Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Fragments

Fragment IV

La ville

Texte intégral

1Il y a des contrées d’établissements sédentaires où la ville ne s’est pas implantée. Le type de village est de beaucoup dominant dans les grands centres de peuplement rural de l’Inde et de l’Extrême-Orient ; encore plus dans des contrées de moindre civilisation comme le Soudan et l’Afrique centrale, car on ne saurait donner le nom de ville à ces agglomérations fortuites que la puissance d’un chef improvise et qui restent ensuite à l’état de termitière abandonnée. C’est au contraire le type de ville qui prévaut absolument dans les régions de colonisation récente, en Amérique et en Australie. Il se combine, en Europe, avec le peuplement rural, quoiqu’inégalement dans l’Est et l’Ouest, dans le Nord, le Centre et le Midi.

2Nous saisissons qu’il y a entre ces deux types d’établissements des différences spécifiques, plus que de simples différences de degré dans la concentration du peuplement. Ce n’est pas une simple question de nombre ou d’étendue. La ville, dans le sens plein du mot, est une organisation sociale de plus grande envergure ; elle répond à un stade de civilisation que certaines régions n’ont pas atteint, qu’elles n’atteindront peut-être jamais d’elles-mêmes.

3L’origine des villes, si loin qu’il faille remonter, est un fait essentiellement historique. L’auréole mythique dont s’enveloppe leur genèse (rituel, héros éponyme) n’est que l’expression de l’admiration que ce phénomène a excitée parmi les hommes. Créations du commerce et de la politique, elles accompagnent les premiers développements de grandes civilisations : Babylone, Memphis, Suze.

4La substitution du régime urbain à un régime villageois et cantonal fut, sur les bords de la Méditerranée, le chef-d’œuvre de la Grèce et de Rome. Les observateurs contemporains de ce phénomène, Thucydide, Polybe, Strabon, ne s’y trompèrent pas. Ils signalent la πόλις, la cité antique comme le symbole et l’expression d’une civilisation supérieure. En regard, et par contraste, ils nous montrent des peuples qui, de tout temps, vivent en bourgades ou petits villages. xωμηδόν ζώντες ; et ce signalement se rapporte nettement à d’autres riverains de la Méditerranée, qui, comme en Albanie, en Berbérie et dans certaines parties de l’Italie méridionale persistent dans cet état quasi primitif.

5Ce qui se passa dans l’antiquité classique s’est renouvelé plusieurs fois dans la suite des temps. La Germanie, a remarqué Tacite, ne connaissait pas la ville. Il y a eu à plusieurs reprises, d’abord sous Charlemagne en Germanie, plus tard dans les pays slaves, dans l’Inde au moment des conquêtes musulmanes, dans le nouveau monde à l’arrivée des Européens, des périodes de fondations de villes. Les éléments de la cité existaient, mais attendaient pour se combiner une impulsion venant du dehors ; il fallait qu’un souffle de vie plus général ait atteint la contrée, pour que des habitudes sociales invétérées, cimentées par l’isolement, cèdent à des habitudes nouvelles.

6Quand on étudie dans le passé la genèse des villes, on trouve que ce qui a fait éclore le germe, ce qui en a assuré le développement, c’est généralement la présence d’un obstacle. Aux débouchés des montagnes, aux passages des fleuves, au seuil des déserts, au contact des côtes, partout où il faut s’arrêter, aviser à de nouveaux moyens de transport, il y a chance pour qu’une ville se forme.

7On connaît des tribus riveraines de la mer, dans l’Ouest de l’Afrique et dans le Sud de l’Asie, qui sont demeurées inertes devant cette immensité ; mais dès que la navigation existe, elle cherche des points fixes : îlots côtiers, caps des bords de la Méditerranée, viks ou golfes des mers du Nord ; là s’amorcent les villes. Quand la marée pénètre dans l’embouchure des fleuves, la ville naît au point où la batellerie devient impuissante.

8Sur les bords des montagnes qui ont longtemps arrêté les hommes, se rangent les villes, aux points où les produits, les moyens de transport, la circulation de la plaine doivent s’accommoder à des conditions nouvelles. De Milan à Zurich, de Vienne à Lyon, une ceinture de villes entoure les Alpes. Tirnovo au Nord des Balkans s’oppose à Kasanlik, comme Vladicaucase à Tiflis. Aux débouchés des passes de Kaboul se multiplient les marchés du Pendjab.

9On trouve aussi des séries de villes s’échelonnant en bordure des déserts. Les deux rives du Sahara, comme celles de l’Asie centrale, ont leurs ports. La caravane y trouve, après les épreuves de dures traversées, des lieux de détente et de sécurité, les caravansérails où se recrutent convoyeurs et chameaux, d’où rayonnent les transactions, où se rencontrent les hommes et circulent les nouvelles. Figuig, Tombouctou, Merv, Bokhara et l’hexapole du Turkestan chinois, Maan, Petra ont joué ce rôle.

Périphérie urbaine des régions arides

Périphérie urbaine des régions arides

10Enfin l’obstacle des fleuves a servi aussi de pierre d’achoppement. On ne compte plus les villes qui doivent leur origine à un gué, à un passage facilité par des îles, parfois à un portage (volok), les dunum et les briva celtiques, les furt germaniques, etc.

  • 1 Kohl (J. K.), Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltun (...)

11Le rôle des routes, trop exclusivement envisagé par certains1, ne doit pas, en tout cas, être négligé. Lorsque les voies romaines eurent assuré des communications directes à de grandes distances, leur tracé fixa à son tour des centres urbains. De Plaisance à Bologne le long de la voie Émilienne, on voit s’échelonner les villes. Sur la grande diagonale qui, du Danube à la Propontide, de Singidunum à Byzance, traversait la Péninsule Balkanique, les seules villes sont encore celles qui ont été implantées par Rome : Naïssus (Nich), Sardica (Sofia), etc.

12Le phénomène de villages s’élevant à la dignité de villes se produit par le jeu des causes économiques dans les contrées où le type urbain tend à prédominer. Les principales régions industrielles de l’Europe se sont révélées des pépinières de villes. Autour de Manchester, comme de Lille, ou en Saxe comme dans la Westphalie rhénane, c’est le même pullulement. D’autre part nous voyons d’anciens bourgs, des villes même dépérir ; des moyens administratifs y soutiennent une existence factice, quand ce n’est pas assez de l’usage, de l’ancienne viabilité, pour protéger des formes vieillies contre les circonstances qui conspirent contre elles. L’anachronisme qui laisse Roubaix au rang de chef-lieu de canton n’est pas plus anormal que celui qui attribue à de simples marchés ruraux le titre de sous-préfecture.

13Si l’on veut voir la vie urbaine, livrée à elle-même, agir dans toute sa force, c’est plutôt aux États-Unis qu’il faut regarder. La nécessité de maîtriser la distance, de combiner de vastes espaces en un domaine économique s’y impose ; la ville, seul organisme correspondant à ces besoins, met partout sa marque. Tout groupement nouveau, si modeste soit-il, débute comme un centre urbain. Déjà à l’état embryonnaire il possède ou tend à se donner les organes qui font la ville : hôtels, banque, grands magasins (general store). La chance viendra qui fera le reste ; l’optimisme américain y compte. En tout cas, si la ville échoue, elle disparaîtra sans faire place à un village.

14Tout autres ont été les débuts et les conditions d’accroissement de nos villes européennes. Le temps a collaboré à leur formation ; il a ajouté, pièce à pièce, les parties dont se compose leur grandeur. L’antiquité nous avait montré dans l’ensemble urbain de Syracuse (Achradina-Tyché-Épipolis), de Corinthe, d’Athènes (Acropole, ville basse et longs murs), d’Éphèse (le temple et le port), des exemples d’agrégats successifs. Ainsi dans nos villes modernes.

15Le noyau reste plus ou moins distinct : à Paris, la Cité ; à Londres, le quartier de la Tour ; à Vienne, le quartier de Saint-Étienne ; à Rome, le Palatin. Autour de ce noyau se sont agglutinés des éléments nouveaux : souvent le bourg à côté de la ville (bourg du Vatican à Rome), la basse ville au pied de la haute (Bruxelles), de puissantes abbayes comme Saint-Germain-des-Prés à Paris, Westminster à Londres. Puis des rues ont relié les parties (strand) ; des faubourgs se sont allongés en forme de polypes dans des directions différentes. Le système des rues garde, malgré tant de remaniements, la trace des quartiers combinés en un tout, tortueux dans les parties anciennes, plus régulier dans les parties modernes : à Vienne le Ring enveloppe un lacis de ruelles bordées de cafés et de magasins luxueux, à Berlin l’ancienne ville de la Sprée se distingue aussi nettement de la Friedrichstadt. Parfois même une ou plusieurs rues principales, correspondant à d’anciennes routes maîtresses, subsistent comme l’axe le long duquel a grandi la ville. Nos rues Saint-Jacques sur la rive gauche, Saint-Denis sur la rive droite, retracent le parcours de voies romaines, qui, du Nord au Sud, franchissaient le fleuve divisé en îles ; comme la rue Saint-Honoré, celle qui gagnait l’Oise et le Vexin. À Londres, on suit par Holborn et Oxford Street la direction fondamentale de la célèbre voie historique (Watling Street), qui, du gué de la Tamise, gagnait vers Deva (Chester) la côte occidentale. À Salonique, la voie Egnatia forme, de part en part, la rue principale de la ville.

16L’unité urbaine est plus ou moins parfaite. Dans certaines villes, plus avancées dans leur développement, comme Londres, Paris, la forme d’agrégat tend à disparaître. Les siècles qui ont concouru à la formation harmonieuse de Paris se laissent encore discerner, comme les anneaux concentriques marquant l’accroissement annuel se dessinent sur le tronc coupé d’un grand arbre. Mais les individualités moindres se sont fondues dans une individualité supérieure. Ce type plus évolué est propre à l’Europe occidentale. Moscou n’a pas digéré son Kremlin. Les parties se montrent plutôt juxtaposées que fondues dans les grandes cités d’Asie : ville tartare et ville chinoise à Pékin ; ville chinoise et concessions européennes à Changhaï et Canton ; ville marchande et cité impériale à Tokio ; ville russe et ville iranienne à Samarkand.

17Il appartenait à l’Amérique de créer un nouveau type de cité. Washington, Philadelphie, Buenos Ayres sont sorties toutes faites d’un plan préconçu. Pour peu que la ville remonte à ces époques que la juvénilité américaine traite de médiévales, c’est-à-dire au xviie siècle, on y retrouve encore avec intérêt, bien qu’à demi effacée et comme engloutie dans les constructions modernes, la ville primitive : à Boston, la péninsule mamelonnée qu’une mince langue de terre, suivie aujourd’hui par Washington Street, rattachait au continent ; à New York, l’extrémité méridionale de l’île de Manhattan, au Sud de Wall street. Mais, de nos jours, la ville surgit trop vite, toute faite, suivant un plan partout identique. Ces blocs quadrangulaires de maisons coupés par des avenues ou rues à trolleys, n’ont plus rien de local ni d’historique, qu’ils s’élèvent sur les bords de l’Atlantique ou du Pacifique, sur les confins du Mexique ou du Canada. C’est une civilisation singulièrement exclusive qui leur imprime une face commune. Il y eut quelque chose de pareil dans ces villes à portiques, thermes et colonnades que les Romains implantèrent indistinctement dans toutes les parties de leur Empire. Mais en Amérique la ville se développe dans des proportions auparavant inconnues. Saint-Louis disperse ses différents quartiers sur une dizaine de milles de distance. Chicago embrasse un espace plus grand que le département de la Seine. La ville américaine a son appareil de circulation permettant de spécialiser les quartiers, de séparer la ville des affaires de la ville du home, d’interposer entre elles d’immenses parcs, d’avoir sa campagne à l’intérieur. « La locomotive, écrivait il y a déjà un demi-siècle Anthony Trollope, est ici comme un animal domestique. » Que dirait-il aujourd’hui ? Essaimant autour d’elle, étendant indéfiniment ses quartiers suburbains, la ville est la plus parfaite expression de l’Américanisme...

Notes

1 Kohl (J. K.), Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltung der Erdoberfläche, Dresde et Leipzig, 1841.

Table des illustrations

Titre Périphérie urbaine des régions arides
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search