Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

I. Tradition érudite et premiers projets coloniaux (1780-1840)

Introduction

Texte intégral

1Pour mieux mesurer l’impact de l’expédition d’Alger et de l’implantation coloniale en Afrique du Nord sur la connaissance et les cadres de perception de la langue arabe, il est utile de donner un aperçu de la situation des études arabes en France avant 1830. Cela nous amène à revenir à la période immédiatement antérieure à la Révolution française, avant que l’École des langues orientales ait vu le jour (1795-1796) et que l’expédition d’Égypte ait été décidée (1798). À Paris, la langue arabe est en effet enseignée depuis le xvie siècle au Collège royal parmi les langues anciennes dont la connaissance semble nécessaire pour une meilleure compréhension des textes sacrés et de l’histoire antique. Elle fait aussi partie intégrante du programme scolaire que doivent suivre les jeunes de langue, descendants de familles consulaires françaises établies dans les échelles du Levant dont l’État prend en charge la formation au collège Louis-le-Grand en vue d’en faire de futurs drogmans. Le premier chapitre, « L’arabe à la veille de l’expédition d’Égypte : langue sacrée et langue commerciale », dressera donc une cartographie sommaire de la connaissance et des usages de l’arabe avant 1789, avant de présenter les effets de la Révolution française et la fondation de l’École des langues orientales, et de s’arrêter sur une figure tutélaire des études arabes, Silvestre de Sacy, en analysant ses conceptions de la langue arabe. Le deuxième chapitre, « De l’expédition d’Égypte à la conquête d’Alger : le développement d’un milieu orientaliste-oriental », rappellera l’importance de Paris comme capitale des études arabes sous l’Empire et la Restauration ainsi que la place occupée par les savants égyptiens, pour la plupart des chrétiens d’Orient ayant quitté l’Égypte en même temps que les troupes françaises en 1801. Ces réfugiés égyptiens, malgré le bonapartisme et le libéralisme qui les caractérisent le plus souvent, parviennent à conserver une place relativement importante dans le monde des orientalistes sous la Restauration, alors qu’est fondée en 1822 la Société asiatique. Le succès de la mission égyptienne de 1826, qui permet de renforcer les liens entre Le Caire et Paris, en est un témoignage. Le troisième chapitre, « Un mouvement d’intérêt pour les sciences et la littérature arabe », permet de rappeler l’ampleur de l’engouement pour la culture arabe qui caractérise la France de la fin des années 1820, ou du moins le monde de ses élites intellectuelles et artistiques parisiennes. Contrairement à l’Angleterre ou à l’Allemagne, où le sanskrit et les cultures de l’Inde ont exercé le plus grand attrait et donné leur tonalité à la Renaissance orientale, c’est sous la couleur de la littérature arabe que cette dernière se déploie en France, avant un retour en faveur de l’Antiquité grecque au début des années 1840.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search