Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Fragments

Fragment III

Genres de vie et domaines de civilisation

Texte intégral

1Il se forme, à la longue, des domaines de civilisation absorbant les milieux locaux, des milieux de civilisation imposant une tenue générale qui s’imprime dans beaucoup d’usages de la vie. L’Islam, l’Hindouisme, la Chine représentent des types de civilisation supérieure dont l’imitation s’étend bien au-delà des limites des régions naturelles. L’Européen joue le même rôle, le Yankee tend à le prendre en Amérique. Comme l’extérieur est toujours ce qui est le plus facile à saisir, ce n’est qu’en emprunts superficiels que consistent ces imitations. Les chefs des peuplades Gonds, Bhils et autres sauvages de l’Inde centrale, adoptent, pour s’imposer à leurs congénères, le costume et l’extérieur des Radjpoutes ; au Soudan, à côté de peuplades bien sommairement vêtues, des personnages drapés dans de longues bandes de coton cousues ensemble, chaussés de babouches en cuir jaune ou rouge, se distinguent comme affiliés à l’Islam, comme participant à des avantages d’une civilisation supérieure.

2L’appât de jouissances nouvelles, l’illusion de se renouveler soi-même en participant, ne fût-ce que par des signes extérieurs, à un état social plus élevé, exerce sur les groupes, comme sur les individus un infaillible effet d’attraction. C’est un phénomène semblable à celui qui entraîne l’exode vers les villes. Il y a souvent maladresse et gaucherie dans ces efforts pour s’assimiler à des voisins plus civilisés, pour s’approprier le fruit d’œuvres d’autrui créées en dehors de sa sphère propre. N’importe : une forme de civilisation capable de rayonner autour d’elle devient une source de forces qui agissent par elles-mêmes, indépendamment des conditions immédiates de milieu. Mais pour cela une condition essentielle est la connaissance réciproque qu’engendre la facilité des rapports, la fréquence des communications, l’absence d’isolement. C’est parce que, comme on l’a vu, ces rapports étaient mieux préparés dans la zone qui traverse l’ancien monde en diagonale au Nord du Tropique, que nous y rencontrons des formes précoces de civilisation taillées à plus grands traits qu’ailleurs ; domaines à souhait pour les grands Empires, les grandes religions qui s’y succèdent. Un long travail de syncrétisme a abouti à composer ces rassemblements sociaux que résument les mots d’Islam, Europe chrétienne, Hindouisme, Chine, centres d’influences dans lesquels beaucoup de centres moindres coexistent, mais qui gardent leur physionomie d’ensemble.

3Le Chinois, en dépit des différences provinciales, reste identique à lui-même sur les confins de la Sibérie et à Singapour. L’outillage, les moyens de nourriture, les remèdes et l’art de guérir, les formes de luxe, en sont le symbole matériel. La Chine se compose essentiellement de deux contrées différentes, le Nord et le Sud, Cathay et Manzi. C’est dans la Chine centrale que s’est nourrie cette civilisation. Cependant, il y a pour le Chinois une manière à peu près commune de se nourrir, se loger, se vêtir, de soigner ses maladies. Ses procédés de culture ne varient pas sur de grands espaces, tandis qu’il reste réfractaire à ceux de ses voisins, Mongols ou autres. Le chanvre jadis, la soie pour les classes riches, le coton forment la trame de ses vêtements ; la laine, que pourtant réclamerait le climat du Nord de la Chine, n’y figure pas. Comme dans les sociétés très hiérarchisées et en partie archaïques, le costume se complique et s’embellit dans les classes riches. Au lieu de la jaquette courte avec pantalon et sandales qui suffit aux prolétaires, le bourgeois cossu, le mandarin s’enveloppent d’une sorte de robe de chambre tombant très bas, dont la prestance est rehaussée par des broderies, des passementeries, des insignes en jade ou en cristal : en cela consiste le signe extérieur, signe envié de la supériorité sociale. À côté de la pratique traditionnelle de cultures délicates comme celle du thé, minutieuses comme celle du riz, des manipulations compliquées comme celles de la soie, il y a des industries très anciennes et raffinées comme celle des porcelaines, des laques, du jade, de la néphrite, du bronze, qui faisaient l’objet d’un commerce étendu il y a deux mille ans. Le thé, transporté sous forme de briques, est devenu indispensable aux peuples de la haute Asie. La porcelaine figure parmi les plus anciens objets de trafic des mers de Chine et de l’océan Indien ; des spécimens de l’ancien céladon chinois ne sont pas rares aux Philippines. Ce sont les marques par lesquelles s’affirme le prestige d’une civilisation et l’attraction qu’elle exerce autour d’elle.

4L’Islam, dans le domaine qu’il s’arrogea aux dépens des civilisations des bords de la Méditerranée et de l’Asie occidentale, recueillit l’héritage d’industries, de raffinements de culture, miettes tombées de la table du monde antique. Les pratiques d’irrigation avaient fleuri en Chaldée et en Égypte : l’art des briques émaillées avait créé des merveilles en Perse ; la coupole byzantine avait fondé ses assises ; des industries d’art avaient poussé des racines. Dans la partie occidentale de son domaine, l’antique renommée des maroquins, des cuirs de Cordoue, était peut-être en rapport avec la très antique domestication de la chèvre chez les peuples ibériques. Depuis longtemps on savait, dans ces contrées, travailler les peaux, les tanner, les assouplir et les teindre au moyen de substances végétales diverses, dont les bazars d’Afrique ou d’Orient continuent à offrir des échantillons. Le bazar, le caravansérail sont, presque autant que la mosquée et le minaret d’où des milliers de voix, depuis le Maghreb jusqu’au Turkestan, appellent les croyants à la prière, les organes de cette forme de civilisation, une des plus prenantes qui existent. Elle s’appuie sur des centres religieux : La Mecque, Médine, Mesched, Samarkand, Fez, Le Caire, Kerbéla, où le sentiment de la communauté se retrempe.

5Aux approches de Bokhara, un de ces centres urbains dont la renommée lointaine attire pèlerins ou marchands, de longues files d’auberges, restaurants, annoncent et précèdent la ville. On a souvent dit avec quelle rapidité les nouvelles, les bruits vrais ou faux circulent d’un bout à l’autre du monde islamique. Il se dégage de tout cela une force d’opinion, qui ouvre aux croyants non seulement les perspectives d’une autre vie, mais qui, dans celle-ci même, le relève à ses propres yeux, et en fait un être supérieur pour les populations du Soudan et même de l’Inde. Vêtement, construction, matériel et mobilier, composent le signalement extérieur de cette civilisation musulmane ; ils se maintiennent avec une singulière persistance. Le Bosniaque islamisé tend à se distinguer par son costume ; et ce fut sans doute un contresens que de substituer au turban et au caftan le fez et la redingote étriquée de la réforme mahmoudienne...

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search