Version classiqueVersion mobile

Les arabisants et la France coloniale. 1780-1930

 | 
Alain Messaoudi

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse d’histoire dirigée par Daniel Rivet et soutenue en février 2008, devant un jury constitué de Kmar Bendana-Kchir, Nadine Picaudou, Luc-Willy Deheuvels et Claude Lefébure.

2Il est le produit de plusieurs années de recherche. Kmar Bendana lui a donné une première impulsion, en me signalant l’intérêt de figures comme celles de Louis Machuel ou de Léon Bercher en Tunisie. Daniel Rivet m’a gratifié de sa confiance et m’a assuré un soutien inébranlable. Le Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen m’a offert un cadre de travail précieux au sein de l’École des hautes études en sciences sociales, où le séminaire « Itinéraires d’Orient » de François Pouillon et l’atelier préparatoire à la publication de son Dictionnaire des orientalistes ont été vivifiants.

3Il me faut aussi remercier pour leurs conseils et leur attention Damien Heurtebise et Agnès Pouillon aux Archives diplomatiques, Sandrine Bula et Armelle Le Goff aux Archives nationales, Agnès Goudail et Daniel Hick aux Archives nationales d’Outre-Mer, Dominique Parcoullet au Centre d’histoire de Science Po, Guy Caplat au Service historique de l’INRP, Jeanne-Marie Allier à la Société asiatique, Gladys Bouchard à la bibliothèque municipale de Montpellier, Hédi Jellab aux Archives nationales de Tunisie. Je suis également reconnaissant à Jérémie Dubois et Marie-Pierre Pouly des références utiles m’ils ont signalées.

4Sami Bargaoui, Claire Fredj, Sylvette Larzul, Claude Lefébure, Marianne Loïc-Roux, Corinne Morisot-Tallet, Daniel Nordman, Olivier Rey, Sylvie Taussig, Jean-Pierre Vittu, Anne-Françoise Weber et tout particulièrement Nicolas Lyon-Caen pour la dernière version du manuscrit, m’ont fait bénéficier de leurs relectures.

5Je remercie Frédéric Abécassis pour m’avoir invité à proposer un manuscrit pour la collection Société, espaces, temps et toute l’équipe d’ENS Éditions, avec une pensée particulière pour Valérie Mansard.

6Je dois enfin beaucoup à tous ceux qui m’ont fait bon accueil quand je les ai interrogés sur leurs parents arabisants, ou qui ont mis à ma disposition les documents dont ils pouvaient disposer. Ils sont trop nombreux pour pouvoir être cités ici. Nombreux sont aussi les arabisants qui ont accepté de parler avec moi de leur vocation professionnelle, de leur formation et du monde des études arabes dans lequel ils ont évolué ou continuent d’évoluer : si ce livre ne rend pas directement compte des discussions que j’ai eues avec eux, il en a beaucoup profité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search