Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

Transcriptions, liste des abréviations et glossaire

Texte intégral

Transcriptions

1Pour les mots arabes, nous avons adopté le système de transcription en usage dans la revue Arabica, tout en conservant les graphies habituelles en français (Abd el-Kader, Ibn Khaldoun…).

2À côté des voyelles longues (ā, ī, ū), les consonnes sont donc transcrites ainsi :

ʼ
ت t
ج ǧ
د d
ذ
ر r
ز z
س s
ش š
ص
ض
ط
ظ
ع
غ ġ
ف f
ق q
ك k
ل l
م m
ن n
ه h
و w
ي y

Liste des abréviations

3ADéf : Archives de la Défense, Service historique de la Défense, Vincennes

4ADiplo : Archives diplomatiques, La Courneuve

5ADiploNantes : Centre des archives diplomatiques de Nantes

6AEMAN : Association des étudiants musulmans d’Afrique du Nord

7AFDA : Association française des arabisants

8Afemam : Association française pour l’étude du monde arabe et musulman

9AI : Affaires indigènes

10AIBL : Académie des inscriptions et belles-lettres

11AIU : Alliance israélite universelle

12AML : Amis du Manifeste et de la liberté

13ANF : Archives nationales de France

14Annales HSS : Annales. Histoire Sciences sociales

15ANOM : Archives nationales d’outre-mer

16ANT : Archives nationales de Tunisie

17AOF : Afrique-Occidentale française

18Apréfetpolice : archives de la préfecture de Police

19BA : Bureau arabe

20BArsenal : bibliothèque de l’Arsenal

21BEA : Bulletin des études arabes

22BEO : Bulletin des études orientales

23BIFAO : Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire)

24Binstitut : bibliothèque de l’Institut de France

25BIULO : Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales

26BMMontpellier : Bibliothèque municipale de Montpellier

27BNF : Bibliothèque nationale de France

28BULAC : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations

29CAPES : certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré

30CHEAM : Centre des hautes études d’administration musulmane

31CHEVS : Centre d’histoire de l’Europe au vingtième siècle

32CIAM : Commission interministérielle des affaires musulmanes

33Cmdt : commandant

34CNRS : Centre national de la recherche scientifique

35CR : compte rendu

36CRBC : Centre de recherches bretonnes et celtiques

37CRDP : Centre régional de documentation pédagogique

38CTHS : Comité des travaux historiques et scientifiques

39DBF : Dictionnaire de biographie française (Paris, Letouzey et Ané, 1932-)

40DES : diplôme d’études supérieures

41DMG : Deutsche Morgenländische Gesellschaft

42EHESS : École des hautes études en sciences sociales

43EI2 : Encyclopédie de l’Islam, 2e édition

44EM : état-major

45EN : école normale

46ENLOV : École nationale des langues orientales vivantes

47EPHE : École pratique des hautes études

48EPS : école primaire supérieure

49ES : enseignement secondaire

50ESLADB : École supérieure de langue arabe et de dialectes berbères (Rabat)

51ESLLA : École supérieure de langue et de littérature arabes (Tunis)

52ESLO : École spéciale des langues orientales

53FNRS : Fonds national de la recherche scientifique

54FNSP : Fondation nationale des sciences politiques

55GGA : gouvernement général d’Algérie

56IBLA : Institut des belles-lettres arabes (Tunis)

57IESI : Institut d’études supérieures islamiques (Alger)

58IFAO : Institut français d’archéologie orientale

59IFD : Institut français de Damas

60IFEAD : Institut français d’études arabes de Damas

61IFPO : Institut français du Proche-Orient

62IHEM : Institut des hautes études marocaines

63IHET : Institut des hautes études tunisiennes

64IISMM : Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman

65IMA : Institut du monde arabe (Paris)

66Imec : Institut Mémoires de l’édition contemporaine

67Inalco : Institut national des langues et civilisations orientales

68INRP : Institut national de recherche pédagogique

69IREMAM : Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-en-Provence)

70IRMC : Institut de recherche sur le Maghreb contemporain

71ISHMN : Institut supérieur d’histoire du mouvement national (Tunis)

72JA : Journal asiatique

73JORF : Journal officiel de la République française

74LAHASC : Laboratoire d’histoire et d’anthropologie sociale et culturelle

75LH : Légion d’honneur

76MAE : ministère des Affaires étrangères

77MIP : ministère de l’Instruction publique

78MSH : Maison des sciences de l’homme (Paris)

79NJA : Nouveau Journal asiatique (2e série du Journal asiatique, 1828-1835)

80OA : officier d’Académie

81OAS : Organisation armée secrète

82OI : officier de l’Instruction publique

83OPU : Office des publications universitaires

84PUF : Presses universitaires de France

85PUG : Presses universitaires de Grenoble

86PUL : Presses universitaires de Lyon

87PULIM : Presses universitaires de Limoges

88PUN : Presses universitaires de Nancy

89PUR : Presses universitaires de Rennes

90PUS : Presses universitaires de Strasbourg

91PV : procès-verbal

92RA : Revue africaine

93REES : Revue des études ethnographiques et sociologiques

94REI : Revue des études islamiques

95REMMM : Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée

96RG : résidence générale

97RHMC : Revue d’histoire moderne et contemporaine

98SA : Société asiatique

99SG : secrétaire général

100UDMA : Union démocratique du Manifeste algérien

Glossaire des termes arabes ou turcs employés dans le texte

101bāy / bey : dirigeant, chef (cette titulature turque a été conservée à Tunis pour qualifier le chef de l’État, y compris après que le protectorat français a mis fin à la souveraineté ottomane)

102fiqh : jurisprudence musulmane

103ḫalīfa / khalifa : délégué, chargé de l’autorité étatique sur un territoire ou une tribu

104ḫūǧa / khodja : secrétaire au service de l’État (titulature turque)

105imām / imam : celui qui dirige la prière

106maḫzin / makhzen : qui relève de l’État percepteur d’impôts ; régions et tribus qui reconnaissent son autorité

107madrasa / médersa : école

108mu’addib / mouadeb : instituteur (celui qui inculque l’adab, les lettres et les règles de la civilité)

109mudarris (plur. : mudarrisūn) / moudarrès : instituteur (celui qui enseigne)

110muftī / mufti : savant qui a l’autorité d’émettre des avis juridiques conformes au droit musulman (fatāwā)

111naḥw : grammaire

112qāḍī / cadi : juge musulman

  • 1 Pour le cas algérien, voir C. Establet, Être caïd dans l’Algérie coloniale, Paris, Éditions du CNR (...)

113qā’id / caïd : « directeur », à qui le pouvoir central a délégué des pouvoirs administratifs, judiciaires et la levée des impôts. Le titre a été conservé par l’administration française, qui nomme les caïds et les contrôle par l’intermédiaire d’autorités militaires ou civiles1

114riḥla : récit de voyage

115šayḫ (plur. : šuyūḫ) / cheikh : ancien, savant en sciences religieuses (šayḫ al-islām)

116ṭālib (plur. : ṭalaba) / taleb (plur. : tolba) : étudiant

117ṭarīqa : voie confrérique

118tawḥīd : science de l’unicité, théologie

119zāwiyya / zaouïa : établissement religieux (il comporte généralement une salle de prière, des salles réservées à l’étude et à la méditation et une hôtellerie)

Notes

1 Pour le cas algérien, voir C. Establet, Être caïd dans l’Algérie coloniale, Paris, Éditions du CNRS, 1991.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search