Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Des corps en extension

Bernard Noël et André Leroi-Gourhan

p. 129-140


Texte intégral

1Quelque genre qu’elle adopte, l’écriture de Bernard Noël se sépare difficilement de la production d’un savoir, au carrefour de champs divers. Cette dimension apparaît notamment dans la relation qu’il entretient avec l’œuvre d’André Leroi-Gourhan (1911-1986). Figure centrale de l’école française de paléontologie, ce dernier imposa un système de fouilles par strates qu’il appliqua notamment sur les sites d’Arcy-sur-Cure et Pincevent. Il milita pour un dialogue entre archéologie et ethnologie, en cherchant à reconstituer les liens entre techniques manuelles et opérations intellectuelles, et contribua à une meilleure connaissance de l’art préhistorique. Il est aussi l’auteur de « l’œuvre de pensée » à laquelle le poète s’est déclaré « le plus attaché »1, Le Geste et la Parole. L’expression de Noël, particulièrement forte, interdit de traiter cette relation comme un simple point d’érudition. Les thèses du préhistorien ont accompagné son œuvre d’une manière discrète, mais sans doute cruciale, en fournissant un appareillage conceptuel permettant d’étayer, et de repenser, l’entreprise d’assimilation entre texte et organisme qui est au centre de son écriture. Et Noël a aussi trouvé dans la pratique des fouilles un comparant privilégié pour modéliser la page et la lecture. Aussi confronter leurs deux œuvres permet-il d’explorer un dialogue interdisciplinaire qui traverse la création de Noël, tout en cherchant à mieux comprendre la manière dont ce dernier a théorisé une anthropologie et une esthétique propres.

Une assise matérialiste

2Comme il s’en est expliqué en 1960 dans une lettre à Georges Perros, Noël ambitionna, dans Extraits du corps, publié deux ans plus tôt, de « motifier le corps et d’incorporer les mots »2. Cette quête l’installe de plain-pied dans une modernité dont l’un des « programmes » fut d’« écrire non pas du corps, mais le corps même »3. Elle en fait aussi l’héritier d’une tradition matérialiste. En effet, chez Noël, ce projet est étroitement lié à une approche physiologique de la pensée. Les textes des années 1950 radicalisent la problématique de l’authenticité du dire intime, en substituant à l’expression d’une intériorité affective une exploration du substrat même de cette intériorité. Pour reprendre un titre de La Mettrie, Noël livre au lecteur une Histoire naturelle de l’âme. En une plongée aussi archéologique que généalogique, ses textes remontent le cours d’une fabrique de l’esprit par le corps, promu site-source du sujet : « Je voulais penser avec mon corps. Je m’y essayais depuis Artaud, depuis Lawrence, déjà lointains pour moi. Je voulais atteindre mon Mexique intérieur : la terre ravagée de mon être, et aussi la mer originelle. »4

3L’excavation de cette terre-mer primitive a pu s’apparenter à la réactivation d’un dualisme opposant corps et esprit. Noël note en 1954, dans « Contre-mort », le texte qui ouvre aujourd’hui son œuvre poétique :

je suis bien que je pense
et que je me regarde penser5

4La conscience réflexive, qui se surimpose au corps, espace premier du moi, est dénoncée comme étrangère et aliénante : « Subtil parasite, l’esprit se nourrit de notre chair. [Il] est le chancre du corps […] Il suffirait d’arracher ce qui nous ronge. Rendez-moi mon sexe et l’univers et je conquerrai mon âme. Non pas l’âme des dévotions, mais le grand souffle qui anime mes cellules lorsqu’elles pensent la vie qui les dynamise. »6

5Mais si Noël fustige le cogito cartésien (qui oppose pensée et étendue), et s’il cherche littéralement à rabaisser l’esprit, c’est qu’il entend se défaire d’un type de pensée qui ignore ou refoule son origine physiologique, et qui nie que les « cellules […] pensent ». Le « grand souffle » évoqué ici est un avatar du pneuma antique et un écho à la « grande raison » nietzschéenne. Cette forme de pensée qui englobe et dépasse la seule raison consciente, et que le philosophe associe au corps dans Ainsi parlait Zarathoustra, Noël entend lui donner voix, quitte à faire taire la « petite raison ». L’esprit est donc moins opposé qu’aggloméré au corps, comme l’une de ses fonctions : « J’ai vu ma propre matière se penser, me permettant d’abolir ainsi esprit et dualisme. »7 Dès les premiers textes de Noël, « la pensée est un plaisir charnel »8. Se regarder penser ne revient pas à gagner un niveau supérieur de l’intellect, mais à mesurer que « notre corps est la matière qui se pense »9, res extensa et cogitans. Le rendre observable comme tel porterait jusqu’à son point extrême un principe de nudité intégrale lié au désir de se rendre transparent aux autres et à soi-même. Écho à la boutade de Sterne, qui regrettait que nos corps ne soient pas des « habitations en beau verre clair », afin que nous puissions « contempler [notre] âme à nu »10, l’héroïne de La Langue d’Anna expliquera encore :

Je voulais devenir transparente comme ces machines dont le mécanisme tourne dans une boîte de verre. J’aurais voulu qu’on voie tout : les battements, les flux, les élans, les angoisses, et même les sucs, les humeurs, et comment ces sécrétions affectent les organes ou les excitent. J’ai encore ce désir absurde : montrer l’invisible, le démasquer, l’exténuer. (La Langue d’Anna, p. 62-63)

6« Désir absurde », car pour de nombreux auteurs proches du matérialisme de Noël, l’accession du sujet à cette pensée du corps est impossible, une telle fonction précédant la conscience. Ainsi, pour Sartre, pensant et voyant à travers mon corps, « je ne puis le “voir voyant” »11 : « la conscience spontanée et irréfléchie n’est [déjà] plus conscience du corps. […] le corps est le négligé, le “passé sous silence”, et cependant c’est ce qu’elle est ; elle n’est même rien d’autre que corps. » (p. 378) Dans une sorte d’extase intérieure répétée, le locuteur d’Extraits du corps observe pourtant cette part de lui-même qui devrait lui demeurer opaque. Il voit informations et messages se construire à la frontière de la chair et de la pensée, et compare ces flux à la lumière, ce phénomène mi-ondulatoire mi-matériel :

Il y a des perceptions à nerfs, à squelette et à chair. J’avance de l’une à l’autre comme à travers les bandes d’un spectre. Il arrive aussi qu’une perception s’immobilise tout au long du corps, à partir des yeux. Elle est alors ce chemin de corpuscules que traversent mes os, ma chair, que rayent mes nerfs. (Extraits du corps [1958], dans Poèmes 1, p. 37)

7Extraits du corps annonce les réflexions récentes de Jean-Luc Nancy, qui invite à approcher « la pensée que le corps est lui-même, et la pensée que nous voulons penser au sujet du corps »12, en étudiant l’intellect sur des bases physiologiques. Comme Noël, le philosophe fait de la pensée une matière :

Ce corps, ici, le mien, le vôtre, qui cherche à penser le corps, où le corps cherche à se penser, ne peut le faire avec rigueur (renonçant à signifier le corps) qu’en se laissant reconduire à ce corps qu’il est pensant, à sa propre matière pensante, à même là où ça se dépense, sur la res extensa du cogito.
Ici est le point dur de cette chose […] dite la « pensée », le nodule ou la synapse, l’acide ou l’enzyme, le gène ou le virus, un corpuscule du cortex, un rythme encore, un saut, une secousse – et sa pesée.
Un gramme de pensée. […] Pensée en retrait de penser. Toucher ce gramme, cette série, cette étendue. La pensée se touche, sans être soi, sans se revenir à soi. (p. 101-102)

8L’introspection, désubjectivée, ne se met pas en quête d’une origine consciente de l’énoncé, mais de ses conditions, et les atomes de chair pensante ne sont pas des moi miniaturisés. Chez Noël, l’évidement de la boîte crânienne et les tensions qui déchirent les différents organes empêchent une localisation précise du sujet, réduit à une circulation incertaine qui grève toute forme de spécularité. Extraits du corps peint un organisme partagé entre deux pôles opposés, dans lesquels une même matière présente alternativement deux états. En « haut », une région éthérée, associée au regard et à l’intellect, la volatilise jusqu’à une apparente disparition ; en « bas », un site concret, lié aux tissus organiques, la condense, et ce qui est perte dans un cas est gain dans l’autre. Tout se passe comme si les échanges entre organes de la pensée consciente et reste du corps prenaient place grâce au transfert de particules infiniment subtiles :

L’intérieur est la proie d’un mâchonnement perpétuel. Une sciure épaisse voltige autour des vertèbres, puis s’amasse dans le creux du bassin. Il reste un seul organe : quelque chose comme un tamis, fixé à mi-hauteur entre le creux du fond et le creux de la voûte. (Poèmes 1, p. 68)

9Le corps se fait esprit comme une matière se sublime, en un va-et-vient qui permet d’affirmer l’identité de nature de la chair et de la pensée : « je suis la terre et l’affaissement de la terre » (p. 34). La descente de l’esprit dans la chair se révèle constitutive de notre métabolisme et plusieurs remarques relient cette incarnation de la conscience au passage du temps subjectif. La pensée qui vient se déposer dans les tissus du corps est passée : le poète semble transposer la phénoménologie husserlienne du temps, en assimilant la progressive subduction du passé à une sédimentation organique. Il situe dans la chair la mémoire du sujet, qu’il s’agisse des traces de son expérience ou de celle d’une lignée – une posture confirmée ensuite par de nombreux textes, et qui va expliquer la rencontre entre ces discours et l’étude de la préhistoire13. Ainsi achève de se dessiner un modèle où pensées consciente et inconsciente s’articulent comme deux moments d’une même substance « corps » – une fiction à rapprocher des modélisations proposées par la philosophie, qu’il s’agisse de l’image platonicienne de l’attelage, du tamisage cartésien des esprits animaux, ou encore de la statue de Condillac.

L’extension du corps par l’objet

10Noël n’a jamais foncièrement remis en cause ce schéma. En revanche, il est revenu sur Extraits du corps et les textes contemporains pour distinguer nettement la manière dont il avait cru vivre ces épisodes, et celle dont il les jugeait désormais. Il note en 1979 : « En décrivant certains états physiques, les mots devaient retrouver une authenticité perdue… Avais-je conscience de la duplicité d’une entreprise où c’était le travail des mots qui créait l’état physique et non pas le contraire ? Probablement pas. »14

11L’extension au corps de la problématique de l’authenticité s’est ainsi heurtée à l’aporie prévue par Sartre. Le dire, loin d’être ramené à la vérité de son origine, aura été un leurre. Dans un entretien de 1996, les « extraits » deviennent explicitement des mythographies :

Ce qui a fondé mon travail – d’abord un petit livre intitulé Extraits du corps […] – c’était une espèce de désir d’asseoir l’écriture sur quelque chose de concret, qui était la perception de ma vie physique. J’ai pu rester assez longtemps dans l’illusion, parce que ce livre est resté unique pendant environ dix ans. Ensuite, réfléchissant sur le processus qui en avait permis l’existence, et du fait que j’étais toujours, justement, mis dans la catégorie « corps », etc., etc., il m’est apparu très vite qu’en réalité l’écriture avait complètement soufflé ce corps, et qu’en fait, il n’y a pas de corps dans l’écriture. Elle ne peut qu’annuler le corps, l’effacer.15

12Et Noël de poursuivre :

J’ai maintenant à l’égard de ce domaine une espèce de distance ironique – enfin, plutôt à l’égard de moi-même –, puisque je sais en même temps qu’écrire du corps, y chercher ses références, n’a jamais servi qu’à les volatiliser. En quelque sorte, plus je me suis intéressé à mon corps, plus je l’ai perdu, à travers l’écriture. (p. 59)

13Noël emprunte à Derrida la notion de parole soufflée pour conclure à l’impossibilité d’écrire le corps pensant. Cependant, reconnaître cette « perte » du corps dans l’écriture qui le « volatilise » permet de rapprocher le processus interne de transsubstantiation entre notre chair et notre pensée consciente, tel qu’il fonde le modèle anthropologique de Noël, et la relation qui unit ce même ensemble corps-esprit aux œuvres. Pour Noël, l’expression possède en effet la capacité de transporter la matière pensante d’un réceptacle, et d’un récepteur, à l’autre. La déperdition est réversible :

… dans l’expression, il y a une évaporation de la chair, mais elle se recondense, si j’ose dire, comme la vapeur se condense en buée sur une assiette… C’est assez rigolo, ça, penser que la feuille de papier sert d’assiette pour recueillir l’évaporation ! La chair s’évapore pour devenir de l’écriture. Et quand elle est devenue de l’écriture, elle vaporise à son tour quelque chose, qui sans doute est variable. On ne connaît jamais la réception de ce qu’on fabrique, on ne peut pas savoir. Donc on projette un corps improbable. (p. 56)

14Noël peut ainsi aujourd’hui nier la possibilité d’une écriture du corps (les mots pervertissent l’expression d’une pensée organique directe, dont la saisie elle-même semble incertaine), et affirmer sa réussite, dès lors qu’il assimile toute expression à l’extériorisation d’un corps. En somme, « la vision interne qu’[il a] recherchée […] échappe au profit de la projection externe » (p. 54). Matérialisation d’une pensée, l’artefact écrit ou peint constitue une chair sécable, apte à se greffer au corps qui la consommera pour s’y « revaporiser » en sensations et idées. Deux approches très différentes d’une écriture du corps se trouvent donc articulées. Bien qu’il ait tenté de recourir à des états physiques particuliers, Noël estime avoir échoué à voir ou dire le spectacle de la pensée de l’organisme. Mais à partir du moment où le texte et la parole ont pu eux-mêmes être définis comme un état du corps, au sens où l’on parle d’état de la matière, le constat de l’infidélité des mots a cessé d’inquiéter son projet, puisque la représentation, vraie ou fausse, archive « du » corps et offre à d’autres consciences une matière à penser.

15Or cette conception de l’écrit comme « projection externe » d’une fonction organique rejoint directement la réflexion de Leroi-Gourhan. Ce dernier illustre en France un courant de pensée qui a présenté le développement des techniques et artefacts – écriture comprise – comme un processus d’externalisation de l’évolution biologique, propre à l’humain : « l’homme, qui reste dans son corps un mammifère normal, se dédouble dans un organisme collectif aux possibilités pratiquement illimitées de cumul des innovations. »16 Selon lui, l’acquisition de la station debout a permis le développement de la capacité crânienne sur l’arrière et l’avant, au moment où la main, cessant d’être nécessaire à la locomotion, s’offrait aux gestes, libérant à son tour la bouche de son rôle défensif ou préhensile de gueule. Cette conformation a « brisé la courbe d’évolution biologique qui faisait de l’homme un être zoologique soumis aux lois normales du comportement des espèces. La technique n’est plus liée chez l’homo sapiens au progrès cellulaire mais elle paraît s’extérioriser complètement et vivre en quelque sorte sa vie propre » (p. 195-197).

16Tout se passe comme si notre espèce avait acquis une identité physique discrète. L’outil est une « véritable sécrétion du corps et du cerveau des anthropiens », un « organe artificiel » (p. 132) exsudé. L’ensemble des outils et des savoirs, en constante mutation, doit rester conçu comme un corps biologique : signe et preuve de cette commune nature,

dans leur très long développement, les techniques […] suivent des lignes qui miment à tel point l’évolution phylétique qu’on peut se demander dans quelle mesure elles ne sont pas l’exact prolongement du développement général des espèces. (p. 152)

17Culture et civilisation, loin de s’opposer au corps et à la nature, en prolongent la dynamique : de même que l’outil et la machine relayent nos gestes, l’inscription, forme de mémoire externe, relaye fonctionnellement les mécanismes de l’hérédité ou de l’encéphale. On peut donc parler d’une extension totalisante du corps, et on comprend que Noël, qui découvre l’œuvre de Leroi-Gourhan dans les années 1970 ait pu y trouver un stimulus.

18Dans Le 19 octobre 1977, il écrit que « le langage […] est un organe sur le même plan que les viscères » (p. 130). L’écriture est une opération d’archivage que l’espèce humaine a déplacée hors d’elle-même : relais du « grenier mental [qu’]ont appris à bâtir et à se léguer les hommes », elle « a débarrassé le corps de l’obligation d’abriter cette réserve »17. Le livre est « une tête ouverte »18, « un autre système nerveux »19. Comme chez Leroi-Gourhan, cette généalogie assure à l’écrit le type de corporéité propre aux outils où l’homme se projette : « si toute œuvre écrite est en effet une machine de langage, cette machine ne serait-elle pas une sorte de corps extérieur construit pour sortir du nôtre »20 ? En s’exprimant sur la page, l’écrivain observe à l’œuvre, en tant qu’individu, la réduplication du phénomène par lequel, pour l’espèce, l’écriture a « dédoublé le corps en déposant à l’extérieur de lui ce qu’il conservait de plus intime » (p. 14).

19La lecture du préhistorien a ainsi pu jouer un rôle important dans la manière dont Noël aura dépassé le clivage entre corps et texte, via un échange entre dedans et dehors. Mais cette réunion intervient aux dépens des frontières d’un sujet lui-même écartelé entre deux espaces de séance. Chez le poète, ce miroitement suscite un vertige identitaire, qui fonde une esthétique attentive aux déplacements des limites physiques et temporelles de chaque sujet, dans laquelle le travail de Leroi-Gourhan intervient de nouveau.

Portrait du lecteur en préhistorien

20Pour Noël, le lecteur offre un site vivant où l’événement textuel se reproduit :

Dans un poème, où est-on ? On est sur un territoire qui a recueilli les traces d’un événement. J’aime à penser qu’un poème est comme un événement naturel. L’événement que provoque une force naturelle. Un orage, par exemple. […] Cet orage verbal laisse des traces qui sont les vers du poème. Mais quand le lecteur prend le poème, c’est lui qui devient le territoire de l’événement verbal. Un événement dont sa lecture provoque la répétition, mais pas à l’identique bien sûr. (L’Espace du poème, p. 36)

21D’un sujet à l’autre, la page permet la reconstitution partielle des gestes et pensées qu’elle fixe, ce qu’une formule de 1990 résume ainsi : « la chair se fait verbe pour que les corps soient l’avenir des mots » (La Castration mentale, p. 42). Le temps « passé » à l’œuvre se révèle la condition de cette réinscription dans la sphère de l’existence :

Ce temps-là laisse une empreinte qui facilite la communication, qui peut-être même est le véhicule de la communication à travers l’acte sacrificiel du don fait de soi à l’œuvre […] C’est la chose la plus fugace, la plus incertaine, mais peut-être la plus fondatrice. Toute œuvre est ce qu’elle est : un récit, un poème, mais elle est, en plus, une empreinte. Et cette empreinte, qui est la trace de son auteur, offre un accès, comme si, par elle, le lecteur pouvait mettre ses pas dans les pas du créateur. (L’Espace du poème, p. 134)

22Et pour préciser ce statut de trace accordé au texte, Noël rapproche l’espace de la page des couches dégagées par les techniques de fouille horizontale imposées par Leroi-Gourhan. Nouveau témoignage de son intérêt pour la préhistoire, il raconte sa découverte, dans les années 1990, des vestiges de Pincevent : « La page de terre était parfaite. Les traces se limitaient à un foyer, quelques pierres, un jet de cendres, des os de rennes, la plupart brisés. Soudain une émotion très forte m’a bouleversé. […] Les gestes des chasseurs de rennes étaient dans l’air. Et leurs ombres, là, dans la lumière du petit matin. » (p. 30-32)

23De nouveau, Noël croise le discours du paléontologue, chez qui sol, présence du corps et texte tendent également à se confondre. Pour Leroi-Gourhan, la fouille constitue, « puisqu’on travaille sur du mort, une dissection »21 ; mais chaque strate est aussi une page : on lit « ce qui se trouve inscrit sur chaque feuillet révélé par la dissection » (p. 140). Ces signes renseignent sur les étapes gestuelles nécessaires à la taille des outils, ou aux déplacements. Moyen de « reconstituer la vie », les « vestiges fugaces » que sont « les parcelles charbonneuses, les points ou les taches d’ocre rouge, les parcelles de craie, les esquilles de silex » permettent de « mesurer et localiser les zones de fréquentation par les particules traînées sous les pieds des habitants »22. Noël adopte un regard analogue : un certain corps, à Pincevent, « dure » depuis 12 000 ans « dans ses gestes » (L’Espace du poème, p. 33). Et pour lui, l’espace graphique appelle un même type de lecture, se muant en une sorte de partition pour le récepteur qui donne une continuité temporelle à l’acte inscripteur. Ainsi le vers de Mallarmé est-il une « empreinte contagieuse [capable] de créer un entraînement irrésistible » (La Maladie du sens, p. 13), le poème un « phénix d’air toujours naissant sur quelques lèvres » (Le Reste du voyage, p. 36). Subjectile et mobile investi à distance par l’écrivain, le lecteur est comme annexé au corps scripteur, puisque le geste pensé ou prescrit par l’un se voit accompli par l’autre, dans une relation de complémentarité ou de gouvernement à distance. Certaines figures insistent sur la confrontation qui prend ainsi place entre deux individus différents, au risque d’une dissolution de l’identité de chacun – une confusion que Noël exprime, entre autres, dans un vocabulaire érotique. À propos de sa visite à Pincevent, il note encore :

Je me suis posé sur la lèvre basse de cette terre prête à s’offrir, et j’en contemple l’étendue. […]. Je lis une à une ces choses qu’il faut ensuite relier pour qu’à partir de leur phrase prenne élan ce parcours volumineux qu’on appelle lecture. Et le mouvement de cette lecture fait alors monter de cet ensemble ce qui en dit aussi long que les gémissements d’une amante. Mon corps accueille et ressent une émotion […]. De toute page écrite comme de toute peau réellement caressée monte la même fumée à figures, et c’est de la présence qui prend forme. (Le Tu et le Silence, p. 49-51)

24Modèle herméneutique, la pratique paléontologique offre-t-elle un patron formel à l’écriture23 ? En 1986, Julien Blaine a publié un « poème » qui reproduit un texte de Leroi-Gourhan comparant la strate archéologique à un manuscrit, en renversant l’extrait sur la page (si bien qu’il faut renverser le recueil pour pouvoir le déchiffrer), et il ajoute, dans le sens cette fois normal, la mention : « L’auteur aimerait que le / lecteur puisse lire ses textes / comme le préhistorien lit la / terre. »24 Blaine suggère ainsi que le champ de fouille se regarde selon des orientations différentes. Or les Lettres verticales de Bernard Noël, ces poèmes-missives à acrostiches, présentent un dispositif proche, avec leurs deux directions de lecture possibles, qui participent à faire de la page un plan complexe. Mais dans la métaphore livresque employée par Leroi-Gourhan, les pages-strates sont autant de saisies synchroniques de gestes passés, tandis que leur empilement échelonne une chronologie des occupations successives du lieu. Le « territoire » des Lettres verticales pourrait-il transposer cette structure ? Des indices le suggèrent. La lettre à Ramon Alejandro (1983) lie regard latéral et archéologie25 ; celle à Roger Giroux (1974) incite le lecteur à une excavation (« sur chaque page / une page manque / internée peut-être / sous les mots ») (p. 9) ; et celle à Leonardo Rosa (2003) interroge : « si l’œuvre n’était que l’œuvre / entendrait-on remuer cette / rumeur profonde », avant d’engager explicitement à « pioche[r] / ici même dans la page pour / exhumer le signe désirable »26. Un palimpseste est promis à l’herméneute qui décapera les mots, comme autant de dépôts masquant d’autres signes ou aires possibles. Les acrostiches peuvent certes former l’équivalent de cette profondeur, d’autant que le texte qu’ils dessinent peut à son tour comporter des acrostiches, débouchant sur une nouvelle strate énonciative27. Mais le poème, se donnant comme un document à creuser, fait sans doute in fine signe vers une autre profondeur, tout en la dérobant : celle où le sens ultime de l’écrit s’imposerait, par-delà le sens des mots, comme l’archivage d’une trace, et donc le moyen de retrouvailles charnelles où l’on verrait surgir, dans « un peu de matière mentale […] / par étalement posée ou bien encrage […] comme une floraison de nerfs et d’os » (Les Yeux dans la couleur, p. 141). Dotées d’un étrange fond, les Lettres verticales transposent ainsi la topographie interne que se prête le locuteur du Syndrome de Gramsci, notant :

Je me suis toujours plu […] à tenter une archéologie intime dans l’idée que le corps n’est pas seulement une organisation éphémère, mais qu’il est aussi une sorte de livre physique, un livre incarné, où sont inscrites les leçons de l’histoire sous-jacente, celles de la vie même. Et rien ne me trouble plus mystérieusement que la présence en moi de messages que je suis incapable de déchiffrer bien qu’ils ordonnent mon existence et mes comportements […]. (p. 17)

25En devenant à son tour site de fouille, la page prend la place du locuteur des premiers textes : à elle désormais de voiler ou dévoiler un Mexique intérieur…

26Depuis plus de trente ans, Leroi-Gourhan fait donc bien figure d’accompagnateur privilégié pour Noël. Avec quelques autres, son œuvre entre dans la composition d’un idiologue28 et d’une esthétique complexes, propres au poète. En multipliant par son biais des postulats de continuum ou des entreprises de reconstitution, ce dernier rassemble et conjoint – qu’il invite à repenser, autour du concept clé d’« état », les liens entre corps et esprit, ou qu’il redéfinisse, pour en éprouver la plasticité, les limites assignées aux êtres, aux sites ou aux temps. Le discours même du préhistorien assume une fonction de liaison, puisque les allusions aux fouilles traversent essais, récits, entretiens et poèmes. Surtout, la place accordée à Leroi-Gourhan souligne l’ancienneté, dans l’imaginaire de Noël, d’un motif archéologique qui ne cesse de poser la question de l’origine : l’expansion tourne autour d’un point de condensation rêvé.

Notes de bas de page

1 Lettre inédite, 1993.

2 Lettre du 23 juillet 1960, B. Noël - G. Perros, Correspondances, Draguignan, Unes, 1998, p. 10.

3 J.-L. Nancy, Corpus, Paris, Métailié, 1992, p. 12.

4 « Lettre à Renate et Jean de S. » [1964], Le Lieu des signes, p. 67.

5 « Contre-mort » [1954], Poèmes 1, p. 18.

6 « D H » [1956], Le Lieu des signes, p. 28. Emblématique de la double référence revendiquée plus tard par Noël, le titre de ce texte renvoie à Lawrence, tandis que ce passage glose une remarque de Rivière à Artaud : « pris en lui-même, l’esprit est une sorte de chancre » (lettre du 25 mars 1924, dans A. Artaud, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1956, t. I, vol. 1, p. 34-35).

7 « Lettre à Renate et Jean de S. », p. 67. Pour Noël, cette découverte a invalidé sa production antérieure, dont il a indiqué : « Je voulais écrire l’arrière-plan, celui qui est en dessous, et je ne m’étais pas encore aperçu que ce plan-là était le corps » (« La vie l’écriture », entretien avec J.-M. Le Sidaner, Europe, n° 606, octobre 1979, p. 160).

8 « La pensée est un plaisir charnel », entretien avec H. Marchal, La Voix du regard, n° 9, 1996, p. 55.

9 « D H », Le Lieu des signes, p. 28.

10 L. Sterne, Vies et opinions de Tristram Shandy, C. Mauron trad., Paris, Flammarion (GF), 1982, p. 83-84.

11 J.-P. Sartre, L’Être et le Néant, essai d’ontologie phénoménologique [1943], Paris, Gallimard (Tel), 1976, p. 351.

12 J.-L. Nancy, Corpus, ouvr. cité, p. 101.

13 Cf. « la présence de cet inconscient corporel – de cette préhistoire intime – me paraît soudain l’âme imperceptible et véritable, qui préside à la formation de la pensée tout comme au surgissement de la langue, seul spectacle dont je rêve en vain depuis toujours d’être le spectateur » (« Qu’est-ce qu’écrire ? (II) », B. Noël et al. éd., Écrire, Creil, Centre régional des lettres de Picardie - Dumerchez, 1992, p. 10).

14 « La vie l’écriture », déjà cité, p. 162.

15 « La pensée est un plaisir charnel », déjà cité, p. 53.

16 A. Leroi-Gourhan, Le Geste et la Parole, t. I, Technique et Langage, Paris, Albin Michel, 1964, p. 260 (nous soulignons un terme éminemment noëlien).

17 « Qu’est-ce qu’écrire ? (II) », déjà cité, p. 11.

18 « Où va la poésie ? », Faire part, n° 12-13, 1989, p. 27.

19 Le 19 octobre 1977, p. 130.

20 « Qu’est-ce qu’écrire ? », Le Dieu des poètes, p. 14.

21 A. Leroi-Gourhan, « Sur les méthodes des fouilles » [1961], Le Fil du temps, Paris, Fayard (Le Temps des sciences), 1983, p. 139.

22 A. Leroi-Gourhan, « Reconstituer la vie » [1971], Le Fil du temps, ouvr. cité, p. 234, 237.

23 Pour une analyse complémentaire de la théorie picturale noëlienne, voir notre article : « L’examen des titres : les “romans” critiques de Bernard Noël », Figures de l’art, n° 9, 2005, p. 181-193.

24 J. Blaine, « Poème n° 210 », 13 427 poèmes métaphysiques, Paris, Les Éditeurs évidant, 1986, n. p.

25 Cf. « archéologue du regard tu / vois l’autre côté de toi » : Lettres verticales 1973-2000, p. 111.

26 Lettre verticale XXXVII, Remarque, 2003, n. p.

27 Voir J.-L. Bayard, « B.N. rit du rien, une lecture de Bruits de langues », Faire part, n° 12-13, 1989, p. 159-170.

28 M. Pierssens nomme idiologue l’actualisation « singulière d’un régime épistémique donné dans une situation d’écriture donnée », sous forme d’un « savoir personnel et privé […] fait de pièces et de morceaux » divers (Savoirs à l’œuvre, Lille, Presses universitaires de Lille, 1990, p. 108).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.