Version classiqueVersion mobile

Des sons et des sens

 | 
Frederico Albano Leoni

3. Le paradigme segmental

Texte intégral

Généralités

1Le signifiant est en soi un phénomène physiquement continu et linéaire. Quand cela est nécessaire, qu’il s’agisse de locuteurs naïfs ou de linguistes, il est segmenté linguistiquement en associant un sens (plausible par rapport à la situation) à une portion de signal et seulement ainsi celui-ci devient discontinu et non nécessairement linéaire. Les portions obtenues sont appelées par les linguistes soit unités de première articulation, soit monèmes, soit morphèmes. Les mots des locuteurs naïfs et des linguistes coïncident parfois avec ces unités, et peuvent parfois être ultérieurement décomposés en deux ou plusieurs morphèmes, toujours dotés d’un certain sens. Cette pratique de décomposition et la mémorisation des résultats obtenus sont à la base de l’apprentissage et du fonctionnement de toutes les langues.

  • 1 Saussure (2002, p. 20-21, p. 24, p. 26, p. 29 et passim) appelait (...)

2Mais les linguistes et les locuteurs alphabétisés attribuent au signifiant une autre propriété précieuse, celle de paraître naturellement constitué par une succession linéaire d’unités minimales, discrètes, invariantes ou bien variant selon des règles, appelées unités de deuxième articulation ou bien phonèmes voire segments (ou bien encore tout autre expression analogue), et dont la combinaison donnerait naissance aux unités supérieures. La différence entre ce niveau et le précédent est que le critère de repérage des unités ne repose pas ici sur une assignation de sens1, et en vérité, il n’a jamais été dit clairement sur quoi il repose sinon sur la pratique bien connue de la commutation (qui sera commentée dans « L’illusion des paires minimales »).

  • 2 Le terme de représentation, auquel il est et sera fait recours fréq (...)

3On peut se demander quelles sont les bases de cette opinion (qui prévaut en Occident depuis environ 2 500 ans et qui est le fondement du paradigme dit segmental), quels en sont les fondements matériels, mentaux, théoriques, et si elle repose sur des propriétés de la langue en soi, ou bien sur les propriétés d’une représentation (externe) qui, à un moment de notre histoire, fut donnée d’une langue, à savoir l’alphabet2.

4Mettre l’accent sur le concept de représentation est une chose utile pour le linguiste aussi et notamment pour la langue (où tout n’est que représentations), et le parallèle avec la géométrie dont nous avons déjà parlé (supra, chap. 1, « Entre empirie et schématisme »), nous aide à comprendre le sens de cette question. L’axiome selon lequel deux droites parallèles ne se rencontrent jamais repose-t-il sur une propriété des droites ou bien sur la représentation euclidienne de l’espace ? En géométrie, on sait désormais qu’en adoptant une représentation différente de l’espace, c’est-à-dire une géométrie non-euclidienne, deux droites parallèles peuvent se rencontrer, bien que notre sens commun ait de la difficulté à l’accepter (Spinicci 2000, p. 72 ; Calvet 2004, p. 142-144).

  • 3 Il est possible d’arriver à de pareilles conclusions par des voies (...)

5On peut donc se demander si des représentations « non euclidiennes » du signifiant phonique sont pensables, et sur quelles bases elles peuvent reposer. Ou bien, en d’autres termes, on pourra se demander si le phonème est une catégorie primitive de la langue, et donc un élément qui lui est constitutif, ou s’il ne serait pas plutôt une catégorie qui, pour diverses raisons, a été adoptée, entre autres possibilités, comme représentation économique d’un niveau de la langue3.

  • 4 Cette propriété ne vaut pas pour la perspective britannique représe (...)

6Lorsque l’on traite du paradigme segmental, le point saillant est naturellement le phonème, qui en constitue l’axe. Nous prendrons ici en considération trois propriétés qui le définissent à travers les changements des modèles théoriques en une sorte de vulgate phonologique. Le phonème y est donc censé être : a) l’unité minimale de la langue sur le plan du signifiant, b) immatériel4, c) dépourvu de signifié mais doué d’une fonction distinctive.

7Ces propriétés reviennent constamment dans les théories phonologiques, indépendamment du fait qu’elles soient mentionnées ou non de manière explicite, que le phonème soit considéré comme une entité psychique, ou une entité relationnelle du système, ou le représentant d’une famille de speech sounds semblables, ou qu’il soit appelé phonème ou unité de deuxième articulation ou segment, ou qu’il soit analysé comme un faisceau de traits distinctifs, ou comme une matrice binaire de traits acoustiques et/ou articulatoires, et indépendamment de la manière dont les problèmes du rapport entre forme et substance sont résolus.

  • 5 Cette histoire a naturellement été étudiée et écrite. Mis à part le (...)
  • 6 Peut-être est-il possible de voir un indice de ce malaise dans le t (...)

8Pour comprendre la genèse de cette communis opinio, il est nécessaire de reparcourir sommairement, mais avec rigueur, l’histoire du concept de phonème et de la phonologie5, afin d’en mettre en lumière les limites, les contradictions et les silences. En effet, le phonème, qui a été une catégorie cardinale de la linguistique du xxe siècle, et qui le demeure encore pour par bien des aspects, est, à y regarder de près, un objet confus et mal défini6.

Brève histoire de la notion de phonème

9La catégorie moderne du phonème ne naît pas toute prête ni parfaite en un point du temps et de l’espace mais est le résultat d’un conglomérat progressif, et parfois de la disparition, de plusieurs composantes autour du concept gréco-latin de pars minima, qui demeurera toujours l’axe autour duquel tout tourne. Son histoire, en schématisant beaucoup, peut être divisée en quatre phases :
1. une préhistoire, de très longue durée, au cours de laquelle la culture linguistique occidentale intériorise, au point de pratiquement l’axiomatiser, le concept de pars minima, identifié avec la lettre, et qui va des origines gréco-latines à la crise de cette identification, vers la moitié du xixe siècle ;
2. une phase initiale, beaucoup plus brève, généralement appelée phase « du psychologisme », qui va de la fin du xixe siècle aux thèses de Prague ;
3. une phase structuraliste, de Prague à 1968 (mais qui, dans sa vulgate et dans le sens commun, continuera jusqu’à nos jours) ;
4. la phase générativiste, post-générativiste et cognitive, de 1968 à nos jours.

10Je ne traiterai pas en détail chacune de ces phases : cherchant à mettre en relief les points principaux et les aspects problématiques, je me limiterai aux propriétés du phonème dont il a été question ci-dessus.

La préhistoire

11Le concept d’unité minimale, comme élément naturel de la constitution phonique des langues, accompagne la culture occidentale depuis l’Antiquité, et naît de la mise au point et de la diffusion d’écritures alphabétiques. La production de textes écrits sous forme alphabétique, c’est-à-dire comme une succession linéaire d’éléments graphiques discrets et (après leur canonisation) tendanciellement invariants, correspondant chacun à un segment phonique, est le fruit d’un long travail qui a duré de nombreux siècles au cours desquels se sont succédé, se sont alterné et se sont entremêlé des écritures idéographiques, syllabiques, mixtes, alphabétiques.

  • 7 L’aporie dérivant de la dénomination d’une unité phonique par u (...)
  • 8 L’empire des lettres est allé parfois jusqu’à voir dans la form (...)

12En particulier, le concept d’unité minimale remonte aux définitions et aux réflexions grecques de et sur grámma « lettre » et stoikheîon « élément » (Laspia 2001) et à ses succédanés latins littera et elementum (Desbordes 1988). Selon l’interpretatio latine qui a lourdement pesé dans l’histoire européenne de la linguistique et ce nonobstant une puissance théorique moindre, la pars minima de la langue articulée est la littera7. Cela ne veut pas dire que les Grecs, les Latins (et les Modernes jusqu’à la moitié du xixe siècle) fussent incapables de distinguer un phénomène graphique d’un phénomène phonique, mais seulement que le grámma et la littera ont été, en tant que visibles et persistants, les soutiens substantiels de la conceptualisation de l’unité minimale à laquelle ils ont aussi, pendant de nombreux siècles, donné le nom8.

  • 9 On pourrait avec raison objecter qu’il existe aussi des écritur (...)

13Le signifiant était donc représenté dans l’écriture qui, dans sa forme alphabétique, permettait de voir les propriétés de linéarité et de discrétion dont j’ai parlé9.

14Un très court passage du chapitre 20 de la Poétique d’Aristote (1456b, p. 22-23) a eu, directement ou indirectement, une importance extraordinaire dans la naissance et ensuite l’axiomatisation de ce point de vue : « La lettre (stoicheîon) est un son indivisible, non pas n’importe lequel mais celui qui de par sa nature intrinsèque entre dans la formation d’un son composé » (Aristote 1932 [334 av. J.-C. ?], p. 58).

  • 10 Les implications de ce passage sont très importantes pour la pe (...)

15Je ne fais que survoler ici les problèmes complexes d’exégèse de ce texte ainsi que les rapports entre stoikheîon « élément » et grámma « lettre », parce qu’ils ne sont pas importants ici10 : en effet, ce qui dans ce bref passage est entré en profondeur dans la linguistique occidentale est l’interprétation latine banalisante : littera est pars minima vocis articulatae, « la lettre est la plus petite partie de la voix articulée ».

  • 11 Cette projection est, de fait, largement en vigueur actuellemen (...)

16Donc, du ive siècle av. J.-C. à nos jours ont été projetées sur le signifiant phonique, dont l’existence n’a jamais été ignorée, les propriétés reconnues au signifiant graphique11.

17Cette représentation a eu de profondes conséquences sur la linguistique occidentale :

  • 12 Il faut se souvenir de Leopardi (2004 [1817-1832], p. 1 256-1 2 (...)

Toute réflexion faite sur la nature phonologique du langage et de ses éléments (à laquelle contribuèrent les grammairiens de l’époque hellénistique avec la représentation graphique des accents) supposait une pratique habituelle de l’écriture alphabétique, dont le système avait été élaboré aux débuts du premier millénaire, et qui était pratiquée dans les dialectes grecs les plus importants. Dans la conscience linguistique des hommes de l’Antiquité l’articulation est mise en relation avec l’écriture : un grammairien latin affirme que l’on dira articulée […] « la voix qu’on peut écrire ». Sur le modèle de l’écriture se constitue la chaîne combinatoire dans laquelle les lettres s’unissent pour former la syllabe, les syllabes pour former le mot, les mots pour former l’énoncé (Formigari 2001, p. 43).12

  • 13 Grimm, Rask, Bopp appartiennent encore à cette tradition qui co (...)

18L’équation lettre/son, avec ses corollaires de l’invariance de l’unité minimale et de son repérage segmental automatique, disparaît à la fin du xixe siècle, quand les développements de la phonétique, articulatoire et acoustique, montrent de manière indéniable les caractéristiques fondatrices du signifiant phonique, c’est-à-dire sa nature continue et variable13.

  • 14 Malgré les profondes différences qui pouvaient les séparer, le (...)

19C’est dans un tel cadre que débute la recherche d’une nouvelle reductio ad unum, alors que la lettre se révèle inutilisable14 et c’est là que commence, pour reprendre les mots de Boë (1997), l’histoire d’une renégociation continue entre données empiriques et modèles théoriques, entre substance et forme.

Les débuts : phase psychologique

20À la fin du xixe siècle, la psychologie, en particulier la psychologie allemande et plus particulièrement encore la psychologie allemande de matrice herbartienne, grâce aux nouvelles connaissances en matière de physiologie de la perception, développe les concepts de « représentation » du stimulus perçu et des associations de représentations (Graffi 1991, p. 9-118 ; Formigari 2001, p. 215-222 ; De Palo 2005), mettant ainsi au premier plan la dimension individuelle des activités psychiques et des comportements linguistiques (Steinthal 1881).

  • 15 En général on ne dit pas quelle est l’extension temporelle de l (...)

21L’élaboration de ces concepts dans l’œuvre de Paul (1920) est particulièrement importante : on y trouve le rôle de l’inconscient (p. 25), le mécanisme associatif (p. 26-27), semblable à celui proposé par Baudouin de Courtenay et repris par Saussure ; mais aussi la question de la relation entre la dimension individuelle, subjective, du Sprachorganismus, et la dimension intersubjective du Sprachusus, défini comme la moyenne des usages individuels (p. 29) ; on y entrevoit enfin la dialectique entre la parole, ou Sprechtätigkeit, et la langue, précisément le Sprachusus (p. 33). Font en outre leur apparition les idées de sensation motrice (Bewegungsgefühl), de sa mémorisation (Bewegungserinnerung) et transformation en représentation (Vorstellung), qui sont des moments subjectifs, et l’idée d’image acoustique (Lautbild), résultat de l’association des impressions auditives enregistrées en écoutant les autres, et qui fait ici fonction d’élément de stabilité intersubjective (p. 49-61)15. Au cours de ces années se dessine une ligne, il est vrai tortueuse et en partie discontinue, que rappelle De Mauro (dans Saussure 1995 [1922], note 111, p. 339-340) qui unit Steinthal, Paul, Baudouin de Courtenay, Kruszewski, Saussure, Troubetzkoy et, outre-Atlantique, Sapir. La référence la plus célèbre à cette ligne est peut-être celle de Saussure (1995 [1922], p. 98) :

Le signe linguistique unit non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique. Cette dernière n’est pas le son matériel, chose purement physique, mais l’empreinte psychique de ce son, la représentation que nous en donne le témoignage de nos sens.

22Mais le trait d’union principal entre la psychologie associationniste et la phonologie est représenté par Baudouin de Courtenay, dont je rappelle quelques formulations bien connues (Baudouin de Courtenay 1895, p. 9) :

Le phonème = une représentation unitaire, appartenant au monde phonique, et qui se constitue dans l’esprit à travers la fusion psychique des impressions provoquées par la prononciation d’un même son = équivalent psychique du son linguistique. À la représentation unitaire du phonème s’associe un certain nombre de représentations singulières anthropophoniques, c’est-à-dire des représentations qui d’un côté sont les représentations articulatoires, c.-à-d. des représentations de travaux articulatoires accomplis ou en voie d’accomplissement, de l’autre sont des représentations acoustiques, c’est-à-dire des représentations auditives des résultats de ce travail physiologique.

La phonétique, dans son ensemble, comprend tous les faits, aussi bien ceux de nature anthropophonique, c’est-à-dire ceux qui agissent sur le sens du toucher (à travers le travail physiologique), et sur le sens de l’ouïe (à travers les sons évoqués par ce travail), que ceux de nature psychophonétique, dans lesquels se reflètent les faits anthropophoniques, perçus par les sens. La phonétique se divise donc en deux parties, l’anthropophonétique et la psychophonétique.

23Vingt ans plus tard, ses positions n’avaient que fort peu changé (Baudouin de Courtenay 1915, p. 168-169) :

L’aspect physique de la langue est en premier lieu représenté par la prononciation des sons qui sont entendus. Toutefois, les véritables éléments de la langue dotée d’une existence permanente, c’est-à-dire de la langue individuelle, peuvent être seulement des réalités psychiques ; pour ce motif, en phonétique les éléments ne seront pas les éphémères travaux physiologiques, mais seulement leurs reflets psychiques, c’est-à-dire les représentations qui leur correspondent […]. Du point de vue psychologique à la place du terme « son », qui ne désigne qu’un des stades de la manifestation fugitive et temporaire de ce qui n’existe que sur le plan psychique, nous introduisons le terme « phonème ». Le phonème est la réunion dans un groupe compact de représentations des représentations des travaux exécutés par les organes phonateurs et des représentations des reflets acoustiques liés à ces travaux, des représentations ramenées à l’unité de la représentation de la contemporanéité de l’exécution de ces travaux et de la perception des impressions reçues de ces reflets acoustiques.

24La nouveauté de cette perspective (sur laquelle on trouvera plus de détails dans Simonato-Kokochkina, 2004), même si elle est depuis longtemps refusée, ne peut être sous-évaluée. En effet, en premier lieu, dans l’histoire que nous sommes en train de tracer, c’est là que naît la distinction entre une science des sons physiques (anthropophonétique, puis phonétique tout court) et une science des sons linguistiques (psychophonétique, puis phonologie), bientôt insérée dans le schéma saussurien de langue et parole, présente dans tout le débat phonologique des années pragoises et canonisée par Troubetzkoy. En second lieu, fait bien plus important, on assiste à un tournant significatif par rapport à la tradition précédente : en effet, la pars minima est vidée de sa matérialité physique, représentée de manière illusoire par la littera, pour être projetée dans la dimension immatérielle des représentations psychiques du son, même si, comme nous le verrons, la matérialité des sons demeure parfois présente malgré les déclarations de principe, comme chez Troubetzkoy puis chez Jakobson.

25Dans ce recours à des catégories psychologiques, il y a aussi la réponse, peut-être inconsciente, au problème théorique posé par l’émergence de nouvelles données phonétiques expérimentales, sans toutefois renoncer explicitement à la vision des énoncés comme succession linéaire de phones discrets. En effet, en déplaçant l’attention de la matérialité des sons vers leur représentation mentale, les problèmes phonétiques de la variabilité et de la segmentation disparaissent : si l’on se référait désormais à des représentations, des questions du type « où commence et où finit ce son ? », « quelles sont les limites de la variabilité d’un son donné ? » n’avaient plus de raison d’être. De cette manière, on pouvait conserver la pars minima, à laquelle on ne pensait pas pouvoir renoncer, sans pour autant être contraints de la définir physiquement.

26Mais en même temps, Baudouin de Courtenay tombait dans une sorte de solipsisme, parce que, selon le point de vue qu’il avait adopté, le seul objet d’étude possible était la langue de l’individu singulier et ses associations mentales. En outre, il finissait paradoxalement par tomber dans une sorte d’empirisme matérialiste parce que les représentations mentales n’étaient que le reflet passif du son perçu, au point que la vibration des molécules d’air demeurait de fait l’unique élément actif. En effet, Baudoin, et les milieux linguistiques évoluant dans son sillage, ne tenaient pas compte du fait qu’une psychologie de la perception basée sur l’élaboration dynamique du son perçu était en train de se développer.

27Dans tous les cas, un corollaire des positions de Baudouin de Courtenay fut que l’on commença à poser le problème – que Paul avait bien présent à l’esprit et que d’une certaine manière il résolut – des moyens possibles pour jeter un pont entre la dimension individuelle de la représentation, qui est le propre de la parole, et la dimension intersubjective, collective, sociale, qui est le propre de la langue.

28Mais sur ce point, Baudouin ne dit mot, demeurant ainsi prisonnier de la langue individuelle, parce que selon Troubetzkoy (1933c, p. 241-242), il lui manquait une élaboration adéquate du concept de système ou de structure.

29Cette phase ira jusqu’au début de la décennie pragoise (1928-1939) : en effet, en 1930 encore, comme nous le verrons, Baudouin de Courtenay fait l’objet d’une confrontation animée entre chercheurs, soit pour en revendiquer les mérites, soit pour en rejeter les thèses.

La phase structuraliste en Europe

  • 16 Je ne soulèverai pas ici, sinon de manière marginale, la questi (...)

30La phase explicitement structuraliste dans l’histoire du phonème s’ouvre, comme chacun sait, avec les Thèses de Prague de 1929 (Travaux du Cercle llnguistique de Prague, 1, p. 5-21) et connaîtra sa canonisation, d’abord dans les Grundzüge der Phonologie (Principes de phonologie) de Troubetzkoy (1986 [1939]), et ensuite dans le succès d’une évolution binariste avec les Fundamentals of Language (Jakobson et Halle 1956). Les Thèses de Prague représentent un changement qui, en Europe, dominera dans les décennies du milieu du xxe siècle16, conjointement à la progressive diffusion du Cours de Saussure, la glossématique et le fonctionnalisme.

  • 17 Ce sont des années de grande effervescence : en 1926 commencent (...)
  • 18 Holenstein (1974, p. 8, p. 24, p. 26 et passim) accorde une gra (...)

31Les années qui vont de la présentation des Thèses à la publication des Grundzüge sont traversées par un travail de réflexion complexe.17. Émergent alors la notion de structure (sur laquelle voir « Qu’est-ce qu’une structure phonologique ? »par. 5), qui s’associe au système saussurien, et les notions d’opposition et de pertinence ; émerge par ailleurs, la composante téléologique de la fonction, et l’on assiste à un éloignement progressif de la position psychologique associationniste et, par conséquent, à la recherche d’une nouvelle définition du phonème, du moment que le concept de représentation mentale était refusé. ÀA ce débat participèrent, directement ou indirectement, outre de nombreux linguistes pour la plupart européens, des psychologues comme Bühler et, à travers le filtre de ce dernier ainsi que de Jakobson, des philosophes comme Husserl18 et la psychologie de la Gestalt (à ce propos voir infra, chap. 3, « Qu’est-ce qu’une structure phonologique ? »).

32Je vais tenter maintenant de retracer de manière schématique les moments essentiels de cette histoire, en commençant par le texte suivant extrait des Thèses (TCLP, I, p. 10-11) :

Importance du côté acoustique.
Le problème du finalisme des phénomènes phonologiques fait que dans l’étude du côté extérieur de ces phénomènes, c’est l’analyse acoustique qui doit ressortir au premier plan, car c’est précisément l’image acoustique et non l’image motrice qui est visée par le sujet parlant.

Nécessité de distinguer le son comme fait physique objectif, comme représentation, et comme élément du système fonctionnel.
L’enregistrement, à l’aide d’instruments, des facteurs acoustico-moteurs objectifs des images acoustico-motrices subjectives est précieux à titre d’indicateur des correspondances objectives des valeurs linguistiques. Toutefois, ces faits objectifs n’ont qu’un rapport indirect avec la linguistique, et l’on ne saurait par conséquent les identifier avec les valeurs linguistiques.

D’autre part, les images acoustico-motrices subjectives ne sont des éléments d’un système linguistique que dans la mesure où elles remplissent, dans ce système, une fonction différenciatrice de significations. Le contenu sensoriel de tels éléments phonologiques est moins essentiel que leurs relations réciproques au sein du système (principe structural du système phonologique).

Tâches fondamentales de la phonologie synchronique.
1. Il faut caractériser le système phonologique, c’est-à-dire établir le répertoire des images acoustico-motrices les plus simples et significatives dans une langue donnée (phonèmes), en spécifiant obligatoirement les relations existant entre lesdits phonèmes, c.-à-d. en traçant le schéma de la structure de la langue considérée.

  • 19 Sur la question particulièrement complexe des rapports entre S (...)
  • 20 Toutefois, l’idée selon laquelle les sons d’une langue doivent (...)

33À la lecture de ce texte, il apparaît clairement que le processus d’agglomération auquel je faisais allusion plus haut a suivi son cours et s’est achevé. En effet, nous pouvons à présent constater la juxtaposition de la pars minima de la tradition (appelée ici élément) et de la dimension psychologique proposée par Baudouin de Courtenay (la représentation, les images acoustico-motrices), auxquelles sont venues s’ajouter l’importance attribuée au côté acoustique (proclamée plutôt que pratiquée), les notions de valeur et de capacité distinctive (un écho saussurien possible mais non certain)19, ainsi que la dimension structurale-fonctionnelle (une contribution spécifiquement pragoise de matrice complexe)20.

34C’est cet agglomérat qu’était donc le phonème aux alentours de 1928 et c’est ainsi qu’il se présente chez Troubetzkoy (1929a ; 1929b ; 1931). Dans ces premières applications de la théorie, respectivement phonologique et morpho(pho)nologique, Troubetzkoy (1929a, p. 39-40) réaffirme que les phonèmes sont représentations de sons (Lautvorstellungen) et peuvent être décomposés en éléments acoustico-moteurs des images sonores (motorisch-akustische Lautvorstellungselemente). Non sans quelque obscurité, Troubetzkoy affirme, en outre, que leur contenu psychologique est déterminé par la configuration du système phonologique global de la langue en question. Mais il n’est pas dit quelle est la donnée matérielle dont on élabore la représentation ni quelle est son extension, et il semble donc implicite que celle-ci soit la pars minima de la tradition, non soumise à vérification. Il faut enfin souligner que, malgré la mention des représentations phoniques, et donc de l’immatérialité des phonèmes, on observe une analyse phonétique subtile, particulièrement attentive à la matière, aux sons. C’est là une ambigüité qui ne disparaîtra jamais complètement et qui réapparaîtra à propos des traits des matrices binaires de Jakobson (voir infra, « La phase structuraliste aux États-Unis et la synthèse de Jakobson »). Enfin, il n’est pas fait la moindre référence à la question du signifié.

  • 21 Quelques exemples. Čyževśkyj (1931), après une critique très sé (...)

35De la vivace et confuse discussion qui enflamma les esprits en 1930 à l’occasion de la première réunion phonologique internationale organisée à Prague par le Cercle (TCLP, IV, 1931), il ressort que ce cadre était en train de prendre corps dans un contexte animé. Au cours de la rencontre, des positions souvent divergentes furent exprimées, sans pour autant que fussent clarifiés les rapports entre matière et forme ni résolus les doutes sur la nature mentale ou fonctionnelle de celles-ci21.

  • 22 À la pensée linguistique de Bühler ont récemment été dédiés deu (...)

36Il faut réserver une place à part à la position complexe de Bühler (1931 ; 2009 [1934] ; 1936a ; 1936b)22. Ce dernier accueille très favorablement la nouvelle phonologie pragoise, en en soulignant les prémisses saussuriennes, et admire les premières applications de Troubetzkoy (1931) dont il compare le modèle de structure phonologique à la table des éléments de Mendeleïev (Bühler 2009 [1934], p. 418). Toutefois, les convergences réelles sont beaucoup moins importantes que ce que l’on en dit.

  • 23 Bühler fut invité au congrès de Prague de 1930, à la suite d’un (...)

37Il faut avant tout souligner la divergence explicite qui ressort de la critique sévère que Bühler fait à la psychologie associationniste d’origine herbartienne, encore présente chez Saussure dans sa notion de signe, que Bühler observe avec méfiance comme nous le fait remarquer Friedrich (2004, p. 3) et comme on peut le voir chez Bühler lui-même (2009 [1934], p. 145). Cette psychologie associationniste arriva à Troubetzkoy, au moins en ce qui concerne la phonologie, à travers Baudouin et Bühler proposera de la remplacer par la nouvelle Denk- und Gestaltpsychologie (Bühler 1931, p. 30 ; 2009 [1934], p. 145-147 et passim)23.

38Bühler est en revanche particulièrement intéressé, mais peut-être seulement de manière instrumentale, par le principe de Troubetzkoy de Merkmal, trait distinctif phonologique, parce qu’il y trouve un exemple et un moyen pour élargir au domaine des sons dans leur entité individuelle son concept sémiologique général d’abstraktive Relevanz (Bühler 1931, p. 28-38 ; 2009 [1934], p. 125-127 ; Friedrich, 2004, p. 2-4), c’est-à-dire de pertinence distinctive. Toutefois, pour Bühler, à la différence de Troubetzkoy (dont le point de vue s’étendra ensuite à la vulgate phonologique classique), le phonème n’est pas complètement réductible à une simple forme immatérielle : en effet, la métaphore de la frappe monétaire (Bühler 2009 [1934], p. 148-151) rappelle la matière sur laquelle le coin s’imprime (Friedrich 2004, p. 6-7). C’est en effet ici que d’une certaine manière, Bühler non seulement réévalue, peut-être de manière contradictoire, la matérialité du phonème, mais limite son autonomie distinctive en introduisant le concept qui passa longtemps inaperçu de « physionomie acoustique des mots » sur laquelle serait posée l’empreinte phonématique. De cette manière, il réduit de beaucoup le rôle diacritique du phonème parce qu’il le limite aux cas dans lesquels les conditions non favorables de la communication ne permettent pas la reconnaissance de la Gestalt et nécessitent par conséquent le recours à la nota (Einzelkennzeichen), appelée aussi Signalement, précisément le phonème (ou ses traits).

39Mais cette indication (qui sera discutée plus amplement au chapitre 4) ne fut pas retenue par la phonologie qui insista sur le Signalement et laissa tomber le point de vue physiognomonique, qui n’entra donc pas dans le débat suivant sur le phonème et sur la question de la représentation du signifiant. En revanche, la critique faite à la psychologie associationniste fut presque immédiatement retenue, d’autant plus que cette dernière n’était jamais vraiment entrée dans l’esprit du Cercle, n’affectant que la surface de la pensée de Troubetzkoy (Albano Leoni 2009) : les mentions de la représentation (Vorstellung) furent éliminées, mais il ne fut pas dit très clairement par quoi elles devaient être remplacées et elles ne le furent certainement pas par la nouvelle Denk- und Gestaltpsychologie.

40En conséquence de cette incertitude, dans le Projet de terminologie phonologique standardisé (TCLP IV 1931, p. 309-323) la définition de phonème, radicalement banalisée, devient en substance « [une] unité phonologique non susceptible d’être dissociée en unités phonologiques plus petites et plus simples » (ibid., p. 309-310). Donc, toute suggestion représentationnelle s’effondre et le phonème redevient la simple pars minima. De manière analogue, la fonction distinctive, mentionnée à propos de l’« opposition phonologique », est définie comme la différence phonique qui dans une langue sert à distinguer les signifiés (ibid.). Cette importante fonction est donc de nouveau confiée directement à une différence phonique, c’est-à-dire à la matière des sons.

41Dans les années suivantes, des indices de cet état d’incertitude apparaissent aussi dans les interventions de Troubetzkoy.

42Ce dernier (1933a, p. 109) montre ainsi qu’il a tenu compte des critiques faites à la matrice psychologique de ses premières positions et il déclare donc, dans la réponse envoyée à la question des organisateurs du second congrès international des linguistes, que la phonologie s’occupe non pas des sons linguistiques entendus comme manifestations physiques ou physiologiques ou psychophysiologiques, mais des phonèmes, c’est-à-dire d’« intentions phoniques » qui se réalisent dans les sons linguistiques et vivent dans la conscience linguistique, et qui, dans une langue donnée, ont pour fonction de distinguer les signifiés.

43Comme on peut le voir, de l’appareil baudouinien ne restent que le concept d’« intention phonique » (Lautabsicht, avec un déplacement du barycentre du récepteur au producteur), et celui plus générique de « conscience linguistique ».

44Mais, dans son intervention au même congrès (Troubetzkoy 1933b, p. 120-121), le discours est différent, plus confus et peut-être même embarrassé. En voici un passage significatif (je souligne en italique) :

  • 24 Un peu plus loin (ibid., p. 123) le phonème sera défini comme (...)

La différence entre les intentions phoniques (phonèmes) et les sons prononcés dans la réalité a été reconnue il y a longtemps. Mais la plupart des linguistes l’ont simplement négligée. Très peu d’entre eux ont utilisé dans leurs travaux la séparation entre sons et phonèmes. Cette conception a été adoptée et élaborée de manière systématique seulement dans l’école de Baudouin de Courtenay. Mais cette école, il y a peu de temps encore, c’est-à-dire jusqu’à la guerre mondiale, s’est maintenue à distance des principaux courants de la linguistique […] Les linguistes de diverses orientations en viennent à retenir de manière autonome qu’étudier les intentions phoniques ou les concepts phoniques est peut-être plus important qu’étudier les processus physiologiques articulatoires et les valeurs physico-acoustiques des sons. […] La phonologie s’occupe des phonèmes, c’est-à-dire des intentions phoniques ou, d’une manière plus générale, des concepts phoniques, utilisés dans une langue donnée pour distinguer les signifiés. Un son contient toujours tout un ensemble complexe de marques phonétiques et le phonéticien doit toutes les étudier. Mais pour distinguer des signifiés, chaque langue n’utilise pas toutes les marques du phonème en question mais seulement quelques-unes, parce que les autres sont en l’occurrence sans valeur. La phonologie s’intéresse à toutes celles qui ont une importance pour la distinction des signifiés et étudie leur contenu et leurs relations réciproques. Le phonologue sait que ces concepts phoniques dans le parler se transforment en intentions phoniques qui à leur tour se réalisent en sons objectivement perceptibles, et sait que ces sons contiennent naturellement, outre les marques phonologiquement valables, beaucoup d’autres phonologiquement sans importance, mais laisse au phonéticien l’étude de ces sons ou de ces réalisations phoniques.24

  • 25 La critique que Doroszewski (1933, p. 127) fait de la communica (...)

45Mis à part la reconnaissance nécessaire qui doit être faite du rôle de Baudouin de Courtenay, le discours est extrêmement clair sur le plan de la présentation des lignes générales de la phonologie pragoise, mais ne l’est pas autant sur le plan des catégories évoquées : le concept phonique (Lautbegriff : non défini, mais qui dans tous les cas devrait être une catégorie mentale) se transforme en intention phonique (Lautabsicht : catégorie psychologique) et ensuite en son (Laut : catégorie physico-acoustique), objectivement perceptible (mais la perception n’est-elle pas un processus subjectif ?). Le phonéticien étudie toutes les marques (Merkmale) contenues dans chaque son (qui ne peuvent être que des processus physiologiques-articulatoires et physico-acoustiques, donc matériels), alors que le phonologue n’étudierait que celles qui sont pertinentes pour la distinction de signifiés (mais toutefois toujours matérielles). L’incertitude grève donc l’objet d’étude qui oscille entre le Lautbegriff et le Merkmal25.

  • 26 Dans une lettre à Doroszewski d’octobre 1931, Troubetzkoy (2006 (...)
  • 27 Saussure aurait proclamé la distinction rigide entre parole et (...)

46Dans un article de la même année, Troubetzkoy (1933c) présente encore une synthèse qui contient de nombreux éléments de la canonisation : il reconnaît en Winteler, Sweet et Jespersen des précurseurs importants mais qui n’ont pas tiré de conséquences théoriques systématiques ; il déclare sa dette par rapport à Baudouin de Courtenay, qu’il défend des critiques de Doroszewski26, tout en lui reconnaissant des incertitudes et des contradictions ; il reconnaît l’importance de Saussure27 et de la notion de valeur (que pourtant le Genevois n’aurait jamais développé dans la direction phonologique, alors que Baudouin de Courtenay, qui n’avait pas une idée bien claire de la notion de système, avait les idées plus claires sur la distinction entre sons et phonèmes). Enfin, (ibid., p. 242-243) il réaffirme le caractère concret, inductif de la phonologie ainsi que la nécessité d’une recherche de lois phonologiques universelles.

47Cette situation théorique qui, en soi déjà, n’est pas des plus claires, est ultérieurement compliquée par le fait que Jakobson s’engage dans un chemin en partie divergent par rapport à celui de Troubetzkoy, qui le conduira vers les matrices binaires (à partir de Jakobson 1939).

48En 1935, à l’occasion du second congrès de sciences phonétiques de Londres, la discussion sur le phonème continue, mais trahit un certain essoufflement, une répétitivité et une fragmentation.

49Je crois que la lettre de Troubetzkoy (2006, p. 393-398) à Jakobson du 3-4 août 1935 constitue le meilleur compte rendu du congrès. Le Prince exprime sa préoccupation quant à la prolifération de positions et de définitions individuelles, à la stagnation de la discussion, et à la médiocre image de la phonologie auprès des congressistes :

L’exposé de Sommerfelt [1936], celui de Trnka [1936] et le mien [1936] ne me semblent pas avoir fait beaucoup d’effet. L’exposé de Vachek [1936] a été un peu trop long, il a critiqué Twaddell, c’est-à-dire qu’il a examiné la question de la définition de phonème par rapport à celle de son. Brøndal [1936] a parlé du rapport entre le son et le phonème […]. Laziczius […] a exposé sa théorie, autrement dit, il a, lui aussi, donné une définition du phonème. Hjelmslev [1936] a présenté sa « nouvelle » science, la « phonématique » et a donné, lui aussi, sa définition du « phonème » […] j’ai constaté que quatre exposés consacrés au sujet « autour du phonème » avaient lassé et énervé tout le monde. La plupart n’y ont rien compris et n’ont vu qu’une seule chose, à savoir que « la charrette n’a toujours pas avancé ». […] Vendryes […] a essayé d’« expliquer en deux mots » [cette boutade attribuée à Vendryes ne se trouve ni chez Vendryes [1936] ni dans les salutations qu’il prononça en qualité de délégué du gouvernement français, reportées aux p. 3-4 des Proceedings ; on peut penser qu’elle a été prononcée au cours de la session phonologique du congrès, présidée précisément par Vendryes, et citée de mémoire par Troubetzkoy] ce qui pour lui distingue la phonologie de la phonétique, mais son explication était aussi inconsistante qu’incompréhensible. […] Il est à signaler que le mot « phonème » a provoqué à chaque fois des grands éclats de rire unanimes. Horn a récité un poème en moyen-anglais écrit par lui- même qui […] finissait par les mots : wat is phonemes, wat is sunds ? / twelf men haf twelft difinitiuns. […] Ainsi, on peut dire que ce congrès n’a pas contribué à donner une bonne image de la phonologie auprès des larges cercles de phonéticiens et de linguistes. Cela vient du fait qu’il a présenté non pas une phonologie unifiée, mais toute une série d’approches différentes de la même réalité et que les débats sur la notion de phonème, incompréhensibles pour la plupart, ont produit l’impression d’une querelle scolastique, sans quoi que ce soit derrière.

  • 28 La liste en est dressée (Bühler 1936b, p. 162) : Lautbegriffe, (...)

50Le tableau n’est pas des plus encourageants, mais il a l’avantage d’être réaliste. Je rappelle que les élaborations théoriques de Hjelmslev (1936, p. 49) viennent d’évacuer les locuteurs et le monde quand leur auteur affirme que tout critère extralinguistique (c’est-à-dire physique, physiologique, psychologique) n’a aucune importance pour la définition du phonème et que la langue existe en dehors et indépendamment des individus. Brøndal (1936, p. 45) évoque les idées platoniciennes pour définir ce qu’est un phonème (tout en précisant qu’il n’entend pas par là condamner ni négliger l’expérience). Vachek (1936a ; 1936b) s’arrête quant à lui sur la différence entre phonème et unité phonologique. Bühler (1936b) signale non seulement la prolifération préoccupante de termes et de concepts autour de la notion de phonème28, mais il réitère, demeurant toujours inécouté, ses critiques à l’encontre de la tradition de la psychologie du vécu (Erlebnispsychologie) de la fin du xixe siècle, dans laquelle serait Troubetzkoy, et la nécessité de la remplacer par la nouvelle théorie de la perception (Wahrnehmungslehre) (Bühler, 1936b, p. 162-163).

  • 29 Un détail amusant est que Jones (1939, p. 7) conclut son discou (...)

51En 1938 a lieu le troisième congrès de phonétique à Gand en Belgique. Troubetzkoy vient de mourir, le débat a perdu de sa vigueur et les positions finissent par se répéter, comme dans le cas de Jones (1939)29, de Laziczius (1939) qui retourne à la linguistique de la parole, de Doroszewski (1939, p. 303) qui propose une énième définition, soutenant que le phonème n’est pas une chose mais un comportement ; Jakobson (1939) est désormais orienté vers la géométrie des traits ; Martinet (1939) se lance sur la voie qui le portera à l’économie des changements phonétiques.

52Avec les Principes (Troubetzkoy 1986 [1939]) comme point d’arrivée de cette décennie, on peut voir que la question de la nature du phonème est pratiquement absente ; les aspects psychologico-représentationnels ont disparu et, à leur place, apparaît la fonction distinctive associée à la théorie et à la pratique des oppositions.

Le signifiant de la langue consiste en une quantité d’éléments dont l’essence réside en ce qu’ils se distinguent les uns des autres (ibid., p. 11).

Ces unités phonologiques qui, au point de vue de la langue en question, ne se laissent pas analyser en unités phonologiques encore plus petites et successives, nous les appellerons des phonèmes. Le phonème est donc la plus petite unité phonologique de la langue étudiée. La face signifiante de chaque mot existant dans la langue se laisse analyser en phonèmes et peut être représentée comme une suite déterminée de phonèmes (ibid., p. 37-38).

53Le phonème se transforme donc au cours de la décennie pragoise, et entre les Thèses et les Principes on observe un affaiblissement progressif de la dimension psychologique : finalement, le phonème n’est plus ni la représentation psychique d’un événement physique, ni une intention phonatoire, donc individuelle, mais un élément guère mieux défini dont on sait qu’il accomplit une fonction distinctive et qu’il s’insère dans un réseau structuré de relations avec les autres unités, mais sans savoir ce qu’il est. Enfin, abstraction faite de quelques manifestations dubitatives (Kořínek 1939), l’idée que la pratique des paires minimales constitue le seul pont entre les deux faces du signe est confirmée.

54Twaddell (1935), ayant constaté que le phonème n’a ni réalité physique ni réalité psychologique, n’a peut-être pas tort quand il considère qu’il ne s’agit que d’une unité fictive, utile à la description, mais dans tous les cas fictive.

55Dans le passage qui suit, Martinet récapitule avec lucidité la situation de la recherche européenne (et américaine) concernant le phonème et en vient à formuler une sorte de de profundis sur la recherche de ses fondements théoriques :

L’histoire de la phonologie indique, en gros, une désaffection progressive pour l’hypothèse réaliste des débuts et une préférence croissante pour la théorie « outil de connaissance » : on part de l’« intention phonique » de Baudouin de Courtenay ; on passe bientôt à la définition du Projet [de terminologie phonologique standardisée du Cercle Linguistique de Prague] fondée en fait sur ce qu’on appellera plus tard la commutation ; sous la pression des critiques formalistes, on engage la chasse au psychologisme, puis au phonéticisme, c’est-à-dire aux éléments les plus marquants du réalisme initial, et l’on aboutit à ne plus voir dans le phonème qu’un concept utilitaire. […] Il est donc préférable de dégager des critères formels purement linguistiques comme celui de la pertinence distinctive. Ce critère est facile à manier et choisi de façon à fournir des unités dont la liste ne différerait pas sensiblement de celles des « intentions phoniques » de Baudouin, mais qui sont indépendantes, en théorie, psychologique ou neuro-musculaire. [...] Il y a donc pratiquement coïncidence entre le phonème opérationnel de la description phonologique et une certaine réalité psycho-physiologique. Mais cette réalité, le descripteur, dès qu’il s’est enfermé dans sa théorie, peut l’ignorer. La validité de sa description ne résulte pas de sa conformité avec la réalité humaine, mais avec la théorie. Or, cette théorie a été établie, pour ainsi dire « en consultation » avec la réalité, mais souverainement et sans appel par le linguiste (Martinet 2005 [1955], p. 14-16).

  • 30 Le pragmatisme britannique prend part de manière accessoire au (...)

56Ce flou théorique que dénonce Martinet et que l’on a pu également observer au cours des décades précédentes favorise une rapide convergence dans les pratiques phonologiques du structuralisme européen et du structuralisme américain contemporain30.

57Cela dit, Martinet est l’un des linguistes du xxe siècle qui, à travers l’idée de la double articulation des langues, a le plus contribué à la divulgation de la phonologie (Martinet 1991 [1960] ; 1969 [1962]) d’une part, et de l’autre à son insersion dans un modèle explicite et général de linguistique segmentale, vue comme un produit nécessaire de l’économie linguistique et comme un instrument permettant « l’expansion lexicale rendue nécessaire par le progrès de l’humanité » (Martinet 1969 [1962], p. 40), parce que sans la seconde articulation il n’y aurait que des grognements inutilisables et ingouvernables :

  • 31 On ne peut pas ne pas observer que le « perpétuel état d’instab (...)

Quand on pense à l’immense variété des besoins communicatifs de l’humanité, on s’aperçoit que le langage de l’homme ne pourrait se concevoir sans la double articulation. Essayons de nous imaginer dans quel embarras nous nous trouverions, aussi bien pour nous faire comprendre que pour comprendre autrui, si nous devions distinguer des milliers de grognements inarticulés, chacun correspondant à un de nos monèmes, ce qui serait le cas si la seconde articulation nous était inconnue. […] Mais il y a plus que l’économie : si la forme de chaque monème était un grognement inanalysable, il y aurait solidarité complète entre sens et forme vocale : le sens exercerait une influence directe sur la forme, si bien qu’à tout instant tout usager de la langue serait tenté d’adapter sa prononciation aux nuances particulières de sens qu’il voudrait transmettre à son auditoire. En fin de compte, forme et sens seraient dans un perpétuel état d’instabilité. C’en serait fait alors des unités de sens parfaitement identifiables et bien distinctes les unes des autres, telles que le sont, en fait, les monèmes de nos langues, grâce à leur forme stable et bien typée (Martinet, 1970 [1965], p. 13-14).31

La phase structuraliste aux États-Unis et la synthèse de Jakobson

  • 32 La distinction entre le structuralisme européen et le (...)

58Partant de présupposés différents mais analogue dans ses incertitudes et ses résultats, la question du phonème du structuralisme américain suit un parcours parallèle à celui du structuralisme européen32. Par exemple, la présomption a priori de l’existence d’une pars minima, appelée phonème, constitue un important élément commun. Dans sa phase initiale, que l’on fait traditionnellement coïncider avec le lancement de la revue « Language » en 1925, la réflexion phonologique nord-américaine se fait autour de deux positions : une position psychologiste qui disparaîtra rapidement et qui était liée au prestige de la figure relativement isolée de Sapir (1925 ; 1933), et une position distributionnaliste et antimentaliste représentée par Bloomfield (1926 ; 1933), qui devint rapidement dominante, pour le demeurer pendant une quarantaine d’années.

59Sapir (1925), après avoir introduit les concepts de variabilité des unités phoniques et de système, évoque la dimension mentale à travers la différenciation psychologique de chaque unité par rapport aux autres (ibid., p. 39), et invite à aller au-delà de la dimension physique, bien que celle-ci soit nécessaire pour lancer un processus intuitif, parce que celle-ci n’épuise pas les phénomènes phonétiques et parce que les données sensorielles n’acquièrent de signification que sous une forme reconstruite intuitivement (ibid., p. 51).

  • 33 La description d’une de ces expérimentations est reprise de man (...)

60Partant de la distinction classique remontant à Baudouin de Courtenay et réinterprétée à la lumière des fonctions pragoises, Sapir (1933) assume une position plus explicite sur la distinction entre phonème (« unité qui a une signification fonctionnelle dans la forme ou le système rigidement déterminé de sons propres à une langue ») et son ou élément phonétique en soi (« entité que l’on peut définir objectivement dans la totalité du langage parlé ou entendu ») (ibid., p. 247) et sur les concepts de « pertinence » et de « catégorialité » (ibid., p. 247-249). L’argument clé pour la démonstration de la nature mentale des phonèmes lui vient de ses expériences de recherche sur des langues amérindiennes et de l’observation du comportement de ses collaborateurs, parlants natifs des langues faisant l’objet de ces études, ainsi que d’interprètes bilingues qu’il a lui-même entraînés à l’analyse phonétique33 et qui déclaraient avoir entendu des choses objectivement absentes du signal.

  • 34 Bloomfield 1926 est le manifeste du structuralisme distribution (...)

61La position distributionnaliste, représentée par Bloomfield (1926 pour les aspects généraux34 et 1970 [1933], p. 73-89 pour les aspects phonologiques), peut se synthétiser ainsi : la variété des manifestations phoniques est infinie et le parler est continu ; la langue fonctionne parce que nous reconnaissons pratiquement la ressemblance entre deux énoncés (p. 75) ; en observant un énoncé nous voyons ses traits acoustiques bruts, dont une partie est distinctive et l’autre pas (p. 76). Naturellement, la phonologie devrait prendre en considération le signifié, mais, étant donné que l’étude du signifié est loin d’être parfaite, il doit se contenter de manière générique de supposer que dans une langue certains énoncés sont semblables dans leur forme et dans leur signifié (p. 77). Pour parvenir aux unités qui constituent les mots, il est nécessaire d’effectuer une série de confrontations entre des mots qui se ressemblent en partie, en sectionner les composantes et en observer la distribution. Sur ce point, on observera que :

Parmi les traits acoustiques bruts de n’importe quelle émission, donc, certains sont distinctifs, et se reproduisent sous une forme reconnaissable et relativement constante, lors d’émissions successives. Ces traits distinctifs apparaissent en bloc ou en masse que nous appelons dans les deux cas un phonème (ibid., p. 78).

62La conclusion basée sur l’impalpable différence entre sounds et features of sounds est que :

Les phonèmes d’une langue ne sont pas des sons, mais simplement des traits phoniques que les locuteurs ont été entraînés à produire et à reconnaître dans le son du discours – de la même façon que les automobilistes ont été entraînés à s’arrêter au signal rouge, que celui-ci soit une lumière électrique, une lampe, un drapeau ou que sais-je encore, bien que le rouge n’existe pas en dehors de ces signaux réels (ibid., p. 78).

63Enfin, le problème de la variabilité infinie des manifestations phoniques d’une langue (ibid., p. 75) est résolu par le recours à l’espace phonologique et par le principe de la variabilité réglée : par exemple, le /e/ de pen pourra varier à loisir pourvu qu’il n’envahisse pas l’espace de réalisation du /i/ de pin ou de tout autre phonème adjacent (ibid., p. 79-80).

  • 35 Lu avec attention par Vachek (1936b) qui met en évidence ses po (...)
  • 36 La déclaration programmatique à travers laquelle Bloch (1948, p (...)

64Mais, mettant de côté les positions mineures de Swadesh (1934), et de Twaddell (1935)35 qui prend ses distances tant par rapport aux positions « psychologistes » que par rapport aux positions réalistes, mais ne sera toutefois suivi par aucun autre chercheur, le texte qui représente le plus efficacement la phonologie distributionnaliste est celui de Bloch (1948), un travail maniériste qui n’apporte rien sur le plan théorique. En effet, l’article reprend explicitement Bloomfield (1926) dans ses postulats et dans la méfiance à l’égard de la psychologie, de la philosophie et de la sémantique qu’il emprunte à celui-ci (Bloomfield, 1926, p. 143-144)36.

  • 37 Certains sont très généraux, pour ne pas dire génériques : par (...)
  • 38 Bloch reconnaît à Menzerath et Lacerda 1933 et à Menzerath 1938 (...)

65On y compte jusqu’à 57 postulats (chacun accompagné de définitions et de corollaires), divisés en 12 sections37. Les postulats 11-16 de la section Segmentation (ibid., p. 12-17) sont intéressants (notamment le postulat 11), dans lesquels il est reconnu que la segmentation, même si les données instrumentales (qui sont ou devraient être « objectives ») ne fournissent aucun élément à cette fin38, a également lieu sur la base de la perception de la part d’un observateur entraîné phonétiquement (Bloch 1948, p. 12), ignorant cependant que la perception est subjective et peut varier d’une personne à l’autre.

66Pour le reste, l’article, plus que proposer une réflexion théorique, expose une technique et, de ce point de vue, en vient à se ranger du côté des pratiques descriptives du structuralisme européen.

67Un manuel de Hockett (1955) qui eut une large influence jusqu’en Europe présente de manière exaspérée les tendances de la phonologie de caractère bloomfieldien aux États-Unis. L’auteur a comme principale référence la tradition empirique et mathématisante nord-américaine avec laquelle il partage, outre le point de vue ethnographique et anthropologique de la recherche sur le terrain, l’aversion pour le signifié et la vision rigidement segmentale du signifiant. La déclaration programmatique est des plus claires :

Notre point de vue sera empirique. J’accepte l’affirmation de Bloomfield selon laquelle « les seules généralisations utiles sur le langage sont les généralisations inductives », et j’adhère donc à l’école de pensée de la vérité divine et non à celle de l’abracadabra (Hockett 1955, p. 2).

68Mais, nonobstant cette déclaration de foi empiriste et inductive, sa vision de la langue demeure loin de la matière.

69Pour Hockett (ibid., p. 14) une langue est un système complexe d’habits articulé en cinq sous-systèmes interreliés, dont trois sont centraux et deux périphériques. Les sous-systèmes centraux correspondent au système grammatical (morphèmes et règles de combinaison), au système phonologique (phonèmes et règles de combinaison) et au système morpho-phonémique (qui relie les deux précédents). Les sous-systèmes périphériques correspondent, par contre, au système sémantique (qui associe les morphèmes avec les choses ou avec les situations ou avec des types de choses ou des types de situations) et au système phonétique (code de conversion entre phonèmes discrets et ondes acoustiques).

  • 39 On trouve chez Bybee (2001, p. 2) un exemple de la manière dont (...)

70La matérialité psycho-physique de la langue est ainsi rejetée à la périphérie du système39. En outre, quelques pages plus loin (ibid., p. 25), le procédé inductif est lui aussi, pour ainsi dire, renié :

Nous ne pouvons pas dire que le phonème, ou tout autre unité phonologique, soit physiquement présent dans le signal linguistique ; ce qui y est présent, et qui est directement observable, est une représentation du phonème.

71En d’autres termes, le phonème n’est pas une représentation construite de manière inductive à partir de l’observation de la donnée, et, vice-versa, la matière est une représentation du phonème, c’est-à-dire d’un objet immatériel qui est donc donné a priori. Le concept de « représentation » est décidément renversé.

72Rappelons enfin le livre qui a profondément marqué les théories, et plus encore les pratiques phonologiques de la deuxième moitié du xxe siècle : Fundamentals of language (Jakobson et Halle 1956), qui a uni l’Europe et l’Amérique, en harmonisant dans les matrices binaires les features de la tradition bloomfieldienne avec les composantes du contenu phonologique de Troubetzkoy, fournissant un modèle de représentation des faits non seulement phonologiques mais linguistiques, et qui sera largement diffusé jusqu’à nos jours. Jakobson, certainement le plus cultivé et le plus universel de tous les phonologues du xxe siècle, réussit, en outre, à conjuguer son héritage fonctionnaliste, sa vision complexe des faits de langue, l’attention pour l’auditeur et pour l’acoustique, avec les aspirations mathématisantes de la linguistique américaine et la perspective binaire de l’informatique.

  • 40 La contradiction entre le concept d’« autonomie ontologique du (...)

73Petitot-Cocorda (1985, p. 38-39) interprète, à mon avis de manière inadéquate, comme nous l’avons déjà observé pour Holenstein (supra, chap. 3, note 18), les traits binaires de Jakobson comme l’application phonologique du principe husserlien de la fondation (c’est-à-dire des « rapports de dépendance […] entre un moment et le tout dont il est le moment non détachable ») : les phonèmes seraient pour Jakobson des « unités formelles et relationnelles constituées par des rapports de fondation, rapports réels au sens d’une autonomie ontologique du niveau phonologique »40.

74Mais, mettant de côté les références à Husserl, le problème est, à mon avis, la permanence d’ambiguïtés : si les traits, en effet, sont pour Jakobson et Halle des manifestations de la matière phonique ou des propriétés que celle-ci peut manifester et qui peuvent être perçues et mesurées, il semblerait alors que le caractère d’immatérialité du phonème en vienne subrepticement à disparaître. En outre, demeure constamment dans l’ombre le problème crucial des limites matérielles, mentales ou ontologiques du segment (sur cet aspect voir infra, « Le problème de la substance » et chap. 4, « La syllabe comme pars minima naturelle »). En effet, l’idée innovatrice de décomposer la matière phonique en un entrelacement de constituants qui se dénoue dans le temps perd de sa force quand à ce tissu continu est imposée l’artificielle discontinuité impliquée par le phonème.

Un premier bilan

75Tel fut le cadre dans lequel a évolué la phonologie entre la fin des années vingt et la fin des années soixante du xxe siècle. Nous pouvons considérer à ce stade que le phonème de la tradition classique s’est consolidé. Certaines questions demeurent sans réponse, questions que par ailleurs personne ne pose, sur la nature du phonème (unité mentale ou fonctionnelle) et sur la manière de concilier son immatérialité déclarée avec l’irréductible matérialité et variabilité des traits. Demeurent en outre, comme nous le verrons dans « Qu’est-ce qu’une structure phonologique ? », certains doutes sur le complément conceptuel du phonème, c’est-à-dire sur la structure.

76Mais les pratiques oublient très rapidement les profondes incertitudes et incongruités théoriques des deux lignes, européenne et nord-américaine, et se rejoignent de fait dans une dimension opérative répétitive qui par de nombreux aspects perdure encore aujourd’hui dans le sens commun et dans les grandes œuvres institutionnelles (manuels, encyclopédies). Tout se passe comme si le débat qui a duré une vingtaine d’années (et qui commença avec la tension théorique et l’enthousiasme tangibles dans les volumes des Travaux pragois, ou dans les premières années de Language ou dans le numéro XXX du Journal de psychologie), s’était épuisé pour n’avoir pas trouvé de solution. La linguistique se replie sur une pratique phonologique dont les fondements n’ont pas vraiment été éclaircis (et dont il ne reste de fondement certain que celui de l’écriture alphabétique). C’est aussi dans un tel cadre que s’accentue la scission entre phonétique et phonologie, c’est-à-dire entre forme et substance, et partant que naît la méfiance à l’égard de la matière.

La phase générativiste et post-générativiste41

  • 41 Comme on peut le voir, ce paragraphe est séparé de celui intitu (...)
  • 42 Sur l’histoire complexe des phonologies génératives et post-gén (...)

77Cette phase commence conventionnellement en 1968, année de publication de The Sound Pattern of English (SPE), de Chomsky et Halle (1973 [1968]), considéré comme un tournant dans les études de phonologie42.

78En un certain sens, cela est vrai parce qu’à partir de là, la phonologie, tant dans ses présupposés que dans ses appareils, changera de manière éclatante, en conséquence du fait que a) la langue comme moment intersubjectif n’existe plus, parce qu’elle se résout dans la grammaire, c’est-à-dire dans la compétence innée du locuteur idéal, b) la parole n’est pas prise en considération comme objet d’étude linguistique et c) de manière cohérente avec le modèle général, les relations entre signifié et signifiant, déjà faiblement représentées dans le modèle structuraliste à travers les paires minimales, disparaissent complètement.

79En outre, dans SPE, conformément à la théorie générale, l’esprit/cerveau fait son apparition et réapparaît la représentation, qui avait été un mot clé de la phase psychologiste, mais qui est utilisée avec deux valeurs différentes : la première est celle d’une image mentale générique du locuteur/auditeur, c’est-à-dire la Vorstellung, ou représentation intérieure, pour laquelle la grammaire est « le système de règles représenté dans le cerveau du locuteur-auditeur » (Chomsky et Halle 1973 [1968], p. 26) ; la seconde, plus circonscrite à la phonologie, est celle de visualisation [graphique ?] d’un schéma pensé par le linguiste, c’est-à-dire la Darstellung, ou représentation extérieure :

une représentation phonétique a la forme d’une matrice à deux dimensions, dans laquelle les lignes représentent les traits particuliers et les colonnes les segments successifs de l’énoncé engendré […] la représentation phonétique d’un énoncé d’une langue donnée est une matrice dont les lignes portent le nom des traits de la phonétique universelle (ibid., p. 28-29).

  • 43 La valeur incertaine dans les usages, même successifs, de repré (...)

80En effet, même si cela n’est pas dit de manière explicite, il semble clair que Chomsky et Halle se réfèrent ici à une représentation métalinguistique, c’est-à-dire à la manière dont un modèle représente un phénomène (il ne semble pas en effet raisonnable de penser que des représentations matricielles soient présentes dans l’esprit du locuteur)43.

81Enfin, dans les passages cités, n’apparaît pas ce qui a été matériellement perçu, la donnée physique, qui dans la phase psychologisante de la phonologie était l’objet de la représentation, c’est-à-dire de l’élaboration mentale, et constituait pour cela le point de départ du processus : toute relation linguistique entre « son » et « phonème » (quel que soit son appellatif) a disparu en conséquence du cadre rigoureusement déductiviste de la théorie.

82Dans le modèle générativiste donc, comme du reste dans le débat structuraliste qui à la fin avait aboli la représentation, la nature de la pars minima est loin d’être claire, et il en va de même de ce que la représentation est censée représenter : tout au plus une unité générée de l’intérieur, selon le principe énoncé par Piattelli-Palmarini (voir supra, chap. 1, « Entre empirie et schématisme » ).

  • 44 Halle (1964, p. 325), après avoir rappelé avec grande lucidité (...)
  • 45 Dans tous les cas, les résultats des réflexions précédentes ne (...)

83Mais le changement de cap de SPE n’est qu’apparent, précisément en raison des aspects de la nature de la pars minima et de la nature segmentale des langues44. En effet, après une déclaration programmatique radicale d’élimination du phonème (« Nous ne parlerons pas d’analyse phonémique ni de phonèmes dans cet ouvrage », ibid., p. 38), suivent d’autres déclarations (« Nous désignerons les consonnes et les voyelles constituant un formant comme les segments de ce formant », ibid., p. 66 ; ou par exemple à la p. 164 de l’édition originale) qui atténuent de beaucoup la portée de la déclaration précédente, qui à la fin apparaît plutôt comme une simple substitution de termes (non plus des phonèmes, mais des segments ou des matrices de segments). On ne va donc pas outre la position de Jakobson, privée cependant de toute composante acoustico-auditive et donc dénaturée ou pour le moins banalisée45.

84Comme théorie phonologique, SPE a été une faillite et n’est demeurée en vie qu’en vertu surtout du grand prestige du modèle général et d’une politique scientifique d’école particulièrement agressive. En dernière analyse, nous pourrions dire que SPE est une non-théorie parce que, conformément à la conception de la phonologie comme composante périphérique de la langue, on n’y cherche pas les fondements de la nature et de la phénoménologie du signifiant, mais n’y sont élaborées que des règles de transformation, d’ailleurs très tôt considérées comme universellement inapplicables.

85En effet, dans la grande variété de positions exprimées par les phonologies qui d’une certaine manière se réfèrent à Chomsky et à la relation entre structure profonde et structure superficielle, l’objectif principal a non pas été celui d’une nouvelle réflexion sur l’objet d’étude (et d’autant moins sur le statut de la pars minima) mais plutôt celui de la recherche d’une simplification des appareils descriptifs et des architectures de leurs relations dans le sens d’une plus grande « naturalité » (du reste cherchée sur le plan de la théorie générale par Chomsky lui-même, par exemple dans les leçons de 1981 et 1993). Dans l’ensemble, aucune phonologie générative n’a véritablement affronté le problème de la structuration du parler, du rôle par ailleurs sémiotique de sa réalité physique, pas plus que celui de la nature des représentations qui sont restées discrètes et, malgré tout, segmentales. Quelques exemples rapides montreront cette persistance.

  • 46 Lorsqu’une certaine attention est consacrée aux phonèmes, comme (...)
  • 47 Pour transformer divinity fudge en [dɘvĩ́ĩ̭fʌdƷ] 14 passages so (...)
  • 48 Des imprécisions comme (ibid., p. 24) la présumée forme italien (...)

86Ce qu’il est convenu d’appeler la phonologie naturelle et que l’on trouve, outre chez Stampe (1979) et Donegan et Stampe (1979), par exemple chez Hurch et Rhodes (1996), constitue un cas intéressant parce qu’elle devrait représenter une orientation véritablement alternative à l’orientation non naturelle de conception chomskyenne. Celle-ci se base sur certains présupposés raisonnables : le caractère physique, matériel des langues ; la dynamique phonologique comme résultat des tendances à maximiser la capacité distinctive et à minimiser les difficultés articulatoires ; l’attention aux processus plus qu’aux règles (Stampe 1979, 8-9). Toutefois, même dans cette direction de recherche, bien que le terme et le concept de phonème ne soient pas thématisés et n’apparaissent que de manière sporadique46, la perspective générale et les procédures analytiques sont rigidement segmentales, c’est-à-dire basées sur des segments singuliers dont les transformations, parfois extrêmement complexes47, sont décrites mais non sans quelques artifices et imprécisions48.

87En outre, le bien-fondé des prémisses semble parfois s’y perdre, comme lorsqu’il est soutenu, pour justifier le caractère naturel d’un processus de dénasalisation vocalique, que la voyelle nasalisée (résultat à son tour d’un événement coarticulatoire des plus naturels) renfermerait des éléments non naturels qui devraient être assainis :

Des processus indépendants du contexte – comme la dénasalisation des voyelles qui élimine un trait qui interfère avec l’articulation et avec l’acoustique des voyelles – répondent à la complexité interne de chacun des segments. Le segment se trouve souvent composé de propriétés qui se nuisent entre elles, et pour cette raison, il existe des processus qui tendent à en éliminer les conséquences négatives, en valorisant une propriété aux dépens de l’autre (ibid., p. 21-22).

88Donc, de façon plus générale, on admet que le point de départ d’un processus de naturalisation est non naturel :

Les séquences de segments requièrent souvent des mouvements radicaux et précis des organes articulatoires, qui sont plutôt difficiles dans le cas d’une rapidité d’élocution normale. Il y a donc des processus qui surmontent ces difficultés en substituant les segments avec d’autres qui se combinent mieux dans la séquence (ibid., p. 23).

  • 49 Toutefois les contradictions ne manquent pas : un peu plus loin (...)

89À mon avis, il semblerait que la matrice de ces circularités corresponde à l’affirmation, discutable selon moi, selon laquelle l’animal parlant n’est pas parfaitement adapté à la langue (« The speaking animal is imperfectly adapted for speech », ibid., p. 42) : il pourrait en ressortir que la langue, ou bien la parole, ne sont pas un produit radicalement humain, mais une activité à laquelle les humains doivent s’adapter, dans un curieux et, semble-t-il, inconscient renversement de points de vue49.

90Dans la déclaration d’intention de la phonologie dite articulatoire (Browman et Goldstein 1990, p. 342), on peut lire entre autre :

Nous considérons que les trajectoires continues de mouvement peuvent être analysées comme un ensemble de gestes sous-jacents discrets, simultanément actifs. Et enfin, les gestes discrets, abstraits, définis dynamiquement sont ultérieurement organisés en partitions gestuelles dans le modèle linguistique gestuel […]. Mais, vu que les gestes sont intrinsèquement spatio-temporels, il est possible que ceux-ci se superposent dans le temps. L’activation de la superposition de plusieurs gestes invariants conduit à des trajectoires articulatoires qui varient en fonction du contexte, si les gestes impliquent le même articulateur, et à des effets acoustiques variables même lorsque sont impliqués des articulateurs différents.

  • 50 La variabilité qui en découle et qui est considérée par le modè (...)

91Toutefois, le recours à la catégorie du geste articulatoire comme unité minimale constitue ici un élément relativement nouveau. Mais il ne s’agit que d’une nouveauté relative, parce que le retour à la perspective articulatoire au détriment de la perspective acoustique et auditive est une caractéristique fondamentale de la phonologie générative. Il s’agit, en dernière analyse, d’un retour aux traits, vus cependant du point de vue de la production plutôt que du produit, comme il advient dans les matrices binaires de Jakobson ou de Chomsky et Halle. De manière plus significative, on peut y noter l’hypothèse de la superposition dans le temps des gestes eux-mêmes, parce que, de cette manière, on tente d’expliquer les motifs non seulement de la grande présence des aspects coarticulatoires du parler50, mais aussi, puisqu’il ne s’agit pas de gestes coextensifs dans le temps, du problème de segmentation qui en découle, c’est-à-dire d’une des plus importantes difficultés des phonologies basées sur la discrétion des unités (voir infra, « Le problème de la substance »).

92Dans la déclaration d’intentions de ce que l’on appelle la phonologie métrique autosegmentale (Goldsmith 1990, p. 9) on lit par contre à propos des unités minimales :

  • 51 On ne peut pas ne pas noter la simplification radicale : le but (...)

Malheureusement, le terme segment [que l’auteur utilise à la place de phonème] a une longue histoire dont nous ne voulons pas nous embarrasser. Le terme fut introduit en phonologie dans une phase au cours de laquelle on considérait comme évident que le but de l’analyse phonologique était le découpage de l’événement de parole en une succession de segments. Les segments qui en résultaient étaient des unités à la durée définie et définissable51 […] Le terme segment est encore utilisé dans la théorie phonologique courante, mais en un sens plutôt différent. L’analyse phonologique que nous appliquerons a comme but principal celui de fournir un modèle de ce que sait le locuteur/auditeur […] Plus loin dans ce livre, nous verrons que l’image naïve selon laquelle ces événements seraient la simple séquence ordonnée d’événements est fausse. Certes, celle-ci contient aussi quelque chose de vrai, sinon l’écriture alphabétique n’aurait pas eu autant de succès. Mais ce que nous verrons est que chacune des composantes gestuelles de l’articulation – les traits de la phonologie moderne – a sa propre vie, distincte des autres, et une théorie phonologique adéquate sera celle qui reconnaît ce fait et fournit un moyen pour comprendre le lien entre les gestes de la langue, ceux des lèvres et ainsi de suite, et les unités organisatrices plus amples, comme la syllabe. Nous utiliserons donc le terme « segment » de la manière dont il a été pensé plus récemment : pour indiquer une unité indivisible, en définitive une unité mentale d’organisation.

93Comme on peut le voir, le segment survit comme « unité indivisible, en définitive une unité mentale d’organisation », formule dans laquelle on repropose, peut-être sans le savoir, la pars minima (bien plus encore, l’indivisible unit est précisément la voix indivisible des Anciens), et le Lautbild (mental unit) qui y sont juxtaposés. Donc, on ne va guère au-delà de Baudouin de Courtenay et, en outre, la définition demeure ambiguë par rapport à l’extension du segment.

94L’axiome de la succession linéaire d’éléments discrets survit, mais il est intégré, ou bien corrigé, avec ou par une représentation à plusieurs niveaux reliés intrinsèquement (fait d’une importance cruciale pour l’analyse des langues à tons, pour lesquelles ce modèle a été élaboré).

  • 52 L’exemple prototypique de conception idéaliste consisterait à v (...)
  • 53 Ici non plus pourtant, il ne semble pas que le segment ait été (...)

95Dans un volume au titre lucrétien (ou cicéronien ?), De natura sonorum, Laks et Plénat (1993a) reprennent les motifs d’une querelle plurimillénaire entre idéalisme et matérialisme (voir par exemple la synthèse de Formigari 2001, p. 16-18, 39-43 et passim, l’article de Gensini 1993 [1994] et les essais recueillis par Simone 1995), et insèrent la phonologie auto-segmentale dans une ligne matérialiste. Les auteurs (Laks et Plénat 1993b, p. 6) proposent une lecture de la pensée phonologique du xxe siècle selon laquelle les représentants de l’idéalisme dans sa phase de fondation des phonologies seraient Jakobson, Martinet et Chomsky (Troubetzkoy aurait pour sa part conservé un plus grand respect pour la matière)52, alors que les représentants d’une phonologie matérialiste seraient précisément ceux qui se situent dans la phonologie auto-segmentale qui fournit le cadre de référence du volume (Laks et Plénat 1993b, p. 9)53.

96La théorie à succès de l’optimalité (Prince et Smolensky 1993 ; McCarthy 2002), appliquée en prévalence à la phonologie, participe de ces tentatives, au sein desquelles elle peut être considérée comme celle qui connut le plus grand succès de simplification du modèle générativiste, à l’intérieur duquel elle continue à se situer. La simplification est notable. L’appareil formel prévoit une entrée (input) constituée de l’ensemble des primitifs linguistiques (que l’on suppose innés et universels) et leurs combinaisons (McCarty 2002, p. 70) ; ceux-ci sont placés dans un dispositif (dit Gen) qui génère un ensemble de candidats possibles pour la sortie en surface (output) ; un dispositif d’évaluation (dit Eval) choisit les candidats qui apparaîtront dans l’output (ibid., p. 10). Le mécanisme est réglé par deux principes : celui de la fidélité et celui des contraintes.

97La fidélité est le principe, en soi sain, par lequel l’output ne doit tendanciellement pas modifier l’input. Les contraintes sont les limitations naturelles qui règlent aussi bien les combinaisons des primitifs (contraintes universelles) que les transformations dans le passage de l’input à l’output (contraintes spécifiques). Les contraintes peuvent être violées quand elles entrent en conflit avec des contraintes hiérarchiquement supérieures.

98Il ne s’agit pas ici de s’interroger sur ce qu’est précisément l’ensemble des primitifs ni de se demander pourquoi, comme nous l’avons déjà vu dans la phonologie naturelle, le dispositif Gen devrait générer de mauvais candidats. En revanche, demeure le fait que la perspective continue à être segmentale parce que les unités phonologiques, aussi bien de l’input que de l’output, sujettes à des contraintes et à des transformations qu’ils déterminent, sont toujours des segments, sur la nature desquels on ne discute pas, peut-être parce qu’ils sont considérés comme innés.

Les phonologies cognitives

  • 54 Je ne pose pas ici la question, désormais banale, de savoir ce (...)

99Ces dernières années, la nébuleuse de la linguistique cognitive de seconde génération s’est étendue aussi au domaine de la phonologie, et des livres et des travaux se référant explicitement à la phonologie cognitive ont été publiés54. Cela peut être considéré comme un fait très positif, parce que si la linguistique cognitive a pour objet l’étude de la construction et de la représentation de la connaissance à travers les langues, alors l’étude de la manière dont les stimuli sonores concourent à cette construction et à cette représentation devrait occuper une place de premier plan, non moins importante que celle qu’occupe l’étude des rapports entre langue, esprit et monde et celle de leurs représentations, c’est-à-dire de la sémantique. Les stimuli physiques et les représentations mentales sont, en effet, les deux faces inséparables de la faculté humaine du langage.

100Les phonologies cognitives constituent, au moins dans leurs présupposés, une rupture nette par rapport aux phonologies génératives (mais aussi un pont vers une psychophonétique revisitée) parce qu’elles se situent toutes dans un programme que l’on dirait aujourd’hui de naturalisation du langage : le point de départ n’est donc plus l’esprit du locuteur idéal, ou l’un de ses modules, ni une structure profonde à transformer, mais la réalité biologique et psychophysique des sujets parlants dans le monde, la perception réacquérant ainsi de l’importance.

101Ce que nous chercherons à comprendre dans ce paragraphe, c’est précisément si ce programme a effectivement été réalisé. Cependant, on ne peut pas ne pas observer au préalable que l’effort créatif du cognitivisme semble s’éteindre face à la phonologie : ce qu’on lit chez Lakoff (1987, p. 61-62) à propos du phonème peut être lu dans n’importe quel manuel de phonologie (étiqueté théoriquement ou pas) et rien ne change à cet égard avec l’introduction du phonème-prototype qui regroupe un certain nombre d’allophones : de cette façon, le problème des limites discrètes de la catégorie disparaît certes, mais le phonème reste toujours la catégorie de base de la phonologie et donc le contenu présumé de la cognition. Il en va de même pour Langacker (1987, p. 388-394) qui, bien que reconnaissant une sorte de primat de la syllabe dans l’ontogenèse du langage et la nature complexe de la catégorie phonème, continue de voir dans le segment l’unité de base de la représentation du signifiant : donc la question est pour lui encore celle, certainement pas nouvelle, du rapport entre phonèmes et allophones.

102Cela nous amène à une réflexion de type général. La représentation à laquelle faisaient référence Baudouin de Courtenay, Saussure, Troubetzkoy et Sapir était, de par leur modèle associationniste, la mémorisation passive des traces d’un percept : dans cette optique, il était aussi raisonnable que la représentation pût représenter un segment, parce que celui-ci était, dans tous les cas, la source d’une sensation auditive.

103Mais au moment où la représentation devient, ou devrait devenir, une élaboration cognitive, c’est-à-dire quelque chose de bien plus complexe qu’une simple trace psychique, nous devons nous demander s’il est sensé de penser à des formes d’élaboration mentale de sons de la langue qui ne soient pas intrinsèquement liées à une signification (c’est-à-dire la légitimation sémiotico-linguistique du son lui-même). S’il en est ainsi, le contenu de la représentation devrait être une unité significative (sans exclure naturellement la conceptualisation qui s’ensuit de la pars minima à travers un apprentissage métacognitif de second ordre).

  • 55 Eco (1999 [1997], p. 391-392), en présentant, à juste titre, la (...)

104Renoncer au caractère primaire du lien fondateur entre sons et sens nous reconduit fatalement à l’idée d’un module phonologique autonome, idée qui soulève, à notre avis, une question peut-être irrévérencieuse : pourquoi donc une personne normale devrait-elle dépenser de l’énergie mentale à élaborer la représentation de quelque chose qu’elle ne rencontre jamais en soi (jusqu’à ce que quelqu’un lui enseigne, éventuellement à l’école, que la langue est une séquence linéaire d’éléments discrets, ou jusqu’à ce qu’elle soit soumise à une expérimentation de psycho-acoustique) et qui probablement ne sert à rien (si, comme nous le verrons au chap. 4, la capacité explicative du test de commutation et des paires minimales est pour le moins encore à démontrer)55 ?

105Mais les travaux relevant explicitement du cognitivisme ne semblent pas s’interroger sur une telle question. Naturellement, on y trouve des déclarations programmatiques intéressantes, comme par exemple lorsqu’il est affirmé que le programme cognitif est basé sur des connexions et non sur des limites et que l’étude du parler est une question de connexions (Schwartz et al., 2002, p. 254), ou comme lorsqu’est rappelée la centralité de la cognition dans les théories linguistiques de Saussure ou de Chomsky (Laks 2005b).

106Toutefois, la lecture de ces travaux montre encore une fois que les continuités sont souvent plus fortes que les ruptures, aussi bien du point de vue des catégories analytiques adoptées que du point de vue des unités linguistiques considérées.

107Observons avant tout que, contrairement à ce qu’on pourrait attendre d’une perspective cognitive dans laquelle les représentations phonologiques devraient être conçues pour autant qu’elles signifient quelque chose, le signifié non seulement n’est pas central, mais peut être totalement absent (par exemple, chez Durand et Laks, 2002a, il ne figure ni dans les textes, ni dans l’index) ; comme d’ailleurs le sont aussi les références au contexte et au monde. Par conséquent la phonologie cognitive, dans certaines de ses manifestations, risque d’apparaître comme une sorte de branche des neurosciences (sans l’esprit) pour l’étude des contrôles neuromoteurs pour la production et la réception (ainsi que l’observent justement Durand et Laks, ibid., p. 1). Et en effet Pinker et Jackendoff (2005), à la recherche de traits uniquement humains du langage, en trouvent un précisément dans la capacité de discrimination de notre système auditif, dont ils décrivent le fonctionnement sans faire référence à l’aide importante que les hypothèses de signification et le contexte fournissent au mécanisme perceptif.

  • 56 Il est à noter qu’il ne s’agit pas ici d’un renvoi au lien cogn (...)

108Concernant les catégories adoptées, le concept clé est naturellement celui de « représentation ». En effet, la phonologie cognitive « s’adresse à la question centrale du statut cognitif des représentations et de leurs relations avec l’implémentation phonétique » (Durand et Laks, 2002a, p. 1)56.

109Mais la représentation des phonologues cognitivistes ne semble pas contenir d’éléments nouveaux. En effet, non seulement elle présente la double acception que nous avions déjà observée chez Chomsky et Halle, mais la relation entre percept et représentation peut être décrite comme suit :

On trouve des schémas sonores dans les deux aspects de la langue parlée [c’est-à-dire dans l’aspect physique et dans l’aspect psychologique]. Un schéma phonologique est la distribution d’une catégorie sonore psychologique. La phonologie est la théorie de ces schémas. Un schéma phonétique est la distribution de quantités physiques associées à une catégorie sonore. La théorie de ces schémas est la phonétique. […] Un schéma phonétique est gradient, alors qu’un schéma phonologique est catégorial (Myers 2000, p. 245).

110Nathan (1996, p. 107, 109), pour lequel le rapport entre phonèmes et allophones se trouve dans les termes du prototype à la Rosch (ou à la Lakoff), définit respectivement la nature du phonème et des traits comme :

  • 57 Nathan (1996, p. 112-115) explique, non sans quelques points ob (...)

une unité mentale, pour laquelle j’utiliserai les concepts de catégorisation développés par la Grammaire Cognitive ; […] les traits […] ne sont pas seulement le schéma abstrait de classification des objets linguistiques désincarnés, mais plutôt les images mentales des paramètres physiques qui constituent la parole.57

111Comme on peut le voir, pour le lecteur d’aujourd’hui, il est difficile de percevoir en quoi diffère, par rapport aux arguments qui avaient caractérisé la psychophonétique de Baudouin de Courtenay (qui précisément évoquait des images mentales de paramètres physiques), la phonologie du premier Troubetzkoy (1929a, p. 39-40) où les traits, c’est-à-dire les features, étaient définis comme des éléments acoustico-moteurs d’une représentation phonique (« motorisch-akustische Lautvorstellungselemente »). En d’autres termes, dans ce rapport persistant entre le son et sa représentation, il est difficile de déterminer s’il faut y voir un retour, peut-être inconscient, à la psychologie associationniste (donc sans reconnaître les évidents progrès de la psychologie que Bühler signalait déjà dans la moitié des années trente du siècle dernier, c’est-à-dire sans tenir compte de la nature symbolique et active de la représentation), ou simplement l’utilisation peu réfléchie d’un terme désormais désémantisé.

112Pour ce qui est des unités de base, si nous nous demandions de quoi ces représentations sont la représentation, la réponse serait, une fois de plus : les parties minimales, essentiellement les phonèmes (par exemple chez Ingleby et Brockhaus (2002), appelés phonological primes), parfois les syllabes (comme chez Segui et Ferrand 2002).

  • 58 C’est-à-dire qu’il est surprenant que dans des milieux qui se r (...)

113Dans cette conservation des unités minimales traditionnelles qui demeurent, en dépit des affirmations de principe, est entre autre et de fait maintenue une perspective bottom up58.

  • 59 La Laboratory Phonology, plus qu’une théorie, est une commu (...)

114Dans un programme cognitiviste au sens large du terme s’insère aussi ce que l’on appelle la phonologie de laboratoire qui, bien que n’employant pas le mot « cognition », y adhère de fait, comme il ressort d’un document programmatique (Pierrehumbert, Beckman et Ladd 2000)59. La phonologie y est vue comme une science accomplie qui, au même titre que la biologie et la physique, présuppose que la langue est un phénomène naturel, même s’il est particulièrement complexe.

Les chercheurs opérant en laboratoire […] considèrent le langage comme un phénomène naturel, bien qu’il soit particulièrement complexe. Le langage comme système cognitif attribué aux individus doit être donc expliqué en termes de faits généraux du monde physique […] ; en termes de capacités spécifiques de l’espèce humaine ayant émergé au cours de l’évolution […] et en termes d’interaction de l’organisme avec son environnement au cours de son développement. Dans cette optique, l’interaction sociale est subsumée sous le domaine des phénomènes naturels (ibid., p. 274-275).

  • 60 La formalisation mathématique est un passage crucial : non seul (...)

115Le langage devrait ainsi être expliqué en termes de faits généraux relevant du monde physique, en refusant la distinction traditionnelle entre connaissance des phénomènes naturels et connaissance des phénomènes sociaux, distinction au sein de laquelle les conventions sociales seraient différentes des phénomènes naturels compte tenu du caractère arbitraire de celles-là (ibid., p. 275). On observe naturellement une tendance qui plonge ses racines dans la tradition étatsunienne à la mathématisation de la linguistique60, à la formalisation et, surtout, à la mesurabilité des phénomènes qui, à elle seule, permettrait la dénotation correcte des termes scientifiques (ibid., p. 281-282).

116Comme on peut le voir, cette orientation reprend de manière exemplaire l’un des deux points de vue critiqués par Oliverio (1999 [1995], p. 3-12), selon lequel il serait possible « avec les neurosciences, de décrire l’homme de manière « objective », mettant ainsi un point final à la subjectivité ».

117Cette attitude a comme conséquence positive l’attention pour la matière, et la nature continue du signal y est sérieusement prise en considération. Mais l’opposition traditionnelle entre la phonétique comme règne des phénomènes physiques continus, et la phonologie comme règne de la discrétion, se résout par le recours à des mathématiques différentes (le module phonologique est catégoriel et se formalise à partir de mathématiques discrètes ; le module phonétique a des variations continues et se formalise à partir de mathématiques continues [ibid., p. 283]). Le problème est donc celui de la mise en relation des deux modules et éventuellement de la réduction de la distance qui les sépare.

118Toutefois, bien qu’il soit dit que l’opposition entre module phonétique et module phonologique est dépassée (ibid., p. 284-285), le cadre théorique demeure encore une fois segmental et discret grâce à un renversement de perspectives : en effet, plutôt que de mettre en discussion la discrétion segmentale des catégories phonologiques sur la base de la constatation de la nature non catégorielle du signal, la catégorialité phonologique est motivée par l’affirmation qu’elle se fonde sur les discontinuités du signal (qui sont ainsi particulièrement mises en relief).

119Les catégories phonologiques seraient donc naturelles dans le sens où les non-linéarités physiques – aussi bien articulatoires qu’acoustiques – permettraient d’affirmer que la phonétique est elle-même déjà quasi-catégorielle. De telles non-linéarités constituent le fondement des inventaires phonémiques (ibid., p. 285).

120Je ne suis pas sûr de partager ce raisonnement et je ferais observer que le signal présente sans aucun doute des discontinuités (pause, reset dans l’évolution de la fréquence fondamentale et de l’énergie, parfois silence de l’occlusion), mais si leur distribution rend très bien compte de la segmentation en unités tonales, elle ne rend certainement pas compte de la segmentation en phonèmes.

  • 61 Par contre, une allusion intéressante (ibid., p. 288) au fait q (...)

121Aussi, l’échafaudage théorique demeure segmental (même si le phonème n’est mentionné que de manière sporadique ou bien désigné en tant que speech sound, et n’est jamais défini, de même que n’est pas dit ce qu’est une catégorie phonologique), bien qu’il ne le soit pas sur la base d’un axiome, comme nous l’avons presque toujours vu, mais parce que l’on considère avoir trouvé dans la discontinuité physique du signal le fondement de la discontinuité phonologique. Le problème de la variabilité des segments auxquels est assignée la fonction traditionnelle de la distinction de signifiés (ibid., p. 288) est résolu en évoquant des processus d’abstraction qui permettent de dégager l’invariant à partir de la variable (ibid., p. 292)61.

Littera est pars minima vocis articulatae

122À l’issue de cet excursus, nous pouvons peut-être tirer quelques conclusions. À la fin d’un itinéraire complexe, le débat animé des décennies centrales du xxe siècle s’étant éteint, et la nature du phonème n’ayant pas été clarifiée dans la discussion du générativisme après 1968, on ne peut dire qu’il ait été nié, mais qu’il a été en grande partie mis de côté quant à ses présupposés théoriques, tout en continuant à être utilisé dans les applications, éventuellement sous un autre nom.

  • 62 On trouve, par exemple, segment dans Chomsky et Halle (1973 [19 (...)
  • 63 Dans le récent Nguyen, Wauquier-Gravelines et Durand (2005), (...)
  • 64 Les deux éditions de l’International Encyclopedia of Lingu (...)

123L’embarras dérivant de cet objet, le phonème ou l’unité minimale, quel qu’en soit le nom, dont on ne sait plus ce qu’il est mais dont on ne saurait se passer, se reflète tant dans la recherche de termes (mais non de concepts) substitutifs62, que dans l’omission du terme63, y compris lorsque la dimension segmentale est largement présente64.

124La question de sa nature physique ou représentationnelle est restée sans réponse et ne fait plus l’objet de discussion. L’ancienne position de Baudouin de Courtenay, en soi claire et compréhensible, a été réfutée (entre autre par les psychologues et non par les linguistes) ainsi que tout le paradigme associationniste, même si cette position semble survivre subrepticement dans de nombreuses formulations modernes. Elle n’a certainement pas été remplacée par d’autres visions, peut-être impossibles, comme nous le verrons, tant que l’objet sera un fragment phonique asémantique. Et je crois que l’échec des phonologies cognitives dépend précisément de cela.

  • 65 L’universalité des traits distinctifs est vraie mais il s’agit (...)

125Les traits distinctifs (et les matrices binaires relatives) oscillent de manière ambiguë entre forme et substance : ils ont été hypostasiés, une dignité phénoménologique leur a été conférée, mais leur capacité explicative des processus phonologiques réels est nulle, du moment qu’ils se sont rigidifiés dans le binarisme et ne sont vus que dans une perspective statique à l’intérieur d’un segment que l’on considère comme auto-consistant (et précisément, le mélange continu des traits, qui a physiologiquement lieu dans le parler, demeure en-dehors de leur capacité explicative)65.

126La seule caractéristique qui soit universellement reconnue à cette entité est celle d’être une pars minima, dont on n’est cependant pas en mesure d’établir les limites, ce qui serait d’ailleurs nécessaire pour en déclarer la nature discrète. De ce point de vue, on n’est pas allé au-delà de la linguistique gréco-latine.

Les contre-évidences

127Peut-être la faiblesse théorique des phonologies segmentales, que j’ai cherché à présenter dans le paragraphe précédent, dépend-elle du fait que l’unité sur laquelle elles devraient être construites demeure évanescente et peut-être inexistante. Je tenterai ci-après d’argumenter cette hypothèse du point de vue de la substance phonique, du point de vue de la perception et, enfin, du point de vue de la relation entre idée de phonème et représentation alphabétique.

Le problème de la substance

128L’expérience d’analyse de variétés de parler non nécessairement informelles ni même formelles (des exemples italiens chez Albano Leoni et Maturi 1992 ; 1994) montre très clairement qu’en éliminant du processus communicatif l’information extérieure au signal (mouvement prosodique d’ensemble, contexte, cotexte, gestes, expectatives, etc.), ce qui reste, c’est-à-dire le signal en soi, est souvent indéchiffrable à l’écoute. Cela n’est pas surprenant si l’on observe la distance phonique entre la forme attendue (c’est-à-dire la forme dans sa transcription phonologique) et celle observée, simple reflet de la grande variabilité et imprévisibilité des manifestations phoniques concrètes. Un examen des présupposés matériels du phonème et de ses propriétés est donc nécessaire. À ce propos, je ferai quelques remarques sur trois points qui me semblent significatifs :
1. la segmentabilité de la séquence et l’inventaire des unités ;
2. la caducité et la variabilité du signal ;
3. le rôle de la prosodie dans la manifestation de la variabilité.

Segmentabilité de la séquence et inventaire des unités

129On sait désormais depuis longtemps que dans le parler naturel les seules discontinuités observables avec certitude sont les pauses et le silence de la phase de fermeture des occlusives (quand il y en a). Dans tous les autres cas, le passage d’un point à l’autre du signal et les variations des indices acoustiques et articulatoires sont graduels et continus.

130Sur l’impossibilité de la segmentation, Paul écrit (1920, § 34-36) :

Une véritable décomposition du mot dans ses éléments est non seulement difficile mais même impossible […] Mais de cette continuité du mot il s’ensuit qu’une représentation de chacune des parties ne peut être directement accessible, mais est le fruit d’une réflexion scientifique, même primitive, à laquelle nous a amené la nécessité pratique d’une écriture phonétique.

  • 66 Jones (1967, p. 1) en est un bon exemple ; celui-ci affirme (...)

131Cette affirmation n’a jamais été démentie66. Par conséquent, l’impossibilité de trouver des limites certaines entre les phones (et donc entre les phonèmes) pose de très sérieux problèmes théoriques pour la définition d’unités, que l’on veut aussi caractérisées par une extension temporelle.

  • 67 L’analyste peut, tout au plus, comme le suggère Salza (1991 (...)
  • 68 Les célèbres expérimentations des laboratoires Haskins (Lib (...)

132Les motifs de cette non-segmentabilité sont très simples et ne sauraient être imputables aux limites techniques de l’analyste67, mais dépendent du fait que chaque production vocale, disons le segment présumé, est le résultat de la coopération en parallèle de divers articulateurs (comme le larynx, la langue, le voile palatal, les lèvres) dont les activités respectives n’ont pas la même extension temporelle et dont les attaques et les décrochements ne sont pas brusques comme dans un dispositif électronique, mais sont graduels, sujets à l’inertie et aux imprécisions de l’activité neuromotrice qui les commande. Je fais référence évidemment à la coarticulation, phénomène diffus et de vaste portée. Il suffirait de penser au rôle des transitions des formants vocaliques pour la reconnaissance des consonnes occlusives, ou à la propagation de la nasalité, qui fait qu’elle est parfois considérée comme un trait suprasegmental (des exemples italiens chez Albano Leoni et Maturi 1991). Ce qui peut être repéré dans une séquence réelle, ce sont les points saillants, mais très rarement les limites intérieures entre segments68. Il convient de souligner que cette observation a aussi des conséquences sur l’évaluation du bien-fondé de la pratique de la commutation et des paires minimales (sur lesquels nous reviendrons dans « L’illusion des paires minimales »).

  • 69 Ces aspects ont une certaine importance pour les psychologu (...)

133Les fines enquêtes microscopiques menées sur les phénomènes coarticulatoires (par exemple Hawkins et Smith 2001) montrent, par contre très clairement, que l’unité informative est parfois plus petite que le phonème et parfois plus grande, s’étendant à la syllabe et au-delà69.

134La grille discrète qui s’impose à cet événement continu semble naître, précisément comme le voudrait Fodor, d’un choix de l’analyste et en effet le problème théorique de la congruence ou non entre phénomène observé et modèle de représentation segmentale n’entre plus depuis longtemps, de manière explicite ou implicite, dans les traités de phonologie.

135On peut voir, dans l’incertitude caractérisant la définition de l’inventaire des unités, un indice significatif de cet état de chose. Définir l’inventaire des unités phonologiques minimales d’une langue peut conduire à des résultats très différents aussi bien en quantité (le nombre des unités à prendre en considération) qu’en qualité (les étiquettes choisies pour représenter des classes de phénomènes). Dans le cas des phonèmes consonantiques occlusifs, la nécessité d’un tel inventaire conduit même à hypostasier des unités privées de toute saillance perceptive (mutae per se non sonant, disaient avec sagesse les hommes de l’Antiquité) et souvent pauvres en consistance articulatoire.

  • 70 Par exemple, à l’entrée phonemic systems rédigée (...)

136L’incertitude sur l’inventaire des unités persiste en dépit de nombreuses années d’analyses phoniques instrumentales très sophistiquées et montre simplement que, sur le plan matériel, ces unités n’existent pas in re mais sont des hypothèses du chercheur70.

137Je voudrais rappeler ici deux cas exemplaires de l’italien : le statut phonologique des consonnes longues et celui des diphtongues. Dans les deux cas, la controverse naît de l’opposition entre un point de vue faisant prévaloir le rôle de la matière et un autre l’architecture du système. On peut calculer facilement la façon dont varie l’inventaire selon les choix qui ont été faits.

  • 71 Le meilleur inventaire des termes de la question est encore (...)
  • 72 La question est traitée chez Loporcaro (1996, avec une rich (...)
  • 73 Le cas que nous rappelons ici est exemplaire. Dans deux man (...)

138Les phonologies reconnaissent que l’opposition de quantité consonantique est une particularité de l’italien71. Du point de vue phonétique, il n’y a aucun doute qu’une consonne longue ou, improprement dite, double est une consonne dont la phase de tenue est plus longue. De là dérive le choix de certains de considérer par exemple le /t/ de fato « destin » et le /t:/ de fatto « fait » comme deux phonèmes distincts, de manière analogue à ce qui se passe, par exemple, pour les voyelles longues et brèves de l’allemand. Le choix opposé (pour lequel [t:] est interprété comme /t/+/t/, c’est-à-dire comme la succession de deux phonèmes identiques) se base sur un principe de simplicité et d’économie du système, mais aussi sur le présupposé, par ailleurs infondé, que les voyelles toniques en syllabe ouverte sont plus longues que celles en syllabe fermée, faisant que le [a] de [‘pa:la] pala « pelle » serait plus long que celui de [‘parla] parla « il/elle parle » et que celui de [‘pal:a] palla « balle » ; on en conclut que la consonne longue [l:] pour cet aspect se comporte comme un groupe consonantique [rl] et donc est un groupe consonantique72. C’est pourquoi, sur ce point, l’inventaire courant des phonèmes consonantiques de l’italien, qui considère les consonnes longues comme la succession de deux consonnes brèves identiques, se base d’une part sur un principe d’économie du système (donc un principe extérieur métalinguistique), et de l’autre sur un présupposé empirique (celui de la plus longue durée des voyelles en syllabe tonique ouverte) qui est infondé73.

  • 74 La question des groupes vocaliques (diphtongue et hiatus) e (...)
  • 75 Les traitements phonétiques et phonologiques des diphtongue (...)
  • 76 Toutefois, les interprétations monophonématiques des diphto (...)
  • 77 La transition entre les positions initiale et finale de la (...)

139Pour ce qui est des diphtongues, il faut observer que du point de vue phonétique, une diphtongue est une articulation vocalique dynamique au cours de laquelle on assiste à une mutation de trajectoire plus ou moins accentuée (Laver 1994, p. 284) et à une mutation spectrale (Levelt 1989, p. 432)74. L’interprétation phonologique de ce phénomène est elle aussi très controversée (et, entre autre, recoupe l’interprétation phonétique et phonologique de ce que l’on appelle les semi-voyelles ou semi-consonnes)75. Ainsi, pour l’anglais par exemple, on trouve des interprétations bi-phonématiques (Kenstowicz 1994, p. 37) et des interprétations monophonématiques (Roca et Johnson 1999, p. 190-203)76. Dans les descriptions de l’italien, ce sont les interprétations bi-phonématiques qui prévalent77.

140La question concernant le nombre de phonèmes de l’italien (qui peut donc osciller entre 56 et 30) demeure ainsi sans réponse, comme il advient pour le !Xóõ.

Nature variable et caduque du signal

  • 78 Par exemple, Brown 1990 pour l’anglais, Vater 1979 et Köste (...)

141Sur cet aspect, on dispose désormais d’une documentation très vaste, résultat d’analyses phonétiques minutieuses78.

  • 79 Il est nécessaire, pour une évaluation correcte, d’apporter (...)

142À titre d’exemple, je reporterai quelques données tirées d’une enquête menée sur l’italien parlé (Albano Leoni et Clemente 2005 auquel je renvoie pour les détails)79.

143Observant les manifestations du présumé phonème /p/, dont on a 603 occurrences sur le plan phonologique (c’est-à-dire celles qui sont prévues dans les formes de citation des lexèmes contenus dans le texte), on peut voir que ses réalisations canoniques (c’est-à-dire celles reconnues comme telles par l’analyste « étiqueteur », y compris les cas où /p/ est réalisé avec des anomalies, telle qu’une légère sonorisation ou une légère fricativisation, ou autre) ne sont au nombre que de 375, équivalant à 62 %. Les 38 % restants des occurrences théoriques comprennent des effacements, des réalisations anomales (par exemple comme approximante) et des cas où le son rentre dans l’espace d’un autre phonème (par exemple, des réalisations comme [b] ou comme [pp]), et qui sont donc jugées non reconnaissables.

  • 80 Inversement, les seuls 9 phones stables (avec 372 occurrenc (...)

144Si l’on observe les voyelles, le pourcentage de réalisations canoniques tombe à 56 % (considérant que les sons vocaliques à eux seuls représentent plus de la moitié de toute la population), et pour ce qui est des diphtongues, celui-ci tombe à 52 %80.

  • 81 C’est précisément ce que montraient déjà les expérimentatio (...)

145Naturellement, le cas de réalisations non canoniques condensées dans un lexème au point de finir par ne plus être reconnu est loin d’être rare : c’est ce qui advient par exemple dans le lexème attimo « moment », dans lequel le seul élément certain est [t:], parce que [m] a disparu et que les voyelles [a], [i], [o] ont été retenues par l’opérateur comme ne pouvant pas être définies. Dans ces conditions, il est difficile de penser que le mot soit reconnu en tant que succession d’éléments discrets et stables81.

  • 82 À moins de penser pouvoir distinguer la variabilité « lingu (...)

146Comme on peut le voir, la matière phonique ne se présente pas déjà formée, bien au contraire, d’autant plus si l’on considère que la variabilité que montre le matériel n’est pas prévisible et n’est pas la conséquence mécanique de phénomènes de coarticulation réglée. Celui qui, de ce matériel, devrait construire un système phonologique ou ses formes sous-jacentes, rencontrerait de sérieuses difficultés82.

Le rôle de la prosodie

147Le troisième problème que nous avons indiqué surgit lorsqu’on se demande si l’inventaire des phonèmes et plus encore, la stabilité phonique de chaque phonème, sont des variables indépendantes ou bien s’ils dépendent de la prosodie : les prosodies classiques, encore que de manière timide, reconnaissent elles aussi un rôle à la prosodie quand, par exemple, elles assignent aux langues des systèmes différents pour le vocalisme tonique et pour le vocalisme atone ; mais celles-ci ne vont pas au-delà et tendent à ne pas accorder d’importance aux mesures phonétiques menées sur une vaste échelle et sur un matériel parlé tendant au naturel – mesures montrant que les importants phénomènes de réduction, vocalique et consonantique, apparaissent surtout dans les zones de dépression prosodique de la chaîne, souvent en concomitance avec des accélérations dans la rapidité d’élocution. On serait donc induit à penser que l’information n’est pas uniformément distribuée sur toute la longueur de la chaîne.

Substance formée en phonèmes ?

  • 83 Tous les phénomènes dont nous sommes en train de parler son (...)

148Dans l’ensemble, il semblerait possible de dire que dans ces cas comme dans tant d’autres cas observés, de telles manifestations de désordre et d’imprévisibilité se présentent comme appartenant au système83 et ne sont pas nécessairement la conséquence de défauts du producteur, ni imputables à des circonstances extérieures ou même à des distractions ou des hypoacousies du récepteur. Considérer les manifestations de caducité et le caractère indéterminé du signal comme une forme de bruit revient à faire l’hypothèse qu’il existe une forme phonologique canonique et que le locuteur, n’importe quel locuteur et pas seulement le linguiste ou le lettré, l’ait intériorisée. Pisoni (1986, p. 156) écrivait :

Dans de nombreux cas, ces sources de variabilité liée au contexte apparemment fastidieuses ne sont pas un quelque chose qui vient s’ajouter à une représentation « idéalisée » segmentale et discrète de la langue comme séquence linéaire de phonèmes. Les chercheurs commencent à se rendre compte que certains effets du contexte font partie intégrante du signal et reflètent des propriétés importantes du locuteur et du contenu linguistique du message.

149Il semblerait donc sensé de considérer ces phénomènes plutôt comme la manifestation d’une économie intrinsèque, dont les termes et le domaine sont plus amples que la chaîne phonique en soi (entendue comme succession linéaire d’éléments discrets, chacun d’eux doté de ses propres propriétés statistiques et probabilités combinatoires) et dont les bases résideraient, par contre, essentiellement dans le contexte et dans le cotexte sémantique et pragmatique. Ainsi, on pourra trouver une explication pour les résultats des expérimentations qui montrent comment la décontextualisation progressive d’un mot (Albano Leoni et Maturi 1992 ; Albano Leoni et Cutugno 1999), ou la suppression de la composante visuelle d’un message multimodal (Cerrato et Albano Leoni 1998 ; Cerrato, Falcone et Albano Leoni 1998) en diminuent la compréhensibilité, pouvant aller jusqu’à les rendre, comme cela arrive bien souvent, totalement incompréhensibles.

150Aucun soutien en faveur de la nature primitive du phonème comme pars minima discrète ne semble donc venir de la matière phonique, et celle-ci ne semble pas constituer non plus le présupposé nécessaire pour comprendre et expliquer le fonctionnement phonique des langues.

La perception et la reconnaissance

  • 84 Le terme phénoménologique est utilisé ici dans un sens banal. B (...)
  • 85 Des expérimentations bien connues sur la perception visuelle de (...)

151Sur ce point, une précision préalable est nécessaire. Tout ce qui relève de la perception et de la reconnaissance est intérieur et doit être soit reconstruit à travers l’observation de comportements spontanés (méthode phénoménologique)84, soit élicité par voie d’expérimentations menées en laboratoire (méthode, précisément, expérimentale). Sonino (Kanizsaet al. 1983, p. 11-39) expose avec clarté les avantages et les inconvénients des deux méthodes, ainsi que leurs respectifs points forts et faiblesses. Aujourd’hui, les études entreprises dans le domaine de la perception auditive, dont nous prendrons comme exemples représentatifs celles de Moore (1988) et celles de Bregman (1990), sont, me semble-t-il, sans exception, rigoureusement expérimentales. La limite de ces études réside dans le fait qu’elles ne s’intègrent jamais à la méthode phénoménologique : en d’autres termes, ce qui est advenu dans le domaine de la perception visuelle, à savoir un entrelacement avec les aspects généraux et avec la question de la modalité gestaltique par laquelle nous élaborons la perception, y compris la perception auditive, n’a pas eu lieu dans ce secteur85.

  • 86 Les techniques expérimentales sont très sophistiquées et mérite (...)
  • 87 C’est peut-être là la raison pour laquelle Thom (2006, p. 6-7), (...)

152Ainsi, même lorsque sont évoqués des niveaux d’élaboration plus complexes du point de vue cognitif, comme le fait Bregman (1990, passim) qui parle de perception basée sur des schémas idiolinguistiques et greffée sur la perception primitive, purement neurophysiologique, l’analyse de ces niveaux demeure au stade embryonnaire. Pour donner un exemple banal, il suffit de penser aux expériences (menées à partir des années cinquante du xxe siècle et dont on retrouve les fondements théoriques dans Stevens 1989) qui montreraient la capacité de l’oreille humaine à distinguer de manière catégoriale le périodique de l’apériodique, le sourd du sonore86. Même si une grande importance théorique est donnée à ces observations, au point d’y voir une des clés de voûte du structuralisme (Petitot-Cocorda 1985, p. 93-120) voire de la faculté de langage (Pinker et Jackendoff 2005), on n’envisage pourtant jamais la question de savoir pourquoi nous comprenons parfaitement la phrase « donne-moi le fusil : demain je vais à la chasse », même si elle est réalisée comme [donne-moi le fusil : demain je vais à la jasse], laissant ainsi dans l’ombre le rôle joué par le contexte, par les attentes, par le monde, par les inférences87.

153Il n’est pas à exclure que cela puisse être une conséquence du fait, évoqué déjà au chapitre 1, dans « Locuteur/auditeur », que la discussion sur la perception et l’élaboration auditive du parler ait été laissée un peu en marge.

  • 88 Nusbaum et Goodman (1994, p. 328) représentent les positions in (...)
  • 89 Même si la position de Mehler et Dupoux (1990, p. 234) semble r (...)

154Alors, sans chercher à commenter les positions innéistes plus rigides, aujourd’hui peut-être en régression88, et mettant par ailleurs aussi de côté la question de savoir si la perception linguistique dépend de l’activation d’un module auditif inné et général ou bien d’un module complexe qui conduit à reconnaître les sons à partir de gestes articulatoires nécessaires pour les produire89, la question qui nous intéresse ici porte sur les unités de perception, de reconnaissance et de classement, et sur la question de savoir si ces unités sont les segments, position générale qu’adoptent de nombreux psycholinguistes, ou bien s’il s’agit d’unités de dimension supérieure (Matthei et Roeper 1988 [1983], p. 23-41).

  • 90 Les auteurs démontrent que pour les enfants et pour les analpha (...)

155Il faut toutefois rappeler, une fois de plus, qu’une telle question est étroitement liée non seulement à ce que nous verrons (dans « Le segment représenté par la lettre est-il une primitive ? ») à propos du rapport entre écritures alphabétiques et phonèmes, mais aussi à ce qui ressort du débat psycholinguistique sur les relations entre compétence phonologique et compétence alphabétique. En effet, au moins à partir des travaux de Moraiset al. (1979 ; 1987), il est démontré que les tests de reconnaissance des phonèmes donnent des résultats significativement différents selon que les sujets sont alphabétisés ou analphabètes ou, tout au moins, selon le niveau de maîtrise de l’écriture alphabétique, alors que ces différences tendent à s’atténuer, jusqu’à pratiquement disparaître, quand le segment à reconnaître est la syllabe – données reprises aussi chez Mehler et Dupoux (1990, p. 224)90 et que confirment des expérimentations sur l’italien chez Albano Leoniet al. (1999) et Manfrellotti (2001). Cette perspective d’analyse confirme que la compétence phonologique, tout au moins celle qui est étudiée dans les laboratoires, est un fleeting phenomenon, mais cette variabilité est gouvernée par des facteurs socioculturels et sa manifestation est le reflet d’une maîtrise de l’écriture. Une fois de plus, on revient au rôle de l’écriture alphabétique dans la genèse des catégories phonologiques et donc à la réflexion métalinguistique explicite.

156À propos du rôle du contexte dans les processus de compréhension, il est bon de signaler les résultats du shadowing (par exemple, pour l’italien, Albano Leoni et Cutugno 1999), qui consiste en la répétition d’un texte que l’on est en train d’écouter. La confrontation entre les deux traces (celle du texte donné en écoute et celle du texte répété) montre que, prenant comme indicateurs les temps de réaction et les erreurs de compréhension, la difficulté de reconnaissance augmente si a) l’auditeur ne connaît pas le texte donné en écoute, b) si les contraintes contextuelles sont relâchées voire annulées : la qualité phonique du stimulus demeure inchangée, mais la reconnaissance diminue si, entre les mots, est insérée une pause silencieuse et cette diminution s’aggrave ultérieurement quand les mêmes mots sont donnés en écoute dans un ordre de succession aléatoire. Ceci indique aussi une direction du processus du haut vers le bas.

157Il est donc possible que la grande variété de positions exprimées ces dernières années relatives aux modèles de reconnaissance des mots (passés en revue dans Nguyen 2005) soit le signe d’un malaise causé, entre autre, par la persistance d’un point de vue dit bottom up faisant que la reconnaissance, catégorielle ou par prototypes, est basée sur des phonèmes ou sur des traits : ces modèles, pour éviter les évidentes difficultés liées à la variabilité et au caractère indéterminé du signal, doivent faire en sorte que le matériel et les conditions expérimentales ne soient pas naturels, que l’on travaille sur des segments ou sur des mots isolés, que la prosodie, la pragmatique et la sémantique ne soient pas prises en compte, et que les protocoles se basent sur des tests à choix forcé.

  • 91 Parmi ceux que rappelle Nguyen (2005, p. 434-442, avec bibliogr (...)

158Mais il faut aussi observer que, parallèlement à ces modèles segmentaux, apparaissent aujourd’hui des modèles plus complexes et réalistes que l’on pourrait presque qualifier de gestaltiques, et que je commenterai au chapitre 4 dans « La physionomie acoustique des mots »91.

  • 92 Par exemple, sur la question du rôle des stimuli visuels (geste (...)

159Ces arguments ainsi que d’autres, que je n’approfondirai pas ici92, ne semblent pas aller dans la direction du phonème comme unité minimale de la langue et élément de base des processus de reconnaissance, mais vont par contre dans la direction de ces modèles du parlé plus complexes, de type top down, dans lesquels le rôle du phonème est marginal.

Le segment représenté par la lettre est-il une primitive ?

  • 93 Aronoff (1992) rappelle, parmi les précurseurs de ce point de v (...)

160Il a plusieurs fois été observé que le phonème est le fils légitime de la littera, au moins en ce qui concerne sa nature de pars minima, lui qui, sans la littera, ne serait peut-être pas né (Stetson 1936, p. 246 ; Abercrombie 1965 [1949] ; Lüdtke 1969 ; Coleman 2002 ; Daniels 1992 ; Faber 1992 qui le confirme en s’appuyant sur des arguments particulièrement efficaces, finissant par le considérer comme un épiphénomène de l’écriture alphabétique)93.

161Dans les pages précédentes, le rapport qui s’instaure entre la représentation alphabétique de la langue et les théories phonologiques segmentales a été très souvent évoqué. Mais, une fois acceptée l’existence de ce rapport, on peut toutefois encore se demander légitimement : l’alphabet est-il tel qu’il est parce qu’à un moment donné quelqu’un a eu l’intuition que la langue est une succession de phonèmes, ou bien la langue est-elle représentée comme une succession de phonèmes parce que c’est ainsi que le suggère la représentation alphabétique ?

162En ayant recours aux catégories de la « découverte » et de l’« invention » (par exemple Lo Piparo 1998), on pourrait dire que, dans la première hypothèse, l’alphabet aurait été une découverte (et donc le phonème serait une unité réelle de la langue) et dans la seconde hypothèse, il s’agirait d’une invention qui aurait mené à une représentation économique et efficace des énoncés d’une langue comme succession linéaire d’éléments discrets (et donc le phonème serait une projection de la littera et partant une unité de la métalangue).

163En un certain sens, une réponse à cette question a été donnée dans « Le problème de la substance » et « La perception et la reconnaissance » (dans le sens où l’alphabet ne peut dériver de la matière phonique). Mais, puisque la question intéresse une partie importante de la réflexion sur les origines de la phonologie, il sera utile d’observer le point de vue de qui étudie l’écriture, soit comme historien soit comme graphématicien.

  • 94 Toutefois De Mauro (chez Saussure 2005 [2002], p. xxv) rappelle (...)

164Les exemples de positions en faveur de la « découverte » (appelée parfois sous d’autres noms, tels que le mot « invention ») sont nombreux et dignes d’intérêt, même s’ils sont génériques ; ils vont de Meillet (1912-1913, p. cxiv, cité par Auroux, 1994, p. 39) à Saussure (1995 [1922], p. 64-65)94 en passant par Troubetzkoy (1933a, p. 111 ; 1933b, p. 122), Benveniste (1963, p. 24), Fry (1964, p. 60), Auroux (1994, p. 39) et Laspia (2001, p. 202).

165Vachek (1973) introduit par contre la question dans un cadre structuraliste orthodoxe et s’exprime de manière non générique, bien qu’il n’échappe pas à une certaine circularité, en faveur de la correspondance tendanciellement biunivoque entre phonèmes et graphèmes et donc de la naturelle et indiscutable segmentalité et discrétion de la chaîne :

Le terme épellation à son tour, dans son sens propre et technique, dénote un autre dispositif important : celui-ci sert à exprimer la matérialité constitutive de l’énoncé écrit par le biais de moyens phoniques, c’est-à-dire en nommant dans un ordre de succession chacun des graphèmes qui composent l’énoncé […]. […] la transcription phonique est en effet la contrepartie exacte de l’épellation : celle-ci sert à exprimer la constitution matérielle de l’énoncé parlé à travers des moyens graphiques, c’est-à-dire en enregistrant dans un ordre de succession dans l’écriture, chacun des sons qui composent l’implémentation acoustique de cet énoncé (ibid., p. 18).

Considérant que le niveau basique de la langue, c’est-à-dire le niveau phonologique, est constitué d’un nombre relativement plus limité d’éléments […] il semblerait plus aisé d’établir la correspondance structurelle entre les deux normes de la langue [l’écrit et l’oral] à ce niveau linguistique de base, c’est-à-dire celui de la correspondance entre phonèmes et graphèmes (ibid., p. 21).

  • 95 Elles sont par contre en accord avec les positions d’historiens (...)
  • 96 On ne peut nier que le processus d’élaboration graphique, né de (...)
  • 97 Nous n’aborderons pas ici le problème des implications culturel (...)

166Des affirmations de ce genre, au-delà de la terminologie, ne seraient cependant pas facilement acceptées par les historiens de l’écriture contemporains (Cardona 1981 ; Coulmas 2003 ; Harris 1993, 1998)95, ni même par les spécialistes de la nature interactive des langues naturelles (Linell 2005), lesquels, nonobstant de profondes différences entre eux, s’accordent sur le fait que l’écriture, n’importe quelle écriture, ne naît pas d’une représentation du parlé, et moins encore d’une analyse phonétique96, mais naît comme instrument de communication et de conservation97.

167En effet, des travaux récents ont précisément discuté du rôle central de la lettre alphabétique comme reflet de l’unité minimale phonologique :

  • 98 Gelb est le représentant d’une ligne évolutionniste qui se term (...)
  • 99 Leroi-Gourhan (1964, p. 262-291) également, quoique dans une pe (...)

Dans ce livre, l’observation faite par Gelb98, selon laquelle l’écriture devint un moyen pour exprimer la langue, assume une fonction importante. Mais la thèse selon laquelle de là dériverait une inévitable évolution téléologique, est précisément le point de notre divergence. Fixer des informations à l’aide de moyens graphiques est une fonction de base de l’écriture qui ne doit jamais se réduire exclusivement à la représentation des sons. L’écrit ne saurait être réduit au parlé et ne doit pas l’être. L’observation que nous avons déjà citée de Saussure (1995 [1922], p. 45) (« Langue et écriture sont deux systèmes de signes distincts ; l’unique raison d’être du second est de représenter le premier ») doit demeurer présente à l’esprit, mais la seconde partie de sa définition, à savoir que l’écrit n’existe que pour représenter le parlé, doit être réfutée, parce que l’écriture suit sa propre logique qui n’est pas celle du parlé (Coulmas 2003, p. 16).99

168La discussion sur la nature linguistique ou métalinguistique du phonème a trouvé une réponse intermédiaire dans le recours au concept d’« épilinguistique » :

Selon le terme proposé par le linguiste français A. Culioli, on peut qualifier ce premier savoir sur le langage d’épilinguistique. Culioli désigne par là le savoir inconscient qu’a tout locuteur de sa langue et de la nature du langage (Auroux 1994, p. 23).

169L’écriture alphabétique serait donc la matérialisation du savoir épilinguistique des parlants qui perçoivent la divisibilité de la langue en unités minimales et les isolent. Ne pouvant présupposer qu’à la base de l’écriture alphabétique il y ait la notion de phonème parce que celle-ci a été mise au point entre les xixe et xxe siècles, Auroux (1994, p. 40-41) recourt à ce concept pour résoudre un problème de circularité :

Il est plus raisonnable de penser que le préalable de l’écriture, c’est la connaissance épilinguistique du phonème […] et que c’est, à l’inverse, l’écriture qui est largement responsable de la construction métalinguistique du concept de phonème (ibid., p. 41).

  • 100 Sur l’idée d’une conceptualisation spontanée du phonème voir in (...)

170Mais, en ce qui concerne le problème qui nous intéresse ici, c’est-à-dire celui de savoir si la nature du phonème est primitive ou pas, le recours au concept d’épilinguistique ne change pas le cadre de la question parce qu’il renvoie toujours à l’idée que les unités immanentes de la langue, les phonèmes, sont en quelque sorte découvertes ou pressenties, et qu’elles sont préexistantes à l’alphabet et en rendent possible la naissance (après quoi l’intuition épilinguistique s’affermirait en savoir métalinguistique). La solution proposée semble donc plus terminologique que substantielle100.

171Je voudrais, quant à moi, souligner le fait que de nombreuses cultures ont développé des descriptions et des analyses de leurs langues respectives, mais que les catégorisations auxquelles elles parviennent sont différentes et semblent liées au système de représentation graphique dont elles se servent.

172La réflexion linguistique chinoise en est un exemple particulièrement évident. Celle-ci, née d’une représentation logographique de la langue, reconnaît naturellement, en ce qui concerne le signifiant, les syllabes, les rimes, les assonances, les homonymes, les tons, mais rien qui ne ressemble à la conceptualisation d’une pars minima (Malmqvist 1990 ; Branner 2000a ; 2000b ; Packard 2000).

  • 101 Je ne m’arrêterai pas sur les linguistiques du Proche et Moyen- (...)

173En revanche, la linguistique arabe, certainement influencée par la linguistique grecque (Talmon 2000), et partant d’une représentation alphabétique de la langue (même s’il s’agit d’un alphabet aux caractéristiques différentes), élabore avec Sībawayhi (Levin 2000, p. 260), en totale harmonie avec le monde gréco-latin, le terme et le concept de harf, qui désigne aussi bien les lettres de l’alphabet que les sons qu’elles représentent dans l’orthographe arabe : les sons qui ne sont pas représentés par une lettre ne sont pas décrits101.

  • 102 L’écriture Harappan pré (...)
  • 103 Voir les observations intéressantes de Malamoud (2005, p. 61-72 (...)

174La réflexion indienne, dans sa phase la plus archaïque et orale, situe dans la syllabe et dans le pied les plus petites unités dénombrables (Deshpande 2000, p. 137-138) ; dans des témoignages remontant à 700 av. J.-C., il semble qu’ait lieu un processus de normalisation de la prononciation et de la récitation des Veda, encore basé sur la syllabe, et qui conduit à la constitution d’une espèce de syllabaire oral. Le système alpha-syllabique indien fait son apparition aux alentours de 250 av. J.-C. dans les formes karoshti et brahmi (Bright 1994)102 : il s’agit d’une écriture syllabique qui, grâce à un système diacritique complexe, est de fait une écriture alphabétique et a donc conduit, elle aussi, à la mise en évidence de la pars minima. Mais les varnas, c’est-à-dire « the sounds which are listed in the alphabet » (Deshpande 2000, p. 142) qui se distinguent entre eux sur la base de différents critères, ne peuvent être considérés comme des équivalents des partes minimae phonologiques : le critère graphique prévaut en effet sur le critère phonique dans leur organisation, au point que certains varnas ne sont insérés que pour compléter de manière symétrique une matrice alphabétique103.

175Le sens de ces observations est que si le phonème était un primitif des langues, celui-ci devrait émerger indépendamment des systèmes d’écriture.

176À ces arguments, je pourrais en ajouter un autre qui a déjà été cité à propos de la catégorie de l’épilinguistique. D’après ce que je disais dans « Le problème de la substance » et « La perception et la reconnaissance », il semblerait que nous devions exclure une forme de connaissance intuitive du phonème (contrairement à la syllabe) et donc, la découverte du phonème ne pourrait que passer par une conceptualisation préliminaire de ce dernier. Mais sur cette voie, deux difficultés se font jour.

177La première de ces difficultés, nous la retrouvons avec Vygotskij (1997 [1934], p. 189-270) qui, traitant du développement des concepts, affirme entre autre :

Dans la formation des concepts ce signe est le mot, qui sert de moyen de formation des concepts et devient par la suite leur symbole. Seule l’étude de l’utilisation fonctionnelle du mot et de son développement, de ses diverses formes d’application, qualitativement différentes à chaque âge mais liées génétiquement les unes aux autres, peut fournir la clef permettant d’analyser la formation des concepts (p. 199).

178Ce point de vue est celui qui se dessine avec grande précision tout au long du chapitre dont est extraite cette citation. Si nous devions le considérer comme valable, il s’ensuivrait que le concept de phonème ne pourrait que se condenser autour de quelque chose qui pourrait être, non pas le mot phonème, bien évidemment, mais plutôt le signe alphabétique (qui devrait alors lui être préexistant).

  • 104 Vygotskij (1997 [1934], p. 344) rappelle dans ce contexte comme (...)

179La seconde difficulté est que si l’on partage l’idée que le concept de phonème ne peut faire partie des concepts que Vygotskij (1997 [1934], p. 271-272) appelle concepts quotidiens, celui-ci devra être rangé dans la catégorie des concepts scientifiques qui, selon l’auteur (ibid., p. 271-413), se développent durant la scolarité et auxquels il attribue une grande importance pour les développements cognitifs généraux de l’individu. L’écriture (ibid., p. 337-346) est à placer précisément (avec l’arithmétique et la grammaire) parmi les premières conceptualisations scientifiques. Vygotskij montre comment la difficulté de l’apprentissage de l’écriture réside précisément dans la difficulté à conceptualiser la pars minima que la lettre détermine et représente en même temps104. Cette activité de conceptualisation, née de la nécessité d’apprendre à écrire, c’est-à-dire d’un besoin induit, favorise et potentialise le développement de la réflexion métalinguistique.

180Donc, de ce point de vue aussi, le phonème semble être plus un point d’arrivée qu’un point de départ.

181En conclusion, les historiens et les théoriciens de l’écriture, ainsi que les psychologues qui étudient les rapports entre pensée et langage, ne semblent pas offrir de confirmation de l’hypothèse d’une nature primitive du phonème, ni ne semblent considérer que l’écriture alphabétique soit la projection du parler : bien au contraire, il semblerait plutôt que l’écriture alphabétique en soit une représentation à un niveau métalinguistique explicite – une représentation extraordinairement efficace, mais qui ne serait jamais qu’une représentation parmi d’autres possibles et par ailleurs appartenant à un ordre sémiotique différent. Vu que « les notions géométriques et arithmétiques ne sont pas […] tirées de l’expérience mais sont le fruit d’une construction intellectuelle humaine » (Fortuna 2005, p. 77, commentant Kant), peut-être peut-on en dire autant des partes minimae phoniques de la langue.

L’illusion des paires minimales

  • 105 Le jeu est antique (« inter mălum et mālum hoc interest […] » rappe (...)

182La difficulté de trouver les bases physiques et perceptives du phonème nous induit à nous demander si l’opération de commutation à l’aide des paires minimales, instrument majeur des phonologies, est une procédure qui reflète le fonctionnement de la langue et les parcours cognitifs des parlants, ou bien si elle est un jeu métalinguistique105 même phonétiquement incorrect, au moins dans le cas des phonèmes consonantiques occlusifs (voir infra, chapitre 4)

  • 106 On trouvera une hypothèse sur la position de Saussure concernant le (...)

183La pratique du repérage de paires minimales et celle du test de commutation, élargie aussi à d’autres niveaux d’analyses, comme la morphologie, pour le repérage de morphes et morphèmes, et à la syntaxe pour repérer des constituants immédiats, avaient servi, à partir de Bühler et Troubetzkoy, à résoudre le problème du statut des parties minimales. La commutation était en effet considérée comme la garante de la fonction distinctive du phonème et, en un certain sens, conciliait la tradition segmentale avec la thèse saussurienne selon laquelle la qualité fondamentale et incontournable requise d’une unité de la langue, ou signe, était sa nature à deux faces (faisant qu’une image acoustique est un fait linguistique seulement si elle est associée à un concept ou, mieux, à un sens) : le phonème, auquel bien sûr ne pouvait être associé un signifié, se trouvait enrichi de la fonction de distinction des signifiés106.

  • 107 « Enfin d’autres particularités phoniques remplissent une fonction (...)
  • 108 Refusant de prendre en compte le signifié, Bloomfield (1970 [1933], (...)

184La procédure de la commutation apparaît sous sa forme moderne, quoique de manière embryonnaire, dès les premières présentations de la phonologie (par exemple Bühler 1931, p. 40) ; elle est présente dans les « Remarques préliminaires » des Principes de phonologie (Troubetzkoy 1986 [1939], p. 31-32)107, ainsi que dans les pratiques du structuralisme américain108.

  • 109 Pour une critique phonétique des concepts de paire (...)

185Toutefois, en observant avec attention, il apparaît que cette pratique repose sur des fondements fragiles pour deux types de raisons109.

186Le premier, limité aux phonèmes consonantiques occlusifs et nasals, est d’ordre phonétique et tient à la conformation acoustico-articulatoire de la matière et à la façon dont elle est perçue. En effet, si l’on prend une paire minimale du français, par exemple car /kaR/ versus par /paR/, la théorie et la pratique veulent que si nous substituons /t/ à /k/ nous observions un changement de signifié. Mais la phonétique nous enseigne, depuis de Delattreet al. (1955), que si l’on coupe le /k/ de car et que l’on fait écouter ce qui reste, l’auditeur continue à percevoir /kaR/, parce qu’en réalité l’information sur le /k/ réside aussi, et parfois surtout, dans la distribution de l’énergie acoustique de la voyelle adjacente qui se manifeste dans la transition des formants. De manière analogue, si dans la paire italienne vini « vins » (/vini/) versus vidi « (je) vis » (/vidi/) on invertit les consonnes /n/ et /d/, l’auditeur continue à percevoir le mot comme si l’échange n’avait pas eu lieu, parce que l’information réside dans la qualité nasale ou orale des voyelles adjacentes. Du point de vue perceptif, les commutations de la tradition phonologique sont donc sans importance : pour observer l’effet sémantique, nous devrions substituer non pas le phonème mais le groupe, en général la syllabe. Par conséquent, au moins pour cette classe de phonèmes, le jeu de la commutation et l’observation de ses effets n’ont de sens que dans la représentation alphabétique des mots mis en confrontation ; pas dans l’organisation de la matière phonique.

  • 110 Les exemples pourraient être innombrables.
  • 111 On trouve de semblables considérations, même si elles se présentent (...)

187Le second problème porte sur un processus herméneutique plus complexe. Pour que le jeu de la commutation fonctionne et pour démontrer que la distinction (donc la reconnaissance) est vraiment dévolue à la présence, dans la même position, de deux phonèmes différents, il est nécessaire que les unités opposées soient débarrassées de tout autre élément d’identification possible, c’est-à-dire que le signifié des mots confrontés soit le signifié lexicographique pris isolément, et que l’on se place donc dans une situation non naturelle, métalinguistique. En effet, prenant par exemple une paire minimale classique de l’italien, [‘peska] « pêche, action de prendre les poissons »/ [‘pɛska] « pêche, fruit du pêcher », il est difficile d’affirmer que la réalisation canna da [pɛska] « canne à pêche », c’est-à-dire avec la voyelle erronée, donnerait un résultat incompréhensible, ambiguë ou difficile à comprendre, ou bien que l’interprétation correcte d’une phrase comme la pesca va sempre bene « la pêche va toujours bien » dans un contexte réel dépendrait seulement de la perception de la qualité ouverte (le fruit) ou fermée (prendre les poissons) du e, ou bien encore qu’une phrase comme *je vais à la care d’Orsay [ʐvɛzalakardor’sɛ] se révèle incompréhensible en vertu de la substitution de [k] à [g] dans care à la place de gare (et en effet tout le monde comprenait le baron de Nucingen)110. En d’autres termes, la pratique des paires minimales doit présupposer un processus de compréhension qui ait lieu dans le vide et du bas vers le haut, c’est-à-dire du simple au complexe, le mot n’étant que la somme de certains sons111. Sans parler des itinéraires qu’il est nécessaire d’imaginer quand le mot n’entre pas dans une paire minimale.

  • 112 Le livre de Fuchs (1996) est consacré à ce problème.
  • 113 Je dois admettre qu’Une glace à la menthe/une glace à l’amande (...)
  • 114 À ce propos, un exercice mental utile consiste à se demander de que (...)

188Mais nous devons tenir compte d’un autre aspect non négligeable. Si l’on observe, à titre d’exemple, la paire pierre/bière, le jeu présuppose que l’auditeur, ayant perçu la présence ou l’absence de vibrations laryngées, décide que le mot en question est précisément pierre ou bière. Mais la théorie phonologique ne dit pas, même lorsque l’auditeur a accompli cette opération avec un résultat positif, qu’il n’aurait pas encore résolu le problème central, savoir celui de l’ambigüité de ces deux mots (et d’une quantité extraordinairement grande d’autres mots ambigus)112. En effet, bien qu’ayant vérifié que ce qui a été perçu est bien bière, le problème de la signification du mot n’est pas pour autant résolu : s’agit-il du substantif bière (boisson) ? s’agit-il du substantif bière (cercueil) ? Donc, ce ne sera pas la séquence phonique en soi qui dira à l’auditeur ce que signifie vraiment le mot. Le travail herméneutique de l’auditeur devra donc s’exercer sur le contexte et sur le cotexte pour résoudre le problème113. Mais ce travail herméneutique est si complexe que, une fois mené à terme, les informations dont disposera l’auditeur seront si nombreuses et variées qu’elles rendront la perception de la présence ou de l’absence de la vibration laryngée dans le segment initial presque ou tout à fait superflue. En effet, dans de très nombreux cas tirés du parler spontané, cette vibration manque (désonorisation) ou, inversement, est abusivement présente (sonorisation), mais sans que cela n’influe négativement sur le bon résultat de la communication. Le raisonnement de Lindblom (1990), selon lequel il est inutile d’aller chercher l’invariance dans le signal parce que l’information doit être recherchée dans le dosage entre signal et contexte, n’a jamais été démenti114.

  • 115 Dans la communication parlée entre Chinois, il est très fréquent qu (...)

189Faut-il donc penser que le travail herméneutique ait lieu en deux phases ? Une première phase pour évaluer la structure phonologique du son perçu jusque dans ses traits les plus infimes et une seconde phase pour lui assigner un sens ? Sans oublier non plus que les formes ambigües dans une langue (du type porte, mousse) sont nombreuses et affaiblissent ultérieurement l’efficacité des paires minimales, exception faite des cas, signalés par Bühler, de conditions générales défavorables. Mais, en général, le travail herméneutique du récepteur qui doit résoudre le problème de l’ambigüité de pierre (prénom ? substantif ?) ou de bière (boisson ? cercueil ?) est bien plus important que le travail présumé accompli par l’interprétation de ce qui a été perçu (présence versus absence de vibration laryngée), et qu’en un certain sens il englobe115.

  • 116 Il serait intéressant d’étudier l’incidence réelle et la dynamique (...)

190Le poids probatoire assigné à la commutation est donc la conséquence d’une vision selon laquelle toute l’information est contenue dans le signal, pour ne pas dire une portion de signal, et la langue est observée dans un jeu qui a lieu dans la condition non naturelle de la confrontation entre mots isolés. Dès que le contexte est rétabli, le contraste s’amenuise et, mis à part des cas isolés (précisément métalinguistiques : tu as dit poire ou boire ?)116, disparaît comme opposition phonématique et se dilue dans la plausibilité significative de la séquence entière. Il est toutefois certain qu’entre le phonème et la paire minimale, il existe une relation de présupposition réciproque telle que la disparition de l’un des termes entraîne celle de l’autre.

191Du reste, les expérimentations auxquelles nous avons fait référence dans les paragraphes précédents montrent que le processus de compréhension du parler ne se réalise pas à travers le décodage d’unités minimales, les phonèmes, disposées dans une succession linéaire, et l’unification progressive de celles-ci en unités toujours plus amples (syllabe, morphème, mot, phrase), dans un mouvement du bas vers le haut. Ce processus a lieu de manière plus complexe, partant de blocs de signifiant plus importants, respectivement modulés dans une succession de moments de saillance perceptive majeure ou mineure, que sont les syllabes, et auxquelles on attribue une hypothèse de signifié aussi, et parfois surtout, à travers l’utilisation d’informations extérieures au signal en soi, des informations résidant dans le contexte, dans le cotexte et dans la connaissance du monde partagée par les interlocuteurs, soit un mouvement du haut vers le bas.

  • 117 Dans ce cas, la référence aux paires minimales de type segmental se (...)
  • 118 On connaît bien le cas du suédois (Bruce 1977) où subsiste un accen (...)

192Ce discours apparaît particulièrement évident quand il est appliqué aux différences de signifié prosodique117. En effet, de la même manière que pour les paires minimales segmentales, nous exprimerons un certain doute quant à l’efficacité et la plausibilité des paires minimales intonatives. Ces doutes augmentent du fait que, dans l’hypothèse d’une phonologie prosodique discrète, le problème est encore plus délicat parce qu’à la différence des commutations phonologiques, par exemple entre /p/ et /b/ dans [pwaR] et [bwaR] où au moins les signifiés « poire » et « boire » sont discontinus, il en va tout autrement pour les signifiés prosodiques d’une hypothétique paire minimale, sinon dans des cas fortement polarisés comme il advient en italien ou en français dans l’opposition entre un énoncé déclaratif et certains types d’énoncés interrogatifs118.

193Il semble donc possible de dire que la pratique de la commutation est la réponse que se donne le linguiste à la question qu’il s’est lui-même posé.

  • 119 Nous faisons ici abstraction des problèmes pourtant importants de l (...)

194L’observation des faits dits segmentaux aussi bien que celle des faits dits suprasegmentaux (chap. 2, « La prosodie ») conduisent donc à un substantiel ajustement de la perspective : ce ne sont pas les oppositions phonologiques ponctuelles, c’est-à-dire associées à la consistance physique d’un segment minimum dit phonème, qui garantissent toujours et nécessairement, ex instituto, la distinction des sens, mais c’est très souvent l’hypothèse de signifié, associée à ce qui a été perçu, qui conduit à une interprétation phonique (comme nous le verrons au chapitre 4, dans « La physionomie acoustique des mots »). On peut en outre voir qu’il n’existe pas de quantité fixe d’éléments distinctifs nécessaire à la compréhension, mais que cette quantité est variable (Bonnot 2001, p. 280-281) et peut même descendre à zéro. Le processus de compréhension est le résultat de la convergence de différents mouvements. C’est un processus interprétatif, herméneutique, probabiliste et non combinatoire. Le concept de « décodage », avec tout ce qu’il comporte de mécanique et d’automatique, devrait donc être remplacé par le concept d’« interprétation »119.

Qu’est-ce qu’une structure phonologique ?

195Si nous nous sommes jusqu’à présent intéressés à la question du phonème, il est maintenant nécessaire de nous arrêter sur le complément conceptuel de ce dernier, à savoir la « structure ». En effet, selon la vulgata phonologique, le phonème est bien une unité minimale distinctive, dont la propriété ne dériverait pourtant pas de ses caractéristiques intrinsèques mais des relations qu’il entretient avec les autres unités à travers un réseau de délimitations réciproques et d’oppositions, c’est-à-dire dans une structure.

  • 120 La bibliographie est pour ainsi dire infinie. Nous nous limiter (...)

196Le terme de structure et ses dérivés, structural et structuralisme, sont des termes clés de la culture occidentale du xixe siècle et d’une bonne partie du xxe siècle120 et font partie des outils conceptuels qu’utilisent de nombreuses disciplines, depuis les sciences de l’homme jusqu’aux sciences de la Nature (Lepschy [1981a] en décrit la préhistoire à partir de l’organicisme jusqu’à la linguistique néogrammairienne). Il est naturel qu’un terme utilisé dans des domaines aussi différents entre eux et aussi dense dans ses implications théoriques présente de nombreuses acceptions, même divergentes (Piaget 2007 [1968], p. 7-10), mais on ne s’éloigne pas trop de la vérité si l’on dit, en simplifiant quelque peu, qu’en linguistique on entend par structure un tout qui n’est pas la simple somme ou juxtaposition des parties dont il est composé mais qui les détermine de telle sorte qu’aucune d’elles ne lui soit préexistante (sans que le tout leur préexiste) et qui n’est déterminé que par les relations des parties entre elles.

  • 121 Système est très présent chez Saussure et revient dans la céléb (...)
  • 122 Par ailleurs qualifié de « fatras » par Timpanaro (1970, (...)
  • 123 Pour les présupposés philosophiques généraux de la Gestalt et p (...)

197Comme nous l’avons rappelé précédemment, structure entre dans la terminologie linguistique, venant s’ajouter au précédent système121, avec les Thèses de Prague. En outre, lisant les travaux de ceux qui ont étudié l’entrée de ce terme dans la linguistique et le sens que celle-ci lui attribue, comme par exemple Brøndal (1939, p. 6)122, Cassirer (1945, p. 118-120), Benveniste (1962), Holenstein (1974, p. 19-26), on voit que structure s’associe à Gestalt, mot-clé de la psychologie de la forme née à la fin du xixe siècle, à l’école de Brentano avec von Ehrenfels pour se développer par la suite selon des modalités différentes en Allemagne et en Autriche, entre Würzburg, Vienne et Berlin123. Naturellement Gestalt et structure sont deux choses différentes, mais leur affinité consiste en ce que pour les deux, l’élément principal est, comme nous l’avons dit, celui du rapport tout/parties, soit un rapport pour lequel le tout n’est pas la somme des parties mais quelque chose de plus (la Übersummativität de von Ehrenfels) et les parties sont déterminées par le tout et par les relations mutuelles qu’elles y établissent. La contamination entre les deux termes et concepts non seulement ne semble pas avoir provoqué de réactions de rejet, mais chez Piaget (2007 [1968], p. 49-52) les structures psychologiques et les Gestalten tendent à se superposer.

  • 124 Sur les fondements théoriques du concept de structure chez Jako (...)

198Pour en revenir à notre question, il a été admis, à partir du Cercle de Prague et, de manière plus ou moins explicite, au cours des années qui suivirent, qu’une structure linguistique, et en particulier la structure phonologique d’une langue donnée, possèdait les propriétés générales attribuées à la structure/Gestalt124.

199Pourtant, il ressort de ce cadre un problème qui a été pendant longtemps refoulé, aux moins chez les linguistes.

200Dans la réflexion sur la genèse du structuralisme et ses présupposés théoriques mise en œuvre par les auteurs que nous avons cités, outre le débat sur les structures organiques et sur le Goethe de la morphologie, sont évoquées l’école de Brentano dans ses différentes manifestations (précisément Husserl, Ehrenfels, etc.) et la Gestalt. Cependant, tous les raisonnements, les exemples, les analogies, les métaphores qui se trouvent dans les argumentations de ces auteurs, depuis les considérations de Cassirer jusqu’aux exemples de Brøndal sur la physique, en passant par ceux de Jakobson sur les arts figuratifs, sont tels que le rapport partie/tout (aussi bien dans la perspective gestaltique que dans la perspective plus génériquement structurale) est toujours défini in praesentia : il s’agit dans tous les cas de structures, ou de Gestalten, syntagmatiques ; comme le sont précisément un cristal, un atome, une molécule, une phrase ou un texte plus ample, une construction, un corps (animal ou végétal), un schéma mental qui donne une forme à la perception, un réseau de relations parentales.

  • 125 Nous ne nous arrêterons pas ici sur le problème, qui ne devrait (...)
  • 126 Elle est abordée de manière sommaire sans être développée par B (...)

201Mais il est évident que la notion de structure linguistique, et en particulier en phonologie, est le résultat d’une opération différente, qui ne peut être vue comme la simple transposition dans la langue des structures que nous avons rappelées, parce qu’une structure phonologique, ou morphologique ou sémantique, n’est pas une relation partie/tout dans laquelle les parties sont physiquement co-présentes, comme dans un atome ou dans un schéma perceptif, ou dans le signe ou dans une phrase, mais une relation in absentia, c’est-à-dire paradigmatique125. Il est vrai qu’en général la distinction entre structures syntagmatiques et structures paradigmatiques n’est pas thématisée126, mais la différence entre les deux types peut être dégagée, par analogie, de la manière différente dont Piaget, bien que considérant que les structures « ne sont pas observables comme telles et se situent à des niveaux où il est nécessaire d’abstraire des formes de formes ou des systèmes à la ne puissance, ce qui exige un effort particulier d’abstraction réfléchissante » (Piaget 2007 [1968], p. 119), considère les structures logiques et mathématiques (de type paradigmatique) d’un côté, et les structures physiques, biologiques, psychologiques et sociales (de type syntagmatique) de l’autre :

Mais comment des « formes » quelconques en arrivent-elles à s’organiser de cette manière en « structures » ? Lorsqu’il s’agit des structures abstraites du logicien ou du mathématicien, ce sont ces derniers qui, par « abstraction réfléchissante », tirent celles-ci de celles-là. Mais, dans le réel, il existe un processus formateur général qui conduit des formes aux structures et qui assure l’autoréglage inhérent à celles-ci : c’est le processus de l’équilibration, qui, sur le terrain physique déjà, situe un système dans l’ensemble de ses travaux virtuels, qui, sur le terrain organique, assure à l’être vivant ses homéostasies de tous les niveaux, qui, sur le terrain psychologique, rend compte du développement de l’intelligence et qui, dans le domaine social, pourrait rendre des services analogues (ibid., p. 99-100).

202Si l’on observe de près, les entités linguistiques qui répondent parfaitement à cette propriété seraient le signe, c’est-à-dire un tout qui est plus que la simple somme de ses deux parties et où subsiste entre les parties une relation de présupposition réciproque, la phrase, le mot phonologique, c’est-à-dire des entités syntagmatiques.

  • 127 La question avait été posée de manière très claire par Lepschy (...)
  • 128 « […] la constituer [c.-à-d. la structure] en objet d’expérienc (...)

203Mais dans le cas d’une structure phonologique ou morphologique, c’est-à-dire d’une entité paradigmatique, on doit se demander où réside le tout, le paradigme, et où s’établit la relation entre celui-ci et les parties, ce qui revient à se demander quelle est la relation entre le locuteur/auditeur et la structure127. Parce que, nous semble-t-il, l’élégante formulation de Petitot-Cocorda (1985, p. 25), visant à « éviter un idéalisme naïf »128, montre bien que la structure ici envisagée est une entité métacognitive de énième niveau, mais ne répond pas à la question que nous venons de poser.

  • 129 C’est le risque soulevé par Piaget (2007 [1968], p. 120) : « Au (...)

204Pour ma part, je pense que la nature particulière des unités phonologiques a permis ou favorisé une interprétation mécanique et réductrice de la structure phonologique (étendue ensuite à d’autres niveaux d’analyse), par rapport à la discussion générale sur la structure dans les sciences humaines129.

  • 130 On peut observer un reflet de cette idée dans l’analogie que Du (...)

205La réponse canonique à la question de savoir où se réalise la relation structurale entre les parties et le tout est que ce lieu est la langue (ou la compétence). La position de Ducrot (1968, p. 71-72) – selon lequel pour Saussure, comme par la suite pour les phonologues, la connaissance du système linguistique, représenté par exemple sous la forme d’une table du vocalisme (ibid., p. 69), est la condition non seulement d’une possible classification métalinguistique des sons mais aussi de la reconnaissance des éléments de la langue et de leur utilisation –, est une position exemplaire, parce que très explicite et représentative du structuralisme classique et du sens commun des linguistes. Donc, la structure préexisterait aux éléments qui la constituent130. Il nous semble qu’il s’agit là d’un bon exemple, en l’occurrence un exemple phonologique, de ce processus paralysant de transformation du concept de structure d’une dimension méthodologique, métalinguistique, à une dimension ontologique (Eco 1972 [1968], p. 335-348) : la structure n’est plus une clé d’analyse des relations entre les parties observées, mais est l’organisation objective de la matière, ainsi que de sa forme phénoménique.

  • 131 En effet, peu importe si la structure est immanente aux choses, (...)

206Mais si, comme l’observe De Mauro (dans Saussure 1995 [1922], p. 420), « la distinction entre langue et parole a un caractère évidemment dialectique », entendant ici par langue la forme, c’est-à-dire la structure phonologique, et par parole la substance/matière, il faudra alors en tirer des conséquences plus cohérentes. En effet, la position que représente ici Ducrot, mais qui est commune à toutes les phonologies131, a une première conséquence peu dialectique (et contrintuitive sur le plan des processus de production et de réception linguistique) : nous en tenant aux exemples de Ducrot (1968, p. 69), on devrait accepter qu’on reconnaît mis parce qu’on observe que la voyelle est différente de celle de mais et cela constituerait le présupposé permettant, d’une part, d’assigner les deux objets à deux espaces phonologiques différents et, d’autre part, d’affirmer la subsistance d’une relation d’opposition. Mais sur la base de quoi reconnaît-on, par exemple, machine ? Suivant les phonologies, on devrait accepter que nous reconnaissons ce mot en vertu du fait que nous observons que le premier élément appartient à la classe /m/, qui a été intériorisée parce que mère et père ont des significations différentes (étant donné qu’il n’existe pas d’autres mots français qui se distinguent de machine par la consonne initiale), que le second élément appartient à la classe /a/, parce que par et pour ont des significations différentes (étant donné qu’il n’existe pas d’autres mots français qui se distinguent de machine par la voyelle en seconde position), et ainsi de suite. Mais cette simulation, évidemment très proche de l’absurde, demeure la seule qui soit possible dès lors que l’on pense que le système est fait d’espaces vides préexistants qui se remplissent passivement de morceaux de matière phonique.

207Plus qu’une relation dialectique, cela semble plutôt une présupposition unilatérale – qui dans la théorie, va du tout aux parties, parce que le phonème est déterminé par les relations qui subsistent à l’intérieur de la structure, et dans la pratique, va des parties au tout, parce que les objets sont classés sur la base de la structure, et le tout se révèle n’être au fond qu’un montage de parties, chacune repérée indépendamment des autres. En d’autres termes, on se trouve ici face à la manifestation phonologique d’une aporie, intrinsèque au structuralisme, dont Saussure avait eu l’intuition et que De Mauro (1969 [1966], p. 127-128) reprenant Godel (1957, p. 221) synthétisait ainsi :

D’un côté, nous nous trouvons dans la nécessité d’admettre qu’une forme linguistique n’a rien de linguistiquement concret hors de ses rapports avec les autres formes du système ; mais d’un autre côté, il est impossible trouver et d’individualiser ces rapports sans faire référence aux formes entre lesquelles ces rapports existent. Nous définissons les termes grâce aux rapports, mais les rapports ne peuvent être définis qu’une fois les termes définis. « La linguistique se trouve ainsi enfermée dans un cercle ».

208Alors que l’élaboration théorique des phonologies ne semble pas avoir approfondi ce point délicat, de nouvelles occasions de réflexion proviennent d’autres secteurs des sciences du langage. Ainsi, une fois de plus De Mauro (Saussure 2005 [2002], p. xxii-xxiii, 32 ; 2007, p. 26-27) reconnaît dans les écrits saussuriens récemment découverts et publiés l’embryon d’une perspective « locale » de la structure (ou du système) :

  • 132 Cette perspective est présente chez Elia et De Palo (2007, p. 1 (...)

Si faire partie d’un système est ce qui règle la valeur et l’usage de chaque forme, de quelle manière le linguiste, avec les temps qui sont les siens, ses inexpériences, et avant le linguiste et plus encore que lui, le locuteur lui-même peuvent espérer dominer le faisceau de corrélations simultanées et de corrélations de corrélations nouées en une seule forme ? […] La solution qu’il [Saussure] laisse entrevoir dans ELG est que l’usage et la compréhension d’un mot se déroulent non pas à travers un calcul, en reparcourant l’immense réseau des corrélations systémiques d’une forme avec toutes les autres qui coexistent, mais « localement », comme le fait le joueur de n’importe quel jeu, en cherchant des solutions […] en termes de probabilité ou, pour l’exprimer de manière encore plus simple, en cherchant des solutions approximatives à essayer ou à deviner (De Mauro 2005, p. 27).132

209Comme on peut le voir, le mythe meilletien de la langue comme système dans lequel tout se tient est fortement redimensionné, et il n’est plus nécessaire de penser que le locuteur/auditeur domine la totalité du système pour pouvoir parler et comprendre.

210Cette argumentation est très fortement étayée par la pensée de Piaget qui, loin de faire des structures des entités transcendantes, cherche leur origine dans une activité constitutive, ce qui revient à dire que « l’être des structures c’est leur structuration » (Piaget 2007 [1968], p. 122 ; voir aussi Bonomi chez Piaget 1968, traduction italienne 1994, p. 28).

211Une autre indication convergente avec la perspective dynamique de Piaget se fait jour à partir d’une application à la linguistique des présupposés de Maturana et Varela qu’opère Kravchenko (2008, p. 185-189 et passim, avec bibliographie). Cette étude, bien que n’affrontant pas le problème de la constitution du plan phonique (la question n’est même pas évoquée), se base sur un modèle qui ne présuppose aucun schéma ni aucun système extérieur aux sujets, lesquels sont plongés dans une coopération communicative dont la grammaire, c’est-à-dire la structure, est le résultat d’une autopoïésis continue, selon un schéma qui n’est pas sans réminiscences skinneriennes : un stimulus détermine un stade neural associé à une situation ; la répétition du stimulus conduit à une consolidation du rapport associatif à l’intérieur d’un espace consensuel (partagé entre les participants à l’interaction). La langue finit donc par être une des propriétés du vivant, comme résultat de la mémorisation partagée des associations entre stades neuraux et situations, renforcée par les activités linguistiques dites de second ordre, c’est-à-dire métalinguistiques.

212Comme on peut le voir, ni la perspective qui se réfère aux relectures récentes de Saussure, ni celle qui se réfère à Maturana et Varela ne conduisent automatiquement, ou naturellement, au phonème ou aux systèmes phonologiques serrés : ni l’un ni les autres ne semblent constituer les présupposés pour le fonctionnement et les utilisations réelles de la langue, ni ne semblent indispensables pour les comprendre, les décrire ou les utiliser.

Faut-il abandonner le phonème ?

  • 133 Le statut de la syllabe, elle aussi potentiel segment minimal a (...)

213Mais, récapitulant ce que je viens de dire dans ce chapitre, si la matière phonique ne révèle incontestablement aucune trace de segmentabilité phonémique, si les appareils productifs et perceptifs montrent plutôt une coarticulation et une perception intégrée, si les mécanismes psycholinguistiques de la compréhension du parler montrent plutôt le rôle primaire d’unités plus amples du phonème, voire une reconnaissance physiognomonique des mots, si le concept de structure (phonologique) se dégrade au point de se dissoudre, si l’écriture alphabétique ne montre pas de manière indiscutable qu’elle est le reflet d’une constitution primordiale de la langue comme succession de segments minimaux, si la compétence métalinguistique semble être déterminée par l’alphabet, et la compétence épilinguistique en tant que telle ne montre pas qu’elle est une compétence phonologique segmentale vérifiable, alors, sur quelles bases solides le paradigme segmental (qui trouve son origine dans le phonème) repose-t-il ? On revient donc au cercle vicieux initial : la seule base sur laquelle repose le phonème est notre imaginaire métalinguistique irréversiblement déterminé par pratiquement trois mille ans d’alphabet. Mais, abandonner le phonème signifie ébranler tout le paradigme segmental, ou pour le moins, le concept de seconde articulation133.

214Je conclurai en anticipant sur l’argument du chapitre suivant, en faisant l’hypothèse que ni ce que l’auditeur « cherche à deviner » (De Mauro), ni l’état neuronal auquel s’associe une situation (Maturana et Varela) ne sont des phonèmes, mais des entités significatives qui se manifestent à travers des physionomies acoustiques et que la relation tout/parties doit être comprise comme une relation locale à l’intérieur d’un signe ou d’un ensemble de signes occasionnellement adjacents. En d’autres termes, on se rapproche de l’hypothèse d’une langue sans seconde articulation, pour réévaluer les grognements dont parle Martinet (1970 [1965], p. 13-14).

Notes

1 Saussure (2002, p. 20-21, p. 24, p. 26, p. 29 et passim) appelait ces objets « figures vocales » et ne les considérait pas comme des unités linguistiques. En effet, une figure vocale « devient une forme depuis l’instant crucial où on l’introduit dans le jeu des signes appelé langue » (ibid., p. 38 ; voir aussi Albano Leoni 2007).

2 Le terme de représentation, auquel il est et sera fait recours fréquemment ici, renvoie à une notion complexe dans laquelle confluent, outre les emplois génériques et la représentation externe (Darstellung), le concept de représentation intérieure, mentale (Vorstellung), concept qui à partir de la Scholastique arrive à Kant et à la moderne philosophie de l’esprit (Abbagnano 1998, à l’entrée rappresentazione ; Cassin 2004, à l’entrée représentation ; pour les acceptions kantiennes, voir Perconti 1999, p. 43-57 ; pour les acceptions psycholinguistiques surtout allemandes, voir Graffi 1991, p. 22-30, p. 42-45 ; pour les acceptions cognitives, voir Ferretti 1998). Le concept de représentation a été critiqué par Maturana et Varela (1994 [1984], p. 122-129) dans le cadre d’un dépassement de l’idée selon laquelle les processus cognitifs représenteraient (et seraient déterminés par) quelque chose qui à l’extérieur serait objectif. Gallese (2006, p. 301) écrit : « L’objet en tant que tel cesse d’exister, et n’est plus que dans un rapport de relation intentionnelle avec un agent potentiel ».

3 Il est possible d’arriver à de pareilles conclusions par des voies très différentes. De Mauro (1969 [1965], p. 99-110) rappelle que Croce prétendait nier que les phonèmes, les syllabes, les mots aient un degré de réalité équivalent à celui de l’acte expressivo-intuitif, et pensait que les unités linguistiques dont on parle dans les grammaires ou dont il est fait une liste dans les dictionnaires étaient le produit d’une activité d’abstraction des individus, c’est-à-dire qu’elles étaient le fruit de la pratique : elles ne seraient pas créées par les parlants, mais par les grammairiens et les linguistes dans leur activité de schématisation et de catalogage. De Mauro (ibid.) rappelle d’autres observations de Croce sur la nature holistique et non segmentale des expressions.

4 Cette propriété ne vaut pas pour la perspective britannique représentée par Jones (1931 ; 1967) qui voit dans le phonème une famille de speech sounds similaires. L’immatérialité est, en outre, souvent déclarée, mais elle n’est pas véritablement subsumée dans de nombreuses pratiques phonologiques (infra, « La phase structuraliste en Europe », « La phase structuraliste aux États-Unis et la synthèse de Jakobson » et par. 2.3, 2.4 passim).

5 Cette histoire a naturellement été étudiée et écrite. Mis à part les synthèses, comme celle de Kemp (1994) et Fudge (1994), depuis les origines à Kazan jusqu’au générativisme, les observations de De Mauro (dans Saussure 1995 [1922], note 111) et Lepschy (1976 [1966], p. 62-68) doivent être rappelées. Pour une histoire écrite dans une perspective britannique, ou peut-être anglo-américaine, voir Jones (1967, p. 253-269). Demeure toujours valable et utile l’inventaire des définitions que l’on trouve dans Troubetzkoy (1986 [1939], p. 41-46). Twaddell (1935) quant à lui avait proposé un compte rendu perspicace des positions psychologistes et réalistes. Plus proche de nous, entre autres travaux importants, nous retiendrons Boë (1997), Laks (2001 ; 2005b), Durand et Laks (2002b), Durand (2005), auxquels je me suis souvent référé dans ce chapitre.

6 Peut-être est-il possible de voir un indice de ce malaise dans le très grand nombre de théories et de modèles phonologiques qui sont nés surtout ces dernières années. Durand et Laks (2002b, p. 27) en dressent la liste d’une vingtaine environ. Toutefois, selon Laks (2005b, p. 65), malgré la prolifération et le caractère fragmenté des modèles, la phonologie demeure fortement unitaire. Comme on le verra dans ce chapitre, cela est vrai, mais dans un sens négatif de la persistance des axiomes, comme celui de la pars minima, et pour son ambigüité quant à la nature matérielle, mentale ou fonctionnelle des parties minimales.

7 L’aporie dérivant de la dénomination d’une unité phonique par un terme désignant sans équivoque une unité graphique trouve pour les grammairiens latins une solution, en donnant à la littera le statut de réalité spécifiée par trois accidents : le nomen, c’est-à-dire la manière dont elle est appelée (a,, etc.), la figura, c’est-à-dire la manière de l’écrire (<a>, <b>, etc.) et la potestas, c’est-à-dire sa prononciation [a], [b] etc.) (Desbordes 1988 ; 1990).

8 L’empire des lettres est allé parfois jusqu’à voir dans la forme graphique de chacune d’elles la représentation du geste articulatoire (Genette 1976, p. 71-83).

9 On pourrait avec raison objecter qu’il existe aussi des écritures cursives liées dans lesquelles les propriétés de la discrétion (et de l’invariance) n’apparaissent pas. La réponse est qu’il existe cependant derrière ces pratiques d’écriture un entraînement (dont tout être alphabétisé conserve le souvenir dans son expérience personnelle) rigoureusement basé sur la prise en compte de l’unité minimale. Aussi l’intériorisation dont je parle ne dérive-t-elle pas seulement de la visualisation d’écritures capitales monumentales ou de la lecture de textes typographiés, mais également et peut-être surtout de l’entraînement à écrire.

10 Les implications de ce passage sont très importantes pour la pensée aristotélicienne. Lo Piparo (2003, p. 187-193) place la perspective segmentale et la relation entre articulation phonique et écriture au centre de la construction logico-linguistique d’Aristote. Je renvoie par ailleurs aussi à Lo Piparo (ibid.) pour les antécédents platoniciens du concept de grámma.

11 Cette projection est, de fait, largement en vigueur actuellement, quoique sous une forme renversée, dans le sens où nombreux sont ceux qui considèrent que la naissance de l’alphabet serait la conséquence d’une géniale analyse phonétique implicite qui aurait amené à la découverte de la chose en soi, c’est-à-dire de ce qu’aujourd’hui nous appelons phonème, et conduit à lui donner une représentation visuelle : l’alphabet serait donc la projection graphique des propriétés segmentales et combinatoires du signifiant phonique à tous les niveaux d’analyse. Sur ce point voir infra, « Le segment représenté par la lettre est-il une primitive ? ».

12 Il faut se souvenir de Leopardi (2004 [1817-1832], p. 1 256-1 257) qui voyait dans l’alphabet le principe fondateur des unités phoniques sans lequel ces dernières demeureraient inconnues voire inconcevables : « L’alphabet est la langue au moyen de laquelle nous concevons et déterminons pour nous-mêmes l’idée de chacun de ces sons. Celui qui ignore l’alphabet peut parler, mais n’a aucune idée des éléments qui composent les mots qu’il profère. Il a bien l’idée de la langue, mais il ne tient aucun compte des idées des éléments qui la composent […]. Mais pour déterminer les éléments de la voix humaine articulée, l’unique langue est, comme je l’ai dit, l’alphabet ». Desbordes (1988, p. 304-305) rappelle des passages similaires du De oratore et du De anima de Cicéron. Sur l’abandon de la représentation alphabétique et l’état de désarroi qui s’ensuit, Saussure (1995 [1922], p. 55), de nouveau, s’exprime avec des mots qui rappellent Leopardi : « Quand on supprime l’écriture par la pensée, celui qu’on prive de cette image sensible risque de ne plus apercevoir qu’une masse informe dont il ne sait que faire. C’est comme si l’on retirait à l’apprenti nageur sa ceinture de liège ».

13 Grimm, Rask, Bopp appartiennent encore à cette tradition qui commence à donner de timides signes de fléchissement avec Schleicher, grâce aux études de la phonétique naissante, par exemple de Rudolf von Raumer (Morpurgo Davies 1996, p. 229-234, p. 406-408). Mais on trouve encore des traces de la perspective traditionnelle chez Chomsky (1969 [1957], p. 15).

14 Malgré les profondes différences qui pouvaient les séparer, le rapport de cause à effet à la base de la naissance du phonème était partagé par des chercheurs comme Twaddell (1935, p. 5-6) et Prieto (1969, p. 48-50). Ce point de vue est encore aujourd’hui largement partagé (Sériot 2002).

15 En général on ne dit pas quelle est l’extension temporelle de la Vorstellung ou du Lautbild, même s’il semble légitime de retenir qu’ils sont encore compris, même de manière implicite, comme des équivalents psychiques de la pars minima. Saussure fait peut-être exception pour sembler parfois entendre par son la séquence sonore à laquelle correspond un sens (Albano Leoni 2007).

16 Je ne soulèverai pas ici, sinon de manière marginale, la question posée par les développements glossématiques, ni celle des rapports étroits entre épistémologie et sémiologie représentés par Prieto (1969), ni même celle des élaborations de Šaumjan, parce qu’elles n’ont pas d’incidence directe sur l’argumentation que je développe ici. À propos de Prieto, il faut toutefois observer que sa réflexion part du présupposé que la perception (et la catégorisation) des sons de la langue (précisons bien, de chaque son) a lieu de manière essentiellement analogue à la perception (et catégorisation) des objets comme les arbres ou les clés, ce qui n’a rien d’évident, ni ne saurait être sans conséquence.

17 Ce sont des années de grande effervescence : en 1926 commencent les activités du Cercle linguistique de Prague ; en 1928, au premier congrès international des linguistes à La Haye, Jakobson, Karcevskij et Troubetzkoy présentent la proposition 22, dans laquelle est explicitement cité le « système phonologique » ; en 1929, au premier congrès des philologues slaves à Prague, sont présentées les Thèses qui seront publiées la même année dans le premier numéro des Travaux du Cercle linguistique de Prague (dorénavant TCLP) ; en 1929 est aussi publié le second fascicule des TCLP (II), avec une ample monographie de Jakobson sur la phonologie historique du russe ; en 1930 est publié TCLP (III), avec un étude de Trnka sur la syntaxe du verbe anglais, alors que se tient à Prague la première réunion phonologique internationale, dont les actes, extrêmement riches, sont publiés en 1931 comme TCLP (IV) ; en 1931 a lieu le congrès des linguistes de Genève, auquel participe Troubetzkoy et dont les actes seront publiés en 1933 ; en 1932 se tient à Amsterdam le premier congrès international de phonétique (au cours duquel a lieu la première réunion de l’Internationale Arbeitsgemeinschaft für Phonologie) dont les actes sont publiés en 1932 ; en 1935 a lieu, à Londres, le second congrès international de phonétique. Pour une reconstitution de l’histoire de ces années, il est extrêmement intéressant de lire les lettres de Troubetzkoy à Jakobson, récemment traduites du russe en français (Troubetzkoy, 2006).

18 Holenstein (1974, p. 8, p. 24, p. 26 et passim) accorde une grande importance à la présence de Husserl chez Jakobson, au point de parler de phonologie phénoménologique ; cette interprétation est partagée et accentuée par Petitot-Cocorda (1985, p. 27 et passim), selon lequel Jakobson participerait d’un « structuralisme phénoménologique “réaliste” […] qui entretient d’étroits rapports avec le structuralisme dynamique et la Gestalttheorie ». En réalité, si on lit les textes de Jakobson, même en s’appuyant sur Holenstein et Petitot-Cocorda, on n’a nullement l’impression qu’ils aient été influencés en profondeur par la philosophie de Husserl ou par la psychologie de la Gestalt. Ce qui est certain, à mes yeux, c’est qu’il n’y apparaît aucune trace de la réflexion husserlienne ou gestaltiste sur le rapport entre les parties et le tout qui, dans un structuralisme philosophique, devrait jouer un rôle important (aussi infra, « Qu’est-ce qu’une structure phonologique ? »).

19 Sur la question particulièrement complexe des rapports entre Saussure et les linguistes slaves, ainsi que sur leur influence réciproque, voir De Mauro (dans Saussure 1995 [1922], p. 338-340).

20 Toutefois, l’idée selon laquelle les sons d’une langue doivent être considérés dans leur ensemble et dans leurs relations réciproques était présente depuis quelques temps déjà dans la phonétique européenne (par exemple Sievers 1876, p. 1). Le terme de structure, qui se superpose et s’intègre au terme saussurien de système (entendu dans le sens de quelque chose « où tout se tient ») apparaît précisément dans le passage des Thèses qui vient d’être cité. Sur la question du concept de structure en linguistique voir infra, « Qu’est-ce qu’une structure phonologique ? ».

21 Quelques exemples. Čyževśkyj (1931), après une critique très sévère des positions de Baudouin, affirmait (ibid., p. 9) que la phonologie devait s’occuper non pas des représentations phoniques mais du contenu des actes de représentation et de leur fonction dans le système de la langue, suggérant ainsi un retour à la substance et proposant de définir les phonèmes non comme représentations (Lautvorstellungen) mais comme possibilités phoniques (Lautmöglichkeiten) (ibid., p. 14-15). Doroszewski (1931), après avoir lui aussi critiqué les formulations de Baudouin et les positions de Troubetzkoy, affirme qu’un élément linguistique ne peut être utilisé que de manière fonctionnelle (ibid., p. 74) ; s’il en est ainsi, il peut alors être appelé phonème mais ne saurait l’être dans le cas contraire car alors il ne serait qu’une variante : il renvoie donc, de manière sensiblement circulaire, à la fonction d’un élément non défini. De Groot (1931, p. 124-125), après avoir fait une distinction entre Symbol, unité significative (comme par exemple le mot mein) et Symbolmerkmal, c’est-à-dire le phonème, définit ce dernier comme la plus brève portion d’une séquence phonique qui, une fois reconnue, satisfait à la fonction essentielle de rendre possible ou de faciliter la reconnaissance des symboles : ici aussi, il semblerait que la matérialité des sons soit très présente.

22 À la pensée linguistique de Bühler ont récemment été dédiés deux articles de Friedrich (2002 ; 2004), un important recueil d’essais (Friedrich et Samain 2004), deux monographies (Persyn-Vialard 2005 ; Marthelot 2012) et un numéro monographique de la revue Verbum (2009, XXXI, 1-2). En ce qui concerne la phonologie de Bühler et ses rapports avec le Cercle linguistique de Prague, voir Albano Leoni (2009, 2012).

23 Bühler fut invité au congrès de Prague de 1930, à la suite d’une suggestion de Jakobson. Troubetzkoy le connaissait déjà : dans une lettre du 27 mai 1930 (2006, p. 193) il écrivait à Jakobson à propos du vif intérêt que Bühler portait à la nouvelle phonologie ainsi que des critiques à l’encontre de ses présupposés psychologiques associationnistes ; mais Bühler l’avait rassuré en lui disant que cela n’aurait pas altéré l’aspect proprement linguistique de ses travaux. Troubetzkoy semblait donc indifférent au problème dans le sens où, si l’hypothèse phonologique devait être acceptée, peu lui importait la dimension psychologique dans laquelle il aurait fallu la placer. Il me semble qu’il s’agit là d’un indice significatif de la manière superficielle dont Troubetzkoy utilisera les instruments conceptuels de Baudouin de Courtenay, instruments qu’il abandonnera d’ailleurs très rapidement. Sur la question des rapports entre Baudouin de Courtenay, Troubetzkoy et Jakobson, voir Albano Leoni (2009), où l’on peut voir que la note de Jakobson (citée par De Mauro dans Saussure 1995 [1922], p. 433) selon laquelle Troubetzkoy ne serait entré en contact avec les idées de Baudouin (par l’entremise de Ščerba) que beaucoup plus tard et par son intermédiaire ne correspond en rien à la réalité.

24 Un peu plus loin (ibid., p. 123) le phonème sera défini comme « signe conventionnel dont les mots sont composés ».

25 La critique que Doroszewski (1933, p. 127) fait de la communication de Troubetzkoy est acide mais fondée. Il trouve que l’on tire de nombreuses conséquences d’une thèse mal précisée : l’opposition de « son » et « phonème » se présente parfois avec Baudouin comme une opposition entre son et représentation du son, parfois comme une opposition entre son en tant que tel et son comme unité distinctive et fonctionnelle. Il observe, en outre, qu’alors qu’au colloque de Prague les relations présentées trouvaient insuffisante la fonction distinctive et s’orientaient vers une définition du phonème comme représentation du son, Troubetzkoy se base maintenant sur le phonème vu précisément comme une unité distinctive ; et qu’il est donc nécessaire de clarifier la situation. La réponse de Troubetzkoy (ibid., p. 129) est bien faible : Baudouin de Courtenay se serait mal exprimé mais tous avaient compris ce qu’il voulait dire. On retrouve une situation d’incertitude identique dans des interventions moins importantes au congrès de Genève, comme les interventions beaucoup plus brèves de Doroszewski, Van Ginneken, Troubetzkoy, Bally et Mathesius (ibid., p. 146).

26 Dans une lettre à Doroszewski d’octobre 1931, Troubetzkoy (2006, p. 273) semblait reconfirmer son lien avec Baudouin de Courtenay et son école (tout en réaffirmant connaître peu leurs œuvres). La lettre, semble-t-il en réponse à une lettre (perdue) de Doroszewski, comportant une série de questions théoriques ponctuelles et probablement polémiques, est des plus prudentes. Troubetzkoy n’avait pas apprécié l’intervention de Doroszewski (1931) à Prague, et ailleurs (Troubetzkoy 2006, p. 385, p. 396, p. 409, p. 425), il le considère comme un ennemi de la phonologie.

27 Saussure aurait proclamé la distinction rigide entre parole et langue, et la conception de la langue comme « un système où tout se tient » (Troubetzkoy 1933c, p. 241). C’est peut-être là l’une des premières utilisations impropres de Saussure, dérivant du texte de la vulgate.

28 La liste en est dressée (Bühler 1936b, p. 162) : Lautbegriffe, Laut-Absichten, Laut-Intentionen (dans Troubetzkoy), Laut-Zeichen, Laut-Notae, Laut-Male im Klangbild der Wörter (dans Bühler aussi), Fiktionen (dans Twaddell). Vachek (1970, p. 59), à l’entrée phonème, fait une liste chronologique des usages de ce terme, depuis les Thèses jusqu’en 1954.

29 Un détail amusant est que Jones (1939, p. 7) conclut son discours par un rappel de l’utilité de la métaphysique, s’adressant peut-être de manière polémique aux linguistes américains.

30 Le pragmatisme britannique prend part de manière accessoire au débat théorique sur la nature et les fondements du phonème, comme le montre la contribution synthétique de Jones (1931), dans laquelle il rappelle que le phonème est la dénomination d’une famille de sons semblables qui partagent une distribution et qui distinguent des signifiés. On trouvera la même position de nouveau chez Jones (1967). La Prosodic Phonology de Firth (1948) qui s’est développée autour de la moitié du xxe siècle constitue un cas à part : le phonème ou l’unité aux dimensions du segment jouent un rôle de moindre importance par rapport à ce qui est appelé prosodies, unités aux dimensions variables (parties de syllabe, syllabe, morphème ou autre).

31 On ne peut pas ne pas observer que le « perpétuel état d’instabilité » est la condition physiologique de toute langue naturelle et que ce que Martinet appelle « grognements inarticulés » correspond à ce qu’on a appelé le « visage phonique des mots » (voir infra, chap. 4).

32 La distinction entre le structuralisme européen et le structuralisme américain au milieu du xxe siècle qui a été adoptée ici est, pour de nombreuses raisons, sensée, mais devient faible avec Jakobson, figure centrale des deux côtés de l’Atlantique.

33 La description d’une de ces expérimentations est reprise de manière détaillée par Auroux (1994, p. 41) et par Kenstowicz (1994, p. 3-10) comme exemple de compétence et de structure profonde. Il faut toutefois ajouter que les conditions de l’expérimentation décrite par Sapir sont plutôt problématiques.

34 Bloomfield 1926 est le manifeste du structuralisme distributionnaliste américain : on y trouve les illusions mathématisantes des postulats (assumptions or axiomes), utiles pour éviter les obscurités (dont Humboldt et Steinthal constitueraient des exemples) et les disputes psychologiques stériles (représentées par exemple par Paul et Wundt ; il sauve par contre Sapir), le mépris pour la discussion théorique, qui consisterait en une moitié de banalités et une autre de métaphysique (ibid., p. 153-154). La voie qui conduit au phonème passe (ibid., p. 155) à travers les définitions numéro 8 (« A minimum X is an X which does not consist entirely of lesser X’s », c’est-à-dire la pars minima) et numéro 16 (« A minimum same of vocal feature is a phoneme or distinctive sound », c’est-à-dire l’identité phonique distinctive). À propos du très grand intérêt que Bloomfield portait à la mathématique et à la logique formelle (qui pourrait être à l’origine de sa profonde méfiance à l’égard de tout ce qui concerne les signifiés), voir Tomalin 2004.

35 Lu avec attention par Vachek (1936b) qui met en évidence ses points de convergence avec les Pragois. Toutefois Troubetzkoy (2006, p. 385) en donne un jugement négatif.

36 La déclaration programmatique à travers laquelle Bloch (1948, p. 5) refuse la référence au signifié laisse transparaître son embarras et ne manque pas de contradictions : en effet, il déclare d’un côté refuser les critères sémantiques ou psychologiques, qui donc ne font pas partie des fondements théoriques de la phonémique, mais de l’autre reconnaît qu’un linguiste qui refuserait le recours au signifié ou au jugement du locuteur dans l’analyse phonémique perdrait son temps (ibid., p. 5). Le sens, chassé par la porte, rentre par la fenêtre quand Bloch (ibid., p. 5-6) affirme que pour une analyse phonémique seulement distributionnelle, sans sémantique, 20 à 30 heures d’enregistrement Hi-fi sont nécessaires, de même que la garantie, a priori, que toutes les portions de l’enregistrement signifient quelque chose. Concernant le refus de la sémantique dans les analyses phonologiques, voir De Mauro 1971 [1968].

37 Certains sont très généraux, pour ne pas dire génériques : par exemple, le premier (section Dialect) qui dit (p. 6) qu’il existe des communautés humaines qui interagissent en partie par l’usage de signes auditifs conventionnels ; le second (p. 7) dit que les utterances d’un idiolecte sont différents agglomérats de différentes fractions auditives, dont le nombre est inférieur au nombre des utterances. Dans cette pléthore de postulats se manifeste un besoin de définitions, de discrétion, d’objectivité presque spasmodique, mais peut-être aussi un certain malaise théorique.

38 Bloch reconnaît à Menzerath et Lacerda 1933 et à Menzerath 1938 le mérite d’avoir montré de manière objective les difficultés de la segmentation.

39 On trouve chez Bybee (2001, p. 2) un exemple de la manière dont les points de vue peuvent changer : « the focus on structure needs to be supplemented with a perspective […] that includes two other important aspects of the language phenomenon – the material content or substance of language and language use. The SUBSTANCE of language refers to the two polar ends – phonetics and semantics – that language molds and structures, the two ends between which language forms the bridge ».

40 La contradiction entre le concept d’« autonomie ontologique du niveau phonologique » et celui des deux plans du signe (que Jakobson n’a jamais rejeté, mais cela ne signifie rien) est criante ; on pourrait, en outre, observer qu’il est pour le moins singulier qu’un principe épistémologiquement et psychologiquement central comme celui de « fondation » ne soit appliqué qu’à la relation entre le phonème et les traits et pas, aussi, à la relation entre les phonèmes et les composantes supérieures de la langue (mais de cet aspect, qui porterait à une vision différente de la parole, nous ne trouvons aucune trace chez Jakobson) ; enfin on ne peut négliger le fait que le phonème de Jakobson est une combinaison de traits même redondants, pour lesquels le rapport avec le tout n’est pas inséparable : on ne sait donc plus clairement quels sont les éléments qui entrent dans la relation de fondation.

41 Comme on peut le voir, ce paragraphe est séparé de celui intitulé « Les phonologies cognitives ». Naturellement, la phonologie chomskyenne est elle aussi à ranger parmi les phonologies cognitives. Mais la différence entre le cognitivisme chomskyen et ce qu’il est convenu d’appeler le cognitivisme de seconde génération (auquel se réfèrent les phonologies discutées dans « Les phonologies cognitives ») est assez grande pour justifier un traitement séparé (Formigari 2001, p. 260-274).

42 Sur l’histoire complexe des phonologies génératives et post-génératives de 1968 à aujourd’hui, voir l’analyse détaillée qu’en donne Lo Prejato (2008), à laquelle nous renvoyons pour le détail des modèles qui se sont succédé ces quarante dernières années.

43 La valeur incertaine dans les usages, même successifs, de représentation est décrite par Coleman (1998, p. 11), qui observe comment pour certains phonologues (par exemple Goldsmith, Dogil, Browman et Goldstein) les représentations sont des scripts articulatoires, pour d’autres (par exemple Halle) des scripts mentaux, pour d’autres encore (par exemple Foley) des objets purement phonologiques ; d’autres enfin les considèrent comme d’utiles fictions, des constructions éphémères qui aident à développer les théories.

44 Halle (1964, p. 325), après avoir rappelé avec grande lucidité les difficultés que l’on rencontre à montrer la nature segmentale des séquences phoniques, affirme qu’il n’est pas suffisant d’abandonner l’idée de phonème parce que son statut serait semblable à celui d’un électron, postulé par Helmholtz sans qu’il ait été isolé. L’exemple est, nous semble-t-il, mal choisi parce que les phonèmes, ou n’importe quelle unité de la langue, n’existent pas en dehors du point de vue assumé par le linguiste et seraient donc difficilement isolables comme des électrons.

45 Dans tous les cas, les résultats des réflexions précédentes ne sont pas éliminés, parce qu’à un certain niveau que nous pourrions appeler niveau institutionnel, représenté par des manuels de linguistique générale ou de phonologie, par des encyclopédies et répertoires de différents types, conçus et écrits bien après 1968, le phonème est présenté essentiellement sous sa forme classique, avec les caractères que nous avons rappelés plus haut : Beccaria (1996, à l’entrée phonème), Crystal (1992, à l’entrée phonème), De Mauro (1998, p. 29), Duboiset al. (1999, à l’entrée phonème), Duchet (1998), Ducrot et Schaeffer (1995, p. 324-331), Kenstowicz (1994, p. 66-69), Laver (1994, p. 41-42).

46 Lorsqu’une certaine attention est consacrée aux phonèmes, comme chez Stampe (1979, p. 14), c’est pour dire que ce sont des sons mentaux sous-jacents, où « sous-jacents » évoque Chomsky, mais « son mental » semble plutôt évoquer Baudoin, ou peut-être, plus simplement, Sapir. Selon Stampe (ibid., p. 36), la vision mentaliste du phonème aurait été écrasée par la vision antimentaliste (représentée par Saussure, par les Pragois et par Bloomfield), selon laquelle les phonèmes ne seraient que des entités fonctionnelles. Même la position de Dressler (1988) semble de nature segmentaliste.

47 Pour transformer divinity fudge en [dɘvĩ́ĩ̭fʌdƷ] 14 passages sont nécessaires (Stampe 1979, p. 59).

48 Des imprécisions comme (ibid., p. 24) la présumée forme italienne *[sgrit·si] (Sgrizzi) prononcée de manière erronée [skritsi] par les anglophones. Ceux qui sont présentés dans la division en syllabes sont des artifices : pour illustrer le processus de flapping, sur la base duquel une occlusive apicale [t, d, n] en position postvocalique et finale de syllabe se transforme en monovibrante (flap) [ɾ], une forme comme batting est transcrite et articulée en syllabes [bǽɾ.iŋ] (ibid., p. 58).

49 Toutefois les contradictions ne manquent pas : un peu plus loin (ibid., p. 43), et de manière plus raisonnable, il est dit que ce sont les conditions d’utilisation du langage qui sont responsables de la nature du langage.

50 La variabilité qui en découle et qui est considérée par le modèle n’est naturellement que la variabilité combinatoire, déterminée mécaniquement et donc prévisible.

51 On ne peut pas ne pas noter la simplification radicale : le but des phonologies classiques n’était pas de segmenter, parce que les segments étaient donnés a priori, mais de décrire la manière par laquelle ces derniers, débarrassés de leurs variations, distingueraient des signifiés.

52 L’exemple prototypique de conception idéaliste consisterait à voir dans le stoikheîon de la tradition platonicienne l’ultime composante du mot : les sons conçus comme symboles deviennent les éléments d’une combinatoire qui permet de représenter les idées. Élever le stoikheîon au rang de représentant du symbole n’est sans doute pas une idée des meilleures, si l’on pense que ce terme, dans son parfait équivalent latin elementum, est un terme clé de la physique et de la linguistique épicuriennes et lucrétiennes. En outre, dans la tradition grecque non plus, le stoikheîon n’est pas nécessairement immatériel (Laspia 2001).

53 Ici non plus pourtant, il ne semble pas que le segment ait été abandonné, mais il est éventuellement remplacé par les particules (Brandão de Carvalho 1993), qui seraient les propriétés dans lesquelles, selon l’auteur, se résoudraient les voyelles (une espèce de trait) et correspondraient à l’antériorité, la labialisation, la sonorité (vocale), le vide (particule vide, définie négativement). Chez Goldsmith 1993, l’article le plus théorique, les segments sont présents et ils sont étudiés dans la perspective des relations entre structure profonde et structure superficielle. Il faut toutefois signaler un fait surprenant : le lecteur n’a pas la possibilité de contrôler ni de reproduire l’expérimentation. Les langues dont s’occupe ce volume, dont la connaissance n’appartient qu’à très peu de spécialistes (mongol khalkha, ainu, ngbaka, proto-bantu, kikuyu, runyakore, luganda, winnebago, chukchi et, dans certains cas plus populaires, russe, sanscrit, hébreux biblique), ne sont jamais décrites en tant que telles, et toutes les informations renvoient aux sources des auteurs. Le fait qu’une théorie, pour être fondée, recoure à un agglomérat d’événements disparates sans relations entre eux, me paraît un signe de faiblesse.

54 Je ne pose pas ici la question, désormais banale, de savoir ce que serait une linguistique non cognitive.

55 Eco (1999 [1997], p. 391-392), en présentant, à juste titre, la reconnaissance phonique comme un processus sémiotique interprétatif, considère, selon la tradition et contrairement à ce que je soutiens ici, que « reconnaître un phonème veut certainement dire l’identifier comme occurrence d’un type » (ibid., p. 391) ; il voit donc le phonème comme une entité reconnaissable en soi et trouverait dans Bühler (1931) une confirmation de sa thèse. Il n’est pas à exclure qu’Eco ait été dévié par une de ses sources (ibid., p. 391, note 1) qui non seulement simplifie outre mesure la position de Bühler, mais interprète de manière erronée le terme Klanggestalt comme « son (singulier) », alors que celui-ci ainsi que d’autres termes semblables sont toujours référés à la physionomie acoustique des mots (Bühler 1931, p. 42) : « die ganze Lautgestalt der Wörter […], das lautliche Gesamtgepräge, […] diakritisch fungiert der Habitus, das Gesamtgepräge, […] es ist mit der Klanggestalt morgen [...] ».

56 Il est à noter qu’il ne s’agit pas ici d’un renvoi au lien cognitif entre sons et sens mais, encore une fois, à celui entre phonèmes et allophones.

57 Nathan (1996, p. 112-115) explique, non sans quelques points obscurs, la reconnaissance des possibles allophones de /t/ en anglais américain, en termes d’objets qui ont avec le prototype des relations métaphoriques ou métonymiques.

58 C’est-à-dire qu’il est surprenant que dans des milieux qui se réclament de la cognition soit aussi peu pris en compte le débat actuel sur l’esprit, sur la connaissance et sur la formation des concepts qui semble plutôt aller du complexe vers le simple, du général au particulier et donc, pour filer la métaphore spatiale, du haut vers le bas (Vygotskij 1997 [1934], p. 189-270). Il est curieux de noter que Coleman 2002, l’article le plus innovateur de ces miscellanées et qui propose des représentations holistiques des mots, est le seul article par rapport auquel les éditeurs prennent leurs distances (Durand et Laks 2002a, p. 4).

59 La Laboratory Phonology, plus qu’une théorie, est une communauté de chercheurs qui partagent des instruments théoriques et pratiques, des méthodes et des présupposés. Il ne s’agit pas ici d’en discuter l’épistémologie, mais je voudrais souligner un point. Les auteurs ne croient pas que la science procède par accumulation (Pierrehumbert, Beckman et Ladd 2000, p. 276). Cela a pour conséquence non seulement une médiocre connaissance du passé (l’arbitraire du signe saussurien, comme cela se produit souvent, en fait les frais : voir ibid., p. 275 ; Burton-Roberts 2000, p. 41), mais aussi de véritables redécouvertes, comme lorsque les auteurs observent (Pierrehumbert, Beckman et Ladd 2000, p. 271) que certains, grâce à des enquêtes menées sur une vaste échelle, élaborent un modèle expliquant pourquoi les mots fonctionnels, dans de nombreuses langues, ne sont pas marqués phonologiquement, ou bien quand ils déclarent qu’ils ne seraient pas surpris de découvrir que les catégories lexicales de base soient représentées par des mots plus brefs (ibid.). Les auteurs entrevoient la découverte imminente de propriétés statistiques du lexique qui, en réalité, étaient connues des chercheurs depuis les années trente, grâce à Zipf (1935, 1949), et connues des étudiants américains et européens, qui les lisaient dans un manuel très populaire des années cinquante (Miller 1956 [1951], p. 112-137).

60 La formalisation mathématique est un passage crucial : non seulement les mathématiques discrètes (logique et théories linguistiques formelles) mais aussi les mathématiques continues (calcul). L’école les utilise toutes les deux et donne une grande importance à la speech synthesis (ibid., p. 277-278).

61 Par contre, une allusion intéressante (ibid., p. 288) au fait que les processus de reconnaissance linguistique sont complexes et ne se réduisent pas à la reconnaissance des segments n’est pas développée.

62 On trouve, par exemple, segment dans Chomsky et Halle (1973 [1968], passim), dans Goldsmith (1990, p. 9) et Coleman (1998), contrast dans l’Optimality Theory (McCarthy 2002, passim), primitif dans Durand (2005), accompagnés, selon les théories, par les appellatifs traits, éléments, composants, particules, atomes. Même lorsqu’est officiellement décrétée la mort du phonème (Kaye 1989, p. 149-165), il est de fait remplacé par segment, défini comme « pronunceable feature packet ». Au-delà des variations terminologiques, la continuité conceptuelle est très forte : « later models of phonology (see Lexical Phonology and Morphology) recognize the significance of a level of representation almost identical with the classic phonemic representation » (Kemp 1994, p. 3 036).

63 Dans le récent Nguyen, Wauquier-Gravelines et Durand (2005), explicitement dédié à la phonologie et à la phonétique, aux relations entre forme et substance, le terme phonème n’apparaît même pas dans l’index analytique (alors que, curieusement, on y trouve allophone, par ailleurs non défini).

64 Les deux éditions de l’International Encyclopedia of Linguistics sont un exemple significatif de l’embarras dont nous parlions. Dans la première (Bright 1992), à l’entrée phonème ne correspondaient que des renvois (par exemple à segment) ; dans la seconde édition (Frawley 2003), le phonème y apparaît de nouveau dans un article très bref et qui ne fait en aucun cas état de son histoire tourmentée. Dans aucune des deux éditions n’est abordé ce qui, dans le phonème, ne va pas. Cela n’est d’ailleurs pas surprenant, parce que dans les deux éditions, l’ensemble des voix affines (par exemple phonology, phonemic systems, phonological features) montre parfaitement le maintien de la perspective segmentale.

65 L’universalité des traits distinctifs est vraie mais il s’agit là d’une banalité, parce que cela signifie l’universalité de l’appareil phonatoire et de ses mouvements.

66 Jones (1967, p. 1) en est un bon exemple ; celui-ci affirme avec fermeté que du point de vue physique le speech sound n’existe pas. Jakobson (1976, p. 21-38) fait état des difficultés rencontrées par la phonétique et parmi lesquelles la segmentation n’est pas la dernière, mais il conclut naturellement en évoquant la solution phonologique. Il est intéressant d’écouter le point de vue de linguistes provenant de traditions d’écritures non alphabétiques. Cao (1985, p. 26), grand spécialiste de la langue vietnamienne, bien que possédant de très solides bases institutionnelles de linguistique occidentale, conserve une distance critique par rapport à la segmentalité : selon lui, la théorie phonologique ne se préoccupe jamais de vérifier la segmentation en sons (puis en phonèmes), parce qu’elle est considérée comme la seule possible et inhérente à la substance phonique ; en conséquence, la phonologie néglige et ne prend en compte que de manière implicite l’opération la plus importante, à savoir la quantification de la chaîne parlée dans les unités phonologiques de base qui la constituent.

67 L’analyste peut, tout au plus, comme le suggère Salza (1991), proposer des protocoles partagés par les opérations pratiques de segmentation à des fins explicatives.

68 Les célèbres expérimentations des laboratoires Haskins (Liberman et al. 1957), repris par Fry (1964), avaient comme base expérimentale la syllabe et non le phonème isolé (d’autant plus qu’il s’agissait de [b, d, g], difficilement proposables sans une voyelle d’appui). Sur la syllabe voir infra, chapitre 4, « La syllabe comme pars minima naturelle ».

69 Ces aspects ont une certaine importance pour les psychologues et les spécialistes en pathologie du langage : par exemple Chevrie-Muller (2001, p. 189-190) rappelle que les enfants ayant des problèmes spécifiques de langage, soumis à des tests de discrimination des syllabes synthétiques /ba/ et /da/, améliorent de manière significative leurs performances quand la zone de transition des formants, porteuse de l’information nécessaire pour la reconnaissance de la consonne, est prolongée de 43 à 95 ms.

70 Par exemple, à l’entrée phonemic systems rédigée par Ian Maddieson (Bright 1992, p. 193-194), on apprend que l’inventaire des consonnes du !Xóõ peut osciller de 55 à 116 unités : l’écart est trop marqué pour ne pas troubler un observateur naïf.

71 Le meilleur inventaire des termes de la question est encore celui que présente Muljačić (1969, p. 427-435).

72 La question est traitée chez Loporcaro (1996, avec une riche bibliographie) qui illustre les deux positions et opte sans hésiter pour la solution « géminée ». La majeure partie de son argumentation repose sur les frontières syllabiques dont on fait l’hypothèse de manière déductive et sans passer par des considérations phonétiques. Mais c’est précisément parce que l’évidence phonétique est telle, qu’il me semble que l’onus probandi retombe sur qui donne une interprétation contrintuitive. À ce propos, il faut en outre observer que, si l’on considère les consonnes longues comme la succession de deux consonnes égales (au point que la première des deux est considérée comme la coda de la syllabe précédente), il est légitime de se demander comment situer la limite entre les deux, un problème délicat quand la consonne est continue (doit-on diviser arithmétiquement par deux la durée de la phase de contrainte ?), et dramatique quand la consonne est une occlusive sourde (le silence doit-il être divisé en deux ?).

73 Le cas que nous rappelons ici est exemplaire. Dans deux manuels de phonologie générative, on lit à propos de la syllabe et de la durée vocalique en italien : « la voyelle d’une syllabe ouverte, non finale d’un mot, qui porte l’accent primaire est allongée [...]. Ce qui est important c’est, en effet, le poids syllabique : si la syllabe accentuée est légère la voyelle s’allonge, la rendant ainsi lourde. [...] nous pouvons dire qu’en italien une syllabe accentuée doit avoir un certain poids, c’est-à-dire qu’elle doit avoir une rime qui se ramifie : si elle ne se ramifie pas grâce à l’existence d’une coda, elle doit ramifier le nucléus. Cela a lieu en vertu d’une règle qui intervient pour allonger la voyelle, de manière que le poids nécessaire soit atteint » (Nespor 1993, p. 159-160) ; c’est plus ou moins en des termes semblables que s’exprime Kenstowicz (1994, p. 297), selon qui, en italien, la forme sous-jacente nono « neuvième » se réalise comme [‘no:no] (sic), en allongeant la voyelle tonique ; inversement dans nonno [‘nɔn:o] « grand-père » ou monte [‘monte] « mont » l’allongement n’a pas lieu parce que la syllabe tonique initiale serait déjà bimoraïque. La durée plus longue des voyelles en syllabe tonique ouverte est donc affirmée dans nos deux manuels sans mention de limitations ou d’exceptions d’aucune sorte, et elle est même insérée dans une théorie de la syllabe (comme c’était le cas déjà chez Maddieson 1985, p. 208-209). Un tel phénomène devrait donc être général. Cependant, à la différence de ce que l’on peut lire dans des descriptions basées sur des mesures effectuées sur du materiel de laboratoire et qui sembleraient confirmer ce résultat (par exemple Canepari 1979, p. 95 ; Fava et Magno Caldognetto 1976 ; Bertinetto 1981, p. 128-146), il n’en est pas du tout ainsi. De nombreuses enquêtes menées sur de vastes corpora de différents types de parler (Albano Leoni, Cutugno et Savy 1995 ; Dell’Aglio 2003 ; Dell’Aglio, Bertinetto et Agonigi 2002, p. 55) montrent non seulement que la différence de durée moyenne entre voyelles toniques en syllabe ouverte et voyelles toniques en syllabe fermée est négligeable, mais que les valeurs moyennes confrontées s’associent à de telles valeurs de la déviation standard que la zone de superposition des deux sous-ensembles est très importante (c’est-à-dire qu’il y a des voyelles en syllabe fermée plus longues que les voyelles en syllabe ouverte et vice versa, y compris lorsque la vitesse d’élocution est la même).

74 La question des groupes vocaliques (diphtongue et hiatus) en italien est discutée, en s’appuyant sur une riche bibliographie, par Marotta (1987) qui, par ailleurs, opte pour l’interprétation bi-segmentale des diphtongues.

75 Les traitements phonétiques et phonologiques des diphtongues et des semi-voyelles trahissent toujours un certain embarras. La limite entre diphtongues et monophtongues est très instable, aussi bien en diachronie (l’histoire de nombreuses langues montre une oscillation constante entre phénomènes de monophtongaison et de diphtongaison, interprétables parfois comme des phénomènes de recodification graphique plus que phonétique) qu’en synchronie (par exemple, dans le parler italien spontané les diphtongues sont très souvent monophtongués).

76 Toutefois, les interprétations monophonématiques des diphtongues sont plus fréquentes quand on décrit des langues, comme l’anglais, dans lesquelles il y a des diphtongues de fait, non confirmées par la graphie (comme par exemple en angl. [neim] name).

77 La transition entre les positions initiale et finale de la trajectoire ne montre aucun signe de discontinuité et toute limite est donc arbitraire. La distinction entre voyelles et semi-voyelles est incertaine aussi bien du point de vue phonétique (dans le parler spontané [j] et [w] ne sont pas distinguées de [i] et [u]) que du point de vue phonologique (y compris dans le cas, qui n’a rien d’évident, où l’on voudrait donner un poids théorique à des paires du type la quale/lacuale, di amanti/diamanti, il faut reconnaître que cette opposition supposée dans le parler spontané est neutralisée sans exceptions).

78 Par exemple, Brown 1990 pour l’anglais, Vater 1979 et Kösters Gensini 2002 pour l’allemand, Blanche-Benveniste 2002, 2010 pour le français, Calamai 2002a, 2002b ; Marotta 2001, 2005 ; Sorianello et Calamai 2005 pour l’italien. Le travail de récolte de corpora de parler commence à porter ses fruits sous la forme d’analyses détaillées et documentées, de phénomènes phonétiques jusqu’à hier négligés, comme l’effacement de sons ou des réalisations plus ou moins profondément différentes que celles qui étaient attendues.

79 Il est nécessaire, pour une évaluation correcte, d’apporter une précision. Les données rapportées ici concernant les étiquetages des phonèmes et la reconnaissance de leur « canonicité » (ou de leur caractère aberrant) sont le résultat de l’évaluation d’un analyste expert qui connaît le contexte situationnel et lexical, qui dispose d’une transcription orthographique et a donc des attentes ; en outre, celui-ci ne doit pas préciser lesquelles de ces « anomalies » sont acceptables pour le jugement de canonicité ni quel en est le nombre. L’évaluation perceptive d’un locuteur ingénu et ignorant du contexte et des conditions situationnelles serait bien différente et les résultats de la reconnaissance seraient proches du zéro, comme le montre l’expérimentation décrite au chapitre 4 dans « La physionomie acoustique des mots ». Les pourcentages rapportés ici doivent donc être considérés comme des approximations par excès (même s’ils représentent le résultat de protocoles analytiques internationaux).

80 Inversement, les seuls 9 phones stables (avec 372 occurrences, équivalant à 2, 2 % du corpus) réalisés toujours de manière canonique sont tous des consonnes longues, précisément celles auxquelles, paradoxalement, on nie un statut phonologique. Cela permet une fois de plus d’évaluer la complexité de la situation.

81 C’est précisément ce que montraient déjà les expérimentations chez Albano Leoni et Maturi (1992) : les phénomènes importants de réduction, d’effacement, d’altération de segments ou de groupes de segments n’étaient pas prévisibles, et donc la forme attendue ne pouvait être tirée de la forme perçue.

82 À moins de penser pouvoir distinguer la variabilité « linguistique » de la variabilité non linguistique, comme le soutient Payne (2008, p. 68) : « Pour être véritablement linguistique la variabilité doit être systématique et sous le contrôle du locuteur. Ces caractéristiques la rendent d’une utilisation potentielle par les auditeurs [...]. Deux types de VPL [Variabilité phonétique linguistique] peuvent être identifiés : un type segmental (paradigmatique) et un type inter-segmental (syntagmatique) ».

83 Tous les phénomènes dont nous sommes en train de parler sont considérés, dans la construction générative, comme des erreurs d’exécution sans importance théorique, ou bien, dans une perspective informationnelle, comme des effets du bruit (Chiari 2002, p. 136-143). Ils restent par contre inexpliqués dans les phonologies classiques pré-génératives, dans lesquelles est tout au plus reconnue l’existence de variantes libres mais ne trouvent aucune explication (ni d’ailleurs aucun commentaire) les nombreux cas dans lesquels la variante occupe l’espace phonologique d’un autre phonème. Il est évident qu’il ne suffit pas ici de recourir aux concepts de neutralisation et d’archiphonème (utiles éventuellement pour la prise en compte de certaines variantes combinatoires) : ici les expectatives lexicales et pragmatiques jouent un rôle plus déterminant que les expectatives phonétiques. Sur ce point voir infra, chap. 4, « Sens et contexte ou la richesse du stimulus ».

84 Le terme phénoménologique est utilisé ici dans un sens banal. Beaucoup plus complexe et important pour ses implications théoriques est l’utilisation qui en est faite dans Depraz 2006, un travail qui, bien que se référant aux protocoles expérimentaux de la neuropsychologie, est riche en suggestions pour tous les protocoles expérimentaux psycholinguistiques.

85 Des expérimentations bien connues sur la perception visuelle des figures réversibles (par exemple Gregory 2000 [1998], p. 257-259) montrent que ce n’est pas la conformation matérielle des lignes sur une feuille qui détermine si nous voyons une tête de lièvre ou une tête de canard, une vieille sorcière ou une jeune femme, une amphore ou deux profils humains.

86 Les techniques expérimentales sont très sophistiquées et méritent tout notre respect. Toutefois, en les observant (et les ayant parfois pratiquées) je ne parviens pas, pour ma part, à me départir d’une sensation de circularité : il semble parfois qu’elles ne peuvent que conduire précisément aux réponses qui étaient attendues.

87 C’est peut-être là la raison pour laquelle Thom (2006, p. 6-7), en dessinant un plan cartésien des collocations disciplinaires, construit sur les axes « vrai »-« faux » et « signification »-« insignifiance », place les sciences expérimentales, donc celles dont naissent les données sur la perception catégorielle, dans une position ayant une haute valeur de vérité et une presque totale insignifiance.

88 Nusbaum et Goodman (1994, p. 328) représentent les positions innéistes qui réduisent le rôle de l’ouïe à celui de sélectionner a posteriori les phones les plus utiles, c’est-à-dire ceux de la langue maternelle, en partant d’un répertoire universel inné, prédéterminé et pré-catégorisé.

89 Même si la position de Mehler et Dupoux (1990, p. 234) semble raisonnable lorsqu’ils déclarent que « prédomine aujourd’hui l’idée que le système de perception de la parole est greffé sur celui des sons acoustiques ». Cette position se base sur la thèse d’une priorité de l’appareil auditif général, à partir duquel se développe la capacité de percevoir et de reconnaître la langue parlée. Il semble en effet certain que la capacité à catégoriser des sons (linguistiques et non linguistiques) de la part du fœtus et du nouveau-né soit construite sur des expériences auditives pré-linguistiques.

90 Les auteurs démontrent que pour les enfants et pour les analphabètes les phonèmes ont un statut subordonné à celui de la syllabe et que pour eux les mots sont faits de syllabes, et observent que les Chinois qui ne connaissent que les idéogrammes n’ont aucune idée du phonème : ainsi la vision selon laquelle le lexique serait constitué à partir des unités phoniques serait une conséquence du système d’écriture appris à l’école et pas d’une élaboration perceptive du parlé, spontanée ou naturelle.

91 Parmi ceux que rappelle Nguyen (2005, p. 434-442, avec bibliographie) nous signalons le modèle LAFF (Lexical Access from Features) de Stevens ; les modèles dits abstractionnistes comme le FUL (Featurally Underspecified Lexicon) de Lahiri, les modèles dits à exemplaires (X-Mod de K. Johnson ; LAFS, Lexical Access from Spectra, de Klatt) ; le modèle appelé Minerva de Goldinger ; le modèle WYSIWYG (what you see is what you get).

92 Par exemple, sur la question du rôle des stimuli visuels (gestes, postures) et tactiles dans la communication parlée, à mi-chemin entre champ symbolique et champ déictique et d’une importance qui ne peut être oubliée dans la génération et l’interprétation des sens, je rappellerai les travaux de Calbris (1997) et surtout de Poggi (2006), riches en exemples concrets et en illustrations.

93 Aronoff (1992) rappelle, parmi les précurseurs de ce point de vue, Nicolas de Massias qui en 1828 publia un petit livre sur l’influence de l’écriture sur la pensée et sur le langage.

94 Toutefois De Mauro (chez Saussure 2005 [2002], p. xxv) rappelle que Saussure à la fin de sa vie avait commencé une étude des idéogrammes chinois, peut-être pour développer « son idée du caractère autonome et spécifique de la sémiologie de l’écriture par rapport à l’oralité de la langue ».

95 Elles sont par contre en accord avec les positions d’historiens comme Cohen (1958) et Gelb (1963), qui voient dans l’écriture le reflet du parler et en interprètent l’histoire longue et complexe comme un chemin vers l’alphabet, vu comme le résultat d’une analyse phonétique.

96 On ne peut nier que le processus d’élaboration graphique, né des logogrammes et passé d’abord par la pratique des rébus et ensuite par la mise au point de signes diacritiques de différents types (par exemple en Égypte grâce aux scribes/prêtres), fût un processus qui tenait compte de la matière phonique ; mais cela n’implique que la reconnaissance, de la part des scribes, d’une saillance (voir infra, chap. 4, « La syllabe comme pars minima naturelle ») et non pas nécessairement d’un segment discret. Pour les mêmes raisons, je ne considérerai pas, pour ma part, comme probable le développement d’une phonologie orale sur une base segmentale, comme celle que suggère Auroux (1994, p. 42-43) à propos du bamanan ou du quileute (où, selon moi, la base est en réalité la syllabe plus que le phonème). Observons qu’un trait évident de l’écriture alphabétique est que, d’un côté, elle crée des unités qui n’ont aucune autonomie dans le parler et souvent aucune consistance, et de l’autre, elle cache des unités naturelles comme la syllabe.

97 Nous n’aborderons pas ici le problème des implications culturelles et cognitives, débattu en premier lieu par Platon et repris, plus près de nous, par Havelock (1963), Ong (1982), Olson et Torrance (1991), etc.

98 Gelb est le représentant d’une ligne évolutionniste qui se terminerait avec la perfection de l’alphabet latin.

99 Leroi-Gourhan (1964, p. 262-291) également, quoique dans une perspective différente, rappelle la nature abstraite des graphismes, ne dépendant pas de la structure phonique des langues : la phonétisation dont parle l’auteur (p. 269) n’est pas nécessairement de nature segmentale, comme le montrent les références à l’écriture chinoise (ibid., p. 282-289). Notons que dans ses considérations sur la linéarisation de l’écriture (ibid., p. 275-282), on ne peut absolument pas dire qu’elle signifie implicitement la représentation d’une succession d’éléments discrets donnés naturellement, de même que dans le concept saussurien de linéarité du signifiant, l’idée d’une segmentalité phonologique n’est en rien implicite.

100 Sur l’idée d’une conceptualisation spontanée du phonème voir infra

101 Je ne m’arrêterai pas sur les linguistiques du Proche et Moyen-Orient antiques (Reiner 1990) parce que la documentation est trop fragmentaire pour pouvoir en tirer des conclusions. La tradition hébraïque sur cet aspect dépend trop de la tradition arabe pour être significative (Dotan 2000).

102 L’écriture Harappan précédente (utilisée peut-être par les langues dravidiques) est attestée aux alentours de 2500 av. J.-C. et on se trouve donc face à un silence graphique de 2000 ans. L’explication, des plus controversées, est qu’il se serait agi d’une écriture non publique, réservée à des usages religieux.

103 Voir les observations intéressantes de Malamoud (2005, p. 61-72), aussi bien à propos de la chronologie de la diffusion de l’écriture en Inde (précédant la disparition des premières attestations épigraphiques) qu’à propos de la syllabe mystique om.

104 Vygotskij (1997 [1934], p. 344) rappelle dans ce contexte comment un enfant en âge préscolaire qui, lorsqu’il parle, sait dire normalement Moska n’est cependant pas capable d’en extraire ni de prononcer la séquence -sk-.

105 Le jeu est antique (« inter mălum et mālum hoc interest […] » rappelait le maître anonyme de l’Appendix Probi), mais n’est pas pour autant plus naturel : les grammairiens de l’Antiquité étaient plongés, autant que les linguistes modernes, dans la perspective métalinguistique. À la même catégorie appartiennent les jeux scolaires comme lat. mari meri miri mori muri accidit.

106 On trouvera une hypothèse sur la position de Saussure concernant le phonème chez Albano Leoni (2007). Bühler attribue à Troubetzkoy le mérite d’avoir étendu le concept d’unité linguistique jusqu’à englober les unités phoniques asémantiques, mais en réalité l’opération conceptuelle doit être attribuée à Bühler.

107 « Enfin d’autres particularités phoniques remplissent une fonction distinctive en différenciant les unes des autres les diverses unités pourvues de signification : par exemple en allemand List “ruse” – Mist “ordure” – Mast “mât” – Macht “force” ».

108 Refusant de prendre en compte le signifié, Bloomfield (1970 [1933], p. 77-79) suit une procédure en partie différente basée sur la distribution des segments (toujours observés dans les mots isolés). Un discours à part devrait être réservé pour Chomsky et Halle 1973 [1968] où la pratique traditionnelle de la commutation est absente, parce qu’ils ne portent aucun intérêt ni au signifié (marginal durant toute la phase classique de la grammaire générative), ni à la distribution des segments. Les paires minimales sont cependant récupérées dans les manuels de phonologie générative comme Kenstowicz 1994 ou Lass 1984, p. 18-20, et sont encore présentes chez Pierrehumbert, Beckman et Ladd 2000, p. 288.

109 Pour une critique phonétique des concepts de paire minimale et de commutation, les observations de Cao (1985, p. 123-142) sont très intéressantes.

110 Les exemples pourraient être innombrables.

111 On trouve de semblables considérations, même si elles se présentent de manière plus rapide et avec quelques erreurs phonétiques (/p/ serait une fricative), chez Calvet (2004, p. 182-183).

112 Le livre de Fuchs (1996) est consacré à ce problème.

113 Je dois admettre qu’Une glace à la menthe/une glace à l’amande constitue un contre-exemple. Ici le concept bühlerien de signalement est déterminant pour résoudre le problème, mais des cas comme celui-ci, quelle incidence ont-ils ?

114 À ce propos, un exercice mental utile consiste à se demander de quelle manière les théories et les pratiques phonologiques aident à résoudre le problème des séquences françaises le chant du cygne et le champ du signe, parfaitement homophones ([ləʃãdysiɲ]).

115 Dans la communication parlée entre Chinois, il est très fréquent que les cas d’incompréhension soient résolus avec le dessin virtuel de l’idéogramme (tracé dans l’air ou esquissé sur la paume de la main) : la résolution de l’ambigüité semble plus facile avec la forme graphique qu’à travers la forme phonique (Emanuele Banfi, conversation privée).

116 Il serait intéressant d’étudier l’incidence réelle et la dynamique des demandes d’éclaircissement, comme celle qui est présentée ici, dans les pratiques communicatives naturelles, aussi en fonction, une fois de plus, du niveau d’instruction et donc du degré de compétence métalinguistique explicite des locuteurs. En effet, je ne pense pas, pour ma part, être en mesure d’exclure que la question dans notre texte puisse advenir entre deux phonologues, alors que deux personnes dans la rue se diraient tout au plus « Excuse-moi, qu’est-ce que tu dis ? », c’est-à-dire sous forme de question portant sur une meilleure définition d’ensemble du mot, plus que sur la réalisation du trait [± sonore]. Mais naturellement tout cela devrait être vérifié. Dans tous les cas, rien ne dit que dans le conflit entre plausibilité sémantico-pragmatique et inadéquation des traits phoniques, ce sont ces derniers qui l’emporteront.

117 Dans ce cas, la référence aux paires minimales de type segmental serait impropre. La question de savoir comment traiter dans une phonologie les différences de signifié soulevées par la prosodie est un problème qu’avait déjà soulevé Lepschy (1966, p. 67-68). Martin (2009, p. 136-137 et passim) propose de nombreux exemples.

118 On connaît bien le cas du suédois (Bruce 1977) où subsiste un accent musical qui distingue des paires minimales (type and-en/ande-n, respectivement « l’oie » et « l’esprit ») et qui semble jouer le même rôle que joue en italien la position de l’accent tonique. Dans tous les cas, la distinction entre accent 1 (aigu) et accent 2 (grave) semble aussi être maintenue dans la phrase. Les tests de reconnaissance montrent que sont distingués Inga Malmer (prénom féminin et nom, accent aigu) et inga malmer (« aucune [pièce de] monnaie », accent grave avec pitch manipulé). Qu’il me soit permis ici d’évoquer une expérience personnelle. Ayant longtemps vécu en Suède, la connaissance de la langue que j’en acquis fut telle que mes interlocuteurs indigènes la jugeaient eux-mêmes excellente. Mais je ne fus jamais en mesure de reproduire les oppositions d’accent musical indiquées dans les manuels, ni de les percevoir dans un contexte réel. Toutefois, autant que je m’en souvienne, cette incapacité ne perturba ni n’empêcha en aucun cas la communication.

119 Nous faisons ici abstraction des problèmes pourtant importants de la sémiotique du silence (pour lesquels nous renvoyons à Banfi 1999) et des processus inférentiels, à commencer par la situation, qui peuvent précéder le stimulus, parce que cela nous conduirait trop loin.

120 La bibliographie est pour ainsi dire infinie. Nous nous limiterons ici à rappeler, outre l’essai fondamental de Piaget (2007 [1968]), Bastide 1962 pour l’ensemble des sciences humaines et sociales (et pour la biologie), Cassirer 1945, Eco 1972 [1968], Holenstein 1974 et Petitot-Cocorda 1985, p. 23-91 pour les aspects sémiotiques et philosophiques, et Brøndal 1939, Benveniste 1962, Lepschy 1981 [1962] et Ducrot 1968 pour le structuralisme en linguistique.

121 Système est très présent chez Saussure et revient dans la célébrissime phrase de Meillet (1953 [1922], p. 475) qui définit la langue comme un « système où tout se tient ». Dans une leçon de 1906, Meillet (1921 [1906], p. 17-18) avait déjà utilisé le terme structure linguistique en relation à structure sociale. On trouve la même expression dans un article de Brøndal (1936), où système et structure sont synonymes. De Mauro (chez Saussure 2005 [2002], p. 32) résume clairement la conception saussurienne de système.

122 Par ailleurs qualifié de « fatras » par Timpanaro (1970, p. 149).

123 Pour les présupposés philosophiques généraux de la Gestalt et pour ce qu’il est convenu d’appeler l’école de Vienne ou de Brentano, voir Fisette et Fréchette 2007 ; pour une présentation générale mais axée sur l’école dite de Berlin, outre Köhler 1964 [1947], voir Rosenthal et Visetti 2003. Au moins en psychologie, Gestalt et structure sont utilisés dans un sens très similaire : voir les définitions de structure et forme que Brøndal (1939, p. 6) extrait de Lalande (rappelant aussi leur affinité avec les termes système chez Saussure et pattern chez Sapir) et l’article de Lagache (1962). À Prague étaient présentes, d’une certaine façon, aussi bien la Gestaltpsychologie introduite par Bühler que les travaux d’Husserl, que Bühler connaissait très bien et que connaissait aussi Jakobson (Holenstein 1974 ; Petitot-Cocorda 1985), de même que les connaissaient les structuralistes danois.

124 Sur les fondements théoriques du concept de structure chez Jakobson et Troubetzkoy, Sériot (1999, p. 279-305, p. 307-313) exprime un jugement sévère : non seulement il y note de nombreux paradoxes (un structuralisme essentialiste, un positivisme idéaliste, des langues sans locuteurs), mais démontre combien la notion de système y est fragile, variable, oscillant entre des termes comme synthèse, totalité, structure, essence, et combien la définition du rapport entre les parties et le tout est confuse, comme l’est aussi celle des critères de pertinence.

125 Nous ne nous arrêterons pas ici sur le problème, qui ne devrait peut-être pas être sous-estimé, selon lequel tous les exemples de structure qui sont adoptés intéressent soit des réalités matérielles, comme les cristaux, les fleurs, les atomes, les organismes, les tableaux de Picasso, soit des projections de schémas mentaux, alors que les structures phonologiques, pour nous en tenir aux théories en vigueur, ne devraient être ni des objets matériels (depuis Baudouin de Courtenay), ni des projections mentales (après la crise du psychologisme).

126 Elle est abordée de manière sommaire sans être développée par Bastide (1962, p. 15-19) qui fait une distinction entre structure abstraite (correspondant à celle qui a été appelée ici méthodologique) et structure concrète (correspondant à celle qui est appelée ici ontologique). La distinction est discutée par Petitot-Cocorda (1985, p. 23-29), mais avec une assignation différente des types de structure aux deux ensembles.

127 La question avait été posée de manière très claire par Lepschy (1981 [1962], p. 46) : « qu’est-ce qui correspond, dans le domaine linguistique, à ce qui est, pour les sciences naturelles, un “individu” (un animal, ou une plante) ? ». Mais vu que l’auteur, de par son choix (ibid., p. 67), conclut son essai immédiatement avant le consolidement du structuralisme moderne, la réponse y est tout juste esquissée (p. 69), en reconnaissant une acception du terme en tant que structure matérielle (« une bicyclette, une mitrailleuse » [ibid.]), et une autre « comme le “modèle”, l’élément abstrait sous-jacent à une chose » [ibid.]. Lepschy fait une distinction entre ceux qui cherchent la structure en soi et ceux qui veulent mettre de l’ordre dans les données (p. 70) mais juge les deux cas insatisfaisants. Nous ferons observer que les deux acceptions sont peut-être, elles aussi, respectivement reconductibles à l’opposition entre ontologique et méthodologique.

128 « […] la constituer [c.-à-d. la structure] en objet d’expérience en tant que forme abstraite émergeant, par un processus d’épigenèse, de l’organisation du substrat où elle se réalise ».

129 C’est le risque soulevé par Piaget (2007 [1968], p. 120) : « Aussi […] ne peut-on qu’être inquiet de voir la mode s’emparer d’un modèle pour en donner des répliques affaiblies ou déformées. Il faudra donc un certain recul pour pouvoir permettre au structuralisme authentique, c’est-à-dire méthodique, de juger de tout ce que l’on aura fait en son nom ».

130 On peut observer un reflet de cette idée dans l’analogie que Ducrot établit plus loin (1968, p. 72-73) entre un code phonologique et le code digital utilisé par les opérateurs de bourse pour communiquer entre eux les ordres de vente et d’achat : l’exemple est précisément celui d’un code préexistant, tracé pour ainsi dire ad hoc avant toute utilisation possible.

131 En effet, peu importe si la structure est immanente aux choses, comme une propriété qui leur appartiendrait, ou si elle réside, éventuellement sous un autre nom, dans un module de l’esprit du locuteur/auditeur.

132 Cette perspective est présente chez Elia et De Palo (2007, p. 10) qui évoquent un « holisme local » pour les relations sémantiques.

133 Le statut de la syllabe, elle aussi potentiel segment minimal asémantique, sera discuté au chapitre 4 dans « La syllabe comme pars minima naturelle ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search