartient déjà Langlès), et, quelques mois plus tard, nommé par la Convention professeur d’arabe à la nouvelle École des langues orientales, fondée d’après un projet défendu par Langlès qui en devient le directeur puis l’administrateur perpétuel. Après le 10 août 1792, Caussin a perdu la fonction de garde des manuscrits de la Bibliothèque du roi qu’il occupait depuis 1787, mais il conserve au Collège de France la chaire à laquelle il avait été nommé en 178359. Il fait preuve de sa bonne volonté en acceptant en décembre 1793 d’y assurer une suppléance à la chaire de syriaque et d’hébreu. En 1809, il sera nommé membre de l’Institut, dont Langlès a été un des membres fondateurs en 1795, et dont font déjà partie, depuis sa réorganisation en 1803, Silvestre de Sacy (à l’Académie des inscriptions et belles-lettres)60 et Volney (à l’Académie française).

  • 61 C’est ce que souligne J.-L. Chappey dans le chapitre qu’il consacre aux « Luttes intellectuelles à (...)
  • 62 R. Dussaud, La nouvelle Académie des inscriptions et belles-lettres (1795-1914), Paris, Geuthner, (...)

16L’enseignement dispensé au Collège de France n’a pas connu de solution de continuité – Antoine Caussin poursuit son enseignement jusqu’en 1830, suppléé puis remplacé par son fils aîné Amand-Pierre, titulaire de la chaire jusqu’en 1871 : les logiques anciennes du métier et de la charge conservent donc leur force. L’Académie des inscriptions et belles-lettres, dissoute en août 1793, est reconstituée en octobre 1795, dans le cadre du nouvel Institut. Cette continuité ne doit pas faire oublier que l’Académie est, sous le Directoire, l’enjeu et le théâtre de luttes opposant les anciens académiciens, restés fidèles aux valeurs de l’érudition, et les savants « idéologues », qui cherchent à imposer leur conception d’une science générale de l’homme, fondée sur la méthode analytique61. L’érudition historique et les études philologiques y maintiennent cependant leur prédominance62.

  • 63 Sur Ruffin, voir H. Dehérain, La vie de Pierre Ruffin, orientaliste et diplomate (1742-1824), Pari (...)

17Parmi les drogmans, l’accueil de la Révolution est beaucoup plus mitigé, surtout après la promulgation des décrets d’Allarde et Le Chapelier (2 mars et 14 juin 1791) qui, en supprimant les corps et communautés et en interdisant les associations professionnelles (les « coalitions »), portent directement atteinte à leurs intérêts. Mis à part des figures exceptionnelles comme Venture de Paradis et Ruffin qui occupent des positions suffisamment élevées pour ne pas craindre d’être déclassés, les drogmans plus modestes se montrent sensibles à cette perte de statut63.

  • 64 J.-M. Venture de Paradis (1739-1799) est né de « parents inconnus » au regard de l’état civil, l’u (...)
  • 65 J.-M. Venture de Paradis, Nécessité d’encourager en France l’étude des langues orientales, édition (...)
  • 66 Il est possible qu’on soit passé d’une certaine fluidité dans la première moitié du siècle à un en (...)
  • 67 Venture considère que la chancellerie devrait être donnée à d’anciens négociants des échelles qui (...)
  • 68 Ibid., p. XXX.
  • 69 Loc. cit.

18Ils avaient pourtant été nombreux à aspirer à un assouplissement de la réglementation et des usages qui fixaient leur condition. C’est ce qu’on peut supposer à la lecture du mémoire rédigé en 1790 par Venture, qui se fait sans doute l’expression d’opinions plus largement partagées. Son engagement est certainement nourri de son expérience propre, concernant à la fois le statut personnel du drogman et sa carrière. N’a-t-il pas souffert enfant de la réglementation qui, depuis une ordonnance du 20 juillet 1720, interdisait théoriquement le mariage des Français résidant au Levant et exigeait des drogmans qu’ils obtiennent l’autorisation préalable de l’ambassadeur et du ministre64 ? L’appel de Venture au démantèlement d’une réglementation étouffante, au nom de la liberté, concerne aussi la carrière. Il réclame qu’on donne au mérite la priorité sur la naissance : les drogmans, « agens les plus utiles et les moins payés »65, doivent pouvoir accéder aux fonctions consulaires. Ce qui avait été possible pour son père, nommé consul en 1738 après avoir été jeune de langue puis drogman, promotion peut-être liée à l’honorabilité de la famille (son propre père avait commandé les milices de Provence sous le maréchal de Belle-Isle), ne doit plus être une exception66. L’ordonnance de 1781 portant création de vice-consulats n’a selon Venture rien réglé, ces postes restant fermés aux jeunes de langue. En accordant aux drogmans « les émoluemens de la chancellerie », elle n’a eu, à l’en croire, que des effets négatifs. Mesure de justice destinée à compenser par un revenu supplémentaire la perte de la table et du logement que les consuls devaient précédemment offrir aux drogmans, la dévolution de la chancellerie aux drogmans les a détournés en effet du contact avec les puissances du pays pour lequel ils étaient les mieux armés, du fait de leur pratique des langues. Désormais tenus d’assurer comme chanceliers la tenue des registres et la délivrance ou l’expédition de certains actes contre paiement, les drogmans risquent d’être employés à des tâches relativement banales, au lieu de voir leurs capacités particulières utilisées à plein. La mesure peut aussi avoir un effet démobilisateur sur les jeunes élèves qui, connaissant leur avenir de chancelier, sont tentés de relâcher leurs efforts dans l’apprentissage difficile des langues orientales67. Venture appelle, au contraire, à mieux reconnaître les aptitudes spéciales des drogmans. « Parmi tous les consuls du Levant et de la Barbarie, à l’exception de M. du Rocher, consul de Maroc, il n’y en a pas un qui soit en état de se faire entendre dans l’idiome du pays pour demander du pain et de l’eau. »68 Or, on ne devrait pouvoir accéder à un poste diplomatique sans avoir prouvé sa compétence linguistique – ce qui est le cas, dit-il, en Angleterre et en Allemagne. L’aspirant apprendrait en France la théorie des langues orientales. Il perfectionnerait ensuite ses études à Constantinople comme jeune de langue, puis serait employé comme drogman. Enfin, à condition d’avoir fait ses preuves, il pourrait être nommé consul69.

  • 70 Selon A. Faivre d’Arcier, la plupart des drogmans auraient réagi positivement à l’annonce de la dé (...)

19Or, au lieu d’être reconnus à leur juste mesure, les jeunes de langue et drogmans subissent les contrecoups de l’abolition des privilèges proclamée la nuit du 4 août. L’école de Péra ferme ses portes, puis les pensions qui permettaient d’améliorer l’ordinaire des drogmans sont abolies par l’Assemblée constituante qui considère qu’on ne peut en faire profiter des employés qui bénéficient déjà d’un traitement. Il semble que les drogmans qui rompent avec le gouvernement révolutionnaire et proposent leurs services à des cours étrangères soient par conséquent relativement nombreux70. Ces départs désorganisent le service du drogmanat, tandis qu’à Paris l’effectif des jeunes de langue devient squelettique. Une fois l’épisode de la Terreur passé, la nécessité de fonder une école sur des bases nouvelles s’impose. Langlès redéfinit le projet qu’il avait défendu en 1790 sous la forme d’une adresse à l’Assemblée nationale, De l’importance des langues orientales pour l’extension du commerce, les progrès des lettres et des sciences, où, inspiré par Volney, il propose de créer des chaires d’arabe, de turc et de persan à Paris et à Marseille. Il le fait adopter par son ami Lakanal, qui préside le comité de l’instruction publique de la Convention : il s’agit de donner corps aux projets de réforme défendus par les orientalistes des Lumières, tout en rétablissant un climat de confiance avec les anciennes dynasties de jeunes de langue.

La fondation de l’École des langues orientales : un projet modéré

  • 71 Discours prononcé par Langlès pour la rentrée des cours de l’École des langues orientales, 21 brum (...)

Sans prétendre porter la plus légère atteinte à un établissement consacré par plusieurs siècles d’une utile et brillante existence, respecté par nos derniers Vandales, et dont la destruction serait l’opprobre de ses destructeurs, on a voulu en former un exclusivement consacré à l’enseignement des langues orientales nécessaires à la politique et au commerce.71

  • 72 Cette esquisse historique de l’École des langues orientales s’appuie sur des travaux publiés après (...)
  • 73 Le décret est publié par le Moniteur universel du 13 germinal an III (2 avril 1795).

20Contemporaine d’autres fondations de la Convention thermidorienne, elles aussi destinées à un avenir durable (l’École normale supérieure, l’École polytechnique, le Muséum…), l’École des langues orientales vivantes est le foyer où ont été formés quasiment tous les arabisants français avant la fondation à Alger d’une chaire d’arabe en 1836 puis d’une École des lettres en 1879 qui ne devient un véritable pôle capable d’attirer des étudiants venus d’Europe qu’à la fin du xixe siècle72. Son établissement, décrété le 10 germinal an III (30 mars 1795)73, a une dimension politique explicite : elle doit produire une nouvelle génération de drogmans, les jeunes de langue ayant failli en refusant généralement d’emboîter le pas à la Révolution.

  • 74 Les cours ont commencé officiellement le 22 juin 1796 (rapport des travaux de la commission pour l (...)

21Le discours de rentrée que prononce Langlès, premier directeur de l’École en même temps que titulaire de la chaire de persan, le 21 brumaire an V (11 novembre 1796)74, est explicite :

  • 75 Cet extrait du discours est reproduit dans (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, (...)

Cette école est destinée à former promptement les droguemans capables de remplacer ceux qui ont abandonné le service de leur patrie. Vous n’ignorez pas que ces hommes précieux par leurs connaissances, estimés jusqu’alors par des services importants et par une fidélité héréditaire, ont sacrifié en un instant tous les droits qu’ils avaient à la reconnaissance de leurs concitoyens, ainsi que la considération dont ils jouissaient parmi les diplomates asiatiques et européens. Quelques-uns n’ont pas rougi de s’enrôler au service des nations ennemies. Nos législateurs ont senti quel coup funeste cette désertion allait porter à notre commerce du Levant et de la Barbarie si on ne se hâtait de pourvoir à leur remplacement.75

  • 76 Voir l’article 3 du décret de fondation.

22L’école doit répondre aux besoins politiques et commerciaux en formant un personnel au fait des rapports entretenus par la France avec les différents peuples d’Orient76 et rompu à la pratique des langues usuelles, qu’on appelle alors « vulgaires ». Les langues dont on prévoit dès l’origine l’enseignement sont le turc et le tartare de Crimée, le persan et le malais, enfin l’arabe, sous une double forme « littéraire et vulgaire ». La place réservée à l’arabe littéraire tient au fait qu’on le considère généralement comme la forme originelle de l’arabe vulgaire qui ne serait que le produit d’une dégénérescence, avec des variations locales dont l’ampleur est discutée. En conséquence, on ne saurait bien apprendre la langue usuelle qu’en ayant une connaissance précise de la grammaire de la langue littérale. Cela permet à Silvestre de Sacy, premier titulaire de la chaire d’arabe, de lui faire une grande place dans son enseignement, bien que l’école dans son projet initial n’envisage pas de l’étudier avec une visée philologique ou historique. Langlès a en effet souligné dans son discours inaugural que l’École n’empiéterait nullement sur les attributions du vénérable Collège de France qui avait heureusement survécu aux orages révolutionnaires et dont relevait l’étude des langues des civilisations du passé :

  • 77 (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 11. La référence aux écoles (...)

Après avoir étudié avec nous les idiômes vulgaires et diplomatiques de l’Asie, nos élèves iront se perfectionner au collège de France, en y apprenant les langues anciennes et sacrées de la Palestine, que l’on y enseigne, celles de la Perse et de l’Inde, dont on ne peut se dispenser de fonder les chaires. Alors il existera dans cette branche de l’enseignement des degrés d’instruction qui manquent dans nos écoles centrales.77

  • 78 Note de Langlès au ministre de l’Intérieur, Paris, 24 novembre 1817 (ANF, F 17, 4061).
  • 79 Cette localisation est liée au statut de Langlès, qui, garde des manuscrits, et entend en faire us (...)

23La forte personnalité du premier titulaire de la chaire d’arabe va infléchir en partie le projet original – c’est du moins ce que lui reproche plus tard Langlès78, regret qui s’exprime à nouveau dans le dernier tiers du xixe siècle, quand se réaffirme le souci d’un enseignement répondant aux nécessités de la pratique. Cette orientation est facilitée par le fait que l’enseignement de l’arabe au Collège de France n’est pas aussi exclusivement philologique et antiquaire que le voudrait le plan de Langlès. En effet, le Collège de France conserve l’héritage de sa très forte interpénétration avec le système des jeunes de langue. Or, l’installation de la nouvelle École dans les locaux de la Bibliothèque nationale, à proximité des manuscrits orientaux et à distance des jeunes de langue – qui n’ont pas été officiellement abolis – et du Collège de France restés sur la montagne Sainte-Geneviève, favorise la dimension savante de son enseignement79 (bien que le travail à partir des manuscrits n’ait pas toujours une vocation érudite : il est aussi en rapport avec l’actualité politique contemporaine).

  • 80 Ce traitement a été fixé à 3 000 francs par la loi du 7 ventôse an III (28 février 1795) qui prévo (...)
  • 81 L’École des langues orientales se démarque en cela de sa cadette, l’École des chartes, fille de la (...)
  • 82 Il a le titre de professeur de langues orientales, avec pour assistant A.-A. Chayolle, en plus de (...)

24Le succès pérenne de l’École repose sur son ambivalence : elle conserve longtemps l’énergie de l’élan fondateur révolutionnaire en même temps qu’elle trouve son assise dans le souci des premiers titulaires de chaires de ne pas rompre avec la tradition et de se concilier les anciennes familles de jeunes de langue. Le nouvel établissement partage avec les institutions révolutionnaires plusieurs caractéristiques : les professeurs sont nommés sur le même mode que dans les écoles centrales et leurs traitements sont équivalents80 ; les cours sont publics et gratuits (ils le restent jusqu’à la fin du Second Empire malgré des tentatives réitérées de réforme81) ; le corps professoral jouit d’une grande liberté, qui autorise l’innovation pédagogique. Mais elle ne fait pas table rase du passé. Elle aurait dû rendre caduque l’ancienne institution des jeunes de langue. Or, dans un souci de rétablissement de la concorde après la guerre civile, ainsi que d’efficacité pratique, le Directoire décide de renoncer à l’abolir formellement et de continuer à reconnaître les droits particuliers des familles de drogmans. L’arrêté du 16 nivôse an V (5 janvier 1797) les confirme en fixant provisoirement le nombre des élèves jeunes de langue à vingt (il est peu après réduit à dix-huit), tous nommés par le Directoire exécutif sur proposition du ministre des Relations extérieures, de préférence parmi les enfants de drogmans, vice-consuls ou consuls au Levant. Ce premier arrêté est ajourné, peut-être sous pression du ministère de l’Intérieur dont dépend l’École des langues orientales qui voudrait pouvoir placer ses élèves. Mais un nouvel arrêté daté du 18 août 1797, après que Talleyrand a remplacé Charles-François Delacroix au ministère des Relations extérieures en juillet, conserve une place aux jeunes de langue : il fixe leur nombre à douze et renoue avec l’arrêt fondateur de 1721, avec une répartition égale des élèves entre familles de drogmans déjà établies en Orient et familles de France. Élèves d’anciens drogmans, comme Sacy ou Langlès, ou anciens drogmans eux-mêmes, comme Venture, les professeurs de la nouvelle École des langues orientales ont certainement joué un rôle dans cette décision modérée. Les premiers étaient souvent restés liés avec leurs anciens professeurs – ainsi Langlès, qui supplée entre janvier 1793 et janvier 1795 son maître Ruffin au Collège de France. Venture, titulaire de la nouvelle chaire de turc des Langues orientales, avait pour sa part déjà fait preuve de mesure dans le mémoire qu’il avait rédigé entre 1791 et 1793 : il n’y réclamait pas l’abolition des jeunes de langue, mais au contraire l’augmentation de leur nombre, tout en prônant la fin du monopole des familles de drogmans afin d’ouvrir la carrière aux étudiants du Collège de France. En 1795, il reprend finalement la direction des études des jeunes de langue dont il était déjà responsable avant la Révolution82. En entérinant la coexistence de deux systèmes pour ne pas se priver de ressources rares, les fondateurs prouvent que leur souci de développer des études orientales dépasse toute considération partisane.

  • 83 M. Degros, « Les jeunes de langues [sic] sous la Révolution et l’Empire », Revue d’histoire diplom (...)
  • 84 Les deux fils Lauxerrois, qui doivent leur inscription comme jeunes de langue à la protection de T (...)
  • 85 H. Dehérain, « Les jeunes de langue à Constantinople sous le Premier Empire », Revue de l’histoire (...)

25La composition du corps des jeunes de langue se transforme cependant sous la République et l’Empire. La brèche ouverte par l’arrêté de 1797 a été utilisée par les agents du département des Affaires étrangères et de l’Intérieur, dont dépend la nouvelle École des langues orientales. Au nom de la place garantie aux « familles de France », ils usent de leurs positions au sein des ministères pour faire bénéficier leurs enfants de bourses qui offrent une scolarité gratuite dans un établissement prestigieux – Louis-le-Grand forme en effet les fils de nombreux hauts fonctionnaires. Les enfants de familles installées en Orient deviennent ainsi rapidement minoritaires parmi les jeunes de langue – ils ne seraient plus que deux en 181583 – bien que les nouveaux venus persistent rarement dans l’étude des langues orientales84. Cela explique l’attachement à l’Empire que manifestent en 1815 la majorité des élèves drogmans à Péra : lors des Cent-Jours, aux négociants, majoritairement fidèles à la monarchie, s’opposent fonctionnaires et drogmans, qui suivent Bonaparte85. Les enfants des anciennes familles de drogmans ne redeviennent nombreux qu’après la Restauration.

Entre tradition et idéologie : Silvestre de Sacy et l’arabe comme langue nationale

  • 86 A.-I. Silvestre de Sacy, préface à l’Alfiyya ou la quintessence de la grammaire arabe, ouvrage de (...)

[…] Le système de la grammaire arabe […] si propre à former l’esprit d’analyse, et à faire pénétrer dans les profondeurs de la grammaire générale ou de la métaphysique des langues […].86

  • 87 C. Décobert force le trait quand il oppose la situation de la France à celle de l’Europe protestan (...)
  • 88 D. Bourel, « La tradition savante… », art. cité, p. 161. Il reprend là implicitement la filiation (...)
  • 89 On pourrait analyser phénoménologiquement l’œuvre de Silvestre de Sacy sur le modèle de ce qu’a te (...)

26Les historiens de l’orientalisme sont unanimes pour caractériser la fin du xviiie siècle comme une période d’autonomisation des études orientales dont témoignerait l’œuvre de Silvestre de Sacy87. Les études arabes ne sont en effet plus seulement un sous-ensemble des études bibliques, utiles à l’histoire sainte et à la théologie. Elles se justifient en soi. La solide culture catholique de Silvestre de Sacy, comme plus tard celle de Renan, doit pourtant retenir l’attention. La stimulante formule par laquelle Dominique Bourel conclut sa présentation des débuts de l’École des langues orientales vivantes – « la France tentera toujours d’allier deux sortes d’orientalismes, celui d’un Renan érudit agnostique avec l’intuition illuminante de Massignon ou de Corbin »88 – mérite d’être discutée. En plaçant la fondation de l’École des langues orientales et l’œuvre de Sacy à l’origine d’une tradition laïque, et en soulignant la rupture de Renan avec la foi catholique, ne gomme-t-elle pas une dimension religieuse sous-jacente aux travaux des deux grands orientalistes89 ?

  • 90 Cette traduction, régulièrement rééditée (1784, 1787, 1826-1828), est à nouveau largement diffusée (...)

27Le catholicisme de tradition janséniste de Silvestre de Sacy a marqué de son empreinte sa carrière savante. Il l’a peut-être dissuadé de proposer une nouvelle traduction en français du Coran, malgré le caractère très insuffisant de celle publiée en 1783 par Claude-Étienne Savary90. Sacy édite des œuvres plus souvent qu’il n’en traduit ; il n’est pas un vulgarisateur qui met à disposition d’un large public des textes musulmans (dont il considère peut-être qu’ils doivent conserver une diffusion restreinte), mais un savant soucieux de restituer des textes originaux, à destination d’un public érudit, instruit.

  • 91 M. Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1998, chap. (...)
  • 92 On retrouvera ce souci de neutralité religieuse chez le maître de pension Demoyencourt vis-à-vis d (...)

28Ayant grandi dans un milieu janséniste où les discours en faveur de la tolérance religieuse se sont peu à peu imposés91, Sacy tend à souligner les points communs entre judaïsme, christianisme et islam plutôt qu’à accentuer les différences entre ces trois monothéismes. Il semble cependant qu’il évite de vulgariser les principes de la religion musulmane. Le temps de la conquête coloniale qui engage à connaître l’islam pour mieux s’imposer aux populations musulmanes ou pour se les concilier n’est pas encore advenu. Silvestre de Sacy accueille cordialement les Égyptiens musulmans qui, à partir de 1826, viennent en mission scolaire à Paris ; il veille à ne pas faire preuve de prosélytisme chrétien92, mais il évite probablement de se placer dans une position inconfortable en proposant sa propre traduction du Coran.

  • 93 Aujourd’hui encore, les religieux et anciens religieux, les chrétiens engagés, libéraux ou traditi (...)
  • 94 Des chrétiens d’Orient occupent alors la plupart des places à Paris : le copte E. Bocthor, les cat (...)
  • 95 C. Langlois, « Les congrégations françaises en Terre sainte au xixe siècle », De Bonaparte à Balfo (...)
  • 96 Les liturgies des chrétiens d’Orient ont été massivement traduites en arabe, langue dans laquelle (...)

29Comme le rappelle Silvestre de Sacy dans le discours qui accompagne en 1810 l’hommage de la grammaire arabe qu’il offre au Corps législatif, les missions chrétiennes et les théologiens se sont souciés de connaître la langue arabe avant que les érudits et les historiens ne lui prêtent attention. Ce courant, où l’étude de l’arabe s’allie à l’engagement chrétien et qui accorde souvent une importance particulière à la connaissance de la chrétienté d’Orient, est resté vivant : au xixe siècle, il n’est pas seulement représenté par des religieux et des missionnaires, mais aussi par des laïcs, comme Bernard Carra de Vaux ; il reste fort dans la seconde moitié du xxe siècle, après les décolonisations, y compris à l’université et dans la recherche publique93. Bien que la plupart des Orientaux employés à Paris soient chrétiens, les années 1780-1820 sont de ce point de vue une période d’étiage94. Les bouleversements de la Révolution française, le démantèlement des congrégations et le mouvement de déchristianisation ont pour effet de détacher l’apprentissage de la langue arabe du cadre de l’instruction religieuse. Il faut attendre la Restauration, voire les années 1830, pour voir se redéployer la perspective missionnaire : l’établissement d’une mission jésuite au Mont-Liban date de 1831, tandis qu’on trouve des lazaristes à Constantinople et à Smyrne, mais aussi à Alep et à Damas ; des dominicains en Mésopotamie, au Kurdistan, en Arménie ; des franciscains en Palestine95. Cependant, si l’étude de l’arabe n’est plus principalement motivée par la volonté de resserrer les liens avec les chrétiens d’Orient96 ou de porter plus facilement la bonne parole en direction des populations infidèles, le motif de la vocation missionnaire réapparaît sous de nouvelles formes chez le janséniste Silvestre de Sacy ou l’idéologue athée Volney. On pourrait d’ailleurs tenter de faire un parallèle entre Silvestre de Sacy et son contemporain le comte de Saint-Simon, né en 1760 : si l’origine (noblesse d’épée d’un côté, bourgeoisie parisienne de l’autre) et la carrière (voyages, fortunes et misères d’une part ; sédentarité et notabilité assise de l’autre) sont fort dissemblables, ils font tous deux figure de fondateurs, et, du point de vue de l’histoire coloniale, ouvrent des perspectives qui ne sont pas celles de la conquête aliénante.

  • 97 Explicitement opposé aux ultras (en témoigne son essai politique Où allons-nous et que voulons-nou (...)
  • 98 J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire… », art. cité, p. 131.
  • 99 Le tableau des chrétiens d’Orient par Volney était sombre, comme plus tard dans les années 1810 et (...)
  • 100 Selon R. Blachère, « Sûrs de leurs règles, bien assis dans leur conformisme, respectueux de leurs (...)
  • 101 B. Johansen fait le même constat à propos de Fleischer, élève fidèle de Sacy, qui, contrairement à (...)
  • 102 On ne peut donc affirmer comme l’a fait H. Laurens que Sacy s’est tenu « à l’écart du champ politi (...)

30Sacy ne rejette pas en bloc la Révolution française et ses transformations97. Il n’en est pas moins catholique convaincu : sous la Terreur, alors que les églises sont fermées, il fait dire la messe chez lui ; à la fin de sa vie, il ne manque pas de commencer sa journée par un office98. Cet engagement religieux favorise sans doute le resserrement de ses liens avec les chrétiens d’Orient qui, réfugiés en nombre après le départ des troupes françaises d’Égypte en 1801, ont été, semble-t-il, généralement bien accueillis en France, sans être considérés comme d’indécrottables arriérés99. L’Orient fait alors référence aux Lumières plutôt qu’aux ténèbres – comme le rappellent la maçonnerie (la Grande Loge française se transforme en 1773 en Grand Orient de France), Mozart, ou les œuvres de Raphaël de Monachis (1759-1831) et de l’abbé Jean-Joseph Léandre Bargès (1810-1896), un élève de dom Gabriel Taouil (v. 1757-1835) à Marseille, qui prolonge tard dans le siècle cette tradition d’orientalisme catholique et rationaliste, semble-t-il particulièrement vigoureuse dans le Midi. Silvestre de Sacy n’est pas un savant coupé du monde contemporain. Il s’intéresse aux parlers, attentif à d’autres formes que la langue ancienne qu’il participe à rendre classique100 et s’informe auprès de ses correspondants des réalités contemporaines de l’Orient en même temps qu’il leur indique les manuscrits dont il voudrait pouvoir disposer101. L’imagerie du savant étroitement replié sur lui-même, à la construction de laquelle ont contribué les contemporains de Sacy – Joseph Toussaint Reinaud dessine le portrait du jeune Sacy conversant avec son serin – ne lui correspond que très partiellement. Contrairement à Quatremère, Sacy ne s’est jamais retiré du monde : représentant de la Seine au Corps législatif entre 1808 et 1814, membre de la Commission de l’instruction publique entre 1815 et 1822, il est au contraire engagé dans l’action politique102.

  • 103 ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.

31On a plusieurs témoignages des relations familières que Sacy entretient avec les Orientaux installés à Paris : Raphaël de Monachis, dont il avait appris la nomination comme professeur adjoint à l’École des langues orientales non sans en ressentir quelque irritation, suit son enseignement à l’École des langues orientales ; Gabriel Taouil, qu’il a recommandé pour la chaire de Marseille, conserve son soutien alors même que la qualité de son enseignement est mise en cause ; Joseph Agoub, dont il contre la volonté de remplacer avant terme le vieux Taouil, reçoit pourtant en 1816 son appui à l’occasion d’une affaire de succession103. Ces relations conservent certes souvent un caractère formel, ou inégal : elles n’en existent pas moins.

  • 104 Il le déplore dans une lettre conservée à l’Institut, citée par H. Derenbourg, Silvestre de Sacy, (...)
  • 105 Silvestre de Sacy au consul de France au Maroc, an VII (1798-1799), cité par H. Dehérain, « Une en (...)
  • 106 Le consul ayant dû se replier aux Canaries à la suite d’une épidémie de peste, la requête reste sa (...)

32Sacy envisage la langue dans la diversité de ses formes, bien qu’il s’y intéresse dans une perspective normative. S’il réserve une grande place à la langue littérale ancienne, fidèle en cela à sa première approche, en vue d’une meilleure exégèse des textes bibliques, il ne néglige pas pour autant l’Orient réel, les parlers, ou l’application pratique des savoirs accumulés. Il dit regretter de n’avoir point voyagé, du temps de sa jeunesse, en Égypte ou en Syrie104 – ce qui rappelle combien le voyage de Volney a été une référence forte pour ses contemporains. En 1798, il se montre curieux des « différens dialectes de la langue arabe […] que l’on parle dans les régences d’Alger, Tunis, Tripoli et dans les états [sic] de Fès et de Maroc »105. Afin de pouvoir déchiffrer des mots inconnus qu’il a rencontrés à la lecture de manuscrits conservés à Paris et d’améliorer la rédaction de sa grammaire arabe, il demande au consul de France à Tanger de lui adresser un « dialogue en vulgaire avec les expressions les plus usitées sur les objets les plus communs » et des « lettres de juifs en caractères hébreux avec copie en caractères arabes et explication des abréviations » (il pense en effet que les juifs du Maroc ont un parler particulier) aussi bien que des formules de lettres de commerce, des requêtes adressées au souverain, ou des ordres émanant du gouvernement en arabe106.

  • 107 J. Gaulmier, « Orientalisme et humanisme », art. cité, p. 51. Ce schéma opposant l’érudit catholiq (...)
  • 108 A.-I. Silvestre de Sacy, Principes de grammaire générale, mis à la portée des enfants, et propres (...)
  • 109 Ce jugement a été repris par G. Troupeau (« Réflexions sur l’histoire des chaires d’arabe de l’Éco (...)
  • 110 L. F. Maury, L’ancienne Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, Didier, 1864, p. 402.
  • 111 J.-L. Chappey a restitué la complexité de cette société abusivement assimilée au groupe des idéolo (...)
  • 112 A. Belin, dont J.-J. Marcel assure la formation et l’avenir comme un père adoptif, jouera plus tar (...)
  • 113 Tableau du personnel de la Société des observateurs (J.-L. Chappey, La Société des observateurs de (...)

33Il est donc excessif d’opposer de façon tranchée une érudition coupée des idées générales et de la pratique, qui serait celle de Sacy, aux larges visions de Venture de Paradis et de Volney, « deux hommes ingénieux dont l’exemple eût été d’une autre fécondité »107. Sacy a composé une grammaire générale108. Et sa nomination à la chaire d’arabe de l’École des langues orientales n’explique pas seule l’orientation érudite qu’y a prise l’enseignement109. Le directeur de l’École, Langlès, est aussi un savant de cabinet qui n’a qu’une connaissance livresque de l’Orient. Sa défense des projets de Volney et son républicanisme ne l’empêchent pas de rester lié à Caussin et aux pratiques érudites et scolaires en cours sous l’Ancien régime. Modéré au tempérament affable, Langlès s’est heurté à Sacy qui supportait peut-être mal sa médiocrité (Langlès n’avait pas une maîtrise suffisante des langues dont il s’occupait, selon l’avis général) : ses intrigues, plutôt que les opinions du savant janséniste et son refus de prêter le serment de haine à la royauté, expliqueraient que ce dernier ait été écarté de l’Institut en 1795110. Langlès et Caussin sont donc d’un certain point de vue plus éloignés de Sacy que ne le sont Volney et Venture. À la Société des observateurs de l’homme, dont Sacy fait partie depuis l’été 1800, il côtoie des figures incontestablement proches de l’idéologie – comme Degérando, Moreau de la Sarthe, Pinel111 –, à côté de l’interprète Jean-Joseph Marcel, qui partage quant à lui sa sensibilité politique et religieuse112 (Marcel intègre la Société après son retour d’Égypte en 1801), et d’un groupe d’abbés catholiques militants, dont l’abbé Sicard113. Aussi bien au sein de cette société, où l’idéologie se compromet (ou consent au compromis) avec la tradition, qu’en dehors d’elle, des catholiques à la sensibilité gallicane entretiennent des relations étroites avec des humanistes athées. Malgré des conceptions religieuses divergentes, ils peuvent se retrouver sur des positions politiques communes : ils réprouvent le coup d’État du 18 brumaire et se rejoignent dans une commune opposition à la politique de réaction qui caractérise la seconde Restauration de 1815. Idéologues et gallicans se mêlent alors à nouveau dans le cadre des salons libéraux, que ce soit chez madame Dufrénoy (où l’on retrouve l’abbé Sicard et le réfugié venu d’Égypte Joseph Agoub) ou chez Georges Cuvier.

  • 114 R. Taveneaux, « L’abbé Grégoire et la démocratie cléricale », Jansénisme et réforme catholique, Na (...)
  • 115 C.-F. Volney, Simplification des langues orientales (1794-1795). L’ouvrage est destiné aux voyageu (...)
  • 116 J.-L. Chappey (La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité, p. 356) cite Millin de Grandma (...)
  • 117 Sacy précise n’avoir point « voulu employer dans cette édition aucune signature autre que celles q (...)
  • 118 Je n’ai pas retrouvé l’expression sous sa plume, mais elle est présente dans les premiers numéros (...)
  • 119 Silvestre de Sacy au consul de France au Maroc, an VII (1798-1799), cité par H. Dehérain, « Une en (...)
  • 120 Non sans un certain anachronisme, J. Gaulmier voit en Volney un précurseur de l’arabe standard. Il (...)
  • 121 D. Brahimi, « Volney et la langue arabe », Orient et lumières (actes du colloque de Lattaquié), Re (...)
  • 122 Selon D. Brahimi, Volney resterait ici proche de Montesquieu. Plus tard, dans Les ruines (1791), V (...)
  • 123 F. Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. VIII, Le français hors de (...)

34Volney et Sacy ont de nombreux points communs dans leur approche de la langue arabe. Ils ne se préoccupent pas de la rhétorique, mais du langage et de la grammaire envisagée sous son aspect logique. Ils donnent l’un et l’autre de l’importance aux applications pratiques et ne s’interdisent pas d’appeler à une réforme de la langue. Dans leur esprit, la science pure et la pratique ne sont pas incompatibles : la seconde dérive de la première ou bien l’accompagne. Les études arabes pratiques doivent donc profiter de l’analyse critique des textes et de la recherche des fondements grammaticaux de la langue. Comme l’abbé Grégoire pour ce qui est du français – on notera en passant que Grégoire partage avec Sacy une même sensibilité janséniste114 –, ils distinguent une langue châtiée, régulière, simple et bien construite, opposée aux parlers vulgaires. Cette langue est l’expression de la raison et doit s’imposer à la nation régénérée tandis que les expressions barbares et obscurcissantes dont use le petit peuple doivent être combattues, ou sont tout du moins destinées à disparaître. Cette conception qui fait de la langue un élément essentiel pour le progrès et qui engage à la cultiver, à la bien tailler, à la régler, ne dérive pas du projet colonial. Elle lui est cependant contemporaine, peut-être consubstantielle. Elle trouve bientôt dans l’expansion coloniale un contexte favorable à son développement. Volney n’a jamais été favorable à une quelconque expédition de conquête en Orient et a toujours considéré que la diffusion des Lumières accompagnerait le développement des échanges, le commerce étant pour lui l’instrument du progrès, ce que la guerre n’est pas. Sa proposition de Simplification des langues orientales115 sonne cependant comme une préfiguration des futurs projets coloniaux. Volney est en effet convaincu que les écritures anciennes sont la marque de civilisations inférieures. Cette position qui rappelle l’idéologie est combattue par certains contemporains, comme Millin de Grandmaison, le fondateur du Magasin encyclopédique116. Sacy, proche de Millin, ne s’exprime pas publiquement sur le sujet, mais ses publications indiquent qu’il ne partage nullement la conception de Volney : c’est exclusivement en caractères arabes qu’il édite les maqāmāt d’al-Ḥarīrī, y compris les commentaires117. En s’abstenant d’intervenir directement sur la langue (il ne partage pas avec Volney la ferme conviction que le progrès doit suivre des avenues régulièrement tracées), Sacy n’empiète pas sur ce qui regarde les Arabes au premier chef. Il fait cependant une différence nette entre la pure langue arabe118 et les dialectes, « ou pour mieux dire les patois »119. Volney, en revanche, entend œuvrer pour une langue médiane qui abolisse la division entre arabe écrit (littéral) et parlers vulgaires120. Dans sa vision d’unification linguistique à l’échelle du globe, il appelle de ses vœux la constitution d’une langue arabe vivante commune qui laisserait à part les synonymes et les redondances, en même temps qu’il attend une unification de l’espace linguistique européen au profit du latin et du français121. Il ne présente pas pour autant ces derniers comme supérieurs à l’arabe : l’accès des peuples orientaux à la civilisation et la diffusion de la raison doit se faire sous les formes intellectuelles et dans les langues qui leur sont propres122. Cette conception ne contrevient pourtant pas à l’idée d’une « universalité » du français qui n’est conçue au xviie et au xviiie siècle qu’à l’échelle européenne, par exemple à l’Académie française ou dans le Discours sur l’universalité de la langue française composé par Rivarol en réponse au sujet proposé par l’Académie de Berlin en 1783 (« Qu’est-ce qui a rendu la langue française universelle ? Pourquoi mérite-t-elle cette prérogative ? Est-il à présumer qu’elle la conserve ? »). Il faut attendre l’Empire pour voir s’affirmer l’idée d’une supériorité absolue de la langue française à l’échelle cette fois du monde entier, alors que le français commence à supplanter l’italien comme langue de la diplomatie méditerranéenne123.

  • 124 Sur ces manuels, voir A. Girard, « Les manuels de langue arabe en usage en France… », art. cité. L (...)
  • 125 G. Troupeau, « Réflexions sur l’histoire… », art. cité, p. 7-16.
  • 126 La grammaire composée en 1783 par Savary ne sera publiée par les soins de Langlès qu’en 1813, troi (...)
  • 127 Une copie de cette première rédaction reliée en deux volumes est conservée à la BULAC (Ms Ara 821)
  • 128 L’ouvrage est largement diffusé. Il a été réédité (2e édition corrigée, an XII [1803] ; 3e édition (...)
  • 129 C’est ce qu’il déclare lui-même dans l’introduction.
  • 130 Sur la diffusion de la grammaire générale et le rôle qu’elle joue dans les premiers moments de la (...)
  • 131 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orie (...)
  • 132 Préface à la Grammaire arabe…, ouvr. cité, p. VIII.
  • 133 La façon dont Sacy conjugue tradition historique et universalité est sans doute liée à sa culture (...)
  • 134 En donnant de l’importance à la méthode étymologique et en s’intéressant à l’établissement de dict (...)
  • 135 Ce salon est, comme la Société des observateurs de l’homme, un lieu mixte, fréquenté par Millin de (...)
  • 136 La présentation de G. Gusdorf dans Les origines de l’herméneutique oppose caricaturalement la réus (...)

35Silvestre de Sacy ne recule pas devant l’engagement qu’il a pris de composer en français une grammaire arabe pour ses élèves de l’École des langues orientales. L’article 3 de la loi de germinal porte en effet que « les professeurs composeront en français la grammaire des langues qu’ils enseigneront ». Il faut répondre à un public qui n’a pas nécessairement reçu la formation humaniste classique lui donnant accès aux grammaires et aux dictionnaires en usage, tous composés en latin124. Or, en dehors des succincts Développements des principes de la langue arabe moderne, dus à un jeune élève de Sacy, Herbin, où l’arabe littéral et l’arabe vulgaire sont souvent confondus125, il n’y a pas de grammaire arabe en langue française126. Sacy se met très vite à la tâche : il commence en novembre 1796 la dictée d’une grammaire arabe qu’il achève en août 1797 – première rédaction qui reste inédite127. Avant de donner au public cette grammaire de l’arabe, Silvestre de Sacy préfère en effet composer des Principes de grammaire générale qui, publiés en 1799, sont comme une introduction générale à l’étude des langues128. Il y a explicitement repris, après les avoir réorganisés et « dépouillés […] de toute discussion métaphysique et polémique »129, les principes de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, de la Grammaire générale de Nicolas Beauzée (1667) et de l’Histoire naturelle de la parole, ou Précis de l’origine du langage et de la grammaire universelle, extraite du Monde primitif de Court de Gébelin (1776)130. Révisé, le texte de sa grammaire arabe, prêt en 1805, est finalement publié en 1810131 – les Éléments de la grammaire turke d’Amédée Jaubert, successeur de Venture de Paradis depuis 1798, et la Grammaire de la langue arménienne de Jacques Chahan de Cirbied ne verront le jour qu’en 1823, tandis que grammaire persane de Langlès reste inachevée à sa mort. Sacy y fait explicitement référence aux Principes de grammaire générale : il faut les avoir à l’esprit pour tirer profit de cette grammaire spécifique, qui n’a de sens que comme complément. Cette corrélation suppose que la langue arabe est une langue rationnelle comme « le françois, le latin, le grec et le persan »132 pour lesquels Sacy affirme avoir appliqué avec un égal succès ces principes généraux. Il leur reste attaché jusqu’à la fin de sa vie, même après que leur ambition universaliste aura passé de mode, la méthode comparative inaugurée par Franz Bopp et par Jakob Grimm s’étant imposée. C’est que pour lui leur existence et celle d’une tradition historique ne sont pas contradictoires133. Il n’y a donc pas à s’étonner que ce membre de la Société des observateurs de l’homme134, familier du salon de Guillaume de Humboldt135 – en 1814, c’est à l’instigation de ce dernier que les troupes prussiennes d’occupation recevront l’ordre de respecter les propriétés de Sacy –, ait été le maître de l’inventeur de la grammaire comparée des langues indo-européennes. Par-delà la « rupture épistémologique » longtemps soulignée et sur laquelle repose toute une littérature, il y a des continuités entre Sacy et Bopp136.

  • 137 Sur les grammaires arabes en usage à Rome, voir A. Girard, « L’enseignement de l’arabe à Rome… », (...)
  • 138 La proximité de l’arabe et de la pure raison est une idée diffuse qui n’exclut pas la langue vulga (...)

36Pour sa grammaire arabe, Sacy a deux modèles : celui du savant hollandais Thomas Erpenius qui, au début du xviie siècle, calque son exposition sur celle des langues classiques, et celui des religieux orientaux et occidentaux qui ont condensé à Rome les grammairiens arabes137. Il manifeste à la fois un souci de restituer la logique propre de ces derniers et une volonté de comprendre le fonctionnement de la langue arabe à travers des règles universelles, « les règles générales de la métaphysique du langage ». Il ne dénigre jamais la tradition arabe. Il n’enferme pas non plus la langue arabe dans une spécificité qui la rendrait incomparable, comme tend à le faire plus tard un courant romantique. Son souci d’universalité s’accompagne d’un jugement admiratif. Il y a dans les qualités rationnelles qu’il attribue à la langue arabe comme un écho de celles qu’on reconnaît parfois à l’islam au xviiie siècle138. Elles rappellent cependant surtout les qualités généralement reconnues au français – alliance qui préfigure la politique arabe-française dont certains disciples de Sacy se feront les promoteurs en Algérie. La préface de Sacy est explicite :

  • 139 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe à l’usage des élèves…, ouvr. cité, préface, p. VII.

J’ai ramené, autant qu’il m’a été possible, le système de la langue Arabe aux règles générales de la métaphysique du langage, bien convaincu que, toutes les langues n’ayant qu’un même but, les divers procédés par lesquels elles parviennent à atteindre ce but, quelqu’éloignés qu’ils paroissent les uns des autres, peuvent néanmoins être rapprochés bien plus qu’on ne le pense communément. L’étude des langues n’appartient pas uniquement à la mémoire, le jugement peut et doit y intervenir pour beaucoup ; et plus on parvient à appliquer le raisonnement et l’intelligence à cette étude, plus on l’abrège et on la rend facile et accessible aux bons esprits. La langue Arabe sur-tout semble se prêter plus aisément que beaucoup d’autres à cette opération, dont les instrumens sont l’analyse et la synthèse ; et j’ai quelquefois été surpris en voyant combien les formes de cette langue sont dans un juste rapport avec ce qu’exigent la clarté et la précision du discours.139

  • 140 Il indique prendre pour guide les Institutiones linguae arabicae de F. Martelotto, publiées à Rome (...)
  • 141 A.-I. Silvestre de Sacy, Chrestomathie arabe, Paris, Imprimerie impériale, 1806.
  • 142 J. G. L. Kosegarten, Chrestomathia arabica, ex codicibus manuscriptis… collecta atque tum adscript (...)
  • 143 E. W. Said, L’orientalisme…, ouvr. cité, p. 148.
  • 144 Ibid., p. 152.
  • 145 F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe…, ouvr. cité, p. 322.

37Sacy préfère les grammairiens arabes à Erpenius pour leur façon d’exposer les règles de la syntaxe. Il restitue leur terminologie technique, choisissant de présenter leur démarche en regard de sa méthode140. Ce souci d’exposer les commentaires des auteurs arabes mêmes se retrouve dans sa Chrestomathie141, elle aussi à l’usage des élèves de l’École des langues orientales – largement diffusée en Europe, elle sera un modèle pour celles de Kosegarten et de Freytag142. Il y a donc chez Sacy un rapport à l’Orient plus complexe que ne veut le dire Edward Said, réducteur lorsqu’il le présente sous les traits d’un pédagogue compilateur143, et excessif lorsqu’il interprète sa chrestomathie comme la manifestation d’une politique de la fragmentation typique de l’orientalisme. Said oublie que ce genre scolaire est tout aussi répandu pour les langues anciennes « nobles » que sont le grec et le latin144 – le latin étant par ailleurs, au xviiie encore, considéré par les pédagogues comme une langue « ni vivante, ni morte »145 – et que Sacy aspire à voir éditées à terme les œuvres complètes des principaux auteurs arabes.

  • 146 M. de Certeau, D. Julia, J. Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les pato (...)
  • 147 Ibid.
  • 148 Sacy affirme avoir voulu « contribuer au progrès des lettres et à l’honneur de [sa] patrie » (2e é (...)
  • 149 L’expression s’est imposée dans l’armée d’Italie au cours de l’été 1797, alors que Bonaparte étudi (...)
  • 150 Sacy fait accorder un exemplaire de sa grammaire aux deux principaux collaborateurs de l’École, M. (...)
  • 151 E. Bocthor affirme dans une lettre du 18 décembre 1817 vouloir procurer à la France un ouvrage « p (...)
  • 152 A.-P. Caussin de Perceval, Grammaire arabe vulgaire, suivie de dialogues, lettres, actes, etc. à l (...)
  • 153 Selon le texte de la 2e édition, intitulée Grammaire arabe vulgaire pour les dialectes d’Orient et (...)
  • 154 J. Agoub au MAE, 14 mars 1830, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.
  • 155 En témoigne la leçon inaugurale prononcée par W. Marçais lors de l’ouverture du stage de 1941 du C (...)

38À leur façon, Volney et Sacy appliquent à la langue arabe le projet formulé par l’abbé Grégoire pour la France. Après la chute de la monarchie et la décapitation du souverain, il faut substituer au corps du roi « un corps de langage, affecté au rôle, mythique et opératoire, d’articuler la nation comme système propre »146 et chargé d’assumer la nécessaire symbolisation du patriotisme. De même que le rapport de l’abbé Grégoire se conclut sur la nécessité d’exécuter « une nouvelle grammaire et un vocabulaire nouveau de la langue française »147, Volney et Sacy se sentent porteurs d’une mission régénératrice vis-à-vis des langues orientales, et plus particulièrement de l’arabe. Leurs grammaires ont une ambition qui dépasse la simple utilité pratique pour les commerçants ou les érudits148. Par leur réalisation, Volney et Sacy, chacun à sa manière, entendent participer à la renaissance d’un Orient des Lumières, dans le même mouvement qui porte la France issue de la Révolution, la Grande nation149, à participer activement à l’éclosion de l’Europe nouvelle. Silvestre de Sacy donne à sa grammaire un sens politique. Il ne veille pas seulement à en assurer la diffusion auprès de ses collaborateurs, de ses élèves et de ses anciens élèves des Langues orientales150. Dès 1808, il l’offre en hommage au Corps législatif où il vient d’être élu représentant de la Seine, accompagnant son don d’un discours éloquent. Cette grammaire de la langue littéraire ancienne (la langue du Coran, de ses commentateurs, et des poètes anciens) n’enferme pas l’arabe dans un tombeau de marbre : elle trouve un développement moderne – le qualificatif est déjà en usage151 – dans celle que compose à son tour Amand-Pierre Caussin de Perceval (1795-1871) pour la chaire d’arabe vulgaire dont il est devenu titulaire après la mort prématurée d’Ellious Bocthor. La Grammaire arabe vulgaire que publie en 1824 Caussin à l’usage des élèves de l’École des langues orientales n’est pas un ouvrage autonome, mais se présente comme un complément de la grammaire de Sacy152. Sa partie syntaxique est en particulier très limitée : elle invite à se rapporter à Sacy, la syntaxe étant considérée comme étant en général la même « pour l’idiome savant et pour l’idiome usuel »153. On rappelle par ailleurs l’importance de la connaissance de la langue écrite pour l’action politique contemporaine : la voie qui mène à l’intelligence du Coran, l’étude de la langue ancienne, ne répond pas seulement à des impératifs érudits et théologiques mais aussi à des objectifs politiques. Selon Joseph Agoub, qui s’adresse au ministère des Affaires étrangères en mars 1830, « les diplomates européens ont intérêt à connaître »154 le texte sacré. La nécessité primordiale d’étudier l’islam – l’intelligence du rapport musulman au monde étant plus importante que celle des mots du langage étranger –, est un leitmotiv qu’on retrouve jusqu’à la fin de la période coloniale155, voire au-delà, et révèle peut-être une des structures fondamentales qu’Edward Said a voulu mettre en évidence.

Notes

1 Volney, édition de J. Gaulmier [1787], Paris - La Haye, Mouton, 1959, chap. xix, p. 399.

2 Citons E. W. Said : « De manière tout à fait littérale, de l’occupation est née l’expérience moderne tout entière de l’Orient telle qu’elle est interprétée de l’intérieur du discours fondé par Bonaparte en Égypte, dont les agents de domination et de dissémination comprenaient l’Institut et la Description. » (L’orientalisme…, ouvr. cité, p. 105).

3 J. T. Reinaud, Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy, lue à la séance générale de la Société asiatique le 25 juin 1838, 2e édition, Paris, Dondey-Dupré, 1838, p. 5.

4 « L’enseignement de l’arabe et du persan était resté si empirique et si anarchique à la fin du xviiie siècle qu’il mourait dans une impasse, quand Silvestre de Sacy, grand ouvrier de la nouvelle linguistique, le débloque par l’invention d’une méthode scientifique. » (R. Schwab, La renaissance orientale, Paris, Payot, 1950, p. 14).

5 Voir J.-L. Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002. C’est une époque qui aimait à citer Salluste déclarant, au début de son œuvre : « En lisant les récits des grandes actions que le peuple romain accomplit dans la paix comme dans la guerre, j’eus envie de rechercher quel ferment avait pu donner naissance à de pareils miracles. […] Et il m’apparut nettement que seule la valeur hors de pair d’une poignée de citoyens était à l’origine de tout. »

6 Elle est pourtant restée longtemps dominante dans l’historiographie. Dans son étude sur Les origines intellectuelles de l’expédition d’Égypte. L’orientalisme islamisant en France (1698-1798) (Istanbul-Paris, Isis, 1987), H. Laurens se concentre sur la genèse de la doctrine politique qui fonde l’expédition d’Égypte, sans analyser en soi le fonctionnement des études arabes. L’histoire des études orientales en Europe au xviiie siècle n’a été que récemment renouvelée. On peut citer par exemple les travaux de N. Dew (Orientalism in Louis XIV’s France, Oxford, Oxford University Press, 2009) et de A. Girard (« L’enseignement de l’arabe à Rome au xviiie siècle », Maghreb-Italie. Des passeurs médiévaux à l’orientalisme moderne, B. Grévin éd., Rome, École française de Rome, 2010, p. 209-234 ; « Les manuels d’arabe en usage en France à la fin de l’Ancien Régime », Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui. France-Maghreb, xixe - xxie siècle, S. Larzul et A. Messaoudi éd., Paris, BNF, 2013, p. 12-26).

7 Sur Silvestre de Sacy et son œuvre, voir Silvestre de Sacy (1758-1838). Le projet européen d’une science orientaliste, M. Espagne, N. Lafi et P. Rabault-Feuerhahn éd., Paris, Cerf, 2014.

8 F. Richard, « Typographie orientale », Dictionnaire encyclopédique du livre, t. II, P. Fouché, D. Péchoin et P. Schuwer éd., Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2011, p. 913-914. Depuis peu, l’histoire de la typographie arabe à Paris est beaucoup mieux connue, ce qui permet de corriger J. Balagna qui datait la découverte des caractères de Savary des lendemains de la fondation de l’École des langues orientales en 1795 (L’imprimerie arabe en Occident, xvie-xviie-xviiie siècles, Paris, Maisonneuve et Larose, 1984, p. 124).

9 R. Schwab, La renaissance orientale, ouvr. cité, p. 72.

10 Sur les jeunes de langue, voir Enfants de langue et drogmans (Dil Oğlanları ve Tercümanlar), F. Hitzel éd., catalogue de l’exposition au Palais de France, Istanbul, mai-juin 1995. L’étude la plus complète reste celle de G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues [sic] ou “arméniens” à Louis-le-Grand », Revue des études arméniennes, t. II-2, 1922, p. 189-232 et t. III, 1923, p. 9-46. Le terme générique d’« arméniens » – sans majuscule – a ici le sens de chrétiens, et concerne avant tout des Grecs et des Syriens.

11 Sur le recrutement de ces interprètes et le projet de Bignon de réunir le Collège royal à la Bibliothèque royale, voir S. Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988, p. 154-155 et 169-170 ainsi que F. Bléchet, « Les interprètes orientalistes de la Bibliothèque du roi », Istanbul et les langues orientales, F. Hitzel éd., Paris, L’Harmattan (Varia Turcica, XXXI), 1997, p. 89-102.

12 Il avait été question en 1698 de créer un collège à Alep pour parfaire la pratique des jeunes de langue en arabe. Mais le projet fut abandonné sous prétexte que le turc était beaucoup plus répandu que l’arabe dans le Levant.

13 The Koran, commonly called the Alcoran of Mohammed, translated into English… with explanatory notes, taken from the most approved commentators. To which is prefixed a preliminary discourse, Londres, J. Wilcox, 1734.

14 C.-É. Savary, préface au Coran, traduit de l’arabe, accompagné de notes et précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet tiré des écrivains orientaux les plus estimés, Paris, Knapen et fils, 1783, t. I, p. XIII. Sur le personnage, son œuvre et plus généralement les traductions du Coran au xviiie siècle, voir S. Larzul, « Savary », Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité, p. 871 et « Les premières traductions françaises du Coran (xviie-xixe siècles) », Traduire l’intraduisible, no 147 d’Archives des sciences sociales des religions, juillet-septembre 2009, p. 147-165 ainsi que Z. Elmarsafy, The Enlightenment Qu’ran. The Politics of Translation and the Construction of Islam, Oxford, Oneworld, 2009.

15 C’est la conclusion de l’étude de A. Gunny, Images of Islam in Eighteenth-century Writings, Londres, Grey Seal, 1996.

16 Volney, Œuvres, Paris, Fayard, 1998, t. III, p. 14.

17 Ibid., p. 12.

18 Cette troisième édition de 1799 a été republiée par A. Deneys-Tunney et H. Deneys dans le t. III de leur réédition des Œuvres de Volney (ouvr. cité).

19 C’est ce qu’a bien montré A. Girard dans Le christianisme oriental (xviie-xviiie siècles). Essor de l’orientalisme catholique en Europe et construction des identités confessionnelles au Proche-Orient, thèse sous la direction de B. Heyberger, EPHE, 2011, 3 vol. (voir en particulier chap. iv et viii).

20 F. Laplanche, La Bible en France. Entre mythe et critique (xvie-xixe siècle), Paris, Albin Michel (L’Évolution de l’humanité), 1994, p. 81.

21 Sur le développement des études sanskrites, voir P. Rabault-Feuerhahn, L’archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du xixe siècle, Paris, Cerf, 2008. Les conceptions sous-jacentes aux linguistes du xixe siècle ont fait l’objet des analyses de M. Olender (Les langues du Paradis : Aryens et Sémites, un couple providentiel, Paris, Gallimard-Seuil, 1989) et de G. Bergounioux (Aux origines de la linguistique française, Paris, Pocket, 1994 et « “Aryen”, “indo-européen”, “sémite” dans l’université française », Histoire, Épistémologie, Langage, vol. 18, no 1, 1996, p. 109-126).

22 N. Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2010, p. 338. Pour faire appel de la constitution Unigenitus, quatre évêques avaient alors déposé à la Sorbonne un acte notarié réclamant un concile général, en se fondant sur la déclaration des quatre articles qui avait été votée en 1682 par l’assemblée du clergé et approuvée par Louis XIV, et qui affirmait la prééminence du concile sur le pape.

23 Sur Garcin de Tassy, voir la notice de M. Gaborieau, Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité, p. 419-421.

24 Les archives de la chambre de commerce témoignent par exemple de l’usage de l’arabe dans les rapports établis au xviiie siècle avec Tripoli de Barbarie (N. Lafi, « La langue des marchands de Tripoli au xixe siècle : langue franque et langue arabe dans un port méditerranéen », Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, J. Dakhlia éd., Tunis-Paris, IRMC - Maisonneuve et Larose, 2004, p. 220). Sur la lingua franca, voir J. Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2008. Sur les interprètes en Méditerranée, voir M. Grenet, « In others’ words : foreigners, “oriental languages” and interpreters in Venice, Livorno and Marseilles, c. 1650 - c. 1830 », contribution présentée lors du Mellon Dissertation Seminar - The Early Modern Period dans le cadre du Project in the Humanities de l’université Washington de Saint-Louis, 12 décembre 2011. En ligne : [http://wustl.academia.edu/MathieuGrenet] (consulté le 15 mai 2014).

25 H. Laurens, « Histoire, anthropologie et politique au siècle des Lumières, le cas de l’orientalisme islamisant », Orientales I. Autour de l’expédition d’Égypte, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 17.

26 Les conclusions de Volney sont à l’inverse de celles de Tott : il considère que l’Égypte et la Syrie sont des contrées difficiles à conquérir et plus encore à conserver. Vergennes est conseillé par deux anciens consuls en Orient, Peyssonnel et Chénier (H. Laurens, « Le siècle des Lumières face à l’Empire ottoman : l’élaboration d’une image », Orientales I…, ouvr. cité, p. 61).

27 Les bénédictins de Saint-Germain-des-Prés avaient eu dès 1730 le projet d’établir une École des langues orientales, celui des capucins de la rue Saint-Honoré ne datant que de 1765-1768 (H. Omont, « Projet d’un collège oriental à Paris, au début du règne de Louis XIII, 1612 », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris, 1895, p. 123-127).

28 L’expression semble s’être imposée dans les années 1830. Elle apparaît pour la première fois dans le Journal des savants en 1838, à l’occasion de la publication dans la collection orientale de l’Imprimerie royale de L’histoire des Mongols de la Perse, traduction par É. Quatremère d’un extrait de l’histoire universelle de Rāšid ad-Dīn Fadl Allāh al-Hamaḏānī. On la retrouve sous la plume de Garcin de Tassy qui publie en 1848 dans le Journal asiatique une « Prosodie des langues de l’Orient musulman, spécialement de l’arabe, du persan, du turc et de l’hindustani » qui fait suite à sa « Rhétorique des nations musulmanes ».

29 Une des deux chaires de mathématiques est affectée en 1773 à l’astronomie (A. Lefranc, Histoire du Collège de France, Paris, Hachette, 1893, p. 265).

30 Ecchellensis, nommé lecteur en 1645, regagnera Rome en 1651. Il avait fait un premier séjour à Paris entre 1640 et 1641 pour y travailler à la rédaction des textes arabe et syriaque de la Bible polyglotte alors en cours d’impression (G. Troupeau, « Les deux séjours parisiens d’Abraham Ecchellensis », Orientalisme, science et controverse : Abraham Ecchellensis, 1605-1664, B. Heyberger éd.,Turnhout, Brepols, 2010, p. 53-58).

31 H. Derenbourg, Silvestre de Sacy. Une esquisse biographique, Paris, Leroux, 1895, p. 16.

32 On note par exemple, parmi les professeurs, le père G. Brotier, un jésuite latiniste qui deviendra membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1783 (H. Cordier, « Un interprète du général Brune et la fin de l’École des jeunes de langues [sic] », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. XXXVIII, 1911, 2e partie, p. 272).

33 Lettre adressée par le père J. B. Holderman au secrétaire d’État à la Marine, 1er mars 1726, citée par G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 215.

34 Selon la définition de l’Encyclopédie en 1765, citée par F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe (xvie-xxe siècle), Paris, Albin Michel, 1998, p. 101.

35 Ainsi le traitement annuel de trois cents livres qui leur est attribué pour enseigner aux jeunes de langue ne représente-t-il qu’un complément aux appointements qu’ils reçoivent par ailleurs.

36 Pour contrôler leur assiduité sans doute défaillante, on leur fait signer en 1750 un registre que le père préfet envoie chaque semestre au secrétaire d’État à la Marine. Parfois (rarement, semble-t-il), des élèves avancés servent de répétiteurs (c’est le cas en 1756-1757, selon G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 217).

37 Les enseignements des Fiennes père et fils ont été en effet favorablement appréciés par les jésuites qui se montrent ensuite plus sévères pour Pétis de la Croix vieillissant (G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité).

38 D.-D. Cardonne (1720-1783), ancien jeune de langue, enseigne l’arabe, le turc et le persan au Collège de France de 1768 à sa mort. Il publie à Paris en 1770 deux volumes de Mélanges de littérature orientale traduits de différents manuscrits turcs, arabes et persans de la Bibliothèque du roi. L’ouvrage rencontre un succès suffisant pour être imprimé l’année suivante à La Haye et réédité à Paris en 1772.

39 D. Reig, Homo orientaliste. La langue arabe en France depuis le xixe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 1988, p. 70.

40 L’admission de Silvestre de Sacy à l’Académie est consécutive à la récente création d’une nouvelle classe d’associés libres.

41 Les facteurs qui expliquent le succès exemplaire de l’université de Göttingen ont été analysés par A. Saada (« Les universités dans l’Empire au siècle des Lumières. L’exemple de Göttingen : une réussite inédite », Les universités en Europe du xiiie siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions [actes du colloque international d’Orléans, 16 et 17 octobre 2003], F. Attal, J. Garrigues, T. Kouamé, J.-P. Vittu éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 257-268).

42 On peut aussi donner l’exemple de A. Caussin qui, pour répondre à la demande d’un savant italien, collationne à partir de deux manuscrits conservés à Paris le texte d’un extrait de l’histoire universelle d’an-Nuwayrî concernant la Sicile musulmane. Après avoir constaté que le commanditaire, le chanoine de Palerme R. Gregorio, a publié en regard du texte arabe, qu’il a mal restitué, une traduction latine défectueuse, Caussin donne au public sa propre traduction française à la suite d’une édition des Voyages en Sicile, dans la Grande Grèce et au Levant du baron de Riedesel, Paris, H.-J. Jansen, an X (1802).

43 Après 1760, c’est à Göttingen, avec C. G. Heyne (1729-1812), et à Halle, où professe son élève F. A. Wolf (1759-1824), que se renouvelle la philologie classique, avec une prise en compte du contexte culturel des textes : le philologue doit aussi être archéologue (L. Brockliss, « Die Artistenfakultät: Philologie und Geschichte », Geschichte der Universität in Europa, t. II, Von der Reformation zur Französischen Revolution, 1500-1800, W. Rüegg éd., Munich, C. H. Beck, 1996, p. 459).

44 On note cependant que A. Caussin, qui n’a pas voyagé en Orient et n’a pu avoir une connaissance de la langue parlée que par l’intermédiaire d’Orientaux venus à Paris, veille à ce que son fils et futur successeur à la chaire, Amand-Pierre, fasse un long séjour en Orient. A.-P. Caussin est donc entre 1814 et 1821 élève drogman à Constantinople et Smyrne, puis à Alep, après une année passée dans un couvent de Saïda. À son retour d’Orient, il sera nommé à la chaire d’arabe vulgaire de l’École des langues orientales (1822-1871), charge qu’il cumulera à partir de 1833 avec la chaire d’arabe du Collège de France.

45 L’édition de La Haye, augmentée en 1782 par Reiske et Schultens, a été précédée par une édition clandestine parue à Maastricht en 1776 (H. Laurens, Aux sources de l’orientalisme. La Bibliothèque orientale de Barthélemi d’Herbelot, Paris, Maisonneuve et Larose, 1978, p. 20-22).

46 C’est la formule même de l’éditeur, N. T. Le Moyne dit Des Essarts, selon lequel cette édition in-8o en 6 vol. est « destinée pour toutes classes de lecteurs ». Il en a par conséquent exclu la majeure partie des notices bibliographiques et géographiques (cité par H. Laurens, Aux sources…, ibid., p. 22).

47 J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire sur M. le baron Silvestre de Sacy », lue à l’assemblée générale de la Société asiatique le 25 juin 1838, JA, 3e série, vol. 6, août 1838, p. 116.

48 P. A. Jaubert, avertissement à Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, composés par feu Venture de Paradis, Paris, Imprimerie royale, 1844.

49 Voir J. Dakhlia et B. Vincent éd., Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. I, Une intégration invisible, Paris, Albin Michel (Bibliothèque Histoire), 2011 ; J. Dakhlia et W. Kaiser éd., id., t. II, Passages et contacts en Méditerranée, 2013 ; L. Valensi, Ces étrangers familiers : musulmans en Europe, xvie-xviiie siècles, Payot & Rivages, 2012.

50 Parmi les cent soixante-dix-huit voyageurs orientaux en Europe qu’a repérés B. Heyberger pour les xviie et xviiie siècles à partir des archives de la congrégation romaine De Propaganda Fidei, cinq sont passés par Paris (« Chrétiens orientaux dans l’Europe catholique [xvii-xviiie siècles] », Hommes de l’entre-deux…, ouvr. cité, p. 64-65). Le rôle des congrégations religieuses a été certainement minoré par une historiographie de l’orientalisme majoritairement libérale, républicaine, laïque, et dont les auteurs sont souvent fonctionnaires de l’État.

51 G. Dupont-Ferrier, « Les jeunes de langues ou “arméniens”… », art. cité, p. 231.

52 C’est le cas de Fornetti en août puis de Fonton d’Alep en novembre (ibid., p. 228).

53 Ce mémoire a été rédigé, selon J. Gaulmier, entre 1791 et 1793 (« Orientalisme et humanisme », Orient, avril 1957, reproduit dans les Mélanges Gaulmier. Autour du romantisme, de Volney à J.-P. Sartre, Gap, Ophrys, 1977, p. 35).

54 H. Cordier, « Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 289-292. Le mémoire de Venture de Paradis, dont quatre rédactions sont conservées dans ses papiers déposés à la BNF, est intitulé Nécessité d’encourager en France l’étude des langues orientales – Moyen sûr et facile d’y parvenir. Avantages réels qui en résulteroient pour nos relations politiques et commerciales avec les peuples musulmans en Europe, en Afrique et en Asie. Il a été publié par H. Cordier (« Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 283-288), sans indication d’auteur, puis par J. Gaulmier qui, ignorant la précédente édition, l’a donné pour inédit (La « Zubda Kachf al-Mamâlik » de Khalîl az-Zâhirî, traduction inédite de Venture de Paradis, avec une notice sur le traducteur, Beyrouth, Institut français de Damas, 1950, p. XXV).

55 Cité par H. Cordier, « Un interprète du général Brune… », art. cité, p. 291.

56 « Drogman », Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Paris, Belin-Mandar, 1835, t. XXII, p. 93.

57 Sur L.-M. Langlès (1763-1824), qui a été l’élève de Caussin et de Ruffin au Collège de France, voir A. Rémusat, Notice sur la vie et les ouvrages de M. L.-M. Langlès, Paris, Dondey-Dupré, 1824 ; Langues’O 1795-1995. Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, textes réunis par P. Labrousse, Paris, Hervas, 1995, p. 74-76 (notice de C. Lubrano di Ciccone) et Dictionnaire des orientalistes…, ouvr. cité, p. 559 (notice de F. Hitzel).

58 Caussin, dont le père, marchand de drap à Montdidier, a été anobli en 1786 par une charge de secrétaire du roi près la chancellerie du parlement de Rouen, a vu sa carrière favorisée par un oncle maternel, F. Béjot, garde de la Bibliothèque du roi. Il obtiendra après la seconde Restauration, en 1827, l’autorisation de reprendre pour nom Caussin de Perceval.

59 Son ancien élève Langlès avec lequel il semble entretenir des relations proches, sans doute parce qu’ils partagent les mêmes origines géographiques (Caussin est né à Montdidier, Langlès dans un village des environs), semble avoir travaillé sous ses ordres comme sous-garde des manuscrits avant de se voir chargé par la loi du 25 vendémiaire an IV (17 octobre 1795) de la conservation des manuscrits orientaux.

60 Sacy avait refusé en 1795 de prêter le serment de haine à la royauté exigé des membres du nouvel Institut.

61 C’est ce que souligne J.-L. Chappey dans le chapitre qu’il consacre aux « Luttes intellectuelles à la lumière des oppositions à l’Idéologie » (La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité, p. 68 et suiv.).

62 R. Dussaud, La nouvelle Académie des inscriptions et belles-lettres (1795-1914), Paris, Geuthner, 1946-1947, t. I, chap. ii.

63 Sur Ruffin, voir H. Dehérain, La vie de Pierre Ruffin, orientaliste et diplomate (1742-1824), Paris, Geuthner, 2 vol., 1929 et 1930. Venture de Paradis cite Fonton d’Alep, Wiet et Roustan cadet comme les seuls drogmans ou consuls qui n’aient pas abandonné la carrière du fait de la Révolution (J. Gaulmier, La « Zubda Kachf al-Mamâlik »…, ouvr. cité, p. XXXIV).

64 J.-M. Venture de Paradis (1739-1799) est né de « parents inconnus » au regard de l’état civil, l’union de son père, drogman devenu consul à Saïda, et de sa mère, grecque, n’ayant été légitimée que dix ans plus tard. Sur cette autorisation préalable, à nouveau en usage sous la Restauration, voir Enfants de langue et drogmans, ouvr. cité, p. 91, notice 72.

65 J.-M. Venture de Paradis, Nécessité d’encourager en France l’étude des langues orientales, édition de J. Gaulmier, La « Zubda Kachf al-Mamâlik »…, ouvr. cité, p. XXVII.

66 Il est possible qu’on soit passé d’une certaine fluidité dans la première moitié du siècle à un enfermement des drogmans dans leur statut, interdisant toute perspective de carrière, sauf à accéder aux places exceptionnelles de secrétaire interprète du roi – ce qui est le cas de Venture fils en 1781 – et de lecteur au Collège de France. Sur les moyens d’évaluer la mobilité sociale dans la France du xviiie siècle, voir L. Croq, « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la France moderne », Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (xvie-xviiie siècles), A. Bellavitis, L. Croq et M. Martinat éd., Rennes, PUR, 2009, p. 25-48.

67 Venture considère que la chancellerie devrait être donnée à d’anciens négociants des échelles qui auraient essuyé des malheurs et ne connaîtraient pas la langue du pays – ils feraient ce travail de chancelier jusqu’à l’obtention d’une pension de retraite (J.-M. Venture de Paradis, Nécessité…, ouvr. cité, p. XXXIII).

68 Ibid., p. XXX.

69 Loc. cit.

70 Selon A. Faivre d’Arcier, la plupart des drogmans auraient réagi positivement à l’annonce de la déchéance du roi puis de la proclamation de la République (Les oubliés de la liberté. Négociants, consuls et missionnaires français au Levant pendant la Révolution, 1784-1798, Paris-Bruxelles, direction des archives du ministère des Affaires étrangères - Peter Lang, 2007, p. 121). Cependant, à Constantinople, démissionnent en mars 1793 le premier drogman, J. Fonton (1747-1832), employé à partir de 1795 par la Russie, C. Testa (1753-1827) qui, refusant d’occuper la place libérée, sert la Suède puis l’Autriche, ainsi que C. Deval (1767-1816) et M. Deval (1757-1819), le premier travaillant pour l’Espagne, le second offrant ses services au royaume des Deux-Siciles avant de redevenir second drogman au consulat de France à Alep en 1808 (M. de Testa et A. Gautier, Drogmans et diplomates européens auprès de la Porte ottomane, Istanbul, Isis, 2003, p. 140, 160 et 188).

71 Discours prononcé par Langlès pour la rentrée des cours de l’École des langues orientales, 21 brumaire an V (11 novembre 1796), cité dans (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale des langues orientales vivantes, Ernest Leroux, 1883, p. 10. L’établissement « consacré par plusieurs siècles d’une utile et brillante existence » est le Collège de France.

72 Cette esquisse historique de l’École des langues orientales s’appuie sur des travaux publiés après 1870, dans le contexte de la réforme qui est alors engagée : les Documents relatifs à la constitution et à l’histoire de l’École spéciale des langues orientales vivantes (1872) et surtout la Notice historique sur l’École spéciale… (ouvr. cité), publiée anonymement, et due à A. Carrière, secrétaire de l’École. Elle profite aussi des publications commémoratives du cent-cinquantenaire (Cent-cinquantenaire de l’École des langues orientales, Paris, Imprimerie nationale de France, 1948) et du bicentenaire (Langues’O 1795-1995…, ouvr. cité). Elle se nourrit enfin des archives de l’École (dossiers de carrière des enseignants) conservées à l’Inalco ou versées aux Archives nationales de France (série 62 AJ, à laquelle il faut ajouter les cartons 4054-4096 et 13.608-13.613 de la série F 17). Pour replacer la fondation de l’École des langues orientales dans le cadre plus général de la politique scolaire sous la Révolution française, on se référera à D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.

73 Le décret est publié par le Moniteur universel du 13 germinal an III (2 avril 1795).

74 Les cours ont commencé officiellement le 22 juin 1796 (rapport des travaux de la commission pour le centenaire de l’École, ANF, F 17, 4058, centenaire). Mais on aurait déjà donné en 1794 des cours de langues orientales à la Bibliothèque nationale dont Langlès était le sous-garde, comme l’indique l’Almanach national de France de l’an III : tartare et malais par Langlès ; arabe et persan par Silvestre de Sacy, turc par C. (Cirbied ?) (p. 456). L’Almanach royal de l’année 1792 cite parmi les curiosités de Paris « plusieurs cours des langues angloise et italienne » (p. 96), mais n’indique pas de cours de langues orientales.

75 Cet extrait du discours est reproduit dans (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 10.

76 Voir l’article 3 du décret de fondation.

77 (A. Carrière), Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité, p. 11. La référence aux écoles centrales est intéressante : l’École des langues orientales vient en complément de ces écoles secondaires modernes instituées dans les chefs-lieux des départements et qui ne font pas de place aux langues orientales, ce que Langlès regrette implicitement, comme plus tard le baron Guerrier de Dumast, auteur d’un Orientalisme rendu classique dans les limites de l’utile et du possible (1853).

78 Note de Langlès au ministre de l’Intérieur, Paris, 24 novembre 1817 (ANF, F 17, 4061).

79 Cette localisation est liée au statut de Langlès, qui, garde des manuscrits, et entend en faire usage pour améliorer l’enseignement. Lakanal a explicitement fait la relation entre la faiblesse de la formation au Collège de France et sa localisation inadéquate, loin de la Bibliothèque royale : « Les manuscrits et les imprimés en langues orientales, d’une rareté et d’une cherté excessive, manquaient également aux professeurs et aux élèves ; les uns et les autres étaient privés des secours nécessaires au succès de leurs travaux. » (Rapport sur les langues orientales, commerciales et diplomatiques, cité par D. Bourel, « La tradition savante aux Langues orientales », L’institution de la raison, F. Azouvi éd., Paris, Vrin - Éditions de l’EHESS, 1992, p. 158). L’afflux de manuscrits venus du Vatican, de Saint-Marc de Venise, de Bologne, de Milan, de Munich, occupés par les troupes françaises, a stimulé les études arabes, renforcé la prééminence parisienne, mais aussi accentué la dimension savante de l’École des langues orientales.

80 Ce traitement a été fixé à 3 000 francs par la loi du 7 ventôse an III (28 février 1795) qui prévoit aussi l’examen, l’élection et la surveillance des professeurs par un jury central d’instruction, renouvelé par tiers tous les six mois, et composé de trois membres nommés par le comité d’instruction publique.

81 L’École des langues orientales se démarque en cela de sa cadette, l’École des chartes, fille de la Restauration (elle est fondée en 1821), réservée aux bacheliers ès lettres qui ont passé avec succès les épreuves d’un concours d’admission et répondent à un critère d’âge (entre dix-huit et vingt-cinq ans).

82 Il a le titre de professeur de langues orientales, avec pour assistant A.-A. Chayolle, en plus de deux instituteurs pour les belles-lettres (arrêté du 16 nivôse an V).

83 M. Degros, « Les jeunes de langues [sic] sous la Révolution et l’Empire », Revue d’histoire diplomatique, 1984, p. 83 et suiv.

84 Les deux fils Lauxerrois, qui doivent leur inscription comme jeunes de langue à la protection de Talleyrand – leur père a été son huissier –, présentent deux cas de figure opposés. L’aîné, Joseph Just, jeune de langue à partir de 1806, fait une carrière de drogman qui le mène à Alger, où il participe à l’expédition de 1830, et à Constantinople. Le cadet, Honoré, en revanche, rompt rapidement avec les études orientales. En 1814, alors qu’il a douze ans, son père, qui s’est rangé sans complexe dans le camp de la monarchie restaurée, lui a obtenu une place à Louis-le-Grand. Après six années au lycée comme jeune de langue, il est autorisé en 1820 à suivre des études de mathématiques, coupant court au séjour à Constantinople (ibid., p. 93 et suiv.).

85 H. Dehérain, « Les jeunes de langue à Constantinople sous le Premier Empire », Revue de l’histoire des colonies françaises, vol. 21, 1928, p. 406-407.

86 A.-I. Silvestre de Sacy, préface à l’Alfiyya ou la quintessence de la grammaire arabe, ouvrage de Djémal-Eddin Mohammed connu sous le nom d’Ebn Malec, publié en original, avec un commentaire par le baron Silvestre de Sacy, Paris, Imprimerie royale (for the Oriental translation fund of Great Britain), 1833, p. VII-VIII.

87 C. Décobert force le trait quand il oppose la situation de la France à celle de l’Europe protestante du Nord, où les études orientales se seraient démarquées des études bibliques bien plus tôt (« L’orientalisme, des Lumières à la Révolution, selon Silvestre de Sacy », REMMM, no 52-53, Les Arabes, les Turcs et la Révolution française, 1989, p. 49-62). Voir sur ce point S. Mangold, Eine «weltbürgerliche Wissenschaft», ouvr. cité, p. 39-42.

88 D. Bourel, « La tradition savante… », art. cité, p. 161. Il reprend là implicitement la filiation entre Sacy et Renan que E. W. Said avait affirmée (sinon établie) dans L’orientalisme… : « La différence entre Silvestre de Sacy et Renan est celle qui existe entre l’inauguration et la continuité. » (ouvr. cité, p. 154).

89 On pourrait analyser phénoménologiquement l’œuvre de Silvestre de Sacy sur le modèle de ce qu’a tenté J. Waardenburg pour cinq savants du xxe siècle, en mettant en rapport leurs conceptions religieuses et leur approche de l’islam (L’Islam dans le miroir de l’Occident : comment quelques orientalistes occidentaux se sont penchés sur l’Islam et se sont formés une image de cette religion : I. Goldziher, C. Snouck Hurgronje, C. H. Becker, D. B. MacDonald, L. Massignon, La Haye, Mouton, 1961, 3e édition révisée en 1969).

90 Cette traduction, régulièrement rééditée (1784, 1787, 1826-1828), est à nouveau largement diffusée au xxe siècle après être entrée en 1913 dans la collection des Classiques Garnier (on la réédite encore en 1958).

91 M. Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1998, chap. vi.

92 On retrouvera ce souci de neutralité religieuse chez le maître de pension Demoyencourt vis-à-vis des élèves algériens, souvent otages, qui sont placés dans son institution à partir de 1842 (voir annexe 19 en ligne).

93 Aujourd’hui encore, les religieux et anciens religieux, les chrétiens engagés, libéraux ou traditionalistes, restent relativement nombreux dans le monde des études arabes.

94 Des chrétiens d’Orient occupent alors la plupart des places à Paris : le copte E. Bocthor, les catholiques grecs M. Sabbagh, R. de Monachis et G. Taouil, ces deux derniers étant prêtres. Les Maghrébins ne sont pas représentés dans le personnel de l’École des langues orientales et de la Bibliothèque nationale, à l’exception de M. Nagiar/Naggiar (an-Naǧǧār) dont la collaboration ne sera pas pérennisée, Sacy jugeant ses prétentions financières excessives.

95 C. Langlois, « Les congrégations françaises en Terre sainte au xixe siècle », De Bonaparte à Balfour. La France, l’Europe occidentale et la Palestine, 1799-1917, D. Trimbur et R. Aaronsohn éd., Paris, CNRS Éditions, 2001.

96 Les liturgies des chrétiens d’Orient ont été massivement traduites en arabe, langue dans laquelle elles sont au xviiie siècle souvent célébrées, bien que les anciennes langues liturgiques (syriaque, grec, copte…) aient conservé leur statut de langues sacrées (voir A. Girard, Le christianisme oriental (xviie-xviiie siècles)…, ouvr. cité, chap. xiii).

97 Explicitement opposé aux ultras (en témoigne son essai politique Où allons-nous et que voulons-nous ? ou La vérité à tous les partis, publié en novembre 1827), Sacy soutient le gouvernement de Louis-Philippe après la révolution de 1830, une fois rassuré sur sa capacité à maintenir l’ordre. Il n’est donc pas légitimiste, contrairement à ce qu’a écrit R. Schwab (La renaissance orientale, ouvr. cité, p. 317), repris par M. Rodinson (La fascination de l’islam, ouvr. cité, p. 78), C. Décobert (« L’orientalisme… », art. cité, p. 51) et D. Reig (Homo orientaliste…, ouvr. cité, p. 119). En cela, il se démarque nettement d’Étienne Quatremère.

98 J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire… », art. cité, p. 131.

99 Le tableau des chrétiens d’Orient par Volney était sombre, comme plus tard dans les années 1810 et 1820 les écrits en faveur de la reprise des missions catholiques en Orient, qui « insistent sur l’abandon des Églises catholiques orientales laissées aux mains d’un clergé jugé incapable » (C. Donzel-Verdeil, La mission jésuite du Mont-Liban et de Syrie, 1830-1864, Paris, Les Indes savantes, 2011, p. 44). Mais, du fait de leur collaboration avec l’armée de l’expédition d’Égypte, les réfugiés égyptiens ont reçu l’appui des bonapartistes et des libéraux, tandis que les milieux catholiques y voyaient des coreligionnaires à qui il fallait prêter assistance, le courant gallican appréciant à la fois leur attachement à la France et leur catholicisme. À Marseille, l’église de la rue Montaud est ouverte à des offices selon le rite grec catholique dès 1821, quand les Grecs orthodoxes de la ville n’obtiennent de pouvoir célébrer publiquement leur culte que quinze ans plus tard (É. Saman, « L’église Saint-Nicolas de Myre de Marseille et les collaborateurs orientaux de Bonaparte », Marseille, revue municipale trimestrielle, n124, 1er trimestre 1981, p. 50-59 ; M. Grenet, « Culte orthodoxe et stratégies communautaires. Le cas des Grecs de Marseille (v. 1790 - v. 1840) », Ville et religion en Europe du xvie au xxe siècle : la cité réenchantée, B. Dumons et B. Hours éd., Grenoble, PUG, 2010, p. 181-198).

100 Selon R. Blachère, « Sûrs de leurs règles, bien assis dans leur conformisme, respectueux de leurs modèles et des traditions, merveilleusement habiles à manier leurs instruments, les poètes et prosateurs d’expression arabe, depuis le iii/ixe siècle et jusqu’à l’aube du Réveil ou Nahḍa, au milieu du xiii/xixe siècle, ont réalisé des œuvres conçues selon l’esprit d’un classicisme subconscient et, en dernière analyse, jamais systématisé. » (« Le classicisme dans la littérature arabe », Classicisme et déclin culturel dans l’histoire de l’Islam, R. Brunschvig et G. E. von Grunebaum éd. [actes du Symposium international d’histoire de la civilisation musulmane, Bordeaux, 25-29 juin 1956], Paris, Besson-Chantemerle, 1957 p. 284).

101 B. Johansen fait le même constat à propos de Fleischer, élève fidèle de Sacy, qui, contrairement à la représentation type du philologue orientaliste, ne se désintéresse nullement de la langue parlée (« Islamic studies. The intellectual and political conditions of a discipline », Penser l’Orient. Traditions et actualité des orientalismes français et allemand, Y. Courbage et M. Kopp éd., Beyrouth, IFPO - Orient-Institut, 2004, p. 73). On peut cependant rappeler que les renseignements de type ethnographique que Sacy demande à J. Raymond sur les Sabéens sont pour lui le moyen de mieux comprendre un passé ancien, et non une situation présente (M. Espagne et P. Rabault-Feuerhahn, « Le réseau stambouliote de Silvestre de Sacy », L’orientalisme, les orientalistes et l’Empire ottoman de la fin du xviiie à la fin du xxe siècle, S. Basch, N. Seni, P. Chuvin, M. Espagne et J. Leclant éd., Paris, AIBL, 2011, p. 57).

102 On ne peut donc affirmer comme l’a fait H. Laurens que Sacy s’est tenu « à l’écart du champ politique » (« L’orientalisme français : un parcours historique », Orientales III. Parcours et situations, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 61).

103 ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.

104 Il le déplore dans une lettre conservée à l’Institut, citée par H. Derenbourg, Silvestre de Sacy, ouvr. cité, p. 22.

105 Silvestre de Sacy au consul de France au Maroc, an VII (1798-1799), cité par H. Dehérain, « Une enquête de Silvestre de Sacy sur la langue du Maroc en l’an VII », Revue d’histoire des colonies françaises, 1914-2, p. 231-238. Il faut donc nuancer le jugement de R. Irwin lorsqu’il présente Sacy comme un savant n’éprouvant aucun intérêt pour les langues vivantes parlées de l’Orient (For Lust of Knowing [2006], Londres, Penguin Books, 2007, p. 141).

106 Le consul ayant dû se replier aux Canaries à la suite d’une épidémie de peste, la requête reste sans suite.

107 J. Gaulmier, « Orientalisme et humanisme », art. cité, p. 51. Ce schéma opposant l’érudit catholique Sacy et l’entreprenant idéologue Volney a été repris de façon séduisante mais contestable par C. Décobert (« L’orientalisme… », art. cité).

108 A.-I. Silvestre de Sacy, Principes de grammaire générale, mis à la portée des enfants, et propres à servir d’introduction à l’étude de toutes les langues, Paris, J.-J. Fuchs, an VII (1799).

109 Ce jugement a été repris par G. Troupeau (« Réflexions sur l’histoire des chaires d’arabe de l’École des langues orientales », Langues’O. Bulletin de l’Association des anciens élèves, novembre 1994, p. 7-16).

110 L. F. Maury, L’ancienne Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, Didier, 1864, p. 402.

111 J.-L. Chappey a restitué la complexité de cette société abusivement assimilée au groupe des idéologues (La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité). Il démontre que Volney n’a jamais appartenu à la Société, non plus que Destutt de Tracy ou Cabanis, contrairement aux indications de J. Copans et J. Jamin dans leur présentation des Mémoires de la Société des observateurs de l’homme (Aux origines de l’anthropologie française, Paris, Le Sycomore, 1978).

112 A. Belin, dont J.-J. Marcel assure la formation et l’avenir comme un père adoptif, jouera plus tard un rôle important dans la promotion des communautés chrétiennes à Istanbul.

113 Tableau du personnel de la Société des observateurs (J.-L. Chappey, La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité, p. 485).

114 R. Taveneaux, « L’abbé Grégoire et la démocratie cléricale », Jansénisme et réforme catholique, Nancy, PUN, 1992, p. 137-157 ; R. Hermon-Belot, L’abbé Grégoire, la politique et la vérité, Paris, Seuil, 2000.

115 C.-F. Volney, Simplification des langues orientales (1794-1795). L’ouvrage est destiné aux voyageurs et négociants. Présenté au Comité de salut public, il a été tiré aux frais de la République à 1 500 exemplaires. La revue Corpus en a publié le discours préliminaire (no 11-12, 1989, p. 165-172).

116 J.-L. Chappey (La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité, p. 356) cite Millin de Grandmaison pour lequel la langue « hiéroglyphique » des Chinois ne doit pas être considérée comme la marque d’une civilisation inférieure (Magasin encyclopédique, an X [1802], vol. 42, p. 457).

117 Sacy précise n’avoir point « voulu employer dans cette édition aucune signature autre que celles qui sont en caractères arabes », ce qui l’oblige à joindre « un tableau qui servira à guider les relieurs dans la disposition des cahiers et des feuilles, et à prévenir les transpositions » (Avis de l’éditeur).

118 Je n’ai pas retrouvé l’expression sous sa plume, mais elle est présente dans les premiers numéros du Journal asiatique à propos de l’arabe des Bédouins du désert et de la poésie ancienne. Fleischer y évoque ainsi « la pureté de la langue ancienne » dans les « Remarques critiques » qu’il publie à propos de l’édition des Mille et une nuits de Habicht (JA, 1re série, vol. 11, octobre 1827, p. 218).

119 Silvestre de Sacy au consul de France au Maroc, an VII (1798-1799), cité par H. Dehérain, « Une enquête de Silvestre de Sacy… », art. cité, p. 231-238.

120 Non sans un certain anachronisme, J. Gaulmier voit en Volney un précurseur de l’arabe standard. Il rend ainsi hommage à la clairvoyance de l’homme des Lumières : Gaulmier, qui éprouve de la sympathie pour le mouvement panarabiste des années 1950, considère en effet qu’il faut donner la priorité à l’enseignement de cette langue médiane afin de lutter contre la diglossie que favoriserait un enseignement des parlers dialectaux (« Orientalisme et humanisme », art. cité, p. 51).

121 D. Brahimi, « Volney et la langue arabe », Orient et lumières (actes du colloque de Lattaquié), Recherches et travaux, no 5, hors série, université Grenoble 3, 1987, p. 19.

122 Selon D. Brahimi, Volney resterait ici proche de Montesquieu. Plus tard, dans Les ruines (1791), Volney se fait le prophète d’un système de civilisation universelle (H. Laurens, « Histoire, anthropologie et politique au siècle des Lumières, le cas de l’orientalisme islamisant », Orientales I…, ouvr. cité, p. 25-28).

123 F. Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. VIII, Le français hors de France au xviiie siècle ; IIe partie : « L’universalité en Europe », Paris, Colin, 1935, p. 769-1033 ; C. Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002, p. 413.

124 Sur ces manuels, voir A. Girard, « Les manuels de langue arabe en usage en France… », art. cité. Les principaux sont la grammaire de T. van Erpe, dit Erpenius, Grammatica arabica quinque libris methodice explicata, Leyde, 1613, reprise en 1628 comme Rudimenta linguae arabicae ; le Lexicon arabico-latinum de J. Golius, Leyde, 1653 ; les synthèses grammaticales et lexicographiques de F. A. Mesgnien dit Meninski (Linguarum orientalium, turcicae, arabicae, persicae institutiones, Vienne, 1680, et Lexicon arabico-persico-turcicum en 4 vol., édité un siècle plus tard par B. von Jenisch, Vienne, 1780).

125 G. Troupeau, « Réflexions sur l’histoire… », art. cité, p. 7-16.

126 La grammaire composée en 1783 par Savary ne sera publiée par les soins de Langlès qu’en 1813, trois ans après celle de Sacy. Ouvrage pratique sans prétention scientifique, elle se fonde sur le parler de l’Égypte.

127 Une copie de cette première rédaction reliée en deux volumes est conservée à la BULAC (Ms Ara 821).

128 L’ouvrage est largement diffusé. Il a été réédité (2e édition corrigée, an XII [1803] ; 3e édition, 1815 ; 5e édition, 1824) et traduit (la 1re édition en danois, la 2e en allemand, la 3e en anglais aux États-Unis). C’est un ouvrage encore en usage sous la monarchie de Juillet dans certaines écoles primaires (J. T. Reinaud, « Notice historique et littéraire… », art. cité, p. 137).

129 C’est ce qu’il déclare lui-même dans l’introduction.

130 Sur la diffusion de la grammaire générale et le rôle qu’elle joue dans les premiers moments de la grammaire scolaire, on verra A. Chervel, Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Payot, 1977, p. 69 et suiv. Pour le cas de Sacy, voir J. Goes, « La “grammaire générale” et l’enseignement des langues : la Grammaire arabe de Silvestre de Sacy », The History of Linguistic and Grammatical Praxis, P. Desmet, L. Jooken, P. Schmitter et P. Swiggers éd., Louvain-Paris, Peeters, 2000, p. 209-222 et A. Rousseau, « Silvestre de Sacy (1758-1838) : l’infléchissement de la “grammaire générale” vers la “linguistique générale” », Les prolongements de la « Grammaire générale » en France au xixe siècle, J. Bourquin éd., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2005, p. 43-60.

131 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orientales ; avec figures, Paris, Imprimerie impériale, 2 vol., 1810. Selon A. Carrière (Notice historique sur l’École spéciale…, ouvr. cité), le texte était déjà arrêté et livré à l’impression en 1805. On peut difficilement lier ce retard à la publication des Développements des principes de la langue arabe moderne d’Herbin en 1803, les deux ouvrages étant sans commune mesure.

132 Préface à la Grammaire arabe…, ouvr. cité, p. VIII.

133 La façon dont Sacy conjugue tradition historique et universalité est sans doute liée à sa culture catholique. On retrouve une expression tardive du souci d’établir une grammaire universelle chez l’arabisant belge Burggraff, dont les Principes de grammaire générale ou Exposition universelle des éléments du langage (1863) redonnent vie aux idées de Sacy, alors que la prétention universaliste a été abandonnée par la plupart des savants.

134 En donnant de l’importance à la méthode étymologique et en s’intéressant à l’établissement de dictionnaires comparés, les Observateurs de l’homme auraient préparé le comparatisme historique des langues.

135 Ce salon est, comme la Société des observateurs de l’homme, un lieu mixte, fréquenté par Millin de Grandmaison, par le janséniste d’Ansse de Villoison, proche de Sacy, et par Gérando (J.-L. Chappey, La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité, p. 182). Humboldt, qui tient de façon détaillée son journal lors de son séjour à Paris (1797-1801), fréquente par ailleurs le salon de Mme Helvétius, où il rencontre les idéologues (Cabanis, Volney, Destutt de Tracy…). Il travaille alors à l’histoire comparée des langues, dans une perspective philosophique (H. Aarslef, « Guillaume de Humboldt et la pensée linguistique des Idéologues », La grammaire générale, des modistes aux idéologues, A. Joly et J. Stéfanini éd., Lille, Publications de l’université de Lille III, 1977, p. 217-241).

136 La présentation de G. Gusdorf dans Les origines de l’herméneutique oppose caricaturalement la réussite berlinoise à la déchéance française (Paris, Payot, 1988, p. 171 et suiv.). La thèse de la rupture a été défendue par W. Oesterreicher (« Ère française et Deutsche Bewegung. Les Idéologues, l’historicité du langage et la naissance de la linguistique », Les Idéologues. Sémiotique, théories et politiques linguistiques pendant la Révolution française, W. Busse, J. Trabant éd., Amsterdam-Philadelphie, J. Benjamins, 1986, p. 97-143). C. Décobert fonde son argumentation sur ce présupposé (« L’orientalisme… », art. cité). Or, J.-L. Chappey a démontré qu’elle devait être révisée (La Société des observateurs de l’homme…, ouvr. cité, p. 356-357).

137 Sur les grammaires arabes en usage à Rome, voir A. Girard, « L’enseignement de l’arabe à Rome… », art.cité, p. 225 et suiv. L’importance des liens de Sacy avec l’Italie a été soulignée par N. Lafi (« Silvestre de Sacy et l’orientalisme italien : un autre rapport à la culture arabe », Silvestre de Sacy (1758-1838)…, ouvr. cité).

138 La proximité de l’arabe et de la pure raison est une idée diffuse qui n’exclut pas la langue vulgaire. Les conseils que J.-F. Ruphy donne aux apprentis arabisants en témoignent : « Un moyen presque sûr d’être toujours intelligible, c’est de réduire [les] idées à la plus simple expression possible, de les dégager de toutes les idées accessoires ou parasites dont les François accompagnent leurs discours. Par exemple, si l’on vouloit traduire en arabe cette phrase, “J’ai eu le plaisir de voir madame votre mère qui m’a fait l’honneur de m’inviter à dîner”, il faudroit dire tout simplement, anā šuft ummak wa hiyya ‘azamatnī bāš itġaddī, “j’ai vu ta mère, elle m’a invité à dîner” » – le texte est donné en caractères arabes, Ruphy jugeant que vouloir écrire de l’arabe avec des caractères français, « c’est changer inutilement la physionomie de cette langue » (discours préliminaire à son Dictionnaire abrégé françois-arabe à l’usage de ceux qui se destinent au commerce du Levant, Paris, Imprimerie de la République, an X [1802], p. XIV et VII).

139 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe à l’usage des élèves…, ouvr. cité, préface, p. VII.

140 Il indique prendre pour guide les Institutiones linguae arabicae de F. Martelotto, publiées à Rome en 1620, en le comparant entre autres avec les commentaires de T. Obicin sur la Djaroumia (al-Aǧurrūmiyya). Sur l’importance des ouvrages de Martelloto et de Guadagnoli pour Sacy, voir A. Girard, « Des manuels de langue entre mission et érudition orientaliste au xviie siècle : les grammaires de l’arabe des caracciolini », L’Ordine dei Chierici Regolari Minori (Caracciolini): religione e cultura in età postridentina, I. Fosi et G. Pizzorusso éd., numéro monographique des Studi medievali e moderni, 14-1, 2010, p. 279-296.

141 A.-I. Silvestre de Sacy, Chrestomathie arabe, Paris, Imprimerie impériale, 1806.

142 J. G. L. Kosegarten, Chrestomathia arabica, ex codicibus manuscriptis… collecta atque tum adscriptis vocalibus tum additis lexico et adnotationibus explanata, Leipzig, F. C. G. Vogel, 1828, XXIV-552 p. ; G. W. F. Freytag, Chrestomathia arabica grammatica, historica, in usum scholarum arabicarum ex codicibus ineditis, Bonn, F. Baaden, 1834, VI-182 p.

143 E. W. Said, L’orientalisme…, ouvr. cité, p. 148.

144 Ibid., p. 152.

145 F. Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe…, ouvr. cité, p. 322.

146 M. de Certeau, D. Julia, J. Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 164.

147 Ibid.

148 Sacy affirme avoir voulu « contribuer au progrès des lettres et à l’honneur de [sa] patrie » (2e édition corrigée et augmentée de la Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orientales vivantes, Paris, Imprimerie royale, 1831, t. I, p. IV).

149 L’expression s’est imposée dans l’armée d’Italie au cours de l’été 1797, alors que Bonaparte étudie déjà le projet d’expédition d’Égypte (H. Laurens, « Bonaparte, l’Orient et la Grande nation », Orientales I…, ouvr. cité, p. 91).

150 Sacy fait accorder un exemplaire de sa grammaire aux deux principaux collaborateurs de l’École, M. Sabbagh, attaché à la Bibliothèque impériale comme copiste depuis 1807, et A. Jourdain, secrétaire adjoint de l’École en 1812. Il élargit ce don à plusieurs de ses anciens élèves (le chevalier Jaubert, Chézy, J.-J. E. Sédillot, É. Quatremère, alors professeur de littérature grecque à l’académie de Rouen) ainsi qu’à dom Raphaël, professeur d’arabe vulgaire et qu’à ses élèves les plus assidus et méritants (Grangeret de Lagrange, Duval-Destains, Demenge, Kosegarten, Charmois, Bopp, Albrand, Beaufils) (3e division des sciences et beaux arts à Langlès, administrateur de l’ESLO, 13 décembre 1813, ANF, F 17, 4059, bibliothèque, prêts et concessions d’ouvrages, 1813-1894).

151 E. Bocthor affirme dans une lettre du 18 décembre 1817 vouloir procurer à la France un ouvrage « pour ses relations politiques et commerciales avec l’Orient, un véritable dictionnaire franco-arabe moderne » (cité par A. Louca, « Ellious Bocthor. Sa vie. Son œuvre », Cahiers d’histoire égyptienne, série V, fasc. 5-6, décembre 1953, p. 311).

152 A.-P. Caussin de Perceval, Grammaire arabe vulgaire, suivie de dialogues, lettres, actes, etc. à l’usage des élèves de l’École royale et spéciale des langues orientales vivantes, Paris, Dondey-Dupré, 1824.

153 Selon le texte de la 2e édition, intitulée Grammaire arabe vulgaire pour les dialectes d’Orient et de Barbarie, Paris, Dondey-Dupré, 1833, paragr. 344.

154 J. Agoub au MAE, 14 mars 1830, ADiplo, personnel, 1re série, J. Agoub.

155 En témoigne la leçon inaugurale prononcée par W. Marçais lors de l’ouverture du stage de 1941 du CHEAM à Alger, « Pérenne Islam. Principes de connaissance et d’action » (L’Afrique et l’Asie, 1957, no 30, p. 3-13, repris dans Articles et conférences, Paris, Adrien Maisonneuve, 1961).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search