Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

1. Épreuve de réalité ludique

p. 135-137


Texte intégral

1Freud appelle épreuve de réalité le processus permettant au sujet de distinguer les stimuli venant du monde extérieur des stimuli internes1. L’épreuve de réalité relève de la secondarité opposée au processus primaire2. Elle correspond pour le sujet à la discrimination entre l’hallucination et la perception authentique en prise sur le réel3. Les processus de figuration symbolique jouent ici un rôle déterminant ; le jeu permet leur mise en œuvre. Dans une page célèbre, Freud a ainsi observé son petit-fils s’amusant, en l’absence de sa mère, avec une bobine4. Le jeu consiste pour l’enfant à lancer l’objet et à le ramener près de soi, accompagnant ses gestes des mots Fort-Da5. L’objet et le langage représentent symboliquement la relation à la mère et permettent à l’enfant d’assumer la frustration liée à l’absence de cette dernière. « Le caractère désagréable d’un événement n’est pas incompatible avec sa transformation en un objet de jeu, avec sa reproduction scénique »6 : le jeu intègre dialectiquement l’épreuve de réalité qui va permettre au joueur de se constituer comme sujet autonome.

2Winnicott a développé la réflexion analytique sur le jeu en nommant certains jouets objets transitionnels. L’aire transitionnelle, née du jeu, permet à l’enfant de construire son Moi en se détachant de la Mère, premier objet de plaisir :

Dans cette aire, l’enfant rassemble des objets ou des phénomènes appartenant à la réalité extérieure et les utilise en les mettant au service de ce qu’il a pu prélever de la réalité interne ou personnelle.7

3Pour que l’enfant puisse se constituer en personne, il ne faut pas que la réalité interne exerce une influence trop forte : « Les pulsions, précise Winnicott, constituent la plus grande menace pour le jeu et le moi »8. Autrement dit, il faut toujours que l’identité de pensée l’emporte sur l’identité de perception.

4Winnicott ne limite pas à l’enfance cette aire transitionnelle nécessaire à la construction du Moi et envisage sa prolongation dans d’autres activités adultes, dont l’art. Appliquant cette intuition au domaine littéraire, Michel Picard a développé sa théorie de la « lecture comme jeu ». La lecture littéraire devient le relais privilégié du jeu enfantin :

L’activité pratique de la lecture peut […] apparaître comme le lien ambigu entre le sujet et le texte, de même que l’aire transitionnelle liait substitutivement l’enfant à sa mère.9

5À sa manière, le jeu littéraire soumet le lecteur à une épreuve de réalité ludique :

Le lecteur, deux fois dédoublé puisque, si une partie de lui-même reste assise (le plus souvent), bien matérielle, engagée dans le monde sensible, une autre se subdivise elle-même, déléguant côté croyances, fantasmes, Inconscient, une sorte d’enfant un peu halluciné et côté distanciation, réel social, mise en œuvre de savoirs divers, un adulte en perpétuel devenir, le lecteur donc vit, lorsque le texte lui en donne la possibilité, une épreuve de réalité ludique d’une exceptionnelle richesse.10

6Ce processus d’intégration n’est toutefois pas automatique : la qualité du jeu dépend aussi de la donne textuelle permettant au lecteur de naviguer à son avantage entre l’Imaginaire et le Symbolique. La reconnaissance des codes sera ici un point décisif.

7Afin d’évaluer la situation exacte du lecteur joueur, revenons d’abord une ultime fois au héros pour préciser dans quelle mesure le jeu se fait avec ou contre lui, selon que lui-même se dérobe, ou non, à l’épreuve de réalité.

Notes de bas de page

1 « Nous savons […] que notre appareil psychique cherche tout naturellement, et en vertu de sa constitution même, à se conformer au principe de plaisir, mais qu’en présence des difficultés ayant leur source dans le monde extérieur, son affirmation pure et simple et en toutes circonstances, se révèle comme impossible, comme dangereuse pour la conservation de l’organisme. Sous l’influence de l’instinct de conservation du moi, le principe du plaisir s’efface et cède la place au principe de la réalité » (S. Freud, « Au-delà du principe de plaisir » [1920], Essais de psychanalyse, p. 10).

2 « Le processus primaire s’efforce de faire se décharger l’excitation pour établir grâce aux quantités d’excitations ainsi rassemblées une identité de perception. […] Le processus secondaire a abandonné cette intention (l’identité hallucinatoire de perception) et l’a remplacée par une autre : atteindre une identité de pensée » (S. Freud, L’Interprétation des rêves, p. 512).

3 « Pour obtenir un emploi mieux approprié de la force psychique, il est nécessaire d’arrêter la régression dans sa marche, en sorte qu’elle ne dépasse pas l’image-souvenir, et puisse à partir de là chercher d’autres voies, qui permettent d’établir de l’extérieur l’identité souhaitée. En d’autres termes, [ajoute Freud en note], on reconnaît la nécessité d’une épreuve par la réalité » (ibid., p. 482).

4 S. Freud, Essais de psychanalyse, ch. ii.

5 Mots allemands signifiant : « loin-ici ».

6 S. Freud, Essais de psychanalyse, p. 19.

7 D.W. Winnicott, Jeu et réalité. L’espace potentiel, 1971, p. 73.

8 Ibid.

9 M. Picard, La Lecture comme jeu, 1986, p. 144.

10 M. Picard, Lire le temps, 1989, p. 8.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.