Version classiqueVersion mobile

Survivre à l’inondation

 | 
Julien Langumier

Remerciements

Texte intégral

À Brigitte

1 Cet ouvrage repose pour l’essentiel sur les habitants et les élus de Cuxac-d’Aude, les gestionnaires et les techniciens concernés par le problème des inondations, les professionnels de santé mentale qui sont intervenus sur le terrain. Je leur suis entièrement redevable d’avoir accepté de répondre à mes questions, de m’avoir reçu, invité à leur repas et parfois hébergé. Je pense en particulier à Patrick Nancy de Voies navigables de France (VNF) qui a accepté de me loger dans la maison d’éclusier du Gailhousty, ainsi qu’à Martine Serra et à tous les agents de VNF de Sallèles-d’Aude qui ont veillé sur moi à chacun de mes séjours. La participation de toutes ces personnes à l’enquête est la condition première de cette recherche. Je tiens à remercier en particulier Martine et Jean-Paul qui m’ont si souvent accepté au cœur de leur famille et Jacques Aliaga pour m’avoir ouvert sa collection de documents sur les catastrophes.

2Je dois beaucoup à Françoise Zonabend qui, depuis le diplôme de DEA, suit mon travail avec attention en se montrant disponible, en me promulguant de précieux conseils et en discutant des questions formulées à mesure de la progression de l’enquête et de la rédaction du texte.

3Ma dette envers l’équipe « Risques urbains » du laboratoire RIVES de l’ENTPE doit être soulignée. Son appui m’a permis d’obtenir du ministère de l’Équipement la possibilité de conduire cette étude. Les échanges quotidiens, tant sur le plan scientifique qu’amical, ont constitué une ambiance de travail privilégiée. Je tiens à remercier tout particulièrement Thierry Coanus pour les innombrables discussions, pour ses patientes relectures et son soutien sans faille pendant ces années de travail. Merci bien sûr à Bilel Ben Bouzid, Stève Bernardin, Fabien Capelli, Marion Cauhopé, Florence Dejoux, François Duchêne, Sébastien Gardon, Violaine Girard, Emmanuel Martinais, Anaïk Purenne et Sarah Russeil pour tout ce qu’ils m’ont apporté, pour leur sympathie et leur bienveillance.

4Je tiens aussi à remercier Sophie Wahnich pour son invitation au séminaire « Histoire des émotions », Michel Marié pour son intérêt, sa curiosité et ses encouragements à l’égard de mon travail ainsi que le réseau de doctorants « Santé et société » pour m’avoir associé à leurs activités et à leurs réflexions. Merci tout particulièrement à Samuel Lézé, à Odile Steinauer, Hélène Marche et Fabrice Hernandez ainsi qu’à Sandrine Revet et Cécile Quesada pour la dynamique collective de recherche engagée sur le risque et la catastrophe.

5Enfin, la mise en forme du manuscrit prend souvent la forme d’une entreprise collective : merci donc à Guy Castelly pour les traductions en occitan, à Marie, Karine, Magali et mes parents pour leurs relectures et leurs annotations sur les premières versions.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search