Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conquête de l’Amérique espagnole et la question du droit

 | 
Carmen Val Julián

Du bon usage de la conquête du Mexique au temps de la controverse

Carmen Val Julián

Texte intégral

1Un texte sur une conquête peut-il être simplement, seulement, un récit ? Le récit de hauts faits survenus, dans le cas de l’Amérique, en des terres pour les vainqueurs lointaines et exotiques ? Ce genre de texte est en général solidaire de descriptions des populations conquises et il entretient avec ces descriptions –d’ordre historique et anthropologique– des autochtones des relations d’étroite dépendance. Il me semble que l’on relève dans tout texte sur la conquête deux caractéristiques essentielles, qui font de ce récit un discours. D’une part, le texte apparaît inévitablement sous-tendu par des considérations sur la nature et la « capacité » des vaincus ; d’autre part, il comporte toujours une appréciation, fût-elle voilée ou mitigée, sur la présence des conquérants.

2Ces caractéristiques sont liées entre elles. On pourrait dire que du portrait qui est dressé par les conquistadores de la société préhispanique découle naturellement soit la justification soit la contestation des bienfaits de la conquête. Apparemment, ils semblent juger la conquête par comparaison aux temps passés et à l’évaluation qu’ils en font. En réalité, il faudrait plutôt considérer les choses à l’envers : selon ce qu’ils estiment juste ou non de faire subir aux Indiens vivants de leur époque, les Espagnols vont construire de manière régressive une image des Indiens morts, du passé mexicain, image destinée à valider un certain projet culturel et politique. Ainsi, plus la société antérieure à leur venue est dépeinte sous les couleurs les plus noires, plus la conquête apparaîtra en contrepoint comme une libération face à la misère, l’oppression, la barbarie… A l’extrême opposé, l’Amérique préhispanique pourra aussi offrir l’image du Paradis avant la chute, chute identifiée à la conquête.

3Pour cela, les textes, quel que soit leur point de vue, sont amenés à faire état d’un ensemble d’informations recueillies sur le terrain (ou censées être recueillies sur le terrain). Mais ce que l’on sait ou prétend savoir des Aztèques et des modalités de leur domination est loin de se limiter à une donnée brute, au sens moderne, objet d’une lecture univoque et dépassionnée. Toute information sur la vie des Indiens et sur leur attitude face à la Conquête acquiert en fait un statut d’argument utile aux divers camps. D’un même fait, seront inévitablement tirées des interprétations divergentes, voire contradictoires. Les auteurs opèrent aussi des choix dans leur matière : leur découpage est propre à mettre en relief certains aspects de la société décrite au détriment d’autres, qui seront atténués, minimisés. Ils usent de techniques pour valoriser ou censurer, par le simple jeu de l’importance ou de la primauté qu’ils accordent à tel ou tel sujet. C’est pourquoi lorsqu’il est question de conquête, l’on a moins affaire à un récit qu’à un discours.

  • 1 Iconologia de Cesare Ripa (1618), rééd. Turin, Fogola editore, 1986, ainsi que H. Zavala, Les repr (...)
  • 2 Cf. Benjamin KEEN, The aztec image in western thought, New Jersey/New Brunswick, Rutgers Universit (...)

4Nous voulions donner ici un aperçu de la physionomie de ce discours, en partant de l’hypothèse qu’il reste peut-être à évaluer le « legs aztèque » à la controverse et à l’image occidentale des Amérindiens. Autrement dit analyser l’usage qui a pu être fait des récits de la conquête du Mexique pour caractériser les Indiens dans leur totalité. Pour reprendre une comparaison issue de l’iconographie, l’allégorie de l’Amérique s’est figée dans la représentation d’une amazone à jupette et couronne de plumes, carquois en bandoulière, assise sur un tatou ou un crocodile gigantesque1. Cette image composite résulte de diverses sources, mais elle doit beaucoup à la représentation particulière des Tupinambas du Brésil, qu’elle a généralisée indistinctement à l’échelle du continent. Comment ne pas s’interroger sur l’incidence possible de la publicité donnée à la découverte du Mexique, sa valeur inaugurale, la fortune éditoriale des grands textes qui s’y rapportent2, sur les positions et des jugements formulés à l’égard des Indiens du continent dans leur ensemble ? Cela revient à se demander si les Aztèques ne seraient pas, en quelque sorte, les Tupinambas de la controverse.

Pourquoi la conquête du Mexique ?

  • 3 Motolinía voit dans le désastre des îles un précédent à méditer pour la Nouvelle-Espagne, Historia (...)

5La conquête du Mexique frappe les esprits pour de multiples raisons. Tout d’abord par le moment où elle intervient. Les deux premières décennies de présence espagnole aux Antilles ont surtout réussi à décimer la population locale et à démentir les rêves colombiens3. Ensuite, par les signes inéquivoques de richesse et de pouvoir qui s’y manifestent très vite. Les présents de Moctezuma que Cortés envoie à Charles Quint sont incomparablement plus précieux que tout ce que Colomb a pu rapporter de ses voyages. Et surtout parce pour la première fois, les Espagnols se trouvent face à une certaine image d’eux-mêmes, face à quelque chose qui leur apparaît comme proche et connu : à les lire, il y a en effet dans le Mexique ancien des villes, des armées, des marchés, des temples, et même un « empire » –bien que la terminologie importée d’Europe ne doive pas nous abuser car elle contribue à limer le réel et à le rendre familier… Toujours est-il qu’ils voient ainsi cette partie du Nouveau Monde, ou du moins qu’ils en parlent ainsi. C’était déjà par l’identité avec l’Espagne que Colomb avait justifié le choix du nom de la Española pour Haïti. Cortés persiste et signe en baptisant le territoire qu’il découvre la Nouvelle-Espagne. Or tous les paramètres indiscutables de la vie civilisée côtoient dans cette Nouvelle-Espagne les rites les plus sanglants et spectaculaires rencontrés jusque-là.

6Pour illustrer le traitement de la conquête du Mexique dans la controverse, nous aborderons successivement les visions qui sont données du passé indien puis les versions du déroulement de la Conquête, à partir de deux exemples : les ambassades et le discours de soumission de Moctezuma.

1. Le passé aztèque

  • 4 Cf. sa Lettre à Charles Quint (1555), reproduite dans En torno a la conquista, p. 205-229.
  • 5 Cf. Alfredo López Austin, Educación mexica. Antología de textos sahaguntinos, México, UNAM, 1985.

7Les appréciations sur le passé indien sont rarement monolithiques, sauf chez les défenseurs radicaux du système colonial tels que Sepúlveda, auteur fondamental sur la question du droit de conquête. Le plus souvent, ceux qui ont vécu au contact des autochtones et qui connaissent leurs langues et leurs anciennes cultures déplorent la dimension de rupture et de bouleversement introduite par la conquête et la perte de vertus importantes qu’elle a entraînée : fray Toribio Motolinía, qui se montre nuancé à l’égard des anciens Mexicains, loue la discipline et l’éducation qui étaient les leurs par le passé, ainsi que la pauvreté exemplaire de leur mode de vie, tout en étant sévère contre l’idolâtrie et en jugeant la conquête comme châtiment des péchés4. Fray Bernardino de Sahagún comme fray Diego Durán, évidemment opposés eux aussi au paganisme, se montrent favorables à l’éducation austère, à la discipline, aux lois rigoureuses et au respect envers l’autorité qui régnaient chez les Aztèques et qui ont été fauchés par la Conquête, laquelle ne distingue pas le bon grain de l’ivraie5.

  • 6 Vasco de Quiroga, Información en derecho (1535), edición de Carlos Herrejón Peredo, México, S.E.P. (...)
  • 7 Remarques sur ce point d’Anthony Pagden, « The humanism of Vasco de Quiroga’s Información en derec (...)

8L’ambivalence est plus marquée chez Vasco de Quiroga, oidor de la Seconde Audience, pour lequel les Indiens ont certes des qualités telles que l’humilité, la pauvreté, l’obéissance, l’innocence, qu’il voit comme autant de vertus perdues par l’Ancien Monde –ce qui lui permet de porter un regard nostalgique sur leur détachement supposé face aux vanités du monde. Quiroga juge néanmoins juste la guerre qui a abouti à la libération du peuple des macehuales et permis la propagation de la foi. Les signes du respect face au pouvoir se trouvent aussitôt interprétés différemment : le fait que ses sujets n’osent lever les yeux devant Moctezuma ou qu’ils doivent revêtir leurs vêtements les plus pauvres en sa présence révèle le caractère tyrannique du gouvernement. Quant aux régions non soumises à la domination aztèque, comme le Jalisco, il n’y décèle aucun signe d’ordre, ni de bonnes mœurs. Cela le conduit à défendre la légitimité de la conquête et de l’encomienda, car il les estime toutes deux nécessaires pour mener à bien l’évangélisation. Autrement dit, à ses yeux, la guerre est toujours juste, que ce soit au motif qu’il n’y a pas d’ordre du tout ou que quand il y a un ordre, il est tyrannique6. Il est aussi à noter que pour Quiroga le mode de succession au trône aztèque par élection –élection réservée à un conseil qui choisit à l’intérieur d’un lignage– et non par ordre de primogéniture est également jugée tyrannique7.

  • 8 Alonso de Breve y sumaria relación de los señores de la Nueva España (1566-1570), México, UNAM, 19 (...)

9Pour un autre oidor contemporain, Alonso de Zorita, ce même trait est l’objet d’une appréciation totalement opposée. La succession par élection, qui préfère le choix éclairé d’un gouvernant au mécanisme de la simple transmission familiale, recueille en effet ses suffrages. Rappelons que Zorita, en utilisant l’information des franciscains Motolinia et Olmos, idéalise la société aztèque, qui conjugue à ses yeux pureté, simplicité et raffinement. Il n’est pas indifférent que cet auteur ait plaidé pour la modération du tribut indigène en étayant son argumentation d’enquêtes sur le tribut préhispanique. Sa vision du passé indien est conditionnée par sa sensibilité à l’asservissement des naturels, qu’il tente de combattre8.

  • 9 Cf. le. passage de son Demócrates Segundo (De las justas causas de la guerra contra los indios, 15 (...)

10Un point bien plus délicat que celui de la succession sera celui du sacrifice et du cannibalisme pratiqués par les Indiens. Las Casas cherche à atténuer le caractère contre-nature de ce genre de pratiques. Son opposition totale aux guerres de conquête et à l’encomienda est indissociable d’une idéalisation, en contrepartie, de la société précortésienne. Son adversaire Sépulveda se contente de prendre l’exemple des Aztèques –n’étaient-ils pas les plus « civilisés » ?– pour discréditer tous les Indiens. Il lui suffit pour ce faire de dire qu’ils immolaient vingt mille victimes par an (non sans calculer, sur cette base, le nombre de vies épargnées grâce à la conquête)9. Il utilise donc les Aztèques comme point central, sinon unique, de son argumentation sur l’infériorité insurmontable de l’ensemble des Indiens et leur condition d’esclaves par nature. Las Casas riposte à cette image d’infériorité et de dépravation en faisant appel à une somme d’informations très détaillées : il se livre à l’inventaire des réalisations indigènes, en particulier dans son traité d’ethnologie comparative –et surtout démonstrative–, la Apologética Historia sumaria (ca.1552), dont la rédaction s’est étendue sur plusieurs années. Il démontre que par leur habileté et leur esprit les Indiens sont égaux, sinon supérieurs, aux autres civilisations. Les Aztèques occupent une place de choix dans cette démonstration, bâtie bien souvent sur le recours à l’analogie, au semblable, au parallèle. Ainsi Tlaxcala, que l’on ne détruit pas, parce qu’il est utile de conserver un état ennemi pour ses propres troupes est comparée à Carthage, ou bien les ordres militaires espagnols servent à expliquer l’existence de distinctions à l’intérieur des groupes de guerriers indigènes… Pour réfuter les jugements faisant état d’une singularité, somme de carences et de défauts, la réhabilitation des Indiens doit passer par l’établissement de leur ressemblance. Dans cette optique, la démonstration de Las Casas est nourrie d’information tirée de son observation, de son expérience du milieu et d’une constante comparaison avec d’autres peuples. Il se place ainsi à distance pour considérer le cannibalisme et le sacrifice, pratiqués dans le passé par toutes les sociétés, qui prouvent seulement que chacune d’elle se trouve à un stade de développement différent et que toutes peuvent être menées sur la voie du progrès par des méthodes appropriées. Il découlera donc de cette démonstration une pédagogie.

  • 10 Cette argumentation sur le sens religieux du sacrifice est en particulier développée lors de la Ju (...)

11Pour cela, Las Casas est amené à minimiser le sacrifice : il ne concède qu’une centaine ou une cinquantaine de victimes par an (contre les 20 000 de Sepulveda), en rappelant qu’aucune nation n’a été épargnée dans son histoire par ces pratiques, qui d’ailleurs témoignent selon lui d’un sens religieux très profond10.

12Ces exemples relatifs au passé indien montrent assez combien l’hostilité envers les Aztèques, la négation de leur grandeur culturelle, l’insistance sur la tyrannie et l’amplification des aberrations sont autant de formes de recenser des déviances censées prouver l’irrationalité des indigènes. La conquête ne peut alors apparaître que comme un bien, voire une libération : « Qu’aurait-il pu advenir à ces barbares de plus profitable et salutaire… ? », pour reprendre les termes de Sepúlveda dans le Demócrates segundo.

  • 11 Cf. sur ce point l’article de Pagden cité en note 7.

13Les Indiens se retrouvent dépourvus des droits politiques qui sont réservés aux êtres formant une communauté civile, c’est-à-dire respectant la loi naturelle, le monothéisme, un gouvernement ordonné11. Leurs institutions ne sont pas légitimes. Et les Aztèques deviennent l’outil d’une généralisation négative : considérés comme les plus civilisés, ils sont cependant des tyrans opprimant un peuple servile et ils apportent la preuve du vide de pouvoir légitime qui justifie l’autorité des Espagnols dans l’ensemble du Nouveau Monde.

2. La conquête

14A lire Cortés, on est frappé par la grande aisance dont il fait preuve face au monde qu’il est pourtant le premier à percevoir et à affronter. Tout lui semble intelligible, ou du moins transposable : les temples indiens sont autant de mezquitas, les cités sont rebaptisées Sevilla ou Segura de la Frontera, comparées à Grenade ou Salamanque, etc. (Ceci d’ailleurs toujours dans un sens d’éloge). On ne trouve guère trace de doute ou d’interrogations sur ce qui, pourtant, ne devait pas manquer d’être insolite. Son récit fournira par la suite la matière première au mythe de la « poignée d’hommes » et de sa victoire-éclair sur le puissant état aztèque. « Jamais le vrai ne fut moins vraisemblable », écrivit à ce sujet Voltaire. En effet.

  • 12 Información en derecho, op. cit.

15Sepúlveda, dans son Demócrates segundo, comme avant lui Vasco de Quiroga12, tire un nouvel argument de la rapidité de la conquête : elle est preuve à ses yeux de l’ignorance et de la lâcheté des vaincus. Une simple relecture de certains épisodes suffit cependant à nuancer la prétendue facilité de la conquête et l’idée d’une soumission aussi spontanée qu’immédiate des autochtones.

Ambassades

  • 13 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, México, Porrúa, 1 (...)
  • 14 Carmen Val Julián, Vies posthumes de Moctezuma II, thèse EHESS, Paris, 1986, vol 1, chapitre II.
  • 15 Cf. Anthony Pagden, Rethinking the Conquest of Mexico, in The uncertainties of Empire, op. cit., a (...)

16S’il est une différence majeure et lourde de conséquences entre Espagnols et Indiens, c’est bien celle des codes guerriers. Elle est à l’origine de méprises dès la Découverte : Colomb raconte comment sur son bateau, au large de Trinidad, il avait demandé à des membres de son équipage de jouer de la musique et de danser dans l’espoir d’attirer les Indiens, qui répondirent aussitôt … en leur lançant des flèches. La musique, loin d’adoucir les mœurs, ouvrit les hostilités. Pour Cortés, l’envoi d’ambassades annonce la soumission des Aztèques, alors que Moctezuma exprime dans celles-ci un refus constant de laisser les Espagnols approcher de Tenochtitlan. Le souverain accompagne ses messages de présents précieux (objets d’or, d’argent, de plumes, étoffes ouvragées), que l’on peut interpréter diversement. Des pratiques curieuses s’y ajoutent, ainsi l’envoi, semble-t-il, d’un sosie de Cortés comme émissaire13. Moins que les signes d’une progression inéluctable, les ambassades sont une démonstration de puissance, par le biais d’une libéralité imposante et dissuasive. Le cadeau ne sert pas seulement à accompagner le message, il est le message, au même titre que l’émissaire. Et ce message reste lui aussi difficile à déchiffrer. Les sources indigènes montrent qu’il n’y eut ni passivité ni résignation de la part de Moctezuma et qu’il épuisa, au contraire, les ressources autochtones de défense : non seulement les échanges diplomatiques, mais également l’envoi de sorciers ou la plantation d’agaves censée barrer la route aux envahisseurs14. Les ambassades, lourdes de tensions et d’incertitudes, sont gommées au profit d’une progression continue et confiante. C’est que, sous la plume de Cortés, la marge d’altérité de l’adversaire se trouve le plus souvent réduite au minimum : les Indiens et leurs manières de se conduire nous sont –par trop-familières15.

Discours de Moctezuma

17Dans la convention du discours direct, il suffit au narrateur d’ouvrir les guillemets après deux points pour s’effacer et dégager toute responsabilité. C’est le discours de la non-ingérence par excellence. Celui que Cortés place dans la bouche de Moctezuma, dans sa Seconde Lettre de Relation, énonce sans ambiguité la cession par celui-ci de son empire et l’allégeance à la Couronne espagnole qu’il exige de ses vassaux :

  • 16 Hernán Cortés, Cartas de Relación, Madrid, Clásicos Castalia, 1993, p. 228. C’est moi qui souligne

« de aquí adelante tengáis y obedezcáis a este grand rey pues él es vuestro natural señor, y en su lugar tengáis a éste su capitán. Y todos los atributos y servicios que fasta aquí a mí me hacíades los haced y dad a él, porque yo ansimismo tengo de contribuir y servir con todo lo que me mandare (…) »16

18Cette fiction, reprenant les termes et concepts péninsulaires du temps, accrédite la véracité et la « lisibilité » des propos prétendument rapportés avec la plus grande fidélité. Pourtant, comment oublier que ce discours –évoqué aussi par les sources indigènes telles que le Codex de Florence– dut être bien plus complexe et perçu par le truchement d’au moins deux interprètes, Marina et Aguilar ? C’est-à-dire filtré par les grilles linguistiques du náhuatl et du maya, langue intermédiaire avant la traduction au castillan. Le discours direct escamote la polysémie, les images, les inévitables corruptions réductrices induites par le passage d’une langue à l’autre, passage effectué, qui plus est, dans le cadre d’un rapport de force qui inclut les interprètes eux-mêmes. En réalité, affleurent aux lèvres de Moctezuma les mots utiles à l’entreprise de Cortés et à son fondement juridique. Le conquistador nous livre du discours une version peu plausible, tant elle est limpide.

19Sepúlveda n’eut aucune peine à exploiter de façon privilégiée les épisodes de la conquête du Mexique, qui lui offrait ce genre d’exemple, pour en tirer le portrait général des Indiens. « Il suffit pour connaître la nature de ces hommes, de l’exemple des Mexicains qui étaient tenus pour les plus sages, cultivés et puissants de tous » écrit-il dans le Demócrates Segundo. La lâcheté qu’il attribue à Moctezuma (d’autant plus censurable que sa puissance est grande), tout comme l’inertie de ses sujets face à sa détention et l’absence de toute résistance indienne, lui servent à prouver l’esprit servile des Aztèques. A l’en croire, les signes de civilisation que l’on a cru déceler chez eux sont tout justes bons à les distinguer des bêtes. Il ne leur reconnaît aucun savoir, d’ailleurs ils n’ont ni écriture, ni lois écrites, ni Histoire écrite, ni propriété privée… Ils acceptent en outre une tyrannie inhumaine, qui exige d’eux de lourds tributs. Ils ont donc tout à gagner avec la Conquête. L’argumentation est similaire chez López de Gómara : la condition des Indiens n’a pu que s’améliorer, puisqu’ils ont enfin acquis tout ce qui leur manquait auparavant.

20Il est frappant que les Indiens soient vus par ces auteurs comme une combinaison d’excès et de lacunes, ils sont en quelque sorte considérés sous le signe du « plus » (tyrannie et rites excessifs, bestialité, etc.) et du « moins » (carence pour ce qui est de l’écriture, des lois, etc.). On ne peut les lire que par rapport à un étalon de mesure, un état idéal, implicite, immuable, importé. La conquête opère un retournement, elle vient établir le juste milieu, l’équilibre. Alors qu’ils étaient traités comme des bêtes de somme par leurs anciens maîtres, voici que les Indiens disposent à présent de bêtes de somme à leur service, et de toutes sortes de commodités dont le fer et les arts et lettres –bien plus utiles que l’or et l’argent, d’après Sepúlveda dans son Apología. Les Espagnols ont donc même œuvré pour la reconnaissance de leur dignité humaine. Par leurs défauts, les Indiens morts, et en particulier les Aztèques, viennent confirmer combien les Indiens vivants doivent à leurs vainqueurs. Ceci masque et inverse les conditions réelles, car ce sont les conquérants qui vivent des Indiens, de leur travail, de leurs ressources. Ce discours parvient cependant à faire des vaincus des gagnants.

Conclusion

  • 17 Relectio de indis (1539), Madrid, CSIC, 1989.

21Il va de soi que la tutelle des Espagnols n’est remise en cause par personne au temps de la controverse, elle est unanimement jugée souhaitable, même si des aménagements s’imposent pour certains, parmi lesquels les principaux défenseurs des Indiens. Nul n’en donne la durée. Francisco de Vitoria dit d’ailleurs tout à la fin de la Relectio De Indis que même si les titres de domination qu’il estime légitimes venaient à disparaître, il ne serait pas juste d’abandonner pour autant les Indes : « il est évident qu’après que beaucoup d’Indiens y aient été convertis, il ne serait ni opportun ni licite pour le Roi d’abandonner complètement l’administration et le gouvernement de ces territoires »17. Comment d’ailleurs ne pas être d’accord à l’époque avec la conquête qui est un dessein divin ? La contestation porte donc exclusivement sur ses fins et méthodes.

  • 18 Apología, op. cit., p. 275, p. 382.
  • 19 François Hartog l’analyse dans le chapitre « L’œil et l’oreille » de son livre Le miroir d’Hérodot (...)
  • 20 Cf. Anthony Pagden, « Jus et Factum : text and experience in the writings of Bartolomé de Las Casa (...)

22Dans ce débat, force est de constater que la part de l’information directe, issue du terrain, est très réduite. On en trouve à peine trace dans les édifices théoriques péninsulaires. Les deux leçons de Vitoria sur les Indiens et sur le droit de guerre sont pratiquement muettes en références précises à l’histoire de la conquête, si l’on excepte l’évocation des modalités –jugées contestables– du requerimiento. Vitoria apparaît en outre partagé entre le « certain ordre » qu’il reconnaît aux Indiens dans son premier chapitre et leur incapacité à se gouverner, qu’il n’ose ni affirmer ni rejeter pleinement à la fin du troisième. Auparavant, il a fait disparaître sa digression sur l’anthropophagie dans la leçon Sur la tempérance, de 1537, sans s’en expliquer. La seule autorité « américaine » citée par Sepúlveda dans l’Apología est Gonzalo Fernández de Oviedo (dont la première partie de l’Historia general y natural de las Indias parut en 1535) et encore se limite-t-il à une parenthèse sur les 20 000 victimes annuelles sacrifiées en Nouvelle-Espagne. Las Casas le réfute avec violence et a recours, quant à lui, à davantage de références, empruntées à diverses aires géographiques américaines : il évoque une femme indienne de la Española, un cas d’anthropophagie entre Espagnols à Cuba, les Antilles libres du péché de sodomie comme de la pratique du cannibalisme et du sacrifice18. Face à la tendance de Sepúlveda à se limiter aux seuls Aztèques, pour en tirer une conclusion générale et négative, Las Casas réplique par un large éventail de contre-exemples. Le Dominicain cherche à administrer la preuve par l’exemple (exemples qui s’accumulent avec plus de densité que partout ailleurs dans la Brevísima relación). Par souci de contester les témoignages indirects et tendancieux, il multiplie des exemples, parfois introduits par un « j’ai vu » sans appel. A l’inverse des auteurs, théologiens et juristes, de traités théoriques qui n’intègrent que dans une proportion infime l’information issue du terrain, Las Casas confère à celle-ci un statut particulier. Ce recours constant à l’autopsie (dans son sens premier de « voir soi-même ») est pièce d’un dispositif rhétorique par lequel l’appel au fait reçoit sa légitimité. Ce modèle existe depuis longtemps19, Las Casas ne l’a pas inventé, mais il en fait un nouvel usage, dicté par une nouvelle finalité. Réfutant l’image figée et généralisante que Sepúlveda –qui n’a jamais été aux Indes– tire des Aztèques de ses lectures, il insiste sur le poids de l’expérience et du témoignage direct, personnel, à l’heure de juger des capacités des Indiens de prouver leur humanité, et donc, de leur égalité de droits avec les Espagnols. Face à de nouveaux problèmes, la pensée ne cesse d’élaborer de nouveaux instruments. Chacun mesure à cet égard l’ouverture née de la Découverte. Dans l’urgence qu’il y a à endiguer l’extinction des indigènes, Las Casas signe une tentative moderne, émancipée –dans une certaine mesure– de la culture livresque, d’établir un nouveau rapport au fait, à l’événement, à l’expérience20. En son temps, celle-ci n’est pas encore la preuve par la vérité qu’elle ne tardera pas à devenir.

Notes

1 Iconologia de Cesare Ripa (1618), rééd. Turin, Fogola editore, 1986, ainsi que H. Zavala, Les représentations allégoriques de l’Amérique dans l’art européen, Paris, thèse à l’EHESS, 1979 et Santiago Sebastián, Iconografía del indio americano, Madrid, Tuero, 1992.

2 Cf. Benjamin KEEN, The aztec image in western thought, New Jersey/New Brunswick, Rutgers University Press, 1971, chapitre III : « Europe discovers the Aztecs ».

3 Motolinía voit dans le désastre des îles un précédent à méditer pour la Nouvelle-Espagne, Historia de los indios de la Nueva España (1541), paragraphe 65 (dans l’anthologie En torno a la conquista, Paris, Ellipses, 1995, p. 139-140).

4 Cf. sa Lettre à Charles Quint (1555), reproduite dans En torno a la conquista, p. 205-229.

5 Cf. Alfredo López Austin, Educación mexica. Antología de textos sahaguntinos, México, UNAM, 1985.

6 Vasco de Quiroga, Información en derecho (1535), edición de Carlos Herrejón Peredo, México, S.E.P., 1985.

7 Remarques sur ce point d’Anthony Pagden, « The humanism of Vasco de Quiroga’s Información en derecho », dans le recueil The uncertainties of Empire : Essays in Iberian and Ibero-American intellectual History, Aldershot, Variorum, 1994, article V.

8 Alonso de Breve y sumaria relación de los señores de la Nueva España (1566-1570), México, UNAM, 1963 et Historia de la Nueva España, Madrid, Librería general de Victoriano Súarez, 1909. Zorita,

9 Cf. le. passage de son Demócrates Segundo (De las justas causas de la guerra contra los indios, 1544), reproduit dans En torno a la conquista, op. cit., Doc. 21, p. 172-177 et la référence aux Aztèques dans son Apología, traduction de Ángel Losada, Madrid, Editora Nacional, 1975, p. 64.

10 Cette argumentation sur le sens religieux du sacrifice est en particulier développée lors de la Junta de Valladolid, Cf. le résumé de fray Domingo de Soto, sous le titre « Aquí se contiene una disputa o controversia… », in Obras escogidas de fray Bartolomé de Las Casas, Madrid, Atlas (BAE), 1958, vol. V, p. 293-348.

11 Cf. sur ce point l’article de Pagden cité en note 7.

12 Información en derecho, op. cit.

13 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, México, Porrúa, 1977 (chap. XXXVIII, vol. 1, p. 127).

14 Carmen Val Julián, Vies posthumes de Moctezuma II, thèse EHESS, Paris, 1986, vol 1, chapitre II.

15 Cf. Anthony Pagden, Rethinking the Conquest of Mexico, in The uncertainties of Empire, op. cit., article XIII. « Con título y con no menos mérito que el de Alemania, que Vuestra Majestad posee »

16 Hernán Cortés, Cartas de Relación, Madrid, Clásicos Castalia, 1993, p. 228. C’est moi qui souligne.

17 Relectio de indis (1539), Madrid, CSIC, 1989.

18 Apología, op. cit., p. 275, p. 382.

19 François Hartog l’analyse dans le chapitre « L’œil et l’oreille » de son livre Le miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980, p. 217-316

20 Cf. Anthony Pagden, « Jus et Factum : text and experience in the writings of Bartolomé de Las Casas », in The uncertainties of Empire, op. cit., article VI.

Auteur

Carmen VAL JULIÁN, Maître de Conférences à l’ENS de Fontenay/St-Cloud.

© ENS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540