Version classiqueVersion mobile

La conquête de l’Amérique espagnole et la question du droit

 | 
Carmen Val Julián

Avant-propos

Carmen Val Julián

Texte intégral

1Parmi les multiples répercussions de la Découverte des Indes Occidentales pour le monde, nous nous intéresserons surtout ici à la manière dont elle s’est traduite en termes de responsabilité pour l’Espagne. En un temps où l’on ignore encore tout de l’étendue réelle des terres entrevues par Colomb, les Bulles Alexandrines assignent en effet aux Rois Catholiques une mission spirituelle envers les peuples qui s’y trouvent, tout en déléguant à cette fin aux souverains le gouvernement temporel de ce qui ne tardera pas être perçu comme un Nouveau Monde. Les formes que cette domination prend sur le terrain, en provoquant en particulier la rapide diminution de la population des Antilles, suscitent des interrogations sur les Indiens et sur le droit de la Couronne à les asservir. Le débat sur la nature des Indiens et sur leur aptitude à la raison prend son sens dans ce contexte : il s’agit de justifier la domination étrangère par la barbarie attribuée aux vaincus, ou, à l’inverse, de la remettre en question par une défense de la personne et des droits des indigènes. La contestation sur la conquête ne porte d’ailleurs jamais sur le fond –la tutelle espagnole est unanimement jugée souhaitable à des degrés divers– mais sur la manière de procéder des conquistadores et des encomenderos que l’on sait désormais brutale et dangereuse. Aux dénonciations, émanant essentiellement du clergé missionnaire, s’ajouteront bientôt divers plans de réforme, appelés à retentir diversement sur la législation.

2A l’heure de considérer les différentes facettes de cette controverse, il convient de ne jamais en dissocier les trois niveaux, car ils se trouvent en constante interaction :

  • le plan doctrinal (celui des débats des théologiens et juristes sur la question indienne, partant d’antécédents classiques et médiévaux sur le droit des gens et le droit de guerre)
  • le plan légal (celui des mesures officielles résultant en particulier de la convocation de juntes consultatives)
  • le plan enfin des réalités coloniales (qui provoque le débat doctrinal et qui est ensuite le destinataire, au moins théorique, des mesures légales)

3Sans cela, le risque est d’oublier que les avancées réalisées dans la Péninsule sur le plan éthique et légal, aussi importantes fussent-elles, se sont heurtées en Amérique à des résistances qui n’ont pas manqué de vider de leur substance des iniatives censées favoriser les autochtones.

4Ces trois plans se retrouveront dans les communications présentées au colloque de l’École en décembre 1995. L’aspect doctrinal est abordé de façon privilégiée par Dominique de Courcelles, qui insiste sur les conséquences de la Découverte dans le domaine de la pensée, en mettant l’accent sur le poids de la philosophie du droit naturel et du thomisme pour les Dominicains et pour Francisco de Vitoria : « La théologie –nous dit-elle– entreprend de penser le changement du monde, hors des cadres fixés par la tradition, selon une certaine idée du monde tel qu’il doit être ». Elle analyse le passage avec Vitoria à une communauté universelle ouverte et au respect du droit mutuel des peuples, sans occulter les ambiguïtés de la libre circulation des hommes et des richesses. Ce dernier thème est repris et développé par Monique Mustapha qui étend l’éventail chronologique à tout le premier siècle suivant la Découverte dans son article : « Des ambiguïtés du droit des gens : de Vitoria au père Acosta ». Considérant cette même période, et en la prolongeant jusqu’à l’Inca Garcilaso de la Vega, Alain Milhou se penche quant à lui sur l’ambivalence du portrait européen de l’Indien, bon ou mauvais sauvage, dont on dispute des aptitudes rationnelles et chrétiennes. (Sur ce point, l’exploitation qui a pu être faite dans la controverse de l’information concernant plus particulièrement les Aztèques pour caractériser l’ensemble des Amérindiens est l’objet de la communication : « Du bon usage de la conquête du Mexique »).

5Sur le plan légal, Michèle Escamilla étudie les étapes du processus juridique visant à légitimer la souveraineté espagnole en Amérique. L’auteur replace les Bulles de donation papale dans le contexte des précédents issus de l’expansion africaine du Portugal. Elle montre que ces documents, d’interprétation certes délicate, constituent la base légale d’une entreprise qui, après le célèbre sermon du dominicain Montesinos à Saint-Domingue en 1511, aboutit à la première codification du droit indien, par les lois dites de Burgos (1512-1513).

6Sur le plan des réalités coloniales, la communication d’André Saint-Lu est une invitation à relire la Brevísima Relación de Las Casas par le biais d’une réfutation minutieuse de deux de ses détracteurs à travers les siècles : Vargas Machuca et Menéndez Pidal. L’évêque de Chiapas sut se faire, avec force, l’écho de réalités cruelles mais indubitables, que l’on ne saurait minimiser ou banaliser et sa démarche humanitaire fut déterminante pour le sort des Indiens, grâce à l’influence qu’il parvint à déployer auprès de ses contemporains. Enfin, l’historien mexicain Oscar Mazín retrace, pour sa part, un siècle d’affrontement autour de la question : les Indiens doivent-ils être astreints au versement de la dîme ? Il révèle combien le débat est sous-tendu par des projets distincts à l’égard de la République des Indiens. Les Ordres Mendiants, soucieux de défendre les principes de l’Église missionnaire et la séparation relative des deux communautés, sont hostiles à l’expansion –financée par la dîme– du clergé diocésain et à l’importation d’une organisation paroissiale de type péninsulaire. Le clergé séculier l’emportera cependant en 1655, date de l’imposition de la dîme aux Indiens de Nouvelle-Espagne.

  • 1 Buenos Aires, 1944, rééd. México, Porrúa, 1975, p. 125.

7Les débats du xvie siècle, retracés ici, ne furent pas donc pure spéculation théorique. Silvio Zavala, en conclusion à son essai Servidumbre natural y libertad cristiana1 évoque en ces termes la controverse :

« (....) [son] intérêt ne se limite pas au seul point de vue abstrait de la science politique et internationale. Elle répond aussi à des réalités historiques, car nous savons qu’elle concerne la justice et les formes de l’une des grandes aventures de l’expansion coloniale européenne et que les idées débattues à la cour et dans les universités engendrent des règles de conduite relatives à la guerre et à la vassalité, à la liberté et à l’asservissement, aux corvées, aux encomiendas et tributs ».

8Je remercie pour leur aide : Jean-Pierre Berthe, membre du comité scientifique, et l’ensemble des intervenants ; l’URA 1036 du CNRS, les services de la Recherche et des Publications de l’École ainsi que ceux de mes élèves, normaliens et auditeurs libres, qui ont pris part à la tenue du colloque et à la mise au point du manuscrit de ce recueil.

Notes de fin

1 Buenos Aires, 1944, rééd. México, Porrúa, 1975, p. 125.

© ENS Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search