Version classiqueVersion mobile

L’Anarchie de Mably à Proudhon, 1750-1850

 | 
Marc Deleplace

Préface

Michel Vovelle

Texte intégral

1Mona Ozouf traitant du jacobinisme a risqué la métaphore d’une « hydre malléable » susceptible, au fil de ses avatars, d’endosser des contenus successifs, au gré de ses fortunes diverses, jusqu’à son ultime extinction. Mais le jacobinisme, outre une pratique historiquement datée, peut se formuler, fût-ce contradictoirement, en termes de doctrine(s), d’une vision du monde.

2Peut-on, jusqu’à Proudhon qui vient, dirait-on aujourd’hui, comme une cerise sur le gâteau, user d’une telle métaphore pour l’anarchisme ? Mais c’est qu’avant l’anarchisme, il y a l’anarchie dont on ne saurait faire un antécédent commode, ni même présentable, ce qui, comme le note sans trop de cruauté Marc Deleplace dans son introduction, disqualifie toute tentative rétrospective à la recherche d’authentiques ancêtres putatifs.

3Mais on mesure ainsi d’entrée l’ambition du défi assumé par l’auteur : anarchie-anarchiste, pour Ferdinand Brunot, dans sa louable enquête sur le vocabulaire révolutionnaire, c’est une injure, une forme banalisée de l’anathème exploitable à toutes fins par les différents partis. Puis, si l’on s’interroge pour serrer de plus près le concept, l’anarchie n’a pas apparemment de programme, c’est comme son nom l’indique une figure en creux, ou pis encore un chaos dans la pensée commune.

4Et cependant, elle a une histoire – non point celle de l’anarchie de terrain, que M. Deleplace s’est refusé à écrire ; mais bien celle, qu’il aborde armé des techniques nouvelles d’histoire du langage, d’une « notion-concept » ou d’un « désignant socio-politique », le choix nous est laissé. Ce qui ne doit point nous effrayer car l’analyse qui nous est proposée n’a rien d’abstrait ni de spéculatif : on y assiste même, chemin faisant, à l’incarnation de l’anarchiste, devenant une figure, fantasmée certes, mais dotée, si l’on peut dire, de qualités, ou plutôt d’attributs redoutables et dérisoires à la fois. Un fantôme, mais à la vie dure.

5En suivant les avatars d’un mot – d’une notion-concept – l’auteur nous entraîne par un souple enchaînement de séquences chronologiques et analytiques, attentives aux filiations et aux héritages, dans un parcours d’un siècle – du milieu du xviiie à celui du xixe siècle – où la Révolution française occupe une place centrale, dont il s’excuse un peu, mais point n’est besoin car sa démonstration est convaincante.

6Le siècle des Lumières, qu’il serait indécent de dire de la spéculation gratuite, tant elle est chargée d’enjeux majeurs, permet de situer la position initiale de l’anarchie dans la réflexion philosophique – une catégorie dans ce que l’on pourrait avec anachronisme désigner comme la politologie avant la lettre. Elle y tient sa place, repoussoir, début ou fin, dans la typologie des sociétés et des civilisations. Mais ce tableau n’est pas statique qui confronte à une autre lecture, en termes d’historicisation, quand une mise en perspective se focalise sur le concept d’anarchie féodale. Curiosité non sans arrière-pensées, dans un contexte où la monarchie garante de l’ordre se voit contestée dans les décennies prérévolutionnaires. Suit, dans un cheminement que nous n’ambitionnons pas de reprendre, au risque de le défigurer, la séquence d’activation et de mise à l’épreuve que constitue l’entrée en Révolution, une décennie où l’image de l’anarchie explose, s’inscrit dans le registre de la polémique et du débat d’assemblée, scruté avec minutie à travers les discours des protagonistes. Car on la rencontre à tous les tournants, dans le débat sur la souveraineté, sur le veto, ou sur l’hérédité du pouvoir royal, comme un argument que l’on se renvoie d’un camp à l’autre. Débat qui n’a plus rien d’académique, sur fond de ce désordre qu’a été, au fond, la Révolution : et où l’on voit naître la figure de l’anarchiste.

7Deux séquences de polarisation majeures, entrecoupées d’un silence, mais combien significatif en l’an II : l’affrontement Gironde-Montagne donne l’occasion d’un enrichissement, si l’on peut dire, de l’univers conceptuel de l’anarchie, dans la désignation des factions, des adversaires emblématiques, Marat puis Robespierre, du « coin des anarchistes ». Le triomphe de la Montagne s’inscrit dans un bilan sans appel : deux occurrences pour l’anarchie dans le corpus analysé. Mais par contraste, l’an III s’inscrit comme un tournant majeur de la saturation d’un discours de l’exécration qui englobe sous le vocable d’anarchistes, après Robespierre, le gouvernement de salut public, les jacobins, les sans-culottes enfin. En englobant dans ce rejet l’ensemble d’une expérience où le despotisme d’hier se trouve assimilé à l’anarchie, la république des propriétaires assure sa légitimité et, selon la formule de l’auteur, « thermidor sauve la République en lui sacrifiant la Révolution ».

8Elle n’en est pas quitte pour autant : dans la crise du Directoire, la palette jusqu’alors essentiellement politique du débat sur l’anarchie s’enrichit d’une composante nouvelle à travers la Conspiration des Égaux et sa répression qui donne l’occasion de dénoncer sa dimension de désorganisation sociale, et le spectre de la loi agraire.

9Rentré dans l’ombre, du moins le semble-t-il, à quelque accident près comme la machine infernale, l’anarchisme conspirateur se terre sous l’Empire. Les jeux seraient-ils faits dans le nouvel ordre qui se stabilise ?

10Marc Deleplace a tenu à poursuivre l’enquête, et on lui en sait gré, au fil du premier xixe siècle, des Restaurations mais aussi du libéralisme, et des prémisses du socialisme. La désignation du péril anarchiste a pris sa nouvelle configuration, qui pour l’essentiel se conforme au verdict de l’an III. À des nuances près sans doute : à droite, les jeux sont faits et le discours ultra se développe sur le registre de l’exorcisme en englobant la Révolution toute entière dans la rubrique de l’anarchie, comme atteinte à l’ordre divin. Le courant libéral à travers ses porte-parole et ses historiens tente de se démarquer d’une position difficile en élaborant son discours sur la décennie révolutionnaire, distinguant les séquences nobles que l’on est en droit de revendiquer, de celles où l’anarchie a pris le dessus. Mais le voici attaqué sur un autre front quand la critique socialiste – des utopistes comme Saint-Simon ou Fourier, jusqu’à Louis Blanc – dénonce « l’anarchie industrielle » du nouvel univers social.

11C’est dans ce contexte qu’au milieu du xixe siècle, en 1851, Proudhon en se proclamant anarchiste provoque le scandale d’invoquer comme valeur positive l’anarchisme, doté d’une positivité que tous lui avaient jusqu’alors contesté. L’auteur laisse ouvert le débat sur le contenu global de l’anarchisme proudhonien eu égard aux fluctuations de la pensée du théoricien. Mais ce serait une autre aventure que celle de suivre l’anarchisme ainsi officialisé, si l’on peut risquer l’expression.

12Sachons gré à Marc Deleplace de nous avoir avec autant de maîtrise appris à mesurer le pouvoir d’un mot, fût-ce celui d’une fascination hostile. À partir d’une « notion-concept », c’est tout un réseau de correspondances qui se trouve évoqué – droit naturel, démocratie, despotisme, terreur, propriété, athéisme… sans que jamais soit rompu le fil d’une démonstration convaincante, ouvrant un nouveau chapitre de l’histoire des idées.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search