Version classiqueVersion mobile

Des sons et des sens

 | 
Frederico Albano Leoni

Conclusions

Texte intégral

1Le thème central et récurrent de ce livre a été celui de la signification, entendue comme pivot sur lequel se meut toute l’activité linguistique des locuteurs/auditeurs, y compris l’activité phonico-acoustique.

2La capacité symbolique est la principale manifestation de la faculté de langage, à savoir la capacité à associer des choses appartenant à deux ordres différents, aucun d’eux n’ayant en soi de relation nécessaire avec l’autre. Cette capacité fait que les choses relevant d’un ordre déterminé évoquent celles d’un autre ordre, même in absentia, dans un rapport de présupposition réciproque qui fait que les objets d’un ordre différent n’existent linguistiquement que dans l’association avec ceux de l’autre ordre. Cette association a lieu sur le plan individuel grâce à la mémoire et à l’imitation et sur le plan social, grâce au monde que nous partageons avec les autres individus et dans lequel elle est stipulée.

3Cette faculté naturelle est alimentée par un principe d’économie dont la manifestation primordiale, et aussi la plus haute, est l’entrelacement indissoluble de ce qu’il est convenu d’appeler le champ symbolique et le champ déictique (et qui pourraient aussi être appelés de manière différente). Ces deux champs, interagissant entre eux, sont la clé de voûte des langues. Une langue qui ne serait que symbolique serait ingouvernable et rigide, sans métaphores, sans métonymies, sans variations, sans corps, une algèbre incapable de générer un vers tel que « Tendre et claire est la nuit sans un souffle » (G. Leopardi, Le soir du jour de fête, 1995, p. 105) mais qui serait tout juste à même de prédiquer à propos d’une certaine nuit que celle-ci a une température d’environ 24 degrés, dans une phase de lune croissante et avec une pression atmosphérique uniforme (perdant ainsi toute référence à la tendresse). Une langue qui ne serait que déictique ne pourrait représenter qu’un hic et nunc élémentaire et serait incapable de ne rien prédiquer.

4L’idée, désormais en crise, d’une langue comme système serré – et par conséquent son hypostase idéaliste – ou comme module inné, autosuffisant en soi, naît précisément du fait qu’elle a négligé le monde, entendu comme domaine matériel ou mental, dans lequel a lieu tout acte linguistique. C’est pourquoi je pense qu’il faudrait corriger la tendance de la linguistique à se concentrer sur le champ symbolique, abandonnant ainsi à d’autres sciences le champ déictique et faisant entrer celui-ci dans une théorie de l’esprit ou dans une théorie de la connaissance et non pas, sinon de manière marginale, dans une théorie du langage.

5Le fait que ceux qui se sont occupés du champ déictique en aient observé le rôle uniquement à propos de la production et de l’interprétation des sens, délaissant sa valeur de clé d’interprétation et de légitimation de l’architecture indéterminée des signifiants phoniques, constitue une lacune théorique. Dans ce livre, j’ai cherché à montrer la raison pour laquelle aucune phonologie ne peut parvenir à analyser les manifestations sonores des langues sans les relier au champ déictique.

6J’ai ainsi accordé une place importante aux interactions dialogiques qui font que le locuteur et l’auditeur sont liés par une présupposition réciproque. Aucune fantaisie sur la phylogenèse et sur l’ontogenèse du langage et des langues ne peut faire abstraction de cette donnée. Une activité symbolico-linguistique totalement solipsiste est peut-être possible comme jeu mental, mais n’est certainement pas observable ni ne saurait être documentée. Aussi est-elle peu intéressante, du moins pour un linguiste ; la langue ne naît pas non plus du monologue intérieur parce que celui-ci la présuppose. De là l’attention prêtée à l’auditeur interprétant, auquel est assigné un primat sémiotique. Il est en effet difficile de penser qu’un être humain réitère un acte linguistique ou soit convaincu de sa validité ou de son efficacité, c’est-à-dire qu’il continue à parler, sans une validation de l’auditeur. La représentation des langues ne peut être conçue à partir du sujet parlant idéal ou, pire encore, du produit, le texte, mais seulement à partir de l’écouteur. L’idée même d’intention (y compris l’intention phonique de Baudouin), et donc de la finalité de l’action du parlant, ne peut être vue que dans cette perspective dialogique ou polylogique. Oublier cela revient, entre autre, à permettre la fracture entre langue et parole, et à favoriser le développement d’une linguistique du produit en soi, vu comme le résultat autosuffisant du parler.

7Naturellement, le mécanisme de production et de réception linguistique (et ce qu’il y a entre les deux, c’est-à-dire le signal) ne doit pas être négligé. Celui-ci consiste en un jeu ininterrompu d’alternances entre périodique et apériodique, entre continu et discontinu, entre plus ouvert et moins ouvert, entre proéminence et fond, entre aigu et grave, entre ascendant et descendant, entre intense et faible, entre rapide et lent. À ce jeu, notre appareil phonatoire est naturellement prédisposé et, peut-être avant lui et plus encore, notre appareil auditif. À y regarder de près, aucune des alternances que nous avons rappelées n’est vraiment catégorielle et la binarité des matrices est une illusion, comme le sont aussi les tests sur la perception catégorielle, car ce n’est pas la perception qui est catégorielle mais la question que pose le chercheur.

8Critiquer les matrices binaires ne signifie pas critiquer les traits, qui sont une manière différente de nommer les termes de l’alternance que je viens de rappeler, mais signifie critiquer, outre leur nature binaire, l’idée que certains traits s’allument et s’éteignent simultanément dans une portion de temps (dont personne, par ailleurs, n’arrive à déterminer l’extension) et que cela donne lieu au phonème. Renoncer à l’idée de la discontinuité temporelle des segments, et donc des traits, permet d’assimiler ces derniers à la trame d’un tissu qui représente la physionomie acoustique, étendant aux sons la métaphore utilisée pour la phrase (De Mauro 1998, p. 47-48). Du reste, quelle autre forme de connaissance liée à une perception naturelle est représentée sous forme de matrice binaire discontinue ? Quel geste du corps est imaginable ou perçu comme une succession ou combinaison de composants discrets ?

9Sur la base de ces considérations, j’ai fait l’hypothèse de l’indétermination du signifiant et de sa nature physiognomonique, qui se présente comme plausible, réaliste et économique dès lors qu’on rappelle l’inextricable entrelacement sémiotique entre champ symbolique et champ déictique.

10Dans l’action linguistique du locuteur/auditeur les deux faces du signe se soutiennent mutuellement, elles sont l’indice l’une de l’autre, elles sont élaborées de la même manière, aucune des deux n’est la clé exclusive de l’autre, et cette propriété est en même temps la cause de l’éternelle instabilité phonico-sémantique des langues et la barrière qui empêche le chaos. Par conséquent, je considère comme inadéquate la représentation courante des langues et la théorie-idéologie de la double articulation, qui ne saurait être expliquée qu’à la lumière d’une contemplation quasi trimillénaire des langues sous forme d’écriture alphabétique, c’est-à-dire sous la forme d’un artifice génial, dont la puissance dérive surtout de l’introduction du principe non naturel de la discontinuité.

11Cela nous ramène à un thème affronté à diverses reprises dans ce livre, à savoir celui de la distinction entre la représentation phonique de la langue chez le locuteur/auditeur et la représentation métalinguistique que l’Occident alphabétisé en a élaboré. Cette dernière est des plus valables et personne ne pense à la remplacer par une transcription idéographique du parlé, mais elle ne saurait être retenue comme identique à la manière dont le locuteur/auditeur organise la matière sonore en la produisant et en la percevant. Les théories ne sont pas les faits mais les instruments mentaux et historiques à travers lesquels nous interprétons les faits. En tant que telles, non seulement elles ne doivent pas être ontologisées, mais elles doivent être continuellement révisées. Devant choisir entre Procuste et le voyageur, on aurait donc l’impression que la linguistique est du côté de Procuste, pour sauver le lit, c’est-à-dire la théorie, au détriment du voyageur, c’est-à-dire des sujets parlants.

  • 1 Certaines catégorisations pré-linguistiques sont naturelles et biologiquement déterminées, construi (...)

12Outre celles que je viens de rappeler, il y a évidemment dans les langues d’autres choses naturelles1, mais aussi des choses non naturelles. N’est pas naturelle, sinon de manière réduite, l’association d’une physionomie acoustique à un sens, et surtout d’un sens à une portion de monde représenté. Par rapport à ce qui nous intéresse ici, la manière dont les faces phoniques se constituent et se modifient dans les langues est arbitraire et historiquement (ou peut-être fortuitement) déterminée. Ce que j’ai cherché à démontrer, c’est que cette manière ne doit pas nécessairement être entendue dans le sens traditionnel selon lequel chaque langue rend pertinente de manière différente la distribution des traits à l’intérieur d’une portion phonique discrète, mais peut être aussi entendue dans le sens d’une configuration et d’un entrelacement différents des variations continues de la matière sonore, aussi bien comme évolution d’une simple variation que comme évolution de leur ensemble, à l’intérieur des faces phoniques. Du reste, le principe traditionnel de la pertinence phonologique ponctuelle est démenti par les pratiques linguistiques qui admettent de telles et si nombreuses infractions qu’aucun espace phonologique structuraliste ni aucune architecture transformationnelle n’est en mesure de les expliquer.

13Les argumentations que j’ai présentées sont aussi un plaidoyer en faveur d’une linguistique de la parole ou, peut-être mieux, d’une linguistique du discours à la fois sémantique et non sémiotique, d’une linguistique interprétative et de la signification.

14Mais la parole, ou le discours, ne sont-ils qu’un chaos incontrôlable que seule l’intuition serait en mesure de pénétrer ? Pour moi, la réponse est négative, et je ne pense pas que la physiognomonie ni l’écriture chinoise le soient.

15Le paradigme segmental, combinatoire, discret, déterministe, autonomiste (et dans cette série d’adjectifs sont compris les structuralismes et les générativismes) a donné des résultats exceptionnels au cours des xixe et xxe siècles, au point que pour un sens commun répandu il a fondé la linguistique tout court et certainement en a fait une discipline pilote des sciences humaines. Pour cela, il fut nécessaire de payer le prix du détachement des réflexions plus générales sur les formes de connaissance humaine.

16Mais il semble maintenant que la poussée motrice de ce paradigme se soit pour ainsi dire arrêtée, et elle a certainement perdu toute vigueur en ce qui concerne les études sur le signifiant. L’observatoire phonologique enregistre une succession frénétique de modèles et cette multiplication doit faire réfléchir. C’est comme si l’on regardait un homme d’âge mûr qui pour se maintenir en forme courrait sur place, plus qu’un athlète qui s’entraîne pour dépasser ses propres limites.

17Il est intéressant d’observer que cette prolifération des modèles ne se présente pas de manière aussi dramatique dans les appareils d’autres niveaux d’analyses classiques, comme la morphologie ou la syntaxe. La raison en est que leur objet d’étude est relativement bien défini et qu’elles ont comme légitime point de départ une théorie, selon moi, propre à tous les parlants, naïve et efficace, jamais radicalement démentie : les langues sont faites de mots et de combinaisons de mots. On pourra discuter et l’on discute en effet sur la définition de mot ou de phrase, mais dans tous les cas la force qui est la leur vient du fait qu’ils aient un sens.

18Je suis donc amené à penser que la particularité des phonologies, leur faiblesse, leur difficulté à définir de manière explicite leur objet d’étude, dérive aussi, et peut-être surtout, du fait qu’au moins en Occident, elles ne peuvent pas se baser sur une théorie naïve, pouvant éventuellement être réfutée, renversée ou validée, parce que cette théorie naïve (par exemple : les mots sont des visages), qui a peut-être existé, a été remplacée par une théorie non naïve mais, bien au contraire, fortement structurée et explicite qui est la théorie représentée dans l’alphabet, dont j’ai cherché à montrer le caractère infondé.

19Le scénario qui se dégage en ce début de xxie siècle est toutefois riche en éléments nouveaux, éléments dont il faut tenir compte pour que la recherche reparte avec vigueur.

20Dans tous les cas, notre connaissance des phénomènes phoniques a changé, de même qu’ont changé tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif les données (matérielles et mentales) sur lesquelles il est possible, voire nécessaire, de réfléchir. En outre, de nouveaux savoirs se joignent aux anciens et entrent dans le domaine des sciences du langage. Le retour d’un intérêt pour la faculté de langage, pour le locuteur/auditeur – considéré d’un point de vue physique –, pour son esprit, lui-même incarné, ainsi qu’un nouvel intérêt pour la phylogenèse du langage, posent de vieux problèmes en des termes nouveaux, et requièrent peut-être de nouveaux instruments et de nouvelles catégories analytiques et interprétatives qui devront être élaborées en tenant compte d’autres interlocuteurs dont on ne saurait, selon moi, se dispenser.

21Chacun sait que le langage est, entre autre, hétéroclite et par conséquent, qu’il doit être étudié par des anatomo-physiologues, des neurologues, des biologistes, des psychologues, et des philosophes de l’esprit. Quant aux linguistes, ils étudient les langues, c’est-à-dire le moyen par lequel les humains parlent (et parfois écrivent). Mais les langues sont aussi la principale forme de manifestation du langage et de la cognition, et c’est là que se déploie le terrain de rencontre entre ceux qui, linguistes et non linguistes, étudient le langage.

Notes

1 Certaines catégorisations pré-linguistiques sont naturelles et biologiquement déterminées, construites à partir de la proprioception (haut/bas, éloigné/proche) et des sens (chaud/froid, rêche/lisse, dur/mou), qui ne font pas partie des arguments de ce livre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search