Version classiqueVersion mobile

La lumière noire d’Elsa Triolet

 | 
Alain Trouvé

« Après-dire » Triolet / Beckett

Repères bibliographiques

Texte intégral

Œuvres d’Elsa Triolet

Œuvres romanesques croisées d’Elsa Triolet et Aragon (ORC), Paris, Robert Laffont, 1964-1974, 42 volumes.

Œuvres écrites en russe

Écrits intimes, 1912-1931, traduction de Lily Denis, édition établie par Marie-Thérèse Eychart, Paris, Stock, 1998.

Correspondance Lili Brik - Elsa Triolet (1921-1970), traduction de Marianne Delranc, Hélène Ravaisse, Hélène Rol-Tanguy, Simone Sentz-Michel, Jean Pérus et Léon Robel, sous la direction de Léon Robel, préface et notes de Léon Robel, Paris, Gallimard, 2000.

À Tahiti, Leningrad, Aténéï, 1925 ; traduction d’Elsa Triolet, ORC, 1.

Fraise-des-bois, Moscou, Coopérative des écrivains (Le Cercle), 1926 ; traduction de Léon Robel, ORC, 40 ; réédition Gallimard, 1974.

Camouflage, Moscou, éditions Fédération, 1928 ; traduction de Léon Robel, ORC, 39 ; réédition Gallimard, 1976.

« Dix jours en Espagne », Znamia, n° 1, 1931, p. 163-184 ; réédition Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 1, p. 177-206.

« Colliers » (extraits), Krasnaïa nov, n° 2, 1933, p. 166-180 ; traduction de Léon Robel, ORC, 40.

« Paris le 9 février », Tridtsat’dnej, n° 4, 1934, p. 58-63.

« Le Front populaire (le 14 juillet à Paris) », Tridtsat’dnej, n° 8, 1935, p. 80-82.

Œuvres écrites en français

Bonsoir Thérèse, Paris, Denoël, 1938 ; réédition ORC, 1 ; Paris, Gallimard, 1978.

Maïakovski, poète russe, souvenirs, Paris, Éditions sociales internationales, 1939.

Mille Regrets, Paris, Denoël, 1942 ; réédition Mille Regrets et autres nouvelles, ORC, 3 ; Paris, Gallimard (Folio n° 1274).

Le Cheval blanc, Paris, Denoël, 1943 ; réédition Club des amis du livre progressiste, 1955, ORC, 17-18 ; Paris, Gallimard (Folio n° 48).

Les Amants d’Avignon [pseudonyme Laurent Daniel], Paris, Minuit, 1943 ; réédition Paris, Seghers, 1945 ; repris dans Le premier accroc coûte deux cents francs, 1re partie, ORC, 5.

Yvette [pseudonyme Laurent Daniel], Paris, Bibliothèque française, 1944 ; repris dans Mille Regrets et autres nouvelles, ORC, 3.

Qui [ORC : Quel] est cet étranger qui n’est pas d’ici ? ou Le mythe de la baronne Mélanie, Paris, Seghers, 1944 ; repris dans Mille Regrets et autres nouvelles, ORC, 3.

Le premier accroc coûte deux cents francs, Paris, Denoël, 1945 ; réédition Gallimard (Folio n° 371) ; ORC, 6 ; Denoël, 1981.

Le premier accroc coûte deux cents francs (i. Les Amants d’Avignon – La Vie privée ou Alexis Slavsky, artiste peintre ; ii. Cahiers enterrés sous un pêcher – Le premier accroc coûte deux cents francs), ORC, 5-6.

Ce n’était qu’un passage de ligne, Paris, Seghers, 1945.

Six entre autres. Nouvelles, Lausanne, La Guilde du Livre, 1945.

Maïakovski, Paris, Seghers, 1945.

Personne ne m’aime, Paris, Bibliothèque française, 1946 ; réédition 1952.

Les Fantômes armés, Paris, Bibliothèque française, 1947 ; réédition 1952.

Les Souliers grillés, L’Almanach ouvrier-paysan, 1947.

Anne-Marie (i. Personne ne m’aime ; ii. Les Fantômes armés), ORC, 9-10.

Dessins animés [avec le concours de Raymond Peynet], Paris, Bordas, 1947.

L’Écrivain et le livre ou la suite dans les idées, Paris, Éditions sociales, 1948.

Chroniques théâtrales : « Les Lettres françaises » 1948-1951, Monique Lebre-Peytard éd., Paris, Gallimard, 1981.

L’Inspecteur des ruines, Paris, Éditeurs français réunis, 1948 ; réédition Paris, Gallimard, 1965 ; ORC, 13 ; Gallimard (Folio n° 1070).

« Biographie de Christo Botev », Poèmes de Christo Botev, traduits du bulgare, adaptation par Paul Éluard, Paris, Éditeurs français réunis, 1952.

Le Cheval roux ou les intentions humaines, Paris, Éditeurs français réunis, 1953 ; réédition Paris, Gallimard, 1972 ; ORC, 21-22.

L’Histoire d’Anton Tchekhov, sa vie, son œuvre, Paris, Éditeurs français réunis, 1954.

Pour que Paris soit [avec Robert Doisneau], Paris, Cercle d’art, 1956.

Le Rendez-vous des étrangers, Paris, Gallimard, 1956 ; ORC, 27-28.

Le Monument, Paris, Gallimard, 1957 ; réédition ORC, 14 ; Gallimard (Folio 862).

Roses à crédit, Paris, Gallimard, 1959 ; réédition Club des amis du livre progressiste, 1959 ; Gallimard (Folio n° 183).

Luna-Park, Paris, Gallimard, 1959 ; réédition Club des amis du livre progressiste, 1959 ; Gallimard (Folio n° 358).

« Un romantisme lunaire », article paru dans la Literatournaïa Gazeta et Les lettres françaises, 1960, repris dans Elsa Triolet choisie par Aragon, Paris, Gallimard, 1960, réédition Messidor, 1990, p. 376-381.

Les Manigances. Journal d’une égoïste, Paris, Gallimard, 1962 ; réédition ORC, 1 ; Gallimard (Folio n° 235).

L’Âme, Paris, Gallimard, 1963 ; réédition Club des amis du livre progressiste ; Gallimard (Folio n° 306).

L’Âge de nylon (i. Roses à crédit ; ii. Luna-Park ; iii. L’Âme), ORC, 31-32.

Le Grand Jamais, Paris, Gallimard, 1965 ; réédition ORC, 35 ; Gallimard (Folio n° 970).

Écoutez-Voir, Paris, Gallimard, 1968 ; réédition ORC, 36.

La Mise en mots, Genève, Skira, 1969 ; réédition ORC, 40.

Le rossignol se tait à l’aube, Paris, Gallimard, 1970 ; réédition ORC, 40 ; Gallimard (Folio n° 256).

Correspondances croisées :

Louis Aragon, Jean Paulhan, Elsa Triolet, Le Temps traversé. Correspondance (1920- 1964), édition présentée et annotée par Bernard Leuilliot, Paris, Gallimard (Les Cahiers de la NRF), 1994.

Œuvres de la littérature russe traduites par Elsa Triolet

Iline M., Les Montagnes et les hommes, Paris, Hier et Aujourd’hui, 1946.

Konstantinova Irina, La Jeune Fille de Kachine, journal intime et lettres, Paris, Éditeurs français réunis, 1950.

Gogol Nicolas, Le Portrait, Paris, Éditeurs français réunis, 1952.

Maïakovski Vladimir, Vers et proses choisis, traduits, commentés par Elsa Triolet et précédés de ses souvenirs sur Maïakovski, Paris, Éditeurs français réunis, 1957.

Tchekov Anton, Théâtre I, Paris, Éditeurs français réunis, 1954.

— Théâtre II, Paris, Éditeurs français réunis, 1962.

— Théâtre, commenté par Elsa Triolet, Lausanne, La Guilde du Livre, 1962.

— Œuvres, t. i, traduction des grandes pièces et de 7 pièces en 1 acte, notices et notes, en appendice, des textes concernant le théâtre, choisis et traduits, Paris, Gallimard (Pléiade), 1967.

La Poésie russe. Anthologie, édition bilingue publiée sous la direction d’Elsa Triolet (traductions par L. Aragon, C. Dobzynski, C. Frioux, E. Guillevic, F. Kérel, A. Libérati, J. Marcenac, L. Robel, E. Triolet), précédée de L’Art de traduire par Elsa Triolet, Paris, Seghers, 1965 ; réédition 1971.

Chklovski Victor, Capitaine Fedotov, Paris, Gallimard, 1968.

Tsvetaieva Marina, Poèmes, Paris, Gallimard, 1968.

Études sur Elsa Triolet

Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 1-6, 1999-2004.

Apel-Muller Michel, « Elsa Triolet et le réalisme », La Nouvelle Critique, n° 123, février 1961, p. 101-107.

— « Je ne vous ai pas chargée de nourrir mon chien », La Nouvelle Critique, n° 138, juillet-août 1962, p. 97-105.

— « L’Âme », La Nouvelle Critique, n° 149, septembre-octobre 1963, p. 88-95.

— « Le Grand Jamais d’Elsa Triolet », La Nouvelle Critique, n° 165, août 1965, p. 84-95.

— « Michel Vigaud, c’est moi », Europe, n° 454-455, février-mars 1967.

— « Survol des Œuvres croisées », La Nouvelle Critique [NF], n° 18, novembre 1968.

— « Les mots pèsent lourd, écoutez-voir », La Nouvelle Critique [NF], n° 28, novembre 1969, p. 66-70.

— « Des oiseaux et des mots (La Mise en mots – Le rossignol se tait à l’aube) », La Nouvelle Critique [NF], n° 33, avril 1970, p. 57-60.

— « Présence d’Elsa », La Nouvelle Critique [NF], n° 36, septembre 1970.

— « Labyrinthes », Europe, n° 506, juin 1971, p. 136-157.

— « Monsieur Oléonard », Les Lettres françaises, n° 1423, 26 avril-2 mai 1972.

— Mille Regrets, Structure et écriture de Mille Regrets, édition critique, texte, notes et variantes, thèse, Université de Besançon, 1975, 2 volumes.

— « Elsa dans le texte », Europe, n° 745, mai 1991, p. 45-54.

— « Les jambages bleus du malheur » (article comprenant une lettre inédite d’Elsa Triolet à Aragon), Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 5, 1994, p. 21-31.

Aragon Louis, Elsa Triolet choisie par Aragon, Paris, Gallimard, 1960.

Bouchardeau Huguette, Elsa Triolet, Paris, Flammarion, 2000.

Cahiers Renault-Barrault, lxviii, 1968.

Chevrolat Geneviève, Transcription théâtrale de l’écriture romanesque de Personne ne m’aime, 1re partie, d’Elsa Triolet, thèse, Université de Besançon, 1981, 2 volumes.

Delranc Marianne, D’Elza Triole à Elsa Triolet. Les quatre premiers romans d’Elsa Triolet et le passage du russe au français, thèse, INALCO, 1991.

— « Tout tournait en colliers dans tes mains d’opéra », Écrire et voir, Aragon, Elsa Triolet et les arts visuels, Arrouye J. éd., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1991, p. 123-138.

— Victor Chklovski lecteur d’Elsa Triolet, suivi de Lettre inédite de Victor Chklovski à Elsa Triolet, traduction de Marianne Delranc et Léon Robel, Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 4, 1992, p. 41-51.

— « L’accueil critique des premiers romans d’Elsa Triolet en Union soviétique », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 6, 1998, p. 13-36.

— « La culture russe dans les premiers romans d’Elsa Triolet et le passage du russe au français », Aragon, Elsa Triolet et les cultures étrangères, actes du colloque de Glasgow, avril 1992, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2000, p. 53-76.

Delranc Marianne éd., Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, actes du colloque international de Saint-Arnoult-en-Yvelines (COLL SA), 15-17 novembre 1996, Paris, L’Harmattan, 2000.

Desanti Dominique, Les Clés d’Elsa. Aragon, Triolet, Romanvrai, Paris, Ramsay, 1984.

Ditschler Susanne, « Elsacriture : une approche de la genèse du roman Le rossignol se tait à l’aube (1970) », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 6, 1998, p. 45-64.

— Einschreibungen und Um-Schreibungen des Ich : Elsa Triolet und ihr Roman Le rossignol se tait à l’aube (1970), thèse, Université de Paris VIII, 2001.

Europe, Elsa Triolet et Aragon, n° 454-455, février-mars 1967.

Europe, Elsa Triolet, n° 506, juin 1971.

Eychart Marie-Thérèse, « Réception du Goncourt 1944 : Elsa Triolet ou la constitution d’une légende », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 5, 1994, p. 197-228.

— L’Individu dans l’histoire : figures de la dissonance dans les romans d’Elsa Triolet (1943-1953), thèse, Université de Paris IV, 1995.

— « “Je sais la force des mots” : de L’Écrivain et le livre à la Bataille du Livre », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 6, 1998, p. 37-44.

— « “Dix jours en Espagne” : un jalon dans l’itinéraire politique et littéraire d’Elsa Triolet », et « Elsa Triolet : éléments de chronologie », Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 1, 1999, p. 169-176 et p. 229-256.

— « Pour une littérature de contrebande : la mise à l’épreuve du texte dans Mille Regrets et Le Cheval blanc d’Elsa Triolet », Lendemains 97, De la clandestinité à la contrebande. Elsa Triolet – Louis Aragon, Tübingen, Stauffenburg Verlag, 2000, p. 67-82.

— « Les tiroirs secrets de l’écriture. Une approche de Luna-Park », Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 3, 2001, p. 247-265.

— « La Fabrique de Colliers, Elsa Triolet disciple de Chlovski », Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 5, 2003, p. 222-245.

Faites entrer l’infini, revue semestrielle éditée depuis 1986 par la Société des amis d’Aragon et Elsa Triolet : les numéros 24 à 30 reprennent certains articles publiés en revue par l’auteur.

Gouaux Mireille, Recherches sur l’imaginaire : marxisme et psychanalyse. L’imaginaire colonial ; l’imaginaire de la science chez Jules Verne et Elsa Triolet ; un imaginaire romanesque : Colette, thèse, Université de Paris III, 1989.

Hörner Hunda, Das Romanwerk Elsa Triolet, thèse, Essen, Die Blaue Eule, 1993.

Jakobson Roman, Russie folie poésie, Paris, Le Seuil, 1986.

Jean Raymond, « Lecture du roman Le rossignol se tait à l’aube », Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, Delranc M. éd., 2000, p. 299-304.

Jullien Dominique (éd.), Aragon, Elsa Triolet : Love and Politics in the Time of the Cold War, Romanic Review, numéro spécial, janvier-mars 2001.

Lafail-Molino Raphaël, « Les petits mondes du Cheval blanc », Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 4, 2002, p. 164-171.

Les Lettres françaises, Hommage à Elsa Triolet, n° 1340, 24 juin 1970.

Lukusa André, écriture thématique et cohérence scripturale. Approche sémiotique du Grand Jamais d’Elsa Triolet, thèse, Université de Besançon, 1976.

Mackinnon Lachlan, The lives of Elsa Triolet, Londres, Chatto and Windus, 1992.

Madaule Jacques, Ce que dit Elsa, Paris, Denoël, 1960.

Marcoux Lilly, Elsa Triolet. Les yeux et la mémoire, Paris, Plon, 1994.

Morel Nicole, L’Histoire et le Temps, l’Art et l’Errance, thèmes et variations dans Le Grand Jamais et Écoutez-Voir d’Elsa Triolet, thèse, Université Paris VIII, 1973.

Narjoux Cécile, « “Elle s’amplifie désespérément” ou la poétique déceptive des Manigances », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 10, p. 115-133.

Pflaum-Vallin Marie-Monique, « Elsa Triolet et Aragon. Back to Lilith », Yale French Studies, septembre 1961.

Recherches croisées Aragon /Elsa Triolet, dernier numéro paru : n° 10 en 2006.

Rey Agnès, « Du brouillage des genres dans Les Manigances », Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 5, p. 255-263.

Robel Léon, « Un destin traduit : La Mise en mots d’Elsa Triolet », Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, 2000, p. 19-32.

Santonocito Ivana, « L’Inspecteur des ruines et ses manuscrits », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 2, 1989, p. 11-44.

Sharratt F.M.S., L’œuvre romanesque d’Elsa Triolet, thèse, Université d’Édimbourg, 1980.

Scheler Lucien, « Bibliographie des Œuvres », Europe, Elsa Triolet, n° 506, juin 1971, p. 205-206.

Smiley Amy, « Représentation et résistance. Les Amants d’Avignon et le “réel” de la femme », Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, 2000, Delranc M. éd., p. 147-163.

Trouvé Alain, Pour une relecture d’Elsa Triolet, L’Âge de nylon - Les Manigances, thèse, Université de Reims Champagne-Ardenne, 1993.

— « Le clair-obscur du Cheval blanc », Recherches croisées Aragon/ Elsa Triolet, n° 7, 2001, p. 91-108.

— « Une lecture croisée des Communistes d’Aragon et de L’Inspecteur des ruines d’Elsa Triolet », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 7, 2001, p. 185-195.

— « Le réalisme poétique des Manigances », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 10, 2006, p. 135-151.

Vallin Marjolaine, « Le théâtre des Manigances », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, n° 10, p. 153-176.

Vassevière Maryse, Aragon romancier intertextuel ou les pas de l’étranger [à propos du rapport entre Luna-Park et Blanche ou l’oubli], Paris, L’Harmattan, 1998.

Vaugeois Dominique, « Les “Phantômes” d’Elsa : le fantastique du personnage dans L’Âge de nylon », Les Annales de la société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n° 1, 1999, p. 207-218.

Ouvrages théoriques et critiques

Anzieu Didier, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard (Connaissance de l’inconscient), 1981.

— Beckett et le psychanalyste, Mayenne, Mentha Archimbaud, 1992.

Arrivé Michel, Préface à Alfred Jarry, Œuvres complètes, t. i, Paris, Gallimard (Pléiade), 1972.

Bakhtine Mikhaïl, Esthétique de la création verbale [1979], traduction d’Alfreda Aucouturier, Paris, Gallimard (Bibliothèque des idées), 1984.

Baudrillard Jean, Le Système des objets, Paris, Gallimard (Tel), 1968.

Bellemin-Noël Jean, « Des formes fantastiques aux thèmes fantasmatiques », Littérature, n° 2, mai 1971, p. 103-119.

— Vers l’inconscient du texte, Paris, PUF, 1979.

— Les Contes et leurs fantasmes, Paris, PUF, 1983.

Chasseguet-Smirgel Janine, Pour une psychanalyse de l’art et de la créativité, Paris, Payot, 1971 ; réédition Petite bibliothèque Payot, 1977.

Clouscard Michel, Le Capitalisme de la séduction, Paris, Éditions sociales, 1981.

Delaisement Gérard, Maupassant journaliste et chroniqueur, Paris, Albin Michel, 1956.

Freud Sigmund, L’Interprétation des rêves [1900], traduction d’Ignace Meyerson, Paris, PUF, 1926, ; nouvelle édition revue par Denise Berger, PUF, 1967.

— Le Mot d’esprit [1905], traduction de Marie Bonaparte et Marcel Nathan, revue par Freud, Paris, Gallimard, 1930 ; réédition Gallimard (Idées).

— « La création littéraire et le rêve éveillé » [1908], Essais de psychanalyse appliquée, traduction de Marie Bonaparte et Edouard Marty, Paris, Gallimard, 1933 ; réédition Gallimard (Idées), 1971, p. 69-81.

— « Au-delà du principe de plaisir » [1920], Essais de psychanalyse, traduction de Serge Jankélévitch, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1964, p. 7-81.

— L’Homme aux loups [1923], traduction de Janine Altounian et Pierre Cotet, Paris, PUF (Quadrige), 1990.

Goldmann Lucien, Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

Green André, Un œil en trop, Paris, Minuit, 1969.

Grunberger Bela, Le Narcissisme. Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1971 ; réédition Petite bibliothèque Payot.

Hamon Philippe, Texte et idéologie, Paris, PUF (Écriture), 1984.

— L’Ironie littéraire. Essai sur les formes de l’écriture oblique, Paris, Hachette (Supérieur), 1996.

Iser Wolfgang, L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique [1976], traduction d’Évelyne Sznycer, Bruxelles, Mardaga (Philosophie et langage), 1985.

Jakobson Roman, « Notes préliminaires sur les voies de la poésie russe », La Poésie russe. Anthologie, édition bilingue sous la direction d’Elsa Triolet, Paris, Seghers, 1965, p 17-28.

Klein Mélanie, Essais de psychanalyse, traduction de Marguerite Derrida, Paris, Payot, 1980.

Lahanque Reynald, Le Réalisme socialiste en France, 1934-1954, thèse, 2 volumes, Université de Nancy II, 2002.

Lebrun Annie, « Comme c’est petit un éléphant », dans Alfred Jarry, Le Surmâle, Paris, Ramsay-Pauvert, 1990, p. 143-211.

Mauron Charles, Des métaphores obsédantes au mythe personnel. Introduction à la psychocritique, Paris, Corti, 1963.

Mitterand Henri, Le Regard et le signe, Paris, PUF (Écriture), 1987.

— L’Illusion réaliste, Paris, PUF (Écriture), 1994.

Morin Edgar, Autocritique, Paris, Le Seuil, 1994.

Ouellet Réal, Les Critiques de notre temps et le Nouveau Roman, Paris, Garnier, 1972.

Picard Michel, La Lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986.

— Lire le temps, Paris, Minuit, 1989.

Robert Marthe, Roman des origines et origines du roman, Paris, Gallimard (Tel), 1972 ; rééditions 1977 et 1985.

Robin Régine, Le Réalisme socialiste, une esthétique impossible, Paris, Payot, 1986.

Rougemont Denis de, L’Amour et l’Occident, Paris, Plon, 1972.

Suleiman Susan, Le Roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, PUF (Écriture), 1983.

Sur Jean, Aragon, le réalisme de l’amour (avec des notes marginales d’Aragon), Paris, éditions du Centurion, 1966.

Todorov Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Gallimard, 1968.

Winnicott, Donald W., Jeu et réalité. L’espace potentiel, traduction de C. Monod et J.-B. Pontalis, Paris, Gallimard (Connaissance de l’inconscient), 1971.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search