Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Préface

Isabelle Lefort

Texte intégral

1Il faut vivement souhaiter que la réédition en ligne des Principes de géographie humaine de Paul Vidal de La Blache en permette aisément la consultation et nourrisse des curiosités renouvelées. En effet, cet ouvrage posthume (1922) du « père fondateur » de l’École française de géographie (1845-1918) n’a pas connu, historiographiquement, la réception qu’on pouvait attendre d’une somme principielle destinée à asseoir les bases de cet exercice novateur qu’était l’élaboration d’une géographie générale humaine. De fait et malgré les rééditions successives (1936, 1941, 1948, 1955, 1995, 2008), les Principes, même s’ils closent les publications du célèbre géographe, ne sont pas tenus pour un « classique », à l’instar du Tableau de la France (1903) (Robic, 2003). En cela, il rejoint dans l’histoire du paradigme vidalien, un autre ouvrage tardif de Paul Vidal de La Blache, La France de l’Est (1917). On pourrait s’en étonner. Sa réédition en ligne est donc l’occasion d’explorer les motifs d’une place, disons minorée, dans le panthéon des références vidaliennes, mais symétriquement aussi, les raisons d’en faire une lecture actualisée.

Jalons pour une reconnaissance en demi-teinte

2Si donc les Principes n’ont pas tenu la place de référence majeure de la discipline dans le contexte français durant la pleine apogée du vidalisme, c’est qu’il y a sans doute quelques motifs à cela, d’autant que les ouvrages de synthèse ne sont pas la partie la plus conséquente de la production vidalienne. Qu’y a-t-il dans cet ouvrage qui a pu en empêcher la promotion au rang de « classique » à l’instar du Traité de géographie physique d’Emmanuel de Martonne (1909) ?

3Deux ordres probables de motifs. Le premier est constitutif de l’histoire même de l’ouvrage et en particulier de son statut posthume. Entre maturation au long cours – Vidal y réfléchit à partir de 1907 (Gallois, 1922) – et inachèvement du manuscrit, il souffre en effet de développements inégaux en termes d’approfondissement informatif : les coups de projecteurs régionaux sont disparates – les nouveaux mondes sont ainsi sous-représentés – déséquilibrant ainsi les bases de la démonstration comparative. De plus, au-delà du plan et de l’économie générale pensés par l’auteur, l’aboutage d’articles déjà parus – au demeurant parce que Vidal lui-même avait le sentiment qu’il aurait des difficultés à achever ce projet éditorial de son vivant – et de notes préparatoires et fragments, peine à construire un exposé de même teneur et de même statut tout au long des pages. Même si une mise en ordre scrupuleuse a été effectuée par un très proche de Paul Vidal de La Blache, Emmanuel de Martonne, pour le manuscrit publié, à la lecture, des disparités restent patentes, en particulier entre les trois parties.

  • 1 Il s'agit du premier tome de la monumentale Histoire de France (1903-1922) d’Ernest Lavisse en 28 v (...)
  • 2 Projet historique de grande ampleur initié par H. Berr. Le projet du volume singé par L. Febvre pre (...)

4Plus encore, il faut ajouter, et ce n’est pas peu, qu’en 1922 aussi, paraissait La Terre et l’évolution humaine, Introduction géographique à l’histoire de Lucien Febvre. Cet ouvrage, dans un principe de (quasi) symétrie au Tableau – qui ouvrait la collection d’histoire d’E. Lavisse1 – fait partie des premiers volumes d’une nouvelle collection historique, L’évolution de l’humanité2. Les pages que signe L. Febvre sont, de fait, dans leur entièreté, consacrées aux principes de compréhension de l’occupation humaine sur terre, au regard de deux objets « problématiques », le milieu et la race. L’auteur y développe, on le sait, les attendus et les limites de la géographie vidalienne qu’il avait fréquentée en profondeur et connaissait donc bien, complimentant les apports des monographies régionales et estampillant la démarche de « possibiliste » (Dosse, 1987) – le terme fit florès – mais en marquant clairement les limites des territoires de chacune des deux disciplines, à la géographique le sol et à l’historique l’État. Cet ouvrage, charpenté et porté par une réelle explicitation de projets disciplinaires, donne à lire un texte sans conteste plus programmatique que les Principes vidaliens.

5Mais un deuxième ordre de raisons est mobilisable pour rendre compte du moindre succès disciplinaire des Principes. Il s’agit sur le fond de sa matrice intellectuelle, qui contient tout entière à la fois l’ambition vidalienne et les moyens difficultueux d’y parvenir. Les deux apparaissent clairement dans l’ordonnancement de l’ouvrage. Rappelons-en brièvement les grandes lignes d’organisation.

6Un motif est essentiel, et au fondement du projet géographique de son auteur, tout au long de sa carrière. Il s’agit de répondre à une énigme géographique d’importance : saisir et expliquer la distribution des hommes et les différences dans leurs modes d’habiter la terre. La réponse à cette énigme, Vidal l’argumente à partir de trois couples forts : l’unité terrestre et le milieu, l’homme et le milieu, l’homme facteur géographique.

7Il en découle un ouvrage scandé en trois moments. Le premier concerne la répartition : inégalités et anomalies. Le point de départ. Puis vient la formation des densités, au travers du couple « groupe » et « mouvement ». Le balayage intercontinental, Afrique, Asie, Europe et région méditerranéenne permet à Vidal de produire des conclusions marquées du sceau de la contingence humaine.

8La deuxième partie est consacrée aux formes de civilisation : groupement et milieu, instrument et matériel, moyens de nourriture, matériaux de construction, établissements humains et évolution des civilisations. Enfin la troisième partie est consacrée à la circulation : moyens de transport, route, chemins de fer et mer.

9L’économie générale de l’ouvrage met donc en valeur une trilogie – répartition, civilisation, circulation – dont les éléments sont intrinsèquement liés et font système, et dont les principes de régularité – qui ne sauraient renvoyer à un quelconque déterminisme – mettent en jeu tout à la fois des éléments relevant des milieux et de l’histoire, des faits de cultures et de techniques, en prenant en compte un élément récurrent, mais à géométries, historique et spatiale, très variables : les mobilités humaines. La circulation n’y est d’aucune manière pensée comme un « simple » ajout modernisateur qui caractériserait une troisième partie sur l’actualité du monde en ce début de XXe siècle, mais bien au contraire comme un principe essentiel de l’occupation humaine sur terre. La circulation, clef du Progrès, schème civilisationnel en marche.

10Il s’ensuit dès lors que le terme et la notion circulent dans l’ensemble de l’ouvrage parce qu’il s’agit là du principe fondamental d’intelligibilité de l’œcouménisation auquel est parvenu Vidal au cours de son travail géographique. Mouvement, migrations, mobilité des hommes, au passé comme au présent, tiennent la clef de voûte de la compréhension de l’énigme géographique majeure. Or, ce branle de l’Humanité dont Vidal fait le principe moteur et diachronique de l’ouvrage est pour le moins sécant à la stabilisation ultérieure de son faire géographique, celui qu’exemplifie le Tableau pour le territoire français, dans les plis complexes de la fameuse « combinaison » des hommes et des milieux. Les lectures et les simplifications de ce texte ont alimenté une interprétation obviée du projet géographique vidalien.

11Sur le fond, bien sûr, il n’y a pas opposition intellectuelle dans le projet et les deux temps se dialectisent, mais prudent découplage méthodologique (le particulier d’abord, la synthèse après). Toutefois, cette prudence qui a chronologiquement favorisé le particulier sur le général ou le principiel, bien dans son temps positiviste de l’expérimentation, a privilégié dans la grande majorité des textes de la seconde et de la troisième génération des Vidaliens, le moment sur la durée, l’ici sur tous les ailleurs, le même sur le différent. Le prisme et l’échelle prégnante de la « région » ont ainsi engendré une myopie géographique, celle qui rend compte des conditions d’une singularité et d’une physionomie particulière. L’ipse régional contre l’idem général. C’est cette modalité du projet vidalien qui a prévalu dans la postérité et la vulgate vidalistes, en s’attachant longtemps à l’analyse minutieuse de la combinaison hommes/milieux, à la restitution d’une singularité des contrées, à la spécificité des physionomies régionales et portant plus volontiers à mentalement élaborer l’idée d’un ordre éternel des champs qu’à une saisie des changements du monde. Or les Principes sont cet effort pour le penser. Et les relire c’est revenir au fond principiel de la pensée vidalienne.

12On ne s’étonnera donc pas de repérer un nuage terminologique qui fait sens autour du champ sémantique de la mobilité, de l’expansion, du déplacement et des migrations. Contrairement à la tradition vidaliste, ce sont bien moins les attaches terriennes, les modes de vie dans leur essentialité qui sont ici mis en exergue et développés que les mises en mouvements, à toutes les échelles et selon des chronologies longues, des hommes, des techniques et des cultures.

13Ainsi de la même façon que la réédition de La France de l’Est (1994) durant une période marquée par le renouveau d’un souci géopolitique a permis de mieux prendre la mesure de la pensée vidalienne quant à la dimension politique de sa géographicité, la relecture attentive des Principes peut être considérée comme un moyen de lever l’hypothèque d’une discipline dont le sol, la terre, les milieux ont pu être malheureusement considérés comme les lignes de force de la compréhension de l’œcoumène. Au contraire, les Principes font la démonstration que la « circulation » constitue une des clefs séminales pour résoudre l’énigme de la distribution différenciée des hommes sur terre. La cristallisation ultérieure d’un paradigme vidaliste – en termes de représentation mentale de la discipline et ce faisant de doxa obviée – comme paradigme de l’équilibre stabilisé (milieux / genre de vie) rencontre dès lors un démenti explicite dans cet ouvrage qui fait sa part aux phénomènes zonaux (« plus on avance vers les régions de pluies abondantes… ») mais qui à tous moments en souligne l’insuffisance explicative et la nécessité de toujours mettre en mouvement le fait géographique.

14Au sein d’une tradition vidaliste qui a survalorisé l’approche régionale au détriment effectif de la géographie générale (humaine, ou humaine et physique), les Principes pouvaient dès lors entrer en dissonance. Au final, il peut être légitime de considérer que cette somme de la pensée vidalienne était simultanément trop pleine de son projet et trop expressément remplie de ses limites, trop complexe aussi par rapport à la simplification/normalisation ultérieure qui fut la sienne. D’une certaine manière, il est loisible de considérer que les Principes sont tout à la fois pleins des caractéristiques qui ont porté aux nues le projet vidalien et de celles qui en ont démonétisé la validité disciplinaire à partir des années 1960. À tort, parce que l’installation du paradigme, dans ses reproductions générationnelles en a déplacé le cœur de gravité et a souvent alimenté une doxa fallacieuse (Robic, 2000).

15C’est donc, symétriquement, qu’ils sont porteurs des enjeux qui n’ont cessé de traverser les collectifs géographiques depuis plus d’un siècle. Parce que le questionnement initial reste tenace (pourquoi et comment les disparités de peuplement ?) et parce que les faits de mobilité et de mise en branle des populations humaines, s’ils ne sont plus redevables des mêmes contextes économiques ou politiques, constituent une des caractéristiques majeures de l’actualité des hommes. Mais aussi parce que l’écriture géographique de Paul Vidal de La Blache autorise à reposer, à nouveaux frais, les questions fortes de ce qui permet à une science humaine/sociale de remplir un contrat de scientificité. Pour toutes ces raisons, nous proposons ici, au titre de pistes de relecture, trois champs d’exploration vifs en ce début de XXIe siècle : les relations disciplinaires, l’écriture géographique et les conditions de possibilité de la généralité.

Une géographie comme une Pangée des sciences humaines

16La géographie des Principes met en acte le programme d’une « science-carrefour », position revendiquée dans le champ des sciences humaines de son temps comme pré-carré de sa singularité scientifique. On ne s’étonnera donc pas d’y lire des rapprochements raisonnés de savoirs de nature différente, ethnographique, anthropologique, historique, géologique, climatique ou hydrologique.

17C’est ainsi que les Principes exemplifient une géographie très concrète, à grande échelle, au sens où elle est profondément attentive aux faits de culture matérielle des sociétés qu’elle explore. La visée ethnographique y est indéniable, en particulier dans la deuxième partie : culture matérielle, habitat, nourriture ou modes et pratiques de transports. Bien avant les formalisations en la matière de Pierre Gourou (1971), il y a déjà là une proposition pour saisir, au plus près des réalités matérielles de la vie humaine, les conditions des cadres techniques et culturels que le tropicaliste investiguera et systématisera, pour outiller une pensée géographique et se donner les moyens de déplier les raisons matérielles des genres de vie. Plus avant encore dans le temps, les dimensions matérielles et culturelles des pratiques humaines alimentent une géographie culturelle par la matérialité dont Xavier de Planhol continuera d’explorer les horizons (1995, 2004), sans doute un des derniers Vidaliens. Au demeurant, l’essor vigoureux de la géographie culturelle des deux dernières décennies en renégocie les problématiques et les enjeux intellectuels et disciplinaires (Claval et Stazack, 2008).

18Mais sur la menée intrinsèque de l’ouvrage, ce sont les rapports du temps et de l’espace qui y sont le plus mobilisés, à très grand rayon de courbure historique. Les Principes sont fondamentalement ceux d’une géographie pensée comme diachronique, dépliée dans le temps (mais ne relevant pas d’une géographie historique) : parce que la trame globale de cet ouvrage met en jeu des scansions temporelles à plus ou moins grandes échelles de temps et d’espace, parce que la culture historienne y est effective, pour l’Europe, le Moyen Orient, et l’Asie en particulier. Enfin parce que le temps long y est structurant, qui permet de recoudre fermement la géographie vidalienne à l’histoire braudélienne. Les projets intellectuels des deux auteurs sont en filiation et en résonance. Ils disent l’un et l’autre des enchâssements de temporalités, pour saisir comment l’histoire fait espace et comment l’espace fait histoire.

19Vidal pose ainsi les pierres de ce qui se déploie et se réfléchit depuis la fin du XXe siècle, une géohistoire (Grataloup, 1996, 2007, 2011). Les Principes sont indissociables, dans un exercice de réflexivité scientifique, de La Terre et l’évolution humaine. Alors qu’on lit sous la plume de L. Febvre, co-fondateur de l’École des Annales, un double dispositif disciplinaire qui permet à l’historien de dessiner méthodologiquement et fermement les limites de chacune, la géographique et l’historique, c’est le géographe Vidal qui déploie le grand récit de l’œcouménisation, avec ses drames et ses rebondissements, ouvert sur toutes les traces – historiques, géologiques, ethnographiques – que sa démarche mobilise conjointement. Dans les Principes, on retrouve ainsi à l’œuvre le rabattement de l’espace sur le temps, modèle moderne d’intelligibilité (et kantien majeur) tandis que la pluralité des cas géographiques, dialectisée par un panoptisme comparatif (incomplet certes) ne s’autorise pas l’énonciation théorique.

20Ce frottement disciplinaire continué entre géographie et histoire, qui amène encore et toujours à penser les conditions de leurs porosités mutuelles et réciproques, est aujourd’hui d’une forte actualité, alors même que le spatial turn et la fin de grands récits conduisent à réinterroger les dialectiques spatio-temporelles sur un principe d’analogie. Les deux charnières séculaires, XIXe-XXe siècles et XXe-XXIe siècles, sont traversées de lames de fond analogues, dans les rapports à l’espace et au temps, dans les mutations techniques et technologiques, dans les faits de cultures aussi. Le temps de la géographie vidalienne est aussi, à l’instar de notre temps présent, celui d’un tournant géographique et d’une mondialisation : colonisation, révolution des transports et rétractation de l’espace-temps, nouvelle donne géopolitique…

Une écriture en mouvement pour dire le mouvement

21Traquer le commun, repérer le semblable est au fondement du projet des Principes et de sa textualité même. Au demeurant, ce qu’elle peut nous apprendre sur notre écriture contemporaine n’est ni anodin ni insignifiant. Cet effet d’étrangeté textuelle – étrangeté analogue à celle éprouvée pour toute prose littéraire de la même période – est aussi ce qui doit inviter à s’y (re)plonger afin « d’interpréter pour comprendre et se comprendre » (P. Ricœur, 1997). La littérature scientifique passée ne saurait être exemptée de l’effort de dépaysement/décentrement intellectuel qui participe aujourd’hui des relectures critiques sur les savoirs situés.

22L’écriture des Principes donne à lire comme un précipité, au sens chimique du terme, de l’effort vidalien pour résoudre l’énigme géographique qui le mobilise. Parce que cet ouvrage a statut de somme principielle, il a pour horizon d’apporter des réponses à la fois méthodologiques et intellectuelles. Il est malaisé d’user des termes de « concept » pour aborder les textes vidaliens. Si tant est que l’on ait pu ultérieurement qualifier de tels les termes de « milieux » ou de « genres de vie », la démarche théorique et l’élaboration de catégories conceptuelles pour rendre compte de l’élaboration disciplinaire vidalienne restent délicates à exprimer sur ce mode. D’une part et d’abord, parce que Vidal lui-même s’est attaché à revendiquer le primat de l’observation, du fait, de l’empirique et que la visée théorisante est restée en deçà du projet d’écriture. Mais aussi parce que l’épuration du sensible que requiert une proposition conceptuelle n’a pas été effectuée par Vidal. Or, dans le projet spécifique de la somme et de la synthèse, et même sous le titre de « Principes », en sous registre théorique par rapport à « Traité » ou même « Manuel » (ouvrages à visée méthodologique et normative), la textualité et le régime de démonstration sont fabriqués autour du sensible et de l’image. Il en résulte une littérarité très particulière, et très datée aussi. Elle amplifie le sentiment d’étrangeté.

23L’abondance des images et surtout des métaphores en constitue le sceau. Elle participe aussi de la pratique narrative, puisque c’est sous la forme d’un vaste récit, d’un vaste roman géographique, celui de l’histoire et du drame (au sens d’action) des hommes sur terre. Ce récit est constitutif du projet ; sa mise en œuvre rhétorique en tisse la preuve. Ou plus exactement une preuve à deux volets intellectuels. Le premier est celui du champ référentiel de l’organicisme, qui a permis de penser la géographie humaine sous la forme d’une écologie humaine, par transfert de modèle scientifique (Robic, 1992), selon des procédés explicatifs de ce type : « C’est par essaims à la manière des abeilles, plutôt que par agglutination à la manière des coraux que les hommes se multiplient ». Le second interroge plus avant encore les ressorts démonstratifs de la géographie ainsi écrite.

24Les procédés métaphoriques y sont trop nombreux et trop récurrents dans les moments interprétatifs pour que l’on puisse considérer qu’il ne s’agisse ici que d’une coquetterie stylistique de la Rhétorique finissante. Il ne saurait s’agir d’ornementations ni d’effets de style, alors même que ces figures sont toujours en bonne place quand le texte fait émerger des généralisations interprétatives à visée scientifique. C’est que l’image ici tient au moins plusieurs places : elles re-présentent le monde observé (directement ou non), sont censées présenter les pièces au dossier non pas seulement de la monstration mais de la démonstration, et enfin rendre présents à l’esprit du lecteur les faits géographiques dans leur vérité. Le déplacement des registres (homme / monde vivant, circulation humaine / flux d’eau) et la figuration des images sont à la fois le vecteur et l’opérateur de sens et d’intelligibilité des faits. Il y a là un système de métaphores vives (P. Ricœur, 1997), vives au sens où loin de ne témoigner que d’un usage fossilisé des clichés et autres locus amoenus, la métaphore et l’image sont dans la textualité vidalienne investis d’une fonction heuristique fondamentale.

25On retrouve là le pouvoir figuratif des images et leur pouvoir de concordance qui constitue selon le joli mot de Claude Lefort, « l’espace de l’œuvre » (1972). La métaphore – dont on voudra bien se souvenir qu’elle signifie « transport » – constitue de facto le ressort propre de la démonstration, de l’émergence et de l’élaboration inventive du système d’intelligibilité géographique. Deux registres essentiels traversent l’ouvrage. Celui du ferment et du germe qui permet de saisir, par fragments, l’horizon de l’élan vital bergsonien mais qui n’est pas sans rencontrer non plus une anthropologie sensible des éléments premiers. Il y aurait une exploration passionnante à faire, bachelardienne, pour rendre compte du double jeu de ce projet géographique : d’un côté l’ambition de rationalisation et l’effort pour combler l’écart ainsi institué par l’arrachement au sensible, et de l’autre l’irréductibilité de ce dernier.

26Mais c’est sans doute la métaphore liquide qui est la plus présente dans les Principes : « une sorte de flux et de reflux en sens vertical régit les mouvements de la population. Ce que jadis elle cherchait en hauteur, c’était la sécurité, souvent la salubrité ; aujourd’hui l’attraction contraire prévaut ». Cette circulation d’images sustente et structure un réseau sémantique : flots, marées, flux et reflux humains, et autres « alluvions humaines », « on a l’impression que le réservoir humain coule à pleins bords » et c’est par la « mer » que s’achève l’ouvrage… « Plus on étudiera la composition de ces agglomérations, mieux on verra qu’elles sont le résultat d’une sédimentation prolongée, et dans les alluvions qui ont contribué à les former, on reconnaît les apports successifs guidés par les voies naturelles »…

27En écartant le fait de sa résolution, en déplaçant l’horizon de l’explication, en transportant la résolution de l’énigme ailleurs que là où elle a été posée, en modifiant l’horizon de dénotation de la question, bref, en métaphorisant les faits, l’écriture produit dans le même geste et la description et l’explication. Vidal use, en expert, d’un procédé rhétorique dont il mobilise les deux principes antiques de persuasion et d’inventivité (Ricœur). La fonction argumentative de la métaphore s’y combine dès lors en profondeur à sa fonction poétique (inventivité) et permet une montée en généralité indissociable de l’effet d’image / imagination : « Quand la ruche est trop petite, des essaims s’en échappent. C’est l’histoire de tous les temps ».

28Métaphoriser, c’est trouver le semblable (Aristote). Autre temps, autres pratiques ? On peut pour se convaincre du contraire, se pencher sur les usages métaphoriques mobilisés autour des questions du développement durable au sein duquel les métaphores servent également un projet de démonstration et de persuasion. La littérarité vidalienne dit donc bien autre chose que les usages stylistiques datées, elle dit fondamentalement l’écart entre la sémantique géographique et la sémiotique de mots pour la dire.

Du singulier et du général : la démarche comparative toujours d’actualité

29C’est que la question de la régularité, et non de la loi, est au cœur du projet. Par la comparaison et l’écriture qui en lie les éléments, c’est l’articulation des faits aux principes qui est mise en œuvre, pour consolider la visée scientifique et excéder la description des singularités, dont le Tableau, en revanche, exemplifie l’exercice. Mais la catégorie du concept qui autorise une montée en généralité est dans l’écriture vidalienne toujours en creux, toujours approchée. La contingence des faits humains retient toujours au seuil de la proposition légiférante. Ce fut reçu, longtemps, comme la nécessaire modestie au verso de la grande ambition : celle d’une science carrefour, faite d’emprunts raisonnés aux sciences connexes, qui ambitionne de dire le Tout de l’organisme terrestre.

30Le déficit théorique de la géographie vidalienne est même revendiqué comme une force réservée, comme la reconnaissance de l’indispensable retenue qu’enjoint l’immensité des variétés des situations géographiques. Le passage des variétés aux variations n’est pour autant pas inexistant. Mais il demeure en deçà de l’immense ambition du projet géographique : rendre compte des hommes sur la terre, des relations des premiers à la seconde.

31On en retrouve une illustration forte dans l’emploi du terme « anomalie », dont la fonction descriptive désigne un fait isolé, une disparité, une rugosité (« omalos », inégal, irrégulier, fait d’aspérité). En cela, il se distingue sans conteste de la catégorie de la norme et de son antonyme, « anormal ». Ce faisant, il ne saurait renvoyer à un principe normatif. On peut considérer que Vidal, connaisseur des lettres anciennes et du grec en particulier, utilise le terme dans son acception exacte. Dès lors, l’usage d’un terme descriptif pour exprimer l’énigme géographique de la distribution des hommes sur terre, est essentiellement signifiant et exprime sur le fond que « tout ce qui touche à l’homme est frappé de contingence » : « Une foule d’anomalies nous avertissent que la répartition actuelle de l’espèce humaine est un fait provisoire, issu de causes complexes, toujours en mouvements ».

32Et de fait, le terme d’anomalie est singulièrement agencé avec celui d’inégalités, sans qu’il y ait pour autant le recours à une norme quelconque ou à un état devant nécessairement advenir : « rien ne dit qu’il y ait, entre régions analogues, une densité normale atteinte par les unes vers laquelle les autres s’acheminent ». Et l’épaississement des rangs humains n’est pas inéluctable : « la civilisation contemporaine met en mouvement, à côté de causes qui favorisent l’accroissement de la population, d’autres causes qui tendraient plutôt à la réduire. Si ce sont surtout les premières qui ont agi pendant le XIXe, il se pourrait que d’autres prissent le dessus au cours des générations suivantes ». Si les irrégularités ne sont pas dues à un état d’évolution peu avancée et si la comparaison est vectorisée à grand rayon de courbure géohistorique par les avancées d’un Progrès des Civilisations, le finalisme civilisationnel n’est alors pas exempt de modulation. Le terme de regrès n’est pas utilisé, à l’encontre de la géographie reclusienne, mais on ne saurait non plus trouver dans la géographie vidalienne une unique voie d’évolution de résolution des énigmes géographiques. La mobilité humaine et la notion de Progrès sont donc structurantes dans la démonstration qui court tout au long des Principes, mais ils sont aussi dialectisés par une historicisation continuée qui en supporte des contraires. Point de déterminisme de nature, mais point non plus de finalisme progressiste. Aucune loi, ni pour l’espace, ni pour le temps.

33Ce serait déjà là un motif intellectuel à leur relecture. Mais s’y ajoute encore un motif, méthodologiquement toujours vif et même rendu plus crucial par le spatial turn contemporain. Il s’agit de la comparaison des démarches comparatives et des décentrements d’option qu’elles imposent. La comparaison a constitué un tour de main des géographes classiques, mais également le principe fondateur d’une géographie renouvelée à partir des années 1960 (sous la forme d’une géographie générale des espaces régionaux) et encore depuis les années 1990 sous l’effet d’un tournant spatial (Soja, 1996).

34C’est qu’en l’absence de reproductibilité des faits géographiques dans le cadre d’une pratique expérimentale, il est reçu que son analogue en science humaine puisse se déployer dans l’espace. Mais cela fut fait dans une perspective essentialiste des objets géographiques, d’une réification en vertu d’un point de convergence hétéronormé (gradient de civilisation par exemple) durant le temps vidalien. La comparaison alimentait en même temps qu’elle générait une démarche visant moins à frotter les différences qu’à repérer les communs et les ressemblances. On retrouve là volontiers la différence et la répétition deleuzienne, comme lecture critique de l’effort rationalisant, essentialiste des choses du monde quand on veut s’en saisir scientifiquement et par la pensée.

35La comparaison que rend possible ou souhaitable le spatial turn acte un renversement de posture. Il s’agit dès lors de considérer que les grands récits ne sont plus à même de produire les matrices d’intelligibilité des faits humains, politiques, économiques, sociaux et culturels, mais que la matrice d’intelligibilité réside dans la disparité spatiale des agencements (entre milieux et sociétés, entre techniques et cultures…). Le terme « spatial turn » (Soja, 1996 repris en « tournant géographique » (Gauchet 1996, Levy 1999) – et même si les deux appellations ne sont pas totalement analogues –, en reconnaissant toutes les dimensions spatiales des dispositifs culturels, économiques, politiques, permet, en remonétisant l’espace sur le temps dans les approches disciplinaires multiples, dont la géographique, d’aller chercher dans la multiplicité des situations les conditions de possibilités de nouvelles comparaisons (Rémaud, Schaub, Thireau dir., 2012).

36Relire un texte passé, quelle que soit la discipline, c’est surprendre un temps et un lieu de la pensée. C’est faire un voyage dans un domaine du savoir, se déplacer et se dépayser dans le temps pour explorer comment d’autres, dans des périodes passées, ont résolu ou tenté de résoudre des questions qui nous sont encore présentes. C’est les suspendre aussi, pour un moment, et les considérer en soi – ce qui est donné à lire – et pour soi, c’est-à-dire explorer leurs conditions de possibilité. Non pas selon un principe de chronologie disciplinaire progressiste, mais plus en profondeur, en saisissant ses ressorts intellectuels et épistémiques.

37Paul Vidal de La Blache, au regard de son parcours intellectuel (historien de l’Antiquité et vrai voyageur), professionnel (enseignant, auteur et, dirions-nous aujourd’hui, animateur de la recherche), de ses positions politiques (intérêt réel, pour les questions des frontières et des régions) a écrit des textes constitutifs d’un style de pensée à la fois personnel – et quasi intime – et profondément alimenté d’une ambition à la mesure des interrogations sur l’Humanité. Ce combat inégal, celui des projets intellectuels à l’aube des sciences humaines durant le temps républicain, lui a pris le temps d’une vie de voyages et de lectures, avant de livrer la somme à laquelle il pensait être parvenu.

38Il s’y montre – comment ne pourrait-il ? – l’héritier de son acculturation, individuelle et collective, par le primat accordé au berceau de la civilisation occidentale, ce berceau méditerranéen à jamais inscrit dans sa mémoire rétinienne, sensible et culturelle, qui est aussi, dans la tradition des Humanités le creuset scriptural de la Rhétorique. La familiarité des classiques – et il les connaît bien – est tout entière à l’œuvre dans l’effort de formalisation à laquelle il tend. Mais les Principes donnent aussi à lire une pensée traversée du sceau de l’arrachement inachevé au sensible et à sa restitution discursive. Le sensible et le sujet malgré lui, malgré le projet explicatif et la volonté rationnelle de la montée en généralité.

39La notoriété disciplinaire du Tableau a éclipsé les foyers d’intelligibilité que proposent les Principes, et les articles parus à l’amont. Mais on y trouve, aussi et fondamentalement, la matrice des travaux de P. Gourou, de M. Sorre ou de X. de Planhol. De J. Gottmann encore dont le couple méthodologique mouvement et iconographie a retravaillé, notionnellement, les tensions entre mouvement et enracinement dans le champ d’une géographie politique.

40C’est que les Principes sont certes l’achèvement inachevé d’un itinéraire de géographe, qui n’a cessé de travailler la question du sens et des origines des faits d’espace, de façon quasi philosophique, mais tout autant le socle proposé, les principia, de travaux et d’investigations à venir. En cela, ces géographes tenus pour « marginaux » sont ceux qui ont fait fructifier cet héritage vidalien.

41Principes, principia : les fondements mais aussi les premiers pas pour d’autres parcours personnels et de nouveaux commencements. Non pas les tables de la loi mais une source d’inspiration. Le titre de l’ouvrage a été fort bien choisi.

Bibliographie

Claval Paul et Staszak Jean-François, « Où en est la géographie culturelle ? » Introduction, Annales de géographie, 2008/2 n° 660-661, p. 3-7.

De Planhol Xavier, L’eau de neige. Le tiède et le frais. Histoire et géographie des boissons fraîches, Paris, Fayard, 1995.

De Planhol Xavier, Le paysage animal : l’homme et la grande faune, une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 2004.

Dosse François, L’histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987.

Gauchet Marcel, Présentation du dossier « Nouvelles géographies », Le Débat, n° 92, 1996.

Gallois Lucien, « Géographie humaine », Annales de géographie. 1922, t. 31, n° 170, p. 97-108.

Gourou Pierre, Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton, 1971. Recueil de leçons données au Collège de France de 1947 à 1970. Préface de Fernand Braudel.

Grataloup Christian, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Reclus / La Documentation française, 1996.

Grataloup Christian, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du Monde, Paris, Armand Colin, 2007.

Grataloup Christian, Faut-il penser autrement l’histoire du monde ?, Paris, Armand Colin, 2011.

Lefort Claude, Le travail de l’œuvre. Machiavel, Paris, Gallimard, 1972.

Lévy, Jacques, Le tournant géographique. Penser l’espace pour penser le monde, Paris, Belin, 1999.

Rémaud Olivier, Schaub Jean-Frédéric et Thireau Isabelle (dir.), Faire des sciences sociales. Volume 3 : Comparer. Paris, Éditions de L’EHESS, collection « Cas de figure », 2012.

Ricœur Paul, La métaphore vive, Paris, Le Seuil, coll. « Points »,‎ 1997.

Robic Marie-Claire (dir). Du milieu à l’environnement : pratiques et représentations du rapport homme-nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 1992.

Robic Marie-Claire, « Confins, routes et seuils », Communications, 70, 2000. Seuils, p. 93-119.

Robic Marie-Claire, « L’exemplarité du Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de La Blache », Berthelot J.-M. (dir), Figures du texte scientifique, Paris, PUF, 2003, p. 81-105.

Soja, Edward W., Thirdspace. Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Cambridge, Blackwell, 1996.

Notes

1 Il s'agit du premier tome de la monumentale Histoire de France (1903-1922) d’Ernest Lavisse en 28 volumes.

2 Projet historique de grande ampleur initié par H. Berr. Le projet du volume singé par L. Febvre prend place dès le début de cette vaste entreprise éditoriale (1912-1913). La guerre en a retardé la réalisation finale et repoussé la publication de la première édition en 1922.

Auteur

Isabelle Lefort est professeure des universités à Lyon II et membre de l'UMR 5600 : Environnement Ville et Société.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search